Vous êtes sur la page 1sur 62

Cycle 

: licence professionnelle
filière : licence en soins infirmier
Option: IP

Module 15 : Pathologie 
médicale et soins 
infirmiers 

les soins infirmiers 
 

                   
                        Réalisé par : M. Moujed Lahcen
 
Octobre 2018
Objectifs:
• Acquérir les connaissances, les aptitudes et les attitudes nécessaires 
pour  assurer  une  prise  en  charge  globale  et  personnalisée  d’un 
patient atteint de l’une des pathologies médicales
• Contribuer au diagnostic d’une affection médicale.
• Elaborer un plan de soins infirmiers pour un malade présentant une 
affection médicale.
• Adopter  la  conduite  appropriée  devant un  patient  présentant l’une 
affections médicale étudiée.
• Evaluer les soins dispensés auprès des malades présentant l’une des 
affections médicales étudiées.
• Informer, éduquer  et  motiver  les  malades  atteints  d’une  affection 
médicale et leurs familles en fonction de leurs besoins
• Préparer  le  matériel  pour  les  différentes ponctions  et  les  examens 
radiologique, endoscopiques et électriques.
• Stériliser le matériel endoscopique.
Prerequis:
Les modules de S1 :
• Sciences biologiques 1 : Anatomie et physiologie.
• Sciences  biologiques  2  :  Microbiologie/  parasitologie  examens  de 
laboratoire.
• Pharmacologie générale.
• Sémiologie et Terminologie médicale.

Les modules de S2 :
• Soins  infirmiers  de  Base  (SIB)  1  :  hygiène  soins  de  nursing  et 
surveillance du patient.
• SIB2 : administration de la thérapeutique et stérilisation du matériel.
• Nutrition et régimes.
• Pensée infirmière et planification des soins infirmiers.
Plan du cours:
• Voir fichier word (plan du cours).
Evaluation
• Examen de fin de semestre : épreuve écrite
• Contrôles continus (exposé).
–  Définition.                         - Définition.
– Etiologies.                          - Indication.
– Signes cliniques.               - Contre indication.
– Complication                     - Préparation + Réalisation. 
– Rôle infirmier.                    - Surveillance.
Généralités
Soins infirmiers en médecine

Centrés sur la 
personne

Dimension  Dimension 
technique relationnelle
La démarche de soin

Recueil 
d’informations

Evaluation et  Analyse de 
réajustement l’informations

Déterminations  Formulation  des 
des interventions objectifs
Examen radiologique
• désigne  l'ensemble  des 
modalités  diagnostiques 
utilisant  les rayons  X,  il 
permet  d’obtenir  des  images 
d’une partie du corps ou d'un 
organe. 
• Il  existe  différents  examens 
radiologiques  :  radiographie, 
urographie intraveineuse…
Examen électrique:
• un  examen  médical  courant 
permettant  d’enregistrer 
l’activité  électrique  d’un 
organe. 
• Il  existe  plusieurs  types 
d’examens  électrique:  ECG, 
EEG…
Examen endoscopique (fibroscopie):
• un  examen  médical  permettant de 
visualiser l’intérieur d’un organe ou 
d’une  cavité  grâce  à  l’introduction 
par  un  orifice  naturel,  d’un  câble 
souple  équipé  d’une  caméra  et 
d’une  lampe.  Cet  examen  effectué 
soit  à  visée  diagnostique,  soit 
thérapeutique  peut  nécessiter  une 
anesthésie  générale  et  une  courte   
hospitalisation
La biopsie:
• Une  biopsie  est  un  examen 
médical  courant.  Il  consiste 
à  prélever  un  morceau  de 
tissu,  d’organe  ou  d’une 
tumeur  et  d’analyser  de 
manière  précise  leur 
composition au microscope
La ponction:
• est  un  acte  médical 
consistant  à  introduire  une 
partie  d'une  aiguille,  d'un 
cathéter  ou  d'un  trocart 
dans  le  corps  afin  de 
recueillir  un  liquide 
biologique ou des cellules. 
La ponction pleurale.
Définition:
La ponction pleurale c’est
l’introduction d’une aiguille ou d’un
trocart dans l’espace pleural.
C’est un acte courant, simple, peu
agressif
Indications:

– Diagnostique.

– Thérapeutique.

– évacuateur.

.
Contre-indications :

• Malades sous anticoagulants.


