Vous êtes sur la page 1sur 31

Master 2 – du

Le conflit Sécurité internationale,


Sri Lanka Défense et intelligence
& le Droit international humanitaireéconomique / 2010– -2011
– Master 2 SIDIE 2011
 

DIH & Sri Lanka


Katia AZAÏS ⧸
Application du droit au conflit
Mathieu D. ⧸
Qualification juridique du conflit
Guillaume LORIN ⧸
Lacunes du DIH au conflit, mise en page  

18 avril 2011   ⧸   V e r s i o n définitive  


Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 

Table des matières


 

PREAM BULE 4
TITRE I ⧸   Qualification juridique 8
 
A  ⧸ Qualification juridique des parties combattantes   9  

1  . Position du Gouvernement Sri lankais    


2  . Position des Tigres tamouls    
 
B  ⧸ La qualification des institutions internationales   11  

1  . Position de l’ONU    
2  . Position du CICR    
3  . Position de la doctrine    

C  ⧸ Les enjeux géopolitiques du conflit sri-lankais   14  


 

TITRE II ⧸  Application du Droit international 16


 
A  ⧸ Détermination des normes applicables   17  
 
B  ⧸ Les violations des règles applicables   19  
 

TITRE III ⧸  Les lacunes du DIH au conflit 21


 
A  ⧸  Humanitaire   23  

1  .    Les IDP, entre transition et reconstruction    


2  .    Le déminage humanitaire    
3  .    Les enfants soldats    
 
B  ⧸    Judiciaire   26  

1  .    Le laxisme des autorités    


2  .    Une certaine idée de l’intervention humanitaire    
 
C  ⧸  Des actions résolues ?   27  
 

BIBLIOGRAPHIE 29
 
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 

Préambule

L
e   conflit   au   Sri   Lanka   est   un   des   conflits   les   plus   vieux   du   continent   asiatiques,  
1
opposant  principalement  le  LTTE ,  groupe  armé  appelé  également  tigres  tamouls  et  
le   gouvernement   du   Sri   Lanka.   Ce   conflit   dura   prés   de   trente   ans   et   se   termina   en  
2009  avec  la  défaite  militaire  des  Tigres  tamouls  et  la  mort  de  leur  chef,  Velupillai  PRABHAKARAN.  
Ce  conflit  est  à  la  base  un  conflit  ethnique  qui  s'est  développé  dans  un  contexte  croissant  de  tensions  
économiques.   De   1815   à   1948,   le   Sri   Lanka   est   une   colonie   britannique,   et   durant   cette   période,   le  
colonisateur  a  favorisé  la  minorité  tamoule  pour  gouverner.    

Dans   les   semaines   qui   suivirent   l'indépendance,   les   Cinghalais,   ethnie   majoritaire,   ont  
entendu   reconquérir   les   postes   de   pouvoir   en   vue   de   former   un   État   unitaire   avec   une   minorité  
tamoule  s'élevant  à  35%  de  la  population.  Dès  1950,  le  Gouvernement  cinghalais  mettait  en  place  des  
lois   discriminantes,   notamment   sur   le   plan   linguistique   et   politique   favorable   uniquement   à   la  
majorité  cinghalais.  Face  à  cette  discrimination,  les  Tamouls  ceylanais  étaient  pour  la  création  d'un  
État   séparé   du   Sri   Lanka   et   les  
tamouls   indiens   pour   une  
intégration   nationale   avec   un  
soutien  britannique.    

La   Constitution   de  
1978  fut  un  texte  de  compromis,  
établissant   le   cinghalais   comme  
langue   du   Sri   Lanka   tout   en  
conservant   le   tamoul   comme  
une   des   langues   nationales   et  
langue   de   l'administration   dans  
les   provinces   tamoules,   au   Nord  
et  à  l'Est.    

Au   vu   des   inégalités  
économiques   croissantes,   le  
Front   Uni   de   Libération   des  
Tamouls   développe   peu   à   peu  
des   revendications   toujours   plus  
importantes,   aboutissant   à   la  
création   d'un   État   indépendant.  
Le   LTTE   entend   dominer   ce  
mouvement   coalisé   et   prend   le  
chemin   des   armes   dés   1981.   Le  
LTTE  représente  une  armée  très  structurée,  et  bénéficie  au  début  du  conflit  du  soutien  de  la  majorité  
des  tamouls.  Le  LTTE  lève  des  impôts  sur  les  territoires  qu'ils  contrôlent,  administrent,  entrainent  les  
différents  corps  de  leur  armée  dans  des  camps  et  disposent  d'une  flotte  qui  lui  permet  d'infliger  des  
défaites  importante  à  la  marine  Sri  lankaise.  Le  LTTE  dispose  également  de  submersibles,  d'ateliers  
de  réparation  pour  leur  flotte.  Ce  mouvement  est  le  premier  à  commettre  des  attentats  suicides  en  
utilisant   des   femmes.   Près   de   220   attentats   seront   commis   par   les   Tigres   contre   les   militaires,   les  
populations  cinghalaises  mais  également  les  Tamouls  modérés.  L'assassinat  du  ministre  des  affaires  
étrangères  sri-­‐lankais  Lakshman  KADIRGAMAR  d'ethnie  tamoule  l’illustre  fort  bien.    

                                                                                                               
1
 Liberation  Tigers  of  Tamil  Eelam    
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
En   1987,   après   l'échec   d'une   opération   militaire   majeure   contre   le   LTTE   et   avec  
l'implication  de  l'Inde  qui  alimente  la  rébellion  en  armes,  le  Gouvernement  du  Sri  Lanka  accepte  un  
plan   de   paix   proposé   par   l'Inde,   ainsi   qu’une   force   de   paix   indienne   d'interposition.   Ce   plan   de   paix  
prévoit  principalement  la  délégation  de  compétences  aux  provinces  tamoules.  Mais  très  rapidement,  
la   force   de   paix   indienne   est   prise   à   partie   par   le   LTTE   qui   refuse   tout   compromis   et   s'en   prend   à  
l'Indian  Peace  Keeping  Force.  Sur  
les   50   000   militaires   indiens,  
environ   1500   y   trouveront   la  
mort  et  ce  conflit  sera  considéré  
comme   le   Vietnam   indien.   Suite  
à   cette   défaite   et   avec  
l'assassinat   de   Rajiv   GHANDI   en  
91   par   un   extrémiste   tamoul,  
l'Inde  se  range  peu  à  peu  du  coté  
du   gouvernement   du   Sri   Lanka,  
en   sous-­‐mains   pour   ne   pas  
heurter   sa   province   du   Tamil  
Nadu  à  majorité  tamoule.    

En   Février   2002,   la  
Norvège  tente  une  médiation  et  
un   plan   de   paix   mais   celui-­‐ci  
échoua  en  raison  notamment  de  
la  décision  de  l'UE  de  considérer  
les   Tigres   tamouls   comme   un  
mouvement   terroriste.   A   partir  
de   ce   moment-­‐là,   les   grandes  
puissances  se  rangent  du  côté  du  
Sri   Lanka,   en   armant   le  
gouvernement   ou   en   le  
finançant.   Le   tsunami   de   2004  
affaiblit   la   rébellion   tamoule   en  
détruisant   en   partie   sa   flotte   et  
son  effectif.    

En   parallèle,   la   lutte  
déchire   le   pays   et   les   forces   en  
présences   n'hésitent   pas   à  
commettre   des   exactions   dont   sont   directement   victimes   les   populations   civiles.   L'extrémisme   du  
LTTE   est   de   plus   en   plus   mal   perçu   par   les   populations   tamouls   et   le   pouvoir   que   le   mouvement  
exerce   se   traduit   par   un   autoritarisme,   des   recrutements   forcés   pour   alimenter   l'armée   du   LTTE,   etc.  
En   2009,   la   lutte   prend   fin   avec   la   chute   des   Tigres   tamouls,   aujourd'hui,   le   Sri   Lanka   se   projette  
difficilement  vers  l'avenir  en  prônant  une  réconciliation  et  compte  sur  sa  prospérité  économique  et  
ses  richesses  pour  rebondir.  

 
•  
•   •  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 

TITRE I
⧸ QUALIFICATION JURIDIQUE  
 
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011

Le   conflit   qui   opposa   la   minorité   tamoule   au   gouvernement   légitime   du   Sri   Lanka   dura  
prés   de   trente   ans.   De   par   cette   durée,   le   statut   juridique   de   ce   conflit   a   évolué   en   fonction   des  
différents  intervenants.    

Chacun  des  acteurs  du  conflit  à  une  position  différente  au  sujet  de  la  nature  juridique,  cette  
position  est  en  grande  partie  du  aux  intérêts  que  défendent  les  acteurs  en  présence.    

A ⧸ Qualification juridique des parties combattantes  


 

1 ⧸ Position du gouvernement Sri lankais  

 Au   début   du   conflit   le   gouvernement   du   Sri   Lanka   considère   qu’il   fait   face   à   un  
mouvement   séparatiste   qui   vise   à   la   sécession   d’une   partie   du   territoire   du   Sri   Lanka.   Après   une  
médiation   norvégienne   et   une   intervention   indienne   ayant   échoué,   le   gouvernement   se   radicalise   en  
prenant   plusieurs   lois   discriminantes   à   l’égard   de   la   minorité   tamoule.   Il   considère   ensuite     le  
mouvement   armé   tamoul   comme   une   organisation   terroriste   qu’il   combat   en   vue   d’unifier   son  
territoire   et   de   le   pacifier.   La   tendance   du   gouvernement   s’oriente   à   considérer   le   conflit   avec   les  
tamouls   comme   un   conflit   interne,   qui   ne   concerne   que   le   Sri   Lanka.   C’est   notamment   la   position   du  
2
Sri  Lanka  à  l’ONU  qui  sera  d’ailleurs  suivi  par  plusieurs  autres  États .  Les  conventions  de  Genève  ne  
peuvent  ainsi  s’appliquer  en  cas  de  CANI  excepté  certains  principes  tel  que  l’article  3  commun  qui  ont  
pu  acquérir  une  valeur  coutumière.  En  ce  cas  le  DIH  aura  du  mal  à  s’appliquer  en  cas  de  conflit  interne  
et   surtout   au   terrorisme.   Néanmoins   malgré   une   inapplication   partielle   du   DIH   considérée   par   le  
gouvernement,     si   celui   entend   privilégier   le   statut   de   CANI   et   de   trouble   intérieur,   en   ce   cas   c’est  
davantage  les  droits  de  l’homme  qui  vont  devoir  venir  s’appliquer  en  vertu  de  lois  coutumières  mais  
également   de   la   charte   des   Nations   Unies   ratifiée   par   le   Sri   Lanka.   A   cet   égard   le   Sri   Lanka   devra  
respecter  les  droits  de  l’homme  en  fonction  des  instruments  internationaux  ratifiés  tel  que  la  charte  
ou  la  convention  des  droits  de  l’enfant.  
3
La    position  du  Sri  Lanka  a  reçu  l’aval  de  l’ONU  mais  également  des  plus  puissants  États  
qui   ont   eux-­‐mêmes   pu   faire   pression   sur   d’autres   tel   que   l’UE.   De   plus,   le   gouvernement   assume  
4
pleinement   sa   politique   de   guerre   totale  envers   les   tigres   tamouls   et   la   considéré   comme   la   plus  
«  vaste  opération  de  secours  humanitaire  au  monde  ».  

2 ⧸ Position des tigres tamouls  

Les  Tigres  tamouls  quant  à  eux  se  considèrent  comme  un  mouvement  de  libération  ayant  
pour   revendication   principale   l’autonomie   de   la   partie   Nord   Est   de   l’ile   du   Sri   Lanka   représentant  
l’Eelam   Tamoul.   Les   Tamouls   défendent   ainsi   un   droit   à   l’autodétermination.   Ils   représentent   un  
mouvement   à   deux   facettes,   d’un   coté   un   groupe   extrêmement   organisé,   aux   des   moyens  
5
considérables  digne  d’une  armée ,  disposant  d’une  administration  des  territoires  sous  son  contrôle  ;  
d’un   autre   côté   un   groupe   aux   méthodes   terroristes   (attentats   suicides   sur   tout   le   territoire   du   Sri  
6
Lanka ,   utilisation   de   boucliers   humains   ou   d’enfants   soldats).   Les   Tigres   tamouls   se   rapprochent,  
                                                                                                               
2  http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=23085&Cr=Lanka&Cr1    
3  http://tatun.unblog.fr/2009/04/22/lonu-­‐exige-­‐que-­‐les-­‐tigres-­‐tamouls-­‐deposent-­‐les-­‐armes/    
4  http://www.rtl.be/info/monde/international/241893/le-­‐sri-­‐lanka-­‐rejette-­‐les-­‐appels-­‐internationaux-­‐a-­‐arreter-­‐la-­‐guerre    
5  http://blog.multipol.org/post/2009/01/30/ANALYSE-­‐%3A-­‐Sri-­‐Lanka-­‐retour-­‐sur-­‐lanatomie-­‐du-­‐conflit-­‐a-­‐lheure-­‐dune-­‐possible-­‐victoire-­‐de-­‐larmee    
6  http://conflits.revues.org/index2103.html    
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
d’une   armée   organisée   et   bénéficieraient   à   ce   titre   du   statut   de   combattant.   Ils   avaient   en   effet   le  
contrôle  et  l’effectivité  sur  un  territoire,  quand,  en  plus,  cette  partie  de  l’ile  avait  été  historiquement  
une  colonie  tamoule.  Les  Tamouls,  qui  levaient  des  impôts  sur  les  territoires  administrés,  avaient  une  
armée  avec  notamment  une  marine  de  guerre  ou  certains  groupes  d’élites  tels  que  les  tigres  noirs.  

Les  considérations  des  deux  parties  ont  un  impact  géopolitique  important  en  fonction  de  
la  qualification  juridique  du  conflit.  

En   effet,   en   se   considérant   comme   un   mouvement   de   libération   nationale,   les   Tigres  


tamouls   invitent   tout   Etat   voulant   apporter   son   soutien   à   leur   mouvement.   Selon   le   Droit  
international  le  principe  de  non  ingérence  ne  joue  pas  lors  des  guerres  de  libération  nationales  et  tout  
État   peut   en   théorie   aider   ce   type   de   mouvement.   C’est   ce   que   fera   notamment   le   Pakistan   en  
alimentant   la   révolte   tamoule   en   armements,   histoire   d’handicaper   la   politique   indienne   dans   ce  
secteur.    Par  ailleurs  les  conflits  de  ce  type  bénéficient  logiquement    de  la  protection    des  conventions  
de   Genève     applicables   logiquement   pour   les     conflits   armés   internationaux.   De   plus,   cette  
dénomination   a   tendance   a   internationaliser   le   conflit   ce   qui   faciliterait   l’intervention   des   ONG   et   de  
certains   programmes   humanitaires   des   Nations   Unies.   Cela   alerte   également   les   journalistes   et  
reporters  qui  sont  censurés  par  le  gouvernement  Sri  Lankais.    

