Vous êtes sur la page 1sur 45

SOMMAIRE

Chapitre 1 : Présentation de la société ................................................................................... 7

I. Introduction ..................................................................................................................... 7

II. Historique .................................................................................................................... 7

III. Organigramme de la société : ...................................................................................... 8

IV. Certificat ISO ............................................................................................................... 9

V. Les groupes de SOCOMENIN .................................................................................. 11

Chapitre 2 : Généralité sur les machines ............................................................................. 12

I. Objetif............................................................................................................................ 12

II. Les machine de productions ...................................................................................... 13

1. Découpage par laser ............................................................................................... 13

2. Oxycoupage ........................................................................................................... 14

3. Formage ................................................................................................................. 15

4. Cisaillage................................................................................................................ 16

5. Le chanfreinage : .................................................................................................... 17

6. Soudage .................................................................................................................. 17

a. Le soudage à l'arc ............................................................................................... 18

b. Le soudage TIG .................................................................................................. 18

c. Potence de soudure ............................................................................................. 19

7. La peinture ............................................................................................................. 19

Chapitre3 : Taches effectuées .............................................................................................. 20

I. Introduction ................................................................................................................... 20

II. Diffèrent types de maintenance : ............................................................................... 21

III. Service maintenance .................................................................................................. 21

IV. Les problèmes rencontrés .......................................................................................... 23


Problème 1 : ......................................................................................................................... 25

Problème 2 : ......................................................................................................................... 26

Chapitre 4 : Etude de cas ..................................................................................................... 27

I. Introduction ................................................................................................................... 27

II. Types ......................................................................................................................... 28

III. Classification par application .................................................................................... 28

IV. LES TYPE DE CHODIERE...................................................................................... 29

1) Chaudières à combustibles solides......................................................................... 29

2) Chaudières électriques ........................................................................................... 30

3) Chaudières à combustion liquides et gazeux ......................................................... 31

a) Chaudières à tubes de fumées ............................................................................ 31

b) Chaudières à tubes d'eau .................................................................................... 32

4) Fonctionnement de Chaudières à tubes de fumées ................................................ 33

V. LES Mécanisme de chaudière ................................................................................... 33

1) Réservoir d’eau .................................................................................................. 33

2) Réservoir fuel ..................................................................................................... 33

3) Bruleur ................................................................................................................ 34

4) Pompe à eau ....................................................................................................... 35

5) Adoucisseur ........................................................................................................ 35

6) Pompe doseuse ................................................................................................... 36

7) Une soupape de sécurité ..................................................................................... 36

8) Indicateur de niveau à réflexion ......................................................................... 37

VI. Fonctionnement électrique de la chaudière ............................................................... 37

Conclusion ........................................................................................................................... 45
LISTE DE FIGURES
Figure 1 : photo de l’entreprise.............................................................................................. 7
Figure 2 : Organisation générale de l’entreprise ................................................................... 8
Figure 3 : les certifications de la SOCOMENIN ................................................................... 9
Figure 4 : Certificat ISO 9001:2008 ................................................................................... 10
Figure 5 : Les groupes de SOCOMENIN ............................................................................ 11
Figure 6 : cittern de stockage d’eau ..................................................................................... 12
Figure 7 : cittern de stockage d’eau ..................................................................................... 12
Figure 8 : machine découpage par laser .............................................................................. 13
Figure 9 : machine d'oxycoupage ........................................................................................ 14
Figure 10 : Rouleuse ........................................................................................................... 15
Figure 11 : Cisaillage vue 1 ................................................................................................. 16
Figure 12 : Cisaillage vue 2 ................................................................................................. 16
Figure 13 : machine de chanfreinage ................................................................................... 17
Figure 14 : principe de soudage à l'arc ................................................................................ 18
Figure 15 : soudage TIG ...................................................................................................... 18
Figure 16 : principe de soudage TIG ................................................................................... 18
Figure 18 : potence de soudure ............................................................................................ 19
Figure 17 : fonctionnement potence de soudure .................................................................. 19
Figure 19 : peinture.............................................................................................................. 19
Figure 20 : atelier de maintenance ....................................................................................... 20
Figure 21 : meules à disque en panne .................................................................................. 23
Figure 22 : charbon .............................................................................................................. 23
Figure 23 : machine de chanfreinage ................................................................................... 24
Figure 24 : position de défaut de l’axe ................................................................................ 25
Figure 25 : coupure au niveau de l’axe................................................................................ 25
Figure 26 : position de glissée de guidage ........................................................................... 26
Figure 27 : glissée de guidage cassé ................................................................................... 26
Figure 28 : autoclave ........................................................................................................... 27
Figure 29 : pièces en caoutchouc avant traitement .............................................................. 27
Figure 30 : Chaudière à combustible solides ....................................................................... 29
Figure 31 : Chaudières électriques ...................................................................................... 30
Figure 32 : Chaudière à tubes de fumées ............................................................................. 31
Figure 33 : Chaudière à tubes d'eau ..................................................................................... 32
Figure 34 : Réservoir d’eau ................................................................................................. 33
Figure 35 : Réservoir fuel .................................................................................................... 34
Figure 36 : Bruleur .............................................................................................................. 34
Figure 37 : Pompe à eau ...................................................................................................... 35
Figure 38 : Adoucisseur ....................................................................................................... 35
Figure 39 : Pompe doseuse .................................................................................................. 36
Figure 40 : soupape de sécurité ........................................................................................... 36
Figure 41 : Indicateur de niveau à réflexion ........................................................................ 37
Figure 42 : circuit électrique de la chaudière ...................................................................... 37
Figure 43 : circuit de lampe de chaudière............................................................................ 44
RMERCIEMENTS

