Vous êtes sur la page 1sur 68

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université Hassiba Benbouali Chlef


Faculté de Technologie
Département d’Electrotechnique

Polycopié de Cours
Licence 2 ème Année
P P

Intitulé

Production de l’Energie Electrique

Dr. TEBANI HOCINE


Maître de Conférences classe B

2019 / 2020
Production de l’énergie électrique

AVANT-PROPOS

Ce polycopié est destiné à être utilisé comme un manuel par les étudiants en
deuxième année Electrotechnique dans le domaine de la production de l’énergie
électrique. Il a été rédigé dans le but de permettre d'avoir un outil de travail et de
référence recouvrant les connaissances qui leur sont demandés. Le manuscrit est
constitué de cours, il est conforme aux programmes agrée par le ministère. Sa
présentation didactique est le fruit de plusieurs années d’expérience pédagogique
par l’auteur. Son contenu résulte de la lecture de nombreux ouvrages et
documents dont les plus importants sont cités dans les références
bibliographiques.

La production de l’énergie électrique consiste en différentes chaines


énergétiques qui s’effectuent dans des sites industriels appelés centrales
électriques, à cet effet, nous avons jugé utile d’ajouter au programme officiel un
cours introductif intitulé « généralités sur l’énergie » dans lequel sont expliquées
les sources, les formes ainsi que toutes les transformations d’énergie possibles.

Bien que l'élaboration de ce manuscrit ait été faite avec le plus grand soin, le
contrôle que nous avons pu faire de notre travail n'est pas absolu, et il serait
étonnant qu'il ne subsiste pas d'erreurs.

Dr. TEBANI Hocine


Production de l’énergie électrique

TABLE DES MATIERES

GENERALITES SUR L’ENERGIE ................................................................ 01


1. DEFINITION ............................................................................................... 01
2. LES SOURCES D’ENERGIE .......................................................................... 01
3. CHAINE ENERGETIQUE .............................................................................. 01
4. LES FORMES D’ENERGIE ............................................................................ 01
4.1 ENERGIES LIBRES .................................................................................. 01
4.2 ENERGIES STOCKEES ............................................................................. 02
5. TRANSFORMATIONS DE L’ENERGIE ........................................................... 03
5.1. TRANSFORMATIONS DES FORMES D’ENERGIE LIBRE ............................... 03
5.2. LIBERATION DE L’ENERGIE STOCKEE ....................................................... 05
5.3. STOCKAGE DE L’ENERGIE ....................................................................... 05

HISTORIQUE DE LA PRODUCTION D’ELECTRICITE.............................. 06


1. L’ENERGIE AU FIL DES TEMPS ................................................................... 06
2. DE LA DECOUVERTE DU FEU À EOLE : LES PREMIERES SOURCES
D’ENERGIE ................................................................................................. 06
3. LA REVOLUTION INDUSTRIELLE GRACE A L’ENERGIE ............................... 06
4. LA NECESSITE D’UNE NOUVELLE POLITIQUE ENERGETIQUE ................... 07
5. BREF HISTORIQUE SUR LA PRODUCTION DE L’ELECTRICITE : ................. 07

PRODUCTION DE L’ÉNERGIE ÉLECTRIQUE ........................................... 09


1. INTRODUCTION .......................................................................................... 09
2. DEFINITIONS ............................................................................................. 09
3. APPEL DE PUISSANCE D'UN RESEAU ......................................................... 10
4. MODES DE PRODUCTION DE L’ENERGIE ELECTRIQUE ............................. 10

CENTRALE THERMIQUE A VAPEUR ......................................................... 12


1. INTRODUCTION .......................................................................................... 12
2. ORGANISATION D’UNE CENTRALE THERMIQUE......................................... 13
3. DIAGRAMME ENERGETIQUE D’UNE CENTRALE THERMIQUE .................... 14
4. SELECTION DU SITE POUR LA CENTRALE THERMIQUE ............................. 15
4.1 APPROVISIONNEMENT EN CARBURANT ..................................................... 15
4.2 DISPONIBILITE DE L'EAU ......................................................................... 15
4.3 FACILITE DE TRANSPORT ......................................................................... 15
4.4 TYPE DE TERRAIN ................................................................................... 16
4.5 PRES DU POSTE ELECTRIQUE: ................................................................. 16
4.6 DISTANCE DE LA ZONE D’HABITATION ...................................................... 16
5. AVANTAGES ET INCONVENIENTS ............................................................... 16

CENTRALE THERMIQUE A GAZ ................................................................ 17


1. INTRODUCTION .......................................................................................... 17
2. TURBINES À COMBUSTION (TAC) ............................................................... 17
3. AVANTAGES ET INCONVENIENTS ............................................................... 18

CENTRALE THERMIQUE A CYCLE COMBINE ......................................... 20


1. INTRODUCTION .......................................................................................... 20
Dr. TEBANI Hocine
Production de l’énergie électrique

2. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ............................................................... 20


3. AVANTAGES ET INCONVENIENTS ............................................................... 21

CENTRALE NUCLEAIRE .............................................................................. 22


1. INTRODUCTION ......................................................................................... 22
2. COMPOSITION DU NOYAU ATOMIQUE ....................................................... 22
3. ENERGIE LIBEREE PAR LA FISSION .......................................................... 23
4. REACTION EN CHAINE ................................................................................ 23
5. FILIERES DE REACTEURS NUCLEAIRES .................................................... 24
6. REACTION NUCLEAIRE PAR FUSION .......................................................... 25
7. AVANTAGES ET INCONVENIENTS ............................................................... 26

CENTRALE HYDRAULIQUE ........................................................................ 27


1. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT................................................................ 27
2. PUISSANCE DISPONIBLE............................................................................. 27
3. DIFFERENTES CENTRALES HYDRAULIQUES .............................................. 28
3.1 LES CENTRALES DE HAUTES CHUTES : h > 300M ..................................... 28
3.2 LES CENTRALES DE MOYENNES CHUTES : 30M < h < 300M ........................ 28
3.3 LES CENTRALES DE BASSES CHUTES : h < 30M ......................................... 29
4. LES STATIONS DE POMPAGES ..................................................................... 29
5. PARTIES PRINCIPALES D’UNE CENTRALE HYDRAULIQUE .......................... 30
5.1 BARRAGE ............................................................................................... 30
5.2 CONDUITE D’AMENEE ............................................................................. 30
5.3 CONDUITE D’ECHAPPEMENT .................................................................... 30
5.4 SALLE DE COMMANDE ............................................................................. 30
6. AVANTAGES ET INCONVENIENTS ............................................................... 30

ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE ................................................... 31


1. PRINCIPE .................................................................................................... 31
2. TECHNOLOGIE............................................................................................ 31
2.1 CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE .................................................................... 31
2.2 MODULE SOLAIRE OU PHOTOVOLTAÏQUE .................................................. 33
2.3 CONSTITUTION D’UN CHAMP PHOTOVOLTAÏQUE ........................................ 34
3. LES DIFFERENTES INSTALLATIONS PHOTOVOLTAÏQUES .......................... 35
3.2 LES INSTALLATIONS RACCORDEE AU RESEAU DE DISTRIBUTION PUBLIC .... 35
4. AVANTAGES ET INCONVENIENTS ............................................................... 36
5. TECHNOLOGIE DE CAPTEURS .................................................................... 36
6. COMPARAISON DES 03 PRINCIPALES TECHNOLOGIES DE CAPTEURS ...... 37

ENERGIE EOLIENNE ................................................................................... 38


1. QU’EST-CE QUE L’ENERGIE EOLIENNE ..................................................... 38
2. FONCTIONNEMENT D’UNE EOLIENNE ........................................................ 38
2.1 AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE L’EOLIENNE A AXE VERTICAL .............. 39
2.2 AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE L’EOLIENNE A AXE HORIZONTAL .......... 40
3. COMPOSANTS D’UNE EOLIENNE A AXE HORIZONTAL ............................... 40
4. CRITERES DE CHOIX DE SITES EOLIENS ................................................... 41
5. AVANTAGES ET INCONVENIENTS ............................................................... 43

Dr. TEBANI Hocine


Production de l’énergie électrique

ENERGIE DE LA BIOMASSE ....................................................................... 44


1. INTRODUCTION .......................................................................................... 44
2. DIVERSITE DES RESSOURCES & DIVERSITE DES USAGES ....................... 44
2.1 TRANSFORMATION PAR COMBUSTION ....................................................... 44
2.2 TRANSFORMATION PAR GAZEIFICATION .................................................... 45
2.3 TRANSFORMATION PAR METHANISATION ................................................... 45
2.4 PRODUCTION DES BIOCARBURANTS ........................................................ 45
3. DIVERSITE DES OPPORTUNITES ................................................................ 46
4. CENTRALES ELECTRIQUES A COMBUSTION BIOMASSE SOLIDE............... 46
5. AVANTAGES ET INCONVENIENTS ............................................................... 47

ENERGIE GEOTHERMIQUE ........................................................................ 48


1. INTRODUCTION........................................................................................... 48
2. ORIGINE DE LA GÉOTHERMIE .................................................................... 48
3. LE GRADIENT GÉOTHERMIQUE .................................................................. 48
4. LE FLUX GEOTHERMIQUE .......................................................................... 48
5. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA GÉOTHERMIE ............................. 48
6. LA GEOTHERMIE MOYENNE ET HAUTE ENERGIE ...................................... 49
7. AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS ............................................................... 50

LA PILE A COMBUSTIBLE .......................................................................... 51


1. PRESENTATION GENERALE ........................................................................ 51
2. DIFFERENTS TYPES ET FONCTIONNEMENT TECHNIQUE ......................... 52
2.1 PILE A COMBUSTIBLE A MEMBRANE D'ECHANGE DE PROTONS ................... 52
2.2 PILE A COMBUSTIBLE ALCALINE ............................................................... 53
3. AVANTAGES ET INCONVENIENTS ............................................................... 55

PRODUCTION DE L’ENERGIE ELECTRIQUE EN ALGERIE .................... 56


1. INTRODUCTION .......................................................................................... 56
2. HISTORIQUE DE LA SOCIETE DE PRODUCTION D’ELECTRICITE « SPE » .... 56
3. LA PRODUCTION D’ELECTRICITE EN ALGERIE........................................... 57
4. PRINCIPAUX PRODUCTEURS D’ELECTRICITE EN ALGERIE ...................... 58
5. CAPACITE DE PRODUCTION ET POTENTIALITES EN ENERGIE ELECTRIQUE ....... 58
5.1 CENTRALES DE PRODUCTION NATIONALE SPE ........................................... 58
5.2 PLAN DE DEVELOPPEMENT DU PARC DE PRODUCTION SPE ........................ 60
5.3 CAPACITES DES ENERGIES RENOUVELABLES .......................................... 61
5.4 PLAN DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES .................... 62

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ......................................................... 63

Dr. TEBANI Hocine


Production de l’énergie électrique

GENERALITES SUR L’ENERGIE

1. DEFINITION
L'énergie est définie en physique comme la capacité d'un système à produire
un travail, entraînant un mouvement ou produisant par exemple de la lumière, de
la chaleur ou de l’électricité. L’énergie ne disparaît jamais ; elle se transforme d’une
forme en une ou plusieurs autres. Elle s’exprime en joules ou en kilowattheure
(kWh).
2. LES SOURCES D’ENERGIE
On désigne par énergies primaires les formes d’énergie telles quelles sont
captées dans la nature.

Les principales ressources énergétiques sont résumées dans le tableau


suivant :

Sources d’énergie Avantages Inconvénients


Fossiles : − Production de CO 2 R R

− Faciles à exploiter − Epuisable


- Pétrole
- Gaz
- charbon
− Moins cher aujourd’hui. − Epuisable
Nucléaire − Déchet radioactifs
− Moins de CO 2 R R
− Risque d’accident
nucléaire.
Renouvelables: − Ne peuvent être
− Inépuisables à notre implantée de partout.
- Eau échelle. − Coût plus élevé.
-Soleil (thermique et − Faible puissance.
photovoltaïque) − Peu ou non polluantes − Fabrication recyclage
- Vent des cellules photovoltaïque
- biomasse (bois, plantes...)
- Géothermie
3. CHAINE ENERGETIQUE
Une quantité d’énergie qui passe du stade d’énergie primaire à celui d’énergie
utile suit une série de processus de transformations bien définies et de transports.
Cette série de processus constitue une chaîne énergétique.

4. LES FORMES D’ENERGIE


On peut distinguer diverses formes d’énergie qui, peuvent se transformer
l’une en l’autre; « formes d’énergie libre (manifeste)» et « formes d’énergie stockée
(potentielle) ».
4.1 ENERGIES LIBRES

Sont celles sous lesquelles apparaît l’énergie lorsqu’elle est utilisée. Si nous
nous référons à notre expérience quotidienne, nous pouvons distinguer quatre
formes d’énergie libre (directement perceptible).

Dr. TEBANI Hocine Page 1


Production de l’énergie électrique

 Le rayonnement, visible (lumière) ou invisible (ondes de radio, rayons X, etc.). Il


s’agit, fondamentalement du déplacement dans l’espace de particules, le plus
souvent des photons se propageant à la vitesse de la lumière (environ 300 000
km/s)
 La chaleur: un apport de chaleur conduit à une augmentation de température
(par exemple, un radiateur) et inversement (réfrigérateur).
 L’énergie cinétique, associée au mouvement.
 L’électricité. Pour des raisons pratiques, cette forme a vu un développement
industriel considérable. Ce n’est pas, à proprement parler, une énergie « visible »
mais comme on sait qu’il s’agit du déplacement d’un « courant électrique » (en
fait des électrons) dans des conducteurs, on peut qualifier de « libre » cette forme
d’énergie.
Il existe des appareillages plus ou moins courants permettant de transformer
l’une en l’autre ces quatre formes d’énergie libre.
4.2 ENERGIES STOCKEES

S’il paraît difficile de stocker l’énergie sous forme de rayonnement ou de


courant électrique (sauf peut-être dans un circuit supraconducteur), il est
envisageable, en revanche, de stocker l’énergie sous forme de :
 chaleur : l’énergie géothermique, constituée de la chaleur emmagasinée au sein
de la Terre dégagée par la radioactivité naturelle.
 Cinétique : le vent, dont l’éolienne capte l’énergie cinétique
Par exemple, pour réduire votre facture d’électricité, vous pouvez utiliser de
l’électricité pendant la nuit, lorsque les kilowattheures sont moins chers, pour
chauffer des briques et accumuler ainsi de la chaleur, puis récupérer cette chaleur
pendant la journée pour votre chauffage domestique.
En ce qui concerne l’énergie cinétique, le volant d’inertie d’un moteur
représente un exemple de stockage d’énergie sous cette forme (en fournissant de
l’énergie pendant les temps morts de la combustion, ce volant permet de pallier les
à-coups).
C’est cependant sous forme d’énergie potentielle qu’il est, en général, plus
intéressant de stocker l’énergie. Le principe général est semblable à celui de
l’exemple pris ci-dessus, celui de l’élastique de la fronde : on accumule de l’énergie
potentielle en faisant travailler une force « à l’envers » c’est-à-dire dans le sens
inverse de celui dans lequel elle s’exerce ; en laissant, ensuite, travailler cette force
dans son sens, l’énergie potentielle emmagasinée sera libérée.
 L’énergie gravitationnelle (la force de la pesanteur) peut trouver davantage
d’applications industrielles. Limitons-nous à deux exemples :
− L’horloge à poids, à qui l’on fournit de l’énergie en remontant le poids et qui
l’utilise ensuite au fil des jours pour vaincre les frottements des mécanismes;
− Le barrage hydroélectrique, dont le lac constitue une réserve disponible pour
compléter, si nécessaire, d’autres sources de production d’électricité.

