Vous êtes sur la page 1sur 10

Qualité et accréditation en biologie médicale

Ann Biol Clin 2010 ; 68 (Hors série no 1) : 295-304

SG2-08

Traçabilité des étalons


et des étalonnages
A. Vassault, C. Giroud, J. Arnaud
et les membres du sous-groupe 2 analytique*
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 03/08/2017.

Groupe de travail SFBC « Accréditation des laboratoires de biologie médicale »


(coordonnateur M. Vaubourdolle)

RÉSUMÉ
L'exactitude des résultats des examens est en grande partie dépendante des caractéristiques
de l'étalonnage des méthodes utilisées. Lorsque des systèmes de référence reconnus au
niveau international ou faisant l'objet d'un consensus existent, la justesse des étalons et de
l'étalonnage peut être assurée par rapport à ces systèmes et permettre la comparabilité des
résultats d'un laboratoire à un autre. La connaissance du système adopté pour assurer la
traçabilité des mesures fait partie des exigences de la norme NF EN ISO 15189.

MOTS CLÉS : accréditation | ISO 15189 | matériau de référence | méthode de référence |


traçabilité | étalonnage

ABSTRACT Traceability of the standards and calibrations


Accuracy of results depends on the traceability of the standards values to a reference system.
According to the ISO 15189 requirements, the laboratory has to document the traceability of
the value of the standards used.

KEY WORDS: accreditation | ISO 15189 | reference material | reference method | traceability
| calibration | standard

* Liste des membres du SG2 : Anne Vassault (coordonnateur), Valérie Adjidé, Josiane Arnaud, Pascal
Bailly, Frédéric Barbier, Bruno Baudin, Catherine Bourcier, Éric Chapuzet, Patrice Combe, Jacques de Graeve,
Jean-Louis Dhondt, Laurence Drouard, Patrice Fournier, Claude Giroud, Line Guezenec, Joseph Henny, Anne
Hulin, Guy Lalau, Christian Nourrin, Jean-Marc Pavard, Agnès Perrin, Henri Portugal, Olivier Reuilly, Jean
Pascal Siest, Anton Szymanowicz

295
SG2 PHASE ANALYTIQUE – SG2-08

SG2-08 Traçabilité des étalons


et des étalonnages
Objet et domaine d'application

➥ Cet article se propose de fournir les éléments permettant de documenter la


traçabilité métrologique des méthodes d'analyse. Celle-ci est assurée par
l'intermédiaire de matériaux de référence avec l'objectif d'assurer la
comparabilité des résultats d'un laboratoire à un autre et, à terme, l'utilisation
d'intervalles de référence communs à toutes les méthodes et à tous les
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 03/08/2017.

laboratoires, pour des populations comparables (âge, sexe, génétique, habitudes


de vie, etc.).
Le présent document a été préparé à partir du document C rédigé par le groupe
« Métrologie » de la SFBC [1].

1 Exigences de la norme NF EN ISO 15189


« 5.6.3. Un programme d'étalonnage des systèmes de mesure et de vérification de la justesse doit être
conçu et appliqué afin de garantir que les mesures sont traçables par rapport aux unités SI ou par référence
à une constante naturelle ou à toute autre référence indiquée. Si cette traçabilité n'est ni possible ni
pertinente, d'autres moyens de prouver la fiabilité des résultats doivent être appliqués, tels que les
suivants :
■ a) la participation à un programme adapté de comparaison inter-laboratoires ;

■ b) l'utilisation de matériaux de référence adaptés, certifiés afin d'indiquer la caractérisation

du matériau ;
■ c) l'examen ou l'étalonnage réalisés selon une autre procédure ;

■ d) les mesures des rapports ou les mesures de type réciprocité ;

■ e) l'emploi de normes ou de méthodes clairement établies, spécifiées et caractérisées ;

■ f) la référence documentée à des certificats concernant les réactifs, la méthode ou le système

d'analyse lorsque la traçabilité est garantie par le fournisseur ou le fabricant. » [2]

