Vous êtes sur la page 1sur 119

‫وزارة التعليم العالي والبحث العلمي‬

Université Mohamed Chérif Messadia


Souk Ahras ‫جامعـة محمد الشريف مساعدية‬
Mohamed Chérif Messadia University ‫سوق أهراس‬
Souk-Ahras

Faculté : Sciences et de Technologie


Année : 2021
Département : Sciences de la Matière

MEMOIRE
Présenté en vue de l’obtention du Diplôme de Master

ELIMINATION DE BLEU DE METHYLENE PAR UN


MATERIAU NATUREL

Filière
Chimie
Spécialité
Chimie Analytique
Par
Oudjit med nadir et Tlili zoubir

DIRECTEUR DE MEMOIRE : Berredjem Yamina Pr U.SOUK- AHRAS


Co directeur : Hattab zhour Pr U .SOUK- AHRAS

Devant le jury

PRESIDENT : Zenati.N Pr U.SOUK-AHRAS


EXAMINATEUR : Gheid A.H Pr U.SOUK-AHRAS

N°……./2021
Sommaire
Résume

Abstract

‫ملخص‬

Liste des figures

Liste des tableaux

Abréviations et symboles

Introduction générale……………………..................................................................................1

Chapitre I: Généralités sur les coquilles d’œufs.....................................................................3


I.1 La coquille ...............................................................................................................5
I.1.1 Définition .............................................................................................................5
I.1.2 Structure de la coquille .........................................................................................5
I.1.3 Composition de la coquille d’œuf..........................................................................9
I.2 Minéraux de la coquille .......................................................................................... 11
I.2.1 Le carbonate de calcium...................................................................................... 12
I.3 Facteur influencent la qualité de la coquille d’œuf .................................................. 12
I.4 La Cuticule .............................................................................................................13
I.5 Composition interne de l’œuf ................................................................................. 14
I.5.1 Chambre à air ..................................................................................................... 15
I.5.2 La membrane coquillère ...................................................................................... 15
I.5.3 Le vitellus ou jaune ............................................................................................. 16
I.5.4 Blanc d’œuf ou albumen .................................................................................... 18
I.6 Domaine d’utilisation des coquilles d’œuf .............................................................. 19
Chapitre II : Application des colorants dans les traitements des eaux................................. 20
II.1 Définition des colorants .......................................................................................... 21
II.2 Type des colorants .................................................................................................. 21
II.2.1 Colorant naturel............................................................................................... 22
II.2.2 Colorant synthétiques ...................................................................................... 26
II.3 Groupement chromophore et auxochromes des colorant ......................................... 28
II.4 Classification des colorants .................................................................................... 29
II.4.1 Classification chimique ................................................................................... 29
II.4.2 Classification tinctoriale .................................................................................. 35
II.5 Les colorants solubles et insolubles dans l’eau ........................................................ 44
II.6 Toxicité des colorants et leur impact sur l’environnement ....................................... 44
II.6.1 Problèmes liés à la contamination de l’environnement par les colorants textiles
44
II.6.2 Impact des colorants textile sur le milieu aquatique ......................................... 45
II.7 Application des colorants ....................................................................................... 47
II.8 Méthode de traitement des colorants ....................................................................... 48
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption ....................................................... 50
III.1 Définition ............................................................................................................... 51
III.2 Les types adsorptions ............................................................................................. 52
III.2.1 L’adsorption physique ou physisorption .......................................................... 52
III.2.2 L’adsorption chimique ou chimisorption : ....................................................... 54
III.3 Énergies et portées des interactions......................................................................... 56
III.4 Distinction entre l’adsorption physique et l’adsorption chimique ............................ 57
III.5 Paramètres influençant d’adsorption ....................................................................... 58
III.6 Isothermes d’adsorptions ........................................................................................ 59
III.6.1 Les Modèles des isotherme d’adsorption ......................................................... 62
III.7 Cinétiques d’adsorption .......................................................................................... 64
III.7.1 Modèle cinétique du pseudo premier ordre ...................................................... 64
III.7.2 Le modèle de pseudo-second ordre (PSO) ....................................................... 65
III.7.3 Modèle de diffusion intra-particulaire .............................................................. 65
III.8 Application de l’adsorption .................................................................................... 66
Chapitre IV Caractérisation des matériaux utilisés .............................................................. 68
IV.1 Matériels et méthodes ............................................................................................. 69
IV.1.1 Préparation de l’adsorbant ............................................................................... 69
IV.2 Caractérisation Physico -chimique du matériau utilisé ............................................ 69
IV.2.1 Composition chimique..................................................................................... 70
Chapitre V Résultats et Discussion .................................................................................... 76
V.1 Caracterisations ......................................................................................................77
V.1.1 Composition chimique..................................................................................... 77
V.1.2 Analyse Thermogravimétrique ........................................................................ 77
V.1.3 Analyse de structure par DRX ......................................................................... 78
V.1.4 Analyse de structure par FTIR ........................................................................ 79
V.1.5 Détermination de pHpcz .................................................................................... 80
V.1.6 Microscopie électronique à balayage MEB ...................................................... 80
V.2 Etude de l’influence des différents paramètres sur l’adsorption du BM ................... 81
V.2.1 Effet de la masse ............................................................................................. 81
V.2.2 Effet de la vitesse d’agitation ...........................................................................82
V.2.3 Effet de concentration...................................................................................... 83
V.2.4 Effet de la température .................................................................................... 84
V.2.5 Effet du pH......................................................................................................85
V.3 Étude cinétique ....................................................................................................... 87
V.4 isothermes d’adsorptions ........................................................................................ 89
V.4.1 Isotherme de Langmuir .................................................................................... 90
V.4.2 Isotherme de Freundlich .................................................................................. 90
Conclusion générale …………………………………………………… …………………..92

Bibliographie ……..…………………..………………………………………………….….94
Remerciements

La recherche actuelle a été menée au Laboratoire des sciences


techniques de l'eau et de l'environnement de l'Université de Souk
Ahras (LST2E) et au Laboratoire de traitement des eaux et de
valorisation des déchets industriels (LTEVDI) de l'Université
d'Annaba.

Nous tenons à exprimer notre gratitude au Professeur BERREDJEM


Yamina et au Dr HATTAB Zhour pour leurs conseils et leur
supervision tout au long de cette année.

Leur aide et leur soutien inestimables qui nous ont permis d'avancer
dans le développement de ce projet, dont nous sommes
reconnaissants.

Nos sincères remerciements vont également à tous les membres du


jury : Monsieur ZENATI Noureddine, Professeur à l'Université
Mohammed Cherif Messaidia, Souk Ahras, Monsieur GHEID
Abdelhak, Professeur à l'Université Mohamed Cherif Messaidia, souk
ahras, pour nous avoir honorés avec leur présence en acceptant de
juger et d'examiner ce travail.

Notre profonde gratitude s'étend également à nos parents qui nous ont
soutenus tout au long de notre voyage jusqu'à ce jour.
Dédicaces

Ce travail est dédié à nos parents, nos sœurs et


frères

Toute personne de notre famille qui a contribué


à notre succès de près ou de loin.

A nos amis qui nous ont toujours soutenus et à


tous ceux qui nous ont aidés dans nos
recherches scéniques.
Résumé
Notre étude est basée sur l’utilisation d’un bio-adsorbant à savoir les membranes des
coquilles d'œufs et leurs applications dans les traitements des eaux. Cette recherche vise à
éliminer un type de colorant de nature basique, « le bleu de méthylène (BM).Les méthodes
d’analyses analytiques: analyse chimique ; DRX, FTIR, MEB, ATG, BET figuraient parmi les
techniques demandées pour la caractérisation de ce bio-adsorbant. En conséquence, nous
avons pu compiler un ensemble de données relatives aux nombreuses qualités du matériau.
Afin de déterminer les isothermes d'adsorption, la cinétique de la membrane en équilibre
adsorbat / adsorbant est nécessaire. Divers paramètres ont été étudiés, notamment le temps de
contact, la vitesse d'agitation, la température, le pH et la concentration. Les meilleurs résultats
ont été obtenu à T = 25 °C, et a une vitesse d agitations égale à 50 tr/min. La proportion de
décoloration de la bleu de méthylène et de la augmente avec l'augmentation du pH.
L’élimination du BM augmente avec l’augmentation de la masse de la MCO Pour toutes les
concentrations étudiées, nous avons découvert que les valeurs de la quantité adsorbée
correspondant au modèle cinétique étaient quasiment identiques à celles trouvées
expérimentalement. L’étude des isothermes d’adsorption montre que le modèle de Freundlich
est le mieux adapté.

Mots clés : Membrane des coquilles d’œufs, Adsorption, Colorants, Traitement de l’eau,
Modélisation, Caractérisation, isotherme
Abstract
Our study is based on the use of a bio-adsorbent, namely eggshell membranes and their
applications in water treatment. This research aims to eliminate a type of dye of basic nature,
"methylene blue (BM)" Analytical analysis methods: chemical analysis; DRX, FTIR, MEB,
ATG, BET were among the techniques requested for the characterization of this bio-
adsorbent. As a result, we were able to compile a set of data relating to the many qualities of
the material. In order to determine the adsorption isotherms, the kinetics of the membrane in
adsorbate / adsorbent equilibrium is necessary. Various parameters were studied, including
contact time, stirring speed, temperature, pH and concentration. The best results were
obtained at T = 25 ° C, and at a stirring speed equal to 50 rev / min. The proportion of
methylene blue discoloration increases with increasing pH. The elimination of BM increases
with increasing mass of eggshell membrane. For all concentrations studied, we found that the
values of the adsorbed quantity corresponding to the kinetic model were almost identical to
those found experimentally. The study of adsorption isotherms shows that the Freundlich
model is the best suited.

Keywords Eggshell: membrane Adsorption, Colorants, Water treatment, Modeling,


Characterization, isothermal
‫ملخص‬
‫تعتمد دراستنا على استخدام مادة االمتصاص الحيوي ‪ ،‬وهي أغشية قشر البيض وتطبيقاتها في معالجة المياه‪ .‬يهدف هذا‬
‫البحث إلى القضاء على نوع من الصبغة ذات الطبيعة األساسية "الميثيلين األزرق‪”.‬طرق التحليل‪ :‬التحليل الكيميائي‪ .‬حيود‬
‫األشعة السينية و جهاز "فورييه" لتحويل طيف األشعة تحت الحمراء و مجهر المسح اإللكتروني و التحليل الوزني‬
‫الحراري و نظرية برونور وإيميت وتيلر من بين التقنيات المطلوبة لتوصيف هذه المادة الماصة الحيوية‪ .‬نتيجة لذلك ‪،‬‬
‫تمكنا من تجميع مجموعة من البيانات المتعلقة بالعديد من صفات المادة‪ .‬من أجل تحديد متساوي درجة حرارة االمتزاز ‪،‬‬
‫فإن حركية الغشاء في توازن االمتصاص ‪ /‬الممتزات ضرورية‪.‬تمت دراسة متغيرات مختلفة‪ ،‬بما في ذلك وقت التالمس‬
‫وسرعة التحريك ودرجة الحرارة ودرجة الحموضة والتركيز‪.‬تم الحصول على أفضل النتائج عند درجة الحرارة =‪25‬‬
‫درجة مئوية ‪ ،‬وبسرعة تقليب تساوي ‪ 50‬لفة ‪ /‬دقيقة‪.‬تزداد نسبة تلون الميثيلين األزرق مع زيادة الرقم الهيدروجيني‪.‬يزداد‬
‫التخلص من الميثيلين األزرق مع زيادة كتلة غشاء قشر البيض ‪ .‬لجميع التركيزات التي تمت دراستها ‪ ،‬وجدنا أن قيم الكمية‬
‫الممتصة المقابلة للنموذج الحركي كانت متطابقة تقريبًا مع تلك التي تم العثور عليها تجريبيا ً‪.‬تظهر دراسة متساوي درجة‬
‫حرارة االمتزاز أن نموذج فروندليتش هو األنسب‪.‬‬

‫كلمات مفتاحية ‪ :‬غشاء قشر البيض‪ ,‬االمتزاز‪ ,‬الملونات ‪ ,‬معالجة المياه ‪ ,‬تصميم ‪,‬التوصيف ‪ ,‬متساوي الحرارة‬
Liste des figures

Figure I.1: microscopie électronique à balayage (MEB × 160) d’une coupe transversale de
coquille d’œuf de poule. ........................................................................................................6
Figure I.2: Structure de la calcite ...........................................................................................8
Figure I.3 : Système de transfert utérin lors de la calcification ..............................................9
Figure I.4: Couche palissadique. .......................................................................................... 11
Figure I.5 : Fibres des membranes coquillières, ancrage d’un cône, cuticule externe avec
microscope électronique à balayage ...................................................................................... 14
Figure I.6 : Structure interne de l’œuf .................................................................................. 14
Figure I.7 : représentation de la position de membrane coquillière interne et externe ..........16
Figure I.8 : Structure chimique de l’ovalbumine .................................................................. 18
Figure II.1 : quelque colorant alimentaire ...........................................................................22
Figure II.2 : feuille de mangue .......................................................................................... 23
Figure II.3 : les colorants synthétiques ............................................................................... 27
Figure II.4 : Hydrocarbure benzène: (a) montrant un atome d'hydrogène lié à chaque valence
libre; (b) comme généralement illustré ................................................................................. 27
Figure II.5 : Colorant diazoïque dissymétrique ................................................................... 29
Figure II.6 : exemple d’un triphénylméthane ......................................................................31
Figure II.7 : Exemple de colorant indigoïdes ......................................................................31
Figure II.8 : structure du xanthène ...................................................................................... 32
Figure II.9 : Structure du noyau anthraquinone ................................................................... 33
Figure II.10 :le macrocycle phtalocyanine ..........................................................................33
Figure II.11 : Squelette de nitrosés ..................................................................................... 34
Figure II.12 : Les type d interaction entre un colorant et un matériau .................................. 36
Figure II.13 : exemple d un colorant basique bleu de méthylène. ......................................... 36
Figure II.14 : les groupes réactifs des colorants réactifs ....................................................... 37
Figure II.15 : Schéma de la formation du colorant cuve soluble ..........................................38
Figure II.16 : colorant azoïque insoluble ............................................................................ 39
Figure II.17 : rouge direct 28 (rouge de Congo). ................................................................. 40
Figure II.18 : colorant C.I mordant bleue ............................................................................ 41
Figure II.19 : disperser bleu 6 ............................................................................................. 42
Figure II.20 : phénolphtaléine ............................................................................................ 47
Figure III.1 : Schéma de l’adsorption physique……………………………….…………….52

Figure III.2 : Potentiel de Lennard-Jones (12-6) dans le cas de deux


atomesd’argon…………….……………………………………..……………………………53

Figure III.3 : Shéma de la différences entre la physisorption et


chimisorption…………………………………………………….…………………………...55

Figure III.4 : diagramme énergétique du phénomène


d’adsorption…………………………………………………………………………….…….56
Figure III.5 :Classification des isothermes selon Brun auer et coll…………………….…...60

Figure IV.1 : Préparation de l’adsorbant .............................................................................. 69


Figure IV.2 : Schéma de la méthode ATR ...........................................................................70
Figure IV.3 : principe simplifié de la spectrophotométrie UV/visible................................... 73
Figure IV.4 : Spectre du Bleu de Méthyléne (20ppm) à pH=6.9-7,2..................................... 74
Figure IV.5 : Courbe d’étalonnage de bleu de méthylène ..................................................... 75
Figure V.1 : Courbes ATG de la MCO ............................................................................... 78
Figure V.2 : Spectre DRX du MCO ..................................................................................... 78
Figure V.3 : spectre IR de la membrane des coquilles d’œufs avant et après l adsorption du
BM ....................................................................................................................................... 79
Figure V.4 : Le point isoélectrique de la MCO..................................................................... 80
Figure V.5 : réseau de fibres de protéines ............................................................................ 81
Figure V.6 : effet de masse pour l’adsorption du BM sur la MCO (C0=20mg/l, pH=7, Va=50
tr/min) .................................................................................................................................. 82
Figure V.7 : Influence de la vitesse d’agitation sur l’adsorption du BM sur la MCO (T=25°C,
pH=7, C0= 20ppm)............................................................................................................... 83
Figure V.8 : Effet de concentration initiale sur l’adsorption du BM sur la MCO (m=20g/l,
pH=7, Va=50 tr/min) ............................................................................................................ 84
Figure V.9 : Effet de la température sur l’adsorption de BM ................................................ 85
Figure V.10 : Histogramme sur L'effet du pH sur l’adsorption de BM ................................. 86
Figure V.11 : Représentation du modèle cinétique pseudo-premier ordre de l’adsorption de
BM sur la MCO .................................................................................................................... 87
Figure V.12 : Représentation du modèle cinétique pseudo-second ordre de l’adsorption de
BM sur la MCO .................................................................................................................... 88
Figure V.13 : Représentation de l'isotherme d'adsorption du BM sur la Membrane des
coquilles d’œufs ................................................................................................................... 90
Figure V.14 : Représentation linéaire de modèle de Langmuir .............................................91
Figure V.15 : représentation linéaire de modèle de Freundlich…...…………………………92
Liste des tableaux

Tableau I.1 : propriété physico-chimiques des calcite ............................................................7


Tableau I.2 : Evolution du poids de l'œuf et des différents compartiments de l'œuf au cours
de l'année de production (valeurs moyennes arrondies de 900 œufs par groupe) (Ternes et al
1994) ................................................................................................................................... 12
Tableau I.3 : Composition centésimale du vitellus (en % de MS) ........................................ 17
Tableau I.4 : Utilisation des coquilles d’œuf........................................................................ 19
Tableau II.1 : Principaux groupements chromophores et auxochromes, classés par intensité
croissante ............................................................................................................................. 28
Tableau II.2 : Application des colorants azoïques ............................................................... 30
Tableau II.3 : Les types d interaction entre un colorant et un matériau ............................... 35
Tableau II.4 : classification des colorants directs ................................................................ 40
Tableau II.5 : produit chimique et auxiliaire utilisé pour la teinture avec des colorants
dispersé ............................................................................................................................... 43
Tableau II.6 : les colorant soluble et insoluble dans l eau ................................................... 44
Tableau II.7 : impacts environnementaux ...........................................................................46
Tableau II.8 : Procédés classiques de traitement des colorants textiles................................. 48
Tableau III.1 : Caractéristiques des types de liaisons…………………………………..…...56

Tableau III.2 : Différences entre physisorption et chimisorption…………………………...57

Tableau III.3 : Les différents facteurs influençant sur adsorption………………………..…58

Tableau III.4 : les cinq types d’isothermes……………………………………………….…61

Tableau III.5 : avantage et inconvénient de l’adsorption……………………………..……..66

Tableau V.1 : analyse élémentaire de la membrane de coquille


d’œuf…………………………………….……………………………………………………77

Tableau V.2 : Paramètres de la cinétique d'adsorption de BM sur (M, CM,


C)………………………………………………….…………………………………………..88

Tableau V.3: Valeur des paramètres d'adsorption Qmax, et kf du BM sur la


membran………………...…………… …………………………………………………..…..92
Abréviations et symboles

Abréviations désignation

Et symboles

GAG Glycosaminoglycane
TSS solides en suspension
pH potentiel hydrogène
SPD Sous-produits de chloration
THM trihalométhanes

WRF White Rot Fungi


U(r) un potentieldepaire
R2 la distance de contact
r0 la distanced’équilibre
Vp potentielle énergie
Qp chaleur de physisorptions

Qc chaleur de chimisorptions
Ea énergie d’activation pour l’absorbation
Ed énergie d’activation pour la désorption
PZC point de charge zéro
P pression à l’équilibre

Po pression de vapeur saturante

M masse de produit adsorbé par unité de matériau adsorbant

Q Quantité d’adsorption en mg/g

Kf Constante de Freundlich qui exprime l’affinité d’adsorption

Ce Concentration à équilibre du soluté en mg/L


1/n Constante de Freundlich qui traduit l’intensité d’adsorption.
Ce Concentration de la substance restée en solution à l’équilibre (mg/l).

