Vous êtes sur la page 1sur 26

2.

Comparaison de 3 techniques de travail superficiel du sol par rapport au


labour en maïs fourrage et maïs grain.
Extrait de la convention n°2659/3 – Maïs et environnement

2.1. Site de BUZET

Lieu : Buzet (Hainaut) chez Mr M. Mabille

Responsable : Centre Indépendant de Promotion Fourragère (CIPF asbl) pour la


phytotechnie du maïs et la mise en place de l’essai en collaboration avec le
Département de Production Végétale de Gembloux pour le matériel spécifique
de TCS

Année : 2006

Type de sol : Texture limoneuse


Ensilage Grain
Humus = 2.1% humus = 2,0%
pH KCl = 6,0 (pH idéal 6.5) pH KCl = 5,8
Référence
Phosphore 9 mgr/100gr 7 - 10
Potassium 20 14 - 20
Magnésium 14 7 - 9
Sodium 1
Calcium 189

Conseil fertilisation azotée :


complément azote (NA27%) au semis ensilage témoin 165u N
fumier 140u N
grain témoin 205u N
fumier 180u N

Epandage de fumier : le 11 avril épandage 34 tonnes/ha de fumier bovin (5,97u Ntotal)


Labour + travaux du sol: le 04 mai
Date de semis : le 04 mai
Densité : 106.000 gr./ha
Variété : Lukas (indice FAO 230)
Date de récolte : Ensilage le 03 octobre
Grain le 02 novembre
Désherbage : Laddok 2,5 l/ha + Mikado 0,8l/ha + Samson 4SC 0,7l/ha
Dispositif expérimental :
Méthode en pseudo « split-plot » en parcelles de 8m x 9m en 3 répétitions pour permettre un
épandage correct du fumier et un travail de sol régulier. Seuls les 2 rangs centraux sont récoltés
soit 12m² par répétition. La récolte est réalisée avec une ensileuse de type « BAURAL »
spécialement équipée pour les parcelles d’essais.
Analyse du fumier:

Détermination % sur la matière fraîche


Matière sèche 26,1
Cendres totales 11,61
Cendres insolubles 7,5
Matière organique totale 144
Ammoniaque 0.179
Azote total 5,97
Phosphore 2,98
Calcium 8,65
Magnésium 2,23
Potassium 12,3
Sodium 1,20
pH 7,9
Rapport C/N 14,1

Le rapport C/N est un indice dont la valeur rend compte de la qualité de la matière organique. Une
valeur de cet indice <15 = matière à faible rapport C/N qui produit peu d’humus mais à décomposition
et libération rapide d’azote.

Classification du sol :

Horizon 0 – 30cm : Humus : 2.00%

argiles 15.4%
limons 75.4%
sables 9.2%
La texture est de type « limon fin argileux» .

Observations en végétation :

Les observations ont été réalisées le 25 juin sur un maïs au stade 7ème feuille visible
ensilage
fumier travail de sol labour Poutre FALC roto-tiller Décompact.
répétition +rotative Laforge
a 9 6,0 5,5 6,0
b 9 5,0 6 5,5
c 9 5,0 7 6,0
moyenne 9,0 5,3 6,2 5,8

ensilage
azote travail de sol labour Poutre FALC roto-tiller Décompact.
répétition +rotative Laforge
a 8,0 6 6,0 7,0
b 9,0 5 6 6,0
c 9 6,0 7,0 6,5
moyenne 8,7 5,7 6,3 6,5

Le maïs a à ce stade une avance considérable sous labour (environ 2 à 3 feuilles visibles en plus)
comparativement au TCS.
grain
fumier travail de sol labour Poutre FALC roto-tiller Décompact.
répétition +rotative Laforge
a 8,0 6 6,0 7,0
b 8,5 7 6 6,0
c 9,0 7,0 6,0 6
moyenne 8,5 6,7 6,0 6,3

grain
azote travail de sol labour Poutre FALC roto-tiller Décompact.
répétition +rotative Laforge
a 9 6,0 7,0 6,0
b 9,0 5 6 7
c 9,0 5,0 6 7,0
moyenne 9,0 5,3 6,3 6,7

Les observations faites en ensilage restent valables et ont encore été amplifiées dans les semaines
suivantes du fait de la présence de nombreux résidus de récolte des années précédentes. Ces
résidus monopolisent une fraction d’azote non négligeable pour se dégrader et donc limitent la
proportion d’azote mise à disposition de la plante (vu les conditions de sécheresse).

Démonstration d’utilisation du « chass’ débris » en culture de maïs.

Application sur le site d’expérimentation de Buzet, comparaison labour/TCS


(collaboration : CIPF – Département Production Végétale CRA-W Gblx)

COMPTE RENDU de la démonstration réalisée le 04/05/06 et des observations réalisées en


végétation de la culture

PRESENTS : Ets Jammet constructeur du « Chass’débris » (FR)


Mr. Ch Roisin et collaborateurs (Gembloux)
Mr. Ph Marbaix
Deux agriculteurs
Mrs JFr. Oost et Ph. Brohez (CIPF – Louvain-la-Neuve)

POUR RAPPEL :

L’essai réalisé sur le site de Buzet nous permet de comparer depuis 4 années l’évolution des
rendements en culture de maïs cultivé sous labour (de printemps) comparativement à trois
autres techniques de TCS. Le semis est réalisé à l’aide d’un semoir conventionnel de
marque Monosem. L’essai est subdivisé en 2 parties et récolté d’une part en maïs ensilage
et d’autre part en maïs grain. Chacune de ces 2 spéculations aura au préalable été fertilisée
uniquement sous forme minérale ou sous forme organique (fumier) complémentée par une
fraction minérale.