2 Les exigences de la directive européenne relative


aux dispositifs de diagnostic in vitro
Les exigences de la directive européenne concernant les dispositifs de diagnostic in vitro
[3] vis-à-vis de la traçabilité sont clairement définies :
■ « La traçabilité des valeurs attribuées aux matériaux d'étalonnage et/ou matériaux de contrôle
doit être garantie par des procédures de mesure de référence existantes et/ou des matériaux
de référence disponibles de niveau supérieur » (exigences essentielles A3 de la directive [3]).
■ « Le fournisseur des dispositifs doit produire les informations nécessaires à l'utilisateur sur la

traçabilité de l'étalonnage : données adéquates de l'évaluation des performances, démontrant


les performances alléguées par le fabricant et fondées sur un système de mesure de référence
(lorsqu'il existe) avec des informations concernant les méthodes de référence, les matériaux

296
Recommandations pour l'accréditation des laboratoires de biologie médicale 1

de référence, les valeurs de référence connues, l'exactitude et les unités de mesure utilisées :
ces données devront provenir d'études conduites dans un environnement clinique ou un autre
environnement adéquat ou résulter de références bibliographiques pertinentes » (Annexe III-3
documentation technique de la directive [3]).

Les normes harmonisées NF EN ISO 17511 [4] et NF EN ISO 18153 [5] ont été développées
pour préciser comment répondre à ces exigences.

3 Définitions
➜ Étalon de référence (5.6 [6])
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 03/08/2017.

Étalon conçu pour l'étalonnage d'autres étalons de grandeurs de même nature dans
une organisation donnée ou en un lieu donné.

➜ Étalon de travail (5.7 [6])


Étalon qui est utilisé couramment pour étalonner ou contrôler des instruments de
mesure ou des systèmes de mesure.
Note 1 : Un étalon de travail est habituellement étalonné par rapport à un étalon
de référence.
Note 2 : Un étalon de travail servant à la vérification est aussi désigné comme
« étalon de vérification » ou « étalon de contrôle ».
Note 3 : L'étalon de travail du laboratoire peut être appelé improprement
« calibrateur ».

➜ Justesse (2.14 [6])


Étroitesse de l'accord entre la moyenne d'un nombre infini de valeurs mesurées
répétées et une valeur de référence.

➜ Matériau de référence (5.13 [6])


Matériau suffisamment homogène et stable en ce qui concerne des propriétés spé-
cifiées, qui a été préparé pour être adapté à son utilisation prévue pour un mesurage
ou pour l'examen de propriétés qualitatives.
Note : Des matériaux de référence avec ou sans valeurs assignées peuvent servir
à contrôler la fidélité de mesure, tandis que seuls des matériaux à valeurs assignées
peuvent servir à l'étalonnage ou au contrôle de la justesse de mesure.

➜ Matériau de référence certifié (5.14 [6])


« Matériau de référence, accompagné d'une documentation délivrée par un orga-
nisme faisant autorité et fournissant une ou plusieurs valeurs de propriétés spécifiées
avec les incertitudes et les traçabilités associées, en utilisant des procédures valables.
Exemple : Sérum humain dont la valeur assignée à la concentration de cholestérol
et l'incertitude de mesure associée sont indiquées dans un certificat et qui sert
d'étalon dans un étalonnage ou de matériau de contrôle de la justesse de mesure.

297
SG2 PHASE ANALYTIQUE – SG2-08

Note 1 : La documentation mentionnée est délivrée sous la forme d'un “certificat”.


Note 2 : Les valeurs de grandeurs spécifiées des matériaux de référence certifiés
exigent une traçabilité métrologique avec une incertitude de mesure associée. »

➜ Procédure de mesure de référence (2.7 [6])


« Procédure de mesure considérée comme fournissant des résultats de mesure
adaptés à leur usage prévu pour l'évaluation de la justesse de valeurs mesurées
obtenues à partir d'autres procédures de mesure pour des grandeurs de la même
nature, pour un étalonnage ou pour la caractérisation de matériaux de référence. »
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 03/08/2017.

