Vous êtes sur la page 1sur 76

Table des matières

PREAMBULE ....................................................................................................................................................... 5
I. INTRODUCTION ......................................................................................................................................... 6
II. GENERALITES ET HISTORIQUES DES BOULIS ........................................................................... 7
III. CONTRIBUTION DE LA FAO ............................................................................................................. 8
IV. PRESENTATION DETAILLEE D’UN BOULI ................................................................................... 8
V. OBJECTIFS ET USAGES DES BOULIS ........................................................................................... 10
VI. CONCEPTION DES BOULIS .............................................................................................................. 10
VII. PRINCIPES ET TYPES D’AMÉNAGEMENTS EN FONCTION DU CONTEXTE
HYDROLOGIQUE ET TOPOGRAPHIQUE .................................................................................................. 11
a. Les différents types de boulis réalisés au Burkina Faso ..................................................................... 12
Type A : Les boulis en surcreusement d’une mare naturelle ou artificielle .............................................. 12
Type B : Les boulis à côté d’une mare naturelle ......................................................................................... 12
Type C : Les boulis à côté d’une retenue d’eau ............................................................................................ 13
Type D : Les boulis à côté d’un cours d’eau ............................................................................................... 14
Type E : Le bouli ayant son propre bassin versant .................................................................................... 15
Type F : Le bouli ayant une digue en buttage ............................................................................................ 16
VIII. ELEMENTS PRINCIPAUX CONSTITUTIFS D’UN BOULI .......................................................... 17
1. La cuvette ................................................................................................................................................ 17
2. La rampe d’accès au plan d’eau ............................................................................................................. 18
3. Le collecteur ............................................................................................................................................ 18
IX. OUVRAGES ANNEXES AU BOULI .................................................................................................. 19
1. La digue de protection ............................................................................................................................. 19
2. Les goulottes ............................................................................................................................................ 20
3. La digue de retenue ................................................................................................................................. 20
4. Le canal d’alimentation ou d’amenée ou de dérivation ou chenal ....................................................... 21
5. La diguette filtrante ................................................................................................................................. 22
6. Le bassin de sédimentation ..................................................................................................................... 23
7. Les ouvrages de déversement .................................................................................................................. 23
8. Les bassins de dissipation ....................................................................................................................... 24
9. Le siphon inversé .................................................................................................................................... 24
10. Les couloirs d’accès au plan d’eau .................................................................................................... 24
X. ETAPES DE LA CONCEPTION D’UN BOULI ................................................................................ 24
1. Données de bases nécessaires .................................................................................................................. 24
a. Études préliminaires ............................................................................................................................... 25
i. Méthodologie pour le choix du site .................................................................................................... 25
ii. Les aspects socio-économiques .......................................................................................................... 26
iii. La géologie et la géotechnique ........................................................................................................... 26
iv. La topographie .................................................................................................................................... 27
v. Le climat.............................................................................................................................................. 27
vi. Le bassin versant................................................................................................................................. 27
vii. L’hydrologie ........................................................................................................................................ 28
b. Études de la retenue ................................................................................................................................ 28
i. L’évaluation des besoins ..................................................................................................................... 29
 Alimentation du bétail ........................................................................................................................ 29
 Besoins agricoles ................................................................................................................................. 30
 L’évaluation des pertes ........................................................................................................................ 30
Pertes par infiltration dans la retenue .......................................................................................................... 31
Pertes par évaporation .................................................................................................................................. 31
Pertes par dépôt solides ................................................................................................................................ 31
ii. Les courbes hauteur-volume et hauteur-surface ............................................................................... 33
viii. Étude des évacuateurs de crue ........................................................................................................... 36
XI. GESTION ET ENTRETIEN DU BOULI ............................................................................................ 44
1. Le suivi et l’entretien des boulis ............................................................................................................. 44
2. Pathologie des boulis .............................................................................................................................. 45
3. Intervenants et rôles dans l’entretien des boulis .................................................................................... 46
a) La Commune et les services techniques déconcentrés....................................................................... 46
b) Les utilisateurs : le petit entretien ...................................................................................................... 47
XII. IMPACTS DES BOULIS SUR L’ENVIRONNEMENT .................................................................... 48
1. Identification des impacts ...................................................................................................................... 48
a. Les sources d’impacts ......................................................................................................................... 48
b. Les récepteurs d’impacts .................................................................................................................... 48
2. En période de construction .................................................................................................................... 48
3. En période d’exploitation et d’entretien .............................................................................................. 50
XIII. ANALYSE ECONOMIQUE ET RENTABILITE DES BOULIS ..................................................... 52
1. Estimation des coûts de réalisation de boulis de différentes capacités .................................................. 52
2. Étude de la rentabilité économique d’un bouli maraîcher .................................................................... 54
a. Hypothèses de l’analyse ...................................................................................................................... 54
b. Analyse ................................................................................................................................................ 55
XIV. TRAVAUX DE REALISATION DE BOULIS .................................................................................... 56
A N N E X E S...................................................................................................................................................... 59
Annexe 1 : PLANS D’EXECUTION D’UN BOULI A CUVETTE PARALLELEPIPEDIQUE ........................... i
Annexe 1.1 : Plan de masse d’un projet de bouli .................................................................................................. iv
Annexe 1.2 : Vue en plan du bouli .......................................................................................................................... v
Annexe 1.3 : Coupes transversales ......................................................................................................................... vi
Annexe 1.4 : Vue en plan du seuil déversant ....................................................................................................... vii
Annexe 1.5 : Coupes transversales sur le seuil déversant .................................................................................... viii
Annexe 1.6 : Section transversale sur le chenal ..................................................................................................... ix
Annexe 1.7 : Profil type d’une digue filtrante ......................................................................................................... x
Annexe 1.8 : Cordon périphérique ........................................................................................................................... i
Annexe 2 : PHOTOGRAPHIES DE BOULIS FINANCES PAR LA FAO AU BURKINA FASO....................... ii
4

TABLE DES FIGURES

Figure 1 : Éléments constitutifs d’un bouli ................................................................ 9


Figure 2 : Vue d’un bouli ............................................................................................. 9
Figure 3 : Digue filtrante en pied de talus ................................................................ 23
Figure 4 : Bouli à cuvette parallélépipédique ........................................................... 34
Figure 5 : Bouli à cuvette tronconique ...................................................................... 36

TABLE DES ILLUSTRATIONS

Illustration 1 : Bouli type A........................................................................................ 12


Illustration 2 : Bouli de type B ................................................................................... 13
Illustration 3 : bouli type C ........................................................................................ 14
Illustration 4 : bouli type D ........................................................................................ 15
Illustration 5 : bouli type E ........................................................................................ 16

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Pathologies des boulis ............................................................................. 46


Tableau 2 : Traitements des pathologies des boulis................................................. 47
Tableau 3 : Estimation des coûts des boulis ............................................................. 53
Tableau 4 : Analyse économique des ouvrages ........................................................ 55
5

PREAMBULE

Le mot "bouli" est tiré de la langue mooré, celle parlée par l’ethnie numériquement
majoritaire du Burkina Faso. Ce mot est au singulier et désigne le puits et par extension,
toute concavité topographique retenant de l’eau de ruissellement. Le pluriel se dit
"boulsi".
Le mot est entré dans le jargon technique de l’hydraulique agricole et a, par conséquent
été francisé. On conviendra donc de lui appliquer les règles grammaticales françaises en
écrivant "bouli" au singulier et "boulis" au pluriel.
6

I. INTRODUCTION

Le Burkina Faso, comme l’ensemble des pays de la zone sahélienne est un pays
essentiellement agricole. Il tire ses principales ressources des secteurs de l’agriculture
et de l’élevage qui constituent les activités les plus importantes, tant par leur apport dans
l’économie nationale que par la frange de la population qu’elles occupent. En effet plus
de 90% de la population active exercent l’activité d’agriculture et/ou l’élevage. Ces
activités qui se pratiquent sur toute l’étendue du territoire sont cependant tributaires des
aléas climatiques qui se traduisent par la baisse progressive des pluies enregistrées au
cours des dernières années et le caractère irrégulier de ces pluies. La décennie 1970 aura
été particulièrement éprouvante pour les paysans burkinabè car elle s’est manifestée par
une longue sécheresse.

Face à l’adversité, le paysan burkinabè s’est adapté en développant des techniques


simples et efficaces pour gérer avec parcimonie le peu d’eau que la nature dans ses
caprices, veut bien mettre à sa disposition. Au nombre de ces technologies on peut citer
les boulis.

La FAO, en tant que centre d’excellence de lutte contre la famine, se doit de capitaliser
ces bonnes pratiques et les disséminer partout où le besoin s’exprime. C’est dans cette
optique que l’Organisme a souhaité la rédaction du présent manuel à l’intention de tout
technicien qui souhaite faire connaissance avec la technologie de réalisation de boulis
en vue de sa reproduction sous d’autres cieux.
7

II. GENERALITES ET HISTORIQUES DES BOULIS

Le mot « BOULI » désigne un point bas géologique, placé sur une zone de ruissellement,
qui se remplit en saison des pluies.
Véritable lac creusé artificiellement dans un sol imperméable, le bouli permet de retenir
dans son fond, les rares précipitations collectées pendant la période des pluies.
Cette réserve de forme circulaire et pouvant stocker jusqu’à 30 000 m3 d’eau, est utilisée
par les villageois pendant la saison sèche qui dure près de neuf mois, pour arroser les
cultures maraîchères créées en périphérie et protégées par une digue de même forme
tenant lieu de brise-vent.
Cette digue est arborée, afin de créer un micro climat propice aux cultures maraîchères.
Une couronne extérieure au merlon est particulièrement opportune pour permettre le
développement de surfaces céréalières et fourragères.
Une clôture grillagée protège cet ouvrage des animaux.
Un forage annexe au Bouli peut être envisagé afin d’alimenter les populations en eau
potable et de créer un réseau « goutte à goutte » économisant l’eau et favorisant la pousse
des semis.
La mémoire collective des paysans du centre et du nord du Burkina retient que la
technique de stockage de l’eau sous forme de bouli est due à la peuplade Dogon qui
vivait dans la zone nord du pays. Les boulis que les paysans creusent depuis des siècles
n’ont que rarement été utilisés pour l’irrigation car les paysans craignent pour la
pérennité de la réserve. L’idée initiale de ces boulis est inconnue mais ils étaient réalisés
dans les zones où la nappe était trop profonde pour creuser des puits. Les zones à boulis
anciens étaient les zones occupées par des Dogons du Yatenga. Ceux-ci ont été
remplacés par les Kouroumbas et les Mossis qui ont continué cette pratique. Les Dogons
ont depuis migré vers les falaises de Bandiagara au Mali où ils réalisent encore des
ouvrages hydrauliques impressionnants.
Technique réalisée artisanalement depuis des siècles, la construction des boulis a été
conçue et réalisée de manière scientifique à partir des années 1990 dans le sahel
burkinabè par le Programme Barrages, Boulis et Pistes Rurales « PROBAPIR » et par
l’ONG « Iles de Paix » aux alentours de Yalogo.
8

III. CONTRIBUTION DE LA FAO

La FAO a, très tôt, reconnu l’opportunité des boulis et a contribué à développer la


technologie et la reproduire dans plusieurs localités du Burkina Faso. Ainsi des études
d’exécution de plusieurs ouvrages de ce type ont été commanditées et financées et la
plupart de ces études ont donné lieu à des réalisations concrètes. Ainsi en est-il des
ouvrages et études suivants :

SUPERFICIE
SITE CAPACITE COORDONNEES VOCATION
AMENAGEE
Bandiedaga 40 000 m3 13°52’38,8"N ; 00°15’10,2"E Maraîchère 2 ha
Saouga 40 000 m3 14°22’30,66"N ; 00°06’38,4"W Maraîchère 2 ha
Béléhédé 50 000 m3 14°05’60"N ; 01°14’50"W Maraîchère 2 ha
Ouindoupouli 110 000 m3 14°05’44"N ; 02°00’18"W Maraîchère 2 ha
Noralkinga 40 000 m3 13°48’34,8"N ; 01°09’36,2"W Maraîchère 2 ha

IV. PRESENTATION DETAILLEE D’UN BOULI

La constitution d’un bouli est variable selon le type et selon la vocation ainsi que nous
le détaillerons plus loin. On peut cependant noter que typiquement la constitution d’un
bouli est la suivante :

- le bouli proprement dit constituant la réserve d'eau.