Le   statut   de   mouvement   de   libération   nationale   impose   également   des   obligations  


7
internationales   en   vertu   du   droit   international   humanitaire.  Pour   accroitre   leur   crédibilité,   ces  
er
mouvements  peuvent  s’engager  à  appliquer  le  DIH  comme  le  précise  le  1  protocole  de  1977  à  son  
article  96  §3  si  la  lutte  est  menée  conformément  à  l’article  1  §4  c’est-­‐à-­‐dire  ;  «  sont  compris  les  conflits  
armés   dans   lesquels   les   peuples   luttent   contre   la   domination   coloniale   et   l’occupation   étrangère   et  
contre   les   régimes   racistes   dans   l’exercice   du   droit   des   peuples   à   disposer   d’eux-­‐mêmes…».   Les   deux  
conditions   pour   que   cet   engagement   soit   valable   sont   que   l'État   sur   le   territoire   duquel   combat   le  
mouvement   soit   partie   aux   conventions   et   au   protocole   et   que   le   mouvement   adresse   une  
déclaration   écrite   d’application   des   conventions.   Mais   si   l'État   n’est   pas   lié   au   protocole,   cette  
déclaration  ne  produit  logiquement  aucuns  effets  juridiques.  Certains  dans  la  doctrine  pensent  qu’il  
faut   différencier   l’application   des   conventions   de   1949   et   l’application   du   protocole   de   1977.   En  
er
l'espèce,  le  Sri  Lanka  est  partie  aux  conventions  de  Genève  mais  pas  au  1  protocole.  Sur  la  base  de  
l’article   2   alinéa   3   commun   aux   conventions,   il   existe   néanmoins   une   pratique   d’acceptation   de   ces  
conventions   par   des   mouvements   de   libérations   reconnue   par   la   majorité   des   États.   Il   faut   savoir  
qu’un   mécanisme   similaire   est   prévu   à   l’article   7   §4b   de   la   convention   des   Nations   Unies   de   1980   à  
laquelle   est   partie   le   Sri   Lanka.   Les   Tigres   tamouls   auraient   ainsi   pu   mettre   en   œuvre   ces  
mécanismes.   Plusieurs   autres   mouvements,   tels   le   GPRA   en   1960   ou   l’OLP   en   1969,   illustrent   des  
exemples   d’adhésion   formelle   aux   conventions.   Ces   adhésions   ont   par   ailleurs   été   avalisées   par   le  
gouvernement   Suisse   dépositaire   des   conventions   qui   précisait   que   «  la   déclaration   unilatérale  
d’application  des  4  CG  et  du  protocole  additionnel  1  faite  le  7  Juin  1982  par  l’O.L.P  demeure  valable  ».  
La  doctrine  et  c’est  notamment  le  sentiment  du  professeur  Eric  David  considère  que  ces  déclarations  
d’adhésion   lient   l’État   partie   aux   CG   si   celui-­‐ci   ne   conteste   pas   les   précédents   ni   l’universalité   des  
conventions.  De  plus,  l'assemblée  générale  des  Nations  Unies  a  reconnu  dans  sa  résolution  2105  le  20  
décembre   1965   «   la   légitimité   de   la   lutte   que   les   peuples   sous   domination   coloniale   mènent   pour  
l'exercice  de  leur  droit  à  l'autodétermination  et  à  l'indépendance..».  Elle  considère  également  que  ces  
guerres   sont   des   conflits   armés   internationaux   auxquels   s'appliquent   les   conventions   de   Genève,  
comme  elle  le  précise  dans  sa  résolution  3103  du  12  Décembre  1973.  

Bien   que   le   gouvernement   ne   soit   pas   exempt   de   reproches   quant   aux   violations   du   DIH,   il  
est  apparu  que  les  tigres  tamouls  malgré  un  statut  revendiqué  de  mouvement  de  libération  n’ont  pas    
hésité   à   utiliser   les   civils   à   plusieurs   reprises   au   cours   du   conflit.   On   peut   citer   pour   exemple,   le  
8
recrutement   d’enfants   soldats   après   le   Tsunami   de   2004 ,   l’utilisation   de   la   population   comme  
boucliers   humains   ou   plus   novateur   encore,   l’utilisation   de   l’eau   comme   un   enjeu   important   du  
9
conflit,  les  Tamouls  ayant  eu  un  monopole  sur  de  nombreuses  ressources  en  eau    lors  de  leur  lutte.  

                                                                                                               
7 Principes  de  droit  des  conflits  armés,  E.  DAVID,  p.238  -­‐  p.247,  BRUYLANT  2008.  
8  http://www.hrw.org/en/news/2005/01/13/sri-­‐lanka-­‐child-­‐tsunami-­‐victims-­‐recruited-­‐tamil-­‐tigers    
9  http://www.ritimo.org/dossiers_pays/asie/sri_lanka/srilanka_eco.html    
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
Ils  n’ont  pas  hésité  à  tarir  les  ressources  en  eau  des  agriculteurs  en  aval  de  leur  territoire  pour  faire  
10
pression  sur  le  Gouvernement .    

B ⧸ La qualification des institutions internationales


 

1 ⧸ Position de l’ONU  

A   l’ONU   plusieurs   résolutions   ont   été   déposées   à   l’encontre   du   Sri   Lanka   et   des   crimes  
commis  sur  le  territoire.  Ces  résolutions  illustrent  les  positions  des  différents  États.  L'ONU  estimait  
11
que  la  situation  au  Sri  Lanka  était  un  conflit  armé .  Néanmoins,  le  Sri  Lanka  et  les  pays  non  alignés  
défendaient  que  ce  conflit  était  strictement  interne  et  qu’il  ne  regardait  que  le  Sri  Lanka.  Les  États  
européens   quant   à   eux   ne   niaient   pas   cette   dénomination   et   considéraient   que   devait   s’appliquer   les  
droits  de  l’homme  et  également  le  DIH.  Cette  vision  des  choses  a  évolué  lorsque  l’UE  a  suivi  la  ligne  
directrice   des   USA   selon   laquelle   les   tigres   devaient   être   considéré   comme   une   organisation  
12
terroriste .  En  l’occurrence  une  telle  dénomination  mettait  en  échec  la  médiation  tentée  par  le  bloc    
mené  par  la  Norvège  et  décrédibilisait  l’UE  pour  toute  mission  de  médiation  ou  d’observateur.  Cela  
confortait   ainsi   l’idée   que   ce   conflit   était   un   conflit   interne   et   conduisait   à   l’indulgence   de   l’ONU  
13
envers  le  Sri  Lanka .  L’exemple  le  plus  flagrant  est  illustré  par  la  session  extraordinaire  du  conseil  des  
Droits  de  l’Homme  en  Mai  2009  sous  l’impulsion  de  la  Suisse.  Elle  ne  permit  pas  la  délivrance  d’une  
enquête  pour  les  crimes  commis  durant  le  conflit.  Il  en  déboucha  finalement  une  résolution  plus  que  
14
clémente  pour   le   gouvernement   Sri   lankais,   appuyée   par   la   Chine,   l’Inde,   le   Pakistan,   l’Arabie  
15
Saoudite   ou   encore   Cuba .   La   résolution   confortait   cette   notion   de   conflit   interne   en   mettant   en  
avant  les  principes  de  non  ingérence  et  d’intégrité  territoriale.  

Il   faut   également   souligner   que   les   tigres   Tamouls   ont   grandement   contribué   à   légitimer  
16
l’image  du  Sri  Lanka  en  commettant  de  nombreuses  exactions,  en  recrutant  des  enfants  soldats ,  en  
utilisant  les  attentats  suicide  pour  répandre  la  terreur  ou  encore  en  prenant  les  civils  comme  boucliers  
17
humains .   Les   deux   parties   sont   allées   clairement   à   l’encontre   de   plusieurs   règles   coutumières   du  
DIH  mais  les  intérêts  géopolitiques  ont  primé.  

2 ⧸ Position du CICR  

Le  conflit  du  Sri  Lanka  est  un  conflit  armé  et  non  une  situation  de  tension  interne,  en  cela  il  
répond   aux   deux   facteurs   caractérisant   ce   type   de   conflit   à   savoir,   une   certaine   intensité,   le  
gouvernement   sri   lankais   devant   mettre   toutes   ses   ressources   militaires   pour   combattre   et   vaincre  
les   tamouls   et   deuxième   critère,   un   combat   contre   un   ennemi   organisé   en   l’occurrence   les   tigres  
tamouls   comme   nous   l’avons   vu   précédemment.   Le   CICR   considère   ce   conflit   comme   un   CANI   et  
s’est   proposé   d’apparaitre   neutre   pour   favoriser   la   protection   des   civils.   Il   a   par   ailleurs   gagné   la  
confiance   des   deux   camps   ce   qui   lui   a   permis   d’exercer   un   rôle   important   auprès   des   populations,   de  

                                                                                                               
10  http://www.irenees.net/fr/fiches/documentation/fiche-­‐documentation-­‐408.html    
11  Conseil  de  Sécurité  de  l'O.N.U.,  Groupe  de  travail  sur  les  enfants  et  les  conflits  armés,  3  Juin  2010.  
12  Voir  les  décisions  PESC  du  conseil  2011/70/PESC  du  31  Janvier  et  2010/386/PESC  du  12  juillet  2010.  
13  http://www.affaires-­‐strategiques.info/spip.php?article1360    
14  http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5i-­‐ydZ6_yWSe-­‐hmc7G8EbRoxztV-­‐A    
15  http://www.humanrights.ch/home/fr/Instruments/International/Conseil-­‐des-­‐droits-­‐de-­‐lhomme/idcatart_8805-­‐content.html?zur=1045  
16  http://www.amnesty.org/fr/region/sri-­‐lanka/report-­‐2009    
17  http://www.state.gov/g/drl/rls/hrrpt/1999/442.htm    
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
18
jouer  les  rôles  de  médiateur,  de  créer  des  points  de  passage ,  des  corridors  humanitaires  …etc.  On  
peut   parler   à   ce   titre   de   diplomatie   humanitaire   du   CICR,   privilégiant   l'aide   et   le   secours   aux  
19
populations  civiles.  

Cette   position   du   CICR   s’appuie   sur   l’article   3   commun   aux   conventions   de   Genève  
applicables   au   CANI     et   également   sur   son   droit   d’initiative   humanitaire   qui   lui   est   reconnu   par   les  
statuts   du   mouvement   international   de   la   croix   rouge   et   du   croissant   rouge.   Il   donne   au   CICR   la  
possibilité   d’établir   des   contacts   avec   des   entités   non   étatiques   sans   leur   conférer   de   statut   juridique  
particulier.  

Son  rôle  fut  considérable  même  s’il  ne  disposa  d’aucun  accord  clair  avec  le  gouvernement  
sri   lankais   définissant   son   intervention.   Pour   chaque   mission,   celui   ci   devait   en   effet   obtenir   les  
autorisations   des   parties   pour   intervenir   auprès   des   civils.   Cela   se   traduisait   notamment   par   des  
points  de  passage  sécurisés,  des  corridors  humanitaires  dans  l’intérêt  des  populations  civiles.  Le  CICR  
accueille   également   et   prend   note   des   déclarations   unilatérales   de   respect   du   DIH   ou   des   groupes  
armés   expriment   leur   souhait   de   respecter   le   droit   notamment   dans   le   but   de   légitimer   leur  
20
revendication.  

Cette  qualification  de  CANI  également  pour  conséquence  de  lier  les  parties  aux  conflits  par  
plusieurs  dispositions  si  l'État  sur  le  territoire  duquel  se  déroule  le  conflit  à  ratifier  les  conventions  ci  
après.  Ainsi  l’article  3  commun  aux  conventions  de  Genève  est  applicable,  de  même  que  l’article  19  
de   la   convention   de   la   Haye   de   1954.   En   l'espèce,   ces   deux   conventions   ont   été   ratifiées   par   le   Sri  
Lanka.    S’applique  logiquement  le  2éme  protocole  de  1977,  la  convention  de  1980  et  l’article  8  §2  du  
statut   de   la   CPI.   En   l’occurrence   le   Sri   Lanka   n’est   pas   lié   par   ces   conventions   mais   d’autres  
instruments   peuvent   avoir   une   importance,   notamment   le   protocole   facultatif   de   2000   à   la  
convention  sur  les  droits  de  l’enfant  et  qui  cible  plus  particulièrement  l’implication  des  enfants  dans  
des  groupes  armés  à  son  article  4  §1.  

Les   institutions   internationales   se   sont   plusieurs   fois   prononcées   au   sujet   des   parties  
belligérantes  dans  un  CANI  qui  ne  représentaient  pas  l'État  mais,  une  faction  ou  un  groupe  armé.  Il  
ressort   de   leur   intervention   que   même   si   ces   groupes   ne   représentent   pas   un   gouvernement,   elles  
sont  liées  par  les  règles  du  DIH.  C’est  ainsi  que  le  rappel  notamment  l’institut  de  droit  international  en  
1999   qui   reconnait   que   le   Droit   international   humanitaire   et   les   Droits   fondamentaux   de   l’homme  
liaient  les  entités  non  étatiques  dans  un  conflit  armé  non  étatique.  La  commission  d'enquête  sur  le  
Darfour  évoquera  également  le  fait  que  «  les  rebelles  qui  se  sont  dotés  d’une  certaine  organisation,  
ont   acquis   une   certaine   stabilité   et   exercent   un   contrôle   effectif   sur   une   partie   de   territoire,   jouissent  
de   la   personnalité   morale   internationale   et   sont   dés   lors   tenus   par   les   règles   pertinentes   du   droit  
international  coutumier  gouvernant  les  conflits  armés  internes…  ».  

3 ⧸ Position de la doctrine  

La   doctrine   a   une   vision   différente   quant   à   la   qualification   du   conflit,   celle-­‐ci   change   en  


fonction  des  auteurs.  On  relève  toutefois  certaines  convergences.      

Le  conflit  avec  les  tamouls  au  vu  de  l’intensité  peut  être  considéré  comme  une  guerre  de  
libération   nationale   revendiquant   l’autodétermination   contre   un   régime   à   la   base   raciste   envers   les  
tamouls.   En   doctrine,   l’assimilation   des   guerres   de   libération   nationale   à   des   conflits   armés  
internationaux  fut  très  discutée.  Néanmoins  plusieurs  auteurs  estiment  que  le  conflit  des  tamouls  est  
un  conflit  internationalisé     à  plusieurs  égards.    En  effet,  un  conflit  interne  peut  s'internationaliser  si  

                                                                                                               
18  http://www.icrc.org/web/fre/sitefre0.nsf/htmlall/sri-­‐lanka-­‐news-­‐191108?opendocument    
19  http://www.cairn.info/revue-­‐relations-­‐internationales-­‐2005-­‐1-­‐page-­‐73.htm,  Marion  HARROFF  TAVEL,  «  La  diplomatie  
humanitaire  du  CICR  »,  2005.  
20  www.scribd.com,  «Mieux  faire  respecter  le  DIH  dans  les  conflits  armés  non  internationaux  »,  CICR,  p.20,  2008.  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
plusieurs   facteurs   sont   réunis,   ainsi   une   intervention   armée   étrangère   peut   conduire   à  
internationaliser   le   conflit.   Encore   faut   t'il   que   celle   ci   ait   une   certaine   intensité.   C'est   beaucoup  
moins  vrai  depuis  l'arrêt  de  la  CIJ  dans  l'affaire  des  activités  militaires  et  paramilitaires  au  Nicaragua  
en  1986  ou  la  cour  a    diminué  le  niveau  d'intervention  requis  pour  internationaliser  le  conflit.  Depuis  
cette   date,   l'envoi   de   fonds,   d'équipement   ou   de   conseillers   peut   suffire   pour   internationaliser   le  
conflit.    