Dr. TEBANI Hocine Page 2


Production de l’énergie électrique

 L’énergie chimique utilise les forces, de nature électromagnétique, reliant les


atomes au sein des molécules : en réarrangeant les atomes pour former de
nouvelles molécules à partir des molécules initiales, on fait travailler, dans un
sens ou dans l’autre, les forces de liaison entre les atomes, et on libère ou on
stocke de l’énergie. Exples: les stocks naturels que sont les réserves de charbon,
pétrole et gaz qui se sont constitués à partir du rayonnement solaire; et, parmi
les applications industrielles: l’essence utilisée par une voiture, la pile électrique
ou la batterie, etc.
 L’énergie nucléaire utilise les forces agissant entre les nucléons (protons et
neutrons) des noyaux atomiques. Là aussi, en réarrangeant différemment ces
nucléons, on peut espérer faire travailler ces forces, changer ainsi l’énergie
interne et stocker ou libérer de l’énergie. En pratique, seule une libération
d’énergie nucléaire est réalisable industriellement, soit en cassant de gros
noyaux (fission), soit en assemblant de petits noyaux (fusion). Dans les deux
cas, l’énergie libérée est obtenue sous forme de chaleur. Seule l’énergie de
fission a aujourd’hui une application industrielle; la matière à la base de cette
source d’énergie est l’uranium (le thorium pourrait aussi être utilisé). L’énergie
de fusion pourrait s’avérer prometteuse à long terme si les difficultés techniques
de sa mise en œuvre sont surmontées; les matières à la base de cette source
sont le deutérium (l’isotope rare de l’hydrogène) et le lithium.
5. TRANSFORMATIONS DE L’ENERGIE
5.1. TRANSFORMATIONS DES FORMES D’ENERGIE LIBRE

Comme nous l’avons vu, les quatre formes d’énergie libre sont l’énergie
rayonnante, l’énergie thermique (ou chaleur), l’énergie mécanique (ou
cinétique) et l’énergie électrique. Cela fait douze transformations susceptibles
d’être réalisées : toutes sauf deux ont des applications dans la vie courante ou
dans l’industrie.

Figure 1: Les principales transformations des formes d’énergie libre

 Transformation de l’énergie rayonnante en énergie thermique : elle est réalisée,


par exemple, par les capteurs de rayonnement solaire fournissant l’eau
sanitaire pour une habitation ou pour échauffer un fluide en vue d’une
production d’électricité.
 Transformation de l’énergie rayonnante en énergie mécanique: cette
transformation est à l’origine de la poussée de radiation qui fait que la queue des
Dr. TEBANI Hocine Page 3
Production de l’énergie électrique

comètes est toujours à l’opposé du Soleil. La force de cette poussée est faible et
elle n’a pas trouvé d’application industrielle (peut-être sera-t-elle un jour
utilisée en astronautique).
 Transformation de l’énergie rayonnante en énergie électrique: cela est réalisé
dans les convertisseurs photovoltaïques, par exemple les panneaux solaires
d’un satellite artificiel ou à usage domestique.
 Transformation de l’énergie thermique en énergie rayonnante: c’est
l’incandescence, c’est-à-dire l’émission spontanée de rayonnement par les corps
à une température non nulle et cela d’autant plus que la température est élevée
; exemple: le rayonnement du Soleil, dont la surface est à environ 6 000 ºC.
 Transformation de l’énergie thermique en énergie mécanique: c’est que ce
réalisent la machine à vapeur et, plus généralement, les turbines et moteurs
thermiques, tels ceux des voitures automobiles.
 Transformation de l’énergie thermique en énergie électrique: cette conversion
directe est réalisée dans les convertisseurs thermoélectriques (par exemple, les
thermocouples utilisés pour des mesures de température) et thermoïoniques.
(Industriellement, on passe plus souvent par l’intermédiaire de l’énergie
mécanique, par exemple dans les centrales électriques classiques ou
nucléaires).
 Transformation de l’énergie mécanique en énergie rayonnante : elle est
observée dans le bremsstrahlung (rayonnement de freinage ou rayonnement
synchrotron) utilisé dans des accélérateurs de particules pour créer un
rayonnement intense de photons, tel Soleil à Saint-Aubin (Essonne) ; mais cette
transformation n’a pas d’autre application industrielle.
 Transformation de l’énergie mécanique en énergie thermique: cette
transformation est inévitable dans des frottements et des chocs ; elle est, par
exemple, observée dans les freins qui chauffent.
 Transformation de l’énergie mécanique en énergie électrique : ce sont les
générateurs électriques (dynamos, alternateurs) qui réalisent cette
transformation.
 Transformation de l’énergie électrique en énergie rayonnante : cela se produit
dans les décharges (étincelles, éclairs) et l’électroluminescence (par exemple, les
tubes à néon) ; on remarquera que dans les lampes les plus usuelles (à
incandescence), il y a un passage intermédiaire par la chaleur.
 Transformation de l’énergie électrique en énergie thermique : c’est «l’effet Joule
», c’est-à-dire le dégagement de chaleur dans tout conducteur parcouru par un
courant électrique; cet effet correspond souvent à une perte, mais il peut aussi
être recherché (radiateur électrique).
 Transformation de l’énergie électrique en énergie mécanique : c’est ce que
réalisent les moteurs électriques ; citons aussi la piézo-électricité qui est
l’apparition de charges électriques à la surface de certains cristaux mis sous
contrainte et, inversement, leur déformation sous l’action d’un champ
électrique: ce dernier effet est utilisé dans les montres à quartz.

Dr. TEBANI Hocine Page 4


Production de l’énergie électrique

On remarquera que les transformations de l’électricité en d’autres formes


d’énergie libre sont aisées : c’est, avec la facilité du transport par câbles, la raison
de l’utilisation intensive de cette forme d’énergie dans les sociétés industrielles.
5.2. LIBERATION DE L’ENERGIE STOCKEE
 L’énergie gravitationnelle est celle emmagasinée par une masse placée à une
certaine hauteur dans un champ de pesanteur (gravitation); le plus souvent, il
s’agit d’eau, soit retenue par un barrage en altitude, soit prélevée sur le courant
d’une rivière: c’est l’énergie hydraulique. Cette énergie se transforme
spontanément en énergie mécanique dès qu’on laisse descendre cette masse;
avec une turbine hydraulique, on récupère cette énergie mécanique pour la
convertir en électricité.
 L’énergie chimique (celle qui est emmagasinée au sein des molécules de la
matière sous forme de liaisons chimiques) peut être libérée sous toutes les
formes d’énergie libre :
− Transformation en rayonnement: c’est la chimiluminescence, c’est-à-dire
une émission de lumière;
− Transformation en chaleur : c’est la combustion et la fermentation
(combustion lente par les organismes vivants);
− Transformation en énergie mécanique : l’explosion ;
− Transformation en électricité: piles et accumulateurs électriques (ces
derniers pouvant être rechargés, ce qui est la transformation inverse
d’énergie électrique en énergie chimique) ; piles à combustible.
 L’énergie nucléaire (celle qui est emmagasinée au sein des noyaux des atomes
sous forme de liaisons nucléaires entres les nucléons) ne peut être libérée, en
l’état actuel des techniques, que sous forme de chaleur.
5.3. STOCKAGE DE L’ENERGIE

Il n’est pas possible de transformer directement une forme d’énergie stockée


en une autre: il faut forcément passer par une forme d’énergie libre intermédiaire.
Les passages d’une forme d’énergie stockée vers une forme d’énergie libre ont été
décrits au paragraphe précédent ; nous considérons ici les transformations
inverses d’une forme d’énergie libre vers une forme d’énergie stockée.
 Une pompe permet de hisser une certaine masse de fluide à une hauteur
supérieure: elle transforme de l’énergie mécanique en énergie
gravitationnelle.
 Il est possible de stocker trois des quatre formes d’énergie libre en énergie
chimique:
− Le rayonnement grâce à la photochimie, notamment la photosynthèse dans
laquelle la chlorophylle des plantes capte l’énergie du rayonnement solaire ;
− La chaleur grâce à la thermolyse (synthèse chimique prélevant de la chaleur
dans les réactifs) ;
− L’électricité grâce à l’électrolyse, par exemple lors de la recharge d’une
batterie d’accumulateurs.
 En revanche, nous ne savons pas, aujourd’hui, stocker de l’énergie sous forme
d’énergie nucléaire.
Dr. TEBANI Hocine Page 5
Production de l’énergie électrique

HISTORIQUE DE LA PRODUCTION D’ELECTRICITE

1. L’ENERGIE AU FIL DES TEMPS

L’évolution de nos sociétés humaines est très étroitement liée à la découverte


d’énergie. En apprenant à maitriser le feu, la force du vent et de l’eau, à utiliser le
bois, le charbon, le pétrole... les hommes ont sans cesse cherché à améliorer leur
bien- être. Mais, selon la façon dont l’énergie est produite, partagée ou utilisée, elle
peut aussi être un facteur de régression.

Les premiers hommes ne pouvaient compter que sur leur force musculaire
pour se déplacer, chasser, façonner des objets et les transporter, construire leurs
abris.

2. DE LA DECOUVERTE DU FEU À EOLE : LES PREMIERES SOURCES


D’ENERGIE

Vers 400 000 avant notre ère, les hommes préhistoriques apprennent à
utiliser du bois pour faire du feu : ils peuvent désormais se chauffer, s’éclairer,
faire cuire leur nourriture et éloigner d’eux les bêtes sauvages ! Ce fut un progrès
fondamental pour l’évolution de l’humanité́.

Au Néolithique, entre 9000 et 3300 ans avant notre ère, les hommes
commencent à cultiver la terre et domestiquent des animaux qui, pour certains,
deviennent alors une source d’énergie pour tracter les charrues, transporter les
ressources... en facilitant ainsi le travail de tous les jours.

À la fin de cette période (3000 ans avant notre ère), une autre source
d’énergie, la force du vent, devient l’alliée des hommes : ils construisent les
premiers bateaux à voile, permettant des échanges fluviaux et maritimes de plus
en plus lointains et la découverte de nouveaux horizons.

C’est 200 ans avant notre ère que les premiers moulins à vent apparaissent
en Perse.

Durant toute l’Antiquité́, le Moyen-Age et jusqu’au XIX e siècle, si on fait


P P

abstraction de la force humaine, notamment à̀ travers l’esclavage, l’énergie


mondiale consommée par l’humanité́ provient a plus de 95% du bois. Elle est
utilisée pour se chauffer, cuisiner, s’éclairer, cuire les poteries et forger les métaux.
Mais avec l’utilisation massive du charbon de bois pour la métallurgie, la ressource
à commencer à s’épuiser dans certaines régions. Les hommes se sont alors tournés
vers une nouvelle source d’énergie : le charbon (bois fossilisé).

3. LA REVOLUTION INDUSTRIELLE GRACE A L’ENERGIE


A la fin du XVIII e siècle, le couple charbon- vapeur donne le coup d’envoi a la
P P

Révolution industrielle. L’énergie devient ainsi disponible en plus grande quantité́


sur un même lieu. Il est alors possible de faire fonctionner de nombreuses
machines-outils, de faire avancer une locomotive, des bateaux à vapeur...

Dr. TEBANI Hocine Page 6


Production de l’énergie électrique

Dès le début du XX e siècle, l’utilisation du gaz, du pétrole et de l’électricité́


P P

change radicalement le mode de vie des pays riches. Cela modifie également la vie
de nombreux hommes dans les pays qui possèdent des mines ou des gisements
dans leurs sous-sols. L’innovation et la recherche se poursuivent. En 1896, la
radioactivité́ naturelle est découverte sur des sels d’uranium par le physicien Henri
Becquerel. Les premières centrales nucléaires ouvrent dans les années 1950.

A la même période, plusieurs pays décident de construire de grands barrages


hydroélectriques et de trouver des solutions pour utiliser la chaleur des eaux en
sous-sol pour le chauffage et la production d’électricité́ (géothermie). Dans les pays
du Nord et dans les pays à forte croissance industrielle, la consommation d’énergie
ne cesse de croitre, les besoins sont en constante augmentation, on cherche à
exploiter toutes les énergies disponibles, parfois au mépris de l’environnement.

4. LA NECESSITE D’UNE NOUVELLE POLITIQUE ENERGETIQUE


En effet, le défi est de taille : répondre aux besoins énergétiques croissants,
voire exponentiels dans certaines zones du monde, alors que les énergies fossiles
se raréfient et que la sonnette d’alarme en matière environnementale est tirée
depuis plusieurs décennies. Nous savons que nous devrons compter à l’avenir sur
un bouquet énergétique regroupant plusieurs sources d’énergies : fossiles,
nucléaire, solaire, éolien, géothermie, hydraulique, biomasse, énergies marines...

 Les énergies fossiles

Les énergies fossiles sont produites à partir de la transformation de


matières organiques fossilisées : pétrole, gaz, charbon. Ces matières mettent
des millions d’années à se constituer et sont présentes en quantités limitées sur
Terre. On parle aussi d’hydrocarbures. Leur combustion dégage du dioxyde de
carbone (CO 2 ) qui est le principal gaz à effet de serre, responsable du
R R

changement climatique.

 Les énergies renouvelables

Ce sont des sources d’énergie inépuisables. La première d’entre elles est le


rayonnement solaire et les autres en découlent plus ou moins directement
(vents, cycle de l’eau et courants marins, fabrication de biomasse, etc.).

5. BREF HISTORIQUE SUR LA PRODUCTION DE L’ELECTRICITE :

La mise au point de la machine à vapeur (début de l’ère industrielle) leur a


permis de disposer de quantités d’énergie beaucoup plus grandes, avec les
conséquences (positives et négatives) que l’on connaît. Puis, après l’invention de
la pile électrique par Alessandro VOLTA, de la dynamo par GRAMME, de la lampe
à incandescence par Thomas EDISON, vint l’ère de l’électricité.

Aujourd’hui, cette forme d’énergie est omniprésente dans notre vie


quotidienne.

Dr. TEBANI Hocine Page 7


Production de l’énergie électrique

 1800 : Volta (Italien), invente la pile. Mais elle ne peut pas stocker de grosses
quantités d’électricité. La pile de Volta suscite un énorme intérêt dans le monde
scientifique car le courant électrique est alors un phénomène nouveau et
inattendu. Grâce à elle, les physiciens de l’époque peuvent entreprendre de
nombreuses recherches sur les propriétés du courant électrique et sur la
résistance électrique. Ces travaux sont à l’origine du transport d’électricité par
câbles.
 1820 : Oersted (Danois), remarque qu’une aiguille aimantée placée à côté d’un fil
conducteur traversé par le courant est déviée.

D’une importance capitale, l’expérience d’Oersted établit pour la première fois


un lien entre électricité et magnétisme. Elle ouvre la voie à de nombreuses
inventions comme celle du télégraphe, qui révolutionnera un peu plus tard les
moyens de communication.

 1830 : Michael Faraday (Anglais), montre qu’un courant passe dans une bobine
lorsqu’on y introduit un aimant.

L’histoire du début des applications de l’électricité est dominée par les


découvertes du physicien anglais, Michael Faraday en 1830. En reliant les bornes
d’une bobine à un galvanomètre (sorte d’ampèremètre), il observe le passage d’un
courant dans la bobine, lorsqu’il introduit ou retire un aimant de cette bobine.

L’importance de cette découverte est extrême car elle rend possible la


production de courant électrique sans avoir à utiliser de pile. L’énergie mécanique
peut, dès lors, être directement convertie en énergie électrique. C’est ce que font,
depuis, tous les alternateurs.