Qm capacité maximale d'adsorption (mg/g).

K Constante d’équilibre de Langmuir


Qt Quantité adsorbée à l’instant t en mg/g
Qe Quantité adsorbée à l’équilibre en mg/g

K1 Constante de vitesse de premier ordre (min-1)

K2 Constante de vitesse de réaction de pseudo second ordre (g/mg/min)

Qt quantité adsorbée au temps t (mg/g)

Qe la quantité adsorbée à l’équilibre (mg/g)

PSO Le modèle de pseudo-second ordre

k3 constante de vitesse de diffusion intra-particulaire.

𝒒 Nombre entier correspondant à l’ordre de la diffraction.

𝛌 Longueur d’onde du rayonnement utilisé.

𝐝 Distance réticulaire

𝜽 Angle de diffraction.
Kα Notation de Siegbahn
C La Concentration du soluté (mol.l-1)

Qads Quantité d’adsorbat par gramme d’adsorbant

MCO membrane de coquille d’œuf


Introduction général
Introduction générale

Les rejets industriels contenant des produits toxiques sont devenus très préoccupants ce qui a
provoqué une large prise de conscience et conduit les législations à une plus grande sévérité
au regard des limites tolérées [1]. Malgré l’amélioration continuelle des procédés ou des
comportements humains, les techniques de traitement des pollutions inéluctables se heurtent
encore à des difficultés car il n’existe pas de méthodes universelles de traitement.

Parmi les effluents aqueux, ceux contenant des colorants, une fois dissout dans l’eau, ils
seront parfois difficiles à traiter car la grande majorité des colorants ont une origine
synthétique et une structure moléculaire complexe qui les rend plus stables et difficiles à être
biodégradables [2] et qui posent des difficultés technologiques spécifiques.

Une large variété de techniques physiques, chimiques et biologiques a été développée et testée
dans le traitement des effluents chargés en colorants. Ces procèdes incluent la floculation, la
précipitation, l’échange d’ions et la filtration sur membrane. Cependant, ces procèdes sont
couteux et conduisent à la génération de grandes quantités de boues ou à la formation de
dérivés [3, 4].

Parmi les procèdes de traitement des rejets liquides, l’adsorption reste une technique
relativement utilisée et facile à mettre en œuvre. L’application de la technique d’adsorption
pour le traitement des colorants est très ancienne et reste la technique la plus répandue vue les
avantages qu’elle présente par rapport aux autres techniques. Le charbon actif est l’adsorbant
le plus utilisé en raison de sa grande capacité d’adsorption des matériaux organiques. [5]
cependant ce matériaux très cher et peut être remplacé par d’autres matériaux qui ont la
capacité d’adsorber des polluants organiques et inorganiques à faible cout, la silice, bentonite,
chitosan [6], pyrophyllite et zéolite.[7]

L’Algérie est un pays qui regorge de matériaux importants qui peuvent servir l’environnement
dans le domaine d’épuration des eaux usées, parmi ces matériaux nous avons choisi pour
étude la Membrane des coquilles d’œufs, et choisi comme polluant le bleu de méthylène.

Ce travail est donc subdivisé en deux parties :

Partie I : Concerne une synthèse bibliographique, Elle est composée de trois chapitres:

1
 Le chapitre I décrit l’utilisation de la membrane de coquille d oeuf comme un
système adsorbant pour la décoloration des eaux, en présentant la caractéristique
texturale et chimique et les multiples domaines d’utilisation de cet adsorbant naturel.
 Le chapitre II est consacré à une étude bibliographique sur les colorants, leurs
classifications, Toxicités et leurs techniques de traitement.
 Le chapitre III consiste en une synthèse bibliographique sur le phénomène
d’adsorption, essentiellement les différents paramètres influant sur l'adsorption, les
classes et les modèles les plus utilisés pour la description de ce phénomène.

Partie II : La deuxième partie de ce mémoire, présente la partie expérimentale de notre étude,


elle est partagée en deux chapitres :

 Le chapitre IV présente les différents produits chimiques, matériel et les procédures


mises en œuvre ainsi que les techniques d’analyse et de caractérisation utilisées pour
la préparation des matériaux adsorbants.
 Le chapitre V est consacré à la présentation des différents résultats expérimentaux
obtenus ainsi que leur discussion;

Enfin, notre mémoire se termine par une conclusion générale exprimant les principaux
résultats de cette étude.

2
Chapitre I Généralités sur
les coquilles d’œufs

3
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

En général, les coquilles d'œufs sont récupérées des déchets de restauration et de


transformation des aliments. De nombreuses études ont été menées pour voir si les coquilles
d'œufs peuvent être utilisées dans diverses applications, y compris l'engrais, les additifs
alimentaires et l'adsorption de métaux lourds et de composés organiques dans l'eau.

La membrane de la coquille d'œuf est un composant d'un œuf qui contient des nutriments
essentiels et est largement utilisée dans une variété de domaines, notamment l'agriculture, la
biologie, la biomédecine et l'environnement. Elle est généralement une couleur rose-violet, et
elle est composée d'une couche de protéines disposée de manière à former une membrane.

Certaines des propriétés inhabituelles de la membrane n'ont été découvertes que récemment.
En raison de ses réseaux fibreux, il conserve également l'albumine et empêche la pénétration
bactérienne. Cependant, des travaux supplémentaires sont nécessaires pour développer un
procédé utilisable à l'échelle industrielle pour traiter les effluents de décontamination.

4
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

I.1 La coquille

I.1.1 Définition
L'extérieur de l'œuf est caractérisé par la coquille. Indépendamment de sa forme, la coquille
de l’œuf a un comportement dit « fragile ». Celle-ci est synthétisée lors de la formation de
l'œuf par un processus de minéralisation appelé calcification.

La coquille d'œuf de poule et ses membranes sont un déchet peu coûteux et abondant qui
présente des caractéristiques intéressantes pour de nombreuses applications potentielles. La
coquille d'œuf est formée principalement de carbonate de calcium (CaCO₃) et est largement
utilisée comme aliment pour animaux, comme substitut de chaux (Ca(OH)2) ou comme
engrais. De plus, les membranes de coquille d'œuf associées ont une teneur élevée en
composants bioactifs, ainsi que des propriétés de rétention d'humidité et de biodégradabilité
qui peuvent être utilisées pour des applications cliniques, cosmétiques, nutraceutiques et nano
technologiques. Les membranes de coquille d'œuf ont également été utilisées pour la
biosorption des métaux lourds et des colorants et comme modèle pour synthétiser des
nanoparticules métalliques. [8]

I.1.2 Structure de la coquille


La structure de la coquille est similaire chez les différentes espèces d’oiseaux. La partie
interne de la coquille correspond aux deux membranes coquillières constituées de fibres
protéiques entrelacées qui limitent la diffusion du blanc. La partie minérale est ancrée sur des
sites de nucléation, les noyaux mamillaires, en surface de la membrane externe. [9]

La coquille a une ultra structure présenter comme une céramique polycristalline formé à
basse température et constitué de carbonate de calcium d’un seul polymorphe, la calcite.

5
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

Figure I-1: Microscopie électronique à balayage (MEB × 160) d’une coupe transversale de
coquille d’œuf de poule. [9]

I.1.2.1 Les cristaux de calcite


La calcite est un minéral chimique ou biochimique composé de carbonate naturel de calcium
de formule CaCO₃, avec des traces de Mn, Fe, Zn, Co, Ba, Sr, Pb, Mg, Cu, Al, Ni, V, Cr et
Mo[10].

Pendant très longtemps, la calcite n'était connue que sous son nom de spath calcaire ou
de chaux carbonatée. Peut-être est-ce Hedinger qui lui a donné le nom de calcite sous lequel
elle est maintenant universellement connue, ce n'est pas tout à fait sûr. Voici quelques-unes de
ses propriétés physico-chimiques, représenté dans le tableau suivant. [10]:

6
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

Tableau I.1 : Propriété physico-chimiques des calcite

Propriété physique Propriété chimique

 Dureté : 3  Composition chimique : 100 %


CaCO3

 Couleur : incolore, blanche,  Eclate dans la flamme et libère le


jaune, brune, rouge, noire CO2

 Trace : blanche  Le CaO naissant colore la flamme


en orange, bouillonne dans HCl

 Eclat : vitreux, nacré  Nettoyage : à l'eau

 .
 Densité : 2,6 à 2,8

 Luminescence : blanche,
jaunâtre, bleuâtre, rougeâtre,
orange, verdâtre

 Solubilité de la calcite dans


l'eau douce à 20 °C : 40 à
85 ppm et dans l'eau de mer à
pH 8,2 : 66 ppm. Pour
la dolomie les valeurs sont
respectivement 21 et 50 ppm.

7
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

Figure I-2: Structure de la calcite. [10]

a) Calcification
La calcification est le processus normal ou anormal au cours duquel les tissus de l’organisme
se durcissent, du fait d'un dépôt de sels de calcium.

La coquille d'œuf aviaire est une biocéramique poreuse qui se forme à température corporelle
dans un environnement sans cellules. Sa formation est l'un des processus de calcification les
plus rapides connus en biologie. La coquille d'œuf de poule terminée contient environ 6 g de
minéraux qui se déposent au cours de son cycle de production quotidien. Les mécanismes de
transport d'ions à travers la muqueuse utérine qui sous-tendent. La coque minéralisée est
composée à environ 96% de carbonate de calcium. Les composants restants comprennent la
matrice organique (2%) ainsi que le magnésium, le phosphore et une variété d'oligo-éléments.
La coquille d'œuf présente un mélange important de ses phases organiques et inorganiques.
Ce type d'organisation s'observe également dans d'autres matrices calcifiées (os, cartilage et
émail dentaire, dentine et cément), où des éléments collagènes et non collagènes occlus sont
présents en contact intime avec le minéral. Dans le liquide utérin acellulaire, à partir duquel
ils sont incorporés dans la coquille calcifiante.[11]

8
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

Figure I-3: Système de transfert utérin lors de la calcification [12]

I.1.3 Composition de la coquille d’œuf


La coquille de l’œuf d’oiseau et les membranes coquillières qui la support entreferment en
moyenne 1,6% d’eau, 3,3 à 3,5% de matière organique et 95% de matière minérale.

I.1.3.1 La couche mamillaire


La couche mamillaire contribue au succès de l'embryogenèse en tant que source majeure de
calcium; la région interne est composée de microcristaux de calcite disposés avec une texture
sphéristique, qui facilitent la dissolution du minéral et la mobilisation du calcium pour nourrir
l'embryon Environ 80% des besoins en calcium du poussin proviennent de la couche

9
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

mamillaire avant l'éclosion, [13]et toute variation de l'épaisseur de la coquille d'œuf peut
affecter la quantité de calcium disponible .[14]Une réduction de l'épaisseur de la couche
mamillaire peut être préjudiciable au développement embryonnaire.[15]
De plus, le nombre de cônes mamillaires a également le potentiel d'influencer l'absorption du
calcium dans l'embryon en développement. [16]

I.1.3.2 Couche palissadique


La couche palissadique est épaisse de 200 µm et représente 2/3 de l’épaisseur totale de la
coquille. Elle se constitue par fusion des cônes adjacents issus de la couche mamillaire et elle
est composée de minéraux (95%) et d’une faible proportion de matrice organique (2-3%). Elle
est traversée par de nombreux pores, qui permettent les échanges gazeux entre l’intérieur et
l’extérieur. Les pores sont nombreux, de 100 à 300 pores par cm² et forment des entonnoirs de
10 µm. Dans cette zone, les cristaux se développent et forment une texture cristallographique.
Seuls les cristaux perpendiculaires à la surface poursuivent leur croissance pour former la
couche palissadique. Il se met donc en place une structure en colonne des cristaux qui
prennent progressivement une orientation préférentielle. Cette zone contient beaucoup de
vésicules. Il existe une relation entre la texture cristallographique et la résistance de la
coquille d'œuf. Dans la zone externe de la couche palissadique, il y a une structure moins
élastique. Dans cette structure cristalline, la présence d’une matrice organique mince permet
l’absorption des impacts externes et rend la propagation de fissure plus difficile. D’autre part,
la région interne de la couche palissadique se compose de microcristaux de calcite grumeleux.
Ceux-ci facilitent la propagation des fissures lors du bêchage du poussin.[17]

10
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

Figure I-4 : Couche palissadique. [17]

I.1.3.3 La couche superficielle des cristaux verticaux


Elle est déposée en surface de la couche palissadique. Il s’agit d’une couche monocristalline
constituée de petits cristaux adjacents de calcite déposés verticalement en surface de la couche
palissadique sous la cuticule.[18]

I.1.3.1 La Couche de pigments


Les pigments de la coquille d’œuf se déposent sur la coquille à la fin du processus de
calcification. Les couleurs des coquilles des œufs bruns et des œufs blancs viennent des
mêmes pigments, mais déposés à des taux différents dans la cuticule et les couches calcifiées
extérieures de la coquille. Les pondeuses commerciales pondent des œufs de couleur allant du
blanc pur au beige crème jusqu’au brun clair et au brun soutenu. Les différentes couleurs
proviennent des combinaisons de nuances. Les principaux pigments de la coquille sont la
protoporphyrine et la biliverdine; ils sont produits durant le métabolisme de l’hémoglobine, la
molécule qui transporte l’oxygène dans les globules rouges. Ces pigments sont transportés par
le sang depuis le foie jusqu’à l’utérus.[18]

I.2 Minéraux de la coquille


A’ l’inverse de la matière organique, la phase minérale n’est pas présente dans toutes les
couches de la coquille. Le minéral de la coquille de l’œuf est très majoritairement constitué de

11
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

carbonate de calcium ; ce dernier représente 98.4 % des minéraux de la coquille. Les 1.6%
restant sont constitués de carbonate de magnésium et de phosphate de calcium.

I.2.1 Le carbonate de calcium


Existe naturellement sous trois formes polymorphiques cristallines différentes : l’aragonite, la
calcite et l’artérite. Le carbonate de calcium contenu dans la coquille correspond uniquement
à de la calcite. Il est formé à partir des ions calcium et carbonate sécrétés par l’utérus dans le
fluide utérin. [20]

I.3 Facteurs influencent la qualité de la coquille d’œuf


 l’âge des poules, plus les poules sont âgée plus les coquille sont fragiles, Le poids de
l’œuf augmente avec l’âge des poules, du fait notamment d’un accroissement de la
part de jaune. L’âge de la poule réduit la qualité de la coquille ainsi que les propriétés
fonctionnelles des œufs. [21]

Tableau I.2 : Evolution du poids de l'œuf et des différents compartiments de l'œuf au cours
de l'année de production (valeurs moyennes arrondies de 900 œufs par groupe) (Ternes et al
1994)[21]

Age des poules 34/35 50/51 70/71


(semaines)
(g) (%) (g) (%) (g) (%)

Œuf 61 66 68
Jaune 16 26 19 29 20 29
Coquille 6,1 10 6,6 10 6,7 9,85
Blanche 39 63 41 61 41 61
Rapport blanc/jaune 2,4 2 ,2 2,1

12
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

 la quantité de l’apport de calcium alimentaire


 L’organisation raisonnée de l’élevage, comme le choix judicieux des horaires des
repas et des programmes lumineux [22]

I.4 La Cuticule
La couche extérieure de l’œuf est la cuticule : cette protection lipoprotéique est déposée sur
l’œuf juste avant que celui-ci ne soit pondu. Elle protège l’œuf de la pénétration de l’eau et
des bactéries qu’elle contient, au travers de la coquille. En effet, elle bouche certains pores de
la coquille, mais pas tous.

Le lavage des œufs supprime la cuticule de l’œuf, le privant ainsi d’une barrière naturelle
contre les microbes. En cas d’incubation artificielle, ceci aura de l’importance car la porosité
de la coquille va augmenter et l’œuf perdra plus d’eau que la normale.

Il est étonnant de noter que dans la nature, la cuticule peut être éliminée partiellement ou
totalement en cours de couvaison. Chez certains oiseaux sauvages, la cuticule sera enlevée par
action mécanique, ce qui va augmenter la perte de poids en cours d’incubation par ailleurs,
chez le canard mandarin, les scientifiques ont découvert que la bactérie Bacillus lichen
formés, présente dans le nid, dégrade lentement la cuticule, ce qui augmente aussi la perte
d’eau de l’œuf pendant la couvaison. [23]

Cette couche est micro fondue en surface notamment au niveau des pores qui traversent la
coquille et permettent les échanges gazeux entre l’œuf et les milieuxextérieur. Leur nombre
varie de 7000 à 15000, avec une densité de 70 à 200 pores /cm². [24-25]

13
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

Figure I-5 : Fibres des membranes coquillières, ancrage d’un cône, cuticule externe avec
microscope électronique à balayage. [26]

I.5 Composition interne de l’œuf


Les principales parties internes de l’œuf sont le jaune ou vitellus, le blanc ou albumen, les
membranes coquillières qui délimitent la chambre à air.

