Vous êtes sur la page 1sur 780

Université de Cergy-Pontoise

École doctorale Droit et Sciences humaines


UFR Lettres et Sciences humaines
Département des Lettres modernes
LDI (Lexique, Dictionnaires, Informatique) – CNRS UMR 7187

L’évolution de l’orthographe dans les Petit Larousse


et les Petit Robert 1997-2008 :
une approche généalogique du texte lexicographique

Thèse pour obtenir le grade de

Docteur de l’Université de Cergy-Pontoise

Discipline : Sciences du Langage

présentée et soutenue publiquement par

Camille MARTINEZ
le 7 septembre 2009

Dirigée par M. le Professeur Jean PRUVOST

Devant un jury composé de :


- Pierre CORBIN, Professeur à l’Université Lille 3, rapporteur
- Pierre ENCREVÉ, Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales
- Dominique FATTIER, Professeure à l’Université de Cergy-Pontoise
- Christine JACQUET-PFAU, Maître de conférences au Collège de France
- Jean-Marie KLINKENBERG, Professeur à l’Université de Liège, rapporteur
- Jean PRUVOST, Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, directeur
Comme on me permet une page de liberté (toute relative puisque la formulation
des remerciements n’est pas beaucoup moins codifiée que le reste de mon travail
universitaire) avant d’aborder les figures imposées, je souhaite laisser une ocasion – au
moins une ! – à mon lecteur de me corriger une faute d’orthographe (les lecteurs adorent
faire ça) et célébrer quelques personnes qui se sont penchées sur le berceau de ma thèse.
Je suis très reconnaissant envers les professeurs de mon jury, qui ont eu
l’amabilité de s’intéresser à mes travaux et de les juger, et qui m’ont offert une belle
soutenance : Mesdames Dominique Fattier, Christine Jacquet-Pfau, Messieurs Pierre
Corbin, Pierre Encrevé, Jean-Marie Klinkenberg. Toute ma gratitude va au professeur
Jean Pruvost, qui a encadré mes travaux et m’a offert une structure de travail stimulante
et confortable.
Merci aux institutions qui m’ont permis de mener ma recherche sans que j’aie
trop à me soucier du matériel ni des contingences : l’école doctorale Droit et sciences
humaines pour l’allocation ministérielle, l’UFR Lettres de Cergy-Pontoise pour le
monitorat, les universités de Reims et de Strasbourg pour les postes d’ATER, les
laboratoires Métadif et LDI pour l’accueil et le partage.
J’adresse de sincères remerciements aux nombreux lexicographes et éditeurs,
toutes maisons d’édition confondues, qui ont accepté de me recevoir pour un entretien
sur les dictionnaires ; chacun m’a éclairé sur un point particulier du travail
lexicographique : Mesdames Bénédicte Gaillard, Marie-Lise Cuq, Françoise Delacroix,
Marie-Hélène Drivaud, Hélène Houssemaine-Florent, Line Karoubi, Chantal
Lambrechts, Patricia Maire, Sharareh Maljaei, Nicole Rein-Nikolaev, Annick Valade,
Messieurs Luc Audrain, Jean-Noël Charniot, Bruno Durand, Jacques Florent, Yves
Garnier.
Un grand merci à tous mes relecteurs, en particulier Alise Lehmann, Bénédicte
Gaillard, Pierre Corbin, Alain Lemaître, Guillaume Terrien, pour leurs remarques de
tous ordres, toujours constructives. Merci enfin à Sophie qui a toujours été là, à mes
deux parents et ma famille, à mes amis, qui ont supporté mes alignements de
dictionnaires (ce n’est pourtant qu’un début !) et enduré mes remarques sur la
polygraphie de clé dans le Petit Larousse, mon non-sujet de conversation favori.
Introduction ................................................................................................... 9

Première partie
Apports méthodologiques d’une lecture généalogique des dictionnaires... 25

1. La fabrication du dictionnaire ................................................................. 26


1.1. L’équipe lexicographique ................................................................................ 27
1.2. Le calendrier .................................................................................................... 31
1.3. La page............................................................................................................. 34
1.4. Le dictionnaire divisé en tranches, ou unités de production............................ 40
1.5. Le travail lexicographique ............................................................................... 42
1.5.1. La mise à jour annuelle ............................................................................. 42
1.5.1.1. Le millésime....................................................................................... 42
1.5.1.2. Liens entre les articles du dictionnaire............................................... 44
1.5.1.3. Causes et conséquences de retouche d’une page de dictionnaire.
Hiérarchie des changements ........................................................................... 46
1.5.1.3.1. Exemples de conséquences directes............................................ 47
1.5.1.3.2. Exemples de conséquences indirectes.
Le gain de place, ou mise à longueur.......................................................... 48
1.5.1.3.2.1. Coupure d’illustration (spécifique du PL) ........................... 49
1.5.1.3.2.2. Suppression et réécriture de texte ........................................ 50
1.5.1.3.2.3. Interlignage et interlettrage .................................................. 51
1.5.1.3.2.4. Combinaisons des trois procédés ......................................... 52
1.5.1.3.3. Exemples de conséquences annexes ........................................... 54
1.5.1.3.4. Combinaison de tous les types de conséquences ........................ 55
1.5.1.4. Reconstitution du travail lexicographique ......................................... 60
1.5.1.5. La mise à jour : 0,5 % du texte est modifié ....................................... 66
1.5.2. La refonte .................................................................................................. 67
1.5.2.1. Une nouvelle maquette ...................................................................... 69
1.5.2.1.1. Le format du dictionnaire............................................................ 69
1.5.2.1.2. La mise en pages du dictionnaire................................................ 71
1.5.2.2. La remise à plat des articles ............................................................... 77

2. Évolution des contenus du dictionnaire .................................................. 80


2.1. La microstructure ............................................................................................. 80
2.1.1 Zone d’information graphique ................................................................... 82
2.1.1.1. Entrée ................................................................................................. 82
2.1.1.2. Pluriel (PL seulement) ....................................................................... 83
2.1.2. Zone d’information phonique ................................................................... 83
2.1.2.1. Prononciation ..................................................................................... 83
2.1.2.2. Homonymie (PR seulement).............................................................. 84
2.1.3. Zone d’information historique .................................................................. 85
2.1.3.1. Étymologie......................................................................................... 85
2.1.3.2. Encadré étymologique (PR seulement).............................................. 85
2.1.4. Zone d’information syntaxique................................................................. 88
2.1.4.1. Catégorie grammaticale ..................................................................... 88
2.1.4.2. Organisation de l’article..................................................................... 88
2.1.5. Zone d’information sémantique................................................................ 89

1
2.1.5.1. Organisation de l’article..................................................................... 89
2.1.5.2. Définition ........................................................................................... 89
2.1.5.3. Marque ............................................................................................... 92
2.1.5.4. Synonymie ......................................................................................... 93
2.1.5.5. Antonymie (PR seulement)................................................................ 93
2.1.5.6. Renvoi ................................................................................................ 94
2.1.6. Zone d’information référentielle............................................................... 95
2.1.6.1. Développement encyclopédique (PL seulement)............................... 95
2.1.6.2. Tableau encyclopédique (PL seulement) ........................................... 98
2.1.6.3. Illustration (PL seulement) ................................................................ 99
2.1.6.4. Citation (PR seulement)................................................................... 101
2.1.7. Zones transversales ................................................................................. 104
2.1.7.1. Remarque ......................................................................................... 104
2.1.7.2. Exemple ........................................................................................... 105
2.2. La macrostructure .......................................................................................... 107
2.2.1. Données chiffrées sur les nomenclatures................................................ 109
2.2.1.1. PL..................................................................................................... 109
2.2.1.2. PR..................................................................................................... 113
2.2.2. Ajouts dans la nomenclature................................................................... 117
2.2.2.1. PL..................................................................................................... 118
2.2.2.1.1. Nombre d’articles nouveaux par année..................................... 118
2.2.2.1.2. Catégories grammaticales des articles nouveaux...................... 118
2.2.2.1.3. Mots de la francophonie et des régions de France.................... 122
2.2.2.2. PR..................................................................................................... 126
2.2.2.2.1. Nombre d’articles nouveaux par année..................................... 126
2.2.2.2.2. Catégories grammaticales des articles nouveaux...................... 126
2.2.2.2.3. Mots de la francophonie et des régions de France.................... 128
2.2.2.3. Comparaison de la vitesse d’intégration des néologismes
dans les deux dictionnaires ........................................................................... 130
2.2.3. Suppressions dans la nomenclature ........................................................ 132
2.2.3.1. PR..................................................................................................... 133
2.2.3.2. PL..................................................................................................... 135
2.2.4. Articles sortis puis entrés à nouveau....................................................... 144
2.2.5. Articles entrés puis sortis aussitôt........................................................... 147
2.2.6. Les articles-renvois ................................................................................. 150
2.2.7. Fusions et scissions d’articles ................................................................. 156
2.2.7.1. Le regroupement morphologique..................................................... 156
2.2.7.2. Le dégroupement homonymique ..................................................... 157
2.2.7.3. Critères de dégroupement et de regroupement.
Application de ces critères ............................................................................ 158
2.2.7.3.1. PL.............................................................................................. 163
2.2.7.3.1.1. Scissions d’articles............................................................. 163
2.2.7.3.1.2. Fusions d’articles ............................................................... 166
2.2.7.3.1.3. Allers et retours entre fusion et scission ............................ 169
2.2.7.3.1.4. Réorganisation d’articles ................................................... 171
2.2.7.3.2. PR.............................................................................................. 171
2.2.7.3.2.1. Fusions d’articles ............................................................... 172
2.2.7.3.2.2. Scissions d’articles............................................................. 172
2.3. Structures du texte et changement orthographique........................................ 175
2.4. Conclusion de la première partie ................................................................... 177

2
Deuxième partie
Description classificatoire des 2 146 changements orthographiques
survenus dans les PL et PR millésimés 1997 à 2008 ................................ 179

3. Exposé des choix méthodologiques ...................................................... 180


3.1. Le changement orthographique...................................................................... 180
3.1.1. Caractérisation du changement graphique .............................................. 180
3.1.2. Un exemple : le changement graphique de l’article clé.......................... 185
3.2. Classement des changements orthographiques.............................................. 188
3.2.1. Critère orthographique ............................................................................ 188
3.2.2. Critère sémantique .................................................................................. 191
3.2.3. Critère génétique..................................................................................... 191
3.2.3.1. Changement pur et simple ............................................................... 192
3.2.3.2. Ajout de graphie............................................................................... 192
3.2.3.3. Suppression de graphie .................................................................... 193
3.2.3.4. Déplacement de graphies ................................................................. 193
3.2.4. Critère métalexicographique................................................................... 195
3.2.5. Discussion des critères............................................................................ 196

4. Changements sans rapport avec les Rectifications de l’orthographe.... 199


4.1. Changements dans les rubriques de remarques sur l’orthographe................. 200
4.1.1. Remarques historiques ............................................................................ 200
4.1.2. Remarques sur la distinction d’homophones .......................................... 203
4.1.3. Remarques sur l’« orthographe grammaticale » ..................................... 204
4.2. Le pluriel........................................................................................................ 206
4.2.1. Indications de pluriel : des changements qui ne touchent pas
l’orthographe..................................................................................................... 206
4.2.1.1. PR..................................................................................................... 207
4.2.1.2. PL..................................................................................................... 218
4.2.2. Des indications de pluriel contestables ................................................... 229
4.2.3. Changements de pluriels ......................................................................... 240
4.2.3.1. Pluriel du nom.................................................................................. 240
4.2.3.1.1. PL.............................................................................................. 240
4.2.3.1.2. PR.............................................................................................. 241
4.2.3.2. Pluriel du N2 dans les noms composés de type « N1 Prép N2 » ....... 242
4.2.3.2.1. PL.............................................................................................. 243
4.2.3.2.2. PR.............................................................................................. 245
4.2.3.3. Pluriel de l’adjectif........................................................................... 245
4.2.3.3.1. PR.............................................................................................. 246
4.2.3.3.2. PR et PL en parallèle................................................................. 247
4.2.3.3.3. PL.............................................................................................. 249
4.3. Noms en apposition........................................................................................ 256
4.4. Lettres majuscules et lettres capitales ............................................................ 259
4.4.1. Majuscules et minuscules ....................................................................... 260
4.4.1.1. PR..................................................................................................... 260
4.4.1.2. PL..................................................................................................... 269
4.4.2. Petites et grandes capitales...................................................................... 277

3
4.5. Noms déposés ................................................................................................ 281
4.5.1. PL............................................................................................................ 283
4.5.2. PR............................................................................................................ 289
4.6. Sigles.............................................................................................................. 291
4.6.1. PL............................................................................................................ 291
4.6.2. PR............................................................................................................ 306
4.7. Genre des noms.............................................................................................. 308
4.7.1. PR............................................................................................................ 310
4.7.2. PL............................................................................................................ 313
4.8. Féminisation des noms de métiers ................................................................. 319
4.8.1. PL............................................................................................................ 322
4.8.2. PR............................................................................................................ 327
4.8.3. PL et PR en parallèle............................................................................... 332
4.9. Graphèmes instables dans des mots polygraphes .......................................... 333
4.9.1. Graphies anciennes ................................................................................. 334
4.9.2. Mots régionaux ....................................................................................... 335
4.9.3. Termes techniques .................................................................................. 339
4.9.3.1. Termes techniques traditionnels ...................................................... 339
4.9.3.2. Termes techniques néologiques ....................................................... 342
4.9.3.2.1. Mots de l’informatique ............................................................. 342
4.9.3.2.2. Autres termes techniques .......................................................... 347
4.9.4. Mots familiers ......................................................................................... 348
4.9.4.1. PR..................................................................................................... 348
4.9.4.2. PL..................................................................................................... 349
4.10. Coquilles ...................................................................................................... 352

5. Changements en rapport avec les Rectifications de l’orthographe....... 354


5.1. Les noms composés ....................................................................................... 356
5.1.1. Singulier et pluriel des noms composés en « verbe + nom ».................. 356
5.1.1.1. PL..................................................................................................... 357
5.1.1.2. PR..................................................................................................... 366
5.1.2. Singulier et pluriel des noms composés en « préposition + nom »......... 367
5.1.3. Singulier des noms composés à base nominale ...................................... 368
5.1.3.1. PR..................................................................................................... 368
5.1.3.2. PL..................................................................................................... 369
5.1.4. La soudure des mots composés............................................................... 369
5.1.4.1. PL..................................................................................................... 371
5.1.4.2. PR..................................................................................................... 377
5.1.5. Mots composés avec trait d’union ou blanc............................................ 379
5.1.5.1. PL..................................................................................................... 380
5.1.5.2. PR..................................................................................................... 386
5.2. Les accents ..................................................................................................... 388
5.2.1. Accents dans les mots provenant du fonds ancien de la langue ............. 388
5.2.1.1. Accents aigus ................................................................................... 388
5.2.1.2. Accents graves ................................................................................. 390
5.2.1.3. Accents circonflexes ........................................................................ 395
5.2.2. Accents dans les emprunts ...................................................................... 395
5.2.2.1. PR..................................................................................................... 396
5.2.2.2. PL..................................................................................................... 397
5.3. Les emprunts.................................................................................................. 400

4
5.3.1. Francisation des emprunts (singulier)..................................................... 402
5.3.1.1. Graphies « savantes » translittérées ................................................. 403
5.3.1.2. Autres graphèmes exotiques ............................................................ 417
5.3.1.2.1. PR.............................................................................................. 417
5.3.1.2.2. PL.............................................................................................. 422
5.3.1.3. Francisation du suffixe -er ............................................................... 435
5.3.1.3.1. PR.............................................................................................. 435
5.3.1.3.2. PL.............................................................................................. 436
5.3.2. Francisation des emprunts (pluriel) ........................................................ 437
5.3.2.1. PL..................................................................................................... 438
5.3.2.2. PR..................................................................................................... 443
5.3.2.3. PL et PR en parallèle........................................................................ 443
5.3.3. Francisation des emprunts (féminin) ...................................................... 446
5.3.3.1. PR..................................................................................................... 447
5.3.3.2. PL..................................................................................................... 447
5.4. Verbes en -eler et -eter .................................................................................. 448
5.5. Anomalies et séries désaccordées .................................................................. 449
5.5.1. Tréma ...................................................................................................... 449
5.5.2. Mots en -olle ........................................................................................... 450
5.5.3. Dérivés de mots en -on ........................................................................... 451
5.5.4. Mots de la liste H .................................................................................... 451
5.6. Conclusion de la deuxième partie .................................................................. 452

Troisième partie
Les lexicographes, le dictionnaire et la question de l’orthographe........... 454

6. L’orthographe et le dictionnaire dans le tissu social............................. 455


6.1. L’orthographe entre théorie linguistique et norme sociale ............................ 455
6.1.1. L’orthographe comme objet théorique.................................................... 455
6.1.2. Un point théorique : la métaphore topographique .................................. 463
6.1.3. L’écrit, un objet social ............................................................................ 470
6.1.4. Standardisation du français normé.......................................................... 472
6.1.5. Imposition de la norme ........................................................................... 475
6.2. Les dictionnaires dans le tissu social ............................................................. 482
6.2.1. Le paysage lexicographique français du XIXe siècle à nos jours............. 482
6.2.2. L’autorité du dictionnaire ....................................................................... 496
6.2.2.1. La métaphore judiciaire ................................................................... 497
6.2.2.2. Les conséquences concrètes de l’autorité du dictionnaire ............... 505
6.2.3. Plusieurs failles dans les dictionnaires.................................................... 519
6.2.3.1. Désordres alphabétiques .................................................................. 522
6.2.3.2. Coquilles en tous genres .................................................................. 524
6.2.3.3. De coquille en erreur........................................................................ 526
6.2.3.4. Des coquilles fraîches ...................................................................... 528
6.2.3.5. Doublons et variation non maîtrisée ................................................ 529

7. Aux sources des changements orthographiques des dictionnaires ....... 535


7.1. Une lexicographie de l’usage graphique........................................................ 536
7.1.1. L’usage, un refuge pour lexicographes ? ................................................ 536

5
7.1.2. La veille orthographique ......................................................................... 541
7.1.2.1. Observer la tendance à partir d’attestations ..................................... 542
7.1.2.2. Sociolinguistique de l’écrit .............................................................. 547
7.1.3. Influence des usages sur les dictionnaires .............................................. 551
7.1.4. Influence des dictionnaires sur les usages .............................................. 555
7.1.5. Observer les usages................................................................................. 559
7.1.5.1. Présentation du corpus d’enquête .................................................... 559
7.1.5.2. Méthode d’interrogation du corpus.................................................. 563
7.1.5.3. Résultats de l’investigation (1) : promouvoir un usage ................... 567
7.1.5.3.1. Remplacement par une graphie plus fréquente......................... 568
7.1.5.3.2. Ajout de graphie plus fréquente................................................ 569
7.1.5.3.3. Inversion de graphies au profit de la plus fréquente ................. 569
7.1.5.3.4. Suppression de graphie à fréquence nulle................................. 570
7.1.5.3.5. Suppression de graphie peu fréquente ...................................... 570
7.1.5.3.6. Ajout de graphie relativement fréquente................................... 571
7.1.5.3.7. Allers-retours orthographiques ................................................. 571
7.2. Une lexicographie du système graphique : politique orthographique
des dictionnaires.................................................................................................... 573
7.2.1. Résultats de l’investigation (2) : instaurer un système ?......................... 573
7.2.1.1. Mots dont l’usage est insuffisant ..................................................... 573
7.2.1.1.1. Fréquence nulle......................................................................... 573
7.2.1.1.2. Fréquence basse ........................................................................ 574
7.2.1.2. Changements pratiqués au détriment de l’usage majoritaire ........... 575
7.2.1.2.1. Suppression de graphie relativement fréquente ........................ 575
7.2.1.2.2. Inversion de graphies à l’avantage de la moins fréquente ........ 576
7.2.1.2.3. Suppression de la graphie la plus fréquente.............................. 576
7.2.1.2.4. Remplacement par une graphie moins fréquente...................... 577
7.2.1.2.5. Ajout de graphie peu fréquente................................................. 577
7.2.1.2.6. Ajout de graphie à fréquence nulle ........................................... 578
7.2.1.3. Discussion ........................................................................................ 578
7.2.2. Politique orthographique des dictionnaires depuis 1975 ........................ 585
7.2.2.1. 1975-1987. La campagne de l’Académie française......................... 585
7.2.2.2. 1987-1988. « Pour l’harmonisation orthographique
des dictionnaires »......................................................................................... 590
7.2.2.3. 1989-1995. Les Rectifications de l’orthographe vues par les
lexicographes des éditions Larousse............................................................. 594
7.2.2.4. 1997-2008. Une politique orthographique ? .................................... 610

Conclusion................................................................................................. 616

Annexes ..................................................................................................... 630


1. Bibliographie..................................................................................................... 630
1.1. Dictionnaires .............................................................................................. 630
1.2. Ouvrages et articles.................................................................................... 636
1.3. Textes officiels........................................................................................... 658
1.4. Articles de presse (par ordre chronologique)............................................. 659
1.5. Autres textes............................................................................................... 660

6
2. Table des illustrations, extraits textuels, tableaux et graphiques ...................... 662
2.1. Illustrations ................................................................................................ 662
2.2. Extraits textuels.......................................................................................... 662
2.3. Tableaux..................................................................................................... 662
2.4. Graphiques ................................................................................................. 663
3. Index des notions .............................................................................................. 662
4. Index alphabétique ............................................................................................ 664

Table des matières……………………………………………………….778

7
Toute attitude autre que celle d’aborder la
langue dans un esprit de description et
d’analyse n’est pas, pour un linguiste, une
attitude scientifique. (Nina Catach (dir.), 1971,
p. 114)

8
Introduction

L’orthographe en tant que norme s’incarne-t-elle dans les dictionnaires ? Ou bien


les graphies des dictionnaires ne sont-elles qu’un échantillon parmi d’autres des usages
graphiques ? Si l’on suit cette dernière idée, la norme orthographique est immatérielle,
et directement incarnée par les locuteurs : en tant que scripteurs, ils mettent en pratique
leur connaissance du système graphique ; en tant que lecteurs, ils corrigent les écarts
qu’ils repèrent ; en tant que locuteurs et interlocuteurs, ils discutent de la norme
graphique. Selon nous, la première idée est un cas particulier de la seconde : si des
ouvrages normatifs incarnent la norme graphique, c’est parce que leurs auteurs
– scripteurs parmi d’autres – se sont investis (ou ont été investis) d’une autorité les
habilitant à synthétiser dans un objet concret le savoir immatériel qu’est l’orthographe.

Les dictionnaires sont-ils alors les réceptacles d’un savoir absolu, légué par les
prédécesseurs et devant être préservé pour assurer sa transmission, ou plutôt les terrains
d’essai des lexicographes, qui tâtonnent à choisir entre différentes formules ajustables
dont aucune ne satisfait le lexicographe qui en hérite ? Les données historiques à notre
disposition nous enseignent que, depuis que la lexicographie existe, on n’a jamais vu
deux lexicographes appliquer les mêmes choix orthographiques. Robert Estienne (dont
le principal dictionnaire date de 1549) choisit un système graphique très étymologisant ;
Jean Nicot (1606), en perpétuant l’œuvre lexicographique du précédent, mêle à cette
tradition des graphies plus modernes ; Pierre Richelet (1680) participe pleinement à un
courant novateur qui finira par s’imposer en partie ; l’Académie française propose tout
d’abord (1694) des graphies surchargées de lettres étymologiques, avant de supprimer
celles-ci en nombre tout en généralisant les signes diacritiques (1740) ; Jean-François
Féraud (1787) adopte des innovations graphiques que ne tardera pas à cautionner
l’Académie française (1835) ; Émile Littré (1863-1873) suit l’orthographe de
l’Académie mais ne se prive pas de formuler de nombreux commentaires à son
e
encontre. Au début du XX siècle, les positions des lexicographes sont moins bien
connues, ce qui – entre autres indices – a laissé dire à des observateurs que
l’orthographe avait cessé d’évoluer. C’est plus précisément le manque d’études
comparant les graphies des dictionnaires qui a laissé croire à la stabilité de
l’orthographe : au milieu du siècle, le dictionnaire a été fabriqué et perçu comme

9
« l’inventaire d’un état de langue, [c’est-à-dire] d’une période où les évolutions sont
ralenties et donnent l’impression d’un certaine stabilité » 1 .

Quelques études 2 comparatives sur les dictionnaires de la seconde moitié du siècle


montrent pourtant que ceux-ci continuent de faire évoluer l’orthographe, sans s’accorder
sur les graphies, conformément à ce qui s’apparente à une coutume : la réédition du
Dictionnaire de la langue française d’É. Littré chez Gallimard-Hachette diffère
légèrement de l’édition originale ; l’orthographe change dans les Petit Larousse entre
1962 et 1969 ; de même entre le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue
française et le premier Petit Robert, pourtant signé des mêmes auteurs ; enfin, les
dictionnaires de Littré, Robert et Larousse présentent entre eux d’innombrables
différences graphiques.

À considérer tous ces dictionnaires, la norme graphique est insaisissable. Peut-être


est-ce simplement parce qu’elle n’est pas figée, et qu’elle ne l’a d’ailleurs jamais été.
L’orthographe – la norme graphique – se dégage d’une constellation d’usages : à toutes
les époques, ce sont certains écrits, dus à des scripteurs investis d’une autorité
(écrivains, imprimeurs, professeurs, journalistes, etc.), qui la déterminent. Les usages
e
graphiques décisifs de la Renaissance et du XVII siècle ont été très objectivement
e
décrits dans les thèses de Nina Catach et de Liselotte Pasques. Pour le XX siècle, une
partie des usages ont été décrits, notamment par Vincent Lucci, mais il est difficile de
savoir lesquels précisément ont joué un rôle dans l’évolution de la norme.

D’autres champs de recherche autour de l’orthographe ont été plus largement


explorés. Le rôle de l’orthographe (toujours en tant que norme) dans les rapports
humains, les jeux de pouvoir dont elle trace les contours, ont fait l’objet des recherches
des sociologues, des anthropologues, des linguistes. Ce qui est moins connu, c’est le
fonctionnement du dictionnaire dans ce mécanisme. Tous les linguistes ayant voulu
saisir comment le dictionnaire façonnait l’orthographe ont observé qu’il était nécessaire,
pour cela, de pénétrer la machinerie lexicographique ; car les graphies qui s’y trouvent
sont l’aboutissement d’un processus lexicographique complexe, et non les émanations
parfaites de l’Orthographe une et indivisible. D’après ce raisonnement aux
conséquences apparemment austères, on ne peut tirer aucune conclusion du texte du
dictionnaire si on ignore comment celui-ci a été rédigé ; seule une bonne intelligence du

1
P. Imbs, 1960, p. 4.
2
Notamment N. Catach (dir.), 1971 et N. Catach (dir.), 1981.

10
dictionnaire en fournirait des clés d’interprétation. C’est dans cette voie que nous nous
sommes engagé.

Des métalexicographes ont certes pénétré la machinerie, précisément, mais ils ne


se sont pas totalement préoccupés de questions d’orthographe. Nous avons souhaité
concilier nos devanciers : poursuivre les travaux des linguistes de l’orthographe autant
que ceux des métalexicographes, dans le but de contribuer à la connaissance de
l’orthographe en précisant la position que le dictionnaire occupe à côté d’elle. Pour cela,
notre recherche ne s’arrête pas à une étude comparative de l’orthographe dans quelques
dictionnaires ; car il ne s’agissait pas simplement de rapprocher deux écoles de pensée,
de se servir des travaux des uns pour compléter les travaux des autres. Nous avons en
effet souhaité nous donner les moyens d’innover. En saisissant les dictionnaires à vif, il
nous semble que nous apportons des éléments qui complètent les précédentes
recherches sur l’orthographe des dictionnaires, tout en proposant une avancée
méthodologique en métalexicographie.

L’exploration des dictionnaires à des fins orthographiques, bien qu’elle ait déjà
été conduite, appelle un renouvellement calé sur le changement linguistique, sur les
transformations sociales et sur le progrès scientifique.

Nous partons dans la présente thèse d’un constat qui doit tout au hasard. Lors de
la consultation, en 2001, de deux Petit Larousse successifs, il nous est en effet apparu
que l’orthographe du mot 3 recherché avait changé : un adjectif avait perdu son
invariabilité. Et si ce n’était pas le seul changement graphique apporté dans les
dictionnaires ? L’interrogation avait beau être séduisante, elle n’était pas nouvelle. Et
qui plus est, sa réponse était imprimée et sue depuis plus de trente ans : « chaque édition
du Petit Larousse apporte sa moisson de modifications graphiques » 4 .

3
Ici comme dans le reste de notre travail, nous employons le terme de mot pour désigner d’abord l’unité
lexicale sur laquelle porte le discours lexicographique. Ce mot lexicographique, est, selon Marc Wilmet,
« un mot graphique prototypique émondant les morphèmes grammaticaux » (1990 (2007), p. 45), c’est-à-
dire un lemme figurant en entrée d’un article de dictionnaire. Dans ce mot lexicographique, nous incluons
une part de « mot sémantique » (M. Wilmet, 1990 (2007), p. 43-45) quand nous considérons les mots
composés comme des unités lexicales simples, tant que leur formation composée ne provoque pas une
composition de leur sens ou de leur référent. Autrement dit, dans notre étude (mais pas dans les
dictionnaires), un « amalgame sémantique » (A. Berrendonner & M.-J. Reichler-Béguelin, 1989, p. 104)
et référentiel des éléments d’un composé favorise pour celui-ci un traitement similaire à celui des mots
simples. Notre position ressemble fort à celle de N. Catach : « [n]ous appellerons mot tout lexème,
construit ou non, tel qu’on le trouve en vedette dans les dictionnaires » (N. Catach (dir.), 1980, p. 211
(2005, p. 205)).
4
N. Catach (dir.), 1971, p. 8. Cf. aussi N. Catach, 1978 (1982), p. 49 : « D’une édition à l’autre,
heureusement parfois dans le sens d’une normalisation, le Petit Larousse modifie ses formes, change ses

11
Notre thèse se situe en effet dans le sillage de quelques fameuses études sur
l’orthographe des dictionnaires, sur lesquelles nous proposons au lecteur de nous arrêter
un instant pour mieux rebondir. En 1971 paraît le premier tome d’Orthographe et
lexicographie 5 , consacré à la variation graphique (plus particulièrement celle des
emprunts). N. Catach, assistée de Jeanne Golfand et de Roger Denux, y dévoile les
profondes disparités graphiques existant entre dictionnaires, et formule de solides bases
pour les recherches à suivre. Pour la première fois, de longues listes de mots
actuellement polygraphes, tel ce mot que nous avions recherché dans un Petit Larousse,
sont établies, démontrant la forte malléabilité du matériau graphique. Pour la première
fois, il est fait mention de divergences dans les choix orthographiques entre des
dictionnaires parus à peu d’intervalle 6 , divergences qui touchent plusieurs milliers de
graphies. L’ouvrage se présente comme un manifeste pour la prise de responsabilité des
lexicographes : ceux-ci ne devraient plus négliger le traitement de l’orthographe dans
leurs dictionnaires, car le manque d’harmonie entre concurrents met en péril la
confiance traditionnellement accordée aux dictionnaires, assise sur la croyance infondée
que l’orthographe est fixée. Pour pallier ce problème tout en atteignant son objectif
réformateur, N. Catach consacre presque la moitié du volume à la formulation de
propositions graphiques.

Le second tome d’Orthographe et lexicographie 7 , paru en 1981 et signé des


mêmes auteurs, traite de la variation graphique des mots composés. Cette fois, le texte
est davantage orienté vers la compréhension du mécanisme linguistique de composition
que vers l’analyse métalexicographique. Quant aux longues listes de propositions qui
figurent en fin d’ouvrage, elles semblent ici s’adresser moins aux lexicographes qu’à
d’éventuels réformateurs de l’orthographe.

pluriels ». Dans la quatrième édition du même ouvrage, N. Catach remplace « parfois dans le sens d’une
normalisation » par « ces dernières années, souvent dans le sens d’une normalisation » (1978 (1992),
p. 49). Enfin dans la septième édition, le constat s’étend du Petit Larousse aux dictionnaires en général
(1978 (1997), p. 50).
5
N. Catach (dir.), 1971.
6
En l’occurrence le Dictionnaire de la langue française d’É. Littré dans sa réédition en sept volumes
chez Gallimard-Hachette (1959), les Petit Larousse 1962 et 1969, le Dictionnaire analogique et
alphabétique de la langue française dirigé par Paul Robert (1953-1964) et plus ponctuellement la
huitième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1932-1935) et le Grand Larousse
encyclopédique d’Étienne Gillon & al. (1960).
7
N. Catach (dir.), 1981.

12
En 1995, de nombreux membres du laboratoire HESO 8 , dirigés par N. Catach,
publient l’innovant Dictionnaire historique de l’orthographe française 9 (désormais
DHOF). Dans cet ouvrage sont recensées les modifications orthographiques subies par
le lexique du premier Dictionnaire de l’Académie française (1694) à travers les huit
éditions parues, en faisant également référence à quelques dictionnaires d’appoint,
notamment des XVIe et XVIIe siècles. Des paragraphes ordonnés thématiquement dressent
un historique de tous les phonogrammes français. Le DHOF renferme dans ses pages un
parcours enrichissant à travers la variation graphique des siècles passés.

Enfin, piloté par N. Catach (assistée par Jean-Christophe Rebejkow), le projet


VARLEX de comparaison des dictionnaires parus entre 1989 et 1997 aboutit à la
parution à titre posthume d’un volume intitulé Variation lexicale et évolution graphique
du français actuel 10 (2001). L’ouvrage, dans la continuité d’Orthographe et
lexicographie, se propose de mesurer la variation graphique entre plusieurs
dictionnaires récents, pour y déceler notamment l’impact des Rectifications de
l’orthographe de 1990. Il est malheureusement desservi par sa rédaction au goût
d’inachevé, ses abréviations trop nombreuses et ses tableaux obscurs.

Notre étude se nourrit donc de ces quatre volumes, profite du terrain qu’elles ont
déjà balisé, mais en diffère par sa méthode, par ses objectifs et par ses sources
scientifiques. Quelques premiers mots de définition – négative – de notre recherche par
un jeu de différences avec les travaux métalexicographiques de N. Catach cèderont le
pas à une réflexion novatrice et détachée de cette source, certes déterminante mais ne
devant pas prédéterminer notre tâche ; car il ne s’agit pas, contrairement au souhait de la
linguiste 11 , de reprendre et d’approfondir Orthographe et lexicographie.

Examinons tout d’abord quelques aspects de notre posture méthodologique. En


premier lieu, les exigences de la recherche doctorale nous interdisaient de recourir à des
collaborateurs pour dépouiller les dictionnaires. Alors que les quatre ouvrages cités sont
signés d’équipes de chercheurs, dont certains étaient exclusivement chargés de lire les
dictionnaires à la recherche d’informations significatives, notre phase de collecte des

8
À l’origine Histoire et structure de l’orthographe française, devenu Histoire et structure des
orthographes et des systèmes d’écriture.
9
N. Catach (dir.), 1995.
10
N. Catach (dir.), 2001.
11
« Cette enquête […] demanderait à être reprise et approfondie » (N. Catach (dir.), 1971, p. 8).

13
données dans les dictionnaires a été réalisée en solitaire. Cela n’a toutefois pas empêché
la communication d’informations entre personnes intéressées.

Ensuite, alors que N. Catach compare en priorité des dictionnaires différents, nous
évitons ce type de comparaison. Il est démontré qu’un Petit Larousse et un Petit Robert
présentent des milliers de divergences sur les choix orthographiques ; il n’était pas
besoin de le vérifier dans les éditions les plus récentes. Nous avons préféré comparer les
éditions successives d’un même ouvrage, comme dans le DHOF les huit premiers
dictionnaires de l’Académie française, ou comme dans Orthographe et lexicographie
les Petit Larousse millésimés 1962 et 1969 (bien que ceux-ci ne soient pas
immédiatement consécutifs). Il était déjà établi que les mots des dictionnaires pouvaient
présenter « chacun plusieurs formes graphiques » 12 , que les graphies de dictionnaires
concurrents 13 ou affiliés 14 entraient souvent en contradiction : il est apparu que les
graphies variaient sensiblement d’une édition à l’autre du même dictionnaire.

L’originalité de notre approche tient ainsi au fait que les données que nous
exploitons consistent toutes en des modifications d’un même texte lexicographique. Un
segment du texte ne retient notre attention que dans la mesure où il est modifié d’une
édition à la suivante, et seulement au moment où il est modifié. Nous obtenons ainsi la
garantie que les informations étudiées se situent de plain-pied dans la période choisie.
En contrepartie, toutes les données statiques se situent hors de notre champ d’étude, ou
plutôt dans des champs d’étude antérieurs au nôtre (puisque tout segment du texte porte
nécessairement en lui une date de dernière modification). Les implications de ce choix
se feront sentir tout au long de nos deux premières parties.

Par ailleurs, les auteurs des deux volumes d’Orthographe et lexicographie


adoptent une posture qui nous semble inconfortable, dans la mesure où ils traitent des
questions d’orthographe (les emprunts, les mots composés) à la lumière de ce qu’en
disent les dictionnaires. Une zone précise de l’orthographe est donc préalablement
délimitée pour l’étude, les dictionnaires n’intervenant que dans un second temps. Nous
avons souhaité, au contraire, partir des dictionnaires entiers – sans d’ailleurs la moindre
idée des données qui y seraient récoltées – pour en extraire les problèmes
orthographiques qui y sont discutés, dans la perspective de ne traiter que de ceux-ci. Si

12
N. Catach, 1995b, p. 4.
13
N. Catach (dir.), 1971 ; N. Catach (dir.), 1981.
14
F. Jejcic, 2006, p. 131.

14
rien n’avait changé dans la graphie des emprunts, nous n’aurions pas abordé le sujet. Par
conséquent, notre relevé de changements orthographiques vise l’exhaustivité (qu’il
n’atteint probablement pas, mais qu’il approche) : chaque dictionnaire contenant un
nombre fini de pages et d’articles, il est possible de l’examiner dans son intégralité.

L’originalité de notre étude réside aussi dans une différence d’objectif avec celui
d’Orthographe et lexicographie. De fait, alors que les listes des deux volumes de cet
ouvrage sont conçues comme une orthographe clés en mains, donnée aux lexicographes
en guise de conseil (légitimée par la dénonciation de nombreuses incohérences dans les
choix lexicographiques 15 ), le DHOF et le projet VARLEX ressemblent davantage à des
constats d’un état de fait, l’un correspondant à des temps anciens, l’autre à la période
contemporaine.

Nous avons quant à nous souhaité rendre compte d’un phénomène


lexicographique ayant eu cours dans les dictionnaires millésimés 1997 à 2008 (sachant
qu’il a eu lieu dans les millésimes antérieurs et qu’il aura lieu dans ceux à venir : nous
l’avons d’ailleurs observé dans les dictionnaires 2009) et tenter d’en comprendre les
tenants et les aboutissants, avec autant d’objectivité que possible. Il ne s’agit donc
nullement de conseiller les lexicographes ni de juger leur travail, en dénonçant par
exemple les erreurs qui les trahissent parfois ; il ne s’agit pas plus de s’indigner des
erreurs commises, des mots sortis ou des décisions inexplicables ; nous ne tenons pas
particulièrement à l’ingérence des linguistes en lexicographie 16 . Il ne s’agit pas non plus
de réfléchir à un éventuel aménagement de l’orthographe ; car nous estimons que le

15
Le ton est donné dès le début de l’avant-propos d’Orthographe et lexicographie : l’un des buts de
l’ouvrage est d’« examiner, à la lumière des faits, l’attitude et le rôle personnel des auteurs de
dictionnaires en ce qui concerne l’orthographe, la conception qu’ils peuvent avoir de leur responsabilité à
cet égard, leurs lacunes ou leurs erreurs » (1971, p. 7). Les lexicographes sont d’emblée assis sur le banc
des accusés. Ils seront partiellement disculpés quelques pages plus loin, l’accusation portant sur les
embûches propres à toute œuvre lexicographique : « […] qu’on ne voie, dans l’analyse typologique que
nous faisons ici, de deux dictionnaires usuels, aucune mauvaise humeur ou attaque personnelle ; chacun
sait que les défauts analysés plus haut (lacunes ou excès de zèle, manque de mesure et de méthode) font
partie inhérente de la lexicographie, telle qu’elle a toujours été pratiquée jusqu’ici » (1971, p. 63). Le
point de vue de N. Catach n’a pas changé dans le tome 2, dont quelques extraits tournent au procès,
comme le suivant : « A la décharge des lexicographes, et sans excuser entièrement les lacunes et les
erreurs que nous sommes contraints de souligner ici, il faut reconnaître que leur tâche n’est pas simple »
(1981, p. 26). Avant la date de parution de cette seconde publication, le contenu de celle-ci était
commentée en ces termes dans une bibliographie non signée : « propositions de régularisation d’un
domaine qui ne peut être laissé plus longtemps à l’arbitraire des lexicographes » (N. Catach (dir.), 1979a,
p. 124). N. Catach a donc tenté de reprendre les rênes de l’orthographe des mains des lexicographes.
16
Cette recherche n’a pas été réalisée à l’instigation d’un éditeur ou d’un auteur de dictionnaires. Elle se
veut indépendante de l’affection ou de la désaffection que nous portons à tel ou tel dictionnaire. Nous ne
nous sommes cependant pas interdit de nous engager sur divers sujets, que notre opinion corresponde ou
non à celle des lexicographes ou des linguistes cités.

15
linguiste doit appréhender toutes les données d’un problème avant d’envisager une
action. Il s’agit donc d’observer comment les dictionnaires construisent une orthographe
qui se dérobe, de la déconstruire, et de comprendre comment cette orthographe inscrit sa
suprématie dans la société contemporaine 17 . Notre recherche s’adresse aux spécialistes
d’orthographe et de métalexicographie, mais également aux linguistes désireux de
connaître les rouages de la lexicographie et bien sûr aux utilisateurs de dictionnaires, qui
manquent souvent de recul lors de la consultation.

Enfin, le contexte scientifique dans lequel s’inscrit notre recherche diffère


sensiblement de celui dans lequel N. Catach a publié ses ouvrages. Nous avons bien sûr
tenu compte du fait que le visage de la discipline linguistique n’a cessé de se préciser
depuis Orthographe et lexicographie, tout en ne négligeant pas les textes fondateurs des
recherches sur le langage, sur l’orthographe et sur la lexicographie.

En matière d’orthographe, les travaux des membres de l’ancien laboratoire HESO


(dont Claude Gruaz, Fabrice Jejcic ou L. Biedermann-Pasques) et des linguistes d’autres
écoles fournissent une base solide à notre recherche. Les premiers sont souvent cités sur
des points d’histoire de l’orthographe, mais aussi lorsque interviennent des questions
techniques sur le système graphique du français 18 . Quant aux seconds, ils participent à
notre réflexion en apportant des données décisives, qui ne faisaient pas nécessairement
partie du champ d’investigation du HESO : Jean-Marie Klinkenberg nous aide à
replacer l’orthographe dans le champ social et à donner une consistance au locuteur-
scripteur citoyen 19 ; Charles Muller décrypte les attentes et les interrogations
orthographiques de ces mêmes scripteurs 20 , tandis que V. Lucci et son équipe enquêtent
sur leurs pratiques graphiques 21 ; enfin, Pierre Encrevé théorise un modèle d’utilisation
orthographique des dictionnaires et commente les récentes tentatives concertées
d’aménagement de l’orthographe 22 .

Pour la métalexicographie, nous avons pris appui sur des textes fondamentaux de
nombreux linguistes et lexicographes, énumérés ici par ordre chronologique : ceux de

17
Cet aspect de la réflexion sur l’orthographe est celui qui fait le plus défaut aux ouvrages de N. Catach
précédemment cités. En effet, l’élucidation des mécanismes techniques et lexicographiques de l’entité
orthographe ne suffit pas à illustrer l’accueil que les locuteurs-scripteurs réservent à cette entité.
18
C. Gruaz, 1995 ; F. Jejcic, 2006 ; L. Biedermann-Pasques & J. Humbley, 1995 ; R. Honvault, 2004 ;
J.-C. Rebejkow, 2001, etc.
19
J.-M. Klinkenberg, 2001.
20
C. Muller, 2004.
21
V. Lucci & A. Millet (coord.), 1994.
22
P. Encrevé, 1995a.

16
Bernard Quemada pour l’histoire des dictionnaires (notamment celui de l’Académie
française) 23 , ceux de Josette Rey-Debove dont certaines des avancées théoriques
formulées en 1970 et 1971 sont demeurées saillantes 24 , ceux de Jean et Claude Dubois
qui lèvent un coin du voile sur les pratiques des lexicographes et leurs implications25 ,
enfin ceux d’Alain Rey qui mêlent habilement les acquis et les connaissances
pragmatiques aux constructions théoriques 26 . Nous n’avons pas hésité, sur certains
points, à préciser sans les contester quelques passages de ces textes, notamment des plus
anciens. La plus récente Encyclopédie internationale de lexicographie 27 dirigée par
Franz Josef Hausmann & al., qui réunit les contributions des principaux acteurs de la
recherche en métalexicographie à la fin des années 1980, propose un panorama très
élargi des connaissances scientifiques dans ce domaine, dans lequel nous avons puisé de
nombreuses données. À la même époque, trois articles de Pierre Corbin 28 préfiguraient
notre méthode scientifique de lecture des dictionnaires : une lecture se voulant à la fois
généalogique et critique. Cependant, notre objectif diffère du sien : tandis que P. Corbin
conçoit les métalexicographes comme des « prestataires de services bénévoles mettant
leurs travaux à la disposition des lexicographes professionnels » 29 , nous souhaitons que
nos recherches touchent en premier lieu le public des utilisateurs de dictionnaires, et
qu’elles n’influencent pas nécessairement les productions lexicographiques à venir. Du
fait de certaines affinités méthodologiques, d’autres articles du même linguiste
contenant des données ressemblant aux nôtres sont fréquemment mentionnés. Le
tableau ne serait pas complet sans les recherches plus récentes mais non moins fournies
de Jean Pruvost sur les deux dictionnaires qui sont au cœur de notre étude 30 .

Notre recherche prend donc sa source dans deux champs de la linguistique,


imbriqués pour mieux s’inscrire dans le prolongement des études de nos prédécesseurs.
Nous tenterons de mettre en équilibre l’orthographe et la lexicographie, de façon à ce
que chacun des domaines profite de notre connaissance de l’autre ; car pour traiter la
question de l’orthographe, outre la connaissance des rouages et des enjeux du système
graphique, il faut avoir une idée précise de la fabrication des dictionnaires. Cet équilibre

23
B. Quemada, 1968.
24
J. Rey-Debove, 1970b ; J.Rey-Debove, 1971.
25
J. & C. Dubois, 1971.
26
A. Rey, 1972 ; A. Rey, 1977 ; A. Rey, 2005.
27
F. J. Hausmann, O. Reichmann, H. E. Wiegand & L. Zgusta (eds), 1989-1991.
28
P. Corbin, 1984 ; P. Corbin, 1989a ; P. Corbin, 1989b.
29
P. Corbin, 1984, p. 114.
30
J. Pruvost, 2000 ; J. Pruvost, 2004 ; J. Pruvost, 2006b.

17
n’est pas toujours atteint dans les études antérieures : à maintes reprises dans
Orthographe et lexicographie, N. Catach s’interroge, à travers la formule « on ne sait
pourquoi » 31 , sur les pratiques déroutantes des lexicographes ; tandis que J. et
C. Dubois, tirant les ficelles des dictionnaires Larousse, tiennent au sujet de
l’orthographe et de la norme des propos qui surprennent le lecteur contemporain. Il
paraîtra peut-être curieux au lecteur que nous nous arrêtions longuement sur les détails
de la composition du texte imprimé, sur la taille des lettres capitales ou sur les effets
d’un trait d’union ; pourtant, toutes ces informations sont reliées en tant qu’elles
répondent à un faisceau de questions trop peu souvent traitées conjointement. De plus,
du fait des ramifications sociales de l’orthographe, le moindre détail est susceptible
d’entraîner des conséquenes d’une importance accrue.

Les dictionnaires présentent des formes graphiques en entrée de leurs articles ; du


fait du caractère autoritaire attribué aux dictionnaires, ces formes graphiques valent pour
une norme linguistique, arbitrairement devenue norme sociale : l’orthographe. Les
lexicographes, seuls aptes à faire évoluer le texte du dictionnaire, portent donc une très
forte responsabilité. Mais quelle est la place des questions d’orthographe dans la
lexicographie telle qu’elle est pratiquée de nos jours ? Quelles sont les raisons et les
retombées de la modification de l’orthographe par un lexicographe ? Pour répondre à
ces interrogations, nous avons mené de front trois enquêtes : une dans les dictionnaires
bien sûr, une autre dans les bureaux des lexicographes, la troisième dans un grand
corpus.

La première enquête est celle qui mérite le moins de développements, mais qui a
pourtant immanquablement attiré, pendant les vingt mois qu’elle a duré, la curiosité et
la demande de justifications des observateurs : nous avons comparé deux à deux douze
Petit Larousse consécutifs et douze Petit Robert consécutifs afin de relever toutes les
modifications survenues dans leur texte, en tentant d’être exhaustif pour tout ce qui
concerne la nomenclature et l’orthographe 32 . Il s’en est suivi la constitution d’un fichier
regroupant tous les changements orthographiques relevés, qui compose lui-même le
cœur de notre étude, son corpus 33 .

31
N. Catach (dir.), 1971, p. 106 ; N. Catach (dir.), 1981, p. 81, 110, 140, 164, 197, etc.
32
Après avoir comparé deux à deux les éditions consécutives, nous avons procédé à une lecture de
vérification en comparant les Petit Larousse et Petit Robert 1997 avec leur édition 2007 (cette lecture
s’étant déroulée avant la parution des millésimes 2008).
33
Ces données sont exploitées tout au long des chapitres 1., 2., 4. et 5.

18
Nous avons préféré les Petit Larousse et les Petit Robert aux autres dictionnaires
mis à jour parce qu’il était relativement aisé d’en réunir une série complète 34 , du fait de
leur importante diffusion. Le Dictionnaire Hachette, également très répandu, a été
provisoirement laissé de côté, principalement pour des raisons d’ordre pratique. En
effet, la lecture d’un dictionnaire ne produit à notre sens de résultat satisfaisant que si le
lecteur est déjà imprégné de la structure de ce dictionnaire, connaissance acquise lors de
lectures antérieures (à chaque nouvelle lecture des deux ouvrages étudiés, nous avons
d’ailleurs poussé plus loin nos exigences : la simple comparaison des nomenclatures a
cédé le pas à une comparaison d’une myriade de points stratégiques cachés dans les
articles). Alors que nous fréquentons les lignes du Petit Robert depuis dix ans et celles
du Petit Larousse depuis six, les pages du Dictionnaire Hachette, bien que maintes fois
consulté, ne nous sont pas encore pleinement abordables. Par ailleurs, les auteurs de son
édition 2002 ayant tenu à faire savoir qu’il accueillait les nouveautés graphiques issues
des Rectifications de l’orthographe, les résultats d’une enquête à son sujet auraient été
partiellement connus d’avance. Il doit cependant bien exister d’autres changements
orthographiques dans les Dictionnaire Hachette, que nous rechercherons ultérieurement.

Le choix de la période 1997-2008 se voulait raisonné : le plus important était


d’observer les dictionnaires contemporains 35 , pour pouvoir idéalement interroger les
lexicographes à leur sujet. Cette période ni trop restreinte ni trop vaste englobe une
refonte des deux dictionnaires (Petit Larousse 1998 et Petit Robert 2007), caractérisée
chacune par un fonds de changements orthographiques qui fournissent un socle à notre
étude. De plus, dans VARLEX, N. Catach étudiait les dictionnaires de la période 1989-
1997. Il nous a semblé plus judicieux de créer un lien entre les deux recherches que de
relire des dictionnaires déjà étudiés. Enfin, il n’était pas souhaitable de traiter les
dictionnaires 2009 – bien que nous leur ayons d’ores et déjà fait subir le même sort qu’à
leurs devanciers – car les nombreuses données orthographiques qu’ils contiennent
(surtout le Petit Robert) auraient désorganisé notre analyse en gestation 36 . Quelques
questions pratiques doivent être abordées. Tout d’abord, le Petit Robert n’étant
millésimé que depuis l’édition 2006 (parue en 2005), nous avons pris l’initiative de
millésimer les éditions antérieures selon la même logique, c’est-à-dire en ajoutant une

34
Nous n’avons toutefois pas pu nous procurer la série complète des Petit Robert : les éditions 1999 et
2000 ont été étudiées en bibliothèque.
35
Les dictionnaires 2007 et 2008 ont été lus dès leur date de parution.
36
Au moment où nous rédigeons ces lignes, notre modèle évolutif d’analyse des changements
orthographiques est conçu pour intégrer sans difficulté toutes les nouvelles données.

19
unité à la date de dépôt légal figurant en fin d’ouvrage. Ensuite, les ouvrages que nous
appelons « Petit Larousse » et « Petit Robert » recouvrent plusieurs publications de
divers formats contenant toutes le même texte lexicographique. D’une part, nous
regroupons le Petit Larousse, le Petit Larousse illustré, le Petit Larousse grand format,
le Petit Larousse compact, le Petit Larousse et son cédérom, le Petit Larousse en
coffret, en édition limitée, en édition collector, dont toutes les pages sont identiques (à
quelques exceptions près dans le péritexte) sous l’appellation plus simple « Petit
Larousse ». D’autre part, le Petit Robert, le Petit Robert 1, le Nouveau Petit Robert, le
Petit Robert de la langue française, le Nouveau Petit Robert de la langue française,
etc., représentent un seul et même ouvrage que nous nommons plus simplement « Petit
Robert ».

Il nous a souvent été fait la remarque que l’ordinateur aurait pu accomplir la phase
préparatoire de comparaison des dictionnaires. C’est certes possible, mais au prix de
divers sacrifices : exactitude, légalité, connaissance du corpus, temps. Il est en effet
possible de numériser une à une les 44 872 pages de dictionnaires que nous avons lues 37
pour y lancer une reconnaissance optique de caractères, mais cela aurait pour effet
absurde de convertir le temps de lecture en temps de vérification des erreurs générées
par la machine lors de cette tâche. Il est également théoriquement possible d’utiliser les
versions informatisées des dictionnaires à mauvais escient, c’est-à-dire autrement que
dans leur fonctionnalité initiale, afin d’obtenir un texte informatisé facilement
comparable à un autre. Mais cette solution est vaine : non seulement tous les
dictionnaires papier n’existent pas en cédérom 38 , mais encore le texte informatisé est
relativement éloigné du texte imprimé 39 . Enfin et surtout, un corpus que l’on
confectionne soi-même patiemment est incomparablement plus opérationnel qu’un
corpus massif fourni d’un bloc par la machine. Ajoutons pour conclure sur ce point que
la notion de page (d’un livre) occupe une position centrale dans notre démonstration ;
une comparaison des dictionnaires assistée par ordinateur n’aurait pas abouti à cette
thèse.

37
Deux fois chacune, pour les comparer à leur version précédente et à leur version suivante.
38
Nous nous sommes procuré presque tous les cédéroms correspondant aux dictionnaires étudiés (cf.
bibliographie). À notre connaissance, il n’en existe pas qui corresponde au Petit Larousse 1997 ni aux
Petit Robert 1997 à 2001, 2003 à 2006.
39
Le texte des articles sur cédérom n’est certes qu’« une "copie" de la version papier du dictionnaire »
(C. Jacquet-Pfau, 2002, p. 89), une « conversion des versions imprimées » (C. Jacquet-Pfau, 2005, p. 53),
à quelques détails près, mais l’organisation des données et surtout de la nomenclature diffère largement
entre les deux supports (cf. 2.2. ci-dessous à ce sujet).

20
La seconde enquête a été menée chez les éditeurs de dictionnaires 40 . Elle a
commencé au printemps 2004, à l’occasion d’un stage en lexicographie aux éditions
Larousse, par la découverte du métier de lexicographe et la rencontre des auteurs du
Petit Larousse. Les lexicographes nous ont également permis de consulter un carton
d’archives relatives aux Rectifications de l’orthographe. Enfin, une dizaine d’entretiens
ont été réalisés auprès de professionnels du dictionnaire, tant aux éditions Larousse
qu’aux éditions Le Robert. Ces entretiens nous ont aidé à préciser quelques détails et à
éviter des erreurs causées par l’interprétation des faits.

Enfin, la troisième enquête relève de l’observation des usages graphiques. Elle


sera amplement détaillée dans les sections 7.1.5. et 7.2.1.

Les résultats de nos investigations sont présentés tout au long de sept chapitres
organisés en trois parties. Chacune des parties présente un ensemble homogène ; les
trois parties s’articulent et alimentent une réflexion qui sera reconstituée en conclusion.

La première partie, intitulée « Apports méthodologiques d’une lecture


généalogique des dictionnaires », constitue une proposition méthodologique. À terme,
toute entreprise métalexicographique concernant un dictionnaire dont il existe une
version antérieure pourra, nous semble-t-il, bénéficier des avancées de notre méthode. Il
s’agit dans un premier chapitre de poser les bases théoriques de ce qui n’est, après tout,
qu’une reconstitution minutieuse du travail lexicographique. Pour y parvenir, on
s’interroge sur les caractéristiques concrètes de la fabrication du dictionnaire :
répartition et organisation du travail, notions de page, de millésime, de mise à jour, de
refonte. Comment les lexicographes insèrent-ils un mot nouveau dans le dictionnaire ?
Quelles contraintes conditionnent leurs manœuvres ? Nos observations favorisent la
démonstration d’une loi touchant le texte du dictionnaire, la hiérarchie des
changements, loi qu’il est possible d’invoquer pour expliquer toute modification du
texte mis à jour, et qui sous-tend nos analyses ultérieures. Ce n’est en effet que lorsque
« les lois et recettes de l’élaboration métalinguistique sont connues [que] le dictionnaire
peut être utilisé valablement comme corpus » 41 .

Le deuxième chapitre de la première partie se veut une application du principe


fraîchement formulé. Il s’agit de parcourir le contenu des dictionnaires étudiés (à
l’exception de tout ce qui concerne l’orthographe), afin de saisir et de qualifier

40
Les fruits de cette enquête sont distillés tout au long du premier chapitre.
41
J. Rey-Debove, 1971, p. 313.

21
l’évolution du texte lexicographique, appréhendé successivement sous l’angle de
chacune de ses deux structures, la microstructure et la macrostructure. Les zones
constitutives d’un article de dictionnaire sont mises au même niveau et leur contenu
passé en revue ; on en dégage une propriété inattendue du matériau : aucune zone du
texte n’est protégée des modifications de tous ordres. Tout segment de texte est donc
susceptible d’évoluer. Quant à l’étude de l’évolution des macrostructures, elle profite de
notre relevé des articles entrés, sortis, scindés et fusionnés dans les dictionnaires
étudiés. Des tendances portant sur les mots accueillis dans le dictionnaire et ceux qui en
sont évincés sont dégagées. Quelques données saisissantes sont mises au jour,
concernant notamment le nombre de mots qui sortent du dictionnaire et le nombre
d’articles indiqué sur les couvertures. Enfin, des éléments nouveaux sont apportés au
dossier du dégroupement homonymique, remettant en question l’application
lexicographique (que l’on voudrait homogène) des théories actuelles sur l’homonymie
et la polysémie. Toutes ces données développées dans le deuxième chapitre n’ont pas de
lien direct avec l’orthographe ; il nous a toutefois paru nécessaire de leur offrir un point
d’ancrage dans notre travail, d’une part pour asseoir et aiguiser notre posture
méthodologique, d’autre part pour fournir aux études futures des pistes à développer.
Pour traiter de l’un des aspects du dictionnaire, il est nécessaire de s’intéresser un tant
soit peu à l’ensemble de son programme lexicographique.

Dans la deuxième partie, plus étendue que les autres parce qu’elle présente
l’intégralité des données qui y sont discutées, nous proposons une « description
classificatoire des 2 146 changements orthographiques » collectés dans les dictionnaires
étudiés. Celle-ci débute par l’exposé de nécessaires préalables méthodologiques. Un
chapitre est consacré à l’explication de nos choix de classement, en partie dictés par la
forme du matériau étudié. Il y est notamment expliqué pourquoi nous traitons
séparément les changements graphiques en rapport avec les Rectifications de
l’orthographe et ceux qui n’y sont pas reliés.

Dans le quatrième chapitre, très vaste, sont détaillés tous les changements
orthographiques qui se sont produits indépendamment de l’existence du texte des
Rectifications. L’un de ses buts est de montrer que les recherches contemporaines sur
l’évolution de l’orthographe n’ont pas à se limiter à la mesure de l’influence des
Rectifications. Ainsi, dans les dictionnaires étudiés, bien plus de 1 000 modifications
orthographiques ont concerné des zones du lexique très diverses : la graphie des noms

22
déposés, des sigles, des noms de métiers, des mots familiers et des termes techniques,
etc. D’autres problèmes orthographiques bien connus ont évolué dans les dictionnaires :
les noms en apposition, les majuscules initiales, le genre et le pluriel des noms méritent
des exposés détaillés. Un développement est également consacré à la question des
indications de pluriel, qui n’ont pas toujours de justification.

Les effets des Rectifications de l’orthographe de 1990 auprès des graphies des
dictionnaires sont donc abordés dans le cinquième chapitre. Ce chapitre se veut un
parcours libre à travers les différentes sections du texte. Ainsi, les noms composés sont
traités en premier : leur graphie de singulier et de pluriel, leur soudure ou leur trait
d’union, organisés par le texte officiel, ont bien évolué dans les dictionnaires. On
observe ensuite les changements touchant les accents dans les mots du fonds ancien de
la langue comme dans les emprunts. Cette dernière catégorie de mots demande une
étude approfondie, car le contenu graphémique des emprunts est largement discuté dans
les Rectifications. On observe d’une part la francisation de phonogrammes exotiques,
d’autre part le devenir de morphogrammes de pluriel et de féminin empruntés. Enfin,
certaines propositions des Rectifications n’ont qu’un impact très limité dans les
dictionnaires : verbes en -eter et mots en -ole notamment.

Dans la troisième partie, nous proposons au lecteur de prendre du recul face au


contenu des dictionnaires, qui vient d’être exploré en détail. « Les lexicographes, le
dictionnaire et la question de l’orthographe » sont les ingrédients principaux d’une
réflexion faisant intervenir de nombreux nouveaux éléments : l’histoire de la langue, de
la société, les discours des lexicographes sur leurs ouvrages, le point de vue des
utilisateurs apportent dans le sixième chapitre du sens à notre étude. En effet, il y est
rappelé que l’orthographe est une construction sociale assurant une fonction bien
précise, à laquelle les dictionnaires participent en tant que gardiens d’une autorité
immanente. Cette autorité est mise en scène à la fois dans l’utilisation que ses lecteurs
font du dictionnaire et dans les discours des lexicographes. Pourtant, notre relevé de
plus de 2 000 changements en à peine douze ans de lexicographie, assorti de constats de
failles dans des raisonnements produits par les auteurs de dictionnaires, prouve que le
contenu du dictionnaire ne correspond pas à l’image que l’on s’en fait. Si, pour résoudre
une question d’orthographe, on veut pouvoir utiliser un dictionnaire de façon
satisfaisante, il faut donc d’une part en déconstruire l’autorité, et d’autre part remonter
aux sources des choix des auteurs en matière d’orthographe.

23
Pour cela, nous recherchons dans le septième et dernier chapitre quelle est la
motivation des lexicographes dans la pratique de changements orthographiques et
quelles sont les sources qui alimentent ces changements. Après un état des lieux des
recherches des linguistes sur les usages graphiques et sur leur réception par les
lexicographes, nous procédons à une enquête dans un corpus original. Cette enquête
montre que les usages graphiques ne sont pas la source unique d’inspiration des
lexicographes, qui ont également tendance à adopter une position systématisante. Enfin,
nous revenons sur trente ans d’histoire de l’orthographe dans les dictionnaires pour
mieux cerner le contexte de notre période d’étude. Après un retour sur les actions
menées par l’Académie française et par le Conseil international de la langue française
(CILF), nous espérons contribuer à écrire l’histoire des Rectifications de l’orthographe
en analysant les documents retrouvés dans les archives des éditions Larousse. Il sera
alors temps de s’interroger sur la période actuelle : les lexicographes appliquent-ils une
politique orthographique ?

24
Première partie

Apports méthodologiques d’une


lecture généalogique des
dictionnaires

25
1. La fabrication du dictionnaire

Un dictionnaire donné pourrait se définir par le projet lexicographique ayant


abouti à sa fabrication. Ce projet, mené à bien par une équipe de collaborateurs, consiste
en l’application d’un programme prédéfini, qui détermine ce que sera le dictionnaire. Le
Petit Larousse et le Petit Robert sont des dictionnaires monolingues généraux. Ils se
ressemblent par leur volume (environ 60 000 mots ; cf. 2.2.1. sur ce sujet), mais
diffèrent par leur programme lexicographique. Tandis que le Petit Larousse s’apparente
à un dictionnaire encyclopédique, hébergeant des encadrés sur les arts et des
développements sur les connaissances scientifiques, et consacrant une importante partie
de ses pages à des articles historiques et géographiques, les articles du Petit Robert, plus
étoffés, offrent davantage de données linguistiques sur les entrées, notamment des
citations. Toutefois, cette distinction souvent citée est également souvent remise en
question : les incursions linguistiques dans le texte du Petit Larousse, tout comme les
incursions encyclopédiques dans les articles du Petit Robert, ne sont pas rares. Dans
notre étude, qui n’a d’ailleurs pas pour finalité de comparer les deux dictionnaires, la
différence entre les deux programmes lexicographiques s’efface devant les données
étudiées : du fait d’une caractéristique remarquable des deux ouvrages, leur texte se
modèle et évolue de façon semblable.

Les dictionnaires de grande diffusion 1 ont en effet ceci de remarquable qu’ils


paraissent chaque année, toujours renouvelés. Leurs auteurs fournissent pour cela un
travail durable et rigoureusement planifié. Le travail des lexicographes, continu depuis
plusieurs décennies aux éditions Larousse comme aux éditions Le Robert, doit
nécessairement être décrit dans son ensemble, analysé, décortiqué, afin de saisir les
mécanismes qui poussent le dictionnaire à évoluer constamment. Quelques précisions

1
Nous qualifions de « dictionnaires de grande diffusion » les Petit Larousse et Petit Robert, car des
millions d’exemplaires de ces dictionnaires circulent : « […] le Petit Larousse illustré […] dont on vend
régulièrement de un million à un million deux cent mille exemplaires par an – dont 800 000 en France »
(L. Bray, 1989a, p. 41). Pour François Gaudin et Louis Guespin (2000, p. 99), chiffres à l’appui, « il
s’agit […] d’un produit éditorial à diffusion importante : il s’était vendu en 1990 1,1 million
d’exemplaires du Petit Larousse et de l’ordre de 250 000 Petit Robert. Pour ce dernier, le marché était
retombé à la fin du siècle à un chiffre avoisinant 150 000 exemplaires ». L’un de ces chiffres a peut-être
été repris d’un article d’A. Rey, qui annonce : « environ 250 000 exemplaires annuels [du Petit Robert],
depuis les années 1980 » (1989, p. 8). La diffusion de la version informatisée des dictionnaires est
également importante : « Le cédérom du Petit Robert, qui s’est vendu à 30 000 exemplaires à 750 F »
(L. Catach, 2000, p. 36). Le Dictionnaire Hachette encyclopédique est également un dictionnaire de
grande diffusion, probablement plus répandu que le Petit Robert ; nous avons évoqué précédemment les
raisons qui nous ont conduit à ne pas l’intégrer à notre corpus.

26
sur l’organisation de l’équipe lexicographique et sur des éléments constitutifs du
dictionnaire (principalement l’unité constituée par la page) nous permettront de cerner
les deux tâches essentielles qu’accomplissent les lexicographes et qui conduisent à la
parution successive d’éditions mises à jour et d’éditions refondues des dictionnaires.
L’une de ces tâches, la mise à jour du dictionnaire, opération plus fréquente que l’autre
(la refonte), sera particulièrement approfondie. S’il est répandu que le texte
lexicographique évolue brusquement lors d’une refonte, l’idée selon laquelle les mises à
jour successives conditionnent durablement et profondément ce texte est quant à elle
bien moins connue.

1.1. L’équipe lexicographique


Comme l’indique l’ours de tout dictionnaire contemporain, les lexicographes ne
sont pas les seuls à travailler pour le dictionnaire. L’équipe lexicographique peut être
scindée en deux sous-équipes complémentaires, ainsi que le propose J. Pruvost,
reprenant une distinction que l’on doit à B. Quemada 2 :
[…] le bon dictionnaire est le fruit du travail conjoint et transparent des lexicographes
et des dictionnaristes. L’un ne prime pas sur l’autre, le lexicographe a besoin du
dictionnariste et le dictionnariste a besoin du lexicographe. 3
Un lexicographe est une personne qui conduit une recherche
[…] sur les mots et leur recensement, avec tous les travaux définitoires qui y
correspondent, l’ensemble des démarches mises en œuvre n’étant pas en principe lié à
des impératifs commerciaux. 4
Dans le cadre de la fabrication du Petit Larousse (désormais PL) et du Petit Robert
(désormais PR), les lexicographes accomplissent la partie linguistique du travail :
recueil des néologismes, rédaction des articles. Certains sont spécialisés dans un
domaine linguistique précis, comme l’orthographe ou l’étymologie. On fait également
appel à des terminologues, linguistes, ou encore à des spécialistes d’une discipline, pour
ce qui relève des lexiques spécialisés. En ce qui concerne spécifiquement la fabrication
du PL, Claude Kannas explique que la répartition des mots entre lexicographes et

2
La distinction entre lexicographes et dictionnaristes – qui découle de celle entre lexicographie et
dictionnairique, proposée par B. Quemada (1987) – s’inscrit tout naturellement dans notre cadre
théorique. En effet, tout au long de la première partie, nous ne cesserons de confronter au travail sur le
texte lexicographique les exigences matérielles qui président à l’élaboration du dictionnaire, deux aspects
complémentaires conçus comme les deux plateaux d’une balance. Cependant, il est bien évident que cette
organisation dichotomique d’un groupe de personnes est trop simple pour exister telle quelle en dehors de
notre modèle théorique. Cela conduit un lexicographe comme A. Rey à rejeter le terme et la notion de
dictionnairique, « préférant parler d’édition (de dictionnaires), processus à la fois intellectuel, technique
et commercial » (2008a, p. 53).
3
J. Pruvost, 2006b, p. 104.
4
J. Pruvost, 2006b, p. 101.

27
spécialistes s’appuie sur un découpage des domaines de spécialité établi dans les années
1970 lors de la fabrication du Grand dictionnaire encyclopédique Larousse (1982-
1985) :
[…] nous avons alors défini un ensemble de domaines, de disciplines, de sous-
disciplines, de sous-sous-disciplines qui devaient être affectés à chacun des éléments
ou à chacune des unités de sens de ce dictionnaire en préparation, le GDEL. Et tout ce
qui n’était pas réservé au « spécialiste » est allé dans un « paquet » que l’on a appelé
« langue ». La vision de la langue se résumait un peu alors à cette procédure
d’élimination : si cela ne dépendait pas d’une spécialité, ou si il y avait une hésitation
dans le classement, ce qui était découpé était classé dans la langue. C’était le code W. 5
Historiquement, le PL se sépare en trois parties :
tout d’abord, les pages consacrées à la « langue française » représentant plus de la
moitié du dictionnaire ; ensuite, les pages roses […] ; enfin, la dernière partie de
l’ouvrage, une petite moitié consacrée aux noms propres, parsemée de cartes et de
portraits 6
Cette division est à l’origine d’une séparation similaire dans l’équipe des lexicographes.
En effet, la partie du PL dite « langue française » (celle qui se situe avant les pages
roses) est gérée par le département « Langue française et périscolaire » des éditions
Larousse, tandis que la partie dite « noms propres » est le fait du département
« Encyclopédie ». Les deux équipes travaillent ensemble, mais pas nécessairement dans
des bureaux contigus au sein du siège historique des éditions Larousse, rue du
Montparnasse à Paris.

Toujours selon la distinction de B. Quemada développée par J. Pruvost, un


dictionnariste est quant à lui chargé
[…] d’élaborer un dictionnaire en tant que produit offert à la vente, avec donc, toutes
les problématiques dont relève chaque réalisation, en tant qu’instrument de
consultation et en tant que média culturel conçus à dessein pour un public déterminé
d’acheteurs potentiels. 7
Lors d’un entretien réalisé en 2004, Jacques Florent, éditeur aux éditions Larousse, nous
a détaillé les différentes étapes du travail d’un directeur éditorial, chargé de coordonner
un projet, par exemple un dictionnaire. Il s’agit tout d’abord de définir un projet

5
C. Kannas, 1997, p. 124. Ce découpage en domaines est brièvement présenté par J. et C. Dubois : « On
détermine des classes d’informations ou rubriques (mathématiques, chimie, travaux publics, cinéma,
automobile, etc.) » (1971, p. 10). Il en subsiste toujours une trace dans l’actuelle banque néologique des
éditions Larousse (cf. C. Martinez, 2004b, p. 20 : « Par exemple, le vocabulaire de l’agriculture est codé
A1 (biodiesel), le vocabulaire de la biochimie J4 (oméga-3), celui du cinéma et de la photo S2 (making
of), et W code la non-spécialisation du terme dans un domaine précis, ce qui est le cas pour les mots
courants. Cette case [de la banque de données] accepte plusieurs valeurs pour un multicodage
disciplinaire des néologismes. Elle peut prendre 97 valeurs différentes »).
6
J. Pruvost, 2004, p. 63.
7
J. Pruvost, 2006b, p. 101.

28
éditorial – pour un dictionnaire, on parle plutôt de programme lexicographique 8 –, en
considérant d’une part les moyens techniques, humains et financiers à sa disposition, et
d’autre part l’état du marché sur lequel le produit s’insèrera. Mises en équation, ces
particularités permettent à l’équipe de gestion d’évaluer la rentabilité du produit s’il
était commercialisé, dans un compte d’exploitation prévisionnel. Si le compte prévoit
que le dictionnaire dégagera de la marge, le projet est mis en route : « si la coïncidence
entre le souhaitable et le réalisable est démontrée, l’éditeur peut alors établir un plan de
travail et, s’il s’y tient avec rigueur, il a toute chance d’atteindre son but » 9 ; sinon, soit
on redéfinit le projet, soit on l’abandonne. Par la suite, l’éditeur dresse un descriptif
précis de l’ouvrage, mentionnant toutes ses caractéristiques techniques (tirage,
maquette, droits d’auteur, etc.) afin d’obtenir un devis chiffré tenant compte des frais
fixes 10 et proportionnels, par lequel le projet se concrétise. Pendant que les
lexicographes rédigent le texte et collectent des illustrations auprès d’un iconographe, le
maquettiste crée un protocole graphique définissant la mise en pages et le rapport entre
le texte et les images ; plus tard, le texte, confié à un directeur de fabrication, est envoyé
au compositeur, puis à l’imprimeur. Les épreuves sont alors revues par une équipe de
correcteurs. Interrogé en avril 2006 par Dominique Petit, André Doucet, directeur de
fabrication du PL depuis le millésime 2006, témoigne de l’interpénétration des
différentes étapes de la production : « Le flux est continu entre nos envois à l’imprimeur
et le retour des épreuves pour correction, jusqu’à la mise sous presse » 11 . Lors de cette
période, si les essais sont concluants, le directeur de fabrication, en signant le bon à
tirer, lance la production. Reste alors à démarrer des opérations publicitaires, à répartir
les dictionnaires dans les points de vente, éventuellement à vendre les droits de l’œuvre
à l’étranger (dans le cas d’un dictionnaire bilingue, par exemple). Tout au long de ce
processus de fabrication, le dictionnaire circule de mains en mains, de bureau en

8
Pour J. Rey-Debove, « tout dictionnaire qui se respecte doit avoir un programme initial qui part du
public auquel le dictionnaire est destiné (s’agit-il par exemple d’un dictionnaire élaboré pour des enfants
ou pour des adultes ?) pour aller jusqu’à l’usage de la virgule ou de l’italique » (entretien réalisé par
J. Pruvost, 1995, p. 73).
9
C. Dubois, 1990, p. 1576.
10
D’après C. Dubois, ces frais correspondent aux « traitements et salaires du personnel, achat de la copie,
frais d’établissement et de recherche de l’illustration en photos, dessins et cartes, droits de reproduction,
composition, réalisations des mises en page, photogravure, etc. » (1990, p. 1576). Cependant, nous
observerons que la somme due pour la composition du texte est proportionnelle au nombre de pages
composées.
11
D. Petit, 2006, p. 82.

29
bureau 12 , plus récemment d’écran à écran. On l’aura compris, l’équipe de gestion,
l’équipe commerciale, mais aussi les correcteurs, iconographes, maquettistes,
informaticiens, compositeurs, imprimeurs et relieurs sont autant de dictionnaristes, qui
travaillent ensemble au même projet dictionnairique.

Une distinction reste à établir entre le personnel employé des maisons d’édition et
les collaborateurs et entreprises externes, distinction valable tant pour les lexicographes
que pour les dictionnaristes. Parmi les auteurs des dictionnaires de grande diffusion, la
plupart des terminologues et autres spécialistes d’une discipline sont des extérieurs,
auxquels on fait appel sporadiquement. Par exemple, un linguiste comme
J.-M. Klinkenberg participe au Petit Larousse depuis de nombreuses années en tant que
conseiller pour les termes belges ; pour les PL 2007 à 2009, une équipe composée de
Pierre Auger et de Jean-Claude Boulanger a proposé des québécismes. De même pour le
Petit Robert : on fait appel à une professeure du Conservatoire national supérieur de
musique et de danse de Paris pour les mots du domaine de la chorégraphie, etc. Parmi
les dictionnaristes figurent également des spécialistes externes à la maison d’édition ; le
cas le plus courant est celui de l’imprimeur. Par exemple, les éditions Le Robert ont
donné à imprimer le Petit Robert 2004 à deux imprimeurs : Maury Imprimeur s’est
chargé du petit format, tandis que La Tipografica Varese a pris en charge le grand
format 13 .

La répartition des collaborateurs entre employés de la maison et employés


extérieurs obéit davantage à la loi du marché qu’à une logique éditoriale ; cette
répartition est donc à géométrie variable. Par exemple, lors du développement des
e
éditions Larousse au XIX siècle, la maison hébergeait au sous-sol son propre atelier
d’imprimerie, prouesse difficilement réalisable de nos jours compte tenu de la quantité
des publications Larousse. Depuis la fin des années 1990, les entreprises sont plus

12
J. et C. Dubois, il y a plus de trente ans, décrivaient un fonctionnement similaire : « Un projet de
dictionnaire est établi à l’instigation des Services commerciaux […] ou sur la proposition des Services
rédactionnels […]. Dans les deux cas, le projet est mis à l’étude. Des principes de sélection du
vocabulaire et de l’information sont établis, des modèles d’articles et, le cas échéant, des exemples
d’illustrations sont fabriqués, la date et la durée de la publication sont estimées, etc. Les caractéristiques
techniques de l’ouvrage sont définies : nombre de volumes, de pages et de signes, proportion et nature (en
noir ou en couleurs ; dessins ? cartes ? photographies ?) de l’illustration, présentation typographique,
procédés d’impression, etc. Cet ensemble de recherches aboutit à une maquette et à un devis qui seront
étudiés par les Services commerciaux et financiers et qui serviront à une enquête de marché » (1971,
p. 25-26).
13
Une comparaison rapide des deux formats montre que le texte en lui-même n’est absolument pas
modifié. Cela n’empêche pas une erreur de composition de se produire dans le grand format, épargnant le
petit format puisqu’il est fabriqué par un autre atelier à un autre moment : une ligne et demie de texte
disparaît de l’article anticipation (cf. 6.2.3.2.).

30
enclines qu’auparavant à externaliser des tâches qui ne constituent pas le cœur du
métier. Ainsi, entre 1995 et 1997, période rendue difficile par le procès avec Maxi-
Livres 14 , une vingtaine de rédacteurs qui contribuaient aux articles encyclopédiques des
différents ouvrages Larousse ont été remerciés. Depuis, les encyclopédistes spécialistes
des domaines du savoir sont des collaborateurs externes.

L’équipe lexicographique décrite, nous pouvons entrer dans le détail de


l’organisation du travail au sein du groupe.

1.2. Le calendrier
Les lexicographes et les dictionnaristes sont donc à l’œuvre chaque année pour
fabriquer un nouveau dictionnaire. Pour que celui-ci soit distribué aux différents points
de vente (y compris les plus éloignés : Québec, Afrique, etc.) et ceci aux alentours de la
première quinzaine de juillet 15 – afin d’être déjà en place à la rentrée scolaire de
septembre et à Noël –, ses auteurs suivent un calendrier détaillé. Voici un aperçu de
l’organisation temporelle du travail sur le Petit Larousse millésimé 2007, travail
entrepris dès l’automne 2005 :

Septembre 2005 : Un lexicographe extrait de la base de données de néologismes


une liste de nouveaux mots, nouveaux sens et nouvelles locutions. Pour cela, la machine
opère un tri en fonction du contenu des fiches de la base de données. Sont retenues les
fiches des douze derniers mois dont le champ intitulé « niveau » prend la valeur « 1 » –
cette valeur indiquant que le néologisme pourrait avoir sa place dans le Petit Larousse,
selon l’auteur de la fiche 16 . La liste obtenue est imprimée en double exemplaire, l’un
pour le département « Langue française et périscolaire », l’autre pour le département
« Encyclopédie ». Un exemplaire de la liste est également fourni à chaque terminologue
externe à la maison 17 . Dans les deux départements, la liste circule de lexicographe en
lexicographe. En vue de sélectionner les néologismes qui intègreront le dictionnaire,

14
Cf. F. Gaudin & L. Guespin, 2000, p. 106.
15
Cette date varie selon les dictionnaires et les années. À titre indicatif, le PR2008 est paru le 13 juin
2007, et le PL2008 le 19 juillet 2007.
16
Le champ « niveau » peut prendre d’autres valeurs, selon la destination du néologisme : « 2 » si le
néologisme pourrait avoir sa place dans le Grand Larousse usuel en 5 volumes, « 3 » pour le Grand
dictionnaire encyclopédique Larousse, « 4 » pour un autre dictionnaire, non défini (tel qu’un dictionnaire
de néologismes), et « 5 » pour garder le néologisme en observation.
17
Remarque : pour le PL2008, la date a été avancée au 15 juillet 2006 pour les terminologues, afin que
ceux-ci puissent commencer à réfléchir à leur sélection durant la pause estivale.

31
chacun des lexicographes étudie la liste de termes et trace une croix à côté de ceux dont
il estime qu’ils pourraient trouver leur place dans le PL 18 .

Septembre à décembre 2005 : Lorsque les listes ont été étudiées par tous les
participants, les termes ayant reçu au moins trois croix sont retenus en deuxième lecture,
qui sera collective. Bien souvent, les encyclopédistes auront coché une majorité de
termes des lexiques spécialisés, tandis que les lexicographes du département « Langue
française » auront favorisé les termes de langue, non spécialisés ; c’est lors d’une
réunion générale que les deux parties trouvent leur équilibre. Une fois arrêtée, la liste de
nouveautés est répartie entre deux encyclopédistes (l’un s’occupant des sciences dites
dures, l’autre des sciences de l’Homme) et les lexicographes du département « Langue
française ». Alors que ces derniers élaboreront les articles en interne, les deux
encyclopédistes contactent à leur tour autant de spécialistes externes que nécessaire, qui
sont chargés de rédiger une ébauche de définition. Ces définitions seront revues par les
encyclopédistes, avant d’être transmises aux lexicographes, qui veilleront à « fondre »
ces définitions dans le moule rédactionnel du PL tout en construisant un article complet
autour de ces définitions. J. et C. Dubois témoignent de cette étape de la rédaction, déjà
en vigueur dans les années 1970 :
Les « linguistes » ne s’occupent pas seulement de la langue standard, mais ajustent des
définitions d’usage commun aux définitions scientifiques, ajoutent des informations de
langue aux articles scientifiques (étymologie), etc. Certains rédacteurs sont chargés de
normaliser les rédactions diverses en les adaptant aux règles de l’énoncé
lexicographique. 19
Dans le même temps, et en dehors de ce circuit des nouveaux mots, des linguistes
collaborant en externe proposent une sélection de termes issus des aires de la
francophonie 20 , et absents de la base de données néologique. Certains d’eux sont
retenus et intègrent la liste déjà établie.

Lorsque tous les articles sont enfin rédigés, ils doivent être intégrés par un
lexicographe dans les pages du précédent PL (cette opération est détaillée en 1.5.1.3.).
Une fois ce travail terminé, le directeur éditorial (Mady Vinciguerra pour le PL2007) le
relit pour validation. En cas de désaccord pour un article, celui-ci est renvoyé aux

18
Cette précision paraît anodine, mais prend son sens quand on considère que, sauf le premier
lexicographe qui étudie la liste, chacun peut lire les choix de ses collègues, ce qui peut influencer son
propre choix. Quoi qu’il en soit, la procédure reste empreinte d’une forte subjectivité.
19
J. & C. Dubois, 1971, p. 10. Cf. aussi C. Dubois, 1990, p. 1585.
20
« Les collaborations francophones […] ont été mises en place pour le Petit Larousse 1981 »
(Y. Garnier, 2005, p. 246). Elles sont toujours d’actualité.

32
personnes qui l’ont réalisé pour un réexamen. L’ensemble du travail est validé lorsque
chaque acteur de son élaboration est satisfait du résultat.

Décembre 2005 : Le texte est structuré dans le département « Informatique ». Un


fichier informatique est alimenté : la version informatisée du PL2006 est mise à jour
afin d’obtenir celle du PL2007. C. Kannas témoigne de cette étape du travail
lexicographique, instaurée avec la nouvelle donne informatique :
La chaîne de travail a été modifiée, quelques personnes ont eu pour tâche spécifique
d’aller reporter, vérifier tous les nouveaux mots ou tous les nouveaux sens ou
modifications de texte qui peuvent avoir lieu sur une année, sur un millésime du Petit
Larousse, par exemple. Ceci pour que la base continue d’être à jour, pour qu’elle reste
donc toujours fiable et rende ainsi service efficacement aux utilisateurs. 21
De nos jours, ce travail est réalisé par l’équipe informatique, même s’il est arrivé que les
lexicographes rédacteurs s’y emploient :
Est donc intervenue ensuite une seconde étape qui a consisté à effectuer notre travail
de rédacteur, puis à reprendre nos papiers pour se transformer en saisisseur de notre
propre rédaction. 22
Janvier à avril 2006 : Chez l’imprimeur, le dictionnaire est remis à jour à partir du
système Xyvision 23 (ce procédé technique est détaillé en 1.3.).

Janvier 2006 : Les premières épreuves sont tirées (les dernières le seront en mars).
Elles sont aussitôt prises en charge par le département « Relecture correction ».

Avril 2006 : Le dictionnaire est imprimé. Cette opération dure trois semaines 24 .

Mai et juin 2006 : Le dictionnaire est distribué dans ses nombreux points de vente.
Cette étape logistique est particulièrement difficile, puisqu’il s’agit de répartir 3 000
tonnes de Petit Larousse dans toute la francophonie 25 .

Juillet 2006 : Les éditions Larousse soumettent le Petit Larousse 2007, sous tous
ses formats (illustré, compact, grand format, cédérom), à la Bibliothèque nationale de
France (BnF) pour dépôt légal. Dès qu’un nouveau format paraît (papier + cédérom,
coffret Noël), il est également soumis à la BnF. Dans le même temps, la vente débute.

Fin août 2006 : Alors que le PL est déjà en place dans les étalages, les éditions
Larousse organisent le lancement médiatique du dictionnaire grâce notamment à une

21
C. Kannas, 1997, p. 126.
22
C. Kannas, 1997, p. 126.
23
J. Laporte, interviewé par D. Petit, 2006, p. 84.
24
J. Laporte, interviewé par D. Petit, 2006, p. 84.
25
A. Doucet, interviewé par D. Petit, 2006, p. 82.

33
soirée de lancement, à des communiqués officiels et aux dossiers de presse distribués
aux journalistes.

On retiendra de ce calendrier que la fabrication d’un dictionnaire est aussi le long


périple d’une poignée de fragments textuels (futurs articles, futures définitions) d’une
part, qui vont et viennent durant plusieurs semaines dans tous les bureaux, qui sont
discutés, ballottés puis validés ; et de millions de kilogrammes de papier d’autre part,
qui sillonnent toutes les routes à la rencontre du public.

La constitution et le fonctionnement de l’équipe lexicographique nous


apparaissant plus clairement, il nous reste maintenant à comprendre de quelle manière
concrète les dictionnaires de grande diffusion sont modifiés. Pour cela, nous nous
arrêterons tout d’abord sur deux constituants primordiaux de la fabrication d’un
dictionnaire : la page et les tranches.

1.3. La page
Les éditeurs sont de plus en plus confrontés au
délicat problème d’un nombre de pages à ne
pas dépasser, d’un texte à augmenter et d’un
cortège d’illustrations indispensables à
intégrer : le dictionnaire papier commence à
montrer ses limites. 26
Les dictionnaires sont constitués de cahiers. Un cahier est obtenu par
transformation d’une feuille de papier : après un pliage précis, des coupures nettes et
une reliure (souvent cousue plutôt que collée, dans les dictionnaires), une simple feuille
de papier de grand format devient un cahier. Selon la taille de la feuille, le nombre et le
type de pliages, le cahier final comportera un certain nombre de pages. Le nombre de
pages d’un dictionnaire est donc déterminé par le nombre et la taille des cahiers qui le
constituent. Il n’est techniquement pas possible d’ajouter une seule, deux ou dix pages à
un dictionnaire mis à jour ; en revanche, il est possible d’y ajouter un cahier ou un
demi-cahier, ou encore d’augmenter ou de diminuer le nombre de pages d’un cahier
préexistant, suivant des règles précises. C’est ce qui s’est produit dans le PL2009 : 16
pages ont été ajoutées, soit l’équivalent d’un quart de cahier 27 .

Pour concevoir la mise à jour d’un dictionnaire, il ne faut considérer ce


dictionnaire ni en termes de mots, ni en termes de lettres de l’alphabet, mais en termes

26
J. Pruvost, 1997c, p. 143.
27
Plus exactement – et très concrètement –, les 30 cahiers de 64 pages du PL2008 ont été légèrement
réorganisés en 2009 : les deux cahiers centraux (n° 15 et 16) ont été remplacés par trois cahiers (centraux
également, n° 15, 16 et 17 sur 31 au total) de 48 pages. (3 × 48) – (2 × 64) = 16 pages ajoutées.

34
de pages autonomes. Laurent Catach résume quelles contraintes matérielles sont évitées
par le travail à la page, thème que nous développerons ensuite aussi précisément que
possible :
Il faut également évoquer un petit problème technique auquel peut-être on ne pense
pas c’est qu’en vérité les mises à jour d’un dictionnaire se font à la page, c’est-à-dire
que le photocompositeur facture son travail à la page. On ne peut donc pas, dans ce
cas-là, procéder à une mise à jour interne d’un point de vue informatique et redonner
tout le fichier au compositeur qui serait obligé de refaire toute la mise en page. Ceci
coûterait une fortune. Les rédacteurs sont donc toujours obligés de travailler à la
page : s’ils ajoutent une citation, il faut enlever ailleurs un autre bout de texte pour ne
pas dépasser la page. Cela semble simpliste, mais c’est le vrai problème quotidien des
rédacteurs. Par ailleurs, comme on travaille malheureusement à la page, cela signifie
que les corrections, les mises à jour sont faites chez le photocompositeur et non chez
l’éditeur, ce qui oblige à une double saisie des corrections. 28
La mise à jour du dictionnaire passe en effet par la mise à jour, de façon presque
cloisonnée, d’un certain nombre de pages. Ce principe simple s’établit ainsi : lorsqu’une
modification est effectuée sur une page – prenons la page 100 pour exemple –, on fait
en sorte que cette page ne chasse pas, c’est-à-dire que les ajouts qui y sont apportés ne
« débordent » pas sur les pages voisines, donc que les pages 99 et 101 ne soient pas
touchées.
La solution est coutumière lorsqu’il s’agit d’un dictionnaire dont le texte est traité en
photocomposition, si dans une page il est indispensable d’ajouter un mot et sa
définition, ou un nouveau sens, il faut impérativement pratiquer des coupes dans
l’espace compris entre le premier mot et le dernier de la page car il est impossible,
sous peine de coûts ingérables, de rebâtir, repaginer tout le dictionnaire. 29
En comparant deux dictionnaires de la même lignée, le Nouveau Larousse des débutants
et le Dictionnaire moderne, P. Corbin avait noté dès 1985 que « l’identité de maquette
[de ces deux dictionnaires] implique que les modifications textuelles se négocient dans
le cadre de la page » 30 . Le constat est donc le même dans les ouvrages que nous
étudions.

Plusieurs raisons brièvement évoquées par L. Catach expliquent l’autonomie des


pages du dictionnaire lors de sa fabrication. Tout d’abord, dans un dictionnaire
monovolumaire, la place est restreinte. Comme indiqué précédemment, un dictionnaire
contient un nombre précis de cahiers et de pages : par exemple, 30 cahiers de 96 pages
dans le PR2008, ou encore 42 cahiers de 48 pages dans le PL2006 (sauf les cahiers
centraux n° 21 et 22, qui ne comptent que 32 pages). Et il n’est pas possible d’ajouter un
cahier ou un demi-cahier chaque année, parce que le dictionnaire n’est pas extensible à

28
L. Catach, 1997, p. 109.
29
J. Pruvost, 2000, p. 18.
30
P. Corbin, 1985, p. 68.

35
l’infini ; un livre doit rester maniable, lisible, et fabricable, comme le rappelle
L. Catach :
Dans le Petit Robert, par exemple, on ne peut pas dépasser en reliure un certain
nombre de pages, c’est un problème technique de fabrication. On est donc bloqué par
le volume 31
Daniel Péchoin et Françoise Guerard abondent dans ce sens :
DP : […] Entrent en compte des paramètres d’économie, de plaisir à la
manipulation…
FG : de possibilité de bonne ouverture des pages, de transport, de rangement, etc. 32
Lors des mises à jour des dictionnaires, cette contrainte du nombre de pages limité et
fixé pousse les éditeurs à établir des prévisions sur le rendement optimal des pages :
Il faut bien savoir que l’écriture des textes du dictionnaire est très fortement
conditionnée par le support papier, et par la contrainte qu’il exerce. Nous sommes par
exemple perpétuellement en train de calculer la meilleure manière d’utiliser le nombre
de pages dont il nous est permis de disposer dans le Petit Robert, et il nous faut
toujours faire des sacrifices douloureux pour pouvoir rajouter de nouvelles
informations. 33
En règle générale, c’est seulement lors des refontes que des pages sont ajoutées 34 .