Dr. TEBANI Hocine Page 8


Production de l’énergie électrique

PRODUCTION DE L’ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

1. INTRODUCTION
L’énergie électrique est un facteur essentiel de développement économique,
dans tous les pays du monde. Son importance relative s’accroit avec les progrès
techniques, l’industrialisation et le besoin de confort moderne. L’augmentation de
sa production est synonyme d’amélioration de la qualité de vie et de création de
richesse. La production d’électricité, ramenée au nombre d’habitants, est donc un
bon indicateur permettant de mesurer les écarts de développement entre les
différentes régions de monde.
2. DEFINITIONS
 La production de l’énergie électrique consiste en la transformation de
l’ensemble des énergies primaires en énergie électrique.
 Une centrale électrique est un site industriel destiné à la production
d'électricité. Elle transforme diverses sources d'énergie primaire en énergie
électrique en établissant des chaînes énergétiques.
 Tranche de production Elle correspond à l’unité de production standard d’une
centrale électrique. On parle généralement de tranche pour qualifier les unités
de production des centrales nucléaires ou des centrales thermiques, qui
peuvent contenir plusieurs tranches sur un même site.
 Moyen de production « dispatchable » Ce terme désigne un moyen de
production d’énergie considéré comme flexible vis-à-vis du gestionnaire de
réseau. Les moyens de production « dispatchables » peuvent notamment réagir
de manière commandée à une sollicitation du gestionnaire de réseau en
injectant à la hausse ou à la baisse, ceci dans un temps imparti.
 Moyens de production centralisé et décentralisé Les termes centralisé et
décentralisé rendent compte du niveau de dissémination d’un parc de
production d’énergie. Sans qu’il y ait de distinction univoque entre les deux
catégories, on parlera de moyens centralisés lorsque la production énergétique
est concentrée en quelques points du réseau (centrales nucléaires, centrale
thermique à flamme, etc.) et de moyens décentralisés lorsqu’il existe une
multitude de points d’injection avec des systèmes de tailles unitaires réduites
(éolienne, panneau solaire, etc.).
 Pointe électrique Elle correspond à un maximum de puissance électrique sur
le réseau, et donc à un pic de consommation d’électricité. Les profils de
consommation d’électricité suivent une trame globalement périodique avec un
pas journalier, hebdomadaire ou saisonnier. Ainsi, on parlera de pointe
journalière pour désigner le maximum de puissance appelée sur une journée. Le
niveau de la pointe saisonnière, désignant le maximum de puissance appelée
sur une année, permet quant à lui de dimensionner en puissance le parc de
production d’électricité.
 Réactivité La réactivité d’un moyen de production d’énergie qualifie sa
capacité à répondre plus ou moins vite à une consigne de fonctionnement. La
définition précise d’un indicateur de réactivité dépend du type de consigne
Dr. TEBANI Hocine Page 9
Production de l’énergie électrique

considéré (réactivité au démarrage ou en fonctionnement, temps de montée en


charge partielle ou totale, vitesse de montée en charge, etc.).
3. APPEL DE PUISSANCE D'UN RESEAU
La puissance demandée par l'ensemble des clients d'un réseau subit de
grandes fluctuations selon l'heure de la journée et selon les saisons.
Ces fluctuations de l'appel de puissance obligent les compagnies d'électricité
à prévoir trois classes de centrales de génération :
 Les centrales de base de grande puissance qui débitent leur pleine capacité en
tout temps. Les centrales nucléaires et les centrales thermiques sont
particulièrement aptes à remplir ce rôle.
 Les centrales intermédiaires de puissance moyenne qui peuvent réagir
rapidement aux fluctuations de la demande. C'est le cas des centrales
hydrauliques dont le débit est facilement contrôlable.
 Les centrales de pointe de puissance moyenne qui ne débitent leur pleine
capacité que pendant de courtes périodes. C’est pourquoi les compagnies
d'électricité encouragent les usagers à limiter leur charge de pointe.
4. MODES DE PRODUCTION DE L’ENERGIE ELECTRIQUE
Une des souplesses signalées du système électrique est de pouvoir disposer
de moyens de production alimentes par les sources d’énergie les plus diverses,
dont les caractéristiques techniques et économiques sont suffisamment variées
pour satisfaire à tous les aspects de la demande, et dont les localisations
géographiques peuvent être très différentes, imposées soit par la source d’énergie,
soit pour le bon équilibre dynamique du réseau.
Un groupe de production se caractérise par de nombreux paramètres
techniques dont on ne cite ici que les principaux :
 sa puissance unitaire nominale ;
 son domaine de fonctionnement en tension et en fréquence ;
 son minimum technique (sa puissance minimale en fonctionnement continu) ;
 son temps de démarrage, son aptitude à participer au réglage de la fréquence ;
 sa capacité de suivi de charge.
Les modes de production se classent en grandes catégories selon le principe
de la transformation en électricité de l’énergie primaire utilisée. Les plus courantes
sont brièvement décrites dans le schéma ci-dessous.

Dr. TEBANI Hocine Page 10


Production de l’énergie électrique

Figure 1: Voies de production de l’énergie électrique

Le choix d'un système de production d'électricité dépend principalement de la


disponibilité des ressources énergétiques. Par exemple, la majorité des centrales de
production d’énergie électrique en Algérie utilise le gaz naturel comme énergie
primaire. Le choix du système peut aussi dépendre de l'impact environnemental
des différentes ressources énergétiques.

Dr. TEBANI Hocine Page 11


Production de l’énergie électrique

CENTRALE THERMIQUE A VAPEUR

1. INTRODUCTION
Dans une centrale thermique, une chaudière chauffe de l'eau et la transforme
en vapeur. L'énergie calorifique est obtenue en brûlant le plus souvent du charbon,
du pétrole ou du gaz.
La chaleur dégagée par la combustion vaporise l'eau qui atteint alors une très
haute température.
Cette vapeur se détend progressivement dans les corps haute, moyenne et
basse pression de la turbine avant de se liquéfier dans le condenseur et d'être
renvoyée dans le générateur de vapeur.
L'énergie mécanique engendrée par la vapeur circulant dans la turbine,
entraîne l'alternateur qui la transforme en énergie électrique.
Les centrales thermiques produisent l’électricité à partir de la chaleur qui se
dégage de la combustion du charbon, du mazout ou du gaz naturel. La plupart ont
une capacité comprise entre 200 MW et 2000 MW afin de réaliser les économies
d’une grosse installation. On la trouve souvent près d’une rivière ou d’un lac, car
d’énormes quantités d’eau sont requises pour refroidir et condenser la vapeur
sortant des turbines.
En fonctionnement nominal, le rendement de ces centrales se situe entre 40
et 42%. Leur minimum technique est de l’ordre de 20 %. Elles peuvent participer
au réglage primaire et secondaire de la fréquence.

Dr. TEBANI Hocine Page 12


Production de l’énergie électrique

2. ORGANISATION D’UNE CENTRALE THERMIQUE


La figure montre les parties principales d’une centrale thermique identifiées
comme suit :

Figure 1: Eléments d’une centrale thermique

1. Immense chaudière construite en hauteur dans laquelle on brûle le


combustible. La chaleur est absorbée par l’eau circulant dans une série de tubes
S 1 qui entourent les flammes. La circulation est forcée par la pompe P 1 .
R R R R

2. Réservoir, contenant de l’eau et de la vapeur à haute pression. Il constitue à la


fois le point de départ de la vapeur vers les turbines et le récepteur de l’eau
d’alimentation de retour. La vapeur se dirige vers la turbine haute pression (HP)
en passant par un surchauffeur S 2 . Ce dernier formé d’une série de tubes
R R

entourant le feu, provoque une forte augmentation de la température de la


vapeur (200 °C environ). Cela assure une vapeur qui est absolument sèche et
donne un meilleur rendement thermique.
3. Turbine haute pression (HP) qui permet une première expansion de la vapeur
durant laquelle une partie de l’énergie mécanique. La pression et la température
à la sortie de la turbine HP sont donc plus basses qu’à l’entrée. Afin d’augmenter
le rendement thermique et pour éviter une condensation prématurée de la
vapeur, on la fait passer par un réchauffeur S 3 composé d’une troisième série de
R R

tubes.
4. Turbine moyenne pression (MP) semblable à la turbine HP sauf qu’elle est plus
grosse pour permettre à la vapeur de ce détendre davantage.

Dr. TEBANI Hocine Page 13


Production de l’énergie électrique

5. Turbine basse pression (BP) à double carter qui enlève le reste de l’énergie
thermique disponible dans la vapeur, permettant à cette dernière de se détendre
dans un vide presque complet à l’intérieur du condensateur.
6. Condensateur qui provoque la condensation de la vapeur, grâce à la circulation
d’eau froide venant de l’extérieur et circulant dans des tubes S 4 . Une pompe
R R

d’extraction P 2 enlève l’eau tiède condensée et la pousse à travers le réchauffeur


R R

(7) vers la pompe P 3 alimentant la chaudière.


R R

7. Réchauffeur. Dans cet échangeur de chaleur, une partie de la vapeur qui est
passée par la turbine HP réchauffe l’eau d’alimentation, après quoi, la vapeur se
condense aussi dans le condensateur. Les analyses thermodynamiques
prouvent que le rendement ainsi obtenu est meilleur que si la vapeur dérivée
dans le réchauffeur allait aux turbines MP et BP en passant par le réchauffeur
S3.
R R

8. Pompe d’alimentation P 3 qui refoule l’eau d’alimentation contre la forte


R R

pression régnant à l’intérieur du ballon (2) et complète ainsi le cycle thermique


9. Brûleurs provoquant la combustion du gaz, du mazout ou du charbon pulvérisé
projeté à l’intérieur de la chaudière.
Avant d’être projeté dans la chaudière, le charbon est réduit en poudre. De
la même façon, l’huile lourde est préchauffée et soufflée en jet vaporisé afin
d’augmenter sa surface de contact avec l’air environnant.
10. Ventilateur soufflant l’air requis pour la combustion
11. Ventilateur aspirant les gaz brûlés qui s’échappent par la cheminée.
En pratique, une centrale contient bien d’autres appareils et accessoires
essentiels pour assurer un bon rendement et des conditions sécuritaires. Ainsi,
des vannes de réglage permettent de contrôler l’admission de la vapeur dans les
turbines, un système d’épuration maintient la propreté de l’eau d’alimentation, des
pompes gardent les paliers en bon état de lubrification, etc. Cependant, les
composants que nous venons de décrire suffisent à expliquer le fonctionnement et
les problèmes de base d’une centrale thermique.
3. DIAGRAMME ENERGETIQUE D’UNE CENTRALE THERMIQUE
Les centrales thermiques modernes se ressemblent beaucoup et la plupart
fonctionnent à une température de 550 °C et une pression de 16.5 MPa; elles
donnent un rendement global de l’ordre de 40 %. Les quantités d’énergie, les débits
de vapeur, etc., ne changent pas beaucoup, même pour des températures et des
pressions différentes. Cela nous a permis de tracer le schéma de répartition de
l’énergie pour un modèle réduit ayant un puissance calorifique de 30 MW et un
débit électrique de 12 MW, soit un rendement global de 40 %.

Dr. TEBANI Hocine Page 14


Production de l’énergie électrique

Par exemple une centrale de 480 MW aurait les caractéristiques


approximatives suivantes :
Puissance électrique 480 MW
Consommation de charbon 40 Kg/s
Consommation d’air 400 Kg/s
Puissance de la chaudière 1200 MW
Débit de vapeur 320 Kg/s
Eau de refroidissement 14 400 Kg/s
(Avec Δt =10 °C) ou 14.4 m 3 /sP P

Si l’on doit installer une tour de refroidissement, elle doit évaporer une
quantité d’eau égale à : 2 % × 14.4 = 0.288 m3/s

Figure 2: Modèle réduit d’une centrale thermique de 12 MW

4. SELECTION DU SITE POUR LA CENTRALE THERMIQUE


4.1 APPROVISIONNEMENT EN CARBURANT

La centrale électrique à vapeur devrait être située près de la mine de charbon


de sorte que le coût de transport du carburant soit minimum. Si le terrain n'est pas
disponible à proximité des mines de charbon, prévoir des installations adéquates
pour le transport du carburant.
4.2 DISPONIBILITE DE L'EAU

Une énorme quantité d'eau est nécessaire pour alimenter la chaudière et le


condenseur, pour cela la station devrait être située près de la mer, rivière, du lac,
etc.
4.3 FACILITE DE TRANSPORT

Pour la centrale à vapeur offrir un meilleur service de transport pour le


transport de l'homme, de la machinerie, etc.,

Dr. TEBANI Hocine Page 15


Production de l’énergie électrique

4.4 TYPE DE TERRAIN:

La centrale électrique à vapeur devrait être installée dans un terrain ou


l'extension future est possible et zone non sismique.
4.5 PRES DU POSTE ELECTRIQUE:

Afin de réduire les pertes de transmission et de distribution, la centrale


devrait être située près du poste Interconnexion.
4.6 DISTANCE DE LA ZONE D’HABITATION:

Comme la centrale thermique produit des gaz de combustion, ces gaz


affecteront l'être humain vivant, donc la centrale devrait être située loin de la zone
densément peuplée.
5. AVANTAGES ET INCONVENIENTS
5.1 AVANTAGES

 Centrales d’appoint qui peuvent être facilement mise en fonctionnement ou


arrêtées
 Moyen de production d'électricité « dispatchable » pour répondre aux variations
de la demande
 Autonomie (dépendant de l'approvisionnement et du stock de combustible)
 Flexibilité dans le choix du combustible (pour certaines technologies)
 Longue durée de vie (30 à 40 ans)
5.2 INCONVENIENTS

 Réactivité faible au démarrage (plus d’1h pour atteindre la puissance max)


 Usage de combustibles fossiles (raréfaction et coût de la ressource, dépendance
énergétique)
 Emissions de gaz à effet de serre et d'éléments polluants, en particulier sur
charbon et fioul (SOx, NOx, poussières)
 Coût et usure liés aux arrêts / démarrages
 Besoin d’un débouché (ouverture) chaleur pour la cogénération

Dr. TEBANI Hocine Page 16


Production de l’énergie électrique

CENTRALE THERMIQUE A GAZ

1. INTRODUCTION
Les centrales à gaz sont basées sur la combustion du gaz naturel ou fioul
dans de l’air sous pression et sur la détente des gaz chauds brules dans une
turbine couplée à un alternateur.
La turbine est l’élément de base d’une centrale électrique. C’est un moteur
rotatif qui convertit l’énergie de vapeur ou de gaz en énergie mécanique. Plus
généralement, c’est un organe permettant la détente d’un fluide en recueillant son
énergie sous formes mécanique. On distingue les turbines hydrauliques, les
turbines à vapeur et les turbines à gaz.
2. TURBINES À COMBUSTION (TAC)
Les turbines à gaz (turbines à combustion) sont plus généralement connues
pour leur application dans le domaine de l’aéronautique, mais elles ont également
utilisées pour la propulsion ferroviaire et marine. Aujourd’hui, les générateurs à
turbine à gaz produisent la plus grande partie de l’énergie électrique dans le
monde.
Le système d’une turbine à gaz est composé principalement d’un
compresseur (généralement à plusieurs étages), d’un système de combustion
(plusieurs chambres de combustion), d’une turbine à plusieurs étages, un
dispositif de démarrage et quelques auxiliaires.
Dans sa forme la plus simple et la plus répandue, une turbine à combustion
est composée de trois éléments :
 Un compresseur, centrifuge ou plus généralement axial, qui a pour rôle de
comprimer de l'air ambiant à une pression comprise aujourd'hui entre 10 et 30
bars environ ;