OBJETS étudiées en 3 répétitions :

Travail de sol :
1. Labour de printemps suivi d’un passage à la rotative (=TEMOIN)
2. Décompacteur FALC (4 dents) + rotative
3. Outil spécifique TCS – Rototiller (RAU)
4. Décompacteur LAFORGE + disques émietteurs
Fertilisation :
1. uniquement minérale
2. organique et complémentation minérale selon avis de laboratoire
Type de production :
1. maïs ensilage
2. maïs grain
Soit 48 micro-parcelles de ± 72m²

Observation des levées au champ sur base du comptage du nombre de maïs levés (le16
juin) sur une ligne de semis (L6) et sur une longueur de parcelle de 8,40m pour chacune des
micro-parcelles étudiées.

MAÏS Obj. Labour Décompacteur Rototiller Décompacteur


ENSILAGE Rep. Témoin FALC RAU LAFORGE
Ferti minérale R1 62 61 60 60
R2 57 62 60 59
R3 60 58 65 60
MOY. 60 60 62 60
% 100 101,1 103,4 100
Ferti organique R1 61 59 53 54
R2 62 61 58 60
R3 62 57 58 62
MOY. 62 59 56 59
% 100 95,7 95,5 104,1

MAÏS Obj. Labour Décompacteur Rototiller Décompacteur


GRAIN Rep. Témoin FALC RAU LAFORGE
Ferti minérale R1 62 58 54 57
R2 64 56 58 59
R3 62 54 59 58
MOY. 63 56 57 58
% 100 89,4 91,0 92,6
Ferti organique R1 59 59 52 61
R2 60 58 59 60
R3 60 59 57 53
MOY. 60 59 56 58
% 100 98,3 95,5 97,2

La moyenne générale des techniques TCS tous traitements confondus s’établit à 97% de
levée en comparaison avec le labour. Certaines disparités sont cependant clairement mises
en évidence et plus particulièrement en fonction du type de fertilisation envisagée.
En ensilage, peu de différences significatives sont à mettre en évidence ; notons néanmoins
le très bon comportement de la poutre LAFORGE qui présente les meilleures levées en
présence de résidus organiques.
En maïs grain, notre témoin sous labour reste supérieur dans toutes les situations. Le type
de fertilisation semble par contre influencer de manière significative le pourcentage de levée
des maïs. Un élément d’explication réside probablement dans le fait que dans les parcelles
recevant annuellement de la matière organique cette dernière libère de l’azote de manière
régulière en fonction des périodes de minéralisation contribuant ainsi à la décomposition des
résidus de récolte du maïs. Alors que la fertilisation uniquement sous forme minérale
profitera en priorité à la culture en place et conduit à une décomposition des résidus moins
avancée.
LES PHOTOGRAPHIES :

Photo1 : Attelage chass’débris + semoir Monosem maïs au travail à Buzet (B)

Photo2 : Chass’débris au travail dans les résidus de maïs

Photo3 : Semis dans des résidus de maïs grain et de fumier à l’aide du chass’débris
permettant de dégager la ligne de semis pour un bon positionnement
de la semence au contact de la terre
Photo4 : Vue rapprochée d’une parcelle cultivée en maïs grain depuis 4 années et apport
Annuel de fumier bovin. Au centre de la photo, la ligne de semis dégagée des résidus.

2.1.1. Résultats de l’année 2006 en maïs fourrage

Résultats agronomiques :

Teneur en matière sèche :

ANALYSE DE VARIANCE
S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V.
VAR.TOT S-BLOC 12,445 5 2,489
VAR.FACTEUR 1 5,082 1 5,082 6,013 0,134
VAR.BLOCS 5,673 2 2,836 3,356 0,23008
VAR.RESIDUELLE 1 1,69 2 0,845 0,919 2,27%
VAR.TOTALE 28,789 23 1,252
VAR.FACTEUR 2 8,636 3 2,879 4,708 0,02144
VAR.INTER rien*2 0,37 3 0,123 0,202 0,89322
VAR.TOT S-BLOC 12,445 5 2,489 4,07 0,0217
VAR.RESIDUELLE 2 7,338 12 0,612 0,782 1,93%

MOYENNES

MOYENNE GENERALE = 40.55

MOYENNES FACTEUR 1 = Fumure

1 (rien) 2 (fumier)
41,01 40,09

MOYENNES FACTEUR 2 = Travail

1 (labour) 2 (falc) 3 (roto) 4 (laforge)


39,736 40,267 41,316 40,881

MOYENNES INTER rien*2 = Fumure Travail

1 (rien) 2 (fumier)
1 (labour) 40,085 39,387
2 (falc) 40,937 39,598
3 (roto) 41,748 40,885
4 (laforge) 41,272 40,491
MOYENNES BLOCS = BLOC