La deuxième raison est économique. Nous avons déjà évoqué les différents stades
de la production du dictionnaire, sans toutefois insister sur l’étape clé que représente la
composition du texte, dont il nous faut retracer brièvement l’historique. La composition
consiste à préparer un moule du texte, à partir duquel on obtiendra des tirages originaux.
Cette étape de la fabrication d’un imprimé a beaucoup évolué avec le temps. À
l’origine, composer un texte consistait à construire chacune de ses lignes avec des
caractères en fonte. Le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse a
été fabriqué suivant ce procédé. Lorsque l’on voulait apporter une modification dans le
texte de ce dictionnaire (par exemple entre la publication par fascicules et la parution en
volumes), on recherchait la page concernée, et on y changeait les caractères à remplacer.

Dans les années 1960, la technique de photocomposition améliore le rendement et


la qualité du procédé traditionnel. Avec cette technique, les moules de chaque page ne
sont plus des assemblages de fonte mais des films photosensibles. Les Petit Robert
parus de 1967 (première édition) à 1993 ont été fabriqués à l’aide de cette technique.
Lorsque les auteurs de ce dictionnaire voulaient apporter une correction à une page, le
compositeur découpait manuellement dans le film la partie à modifier, de la taille d’un

31
L. Catach, 1997, p. 121.
32
A. H. Ibrahim, M. Zalessky & al., 1989, p. 64.
33
L. Catach, 2000, p. 35.
34
Le cas s’est cependant produit lors d’une mise à jour du PL (cf. ci-dessus note 27).

36
caractère, d’un mot, d’une ligne, d’un article, et y recollait un nouveau morceau de film
contenant la version mise à jour.

Dans les années 1980, le procédé de photocomposition commence à être


informatisé. Le texte est alors saisi sur ordinateur, soit par la société de composition,
soit par son client. Le fichier, souvent au format PDF ou SGML, permettant de modifier
automatiquement la typographie de ce que L. Catach appelle les « zones logiques »,
circule alors plus facilement entre les différents acteurs :
Tous les photocompositeurs modernes sont en effet capables de traiter et d’absorber
des fichiers en SGML. Le SGML permet le double balisage logique et typographique,
c’est-à-dire qu’on peut à la fois identifier des zones logiques telles que l’entrée, la
catégorie grammaticale, etc., mais également encoder des choses toutes simples
comme le fait de désirer tel style de police, des italiques, ou du gras à tel ou tel
endroit 35
L. Catach ajoute que l’encodage du texte du PR au format SGML a modifié la nouvelle
relation entre l’éditeur et le compositeur auquel il fait appel :
Du point de vue de la production éditoriale, le SGML s’avère également essentiel
parce qu’il permet une indépendance de la maison d’édition vis-à-vis des fournisseurs
et notamment des photocompositeurs. Pour l’éditeur, l’un des avantages certains de
l’informatisation en SGML consiste en effet à pouvoir rester maître des données, le
traitement informatique des données étant effectué au Robert. Ce n’était pas le cas
auparavant, puisque la saisie avait lieu chez les photocompositeurs. Désormais, on
garde la maîtrise des données et une indépendance appréciable vis-à-vis des
fournisseurs. Cela signifie que, du jour au lendemain, l’on peut changer de
photocompositeur si on le souhaite, ce qui n’était pas le cas il y a peu de temps. 36
Les Petit Robert 1994 à 2006 sont fabriqués de cette manière. À partir du millésime
2007, l’éditeur accroît encore sa « maîtrise des données » puisque la mise en pages
réalisée en interne s’affranchit des contraintes limitant la chasse des pages. Dès lors, la
page ne constitue plus une limite physique à la mise à jour du PR.

Pour le PL, les éditions Larousse ont confié la saisie au compositeur jusqu’au
millésime 2002, date d’appropriation d’une nouvelle technique, comme en témoignent
ces propos d’A. Doucet :
[…] nous avons profité de la refonte menée en 2003 sur les noms propres et en 2005
sur les noms communs pour adopter le système de composition Xyvision. Il s’agit de
fournir à l’imprimeur une base structurée. Les textes sont envoyés, balisés par des
feuilles de style. 37
Le système de composition structurée – c’est-à-dire reposant sur le langage
informatique XML – adopté pour le Petit Larousse, Xyvision, permet une mise en pages

35
L. Catach, 1997, p. 106.
36
L. Catach, 1997, p. 108-109.
37
A. Doucet, interviewé par D. Petit, 2006, p. 82.

37
automatique. Le texte est alors modifié au sein des éditions Larousse, puis envoyé
directement à l’imprimeur, qui prend en charge la composition ; Jacques Laporte, le
directeur commercial de Maury Imprimeur, imprimeur historique du Petit Larousse,
confirme cela :
Nous sommes sollicités pour l’impression de divers dictionnaires et notamment pour
celle du Petit Larousse […]. En amont, nous réalisons les remises à jour, cela à partir
du système Xyvision. 38
En ce qui concerne les Petit Larousse de la période 1997-2008, nous avons donc
affaire à deux procédés de composition : l’appel à un compositeur qui apporte au texte
les modifications qui lui sont signalées (PL 1997-2002) et le système Xyvision (PL
2005-2008), avec entre les deux une période intermédiaire (PL 2003-2004) marquée par
le caractère hybride dans le traitement des parties « langue française » et « noms
propres ».

Ce sont les caractéristiques techniques et financières des anciens procédés de


composition du texte qui sont à la source de l’autonomie des pages du dictionnaire :
retoucher une page est onéreux, car les caractères en fonte, et plus encore les feuilles de
film photosensibles, coûtent cher. Plutôt que de retoucher toutes les pages pour mettre à
jour un dictionnaire, on en sélectionne un pourcentage (sur lesquelles on opèrera les
modifications les plus importantes), de façon à ce que les coûts de production soient
optimisés. Même lorsque la photocomposition s’informatise, les auteurs de dictionnaires
évitent toujours de faire chasser les pages, car le forfait dû au compositeur qui apportera
manuellement les retouches est proportionnel au nombre de pages concernées. On
concevra donc que si le compositeur ne retouche qu’un tiers des pages, on ne lui devra
rien pour les deux tiers de pages non retouchées. Ces pages restantes seront alors
reproduites par l’imprimeur directement à partir de l’édition précédente.

Avec le système Xyvision, un nouveau fichier PDF est entièrement généré à


chaque mise à jour, par un automate. Théoriquement, il serait possible de faire chasser
toutes les pages qui le nécessitent : un article de dix lignes ajouté sur la première page
de la lettre A pourrait se répercuter en deuxième page, puis en troisième, et ainsi de
suite jusqu’à la fin de la lettre, où l’on retrouverait le surplus de dix lignes 39 . Mais les
raisons qui empêchent la mise à jour de se produire de cette façon résident d’une part
dans le système Xyvision lui-même, et d’autre part dans le poids de la tradition.
38
J. Laporte, interviewé par D. Petit, 2006, p. 84.
39
La dernière page d’une lettre contient généralement un espace vide, car la lettre suivante commence sur
une nouvelle page.

38
Le système Xyvision, capable de générer des pages à partir d’un flux XML et
d’un protocole détaillé de mise en pages (parfois dénommé « gabarit » 40 ), bien
qu’automatique, est à reprise manuelle. Autrement dit, lorsqu’il rencontre une erreur
dans le flux XML (par exemple si un élément est mal balisé, ou si un article de deux
lignes doit être éclaté sur deux pages, ce que le protocole graphique interdit), il ne peut
pas appliquer les règles du protocole de mise en pages, et il produit un avertissement.
Un opérateur humain, averti de l’erreur, doit alors prendre une décision pour la corriger,
avant de relancer le système Xyvision. Les propos d’A. Doucet rapportés plus haut,
évoquant « le flux […] continu entre nos envois à l’imprimeur et le retour des
épreuves » 41 , illustrent la longue phase de va-et-vient des fichiers et des épreuves entre
l’imprimeur et l’éditeur chez qui seront prises les décisions en cas d’erreur. Selon
J. Laporte, « ce travail s’étale sur environ quatre mois » 42 , beaucoup plus qu’à l’époque
de la photocomposition manuelle.

Le système de composition automatisée semble encore trop récent pour


fonctionner sans heurts. De fait, plus le flux XML soumis à Xyvision sera long, plus les
erreurs seront fréquentes. Le coût de cette étape de la production s’est déplacé : il ne
concerne plus le nombre de pages retouchées, mais le poids du flux envoyé à la
composition, dont dépendent le nombre de corrections supplémentaires et imprévues à
apporter d’une part, la durée des échanges entre l’éditeur et l’imprimeur d’autre part.

La tradition selon laquelle on ne modifie pas toutes les pages d’un dictionnaire
mis à jour, qui puise sa source dans des facteurs tels que le prix du film photosensible
ou l’attachement d’une illustration à son article-base (qui risque d’être rompu si un
fragment de colonne change de page), se perpétue donc dans l’utilisation de Xyvision.
Cependant, au début de notre siècle, de nouvelles tendances s’esquissent. D’après le
témoignage de Luc Audrain, responsable de l’informatique éditoriale aux éditions
Hachette, les éditeurs de dictionnaires pensent aujourd’hui à s’affranchir du recours à un
compositeur externe et à gérer l’étape de la composition en interne. Cela se pratique
déjà pour d’autres ouvrages, mis en pages par les auteurs ou par l’éditeur avec le
logiciel InDesign (parfois avec XPress). Le témoignage de Gabino Alonso est éloquent
au sujet des bénéfices tirés de l’internalisation de certaines étapes de fabrication grâce à

40
Adobe Systems Incorporated, 2006.
41
A. Doucet, interviewé par D. Petit, 2006, p. 82.
42
J. Laporte, interviewé par D. Petit, 2006, p. 84.

39
ce logiciel 43 . Cependant, à notre connaissance, le PL n’a jamais été produit à l’aide
d’InDesign.

Actuellement, en France, Xyvision n’est utilisé que par trois grandes sociétés
d’impression (Maury, Jouve et IGS) ; les maisons d’édition ne peuvent donc pas s’en
servir en interne. Si l’utilisation de ce logiciel était internalisée, les avantages financiers
seraient directement palpables : l’éditeur ne paierait que le prix de la licence du logiciel.
Mais les risques de cette composition en interne résident dans la gestion de la nouvelle
charge de production, ainsi que dans les difficultés techniques qui surviendraient au
moindre imprévu ; ces risques empêchent pour l’instant les éditeurs de s’affranchir de
collaborateurs externes dans ce domaine.

Aux éditions Le Robert, des avancées techniques de même nature ont conduit les
éditeurs à accroître considérablement leur maîtrise du texte lexicographique. Alors que
les auteurs des PR1997 à 2006 avaient dû déjouer les contraintes évoquées, leur
pratique lexicographique a été renouvelée à partir du millésime 2007. En effet, dans les
mises à jour consécutives que nous avons observées (2008 et 2009), les contraintes de
pagination n’ont joué absolument aucun rôle. Dans le PL2008, édition mise à jour du
2007, on relève beaucoup d’exemples de pages chassant sur leurs voisines, en tout cas
plus que la moyenne, mais rien de comparable avec le même millésime du PR. Dans le
e
domaine de la lexicographie de la fin du XX siècle, un grand saut technologique est
requis si fréquemment qu’il suffit d’observer 12 millésimes consécutifs des PL et PR
pour en constater les effets.

En définitive, mettre à jour un dictionnaire, c’est aussi résoudre l’équation de la


rentabilité, l’inconnue étant le nombre de pages que l’on va modifier (qui correspond à
des frais proportionnels) : la valeur des informations ajoutées sur certaines pages dans le
but d’enrichir le dictionnaire ne doit pas être inférieure au coût de la fabrication de ces
pages.

1.4. Le dictionnaire divisé en tranches, ou unités de production


Faire travailler toutes les équipes sur le même dictionnaire, dans un même laps de
temps, pour que la mise à jour puisse être menée en une année seulement, est rendu
possible grâce à la division du dictionnaire en tranches, appelées « unités de
production » (ou UP) aux éditions Larousse. Le PL est divisé en six à huit UP lors de sa

43
Adobe Systems Incorporated, 2006.

40
mise à jour, et en vingt à vingt-cinq UP lors des refontes. Pour préparer le PL millésimé
2005, les lexicographes avaient divisé le texte en six UP.

Ce découpage du dictionnaire permet de le faire circuler de manière fluide entre


les différents intervenants ; c’est le « flux continu » mentionné par A. Doucet. Par
exemple, après s’être occupés des UP n° 1 et 2, les lexicographes travaillent sur l’UP
n° 3 ; dans le même temps, on compose et on produit les épreuves de l’UP n° 2 ; et les
correcteurs sont à la tâche sur les épreuves de l’UP n° 1, qui, lorsqu’elles seront
corrigées, repartiront chez l’imprimeur pour le tirage final. Le délai de quatre mois
qu’évoque J. Laporte dans l’extrait cité plus haut s’explique donc par la densité du
travail conjugué et simultané de plusieurs équipes : au cours de cette phase de quatre
mois se déroulent en parallèle plusieurs étapes du travail.

Mais un tel cloisonnement du dictionnaire n’est pas sans poser quelques


problèmes pratiques : les fichiers circulent de mains en mains, donc les retours en
arrière sont a priori impossibles ; de plus, d’une UP à l’autre, les équipes ont pu être
modifiées. Nous constaterons par la suite que cette division du dictionnaire peut
entraîner de légers déséquilibres dans le traitement des différentes UP, principalement
en ce qui concerne le travail lexicographique.

Nous venons de détailler les outils et les étapes de la production des dictionnaires
de grande diffusion, à travers la description du fonctionnement des différentes équipes.
L’accent a surtout été mis sur ceux des dictionnaristes qui ne participent pas, ou peu, à
l’élaboration du contenu du dictionnaire : directeur de production, correcteurs,
compositeurs, imprimeurs. De plus, à travers le calendrier de fabrication du PL2007,
nous avons décrit comment les lexicographes sélectionnaient les contenus à ajouter et
comment ils rédigeaient de nouveaux articles. Cependant, leur travail ne se limite pas à
ces deux étapes. Nous développerons dans les pages qui suivent d’autres facettes de leur
activité, en examinant l’interaction entre travail lexicographique et contraintes
dictionnairiques lors du procédé de mise à jour.

41
1.5. Le travail lexicographique
L’histoire de ce dictionnaire [le PL] est faite
d’éditions annuelles pour lesquelles une place
est réservée – au prix de sacrifices – parfois
brutaux – aux besoins lexicaux nouveaux, ainsi
que de mutations périodiques de la
présentation. (A. Rey, 1990, p. 1826)

[…] il ne s’agit pas en effet d’ajouter des mots


nouveaux, ce qui est très grossier comme type
de mise à jour. Il faut prendre en compte les
sens nouveaux et comme je le disais tout à
l’heure les prononciations nouvelles ; il y a
également les étymologies améliorées, quand
des progrès ont été faits dans ce domaine.
(J. Rey-Debove, entretien réalisé par J. Pruvost,
1995, p. 74)
Le rythme de publication des PL et PR (une nouvelle édition chaque année)
implique un renouvellement régulier du contenu du dictionnaire. La régularité de ce
renouvellement est double. D’une part, tous les dix à vingt ans, les lexicographes
pratiquent une refonte complète de l’ouvrage afin d’adapter son contenu et son cadre à
l’évolution linguistique et au développement du marché. D’autre part, chaque année
(hors année de refonte), une édition mise à jour du dictionnaire paraît. La mise à jour,
plus fréquente que la refonte, apporte assez peu de modifications au texte, généralement
juste assez pour que l’éditeur justifie la parution d’une nouvelle édition. Arrêtons-nous
plus en détail sur ces deux opérations.

1.5.1. La mise à jour annuelle


La mise à jour annuelle des dictionnaires est une tradition. Dès la parution du
premier Petit Larousse en 1905 et du premier Petit Robert en 1967, leurs auteurs ont
commencé à améliorer le texte de ces dictionnaires en vue d’une nouvelle édition
imminente.

1.5.1.1. Le millésime
Les auteurs initiaux du PL adoptent d’emblée un rythme de croisière soutenu, en
assurant chaque année la production de plus d’une édition mise à jour du dictionnaire.
Ainsi, il n’est pas rare de trouver deux anciens Petit Larousse différents portant le
même millésime sur leurs pages de garde. Freinés dans leur travail par les pénuries en
hommes et en matières premières lors des deux guerres mondiales, les auteurs
e
perpétuent cette tradition durant tout le XX siècle, jusqu’à exhiber le millésime en en
parant la couverture dès 1972 :

42
C’est de fait assez tardivement et dans le cadre de la promotion du Petit Larousse
1973 qu’on prendra conscience du caractère valorisant d’un « millésime ». […] Dès
lors, la date du millésime va d’abord être reportée sur le dos de la jaquette du Petit
Larousse, puis, à partir du millésime 1981, sur le dos de la couverture elle-même. 44
C’est un schéma similaire que suit le Petit Robert. La première édition, portant le
dépôt légal « 1er trimestre 1967 », est remise à jour plus d’une fois par an, si bien que la
mention « 4e édition » figure dans le PR daté du « 3e trimestre 1969 » – quatre éditions
(ou quatre tirages, selon F. Jejcic, cf. note 75) du PR sont donc parues en moins de trois
ans. Dans les années qui suivent et notamment dans notre période d’étude, le rythme de
production se stabilise et devient annuel. Ce n’est que depuis l’édition 2006 que le Petit
Robert arbore un millésime, mais celui-ci ne figure que sur la couverture (non sur la
page de garde).

Sur les dictionnaires, le millésime joue un double rôle. Premièrement, il annonce


la fréquence de parution du dictionnaire : comme les journaux hebdomadaires qui sont
datés d’un intervalle de sept jours, les dictionnaires annuels sont datés du nom d’une
année. Deuxièmement, il offre aux publicitaires un nouvel argument commercial :
Le fait qu’on ne « millésime » que des produits de qualité, notamment les grands vins,
n’échappera plus alors aux publicitaires. […] La promotion de la rentrée 1972 se fera
donc sous le signe des grands crus : « Attendu comme la vendange par les amateurs de
bons crus, voici le Petit Larousse de l’année. Lui aussi est maintenant millésimé : il
s’appelle le Petit Larousse 1973. » 45
Cependant, cet argument de vente avancé par les publicitaires, comme de nombreux
autres, n’est pas rationnellement fondé : ce n’est pas parce qu’un dictionnaire (ou un
vin) est millésimé qu’il est nécessairement de bonne qualité. De plus, nous pensons avec
Danielle Corbin que les mises à jours annuelles des dictionnaires « sont davantage des
opérations commerciales qu’elles n’obéissent à des nécessités linguistiques » 46 .

Pour s’en convaincre, il suffit d’observer comment la production lexicographique


récente a été mise en valeur par ses vendeurs, qui cherchent à « tirer parti de
célébrations moins régulières » 47 . En effet, exploitant cette veine que représente le
millésime, on a imaginé des formules accrocheuses pour écouler les centaines de
milliers de PL lancés sur le marché ces dernières années. Ainsi, le PL2000 était celui du
millénium, le PL2001 inaugurait le nouveau siècle, le PL2002 marquait l’anniversaire
des cent cinquante ans de la maison Larousse, tandis que le PL2005 représentait la

44
J. Pruvost, 2004, p. 175.
45
J. Pruvost, 2004, p. 175.
46
D. Corbin, 1982, p. 28.
47
F. & P. Corbin, 2008.

43
centième édition du dictionnaire. Quant au PR2007, il a été présenté comme la « 40e
édition » du dictionnaire. Mais l’arrivée d’un nouveau siècle, ou encore l’anniversaire
d’un éditeur, n’entretiennent aucun lien direct avec l’évolution linguistique.

La mise à jour du PL et du PR commence donc par la réactualisation de son


millésime. Avant de comprendre comment les lexicographes modifient le contenu
même du dictionnaire mis à jour, et non plus seulement sa couverture, arrêtons-nous sur
une caractéristique du matériau lexicographique.

1.5.1.2. Liens entre les articles du dictionnaire


Selon Lucien Collignon et Michel Glatigny, le dictionnaire est constitué d’une
suite de paragraphes autonomes :
[…] l’ordre de succession de ces unités [les « mots » du dictionnaire], surtout quand il
s’agira de l’ordre alphabétique, quasi unanimement adopté, bien loin de faire de
celles-ci les maillons d’un ensemble lié, confine chacune d’entre elles dans un
cloisonnement parfaitement étanche. 48

[…] éclaté en une multitude d’articles sans lien entre eux, le dictionnaire est
fondamentalement « destructuré ». 49
Cette conception est combattue par Georges Matoré, même si ses propos sur le sujet
s’adaptent aussi bien au niveau macrostructurel qu’au niveau microstructurel :
Un dictionnaire bien fait se présente comme une « structure » dont les différentes
parties sont liées les unes aux autres, non comme une juxtaposition d’éléments
arbitrairement choisis. 50
Pour A. Rey, le cloisonnement des articles, conditionné par le mode de consultation de
l’ouvrage, n’est qu’apparent : « les listes lues ne commencent ni ne finissent ; chacun de
leurs éléments est isolé, s’il n’est pas seul » 51 . C’est surtout L. Catach qui, dictionnaires
informatisés et richesse hypertextuelle à l’appui, s’oppose à cette conception du
dictionnaire comme série d’articles cloisonnés :
Un dictionnaire n’est pas conçu comme une suite d’articles indépendants, mais comme
un réseau, qui fonctionne admirablement sur le support électronique, valorisant et
potentialisant la fonction d’usage du dictionnaire sur cédérom. 52
Pour notre part, nous considérons que dans tout dictionnaire, bien que chaque
article soit rangé à son ordre alphabétique, un réseau semblable à une toile d’araignée
est solidement enraciné. Un principe simple, selon lequel tout terme utilisé dans une

48
L. Collignon & M. Glatigny, 1978, p. 13.
49
L. Collignon & M. Glatigny, 1978, p. 192.
50
G. Matoré, 1968, p. 190.
51
A. Rey, 1977, p. 83.
52
L. Catach, 2000, p. 38.

44
définition doit à son tour être défini 53 , illustre à lui seul cette idée. En effet, dès qu’on
utilise « nuage » pour définir « cirrocumulus », les deux articles nuage et cirrocumulus
sont reliés. De plus, les articles ne sont pas connectés uniquement par les mots
employés dans les définitions, mais par tous les contenus. Par exemple, si nuage
contient un renvoi vers cirrocumulus et que ce dernier article est supprimé, le renvoi
doit disparaître en même temps. Lorsque deux articles sont reliés, toute modification de
l’un peut se répercuter dans l’autre. On conçoit alors aisément que chaque article
s’inscrit dans un réseau, et que toutes les données du dictionnaire sont entremêlées : le
matériau que travaillent les lexicographes recèle une certaine rigidité.

Un lien reliant plusieurs articles peut se situer à différents niveaux. Il peut être :

1° Un lien définitionnel, lorsqu’un mot est utilisé dans une définition. Par
exemple, puisque le mot filariose est défini et possède son entrée propre, il est permis
de définir l’onchocercose comme un type de filariose. De plus, filariose et filaire sont
liés puisque, d’après les PL 1997 à 2008, la filariose est « causée par la présence d’une
filaire » et qu’une filaire peut « provoquer une filariose ».

2° Un lien orthographique, lorsqu’un mot polygraphe est utilisé dans un autre


article que le sien. Ainsi, gâble (écrit aussi gable), terme d’architecture, est repris à
l’article rampant sous sa première graphie, gâble. Si la double graphie était réduite à la
graphie simple gable, cela devrait provoquer un changement à l’article rampant.

3° Un lien synonymique, lorsqu’un mot est signalé en tant que synonyme. Les
articles SMS, télémessage et minimessage, tous trois entrés dans le PL2003,
entretiennent une liaison de ce type car les deux premiers articles renvoient au troisième
(par le biais d’une définition-renvoi 54 ), et réciproquement le troisième, minimessage,
renvoie aux deux autres en les signalant comme synonymes. Une relation synonymique
peut être masquée : bédé est présenté comme l’abréviation de bande dessinée, et IDH
comme le sigle de indice de développement humain, mais ces paires sont équivalentes.

53
« Les définitions contiennent un certain nombre de termes qui constituent eux aussi des entrées du
dictionnaire, car elles sont composées de mots de la langue. Et ces mots doivent être à leur tour définis.
Par ailleurs, ils entrent dans la définition d’autres termes. Les définitions se recouvrent donc
partiellement » (J. & C. Dubois, 1971, p. 45) ; « Le dictionnaire de langue est en général un système clos
où tous les mots dont on parle sont traités quelque part dans l’ouvrage » (J. Rey-Debove, 1989b, p. 932).
54
Nous appelons « définition-renvoi » une définition tenant en un seul mot. Outre qu’elle n’a pas
l’apparence formelle d’un renvoi (absence de symbole de renvoi, caractéristiques typographiques d’une
définition), elle fonctionne bien comme un renvoi : dans le PL2003, SMS et télémessage ayant pour seule
définition « Minimessage », un lecteur qui consulterait la définition de l’un de ces deux mots serait
renvoyé vers la définition de l’article minimessage.

45
4° Un lien morphologique, lorsqu’un mot est à l’origine de dérivés ou de
composés. Ainsi, l’article clé est en relation avec l’article porte-clés. Le mot de base est
alors susceptible d’apparaître dans la rubrique étymologique du mot formé.

5° Enfin, un lien iconographique, lorsqu’un mot est employé dans la légende


d’une illustration. Ce type de liaison est représenté par le mot faine, utilisé tant dans la
définition de hêtre que dans la légende accompagnant son illustration.

Les articles filariose, faine, clé, SMS et gâble ont tissé des liens en divers endroits
du dictionnaire ; ils sont au cœur d’un réseau d’articles. En mesurant le réseau de
chacun des mots du dictionnaire, on constate que certains sont solidement ancrés dans
l’ouvrage (ainsi, clé apparaît dans 53 articles du PL2005 et dans 159 articles du
PR2002), tandis que d’autres n’ont pour seule attache que leur propre article (ce sont en
général des hyponymes, qui arrivent en bout de chaîne, comme fossoyeur, caravelle,
uppercut, qui, dans le PL2005, n’apparaissent que dans leur propre article). Plus le
réseau d’un article est étendu, plus les lexicographes hésiteront à apporter des
modifications majeures à l’article ; et, le cas échéant, ils risqueront d’avoir des
difficultés à reporter les transformations d’un article dans ceux qui constituent son
réseau. À l’inverse, moins le réseau d’un article est étendu, plus sa position est fragile :
les lexicographes auront peu de scrupules à le supprimer pour gagner quelques lignes.

Pour mettre à jour un dictionnaire, il est donc nécessaire de prendre en compte


l’ordonnancement et les propriétés du matériau d’origine, afin de se doter d’outils
autorisant son remodelage.

1.5.1.3. Causes et conséquences de retouche d’une page de dictionnaire.


Hiérarchie des changements
Les liens assemblant les articles du dictionnaire ayant été définis, il est maintenant
possible – et nécessaire – de les prendre en compte dans une analyse de l’évolution de
quelques pages de dictionnaires, analyse appuyée par l’idée que les modifications subies
par une page donnée sont hiérarchisées : l’une d’elles étant susceptible d’être à l’origine
des autres.

Retoucher une page du dictionnaire exige une raison rentable de le faire, qui entre
dans les coûts de production (rappelons que ceux-ci sont proportionnels au nombre de
pages retouchées) et qui constitue une nouveauté permettant de vendre le prochain
millésime comme un nouveau produit. Les changements du texte que nous appellerons

46
les causes de retouche d’une page sont des changements totalement nécessaires à
l’enrichissement du dictionnaire : ajouts de nouveaux articles, de sens, de locutions. Ils
sont au cœur du travail de mise à jour.

Mais ces changements, dans la plupart des cas, n’interviennent pas seuls. Ils sont
susceptibles d’entraîner diverses conséquences, à la manière d’un engrenage. Ces
conséquences peuvent être de trois types : des conséquences directes, si la cause
originelle induit d’autres changements logiques, où que ce soit dans le dictionnaire ; des
conséquences indirectes, en partie arbitraires, peuvent intervenir dans un souci de gain
de place ; enfin, des conséquences que nous appellerons annexes, indépendantes de la
cause initiale. Les quatre principes recensés (une cause de retouche et trois types de
conséquences) auxquels peuvent être rapportées toutes les modifications observées dans
le dictionnaire s’ordonnent hiérarchiquement, la cause pilotant toutes les conséquences.

Pour décrire les effets respectifs des trois types de conséquences sans entrer dans
une abstraction simplificatrice, nous nous appuierons sur des exemples réels de pages
mises à jour.

1.5.1.3.1. Exemples de conséquences directes


En 2006, le mot chatter entre sur la page 232 du PL, où il est traité en mot
polygraphe, à l’aide d’une double entrée : chatter ou tchatter. La seconde graphie du
mot ne commençant pas par la même lettre que la première, elle va commander une
entrée supplémentaire à son ordre alphabétique, qui prendra la forme d’un renvoi.
L’article « tchatter v.i. ► 55 chatter », qui fait son entrée page 1039, apparaît donc
comme une conséquence directe, obligatoire, de l’entrée première, chatter ou tchatter.
De plus, étant donné l’aspect impératif que revêt le signalement d’un tel renvoi, l’entrée
du renvoi à la lettre T, qui n’était à l’origine qu’une conséquence du changement de la
page 232, devient la cause principale du changement de la page 1039 56 .

Sur la page 125 du PR2002 entre l’article aquazole. Aussitôt, ce nouveau mot se
trouve imbriqué dans le réseau de renvois analogiques du dictionnaire. En page 1125, à
l’article gazole, un renvoi vers aquazole est logiquement mis en place. La modification

55
Tout au long de notre travail, nous employons le symbole « ► » pour marquer un renvoi. Les auteurs
des PL et PR, pour ce faire, utilisent une flèche.
56
Il est à noter qu’à son tour cette cause entraîne une modification, puisque la ligne nécessaire à l’ajout
du renvoi est gagnée en supprimant la parenthèse contenue dans la définition de taxol (conséquence
indirecte). L’entrée de chatter a donc entraîné deux séries de conséquences, aux lettres C et T. Un
nouveau mot ajouté sur une page quelconque peut donc tout à fait ricocher sur une autre page et y avoir
des répercussions.

47
de la page 1125 apparaît comme la conséquence directe de l’entrée d’aquazole en page
125.

Le plus souvent, les conséquences directes d’un changement se situent au niveau


des renvois comme dans les deux exemples développés, mais elles peuvent également
concerner les synonymes, les homonymes, les définitions ou l’orthographe.

1.5.1.3.2. Exemples de conséquences indirectes. Le gain de place, ou mise à


longueur
Les conséquences indirectes d’une modification sont celles qui surviennent alors
qu’elles n’entretiennent aucun rapport logique avec la cause de la retouche, si ce n’est
qu’elles ont lieu sur la même page. Elles sont liées à une recherche de place.
L’opération qui consiste à empêcher les pages de chasser lors de leur retouche, nommée
« mise à longueur » par les lexicographes, a été brièvement évoquée par plusieurs
linguistes :
Pour des raisons diverses, le nombre des mots que comporte le Petit Larousse doit
rester approximativement le même dans les éditions successives de l’ouvrage ; les
éditeurs ne peuvent donc y ajouter des mots que dans la mesure où ils en suppriment. 57

C’est peut-être autant pour « conserver la ligne » que pour « se mettre à la page » que
le P.L. lors de ses rééditions évacue un nombre de mots sensiblement égal à celui des
termes nouveaux qu’il accueille. 58

[…] dans les pages encyclopédiques, avec les noms propres, chaque addition d’une
nouvelle célébrité créait un problème ; pour qu’il n’y eût pas de répercussion sur la
page suivante, on s’ingéniait à supprimer, dans la page du nouveau venu, un nombre
égal de lignes. 59

[Lorsqu’]il faut ajouter un mot nouveau dans une page, il n’est pas question à chaque
rentrée scolaire de recomposer l’ensemble du dictionnaire papier, on supprime
simplement tel ou tel exemple déjà installé dans un article voisin sur la même page, tel
ou tel effet de sens, pour gagner les quelques lignes qui permettront d’insérer ce
nouveau mot sans toucher au début de la page et à sa fin, et donc sans avoir à modifier
les pages qui précèdent et celles qui suivent. 60

[…] lorsque les éditions annuelles des dictionnaires sur papier intègrent des
néologismes, de nouvelles entrées doivent être prévues – ce qui a pour conséquence
que d’autres entrées, à proximité, devront être réduites. 61
Comparant le Nouveau Larousse des débutants et le Dictionnaire moderne qui en
procède, P. Corbin a poussé l’analyse un peu plus loin. Le Dictionnaire moderne,

57
G. Matoré, 1968, p. 193.
58
L. Collignon & M. Glatigny, 1978, p. 76.
59
C. Muller, 1999a, p. 82.
60
J. Pruvost, 2005b, p. 11.
61
R. Muller, 2006a, p. 107.

48
destiné à un public africain, a vu sa nomenclature adaptée à ce public, avec une
contrainte majeure déjà évoquée : « les modifications textuelles se négocient dans le
cadre de la page » 62 . Ainsi, quand un article comme abidjanais ou gabonais doit être
inséré, il l’est, sur une page donnée, au détriment d’une autre information qui figure sur
la même page, en l’occurrence les articles abjurer et gabelle, qui sont supprimés.
Quelques équivalences – sans fondement linguistique – relevées au fil des pages des
deux dictionnaires sont ainsi livrées :
[…] bourein entre aussi dans la nomenclature du DM, échangé avec bourbouille
contre bouleau, l’exemple de boulevard et un emploi de bourgeois (n.). 63
Force est de constater que « [l]es suppressions qui équilibrent ces ajouts délibérés
apparaissent donc plus comme des monnaies d’échange que comme des choix
libres » 64 .

Le fait d’ajouter des informations sur une page de dictionnaire, ce qui se traduit en
nombre de nouvelles lignes à insérer, est donc le point de départ d’une opération dont le
but est de libérer la place qu’occuperont ces nouvelles lignes, et dont il nous faut à
présent détailler le déroulement. Pour insérer de nouvelles informations sur une page,
les lexicographes (et parfois les éditeurs) ont recours à trois procédés.

1.5.1.3.2.1. Coupure d’illustration (spécifique du PL)


Le premier procédé peut être illustré par les pages 103 et 104 des PL 2005 et
2006. La principale différence entre les deux éditions, à ces pages, est l’ajout de l’article
arabo-andalou, long de huit lignes. Cette entrée provoque plusieurs changements.
L’insertion de ce nouvel article de huit lignes entre arable et arabo-islamique provoque
un décalage que les lexicographes ont choisi de rattraper en poussant l’article arachide,
long de huit lignes également, du bas de la page 103 (où il était situé en 2005, juste au-
dessus de son illustration) jusqu’au début de la page 104, sous l’illustration d’une
arabesque. Le problème de place à gagner est donc reporté sur la page 104, où il trouve
une solution adaptée : on coupe quelques millimètres de hauteur à l’illustration
arabesque, quelques millimètres qui correspondent exactement à la hauteur de huit
lignes de texte (cf. illustration 1). Un troisième changement est apporté, conséquence
directe du déplacement de arachide : étant donné que cet article a glissé d’une page à
l’autre et se trouve désormais séparé de son illustration, on a ajouté, en fin d’article, la

62
P. Corbin, 1985, p. 68.
63
P. Corbin, 1985, p. 81.
64
P. Corbin, 1985, p. 70.

49
mention « V. ill. page précédente. », entre parenthèses. En résumé, pour ajouter huit
lignes de texte, on a retranché quelques millimètres d’une illustration65 .

Illustration 1 66 : Coupure de l’illustration arabesque (PL2005-2006). La même illustration


figure dans les PL antérieurs, diversement cadrée, mais toujours plus petite que celle de 2005.

1.5.1.3.2.2. Suppression et réécriture de texte


Pour un autre exemple d’ajout d’article, d’autres solutions sont utilisées. La page
374 du PL2005 a été retouchée en 2006, afin d’ajouter l’article dixit en deuxième
colonne. Sur cette page 374, l’article divertir est raccourci d’un exemple qui mesure une
demi-ligne : « Sortir pour se divertir un peu ». Cet article passe ainsi de six lignes en
2005 à cinq en 2006. Un peu plus loin, l’article divin est lui aussi diminué d’un
exemple, mais très court : « Musique divine ». Or, le mot « divine » de cet exemple
formait une ligne creuse 67 à lui tout seul. C’est donc là encore une ligne entière qui est
gagnée. Enfin, un exemple qui illustre l’article division est également supprimé : « La
65
J. Pruvost, lors de séminaires, a dénommé ce phénomène avec décontraction « effet cravate » : dans la
partie « noms propres » du PL, à mesure que des informations sont ajoutées et que la notoriété de
personnalités oubliées décroît, les portraits qui les représentent sont rognés de quelques millimètres, en
commençant éventuellement par le bas, donc par leur cravate.
66
Les reproductions d’illustrations et de données textuelles que nous proposons ne sont pas à l’échelle
des dictionnaires originaux, car nous avons utilisé tant les versions « petit format » que les versions
« grand format » des dictionnaires, selon leur disponibilité. Dans la partie lexicographique des
dictionnaires, les deux formats présentent rigoureusement le même texte, à des échelles différentes.
Lorsque plusieurs illustrations ou extraits textuels sont ici confrontés, ils sont à la même échelle.
67
Une ligne creuse est une ligne de fin de paragraphe très courte.

50
minute est une division de l’heure ». Une troisième ligne est libérée. Dans le cas de la
page 374, on observe donc que les trois lignes ajoutées pour l’insertion de l’article dixit
ont été trouvées en supprimant trois exemples de la taille d’une ligne chacun dans trois
articles voisins sur la page.

Le procédé de suppression de texte connaît une variante moins radicale mais au


résultat identique, la réécriture d’une partie du texte. Par exemple, page 755 des PL
2006 et 2007, la définition de l’article ondulé est reformulée : « Se dit de […] qui
présentent une alternance […] » devient « Se dit de […] présentant une alternance
[…] ». La définition est à peu près la même, l’information est sauvegardée, et une ligne
est libérée.

La suppression et la réécriture de texte, procédés très couramment employés par


les lexicographes, peuvent affecter tous les types d’informations : définition, exemple,
citation, mais aussi développement encyclopédique, étymologie, prononciation,
catégorie grammaticale, entrée, marqueur. Nous développerons plus loin (cf. 2.1.) les
spécificités de la retouche de chacune de ces parties du texte lexicographique.

1.5.1.3.2.3. Interlignage et interlettrage


Un troisième procédé de gain de place nous est offert par la page 383 du PR, en
2003 et 2004. Dans ce dernier, une définition a été ajoutée à l’article cerceau ; si bien
que cet article, qui se trouve dans la colonne de gauche, passe de treize à quinze lignes.
Sur le reste de la page, aucun autre élément du texte n’est modifié, mais l’on observe
une légère différence de mise en pages. En effet, dans l’article cercle, qui se trouve en
2003 comme en 2004 à cheval sur les deux colonnes, une ligne est déplacée : alors
qu’elle terminait la colonne de gauche en 2003, la voilà qui entame celle de droite en
2004. Si l’on décompte les lignes de chaque colonne dans les deux éditions successives,
en prenant en compte cette migration de ligne et l’ajout d’une définition, on trouve que
chacune des deux colonnes accueille une ligne supplémentaire en 2004. Pour parvenir à
ce résultat, les lexicographes ont simplement demandé au compositeur de diminuer
l’interlignage, c’est-à-dire l’espacement entre les lignes. Les lignes de la page 383 sont
plus proches les unes des autres en 2004 qu’elles ne l’étaient en 2003, mais la différence
est imperceptible.

On retrouve ce même procédé utilisé sur la page 1037 des PL 2006 et 2007, pour
faire entrer l’article tartinade, long de deux lignes. Sur cette page, aucune illustration ni

51
aucune partie du texte n’est raccourcie ; seul l’interlignage est modifié. Le nombre total
de lignes dans chacune des trois colonnes passe de 76/75/89 en 2006 à 77/76/89 en
2007, soit un surplus de deux lignes, celles de tartinade.

Il arrive que l’interlettrage – l’espacement entre les lettres et/ou entre les mots –
soit lui aussi modifié dans le but de gagner de la place. Par exemple, page 73 des PL
2007 et 2008, l’article assomptionniste passe de cinq à quatre lignes, alors que son texte
n’est aucunement modifié. Pour parvenir à ce résultat, les lexicographes ont simplement
demandé au compositeur de diminuer l’espace entre les mots sur la troisième ligne de
l’article, de manière à faire remonter d’un cran le premier mot de la quatrième ligne.
Cela se répercute à la ligne suivante, et la cinquième ligne (une ligne creuse, très
courte : « Croix). ») disparaît ; une ligne est libérée.

Du fait qu’il n’a aucune incidence sur le contenu du texte, le procédé qui consiste
à diminuer l’interlignage pour dégager quelques lignes est souvent privilégié par les
lexicographes. Cependant, dans les pages des Petit Larousse, sur lesquelles les articles
sont très serrés, la modification de la valeur de l’interlignage risque de gêner le confort
de lecture, qui est déjà loin de son niveau optimal.

1.5.1.3.2.4. Combinaisons des trois procédés


Les trois procédés de gain de place qui viennent d’être décrits surviennent
rarement de façon isolée. Les exemples donnés ci-dessus sont canoniques pour les
décrire, mais ne sont pas représentatifs des procédés généralement utilisés en
combinaison. Quelques exemples plus complexes donneront au lecteur une idée précise
des techniques de mise à longueur qui interviennent dans le travail lexicographique.

Sur la page 72 du PL, entre ses éditions 2005 et 2006, on recense quatre ajouts :

- 1° ajout d’un sous-article « n.m. » à l’article alcalin ;

- 2° ajout de l’emploi substantivé du mot alcalino-terreux ;

- 3° ajout du « Syndrome d’alcoolisme fœtal » dans l’article alcoolisme ;

- 4° ajout du marqueur « ZOOL. » à la seconde définition de alcyon.

Si ce dernier ajout n’a pas d’influence sur le nombre de lignes, en revanche les
trois précédents nécessitent six lignes supplémentaires (respectivement 1, 1, et 4). Dans
le même temps, le marqueur « CHIM. ORG. » de l’article aldéhydique est supprimé
(conséquence indirecte des ajouts), ce qui fait disparaître une ligne creuse. Mais le

52
nombre total de lignes ajoutées (six) est bien supérieur au nombre de lignes supprimées
(une seule). Le gain des cinq lignes qui manquent à ce compte est obtenu en resserrant
les lignes. Le décompte des lignes de chaque colonne confirme cette donnée : la
première colonne passe de 72 à 73 lignes, la deuxième colonne de 89 à 91 lignes, et la
troisième de 87 à 89 lignes, soit au total cinq lignes de plus sur la page 72 du PL2006
que sur la page d’origine du PL2005.

Sur la page 253 du PR2002 entre le nouvel article biopuce, long de cinq lignes.
On observe sur cette page que la parenthèse incluse dans la définition de biométrie est
supprimée – soit une ligne de moins – ; que la définition de biotope est coupée et
réécrite partiellement : le mot « déterminé » est supprimé, et les « conditions d’habitat »
deviennent des « conditions de vie » – une deuxième ligne est gagnée – ; que la notation
en alphabet phonétique international (désormais API) de biophysicien, ienne, contenu
en dérivé à la fin de l’article biophysique, est supprimée – une troisième ligne est
libérée. Les deux lignes restantes sont obtenues par diminution de l’interlignage. Ces
deux nouvelles lignes sont hébergées par la colonne de droite, ce qui n’est pas un
hasard. Un lecteur très attentif constatera en effet que cette colonne contient des articles
plus courts que sa voisine, donc davantage de sauts de lignes (vingt à droite contre dix-
sept à gauche). Or, puisque la diminution de l’interlignage consiste prioritairement dans
le PR à diminuer l’espace entre les articles (sur cette page, d’environ un quart de
millimètre), il y a un peu plus de place à gagner dans la colonne de droite que dans celle
de gauche. Le choix de la colonne de droite comme hébergeur des deux nouvelles lignes
se justifie ainsi.

Dans le PL2008, l’exemple de la page 167 illustre la combinaison des trois


procédés, alliée à la chasse d’une page sur ses voisines. Sur cette page 167, numérotée
211 dans l’édition 2007 après un changement de pagination, trois nouvelles définitions
ont été ajoutées en 2008 : l’une à l’article casseau (trois nouvelles lignes sont
nécessaires), la deuxième à l’article casting (pour quatre lignes), et la troisième à casse-
tête (deux lignes supplémentaires). Pour faire entrer ces trois nouvelles définitions sur
une seule page du Petit Larousse, il faut dégager neuf lignes, ce qui représenterait une
grande quantité d’information. Les lexicographes, plutôt que de tronquer la page 167
d’un article entier ou de neuf exemples, choisissent de « débloquer » la page ; ils
ouvrent littéralement les frontières entre la page 167 et ses deux voisines, et font
déborder une partie du texte de cette page centrale sur les pages 166 et 168. Trois lignes

53
sont décalées sur la page 166, et deux sur la page 168 ; la mise à longueur est diluée
dans les trois pages successives.

Sur la page centrale, il n’en reste pas moins quatre lignes à créer. L’une des
dernières définitions de casser est coupée : moins une ligne. L’exemple de castagne
également : moins une ligne. Les deux autres lignes sont créées en diminuant
l’interlignage des première et troisième colonnes. Sur la page suivante, 168, le surplus
de deux lignes est résorbé en début de première colonne, par la réécriture des définitions
de cataclysmique (une ligne), et de catacombe (une ligne). En page 166, les trois lignes
ajoutées en fin de troisième colonne se répercutent de colonne en colonne jusqu'à
atteindre l’illustration de caryatide, au sommet de la première colonne. Le haut de cette
illustration est raccourci d’une fine bande, haute comme trois lignes de texte.

1.5.1.3.3. Exemples de conséquences annexes


En dernier lieu, il existe des conséquences annexes, qui ne sont pas en rapport
direct avec le changement apporté sur la page, et qui ne permettent aucun gain de place.
Elles portent une part d’arbitraire dans le sens où elles ne surviennent que si une page
est modifiée pour une autre raison. Elles sont parfois motivées par des raisons liées à
l’évolution de la langue, ou à la recherche de perfection (rectification d’une anomalie,
clarification d’une imprécision). Les conséquences annexes de la modification d’une
page ont ceci de remarquable que, bien qu’elles contribuent généralement à améliorer le
dictionnaire, elles ne constituent pas une raison suffisante pour impliquer à elles seules
la modification de cette page : elles ne sont pas rentables. D’où l’idée qu’elles restent en
sommeil plusieurs années avant de survenir, opportunément, l’année où leur page
connaît un changement totalement nécessaire, ce changement agissant à la manière
d’une catalyse.

Aux éditions Le Robert, ces changements annexes ont longtemps été matérialisés
par des fiches tenues à jour par les lexicographes. En effet, ceux-ci avaient à disposition
autant de fiches numérotées que de pages du PR, sur lesquelles ils inscrivaient les
petites modifications qu’ils souhaitaient effectuer sur les pages concernées. Sur chaque
fiche, les modifications de tous types s’accumulaient. Lorsqu’une page était retouchée
(pour un ajout d’article par exemple), le lexicographe prenait la fiche correspondant à
cette page et y reportait les modifications qu’il avait consignées. Quant aux auteurs du

54
PL, ils annotent leurs exemplaires des PL antérieurs de très nombreuses remarques,
signalées par des béquets. La même utilisation en est probablement faite.

Par exemple, dans le PL2006, page 1046, entre le court article tente-roulotte, deux
lignes seulement. Il constitue la cause de modification de la page. Les deux lignes qu’il
mesure sont gagnées en supprimant un morceau de définition de tenture, et un exemple
forgé à l’article tenter. Mais au-delà de ces deux conséquences indirectes, l’entrée de
tente-roulotte entraîne des changements marginaux, qui ne sont pas effectués dans
l’intention de supprimer de l’information pour gagner de la place, mais au contraire
d’en apporter. C’est ainsi que la deuxième définition de tenture, celle-là même qui est
écourtée de sa partie finale, se voit enrichie d’un nouveau marqueur : « BX-ARTS ». De
plus, la définition de téra-, préfixe d’origine grecque, est complétée et allongée d’une
ligne (gagnée d’ailleurs en jouant sur l’interlignage). Nous retiendrons l’aspect non
nécessaire et opportuniste de ces modifications mineures. Opportunistes, parce qu’elles
sont provoquées par le fait que la page doit changer.

Autre exemple, dans le PL cette fois : trois des ajouts de la page 72 du PL2006
(cf. 1.5.1.3.2.4.) sont des conséquences annes de l’ajout de syndrome d’alcoolisme fœtal
sur la page.

1.5.1.3.4. Combinaison de tous les types de conséquences


Une fois encore, les exemples qui viennent d’être décrits sont certes simples et
réels, mais ils ne sont pas typiques d’une réalité qui se trouve souvent plus alambiquée.
Observons donc, pour conclure, deux exemples plus compliqués, combinant les
différents éléments avec lesquels nous venons de nous familiariser.

Page 232 du PR2002, on remarque l’ajout de l’article beach-volley, long de trois


lignes. Nous interprétons cet ajout d’article comme une cause qui va entraîner une série
de conséquences. La place de l’une des trois lignes nécessaires est libérée en diminuant
l’interlignage en première colonne. Les deux autres lignes en surplus sont repoussées
vers la page précédente, 231, où le problème de leur gain reste à résoudre. Sur cette
page 231, on observe que la définition et l’exemple de bauxite sont coupés de façon à
libérer une ligne. De plus, un exemple de l’article baver est coupé lui aussi. La retouche
des articles bauxite et baver sont des conséquences indirectes et arbitraires de l’ajout de
beach-volley en page suivante, car ces trois mots n’entretiennent aucun lien linguistique
(ni sémantique, ni morphologique), si ce n’est leur proximité alphabétique. À ce stade

55
de la description, les trois lignes nécessaires à l’implantation de beach-volley sont
créées. Pourtant, on observe que sur la page 231, l’article baud est entièrement revu :
l’étymologie est approfondie, le marqueur est changé (« MÉTROL. » devient
« TÉLÉCOMM. »), l’exemple encyclopédique est supprimé au profit de deux nouveaux
exemples illustrant le pluriel du mot ; le tout sans ajout ni suppression de ligne (l’article
baud occupe cinq lignes dans le PR 2001 comme dans le 2002). La refonte de l’article
baud, qui ne pèse pas dans la balance des lignes, et qui ne constitue ni une amputation
du texte, ni un ajout conséquent digne de figurer dans le dossier de presse du
dictionnaire, ne peut être interprétée que comme une conséquence annexe de la retouche
de la page 231, elle-même commandée par l’entrée de beach-volley. On imagine que la
refonte de l’article baud était planifiée par les lexicographes depuis plusieurs années,
mais que ceux-ci ne souhaitaient pas faire de cette refonte d’article une cause de
retouche de la page 231. Les lexicographes, opportunistes, ont attendu que la page 231
soit retouchée pour une tout autre raison pour effectuer cette refonte locale.

Mais ce n’est pas tout. En intégrant la nomenclature du PR2002, le mot beach-


volley s’insère en même temps dans le réseau analogique du dictionnaire. On le retrouve
donc, dans ce même PR2002, à l’article volley-ball, page 2700, sous la forme d’un
exemple et d’un renvoi. Ces ajouts à l’article volley-ball sont des conséquences directes
et logiques de l’arrivée de beach-volley. De plus, si l’on considère la page 2700 seule,
ils constituent à leur tour la cause pour laquelle cette page a été retouchée. Et cette cause
entraîne de nouvelles conséquences. En premier lieu, la ligne nécessaire à l’ajout de
renvoi dans volley-ball doit être rattrapée. La définition de volontarisme, légèrement
réécrite, permet de gagner cette ligne. Cette modification est une conséquence indirecte
et arbitraire de l’ajout à l’article volley-ball, et encore plus indirectement de l’entrée de
beach-volley 2 400 pages plus haut. Enfin, la date de première attestation de volleyeur
est avancée, les lexicographes pouvant justifier d’une nouvelle attestation plus ancienne.
Cette modification, qui prend la forme d’un apport d’une information secondaire, est
une conséquence annexe du changement à volley-ball. La ligne nécessaire à cette
retouche est gagnée par le resserrement des lignes dans la colonne de droite de la page
2700.

En résumé, la simple insertion, en apparence anodine, de l’article beach-volley a


eu toutes sortes de répercussions, directes, indirectes et annexes, sur sa page
d’apparition, sur la précédente, et 2 400 pages plus loin. L’abondance des petites

56
modifications du texte que nous venons de détailler illustre l’ampleur du travail
lexicographique et la torsion du texte que peut engendrer l’ajout de quelques lignes à
première vue insignifiantes.

Intéressons-nous maintenant en détail à un autre cas compliqué, page 827 du PL


entre ses éditions 2005 et 2006. Sur cette page, balisée par les mots pivot et plaidoirie,
deux articles sont ajoutés en 2006 : pixellisation et plaider-coupable. Ces deux ajouts
constituent la double cause de retouche de la page, dans le sens où ils sont absolument
nécessaires à l’enrichissement du dictionnaire lors de sa mise à jour. Ils vont entraîner
une réaction en chaîne incluant beaucoup de conséquences, qui se bornera,
artificiellement, aux limites physiques de la page. Tout d’abord, l’article pixellisation,
long de trois lignes, doit être introduit dans la première colonne à la suite de pixel. Dans
le même temps, l’article plaider-coupable, très long (sept lignes), doit être ajouté à la
troisième colonne, à la suite de plaider. Le fait que les articles pixellisation et plaider-
coupable, consacrés à des mots qui désignent de nouvelles réalités, se retrouvent sur la
même page du PL est arbitraire. Pour permettre l’insertion de ces dix nouvelles lignes, il
s’agit de gagner de la place en supprimant l’équivalent de dix lignes dans les autres
articles de la page.

La définition de l’adjectif placé est retouchée dans ce sens. Le « cheval placé »,


défini en 2005 par « cheval qui arrive dans les trois premiers d’une course de plus de
sept concurrents ou dans les deux premiers d’une course de quatre à sept concurrents »,
est défini en 2006 par exactement les mêmes mots, à ceci près que les chiffres utilisés
dans la définition, qui étaient écrits en toutes lettres, deviennent des chiffres : 3 ; 7 ; 2 ;
4 ; 7. Une ligne est gagnée dans la colonne du milieu. La modification de placé est une
conséquence indirecte des deux entrées.

L’article suivant, placebo, est quant à lui raccourci de son exemple final :
« L’effet placebo d’une visite chez le médecin ». Une seconde ligne est dégagée dans la
même colonne. Ce changement constitue une deuxième conséquence indirecte.

L’article 1. placet perd une dimension lorsque sa définition est tronquée, en vue
de supprimer une ligne creuse. La seconde définition du mot en 2005, « Demande par
écrit pour obtenir justice, solliciter une grâce, etc. » perd en 2006 son « etc. », et du
même coup le lien avec toutes les réalités qu’il recouvrait. Troisième conséquence

57
indirecte des deux entrées, et troisième ligne libérée (toujours dans la deuxième
colonne).

L’article 1. placer (le verbe) est allégé d’un exemple et demi. « Placer des livres
dans une bibliothèque » disparaît, tandis que « L’école place ses anciens élèves à la fin
de leur cycle d’études » est coupé en deux, seule la première partie de la phrase
subsistant en 2006. C’est une quatrième ligne qui est gagnée avec cette quatrième
conséquence indirecte.

À ce stade, quatre lignes sont libérées dans la colonne du milieu (rappelons que
c’est dans les première et troisième colonnes que les deux articles sont ajoutés). Ces
quatre lignes vont profiter à plaider-coupable, puisque les deux articles Placoplâtre et
placotage, cinq lignes au total, vont glisser du haut de la troisième colonne jusqu’au bas
de la deuxième, où quatre lignes sont disponibles. Pour faire entrer ces cinq lignes dans
la place de quatre, le texte n’est pas modifié ; c’est l’interlettrage qui est diminué. La
colonne centrale, qui comptait 89 lignes en 2005, en porte désormais 90.

À nouveau une conséquence indirecte dans la troisième colonne, où une ligne est
gagnée en supprimant un exemple de l’article plafonner : « Cette voiture plafonne à
180 km/h ». Cette suppression crée donc un grand blanc de six lignes puisque
Placoplâtre et placotage, en glissant vers la deuxième colonne, ont déjà libéré cinq
lignes. Il reste à jouer sur l’interlignage (la colonne s’allonge d’une ligne), et l’article
plaider-coupable (sept lignes) est inséré. Les deux colonnes de droite ont beaucoup
évolué, mais tout reste à faire en première colonne pour introduire pixellisation.

En première colonne, où l’article pixellisation, long de trois lignes, doit être


ajouté, l’interlignage est diminué, ce qui libère justement trois lignes : la colonne passe
de 90 à 93 lignes. On pourrait arrêter là les coupures dans la colonne et insérer
simplement l’article, mais ce n’est pas la décision que prennent les lexicographes. En
effet, aux articles placage et placard, ils suppriment deux exemples : « Placage en
acajou » et « Placard à balais ». Or, ces deux suppressions n’entraînent aucun gain de
ligne ; placage et placard conservent en effet en 2006 leur taille initiale. On peut donc
s’interroger sur la rentabilité et l’utilité des disparitions de leurs exemples, peut-être
dues à une mauvaise estimation de la quantité de place dégagée. Quoi qu’il en soit, ces
suppressions constituent deux conséquences annexes, puisqu’elles n’entraînent aucun

58
changement du nombre de lignes et qu’elles ne seraient pas survenues sans l’entrée de
pixellisation.

Le phénomène ne s’arrête pourtant pas là. Les lexicographes souhaitent réécrire la


définition de pixel, en la précisant par l’ajout de deux éléments (l’aspect électronique et
la luminosité de la chose), ce qui nécessite une ligne supplémentaire. On peut supposer
que ce regain d’intérêt pour la définition de pixel survient dans le cadre de l’entrée du
dérivé pixellisation. Il constitue alors une conséquence directe de l’arrivée de ce dérivé,
et se transforme à son tour en cause de changement lorsqu’il s’agit de créer la ligne
nécessaire à son développement.

Il se trouve par ailleurs que, dans cette première colonne, deux mots à la
ressemblance frappante reçoivent un traitement similaire : pizzaiolo et pizzicato, tous
deux empruntés à l’italien. En 2005, les deux bénéficient d’une indication de pluriel :
« pl. pizzaiolos ou pizzaioli » pour le premier, et « pl. pizzicatos ou pizzicati » pour le
second. Or, en 2006, l’indication de pluriel du mot pizzaiolo disparaît, libérant la ligne
nécessaire au remaniement de la définition de pixel ; cette suppression apparaît comme
une conséquence indirecte de ce remaniement. La description linguistique du mot est
modifiée par la suppression de cette remarque sur le pluriel, puisque dès lors, d’après le
silence du PL, pizzaiolo a un pluriel francisé et exclusif. Néanmoins, dans le même
temps, l’article pizzicato fait cavalier seul et garde son pluriel double en 2006.

Ce manque de parallélisme dans le traitement de deux articles consécutifs et


semblables, qui soulève bien des questions, n’est pas la première étrangeté que nous
rencontrons. Notre lecteur aura peut-être déjà été surpris par certaines pratiques :
resserrer des lignes, condenser des définitions, couper ou supprimer des exemples, car
ces pratiques ne correspondent pas à l’idée que l’on se fait du travail lexicographique. Il
se sera probablement alarmé de voir que sur la seule page 827 du Petit Larousse, seuls
vingt-cinq exemples sur trente ont résisté aux ciseaux des lexicographes lors de la mise
à jour 2006. Rappelons la citation de Voltaire que P. Larousse avait choisi de mettre en
exergue dans ses premiers petits dictionnaires : « Un dictionnaire sans exemples est un
squelette ». Si la page 827 était représentative des opérations qui se déroulent sur les
autres pages – ce qui n’est heureusement pas le cas, bien que cette page soit
symptomatique de ces opérations –, alors il ne faudrait qu’une décennie au Petit
Larousse pour se décharner. Après avoir entamé notre parcours dans les mises à jour du

59
dictionnaire par l’observation de faits anodins, nous observons désormais des éléments
significatifs.

Notre travail de métalexicographe – repérer tous les remaniements, quelle que soit
leur taille, pour les ordonner dans le but de les expliquer à travers la formulation de
lois 68 – est le même que celui des lexicographes, mais à rebours, en partant du
dictionnaire tel qu’il est offert à son public. Nous ne pratiquons pas un commentaire des
dictionnaires achevés mais un commentaire du travail des lexicographes. Cependant,
c’est sans l’aide de ces derniers que nous devons accomplir notre tâche. En effet, la
solution la plus simple, qui consisterait à leur demander de fournir leurs anciens
matériaux de travail (fiches, dictionnaires annotés, messages échangés, comptes rendus
de réunions) pour les analyser directement, se heurte à l’un des fondements de leur
activité : protéger le secret de fabrication du dictionnaire. Au sujet de la mise à jour des
PL et PR, nous n’avons donc récolté aucun document auprès des maisons d’édition,
mais certains nous ont été montrés. Nous avons choisi d’en reconstituer un seul (sur
plus de dix mille), afin de montrer la façon dont tout ce que nous avons décrit dans ce
chapitre prend place concrètement sur les pages des dictionnaires. Cette reconstitution –
qui n’est donc pas une reproduction de l’original – est réalisée en accord avec le service
juridique des éditions Larousse.

1.5.1.4. Reconstitution du travail lexicographique


Aussi bien aux éditions Larousse qu’aux éditions Le Robert, les lexicographes,
lorsqu’ils décident des ajouts et modifications du texte du dictionnaire mis à jour, ne
travaillent pas sur ordinateur mais sur papier :
[…] les méthodes adoptées en ce qui concerne le travail de rédaction pour les
dictionnaires « Le Robert » sont traditionnelles, les rédacteurs travaillent en effet sur
des épreuves agrandies de l’édition précédente, ils procèdent à des mises à jour à partir
de celles-ci et ne travaillent donc pas directement sur écran. 69
Sur les pages suivantes sont reproduites, au format réel du Petit Larousse illustré
(c’est-à-dire ni le grand format, ni le compact), la page 318 annotée du millésime 2007,
allant de cryptage à cuillère, telle qu’elle est envoyée en papier à l’imprimeur (en plus
du fichier informatique), et la même page dans le Petit Larousse 2008.

68
Cf. la proposition de P. Corbin (1984) sur le rôle de l’activité métalexicographique.
69
L. Catach, 1997, p. 106.

60
61
62
Cette page fait partie des 280 pages (environ) qui ont été modifiées dans la partie
« langue française » du PL lors de la préparation de la mise à jour pour le millésime
2008. Les signes de correction typographique portés dans le texte et dans la marge sont
semblables à ceux qu’utilisent les lexicographes. La principale différence entre leurs
documents originaux et notre reconstitution se situe au niveau du format. Nous avons
centré une page du Petit Larousse illustré sur un A4 au format portrait, pour des raisons
pratiques ; les lexicographes reproduisent une page du Petit Larousse grand format sur
un A3 au format paysage, avec deux grandes marges à gauche et à droite mais aucune
au-dessus ni en dessous, pour un plus grand confort de lecture des annotations.

Page 318 du PL2007, deux nouveaux articles sont insérés : CSP ou C.S.P. et
cuberdon. Ils mesurent respectivement deux et trois lignes, et doivent être introduits en
première et deuxième colonne. Une fois effectuée la partie lexicographique du travail,
qui consiste à choisir ces mots, à les définir et à construire un article pour eux, les deux
articles sont mis en forme, imprimés, découpés, et collés en marge de la feuille
d’accueil. Dans la marge, ils sont repérés par un signe (nous avons utilisé un triangle
vide pointant à droite), lui-même reproduit à l’emplacement de leur future insertion.

Au sommet de la première colonne, une flèche encadre une ligne du demi-article


cryptage. Elle signifie que cette ligne doit être reportée en fin de la dernière colonne de
la page précédente. La même flèche se retrouve en fin de colonne centrale, autour des
deux lignes de l’article cubitière. De façon similaire, elle signale que ces lignes doivent
être reportées au sommet de la colonne suivante. La page reproduite chasse donc sur ses
voisines lors de sa mise à jour.

Dans l’article crypte, un segment de droite, balisé par deux courts traits
perpendiculaires à ce segment, barre un extrait du texte : « le sol d’ ». À la même
hauteur, dans la marge, le signe typographique nommé deleatur accompagne une
reproduction du segment. Ces deux symboles signifient que le passage barré doit être
supprimé. À la fin du même article crypte, un crochet fermant est placé à la fin de la
dernière ligne, une ligne creuse. Ce symbole, repris en marge, signifie que le contenu de
cette ligne doit être passé à la ligne précédente. Bien sûr, c’est par la suppression de
trois mots quelques lignes plus haut, créant un vide qui se répercute de ligne en ligne,
que cela est rendu possible. Enfin, la marge accueille une indication chiffrée concernant

63
le nouveau nombre de lignes de l’article une fois retouché. En l’occurrence, l’article
crypte, cinq lignes en 2007, n’en comptera plus que quatre en 2008 : une ligne est
gagnée.

Le même procédé – coupure du texte, report d’une ligne creuse en ligne


précédente, gain de ligne – est utilisé avec le même résultat dans les articles cucul et
cueva. Dans l’un, l’exemple « Ce film est un peu cucul » est lésé de l’adverbe « un
peu ». Dans l’autre, la définition « Cabaret […] où se donnent des spectacles de chants
et de danses flamencos » devient « Cabaret […] où se donnent des spectacles de
flamenco ». Dans cet article, l’intervention nécessitée est double : un premier deleatur
concerne les mots « chants et de danses », et un deuxième deleatur est spécifique au -s
final de « flamenco ». Ce dernier est alors accompagné d’une simple barre oblique
placée sur le -s.

Sur le reste de la page 318, un dernier changement est apporté. Dans le long
développement encyclopédique de l’article cubisme, quelques mots sont supprimés. Le
passage « Divers sculpteurs […] interprètent en trois dimensions les principes cubistes »
devient « Divers sculpteurs […] interprètent les principes cubistes ». Cette suppression
de trois mots se répercute de ligne en ligne jusqu’à la fin du paragraphe, mais n’entraîne
aucun gain de ligne.

Enfin, au-dessous de la colonne centrale, une bulle indique que l’interlignage doit
être diminué dans cette colonne.

Si l’on raisonne maintenant avec les outils que nous avons développés plus haut,
voici ce que « raconte » la page 318. Deux articles, de deux et trois lignes, doivent être
insérés. Ils sont les causes de retouche de la page. Le premier, CSP ou C.S.P., a une
conséquence quelques pages plus haut, à catégorie, son article lié, qui porte la définition
de la catégorie socioprofessionnelle ; à moins que ce ne soit l’arrivée de cette définition
qui ait pour conséquence l’entrée de l’article CSP avec pour seul contenu définitionnel
un développement du sigle, qui renvoie par son astérisque à l’article catégorie…

L’arrivée de cinq nouvelles lignes page 318 nécessite la création du même nombre
de lignes. Les conséquences indirectes des deux entrées sont les coupures au sein des
articles crypte, cucul et cueva : trois lignes sont libérées. Quant à la coupure du
développement encyclopédique de cubisme, qui n’entraîne pas de gain de ligne, elle est
une conséquence annexe de l’arrivée de CSP et de cuberdon, car elle ne se serait pas

64
produite en l’absence de ces deux entrées. Une quatrième ligne est créée en faisant
chasser une partie de la définition de cryptage sur la page précédente. Cela n’apparaît
pas sur notre document, mais la conséquence en est que, page 317, un exemple de
l’article cruel est coupé. Pour terminer, la cinquième ligne est gagnée en diminuant de
manière imperceptible l’interlignage en colonne centrale.

L’équation « x = y + z », dans laquelle x est le nombre de lignes ajoutées, y le


nombre de lignes évacuées (par suppression ou chasse) et z le nombre de lignes créées
ex nihilo par le jeu sur l’interlignage, est résolue : 5 = 4 + 1.

Avant de poursuivre, il nous faut préciser pourquoi les lexicographes continuent


d’annoter des reproductions de pages à modifier, comme à l’époque où la composition
était manuelle, alors que le système Xyvision est censé pouvoir générer la mise en pages
automatiquement. Nous avons expliqué que ce système fonctionnait à partir de deux
matériaux : un flux de données XML et un protocole de mise en pages. Pour que
Xyvision crée la nouvelle page 318 mise à jour, il lui faut donc le nouveau flux XML
prenant en compte les modifications apportées. Lors de l’étape de la structuration du
texte, les ajouts et suppressions sont donc saisis sur machine, directement dans le flux.
Lors de cette opération de saisie, les questions de mise en pages sont occultées. Elles ne
resurgissent que lorsque les lignes insérées et effacées sont générées automatiquement
au moment de la composition, par le système Xyvision. Lors de cette étape, si une
erreur survient, on pourra alors se reporter au document établi manuellement par les
lexicographes. En fin de compte, de nos jours, les lexicographes fabriquent toujours une
version annotée de la page à mettre à jour pour au moins trois raisons : premièrement,
pour mesurer l’effet des ajouts de lignes et choisir quelles suppressions effectuer en
conséquence ; deuxièmement, de façon à disposer d’une représentation provisoire de la
mise en pages à laquelle ils souhaitent aboutir ; enfin, pour conserver une trace des
modifications apportées lors de chaque mise à jour du dictionnaire.

Lire un dictionnaire mis à jour, c’est finalement rechercher en quoi il a été mis à
jour, à l’aide des axes de lecture et de la méthode que nous venons de développer.
Avant d’examiner l’autre option des lexicographes en matière de fabrication de
dictionnaire, la refonte, nous invitons le lecteur à se faire une idée de l’ampleur toute
relative des changements apportés lors d’une mise à jour, à travers l’exemple du
PR2002.

65
1.5.1.5. La mise à jour : 0,5 % du texte est modifié
Comparer deux dictionnaires, c’est donc relever les différences entre eux, aussi
minimes soient-elles. Lors de la comparaison des Petit Robert 2001 et 2002, nous avons
noté toutes nos observations. Pour chacune d’elles sont précisés un numéro de page,
l’article concerné, la partie de l’article où a lieu la modification (définition, exemple,
citation, etc.), le type de modification que l’on y trouve (ajout, suppression, coupure,
réécriture, etc.), l’effet sur le nombre de lignes de la page, et éventuellement, entre
parenthèses, la mention d’un lien avec une autre page (jeu de cause/conséquence). Le
tableau suivant rassemble les modifications observées dans les 100 premières pages du
PR2002.
Page Modifications Lignes
33 * variante entrée adjudant +1
* coupure de définition adiposité -1
34 * entrée article admis, ise ► admettre +1
* ajout dans définition administrateur +1
* coupure de citation administration -1
* ajout dans citation admirable 0
35 * ajout d’exemple et de renvoi ADN (lié à 253) +1
* coupure de définition adonis -1
* coupure de définition adoption 0
58 * variante entrée ajusteur 0
61 * ajout de définition aléa thérapeutique +1
79 * ajout dans exemple américain 0
82 * ajout dans étymologie amok 0
* coupure de définition amoral -1
* ajout de définition capital, fonds d’amorçage +2
… … …
Tableau 1 : Liste des changements apportés dans les 100 premières pages du PR2002.

Le tableau qui rassemble toutes les modifications apportées au Petit Robert 2001
dans le but d’établir le 2002, dont nous ne proposons ici qu’un petit extrait (de l’ordre
de 2,5 % du tableau entier), est très long. Cependant, ramené à l’échelle d’un
dictionnaire, il est de petite taille. Le nombre de pages retouchées donne une idée plus
précise de la proportion des changements apportés : nous en avons recensé 300 70 dans le
PR2002, sur les 2 722 pages allant du début de la lettre A à la fin de la lettre Z 71 , soit
environ une sur neuf. De plus, sur chaque page retouchée, seuls quelques détails sont

70
Le nombre effectivement relevé est 289, mais, certaines pages ayant pu échapper à notre vigilance,
nous arrondissons ce nombre à 300.
71
Cette précision a son importance : les pages portant le copyright, l’ISBN ou le dépôt légal sont
modifiées dans chaque édition (à quelques exceptions près) ; parfois également la table des matières,
l’ours ou la liste des abréviations.

66
modifiés, et non l’ensemble de la page. Sur une page retouchée, qui compte environ 160
lignes, la nouveauté porte rarement sur plus de dix lignes, soit une sur seize. Au total,
c’est à peine 0,7 % du dictionnaire qui a été revu. Une nouvelle édition mise à jour (et
non refondue) du Petit Larousse ou du Petit Robert, c’est donc au moins 99 % de
contenu partagé avec l’édition précédente, et tout au plus 1 % de changement, part dont
il faut rappeler qu’elle est constituée de presque autant de suppressions que d’ajouts. Ce
plafond de 1 % de nouveauté est renforcé par le relevé des nouveaux articles ajoutés
dans chaque mise à jour. Par exemple, dans le PR2002, 108 articles ont fait leur entrée
sur un total de 52 703, ce qui représente à peine 0,2 % d’articles ajoutés. Pour les deux
dictionnaires qui nous intéressent, « [l]a publication d’un millésime annuel [intègre] un
petit nombre d’actualisations, médiatiquement exploitables en proportion inverse de
leur importance effective » 72 , dans le sens où la promotion de moins de 1 % du texte
sert d’argument à la vente de la totalité de ce texte.

Finalement, la mise à jour d’un dictionnaire apparaît plus comme un travail de


mise au point, d’affinement du texte, que comme une avancée notoire dans le contenu
du dictionnaire. Le seul élément de la mise à jour qui permet aux éditeurs de
revendiquer la création d’un nouveau dictionnaire est l’ajout d’une centaine (en
moyenne, cf. 2.2.2.) de nouveaux articles et nouveaux sens. Mais à chaque fois ces
nouveautés doivent s’insérer dans un volume de texte prédéfini, si bien que, de
millésime en millésime, d’ajout en ajout, les lignes du dictionnaire sont de plus en plus
resserrées, et les articles connexes sans cesse raccourcis. Cela conduit à une situation de
blocage dans laquelle le dictionnaire est « plein à craquer » : l’issue de cette situation
est la refonte.

1.5.2. La refonte
La refonte lexicographique est l’opération lors de laquelle le dictionnaire fait peau
neuve. Le but d’une refonte est de préparer le dictionnaire à entrer dans une nouvelle
étape de son histoire, en le dotant d’un nouveau corps adapté aux futures mises à jour.
Jusqu’au Petit Larousse 1989, avant-dernière refonte du PL en date, les préfaces du
dictionnaire sont éclairantes à ce sujet :
[…] une première publication, en 1856, sous le titre de Nouveau Dictionnaire de la
langue française, lui donna la première place parmi les dictionnaires de l’époque. […]
Sur ce plan solide qui lui assura dès le début un brillant succès, le dictionnaire de
Pierre Larousse s’enrichit à chaque édition nouvelle, notamment celle de 1867 et celle

72
F. & P. Corbin, 2008.

67
de 1879, qui, sous le titre de Dictionnaire complet de la langue française, mettait
l’ouvrage en harmonie avec le Dictionnaire de l’Académie française de 1878.
En 1889, sous la direction de Claude Augé, il prend le titre de Dictionnaire complet
illustré. Il compte alors près de 1 500 pages, plus de 2 000 figures, de nombreux
tableaux encyclopédiques, des cartes géographiques et 750 portraits de personnages de
tous les temps et de tous les pays.
En 1906, le dictionnaire Larousse va prendre un nouvel essor sous le titre de Petit
Larousse illustré, et dans un format nouveau.
Révisé désormais chaque année, l’ouvrage est l’objet, en 1924, d’une nouvelle édition
complètement refondue et enrichie de planches hors texte ; il paraît alors sous le titre
de Nouveau Petit Larousse illustré.
Sous la direction de Paul Augé, l’ouvrage est encore remanié à l’occasion de l’édition
de 1935. La partie langue est révisée et la partie noms propres est entièrement
refondue ; en particulier, la Première Guerre mondiale fait l’objet d’articles nombreux
et documentés.
En 1948 paraît une édition entièrement révisée : la partie langue s’accroît de 12 000
acceptions nouvelles, en même temps qu’elle s’allège d’expressions désuètes. Dans la
partie noms propres, plus de 700 articles nouveaux, appuyés de cartes et de portraits,
relatent les évènements de la Seconde Guerre mondiale et de la Libération.
Quatre ans plus tard, une autre refonte est préparée par une direction nouvelle et voit
sa publication coïncider avec l’année du centenaire de la Librairie Larousse (1852-
1952).
À l’occasion des tirages successifs, s’opère une mise à jour poursuivie sans
défaillance : de multiples améliorations tendent à faire du dictionnaire un outil de
travail de mieux en mieux adapté à sa fonction. En 1959, 1968 et 1981, l’ensemble de
l’ouvrage est remis sur le chantier. 73
Comme on le constate dans cet extrait, les éditeurs du Petit Larousse considèrent
que le premier Petit Larousse de 1906 est déjà le fruit d’une refonte du Nouveau
e
Dictionnaire de la langue française de la deuxième moitié du XIX siècle. Pour toutes
les éditions suivantes, les auteurs de la préface n’insistent pas tellement sur les mises à
jour : « révisé désormais chaque année » et « à l’occasion des tirages successifs, s’opère
une mise à jour poursuivie sans défaillance » sont les seules allusions au travail de mise
à jour ; tandis qu’ils revendiquent le fait qu’après chaque nouvelle refonte, le
dictionnaire est comme entièrement remis à neuf, avec son lot de nouveautés (articles,
acceptions, cartes, portraits, planches hors texte, format et même titre). Les seules dates
que l’on retient de l’histoire du PL sont donc celles de ses refontes. De plus, comme le
remarque J. Pruvost, la refonte du Petit Larousse survient souvent à des moments clés :
[…] il bénéficie aussi d’une profonde remise en chantier quand le moment s’en fait
sentir, à la manière d’une mue qui vient en son temps. Il y en aura presque une dizaine
au cours du XXe siècle, notamment quand s’avance la décennie 1960-1970, pour le
millésime 1968. Comme si le petit dictionnaire avait appris à prendre le pouls de ses
lecteurs et à devancer les grands changements, quels qu’ils soient. Il y aura ainsi
d’autres refontes jusqu’à la fin du XXe siècle, notamment pour les millésimes 1981,
1989, deux dates marquantes, et 1998. 74

73
PL1989, p. 5, Aux lecteurs.
74
J. Pruvost, 2004, p. 3.

68
Le Petit Robert, quant à lui, a connu trois refontes75 . Sa première édition, parue en
1967 (que l’on pourrait millésimer PR1968), a été refondue une première fois en 1977
(millésime 1978). En 1993, une nouvelle refonte dirigée par A. Rey et J. Rey-Debove
inscrit le dictionnaire (que nous millésimerions 1994) dans la modernité, avec l’aide de
techniques de rédaction assistée par ordinateur : l’ensemble des citations sont alors
disponibles sous la forme d’un corpus, et le texte est structuré et balisé :
[…] les ouvrages nouveaux ainsi que les nouvelles éditions d’anciens ouvrages sont
désormais saisis entièrement sur informatique. Ainsi, par exemple, la nouvelle édition
du Petit Robert de 1993 a été entièrement informatisée en SGML. 76
Dans son édition 2007, dernière refonte 77 en date, le PR fait peau neuve, notamment en
ouvrant ses pages à de très nombreux mots de la francophonie.

Le travail de refonte du dictionnaire s’articule toujours autour de deux chantiers


simultanés : la fabrication d’une nouvelle maquette et la remise à plat de tous les articles
du dictionnaire.

1.5.2.1. Une nouvelle maquette


[…] la stylistique, la typographie ou la mise en
page, essentielles en matière d’édition
imprimée, […] ne sont [pas] pris en compte
aujourd’hui – à ma connaissance, toujours –
dans ce qui se décore du beau nom de
« métalexicographie ». (A. Rey, 2008b, p. 29)
La maquette d’un livre est une charte graphique dont le but principal est de définir
l’organisation des données sur ses pages. Elle détermine le format du livre tout en lui
assignant des règles de mise en pages.

1.5.2.1.1. Le format du dictionnaire


L’image de la refonte vue comme une « mue » du dictionnaire, proposée par
J. Pruvost 78 , est proche de la réalité. Les deux paramètres que sont l’aspect extérieur du
dictionnaire et sa taille (en centimètres comme en nombre de pages) sont en effet
presque toujours portés à évoluer au moment des refontes, et ces évolutions peuvent être

75
F. Jejcic donne quelques détails au sujet des deux premières : « La première édition du Petit Robert
date de 1967. En 1973 le dictionnaire connait une première mise à jour. L’édition de 1977, considérée
comme la seconde, présente une mise à jour générale et un enrichissement de deux cents pages
supplémentaires. L’édition de 1993, dont le texte a été remanié et amplifié de manière importante, peut
être tenue pour une nouvelle édition dont les tirages semblent désormais actualisés annuellement » (2006,
p. 120).
76
L. Catach, 1997, p. 106.
77
Cette refonte est bien plus innovante sur le plan du format que sur celui du contenu du dictionnaire.
Nous y reviendrons en 1.5.2.2.
78
J. Pruvost, 2004, p. 3.

69
comparées à la croissance d’un organisme. Laurent Bray remarque que « les formats
évoluent à mesure que le marché s’étend et que les tirages augmentent » 79 . Pour ce qui
est des couvertures et des logos du PL, nous renvoyons à J. Pruvost 80 . Le tableau
suivant rassemble quelques chiffres clés relatifs à la taille du Petit Larousse et de ses
ancêtres, le Nouveau Dictionnaire de la langue française et le Dictionnaire complet
illustré :
millésime dimensions de la nombre de pages
couverture
81
ND 1877 (première édition 1856) 9,5 × 15 cm XII + 672 + 336 = 1 020 p.
DC 1899 (première édition 1889) 10,5 × 16,5 cm 1 464 p.
PL1906 (première édition 1905) 13,5 × 19 cm 1 664 p.
82
PL1964 (refonte de 1960) 14,5 × 19,5 cm XVI + 1 800 = 1 816 p.
PL1987 (refonte de 1981) 15,5 × 21 cm XXXII + XVI + 1 800 = 1 848 p.
PL1989 15,5 × 23 cm 1 680 p.
PL1997 15,5 × 23,5 cm 1 784 p.
PL2008 15,5 × 23,5 cm CVIII + 1 812 = 1 920 p.
Tableau 2 : Évolution du format (taille et nombre de pages) de la lignée des Petit Larousse.

Les chiffres témoignent du fait que, depuis sa création, le PL n’a pas cessé de
« muer », délaissant lors de la plupart des refontes sa maquette devenue trop étriquée
pour en revêtir une nouvelle, plus large et mieux adaptée à son contenu renouvelé.
Globalement, depuis cent cinquante ans, ce dictionnaire n’a pas cessé de grandir et de
s’épaissir. Dans le PL1989, cependant, le nombre de pages chute d’environ cent
soixante-dix, mais la hauteur du dictionnaire ayant augmenté considérablement, on peut
supposer que le volume de texte est à peu près le même après la refonte qu’avant. Dans
notre période d’étude, la taille du PL est stable, et son nombre de pages oscille entre
1 780 et 1 920.

Une observation comparable peut être menée pour les Petit Robert. Le seul
accroissement sensible de la taille de l’ouvrage s’est produit lors de la refonte de 2007 :
les dimensions de l’ancien format (15 × 24 cm) sont revues à la hausse (17 × 24,5 cm).
Le nombre de pages, quant à lui, augmente de façon significative à plusieurs reprises (le
tableau 3 mériterait d’être approfondi par la consultation de davantage d’exemplaires du
PR) :

79
L. Bray, 1989b, p. 137.
80
J. Pruvost, 2004, p. IV-V (planches hors-texte).
81
Ces douze pages numérotées en chiffres romains correspondent à la préface.
82
Ces seize pages numérotées en chiffres romains correspondent aux pages roses.

70
PR1970 XXXII + 1 970 = 2 002 p.
PR1993 83 XXXII + 2 176 = 2 208 p.
PR1997 XXXVI + 2 556 = 2 590 p.
PR2001 XXXVI + 2 844 = 2 880 p.
PR2003 XXXVIII + 2 954 = 2 992 p.
PR2007 XLII + 2 838 = 2 880 p.
Tableau 3 : Évolution du format (nombre de pages) des Petit Robert.

À nouveau, la seule diminution du nombre de pages survient en même temps que


la taille du dictionnaire croît ; le volume de texte total n’est donc probablement pas
affecté. Parmi les PR de notre période d’étude, lors de laquelle une seule refonte a eu
lieu (PR2007), on observe que le dictionnaire présente pourtant quatre nombres de
pages différents. Chaque évolution correspond à l’adoption d’une nouvelle maquette.
Car si le fait de changer la maquette d’un dictionnaire est bien un composant crucial de
l’opération de refonte, il peut toutefois survenir isolément lors d’une mise à jour, sans
que la partie lexicographique du travail de refonte aille de pair.

1.5.2.1.2. La mise en pages du dictionnaire


Une fois le format du dictionnaire défini, il reste à organiser les données sur ses
pages, de manière lisible et attractive. Pour cela, les maquettistes travaillent autour de
trois pôles complémentaires : le jeu de polices, l’encombrement des pages et l’équilibre
entre l’imprimé et le blanc.

Le choix des polices typographiques permettra de bien distinguer chaque élément


de la microstructure. L’entrée, les marqueurs, les définitions, les exemples se
démarquent les uns des autres par la taille des caractères, leur épaisseur et leur police
notamment. Par exemple, dans les PL et les PR, depuis leurs premières éditions, les
entrées sont en capitales grasses, éventuellement surmontées de diacritiques, mais sans
points sur I et J.

Le renouvellement du jeu de polices a une influence directe sur l’interlettrage, et


donc sur le nombre total de signes sur la page, appelé encombrement. Les dictionnaires,
au contenu très fourni dans un nombre limité de pages, sont des exemples typiques de
livres gourmands en termes d’encombrement. Sur leurs pages, il devient donc difficile
d’apporter de nouvelles informations sans modifier le texte préexistant.

83
Date de dépôt légal : mai 1992. Il ne s’agit pas de l’édition refondue.

71
La recherche d’un équilibre entre les zones imprimées et le blanc intervient en
parallèle. Pour garantir un certain confort de lecture, il est primordial que les pages
soient agréables à parcourir. Or, dans un dictionnaire, la tâche est rendue difficile, car
« la page de dictionnaire est caractérisée par l’exploitation maximale de sa surface.
Dans un livre ordinaire la surface imprimée occupe environ la moitié de la page […] ;
dans un dictionnaire, elle en occupe les 3/4 » 84 . L’interlignage, la quantité et la
disposition des illustrations, la taille des marges sont autant de variables que les
maquettistes, auteurs du protocole graphique, modifient pour trouver un équilibre
visuel. Lorsqu’ils préparent la maquette d’un dictionnaire refondu, les maquettistes
doivent également intégrer un facteur spécifique de ce type de livre : sa future mise à
jour. En effet, pour prévenir les problèmes de place rencontrés lors d’une mise à jour –
sur lesquels nous avons déjà longuement insisté –, le recours à quelques astuces est
essentiel. Premièrement, le protocole graphique contiendra une instruction spécifiant
que les lignes creuses ne doivent pas être évitées ; on trouve par exemple dans le
PL2005, à la fin des articles, de nombreuses lignes creuses de quatre, cinq ou six
caractères seulement. Dans les mises à jour à venir, celles-ci seront des cibles
privilégiées lors de la recherche de place. Ensuite, on fera attention au placement des
illustrations. Dans les PL issus de la refonte de 1960, sur chaque page, les images sont
décalées dans la colonne extérieure. Cela a posé problème lors des mises à jour, et l’idée
a été abandonnée. Enfin et surtout, les maquettistes espacent autant qu’ils le peuvent les
lignes de chaque colonne, surtout sur les pages très illustrées. En effet, plus une page
héberge d’illustrations, plus la place que l’on peut potentiellement libérer en resserrant
les lignes est petite. Par exemple, sur la page 101 du PL1998, dont les trois quarts sont
couverts d’illustrations d’automobiles, il ne reste que 63 lignes de texte au total. Or, le
champ alphabétique de la page 101 (bornée par automatique et autonettoyant) est au
cœur d’un préfixe très productif, auto- (13 mots nouveaux entrés dans les PL 1997 à
2008). Pour parer à d’éventuels nouveaux articles à insérer sur cette page, les
maquettistes ont donc d’emblée espacé les lignes plus que la normale. Le résultat est
visible dans les PL 1998 à 2004, en deuxième et troisième colonne, entre automoteur et
autonettoyant.

84
L. Bray, 1989b, p. 138.

72
Dans notre corpus de dictionnaires, deux seulement sont issus d’une refonte : le
PL1998 et le PR2007 85 . Cependant, les maquettes de ces dictionnaires ont été
retouchées à plusieurs reprises en dehors des refontes. Ces ajustements de la maquette,
bien visibles pour le lecteur, doivent être brièvement décrits. Ils représentent en effet
autant d’indices permettant de statuer sur la profondeur lexicographique du travail
effectué en parallèle.

Dans la période 1997-2008, le PL a connu trois maquettes : celle du millésime


1997, celle de la refonte de 1998, et celle de l’édition du centenaire en 2005, inaugurée
dans la partie « langue française » à l’occasion du lancement de la mise en pages
assistée par le système Xyvision. Dans chacune d’elles, entre autres exemples, la police
des entrées était différente ; cela apparaît nettement quand on regarde la forme du J des
entrées, composé en petites capitales grasses (cf. illustration 2).

Illustration 2 : L’entrée jojoba dans le PL1997, dans les PL1998-2004 et dans les PL2005-2008.

Dans la première maquette (PL1997), le J ressemble à un U serré dont on aurait coupé


une portion rectangulaire dans la patte de gauche, si bien que son extrémité gauche est
horizontale. Dans la deuxième maquette (PL 1998 à 2004), sa courbure est réduite et il
descend sous la ligne. Enfin, dans la troisième maquette (PL 2005 à 2008), le J retrouve
sa courbure mais il s’arrête plus en retrait que le J de la première maquette, si bien que
son extrémité gauche est diagonale.

Dans le reste des maquettes successives des PL 1997 à 2008, les différences sont
nombreuses mais minimes. Par exemple, en 1997, les illustrations sont entourées d’un
fin cadre noir, tandis qu’en 1998, ce cadre perd ses bords verticaux, et les illustrations
ne sont plus cernées que par deux lignes horizontales. En 2005, les illustrations ne sont
plus obligatoirement balisées par ces deux lignes 86 , si bien qu’elles s’insèrent plus
joliment dans le texte. Dans le même esprit, la longue ligne horizontale qui chapeautait
toutes les pages des PL 1997 à 2004 est supprimée, ce qui désengorge la marge
supérieure et amplifie l’aération des pages.

85
Cf. note 77.
86
Dans ce dictionnaire, les détails de mise en valeur de l’illustration semblent varier en fonction de l’écart
et de la position relative de l’illustration et de son article de rattachement.

73
En 1997, les numéros de pages se situent dans la marge du haut, dans les coins
intérieurs de la page ; en 1998 et 2005, ils sont en bas, dans les coins extérieurs, plus
facilement lisibles.

En 1997 et 1998, les encadrés illustrés encyclopédiques, qui présentent les arts et
les courants artistiques (le ballet, l’art gothique, le surréalisme, etc.) sont sur fond
blanc, tandis qu’en 2005 ils sont mis en relief et détachés du texte par un fond pastel.

Enfin, autre détail, les développements encyclopédiques du PL1997 sont


introduits par le signe « ■ ». Ce symbole est remplacé en 1998 par l’abréviation
« ENCYCL. », plus explicite, avant de réapparaître dans les PL 2005 et suivants.

Le Petit Robert, entre les éditions 1997 et 2008, a connu quatre maquettes
différentes. Si celle inaugurée pour le millésime 2007 est constitutive de la refonte, en
revanche les deux autres changements de maquette sont survenus pour d’autres raisons.
Dès le PR1997, les articles étaient très proches les uns des autres, ce qui laissait peu de
place aux entrées nouvelles, et donnait l’impression que le contenu du dictionnaire était
condensé dans un nombre réduit de pages. La nouvelle maquette de 2001 donne donc de
l’air aux lignes : le dictionnaire accueille près de trois cents pages supplémentaires.
Pour autant, le livre n’est pas beaucoup plus épais qu’avant ; le papier, plus fin,
contribue à cela. De plus, ces trois cents pages supplémentaires ne représentent pas trois
cents pages d’ajouts : bien au contraire, le nombre de nouveautés dans les PR 1998 à
2001 est modéré. Le bénéfice procuré par ces trois cents pages réside dans l’aération des
pages, devenues plus agréables à parcourir.

En 2003, la maquette est à nouveau revue, cette fois pour accueillir un nouvel
élément de texte : les encadrés étymologiques (cf. 2.1.3.2.). Annoncés dans la préface,
les 650 encadrés émaillent les pages du PR, en même temps qu’ils s’invitent à
l’intérieur de nombreux articles par le biais de renvois situés dans les rubriques
étymologiques. Pour réaliser ces ajouts considérables, cent pages ont encore été ajoutées
au dictionnaire, sans épaisseur supplémentaire. Car plutôt que d’avoir resserré les lignes
un peu partout pour insérer les encadrés, on a privilégié la lisibilité du dictionnaire en
restant fidèle à une habitude récente dans le PR : laisser aux paragraphes la place de se
déployer sur les pages.

La maquette du PR2007, millésime marqué par une refonte, est totalement revue.
Le jeu des polices est entièrement renouvelé. Les encadrés étymologiques, fraîchement

74
créés, sont supprimés, d’où le retour du nombre de pages à son niveau d’avant 2003.
Les pages du dictionnaire gagnent deux centimètres de largeur, mais pour autant les
colonnes ne sont pas plus larges qu’avant (6,3 centimètres environ), le résultat de ce
changement étant que les pages du livre s’ouvrent et restent ouvertes plus
commodément.