- les surfaces maraîchères organisées sur sa périphérie.
- un merlon arboré aménagé en périphérie des surfaces maraîchères pour les
protéger du vent et de l'évaporation.
- une surface à la périphérie extérieure du merlon destinée à la production
céréalière et fourragère.
- une clôture protégeant le dispositif sus cité.
- un bassin d'alimentation du bouli disposé au droit du marigot canalisant les crues.
- un chenal (ou canal d’amenée) alimentant le bouli depuis ce bassin,
9

- une rampe d’accès.

Merlon Cours d’eau naturel

Rampe d’accès
Surfaces
Bouli
maraîchères Chenal

Bassin
d’alimentation
du bouli
Clôture

Zone de production
fourragère
Figure 1 : Éléments constitutifs d’un bouli

Figure 2 : Vue d’un bouli


10

V. OBJECTIFS ET USAGES DES BOULIS

À l’origine les boulis sont venus comme une solution aux conflits cultivateurs –
éleveurs. Les animaux, à la recherche d’eau pour s’abreuver, n’avaient parfois d’autre
choix que de traverser des champs cultivés. Face à la désapprobation parfois musclée
des propriétaires des champs, les éleveurs ont eu l’idée de créer des points d’eau
artificiels sur les parcours préférentiels de leurs bétails pour éviter que les animaux
n’entrent dans les champs cultivés.

Depuis, les boulis ont connu une grande évolution au Burkina Faso, car plusieurs projets
de maitrise de l’eau ont adopté la technique et lui ont attribué d’autres objectifs en
fonction du contexte, notamment, en plus de l’abreuvement des animaux, l’alimentation
en eau de périmètres maraichers adjacents, la pisciculture et l’irrigation d’appoint dans
les bas-fonds rizicoles aménagés, en cas de poche de sécheresse. Dans certains cas, les
boulis peuvent également alimenter des puits maraichers par infiltration afin de les
maintenir à un niveau adéquat durant la saison sèche.

Dans les forêts gérées par des campements cynégétiques, les boulis ont essentiellement
une vocation faunique par l’abreuvement des animaux sauvages, ce qui permet de
réduire leur flux migratoire et de les maintenir dans un rayon favorable pour les visites
touristiques.

VI. CONCEPTION DES BOULIS

Le bouli est un trou de forme variable creusé dans le sol de profondeur variant entre 2,5
et 4 mètres et pouvant atteindre dans certains cas une profondeur de 6 mètres.

Selon son emplacement, l’alimentation en eau du bouli est assurée ou non par
l’aménagement d’un canal d’amené connecté à une prise dans un cours d’eau, une mare
ou une retenue d’eau existante.

Une digue de protection du bouli de forme habituellement circulaire est réalisée sur le
pourtour de la cuvette par un buttage des terres excavées. Si le site de l’ouvrage s’y
prête, le matériau excavé est utilisé pour la réalisation d’une digue de retenue ou d’une
digue de ceinture de faible hauteur permettant d’améliorer la capacité de la retenue.
11

Des arbres sont plantés dans certains cas le long de la digue de protection et servent de
brise-vent réduisant l’ampleur de l’évaporation. Aussi, selon les espèces d’arbres et la
densité de la plantation, ils peuvent contribuer à la protection de la digue contre les
animaux. Le micro-climat ainsi créé contribue à la lutte contre la désertification, à la
protection des ouvrages et à mieux pérenniser l’eau de la cuvette.

Des ouvrages de protections contre l’ensablement (bassin de décantation ou de


sédimentation …) et des aménagements antiérosifs sont réalisés pour la protection du
bouli et ses ouvrages annexes.

Lorsque la prise se fait dans un cours d’eau, un ouvrage déversant (seuil ou déversoir en
béton ou en gabion) de régulation du niveau d’eau dans le canal d’amené, y est réalisé à
l’aval de ladite prise. Dans un tel cas, un bassin de décantation placé sur le canal d’amené
assure la réduction de la vitesse, une rétention importante du sable et autres débris
végétaux de l’eau prise. Il permet de réduire la charge de l’eau de la cuvette en sable et
débris végétaux, donc son ensablement.

Pour limiter la vitesse de l’eau dans certains cas et empêcher le retour de l’eau quand le
niveau de l’eau dans la mare baisse, un seuil déversant est souvent construit en béton à
l’aval du bassin de sédimentation.

Dans les boulis à vocation pastorale ou mixte, il est réalisé une rampe d’accès au plan
d’eau ou des abreuvoirs pour le bétail.

VII. PRINCIPES ET TYPES D’AMÉNAGEMENTS EN FONCTION DU


CONTEXTE HYDROLOGIQUE ET TOPOGRAPHIQUE

Le bouli et ses aménagements annexes sont fonction du contexte hydrologique et


topographique du site devant les abriter. Le débit de crue et le volume annuel d’eau
drainée, la forme du réseau hydrologique, l’étendu du bassin versant, les affleurements
rochers, l’encaissement ou non du site et les pentes sont entre autres des facteurs pouvant
influencer le choix du type de bouli et des ouvrages annexes.

Quel que soit le choix à opérer, le bouli doit se remplir chaque année et la réserve
constituée doit au mieux être pérenne.

Il existe six (6) différents types de boulis réalisés au Burkina Faso.


12

a. Les différents types de boulis réalisés au Burkina Faso

Type A : Les boulis en surcreusement d’une mare naturelle ou artificielle

Ce type est le plus ancien et très rependu et sa vocation essentielle est pastorale.

En général dans le sahel, les mares sont des dépressions qui tarissent vite. Le travail
consiste pour ce type A à procéder à un surcreusement de la mare afin d’en accroitre la
capacité de stockage et surtout la conservation de sa réserve plus longtemps dans la
période sèche en misant plus sur la profondeur si le contexte géotechnique le permet.

Pour son implantation, l’on évitera de le placer trop proche du lit mineur et les zones de
forts écoulements afin d’éviter son ensablement rapide causé par les matériaux charriés.
L’on veillera à conserver également le système naturel d’alimentation de la mare
existante qui servira pour le remplissage du bouli. Ainsi, le bouli se remplira tout seul
sans un canal d’amené.

Il n’a pratiquement pas besoin de protection contre l’érosion des talus et l’ensablement.

Bouli type A

bouli

mare

Lit du marigot

Illustration 1 : Bouli type A

Type B : Les boulis à côté d’une mare naturelle

Le bouli de ce type est réalisé dans une zone proche d’une mare naturelle. Ce choix
permet d’accroître la capacité totale de stockage de l’ensemble mare + bouli, donc de
diversifier la vocation du bouli (pastorale et agricole et ou non sylvicole). Ces boulis
sont dits mixtes.

Pour son implantation, il sera placé sur la même rive du cours d’eau que la mare. Tout
comme le type A, l’on évitera de le positionner trop proche du lit mineur et des zones
de forts écoulements. L’alimentation naturelle de la mare sera maintenue en place.
13

L’alimentation en eau du bouli se fait par un canal d’amené branché à la mare. Un bassin
de sédimentation est réalisé sur le canal d’amené.

Vu sa vocation mixte, il est aménagé des abreuvoirs à côté du bouli, des puisards et des
bassins de répartition. L’alimentation en eau des puisards se fait par captage des eaux
d’infiltration. Les bassins de répartition sont alimentés généralement par pompage de
l’eau de la cuvette et/ou des puisards à l’aide de pompes manuelles. Dans certains cas,
les bassins sont remplis par puisage manuel par les usagers (sceaux, bidons coupés …).
Il peut y être envisagé un pompage à la motopompe.

Bouli de type B Bouli

Lit du marigot

Écoulement

Mare

Illustration 2 : Bouli de type B

Type C : Les boulis à côté d’une retenue d’eau

Ce type de bouli est réalisé à l’aval de la retenue. Le lit mineur et les zones sujettes aux
érosions seront évités. Son alimentation en eau est faite par une prise d’eau en
canalisation enterrée ou par siphonage. Quel que soit le type d’alimentation prévu, un
dispositif de dégrillage / crépine est à prévoir à l’entrée de la conduite d’alimentation
qui retiendra les débris végétaux. Il importe de prévoir un ouvrage de dissipation
d’énergie au sortir de la conduite d’alimentation du type bassin d’impact. Le canal
d’amené prendra naissance à partir de ce bassin d’impact. Il n’est pas nécessaire de
prévoir un bassin de sédimentation. La vocation de ce type de bouli peut être mixte
comme le type B et pour sa pérennisation, l’on met l’accent sur la profondeur.
14

bouli type C
bouli

Réservoir

bouli
écoulement

Illustration 3 : bouli type C

Type D : Les boulis à côté d’un cours d’eau

Ce type de bouli est très repandu et est réalisé dans le lit majeur en rive du cours d’eau.
Sa vocation peut être mixte tout comme le type B. L’on s’assurera que le volume annuel
d’eau ruisselé transitant dans le cours d’eau remplira au minimum le bouli.

Pour son implantation, l’on veillera à éviter le lit mineur et les zones d’érosions. On
recherchera de préférence les zones plates.

Son alimentation est assurée par un canal d’amené branché au lit mineur. La jonction au
lit mineur sera effectuée au mieux à l’aval ou à niveau égal d’altitude du bouli. Cette
position permet de réduire considérablement le phénomène d’ensablement et les risques
d’érosion régressive vers le bouli.

Lors des crues, le bouli après remplissage, déborde suite à une charge d’eau consécutive
de débordement du lit mineur / épandage sur le lit majeur. L’eau en se retirant à la décrue
laisse une importante charge en sable et débris végétaux dans le bouli. Ce
fonctionnement hydraulique accroit l’ensablement dans ce type de bouli. Ainsi, une lutte
efficace contre son ensablement est difficile. Seul l’ensablement par les écoulements
d’alimentation à travers le canal d’amené peut être combattu par la réalisation d’un
bassin de sédimentation.

Sa digue de protection sera implantée de sorte à protéger au mieux la cuvette contre les
assauts des crues.
15

Afin de favoriser le remplissage du bouli, un ouvrage de déversement sera implanté dans


le lit mineur à l’aval de l’embranchement du canal d’amené. La présence dans le lit
mineur d’un ouvrage de déversement induit une augmentation de l’énergie de l’eau
après sa traversée. Il est important de dissiper cette énergie à l’aide d’un bassin de
dissipation disposé en son aval immédiat.