• Syndrome hémorragique
Pour l’asepsie.

Pour l’anesthesie locale

Préparation  Pour la ponction.

du matériel Pour le pansement

Pour la surveillance.

• RX thoracique de face et de 
profil.
Préparation  • Un bilan de coagulation.
du patient • groupage sanguin. 
• Préparation psychologique.
• Hygiène  corporelle.

Réalisation  Acte 
de l’acte  médicale
Préparation du matériel:
Pour l’asepsie: 

Calot et  Gants  Champ 


casque  stériles stérile
stérile

Compress
es stériles
Pour l’anesthésie locale:

§ Flacon d’anesthésiant (xylocaîne)

§ Seringue + Aiguille SC ou IM 
Pour la ponction diagnostique:
§ selon les pratique le médecin peut utiliser un 
ü matériel spécifique 
ü un cathéter veineux. 

§ trois  tubes  de  prélèvements  stériles  pour 


examens: 
ü Cytologique.
ü Biochimique.
ü Bactériologique.
la ponction évacuatrice (drainage pleural):

§ Drain pleural.

§ Bocal et système aspiratif.
Pour le pansement:

§ Compresses stériles.

§ Antiseptique.

§ Pansement adhésif 
Pour la surveillance :

§ Oxymètre de pouls.

§ Appareil de surveillance de la TA.

§ Monitoring cardiaque.

§ Chariot d’urgence .
• Réalisation de la technique:

• Installation du patient:
     la  personne assise  au  bord  du  lit  torse nu 
en  position  dos  arrondi,  les  épaules  en 
avant, entourant un oreiller  ou en position 
décubitus  latéral, côté  opposé  au  point  de 
ponction Bras relevé au dessus de la tête.  
• L’infirmier  contrôle  la  TA  et  le  pouls 
avant que l’examen ne soit réalisé
• Le  médecin  pratique  un  lavage 
chirurgicale  des  mains,  l’infirmier  un 
lavage antiseptique 
• Le médecin  enfilent les gants stériles
• Le  médecin  repère  la  zone  de  la 
ponction
• Une première asepsie est réalisée 
• Il installe le champ fendu
• L’anesthésie locale  est  pratiquée  avec 
une aiguille courte SC, puis la ponction 
à  travers  la  plèvre  avec  le  trocart  de 
Boutin.
La ponction diagnostic:

q Prélèvement  du  liquide  en  retirant  le 


mandrin et en mettant les échantillons du 
liquide pleural dans les flacons.

q Après,  le  médecin  retire  le  trocart, 


comprime  une  minute  le  point  de  la 
ponction, applique un pansement.

q Les  prélèvements  sont  envoyés  au 


laboratoire.
La ponction évacuatrice:

§ Insertion  du  drain:  le  drain  est 


inséré  dans  un  espace 
intercostal.

§ Le  drain  est  ensuite    relié  à  un 


bocal.
• Pendant l’examen, l’infirmier surveille le faciès, la 
coloration  des  extrémités,  l’absence  d’une 
dyspnée, 

• Il  demander  au  patient    de  ne  pas  tousser  et 


d’éviter de parler pendant le geste, et surtout ne 
pas bouger.
Incidents et accidents :  

• Ils sont en effet très rares, ils peuvent être prévenus par une surveillance 
attentive du malade : 
ü Malaise vagal
ü Pneumothorax : sera dépister par Rx du poumon après la ponction 
ü Collapsus  voir  même  la  mort  subite  par  embolie  gazeuse 
importante 
ü Perforation du poumon 
ü Piqûre  d’un  vaisseau  intercostal  responsable  d’une  petite 
hémorragie
ü Piqûre des poumons qui peut provoquer des crachats sanglants  
Elément de surveillance: 

§ Surveiller la douleur.

§ Surveiller les constantes: fréquence respiratoire, TA, 
pouls, température.

§ Dépister la présence d’une dyspnée, gène respiratoire.

§ La quantité et la couleur du liquide recueilli sont notés. 

§ Le système d’aspiration 

§ Une radiographie pulmonaire à réaliser à la fin de 
l’examen. 
Biopsie  du poumon
biopsie

Par 
aspiration chirurgicale exérèse
définition:
       

       La  biopsie  du  poumon  consiste  à 


obtenir  un  petit  fragment  de  tissu 
pulmonaire à l’aide d’une aiguille. Cette 
procédure  permet  la  plupart  du  temps 
d’établir un diagnostic sans avoir recours 
à une intervention chirurgicale

     
CONTRE INDICATIONS:

qMalades sous anticoagulants 

qProblèmes d’hémostase 

qInsuffisance respiratoire sévère 

qInsuffisance cardiaque
Pour l’asepsie.