Figure I-6: Structure interne de l’œuf. [27]

14
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

I.5.1 Chambre à air


Poche d’air au niveau de l’une des extrémités de l’œuf. Elle se situe entre les deux membranes
coquillières. Elle n’apparaît qu’à la ponte ; cette poche d’air est la conséquence du choc
thermique entre la température interne de la poule et la température extérieure qui subit l’œuf.
Si l’œuf est fécondé, elle permettra au poussin de respirer durant son développement. [28]

I.5.2 La membrane coquillère


Les membranes de la coquille sont résistantes et fibreuses et sont principalement composées
d'une protéine similaire à celle des cheveux et des plumes.la membrane interne est plus mince
que l'extérieur et ensemble, ils ne sont que d'environ 24 dix millièmes de pouce 0,00609 mm
d’épaisseur.[29]
Il y a deux membranes de coquille présentes dans un œuf; la membrane de coquille interne,
qui est en contact avec l'albumen, et la membrane de coquille externe, qui est en contact avec
la coquille. Les deux membranes de coquille sont constituées de fibres protéiques qui forment
une structure en forme de maille pour maintenir l'albumen en place et pour fournir une
barrière à l'entrée des bactéries.
Les deux membranes de coquille adhèrent confortablement l'une à l'autre, sauf à la grande
extrémité de l'œuf. Cela a une signification fonctionnelle pour la formation de la cellule à air.
Lorsque l'œuf refroidit après la ponte, l'albumine et le jaune se contractent. La seule manière
d'accommoder cette contraction est de séparer la membrane de coque interne de l'extérieur.
Lorsque les deux membranes de coquille sont séparées dans la grande extrémité de l'œuf, une
cellule à air se forme. La cellule à air continue de devenir plus grande à mesure que le contenu
de l'œuf s'évapore pendant le stockage des œufs et / ou pendant l'incubation. Pendant le
processus d'éclosion, l'embryon de poussin pénètre dans la membrane de la coquille interne
avec son bec et entre en contact avec la cellule à air pour obtenir son premier souffle. [30]

15
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

Figure I-7 : Représentation de la position de membrane coquillière interne et externe [31]

I.5.3 Le vitellus ou jaune


Le vitellus est une masse visqueuse, de couleur jaune orangé uniforme, constituée de
nombreux globules lipidiques. Il est contenu à l’intérieur d’une très fine membrane appelée
membrane vitelline. Celle-ci contient à sa surface des fibres connectées à la couche
chalazifère. Au cours de la conservation, on note la disparition rapide de ces connexions. La
masse totale du vitellus est composée de couches alternativement blanches et jaunes. [32]
Le vitellus est également très riche en cholestérol. Rappelons que ces protéines sont d'origine
hépatique et constituent la principale source nutritive de l'embryon. Son origine hépatique
explique l'importance de l'alimentation tant pour la qualité et la quantité que pour la couleur
du vitellus.[33]

16
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

Tableau I.3 : Composition centésimale du vitellus [32]

Eléments %

Glucose libre 0,4

Minéraux 2,1

Vitamines 1,5

Lipides 63

Protéines 33

Livétines 4 à 10

Phosvitine 5 à 10

Vitelline 4 à 15

Vitelline 8à9

I.5.3.1 La membrane vitelline


La membrane vitelline est de nature protéique ; elle entoure et contient le jaune. Elle a une
épaisseur totale d’environ 10 µm et peut être divisée en trois couches : une couche médiane
continue au centre comprise entre deux couches fibreuses que sont la couche interne
(équivalent de la zona pellucida chez les mammifères) et la couche externe. Certains auteurs
évoquent la présence d’une quatrième couche, le zona radiata, située sous la couche interne
fibreuse. Une étude protéomique a permis l’identification de 137 protéines présentes dans la
membrane vitelline [34]

17
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

I.5.4 Blanc d’œuf ou albumen


Principalement une solution aqueuse de protéines, 88% d'eau et 11% de protéines (un peu
d'oses et de sels minéraux en plus).
L albumen représente 52% à 60% du poids de l’œuf ; essentiellement constitué de protéines.
Comme: la glycoprotéine sauf le lysozyme.[35] et la plus importante est l’ovalbumine.

I.5.4.1 L’ovalbumine
L’ovalbumine est la protéine la plus abondante du blanc d’œuf laquelle possède une
importance vitale pour la santé et le bien-être de nombreux organismes. C’est une
glycoprotéine qui renferme quatre (4) groupements sulfhydriles S-H libres et deux (2) ponts
disulfures. En plus, elle possède des propriétés intéressantes pour les industries
agroalimentaire et pharmaceutique grâce à leur fonctionnement dans le corps humain qui
permet de transporter les acides gras essentiels des tissus adipeux vers les tissus
musculaires.[36]

Figure I-8 : Structure chimique de l’ovalbumine.[36]

18
Chapitre I : Généralités sur les coquilles d’œufs 2021

I.6 Domaine d’utilisation des coquilles d’œuf

Tableau I.4 : Utilisation des coquilles d’œuf.[37]


Composantes des Secteur d’activité Utilisation
coquilles d’œuf non
utilisée
Pansement implants
Collagène de types 1, y Biomédical Chirurgicaux et
et x médicament chicaniers

Alimentation Suppléments alimentaire


animale

Calcium Alimentation Suppléments alimentaire


humaine
Pharmaceutique Lutte contre l’ostéoporose
régénérescence de tissus

Cosmétique Crème anti-âge et hydratant


Glycosamino glycane
(GAG) Agent émulsifiant dans les
Alimentaire vinaigrettes et les
mayonnaises

Protéines spécifique aux Biomédical Protéine antibactériens


coquilles d’œufs Ovocalyxin -36
Industrielle Céramique et papetières

Capture de CO2 dans la


Coquilles d’œuf en Énergie production de l’hydrogéné
poudre

Traitement des eaux Capacité d’adsorption d’ion


des métaux

19
Chapitre II Application des
colorants dans les
traitements des eaux

20
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

L’utilisation des teintures naturelles est très ancienne. De tout temps, l'homme a utilisé les
colorants pour teindre ses vêtements, dans sa nourriture mais aussi pour la décoration de son
habitation. Ainsi dès l'antiquité, il a su extraire les matières colorantes à partir de végétaux
comme l’indigo et d'animaux comme le carmin, extrait de la cochenille.
Ceci a contribué au développement du commerce entre les différentes peuplades de l'époque.

II.1 Définition des colorants


Un colorant est une substance colorée ou non qui peut être fixée sur un substrat ou (matière
textile) et lui communiquer sa coloration. [38] L'opération qui conduit à ce résultat est appelé
suivant le cas: teinture, impression, enduction, peinture, ou encore coloration dans la masse.
La fixation du colorant a lieu par adsorption, création de liaisons chimiques ou par simple
solution dans le substrat. Les substrats dont on modifie la couleur sont des plus variés:
textiles naturels et synthétiques, papier, cuirs, fourrures, matières plastiques, caoutchoucs,
aliments, cires, cosmétiques, etc. [39]

II.2 Type des colorants


Il excite trois types de colorant :

 Colorant naturel
 Colorant de synthèse
 Colorant artificiels

21
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

II.2.1 Colorant naturel


Les colorants naturels, dont la plupart sont d’origine végétale, forment une gamme très
étendue de nuances (du jaune au bleu, en passant par le vert et même le noir). La
chlorophylle, le lycopène et le bêtacarotène sont parmi les colorants les plus rencontrés et les
plus utilisés dans les industries agroalimentaires. À des doses réglementées, les colorants
naturels sont bénéfiques pour la santé. Certains de ces colorants sont connus pour leurs
activités antioxydantes, antimutagènes, voire anticarcinogènes. [40]

Figure II-1: Quelque colorant alimentaire [41]

22
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

II.2.1.1 Source des colorants naturels


La disponibilité des colorants naturels dépend principalement de quatre sources. Sources
végétales et animales spécialisées de nombreuses plantes et certains animaux ont été identifiés
comme potentiellement riches en colorants naturels, certains d'entre eux sont utilisés pour la
teinture naturelle depuis un certain temps. Exemple feuille de mangue. [42]

Figure II-2 : Feuille de mangue [43]

23
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

a) Facteurs pris en compte lorsque l'on travaille avec des colorants


naturels [42]
 Si une protéine animale est colorée dans des
conditions alcalines, il est préférable de terminer
par un rinçage au vinaigre dilué pour restaurer un
Nature du matériau à pH légèrement acide aux fibres avant qu'elles ne
teindre sèchent.
 Les matières végétales comme le coton, le lin, les
colorants sont mieux adaptés aux conditions
alcalines (basiques) et sont affaiblies par les
acides.
 Si le coton est teint dans des conditions acides, il
est préférable de terminer avec un bain de soude
de lavage faible pour restaurer les fibres
légèrement alcalines avant qu'elles ne sèchent.
 La plupart des procédures de teinture spécifient
les ingrédients par poids plutôt que par mesure.
 Les recettes préciseront également la quantité de
mesure des mordants et des fibres à teindre ou les autres ingrédients seront
colorants exprimés en rapport au poids des fibres.
 La quantité d'eau dans le bain de teinture
n'affectera pas la force avec laquelle la fibre prend
de la couleur, mais la quantité de colorant dans le
bain de teinture le fait.
 Si un gramme de fibre doit être teint avec un
gramme de colorant et que l'on souhaite ensuite
reproduire la même couleur sur 5 grammes
supplémentaires de fibre, la quantité de colorant
doit également être multipliée par 5.
 L'eau doit toujours être suffisante pour laisser les
fibres se déplacer librement; la quantité d'eau doit
être suffisante pour tremper correctement le tissu

24
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

 La plupart des colorants végétaux bénéficient


d'être chauffés, mais certains (c'est-à-dire les plus
mous) changent de couleur s'ils bouillent.
Température  Le bois de Sappan a également tendance à
changer de couleur lorsqu'il est chauffé pendant
des heures prolongées.
 Certains colorants fonctionnent mieux à des
températures plus basses (carthame et filon /
indigo).
 Pour obtenir une absorption uniforme du colorant,
il faut déplacer les fibres autant que possible dans
le pot de teinture.
Agitation  il faut donc faire très attention à la quantité de
mouvement à déplacer.
 Pour la plupart des laines, il est nécessaire de
chauffer et de refroidir le colorant - bain
lentement et d'être doux en déplaçant les fibres
pour éviter le feutrage.

25
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

b) Les colorants naturels peuvent être classés en trois groupes selon le


mode d'action [44]

(a) Colorants substantifs

Un colorant, soluble dans l'eau peut être repris directement par le matériau à teindre sans

aucun prétraitement, est connu sous le nom de colorant direct ou substituant

(b) Colorants mordants

Un mordant est un produit chimique qui se combine avec le colorant dans la fibre et les

colorants, qui ne peut pas être fixé sur la fibre ou tout autre matériau sans l'utilisation d'un

assistant chimique est appelé un colorant mordant. Il peut également être bien fixé sur la fibre

animale et végétale.

(c) Colorants de cuve

Les colorants de cuve tirent leur nom du récipient de fermentation en bois appelé cuve qui

était autrefois utilisé pour réduire le colorant et le convertir en une forme solubilisant.

II.2.2 Colorant synthétiques


Les colorants synthétiques ou artificiels n'existent pas dans la nature. Ils sont obtenus à partir
de réactions chimiques.

Ils jouent de plus en plus un rôle important dans notre vie moderne avec des applications tant
dans l'industrie (par exemple, l'industrie de la peinture) que dans les laboratoires scientifiques
(par exemple, les traceurs fluorescents et les catalyseurs photo redox). Des stratégies ont été
inventées par les chimistes pour faciliter la synthèse de colorants organiques synthétiques
complexes. [45]

Les colorants synthétiques sont fabriqués à partir de molécules organiques. Avant la


découverte des colorants synthétiques en 1856, les colorants étaient fabriqués à partir de
produits naturels tels que les fleurs, les racines, les légumes, les insectes, les minéraux, le bois

26
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

et les mollusques. Les lots de colorants naturels n'ont jamais été exactement identiques en
termes de teinte et d'intensité, alors que les colorants synthétiques peuvent être fabriqués de
manière cohérente. L'utilisation d'ordinateurs et de correspondance des couleurs par
ordinateur produit des couleurs identiques d'un lot à l'autre. [46]

Figure II-3 : Les colorants synthétiques [46]

Les colorants synthétiques sont parfois appelés «colorants de goudron de houille», car ils sont
fabriqués à partir de substances qui sont obtenues à partir de goudron de houille. Tous ces
composés sont des dérivés de l'hydrocarbure benzène (C6H6), qui se compose de 6 atomes de
carbone aux coins d'un hexagone à côtés égaux, avec un atome d'hydrogène attaché à chaque
atome de carbone (voir Figure II.4 a). Par souci de simplicité, le benzène peut être dessiné en
omettant les atomes C et H (figure II.4 b).[10]

Figure II-4 : Hydrocarbure benzène: (a) montrant un atome d'hydrogène lié à chaque valence
libre; (b) comme généralement illustré [47]
27
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

II.3 Groupement chromophore et auxochromes des colorant


Les matières colorantes se caractérisent par leur capacité à absorber les rayonnements
lumineux dans le spectre visible (de 380 à 750 nm). La transformation de la lumière blanche
en lumière colorée par réflexion sur un corps, ou par transmission ou diffusion, résulte de
l'absorption sélective d'énergie par certains groupes d'atomes appelés chromophores. La
molécule colorante est un chromogène. Plus le groupement chromophore donne facilement un
électron, plus la couleur est intense. D'autres groupes d'atomes du chromogène peuvent
intensifier ou changer la couleur due au chromophore ils sont des groupements ionisable, sont
appelés les groupements auxochromes. [48] Les chromophores sont des systèmes à liaisons π
conjuguées ou des complexes de métaux de transition. Les colorants diffèrent les uns des
autres par des combinaisons d'orbitales moléculaires. La coloration correspond aux transitions
possibles après absorption du rayonnement lumineux entre ces niveaux d'énergie propres à
chaque molécule. [49]

Tableau II.1 : Principaux groupements chromophores et auxochromes, classés par intensité


croissante [49]

Groupements chromophores Groupements auxochromes

Azo (-N=N-) Amin (-NH2)

Nitroso (-NO ou –N-OH) Méthylamino (-NHCH3)

Carbonyl (=C=O) Diméthylamino (-N(CH3)2)

Vinyl (-C=C-) Hydroxyl (-HO)

Nitro (-NO2 ou =NO-OH) Alkoxyl (-OR)

Sulphure (>C=S) Groupements donneurs d’électrons

28
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

II.4 Classification des colorants


Généralement il existe deux modes de classification des colorants. Une classification
chimique qui se base sur la constitution chimique des colorants et une classification tinctoriale
qui repose sur la méthode d’application des colorants sur les substrats (textile, papier,
cuir….). [50]

II.4.1 Classification chimique


Le classement des colorants selon leur structure chimique repose sur la nature
du groupe chromophore.

II.4.1.1 Les colorants azoïques


Sont de loin la classe la plus importante, représentant plus de 50% de tous les colorants
commerciaux. Pour cette raison, les colorants azoïques ont été étudiés plus que toute autre
classe et un vaste volume de données existe maintenant à leur sujet. De toute évidence, par
conséquent, seuls les aspects les plus importants des colorants azoïques peuvent être discutés
dans cette section.
Les colorants azoïques contiennent au moins un groupe azo (-N = N-) mais peuvent contenir
deux, trois ou, plus rarement, quatre groupes azo. Le groupe azo est attaché à deux radicaux
dont au moins un mais, plus généralement, les deux sont aromatique. [51]

Figure II-5 : Colorant diazoïque dissymétrique [52]

29
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

Tableau II.2 : Application des colorants azoïques [53]

domaine Exemple

coloration des métaux Aluminium anodisé

sensibilisateurs
La photographie

Coloration des préparations


La biologie
microscopiques

Les indicateurs coloré du pH, Antiseptiques, anti malariques


et certain entre eux sont
employé en thérapeutique

II.4.1.2 Les colorants triphénylméthanes


Les triphénylméthanes sont des dérivés du méthane pour lesquels les atomes d'hydrogène sont
remplacés par des groupes phényles substitués dont au moins un est porteur d'un atome
d’oxygène ou d’azote en para vis-à-vis du carbone méthanique. Le triphénylméthane et ses
homologues constituent les hydrocarbures fondamentaux d'où dérivent toute une série de
matières colorantes. [54]

, ils ont néanmoins conserve une certaine valeur commerciale, car ils permettent de couvrir la
totalité de la gamme de nuances et leur coloration est intense.

30
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

Figure II-6 : Exemple d’un triphénylméthane [55]

II.4.1.3 Les colorants indigoïdes


Les colorants indigoïdes tirent leur appellation de l’indigo dont ils dérivent. Ainsi, les
homologues séléniés, soufrés et oxygénés du bleu indigo provoquent d’importants effets
hypochromes avec des coloris pouvant aller de l’orange au turquoise. Les colorants indigoïdes
sont utilisés comme colorants en textile, comme additifs en produits pharmaceutiques, la
confiserie, ainsi que dans des diagnostiques médicaux. [56]

Figure II-7 : Exemple de colorant indigoïdes [57]

II.4.1.4 Les colorants xanthènes


Les colorants xanthène sont ceux contenant le noyau xanthylium ou di ‐ benzo ‐ g ‐ pyrane
comme chromophore avec un groupe amino ou hydroxy méta par rapport à l'oxygène. Les
xanthènes remontent à 1871 lorsque Von Bayer a synthétisé la fluorescéine via la

31
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

condensation de résorcinol et d'anhydride phtalique. Ils sont importants en raison de leurs


teintes brillantes et de leurs nuances entre le jaune verdâtre et le violet. Les xanthènes sont
souvent fluorescents.

La plupart des colorants au xanthène sont classés comme colorants basiques par leur méthode
d'application; des colorants acides peuvent être produits par l'introduction de groupes acide
sulfonique.

Les colorants xanthènes sont regroupés en dérivés diphénylméthane, triphénylméthane,


aminohydroxy et fluorescents. [58]

a) Utilisations de ces colorants


Ils sont utilisés comme colorants pour le papier, les peintures, les textiles, les agents
anticancéreux, les encres, les antibactériens, les insecticides, les bio marqueurs et les teintures.
L'utilisation actuelle se concentre sur leurs propriétés fluorescentes. [58]

Figure II-8 : Structure du xanthène [48]

II.4.1.5 Les colorants anthraquinoniques


Les colorants anthraquinoniques ou colorants d'anthraquinone sont un groupe important
de colorants, le plus abondant après les colorants azoïques, qui partagent le fait de posséder un
noyau d'anthraquinone dans leur structure. [59]

Les colorants anthraquinoniques sont, d’un point de vue commercial, les plus importants
après les colorants azoïques. Leur formule générale dérivée de l'anthracène montre que le
chromophore est un noyau quinonique sur lequel peuvent s'attacher des groupes hydroxyles
ou amino. [60]

32
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

Figure II-9 : Structure du noyau anthraquinone [60]

II.4.1.6 Les phtalocyanines


Ce type des colorants est caractérisé par une structure complexe possédant un atome central
métallique. Ils sont obtenus par réaction du dicyanobenzène en présence d’un halogénure
métallique.
Les phtalocyanines sont des macrocycles formés de quatre sous-unités tétrabenzopyrroliques
reliées par des ponts aza.