Eric   DAVID   estime   également   qu'un   conflit   interne   peut   s'internationaliser   par   le   biais  
d'une  intervention  étrangère  mais  il  la  conditionne  à  deux  critères  et  il  apporte  une  gradation  dans  
21
l'internationalisation   du   conflit .   Ainsi   une   intervention   étrangère   peut   se   traduire   par   l'envoie   de  
troupes,   d'armement   ou   de   conseillers.     En   ce   cas   pour   que   les   conventions   de   droit   humanitaires  
puissent  s'appliquer,  il  faut  que  l'État  tiers  intervenant  et  l'État  sur  le  territoire  duquel  il  intervient  soit  
tous   deux   parties   aux   conventions,   celles   ci   s'appliquent   même   si   l'intervention   du   Tiers   se   fait   à  
l'encontre  d'une  partie  insurgée.  Le  professeur  DAVID  considère  à  cet  égard  que  les  forces  de  l'État  
intervenant   se   battent   contre   des   forces   relevant   d'un   autre   État   même   si   l'autorité   qui   les  
commande  est  un  pouvoir  insurgé.  Il  y  a  en  ce  cas  internationalisation  du  conflit,  situation  similaire  si  
l'État   tiers   intervient   en   faveur   d'un   groupe   insurgé.   En   ce   qui   concerne   l'envoie   de   conseillers  
militaires,   Eric   DAVID   estime   qu'ils   sont   l'expression   de   la   participation   d'un   État   Tiers   au   conflit   a  
deux  conditions.  Il  faut  que  les  conseillers  prennent  part  aux  hostilités  en  apportant  une  aide  quant  
aux  choix  stratégiques  et  technique  d'une  des  parties  et  il  faudrait  que  les  conseillers  agissent  en  tant  
qu'organe   de   l'État   pour   engager   sa   responsabilité   comme   le   précise   le   Projet   d'articles   de   la  
Commission   du   Droit   international.   Cette   deuxième   condition   n'est   souvent   pas   remplie   car   les   États  
profitent   de   certains   accords   d'assistance   qui   donnent   aux   experts   et   conseillers   le   statut   de  
particuliers  ou  à  l'inverse  les  intègrent  dans  la  structure  étatique  de  l'État  aidé.  

Dans  le  conflit  du  Sri  Lanka  qui  opposait  le  LTTE  au  Gouvernement,  plusieurs  interventions  
étrangères   ont   eu   lieu   et   tendent   à   internationaliser   le   conflit.   Ce   conflit   peut   être   à   l'origine  
considéré   comme   un   conflit   interne   opposant   un   groupe   insurgé   séparatiste   et   un   gouvernement    
légitime.  Mais  dès  les  années  90,  l'Inde  intervient  dans  le  conflit  en  voulant  jouer  les  médiateurs,  un  
accord   est   conclu   avec   le   gouvernement   Sri   lankais   et   avec   les   tamouls   de   façon   informelle.   Cette  
intervention  se  traduit  par  l'envoie  d'une  force  qui  atteindra  au  pic  du  conflit  environ  50  000  hommes.  
En  parallèle,  le  Pakistan  arme  et  soutien  les  Tigres  tamouls  pour  faire  échec  à  l'Inde.  Une  intervention  
et   d'une   telle   intensité   internationalise   le   conflit.   De   plus   en   2002,   la   Norvège   et   d'autres   pays  
nordiques   tentent   de   se   poser   en   médiateur   pour   aboutir   a   un   accord   de   cessez   le   feu   qui   ne   sera  
finalement   que   temporaire.   Et   finalement   après   2002,   les   grands   États   ne   vont   pas   cesser   de  
s'impliquer   dans   le   conflit   en   envoyant   des   avions   de   chasse   au   gouvernement   comme   le   fera  
notamment  la  Chine,  ou  en  envoyant  des  conseillers  militaires  comme  le  feront  Israël  ou  encore  les  
USA   par   le   biais   de   la   CIA   pour   former   les   officiers   à   la   contre-­‐insurrection.   Cela   sans   compter   les  
financements  de  l'Inde,  des  USA  ou  de  la  Chine  pour  soutenir  le  Gouvernement  du  Sri  Lanka.  

D’autre   tel   H.   MEYROWITZ   considère   que   ce   type   de   conflit   conduit   à   une   application  
binaire   du   DIH   en   fonctions   des   acteurs   en   présence   participants   au   conflit.     Ainsi   il   faudrait  
décomposer   le   conflit   en   fonction   des   différents   acteurs.     C’est-­‐à-­‐dire   évaluer   les   différents   rapports,  
gouvernement   contre   insurgés,   insurgés   contre   force   d’intervention,   forces   d’intervention   et  
gouvernement.   Il   faudrait   appliquer   le   régime   juridique   entre   chacun   des   protagonistes.   Cette  
position   fut   notamment   mise   en   exergue   par   Cour   Internationale   de   Justice   dans   l'arrêt  
Nicaragua/USA  en  1986,  celle-­‐ci  considéra  alors  que  le  conflit  était  international  entre  les  USA  et  le  
Nicaragua  et  interne  entre  les  contras  et  le  Nicaragua.  Cette  vision  des  choses  appliquée  au  Sri  Lanka  
tend   a   considérer   que   le   conflit   est   international   entre   le   gouvernement   et   les   États   Tiers,   mais  
interne  entre  le  gouvernement  et  les  tigres  tamouls.  

Certaines   positions   plus   engagées   vont   à   l’encontre   de   cette   vision,   on   peut   citer   pour  
22
exemple  la  position  de  Karen  PARKER ,  doctorante  en  droit  internationale  humanitaire  et  fondatrice  
de   l’association   des   juristes   de   droit   international   humanitaire.   Celle-­‐ci   considère   qu'au   vu   des  

                                                                                                               
21  Principes  de  droit  des  conflits  armés,  E.  DAVID,  BRUYLANT,  p.  159  -­‐  p.169  
22  http://www.horizons-­‐et-­‐debats.ch/index.php?id=428    
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
particularités   du   conflit   et   des   spécificités   de   la   structure   du   LTTE,   ce   conflit   est   une   guerre   de  
libération   nationale     qui   vise   l'autodétermination   et   qu'au   regard   du   droit   internationale,   les   Tigres  
tamouls   devraient   bénéficier   du   statut   de   combattant.   Elle   dénonce   par   ailleurs   la   qualification   de  
cette  organisation  comme  un  mouvement  terroriste  ce  qui  facilite  le  Sri  Lanka  à  prendre  des  mesures  
internes,   anti-­‐terroristes   sans   que   la   communauté   internationale   n'ait   de   droit   de   regard.    
Elle  dénonce  cet  État  de  fait  et  considère  que  ce  conflit  est  un  conflit  similaire  à  celui  qu'avait  connu  
le   Bangladesh   avant   son   autonomie   envers   le   Pakistan.   Elle   a   par   ailleurs   plusieurs   fois   enjoint   la  
communauté  internationale  à  réagir  notamment  pour  respecter  les  principes  du  DIH  et  protéger  les  
populations  tamoules  parfois  cible  du  gouvernement.  

C ⧸ Le conflit du Sri Lanka, entre qualification


juridique et enjeu géopolitique  
La   qualification   est   un   enjeu   juridique   de   premier   ordre   qui   permettra   l’application   des  
textes   en   fonction   du   statut   retenu   pour   le   conflit.   Cette   qualification   est   également   un   enjeu   de  
politique  juridique  extérieure  des  États  conduit  par  les  intérêts  géopolitiques  des  différents  États.  

Car  c’est  derrière  ce  jeu  de  dénomination  et  cette  guerre  des  mots  que  ce  faisait  jour  les  
intérêts  des  grands  États  qui  voyaient  une  opportunité  à  soutenir  le  gouvernement  Sri  Lankais.  Le  Sri  
Lanka   est   ainsi   devenu   le   berceau   des   intérêts   géostratégiques   des   grandes   puissances   en   Asie   du  
23
Sud.  

Les  États  unis  se  devaient  d’appuyer  le  gouvernement  car  ils  ont  sur  l’ile  l’une  de  leur  seul  
base  militaire  de  la  région,  de  plus  le  Détroit  de  PALKA  est  un  détroit  important  stratégiquement  et  
une   route   pétrolière   de   première   importance   qui   était   menacée   par   la   flotte   des   tigres   tamouls.   La  
rade   de   Trincomalee   d'environ   8   km   est   en   outre   la   meilleure   rade   en   eaux   profondes   de   la   région  
avec   des   réservoirs   de   pétrole   construit   par   les   Britanniques   dont   chacun   fait   plusieurs   tonnes.   Cette  
24
rade  est  par  ailleurs  située  dans  les  territoires  revendiques  par  les  Tamouls .  La  politique  sécuritaire  
des  USA  était  également  un  élément  important,  leur  intention  étant  de  limiter  le  trafic  d’armes  des  
Tamouls  et  toute  prise  de  contact  avec  d’autres  organisations  terroristes,  en  plus  un  de  leur  objectif  
allant  de  pair  avec  celui  de  l’Inde  à  savoir,  contrer  une  prise  de  position  de  la  Chine  dans  la  région.  De  
plus,   dans   cette   logique   d'encerclement   de   la   Chine,   les   USA   ont   conclu   en   2007   avec   le   Sir   Lanka   un  
accord  d'utilisation  des  installations  sri  lankaise  par  l'Air  force  et  la  Navy  en  échange  d'une  aide  pour  
résoudre  le  conflit  avec  les  tigres  tamouls.  Toutes  ces  considérations  motivent  les  USA  à  soutenir  le  
Sri  Lanka  en  défendant  la  qualification  juridique  de  conflit  interne  pour  contenter  Colombo.  

L'Inde,   outre   cet   objectif,   voulait   s’assurer   que   les   tamouls   ne   parviennent   pas   à   une  
situation   d’indépendance   qui   aurait   pu   se   traduire   par   des   revendications   autonomistes   dans   la  
25
région  du  Tamil  Nadu  ou  vit  une  majorité  de  Tamouls .  De  même,  la  Chine  voyait  également  d’un  
mauvais  œil  la  victoire  d’une  minorité  sur  un  territoire  stratégique  pour  elle,  si  bien  qu’elle  n’hésitât  
pas  à  envoyer  au  gouvernement  local  des  Chengdu  J-­‐7.  Elle  cherche  également  auprès  du  Sri  Lanka  
un  allié  pour  mettre  à  mal  la  stratégie  d'encerclement  orchestrée  par  les  USA  et  l'Inde.  Par  ailleurs,  
les   deux   géants   asiatiques   ont   tout   deux   des   projets   tel   que   la   construction   du   port   de  
HAMBANTOTA   en   eaux   profondes   mené   actuellement   par   la   Chine   qui   ferait   du   Sri   Lanka   une   route  
commerciale   imparable.   Le   Sri   Lanka   quant   à   lui   se   concentre   sur   sa   croissance   et   son   potentiel  
26
économique  pour   se   remettre   du   conflit.   Ses   ressources   minières,   notamment   l'ilménite,  

                                                                                                               
23  http://fr.wikinews.org/wiki/La_guerre_au_Sri_Lanka_:_un_conflit_g%C3%A9ostrat%C3%A9gique    
24  http://www.ritimo.org/dossiers_pays/asie/sri_lanka/srilanka_intern.html    
25  http://blog.multipol.org/post/2009/05/20/ANALYSE-­‐%3A-­‐Sortie-­‐de-­‐guerre-­‐a-­‐Sri-­‐Lanka-­‐entre-­‐le-­‐poids-­‐des-­‐geopolitiques-­‐et-­‐les-­‐defis-­‐de-­‐la-­‐paix    
26  http://www.lesechos.fr/journal20110413/lec1_l_enquete/0201219644569-­‐en-­‐plein-­‐boom-­‐le-­‐sri-­‐lanka-­‐veut-­‐oublier-­‐la-­‐
guerre.htm    
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
composant  des  micro-­‐puces  dont  est  friand  le  Japon,  ou  son  pétrole  off-­‐shore  seront  à  coup  sûr  des  
atouts  que  le  gouvernement  n’hésitera  pas  à  mettre  en  avant  auprès  de  ses  puissants  voisins.  Il  incite  
ainsi  les  grandes  puissances  à  adopter  son  point  de  vu  sur  le  conflit  car  il  est  bien  conscient  de  son  
rôle  stratégique  dans  la  région.  

 
•  

•   •  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011

TITRE II
⧸ APPLICATION DU DROIT INTERNATIONAL  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011

La   question   de   la   qualification   du   conflit   sri   lankais   n’ayant   pas   de   réponse   claire,  


déterminer  quelles  sont  les  règles  qui  s’appliquent  devient  plus  problématique.  En  effet  le  droit  des  
conflits  armés  est  constitué  de  trois  grands  instruments,  les  conventions  de  Genève,  le   Droit  de  La  
Haye,  et  le  Droit  coutumier.  L’application  de  chacun  de  ces  instruments  dépendant  de  la  qualification  
du   conflit   comme   étant   international   ou   non   international,   il   convient   de   se   pencher   ici   plus  
précisément  sur  la  question.  

Cependant,   quel   que   soit   le   droit   applicable   à   ce   conflit,   il   semble   que   les   parties  
belligérantes  n’ont  pas  en  l’espèce  fait  grand  cas  des  normes  humanitaires  internationales.  

A ⧸ Détermination des normes applicables  


Le  droit  international  humanitaire  est  un  droit  applicable  en  temps  de  guerre,  il  prend  en  
quelque  sorte  le  relais  des  droits  de  l’Homme  qui  s’appliquent  en  temps  de  paix.  On  peut  distinguer  le  
jus  ad  bellum  et  le  jus  in  bello,  c’est-­‐à-­‐dire  le  droit  de  faire  la  guerre  et  le  droit  qui  régit  le  déroulement  
du  conflit.  Ce  qui  nous  intéresse  ici  est  le  jus  in  bello,  le  droit  dans  la  guerre,  qui  va  indiquer  aux  parties  
en  conflit  le  comportement  qu’elles  doivent  adopter  durant  la  conduite  des  hostilités.  Ce  droit  s’est  
construit   autour   de   conventions   internationales,   les   conventions   de   La   Haye,   qui   régissent   les  
moyens   de   conduire   les   hostilités,   et   les   conventions   de   Genève   qui   définissent   des   catégories   de  
biens   et   de   personnes   protégées   en   temps   de   conflit   armé.   En   parallèle   de   ces   conventions,   se  
développent   des   coutumes   internationales   constituées   lorsqu’une   pratique   récurrente   des   Etats  
rejoint  une  opinio  juris  (sentiment  que  cette  pratique  fait  partie  du  droit).    