Dr. TEBANI Hocine Page 17


Production de l’énergie électrique

Figure : Turbine à gaz simple


 Une chambre de combustion, dans laquelle un combustible gazeux ou liquide
est injecté sous pression, puis brûlé avec l'air comprimé, avec un fort excès d'air
afin de limiter la température des gaz d'échappement ;
 Une turbine, généralement axiale, dans laquelle sont détendus les gaz qui
sortent de la chambre de combustion.
Dans une turbine à combustion (TAC), l'électricité est générée grâce à la
circulation de gaz d'échappement issus d'une chambre de combustion et
traversant directement la turbine. La chambre de combustion est le plus souvent
interne à la turbine, elle génère de la chaleur à partir d'un combustible (gaz ou
fioul) et d'air initialement comprimé.
Sous cette forme, la turbine à gaz constitue un moteur à combustion interne
à flux continu.
On notera que le terme de turbine à gaz provient de l'état du fluide de travail,
qui reste toujours gazeux, et non du combustible utilisé, qui peut être aussi bien
gazeux que liquide.
Sur le réseau électrique, la forte réactivité des TAC (moins de 30 min pour
atteindre la puissance max) est souvent mise à profit pour fournir la pointe
électrique.
Les TAC sont également répandues pour la production décentralisée dans
l'industrie ou le tertiaire, notamment pour un fonctionnement en cogénération.
L'intérêt de la cogénération sur les TAC réside dans la haute température des
fumées de combustion, dont la chaleur peut être récupérée et valorisée sans
affecter la production électrique.
3. AVANTAGES ET INCONVENIENTS
3.1 AVANTAGES

 Moyen de production d'électricité « dispatchable » pour répondre aux variations


de la demande
 Forte réactivité (moins de 30 min pour atteindre la puissance max)
 Autonomie et sécurité de fourniture des TAC fioul, grâce au stock de
combustible sur site
 Longue durée de vie (25 à 30 ans)
Dr. TEBANI Hocine Page 18
Production de l’énergie électrique

 Qualité de la chaleur pour cogénération (haute température)


3.2 INCONVENIENTS

 Usage de combustibles fossiles (raréfaction et coût de la ressource, dépendance


énergétique)
 Emissions de gaz à effet de serre et d'éléments polluants, notamment pour le
fioul (SOx, NOx)
 Coût et usure liés aux arrêts / démarrages (croissants avec le besoin de
flexibilité sur les réseaux)
 Besoin d’un débouché chaleur pour la cogénération

Dr. TEBANI Hocine Page 19


Production de l’énergie électrique

CENTRALE THERMIQUE A CYCLE COMBINE

1. INTRODUCTION
La recherche continue pour améliorer le rendement thermique qui a donné
lieu à des modifications plutôt innovantes aux centrales électriques
conventionnelles. La modification la plus populaire implique le cycle à gaz qui
surmonte un cycle de vapeur, qui est appelé le cycle combiné gaz-vapeur, ou
simplement le cycle combiné.
2. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT
Les centrales à cycle combiné (CCC) sont de grandes centrales thermiques
utilisant le gaz naturel comme combustible pour produire de l'électricité sur deux
cycles successifs. Le premier cycle est semblable à celui d'une TAC : le gaz brûlé en
présence d'air comprimé actionne la rotation de la turbine reliée à l'alternateur.
Dans le second cycle, la chaleur récupérée en sortie de la TAC alimente un circuit
vapeur qui produit également de l'électricité avec une turbine dédiée.
 Un mélange de gaz naturel et d’air comprimé est brûlé dans une chambre à
combustion (C), à une température d’environ 1300 degrés. En augmentant de
volume, les gaz chauds issus de la combustion actionnent une turbine (T1) qui,
reliée à un alternateur (A1), permet de produire de l’électricité.
Le rendement de cette turbine à gaz simple n’est pas très élevé, entre 35 et
38%, car une grande partie de l’énergie est perdue sous forme de chaleur dans les
gaz d’échappement. La meilleure solution pour augmenter ce rendement consiste
à récupérer la chaleur des gaz d’échappement, pour le chauffage ou la production
de vapeur.
 Au sortir de la première turbine, les gaz d’échappement sont encore
suffisamment chauds pour produire de la vapeur. Dans une centrale à cycle
combiné, cette vapeur sert à actionner une deuxième turbine (T2), reliée à un
Dr. TEBANI Hocine Page 20
Production de l’énergie électrique

deuxième alternateur (A2). Le rendement global pour la production électrique


d’une centrale à cycle combiné au gaz naturel oscille actuellement entre 58 et
61%. Une partie de la chaleur des gaz d’échappement issus de la combustion du
gaz naturel peut également être utilisée pour le chauffage.

Figure 1: Principe d’une centrale à gaz à cycle combiné


La cogénération sur les cycles combinés gaz (CCG) est possible en valorisant
la chaleur résiduelle, mais elle demeure peu répandue.
3. AVANTAGES ET INCONVENIENTS
3.1 AVANTAGES

 Moyen de production d'électricité « dispatchable » pour répondre aux


variations de la demande
 Rendement élevé par rapport à un cycle simple
 Réactivité (30 min à 1h pour atteindre la puissance max)
 Impact environnemental réduit par rapport aux centrales thermiques à
flammes: émissions de gaz à effet de serre et d’éléments polluants (SOx, NOx,
etc.) moindres
 Longue durée de vie (25 à 30 ans)
3.2 INCONVENIENTS

 Usage de combustibles fossiles (raréfaction et coût de la ressource, dépendance


énergétique)
 Emissions de gaz à effet de serre
 Coût et usure liés aux arrêts / démarrages (croissants avec le besoin de
flexibilité sur les réseaux)
 Besoin d’un débouché chaleur pour la cogénération

Dr. TEBANI Hocine Page 21


Production de l’énergie électrique

CENTRALE NUCLEAIRE

1. INTRODUCTION
Les centrales nucléaires produisent l’électricité à partir de la chaleur libérée
par une réaction nucléaire. Ce phénomène est provoqué par la division du noyau
d’un atome, procédé que l’on appelle fission nucléaire.
Une centrale nucléaire est identique à une centrale thermique à vapeur, sauf
que la chaudière est remplacée par un réacteur contenant le combustible nucléaire
en fission.
Une telle centrale comprend donc une turbine à vapeur, un alternateur, un
condenseur, etc. comme dans une centrale thermique conventionnelle. Le
rendement global est semblable (entre 30 % et 40 %) et l’on doit encore prévoir un
système de refroidissement important, ce qui nécessite un emplacement près d’un
cours d’eau ou la construction d’une tour de refroidissement. A cause de ces
similitudes, nous nous limiterons à l’étude du principe de fonctionnement et des
caractéristiques du réacteur lui-même.
2. COMPOSITION DU NOYAU ATOMIQUE
Le noyau d’un atome est composé de protons et de neutrons, il existe des
éléments appelés « isotopes » contenant un ou quelques neutrons en surplus par
rapport au nombre habituel.

Éléments Symbole Protons Électrons Neutrons


Hydrogène 𝐻𝐻 1 1 0
Deutérium 2
𝐻𝐻 1 1 1
Tritium 3
𝐻𝐻 1 1 2
Eau légère 𝐻𝐻2 𝑂𝑂 10 10 8
Eau lourde 2
𝐻𝐻2 𝑂𝑂 10 10 10
Uranium 235 235 92 92 143
𝑈𝑈
Uranium 238 238 92 92 146
𝑈𝑈
Tableau 1: Composition atomique de quelques éléments

Dr. TEBANI Hocine Page 22


Production de l’énergie électrique

L’uranium 238 est très répondu tandis que l’uranium 235 est rare. En effet
les gisements naturel de l’Uranium (𝑈𝑈3 𝑂𝑂8 ) contiennent 99.3 % d’atomes 238𝑈𝑈 et
235
0.7 % de l’isotope 𝑈𝑈.

235
L’Uranium 𝑈𝑈 est l’eau lourde sont essentielles pour le fonctionnement des
réacteurs.

3. ENERGIE LIBEREE PAR LA FISSION :

Lorsque le noyau subit la fission, il se sépare en deux, une quantité d’énergie


est libérée de la diminution de la masse. Sa valeur est donnée par la relation :

𝐸𝐸 = ∆𝑚𝑚. 𝑐𝑐 2 Avec ∆𝑚𝑚 : Diminution de la masse

Une diminution de 1 Gramme donne une énergie 𝐸𝐸 = 9. 1013 joule, équivalent


à trois tonnes de charbon.
235
Lors de la fission de 𝑈𝑈, il se produit une légère diminution de la masse.
235 238
𝑈𝑈 est fissile mais 𝑈𝑈 ne l’est pas.
235
De grandes usines sont construites pour augmenter la proportion de 𝑈𝑈
dans le combustible, procédé que l’on appelle « Enrichissement ».

Figure 1: Etapes dans la fabrication du combustible nucléaire

4. REACTION EN CHAINE

La fission d’un atome d’uranium est provoquée par le bombardement de son


noyau avec des neutrons en mouvement. Le neutron est un excellent projectile car
il ne subit aucune force de répulsion à mesure qu’il s’approche du noyau.

Si l’impact est suffisamment intense, le noyau se scinde en deux et la


diminution de masse qui en résulte libère de l’énergie.

La fission d’un atome 235𝑈𝑈 dégage une énergie de 218 Mev sous forme de
chaleur. La fission s’accompagne de l’éjection de 02 ou 03 neutrons à hautes

Dr. TEBANI Hocine Page 23


Production de l’énergie électrique

vitesses qui peuvent entrer à leurs tours en collision avec d’autres atomes (Principe
de la bombe atomique).

Figure 2: Schéma simplifié de la fission nucléaire de l’uranium

Figure 3 : Partie principales d’une centrale nucléaire

5. FILIERES DE REACTEURS NUCLEAIRES

Une filière (modèle) de réacteurs nucléaires se caractérise par quatre choix


principaux sur la nature et les caractéristiques :

 Du combustible nucléaire

 Du modérateur, c’est-à-dire le matériau destiné à ralentir (modérateur de


vitesse) et thermaliser les neutrons, afin d’augmenter leurs chances de frapper
les noyaux d’uranium. S’il s’agit d’un réacteur à neutrons rapides, l’absence de
modérateur.

 Du caloporteur, c’est-à-dire le fluide circulant dans le cœur du réacteur pour


emporter la chaleur produite par les fissions vers les organes ou elle sera utilisée
et transformée.

Dr. TEBANI Hocine Page 24


Production de l’énergie électrique

 Les absorbants utilisés pour le pilotage de la réaction en chaine, les


compensations des dérives de réactivité due aux effets de température et à
l’irradiation neutronique et l’arrêt rapide en cas d’urgence (sureté).

Sur chacun de ces aspects, les matériaux envisageables sont nombreux, le


tableau suivant en cite quelques un :

Matériaux Matériaux Matériaux


Matériaux fissiles
modérateurs caloporteurs absorbants
 Uranium 235  Eau ordinaire  Eau ordinaire  Bore 10
(Naturel)
 Eau lourde  Eau lourde  Cadmium
 Béryllium  Liquide  Indium
 Uranium 233
organique
(Artificiel)  Glucine  Argent
 Sodium
 graphite  Gadolinium
 Plotonium 239  Plomb
 Erbium
(Artificiel)  Gaz carbonique
 Hélium
6. REACTION NUCLEAIRE PAR FUSION

Tout comme la fission d’un noyau lourd provoque une diminution de masse,
la fusion de deux noyaux légers pour former un seul noyau occasionne une
diminution semblable. Ainsi, une grande quantité d’énergie est libérée lorsqu’un
atome de deutérium 2 H fusionne avec un atome de tritium 3 H. Cependant, à cause
P P P P

de la forte répulsion électrique qui s’exerce entre ces deux noyaux (de même
polarité), on réussit à provoquer leur fusion seulement lorsqu’ils s’approchent à
des vitesses énormes, correspondant à une température de plusieurs millions de
degrés. Si la concentration d’atomes est suffisante et si leur vitesse est assez
élevée, il se produit une réaction en chaine. Mentionnons, en passant, que le
soleil produit son énergie par un processus semblable.

On réussit ainsi à produire des explosions et c’est sur ce principe que repose
la bombe à hydrogène (bombe H). Cependant, on heurte à de grandes difficultés
pour contrôler cette réaction de fusion et l’exploiter dans un réacteur nucléaire
commercial. En effet, on n’a pas encore réussi à cerner des particules qui se
déplacent à ces vitesses effarantes sans, en même temps, leur faire perdre leur
énergie.

Si l’on réussit à domestiquer la fusion nucléaire, ce pourrait bien être la fin


des problèmes de sources d’énergie. L’hydrogène est en effet la matière première la
plus répandu sur terre.

Dr. TEBANI Hocine Page 25


Production de l’énergie électrique

7. AVANTAGES ET INCONVENIENTS

7.1 AVANTAGES

 Pas d’émission de gaz à effet de serre pour la production d’électricité


 Coût relativement faible de combustible
 Longue durée de vie (40 à 60) ans
 Forte densité énergétique
7.2 INCONVENIENTS

 Gestion des déchets nucléaires


 Usage de combustible fossile (Dépendance énergétique)
 Acceptabilité sociale complexe
 Criticité d’impact en cas d’incident
 Complexité du démantèlement et de la gestion de la fin de vie des centrales

Dr. TEBANI Hocine Page 26


Production de l’énergie électrique

CENTRALE HYDRAULIQUE

1. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT
Les centrales hydroélectriques convertissent l’énergie de l’eau en mouvement
en énergie électrique. L’énergie provenant de la chute d’une masse d’eau est tout
d’abord transformée dans une turbine hydraulique en énergie mécanique. Cette
turbine entraine un alternateur dans lequel l’énergie mécanique est transformée
en énergie électrique.

2. PUISSANCE DISPONIBLE
La puissance P que met en jeu une chute d’eau, d’une hauteur h et d’un débit
q est donnée par :

Hauteur de chute en m
P = 9,81.q.h
Puissance en KW
Débit en m3/s

Le choix de l’emplacement d’une centrale hydro-électrique dépend donc de ces


facteurs.

A cause des pertes, la puissance mécanique que l’on peut recueillir sur l’arbre
de la turbine est inférieure à la puissance fournie par l’eau. Cependant, le
rendement des turbines hydrauliques est élevé : de l’ordre de (80 à 94)% pour les
grosses unités. Dans les alternateurs, la transformation de puissance se fait à un
rendement de (97 à 98.5)%.

Dr. TEBANI Hocine Page 27


Production de l’énergie électrique

3. DIFFERENTES CENTRALES HYDRAULIQUES

Centrale Hauteur de chute Turbine Situation de la Centrale

Haute chute h > 300 m Pelton à quelques km de la prise d’eau

Moyenne chute 30 m < h < 300 m Francis implantée dans le barrage

Basse chute ou fil de l’eau h < 30 m Kaplan implantée au fil de l’eau

3.1 LES CENTRALES DE HAUTES CHUTES : h > 300M :

Elles sont situées en montagne. L’alimentation en eau des turbines s’effectue


grâce à une conduite forcée. L’énergie produite par ces centrales sert généralement
aux heures de pointe, du fait de la rapidité de sa mise en production. Les turbines
utilisées sont de type Pelton.

Turbine Pelton

3.2 LES CENTRALES DE MOYENNES CHUTES : 30M < h < 300M

Elles sont situées en moyenne montagne. L’énergie produite par ces centrales
sert à la régulation quotidienne ou hebdomadaire de la production. Elle utilise des
turbines de types Francis

Dr. TEBANI Hocine Page 28


Production de l’énergie électrique

Turbine Francis

3.3 LES CENTRALES DE BASSES CHUTES : h < 30M

On les appelle aussi centrales au fil de l’eau. Elles sont caractérisées par une
faible chute, et un débit important. Ces centrales fournissent de l’énergie en
permanence. Elles utilisent des turbines de type Kaplan

Turbine Kaplan

4. LES STATIONS DE POMPAGES

Ces centrales sont équipées de deux bassins. Aux heures de pointe, l’eau
passe du bassin supérieur au bassin inférieur entraînant au passage en rotation
une turbine couplée à un alternateur. Pendant les heures creuses, l’eau du bassin
inférieur est pompée vers le bassin supérieur pour y être de nouveau stockée.