Pour l’anesthesie locale

Préparation  Pour la biopsie.

du matériel Pour le pansement

Pour la surveillance.

• RX thoracique de face et de 
profil 
Préparation  • Un bilan de coagulation
du patient • groupage sanguin 
• Préparation psychologique
• Hygiène  corporelle

Réalisation  Acte 
de l’acte  médicale
Préparation du matériel:

Matériel de biopsie 

§ Trocart à  ponction  pulmonaire  avec 


son mandrin 
§ Aiguille d’aspiration
§ Flacons  contenant  le  liquide  de 
Bouin
Préparation du patient : 
Installer le patient soit : 

§ Assis au bord du lit, les pieds posés sur une chaise, les 
bras reposant sur un oreiller poser sur les genoux.

§ Allongé sur son lit sur le côté sain, le bras du côté à 
ponctionner est relevé au dessus de la tête

§ Position dorsale; la tète est en légère extension afin de 
dégager les vois aériennes 
déroulement:

Le médecin:
• Dégager  la  région  à  ponctionner  et  faire  une  1ère 
désinfection.
• faire une anesthésie locale.
• Faire une petite incision.
• Introduire  le  trocart  à  ponction  et  demander  au 
patient  de  bloquer  la  respiration  en  inspiration   
forcée,  il  retirer  le  mandrin  d’un  coup  sec  et 
introduire  l’aiguille  à    ponction,  puis  il  pousser  le 
trocart à l’intérieur 
• Demander de nouveau au patient de 
bloquer la respiration.
• Retirer l’aiguille et remettre le mandrin.
• Retirer le trocart après avoir pris le 
fragment.
• Faire un pansement compressif.
• Mettre le fragment dans le liquide de 
Bouin.
• Réinstaller le patient.
Incidents et accidents :

§ Hématome local.
§ Syncope.
§ Malaise vagal.
§ Hémorragie par lésion des vaisseaux 
intercostaux.
• Pneumothorax.
• Hémoptysie.
• Infection.
Eléments de surveillance:

Après la biopsie : 
§ Repos au lit au moins 1h.
§ Installer le patient en position ½ assise dans son lit.
§ Surveiller au moins 3 h :
§ Crachats.
§ La fonction respiratoire.
§ La tension artérielle, le pouls.
§ La température.
§ Lieu de ponction.
§ surveillance du risque hémorragique (pansement).
§ Apparition d’un hématome ou saignement.
§ Oxygéner le patient si besoin.
§ Radio pulmonaire au lit est demandée (risque de pneumothorax).
§ Avertir le médecin si apparition d’anomalies.
§ Noter l’examen.
 Bronchoscopie
Définition :

        Bronchoscopie est une examen endoscopique 
qui  consiste  à  introduire  un  bronchoscope    à 
travers  les  voies  respiratoires  ,jusqu’aux 
bronches,  qui  permet  de  voir  directement 
l’arbre  bronchique  ,de  réaliser  des 
prélèvement  ,  ou  d’entreprendre un  procédé 
thérapeutique. 
      
Indications: 

• Prélèvement des 
But diagnostique :  sécrétions
• Prélèvement biopsique

• Injection d’un ATB local.
• ablation des corps étrangers.
But thérapeutique :  • Aspiration des secrétions bronchique.
• Dilatation trachéo-bronchique lors 
d’une sténose 
Contre indication: 

q Détresse respiratoire sévère.
q Troubles d’hémostase.
q Affections décompensées 
Incidents et accidents :
§ Hémoptysie
§ Hypotension.
§ hypoxémie
§ Pneumothorax.
§ Infection.
§ Détresses respiratoire.
Réalisation de l’examen:

Acte médical
Préparation du matériel : 