L’Etat   du   Sri   Lanka   est   partie   aux   conventions   de   Genève   de   1949,   mais   pas   à   ses  
protocoles  additionnels.  Il  n’a  pas  signé  les  conventions  de  La  Haye,  mis  à  part  celle  de  1954  assurant  
la   protection   des   biens   culturels   en   cas   de   conflit   armé.   Le   Sri   Lanka   a   aussi   ratifié   un   certain   nombre  
de   conventions   internationales   pour   la   limitation   ou   l’interdiction   de   l’usage   de   certaines   armes,  
notamment   les   gaz   asphyxiants,   les   armes   bactériologiques,   les   armes   produisant   des   éclats   non  
localisables  aux  rayons-­‐X,  les  mines,  les  armes  incendiaires,  les  armes  chimiques,  les  armes  classiques  
produisant  des  effets  traumatiques  excessifs…  D’autres  traités  internationaux  ont  aussi  été  signés  sur  
la  prévention  et  la  répression  du  crime  de  génocide  (9  décembre  1948),  l’interdiction  des  techniques  
de  modification  de  l’environnement,  sur  la  protection  des  droits  de  l’enfant  (20  novembre  1989)…  

En   l’espèce,   pour   déterminer   lesquelles   de   ces   conventions   internationales   trouvent   leur  


application  au  conflit  qui  a  déchiré  le  Sri  Lanka,  il  faut  se  baser  sur  une  qualification  de  celui-­‐ci.  Or,  ce  
point   est   ici   problématique,   dans   la   mesure   où   aucune   qualification   n’a   fait   l’objet   d’un   consensus   au  
niveau  mondial.  De  nombreuses  thèses  s’opposent  concernant  le  caractère  international  ou  non  de  
ce   conflit,   ce   qui   rend   la   tâche   de   la   détermination   des   normes   de   droit   international   humanitaire  
applicables  difficile.    

En   effet,   selon   les   Tigres   Tamouls,  le   conflit   qui   les   a   opposés   au   gouvernement   sri   lankais  
était   international,   dans   la   mesure   où   ils   se   considéraient   comme   étant   un   mouvement   de   libération  
nationale  luttant  contre  un  régime  raciste.  Dans  ce  cas,  les  conventions  de  Genève  auraient  trouvé  
application,   offrant   ainsi   une   protection   accrue   aux   civils,   aux   personnes   hors   de   combat   et   aux  
prisonniers   de   guerre,   ainsi   qu’aux   biens   ne   constituant   pas   des   objectifs   militaires   légitimes.  
Cependant,  le  LTTE  est  le  seul  à  défendre  cette  thèse,  et  c’est  pourquoi  on  ne  peut  considérer  ici  que  
c’est  le  droit  des  conflits  armés  internationaux  qui  trouve  application.  

Le   gouvernement   sri   lankais,   l’ONU,   le   CICR   et   la   majorité   de   la   communauté  


internationale  considèrent  que  le  conflit  qui  a  opposé  le  gouvernement  sri  lankais  au  LTTE  pendant  
une   trentaine   d’années   est   un   conflit   armé   non   international.   En   adoptant   cette   position,   la   majorité  
du  droit  international  humanitaire  devient  inapplicable.  En  temps  normal,  le  Protocole  additionnel  2  
de  1977  aux  conventions  de  Genève  couvrirait  ce  genre  de  conflit,  cependant,  le  Sri  Lanka  n’étant  pas  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
partie   à   ce   protocole,   il   ne   s’applique   pas.   Ainsi,   seules   vont   pouvoir   s’appliquer   certaines   règles   à  
caractère  coutumier  :  l’article  3  commun  aux  conventions  de  Genève,  la  clause  de  Martens,  et  le  droit  
coutumier  général  en  matière  de  conflit  armé  non  international.      

L’article   3   commun   aux   conventions   de   Genève   fait   référence   à   certains   principes  


fondamentaux   qui   devront   être   respectés   en   temps   de   conflit   armé   non   international.   Le   premier   de  
ces  principes  est  celui  de  traitement  humain  et  sans  discrimination  des  personnes  ne  participant  pas  
directement   aux   hostilités   (les   civils),   y   compris   les   membres   des   forces   armées   qui   auraient   rendu  
leurs   armes   ou   qui   seraient   hors   de   combat   (blessés,   malades,   prisonniers…).   Concernant   ces  
personnes,   l’article   3   prohibe   en   particulier   quatre   comportements   que   sont   le   meurtre   et   l’atteinte   à  
l’intégrité   physique  ;   les   prises   d’otages  ;   l’atteinte   à   la   dignité   et   les   traitements   inhumains   et  
dégradants  ;   et   les   condamnations   et   exécutions   sans   jugement   préalable.   A   cela   va   s’ajouter   en  
second  lieu  l’obligation  pour  les  Etats  parties  de  recueillir  et  de  soigner  les  blessés  et  les  malades.  Cet  
article   prévoit   en   outre   la   possibilité   d’intervention   d’un   organisme   humanitaire   impartial   tout   au  
long  du  conflit  (par  exemple  le  Comité  International  de  la  Croix  Rouge).  L’article  3  prévoit  ainsi  une  
protection   particulière   pour   les   civils,   les   personnes   hors   de   combat,   les   malades   et   blessés.    
Le  Sri  Lanka  étant  partie  aux  conventions  de  Genève,  cet  article  s’applique  à  lui  et  à  ses  ressortissants  
dans  le  cadre  du  conflit  qui  a  opposé  le  gouvernement  aux  Tigres  Tamouls.    

Par   ailleurs,   une   autre   norme   qui   s’appliquait   au   Sri   Lanka   était   la   clause   Martens.   Cette  
clause  apparaît  pour  la  première  fois  dans  la  deuxième  Convention  de  La  Haye  de  1899,  et  elle  a  été  
reprise   dans   de   nombreux   textes   internationaux,   comme   les   quatre   conventions   de   Genève   (article  
63   CG1),   et   dans   la   convention   des   Nations   Unies   de   1980   sur   l’interdiction   ou   la   limitation   de  
certaines  armes  classiques  qui  peuvent  être  considérées  comme  produisant  des  effets  traumatiques  
excessifs   ou   comme   frappant   sans   discrimination   à   laquelle   le   Sri   Lanka   est   partie.   Cette   clause  
prévoit   que   dans   les   cas   non   couverts   par   les   traités   internationaux,   les   Etats   conservent   des  
obligations   découlant   des   principes   du   droit   international,   «  tels   qu’ils   découlent   des   usages   établis  
entre   nations   civilisées   et   des   lois   de   l’humanité  ».   Cette   affirmation   a   aujourd’hui   atteint   un  
caractère  coutumier  (avis  consultatif  de  la  CIJ,  1996,  sur  la  licéité  de  la  menace  ou  de  l’emploi  d’armes  
nucléaires),   mais   elle   nécessite   cependant   une   interprétation.   Trois   doctrines   différentes   vont   ici  
s’affronter,   la   première,   restrictive,   énonce   que   la   clause   Martens   ne   fait   que   rappeler   le   caractère  
obligatoire  de  la  coutume.  Une  autre  doctrine  la  perçoit  comme  signifiant  que  tout  ce  qui  n’est  pas  
expressément  interdit  n’est  pas  automatiquement  autorisé.  Enfin,  la  troisième  soutient  la  thèse  que  
cette   clause   soumet   la   conduite   des   hostilités   au   droit   naturel   (les   lois   d’humanité).   Selon   l’opinion  
dissidente   du   juge   SHAHABUDDEEN  dans   l’avis   de   la   CIJ   de   1996   sur   la   licéité   de   la   menace   ou   de  
l’emploi   de   l’arme   nucléaire,   les   lois   d’humanité   interdisent   l’usage   de   moyens   et   de   méthodes   de  
27
guerre  qui  ne  sont  pas  nécessaires  pour  l’obtention  d’un  avantage  militaire  précis.    

De  plus,  la  coutume  internationale  en  matière  de  droit  des  conflits  armés  est  florissante.  
Cependant,   se   pose   ici   la   difficulté   de   la   détermination   de   ces   coutumes.   Si   certains   principes   sont  
unanimement   acceptés   comme   relevant   d’une   coutume   (prohibition   de   la   torture,   doctrine   de   la  
nécessité   militaire…),   il   en   est   autrement   pour   la   majorité.   Des   tentatives   de   codification   ont   eu   lieu,  
mais   celles-­‐ci   ne   sont   pas   toujours   convergentes.   On   peut   ici   relever   deux   codifications   des   plus  
significatives,  celle  réalisée  en  deux  tomes  par  Jean-­‐Marie  HENCKAERTS  et  Louise  DOSWALD-­‐BECK  
28
pour   le   CICR ,   et   celle   réalisée   par   l’Institut   International   de   Droit   Humanitaire   de   San   Remo,   The  
manual  on  the  law  of  non-­‐international  armed  conflict.   Ces   deux   ouvrages   se   rejoignent   pour   certains  
grands  principes  que  l’on  pourra  considérer  comme  ayant  été  de  la  coutume  au  moment  du  conflit  sri  
lankais.  Les  principales  règles  que  l’on  y  retrouve  sont  le  principe  de  distinction  entre  combattant  et  
non   combattant,   le   principe   de   discrimination   dans   l’attaque,   la   proportionnalité,   la   protection  
spéciale   de   certaines   catégories   de   personnes   (personnel   médical   et   religieux,   journalistes,  
enfants…),  la  protection  de  certains  lieux  et  objets  (biens  culturels,  hôpitaux…),  ainsi  que  des  règles  
sur   les   moyens   de   combats.   Si   ces   codifications   ne   permettent   pas   de   distinguer   de   manière   certaine  
toutes  les  coutumes  internationales  en  matière  de  droit  des  conflits  armés  non  internationaux,  elles  

                                                                                                               
27
 http://www.icrc.org/web/fre/sitefre0.nsf/html/5FZGRL,  la  clause  de  Martens  
28
 Vol.1  :  http://www.icrc.org/Web/fre/sitefre0.nsf/htmlall/pcustom/$File/ICRC_001_PCUSTOM.PDF  ,    
       Vol.  2:  http://www.icrc.org/eng/assets/files/other/customary-­‐international-­‐humanitarian-­‐law-­‐ii-­‐icrc-­‐eng.pdf    
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
permettent  toutefois  de  discerner  certaines  règles  générales  auxquelles  le  Sri  Lanka  était  soumis  lors  
du  conflit  entre  le  gouvernement  et  les  Tigres  Tamouls.  

Outre   ces   normes   générales,   le   Sri   Lanka   était   aussi   soumis   aux   traités   internationaux  
auxquels  il  est  parti.  Comme  dit  plus  tôt  l’Etat  a  ratifié  de  nombreuses  conventions  restreignant  ses  
moyens  de  guerre,  mais  aussi  des  conventions  concernant  les  droits  des  enfants  (Convention  relative  
aux   droits   de   l'enfant,   20   novembre   1989,   et   le   Protocole   facultatif   se   rapportant   à   la   Convention  
relative   aux   droits   de   l'enfant,   concernant   l'implication   d'enfants   dans   les   conflits   armés,   25   mai  
29
2000) .   Ce   second   type   de   convention   concerne   particulièrement   l’interdiction   d’enrôlement  
d’enfants  soldats.    

Enfin,   en   temps   de   conflit   armé   non   international,   le   droit   international   des   droits   de  
l’Homme  vient  compléter  le  droit  applicable  en  plus  du  droit  des  conflits  armés.    

En  se  positionnant  du  coté  de  la  majorité,  nous  considérerons  que  le  conflit  sri  lankais  était  
un   conflit   armé   non   international   et   que   les   conventions   de   Genève   ne   s’appliquaient   pas,   mis   à   part  
leur   article   3   commun.   Cependant,   même   en   ne   retenant   que   la   protection   moindre,   force   est   de  
constater  que  les  parties  belligérantes  ne  se  sont  lors  de  ce  conflit  pas  soumis  à  ces  règles.  

B ⧸ Les violations des règles applicables  


En   théorie,   les   forces   armées   sri   lankaises   et   les   Tigres   de   libération   de   l’Eelam   Tamoul  
(LTTE)   étaient   soumises   à   ces   règles   de   droit   international   humanitaire.   Cependant,   il   apparait   de  
manière  évidente  qu’aucune  des  deux  parties  ne  les  a  respectées.    

Le  Gouvernement  sri  lankais,  tout  d’abord,  a  dès  le  début  des  hostilités  tenté  de  minimiser  
l’importance   du   mouvement   tamoul   et   de   les   décrédibiliser   en   ne   leur   accordant   à   aucun   moment   le  
statut  de  combattant.  En  effet,  le  LTTE  est  considéré  par  lui  comme  une  organisation  terroriste,  et  
ainsi,   le   droit   humanitaire   ne   peut   s’appliquer   à   ses   membres,   les   terroristes   n’étant   en   Droit  
international  pas  considérés  comme  des  combattants.  Dès  lors,  dès  qu’un  membre  des  TLET  tombait  
aux  mains  des  forces  armées  du  gouvernement,  il  ne  bénéficiait  pas  du  statut  de  prisonnier  de  guerre  
et  des  protections  que  ce  statut  lui  aurait  conférés.  Ainsi,  le  camp  de  BOOSA  est  tristement  célèbre  
comme  étant  un  centre  de  détention  de  Tamouls  soupçonnés  d’être  des  terroristes.  Ce  camp  pouvait  
accueillir  plusieurs  centaines  de  personnes  qui  pouvaient  être  internées  pour  une  durée  allant  jusqu’à  
dix-­‐huit   mois,   et   ce   sans   aucune   inculpation,   sans   procès,   et   sans   avocat.   Les   tortures   y   étaient  
systématiques  et  des  corps  de  détenus  torturés  à  mort  étaient  retrouvés  fréquemment  à  proximité.  

De   plus,   en   adoptant   cette   position   de   diabolisation   des   tamouls,   le   gouvernement   a   lancé  


une   campagne   d’incitation   à   la   haine   contre   les   sri   lankais   de   cette   ethnie.   En   2007,   le   gouvernement  
est  composé  d’une  coalition  comprenant  des  partis  ouvertement  racistes  qui  prônent  la  domination  
complète   de   la   majorité   cinghalaise   sur   le   peuple   tamoul,   voire   de   les   chasser   de   l’île.   Les   crimes  
racistes   contre   les   tamouls   sont   encouragés   par   ses   déclarations   officielles   et   par   l’incapacité   du  
régime   à   poursuivre   les   criminels.   A   cette   époque,   des   attaques   de   civils   cinghalais   sur   des   civils  
30
tamouls  ont  lieu  quotidiennement,  menant  la  plupart  du  temps  à  des  morts  du  coté  tamoul .    

