Vous êtes sur la page 1sur 3

Dispersion des ondes

I/ Cas d’une onde mécanique


1°) Exemple de milieu non dispersif

Un milieu matériel dans lequel se propage une onde mécanique est dispersif si la vitesse de
propagation de l'onde dépend de sa fréquence.

Sur la cuve à onde on engendre, au moyen d'une règle solidaire du vibreur, des ondes
planes se propageant à la surface de l'eau. La fréquence f est réglable et peut être lue sur le
générateur d'onde. L’immobilité apparente des rides observées nous permet de mesurer
pour différentes fréquences f, la longueur d’onde correspondante et de déduire la célérité
de propagation

v = λ . f. On s'aperçoit que v dépend de f. Le milieu est dispersif.

La célérité d'une onde progressive périodique plane à la surface de l'eau dépend de la


fréquence de l'onde (égale à la fréquence de vibrations de la source)

En faisant varier la fréquence du vibreur on remarque que la valeur de la longueur d’onde


des vibrations produites dans la cuve à ondes varie

f(Hz) 10 20
(cm) 11.10-3 6,5.10-3
V(ms-1) 0,11 0,13

2°) Exemple de milieu non dispersif :

Pour les ondes sonores de fréquences audibles (20 Hz < f < 20000 Hz) l'air est un milieu non

dispersif. Toutes les ondes sonores audibles se déplacent à la même vitesse (cela est
heureux pour les auditeurs se trouvant au fond d'une salle de concert).

Remarque : Pour des ondes sonores audibles de très grande amplitude l'air devient dispersif :

le roulement du tonnerre s'explique par le fait que les ondes sonores de basses fréquences
sont plus lentes que les autres.

De même pour des ondes ultra sonores de très grandes fréquences (f > 10 9 Hz) l'air devient

dispersif.
II/ Cas de la lumière
Le phénomène de dispersion de la lumière joue un très grand rôle en optique. Mais les
ondes optiques ne sont pas des ondes mécaniques, ce sont des ondes électromagnétiques
qui se propagent même dans le vide. C'est d'ailleurs dans le vide qu'elles se propagent le
mieux et le plus rapidement

1°) Milieu dispersif - milieu non dispersif

Définition: Un milieu transparent est dit dispersif si la célérité d'une onde lumineuse
monochromatique qui se propage dans ce milieu dépend de sa fréquence (donc de sa
longueur d'onde dans le vide).

Définition: Un milieu transparent est dit non dispersif si la célérité d'une onde lumineuse
monochromatique qui s'y propage dans ne dépend pas de sa fréquence.

Conséquence: L'indice de réfraction n d'un milieu dispersif dépend donc de la fréquence de


l'onde qui s'y propage.

2°) Spectres de la lumière

a) Radiation monochromatique

Si on éclaire un prisme à l'aide d'un faisceau laser, on observe sur l'écran un spectre
composé d'une seule raie

b) Lumière poly chromatique

Définition: On appelle lumière polychromatique une lumière composée de plusieurs

ondes monochromatiques de fréquences différentes (la lumière blanche, par exemple,

est une lumière polychromatique). Lorsqu'une lumière polychromatique traverse une

prisme (milieu dispersif), on observe un spectre sur un écran placé à proximité.


Sur l'écran, on observe un spectre Le spectre visible de la lumière blanche (spectre continu)

Cette expérience montre que la lumière blanche est constituée par plusieurs couleurs et
chaque lumière est appelée radiation lumineuse ou radiation monochromatique qui est
caractérisée par une longueur d’onde .

La lumière blanche est alors une lumière poly chromatique qui est dispersée lorsqu’elle
traverse le prisme et par conséquent on obtient sur l’écran le spectre visible de la lumière
blanche dont les longueurs d’ondes sont comprises entre 0,4 et 0.8 m.

Cette expérience montre que l’indice de réfraction n du prisme dépend de la radiation qui
le traverse c'est-à-dire de sa fréquence 
C
V n ou C est la célérité de la lumière dans le vide C = 3.108 m.s-1

Vous aimerez peut-être aussi