1 (b1) 2 (b2) 3 (b3)


41,152 40,537 39,962

COMPARAISONS DE MOYENNES

TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5%

FACTEUR 2 : Travail

NOMBRE DE 2 3 4
MOYENNES
VALEURS DES PPAS 0,984 1,203 1,34

fumier MOYENN GROUPES


LIBELLES ES HOMOGENES

3.0 roto 41,316 A


4.0 laforge 40,881 A B
2.0 falc 40,267 A B
1.0 labour 39,736 B

Tout comme on l’avait déjà observé les années antérieures, la maturité du maïs en fin de saison
progresse plus rapidement en TCS que sous labour. Le taux de matière sèche à la récolte est
supérieur de 0,5% à 1,5% en fonction des différentes techniques de TCS utilisées.

Rendement en matière sèche :

ANALYSE DE VARIANCE
S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V.
VAR.TOT S-BLOC 40074610 5 8014922
VAR.FACTEUR 1 36535280 1 36535280 93,751 0,0077
VAR.BLOCS 2759920 2 1379960 3,541 0,22081
VAR.RESIDUELLE 1 779408 2 389704 624,263 4,30%
VAR.TOTALE 18777850 23 8164282
0
VAR.FACTEUR 2 12184060 3 40613540 30,148 0,00001
0
VAR.INTER rien*2 9697824 3 3232608 2,4 0,11802
VAR.TOT S-BLOC 40074610 5 8014922 5,95 0,0056
VAR.RESIDUELLE 2 16165420 12 1347119 1160,654 8,00%

MOYENNES

MOYENNE GENERALE = 14511.63

MOYENNES FACTEUR 1 = Fumure

1 (rien) 2 (fumier)
13277,82 15745,45

MOYENNES FACTEUR 2 = Travail

1 (labour) 2 (falc) 3 (roto) 4 (laforge)


18244,3 12869,59 14330,13 12602,52

MOYENNES INTER rien*2 = Fumure Travail

1 (rien) 2 (fumier)
1 (labour) 15964,73 20523,87
2 (falc) 11850,5 13888,68
3 (roto) 13768,05 14892,21
4 (laforge) 11527,99 13677,04

MOYENNES BLOCS = BLOC

1 (b1) 2 (b2) 3 (b3)


14938,65 14487,17 14109,08

COMPARAISONS DE MOYENNES

TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5%

FACTEUR 1 : Fumure

NOMBRE DE 2
MOYENNES
VALEURS DES PPAS 1094,079

rien LIBELLES MOYENNE GROUPES


S HOMOGENES

2.0 fumier 15745,45 A


1.0 rien 13277,82 B

FACTEUR 2 : Travail

NOMBRE DE 2 3 4
MOYENNES
VALEURS DES PPAS 1461,187 1786,018 1988,352

fumier LIBELLES MOYENNE GROUPES


S HOMOGENES

1.0 labour 18244,3 A


3.0 roto 14330,13 B
2.0 falc 12869,59 B
4.0 laforge 12602,52 B

L’apport de fumier fut particulièrement bénéfique à la culture de maïs en 2006. Les conditions de
sécheresse rencontrées au printemps ont limité la mise à disposition de l’azote minéral appliqué au
semis. Par contre, les parcelles de maïs ayant reçu une fumure organique quelques semaines avant
semis ont pu valoriser une partie de l’azote disponible libéré par le fumier et poursuivre plus facilement
leur cycle végétatif. L’apport de fumier à permis d’atteindre un gain de rendement de l’ordre de 2,5
tonnes de matière sèche par hectare.

D’un point de vue des techniques culturales ; le labour permet de garder cette année un niveau de
rendement correct pour la saison culturale alors que les TCS décrochent largement avec un peu
moins de 4 tonnes de matières sèche en moins à la récolte pour le rototiller et près de 5,5 tonnes en
moins pour les techniques de décompaction.
Cet important déficit de rendement est probablement lié à un problème de capillarité dès la croissance
juvénile du maïs. Le fait de décompacter un sol sec au printemps suivi d’une période prolongée (juin-
juillet) de sécheresse a limité les remontées d’eau capillaire engendrant un déficit important pour le
maïs qu’il n’a jamais pu récupérer ultérieurement.
Reliquats azotés à la récolte du maïs ensilage :

Sous labour :

Labour - fumier+Nmin Labour - Nmin


06/10/06 06/10/06

30 30
60 60
90 90
120 120
78 unités d'azote
150 150 33 unités d'azote

0 10 20 30 40 0 10 20 30 40

Sous TCS :

Rototiller - fumier+Nmin Rototiller - Nmin


06/10/06
06/10/06

30
30
60 60
90 90
120 120
150 48 unités d'azote 15 unités d'azote
150
0 10 20 30 40 0 10 20 30 40

Les valeurs des reliquats observées dans les parcelles labourées sont légèrement supérieures aux
valeurs observées sans labour en maïs ensilage. La température du sol supérieure sous labour a sans
doute permis une minéralisation plus intense de mai à juillet.
D’autre part, une minéralisation plus importante liée à l’apport de fumier se traduit à la récolte par un
horizon humifère nettement plus riche que pour une fertilisation azotée uniquement minérale.
2.1.2. Résultats de l’année 2006 en maïs grain