Par   ailleurs,   les   forces   armées   gouvernementales   visaient   fréquemment   des   civils   au   cours  
de  leurs  attaques.  On  peut  ici  citer  les  cas  de  bombardements  de  camps  de  réfugiés,  notamment  en  
2007,   le   bombardement   du   camp   de   PADAHUTHURAI,   situé   à   proximité   d’aucun   objectif   militaire   et  

                                                                                                               
29
 http://www.icrc.org/dih.nsf/Pays?ReadForm&c=LK  ,  liste  des  traités  ratifiés  par  le  Sri  Lanka  
30
 http://www.horizons-­‐et-­‐debats.ch/index.php?id=90  ,  lettre  ouverte  de  Karen  Parker,  principale  déléguée  aux  Nations  unies  
de  l’international  Educational  Development  (IED)  et  présidente  de  l’Association  des  avocats  humanitaires  (AHL)  adressée  à  la  
Haut-­‐Commissaire  des  Nations  unies  pour  les  Droits  de  l’Homme  Louise  ARBOUR  et  au  Conseiller  spécial  sur  la  prévention  du  
génocide.  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
uniquement  peuplé  de  civils,  qui  n’a  entraine  que  des  morts  civils  dont  sept  enfants.  Les  civils  étaient  
constamment   pris   au   piège   dans   les   combats,   entre   2006   et   2007,   on   a   compté   plus   de   1500   civils  
tués   et   plus   de   250  000   déplacés.   Des   milliers   de   disparitions   forcées   ont   eu   lieu,   et   des   centaines  
d’exécutions  sommaires  ont  été  perpétrées  pendant  toute  la  durée  des  hostilités.  Le  gouvernement  a  
entretenu  pendant  des  années  un  climat  de  terreur  et  de  persécution  contre  les  tamouls,  qui  s’est  peu  
31
à  peu  retourné  contre  tous  les  dissidents  politiques,  qu’ils  soient  tamouls  ou  non .  

Les   organisations   humanitaires   ont   elles-­‐aussi   été   prises   pour   cible,   puisque   suite   au  
tsunami   de   2004,   elles   ont   été   soit   empêchées   de   secourir   les   civils   tamouls   soit   directement  
chassées  du  territoire.  Dix  sept  humanitaires  d’action  contre  la  faim  ont  été  assassinés  au  cours  des  
combats,  violant  ainsi  le  principe  de  protection  du  personnel  médical  et  religieux.    

Bien   que   le   Sri   Lanka   soit   signataire   de   conventions   internationales   interdisant   le  


recrutement   d’enfants   soldats,   le   groupe   armé   tamoul   KARUNA   ayant   rejoint   les   forces  
gouvernementales  contre  le  LTTE  a  procédé  à  des  centaines  de  ces  recrutements  d’enfants  avec  la  
complicité   du   gouvernement.   L’UNICEF   a   recensé   entre   décembre   2006   et   aout   2007,   145   cas  
32
d’enrôlement  d’enfants,  malgré  la  promesse  du  Sri  Lanka  d’y  mettre  fin .  

De  plus,  des  milliers  de  civils  ont  été  pendant  des  mois  retenus  dans  les  zones  de  combat  
entre  le  LTTE  et  les  forces  gouvernementales,  les  deux  parties  les  empêchant  de  fuir.  Bien  que  des  
centaines   de   milliers   de   civils   aient   réussi   à   fuir   ces   zones,   les   forces   gouvernementales   ont   forcé  
certain  d’entre  eux  à  retourner  dans  ces  zones  non  sécurisées.    

Des  disparitions  forcées  ont  massivement  eu  lieu  dans  chacun  des  camps,  en  un  an  et  demi  
en  2006,  plus  de  1100  cas  ont  été  répertoriés,  la  plupart  des  victimes  étant  des  tamouls.    

De  leur  coté,  les  Tigres  Tamouls  disposent  d’un  important  armement,  ce  qui  leur  permet  
de   conduire   des   opérations   conventionnelles,   mais   aussi   non   conventionnelles.   Ces   moyens   non  
conventionnels  violent    tout  autant  le  droit  international  humanitaire  coutumier,  dans  la  mesure  où  
33
ils  consistent  en  des  attaques  terroristes  touchant  de  manière  indiscriminée  des  civils .  On  peut  ici  
citer   pour   exemple   l’attentat   à   la   bombe   d’une   femme   du   LTTE   dans   un   camp   de   réfugiés   à  
KILINOCHCHI  en  2009  qui  a  fait  23  morts  et  64  blessés.  De  même,  en  2008,  un  attentat  à  la  bombe  
près   d’un   temple   a   fait   9   morts   et   95   blessés.   D’autres   actes   terroristes   consistent   en   des   assassinats  
34
ciblés,  tels  que  l’assassinat  du  ministre  sri-­‐lankais  des  transports  Jeyraj  FERNANDOPULLE  en  2008 .    

Ainsi,   ni   les   forces   gouvernementales   sri   lankaises,   ni   les   Tigres   de   libération   de   l’Eelam  
tamoul   n’ont   fait   grand   cas   des   règles   fondamentales   de   droit   humanitaire   lors   de   ce   conflit   d’une  
durée  exceptionnellement  longue.  L’on  touche  ici  l’une  des  limites  les  plus  importantes  de  droit  des  
conflits  armés,  qui  est  que  son  application  dépend  hélas  en  grande  de  la  bonne  volonté  des  parties  
belligérantes.   Toutefois,   ont   été   mis   en   place   des   moyens   de   sanctionner   les   criminels   de   guerre   une  
fois   le   conflit   terminé   au   niveau   international,   afin   de   pallier   cette   insuffisance   inhérente   au   droit  
international.  

 
•  
•   •  

                                                                                                               
31
 http://www.crisisgroup.org/fr/regions/asie/asie-­‐du-­‐sud/sri-­‐lanka/135-­‐sri-­‐lankas-­‐human-­‐rights-­‐crisis.aspx,  Rapport  sur  la  crise  
des  droits  humains  au  Sri  Lanka,  International  Crisis  Group.  
32
 http://www.hrw.org/en/news/2007/08/05/sri-­‐lanka-­‐government-­‐abuses-­‐intensify,  article  de  human  rights  watch,  août  2007  
33
 http://www.spur.asn.au/chronology_of_suicide_bomb_attacks_by_Tamil_Tigers_in_sri_Lanka.htm,  chronologie  des  
attentats  suicide  au  Sri  Lanka  
34
 http://www.defence.lk/new.asp?fname=20080406_04    
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011

TITRE III
⧸  LES LACUNES DU DIH AU CONFLIT SRI-LANKAIS  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011

Le   Sri   Lanka,   touché   pendant   près   de   trois   décennies   par   une   guerre   civile   mortifère,   était  
le   lieu   idéal   pour   son   application.   Le   conflit,   larvé   depuis   les   années   1970,   a   fait   au   bas   mot   80   000  
morts   et   a   connu   une   issue   fatale   en   2009,  où  durant  les  derniers  mois   de  combat,  au  moins  7  000  
35
civils   aurait   péri.   En   2009,   plus   de   327   000   personnes   furent   déplacées .   Si   238   000   ont   pu   rentrer  
dans  leurs  contrées  d’origine,  au  moins  23  000  personnes  restent  dans  des  camps,  quand  plus  de  72  
000   sont   toujours   en   situation   de   déplacement,   ou   gérées   par   des   institutions   sociales.   Il   faut   dire  
qu’il  reste  au  moins  1  500  000  mines  anti-­‐personnelles  et  engins  non  explosés,  source  de  problèmes  
en   matière   de   ré-­‐hébergement,   de   subsistance,   d’approvisionnements   et   de   soins,   dans   un   pays   déjà  
tourmenté   par   un   tsunami   en   2004   (30   000   victimes),   touché   plus   récemment   par   de   nouvelles  
inondations  ainsi  qu’une  épidémie  de  dengue.    

Force   est   de   constater   que   le   conflit   au   Sri   Lanka   a   mis   en   lumière   des   carences   au   DIH.  
Problème,   ces   carences   ont   perduré   malgré   la   fin   des   hostilités,   auprès   de   chacune   des   parties,   entre  
elles  ou  contre  les  civils.    

L’article   3   commun   aux   conventions   de   Genève   de   1949,   son   protocole   additionnel   II   de  


1977  rappellent  pourtant  que  ceux  qui  ne  participent  pas  ou  plus  directement  aux  hostilités  doivent  
bénéficier  d’un  traitement  humain  et  non  discriminatoire.  Ces  textes  sont  consolidés  par  des  traités  
spécifiques  (mines  anti-­‐personnelles,  armes  classiques  produisant  des  effets  traumatiques…).    

La   responsabilité   de   protéger   est   apparue   comme   un   concept   permettant   à   la  


communauté  internationale  d’apporter  des  réponses  efficaces  tant  à  la  prévention  qu’à  la  résolution  
des   crises   humanitaires.   La   notion   voit   ses   racines   remonter   aux   années   1990   et   toucher   le   «droit  
d’ingérence  humanitaire»,  c'est-­‐à-­‐dire  l’usage  de  la  violence  pour  secourir  des  populations  en  danger.  
La  responsabilité  de  protéger,  ou  R2P,  a  été  conceptualisée  en  2002  par  le  panel  d’experts  réunis  à  
l’initiative   du   Canada   au   sein   de   la   Commission   Internationale   sur   l’Intervention   et   la   Souveraineté  
36
des   Etats   (CIISS).   Trois   ans   plus   tard,   en   2005,   la   notion   est   formalisée   par   l’ONU ,   et   suscite  
rapidement   un   engouement   certain.   Malgré   des   soutiens   forts   de   l’ONU   et   d’ONG,   nombreux   sont  
les   obstacles   à   être   apparus,   nuançant   fortement   le   concept.   Depuis   plus   de   10   ans,   cette   nouvelle  
approche   de   la   souveraineté   apparaît   comme   la   carte   maîtresse   de   la   communauté   internationale  
pour  une  réponse  efficace  à  la  prévention  et  à  la  résolution  de  crises  aussi  graves  que  le  génocide,  les  
crimes  de  guerre,  les  crimes  contre  l’Humanité  et  le  nettoyage  ethnique.  La  doctrine  élaborée  par  la  
CIISS   dépasse   la   théorie   du   «droit   d’ingérence   humanitaire»   formulée   à   la   fin   des   années   1980   par  
Mario  BETTATI  et  Bernard  KOUCHNER.  Alors  que  le  droit  d’ingérence  ne  préconisait  que  le  recours  à  
la  force  pour  «protéger  les  convois  humanitaires...  et  les  victimes  face  à  leurs  bourreaux»,  la  R2P  vise  
également  la  «prévention  des  conflits»  et  la  «reconstruction  des  sociétés».  

C’est   au   titre   de   la   responsabilité   de   protéger   qu’est   ainsi   recommandée   l’utilisation   de  


  37
boites   à   outils   pour   atrocités   de   masse ,   incluant   des   actions   humanitaires,   diplomatiques,  
économiques,  judiciaires,  sociales,  politiques  et,  en  dernier  recours,  militaires.    

La   R2P   respecte   en   outre   la   souveraineté   des   États.   C’est   à   eux   que   revient   en   premier   lieu  
la  responsabilité  de  veiller  à  la  protection  de  leurs  populations.  La  R2P  intervient  à  titre  subsidiaire  et  
prend  en  compte  l’application  proportionnelle  du  DIH  aux  capacités  de  chaque  pays.  

Devant  les  difficultés  de  mise  en  œuvre,  le  Secrétaire  général  de  l’ONU  a  fourni  un  cadre  
38
de  travail  terminologique  plus  précis  visant  à  garantir  l’applicabilité  de  trois  piliers  visant  à  justifier  
la  responsabilité  de  protéger.  Ces  trois  piliers  sont  :  

                                                                                                               
35
 Selon  le  Haut  Commissariat  pour  les  Réfugiés,  le  conflit  armé  entre  les  Tamouls  et  les  forces  gouvernementales  et  affiliées  
laissait  en  2010  au  moins  327  000  réfugiés  à  Sri  Lanka.  Le  pic  avait  été  atteint  en  2006  avec  520  000  déplacés  internes.    
36
 Paragraphe  138,  139  et  140  du  document  final  du  Sommet  mondial  de  2005,  suite  notamment  au  rapport  du  Secrétaire  
général  intitulé  sur  une  liberté  plus  grande,  le  :  développement,  la  sécurité  et  le  respect  des  droits  de  l’homme  pour  tous  –  
A/59/2005.  
37
 Mass  atrocities  tool  boxes  
38
 A/63/677  –  12  janvier  2009  –  Rapport  du  Secrétaire  général  des  Nations  Unies  sur  la  mise  en  œuvre  de  la  responsabilité  de  protéger  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
⇢ Les  responsabilités  de  l’État  en  matière  de  protection  
⇢ L’assistance  internationale  et  le  renforcement  des  capacités  
⇢ Une  Réaction  résolue  en  temps  voulu.  

Problème,   la   responsabilité   de   protéger   apparaît   souvent   justifiée   par   des   critères  


subjectifs,   non   quantifiables,   en   tout   cas   définis   par   celui   qui   l’invoque,   qui   l’interprète.   Cela   a   permis  
le   président   Russe   de   légitimer   une   intervention   militaire   en   Ossétie   du   Sud   comme   la   «  seule  
possibilité  de  sauver  des  vies  »  face  à  un  pouvoir  «  ayant  opté  pour  le  génocide  afin  d’accomplir  ses  
objectifs  politiques  ».  Le  Gouvernement  du  Sri  Lanka  a  pu  dans  la  même  optique  défendre  une  idée  
de   l’intervention   humanitaire   pour   la   moins   originale,   aboutissant   à   une   guerre   totale   contre   la  
guérilla   séparatiste   des   Tigres   tamouls,   qualifiée   pourtant   de   plus   «vaste   opération   de   secours  
humanitaire   au   monde»,   synonyme   d’accomplissement   le   plus   abouti   de   la   responsabilité   de  
protéger.    

De   ce   constat,   on   relève   trois   failles   dans   l’édifice   du   DIH   et   de   la   protection   des  


populations  lors  des  conflits.  Ces  entailles  faites  au  respect  des  populations  sont  d’ordre  humanitaire,  
judiciaire  et  politique.    

