Vous êtes sur la page 1sur 3

L’amour 

Oh l’amour ! Un mot tellement doux à l’écoute, tellement sucré à la prononciation,


tellement mielleux en pensée, tellement…ah ! Et surtout complexe à la compréhension.
Quelqu’un peut-il me dire ce que c’est que l’amour ? Sérieux y’ a-t-il un courageux pour se
lancer dans l’explication de ce concept ? A mon humble avis, l’amour est avant tout un
sentiment, une sensation un peu plus interne, ou dirai-je un état d’âme…

L’amour divin nous enseigne qu’il faut « mourir » pour l’autre ; non pas au sens
propre du terme mais en ce sens où il faut être prêt à faire des sacrifices pour l’autre, à traiter
l’autre avec une attention particulière, en une seule phrase : considérer son prochain comme
soi-même. Cette façon d’aimer semble être unique et seulement réalisable par notre créateur ;
être assez bon pour créer ce monde et l’équiper, permettez-moi le terme ; être assez grand
pour créer l’homme à son image et lui envoyer une compagne afin qu’il ne sente pas seul, être
assez généreux pour nous envoyer son unique enfant afin qu’il paye pour nos iniquités et que
nous ayons la vie sauve…Si ce n’est de l’amour vrai, que serait-ce donc ? Un amour
incomparable, non photo copiable, unique en son genre : l’amour divin.

A notre niveau les humains, on a souvent entendu dire qu’il existait l’amour charnel
(celui entre un homme et une femme de façon désireuse ou encore de même sexe comme on
le voit un peu plus de nos jours) et l’amour fraternel (celui entre personnes de même sexe ou
de sexe différents de façon amicale, une sorte de soutien et d’attention portés à quelqu’un
comme s’il était de même sang que nous). Toujours est-il que dans ces deux cas, l’amour est
présent, il est donc incontournable. Essayons un peu de voir les différentes conceptions du
mot amour dans ces deux cas.

Amour fraternel….On a l’habitude de dire « je t’aime comme un frère, je t’aime


comme une sœur » ; mais alors mesurons-nous seulement l’ampleur de cette phrase ? Avons-
nous réellement conscience de la profondeur de ce propos ? En principe le lien de fraternité
est indestructible et ça peu importe la gravité des ennuis ou des problèmes rencontrés car c’est
le même sang, le même ventre, le même sein. Amour fraternel veut dire se mettre à la place de
ce dernier pour porter ses charges (au sens figuré bien-sûr), affronter ses problèmes avec lui,
vouloir le voir toujours heureux, vouloir le booster et le voir toujours plus haut ; ne pas avoir
envie de le savoir malade ou triste, être prêt à faire même l’impossible pour lui ou elle sans
hésitation et sans rien attendre en retour, même pas une reconnaissance. Etre prêt à supporter
ses caprices, ses égards de comportement, ses embrouilles, ses stupidités et même si on est
fâché après lui, être quand même là et dire « oui c’est vrai t’as merdé et je suis grave vénère
mais tu restes mon frère ou ma sœur et je t’abandonne pas ». C’est très lourd comme
responsabilité vous ne trouvez pas ? Sommes-nous capables de supporter tout cela et à
plusieurs reprises ? (car on est jamais au bout de nos surprises, l’erreur est humaine) telle est
la question à se poser lorsqu’on s’apprête à dire à quelqu’un qu’on l’aime comme notre frère,
l’aimer quand bien même on le trouve chiant….qu’à cela ne tienne, on réussit quand même à
le faire, bien que ce ne soit pas à 100% et que chacun a encore sa façon bien à lui de le faire  ;
du moment que le récepteur de ce type d’amour se sente comblé et apprécié à sa valeur, se
sent aimé et affectionné…on peut dire que vous avez réussi. Et soyez surtout très forts car le
jour où vous commettrez une erreur, aussi minime soit-elle et qui a blessé cet ami que vous
considérez comme frère ou sœur, vous risquerez être surpris…mais ce n’est pas quelque
chose qu’on souhaite à quelqu’un.

Amour charnel…que dire de toi ? Ici c’est un niveau un peu plus supérieur à l’amour
fraternel en termes de folie et de risque à prendre. Charnel, chair donc y’ a le désir qui entre
en jeu et donc un peu plus de risques. Quand on aime une personne de façon charnelle, on la
veut pour nous tout seul, on est prêt à avancer avec elle vers les mêmes horizons, à partager
ses douleurs, ses peines, ses joies, ses envies, ses folies et même si on n’est pas toujours
d’accord avec, on fait des compromis. On n’a pas envie de se lasser d’elle, on est jaloux
quand quelqu’un d’autre la regarde, la convoite et on est mal quand elle ne nous répond pas
ou lorsqu’on pense un seul instant qu’elle puisse être en compagnie de quelqu’un d’autre.

Maintenant, beaucoup comme moi aimeraient savoir si l’amour-là est un bon


sentiment, est ce qu’il en vaut vraiment la peine ? Avant de me prononcer, je dirai ce que j’ai
souvent entendu. Pour certains l’amour est la meilleure chose qui puisse arriver à quelqu’un ;
aimer ou se sentir aimé est une sensation de puissance, de réconfort quand tout nous semble
perdu. Lorsque vous pensez avoir touché le fond, il y’a des personnes autour de vous toujours
prêts à vous donner la force d’avancer, vous croyez qu’elles sont animées par quoi si ce n’est
de l’amour ? Que ce soit fraternel ou charnel chacun d’eux a pour but de procurer une
sensation de confiance totale et de bien-être. Pour d’autres en revanche l’amour c’est le plus
nul des sentiments qui puisse exister car il détruit. On le voit plus avec l’amour charnel ;
quand un être décide de se donner corps et âme à un autre, de se battre à surmonter ensemble
toutes les difficultés de cette vie, de faire des sacrifices et accepter de souffrir pour celui ou
celle qu’on aime et qu’en retour cela ne sert à rien, alors on peut détester ce sentiment car
meurtris au plus profond de nous, on se dit qu’on aurait mieux fait de rester dans notre coin.
Ceci pourrait expliquer le comportement anti social des personnes qu’on qualifie de
« méchants », « ceux qui se prennent la tête »…ces gens n’ont simplement pas envie de se
retrouver dans des situations de pleurs et de tristesse intense chaque jour, un peu comme ceux
ayant subi une déception amoureuse. Mais une question : comment croyez-vous qu’on se
relève après ce genre de choc ou de déception ? Grâce à l’amour de nos proches directs et
indirects.

Donc à mon humble avis, l’amour reste et demeure le meilleur des sentiments qui
puisse exister sur cette terre, tout se résume autour de lui. L’amour est patient, doux, il n’est
pas jaloux et il ne se vante pas et c’est la seule chose qui ne passera jamais. Peu importe le
nombre de déceptions enregistrées, peu importe le nombre de poignards reçus, peu importe le
nombre de fois où on a été abandonné par nos frères, on ne peut pas se passer de l’amour,
même si de l’extérieur certains ont l’air inaccessibles, au fond ils sont atteignables. Alors
marchons dans l’amour, ne le refoulons plus sous prétexte d’en avoir assez subi, sentons nous
aimés car nous nous sentirons comme libres, vivons et respirons l’amour, oui l’amour ! Ce
sentiment qui nous donne l’impression d’être la personne la plus chanceuse et la plus forte au
monde. Pensons à dire merci à ceux qui nous aiment inconditionnellement et à dire « je
t’aime » à ceux qu’on aime avant qu’il ne se fasse tard.

Rebel 16

Vous aimerez peut-être aussi