Mais la maquette du PR2007 connaît quelques ratés, que l’on mesure à l’aune des
changements apportés en 2008. Premièrement, la police des rubriques étymologiques,
qui était trop maigre et rendait le texte presque illisible, a été très légèrement épaissie en
2008. De façon similaire, la police utilisée pour les dérivés situés en fin d’article semble
avoir été un peu diminuée. Ensuite, dans les rubriques étymologiques, le signe « ; » qui
séparait la date de première attestation de l’étymon a partout été remplacé par un
losange vide : « ◊ ». Enfin et surtout, les petites capitales de la police de caractères
nouvellement utilisée pour introduire certaines collocations porteuses d’une définition
(par exemple, à l’article foi, « ma foi, sur la foi de, faire foi, en foi de quoi, bonne foi,
mauvaise foi, ligne de foi, profession de foi ») se sont retrouvées impliquées dans une
coquille de grande ampleur : avec le changement de police, les majuscules initiales de
quelques noms propres et de quelques noms pris dans des acceptions particulières
(comme l’Hexagone, figuier de Barbarie, la République française, etc.) se sont
transformées en minuscules (figuier de barbarie, etc. – cf. 4.4.1.1.). L’édition 2008 a
donc été l’édition du retour à la normale, ce qui conduit à l’interprétation que le
millésime 2007 était un test grandeur nature en ce qui concerne les innovations
graphiques dans la maquette.

Le retrait de première ligne des paragraphes, dont dépend la position de l’entrée, a


été régulièrement revu de maquette en maquette du PR. En 1997, la première ligne de
chaque article est décalée vers la droite : le retrait est positif. Les articles sont en
renfoncement : « [l]es articles composés en renfoncement présentent une entrée en
retrait par rapport au bord vertical gauche de la colonne » 87 . À partir de 2001, à
l’inverse, le retrait de première ligne est négatif : la première ligne de chaque article
dépasse dans la marge. Les articles sont en débord. Les caractéristiques de ce choix
typographique sont détaillées par L. Bray :
Les articles composés en débord présentent une entrée décalée de plusieurs caractères
sur la gauche du bord vertical gauche de la colonne. C’est un procédé de composition
compliqué et cher, mais qui a l’avantage d’être particulièrement efficace en lecture de

87
L. Bray, 1989b, p. 140.

75
recherche. […] La seule opposition des formes et/ou des forces de corps ne
garantissant pas une mise en relief optimale de l’entrée, le composeur attire alors
l’attention du consultant en irrégularisant la forme de la colonne. Pour cela il a recours
à la mise en saillie de l’entrée, à son débord. […] L’attention focale du consultant se
portant d’abord sur la gauche du texte, on posera la règle selon laquelle plus la vedette
est décalée sur la gauche de la colonne, plus elle est rapidement localisée. 88
Enfin, pour la refonte de 2007, les premières lignes sont remises au niveau des autres :
les articles sont au carré.
Les articles composés au carré présentent une entrée (en gras) alignée sur le bord
vertical gauche de la colonne. Le passage d’un microtexte au suivant est alors
généralement marqué par un interlignage supplémentaire qui peut atteindre l’épaisseur
d’une ligne de texte 89
L’illustration 3 présente un même article composé successivement selon les trois
procédés décrits.

Illustration 3 : L’article ultrachic des PR 1997, 2001 et 2007, composé successivement en


renfoncement, en débord et au carré.

Un changement dans la maquette, quel qu’il soit, possède cette propriété que sa
mise en œuvre requiert la modification de toutes les pages du dictionnaire. Par exemple,
dans le PR2008 90 , lorsque le losange remplace partout les points-virgules, tous les
articles sont concernés, donc toutes les pages sont modifiées. Cette simple considération
en implique une autre, plus générale : certaines mises à jour de dictionnaires
(notamment celles du PL2005 et des PR 2001 et 2003) engageant une nouvelle
maquette dérogent partiellement aux contraintes dictionnairiques largement décrites au
chapitre précédent. En effet, autant, lors d’une mise à jour classique, les lexicographes
empêchent les pages de chasser pour éviter de les faire recomposer, autant lors d’une
mise à jour avec nouvelle maquette cette contrainte s’estompe, puisque toutes les pages
seront recomposées.

Cependant, cette observation doit immédiatement être nuancée. Il semble en effet


qu’avec le système Xyvision, la donne soit différente. Par exemple, dans le PL2008,
88
L. Bray, 1989b, p. 139-140.
89
L. Bray, 1989b, p. 140.
90
Le PR2008 n’inaugure pas vraiment une nouvelle maquette. Il contient une version améliorée de la
maquette de 2007. C’est la disparition de la contrainte de chasse des pages dans ce millésime qui permet
cette amélioration, laquelle concerne toutes les pages du dictionnaire.

76
bien que les pages qui chassent soient minoritaires, selon le vœu des auteurs, les
numéros de pages sont tous modifiés (conséquence d’un élément défini dans la
maquette : le changement de numérotation de l’avant-texte, chiffres arabes devenus
chiffres romains) ; donc toutes les pages sont modifiées, un tant soit peu. Le paradoxe
soulevé nous invite à la prudence quant à la distinction entre mise à jour et refonte et
leur lien avec l’immobilité et la chasse des pages.

Lors d’une refonte, la fabrication d’une nouvelle maquette est une étape
essentielle mais pas suffisante. Elle s’accompagne d’un travail lexicographique intense
dont le mot d’ordre est la remise à plat de tous les articles du dictionnaire.

1.5.2.2. La remise à plat des articles


Contrairement à une mise à jour qui se prépare en un an, le travail
lexicographique aboutissant à une refonte est un travail profond qui se déroule sur
plusieurs années. En ce qui concerne le Petit Larousse, ce travail est le fruit d’une
étroite collaboration entre l’équipe de lexicographes et l’ensemble des spécialistes
externes.

La première étape de la refonte est la segmentation du texte – l’unité la plus petite


étant la définition –, et le classement de toutes les unités en différents groupes
thématiques. Une fois les définitions concernant les domaines de l’astronomie, du droit,
de la mythologie, de la viticulture, ou encore les définitions ne ressortissant à aucun
domaine, réunies, elles sont distribuées aux spécialistes compétents. Le but de ce retour
des définitions à leurs auteurs ou coauteurs est de confronter la réalité actuelle des
domaines techniques avec la description qui en avait été faite lors de la refonte
précédente, une dizaine d’années auparavant.

Dans la deuxième étape, la plus longue, chacun examine les définitions qui lui
sont fournies, en souligne les carences et propose – ou non – de les modifier. Pour
certains domaines en pleine construction comme la génétique ou l’informatique, le
travail est plus fourni que pour la sylviculture ou l’alpinisme, par exemple. Les
définitions ne relevant d’aucun domaine de spécialité, c’est-à-dire tout ce qui concerne
la langue courante, sont traitées par l’équipe des lexicographes. La refonte est donc
organisée autour de domaines prioritaires qui déterminent son rythme.

Enfin, comme lors d’une mise à jour mais à beaucoup plus grande échelle, la
plupart des nouveaux mots sont tirés de la base de données de néologismes. Beaucoup

77
d’entre eux sont sélectionnés par les lexicographes, puis rédigés pour être intégrés au
dictionnaire. Éventuellement, la structure des articles est elle aussi remise en question.
Par exemple, l’indication de pluriel située en fin d’article est déplacée avant les
définitions dans les PL 1981 et suivants. Autre exemple décrit par P. Corbin :
[…] le regroupement (à peu près) alphabétique des séquences complexes lexicalisées
en fin d’articles, qui prévalait jusqu’en 1988, a été remplacé à partir de la refonte de
1989 par la redistribution de celles-ci sur critère sémantique dans le cœur des articles,
dont la structure hiérarchique est désormais plus affirmée et marquée par des
indicateurs alphanumériques. 91
Dans le PR2007, la structure de nombreux longs articles (d’une colonne et plus)
est revue. Ainsi, à l’article pierre, là où en 2006 sept distinctions sémantiques
numérotées de 1 à 7 se suivaient dans un paragraphe géant aux allures de pavé
inabordable, en 2007 quatre distinctions sémantiques plus générales, introduites
chacune par un terme générique ou un hyperonyme 92 en capitales grasses et décalé par
un alinéa – deux éléments typographiques facilitant la lecture –, hébergent les différents
sens. Ce nouvel effort de présentation des longs articles est une tâche lexicographique
centrée sur le parcours du lecteur parmi les définitions plutôt que sur le contenu de
celles-ci. Par ailleurs, il est à noter qu’il constitue à lui seul la majeure partie du travail
lexicographique effectué pour la refonte du PR2007. La plupart des articles courts
s’étant retrouvés tels quels en 2007, et une minorité ayant été retouchés ponctuellement
pour un ajout de citation ou de définition, ce que les auteurs et les vendeurs de ce
dictionnaire ont appelé « refonte » est en réalité l’ajout d’environ 500 articles,
accompagné de la révision des articles les plus longs.

Avec le PR2007 tout comme avec le PL2005, nous sommes donc confrontés à un
nouveau genre de travail lexicographique, à cheval entre mise à jour et refonte, lié aux
récentes avancées techniques en œuvre dans la fabrication des dictionnaires. En effet,
nous avons constaté que, depuis 2001 environ, certaines nouvelles éditions des PL et PR
mêlaient de manière inhabituelle des caractéristiques d’une mise à jour et d’une
refonte : nouvelle maquette lors d’une mise à jour (PR2001, PR2003), nombreux
articles non retouchés lors d’une refonte (PR2007), ensemble des définitions relevant
d’un domaine de spécialité renouvelées lors d’une mise à jour (PR2002 pour la religion
juive, PL2005 pour l’informatique et l’automobile, PR2008 pour le vocabulaire de

91
P. Corbin, 1995b, p. 93.
92
En l’occurrence : « I la pierre ; II une pierre ; III pierre précieuse, pierre ; IV substance, concrétion ».

78
l’Union européenne 93 ), nouvelle maquette introduite par paliers (dans la partie « noms
propres » du PL2003, puis dans la partie « langue française » du PL2005). Tous ces
indices concordent et laissent entrevoir l’avenir de la fabrication du dictionnaire avec
e
les techniques du XXI siècle. Le dictionnaire qui se profile est un dictionnaire dont le
contenu ne sera plus qu’une retombée du contenant, dans le sens où, les opérations de
mise à jour et de refonte se mêlant, la portée du travail lexicographique à effectuer pour
un millésime donné dépendra directement des moyens (humains et matériels) mis en
œuvre pour sa fabrication.

L’efficacité de notre grille de lecture des dictionnaires mis à jour se ressent de ces
nouvelles pratiques lexicographiques. En effet, l’alternance de mises à jours, de refontes
et de travaux intermédiaires nous empêche d’utiliser notre modèle sur tous les
millésimes. Celui-ci sera toutefois pleinement opérationnel, non seulement sur la
majorité des dictionnaires étudiés ici, mais aussi sur les PL et les PR d’avant 1997,
fabriqués suivant les procédés techniques détaillés en 1.3.

Nous avons établi que notre pratique de la métalexicographie se résumait à


interpréter un dictionnaire donné comme une reproduction enrichie du millésime
précédent. Nos axes de lecture et nos méthodes ayant été posés, nous invitons à présent
le lecteur à prendre connaissance de l’évolution des contenus lexicographiques
proprement dits.

93
Ces retouches ciblées ressemblent à celles opérées lors de la refonte du Dictionnaire universel de
Furetière (1690) en Dictionnaire universel français et latin de Trévoux (1704), décrites par L. Bray : « 3)
la suppression des passages teintés de jansénisme, 4) des additions de textes relevant de diverses
spécialités (botanique, par exemple, par Charles Plumier) et notamment de théologie » (1990, p. 1801).

79
2. Évolution des contenus du dictionnaire

La recherche de changements orthographiques dans les douze dernières éditions


des PL et des PR a servi de fondement à la lecture comparée méthodique de ces
ouvrages. Toutefois, lors des comparaisons de dictionnaires, les informations relatives à
l’orthographe n’ont pas monopolisé notre attention. En observant soigneusement tous
les éléments qui constituent les dictionnaires, et principalement ceux qui sont modifiés
d’une année à l’autre, nous avons reconstitué les étapes et les enjeux du travail
lexicographique. À présent, à la lumière des considérations purement techniques
exposées jusqu’à présent, il convient de laisser la place à la description des
changements observés, avec pour objectif un panorama, un tour de la question qui
réponde à l’interrogation suivante : « Qu’est-ce qui a changé dans les PL et les PR entre
1997 et 2008 ? » ; le tout en gardant pour les deuxième et troisième parties de cette
recherche nos préoccupations orthographiques, d’une portée conséquente quand on sait
combien le dictionnaire est un nœud crucial dans l’histoire de l’orthographe.

Il est assez largement admis, depuis les travaux de J. Rey-Debove 1 , que le


dictionnaire est l’imbrication de deux structures emboîtées, d’échelles différentes : la
macrostructure et la microstructure 2 . Les éléments qui constituent chacune de ces deux
structures sont des zones de changement. Cependant, les caractéristiques des
changements microstructurels et des changements macrostructurels ne sont pas
identifiables au point de les traiter conjointement. Aussi, nous passerons d’abord en
revue des changements typiques des éléments de la microstructure, en dehors des
changements relatifs à l’orthographe ; puis, nous nous arrêterons sur les mouvements
qui affectent la macrostructure des dictionnaires.

2.1. La microstructure
Un article de dictionnaire est composé d’une série d’informations structurées. Les
lexicographes consignent les instructions relatives à la structuration des articles dans un
protocole de rédaction, éventuellement adapté à un logiciel de rédaction assistée par
ordinateur. Tous les articles d’un dictionnaire donné sont susceptibles d’être présentés

1
J. Rey-Debove, 1971, p. 21.
2
F. J. Hausmann & H. E. Wiegand (1989) ont proposé une alternative à ce découpage, à laquelle nous
nous réfèrerons ultérieurement (cf. 2.3.) pour discuter la valeur de prescription orthographique des
différentes informations contenues dans un article de dictionnaire.

80
selon cette structure, appelée microstructure. La microstructure peut se définir comme
une charpente de l’article, composée d’éléments « formellement identifiables dans
lesquels se distribuent les informations » 3 , dont l’assemblage produit le texte
lexicographique. Elle « a une structure constante qui répond à un programme et à un
code d’information applicable à n’importe quelle entrée » 4 . Dans un dictionnaire,
certains des éléments de ce programme sont obligatoires et se retrouvent dans tous les
articles ; d’autres sont facultatifs.

Ainsi, un article du PL2008 – articles-renvois mis à part – se compose


obligatoirement au moins d’une entrée, d’une catégorie grammaticale et d’une
définition. En plus de ces trois éléments, il contient éventuellement une prononciation,
une étymologie, une indication de pluriel, des définitions supplémentaires (elles sont
alors hiérarchisées et numérotées), des marqueurs d’usage, de provenance, de domaine,
des sous-articles, des exemples forgés, des renvois, des remarques diverses, une
illustration, un tableau et un développement encyclopédique.

Un article du PR2008 – articles-renvois écartés – se compose nécessairement


d’une entrée, d’une prononciation, d’une catégorie grammaticale, d’une étymologie
datée 5 et d’une définition. Il contient occasionnellement d’autres éléments : des
définitions supplémentaires (hiérarchisées, numérotées et parfois datées), des
marqueurs, des exemples forgés ou attestés, des renvois analogiques, des remarques
diverses, des dérivés de l’entrée principale, des homonymes ou antonymes et un encadré
étymologique (uniquement dans les PR 2003 à 2007).

Dans le passage en revue qui suit, ces éléments très divers sont traités séparément
afin que leur évolution dans les dictionnaires 1997 à 2008 soit mieux perceptible. Il
nous fallait toutefois choisir un ordre de revue original, qui n’emprunte son caractère ni
à l’arbitraire ni à la charpente préfabriquée de l’article de dictionnaire. Une remarque
d’André Collinot et Francine Mazière, probablement inspirée par un argument de
Furetière dans ses Factums, sur l’hésitant lieu de traitement des collocations dans les

3
P. Corbin, 1989a, p. 38.
4
J. Rey-Debove, 1971, p. 151.
5
La rubrique étymologique est cependant absente de certains articles du PR, notamment les lettres de
l’alphabet français et certaines lettres grecques (mu, xi, etc.). Suggérons avec J. Pruvost (2008, p. 49) que
l’une des constantes d’un protocole de rédaction, aussi contraignant soit-il, est d’être démenti par
quelques articles.

81
dictionnaires anciens et son effet sur l’enchaînement actuel des constituants de l’article 6
– qui demeure un peu arbitraire et, partant, discutable – nous a donné l’idée de proposer
une lecture de l’article de dictionnaire en zones d’information métalinguistiques. Cette
lecture se résume en quelques mots : dans l’article tel qu’il figure dans les dictionnaires
actuels, les informations assimilables sont éparpillées. Les zones d’information
auxquels les divers éléments se rattachent sont pourtant assez clairement délimitées :
zones d’information graphique, phonique, historique, syntaxique, sémantique et
référentielle, auxquelles viennent s’ajouter des informations transversales. Le détail de
chacune des zones apparaît nettement quand on observe le plan du développement qui
suit.

Notre revue sera tout empirique et répondra à la question : comment le contenu a-


t-il évolué ? Nous observerons quatre types de modifications récurrentes 7 : l’élément
peut être ajouté, supprimé, déplacé ou modifié.

2.1.1 Zone d’information graphique


La zone d’information graphique d’un article de dictionnaire rassemble tous les
renseignements disponibles relatifs à la forme graphique du mot traité. Ce point précis
sera approfondi en 2.3.

2.1.1.1. Entrée
Les entrées d’articles sont des éléments modifiables. On relève le plus souvent des
ajouts ou des suppressions (en cas de doubles entrées), mais aussi des changements
importants. Ces changements étant le matériau même de notre deuxième partie, nous
nous limitons ici à présenter quelques modifications mineures dont l’entrée est le siège :
vélivole ou vélivoliste PL2006 vélivole ou, rare, vélivoliste PL2007
sédimenter v.i. ou se sédimenter v.pr. PL1999 sédimenter v.i. ou sédimenter
(se) v.pr. PL2000
pitchoun, e PR2002 pitchoun, oune PR2003
public, ique PL2006 public, publique PL2007
Dans la double entrée vélivole ou vélivoliste, un marqueur est ajouté qui précise la
fréquence d’emploi de la seconde variante. Dans l’entrée sédimenter du PL2000, la

6
« [Les collocations] vont-elles servir d’exemple, ou être listées comme locutions, ou comme noms
composés avec définition […], ou être négligées, ou s’insérer comme traits définitoires […]. Autant de
sites "ouverts" dans l’article, que la tradition va peu à peu installer dans une fausse évidence de
successions » (A. Collinot & F. Mazière, 1997, p. 161-162).
7
Ces types canoniques de modification du texte seront détaillés dans la partie suivante (cf. 3.2.3.).

82
présentation de l’emploi pronominal est modifiée. Aux articles pitchoun et public, les
formes de féminin de l’adjectif sont rendues plus explicites.

2.1.1.2. Pluriel (PL seulement)


Les indications de pluriel sont un contenu spécifique du PL 8 . Contenues entre
parenthèses, ou entre crochets si elles suivent une parenthèse étymologique – selon la
charte typographique des éditions Larousse 9 –, elles constituent une simple indication
du ou des pluriels du substantif ou de l’adjectif traité. Elles n’apparaissent que si celui-
ci pose une difficulté. Les indications de pluriel sont susceptibles d’être créées,
supprimées ou modifiées. Étant donné que les changements qui affectent les indications
de pluriel sont relatifs à l’orthographe, ils seront traités dans la deuxième partie de cette
recherche.

Remarquons par ailleurs que l’indication de certains pluriels se situe dans l’entrée
même, dans des cas comme :
floral, e, aux PL1997-2008
cheval, aux PR1997-2008
Les très rares changements observés à ce niveau-là relèvent de la section 2.1.1.1.,
consacrée aux entrées.

2.1.2. Zone d’information phonique


La zone d’information phonique d’un article de dictionnaire rassemble tous les
renseignements disponibles relatifs à la prononciation du mot traité.

2.1.2.1. Prononciation
Les changements pratiqués par les lexicographes dans le texte du dictionnaire
touchent également les indications de prononciation. Une anecdote éclairante rapportée
par J. Rey-Debove atteste que les changements phonétiques affectant la langue se
répercutent finalement dans les dictionnaires :
Par exemple dans la dernière édition du Petit Robert, le Nouveau Petit Robert, ma
phonéticienne est venue me demander ce qu’elle devait faire pour la nouvelle édition,
et apparemment cela ne devait consister qu’à apporter quelques petites corrections à
des mots ayant changé de prononciation. Alors j’ai acquiescé bien sûr, il fallait faire
ces corrections, mais elle est venue me revoir la semaine suivante, et elle m’a dit : « Il
y a six mois de travail, il y a tout à changer ! » J’ai pensé que ce n’était pas possible.
En vérité, il y avait de tels changements dans la prononciation du français en vingt-

8
Leur équivalent dans les PR étant les exemples forgés ou les citations dans lesquels l’entrée apparaît au
pluriel (cf. 4.2.1. à ce sujet).
9
A. Valade, 1995.

83
cinq ans, c’est-à-dire en une génération, en un quart de siècle, qu’il a fallu reprendre
toutes les transcriptions phonétiques des mots. 10
Ce fait est confirmé par la comparaison de quelques indications de prononciation
dans trois dictionnaires temporellement éloignés (Nouveau dictionnaire de la langue
française (1856), PL1905 et PL2005), menée par J. Pruvost 11 . On observe dans le
tableau proposé des évolutions significatives dans l’usage, qui prennent la forme de
simples changements, d’ajouts ou encore de suppressions de formes phoniques. Ce sont
ces mêmes opérations que l’on retrouve dans nos dictionnaires.

Dans les PL comme dans les PR, on relève des ajouts de prononciation :

bronchiole [bjl] PR1999 bronchiole [bjl ; bkjl] PR2000


hier PL2004 hier [ijr] ou [jr] PL2005
des suppressions de prononciation :

anthraquinone [trakinn] (supprimé du PL2008)


et toujours des changements et des coupures, parfois simultanés :

gone [on] PL2002 gone [n] PL2003


holisme [’lism] PR2005 holisme [lism] PR2006
pataras [ptar] PL2002 pataras [-ra] PL2003

2.1.2.2. Homonymie (PR seulement)


À la fin des articles du PR figurent parfois les homonymes de l’entrée. Ils peuvent
servir à guider l’utilisateur en recherche d’un mot : « [l]a présentation des homophones
du mot trouvé est […] susceptible de restituer le mot initial cherché »12 . Avec l’arrivée
de nouveaux articles, les rubriques d’homonymes sont parfois complétées (parfois non,
par oubli). L’entrée de toner dans le PR2004 illustre ce cas de figure :
thonaire […] HOM. Tonnerre. PR2003 thonaire […] HOM. Toner, tonnerre.
PR2004
tonnerre […] HOM. Thonaire. PR2003 tonnerre […] HOM. Thonaire, toner.
PR2004
toner […] HOM. Thonaire, tonnerre. PR2004
On observe ici que lorsque l’article toner entre dans le PR2004, il y est fait mention de
ses deux homophones. Au même moment, l’entrée de toner se répercute dans les
rubriques homonymiques des articles thonaire et tonnerre.

10
J. Rey-Debove (entretien réalisé par J. Pruvost), 1995, p. 71-72.
11
J. Pruvost, 2004, p. 68-69.
12
J. Rey-Debove, 1971, p. 163.

84
2.1.3. Zone d’information historique
La zone d’information historique d’un article de dictionnaire rassemble tous les
renseignements disponibles relatifs à l’histoire du mot traité.

2.1.3.1. Étymologie
L’information relative à l’étymologie, « placée entre parenthèses après
l’indication de la catégorie grammaticale, consiste en une indication de la langue
source, de l’étymon et de son sens dans la langue originaire, l’absence de cette dernière
indication marquant que ce sens n’a pas changé » 13 . La rubrique étymologique (qui
inclut dans les PR une date de première attestation et éventuellement les anciennes
formes du mot en français) est, elle aussi, un objet que les lexicographes modifient.
Dans le PL, où elle est facultative, elle peut être créée si elle était absente et que le
besoin s’en fait sentir, ou supprimée sans raison apparente. Dans le PL comme dans le
PR, il lui arrive d’être coupée :
cabiai […] 1741 ; emprunts antérieurs au tupi (capiigouare [Brésil] 1575) ; mot
caraïbe (Guyane), de cabi « herbe » et aica « manger » PR2007 cabiai […]
1741 ◊ mot caraïbe (Guyane), de cabi « herbe » et aica « manger » PR2008
champion […] (mot d’orig. germ.) PL2007 champion […] (du germ.) PL2008
ou à l’inverse complétée :
canicule […] 1500 ; it. canicula « petite chienne », appliqué à l’étoile Sirius
PR2003 canicule […] 1500 ; it. canicula « petite chienne », appliqué à l’étoile
Sirius, du lat., dimin. de canis PR2004
girafe […] (ital. giraffa, de l’ar.) PL2007 girafe […] (ital. giraffa, de l’ar.
zarāfa) PL2008
Elle peut également être modifiée afin de corriger une erreur :
exogène […] (gr. exô, au-dehors, et gennân, engendrer) PL2007 exogène […]
(gr. exô, au-dehors, et genos, origine) PL2008
gray […] (de Louis Harold Gray) PL2002 gray […] (de Stephen Gray) PL2003
quetsche […] (mot alsacien ; de l’all. Zwetschge) PL1997 quetsche […] (mot
alsacien, de l’all. Zwetsche) PL1998

2.1.3.2. Encadré étymologique (PR seulement)


Spécifiques du Petit Robert, les encadrés étymologiques s’inscrivent à la fois au
cœur de la somme d’informations historiques sur la langue et dans le réseau analogique
qui font la marque de fabrique du dictionnaire. Le réseau analogique, originellement
voué à tracer des liens entre les articles, par synonymie ou association d’idées, est ici

13
J. & C. Dubois, 1971, p. 107-108.

85
étendu aux rubriques étymologiques. Ainsi, lorsque de nombreux mots proviennent
d’une même source, identifiée comme étant un mot de la nomenclature, l’article
consacré à ce mot se voit complété par un encadré étymologique. Les encadrés
étymologiques matérialisent le lien entre les rubriques étymologiques connexes.

Apparus dans le PR2003, les encadrés étymologiques naissent d’un recyclage des
articles du Dictionnaire historique de la langue française. Leur filiation n’est d’ailleurs
pas cachée au lecteur dans les deux pages ajoutées à la préface pour l’occasion, signées
Marie-Hélène Drivaud et Marie-José Brochard :
Nous avons souhaité développer et enrichir l’aspect historique de l’ouvrage par de
courtes rubriques encadrées, placées à la fin de certains articles. Sans développer
l’histoire des mots et des idées, ce que fait le Dictionnaire historique de la langue
française, ces rubriques, au nombre de 650 (environ) replacent les mots dans leur
famille étymologique, de manière claire et explicite. […]
Les préfacières ajoutent des précisions intéressantes sur les évolutions provoquées par
l’arrivée des encadrés :
Au-delà des relations sémantiques de l’usage moderne, représentées par les exemples
et par les renvois « analogiques » […], il a semblé indispensable de signaler les liens
historiques entre mots, que le temps a masqués. Une partie importante de chaque
encadré est donc consacrée à la reconstitution d’une famille étymologique. […] La
reconstitution de ces familles étymologiques a produit 15 000 renvois qui ont été
signalés (par un *), permettant de relier un mot à l’encadré où il se trouve cité 14
Différenciés du reste du texte par une bordure grise et un titre centré, composés
dans une police plus petite que les définitions, les 650 encadrés étymologiques
représentent un apport novateur au dictionnaire, ayant nécessité un effort de mise en
page. Car en plus de décider de la forme qu’ils prendront, les auteurs ont été contraints
de recomposer l’ensemble du texte, en « cassant » les pages. La partie centrale du
dictionnaire (de A à Z, sans le péritexte), qui comptait 2 722 pages en 2002, en compte
après l’insertion des encadrés 2 826. Ces 104 pages ajoutées ont été le support matériel
des encadrés disséminés dans le texte, dont la longueur moyenne est d’environ un
cinquième de colonne.

De plus, l’arrivée des encadrés a entraîné une masse de travail supplémentaire. En


parallèle à cette arrivée, l’insertion d’une foule de renvois (15 000 d’après la préface),
assurant la redirection des lecteurs des articles vers les encadrés, a nécessité une
attention particulière. Et en toute logique, l’ajout de 15 000 astérisques – soit plus de
cinq par page –, qui n’était réalisable que si toutes les pages étaient retouchées, a engagé
la modification donc la recomposition d’un quart des articles, amenant elle-même un
14
PR2003, p. XIX-XXI.

86
travail de relecture supplémentaire par rapport aux autres mises à jour (pour lesquelles
on ne vérifie que les pages recomposées).

Le travail d’ajout des encadrés n’a pas pu être produit exhaustivement en une
seule mise à jour. En comparant les PR 2003 et 2004, nous avons en effet constaté que
de nombreux encadrés avaient été complétés un an après leur mise en place (par
exemple, pour la seule lettre D, les encadrés dame, dent, détruire, dire, dix, doux, droit).
Les encadrés du PR2003 peuvent donc être considérés comme une première version du
travail, presque comme des épreuves. L’extrait textuel suivant représente les deux
versions de l’encadré de l’article détruire, dans lequel trois renvois ont été ajoutés à la
ligne 6 (prosterner, prostré, substrat) :

Extrait textuel 1 : Quelques ajouts dans l’encadré étymologique détruire (PR2003 PR2004).

Ces ajouts ponctuels réalisés en 2004, que l’on peut interpréter comme des finitions du
travail, constituent des retouches du texte qui ne modifient pas la mise en page. L’ajout
d’une ligne dans l’encadré détruire est une cause de retouche de la page 730 ; cette page
ne chasse pas sur ses voisines. Si en 2004 une modification apparaît de manière
concomitante à un ajout dans un encadré, alors cette modification est une conséquence
annexe de l’ajout, lui-même cause de retouche de la page. Ainsi, sur les 245 pages
retouchées en 2004 que nous avons relevées, au moins 71 l’ont été dans le but de
modifier l’encadré qui s’y trouvait.

Dernière précision à propos des encadrés étymologiques : ils ont tous été
supprimés de la version papier du dictionnaire lors de la refonte de 2007 (ce qui a
provoqué une nouvelle révision d’importance). Ils n’auront figuré que dans quatre
éditions du PR (2003 à 2006), le temps peut-être pour les éditeurs de se rendre compte
que les encadrés s’écartaient trop du programme lexicographique initial du PR. Ils
restent toutefois disponibles dans la version informatisée du dictionnaire. Dans cette

87
version, ils ne sont pas directement visibles et n’apparaissent que si le lecteur les appelle
par un clic de souris, de la même façon que d’autres contenus spécifiques du PR sur
cédérom, à savoir les notices biographiques d’auteurs de citations et les notices sur les
langues.

Il est difficile de concevoir que le caractère éphémère de cette somme de travail et


d’efforts représentait une fin en soi ; aussi, on peut s’attendre à ce que les encadrés
resurgissent à tout moment, après un nouveau recyclage, dans une publication papier
des éditions Le Robert.

2.1.4. Zone d’information syntaxique


La zone d’information syntaxique d’un article de dictionnaire rassemble tous les
renseignements disponibles relatifs à la syntaxe particulière du mot traité. Il arrive que
la catégorie grammaticale soit mise à contribution pour véhiculer une information
graphique (ce point sera détaillé en 4.2.1.1.).

2.1.4.1. Catégorie grammaticale


Des catégories grammaticales peuvent être ajoutées si elles sont manquantes
(parfois par erreur, les articles-renvois du PR n’étant pas censés abriter de catégorie
grammaticale) :
2. coke ► cocaïne PR1998 2. coke n.f. ► cocaïne PR2000
ISBN PL1997 ISBN n.m. PL1998
UHT ou U.H.T. PL2004 UHT ou U.H.T. n.f. PL2005
ou encore modifiées :
1. *han n.m.inv. PL1997 1. *han interj. PL1998
e
1. leur pron. pers. de la 3 pers. du pl. PL1997 1. leur pron. pers. inv. PL1998
Nombreux sont les changements de catégorie grammaticale qui équivalent à des
changements orthographiques : nous examinerons ceux-ci dans la deuxième partie de
cette recherche.

2.1.4.2. Organisation de l’article


La structuration d’un article de dictionnaire est généralement organisée autour des
possibilités syntaxiques du mot décrit. Par exemple, dans les PR, les deux sens du verbe
cuver, qui sont bien distincts, sont introduits par une indication sur les constructions
qu’ils déterminent : respectivement « V. intr. » et « V. tr. ». Toujours dans les PR, le
deuxième sens du verbe proroger est constitué de deux parties : l’une pour l’emploi

88
transitif du verbe, l’autre pour son emploi pronominal. Pourtant, dans ces deux emplois,
proroger garde le même sens.

L’organisation syntaxique d’un article est susceptible d’être modifiée en fonction


des ajouts et des suppressions de sens pratiqués, parfois également à l’occasion d’une
remise à plat de l’article. Comme cette organisation dépasse bien souvent le niveau du
simple article pour porter sur plusieurs articles homographes, elle concerne tout autant
la macrostructure du dictionnaire que sa microstructure. Nous développerons quelques
exemples de changements dans l’organisation syntaxique des articles en 2.2.7.3.

2.1.5. Zone d’information sémantique


La zone d’information sémantique d’un article de dictionnaire rassemble tous les
renseignements disponibles relatifs au sens du mot traité.

2.1.5.1. Organisation de l’article


Nous venons d’observer que l’organisation des sens d’un article était fonction des
emplois syntaxiques du mot traité. Il n’en est pas moins vrai que cette organisation
ressortit également à la polysémie de ce mot. Dans les PR, les sens sont généralement
rangés par ordre chronologique de première attestation, ce qu’indique dans quelques
articles (comme spectacle) la datation des sens. Dans les PL, l’organisation actuelle des
sens a été inaugurée lors de la refonte de 1989 (cf. la citation de P. Corbin en 1.5.2.2.).
Ceux-ci se succèdent dans un ordre difficile à spécifier : quelquefois, les définitions les
plus générales figurent en début d’article et les définitions les plus spécialisées dans la
suite.

L’organisation sémantique d’un article est sujette à modifications, d’autant plus


que celle-ci dépasse parfois le cadre strict de l’article. Ce point sera développé lorsqu’il
sera question de l’aménagement de la macrostructure des dictionnaires, en 2.2.7.3.

2.1.5.2. Définition
Les définitions, dont on pourrait penser qu’elles représentent le contenu le plus
essentiel du dictionnaire, n’en sont pas moins sujettes aux mêmes transformations que
les autres éléments. Chaque année, de nombreuses définitions nouvelles sont ajoutées,
autour desquelles les éditeurs appuient leur campagne médiatique. Elles se trouvent soit
dans des articles nouveaux, soit dans des articles préexistants. Elles peuvent définir soit

89
un seul mot (pitch dans le PL2008, francophonie dans le PR2008), soit une locution ou
une expression 15 (planète naine dans le PL2007, partir en vrille dans le PL2008).

D’autres sont supprimées purement et simplement, auquel cas les marqueurs,


exemples et citations qui les accompagnent le cas échéant sont également supprimés.
Voici quelques définitions qui ne figurent plus dans les millésimes actuels :
Bic […] (Abusif) Tout stylo à bille, quelle que soit sa marque. (supprimé du
PL2007)
Mobylette […] (Abusif) Tout cyclomoteur, quelle que soit sa marque. (supprimé
du PL2007) 16
bacille […] Insecte herbivore du midi de la France, ressemblant à une brindille.
(Long. 10 cm env. ; ordre des chéleutoptères.) (supprimé du PL2008)
margaille […] fig. Désordre*. (supprimé du PR2008)
métropole […] Métropole d’équilibre : en France, grand centre urbain provincial
devant contribuer à contrebalancer l’influence de Paris pour en limiter la
croissance. (supprimé du PL2008)
parâtre […] Rare. Mauvais père. (supprimé du PL2008)
Il arrive aussi que des définitions soient supplantées par d’autres ; ou encore
qu’elles soient déplacées d’un article vers un autre, parfois dans le but de gagner des
lignes sur une page en en chargeant une autre éloignée, parfois pour favoriser la variante
qui porte la définition, comme ce fut le cas pour la définition de joint-venture déplacée
vers l’article coentreprise (recommandation officielle pour joint-venture) dans le
PR2008. Voici une paire d’articles du PL dans laquelle cela s’est produit :
balénoptère n.m. Mammifère marin voisin de la baleine (par oppos. à baleine
franche), à la gorge marquée de sillons longitudinaux et possédant une nageoire
dorsale. (Une espèce, le rorqual bleu, est le plus grand des animaux ; long. max.
33 m ; poids max. 190 t.) PL2006 balénoptère n.m. Rorqual. PL2007
rorqual […] Balénoptère. PL2006 rorqual […] Mammifère marin voisin de la
baleine (par oppos. à baleine franche), à la gorge marquée de sillons
longitudinaux et possédant une nageoire dorsale. (Une espèce, le rorqual bleu,
est le plus grand des animaux ; long. max. 33 m ; poids max. 190 t.) PL2007
Quelquefois, une définition est retravaillée dans le but manifeste de l’améliorer ou
de la mettre à jour :
carcajou […] Blaireau du Labrador. PR2007 carcajou […] Mammifère
carnivoire [sic] (mustélidés) des régions boréales, au corps trapu et massif.
PR2008

15
« Locutions » et « expressions » sont les termes employés dans les dossiers de presse des PL. Nous leur
préférons des appellations telles que « mot composé, collocation, syntagme figé ».
16
Ces définitions de Bic et de Mobylette, comme quelques autres, ont été supprimées pour des questions
de propriété intellectuelle : elles ne correspondent pas à la définition que les détenteurs de ces noms
déposés leur attribuent d’autorité. Cf., pour l’orthographe de ces noms, 4.5.

90
2. écu […] Monnaie de compte de l’Union européenne. PR1998 2. écu […]
Ancienne unité de compte commune aux pays de l’Union européenne. PR2000
feldspath […] Silicate double d’aluminium et d’un métal alcalin ou
alcalinoterreux, à faible coloration. PR2007 feldspath […] Silicate
d’aluminium, potassium et sodium (feldspath alcalin) ou calcium et sodium
(plagioclase), se présentant en cristaux de couleur blanche ou rosée, plus
rarement incolores. PR2008
Ensuite, au sein d’un article, l’organisation des sens peut être revue. La hiérarchie
et l’ordre des définitions sont alors reconsidérés, comme ce fut le cas récemment dans
ces articles du PL :
1. pointer […] 5. Diriger sur un point, dans une direction. Pointer son doigt vers
qqn. 6. INFORM. Déplacer le pointeur sur l’écran d’un ordinateur pour l’amener
sur l’élément à sélectionner. ◊ Pointer une arme, la diriger sur un objectif.
PL2006 1. pointer […] 5. Diriger sur un point, dans une direction. Pointer son
doigt vers qqn. ◊ Pointer une arme, la diriger sur un objectif. 6. INFORM. a.
Déplacer le pointeur sur l’écran d’un ordinateur pour l’amener sur l’élément à
sélectionner. b. Orienter vers un élément (texte, image, etc.) grâce à un lien
hypertexte. Pointer vers une page Web. PL2007
préfète n.f. 1. Vieilli. Femme d’un préfet. 2. Cour. Femme préfet. PL2007
préfète n.f. 1. Femme préfet. 2. Vieilli. Femme d’un préfet. PL2008
Mais les changements qui figurent en plus grand nombre parmi nos relevés sont
les coupures et les réécritures. Lorsqu’une définition est coupée, même d’un seul mot,
dans le but de gagner une ligne, elle perd en précision au profit d’une autre information
ajoutée, comme en attestent les cas suivants :
baronnie […] Fig. Pouvoir local plus ou moins autonome ; fief. PL2007
baronnie […] Fig. Pouvoir local plus ou moins autonome. PL2008
issue […] Moyen de sortir d’une difficulté, d’un embarras ; échappatoire. PL2007
issue […] Moyen de sortir d’une difficulté ; échappatoire. PL2008
sel […] PHYSIOL. Sels biliaires, contenus dans la bile, qui favorisent l’émulsion
des graisses et activent la lipase pancréatique. PR2003 sel […] PHYSIOL. Sels
biliaires, qui favorisent l’émulsion des graisses et activent la lipase pancréatique.
PR2004
tabasser […] Fam. Rouer de coups, passer à tabac. PL2007 tabasser […] Fam.
Rouer de coups. PL2008
On assiste également, de manière plus prononcée dans le PL que dans le PR, à de
nombreuses réécritures très partielles de définitions, qui sont une alternative à la
coupure, dans le sens où elles permettent un gain de place sans que l’information soit
vraiment déformée. La formulation est réduite, mais le sens est conservé :
placé […] Cheval placé : cheval qui arrive dans les trois premiers d’une course
de plus de sept concurrents ou dans les deux premiers d’une course de quatre à
sept concurrents. PL2005 placé […] Cheval placé : cheval qui arrive dans les

91
3 premiers d’une course de plus de 7 concurrents ou dans les 2 premiers d’une
course de 4 à 7 concurrents. PL2006 17
survitrage n.m. Vitrage supplémentaire qui se pose sur le châssis d’une fenêtre à
des fins d’isolation. PL2007 survitrage n.m. Vitrage supplémentaire posé sur
le châssis d’une fenêtre à des fins d’isolation. PL2008
Enfin, il arrive que certaines réécritures partielles ne conduisent pas à un gain de
place. Certaines petites retouches apparaissent alors comme des corrections ou comme
d’infimes suppléments à l’information délivrée :
MONEP […] Marché français, créé en 1947, […] PL2006 MONEP […]
Marché français, créé en 1987, […] PL2007
russe […] Langue slave orientale parlée en Russie. PL2007 russe […] Langue
slave orientale parlée princip. en Russie. PL2008

2.1.5.3. Marque
Les marqueurs, utilisés pour introduire et spécifier les définitions, sont
susceptibles de changer intrinsèquement. Dans les PL 1997 à 2008, trois marqueurs
géographiques ont été modifiés. Dans le PL2000, ainsi que nous l’a confié un
lexicographe lors d’un entretien, c’est à la demande du public québécois du PL que tous
les anciens marqueurs « Canada » ont été remplacés par des « Québec ». De même,
suite à la prise en compte du nom officiel de l’île, tous les « Réunion » sont devenus
« La Réunion » dans le PL2007. Par ailleurs, les marqueurs « Zaïre », tous accolés dans
le PL1997 à « Belgique », ont été supprimés dans le PL2000. On relève un cas similaire
dans le PR2008 où les six occurrences du marqueur « Val d’Aoste » ont été changées en
« Vallée d’Aoste ».

Par ailleurs, le marqueur « Sout. » (pour « soutenu ») présent dans trois articles du
PL2005, civilement, immixtion et 2. tout, disparaît totalement en 2006. Dans les trois
articles où il était utilisé, il est remplacé par le marqueur « Litt. ».

Mis à part ces cas où c’est le marqueur a été modifié intrinsèquement, on relève
beaucoup d’ajouts et de suppressions ponctuels :
garçon […] Employé subalterne affecté à certains travaux. PL2007 garçon
[…] Vieilli. Employé subalterne affecté à certains travaux. PL2008
minerval […] RÉGION. (Belgique) Frais de scolarité payés par les élèves de
certaines écoles. PR2007 minerval […] RÉGION. (Belgique, Burundi) Frais de
scolarité payés par les élèves de certaines écoles. PR2008
survolteur-dévolteur […] ÉLECTROTECHN. Machine ou transformateur pouvant
fonctionner soit en survolteur, soit en dévolteur. PL2007 survolteur-dévolteur

17
Cf. 1.5.1.3.4.

92
[…] Machine ou transformateur pouvant fonctionner soit en survolteur, soit en
dévolteur. PL2008
ainsi que quelques modifications :
céphalosporine […] BIOCHIM. Antibiotique fongique. PR2007 céphalosporine
[…] MÉD. Antibiotique d’origine fongique ou synthétique. PR2008
escabelle […] ANCIENNT Escabeau. PR2001 escabelle […] VX Escabeau (1°)
PR2002

2.1.5.4. Synonymie
Quelques synonymes, placés dans une rubrique marquée « SYN. », sont
disséminés parmi les articles du PL. Ils constituent un réseau analogique d’une faible
densité, qui seconde le système de variantes lexicales lorsque celui-ci est dans
l’impasse. Certaines définitions se réduisent à un mot synonyme, dans le cas où les
lexicographes ne veulent pas regrouper dans un même article deux mots éloignés. Les
synonymes interviennent dans les articles comme pendants de ces définitions
synonymiques. Ainsi, la mention d’un synonyme après la définition de roche
magmatique vient compléter le renvoi déguisé en définition de roche éruptive vers
roche magmatique :
éruptif […] Roche éruptive : roche *magmatique. PL2008
magmatique […] Roche magmatique : roche provenant de la cristallisation d’un
magma en profondeur (roche plutonique) ou en surface (roche volcanique).
SYN. : roche éruptive. PL2008
L’ajout ou la suppression d’un synonyme – rarement pratiqués – peut concorder avec
l’entrée ou la sortie d’un article inscrit dans un réseau. Entre autres exemples, lorsque
l’article parodontie entre dans le PL2007, il entraîne l’ajout d’un synonyme sous
parodontologie. Ou encore, lorsqu’un sens est supprimé, comme à 2. meunier dans le
PL1998, la mention de ce sens en tant que synonyme d’un autre mot disparaît :
parodontologie n.f. Partie de l’odontologie qui étudie le parodonte. PL2006
parodontologie n.f. Partie de l’odontologie qui étudie le parodonte. SYN. :
parodontie. PL2007
mousseron […] SYN. : meunier. (supprimé du PL1998 en même temps que le
premier sens de 2. meunier)

2.1.5.5. Antonymie (PR seulement)


Dans le PR, en fin d’article, figurent parfois les antonymes de l’entrée, rangés peu
explicitement selon la même progression que les différents sens. On relève quelques
ajouts de contraires après l’arrivée de mots nouveaux, et quelques suppressions dues à
des raisons diverses :

93
installer […] Contr. Déplacer. 1. Aller (s’en aller), déménager. PR2001
installer […] Contr. Déplacer. Désinstaller/ 18 1. Aller (s’en aller), déménager.
PR2002
polygénisme PR2001 polygénisme […] Contr. Monogénisme. PR2002
acculturation […] Contr. Déculturation. PR1998 acculturation […] ex.
Déculturation et acculturation. PR2000
informulé […] Contr. Formulé. PR2003 informulé PR2004
À l’article installer du PR2002, dans la liste des antonymes, désinstaller est ajouté en
même temps qu’il entre à la nomenclature. Dans le même millésime, une rubrique
d’antonymie est créée sous polygénisme au moment où l’article monogénisme fait son
entrée. À l’article acculturation, l’antonyme déculturation est remplacé par un exemple
mettant en scène le couple de contraires. Enfin, l’antonyme mentionné à la fin de
l’article informulé est supprimé lorsque les lexicographes s’aperçoivent que formulé ne
figure pas à la nomenclature.

2.1.5.6. Renvoi
Dans les PR, les très nombreux renvois tissent le réseau analogique du
dictionnaire. Le plus souvent, des renvois sont ajoutés pour inscrire un article ou un
sens nouveau dans ce réseau ; par exemple, à l’article baby-foot du PR, le renvoi vers
kicker est concomitant avec l’ajout de ce mot à la nomenclature :
plein […] 3. Se dit d’une femelle animale en gestation. ► gros. PR2003 plein
[…] 3. Se dit d’une femelle animale en gestation. ► gravide, gros. PR2004
baby-foot […] Football* de table. PR2007 baby-foot […] Football* de table.
► RÉGION. kicker. PR2008
Il arrive parfois qu’un renvoi soit ajouté bien après l’élément auquel il renvoie, ceci à
cause de « l’oubli assez fréquent des rappels alphabétiquement éloignés » 19 . Plus
rarement, quelques renvois sont supprimés du PR. Par exemple, l’un des renvois de
l’article lèche fait les frais d’un ajout d’exemple sur sa page à l’article lécithine :
lèche […] Faire de la lèche à qqn. ► flatter ; lèche-botte, lèche-cul. PR2003
lèche […] Faire de la lèche à qqn (► lèche-botte, lèche-cul). PR2004
Dans les PL, les rares renvois ont pour fonction de guider le lecteur vers un
complément d’information absent de l’article qu’il est en train de consulter ; ils
apparaissent également comme des points de liaison des articles entre eux. Ainsi, un
renvoi de astronaute vers taïkonaute (article entré dans le PL2005) est ajouté dans le

18
Cette coquille (« / » au lieu de « . ») a été corrigée en 2007.
19
J. Rey-Debove, 1971, p. 60.

94
PL2008 ; et un autre renvoi ajouté dans le PL2008 redirige le lecteur de catégorie
socioprofessionnelle (CSP) vers socioprofessionnel.

Dans ce même dictionnaire, certains renvois d’un tout autre type (ils sont
purement fonctionnels et ne touchent en rien le réseau d’articles), vers de grandes
illustrations ou planches éloignées de l’article source, partagent la caractéristique
d’avoir été modifiés pour des raisons de pagination. Par exemple, après la repagination
du PL2008 – conséquence de la renumérotation de l’avant-texte en chiffres romains –,
les indications entre parenthèses du type « V. ill. pages 300-301 » ont dû être mises à
jour. Ce fut le cas notamment pour le renvoi vers la double page des costumes, en 2008.
Ces quelques modifications, bien que mineures, sont des causes de retouche des pages
concernées.

2.1.6. Zone d’information référentielle


La zone d’information référentielle d’un article de dictionnaire rassemble tous les
renseignements disponibles relatifs aux objets du monde entretenant un rapport avec le
mot traité.

2.1.6.1. Développement encyclopédique (PL seulement)


Caractéristiques du Petit Larousse, les développements encyclopédiques sont de
courts exposés rédigés sur un thème du savoir. Les plus conséquents sont placés après
l’article auquel ils se réfèrent, introduits par un symbole (« ■ ») ou une abréviation.
D’autres, plus courts (parfois un seul syntagme), apparaissent entre parenthèses
directement après une définition 20 . P. Corbin voit dans ce dernier type de
développement encyclopédique « un module postdéfinitionnel, à dominante
encyclopédique, [qu’il nomme] module préencyclopédique » 21 . Par exemple, aux
articles consacrés aux espèces animales et végétales, des modules préencyclopédiques
informent sur la classification des espèces :
pois […] 1. Plante annuelle cultivée dans les régions tempérées pour ses graines,
consommées comme légume (petits pois) ou servant à l’alimentation animale.
(Nom sc. Pisum sativum ; sous-famille des papilionacées.) […] 4. Pois de
senteur : plante légumineuse grimpante, cultivée pour ses grappes de fleurs très
parfumées. (Genre Lathyrus.) PL1998-2008
Il arrive qu’un module préencyclopédique soit élevé au rang de développement
encyclopédique classique :

20
Cf. C. Dubois, 1990, p. 1580.
21
P. Corbin, 1990, p. 91.

95
grippe […] (Outre l’homme, les virus grippaux peuvent toucher certains
animaux domestiques, comme le porc, le cheval et les volailles.) PL2006
grippe […] ■ Outre l’homme, les virus grippaux peuvent toucher certains
animaux, notamm. domestiques, comme le porc, le cheval et les volailles. Le
virus de la grippe peut subir chez les oiseaux une mutation le rendant très
pathogène. Depuis 2003, le virus de la grippe aviaire s’est propagé en Asie du
Sud-Est puis a atteint l’Europe et l’Afrique. De nombreux pays ont pris des
mesures préventives dans l’éventualité d’une transmission interhumaine. PL2007
Certains développements encyclopédiques ont été ajoutés dans les PL entre 1997
et 2008 : à l’article orthodoxe en 1998 (long de 10 lignes), à OGM en 2002 (18 lignes),
ou encore à téléphone en 2005 (23 lignes). Étant donné que les développements
encyclopédiques classiques nécessitent une place importante, le contexte de la refonte
ou l’inauguration d’une nouvelle maquette favorise leur apparition. L’ajout du long
développement à OGM dans le cadre d’une simple mise à jour en 2002 a entraîné de
très nombreuses conséquences sur les pages 715 à 717 : deux sens supprimés (aux
articles ogival et oint), trois exemples supprimés (O.K., ombiliqué, omnipotent), trois
marqueurs supprimés (oléique, olifant, oncogène), six définitions coupées (ogive,
ombellifère, ombrage, 1. once, oncogène, oncologie), un synonyme tronqué (2. once),
une prononciation ajoutée (ohmmètre), un marqueur ajouté (ombellule), deux tableaux
corrigés (les Jeux olympiques d’été, les Jeux olympiques d’hiver) 22 , une remarque
modifiée (on), une fusion d’articles (omnidirectif et omnidirectionnel), et un
changement orthographique (2. omnibus, qui sera traité en 4.2.2.).

Plus fréquemment, ce sont des modules préencyclopédiques qui sont introduits.


Citons pour le seul millésime 2007, parmi d’autres, des ajouts à chaîne alimentaire, à
corticoïde, à obésité et à DEA (mais le module préencyclopédique ajouté à cet article est
supprimé dès 2008).

D’autres développements encyclopédiques ont été totalement supprimés, comme


ceux des articles église et orphisme en 1998 ; des modules préencyclopédiques ont
connu le même sort, notamment moyen âge et sous-espèce en 2003, 3. livre et spahi en
2007, serbo-croate en 2008. Pour certains, la raison de leur suppression ne correspond

22
Une précision s’impose : les tableaux des Jeux olympiques ne sont pas mis à jour au rythme des
olympiades (quadriennales au début de notre période d’étude, biennales à la fin), mais irrégulièrement (cf.
le détail de quelques changements en 2.1.6.2.). En l’occurrence, dans le PL2002, dans le tableau Jeux
olympiques d’été, deux nombres manquants ont été ajoutés et vingt-neuf autres ont été corrigés. Au même
moment, dans le tableau Jeux olympiques d’hiver, dix-huit nombres ont été corrigés. Autant l’ajout d’une
ligne supplémentaire (comme dans le PL2003 l’ajout de « 2002 Salt Lake City ») constitue une cause de
retouche de la page, autant ces corrections de 2002 constituent des conséquences annexes de l’ajout d’un
développement encyclopédique sous OGM.

96
pas à une recherche de place, mais plutôt à une véritable mise à jour encyclopédique.
Ainsi, la disparition de la parenthèse de 3. livre en 2007 est justifiée par l’actualité :
3. livre […] (Devenue, dès le 1er janvier 1999, une subdivision de l’euro, la livre
irlandaise a cessé d’exister, au profit de la monnaie unique européenne, en
2002.) (supprimé du PL2007)
Si l’on combine les ajouts et les suppressions de développements encyclopédiques
relevés, on observe que leur nombre a légèrement diminué dans le PL depuis douze ans,
la création de nouveaux développements se raréfiant, probablement par manque de
place et manque de matière à traiter.

Enfin, de nombreux développements encyclopédiques ont connu diverses


modifications. Ils ont été complétés :
1. travail […] 2002 : entrée en vigueur, pour les entreprises de moins de 20
salariés, de la nouvelle durée légale du temps de travail. 2003 : assouplissement
de la loi sur les 35 heures (offrant la possibilité de nombreuses heures
supplémentaires). La référence n’est plus de 35 heures par semaine mais de
1 600 heures par an. (ajouté au PL2004)
légèrement réécrits dans le sens d’une diminution, provoquant parfois un gain de
ligne 23 :
cubisme […] ■ […] Divers sculpteurs – sur les traces de Picasso – interprètent
en trois dimensions les principes cubistes PL2007 cubisme […] ■ […] Divers
sculpteurs – sur les traces de Picasso – interprètent les principes cubistes PL2008
légèrement réécrits pour la mise à jour encyclopédique :
araignée […] ■ […] Sur les 35 000 espèces connues, 30 % seulement sont
considérées comme venimeuses pour l’homme, et très peu sont réellement
dangereuses. PL2007 araignée […] ■ […] Sur plus de 35 000 espèces
connues, quelques dizaines seulement sont reconnues comme venimeuses pour
l’homme, et très peu sont réellement dangereuses. PL2008
ou complètement réécrits :
catholicisme […] ■ Selon l’enseignement catholique, Jésus-Christ a donné à son
Église pour chef le pape, successeur de saint Pierre ; les évêques sont soumis à
son autorité. L’Église est infaillible quand elle définit une doctrine de foi soit par
un concile œcuménique, soit par le pape seul parlant ex cathedra. Ses principaux
dogmes sont la Trinité, l’Incarnation, le péché originel et son rachat par Jésus-
Christ, la Résurrection. Les fruits de la Rédemption sont appliqués par les
sacrements, qui sont au nombre de sept. PL1997 catholicisme […] ENCYCL.
Le catholicisme repose sur l’Écriture, la Tradition et l’Église, cette dernière étant
considérée comme dépositaire et seule interprète des vérités de foi et des règles
morales. Cette unité doctrinale est parallèle à l’unité ecclésiale, autour du pape,

23
Cf. 1.5.1.4. pour la reproduction de cette coupure du texte et son contexte.

97
évêque de Rome et successeur de l’apôtre Pierre. La foi s’alimente aux sept
sacrements reconnus par l’Église catholique. PL1998

2.1.6.2. Tableau encyclopédique (PL seulement)


Dans le Petit Larousse, les illustrations et les tableaux participent à la vocation
encyclopédique de l’ouvrage tout autant que les développements écrits. Entre 1997 et
2008, on n’observe aucune création ni aucune suppression de tableau encyclopédique.
Les changements se situent intégralement à l’intérieur des tableaux, et consistent dans
presque tous les cas en des mises à jour encyclopédiques répercutant les changements
du monde. Quelques tableaux sont plus souvent retouchés que d’autres, comme ceux
des monnaies, des Jeux olympiques ou des éléments chimiques, qui évoluent sans cesse.

Ainsi, le tableau des monnaies a été plusieurs fois reconsidéré avec le passage à la
monnaie unique dans plusieurs États européens. Dans le PL2000, l’euro a été ajouté aux
monnaies locales des pays de la zone euro (sous la forme « euro ou [ancienne
monnaie] »), puis celles-ci ont été supprimées dans le PL2003, laissant la place à l’euro
seul. Bien sûr, en dehors de ce tableau, les articles correspondant à chacune des
monnaies ont également été retouchés plusieurs fois d’affilée.

Quant à la page de la lettre O qui accueille les deux tableaux intitulés Les Jeux
olympiques d’été et Les Jeux olympiques d’hiver, elle est modifiée à un rythme suivant
irrégulièrement le rythme des évènements sportifs. Une ligne entière est ajoutée pour
chaque olympiade, mais pas nécessairement dans la foulée de celle-ci : « Sydney 2000 »
dans le PL2001, « Athènes 2004 » dans le PL2006, « Turin 2006 » dans le PL2007, etc.
Pour rester dans le domaine du sport, dans la partie « noms propres », le tableau du
palmarès du Tour de France depuis 1903, qui occupe toute une colonne, est bloqué
depuis le PL2007 à la ligne « 1999 à 2005 L. Armstrong (É-U) ». La taille de ce tableau
encyclopédique qui ne cesse de s’agrandir (et plus rapidement que le tableau des papes,
qui recouvre, lui, toute une page) risque de poser prochainement un sérieux problème
aux lexicographes.

Enfin, le vaste tableau présentant la classification périodique des éléments


chimiques fait l’objet d’ajouts et de changements liés aux récentes avancées dans ce
domaine. On y relève notamment les changements repris dans les illustrations suivantes.

98
Illustration 4 : Les noms de quatre éléments chimiques sont mis à jour, tandis que leur masse
atomique est corrigée 24 (PL1998 PL1999).

Illustration 5 : Le nom d’un élément chimique récemment baptisé est ajouté au tableau (PL2006
PL2007). Dans le même temps, la police de caractères du numéro atomique des éléments
ainsi que la couleur de fond du tableau sont modifiées.

2.1.6.3. Illustration (PL seulement)


Dans les PL, les modifications touchant les illustrations sont relativement peu
nombreuses. On relève quelques ajouts d’illustrations : moufette, myosotis et myrte dans
le PL2003, églantier et yourte en 2007. Mais ces ajouts survenant lors de mises à jour se
produisent dans des situations bien particulières, entièrement dépendantes de la charte
graphique du dictionnaire. Ainsi, la grande illustration de yourte, qui semble avoir été
commandée au dessinateur Moebius, ne peut être ajoutée en toute fin de la lettre Y que
parce que deux tiers la surface de la dernière page de la lettre Y étaient inutilisés (à
cause du saut de page introduisant la lettre Z). Quant à l’arrivée de l’illustration à
églantier, elle se produit en même temps que la suppression de l’illustration de l’article
égout sur la même page. Enfin, les trois illustrations citées ajoutées en 2003 le sont dans
une section très localisée du dictionnaire, la fin de la lettre M. Or, cette année-là, la très
grande carte et l’encadré encyclopédique qui sont rattachés à l’article moyen âge sont
déplacés de la partie « langue française » vers la partie « noms propres ». La disparition
soudaine de l’équivalent d’une page de texte a provoqué un vide qui a nécessité la
recomposition des onze dernières pages de la lettre M (jusqu’au saut de page entamant
N) et qui a permis l’arrivée des trois illustrations.

24
La masse atomique de l’élément numéro 107 donnée par le PL1998 (262) est erronée ; les masses
atomiques voisines, approximatives en 1998, sont précisées en 1999.

99
Quelques illustrations ont également été supprimées : rose des vents en 1998,
mais aussi biscuit, grue et polo en 2007, ou encore planche en 2008. Remarquons que
pour l’article grue, l’illustration supprimée était le deuxième élément d’une paire
d’illustrations. En effet, dans les PL 2006 et antérieurs, cet article polysémique était
illustré à la fois par le dessin d’un oiseau et par la photographie d’un engin de chantier.
Lorsque les lexicographes suppriment la photographie en 2007, c’est probablement
qu’ils ont estimé que le poids illustratif de l’article était trop élevé, et qu’il pouvait être
réduit de moitié sans grand dommage.

Enfin, des changements divers affectent les illustrations : déplacement sur la page
(bison PL2007, empattement PL2004 : cette illustration figurait sous empâtement par
erreur), renouvellement d’une photographie (dôme sortie en 1998 puis remplacée par
une autre photographie en 2005, gargouille PL2008) ou d’un dessin (rugby PL2008),
ajout de précision dans la légende (aile PL2008), et surtout coupure d’illustration. Nous
avons déjà détaillé ce type de retouche de l’illustration (cf. 1.5.1.3.2.1.), dont la seule
finalité est de gagner quelques lignes de texte. Il a été très largement pratiqué dans le
PL2008. En plus de caryatide, désert, parapente et tramway, nous avons relevé seize
autres illustrations diminuées dans la partie « langue française ».

Terminons avec le parcours tout à fait inattendu du dessin de deux anatifes dans
les PL. Un anatife est un crustacé marin qui s’attache aux objets flottants par un
pédoncule. En tant que crustacé marin, il vit immergé dans l’eau. Et puisqu’il est
accroché à des objets flottants, son pédoncule est plus proche de la surface que sa
coquille et ses cirres, ce que l’illustration du PL1997 rend fidèlement : l’objet flottant
est au bord supérieur de l’illustration et les deux anatifes y sont accrochés. Mais dans le
PL1998, la même illustration est retournée, objet flottant en bas et anatifes par-dessus, à
la manière de deux anémones de mer. L’illustration a-t-elle pivoté par maladresse ?
Doit-on cette rotation à un auteur, à un compositeur ? Quoi qu’il en soit, l’image reste à
l’envers jusqu’au PL2008, où elle est à nouveau retournée, cette fois pour retrouver son
orientation originelle – ce deuxième retournement prouvant bien que le premier
constituait une erreur. Malheureusement, le rétablissement par retournement de cette
illustration dans la version papier du PL, probablement pratiquée sur les épreuves du
dictionnaire, n’a eu aucune incidence sur la version informatisée. On trouve donc dans
les PL2008 papier et cédérom deux versions inverses de l’illustration de l’article
anatife.

100
2.1.6.4. Citation (PR seulement)
Des deux dictionnaires étudiés, seul le Petit Robert contient des citations 25 . Les
citations, le plus souvent tirées de la littérature ou de la presse, secondent les exemples
forgés par les lexicographes en fournissant au lecteur des attestations sourcées d’emploi
d’un mot. Si l’on connaît les manipulations qui sont à l’origine des citations du PR 26 , on
ne s’attend pas à ce que ce contenu soit sujet à autant de mouvement : une véritable
politique des citations est en œuvre dans le PR, qui recouvre plusieurs aspects. On
relève par exemple de nombreux ajouts de citations, notamment dans le souci de
représenter les auteurs francophones ou de consacrer la production d’un disparu :
bruine […] « bruine fréquente des fins d’automne, petite pluie verticale qui
larmoie » (Rodenbach). (ajouté au PR2001)
larme […] « Les larmes quelquefois montent aux yeux Comme d’une source »
Ph. Jaccottet. (ajouté au PR2008)
sans-logis […] « La beauté d’une ville devant Dieu et devant les hommes, elle
est d’abord de ne pas avoir de taudis, de ne pas avoir de sans-logis… » abbé
Pierre. (ajouté au PR2008)
D’autres citations sont supprimées, soit parce qu’elles sont dérangeantes (blairer,
défriser, kif-kif), soit pour récupérer la place qu’elles occupent (les citations tirées de la
presse sont alors choisies en priorité : ainsi doberman), soit pour les remplacer par des
citations mieux choisies (théorbe) – le tout concourant à un renouvellement progressif
du fonds citationnel :
blairer […] « Boris ne blairait pas beaucoup les pédérastes » (Sartre). (supprimé
du PR2007)
défriser […] C’est « ce qui te défrise le plus, que ta sœur épouse un nègre
blanc… » Pennac. (supprimé du PR2008)
kif-kif ou kifkif […] « Arabe, Berbère, c’est kifkif, non ? » (Tournier).
(supprimé du PR2000)
doberman […] « lâchant contre lui le doberman de la famille » (Le Figaro,
1989). (supprimé du PR2007)
théorbe […] « J’ai donc sur mes talons ces joueurs de théorbe » (Rostand).
PR1998 théorbe […] « un théorbe à caisse ovale, un de ces luths à double
manche dont la vogue éphémère s’instaura au seizième siècle, culmina sous
Louis XIV » (Perec). PR2000

25
Le PL contient bien quelques citations littéraires (aux articles allitération, enjambement, hypallage),
mais elles illustrent un procédé stylistique et non l’emploi d’un mot.
26
Cf. A. Lehmann (1995a, p. 105) : « les auteurs de la première édition du PR (1967) puisent dans les
données citationnelles du GR [Grand Robert], prélevant des citations dans les citations, abrégeant,
manipulant – au sens linguistique du terme – les fragments littéraires pour les adapter au projet
lexicographique original du PR ».

101
Concernant en particulier les citations tirées de la presse, A. Rey admet qu’elles
ont été intégrées en trop grand nombre dans la deuxième édition du PR :
Les corpus de néologie font grand usage de ce matériel paralittéraire [les écrits
journalistiques] : le Petit Robert, en 1977, en avait fait passer un certain nombre
d’exemples, avec excès, pensons-nous aujourd’hui. 27
On observe justement dans le PR2007 un taux élevé de suppressions d’exemples tirés de
la presse.

Il arrive également qu’une citation ou une formule d’auteur perde ses guillemets
et sa référence et prenne le statut d’un exemple forgé, souvent d’ailleurs lorsque la
citation est tirée de la presse. A. Rey évoque à ce sujet les « manipulations qui utilisent
un texte littéraire pour en tirer un exemple d’usage – en principe indistinct de l’exemple
forgé, par banalisation et "déstylisation" » 28 . Robert Martin décrit un procédé similaire :
Souvent l’exemple construit prend son départ à des énoncés authentiques et s’obtient
par des simplifications successives qui en font un type abstrait, libéré de toute
incidence situationnelle. 29
Les exemples ci-dessous ressortissent à ce phénomène :
monitorage […] Le « monitorage fœtal, qui a permis de diagnostiquer la
souffrance fœtale pendant le travail » (Le Nouvel Observateur, 1990). PR2006
monitorage […] Le monitorage fœtal permet de diagnostiquer la souffrance du
bébé pendant le travail. PR2007
verset […] « Le verset claudélien » (Thibaudet). PR2006 verset […] Le verset
claudélien. PR2007
A. Rey rappelle qu’après avoir choisi un passage à citer, il faut le découper : « les
dictionnaires français doivent isoler des fragments de taille très inférieure à l’œuvre,
l’unité préférentielle devenant le vers, la phrase ou la proposition » 30 . La citation étant
issue de la fragmentation d’un texte plus long, il arrive que le découpage choisi dans un
premier temps soit reconsidéré ; on observe alors des réajustements de citations, qui
sont soit coupées, soit rallongées. Les bons principes lexicographiques défendus par
A. Rey – « Le lexicographe s’interdira en général de mutiler un vers régulier […]. Il en
va de même pour les interventions internes, comme les suppressions d’éléments
adventices (incises, etc.) » 31 – ne résistent pas toujours aux contraintes
dictionnairiques :

27
A. Rey, 1995, p. 22.
28
A. Rey, 1995, p. 24.
29
R. Martin, 1989, p. 600.
30
A. Rey, 1995, p. 23.
31
A. Rey, 1995, p. 23.

102
pluviôse […] « Pluviôse, irrité contre la ville entière, De son urne à grands flots
verse un froid ténébreux » (Baud.). PR1998 pluviôse […] « Pluviôse, […] De
son urne à grands flots verse un froid ténébreux » (Baudelaire). PR2000 32
verroterie […] « Des peignes agrémentés de verroteries variées » (Maupass.).
PR1998 verroterie […] « Des peignes agrémentés de verroteries »
(Maupassant). PR2000
créoliser […] « Il ne s’agit pas de créoliser le français » Glissant. PR2007
créoliser […] « Il ne s’agit pas de créoliser le français, mais d’explorer l’usage
responsable […] qu’en pourraient avoir les Martiniquais » Glissant. PR2008
Enfin, quelques changements relevés dans des citations sont plus inattendus :
elzévir […] « Nous avions de l’elzévir de dix points et de sept points » Duhamel.
PR2007 elzévir […] « Nous avions pris de l’elzévir de dix points et de sept
points » Duhamel. PR2008
taulard […] « Je connais bien la taule, je ne connais pas bien les taulards »
Sarrazin. PR2007 taulard […] « je connais bien la taule, je ne connais pas bien
les taulardes » Sarrazin. PR2008
montrer […] « Il avait peur d’être froissé et surtout de le montrer » (France).
PR2001 montrer […] « il avait peur d’être froissé, et surtout de le montrer »
(R. Rolland). PR2002
plomb […] « Six ans de service militaire lui mettront du plomb dans la tête »
(Balzac). PR2001 plomb […] « six ans de service militaire lui mettront du
plomb dans la tête » (Sartre). PR2002
Un mot ajouté, modifié, un auteur changé quand la citation reste identique : il s’agit
probablement du rétablissement de données exactes, qui étaient erronées dès leur
introduction dans le dictionnaire 33 . Ces citations légèrement infidèles peuvent être dues
à une erreur de traitement, à une confusion entre les différents états d’un texte en
élaboration, ou encore à une erreur de copie, dans le cas de citations provenant du
Grand Robert. Cependant, l’explication la plus plausible nous est donnée par Alise
Lehmann qui, après avoir rappelé que « dans un ouvrage de la taille du PR, les
contradictions sont fortes entre les impératifs de la citation et la démarche
lexicographique » 34 , détaille de nombreux exemples de citations du PR qui pour
diverses raisons ne correspondent pas au texte initial. Cette information est relayée par
Michaela Heinz : « bon nombre de citations célèbres sont connues et citées sous une
forme plus ou moins modifiée par rapport à la forme originale » 35 . Les altérations que
subit le texte cité lors de son recyclage (au moment de passer du Grand Robert au Petit

32
On notera en passant un autre effet de la politique touchant les citations : dans le PR2000, les noms
d’auteurs ne sont plus abrégés. Ainsi, tous les « ACAD. » sont partout remplacés par des « ACADÉMIE »
dans le PR2000.
33
Une erreur plus importante, située au niveau de ce qui se révèle être une pseudo-citation, est rapportée
par P. Corbin, 1995a, p. 141-144.
34
A. Lehmann, 1995a, p. 115.
35
M. Heinz, 1995, p. 165.

103
Robert), que décrit A. Lehmann, sont similaires à celles que l’on observe parfois d’une
édition à l’autre du PR : découpages et redécoupages, ponctuation flottante, aspérités.

Quoi qu’il en soit, la pratique lexicographique paraît bien éloignée de la théorie


exposée par ses artisans : « L’exemple signé (citation) est fidèle et ne peut subir aucun
traitement métalinguistique de la part du lexicographe » 36 . On ne s’étonnera finalement
pas que quelques lecteurs se plaignent du traitement de certaines citations, comme en
témoignent ces propos d’A. Rey :
Nous avons un type de remarques qui tient à la spécificité de notre produit : lecteurs
proposant de fausses étymologies, protestant contre les citations choquantes,
tronquées, mal coupées… 37

2.1.7. Zones transversales


Les deux zones transversales que sont la remarque et l’exemple ont des propriétés
spécifiques. La remarque est mobile : elles peut se trouver aussi bien dans l’entrée, dans
la définition, que dans la prononciation, etc., et ce quelle que soit la structure de
l’article. Le type d’information qu’elle véhicule varie avec sa position. Quant à
l’exemple, il est susceptible de porter des informations graphiques, sémantiques,
syntaxiques ou référentielles. En cela, l’exemple est un contenu polyvalent.

2.1.7.1. Remarque
Les remarques sur l’emploi des mots, courantes dans le PR, occupent une petite
place dans le PL. Dans les deux ouvrages, on en trouve au milieu ou à la fin des articles,
parfois entre parenthèses, parfois introduites par « REM. ». Comme les autres contenus,
il arrive que des remarques soient supprimées, ce qui fut le cas à l’article insupporter
dans le PL2005 avec la disparition de la remarque « (Emploi critiqué par
l’Académie.) », ou ajoutées :

navetteur, euse [navetœ, øz] PR2007 navetteur, euse [navetœ, øz] […]
REM. La prononciation [naftœ, øz] est courante en Belgique. PR2008

Les remarques sont également susceptibles d’être coupées :


ouate […] REM. On dit indifféremment de la ouate ou de l’ouate. PL2007
ouate […] REM. On dit de la ouate ou de l’ouate. PL2008
ou modifiées, notamment pour les adapter aux exigences de la société contemporaine :

36
J. Rey-Debove, 1989a, p. 309.
37
A. H. Ibrahim, M. Zalessky & al., 1989, p. 62.

104
vitupérer […] REM. Vitupérer contre est critiqué par certains puristes. PL1997
vitupérer […] REM. Vitupérer contre est critiqué par certains grammairiens.
PL1998
noir […] REM. Noir a remplacé nègre, considéré comme péj., néanmoins
récemment repris dans les textes didactiques. PR2007 noir […] REM. Noir a
remplacé nègre, considéré comme raciste, que les écrivains noirs se sont
réapproprié. PR2008

2.1.7.2. Exemple
Bien que leurs programmes lexicographiques divergent considérablement sur ce
point, le PL et le PR se veulent riches en exemples. Parfois, lors d’un ajout de sens ou
d’article, ou même sans raison apparente, un nouvel exemple est forgé. On relève des
ajouts d’exemples en 2008 dans les deux dictionnaires :
cauri […] Divination par les cauris. (ajouté au PR2008)
pichet […] Un pichet de vin. (ajouté au PL2008)
serein […] Rester serein. Un visage serein. (ajouté au PL2008)
Il arrive aussi régulièrement que des exemples entiers soient supprimés, soit parce qu’ils
ne sont pas de bon ton dans un dictionnaire tous publics 38 :
négro […] Les négros et les bicots. (supprimé du PR2008)
témoin […] La doctrine des Témoins de Jéhovah est centrée sur la venue
prochaine du Christ en ce monde. (supprimé du PL1998)
soit parce que leur suppression entraîne un gain de place profitable :
corrosif […] Pamphlétaire corrosif. (supprimé du PL2007)
égaliseur […] Baladeur muni d’un égaliseur cinq bandes. (supprimé du PR2004)
intimité […] Se marier dans la plus stricte intimité. (supprimé du PL2008)
vraiment […] Ce n’est vraiment pas malin. (supprimé du PL2008)
Mais les trois opérations le plus fréquemment pratiquées sur les exemples du PL sont la
coupure, la réécriture partielle et le remplacement par un autre exemple, opérations qui
aboutissent à des mises en situation des mots généralement moins pertinentes, voire
absolument inutiles (cf. humble ci-dessous). Uniquement dans le PL2008, près de 60 cas
ont été relevés, dont quelques-uns sont présentés ici :
1. content […] Il est content de sa nouvelle voiture. PL2006 1. content […] Il
est content de sa moto. PL2007
1. de […] Fier de son succès. PL2007 1. de […] Fier de soi. PL2008
dévaluer […] Cette mesure dévalue la politique du gouvernement. PL2007
dévaluer […] Son travail est dévalué. PL2008
38
« Le dictionnaire a tendance à exclure les termes qui désignent une doctrine (ou les concepts
fondamentaux d’une doctrine) qui remet en question l’idéologie dominante » (J. & C. Dubois, 1971,
p. 102). Si une partie du texte pose un problème religieux ou politique que le dictionnaire n’a pas
vocation à résoudre, rien n’empêche de supprimer cette partie du texte.

105
éthiopien […] L’empire éthiopien était gouverné par un négus*. PR2003
éthiopien […] Le négus, souverain éthiopien. PR2004
homme […] Le commissaire et ses hommes ont arrêté toute la bande. PL2006
homme […] Le capitaine et ses hommes ouvrirent le feu. PL2007
humble […] Une vedette qui a su rester humble. PL2007 humble […] Un
homme humble. PL2008
ouf […] Ouf ! Voilà une bonne chose de faite ! PL2007 ouf […] Ouf ! C’est
fait ! PL2008
pentose […] Le ribose est un pentose très important. PR1998 pentose […] Le
ribose est un pentose. PR1999
vraiment […] Elle veut vraiment changer de ville. PL2007 vraiment […] Il
part vraiment. PL2008
Ces coupures et réécritures ont toutes la même finalité, réduire la taille de
l’exemple afin de gagner une ligne. Mais il arrive également qu’un exemple soit réécrit
non pas dans ce but mais pour l’adapter au monde actuel, notamment à sa monnaie ou
aux idées sur l’égalité des sexes, car le lecteur est toujours « invité à se retrouver dans
les exemples » 39 qui, « en tant que discours sur le monde, nous restituent les centres
d’intérêt et les jugements communs de la société » 40 . « [L]e dictionnaire, lieu de
référence, [devant] définir ses jugements d’acceptabilité d’après une norme
culturelle » 41 , on relève logiquement des cas d’adaptation de cette norme culturelle à
l’époque de parution du dictionnaire :
appelé […] Jeune homme incorporé dans l’armée pour faire son service
militaire. Les appelés de 1990. PR2006 appelé […] Les derniers appelés
français ont été libérés en 2001. PR2007
compter […] On m’a compté 500 F pour la réparation. PL2004 compter […]
On m’a compté 500 euros pour cette réparation. PL2005
contemporain […] Hugo et Rimbaud étaient contemporains. PL2004
contemporain […] Kafka et Proust étaient contemporains. PL2005

À l’issue de notre parcours des articles de dictionnaires par zones d’information, il


apparaît que notre modèle demanderait à être affiné, notamment parce que certains
éléments se révèlent parfois polyvalents. Ainsi, on pourrait considérer qu’une citation
du PR, en plus d’assurer une fonction référentielle, sert à présenter une graphie, un tour
syntaxique ou un emploi particulier. De façon moins marquée, on observe que les
indications de catégorie grammaticale dissimulent parfois un amalgame entre une
information syntaxique et une information orthographique. Par exemple, dans la
39
J. & C. Dubois, 1971, p. 100.
40
J. Rey-Debove, 1971, p. 272.
41
J. & C. Dubois, 1971, p. 99.

106
mention « n.m.inv. », l’indication d’invariabilité renseigne sur la graphie de pluriel du
mot et non sur son mode de construction syntaxique.

Tous les constats que nous venons de présenter, illustrés par de nombreux
exemples, ne forment pas une analyse des changements du contenu des dictionnaires ;
ils servent tout au plus d’outils à utiliser lors de telles analyses. Dans la période 1997-
2008, nous avons observé que certains champs lexicaux avaient été profondément
remaniés de millésime en millésime : le traitement lexicographique des monnaies
européennes, du rugby, de la religion, sont autant de thèmes qui pourraient faire l’objet
de riches travaux métalexicographiques, car presque tous les articles de dictionnaire que
ces thèmes recouvrent n’ont cessé d’être retouchés.

Un autre élément des dictionnaires qui se trouve en perpétuelle évolution est leur
nomenclature. Dans ce domaine, les relevés que nous avons effectués – qui se veulent
exhaustifs – vont nous permettre d’approfondir la description des dictionnaires étudiés.

2.2. La macrostructure
La macrostructure d’un dictionnaire se définit comme le contenu et l’organisation
de sa nomenclature. L’établissement de la liste des articles qui figureront dans un
dictionnaire en cours de fabrication, le choix de ceux que l’on ajoute lors d’une mise à
jour, de ceux que l’on supprime, la décision de regrouper dans un seul article les mots
issus d’une même racine (regroupement morphologique), ou au contraire de séparer en
plusieurs articles distincts des termes homographes (dégroupement homonymique), sont
autant de jalons relatifs à la macrostructure du dictionnaire, que les lexicographes
posent lors de l’élaboration d’un dictionnaire.

Précisons d’emblée que la macrostructure des PL et PR évolue selon leur support :


on opposera les dictionnaires papier aux dictionnaires informatisés. Alors que dans les
dictionnaires papier, la microstructure et la macrostructure sont imbriquées dans un
même texte, elles se retrouvent séparées dans les versions informatisées. En effet, sur
l’écran d’ordinateur, la nomenclature (entrées et catégories grammaticales) apparaît
sous la forme d’une colonne indépendante, dans laquelle l’utilisateur peut naviguer et
lancer des recherches. Mais au-delà de l’aspect visuel de la nomenclature, la
macrostructure des dictionnaires informatisés présente de nombreuses différences avec
celle des dictionnaires papier.

107
En premier lieu, les doubles entrées y sont développées. L’article à double entrée
halal ou hallal des PR se retrouve bel et bien sur cédérom ; mais dans la colonne de
nomenclature, les deux entrées sont éclatées : halage halal halbi […] hallage hallal
hallali. Le corollaire de cette opération est la disparition de l’article-renvoi hallal ►
halal, comme de tous les articles-renvois 42 . Le lecteur n’a plus « à se reporter ailleurs
pour trouver une information » 43 : grâce à l’hypertexte, c’est l’information (aux
multiples points d’entrée) qui vient à lui. Le remplacement des renvois par des liens
hypertextes touche localement la microstructure : les renvois du PL vers des
illustrations (du type « V. ill. pages 300-301 ») n’apparaissent pas dans le corps de
l’article.

Autre changement d’importance dans la macrostructure des PL et PR sur


cédérom : tous les regroupements morphologiques, à l’instar des doubles entrées, sont
éclatés. Dans la colonne de nomenclature des PL, cela se traduit par l’accession des
sous-entrées au même statut que les entrées. Le verbe faire, auquel est consacré un seul
article dans la version papier des PL, possède cinq entrées sur l’écran : faire [avec]
v.t.ind., faire v.i., faire v.impers., faire v.t. et faire (se) v.pr. Dans les PR sur cédérom, ce
sont les dérivés situés en fin d’article qui accèdent à la colonne de nomenclature.
Ponette et poney se suivent dans cette colonne et y apparaissent au même niveau, alors
que la sous-entrée ponette se trouve à l’intérieur de l’article poney.

Enfin, une dernière différence, et non des moindres, concerne le seul PL. Dans sa
version informatisée 44 , les nomenclatures de la partie « langue française » et de la partie
« noms propres » sont par défaut réunies en une seule. L’utilisateur peut, s’il le
souhaite, ne faire apparaître que celle qu’il veut consulter.

Le constat de ces nombreuses différences opposant les dictionnaires papier aux


mêmes dictionnaires informatisés nous a amené à faire un choix. Du fait que les
dictionnaires informatisés sont mis à jour en fonction des modifications apportées au
papier 45 , il nous a semblé plus logique de travailler exclusivement sur papier (cf.

42
Quelques-uns subsistent par erreur, par exemple fortiori (a) ► a fortiori dans le PR2002 sur cédérom.
43
J. Rey-Debove, 1989b, p. 931.
44
Du moins dans les versions informatisées que nous avons pu consulter : du PL2000 au PL2008. Les
versions antérieures au PL2000 ne sont malheureusement pas compatibles avec les systèmes
d’exploitation informatiques actuels.
45
De façon similaire, les dictionnaires anciens informatisés sont fidèles au texte d’origine, leurs auteurs
allant parfois jusqu’à restituer sur écran certaines caractéristiques physiques du texte imprimé : « il est
d’usage de reproduire sous forme de balises visibles à l’écran deux repères qui appartiennent en propre à
l’édition-papier soit : la page et la ligne » (L. Dagenais, P. Caron & G. Gonfroy, 1997, p. 97). Notons par

108
introduction). La seule aide apportée par les dictionnaires informatisés aura consisté en
quelques recherches en plein texte.

Si l’on compare les nomenclatures de deux éditions papier d’un même


dictionnaire, séparées dans le temps par une dizaine d’années, comme celles du PL1997
et du PL2008, ou des PR 1997 et 2008, on trouve un très grand nombre de
changements : plusieurs milliers d’articles entrés et plusieurs milliers d’articles sortis.
Après l’établissement de quelques données chiffrées sur le contenu des dictionnaires,
nous suivrons plusieurs pistes pour aborder la description des articles entrés et sortis,
dans les PL et PR 1997 à 2008.

2.2.1. Données chiffrées sur les nomenclatures


La préface des dictionnaires mentionne
généralement le nombre des entrées ; ce
nombre est toujours un ordre de grandeur. On
s’étonnera qu’à une époque où les machines
font des opérations sur les textes, aucun
comptage précis ne soit effectué. (J. Rey-
Debove, 1971, p. 62)
Les utilisateurs de dictionnaires sont friands d’informations chiffrées sur les mots
du dictionnaire, assimilés à tort aux mots de la langue (cf. 6.2.2.2.). Pour les
métalexicographes, le nombre de mots d’un ouvrage a aussi son importance, puisqu’il
sert à le classifier, à en déterminer l’étendue, à le comparer à d’autres. Mais le
comptage, malgré le point de vue de quelques observateurs (« "Combien de mots
contient votre dictionnaire ?" L’éditeur doit pouvoir, avec les comptages de son
ordinateur, nous donner une réponse numérique simple » 46 ) est loin d’être une opération
simple.

2.2.1.1. PL
Le nombre d’articles contenus dans la partie « langue française » du Petit
Larousse est indiqué sur la quatrième de couverture de l’ouvrage. Le tableau suivant
reprend les chiffres annoncés :

ailleurs qu’il arrive que la version informatisée d’un dictionnaire, en plus de reproduire fidèlement les
coquilles de l’édition papier, en produise de nouvelles, d’ampleurs diverses. Ainsi, deux caractères sont
inversés dans la définition de pâtisson du PR2002 sur cédérom, et le mystérieux article dégober figure
dans ce même dictionnaire et dans le PR2007 informatisé (mais plus dans le 2008), alors qu’on n’en
trouve nulle trace dans les PR en papier 1997 à 2008, ni dans le PR1993 (juste avant la refonte), ni même
dans l’édition parue en 1972.
46
C. Muller, 1994, p. 135 (repris dans 2004, p. 193).

109
PL1997 58 900 noms communs
PL 1998 et 1999 59 000 noms communs
PL 2000 à 2008 59 000 mots
Tableau 4 : Nombres de mots annoncés en couverture des PL étudiés.

D’après ces chiffres, cent articles ont été ajoutés lors de la refonte de 1998, et
aucun dans les dix éditions suivantes. Ce surprenant constat nous a amené à compter
effectivement le nombre d’articles du Petit Larousse. Notre recensement des articles du
PL1997 a été effectué avec le plus grand soin. Dans un tableau à grande échelle géré par
un tableur, nous avons attribué à chaque page une ligne du tableau, portant le même
numéro. Sur chaque ligne, nous avons reporté dans les trois premières cases le nombre
de débuts d’articles de chacune des trois colonnes, et cela pour chaque page. Dans la
case suivante, le tableur affiche la somme des trois cases précédentes, qui correspond
donc au nombre d’articles de la page. Enfin, les chiffres de la quatrième colonne sont
additionnés, et l’on obtient le nombre d’articles de toute la partie « langue française »
du dictionnaire. Puis, une vérification des chiffres notés a été entreprise, suivant la
même méthode. Colonne par colonne, nous avons recompté le nombre d’articles, et
vérifié que le nombre recompté concordait avec celui déjà inscrit dans le tableau. Ainsi,
parmi les 3 264 cases du tableau, quatre erreurs ont été corrigées. Il a finalement été
établi que le PL1997 contenait 57 802 articles, et non 58 900 comme annoncé.

Pour connaître le nombre d’articles des PL 1998 à 2008, plutôt que de


recommencer un comptage manuel dans ces dictionnaires, nous avons procédé à un
calcul. Sur la base de notre relevé des articles entrés, sortis, scindés et fusionnés (cf.
2.2.7.3.) dans chaque édition, nous avons obtenu le nombre d’articles de chacune
d’elles. Ces chiffres sont reportés dans le tableau 5 et représentés dans le graphique 1.
PL1997 PL1998 PL1999 PL2000 PL2001 PL2002
57 802 54 541 54 575 54 709 54 775 54 864

PL2003 PL2004 PL2005 PL2006 PL2007 PL2008


54 925 54 982 55 071 55 155 55 266 55 326
Tableau 5 : Nombre d’articles des PL 1997 à 2008.

110
Graphique 1 : Représentation du nombre d’articles des PL 1997 à 2008 (attention : l’échelle des
ordonnées, en débutant à 53 000 unités, déforme la perception visuelle que l’on a de la
progression).

Ces nouvelles données, bien plus précises et plus fiables que celles affichées en
quatrième de couverture des PL, appellent quelques commentaires. Tout d’abord, ce qui
frappe d’emblée est le lourd déficit relevé lors de la refonte de 1998. Sur les 57 802
articles du PL1997, 4 355 ont été supprimés, alors que 1 485 faisaient leur entrée, sans
compter les quelques centaines de fusions et de scissions sur lesquelles nous
reviendrons. 1 485 articles nouveaux, c’est tout de même un nombre qui reflète un
véritable ajout, un travail d’une certaine ampleur. Mais, en contrepartie, les plus de
4 000 articles supprimés effacent complètement l’impression d’enrichissement du
dictionnaire. À la lecture des chiffres, on remarque surtout cette chute soudaine du
nombre total d’articles de plus de 3 000.

Par ailleurs, en dehors de la refonte de 1998, on constate que d’une édition à la


suivante, en cas de mise à jour, l’augmentation du nombre total d’articles est
systématique bien que réduite. Mais, même après dix mises à jour successives (PL 1999
à 2008), le nombre d’articles n’a pas retrouvé le niveau de 1997, ni même augmenté de
mille unités. C’est l’occasion de réaffirmer que le travail lexicographique de refonte est
incomparablement plus fourni que le travail de mise à jour.

111
Un point reste à élucider : pourquoi les chiffres que nous obtenons sont-ils si
éloignés de ceux annoncés sur la couverture du PL ? La réponse tient dans la nature des
éléments comptabilisés. Sur les PL 1997 à 1999, on lit « 58 900 [ou 59 000] noms
communs », et sur les millésimes 2000 à 2008, « 59 000 mots et leurs sens ». Cette
précision est capitale : ce qui est compté dans le dictionnaire, ce ne sont pas les articles,
mais des unités bien plus vagues, les noms communs (sous-entendu : les mots contenus
dans la partie improprement appelée « noms communs ») et les mots (comme indiqué
en couverture des PL 2000 à 2008). P. Corbin note par ailleurs que « pour le Petit
Larousse illustré, cette confusion [entre noms communs et mots] semble apparaître sur
la quatrième de jaquette du millésime 1987 : "52 500 noms communs et 24 500 noms
propres" » 47 . Mais que les entités comptées soient nommées « noms communs » ou
« mots », il subsiste une ambiguïté, soulignée par A. Rey :
On parle sans broncher du nombre de mots d’un dictionnaire, montrant par-là que
l’unité lexicale de la langue est confondue avec l’unité en caractères gras sous laquelle
on trouve le contenu du dictionnaire. 48
Cette ambiguïté était connue des anciens auteurs du PL, à l’époque desquels le nombre
indiqué en page de garde des PL était bien un nombre d’articles, et non un nombre de
mots : « Les entrées lexicographiques ne sont donc pas les mots à proprement parler et
la nomenclature ne se confond pas avec le lexique d’une langue » 49 .

En réalité, dans leur calcul, les éditeurs du PL ne comptent pas seulement les
articles, mais prennent aussi en compte les sous-articles, introduits par le symbole
« ◄► ». Ainsi, dans l’article « croiser v.t. […] ◄► se croiser v.pr. », ils comptent deux
unités. De plus, pour les articles à entrée multiple, comme daurade ou dorade, il est
possible que les éditeurs aient compté plusieurs entrées ; nous ne disposons d’aucune
information à ce sujet. Étant donné que les sous-articles et les articles à double entrée ne
sont pas inclus dans notre compte manuel, nous ne sommes pas en mesure de justifier ni
d’infirmer le chiffre de 59 000 mots annoncé sur le PL.

Quoi qu’il en soit, rien dans toutes ces justifications n’explique que le déficit de
plus de 3 000 articles en 1998 se soit traduit par l’annonce de 100 articles
supplémentaires sur la couverture de l’édition refondue. Il semblerait que les éditeurs du
Petit Larousse, ayant fait croire aux acheteurs du dictionnaire que celui-ci contenait
environ 60 000 mots – nombre d’ailleurs fréquemment repris sans jamais être vérifié –,
47
P. Corbin, 1995b, p. 103.
48
A. Rey, 1965, p. 72.
49
J. & C. Dubois, 1971, p. 64.