Dr. TEBANI Hocine Page 29


Production de l’énergie électrique

5. PARTIES PRINCIPALES D’UNE CENTRALE HYDRAULIQUE


Une centrale hydro-électrique comporte essentiellement :

5.1 BARRAGE

Les barrages de retenue sont établis en travers du lit des rivières ils servent à
concentrer les chutes près des usines et à former des réservoirs d’emmagasinage.
On peut ainsi créer des réserves d’eau pour compenser l’insuffisance de débit
pendant les périodes de sécheresse et assurer à l’usine une alimentation en eau
plus uniforme.

Les barrages peuvent être en béton, en enrochement ou en terre. Les barrages


du type poids sont les plus utilisés, ils s’opposent à la poussée des eaux par leur
masse même.

5.2 CONDUITE D’AMENEE

Elle conduit l’eau du barrage jusqu’au turbines. A l’extérieur de l’usine, elle


est constituée par un canal, un tunnel ou un tuyau, la partie intérieure appelée
conduite forcée est en béton, en acier ou en fonte. On dispose à l’entrée de la
conduite forcée, des vannes qui permettent de contrôler l’admission de l’eau. Ces
vannes sont commandées par le régulateur de vitesse.

5.3 CONDUITE D’ECHAPPEMENT

Après être passée dans les turbines, l’eau retourne dans la rivière par la
conduite d’échappement. Cette dernière comporte une cheminée de succion et un
canal de fuite qui peut être le lit même de la rivière.

5.4 SALLE DE COMMANDE

Les appareils de commande et de contrôle sont groupés ensemble dans une


salle d’où le personnel peut surveiller la marche des groupes générateurs.

6. AVANTAGES ET INCONVENIENTS
6.1 AVANTAGES

 Usage de ressources renouvelables, sans émission de gaz à effet de serre pour la


production d’électricité
 Forte réactivité (Démarrage en quelques secondes
 Longue durée de vie (plus de 50 ans)
 Coût de production d’électricité faible
6.2 INCONVENIENTS

 Raréfaction des sites exploitables (contraintes géographiques)


 Acceptabilité sociétale potentiellement complexe (impact sur la continuité
écologique des cours d’eau)
 Production d’électricité fatale pour les centrales sans stock
Dr. TEBANI Hocine Page 30
Production de l’énergie électrique

ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE

1. PRINCIPE
Transformer le rayonnement solaire en électricité à l’aide d’une cellule
photovoltaïque.

 L'ECLAIREMENT OU IRRADIANCE (G) est défini comme une puissance reçue par
une surface. Il s'exprime en Watt/m 2 . Le S.I. (système international d’unités)
P P

recommande d’utiliser le symbole E.


 L'IRRADIATION OU RAYONNEMENT (H) est l'énergie reçue par une surface. Elle
s'exprime en J m -2 . D'autres unités plus courantes sont le Wh/m 2 .
P P P P

Signalons que l’irradiation solaire dépend de:


 l’orientation et l’inclinaison de la surface,
 la latitude du lieu et son degré de pollution,
 la période de l’année,
 l’instant considéré dans la journée,
 la nature des couches nuageuses.
2. TECHNOLOGIE
2.1 CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE

L’effet photovoltaïque est la création d'une force électromotrice liée à


l'absorption d'énergie lumineuse dans un solide.

Dr. TEBANI Hocine Page 31


Production de l’énergie électrique

C’est le seul moyen connu actuellement pour convertir directement la lumière


en électricité.
La cellule photovoltaïque constitue l’élément de base des panneaux solaires
photovoltaïques, il s’agit d’un dispositif semi-conducteur à base de silicium
délivrant une tension de l’ordre de 0,5 à 0,6 V.

La cellule photovoltaïque est fabriquée à partir de deux couches de silicium


(matériau semi-conducteur):
 Une couche dopée avec du bore qui possède moins d'électrons que le silicium,
(05 é dont 03 CP), cette zone est donc dopée positivement (zone P),
 Une couche dopée avec du phosphore qui possède plus d'électrons que le
silicium (15 é dont 05 CP), cette zone est donc dopée négativement (zone N).

Lorsqu'un photon de la lumière arrive, son énergie crée une rupture entre un
atome de silicium et un électron, modifiant les charges électriques. Les atomes,
chargés positivement, vont alors dans la zone P et les électrons, chargés
négativement, dans la zone N. Une différence de potentiel électrique, c'est-à-dire
une tension électrique, est ainsi créée. C'est ce qu'on appelle l'effet photovoltaïque
A la surface, le contact électrique (électrode négative) est établi par la grille
afin de permettre à la lumière du soleil de passer à travers les contacts et de
pénétrer dans le silicium.
Les cellules solaires sont recouvertes d’une couche antireflet qui protège la
cellule et réduit les pertes par réflexion. C’est une couche qui donne aux cellules
solaires leur aspect bleu foncé.

Dr. TEBANI Hocine Page 32


Production de l’énergie électrique

2.2 MODULE SOLAIRE OU PHOTOVOLTAÏQUE


 Association des cellules en série

Les caractéristiques électriques d’une seule cellule sont généralement


insuffisantes pour alimenter les équipements électriques. Il faut associer les
cellules en série pour obtenir une tension plus importante : le module solaire ou
panneau photovoltaïque.
Un panneau photovoltaïque est un assemblage en série de cellules
permettant d'obtenir une tension de 12 volts.
La puissance d'un panneau solaire est fonction de sa surface, c'est à dire du
nombre de cellules photovoltaïques.
Un panneau constitué de 24 cellules photovoltaïques va donc délivrer une
tension U de 12 V, et cela quel que soit l’ensoleillement.
Mais pour faire fonctionner des appareils électriques, c’est l’intensité I du
panneau, variant en fonction de l’ensoleillement, qui va déterminer l’énergie
électrique.

Définition du watt crête : la puissance crête d’une installation photovoltaïque est


la puissance maximale délivrée par un module dans les conditions optimales
(orientation, inclinaison, ensoleillement,…). Elle s’exprime en Watt crête (Wc).
En première approximation, on estime qu’un module de 1 m 2 P P

produit 100 Wc.


 Diodes « by-pass »

La mise en série des cellules peut être dangereuse lorsque l’une d’entre elles
se retrouve à l’ombre. Elle va s’échauffer et risque de se détruire.
En effet, une cellule "masquée" voit l'intensité qui la traverse diminuer. De ce
fait, elle bloque la circulation de l'intensité "normale" produite par les autres
modules. La tension aux bornes de cette cellule "masquée" augmente, d’où
apparition d’une surchauffe.
C'est l'effet d'autopolarisation inverse. Une telle cellule est appelée "Hot spot".

Dr. TEBANI Hocine Page 33


Production de l’énergie électrique

Pour supprimer ce problème et protéger la cellule « masquée », on place des


diodes «bypass» en anti-parallèles sur 18 ou 24 cellules de façon à court-circuiter
les cellules ombrées.
Un panneau solaire dispose d'une à trois diodes by-pass, en fonction de son
nombre de cellules (en moyenne 36 cellules pour 3 diodes bypass). En cas de
masque :
 1 diode : 100 % du module est en by-pass,
 2 diodes : 50 % du module est en by-pass,
 3 diodes : 33 % du module est en by-pass.
Exemple :
Au niveau de la 2 ème rangée, le courant passe par la diode by-pass pour cause
P P

d’ombrage.

2.3 CONSTITUTION D’UN CHAMP PHOTOVOLTAÏQUE

Afin d’obtenir la tension nécessaire à l’onduleur, les panneaux sont


connectés en série. Ils forment alors une chaîne de modules ou string.
Les chaînes sont ensuite associées en parallèle et forment un champ
photovoltaïque (champ PV).

Il faut également installer des diodes ou des fusibles en série sur chaque
chaîne de modules.

Dr. TEBANI Hocine Page 34


Production de l’énergie électrique

Ces protections sont utiles pour éviter qu’en cas d’ombre sur une chaîne, elle
se comporte comme un récepteur et que le courant y circule en sens inverse et
l’endommage.
3. LES DIFFERENTES INSTALLATIONS PHOTOVOLTAÏQUES
3.1 LES INSTALLATIONS SUR SITE ISOLE

Figure : Schéma de principe

L’énergie produite doit être directement consommée et/ou stockée dans des
accumulateurs pour permettre de répondre à la totalité des besoins.
 Les panneaux photovoltaïques produisent un courant électrique continu.
 Le régulateur optimise la charge et la décharge de la batterie suivant sa
capacité et assure sa protection.
 L’onduleur transforme le courant continu en alternatif pour alimenter les
récepteur AC.
 Les batteries sont chargées de jour pour pouvoir alimenter la nuit ou les
jours de mauvais temps.
 Des récepteurs DC spécifiques sont utilisables. Ces appareils sont
particulièrement économes.
3.2 LES INSTALLATIONS RACCORDEE AU RESEAU DE DISTRIBUTION PUBLIC

 Solution avec injection totale


Toute l’énergie électrique produite par les capteurs photovoltaïques est
envoyée pour être revendue sur le réseau de distribution.
Cette solution est réalisée avec le raccordement au réseau public en deux
points :
 le raccordement du consommateur qui reste identique avec son compteur de
consommation (on ne peut pas utiliser sa propre production),
 le nouveau branchement permettant d’injecter l’intégralité de la production
dans le réseau, dispose de deux compteurs :
− l’un pour la production,
− l’autre pour la non-consommation (permet de vérifier qu’aucun soutirage
frauduleux n’est réalisé).

Dr. TEBANI Hocine Page 35


Production de l’énergie électrique

 Solution avec injection de surplus


Cette solution est réalisée avec le raccordement au réseau public en un point
: l’utilisateur consomme l’énergie qu’il produit avec le système solaire et l’excédent
est injecté dans le réseau.
Quand la production photovoltaïque est insuffisante, le réseau fournit
l’énergie nécessaire.
Un seul compteur supplémentaire est ajouté au compteur existant.
4. AVANTAGES ET INCONVENIENTS
4.1 AVANTAGES

 Energie indépendante, le combustible (le rayonnement solaire) est renouvelable


et gratuit.
 L'énergie photovoltaïque est une énergie propre et non-polluante qui ne dégage
pas de gaz à effet de serre et ne génère pas de déchets.
 Génère l’énergie requise.
 Réduit la vulnérabilité aux pannes d’électricité.
 L’extension des systèmes est facile, la taille d’une installation peut aussi être
augmentée par la suite pour suivre les besoins de la charge.
 La revente du surplus de production permet d'amortir les investissements voir
de générer des revenus.
 Entretien minimal.
 Aucun bruit.
4.2 INCONVENIENTS

 La fabrication des panneaux photovoltaïques relèvent de la haute technologie


demandant énormément de recherche et développement et donc des
investissements coûteux.
 Les rendements des panneaux photovoltaïques sont encore faibles.
 Nécessite un système d’appoint (batteries) pour les installations domestiques.
 Le coût d'investissement sur une installation photovoltaïque est cher.
5. TECHNOLOGIE DE CAPTEURS
Le silicium est actuellement le matériau le plus utilisé pour fabriquer les
cellules photovoltaïques. Il doit être purifié afin d’obtenir un silicium de qualité
photovoltaïque.
Il se présente alors sous la forme de barres de section ronde ou carrée appelée
lingots.
Les lingots sont ensuite découpés en wafers : fines plaques de quelques
centaines de microns d’épaisseur. Ils sont ensuite enrichis en éléments dopants
pour obtenir du silicium semi-conducteur de type P ou N.

Dr. TEBANI Hocine Page 36


Production de l’énergie électrique

Des rubans de métal sont alors incrustés en surface et raccordés à des


contacts pour constituer des cellules photovoltaïques.
Les cellules les plus utilisées pour la production d’électricité sont les cellules
silicium polycristallin grâce à leur bon rapport qualité-prix.
Les constructeurs garantissent une durée de vie de 20 à 25 ans à 80 % de la
puissance nominale.
Remarque
On estime qu’une cellule photovoltaïque doit fonctionner environ 2 à 3 ans
pour produire l’énergie qui a été nécessaire à sa fabrication.
6. COMPARAISON DES TROIS PRINCIPALES TECHNOLOGIES DE CAPTEURS

TECHNOLOGIE MONOCRISTALLIN POLYCHRISTALLIN AMORPHE

Cellule
et module

 Très bon  Bon rendement :  Rendement faible : 5 à 9%.


rendement : 14 à 20 11 à 15 %.  Durée de vie : assez
%.  Durée de vie : importante (20 ans)
 Durée de vie : importante (30 ans)  Coût de fabrication : peu
importante (30 ans)  Coût de fabrication : onéreux par rapport aux
 Coût de meilleur marché que autres technologies
fabrication : élevé. les panneaux  Puissance :
 Puissance : monocristallins 50 Wc/m2. 16 m2/kWc.
100 à 150 Wc/m . 2  Puissance :  Fonctionnement correct
7 m 2 /kWc.
P P 100 Wc/m2. 8 m2/kWc. avec un éclairement faible.
 Rendement  Rendement faible  Peu sensible aux
faible sous un sous un faible températures élevées.
faible éclairement. éclairement.  Utilisables en panneaux
 perte de  perte de rendement souples.
rendement avec avec l’élévation de la  Surface de panneaux
l’élévation de la température. plus importante que pour
température.  Fabrication : élaborés les autres panneaux au
Caractéristiq  Fabrication : à partir de silicium de silicium.
ues élaborés à partir qualité électronique  Rendement faible en
d’un bloc de qui en se refroidissant plein soleil.
silicium fondu qui forme plusieurs  Performances diminuant
s’est solidifié en cristaux. avec le temps.
formant un seul  Ces cellules sont  Fabrication : couches très
cristal bleues, mais non minces de silicium qui sont
 Couleur bleue uniforme : on appliquées sur du verre, du
uniforme. distingue des motifs plastique souple ou du
créés par les différents métal, par un procédé de
cristaux. vaporisation sous vide.
Part de marché 43 % 47 % 10 %

Dr. TEBANI Hocine Page 37


Production de l’énergie électrique

ENERGIE EOLIENNE

1. QU’EST-CE QUE L’ENERGIE EOLIENNE


L’énergie éolienne qui doit son nom au dieu grecque responsable des vents
nommé Eole, est produite par la force exercée par le vent sur les pales d’une
hélice. Il est possible ainsi de produire deux sortes d’énergies. Premièrement,
l’hélice peut se relier à des systèmes mécaniques servant à moudre le grain ou
à pomper l’eau (il s’agit du principe des moulins à vent). Il est aussi possible de
rattacher l’hélice à un générateur transformant l’énergie mécanique en énergie
électrique.
La quantité d’énergie produite dépend en premier lieu de la vitesse du vent
élevé au carré, puis de la surface balayée par les pales et de la densité de l’air.

Une masse du vent animée d'un mouvement rectiligne renferme un énergie


sous forme cinétique. On l'exprime par la relation bien connue :

Ec = ½ M V P
2
P où M est la masse du vent et V sa vitesse.

Or la masse instantanée du vent qui traverse la surface balayée par les pales
d'une éolienne vaut : M = A ρ V où A est la surface balayée par les pales, ρ la densité
de l'air et V sa vitesse.

La puissance théorique qu'une éolienne pourrait retirer de l'action du vent est


donc : P max = ½ A ρ V 3
R R P

2. FONCTIONNEMENT D’UNE EOLIENNE


L’éolienne, appelée aussi aérogénérateur, permet une transformation de
l’énergie cinétique produite par le vent en énergie mécanique de rotation dans le
but de produire de l’électricité.