Contre les actions érosives des crues, les parois du lit mineur, les talus et radiers de tous
ces ouvrages et l’embranchement au lit mineur du canal seront bien protégés par des
enrochements, perrés maçonnés, perrés secs et / ou gabions. Cette protection devrait être
faite avec un grand sérieux tant conceptuellement qu’en exécution car la durabilité de
l’ouvrage en dépend.

bouli type D

bouli

Écoulement

Illustration 4 : bouli type D

Type E : Le bouli ayant son propre bassin versant

Ce type de bouli est implanté à l’exutoire du bassin versant. Il est adapté pour les bassins
versants de petite taille de l’ordre de 3 à 5 km² pouvant remplir dans le sahel en année
décennale sèche une cuvette de 15 000 m³.

Un canal d’amené et un bassin de sédimentation sont réalisés pour son alimentation à


partir du lit mineur avec un ouvrage de déversement qui permet d’assurer en premier
lieu l’alimentation du bouli. Les déversements sur l’ouvrage de déversement
s’effectuent dès que le bouli est rempli ou au cours des crues excédentaires.

Ce type de bouli est beaucoup similaire au type D de par son exposition à l’ensablement,
les ouvrages annexes à aménager et les protections à réaliser.
16

Sa vocation est fonction de la capacité de la cuvette et les possibilités d’aménagements


que présente le site.

bouli type E

Bassin versant

Illustration 5 : bouli type E

Type F : Le bouli ayant une digue en buttage

Ce type de bouli s’assimile à un micro-barrage. On le rencontre surtout dans les zones


fauniques.

Lorsque le site s’y prête, les déblais de surcreusement du bouli sont utilisés pour la mise
en œuvre d’une digue de micro-barrage. Pour minimiser les coûts de déplacement des
terres excavées pour les remblais, le bouli est situé le plus proche possible du pied de la
digue (moins de 10 m).

Il est important de vérifier au préalable l’aptitude au compactage du matériau excavé de


la cuvette et assurer une bonne compacité du remblai par des essais de laboratoire in-
situ.

L’excavation du matériau, son transport et son étalage en couches de remblai pour


former la digue sont faits au moyen de bulls. Le compactage sans usage de compacteur
est assuré par des passes de bulls et les autres engins du chantier (camions bennes,
citerne …). Pour ces digues, la largeur en crête doit être telle que :
17

Lc > max(3m, H)

Avec Lc : largeur en crête,

H : hauteur de la digue en mètres.

La pente des talus est d’au moins 3H/1V pour l’amont et 1H/1V pour l’aval.

VIII. ELEMENTS PRINCIPAUX CONSTITUTIFS D’UN BOULI

Un bouli, c’est l’ensemble des éléments suivants qui seront considérés comme
principaux et indispensables à sa constitution et à sa fonctionnalité :

1. La cuvette
La cuvette est le contenant stockant l’eau du bouli. Elle a donc pour rôle de stocker le
volume d’eau dont on a besoin et définit ainsi la capacité de stockage du bouli. Les
formes des cuvettes adoptées dépendent de la configuration du site; mais de façon
générale, deux formes prédominent en raison de leur facilité de mise en œuvre du fait
des paramètres réguliers les caractérisant. Ce sont la forme parallélépipédique et la
forme tronconique. Ces types de cuvettes seront étudiés avec plus de détails dans le
chapitre portant sur l’établissement des courbes hauteur-volume.
On se réfèrera utilement aux annexes 1.2 et 1.3 pour des plans de définition d’une
cuvette de forme parallélépipédique.
La capacité de l'ouvrage doit être idéalement de 30 000 m3, pour couvrir toute la
période de maraîchage possible. Cette capacité affecte 1,5 m3 d'eau par année à 1 m² de
surface maraîchère.

Sa profondeur doit être de l'ordre de 6 m.


Une profondeur supérieure :
(i) limiterait les déperditions par évaporation
(ii) mais rendrait plus difficile le prélèvement de l'eau en phase finale,
(iii) réduirait le périmètre d'accès au plan d'eau,
(iv) et augmenterait en conséquence la profondeur des parcelles exploitées.
La pente des talus ne doit pas excéder 25 %
18

Cette pente permet :


(i) de disposer d'un accès aisé au plan d'eau lors de l'abaissement de son niveau,
(ii) de garantir la sécurité des personnes et des enfants en particulier,
(iii) d’assurer la stabilité dans le temps d'un renappage (constitution d’une couche de
fond) total ou partiel en argile pour en améliorer l'étanchéité

2. La rampe d’accès au plan d’eau

En vue de faciliter l’accès à l’eau stockée principalement aux animaux, il est


généralement prévu l’aménagement de rampes d’accès dont la pente est voisine de
6H/1V.

La largeur de la rampe est fixée en fonction de l’emplacement (milieu faunique ou non)


du site. En général, pour les boulis à forme parallélépipédique, une face de largeur est
aménagée en rampe d’accès. Sinon, une largeur de rampe d’accès de 4,00 m est
suffisante. Dans les réserves fauniques, les boulis ne sont généralement pas munis de
rampe d’accès.

Les talus de la rampe ont une pente raide de sorte à empêcher les animaux d’y circuler.
Une pente de l’ordre de 3H/2V est suffisante.

Le fond de la rampe d’accès est stabilisé soit par un perré sec ou un remblai latéritique
d’au moins 30 cm d’épaisseur. L’option latérite est moins stable et nécessite un entretien
plus important que le perré sec mais offre l’avantage d’une bonne praticabilité pour les
animaux qui ont très souvent tendance à éviter le perré pour se frayer d’autres passages
d’accès au plan d’eau.

Les talus des rampes auront une protection en perré maçonné.

3. Le collecteur

Le collecteur est la partie du canal d’amenée descendant le long du talus de la cuvette


du bouli. Il est réalisé pour créer une zone de circulation préférentielle de l’eau
d’alimentation du bouli afin de réduire ses effets érosifs sur les talus de l’ouvrage.

Sa pente longitudinale est de l’ordre de 5H/1V. De section trapézoïdale, sa largeur au


plafond est fonction de la capacité stockage et du volume moyen annuel des eaux
19

drainées du bassin versant. En général, une largeur au plafond de 4 à 6 m est adoptée.


La pente de ses talus est de 3H/2V.

Son fond est protégé par un remblai latéritique compacté de 30 cm d’épaisseur ou par
un perré sec de 30 cm d’épaisseur ou par des rangées de gabions. Ses talus ont une
protection en perré maçonné. La protection sera conçue et exécutée en tenant compte du
fait que le collecteur est une zone où les écoulements des eaux d’alimentation du bouli
sont accélérés à chaque remplissage.

IX. OUVRAGES ANNEXES AU BOULI

En renfort au bouli proprement dit, il peut être réalisé d’autres ouvrages annexes dont la
nécessité se justifie par les conditions topographiques et hydrologiques du site.

1. La digue de protection
La digue de protection du bouli est une digue en remblai du matériau provenant de
l’excavation de la cuvette. Elle peut être continue ou discontinue. Sa position par rapport
au bord de la cuvette est fonction de la vocation de l’aménagement et des contraintes du
site. Ainsi, la digue de protection peut être proche ou loin des bords du bouli. Dans tous
les cas, son pied de talus intérieur ne devrait pas être à moins de 10 m du bord de la
cuvette. Lorsqu’on est contraint de le positionner à une distance plus petite que les 10
m, on doit prévoir un seuil filtrant aux abords de la cuvette afin de lutter contre
l’ensablement provenant du ruissellement des eaux des talus intérieurs de la digue.

La digue de protection protège la cuvette contre les courants d’eaux des fortes crues
ainsi que leurs charges en matériaux et débris végétaux charriés mais aussi contre l’accès
au plan d’eau de tous les sens par les animaux pour leur abreuvement.

La digue de protection doit s’ancrer dans le sol d’au moins 20 cm pour répondre à sa
mission et assurer une bonne stabilité de ses talus. La pente du talus intérieur de la digue
sera de 3H/1V et celle du talus extérieur de 2H/1V. De préférence, un talus extérieur de
1H/1V est meilleur contre la traversée des animaux.

Suivant la qualité de son matériau constitutif, l’emplacement du site, l’intensité des


averses, la disponibilité du matériau de protection et les contraintes financières, la
20

protection de la digue de protection pourra être envisagée totalement, en partie ou pas


du tout. En guise d’indication, les protections possibles, sont entre autres : en perré sec,
en perré maçonné, en grave latéritique compacté ou en matériau latéritique compacté
pour les talus et la crête. Dans le cas d’une digue cyclable (tricycles, bicycles, piéton,
charrettes et véhicules légers), un couronnement cyclable de la crête sera fait en
concassés de roche latéritique ou granite ou en perré sec soigneusement rangé à plat.
Pour les protections en perré, des blocages en crête et au pied par des buttés seront
réalisés pour les talus (voir exemples dans les plans en annexe). Le couronnement de la
crête cyclable sera bloqué également aux bords de la crête par des murets en maçonnerie
de moellons de section 40x40 cm.

La digue de protection est illustrée dans l’annexe 1.8.

2. Les goulottes
Des goulottes de descente d’eau de ruissellement entre digue de protection et seuil
filtrant sont à prévoir suivant les conditions édictées dans la partie « digue de
protection ». Leurs dimensions, l’espacement entre elles et leurs protections (parois et
fond) sont dépendants les uns des autres et sont fonctions de l’espace entre digue et seuil.
Leurs sections seront trapézoïdales ou rectangulaires.

À titre indicatif :

Les goulottes de section rectangulaire pourront avoir une largeur de 60 cm et une


profondeur de 30 cm et réalisées en béton ordinaire dosé à 300kg/m³ de 10 à 15 cm
(fond) et 15 à 20 cm d’épaisseur (parois) ou en maçonnerie de moellons de 20 cm
d’épaisseur (parois) et perré maçonnés de 25 cm d’épaisseur (fond).

3. La digue de retenue
Faite suivant les normes de conception et d’exécution, cette digue de retenue répond aux
exigences géotechniques du matériau de constitution et du sol support ainsi qu’aux
dispositions de lutte contre l’érosion interne (renard). En plus des essais in-situ
d’identification, les essais suivants sur le matériau de remblai de la digue seront
effectués en laboratoire : la granulométrie, les limites d’Atterberg, la teneur en eau
naturelle, l’essai au bleu de méthylène, le poids spécifique des grains, le poids
volumique apparent, les essais proctor …
21

La qualité du matériau pour une digue et son aptitude au compactage seront vérifiés à
travers ces essais. Lors de l’exécution, les essais de contrôle géotechnique in-situ seront
conduits. Pour le dimensionnement d’une telle digue l’on se réfèrera aux documents
traitant des barrages en terre.

En pratique et pour des raisons financières, les aspects géotechniques édictés sont
ignorés et se limitent à des tests d’identification in-situ. La digue de retenue dans le cas
de bouli en micro-barrage sera suffisamment costaud pour minimiser les risques
d’érosions internes. Ces risques sont réels car pour des soucis d’économie, la plupart de
ces digues sont réalisées avec le matériau d’excavation de la cuvette qui ne répond pas
forcément aux conditions de qualité pour un remblai de digue homogène. Aussi, son
compactage n’obéit souvent pas aux conditions normales d’un bon remblai de digue.

