Vous êtes sur la page 1sur 38

ⴰⵙⴳⴱⵔ

 ⵜⴰⵙⵜⵓⵜ
 ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ
ⵉⵎⵎⴰⴽⵏ ⵏ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ
ⵉⵙⴳⵔⵏ ⵏ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ
ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ
ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ
 ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵔⴰⵎⵢⴰⴳⵜ (phrase non verbale)
 ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵏⵎⵢⴰⴳⵜ ( phrase verbale)
 ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵏⴰⵍⴰⵡⵜ ( phrase decarative)
 ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵙⵇⵙⴰⵢⵜ ( phrase interrogative)
 ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵏⴰⵥⴰⴼⵜ (phrase exclamative)
 ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵏⴰⴹⵜ ( phrase impérative)
 ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵏⴰⴱⴰⵡⵜ ( phrase négative)
ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ

ⵜⴳⴰ ⵢⴰⵜ ⵜⴳⵔⵓⵎⵎⴰ ⵏ ⵜⴳⵓⵔⵉⵡⵉⵏ ⵍⵍⵉ ⴷⴰⵔ ⵉⵍⵍⴰ ⵓⵏⴰⵎⴽ

ⵉⵖ ⴳⵉⵙ ⵉⵍⵍⴰ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⵉⵖ ⴳⵉⵙ ⵓⵔ ⵉⵍⵍⵉ ⵓⵎⵢⴰⴳ

ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵏⴰⵎⵢⴰⴳⵜ ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵔⴰⵎⵢⴰⴳⵜ

ⵉⵖ ⴳⵉⵙ ⵓⴳⴳⴰⵔ ⵏ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⵉⵖ ⴳⵉⵙ ⵉⵍⵍⴰ ⵢⴰⵏ ⵓⵎⵢⴰⴳ

ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⵓⴷⴷⵉⵙⵜ ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⴼⵔⴰⵔⵜ


ⵜⴰⵙⵜⵓⵜ

la phrase ou énoncé est une unité présentant un sens complet obéissant à des règles, et
qui peut-être composée en un certain nombre de constituants, au minimal un sujet et un verbe
ou bien un prédicat. La phrase peut être produite par un énoncé oral ou bien par écrit dans les
journaux et les livres… ou seulement comme des pensés.

ⴰⵎⴷⵢⴰ(exemple ):
✓ ⵉⴷⴷⴰ ⵉⴷⴷⴰ ⵙ ⵜⵉⵏⵎⵍ
 ⵜⴳⴰ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ ⵢⴰⵏ ⵓⴼⵔⴷⵉⵙ ⵍⵍⵉ ⵉⵙⵙⵏⴽⴰⴷⵏ ⴰⵏⴰⵎⴽ ⵉⵙⵎⴷⵏ, ⵢⵓⵇⵇⵔⵏ ⵢⴰⵜ ⵜⴷⴰⵍⴰ ⵏ ⵜⵍⴳⴰⵎⵉⵏ, ⵉⵍⵉⵏ
ⴳⵉⵙ ⵜⵓⴳⵜⵜ ⵏ ⵉⵙⴳⵔⴰⵏ, ⴰⵎ ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ ⴷ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⵏⵖⴷ ⵉⵎⵏⵏⵉ , ⴷⴰ ⵜⵜ ⵏⵙⴽⴰⵔ ⵙ ⵜⵖⴰⵔⴰⵙⵜ
ⵜⴰⵎⵉⵡⴰⵏⵜ ⵏⵖⴷ ⵙ ⵜⵖⴰⵔⴰⵙⵜ ⵜⴰⵎⵉⵔⴰⵏⵜ (ⵜⵉⵔⵔⴰ) ⴳ ⵉⴷⵍⵉⵙⵏ ... ⴷ ⵉⵣⴹⴰⵕ ⴰⴷ ⵜⴳ ⵖⵉⵔ
ⵜⵉⵡⵉⵏⴳⵉⵎⵉⵏ.
Les critères de la phrase
ⵉⵎⵎⴰⴽⵏ ⵏ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ

En général toutes les phrases doit répondre obligatoirement au trois critères suivants :
ⵙ ⵓⵎⴰⵜⴰ ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵖⵔⵙ ⴽⵕⴰⴹ ⵡⴰⵎⵎⴰⴽⵏ ⵉⴳⵊⴷⴰⵏⵏ, ⵉⵍⵍⴰ ⵖⵉⴼⵙ ⴰⴷ ⵜⵏ ⵜⵓⵇⵇⵔ
 ⴰⵎⵎⴰⴽ ⵏ ⵜⵙⵏⴰⵎⴽⵜ (Critère sémantique ): la phrase doit véhiculer un sens, et le
message doit être compréhensible pour permettre la commination.
ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⴰⴷ ⵖⵓⵔⵙ ⵢⵉⵍⵉ ⵡⴰⵏⴰⵎⴽ, ⵜⴱⵔⴰⵜ ⴰⴷ ⵜⴼⴰⵡ, ⴰⴼⴰⴷ ⴰⵎⵢⴰⵡⴰⴹ ⴰⴷ ⵉⵎⵓⵔⵙ
 Critère mélodique : La phrase doit être accompagnée d’une courte intonative,
cette intonation permet de dégager son type.
ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵉⵇⵇⴰⵏ ⴷ ⴰⴷ ⵜⵎⵓⵏ ⴷ ⵢⴰⵏ ⵓⵍⵍⵖⵓ ⵍⵍⵉ ⵔⴰⴷ ⴰⵖ ⵉⴼⴽ ⴰⵏⴰⵡ ⵏⵙ
 ⴰⵎⵎⴰⴽ ⵏ ⵜⵙⴷⴷⴰⵙⵜ (Critère syntaxique ): Ce critère implique que tous les
éléments constituants de la phrase sont reliés par des rapports grammaticaux et que chaque
élément peut avoir des fonctions syntaxiques .
ⵉⴼⵔⴷⵉⵙⵏ ⵉⵙⴳⵔⴰⵏ ⵏ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ ⵙ ⵓⵎⴰⵜⴰ ⵉⵇⵇⴰⵏ ⴷ ⴰⴷ ⴷⴰⵔⵙ ⵜⵉⵍⵉ ⵢⴰⵜ ⵜⵣⴷⴰⵢⵜ
ⵜⴰⵊⵕⵓⵎⴰⵏⵜ, ⴷ ⴽⵓ ⴰⴼⵔⴷⵉⵙ ⴰⴷ ⴷⴰⵔⵙ ⵜⵉⵍⵉ ⵜⵙⵖⵏⴰⵏⵜ ⵏ ⵜⵙⴷⴷⴰⵙⵜ
La structure de la phrase et l’ordre des constituants
ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ ⵏ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ ⴷ ⵓⵏⵎⴰⵍⴰ ⵏ ⵉⴼⵔⴷⵉⵙⵏ
 ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ (L’ordre) :
La langue amazighe légitime six ordres différents :
ⵜⵓⵜⵍⴰⵢⵜ ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ ⵖⵔⵙ ⵙⴹⵉⵙ ⵉⵏⵎⴰⵍⴰⵜⵏ ⵉⵎⵣⴰⵔⴰⵢⵏ
 VSO : ⵉⵛⵛⴰ ⵃⵎⵎⵓ ⵉⵎⵏⵙⵉ
 SVO : ⵃⵎⵎⵓ ⵉⵛⵛⴰ ⵉⵎⵏⵙⵉ