Résultats agronomiques :

Teneur en matière sèche :

ANALYSE DE VARIANCE
S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V.
VAR.TOT S-BLOC 3,755 5 0,751
VAR.FACTEUR 1 3,407 1 3,407 38,224 0,0217
VAR.BLOCS 0,17 2 0,085 0,956 0,51129
VAR.RESIDUELLE 1 0,178 2 0,089 0,299 1,05%
VAR.TOTALE 39,008 23 1,696
VAR.FACTEUR 2 5,65 3 1,883 1,053 0,40616
VAR.INTER rien*2 8,132 3 2,711 1,515 0,26058
VAR.TOT S-BLOC 3,755 5 0,751 0,42 0,827
VAR.RESIDUELLE 2 21,47 12 1,789 1,338 4,71%

MOYENNES

MOYENNE GENERALE = 28.397

MOYENNES FACTEUR 1 = Fumure

1 (rien) 2 (fumier)
28,021 28,774

MOYENNES FACTEUR 2 = Travail

1 (labour) 2 (falc) 3 (roto) 4 (laforge)


28,165 27,753 29,046 28,626

MOYENNES INTER rien*2 = Fumure Travail

1 (rien) 2 (fumier)
1 (labour) 28,264 28,065
2 (falc) 27,078 28,428
3 (roto) 27,865 30,227
4 (laforge) 28,876 28,376

MOYENNES BLOCS = BLOC

1 (b1) 2 (b2) 3 (b3)


28,515 28,353 28,324

COMPARAISONS DE MOYENNES

TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5%

FACTEUR 1 : Fumure

NOMBRE DE 2
MOYENNES
VALEURS DES PPAS 0,523

rien MOYENN GROUPES


LIBELLES ES HOMOGENES

2.0 fumier 28,774 A


1.0 rien 28,021 B
Rendement en matière sèche :

ANALYSE DE VARIANCE
S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V.
VAR.TOT S-BLOC 3769152 5 753830,4
VAR.FACTEUR 1 1481160 1 1481160 1,304 0,37275
VAR.BLOCS 16144 2 8072 0,007 0,99
VAR.RESIDUELLE 1 2271848 2 1135924 1065,797 8,56%
VAR.TOTALE 88666110 23 3855048
VAR.FACTEUR 2 11395660 3 3798555 0,861 0,48974
VAR.INTER rien*2 20552460 3 6850819 1,553 0,25156
VAR.TOT S-BLOC 3769152 5 753830,4 0,171 0,96676
VAR.RESIDUELLE 2 52948840 12 4412404 2100,572 16,86%

MOYENNES

MOYENNE GENERALE = 12455.24

MOYENNES FACTEUR 1 = Fumure

1 (rien) 2 (fumier)
12206,82 12703,67

MOYENNES FACTEUR 2 = Travail

1 (labour) 2 (falc) 3 (roto) 4 (laforge)


11839,59 12262,75 13619,79 12098,84

MOYENNES INTER rien*2 = Fumure Travail

1 (rien) 2 (fumier)
1 (labour) 12740,45 10938,73
2 (falc) 11271,43 13254,06
3 (roto) 12310,82 14928,76
4 (laforge) 12504,56 11693,11

MOYENNES BLOCS = BLOC

1 (b1) 2 (b2) 3 (b3)


12480,66 12465,43 12419,63

COMPARAISONS DE MOYENNES

TEST DE NEWMAN KEULS NON SIGNIFICATIF

Les teneurs en humidité mesurées à la récolte confirment les valeurs déjà observées lors des
précédentes années d’expérimentation avec un résultat significativement plus favorable pour les TCS.
Les grands écarts de rendement observés pour le développement de la masse végétative en maïs
ensilage sont dans certaines situations partiellement atténués voire inversées en maïs grain.
En effet, si l’apport de fumier confirme un gain de rendement significatif, le labour n’est plus le grand
gagnant avec un écart de rendement important. Mais au contraire, il présente le rendement moyen le
plus faible. Les pluies du mois d’août et septembre ont permis un très bon remplissage des grains. Il
n’y a pas de différence significative de rendement.
Un plus faible développement de la partie tige/feuilles n’est pas forcément un facteur limitant pour le
rendement en grain. Si les facteurs limitant le développement des plantes ont disparu, ce qui a été le
cas avec le retour des pluies, la minéralisation a pu reprendre et le sol mettre l’azote nécessaire à
disposition de la plante.
Ainsi, les TCS conduisant à des plantes avec un développement végétatif limité ont cependant permis,
grâce à une arrière-saison exceptionnellement clémente jusque mi-novembre, au grain de se
développer et à stocker en masse de l’amidon pour aboutir à des rendements comparables voire un
peu supérieur au labour.
Reliquats azotés à la récolte du maïs grain :

Sous labour :

Labour - fumier+Nmin Labour - Nmin


07/11/06 07/11/06

30
30
60 60
90 90
120 120
31 unités d'azote 22 unités d'azote
150 150
0 10 20 30 40 0 10 20 30 40

Sous TCS :