Il existe deux types d’éoliennes : certaines ont un axe horizontal, parallèle au

Dr. TEBANI Hocine Page 38


Production de l’énergie électrique

sol, et d’autres avec un axe vertical, perpendiculaire au sol.


L’éolienne à axe horizontal est munie de pales (généralement deux ou trois)
qui tournent dans un plan vertical. Ainsi l’éolienne doit s’orienter face au vent
pour une bonne efficacité. Les pales des éoliennes à axe vertical tournent quant
à elles dans un plan horizontal et prennent alors le vent plus facilement.

Type Savonius Type Darrieus

Type Darrieus
Figure 1: Eolienne à axe vertical

2.1 AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE L’EOLIENNE A AXE VERTICAL

 Générateur au sol
 Structure / construction simplifiée
 Peu bruyantes, plus petites et esthétiques
 Résistance forte aux variations climatiques
 Démarrage à faible vitesse (Savonius)
 Rendement faible
 Masse non négligeable

Figure 2: Eolienne à axe horizontal

Dr. TEBANI Hocine Page 39


Production de l’énergie électrique

2.2 AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE L’EOLIENNE A AXE HORIZONTAL

 Stabilité de la structure
 Bon rendement
 Bruyantes, peu esthétiques

L’éolienne à axe horizontal est pourtant beaucoup plus courante. C’est


pourquoi nous expliquons son fonctionnement en détail.

3. COMPOSANTS D’UNE EOLIENNE A AXE HORIZONTAL

Figure 3: Schéma d'une éolienne de type aérogénérateur

Les éoliennes à axe horizontal sont composées :


 Des fondations : Elles assurent l’ancrage et la stabilité de l’éolienne. Leur taille
est proportionnelle à la hauteur de l’éolienne. Dans le cas des éoliennes les plus
connues, la fondation nécessite environ 2000 tonnes de béton.
 Du mât (ou tour) : Il est généralement en métal, il supporte l’ensemble des
équipements permettant de produire l’électricité (nacelle + rotor).
Aujourd’hui, les mâts atteignent environ 80 m de haut. Si les éoliennes sont
si haut perchées dans le ciel, c’est parce que le vent souffle plus fort en hauteur et
elles ne subissent pas la conséquence de différents obstacles, donc c’est à cette
hauteur que le rapport coût/rentabilité est le plus conséquent. Il faut également
savoir que la puissance fournie par une éolienne est proportionnelle au cube de la
vitesse du vent.
 L’armoire de couplage au réseau électrique : C’est ce qui raccorde l’éolienne au
réseau électrique domestique.
 De la nacelle : Elle abrite les équipements qui produisent l’électricité à partir de
la rotation de l’axe du rotor, qu’on appelle aussi « arbre ». Le transport de
l’électricité produite dans la nacelle jusqu’au sol est assuré par des câbles
électriques descendant à l’intérieur du mât de l’éolienne.

Dr. TEBANI Hocine Page 40


Production de l’énergie électrique

Elle est composée de différents systèmes :

Figure 4: Composants de la nacelle


− Le système d’orientation : C’est une couronne dentée équipée d’un moteur
qui permet d’orienter l’éolienne et de la verrouiller dans l’axe du vent grâce à un
frein. Il a donc pour but de disposer les pales face au vent.
− Le générateur : il assure la production électrique. Sa puissance peut
atteindre jusqu’à 5 MW. Il peut-être une dynamo (produit du courant continu)
ou un alternateur (produit du courant alternatif). L’alternateur est le plus utilisé
pour des raisons de coût et de rendement.
− Le système de régulation électrique : Il ralentit le rotor du générateur en cas de
surrégime.
− Le multiplicateur : Le multiplicateur est un convertisseur de puissance : il
multiplie la vitesse d’entrée (rotor de l’éolienne) pour atteindre la vitesse de
sortie exigée par la génératrice électrique, en multipliant parfois par 70 la vitesse
de rotation initiale. Il est constitué d’un assemblage d’engrenages.
− Le frein : Il permet de freiner l’arbre primaire (l’arbre qui relie les pales au
multiplicateur) en cas de vents violents.
 Du rotor : composé de plusieurs pales (en général trois) et du nez de l'éolienne
− Les pales : Elles sont les capteurs de l'énergie cinétique qui transmettent
l'énergie au rotor. Elles sont en fibres de verre et matériaux composites. Leur
profil est le fruit d'études aérodynamiques complexes.
− Le moyeu : Il permet d’orienter les pales pour réguler la vitesse de rotation.
NB : Il existe aussi au sein d’une éolienne : un système de refroidissement à air, à
U U

eau ou à huile destiné au générateur et au multiplicateur ainsi qu’un système de


contrôle électronique servant à gérer le fonctionnement général de l’éolienne.
4. CRITERES DE CHOIX DE SITES EOLIENS
Les critères de choix de l'implantation éolienne dépendent de:
 la taille,
 la puissance
Dr. TEBANI Hocine Page 41
Production de l’énergie électrique

 et du nombre d'unités.
Ils incluent la présence d'un vent régulier et diverses conditions telles que :
 présence d'un réseau électrique pour recueillir le courant,
 absence de zones d'exclusion (dont périmètre de monuments historiques,
sites classés..),
 terrain approprié, etc.
L'efficacité d'une éolienne dépend de son emplacement.
Les sites sont d'abord choisis en fonction de la vitesse et la fréquence des
vents présents.
Un site avec des vents d'environ 30 km/h de moyenne sera environ huit fois
plus productif qu'un autre site avec des vents de 15 km/h de moyenne.
Une éolienne fonctionne d'autant mieux que les vents sont réguliers et
fréquents.
Un autre critère important pour le choix du site est la constance de la vitesse
et de la direction du vent, autrement dit la turbulence du vent.
En règle générale, les éoliennes sont utilisables quand la vitesse du vent est
comprise entre 10 et 30 km/h,
Des valeurs excessives conduiraient à la destruction de l'éolienne ou à la
nécessité de la « débrayer » (pâles en drapeau) pour en limiter l'usure.
La vitesse du vent doit donc être comprise le plus souvent possible entre ces
deux valeurs pour un fonctionnement optimal de l'éolienne.
De même, l'axe de rotation de l'éolienne doit rester la majeure partie du temps
parallèle à la direction du vent.
Même avec un système d'orientation de la nacelle performant, il est donc
préférable d'avoir une direction de vent la plus stable possible pour obtenir un
rendement optimal.
Certains sites proches de grands obstacles sont à éviter car le vent y est trop
turbulent (arbres, bâtiments, escarpements complexes, etc.).
De manière empirique, on trouve les sites propices à l'installation d'éoliennes
en observant les arbres et la végétation.
Les implantations industrielles utilisent des cartes de la vitesse des vents des
atlas éoliens (là où ils existent) ou des données accumulées par une station
météorologique proche.
La mer et les lacs sont aussi des emplacements de choix : il n'y a aucun
obstacle au vent, et donc, même à basse altitude, les vents ont une vitesse plus
importante et sont moins turbulents.
D'autres critères sont pris en compte pour le choix du site.
 La nature du sol : il doit être suffisamment résistant pour supporter les
fondations de l'éolienne.

Dr. TEBANI Hocine Page 42


Production de l’énergie électrique

 L'accessibilité du site (virages, pente, passage de ponts) doit permettre le


transport des gros éléments de l'éolienne (pales, tour, nacelle) et des grues
nécessaires au montage. Cette contrainte peut limiter la puissance
maximale installable par machine.
 La connexion au réseau électrique. Pour cela, les petites fermes
d'éoliennes sont le plus souvent situées à proximité d'un poste de
transformation haute tension afin de diminuer le coût de raccordement qui
est directement fonction de la distance à ce poste. Pour les grosses fermes
éoliennes, le réseau doit être en mesure de supporter l'énergie produite, et
son renforcement est parfois nécessaire (renforcement ou création de poste
de transformation).

5. AVANTAGES ET INCONVENIENTS
5.1 AVANTAGES

 Usage de ressources renouvelables, sans émissions de gaz à effet de serre


pour la production d'électricité
 Intermittence de production pouvant être compensée en partie par le
foisonnement des régimes de vent sur le réseau.
 Conception, installation et maintenance aisée
 Coût marginal de production d'électricité très faible ("gratuité de la
ressource")
5.2 INCONVENIENTS

 Intermittence et caractère fatal de la production d'électricité (variabilité


dans le temps et dans l'espace de la ressource)
 Incertitude dans la prévision de la ressource
 Contraintes géographiques sur les sites éligibles (topographie, obstacles,
etc.)
 Acceptabilité sociétale potentiellement complexe (impact paysager,
biodiversité, etc.)

Dr. TEBANI Hocine Page 43


Production de l’énergie électrique

ENERGIE DE LA BIOMASSE

1. INTRODUCTION

Le terme biomasse comprend une grande diversité de matières organiques,


d’origine végétale ou animale, parfois insoupçonnées. La plupart sont en fin de vie
et peuvent être transformées pour produire de l’électricité, de la chaleur ou du
carburant. Il s’agit d’un gisement d’énergie local, renouvelable et propre. Une
exploitation durable et équilibrée des gisements de biomasse (tout en préservant la
durabilité des ressources) contribue considérablement à la réduction des
émissions de gaz à effet de serre et au développement pérenne d’une économie
locale.

2. DIVERSITE DES RESSOURCES & DIVERSITE DES USAGES

La diversité des matières organiques disponibles et des différents procédés


technologiques mis au point pour valoriser la biomasse en énergie permet d’obtenir
différents types d’énergie que ce soit de l’électricité, de la chaleur, ou encore des
produits intermédiaires (sous forme liquide, gazeuse ou solide) à finalité
énergétique, par exemple le biogaz ou le biocarburant.

La biomasse se transforme en énergie de différentes manières :

2.1 TRANSFORMATION PAR COMBUSTION

Brûler une buche constitue la plus ancienne méthode de valorisation


énergétique de la biomasse. La combustion de biomasse solide (tels les résidus de
bois) génère de l’énergie thermique. Celle-ci peut être utilisée comme tel pour
alimenter par exemple un réseau de chaleur ou être transformée en électricité (par
l’intermédiaire d’une turbine vapeur), voire les deux (grâce à un moteur à
cogénération).

Dr. TEBANI Hocine Page 44


Production de l’énergie électrique

La combustion de granulés de bois (ou pellets) constitue une alternative de


chauffage économique et écologique en comparaison aux énergies fossiles
polluantes, que ce soit à l’échelle d’un ménage ou d’une industrie. Les appareils de
chauffage proposés sur le marché deviennent, quant à eux, de plus en plus
performants en termes de rendement et d’émissions.

2.2 TRANSFORMATION PAR GAZEIFICATION

La gazéification des matières organiques solides (tels les résidus de bois) est
un procédé thermochimique qui transforme la biomasse en un gaz de synthèse
combustible, appelé syngas (un mélange de deux gaz combustibles : le
monoxyde de carbone (CO) et l’hydrogène (H2)). Il s’agit d’un procédé à
30T 30T

la frontière entre la prolyse et la combustion en l’absence d’oxygène, lors duquel


le carbone plutôt que de se combiner avec l’oxygène pour former du
CO₂, va prendre de l’hydrogène ou une partie de l’oxygène qui traine et produire
du monoxyde de carbone (CO). Ce gaz est brûlé dans un moteur pour la production
d'énergie mécanique ou d'électricité et de chaleur.

Il est à noter que la gazéification constitue pour certaines applications le


moyen le plus performant pour valoriser des déchets.

2.3 TRANSFORMATION PAR METHANISATION

Le procédé de méthanisation est destiné à une biomasse généralement plus


humide, du type résidus agricoles, déchets de l’industrie (ex : agroalimentaire) ou
effluents ménagers.

Il consiste en la digestion des matières organiques en l’absence d’oxygène


sous l’action combinée de micro-organismes. La méthanisation des matières
organiques fermentescibles permet de produire du biogaz. Il peut ensuite être
transformé en électricité et/ou en chaleur ou en biocarburant destiné au
transport.

Certaines installations de production du biogaz valorisent également les


plantes et cultures dédiées à des fins énergétiques.

2.4 PRODUCTION DES BIOCARBURANTS :

En fonction des différentes sources de biomasse, la production des


biocarburants fait appel à des procédés technologiques très variés. Les différentes
générations de biocarburants se développent à des stades variés de maturité.

Les biocarburants de 1 ère génération se développent aujourd’hui à l’échelle


P P

commerciale. Ils concernent les procédés technologiques permettant de


transformer de manière physicochimique des matières alimentaires riches en
sucre, en amidon (ex. le blé, le maïs, la canne à sucre ou encore la betterave) ou en
huiles (ex. le colza). Les biocarburants de 1 ère génération sont produits à partir de
P P

cultures alimentaires. Il s'agit principalement du bioéthanol et du biodiesel.

Dr. TEBANI Hocine Page 45


Production de l’énergie électrique

Les biocarburants de 2 ème génération sont, quant à eux, déjà produits. Il


P P

s'agit principalement du biométhane, principalement issu de résidus et de déchets,


ainsi que de cultures spécifiques.

Deux autres filières se développement à côté :

3. DIVERSITE DES OPPORTUNITES

La diversité qui caractérise la biomasse et ses technologies rend les filières


des bioénergies souvent complexes mais renforce leur haut potentiel de
développement.

3.1 SUR LE PLAN ENERGETIQUE : COMPLEMENTARITE ET STABILITE

Grâce à une production stable et son caractère stockable, l’énergie produite à


partir de la biomasse (dont l’électricité et la chaleur) est complémentaire aux
autres sources d’énergie renouvelable intermittentes (comme l’éolien ou le
photovoltaïque). Elle occupe dès lors une place cruciale dans un bouquet
énergétique renouvelable permettant d’améliorer notre indépendance énergétique.

3.2 SUR LE PLAN ENVIRONNEMENTAL : EQUILIBRE NATUREL ET CYCLE DE VIE

Nos besoins en énergie sont devenus vitaux, tout comme l’est l’exploitation
durable de nos ressources naturelles. Le développement des bioénergies permet de
concilier les deux: une production énergétique locale via la valorisation de matières
organiques recyclables. Une fois transformées, certaines matières retournent à la
terre sous forme de fertilisants. Ceci permet de diminuer le recours aux engrais de
synthèse dont la fabrication est fortement dépendante des ressources fossiles.
C'est le cas notamment de la biométhanisation qui produit, en plus du biogaz, du
digestat qui est utilisé comme fertilisant naturel. Cette technologie présente ainsi
une double valeur ajoutée et constitue un parfait exemple de l’économie circulaire.

Sur le plan socio-économique : nouveaux débouchés et emplois

4. CENTRALES ELECTRIQUES A COMBUSTION BIOMASSE SOLIDE


Les centrales à biomasse solide mettent en œuvre une combustion directe de
biomasse au sein d'une chaudière, afin de produire de la vapeur à haute
température et à haute pression. Cette vapeur entraine une turbine qui génère de
l'électricité via un alternateur. Une grande majorité des centrales à biomasse
produisant de l’électricité fonctionnent en cogénération, en valorisant l’énergie
thermique contenue dans la vapeur en sortie de turbine. L’utilisation d’un fluide de
travail organique, alternative aux cycles vapeur, peut-être plus adaptée dans
certains cas d’application (température de vaporisation plus basse, etc.).
La biomasse solide regroupe le bois, les déchets de bois, les granulés et autres
déchets végétaux et animaux (graisses). Les centrales de taille industrielle
privilégient les plaquettes ou les granulés de bois comme combustible qui facilitent
le stockage et les opérations de manipulations. La reconversion de centrales
thermiques à flamme conventionnelles à charbon en centrales biomasse est une
option connaissant un intérêt croissant.