 VOS : ⵉⵛⵛⴰ ⵉⵎⵏⵙⵉ ⵃⵎⵎⵓ


 OVS : ⵉⵎⵏⵙⵉ ⵉⵛⵛⴰ ⵜ ⵃⵎⵎⵓ
 SOV : ⵃⵎⵎⵓ ⵉⵎⵏⵙⵉ ⵉⵛⵛⴰ ⵜ

 OSV : ⵉⵎⵏⵙⵉ ⵃⵎⵎⵓ ⵉⵛⵛⴰ ⵜ


➢ ⵜⴰⵏⵏⴰⵢⵉⵏ (Remarques):

 L’ordre (VSO) est l’ordre le plus attesté en amazighe, c’est le plus fréquent dans
les trois parlers de l’amazighe marocain.
ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ ⵏ ( ⴰⵎⵢⴰⴳ ⴷ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⴷ ⵓⵙⵎⵎⵓⴷ) ⵉⴳⴰ ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ ⵍⵍⵉ ⴱⴰⵀⵔⴰ ⵉⵍⵍⴰⵏ ⴳ ⵜⵎⴰⵣⵉⵖⵜ ⵙ
ⵓⵎⴰⵜⴰ

 L’ordre (SVO) est le deuxième ordre attesté en rifain après l’ordre VSO.
ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ ⵏ ( ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⴷ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⴷ ⵓⵙⵎⵎⵓⴷ) ⵉⵍⵍⴰ ⵙ ⵜⵓⴽⵜⵜ ⴳ ⵜⵔⵉⴼⵉⵜ

 L’ordre (SOV) est un ordre grammatical, mais il comporte un pronom affixe de


reprise, qui n’apparaît pas dans la phrase de base.

ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ ⵍⵍⵉⵖ ⵉⵣⵡⴰⵔ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⵙ ⵓⵙⵎⵎⵓⴷ ⵙ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⵉⴳⴰ ⵢⴰⵏ ⵓⵏⵎⴰⵍⴰ ⴰⵊⵕⵓⵎⴰⵏ
ⵉⵎⵓⵏ ⴷ ⴷ ⵢⴰⵏ ⵓⵎⵇⵇⵉⵎ ⵓⵙⵍⵉⵖ ⵍⵍⵉ ⵓⵔ ⵉⵍⵍⴰⵏ ⴳ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⴳⵊⴷⴰⵏⵜ

 Les deux ordres (OSV,SOV) sont des formes exclut en rifain selon C.kaddour.

ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ ⵏ (OSV, SOV) ⴳⴰⵏ ⵓⵥⵍⴰⵢⵏ ⵍⵍⴰⵏ ⴳ ⵜⵔⵉⴼⵢⵜ


Après cette analyse, qui a montré que l’ordre superficiel VSO est le plus attesté dans toutes les variantes
dialectales de la langue amazighe, et même les recherches et les études et les approches syntaxiques
concernant cette langue ont illustrées l’ordre VSO comme l’ordre canonique : Basset(1952), Chaker(1975),
El moujahid(1997)…, même s’il existe des structures qui affichent les ordres :SVO,OVS,SOV,OSV, ne sont
que des résultats d’une inversion de l’ordre canonique VSO, par la thématisassions, Ex :

ⵍⵍⵉⵖ ⵏⵙⴽⵔ ⴰⵙⴼⵙⵉ ⴰⴷ ⵏⵓⴼⴰ ⵎⴰⵙ ⴷ ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ ⵍⵍⵉ ⵉⴳⴰⵏ ⴰⵎⴰⵜⵜⵓⵢ ⴳ ⴽⵓ ⴰⵢⵢⴰⵡⵏ ⵏ ⵜⵓⵜⵍⴰⵢⵜ
ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ ⵉⴳⴰ ⴰⵜ ⵓⵏⵎⴰⵍⴰ ⵍⵍⵉⵖ ⵉⵣⵡⴰⵔ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⵉⴹⴼⵓⵕ ⵜ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⵙ ⵓⵙⵎⵎⵓⴷ, ⵉⵔⵣⵓⵜⵏ ⵍⵍⵉ
ⵜⵡⴰⵙⴽⴰⵔⵏⵉⵏ ⴳ ⵎⵏⵉⴷ ⴰⴷ ⵉⵡⵉⵏ ⴷ ⵎⴰⵙ ⴷ ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ ⴰⴷ ⵉⴳⴰ ⴰⴳⵊⴷⴰⵏ ⴳ ⵜⵎⴰⵣⵉⵖⵜ, ⵡⴰⵅⵅⴰ ⵍⵍⴰⵏ ⵡⴰⵏⵡⵏ ⴰⵏⵏ
ⵢⴰⴹⵏⵉⵏ ⵙⵍⴰⵡⴰⵏ ⴰⴽⴽⵯ ⴳ ⵜⵔⵉⴼⵉⵜ ⵎⴰⵛ ⵓⵔ ⴷⴰⵔ ⵙⵏ ⵜⵉⵣⵉⵎⵎⴰⵔ ⴳ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ ⴰⵎ ⴰⵎⵣⵡⴰⵔⵓ

 VSOSVO : ⵉⴷⴷⴰ ⵉⴷⴷⵔ ⵙ ⵜⵉⵏⵎⵍ (La phrase de base)

ⵉⴷⴷⵔ, ⵉⴷⴷⴰ ⵙ ⵜⵉⵏⵎⵍ (La phrase thématisée)


 VSOOVS : ⵉⵙⵖⴰ ⵙⵉⴼⴰⵡ ⵜⴰⴷⴷⴰⵔⵜ (La phrase de base)

ⵜⴰⴷⴷⴰⵔⵜ, ⵉⵙⵖⴰ ⵜⵜ ⵙⵉⴼⴰⵡⵜ (La phrase thématisée)

 VSOSOV : ⵉⴱⴱⵉ ⵃⵎⴰⴷ ⴰⴽⵛⵓⴹ (La phrase de base)

ⵃⵎⴰⴷ, ⴰⴽⵛⵓⴹ ⵉⴱⴱⵉ ⵜ (La phrase thématisée)


En général la langue amazighe présente deux principales structures :
VSO comme ordre dominant, et SVO moins attesté en rifain. (78% des
énoncés actualisent l’ordre VSO, et 22% l’ordre SVO.)Selon une étude d’un
corpus par C.kaddour. Les autres ordres sont manifestement marginaux.
ⵙ ⵓⵎⴰⵜⴰ ⵜⵓⵜⵍⴰⵢⵜ ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ ⴳⵉⵙ ⵙⵉⵏ ⵡⴰⵏⴰⵡⵏ ⵏ ⵓⵏⵎⴰⵍⴰ, ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ ⵍⵍⵉⵖ ⵉⵍⵍⴰ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⴳ
ⵜⵣⵡⵓⵔⵉ ⵉⴹⴼⵕ

ⵜⵜ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⵙ ⵓⵙⵎⵎⵓⴷ ⵡⴰⴷ ⵉⵍⵍⴰ ⵙ ⵜⵓⴳⵜⵜ, ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ ⵏ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⵙ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⵙ ⵓⵙⵎⵎⵓⴷ ⵉⵍⵍⴰ ⴳ
ⵜⵔⵉⴼⵉⵜ ⵎⴰⵛⵛ ⵉⴷⵔⵓⵙ.