112
soient piégés par ce nombre et ne puissent plus se résoudre à le diminuer. Au moment
de la refonte de 1998, plutôt que d’annoncer honnêtement une diminution du nombre
d’articles, ils ont fait en sorte que le nouveau nombre annoncé soit cohérent avec les
déclarations de la préface : « Tout au long de son histoire, il n’a cessé d’accroître le
nombre de ses articles » 50 .

Le fait que le nombre annoncé en 1998, 59 000 articles, n’ait pas augmenté dans
les dix mises à jour qui ont suivi est le signe que les éditeurs essaient petit à petit de
rattraper l’écart conséquent entre nombre réel et nombre annoncé. Dans les préfaces de
ces mises à jour, le silence concernant les articles ajoutés concourt au même but. Seul le
PL2005 contient une mention explicite au sujet des ajouts d’articles : « Pour ce
millésime 2005, de nombreuses définitions ont été réécrites, des centaines de mots et
des paragraphes encyclopédiques ont été introduits » 51 .

Pour les lecteurs et pour les acheteurs potentiels, tout autant piégés que les
éditeurs, le PL contient 60 000 mots ou articles. Le leurre, entretenu par le fait que sur
les étalages, on ne trouve en général qu’un seul PL, celui du millésime en cours 52 ,
pourrait être levé par un lecteur perfectionniste comme celui dont J. Pruvost rapporte le
comportement inhabituel :
Sur la page de titre du Petit Larousse illustré 1908 bien défraîchi de notre collection
complète, […] on lit, au crayon bleu et d’une écriture maladroite portée juste en
dessous du chiffre rond (5 800) encadré sur la page de titre : « Non, c’est 5 784 ».
Ainsi, […] un bénédictin dans l’âme a compté ces gravures… 53
Ce que les bénédictins comptent, il serait souhaitable que les métalexicographes le
divulguent. Le nombre d’articles des PL actuels oscille entre 55 000 et 56 000.

2.2.1.2. PR
Dans la préface des Petit Robert, l’information concernant le nombre d’articles du
dictionnaire est précédée d’une remarque intéressante :
Si la notion de complétude n’a aucun sens, celle du nombre de mots traités n’a
aucune pertinence. On peut enfler à volonté la nomenclature d’un dictionnaire général
de la langue en puisant dans les répertoires de mots rares. La surenchère quantitative,

50
PL1998, p. 3, Préface.
51
PL2005, p. 5, Préface.
52
L’acheteur potentiel d’un PL sous emballage plastifié peut certes lire la quatrième de couverture, mais
il ne peut pas comparer les chiffres annoncés avec ceux d’une édition précédente ou suivante, puisque les
libraires évitent de faire se côtoyer deux PL de millésimes différents.
53
J. Pruvost, 2004, p. 23.

113
souvent utilisée comme argument de vente des dictionnaires généraux, touche l’aspect
le plus formel de la nomenclature. 54
En s’élevant contre l’idée que le nombre de mots du dictionnaire a son importance dans
la qualité de l’ouvrage, J. Rey-Debove et A. Rey, signataires de la préface, revendiquent
leur position de lexicographes linguistes et expriment leur distance vis-à-vis de la raison
commerciale. Sous la périphrase « dictionnaires généraux », on reconnaît le Petit
Larousse, qui porte son nombre de mots en couverture depuis 1987, promu comme
argument de qualité. Mais malgré leur prise de position très raisonnable, les auteurs du
PR ne tardent pas à être rattrapés par les questions numériques :
Le Nouveau Petit Robert répertorie près de 60 000 mots, dont 4 000 ont été ajoutés
dans la présente édition, et environ cinq cents depuis la seconde édition de 1977,
puisque le Petit Robert est constamment enrichi des mots nouveaux les plus
marquants. 55
Cette déclaration se retrouve, légèrement remaniée, à partir du PR2007 :
Le Nouveau Petit Robert répertorie plus de 60 000 mots. Des milliers d’entrées,
introduites entre 1967 et aujourd’hui, sont des néologismes représentatifs de tous les
usages de la société, en conformité avec le programme déjà mis en place en 1967. 56
Nous avons procédé à un comptage des articles des Petit Robert de notre période
d’étude, avec la même méthode que celle décrite plus haut pour les Petit Larousse. Le
tableau et le graphique suivants contiennent et dépeignent les chiffres obtenus.
PR1997 PR1998 PR1999 PR2000 PR2001 PR2002
52 428 52 499 52 547 52 587 52 703 52 798

PR2003 PR2004 PR2005 PR2006 PR2007 PR2008


52 935 53 015 53 079 53 150 53 580 54 003
Tableau 6 : Nombre d’articles des PR 1997 à 2008.

54
PR 1997-2008, p. XI (la longue préface des PR 1997 à 2006 a été rédigée à l’occasion de la refonte de
1993. Elle a été légèrement retouchée lors de la refonte de 2007). L. Collignon et M. Glatigny rejoignent
les auteurs de la préface sur ce point : « Affirmer d’un dictionnaire qu’il contient tous les mots de la
langue relève de l’ignorance ou de l’imposture publicitaire » (1978, p. 74).
55
PR 1997-2006, p. XI.
56
PR 2007-2008, p. XII.

114
Graphique 2 : Représentation du nombre d’articles des PR 1997 à 2008 (attention : l’échelle des
ordonnées, en débutant à 51 000 unités, déforme la perception visuelle que l’on a de la
progression).

Dans la période 1997-2008, le nombre d’articles du PR n’a pas cessé


d’augmenter. Dans une première phase, couverte par les millésimes 1997 à 2006, les
articles ajoutés, bien qu’en nombre modéré (80 par an, en moyenne), ne sont pas
contrebalancés par des sorties d’articles (à peine quatre en neuf mises à jour), si bien
que les bâtons de l’histogramme croissent régulièrement. On observe une deuxième
phase instaurée par les PR 2007 et 2008, lors de laquelle les nouveaux articles sont
beaucoup plus nombreux qu’auparavant (425 en moyenne). Cette nouvelle progression
abrupte coïncide avec la refonte de 2007 et sa nouvelle maquette, dont l’augmentation
importante du nombre d’articles est une conséquence. En effet, après avoir offert au
dictionnaire un corps plus grand, les lexicographes ont exploité ses nouvelles
dimensions en l’approvisionnant de près de 1 000 articles supplémentaires en à peine
deux ans.

Mais, une nouvelle fois, les nombres relevés – entre 52 400 et 54 000 – sont loin
de ceux annoncés. Et là encore, la solution du problème tient à la nature des objets
comptés. Dans le PR, en plus des sous-articles et des doubles entrées, on suppose que
les éditeurs ont également compté les mots dérivés placés en fin d’article, qu’ils se

115
trouvent après une délimitation ou incorporés dans un exemple, auquel cas on dira
qu’ils sont brièvement définis. Dans l’article agiotage :
agiotage n.m. […] Se livrer à l’agiotage (AGIOTER v.intr. <conjug. : 1>)
ils auront donc compté deux unités. Pour vérifier cela, nous avons entrepris, à l’aide de
la version informatisée du dictionnaire dans laquelle ces mots sont affichés en rouge
pour la plupart, de recenser toutes les entrées cachées du PR2002 sur cédérom : les
dérivés, mais aussi les variantes cachées. Le tableau suivant reprend le nombre de mots
découverts, nécessairement approximatif, selon leur type.
Mots introduits par « on dit 579
aussi », « on trouve aussi », « on
écrit aussi », « on a dit », etc.
Mots introduits par « on écrirait 89
mieux »
Mots introduits par « on dit 50
parfois », « on trouve parfois »,
« on écrit parfois », « on disait
autrefois », « on dit plutôt »
Dérivés 1 438
Dérivés brièvement définis 522
Total 2 678
Tableau 7 : Nombre d’entrées cachées du PR2002, selon leur type.

Si les éditeurs du PR ont compté ces entrées cachées de la même façon que les
articles, ils sont parvenus à un nombre maximal de 54 000 + 3 000 57 , soit 57 000,
encore éloigné des « plus de 60 000 mots » annoncés 58 .

En définitive, il semblerait que les auteurs du PR, comme ceux du PL, soient
parvenus à installer dans l’esprit du public le fait que leur dictionnaire contenait 60 000
mots, et soient bloqués par ce chiffre rond, barrière symbolique, interprétée comme un
minimum à ne surtout pas franchir dans le sens d’une réduction. Même si J. Rey-
Debove et A. Rey expliquent au lecteur que le nombre de mots traités dans le
dictionnaire « n’a aucune pertinence », leur volonté de ne pas tomber dans la surenchère
quantitative n’est plus respectée à partir du millésime 2006 du PR, qui voit l’annonce
chiffrée passer de la quatrième à la première page de couverture, directement visible
dans les étalages. Il existe donc, pour les deux dictionnaires, d’une part un nombre réel

57
Soit un arrondissement très large de 2 678.
58
Même si l’on prend en compte le nombre d’entrées cachées annoncé dans la rubrique « Aide » du
cédérom, « plus de 4000 », le nombre obtenu demeure relativement éloigné du seuil des 60 000 mots.

116
d’articles, proche de 55 000, et d’autre part un nombre fictif (60 000) atteint par un jeu
de surenchère et entretenu par la nécessité du marché :
Sélectif par nécessité, un dictionnaire général connaît aussi la tentation de l’impossible
exhaustivité ; la fuite en avant, à quoi ne sont pas étrangères les exigences du
commerce, demeure la règle d’or des lexicographes ; chacun enchérit sur l’autre,
chaque édition sur la précédente, la crédibilité d’un dictionnaire dépendant de
l’importance de sa nomenclature 59
Il serait bon que les éditeurs reprennent conscience « qu’un dictionnaire n’atteint pas sa
qualité maximum avec le maximum d’entrées et d’informations. Il y a une juste
mesure » 60 .

Quant à nous, malgré nos comptages précis et objectifs, il nous reste à recompter
les unités lexicographiques en prenant en charge diverses variables supplémentaires
(entrées multiples, entrées cachées, sous-entrées), diverses définitions du mot (mot
graphique, mot lexicographique) et surtout en accumulant plus de connaissances sur la
structure d’adressage (cf. 2.3.) des dictionnaires étudiés : « no quantification of the
content of dictionaries seems possible without a clear knowledge of the addressing
structures » 61 . Par la suite, seule une idée claire de cette structure dans deux
dictionnaires différents permettrait de comparer ceux-ci profitablement – mais là n’est
pas notre préoccupation actuelle.

2.2.2. Ajouts dans la nomenclature


Dans la période 1997-2008, un très grand nombre d’articles ont fait leur entrée
dans les dictionnaires : 2 806 dans le PL (2 679 si l’on exclut les articles-renvois), et
1 569 dans le PR (1 503 si l’on exclut les articles-renvois), sans compter pour ce dernier
les 197 dérivés ajoutés en fin d’article. L’étude de ces 4 500 mots nouveaux pourrait à
elle seule constituer un travail de recherche d’une grande ampleur. Dans le cadre du
passage en revue méthodique de tous les éléments constitutifs des dictionnaires, nous
avons choisi de présenter les articles ajoutés, non dans leur totalité, mais partiellement
et sous des éclairages inhabituels. Quelles sont les tendances suivies par les
dictionnaires modernes ? Nous apporterons trois éléments de réponse pour chacun des
dictionnaires : nombre d’articles ajoutés, catégories grammaticales de ces articles, et
part des mots de la francophonie et des régions de France. Nous terminerons par une

59
J.-P. Beaujot, 1989, p. 85.
60
J. Rey-Debove, 1971, p. 170.
61
F. J. Hausmann & H. E. Wiegand, 1989, p. 353. Nous traduisons cela par : « l’établissement de données
chiffrées sur le contenu des dictionnaires passe par une connaissance accrue de leurs structures
d’adressage ».

117
courte comparaison de la teneur des mots nouveaux introduits dans les deux
dictionnaires, et sur les modalités d’introduction de ceux-ci.

2.2.2.1. PL

2.2.2.1.1. Nombre d’articles nouveaux par année


Le nombre d’articles ajoutés dans le Petit Larousse est différent chaque année. Il
est possible de classer les PL 1997 à 2008 en quatre groupes, selon l’importance des
ajouts. En premier, la refonte de 1998, dont il a déjà été question, est de loin le
dictionnaire ayant accueilli le plus d’articles nouveaux : 1 470. En deuxième viennent
les PL 2000 et 2005, dans lesquels respectivement 290 et 316 articles ont été ajoutés ;
ces mises à jour sont de grande ampleur. Dans un troisième groupe se trouvent les mises
à jour de taille normale, avec une moyenne d’environ 114 articles ajoutés ; il est
représenté par les PL 2001, 2002, 2003, 2006 et 2007. Enfin, les PL 1999, 2004 et 2008
se démarquent par le faible nombre d’articles nouveaux qu’ils accueillent,
respectivement 38, 56 et 65 ; ce sont de petites mises à jour. On peut interpréter le petit
nombre d’articles nouveaux en 1999 (38 seulement) comme un effet de la refonte de
1998 : pour la refonte, les lexicographes ont « rétréci les mailles de leurs filets » de
façon à intégrer une multitude de mots nouveaux, si bien qu’une légère pénurie de
données se ressent en 1999. Par ailleurs, la mention « ÉDITION ENTIÈREMENT

NOUVELLE » portée sur la page de titre des PL 1998 et 1999, si elle se justifie
pleinement pour le premier, n’a pas vraiment de raison d’être dans le second. Sa
disparition dans le PL2000 est donc tout à fait légitime.

2.2.2.1.2. Catégories grammaticales des articles nouveaux


Le relevé des catégories grammaticales des articles nouveaux fournit un indicateur
des tendances linguistiques et lexicographiques :

118
adjectif 489
adverbe 24
interjection 3
nom (sans précision de genre) 227
nom féminin 798
nom masculin 1212
préposition 6
pronom 2
verbe 171
entrée non normalisée 62 26
pas de catégorie grammaticale 21
Total 63 2979
Tableau 8 : Catégories grammaticales des articles entrés dans les PL 1998 à 2008.

La plupart des mots ajoutés au PL ces dernières années sont des substantifs :
2 237 au total. Parmi ces substantifs, mis à part ceux notés « n. » sans mention de genre
(ce sont le plus souvent des épicènes, comme diététiste, ou bien des noms des deux
genres dont la forme féminine est donnée, comme performeur, euse), on observe que
60 % sont masculins (environ 1 200) et que seulement 40 % sont féminins (environ
800). Peut-être qu’une explication de ce ratio réside dans leur origine.

Des éclaircissements ne sont pas à rechercher du côté des suffixes. En effet, parmi
les suffixes qui déterminent le genre du substantif dérivé, bien que Michel Roché note
une fécondité plus élevée des suffixes masculinisants (-ment, -age, -isme) 64 , on observe
plus de noms féminins suffixés que de noms masculins : 143 suffixes masculins (30
-age, 20 -eur, 17 -ier, 26 -isme, 12 -ment, etc.) côtoient 181 suffixes féminins (8 -ance,
42 -ation, 23 -ette, 7 -euse, 11 -ine, 25 -ité, etc.).

Un début d’explication réside en revanche dans le procédé d’emprunt, qui semble


fabriquer, parmi les substantifs français, 80 % de noms masculins pour 20 % de noms
féminins ; notre relevé indique en effet 214 masculins pour 51 féminins. Le phénomène
n’est pas nouveau :
[…] on sait que les emprunts, quel que soit leur genre d’origine (masc., fem., ou
neutre) ont tendance en français à devenir masculins (le masculin étant en français le
genre non marqué). 65
De même, Karin Nymansson observe que « les anglicismes usités en français sont pour
la plupart classés dans les mots masculins » 66 . Mais l’écart entre les deux nombres

62
Ce terme emprunté aux auteurs du PL est défini un peu plus bas.
63
Ce nombre est plus élevé que le total des articles ajoutés (2 806) car certains articles contiennent
plusieurs mentions de catégories grammaticales différentes.
64
M. Roché, 1992.
65
N. Catach (dir.), 1971, p. 148.

119
relevés au niveau des substantifs empruntés – qui est de 163 – n’explique pas à lui seul
le déficit de 400 noms féminins constatés.

En réalité, le déficit de noms féminins en français n’est pas symptomatique de ces


douze dernières années. Un rapide sondage du PL2005 sur cédérom, rendu approximatif
par l’interface du dictionnaire 67 , nous informe que celui-ci contient environ 19 900
substantifs masculins pour environ 15 600 substantifs féminins, soit respectivement
56 % et 44 % du total. Ces pourcentages sont proches de ceux calculés ci-dessus.

Après les substantifs, ce sont les adjectifs et les verbes qui sont les plus
représentés parmi les nouveaux articles : 489 adjectifs et 171 verbes. Ces deux
catégories grammaticales sont fortement représentées, notamment parce que le procédé
de suffixation qui concourt à leur création est encore très productif. Ainsi, parmi les 171
verbes relevés, près de la moitié sont issus d’une suffixation en -er. De même pour les
adjectifs : environ un sur trois a été formé par suffixation.

On pourrait en dire autant pour les adverbes, mais à une échelle différente : 8 sur
24 portent le suffixe -ment. Les autres nouveaux adverbes sont soit familiers (comme
quèsaco, pile-poil), soit étiquetés « loc. adv. », soit les deux (de bizingue, à toute
blinde).

À l’inverse des verbes, des adjectifs et des adverbes, trois catégories


grammaticales sont très faiblement représentées parmi les nouveaux articles, dont deux
sont des catégories dites finies et fermées, « c’est-à-dire ne pouvant s’accroître ou
diminuer sans modification des structures de la langue » 68 . Ainsi, on ne trouve que 6
nouveaux articles portant la catégorie grammaticale « prép. » pour « préposition », et ce
chiffre doit être nuancé. Déjà, quatre de ces six articles (entrés dans le PL1998) ne sont
que des renvois, dont la catégorie grammaticale est « loc. adv. et loc. prép. » : par-
derrière ► derrière, par-dessous ► dessous, et. Ensuite, c’est par erreur que l’article
dixit entré en 2006 est étiqueté « prép. » (cf. 1.5.1.3.2.2. pour les aléas de son
introduction sur la page 374). Finalement, une seule préposition fait son entrée : courant
en 1998.

66
K. Nymansson, 1995, p. 96.
67
L’option « Recherche par filtres / Catégories grammaticales » fournit des résultats qui se recoupent.
68
J. Rey-Debove, 1971, p. 69.

120
Constat similaire pour les pronoms. Sur les deux articles étiquetés « pron. »
relevés, l’un est un article-renvoi (laquelle ► lequel), tandis que l’autre est un véritable
pronom : cézigue ou cézig.

On trouve également très peu d’interjections nouvelles, bien que la catégorie


grammaticale de l’interjection – car elle est considérée comme une catégorie
grammaticale par les auteurs du PL qui lui assignent le même statut qu’aux autres – ne
soit pas fermée. Les interjections ajoutées sont bingo, meuh et rebelote.

Enfin, les deux lignes restantes du tableau 8 doivent être commentées. Tout
d’abord, précisons que le terme « entrée non normalisée » est directement emprunté aux
lexicographes du Petit Larousse, qui l’utilisent notamment dans leur base de données de
néologismes. Ce terme recouvre un type d’entrée qui ne porte pas de catégorie
grammaticale, et qui est caractérisé par sa formation non normalisée : un nom composé
(souvent de structure « N de Npr », moins souvent « N Npr ») dont l’élément terminal
est un nom propre. Dans le PL, il est représenté par un nom propre suivi d’une
parenthèse. Les entrées non normalisées ne sont pas spécifiques des dictionnaires de
type encyclopédique. J. et C. Dubois précisent :
Le nom propre peut être aussi la dénomination d’un objet du monde (maladie,
instrument, etc. : maladie de Basedow) et non pas seulement d’une personne […] En
ce cas, le nom propre s’intègre naturellement à un dictionnaire de langue, puisqu’il
perd alors sa référence unique pour devenir, comme n’importe quel mot, une entrée
dénotant un mot ou un objet : Korsakov (syndrome de), beylisme, freudien, etc. […]
[Les dictionnaires traitent ces noms propres] en les affectant, comme dans l’écriture,
d’une majuscule et en les intégrant à la nomenclature générale (mais sans
catégorisation grammaticale). 69
Parmi les articles de ce type récemment apparus dans le PL, citons Thalès
(théorème de), Windows (système) ou encore Stockholm (syndrome de). Le fait que ce
type d’entrée soit exclu du programme lexicographique du Petit Robert est commenté
par J. Rey-Debove : « Lorsqu’elle [la catégorie syntaxique] n’est pas présente pour un
item, il y a tout lieu de penser que l’item enregistré n’appartient pas à l’ensemble à
décrire » 70 .

Quant aux autres articles entrés sans catégorie grammaticale dans le PL, dont 21
ont fait leur entrée depuis 1997, ce sont des préfixes (cyber-, e-, zepto-), des symboles
(keV, ppb), ou des sigles (S.V.P., RAS ou R.A.S., N.B.).

69
J. & C. Dubois, 1971, p. 65. Le Petit Robert contient un article de ce type, Mach, dont la catégorie
grammaticale est « n. pr. ».
70
J. Rey-Debove, 1970b, p. 17.

121
2.2.2.1.3. Mots de la francophonie et des régions de France
Dans le PL2005, moins de 3 % des articles portent un marqueur géographique. Ce
sont soit des régionalismes de France, notés par exemple « régionalisme (Midi) », soit
des mots de la francophonie, marqués par leur région d’origine. Parmi les 2 806 articles
entrés dans le PL entre 1997 et 2008, près de 15 % portent un marqueur géographique
(tel que « Belgique » ou « régionalisme (Midi) »). La part élevée de mots de la
francophonie ajoutée n’est pas anodine ; elle témoigne d’une volonté d’ouverture des
auteurs du PL. Les préfaces des PL 71 successifs l’attestent :
Cette année encore, plus d’un million de lecteurs, en France, en Belgique, en Suisse,
au Québec, en Afrique…, achèteront un nouveau Petit Larousse. 72

Une part très importante est faite par ailleurs à la francophonie hors de France
(Belgique, Suisse, pays d’Afrique, Québec, Louisiane) ainsi qu’aux vocabulaires
français régionaux. 73

[…] un nombre important d’ajouts, qui rendent compte notamment […] de la vitalité
de la francophonie, la part relative des parlers francophones (Belgique, Canada et
Suisse, en particulier) augmentant encore dans l’ouvrage 74
Ce constat est doté de nouveaux arguments en 2000, et de l’énumération de zones
francophones supplémentaires. L’ouverture du PL à la francophonie ne cesse de
s’agrandir :
La langue française appartient à ceux qui la parlent, l’écrivent et l’enrichissent de par
le monde, dans les provinces de France, en Suisse, en Belgique et au Luxembourg, au
Québec, aux Antilles, en Afrique noire, dans de nombreux pays arabes… Il y a moins
un français central qu’une langue française riche de son unité mais aussi de ses
variantes régionales. Nous avons consacré à ces variantes, en les indiquant par une
marque spécifique, une place réduite mais suffisante pour que chacun, où qu’il soit, ait
une relation de complicité avec son Petit Larousse. 75
Dans le PL2001, ce texte est repris, avec la mention d’une zone supplémentaire :
l’Océanie. En 2002, la tournure « une place réduite mais suffisante pour que chacun
[…] », qui est réductrice et dessert l’ouverture à la francophonie, est remplacée par
« une place telle que chacun […] » ; et la zone de l’océan Indien est ajoutée 76 . Mais la
préface de 2003 marque le retour à l’idée que la nomenclature des mots francophones
est incomplète mais suffisante :

71
Les préfaces sont le plus souvent signées par « Les éditeurs », sans jamais de mention nominative.
72
PL1997, p. 5, Aux lecteurs.
73
PL1997, p. 7, Présentation du dictionnaire.
74
PL 1998-1999, p. 3, Au lecteur.
75
PL2000, p. 3, Aux lecteurs.
76
Cf. aussi Y. Garnier, 2005, p. 226 ; Y. Garnier, 2008, p. 58.

122
Si nous ne pouvions accueillir toutes ces variantes, nous leur avons consacré
néanmoins une place suffisante pour que chacun, où qu’il soit, ait une relation de
complicité avec son Petit Larousse. 77
Dans la préface du millésime 2005, entièrement rédigée sous le signe du
centenaire du PL, la francophonie n’est pas mentionnée, comme pour présager le
tournant de 2006. Dans le PL2006, un cahier hors-texte de 32 pages, intitulé « Regards
sur la francophonie », est entièrement dédié au sujet. Après un panorama sur l’histoire
et l’actualité de la francophonie, on trouve dans le cahier thématique une sélection
d’articles du PL, dont certains illustrés par des dessinateurs. La préface du dictionnaire
fait écho à cette focalisation sur le thème de la francophonie, en reprenant et en
augmentant le texte de 2004. Après une énumération des zones identique à celle qui
précédait, on lit :
La langue française est riche de son unité mais aussi de ses diversités régionales, qui
témoignent d’une histoire et d’une culture spécifiques. Une place grandissante leur est
donnée, pour que chacun, où qu’il soit, ait une relation de complicité avec son Petit
Larousse. Et, cette année, la francophonie est particulièrement à l’honneur avec le
cahier qui lui est consacré. 78
Dans les PL 2007 puis 2008, la dernière phrase de 2006 est logiquement supprimée en
même temps que le cahier thématique ; mais l’essentiel du texte demeure. En définitive,
dans le discours des éditeurs sur la francophonie, de 1997 à 2008, on décèle un
mouvement d’ouverture en pleine expansion, avec un creux en 2005 préfigurant peut-
être le pic de 2006. Mais qu’en est-il dans les faits ? Le tableau suivant rassemble le
nombre d’articles marqués francophones ou régionaux ajoutés dans chaque millésime,
avec la part relative que représentent ces ajouts parmi tous ceux effectués une même
année.
PL1998 153 10,4 %
PL1999 2 5,3 %
PL2000 30 10,3 %
PL2001 31 27,2 %
PL2002 39 28,5 %
PL2003 32 30,8 %
PL2004 14 25,0 %
PL2005 55 17,4 %
PL2006 30 29,1 %
PL2007 17 15,0 %
PL2008 14 21,5 %
Tableau 9 : Nombre et part relative des articles marqués géographiquement comme
francophones parmi l’ensemble des articles entrés dans les PL 1998 à 2008.
77
PL 2003-2004, p. 3, Préface. Dans la préface du PL2004, les mots « Petit Larousse » sont composés en
italiques.
78
PL2006, p. 6, Préface – Aux lecteurs.

123
À l’intérieur de la période 1998-2008, on pourrait isoler trois séries d’ajouts de
mots francophones et régionaux. Dans une première phase (PL 1998 à 2000), on
observe que ces mots comptabilisent 5 à 10 % des ajouts, soit proportionnellement le
double ou le triple de ce qui figure déjà dans le PL1997. Ensuite, dans les PL 2001 à
2006, les mots francophones et régionaux représentent entre le quart et le tiers des
articles ajoutés ; les francophonismes sont en plein développement dans le dictionnaire,
ce que ses auteurs ont planifié et annoncé dans la préface. Cette période trouve son
aboutissement dans l’édition 2006, celle du cahier thématique. Entretemps, on observe
un très léger passage à vide en 2005, qui concorde avec une préface discrète sur le sujet.
Enfin, en 2007 et 2008, le soufflé retombe légèrement. La part de mots francophones et
régionaux est encore élevée, un mot sur cinq, mais un ton en dessous par rapport à la
phase précédente. Dans l’ensemble des PL observés, le discours des éditeurs dans la
préface concorde avec les marqueurs relevés dans les articles ajoutés. Mais quelles sont
les tendances de cette ouverture à la francophonie ? Est-elle équilibrée envers les
différentes aires francophones et régionales ? Le tableau suivant indique le nombre
d’articles ajoutés par zone.
Suisse 164
Canada + Québec 120
Belgique 64
79
régionalismes de France métropolitaine 41
Acadie 14
La Réunion + Réunion 12
Afrique + Algérie + Zaïre 10
Antilles 4
Polynésie 4
Nouvelle-Calédonie 3
Louisiane 1
Total 80 437
Tableau 10 : Répartition des articles nouveaux des PL 1998 à 2008 marqués géographiquement
par zone de la francophonie.

Remarquons tout d’abord que l’énumération des zones francophones en préface


ne correspond pas exactement aux propriétés des articles ajoutés. Ainsi, bien que le
Luxembourg soit cité dans la préface, il n’existe pas de marqueur « Luxembourg » dans

79
Notons que l’entrée de nombreux régionalismes marque la volonté des lexicographes d’aller à
l’encontre d’une tendance constatée en 1960 : « l’atténuation des différences dans le mode de vie d’une
région à l’autre, et surtout entre la campagne et la ville, l’influence décisive de Paris sur l’ensemble de la
vie française, les relations économiques multipliées aboutissent à faire disparaître les régionalismes »
(J. Dubois & al., 1960, p. 209).
80
Ce nombre est plus élevé que la total des mots de la francophonie ajoutés (417), car certains articles
contiennent plusieurs marqueurs géographiques.

124
le dictionnaire. À l’inverse, la Louisiane, qui bénéficie d’un marqueur, n’est pas
annoncée en préface.

D’après l’étude des données du tableau 10, trois zones francophones sont plus
représentées que les autres : la Suisse, le Québec et la Belgique. Ces trois zones
totalisant plus de 90 % des mots de la francophonie ajoutés, on ne peut pas dire que
l’apport des différentes zones soit équilibré. Cependant, il convient de rappeler que c’est
dans ces zones que la population francophone hors de France métropolitaine est la plus
nombreuse. Les mots français d’Afrique, d’Océanie ou des Antilles étant moins souvent
l’objet d’études linguistiques que les mots français de Suisse ou de Belgique, la part qui
leur est accordée dans les dictionnaires est restreinte.

Par ailleurs, les proportions qu’occupe chaque zone francophone parmi les mots
nouveaux des PL sont comparables à celles qu’obtient Yves Garnier (directeur éditorial
du PL depuis 1998) quand il observe l’ensemble des francophonismes du PL2005.
Selon lui, ces proportions s’expliquent par des facteurs avant tout commerciaux :
Ces chiffres ne sont donc pas cohérents si on les rapporte au nombre de locuteurs,
mais ils le paraissent un peu plus au regard du nombre d’acheteurs du Petit Larousse
dans les zones francophones :
zone Petit Larousse vendus annuellement
Canada 100 000
Belgique 60 000
Suisse 25 000
reste du monde hors France 45 000
La diffusion du Petit Larousse dans les zones francophones
Ces chiffres constituent des moyennes annuelles. 81
L’ouverture à la francophonie va donc de pair avec l’ouverture à de nouveaux marchés.
Cela dit, paradoxalement, ces nouveaux clients ne sont pas nécessairement favorables à
l’introduction de mots de leur région. J.-M. Klinkenberg rapporte en effet que lorsque
300 belgicismes sont ajoutés au PL1989, dans la presse, « le concert de louanges
connaît quelques exceptions spectaculaires » 82 . Considérant les belgicismes comme des
écarts de langage, quelques journalistes réagissent violemment à leur introduction en
masse dans le berceau d’une langue homogène, pensée comme une essence, qu’est leur
dictionnaire de référence. « [L]eur discours fait voir qu’un particularisme se définissant
géographiquement porte atteinte à la conception d’une langue d’usage collectif et
général » 83 .

81
Y. Garnier, 2008, p. 61. Cf. également Y. Garnier, 2005, p. 234.
82
J.-M. Klinkenberg, 2002, p. 25.
83
J.-M. Klinkenberg, 2002, p. 25.

125
Malgré ces quelques réactions hostiles, la collecte de mots francophones va
perdurer, comme l’affirme le directeur éditorial du dictionnaire. De nouvelles zones
seront mises à l’honneur :
Larousse va poursuivre l’effort entrepris, non seulement pour la beauté du geste, mais
aussi parce que la multiplication des échanges scolaires, universitaires et commerciaux
dans la zone francophone, les immigrations de part et d’autre de la francophonie,
rendent nécessaire l’enregistrement de ces vocables que désormais tout locuteur
francophone est de plus en plus appelé à rencontrer à l’oral ou à l’écrit.
Il faut s’en donner les moyens humains. Des collaborations nouvelles ont été mises en
place, avec une priorité donnée à l’Afrique et à l’outre-mer français et francophone.
Suivront les pays arabes francophones du Proche et Moyen-Orient. 84
Gageons que le PL saura adapter sa teneur lexicographique aux exigences du public
francophone, en définissant les francophonismes autrement que par leur traduction
métropolitaine, et en employant le marqueur « France » pour les mots inusités en dehors
de l’Hexagone.

Ce très rapide tour d’horizon des articles nouveaux des PL 1997 à 2008 sera
avantageusement complété par un parcours similaire dans les PR de la même période.

2.2.2.2. PR

2.2.2.2.1. Nombre d’articles nouveaux par année


Dans les PR 1998 à 2008, deux séries d’ajouts d’articles peuvent être délimitées.
En premier lieu, les mises à jour sont d’ampleur modeste dans les PR 1998 à 2006,
oscillant entre 41 et 132 articles ajoutés chaque année, la moyenne étant de 80 articles.
Puis, le rythme des ajouts s’emballe dans les PR 2007 et 2008, les lexicographes ayant
inséré environ 425 articles nouveaux dans chacun d’eux. L’augmentation soudaine du
nombre d’articles ajoutés en 2007 n’a rien de surprenant, puisqu’elle coïncide avec la
refonte annoncée ; mais le maintien du même nombre en 2008 demeure sans
explication. Il est peu probable que le rythme reste aussi soutenu dans les prochains PR.

2.2.2.2.2. Catégories grammaticales des articles nouveaux


Le tableau suivant reprend la répartition des articles ajoutés aux PR 1998 à 2008
selon leur catégorie grammaticale.

84
Y. Garnier, 2008, p. 67. Cf. aussi Y. Garnier, 2005, p. 248.

126
adjectif 314
adverbe 21
conjonction 1
interjection 23
nom (sans précision de genre) 188
nom féminin 489
nom masculin 605
préposition 2
verbe 170
pas de catégorie grammaticale 90
85
Total 1903
Tableau 11 : Catégories grammaticales des articles entrés dans les PR 1998 à 2008.

Dans les Petit Robert, les deux tiers des articles nouveaux sont des substantifs.
Parmi ces substantifs, on observe que la part de noms masculins est plus grande que
celle de noms féminins. Le rapport est d’environ 55 % de masculins pour 45 % de
féminins. Le plus grand nombre de substantifs masculins n’est par ailleurs pas
spécifique des articles nouveaux. Un sondage de la version informatisée du PR2008 –
son interface permettant un sondage précis – nous apprend que celui-ci contient 19 865
noms masculins pour 15 368 noms féminins. Ces données, qui rappellent celles
obtenues dans le PL2005 sur cédérom, confirment le fait que le ratio des noms
masculins par rapport aux noms féminins est supérieur à 1 dans la langue (ce qui se
traduit par un plus grand nombre de noms masculins), et pas seulement dans une
description lexicographique donnée de la langue.

La deuxième catégorie grammaticale la plus représentée dans les articles


nouveaux des PR 1998 à 2008, avec 16,5 % du total, est l’adjectif. La part des verbes
ajoutés, 9 %, est également élevée.

Toutes les autres catégories grammaticales sont très peu renouvelées. En ce qui
concerne les interjections cependant, on constate que les auteurs du PR ont fait l’effort
d’en ajouter de nombreuses à la nomenclature (telles que grrr, pouet, cot cot ou encore
oups).

Enfin, si les articles sans catégorie grammaticale sont si nombreux, c’est


simplement parce que la plupart sont des articles-renvois, et que ceux-ci ne portent pas
de catégorie grammaticale dans le PR.

85
Ce nombre est plus élevé que le total des articles ajoutés (1 569) car certains articles contiennent
plusieurs mentions de catégories grammaticales différentes.

127
2.2.2.2.3. Mots de la francophonie et des régions de France
La préface du Petit Robert exprime la position de ses auteurs quant aux mots de la
francophonie :
Témoins de la variété dans l’espace, les régionalismes de France et d’ailleurs sont
mentionnés comme RÉGION., ou précisés par la mention de leur domaine géographique
d’usage. Ce dernier est souvent indispensable lorsqu’il s’agit de refléter certains
emplois du français hors de France, soit en tant que langue maternelle (Belgique,
Suisse, Québec et Acadie), soit en tant que langue officielle non maternelle, situation
d’ailleurs représentée en France même (Alsace, Corse, Catalogne, pays Basque, et
encore parfois Bretagne, Flandres françaises ou Lorraine germanophone) situation
normale dans les Caraïbes ou l’océan Indien, en Afrique francophone et partiellement
au Maghreb. Pour les mots et usages propres à ces pays et territoires, on précise la
zone d’emploi (« Québec », « français d’Afrique », etc.). 86
Selon les auteurs du PR, les mots de la francophonie et des régions de France ont donc
toute leur place dans le dictionnaire. On ne s’étonnera pas que plus de 15 % des articles
ajoutés entre 1998 et 2008 (soit un total de 280) soient dédiés à des francophonismes.
Cependant, plus étonnante est la répartition de ces arrivées dans le temps. En effet, on
observe que lors des mises à jour 1998 à 2006, seuls six mots de la francophonie ont fait
leur entrée ; alors qu’on en trouve 206 en 2007, et encore 68 en 2008. Dans cette
expansion subite, on lit le désir des lexicographes de combler un manque, exprimé dans
une simple phrase d’A. Rey :
Il [le PR2007] est ouvert à la pluralité géographique des « francophonies » et tend à
montrer que le français, cette langue née en Europe occidentale au sein des dialectes
« gallo-romains » est aujourd’hui en partage en diverses régions du monde. 87
Si l’évolution de la part dévolue aux francophonismes parmi les articles ajoutés au
PR s’accorde mal avec le discours des auteurs entre 1997 et 2006, on suppose en
revanche qu’elle a très bien coïncidé avec la publicité faite en 2007 autour du
dictionnaire dans toutes les aires francophones où il a été mis en vente 88 . Au Canada,
l’accueil réservé au PR semble d’ailleurs particulièrement favorable :
[…] sous forme papier, nous vendons 1/3 du Petit Robert au Canada ; il y a au Canada
1 Petit Robert pour 6 foyers, c’est-à-dire à peu près 20 fois plus qu’en France. Les
Canadiens adorent tellement le Petit Robert qu’ils pensent que la société s’appelle « le
Petit Robert ». 89
Le tableau 12 expose, par ordre décroissant du nombre d’articles marqués, les
zones francophones représentées dans les nouveaux articles des PR 1998 à 2008.

86
PR1997, p. XIII.
87
PR2007, p. XXIV, Postface.
88
J.-C. Raimbault remarque, à propos du PL : « Tous ces mots belges, suisses, canadiens, pratiquement
absents du dictionnaire il y a cent ans, et qui sont aujourd’hui plus de 350. Reconnaissance certes voulue
par les francophones, par les Français de souche eux-mêmes, qui ont découvert leurs cousins, et aussi…
par l’éditeur du dictionnaire : c’est l’ouverture à l’exportation » (2006b, p. 219-220).
89
L. Catach, 2000, p. 35.

128
Canada 140
régionalismes de France métropolitaine 126
Belgique (dont 1 Wallonie) 55
Suisse (dont 1 Jura suisse) 47
Afrique noire ; Louisiane 12
Antilles 7
R. D. Congo ; Val d’Aoste 3
Haïti ; Madagascar ; Maghreb ; Québec ; Rwanda 2
Afrique ; Algérie ; Djibouti ; Luxembourg ; Maroc ; 1
Nouvelle-Calédonie ; Réunion ; Sénégal ; Seychelles ; Tahiti ;
Vanuatu
Total 90 426
Tableau 12 : Répartition des articles nouveaux des PR 1998 à 2008 marqués géographiquement
par zone de la francophonie.

La liste des marqueurs géographiques des articles nouveaux se révèle très riche,
avec pas moins de 26 régions francophones hors de France, plus un nombre à peu près
équivalent de régions de France, regroupées ici sous l’appellation générale
« régionalismes de France métropolitaine ». La nomenclature s’ouvre donc largement
aux mots de la francophonie, et la provenance des mots ajoutés est très précise. Cette
précision s’exprime par ailleurs dans certains marqueurs tels que « Val d’Aoste », « Jura
suisse » ou « Wallonie », qui équivalent à des marqueurs régionaux de France comme
« Languedoc » ou « Ouest », dans le sens où ils délimitent une zone géographique
correspondant à une partie d’un État. De plus, malgré le fait que l’appellation
« Antilles » embrasse plusieurs îles, les autres marqueurs insulaires sont également très
précis : « Seychelles », « Tahiti », « Vanuatu », « Haïti », etc. Ainsi, l’ouverture
commerciale du PR vers les marchés francophones rencontre la précision du savoir-faire
lexicographique de ses auteurs.

L’expansion de la part des régionalismes dans les dictionnaires contemporains


met en relief une remarque de J. Rey-Debove à propos de l’intégration de mots rares à
la nomenclature :
Pour les mots de basse fréquence, l’intuition du lexicographe ne jouant plus, il se
montre plus ou moins accueillant, préférentiellement, à certains types de langue. Il est
obligé, en somme d’avoir un programme de macrostructure pour les mots rares, qui ne
relève plus du programme normal de la hiérarchie des fréquences. 91
Les régionalismes ne sont certes pas tous rares, mais ils appartiennent à un « type de
langue » pour lequel le lexicographe doit adapter son mode de récolte. Le « programme

90
Ce nombre est beaucoup plus élevé que le total des articles francophones ajoutés (280) car de
nombreux articles contenaient plusieurs mentions de zones géographiques différentes.
91
J. Rey-Debove, 1971, p. 92.

129
de macrostructure » mis en place pour sélectionner les régionalismes fait donc
logiquement appel à la compétence de spécialistes des variétés de langue décrites.

2.2.2.3. Comparaison de la vitesse d’intégration des néologismes dans


les deux dictionnaires
Poursuivons l’étude des articles ajoutés aux deux dictionnaires, non pas en les
cloisonnant sans les comparer mais en observant ce qui les rapproche et ce qui les
distingue. Tout d’abord, une manipulation des données accumulées a servi à établir la
liste des mots ajoutés aux deux dictionnaires entre 1998 et 2008 : ils sont 506. Ce
nombre de 506 mots entrés dans les deux ouvrages entre 1998 et 2008 ne tient pas
compte de ceux qui ont été ajoutés avant 1998 dans l’un ou dans l’autre. Par exemple,
lorsque inratable est entré dans le PL2002, nous n’avons pas tenu compte du fait qu’il
était déjà dans le PR depuis 1997 et même auparavant. De la même façon mais
inversement, performeur est entré dans le PL2008, et ne figure pas dans le PR (et peut-
être y sera-t-il inséré dans une édition ultérieure). Dans le premier cas, inratable est
entré dans le PR en premier, puis dans le PL ; dans le second cas, performeur est entré
dans le PL en premier, et forcément plus tard dans le PR, s’il y entre un jour. Mais nous
n’avons pas retenu ces deux mots car nous ignorons leurs dates d’entrée qui sont en
dehors de notre période d’étude : 1997-2008.

Parmi les 506 mots qui sont donc entrés dans les deux dictionnaires entre 1998 et
2008, on constate que 70 % sont d’abord entrés dans le PL puis dans le PR, contre 18 %
qui ont suivi le chemin inverse, d’abord dans la nomenclature du PR puis dans celle du
PL. Enfin, 12 % des mots sont entrés simultanément dans un même millésime des deux
dictionnaires. Mais ces chiffres doivent être modérés. En effet, souvenons-nous que les
trois dictionnaires auxquels le plus d’articles ont été ajoutés sont le PL1998, le PR2007
et le PR2008, qui balisent notre période d’étude. Rien d’étonnant donc au fait que,
d’une part, les ajouts du PL1998 se retrouvent plus tard dans les PR, et que, d’autre part,
les ajouts des PR 2007 et 2008 aient figuré d’abord dans le PL. Cependant, même si
l’on met à part les mots entrés dans ces trois millésimes, la tendance lue dans les
nouveaux chiffres reste la même : 235 mots sont entrés d’abord dans le PL, contre
seulement 60 qui sont d’abord arrivés dans le PR. Les ajouts massifs lors des refontes
n’expliquent donc pas tout.

Lorsque l’on examine la liste des mots concernés, quelques régularités


apparaissent. Tout d’abord, les mots de la francophonie ont tendance à être repérés plus

130
vite par les auteurs du Petit Larousse : fancy-fair, recherchiste, bénichon, etc. Cela
confirme nos observations au sujet des mots francophones. Ensuite, les mots de
l’informatique sont également nombreux dans la liste des mots entrés d’abord dans le
PL : double-clic, défragmenter, copier-coller, courriel, pourriel, USB, MP3, Intranet,
etc., bien que désinstaller soit entré d’abord dans le PR. Enfin, les mots entrés d’abord
dans le PR puis dans le PL ne semblent pas partager de caractéristique commune :
beaucoup d’emprunts, beaucoup de termes familiers, mais autant que dans la liste
concurrente.

Quant à la liste des mots entrés simultanément dans les deux dictionnaires, on y
trouve quelques coïncidences, mais aussi des mots très marqués dans le temps,
profondément ancrés dans l’année qui les a vus émerger : euro en 1998 92 , alicament en
2000, écotaxe en 2001 93 , chimiquier en 2002 94 , bioterrorisme en 2003 95 , SRAS en
2005 96 , plaider-coupable en 2006 97 , slam et chikungunya en 2007 98 , etc. Ces mots
semblent s’être imposés aux lexicographes. Ne pas les ajouter au dictionnaire dès que
possible aurait probablement passé pour une erreur.

Finalement, ces données nous renseignent sur les différences de fabrication entre
les deux dictionnaires. Déjà, une soixantaine de fois en dix ans, les lexicographes des
deux maisons ont choisi les mêmes mots, sans se consulter. Leur réaction face à ces
mots d’actualité a été unanime. Mais les 88 % de mots qui ne sont pas dans ce cas
prouvent que la lexicographie telle qu’elle se pratique – une mise à jour millésimée
chaque année – n’est pas une discipline linguistiquement objective. Face à des données
linguistiques identiques, des maisons d’édition différentes n’opèrent pas les mêmes
choix, et pratiquent chacune une lexicographie différenciée, empreinte du savoir-faire
spécifique de ses acteurs, de leur sensibilité, et de la structure du dictionnaire. Et ces
choix peuvent à leur tour être caractérisés.

On observe notamment qu’un nouveau mot a plus de chance d’être d’abord


accueilli par le Petit Larousse, qui semble plus réactif que son concurrent. Il est plus
92
L’euro succède alors à l’ECU ; son introduction aura lieu le 1er janvier 1999.
93
Le gouvernement français a proposé d’instituer une écotaxe en application du protocole de Kyoto en
janvier 2000.
94
Après le naufrage du chimiquier Ievoli Sun au large de Guernesey, le 31 octobre 2000.
95
On assiste à une vague d’attentats bioterroristes à l’anthrax fin 2001.
96
Le premier foyer de SRAS date de novembre 2002. L’épidémie bat son plein entre mars et mai 2003.
Le virus du SRAS réapparaît, modifié, le 5 janvier 2004.
97
La Loi précisant le déroulement de l’audience d’homologation de la comparution sur reconnaissance
préalable de culpabilité date du 26 juillet 2005.
98
Une épidémie de chikungunya a frappé les Réunionnais pendant l’hiver 2005-2006.

131
enclin à sélectionner des mots très récents, au risque de faire des erreurs en
sélectionnant des mots éphémères, pour décrire l’état le plus actuel de la langue. Une
donnée supplémentaire laisse d’ailleurs à penser que ses auteurs ont plus de mal à
appréhender les néologismes sur le plan formel : 7,5 % des articles ajoutés ont une
double entrée, c’est-à-dire que le mot qui est décrit dans ces articles est donné sous
plusieurs formes, rendant souvent compte de la nécessaire variation linguistique qui
affecte les néologismes.

Du même coup, le Petit Robert, dans lequel les nouveaux mots entrent après un
certain délai, paraît plus prudent et par là même plus réfléchi. Face à un mot de
formation très récente, ses auteurs semblent prendre le temps d’observer son
comportement dans la langue, pour vérifier par exemple qu’il ne disparaît pas aussitôt
créé. On observe par ailleurs que 5 % des articles nouveaux possèdent une double entrée
– soit un peu moins que dans le PL –, comme si les lexicographes avaient attendu
qu’une forme l’emporte sur les autres pour l’introniser. Cette pratique de la
lexicographie est d’ailleurs concomitante de l’absence de mention du millésime sur la
couverture du dictionnaire, règle suivie dans les Petit Robert jusqu’en 2005 inclus.
L’ouvrage s’ancre dans la modernité, mais pas aux avant-postes de la modernité. De la
langue contemporaine, il décrit d’abord la part qui a fait ses preuves et s’est installée
dans un usage pérenne.

Il resterait à comparer les définitions des 506 mots concernés dans les deux
dictionnaires pour rechercher d’éventuelles traces de précipitation ou au contraire de
mûrissement dans la description lexicographique, pour confirmer ou infirmer ce ressenti
sur la procédure d’intégration des nouveaux mots dans les dictionnaires… ce qui nous
éloignerait trop de nos préoccupations.

Après ce tour d’horizon nécessairement rapide des articles entrés dans les
dictionnaires 99 , très porté sur les données quantitatives – et laissant à des recherches
futures les analyses plus qualitatives –, il faut encore explorer « l’autre plateau de la
balance » : les articles sortis des dictionnaires, éliminés de la nomenclature.

2.2.3. Suppressions dans la nomenclature


Dans le premier chapitre, nous avons mis en lumière une caractéristique générale
de la fabrication des dictionnaires : toute information ajoutée au texte doit être

99
Les nouveautés ajoutées au dictionnaire constituent l’aspect le plus connu du travail de mise à jour.

132
contrebalancée par la suppression d’une information de taille équivalente ou inférieure
(dans le cas d’une refonte par exemple, car la nouvelle maquette permet un volume de
texte supérieur à l’ancienne).

Or, 4 375 articles ont été ajoutés aux PL et PR entre 1997 et 2008. Le lecteur ne
sera donc pas surpris d’apprendre que dans la même période, 4 913 articles sont sortis
des mêmes dictionnaires. Toutefois, ces 4 913 articles se répartissent très inégalement :
4 896 dans les PL, contre seulement 17 dans les PR. De plus, parmi les 4 896 articles
sortis des PL, 4 354 ont été évincés entre 1997 et 1998, au moment de la refonte. Quels
mots sont sortis des dictionnaires ? Était-ce à chaque fois pour gagner de la place ?

2.2.3.1. PR
En douze éditions successives du Petit Robert, 17 articles seulement ont été
supprimés 100 , dont trois renvois. Étant donné le peu d’articles concernés, il est possible
d’en donner ici la liste complète.
Article Date de sortie 101
cawcher ► casher 1998
import ► importation 1998
magnarelle ► magnanier 1999
2. top 2001
boulle 2007
familistère 2007
gnôthi seauton 2007
I.D.S. 2007
know-how 2007
octante 2007
raréfiable 2007
tuc 2007
2. appropriation 2008
2. approprier 2008
2. berce 2008
carte-vue 2008
décauser 2008
Tableau 13 : Articles sortis des PR entre 1997 et 2008.

Différents articles sortis peuvent être regroupés. En premier lieu, les trois articles-
renvois, sortis en 1998 et 1999. Tous trois renvoient vers un autre article du
dictionnaire. La modification du contenu des articles auxquels ils étaient reliés a

100
18 mots dérivés contenus en fin d’article ont également disparu.
101
Ici comme dans tout notre travail, un changement est daté du millésime dans lequel il est constaté.
Ainsi, on dira d’un article présent dans le millésime 1997 et absent du millésime 1998 qu’il est « sorti en
1998 ».

133
entraîné leur suppression. Ainsi, lorsque l’abréviation import disparaît de l’article
importation en 1998, le renvoi ne s’impose plus. De même, l’ancienne graphie cawcher,
sortie du PR avant 1997, n’a plus de raison de figurer dans un article-renvoi dans les
millésimes qui suivent. La suppression de cet article, qui aurait dû avoir lieu en même
temps que le changement orthographique de l’article principal, ne survient qu’en 1998.
Quant à l’article magnarelle ► magnanier, qui porte par erreur un faux féminin de
magnanier, il est supprimé lorsque le vrai féminin magnanarelle est rétabli, en 1999,
sous magnanier. L’article-renvoi aurait pu alors être corrigé en magnanarelle ►
magnanier, mais sa proximité maximale avec l’article magnanier (plus aucun article ne
les séparait) ne l’a pas rendu nécessaire.

Ensuite, les cinq articles sortis en 2008 partagent trois propriétés surprenantes.
Tout d’abord, tous cinq sont des belgicismes. Approprier et appropriation sont des
dérivés de la racine latine proprius, que les auteurs du PR avaient choisi de traiter
séparément de leurs homographes dérivés d’une autre racine latine, dans des articles
numérotés « 2. » ; quant aux mots berce, carte-vue et décauser, ils sont utilisés en
Belgique pour signifier berceau, carte postale et médire. Le deuxième point commun de
ces cinq articles, c’est qu’ils sont extrêmement courts, de deux à trois lignes. Enfin, et
c’est leur point commun le plus surprenant, ils sont tous les cinq contenus dans le
premier quart du PR2007. Cela pourrait passer pour une coïncidence, mais le calendrier
de fabrication d’un dictionnaire, détaillé plus haut, nous rappelle que les lexicographes
commencent par diviser le texte en tranches. Il y a fort à parier que les cinq mots belges
sortis en 2008 figuraient dans la même tranche. Et, partant de là, plusieurs possibilités
coexistent. Soit le lexicographe responsable de toutes les tranches a pratiqué un travail
inégal dans les différentes tranches. Soit les instructions lexicographiques ont été
modifiées au cours de la fabrication : au quart du chemin, on décide de ne sortir aucun
article, même si cinq articles ont déjà été supprimés et qu’on ne peut plus les récupérer.
Soit encore les tranches ont été confiées à des lexicographes différents qui ont chacun
travaillé à leur manière.

En 2007, huit articles sont supprimés. Deux étaient dédiés à des mots désignant
des réalités disparues – l’I.D.S., pour « initiative de défense stratégique », a été
abandonnée en 1993 suite à un accord de désarmement ; les TUC, « travaux d’utilité
collective », n’existent plus depuis 1990. Deux autres sont éloignés de la nomenclature
parce qu’ils ne ressemblent pas aux autres articles : boulle, qui, par emploi

134
métonymique d’un nom propre, désigne un style de mobilier, et la devise de Socrate,
gnôthi seauton. La suppression des autres articles, un anglicisme (know-how), un
régionalisme (octante), un archaïsme (raréfiable), ne trouve pas de justification
particulière.

Enfin, la sortie de l’article top en 2001 s’accompagne de l’entrée de trois articles


qui le remplacent : top-modèle, top niveau et top-secret.

2.2.3.2. PL
Le fait que des articles sortent du Petit Larousse est bien connu. Des linguistes,
des utilisateurs du dictionnaire, des métalexicographes amateurs ont déjà signalé le
phénomène. L’amateur de dictionnaires Jean-Claude Raimbault 102 en a proposé le
relevé le plus fourni, fondé sur la comparaison de quatre éditions du PL. Des
témoignages antérieurs font état de disparitions sporadiques, comme celui recueilli par
J.-L. Descamps et R. Vaunaize lors d’une enquête sur l’utilisation des dictionnaires 103 .
Dans le cadre de notre étude, nous nous limiterons aux sorties d’articles des
dictionnaires étudiés, sans faire état de celles qui se sont déroulées avant 1997.

Lors de la refonte de 1998, 4 354 articles sont sortis du PL, soit environ quatre par
page. Cette refonte, préparée rapidement entre 1995 et 1997, survient dans une période
difficile pour les éditions Larousse, la fin du procès avec Maxi-Livres. On ne peut
s’empêcher d’établir un parallèle symbolique entre des licenciements en série qui
touchent l’équipe des lexicographes et des encyclopédistes, et la sortie de 4 000 articles
du dictionnaire phare de la maison. D’ailleurs, tout comme la nomenclature, les
changements dans l’ours témoignent de ces remous. Par exemple, sous la rubrique
« dessin » de l’ours du PL1997, on trouve les noms de 45 dessinateurs, et cela se justifie
quand on sait que ce sont plus de 2 000 dessins qui font du PL un dictionnaire
« illustré ». En 1998, alors que tous les dessins sont retouchés ou refaits, l’équipe est
réduite à 28 illustrateurs.

La suppression de 4 000 articles résulte d’un choix lexicographique visant à


moderniser la nomenclature, à faire entrer le dictionnaire dans une nouvelle ère. Ce
choix est expliqué en préface, dans une formule qui laisse entendre que la place gagnée
par les suppressions a servi à ajouter des articles :

102
J.-C. Raimbault, 2006b.
103
J.-L. Descamps & R. Vaunaize, 1983, p. 107.

135
La nomenclature du Petit Larousse 1998 a été entièrement réexaminée. Pour un
nombre de pages identique, la suppression d’anglicismes vieillis (computer pour
ordinateur, par exemple), de mots d’argot anciens, de termes techniques ou
administratifs devenus obsolètes a permis un nombre important d’ajouts 104
Que la nomenclature ait fait l’objet d’un réexamen complet, cela ne fait aucun doute.
Mais il est douteux que les 4 354 articles sortis soient tous des anglicismes vieillis, des
mots anciens et des termes obsolètes. À partir de la liste complète de ces articles, il est
possible de dégager quelques régularités dans les choix de suppression, quelques
catégories dans lesquelles certains articles peuvent être regroupés.

72 des articles supprimés sont des anglicismes, soit à peine 1,6 % du total. Parmi
eux figurent des mots familiers et relativement fréquents (sunlight, hit), des termes
techniques (hot money, trotting, scrubber), ou encore des mots vieillis (lavatory, desk,
freak). Seuls deux d’entre eux sont explicitement étiquetés en tant qu’anglicismes, à
l’aide du marqueur inhabituel « anglic. déconseillé » (le marqueur habituel étant
« anglic. » tout court). Ce marqueur, bien que semblant très normatif et donc subjectif,
n’exprime pas l’avis des lexicographes. Il s’oppose à un autre marqueur, « recomm.
off. » (mis pour « recommandation officielle »), utilisé pour spécifier les termes
officiels issus des Commissions de terminologie et de néologie. On trouve
régulièrement, dans le PL, des couples de mots reprenant les termes étrangers et les
recommandations officielles qui les remplacent. Dans notre cas, hot money et grader
sont deux anglicismes pour lesquels les équivalents français capitaux flottants et
niveleuse ont été proposés par le biais du Journal officiel. Par ailleurs, il est curieux de
constater que les anglicismes constituent de nos jours des candidats à la sortie, tandis
que dans les années 1960-1970 les auteurs du PL mettaient en avant l’arrivée
d’anglicismes à la nomenclature : « On n’interdit pas d’autre part l’entrée au
dictionnaire des mots d’origine étrangère et en particulier des anglicismes » 105 ; ou
encore : « Il [le Nouveau Petit Larousse] accepte certains termes étrangers employés
maintenant dans diverses techniques et même dans le vocabulaire courant » 106 .

16 des articles supprimés portaient le marqueur « argot » ou « argot militaire »,


soit 0,4 % du total des articles sortis. Parmi eux, 6 avaient un deuxième marqueur,
« vx » (pour « vieux ») ou « vieilli ».

104
PL1998, p. 3, Au lecteur.
105
J. & C. Dubois, 1971, p. 19.
106
PL1968, Aux lecteurs.

136
Enfin, 1 216 articles supprimés, qui portent un marqueur de domaine, constituent
autant de termes issus des vocabulaires techniques et spécialisés. Parmi les rubriques,
certaines, qui sont aussi les plus répandues, sont plus touchées que d’autres : la
médecine, l’antiquité, la biologie, la botanique, la chimie, le droit, l’histoire, la marine.
D’autres rubriques moins fréquentes sont également atteintes : la viticulture, les
sciences de l’éducation, la radiologie, la pêche, la reliure, la géophysique, la foresterie,
la couture, etc. Tous ces articles totalisent moins de 30 % des articles sortis.

Le problème quand on relit le propos tenu dans la préface à la lumière de ces


dernières constatations précisément chiffrées, c’est que les « anglicismes vieillis […],
[les] mots d’argot anciens, [les] termes techniques ou administratifs devenus obsolètes »
ne représentent qu’à peine 30 % des articles sortis du PL1998 ; donc 70 % des articles
sortis ne sont pas évoqués dans la préface. Cependant, le métalexicographe ne doit pas
se contenter de relever les marqueurs effectivement présents dans les articles pour
obtenir une liste complète des mots argotiques ou techniques. En effet, le marquage
obéit à des contraintes dictionnairiques diverses 107 . Il arrive notamment que des
néologismes, tirés de la base de données servant à l’élaboration de plusieurs
dictionnaires de la maison, y soient marqués finement, mais que leur marquage effectif
varie en fonction du dictionnaire d’accueil, ou disparaisse complètement et reste sous-
jacent. C’est pour ces raisons que le métalexicographe doit effectuer son propre
marquage, exhaustif cette fois. C’est ce que nous avons proposé pour les anglicismes,
extraits manuellement de la liste de 4 354 articles, mais pas pour les mots d’argot et les
termes techniques. Il resterait donc à réaliser un marquage plus pointu des articles sortis,
dans le but d’affiner les pourcentages présentés.

Au cours de la refonte de 1998, la consigne du responsable de la partie « langue


française », Pierre-Henri Cousin, allait bien au-delà d’un simple nettoyage de la
nomenclature, qui aurait concerné quelques mots obsolètes. Pour lui, la refonte du
dictionnaire impliquait visiblement des choix importants dans la macrostructure, afin
que la nomenclature obtenue serve de base aux PL futurs. Un petit comité de
lexicographes est alors chargé d’établir une liste d’articles à supprimer. Certains choix
paraissent réguliers et laissent transparaître une politique réglée de suppression des
articles.

107
Cf. C. Martinez, à paraître.

137
Tout d’abord, les symboles des éléments chimiques et des unités de mesure,
auxquels étaient consacrés 137 articles, ont été éliminés. Des symboles d’au moins deux
lettres, comme Hg, Ra, Zn (pour mercure, radium, zinc), dB, kg/m², oz (pour décibel,
kilogramme par mètre carré, once anglo-saxonne) disparaissent en bloc. Quant à ceux
longs d’une seule lettre, comme m, L ou l, Å (mètre, litre, angström), ils étaient logés en
1997 aux articles M, L et A, qui subsistent nécessairement puisqu’ils portent la
définition des lettres de l’alphabet. Cependant, si ces articles ne sont pas supprimés, cela
n’empêche pas des définitions de l’être. En conséquence, dans le millésime 1998, il n’y
a plus aucune trace du symbole du mètre à l’article M. Si nous pouvons affirmer que ces
suppressions de symboles relèvent bien d’une politique lexicographique, c’est pour
deux raisons.

Premièrement, parce qu’on n’observe que très peu d’exceptions dans cette série de
suppressions. En effet, en 1998, seuls trois symboles ont subsisté dans la nomenclature
(aucun élément chimique) : al, exp et Mflops (pour année-lumière, exposant et
mégaflops).

Deuxièmement, parce que tous ces articles ne véhiculaient que des informations
répétitives, donc coûteuses en place. En effet, aux articles cobalt, einsteinium, candela,
ampère, on trouve les symboles de ces mots entre parenthèses. De plus, près de deux
pages sont exclusivement consacrées à la mise en correspondance des unités de mesure
et de leurs symboles, à l’article unité. Et le vaste tableau exposant la classification
périodique des éléments chimiques, consultable sous l’article élément, joue le même
rôle de mise en correspondance des éléments chimiques et de leurs symboles. Donc,
même après suppression de 137 articles, les informations sur les unités de mesure ou
éléments chimiques et leurs symboles font encore doublon.

Ensuite, 99 des articles sortis en 1998 sont des gentilés, c’est-à-dire des noms
désignant les habitants d’un lieu, que ce soit d’une ville (turinois, e, rouennais, e), d’une
région (phocidien, enne, lozérien, enne) ou d’un État (botswanais, e, qatari, e). Ces
articles sont construits selon une structure très simple, à savoir la catégorie
grammaticale « adj. et n. » suivie d’une définition minimaliste « Du Wurtemberg »,
« De Grenoble », etc. La relative transparence de ces gentilés, construits pour la plupart
sur le modèle « base reconnaissable + suffixe » 108 , n’exige en effet pas de définition

108
Quelques-uns sont peu transparents, comme macanéen, enne (« De Macao »), comtadin, e (« Du
Comtat Venaissin ») ou trégorrois, e ou trégorois, e (« De Tréguier et de sa région »).

138
développée, voire pas de définition du tout. De plus, la présence éparpillée des gentilés
dans la partie « noms propres » de l’ouvrage, aux nombreux articles de noms de villes et
d’États, fait double emploi avec les dizaines d’articles de la partie « langue française ».
Notons cependant que dans la partie « noms propres », la fonction assurée par la
présence des gentilés, comme « (Colombiens) » à l’article Colombie, est une fonction
d’encodage. Ce gentilé s’adresse aux utilisateurs qui voudraient connaître le nom des
habitants de tel pays ou de telle ville ; tandis que les gentilés de la partie « langue
française » assurent une fonction de décodage, s’adressant aux utilisateurs qui
voudraient comprendre le sens des mots lillois ou maltais. Après constatation que les
informations sur les gentilés étaient présentes dans les deux parties de l’ouvrage, dans le
souci d’économiser de la place, les auteurs se sont interrogés sur la suppression d’une
partie des informations. Finalement, ce sont les informations les moins nécessaires,
celles servant au décodage de termes sémantiquement transparents, qui ont été
supprimées. Ainsi, malgré l’extrême fréquence dans l’usage de mots comme lyonnais,
toulousain ou rennais, ces mots ne figurent plus dans la nomenclature du Petit Larousse
depuis 1998.

Cependant, la suppression massive de 99 articles de gentilés semble avoir été


effectuée en désordre, quand on constate que beaucoup d’articles similaires sont restés
dans la nomenclature. Autant dans le PL1997, l’ensemble des gentilés formaient un
groupe homogène (bien que non exhaustif), autant les disparités observées dans le
PL1998 sont ininterprétables en dehors du contexte de la refonte du millésime
précédent. Dans le PL1998, pourquoi trouve-t-on parisien (défini seulement « De
Paris ») mais pas lyonnais ? Pourquoi islandais mais pas groenlandais ? Pourquoi
omanais et yéménite mais pas bahreïni ni qatari, qui figuraient pourtant dans le
PL1997 109 ? Le travail de refonte recèle encore bien des mystères.

30 autres articles sortis en 1998 attirent l’attention : ce sont trente mots de la


francophonie (vingt de Belgique, quatre de Suisse, trois du Canada, un d’Afrique, un
d’Algérie et un de Louisiane). Nous avons déjà commenté le soin que les auteurs du
Petit Larousse apportent à l’ajout de mots de la francophonie et à leur promotion,
notamment dans le millésime 1998 où 151 de ces articles ont été ajoutés. L’entrée de 28

109
La question traitée par A. Rey semble identique mais elle est posée en synchronie, c’est-à-dire pour un
dictionnaire donné et arrêté : « Certes, on trouve américain dans tous les dictionnaires, mais berrichon,
puis limougeot et enfin castelpontain (de Pont-du-Château, dans le Puy-de-Dôme) ne peuvent pas tous
figurer dans le lexique décrit » (1965, p. 79).

139
mots belges et la sortie camouflée de 20 autres, accompagnées de déclarations sur
l’augmentation de la « part relative des parlers francophones » 110 dans le dictionnaire,
ont de quoi surprendre. Elles surprendraient certainement les spécialistes auxquels les
lexicographes ont fait appel, tel J.-M. Klinkenberg, qui fournit des chiffres bien éloignés
des nôtres :
Le Petit Larousse […] accueillait ainsi dans sa refonte de 1989, à peu près 300
belgicismes nouveaux […]. Ce nombre s’est encore vu gonflé de 200 unités environ
pour la refonte de 1998. 111
La différence entre les chiffres (y a-t-il 8 ou 200 belgicismes supplémentaires dans le
PL1998 ?) ne peut pas intégralement se résorber par la non-prise en compte des
belgicismes de sens ajoutés dans des articles préexistants, qui caractérise notre
comptage. Par ailleurs, notre constat de suppression des francophonismes n’est pas
spécifique de la refonte de 1998 ; sur l’ensemble de la période 1997-2008, ce sont au
total 80 francophonismes qui ont disparu.

Lors de la refonte de 1998, deux autres groupes d’articles ont été diminués de
plusieurs membres lors de la refonte. Un travail sur les adverbes en -ment a abouti à la
sortie de 32 articles (extrajudiciairement, hypothécairement, chiquement entre autres),
et un autre sur les adverbes italiens utilisés en musique à la sortie de 10 d’entre eux
(parmi lesquels grazioso, piu et dolce), soit au total 42 adverbes sur les 46 qui sont
sortis du PL cette année-là.

Autre groupe très touché, avec plus de 140 articles sortis, les substantifs désignant
des métiers peu répandus ou des fonctions : paraphraseur, euse, tuyauteur, euse, sinn-
feiner, fichiste, etc.

Les choix lexicographiques appliqués lors de la refonte de 1998 se font à présent


plus clairs. Les lexicographes ont revisité la nomenclature en ajoutant 1 470 articles, en
en supprimant 4 354, et les éditeurs, dans la préface, ont communiqué sur le fait que les
ajouts ont été permis grâce à la suppression d’articles, mais en ne laissant rien
transparaître de l’ampleur de ces suppressions (cf. l’augmentation du nombre de mots
annoncé en quatrième de couverture, 2.2.1.1.). Parmi les articles entrés comme parmi
les articles sortis, on observe certaines régularités à travers des groupes d’articles qui
reçoivent un traitement comparable, comme les régionalismes ou les symboles
d’éléments chimiques. S’il fallait un épilogue à ces constatations saisissantes sur le

110
PL1998, p. 3, Au lecteur.
111
J.-M. Klinkenberg, 2002, p. 24.

140
contenu réel de la refonte de 1998, il nous serait raconté par l’un des lexicographes des
éditions Larousse. Celui-ci, lors d’un entretien, nous a confié que, alertés notamment
par les plaintes publiques des deux animateurs du jeu télévisé Des chiffres et des lettres
au sujet de mots présents dans le dictionnaire de l’un (le PR) mais pas de l’autre (le
PL1998), les lecteurs ont massivement demandé les raisons de la disparition de tel ou tel
mot, inquiétés par le fait qu’en sortant du dictionnaire, ces mots sortent de la langue. La
mauvaise publicité faite au dictionnaire, bien que juste et méritée, a alarmé les éditeurs.
Michel Legrain, directeur éditorial du PL, a alors demandé à ce lexicographe de revoir
la liste des mots sortis en 1998 en vue d’en réintégrer certains à la nomenclature, ce qui
sera réalisé dans la décennie suivante. Ce sujet sera développé par la suite (2.2.4.).

Malheureusement, le nombre d’articles supprimés lors de cette refonte n’est pas


proportionnel en taille au traitement métalexicographique que nous en donnons ici. Un
travail à part ayant pour matériau les données recueillies sur les articles sortis en 1998
serait tout à fait envisageable.

Concernant à présent les autres millésimes (1999 à 2008), une approche


différente 112 doit être privilégiée, en raison du fait que ces dictionnaires correspondent à
des mises à jour et non à des refontes. En effet, nous avons précisé que, lors d’une mise
à jour, la recherche de place s’effectuait au sein d’une page et non globalement. Il faut
donc interpréter la sortie d’un article sur une page donnée comme une place libérée
avant de rechercher dans l’article lui-même les raisons de sa sortie (sauf dans le cas où
une nouvelle maquette est introduite, comme dans la partie « langue française » du
PL2005). Par exemple, la sortie de borderline dans la troisième colonne de la page 145
du PL2001 est une conséquence de l’entrée de borée quelques lignes plus bas. Le fait
que borderline soit un anglicisme ne justifie pas seul sa sortie, mais peut constituer un
motif après coup : lorsqu’il s’est agi de choisir quel article supprimer page 145,
l’anglicisme partait avec un avis défavorable, malgré sa fréquence relativement élevée
en emploi familier. Mais le but du présent travail n’étant pas d’entrer dans le détail de
chaque article sorti du dictionnaire, nous nous limiterons à quelques observations, et
notamment cette dernière idée développée, selon laquelle les articles « candidats à la
sortie » sont prédéterminés par leur contenu. À mots couverts, la préface de 1998
signalait déjà que les mots « vieillis […] anciens [et] obsolètes » étaient ceux que l’on

112
Cette approche ne sera pas quantitative. Pour tous chiffres, voici le nombre des articles sortis de
chaque millésime du PL : 4 articles sortis en 1999, 157 en 2000 (dont 43 articles-renvois), 45 en 2001,
autant en 2002, 48 en 2003, aucun en 2004, 221 en 2005, 14 en 2006, 2 en 2007 et 6 en 2008.

141
supprimait, ceux qui cédaient leur place aux néologismes dans la nomenclature. Un
rapide examen de la distribution de quelques marqueurs bien précis parmi les articles
entrés (dans les) et sortis (des) PL 1997 à 2008 le confirme.
marqueur nombre part relative des nombre part relative des
d’articles entrés articles entrés d’articles sortis articles sortis
Anc. 7 0,2 % 80 1,6 %
Litt. 11 0,4 % 69 1,4 %
Rare 113 2 0,1 % 130 2,7 %
Vieilli 5 0,2 % 71 1,5 %
Vx 5 0,2 % 319 6,5 %
total 30 1,1 % 669 13,7 %
Tableau 14 : Nombre et part relative des articles marqués anciens, littéraires, rares, vieillis et
vieux entrés (dans les) et sortis (des) PL 1997 à 2008.

Les cinq marqueurs repris dans le tableau 14 ont un point commun : ils sont
accolés à des mots peu répandus en synchronie contemporaine, appartenant le plus
souvent à un état de langue passé. Les explications de la table d’abréviations du PL1997
(« rare » en est absent) sont éclairantes à ce sujet :
ancien ; anciennement (mot qui n’est ni vieux ni vieilli mais qui désigne une réalité
aujourd’hui disparue ou devenue rare) […]
littéraire (mot que l’on rencontre surtout dans les textes écrits) […]
vieilli (mot qui tend à sortir de l’usage, mais qui reste compris de la plupart des
locuteurs natifs) […]
vieux (mot qui n’est généralement plus compris ni employé) 114
Sur les 4 896 articles sortis du PL, près de 14 % portent donc un marqueur qui
signifie en substance que ce mot n’est pas courant. Or, la part de mots du même type
entrés dans le PL entre 1998 et 2008 excède à peine 1 % du total des entrées. Donc, en
une douzaine d’années, la nomenclature s’est renouvelée dans le sens d’un
rajeunissement global – si l’on fait abstraction du fait que les mots ont vieilli en douze
ans. D’édition en édition, la part de mots anciens et littéraires du PL ne cesse de
décroître. La comparaison avec le marqueur « Fam. » notant la familiarité d’emploi
d’un mot, que cette familiarité soit contemporaine ou datée, est éloquente : sur la même
période, 85 articles marqués familiers sont sortis (soit 1,7 % du total), pendant que 206
sont entrés (7,3 % du total). Le renouvellement des termes familiers, malgré le nombre
élevé de sorties, est largement assuré.

113
Le marqueur « rare » n’est pas du même type que les quatre autres : « On distinguera les indicateurs
de temps (ancien, vieux, vieilli, moderne, etc.), qui donnent en quelque sorte l’âge du mot ou du référent,
des marqueurs de fréquence (par ex. : rare) » (Y. Garnier, 2005, p. 237). Cf. surtout F. J. Hausmann,
1989b.
114
PL1997, p. 22-24.

142
En conclusion, lorsque l’on observe l’évolution de la nomenclature du PL dans
douze millésimes successifs, on note des tendances (des stagnations, des déficits, des
bénéfices). Les termes familiers sont de plus en plus nombreux, au détriment des mots
vieillis ou littéraires. La part des mots de la francophonie s’accroît, tandis que le nombre
d’anglicismes stagne (beaucoup sortent et beaucoup entrent). Mais malgré le soin
apporté au relevé systématique des changements dans la nomenclature, les données
récoltées restent insuffisantes. En effet, un article de dictionnaire est une entité ne
dépendant pas directement de la langue, mais fabriquée selon des choix
lexicographiques et dictionnairiques. Les choix lexicographiques portent notamment sur
la macrostructure ; et les choix dictionnairiques, amenés par les contraintes de
fabrication du dictionnaire, aboutissent par exemple au marquage irrégulier des articles,
certains articles ne recevant pas de marqueur, ou voyant leur marqueur disparaître, faute
de place. N’oublions pas également que l’entité formée par l’article n’est pas
exactement l’unité minimale du dictionnaire. L’effet indésirable de notre relevé des
entrées et sorties d’articles est l’amoindrissement de l’importance accordée à tous les
autres évènements qui surviennent dans le texte. Telle définition supprimée, qui porte
peut-être un marqueur, n’a pas moins d’importance que la sortie d’un article entier. En
conséquence, les chiffres présentés dans les tableaux exposés ci-dessus sont bien sûr des
données fiables, mais ils doivent d’abord être interprétés comme des indicateurs de
tendance sur ce qui se passe dans l’ensemble du texte.

Enfin, nos données sur les entrées et sorties peuvent être mises en relief par la
comparaison avec une autre étude bien connue, souvent commentée par ses auteurs dans
leurs recherches postérieures et souvent citée par d’autres lexicologues.
Une étude déjà ancienne portant sur le mouvement du vocabulaire dans le Petit
Larousse Illustré (PLI, éditions 1949-1960, vr Dubois, Guilbert, Mitterand, Pignon,
1960) comptait en dix ans 5 105 suppressions de formes ou de sens contre près de
4 000 ajouts […], soit un quart du vocabulaire en mouvement […]. Que trouverait-on
aujourd’hui […] ? 115
En 1960, J. Dubois & al. concluaient en effet, après avoir comparé quelques
dictionnaires, qu’un quart du vocabulaire français se renouvelait tous les dix ans. La
question de N. Catach nous invite à retenter ce genre d’expérience, ce que nos données
accumulées nous permettent. Mais pour l’instant, nous choisissons simplement de
réfuter les conclusions de nos prédécesseurs, en nous appuyant sur quelques
phénomènes d’allers-retours.

115
N. Catach, 1995b, p. 5.

143
2.2.4. Articles sortis puis entrés à nouveau
La découverte inopinée d’articles sortis du dictionnaire puis entrés à nouveau,
sujet déjà traité par D. et P. Corbin (pour les dérivés principalement) 116 et par l’équipe
du DHOF 117 , par ailleurs évoqué par Jean-Pierre Beaujot 118 et C. Muller 119 , mérite un
approfondissement. Grâce au témoignage d’un lexicographe à propos des effets néfastes
des trop nombreuses sorties de la refonte du PL1998, le cadre particulier qui a conduit à
la désorganisation de la nomenclature – telle que nous allons à présent la décrire – est
bien défini.

Entre 1997 et 2008, on observe que 125 articles sont réintroduits dans le
dictionnaire alors qu’ils viennent juste d’en sortir. Pour chacun d’eux, il existe un
millésime ou un segment temporel formé par plusieurs millésimes dans le(s)quel(s) ils
n’apparaissent pas. Parmi les 125 articles concernés, 120 sont effectivement sortis lors
de la refonte de 1998 : âgisme, cantiner, déremboursement, foutraque, fusionnel,
profitabilité, shakespearien, surnatalité, etc. Leur réinsertion dans les millésimes
suivants (surtout 2000 et 2005 : 61 dans l’un et 27 dans l’autre) est discrète, car ces
mots ne sont plus des nouveaux mots, et ne font pas partie de ceux sur lesquels les
publicitaires communiquent. Ils témoignent d’un changement d’orientation de la
politique de sortie des articles ; les auteurs du dictionnaire n’ont donc aucun intérêt à
ébruiter l’errance de ces articles dans la nomenclature et au-dehors. Une donnée anodine
confirme cela. Dans la version informatisée du PL depuis le millésime 2006,
l’utilisateur a accès à un contenu supplémentaire par rapport à l’édition papier, à savoir
la liste des mots nouveaux. Or il se trouve que, sur le cédérom du PL2007, cette liste de
mots nouveaux omet de mentionner l’entrée de l’article épellation. La raison de cette
omission est certainement à rechercher dans le va-et-vient d’épellation dans la
nomenclature. Présent dans le PL1997, sorti en 1998 et absent pendant neuf mises à

116
P. Corbin (1982, p. 127, 135-136) raconte les péripéties à la nomenclature du PL de faisselle, de
secouement, de balaiement, de lacement, de déroulage, de faufilage. D. et P. Corbin réexploitent ce
matériau quelques années plus tard : « […] l’histoire de ce dictionnaire [le PL] révèle des allées et venues
de dérivés qu’aucune raison linguistique ne saurait justifier : secouement figure dans le PL de 1906 à
1955, et depuis 1959, mais en est absent de 1955 à 1959 ; inversement, balaiement n’y figure que de 1948
à 1959 » (1989, p. 941).
117
N. Catach, J. Golfand, O. Mettas & L. Pasques, au sujet des mots des éditions successives du
Dictionnaire de l’Académie française consignés dans le DHOF : « Nous avons suivi les formes jusqu’à
leur disparition et avons signalé leur éventuelle réapparition » (1976, p. 62).
118
J.-P. Beaujot, à propos de mots tabous : « […] maintes entrées, célébrées par la publicité comme des
conquêtes, ne sont que des rentrées » (1989, p. 80).
119
C. Muller note que « appaumé, terme d’héraldique, supprimé en 1986 [dans le premier fascicule de la
neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie française], est rétabli ici » (2004, p. 183), c’est-à-dire
dans la publication en volume, en 1992.

144
jour, puis entré à nouveau en 2007, cet article fait partie des 125 réintroductions
relevées en à peine douze éditions, et cela justifie qu’il ne soit pas traité avec le même
honneur que les autres articles nouveaux.

Le témoignage d’un lexicographe, selon lequel M. Legrain, directeur éditorial du


PL, lui avait demandé de réexaminer la liste des mots sortis en 1998 pour en
réintroduire certains, est corroboré par nos observations. Mais la récupération d’articles
sortis aura été d’envergure limitée : 3 % seulement des 4 354 articles sortis ont retrouvé
leur place dans le dictionnaire.

Quant aux 5 autres articles du même type mais sortis après 1998, leur aventure
n’est pas sans importance. Deux d’entre eux sont des mots du Québec : godendart et
malengueulé. Leur sortie en 2000 n’est probablement pas passée inaperçue outre-
Atlantique. Il est possible que les lexicographes aient ressenti des pressions extérieures
dont le résultat a été la réinsertion des articles en 2005. Quant aux trois derniers, ils
partagent la caractéristique d’avoir été réintroduits très rapidement après leur sortie.
Ainsi, plisser, après être sorti en 2000, est entré en 2001 ; francisant est sorti en 2001 et
entré en 2002 ; et bingo, sorti en 2005, est entré à nouveau en 2007. Vu la promptitude
avec laquelle les lexicographes ont réintroduit ces trois articles, leur sortie passe pour
une erreur, et leur réintroduction pour une réparation. Lorsque le verbe plisser n’est plus
à la nomenclature du PL2000, ce n’est pas parce que les lexicographes l’ont choisi, bien
sûr ; il serait impensable de sortir consciemment un mot si enraciné dans le dictionnaire.
En effet, l’absence de plisser est nécessairement involontaire puisque le verbe est
employé dans les définitions de plissage, de plissement, de plisseuse, et dans bien
d’autres articles encore, observation qui n’est pas sans rappeler l’idée que dans le réseau
d’articles du dictionnaire, les hyponymes en bout de chaîne sont des candidats
privilégiés à la sortie (cf. 1.5.1.2.). Le réseau d’articles de plisser est étendu, donc il ne
peut pas sortir de la nomenclature. Gageons que le réseau des 4 893 autres articles sortis
du PL depuis 1997 était inexistant, sans quoi leur sortie aurait généré du travail
supplémentaire.

Enfin, un phénomène similaire à l’entrée d’articles supprimés a attiré notre


attention : certains articles ont été supplantés par des articles homographes. Nous en
avons relevé 16 dans les PL 1997 à 2008. Un exemple significatif de ce phénomène est
l’article sentine, ainsi défini dans le PL1997 : « Partie de la cale d’un navire où
s’amassent les eaux ». Ce nom féminin est toujours présent dans le PL1998, mais la

145
définition a changé. Elle est devenue « Lieu sale et humide ». Certes, les deux
définitions sont complètement différentes dans la forme, mais une consultation du PR
ou du Trésor de la langue française (désormais TLF) est éclairante. D’après ces
dictionnaires, sentine désigne effectivement la partie de la cale d’un navire où les eaux
s’amassent, et par analogie un lieu sale et humide. Il n’est pas difficile de reconstituer
comment la polysémie de sentine est née ; cependant, le manque de précision du PL, et
surtout la successivité des deux définitions évoquées (que nous opposons ici à leur
coexistence dans un même millésime), empêchent la reconstitution.

Un cas approchant est celui d’unifolié, avec un changement de catégorie


grammaticale en sus. Dans le PL1997, unifolié, e est un adjectif du domaine de la
botanique, défini par « Qui ne porte qu’une feuille ». L’article sort du PL1998, avant de
reparaître en 1999, mais cette fois en tant que nom masculin, avec une définition
précise : « Le drapeau canadien. L’unifolié et le fleurdelisé ». Il est certain que les deux
unifolié d’une part, tout comme les deux sentine d’autre part, sont un seul et même mot.
Mais leur parcours atypique dans la nomenclature, avec une réintroduction consécutive
à une sortie ou encore un revirement brutal de la définition, pousse à leur consacrer une
place à part dans notre développement : la place des phénomènes qui résistent à notre
cadre analytique.

Le casse-tête posé par l’article universalisme illustre bien ce problème qui, si l’on
ne recourt pas au TLF ou au PR, semble insoluble. Dans le PL2006, ce substantif
masculin est défini par « Opinion qui ne reconnaît d’autre autorité que le consentement
universel », formule obscure pour le profane puisque inspirée de la pensée franc-
maçonne. En 2007, cette définition est remplacée par : « Conception selon laquelle les
idées et les valeurs sont indépendantes du temps et du lieu ». Les deux définitions
données successivement n’ayant pas de point commun flagrant, on peut s’interroger sur
la rupture définitionnelle de l’article universalisme. Après avoir observé que le mot
recouvrait un nouveau sens, les lexicographes, en voulant ajouter ce sens, se sont-ils
rendu compte que la définition originelle était dépassée, et l’ont-ils supprimée à cette
occasion ? Ont-ils rédigé la définition de 2007 comme une reformulation de la
précédente ? Ce changement discret du texte est laissé à l’interprétation du
métalexicographe.

146
Mais autant la réintroduction d’articles sortis peu auparavant, bien qu’inattendue,
paraît naturelle si leur disparition était précipitée, autant le phénomène opposé a de quoi
surprendre.

2.2.5. Articles entrés puis sortis aussitôt


Car entre 1997 et 2008, 71 articles sont entrés dans le PL avant d’en ressortir
aussitôt ; et un sous-article du PR a suivi la même trajectoire. L’affirmation de Kurt
Baldinger, selon lequel « une fois admis dans les dictionnaires, un mot en sort
difficilement » 120 , doit être reconsidérée.

En ce qui concerne le PL, 62 des articles étant ressortis ensuite sont entrés lors de
la refonte de 1998. Parmi ces mots, on trouve une proportion importante d’helvétismes,
comme enchâteler, papette, schader, tramelot. Or, nous avons constaté plus haut que de
toutes les zones de la francophonie, c’était la Suisse la plus représentée dans les articles
ajoutés. Ici, la sortie précipitée de plusieurs helvétismes laisse à penser que les
lexicographes ont souhaité rééquilibrer la balance entre les zones de la francophonie en
délestant légèrement la Suisse de son excédent d’articles.

Ensuite, quelques mots semblent avoir été ajoutés trop vite à la nomenclature,
avec leur sortie pour conséquence. Quand les lexicographes font entrer world wide web
en 1998, il est trop tôt pour savoir si ce substantif masculin emprunté à l’anglais sera
réellement en usage en français. Ses formes abrégées www et web l’ayant supplanté,
l’article disparaît en 2000, après avoir figuré dans seulement deux millésimes du PL. De
même pour publiciel, eurocity ou domien, néologismes peu implantés dans l’usage : leur
sortie précipitée peut être lue comme un repentir lexicographique, le regret des auteurs
de leur avoir accordé une place trop rapidement.

Dans les Petit Robert 1997 à 2008, nous n’avons relevé qu’un seul cas, au niveau
d’un sous-article. Dans le PR 2000, le dérivé parapharmacien, ienne est ajouté à la fin
de l’article parapharmacie en tant que dérivé. Il en est évincé au moment de la refonte
de 2007.

Enfin, dans les PL, quelques mots ont un parcours encore plus embrouillé que les
précédents. GPS, sigle de « global positioning system », entre dans le PL1998 avec la
définition suivante : « Système américain de navigation et de localisation par
satellites ». Cet article traverse les mises à jour, inchangé, jusqu’à l’édition 2004, où

120
K. Baldinger, cité par G. Matoré, 1968, p. 221.

147
entre un deuxième article GPS, dans la partie « noms propres » cette fois. Sa définition
est identique, à une précision encyclopédique près : « système américain de navigation
et de localisation par satellites. Il est pleinement opérationnel depuis 1992 ». En 2004,
les deux articles GPS forment donc un doublon, né de la non-consultation par les
encyclopédistes de l’article préexistant dans la partie « langue française » du
dictionnaire, symbole du cloisonnement des équipes de lexicographes. Dès
l’établissement du doublon en 2004, les lexicographes ont toute l’année (durée
minimale de subsistance d’une erreur dans le dictionnaire) pour le trouver, et une seule
occasion pour le réparer, la mise à jour de 2005. En 2005, les lexicographes choisissent
de supprimer l’article GPS qui se trouve dans la partie « langue française ». Nous
notons donc une sortie de l’article, même si celui-ci subsiste dans les « noms propres ».
Ce parcours atypique soulève le problème de la position des informations dans le PL,
dont les deux parties principales, de part et d’autre des pages roses, semblent s’exclure
sans s’interpénétrer. Les lexicographes ont tout intérêt à disposer les informations là où
ils estiment que les lecteurs viendront les chercher : un verbe dans la partie « langue
française », une ville dans les « noms propres ». Mais, comme le montre Jean-Louis
Vaxelaire 121 , les exceptions foisonnent. On trouve, et nous l’avons déjà signalé, des
noms propres dans la première partie, sous la forme d’entrées non normalisées :
Stockholm (syndrome de) ; et de très nombreux noms communs dans la deuxième partie,
que l’on pourrait également qualifier d’entrées non normalisées : jeux Floraux, social-
démocrate allemand (Parti), décembre 1851 (coup d’État du 2), médiques (guerres),
mille ou mil (an).

Avec GPS, qui désigne à la fois un système de navigation et un appareil


fonctionnant avec ce système, les lexicographes tâtonnent. Après la création d’un
doublon (en 2004) et sa résolution (en 2005) autour du système de navigation, une
nouvelle proposition voit le jour en 2008, avec l’entrée d’un nouvel article dans la partie
« langue française », GPS ou G.P.S., qui désigne l’appareil et non plus le système. Sa
définition, « Appareil de géolocalisation par satellites utilisant le système GPS (v. partie
n. pr.) », a le double avantage de renvoyer vers l’autre article GPS et d’inscrire l’article
dans un réseau commun avec l’article géolocalisation, également entré en 2008.

Un article au parcours semblable est ENS ou E.N.S., entré en 1998 et sorti en


2000, poussé à la sortie par son doublon des noms propres, normale supérieure (École).

121
J.-L. Vaxelaire, 2005.

148
Les exemples de GPS et d’ENS apportent une dimension nouvelle à un propos de
Gérard Petit sur l’interaction entre la partie « langue française » et la partie « noms
propres » du PL :
[…] l’interface entre les deux dictionnaires [les deux parties] est perçue davantage
comme une zone (étanche) de séparation, que comme lieu d’interaction. Il est vrai que,
sur le plan statistique, cette interaction reste limitée, toutefois elle n’en constitue pas
moins un lieu de stabilisation des données linguistiques. 122
Enfin, l’abréviation mél., créée par une Commission de terminologie et de
néologie pour remplacer à l’écrit (dans les coordonnées d’un scripteur) l’anglicisme
e-mail – de la même façon que l’abréviation écrite tél. remplace téléphone – a connu un
parcours des plus sinueux dans le PL. Introduit en 1999, l’article est supprimé en 2005
puis réinséré en 2006. Au cours de ce trajet mouvementé, l’abréviation aura arboré
quatre graphies différentes, mél., mél, Mél. (avec un point final) et Mél (sans point).

Un dernier terme, plus ancien, a connu un trajet chaotique. Sorti lors de la refonte
de 1998, l’article célérifère, substantif masculin défini alors « Véhicule à deux roues
reliées par une pièce de bois. Le célérifère est l’ancêtre de la bicyclette », fait partie des
3 % d’articles réimplantés pour rattraper le déficit entraîné par la refonte. L’article
reparaît donc en 2001, avec son marqueur « Anc. » ; il fait partie des très rares articles
entrés avec un marqueur de ce type. Enfin, en 2003, il fait les frais de l’arrivée sur sa
page de deux nouvelles définitions de la cellule (numérotées 10 et 11), et disparaît une
nouvelle fois de la nomenclature.

La comparaison de la nomenclature des éditions successives des dictionnaires ne


permet donc pas seulement de dresser des listes d’articles entrés et sortis. Parfois, les
parcours atypiques de certains articles se dessinent. En à peine douze éditions du PL,
plus de deux cents articles nous surprennent par leur anormalité, qui passe d’ailleurs
inaperçue si l’on observe les dictionnaires de façon statique, un millésime à la fois, tout
autant que si l’on compare des dictionnaires éloignés, comme l’a fait J.-C. Raimbault 123 .
On peut alors imaginer que ce phénomène a touché en un siècle beaucoup plus que deux
cents articles.