Dr. TEBANI Hocine Page 46


Production de l’énergie électrique

1. Chambre de
combustion
2. Chaudière
3. Turbine à
Vapeur
4. Cogénérateur
5. Condenseur

Figure 1: Eléments principaux d’une centrale à biomasse

5. AVANTAGES ET INCONVENIENTS
5.1 AVANTAGES

 Usage de ressources renouvelables avec approvisionnement principalement


local
 Emissions de gaz à effet de serre limitées pour la production d'électricité (bilan
carbone neutre de la biomasse énergie)
 Synergies locales possibles (valorisation des résidus de biomasse sur site
papetier, etc.)
 Conversion de centrales charbon à la biomasse possible
 Coûts d’investissement de la biomasse forestière relativement faibles et stables.
 Source d’énergie continue, contrairement à l’éolien ou au solaire photovoltaïque.
5.2 INCONVENIENTS

 Contraintes d'approvisionnement en biomasse (gestion des parties prenantes,


sécurisation sur de longues périodes)
 Qualité variable du combustible (taux d’humidité, etc.)
 Traitement des fumées spécifique (poussières…)
 Besoin d’un débouché chaleur pour la cogénération
 Gestion des cendres
 Densité énergétique moindre que celle des combustibles fossiles.

Dr. TEBANI Hocine Page 47


Production de l’énergie électrique

ENERGIE GEOTHERMIQUE

1. INTRODUCTION
Actuellement, le développement durable s'intéresse à d'autres filières
énergétiques, plus respectueuses de l'environnement et quasiment inépuisables
pour l'homme, comme la géothermie.
L’énergie géothermique est un mot composé (du grec géo = la terre et thermie
= la chaleur) qui désigne l’énergie provenant de la chaleur naturelle présente dans
la croûte terrestre et dans les couches superficielles de la terre.
2. ORIGINE DE LA GÉOTHERMIE
La chaleur de la Terre provient essentiellement (90%) de la désintégration
d’éléments radioactifs (uranium, thorium, potassium) présents dans les roches et
du noyau terrestre qui génère un flux de chaleur vers la surface.
La chaleur produite par les réactions nucléaires varie avec la composition
chimique des roches mais aussi selon l'âge des roches, raison pour laquelle les
gradients géothermiques sont plus élevés dans les plates-formes jeunes.
Plus la profondeur est grande et plus la chaleur est élevée, elle augmente en
moyenne de 3,3 °C tous les 100 m, mais ces valeurs peuvent être nettement
supérieures dans certaines zones instables du globe et même varier de façon
importante dans des zones continentales stables.
3. LE GRADIENT GÉOTHERMIQUE
Le Gradient géothermique ou accroissement de la température avec la
profondeur varie avec:
 La composition chimique des roches (proportion en éléments radioactifs),
 Le contexte géodynamique,
 La convection, si présence d’eau.
 La variation de conductivité thermique (capacité à transférer la chaleur par
conduction thermique) des couches sédimentaires.
4. LE FLUX GEOTHERMIQUE
Le Flux géothermique ou flux de chaleur est la quantité d'énergie évacuée par
la Terre, exprimée par unité de surface et par unité de temps.
Le flux thermique en un point donné est obtenu en multipliant la
conductivité thermique et le gradient thermique. Il dépend de la radioactivité des
roches et du refroidissement de la chaleur initiale de la terre par cristallisation du
noyau terrestre et il est variable suivant le contexte.
5. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA GÉOTHERMIE
La géothermie est la seule énergie renouvelable qui s’adresse aux deux
grandes filières énergétiques comme illustré sur la figure 1.
 production de chaleur
Dr. TEBANI Hocine Page 48
Production de l’énergie électrique

 production d’électricité
Il existe trois types d’exploitation de la géothermie :
 La géothermie très basse température : exploite des réservoirs situés à moins
de 100 m et dont les eaux ont une température inférieure à 30 °C ; on l’utilise pour
le chauffage et la climatisation grâce à une pompe à chaleur.
 La géothermie basse énergie : utilise des aquifères à des températures
comprises entre 30°C et 100°C, on l’exploite dans des réseaux de chaleur pour le
chauffage urbain ou dans le cadre de procédés industriels.
 La géothermie moyenne et haute énergie (jusqu’à 250°C) : est utilisée
pour produire de l’électricité via des turbines

Figure 1 : Géothermie : principaux usages en fonction du contexte géologique.

6. LA GEOTHERMIE MOYENNE ET HAUTE ENERGIE


Cette technologie nécessite des sols particuliers où la température est
naturellement élevée (>150 °C), c'est le cas notamment des zones volcaniques où
la température de sous-sol peut augmenter de 1000 °C/100 m.
La géothermie haute température consiste là encore à un doublet
géothermique. A ces profondeurs, l'eau pompée est supérieure à 200°C.

Dr. TEBANI Hocine Page 49


Production de l’énergie électrique

Figure 2 : Schéma d’une centrale géothermique

7. AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS
7.1 AVANTAGES

 Les puissances produites peuvent être importantes


 La technologie de production d'électricité est bien maîtrisée
(turbine/alternateur)
7.2 INCONVÉNIENTS

 Seules les régions volcaniques sont pour l'heure concernées par la géothermie
moyenne/haute température
 Le coût des forages très élevé
 Les forages doivent être bien réfléchi pour préserver la ressource en eau
souterraine et ne pas la polluée.

Dr. TEBANI Hocine Page 50


Production de l’énergie électrique

LA PILE A COMBUSTIBLE

1. PRESENTATION GENERALE
Une pile à combustible (PAC) permet de convertir directement de l’énergie
chimique de combustion (oxydo-réduction) en énergie électrique, en chaleur et en
eau. Les PAC sont constituées d’un assemblage de cellules électrochimiques, d’où
l’appellation « pile ». La tension aux bornes d’une cellule est souvent de l’ordre de
0,7 V. L’association d’un certain nombre de cellules permet d’obtenir des tensions
et courants électriques adaptés aux besoins.
Le cœur d’une PAC est constitué de trois éléments, dont deux électrodes : une
anode oxydante (émettrice d’électrons); une cathode réductrice (collectrice
d’électrons) séparées par un électrolyte.
L’électrolyte a la propriété de conduire directement d’une électrode à l’autre
des molécules ionisées et de faire barrage aux électrons en les obligeant à passer
par le circuit extérieur de la pile ou leur énergie électromotrice peut être exploitée.
L’alimentation d’une PAC se fait par injection continue de combustible à
l’anode, généralement de l’hydrogène, et à la cathode, généralement le dioxygène
(oxygène dans le langage courant) de l’air ou l’air lui-même. Une énergie électrique
continue est alors disponible aux bornes de la pile.
Historiquement, la première pile à combustible datant de 1839 a été inventée
par William Robert Grove. Dès 1932, ses travaux furent repris par Francis Thomas
Bacon, qui mit au point les premiers prototypes de piles à dihydrogène capables de
produire une énergie électrique. Les premières utilisations concrètes concernent
les missions spatiales dont Apollo, Gemini, et les navettes spatiales. Plus
récemment, les piles à combustible ont connu un regain d’intérêt et ont été
perfectionnées.

Dr. TEBANI Hocine Page 51


Production de l’énergie électrique

2. DIFFERENTS TYPES ET FONCTIONNEMENT TECHNIQUE


Les piles à combustible utilisant l’hydrogène ou un combustible hydrogéné
sont appelées « piles à hydrogène ».
Les piles à combustible se différencient d’abord par la nature de leur
électrolyte, soit acide conduisant les ions positifs (protons H + ) de l’anode à la
P P

cathode, soit basique (anions OH - , O 2- , CO 3 2- ) en sens contraire. Celui-ci


P P P P R RP P

détermine en même temps la température de fonctionnement


2.1 PILE A COMBUSTIBLE A MEMBRANE D'ECHANGE DE PROTONS

Dans cette pile, le dihydrogène arrive au niveau de l’anode, et est ionisé selon
la réaction d’oxydation:
𝐻𝐻2 → 2𝐻𝐻 + + 2𝑒𝑒 −
Les électrons sont captés par l’électrode et injectés dans le circuit électrique.
L’anode constitue la borne négative.
Les protons, quant à eux, passent à travers la membrane constituée par
l’anode. Ils vont migrer à travers l’électrolyte jusqu’à atteindre la cathode.
Avec les électrons incidents à la cathode et l'arrivée de dioxygène, les protons
participent à la réaction de réduction:
4𝐻𝐻 + + 4𝑒𝑒 − + 𝑂𝑂2 → 2𝐻𝐻2 𝑂𝑂
La cathode est la borne positive.
L'équation globale de la réaction est:
𝑂𝑂2 + 2𝐻𝐻2 → 2𝐻𝐻2 𝑂𝑂
Elle est exothermique c'est-à-dire qu'il y a dégagement de chaleur au sein de
la pile (pouvant dépasser exceptionnellement 100 °C!). La vapeur d’eau produite
sort de la pile en emportant une part de l’énergie thermique. Cette chaleur peut
être mise à profit : chauffage, source d’eau chaude.
Au niveau des deux électrodes, les demi-réactions sont catalysées (le platine
est le plus fréquent des catalyseurs).

Dr. TEBANI Hocine Page 52


Production de l’énergie électrique

La technologie des piles à combustible à membrane d'échange de protons est


actuellement en plein développement grâce aux progrès effectués en physique des
matériaux (en ce qui concerne les membranes).
2.2 PILE A COMBUSTIBLE ALCALINE

Dans la pile vue précédemment, les protons migrent entre les électrodes. Ici,
ce sont des ions hydroxydes (𝐻𝐻𝐻𝐻− ) qui se déplacent dans un électrolyte constitué
d’une solution basique (d’où le terme « alcalin »), comme par exemple l’hydroxyde
de potassium (𝐾𝐾𝐾𝐾𝐾𝐾− ).

Au niveau de la cathode (borne positive), le dioxygène réagit avec de l’eau


selon la réaction:
𝑂𝑂2 + 2𝐻𝐻2 𝑂𝑂 + 4𝑒𝑒 − → 4𝐻𝐻𝐻𝐻−
Il s’agit d’une réduction.
Puis, les ions 𝐻𝐻𝐻𝐻− vont migrer jusqu’à l’anode, où ils vont réagir avec le
dihydrogène selon la réaction d’oxydation :
2𝐻𝐻2 + 4𝐻𝐻𝐻𝐻− → 4𝐻𝐻2 𝑂𝑂 + 4𝑒𝑒 −
Une partie de l’eau produite va s’échapper de la pile sous la forme de vapeur
d’eau. L’autre partie restera dans la solution alcaline de l’électrolyte, de sorte que
la solution ne verra pas sa quantité d’eau varier. La réaction globale qui a lieu est
ainsi :
𝑂𝑂2 + 2𝐻𝐻2 → 2𝐻𝐻2 𝑂𝑂
Le tableau ci-après résume les divers types de piles couramment
développées :

Dr. TEBANI Hocine Page 53


Production de l’énergie électrique

On distingue ainsi 6 types de piles à combustible :


 Trois à électrolytes acides (ions H + migrant de l’anode vers la cathode):
P P

− Les PEMFC (Proton Exchange Membrane Fuel Cell). L’électrolyte est


constitué d’une membrane solide polymère fonctionnant à basse
température. (20-100°C). Celle-ci transmet sélectivement vers la cathode les
ions H + formés par oxydation catalytique de l’hydrogène injectée
P P

directement sur l’anode ;


− Les DMFC (Direct Methanol Fuel Cell). Au lieu d’hydrogène, ces piles
utilisent comme combustible le méthanol (CH 3 OH). Injecté directement sur
R R

l’anode avec de l’eau son oxydation catalytique produit des ions H + et du gaz P P

carbonique. Comme sur les PEMFC, une membrane solide polymère


transmet sélectivement les H + vers la cathode
P P

− Les PAFC (Phosphorique Acid Fuel Cell) utilisent à la place de membranes


solides de l’acide phosphorique liquide occlus dans une matrice solide
poreuse. Elles peuvent fonctionner jusqu’à 200°C.
 Trois à électrolytes basiques (ions négatifs migrant de la cathode vers l’anode) :
− Les AFC à potasse liquide (Alkaline Fuel Cell) utilisent l’ion OH - libéré par P P

réduction catalytique de cette base sur la cathode ;


− Les MCFC (Molten Carbonate Fuel Cell) utilisent des carbonates de
lithium et de potassium fondus pour faire migrer des ions CO 3 2- ; R RP P

− Les SOFC (Solid Oxyde Fuel Cell) exploitent un électrolyte solide (zircone
dopé aux terres rares) pour produire des ions O 2- . P P

Les piles à combustible se différencient aussi par leurs domaines


d’application. Ce sont principalement :

 les transports : voitures électriques, bus, aéronefs ;


 les appareils portables : ordinateurs, téléphones, DVD, etc ;
 la production stationnaire d’électricité et la cogénération
chaleur/électricité;
 la Défense : sous-marins et l’espace.

Dr. TEBANI Hocine Page 54


Production de l’énergie électrique

3. AVANTAGES ET INCONVENIENTS
3.1 AVANTAGES

 Rendements très élevés


 Hydrogène : élément le plus abondant sur terre (eau)
 Peu ou pas polluant : (pas de rejet de gaz à effet de serre, ni de SOx, ni de
NOx, ni de particules)
 Très silencieuses
 Peu encombrantes (miniaturisation possible)
3.2 INCONVENIENTS

 Le platine employé en tant que catalyseur est un polluant. Coûteux,


 Les piles à combustible sont chères : c'est pourquoi cette technologie ne s’est
pas développée davantage.
 Le dihydrogène est un combustible non-polluant. Cependant, il est rare d'où
l'obligation de le produire industriellement à partir d’un autre combustible
(hydrocarbures ou autre) : on parle alors de reformage. Ainsi, il peut être imaginé
de faire appel directement à des combustibles « standards », sans faire appel au
dihydrogène.
Des recherches visent à limiter ou à remplacer le platine et étudient la
possibilité d’utiliser directement des combustibles (comme des hydrocarbures ou
des alcools) sans avoir à les reformer en dihydrogène.