ⵣⵖ ⵓⵛⵏⵓⴱⵛ ⵅⴼ ⵓⴳⵔⵉⵡ ⵍⵍⵉ ⵉⵙⴽⵔ ⵓⵎⵕⵣⵓ ⵇⴰⴷⵉ ⵇⴷⴷⵓⵔ ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ ⴰⵎⵣⵡⴰⵔⵓ ⵉⴳⴰ 78%
ⵉⴳ ⵡⵉⵙⵙ ⵙⵉⵏ 22%, ⵉⵏⵎⴰⵍⴰⵜⵏ ⴰⵏⵏ ⵢⴰⴹⵏⵉⵏ ⵓⵔ ⴷⴰⵔⵙⵏ ⵜⴰⴷⵓⵙⵉ ⵏ ⵡⵉⴷ.
Les constituants de la phrase :
ⵉⵙⴳⵔⵏ ⵏ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ
 ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ Le sujet :
Les études effectuées sur l’amazighe montrent que la notion du sujet est problématique en amazighe.
ⵉⵕⵣⵓⵜⵏ ⵍⵍⵉ ⵜⵡⵙⴽⴰⵔⵏⵉⵏ ⵅⴼ ⵜⵓⵜⵍⴰⵢⵜ ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ ⵉⵡⵉⵏ ⴷ ⵎⴰⵙ ⴷ ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ ⵉⴳⴰ ⴰⵎⵓⴽⵔⵉⵙ ⴳ ⵜⵎⴰⵣⵉⵖⵜ
 ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ ⴰⵊⵕⵓⵎⴰⵏ (Le sujet grammatical (Le sujet nul)) :
En commençant par cette Ex: ⵉⴷⴷⴰ ,C’est l’énoncé minimal grammatical en amazighe. La position
antéposé et postposé au verbe sont remplient par un élément nul. L’indice de personne (ⵉ), lié au radical du
verbe est considéré comme un affixe doté de traits grammaticaux du sujet manquant. Ce type de sujet fait
partie intégrante du groupe verbal. Ces indices de personnes qui identifient le sujet sont obligatoires, dans
toutes énoncés verbaux.

ⴰⵎⴷⵢⴰ : ⵉⴷⴷⴰ
ⴰⵎⴷⵢⴰ ⴰⴷ ⵉⴳⴰ ⵢⴰⵜ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵎⵥⵢⴰⵏⵜ ⵜⴰⵊⵕⵓⵎⴰⵏⵜ ⴳ ⵜⵎⴰⵣⵉⵖⵜ, ⴷ ⵖⵉⴷ ⵜⴰⵎⴰⵜⴰⵔⵜ
ⵜⵓⴷⵎⴰⵡⴰⵏⵜ (ⵉ) ⵜⵣⴷⵉ ⴷ ⵓⴼⴳⴳⴰⴳ ⵏ ⵓⵎⵢⴰⴳ, ⵜⴰⵎⴰⵜⴰⵔⵜ ⴰⴷ ⵜⴳⴰ ⵓⵙⵍⵉⵖ ⵍⵍⵉ ⵎⵉ ⵏⵜⵜⵉⵏⵉ
ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ ⴰⵊⵕⵓⵎⴰⵏ, ⴰⵏⴰⵡ ⴰⴷ ⴰⵔ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉ ⴷ ⵜⴷⴰⵍⴰ ⵜⴰⵏⴰⵎⵢⴰⴳⵜ ⵍⵍⵉ ⵉⴳⴰⵏ ⵜⴰⵎⴰⵜⴰⵔⵜ ⵏ
ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ.
 ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ ⵏ ⵓⵎⴰⵡⴰⵍ (Le sujet lexical ( ⴰⵙⵎⵎⵓⴷ ⴰⵏⴼⵔⴰⵢ Le complément explicatif) ):

Ce type de sujet est facultatif. Il sert à expliquer la nature de l’indice de personne intégrant

au verbe. Le sujet lexical (Le complément explicatif) peut être postposé ou antéposé au verbe,

lorsqu’il est postposé au verbe se met à l’état d’annexion obligatoirement. Ex : ⵉⴼⴼⵖ

ⵓⵔⴳⴰⵣ Contrairement lorsqu’il est antéposé au verbe, le sujet lexical se met à l’état libre.

Ex :

ⴰⵔⴳⴰⵣ ⵉⴼⴼⵖ .

ⴰⵏⴰⵡ ⴰⴷ ⵏ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⵓⵔ ⵉⴳⵉ ⴰⵣⵓⵛⵛⵍ, ⵏⵜⵜⴰ ⴰⵔ ⴰⵖ ⵉⵙⵙⴼⵔⵓ ⴰⵏⴰⵡ ⵏ ⵜⵎⴰⵜⴰⵔⵜ ⵜⵓⴷⵎⴰⵡⴰⵏⵜ ⵍⵍⵉ

ⵉⵣⴷⵉⵏ ⴷ ⵓⵎⵢⴰⴳ, ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ ⴰⴷ ⴰⵔ ⴰⵙ ⵏⵜⵜⵉⵏⵉ ⴰⵙⵎⵎⵓⴷ ⴰⵎⵙⴼⴰⵔⵡ ⵉⵣⴹⴰⵕ ⴰⴷ ⵢⵉⵍⵉ ⴳ

ⴷⴰⵜ ⵏ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⵏⵖ ⴹⴰⵕⵜ ⵏⵙ. ⵜⵉⵣⵉ ⵏⵏⴰ ⵉⵍⵍⴰ ⴳ ⴹⴰⵕⴰⵜ ⵏ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⴷⴰ ⵜ ⵏⵜⵜⴰⵔⴰ ⵙ ⵡⴰⴷⴷⴰⴷ

ⴰⵎⴰⵔⵓⵣ, ⵉⵖ ⵉⵍⵍⴰ ⴳ ⴷⴰⵜ ⵏ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⴰⵔ ⵉⵜⵜⵢⵓⵔⴰ ⵙ ⵡⴰⴷⴷⴰⴷ ⵉⵍⴻⵍⵍⵉ

ⵉⴼⴼⵖ ⵓⵔⴳⴰⵣ

ⴰⵔⴳⴰⵣ ⵉⴼⴼⵖ
En général, le sujet soit postposé ou antéposé au verbe peut être assuré par
des éléments de nature différentes

ⵙ ⵓⵎⴰⵜⴰ ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ ⵉⵣⴹⴰⵕ ⴰⴷ ⵢⵉⵍⵉ ⴷⴰⵜ ⵏ ⵓⵎⵢⴰⴽ ⵏⵖ ⴹⴰⵕⴰⵜ ⵏⵙ , ⴷ


ⵉⵣⴹⴰⵕ ⴰⴷ ⵉⴳ ⵢⴰⵏ ⵣⵖ ⵉⴼⵔⴷⵉⵙⵏ ⴰⴷ:

 ⴰⵙⵙⴰⵖ ⴰⵙⵓⴷⵙⴰⵏ (Un nom ordinaire) :

ⵜⵕⴰⵃ ⵜⵎⵣⵡⴰⵔⵓⵜ

ⵜⴰⵎⵣⵡⴰⵔⵓⵜ, ⵜⵕⴰⵃ

 Un nom de parenté :

ⵉⵛⵛⴰ ⵡⵓⵎⴰ

ⵡⵓⵎⴰ, ⵉⵛⵛⴰ
 ⴰⴼⵔⵉⵙ (Un adjectif (Nom de qualité) ):