122
G. Petit, 1995, p. 50.
123
J.-C. Raimbault, 2006b, compare la nomenclature des PL 1906, 1952, 1972 et 2002. Son relevé, bien
que considérable, ne peut pas être exhaustif car il ne tient pas compte des articles entrés puis sortis, ni des
articles sortis puis entrés à nouveau.

149
Par ailleurs, nos relevés d’articles sortis puis entrés, et entrés puis sortis, valident à
une plus grande échelle les observations de P. Corbin 124 , qui concernaient surtout des
dérivés en -age et en -ment. En revanche, tous ces « couacs lexicographiques » 125
invalident les conclusions de J. Dubois & al. en empêchant de « prétendre que le
dictionnaire suit à la trace les moindres fluctuations de l’usage »126 , en empêchant
même à tout observateur de se servir du Petit Larousse ou de tout autre dictionnaire
pour commenter le « mouvement général du vocabulaire » 127 de quelque période que ce
soit.

Mais l’évolution de la macrostructure d’un dictionnaire ne se limite pas aux


fluctuations de sa nomenclature. Plusieurs autres faits méritent une description, à
commencer par les articles-renvois.

2.2.6. Les articles-renvois


Un article-renvoi est un article qui ne porte pas de définition mais un renvoi,
symbolisé par une flèche dans les dictionnaires étudiés. Son utilité est de créer un point
d’entrée dans le dictionnaire destiné à diriger l’utilisateur vers l’information qu’il
recherche. Ces articles particuliers interviennent en compensation d’un article principal
dont ils sont dépendants. Le plus souvent, cet article principal comporte une double
entrée, et ses deux entrées sont relativement éloignées dans l’ordre alphabétique. Par
exemple, dans le PL, l’article ellébore ► hellébore fait pendant à l’article hellébore ou
ellébore. De même dans le PR, où hellébore ► ellébore complète l’article principal
ellébore var. hellébore – les deux dictionnaires ne donnant pas les deux graphies dans le
même ordre. L’article principal peut également avoir une entrée simple et héberger une
variante de cette entrée en un autre endroit de l’article, dans une remarque, une rubrique
de synonyme ou encore d’abréviation.

Il arrive qu’un article à triple entrée pilote plusieurs articles-renvois. Ainsi, dans le
PL1997, sivaïsme, shivaïsme ou çivaïsme coexiste avec deux articles-renvois. Il est
également possible que plusieurs articles-renvois concernant des mots de la même
famille, successifs dans la nomenclature, soient fondus en un seul pour gagner un peu
de place. On trouve ainsi, toujours dans le PL1997, l’article-renvoi shivaïsme, shivaïte
► sivaïsme, sivaïte.
124
P. Corbin, 1982, p. 135.
125
P. Corbin, 1982, p. 136.
126
P. Corbin, 1982, p. 136.
127
J. Dubois & al., 1960, p. 86.

150
Une particularité des articles-renvois est leur éloignement alphabétique vis-à-vis
de l’article principal. Dans le cas d’ellébore et hellébore, l’écart entre les articles est très
élevé (plusieurs centaines de pages) ; mais le plus souvent, l’éloignement est moindre
car les variantes d’un même mot sont proches dans l’ordre alphabétique. Se pose alors
la question de l’éloignement minimal à partir duquel un article-renvoi est créé. Il
semblerait, dans le PL comme dans le PR, que cet éloignement minimal varie entre
deux et trois articles ; mais comme cela ne se vérifie pas de façon régulière 128 , disons
plutôt que plus la distance alphabétique entre les deux variantes est élevée, plus
l’apparition d’un article-renvoi a des chances de se produire. Ainsi, dans ces deux
dictionnaires, aucun article ne renvoie de ablier vers ableret (ablier étant présenté
comme variante d’ableret), car un tel article-renvoi serait séparé de son article principal
par un seul article, en l’occurrence ablette. Il ne serait pas économique d’utiliser une
ligne pour acheminer juste un peu plus haut dans la colonne l’utilisateur en quête
d’information : « si le déplacement est faible, on peut discuter de la nécessité du renvoi,
eu égard à la vision globale de la page » 129 . En effet, on peut imaginer que si ces deux
articles figuraient sur deux pages différentes, la nécessité de l’article-renvoi se ferait
sentir. J. Rey-Debove rapporte que dans le dictionnaire anglais Webster’s Third New
International Dictionary, l’éloignement à partir duquel un article-renvoi est créé a été
fixé objectivement :
D’autres font plus, et signalent à la nomenclature des formes de discours faciles, mais
éloignées de leur entrée ; cet éloignement a été fixé à « more than five inches » 130 par
Philip Gove, pour le Webster 1961 […] ; […] l’extrême rigueur choque le bon sens. 131
Rien de tel dans les PL et PR.

Étant donné qu’un article-renvoi est nécessairement lié à un article principal, il


devrait aller de soi que la modification de celui-ci ait des répercussions dans le renvoi
correspondant. Or, comme nous l’avons déjà constaté en observant les trois articles-
renvois sortis du PR 132 , cela n’est pas toujours le cas. Il arrive en effet que
l’éloignement entre article principal et renvoi fasse oublier ce dernier, en sorte que la
modification mette du temps à parvenir jusqu’à lui.

128
Un contrexemple saillant est celui des deux articles consécutifs ginglard, ginglet ► ginguet et ginguet,
ette dans les PR 1997 à 2008.
129
J. Rey-Debove, 1989b, p. 933.
130
« Plus de cinq pouces ».
131
J. Rey-Debove, 1989b, p. 934.
132
Cf. 2.2.3.1.

151
Rappelons que les articles-renvois n’existent pas en tant que tels dans les versions
informatisées des PL et PR 133 . Dans leur nomenclature qui apparaît sous forme de
colonne, l’utilisateur navigue intuitivement : un clic sur une ligne de la nomenclature
commande l’affichage de l’article concerné. Avec la navigation hypertexte, un double-
clic sur n’importe quel mot d’un article entraîne l’affichage de l’article correspondant à
ce mot. Donc, dans le PR, quand on clique sur hellébore dans la nomenclature, l’article
ellébore s’affiche (et inversement dans le PL) grâce à un lien hypertextuel ; le renvoi de
hellébore vers ellébore est géré par l’application, sans que l’utilisateur ait à s’en
préoccuper. Dans la nomenclature du PL2005 affichée sur l’écran, la présence de
« çivaïsme n.m. » (dont le contenu est l’article shivaïsme, sivaïsme ou çivaïsme) figure
un reste de l’article-renvoi de la version papier.

Toutes ces considérations concernent les articles-renvois identifiés comme tels,


par leur flèche. Mais ceux sur lesquels notre attention se portera plus en avant sont les
articles-renvois cachés, maquillés, qui sont spécifiques du PL. Un article-renvoi caché
ne porte pas de flèche mais une définition ; et cette définition est réduite à un seul
mot 134 , un synonyme. Bien que ce type de définition soit pratiqué dans de nombreux
dictionnaires, et qu’il soit souvent mentionné dans différentes typologies de la
définition, on peut se demander s’il s’agit véritablement d’une définition. Rappelons un
principe essentiel de la logique définitoire, ici exposé par Paul Imbs :
[…] le simple classement dans une catégorie même socio-linguistique ne constitue pas
encore une définition. Une catégorie représente nécessairement un « genre prochain »,
de compréhension plus abstraite et plus générale que le mot à définir, et elle ne devient
l’équivalent de ce mot que moyennant l’indication de la « différence spécifique ». Une
définition comprend donc nécessairement, et au minimum, deux termes, type
Atrocité : « affreuse cruauté » selon le Dictionnaire Général 135
Selon le même auteur, le fait que certaines définitions soient réduites à un seul terme
définissant est parfois la conséquence de contraintes matérielles :
[…] les lexicographes, surtout lorsqu’ils disposent de peu d’espace, ont tendance à
réduire l’apposition à un terme unique, c’est-à-dire à un synonyme. Ce procédé peut
parfois suffire pour un lecteur pressé, connaissant déjà la langue et qui ne recherche

133
Cf. 2.2.
134
Une définition de deux mots peut quant à elle véhiculer de l’information : la définition de dindonneau
dans le PL (« Jeune dindon ») ne peut pas être considérée comme un renvoi. Par le fait d’être réduites à
un seul mot, les définitions évoquées ressemblent à celles que l’on trouve dans les dictionnaires bilingues
– si tant est que les dictionnaires bilingues contiennent des « définitions », plutôt que des équivalents
traduits : « Les définitions des dictionnaires bilingues sont du même type que celles des glossaires : un
terme est traduit dans l’autre langue par une série de synonymes » (J. & C. Dubois, 1971, p. 35). Dans
quelques cas (comme ci-dessous le couple ormeau / haliotide), les deux termes appartiennent à deux
variétés de langue (langue populaire / langue savante), et la synonymie équivaut presque à une traduction.
135
P. Imbs, 1960, p. 12-13.

152
dans le dictionnaire qu’un aide-mémoire en vue d’une vérification rapide de ses
connaissances. 136
Lorsque le lecteur, cherchant la définition de nagari dans un PL, trouve dans cet
article pour toute définition « Devanagari », il est de fait renvoyé vers l’article
devanagari. Dans cet article, il trouvera non seulement la définition du terme, mais
aussi le signalement de nagari en tant que variante (synonyme, dans le cas qui nous
intéresse) de devanagari. Le couple d’articles devanagari / nagari entretient une
relation de dépendance, comme les renvois classiques. Si l’un est supprimé, l’autre doit
être modifié en conséquence (cf. 1.5.1.2., note 54).

Les articles-renvois cachés ont ceci de particulier qu’ils peuvent posséder


certaines caractéristiques des articles normaux : rubrique étymologique, remarque,
double voire triple entrée, comme on le voit dans l’article ormeau, présent sous la forme
suivante dans quelques PL :
2. ormeau, ormet ou ormier n.m. (lat. auris maris, oreille de mer). Haliotide.
PL2003-2008
Il semblerait que le choix des lexicographes de fabriquer un article-renvoi habituel
(avec une flèche) ou un article-renvoi caché provienne d’une tradition voulant que dans
une double entrée, les deux variantes d’un même terme doivent être très proches dans la
forme, comme sont proches ellébore et hellébore, ou encore poinçonnage et
poinçonnement, mais pas ormeau et haliotide 137 ni même devanagari et nagari. Il est
donc normal qu’ormeau et haliotide soient présentés comme des synonymes plutôt que
comme deux variantes d’un même mot.

Il existe également dans le PL quelques articles hybrides, qui portent à la fois un


renvoi caché et une définition (les mots concernés sont donc nécessairement
polysémiques). C’est le cas de la paire d’articles pennon et penon ou pennon :
pennon n.m. (de penne) 1. FÉOD. Flamme que portait tout gentilhomme partant
en guerre avec ses vassaux pour servir un banneret. 2. MAR. Penon. PL1998-2008
penon ou pennon n.m. (de penne) MAR. Petite girouette ou banderole en étamine
indiquant la direction du vent. PL1998-2008
Si l’on met en commun le contenu de ces deux articles, on trouve deux définitions. La
première, du vocabulaire de la féodalité, correspond à la forme pennon uniquement. La
deuxième, du vocabulaire de la marine, correspond aux deux formes penon et pennon et
figure de ce fait dans les deux articles. Cependant, pour éviter un redoublement de la

136
P. Imbs, 1960, p. 13.
137
Ces deux mots sont bien reliés par l’étymologie, puisque l’un a probablement été calqué sur l’autre.

153
définition maritime, les lexicographes ont opté pour un renvoi, mais un renvoi caché.
Cela n’a pas toujours été le cas. Dans le PL1997, ce renvoi n’est pas caché mais
apparent :
pennon n.m. (…) 2. MAR. ► penon. PL1997
La transformation de l’article pennon lors de la refonte de 1998 montre bien que des
deux solutions envisageables pour renvoyer d’un article à un autre, les lexicographes
n’ont pas encore arrêté leur choix et procèdent à des essais pour déterminer laquelle est
la plus efficace.

L’intérêt de l’étude des articles-renvois cachés réside dans leur provenance. Bien
souvent, ils sont la résolution d’un doublon. Soit par exemple les deux couples d’articles
chevalin-hippophagique et aber-ria. Chaque couple constitue un doublon dans le
PL1997 :
chevalin (…) Boucherie chevaline, où l’on vend de la viande de cheval. PL1997
hippophagique (…) Boucherie hippophagique, où l’on vend de la viande de
cheval. Syn. : boucherie chevaline. PL1997
aber (…) Vallée fluviale envahie par la mer, formant un estuaire profond et
découpé, en Bretagne. PL1997
ria (…) Partie aval d’une vallée encaissée, envahie par la mer. Syn. : aber.
PL1997
Dans le premier doublon, les mots de la définition sont identiques. On peut affirmer
avec certitude que le PL considère que chevalin et hippophagique ont le même signifié.
Dans le deuxième doublon, les définitions ne sont pas identiques. Le lien entre les deux
articles est assuré par la rubrique synonymique de ria, qui renvoie à aber. Dans un
dictionnaire, les doublons ne sont pas les bienvenus : ils prennent de la place et risquent
d’entrer en contradiction 138 ; J. Rey-Debove considère que ce sont des « accidents » 139 .
C’est ainsi que dès le PL2000, on trouve, en parallèle à l’article chevalin qui n’a pas été
modifié, une nouvelle version de l’article hippophagique :
hippophagique (…) Boucherie hippophagique, boucherie chevaline. PL2000
Et dès le PL2003, faisant pendant à l’article ria, un article aber revisité :
aber (…) Ria. PL2000
Comme on le voit, la résolution du doublon consiste en la création d’un article-renvoi
caché.

138
Cf. C. Martinez, 2008.
139
J. Rey-Debove, 1989b, p. 935.

154
Les articles-renvois cachés représentent enfin une part non négligeable des articles
entrés et sortis des PL 1997 à 2008. Nous avons en effet identifié 45 des articles entrés
comme articles-renvois, à la définition synonymique (oiseau-trompette, yue,
presbyopie, tractopelle), ainsi que 64 des articles sortis (mécanicisme, tjäle, nitryle,
diascopie) – mais il y en a probablement beaucoup plus.

Toutefois, l’entrée ou la sortie d’un article-renvoi n’a pas la même valeur que
celle d’un article classique. Elle constitue tout au plus l’arrivée ou la disparition d’un
synonyme ayant la forme d’un article. Intégrer ces articles à la liste promotionnelle des
mots nouveaux d’un millésime (transplantoir en 2005, weblog en 2006) serait osé ;
d’ailleurs les vendeurs du PL ne s’y risquent pas. Par exemple, dans le dossier de presse
du PL2007, on trouve trois listes : « mots nouveaux », « sens nouveaux » et « locutions
et expressions nouvelles ». Dans la troisième figurent notamment arme de destruction
massive (ADM) sous arme, et affection de longue durée (ALD) sous affection. Or, ces
locutions nouvelles sont entrées en même temps que les articles ADM ou A.D.M. d’une
part, et ALD ou A.L.D. d’autre part, auxquels elles sont reliées. La fonction de ces deux
articles, dont la définition ne contient que le développement du sigle, étant uniquement
de renvoyer vers les articles arme et affection où se trouvent leurs définitions, ils ne
figurent pas dans la liste des mots nouveaux du dossier de presse.

On observe finalement un continuum entre article classique et renvoi pur, dans le


sens où le renvoi peut être atténué par les divers procédés décrits. Comme le signalaient
déjà L. Collignon et M. Glatigny en 1978 :
On peut considérer comme « renvois implicites » l’obligation que s’impose un lecteur
scrupuleux de chercher à l’article correspondant l’explication d’un mot peu connu de
lui rencontré dans la définition du mot qu’il cherchait. 140
On peut donc s’interroger sur la volonté de séparer nettement les articles-renvois des
autres articles, que manifestaient les auteurs du Grand Larousse de la langue française
lorsqu’ils employaient des cartes perforées pour opérer cette séparation : « la colonne 24
[correspond] à la distinction : s’agit-il d’un renvoi ou d’un article ? » 141 .

Après les mouvements d’entrée et de sortie dans la nomenclature et l’ambiguïté


autour des articles-renvois, un dernier élément de la macrostructure des dictionnaires,
qui n’apparaît que si l’on observe le dictionnaire dans son évolution, mérite un

140
L. Collignon & M. Glatigny, 1978, p. 95.
141
J. & C. Dubois, 1971, p. 25.

155
développement : il s’agit des fusions et des scissions d’articles, autour de la question du
dégroupement homonymique.

2.2.7. Fusions et scissions d’articles


Au moment de définir ce que sera un dictionnaire en projet, les lexicographes
opèrent un choix relatif à l’organisation de la nomenclature, qui définira les frontières
des articles. Pour une majorité d’articles, la question ne se pose pas : un article sera
dévolu à chaque unité lexicale, et une unité lexicale gouvernera un article. Le problème
est posé par les mots-bases desquels dérivent de nombreux mots formant une famille
morphologique, mais aussi par les mots homographes, dont la forme graphique est
identique mais dont le sens et/ou la catégorie grammaticale sont différents.

2.2.7.1. Le regroupement morphologique


Le regroupement morphologique consiste à consacrer un article principal à un mot
qui est aussi une base lexicale, et un ou plusieurs sous-article(s) intégré(s) à cet article
principal au(x) dérivé(s) de cette base, appartenant à la même famille morphologique.
Dans le domaine du regroupement morphologique, l’éventail des possibilités est grand,
entre le PL où il est faiblement pratiqué et la première édition du Dictionnaire de
l’Académie française dans laquelle il était élevé au rang de principe lexicographique
fondamental, comme plus récemment dans le Lexis ou le Robert méthodique. Dans le
PL, on trouve pour seule trace de regroupement morphologique des sous-articles
reprenant l’entrée principale sous une autre catégorie grammaticale – nous appellerons
le changement de catégorie grammaticale « conversion » 142 . On trouve par exemple
dans le PL2008, introduit par le symbole délimiteur « ◄► », un sous-article noté « ◄►
n.m. » au sein de l’article intercalaire, adjectif. Certains regroupements sont
particulièrement fréquents, comme « adj. nom, adj. adv. ; nom adj. ; prép.
adv. » 143 . On se souvient que dans le total des « mots » du dictionnaire indiqué en
quatrième de couverture, les éditeurs comptaient ces sous-articles comme des articles à

142
Cf. le manuel de lexicologie d’A. Lehmann et F. Martin-Berthet, 1998 (2005), p. 153-168. J. et
C. Dubois, entre autres, rattachent la conversion à un type de dérivation : « Les changements éventuels de
catégorie (nom devenu adjectif) sont considérés comme des dérivations possibles, mais non pas comme
l’appartenance à une autre partie du discours. Si un mot comme rouge peut être soit un nom, soit un
adjectif, on considérera que le nom est dérivé de l’adjectif » (1971, p. 93). Cette définition présente
toutefois le désavantage de ne pas correspondre à d’autres propos des mêmes auteurs, cités à la fin de
notre paragraphe. J. Rey-Debove préfère parler de paires de « faux homonymes » (1971, p. 126).
143
J. Rey-Debove, 1971, p. 136.

156
part entière, donc comme des mots différents des entrées d’articles. Ce que confirment
J. et C. Dubois, explicites à ce sujet :
La sous-entrée peut être une forme du mot (le féminin distingué du masculin, le pluriel
distingué du singulier, le changement de catégorie grammatical {sic} [nom devenant
adjectif], etc.), cette forme n’étant pas considérée comme une simple occurrence du
mot, mais comme un « autre » mot. 144
Dans les PR, le regroupement morphologique est un peu plus pratiqué. On
dénombre dans tout le dictionnaire environ 2 000 dérivés (cf. 2.2.1.2.) placés le plus
souvent en fin d’article, après le délimiteur « – », ou intégrés dans des exemples ou des
définitions, entre parenthèses : l’adjectif granulométrique est sous granulométrie, le
substantif thésauriseur, euse est sous thésauriser. Ces dérivés intégrés dans les articles
n’y sont pas cachés ; pour preuve la volonté des lexicographes de manifester leur
présence : ces dérivés en petites capitales sont en gras depuis le PR2007, et dans les
versions informatisées ils apparaissent en lettres rouges. Les dérivés du PR, même s’ils
sont rarement définis, semblent être comptés comme des articles à part entière dans le
nombre total de mots indiqué en couverture de l’ouvrage 145 .

A. Rey décrit les regroupements morphologiques du PR en ces termes :


La nomenclature [du PR] est strictement alphabétique ; on ne trouve ni les
regroupements morphologiques partiels du Grand Robert, ni les « familles »
étymologiques du Bordas, ni les séries morpho-sémantiques du DFC. A peine
quelques dérivés sont-ils mentionnés dans l’article consacré à la base, pour des raisons
d’économie de place (comme dans le TLF). 146
Ces propos s’accordent peut-être avec la première version du PR parue en 1967, mais ils
coïncident mal avec les données recueillies dans les PR 1997 à 2008. Non seulement le
nombre de regroupements est très élevé – bien qu’il soit inférieur à celui du
Dictionnaire du français contemporain (désormais DFC) –, mais encore leur raison
d’être (économie de place) semble peu pertinente147 .

2.2.7.2. Le dégroupement homonymique


Le dégroupement homonymique est l’opération au terme de laquelle plusieurs
articles de dictionnaire sont voués à un signifiant identique, ou plus exactement à la face
graphique commune à plusieurs signifiés, que ceux-ci entretiennent ou non des
ressemblances sémantiques, syntaxiques ou étymologiques. Considérons par exemple le

144
J. & C. Dubois, 1971, p. 40.
145
Cf. 2.2.1.2.
146
A. Rey, 1977, p. 147.
147
Dans le Grand Robert en revanche, la place limitée semble avoir provoqué des regroupements : « Les
entrées dérivées sont alors des appendices qui permettent un gain de place (petits caractères), plus qu’un
regroupement réel sur la base étymologique » (J. Rey-Debove, 1971, p. 59).

157
signifiant air (qui signifie « fluide », « apparence » ou « mélodie ») : soit on considère
que tous ses emplois correspondent à un seul signifiant, et on crée un seul article air
avec plusieurs définitions ; soit on considère que les trois divisions sémantiques
correspondent à autant d’unités lexicales différentes, et on dégroupe les homographes
homophones dans trois articles air. Là encore, les lexicographes opèrent des choix de
tous types, selon le programme du dictionnaire. Ainsi, dans les PL comme dans les PR,
on trouve trois articles homographes air, numérotés 1 à 3, mais un seul article bouton
comprenant tous les sens du mot ; alors que dans d’autres dictionnaires comme le Micro
Robert ou le DFC, le signifiant bouton est éclaté en plusieurs articles. La délimitation de
la frontière entre polysémie et homonymie est donc susceptible de varier selon les
objectifs du dictionnaire. On considère traditionnellement que cette frontière obéit à des
critères précisément définis.

Le choix d’opérer ou non le regroupement morphologique et surtout le


dégroupement homonymique dépend donc de certains critères, qu’il convient de
déterminer.

2.2.7.3. Critères de dégroupement et de regroupement. Application de


ces critères
Dans chaque dictionnaire produit par les éditions Larousse et Le Robert, des choix
sont opérés au niveau de l’organisation de la nomenclature ; pour chaque dictionnaire,
certains critères récurrents influencent ces choix. Les lexicographes et les linguistes se
sont souvent exprimés sur les divers critères en concurrence, surtout en ce qui concerne
le dégroupement d’homonymes. Dans la préface du Grand Larousse de la langue
française, les auteurs exposent des principes théoriques détaillés (repris par J. et
C. Dubois) :
Les homonymes homographes, quand ils sont différenciés par la catégorie
grammaticale, figurent avec un numéro. Ex. :
1. boucher n.m.
2. boucher v.tr.
Les homonymes absolus, qui sont différents seulement par le contenu sémantique,
sont distingués quand ils jouissent d’un statut lexical indépendant dans la langue
contemporaine. Cette considération est prioritaire par rapport à l’étymologie. Ex. :
1. air = fluide.
2. air = manière d’être.
3. air = mélodie.
Il arrive que la différenciation des homonymes repose sur une opposition sémantique
qui a pour support une étymologie différente. Ex. :
1. canon (ital. cannnone [sic]) = pièce d’artillerie.
2. canon (lat. canon, du gr. kanôn, règle) = règle.

158
Quand la différenciation lexicale est incomplète, les catégories sémantiques ne
donnent pas lieu à l’autonomie lexicale. La différenciation sémantique est marquée
seulement par une numérotation en chiffres romains. Ex. :
aile
I. Organe de vol.
II. Ce qui a la forme d’aile.
III. Partie latérale (architecture). 148
Ces mêmes critères sont résumés par C. Dubois, mais sans mention de la hiérarchie qui
privilégie les uns plutôt que les autres :
Les homographes font l’objet d’articles distincts :
- quand ils sont de catégorie grammaticale ou de genre différents ;
- quand ils n’ont pas la même étymologie ;
- quand les sens distincts n’impliquent pas d’interférence. 149
L. Collignon et M. Glatigny, dans leur liste de critères, proposent la hiérarchie
suivante : critère syntaxique, puis étymologique, puis sémantique 150 . Cette hiérarchie
n’est cependant pas reconnue par le linguiste P. A. Messelaar, qui en dégage une autre,
légèrement différente :
Le critère orthographique (COMPTER et CONTER), celui du genre grammatical
(PENDULE nom masculin ou féminin < pendulus) et le critère sémantique (1 VOLER et 2
VOLER < volare) l’emportent sur le critère étymologique. Le critère du genre
grammatical l’emporte sur le critère sémantique (le/la PENDULE homonymes dans le
PR). Le critère sémantique l’emporte sur celui de la catégorie lexicale : on ne trouve
qu’une seule entrée AMI nom et adjectif dans le PR et le LEX. [Lexis] à cause de leur
proximité notionnelle. 151
Pourtant, la volonté du linguiste d’ordonner l’ensemble des critères rencontre dans la
pratique une désorganisation déroutante. Les données relevées dans un même
dictionnaire semblent contradictoires et empêchent le linguiste de les systématiser
comme il le voudrait :
Le PL sépare très souvent les unités appartenant à des catégories lexicales différentes :
BAROQUE adj. et BAROQUE n.m. ; BUCOLIQUE adj. et BUCOLIQUE n.f. Mais AMI adj./n.
est traité dans un seul article. Les choses se compliquent lorsque la réunion de deux
catégories lexicales s’accompagne d’une scission en homonymes : BÂTARD adj./n.
« être vivant » et BÂTARD n.m. « pain ». Il est évident que le lexicographe veut se
laisser guider par le critère sémantique (proximité ou éloignement de sens), mais
pourquoi BAROQUE aurait-il droit à un traitement homonymique de préférence à AMI ?
On pourrait ajouter d’autres questions. 152
Pour P. A. Messelaar, qui plaide pour « plus de systématisation » dans les choix des
lexicographes, le critère sémantique devrait être prépondérant :

148
J. & C. Dubois, 1971, p. 30-31.
149
C. Dubois, 1990, p. 1579.
150
L. Collignon & M. Glatigny, 1978, p. 69.
151
P. A. Messelaar, 1985, p. 47.
152
P. A. Messelaar, 1985, p. 48.

159
C’est qu’il faudrait appliquer toujours le critère sémantique, qui seul est valable à
notre avis, tandis que les autres ne sont que des indices virtuels d’homonymie. 153
Mais cette prise de position ne s’accorde pas l’opinion d’A. Rey, pour qui le critère
sémantique ne devrait pas intervenir dans la séparation d’homographes, du fait de
l’assise morphologique de la présentation des articles du dictionnaire :
Aucun écart sémantique n’est en lui-même assez grand pour rendre nécessaire un
traitement en plusieurs unités, puisque l’unité lexicale des dictionnaires est
morphologique, non sémantique, alors que l’unité sémique ne correspond qu’au
résultat d’une analyse. 154
Le lexicographe va plus loin dans la critique de la tradition en évoquant le rôle parfois
prépondérant dans le traitement des homographes du « sentiment du lexicologue,
appuyé sur des critères sémantiques […] et distributionnels » 155 . Finalement, dans la
théorie, les critères s’accumulent, se hiérarchisent, se contredisent parfois. Mais qu’en
est-il vraiment dans les dictionnaires que nous avons lus ?

Dans les PL et les PR, en ce qui concerne le dégroupement homonymique, le


critère étymologique prévaut généralement : on opère un dégroupement lorsque deux
mots homographes n’ont pas la même origine. Pour N. Catach 156 , c’est d’ailleurs ce
critère seul qui fait le départ entre les homonymes et les polysèmes. Suivant ce critère
étymologique, dans les PL 1998 à 2008, maigre (du latin macer) et maigre (du grec
mageiros) bénéficient chacun d’un article indépendant et numéroté – même si d’après le
TLF le deuxième maigre provient du premier. De même dans les PR 1997 à 2008, où
foudre (du latin fulgur) et foudre (de l’allemand Fuder) sont traités dans deux articles
distincts. Le dégroupement de noms homonymes pris dans un premier temps pour des
polysèmes est amené à évoluer avec les avancées des données sur l’étymologie : « les
données étymologiques toujours plus précises sont un facteur de dégroupement ou de
regroupement » 157 . Nous observerons plus bas (cf. extrait textuel 23) un exemple de
scission d’article dans le PR relevant de ce facteur.

Un deuxième critère, syntaxique cette fois, joue un rôle aussi bien dans les
décisions de dégroupement homonymique que de regroupement morphologique. Il
opère quand deux homographes appartiennent à la même famille morphologique.
Lorsqu’un mot admet une conversion (du type pourpre nom féminin, pourpre adjectif et

153
P. A. Messelaar, 1985, p. 55.
154
A. Rey, 1965, p. 75-76.
155
A. Rey, 1965, p. 76.
156
N. Catach (dir.), 1980, p. 269.
157
J. Rey-Debove, 1971, p. 127.

160
pourpre nom masculin), les lexicographes ont le choix entre traiter ces mots dans un
même article ou bien les traiter séparément.
[Ce critère] consiste à considérer que la partie du discours à laquelle appartient le mot
(nom, adjectif, adverbe, etc.) est un facteur de distinction ; il n’y aura une seule entrée
que lorsque la catégorie grammaticale est la même pour toutes les paraphrases
synonymiques. 158
Nous constaterons que ce « facteur de distinction » n’entraîne pas de règle de
regroupement aussi nette que celle présentée par J. et C. Dubois.

Enfin, un troisième critère, sémantique, intervient dans des cas d’homographes


partageant une autre particularité : lorsque les deux homographes désignent, l’un un
référent portant le trait [+humain], l’autre un référent ne le portant pas, par exemple
tuteur « tige supportant une plante » et tuteur « être humain », ou encore capitaine
« poisson » et capitaine « être humain », il arrive que les deux signifiés soient
dégroupés.
Deux unités synchroniquement homonymes, mais diachroniquement différentes sont
considérées comme des mots distincts (des adresses différentes), lorsque leurs aires
sémantiques ne se superposent pas : c’est le cas des homographes du type cousin
(relation familiale et moustique). 159
L’opposition sémantique [+humain] vs [–humain] ne recouvre que partiellement une
autre opposition tout aussi féconde en tant que critère de dégroupement homonymique,
[animé] vs [inanimé] 160 .

Reste la question du regroupement des mots non homographes. L’action de


regrouper dans une double entrée des formes relativement éloignées, comme ablier et
ableret, que J. Rey-Debove commente en accusant presque les auteurs du PL de
pratiquer ce regroupement 161 , alors qu’on le retrouve aussi (parmi de nombreux autres)
dans les premiers PR, a été observée moins de dix fois dans les PL 1997 à 2008. En
revanche le cas contraire (la scission), qui nécessite de la place, a fréquemment cours.
Le « gros gain de place » évoqué par la concurrence est peut-être un effet des choix
initiaux de regroupement, d’ailleurs autant pratiqué dans le PR que dans le PL, mais
n’est pas – ou plus – un critère de regroupement productif. Par ailleurs, la fusion

158
J. & C. Dubois, 1971, p. 66.
159
J. & C. Dubois, 1971, p. 21.
160
Ce critère sémantique est relevé par P. A. Messelaar (1985, p. 49).
161
J. Rey-Debove et B. Lebeau-Bensa écrivent en effet : « Je comprends ce point de vue, prévu dans les
normes de Larousse. D’abord les lexicographes de Larousse ont une vocation beaucoup plus
encyclopédique. La forme est moins intéressante pour eux […]. On peut donner deux autres raisons
pratiques à ce blocage : pour le lexicographe, c’est un gros gain de place, et pour le lecteur non linguiste,
ces finesses sont complètement inutiles » (1995, p. 33).

161
extraordinaire de six articles en un seul dans le PL2001 (les articles saisie, saisie-arrêt,
saisie-brandon, saisie-exécution, saisie-gagerie et saisie-revendication) n’est pas due à
une volonté de gagner de la place – trois lignes seulement sont dégagées – mais à la
mise à jour des définitions de ces termes, redéfinis et renommés par les codes
juridiques. Difficile donc de croire, comme L. Collignon et M. Glatigny, que
[…] en plaçant bateau-citerne, bateau-mouche, etc. à l’intérieur de l’article bateau
(malgré les traits d’union), tout comme bateau à moteur, bateau de commerce, etc., le
P.R. gagne une place précieuse, qu’il gaspillerait en faisant de chaque composé une
entrée. 162
Une remarque concernant le PR doit être ajoutée. Dans ce dictionnaire, parmi les
mots de même famille, ceux dont le sens peut être déduit par l’utilisateur et ne portant
aucune définition sont présentés en fin d’article 163 . Cependant, lorsque l’un de ces mots
prend un sens nouveau, ou que la nécessité se fait sentir de le définir, il arrive qu’il
quitte son article hôte et que les lexicographes lui consacrent un article à part entière.

Ces quelques critères et remarques ne sont pas des règles, mais des principes
théoriques qui, en tant que tels, présentent des défauts : ils s’appliquent sans réelle
régularité et, parfois, certains s’opposent ou se contrecarrent. Dans les PL et les PR
observés, aucun n’est appliqué à la lettre. Tout au plus peut-on observer des tendances,
et les rattacher à l’un des critères énoncés. Comme le constatait déjà A. Rey en 1965,
Les mêmes dictionnaires [se] révèlent alternativement analytiques et synthétiques : le
Larousse encyclopédique, qui n’a qu’une entrée pour laitier, ère (alors que la bonne
mesure semble être deux, pour des raisons sémantiques), en a sept pour bas, basse.
Enfin et surtout, toutes les solutions se rencontrent : la monotonie est le moindre
défaut des nomenclatures de dictionnaires ! 164
Ce constat est particulièrement vif lorsque l’on observe un même dictionnaire dans la
durée. En effet, de très nombreux changements dans les choix de dégroupement et de
regroupement nous sont apparus, auxquels les critères exposés présidaient le plus
souvent. Concrètement, d’une édition à l’autre, des paires ou des trios d’articles
fusionnent, pendant que d’autres articles isolés se scindent. Sans aller jusqu’à relever
des cas réels de fusions et de scissions, P. A. Messelaar est le premier à avoir évoqué
« le caractère éventuellement temporaire du traitement polysémique ou
165
homonymique » , en nommant « déshomonymisation » ce que nous nommerons

162
L. Collignon & M. Glatigny, 1978, p. 67.
163
Cf. 2.2.1.2.
164
A. Rey, 1965, p. 78.
165
P. A. Messelaar, 1985, p. 54.

162
« fusion », et en évoquant, pour le phénomène contraire (la scission), une « évolution
dans le sens opposé (polysémie homonymie) » 166 .

Quant à nous, plutôt que d’intégrer les articles nés ou disparus par scission ou
fusion au compte des articles entrés et sortis, nous avons choisi de les traiter
séparément, dans une partie spéciale de notre base de données. Le tableau
correspondant recense 558 fusions et 168 scissions dans les PL, ainsi que 5 fusions et 28
scissions dans les PR. Pour tracer une frontière nette entre une entrée nouvelle et une
scission d’une part, et entre une sortie d’article et une fusion d’autre part, nous avons eu
recours à un critère précis. La scission d’un article en plusieurs n’est constatée que
lorsque tous les articles issus de la scission contiennent une partie des éléments de
l’article d’origine. La fusion de plusieurs articles en un seul n’est constatée que lorsque
l’article issu de la fusion contient des éléments qui figuraient dans tous les articles
d’origine. Ainsi, bien que du texte puisse être ajouté ou supprimé lors d’une fusion ou
d’une scission, on trouvera toujours un lien explicite de parenté textuelle entre article(s)
d’origine et article(s) produit(s).

2.2.7.3.1. PL
Plus de 80 % des fusions et scissions survenues dans le PL ont eu lieu en 1998. À
partir de cette refonte, les lexicographes ont apparemment renouvelé leur traitement des
articles susceptibles de fusionner ou de se scinder, en reconsidérant l’importance des
différents critères.

2.2.7.3.1.1. Scissions d’articles


Dans le PL, la scission d’un article en plusieurs se pratique depuis longtemps de
part et d’autre des pages roses. J. et C. Dubois témoignent du fait que la question du
regroupement qui affectait les noms propres des PL de la première moitié du XXe siècle
a été débattue :
Ainsi Bach est le terme générique sous lequel sont réunis les membres musiciens de la
famille ; sous le nom de Saussure sont parfois réunis l’alpiniste et le linguiste qui
appartenaient à la même famille. Certes ce regroupement en "famille" disparaît des
dictionnaires au milieu du XXe siècle 167
Dans notre période d’observation, on constate que le critère sémantique (c’est-à-
dire le caractère [+humain] ou [–humain] d’une définition) a été largement déterminant.

166
P. A. Messelaar, 1985, p. 54.
167
J. & C. Dubois, 1971, p. 65.

163
En témoignent les scissions de près de 70 articles, tels que couturier (cf. extrait textuel
2), tailleur ou encore pénitencier.

Extrait textuel 2 : Scission de 2. couturier, ère sur critère sémantique (PL1999 PL2000).

La scission d’un article portant plusieurs catégories grammaticales se pratique


couramment, par exemple aux articles exclamatif, ive (cf. extrait textuel 3), ou
dépourvu, e en 1998 :

Extrait textuel 3 : Scission de exclamatif, ive (PL1999 PL2000).

D’autres critères, pour certains inattendus, ont présidé à la scission de quelques


articles. La correction d’une étymologie a pu entraîner une prise de conscience que tel
sens ne dérivait pas de tel autre, ce qui se traduit par la nécessité de scinder l’article. Le
sens 3 de placet, ajouté dans le PL1998, avait peut-être été introduit à l’article
préexistant avec précipitation, ce qui a conduit à sa scission (cf. extrait textuel 4). Une
correction de l’étymologie a entraîné les mêmes conséquences aux articles délation et
folie en 1998, parmi d’autres.

Extrait textuel 4 : Le sens 3 de placet se désolidarise des sens 1 et 2 lorsqu’une distinction


étymologique est apportée (PL2002 PL2003).

Lors d’une opposition entre sens [+humain] et sens [–humain], la féminisation


formelle du sens [+humain], par changement du suffixe ou de la catégorie grammaticale
(n.m. devenant n., par exemple), qui correspondait à la cause de retouche de l’article,
donc de la page où se situe l’article, a poussé les lexicographes à reconsidérer l’ancien
regroupement des sens en un seul article. C’est dans ce cadre que les transformations

164
des articles échevin en 1998 (cf. extrait textuel 5), brigadier, capitaine ou caporal en
2003, ont pris place.

Extrait textuel 5 : Scission de échevin (PL1997 PL1998) et féminisation du sens 2.

Dans quelques cas, une opposition sémantique entre définitions différentes, située
à un autre niveau, en l’occurrence [animé] vs [inanimé], a pu entraîner la scission,
notamment aux articles chiton (cf. extrait textuel 6) et salamandre.

Extrait textuel 6 : Scission de chiton (PL1997 PL1998).

Enfin, la volonté de réduire un article à double entrée en deux articles à simple


entrée se retrouve dans les articles sapote ou sapotille (cf. extrait textuel 7) ou encore
hybridisme ou, vx, hybridité. Notons toutefois que la scission de sapote ou sapotille a
lieu au moment d’un ajout de sens ne correspondant qu’à la variante sapotille.

Extrait textuel 7 : Scission de sapote ou sapotille (PL1997 PL1998). Les deux formes se
retrouvent dans deux articles distincts. Sapote renvoie à sapotille ; les deux articles – ici
représentés l’un à la suite de l’autre – sont séparés par l’article sapotier ou sapotillier.

Il est également arrivé que plusieurs critères concourent au même but. Joaillier se
scinde à la fois sur critère syntaxique et sémantique (cf. extrait textuel 8). Lorsque
incitateur, trice ou incitatif, ive se scinde, les sens [+humain] et [–humain] sont séparés
en même temps que les deux entrées se répartissent dans les deux articles (cf. extrait
textuel 9).

165
Extrait textuel 8 : Les deux emplois de joaillier se scindent (PL1997 PL1998) selon un
critère sémantique ([+humain] vs [–humain]) et un critère syntaxique (« n. » vs « adj. »).

Extrait textuel 9 : La double entrée incitateur, trice ou incitatif, ive (PL1997) est séparée en
deux entrées simples (PL1998), différenciées par le critère sémantique [+humain] vs [–humain].

Notons, avant de poursuivre, que la réunion en un même article (ou la scission en


deux articles distincts) de deux variantes d’un même mot, comme dans les extraits
textuels 7 et 9 ci-dessus, n’est pas sans appeler un questionnement sur leur synonymie.
Sapote et sapotille sont-ils synonymes, parasynonymes ? Se recoupent-ils entièrement,
partiellement ou nullement ? Ce n’est pas l’observation des dictionnaires qui fournira
des éléments de réponse ; puisque si ces mots y sont réunis, ce n’est que grâce à leur
proximité dans l’ordre alphabétique. Jusqu’à quel taux de proximité formelle est-il sage
de réunir deux synonymes en un même article ? Souvenons-nous que J. Rey-Debove
fustigeait le regroupement en un seul article de bar et hectopièze dans un dictionnaire
Quillet, et qu’elle critiquait la réunion de ablier et ableret dans un PL (cf. 2.2.7.3.) ;
tandis que C. Muller accueille cette pratique avec bienveillance :
On n’hésitera plus à réunir en un seul article des concurrents (parasynonymes)
alphabétiquement voisins (olivaie, oliveraie - pharyngé, pharyngien - pleurnichard,
pleurnicheur). 168

2.2.7.3.1.2. Fusions d’articles


Nous évoquions le fait que la présence de plusieurs catégories grammaticales dans
un même article pouvait entraîner sa scission, comme dans l’article exclamatif.
Curieusement, le mouvement inverse, la fusion de deux articles séparés ayant la même
entrée mais des catégories grammaticales différentes, a été très fréquent dans les PL.
Plus de 500 exemples, dont 456 datés de la refonte de 1998, étayent cette observation.
Dans l’écrasante majorité des cas, cela se produit d’une manière canonique qu’il est
facile de schématiser :

168
C. Muller, 1994 (repris dans 2004, p. 197).

166
1. entrée adj.
entrée adj. ◄► n.
2. entrée n.

L’exemple de l’article précipité (cf. extrait textuel 10) correspond à ce schéma.

Extrait textuel 10 : Fusion des deux articles précipité (PL1997 PL1998).

D’autres catégories grammaticales peuvent être rapprochées : adverbe et nom


(article incognito, cf. extrait textuel 11), pronom et nom (article mien, cf. extrait textuel
12), etc.

Extrait textuel 11 : L’adverbe et le substantif incognito, dégroupés dans le PL1997, fusionnent


en un seul article (PL1998).

Extrait textuel 12 : Le pronom/adjectif possessif et le substantif mien, dégroupés dans le


PL1997, fusionnent en un seul article (PL1998). Dans l’article du PL1998, on retrouve intacte la
définition de « les miens ».

La fusion de deux articles, l’un dédié à un adjectif et l’autre à un nom, n’a rien de
vraiment surprenant. Elle dénote la volonté des lexicographes de regrouper en un seul
article deux mots homographes dont l’un dérive de l’autre par substantivation, et qui
partagent nécessairement la même étymologie. Ce qui est insolite en revanche, c’est
donc que ce mouvement général de 500 fusions d’articles par regroupement sur critère
étymologique soit concomitant de quelques manifestations du mouvement inverse,
représentées par les exemples des articles exclamatif, dépourvu, mais aussi horizontal
(PL 1999-2000), reproduit plus bas.

Ensuite, quelques fusions – une quarantaine – ressortissent à différents critères.


On observe des regroupements d’articles de même catégorie grammaticale dont

167
l’origine commune est supposée : 1. et 2. néphrite (cf. extrait textuel 13), 1. et
2. plantage ou encore 1. et 2. amendable.

Extrait textuel 13 : Fusion des deux articles néphrite sur critère étymologique (PL1997
PL1998).

Il arrive également que la fusion de deux articles permette aux lexicographes de


gagner un peu de place sur la page. Par exemple, page 179 du PL2001, où cardeur, euse
doit faire son entrée en même temps que deux nouveaux sens mathématiques à l’article
2. cardinal, la fusion de 1. caréner et de 2. caréner libère une précieuse ligne. Certes,
les deux verbes caréner peuvent être rapprochés étymologiquement. Mais si la volonté
première des lexicographes était de regrouper les homographes de même origine (et non
de gagner de la place), pourquoi n’ont-ils pas aussitôt regroupé 1. carénage et
2. carénage (chacun correspondant à un verbe caréner) ? Il faudra attendre le PL2005
pour que les deux articles carénage suivent le modèle de l’article caréner. Entretemps,
dans les PL 2001 à 2004, le traitement de caréner et de son dérivé carénage se
caractérise par son asymétrie.

Notons par ailleurs que dans ce même PL2001, édition mise à jour du PL2000, où
l’on ne relève que six fusions au total, celles-ci ont justement tendance à vérifier la
théorie exposée dans notre premier chapitre. Ainsi, lorsque 1. cubique et 2. cubique
fusionnent, ils dégagent une ligne qui profitera à l’entrée de l’article crumble ; la fusion
est une conséquence indirecte de cette entrée. Page 495, 1. guerrier, ère et 2. guerrier
fusionnent lorsque le sens de guerrière est ajouté et que, plus loin sur la page, l’article
guetali fait son entrée ; ces deux ajouts sont les causes de retouche de la page, la fusion
en est une conséquence directe. Enfin, la fusion de 1. extenseur et de 2. extenseur, qui
ne dégage aucune ligne, survient page 413 de façon annexe à l’introduction de route
express sous 1. express. De même, s’il fallait retrouver les raisons qui ont conduit les
lexicographes à fusionner en 2000 deux des trois articles champagne du PL1999 (cf.
extrait textuel 14), nous invoquerions l’entrée dans le PL2000, sur la même page que les
trois champagne, de l’article chambray.

168
Extrait textuel 14 : Fusion des articles 2. champagne et 3. champagne (PL1999 PL2000).

2.2.7.3.1.3. Allers et retours entre fusion et scission


Tout comme l’insertion ou la disparition d’un article au sein de la nomenclature,
la fusion de deux articles ou la scission d’un article sont des phénomènes qui attestent
des choix des lexicographes quant à la macrostructure de leur dictionnaire. Et de
manière similaire aux quelques articles entrés puis sortis, ou sortis puis entrés à
nouveau, qui révèlent le champ d’incertitude des auteurs et les essais provisoires qu’ils
pratiquent, quelques exemples de scissions annulées par une fusion, ou à l’inverse de
fusions cassées par une scission, constituent pour le métalexicographe un terrain dont la
description est nécessaire.

Le dictionnaire étant renouvelé chaque année, rien n’y est stable ; aucun contenu
n’est à l’abri d’une modification, y compris – et même en particulier – lorsque ce
contenu vient d’être modifié. De nouveaux types d’allers et retours du texte entre
millésimes successifs le rappellent sans cesse. Les deux extraits suivants illustrent une
fusion suivie d’une scission (Extrait textuel 15), et une scission suivie d’une fusion
(Extrait textuel 16).

169
Extrait textuel 15 : L’adjectif et le substantif horizontal(e), traités dans deux articles distincts
dans le PL1997, fusionnent dans le PL1998 avant de se scinder dans le PL2000.

Extrait textuel 16 : Tous les sens de ionien, regroupés dans un seul article dans le PL1997, sont
séparés par une scission de l’article dans le PL1998. Dans le PL2005, une fusion d’articles
recrée l’organisation initiale.

170
2.2.7.3.1.4. Réorganisation d’articles
Les mouvements dans la nomenclature du PL ne ressemblent pas toujours à des
scissions et des fusions. Dans quelques cas, nous avons observé des réorganisations
d’articles, c’est-à-dire des redistributions des définitions entre deux articles
homographes. Cela se traduit schématiquement de la façon suivante :

article X1. sens A. sens B. sens C. article X1. sens A. sens B. sens C. sens D.
article X2. sens D. sens E. article X2. sens E.

La nouvelle répartition des sens entre les deux articles ressemble à une fusion ou à une
scission qui n’aurait pas abouti, un sens n’ayant pas été déplacé et constituant à lui tout
seul le nouvel article X2. La réorganisation d’une paire d’articles obéit aux mêmes
critères que ceux conduisant à une fusion ou à une scission. Dans notre période
d’observation, c’est surtout en 1998 que se sont produites des réorganisations, comme
par exemple au sein des deux articles salut (cf. extrait textuel 17).

Extrait textuel 17 : Les sens II.1., II.2. et II.3. de l’article 1. salut (PL1997) sont déplacés vers
l’article 2. salut (PL1998). Les deux articles, à l’étymologie identique, fusionneront dans le
PL2005.

2.2.7.3.2. PR
Dans les PR 1997 à 2008, où nous avons relevé 28 scissions et 5 fusions, la
question des mouvements d’articles prend une tournure différente. Dans la majorité des
cas, la fusion ou la scission concerne une sous-entrée dérivée de l’entrée principale,
dans un article. Elles relèvent donc le plus souvent de choix relatifs au regroupement
morphologique des entrées.

171
2.2.7.3.2.1. Fusions d’articles
Parmi les cinq fusions relevées, deux consistent en la création d’un article
hébergeant un dérivé en sous-article : cosmologie et son dérivé cosmologique (cf. extrait
textuel 18), ainsi qu’indigénisme et son adjectif indigéniste (toutes deux réalisées en
2000). Cette dernière paire constitue un cas particulier, dans le sens où dans le PR1999,
le substantif indigénisme est absent alors que son dérivé est bien présent. Indigénisme
fait partie des mots entrés dans le PR2000. Son arrivée a donné lieu à un
réaménagement du statut de l’article indigéniste (cf. extrait textuel 19).

Extrait textuel 18 : Fusion de cosmologie et cosmologique (PR1999) en cosmologie (PR2000).

Extrait textuel 19 : L’article indigéniste (PR1998) fusionne avec indigénisme qui fait son entrée
(PR1999).

Dans les trois autres fusions, le critère de l’étymologie identique est commun au
rapprochement des articles, sans que les critères sémantique ou syntaxique n’entrent en
compte. Par exemple, le critère sémantique (opposition [+humain] vs [–humain]) a été
peu influent pour la paire d’articles arpenteur – arpenteuse, l’un désignant un être
humain et l’autre une chenille, puisque c’est au moment de la féminisation du premier
que la fusion s’est produite (cf. extrait textuel 20). La fusion apparaît comme une
conséquence directe de la féminisation.

Extrait textuel 20 : Les articles arpenteur et arpenteuse (PR1998) fusionnent en arpenteur, euse
(PR1999).

2.2.7.3.2.2. Scissions d’articles


16 des 28 scissions relevées dans le PR consistent en une autonomisation du mot
de même famille contenu en sous-article, c’est-à-dire en une accession de ce sous-article
au rang d’article à part entière. Cela se schématise par :

172
X
X (Y dérivé de X)
Y (étymologie : dérivé de X)
Ce phénomène n’est pas nouveau. Déjà en 1983, D. Corbin observait qu’il s’était
produit lors de la première refonte du PR :
Certains dérivés, qui figuraient dans la microstructure de leur base dérivationnelle
dans PR67 se voient décerner dans PR77 le statut d’entrées autonomes 169
Plus récemment, les articles homophobe (cf. extrait textuel 21) et périnatal illustrent ce
cas de figure.

Extrait textuel 21 : L’article homophobe, qui contient le dérivé homophobie (PR2006), se scinde
en deux articles (PR2007).

Parfois, ce n’est pas le dérivé mais une variante qui se sépare de son article d’origine ;
c’est ce qui se produit aux articles rapidement dans le PR2007 (cf. extrait textuel 22) et
hard en 2008.

Extrait textuel 22 : L’article rapidement (PR2006) se scinde en deux articles lorsqu’un article à
part est dédié à la variante familière rapidos (PR2007).

Enfin, en dehors des cas précédents où le regroupement morphologique est aboli,


on observe que le critère de l’étymologie différente a conduit les lexicographes à
pratiquer le dégroupement homonymique en scindant quelques articles, tels que taille
(en 2007) ou encore aire (cf. extrait textuel 23).

Extrait textuel 23 : Scission de aire (PR2007 PR2008) sur critère étymologique.

169
D. Corbin, 1983, p. 56.

173
Après observation des 28 scissions relevées, un autre facteur apparaît comme
déclencheur de scission, à savoir la modification du sous-article. En effet, quand les
lexicographes complètent le sous-article par une nouvelle définition ou par une graphie
nouvelle ou autre, son statut de sous-article est réévalué, cela pouvant aboutir à la
scission. C’est ainsi que lieutenant-gouverneur se sépare de gouverneur au moment de
la féminisation en lieutenante-gouverneure ; que l’adjectif polymorphe holiste ou
holistique sort de l’article holisme lorsque la variante holiste est supprimée (l’adjectif
holistique subsiste seul dans son article autonome) – cas de figure similaire à celui de
rapidos ou rapido reproduit plus haut – ; que le participe passé adjectival achalandé est
séparé de l’article achalander au moment où on lui ajoute une définition de son emploi
québécois (« Fréquenté par un public nombreux ») ; que cerf-voliste sort de cerf-volant
lorsque la nouvelle graphie cervoliste est introduite ; que roller, qui désigne aussi bien
un moyen de transport que la personne qui le pratique, est scindé lorsque son sens
[+humain] est francisé et féminisé en rolleur, euse.

Finalement, toutes les retouches à l’organisation des articles homographes et des


familles de mots, réalisées tant dans les PL que dans les PR, ne détériorent ni
n’améliorent vraiment les choix qui valaient jusqu’alors. Comparant les choix réalisés
dans deux dictionnaires bien éloignés de nos préoccupations, le DFC et le Nouveau
Dictionnaire du français contemporain qui en découle, D. Corbin notait un certain
nombre de fusions et de scissions, nommées encore traditionnellement
« dégroupements » et « regroupements ». Il en ressortait l’absence d’une « logique
linguistique très contraignante » 170 , mais surtout un pressentiment désormais
parfaitement vérifié selon lequel de telles opérations devaient bien se produire dans
d’autres lignées de dictionnaires, avec la même absence de logique d’ensemble.

L’étude de l’évolution des microstructures et des macrostructures des PL et des


PR a montré que tous les contenus lexicographiques étaient en perpétuelle évolution.
Avant de décrire les changements orthographiques proprement dits, il convient de
déterminer dans quelle mesure la structure du texte lexicographique peut nous aider à en
fournir un critère de reconnaissance.

170
D. Corbin, 1982, p. 35.

174
2.3. Structures du texte et changement orthographique
Pour appréhender le changement orthographique contenu sur les pages des
dictionnaires, il est nécessaire de discuter la structure même du texte lexicographique,
afin de dépasser l’opposition entre microstructure et macrostructure.

L’entrée de chaque article est un nœud crucial. Alors que nous l’avons traitée
comme si elle faisait partie de la microstructure du texte (cf. 2.1.1.1.), une certaine
conception du texte lexicographique veut qu’elle n’en soit pas un élément constitutif171 .
Selon cette conception, elle est plutôt l’intersection entre l’organisation verticale du
texte (liste de mots : structure d’accès au contenu) et l’organisation horizontale du texte
(contenu structuré).

En tant que moyen d’accès aux informations, l’entrée est façonnée pour être
opérationnelle : on lui choisit une forme canonique (lemme), que l’on habille selon des
choix théoriques relatifs aux facettes graphique(s) et phonique(s) de l’élément à décrire.
L’entrée est un artéfact 172 ; ce n’est qu’accessoirement qu’elle correspond à la réalité
linguistique.

En tant que tête de l’article, l’entrée recèle un message implicite : sa forme vaut
pour une norme. B. Quemada et J. Rey-Debove ont tous deux formulé cette idée : « [l]a
vedette apporte par elle-même la première des informations touchant le mot : son
orthographe » 173 ; « [l]’entrée informe implicitement sur la forme et la substance de
l’expression, elle est sa propre définition graphématique » 174 . Dans l’article, tout ce qui
suit l’entrée est sous sa gouvernance graphique (et éventuellement phonique si l’entrée
s’affiche sous cette forme).

Donc, si l’on prend en compte ces deux caractéristiques essentielles de l’entrée, sa


teneur est à la fois fonctionnelle et descriptive. Cette double position lui vaut d’être
sujette à de perpétuels remaniements : en recourant à plusieurs astuces lexicographiques
(simple, double, triple, quadruple ou quintuple entrée, hiérarchisation implicite ou
explicite des variantes présentées, marqueurs, abréviations, signes typographiques), les
lexicographes modifient les entrées, que ce soit pour améliorer la part de
fonctionnement ou la part de description de l’entrée ; par là, ils modifient l’orthographe

171
Cf. F. J. Hausmann & H. E. Wiegand, 1989, p. 328-329.
172
Cf. R. Martin (2001) et C. Champy (1995) pour des détails sur la fabrication graphique d’une
nomenclature de dictionnaire.
173
B. Quemada, 1968, p. 98.
174
J. Rey-Debove, 1971, p. 155.

175
du dictionnaire. Pour chaque modification de l’entrée impliquant un changement de
l’information graphique (à l’exclusion de l’information phonique, cf. ci-dessous 3.1.1.),
nous avons noté un changement orthographique. Pour autant, notre liste de changements
orthographiques n’est pas un échantillon de la liste complète des changements affectant
les entrées. Il nous faut en effet pénétrer la microstructure des articles et l’appréhender
sous un angle inaccoutumé afin de compléter notre relevé.

Commençons par considérer que l’article de dictionnaire n’est pas simplement


une série d’informations structurées, mais qu’il inclut aussi des points saillants, les
adresses, dont la réunion forme sa structure d’adressage175 . Une adresse se définit
comme une forme renvoyant à la réalité linguistique décrite, déformée ou non par son
traitement lexicographique. Elle peut correspondre à l’entrée, ou inclure celle-ci dans un
fragment de discours. Selon F. J. Hausmann et H. E. Wiegand, l’adressage est
susceptible de prendre plusieurs formes. Il peut être lemmatique si la seule adresse de
l’article se confond avec l’entrée, sous-lemmatique si la réalité linguistique est
présentée dans des sous-entrées, enfin non lemmatique dans les autres cas 176 . La
structure d’adressage forme un parcours parmi les sous-entrées, une sorte de
macrostructure de l’article. Dans notre étude, la structure d’adressage des articles ne
définit ni plus ni moins que les zones de déroulement du changement orthographique.

Autrement dit, un changement dans le texte lexicographique ne pourra être


considéré comme changement orthographique que s’il remplit deux conditions : affecter
la forme graphique de l’élément considéré et survenir en un point clé de l’article, une
zone de « définition graphématique » (selon J. Rey-Debove) – que nous avons nommée
« zone d’information graphique » (cf. 2.1.1.) –, que celle-ci soit explicite ou non.

Dans ce domaine, nous avons profité de l’expérience de J.-C. Rebejkow qui, à la


suite de N. Catach, a observé l’éparpillement des données orthographiques dans l’article
de dictionnaire :
Le dépouillement des dictionnaires […] montre que les variantes peuvent être
présentées de plusieurs façons : en entrée biocénose ou biocœnose […], ou en renvoi :
by-pass : voir bipasse […]. Il peut également arriver que ces variantes soient dans le
corps de l’article. 177
Nous avons donc observé avec le plus grand soin des zones cruciales, tandis que
d’autres ont été délaissées, en fonction de leur niveau d’importance graphématique.

175
Cf. F. J. Hausmann & H. E. Wiegand, 1989, p. 344-353.
176
F. J. Hausmann & H. E. Wiegand, 1989, p. 349.
177
J.-C. Rebejkow, 2001, p. 123.

176
Selon J. Rey-Debove, les variantes d’une même forme (en dehors de l’entrée) sont « ou
présentes dans la microstructure, sous forme de remarque, comme donnée
métalinguistique, ou présentes dans la microstructure sous forme d’exemple, comme
donnée linguistique qui prend en charge une information implicite concernant la
morphologie de l’entrée » 178 . Les informations graphématiques sont donc soit
explicites : en entrée, dans la catégorie grammaticale, dans la parenthèse de pluriel ; soit
implicites : en sous-entrée, dans l’exemple (ou la citation), lequel porte une information
implicite sur la graphie, parfois sur son pluriel. J. Rey-Debove explique en effet dans
ces termes l’exemple lexicographique « Il frappe avec une baguette » :
Si donc on considère l’entrée baguette dans l’exemple cité, l’énoncé total peut
signifier entre autres « emploi du mot baguette avec Il frappe une » ou « la graphie du
mot-entrée est baguette dans l’entourage de Il frappe avec une ». 179
Dans le cadre de notre étude orthographique, un changement de la graphie baguette
dans cet exemple ne présenterait pas d’intérêt, puisque la graphie de l’exemple est une
reprise de la graphie de l’entrée, sans transformation. En revanche, dans un PR (où les
parenthèses de pluriel sont absentes), le changement d’un exemple dans lequel le lemme
figure au pluriel serait significatif.

Cette conception de la répartition des informations orthographiques dans des


zones clés de l’article lexicographique entraîne une hiérarchisation de ces informations.
En effet, certaines zones sont sous la dominance d’autres zones, gouvernantes.
C. Muller défend ce point de vue :
[…] les entrées des dictionnaires constituent une norme : leurs données (orthographe
du mot, sa catégorie…) sont impérieuses ; s’en écarter est réputé fautif. Mais leurs
exemples et citations sont de l’usage, même dominant, des échantillons d’usage, du
bon usage, sans plus. 180
Selon lui, aux exemples et aux citations serait attaché un poids normatif moindre que
celui des entrées et des zones présentant des informations explicites sur le signe. Nous
en tiendrons compte dans les quelques cas de contradiction graphique entre deux zones
d’un même article.

2.4. Conclusion de la première partie


Avant d’appréhender les dictionnaires à la lumière du changement graphique,
réunissons et reformulons les principaux éléments que nous avons dégagés tout au long
de notre première partie.
178
J. Rey-Debove, 1971, p. 145.
179
J. Rey-Debove, 1971, p. 260.
180
C. Muller, 2004, p. 87.

177
Le dictionnaire de la charnière des XXe et XXIe siècles, surtout quand il vient à être
largement diffusé, se soumet à des exigences qui empruntent plus à la raison
commerciale qu’à la raison lexicographique. Le texte lexicographique, taillé pour
correspondre à une mise en page rigide, amputé pour respecter un nombre de pages fixe,
est sans cesse redéfini. Si le dictionnaire est remis sur le métier chaque année, ce n’est
pas tant que son contenu se périme – le lexique ne suit pas le calendrier – mais une
mode récente qui est à l’œuvre, celle qui instaure le millésime en gage de modernité,
donc de qualité et de progrès. Mais ce que le dictionnaire gagne en modernité, par
l’accueil de nombreux néologismes, par l’ouverture à des parlers jusqu’ici tenus à
l’écart, par l’ajout de citations empruntées à des œuvres à peine parues, il le perd en
précision dans ses exemples et ses définitions, en attachement aux racines du lexique,
parfois même en cohérence et en lisibilité. Chaque poids ajouté sur l’un des plateaux de
la balance lexicographique voit un poids équivalent retiré de l’autre : dans son
enveloppe, le texte du dictionnaire est en équilibre.

Les informations que donne le dictionnaire concernant l’orthographe sont


amenées à évoluer au même titre que les autres informations. Notre lecteur, qui ne
soupçonne probablement pas le rythme effréné de cette évolution, est invité à prendre
connaissance, dans la deuxième partie, des données que nous apportons à l’étude de ce
dossier métalexicographique.

178
Deuxième partie

Description classificatoire des 2 146


changements orthographiques
survenus dans les PL et PR
millésimés 1997 à 2008

179
3. Exposé des choix méthodologiques

Avant d’aborder le traitement des nombreux changements orthographiques relevés


dans les PL et les PR 1997 à 2008, il convient de caractériser aussi précisément que
possible le changement graphique, en le distinguant notamment d’autres types de
changements lexicaux, puis de définir des critères de classement adaptés à notre corpus.

3.1. Le changement orthographique


3.1.1. Caractérisation du changement graphique
Le signifiant de tout mot est susceptible de se présenter sous deux formes : une
forme phonique et une forme graphique. Dans leur forme phonique, les mots varient
selon les systèmes phonologiques des locuteurs qui les emploient (variant eux-mêmes
selon des variables extralinguistiques), et selon la réception que ces locuteurs ont des
usages qu’ils perçoivent (rejet ou récupération de formes standard ou non standard) ;
cette variation peut entraîner des changements, eux-mêmes susceptibles de se répercuter
dans les dictionnaires. Un exemple en est le changement de prononciation à l’article
bronchiole dans les PR 1999 et 2000, évoqué dans la partie précédente (cf. 2.1.2.1.) et
que nous retrouverons dans les pages qui suivent.

Dans leur forme graphique, les mots ne varient pas selon les systèmes graphiques
de ceux qui les emploient. Nous admettrons après Ferdinand de Saussure que la forme
graphique d’un mot succède à sa forme phonique ; elle en constitue un codage selon les
lois du système graphique, codage réalisé a posteriori ; ceci tant sur le plan
phylogénétique (histoire et évolution des langues) : « [l]angue et écriture sont deux
systèmes de signes distincts ; l’unique raison d’être du second est de représenter le
premier » 1 , que sur le plan ontogénétique (développement du langage à l’échelle d’une
vie) : « on apprend à parler avant d’apprendre à écrire » 2 . Ces affirmations ont bien sûr
été contredites (notamment par René Thimonnier3 ), nuancées, approfondies (par

1
F. de Saussure, 1916, p. 45.
2
F. de Saussure, 1916, p. 47.
3
Pour R. Thimonnier, il paraît évident qu’une prononciation correcte d’un mot se fonde sur sa forme
graphique : « une étude raisonnée de l’orthographe devrait être complétée par une étude raisonnée de
l’orthophonie ; mais celle-ci s’appuyant nécessairement sur celle-là. N’est-ce pas en effet dans le mot
écrit qu’on découvre à la fois les lettres qui se prononcent et celles qui ne se prononcent pas ? […] C’est
pourquoi je prétends que, pour bien prononcer le français, il faut en avoir étudié l’orthographe » (1967,
p. 41).

180
exemple par l’anthropologue Jack Goody 4 ), mais nous les conserverons telles quelles,
en adoptant le questionnement du scripteur qui, connaissant la forme phonique d’un mot
donné, cherche à l’écrire 5 à l’aide de son dictionnaire – et cela, bien que les entrées de
celui-ci se présentent sous forme écrite 6 .

Les formes linguistiques qui se trouvent en entrée des articles de dictionnaires


possèdent donc toutes au moins une face phonique et une face graphique. Dans les
articles à double (ou multiple) entrée, les deux (ou plus) formes entretiennent une
relation d’interchangeabilité (sauf dans le cas 2a présenté dans l’extrait suivant) ; cette
relation, qu’elle obéisse à des lois ou non, pourrait être le signe d’un changement
linguistique en cours 7 . Toutes les relations formelles possibles entre formes
cohabitantes ont été dressées en typologie par J. Rey-Debove, à partir de l’examen des
doubles entrées relevées dans quelques dictionnaires :
I. Formes différentes à contenus identiques
1. Variantes purement graphiques
ex. oliphant ou olifant (PR) ; olographe ou holographe (PR) […].
2. Variantes graphiques et phoniques
(a) « automatiques » (Bloomfield), en discours.
ex. beau ou bel ; vieux ou vieil.
(b) facultatives, en langue.
– Variante de monème.
ex. lambruche ou lambrusque (PR) […].
– Variante d’un même monème dans un mot (base, affixe).
Ex. orchestrique ou orchestique (PR) […].
– Chute ou ajout d’un ou plusieurs monèmes.
Ex. phono ou phonographe (DFC) […].
– Remplacement d’un monème par un autre (base, affixe).
Ex. déferrage, déferrement ou déferrure (PR) […].
– Mots différents (synonymes).
Ex. nazisme ou national-socialisme (DFC) 8

4
« […] le présupposé généralement admis, à savoir que l’écriture reproduit la parole, appelle une
rectification importante, car l’écriture transforme nettement et de plusieurs manières la nature même de la
pratique du langage » (J. Goody, 1977 (1979), p. 143).
5
Nous adoptons la même posture que V. Lucci lorsqu’il écarte du champ de la variation orthographique
certaines formes qu’il estime être nées à l’oral : « La frontière entre syntaxe, lexique et orthographe n’est
pas toujours nette, et nous avons considéré que des formes comme "si j’aurais su" (pour "si j’avais su"),
"la lettre que j’ai écrit" (pour "écrite") ne relevaient pas du niveau strictement orthographique, dans la
mesure où existe une antériorité de la forme orale déviante transcrite » (1994, p. 33).
6
Il sera établi plus loin (6.2.2.2.) que le dictionnaire est très souvent consulté pour résoudre une question
d’orthographe.
7
« Un changement [linguistique] en cours suppose toujours en synchronie une cohabitation des formes en
variation » (F. Gadet, 2007, p. 79). Le dictionnaire pourrait alors être un lieu privilégié du recensement
des cohabitations de formes linguistiques en concurrence.
8
J. Rey-Debove, 1971, p. 138. J. Rey-Debove expose brièvement les limites de la notion de variante dans
J. Rey-Debove & B. Lebeau-Bensa, 1995, p. 33-34. Elle conclut : « La notion de variante n’est donc pas
évidente du tout ».

181
Comme on le constate dans ces cas de figure, une variation au niveau du
morphème (que celle-ci soit contextuelle comme en 2a, ou libre comme en 2b) a des
conséquences sur les deux plans phonique et graphique ; tandis qu’un autre type de
variation n’affecte pas le morphème, mais uniquement la graphie 9 (comme en 1). Ces
distinctions établies par J. Rey-Debove sont empruntées et adaptées par l’Office
québécois de la langue française dans son Vocabulaire systématique de la terminologie :
La variante peut être orthographique, morphologique ou syntaxique. La variante
orthographique est définie à son tour comme chacune des graphies existantes pour un
terme. Ex. : clef et clé […]. Une note rappelle que l’on ne doit pas confondre la
variante orthographique avec la variante morphologique du type ophtalmologiste et
ophtalmologue, ou encore, pomiculture et pomoculture où l’élément variable est de
nature structurelle. […]
Il ne faut pas confondre variante orthographique […] et variante syntaxique
(équipement de monteur et équipement pour monteur). 10
Toutes ces considérations importantes vont nous aider à définir les limites de notre
groupe de changements orthographiques.

En s’appuyant non plus comme J. Rey-Debove sur les doubles entrées, mais sur
les changements qui surviennent d’un dictionnaire à l’autre (ce qui revient à prendre en
considération la temporalité plutôt que la spatialité 11 ; que les deux graphies de kenyan
coexistent dans une double entrée d’un millésime donné, kenyan ou kényan, ou que ces
deux graphies se succèdent sans se rencontrer, kenyan seul dans le PL1999, kényan seul
dans le PL2000, cela revient au même : kenyan est polygraphe), il est possible de
modéliser de façon économique les relations entre formes phoniques et graphiques
données par les dictionnaires lorsque ces formes changent. Nous distinguons pour notre
part trois types de changements :

Un changement du type A affecte la forme phonique seule 12 – plusieurs phonies


pour une seule graphie :

9
Par le terme de « graphie », nous entendons, à la suite de N. Catach, « manière d’écrire les sons ou les
mots d’une langue, sans référence à une norme » (1980, p. 16). Toutefois, dans un article de dictionnaire,
toute graphie d’un mot autonyme (notamment lorsque celui-ci est en entrée, en exemple ou en remarque)
vaut implicitement pour une norme. Appliqué aux graphies, qui se définissent par référence à la norme,
« le concept de variation peut surprendre, […] la coutume [étant] de parler de "fautes" ou d’"erreurs" »
(V. Lucci, 1994a, p. 33).
10
P. Vachon-L’Heureux, 1995, p. 99-100.
11
Ce positionnement présente l’avantage de mettre en relief la description lexicographique du
changement linguistique tout en conservant une approche quasi synchronique.
12
À cause de la prépondérance du graphique sur le phonique dans les dictionnaires, J. Rey-Debove
délaisse la forme phonique des mots dans la prise en compte du nombre de variantes : « L’identité d’une
forme est donnée dans un dictionnaire par la graphie et non par la phonie. Ainsi Xérès prononcé [ksers]
ou [kers] ne constitue qu’une seule forme » (1971, p. 137). Notre approche corrige ce non-sens.

182
bronchiole [bjl] PR1999 bronchiole [bjl ; bkjl] PR2000 13
Un changement du type B affecte la forme graphique seule (type 1 de J. Rey-Debove) –
une seule phonie pour plusieurs graphies :
clef ou clé PL2004 clé ou clef PL2005
Un changement du type AB affecte aussi bien la phonie que la graphie (type 2b de
J. Rey-Debove, ainsi que ceux donnés dans la suite de son texte, sous l’appellation
« Formes différentes à contenus différents » 14 ) :
phanatron PL1997 phanotron PL1998
Si l’on ajoute à notre relevé de différences entre dictionnaires successifs tout ce
qui dépasse le niveau de l’entrée (comme détaillé ci-dessus en 2.3.), on obtient plus de
3 000 changements dans le traitement de la forme graphique des mots du dictionnaire.
Les deux tiers de ces changements ressortissent au type B, le tiers restant au type AB.
Ces derniers correspondent bien à ceux décrits par J. Rey-Debove en 2b. Ainsi, rien que
dans le PL2005, nous avons relevé des changements concernant tous les types de
variation morphologique. Des morphèmes polymorphes évoluent :
■ cymbalum ou czimbalum PL2004 cymbalum PL2005
des morphèmes affixaux variables 15 également :
■ actinidia PL2004 actinidie ou actinidia PL2005
des morphèmes caducs :
■ raft ou rafting PL2004 raft PL2005
ainsi que des morphèmes synonymes :
■ aphidien ou aphidé PL2004 aphidien, aphidoïde ou aphidé PL2005
Dans le cadre de notre étude orthographique, les changements du type A
(d’ailleurs rares dans les dictionnaires) ne présentent aucun intérêt ; ceux du type AB
non plus, puisque le changement graphique n’y est qu’un écho du changement
phonique. Nous considérons finalement comme « orthographiques » tous les
changements et uniquement les changements du type B : les changements
orthographiques sont des changements graphiques affectant des formes homophones.

13
Paradoxalement, la forme phonique donnée dans le dictionnaire papier demeure… graphique, puisque
l’alphabet phonétique ne s’emploie qu’à l’écrit (ainsi que le remarque J. Rey-Debove, 1971, p. 162).
L’issue de cette curiosité réside dans ceux des dictionnaires informatisés qui intègrent des enregistrements
de mots de la nomenclature prononcés (ainsi les PR sur cédérom).
14
J. Rey-Debove, 1971, p. 138-139.
15
J. Dubois & al. ont relevé de très nombreux changements de ce type en comparant les PL 1949 et 1960
(1960, p. 90-103). Ils n’ont pas hésité à qualifier l’ensemble des ces changements de « mouvement
général du vocabulaire français ». Cf., au sujet de cette étude, la conclusion de notre section 2.2.5.

183
Cela revient à inclure dans notre étude orthographique des objets comme la féminisation
des noms de métiers dans certains cas 16 (cf. 4.8.), le genre des substantifs (car celui-ci
peut s’exprimer à l’écrit dans l’accord muet d’un adjectif ou d’un participe, cf. 4.7.), les
majuscules (cf. 4.4.) ou les traits d’union (cf. 5.1.4. et 5.1.5.) ; et à exclure des objets
pourtant considérés comme orthographiques jusque dans le texte des Rectifications de
l’orthographe : car remplacer le pluriel jazzmen par jazzmans 17 (changement de type
AB) revient à modifier la phonie du mot avant sa graphie.

Remarquons que ce premier découpage du matériau phonique et graphique des


dictionnaires, cette délimitation entre les éléments que nous traiterons et ceux que nous
exclurons, ne recoupe pas exactement celui pratiqué par les auteurs du DHOF. En effet,
ceux-ci classent les changements observés dans les dictionnaires en douze sous-groupes
relevant de trois catégories. Ces catégories sont les « changements orthographiques »
(sous-groupes A à J), les « changements lexicaux » (K), et les « changements de
catégorie grammaticale » (L). Les changements lexicaux correspondent à ceux qui
touchent d’abord la forme phonique du mot, soit notre type AB, exclu de cette étude 18 .
Quant aux changements de catégorie grammaticale, nous les traitons partiellement : un
genre qui varie constitue bien un changement orthographique, tandis que le choix de
lemmatiser une entrée sous sa forme de pluriel ou de singulier 19 relève d’un
questionnement lexicographique 20 . Nos « changements orthographiques » recouvrent
donc dans le DHOF les sous-groupes A à J ainsi qu’une partie du L.

16
Cf. en 4.8.3. la remarque de P. Encrevé sur le fait que la féminisation est une question d’orthographe.
17
CSLF, 1990, p. 13. Cf. aussi cet extrait : « on acceptera des graphies comme taliatelle (tagliatelle)
paélia (paella), lianos (llanos), canyon qui évitent une lecture défectueuse » (p. 18), dans lequel les
préoccupations sur la phonie des mots cités passent avant celles sur leur graphie.
18
J.-C. Rebejkow a également retenu quelques changements lexicaux dans une étude sur l’orthographe :
« Nous nous sommes surtout intéressés aux variantes qui se prononcent de la même façon (dites
homophones, comme fakir/faquir), en retenant toutefois quelques variantes non homophones lorsqu’il
s’agit de francisation d’accents, par exemple althæa/althée/althéa ("plante") » (2001, p. 123).
19
Par exemple dans les changements suivants, empruntés aux dictionnaires observés : beaux-parents
PR2002 beau-parent PR2003 ; agissements PL1997 agissement PL1998. J. et C. Dubois exposent
trois cas de traitement lexicographique d’un nom au pluriel (dans un article séparé du singulier, dans un
sous-article, ou seul en entrée) : « [le pluriel] a pu être senti comme un mot différent du singulier ; ceci
s’est produit depuis très longtemps pour appas distingué de appât, au point que certains croyaient y voir
deux mots d’origine différente. Une rubrique particulière au pluriel apparaît dans le corps de l’article :
ainsi restrictions. Le mot peut ne plus être lexicalisé qu’au pluriel, ainsi pour les familles en botanique et
en zoologie : lycopodinées, nyctaginacées » (1971, p. 124).
20
Les auteurs du DHOF observent (§ 148, p. 1186) que le critère de la fréquence fut prépondérant pour
résoudre ce questionnement : « Estienne, Thierry et Nicot donnent dans certains cas non pas le lemme
correspondant au mot, mais la forme la plus usitée, par exemple le participe passé pour le verbe (exemple
entrebaaillé, participe passé), ou seulement le pluriel (exemple 1549 pluriel affusts/affût, 1549-1606
brouillars/brouillard*, 1549, 1564 bandes "troupes"/bande*), ce que nous avons respecté ». Ce choix
n’est plus exactement d’actualité.

184
Un peu plus de 2 000 changements touchant uniquement les graphies s’offrent
finalement à l’étude.

3.1.2. Un exemple : le changement graphique de l’article clé


Parmi tous les changements orthographiques, certains ont une origine linguistique
intrinsèque : les mots varient indépendamment de leur recensement dans les
dictionnaires. D’autres semblent au contraire naître de leur condition lexicographique.
Dans ce dernier cas, la grille de lecture du texte lexicographique élaborée en première
partie sera pleinement fonctionnelle. Nous aurons par exemple recours à elle pour
comprendre les conditions de disparition d’une graphie dans une entrée polygraphe, ou
pour expliquer de prétendues incohérences.

Soit l’exemple de la variation graphique de clé, en cours depuis plusieurs siècles.


Alors que l’indifférence règne dans l’usage qui refuse de se fixer sur clé ou sur clef, la
réception lexicographique de cette polygraphie varie sans cesse. Jusqu’au cinquième
Dictionnaire de l’Académie française (1798), la graphie clef est seule en entrée ; depuis
la sixième édition (1835), cette graphie est accompagnée d’un commentaire :
« Quelques-uns écrivent Clé ». Dans la neuvième édition en cours (premier volume,
1992), les deux graphies sont en entrée de l’article (clef en premier) et elles sont suivies
d’une remarque révélatrice sur la distribution des deux variantes 21 , méconnue :
« L’orthographe étymologique et ancienne, clef, et l’orthographe moderne, clé,
s’emploient toutes deux selon des critères qui ne sont pas objectivement définissables ».

La polygraphie de clé est la quadrature du cercle orthographique. La graphie clef


pourrait être celle des scripteurs attachés à la langue, ayant appris cette graphie pendant
leur enfance, lui trouvant du charme, et ayant décidé de ne jamais l’abandonner ; mais
cette tentative d’explication manque de conviction. Curieusement, les dictionnaires
modernes comme les ouvrages anciens ne cessent de modifier leur description de cette
polygraphie, que leurs auteurs estiment cette dernière sensée ou non. Ainsi, dans le
PR1994, les auteurs inversent l’ordre des graphies en entrée, et commentent leur choix
peu après :
[…] clef, auparavant en première position, est passée en seconde, la fréquence
graphique plus grande de clé étant indiscutable. Clé, clef peuvent être employés dans
tous les cas mais clef est fixée […] dans la locution clef de voûte. 22

21
Des variantes se définissent comme « des unités non identiques pour lesquelles on ne conclut pas à
l’altérité » (J. Rey-Debove, 1971, p. 122).
22
J. Rey-Debove & B. Lebeau-Bensa, 1995, p. 38.

185
Quelques années plus tard, dans notre période d’étude, la graphie de clef de voûte du PR
est revue, tandis que les lexicographes du PL choisissent à leur tour de modifier les
graphies de l’article clef :
C56 23 ■ clef ou clé PL2004 clé ou clef PL2005
C1246 ■ clé ou clef (Rem. On emploi indifféremment clé ou clef, sauf dans clef
de voûte. Clef de voûte) PR2006 clé ou clef (Rem. On emploie indifféremment
clé ou clef. Clef de voûte, clé de voûte) PR2007
Les auteurs du PL2005, en inversant l’ordre des deux graphies dans l’entrée, expriment
leur préférence envers clé ; tandis que les auteurs du PR2007 font basculer dans
l’indifférence l’emploi qui était présenté comme le dernier bastion de distribution
régulière entre clef et clé jusqu’en 2006, clef de voûte. L’inversion des graphies de clé
dans le PL2005 paraît peut-être dérisoire ; elle est pourtant déterminante. Le lecteur non
encore averti doit assimiler dès à présent que les graphies ne s’implantent pas ex nihilo,
ni ne disparaissent sans laisser de traces. Elles coexistent, « cohabite[nt], parfois de
façon durable » 24 , parfois incognito, elles sont fréquemment ajustées et réajustées. Il est
très rare qu’un changement graphique constaté dans le dictionnaire soit violent ; encore
le dictionnaire déforme-t-il la réalité en pratiquant des modifications brutales.

Dans le PL2005, l’évolution du choix orthographique au sujet de clé nous amène


sur un terrain connu :
C55 ■ clé ► 25 clef PL2004 clef ► clé PL2005
C166 ■ porte-clefs ou porte-clés PL2004 porte-clés ou porte-clefs PL2005
C68 ■ demi-clef PL2004 demi-clé ou demi-clef PL2005
En effet, dès lors que l’on envisage l’inversion de deux graphies en entrée comme un
élément causal, diverses conséquences se manifestent. Tout d’abord, l’article clef
transmet tout son contenu à l’article clé, distant d’une demi-colonne dans le PL2005 ; il
s’ensuit que le renvoi de clé vers clef s’inverse, et devient un renvoi de clef vers clé.
Bien plus loin dans le dictionnaire, les deux graphies de porte-clefs s’échangent leurs
places, conformément au nouvel ordre (clé en premier). Une autre conséquence du
changement orthographique de clé est la mise à jour de demi-clef, article dans lequel la
polygraphie s’installe en 2005.

23
Ce code, composé de la lettre C et d’un nombre compris entre 1 et 2 146, fait référence à la base de
données C (pour « changements orthogrphiques ») contenue dans le fichier « corpus_martinez.mdb », et à
la ligne de cette base de données dans laquelle le changement est répertorié. Le lecteur trouvera ce type de
code tout au long de la deuxième partie ainsi que dans l’index alphabétique.
24
N. Catach, 1995c, p. 27.
25
Rappel : Le symbole « ► » marque ici un renvoi lexicographique (de clé vers clef). Le symbole « »
marque le passage du texte du dictionnaire d’un état à un autre.

186
C963 ■ mot-clef PL1997 mot-clé ou mot-clef PL1998
L’asymétrie entre le traitement orthographique de clé et celui de ses composés avait
déjà été partiellement corrigée lors de la préparation du PL1998 pour l’article mot-clef.
Cependant, la correction de l’asymétrie en entraînait une autre, puisque l’ordre des
graphies dans la double entrée mot-clé ou mot-clef différait de l’ordre donné sous clé.
Doit-on croire que ce placement prématuré de mot-clé en première position
prédéterminait le changement de 2005 ?

Nous estimons plutôt que l’ensemble des changements autour de la graphie de clé
est symptomatique des opérations orthographiques pratiquées dans les dictionnaires
observés, en tant qu’elles s’inscrivent toutes dans notre modèle d’élaboration du texte
lexicographique. L’inversion des graphies clé et clef est un changement extrêmement
lourd : non seulement plus de quarante lignes de définitions doivent être déplacées et
des articles comme porte-clés ou demi-clé être mis à jour, mais encore toutes les
occurrences de clef dans l’ensemble du texte doivent être remplacées par des clé (ce qui
n’est pas le cas en 2005). Un infime changement provoque donc de nombreuses
conséquences directes ; il est à l’origine d’un travail démesuré (qui ne pouvait pas être
accompli lors d’une simple mise à jour) – et risqué, car il apporte son lot d’erreurs.
Ainsi, à titre d’exemple, seules trois des cinq occurrences de « latin clavis, clef » dans
les rubriques étymologiques du PL2004 sont remplacées en 2005 par « latin clavis, clé »
(aux articles clavecin, clavette et clavier, les étymologies des articles autoclave et
enclaver restant inchangées) ; la répercussion du changement orthographique, localisée
dans la lettre c et n’atteignant ni a ni e, est probablement la conséquence de la
répartition du travail entre les collaborateurs. Les autres incohérences, asymétries et
datations variées dans les changements autour de la graphie de clé découlent du même
phénomène : alors que le dictionnaire se présente toujours à l’utilisateur comme un livre
entier, dont tous les articles sont immédiatement consultables, il n’est que partiellement
accessible au rédacteur 26 . Dans ce domaine comme dans d’autres, « la richesse du
dictionnaire n’est apparemment pas entièrement dominée » 27 par ses auteurs.

26
Non seulement les lexicographes travaillent souvent sur une page ou une tranche donnée sans
possibilité de modifier le reste du texte, mais en plus le recours au texte informatisé ne semblait pas (en
1997) être un réflexe : « [d]’un point de vue interne, dans le cadre de l’utilisation du dictionnaire par les
rédacteurs, il n’est pas spécialement important de pouvoir effectuer des consultations sous forme
informatique, puisque a priori les rédacteurs connaissent bien leur corpus » (L. Catach, 1997, p. 109).
27
N. Catach (dir.), 1971, p. 42.

187
Les aléas du travail lexicographique – dont notre analyse se ressentira fortement –
l’emportent le plus souvent sur la rigueur implacable que l’on accorderait trop
volontiers à une description de l’orthographe.

3.2. Classement des changements orthographiques


Le classement de plus de 2 000 changements orthographiques est une opération
difficile. Notre but en classant ces changements a bien sûr été de regrouper ceux qui
partageaient une structure, une origine ou un effet communs, sans tomber dans le travers
alphabétique : l’ordre alphabétique dans lequel les changements ont été récoltés est un
nœud qu’il est nécessaire de démêler d’emblée 28 . Le premier choix de classement opéré
a consisté en la séparation orthographiquement arbitraire des changements selon qu’ils
étaient ou non rattachés aux Rectifications de l’orthographe, de quelque manière que ce
soit.

Pour aller au-delà de ce premier découpage pratique, plusieurs axes ont été
retenus comme critères de classement : un axe orthographique, un axe sémantique, un
axe génétique et un axe métalexicographique. Chacun doit être discuté.

3.2.1. Critère orthographique


Le premier critère, orthographique – donc purement formel –, est solidement
enraciné dans le système graphique du français dans toute son étendue, y compris dans
les déformations lexicographiques dont il est l’objet. Pour délimiter des catégories de
changements orthographiques, nous nous appuierons très partiellement sur la
description du système graphique du français, telle qu’elle a été schématisée par
N. Catach 29 . Dans son célèbre schéma (cf. 6.1.1.), N. Catach dispose dans des cercles
concentriques des éléments graphiques de plus en plus éloignés du centre
phonographique : phonogrammes, morphogrammes, logogrammes, lettres
logogrammiques et lettres hors système. Cependant, dans le cadre de notre analyse, ce
schéma pose un problème majeur : il est bien trop restrictif. Comment en effet prendre
en compte les changements orthographiques appliqués aux sigles, aux majuscules, aux
noms déposés, aux mots composés ? Nous avons donc choisi d’élargir la représentation
du système graphique du français à des non-graphèmes, c’est-à-dire des éléments

28
C’est pour compenser les effets nuisibles de l’alphabet (c’est-à-dire pour éviter la dissémination des
informations) que les auteurs du DHOF ont groupé en fin de dictionnaire les paragraphes thématiques
retraçant l’évolution de l’orthographe.
29
N. Catach (dir.), 1980, p. 29 (cf. ci-dessous 6.1.2.).

188
graphiques exclus du schéma de N. Catach (traits d’union, majuscules, ponctuation,
genre des noms, etc.). La nouvelle représentation du système graphique sur laquelle
nous nous appuierons (qui sera schématisée en 6.1.2.) n’a plus rien de l’ordonnance
précise et de la symétrie du modèle originel ; elle ne garde ce schéma que pour le placer
au centre d’une nébuleuse générale plus vaste, dont le découpage en zones est lui aussi
nébuleux. D’ailleurs, les groupes de changements orthographiques que nous dégagerons
sont presque tous à cheval sur plusieurs zones de la nébuleuse. En effet, traiter
l’orthographe des sigles nécessite de s’occuper autant de ponctuation que de lettres
majuscules et minuscules ; traiter l’orthographe des noms déposés appelle des
développements sur la majuscule initiale, sur la formation du pluriel, mais aussi sur le
caractère juridique des chaînes de graphèmes constitutives de ces noms ; traiter la
francisation des emprunts demande naturellement une analyse des phonogrammes et des
lettres hors système, mais aussi des morphogrammes dès que l’on tient compte de la
formation du pluriel et du féminin de certains noms. Quant à certains points issus en
droite ligne du découpage de N. Catach, comme « l’archigraphème AN » ou « les
morphogrammes de féminin », nous les retrouverons de manière transversale, dans
plusieurs sous-chapitres.

Le découpage du système graphique en zones plus ou moins cohérentes a été


traditionnellement pratiqué par tous ceux qui ont souhaité réformer rationnellement
l’orthographe française. On se souvient par exemple que Michel Rocard, dernièrement,
avait proposé cinq pistes de réflexion orthographique :
Dans son discours du 24 octobre 1989, le Premier ministre a proposé à la réflexion du
Conseil supérieur cinq points précis concernant l’orthographe :
- le trait d’union ;
- le pluriel des mots composés ;
- l’accent circonflexe ;
- le participe passé des verbes pronominaux ;
- diverses anomalies. 30
Ces pistes très disparates sont librement suivies dans la suite du texte officiel, ce qui
met en relief le flou des limites entre zones du système graphique. Pour ne prendre en
exemple que les accents, observons qu’ils font l’objet de quatre traitements différents
dans les quatre parties du texte officiel : 1) dans la partie « Analyses », ils sont groupés
au tréma dans le troisième paragraphe « Le tréma et les accents », puis séparés par
type : « 3.1. Le tréma », « 3.2. L’accent grave ou aigu sur le e », « 3.3. L’accent
circonflexe », et refont leur apparition dans le quatrième paragraphe, « Les verbes en
30
CSLF, 1990, p. 8.

189
-eler et -eter » ; 2) dans la partie « Règles », les accents sont discutés dans des
paragraphes légèrement différents, « 3. Accent grave », « 4. Accent circonflexe »,
« 5. Verbes en -eler et -eter » ; 3) dans la partie « Graphies particulières fixées ou
modifiées », ils figurent dans les listes D et E (accent aigu, accent grave), mais aussi
dans la liste G, « Accentuation des mots empruntés » ; 4) enfin, dans la partie
« Recommandations aux lexicographes et créateurs de néologismes », les questions
d’accentuation ne concernent que les mots empruntés (paragraphes 3 et 4). Finalement,
la zone « accents » du système graphique n’est que très partiellement incluse dans le
noyau phonogrammique du schéma de N. Catach. Dès que des problèmes pratiques
posés par les accents sont discutés par le Conseil supérieur de la langue française, on
s’aperçoit que la zone « accents », non seulement se subdivise en sous-zones selon la
forme et la fonction de l’accent (circonflexe, grave, aigu pour les formes ; accent aigu
dans une syllabe ouverte suivie d’une syllabe à noyau caduc [type crémerie], accent
aigu de présent avec inversion du sujet [type aimé-je], pour des exemples de fonctions),
mais surtout empiète sur une autre zone, « francisation des emprunts ».