➜ Traçabilité (2.14 [6])


« Propriété d'un résultat de mesure selon laquelle ce résultat peut être relié à une
référence par l'intermédiaire d'une chaîne ininterrompue et documentée d'étalon-
nages dont chacun contribue à l'incertitude de mesure. »

4 Matériaux de référence
L'existence de matériaux de référence certifiés et de systèmes de mesure de référence
constitue la meilleure approche pour assurer la justesse des méthodes de dosage. Elle
permet d'attribuer aux étalons secondaires des valeurs reliées au système de référence
défini pour l'obtention de résultats proches de ceux obtenus avec une méthode de
référence [Figure 1].
Elle repose sur :
• la définition de la nature de l'analyte (grandeur que l'on veut mesurer
= mesurande) ;
•la définition de la méthode de référence ;
•la définition de matériaux de référence (étalons primaires et secondaires) ;
•la définition d'un mode d'expression ;
qui garantissent la traçabilité métrologique des résultats.
Une liste d'organismes pouvant fournir des matériaux de référence certifiés est donnée
en encadré.

298
Recommandations pour l'accréditation des laboratoires de biologie médicale 1
f:\2000\image\130591\vassault\1

➜ FIGURE 1 : TRAÇABILITÉ DES ÉTALONNAGES


Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 03/08/2017.

LBM : laboratoire de biologie médicale. Les pointillés désignent un ou plusieurs intermédiaires.

Principaux organismes distributeurs des matériaux de référence certifiés

NIST National Institute of Standards and Technology,


États-Unis
Tél. : +1 301 975 6776 – Fax : +1 301 948 3730
E-mail : sminfo@nist.gov
NIBSC National Institute for Biological Standards and Control
(WHO international laboratory for Biological
Standards), Royaume Uni
Tél. : +44 1707 641000 – Fax : +44 1707 641050
E-mail : enquiries@nibsc.hpa.org.uk
CENAM Centro Nacional de Metrología, Mexique
Tél. : +52(442) 211 05 00 – Fax : +52(442) 211 05 69
E-mail : gsainz@cenam.mx
IRMM Institute for Reference Materials and Measurements,
Union européenne
Tél. : +32(0) 14 571 705 – Fax : +32(0) 14 590 406
E-mail : jrc-irmm-sales@ec.europa.eu
LGC LGC Limited, Royaume Uni
Tél. : +44 2089 437311 – Fax : +44 2089 432767
E-mail : nick.boley@lgc.co.uk
HECTEF HECTEF Standard Reference Center Foundation, Japon
Tél. : +81 44 850 3140 – Fax : +81 44 813 3141
E-mail : umem@hectef.com

299
SG2 PHASE ANALYTIQUE – SG2-08


5 Les méthodes de référence
Elles sont reconnues et publiées au niveau international après
avoir fait l'objet de nombreuses études. Dans la plupart des
cas, elles isolent et caractérisent la substance avant de la
mesurer. Elles utilisent des principes de mesure de haut
niveau comme la spectrométrie de masse après dilution
isotopique. Elles sont choisies pour leurs caractéristiques de
justesse. Ainsi, elles ne présentent pas de défaut connu de
spécificité et ne sont pas sensibles aux interférences dans
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 03/08/2017.

l'état actuel des connaissances.

Une collaboration entre l'International Federation of Clinical Chemistry and Laboratory


Medicine (IFCC), le bureau international des poids et mesures (BIPM) et l'International
Laboratory Accreditation Cooperation (ILAC) s'est organisée pour créer une entité
dénommée « Joint Committee on Traceability in Laboratory Medicine » (JCTLM) [7].
Le JCTLM a pour mission de sélectionner les matériaux de référence certifiés ainsi que
les méthodes de référence utilisables pour l'établissement de la traçabilité métrologique
des résultats en biologie médicale. Il sélectionne également les laboratoires de référence
pouvant mettre en oeuvre ces méthodes de référence [8-10].