ⵉⵎⵎⵓⵜ ⵓⵎⵖⴰⵕ

ⴰⵎⵖⴰⵕ, ⵉⵎⵎⵓⵜ

 ⴰⵎⵇⵇⵉⵎ ⴰⵙⵉⵎⴰⵏ (Un pronom autonome) :

ⵢⵓⵙⵉ ⴷ ⵏⵜⵜⴰ

ⵏⵜⵜⴰ, ⵢⵓⵙⵉ ⴷ
 ⴰⵎⵇⵇⵉⵎ ⴰⵎⵙⴽⴰⵏ (Un pronom démonstratif ):

ⵉⴽⵛⵎ ⴷ ⵡⴰⵏⵏ

ⵡⴰⵏⵏ, ⵉⴽⵛⵎ ⴷ

 ⴰⵎⵇⵇⵉⵎ ⴰⵔⵓⵏⵎⵉⵍ (Un pronom indéfini) :

ⵉⴼⴼⵖ ⵉⵊⵊ ⵏ ⵓⵔⴳⴰⵣ

ⵉⵊⵊ ⵏ ⵓⵔⴳⴰⵣ

 ⴰⵎⵇⵇⵉⵎ ⵉⵎⵉⵍⵉ (Un pronom possessif ):

ⵉⴼⵓⵍⴽⵉ ⵡⵉⵏⵏⵓⵏ

ⵡⵉⵏⵏⵓⵏ, ⵉⴼⵓⵍⴽⵉ

 ⴰⵏⵎⴹⴰⵏ (Un numéral ):

ⵜⵙⴰⵡⵍ ⵢⴰⵜ

ⵢⴰⵜ, ⵜⵙⴰⵡⵍ
➢ seul les indices de personne affixe au verbe qui sont obligatoires, les autres
éléments étant facultatifs, En plus les indices de personne, les pronoms
autonomes, et les différents éléments qui assurent la fonction sujet, peuvent
apparaître en même temps :

➢ ⵜⴰⵎⴰⵜⴰⵔⵜ ⵜⵓⴷⵎⴰⵡⴰⵏⵜ ⵜⵓⵙⵍⵉⵖⵜ ⴷ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⵜⴳⴰ ⴰⵣⵓⵛⵛⵍ, ⵉⴼⵔⴷⵉⵙⵏ ⴰⵏⵏ


ⵢⴰⴹⵏⵉⵏ ⵓⵀⵓ, ⵜⵉⵎⴰⵜⴰⵔⵉⵏ ⵜⵓⴷⵎⴰⵡⴰⵏⵉⵏ ⴷ ⵉⵎⵇⵇⵉⵎⵏ ⵉⵙⵉⵎⴰⵏⵏ ⴷ ⴽⵓ
ⵉⴼⵔⴷⵉⵙⵏ ⴰⵏⵏ ⵍⵍⵉ ⴷⴰⵔ ⵜⵍⵍⴰ ⵜⵙⵖⵏⴰⵏⵜ ⵏ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⵉⵣⴹⴰⵕ ⴰⴷ ⵜⵏⵜ ⵉⵏⵏ
ⵏⴰⴼ ⴳ ⵢⴰⵜ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ:

ⴰⵎⴷⵢⴰ :

ⵜⴼⵜⴰ ⵢⴰⵜ ⵜⵎⵖⴰⵕⵜ ⵎⵇⵇⵓⵔⵏ ⵏⵜⵜⴰⵜ ⵙ ⵜⴳⵎⵎⵉ


Le complément d’objet direct :
ⴰⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ ⵓⵙⴽⴽⵉⵏ ⵓⵙⵔⵉⴷ
 Le COD, nécessite un verbe transitif. En amazighe la plupart des verbes peuvent passer de COD, donc il
apparaît dans la plupart des énoncés. Le COD se place directement après le verbe dans l’énoncé minimal :
ⴰⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ ⵓⵙⴽⴽⵉⵏ ⵓⵙⵎⵉⴷ ⴷⴰ ⵉⵜⵡⴰⵙⴽⴰⵔ ⵙ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⴱⵓ ⵓⵙⵎⵎⵓⴷ, ⴳ ⵜⵎⴰⵣⵉⵖⵜ ⴰⵟⵟⴰⵙ ⵏ ⵉⵎⵢⴰⴳⵏ
ⵖⵓⵔⵙⵏ ⴰⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ ⵓⵙⴽⴽⵉⵏ ⵓⵙⵔⵉⴷ ⴷ ⴰⵔ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉ ⴹⴰⵕⴰⵜ ⵏ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⴳ ⵜⵡⵉⵏⴰⵙ ⵜⵎⵥⵢⴰⵏⵉⵏ
ⴰⵎⴷⵢⴰ (Ex) ⵉⵙⵖⴰ ⴰⴷⵍⵉⵙ
Ou après le sujet lexical dans un énoncé étendu :
ⵏⵖⴷ ⴹⴰⵕⴰⵜ ⵏ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⵣⵓⵏⴷ ⴳ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ ⴰⴷ:
ⴰⵎⴷⵢⴰ (Ex ):
ⵢⵓⴽⵔ ⵄⵍⵉ ⵉⴷⵓⴽⴰⵏ ⴳ ⵓⴳⴰⴷⴰⵣ
Le COD est le nominal directement postposé au verbe, avec l’état libre. Mais il existe un seul cas, qui se place,
même s’il est un nominal en position antéposé au verbe : Ex : ⵜⴰⵍⵍⴰⵙⵜ, ⵉⵖⵔⴰ ⵜⵜ ⵙⵉⴼⴰⵡ. Le COD peut
être remplacé par un pronom affixe dans ce cas, ce pronom se place après le verbe et devant le sujet : Ex :
ⵉⵖⵔⴰ ⵜⵜ ⵙⵉⴼⴰⵡ
S’il existe des particules préverbales, le pronom se place après la particule et devant le verbe : Ex:

ⵓⵔ ⵜⵜ ⵉⵖⵔⵉ ⵙⵉⴼⴰⵡ
En général la fonction COD peut être assurée par :
 ⴰⵖⵔⵉⴽ(Un nom substantif ) :
ⵢⵓⵣⵏ ⵜⴰⴱⵔⴰⵜ
 ⴰⵙⵙⴰⵖ ⵏ ⵓⵎⴹⴰⵏ (Un nom de nombre) :
ⵉⵙⵖⴰ ⵙⵏⴰⵜ ⵜⴳⵎⵎⴰ
 ⵜⴰⴷⵍⴰ ⵜⴰⵙⵎⴰⵡⴰⵏⵜ (Un groupe nominal) :
ⵉⵙⵡⴰ ⴰⵎⴰⵏ ⵏ ⵡⴰⵏⵓ
 ⴰⴼⵔⵉⵙ (adjectif ) :
ⵉⴳⴰ ⴰⵣⴳⴳⵯⴰⵖ
 ⴰⵎⵇⵇⵉⵎ ⵓⵙⵍⵉⵖ (Un pronom affixe) :
ⵉⵣⵏⵣⴰ ⵜⵜ
 ⴰⵎⵙⴽⴰⵏ (Un démonstratif) :
ⵉⵃⵍⴰ ⵡⴰⵏⵏ
 ⴰⵔⵓⵏⵎⵉⵍ (Un indéfini) :
ⵉⵥⵕⴰ ⵉⵊⵊ ⵏ ⵜⵎⵖⴰⵔⵜ ⵉⵙⴱⵃⵏ
 ⴰⵎⵇⵇⵉⵎ ⵉⵎⵉⵍⵉ (Un pronom possessif ) :
ⵉⵙⵖⴰ ⵡⵉⵏⵓ (Il a acheté le mien)
Le complément d’objet indirect
ⴰⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ ⵓⵙⴽⴽⵉⵏ ⵡⴰⵔⵓⵙⵔⵉⴷ