Rototiller - fumier+Nmin Rototiller - Nmin


07/11/06 07/11/06

30 30
60 60
90 90
120 120
150 53 unités d'azote 41 unités d'azote
150

0 10 20 30 40 0 10 20 30 40

Contrairement aux observations réalisées en ensilage, les profils réalisés dans les parcelles travaillée
en TCS sont plus riches d’une vingtaine d’unités que dans les parcelles labourées.
Le développement végétatif beaucoup plus important sous labour a, suite au conditions très
ensoleillées de l’automne, poursuivi son cycle bénéficiant d’un bon stay-green et continuant à stocker
notamment dans la partie tige-feuille. Ce phénomène fut par contre nettement plus limité vu le faible
gabarit des maïs dans les parcelles non labourées présentant une sénescence plus rapide.
Cette situation peut en partie expliquer les différences observées dans les profils en culture de maïs
grain.
Comparaison de 3 techniques de travail superficiel du sol par rapport au labour
en maïs fourrage et maïs grain.
Extrait de la convention n°2659/3 – Maïs et environnement

2.1. Site de BUZET

Lieu : Buzet (Hainaut) chez Mr M. Mabille

Responsable : Centre Indépendant de Promotion Fourragère (CIPF asbl) pour la


phytotechnie du maïs et la mise en place de l’essai en collaboration avec le
Département de Production Végétale de Gembloux pour le matériel spécifique
de TCS

Année : 2007

Type de sol : Texture limoneuse


Ensilage Grain
Humus = 1,9% humus = 2,1%
pH KCl = 5,9 (pH idéal 6.5) pH KCl = 5,8

Référence
Phosphore 9 mgr/100gr 7 - 10
Potassium 20 14 - 20
Magnésium 14 7 - 9
Sodium 1
Calcium 189

Conseil fertilisation azotée :


complément azote (NA27%) au semis ensilage témoin 165u N
fumier 140u N
grain témoin 205u N
fumier 180u N

Epandage de fumier : le 19 avril épandage 27 tonnes/ha de fumier bovin (6,49u Ntotal)


Enfouissement du fumier : le 25 avril
Labour + travaux du sol: le 26 avril
Date de semis : le 27 avril
Densité : 106.000 gr./ha
Variété : Lukas (indice FAO 230)
Date de récolte : Ensilage le 19 octobre
Grain le 22 novembre
Désherbage : Laddok 2,5 l/ha + Mikado 0,8l/ha + Samson 4SC 0,7l/ha
Dispositif expérimental :
Méthode en pseudo « split-plot » en parcelles de 8m x 9m en 3 répétitions pour permettre un
épandage correct du fumier et un travail de sol régulier. Seuls les 2 rangs centraux sont récoltés
soit 12m² par répétition. La récolte est réalisée avec une ensileuse de type « BAURAL »
spécialement équipée pour les parcelles d’essais.

Objets étudiés : Travail du sol : - labour (27cm)


- poutre Falc (22cm) + rotative (12cm)
- Rototiller (8cm)
- poutre Laforge (24cm) + disques gauffrés
Fumure organique :
- rien + 155 u azote (grain et ensilage)
- fumier 27t/ha + 135 u azote (grain et ensilage)
Labour de printemps réalisé à 27cm suivi d’un travail à la rotative sur 12cm

Poutre Falc, décompaction à 22cm + rotative, travail sur 12cm

Travail du rototiller (RAU) sur 8cm de sol

Travail de la poutre Laforge (6 dents) à 24cm + émiettage de surface par disques gaufrés
Vue d’ensemble des différents travaux de sol à Buzet avec de bas en haut : rototiller – décompacteurs -labour

Description et mesure de la profondeur des différents travaux de sol par Mr Ch. Roisin
Analyse du fumier:
Détermination % sur la matière fraîche
Matière sèche 27,2
Cendres totales 12,72
Cendres insolubles 8,94
Matière organique totale 145
Ammoniaque 0.081
Azote total 6,49
Phosphore 4,29
Calcium 8,04
Magnésium 2,38
Potassium 9,57
Sodium 0,58
pH 7,9
Rapport C/N 13,0

Le rapport C/N est un indice dont la valeur rend compte de la qualité de la matière organique. Une
valeur de cet indice <15 = matière à faible rapport C/N qui produit peu d’humus mais à décomposition
et libération rapide d’azote.

Classification du sol :

Horizon 0 – 30cm : Humus : 2.00%

argiles 15.4%
limons 75.4%
sables 9.2%
La texture est de type « limon fin argileux» .