Notre découpage en zones repose donc sur des assises pratiques bâties au moment
de classer les 2 000 changements ; il permet de regrouper sous une même étiquette des
ensembles de mots aux propriétés orthographiques communes 31 , même lorsque celles-ci
relèvent de plusieurs secteurs du système graphique. La conséquence de l’application de
ce critère est que l’on bénéficie d’un plan d’analyse perméable, où la formation du
pluriel est traitée dans plusieurs chapitres, de même que la francisation des emprunts (et
de même pour les accents, pour les problèmes de genre, pour les consonnes doubles,
etc.), plutôt que d’un plan rigide où la formation du pluriel et la francisation des
emprunts seraient traitées séparément, dans des zones parfaitement étanches et trop bien
définies pour paraître honnêtement constituées. L’avantage de ce plan perméable réside
également dans les possibilités d’enchaînement entre chapitres offertes par le
chevauchement des zones.

31
Cette méthode diffère finalement peu de celle appliquée dans le DHOF : « [l]es modifications
graphiques ont été analysées, groupées par séries, […] regroupées enfin par grands Types de
modifications, notion opératoire, qui fait ressortir une certaine régularité dans l’évolution des modèles
graphiques » (L. Biedermann-Pasques, 2001, p. 188), à la différence près que dans ce dictionnaire, les
mots étudiés sont d’abord présentés par ordre alphabétique.

190
3.2.2. Critère sémantique
Organiser des changements orthographiques selon un critère sémantique revient à
tenir compte du sens des mots pour les organiser en familles – plutôt en superfamilles –
sémantiques. La notion de familles de mots a notamment été traitée par C. Gruaz, dont
la réflexion a abouti au Dictionnaire synchronique des familles dérivationnelles de mots
français. Dans l’un des articles où C. Gruaz expose sa théorie des familles de mots 32 ,
l’auteur recourt à des filtres pour délimiter méthodiquement les familles : filtres
étymologique, sémantique, et formel (ou morphologique). Quant à nous, lorsque nous
prendrons en compte un critère d’ordre sémantique pour classer des faits linguistiques,
nous recourrons à une seule indication pour regrouper des termes, une indication
sémantique semblable à un archisémème. Dans notre approche, un archisémème se
définit comme un sème commun à un groupe de mots, qui n’ont pour certains que ce
trait en commun, que ce sème soit dénotatif ou non. Dans le premier cas (si le sème
commun est dénotatif), nous obtiendrons des familles de mots comme les noms de pâtes
italiennes, de styles musicaux, etc. Dans le second cas, en nous appuyant sur le
classement des unités lexicographiques selon un système de marques bien connu 33 , nous
formerons des superfamilles telles que les mots familiers, les mots régionaux, les mots
du domaine de l’informatique, qui ont en commun ce que l’on pourrait appeler un
archisémème non dénotatif, à savoir la marque « fam. », « région. », « inform. ».
Chaque superfamille relève alors d’un « lexique particulier », voire d’une « sous-
langue » 34 , selon la terminologie de J. Rey-Debove.

Si nous formons de telles familles de mots, c’est pour postuler que les mots
appartenant à telle superfamille présentent des similitudes dans les changements
orthographiques qu’ils subissent. Ou, pour être plus clair, pour vérifier le fait que les
lexicographes ont pu mener auprès des mots de telle superfamille (par exemple les mots
familiers) une politique orthographique.

3.2.3. Critère génétique


Nous avons qualifié de « génétique » le troisième critère de classement des
changements orthographiques car il se fonde sur des données relatives à la génétique du
texte lexicographique, données extralinguistiques par nature. La génétique du texte

32
C. Gruaz, 2001.
33
F. J. Hausmann, 1989b.
34
J. Rey-Debove, 1971, p. 91.

191
lexicographique a été amplement décrite en première partie. Nous n’en donnons ici
qu’un bref résumé, agrémenté d’exemples tantôt schématiques, tantôt concrets,
appliqués aux changements orthographiques.

Les opérations potentiellement praticables sur un texte, de quelque nature qu’il


soit, sont limitées. Un élément de texte peut être modifié, ajouté, supprimé ou déplacé35 .
Dans un dictionnaire mis à jour ou refondu, les informations subissant l’un de ces
traitements – ou plusieurs simultanément – au niveau de l’entrée, de l’indication de
pluriel, de la catégorie grammaticale, d’une éventuelle remarque, ou parfois d’un
exemple, sont susceptibles d’être le siège de changements orthographiques. Nous
présentons ci-dessous, notamment sous forme schématisée, quelques exemples de
changements orthographiques courants se déroulant dans les entrées, agrémentés
d’explications générales qu’il restera à adapter à chaque cas particulier.

3.2.3.1. Changement pur et simple


Graphie A (millésime X) Graphie B (millésime X + 1)
téléréalité PL2005 télé-réalité PL2006
Le plus simple des changements orthographiques, qui fait partie des moins
fréquents, consiste en la modification graphique de la seule entrée d’un article. On
considère alors que la graphie A prescrite par le millésime X n’est plus valable dans le
millésime X + 1, et réciproquement. Les graphies A et B n’ayant pas coexisté dans un
même millésime, elles s’excluent. Ce type de changement peut avoir lieu lorsque les
lexicographes s’aperçoivent que l’usage graphique d’un mot a évolué.

3.2.3.2. Ajout de graphie


Graphie A (millésime X ) Graphie A ou graphie B (millésime X + 1)
Graphie A (millésime X) Graphie B ou graphie A (millésime X + 1)
Graphie A (millésime X) Graphie A, graphie B ou graphie C (millésime X + 1)
etc.
S.A.R.L. PL1997 SARL ou S.A.R.L. PL1998
L’ajout de graphie consiste en la transformation d’une entrée simple en entrée
double (ou multiple) présentant un cas de polygraphie. Dans la double entrée du
millésime X + 1, on retrouve néanmoins la graphie d’origine ; celle-ci peut se trouver en
tête ou non. Ce type de changement est très fréquent. L’établissement d’une polygraphie
dans un article de dictionnaire peut être lu comme l’attestation d’une hésitation dans

35
Pour le texte littéraire, A. Grésillon évoque les « opérations systématiques de l’écriture » suivantes :
« écrire, ajouter, supprimer, remplacer, permuter » (1994, p. 15).

192
l’usage où B se répand à côté de A, ou comme la mise en valeur de B que les
lexicographes souhaitent peut-être substituer à A.

3.2.3.3. Suppression de graphie


Graphie A ou graphie B (millésime X) Graphie A (millésime X + 1)
Graphie A ou graphie B (millésime X) Graphie B (millésime X + 1)
etc.
repartie ou répartie PR2006 repartie PR2007
La suppression de graphie consiste à l’inverse en la réduction d’une polygraphie
dans le millésime X en une entrée simple dans le millésime X + 1. Celle-ci peut se
réaliser au profit de A ou de B. Ce type de changement a également été très
fréquemment relevé dans les dictionnaires. On peut interpréter la disparition d’une
graphie comme une répercussion de la tendance graphique que les lexicographes
observent si cette graphie n’est plus attestée en synchronie :
Lorsque coexistent deux termes parallèles formés sur le même radical, le
vieillissement de l’un des deux, puis sa disparition est fréquente. 36
ou bien comme une opération de valorisation de la graphie restante, que les auteurs
souhaitent voir s’imposer. Par ailleurs, une double entrée est une longue entrée, dont la
diminution peut être requise dans le but de libérer une ligne. De façon générale, la
suppression d’une information orthographique est toujours susceptible de trouver son
origine dans des contraintes dictionnairiques en vigueur lors de la fabrication concrète
de l’ouvrage.

3.2.3.4. Déplacement de graphies


Graphie A ou graphie B (millésime X) Graphie B ou graphie A (millésime X + 1)
Graphie A, graphie B ou graphie C (millésime X) Graphie B, graphie A ou
graphie C (millésime X + 1)
etc.
mélæna ou méléna PR2007 méléna ou mélæna PR2008
La polygraphie d’un article peut être aménagée par le déplacement (souvent une
simple inversion) des graphies et l’institution d’un nouvel ordre. Dans un tel cas,
relativement fréquent, le changement n’est pas anodin, car les deux positions qui
accueillent les deux entrées ne sont pas équivalentes. Il semble en effet que la graphie
placée en première position soit la préférée des lexicographes, ainsi que celle ayant le
plus de chances d’être choisie par un lecteur en position de choix :

36
J. Dubois & al., 1960, p. 198.

193
Généralement les dictionnaires mettent la graphie qu’ils préconisent en tête d’article,
et rejettent l’autre après, mais ce n’est pas toujours le cas. 37

[…] deux variantes sont proposées, l’une en première entrée (vedette), l’autre en
seconde entrée. Il importe de souligner cette hiérarchisation car l’usager tend à
considérer l’entrée vedette comme préférable et l’autre comme marginale. 38
Mais il est difficile pour les observateurs d’affirmer avec certitude ce que représente
pour les lexicographes et pour les utilisateurs une graphie en première position. La
lexicographe Carole Champy, chargée d’une mission orthographique pour le TLF, a un
avis plus nuancé et coloré :
Le choix d’une graphie de vedette de dictionnaire est affaire de dosage subtil,
d’équilibre entre le cadre des normes et la liberté de chaque mot. Cette liberté fait que
le mot est vivant. Et c’est cette vie, cette vitalité du mot qui rend la tâche attrayante. 39
Un autre lexicographe, G. Petit, recourt à l’usage et au consensus plutôt qu’à la
préférence des auteurs pour expliquer le choix de mettre une graphie en première
position :
En tête figure la graphie la mieux attestée dans l’usage et correspondant à une
compétence en synchronie contemporaine. Lorsque l’entrée concerne une unité
appartenant à un domaine de l’activité spécialisée, la première graphie est celle qui fait
l’objet d’une reconnaissance officielle dans ce domaine ou, à défaut, d’un large
consensus. 40
Enfin, pour J. Rey-Debove, la première graphie d’une double entrée est également
fonctionnelle ; elle commande l’usage des lexicographes dans le reste du texte :
Dans tous les cas, la première forme graphique est celle qui est préconisée par le
Robert, celle qui fonctionne pour l’ensemble du dictionnaire, renvois, contraires,
exemples, définitions, etc. (mais, bien entendu, l’orthographe d’auteur est respectée
dans les citations 41 ). En entrée double (les mots sont séparés par ou), la seconde
graphie peut être aussi bien employée que la première par le scripteur. 42
Selon la codirectrice du PR, le statut des variantes graphiques présentées doit avoir une
incidence sur le choix des utilisateurs : dans l’entrée cuillère ou cuiller, il choisira seul ;
dans « disharmonie […] On écrit aussi dysharmonie », son choix aura été préparé (pour
ne pas dire « devra être influencé ») par celui des lexicographes, qui préconisent
implicitement la graphie placée en entrée, disharmonie.

37
J.-C. Rebejkow, 1999, p. 40. La même idée figure dans J.-C. Rebejkow, 2001, p. 123
38
M. Masson, 1995, p. 66.
39
C. Champy, 1995, p. 56.
40
G. Petit, 1995, p. 41.
41
N’est-ce pas plutôt l’orthographe des éditeurs, lesquels disposent de l’orthographe des auteurs, qui est
respectée dans les citations ?
42
J. Rey-Debove & B. Lebeau-Bensa, 1995, p. 38.

194
Les quatre opérations de retouche textuelle se combinent et nous offrent un large
éventail de types de changements graphiques. Par la comparaison de dictionnaires
successifs, notamment les PL 1962 et 1969, N. Catach a bien saisi l’enjeu des retouches
limitées du texte lorsqu’elles concernent l’orthographe. Elle exprime son opinion en
évoquant différents types de modifications du texte :
Nul d’entre les responsables des dictionnaires n’ignore à cet égard, aujourd’hui
comme hier, le maniement de ce que j’ai appelé la pratique du « jeu de cartes
lexicographique ». On intègre pour tel ou tel mot les diverses formes utilisées de façon
discrètement hiérarchisée, en simple renvoi, en milieu ou en fin d’article, ou en entrée,
et celle que l’on souhaite privilégier en tête, à l’ordre alphabétique. Ce jeu permet
ensuite de les déplacer d’une édition à l’autre, de leur attribuer progressivement une
place supérieure ou inférieure, de supprimer les formes désuètes et d’en introduire
d’autres plus adaptées, tout cela sans bousculer le lecteur, qui dispose ainsi d’un temps
assez long pour s’y habituer. […] On joue également, ce qui n’est pas négligeable, sur
la présentation, l’alternance et la taille des caractères 43
Pour la linguiste, ces procédés, qui sont effectivement ceux que nous verrons à l’œuvre,
servent la cause d’un lexicographe dépeint comme consciemment manipulateur : celui-
ci est discret, il pratique des changements progressifs plutôt que brusques, et il fait en
sorte que les lecteurs ne s’aperçoivent pas de la manœuvre. Nous aurons bien sûr à
revenir, en temps utile, sur l’intention réelle des lexicographes ouvriers des
changements orthographiques.

Revenons-en pour l’instant à l’interprétation des graphies d’un article donné.


Approuvant les propos des lexicographes et des linguistes sur le sujet, nous accorderons
une certaine importance à la position, au statut et à la présentation de chaque graphie
d’un article de dictionnaire, le moindre changement de l’un de ces éléments variables
pouvant être interprété comme une action consciente des auteurs. Nous considèrerons
également que la position de tête, dans l’article de dictionnaire, privilégie la graphie
qu’elle contient au détriment des autres graphies – quel que soit l’avis réel des
lexicographes au sujet de ces graphies – car elle est susceptible d’emporter l’adhésion
des utilisateurs placés en position de choix.

3.2.4. Critère métalexicographique


Les changements orthographiques constatés dans les PL et les PR 1997 à 2008
sont aisément classables par dictionnaire d’exercice, car c’est ainsi qu’ils ont été
récoltés. Le critère de classement métalexicographique consiste à regrouper les
changements survenus dans un même millésime. L’application exclusive de ce critère

43
N. Catach, 1995c, p. 28.

195
n’aurait pas de sens car les changements transversaux affectant plusieurs articles se
déroulent presque toujours dans plusieurs millésimes successifs.

3.2.5. Discussion des critères


Face à la liste complète de changements orthographiques, les quatre critères
présentés s’appliquent diversement. Leurs deux particularités majeures étant qu’ils sont
parfaitement effaçables et combinables, il ne revient qu’à nous d’exploiter ces
propriétés. Les deux premiers critères, orthographique et sémantique, sont pleinement
opératoires : ils déterminent un premier grand découpage, bien apparent dans le plan
général. Les deux autres critères, génétique et métalexicographique, sont des critères
d’appoint : ils sont utiles à l’intérieur des chapitres, où ils permettent un découpage en
sous-groupes.

Notre tâche a donc consisté à rendre sensibles, par le maniement des quatre
critères, des phénomènes lexicographiques et orthographiques dans le but de les
analyser sous un angle que les critères choisis prédéfinissaient. Ainsi, en nommant un
chapitre « Mots familiers » (en application du critère sémantique), nous axons
l’explication des changements orthographiques collectés dans ce chapitre, ou au moins
les prémices de cette explication, sur le caractère familier des mots étudiés ; et ce, quels
que soient les éléments dégagés par l’application des trois autres critères (zones du
système graphique concernées par les changements, types génétiques des changements,
dictionnaires hôtes des changements). De même, le chapitre « Francisation des
emprunts (pluriel) » est exemplifié par des changements survenus auprès de mots
anciens comme modernes, de mots techniques ou non, etc., par des changements
consistant en l’ajout ou en la suppression de graphies, etc., par des changements
observés dans le PL1998, dans le PL1999, etc.

Cela implique que des changements orthographiques peuvent être traités dans des
chapitres distincts, s’ils satisfont simultanément aux exigences de « recrutement » de
plusieurs critères – mais cette possibilité n’a été exploitée que de manière
exceptionnelle.

Le fait de mettre au même plan des groupes de changements issus de l’application


des deux premiers critères (par exemple, les termes de l’informatique et les sigles)
pourrait passer pour une insouciance méthodologique. En réalité, c’est le contenu du
corpus qui influence ce découpage. Nous aurions souhaité éviter d’utiliser le critère

196
sémantique, et faire jouer au critère orthographique un rôle de premier plan.
Malheureusement, une fois les zones externes de la nébuleuse du système graphique
exploitées, les zones restantes (noyaux des phonogrammes, des morphogrammes et des
logogrammes) constituaient une impasse. Après coup, l’expérience nous montre qu’il
aurait été improductif de calquer nos chapitres d’analyse sur ceux du Traité théorique et
pratique de N. Catach : archigraphèmes O ou F, morphogrammes lexicaux 44 , etc.
Considérant la masse restante de faits à exploiter après avoir soustrait du corpus tous les
groupes obtenus par application du critère orthographique, le critère sémantique s’est
imposé pour achever le classement des nombreuses unités résiduelles.

Quant aux critères dits « d’appoint », ils ont obtenu leur qualificatif devant le
constat de leur faible pouvoir analytique. Regrouper tous les changements
orthographiques du PR2007 ou toutes les inversions de graphies dans des doubles
entrées aurait correspondu à séparer artificiellement des changements orthographiques
similaires, donc à en compromettre l’analyse couplée.

Les différents types génétiques de changements et leurs dictionnaires et


millésimes d’exercice sont donc mentionnés régulièrement, presque systématiquement,
à l’intérieur des chapitres.

Premièrement, les deux dictionnaires, PL et PR, sont presque toujours séparés à


l’intérieur d’un chapitre donné. En effet, notre but n’étant pas de comparer les deux
dictionnaires concurrents, bien trop divergents dans leurs choix orthographiques
(certains chapitres ne concernent d’ailleurs qu’un dictionnaire sur les deux), mais de
comparer les éditions successives d’un même dictionnaire, ce cloisonnement s’imposait.
Cependant, lorsqu’un phénomène orthographique mineur et précis (par exemple le
changement graphique d’un mot comme touareg, cf. 5.3.2.3.) se produisait dans les
deux dictionnaires, nous avons jugé bon d’organiser un espace de rencontre des
différentes données recueillies, de façon à faire ressortir les convergences et les
divergences des pratiques lexicographiques des deux maisons. Le découpage des
chapitres en deux sous-chapitres intitulés « PL » et « PR » n’a donc rien de
systématique ; il a plutôt fonction de repère.

Deuxièmement, à l’intérieur de ces sous-chapitres, l’ordonnancement des


changements par types génétiques présente l’avantage de baliser un parcours progressif

44
N. Catach (dir.), 1980, p. 95-98, p. 158-159, p. 245-252.

197
qui frappe par sa quasi-régularité. Par exemple, dans le chapitre consacré à la
francisation des emprunts, on cherchera à dégager les tendances observables. En partant
de la tendance à la francisation graphique, nous aboutirons à la tendance à l’exotisation,
et ce uniquement en organisant les changements par types génétiques selon le parcours
évoqué, dont voici les étapes : changement de la graphie (la francisée remplaçant
l’exotique), suppression d’une graphie exotique, ajout d’une graphie francisée,
inversion des deux graphies au profit de la francisée, inversion au profit de l’exotique,
ajout d’une graphie exotique, suppression d’une graphie francisée, enfin changement de
la graphie (l’exotique remplaçant la francisée).

Dans certains cas, l’application de nos critères au découpage des données


récoltées ne favorise en rien leur analyse. Il arrive en effet que les changements
orthographiques opérés par les lexicographes, une fois mis en correspondance dans des
listes délicatement constituées, révèlent une hétérogénéité bien déconcertante. Dans de
tels moments, il a été difficile d’éviter l’écueil de la plate synthèse descriptive. Il est
peut-être opportun de rappeler l’une des caractéristiques de notre objet d’étude : le
dictionnaire ne détient pas l’orthographe, il n’en propose qu’une description. Lorsque
l’on observe l’orthographe dans son état réel (les données pouvant être ou non
déformées par l’observateur, cf. 7.1.2.1.), il est possible et souhaitable de mettre au jour
des tendances et de les expliquer. Si diverses tendances sont contradictoires, on trouvera
toujours un objet linguistique auquel imputer les faits (par exemple la variation
inhérente). En revanche, dans le dictionnaire, les données orthographiques que l’on
relève sont presque d’office déformées par le prisme lexicographique 45 ; les
irrégularités découvertes sont alors imputables aux lexicographes, ou plutôt aux
contraintes de tous types altérant le travail qu’ils tentent d’accomplir. D’une certaine
façon, notre analyse elle-même se ressent par moments de ces contraintes.

Les modalités de classement des changements orthographiques relevés ayant été


largement discutées, nous invitons le lecteur à une visite guidée de ces changements.

45
La meilleure preuve en est le fossé entre l’orthographe des différents dictionnaires concurrents, qui
apparaît après leur comparaison (cf. notamment N. Catach & J.-C. Rebejkow, 2001).

198
4. Changements sans rapport avec les Rectifications de
l’orthographe

[…] ceux qui ont participé, de près ou de loin,


à la confection d’un seul article savent combien
comptent, non seulement la place relative des
entrées, des variantes, des renvois, mais la
présentation graphique et typographique qu’on
leur accorde, les rapports des capitales et des
minuscules, du romain et de l’italique, de
l’accentuation, de la ponctuation, des différents
signes de référence utilisés, etc. (N. Catach
(dir.), 1971, p. 25)
Les premiers changements traités sont ceux qui n’entretiennent aucun lien avec
les propositions formulées en 1990. Ce long chapitre consacré à de très nombreux
changements a notamment pour but de montrer que les recherches actuelles sur
l’orthographe ne doivent pas se résumer à des études sur les Rectifications et leurs
conséquences. Nous nous arrêterons souvent sur des détails qui n’ont d’insignifiant que
l’aspect ; car un changement de ponctuation dans un sigle, de capitale dans un nom
déposé, d’ordre des graphies dans un article-renvoi, s’il a lieu dans dix ou cent articles,
est nécessairement substantiel.

Dans ce chapitre, de nombreux points de changement graphique seront abordés.


Après une étude des changements survenus dans le traitement lexicographique de
l’orthographe, au niveau des rubriques de remarque et des indications de pluriel, nous
observerons les changements graphiques affectant réellement les pluriels des noms, des
adjectifs et des noms employés en apposition. Cela nous conduira à traiter des
changements de traits d’union dans ces mêmes noms en apposition. Puis, nous nous
arrêterons sur l’évolution des majuscules dans certains mots, notamment les noms
déposés et les sigles, ces derniers changeant également de ponctuation. Ensuite, nous
étudierons de singuliers changements dans le genre des noms, lesquels nous mèneront
vers la question de la féminisation des noms de métier. Enfin, le chapitre se terminera
par des changements affectant des mots regroupés par l’application du critère
sémantique (cf. 3.2.2.) : régionalismes, mots familiers, termes techniques.

199
4.1. Changements dans les rubriques de remarques sur
l’orthographe
La remarque est une zone facultative de l’article de dictionnaire (éventuellement
contenue dans une zone plus grande, comme l’étymologie) dans laquelle les
lexicographes formulent des observations sur la forme de l’entrée ou son emploi (cf.
2.1.7.1.). Certaines remarques concernent directement la forme graphique des entrées.

4.1.1. Remarques historiques


Dans les PR, les rubriques étymologiques de certains mots du fonds ancien de la
langue accueillent depuis la première édition des données sur les étapes de formation de
ces mots : étymon, mais aussi formes successives en ancien et moyen français. Les
formes anciennes sont assorties de datations dont la correspondance est à rechercher en
début d’ouvrage, dans la liste des « Correspondances des principales datations de
mots ».

En 2007 et 2008, plusieurs phrases de remarque ont été rédigées afin de rendre ces
informations étymologiques plus accessibles :
C201 ■ abîme (aussi écrit abyme jusqu’au XXe, et dans la loc. en abyme (II))
PR2007 abîme (Rem. Écrit dès l’origine aby(s)me, abi(s)me, le mot s’impose
définitivement sous sa graphie actuelle à partir de 1798. On le trouve cependant
encore aujourd’hui sous la forme abyme dans la locution en abyme (II)) PR2008
C273 ■ acabit (var. acabie n.f. « sorte, espèce » jusqu’à la fin du XVIIe) PR2007
acabit (Rem. Acabie n.f. « sorte, espèce » est employé jusqu’au XVIIIe s.)
PR2008
C1629 + C1935 ■ âge (eage 1080 ; aage jusqu’au XVIe) PR2002 âge (XIIIe
e
aage ; XII eage ; 1080 edage) PR2003-2007 âge (Rem. Les formes anciennes
reflètent l’évolution du mot jusqu'à sa forme actuelle : edage (XIe), eage et aage
(fin XIIe) puis age (XVe), enfin âge (début XVIIe)) PR2008
C1937 ■ âme (1080 anme) PR2007 âme (Rem. Les formes anciennes retracent
l’évolution du latin au français actuel : anima (IXe), puis aneme et anme (fin
XIe), ame (fin XIIe), enfin âme (1752)) PR2008
C1938 ■ août (de 1174 à 1759 aoust) PR2007 août (Rem. Du XIIe s. au milieu
du XVIIIe s., le mot s’est écrit aoust) PR2008
C1939 ■ araire (début XIIe arere) PR2007 araire (Rem. La forme ancienne
e
était arere jusqu’au milieu du XV s. ; la forme actuelle est due à l’ancien
occitan) PR2008
C1941 ■ aromate (XIIIe aromat) PR2007 aromate (Rem. La forme aromat
s’est employée du XIIe s. à la fin du XVIIIe s.) PR2008
C1992 ■ huile (XIIIe uile puis huile pour éviter la lecture [vil]) PR2007 huile
(Rem. L’ancienne graphie était uil. Le u s’écrivant autrefois comme le v (vil), un
h- a été ajouté pour éviter la lecture [vil]) PR2008

200
C813 ■ poids (poids par fausse étym. du lat. pondus) PR2006 poids (Jusqu'au
XVIe s., le mot s'écrivait pois ; le -d a été ajouté par rapprochement avec le latin
pondus « poids ») PR2007
C2047 ■ style PR2006 style (L’orthographe avec -y-, qui apparaît dès le
e
XV s., est due à l’influence du grec stulos « colonne, pointe », que l’on retrouve
dans péristyle par exemple) PR2007
Dans ces remarques, les datations ne sont donc plus abrégées mais rédigées ; elles
sont surtout assorties d’explications sur l’évolution linguistique du latin au français, et
sur l’influence que d’autres langues ont exercée sur les graphies. À l’article huile, la
remarque de 2007 est reprise avec des éléments d’information supplémentaires. À
l’article acabit, une graphie ancienne gouvernant le genre féminin est commentée ; le
changement de cet article préfigure d’autres commentaires sur l’ancien genre de
quelques noms (cf. 4.7.1.).

Une curiosité propre aux changements pratiqués en 2008 (c’est-à-dire tous ceux
de cette série, sauf les deux derniers) attire notre attention : sept sur dix ont eu lieu dans
la lettre a du dictionnaire. L’inégalité de la répartition des changements est peut-être le
signe que les lexicographes ont testé l’ajout d’explications historiques dans une zone
restreinte du dictionnaire, pour en évaluer l’effet, pour ensuite l’étendre éventuellement
au reste du texte.

Les nouvelles remarques constituent un bel exemple de vulgarisation des


connaissances sur quelques points particuliers de l’histoire de l’orthographe française 1 .
Les lecteurs intéressés y trouvent certainement de quoi nourrir leur réflexion sur
l’évolution de l’orthographe. Il nous semble que la généralisation de telles remarques
dans le PR favoriserait la prise de conscience que des changements orthographiques
peuvent encore se produire de nos jours.
C1966 ■ compte PR2006 compte (Rem. Le mot était orthographié cunte,
conte. Pour le distinguer de conte, au sens d’« histoire » et de même origine, on
a ajouté au XIIIe s. un -p-, conformément à son étymologie. Le verbe compter a
suivi la même modification orthographique) PR2007
C1970 ■ cour PR2006 cour (Écrit d’abord cort, curt, le mot perd le -t final au
XIVe s. Empruntée par l’anglais au XIIe s., la forme avec -t se retrouve dans
court n.m. « terrain de tennis ») PR2007
C1974 ■ dessin (var. dessein jusqu’au XVIIIe) PR2006 dessin (D’abord écrit
desseing (1529), le mot prend sa forme actuelle à la fin du XVIIe s. (dessin,
1680)) PR2007
C1843 ■ fond PR2006 fond (Rem. En français, une distinction orthographique
a été faite pour qu’à ces deux sens différents, celui de « fond » et de « bien
1
L’explication des graphies huile et poids est devenue un poncif des études historiques sur l’orthographe.

201
foncier », correspondent deux graphies. On a donc ajouté un -s à fond au XVIIe
s. (Vaugelas) pour désigner un capital qui rapporte un profit) PR2007
C1844 ■ fonds (de l’a. fr. fonz, fons, dont fond est une var. graphique) PR2006
fonds PR2007
D’autres articles du PR2007 accueillent des remarques fournies au sujet de
l’histoire de graphies homophones. Les homophones de chacune des quatre paires
compte-conte, cour-court, dessin-dessein et fond-fonds ont même origine 2 . Dans chaque
paire, une « spécialisation sémantique » a conduit les locuteurs d’anciens états de
langue à considérer ces mots non plus comme polysémiques, mais comme différents.
Pour la suite, « l’existence de variantes graphiques, courantes aux XVIe-XVIIe s., offrait
la possibilité de renforcer la distinction de sens par une distinction visuelle » 3 . Les
discussions à ce sujet sont bien documentées. Vaugelas, donné par le PR et le DHOF
comme instigateur de la graphie fonds, semble avoir influencé la prose de Mezeray
(alors Secrétaire perpétuel de l’Académie française) qui rédige ce compte rendu détaillé
d’une séance de discussion :
S’il faut escrire Fond, ou Fonds
Le Jeudy sept. de lan 1673. sil faloit mettre une S. a fond, la chose ayant esté bien
discutee, on a trouué que ce mot auoit deux significations, la premiere est de la partie
ou espace qui est au bas d’une chose laquelle a profondeur, comme « le fond d un
tonneau », « au fond de la riuiere, de l’abysme », « son proces ne uaut rien au fond ».
La seconde signification est pour un heritage, ou pour une certaine somme de deniers
destinee à quelque chose, « Il n a point de bien en fonds de terre », « on à fait un fonds
pour le paymt des gents de guerre. pour l’autellerie » &c. On est demeure d’accord
qu’a l une & à lautre signification on mettoit autrefois une S car on disoit foncer &
enfoncer, qui uiennent de fond dans la premiere signification ; mais que depuis l’usage
l’en à ostee, & la laissee seulemt a la seconde ; De sorte quon dit « le fonds dun
tonneau, de la cour », & « un fonds de terre » 4
Charles Beaulieux, qui remarque par l’analyse d’un autre manuscrit collectif (le cahier
de Mezeray) que l’académicien Doujat tenta d’introduire nombre de ces distinctions,
estime que ces dernières font du tort aux scripteurs d’aujourd’hui :
Doujat tendra encore à augmenter ces variations, quitte à tirer partie de chacune des
différentes graphies d’un mot pour en distinguer les différents sens ; et il n’y a que
trop de traces de cette manie dans l’orthographe actuelle. 5
Ce principe ne fut pourtant appliqué que très partiellement, sur quelques paires de
mots : les homophones hétérographes sont bien moins nombreux que les homographes
polysémiques. Le nombre limité des premiers est heureux, selon N. Catach :

2
Nous empruntons les informations de ce paragraphe au DHOF, § 128-129, p. 1175. Cf. aussi les articles
conte, cour, dessin et fond.
3
DHOF, p. 1175.
4
Mezeray, 1673-1684, p. 1. Le manuscrit est ici reproduit tel quel, à l’exception des italiques et des
guillemets, ajoutés pour une meilleure lecture.
5
C. Beaulieux, 1927a, p. 353.

202
[…] où irions-nous, si tous les mots de même étymologie, mais polysémiques devaient
s’écrire différemment, comme dessein et dessin, différent et différend ? 6
Cependant, il faut admettre que les quelques oppositions graphiques qui sont parvenues
jusqu’à nous, dont celles commentées dans le PR, sont bien vivaces et solidement
enracinées dans l’usage.

En commentant avec clarté les étapes de fixation graphique de quelques mots, les
auteurs du PR instruisent utilement les lecteurs sur un phénomène que l’on pourrait
croire caractéristique d’un état de langue passé. En parcourant les multiples
changements orthographiques de notre corpus, nous serons pourtant amenés à constater
que les lexicographes contemporains continuent, de-ci de-là, à établir des distinctions
graphiques d’homophones de même origine.

4.1.2. Remarques sur la distinction d’homophones


Quelques remarques, ajoutées dans les PL, ont pour fonction d’attirer l’attention
du lecteur sur des paires d’homophones à l’origine de difficultés orthographiques :
C807 ■ collocation PL1997 collocation (Rem. À distinguer de colocation)
PL1998
C1587 ■ intensionnel, elle PL2004 intensionnel, elle (Rem. Ne pas confondre
avec intentionnel) PL2005
C1588 ■ intentionnel, elle PL2001 intentionnel, elle (Rem. Ne pas confondre
avec intensionnel) PL2002
C345 ■ intercession PL2001 intercession (Rem. À distinguer de intersession)
PL2002
C347 ■ intersession PL2001 intersession (Rem. À distinguer de intercession)
PL2002
C1662 ■ prémices PL1997 prémices (À distinguer de prémisse) PL1998
C1663 ■ prémisse PL1997 prémisse (À distinguer de prémices) PL1998
C1494 ■ censé, e PL1997 censé, e (À distinguer de sensé) PL1998
C1712 ■ sensé, e PL1997 sensé, e (À distinguer de censé) PL1998
C1713 ■ sensément PL1997 sensément (À distinguer de censément) PL1998
Ces paires de mots homophones, qu’ils soient de sens proche (prémices-prémisse)
ou non (intercession-intersession, censé-sensé), sont des pièges orthographiques bien
connus. En ajoutant des remarques du type « à distinguer de » ou « ne pas confondre
avec », les auteurs du PL signalent simplement le piège, sans expliquer comment
l’éviter. La définition des deux termes mis en présence vaut pour explication –
implicite – de leur différence. Il arrive que les remarques soient unilatérales :
collocation et sensément en abritent une, mais pas les articles des homophones

6
N. Catach, 1979c, p. 31.

203
correspondants. L’asymétrie peut être corrigée dans les millésimes suivants : les deux
articles intensionnel et intentionnel sont restés asymétriques durant trois années.
C1701 + C362 ■ résidant, e PL1997 résidant, e (À distinguer de résident)
PL1998-2001 1. résident, e ou résidant, e PL2002
C1702 + C363 ■ résident, e PL1997 résident, e (À distinguer de résidant)
PL1998-2001 2. résident, e PL2002
Les articles résidant et résident sont atypiques par leur parcours. Coexistant
d’abord tacitement dans deux articles consécutifs du PL1997, les deux graphies sont
renforcées en 1998 par l’ajout de remarques rappelant la nécessité de leur distinction.
Mais cette démarcation semblant s’effacer, les lexicographes préfèrent écrire résident
dans tous les cas. Une polygraphie demeure pour le premier sens, qui justifie à elle seule
la séparation en deux articles. Ajoutons que le rapport Beslais, pour dissoudre cette
inutile difficulté, proposait d’écrire résidant dans tous les cas.
C1659 ■ poser [sens 2 : « Prendre ou garder la pose pour être peint »] (On écrit
aussi faire pauser) PL1998 poser PL1999
Enfin, la confusion entre les verbes homophones poser et pauser reçoit un
traitement différent. Constatant que poser, au sens de « prendre la pose », est parfois
confondu avec pauser, les auteurs du PL choisissent dans un premier temps de décrire
cette polygraphie sans la condamner. Cette posture descriptive n’est pas sans rappeler
celle des auteurs du TLF, lorsqu’ils observent la confusion inverse :
Dans qq. ex., poser est empl. abusivement et par confusion graph. au sens de
« pauser » : […] [Les guides] posaient une minute sur un bloc solide pour permettre
au monsieur de reprendre haleine
Dans le PL1999, les lexicographes choisissent de ne plus faire état de cette polygraphie,
en supprimant la remarque. Dès lors, la séparation des deux graphies homophones poser
et pauser est implicitement établie par la séparation des deux articles, aux définitions
différentes.

4.1.3. Remarques sur l’« orthographe grammaticale »


Du fait de l’organisation alphabétique des dictionnaires, ceux-ci ne sont pas à
même de traiter toutes les questions d’orthographe. Pour répondre aux questions dites
d’« orthographe grammaticale » (opposée dans l’enseignement à l’« orthographe
lexicale »), accords nominaux et adjectivaux, accord du participe passé, terminaisons
verbales, les lexicographes exploitent le péritexte. Les PL contiennent notamment un
mémento de grammaire et des tableaux de conjugaison. Les PR contiennent des

204
tableaux de conjugaison et des exemples d’accord et de non-accord des participes
passés.

Mais une part importante des informations sur l’orthographe grammaticale est
éparpillée dans les articles de dictionnaires : la grammaire y figure en bribes. Très peu
de ces articles, dans les PL et les PR, connaissent un changement touchant la description
de l’orthographe.
C785 + C3 ■ 1. cent (pl. cents, lorsqu’il n’est suivi d’aucun autre adj.card.)
PL1997 1. cent PL1998-2005 1. cent (Rem. Cent prend un s quand il est
précédé d’un adj. de nombre qui le multiplie et n’est pas immédiatement suivi
d’un autre adj.num. Deux cents. Trois cent dix. Deux cent mille) PL2006
C1350 ■ vingt (Rem. Vingt prend un s quand il est précédé d’un adjectif de
nombre qui le multiplie : quatre-vingts) PL2006 vingt (Rem. Vingt prend un s
quand il est précédé d’un adjectif de nombre qui le multiplie et n’est pas
immédiatement suivi d’un autre adj.num. : quatre-vingts. Quatre-vingt-trois)
PL2007
Les remarques sur l’accord de cent et vingt sont retouchées dans les PL. Après
avoir été supprimée en 1998, la remarque de cent est rétablie en 2006, sous une forme
plus élaborée. Celle de l’article vingt est reformulée en 2007 et complétée d’un nouvel
exemple. Suite à ces deux changements, les remarques des articles cent et vingt (les
caractéristiques d’accord de ces mots au pluriel sont identiques) sont homogènes.
C1463 ■ arroger (s’) PL1997 arroger (s’) (Rem. S’arroger ne s’accorde
qu’avec le complément d’objet) PL1998
C1583 ■ inclure PL1997 inclure (Rem. Inclure se conjugue comme conclure,
mais son p. passé est inclus, incluse) PL1998
Toujours dans les PL, deux remarques au sujet de formes verbales sont ajoutées.
La remarque sur le verbe s’arroger est maladroite dans le sens où elle n’est vraie que
pour l’accord du participe passé de ce verbe employé à un temps composé : dans « ils
s’arrogent » (temps simple), le verbe s’accorde bien avec son sujet. Il aurait fallu
préciser : « Aux temps composés, le participe passé de ce verbe s’accorde avec l’objet
direct, pas avec le pronom réfléchi ».
C1731 ■ tel, telle [sens 1b : « Marque la comparaison »] (accord avec le terme
de comparaison) PL1997 tel, telle PL1998
C2053 ■ tout ; toute ; tous ; toutes (tout autre) PR2006 tout ; toute ; tous ;
toutes (tout autre. Rem. Tout s’accord en genre avec autre quand tout est adjectif
indéfini et que autre est pronom […], mais reste invariable quand tout est
adverbe et que autre est adjectif […]) PR2007

205
Deux changements concernent l’accord de tel et de tout dans certains emplois.
Pour tel, la remarque du PL1997 est supprimée en 1998 ; tandis que pour tout dans
« tout autre », une longue remarque est rédigée.
C1958 ■ 2. ce (c’ devant en, et les formes du v. être commençant par une
voyelle ; ç’ devant a) PR2007 2. ce (Rem. Ce se réduit à c’ devant en et les
formes du verbe être commençant par une voyelle et à ç’ devant a) PR2008
C1957 ■ 1. ce, cette, ces (cet devant voyelle ou h muet au masc.) PR2007
1. ce, cette, ces (Rem. Au masculin, cet devant une voyelle ou un h muet : cet
amour, cet homme) PR2008
Enfin, deux remarques du PR2007 concernant la morphologie des deux
démonstratifs ce sont formulées plus explicitement en 2008, à l’aide de phrases
complètes ou d’exemples.

4.2. Le pluriel
4.2.1. Indications de pluriel : des changements qui ne touchent pas
l’orthographe
Dans la description lexicographique du lexique, comme les verbes qui reçoivent
un numéro renvoyant à un tableau de conjugaison en hors-texte, les noms et les adjectifs
bénéficient dans certains cas (nous serons naturellement amené à préciser lesquels)
d’une indication de pluriel. Dans les PR et les PL, des dispositions ont été prises à ce
sujet ; mais il convient de ne pas les détailler trop vite. En effet, à y regarder de plus
près, il apparaît que l’application de ces décisions soit menée dans une certaine
confusion. Tel critère tantôt s’applique, tantôt non.

Si nous abordons la question des changements qui affectent les indications de


pluriel, qui correspondent plus à des changements dans le traitement lexicographique de
l’orthographe qu’à des changements dans l’orthographe elle-même, c’est parce que ces
indications constituent des informations orthographiques. Elles sont en effet créées pour
que les utilisateurs qui ont besoin d’écrire au pluriel tel adjectif ou tel nom difficile les
consultent. N. Catach notait que les lexicographes éludaient souvent la question des
pluriels :
[…] en général, les lexicographes, selon une vieille tradition de prudence académique,
ne donnent à l’utilisateur aucun indice lui permettant d’utiliser les mots sous leurs
formes fléchies, ce qui est le condamner à ne pouvoir les employer. 7
Qu’en est-il dans la période 1997-2008 ?

7
N. Catach, 1978 (1982, 1988), p. 49. À partir de la quatrième édition de son Que sais-je ?, la linguiste
remplace « les lexicographes, selon une vieille tradition de prudence académique » par « les
lexicographes, dans le doute » (1992, p. 49, 1997, 2004, p. 50).

206
4.2.1.1. PR
Contrairement aux PL, les PR ne disposent pas, dans leur microstructure, d’un
emplacement dédié à l’indication du pluriel. Pour décrire le pluriel d’un mot, les auteurs
de ce dictionnaire ont mis en place trois procédés. Le premier d’entre eux consiste à
amalgamer à la catégorie grammaticale du mot une information sur sa graphie de
pluriel. Des abréviations explicites comme « inv. » ou « sing. », que l’on trouve par
exemple dans les concrétions « adj.inv. » ou « n.m.sing. », informent le lecteur soit de
l’invariabilité du mot lorsqu’il est employé au pluriel, soit de l’impossibilité de cet
emploi, dont découle l’impossibilité d’adjoindre une marque de pluriel au mot. Par
extrapolation, l’indication devient implicite lorsqu’il n’est pas fait mention de
l’invariabilité du mot. Ainsi, « adj. » peut être lu comme « adjectif qui n’est pas
invariable, donc qui prend une marque de pluriel ».

Le deuxième procédé consiste à employer le mot au pluriel dans un exemple


fabriqué, « la fonction première de l’exemple dans le dictionnaire de langue [étant]
d’informer sur le signe, d’en montrer les conditions d’emploi » 8 . Les lexicographes y
donnent la forme du pluriel en toutes lettres, ou en donnent éventuellement plusieurs, le
cas échéant. Le mot au pluriel pourra être inséré dans un exemple spécialement conçu et
constitué d’un seul syntagme type 9 (par exemple « déterminant + nom » : « Des fusils-
mitrailleurs ») ou non (le syntagme « Discours, propos futiles » porte une infime
information graphique, qui s’efface devant l’information collocationnelle). Nous
sommes ici face à un aspect en particulier de la polyvalence des exemples (telle que
décrite en 2.1.7.). Tous les exemples de dictionnaires figurant dans ce chapitre
véhiculent une information graphique. Les exemples au pluriel ne facilitent pas la tâche
des observateurs, car ils requièrent une interprétation de leur part ; ainsi pour le pluriel
d’antimite dans ses différents emplois :
[…] antimites, avec -s final ("contre les mites"), dans le GR2001 et le PR2002. Le
GR2001 donne, par le biais de citations d’auteurs ou d’exemples ambigüs, l’adjectif et
le nom au singulier et au pluriel régulier, adjectif : le paradichlorobenzène est antimite

8
A. Lehmann, 1995b, p. 122.
9
« L’exemple est une phrase, un syntagme (nominal ou verbal) ou un groupe signifiant de mots » (J. Rey-
Debove, 1970b, p. 25). Le terme « syntagme type » est emprunté à la brève typologie des exemples dans
le PR, proposée par A. Rey : « Les exemples sont de deux sortes : exemples cités littéraires et non
littéraires (édition 1977) ; exemples produits de deux types : phrases simples et surtout syntagmes types »
(1977, p. 147). Ce que nous nommerons « exemples types » correspond partiellement aux exemples
indiquant les cooccurrences syntaxiques de J. et C. Dubois (1971, p. 88) : « On peut distinguer deux
grands groupes [d’exemples] : les uns indiquent les co-occurrences syntaxiques du terme, les autres sont
des propositions formulées sur le mot et renvoyant à l’expérience culturelle des locuteurs ».

207
(sing.) et les vapeurs antimites (plur.) ; nom : sentir l’antimite (sing.) et autres
antimites (plur.). 10
Ici, le linguiste doit d’abord séparer les exemples illustrant l’emploi adjectival de
antimites de ceux montrant son emploi nominal, puis distinguer entre exemples au
singulier et exemples au pluriel, la distinction étant parfois compromise par une
tournure ambiguë.

Enfin, la troisième possibilité offerte aux lexicographes est d’illustrer l’emploi du


pluriel par une citation :
fusilleur […] Celui qui fusille (1°) ou en donne l’ordre. « les fusilleurs
concentrent leur tir sur la région du cœur » (Camus) PR1997-2008
Dans ce cas, la citation véhicule une information graphique, ce que nous n’avions pas
envisagé en 2.1.6.4. L’inconvénient de ce procédé réside dans la paternité de la graphie
citée. Certes, fusilleur est au pluriel dans la citation de Camus, mais comment être
certain que c’est bien cette graphie de pluriel que les lexicographes préconisent ? Il
arrive parfois, en effet, que la graphie d’une citation diffère de la graphie donnée en
entrée. Dans un tel cas, la graphie particulière est parfois condamnée par un « sic »,
comme dans l’article suivant :
scenic railway […] « Après j’ai fait un tour de scénique rélouais [sic]. Des
pentes comme ça » (Queneau)
Ces trois possibilités d’indiquer le pluriel 11 peuvent être mises en œuvre pour des
mots dont la forme de pluriel ne diffère pas du singulier. Dans les dictionnaires
modernes, il n’est donc plus vrai que « [l]orsque le morphème pluriel a le degré zéro,
les lexicographes adoptent tous l’indication métalinguistique "invariable" » 12 . Les trois
solutions ne sont pas étanches ; elles peuvent être concomitantes. De cette
caractéristique découlent les nombreux changements observés dans les dictionnaires. En
effet, on assiste dans les PR à des ajustements quant à la place de l’indication du pluriel
dans l’article, ainsi qu’en témoignent les changements suivants :
C1779 ■ afro-américain, aine (« Le mouvement révolutionnaire des Afro-
Américains » Le Nouvel Observateur, 1972) PR2006 afro-américain, aine
(Les Afro-Américains) PR2007
C1784 ■ antinazi, ie (« Les antinazis allemands continuaient à prédire le proche
effondrement d’Hitler » Beauvoir) PR2006 antinazi, ie (Les antinazis) PR2007

10
F. Jejcic, 2006, p. 129.
11
Il en existe une quatrième, très rarement employée, et que J. Rey-Debove aurait souhaité généraliser à
l’encontre de la tradition : « […] les formes de pluriel devraient tout simplement figurer à l’entrée »
(1971, p. 295). L’article cheval, aux des PR 1997 à 2008 illustre ce choix.
12
J. Rey-Debove, 1971, p. 145.

208
C1789 ■ arrière-pensée (Michèle « lui attribuait des arrière-pensées
malveillantes » Mauriac) PR2006 arrière-pensée (Des arrière-pensées) PR2007
C1796 ■ bec (bec de gaz (« Les bancs, les grilles, les becs de gaz, tout fut
arraché, renversé » Flaubert)) PR2006 bec (bec de gaz (Des becs de gaz))
PR2007
C1801 ■ biniou (« les binious bretons sonnaient un air rapide et monotone du
temps passé » Loti) PR2006 biniou (Des binious) PR2007
C1802 ■ biographie (abrév. bio (« Les bios de Simenon seront bientôt aussi
nombreuses que ses romans » L’Express, 1985)) PR2006 biographie (abrév.
bio (Des bios)) PR2007
C1806 ■ boxer-short (« de l’ambre solaire, des boxer-shorts » Perec) PR2006
boxer-short (Des boxer-shorts) PR2007
C1249 ■ collector (« Les amateurs de collectors vont pouvoir se mettre en
chasse » Le Monde, 1997) PR2006 collector (Des collectors) PR2007
C1829 ■ demi-botte (« les pieds au sec dans des demi-bottes de caoutchouc »
Bazin) PR2006 demi-botte (Des demi-bottes) PR2007
C1268 ■ mange-disque (« un de ces tout petits appareils appelés mange-
disques » Perec) PR2006 mange-disque (Des mange-disques) PR2007
C1289 ■ péquenaud, aude ; péquenot (« un tas de péquenots qui me paient d’une
volaille ou d’un panier de pommes » Bernanos. « tout ce ministère de
péquenauds » Romains) PR2006 péquenaud, aude ; péquenot (Des
péquenauds) PR2007
C1290 ■ perce-oreille (Il « ne trouvait aucun plaisir à torturer des perce-oreilles,
bien qu’il les détestât » Maurois) PR2006 perce-oreille (Des perce-oreilles)
PR2007
C1291 ■ piano-bar (« les pianos-bars et leur décadente nostalgie » Le Point,
1987) PR2006 piano-bar (Des pianos-bars) PR2007
C1298 ■ port-salut n.m.inv. (« Des port-salut, semblables à des disques
antiques » Zola) PR2006 port-salut n.m.inv. (Des port-salut) PR2007
C1892 ■ poussah (« des poussahs quadragénaires » Mauriac) PR2006 poussah
(Des poussahs) PR2007
C1302 ■ pull-over (« Ma seule élégance, c’était mes pull-overs, que ma mère me
tricotait » Beauvoir) PR2006 pull-over (Des pull-overs) PR2007
C1311 ■ rocking-chair (« Des touristes assis sur des rocking-chairs regardaient
les voyageurs » Beauvoir) PR2006 rocking-chair (Des rocking-chairs) PR2007
C1448 ■ schupo (« les schupos, les auto-mitrailleuses et la rue avec le sang et le
verre pilé » Morand) PR1999 schupo (Les schupos) PR2000
C1314 ■ skinhead (« Au nom d’un nationalisme raciste, les "skinheads" frappent
dur » Le Point, 1987) PR2006 skinhead (Des skinheads) PR2007
C1315 ■ sous-marque (« réseau formé de la firme et de ses sous-marques » M.
Blanc) PR2006 sous-marque (Les sous-marques) PR2007
C1453 ■ tagliatelle (« Ils mangeaient des tagliatelles et buvaient du chianti dans
des fiasques entourées de paille » Dutourd) PR1999 tagliatelle (Des
tagliatelles) PR2000
C1317 ■ tambour-major (« Les hauts tambours-majors aux panaches énormes »
Hugo) PR2006 tambour-major (Des tambours-majors) PR2007

209
Dans cette première série de 22 exemples, on observe un changement des plus
simple : pour un mot donné, la citation qui contient un emploi de ce mot au pluriel est
supprimée. Dans le même temps, un exemple créé spécialement pour accueillir le
pluriel du mot 13 est ajouté. À l’origine, la suppression de la citation est un aménagement
du texte qui n’a pas pour but d’affecter l’indication de pluriel. Ces suppressions,
massives dans le PR2007, ont été menées selon un plan. On constate en effet quelques
constantes : ainsi, les citations tirées de la presse ou encore celles qui contenaient le mot
illustré entre des guillemets (cf. skinhead et, plus bas, métro, sabra) ont presque toutes
disparu en 2007. Dans les cas où la citation supprimée indiquait le pluriel du mot, la
disparition de cette indication est alors fortuite. Elle est rattrapée par l’ajout d’un
exemple. Si l’on considère tous ces mouvements au sein de l’article du seul point de vue
de l’indication de pluriel, on peut considérer que la citation a été remplacée par un
exemple, qui la relève alors dans ses fonctions.

En C1453 (tagliatelle), changement qui se produit lors d’une mise à jour et non
lors de la refonte de 2007, le remplacement de la longue citation par un exemple concis
permet un gain de ligne.

En C1298 (port-salut), l’indication de pluriel est doublée, après comme avant le


changement, par la catégorie grammaticale « n.m.inv. » dans la présentation de
l’invariabilité. On rencontrera un cas similaire plus bas, en C1893 (pousse-au-crime).
C1783 ■ antimondialisation (« une Amérique hégémonique que dénoncent les
militants antimondialisation » Le Monde, 2000) PR2006 antimondialisation
(Les militants antimondialisation) PR2007
C1785 ■ antipollution (Les « équipements antipollution » Express, 1972) PR1997
antipollution (Équipements antipollution) PR1998
C1803 ■ bizut ou bizuth (« Les autres bizuts de l’équipe tricolore » Elle, 1965)
PR2006 bizut ou bizuth (Les bizuts de l’équipe) PR2007
C1816 ■ choral, ale (« l’instrument sacré sur lequel il jouait les chorals de Jean-
Sébastien Bach ! » Tournier) PR2006 choral, ale (Les chorals de Jean-
Sébastien Bach) PR2007
C1273 ■ 2. métro (« Les locations de bateau concernent essentiellement les
"métros" et les touristes » Le Matin, 1986) PR2006 2. métro (Les métros et les
touristes) PR2007
Cette série de 5 changements se démarque de la précédente. Les points communs
entre les deux séries sont la suppression d’une citation, l’ajout d’un exemple et surtout
la conservation de l’indication du pluriel. La différence est à chercher dans le contenu

13
La taille minimale de l’exemple (un seul syntagme) prouve que sa fonction est d’indiquer le pluriel.

210
de l’exemple ajouté. Ici, il ne s’agit plus de syntagmes types servant uniquement à
mettre en scène un pluriel, mais d’extraits de la citation supprimée, repris mot pour mot.
On peut alors se demander quelle est la fonction de l’exemple ajouté. Il semblerait que
cet exemple serve plus à illustrer le mot de la même façon que le faisait la citation qu’à
présenter une indication de pluriel. Quoi qu’il en soit, si l’on considère cette question du
seul point de vue de l’orthographe, l’indication de pluriel change de nature.
C1794 ■ avant-poste (« nos troupes de couverture ont pris leurs avant-postes »
Martin du Gard) PR2006 avant-poste (Être aux avant-postes) PR2007
C1804 ■ black (« Les beurs, blacks et autres banlieusards » Libération, 1987)
PR2006 black (Les beurs et les blacks) PR2007
C1815 ■ chicano (« Los Angeles regorgeait de groupes chicanos » Libération,
1987) PR2006 chicano (Les artistes chicanos de Californie) PR2007
C1825 ■ 1. cracker (« une soucoupe contenant encore quelques crackers »
Perec) PR2006 1. cracker (Des crackers au fromage) PR2007
C1826 ■ crado ou cradoque (abrév. crade (Il « a mis ses jeans les plus crades »
Le Nouvel Observateur, 1984)) PR2006 crado ou cradoque (abrév. crade (Des
fringues crades)) PR2007
C1253 ■ distinguo (« Et de se lancer dans des distinguos, un peu subtils pour lui,
entre le droit du charbonnier et la légalité collective » Ikor) PR2006 distinguo
(Faire des distinguos) PR2007
C1267 ■ longue-vue (« Les meilleures longues-vues braquées du haut des
tillacs » Balzac) PR2006 longue-vue (Des longues-vues de marine) PR2007
C1270 ■ mémento (Il « passait des nuits blanches à rédiger des mémentos
anonymes à l’usage des candidats à la licence » Blondin) PR2006 mémento
(Des mémentos pratiques) PR2007
C1874 ■ narcotrafiquant (abrév. narco (« un seul des grands "narcos" a été
extradé » Le Figaro, 1989)) PR2006 narcotrafiquant (abrév. narco (La guerre
des narcos)) PR2007
C1878 ■ O.N.G. (« Les équipes de ces ONG accomplissent un travail
remarquable dans des régions éprouvées par la lèpre, la tuberculose » Le Monde,
1986) PR2006 O.N.G. ou ONG (L’action des O.N.G.) PR2007
C1893 ■ pousse-au-crime (« des constructeurs automobiles pousse-au-crime qui
vantent les griseries de la vitesse » Le Nouvel Observateur, 1988) PR2006
pousse-au-crime (Des propos pousse-au-crime) PR2007
C1312 ■ sabra (Les « "sabras", ces fermiers soldats brunis par le soleil […] qui
ont forgé leur nouvel État » L’Express, 1973) PR2006 sabra (Les sabras et les
immigrés de la diaspora) PR2007
C1918 ■ tif (« les tifs non pas coupés mais taillés » Cl. Simon) PR2006 tif
(Elle s’arrache les tifs) PR2007
C1320 ■ tifosi (Drapeau « que brandissaient fièrement des milliers de tifosi »
L’Équipe, 1989) PR2006 tifosi (La joie des tifosi) PR2007
C1321 ■ toto (« As-tu des totos ? demande l’infirmier » Duhamel) PR2006
toto (Avoir des totos) PR2007

211
Cette nouvelle série regroupe des changements légèrement différents des
précédents, bien qu’à nouveau, l’indication de pluriel située dans une citation soit
remplacée par un exemple assurant la même fonction. La différence tient là encore dans
la nature de l’exemple. Ceux-ci ne sont pas des syntagmes types, ni des extraits
directement tirés des citations, mais des syntagmes ou des phrases forgés autant pour
présenter l’emploi du pluriel d’un mot que pour illustrer son contexte ou ses arguments
syntaxiques.
C1319 ■ tiers-mondiste (« Les aspects tiers-mondistes des sociétés industrielles,
les prisons, H.L.M. dortoirs, accidents du travail » L’Express, 1979) PR2006
tiers-mondiste (Les tiers-mondistes) PR2007
À l’article tiers-mondiste, on ne peut pas dire que l’exemple a remplacé la
citation, car ces deux éléments n’occupent pas la même place dans l’article. En effet, la
citation de 2006 illustre le pluriel de l’emploi adjectival du terme, tandis que l’exemple
de 2007 en présente l’emploi nominal. Toutefois, dans les deux cas, la forme du pluriel
est – heureusement – la même. C’est cette dernière constatation qui nous a conduit à
considérer le cas de l’article tiers-mondiste comme un changement apporté au
traitement lexicographique de l’orthographe.

Quelques autres cas de figure mettent en scène des citations porteuses d’une
indication de pluriel.
C1384 ■ péon (« Des harnachements décorés […] à l’usage des planteurs et des
péons de la brousse » Lévi-Strauss. Les péons) PR2001 péon (« Des
harnachements décorés […] à l’usage des planteurs et des péons de la brousse »
Lévi-Strauss) PR2002
En C1384, dès le PR2001, la citation est accompagnée d’un exemple au pluriel ;
et tous deux indiquent le pluriel de péon de manière redondante. De ce fait, puisque
l’exemple forgé (« Les péons ») n’apporte que le redoublement d’une information, il n’a
pas vraiment d’utilité. Cela conduit à sa disparition en 2002, au profit de la citation.
C1786 ■ apparatchik (« Le sort des urnes a fait échouer les "apparatchiks", les
hommes d’appareil, des trois grandes formations politiques » L’Express, 1967)
PR2006 apparatchik PR2007
C1797 ■ bélouga ou béluga (« C’était peut-être des marsouins ou des bélugas,
peu importe » Prévert) PR2006 bélouga ou béluga PR2007
C1798 ■ béryl (« Elle triturait d’une main déliée un collier de béryls » Blondin)
PR2006 béryl PR2007
C1814 ■ cheap adj.inv. (« Ils étaient "cheap" […] ils deviennent classe »
L’Express, 1987) PR2006 cheap adj.inv. PR2007

212
C1254 ■ éco-industrie (Les « éco-industries, ces entreprises qui ont fait de la
propreté leur métier » Le Monde, 1989) PR2006 éco-industrie PR2007
C1836 ■ émirati, ie (« Les installations saoudiennes ou émiraties » L’Express,
1990) PR2006 émirati, ie PR2007
C1852 ■ hit (« Rien que des hits, rien que des tops, rien que des tubes » Le
Nouvel Observateur, 1995) PR2006 hit PR2007
C1274 ■ mieux-disant, ante (« les mieux-disants littéraires » Le Monde, 1987)
PR2006 mieux-disant, ante PR2007
C1882 ■ passe-partout adj.inv. (« un de ces discours passe-partout destinés aux
festivités des Sociétés Anonymes » Daninos) PR2006 passe-partout adj.inv.
PR2007
C1297 ■ porte-conteneurs n.m.inv. (« Six porte-conteneurs de 60 000 tonnes
chacun » Science et Vie, 1974) PR2006 porte-conteneurs n.m.inv. PR2007
Dans ces 10 changements, les citations porteuses d’un emploi au pluriel sont
supprimées. La nécessité de l’indication de pluriel n’aura pas déjoué la volonté des
lexicographes de supprimer du PR2007 des citations en masse, comme celles tirées de
la presse (7 de ces 10 citations supprimées proviennent de la presse). Dans plusieurs cas
(cheap, passe-partout, porte-conteneurs), un argument a joué en faveur de la
suppression de la citation : la mention de l’invariabilité du mot annoncée dans la
catégorie grammaticale de l’article.
C1805 ■ boubou PR2006 boubou (« Habillé comme pour une cérémonie de
deux grands boubous » Sembene) PR2007
C2019 ■ paille (paille-en-queue) PR2007 paille (paille-en-queue. « le vol
irrégulier des pailles-en-queue qui font une ronde obsédante autour du piton, en
poussant leurs cris éraillés » Le Clézio) PR2008
C2029 ■ 2. radio (radio-trottoir) PR2007 radio-trottoir (« Ékassi est morte !
[…] Les radios-trottoir se connectent immédiatement » Beyala) PR2008
C1904 ■ rickshaw PR2003 rickshaw (« Nombre de rickshaws stationnaient en
permanence devant le portail, prêts à véhiculer les pensionnaires du Club »
Echenoz) PR2004
C1416 ■ tonlieu PR2000 tonlieu (« un ensemble de taxes levées sur la
circulation, les "tonlieux" perçus à l’entrée des cités » Duby) PR2001
Dans ces cinq cas de figure, à l’inverse, des citations ont été ajoutées, qui
partagent toutes la caractéristique d’illustrer l’emploi du mot au pluriel. Leur rôle est
double, car elles se comportent à la fois comme des citations normales, dont le but est
de fournir au lecteur une illustration littéraire d’un mot, et comme des indications de
pluriel.

D’autres changements constatés dans les PR illustrent la perméabilité des


différentes façons de présenter le pluriel dans ce dictionnaire :

213
C1795 ■ avant-toit (Des avant-toits) PR2000 avant-toit (« ces piles de bûches,
dont on fait provision pour l’hiver sous les avant-toits » Ramuz) PR2001
C1394 ■ déci (Commander deux décis) PR2000 déci (« Je commandai trois
décis, ce qui me fit trois verres, que je vidai coup sur coup » Ramuz) PR2001
C1396 ■ fast-food (Des fast-foods) PR2000 fast-food (« elle me poussait dans
les fast-foods, dans ces mangeoires bigarrées, où, aux sons d’une musique
californienne, nous nous gavions de hamburgers, de frites » P. Bruckner) PR2001
C1260 ■ garde-fou (Des garde-fous) PR2006 garde-fou (« tous les garde-fous
qu’il s’était patiemment construits entre sa vie présente et sa vie passée » Izzo)
PR2007
C1398 ■ grège (Des robes grèges) PR2000 grège (« tendres couleurs grèges
des écorchures de dunes » Gracq) PR2001
C1877 ■ ocre adj.inv. (Des fards ocre) PR2000 ocre adj.inv. (« Le sol est de
pavés ocre, de la couleur du sable des terrains de tennis » Modiano) PR2001
C1405 ■ peigne-cul (Des peigne-culs) PR2000 peigne-cul (« commander à
une bande de peigne-culs » Perec) PR2001
C1889 ■ point (point-virgule. Des points-virgules) PR2006 point (point-
virgule. « ces points déguisés que sont les points-virgules » Y. Berger) PR2007
C1916 ■ tank (Des tanks) PR2006 tank (« Des tanks et des automitrailleuses
prennent position aux principaux points de passage » Tournier) PR2007
Ici, à l’inverse des cas présentés au début du chapitre, des exemples forgés
indiquant le pluriel ont été supprimés en même temps que des citations ont été ajoutées.
L’effet produit est que l’indication de pluriel se déplace d’un exemple vers une citation.
À l’article garde-fou, exemple et citation n’illustrent pas la même définition. En effet, le
pluriel « Des garde-fous » donné en 2006 est situé en fin d’article, après la seule
définition ; tandis que la citation de 2007 illustre le sens figuré du terme, introduit cette
même année. Quoi qu’il en soit, cela n’a pas d’incidence sur le pluriel de ce mot
composé. À l’article ocre, l’exemple ou la citation indicateurs de pluriel étaient
redoublés dans cette fonction par l’annonce de l’invariabilité dans la catégorie
grammaticale.

Les allées et venues d’exemples forgés comportant – fortuitement ou non – une


indication de pluriel constituent autant d’ajouts et de suppressions de ces indications. Se
pose alors la question de l’intérêt de disposer ou non d’une indication de pluriel pour un
mot donné. Cet intérêt croît ou décroît selon la difficulté de formation du pluriel de ce
mot. Pour un substantif courant dont le pluriel se forme par l’adjonction d’un -s final,
cet intérêt est nul ou presque ; tandis que pour un substantif dont le pluriel déroge à ce
type de formation du pluriel, l’intérêt se fait immédiatement sentir. Dans les exemples et
citations passés en revue précédemment, nous avons rencontré un taux élevé de mots
composés et d’emprunts, pour lesquels l’indication de pluriel était nécessaire. En

214
contrepartie, nous avons tu des suppressions de citations pour des mots ne présentant
pas de difficulté particulière au pluriel. Mais lorsque l’on déplace le problème au niveau
des exemples forgés constitués d’un seul syntagme (du type « Les smicards », en
C1449), le problème prend une tournure nouvelle. Dès lors, lorsqu’un syntagme seul
présentant un pluriel sans difficulté est ajouté ou supprimé, nous considérons qu’il s’agit
d’une retouche orthographique. Dans les relevés qui suivent, on rencontrera donc
parfois des pluriels qu’il est sans intérêt de montrer, traités au même plan que des
pluriels difficiles.
C1423 ■ bat-flanc n.m.inv. (Des bat-flanc) PR1998 bat-flanc n.m.inv. PR1999
C1425 ■ béké (De riches békés. Planteurs békés) PR1999 béké (Planteurs
békés) PR2000
C1434 ■ 2. écu (Emprunts internationaux privés ou publics en écus) PR1997
2. écu PR1998
C1436 ■ eurodollar (Emprunt libellé en eurodollars) PR1999 eurodollar
PR2000
C1856 ■ jiu-jitsu (Des jiu-jitsus) PR2002 ju-jitsu PR2003
C1449 ■ smicard, arde (Les smicards) PR1997 smicard, arde PR1998
C1919 ■ tohu-bohu n.m.inv. (Des tohu-bohu) PR1998 tohu-bohu n.m.inv.
PR1999
Ces 7 changements orthographiques ont pour point commun la suppression d’une
indication de pluriel qui était contenue dans un exemple forgé. En ce qui concerne
bat-flanc et tohu-bohu, cette suppression se comprend aisément si l’on considère que
ces mots sont invariables, comme indiqué dans la catégorie grammaticale de leur
article ; leur indication de pluriel donnée en 1998 faisait office de doublon. À l’article
béké, un seul des deux exemples disparaît. En C1449, le pluriel de smicard a été
supprimé pour deux raisons : d’abord, il n’était pas nécessaire de le mentionner
puisqu’il est régulier ; ensuite, sa suppression provoque un gain de ligne. En C1856, le
pluriel de jiu-jitsu est supprimé en même temps que l’entrée principale devient ju-jitsu.
On pouvait en effet s’interroger sur l’emploi au pluriel du nom de cet art martial ; nous
y reviendrons. Enfin, aux articles 2. écu et eurodollar, les exemples qui disparaissent ne
sont pas constitués de syntagmes types (« déterminant + nom ») ; leur suppression est
peut-être liée à des raisons non linguistiques, ce que laisse penser leur similitude.
C1241 ■ carnaval (Les carnavals de Venise, de Nice et de Rio) PR2006
carnaval (Des carnavals. Le carnaval de Venise, de Nice, de Rio) PR2007
Quant à l’exemple contenu dans l’article carnaval en 2006, il est scindé en deux
exemples en 2007 pour dissoudre une ambiguïté sur le nombre de carnavals qui se

215
déroulent dans chaque ville : l’exemple renseigne en 2006 davantage sur la forme de
pluriel du mot, en 2007 davantage sur le contexte syntagmatique du mot.
C1231 ■ avant-gardisme PR2006 avant-gardisme (Les avant-gardismes)
PR2007
C1424 ■ bécarre PR1998 bécarre (Des bécarres) PR1999
C1391 ■ cajou PR2000 cajou (Des cajous) PR2001
C1953 ■ carcajou PR2007 carcajou (Des carcajous) PR2008
C1242 ■ cerf-voliste PR2006 cerf-voliste ou cervoliste (Des cerf-volistes, des
cervolistes) PR2007
C1429 ■ cucul PR1998 cucul (Elles sont cuculs) PR1999
C1835 ■ donation (donation-partage) PR1999 donation (donation-partage. Des
donations-partages) PR2000
C2078 ■ euro PR1998 euro (Des euros) PR1999
C1987 ■ ginger-ale PR2007 ginger-ale (Des ginger-ales) PR2008
C1991 ■ home cinéma PR2007 home cinéma (Les home cinémas) PR2008
C1858 ■ langue (langue-de-chat) PR2000 langue (langue-de-chat. Des
langues-de-chat) PR2001
C2009 ■ minou PR2007 minou (Des minous) PR2008
C1443 ■ parking PR1999 parking (Des parkings) PR2000
C1885 ■ pilote (poisson-pilote) PR1997 pilote (poisson-pilote. Des poissons-
pilotes) PR1998
C2023 ■ pique-bois ou pic-bois PR2007 pique-bois ou pic-bois (Des pique-
bois, des pics-bois) PR2008
C1303 ■ quinquagénaire (abrév. fam. quinqua) PR2006 quinquagénaire
(abrév. fam. quinqua. Les quinquas) PR2007
C1411 ■ roudoudou PR2000 roudoudou (Des roudoudous) PR2001
C1911 ■ senau PR2000 senau (Des senaus) PR2001
C1386 ■ sous-préfet PR2001 sous-préfet (Des sous-préfets) PR2002
C2045 ■ sous-tasse PR2007 sous-tasse (Des sous-tasses) PR2008
Cette série de 20 changements consiste simplement en l’ajout d’un exemple forgé
incluant un emploi au pluriel. Ces exemples forgés sont tous constitués d’un syntagme
type minimal, ce qui montre que leur seule fonction est d’indiquer le pluriel. Donc, on
peut en déduire avec certitude que les lexicographes estiment que tous ces pluriels sont
difficiles. Cela est bien compréhensible pour les noms composés (donation-partage,
sous-préfet), pour les noms en -ou (cajou, roudoudou, etc.), mais plus difficilement pour
un nom comme parking.
C1837 ■ escudo PR2001 escudo (Cent escudos) PR2002
C505 ■ hypermédia (L’édition hypermédia) PR2002 hypermédia (Liens
hypermédias) PR2003
C1269 ■ 1. médoc PR2006 1. médoc (Les grands médocs) PR2007

216
C1275 ■ moins-disant, ante PR2006 moins-disant, ante (Les moins-disants
remportent le marché) PR2007
C1442 ■ ouest-allemand, ande PR1998 ouest-allemand, ande (Les länder
ouest-allemands) PR1999
C1305 ■ randonnée (abrév. fam. rando) PR2006 randonnée (abrév. fam.
rando. Des randos équestres) PR2007
C1306 ■ rem PR2006 rem (Une dose de 25 rems) PR2007
Ces 7 changements orthographiques diffèrent légèrement des précédents par la
nature de l’exemple forgé ajouté. Ici, il ne s’agit plus de syntagmes types, mais de
contextes plus larges. Pour ce qui est des adjectifs épithètes, ils sont joints à un nom qui
participe à la construction de leur sens (hypermédia, ouest-allemand) ; et les noms sont
insérés dans des syntagmes plus grands, voire dans des phrases (moins-disant).
C1791 ■ ashkénaze (Un juif ashkénaze) PR2006 ashkénaze (Des juifs
ashkénazes) PR2007
C1821 ■ corso (Un corso fleuri) PR2006 corso (Des corsos fleuris) PR2007
C1925 ■ voiture (Voiture-lit) PR2006 voiture (Des voitures-lits) PR2007
Dans ces 3 nouveaux changements, le procédé par lequel l’indication de pluriel
est introduite se distingue légèrement du procédé observé précédemment. Cette fois, un
exemple forgé illustrant l’emploi du mot au singulier est simplement tourné au pluriel.
L’exemple, à peine rallongé, se pare alors d’une nouvelle fonction : indiquer
l’orthographe.
C1390 ■ cairn (Des cairns) PR2000 cairn (Cairns d’Irlande, du Yémen)
PR2001
C1252 ■ dilettante (Des dilettantes) PR2006 dilettante (Assidus ou dilettantes,
vous serez bien accueillis) PR2007
C1256 ■ essuie-mains VAR. essuie-main (Des essuie-mains) PR2006 essuie-
mains VAR. essuie-main (Distributeur d’essuie-mains) PR2007
Dans cette courte série de 3 changements qui s’opposent à celui constaté à
l’article carnaval, un exemple minimal dont la seule fonction est de montrer un pluriel
est remplacé par un exemple forgé plus long paré d’une fonction supplémentaire, la
mise en contexte du mot.
C1447 ■ sans-parti n.inv. PR1997 sans-parti n.inv. (Les sans-parti) PR1998
C1387 ■ va-t-en-guerre n.inv. et adj.inv. (adj.) PR2001 va-t-en-guerre n.inv. et
adj.inv. (adj.inv. Des ministres va-t-en-guerre) PR2002
Enfin, dans ces deux changements, un exemple au pluriel est ajouté malgré
l’indication de l’invariabilité du mot dans la catégorie grammaticale. Il est à noter qu’à
l’article va-t-en-guerre, lorsque l’exemple au pluriel est ajouté dans le sous-article, la
catégorie grammaticale introduisant ce sous-article (qui n’est qu’une répétition de la

217
catégorie grammaticale principale) est modifiée dans le sens d’une correction. C’est en
effet par manque de précision que les deux indications « adj. » et « adj.inv. » se
contredisaient dans le PR2001.

Dans toutes ces observations tirées des PR, on ne relève donc aucun changement
orthographique à proprement parler, mais plutôt des changements dans le traitement
lexicographique du pluriel en tant que problème orthographique. Dans les PL, les
mêmes changements surviennent, à quelques différences près.

4.2.1.2. PL
Dans les PL, les articles disposent d’un emplacement dédié à l’indication du
pluriel. Cet emplacement, situé entre la catégorie grammaticale et l’étymologie (ou
entre la catégorie grammaticale et la première définition, en l’absence d’étymologie),
est susceptible d’être occupé ou non. Les indications de pluriel sont introduites par
l’abréviation « pl. » et encadrées par des parenthèses. Dans le cas où une parenthèse
étymologique suit immédiatement une parenthèse de pluriel, celle-ci change de forme
selon une règle tirée du livret typographique des éditions Larousse, le Bref 14 , qui
recommande alors l’utilisation de crochets. Les indications de pluriel des PL
contiennent un contexte d’emploi au pluriel encore plus restreint que les syntagmes
minimaux proposés par les PR ; en effet, elles se limitent toujours au contenu de
l’entrée mis au pluriel, noms sans déterminant et adjectifs sans substantif à qualifier,
comme dans l’article suivant :
peintre-graveur n.m. (pl. peintres-graveurs) PL1997-2008
En règle générale, les exemples forgés du PL ne sont pas prévus pour accueillir les
formes du pluriel. Il se peut toutefois que cela se produise de manière fortuite,
notamment pour les composés ne figurant pas en entrée.

Un rapprochement intéressant que nous pourrions effectuer entre ces indications


de pluriel et les syntagmes types des PR est la variation de leur degré d’intérêt, qui
commande leur présence ou leur absence. Une parenthèse de pluriel n’est censée
apparaître que si elle apporte une information importante. De son absence dans un
article, on déduira que la formation du pluriel du mot traité dans cet article ne présente
pas de difficulté particulière.

14
Cf. 4.6.1. pour plus de précisions sur ce livret.

218
Un autre point commun avec les PR réside dans le second moyen dont disposent
les lexicographes du PL pour présenter un pluriel : la catégorie grammaticale, siège de
la mention d’invariabilité. Mais avant de traiter plus avant ce thème de manière
transversale aux deux dictionnaires – à peine évoqué à travers quelques exemples
relevés dans les PR –, intéressons-nous aux changements relatifs aux indications de
pluriel dans les PL, lorsqu’ils n’ont pas d’incidence sur la graphie.
C778 ■ carte-réponse (pl. cartes-réponse ou cartes-réponses) PL1997
carte-réponse (pl. cartes-réponse(s)) PL1998
C655 ■ terza rima (pl. inv. ou terze rime) PL1999 terza rima (pl. terza rima ou
terze rime) PL2000
Deux changements concernent tout d’abord non pas la présence ou l’absence
d’une indication de pluriel mais sa présentation. À l’article terza rima, l’indication « pl.
inv. » de 1999, survivance de PL plus anciens, est mise en toutes lettres : « pl. terza
rima ». Dans l’article carte-réponse du PL1997, les deux formes de pluriel sont
présentées alternativement ; en 1998, elles sont fondues en une seule à l’aide de
parenthèses. Cette astuce typographique permet aux lexicographes de gagner un peu de
place, tout en leur évitant de se prononcer sur une graphie qui emporterait leur adhésion.

Plus nombreux sont les changements consistant en l’ajout ou la suppression d’une


parenthèse de pluriel.
C332 ■ afro-rock PL2001 afro-rock (pl. afro-rocks) PL2002
C29 ■ anarcho-syndicalisme PL2004 anarcho-syndicalisme (pl.
anarcho-syndicalismes) PL2005
C976 ■ 1. Noël (arbre de Noël) PL1997 arbre-de-Noël (pl. arbres-de-Noël)
PL1998
C373 ■ beach-volley PL2000 beach-volley (pl. beach-volleys) PL2001
C444 ■ black jack PL1999 black jack (pl. black jacks) PL2000
C449 ■ bop ou be-bop PL1999 bop ou be-bop (pl. bops, be-bops) PL2000
C455 ■ cake-walk PL1999 cake-walk (pl. cake-walks) PL2000
C458 ■ cardio-training PL1999 cardio-training (pl. cardio-trainings) PL2000
C462 ■ centre-avant PL1999 centre-avant (pl. centres-avants) PL2000
C507 ■ gas-oil ou gasoil PL1999 gas-oil ou gasoil (pl. gas-oils, gasoils)
PL2000
C291 ■ gestalt-thérapie PL2002 gestalt-thérapie (pl. gestalt-thérapies) PL2003
C1577 ■ grau PL1997 grau (pl. graus) PL1998
C898 ■ hispano-arabe, hispano-moresque ou hispano-mauresque PL1997
hispano-arabe, hispano-moresque ou hispano-mauresque (pl. hispano-arabes,
hispano-moresques ou hispano-mauresques) PL1998
C520 ■ indo-aryen, enne PL1999 indo-aryen, enne (pl. indo-aryens, ennes)
PL2000

219
C521 ■ indo-européen, enne PL1999 indo-européen, enne (pl. indo-européens,
ennes) PL2000
C924 ■ kala-azar PL1997 kala-azar (pl. kala-azars) PL1998
C954 ■ minéralier-pétrolier PL1997 minéralier-pétrolier (pl.
minéraliers-pétroliers) PL1998
C971 ■ musculo-membraneux, euse PL1997 musculo-membraneux, euse (pl.
musculo-membraneux, euses) PL1998
C268 ■ néo-impressionnisme PL2004 néo-impressionnisme (pl.
néo-impressionnismes) PL2005
C991 ■ non-lieu PL1997 non-lieu (pl. non-lieux) PL1998
C1043 ■ plus-que-parfait PL1997 plus-que-parfait (pl. plus-que-parfaits)
PL1998
C600 ■ radio-immunologie PL1999 radio-immunologie (pl.
radio-immunologies) PL2000
C613 ■ resto ou restau PL1999 resto ou restau (pl. restos, restaus) PL2000
C1705 ■ roche (roche mère) PL1997 roche-mère (pl. roches-mères) PL1998
C1127 ■ sous-alimenté, e PL1997 sous-alimenté, e (pl. sous-alimentés, es)
PL1998
C638 ■ sport-nature PL1999 sport-nature (pl. sports-nature) PL2000
C1135 ■ sterno-cléido-mastoïdien PL1997 sterno-cléido-mastoïdien (pl.
sterno-cléido-mastoïdiens) PL1998
C405 ■ Thanksgiving Day ou Thanksgiving PL2000 Thanksgiving Day ou
Thanksgiving (pl. Thanksgiving Days, Thanksgivings) PL2001
C1185 ■ vasculo-nerveux, euse PL1997 vasculo-nerveux, euse (pl.
vasculo-nerveux, euses) PL1998
Ces 29 exemples semblables illustrent la même opération, pratiquée de manière
régulière auprès de certains articles, le plus souvent dans les millésimes 1998 et 2000.
Ces articles présentent un point commun : l’entrée est un nom ou un adjectif dont les
lexicographes estiment qu’il est difficile de former le pluriel. La solution qu’ils adoptent
consiste à insérer une indication de pluriel, dans une zone du texte jusqu’alors
inoccupée. Une grande part des articles concernés sont des noms composés
(cardio-training, minéralier-pétrolier) ou adjectifs composés (indo-européen,
hispano-arabe), et des emprunts également composés (kala-azar, Thanksgiving Day,
cake-walk). Tous ces mots sont des classiques des questions de pluriels difficiles en
français.
C446 ■ bodybuilding ou body-building PL1999 bodybuilding ou
body-building (pl. body-buildings) PL2000
En C446, l’entrée est double, mais un seul pluriel est donné : celui qui pose
problème. Des deux graphies bodybuilding et body-building, les lexicographes traitent
ici avec plus d’attention celle qui affiche sa composition par un blanc ou un trait

220
d’union. La situation peut alors évoluer par l’ajout d’une indication de pluriel
supplémentaire :
C411 ■ afat ou a.f.a.t. (pl. afats) PL1999 afat ou a.f.a.t. (pl. afats ou a.f.a.t.)
PL2000
C413 ■ airedale ou airedale-terrier (pl. airedale-terriers) PL1999 airedale ou
airedale-terrier (pl. airedales, airedale-terriers) PL2000
C424 ■ 1. à-plat ou aplat (pl. à-plats) PL1999 1. à-plat ou aplat (pl. à-plats,
aplats) PL2000
C431 ■ auto sacramental ou auto (pl. autos sacramentals ou autos sacramentales)
PL1999 auto sacramental ou auto (pl. autos sacramentals ou autos
sacramentales, autos) PL2000
C469 ■ choke-bore ou choke (pl. choke-bores) PL1999 choke-bore ou choke
(pl. choke-bores, chokes) PL2000
C489 ■ drop-goal ou drop (pl. drop-goals) PL1999 drop-goal ou drop (pl.
drop-goals, drops) PL2000
C518 ■ ice-shelf ou shelf (pl. ice-shelfs) PL1999 ice-shelf ou shelf (pl.
ice-shelfs, shelfs) PL2000
C648 ■ tagal ou tagalog (pl. tagals) PL1999 tagal ou tagalog (pl. tagals,
tagalogs) PL2000
C1147 ■ taxon ou taxum (pl. taxa) PL1997 taxon ou taxum (pl. taxons, taxa)
PL1998
C695 ■ twirling bâton ou twirling (pl. twirling bâtons) PL1998 twirling bâton
ou twirling (pl. twirling bâtons, twirlings) PL1999
C665 ■ volley-ball ou volley (pl. volley-balls) PL1999 volley-ball ou volley
(pl. volley-balls, volleys) PL2000
Les 11 articles de cette nouvelle série ont connu un sort commun. Chacun d’eux
est porteur d’une polygraphie ou d’une polymorphie spécifique qui se caractérise par
des niveaux de difficulté de formation du pluriel différents pour chacune des formes.
Dans plusieurs de ces articles, la polymorphie concerne une forme à trait d’union et une
forme sans trait d’union (graphie soudée ou abréviation) : la première est difficile à
écrire au pluriel ; la seconde non. Chacun de ces articles à double entrée bénéficie dans
un premier état de la description lexicographique d’une seule indication de pluriel
correspondant à la forme à pluriel difficile. Dans un deuxième état de la description, la
parenthèse de pluriel est retouchée : un pluriel est ajouté pour la forme la plus simple,
bien que sa formation ne présente pas de difficulté particulière. Le pluriel de la graphie
soudée ou de la forme courte est ajouté par politesse ou par solidarité avec l’autre
pluriel, dans le but d’assurer une certaine cohérence dans la présentation de l’article.
C391 ■ kilomètre (kilomètre-heure) PL2000 kilomètre (kilomètre-heure. Des
kilomètres-heure) PL2001

221
C1645 ■ optimum (Température optimum ou optima) PL1997 optimum
(Températures optimums ou optima) PL1998
C2083 ■ roseau (roseau-massue) PL2004 roseau-massue (pl.
roseaux-massues) PL2005
C2115 ■ singe (singe-araignée) PL1999 singe-araignée (pl. singes-araignées)
PL2000
C1139 ■ sus-hépatique (ex. Veines sus-hépatiques) PL1997 sus-hépatique (pl.
sus-hépatiques) PL1998
La mobilité des indications de pluriel se ressent aussi à l’intérieur des articles des
PL. Dans les deux premiers changements ci-dessus (dont l’un concerne un adjectif),
exceptionnellement, on trouve des indications de pluriel dans des exemples forgés. Dans
l’article optimum, l’exemple est simplement tourné au pluriel. À l’article kilomètre, le
nom composé kilomètre-heure se situe en milieu d’article. Son pluriel ne pouvant donc
pas être donné immédiatement après l’entrée, il se trouve à l’intérieur de l’article, dans
un exemple minimal forgé pour l’occasion. C’est une solution différente qui a été
privilégiée pour indiquer les pluriels de roseau-massue et de singe-araignée. En effet, à
l’intérieur des articles roseau et singe, les deux composés attendaient une indication de
pluriel qui ne pouvait être véhiculée que par un exemple forgé. Ce n’est qu’après la
scission de chacun des deux articles que les pluriels roseaux-massues et
singes-araignées seront insérés en bonne et due place dans les articles nouvellement
créés. À l’article sus-hépatique, l’exemple « Veines sus-hépatiques » est supprimé en
1998 en même temps que l’indication de pluriel est ajoutée ; d’où l’on peut déduire que
les deux mouvements sont solidaires l’un de l’autre.
C525 ■ Junior Entreprise (nom déposé) PL1999 Junior-Entreprise (nom
déposé) (pl. Junior-Entreprises) PL2000
C1052 ■ privatdozent ou privatdocent PL1997 privat-docent (pl.
privat-docents) PL1998
C16 ■ téléréalité PL2005 télé-réalité (pl. télé-réalités) PL2006
Ici, l’indication de pluriel est ajoutée en même temps que la graphie du mot est
changée. Or, dans les trois mots composés, le changement graphique consiste en l’ajout
d’un trait d’union. C’est certainement l’apparition de ce trait d’union qui fait basculer
chacun de ces mots dans le groupe des noms à pluriel difficile (alors que le pluriel de
Junior Entreprise avant l’apparition du trait d’union était déjà difficile), et qui entraîne
automatiquement la création d’une parenthèse de pluriel.
C999 ■ elle, elles PL1997 elle (pl. elles) PL1998
C1064 ■ il, ils PL1997 il (pl. ils) PL1998
C1283 ■ 2. leur, leurs PL1997 2. leur (pl. leurs) PL1998

222
Dans trois articles consacrés à des pronoms, la forme de pluriel se déplace.
Figurant en entrée dans le PL1997, elle est placée à l’intérieur d’une indication de
pluriel en 1998. On peut s’interroger sur l’utilité de regrouper dans un même article les
différentes formes d’un pronom 15 .

Les exemples d’ajouts d’une indication de pluriel s’accompagnent de nombreux


exemples du cas exactement opposé, c’est-à-dire le retrait d’une indication de pluriel.
C711 ■ aiguail (pl. aiguails) PL1997 aiguail PL1998
C712 ■ ail (pl. ails ou, plus rare, aulx) PL1997 ail (Rem. Pl. anc. aulx) PL1998
C26 ■ alto (pl. altos) PL2004 alto PL2005
C733 ■ bal (pl. bals) PL1997 bal PL1998
C278 ■ bayou (pl. bayous) PL1997 bayou PL1998
C745 ■ bénédicité (pl. bénédicités) PL1997 bénédicité PL1998
C1474 ■ 1. bleu, e (pl. bleus, bleues) PL1997 1. bleu, e PL1998
C1479 ■ boy (pl. boys) PL2004 boy PL2005
C1484 ■ camaïeu (pl. camaïeux) PL1997 camaïeu PL1998
C800 ■ cicérone (pl. cicérones) PL1997 cicérone PL1998
C1551 ■ emposieu (pl. emposieus) PL1997 emposieu PL2000 16
C1553 ■ endothélium (pl. endothéliums) PL1997 endothélium PL1998
C83 ■ extremum (pl. extremums) PL2004 extremum PL2005
C340 ■ fantasia (pl. fantasias) PL2001 fantasia PL2002
C920 ■ jockey (pl. jockeys) PL1997 jockey PL1998
C947 ■ média (pl. médias) PL1997 média PL1998
C948 ■ mémento (pl. mémentos) PL1997 mémento PL1998
C949 ■ mémorandum (pl. mémorandums) PL1997 mémorandum PL1998
C997 ■ nounou (pl. nounous) PL1997 nounou PL1998
C192 ■ préventorium (pl. préventoriums) PL2004 préventorium PL2005
C1684 ■ quiproquo (pl. quiproquos) PL1997 quiproquo PL1998
C1071 ■ recto (pl. rectos) PL1997 recto PL1998
C1092 ■ romancero (pl. romanceros) PL1997 romancero PL1998
C14 ■ sanatorium (pl. sanatoriums) PL2005 sanatorium PL2006
C1121 ■ solarium (pl. solariums) PL1997 solarium PL1998
C1122 ■ sombrero (pl. sombreros) PL1997 sombrero PL1998
C1132 ■ staccato (pl. staccatos) PL1997 staccato PL1998
C1162 ■ tombolo (pl. tombolos) PL1997 tombolo PL1998
C1165 ■ tramway (pl. tramways) PL1997 tramway PL1998

15
Des ajustements ont encore cours dans les millésimes récents. Par exemple les pronoms personnels tu,
toi et te, qui figuraient dans un seul article du PL1997, ont été répartis dans trois articles distincts en 1998.
16
L’article emposieu étant absent des PL 1998 et 1999, le changement est constaté en comparant les PL
1997 et 2000.

223
Cette série de 29 suppressions d’une indication de pluriel illustre les cas où la
nécessité d’une telle indication ne se fait pas sentir pour les auteurs – à moins qu’elle ne
trouble la notion même de difficulté de formation du pluriel. En effet, on trouve dans
cette liste quelques noms composés (péri-informatique, sus-dénommé) et de nombreux
emprunts qui ne sont pas des composés à trait d’union 17 (alto, quiproquo, tramway)
dont beaucoup en -um (endothélium, extremum, mémorandum, préventorium,
sanatorium, solarium). Doit-on comprendre que certains types de noms qui posaient
problème précédemment ont perdu de leur complexité ? Il vaut mieux croire que l’ajout
tout comme la suppression d’une indication de pluriel est une opération avant tout
aléatoire. Les articles ayant subi ces ajouts et ces retranchements ont été jugés difficiles
au moins à un moment donné ; il est logique que ce jugement demeure, même lorsque
l’indication de pluriel est supprimée. Aussi, il ne serait pas surprenant que les
indications de pluriel de ces articles aillent et viennent de nouveau dans les millésimes à
venir, si elles ne sont pas déjà allées et venues dans les millésimes antérieurs à 199718 .

Notons d’ailleurs que l’un des quatre changements pratiqués en dehors des
changements de maquette de 1998 et 2005, celui de fantasia dans le PL2002 en
l’occurrence, a permis de libérer une ligne qui a servi à un ajout de sens à l’article
farine, article allongé de cinq lignes. Le changement survenu dans le traitement
lexicographique du pluriel de fantasia est une conséquence indirecte de l’ajout de farine
animale.

Le point commun entre tous les mots de cette série est donc qu’à un moment
donné – à un moment opportun, en ce qui concerne fantasia –, les lexicographes ont
estimé que leur forme de pluriel pouvait disparaître sans dommage, bien que la
difficulté demeure pour un certain nombre de mots.
C728 ■ auto-caravane (pl. autos-caravanes) PL1997 autocaravane PL1998
C820 ■ cypho-scoliose (pl. cypho-scolioses) PL1997 cyphoscoliose PL1998
C560 ■ mont-joie (pl. monts-joie) PL1999 montjoie PL2000
C561 ■ moto-ball (pl. moto-balls) PL1999 motoball PL2000
C973 ■ narco-analyse (pl. narco-analyses) PL1997 narcoanalyse PL1998
C207 ■ recto-colite (pl. recto-colites) PL2004 rectocolite PL2005
C236 ■ sus-dénommé, e (pl. sus-dénommés, es) PL2004 susdénommé, e
PL2005

17
Le pluriel des composés pose problème de façon générale, mais seuls ceux à trait d’union reçoivent un
pluriel quasi systématique.
18
Il semble que ce soit le cas, d’après les observations de N. Catach (dir., 1981) sur les PL 1962 et 1969.