A ⧸  Humanitaire  
 

1 ⧸     Les IDP, entre transition et reconstruction  

Ce   qui   ne   revient   pas   à   dire   que   la   Communauté   internationale   soit   restée   les   bras   croisés.  
39
ONU,   ONG,   États,   Gouvernement   sri-­‐lankais  sont   intervenus   au   travers   de   programmes   d’aide   au  
développement,   à   la   reconstruction,   afin   d’encourager   et   d’inciter   les   autorités   à   garantir   la  
40 41
protection  de  leur  population.  Le  plan  d’action  humanitaire  commune ,  les  principes  de  guidage ,  le  
42 43 44
PNUD ,   l’UNHCR ,   l’UNICEF  sont   des   exemples   de   mécanismes   onusiens   de   soutien   aux   réfugiés,  
aux   déplacés   internes,   aux   victimes,   blessés,   prisonniers   et   leurs   familles,   sans   oublier   les  
mécanismes   de  transition,   d’aide  au  développement  et  à  la  reconstruction,  notamment  dans  le  nord  
45
et  le  nord-­‐est  du  pays,  dernier  bastion  des  TLET  –  Tigres  de  Libération  de  l’Eelam  Tamoul.  Si  l’accès  
à   ces   zones   était   relativement   possible   jusqu’à   2006.   Avec   la   reprise   des   hostilités   et   l’issue   fatale   qui  
a  suivi,  ces  accès  ont  été  limités,  tant  par  le  Gouvernement  que  par  les  tigres  tamouls.  Les  ONG  ne  
pouvaient   ainsi   intervenir   sur   zone   que   sous   contrôle   du   Gouvernement.   Les   camps   de   déplacés  
46
étaient  d’ailleurs  gérés  par  le  Gouvernement,  comme  à  VAVUNIYA  et  de  MANNAR,  où  le  CICR  et  
d’autres   ONG   ont   pu   intervenir,   notamment   pour   enregistrer   et   soigner   les   déplacés   internes.  
Certains  représentants  d’ONG  et  de  programmes  des  Nations  Unies  ont  tenté  de  s’élever  contre  les  

                                                                                                               
39
 La  Presidential  Task  Force  for  Resettlement  –  PTF  –  a  été  un  instrument  vital  dans  la  formulation  d’un  cadre  d’action  pour  
une  reconstruction  et  un  retour  rapide  des  populations  dans  leur  habitat  d’origine  
40
 CHAP  Sri  Lanka  /  Common  Humanitarian  Action  Plan  for  Sri  Lanka  –  
http://www.humanitarianinfo.org/sriLanka_hpsl/AppealsandFunding.aspx      
41
 Guiding  Principles  /  for  Humanitarian  and  Development  Assistance  in  Sri  Lanka  –  
http://www.humanitarianinfo.org/sriLanka_hpsl/docs/GL_Guiding_Principles_Sri_Lanka_final_version_15-­‐5-­‐07.pdf  
42
 Projets  du  PNUD  à  Sri  Lanka  –  http://www.undp.lk/SubProjects/Pages/default.aspx,    
en  complément  :  Joint  Plan  for  Assistance  Northern  Province  2011  
43
 HCR  /  Haut  commissariat  aux  réfugiés  –  Appel  Global  2011  –  http://www.unhcr.fr/ga11/index.html  
Voir  également  Global  Overview  of  trends  and  developments  in  2010  –
http://www.unhcr.org/refworld/country,,,,LKA,,4d932e152,0.html    
44
 UNICEF  –  Action  humanitaire  pour  les  enfants    en  2011  –  http://www.unicef.org/french/hac2011/hac_sri_lanka.php  
45
 PNUD  /  Programme  de  transition  et  de  reconstruction  à  Sri  Lanka  –    undp.lk/What_We_Do/Pages/Transition_Recovery_Programme.aspx  
46
 http://www.icrc.org/Web/fre/sitefre0.nsf/htmlall/sri_lanka?opendocument  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
47
conditions  de  détention  dans  ces  camps,  avec  un  succès  fort  relatif .  Avec  la  fin  des  hostilités  en  mai  
2009,   le   retour   progressif   des   populations   déplacées   dans   leurs   localisations   d’origine,   le  
Gouvernement   a   demandé   que   le   CICR   ferme   ses   bureaux   de   VAVUNIYA,   MANNAR,   et   plus  
48
récemment  JAFFNA .    
49
Problème,  le  sort  des  prisonniers  reste  plus  qu’incertain .  Plus  de  11  000  personnes  ont  en  
effet   été   incarcérées   dans   des   «  centres   de   réhabilitation  »   et   celles   qui   ne   font   pas   l’objet   de  
poursuite  sont  libérées  au  compte-­‐goutte.  L’État  a  le  droit  et  la  responsabilité  de  protéger  la  sécurité  
publique   mais   en   accord   avec   les   droits   fondamentaux.   Or,   nombreux   sont   les   cas   de   disparitions  
50
forcées ,  alors  que  réduits  ou  impossibles  sont  les  possibilités  pour  les  familles  de  rendre  visite  aux  
515253
détenus .    

Autre   problème,   le   retour   des   déplacés   internes   dans   leurs   régions   d’origine   se   fait   soit  
54
sans  assistance,  soit  dans  le  dénuement  et  la  pauvreté ,  si  tant  est  que  celui-­‐ci  ne  se  fasse  pas  dans  
des  zones  non  encore  déminées,  tels  les  champs  où  les  récoltes  ont  principalement  lieu  entre  juillet  
et  septembre…  

2 ⧸     Le déminage humanitaire  
55
La  contamination  des  terres  par  des  mines  anti-­‐personnelles  ou  munitions  non  explosées  
56
reste  un  sujet…  brûlant  pour  la  sécurité  physique  des  personnes  à  Sri  Lanka .  Dans  les  provinces  du  
57 58
Nord-­‐Est,   pas   moins   de   550   km2  de   terres   contaminées,   y   compris   des   zones   habitées .   Il   faudra  
59
selon   les   dernières   estimations   entre   10   et   15   ans   avant   que   ces   zones   soient   nettoyées .   Les  
opérations   de   déminage   ont   manqué   de   fonds   et   n’ont   pu   être   terminées   avant   que   le   retour   des  
populations  dans  leurs  zones  d’habitation  soit  décrété.  Résultat,  la  terre,  les  champs,  cours  d’eau,  les  
puits,   les   maisons   sont   toujours   richement   contaminés.   L’activité   agriculture   étant   impossible,   le  
manque   de   transports,   aggravé   par   les   dernières   crues   rend   la   subsistance   particulièrement  
60
périlleuse .  
61
Le   Sri   Lanka   a   beau   faire   des   efforts   en   terme   de   déminage ,   a   beau   avoir   engagé   un  
62
programme  national  d’action  contre  les  mines ,  il  n’a  tjrs  pas  signé  les  deux  principaux  traités  en  la  
matière,   la   convention   de   1997   sur   la   prohibition   de   l’utilisation,   le   stockage,   la   production   et   le  

                                                                                                               
47
 ACHR  /  Asian  Centre  for  Human  Rights  –  5  septembre  2009  -­‐  expulsion  du  représentant  de  l’UNICEF  après  ses  remarques  sur  
les  conditions  de  vie  dans  les  camps  des  déplacés  et  notamment  les  enfants  –  
http://www.achrweb.org/press/2009/SL0109.html  
48
 CICR  /  Comité  international  de  la  Croix  Rouge  –  25  mars  2011  –  Les  opérations  exclusivement  depuis  Colombo  –  
http://www.icrc.org/web/fre/sitefre0.nsf/html/sri-­‐lanka-­‐interview-­‐2011-­‐03-­‐25?opendocument      
(+  http://www.europe1.fr/International/Sri-­‐Lanka-­‐Le-­‐CICR-­‐doit-­‐fermer-­‐des-­‐bureaux-­‐314422/)  
49
 HRW  /  Human  Rights  Watch  -­‐  2  février  2010  -­‐  Le  destin  incertain  des  prisonniers  soupçonnés  d'avoir  appartenu  au  
mouvement  des  TLET  au  Sri  Lanka  –  http://www.hrw.org/fr/reports/2010/02/02/legal-­‐limbo-­‐0  
50
 Selon  plusieurs  rapports  des  Nations  Unies,  13,000  déplacés  internes  tamouls  ont  disparu    
51
 Seuls  2  000  détenus  ont  fait  l’objet  de  visites  par  le  CICR.    
52
 Visite  du  CICR  aux  détenus  –  30  mars  5  avril  2008  –  http://www.delegfrance-­‐onu-­‐geneve.org/spip.php?article450  
53
 Droit  des  familles  à  visiter  les  détenus  –  http://www.redcross.int/FR/mag/magazine2001_4/srilanka.html    
54
 Le  retour  des  IDP  se  fait  dans  la  pauvreté  et  la  solitude  –  30  mars  2011  –  http://reliefweb.int/node/393983  
55
 En  anglais,  UXO,  unexploded  ordnance  
56
 Mines  anti-­‐personnelles  et  armes  à  sous  munition  à  sri  lankais  –  http://www.the-­‐monitor.org/index.php/cp/display/region_profiles/profile/168  
57
 IDMC  /  Internal  displacement  monitoring  Centre,  14  janvier  2011  –  IDPs  and  returnees  remain  in  need  of  protection  and  
assistance,  A  profile  of  the  internal  displacement  situation  
58
 GICHD  /  Geneva  international  Centre  for  Humanitarian  demining,  août  2010  
59
 UN  OCHA  /  Office  for  the  Coordination  of  Humanitarian  Affairs,  8  octobre  2010  
60
 IRIN,  11  novembre  2009,  octobre  2010  –  http://www.irinnews.org/PrintReport.aspx?ReportID=86988    
61
 http://www.sundayobserver.lk/2011/04/03/imp01.asp  –  3  avril  2011  –  le  programme  de  déminage  à  Sri  Lanka  est  supporté  
outre  les  ONG,  internationales,  locales,  par  l’unité  de  déminage  humanitaire  de  l’armée  du  Sri  Lanka  
62
 Lancé  en  2002,  le  programme  a  été  initié  avec  l’appui  du  PNUD,  de  l’UNICEF,  de  plusieurs  ONG,  mais  encore  plusieurs  
donateurs  avec  l’ambition  de  remettre  en  État  un  environnement  libre  de  mines  et  compagnie.  Il  inclut  5  axes  :  les  enquêtes,  le  
travail  de  nettoyage,  l’éducation  sur  le  risque  des  mines,  l’assistance  aux  victimes,  et  la  destruction  des  stocks  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
transfert  des  mines  anti-­‐personnelles  et  leur  destruction,  ainsi  que  la  convention  sur  les  armes  à  sous-­‐
63
munition  de  2008 .  
64
Il  faut  dire  que  le  Gouvernement  sri-­‐lankais  comme  les  rebelles  tamouls  n’ont  pas  hésité  
à   recourir   massivement   aux   mines   anti-­‐personnelles,   notamment   lors   de   la   dernière   phase   du  
65
conflit ,   alors   qu’ils   sont   un   risque   pour   les   populations   civiles   non   combattantes,   les   hommes,   les  
66
femmes,  les  enfants  sans  oublier  les  animaux .    

3 ⧸     Les enfants soldats  

Les   enfants,   justement,   ont   fait   l’objet   des   pires   tourments,   tour   à   tour   réfugiés,   cibles,  
mais   aussi   servi   de   réserves   dans   lesquelles   les   forces   militaires   de   chacun   des   deux   camps   ont   pu  
puiser   allègrement.   C’est   d’ailleurs   pourquoi   le   Conseil   de   sécurité   a   entendu   créer   un   groupe   de  
67
travail  spécifique  en  2005 ,  qui  a  donné  lieu  à  des  extensions  de  son  mandat.  
68
Ce   groupe   de   travail   a   relevé   avec   ses   conclusions   du   3   juin   2010  que   le   cadre   de   la  
réadaptation  et  de  la  réintégration  des  anciens  enfants  soldats  établi  par  le  Gouvernement  dans  sa  
politique  de  considérer  comme  des  victimes  tous  les  enfants  qui  ont  été  associés  à  des  groupes  armés  
et   de   ne   pas   engager   de   poursuites   contre   eux   en   relation   avec   leur   association   avec   ces   groupes.   Le  
groupe   a   également   accueilli   avec   satisfaction   les   mesures   prises   par   le   Gouvernement   sri-­‐lankais  
pour  protéger  tous  les  enfants  touchés  par  le  conflit  armé,  en  particulier  ceux  qui  se  trouvent  dans  les  
camps   de   personnes   déplacées,   et   pour   réadapter   les   enfants   qui   étaient   associés   aux   TLET   et   au  
69
TMVP  –  Tamil  Makkal  Viduthalai  Pulika  –  et  ont  souligné  qu’il  importait  de  mener  des  activités  de  
réadaptation   à   l’échelon   des   communautés…   Derrière   le   décor,   il   ne   faut   pas   oublier   que   les  
70
conditions   de   vie   et   de   réhabilitation   pas   aussi   dorées   qu’elles   semblent   l’être…  surtout   qu’entre  
temps,   certains   enfants   sont   devenus   des   adultes   et   ne   font   donc   pas   l’objet   des   mêmes   traitements  
notamment  judiciaires…  Il  ne  faut  pas  non  plus  oublier  que  le  TMVP  a  très  largement  aidé  l’armée  sri-­‐
lankaise   dans   la   lutte   contre   les   TLET.   Les   conclusions   rappellent   d’ailleurs   qu’il   semble   toujours   y  
avoir  des  enfants  soldats  dans  les  rangs  du  TMVP  et  qu’il  implique  de  les  recenser  pour  les  libérer  et  
71 72 73
les  réadapter     …  

                                                                                                               
63
 http://www.icbl.org/index.php/icbl/Universal/CCM/Non-­‐Signatories,  http://www.icbl.org/index.php/icbl/Universal/MBT/States-­‐Not-­‐Party    
64
 Le  budget  militaire  du  Sri  Lanka  s’élève  à  5  %  de  son  PIB,  soit  1,48  milliard  de  dollars.  
65
 U.S.  Department  of  State  –  Report  to  Congress  on  Incidents  During  the  Recent  Conflict  in  Sri  Lanka  –  octobre  2009  
66
 http://www.globalissues.org/article/79/landmines  –  27  novembre  2009    
En  complément  :  http://lm.icbl.org/index.php/LM/Press-­‐Room/Landmine-­‐Monitor-­‐Media-­‐Kit2/LM09_Quick_Facts_English    
67
 S/1612/2005   –   22   avril   2005,   création   d’un   groupe   de   travail   du   Conseil   de   sécurité   sur   les   enfants   dans   les   conflits   armés.   Ce  
groupe   est   composé   des   15   membres   du   Conseil   de   sécurité,   il   se   réunit   à   huis   clos   afin   d’examiner   les   rapports   établis   par   des  
mécanismes  de  suivi  de  la  situation  dans  les  pays  problématiques,  faire  le  point  des  progrès  accomplis  dans  l’élaboration  et  
l’exécution  des  plans  d’action,  émettre  des  recommandations  à  l’égard  des  gouvernements  ou  des  groupes  rebelles  des  pays  
concernés,   destinées   à   prévenir   le   recrutement   d’enfants   soldats,   obtenir   leur   libération   ou   démobilisation   et   faciliter   leur  
réinsertion  dans  la  société.  En  cas  de  non-­‐application  de  ses  recommandations,  le  groupe  de  travail  peut  demander  au  CSNU  
de   prendre   des   sanctions.   Il   a   été   étendu   par   la   Résolution   1882,   axée   sur   les   six   violations   graves   suivantes   :   massacre   ou  
mutilation   d’enfants   ;   recrutement   ou   utilisation   d’enfants   soldats   ;   attaques   dirigées   contre   des   écoles   ou   des   hôpitaux   ;   viols  
d’enfants   et   autres   actes   graves   de   violence   sexuelle   à   leur   égard   ;   enlèvements   d’enfants   ;   refus   d’autoriser   l’accès   des  
organismes  humanitaires  aux  enfants  
68
 S/AC.51/2010/2,  au  regard  notamment  du  rapport  du  Secrétaire  général  (S/2009/325)  
69
 également  appelée  faction  KARUNA  
70
 ACHR  –  5  septembre  2009  -­‐  expulsion  du  représentant  de  l’UNICEF  après  ses  remarques  sur  les  conditions  de  vie  dans  les  
camps  des  déplacés  et  notamment  les  enfants  –  http://www.achrweb.org/press/2009/SL0109.html  
71
 UNICEF  –  4  mai  2010  –  soutiens  à  l’éducation  –  http://www.unicef.org/french/education/sri_lanka_53536.html  
72
 UNICEF  –  26  février  2009  –  campagne  «  Ramenez  l'enfant  »  :  l'UNICEF  et  le  Sri  Lanka  lancent  une  campagne  dans  les  médias  
sur  les  enfants  soldats  –  James  ELDER  –  http://www.unicef.org/french/infobycountry/sri_lanka_48286.html  
73
 Promotion  du  droit  à  l’éducation  pour  aider  à  la  reconstruction  post-­‐conflit  –  http://www.educationandtransition.org/  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 

B ⧸    Judiciaire  
Celui-­‐ci   s'articule   autour   de   deux   points,   la   recherche   des   disparus,   et   les   détentions,  
administratives   préventives   ou   pénales,   avec   en   filigrane   le   certain   laxisme   des   autorités,   une  
certaine  idée  du  pouvoir  par  le  clan  RAJAPAKSA.  