Figure II-10 : Le macrocycle phtalocyanine [61]

33
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

Ce macrocycle comporte un système aromatique à 18 électrons «7t» (représenté en insert)


expliquant l'essentiel de ses propriétés physiques et chimiques (couleur, stabilité chimique ...).

a) Domaine d’application [62]


 la cristallinité liquide
 la génération d’oxygène singlet
 la photothérapie dynamique
 la chimiothérapie dynamique antimicrobienne
 les capteurs, y compris les biocapteurs
 les applications optiques non linéaires
 Les cellules solaires sensibilisées aux colorants
 Les cellules solaires photovoltaïques
 les matériaux semi-conducteurs, les catalyseurs d'oxydation et de réduction et les
photo-catalyseurs.

II.4.1.7 Les colorants nitrés et nitrosés


Ces colorants forment une classe très limitée en nombre et relativement ancienne. Ils sont
actuellement encore utilisés, du fait de leur prix très modéré lié à la simplicité de leur
structure moléculaire caractérisée par la présence d’un groupe nitro (-NO2) en position ortho
d’un groupement électro donneur (hydroxyle ou groupes aminés). [63]

Figure II-11 : Squelette de nitrosés[63]

34
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

II.4.2 Classification tinctoriale


Si la classification chimique présente un intérêt pour le fabricant de matières colorantes, le
teinturier préfère le classement par domaines d’application. Ainsi, il est renseigné sur la
solubilité du colorant dans le bain de teinture, son affinité pour les diverses fibres et sur la
nature de la fixation. Celle-ci est de force variable selon que la liaison colorant - substrat est
du types ionique, hydrogène, de Van der Waals ou covalente. On distingue différentes
catégories tinctoriales définies cette fois par les auxochromes. [64]

Tableau II.3 : Les types d’interaction entre un colorant et un matériau [65]

Un colorant peut être un donneur de proton alors que


matériau sera un accepteur de doubles libres (cas des groupes
hydroxyles dans les polysaccharides)
Liaisons hydrogène

Entre les groupements fonctionnels du colorant et les


Interaction dipolaires groupements des polysaccharides

Force de van der waals S’exerçant entre les noyaux benzénique du colorant et l
adsorbant (forces de dispersion ou de London entre les
nuages électronique des molécules

II.4.2.1 Les colorants acides ou anioniques


Les colorant acide contiennent en générale, des groupements ionisable de type sulfonât,
carboxylate ou sulfate pour favoriser leur solubilisation dans l’eau. Ces groupes sont
également fortement influencés par le pH. [65]

35
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

Ils sont appliqués sur des fibres animales telles que la laine et la soie et sur quelques fibres
acryliques modifiées.

Figure II-12: Les type d interaction entre un colorant et un matériau [48]

II.4.2.2 Les colorants basique ou cationique


Ils comportent des cations d'où leur autre appellation : colorants cationiques, Ils forment des
liaisons ioniques avec des supports à sites anioniques, notamment la laine et la soie et peut
être appliqué sur certains types de polyamide et de polyester. [66]

Figure II-13 : Exemple d’un colorant basique bleu de méthylène. [67]

36
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

II.4.2.3 Colorants réactifs


Les colorants réactifs constituent la dernière classe de colorant apparue sur le marché. Leur
utilisation est très importante, notamment dans le domaine de l’habillement (la solidité à la
lumière n’est suffisante que pour des applications en ameublement). Ce sont des colorants de
synthèse constitués d’une partie colorante chromogène (groupe chromophore) sur laquelle est
(sont) fixé(s) un (ou plusieurs) groupement (s) réactifs(s) électrophile(s) destiné(s) à former
une liaison chimique stable, covalente, solide avec les fonctions hydroxyles de la cellulose et
les NH2 et NH des polyamides. La réaction entre le colorant et la cellulose est obtenue par
l’action d’un agent alcalin (soude caustique, carbonate de sodium,…etc.) qui absorbe l’atome
ou le groupement réactif électronégatif du colorant pendant que l’ion coloré se lie à la
cellulose. [68]

Figure II-14 : Les groupes réactifs des colorants réactifs.[68]

II.4.2.4 Les colorants de cuve


Ils sont insolubles et doivent être transformés en leuco-dérivés par réduction alcaline. La
teinture se termine par la ré oxydation, in situ, du colorant sous sa forme insoluble initiale. De
plus, réputés pour leur bonne résistance aux agents de dégradation, ils sont encore utilisés, à
l’image de l’indigo, pour la teinture des articles jean ou daim.[52]

37
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

Figure II-15 : Schéma de la formation du colorant cuve soluble [52]

II.4.2.5 Les colorants développés ou azoïques insolubles


Les colorants développés ou azoïques insolubles: Également connus sous le nom de colorants
au naphtol. Ce sont des colorants azoïques que l'on produit directement sur la fibre. Le
fondement de la teinture avec ce type de colorant se base sur la formation de pigments colorés
sur la fibre, obtenu via le traitement du textile, généralement dans deux bains, avec les deux
composants qui forment le colorant. Le premier composant, appelé révélateur, est un dérivé
naphtalénique qui contient des groupes aminés et hydroxylés. Les révélateurs les plus utilisés
actuellement étant les dérivés hydroxylés. La matière textile imprégnée de révélateur est
introduite dans un second bain qui contient une solution de sel de diazonium . [69]

38
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

Figure II-16 : Colorant azoïque insoluble [70]

II.4.2.6 Les colorants directs ou substantifs


Les colorants directs, appelés également colorants substantifs, ils sont une classe de colorants
qui s'adsorbent fortement sur la cellulose. Ils portent généralement des groupes acide
sulfonique, mais ne sont pas considérés comme des colorants acides car ces groupes ne sont
pas utilisés comme moyen de fixation à la fibre. Les colorants directs sont de grandes
molécules plates et linéaires qui peuvent pénétrer dans les régions amorphes gonflées d'eau de
la cellulose et s'orienter le long des régions cristallines. Le sel commun ou le sel de Glauber
est souvent utilisé pour favoriser la teinture car la présence d'un excès d'ions sodium favorise
l'établissement de l'équilibre avec un minimum de colorant restant dans le bain de teinture. Le
rouge direct 28 (rouge Congo) est un colorant direct typique.
Les colorants directs étant retenus dans les fibres cellulosiques par adsorption, le processus de
teinture est réversible. Sauf après avoir été traités avec des résines et des agents de fixation de
colorant, les colorants directs, en tant que classe, ont une faible résistance au lavage. Ils sont
principalement utilisés parce qu'ils sont économiques et faciles à appliquer.
Ces colorants sont principalement utilisés pour colorer des fonds unis qui seront ensuite
imprimés dans un motif avec des colorants de cuve. [71]

39
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

Figure II-17 : Rouge direct 28 (rouge de Congo). [70]

 On peut donner aux colorants directs la classification suivante

Tableau II.4 : Classification des colorants directs [72]

les colorants portant cette désignation sont caractérisés


Colorants Diazol comme leur nom, par leur bonne résistance à la lumière.
lumière Beaucoup d'entre eux permettent, en outre, de réaliser des
nuances très vives.

le fixage de ces colorants sur la fibre est nettement amélioré


Colorants Métadiazol par un traitement, après teinture, au moyen de sels
métalliques.

Colorants Paradiazol ces colorants n'acquièrent la nuance et la solidité qui leur sont
propres que par un traitement sur la fibre après teinture au
moyen de Diazo de Paranitraniline ou de Paranitrol N.

40
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

comme les précédents, ces colorants doivent subir après


Colorants Diaz amine teinture un traitement ultérieur sur la fibre, mais dans ce cas
celui-ci consiste en une diazotation et une copulation avec un
" développeur ".

II.4.2.7 Les colorants à mordant


Colorant mordant, colorant qui peut être lié à un matériau pour lequel il a autrement peu ou
pas d'affinité par l'ajout d'un mordant, un produit chimique qui se combine avec le colorant et
la fibre. Comme les principaux mordants modernes sont les dichromates et les complexes de
chrome, le colorant mordant signifie généralement un colorant au chrome. La plupart des
colorants mordants donnent des couleurs différentes avec des mordants différents. Les
colorants mordants peuvent être utilisés avec la laine, les mélanges de laine, la soie, le coton
et certaines fibres de cellulose modifiée. [73]

Figure II-18 : Colorant C.I mordant bleue 9 [74]

II.4.2.8 Les colorants dispersés


Des colorants dispersés ont été formulés et introduits pour permettre la teinture de fibres
thermoplastiques hydrophobes comprenant le nylon, le polyester, l'acrylique et d'autres
matières synthétiques. Les colorants dispersés sont de petites molécules polaires, contenant
généralement des groupes anthraquinone ou azo qui n'ont pas de groupes cationiques ou
anioniques chargés dans la structure. Les colorants dispersés sont peu solubles dans l'eau et

41
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

doivent être dispersés à l'aide d'un tensioactif dans le bain de teinture. Au fur et à mesure que
la petite quantité de colorant dispersé dissous diffuse dans la fibre, un colorant supplémentaire
dispersé en solution est dissous jusqu'à ce que le colorant dispersé soit presque complètement
épuisé sur la fibre. La résistance à la lumière et la résistance au lavage de ces colorants sont
généralement bonnes, mais des difficultés ont été rencontrées avec la décoloration par les
fumées de certains des colorants dispersés. De nombreux colorants dispersés ont des pressions
de vapeur appréciables à des températures élevées et peuvent être «teints» sur des fibres
thermoplastiques par sublimation, ce qui implique la diffusion des vapeurs de colorant dans la
fibre. [75]

Figure II-19 : Disperser bleu 6 [75]

42
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

Tableau II.5 : Produit chimique et auxiliaire utilisé pour la teinture avec des colorants
dispersé [76]

bien que tous les colorants dispersés aient déjà une teneur
Dispersants élevée en dispersants, ils sont en outre ajoutés à la liqueur de
teinture et dans l'étape de lavage finale.

pour la fibre de polyester, la teinture avec des colorants


Les dispersés à des températures allant jusqu'à 100 ° C nécessite
transporteurs l'utilisation de supports. le polyester est de préférence teint
sous pression à une température> 100 ° C sans supports.

des polyacrylates ou des alginates sont généralement ajoutés


Épaississants
à la liqueur de colorant dans les processus de rembourrage.

Les agents principalement de l'hydrosulfate de sodium sont ajoutés en


réducteurs solution avec un alcali dans l'étape de lavage finale pour
l'élimination du colorant de surface non fixé.

43
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

II.5 Les colorants solubles et insolubles dans l’eau

Tableau II.6 : Les colorants solubles et insolubles dans l’eau [68]

colorant soluble dans l’eau Colorant insoluble dans l’eau

 les colorants cationiques ou  Les colorants de cuve


basiques  Colorants pré métallisé
 Colorants au chrome
 Le colorant anionique ou acide  Le colorant dispersé ou
plastosolubeles
 Les colorants directs  Colorants sulfureux
 Les colorants développés ou
 Les colorants réactifs azoïque insolubles
 Les colorants d’oxydation
 Les colorants pigmentaires

II.6 Toxicité des colorants et leur impact sur l’environnement


Les colorants textiles, ainsi qu'un grand nombre de polluants industriels, sont hautement
toxiques et potentiellement cancérigènes, de sorte qu'ils sont liés à la dégradation de
l'environnement et à diverses maladies chez les animaux et les humains.

II.6.1 Problèmes liés à la contamination de l’environnement par les


colorants textiles
La tendance à être récalcitrant dans les environnements aérobies, en particulier dans les usines
de traitement conventionnelles, est responsable de la bioaccumulation des colorants dans les
sédiments et le sol et de leur transport vers les systèmes publics d'approvisionnement en eau.
Malgré la récalcitrante environnementale de la majorité, ils peuvent être partiellement
dégradés ou transformés en présence de sédiments anoxiques, comme cela se produit dans la
44
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

réduction des composés de type azoïque provoquant des amines aromatiques dangereuses.
Une autre possibilité consiste à combiner des colorants avec des composés synthétiques
intermédiaires ou leurs produits de dégradation pour générer d'autres substances mutagènes et
cancérigènes.[77]

II.6.2 Impact des colorants textile sur le milieu aquatique


La présence de colorants textiles dans les eaux usées rejetées par les industries textiles dans
les milieux aquatiques tels que les oueds, les rivières, les mers, les océans ... et le manque de
leur biodégradabilité, dans des conditions écologiques normales peuvent détruire les
conditions vitales de ces différents milieux, tout en empêchant le pénétration de la lumière
dans les profondeurs des milieux aquatiques . En conséquence, il existe de graves
conséquences écologiques telles que la modification de la nature des milieux aquatiques et la
réduction de la photosynthèse par rapport à la flore aquatique.[78][79][80][81]
De plus, ces eaux usées peuvent produire plusieurs problèmes dangereux, à savoir des
problèmes esthétiques et de santé tels que des changements de qualité (couleur et odeur) de
l'eau et la rendre toxique, car ils peuvent provoquer des allergies, des dermatites, des
irritations cutanées, des cancers et des mutations dans les humains.
L’existence de colorants et de pigments textiles dans les eaux usées les rend très caractérisés
par un haut degré de coloration, un pH très fluctuant et des niveaux élevés en termes de
demande biochimique en oxygène (DBO), de demande chimique en oxygène (DCO), de
carbone organique total (COT) et solides en suspension (TSS). [82]

45
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

Tableau II.7 : Impacts environnementaux [63]

 Eutrophisation : Différents ions peuvent être évacués


dans le milieu naturel tel que le phosphate, utilisé
comme détergent lors du processus d’ennoblissement
ou le nitrate libéré sous l’action des microorganismes
sur les colorants.
Les dangers évidents  Sous-oxygénation : Lorsque des charges importantes
de matière organique sont apportées au milieu via des
rejets ponctuels, les processus naturels de régulation ne
peuvent plus compenser la consommation bactérienne
d'oxygène.
 Couleur, turbidité, odeur : L’accumulation des
matières organiques dans les cours d'eau induit
l’apparition de mauvais goûts, de prolifération
bactérienne, d’odeurs pestilentielles et de colorations
anormales.
 La persistance : les colorants organiques
synthétiques, en particulier azoïques, sont des
composés très résistants à la dégradation biologique
naturelle.
 Bioaccumulation : Si un organisme ne dispose pas de
Les dangers à long
mécanismes spécifiques, soit pour empêcher la
terme
résorption d’une substance telle qu’un colorant, soit
pour l’éliminer une fois qu’elle est absorbée, alors
cette substance s’accumule.
 Sous-produits de chloration (SPD) : Le chlore utilisé
pour éliminer les microorganismes pathogènes réagit
avec la matière organique pour former des
trihalométhanes (THM) dont les concentrations
peuvent atteindre plusieurs centaines de mg•L-1. Les
SPD sont responsable du développement de cancer du
foie.

46
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

II.7 Application des colorants


Les colorants sont employés pour l'impression et la teinture des fibres textiles, des papiers,
des cuirs, des fourrures, des bois, des matières plastiques et des élastomères. Ils servent aussi
à préparer des peintures, désancres d'imprimerie, des vernis et, comme additifs, à colorer des
produits alimentaires et pharmaceutiques. Ils sont utilisés dans l'industrie des cosmétiques, la
coloration des métaux (aluminium anodisé), la photographie (sensibilisateurs), la biologie
(coloration des préparations microscopiques), les indicateurs colorés, et certains d'entre eux
sont employés en thérapeutique (antiseptiques, anti malariques, etc.).[83]
Certains paramètres physico-chimiques ont une influence sur la couleur de certaines
molécules. Notamment, les indicateurs colorés sont utilisés afin d’estimer l’acidité d’une
solution aqueuse (papiers pH).

Forme acide incolore Forme basique rose violacé

Figure II-20 : Phénolphtaléine [83]

Une autre application intéressante des colorants en chimie est pour détecter la présence de
certaines molécules. C’est par exemple le cas pour le bleu de méthylène, qui permet de tester
la présence de glucose en solution, dans l’expérience de la bouteille bleue. Le glucose réduit
la molécule du bleu de méthylène dont la forme réduite est incolore (la forme oxydée est
bleue). [84]

47
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

II.8 Méthode de traitement des colorants


L’utilisation intense et irrationnelle des colorants et l’énorme risque que représente pour la
qualité de l’environnement et pour la santé humaine, ont été à l’origine de plusieurs travaux
visant l’élimination de ces polluants. Des procédés biologique, physique et chimique ont été
développés pour éradiquer ces colorants des milieux aquatiques.

Tableau II.8: Procédés classiques de traitement des colorants textiles[85].

Méthodes physiques

Filtration membranaire Coagulation/floculation


Adsorption

C’est la méthode la plus Les différentes techniques de Cette technique de traitement


utilisée dans le filtration peuvent être physico-chimique est utilisée
traitement des eaux appliquées comme procédés pour enlever davantage la
usées, elle est basée sur principaux ou après DCO et la couleur avant un
le contact entre traitement pour la séparation traitement biologique.
l’effluent et la poudre et la purification des
ou les granules poreux, effluents colorés
tels que le charbon actif,
l’argile, déchets
agricoles

Méthodes chimiques

L’oxydation et la réduction : sont les méthodes chimiques les plus connues. Les réactifs
les plus utilisés pour le traitement d’oxydation sont H 2O2, O2, O3, Cl2, NaOCl et MnO4,
et pour la réduction, le Na2S2O4.