Observations en végétation :

Les observations ont été réalisées le 26 juin sur un maïs au stade 7ème feuille visible
Pour les mesures de croissance juvénile, l’échelle suivante fut utilisée :
6- plante chétive
7- plante en croissance avec une vigueur modérée
8- plante en croissance avec une bonne vigueur
9- plante montrant une vigueur supérieure

MAÏS Obj. Labour Décompacteur Rototiller Décompacteur


ENSILAGE Rep. Témoin FALC RAU LAFORGE
Ferti minérale R1 8 5 6 6
R2 8,5 7 7 6
R3 8,5 6 6,5 7,5
MOY. 8,3 6,0 6,5 6,5

Ferti organique R1 9 6 7 7
R2 8,5 6 6 6
R3 8,5 6 7 8
MOY. 8,7 6,0 6,7 7,0
MAÏS Obj. Labour Décompacteur Rototiller Décompacteur
GRAIN Rep. Témoin FALC RAU LAFORGE
Ferti minérale R1 8,5 6 7,5 7
R2 8,5 6,5 6,5 6
R3 8,5 6,5 7 7
MOY. 8,5 6,3 7,0 6,7

Ferti organique R1 8,5 6 7,5 7


R2 8,5 6,5 6,5 6
R3 8,5 6,5 7 7
MOY. 8,5 6,3 7,0 6,7

Pourcentage de levée :
MAÏS Obj. Labour Décompacteur Rototiller Décompacteur
ENSILAGE Rep. Témoin FALC RAU LAFORGE
Ferti minérale R1 55 54 56 47
R2 54 54 51 60
R3 56 53 56 53
MOY. 55 54 54 53
% 100 97,6 98,8 97,0
Ferti organique R1 54 45 57 55
R2 55 48 55 53
R3 59 55 62 53
MOY. 56 49 58 54
% 100 88,1 103,6 96,4

MAÏS Obj. Labour Décompacteur Rototiller Décompacteur


GRAIN Rep. Témoin FALC RAU LAFORGE
Ferti minérale R1 57 52 52 55
R2 54 53 54 55
R3 56 47 53 54
MOY. 56 51 53 55
% 100 91,0 95,2 98,2
Ferti organique R1 51 51 52 53
R2 56 53 55 53
R3 52 49 55 52
MOY. 53 51 54 53
% 100 96,2 101,9 99,4

Le maïs a à ce stade une avance considérable sous labour (environ 2 à 3 feuilles visibles en plus)
comparativement au TCS.
Résultats de l’année 2007 en maïs ensilage

Teneur en matière sèche :

ANALYSE DE VARIANCE

S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V.


VAR.TOT S-BLOC 49,929 5 9,986
VAR.FACTEUR 1 0,762 1 0,762 0,134 0,74338
VAR.BLOCS 37,773 2 18,886 3,315 0,23226
VAR.RESIDUELLE 1 11,395 2 5,697 2,387 5,78%
VAR.TOTALE 148,644 23 6,463
VAR.FACTEUR 2 59,111 3 19,704 6,2 0,00881
VAR.INTER F1*2 1,465 3 0,488 0,154 0,92471
VAR.TOT S-BLOC 49,929 5 9,986 3,142 0,04833
VAR.RESIDUELLE 2 38,138 12 3,178 1,783 4,32%

MOYENNES

MOYENNE GENERALE = 41.287

MOYENNES FACTEUR 1 = Forga

1 (rien) 2 (fumier)
41,465 41,109

MOYENNES FACTEUR 2 = Travail

1 (labour) 2 (Falc) 3 (rototiller) 4 (Laforge)


43,665 41,143 41,086 39,254

MOYENNES INTER F1*2 = Forga Travail

1 (rien) 2 (fumier)
1 (labour) 44,27 43,06
2 (Falc) 41,149 41,136
3 (rototiller) 41,136 41,036
4 (Laforge) 39,305 39,203

MOYENNES BLOCS = BLOC

1 (b1) 2 (b2) 3 (b3)


40,034 40,826 43,001

COMPARAISONS DE MOYENNES

TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5%

FACTEUR 2 : Travail

NOMBRE DE MOYENNES 2 3 4
VALEURS DES PPAS 2,244 2,743 3,054

F2 LIBELLES MOYENNES GROUPES HOMOGENES

1.0 labour 43,665 A


2.0 Falc 41,143 A B
3.0 rototiller 41,086 A B
4.0 Laforge 39,254 B
Contrairement à ce que l’on observait habituellement, cette année le niveau de maturité (très avancé
dans cette parcelle) a évolué plus rapidement dans les parcelles labourées.
Suite à une gelée précoce, la teneur en matière sèche était très élevée pour le maïs fourrage lors de
la récolte et nous impose à rester très prudent quant à l’interprétation des résultats obtenus cette
année pour ce paramètre.

Rendement en matière sèche :

ANALYSE DE VARIANCE

S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V.


VAR.TOT S-BLOC 47711310 5 9542262
VAR.FACTEUR 1 7624184 1 7624184 0,511 0,54949
VAR.BLOCS 10220090 2 5110044 0,342 0,74473
VAR.RESIDUELLE 1 29867040 2 14933520 3864,391 24,44%
VAR.TOTALE 10233620 23 4449402
0
VAR.FACTEUR 2 47407930 3 15802640 26,661 0,00002
VAR.INTER F1*2 104284 3 34761,33 0,059 0,97986
VAR.TOT S-BLOC 47711310 5 9542262 16,099 0,00008
VAR.RESIDUELLE 2 7112708 12 592725,7 769,887 4,87%

MOYENNES

MOYENNE GENERALE = 15813.47

MOYENNES FACTEUR 1 = Forga

1 (rien) 2 (fumier)
15249,84 16377,1

MOYENNES FACTEUR 2 = Travail

1 (labour) 2 (Falc) 3 (rototiller) 4 (Laforge)