 Le COI est toujours relie au prédicat par un morphème relationnel : la


préposition dative (ⵉ) qui lui permet d’afficher l’état d’annexion,:

ⴰⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ ⵓⵙⴽⴽⵉⵏ ⵡⴰⵔⵓⵙⵎⵉⴷ ⵉⵣⴷⵉ ⴷ ⵉⵎⵏⵏⵉ ⵙ ⵢⴰⵏ ⵓⵎⵓⵕⴼⵉⵎ


ⴰⵎⴰⵇⵇⴰⵏ: ⵜⴰⵏⵣⵖⵜ (ⵉ) ⵏⵜⵜⴰⵜ ⴰⴷ ⵉⵜⵜⴰⵊⴰⵏ ⴰⴼⴰⴷ ⴰⴷ ⵢⵉⵍⵉ ⵡⴰⴷⴷⴰⴷ
ⴰⵎⴰⵔⵓⵣ

ⵉⴼⴽⴰ ⵃⵎⵎⵓ ⵜⵓⴳⴰ ⵉ ⵜⴼⵓⵏⴰⵙⵜ

Le COI peut être remplacer par pronom personnel affixe, dans ce cas, il se place entre le
verbe et le sujet lexical suivi de COD.

ⴳ ⴽⵔⴰ ⵏ ⵡⴰⴷⴷⴰⴷⵏ ⴰⵎⵇⵇⵉⵎ ⵓⴷⵎⴰⵡⴰⵏ ⵓⵙⵍⵉⵖ ⴰⵔ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉ ⴳ ⵓⴷⵖⴰⵔ ⵏ ⵓⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ


ⵓⵙⴽⴽⵉⵏ ⵡⴰⵔ ⵓⵙⵎⵉⴷ ⴳ ⵡⴰⴷⴷⴰⴷ ⵏⵏⴰ ⵉⵍⵍⴰ ⴳ ⵏⴳⵔ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⴷ ⵓⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ ⵓⵙⴽⴽⵉⵏ
ⵡⴰⵔⵓⵙⵎⵉⴷ
Dans un énoncé qu’affiche les deux pronoms affixes
(COD / COI), c’est le second qui devant le premier :

ⴳ ⵜⵡⵉⵏⴰⵙ ⵍⵍⵉ ⴳⴰ ⵏⵏ ⵜⵜⴰⴼⵉ ⵙⵉⵏ ⵉⵎⵇⵇⵉⵎⵏ ⵓⵙⵍⵉⵖⵏ


(COD / COI), ⵡⵉⵙⵙ ⵙⵉⵏ ⴷⴰ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉ ⴳ ⴷⴰⵜ ⵏ
ⵓⵎⵣⵡⴰⵔ

ⴰⵎⴷⵢⴰ:

ⵢⵓⵣⵏ ⴰⵙⵏ ⵜⵜ
L’indicateur de thème
ⴰⵏⵎⵎⴰⵍ ⵏ ⵓⵙⴳⵓⵎ
L’indicateur de thème est le nominal qui vient en position antéposé de prédicat verbal, il sert à
focaliser (Thématiser) un nominal réalisé dans l’énoncé, l’indicateur de thème se place
toujours avant la forme verbale, qui sont détachés par une virgule qui correspond à une
pause à l’oral. Les éléments thématisés sont toujours à l’état libre quelles que soient leurs
fonctions de base (Sujet / COD / COI).

ⴰⵏⵎⵎⴰⵍ ⵏ ⵓⵙⴳⵓⵎ ⵉⴳⴰ ⵜ ⵓⵙⵎⴰⵡⴰⵏ ⴷⴰⵜ ⵏ ⵉⵎⵏⵏⵉ ⴰⵏⴰⵎⵢⴰⴳ, ⴰⵔ ⵉⵙⴽⴰⵔ ⵜⴰⵙⵎⵙⵙⵉⵜ ⵏ ⵓⵙⵎⴰⵡⴰⵏ
ⴳ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ, ⴰⵏⵎⵎⴰⵍ ⵏ ⵓⵙⴳⵓⵎ ⴷⴰ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉ ⴷⴰⵜ ⵏ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⵜⵉⵍⵉ ⵏⴳⵔ ⴰⵙⵏ ⵢⴰⵜ ⵜⵎⵙⴽⵔⵜ,
ⵉⴼⵔⴷⵉⵙⵏ ⴷⴰ ⵜⵜⵉⵍⵉⵏ ⴳ ⵡⴰⴷⴷⴰⴷ ⵉⵍⴻⵍⵍⵉ ⵎⴽⵏⵏⴰ ⵜⵔⴰ ⵜⴳⵜ ⵜⵙⵖⵏⵜ ⵏⵙ .

ⴰⵎⴷⵢⴰ(Ex) : (Sujet) : ⴰⴼⵔⵓⵅ,ⵉⴷⴷⴰ

(COD) : ⴰⴼⵔⵓⵅ, ⵣⵔⵉⵖ ⵜ

(COI) : ⴰⴼⵔⵓⵅ, ⵉⴼⴽⴰ ⴰⵙ ⵉⴷⵔⵉⵎⵏ


L’indicateur de thème est donc un syntagme , stylistiquement en tête de la phrase, par
conséquence la thématisassions est déterminé par la stratégie de communication. D’une
manière générale, l’indicateur de thème peut être assuré par les éléments suivants :

ⴰⵏⵎⵎⴰⵍ ⵏ ⵓⵙⴳⵓⵎ ⴳ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ ⴷⴰ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉ ⴳ ⵓⵎⵣⵡⴰⵔⵓ ⵏ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ , ⴳ ⵎⵏⵉⴷ ⵢⴰⴹⵏⵉⵏ


(la thématisassions ) ⵜⵥⵍⵉ ⵙ ⵜⵙⵜⵕⴰⵜⵉⵊⵉⵜ ⵏ ⵓⵎⵢⴰⵡⴰⴹ.
ⵙ ⵓⵎⴰⵜⴰ ⴰⵏⵎⵎⴰⵍ ⵏ ⵓⵙⴳⵓⵎ ⴷⴰ ⵉⵜⵜⵡⴰⴼⴽⴰⵔ ⵙ ⵢⴰⵏ ⴳ ⵉⴼⵔⴷⵉⵙⵏ ⴰⴷ:
 ⴰⵙⵙⴰⵖ (Un nom) :
ⵜⴰⴱⵔⴰⵜ, ⵖⵔⵉⵖ ⵜⵜ
 ⴰⴼⵔⵉⵙ (adjectif) :
ⴰⵎⵥⵢⴰⵏ, ⵥⵕⵉⵖ ⵜ
 ⴰⵙⵙⴰⵖ ⵏ ⵓⵎⴹⴰⵏ (Un nom de nombre) :
ⴽⵕⴰⴹ, ⵣⵏⵣⵉⵖ ⴰⵙⵏ ⵜⴰⴷⴷⴰⵔⵜ
 ⴰⵎⵇⵇⵉⵎ ⴰⵙⵉⵎⴰⵏ (Un pronom indépendant) :
ⵏⴽⴽⵏⵉ, ⵏⵕⴰⵃ
 ⴰⵎⵇⵇⵉⵎ ⴰⵎⵙⴽⴰⵏ (Un pronom démonstratif) :
ⵜⴰⵏⵏ, ⵜⴷⴷⴰ ⵖⵓⵔ ⵓⵔⵢⴰⵣ ⵏⵏⵙ
 ⴰⵎⵇⵇⵉⵎ ⵉⵎⵉⵍⵉ (Un pronom possessif) :
ⵡⵉⵏⵎ, ⵉⴼⵓⵍⴽⵉ
le complément circonstanciel
ⴰⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ ⵜⵎⵙⵓⵜⵍⵜ