   

1 ⧸     Le laxisme des autorités  

Celui-­‐ci  se  cristallise  autour  de  la  recherche  des  disparus  et  des  centres  de  réhabilitation.  

Au   regard   du   Droit   international,   une   disparition   forcée   intervient   lorsque   les   autorités  
d’un  pays  emprisonnent  un  individu  en  lui  refusant  de  lui  notifier  les  motivations  pour  lesquelles  il  est  
enfermé,   ou   en   refusant   de   fournir   des   informations   sur   son   état   auprès   de   sa   famille.   C’est   très  
souvent   dans   ce   cadre   flou   qu’ont   lieu   des   atteintes   à   la   vie,   à   la   liberté,   à   la   personne   des   personnes,  
incluant   torture   et   mauvais   traitements.   C’est   pourquoi   les   ONG   militent   pour   que   les   cas   de  
disparition  forcée  fassent  partie  d’une  éventuelle  enquête  pour  crimes  de  guerre  de  l’ONU.  Enquête  
qui  semble  de  plus  en  plus  envisageable  au  regard  de  la  pression  internationale  que  subit  le  Sri  Lanka,  
malgré  les  soutiens  de  la  Chine  qui  a  à  cœur  de  s’implanter  solidement  dans  la  région,  notamment  
pour  contrer  l’influence  de  l’Inde.  

La   recherche   des   personnes   disparues   fait   partie   inhérente   du   droit   international  


humanitaire.   Les   familles   jouissent   du   droit   sans   restriction   de   connaître   le   sort   de   leurs   membres,  
tant  civils  que  combattants.  Toutefois,  elles  ne  reçoivent  pas  toujours  les  réponses  espérées.  «  Au  Sri  
Lanka,  hélas,  les  autorités  ne  donnent  pas  systématiquement  suite  à  nos  demandes  de  recherche  »,  
74
confirme   Pierre   Barras,   coordinateur   des   activités   de   protection   auprès   de   la   Croix   Rouge .  
Nombreux   sont   les   exemples   de   disparition   qui   éclaboussent   les   forces   de   sécurité  
75
gouvernementales ,   ou   qui   démontrent   un   certain   laisser-­‐aller   dans   l’action   des   autorités   pour  
76
répondre  aux  requêtes  des  familles  ou  des  ONG  de  retrouver  des  personnes  disparues .  

Le  Gouvernement  sri  lankais  a  demandé  aux  bailleurs  de  fonds  internationaux  d'apporter  
une  aide  financière  à  ses  «  centres  de  réhabilitation  »  mais  les  ONG  s’émeuvent  des  conditions  de  vie  
et   du   non-­‐respect   des   droits   des   détenus.   Human   Rights   Watch   estime   que   ces   donateurs   ne  
devraient   pas   soutenir   ces   centres,   tant   que   les   droits   des   détenus   n'y   seront   pas   pleinement  
77
respectés .    

2 ⧸     Une certaine idée de l’intervention humanitaire


du Gouvernement sri-lankais  

On   vise   ici   tout   particulièrement   et   les   détentions   administratives   préventives   et   les  


78
détentions  de  prisonniers,  face  aux  droits  de  liberté  et  de  sûreté.  

                                                                                                               
74
 http://www.redcross.int/FR/mag/magazine2001_4/srilanka.html  
75
 HRW   –   7   avril   2011   –   vidéos   montrant   des   interrogatoires   par   des   forces   gouvernementales   d’officiers   des   tigres   tamouls   qui  
n’ont  par  la  suite  plus  donné  signe  de  vie  –  http://www.hrw.org/en/news/2011/04/07/sri-­‐lanka-­‐account-­‐wartime-­‐disappearances  
76
 HRW  –  7  avril  2011  –  Plus  de  20  personnes  vues  dernièrement  entre  les  mains  de  l’armée  restent  manquantes  –  http://reliefweb.int/node/395072  
77
 HRW  -­‐  27  aout  2008  -­‐  les  disparitions  forcées  constituent  un  problème  de  longue  date  au  Sri  Lanka,  des  milliers  de  personnes  
sont  toujours  portées  disparues  –  http://www.hrw.org/en/reports/2008/08/27/recurring-­‐nightmare  
78
 ICJ   /   Internal   Commission   Of   Jurists   –   septembre   2010   –   Beyond   Lawful   Constraints:   Sri   Lanka’s   Mass   Detention   of   LTTE  
Suspects  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
Les  bases  légales  pour  justifier  une  privation  de  liberté  sont  encadrées  par  des  exceptions  
tant   étroites   que   limitées.   L’application   de   la   loi   pénale   est   l’une   d’elle.   Mais   la   convention   sur   les  
droits  civils  et  politiques,  à  laquelle  le  Sri  Lanka  est  parti,  voit  à  son  article  9  que  les  États  ont  pour  
obligation  de  respecter  et  protéger  le  droit  à  la  liberté,  ce  qui  inclue  l’assurance  qu’aucune  privation  
de  liberté  ne  soit  arbitraire.  

Malgré   cela,   les   centres   de   réhabilitation   établis   par   le   Gouvernement   sri-­‐lankais   sont  
reconnus   comme   étant   de   tristes   lieux   où   les   détentions   illimitées   sont   monnaie   courante,   ce   qui  
79
laisse  présager  des  actes  de  torture .  

La   Convention   sur   les   droits   civils   et   politiques   rappelle   également   qu’un   emprisonnement  
légal   et   non   arbitraire   bénéficie   de   mécanismes   de   protection   à   l’endroit   des   prisonniers.   A  
commencer   par   l’information   du   détenu,   de   son   entourage,   suivi   de   l’accès   facilité   à   l’avocat   afin  
d’exercer   son   droit   à   être   défendu   en   justice,   sans   oublier   un   contrôle   judiciaire,  un  droit  au  procès  
équitable   et   bien   sûr   dans   le   respect   des   Droits   de   l'Homme.   Un   programme   du   PNUD   entend  
80
d’ailleurs  promouvoir  ces  droits .  

Les   détentions   doivent   ainsi   respecter   quatre   principes   majeurs,   comme   celui   de   la  
primauté   de   la   Loi,   celui   de   but   légitime   de   toute   mesure   dérogatoire,   de   même   que   celui   de  
nécessité   et   proportionnalité   de   telles   mesures,   dans   le   respect   d’une   non-­‐discrimination   selon   la  
race,  la  couleur,  le  sexe,  le  langage,  la  religion,  les  idées  politiques  ou  autres,  l’origine  nationale  ou  
sociale,  la  propriété,  la  naissance  ou  tout  autre  statut.      

Pourtant,   le   massacre   de   MUTTUR   n’a   toujours   pas   été   résolu,   5   ans   après   que   les   17  
membres   de   l’ONG   Action   contre   la   faim   venant   en   aide   aux   populations   affectées   par   les  
conséquences   du   conflit   et   du   tsunami,   aient   disparu   et   été   retrouvés   deux   jours   plus   tard   chacun  
81
d’une  balle  dans  la  tête…  

Enfin,   si   la   population   tamoule   a   subi   un   revers   cinglant   avec   la   chute   de   sa   branche   armée  
pour  faire  valoir  ses  prétentions  à  Sri  Lanka,  sa  diaspora  reste  influente.  Colombo  entend  obtenir  de  
plusieurs   Gouvernements   étrangers   pour   que   soient   démantelés   des   groupes   de   pression   jugés   un  
82
peu  trop  favorables  aux  TLET,  comme  aux  Usa,  au  Royaume-­‐Uni,  ou  en  Norvège .    

C ⧸  Des actions résolues ?    


Que   ce   soit   des   mains   des   membres   des   TLET,   de   ceux   TMVP,   ou   encore   des   forces   de  
sécurité,   il   est   clair   que   de   nombreux   abus   ont   eu   lieu   contre   les   populations   civiles,   réfugiées   ou  
détenues.   A   défaut   de   capacité   ou   de   volonté   de   l’État   visé,   la   communauté   internationale   se   doit   de  
réagir.    

Ainsi,   aux   USA,   le   Torture   Victims   Protection   Act  a   permis   une   plainte   de   L'organisation   des  
83
Tamouls   contre   le   génocide  contre   le   président   sri-­‐lankais   RAJAPAKSA   le   28   janvier   2011   alors   qu’il  

                                                                                                               
79
 http://www.hrw.org/fr/news/2010/02/01/sri-­‐lanka-­‐les-­‐autorit-­‐s-­‐doivent-­‐cesser-­‐les-­‐d-­‐tentions-­‐illimit-­‐es-­‐des-­‐personnes-­‐soup-­‐  
-­‐  2  février  2010  -­‐  Sri  Lanka:  Les  autorités  doivent  cesser  les  détentions  illimitées  des  personnes  soupçonnées  d'avoir  des  liens  
avec  le  mouvement.  ces  détentions  au  secret  de  personnes  sans  limitation  de  durée  ne  peuvent  que  faire  craindre  des  actes  de  
torture  et  disparitions  forcées.  
80
 PNUD   /   Equal   Access   to   Justice   Phase   II   –   (mars   2009   /   décembre   2012)   –   possède   deux   objectifs   principaux,   le   premier,  
s’assurer  que  les  groupes  vulnérables  soient  prévenus  de  leurs  droits  et  leurs  recours  disponibles,  et  qu’ils  soient  à  même  de  
pouvoir   agir.   Le   second,   former   et   mettre   à   même   les   avocats,   juges,   polices,   dirigeants   de   communauté   d’apporter   des  
réponses  aux  plaintes  des  groupes  vulnérables  –  http://www.undp.lk/SubProjects/Pages/detail.aspx?itemid=17  
81 er
 Au   1   juin   2010,   toujours   aucun   responsable   n’est   identifié   –   http://www.suite101.fr/content/le-­‐massacre-­‐de-­‐muttur-­‐
toujours-­‐aucuns-­‐responsables-­‐designes-­‐a13096  
82
 http://www.satp.org/satporgtp/countries/shrilanka/terroristoutfits/LTTE.HTM  
83
 Tamils  Against  Genocide  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
était   en   visite   officielle   aux   USA.   En   juin   2010,   une   décision   de   la   Cour   suprême   américaine   avait  
permis   d’établir   que   seuls   les   pays,   et   non   les   individus,   bénéficiaient   de   l'immunité   diplomatique  
contre   des   poursuites   lancées   aux   Etats-­‐Unis.   La   plus   haute   juridiction   civile   américaine   avait   alors  
décidé   à   l'unanimité   que   Mohamed   Ali   SAMANTAR,   ancien   Premier   ministre   somalien   aujourd'hui  
installé   aux   Etats-­‐Unis,   pouvait   être   poursuivi   pour   des   accusations   de   tortures   commises   lorsqu'il  
était   au   pouvoir.   En   l’espèce,   Les   plaignants   affirment   que   certains   de   leurs   proches   ont   été   tués   lors  
de   trois   incidents   différents,   notamment   en   2009   au   cours   de   l'offensive   de   l'armée   sri-­‐lankaise  
contre   le   quartier   général   des   rebelles   des   Tigres   tamouls,   et   réclament   30   millions   de   dollars   de  
compensation.   Cette   action   est   relayée   par   les   souhaits   d’ONG   telles   Amnesty   international   pour   que  
84
les  USA  enquêtent  sur  les  crimes  de  guerre  imputés  au  président  RAJAPAKSA .  

Par   ailleurs,   au   sujet   des   enfants   soldats,   le   Protocole   facultatif   se   rapportant   à   la  


Convention   relative   aux   droits   de   l'enfant,   concernant   l'implication   d'enfants   dans   les   conflits  
85
armés ,  confirme  l’adoption  par  consensus,  de  la  Convention  no  182  de  l’Organisation  internationale  
du   Travail   qui   interdit   les   pires   formes   de   travail   des   enfants   et   l’action   immédiate   en   vue   de   leur  
élimination,  qui  interdit  l’enrôlement  forcé  ou  obligatoire  des  enfants  en  vue  de  leur  utilisation  dans  
des  conflits  armés.  Ce  à  quoi  s’ajoute  le  fait  que  le  statut  de  Rome  de  la  Cour  pénale  internationale  
identifie   le   recrutement,   l’enrôlement   d’enfants   de   moins   de   15   ans   au   sein   de   forces   ou   groupes  
armés,   ou   en   s’en   servant   activement   lors   des   hostilités,   comme   un   crime   de   guerre.   Le   Sri   Lanka  
apparaît  bien  placé  pour  faire  l’objet  d’une  investigation  de  la  Cour  pour  vérifier  ces  faits.    

La  Cour  pénale  internationale  a,  ces  dernières  années,  beaucoup  contribué  à  assurer  une  
certaine   responsabilisation,   à   défaut   de   pouvoir   en   finir   une   bonne   fois   pour   toutes   avec   les   cas  
d’impunité.   Il   est   établi   en   droit   international   comme   en   pratique   que   la   souveraineté   n’est   pas  
synonyme   d’impunité   pour   ceux   qui   organisent,   encouragent,   commettent   des   crimes   contre   des  
populations  qui  devraient  être  protégées.  Lorsqu’un  État  manque  manifestement  à  son  obligation,  la  
communauté   internationale   devrait   la   lui   rappeler   et   l’aviser   que   de   tels   actes   pourraient   être  
passibles   de   la   Cour   pénale   internationale   au   titre   du   Statut   de   Rome.   Reste   que   sa   compétence  
requiert  qu’elle  soit  reconnue  et  acceptée  par  les  pays  qui  s’y  soumettent…  

Malheureusement,  et  ce  n’est  pas  une  surprise,  il  y  a  peu  de  chance  que  des  responsables  
soient   identifiés   au   Sri   Lanka   pour   les   actes   illégaux   commis   lors   du   conflit   avec   les   TLET.   Il   est   de  
notoriété   commune   que   certains   crimes   de   guerre   puissent   impliquer   de   hauts   responsables   du  
Gouvernement   sri-­‐lankais,   dont   le   président   RAJAPAKSA   lui-­‐même,   des   membres   de   son   clan   ou   de  
 86  87
sa  famille .    