Dans ce cas la pente du talus aval sera supérieure à 3H/1V et celle amont, au moins égale
à 2H/1V. Sa largeur en crête sera égale à sa hauteur avec une valeur minimale de 3 m.
Son ancrage au sol est d’au moins 20 cm.

Une étanchéification de la cuvette, en particulier ses parois attenantes à la digue sera


effectuée systématiquement si elles sont perméables.

La digue de retenue sera protégée sur son côté amont contre l’effet de batillage des
vagues, et sur son côté aval contre les animaux (passages et fouilleurs), l’érosion du vent
et le ruissellement des eaux de pluies. Pour les protections possibles, se référer à la partie
traitant de la digue de protection.
Dans le cas d’une digue entièrement déversante, sa protection sera en perré sec et l’on
prendra soin d’avoir une faible lame de déversement, de l’ordre de 20 cm.

4. Le canal d’alimentation ou d’amenée ou de dérivation ou chenal


Le canal d’amenée creusé dans le sol en place est de section trapézoïdale de fruit de
talus (m) allant de 1 à 5 et de largeur au plafond de 2 à 5 m. Sa longueur est généralement
de l’ordre de 60 à 100 m. Sa pente longitudinale est de 2% permettant de maintenir les
écoulements dans une vitesse inférieure à la vitesse érosive.

Si l’on a une ravine en place, l’on implantera le canal d’amenée sur la ravine. Dans ce
cas, une action de récupération de sol accompagne la réalisation du bouli, la digue de
22

protection coupera la ravine avant la cuvette et le comblement de la ravine peut être


envisagé par endroit.

Le canal d’amenée sera protégé au besoin contre l’érosion hydraulique (parois et fond)
à travers un perré sec, perré maçonné et / ou des gabions.

L’annexe 1.6 donne une section transversale du chenal pour ressortir son profil.

5. La diguette filtrante
La diguette filtrante est habituellement un ouvrage réalisé au travers du canal d’amenée
et destiné à filtrer les eaux d’alimentation de la cuvette pour lutter contre son
ensablement.

Elle est réalisée en moellons et ses dimensions doivent lui permettre de résister aux
poussées hydrostatiques. À titre indicatif, la largeur en crête est prise entre 1 et 1,50 m,
son talus amont de pente 1H/1V, son talus aval de pente 2H/1H et son ancrage un
minimum de 30 cm. On évitera d’avoir des hauteurs excédent 1 m afin de réduire le
risque de ruptures. Il est important de prévoir une protection de son pied de talus aval
contre les affouillements par un perré sec de largeur d’au moins 1,5 fois sa hauteur. Pour
son exécution, des moellons d’au moins 20 cm d’épaisseur seront placés à la crête et ses
talus, puis le reste de son corps sera constitué de moellons de petites tailles voir même
de concassés de moellons.
23

Figure 3 : Digue filtrante en pied de talus

Sur certains sites, la diguette filtrante est plus efficace que le bassin de sédimentation.

L’annexe 1.7 présente une section type de digue filtrante.

6. Le bassin de sédimentation
Le bassin de sédimentation est un ouvrage de forme parallélépipédique situé sur le canal
d’amenée et à mi-chemin entre le cours d’eau et la cuvette du bouli. Ses talus ont une
pente de 1H/1V. Son fond est généralement de forme carrée. Le rapport du côté de son
fond par rapport à celui du canal d’amenée est de 2 à 3.

Tout comme le canal d’amenée, ses parois et son fond sont protégés en perré sec, en
perré maçonné et / ou en gabions.

7. Les ouvrages de déversement


Ces ouvrages se rencontrent surtout dans le cas de bouli accouplé à un micro-barrage.
Ils peuvent être de plusieurs types selon l’envergure du lit mineur et la configuration du
site. On a entre autres : des seuils déversants naturels ou non, des digues déversantes.

Les digues déversantes ont été traitées dans la partie « digue de protection ».

Les seuils sont réalisés en béton, en gabions, en maçonnerie de moellons ou dans un


mixage de ces deux matériaux. En béton, l’ouvrage aura en crête une largeur de 40 cm,
24

une pente de talus de 0,5H/1V à 1H/1V et ancré au sol d’au moins 25% de sa hauteur
avec un minimum de 40 cm. En maçonnerie de moellons, ses dimensions seront
identiques au béton avec une crête large d’au moins 50 cm. En gabions, son talus sera
de préférence en gradins, sa crête large d’un gabion (1 m) et son ancrage dans le sol d’un
gabion (50 cm).

Quel que soit le type d’ouvrage de déversement, il est important de prévoir à son aval
un bassin de dissipation.

Les annexes 1.4 et 1.5 définissent bien les sections types d’un seuil déversant.

8. Les bassins de dissipation


Le bassin de dissipation est dimensionné selon la hauteur de chute de l’eau et de la lame
d’eau.

Pour un dimensionnement dans le cas de fortes charges d’eau (>40 cm) et hauteurs de
chutes (> 1,5 m), l’on se réfèrera aux ouvrages de barrages. Si non, l’on adoptera une
longueur de bassin de 0,5 à 1 fois la hauteur de chute de l’eau et une profondeur
minimale de 0,50 m. Le bassin de dissipation sera protégé en perré sec ou en perré
maçonné aussi bien sur le fond que sur les parois.

9. Le siphon inversé
Le siphon inversé est un ouvrage de prise d’eau en conduite d’eau fonctionnant sous
charge et ayant une côte au sommet supérieure à celle du plan d’eau. La conception du
siphon inversé et son bassin d’impact n’est pas traitée dans ce document. Le
désamorçage fréquent du siphon est à éviter dans sa conception et il est capital de prévoir
un dispositif d’amorçage.

10. Les couloirs d’accès au plan d’eau


Afin d’éviter les conflits entre agriculteurs et éleveurs, des couloirs d’accès au plan
d’eau sont à réaliser. Leur nombre est fonction des facteurs socio-économiques. Les
couloirs ont en générale une largeur de 100 m et sont délimités par des bornes pylônes
en béton armé.

X. ETAPES DE LA CONCEPTION D’UN BOULI

1. Données de bases nécessaires


25

Pour la conception d’un bouli, les données de bases suivantes sont indispensables :

a. Études préliminaires

Les études préliminaires doivent conduire au choix du site et consistent à:


 rechercher un site apte
 préciser les conditions dans lesquelles l’ouvrage doit y être réalisé

i. Méthodologie pour le choix du site

 Recherche documentaire : (carte à grande échelle, photo aérienne, image satellitaire,


données météorologiques) et leur exploitation (repérage de sites, caractéristiques
géométriques de bassin versant et de la vallée par site repéré, voies de
communication, lieux habités …).

 Visite de site: les éléments relevés sur les documents doivent être complétés et
confirmés par des observations directes (topographie, occupation humaine,
végétation, cimetières, lieux de cultes, laisses de crues...).

 Études comparatives des sites: à la suite de la recherche documentaire et de la visite


de site, l’on doit mener toutes les réflexions qui conduiront à des options
d’aménagement par site retenu comprenant des estimations financières. Une analyse
des contraintes et avantages de chaque option sera également faite. Pour y parvenir,
les études comparatives comprendront:
caractéristiques techniques des ouvrages (taille des bassins versants, apports
prévisibles, importance des crues, dimensions, positions, calages, etc.).
Estimation sommaires des capacités de stockage,
Analyse des avantages et inconvénients (socio-économique, topographique,
usages possibles.).
Estimation sommaire des coûts,

Classements des sites par ordre d’intérêt


Le choix du site étant effectué, l’étape suivante de l’étude s’intéressera aux chapitres
suivants :
26

ii. Les aspects socio-économiques

L’enquête socio-économique préalable à la construction d’un bouli en milieu rural


s’attachera à examiner :

l’organisation foncière, administrative ou coutumière (taille des exploitations et


propriétaires de la zone des ouvrages et environs, mode d’accès à la terre, etc.),

les conditions favorables à la bonne exploitation de l’aménagement,

les conflits entre ou à l’intérieur de groupes sociaux,

les stratégies de production agricole,

l’organisation du pastoralisme,

les conséquences de l’inondation de la cuvette,

l’estimation des besoins

les risques d’utilisation détournée de l’eau,

la possibilité de valorisation complémentaire d’une partie de l’eau,

les bénéfices attendus et recensement de la population concernée.

iii. La géologie et la géotechnique

Les études sur ces points viseront à apprécier l’étanchéité de la fondation et de la cuvette
et à s’assurer de la disponibilité en matériaux de construction de bonne qualité.

La perméabilité des sols ainsi que leurs caractéristiques physiques et mécaniques seront
étudiées au laboratoire et in situ.

Lors de la visite de site ; pour les aspects géologiques et géotechniques, l’on effectuera
in situ:
une description des couches de sols à travers des sondages à puits à ciel ouvert et
des puisards d’eau présents dans la cuvette et le cas échéant dans l’axe du micro-
barrage. Cela sera transcrit dans des plans et coupes géotechniques schématiques.
les affleurements rocheux dans les environs de la cuvette et le long du marigot
seront inspectés, décrits et représentés sur les plans de reconnaissance.
27

les carrières de moellons et roche seront recherchées, décrites, quantifiées et


représenté sur les plans.
la nature du sol de culture sera décrite (zones identifiées pour l’exploitation
agricole de l’aménagement).
effectuer des prélèvements de matériaux pour les analyses complémentaires de
laboratoire.
identifier et estimer l’ampleur et l’envergure des mares et autres dépressions
importantes.
décrire l’aspect des lits du cours d’eau.

iv. La topographie

L’étude topographique visera à rechercher un site qui réponde à la fois : (i) aux besoins,
(ii) à de bonnes conditions d’exploitation (proximité).

On établit un plan à une échelle précise (1/5000 à 1/1000) avec des courbes de niveau
(0,25 à 1 m) et des profils en longs et en travers des ouvrages linéaires (micro-barrage,
seuils …). Pour une facilité d’exploitation, les plans seront produits en version
numérique par les logiciels techniques de dessins habituels (AutoCad, Covadis,
Mensura…).

Ces plans permettront d’effectuer les projections nécessaires, de calculer l’emprise de


la retenue, son volume, de construire la courbe hauteur-volume et de quantifier les
ouvrages.

v. Le climat

Les données climatiques sont nécessaires pour l’hydrologie et l’évaluation des pertes
d’eau par évaporation.

Les services météorologiques disposent des recueils pluviométriques, des relevés


d’évaporation du Bac classe A ou à l’évaporomètre.

vi. Le bassin versant


28

En rappel, le bassin versant en un point ou une section droite d’un cours d’eau est la
totalité de la surface topographique drainée par ce cours d’eau et ses affluents à l’amont
de la dite section. Tous les écoulements prenant naissance à l’intérieur de cette surface
doivent traverser la section droite considérée pour poursuivre leur trajet vers l’aval.

Un bassin versant est une aire délimitée par des lignes de crête, dans laquelle toutes les
eaux tombées alimentent un même exutoire.