Le complément circonstanciel est assuré par le syntagme nominal prépositionnel construit au


moyen d’une préposition autre que ⵉ (à) et ⵏ (de), il se devise en préposition ( ⵙ, ⴳ, ⵣⵉ,
ⵙⴳ(ⵙ+ⴳ)…), et un nom. Ce complément peut exprimer les valeurs sémantiques suivantes :

ⴰⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ ⵜⵎⵙⵓⵜⵍⵜ ⴷⴰ ⵉⴽⵛⵎ ⴷ ⵜⴷⵍⴰ ⵜⴰⵙⵎⴰⵡⴰⵏⵜ, ⵜⴰⵎⵙⵓⵜⵍⵜ ⴷ ⴰⵔ ⵉⵜⵜⵡⴰⵙⴽⴰⵔ ⵙ ⵜⵏⵣⵖⵜ


ⴰⵎ (ⵉ) ⴷ (ⵏ) ⴷ (ⵙ,ⴳ,ⵣⵉ) ⵉⴳ ⵓⵎⴹⴼⴰⵕ ⵏⵙ ⵢⴰⵏ ⵡⴰⵙⵙⴰⵖ ⵍⵍⵉ ⴷⴰⵔ ⵢⴰⵏ ⵡⴰⵜⵉⴳ ⵏ ⵓⵙⵏⴰⵎⴽ
ⵣⵓⵏⴷ:

 ⴰⴽⵓⴷ (Le temps) :

ⵢⵓⵣⵏ ⵎⴰⵙⵉⵏ ⵜⴰⴱⵔⴰⵜ ⵉ ⴱⴰⴱⴰⵙ ⵉⴹⴳⴰⵎ

 ⴰⴷⵖⴰⵔ (Le lieu) :

ⵉⴷⴷⴰ ⵙ ⵜⴰⴷⴷⴰⵔⵜ ⵏⵏⵙ

 ⵉⵎⵉⵙⵙ (Le moyen) :

ⴰⵔ ⵉⵙⵡⵡⵓⵔⵉ ⵙ ⵉⵎⴰⵙⵙⵏ ⵉⵎⴰⵢⵢⵏⵓⵜⵏ


 ⵜⴰⵎⵏⵜⵉⵍⵜ (La cause) :
ⵜⵎⵎⵓⵜ ⵜⴰⴷⴷⴰⴳⵜ ⵙ ⵓⵚⵎⵉⴹ
 ⵜⴰⵎⴰⵎⴽⵜ (La manière) :
ⵍⴰ ⵉⴼⵜⵜⵓ ⵙ ⵜⴰⵣⵣⵍⴰ
 ⵜⴰⵎⵓⵏⵜ (L’accompagnement) :
ⵉⴷⴷⴰ ⴷ ⴰⴳ ⵉⵎⵎⵉⵙ
L’accord :
ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ

L’accord est la correspondance qui existe entre les traits grammaticaux


(personne, nombre, genre), que contient le premier élément et les traits des
éléments avec lesquels ils sont relis dans l’énoncé. En amazighe, on
distingue trois types d’accord :

ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ ⵉⵣⴷⵉ ⵙ ⵢⴰⵜ ⵜⴰⵎⵇⵇⴰⵏⵜ ⵍⵍⵉ ⵉⵍⵍⴰⵏ ⵏⴳⵔ ⵉⴼⵔⴷⴰⵙ ⵉⵊⵕⵓⵎⴰⵏ (


ⵓⴷⵎ, ⴰⵎⴹⴰⵏ, ⴰⵏⴰⵡ) ⵡⵉⴷ ⴷⴰ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉ ⵓⵎⵙⴰⵙⴰ ⵏⵙ ⵜⵉⵣⵉ ⵏⵏⴰ ⵍⵍⴰⵏ ⴳ
ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ, ⴳ ⵜⵎⴰⵣⵉⵖⵜ ⵍⵍⴰⵏ ⴳⵉⵙ ⴽⵕⴰⴹ ⵡⴰⵏⴰⵡⵏ ⵏ ⵓⵎⵙⴰⵙⴰ:
L’accord entre le sujet et le verbe :
ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ ⵏⴳⵔ ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ ⴷ ⵓⵎⵢⴰⴳ
L’accord entre le sujet lexical et le verbe, donne lieu à une structure à sujet
double (Sujet grammatical et Sujet lexical). L’observation des exemples ci-dessus
permettra sans doute de relever la correspondance qu’existe entre les deux. Ex:

ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ ⵏⴳⵔ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⴷ ⵓⵎⵢⴰⴳ, ⵍⵍⴰⵏ ⵙⵉⵏ ⵡⴰⵏⴰⵡⵏ ⵏ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ( ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ ⴰⵊⵕⵓⵎⴰⵏ
ⴷ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⴰⵎⴰⵡⵍⴰⵏ)

ⵉⵎⴷⵢⴰⵜⵏ ⴰⴷ ⴰⵔ ⴰⵖ ⵎⵎⴰⵍⴰⵏ ⴰⴷⴷⴰⴷ ⵏ ⵓⵎⵙⴰⵙⴰ ⵍⵍⵉ ⵉⵍⵍⴰⵏ ⴳ ⵜⵓⵜⵍⴰⵢⵜ ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⵖⵜ


a) ⵉⴷⴷⴰ ⵓⵔⴳⴰⵣ

b) ⵜⴷⴷⴰ ⵜⵎⵖⴰⵔⵜ

c) ⵉⵔⴳⴰⵣⵏ ⴷⴷⴰⵏ

d) ⵜⵉⵎⵖⴰⵔⵉⵏ ⴷⴷⴰⵏⵜ

e) ⵜⴷⴷⴰ ⵜⵎⵖⴰⵔⵜ ⴷ ⵓⵔⴳⴰⵣ

f) ⵜⵉⵎⵖⴰⵔⵉⵏ ⴷ ⵉⵔⴳⴰⵣⵏ ⵕⴰⵃⵏ


L’analyse de ces exemples montre les remarques suivantes :
ⴰⵙⴼⵙⵉ ⵏ ⵉⵎⴷⵢⴰⵜⵏ ⵍⵍⵉ ⵏⵥⵕⴰ ⵏⵓⴼⴰ ⵜⴰⵏⵏⴰⵢⵉⵏ ⴰⴷ:
 Les exemples (a et b) montrent que le verbe et le sujet lexical s’accordent en genre.
ⵉⵎⴷⵢⴰⵜⵏ (a et b) ⴰⵔ ⴰⵖ ⵎⵎⴰⵍⵏ ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ ⵏⴳⵔ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⴷ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⴳ ⵡⴰⵏⴰⵡ
 Les exemples (c et d) montrent que le verbe et le sujet lexical s’accordent en nombre.
ⵉⵎⴷⵢⴰⵜⵏ ( c et d) ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ ⵏⴳⵔ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⴷ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⴳ ⵓⵎⴹⴰⵏ
 L’exemple (e) illustrent que : si le sujet est un groupe nominal, et il est postposé au
verbe, l’accord en genre et en nombre se fait avec le premier élément du groupe nominal
sujet.
ⴰⵎⴷⵢⴰ (e) ⴰⵔ ⴰⵖ ⵉⵎⵎⴰⵍⴰ , ⵉⵖ ⵉⴳⴰ ⵓⵎⴳⴳⴰⵢ ⵜⴰⴷⵍⴰ ⵜⴰⵙⵎⴰⵡⴰⵏⵜ ⴰⵔ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉ ⴳ ⴹⴰⵕⵜ ⵏ
ⵓⵎⵢⴰⴳ ,ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ ⴰⵔ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉ ⴳ ⵡⴰⵏⴰⵡ ⴷ ⵓⵎⴹⴰⵏ
 L’exemple (f) montre que, si le groupe nominal sujet est antéposé au verbe, le verbe se
met au masculin pluriel.
ⴳ ⵓⵎⴷⵢⴰ ⴰⵎⴳⴳⴰⵔⵓ ⵉⵖ ⵜⴳⴰ ⵜⴰⴷⵍⴰ ⵜⴰⵙⵎⴰⵡⴰⵏⵜ ,ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ ⴰⵔ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉ ⴳ ⴷⴰⵜ ⵏ ⵓⵎⵢⴰⴳ,
ⴰⵎⵢⴰⴳ ⴷⴰ ⵉⵙⴼⵜⵉ ⴳ ⵡⴰⵡⵜⵎ ⴰⵎⴰⴳⵓⵜ.
L’accord entre l’indicateur de thème et le verbe :
ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ ⵏⴳⵔ ⴰⵏⵎⵎⴰⵍ ⵏ ⵓⵙⴳⵓⵎ ⴷ ⵓⵎⵢⴰⴳ

Lorsque l’indicateur de thème est le sujet de prédicat verbal, l’accord entre les deux se
manifeste comme suit :

ⵉⵖ ⵉⴳⴰ ⵓⵏⵎⵎⴰⵍ ⵏ ⵓⵙⴳⵓⵎ ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ ⵏ ⵉⵎⵏⵏⵉ ⴰⵎⵢⴰⴳⴰⵏ, ⴷⴰ ⵉⵜⵜⴳⴳⴰ ⵓⵎⵙⴰⵙⴰ ⴰⵎ:


 ⴰⴳⵔⵣⴰⵎ, ⵉⴳⵏ
 ⵜⴰⴼⵔⵓⵅⵜ, ⵜⵕⴰⵃ
l’accord entre l’indicateur de thème et les pronoms affixes de reprise
ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ ⵏⴳⵔ ⴰⵏⵎⵎⴰⵍ ⵏ ⵓⵙⴳⵓⵎ ⴷ ⵉⵎⵇⵇⵉⵎⵏ ⵓⵙⵍⵉⵖⵏ

a. ⵜⵉⴼⵓⵏⴰⵙⵉⵏ, ⵉⵣⵏⵣ ⵜⵏⵜ ⵃⵎⵎⵓ

b. ⵍⵡⴰⵛⵓⵏ, ⵜⵖⵔⴰ ⴰⵙⵏ ⴼⴰⴹⵎⴰ

c. ⵢⵓⴼⵜⵏ,ⵙⵙⵏⵖ ⵜⴰⴷⴰⵍⴰ ⵏⵏⵙ


Dans le cadre de la relation qu’entretient l’indicateur de thème et les pronoms affixes de reprise, nous
signalons les remarques suivantes :

ⴳ ⵜⵓⵇⵇⵏⴰ ⵍⵍⵉ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉⵏ ⵏⴳⵔ ⴰⵙⴳⵓⵎ ⴷ ⵉⵎⵇⵇⵉⵎⵏ ⵓⵙⵍⵉⵖⵏ ⵏⵓⴼⴰ ⴽⵔⴰ ⵏ


ⵜⴰⵏⵏⴰⵢⵉⵏ:
 L’indicateurde thème s’accord en genre et en nombre avec les pronoms affixes COD.

ⴰⵏⵎⵎⴰⵍ ⵏ ⵓⵙⴳⵓⵎ ⴷⴰ ⵉⵙⴽⴰⵔ ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ ⴳ ⵡⴰⵏⴰⵡ ⴷ ⵓⵎⴹⴰⵏ ⵉⵖ ⵉⵎⵓⵏ ⴷ ⵉⵎⵇⵇⵉⵎⵏ


ⵓⵙⵍⵉⵖⵏ ⵏ ⵓⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ ⵓⵙⴽⴽⵉⵏ ⵓⵙⵔⵉⴷ
 L’indicateur de thème s’accord en genre et en nombre avec les pronoms affixes

COI.

ⴰⵏⵎⵎⴰⵍ ⵏ ⵓⵙⴳⵓⵎ ⴷⴰ ⵉⵙⴳⴰⵔ ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ ⴳ ⵡⴰⵏⴰⵡ ⴷ ⵓⵎⴹⴰⵏ ⵉⵖ ⵉⵎⵓⵏ ⴷ ⵉⵎⵇⵇⵉⵎⵏ

ⵓⵙⵍⵉⵖⵏ ⵏ ⵓⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ ⵓⵙⴽⴽⵉⵏ ⵡⴰⵔ ⵓⵙⵎⵉⴷ

 L’indicateur de thèmes s’accord en genre et en nombre avec les pronoms affixes


complément de nom.

ⴰⵏⵎⴰⵍⴰ ⵏ ⵓⵙⴳⵓⵎ ⴰⵔ ⵉⵙⴽⴰⵔ ⴰⵎⵙⴰⵙⴰ ⴳ ⵡⴰⵏⴰⵡ ⴷ ⵓⵏⵎⴹⴰⵏ ⵉⵖ ⵉⵎⵓⵏ ⴷ ⵉⵎⵇⵇⵉⵎⵏ ⵏ


ⵓⵙⵍⵉⵖⵏ ⵉⵙⵎⵎⵓⴷⵏ ⵏ ⵡⴰⵙⵙⴰⵖ
ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵏⴰⵎⵢⴰⴳⵜ
la phrase verbale

les deux éléments principaux qui forment l'énoncé verbal minimal, à savoir le radical verbal
et la désinence ou l'indice de personne ,la phrase verbale simple peut être étendue par
d'autres constituants de différentes fonctions syntaxiques, dont les principales sont les
suivantes
ⵙⵉⵏ ⵉⴼⵔⴷⵉⵙⵏ ⵉⴳⵊⴷⴰⵏ ⵏⵜⵏⵉ ⴰⴷ ⴰⵖ ⵢⴰⴽⴽⴰⵏ ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵏⴰⵎⵢⴰⴳⵜ ⵜⴰⵎⵥⵢⴰⵏⵜ, ⴰⴷ ⵜⵏ ⵉⴳⴰⵏ ⴷ
✓ ⴰⵎⴳⴳⴰⵢ ( Le sujet lexical) :
ⵉⵡⵜ ⵓⴷⴼⵍ. ⵉⴼⴼⵖ ⵃⵎⵎⵓ
✓ ⴰⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ ⵓⵙⴽⴽⵉⵏ ⵓⵙⵔⵉⴷ (Le complément d'objet direct) :
ⵜⵙⵙⵡⴰ ⵜⵙⵍⵎⴰⵢ ⴰⴽⴼⴼⴰⵢ
✓ ⴰⵙⵎⵎⵓⴷ ⵏ ⵓⵙⴽⴽⵉⵏ ⵡⴰⵔ ⵓⵙⵔⵉⴷ (Le complément d'objet indirect) :
ⵉⵡⵛⴰ ⴰⴷⵍⵉⵙ ⵉ ⴳⵎⴰⵙ.