6 Comment répondre aux exigences de la norme ?


Les matériaux de référence certifiés et les systèmes de mesure de référence permettent
d'assurer la justesse des résultats des examens de biologie médicale.
Plusieurs centaines d'analyses quantitatives différentes sont effectuées dans les liquides
biologiques pour lesquelles il n'existe pas de système de référence propre à garantir
cette caractéristique. Cela conduit à un défaut de standardisation des techniques à l'ori-
gine de discordances entre les résultats obtenus par des méthodes différentes sensées
doser le même constituant.
L'exploitation des résultats nécessite l'utilisation d'intervalles de référence et, dans cer-
tains cas, celle de seuils de décision médicale. En l'absence de système de référence,
les intervalles de référence peuvent différer selon les méthodes de dosage. Les seuils
de décision médicale établis par consensus ne tiennent généralement pas compte des
discordances entre méthodes. Cela peut conduire à des prises de décision inappropriées
et à de nombreux dosages indûment répétés.

300
Recommandations pour l'accréditation des laboratoires de biologie médicale 1


Les différents cas
Les matériaux de référence certifiés ne sont pas disponibles
pour l'ensemble des analytes (environ 700) dont la
concentration ou l'activité est fréquemment mesurée en
biologie médicale. Le raccordement à un système de
référence peut généralement être documenté.
Plusieurs cas peuvent se présenter [4] :
• analytes dont les résultats peuvent être reliés au système
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 03/08/2017.

international d'unités (SI) : sont disponibles à la fois une


méthode de référence et des étalons certifiés (25 à
30 analytes) [Tableau I], par ex. : électrolytes, métabolites,
hémoglobine glyquée, hormones stéroïdiennes, hormones
thyroïdiennes [5] ;
• analytes dont les résultats ne peuvent pas être reliés au
système SI :
– cas no 1 : existence d'une méthode de référence
conventionnelle de mesure et des matériaux d'étalonnage
reconnus au niveau international, par ex. : enzymes,
– cas no 2 : existence d'une méthode de référence
conventionnelle de mesure, mais pas de matériaux
d'étalonnage reconnus au niveau international (nombre
d'analyses : environ 30), par ex. : hémostase,
– cas no 3 : existence de matériaux d'étalonnage au niveau
international, mais pas de méthode de référence reconnue
(nombre d'analyses : environ 300), par ex. : étalons OMS :
hormones,
– cas no 4 : ni méthode de référence, ni matériel de
référence. Le fournisseur établit ses propres étalons (nombre
d'analyses : environ 300), par ex. : marqueurs tumoraux,
anticorps.

301
SG2 PHASE ANALYTIQUE – SG2-08

➜ TABLEAU I. PRINCIPAUX EXAMENS BIOLOGIQUES POUR LESQUELS DES MÉTHODES DE RÉFÉRENCE


ET DES MATÉRIAUX DE RÉFÉRENCE CERTIFIÉS SONT DISPONIBLES (JUILLET 2010) [7]

Classe Examens biologiques

Métabolites et substrats (META) Cholestérol total, glycérol total, créatinine, acide urique,
urée, glucose, bilirubine totale

Électrolytes (ELEC) Sodium, potassium, chlorure, calcium, lithium,


magnésium

Enzymes (ENZY) ALT, AST, CK, LDH, GGT, amylase


Hémoglobine glyquée A1C (GLYC) HbA1c
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 03/08/2017.

Protéines (PROT) Protéines totales

Hormones (HORM) Aldostérone, cortisol, progestérone, 17-OH-progestérone,


testostérone, estradiol-17β, estriol, thyroxine totale (TT4),
tri-iodothyronine totale (TT3)

Suivi thérapeutique (THER) Digoxine, digitoxine, théophylline


ALT : alanine aminotransférase ; AST : aspartate aminotransférase ; CK : créatine kinase ; LDH : lactate déshydrogénase ; GGT :
gamma-glutamyl-transférase.