48
Chapitre II : Application des colorants dans le traitement des eaux 2021

Méthodes biologiques

Action des bactéries Action des fungs Action des algues

Les bactéries impliquées La classe la plus efficace L’azoréductase des algues


dans la dégradation des des micro-organismes était l'enzyme principale
colorants peuvent êtres responsable à la responsable de la dégradation
isolées du sol, de l’eau et décomposition des colorants des colorants azoïques en
même des animaux, les synthétiques est la classe amines aromatiques en
réactions de des mycètes (WRF : White cassant les liaisons azoïques.
transformations sont de Rot Fungi). Ces dernières Ainsi, la biodégradation de
type oxydation ou produisent les enzymes ces colorants est assurée par
réduction selon la ligninolytiques Chlorella pyrenoidosa,
présence ou l’absence de extracellulaires non Chlorella vulgaris et
l’oxygène. spécifiques, capables de la Oscillatoria tenuis.
dépolymérisation et de la
minéralisation aérobies
étendues des composés
xénobiotics, aromatiques
et/ou les colorants
organiques

49
Chapitre III Rappel sur les
phénomènes d’adsorption

50
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

Pour des raisons d'intérêt et de pratique, les thermodynamiciens se sont surtout intéressés aux
Interfaces solide/liquide, solide/vapeur, liquide/vapeur et liquide/liquide. Le problème des
Interfaces solide/solide se rapporte aux phénomènes d'adhésion, de collage et de cinétique de
Changement de phase qui ont été surtout étudiés par les physiciens du solide.
Le terme « adsorption » qui vient du latin, ne doit pas être confondu avec le terme
« Absorption ». [86]
L’adsorption est le processus suivant lequel des molécules contenues dans un fluide
(Gaz ou liquide) appelées adsorbat se fixent à la surface d’un solide appelé adsorbant. Les
Sites où se fixent les molécules d’adsorbat sont appelés sites actifs. Selon les catégories des
Forces attractives, l’énergie et la nature des liaisons mises en jeu, on peut distinguer deux
Types d’adsorption : l’adsorption physique ou physisorption et l’adsorption chimique ou
chimisorption.

Signalant qu’une solution renfermant le soluté concerné par l’adsorption est mise en
Contact avec une masse connue d'un solide adsorbant. L'adsorption du soluté se traduit par
des Variations simultanées de sa concentration en solution et de celle à la surface du solide.
[87]

III.1 Définition
L'adsorption est un procède de traitement pour éliminer une très grande diversité de composes
toxiques dans notre environnement. Elle est essentiellement utilisée pour le traitement de l'eau
et de l'air.
L’adsorption est une interaction entre une molécule, un ion (adsorbat) et la surface d’un solide
(le catalyseur). C’est donc un processus qui se produit à l’interface solide/gaz et ou liquide,
conduisant à un changement de phase du soluté ou à la transformation d’une surface solide.
L’adsorption implique des phénomènes de diffusion et d’interactions entre la surface de
l'adsorbant et les molécules adsorbables. Elle sera favorisée sur des matériaux
Ayant d'importante surface spécifique et une forte densité de groupements fonctionnels en
Surface [88].

51
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

III.2 Les types adsorptions


Les forces physiques et chimiques pénètrent par adsorption du solvant à partir du solvant. Les
forces physiques comprennent le van der Waals et les forces électrostatiques. Les forces
chimiques résultent d'un taux d'inter-union court impliquant la formation de composés
internes, qui comprennent un mécanisme d'échange de liaisons et de liaisons symbiotiques, et
de liaisons hydrogène. Sur cette base, l'adsorption peut être divisée en deux types [89]:

III.2.1 L’adsorption physique ou physisorption


Due à des forces de van der Waals, responsables des attractions moléculaires dans tous les gaz
et de leur condensation sous forme de liquide ou de cristaux moléculaires. La formation d’un
film physisorbé peut être comparée au phénomène de condensation d’une vapeur en liquide.
[90]
Du point de vue énergétique, la physisorption se produit aux basses températures avec des
énergies de l'ordre de 10 Kcal.mol-1 touts au plus. Elle correspond à un processus réversible
(équilibre dynamique d'adsorption et de désorption) et ne conduit pas à une modification de
l'identité chimique de la molécule adsorbée. Dans le cas d'une telle adsorption, le temps de
rétention de la substance adsorbée est court et la surface absorbante peut être recouverte de
multiples couches moléculaires de produit adsorbé. [91]

Figure III.1 : Schéma de l’adsorption physique [92]

52
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

III.2.1.1 L’énergie potentielle


 L’énergie potentielle entre deux particules (identiques ou non) est décrite par un
potentiel de pair U(r),lui-même relié aux forces inter moléculaires F(r)par:

(Eq1)
 Le potentiel de Lennard-Jones (12-6) combine les contributions attractives et
répulsives d’un système adsorbat/adsorbant donné.

(Eq2)

L’interaction attractive entre l’adsorbat et l’adsorbant domine jusqu’à la distance d’équilibre


r0 avec r0 = 21/6 ( est la distance de contact). [93]

Figure III.2 : Potentiel de Lennard-Jones (12-6) dans le cas de deux atomes d’argon [93]

53
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

III.2.2 L’adsorption chimique ou chimisorption :

L'adsorption chimique ou adsorption activée résulte d'une interaction chimique qui se traduit
par un transfert d'électrons entre le solide et l'adsorbat. Il y a alors formation d'un composé
chimique à la surface de l'adsorbant. Ce type d'adsorption se développe à haute température et
met en jeu une enthalpie de transformation élevée. [94]

De plus, ce phénomène est spécifique car la formation de liens chimiques (pouvant modifier
la nature de l’adsorbat puisque des ruptures de liaison peuvent se produire) a lieu entre une
molécule adsorbée et une position particulière de l’adsorbant (site chimiquement actif). Ce
type d’adsorption est rencontré lors des réactions catalytiques à la surface du solide et lors du
stockage de substances par immobilisation chimique des polluants par formation de composés
moins solubles. [92]

III.2.2.1 Les deux types d'adsorption chimique [95]

a) Adsorption dissociative :

Les molécules dont les atomes sont parfaitement saturés, s'adsorption de façon dissociative
c'est-à-dire avec rupture de la molécule pour former des liaisons avec la surface métallique,
cas de l'hydrogène (H2) adsorbé sur le platine réduit [96]

b) Adsorption associative :

Les molécules insaturées ont la possibilité de s'adsorber sur le métal par ouverture de la
liaison et formation de deux nouvelles liaisons covalentes avec la surface métallique cas de
l'éthylène adsorbé sur le nickel. [96]

54
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

Figure III.3 : Shéma de la différences entre la physisorption et chimisorption [97]

 Physisorption : sorption par lien de van der waals


 Chimisorption : sorption par lien de type covalent

Les diagrammes de Lennard - Jones présente clairement les différents domaines


correspondants à l'adsorption physique et chimique.
Exemple : L'énergie potentielle du système (molécule sonde + surface du solide) est portée en
fonction de la distance adsorbat - surface. L'énergie est nulle pour une distance infinie, et
l'origine des distances est définie par le plan passant par le centre des atomes superficiels. [98]

Figure III.4 : Diagramme énergétique du phénomène d’adsorption [98]

55
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

III.3 Énergies et portées des interactions

Tableau III.1 :Caractéristiques des types de liaisons [99]

Type de liaison Portée (nm) Energie (KJ mole-1)

Chimiques

Ionique 0.15 - 0.24 335-1050

Hydrogéne 0.26 - 0.30 8.02-42

Covalente 0.15 – 0.24 63-920

Métallique 0.26 – 0.30 110-350

  Physique

London Porté indéterminé 4.0-42

Dipôle – dipôle induit Porté indéterminé 4.0-21


Debye

Dipôle – dipôle Keesom Porté indéterminé ~2.0

56
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

III.4 Distinction entre l’adsorption physique et l’adsorption chimique

Tableau III.2 : Différences entre physisorption et chimisorption [100]

Propriété Physisorption Chimie sorption

Type de liaison force Van der Wales Similaire à une liaison


chimique
Chaleur d'adsorption Faible, 10–40 kJ mol − 1 Élevé, 20–400 kJ mol – 1
Changement chimique Rien Formation d'un composé de
d'adsorbant surface
Entièrement réversible, c'est- Le processus est irréversible;
à-dire que la désorption de " Dé sorbe composés »sont
Réversibilité l'adsorbat se produit en différents de ceux adsorbés
diminuant l'activité de
l'adsorbant dans le fluide
entourant la surface

Énergie d'activation Très faible (proche de zéro) Élevé, semblable à une


réaction chimique
Négatif Dans une certaine mesure des
Effet de la température températures positives; soi-
disant adsorption activée
Spécificité de l'adsorbat – Très lent Haute
adsorbant les interactions
Oui, en adsorption en phase Non
Formation de multicouches gazeuse généralement
accompagné de liquéfaction
en micro et méso pores

57
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

III.5 Paramètres influençant d’adsorption


L’équilibre d’adsorption entre un adsorbant et un adsorbat, dépend de nombreux facteurs dont
les principaux sont décrits ci-dessous

Tableau III.3 : Les différents facteurs influençant sur adsorption [101]

Surface spécifique L’adsorption lui est proportionnelle

Règle de LUNEDELIUS «Moins une


Nature de l’adsorbat substance est soluble dans le solvant, mieux
elle est adsorbée»

L’adsorption dépend fortement du pH de la


solution et par conséquent va influencer la
charge de la surface de l’adsorbant, le degré
d’ionisation et la spéciation de l’adsorbat.
Les caractéristiques acido-basiques des
Potentiel d’hydrogène (pH) groupes fonctionnels de la surface changent
avec le pH. Ils deviennent à caractère
basique pour pH <pHPZC par adsorption des
ions H+ (PZC : point de charge zéro) (d’où
l’adsorption des anions est favorisée à pH
<pHPZC), et deviennent à caractère acide
pour pH >pHPZC par adsorption des ions
OH- (d’où l’adsorption des cations est
favorisée à pH >pH PZC.

Polarité Un soluté polaire aura plus d’affinité pour le


solvant ou pour l’adsorbant

58
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

Pour des raisons économiques, l’adsorption


s’effectue à température
Température ambiante. La température a une influence à
la fois sur la vitesse d’adsorption et la
concentration à l’équilibre

Ils peuvent favoriser ou gêner l’adsorption


Cas des mélanges (exemple: la force ionique). Ils constituent la
matrice de la solution, qui retient ou chasse
l’adsorbat. C’est l’un des aspects les moins
bien connus de la théorie de l’adsorption

Nature de l’adsorbant Tout solide est un adsorbant potentiel

III.6 Isothermes d’adsorptions


Les isothermes d’adsorption des substances dissoutes sont analogues par leurs formes
générales aux isothermes d’adsorption relatives aux gaz [102]. Selon le couple
adsorbant/adsorbat étudié, l’allure de la courbe isotherme peut être largement différente. La
grande majorité des isothermes peut être classée en cinq types selon leur allure globale
d’après la classification de BRUNAUER, Emmett et Teller [103-104].

59
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

Figure III.5 : Classification des isothermes selon BRUNAUER, Emmett et Teller [103]
Avec :
x = P / Po;
P : pression à l’équilibre;
Po : pression de vapeur saturante;
m : masse de produit adsorbé par unité de matériau adsorbant

60
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

Tableau III.4 : Les cinq types d’isothermes [105]

sont typiques d’une adsorption en


monocouche. Elles correspondent au
remplissage de micropores avec saturation
isothermes de type I lorsque la couche est totalement remplie.
Cette isotherme traduit une interaction
relativement forte entre l’adsorbat et
l’adsorbant et elle est entièrement réversible
sur tout le domaine de pression.

correspondent en général à l’adsorption


multicouches sur des surfaces non
microporeuses, ou d’une combinaison d’un
isothermes de type II type I et une isotherme de type II
(remplissage de micropores suivi d’une
adsorption multicouche sur une surface
externe).

sont relativement rares et indiquent la


formation des couches poly moléculaires dès
le début de l’adsorption. On y constate un
manque d’affinité entre l’adsorbat et
isothermes de type III l’adsorbant et des interactions adsorbat-
adsorbat relativement fortes.

61
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

Peuvent résulter de la formation de deux


couches successives d’adsorbat sur une
surface non poreuse très homogène. Dans ce
isothermes de type IV cas, les sites d’adsorption de la seconde
couche ne commencent à se remplir que
quand la première couche est à peu près
complète.

reflètent une forte interaction entre les


adsorbats. De plus, l’existence d’une
isothermes de type V hystérésis entre l’équilibre d’adsorption ou de
désorption peut être expliquée par l’existence
de méso pores où l’adsorbat se retrouve sous
forme condensée.

III.6.1 Les Modèles des isotherme d’adsorption

III.6.1.1 Modèle de Freundlich


Le modèle de Freundlich suppose que la surface de l’adsorbant est hétérogène avec
Une distribution énergétique non uniforme des sites d’adsorption sur la surface
La forme non linaire de ce modèle est exprimée par l’équation suivante :

Q= Kf Ce1/n (Eq3)
Avec :
q: Quantité d’adsorption en mg/g ;
Kf : Constante de Freundlich qui exprime l’affinité d’adsorption ;
Ce : Concentration à équilibre du soluté en mg/L ;
1/n : Constante de Freundlich qui traduit l’intensité d’adsorption.
Les constantes Kf et 1/n peuvent être déterminées à partir de la forme linéaire suivante :

62
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

Log(q) = log(Kf) + 1/n log(Ce) (Eq4)

Une valeur de KF élevée signifie que le pouvoir adsorbant de la phase solide est
Importante. Tandis qu’une valeur de 1/n inférieure à 1 indique que le processus d’adsorption
est favorable. [106]

III.6.1.2 Modèle de Langmuir


Ce modèle correspond aux isothermes de type L (Langmuir, 1918) [107]
Le modèle de Langmuir repose sur trois hypothèses :(Duong, 1998) [108]
 L'énergie d'adsorption est constante sur tous les sites.
 L’adsorption se fait sur des sites localisés
 Chaque site peut accueillir une seule molécule ou un atome.

L’expression de la loi de Langmuir est donnée par :

Q= x/m = Qm /bCe/1+bCe (Eq5)

Avec :
Q : Capacité d’adsorption par unité de masse d’adsorbant (mg.mg-1 ou mol.g-1)
m : Concentration de l’adsorbant (gl-1 ou mol.l-1).
Q = x/m : quantité de soluté adsorbée (x) par unité de masse adsorbant (m) à l’équilibre
Ce: concentration de la substance restée en solution à l’équilibre (mg/l).
Qm: capacité maximale d'adsorption (mg/g).
b ou K : Constante d’équilibre de Langmuir

63
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

III.7 Cinétiques d’adsorption


La cinétique d’adsorption permet de déterminer le temps nécessaire à la mise en Équilibre
entre le soluté et l’adsorbant. Elle permet d’avoir aussi une idée sur le mécanisme
d’adsorption et le mode de transfert entre le deux phases liquide et solide. Plusieurs modèles
cinétiques ont été développés pour décrire la cinétique d’adsorption et pour spécifier la nature
des interactions à l’interface solide-liquide.
Dans le présent travail, trois modèles cinétiques ont été sélectionnés pour étudier le
comportement cinétique des polluants à la surface des argiles, à savoir le modèle cinétique
pseudo premier ordre, le modèle cinétique pseudo-second ordre et le modèle de diffusion
intra-particulaire. [109]

III.7.1 Modèle cinétique du pseudo premier ordre


Ce modèle cinétique a été proposé par Lagergrenet suppose que la vitesse d’adsorption à un
instant t est proportionnelle à la différence entre la quantité adsorbée à l’équilibre et celle à
l’instant t. [109]

dqt/dt = K1(Qe-Qt) (Eq6)

Avec:
qt: Quantité adsorbée à l’instant t en mg/g ;
qe: Quantité adsorbée à l’équilibre en mg/g ;
K1: Constante de vitesse de premier ordre (min-1)
Après intégration, l’équation 6 devient:

Log(Qe-Qt) = log- K1/2.303t(Eq7)

La quantité adsorbée à l’équilibre qe et la constante de vitesse K1 peuvent être


Obtenues à partir de la pente et de l’ordonné à l’origine.

64
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

III.7.2 Le modèle de pseudo-second ordre (PSO)


Ce modèle est donné par l’expression suivante :

𝑑𝑄𝑡𝑑𝑡 = 𝑘2 (𝑄𝑒 − 𝑄𝑡) 2 (Eq8)


k2 (g/mg/min) est la constante de vitesse de réaction de pseudo second ordre
Qt (mg/g) est la quantité adsorbée au temps t
Qe (mg/g) est la quantité adsorbée à l’équilibre
t (en minutes) est le temps de contact. Après intégration on obtient :
La linéarisation de l’équation précédente donne :

𝑡𝑄𝑡 = 1 𝐾2𝑄𝑒 2 + 1 𝑄𝑒𝑡) (Eq9)

La quantité adsorbée Qe (mg/g), la vitesse d’adsorption peuvent être trouvés de deux


manières différentes
 En traçant Qt = f(t) à partir de l’équation originale
 En traçant t/Qt = f(t) à partir de la transformée linéaire de l’équation originale
Le graphe de t/Qt = f(t) devrait donner une droite où k2 et Qe peuvent être déterminées à
partir de la pente et l’intersection à l’origine respectivement.
À t = 0 on peut également déterminer la vitesse initiale d’adsorption h = k2.Qe 2 exprimée en
mg/g.min. [110]

III.7.3 Modèle de diffusion intra-particulaire


Le modèle de diffusion intra-particulaire ou le modèle de Weber et Morris suppose quelle
processus de diffusion est la seule étape limitative qui contrôle l’adsorption [111]
L’expression mathématique de ce modèle est la suivante [112-113]:

Q+k3 t0.5+C (Eq10)

65
Chapitre III : Rappel sur les phénomènes d’adsorption 2021

Avec
k3 : constante de vitesse de diffusion intra-particulaire.
C : constante.
Les valeurs de k3 et de la constante C peuvent être déterminées à partir de la pente et
de l’ordonné à l’origine de la courbe de qt en fonction de t 0,5

III.8 Application de l’adsorption

Tableau III.5 : Avantages et inconvénients de l’adsorption [114]

Avantages Inconvénients

 Pouvoir être appliquée traitement des  La difficulté de détecter simplement l


sources à débit presque nul dysfonctionnement d’un adsorbeur du
 Concentration très faible ou fait de sa saturation notamment sur
fluctuantes les systèmes passifs
 Permet d’apporter des réponses aux
exigences réglementaires tant pour
l’environnement que pour l’hygiène
du travail
 La physisorption est une technique
non destructive et économique dans
les applications d’épuration avec
récupération en produits

66
Partie expérimentale

67
Chapitre IV Caractérisation
des matériaux utilisés

68
Chapitre IV : Caractérisation des matériaux utilisés 2021

Dans cette partie on a mis en évidence les méthodes spectrophotométries (UV-Visible) ainsi
la caractérisation physico-chimique de l’adsorbant telle que l’IR, le pH…etc
Additivement, nous nous sommes intéressées à décrire les protocoles et les expériences de
l’adsorption du BM

IV.1 Matériels et méthodes

IV.1.1 Préparation de l’adsorbant


Les déchets de coquilles d’œufs ont été collectés à partir des restaurants locaux. Elles ont été
lavées avec de l’eau de robinet, ensuite bouillie dans l'eau distillée pendant 15 min pour
éliminer les impuretés. Ensuite, notre matériau la membrane de la coquille d'œuf a été séparé
manuellement des déchets d'œufs et séchées dans une étuve à 50°C pendant une nuit. Le
matériau a été broyé dans un broyeur électrique puis tamisé à l'aide d'un tamis (Afnor).
Seules les particules de diamètre entre 315 et 500 µm ont été utilisées pour les tests
expérimentaux d'adsorption en mode statique.