224
C260 ■ vidéo-clip (pl. vidéo-clips) PL2004 vidéoclip PL2005
C92 ■ grill-room ou grill (pl. grill-rooms, grills) PL2004 grill PL2005
C535 ■ laisser-courre n.m.inv. ou laissé-courre n.m. (pl. laissés-courre) PL1999
laisser-courre n.m.inv. PL2000
Ici, le même phénomène de suppression de pluriel est observable avec une légère
variante, puisque les 10 articles dont il s’agit connaissent un changement
orthographique simultané. Les huit premiers cas (de auto-caravane à vidéo-clip) sont
particulièrement simples : une graphie avec trait d’union, dont on indique le pluriel, est
soudée. La difficulté de formation du pluriel disparaît en même temps que le trait
d’union : dès que la graphie soudée de motoball ou de susdénommé se retrouve seule en
entrée, il n’est donc plus nécessaire d’indiquer son pluriel.

L’article grill-room possède en 2004 deux indications de pluriel. Lorsque la


variante grill-room est supprimée de l’entrée, il n’y a plus de raison de donner le pluriel
de grill – qui n’était indiqué que par solidarité avec celui de grill-room –, car celui-ci ne
présente pas de difficulté particulière. À l’article laisser-courre, cas presque similaire :
la parenthèse de pluriel de la deuxième graphie disparaît en même temps que celle-ci.
L’indication de pluriel de la première graphie étant assurée dans les deux éditions par
l’abréviation « inv. », elle n’avait pas de raison d’être dédoublée dans la parenthèse.
C872 ■ french cancan (pl. french cancans) ► 2. cancan PL1997 french cancan
► 2. cancan PL1998
C1604 ■ ladite (pl. lesdites) ► 1. dit PL1997 ladite ► 1. dit PL1998
C935 ■ ledit (pl. lesdits) ► 1. dit PL1997 ledit ► 1. dit PL1998
C1033 ■ pic-vert (pl. pics-verts) ► pivert PL1997 pic-vert ► pivert PL1998
C1211 ■ ylang-ylang (pl. ylangs-ylangs) ► ilang-ilang PL1997 ylang-ylang
► ilang-ilang PL1998
Dans cinq articles-renvois du PL1997, le pluriel de l’entrée source était indiqué
entre parenthèses juste avant la flèche de renvoi, particularité que ces articles étaient les
seuls à posséder. Dans le PL1998, ces articles-renvois sont adaptés au format courant
des articles-renvois, c’est-à-dire sans possibilité d’indication de pluriel. Celles-ci sont
donc supprimées, évitant la redondance de l’information et la perte de place afférente
(en 1997, le pluriel de pic-vert était donné à pic-vert et à pivert).
C840 ■ dressing ou dressing-room (pl. dressings ou dressing-rooms) PL1997
dressing ou dressing-room (pl. dressing-rooms) PL1998
C1037 ■ pipeline ou pipe-line (pl. pipelines ou pipe-lines) PL1997 pipeline ou
pipe-line (pl. pipe-lines) PL1998
C1065 ■ radioréveil ou radio-réveil (pl. radioréveils, radios-réveils) PL1997
radioréveil ou radio-réveil (pl. radios-réveils) PL1998

225
C1124 ■ souimanga ou soui-manga (pl. souimangas ; soui-mangas) PL1997
souimanga ou soui-manga (pl. soui-mangas) PL1998
Ces quatre articles connaissent un destin proche de celui de grill-room. Ici,
seulement l’une des deux indications de pluriel – celle qui paraît trop évidente – est
supprimée. Dans le PL1997, les pluriels dressings, pipelines, radioréveils et
souimangas étaient donnés par solidarité avec les indications de pluriel des composés à
trait d’union.

Jusqu’à présent, les changements observés sont relativement uniformes. Certes,


une tendance en contredit presque à coup sûr une autre, mais au moins un même mot ne
supporte pas les deux tendances. En vérité, cela se produit couramment ; nous avons
gardé les cas de ce type pour le moment opportun. Les cas de figure les plus
déconcertants qu’il nous ait été donné d’observer consistent donc en des changements
qui vont et viennent, s’annulant mutuellement, dans le plus pur esprit de contradiction –
de tels cas de figure ne sont pas des cas isolés. En voici la liste :
C730 + C433 ■ 2. aval (pl. avals) PL1997 2. aval PL1998-1999 2. aval (pl.
avals) PL2000
C731 + C434 ■ baba cool ou baba (pl. babas cool) PL1997 baba cool ou baba
PL1998-1999 baba cool ou baba (pl. babas cool, babas) PL2000
C732 + C436 ■ back-office (pl. back-offices) PL1997 back-office PL1998-1999
back-office (pl. back-offices) PL2000
C752 + C446 ■ body-building (pl. body-buildings) PL1997 bodybuilding ou
body-building PL1998-1999 bodybuilding ou body-building (pl.
body-buildings) PL2000
C1482 + C682 ■ cal (pl. cals) PL1997 cal PL1998 cal (pl. cals) PL1999
C886 + C688 ■ gri-gri ou grigri (pl. gris-gris ou grigris) PL1997 gri-gri ou
grigri (pl. gris-gris) PL1998 grigri ou gri-gri (pl. grigris, gris-gris) PL1999
C939 + C293 ■ libre-échangisme (pl. libre-échangismes) PL1997
libre-échangisme PL1998-2002 libre-échangisme (pl. libre-échangismes)
PL2003
C951 + C554 ■ metical (pl. meticals) PL1997 metical PL1998-1999 metical
(pl. meticals) PL2000
C1027 + C144 ■ péri-informatique (pl. péri-informatiques) PL1997
péri-informatique PL1998 péri-informatique PL2004 péri-informatique (pl.
péri-informatiques) PL2005
C1030 + C356 ■ physico-chimie (pl. physico-chimies) PL1997
physico-chimie PL1998-2001 physico-chimie (pl. physico-chimies) PL2002
C1113 + C364 ■ sial (pl. sials) PL1997 sial PL1998-2001 sial (pl. sials)
PL2002
L’indication de pluriel (ou l’une des indications de pluriel, concernant grigri) est
instable dans ces 11 articles qui, après l’avoir perdue lors de la refonte de 1998, la

226
récupèrent quelque temps plus tard. Ces réapparitions ne sont pas anodines ; elles
témoignent du fait que la suppression pratiquée en 1998 était hâtive. On se souvient
d’ailleurs qu’après cette refonte de 1998 qui avait précipité la sortie de plus de 4 000
articles, il avait été question de réinsérer certains de ces articles, sortis trop vite. Les
exemples listés ici nous enseignent que l’opération n’était donc pas limitée à la
nomenclature, mais touchait également d’autres types d’informations, comme les
indications de pluriel. La sortie des indications en 1998 peut également être lue comme
une erreur, rattrapée après un temps de latence. Par ailleurs, l’énergie avec laquelle les
lexicographes ont récupéré des données effacées est le signe de l’importance qu’ils
attribuent aux indications de pluriel attachées à ces mots dont on ne sait plus vraiment,
après ces hésitations, s’ils posent un problème au pluriel ou non (à nouveau, mots
composés, emprunts, mais aussi mots en -al).
C1504 + C468 + C1503 ■ chleuh, e ou schleu, e (pl. chleuhs, es ou schleus, es)
PL1997 chleuh, e ou schleu, e PL1998-1999 chleuh, e (pl. chleuhs, es)
PL2000-2004 chleuh, e PL2005
Plus surprenant encore, voici un cas qui va au-delà du simple aller-retour.
L’article chleuh, polygraphe en 1997, porte deux indications de pluriel. Celles-ci sont
supprimées en 1998. Lorsque l’une des deux graphies disparaît en 2000, les
lexicographes réhabilitent l’indication de pluriel, avant de la supprimer à nouveau en
2005.

Les allers-retours dans le texte lexicographique (que nous nommerons aussi des
va-et-vient) que nous rencontrerons à de nombreuses reprises sont pleinement façonnés
par le choix de nos dictionnaires d’étude. En nous limitant à deux millésimes de chaque
dictionnaire, nous n’en aurions trouvé aucun. Avec douze millésimes successifs, il en
apparaît plusieurs dizaines. Nul doute qu’en élargissant encore le champ de recherche,
la plupart de nos changements orthographiques deviendraient les éléments constituants
d’allers-retours plus ou moins vastes temporellement. En lisant les remarques de
N. Catach à propos des changements orthographiques pratiqués dans le PL entre les
millésimes 1962 et 1969 19 , il nous est apparu plusieurs fois que ce que la linguiste
décrivait comme un progrès ou un recul significatif était annulé, dans les dictionnaires
contemporains, par un changement contraire. Cela nous invite à la prudence : nous
analysons les changements des PL et PR millésimés 1997 à 2008 en faisant abstraction

19
N. Catach (dir.), 1971 ; N. Catach (dir.), 1981.

227
des éditions précédentes et suivantes ; on peut donc en tirer des conclusions pour la
période concernée, pas pour l’avenir des décisions orthographiques des lexicographes.
C729 + C432 ■ 1. aval (pl. inusité) PL1997 1. aval PL1998-1999 1. aval (pl.
avals) PL2000
C1126 + C637 ■ soul music ou soul (pl. soul music ; souls ou soul) (Rem. Le
sens rend improbable l’usage du pluriel) PL1997 soul ou soul music PL1998-
1999 soul ou soul music (pl. soul musics) PL2000
Curieusement, on note que l’article 1. aval n’a pas reçu exactement le même
traitement que son voisin 2. aval, exposé précédemment. En effet, si celui-ci a bel et
bien perdu puis retrouvé une indication de pluriel, respectivement en 1998 et 2000, les
deux indications ne sont pas comparables. Celle de 2000 est classique et contient la
graphie du pluriel, tandis que celle de 1997 est d’un format qui n’est plus en vigueur
dans les PL plus modernes. Le contenu de la parenthèse de 1997, « pl. inusité », tranche
avec les habitudes de présentation, et appelle une réflexion sur le sujet.

De façon similaire, l’indication de pluriel de soul music va et vient entre 1997 et


2000, à cette différence qu’une remarque explicite figure dans le PL1997. Cette
remarque figure dans quelques autres articles du même millésime :
C1049 ■ potron-jacquet ou potron-minet n.m. (Rem. Le sens rend improbable
l’usage du pluriel) PL1997 potron-jacquet ou potron-minet n.m.inv. PL1998
C1198 ■ vomito negro (pl. vomitos negros) (Rem. Le sens rend improbable
l’usage du pluriel) PL1997 vomito negro (pl. vomitos negros) PL1998
C938 ■ libre-échange n.m.sing. PL1997 libre-échange n.m. (pl. libres-
échanges) PL1998
Le changement orthographique de l’article soul music en 1998 est multiple, mais
un seul aspect nous intéresse pour l’instant. En effet, la suppression de l’indication de
pluriel s’accompagne de la suppression d’une remarque de fin d’article : « Le sens rend
improbable l’usage du pluriel ». Par cette formule heureuse (tout comme par
l’abréviation « sing. » sous libre-échange, implicitement), les lexicographes
commentent leur propre pratique de la mise au pluriel, la remettent en question. Les
deux indications de l’article de 1997 (pluriel et remarque) sont en désaccord ; tout
comme l’étaient les deux parenthèses d’aval en 1997 et 2000, cette dernière présentant
un pluriel qui peu de temps auparavant était considéré comme « inusité ». De façon
similaire, la suppression de la remarque de potron-jacquet coïncide avec l’ajout de
« inv. » dans la catégorie grammaticale, qui compromet la fabrication artificielle d’une
forme de pluriel. Cependant, à l’article vomito negro, l’indication de pluriel reste en
place tandis que la remarque sur l’improbabilité de ce pluriel disparaît.

228
4.2.2. Des indications de pluriel contestables
Une forme inusitée d’un mot donné est une forme qui n’existe pas dans la réalité
mais dans la virtualité. Il est possible de l’imaginer, mais on n’en trouve pas
d’attestations. Le terme soul music étant un nom non comptable et désignant un « style
de musique populaire », d’après la définition du PL1997, il est improbable que ce mot
s’utilise au pluriel. De même, body-building, aiguail, télé-réalité, néo-impressionnisme,
black jack sont autant de substantifs dont l’emploi au pluriel relève a priori de la
virtualité. Le fait de donner leur pluriel à tout prix dans les dictionnaires (notamment
pour les noms composés dont le trait d’union fait croire à une difficulté de formation du
pluriel) est-il raisonnable ? Bien que le dictionnaire doive être prêt, en toutes
circonstances, à répondre à n’importe quelle interrogation orthographique (comme celle
de la graphie de pluriel des mots cités précédemment), il nous semble que la tradition
lexicographique dont il est ici question est contestable. Il arrive que les lexicographes se
défendent de ce qu’ils ressentent comme une accusation, ainsi G. Petit :
La question de la détermination du pluriel, en ce qu’elle peut parfois choquer un
sentiment linguistique ou logique, n’est pas un fait arbitraire (l’arbitraire du
lexicographe, si longtemps décrié…). […] Elle s’appuie sur des observations
statistiques (des variantes rencontrées en discours, dans des réalisations écrites…), des
recommandations officielles, ou bien sur les virtualités inscrites dans la langue,
système d’unités et de règles d’application. 20
Pour expliquer la présence d’une indication de pluriel auprès des mots dont il est
question, on peut d’emblée écarter l’idée de recommandations officielles concernant le
pluriel d’anglicismes, ainsi que celle des attestations écrites pour les pluriels de
body-building ou d’aiguail, deux solutions aussi invraisemblables l’une que l’autre
(d’autant que les « attestations écrites » auxquelles l’auteur se réfère sont relevées « en
synchronie contemporaine » : mais où trouver la moindre occurrence du pluriel de
body-building, à part dans un dictionnaire ?). Le lexicographe reconnaît, à travers la
dernière solution envisagée, s’appuyer sur une virtualité, mais il ne semble pas
considérer cela comme un problème éthique ; or c’est précisément la virtualité qui peut
choquer le sentiment linguistique tout autant que le sentiment logique.

En lexicographie, il arrive pourtant que la fabrication d’une information


linguistique soit nécessaire à la bonne tenue de l’ouvrage. Le lexicographe reconnaît
alors que son dictionnaire accueille des artéfacts, notamment graphiques. C’est le cas de
R. Martin, à propos du Dictionnaire du moyen français (DMF) :

20
G. Petit, 1995, p. 45.

229
Il faut convenir avant toute chose que la nomenclature ne peut être, sur le plan
graphique, qu’un artéfact. […] dans les fréquences basses, voire moyennes, le lemme
est généralement à construire, faute d’attestation effective. 21
Les indications de pluriel que nous contestons, pures inventions lexicographiques,
trouvent leur public : ainsi, J.-C. Rebejkow se réjouit-il de l’insertion dans les
dictionnaires d’indications de pluriels de noms composés :
Notons également que les pluriels réguliers des autres composés (nom + nom) ont été
bien intégrés dans l’ensemble. On trouve notamment : avion-cargo, pl. rég. avions-
cargos, avion-citerne, pl. rég. avions-citernes (le pluriel de ces mots n’était autrefois
pas indiqué dans les dictionnaires). 22
Ses observations corroborent d’ailleurs une partie des nôtres, mais une partie
seulement : les lexicographes ont bien réalisé plus de 50 ajouts d’indications de pluriel
dans les PL 1997 à 2008, mais ils ont pratiqué presque 70 suppressions dans le même
temps. Pour J.-C. Rebejkow, l’insertion de pluriels est un enjeu lexicographique
d’importance, le dictionnaire étant interprété comme une aide à l’encodage
orthographique des pluriels. Toutefois, les exemples qu’il donne concernent des mots
dont le pluriel est parfaitement possible : avion-cargo et avion-citerne sont des noms
concrets et comptables, ce qui ne nous semble pas être le cas de body-building,
symptôme de la surenchère lexicographique. Peut-être J.-C. Rebejkow, pour cette
question précise, est-il influencé par la position de N. Catach, qui se pose ici en
défenseure des droits des scripteurs :
Tout Français a le droit, dans certaines circonstances, d’utiliser le pluriel d’un mot,
quel qu’il soit, même s’il s’agit d’un mot difficile, d’un mot latin ou d’un mot
étranger. Il a donc également le droit […] d’exiger ces précisions de son
dictionnaire. 23
À notre avis, il n’est pas souhaitable que les dictionnaires de français contemporain
décrivent la langue dans sa virtualité 24 . Aucun scripteur ne se saisira jamais du droit
d’écrire body-building au pluriel, même si son dictionnaire lui donne cette information,
car ce pluriel n’est pas linguistiquement probable. Les auteurs du PL ont montré en
1998 qu’il était possible de supprimer des informations superflues telles que ce pluriel
ou d’autres ; il est dommage que certaines soient réinsérées, témoignant par là de
l’interrogation et de l’indétermination des lexicographes. Pour les mots dont le pluriel
est inusité et virtuel, la solution préconisée est soit de proposer une remarque explicitant
que le pluriel est inusité, comme celle du PL1997 à soul music, comme celles du PR à
21
R. Martin, 2001, p. 210.
22
J.-C. Rebejkow, 2001, p. 125.
23
N. Catach (dir.), 1971, p. 45.
24
N. Catach a tenu des propos de la même teneur, ainsi : « chez-soi est noté inv. mais ne s’emploie guère
au pluriel » (N. Catach (dir.), 1981, p. 80).

230
bétail ou sex-appeal, ou comme celles que l’on trouve parfois dans des dictionnaires
spécialisés de la langue :
bétail […] (Inus. Des bétails) PR1997-2008
sex-appeal […] (Plur. inus. sex-appeals) PR1997-2008
curaçao […] On évite d’employer le mot au pluriel. Girodet 2007
main-forte n.f. (inusité au pluriel) Girodet 2007
toute-puissance n.f. Inusité au pluriel. Girodet 2007 25
soit enfin d’utiliser l’abréviation « sing. » dans la catégorie grammaticale, comme cela
se fait déjà timidement dans les PL et PR, à des articles comme main-forte :
« n.f.sing. » 26 . D’une façon générale, « [l]es indications "n.m.", "n.m.pl.", "n.m.inv."
sont tout à fait insuffisantes » 27 pour rendre compte de la diversité des cas de figure
envisageables.

Justement, c’est au niveau des catégories grammaticales que nous poursuivons


notre relevé de changements dans le traitement des pluriels. Dans les deux dictionnaires
observés, trois indications véhiculent un sens précis. En premier lieu, l’indication
d’invariabilité comme dans « n.m.inv. », indique que le pluriel du mot ne se différencie
pas du singulier par une marque graphique : le pluriel est non marqué. Deuxièmement,
l’indication d’impossibilité du pluriel comme dans « n.m.sing. » informe que le mot ne
s’emploie qu’au singulier (son pluriel, virtuel, choquerait le sentiment linguistique des
locuteurs-scripteurs). Enfin, l’absence d’indication comme dans « n.m. » s’utilise par
exclusion des deux autres. Le pluriel d’un mot de ce type s’obtient par extrapolation,
c’est-à-dire par application de la marque régulière de pluriel. C’est la déduction à
laquelle aboutissent généralement les métalexicographes :
Les pluriels non indiqués sont considérés comme réguliers (c’est là, semble-t-il, le
point de vue du Petit Larousse Illustré en ce qui concerne les mots difficiles, bien que
le doute soit souvent permis). 28

Il faut évoquer aussi, parfois, le silence prudent des dictionnaires qui se contentent
simplement de marquer par exemple n.m. (nom masculin) sans indiquer le pluriel. […]
Pour les mots d’origine étrangère, les dictionnaires ne précisent pas toujours si le mot
est invariable ou s’il a un pluriel régulier. Peut-on, doit-on alors selon eux, dans ce
dernier cas, opter pour un pluriel régulier ? 29
Ou encore, à propos du pluriel de l’adjectif black :

25
Ces trois derniers exemples sont tirés du dictionnaire Pièges et difficultés de la langue française de
J. Girodet (2007).
26
Au lieu de « main-forte n.f. (pl. mains-fortes) », pluriel virtuel tout à fait imaginable.
27
N. Catach (dir.), 1971, p. 108.
28
N. Catach (dir.), 1971, p. 247. On trouve une remarque similaire dans N. Catach (dir.), 1981, p. 187.
29
J.-C. Rebejkow, 2001, p. 124-127.

231
Il n’y a pas d’exemple au pluriel dans PLI qui, cependant, retient la forme comme n. et
adj., ce qui permet d’extrapoler que cette forme d’emprunt s’aligne sur le pluriel des
noms et adjectifs français. 30
Cependant, ces considérations théoriques sur l’emploi des indicateurs de pluriel dans les
catégories grammaticales sont idéalisées. L’observation des dictionnaires révèle un
certain flou dans la pratique lexicographique.

Avant de rendre compte de notre collecte de changements orthographiques,


résumons notre position quant à ces pluriels que nous contestons. S’il est vrai que le
dictionnaire est consulté de façon ponctuelle pour résoudre une question d’orthographe
précise (que celle-ci ait lieu d’être ou non), cela entraînant des ajustements tout aussi
ponctuels au niveau des articles, il nous semble que l’homogénéité de l’ensemble des
articles devrait être privilégiée. À notre position volontiers systémique sur ce point
particulier s’oppose, dans la pratique, un jeu de petits arrangements entre les
lexicographes et leurs lecteurs, jeu qui se déploie au détriment de ces derniers,
entretenus dans l’illusion que tous les noms possèdent un pluriel.

Poursuivons notre relevé de changements dans le traitement lexicographique des


pluriels en plaçant les catégories grammaticales et les informations orthographiques qui
leur sont amalgamées au centre de la description. Dans la suite de ce chapitre, nous
traiterons ensemble les changements relevés dans les PR et dans les PL, parce que les
pratiques lexicographiques de leurs auteurs offrent des similitudes sur ce plan.
C417 ■ alma mater n.f. PL1999 alma mater n.f.sing. PL2000
C389 ■ judéo-christianisme n.m. PL2000 judéo-christianisme n.m.sing.
PL2001
C104 ■ judéo-espagnol n.m. PL2004 judéo-espagnol n.m.sing. PL2005
C966 + C297 ■ Moyen Âge n.m. PL1997 Moyen Âge n.m.sing. PL1998-2002
Moyen Âge n.m.inv. PL2003
C974 ■ national-populisme n.m. PL1997 national-populisme n.m.sing. PL1998
C996 ■ Notre-Dame n.f.inv. PL1997 Notre-Dame n.f.sing. PL1998
C202 ■ radical-socialisme n.m. PL2004 radical-socialisme n.m.sing. PL2005
C657 ■ tibéto-birman n.m. PL1999 tibéto-birman n.m.sing. PL2000
C1164 ■ toute-puissance n.f.inv. PL1997 toute-puissance n.f.sing. PL1998
Les 9 noms présentés ici, employables au singulier seulement, reçoivent dans le
PL un traitement mieux adapté à leur particularité. L’ajout de l’abréviation « sing. »,
éventuellement en remplacement de « inv. », empêche l’emploi au pluriel, donc

30
L. Biedermann-Pasques & J. Humbley, 1995, p. 62.

232
déconseille a fortiori la formation d’un pluriel graphique. Cependant, le deuxième
changement apporté en 2003 à Moyen Âge annule l’avancée consentie en 1998.
C1018 ■ Paraclet n.m.sing. PL1997 Paraclet n.m. PL1998
Quant à Paraclet, il reçoit un traitement inverse de celui des mots précédents à
cause de la forme même de sa définition, introduite par « Le Paraclet : », qui empêche
implicitement la mise au pluriel.

Dans les PR aussi, quelques changements dans le traitement lexicographique de


l’orthographe relèvent exclusivement des catégories grammaticales.
C1435 ■ est n.m. (appos.) PR1998 est n.m.inv. (adj.inv.) PR1999
C1437 ■ nord n.m. et adj.inv. (adj.inv.) PR1998 nord n.m.inv. et adj.inv.
(n.m.inv., adj.inv.) PR1999
C1438 ■ nord-est n.m. et adj. (adj.) PR1998 nord-est n.m.inv. et adj.inv.
(adj.inv.) PR1999
C1439 ■ nord-ouest n.m. et adj. (adj.) PR1998 nord-ouest n.m.inv. et adj.inv.
(adj.inv.) PR1999
C1441 ■ ouest n.m. et adj. (n.m., adj.inv.) PR1998 ouest n.m.inv. et adj.inv.
(n.m.inv., adj.inv.) PR1999
C1450 ■ sud n.m. (adj.inv.) PR1998 sud n.m.inv. (adj.inv.) PR1999
C1451 ■ sud-est n.m. (adj.inv.) PR1998 sud-est n.m.inv. (adj.inv.) PR1999
C1452 ■ sud-ouest n.m. (adj.inv.) PR1998 sud-ouest n.m.inv. (adj.inv.) PR1999
C1907 ■ sans-fil n.f. et m.inv. (2. n.m.) PR1997 sans-fil n.f. et m.inv.
(2. n.m.inv.) PR1998
Une série de 9 changements constatés dans le seul PR1999 concerne les points
cardinaux – et l’article sans-fil, qui se trouve dans la même situation. Une précision tout
d’abord sur la notation adoptée dans les relevés exposés ci-dessus. On y trouve deux
types de catégories grammaticales, selon leur position dans l’article. En dehors des
parenthèses, juste après l’entrée, nous avons recopié la catégorie grammaticale donnée
en début d’article. Entre parenthèses, à la suite, se trouvent la ou les catégories
grammaticales introduisant un sous-article. Bien sûr, quand deux indications de
catégorie grammaticale se trouvent en deux points différents d’un même article, on
attend d’elles qu’elles ne se contredisent pas ; ce qui n’est pas toujours le cas dans les
PR. Par exemple, dans l’article ouest du PR1998, les deux catégories grammaticales
« adj. » et « adj.inv. », données respectivement en début d’article et en début de sous-
article, se contredisent alors qu’elles se réfèrent au même emploi adjectival du mot
ouest (dans « La côte ouest », par exemple).

233
Dans la série de points cardinaux, le changement réside uniquement au niveau des
catégories grammaticales. Dans les PR1998, on constate un flou quant à l’invariabilité
des noms et adjectifs ; cela est résolu dans le PR1999 par l’ajout de l’abréviation
« inv. » dans toutes les catégories grammaticales où elle était absente. Ces ajustements
ne doivent pas être considérés comme des changements orthographiques, mais plutôt
comme une harmonisation du traitement du pluriel des points cardinaux.

Nous proposons cette interprétation pour d’autres cas de modification d’une


indication d’invariabilité.
C101 ■ IRBM n.m.inv. PL2004 IRBM n.m. PL2005
C956 ■ MIRV n.m.inv. PL1997 MIRV n.m. PL1998 31
C226 ■ SLBM n.m.inv. PL2004 SLBM n.m. PL2005
C261 ■ VTOL n.m.inv. PL2004 VTOL n.m. PL2005
Ces quatre sigles en majuscules ont connu un changement de catégorie
grammaticale dans le PL : leur indication d’invariabilité a été supprimée. On peut
s’interroger sur l’aptitude des sigles à recevoir une marque graphique de pluriel. Bien
que celle-ci soit possible, elle nous paraît improbable ; aussi nous estimons que la
suppression de la mention d’invariabilité intervient ici à juste titre. Mais là n’était pas le
raisonnement des lexicographes : il semble en effet que cette quadruple suppression soit
intervenue dans le but d’aligner le traitement des quatre sigles sur celui de la majorité
des autres sigles figurant à la nomenclature, qui ne portent pas de marque
d’invariabilité.
C354 ■ 2. omnibus adj.inv. PL2001 2. omnibus adj. PL2002
C1000 ■ omnisports adj.inv. PL1997 omnisports adj. PL1998
C1117 ■ sioux adj.inv. PL1997 sioux adj. PL1998
C256 ■ tubeless adj.inv. PL2004 tubeless adj. PL2005
De même, ces quatre noms et adjectifs en -s ou -x sont inaptes à recevoir une
marque de pluriel traditionnelle. Le besoin d’indiquer leur invariabilité se faisait donc
peu sentir ; ce qui s’est traduit dans les PL par la suppression de l’abréviation « inv. ».
C1558 + C81 ■ 1. exprès, esse adj. (adj.m.inv. et n.m.) PL2000 1. exprès, esse
adj. (adj.m. et n.m.) PL2001-2004 1. exprès, esse adj. (adj.inv. et n.m.) PL2005
C502 + C384 ■ fox-terrier ou fox n.m. (pl. fox-terriers) PL1999 fox-terrier
n.m. (pl. fox-terriers) ou fox n.m.inv. PL2000 fox-terrier (pl. fox-terriers) ou
fox n.m. PL2001 32

31
Dans le même temps, l’étymologie de cet article est modifiée : « sigle » est remplacé par « acronyme ».
32
La double entrée du PL2000 est disloquée pour permettre à une parenthèse de pluriel ou à une catégorie
grammaticale d’être placée au plus proche de l’entrée qu’elle détermine.

234
C309 + C251 ■ tournois adj.inv. PL2002 tournois adj. PL2003-2004 tournois
adj.inv. PL2005
Pour d’autres mots dans lesquels la marque de pluriel classique est impossible,
l’indication d’invariabilité sera pourtant ajoutée, sans nécessité (voir ci-dessous). Au
cœur de deux tendances opposées (suppression et ajout de « inv. »), quelques articles
sont le siège d’allers-retours orthographiques. Dans le premier des trois donnés ici, qui
concerne uniquement un sous-article consacré à l’emploi invariable de exprès (dans
l’exemple « Lettre exprès » notamment), l’indication d’invariabilité est couplée en 2000
à une inutile indication de masculinité (« adj.m.inv. »). Cette information redondante
disparaît de 2001 à 2004, avant de reparaître partiellement en 2005. En cela, le double
changement de l’article exprès constitue presque un aller-retour. Les trois va-et-vient
que subissent les articles exprès, fox et tournois expriment l’indécision des
lexicographes quant à la position à adopter pour décrire le pluriel de mots que leur
forme rend invariables.

Mais quel que soit le choix finalement retenu, les exemples des quatre sigles et de
ces quelques mots en -s montrent qu’il peut exister une équivalence entre « n.m.inv. » et
« n.m. ». En effet, que sioux soit décrit comme invariable ou non, il s’écrira sioux au
pluriel. Bien que cela soit moins flagrant, c’est strictement la même équivalence que
nous lisons dans les changements de catégorie grammaticale des points cardinaux dans
les PR 1998 et 1999. En conclusion de ce raisonnement, il existe donc dans les
dictionnaires des indications d’invariabilité qui n’en sont pas ; et, surtout, l’absence de
« inv. » n’implique pas automatiquement un pluriel marqué graphiquement (par -s ou
par une autre marque), que l’on obtiendrait par extrapolation. Les exemples qui suivent,
parmi lesquels on trouve des noms n’admettant pas un emploi au pluriel, vont dans le
sens de ce raisonnement :
C1333 ■ Aïd-el-Fitr ou Aïd-el-Séghir n.f.inv. PL2006 Aïd-el-Fitr ou
Aïd-el-Séghir PL2007
C1334 ■ Aïd-el-Kébir ou Aïd-el-Adha n.f.inv. PL2006 Aïd-el-Kébir ou
Aïd-el-Adha PL2007
C1094 ■ Rosh ha-Shana ou Roch ha-Shana n.m. PL1997 Rosh ha-Shana ou
Roch ha-Shana n.m.inv. PL1998
C1090 ■ Roch ha-Shana n.m. ► Rosh ha-Shana PL1997 Roch ha-Shana
n.m.inv. ► Rosh ha-Shana PL1998
Les noms de fêtes religieuses, quelle que soit la durée et la fréquence de celles-ci,
s’emploient difficilement au pluriel. Dans le PL2007, les deux articles Aïd perdent leur

235
catégorie grammaticale. En 1998, l’article Rosh ha-Shana et son article-renvoi associé
obtiennent une indication d’invariabilité superflue.
C1552 ■ 3. en pron.pers.inv. PL1997 3. en pron.pers. PL1998
e
C1247 ■ 1. leur pron.pers. de la 3 pers. du pl. PL1997 1. leur pron.pers.inv.
PL1998
Les auteurs du PL étaient même allés jusqu’à considérer le pronom en comme
invariable. Ce pronom peut-il seulement véhiculer une valeur de pluriel ? La
suppression de « inv. » en 1998 nous semble judicieuse. À l’inverse, l’indication
« inv. » est ajoutée à l’article consacré à un autre pronom, 1. leur. Nous sommes loin de
l’homogénéité pour ce qui est du traitement lexicographique des pronoms dans les PL.
C472 ■ colin-tampon n.m. PL1999 colin-tampon n.m.inv. PL2000
C1542 ■ der n.m. ou f.inv. PL1997 der n.f.inv. et n.m.inv. PL1998
C993 ■ non-recevoir n.m. PL1997 non-recevoir n.m.inv. PL1998
C353 ■ non-retour n.m. PL2001 non-retour n.m.inv. PL2002
C615 ■ 2. revoir n.m. PL1999 2. revoir n.m.inv. PL2000
Quelques mots figés au singulier dans les tournures se soucier de quelque chose
comme de colin-tampon, dix de der, fin de non-recevoir, point de non-retour, au revoir,
qui sont traités dans un article à part entière ne contenant que le syntagme figé, sont
dans l’impossibilité d’être employés au pluriel. Ils reçoivent pourtant une marque
d’invariabilité. On pourrait objecter, à l’instar de N. Catach au sujet du pluriel de saint-
frusquin : « Pourquoi indiquer ce mot comme inv. s’il ne s’emploie qu’au sing. ? » 33 .
En ce qui concerne der, abréviation de dernier ou de dernière, au féminin dans la der
des der et dans un genre indéterminé dit masculin par le PL dans dix de der, la catégorie
grammaticale de 1997 (« n.m. ou f.inv. ») était ambiguë. Le redoublement de « inv. » en
1998 dissipe l’ambiguïté tout en produisant le paradoxe énoncé.
C272 ■ acid jazz n.m. PL2002 acid jazz n.m.inv. PL2003
C103 ■ jazz-rock n.m. PL2004 jazz-rock n.m.inv. PL2005
C568 ■ new wave n.f. PL1999 new wave n.f.inv. PL2000
C609 ■ reggae n.m. et adj.inv. PL1999 reggae n.m.inv. et adj.inv. PL2000
C1082 ■ 1. rétro adj.inv. et n.m. PL1997 1. rétro adj.inv. et n.m.inv. PL1998
C287 ■ funky adj. et n.m.inv. PL2002 funky adj. et n.m. PL2003
C478 ■ country adj.inv. et n.m. ou n.f.inv. PL1999 country adj.inv. et n.m.inv.
ou n.f.inv. PL2000
Quelques noms, pour la plupart des noms composés, désignant des styles ou des
courants artistiques, comme soul music rencontré plus haut, choqueraient le sentiment

33
N. Catach (dir.), 1981, p. 314.

236
linguistique s’ils étaient employés au pluriel. Pour exclure la possibilité d’écrire *acids
jazz, *jazz-rocks ou *new-waves, les lexicographes prennent la précaution d’adjoindre à
ces articles un marqueur d’invariabilité. Curieusement, c’est dans un mouvement
opposé qu’ils suppriment un tel marqueur de l’article funky, style musical au même titre
que les autres. À l’article country, l’indication « inv. », déjà présente en 1999, est
multipliée en 2000 afin de dissoudre une ambiguïté, tout comme dans l’article der que
nous venons de présenter.
C697 ■ aberdeen-angus n. et adj.inv. PL1997 aberdeen-angus n.inv. et adj.inv.
PL1998
C1936 ■ aloe vera n.m. PR2007 aloe vera n.m.inv. PR2008
C736 ■ barefoot n.m. PL1997 bare-foot n.m.inv. PL1998
C457 ■ cappa ou cappa magna n.f. PL1999 cappa ou cappa magna n.f.inv.
PL2000
C828 + C2142 ■ demi-tendineux adj.m. et n.m.inv. PL1997 demi-tendineux
adj.inv. et n.m.inv. PL1998-1999 demi-tendineux adj.m.inv. et n.m.inv. PL2000
C685 ■ de profundis n.m. PL1998 de profundis n.m.inv. PL1999
C530 ■ kig ha farz n.m. PL1999 kig ha fars n.m.inv. PL2000
C1407 ■ pretium doloris n.m. PR2000 pretium doloris n.m.inv. PR2001
C1063 ■ quôc-ngu n.m. PL1997 quôc-ngu n.m.inv. PL1998
C649 ■ tai-chi-chuan ou tai-chi n.m. PL1999 tai-chi-chuan ou tai-chi n.m.inv.
PL2000
Pour prévenir des formations graphiques abusives comme *demis-tendineux,
*kigs has fars ou *pretiums doloris, les auteurs ont choisi de marquer explicitement, en
début d’article, l’invariabilité de ces 10 noms composés, presque tous empruntés.
Remarquons que dans le cas de bare-foot, cela ne survient que lorsque le mot adopte
une nouvelle graphie avec trait d’union ; ce qui confirme que les lexicographes
ressentent l’obligation d’indiquer le pluriel des mots composés. Par ailleurs, il est
improbable que les noms quôc-ngu, aloe vera ou tai-chi-chuan se rencontrent au pluriel.
C485 ■ dies academicus n.m. PL1999 dies academicus n.m.inv. PL2000
C865 ■ faux-sens n.m. PL1997 faux-sens n.m.inv. PL1998
C1533 ■ DAT n.m. PL1997 DAT n.f.inv. PL1998
C569 ■ NICAM n.m. PL1999 NICAM n.m.inv. PL2000
C1410 ■ ROM n.f. PR2000 ROM n.f.inv. PR2001
C1149 ■ tec (symbole) PL1997 tec n.f.inv. PL1998
C1155 ■ tep (symbole) PL1997 tep n.f.inv. PL1998
C1415 ■ tep n.f. PR2000 tep n.f.inv. PR2001 34

34
Ce mot, composé en lettres minuscules dans l’exemple « La tep et la tec », est écrit TEP en majuscules
à l’article tonne.

237
De plus, ces quelques noms dont l’emploi au pluriel est possible mais dont le
pluriel graphique est interdit par leur forme (sigles, symboles d’unités et mots en -s et
-x) reçoivent malgré tout une indication d’invariabilité 35 , peut-être pour prévenir des
graphies erronées.
C517 ■ hinayana adj. PL1999 hinayana adj.inv. PL2000
C537 ■ Landsgemeinde n.f. PL1999 Landsgemeinde n.f.inv. PL2000
C595 ■ portland n.m. PL1999 Portland n.m.inv. PL2000
C599 ■ qibla n.f. PL1999 qibla n.f.inv. PL2000
C1413 ■ surmoi n.m. PR2000 surmoi n.m.inv. PR2001
C656 ■ theravada adj.m. PL1999 theravada adj.inv. PL2000
Ensuite, d’autres mots isolés dont l’emploi au pluriel est improbable reçoivent une
marque d’invariabilité superflue : le bouddhisme hinayana est une subdivision du
bouddhisme, qibla désigne la direction de La Mecque, etc.
C425 ■ après-midi n.m. ou f.inv. PL1999 après-midi n.m.inv. ou n.f.inv.
PL2000
C794 ■ people adj.inv. et n.m.inv. (2. n.m.inv. Célébrité recherchée par ce type
de presse) PR2002 people adj.inv. et n.m.inv. (2. n.m.pl. Célébrités
recherchées par ce type de presse) PR2003
C590 ■ pirojki n.m.pl. PL1999 pirojki n.m.inv. PL2000
C1169 ■ trois-huit n.m.inv. PL1997 trois-huit n.m.pl. PL1998
C670 ■ W.-C. n.m.pl. PL1999 W.-C. n.m. PL2000
Enfin, en C425, après-midi reçoit le même traitement que der et country exposés
plus haut, ce qui dissout l’ambiguïté. En C794, la définition de people (désignant une
personne) est tournée au pluriel, ce qui s’accompagne d’un changement dans la
catégorie grammaticale du sens concerné (mais non dans celle donnée en début
d’article). En C590, l’emploi de pirojki est étendu au singulier, sans que le mot ne
change sur le plan graphique. En C1169, l’indication « n.m.pl. » vient corriger avec
bonheur la mention d’invariabilité d’un mot que l’on ne connaît que sous la forme du
pluriel. En C670, le « pl. » de la catégorie grammaticale est supprimé, sans que la
graphie du sigle (caractérisé par son invariabilité au pluriel) soit touchée.
C1538 ■ delta n.m.inv. (n.m. aile en delta ou aile delta) PL1997 delta n.m.inv.
(n.m.inv. aile en delta, ou aile delta) PL1998
C1855 ■ iota n.m. PR2000 iota n.m.inv. PR2001
C1857 ■ kappa n.m. PR1997 kappa n.m.inv. PR1998

35
Cette pratique n’est pas nouvelle ; N. Catach notait en effet dès 1981 : « PLI note avant-bras inv. ce qui
ne change pas grand-chose, le mot étant terminé par un s » (1981, p. 80), et plus loin : « Curieusement,
mi-bas est indiqué n.m.inv. dans PLI, alors que son s final le met à l’abri de toute modification
graphique » (1981, p. 146).

238
C1403 ■ khi n.m. PR2000 khi n.m.inv. PR2001
C931 ■ lambda (en app.) PL1997 lambda adj.inv. PL1998
C1279 ■ mu n.m. PR2006 mu n.m.inv. PR2007
C1282 ■ oméga n.m. PR2006 oméga n.m.inv. PR2007
C1325 ■ upsilon n.m. PR2006 upsilon n.m.inv. PR2007
Un autre changement en série décelé dans les deux dictionnaires attire notre
attention ; il concerne les noms de lettres de l’alphabet grec. Or, une certaine inégalité
règne dans l’emploi de celles-ci. Lorsqu’elles désignent proprement une lettre de
l’alphabet, elles ont tendance à être employées au singulier, plus rarement au pluriel. En
revanche, dans certains emplois comme citoyen lambda, aile delta et plus récemment
oméga 3, leur mise au pluriel est tout à fait courante. Traditionnellement, ces mots
restent invariables au pluriel. Mais la question de l’indication de leur pluriel graphique
dans les dictionnaires reste en suspens. En effet, pour parvenir à un traitement uniforme
de toutes les lettres de l’alphabet grec, les lexicographes sont en train d’ajouter
progressivement la même abréviation « inv. » à tous les articles concernés, comme le
montrent les exemples ci-dessus, relevés entre 1997 et 2008 36 . Cependant, cette égalité
de traitement visible en surface à laquelle les lexicographes souhaitent aboutir provoque
dans le même temps des irrégularités dans l’emploi de « inv. », à cause des différences
entre lettres grecques pouvant être mises au pluriel (lambda) et lettres grecques ne le
pouvant pas : iota, kappa, khi, mu, upsilon. On aboutit donc à l’ajout de deux marqueurs
« inv. », l’un marquant réellement l’invariabilité (comme celle de oméga dans
oméga 3), l’autre superflu, identique à celui que nous avons décrit.

La mise au jour de quelques tendances, qui se dégagent des observations menées


au niveau des indications de pluriel, nous permet de conclure sur ce point. Dans les PL
et les PR, l’usage par les lexicographes des indications de pluriel n’est pas arrêté.
Nombreuses sont les indications qui apparaissent ; tout aussi nombreuses celles qui sont
modifiées, sans que l’information donnée ne change ; et pas moins nombreuses celles
qui disparaissent. L’observation des articles dans lesquels ces changements dans le
traitement lexicographique des indications de pluriel prennent place aide à saisir le
mouvement d’ensemble qui a animé les dictionnaires entre 1997 et 2008. En effet, il
apparaît que beaucoup de mots composés, d’emprunts (particulièrement les emprunts
composés), de mots en -al, sont des terrains d’expérimentation que testent les

36
Beaucoup d’indications supplémentaires ont encore été ajoutées dans le PR2009.

239
lexicographes dans le but d’obtenir un traitement cohérent de la question des indications
de pluriel.

4.2.3. Changements de pluriels


Les changements dans la graphie même du pluriel des noms et adjectifs sont
nombreux également. Une grande partie d’entre eux sont plus ou moins directement liés
aux Rectifications de l’orthographe de 1990 : pluriel des emprunts, des mots composés
de structure « verbe + nom » ou « préposition + nom ». Ces changements seront traités
dans le chapitre consacré aux effets des Rectifications dans les dictionnaires (5.1.1. et
5.1.2.). Une fois ceux-ci écartés, il demeure quelques changements de pluriel
indépendants des Rectifications.

4.2.3.1. Pluriel du nom


Deux premiers mots permettent une transition entre les indications de pluriel
contestables et les changements orthographiques proprement dits.

4.2.3.1.1. PL
C408 ■ action research PL1999 action research (pl. actions researches) PL2000
C434 ■ baba cool ou baba PL1999 baba cool ou baba (pl. babas cool, babas)
PL2000
Dans les articles action research et baba cool du PL2000, le pluriel inséré (à
savoir action researches et babas cool) ne consiste pas en une simple adjonction de -s
final. Or, puisque l’indication de pluriel est absente du PL1999 pour les deux mots, le
lecteur est en droit de supposer que ce pluriel ne représente pas de difficulté. Il est donc
amené à construire un pluriel le plus simple possible, c’est-à-dire par adjonction d’un -s
final. En proposant dans le PL2000 un pluriel qui n’est pas celui qu’on pouvait attendre,
les lexicographes produisent un effet que nous aurions tendance à interpréter comme un
changement orthographique du pluriel : le pluriel donné en toutes lettres en 2000 diffère
du pluriel de 1999, déduit de l’absence d’indication.
C870 ■ flacon-pompe (pl. flacons-pompe) PL1997 flacon-pompe (pl. flacons-
pompes) PL1998
C581 ■ pascal-seconde (pl. pascals-seconde) PL1999 pascal-seconde (pl.
pascals-secondes) PL2000
C667 ■ voyageur-kilomètre (pl. voyageurs-kilomètres) PL1999 voyageur-
kilomètre (pl. voyageurs-kilomètre) PL2000
Ces trois changements de pluriel surviennent auprès de noms composés dont les
constituants sont mis en rapport par une préposition non exprimée (N. Catach les

240
nomme des « composés dont le 2e terme est senti comme "elliptique" » 37 ) : « flacon à
pompe », « pascal durant une seconde », « voyageur durant un kilomètre » 38 . L’ellipse
prépositionnelle a pour conséquence l’éventuelle invariabilité du second terme. Celle-ci
est instaurée en 2000 pour voyageur-kilomètre, tandis qu’elle est supprimée pour les
deux autres mots, n’étant peut-être plus ressentie.
C488 ■ double-scull (pl. double-sculls) PL1999 double-scull (pl. doubles-
sculls) PL2000
C341 ■ fier-à-bras (pl. fier(s)-à-bras) PL2001 fier-à-bras (pl. fiers-à-bras)
PL2002
Deux autres changements isolés touchent le pluriel de composés constitués de
syntagmes figés : double-scull et fier-à-bras. Pour le premier, un -s de pluriel est ajouté
à l’élément de composition adjectival double, conformément au modèle général de
pluriel des composés en « adjectif + nom ». La suppression du pluriel fier-à-bras dans
le PL2002 ressemble également à une régularisation, puisque le pluriel des composés en
« nom + préposition + nom » porte généralement sur le premier terme.
C1019 ■ 3. pascal n.m. (pl. pascals) PL1997 3. pascal n.m.inv. PL1998
C1086 ■ richelieu (pl. richelieus ou inv.) PL1997 richelieu (pl. richelieus)
PL1998
C1093 ■ Rorschach (test de) (On dit aussi rorschach, n.m.inv.) PL1997
Rorschach (test de) (On dit aussi un rorschach) PL1998
C1180 ■ unau (pl. unaus) PL1997 unau (pl. unaux ou unaus) PL1998
Ensuite, les lexicographes hésitent sur trois indications d’invariabilité pour des
noms dont la forme de pluriel n’est pas impossible. Ainsi, les pluriels richelieus,
présenté dans la parenthèse de pluriel, et rorschach, sous-entendu, s’imposent sur leurs
concurrents invariables dans le PL1998. À l’article 3. pascal (au sens de « langage
informatique ») du même dictionnaire, on observe que le pluriel pascals est remplacé
par une forme invariable. Si le pluriel pascals, douteux, n’avait pas été présenté en
1997, nous aurions considéré que l’ajout de « inv. » était contestable, puisque le sens du
mot rend improbable son emploi au pluriel. Pour terminer, c’est le pluriel d’un nom en
-au qui varie. Les lexicographes hésitent, pour unau, entre un pluriel en -s et un pluriel
en -x.

4.2.3.1.2. PR
C1393 ■ chêne-liège (Les chênes-lièges de Corse) PR2000 chêne-liège (Les
chênes-liège ou chênes-lièges de Corse) PR2001

37
N. Catach (dir.), 1981, p. 124-125.
38
Et non « pascal par seconde », « voyageur par kilomètre ».

241
CC1444 ■ quote-part (Des quote-parts) PR1998 quote-part (Des quotes-parts)
PR1999
C1323 ■ tout-terrain adj. et n. (Des tout-terrains) PR2006 tout-terrain adj.inv.
et n.inv. (Des tout-terrain) PR2007
Les changements de pluriel des substantifs des PR étudiés sont peu nombreux. À
l’article chêne-liège, un pluriel sans -s final est ajouté, comme pour souligner que cette
composition est elliptique, ce qui est incertain. Le changement du pluriel de quote-part,
qui prend en 1999 un -s par élément de composition, est un changement annexe sur la
page où il survient (cf. 1.5.1.3.3.). La soudure en quotepart proposée par N. Catach, qui
dissoudrait le problème du pluriel, tout comme l’adoption de la remarque « Ne
s’emploie qu’au singulier », que donne la première édition du Grand Robert et que
sous-entend le PL1969, n’est pas à l’ordre du jour. Enfin, le composé tout-terrain
acquiert l’invariabilité, signalée dans la catégorie grammaticale et dans un exemple
approprié.

4.2.3.2. Pluriel du N2 dans les noms composés de type « N1 Prép N2 »


Dans les noms composés de structure « nom + préposition + nom » (par exemple
laboratoire de langues), une hésitation sur la graphie du deuxième nom se fait sentir,
car peu d’éléments permettent de déterminer si ce nom est au singulier ou au pluriel.
Dans le témoignage de C. Muller sur les interrogations qui sont parvenues sur ce thème
au service Orthotel – l’actuel Orthonet –, l’auteur fait part des nombreuses
interrogations de scripteurs au sujet de « l’accord » de ce nom, et de la « règle » qui le
régit. Slalomant entre les questions posées par les utilisateurs, C. Muller défend le point
de vue le plus raisonnable en cette matière : les scripteurs ont très souvent le choix car il
n’existe pas de règle, uniquement des usages. N. Catach partage cet avis, pour qui les
variations du dernier terme, « indiscernables en l’absence de l’article, [sont] souvent
arbitraires » 39 . Dans l’extrait suivant de l’ouvrage de C. Muller, il est plus précisément
question de syntagmes prépositionnels compléments d’un nom, l’ensemble ayant la
structure « N1 + Prép + N2 » :
On constate une tendance, dans la graphie de ces groupes, à aligner le nombre du
complément sur le nombre du premier terme : une salle de bain, des salles de bains ;
c’est une de ces pseudo-règles, aussi instinctive que néfaste. […] le nombre du second
terme, même s’il est purement graphique, est déterminé d’abord par le sens ! « des
affiches de grande(s) taille(s) ; faut-il des -s ? » J’invoque le sens : mettez-le en jeu !
Si elles ont toutes la même taille, ne mettez pas d’-s ; si les tailles sont diverses,
utilisez vos -s. (C’est un conseil, non une règle !). Même avis pour la salade de

39
N. Catach (dir.), 1981, p. 149.

242
fruit(s). Et ce camion de livraison(s), fait-il des livraisons, ou de la livraison ? À vous
d’en décider […] Vous avez le choix ! 40
En s’appuyant sur un nombre croissant de cas reçus dans la messagerie d’Orthonet,
C. Muller dégage trois tendances graphiques pour ces types de constructions :
Pas de règle, évidemment ! Mais trois degrés. Des cas où un usage est assuré : des
coups de pied – ou dicté par le sens : salade de fruits ; des cas où les deux nombres
sont possibles, et à peu près équivalents : terrain de sport(s) ; ceux enfin où le choix
est possible et significatif, et où on aurait tort de se priver de cette ressource
sémantique : une querelle d’experts (entre plusieurs), une querelle d’expert (créée par
un expert ?).
Plutôt que de chercher une règle fantôme ou un usage incertain, essayons d’écouter le
sens, de lui donner la parole ! 41
En d’autres points du développement, ce sont des constructions posant le même
problème de nombre qui sont passées en revue : sans faute(s) 42 , par moment(s) 43 , etc.
Pour chacune d’elles, l’auteur en vient à la même conclusion : pas de règle. Cet avis
d’un spécialiste a un antécédent dans l’histoire de l’orthographe. En 1976, l’arrêté Haby
établissait une liste de tolérances grammaticales et orthographiques à ne plus
sanctionner chez les élèves des cycles élémentaire et secondaire. Le flottement
graphique des constructions que nous étudions ici est pris en charge par le texte :
Dans l’emploi de certaines expressions, l’usage admet deux possibilités sans
distinguer entre elles des nuances appréciables de sens. […]
Liberté du nombre.
14 a :
De la gelée de groseille.
De la gelée de groseilles.
Des pommiers en fleur.
Des pommiers en fleurs.
L’usage admet le singulier et le pluriel. 44
Dans nos dictionnaires, les syntagmes incluant un nom introduit par une
préposition sont très nombreux. Nous avons relevé un groupe non négligeable de
changements orthographiques autour du pluriel du nom qui suit la préposition.

4.2.3.2.1. PL
Au total, nous avons relevé 14 changements dans les PL 1997 à 2008. Seulement
8 de ces changements concernent vraiment des noms composés de structure « N1 +
Prép + N2 ». Nous leur adjoignons des syntagmes figés relevant d’une structure
différente (« V + Prép + N », « Prép + N + Conj + N », « Prép + Adj + N », etc.) car la

40
C. Muller, 2004, p. 82.
41
C. Muller, 2004, p. 82-83.
42
C. Muller, 2004, p. 79.
43
C. Muller, 2004, p. 85.
44
R. Haby, 1976 (cité par Jacques Leconte & Philippe Cibois, 1989, p. 165-172).

243
même imprécision quant au nombre de leur N final se fait sentir, du fait de l’ellipse de
son article.
C1529 ■ couture (battre qqn à plate couture) PL1997 couture (battre qqn à
plate(s) couture(s)) PL1998
C1565 ■ fracas (avec perte et fracas) PL1997 fracas (avec perte(s) et fracas)
PL1998
C342 ■ fuseau (dentelle aux fuseaux) PL2001 fuseau (dentelle au(x)
fuseau(x)) PL2002
C918 ■ jeteur (jeteur de sort) PL1997 jeteur (jeteur de sort(s)) PL1998
C922 ■ jus (jus de chaussettes) PL1997 jus (jus de chaussette(s)) PL1998
C1602 ■ laboratoire (laboratoire de langue) PL1997 laboratoire (laboratoire de
langue(s)) PL1998
C1603 ■ lacet (route en lacet) PL1997 lacet (route en lacet(s)) PL1998
C1607 ■ lisière (tenir en lisières) PL1997 lisière (tenir en lisière(s)) PL1998
C1667 ■ prétention (sans prétention) PL1997 prétention (sans prétention(s))
PL1998
9 changements consistent en l’ajout de -s (parfois -x) de pluriel, mis entre
parenthèses. Remarquons à nouveau que l’emploi des parenthèses pour noter une
variante graphique recèle deux propriétés qui profitent aux lexicographes. D’abord, les
parenthèses permettent un gain de place considérable. Ensuite et surtout, elles
constituent une échappatoire pour celui qui ne veut pas exprimer sa préférence envers
l’une ou l’autre des deux graphies fondues en une seule. Ces 9 changements suivent
donc le schéma suivant : une graphie unique est changée en double graphie. D’un
singulier ou d’un pluriel fixes originels, on obtient une forme variable, proposant à
l’utilisateur le choix entre singulier et pluriel.
C1480 ■ bras (à bras raccourcis) / raccourcir (à bras raccourci(s)) PL1997 bras
(à bras raccourci(s)) PL1998
C1562 ■ fonds (à fonds perdu) / perdu, e (à fonds perdu(s)) PL1997 fonds (à
fonds perdu(s)) PL1998
C1733 ■ télévision (télévision par câble) / câble (télévision par câble(s)) PL1997
télévision (télévision par câble(s)) PL1998
Ces trois changements diffèrent légèrement : ils se caractérisent par la résolution
d’une légère incohérence. Cette contradiction laisse le texte lexicographique dans un
état instable qui appelle un changement. Dans le PL1997, les articles bras et raccourcir
proposent deux versions graphiques différentes – mais compatibles – du syntagme à
bras raccourcis ; sous bras, le tout est au pluriel, tandis que sous raccourcir, le s de
pluriel est entre parenthèses. En 1998, les deux articles présentent des graphies
identiques.

244
C1570 ■ gaz (gaz de pétrole liquéfié) PL1997 gaz (gaz de pétrole liquéfiés)
PL1998
C1652 ■ 2. pendant (pendants d’oreilles) PL1997 2. pendant (pendant
d’oreille) PL1998
Enfin, aucune parenthèse n’intervient dans les deux derniers changements. À
l’article gaz, l’adjectif liquéfié prend une marque de pluriel qu’il doit à gaz, dont le
pluriel n’est pas apparent. À l’article pendant, en même temps que les lexicographes
tournent le syntagme pendants d’oreilles au singulier, le nom oreille perd sa marque de
pluriel. Avec cet exemple, nous ne sommes pas loin du cas commenté par C. Muller :
une salle de bain, des salles de bains.

4.2.3.2.2. PR
Les changements sont moins nombreux dans les PR que dans les PL, mais ils sont
de même nature.
C1809 ■ bureau (bureau d’étude) PR2000 bureau (bureau d’étude(s)) PR2001
C1850 ■ groseille (gelée de groseille(s)) PR2006 groseille (gelée de groseille)
PR2007
C2011 ■ mouche (pattes de mouches) PR2007 mouche (pattes de mouche(s))
PR2008
C1888 ■ pneumocoque (méningite à pneumocoques) PR2006 pneumocoque
(méningite à pneumocoque(s)) PR2007
Parmi les 4 changements constatés, trois consistent en l’ajout d’un s de pluriel
entre parenthèses, et le dernier en une suppression de cette marque de pluriel. L’ajout de
graphie à l’article mouche résout la contradiction qui figurait dans les PR 2007 et
antérieurs entre pattes de mouches et pattes de mouche, cette dernière graphie figurant à
l’article patte. Avec le changement graphique de gelée de groseille(s), qui prive de
choix le scripteur, c’est une tolérance orthographique proposée par l’arrêté Haby du 9
février 1977 qui est effacée. Ce dernier changement est le seul cas, dans les PL et PR
confondus, où un choix anciennement laissé à l’utilisateur du dictionnaire est abrogé.

4.2.3.3. Pluriel de l’adjectif


Quoi de plus simple en apparence que l’accord d’un adjectif avec le nom qu’il
qualifie ? « L’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le nom ou le pronom
auquel il se rapporte. » 45 Pourtant, les cas particuliers à ce qu’il est convenu d’appeler
une règle ne sont pas rares. Ceux-ci peuvent être dus à la perméabilité de la notion
d’adjectif : quand les adjectifs se comportent comme des adverbes, ou quand les

45
B. Gaillard & J.-P. Colignon, 2005, p. 128.

245
substantifs se comportent comme des adjectifs, des perturbations apparaissent. D’autres
cas particuliers concernent la présentation du pluriel des adjectifs dans les dictionnaires,
entraînant ou non des changements graphiques effectifs sur les formes de pluriel.

4.2.3.3.1. PR
Dans le PR2007, quelques changements ont affecté des mots à cheval entre deux
catégories grammaticales.
C1236 ■ 1. bien adv. et adj. (emploi adjectival. Nous sommes bien ici, chez
nous. Des gens bien. Il fait des choses bien.) PR2006 1. bien adv. et adj.
(adj.inv. Nous sommes bien ici, chez nous. Ils sont bien avec leurs voisins. Des
gens bien. Il fait des choses bien.) PR2007
C1846 ■ fun (adjt. Ils sont fun.) PR2006 fun (adj.inv. Des vacances fun.)
PR2007
C1860 ■ large (« On laissait larges ouvertes les deux fenêtres » Zola) PR2006
large (Une fenêtre large ouverte (pl. large(s) ouvertes)) PR2007
Les deux premiers changements concernent le traitement de l’emploi adjectival de
l’adverbe bien et du substantif fun. Dans ces changements, la stabilité de la forme de
pluriel dans les exemples forgés montre qu’il n’y a pas de changement purement
orthographique. Pourtant, on note que les catégories grammaticales des sous-articles
bien et fun sont retouchées. Dans le PR2006, l’indication « emploi adjectival »
introduisant des emplois particuliers de l’adverbe bien, ainsi que l’abréviation « adjt »
(pour « adjectivement ») à l’article fun, ne précisaient pas l’invariabilité de ces emplois,
formulée implicitement dans les exemples ; cela est corrigé dans les sous-articles par
l’adjonction de l’indication explicite « inv. », cependant que les exemples au pluriel
sont conservés.

À l’article large, l’emploi adverbial de cet adjectif (dans « une fenêtre large
ouverte », large modifie le participe passé adjectivé ouverte qui qualifie le substantif
fenêtre) connaît un changement orthographique. Présenté en 2006 par une citation, ce
cas particulier est pris en charge par un exemple forgé presque similaire en 2007, dans
lequel le pluriel est précisé explicitement (un fait rare : habituellement dans le PR le
pluriel est donné de manière implicite dans les exemples, c’est-à-dire sans être introduit
par « pl. »). On constate que cet exemple prend en charge deux graphies possibles,
contrairement à la citation, qui est un support improbable de polygraphie. Dans la
graphie ajoutée en 2007, « des fenêtres large ouvertes », l’adjectif large emprunte à la
classe des adverbes leur invariabilité. Ce choix est à rapprocher des exemples de
l’article grand dans les PR 1997 à 2008 : dans le sous-article « adv. », on lit l’exemple

246
« Les yeux grand ouverts » ; tandis que plus haut dans l’article, parmi les nombreux
emplois adjectivaux de grand, on trouve « Les yeux grands ouverts ». Pour autant, ces
deux exemples tirés du même article n’entrent pas en contradiction dans la mesure où
chacun porte un renvoi vers l’autre. D’après les auteurs du PR, c’est donc selon que l’on
considère que grand ou large est un adjectif ou un adverbe qu’on lui attribue ou non
une marque de pluriel. Le choix d’afficher la polygraphie dans cette situation précise
correspond au vœu de N. Catach :
[…] l’usage est, ici et là, incertain et assez libre, et il est bon de conserver cette liberté
(des fenêtres large ouvertes, grand ouvertes, ou larges ouvertes, grandes ouvertes,
etc.). 46
C1292 ■ pied-noir (Elle est pied-noir. Des familles pieds-noirs. On écrit
rarement une pied-noire, elles sont pied-noires) PR2006 pied-noir (Une pied-
noir. Des familles pieds-noirs. On écrit aussi une pied-noire, elles sont pieds-
noires) PR2007
Ensuite, dans le PR2007 où des efforts considérables sont réalisés pour clarifier
les différentes graphies de pied-noir, certaines formes de féminin sont revalorisées (« on
écrit rarement » devient « on écrit aussi »), tandis que l’une des formes de féminin
pluriel est modifiée. Le changement graphique a lieu à la fin de la remarque : la forme
pied-noires devient pieds-noires. Aucune raison ne justifiait l’absence de cette marque
de pluriel supplémentaire, si ce n’est l’analogie injustifiée avec des féminins pluriels
comme franc-comtoises, où le premier terme a valeur adverbiale, ou l’ancien pluriel
grand-mères 47 .
C1323 ■ tout-terrain adj. et n. (Voitures, véhicules tout-terrains) PR2006 tout-
terrain adj.inv. et n.inv. (Voitures, véhicules tout-terrain) PR2007
Enfin, le nom et adjectif tout-terrain acquiert l’invariabilité. Ce changement a
déjà été présenté précédemment puisqu’il affecte tout autant le substantif que l’adjectif.

4.2.3.3.2. PR et PL en parallèle
Quelques mots ou types de mots connaissent des changements orthographiques
tant dans les PR que dans les PL.
C1280 ■ multicritère PR2006 multicritère ou multicritères PR2007
C970 ■ multipoint ou multipoints adj.inv. PL1997 multipoint ou multipoints
adj. PL1998
Tout d’abord, deux adjectifs composés de structure « multi- + nom » changent de
graphie, l’un dans le PR2007, l’autre dans le PL1998. La variabilité graphique de ce

46
N. Catach (dir.), 1981, p. 141.
47
Cf. le TLF, article grand, grande, rubrique « Prononc. et Orth. », et le DHOF, article grand-mère.

247
groupe d’adjectifs provient des propriétés sémantiques de l’élément préfixal multi-, qui
implique la pluralité de l’élément nominal avec lequel il se construit. Le plus souvent,
cette pluralité n’est pas marquée graphiquement : « une recherche multicritère recourt à
plusieurs critères » ; l’adjectif prend un -s final au pluriel, qu’il n’a pas au singulier. Il
subsiste cependant une hésitation dans les dictionnaires pour une poignée de mots,
parmi lesquels les deux présentés. Dans le PR2007, une graphie de singulier avec -s
final est ajoutée à l’article multicritère, vraisemblablement due à l’influence du
sémantisme du préfixe. À l’article multipoint du PL1998 où deux graphies sont
données, c’est l’indication de pluriel qui est modifiée. En 1997, l’invariabilité des deux
graphies au pluriel impliquait un double pluriel possible : multipoint ou multipoints. La
suppression de « inv. » en 1998 provoque la suppression du pluriel improbable
multipoint. Pour les deux adjectifs décrits, les deux dictionnaires ont privilégié une
polygraphie qui sera probablement amenée à évoluer dans les années à venir.

Interrogé sur la graphie des composés de ce type, C. Muller répondait


plaisamment à un utilisateur du service Orthonet : « Pour les adjectifs formés de multi-
ou pluri- + un nom, il règne actuellement un tel désordre que les auteurs de
dictionnaires y perdront la santé ! » 48 . Souhaitons à l’orthographe un bon
rétablissement.
C1277 ■ moult adv. PR2006 moult adv. (adjt (fautif) Après moultes
pérégrinations) PR2007
C563 ■ moult adv. PL1999 moult adj.inv. (Moult est parfois variable :
moultes fois) PL2000
Nous avons observé plus haut que l’adverbe bien connaissait un emploi adjectival
décrit dans les dictionnaires. Un autre adverbe, moult, est en passe de suivre un chemin
semblable. En effet, dans l’un de ses emplois (« moult + nom »), il lui arrive de varier
en genre et en nombre selon le nom qu’il précède, donc de se comporter en adjectif. Le
TLF remarquait déjà cette tendance à l’emploi adjectival de moult chez quelques
auteurs : « Moult est parfois employé comme adj. variable ». Il est à noter que moult,
dans cet emploi, est considéré par Maurice Grevisse & André Goosse comme un
déterminant indéfini, et par la neuvième édition du Dictionnaire de l’Académie
française comme un adjectif indéfini. Quant aux PR et PL, ils divergent également sur
l’attribution d’une catégorie grammaticale à moult. Les auteurs du PR restent prudents
en signalant l’incorrection de l’emploi adjectival de l’adverbe, qui entraîne l’accord ;

48
C. Muller, 2004, p. 131.

248
tandis que les auteurs du PL remplacent abruptement la catégorie « adv. » par « adj. »,
dont la variabilité au féminin et au pluriel est tantôt niée (par la mention « inv. »), tantôt
envisagée (dans la remarque).
C1424 ■ bécarre n.m. et adj. (Des mi bécarres) PR1998 bécarre n.m. et
adj.inv. (Des mi bécarre) PR1999
C1426 ■ bémol n.m. et adj. (Des mi bémols) PR1997 bémol n.m. et adj.inv.
(Des mi bémol) PR1998
C1431 ■ dièse n.m. et adj. (Des do dièses) PR1997 dièse n.m. et adj.inv. (Des
do dièse) PR1998
C442 ■ bécarre n.m. et adj. PL1999 bécarre n.m. et adj.inv. PL2000
C443 ■ bémol n.m. et adj. PL1999 bémol n.m. et adj.inv. PL2000
C486 ■ dièse n.m. et adj. PL1999 dièse n.m. et adj.inv. PL2000
Enfin, trois termes du vocabulaire de la musique connaissent le même changement
dans les PR et dans les PL. Bécarre, bémol et dièse sont trois substantifs qui désignent
un signe employé dans la notation de la musique occidentale ; ils connaissent un emploi
adjectival lorsqu’ils sont postposés à un nom de note de musique, comme dans les
exemples donnés dans le PR. D’après un premier état de la description lexicographique,
ces trois mots employés en tant qu’adjectifs prennent le cas échéant la marque du
pluriel ; trois exemples du PR matérialisent cette marque de pluriel (« Des do dièses »),
rendue implicite dans la catégorie grammaticale des PL (« adj. » sans mention
d’invariabilité). Dans un second état de la description, tous ces emplois adjectivaux
obtiennent uniformément l’invariabilité au pluriel. Finalement, cet emploi particulier
des trois substantifs ressemble plus à celui d’une apposition nominale (cf. ci-dessous,
4.3.) qu’à celui d’un adjectif courant.

4.2.3.3.3. PL
Les changements constatés au niveau du pluriel des adjectifs dans les PL sont plus
nombreux qu’ils ne le sont dans les PR.
C281 ■ cinq adj.num. et n.m.inv. PL2002 cinq adj.num.inv. et n.m.inv. PL2003
C282 ■ cinquante adj.num. et n.m.inv. PL2002 cinquante adj.num.inv. et
n.m.inv. PL2003
C481 ■ cul-de-poule (en) loc.adj. PL1999 cul-de-poule (en) loc.adj.inv.
PL2000
C82 ■ extra-muros loc.adv. et loc.adj. PL2004 extra-muros adv. et adj.inv.
PL2005
C189 ■ post mortem loc.adv. et adj. PL2004 post mortem loc.adv. et
loc.adj.inv. PL2005
C960 ■ modulo prép. PL1997 modulo adj.inv. PL1998

249
Ces 6 premiers articles présentent des cas de changements de catégorie
grammaticale par l’ajout d’une indication d’invariabilité. Dans les six cas, pourtant,
l’invariabilité était implicite : la plupart des adjectifs numéraux et des locutions
adjectivales (appellation, dans les dictionnaires, de certains adjectifs composés) sont
invariables par essence. Quant à modulo, son emploi dans des formules mathématiques
uniquement brouille son décodage syntaxique. Les lexicographes hésitent pour ce mot
entre un statut de préposition et d’adjectif, deux catégories qui ne sont pourtant pas
miscibles ; reste l’invariabilité du terme, implicite dans « prép. » et explicite grâce à
l’indication d’invariabilité en 1998.
C283 ■ contrario (a) loc.adv. ► a contrario PL2002 contrario (a) loc.adv. et
adj.inv. ► a contrario PL2003
C357 ■ priori (a) loc.adv. ► a priori PL2001 priori (a) loc.adv. et loc.adj.inv.
► a priori PL2002
Deux articles-renvois, catégorisés comme « locution adverbiale » dans un premier
état de la description lexicographique, obtiennent une catégorie supplémentaire,
respectivement « adj.inv. » et « loc.adj.inv. ». En dehors du fait que le marquage de
l’invariabilité de ces adjectifs est superflu, on constate dans ces catégories
grammaticales une inégalité de traitement entre a contrario et a priori, qui fait écho au
désaccord entre articles principaux et articles-renvois dans les PL 1997 à 2002 pour le
premier, 1997 à 2001 pour le second. En effet, les deux ajouts sont effectués dans les
articles-renvois par alignement sur leurs articles principaux, marqués « adj.inv. » depuis
1997 au moins.
C1015 ■ Pal (système) adj.inv. PL1997 Pal (système) PL1998
Dans le cas de l’article Pal (système), à l’inverse, les lexicographes se reposent
sur le figement de l’entrée dans une tournure excluant l’emploi au pluriel pour se passer
en 1998 de la mention « inv. » ainsi d’ailleurs que de la catégorie grammaticale entière,
conformément au traitement des autres entrées non normalisées du dictionnaire. Quoi
qu’il en soit, pour cet article comme pour les cinq précédents, les indications
d’invariabilité sont superflues.
C1561 ■ fluo adj.inv. (Un maillot de bain fluo) PL1997 fluo adj.inv. (Des
maillots de bain fluo) PL1998
C1617 ■ maison n.f. (adj.inv. Tarte maison.) PL2004 maison n.f. (adj.inv. Des
tartes maison) PL2005
C1654 ■ photo n.f. (adj.inv. Appareil photo) PL1997 photo n.f. (adj.inv. Des
appareils photo) PL1998

250
C1695 ■ renaissance n.f. (adj.inv. Un décor Renaissance) PL1997 renaissance
n.f. (adj.inv. Un décor Renaissance. Les châteaux Renaissance de la Loire)
PL1998
Ces quatre changements supplémentaires consistent en la mise au pluriel d’un
exemple d’emploi de l’adjectif fluo d’une part, et des noms apposés maison, photo et
Renaissance, signalés « adj.inv. » en fin d’article, d’autre part. Dans les trois cas,
l’invariabilité de l’adjectif est indiquée explicitement par la mention « inv. ».
L’information implicite apportée par la mise au pluriel des exemples est donc
redondante. Gageons que le redoublement de cette information aidera le lecteur à
répondre aux questions qu’il se pose.

D’autres changements touchent directement la graphie du pluriel de quelques


adjectifs. En premier lieu, on observe que la graphie de pluriel des adjectifs composés
de structure « anti- + nom » est particulièrement mouvante.
C420 ■ antimissile adj.inv. PL1999 antimissile adj. PL2000
C421 ■ antiparasite adj.inv. et n.m. PL1999 antiparasite adj. et n.m. PL2000
C422 ■ antiradar adj.inv. PL1999 antiradar adj. PL2000
C423 ■ antiradiation adj.inv. PL1999 antiradiation adj. PL2000
C419 + C333 ■ antieffraction adj.inv. PL1999 antieffraction adj. PL2000-2001
antieffraction adj.inv. PL2002
C1335 ■ anticalcaire adj. et n.m. PL2006 anticalcaire adj.inv. et n.m. PL2007
C2 ■ antipatinage adj. et n.m. PL2005 antipatinage adj.inv. et n.m. PL2006
C721 ■ antisalissure adj. PL1997 antisalissure adj.inv. PL1998
Deux mouvements contradictoires apparaissent dans des proportions similaires.
Quatre adjectifs de structure « anti- + nom » perdent leur invariabilité ; trois
l’obtiennent ; tandis qu’un huitième adjectif, antieffraction, fait la navette entre les deux
positions contraires que sont l’invariabilité et la variabilité. Il n’est pas anodin que les
cinq premiers adjectifs perdent leur « inv. » la même année et, qui plus est, sur la même
page du dictionnaire – bien que ces changements ne provoquent aucun gain de ligne.

L’invariabilité des adjectifs en « anti- + nom » (qui se distinguent des adjectifs en


« anti- + adjectif », variables au pluriel : antidépressif, antireligieux, etc.) trouve sa
source dans la transparence de la composition, qui a fait surgir dans les formes
graphiques de pluriel des justifications purement sémantiques. Selon ces justifications,
c’est du caractère comptable ou non comptable du nom entrant dans la composition que
découle la variabilité ou l’invariabilité de l’adjectif composé. Cependant, depuis
quelque temps déjà, la variabilité de tous les adjectifs en anti- avait tendance à

251
s’installer, notamment dans les dictionnaires ; ce qui poussait Adolphe Thomas à
tourner au conditionnel sa présentation des justifications sémantiques évoquées
précédemment :
Des mots comme antibuée, antigel, antirouille, antivol, etc., ne devraient pas varier au
pluriel (« contre la buée, le gel, etc. ») et il serait logique d’écrire anti-buée, anti-gel,
etc. La tendance est toutefois pour la variabilité 49
La suppression de cinq « inv. » dans le PL2000 procède donc de cette tendance à
la variabilité. Et si cette opération s’oppose à l’ajout de quatre « inv. » dans les PL
1998, 2002, 2006 et 2007, qui fondent la tendance inverse, c’est pensons-nous du fait du
choix personnel du rédacteur ayant retouché la page 72 du PL1999, choix personnel
laissé libre par l’absence de consignes générales sur la variabilité des adjectifs en « anti-
+ nom », et qui s’oppose aux choix opérés par les auteurs des changements survenus les
autres années.
C610 ■ réglo adj. PL1999 réglo adj.inv. PL2000
C646 + C304 ■ sympa adj. PL1999 sympa adj.inv. PL2000-2002 sympa adj.
PL2003
C84 ■ flagada adj.inv. PL2004 flagada adj. PL2005
C145 ■ perso adj.inv. PL2004 perso adj. PL2005
C360 ■ raplapla adj.inv. PL2001 raplapla adj. PL2002
C605 ■ rasta ou rastafari adj.inv. et n. PL1999 rasta ou rastafari adj. et n.
PL2000
C214 ■ relou adj.inv. PL2004 relou adj. PL2005
Un autre groupe d’adjectifs connaît un destin semblable. Ce groupe est constitué
d’adjectifs familiers de formations diverses (apocope, verlan, réduplication expressive)
ayant abouti à une finale vocalique 50 . L’un d’entre eux (réglo) obtient l’invariabilité ;
cinq autres deviennent variables au pluriel ; tandis que le septième (sympa) oscille entre
les deux positions.

Les changements de pluriel que subissent d’autres adjectifs sont plus difficilement
caractérisables :
C246 ■ thénar adj. PL2004 thénar adj.inv. PL2005
C551 ■ maraging adj. PL1999 maraging adj.inv. PL2000
C889 ■ handisport adj. PL1997 handisport adj.inv. PL1998
C1194 ■ violat adj.m. PL1997 violat adj.inv. PL1998
C430 ■ autoreverse adj. et n.m. PL1999 auto-reverse adj.inv. et n.m. PL2000

49
A. Thomas, 1971, p. 32.
50
Seul rastafari se démarque : il n’est pas d’emploi familier et n’est pas de la même origine que les
autres. Nous l’avons conservé parce qu’il est lié à sa variante rasta dans l’entrée de l’article, et qu’en tant
que tel il est soumis autant que cette variante au changement dans la catégorie grammaticale.

252
C570 ■ non standard adj.inv. PL1999 non standard adj. PL2000
Parmi ces 6 changements, on observe cinq ajouts et un retrait de l’indicateur
d’invariabilité « inv. ». Il est difficile de trouver les facteurs qui ont motivé ces
changements. Peut-être les indications de pluriel de thénar et de non standard ont-elles
été alignées sur celles de hypothénar et de standard.

Enfin, on observe un changement dans un cas difficile, l’accord de l’adjectif


qualificatif postposé à des plus :
C1656 ■ 1. plus (Un travail des plus faciles) PL2001 1. plus (Un travail des
plus facile(s)) PL2002
Par un ajout de variante graphique dans le PL2002, traduit formellement par
l’ajout de parenthèses, les auteurs du PL alignent leur description de ce point précis sur
un usage déjà repris par les grammaires :
Lorsqu’il se rapporte à un nom singulier, l’adjectif précédé de l’une de ces locutions
[dont des plus] se met généralement au pluriel. […]
Cependant, on rencontre de plus en plus souvent le singulier dans ce cas et de
nombreuses grammaires admettent les deux possibilités. 51
Notons encore une fois que l’emploi des parenthèses évite aux lexicographes de se
prononcer en faveur de l’une des deux solutions au détriment de l’autre.

Au début de ce chapitre, nous évoquions le comportement de certains substantifs


employés adjectivement. Au cours du développement, nous avons rencontré plusieurs
d’entre d’eux, maison, bécarre, Renaissance, etc., qui portaient une double catégorie
grammaticale : « n.f. ◄► adj.inv. ». En réalité, pour un groupe important de mots, la
frontière est mince – voire inexistante – entre nom mis en apposition et adjectif.
Rappelons que les catégories « substantif » et « adjectif » ne sont pas universelles, ni
vraies en diachronie pour le français : elles étaient, dans la Grammaire générale et
raisonnée (1660) d’Arnauld et Lancelot, des sous-catégories du nom : « nom
substantif » et « nom adjectif ». Ce point de vue, bien que délaissé par les grammairiens
des siècles suivants, a des répercussions jusque dans nos dictionnaires et dans notre
orthographe. Dans les dictionnaires, les regroupements en un seul article de paires
d’homographes tels que plein « nom » et plein « adjectif » sont l’héritage lointain de
cette tradition. Quant au système graphique, il rend invariables les adjectifs de couleur
issus de substantifs : orange, marron, cachou, ponceau, saphir, etc. Certains de ces
adjectifs s’étant d’ores et déjà affranchis de cette invariabilité (rose et mauve, entre

51
B. Gaillard & J.-P. Colignon, 2005, p. 153.

253
autres), on peut penser qu’une tendance à la variabilité est en œuvre auprès des mots
concernés, et qu’elle aboutira à moyen ou long terme à une régularisation de tous les
adjectifs.

En dehors des adjectifs de couleur, il existe en français de nombreux substantifs


employés adjectivement. Ces noms, le plus souvent mis en apposition derrière d’autres
noms, ne jouissent pas d’une description lexicographique des plus harmonieuse. Bien
qu’un test syntaxique simple permette de classer ces noms en deux groupes, selon qu’ils
peuvent ou non fonctionner en position d’attribut d’un verbe attributif, on trouve dans
les dictionnaires la plus grande variété de traitement. Des substantifs sont marqués
« adj. », d’autres sont dits « en appos. ». Nous ne relèverons pas ici tous les articles
concernés – même si nous allons en citer un certain nombre –, mais seulement ceux
ayant été de surcroît le siège d’un changement orthographique de pluriel ; à commencer
par ceux notés « adj. » dans les dictionnaires :
C804 ■ 2. classe adj. PL1997 2. classe adj.inv. PL1998
C1526 ■ coton n.m. (adj. Un problème coton) PL1999 coton n.m. (adj.inv.
Des problèmes coton) PL2000
C1744 ■ troubadour n.m. et adj. PL1997 troubadour n.m. et adj.inv. PL1998
C503 ■ funk adj.inv. et n.m.inv. PL1999 funk adj. et n.m.inv. PL2000
C504 ■ funky adj.inv. et n.m.inv. PL1999 funky adj. et n.m.inv. PL2000
Dans les trois premiers changements, l’emploi adjectival de classe, de coton et de
troubadour devient invariable ; ce changement est signalé par la mention « inv. » et
éventuellement par un exemple tourné au pluriel pour l’occasion. À l’inverse, les deux
autres changements consistent en la suppression de l’invariabilité de funk et funky. Dans
ces deux articles, l’altérité entre emploi adjectif et emploi substantif est entravée par la
définition commune aux deux catégories grammaticales, plus adaptée à l’adjectif qu’au
nom : « Se dit d’un style de [musique]… ».
C465 ■ châtain adj.inv. en genre et n.m. PL1999 châtain adj. et n.m. PL2000
C1068 + C1690 ■ 2. rasoir adj. PL1997 2. rasoir adj.inv. en genre PL1998- 1999
2. rasoir adj.inv. PL2000
C1042 ■ plouc ou plouk n. et adj.inv. en genre PL1997 plouc ou plouk n. et
adj. PL1998
C374 ■ beur n. et adj.inv. en genre PL2000 beur n. et adj. PL2001
C255 ■ 2. trognon adj.inv. en genre PL2004 2. trognon adj. PL2005
Cinq autres mots, un adjectif et quatre noms que les lexicographes choisissent de
catégoriser comme adjectifs, perdent leur marqueur d’invariabilité en genre, dont

254
l’utilité était douteuse 52 . On note de plus un double changement à l’article rasoir : en
dehors de la transition par l’état « inv. en genre » en 1998 et 1999, le « adj. » originel
devient « adj.inv. ». Ce changement est donc à rapprocher de celui de coton ci-dessus.
Par ailleurs, en supposant que l’indication « inv. » seule englobe l’invariabilité en genre,
le double changement de rasoir se lit comme une montée progressive de l’indication
d’invariabilité : d’abord en genre, puis également en nombre.
C795 ■ choc adj.inv. en genre (Postposé, parfois avec un trait d’union) PL1997
choc (En appos., avec ou sans trait d’union) PL1998
Même « perte » d’une improbable invariabilité en genre pour le nom en emploi
adjectival choc, que sa catégorisation grammaticale rapproche des trois changements
suivants.
C50 ■ 2. cathédrale adj.inv. PL2004 cathédrale n.f. (En appos.) PL2005
C845 ■ 2. éclair adj.inv. PL1997 1. éclair n.m. (En appos., avec ou sans trait
d’union) PL1998
C931 ■ lambda n.m.inv. (En app.) PL1997 1. lambda adj.inv. PL1998
Dans ces quatre derniers changements (celui de choc compris), on constate que la
frontière entre adjectif et nom est franchie, et dans les deux sens. Trois « adjectifs »
(cathédrale, éclair et choc) deviennent des « noms en apposition », tandis que lambda
suit le chemin inverse. Pour les trois premiers, le changement de catégorie grammaticale
s’accompagne d’ailleurs d’un changement de pluriel, puisque tous deux perdent
l’invariabilité que maintenait la mention disparue « adj.inv. ». De plus, la remarque sur
la graphie de l’apposition ajoutée à éclair entraîne un autre changement graphique,
puisque l’ajout d’un trait d’union entre les deux noms est rendu possible ; à l’article
choc, le trait d’union était envisagé même lorsque ce mot était noté « adj. »,
comportement anormal pour un adjectif, qui laissait présager le changement apporté à la
catégorie de l’article.

Le lecteur l’aura compris, la graphie des noms mis en apposition varie autour de
deux axes : l’accord au pluriel et l’emploi du trait d’union. Les dictionnaires étudiés
recèlent de multiples changements orthographiques sur ces deux plans.

52
Remarquons que dans le PL tout adjectif non épicène reçoit une marque de féminin en entrée, même
lorsque celle-ci ne pose pas de difficulté : joli, e ; marmoréen, enne. L’absence de forme de féminin dans
l’entrée indique donc implicitement l’invariabilité en genre.

255
4.3. Noms en apposition
Comme nous venons de le constater, le statut grammatical des noms employés en
e
apposition, phénomène relativement récent (attesté tout de même dès la fin du XIX

siècle 53 ), est incertain 54 , notamment dans les textes lexicographiques. Leur graphie,
surtout les deux axes évoqués (pluriel et trait d’union), ne l’est pas moins. C. Muller
notait en 2004 :
Nos dictionnaires annuels […] hésitent à leur attribuer [aux composés avec nom en
apposition] le trait d’union, et sont évasifs sur leurs pluriels éventuels 55
L’observation des dictionnaires montre que la situation est en pleine évolution, dont un
examen des changements récoltés aide à déterminer la portée.
C379 ■ cadeau (Papier-cadeau. Paquet cadeau) PL2000 cadeau (Papier-
cadeau. Des paquets cadeaux) PL2001
C1531 ■ culte (Film culte) PL2002 culte (Des films cultes) PL2003
C1535 ■ débat (Un déjeuner-débat) PL2000 débat (Des déjeuners-débats)
PL2001
C1831 ■ diesel (Camion diesel) PR2000 diesel (Des camions diesels) PR2001
C1550 ■ dortoir (Cité-dortoir) PL2002 dortoir (Des cités-dortoirs) PL2003
C2112 ■ 1. éclair (Un voyage éclair) PL1999 1. éclair (Des voyages éclair)
PL2000
C1574 ■ gigot (Manche (à) gigot) PL2004 gigot (En appos. Manche gigot.
Des manches gigot) PL2005
C1625 ■ massue (Argument massue) PL2000 massue (Argument massue. Des
arguments massues) PL2001
C1632 ■ miracle (Un médicament miracle) PL2004 miracle (Des
médicaments miracle) PL2005
C1929 ■ phare (Produit phare d’une marque) PR2000 phare (Les produits
phare d’une marque) PR2001
C1886 ■ pilote (Classe pilote, industrie-pilote. Ferme-pilote) PR2006 pilote
(Classe-pilote. Ferme-pilote. Des industries-pilotes) PR2007
C1912 ■ serveur, euse (Centre serveur) PR2006 serveur, euse (Des centres
serveurs) PR2007
C1746 ■ type (Un contrat type) PL1999 type (Des contrats types) PL2000
C1493 ■ catastrophe (En app. Film catastrophe) PL1997 catastrophe (En
appos., avec ou sans trait d’union. Des films catastrophe) 56 PL2003
C1519 ■ conseil (Souvent en appos. Ingénieur-conseil) PL2004 2. conseil
(Souvent en appos., avec ou sans trait d’union. Des ingénieurs-conseils) PL2005

53
D’après F. Gadet, 2007, p. 80.
54
Il est discuté entre autres dans les ouvrages de Michèle Noailly (1990) et Jan Goes (1999, p. 150-161),
qui laissent toutefois de côté le problème orthographique que posent ces noms.
55
C. Muller, 2004, p. 135-136.
56
L’emploi de catastrophe en apposition n’est pas mentionné dans les PL 1998 à 2002. Le changement
est donc apparent lors de la comparaison des PL 1997 et 2003.

256
C1726 ■ suicide (En appos. Opération suicide) PL2004 suicide (En appos.,
avec ou sans trait d’union. Opération suicide. Des commandos-suicides) PL2005
Un changement assez courant, représenté par ces 16 exemples (12 dans les PL, 4
dans les PR), consiste à tourner au pluriel l’exemple d’emploi du nom en apposition,
afin de montrer la forme de pluriel de celui-ci. Parfois, l’exemple n’est pas directement
transformé, mais complété par un exemple identique au pluriel : « Argument massue.
Des arguments massues ». On constate en observant les changements de plus près que le
pluriel du nom apposé est parfois donné comme variable (cadeau, culte, débat, diesel,
dortoir, massue, pilote, type, conseil, serveur, suicide), parfois non (éclair, gigot,
miracle, phare, catastrophe), sans aucune explication. Tant que le singulier était la
seule forme véhiculée par l’exemple, rien ne laissait présager ces pluriels irréguliers. En
effet, l’absence d’une information (ici l’absence d’indication de pluriel) valant pour une
absence de difficulté, on supposait un pluriel régulier pour les noms en apposition.
L’invariabilité de certains pluriels, constatée après transformation de l’exemple, vaut
donc pour un changement orthographique.

Les changements des articles catastrophe, conseil et suicide, qui ne concernent


pas uniquement la forme de pluriel, sont à rapprocher d’un autre changement :
C1534 ■ débat (Apposé à un nom. Un déjeuner-débat) PL1997 débat (En
appos., avec ou sans trait d’union. Un déjeuner-débat) PL1998
Les changements des articles catastrophe, conseil, débat et suicide consistent en
l’ajout de la précision suivante auprès de l’emploi appositif : « avec ou sans trait
d’union ». Cette précision laisse dans tous les cas le choix au scripteur d’utiliser un trait
d’union ou non, bien que les exemples « Des films catastrophe » et « Un déjeuner-
débat » orientent ce choix. L’ajout de ces quelques mots entraîne l’ajout d’une nouvelle
variante graphique qui dépend de la graphie primitivement donnée en exemple. Ainsi,
puisque l’exemple de l’article débat porte un trait d’union, l’ajout de la remarque a pour
effet l’ajout d’une graphie sans trait d’union ; inversement pour l’article catastrophe
dans lequel l’exemple ne porte pas de trait d’union.
C1827 ■ culte (Livre-culte. Acteur-culte) PR2006 culte (Livre-culte. Acteur
culte) PR2007
C1513 ■ coin (Le coin-cuisine. Le coin poupées) PL1997 coin ((En appos.,
avec ou sans trait d’union) Le coin-cuisine. Le coin poupées) PL1998
Un changement semblable touche l’article culte du PR2007, bien qu’il ne soit pas
formulé : l’un des deux exemples donnés perd son trait d’union dans le PR2007. Face
aux deux exemples d’apparence contradictoire « Livre-culte. Acteur culte », le scripteur

257
est censé comprendre qu’il est libre d’utiliser ou non un trait d’union lorsqu’il emploie
culte en apposition. En revanche, alors que les deux exemples de l’article coin des PL
1997 et 1998 ne bougent pas, la remarque « avec ou sans trait d’union » est ajoutée.
Celle-ci matérialise alors explicitement la liberté de choix du scripteur – alors que les
deux exemples de l’article culte la matérialisent implicitement.
C988 ■ non-fumeur, euse PL1997 non-fumeur, euse (Rem. Peut s’employer
en appos. Compartiment non-fumeurs) PL1998
La possibilité d’employer le nom composé non-fumeur en apposition, introduite
dans le PL1998, s’accompagne de l’exemple « Compartiment non-fumeurs », dans
lequel l’apposition est au pluriel tandis que le nom qui la pilote demeure au singulier.
On retrouve le même cas dans un exemple de l’article coin, cité précédemment : « Le
coin poupées ». Le statut syntaxique de l’apposition dans ces deux syntagmes diffère de
celui des autres appositions rencontrées dans les autres articles. Ici, l’emploi
appositionnel ressemble à une ellipse d’une préposition et d’un déterminant (au
pluriel) : « compartiment pour les/des non-fumeurs » et « coin pour les/des poupées » ;
tandis que dans les autres syntagmes, le nom en apposition fonctionne plutôt comme un
adjectif épithète : « film qui est culte », « classe qui est pilote ». Cela dit, il nous semble
que cette différence de structure profonde entre des séquences semblables en surface ne
saurait justifier une disparate d’ordre graphique.
C1510 + C1511 ■ clef ou clé (En apposition, avec ou sans trait d’union.
Industrie clef. Rôle clef) PL1997 clef ou clé (En appos., avec ou sans trait
d’union. Industrie-clef. Rôle clef) PL1998-2002 clef ou clé (En appos., avec ou
sans trait d’union. Des industries-clefs) PL2003
C1926 ■ clé ou clef (En appos. (avec ou sans trait d’union) Occuper une
position(-)clé. Des positions-clés. Un poste-clé. Industrie clé. Un témoin-clé. Les
mots-clés) PR2006 clé ou clef (En appos. (avec ou sans trait d’union) Occuper
une position(-)clé. Des positions(-)clés. Un poste-clé. Industrie clé. Un
témoin(-)clé. Les mots(-)clés) PR2007
Les articles clé des deux dictionnaires résument tous les exemples développés
dans ce chapitre. Dans le PL1998, un trait d’union est ajouté dans l’un des deux
exemples ; dans le PL2003, cet exemple est tourné au pluriel, tandis que l’autre exemple
est supprimé, malgré le maintien de la remarque concernant le trait d’union facultatif.