V + S + COD + COI + GP

ⵉⴱⴹⴰ ⵓⵙⵍⵎⴰⴷ ⵉⴷⵍⵉⵙⵏ ⵅⴼ ⵉⵏⵍⵎⴰⴷⵏ ⴳ ⵜⵉⵏⵎⵍ


ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵔⴰⵎⵢⴰⴳⵜ
la phrase non verbale :

Une phrase est dite non verbale lorsqu’elle ne comporte pas le verbe, mais elle comporte obligatoirement
le prédicat. Les énoncés non verbaux seront présentés et classés selon les caractéristiques de leur
groupe prédicatif :
ⵜⴰⵡⵉⵏⵙⵜ ⵜⴰⵔⴰⵎⵢⴰⴳⵜ ⵉⴳⴰ ⵜⵜ ⵜⵡⵉⵏⵙⵜ ⵏⵏⴰ ⴰⵖ ⵓⵔ ⵉⵍⵍⴰ ⵓⵎⵢⴰⴳ ⵎⴰⵛ ⴰⵔ ⴳⵉⵙ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉ ⵉⵎⵏⵏⵉ, ⴷ
ⵓⵙⵙⵓⴷⵙ ⵏⵙ ⵉⵣⴷ ⴷ ⵜⴼⵔⴰⵙ ⵏ ⵜⴷⴰⵍⴰ ⵏ ⵉⵎⵏⵏⵉ ⵏⵙ.
 ⵉⵎⵏⵏⵉ ⵡⴰⵔ ⴰⵎⵢⴰⴳ ⵙ ⵜⵣⵍⵖⴰ ⵏ ⵉⵎⵏⵏⵉ (ⴷ) (prédication non verbale par la particule de
prédication ⴷ ):
 ⴷ+ ⵉⵎⵏⵏⵉ ⴰⵙⵎⴰⵡⴰⵏ (prédicat nominal) :
 ⴷ ⴰⵙⵍⵎⴰⴷ

 ⴷ ⴰⵏⵍⵎⴰⴷ

 ⴷ ⴰⴱⵅⵅⴰⵏ

 ⴷ ⵡⵓⵎⴰⵙd

 ⴷ ⵏⵜⵜⵏⵉ

 ⴷ ⵡⵉⵏⴽ
 ⴰⵙⵙⴰⵖ (Nom) +ⴷ + ⵉⵎⵏⵏⵉ ⴰⵙⵎⴰⵡⴰⵏ ( prédicat nominal)

 ⵉⵎⴰⵣⵉⵖⵏ ⴷ ⵉⵎⵖⵏⴰⵙⵏ

 ⵜⴰⵢⴼⵓⵔ ⴷ ⵜⴰⵏⴰⵥⵓⵕⵜ

 ⵃⵎⵎⵓ ⴷ ⴰⵎⴽⵔⴰⵣ

Remarque : dans ces énoncés, le prédicat nominal est introduit par la particule prédicative (ⴷ)
(C’est), ce type de proposition assume les taches confiées au français « être (Quelqu’un ou
quelque chose) ».
ⴳ ⵜⵡⵉⵏⴰⵙ ⴰⴷ ⵉⵎⵏⵏⵉ ⴰⵙⵎⴰⵡⴰⵏ ⴰⵔ ⵉⵜⵜⵉⵍⵉ ⴹⴰⵕⵜ ⵏ ⵜⵣⵍⵖⴰ ⵏ ⵉⵎⵏⵏⵉ (ⴷ),
 ⵇⴰ / ⵃⴰⵇⵇⴰ +( ⴷ )+ⵉⵎⵏⵏⵉ ⴰⵙⵎⴰⵡⴰⵏ ( prédicat nominal)
 ⵇⴰ ⴷ ⴰⵢⵢⵉⵙ ⵉⵏⵓ
 ⵀⴰⵇⵇⴰ ⴷ ⵓⵍⵜⵎⴰⵙ
 ⵀⴰ ⴰⵜⴱⵉⵔ
 ⵀⴰⵇⵇⴰ ⴰⵎⵍⵍⴰⵍ
 ⵀⴰ ⵜⴰ
 ⵀⴰ ⴽⴽⵓⵥⵜ ⵜⵔⴱⴰⵜⵉⵏ
 ⵀⴰ ⵜⵏⵜ
 prédication non verbale sans morphème de prédication
 Nom + p. démonstratif + groupe déterminé :

 ⵜⴰⴼⵓⵏⴰⵙⵜ ⴰ ⵜⵉⵏⴽ
 ⵜⵉⴳⵎⵎⵉ ⴰ ⵜⵉⵏⵓ
 ⵉⴷⵍⵉⵙⵏ ⴰ ⵡⵉⵏ ⵜⵎⴰⵣⵉⵖ
 ⵉⴳⵔⴰⵏ ⴰ ⵡⵉⵏⵏⵓⵏ
 G. prépositionnel + nom (ou son équivalent) :
 ⴷⴰⵔⵙ ⵉⴷⵔⵉⵎⵏ
 ⵖⵓⵔⵙ ⵜⴰⴷⴷⴰⵔⵜ ⵜⴰⵎⵇⵔⴰⵏⵜ
Nous notons qu’un groupe nominal peut être apparaît au début de la phrase
dans ce genre des énoncés comme suit :
Ex : ⵜⴰⴳⴰⵏⵜ ⵏ ⴰⵢⵜ ⴱⴰⵀⴰ ⴳⵉⵙ ⴰⵔⴳⴰⵏ
 ⵉⵡⵉⵙ ⵏ ⵃⴷⴷⵓ ⴷⴰⵔⵙ ⵍⵡⴰⵛⵓⵏ
Bibliographie
 Kaddour, C. (1989), transitivité et diathèse en tarifite. Analyses de quelques
relations de dépendances lexicale et syntaxique. Thèse du doctorat d’Etat.
Université de la Sorbonne nouvelle, paris.
 El moujahid, EL. (1997), Grammaire générative du berbère. Morphologie et
Syntaxe du Nom en Tachelhit.
 Sadiqi, F. (2004), grammaire du berbère. Edition Afrique orient.
 Chaker, S. (1984), Textes en linguistique berbère, introduction au domaine
berbère, édition du centre national de la recherche scientifique .paris.
 La nouvelle grammaire de l’amazighe. (2008), édition de l’institut royal de la
culture amazighe. Auteurs : Boukhris.f, Boumalk.a, EL moujahid.el, Souifi.h.
 Structures morphologiques de l’amazighe (2006), actes du deuxième séminaire
du cal rabat, les 7 et 8 octobre 2004, Edition scientifique : Meftaha Ameur et
Boumalk.A, publication de l’institut royal de la culture amazighe.
ⵜⴰⵏⵎⵉⵔⵜ ⵅⴼ ⵓⴹⴼⵓⵕ ⵏⵏⵓⵏ

Vous aimerez peut-être aussi