Figure IV-1 : Préparation de l’adsorbant

IV.2 Caractérisation Physico -chimique du matériau utilisé


L’emploi des supports adsorbants dans le domaine de traitement des eaux, nécessite la
connaissance de leurs propriétés physico-chimiques. En fonction de ces techniques, il est
possible d’avoir des informations sur la structure, la chimie et la morphologie.
Dans notre travail, les différentes techniques physico-chimiques utilisées pour caractériser
notre matériau sont : la composition chimique, la diffraction par les rayons X (DRX), la
mesure de la surface spécifique par la méthode BET et la microscopie électronique à balayage
(MEB) PCZ.

69
Chapitre IV : Caractérisation des matériaux utilisés 2021

IV.2.1 Composition chimique


La composition chimique de notre membrane a été caractérisée par une analyse élémentaire
(Leco CHNS-932).

IV.2.1.1 Analyse par spectroscopie infra rouge (IR)


Cette technique sert à déterminer les groupements fonctionnels. Chaque liaison présente des
vibrations caractéristiques de fréquences bien déterminées.

L’analyse a été réalisée en mode réflexion avec un spectromètre (IR Affinity -1S) équipé d’un
système Golden Gate permettant de procéder à une analyse en réflexion totale atténuée (ATR
:Attenuated Total Reflectance) de la membrane. Celles-ci, pressées par une enclume de
saphir, sont en contact avec le cristal de diamant dans lequel se propage le rayonnement
infrarouge. A l’interface entre le cristal et l’échantillon, une faible partie du signal, l'onde
évanescente, est transmise et pénètre l’échantillon sur une profondeur de 1 mm environ, ce
qui donne lieu à une absorption d'où des modifications du rayonnement infrarouge émergeant.
La figure IV.2 schématise le principe de l’ATR.

Figure IV-2 : Schéma de la méthode ATR

70
Chapitre IV : Caractérisation des matériaux utilisés 2021

Les spectres d’absorption sont collectés à température ambiante dans le domaine 600-4000
cm -1 après 50 passages de faisceau et avec une résolution de 4 cm -1.

IV.2.1.2 Diffraction des rayons X (DRX)


La diffraction des rayons X est une méthode d’analyse non destructive utilisée en générale
pour déterminer la structure cristalline d’un échantillon.
Le principe de la méthode repose sur la diffraction des rayons X par une famille de plans
réticulaires (hkl) favorablement orientée sous un angle θ par rapport au faisceau incident. Ceci
se traduit dans le diffractogramme, représentant l’intensité en fonction de l’angle de
diffraction θ, par l’observation de raies à partir desquelles peuvent être déterminées les
distances réticulaires dhkl , caractéristiques d’un composé cristallin donné, à l’aide de la loi de
Bragg :

𝟐𝐝𝐬𝐢𝐧 𝛉 = 𝐪𝛌 (Eq 11)

𝑞: Nombre entier correspondant à l’ordre de la diffraction.

λ: Longueur d’onde du rayonnement utilisé.

d: Distance réticulaire.

𝜃 : Angle de diffraction.

La structure cristalline de l'échantillon a été caractérisée par diffraction des rayons X (DRX)
(Philips X’Pertdiffractometer) en utilisant un rayonnement de cuivre Kα (λ = 1,5418 Å), une
vitesse de balayage de 0,01° min-1 et un angle de 2θ compris entre 0 et 60.

IV.2.1.3 Analyse à microscopie électronique à balayage (MEB)


La microscopie électronique à balayage (MEB) est une technique d’analyse qui permet de
déterminer la morphologie et l’état de surface d’un matériau, elle fournit des informations
sous forme d’images lumineuses, résultat de l’interaction d’un faisceau d’électrons avec un
volume microscopique de l’échantillon étudié, La morphologie de matériau a été caractérisée
en utilisant un microscope électronique à balayage (MEB) (JEM-2010-JEOL).

IV.2.1.4 Mesure de la surface spécifique

La surface spécifique du support adsorbant a été déterminée par la méthode BET (Brunauer,
Emmett et Teller). Cette technique consiste à déterminer l’isotherme d’adsorption de l’azote

71
Chapitre IV : Caractérisation des matériaux utilisés 2021

gazeux à la surface du support. Ces mesures d’adsorption nécessitent une surface bien
dégazée et il faut en particulier retirer l’eau adsorbée pour qu’elle soit accessible aux
molécules d’azote.

Les caractéristiques physiques, surface spécifiques, volume spécifique et distribution des


pores de l’adsorbant employé ont été déterminées au moyen d’un appareil BET type Nova
Station A à 77.3 K.

IV.2.1.5 Détermination du pH de charge nulle (pHpzc) :


Le pH pzc ou pH du point de charge zéro ou nulle correspond à la valeur de pH pour laquelle
la charge nette de la surface des matériaux est nulle. Ce paramètre est très important dans les
phénomènes d’adsorption, surtout quand des forces électrostatiques sont impliquées dans les
mécanismes.

Cette méthode consiste à ajouter une solution d’acide chlorhydrique (0.1N) ou de soude
(0.1N), pour ajuster le pH de 1 à 10 à une solution de nitrate de potassium KNO3(0,01 M) de
volume 20 ml, à la température ambiante. Lorsque le pH de la solution de KNO 3est fixe, on
y additionne 0,1g de la MCO. L’ensemble est laissé sous agitation pendant 24 heures et le
pH final est alors noté.

Le point d’intersection de la courbe avec l’axe des abscisses, donne le pHpzc du matériau.

L’étude entreprise vise à tester le matériau utilisé pour la fixation du chrome (VI) à partir
d’une solution aqueuse dans une colonne à lit fixe et étudier l’influence de différents
paramètres (débit d’alimentation, hauteur de lit, concentration de Cr (VI) et pH de la
solution) sur la performance de la colonne.

IV.2.1.6 Principe de la spectrophotométrie d’absorption UV-Visible


La spectroscopie d’absorption dans l’UV et le visible est une méthode très commune dans les
laboratoires. Le principe de la spectrophotométrie est basé sur la propriété des molécules
d’absorber des radiations lumineuses de longueur d’onde déterminée (Figure IV.3).
Le dosage spectrophotométrie UV-Visible consiste à préparer une gamme de dilution
(solutions filles) d’une solution étalon (solution mère) et à mesurer l’absorbance de chacun
des solutions étalons filles puis à tracer la courbe d’étalonnage A= f(c).

72
Chapitre IV : Caractérisation des matériaux utilisés 2021

L’absorbance (A) de la solution à doser est mesurée dans la même condition puis reportée sur
la courbe d’étalonnage où on peut déterminer graphiquement la concentration inconnue dosée.
En calculant la pente de la droite d’étalonnage par régression linéaire, en utilisant la loi de
Beer-Lambert :

A=LogI0 /I (Eq12)
On écrit alors :
A=Ɛ.C.L (Eq13)
Avec :
A : Absorption ;
Ɛ : Coefficient d’extinction spécifique du soluté (l .cm-1.mol-1) ;
L : L’épaisseur de la cellule optique (cm) ;
C : La Concentration du soluté (mol.l-1).

Figure IV-3 : principe simplifié de la spectrophotométrie UV/visible

a) Choix la longer d’onde

Pour choisir la longueur d’onde d’absorption maximale, nous avons effectué des mesures
d’absorbance d’une solution de chrome de concentration 10 mg L-1 en faisant varier la
longueur d’onde dans le domaine du visible. Les résultats sont donnés dans la figure IV.4
montrent que l’absorption maximale correspond à la longueur d’onde λ = 665 nm.

73
Chapitre IV : Caractérisation des matériaux utilisés 2021

Figure IV-4 : Spectre du Bleu de Méthylène (20ppm) à pH=6.9-7,2.

b) Etablissement de la courbe d’étalonnage


La courbe d’étalonnage a été réalisée, a partir d’une solution mère de concentration 100 mg.l-
1
, de cette dernière, nous avons préparé une série des solutions filles. On mesure l’absorbance
de chacune de ces solutions la courbe d’étalonnage de ce colorant est donnée par la Figure
IV.5.

74
Chapitre IV : Caractérisation des matériaux utilisés 2021

Absorbance 0.8

0.6

0.4
y = 0.1602x + 0.0545
R² = 0.9993

0.2

0
0 1 2 3 4 5 6
C (ppm)

Figure IV-5 : Courbe d’étalonnage de bleu de méthylène


La dépendance Abs=f(C) montre une linéarité de la courbe dont le coefficient de corrélation
R2=0,9993.
L’efficacité d’élimination de colorant E % est donnée par équation (13) :

𝐶𝑖− 𝐶𝑓
E( %) = ∗ 100 (𝐸𝑞13)
𝐶𝑖

La quantité adsorbée est calculées en utilisant l’équation (14):

𝐶𝑖− 𝐶𝑓
𝑄𝑎𝑑𝑠 = ∗𝑚 (𝐸𝑞14)
𝑉

Avec :
Qads: Quantité d’adsorbat par gramme d’adsorbant
Ci: Concentration initiale de colorant en mg.l-1
Cf: Concentration finale de colorant en mg.l-1
m : masse d’adsorbant en g
V : le volume de solution en L.

75
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

Chapitre V Résultats et
Discussion

76
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

V.1 Caracterisations

V.1.1 Composition chimique


La composition chimique de la MCO est présentée dans le Tableau V.1. Les valeurs sont
exprimées en pourcentage massique. D’après les résultats la MCO est constitué de du
carbone, de l'oxygène, de l'hydrogène, de l'azote et du soufre; ce qui indique et confirme sa
nature protéique avec un pourcentage en poids élevé de carbone (46,99%).

Tableau V.1 : Analyse élémentaire de la membrane de coquille d’œuf

Elément chimique Membrane C O H N S

%massique 46,99 26,11 6,56 15,19 3,84

V.1.2 Analyse Thermogravimétrique


La courbe de L’ ATG de la MCO est illustrée sur la figure V.1, montre trois phases de perte
de masse. La première phase de 25 à 100 ° C correspond à une perte rapide d'environ 13,94%
du poids de l'échantillon (déshydratation) due aux molécules d'eau maintenues en surface par
l'hydrogène collage peut être attribuée au début de la dénaturation MCO du collagène . La
deuxième perte de poids est de 50,38% dans la plage de températures de 155 à 540 ° C. Cela
pourrait contribuer à la dégradation des chaînes de collagène et de glycane , la troisième phase
400 - 600 ° C est celle de la dégradation membranaire 29,42%.

77
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

-13.83 TGA
100
-100%

-40

80

60
Weight loss (%)

-46

40

20

0 100 200 300 400 500 600 700


Temperature (°C)

Figure V-1 : Courbes ATG de la MCO

V.1.3 Analyse de structure par DRX


Le spectre de diffraction des rayons X de MCO (figure V.2) montre un large pic à 2θ( 21°)
indiquant la nature amorphe du matériau en raison de présence de fibres protéiniques
composés des acides aminés [115,116]. Ce résultat est en accord avec la littérature [117,118].
50

40
Intensity (a.u)

30

20

10

10 20 30 40 50 60

2 Theta (degree)

Figure V-2 : Spectre DRX du MCO

78
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

V.1.4 Analyse de structure par FTIR


Les spectres IR enregistrés de la membrane des coquilles d’œufs utilisée avant et après
adsorption des colorants Bleu de méthylène (Figure V.3) montrent les différentes bandes
d’absorption caractéristiques enregistrées entre 400 et 4000 cm-1.

Les spectres sont divisés en deux régions : la première entre 3725 et 2300 cm-1 et la deuxième
au-dessous de 1700 cm-1. Dans la première région, un pic intense fixé à
3274 cm-1caractérisant les liaisons OH et NH respectivement. Une autre bande moyenne à
3060 et 2929 cm-1 caractérise les vibrations de valence asymétriques des bondes C-H
présentes à =CH et =CH2 [119].

Dans la deuxième région les pics correspondent aux vibrations des liaisons des groupes
suivants : vibration d’élongation C=O vers 1643 cm-1, vibration de déformation des liaisons
N-H à 1451 cm-1, cisaillement de =CH2 à 1109 cm-1 et vibration d’élongation des liaisons C-N
et C-S aux alentours de 645 cm-1[120-121].

Après adsorption du colorant (BM), il a été observé la diminution des intensités des pics : OH
et NH (3270, 3266 cm-1), C=O (1522, 1632 cm-1), amide N-H (1421, 1386 cm-1), amine C-
N (1065, 1022 cm-1). Ce changement est expliqué par les interactions qui ont eu lieu entre les
groupes fonctionnels du colorant et la surface de la membrane des coquilles d’œufs.

Figure
V-3 : Spectre IR de la MCO avant et après l’adsorption du BM

79
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

V.1.5 Détermination de pHpcz

La figure V.4 montre que le point charge zéro de la membrane est égale à 7.05, nous
constatons que La membrane est chargés positivement à pH > 7.05 et elle est chargés
négativement à pH ˂ 7.05.

2
(a)

1
pH final -pH initial

0
0 2 4 6 8 10 12
pH initial

-1

-2

Figure V-4: Le point isoélectrique de la MCO

V.1.6 Microscopie électronique à balayage MEB


La structure morphologique de la membrane est présentée sur la Figure V.5 montre un
réseau composé de fibres de protéines orientées de manière aléatoire ce qui donne une
structure amorphe de la membrane.

80
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

a b

Figure V-5 : Réseau de fibres de protéines

V.2 Etude de l’influence des différents paramètres sur l’adsorption du BM

V.2.1 Effet de la masse


Dans le but de déterminer la quantité nécessaire de MCO correspondante à une élimination
maximale, des suspensions de 20 ml de solution de BM à 20 ppm ont été préparés dans des
tubes en pyrex, dans lesquels des masses de scorie qui varie de 0.1g à 1g leurrant été ajouté.

81
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

100

80
% d'elimination

60

40

20

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2
Masse (g)
Figure V-6 :
Effet de masse pour l’adsorption du BM sur la MCO (C0=20mg/l, pH=7, Va=50 tr/min)

Les résultats montrent que le pourcentage d’élimination du BM augmente avec


l’augmentation de la masse de la MCO. Au-delà d'une masse de 0,4g, le taux a tendance à se
stabiliser à l'apparence d’un palier de saturation (figure V.6).

D’après la figure V.6, il peut être remarqué que l’influence de l’augmentation de la quantité
du support est positive sur le rendement de la rétention Ceci est attribué à l’augmentation du
nombre de sites actifs de sorption.

V.2.2 Effet de la vitesse d’agitation


Afin d'étudier l'effet du l’agitation sur le processus de rétention, trois vitesses d'agitation ont
été considérés: 50, 150, 200 tr/min. La figure V.7 montre que la vitesse d’agitation agit
favorablement sur la rétention de BM au début du processus et elle commence à diminuer à
mesure que le temps passe, en fait, la saturation est atteinte. Ce résultat peut mieux être vu sur
la deuxième partie des courbes

82
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

1.2

0.8
Q (mg/g)

0.6 50 tr/min
100 tr/min
0.4 200 tr/min

0.2

0
0 10 20 30 40 50 60 70
Temps (min)

Figure V-7 : Influence de la vitesse d’agitation sur l’adsorption du BM sur la MCO


(T=25°C, pH=7, C0= 20ppm)

D’après la figure V.7 les courbes sont superposées, ce qui indique que la capacité de rétention
de la MCO n'est pas influencée par la vitesse d'agitation, pour des conditions énergétique on
choisit la vitesse d’agitation 50 tr/min

V.2.3 Effet de concentration


Pour étudier l’influence de la concentration du matériau sur la fixation du BM, des essais ont
été menés avec des concentrations de 20 à 80mg/l. Les autres paramètres sont maintenus
constants.

83
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

5
20 ppm
4.5 40 ppm
4 60 ppm
3.5 80 ppm

3
2.5
2
1.5
1
0.5
0
0 10 20 30 40 50 60 70

Figure V-8 : Effet de concentration initiale sur l’adsorption du BM sur la MCO (m=20g/l,
pH=7, Va=50 tr/min)

La figure V.8, montre que la quantité adsorbée de BM augmente en fonction de la


concentration initiale. Cette évolution peut s’expliquer par l’existence d’un fort gradient de
concentration en BM entre la solution et la surface de l’adsorbant [122].

V.2.4 Effet de la température


Les suspensions ont été agitées à une vitesse d’agitation de 50 tr/min à des temps allant de 5 à
120 minutes à différentes température 25, 35,et 45°C.

84
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

1.2

1 25 °C
35 °C
0.8
45 °C
Q (mg/g)

0.6

0.4

0.2

0
0 10 20 30 40 50 60 70
Temps (min)

Figure V-9 : Effet de la température sur l’adsorption de BM Sur la MCO (C0= 20ppm,
pH=7,V=50tr/min)

L’examen de la Figures V.9 les courbes sont superposée on peut dire qu’il n’y a pas de
modification significative de la capacité d’adsorption lorsque la température augmente.

V.2.5 Effet du pH
Le pH est un paramètre important qui doit être pris en considération lors de toute étude
d'adsorption. La capacité d'adsorption du colorant sur la MCO a été déterminée sur une
gamme de pH : 4 ; 6 ; 7 ; 8 ; 10. Les pH acide et basique sont obtenus, l’un par addition d’une
solution d’acide chlorhydrique (0.1N) et l’autre par ajout d’une solution de soude (0.1N).
L'effet du pH sur l’adsorption de BM est donné sur la Figures V.10. Il est bien connu que les
procédés d'adsorption dépendent fortement du pH en raison de la sensibilité élevée de groupes
fonctionnels de l'adsorbat.

85
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

100

98
% d'élimination

96

94

92

90
4 6 7 8 10
pH

Figure V-10 : Histogramme sur L'effet du pH sur l’adsorption de BM

L'effet du pH sur l'élimination du BM montre que lorsque le pH de la solution augmente, le


pourcentage d'adsorption croit. Ce comportement est expliqué comme suit :

Le BM colorants cationiques (R+, Cl-) peut acquérir une charge positive dans les milieux
aqueux par la réaction suivante :

R+, Cl-→R++Cl-

L'ion R+ sera attiré vers la surface de l'adsorbant par une interaction électrostatique.

Une diminution de pH conduit à l’augmentation de la concentration des ions H + en solution,


ce qui donne aux groupes fonctionnels du matériau une charge de surface positive [123] ; ces
ions H+ rentrent en compétition avec le BM. L’adsorption du BM est ainsi affectée.