Les caractéristiques d’un bassin versant sont :


• la surface,
• la forme,
• la pente longitudinale moyenne,
• l’indice global de pente,
• la pente transversale moyenne,
• la géologie, la pédologie, la couverture végétale et les caractéristiques
secondaires telles que la densité de drainage et l’état du lit du cours d’eau.

Le site d’implantation du micro-barrage ou du bouli définit l’exutoire de son bassin


versant. Le rôle du Bassin Versant est capital dans l’hydrologie de l’ouvrage.

vii. L’hydrologie

On se fixe pour objectif d’étudier les conditions de remplissage du bouli et d'estimer la


crue de projet. Pour ce faire, il faut :
 rassembler tous les documents sur le bassin versant étudié hydrographie,
topographie, végétation, etc…)
 rechercher les données pluviométriques de la zone d’étude.
 effectuer une reconnaissance de terrain : écoulements, lits, laisses de crue, les
ouvrages d'arts, barrages voisins, etc...
 faire des enquêtes auprès des riverains: mémoires des crues.

L’estimation des apports et le calcul de la crue de projet seront effectués selon les
méthodes ORSTOM et CIEH présentées dans le Bulletin FAO n°54 «Crues et apports».
b. Études de la retenue
29

Un bouli est réalisé en vue de satisfaire des besoins manifestes et bien définis. La réserve
constituée doit couvrir ces besoins. Il est indispensable de prendre en considération les
éléments suivants:
l’évaluation des besoins,
l’évaluation des pertes (infiltration, évaporation, dépôts solides de
l’ensablement).

À partir des résultats de ces évaluations et ceux topographiques, géologiques,


géotechniques, hydrologiques et économiques, l’on doit chercher et définir l’ouvrage
donnant une ressource satisfaisante.

Au mieux, il faut que la réserve d’eau du bouli soit pérenne. Le volume d’eau stocké
doit satisfaire au minimum les besoins et les pertes mais aussi fournir une petite réserve
en cas de retard des premières pluies.

L’importance des volumes d’eau perdus par évaporation est fonction de la surface du
plan d’eau. Ainsi, il est conseillé de miser sur la profondeur que plutôt que sur l’étendue
du plan d’eau.

Les courbes hauteurs / volumes et hauteurs / surfaces seront établies.

i. L’évaluation des besoins

Les facteurs qui interviennent dans la baisse puis la disparition de l’eau du bouli
proviennent de plusieurs sources : les prélèvements pour le bétail et pour l’arrosage des
plantes maraîchères ; et aussi les pertes indépendantes de la volonté de l’homme.
Il va sans dire que l’utilisation de l’eau de la retenue pour les travaux de construction
sera bannie.
Il est nécessaire d’évaluer les quantités prélevées ou perdues afin de pouvoir simuler
l’efficience de l’ouvrage.

 Alimentation du bétail

Les ratios suivants sont généralement usités:


Bovins ou UBT (Unité de Bétail Tropical) : 30 à 40 l / jour
Petits ruminants : 5 l / jour
30

Chameaux : 100 l / 5 jours

En terme de correspondance : 1 UBT = 1 bœuf = 5 petits ruminants.

En zone de transhumance, on considère qu’un animal s’abreuve à une retenue s’il pâture
à moins de 10 km. On estime donc qu’une retenue pastorale a une aire d’influence de
30 000 ha et dessert 6 000 UBT (densité = 1 tête pour 4 à 6 ha en zone sahélienne).

 Besoins agricoles

L’agriculture autour des boulis concerne la mise en valeur du pourtour de la cuvette et


l’irrigation des plaines par gravité ou par pompage.

L’évaluation des besoins en eau des cultures tient compte: (i) de la surface, (ii) de
l’infiltration et de l’ETP, (iii) des cultures elles même et de leur cycle de développement
(calendriers culturaux).

Pour la connaissance de l’ETP: (i) on utilise la formule de calcul de PENMAN adaptée


pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre; (ii) ou on lit les valeurs mensuelles de l’ETP
directement sur les atlas du CILSS et du CIEH ou (iii) ou on utilise les données
d’observation sur le bac classe «A».

Il y a lieu de tenir compte de l’évapotranspiration mensuelle et d’évaluer mois par mois


ou décade par décade les volumes d’eau nécessaires.

Il faut noter que les boulis, de manière générale, ne permettent pas d’irriguer de
grandes superficies au risque d’exploser les coûts de réalisation. Il convient de ne pas
excéder 2 ha de périmètre maraicher.

Les périmètres rizicoles en saison chaude sont à proscrire. Il peut être envisagé une
irrigation de pépinières de riz ou une irrigation d’appoint de parcelles rizicoles de
superficies modérées après les premières pluies qui sont censées remplir la retenue.

 L’évaluation des pertes

Les pertes d’eau de la retenue sont dues d’une part aux infiltrations naturelles pour
insuffisance d’étanchéité du fond et des parois de la cuvette, et d’autre part à la
31

diminution de la capacité de la cuvette par suite de l’ensablement ou de l’envasement


(qu’on nomme dépôts solides).

Pertes par infiltration dans la retenue

L’on pourra utiliser les valeurs suivantes:

au stade d’avant-projet: 10% de la hauteur utile de la réserve,

en cours de vie de l’ouvrage, 1 à 3 mm/j en moyenne.

En général, l’étanchéité de la cuvette s’améliore avec le temps en raison du gonflement


de particules argileuses et des dépôts de particules dans la cuvette dus à l’ensablement
et à l’envasement.

Pertes par évaporation


Les pertes par évaporation sont liées à la surface du plan d’eau (donc exprimées en mm)
et dépendent de la durée de l’ensoleillement, l’exposition au vent, le déficit de saturation
de l’air et la présence de végétation aquatique qui augmentent l’évaporation et la
profondeur de la retenue qui diminue son ampleur.
Les formules donnent des résultats incertains, on préfère se servir de données obtenues
à l’évaporomètre ou au bac «Classe A».
Pour l’utilisation du bac d’évaporation «Classe A», il faut appliquer un coefficient
correcteur qui varie de :
• 0,5 à 0,68 en conditions sahélienne et tropicale sèche,
• 0,70 à 0,80 en régime tropical.
POUYAUD propose la formule :

Elac = 1,664ELA0,602
Avec :
Elac = évaporation d’un lac (d’une nappe d’eau libre) en mm/j
ELA = évaporation sur le bac classe A en mm/j.

Pertes par dépôt solides


Les dépôts solides proviennent du mécanisme érosion-transport-sédimentation
dépendant:
32

des caractéristiques physiques du BV (superficie, relief, forme …)


de la nature du réseau hydrographique,
des caractéristiques géologiques (nature de la roche mère),
du climat (pluviométrie),
du couvert végétal et la mise en culture du bassin versant.

L’estimation des dépôts solides est complexe dans le cas des boulis et est fonction de
l’emplacement de l’ouvrage par rapport au lit du cours d’eau. Les ouvrages annexes de
protection contre l’ensablement et les flottes des crues réduisent considérablement son
ampleur sur les boulis. Le seul élément qu’on ne peut pas combattre est l’envasement
de la cuvette qui provient de la décantation des particules fines de l’eau, lesquelles
participent favorablement à l’étanchéité de la cuvette.
Une estimation des apports solides à l’exutoire est faite pour se donner une idée de son
importance et ainsi permettre de prévoir les ouvrages annexes nécessaires et les actions
de conservation des eaux et des sols (CES) sur le bassin versant à son encontre.
Plusieurs formules de calcul des apports solides existent. Celles que nous proposons
sont :
 Formule de GOTTSCHALK (à partir de 66 BV d’Amérique)

D = 260*S-0.1

 Formule de EIER - CIEH (GRESILLON)

𝑷 −𝟐,𝟐
D = 700[ ] ∗ 𝑺𝟎,𝟏
𝟓𝟎𝟎

D : dégradation spécifique annuelle (m3/km²/an)


S : superficie du bassin versant (km²)
P: Pluviométrie moyenne annuelle (mm)
Répartition des tranches d’eau dans la cuvette

Évaporation
Infiltration

Réserve utile

Dépôt solide
33

Le bilan fait à partir des résultats des évaluations des pertes et des besoins donne le
volume de projet du bouli.
Partant de ce volume, des données topographies et socio-économiques, le concepteur
procède à la définition de la forme et des dimensions du surcreusement.
ii. Les courbes hauteur-volume et hauteur-surface

Pour simuler l’utilisation de la ressource du bouli, il sera nécessaire de tracer la courbe


hauteur-volume. Ce graphe qui met en relation la hauteur d’eau dans la retenue et le
volume stocké permet d’estimer la réserve restante au fur et à mesure de l’exploitation
de l’eau.

La courbe hauteur-surface, quant à elle, permet d’estimer la superficie du plan d’eau


pour une hauteur donnée.

Si, pour le cas du bouli, la courbe hauteur-surface présente peu d’intérêt en raison de la
superficie limitée et relativement fixe du plan d’eau, la courbe hauteur-volume, par
contre sera d’un intérêt certain.

Il existe une formule mathématique qui met en relation la hauteur d’eau dans la cuvette
et le volume d’eau stockée, étant donné que c’est le concepteur qui décide de la forme
de la cuvette. Les deux formes géométriques les plus usitées sont la forme
parallélépipédique et la forme tronconique. Pour chacune d’elle, les formules sont
établies comme suit :

Cuvette de forme parallélépipédique

Les paramètres permettant la détermination du volume de l’ouvrage sont :


- la longueur en gueule : Log
- la largeur en gueule : Lag
- la profondeur : h
- la pente des talus : m
- la longueur à la base : Lob
- la largeur à la base Lab
34

On a les relations suivantes :


Lob = Log - 2 x m x h et Lab = Lag - 2 x m x h
Le volume de la cuvette est alors donné par la relation :
𝒉
V = [(Lob x Lab) + (Lob + Log) x (Lab + Lag) + (Log x Lag)]
𝟔

Cette relation peut être rendue plus simple ainsi qu’il suit :
𝟒
V = h[ m²h²- (Log + Lag)mh + Log x Lag]
𝟑

Figure 4 : Bouli à cuvette parallélépipédique


35

Cuvettes de forme tronconique


Les paramètres permettant la détermination du volume de l’ouvrage sont :

- le rayon à la base : r
- la profondeur : h
- la pente des talus : m
- le rayon en gueule : R

On a les formules suivantes : r=R–mh

𝝅𝒉
V= (R² + Rr + r²)
𝟑
36

Figure 5 : Bouli à cuvette tronconique


viii. Étude des évacuateurs de crue

Les évacuateurs de crues sont des dispositifs de sécurité placés dans les retenues d’eau
pour assurer convenablement l’évacuation des trop-pleins et leur restitution adéquate
dans le talweg en aval. Ces trop-pleins sont calculés pour des crues exceptionnelles.
A priori pour les boulis, il n’y a pas besoin de prévoir des évacuateurs de crue
d’importance comme ceux des barrages.
Les ouvrages annexes assimilables à des évacuateurs de crue sont les ouvrages de
déversement.
Les seuils déversants placés dans le cours d’eau servent simplement à améliorer le
remplissage du bouli, il faut prendre des précautions dans leur conception et mise en
œuvre contre les contournements et affouillements latéraux et au pied aval qui sont
sources de rupture et de contournement des ouvrages.
Pour un bouli accouplé à un micro barrage, il y va de la viabilité des réalisations de
prévoir un évacuateur de crue suffisant.
Généralement un évacuateur de crues est constitué de trois parties ou organes
principaux:
37