18244,85 14998,35 14907,57 15103,1

MOYENNES INTER F1*2 = Forga Travail

1 (rien) 2 (fumier)
1 (labour) 17675,13 18814,58
2 (Falc) 14373,29 15623,42
3 (rototiller) 14452,83 15362,32
4 (Laforge) 14498,13 15708,07

MOYENNES BLOCS = BLOC

1 (b1) 2 (b2) 3 (b3)


16624,27 15026,36 15789,78

COMPARAISONS DE MOYENNES

TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5%

FACTEUR 2 : Travail

NOMBRE DE MOYENNES 2 3 4
VALEURS DES PPAS 969,236 1184,704 1318,916
F2 MOYENNES GROUPES HOMOGENES
LIBELLES

1.0 labour 18244,85 A


4.0 Laforge 15103,1 B
2.0 Falc 14998,35 B
3.0 rototiller 14907,57 B

L’apport de fumier fut encore bénéfique cette année à la culture du maïs. Les parcelles de maïs ayant
reçu une fumure organique quelques semaines avant semis ont pu valoriser une partie de l’azote
disponible libéré par le fumier et poursuivre plus facilement leur cycle végétatif. L’apport de fumier à
permis d’atteindre un gain de rendement de l’ordre de 1,1 tonnes de matière sèche par hectare.

D’un point de vue des techniques culturales ; le labour permet de garder cette année un niveau de
rendement correct pour la saison culturale alors que les TCS décrochent largement avec un peu
moins de 3,2 tonnes de matières sèche en moins à la récolte.
Cet important déficit de rendement est probablement lié à un problème de capillarité dès la croissance
juvénile du maïs. Le fait de décompacter un sol sec au printemps suivi d’une période prolongée de
sécheresse (dès le semis cette année) a limité les remontées d’eau capillaire, tout comme l’an dernier
durant la période estivale, engendrant un déficit pour le maïs qu’il ne comblera plus jusqu’à la récolte.

Observation des profils culturaux :


(C. Roisin-Département Production végétale-Centre Wallon de Recherches agronomiques)

Date de l’observation des profils : 24 septembre 2007 (« Tour vert » du CIPF)

Nombre de profils observés : un dans chacune des préparations du sol suivantes :

1. Labour de printemps + préparation et semis classiques

2. Décompactage de printemps + semis classique

Labour de printemps :

Figure1 : Profil de sol après labour de printemps


On retrouve un horizon humifère homogène avec une structure composés d’agrégats très petits et
tassés en surface sur une profondeur de travail d’environ 8cm. L’observation du travail réalisé en
surface est typique d’un affinement excessif engendré par le passage de la rotative qui a travaillé
cette année dans des conditions de « sécheresse » extrêmes.
Les agrégats de sol observés dans l’horizon compris entre 8 et 28cm sont tout à fait conformes à ce
que l’on attend suite à un labour de printemps, avec des agrégats de sols un peu plus grossiers qu’en
surface avec certaines zones un peu plus compactées dû à une friabilité lors du travail de printemps.
On retrouve un chevelu racinaire assez développé qui explore aisément l’horizon labouré avant de
s’infiltrer dans le sous-sol limoneux.
Le fond de raie et le lissage de la charrue par le passage du soc et de la pointe sont clairement
visibles dans le profil réalisé.

Décompactage de printemps (TCS) :

Figure 2 : profil de sol après décompactage au printemps

L’horizon humifère observé dans les parcelles gérées par TCS est nettement plus superficiel avec une
profondeur de l’ordre de 22cm au passage de la dent de décompaction et limité à une quinzaine de
centimètres entre 2 passages de dents. Ces observations ont pour conséquence de limiter quelque
peu le développement racinaire superficiel du maïs. Un lissage de la dent de décompaction et des
ailettes est également visible dans le profil dans cette parcelle caractérisée par un taux d’argile
supérieur à 15%. La limite entre l’horizon humifère et le sous-sol limoneux est un peu moins nette que
sous labour mais encore bien présente par la pratique du labour depuis de nombreuses années avant
les années 2000.
Reliquats azotés à la récolte du maïs ensilage :

Sous labour :

Labour - fumier+Nmin Labour - Nmin


27/11/07 27/11/07

30 30
60 60
90 90
120 120
44 unités d'azote
150 150 27 unités d'azote

0 10 20 30 40 0 10 20 30 40

Sous TCS :

Rototiller - fumier+Nmin Rototiller - Nmin


27/11/07 27/11/07

30 30
60 60
90 90
120 120

150 34 unités d'azote 150 14 unités d'azote

0 10 20 30 40 0 10 20 30 40

Les valeurs des reliquats observées dans les parcelles labourées sont légèrement supérieures aux
valeurs observées sans labour en maïs ensilage. La température du sol supérieure sous labour a sans
doute permis une minéralisation plus intense de mai à juillet.
D’autre part, une minéralisation plus importante liée à l’apport de fumier se traduit à la récolte par un
horizon humifère plus riche que pour une fertilisation azotée uniquement minérale.
2.1.2. Résultats de l’année 2007 en maïs grain

Résultats agronomiques :

Teneur en humidité du grain à la récolte :