M − NH2 + H + ↔ M − NH3+

M − CO − NH2 + H + ↔ M − CO − NH3+

M − OH + H + ↔ M − OH2+

M − COOH + H + ↔ M − COOH2+

86
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

Par contre en milieu basique la surface de la M devient chargée négativement et par


conséquent, les forces électrostatiques des cations BM chargés positivement augmenteront
l'attraction et cette situation peut être résumée par les réactions suivantes:

M − O− + BF + ↔ M − O − BF

M − COO− + BF + ↔ M − COO − BF

M − NH − + BF + ↔ M − NH − BF

M − CO − NH − + BF + ↔ M − CO − NH − BF

Des résultats similaires ont également été trouvés dans l'adsorption de colorant cationique par
M[124].

87
Chapitre V : Résultats et discussion 2021

V.3 Étude cinétique


Plusieurs modèles cinétiques sont développés afin de mettre en évidence les paramètres
essentiels des cinétiques d'adsorption. L'adsorption de BM sur (M, CM et C) a pu être
modélisée en utilisant les équations du pseudo-premier ordre [125] Équation (15) et du
pseudo-second ordre [126] Équation (16)

ln(qe − qt ) = ln qe − k1 t (Eq15)

t 1 t
= 2
+ (Eq16)
qt k 2 qe qe

Où, t: temps de contact; k1 : constante de vitesse d'adsorption de la cinétique de pseudo


premier ordre; k2: constante de vitesse d'adsorption du cinétique pseudo-second ordre; qt et qe:
capacités d'adsorption respectivement à l'instant t et à l'équilibre.

PPO Temps (min)


0
0 5 10 15 20 25 30
-1

y = -0.1738x - 1.5653
-2
R² = 0.7192
ln (Qe-Qt)

-3

-4

-5

-6

-7

Figure V-11 : Représentation du modèle cinétique pseudo-premier ordre de l’adsorption de


BM sur la MCO

87
Chapitre V Résultats et discussion

𝑡 1 1
= + 𝑡
𝑞𝑡 𝑘2𝑞𝑒2 𝑞𝑒

y = 1.0458x + 0.1328
PSO R² = 1
100

80

60
t/qt

40

20

0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Temps (min)

Figure V-12 : Représentation du modèle cinétique pseudo-second ordre de l’adsorption de


BM sur la MCO

L’étude des régressions linéaires présentées dans la Figure V.12 et représentée dans le
Tableau V.2 montre que l’élimination du BM par la MCO suit le modèle cinétique PSO avec
un meilleur facteur de corrélation entre (R ² = 1).

Tableau V.2 : Paramètres de la cinétique d'adsorption de BM sur (MCO).

Modèle Paramètre MCO

R2 0.719
PPO
K1 -0.173
Q 0.2090
R2 1
PSO
K2 8.2781
Q 0.9569

88
Chapitre V Résultats et discussion 2021

V.4 Isotherme d’adsorption


Les isothermes d'adsorption peuvent fournir des informations approfondies sur les interactions
adsorbat / adsorbant, qui sont identifiées par certaines valeurs constantes qui donnent un
aperçu des caractéristiques de la surface et de l'affinité de l'adsorbant. Dans ce cas, il existe
une relation entre les quantités de colorant adsorbé et celle restant en solution aqueuse à
l'équilibre pour une température constante.

3
Q (mg/g)

0
0 4 8 12 16 20 24 28 32
Ce (mg/l)

Figure V-13 : Représentation de l'isotherme d'adsorption du BM sur la Membrane des


coquilles d’œufs
Les résultats expérimentaux obtenus montrent que l'isotherme d’adsorption est de type L, qui
correspond à la classification de Gilles [127]. Ce dernier, indique une croissance de
l'adsorption du colorant lorsque la concentration augmente, puis elle ralentit pour atteindre un
plateau correspondant à une saturation des sites d’adsorption, et traduisant une adsorption en
monocouche (Figure V.13).

Pour mieux interpréter les données de l’effet de la concentration initiale en BM, des
modèles d'adsorption classiques, Langmuir et Freundlich, ont été utilisés pour décrire
l'équilibre entre les ions du BM et la M.

Les paramètres pour ces modèles d'adsorption ont été calculés par régression en
utilisant la forme linéaire des équations d'isotherme. Les paramètres et le coefficient de
corrélation (R2) sont récapitulés dans le tableau 3.

89
Chapitre V Résultats et discussion 2021

V.4.1 Isotherme de Langmuir


L'isotherme d'adsorption de Langmuir [128] suppose que l'adsorption se produit par
monocouche et que tous les sites d'adsorption au niveau de l'adsorbant sont homogènes.
La forme linéaire de l'équation (17) d'isotherme de Langmuir est donné par :

𝐶𝑒 1 1
= 𝐶𝑒 + (𝐸𝑞17)
𝑄𝑒 𝑄𝑚 𝑏𝑄𝑚

2.5
y = 0.5234x + 0.4047
R² = 0.9592
2

1.5

0.5

0
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5

Figure V-14 : Représentation linéaire de modèle de Langmuir

Les résultats expérimentaux de l’élimination de BM selon l’équation de Langmuir sont


illustrés dans la figure V.14 qui montre une répartition linéaire.

V.4.2 Isotherme de Freundlich


L'isotherme de Freundlich [129] a été également utilisée pour expliquer les phénomènes
observés. Il suppose que la multicouche du processus d'adsorption se produit sur une surface
hétérogène et sa forme linéaire peut être présentée par l’équation (18) :

90
Chapitre V Résultats et discussion 2021

1
ln 𝑄𝑒 = ln 𝐾𝐹 + ln 𝐶𝑒 (𝐸𝑞18)
𝑛

où Q e la quantité d'adsorbé par poids spécifique (mg/g); K constantes de Freundlich s'est


relié à la capacité d'adsorption; C e la concentration d'équilibre (mg/l); n constantes de
Freundlich s'est relié à l'intensité d'adsorption.

1.4
y = 0.5845x + 0.0617
1.2 R² = 0.9884

0.8

0.6

0.4

0.2

0
-0.5 0 0.5 1 1.5 2
-0.2

Figure V-15 : Représentation linéaire de modéle de Freundlich.

91
Chapitre V Résultats et discussion 2021

Tableau V.3: Valeur des paramètres d'adsorption Qmax, et kf du BM sur la membrane

Modèle

Langmuir Freundlich

Adsorbant 𝐪𝐦 (mg/g) 𝐾𝐿 𝑹𝟐 1/n 𝐤𝐅 𝑹𝟐


(mg/g) (mg/g)

M 1.912 1.294 0,959 0.584 1.062 0,988

L’étude des isothermes d’adsorption de Langmuir et Freundlich, représentées respectivement


par les figures et Tableau3, montre d’après les valeurs de R2 que le modèle de Freundlich est
le mieux adapté.

92
Conclusion général

De nombreuses substances naturelles autrefois considérées comme des déchets, telles que
pelure de citron et résidus de maïs, les coquilles d'œufs et d'autres substances naturelles,
peuvent désormais être récupérées pour être utilisées dans le traitement des eaux polluées par
des micropolluants comme les colorant.

Les méthodes d'adsorption ont souvent servi d'option privilégiée en plus de la procédure
fondamentale. Le traitement d'adsorption élimine les composés organiques dissous de l'eau
sans les modifier. Le plus ancien adsorbant fabriqué industriellement est le charbon actif, qui
est couramment utilisé dans le traitement des eaux usées. Cependant, compte tenu des
difficultés rencontrées lors de la mise en œuvre ainsi que du coût élevé, nous avons pensé
qu'il serait intéressant d'étudier la rétention de divers produits chimiques via l'adsorption sur la
membrane de la coquille d’œuf.

L'objectif principal de cette étude était de démontrer la faisabilité de l'utilisation d'un système
bio-adsorbant pour compléter le traitement des eaux usées. Cela fait partie d'un effort plus
large visant à trouver de nouvelles façons de décontaminer les effluents résiduaires en
utilisant des ingrédients naturels. Nous avons conçu et étudié le comportement de la
membrane de coquille d’œuf utilisée pour absorber les contaminants chimiques afin
d'atteindre notre objectif.

L'efficacité chimique de la bio-adsorption a été démontrée au laboratoire sur des solutions


synthétiques. Le bio-adsorbant susmentionné est efficace pour éliminer un type de colorant :
les colorants cationiques (bleu de méthylène)

Plusieurs facteurs qui peut influencer la capacité de sorption, tels que le pH, la concentration
de départ, le temps de contact, la température etc.., ont été étudiés.
En premier lieu, nous nous sommes intéressés aux méthodes physico-chimiques de
caractérisation. Pour suivre leurs changements de texture et de structure :
 La membrane de coquille d'œuf a une valeur pHPCZ de 7,05, ce qui est neutre.
 Le carbone, l'oxygène, l'hydrogène, l'azote et le soufre se trouvent dans la membrane
(M), indiquant et confirmant son origine protéique avec un pourcentage élevé de
carbone en poids (46,99 %).

92
 L'image MEB révèle un réseau de fibres de protéines alignées de manière aléatoire
dans la nature amorphe de la membrane.
 La présence d'amines, d'amides I et d'amides II dans la membrane (M) est révélée par
analyse infrarouge, confirmant son origine protéique.
 L’analyse de DRX confirme la nature amorphe de la membrane de coquille d’œuf
 La membrane se dénature à basse température de 51°C, selon des études thermiques.
 Le meilleur résultat a été obtenu à T = 25°C, selon la recherche de l'effet de la
température. La proportion de décoloration de la membrane de la coquille d’œuf
augmente avec l'augmentation du pH et meilleure à la vitesse d'agitation égale 50
tr/min
 L’étude de la cinétique a montré que le processus d’adsorption suit le modèle de
pseudo second ordre
 L’étude des isothermes d’adsorption montre que le modèle de Freundlich est le mieux
adapté.

93
Bibliographie
[1] N. Djebbari, A. Benkerrou. «Préparation et caractérisation des microsphères base de
PEEK- WC/D2EHPA, appliquées à l’adsorption de la Rhodamine B et de Bleu de Méthylène
». Mémoire de Master. Université de Bejaia (2016).
[2] B. Khalfaoui, Abd-S. H. Meniai, et R. Borja. «Removal the copper from waste water
byraw charcoal obtained from reeds», J. Chem. Tech. Biotechnol. 64, 153-156 (1995).
[3] F.Z. SAIDI. « Elimination du Bleu de Méthylène par des Procédés d’OxydationAvancée»
Mémoire de : MAGISTER. Université de telem (2013).
[4] XU. Y & LANGFORD C H. J.Photochem. Photobiol.AChem. 133,67-71. (2000)

[5]Markovska,etMes. ; 2001 17 2006) the adsorption kinetics of the cationic dye, methylene
bleu, onto clay journal of HazadousMateriels B13 (2006)
[6] G. Atun, G. Hisarli, W. S. Sheldrick, M.Muhler, j. Colloid interfaceSci. 261(1) (2003)32-
39.
[7]Meshko et Mark.; 2001) V. Meshko, L.M arkovska, M. Mincheva, A.E. Rodrigues, Water
[8]C.Cordeiro ; M.T.Hinck ; Récent Patents on Food, Nutrition & Agriculture ; volume3 ;
Issue 1 ; Taipei ;(Taiwan) ; 2011 ; p08.

[9]F.Nau ; C.Guriene-dubiard et autre ; science et technologie de l’œuf ; vol1 production et


qualité ; edition tec & doc ; paris ;2010 ; p167.
[10]C.Konig ;futura sciences ;article physique et chimie de la calcite ; Publié le 26/09/2019 ;
consulté le 12/03/2021 ;à 16 :13.
[11]Maxwell T .hincke,Y.Nys et autre ; the eggshell :structure,composition and
mineralization; January 2012 ; consulté le 12 /03/2021.

[12]Yves Nys ; M.T.Hincke et autre ; structure et minéralisation de la coquille de l’œuf rôle


de la matrice organique dans le contrôle de sa fabrication ;INRA productions
animales ;paris ;2010 ;page 149.

[13] Ruiz. J; Groves. P; Glatz. P ; Meldrum. J; Lunam. C ; Ultrastructural analysis of


eggshell laminae In Proceedings of the Australian Poultry Science Symposium; Sydney;
Australia ; 1998 ;p. 200.

[14] DEICKERT. J. W ; DIECKERT. M. C ; CREGER,.C. R; Calcium reserve assembly ; a


basic structural unit of the calcium reserve system of the hen egg shell ; Poultry Science; vol.
68 ; no 11; 1989 ; p 1569-1584.

[15]NASCIMENTO, V. P; CRANSTOUN, S; et SOLOMON, S. E ; Relationship between


shell structure and movement of Salmonella enteritidis across the eggshell wall ; British
poultry science; vol. 33 ; no 1 ; 1992; p 37-48.

[16]KARLSSON. Ola et LILJA. Clas ; Eggshell structure, mode of development and growth
rate in birds Zoology ; vol. 111; no 6; 2008; p 494-502.
[17] https://wingsdepoule.wixsite.com/tpeoeuf/composition-de-la-coquille-de-luf ; consulté le
12/03/2021; à 21:29.
[18]F.Nau ; C.Guriene-dubiard et autre ; science et technologie de l’œuf ; vol2 de l’œuf aux
ovoproduits ; edition tec & doc ; paris ;2010 ; p04.
[19] B.Elyes ; valorisation des coquille d œuf de consommation, comme complément
calcique, dans l’alimentation des poules pondeuses :Effets sur la qualité des œufs ;Mémoire
de fin d’Etude ; faculté des sciences de la nature et de la vie et des sciences de la terre ;
spécialité production et nutrition animale ; bouira ; 2019 ; p10.

[20] F.Nau ; C.Guriene-dubiard et autre ; op-cit ; p05.


[21]A.Travel ;Y.Nys ;E.Lopes ;facteur physiologiques et environnementaux influencant la
production et la qualité de l œuf ;INRA productions animales ;ITAVI ;paris ;France ;2010 ; p
155.
[22]Feedia;alimentationnutrition;volaille;lecalcium,garant de la solidité de la coquille d
oeuf.consulté le 13/03/2021 à 16:36.
[23]poules et cie ;anatomie d’un œuf ; publie le 26/06/2017 ;consulté le 13/03/2021 ;à 14 :47.

[24]Sauveure ,B ;l’œuf et les ovo produits ;Coll. science et techniques agro-alimentaires ;


1994 ; page 344.
[25]Nys.Y ;la coquille d’œuf un biomatériau composite ; J pour la science ;2001 ; page 289.
[26]D.Corpet ; TDhygiéne et industrie des aliments ; ecole nationale vétérinaire de toulouse ;
France ; sept 2013.
[27] M.ElMascri ; Effet du système d’élevage sur les paramètres de conformation et la
composition des œufs de poule ; mémoire de fin d’étude ; université Abdelhamid Ibn Badis ;
Mostaganem ; 2018 ; p13.

[28]M.Pendoué; Effectifs catégoriels de la reproduction de l’espèce ; Amazon France ;


consulté le 14/03/2021 ; à 13 :31. ; p80.
[29]USDA.Director ;Egg-grading Manual ;USDA;university of Illinois at urbana-
champain;USA;2000;p11.
[30]F.E.Robison ;G.M.fasenko ;R.A.Renema;optimizing chick production in broiler breeders;
vol1:Broiler breeder production series ;spotted cow press;Canada;2003.p30.

[31]Gaelle Alban ; shémaovomet ; dynamique seniors ; le 02/06/2019.

[32]M.ElMascri ; Effet du système d’élevage sur les paramètres de conformation et la


composition des œuf de poule ; mémoire de fin d’étude ; université Abdelhamid Ibn Badis ;
Mostaganem ; 2018 ; p13-14.

[33]F.Boualem ;Adsorptiondun colorant par un matériau d’origine naturel ;mémoire de fin


d’étude ;univérsité Mohamed Chérif Méssadia ;souk ahras ;2017 ;p34.
[34]P.Marie ; Biominéralisation de la coquille d’œuf de poule : caractérisation des protéines
de la matrice organique impliquées dans l’initiation de la minéralisation ;Thése de doctorat ;
spécialité science de la vie ; université Francois-Rabelais de tours ; France ; 2015 ; p10.
[35]F.Demay ; les œufs et les ovoproduits ; cours B.T.S bio analyses ; lycée St LOUIS ;
Bordeaux ; 2006.
[36]S.Ait.Allaoua ;S.Oubbad ;Extraction et caractérisation de la lécithine et de l’ovalbumine
de l’œuf de poule ;Mémoire de fin d étude ;chimie pharmaceutique ;université Mouloud
Mammeri ; Tizi-ouzou ;2017 ;p3.
[37]H.younes ;adsorption d’ un colorant cationique a partir d une solution aqueuse par les
coquille d œuf ;Mémoire de fin d’étude ; université Badji-Mokhtar ;Annaba ;2014 ;p09.

[38]S.DeReguardati ;W.Barthe ;Ressource: la teinture à la garance sur laine ; Museum


National D’Histoire Naturelle ;Ministére de l’enseignement supérieur et de l’éducation ;
France ;paris ; 2012 ;p7.

[39]F.Larbi ;coontribution à la décoloration des eaux résiduaires textiles par des argiles
naturelles ;Mémoire de Magister ;Université Es-senia ;oran ;2008 ;p6.

[40]H.Ben Mansour ;LL.LatrachTlemcani ;Les colorants naturels sont-ils de bons additifs


alimentaires ? ;Article de synthése ;Phytothérapie 7;Springer Link ; 2009 .

[41]Arina Habich ;Colorant alimentaire naturels ;site web: Planète zéro déchet.

[42]DR.Padma S Vankar ;Handbook on Natural Dyes for industial (extraction of dyestuff


from flowers,leaves ,vegetables); 2nd edition; NIIR Project Consultancy Services ;Kanpur;
India ; 2008; p14-15.

[43]Afrique femme ;7proprieté médicinales des feuilles de mangue que vous ignorez ;2018
[44]M.Daniel;A.Arya ; V.M.Raole; Natural Dyes : Scope and Challenges ; Scientific
Publishers;india;2006;p31-32.

[45]M.Z.Godsi ; R.Moradi and others ; Metal-Free Synthetic Organic Dyes ;1 st Edition;


Elesevier Science ;Iran; 2018.

[46]R.Williams ; Chemical and Synthetic Dyes ; Love to Know ;2006-2021 ; consulté le


10/04/2021 à 23:42 .

[47]F.J.Baker; R.E.Silverton ;Introducion to Medical Laboratory Technology ; Fifth Edition ;


Elsevier Science 2014 ; 1976.