- un organe de contrôle de débit (déversoir) ;


- un coursier (canal ou conduite) ;
- un dissipateur d’énergie installé au pied du coursier.
L’on recherchera dans le meilleur des cas à utiliser un seuil naturel rocheux existant en
col latéral. La présence de la roche ne demande pas en général la réalisation de
dissipateur d’énergie et réduit les protections antiérosives du déversoir et du coursier.
À défaut d’un seuil naturel rocheux, l’on optera de réaliser une digue entièrement
déversante qui offre le triple avantage d’avoir une lame d’eau de déversement de faible
hauteur, un talus aval comme coursier et un dissipateur d’énergie de dimensions
modérées.
Pour le dimensionnement hydraulique de ces ouvrages (seuil naturel et digue
déversante) on se fixe comme objectif de pouvoir évacuer la crue de projet. On applique
la formule de débit sur un seuil dénoyé:
Q = mL√(𝟐𝒈)𝒉𝟏,𝟓
avec : Q : débit sur le seuil (m3/s)
L : longueur déversante (m),
h : charge sur le seuil (m)
m : coefficient de débit du seuil
g : accélération de la pesanteur (g = 10 m/s²)

La charge sur le seuil dans notre cas doit être faible : h ≤ 0,40m.
Le coefficient de débit (m) dépend de la forme du seuil et aussi de sa charge hydraulique.
L’abaque suivant permet d’obtenir des valeurs de m :
38

Valeurs du coefficient de débit (m) d’un déversoir à profil rectangulaire

Dans le cas de seuil naturel et de digue déversante, la largeur B est importante par
rapport à la hauteur de déversement. En considérant un déversoir à crête vive, l’on peut
adopter des valeurs de m de 0,33 à 0,35.

Le seuil et le coursier d’évacuation des eaux au lit mineur auront des protections contre
l’érosion hydrique. En général, le coursier a une forte pente et peut être long. Dans le
cas où il y a rupture de la continuité de la roche sur le coursier ou le seuil, les protections
seront plus importantes et il peut être envisagé des seuils en cascade le long du coursier.

À l’aval immédiat d’un ouvrage de déversement, il est réalisé un bassin de dissipation


qui est un ouvrage de dissipation de l’énergie de l’eau. Les bassins de dissipation sont
dimensionnés en tenant compte de la crue à évacuer, de sorte qu’au sortir du bassin de
dissipation, l’eau est dépourvue de son toute son énergie érosive.
Parmi les différents types de bassins de dissipation existants, les bassins à ressaut
semblent être les mieux indiqués pour les évacuateurs de crues des boulis et les plus
utilisés au Burkina Faso. C’est un moyen très efficace pour dissiper l'énergie de l'eau et
la restituer à la nature avec une vitesse compatible avec la stabilité des berges à l'aval.
Sa facilité de mise en œuvre et la possibilité d’adopter une protection en perré sec au
39

regard de la faible hauteur de la lame d’eau déversante permettent d’avoir un coût de


réalisation amoindri et une facilité d’entretien.
Pour son dimensionnement, la forme du ressaut et ses caractéristiques dépendent
directement du nombre de Froude :
𝑽
F=
√(𝒈𝒚𝟏 )

Avec: y1: tirant d'eau en régime torrentiel avant le ressaut


V : vitesse de l'eau

Dimensionner le bassin revient à lui donner une longueur supérieure à la longueur


L du ressaut, et une profondeur D.
NB : Les éléments qui suivent sont propres au bassin en béton de surface lisse.
Comme la protection des bassins dans le cas des boulis est en perré sec en général
(surface rugueuse), les saillis des moellons offrent une meilleur dissipation de
l’énergie de l’eau. En y appliquant les résultats des bassins à ressaut en béton,
l’énergie résiduelle de l’eau au sortir du bassin en est plus réduite.

Détermination de D
h 𝑦𝑛
De manière pratique, si 0,05 ≤ ≤ 0,7 et 0,1 ≤ ≤ 0,8,
H0 H0

On peut déterminer D à l'aide de l'abaque suivant:


40

Détermination de y2
On peut utiliser l'abaque ci-dessous en connaissant :
• Le débit linéaire q
• La différence de niveau h entre le niveau de la retenue et l'écoulement aval
• La perte de charge dans le coursier aH avec :

α = 0 pour pertes de charge négligeables (cas de bassin directement à l'aval du déversoir)

α = 0.1 pour (chenal + coursier) court, inférieur à 5 fois la hauteur de chute

α = 0.2 pour (chenal + coursier) long, supérieur à 5 fois la hauteur de chute


41
42

Détermination de V et y1

D étant déterminé, on calcule H = H0 + D


On détermine la valeur de y1 par itérations successives :

𝑞 𝑞
𝑦1 = 𝑒𝑡 𝑉 =
𝑉 2 𝑦1
√2𝑔 [(1 − 𝛼) (𝐻 + ℎ + 0 ) − 𝑦1 ]
2𝑔

𝑽
À partir de V et y1 , on calcule le nombre de Froude F =
√(𝒈𝒚𝟏 )

En fonction de la valeur trouvée de F, il y a différents type de bassins à ressaut :

(i) Pour F = 1, y = y2, il n’y a pas de ressaut.


(ii) Pour 1< F < 1,7, il y a une agitation de surface, il n’est nécessaire de construire
un bassin de dissipation.
(iii) Pour F=1,7, y2≈2y1 et V2 ≈V1/2, il suffit de réaliser un bassin de longueur L
de 4 à 6 fois yc.
(iv) Pour 1,7< F < 2,5, un ressaut commence à apparaître mais pas très turbulent
(pré-ressaut). Les déflecteurs et seuils ne sont pas encore nécessaires.
Toutefois, il faut contenir le ressaut dans un bassin de longueur minimale L
(longueur du ressaut) donnée par les abaques suivants :
43

(v) Pour F>2,5, le ressaut est instable à important et il faut des déflecteurs ou avec
des blocs de chutes pour raccourcir le bassin et contenir le ressaut. Ces cas de
figures sont à éviter dans les boulis en réduisant la hauteur de chute et ou la
hauteur de lame déversant.
Dans la suite du bassin de dissipation au droit lit mineur, l’on assure une protection du
bassin de dissipation contre les effets néfastes d’une éventuelle énergie résiduelle
érosive du lit mineur. Une protection en perré sec, en enrochement ou en gabion peut
être envisagée. La longueur de protection est fonction de l’envergure du lit mineur et du
type de sol en place.
44

XI. GESTION ET ENTRETIEN DU BOULI

La bonne gestion et l’entretien des boulis contribuent :


(i) au maintien de l’ouvrage en bon état de fonctionnement et permet donc de / d’ :
- conserver cet élément du patrimoine national,
- éviter des désordres importants par un suivi et des entretiens réguliers,
- adapter le fonctionnement du bouli aux changements d'usages de l'eau de la
cuvette suite à des évolutions du contexte socio-économique.
(ii) de disposer d'un retour d'expérience sur :
- le comportement du bouli par rapport aux prévisions du concepteur,
- la pérennité de tel ou tel dispositif (gabions, organes hydrauliques, dissipateur,
etc.)
- le bien-fondé des choix techniques (joints d'étanchéité, méthodes d’exécutions,
etc.)
1. Le suivi et l’entretien des boulis
L'observation visuelle régulière par la structure de gestion de l’aménagement est
importante pour une réussite des actions d’entretien. Le suivi des ouvrages des
boulis comprend :

(i) L'observation visuelle de routine : Elle permet de déceler rapidement tout


phénomène affectant le bouli (fuites, ravinement des parements, désordre des
perrés, végétation arbustive sur les talus, fissures, corrosion des cages des
gabions, etc…)

(ii) L'observation à l'occasion des crues


- Pendant la crue, elle permet de relever le niveau maximal atteint par les eaux, la
durée de la crue, le fonctionnement du déversoir, etc…
- Après la crue, elle permet de relever l'état du déversoir et de la fosse de
dissipation, du coursier, du lit mineur, du chenal, de déformation des ouvrages
en gabions et perré, du creusement des ravines sur les talus, etc.
45

(iii) L'observation à des périodicités fixées ou en situation d’urgence


Des représentants de la municipalité, des services techniques de l’état et de la structure
de gestion des ouvrages doivent effectuer des visites de suivi des ouvrages à des
périodicités données (au moins une fois par an après hivernage) et en cas d’urgence.
L’initiative de ces visites peut provenir d’un ou plusieurs de ces structures participantes.
Dans le cas des collectivités territoriales décentralisées, la responsabilité première de la
gestion et de l’entretien des ouvrages incombe aux Mairies du fait que les boulis font
partie du patrimoine communal. Au cours de ces visites, l’ensemble des ouvrages de la
retenue seront auscultés et des solutions sortiront pour des actions d’entretiens et de
réparations.

2. Pathologie des boulis


Les dégradations observées lors du suivi des ouvrages des boulis peuvent avoir entre
autres des causes et des conséquences qui sont résumées dans le tableau suivant des
pathologies des boulis.

Causes Dégradations observables Conséquences à craindre


- érosion régressive du chenal - rupture à long terme
Défaut de
- érosion talus aval par submersion - basculement / rupture du déversoir
conception
- fuites par défaut de filtre - rupture digue
- instabilité du remblai
- Renard le long de la conduite de prise
- fissuration de la digue
- affaissement (digue, perré, gabion)
- lessivage de couche de pose des
Défaut - fuite à travers la digue
perrés et gabions.
d'exécution - chute de perré
- griffes d'érosion du remblai sur
- rupture de digue possible
talus et sous perré.
- basculement / rupture du déversoir
- érosion régressive du chenal
- érosion talus
Présence - craquage des maçonneries et béton
- fissures seuil en béton
d’arbres sur (perrés maçonnés, seuil béton)
- rupture possible
les remblais - infiltration par racines pourries
- fuite à l’aval
46

- chute du perré
Vagues - lessivage de couche de pose
- érosion corps de digue
- passage préférentiel
- dérangement perré par les
- érosion talus
Facteurs pécheurs
- rupture de bassin
humains - déplacement du perré par autres
- évidement et départ de gabions
usagers
- rupture / vols des fils de gabion
- usure du parement aval par sabots
Facteurs - érosion talus
d'animaux
animaux - rupture digue
- trou de crocodile
Crue - rupture de digue
exceptionnelle - rupture des déversoirs - perte totale des ouvrages
en retour - submersion des digues
Envasement / - diminution de la réserve
- comblement du fond de la cuvette
ensablement - disparition à terme de l’ouvrage
Tableau 1 : Pathologies des boulis

3. Intervenants et rôles dans l’entretien des boulis

À l’issue de la réalisation, les ouvrages appartiennent à la communauté, aux exploitants,


à la commune et/ou à l’État. Dans tous les cas le maître d’ouvrage et les utilisateurs des
ouvrages doivent assurer un suivi/entretien adéquat pour une pérennisation de ces
acquis. Chacun a un rôle à jouer et les tâches de dévolues sont décrites dans les lignes
suivantes.

a) La Commune et les services techniques déconcentrés

Il peut ressortir des visites de suivi selon le niveau de dégradation des ouvrages, un
besoin en appui technique d’experts ou la mobilisation d’ouvriers, de tâcherons ou
d’entreprises spécialisées pour pallier aux dégradations. Le Maître d’ouvrage, en
l’occurrence la Mairie, pourra solliciter l’accompagnement des services techniques
déconcentrés de l’État s’il ne dispose pas en son sein de services techniques capables de
faire le travail en régie. Les services techniques déconcentrés pourront donc s’occuper
47

de l’élaboration des Termes de Référence et s’impliquer dans la procédure de


recrutement ou jouer le rôle de maître d’ouvrage délégué ou tout autre rôle suivant
l’importance des travaux à réaliser.