ANALYSE DE VARIANCE
S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V.
VAR.TOT S-BLOC
2,913 5 0,583
VAR.FACTEUR 1
1,362 1 1,362 21,671 0,04027
VAR.BLOCS
1,425 2 0,713 11,335 0,08124
VAR.RESIDUELLE 1
0,126 2 0,063 0,251 0,70%
VAR.TOTALE
14,687 23 0,639
VAR.FACTEUR 2
3,338 3 1,113 1,8 0,20011
VAR.INTER F1*2
1,018 3 0,339 0,549 0,66126
VAR.TOT S-BLOC
2,913 5 0,583 0,942 0,48925
VAR.RESIDUELLE 2
7,418 12 0,618 0,786 2,19%

MOYENNES

MOYENNE GENERALE = 35.909

MOYENNES FACTEUR 1 = Forga

1 (rien) 2 (fumier)
35,671 36,147

MOYENNES FACTEUR 2 = Travail

1 (labour) 2 (falc) 3 (rototiller) 4 (laforge)


36,154 36,387 35,488 35,607

MOYENNES INTER F1*2 = Forga Travail

1 (rien) 2 (fumier)
1 (labour) 35,668 36,64
2 (falc) 36,471 36,302
3 (rototiller) 35,239 35,737
4 (laforge) 35,305 35,909

MOYENNES BLOCS = BLOC

1 (b1) 2 (b2) 3 (b3)


36,218 35,887 35,622

COMPARAISONS DE MOYENNES

TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5%

FACTEUR 1 : Forga

NOMBRE DE MOYENNES 2
VALEURS DES PPAS 0,439

F1 LIBELLES MOYENNES GROUPES HOMOGENES

2.0 fumier 36,147 A


1.0 rien 35,671 B
Rendement en grain à 15°H :
ANALYSE DE VARIANCE

S.C.E DDL C.M. TEST F PROBA E.T. C.V.


VAR.TOT S-BLOC 6329926 5 1265985
VAR.FACTEUR 1 2993572 1 2993572 12,553 0,06968
VAR.BLOCS 2859408 2 1429704 5,995 0,14391
VAR.RESIDUELLE 1 476946 2 238473 488,337 5,02%
VAR.TOTALE 30227890 23 1314256
VAR.FACTEUR 2 15091090 3 5030362 8,983 0,00226
VAR.INTER F1*2 2087303 3 695767,7 1,243 0,33789
VAR.TOT S-BLOC 6329926 5 1265985 2,261 0,11434
VAR.RESIDUELLE 2 6719578 12 559964,8 748,308 7,69%

MOYENNES

MOYENNE GENERALE = 9726.191

MOYENNES FACTEUR 1 = Forga

1 (rien) 2 (fumier)
9373,017 10079,37

MOYENNES FACTEUR 2 = Travail

1 (labour) 2 (falc) 3 (rototiller) 4 (laforge)


11079,36 9126,985 9492,063 9206,349

MOYENNES INTER F1*2 = Forga Travail

1 (rien) 2 (fumier)
1 (labour) 10761,91 11396,83
2 (falc) 8412,698 9841,27
3 (rototiller) 9587,302 9396,825
4 (laforge) 8730,158 9682,539

MOYENNES BLOCS = BLOC

1 (b1) 2 (b2) 3 (b3)


9488,095 10214,29 9476,19

COMPARAISONS DE MOYENNES

TEST DE NEWMAN-KEULS - SEUIL = 5%

FACTEUR 2 : Travail

NOMBRE DE MOYENNES 2 3 4
VALEURS DES PPAS 942,07 1151,498 1281,949

F2 MOYENNES GROUPES HOMOGENES


LIBELLES

1.0 labour 11079,36 A


3.0 rototiller 9492,063 B
4.0 laforge 9206,349 B
2.0 falc 9126,985 B

Les teneurs en humidité mesurées à la récolte confirment les valeurs déjà observées lors des
précédentes années d’expérimentation avec une humidité inférieure de 0,5 points à la récolte pour les
TCS.
Reliquats azotés à la récolte du maïs grain :

Sous labour :

Labour - fumier+Nmin Labour - Nmin


27/11/07 27/11/07

30 30
60 60
90 90
120 120
43 unités d'azote 31 unités d'azote
150 150
0 10 20 30 40 0 10 20 30 40

Sous TCS :

Rototiller - fumier+Nmin Rototiller - Nmin


27/11/07 27/11/07

30 30
60 60
90 90
120 120
150 54 unités d'azote 22 unités d'azote
150

0 10 20 30 40 0 10 20 30 40

Contrairement aux observations réalisées en ensilage, les profils réalisés dans les parcelles travaillée
en TCS sont plus riches d’une vingtaine d’unités que dans les parcelles labourées.
Le développement végétatif beaucoup plus important sous labour a, suite au conditions très
ensoleillées de l’automne, poursuivi son cycle bénéficiant d’un bon stay-green et continuant à stocker
notamment dans la partie tige-feuille. Ce phénomène fut par contre nettement plus limité vu le faible
gabarit des maïs dans les parcelles non labourées présentant une sénescence plus rapide.
Cette situation peut en partie expliquer les différences observées dans les profils en culture de maïs
grain.

Vous aimerez peut-être aussi