[48]Y.Bentahar ;Caractérisation physico-chimique des argiles marocaines : application à


l’adsorption de l’arsenic et des colorant cationique en solution aqeuse ; These de doctorat en
science spécialité chimie ; Universite de Nice-Sophia Antipolis ; 28/10/2016 ; p23.

[49]D.R.Waring ;G.Hallas ; The chemistry and application of dyes; Plenum press , New York;
1990;p18.
[50]B. Marinho;A. Djellabi,and others ; Intensification of heterogeneous TiO2 photocatalysis
using an innovative micro–meso-structured-reactor for Cr (VI) reduction under simulated
solar light; Chemical Engineering ;Journal 318;portugal ;2017 ;p76-88.

[51]L.Naidja ;Elimination du colorant orange en solution aqueuse,par voie photochimique et


par adsorption ;Mémoire pour l’obtention du diplôme magister en
chimie ;UniversiteMentouri ;constantine ;2010 ;p8.

[52]K.Lylia ;R.Lynda ;2-Hydroxy arylaldéhyde dans la synthése de colorants azoiques ;


Mémoire de Master ;Spécialité chimie Pharmaceutique ;Université Mouloud Mammeri ; Tizi-
ouzou ; 27/09/2017 ; p8.

[53]J.A. GHAUTIER ; J.G. KIGER et F. PELLERIN ; Les Colorants Naturels et de Synthèse


à Usage Pharmaceutique et Alimentaire ;Mises au point de chimie analytique ;Paris ; 1964.

[54]B.Ibtissem ; Contribution à l’élimination de colorants (Vert de méthyle et Bromocrésol


pourpre) par procédés photochimiques en phase homogène (séparés et mélangés), en phase
hétérogène en milieu aqueux et par adsorption (Vert de méthyle) sur ZnO ;These de
doctorat ;spécialité Chimie analytique ;Université des
FréresMentouri ;Constantine;09/03/2017 ; p9 .

[55]S.Hammami ; Étude de dégradation des colorants de textile par les procédés d'oxydation
avancée. Application à la dépollution des rejets industriels ;Thése de doctorat ;Spécialité
Géomatériaux ;Université Paris-Est et Tunis El Manar ; 12/12/2008 ;p9 .

[56]R.Djebar ;Etude de la décoloration du (BM) en milieu Hétérogène et


Homogène ;Mémoire de master ;spécialité : Génie des procédés de l’environnement ;
Université Badji Mokhtar-Annaba ;06/2019 ;p6.

[57]H.Chenini ; Etude de la degradation par voie photochimique de polluant organique «


orange g » en milieu aqueux homogene et heterogene ; Thése de doctorat ; spécialité :chimie
analytique et physique ;UnivérsitéMentouri-constantine ;p7.

[58]P.Wight ;Article : Xanthene Dyes ; In book : Kirk-Othmer Encyclopedia of Chemical


Technology;university of Manchester ; 04/12/2000.

[59]H.Ben Mansour ;O.Boughzala ;et autres ; Les colorants textiles sources de contamination
de l’eau : CRIBLAGE de la toxicité et des méthodes de traitement ;Revue des science de
l’eau ; volume 24 ;numéro 3 ;université du Québec ; 2011 ;p213.

[60]G.Cuoco ; Etude chimique et caractérisation de principes colorants historiquement


employés dans l’impression des indiennes en Provence ;Thése de doctorat ;Spécialité :
chimie ; Université d’avignon ;France ;27/11/2009 ;p27.

[61]V.Huc ; Réalisation et étude de films minces de polyphtalocyanines greffées sur substrat


solide ;Thése de doctorat ; spécialité : chimie ; Université Paul Sabatier ; Toulouse ;
France ;26/11/1999 ;p6.

[62]S.Ayari ;N.Besbes ;B.Jamoussi ; les phthalocyanines : syntheses et proprietes ;Article ;


Journale Marocain de Chimie Hétérocyclique ;2021 ;Volume 20 ; Issue 1 ; p 1 – 14.
[63]N.Khelloul ; Dégradation d’un mélange de colorants par plasma glidarc. etude de
l’influence de différentes substances ;Mémoire de Magister ;Spécialité : chimie , Eaux et
Déchet ;Université Abelhamid Ibn Badis ; Mostaganem ;16/4/2012 ; p 9-10.

[64]H.Ben Mansour ;O.Boughzala ;et autres ; Les colorants textiles sources de contamination
de l’eau : CRIBLAGE de la toxicité et des méthodes de traitement ;Article :Revue des science
de l’eau ; volume 24 ;numéro 3 ;2011 ;p209-238.

[65]G.Crini ; P.M.Badot ;Traitement et epuration des eaux industrielles polluées :Procédés


membranaires ,bioadsorption et oxydation chimique ;Préface d’antoinemontiel
(AFSSA) ;Selarbo Technologies ;Avignon ;2007 ;p194-195.

[66]J.Baron ;Fixation des colorants sur les fibres textiles ; Article : Les Teintures ;
Montpellier ;France ;2003.

[67]K.Ambouckou ; Etude de la decoloration du bleu de methylene en milieu


aqueux ;Mémoire de Master ;Spécialité : Génie des procédés de l Environnement ;Univérsié
Badji Mokhtar ; Annaba ; 6/2018 ;p11.

[68] M.M.Amine;Adsorption d’un colorant basique (Bleu de méthylène) sur différents


adsorbants( charbon actif en poudre, charbon en grain et la bentonite) ;Mémoire de Master ;
spécialité : Génie chimique ;Univérsité Mohamed Khaider ; Biskra ;6/2014 ;p13.

[69]L.Fatma ;Contribution à la décoloration des eaux résiduaires textiles par des argiles
naturelles ;Mémoire de magister ; spécialité : science de l’environnement et climatologie ;
Université d’ oran Es-Senia ;10/06/2008 ;p 12-13.

[70] N.M.Nesrine;Application des tiges de dattes dans l’adsorption de polluants


organiques ;Mémoire de magister ;spécialité :chimie physique et analytique ;Université
Mohamed Chérif Méssadia ;Souk ahras ;2013-2014 ;p10.

[71]NPCS Board of Consultants & Engineers ; Handbook on Textile Auxiliaries, Dyes and
Dye intermediates Technologiy ; Asia Pacific Business Press inc; India;2009;p 136.

[72]A.gharbage ; Article ; color_directs 2006.

[73]Editors of EncyclopaediaBritannica ;Mordant dye ;chemical


compound;article ;Britannica ;2007.

[74] B.Oualid;Contribution de methodes destructives (Photolyse et P.O.A's ) et non


destructives à l'élimination de deux colorants (Bleu de methylène et rouge Congo ) en solution
aqueuse ; spécialité : Chimie; mémoire de magister ;Université Mentouri ;Constantine ;
2005 ;p 3.

[75]V.Moody ;H.L.Needles ; Tufted Carpet : Textile Fibers,Dyes,Finishes,and processes ;


plastics design library; 2004; p 155-175.

[76]R.B.Chavan;Handbook of Textile and Industrial Dyeing Principles; volume 1 Processes


and Types of Dyes ;Woodhead Publishing series in Textiles ; 2011; p515-561.
[77]B.Lellis;C.Zani;J.Alencar.Panphile;Effects of textile dyes on health and the environment
and bioremediation potential of living organisms; Biotechnologie Research and Innovation ;
Volume 3 ; Issue 2 ;12/2019;p275-290.

[78]B. Royer, N.F. Cardoso, E.C. Lima, V.S.O. Ruiz, T.R. Macedo, C. AiroldiOrgano
functionalized kenyaite for dye removal from aqueous solution J. Colloid Interface Sci., 336
(2009), pp. 398-405.

[79]E. HosseiniKoupaie, M.R. AlaviMoghaddam, S.H. Hashemi Bioelectricity generation and


bioremediation of an azo-dye in a microbial fuel cell coupled activated sludge process Int.
Biodeterior. Biodegrad., 71 (2012), pp. 43-49.

[80]D. Solpan, O. Guven Discoloration and degradation of some textile dyes by gamma
irradiation Radiat. Phys. Chem., 65 (2002), pp. 549-558.

[81]C.I. Pearce ;J.R. Lioyd; J.T. Guthrie; The removal of color from textile wastewater using
whole bacterial cells: a review Dyes Pigments, 58 (2003), pp. 179-196.

[82]M.Berradi;R.Hissou;M.Khudhair;Textile finishing dyes and their impact on aquatic


environs ; Heliyon ; volume 5 ; issue 11 ; 11/2019;p8

[83]U.Pagga ;D.Brown ; The degradation of dye stuffs part II : Behaviour of dye stuffs in
aerobic biodegradation tests ; Chemosphere ; Volume 15 ; 1986 ; p 479-491.

[84]Maxicours ; Utilisation des substance coloré ; cour : Physique chimie .

[85]B.Nabila;Traitement des colorants textiles par procédés de couplage : Fenton-


enzyme ;Thése de doctorat ;spécialité : Chimie ; option : chimie de l’environnement ;
UniversiteMoouloud Mammeri ; Tiziouzou ;2016 ;p18-19-20-21
[86]V.Mouton-Chazel;ANALYSE DES PROCESSUS D'ADSORPTION A L'INTERFACE
SOLIDE - GAZ PAR L'ETUDE DU PHENOMENE DE POLARISATION ;These de
doctorat ; spécialité : chimie théorique-physique analytique ; Université Montpellier II ;
5/10/1994 ; p 23.

[87]M.Toufik ; Incidence de la minéralisation sur l’élimination du mercure par deux procédés


physico-chimiques. Application à deux effluents résiduaires ; thése de doctorat ;
spécialité :science hydraulique ;Université MouhamedKhidar ; Biskra ;p29-30

[88]A.Sara; Etude cinétique et thermodynamique de l'adsorption de quelques colorants


textiles par des résidus issus de l'industrie agroalimentaire ; Mémoire de Magister ; spécialité :
Génie Chimique ; Université Ferhat Abbas ; Setif ;21/12/2015 ; p 14

[89]A.H.Mhemeed ; A General Overview on the adsorption ; Journal of natural science ;


University of Misan ; Iraq ;Vol 9 ; Issue 51 ; 12/2018 .

[90]M.R.Babaa ; Contribution à l’étude de l’adsorption physique de gaz sur les nanotubes de


carbone mono- et multiparois ; Thése de doctorat ; spécialité : physique et chimie de la
matière et des matériaux ; université Henri Poincaré ; Nancy 1 ; 07/12/2004 ; p 4.
[91]N.Bouziane ; Elimination du 2-mercaptobenzothiazole par voie photochimique et par
adsorption sur la bentonite et le charbon actif en poudre ; Mémoire de magister ; specialité :
chimie analytique,physique et environnement ; Université Mentouri ; Constantine ; 30/5/2007

[92]J.K.N’guessan ; Etude expérimentale et modélisation d’un procédé séquentiel AD-OX


d’élimination de polluants organiques ; Thése de doctorat ; Génie des procédés et
l’environnement ; Université de Toulouse ; 12/03/2010 ; p 26 .

[93] G.Couderc ; Contribution à l’étude de l’adsorption binaire par les carbones non poreux et
poreux ; Thése de doctorat ; spécialité chimie ; Université de Neuchatél ; 20/12/2002 ; p11 –
12

[94]G.Ismahane ; H.Aicha ; L’utilisation industrielle du charbon actif ; Mémoire de licence ;


specialité : science de la matiere ; Université Amar Telidji ; Laghouat ;2013 ; p4

[95]K.Azzedinne ; M.A.Albasset ; Adsorption du bleu de méthylène par le charbon actif et


l’argile ; Mémoire ; spécialité Genie chimique ; Université Larbi Ben M’hidi ; Oum el
Bouaghi ;2016/2017 ; p 4-5

[96]J.F.LEPAGE ; catalyse de contact –conception, préparation et mise en œuvre des


catalyseurs industriels ; Edition technique ; 1978 ; p 281-289

[97]YahiLina ; Y.N.Elhouda ; Utilisation des adsorbants dans l’industrie ; slideplayer .

[98] J.Lynch ; Analyse physique-chimique des catalyseurs industriels ; Manuel pratique de


caractérisation ; Edition Technip ; paris ; France ; 2001 ; p 23

[99]E.Poirier ; Etude de l'adsorption d'hydrogène sur des nanostructures de carbone ;


Maitrise ; spécialité : Physique ; Université du Québéc à Trois-Riviéres ; 12/2000 ; p 85.

[100]M.Kralik ; Adsorption, chemisorption, and catalysis ; Article in Chemical paper ; Versita


; university of technology in brastislava ; Slovakia ; 2014 ; p 1631

[101]Z.Radia ; Valorisation de certains déchets d’origine naturelle et industrielle pour le


traitement des eaux usées ; Thése de doctorat ; spécialité chimie analytique et environnement ;
Université Mohamed Chérif Messadia ; Souk ahras ; 2018/2019 ; p 21

[102 ]MOHAMMAD S. EL-GEUNDI, Colour removal from textile effluents by adsorption


techniques,
Water Res. 25 (1991) 271–273.

[103]S. BRUNAUER, P.. EMMETT, E. TELLER, Gases i n Multimolecular Layers, J. Am.


Chem. Soc. 407
(1936) 309–319.

[104]F. Rouquerol, Textures des solides poreux ou divisés. Technique de l’ingénieur, 1982.

[105]B.Wahiba ; Carractérisationdesbiomatériaux naturels et leurs applications au traitement


des eaux usées ; Thése doctorat ; spécialité chimie analytique et environnement ; Université
Mohamed Chérif Messadia ; Souk ahras ; 2019 ; p 38
[106]Freundlich H: Ueber die adsorption in loesungen. Engelmann,Leipzig, 1906.

[107]Langmuir I. (1918). The adsorption of gases on plane surfaces of glass, mica and
platinum. J.Am. Chem. Soc, Vol. 40, pp. 1361 –1367. Doi: 10.1021 / ja02242a004

[108]Duong D D. (1998). Adsorption analysis: equilibrium and kinetics. Series on Chemical


Engineering. Imperial College Press. London

[109]Lagergren S: Zurtheorie der sogenannten adsorption gelösterstoffe. Kungliga


SvenskaVetenskapsakademiens 1898;Handlingar 24 1–39

[110]Ho. Y.S, McKay. G. Sorption of dye from aqueous solution by peat. The Chemical
Engineering

[111]Weber WJ, Morris JC: Kinetics of adsorption on carbon from solution. Journal of the
Sanitary Engineering Division 1963;89:31-60.

[112]Jain CK, Sharma MK: Adsorption of cadmium on bed sediments of river hindon:
Adsorption models and kinetics. Water, Air, and Soil Pollution 2002;137:1-19.

[113]Basibuyuk M, Forster CF: An examination of the adsorption characteristics of a basic


dye (maxilon red bl-n) on to live activated sludge system. ProcessBiochemistry
2003;38:1311-1316.

[114]S.Masteau ; N.Pelieux ; Traitement des gaz dangereux captés sur les lieux de travail ;
Département ingénierie des procédés ; institut national de recherche et de sécurité ; paris ; 1er
édition ; 2005/2006 ; p 4 .

[115]H. Su, J. Xu, J. Chen, W.J. Moon, D. Zhang, In situ formation and assembly of CdS
nanocrystallites into polyhedrons on Eggshell membrane at room temperature, Applied
Physics A: Materials Science and Processing. 106 (2012) 93Ŕ97. doi:10.1007/s00339-011-
6561-3.

[116]M. Liang, R. Su, W. Qi, Y. Yu, L. Wang, Z. He, Synthesis of well - dispersed Ag
nanoparticales on eggshell membrane of catalytic reduction of 4 -nitrophenol, Mater. Sci. 49
(2014) 1639.

[117]J. Choi, B. Pant, C. Lee, M. Park, S. Park, K. Hak-Yong, Preparation and


characterization of eggshell membrane/PVA hydrogel via electron beam irradiation technique,
Industrial and Engineering Chemistry. (2016).

[118]X. Guo, F. Zhang, Q. Peng, S. Xu, X. Lei, D.G. Evans, X. Duan, Layered double
hydroxide/eggshell membrane: An inorganic biocomposite membrane as an efficient
adsorbent for Cr(VI) removal, Chemical Engineering Journal. 166 (2011) 81Ŕ87.
doi:10.1016/j.cej.2010.10.010.

[119]T. Weymuth, C.R. Jacob, M. Reiher, A local-mode model for understanding the
dependence of the extended amide III vibrations on protein secondary structure, Journal of
Physical Chemistry B. 114 (2010) 10649Ŕ10660. doi:10.1021/jp104542w.
[120] K.A. Whitehead, P.S. Benson, J. Verran, The detection of food soils on stainless steel
using energy dispersive X-ray and fourier transform infrared spectroscopy, Biofouling. 27
(2011) 907Ŕ917. doi:10.1080/08927014.2011.611879.

[121] S. Gunasekaran, E. Sailatha, Vibrational analysis of pyrazinamide, Indian Journal of


Pure and Applied Physics. 47 (2009) 259Ŕ264.

[122] Lian, L., Guo, L &Guo, C., Adsorption of Congo red from aqueous solutions onto
Cabentonite. Journal of HazardousMaterials 126–131. (2009).
[123] L. Sun, H. Yu, B. Fugetsu, Graphene oxide adsorption enhanced by in situ reduction
with sodium hydrosulfite to remove acridine orange from aqueous solution, J. Hazard. Mater.
203–204 (2012) 101–110.

[124] D.D. Salman, W.S. Ulaiwi, N.M. Tariq, Determination the optimal conditions of
Methylene blue adsorption by the chicken egg shell membrane, Int. J. Poult. Sci. 11 (2012)
391–396. doi:10.3923/ijps.2012.391.396.

[125] S. Lagergren, About the Theory of So-called Adsorption of Soluble Substances, K.


Sven.
Vetenskapsakademiens Handl. 24 (1898) 1–39.

[126] Y.S. Ho, G. Mckay, Pseudo-second order model for sorption processes, Process
Biochem. 34
(1999) 451–465.

[127] C.H. Giles, T.H. MacEwan, S.N. Nakhwa, System of classification of solution
adsorption isotherms and its use in diagnosis of adsorption of mechanisms and in
measurements of specific surface area of solids, J. Chem. Soc., 10 (n.d.) 3973–3993.

[128] I. Langmuir, The constitution and fundamental properties of solids and liquids., J. Am.
Chem. Soc., 39 (1917) 1848–1906.

[129] G. McKay, M.S. Otterburn, A.G. Sweeney, The removal of colour from effluent using
various adsorbents-III. Silica: Rate processes, Water Res., 14 (1980) 15–20.

Vous aimerez peut-être aussi