On peut lister entre autres les cas suivants :

Dégradations observables Solutions


Fuite d'eau le long de la
revoir les écrans anti-renards
conduite de prise
identifier les causes et réparer (recharge et compactage, drain
Fuite à travers la digue
vertical, etc.)
Trou de crocodile réparer le trou
Remplir les crevasses de concassés de moellons en reprenant
Talus aval lessivé sous le perré
le perré.
Rupture totale de digue ressouder la digue
Envasement / ensablement curage, rehaussement du déversoir, etc
Tableau 2 : Traitements des pathologies des boulis

b) Les utilisateurs : le petit entretien

En vue de faciliter l’entretien des ouvrages, il est important lors de l’exécution des
travaux par l’entreprise, que des ouvriers locaux fassent partie du personnel de
l’entreprise. Ces ouvriers, en participant à l’exécution des travaux, pourront bénéficier
de connaissances et techniques d’exécutions. Cette stratégie devrait être prise en compte
depuis le dossier d’appel d’offres.
De petites tâches décelées lors du suivi peuvent être prises en charge par les utilisateurs
appuyés par ces ouvriers locaux ayant participé aux travaux. La structure de gestion de
l’aménagement organise et finance l’exécution de ces travaux de petit entretien. Il s’agit
entre autres de :
- comblement des ravines.
- entretien des perrés.
- enlèvement de la végétation arbustive.
- entretien de surface des maçonneries (éliminer la végétation).
- réparation des fils rompus des gabions.
48

XII. IMPACTS DES BOULIS SUR L’ENVIRONNEMENT

Le bouli, comme tout projet structurant de l’environnement, induit nécessairement un


impact sur ledit environnement. Il est important, lors de la conception de l’ouvrage,
d’évaluer les incidences incontournables et de proposer des solutions correctives.
L’évaluation correcte de ces impacts et de leurs conséquences positives ou négatives
pourront avoir un poids dans la décision de poursuivre ou d’arrêter le processus de
réalisation du projet.

1. Identification des impacts

Toute action pouvant être considérée comme impact sur l’environnement comporte une
source et un récepteur sur lequel elle agit.

a. Les sources d’impacts


Les sources d’impacts potentiels résideront dans l’ensemble des activités prévues lors
des travaux, d’exploitation et d’entretien du bouli. Elles se trouveront en période de
construction de l’ouvrage et tout au long de son exploitation.

b. Les récepteurs d’impacts


Les récepteurs d’impacts sont les composantes du milieu susceptibles d’être affectées
par le microprojet et correspondent aux éléments sensibles de la zone, c’est-à-dire ceux
susceptibles d’être modifiés de façon significative par les activités liées au microprojet
comme les sols, l’eau de surface et l’eau de nappe, la végétation, l’habitat, la faune, les
environnements sonore et climatique.

2. En période de construction

Les sources d’impacts potentiels sont l’installation de chantier/base vie, les travaux
d’aménagement, l’excavation de la zone d’emprise du bouli, l’abattage des
arbres/arbustes situés dans l’emprise du bouli, l’exploitation des sites d’agrégats par
extraction des matériaux (sable, moellons, latérite, gravillon) au niveau des zones
d’emprunt, les travaux de maçonnerie au niveau de l’ouvrage et la présence de la main-
d’œuvre sur le chantier.
49

Les impacts doivent être étudiés sous les rubriques suivantes :

 Impacts sur le milieu biophysique

Impacts sur la végétation et les pâturages : Dans la mesure du possible, les arbres
situés autour du site seront épargnés des travaux de réalisation du bouli. L’aménagement
entraînera une diminution des pâturages du terroir correspondant à l’aire mise en
exploitation.

Impacts sur les sols : les déplacements des engins et les huiles déversées au sol auront
un impact négatif sur le sol.

Impacts sur l’eau de surface : pendant la phase des travaux, il y aura un besoin en eau
de surface qu’il faudra chercher à combler. Les sources d’eau qui seront utilisées verront
leur disponibilité en eau se réduire.

Impacts sur la faune : Pendant les travaux toute la petite faune se trouvant aux
voisinages et dans l’emprise de l’aménagement (rats, francolins, lièvres) va être obligée
de déménager si elle n’est pas exterminée.

Impact sur la topographie du terrain : la réalisation de la digue du bouli réduira ou


annulera la pente longitudinale du site aménagé. Cela aura pour effet le ralentissement
de la vitesse de l’eau et par conséquent la diminution de la dynamique érosive. L’eau
s’infiltrera davantage dans le sol. À plus ou moins long terme, après l’aménagement,
cette infiltration contribuera à la remontée de la nappe phréatique sur le site et rallongera
la disponibilité en eau.

Impacts sur la qualité de l’air : Il y aura le fonctionnement et le déplacement des


engins sur le site. Cela se traduira par l’émission de gaz des moteurs des engins (sous
forme de fumée) et de la poussière. L’air du site sera donc pollué.
50

Impacts sur le climat sonore : Pendant la période d’aménagement, les bruits des engins
modifieront le climat sonore du milieu. Cela va entraîner la fuite ou l’éloignement de la
faune du site.

 Impacts sur le milieu humain

Impacts sur l’emploi : la mise en œuvre du chantier se fera par le recrutement de la


main d’œuvre. Des dispositions devront être prises pour que la main d’œuvre non
qualifiée et même qualifiée (lorsque cela est possible) soit recrutée sur place au sein de
la communauté bénéficiaire. Dans ces conditions la période des travaux constitue une
période où il y aura une amélioration de la situation des jeunes en quête d’emploi et qui
sont restés au village.

Impacts sur la santé de la population : la présence des travailleurs du chantier va se


traduire par des brassages entre la population sur place et ceux-ci. Des possibilités de
transmission de certaines maladies comme les IST /SIDA seront ainsi établies. Des
mesures de prudence doivent être prises.

Impacts sur le commerce : pendant la période des travaux dans le village, les
commerçants verront leurs chiffres d’affaire augmenter du fait de la présence des
travailleurs du chantier d’aménagement.

3. En période d’exploitation et d’entretien

Les sources d’impacts sont liées à la présence du bouli, son exploitation, les travaux
d’entretien de l’infrastructure et l’organisation de ses usagers.

 Impacts sur le milieu biophysique

Impacts sur la végétation : au niveau des zones subissant l’influence de la partie


aménagée, la probabilité d’accroissement de la population de certaines espèces,
notamment les espèces hydrophiles, sera grande.
51

Impacts sur la valeur de terre: les travaux qui seront effectués sur le terrain vont
conduire à une augmentation de la valeur des terres. Le résultat de tout cela est la
création de conditions plus ou moins bonnes pour mener des activités rentables que
celles conduites actuellement sur le site.

Impacts sur l’eau souterraine : les eaux de ruissellements seront stockées au niveau
du bouli, s’infiltreront dans le sol et alimenteront la nappe phréatique. Il y aura
également une augmentation de la disponibilité de l’eau au niveau du bouli. Il faut
cependant veiller à ce qu’à l’amont l’utilisation abusive de pesticides ou autres éléments
nocifs provenant des engrais ne la pollue pas.

 Impacts sur le milieu humain

Impacts sur les capacités locales : l’appui à l’organisation des producteurs par la mise
en place du groupement des exploitants du bouli va donner un nouveau souffle à
l’organisation des producteurs du site. La formation dont bénéficieront les futurs
exploitants du site relèvera le niveau technique des bénéficiaires de ces formations.

Impacts sur le foncier et les activités pastorales : l’aménagement entraînera une


diminution des pâturages du terroir correspondant à l’aire mise en exploitation. Des
dispositions doivent être prises par les propriétaires d’animaux de sorte à minimiser les
conflits entre agriculteurs exploitant le périmètre et les propriétaires de bétail.

Impacts sur le social : la mise en place d’une structure de gestion du bouli et les
formations conséquentes qui seront dispensées vont entraîner un renforcement des
capacités de gestion de celle-ci et de ce fait une disponibilité accrue de compétences au
niveau local. Au cas où les troupeaux transhumants exploiteront le bouli, cela aura pour
effet l’amélioration des relations entre ces derniers et les éleveurs. Les troupeaux
quitteront de moins en moins le village pour cause de transhumance ou alors la
transhumance sera écourtée.
52

Impacts sur la santé humaine : À ce niveau les impacts peuvent être positifs comme
négatifs. Les impacts positifs sont ceux qui contribuent à l’amélioration de la production
animale et des revenus des éleveurs et à une meilleure prise en charge des besoins en
santé. Sur le plan négatif, l’augmentation de la disponibilité de l’eau de surface
engendrera le développement d’un certain nombre de risques sanitaires pour l’homme.

Impacts sur la scolarisation des enfants : du fait de l’amélioration des productions


animales il y aura une augmentation des revenus des éleveurs exploitants. Cela va
permettre à ceux-ci de consacrer plus de moyens à la scolarisation des enfants.

XIII. ANALYSE ECONOMIQUE ET RENTABILITE DES BOULIS

L’appréciation de l’opportunité économique d’un bouli doit être envisagée sous deux
angles :

 La nécessité de pérennisation de l’infrastructure :


L’aménagement doit générer des ressources suffisantes pour assurer le coût
d’amortissement annuel des ouvrages, qu’il s’agisse de boulis maraîchers ou pastoraux.
En ce qui concerne les boulis pastoraux, l’appréciation de l’opportunité économique de
l’ouvrage se limite à cet aspect, bien que globalement le bouli contribue à la génération
de revenus au bénéfice des éleveurs, notamment dans le cadre d’un aménagement
pastoral.