Dr. TEBANI Hocine Page 55


Production de l’énergie électrique

PRODUCTION DE L’ENERGIE ELECTRIQUE EN ALGERIE

1. INTRODUCTION

Dès son indépendance, en 1962, l'Algérie avait opté pour le développement


du secteur de l’énergie, dans le cadre d’une politique nationale visant le
développement des infrastructures électriques. Cette politique prévoit l'accès de la
population à l'électricité comme une priorité absolue pour l’amélioration de la
qualité de vie du citoyen et de la situation économique du pays. La charte nationale
en 1976, annonça la volonté de généralisation de l'électrification des ménagers à
travers tout le territoire national.
Ces dernières années, la demande en électricité a connu une évolution
importante et particulièrement en périodes estivale, atteignant des pics de
consommation importants. Cette forte augmentation de la demande est une
conséquence directe du changement des habitudes du consommateur et
l’amélioration de sa qualité de vie, ainsi que la pulsion donnée au secteur
économique et industriel.
Conscient de cet enjeux et de l’importance de l’accès à l’électricité pour les
citoyens, le secteur s’est fixé comme priorité de développer tous les axes
permettant de garantir la couverture à long terme, des besoins en électricité du
pays, notamment par la diversification des sources d’énergie, le développement du
parc de production électrique et des infrastructures de transport et de distribution
de l’électricité.
L’entreprise SONELGAZ en tant qu’entreprise publique au terme du
monopole conféré par l’Etat, assumait seule la mission de service public dans le
domaine de la distribution de l’électricité et du gaz.
La promulgation de la nouvelle loi n° 02-01 du 05 février 2002 a donné le
coup d’envoi pour la réorganisation du secteur et l’ouverture du marché électrique
à la concurrence, elle a également permis la réorganisation de Sonelgaz qui s’est
achevée en 2011, avec la création de la société holding « Sonelgaz » ainsi que
l’ensemble de ses sociétés filiales. Sonelgaz est aujourd’hui érigé en Groupe
industriel composé de 39 filiales et 5 sociétés en participation. Des filiales métiers
sont charges des activités de production de l’électricité, de transport et de la
distribution de l’électricité et du gaz.
2. HISTORIQUE DE LA SOCIETE DE PRODUCTION D’ELECTRICITE « SPE »
1910 : La mise en service de la première centrale hydraulique d'une puissance de
4.2MW au fil de l'eau dans les gorges du Rhumele à Constantine
1913 : Intégration de la filière thermique vapeur - TV dans le parc de production
par la mise en service de la première centrale thermique à vapeur fonctionnant au
charbon d'une puissance installée de 22MW à Mers El Kebir, Oran
1914 – 1920 : Développement important de la filière TV fonctionnant au charbon
avec la mise en services de 3 ouvrages
 Centrale El Hamma d'une puissance installée de 64MW
 Centrale d'Alger port d'une puissance installée de 34MW

Dr. TEBANI Hocine Page 56


Production de l’énergie électrique

 Centrale d'Annaba d'une puissance installée de 58MW

1950-1963 : Développement important de la filière Hydraulique TH avec la mise


en service de 9 ouvrages totalisant une puissance globale de 208MW
1960 : Intégration de la filière Turbine à Gaz par la mise en service de la première
turbine à gaz TG en Algérie (Haoud El Hamra) d'une puissance installée de 22MW
1962: La production de l'Electricité était assurée par la compagnie de l'Electricité
Gaz d'Algérie, la puissance installée était de 548MW
1969 : Création de la Sonelgaz par l'ordonnance N°6959 juillet 1969, l'activité de
la production de l'Electricité été intégrée dans cette dernière
1970-1979: Développement important du parc de production avec une
production à base de turbines à vapeur.
1980-1995: Introduction des paliers 100MW pour les TG et paliers 169-196MW
pour les TV
1995 : Introduction des paliers TG supérieur à 100MW jusqu'à 215MW
2002 : Promulgation de la loi sur l'électricité N°02-01 relative à l'électricité et à la
distribution du gaz par canalisation
Janvier 2004 : La direction de la production de l'électricité (DPE), Direction au
sein de la société Sonelgaz devient la Société de Production de l'Electricité SPE,
filiale issue de la restructuration de Sonegaz, au capitale de 35 milliards de dinars,
dont le siège sociale est sis, immeuble des 700 bureaux, route nationale n°38 Gué
de Constantine, Alger
2009 : Changement de dénomination : Société Algérienne de Production de
l’Electricité dénommée par abréviation SPE.
2010-2013 : Un rajeunissement du parc de production avec la mise en service
successives, de six (06) nouvelles centrales Turbine à Gaz d'une capacité totale de
2000MW.
SPE a donné naissance en avril 2013 à une autre filiale de production d'électricité
par scission dénommée SKTM.
2014 Horizons 2017 : Introduction du cycle combiné dans le parc de production
de SPE, Une technologie aux normes d'efficacité énergétique et du respect de
l'environnement.
3. LA PRODUCTION D’ELECTRICITE EN ALGERIE
Les impératifs de préservation de l’environnement imposent l’utilisation du
gaz naturel comme énergie primaire pour la production d’électricité, par rapport
aux autres énergies fossiles jugées polluantes, sachant que la ressource du gaz est
largement disponible en Algérie.
Mais la préoccupation environnementale exige aussi de développer d’autres
énergies dites propres et renouvelables comme l’énergie solaire et éolienne, dont
les gisements sont disponibles et abondants au sud du pays. Les perspectives de
relance de l’économie se traduiront également par un impact certain sur le plan

Dr. TEBANI Hocine Page 57


Production de l’énergie électrique

socio-économique et par conséquent, une augmentation notable de la


consommation d’électricité, notamment en saison estivale.
Les perspectives de relance de l’économie se traduiront également par un
impact certain sur le plan socio-économique et par conséquent, une augmentation
notable de la consommation d’électricité, notamment en saison estivale.
Aussi, pour répondre à ce besoin en électricité sans cesse croissant, un
programme ambitieux a été engagé pour le dédoublement des capacités de
production conventionnelle.
4. PRINCIPAUX PRODUCTEURS D’ELECTRICITE EN ALGERIE
Le parc de production national est constitué des centrales électriques de la
Société Algérienne de Production de l’Électricité (SPE), et des sociétés en
partenariat, à savoir:
 Kahrama Arzew mise en service fin 2005 ;
 Shariket Kahraba Skikda « SKS » mise en service en 2006 ;
 Shariket Kahraba Berrouaghia « SKB » (Médéa) mise en service en 2007;
 Shariket Kahraba Hadjret Ennouss « SKH » mise en service en 2009.
 Shariket Kahraba Terga « SKT » mise en service en 2012 ;
 Shariket Kahraba Koudiet Edraouch « SKD » mise en service en 2013.

5. CAPACITE DE PRODUCTION ET POTENTIALITES EN ENERGIE


ELECTRIQUE
5.1 CENTRALES DE PRODUCTION NATIONALE SPE

Le tableau suivant résume les centrales qui compose le parc de production


national de l’énergie électrique, un parc dominé par le cycle combiné avec cinq (5)
centrales d’une puissance totale de 5007 MW représentant un pourcentage de
35.87%, elles sont suivies par seize (16) centrales à gaz d’un totale de 4701 MW,
avec un pourcentage de 33.67%, et puis neuf (9) centrales à vapeur qui produisent
un total de 3833 MW (27.46%), viendront ensuite treize (13) centrales
hydrauliques avec un total de 269.208 MW soit 1.93%, et enfin 150 MW de la
puissance totale nette est produite par la nouvelle centrale hybride de Hassi R’Mel
qui représente 1.07% de la production totale.

Dr. TEBANI Hocine Page 58


Production de l’énergie électrique

Puis. Puis.
Région Localité Type Région Localité Type
(MW) (MW)
ALGER PORT TG FIXE 2x36 El oued EL OUED TG MOBILE 8x23
HAMMA 2 TG FIXE 2x209 TIGHEMT 1 TG FIXE 2x100
Laghouat
BAB EZZOUAR TG FIXE 4x27 TIGHEMT 3 TG FIXE 3x197
ALGER
HAMMA TG MOBILE 2x24 Hassi R’Mel H.RNORD TG FIXE 4x22
SABLETTE TG MOBILE 2x25 GHardaia GHARDAIA TG FIXE 2x8.5
BARAKI TG MOBILE 3x24 Béchar Béchar TG FIXE 4x6
3x15+2x
LARBAA TG FIXE 4x140 ADRAR TG FIXE
20+4x25
BOUFARIK 1 TG FIXE 4x24 ADRAR TG MOBILE 2x23
BOUFARIK 2 TG FIXE 3x235 KABERTENE TG MOBILE 2x23
Blida Adrar
4x23+
BOUFARIK 3 TG MOBILE 2x24 Z.KOUNTA TG MOBILE
4x25
2x23+
BENI MERED TG MOBILE 2x24 TIMIMOUN TG MOBILE
2x25
Tipaza AHMER EL AIN TG MOBILE 3x24 H.M.NORD 1 TG FIXE 5x24
Boumerdes RAS DJINET TV 4x168 H.M.NORD 2 TG FIXE 2x100
AMIZOUR TG MOBILE 8x23 H.M.NORD 3 TG FIXE 3x220
2x16+
IGHIL EMDA TH 2x12 Ouargla H.M.S TG FIXE
Bejaia 2x20
DARGUINAH TH H.M.ouest TG FIXE 4x123
MARSAT TV TV 5x168 H.M.Ouest TG MOBILE 4x23
RAVIN BLANC TV 1x73 OUARGLA TG MOBILE 4x24
IN SALAH
ORAN EST TG FIXE 2x40 ANCENNE TG FIXE 2x3.5
Oran
CENTRALE
Tamanrasset
IN SALAH
MARSAT TG FIXE 8x23 NOUVELLE TG FIXE 4x23
CENTRALE
Relizane RELIZANE TG FIXE 3x155 Biskra OUMACHE 2 TG FIXE 457
TIARET 1 TG FIXE 4x30 Khenchela LABREG TG FIXE 3x140
Tiaret
TIARET 2 TG FIX 3x100 M’SILA1 TG FIXE 2x23
Naama NAAMA TG FIXE 8x23 M’SILA2 TG FIXE 3x100
JIJEL TV 3x196 M’SILA M’SILA3 TG FIXE 2x215
ERRAGUENE TH 1x14.4 M’SILA4 TG MOBILE 12x24
JIJEL
MANOURIAH TH 2x50 AIN DJASSER 1 TG FIXE 2x126
Annaba ANNABA TG FIXE 2x36 Batna AIN DJASSER 2 TG FIXE 2x132
Skikda SKIKDA TV 2x131 Batna AIN DJASSER 3 TG FIXE 277.5

Oum el F’KIRINA 1 TG MOBILE 4x25


boua-gui F’KIRINA 2 TG FIXE 2x146
TOTAL 12019 MW

Tableau 1: Centrales qui compose le parc de production de l’énergie électrique

Dr. TEBANI Hocine Page 59


Production de l’énergie électrique

Figure 1: Carte des sites de production d’électricité en Algérie selon SPE

5.2 PLAN DE DEVELOPPEMENT DU PARC DE PRODUCTION SPE

La capacité de production additionnelle nationale prévue sur la période


2017-2026 est de 19 395,4 MW (tous réseaux confondus) dont 11 895,4 MW en
cours de réalisation (11 575,4 pour le RIN et 320 MW pour le réseau PIAT) et 7500
MW décidé dans le cadre du plan de développement à l’horizon 2026. Les 11 895,4
MW déjà décidés sont réparties comme suit :
 11 575,4 MW en conventionnel (TG et CC) pour le RIN (Réseau Interconnecté
National),

 320 MW (TG mobile) pour le PIAT,


Puissance Date de mise en
Région Localité Type
installée service
Sétif Ain arent CC 1015 Avril 2019
Boumerdes Ras djinet CC 1131 Décembre 2018
Nàama Méchria CC 1163 Juin2020
Khenchela Kais CC 1266 Mai2020
Biskra Oumach 1 CC 1338 Mai2020
Jijel Bellara CC 1398 Mai2020
Djelfa Ain ouessara CC 1262 Novembre2020
Mostaghanem Sonaghter CC 1450 Juin2021
Batna Ain djasser 2 TG 139 Février 2018
Oran Boutlélis TG 446 Juin 2018
Hassi R’Mel Timghemt 2 TG 368 Juin 2018
TOTAL 10 976 MW

Tableau 2: Plan de développement des Moyens de production de l’électricité


en turbine à Gaz et cycle combiné 2018-2021

Dr. TEBANI Hocine Page 60


Production de l’énergie électrique

Figure 2: sites des centrales CC et TG des projets SPE à réaliser en


2018-2021

Pour le pôle In Salah – Adrar - Timimoun, le parc sera renforcé avec plus
de 320 MW sur la période 2018-2025.
A noter que 320 MW (16 TG mobiles) ont déjà été installés au niveau du PIAT
: 02 groupes à Adrar, 04 groupes à Timimoun, 08 groupes à Zaouiet Kounta et 02
groupes à Kabertene.

5.3 CAPACITES DES ENERGIES RENOUVELABLES

TWh 2002 2009 2010 2011 2012 2015


Solaire _ 0,004 0,004 0,062 0,069 0,9
Partie PV - 0,004 0,004 0,004 0,011 0,8
Partie thermique - - - 0,058 0,058 0.1
Eolien - - - - - -
Hydraulique 0,057 0,306 0,174 0,378 0,389 -
Fossiles 29,7 40 47,9 51,2 56,7 67
Total des renouvelables 0,057 0,31 0,187 0,417 0,458 0,9
Total conventionnel 29,7 40 47,9 51,2 56,7 67
Total de la production 29,8 40,3 48,1 51,6 57,2 67,9
Pourcentage des
0,2% 0,8% 0,4% 0,8% 0,8% 1,3%
renouvelables

Tableau 3: Production d’électricité par source pour la période


de 2002-2015

Dr. TEBANI Hocine Page 61


Production de l’énergie électrique

Figure 3: structure de production d’électricité 2002-2015


5.4 PLAN DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES

Suite au lancement du programme de développement des énergies


renouvelables et de l’efficacité énergétique, adopté en février 2011 par le
Gouvernement, il est apparu dans sa phase expérimentale et de veille
technologique, des éléments nouveaux et pertinents sur la scène énergétique,
aussi bien nationale qu’internationale, nécessitant la révision du programme de
développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.
Parmi ces éléments, il convient de citer:
 Une meilleure connaissance du potentiel national en énergies renouvelables à
travers les études engagées, lors de cette première phase, notamment les
potentiels solaire et éolien;
 La baisse des coûts des filières photovoltaïque et éolienne qui s’affirment de plus
en plus sur le marché pour constituer des filières viables à considérer (maturité
technologique, coûts compétitifs …)
Ainsi, le programme des énergies renouvelables actualisé
consiste à installer une puissance d’origine renouvelable de l’ordre de 22 000
MW à l’horizon 2030 pour le marché national, avec le maintien de l’option de
l’exportation comme objectif stratégique, si les conditions du marché le
permettent.
Les projets de production de l’électricité dédiés au marché national seront
menés en deux étapes:
Première phase 2015 - 2020 : Cette phase verra la réalisation d’une puissance
de 4000 MW, entre photovoltaïque et éolien, ainsi que 500 MW, entre biomasse,
cogénération et géothermie.
Deuxième phase 2021 - 2030 : Le développement de l’interconnexion électrique
entre le Nord et le Sahara (Adrar), permettra l’installation de grandes centrales
d’énergies renouvelables dans les régions d’In Salah, Adrar, Timimoun et Béchar et
leur intégration dans le système énergétique national.

Dr. TEBANI Hocine Page 62


Production de l’énergie électrique

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Énergie, électricité et nucléaire, Gilbert NAUDET et Paul REUSS, Institut


National Des Sciences Et Techniques Nucléaires, EDP Sciences 2008, 17,
avenue du Hoggar Parc d’activités de Courtabœuf, BP 112, 91944 Les Ulis
Cedex A, France.

2. Electrotechnique, Théodore Wildi Avec la collaboration de Gilbert Sybille,


3 ème édition, Editions de Boeck Université, Rue des Minimes 39, B-1000
P P

Bruxelles.

3. Turbomoteurs à Combustion Interne, Gicquel Renaud, Extrait de


"Systèmes Energétiques, tome 2", Presses de l'Ecole des Mines de Paris.

4. Les piles électriques et l’électricité dynamique, PIERRE LANGLOIS.


Éditions Multi-Mondes 2006 930, rue Pouliot Québec (Québec) G1V 3N9
Canada.

5. La pile à Combustible, Structure - Fonctionnement – Applications par


Méziane Boudellal, Editions Dunod, juin 2007.

6. Cellules solaires, Les bases de l’énergie photovoltaïque par Anne


Labouret, Pascal Cumunel, Jean-Paul Braun Et Benjamin Faraggi. 5 èmé P P

Editions Dunod Paris, 2010.

7. Energie électrique, Traite d’électricité. V. XII. M. Aguet et al., 1990.

8. Lumière news, Revue trimestrielle éditée par SPE/Spa Société Algérienne


de Production de l’Electricité Filiale du groupe Sonelgaz.

9. Énergie Éolienne, Principes et Études de cas, Marc Rapin Jean-Marc


Noël, Editions Dunod Paris, 2010.

Dr. TEBANI Hocine Page 63

Vous aimerez peut-être aussi