§ Matériel  spécifique  de  l’examen: 


endoscope ...
§ Matériel  standard:  gants  stériles, 
champ stérile…
§ Matériel  de  biopsie:  pince,  flacons, 
liquide de bouin 
§ Nécessaire pour anesthésie locale
§ Nécessaire  pour  palier  aux 
accidents
  Rôle infirmier :
Avant l’examen :
  Préparation du patient : 
• Préparer psychologiquement le patient
• Demander au patient de rester à jeun depuis 12h
• Demander  au  patient  d’arrêter  de  fumer  quelques  jours  avant 
l’examen
• Vérifier  le  dossier  et  la  présence  de  radiographie  pulmonaire  . 
Bilans  sanguins :  groupage  de  sang,  NFS  +  Pq  +  b.  hémostase, 
groupage + Rh + ECG
• Au  besoin  vérifier  que  le  patient  est  prémédiqué  à  l’aide  d’un 
tranquillisant
• Vérifier que les prothèses dentaires ont été retirés
Pendant l’examen :
• Installer le patient en position ½ assise, tête en 
hyperextension.

• Monitorage de la saturation en oxygène.

• donner une anesthésie locale de la gorge( gèl 
anesthésiant).

• Le médecin introduit le bronchoscope dans la trachée 
puis dans les bronches.

• Surveiller au cours de l’examen l’état du patient : malaise, 
douleur, pâleur, syncope.

• L’examen dure 10 à 20 min.

• Nettoyer et désinfecter et ranger le matériel utilisé.
Après l’examen:
• Le  patient  peut  se  plaint  d’irritation  laryngée  et  présente 
une  toux  et  une  voix  roque ;  tous  ces  signes  sont  sans 
gravité.
• Aussi une gêne à la déglutition pendant 24 à 48 heures peut 
être ressenti par le patient celle-ci est due au traumatisme 
causé par le bronchoscope.
• Une  petite  hémoptysie  est  la  conséquence  possible  de  la 
biopsie ou d’un traumatisme par le bronchoscope.
A surveiller après l’examen:

§ Demander au patient rester à jeun  pendant 2h à 3h, 
puis l’alimentation sera légère pendant 24 heures 

§ Surveiller  les  constances:  la  tension  artérielle,  le 


pouls, et la respiration.

§ Surveiller  les  crachats  du  patient  (risque 


d’hémoptysie).

§ La dyspnée (pneumothorax)

§ Le patient va éviter le tabac pendant quelques jours 
Laryngoscopie
Définition:  

  La  laryngoscopie    est  un  examen 


endoscopique  qui  permet  de  visualiser  et 
d’observer l’intérieur de la gorge, le larynx ainsi 
que  les  cordes  vocales.  Cet  examen  permet 
également  de  réaliser  des  interventions 
spécifiques au niveau de la gorge. 
Indications:

§ tumeur 
§ Laryngite (évaluer l’œdème) 
§ douleurs dans la gorge.
But de diagnostique : § difficultés à avaler.
§ troubles de la voix.
§ rétrécissement de la gorge. 

§ Ablation du corps étranger 
But thérapeutique:  § Introduire  une  sonde  trachéale 
(intubation trachéale
Type de laryngoscopie:
Laryngoscopie indirecte: 
Avant l’examen:
§ patient à jeun.
§  Retirer les prothèses dentaires
Pendant l’examen:
     le patient est assis sur une chaise et le 
médecin  vaporise un  anesthésique dans 
la  gorge.  Ensuite,  il  est  demandé  au 
patient  de  tirer  la  langue  le  plus  loin   
possible.  Afin  d'examiner  les  cordes 
vocales,  le  médecin  demande  souvent 
au patient d’emettre certains sons. 
Laryngoscopie directe souple:

• Cet examen se pratique sous anesthésie locale.

• Durant  l’examen,  un  endoscope  (un  petit  tube 


flexible)  équipé  d’un  système  lumineux  et  d’une 
caméra est introduit par le nez, de façon à ce que 
son  extrémité  atteigne  la  partie  supérieure  du 
larynx.
.
Laryngoscopie rigide en 
suspension:

• L‘examen  se  déroule  sous 


anesthésie générale. 

• Patient à jeun 

• Une  consultation  d'anesthésie 


préopératoire est indispensable
Incident:
– des douleurs dans le cou. 
– Des plaies de la langue, de 
la lèvre, ou des gencives ou 
du pharynx.
– une gêne ou une douleur à 
la  déglutition  peuvent 
persister. 
.
Du fait du geste effectué sur le larynx. Il est 
fréquent que:
•  la voix se modifie après l’intervention. 
•  gène respiratoire secondaire à l’oedeme du 
larynx responsable.
 

Un repos vocal est 
                                      
préconisé

Vous aimerez peut-être aussi