 L’importance des revenus générés par les boulis maraîchers :


C’est la rétribution de la valorisation de l’aménagement par les exploitants. Elle doit
permettre d’assurer (i) l’amortissement annuel des ouvrages et (ii) des profits incitatifs
(revenu supérieur ou égal au coût de la main d’œuvre pour la période considérée;
régularité du revenu; sécurisation alimentaire, foncière ; lutte contre l’exode…)

1. Estimation des coûts de réalisation de boulis de différentes capacités

Sur la base de l’expérience des différents boulis réalisés par divers intervenants au
Burkina Faso, les coûts unitaires des différents ouvrages constituants les boulis ont été
estimés et ont donné lieu à l’établissement des devis estimatifs des boulis ainsi qu’il
suit :
53

ESTIMATION DES COÛTS DE REALISATION DES BOULIS

Bouli de 5 000 m3 Bouli de 10 000 m3 Bouli de 15 000 m3 Bouli de 30 000 m3


Prix
DESIGNATION Unité Qté Montant Qté Montant Qté Montant Qté Montant
unitaire
Étude technique et élaboration des
dossiers de consultation des Forfait 2 000 000 1 2 000 000 1 2 000 000 1 2 000 000 1 2 000 000
entreprises
Amené et repli des engins de chantier km 5 000 400 2 000 000 400 2 000 000 400 2 000 000 400 2 000 000
Préparation du terrain m² 5 500 2 750 000 5 500 2 750 000 5 500 2 750 000 5 500 2 750 000
500
Déblai au bulldozer m3 3 000 3 500 10 500 000 7 500 22 500 000 11 250 33 750 000 15 000 45 000 000
Remblai non compacté pour cordon ml 12 000 100 1 200 000 100 1 200 000 100 1 200 000 100 1 200 000
Etanchéification du fond par dépôt et
m² 1 000 2 000 2 000 000 2 000 2 000 000 2 000 2 000 000 2 000 2 000 000
compactage de matériau argileux
Construction du canal de dérivation, y
compris protection du fond et des talus ml 15 000 30 450 000 30 450 000 30 450 000 30 450 000
en perré sec
Construction de la rampe d'accès, y
compris fourniture et pose de gabions
ml 100 000 10 1 000 000 10 1 000 000 10 1 000 000 10 1 000 000
au début et à la fin du tapis
d'enrochement
Mesures d'atténuation des impacts
négatifs sur l'environnement (10% du Forfait 1 1 990 000 1 3 190 000 1 4 315 000 1 5 440 000
coût des travaux)
Contrôle technique des travaux (5% du
Forfait 1 995 000 1 1 595 000 1 2 157 500 1 2 720 000
montant des travaux)
Montant total 24 885 000 38 685 000 51 622 500 64 560 000
Coût au m3 stocké 4 977 3 869 3 442 3 228
Tableau 3 : Estimation des coûts des boulis
54

2. Étude de la rentabilité économique d’un bouli maraîcher

Si le bouli a une vocation purement agricole, il va sans dire que son opportunité
s’appréciera par rapport aux revenus nets générés par les produits qui en seront issus.
Cette opportunité s’appréciera en comparaison avec d’autres moyens de stockage de
l’eau qui pourraient être compétitifs sur ce plan, notamment le puits maraîcher à grand
diamètre.

a. Hypothèses de l’analyse

Les données de l’analyse de rentabilité financière ont été bâties sur la base des
hypothèses suivantes :

 estimation des besoins en eau sur une campagne de maraîchage qui dure 4 mois :
100 m3/jour/ha, soit 12 000 m3 /ha),
 évaporation + infiltration : 600 m3.
un boulis de 15.000 m3 permet l’irrigation d’un cycle de maraîchage de 1,20
ha
un puits maraîcher permet d’irriguer 0,5 ha de maraîchage
 Superficie cultivée par exploitant : de 0,01 à 0,025 ha (tient compte de la faible
disponibilité en terre et de la forte demande en saison sèche)
 Production maraîchère : revenus générés (d’après enquête auprès des producteurs) :
pour 0,025 ha, production valorisée à 185.000 FCFA ; intrants, (semences, produits
phytosanitaires, fumure) : 15.000 FCFA ; main-d’œuvre : 60 HJ correspondant à 240
heures de travail pour les 4 mois d’activité.
55

Le tableau ci-dessous met en comparaison les rémunérations issues de différents moyens


de production.
Superficie cultivée par
CRITERES producteur (ha) Hypothèses
0,01 0,025
Bouli maraîcher de 15 000 m3
Durée de vie = 15 ans;
Amortissement (FCFA/an) 3 500 000
Investissement = 52 000 000
Revenu net hors amortissement
54 000 110 000 Superficie cultivée = 1,2 ha, soit 48
(FCFA par producteur)
exploitants à 0,025 ha et 120
Revenu après amortissement (FCFA
25 000 37 000 exploitants à 0,01 ha.
par producteur)
Bouli maraîcher de 30 000 m3
Durée de vie = 15 ans;
Amortissement (FCFA/an) 4 500 000
Investissement = 65 000 000
Revenu net hors amortissement
54 000 110 000 Superficie cultivée = 2,5 ha, soit 100
(FCFA par producteur)
exploitants à 0,025 ha et 250
Revenu après amortissement (FCFA
36 000 65 000 exploitants à 0,01 ha.
par producteur)
Puits maraîcher
Durée de vie = 15 ans;
Amortissement (FCFA/an) 400 000
Investissement = 6 000 000
Revenu net hors amortissement
54 000 110 000 Superficie cultivée = 1 ha, soit 40
(FCFA par producteur)
exploitants à 0,025 ha et 100
Revenu après amortissement (FCFA
34 000 102 000 exploitants à 0,01 ha.
par producteur)
Tableau 4 : Analyse économique des ouvrages

b. Analyse

Amortissement : aucune taxe communale n’étant prélevée sur ce type d’aménagement,


l’amortissement est à la charge de l’exploitant (déductible des revenus des exploitants).
Volume du bouli et ouvrages alternatifs : l’analyse économique indique que :

i. les boulis de capacité inférieure à 15 000 m3 sont de peu d’intérêt pour le


maraîchage ;
ii. pour une parcelle individuelle de superficie donnée, le revenu est moins attractif
pour les boulis de plus faible capacité ;
iii. pour un bouli de capacité donnée, le revenu est moins attractif pour les parcelles
de plus faible superficie
56

iv. les revenus générés par l’exploitation des boulis sont peu attractifs pour les
producteurs, comparativement à d’autres alternatives. Les boulis de grande
capacité (30.000 m3 au moins) génèrent les revenus les plus intéressants et
peuvent se justifier lorsque d’autres alternatives ne sont pas envisageables. À titre
illustratif, un aménagement par puits maraîchers, exhaure et réseau génère de 2 à
3 fois plus de revenus pour les producteurs pour un coût d’investissement dix fois
inférieur.
v. Surface exploitée par producteur : la surface optimale d’un point de vue
économique (et compte tenu des systèmes de production) est de l’ordre de 250
m², soit un carré de 15,75 m x 15,75 m. Fréquemment la faiblesse de la ressource
en eau mobilisée limite la superficie par exploitant, et leur rémunération. Dans
ce cas également, l’aménagement par puits maraîchers est une alternative
intéressante.

XIV. TRAVAUX DE REALISATION DE BOULIS

Travaux topographiques
En prélude aux travaux, un levé topographique précis sera effectué couvrant la cuvette
du boulis et les ouvrages annexes. Ce premier travail capital servira pour la
quantification des ouvrages et les divers calages et contrôles topographiques.

Terrassements
Les terrassements sont conduits aux engins en particulier au bulldozer et ils respecteront
les dimensions des plans d’exécutions des ouvrages.

Remblais
Les terres d’excavation des terrassements seront immédiatement utilisées au fur et à
mesure de l’exécution des terrassements du bouli pour la réalisation des digues de
protection ou de retenue prévues par buttage. Le compactage se fera par couches
successive d’au plus 20 cm d’épaisseur. Le matériau décapé devra être convenablement
mélangé pour une meilleure homogénéité du remblai. Le contrôle de l’humidité et de la
compacité du remblai se fera par le laboratoire de chantier si le dossier d’appel d’offres
57

le prévoit. Afin de bénéficier d’une bonne humidité des terres favorable aux déblais et
aux remblais, le démarrage des travaux ne devrait pas trop tarder après l’asséchement
des eaux de la zone des travaux.

Perré sec
Au pied de tout perré sur un talus, il doit être réalisé une buttée en pied de section
triangulaire d’au moins 50 cm de profondeur et remplie de moellons secs. La buttée peut
aussi être comblée en maçonnerie de moellons ou en béton cyclopéen. Pour ces cas, la
section de l’ouvrage sera trapézoïdale ou rectangulaire.
Plusieurs types de perrés secs existent dont :
Les perrés en écailles de poissons : les pierres de pose de dimension minimale de 20 cm
sont penchées vers le haut, disposées en écailles de poissons et s’enchevêtrent entre elles
environ sur les 2/3 de leurs longueurs. Cette disposition les confère une bonne résistance
dans le ressaut et aux écoulements. Les joints entre les pierres sont comblés de concassés
et bloqués en surface par un caillas de moellon forcé au marteau. Généralement, la
couche de pose d’épaisseurs de 10 cm, 15 cm ou 20 cm est constituée de concassés de
moellons cassés et retournés sur place. Elle sert de transition entre le sol support et le
perré. Plus la couche de pose est importante, mieux la transition l’est et le perré plus
résistant. Pour une parfaite transition entre le sol support et le perré, la mise en place
sous le concassé d’une membrane de géotextile est mieux indiquée. Ces perrés sont
adaptés à la protection des talus et coursiers des ouvrages de déversement et de
dissipation d’énergie pour de faible lame d’eau de déversements n’excédant pas 40 cm.
Les fortes épaisseurs de concassés sont utilisés pour les couches de roulement. La
dénomination qui leur est donnée est par exemple : PEPC15 (Perré en Écailles de
Poissons sur Concassés de 15 cm).
Les perrés à nid d’abeilles ou à plat : Les pierres de poses de dimension minimale de 20
cm sont posées à plat et selon la configuration des nids d’abeilles. La couche de pose en
concassés telle que décrite plus haut est réalisée. Ces perrés sont mieux indiqués pour
les zones de circulation et la protection de surface plane non sujette aux courants d’eau
et au ressaut.
58

Gabions
Les gabions métalliques seront de mailles voisines de 80 à 100 mm à double torsades en
fil de trois (3) millimètres de diamètre galvanisé, ainsi que les tirants de fils de fermeture.
Les moellons devront avoir une forme se rapprochant le plus possible d’un
parallélépipède et devront avoir de vingt – cinq (25) à trente-cinq (35) centimètres de côté
et plus de 3 dm3 de volume.
59

ANNEXES
Annexe 1 : PLANS D’EXECUTION D’UN BOULI A
CUVETTE PARALLELEPIPEDIQUE
iv

Annexe 1.1 : Plan de masse d’un projet de bouli


v

Annexe 1.2 : Vue en plan du bouli


vi

Annexe 1.3 : Coupes transversales


vii

Annexe 1.4 : Vue en plan du seuil déversant


viii

Annexe 1.5 : Coupes transversales sur le seuil déversant

Coupe A-A sur le seuil


ix

Annexe 1.6 : Section transversale sur le chenal


x

Annexe 1.7 : Profil type d’une digue filtrante


Annexe 1.8 : Cordon périphérique

(légèrement compacté avec les terres provenant des déblais)


Annexe 2 : PHOTOGRAPHIES DE BOULIS FINANCES PAR LA FAO
AU BURKINA FASO
BOULI PASTORAL DE BOUSSOU – PROVINCE DU ZONDOMA –
Capacité : 20 000 m3
Année de construction : 2014
Protection de la cuvette contre l’envasement : tapis herbacé doublé d’une digue filtrante
BOULI MARÎCHER DE TANSABLOUGOU – PROVINCE DU SANMATENGA -

Capacité : 20 000 m3
Année de construction : 2014
Rampe d’accès au plan d’eau
Jardin maraîcher de 1 ha arrosé à partir du bouli
BOULI À DOUBLE VOCATION PASTORALE ET MARAÎCHÈRE DE YALKA – PROVINCE DU YATENGA –

Capacité : 20 000 m3
Année de construction : 2014
ix

Vous aimerez peut-être aussi