En  mai  2010  Colombo,  soutenu  par  une  Chine  soucieuse  d’accroître  son  influence  dans  la  
88
zone,  avait  pu  échapper  à  une  condamnation  du  Conseil  des  droits  de  l'Homme  des  Nations .  Deux  
mécanismes   ont   été   mis   en   place   pour   régler   le   problème   des   crimes   de   guerre   à   Sri   Lanka.   D’un  
côté,  les  autorités  sri-­‐lankaises,  opposées  à  la  mise  en  place  d'une  commission  onusienne,  malgré  les  
89
promesses   du   président   RAKAPAKSA   de   collaborer   avec   les   Nations   Unies ,   considéraient   qu’aucun  
civil   n’avait   été   tué,   qu’aucune   exécution   sommaire   n’avait   été   perpétrée   lors   des   quatre   derniers  
mois  de  conflits,  pourtant  les  plus  durs,  quand  bien  même  l’ONU  déplora  pendant  cette  période  au  
moins   7   000   morts   civils   d’origine   tamoule.   De   l’autre,   les   Nations   Unies,   convaincues   qu’il   fallait  
envoyer  un  panel  d’experts  pour  enquêter  sur  les  forts  soupçons  de  crime  de  guerre  commis  pendant  
la  guerre  civile.  

                                                                                                               
84
 AI  /  Amnesty  international  -­‐  20  janvier  2011  -­‐  http://www.amnesty.org/fr/news-­‐and-­‐updates/us-­‐should-­‐investigate-­‐alleged-­‐
war-­‐crimes-­‐sri-­‐lankan-­‐president-­‐2011-­‐01-­‐20  
85
 CICR  –  25  mai  2000  –  http://www.icrc.org/DIH.nsf/FULL/595?OpenDocument  
86
 http://www.hrw.org/en/news/2010/12/16/opinion-­‐wikileaks-­‐and-­‐us-­‐frustrations-­‐sri-­‐lanka    
voir  également  :  http://www.reuters.com/article/2010/12/02/us-­‐wikileaks-­‐srilanka-­‐idUSTRE6B13F120101202  
87
 Department  of  State  -­‐  11  aout  2010  -­‐  Report  To  Congress  on  Measures  Taken  by  the  Government  of  Sri  Lanka  and  International  
Bodies   To   Investigate   Incidents   During   the   Recent   Conflict   in   Sri   Lanka,   and   Evaluating   the   Effectiveness   of   Such   Efforts   –  
http://www.state.gov/s/wci/srilanka/releases/145884.htm  
88
 CDHNU  /  Conseil  des  Droits  de  l'Homme  des  Nations  Unies  –  27  mai  2009  –  Résolution  Sur  L'assistance  A  Sri  Lanka  Dans  La  Promotion  Et  La  
Protection  Des  Droits  De  L'homme  –  http://www.unhchr.ch/huricane/huricane.nsf/0/12BFC9BF10FB02E9C12575C4002B5AEA?opendocument    
89
 Promesse  du  président  sri-­‐lankais  du  23  mai  2009  de  collaborer  avec  les  Nations  Unies  –  
http://www.un.org/News/Press/docs/2009/sg2151.doc.htm    
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
Les   autorités   sri-­‐lankaises   ont   désigné   le   15   mai   2010   leurs   propres   enquêteurs   chargés   de  
faire  la  lumière  sur  les  éventuelles  exactions  commises  durant  la  guerre  entre  l'armée  et  la  rébellion  
90
tamoule .  Pendant  ce  temps,  un  panel  de  trois  experts  mandatés  par  le  Secrétaire  Général  Ban  KI-­‐
Moon  s’est  rendu  sur  place  pour  enquêter  sur  ces  mêmes  excès,  contre  la  volonté  gouvernementale.  

La  Commission  des  enseignements  retirés  et  de  la  réconciliation  ne  fût  chargée  que  d’un  
91
rôle   consultatif ,   celui   de   récolter   les   témoignages   des   différents   acteurs   du   conflit   pour   proposer  
des   recommandations   au   pouvoir   exécutif.   La   Commission   n’avait   pas   pour   attribut   de   mener   de  
véritables  enquêtes,  si  tant  est  qu’elle  en  ait  eu  les  moyens,  elle  n’avait  pas  objectif  de  joindre  dans  
ses  recommandations  des  mesures  à  caractère  judiciaire.  Enfin,  elle  n’avait  pas  non  plus  pour  optique  
de  protéger  les  victimes  et  témoins  qui  témoignèrent  devant  elle.    

Problème,   c’est   la   Constitution   elle-­‐même   qui   en   son   sein   concentre   trop   de   pouvoirs  
92
autour  des  fonctions  présidentielles,  phénomène  amplifié  par  la  récente  révision  constitutionnelle .  
M.   C.G.   WEERAMANTRY,   ancien   Juge   de   la   Cour   suprême   du   Sri   Lanka,   ancien   Juge   de   la   Cour  
internationale   de   Justice   s’est   adressé   en   novembre   dernier   à   la   commission   présidentielle   pour   lui  
faire   part   de   ses   observations   et   recommandations,   considérant   que   la   Constitution   actuelle   était   un  
93
obstacle  à  la  paix  à  la  réconciliation .  Elle  ne  protège  pas  efficacement  contre  les  abus  de  pouvoir,  
d’autorité,  mais  encore  contre  le  non-­‐respect  voire  la  négation  de  leurs  droits.  La  Constitution  n’est  
en   outre   pas   à   même   d’assurer   tant   liberté   que   transparence   à   l’information.   En   même   temps,  
94
lorsqu’on  regarde  le  CICR,  la  confidentialité  est  un  principe  certes  essentiel  mais  pas  absolu .  

C’est  pourquoi  nombreuses  sont  les  voix  à  s’être  levées  contre  cette  Commission,  certaines  
95
ONG  ont  ainsi  refusé  de  témoigner  devant  elle  tant  qu’elle  ne  serait  pas  plus  crédible .  

Alors  que  le  rapport  de  la  Commission  des  enseignements  retirés  et  de  la  réconciliation  est  
96
attendu  pour  le  15  mai ,  le  Panel  d’expert  a  rendu  son  rapport  le  12  avril  2011.  Celui-­‐ci  devrait  être  
97 98
rendu  public  dans  les  prochains  jours  par  le  Secrétaire  général  des  Nations  Unies   ,  ce  qui  est  très  
largement   voulu   par   les   organisations   de   défense   des   Droits   de   l'Homme.   D’ores   et   déjà,   le  
99
Gouvernement   sri-­‐lankais   rejette   un   rapport   considéré   comme   biaisé   et   imparfait .   Il   n’est   pas  
certain   que   cela   suffise   à   dissuader   la   communauté   internationale   de   mener   une   enquête  
internationale   sur   ce   conflit   de   plus   30   ans,   et   pourquoi   pas   à   ce   que   soit   mis   sur   place   un   tribunal  
spécial.  

Mais  pour  être  efficace,  la  justice  pénale  internationale,  encore  faut-­‐il  qu’elle  ne  soit  pas…  
sélective.   Cela   va   bientôt   faire   deux   ans   que   la   guerre   civile   s’est   officiellement   terminée   à   Sri   Lanka,  
et  la  conduite  de  la  Communauté  internationale  semble  avoir  deux  poids  deux  mesures.  On  peut  ainsi  
relever  les  légers…  décalages  entre  les  décisions  du  Conseil  des  Droits  de  l'Homme  des  Nations  Unies  
d’envoyer   une   mission   d’établissement   des   faits   à   Gaza   en   2009   quand,   au   même   moment,   des  
milliers  de  civils  étaient  victimes  de  violations  du  DIH  à  Sri  Lanka.  

Une   enquête   approfondie,   demandée   depuis   plusieurs   années   par   les   organisations   de  
défense  des  Droits  de  l'Homme,  est  nécessaire  pour  sonder  l’ampleur  des  violations,  et  pour  établir  
en  conséquence  des  responsabilités  pénales,  quels  qu’en  soient  les  niveaux  de  pouvoir  des  personnes  
                                                                                                               
90
 Lessons  Learnt  And  Reconciliation  Commission  (LLRC),  Commission  des  enseignements  retirés  et  de  la  réconciliation  
91
 http://www.llrcarchive.org/interim-­‐recommendations-­‐2/  
92 ème
 L’adoption  du  18  amendement  supprime  la  limite  à  deux  mandats  pour  le  président,  ce  qui  n’est  pas  sans  déplaire  au  
président  RAJAPAKSA,  fraichement  réélu  en  2010.  
93
 http://www.humanrights.asia/news/forwarded-­‐news/AHRC-­‐FAT-­‐003-­‐2011,  http://print.dailymirror.lk/features/139-­‐
feature/28678.html,  http://blog.srilankacampaign.org/2011/01/senior-­‐judge-­‐speaks-­‐out-­‐about-­‐how.html  
94
 http://www.icrc.org/Web/fre/sitefre0.nsf/html/confidentiality-­‐interview-­‐010608  
95
 pour   ne   citer   qu’elles,   HRW,   AI,   ICG   /   International   Crisis   group,   ont   publiquement   décliné   l’invitation   de   la   LLRC   –   13   octobre  
2010  –  http://www.hrw.org/en/news/2010/10/13/joint-­‐letter-­‐llrc,  en  complément,  le  rapport  rendu  par  l’Université  de  droit  de  
Pittsburgh,  Pennsylvanie,  USA  –  http://jurist.org/paperchase/2010/10/rights-­‐groups-­‐reject-­‐invitation-­‐to-­‐testify-­‐in-­‐sri-­‐lanka-­‐civil-­‐war-­‐probe.php    
96
 CHR  Sri  Lanka  /  Center  for  Human  Rights  Sri  Lanka  –  http://chrsrilanka.com/LLRC_Report-­‐3-­‐2.html    
97
 HRW  –  12  avril  2011  –  rendu  du  rapport  des  experts  des  Nations  Unies  :  Ban’s  office  said  today  that  he  will  make  the  report  
public  after  he  shares  it  with  the  Sri  Lankan  government  –  http://www.hrw.org/en/news/2011/04/12/sri-­‐lanka-­‐un-­‐experts-­‐submit-­‐report    
98
 CHR  Sri  Lanka  –  16  avril  2011  –  http://chrsrilanka.com/Report_of_the_UNSG%E2%80%99s_panel_of_experts_on_accountability_in_SL-­‐5-­‐198.html    
99
 Reliefweb.int  –  13  avril  2011  –  Gouvernement  sri-­‐lankais  :  le  rapport  est  biaisé  et  imparfait  –  http://reliefweb.int/node/396054  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011
 
incriminées,  sur  un  plan  tant  civil,  que  militaire,  du  côté  du  Gouvernement  Sri  Lankais  comme  du  côté  
des   factions   armées,   TLET   ou   TMVP.   C’est   le   moyen   sinon   le   seul   pour   assurer   le   respect   de   l’État   de  
droit,   le   principe   de   primauté   de   la   Loi,   mais   encore   l’engagement   de   la   Communauté   internationale  
envers  le  principe  de  responsabilité  des  violations  graves  du  DIH.    

Les  pressions  médiatiques,  diplomatiques  et  politiques  s’étant  accrues,  c’est  a  priori  la  voie  
100
vers  laquelle  semblent  s’engager  les  Nations  Unies  par  la  voix  de  leur  Secrétaire  général ,  soutenu  
101 102 103
par  les  parlementaires  de  nombreux  pays     .  On  peut  espérer  à  ce  titre  que  l’Union  européenne,  
qui   prône   le   respect   de   la   démocratie,   de   l’État   de   droit   et   des   droits   de   l’homme   en   tant   qu’élément  
fondamental  de  ses  relations  extérieures  bilatérales  et  multilatérales,  joue  un  rôle  des  plus  actif.    

 
 
 
•  
•   •  

                                                                                                               
100
 Reliefweb.int  –  12  avril  2011  –  volonté  du  SGNU  de  donner  des  conséquences  judiciaires  –  http://reliefweb.int/node/395867  
101 er
 S.RES.84.ATS  –  Sénat  des  USA  –  1  mars  2011  –  http://thomas.loc.gov/cgi-­‐bin/query/z?c112:S.RES.84:    
102
Lettre   de   parlementaires   du   Royaume-­‐Uni   à   leur   premier   ministre   –   février   2011   –  
http://www.scribd.com/doc/49287817/British-­‐MPs-­‐wrote-­‐to-­‐PM  
103
 Laurie   Ferguson,   Werriwa,   Australian   Labor   Party   –   28   février   2011   –   soutien   des   parlementaires   australiens   –  
http://www.openaustralia.org/debate/?id=2011-­‐02-­‐28.152.1  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011

Bibliographie

⧸ Sites institutionnels
http://www.acdi.gc.ca http://www.state.gov
Agence canadienne de développement Département d’État américain
international http://www.state.gov/s/wci/index.htm
http://www.defence.lk Bureau des questions de crimes de guerre
Ministre de la défense sri-lankais http://www.state.gov/s/ct/index.htm
http://eur-lex.europa.eu Bureau du coordinateur du contre-terrorisme
Droit de l’Union Européenne http://www.un.org/fr/preventgenocide/a
http://www.nrc.no/ dviser/index.shtml
Norwegian Refugee Council Bureau du conseiller spécial pour la prévention
http://ochaonline.un.org/srilanka/ du génocide
United Nations office for the coordination of http://www.un-ngls.org/
Humanitarian Affairs Service de liaison entre l’ONU et les ONG
http://www.priu.gov.lk/ REFWORLD / UNHCR
Gouvernement sri-lankais http://www.worldbank.org/
 
 

⧸ Sites, organismes et ouvrages spécialisés


http://www.achrweb.org/ http://www.icbl.org
Asian Centre for Human Rights International Campaign to Ban Landmines
http://www.affaires-strategiques.info http://www.irnc.org/spip
http://www.amnesty.fr Institut de recherche sur la résolution non
Amnesty International violente des conflits
http://www.bibliomines.org/ http://www.internal-displacement.org
base de connaissance spécialisée sur les mines Internal Displacement monitoring Centre
http://www.chrsrilanka.com/ http://www.irenees.net
Center for Human Rights Sri Lanka Site web de ressources pour la paix
http://conflits.revues.org http://www.irinnews.org
Cultures & conflits Humanitarian news & analysis
http://www.crisisgroup.org http://www.iris-france.org
International Crisis Group IRIS
http://www.gichd.org http://jurist.org/
GICHD Legal news and research
http://www.hrw.org/en/asia/sri-lanka http://www.maginternational.com
Human Rights Watch Mines Advisory group
http://www.humanrights.asia/ http://www.redcross.int
Asian Human Rights Commission Croix Rouge
http://www.icrc.org http://www.satp.org
Comité international de la Croix rouge South Asia Terrorist Portal

Eric DAVID, les principes de droit des conflits


armés, BRUYLANT, 2008
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011

⧸ Sites et blogs d’information


http://www.afp.com http://www.humanitaria http://justice-
http://www.france24.com ninfo.org/sriLanka_hpsl inter.blog.lemonde.fr
http://www.lesechos.fr
http://www.lemonde.fr http://reliefweb.int/ http://blog.multipol.org
http://www.lepoint.fr
http://www.reuters.com
http://www.rtl.be

⧸ Autres    

http://www.cairn.info http://www.scribd.com

 
 
 
•  
•   •  
Le conflit du Sri Lanka & le Droit international humanitaire – Master 2 SIDIE – 2011