Dans le PR2007, parmi la multitude d’exemples d’emploi de clé en apposition


régis par la mention explicite « avec ou sans trait d’union », on observe trois ajouts de
parenthèses autour de traits d’union : « Un témoin-clé » devient « Un témoin(-)clé »,
etc. Cet article du PR présente après modification une certaine disparate qui

258
incommoderait un lecteur inattentif, puisqu’on y recense un exemple pourvu de trait
d’union, un exemple qui en est dépourvu, et quatre exemples où le trait d’union est
intermittent.
C1875 ■ né, née (Un orateur-né. « Contrairement aux peintres nés. »
« Sophie-Victoire était une artiste-née. ») PR2006 né, née (Un orateur-né. Une
artiste-née) PR2007
Signalons enfin le cas particulier de l’élément participial né, entrant dans la
composition de substantifs. Le changement qui affecte l’article né du PR2007 consiste
en la suppression d’une citation dans laquelle l’élément né n’est pas rattaché au nom par
un trait d’union. Comme dans quelques exemples ci-dessus, cette suppression entraîne
la disparition d’une graphie possible. Par ailleurs, l’indication de pluriel des composés
avec -né disparaît dans l’opération.

4.4. Lettres majuscules et lettres capitales


La forme et la taille des lettres de l’alphabet utilisées pour composer les entrées de
dictionnaires ne sont pas des détails anodins. Nous considérons la variation qui y a
cours au même titre que celle qui affecte la graphie des pluriels, c’est-à-dire en tant que
zone de variation orthographique du français. Avant de commencer à manipuler les
articles de dictionnaires dans lesquels des changements ont eu lieu, une distinction
s’impose :
Il faut bien distinguer la majuscule de la lettre capitale […]. D’une part, bien entendu,
la première est un terme de l’écriture manuscrite, la seconde un terme d’imprimerie.
Mais aussi, un mot, une phrase, peuvent être entièrement imprimés en lettres capitales,
tandis que la "majuscule" apparaît seulement à l’initiale du mot : l’opposition
minuscule/majuscule à l’initiale est une opposition linguistique, sémantique. 57
Dans les dictionnaires qui nous intéressent, l’emploi des lettres capitales et des
majuscules en entrée dépend directement des choix effectués lors de la conception de la
maquette. Dans les PL 1997 à 2008, bien que trois maquettes se soient succédé, on
dénote de la constance dans l’emploi des capitales et des majuscules. Toutes les entrées,
à de rares exceptions près (lettres minuscules), sont composées en petites capitales.
Lorsqu’un mot placé en entrée nécessite une majuscule initiale, il reçoit une grande
capitale – que le lecteur non habitué aura d’ailleurs de la peine à percevoir. À l’intérieur
des articles des PL, les majuscules sont employées en toute liberté, puisque les capitales
sont absentes (hormis dans les marqueurs). Dans les entrées des PR 1997 à 2006,
aucune grande capitale n’est employée ; ce sera le cas à partir de 2007 grâce à la

57
N. Catach, 1989a, p. 155.

259
nouvelle maquette. À l’intérieur des articles, de nombreuses plages de texte sont
composées en petites capitales. Les caractéristiques typographiques des différents
dictionnaires sont ici à peine évoquées. Nous n’hésiterons pas à revenir sur tel ou tel
point particulier au fil des développements.

Dans les analyses graphiques qui suivent, nous ferons d’abord état de la variation
d’emploi des lettres majuscules initiales dans les deux dictionnaires, avant de nous
arrêter sur les particularités introduites dans la maquette du PR2007 au niveau des
grandes capitales en entrée.

4.4.1. Majuscules et minuscules

4.4.1.1. PR
Depuis la parution du premier PR en 1967, les métalexicographes se prennent
souvent à dénoncer le manque de rigueur formelle de ce dictionnaire, notamment le peu
de soin accordé à certains détails de présentation 58 . Par exemple, dans le PR2006
comme dans d’autres, les différents emplois ou expressions connaissent plusieurs
présentations. Ainsi, lorsqu’une définition définit une expression ou un exemple, ce
dernier peut se trouver en italiques (« L’enveloppe de la Recherche, son budget ») ou en
petites capitales (« PAR ESSENCE. Par sa nature même »). La nuance – si elle existe
vraiment – reste délicate pour l’utilisateur. Le problème naît de la typographie des
emplois et expressions donnés en petites capitales, car ce mode de présentation,
d’ailleurs unanimement utilisé dans les entrées du PR comme du PL, sème le trouble
dans l’orthographe. En effet, pour peu qu’une lettre majuscule doive être signalée, les
complications se font sentir ; car il est inconfortable de présenter un emploi où se trouve
une lettre majuscule, comme « LA RENAISSANCE », en lettres capitales.

Dans les PR 1997 à 2006, l’équilibre et la cohérence étaient maintenus par une
totale stabilité typographique. Mais un problème de taille est survenu lors de la refonte
de 2007, à l’occasion de laquelle, comme nous l’avons décrit en première partie, la
maquette a été totalement renouvelée, typographie comprise. Concrètement, étant donné
que l’édition est assistée par ordinateur, les modifications ont été générées
automatiquement, la part humaine du travail étant massivement déplacée vers la
relecture et la correction. Dans la nouvelle maquette, la police de caractères des

58
Cf. entre autres M. Heinz (1995) au sujet des allusions, ou encore L. Bray (1989b, 142) sur la
typographie des entrées.

260
expressions du type par essence a été changée, comme en attestent ces extraits du même
article (essence) tirés des PR 2006 et 2007 :

Extrait textuel 24 : Typographie de la locution par essence (PR 2006 et 2007).

Dans le PR2006, les grandes capitales sont utilisées pour noter la majuscule d’un
nom propre (eau de Cologne, violon d’Ingres, cheval de Troie, etc.) ou celle d’un nom
commun pris dans une acception particulière (l’Assemblée, l’État, l’Hexagone, etc.).
Ces observations rejoignent le portrait que donne N. Catach des « majuscules de mot » :
On distingue la majuscule de mot et la majuscule de phrase. La première est porteuse
d’un certain nombre de différenciations grammaticales et sémantiques : nom
propre/nom commun, Pierre/la pierre ; nom générique/nom particulier,
l’Église/l’église ; polysémie quasitotale, l’État/l’état, etc. 59
Parfois, l’indication de la lettre majuscule est appuyée par une courte remarque :
bible (la Bible (avec un B majuscule)) PR2006
état [sens III 2♦] (avec une majuscule) PR2006
renaissance (la Renaissance (avec un R majuscule)) PR2006
Enfin, la présentation choisie pour lampe Carcel à l’article carcel a de quoi surprendre,
puisque la police de caractères des deux variantes y est différente :

Extrait textuel 25 : Sous-entrée lampe Carcel (PR 1997 à 2006).

Ce qu’il s’est produit dans la maquette du PR2007, c’est une coquille


typographique à grande échelle (une même coquille s’est répétée 57 fois dans tout le
dictionnaire) 60 . Dans la nouvelle police de caractères, les grandes capitales du PR2006
sont devenues des petites capitales en 2007, ce qui équivaut à une disparition des
majuscules. Dans la liste suivante des changements relevés entre les PR 2006 et 2007,
nous ne reproduisons pas les capitales, petites ou grandes, de façon à ce que
l’opposition entre les deux tailles de caractères se fasse bien sentir :
C8 ■ académie (l’Académie) académie (l’académie)
C1792 ■ assemblée (l’Assemblée) assemblée (l’assemblée)
C753 ■ bêtise (bêtises (de Cambrai)) bêtise (bétises (de cambrai))
C1235 ■ bible (la Bible (avec un B majuscule)) bible (la bible (avec un B
majuscule)

59
N. Catach, 1989a, p. 155.
60
Nous avons évoqué cette coquille en 1.5.2.1.2.

261
C1808 ■ bûche (bûche de Noël) bûche (bûche de noël)
C1810 ■ cage (cage de Faraday) cage (cage de faraday)
C1240 ■ carcel (lampe Carcel ou lampe carcel) carcel (lampe carcel ou
lampe carcel)
C1371 ■ cassation (Cour de cassation) cassation (cour de cassation)
C1372 ■ cheval, aux (cheval de Troie) cheval, aux (cheval de troie)
C1244 ■ chou (chou de Bruxelles) chou (chou de bruxelles)
C10 ■ commissaire (commissaire de la République) commissaire
(commissaire de la république)
C1373 ■ communauté (la Communauté européenne) communauté (la
communauté européenne)
C86 ■ conseil (Conseil d’État, Conseil des ministres) conseil (conseil d’état,
conseil des ministres)
C1331 ■ coquille (coquille Saint-Jacques) coquille (coquille saint-jacques)
C1389 ■ cour (Cour des comptes) cour (la cour des comptes)
C1832 ■ dieu (le bon Dieu, Dieu sait…) dieu (le bon dieu, dieu sait…)
C1976 ■ eau (eau de Cologne) eau (eau de cologne)
C1388 ■ enfant (enfants de Marie) enfant (enfants de marie)
C1328 ■ esprit (Saint-Esprit ou Esprit saint) esprit (saint-esprit ou esprit
saint)
C1332 ■ état ((avec une majuscule) chef d’État, homme d’État, femme d’État,
coup d’État, raison d’État, État dans l’État, un État, États-Unis d’Amérique)
état (chef d’état, homme d’état, femme d’état, coup d’état, raison d’état, état
dans l’état, un état, états-unis d’amérique)
C1839 ■ éternel (l’Éternel, devant l’Éternel) éternel (l’éternel, devant
l’éternel)
C1258 ■ figue (figue de Barbarie) figue (figue de barbarie)
C1259 ■ figuier (figuier de Barbarie) figuier (figuier de barbarie)
C1841 ■ fil (fil d’Ariane) fil (fil d’ariane)
C1845 ■ forêt (les Eaux et Forêts) forêt (les eaux et forêts)
C1847 ■ 2. garde (garde des Sceaux) 2. garde (garde des sceaux)
C1262 ■ hexagone (l’Hexagone) hexagone (l’hexagone)
C1994 ■ jeu (Jeux olympiques) jeu (jeux olympiques)
C1859 ■ lanterne (lanterne d’Aristote) lanterne (lanterne d’aristote)
C122 ■ légion (Légion d’honneur) légion (légion d’honneur)
C1865 ■ maison (la Maison-Blanche) maison (la maison-blanche)
C1375 ■ 3. mal, plur. maux (le Mal) 3. mal, plur. maux (le mal)
C1377 ■ manteau (manteau d’Arlequin) manteau (manteau d’arlequin)
C1869 ■ marché (Marché commun) marché (le marché commun)
C1376 ■ 2. mine (les Mines) 2. mine (les mines)
C1873 ■ montagne (la Montagne) montagne (la montagne)
C1281 ■ noël (père Noël) noël (père noël)
C2017 ■ ouest (l’Ouest) ouest (l’ouest)

262
C1370 ■ pain (pain de Gênes) pain (pain de gênes)
C1287 ■ paysan, anne (le paysan du Danube) paysan, anne (le paysan du
danube)
C1890 ■ 1. pomme (pomme d’Adam) 1. pomme (pomme d’adam)
C1446 ■ pont (Ponts et Chaussées) pont (les ponts et chaussées)
C1378 ■ président, ente (président du Conseil) président, ente (président du
conseil)
C1301 ■ procureur (procureur de la République) procureur (procureur de la
république)
C1903 ■ réforme (la Réforme) réforme (la réforme)
C1307 ■ renaissance (la Renaissance (avec un R majuscule)) renaissance (la
renaissance (avec un R majuscule))
C1310 ■ république (la République française) république (la république
française)
C143 ■ révolution (la Révolution) révolution (la révolution)
C266 ■ salut (Armée du Salut) salut (armée du salut)
C1329 ■ sceau (sceau-de-Salomon. Des sceaux-de-Salomon) sceau (sceau-
de-salomon. Des sceaux-de-salomon)
C2041 ■ 2. secret (un secret d’État) 2. secret (un secret d’état)
C1909 ■ secrétaire (secrétaire d’État) secrétaire (secrétaire d’état)
C1910 ■ sécurité (Sécurité sociale) sécurité (sécurité sociale)
C1930 ■ tête (tête de Turc) tête (tête de turc)
C1920 ■ 3. tour (le Tour de France) 3. tour (le tour de france)
C1330 ■ tout ; toutes ; tous ; toutes (tout-Paris ; le tout-Paris) tout ; toutes ;
tous ; toutes (tout-paris ; le tout-paris)
C2055 ■ violon (violon d’Ingres) violon (violon d’ingres)
Lors de la refonte de 2007, par erreur, toutes les grandes capitales diminuent
d’une taille et ne se distinguent plus des petites capitales 61 . Les noms propres se sont
amoindris (aristote, france, gênes, etc.), et les noms communs pris dans une acception
particulière ont perdu toute particularité graphique en même temps qu’une part de leur
signification (l’hexagone, la révolution, la sécurité sociale). De plus, malheureusement,
les remarques au sujet des majuscules sont conservées (sauf celle de l’article état qui a
été refondu). On a donc pour deux articles du PR2007 une contradiction entre la graphie
préconisée et celle effectivement adoptée :
bible (la bible (avec un B majuscule)) PR2007
renaissance (la renaissance (avec un R majuscule)) PR2007
Mais la curiosité est poussée à son extrême avec le nouvel article carcel,
exsangue, qui perd l’antagonisme à l’origine du choix qu’il offrait :

61
Le changement n’a pas affecté les emplois présentés en italique dans le PR2007 : « La Convention
nationale », « Le mur des Fédérés », « La Victoire », etc.

263
Extrait textuel 26 : Sous-entrée lampe Carcel (PR2007).

Une fois la fâcheuse manipulation effectuée et ses incidences imprimées, on peut


supposer qu’en relisant les épreuves, les correcteurs des éditions Le Robert ont décelé le
problème. Peut-être a-t-on alors manqué de temps pour le résoudre ? En tous les cas, ce
problème connaît une issue heureuse dès le PR2008, dans lequel la quasi-intégralité de
ces coquilles sont réparées. On assiste alors à une série de changements
orthographiques, les mêmes qui se sont produits en 2007 mais dans l’autre sens :
C1933 ■ académie (l’académie) académie (l’Académie)
C1942 ■ assemblée (l’assemblée) assemblée (l’Assemblée)
C1946 ■ bêtise (bétises (de cambrai)) bêtise (bétises (de Cambrai))
C1947 ■ bible (la bible (avec un B majuscule)) bible (la Bible (avec un B
majuscule)
C1950 ■ bûche (bûche de noël) bûche (bûche de Noël)
C1952 ■ cage (cage de faraday) cage (cage de Faraday)
C1954 ■ carcel (lampe carcel ou lampe carcel) carcel (lampe Carcel ou
lampe carcel)
C1956 ■ cassation (cour de cassation) cassation (Cour de cassation)
C1960 ■ cheval, aux (cheval de troie) cheval, aux (cheval de Troie)
C1961 ■ chou (chou de bruxelles) chou (chou de Bruxelles)
C1963 ■ commissaire (commissaire de la république) commissaire
(commissaire de la République)
C1964 ■ communauté (la communauté européenne) communauté (la
Communauté européenne)
C1967 ■ conseil (conseil d’état, conseil des ministres) conseil (Conseil
d’État, Conseil des ministres)
C1968 ■ coquille (coquille saint-jacques) coquille (coquille Saint-Jacques)
C1971 ■ cour (la cour des comptes) cour (la Cour des comptes)
C1975 ■ dieu (dieu, le bon dieu) dieu (Dieu, le bon Dieu)
C1977 ■ eau (eau de cologne) eau (eau de Cologne)
C1978 ■ enfant (enfants de marie) enfant (enfants de Marie)
C2114 ■ esprit (saint-esprit ou esprit saint) esprit (Saint-Esprit ou Esprit
saint)
C1980 ■ état (l’état, chef d’état, homme d’état, femme d’état, coup d’état, raison
d’état, état dans l’état, un état, états-unis d’amérique) état (l’État, chef d’État,
homme d’État, femme d’État, coup d’État, raison d’État, État dans l’État, un
État, États-Unis d’Amérique)
C1981 ■ éternel (l’éternel, devant l’éternel) éternel (l’Éternel, devant
l’Éternel)
C1982 ■ figue (figue de barbarie) figue (figue de Barbarie)
C1983 ■ figuier (figuier de barbarie) figuier (figuier de Barbarie)

264
C1984 ■ fil (fil d’ariane) fil (fil d’Ariane)
C1985 ■ forêt (les eaux et forêts) forêt (les Eaux et Forêts)
C1986 ■ 2. garde (garde des sceaux) 2. garde (garde des Sceaux)
C1989 ■ hexagone (l’hexagone) hexagone (l’Hexagone)
C1995 ■ jeu (jeux olympiques) jeu (Jeux olympiques)
C1997 ■ lanterne (lanterne d’aristote) lanterne (lanterne d’Aristote)
C1999 ■ légion (légion d’honneur) légion (Légion d’honneur)
C2000 ■ maison (la maison-blanche) maison (la Maison-Blanche)
C2001 ■ 3. mal, plur. maux (le mal) 3. mal, plur. maux (le Mal)
C2061 ■ manteau (manteau d’arlequin) manteau (manteau d’Arlequin)
C2003 ■ marché (le marché commun) marché (le Marché commun)
C2007 ■ 2. mine (les mines) 2. mine (les Mines)
C2010 ■ montagne (la montagne) montagne (la Montagne)
C2013 ■ noël (père noël) noël (père Noël)
C2018 ■ ouest (l’ouest) ouest (l’Ouest)
C2020 ■ pain (pain de gênes) pain (pain de Gênes)
C2021 ■ paysan, anne (le paysan du danube) paysan, anne (le paysan du
Danube)
C2025 ■ 1. pomme (pomme d’adam) 1. pomme (pomme d’Adam)
C2026 ■ pont (les ponts et chaussées) pont (les Ponts et Chaussées)
C2027 ■ président, ente (président du conseil) président, ente (président du
Conseil)
C2028 ■ procureur (procureur de la république) procureur (procureur de la
République)
C2031 ■ réforme (la réforme) réforme (la Réforme)
C2032 ■ renaissance (la renaissance (avec un R majuscule)) renaissance (la
Renaissance (avec un R majuscule))
C2035 ■ république (la république française) république (la République
française)
C2036 ■ révolution (la révolution) révolution (la Révolution)
C2039 ■ salut (armée du salut) salut (Armée du Salut)
C2040 ■ sceau (sceau-de-salomon. Des sceaux-de-salomon) sceau (sceau-de-
Salomon. Des sceaux-de-salomon)
C2042 ■ 2. secret (un secret d’état) 2. secret (un secret d’État)
C2043 ■ secrétaire (secrétaire d’état) secrétaire (secrétaire d’État)
C2044 ■ sécurité (sécurité sociale) sécurité (Sécurité sociale)
C2050 ■ tête (tête de turc) tête (tête de Turc)
C2051 ■ 3. tour (le tour de france) 3. tour (le Tour de France)
C2052 ■ tout ; toutes ; tous ; toutes (tout-paris ; le tout-paris) tout ; toutes ;
tous ; toutes (tout-Paris ; le tout-Paris)
C2056 ■ violon (violon d’ingres) violon (violon d’Ingres)

265
Le changement est global : tous les articles où une coquille s’était glissée ont été
retrouvés et corrigés. Dans les trois millésimes successifs, chacun d’eux suit un schéma
simple où la graphie de 2006 est reproduite en 2008, avec une perte passagère
d’information en 2007 :
C1910 + C2044 ■ sécurité (Sécurité sociale) PR2006 sécurité (sécurité
sociale) PR2007 sécurité (Sécurité sociale) PR2008
Cependant, quelques erreurs se sont immiscées dans le texte au cours du
traitement. Tout d’abord, à l’article dieu où les expressions le bon Dieu et Dieu sait…
avaient perdu leur majuscule en 2007, seule l’une des deux majuscules est rétablie. Les
lexicographes ont bien décelé que la coquille s’était introduite dans l’article, mais ils ne
l’ont corrigée qu’en un seul point. Soyons certains que la rectification de l’erreur
restante est imminente.

Ensuite, à l’article sceau qui abrite la définition du sceau-de-Salomon et son


pluriel habillé en exemple (« Des sceaux-de-Salomon »), la disparition de la majuscule
se répercute dans l’exemple. Un correcteur, après avoir décelé l’incohérence entre les
deux occurrences du mot, aura probablement décidé de régulariser cela en supprimant la
majuscule dans l’exemple au pluriel. Malheureusement, lorsque la majuscule est
rétablie en 2008, elle n’est pas reproduite dans l’exemple. On aboutit en 2008 donc à la
légère contradiction évitée en 2007 :
sceau […] sceau-de-Salomon […] Des sceaux-de-Salomon. PR2006
sceau […] sceau-de-salomon […] Des sceaux-de-salomon. PR2007
sceau […] sceau-de-Salomon […] Des sceaux-de-salomon. PR2008
Enfin, la dernière coquille est à considérer avec humour : à l’article bêtise touché en
2007 au niveau de la majuscule à bêtises (de Cambrai), c’est l’accent du mot bêtise qui
virevolte. Dans le PR2007, il est fait mention des bétises (de cambrai). Le signe
acquiert une nouvelle motivation !

Le bilan de tous ces aléas orthographiques reste positif. Une coquille de grande
ampleur, introduite par erreur, a été corrigée rapidement. De plus, cela a permis aux
lexicographes de reconsidérer en 2008 l’usage de quelques majuscules dans des cas
similaires :
C1948 ■ 1. blanc, blanche (un blanc, une blanche) PR2007 1. blanc, blanche
(un Blanc, une Blanche) PR2008
C1969 ■ coran (le coran) PR2007 coran (le Coran) PR2008
C1972 ■ croix (croix rouge) PR2007 croix (Croix Rouge) PR2008

266
C1979 ■ est (l’est) PR2007 est (l’Est) PR2008
C1998 ■ latin, ine (quartier latin) PR2007 latin, ine (Quartier latin) PR2008
C2002 ■ maoïste (col mao) PR2007 maoïste (col Mao) PR2008
C2014 ■ noir, noire (un noir, une noire) PR2007 noir, noire (un Noir, une
Noire) PR2008
C2024 ■ poids (poids et mesures) PR2007 poids (Poids et Mesures) PR2008
C2049 ■ terre (la terre) PR2007 terre (la Terre) PR2008
C2054 ■ vietnamien, enne (fam. ou péj. viet) PR2007 vietnamien, enne (fam.
ou péj. Viet) PR2008
C2057 ■ vulgate PR2007 vulgate (la Vulgate) PR2008
Les emplois particuliers présentés ici sont tous composés en lettres capitales dans
les PR ; mais en 2006 et 2007, toutes les lettres sont de taille équivalente, donc sans
majuscule à l’initiale. En 2008, des lettres capitales sont agrandies, devenant des
majuscules : un Noir, un Blanc (désignant des êtres humains), le Coran, la Vulgate 62 , le
Quartier latin, etc. Les initiales de ces mots attendaient depuis longtemps de devenir
dans le PR les lettres majuscules qu’elles sont déjà dans l’usage. C’est désormais chose
faite, grâce à la réparation de la coquille du PR2007.

Mais le mouvement d’érection de lettres majuscules n’est pas spécifique au


PR2008 ; il est inscrit dans la durée. À l’intérieur de notre période d’étude, on relève
des traces de son exercice dès le PR1998. Voici la liste des changements observés à
l’intérieur des articles :
C1780 ■ agétac PR2006 Agétac PR2007
C1782 ■ alliance (l’Arche d’alliance) PR2000 alliance (l’Arche d’Alliance)
PR2001
C1787 ■ 1. arche (l’arche d’alliance, l’arche sainte) PR1997 1. arche (l’Arche
d’Alliance, l’Arche Sainte) PR1998
C1955 ■ cassandre (Les prévisions des Cassandre (ou cassandre)) PR2007
Cassandre (Les prévisions des Cassandre (ou cassandre)) PR2008
C1824 ■ cour (cour des comptes) PR1998 cour (Cour des comptes) PR1999
C1879 ■ pâque, pâques (I la pâque) PR2000 pâque, pâques (I la pâque, 1. la
Pâque) PR2001
C1880 ■ pâque, pâques (II pâques) PR2006 pâque, pâques (II Pâques) PR2007
C1881 ■ pardon (Grand pardon) PR2000 pardon (le Grand Pardon) PR2001
C1896 ■ président, ente (président du conseil) PR1999 président, ente
(président du Conseil) PR2000
C1923 ■ vénus (une Vénus (ou vénus) callipyge) PR1999 vénus (la Vénus
callipyge) PR2000

62
La majuscule est introduite en même temps qu’un ajout de sens, pour lequel le mot ne prend pas la
majuscule. La précision survient donc à point nommé.

267
Si l’on ajoute ces quelques changements (qui consistent tous en un ajout de
majuscule initiale pour un mot dans un emploi particulier) à ceux trouvés dans le
PR2008, il se dégage quelques constantes. En premier lieu, le poids de la religion se fait
sentir. N. Catach notait que l’accent circonflexe, lorsqu’il était en train de s’installer
dans le français écrit, avait peut-être une fonction de dévotion :
Beaucoup de mots de respect humain ou de crainte religieuse ont conservé leur
longueur d’origine, ou se sont curieusement allongés au cours de notre histoire, par
pure dévotion […], comme grâce (gratia), chrême (contrairement à crème, qui avait
également un e long), prône, etc. Abysme est de ceux-là, d’où son accent circonflexe,
qui ne signifie rien d’autre. 63
Il semblerait, maintenant que les accents circonflexes se sont stabilisés sur la plupart des
mots, que les lettres initiales, matériau toujours malléable (c’est-à-dire graphiquement
instable), aient pris le relais des circonflexes pour assurer cette fonction de dévotion.
Les choses religieuses, quelle que soit la religion concernée, ont besoin de lettres
majuscules pour être élevées au rang auquel les hommes les placent : le Grand Pardon,
le Coran, l’Arche Sainte, la Vulgate, la Vénus callipyge (même si elle n’est qu’une
représentation de la déesse), etc. Dans ces emplois, la majuscule n’établit pas
simplement une distinction graphique entre divers emplois d’un même mot, elle
symbolise aussi la grandeur attribuée au référent.

En second lieu, la lettre majuscule initiale différencie pour un terme donné les
emplois courants de ce terme des emplois relatifs à un organe officiel ou à une
institution : la Cour des comptes ou la Cour pénale internationale sont ainsi distingués
visuellement de la cour d’école. De même dans Agétac, acronyme de « Accord général
sur les tarifs douaniers et le commerce », où la majuscule est donnée à Accord parce que
ce mot désigne ici plus qu’un simple accord.

Ajoutons que quelques noms de lieux (au sens large) obtiennent une majuscule
initiale : l’Est, le Quartier latin, la Terre.
C1781 ■ albigeois, oise (Les Albigeois) PR2000 albigeois, oise (Les
albigeois) PR2001
C1807 ■ brumaire (Le coup d’État du 18 Brumaire 1799) PR1997 brumaire
(Le coup d’État du 18 brumaire 1799) PR1998
C1906 ■ saint, sainte (l’Esprit-Saint) PR2000 saint, sainte (l’Esprit saint)
PR2001

63
N. Catach, 1989a, p. 27.

268
Cependant, 3 changements vont à contrecourant des précédents. L’élément d’un
calendrier institutionnel désigné par Brumaire, le groupe religieux dit les Albigeois ainsi
que l’adjectif saint dans Esprit saint perdent leur majuscule.
C737 + C1285 + C2143 ■ pacs (« Un Français sur deux se dit favorable au
Pacs ») PR2002 pacs (« Un Français sur deux se dit favorable au Pacs ».
Signer, conclure un pacs) PR2003-2006 pacs (« Un Français sur deux se dit
favorable au Pacs ». Signer, conclure un pacs, un PACS) PR2007 pacs
(Signer, conclure un pacs, un PACS) PR2008
Enfin, il subsiste un triple changement difficile à rattacher aux autres, autour de la
graphie de pacs. En plus de l’hésitation à propos de la majuscule initiale et de la graphie
en capitales, siégeant dans la citation et les exemples de cet article, outre l’ajout d’un
exemple en 2003 et la suppression d’une citation en 2008, en plus de la surenchère
graphique (jusqu’à trois graphies en 2007), la version papier des PR 1997 à 2006 (qui
présente une entrée dont la graphie est neutralisée par les petites capitales, PACS)

contredit la version sur cédérom des mêmes dictionnaires, qui donne la graphie Pacs en
entrée. Cette contradiction des entrées se résout dans les PR2007 papier et informatisé,
qui présentent tous deux l’entrée sans majuscule initiale. Pour ce mot, les graphies à
majuscule(s) ne sont pas nécessairement dues au caractère officiel du référent, mais
plutôt à son statut d’acronyme.

Dans les PR, les changements de majuscules (hors coquilles involontaires)


concernent des groupes restreints de termes : mots de la religion, de l’institution, mots
désignant des personnes ou des groupes de personnes. Le plus souvent, une majuscule
leur est allouée, même s’il arrive qu’elle leur soit retirée.

4.4.1.2. PL
L’enquête se poursuit dans les PL, où des changements de même nature se sont
déroulés, qui nous permettent de rallonger notre liste d’exemples et de dégager d’autres
constantes dans l’emploi de la majuscule initiale.
C1468 ■ avent PL2000 Avent PL2001
C839 ■ dormition PL1997 Dormition PL1998
C1597 ■ judas PL1997 judas [sens 1 : « Traître. »] (Souvent avec une
majuscule) PL1998
C936 ■ libera PL1997 Libera PL1998
C1635 ■ 2. mosaïque (la loi mosaïque) PL1999 2. mosaïque (la Loi mosaïque)
PL2000
C1651 ■ pandémonium PL1997 pandémonium [sens 1 : « Capitale supposée
de l’enfer. »] (Avec une majuscule) PL1998

269
C2110 ■ résurrection (la résurrection du Christ) PL1997 résurrection (la
Résurrection : celle du Christ) PL1998
C1167 ■ 2. trappe PL1997 2. trappe [sens 1 : « Ordre des trappistes. »] (Avec
une majuscule) PL1998
C1754 ■ vaticane (bibliothèque vaticane) PL2004 vaticane (bibliothèque
Vaticane) PL2005
On retrouve en premier lieu des transformations de minuscules initiales en
majuscules pour des mots du domaine de la religion. La nécessité de ces majuscules est
soit glosée par une remarque du type « (Avec une majuscule) » placée avant la
définition concernée, soit utilisée dans un exemple, quand les deux procédés ne sont pas
utilisés de concert.
C427 ■ assomption (l’Assomption) PL1999 Assomption PL2000
C1610 ■ loi (table de la Loi) PL1999 loi ((Avec une majuscule) table de la
Loi) PL2000
C1025 ■ pénitencerie [sens 2] (Sacrée Pénitencerie apostolique) PL1997
Pénitencerie PL1998
C1688 ■ rameau ((Avec une majuscule) les Rameaux) PL1997 rameau (les
Rameaux) PL1998
C1753 ■ vaticane (bibliothèque vaticane (ou, avec une majuscule, la Vaticane)
PL1997 vaticane (bibliothèque vaticane (ou la Vaticane) PL1998
Ces 5 changements supplémentaires ne sont pas directement orthographiques,
mais lexicographiques. Ils concernent en effet la présentation de la majuscule plutôt que
son emploi effectif. À l’article assomption, l’ancien exemple introducteur de la
définition (« l’Assomption »), seul porteur de la majuscule, est supprimé en 2000 ; dès
lors, la majuscule est logiquement reportée en entrée. À l’article loi, l’indication entre
parenthèses vient en 2000 renforcer l’emploi d’une majuscule qui s’affiche déjà dans le
PL1999. Inversement, alors que la majuscule est présente en 1997 et 1998 dans « les
Rameaux » et dans « la Vaticane », l’indication « Avec une majuscule », ici considérée
comme superflue, disparaît. À l’article pénitencerie, la majuscule du sens 2 de 1997 a
été transférée dans l’entrée lorsque le sens 1, non concerné par la majuscule, a été
supprimé.
C1458 ■ an (le jour de l’an, le nouvel an) PL1997 an (le jour de l’An, le
Nouvel An) PL1998
C1585 ■ inspecteur, trice (inspecteur des ponts et chaussées) PL2004
inspecteur, trice (inspecteur des Ponts et Chaussées) PL2005
C2071 ■ légion (légion étrangère) PL2007 légion ((Avec une majuscule)
Légion étrangère) PL2008

270
C1642 ■ 1. office PL1997 1. office [sens 3 : « Service public doté de la
personnalité morale et de l’autonomie financière, intervenant dans le domaine
économique »] (Avec une majuscule) PL1998
C1710 ■ sécurité (sécurité sociale (Abrév. (fam.) : sécu)) PL1997 sécurité
(sécurité sociale (Abrév. (fam.) : Sécu)) PL1998
Ensuite, quelques majuscules érigées servent, là encore, à marquer des noms
d’institutions ou d’organes officiels. Les changements observés dans les PL rejoignent
alors ceux observés dans les PR. Nous n’avons pas hésité à cataloguer Nouvel An parmi
les institutions, dans le sens où il fait partie intégrante du calendrier républicain, ni
Pharmacopée (ci-dessous), qui désigne un recueil au caractère officiel et national.
C1556 ■ 2. État PL1997 2. État (Avec une majuscule) PL1998
C1653 ■ pharmacopée [sens 1 : « Recueil officiel contenant la nomenclature des
médicaments… »] (Avec une majuscule) [sens 2 : « Ensemble des remèdes »]
(Avec une minuscule) PL1997 pharmacopée [sens 1] (Avec une majuscule)
PL1998
C1711 ■ sénat (Sénat conservateur) PL1997 sénat ((Avec une majuscule)
Sénat conservateur) PL1998
Comme pour les mots de la religion ci-dessus, quelques-uns des noms de ce
nouveau groupe connaissent un changement dans la présentation lexicographique de
leur majuscule initiale. Aux articles État et sénat, la remarque ajoutée en 1998 ne fait
que renforcer l’usage de la majuscule, déjà employée dans l’entrée ou l’exemple en
1997. À l’article pharmacopée du PL1997, dont les deux sens s’opposent sur le plan
graphique, les deux remarques « Avec une majuscule » et « Avec une minuscule » se
complètent ; en 1998, celle dont le caractère n’est pas marqué est supprimée : s’il est
spécifié que la graphie du sens 1 prend une majuscule initiale, en l’absence de
spécification la graphie du sens 2 n’en prend pas.
C1499 ■ chambre (la Chambre de commerce et d’industrie) PL1997 chambre
(la chambre de commerce et d’industrie) PL1998
C1609 ■ loge (les Loges du Vatican) PL2006 loge (les loges du Vatican)
PL2007
C1677 ■ 1. pupille (pupille de la Nation) PL1997 1. pupille (pupille de la
nation) PL1998
C2074 ■ république ((Avec une majuscule) La République française) PL2007
république (Suivi d’un adj., prend une majuscule) La République française. La
république de Roumanie) PL2008
Cependant, quelques majuscules mises à l’initiale de noms désignant eux aussi
des organes officiels et un nom mi-religieux mi-géographique (loge du Vatican)
disparaissent. À l’article république, la majuscule n’est pas supprimée, mais restreinte à
certaines constructions bien déterminées. Il est possible que cette tendance ait été

271
observée dans l’usage, mais il est dommage qu’elle obtienne valeur de règle en entrant
dans le texte lexicographique. La tendance à la majuscule dans les noms de la religion et
de l’institution n’est donc pas uniforme.

Cette tendance s’observe dans d’autres groupes de noms.


C852 ■ empire (une commode Empire) PL1997 empire ((Avec une
majuscule) une commode Empire) PL1998
C1703 ■ réunion (politique des réunions) PL1999 réunion (politique des
*Réunions) PL2000
Dans ces deux articles, des minuscules ont été érigées au rang de majuscules pour
noter des termes désignant des évènements historiques ou les emplois extensifs de ces
termes.
C1500 ■ chaussée (la chaussée des Géants) PL2005 chaussée (la Chaussée des
Géants) PL2006
C2144 ■ cisalpin, e (Gaule cisalpine et Gaule transalpine) PL1997 cisalpin, e
(Gaule Cisalpine et Gaule Transalpine) PL1998
C227 ■ solaire (système solaire) PL2004 solaire (Système solaire) PL2005
C1166 ■ transalpin, e (Gaule transalpine) PL1997 transalpin, e (Gaule
Transalpine) PL1998
On trouve aussi ces quelques ajouts à l’initiale de noms de lieux géographiques,
comme précédemment dans les PR (l’Est, le Quartier latin, la Terre).

Enfin, un usage assez répandu de la majuscule initiale permet de marquer les


emplois d’un mot lorsqu’il fait référence à une personne ou à un groupe de personnes.
On a noté la généralisation d’un tel emploi dans les PR, en dehors de toute
considération religieuse (un Blanc, un Noir, un Viet) ; un mouvement comparable
affecte les PL :
C1473 ■ biribi [sens 1] (Avec une majuscule) PL1997 Biribi PL1998
C1475 ■ 2. bleu (les bleus) PL1997 2. bleu [sens 8 : « a. La faction
représentant le parti aristocratique, dans les villes de l’Empire byzantin (par
oppos. aux Verts). b. Pendant la Révolution française, nom que les vendéens
donnaient aux soldats de la République (vêtus d’un uniforme bleu). »] (les
Bleus) PL1998
C381 ■ dauphine PL2000 dauphine (Génér. avec une majuscule) PL2001
C1575 ■ gitan, e n. PL1997 Gitans [partie « noms propres »] PL1998
C1593 ■ jacques [sens 1 : « Membre de la Jacquerie. »] (Souvent avec une
majuscule) PL1997 jacques [sens 1 : « Membre de la Jacquerie. » et 2 :
« Sobriquet du paysan français. »] (Avec une majuscule) PL1998
C2145 ■ jacques (faire le jacques) PL2004 jacques (faire le Jacques) PL2005
C1594 ■ 2. Jaune PL1997 2. jaune (Avec une majuscule) PL1998

272
C1613 ■ mahatma (le mahatma Gandhi) PL1997 mahatma (le Mahatma
Gandhi) PL1998
C1634 ■ 2. montagnard PL1997 montagnard, e (les Montagnards) PL1998
C1757 ■ 2. vert (les verts) PL1997 2. vert [sens 6 : « la faction représentant le
bas peuple, dans les villes de l’Empire byzantin (par oppos. à Bleus). »] (les
Verts) PL1998
C1210 ■ 1. Yankee PL1997 1. yankee (Avec une majuscule) PL1998
Cependant, alors que la majuscule était donnée dans les PR à des noms désignant
des groupes ethniques, elle est également mise dans les PL à des noms désignant des
personnes ayant joué un rôle historique (notamment pendant la Révolution française :
bleu, montagnard). À l’article biribi, l’indication explicite de 1997 (« Avec une
majuscule ») devient implicite lors de l’introduction de ladite majuscule dans l’entrée,
elle-même permise par la suppression du sens 2 ne désignant pas un être humain. À
l’article gitan de 1997, la catégorie grammaticale fait état de l’emploi substantival du
mot, ce qui n’est plus le cas en 1998 (l’emploi adjectival subsistant seul) ; pour suivre la
graphie de ce nom de peuple, qui désigne aussi l’un de ses ressortissants, il faut se
reporter à la partie « noms propres » du dictionnaire. À l’article jaune en 1998, la
formulation d’une remarque est préférée à la manifestation physique de la majuscule en
entrée. La majuscule de l’entrée Yankee du PL1997, qui ne valait pas pour le sous-
article « yankee adj. », est supprimée et remplacée par une remarque explicite, qui ne
s’applique qu’à l’emploi nominal, en 1998.

Enfin, il nous faut citer ici un extrait des Observations de Mezeray, document de
e
la fin du XVII siècle concrétisant les échanges des auteurs du premier Dictionnaire de
l’Académie française au sujet de l’orthographe. L’un des scripteurs du manuscrit,
Doujat, propose :
Doujat : Ne pourroit-on pas apporter icy quelque distinction entre dauphin poisson et
Dauphin homme ?
Regnier Desmarais : non. 64
Bernard Cerquiglini, qui rapporte cet échange, observe à la suite de C. Beaulieux que
Doujat « recherche constamment de telles distinctions » 65 subtiles entre homonymes. Si
Regnier Desmarais n’était pas favorable à une distinction graphique entre les deux sens
de dauphin, cela n’a pas empêché la proposition de Doujat, entreprise personnelle d’un
scripteur parmi d’autres, de se généraliser dans l’usage jusqu’à s’étendre, dans le
PL2001, à la forme de féminin Dauphine, dont le référent est pourtant éteint depuis
64
Mezeray, 1673, cité par B. Cerquiglini, 1996, p. 145. Les Observations sur l’orthographe française de
Mezeray sont intégralement reproduites et transcrites dans C. Beaulieux, 1951.
65
B. Cerquiglini, 1996, p. 145.

273
plusieurs siècles. Cette anecdote nous rappelle que chez les lexicographes, hier comme
aujourd’hui, un changement orthographique a parfois pour origine l’initiative d’une
seule personne, même si ses collègues lui expriment leur désaccord.
C1466 ■ 1. auguste (Avec une majuscule) PL1997 2. auguste PL1998
C1528 ■ couronne (la Couronne d’Angleterre) PL2001 couronne (la couronne
d’Angleterre) PL2002
C1560 ■ 2. fauve (Nouveaux Fauves) PL1997 fauve (Nouveaux fauves)
PL1998
C1601 ■ kaiser [sens 2] (le Kaiser) PL1997 kaiser PL1998
On observe également que quelques noms de personnages impliqués dans
l’Histoire ou dans les Arts perdent leur majuscule initiale, notamment auguste (titre des
empereurs romains), couronne (désignant une dynastie) et kaiser (surnom de
Guillaume II). À l’article kaiser de 1997, la majuscule concerne le sens 2, à l’exclusion
du sens 1. En 1998, le sens 1 est supprimé, mais les lexicographes oublient de reporter
la majuscule du sens 2 en entrée, comme ils l’ont fait aux articles Pénitencerie et Biribi.
C1469 ■ balance (une balance) PL1997 balance (Balance) PL1998
C1219 ■ bélier (un bélier) PL1997 bélier (Bélier) PL1998
C1485 ■ cancer (un cancer) PL1997 cancer (Cancer) PL1998
C1491 ■ capricorne (un capricorne) PL1997 capricorne (Capricorne) PL1998
C1571 ■ gémeau, elle (un gémeau) PL1997 gémeaux (Gémeaux) PL1998
C1606 ■ lion (un lion) PL1997 lion (Lion) PL1998
C1657 ■ poisson (un poissons) PL1997 poisson (Poissons) PL1998
C1706 ■ 1. sagittaire (un sagittaire) PL1997 1. sagittaire (Sagittaire) PL1998
C1709 ■ scorpion (un scorpion) PL1997 scorpion (Scorpion) PL1998
C1729 ■ taureau (un taureau) PL1997 taureau (Taureau) PL1998
C1756 ■ 2. verseau (un verseau) PL1997 verseau (Verseau) PL1998
C1758 ■ 2. vierge (une vierge) PL1997 2. vierge (Vierge) PL1998
Un autre sous-ensemble bien précis de 12 noms a acquis une majuscule initiale
lors de la refonte de 1998. L’ajout de majuscules aux noms des signes du zodiaque,
lorsqu’ils désignent par métonymie les personnes nées sous ces signes, a été pratiqué en
même temps que la suppression du déterminant qui actualisait ces noms dans les sous-
entrées (la sous-entrée « Un capricorne » devient simplement « Capricorne », etc.). Le
fait que la charte graphique du PL impose une majuscule initiale aux sous-entrées
entraîne néanmoins une ambiguïté : il se pourrait que la majuscule initiale de
Capricorne, Verseau, etc. découle de cela. Nous avons pourtant considéré que cette
majuscule était voulue par les lexicographes, pour la double raison que l’autre emploi
de ces noms est présenté dans des sous-entrées comme « Le Capricorne », « Le

274
Verseau » (qui désignent cette fois les constellations) avec un article et une majuscule
non ambiguë et que, dès 2005, un déterminant est réintroduit dans les sous-entrées
désignant des personnes, désambiguïsant la majuscule (dans la sous-entrée « Un
Verseau », Un porte une majuscule typographique et Verseau une majuscule
orthographique).
C1502 ■ chimère [sens 1 : monstre] (la Chimère) PL1997 chimère [sens 1b :
monstre tué par Bellérophon] (la Chimère) PL1998
C1564 ■ fouettard PL2004 Fouettard PL2005
Deux créatures imaginaires connaissent aussi un changement au niveau de leur
majuscule : père Fouettard en obtient une en 2005 ; Chimère désignant un monstre en
particulier la garde au détriment de chimère désignant un monstre en général, qui la
perd.
C932 ■ lambliase (Parasitose intestinale due à un protozoaire flagellé, le
Lamblia) PL1997 lamblia n.f. PL1998
C1020 + C299 ■ pasteurella PL1997 Pasteurella PL1998-2002 pasteurella
PL2003
Si l’on compare la définition de lambliase du PL1997 à l’article lamblia
fraîchement entré dans le millésime suivant, on constate que la majuscule initiale de ce
mot disparaît. Quant à l’article pasteurella, il est le siège d’un aller-retour
orthographique de résolution identique : perte de la majuscule. Les majuscules initiales
de ces deux noms proviennent du fait qu’ils sont empruntés au latin scientifique. En
latin scientifique, les noms désignant des espèces vivantes, composés en général d’une
indication du genre suivi du nom de l’espèce, prennent une majuscule au premier terme
(par exemple Homo erectus, Canis lupus). Or, Lamblia et Pasteurella sont les noms de
genres de bactéries. Malgré leur exactitude scientifique, ces majuscules isolées ont
probablement été retirées parce qu’elles ne correspondaient pas au moule
lexicographique que les auteurs s’efforcent d’appliquer dans les PL.
C933 ■ landsgemeinde PL1997 Landsgemeinde PL1998
C934 ■ landtag PL1997 Landtag PL1998
C944 ■ Mark PL1997 mark PL1998
C1543 ■ Deutsche Mark ► Mark PL1997 Deutsche Mark ► mark PL1998
C1693 ■ reichsmark PL1999 Reichsmark PL2000
C763 ■ 2. ça (Rem. On écrit le ça ou le Ça) PL1997 2. ça PL1998
Après ces emprunts au latin scientifique, plusieurs emprunts à l’allemand
(auxquels on aurait pu ajouter kaiser, traité ci-dessus) varient à l’initiale. En allemand,
la majuscule initiale est couramment attribuée à tous les substantifs. Lorsque les noms

275
allemands sont empruntés tels quels par le français, les lexicographes hésitent à leur
laisser leur majuscule d’origine. Trois noms auxquels on avait attribué une minuscule
retrouvent leur majuscule allemande (landsgemeinde, landtag et reichsmark), tandis que
mark et son article-renvoi associé connaissent contre toute attente le changement
inverse, probablement dû à l’influence du mark finlandais, qui n’a pas de raison de
porter la majuscule. Enfin, nous avons rattaché le substantif ça, terme de psychanalyse,
à ce groupe de changements, car ce nom calqué sur le pronom allemand Es pris
substantivement a connu la majuscule initiale, que les lexicographes ont préféré lui
retirer en 1998.
C1472 ■ bickford PL2005 Bickford PL2006
C2070 ■ cordeau (cordeau Bickford ► bickford) PL2007 cordeau (cordeau
Bickford ► Bickford) PL2008
C1623 ■ 2. marengo (poulet, veau Marengo ou à la marengo) PL1997
2. marengo (poulet, veau (à la) marengo) PL1998
C595 ■ portland PL1999 Portland PL2000
C1129 ■ spa (barres de) PL1997 Spa (barres de) PL1998
Tout comme dans les cas précédents, l’étymon de ces quatre noms porte une
majuscule initiale, puisqu’il s’agit d’un nom propre : un patronyme (Bickford) et trois
noms géographiques. Pour trois d’entre eux, cette majuscule est rétablie. En revanche,
la réorganisation de l’exemple de marengo conduit à la suppression de la majuscule : en
1997, les deux variantes « veau Marengo » et « veau à la marengo » sont données
successivement ; l’une porte une majuscule, l’autre non ; quand les deux syntagmes sont
fondus en un seul à l’aide de parenthèses, dans « veau (à la) marengo », la majuscule ne
peut pas se superposer à la minuscule ; les lexicographes choisissent de ne conserver
que cette dernière.

Mais notre relevé ne serait pas exhaustif si nous nous en tenions, comme jusqu’à
présent, aux ajouts de majuscules (ou aux remarques signalant des ajouts de majuscules)
relevés à l’intérieur des articles, c’est-à-dire dans et autour des définitions. En effet, il
nous faut également nous pencher sur les entrées elles-mêmes, et sur les graphies
qu’elles véhiculent. Au début de ce chapitre sur les majuscules, il était fait mention du
fait que les entrées des PL et PR étaient présentées en petites capitales. En réalité, la
situation est plus complexe.

276
4.4.2. Petites et grandes capitales
Dans les PR 1997 à 2006 sur papier, la présentation des entrées est presque
homogène : celles-ci sont toutes composées, à quelques exceptions près, en petites
capitales grasses. La question des majuscules pourrait ne pas se poser : étant donné que
toutes les entrées sont au même format, aucune ne contient de majuscule. Les
exceptions, 22 au total 66 , sont des symboles ou des abréviations dont la graphie est
standardisée, dans lesquels on trouve des lettres minuscules. Dans ces entrées
exceptionnelles, les minuscules peuvent être utilisées seules : cm, i. e., etc. Mais elles
peuvent également être couplées avec des petites capitales : kF 67 , pH. Dans ces rares cas,
l’emploi concomitant de lettres minuscules et de lettres capitales sert à distinguer les
premières des secondes : les lettres minuscules sont identifiables comme telles ; le
lecteur ne peut pas les interpréter comme des majuscules. Reste les petites capitales que
le lecteur identifie, à défaut d’autre chose, comme étant des majuscules.

Dans les entrées des PR 1997 à 2006, l’interdiction d’user de grandes capitales
(qui marqueraient les majuscules sans aucune équivoque) introduit un léger biais dans la
graphie. La différence est infime, mais elle existe. Cela dit, il faut répéter que la
présentation des entrées dans ces PR reste homogène. À ce stade, rien ne préfigure les
changements apportés à la typographie lors de la refonte de 2007.

Pour tenter de corriger le biais créé par l’interdiction des majuscules initiales dans
les entrées, les lexicographes ont décidé de les introduire dans les entrées du PR2007.
268 articles sont touchés. Les sigles constituent la majorité de ces articles : plus de 200.
Les autres articles touchés par ce changement sont quelques abréviations ou symboles
comme Cf. ou cf., ETS, Mme, Pa ou encore RH ; et des noms dans lesquels la majuscule
marque un nom propre ou un objet religieux : AVE MARIA, CÔTES-DU-RHÔNE, DON

QUICHOTTE, JAVEL (EAU DE), SAINT SÉPULCRE, TE DEUM, YOM KIPPOUR, etc. Dans le
PR2006, aucun indice graphique ne permettait de distinguer tous ces mots des autres
articles ; c’est désormais le cas. Nous n’avons pas consigné ces changements dans notre
base de données des changements orthographiques, mais il n’est pas inutile de donner
ici la liste des articles touchés, qui suivent tous le même modèle :
ABO PR2006 ABO PR2007

66
Voici la liste complète : Bd, Cf. ou cf., Ch, Cie, cl, cm, Dr, Hz, i. e., kF, kg, km, lb, Mlle, Mme, Pa, ph, pH,
pH-MÈTRE, rH, Rh, RMiste ou RMIste.
67
Nous reproduisons ici, exceptionnellement, les petites capitales des entrées, quand il y a lieu.

277
Sur le même modèle : A.B.S., A.C.T.H. ou ACTH, à-Dieu-va(t), A.D.N. ou
ADN, ADSL, Agétac, A.P.I., 2 ARC, A.R.N. ou ARN, ASA, ASCII, ASIC,
A.T.P., Ave ► Ave Maria, Ave Maria, AZERTY, AZT, B.A., B.C.B.G., B.C.G.,
B.D., B.E.P., B.E.P.C. ► brevet, 1 Bic, B.O.F., B.T.S., B.Z.D., C.A., C.A.C.,
C.A.F. ou CAF, C.A.G., C.A.O., C.A.P., C.A.P.A., C.A.P.E.S., C.B., C.C.P.,
CD, C.D.D., C.D.I., C.D.-I., CD-ROM, CES, C.E.S., C.E.T., Cf. ou cf., C.F.A.,
C.F.A.O., C.F.C., C.G.S., C.H.U., C.I.F., côtes-du-Rhône, C.Q.F.D., C.R.S., 1
CV, 2 C.V., 2 DAB, D.A.T., D.B.O., D.C.A., D.C.O., D.D.T., D.E.A., De
profundis, D.E.S.S., D.E.U.G., D.E.U.S.T., DHEA, Dies irae, DIN, D.J., DNA,
DOC, D.O.M., don Juan, don Quichotte, Dr, D.T.S., D.U.T., DVD, DVD CAM,
DVD-ROM, E.A.O., E.C.B.U., E.P.O., EPROM, ESB, Ets, F.A.B., FAQ,
Fête-Dieu, F.F.I., F.I.V., F.M., F.O.B., GABA, G.I., GIFT, G.M.T., G.P.L.,
GPS, G.R., GSM, HIV, H.L.A., H.L.M., hôtel-Dieu, H.S., H.T., HTML, IAC,
IAD, ICBM, I.L.S., I.M.A.O., INRI ou I.N.R.I., IRM, ISBN, ISO, IST, IUFM,
I.U.T. ou IUT, I.V.G. ou IVG, 3 J, Javel (eau de), K.-O., larme-de-Job ou
larme-du-Christ, LAV, LCD, L.S.D., Mach, McIntosh, MATIF, MIRV,
M.K.S.A., Mlle, MM., Mme, MMS, MOS, Moyen Âge ou Moyen-Âge, MP3,
MST ou M.S.T., M.T.S., NAP, N.B., N.B.C., Notre-Dame, N.P.I., NTSC, OGM,
O.K., O.N.G. ou ONG, O.P.A., O.P.E., O.P.V., O.R.L., O.S., Pa, P.A.S., 1 Pater,
1 P.C., 2 P.C. ou PC, P.C.V., PDF, P.D.G., P.E.G.C., Pentecôte, P.G.C.D., pH,
pH-mètre, P.I.B., P.J., P.L.V., 1 P.M.A., 2 P.M.A. ou PMA, P.M.E., P.M.U.,
P.N.B., P.O.S., P.P.C.M., P.Q., prie-Dieu, P.-S., P.V.C., Q.G., Q.I., Q-mètre,
Quasimodo, QWERTY, RAM, range-CD, R.A.S., R.E.R., rH, Rh, R.I.B.,
R.M.A., R.M.I., RMiste ou RMIste, R.M.N., R.N., RNA, R.N.I.S., 1 Rom, 2
ROM, RTT, R.-V., Sacré-Cœur, S.A.E., Saint-Esprit ► esprit, Saint-Office,
Saint-Père, Saint Sépulcre ► sépulcre, Saint-Siège, SAMU, S.A.R.L.,
sceau-de-Salomon, S.D.F., S.F., S.G.D.G., 4 SI ou S.I., S.M.I.C., SMS, S.O.S.,
S.S., S.V.P., T.A.T. ou TAT, Te Deum, 2 TER, tête-de-Maure, T.G.V., T.H.G.,
1 T.N.T., 2 T.N.T., Toussaint, T.S.F., T.T.C., T.U.P., T.V.A., UEM, UFR,
U.H.T., U.L.M., UMTS, URL, USB, 1 U.V., 2 U.V., V1, V2, 1 VA, 2 VAL, 1
Verseau, V.I.H., V.I.P., V.O., V.P.C., V.R.P., V.S.N., VTC, VTT ou V.T.T.,
W.-C., Yom Kippour var. Yom Kippur, Z.A.C., Z.A.D., ZEP, Z.U.P. ou ZUP
En revanche, nous avons pris en considération dans notre base de données des
changements faisant intervenir des lettres minuscules :
68
C1245 ■ cl ► centilitre PR2006 CL ► centilitre PR2007
C1248 ■ cm ► centimètre PR2006 CM ► centimètre PR2007
C1250 ■ confer ► Cf. PR2006 confer ► CF. PR2007
C1264 ■ i.e. ► id est PR2006 I.E. ► id est PR2007
C1238 ■ BPS PR2006 bps PR2007
C1239 ■ 2. CAL PR2006 2. cal PR2007
C1243 ■ Ch PR2006 ch PR2007
C1261 ■ 2. HA PR2006 2. ha PR2007
C24 ■ AL PL2004 al PL2005
C1790 ■ ASA (Une pellicule 400 ASA. Les din et les asa) PR2000 ASA (Une
pellicule 400 ASA) PR2001

68
Nous reproduisons ici, temporairement, l’opposition entre minuscules, petites capitales et majuscules.

278
C1293 ■ p.m. (« Parti à 3 heures p.m. de Marseille ») PR2006 p.m. (Trois
heures p.m. ou P.M.) PR2007
C1234 ■ Bd ► boulevard PR2006 BD ► boulevard PR2007
C1257 ■ ETS PR2006 ETS PR2007
C1409 ■ RH ► rhésus PR2000 RH ► rhésus PR2001
Aucune convergence n’apparaît dans ces quatorze changements, qui concernent
tous la graphie d’abréviations ou de symboles. Dans les quatre premiers, une entrée (ou
une cible d’article-renvoi dans le cas de confer) en lettres minuscules est transformée en
petites capitales. À l’inverse, pour BPS, CAL 69 , Ch, 2. HA et AL (pour année-lumière ; seul
cas relevé dans les PL), des petites capitales sont remplacées par des minuscules,
conformément à la norme internationale qui fige l’écriture des unités de mesure ; pour
ASA, autre unité de mesure, l’usage flottant des majuscules est stabilisé par la
suppression d’un exemple. En revanche la graphie de p.m., censée être normalisée
puisque ce sigle est quasi une unité de mesure à usage international, est compliquée par
une deuxième graphie en majuscules. À l’article-renvoi Bd ► boulevard, le d minuscule
est remplacé par une petite capitale, donc aligné sur le B ; tandis que sous ETS et RH,

l’une des petites capitales de l’entrée est érigée en lettre majuscule. Les nouvelles
possibilités offertes aux lexicographes par l’introduction des majuscules dans l’entrée a
semé la confusion dans le traitement de certains termes. Espérons que tout cela se
stabilisera et s’uniformisera dans les éditions à venir. Justement, dans le PR2008, trois
changements sont apportés sur le terrain des majuscules dans les entrées :
C1940 ■ 2. ARC PR2007 2. arc PR2008
C2038 ■ 1. Rom PR2007 1. rom PR2008
C1949 ■ 2. bourse PR2007 2. Bourse PR2008
Le premier concerne un acronyme mis en majuscules prématurément en 2007. Par
le fait de lui rendre ses petites capitales, les lexicographes le placent au niveau d’autres
acronymes comme radar ou laser. En C2038, la majuscule à rom (dans le sens de
« tsigane ») était également prématurée. L’emploi adjectival du terme n’appelant pas la
majuscule, celle-ci est retirée en 2008. Enfin, autre cas de figure en C1949 où une
majuscule initiale est attribuée à un nom commun à l’étymologie obscure. Dès le
PR1997, les emplois de Bourse à l’intérieur des exemples de l’article 2. bourse
affichaient la majuscule ; il est donc normal que celle-ci soit indiquée en entrée. Ce dont
on peut s’étonner, c’est que l’opération n’ait pas eu lieu en 2007. Cet exemple isolé

69
Cette graphie entre en contradiction avec celle que l’on trouve à l’article calorie : Cal.

279
confirme que d’autres retouches seront très probablement apportées dans les éditions à
venir du PR.
C1563 ■ 1. fortissimo (Abrév. : ff ou Ff) PL1997 1. fortissimo (Abrév. : ff)
PL1998
C1186 ■ docteur (Abrév. : Dr) PL2004 docteur, e (Abrév. : Dr ou Dr) PL2005
C1633 ■ monseigneur (Abrév. : Mgr) PL1997 monseigneur (Abrév. : Mgr)
PL1998
Dans les PL, on ne trouve que très peu de changements du même type. Avec celui
de l’article al décrit ci-dessus, figurent quelques changements dans des abréviations. À
l’article fortissimo, parmi les deux variantes de l’abréviation données dans le PL1997,
l’une (Ff) est erronée si l’on considère qu’elle n’est pas employée dans la notation
musicale. Les lexicographes ayant sûrement voulu reproduire fidèlement, en abréviation
de fortissimo, le symbole usuel sur les partitions, ils ont supprimé en 1998 la graphie
inadéquate. Aux articles docteur et monseigneur, le changement concerne la taille et la
position des lettres, mais pas vraiment l’emploi des majuscules, des capitales et des
minuscules. Dans les abréviations graphiques de ces deux mots, la tendance est à la
disparition des caractères en exposant : la graphie Mgr est remplacée par une autre,
tandis que la graphie Dr vient en renfort de Dr. Le tableau « abréviations » des PL fut le
siège de nombreux changements orthographiques entre 1997 et 2008, mais seuls ceux
de docteur et de monseigneur se sont propagés jusqu’aux articles concernés ; il existe
par ailleurs de nombreuses contradictions entre ce tableau et les abréviations présentées
dans les articles.

Enfin, un changement que nous n’avons pas signalé parmi les précédents attire
toute notre attention. Dans l’article du PR2005 dédié au nom masculin 1. bic, qui
désigne un stylo bille de la marque Bic, on ne trouve aucune majuscule : ni en entrée
bien sûr (puisque les premières majuscules n’y sont introduites qu’en 2007), ni dans
l’exemple : « Écrire avec un bic. Une pointe bic » Dans le PR2006, un changement
touche l’exemple, car le terme y est écrit avec une majuscule initiale : « Écrire avec un
Bic » Enfin, dans le PR2007, la majuscule atteint l’entrée, désormais écrite 1. Bic. Deux
aménagements orthographiques sont donc apportés à l’article en à peine deux ans :
C1799 + C1800 ■ 1. bic (écrire avec un bic) PR2005 1. bic (écrire avec un
Bic) PR2006 1. Bic PR2007
Le problème soulevé par ce type de changement, unique dans le PR mais largement
répandu dans les PL, est celui des noms déposés et de la propriété intellectuelle ; ses
implications sont si lourdes que nous avons souhaité lui consacrer un chapitre.

280
4.5. Noms déposés
Un nom déposé est une unité lexicale, nom de marque ou nom de produit, ayant
fait l’objet d’un dépôt auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI).
Contre une somme d’argent, le dépositaire acquiert certains droits sur le nom déposé : il
en devient le détenteur exclusif. En tant que tel, il peut règlementer, avec l’appui de la
loi, l’usage qui est fait de ce nom déposé sur différents plans : sémantique, phonique,
graphique. La propriété d’un nom de marque a été imaginée à des fins commerciales,
pour éviter la contrefaçon et garantir à un inventeur la paternité de son invention jusque
dans sa dénomination, mais cette pratique connaît des dérives dans le champ des
pratiques linguistiques. Par exemple, le détenteur d’un nom déposé peut intenter une
action en justice contre un journal qui aura utilisé sa propriété dans un sens qu’il ne
souhaite pas voir se répandre, ou qui l’aura écrit autrement qu’avec la graphie sous
laquelle elle a été déposée :
Qu’un lexicographe s’avise de décrire, ce qui est son devoir, la lexie frigidaire, et les
services du contentieux de la General Motors lui feront savoir que le lexique
n’appartient pas toujours aux locuteurs. 70

La présence de frigidaire à la nomenclature du GR a provoqué un échange de lettres


avec la General Motors, qui n’a renoncé à une action juridique qu’à la condition
expresse d’une mise au point à l’article réfrigérateur. 71
Cependant, le détenteur d’un nom déposé, qui peut être une personne physique ou
morale (entreprise commerciale), reste libre de faire respecter ses droits ou non. On
constate une inégalité de traitement entre tous les noms déposés, inégalité naissant de
l’éventail d’attitudes de leurs détenteurs : certains noms déposés sont très surveillés et
font beaucoup parler d’eux dans les rubriques judiciaires (Caddie notamment), d’autres,
laissés sans surveillance par leurs auteurs, évoluent dans la langue comme les autres
mots (nylon, rustine).

Plusieurs études linguistiques portent sur les noms déposés, mais traitent plus
souvent de leurs caractéristiques sémantiques et de leur morphologie que de leur
orthographe. Si G. Petit 72 traite la sémiotique du nom déposé, et que C. Fèvre-Pernet et
M. Roché 73 abordent bien la question de leur traitement lexicographique, en revanche
l’aspect orthographique du problème – et notamment les observations menées dans les
dictionnaires – est peu discuté. Or, le problème est saillant en lexicographie. En effet,

70
A. Rey, 1965, p. 80.
71
J. Rey-Debove, 1971, p. 109.
72
G. Petit, 2000.
73
C. Fèvre-Pernet & M. Roché, 2005.

281
un article consacré à un nom déposé a pour fonction de décrire un usage linguistique
réel, notamment sur les plans sémantique, phonique et graphique. Mais le dictionnaire
est aussi une vitrine de mots, dans laquelle un détenteur de nom déposé n’aura aucun
mal à surveiller les occurrences de sa création (contrairement à la presse par exemple,
où la surveillance est rendue difficile par le caractère plus aléatoire des occurrences) et
donc à la faire respecter. Le cas échéant, cela se traduit concrètement par des échanges
de courriers, des pressions du détenteur visant à faire modifier le contenu du
dictionnaire par les lexicographes, lesquels adoptent diverses réactions. Le journaliste
J. Dupuis a enquêté sur le conflit entre le détenteur du nom déposé routard et les auteurs
du PR ; des extraits de son enquête permettent de se faire une meilleure idée de la
relation entre détenteurs et lexicographes, et des intérêts de chacun :
Le 7 mai 1975, Philippe Gloaguen dépose le nom de sa collection [le Routard] au
registre des marques de l’Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi). […]
S’il se tourne vers l’Inpi et, surtout, s’il enregistre « sa » marque dans six « classes »
différentes, c’est en effet pour pouvoir la décliner en une multitude de produits
dérivés. Parallèlement à l’édition de « guides de voyage », Philippe Gloaguen se
réserve ainsi la possibilité de publier un jour des journaux sous ce nom, ou encore de
commercialiser parapluies, parasols, valises, sacs de couchage, meubles et vêtements.
[C’est pourquoi] pendant des années, le patron du guide a bataillé pour empêcher
l’entrée du terme « routard » dans le dictionnaire. […] « Nous avons effectivement
reçu un courrier virulent dans lequel Philippe Gloaguen nous demandait de supprimer
le terme au motif qu’il lui appartenait, confirme Marie-Hélène Drivaud, directrice
éditoriale du Petit Robert. Nous lui avons répliqué, preuve à l’appui, qu’il n’était pas
l’inventeur du mot. Il a alors appelé Alain Rey pour obtenir gain de cause. » En vain.
[…]
Pourquoi Philippe Gloaguen redoute-t-il tant une entrée dans le dictionnaire ? « Si le
terme devenait un nom commun, la marque risquait de tomber dans le domaine
public », analyse Michel Duval [coauteur des guides]. 74
Actuellement, la question du traitement lexicographique des noms déposés est très
débattue chez les éditeurs, qui aimeraient se débarrasser de cette contrainte
dictionnairique pesante. Avant d’étudier les changements orthographiques des noms
déposés dans les dictionnaires, il nous faut montrer par un exemple de quel pouvoir
disposent réellement les détenteurs de noms déposés sur le texte lexicographique,
exemple à l’appui.
Brumisateur n.m. (nom déposé) Atomiseur qui projette de l’eau en fines
gouttelettes, utilisé en particulier pour les soins du visage. PL1997
Brumisateur n.m. (nom déposé) Atomiseur qui projette de l’eau minérale
d’Évian en fines gouttelettes, utilisé en partic. pour les soins du visage. – Abusif.
Tout atomiseur qui projette de l’eau minérale. PL1998-2004

74
J. Dupuis, 2006, p. 81-82. Pour cet article, le journaliste a lui-même puisé de nombreuses informations
dans l’ouvrage de B. Eschapasse (2006).

282
Dans le PL1997, Brumisateur est à la nomenclature, porte une majuscule et est signalé
en tant que nom déposé. Malgré cela, la définition du mot ne plaît pas à son détenteur,
la société Évian, qui demande expressément aux lexicographes de signaler dans la
définition qu’un Brumisateur ne peut vaporiser que de l’eau d’Évian. Dans le PL1998,
les lexicographes s’exécutent, et profitent de l’occasion pour ajouter une deuxième
définition, qui procède d’un glissement sémantique, au mot. Cette nouvelle définition ne
satisfait pas le détenteur, qui fait à nouveau valoir ses droits. Les lexicographes
répliquent en 2005 par la suppression de l’article. L’exemple de Brumisateur n’est pas
un cas isolé 75 .

4.5.1. PL
Pour se détourner des contraintes, les auteurs du PL ont mis en place quelques
mesures lexicographiques. Premièrement, tout nom déposé est signalé comme tel dans
la parenthèse étymologique. Ensuite, les lexicographes l’affublent d’une majuscule
initiale, car tous les noms déposés en portent une. Enfin, ils évitent d’indiquer son
pluriel, car celui-ci est également détenu par le dépositaire. Au niveau du pluriel des
noms déposés, un flou subsiste, car la graphie de ce pluriel n’est pas établie de source
sûre – le plus souvent, on considère que le nom déposé est invariable. C’est dans ces
conditions que l’on assiste à des changements orthographiques concernant l’emploi des
majuscules et les indications de pluriel, que celles-ci soient explicites ou implicites.

Mais revenons brièvement à une caractéristique de la typographie des entrées du


PL. Dans ce dictionnaire, les entrées sont généralement composées en petites capitales.
Cependant, on trouve également quelques lettres minuscules (keV) et quelques grandes
capitales (COCA-COLA). Dans les deux cas, leur fonction est d’être différenciées des
petites capitales. On interprètera donc logiquement les grandes capitales comme des
majuscules.

Différents types de changements orthographiques touchant les noms déposés


peuvent être identifiés dans les PL, dont voici une première série :
C2062 ■ antabuse PL2007 Antabuse (nom déposé) PL2008
C678 ■ antiope PL1998 Antiope (nom déposé) PL1999

75
Un autre exemple, situé en dehors de notre période d’étude, mérite d’être détaillé. L’article karcher
entre dans le PR2008. Sa définition d’alors, « Nettoyeur qui projette de l’eau sous forte pression », est dès
le PR2009 alourdie par une mention inélégante réclamée par le détenteur du mot : la définition devient
« Nettoyeur de cette marque qui projette de l’eau sous forte pression ». Comme pour Brumisateur dans le
PL1998, une seconde définition, marquée « abusivt », est ajoutée.

283
C679 ■ audiotex PL1998 Audiotex (nom déposé) PL1999
C680 ■ bodyboard PL1998 Bodyboard (nom déposé) PL1999
C6 ■ couplé PL2005 Couplé (nom déposé) PL2006
C532 ■ kir PL1999 Kir (nom déposé) PL2000
C1605 ■ lidocaïne PL1998 Lidocaïne (nom déposé) PL1999
C577 ■ palox PL1999 Palox (nom déposé) PL2000
C11 ■ quarté PL2005 Quarté (nom déposé) PL2006
C12 ■ quinté PL2005 Quinté (nom déposé) PL2006
C694 ■ skydome PL1998 Skydome (nom déposé) PL1999
C17 ■ 1. tiercé PL2005 2. Tiercé (nom déposé) PL2006
C673 ■ winchester PL1999 Winchester (nom déposé) PL2000
Ces 13 changements orthographiques ont tous la même structure. Dans un
millésime donné, le mot est traité comme un mot normal ; l’année suivante, on lui
assigne une majuscule et on ajoute en parenthèse étymologique la mention « nom
déposé ». Ce changement survient lorsque les lexicographes découvrent qu’un mot
précédemment inscrit à la nomenclature se révèle être un nom déposé. Remarquons que
la plupart de ces changements ont eu lieu tôt dans notre période d’étude, entre 1997 et
2000.
C2065 ■ bateau-mouche (pl. bateaux-mouches) PL2007 Bateau-Mouche (pl.
Bateaux-Mouches) (nom déposé) PL2008
À l’article bateau-mouche, lorsque la mention « nom déposé » est ajoutée,
l’indication de pluriel de l’article est conservée et mise à jour.
C2080 ■ tarmac PL2006 tarmac (nom déposé) PL2007
C245 ■ TGV ou T.G.V. PL2004 TGV (nom déposé) PL2005
En C2080, autre curiosité, la mention « nom déposé » est bel et bien ajoutée, mais
la majuscule initiale semble avoir été oubliée. Il est probable qu’elle sera ajoutée
prochainement. En C245, la majuscule est absente car le sigle est déjà en majuscules.
Cependant, grâce au jeu sur la typographie, il serait possible de donner du relief à
l’initiale à l’aide d’une grande capitale. Ce sera peut-être le cas dans un millésime à
venir.
C687 ■ 2. économe (couteau économe, ou économe) PL1998 2. économe
((nom déposé) couteau Économe, ou Économe) PL1999
C2067 ■ chartreuse PL2007 chartreuse [sens 2 : « Liqueur aromatique
fabriquée autref. au couvent de la Grande-Chartreuse, auj. à Voiron (Isère). »]
(nom déposé) PL2008
En C687, la mention « nom déposé » n’affecte qu’un seul sens du mot, donc de
l’article. Par conséquent, elle est placée juste avant la définition concernée et non dans

284
la parenthèse étymologique. De plus, la majuscule n’est ajoutée que dans l’exemple
introduisant la définition, et non dans l’entrée. En C2067, le cas de figure est identique à
une différence près : aucun exemple n’introduit la définition concernée. On ne trouve
donc pas de majuscule.
C492 ■ Ektachrome (nom déposé) (Abrév. (fam.) : Ekta) PL1999 Ektachrome
(nom déposé) (Abrév. : Ekta (nom déposé)) PL2000
Dans l’article Ektachrome, le nom concerné est déjà signalé comme nom déposé
en 1999. Le changement consiste à ajouter une deuxième mention « nom déposé » au
niveau de l’abréviation.
C1636 ■ Moulinette (passer à la moulinette) PL1997 Moulinette (passer qqch
à la Moulinette) PL1998
À l’article Moulinette, dont le statut de nom déposé n’est pas l’objet d’un doute
chez les lexicographes, une minuscule s’était immiscée dans l’exemple « passer à la
moulinette ». Celle-ci, qui venait contredire la graphie de l’entrée, est remplacée par une
majuscule en 1998.

D’autres changements relevés dans le PL suivent le schéma exactement opposé :


C410 ■ Aérographe (nom déposé) PL1999 aérographe PL2000
C438 ■ Balconnet (nom déposé) PL1999 balconnet PL2000
C498 ■ Fibranne (nom déposé) PL1999 fibranne PL2000
C102 ■ Jardinerie (nom déposé) PL2004 jardinerie PL2005
C536 ■ Lambada (nom déposé) PL1999 lambada PL2000
C544 ■ Lumitype (nom déposé) PL1999 lumitype PL2000
C1631 ■ Mijoteuse (nom déposé) PL1997 mijoteuse 76 PL2000
C557 ■ Minicassette (nom déposé) PL1999 minicassette PL2000
C1637 ■ Moviola (nom déposé) PL1999 moviola PL2000
C566 ■ Naviplane (nom déposé) PL1999 naviplane PL2000
C614 ■ Restoroute (nom déposé) PL1999 restoroute PL2000
C624 ■ Sanforisage (nom déposé) PL1999 sanforisage PL2000
C631 ■ Silicagel (nom déposé) PL1999 silicagel PL2000
C632 ■ Silionne (nom déposé) PL1999 silionne PL2000
C641 ■ Stylomine (nom déposé) PL1999 stylomine PL2000
C664 ■ Vinylite (nom déposé) PL1999 vinylite PL2000
C666 ■ Volucompteur (nom déposé) PL1999 volucompteur PL2000
C674 ■ Xérographie (nom déposé) PL1999 xérographie PL2000

76
Ce changement s’observe par la comparaison des millésimes 1997 et 2000, l’article mijoteuse étant
absent des PL 1998 et 1999.

285
Une autre tendance se dégage dans ces 18 changements orthographiques affectant
des noms déposés, la tendance tout à fait inverse, qui consiste à supprimer l’indication
« nom déposé » en même temps que la majuscule initiale d’un mot et à le traiter comme
un mot normal. Il est possible que la suppression de ces indications corresponde à la
péremption propre à tout dépôt légal. Actuellement, le dépôt d’un nom ou d’une marque
auprès de l’INPI est valable dix ans, au terme desquels il peut être renouvelé. Toutefois,
cette explication nous paraît peu probante du fait de la concordance des datations des
changements constatés.

Remarquons en effet que la plupart des changements de ce type se sont déroulés


en 2000. Il est fort probable que lors de la mise à jour de 2000, la question des noms
déposés ait été traitée en profondeur, dans le sens d’un allègement. Le résultat est donc
une série de changements qui s’oppose à celle présentée précédemment. Ce que l’on
peut inférer de ce mouvement de va-et-vient entre une pratique lexicographique et son
contraire, c’est qu’il n’existe pas de recette lexicographique appliquée de manière
définitive, ni de réponses toutes faites à des problèmes parfaitement identifiés, mais
plutôt des pratiques qui sont portées à évoluer avec les années et avec les artisans. La
mise à jour du PL2000, qui est par ailleurs une mise à jour riche en changements
orthographiques, allait un peu à contrecourant des habitudes.

Par ailleurs, cette coexistence de tendances opposées décrite à partir du constat de


deux séries de changements se cristallise parfois en un seul article. En effet, de façon
localisée, on observe qu’un même article peut être l’objet de deux changements opposés
consécutifs, suivant le schéma « A B A ». Dans le groupe des changements
affectant les noms déposés, quelques allers-retours sont identifiables :
C681 + C454 ■ Bureautique (nom déposé) PL1998 bureautique PL1999
Bureautique (nom déposé) PL2000
C1520 + C476 ■ constantan PL1997 Constantan (nom déposé) PL1998-1999
constantan PL2000
C827 + C484 ■ delta-plane ou deltaplane (pl. delta-planes ou deltaplanes)
PL1997 Deltaplane ou Delta-Plane (nom déposé) PL1998-1999 deltaplane ou
delta-plane (pl. delta-planes) PL2000
C928 + C531 ■ kinétoscope PL1997 Kinétoscope (nom déposé) PL1998-1999
kinétoscope PL2000
C1055 + C598 ■ pyralène PL1997 Pyralène (nom déposé) PL1998-1999
pyralène PL2000
C690 + C558 ■ minivague PL1998 Mini-Vague (nom déposé) PL1999
minivague PL2000

286
Le premier va-et-vient (celui de Bureautique) s’oppose formellement aux cinq
autres dans la mesure où la graphie de transition, dans le PL1999, est celle sans
majuscule. Dans les cinq autres cas, le statut de nom déposé n’aura affecté les articles
que très peu de temps : un ou deux millésimes. En ce qui concerne deltaplane, il est
intéressant de constater que l’indication de pluriel, présente en 1997 et 2000, est
supprimée lorsque le statut du mot est « nom déposé ». De plus, si l’on compare les
deux indications données en 1997 et 2000, on observe qu’elles sont différentes, celle de
2000 ne donnant qu’un seul pluriel, celui avec trait d’union – encore la nature de ce trait
d’union demeure-t-elle indéterminée, puisqu’il se trouve en fin de ligne dans les PL
2000 à 2008. À l’article minivague la graphie change en même temps que l’indication
« nom déposé » apparaît et disparaît.

Quelques autres changements orthographiques, qui ne consistent plus seulement


en l’ajout ou le retrait de l’indication « nom déposé », affectent des noms déposés
identifiés comme tels.
C412 ■ Air Bag (nom déposé) (On rencontre aussi la graphie airbag) PL1999
airbag PL2000
En C412, on observe que dans un premier état de la description lexicographique,
on indiquait la graphie originelle accompagnée d’une remarque sur l’usage réel, graphie
sans majuscules et soudée. Lorsque la mention de nom déposé est abandonnée l’année
suivante, les lexicographes suppriment la graphie première et placent en entrée celle qui
était majoritaire dans l’usage.
C275 + C30 ■ AZT (nom déposé) PL2002 AZT (nom déposé) PL2003-2004
AZT (nom déposé) PL2005
C40 + C1340 ■ CAC 40 (nom déposé) PL2004 CAC 40 (nom déposé) PL2005-
2006 Cac 40 (nom déposé) PL2007

Dans le PL2005 à l’article CAC 40, et dans les PL2002 (et antérieurs), PL2005 (et
postérieurs) à l’article AZT – article qui offre par ailleurs un nouvel exemple d’aller-
retour entre deux positions –, le procédé utilisé pour mettre en relief la majuscule du
nom déposé, qui est pourtant un sigle, est de composer l’initiale à l’aide d’une grande
capitale (nous reproduisons exceptionnellement cette typographie de l’entrée). Nous
évoquions cette possibilité plus haut pour le sigle déposé TGV ; les exemples de ces
deux articles montrent que celle-ci n’est pas irréalisable. Toutefois, faire ressortir la
majuscule initiale d’un sigle en l’écrivant plus grand nous semble une solution absurde.
L’usage écrit et a fortiori manuscrit n’a pas besoin de plusieurs tailles de lettres, ni

287
d’une hiérarchie des majuscules. Selon nous, la solution adoptée par le PL est un artifice
censé faire ressortir la valeur de nom déposé de ces sigles. D’ailleurs, dans le PL2007,
cette solution est repensée pour CAC 40 : on s’appuie sur le fait que ce mot est un
acronyme pour l’écrire en lettres minuscules et non plus à l’aide de petites capitales
comme en 2005 et 2006.
C1515 ■ Compact Disc (nom déposé) (Compact Disc Video) PL1997
Compact Disc (nom déposé) (Compact Disc vidéo) PL1998
C525 ■ Junior Entreprise (nom déposé) PL1999 Junior-Entreprise (nom
déposé) PL2000
En C1515, le changement survient à l’intérieur de l’article Compact Disc. Dans
cet article, la mention « nom déposé » s’applique normalement à l’entrée seule. Dans la
sous-entrée Compact Disc Video, la diminution de la majuscule initiale de Video – en
même temps que l’ajout d’un accent – semble procéder de la prise en compte de la non-
application du statut de nom déposé de l’élément final de ce composé (vidéo). En C525,
c’est la graphie même du nom déposé qui est modifiée. Tout comme dans le cas de
minivague évoqué plus haut, un trait d’union est introduit à la place du blanc graphique
dans Junior-Entreprise. Cet ajustement est probablement effectué dans le but de
respecter la graphie telle qu’elle a été déposée.

Après leur majuscule et leur graphie, un autre aspect des noms déposés appelle un
développement : leur pluriel. De-ci de-là, dans quelques exemples (bateau-mouche,
deltaplane), nous avons rencontré des indications de pluriel. Aucune constante réelle ne
s’est dégagée de ces pluriels, car deux tendances s’opposent en ce domaine. La première
consiste à affubler d’un pluriel les noms déposés ; c’était le cas pour bateau-mouche.
D’autres changements vont dans ce sens :
C474 ■ Compact Disc (nom déposé) PL1999 Compact Disc (pl. Compact
Discs) (nom déposé) PL2000
C525 ■ Junior Entreprise (nom déposé) PL1999 Junior-Entreprise (pl.
Junior-Entreprises) (nom déposé) PL2000
C930 ■ K-way n.m.inv. (nom déposé) PL1997 K-way n.m. (nom déposé)
PL1998
En C474 et C525, une indication de pluriel est ajoutée ; elle contient une mention
de pluriel explicite. Ces rares pluriels de noms déposés installés dans le PL ne sont
possibles que parce que leur présence n’est pas contestée par leurs détenteurs. À
l’article K-way en revanche ne figure aucune indication de pluriel mais un changement
dans la catégorie grammaticale. L’abréviation « inv. » est supprimée, donc le terme

288
devient variable. Pour autant, son pluriel n’étant pas donné, il reste implicite. Le lecteur
devra en déduire que le pluriel de ce nom est K-ways.

La seconde tendance consiste au contraire à afficher l’invariabilité du nom


déposé, grâce à une précision introduite dans la catégorie grammaticale de l’article :
C764 ■ C.A.C. 40 (indice) (nom déposé) PL1997 CAC 40 (indice) n.m.inv.
PL1998
C1344 ■ Lycra n.m. (nom déposé) PL2006 Lycra n.m.inv. (nom déposé)
PL2007
Ces deux changements consistent en l’ajout de l’abréviation « inv. » dans la
catégorie grammaticale de l’article, de laquelle le lecteur déduira que ces noms ne
reçoivent pas de marque de pluriel.

Finalement, si l’on considère ensemble tous les changements affectant les noms
déposés dans les PL, une grande variété se dégage. Des indications « nom déposé » sont
ajoutées et supprimées, parfois dans un même article ; certains noms déposés sont
variables au pluriel, d’autres non. Bien que les lexicographes aient cerné le problème
posé par ces noms aux propriétés linguistiques inhabituelles du fait de leur facette
juridique, ils peinent à trouver et à appliquer une solution d’ensemble qui
homogénéiserait la description.

4.5.2. PR
Revenons aux cas observés dans les PR 1997 à 2008. L’un d’eux (Bic), déjà
évoqué, s’oppose à tous les autres, que voici :
C1934 ■ accrobranche ou acrobranche PR2007 accrobranche ou acrobranche
(marque déposée) PR2008
C1392 ■ caméscope PR2000 caméscope (nom déposé) PR2001
C1823 ■ couplé PR2005 couplé (marque déposée) PR2006
C1988 ■ G.R. PR1998 G.R. (nom déposé) PR1999
C1884 ■ peppermint PR2006 peppermint (marque déposée) PR2007
C1406 ■ péritel PR2000 péritel (marque déposée) PR2001
C2022 ■ pierrade PR2003 pierrade (marque déposée) PR2004
C1887 ■ placoplâtre PR2003 placoplâtre (nom déposé) PR2004
C1901 ■ quarté PR2005 quarté (marque déposée) PR2006
C1902 ■ quinté PR2005 quinté (marque déposée) PR2006
C1913 ■ speed-sail PR1999 speed-sail (nom déposé) PR2000
C1928 ■ téléthon PR2000 téléthon (marque déposée) PR2001
Comme on l’observe dans ces 12 changements, lorsque les auteurs du PR
constatent que l’un des mots figurant à la nomenclature de ce dictionnaire est un nom

289
déposé, il prennent une seule mesure : signaler ce statut dans la rubrique étymologique
(contrairement aux auteurs du PL qui, en plus de cela, ajoutent d’office une majuscule
au nom déposé).
C1788 ■ argus PR2002 argus [sens 2 : « Publication qui fournit des
renseignements spécialisés »] (marque déposée) PR2003
C1962 ■ cigarette PR2002 cigarette [sens 3 : « Offshore »] (marque déposée)
PR2003
C1433 ■ économe (Couteau économe, ou ellipt un économe) PR1998
économe ((L’Économe, marque déposée) Couteau économe, ou ellipt un
économe) PR1999
C1993 ■ jaune (Consulter les pages jaunes) PR2003 jaune ((marque déposée)
Les pages jaunes) PR2004
C1861 ■ loto PR2004 loto [sens 2 : « Jeu public consistant à cocher des
numéros sur un bulletin, qui gagnent s’ils correspondent aux numéros tirés au
sort »] (nom déposé) PR2005
C1917 ■ tiercé, ée PR2005 tiercé, ée [sens 3 : « forme de pari mutuel où l’on
parie sur trois chevaux engagés dans la même course, en précisant l’ordre
d’arrivée »] (marque déposée) PR2006
C1921 ■ trio (trio urbain) PR2005 trio [sens 4 : trio urbain] (marque déposée)
PR2006
On constate à travers ces 7 changements une légère variante à cette pratique :
quand un seul sens de l’article est une marque déposée, la mention est placée à
l’intérieur de l’article, juste avant ce sens.
C1932 ■ carte (carte orange, carte vermeil, carte senior) PR2006 carte (carte
Orange, carte Vermeil, carte Senior) PR2007
À l’article carte, on observe l’ajout de majuscules à l’initiale d’adjectifs qualifiant
carte, sans mention de marque déposée. Vu le caractère commercial du syntagme carte
Orange, on suppose toutefois que cette appellation est déposée. L’article carte, en
accueillant des majuscules tout comme l’article Bic ci-dessous, déroge donc à la règle
que semblent s’être fixée les auteurs du PR.
C1799 + C1800 ■ 1. bic (écrire avec un bic) PR2005 1. bic (écrire avec un
Bic) PR2006 1. Bic PR2007
Il faut savoir en effet que Bic est le seul nom déposé du PR à bénéficier d’une
majuscule (d’abord introduite dans l’exemple en 2006, puis dans l’entrée en 2007 grâce
à l’emploi des grandes capitales), qui ressemble par là à un véritable traitement de
faveur. Rien ne permet de l’affirmer avec certitude, mais il est possible que le détenteur
de ce nom déposé se soit montré plus convaincant que d’autres pour obtenir une
majuscule. Espérons, malgré la concordance de dates, que ce n’est pas pour éviter un
procès que les lexicographes ont introduit les grandes capitales en entrée des PR.

290
Parmi les noms déposés qui viennent d’être étudiés figuraient les sigles TGV et
CAC 40. Il n’aura peut-être pas échappé au lecteur que le premier sigle, au moment
d’être noté « nom déposé » dans le PL2005, et que le second sigle, au moment où son
invariabilité est notifiée par l’indicateur « inv. » dans le PL1998, ont tous deux subi un
autre changement graphique : leur graphie à points a disparu. Ces cas ne sont pas isolés.

4.6. Sigles
Déjà en 1960, J. Dubois & al. constataient que les sigles se faisaient de plus en
plus nombreux dans le Petit Larousse :
Un autre développement du vocabulaire modifie, dans le même sens finalement, la
structure du mot, c’est la multiplication des sigles et des abréviations. Ainsi, des
abréviations comme C.G.T., O.N.U. sont devenues ou deviennent des mots
autonomes 77
Leur observation rejoint celle, appuyée sur un corpus plus récent, de Marie-Françoise
Mortureux : « [l]es sigles sont à la mode » 78 .

Nos observations sur les entrées et sorties dans les nomenclatures des PL et PR
1997 à 2008 corroborent ces données : 173 sigles sont entrés dans le PL et 47 dans le
PR (contre assez peu de sigles sortis : respectivement 24 et 2). Actuellement, le taux de
sigles dans la nomenclature des dictionnaires est donc probablement à son plus haut
niveau. De plus, tous les sigles ne s’affichent pas dans des articles dédiés : beaucoup
sont dispersés à l’intérieur d’autres articles. Dans les dictionnaires, les sigles
connaissent deux réalisations graphiques : avec un point après chaque lettre (V.R.P.) ou
sans points (VRP).

4.6.1. PL
De 1997 à 2008, de très nombreux changements orthographiques ont affecté les
sigles du PL, principalement lors de la refonte de 1998. Nous étudierons ces
changements chronologiquement et par types, car certains d’entre eux sont récurrents
une année donnée, pour ne pas dire foisonnants.

Pour commencer, on observe qu’un type de changement précis touche 119 articles
du PL1997. Dans ce dictionnaire, l’écrasante majorité des sigles figurant à la
nomenclature sont écrits avec des points (comme dans D.D.T.). Avant de détailler les
118 changements relevés dans le PL1998, il nous faut exposer les raisons qui ont amené

77
J. Dubois & al., 1960, p. 210.
78
M.-F. Mortureux, 1997 (2004), p. 176.

291
les lexicographes à mettre en œuvre ce qu’il est convenu d’appeler une politique
orthographique. Au moment de préparer la refonte de 1998, c’est-à-dire vers 1994-
1995, sous l’influence de l’usage journalistique qu’ils observent constamment pour y
débusquer des néologismes, les lexicographes réfléchissent à une éventuelle
intervention sur les sigles du PL, dont la forme graphique (avec points) ne leur paraît
plus d’actualité. Ils constatent en effet dans la presse que les sigles sont de plus en plus
souvent écrits sans points ; cette constatation rejoint celle que fait Catherine Lahellec à
la même période, au sujet de sigles produisant des dérivés (comme BDphile, CGtiste) :
Il est curieux de constater que dans les cas de lexicalisation partielle, les sigles ont
tendance à perdre leurs points entre chaque majuscule initiale. 79
(Nicole Cholewka, un peu plus tard, observe que l’évolution graphique des sigles
franchit un nouveau seuil dans certaines bandes dessinées : « ainsi pouvons-nous
découvrir au fil des pages : achélème, […] bécébégé » 80 .) À l’article érémiste du
PL1998, le choix d’ajouter deux graphies transparentes dans lesquelles la base souche
est apparente relève de la tendance à la suppression des points dans les sigles :
C856 ■ érémiste PL1997 érémiste (On écrit aussi RMiste ou RMIste) PL1998
L’ajout de ces graphies coïncide avantageusement avec le changement graphique de
R.M.I. en RMI (cf. ci-dessous).

D’après les lexicographes du PL, la tendance graphique à la suppression des


points dans les sigles s’explique par l’influence de l’anglais – langue dans laquelle les
sigles sont écrits sans points – auprès des journalistes, toujours enclins à la créativité
lexicale. Les lexicographes sollicitent alors Annick Valade, directrice du département
lecture-correction des éditions Larousse, afin qu’elle tranche en faveur ou non d’une
intervention à grande échelle. Or, A. Valade s’exprime à la même période dans un
document, le Bref 81 . Ce document, livret à usage interne qui n’est pas paru dans le
commerce, porte un sous-titre explicite : « Abrégé des règles typographiques en usage
au département lecture-correction Larousse ». Son auteure s’explique sur la nécessité
d’un outil de référence typographique au sein de la maison d’édition dans une courte
introduction, dont le lecteur trouvera ici la première moitié :
Réalisé à la demande des éditeurs, le Bref a pour but de répondre aux interrogations de
ceux qui écrivent, réécrivent ou saisissent les textes édités par Larousse.

79
C. Lahellec, 1994, p. 221.
80
N. Cholewka, 2000, p. 315.
81
A. Valade, 1995.

292
Il ne s’agit ni de nouvelles Difficultés de la langue française 82 ni d’un code
typographique tel qu’il en existe déjà, mais d’un mémento Larousse réunissant – pour
une meilleure harmonisation entre les différents intervenants – les notions
typographiques élémentaires en u