7 Conduite à tenir
Comment est assignée la valeur indiquée pour l'étalon utilisé ? Généralement l'étalon
de travail est titré par rapport à un étalon maître, suivant une chaîne plus ou moins
complexe [Figure 1], qui a lui-même été titré soit par une méthode de référence, soit
par une méthode alternative ou, à défaut, conventionnelle. Ces informations peuvent
être bibliographiques ou documentaires. Les étalons auront été titrés en faisant appel
à une procédure de référence validée par un matériel de référence certifié adapté.
Pour répondre aux exigences de la norme, le laboratoire de biologie médicale doit rap-
porter dans ses documents les éléments de traçabilité qu'il aura obtenus :
•soit à partir du manuel d'utilisation du dispositif médical de diagnostic in vitro
(DMDIV) procuré par le fournisseur. Ces informations indiquent le matériau de
référence ou la méthode de référence de plus haut niveau métrologique utilisé
pour le raccordement de la valeur de l'étalon ;
•soit par l'utilisation d'étalons reconnus préparés au laboratoire par pesée s'il
utilise des méthodes mises au point au laboratoire ;
•soit indirectement :
■ par la participation à un programme adapté de comparaison inter-

laboratoires,
■ par comparaison aux résultats obtenus avec une autre méthode.

Dans ce cas, la comparaison à d'autres méthodes en interne ou en inter-laboratoires


devra répondre à certains critères, notamment ceux concernant la définition de la
méthode de comparaison.
Conflits d'intérêts : aucun

302
Recommandations pour l'accréditation des laboratoires de biologie médicale 1

• Références
1. Vassault A, Dumontet M, Giroud C, Braconnier F. ; groupe « Métrologie » de la SFBC. Raccordement
des résultats des analyses – Matériaux, méthodes de référence et étalonnage en biologie clinique
(Document C). SFBC, 2010 (à paraître).
2. NF EN ISO 15189. Laboratoires de biologie médicale : exigences concernant la qualité et la compé-
tence. AFNOR, 2007.
3. Directive européenne 98/79/CE du Parlement européen et du Conseil du 27 octobre 1998 relative
aux dispositifs médicaux de diagnostic in vitro. JO L 331 du 7 décembre 1998 : 1-37.
4. NF EN ISO 17511. Dispositifs médicaux de diagnostic in vitro – Mesurage des grandeurs dans des
échantillons d'origine biologique – Traçabilité métrologique des valeurs attribuées aux agents d'éta-
lonnage et aux matériaux de contrôle. AFNOR, 2004.
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 03/08/2017.

5. NF EN ISO 18153. Dispositifs médicaux de diagnostic in vitro – Mesurage des grandeurs dans des
échantillons d'origine biologique – Traçabilité métrologique des valeurs de concentration catalytique
des enzymes attribuées aux agents d'étalonnage et aux matériaux de contrôle. AFNOR, 2004.
6. Vocabulaire international de métrologie – Concepts fondamentaux et généraux et termes associés
(VIM). AFNOR, 2007.
7. Comité joint pour la traçabilité en médecine de laboratoire (JCTLM) : http://www.bipm.org/
8. NF EN ISO 15193. Dispositifs médicaux de diagnostic in vitro – Mesurage des grandeurs dans des
échantillons d'origine biologique – Exigences relatives au contenu et à la présentation des procédures
de mesure de référence. AFNOR, 2009.
9. NF EN ISO 15194. Dispositifs médicaux de diagnostic in vitro – Mesurage des grandeurs dans les
échantillons d'origine biologique – Exigences relatives aux matériaux de référence certifiés et au
contenu de la documentation associée. AFNOR, 2009.
10. NF EN ISO 15195. Médecine de laboratoires – Exigences pour les laboratoires réalisant des mesures
de référence. AFNOR, 2004.

303
Copyright © 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un utilisateur anonyme le 03/08/2017.

Vous aimerez peut-être aussi