En préambule à ce rapport, je souhaite adresser mes remerciements les plus sincères aux
personnes qui m’ont apporté leur aide et qui ont contribué à l’élaboration de ce rapport.

Je remercie au premier lieu Monsieur Nasser FERSI le directeur de l’entreprise et mon


encadreurs Mr. Pour ses conseils et leur aide.

Je profite l’occasion de rédaction de ce rapport pour remercier l’ensemble du personnel du


service technique pour l’accueil et la bonne ambiance qui à régné pendant mon stage.

Je tiens aussi à remercier l’ensemble des personnes que j’ai rencontré à la société qui malgré
leurs charges de travail ont su me consacrer un peu de leurs temps.

Par la même occasion, je remercie tout le personnel des services de SOCOMENIN pour
leurs coopérations pendant ce stage.
INTRODUCTION

Ce rapport s’inscrit dans le cadre d’un stage effectué dans le service technique de la Société
de Construction Métallique Navales & Industrie « SOCOMENIN » durant la période allant du
12/07/2021 au 14/08/2021.

Personnellement je pense que ce stage est très bénéfique. En effet, il m’a permis de mettre
en pratique et grâce à ce stage j’ai eu la possibilité d’assister aux travaux effectués par le
personnel de la société.

Durant ce stage j’ai assisté à un ensemble de travaux lesquels ont enrichit mes
connaissances.

Ce rapport est organisé de deux sections. Dans la première section, on va présenter cette
entreprise « SOCOMENIN » et la structure. Dans la deuxième section, on va présenter une
introduction à propos mon mini projet.
Chapitre 1 : Présentation de la société

I. Introduction
SOCOMENIN intervient dans le domaine de la fabrication d'équipements sidérurgiques et
de la construction d'installations industrielles
Les activités de SOCOMENIN ont toujours été axées sur la satisfaction du client et
l'amélioration constante de la qualité des produits et services.

II. Historique
SOCOMENIN : Société de Construction Métallique Navales & Industrie, est une société de
technicien, de construction et de maintenance industrielle Son espace principal se situe à SFAX,
ainsi que son atelier. Cette société a été fondée par les frères FERSI en 1975 et est distribuée
en Il couvre une superficie de 85 000 mètres carrés, compte 1 400 travailleurs et a une
production annuelle de 25 000 tonnes. Grâce à la qualité de ses différents produits, elle a réussi
à occuper une place sur le marché international :

Réservoir
Pipeline
Structure métallique
Mouler

Aujourd'hui, SOCOMENIN est considéré


comme l'un des labels nationaux pour les
métaux et les bâtiments industriels, c'est
pourquoi les produits de l'entreprise sont
contrôlés selon les normes internationales. Il
a donc battu les marchés d'Algérie et de
Libye, et produit pour certains marchés de Figure 1 : photo de l’entreprise
l'Union européenne.
III. Organigramme de la société :

SOCOMENIN est une société à responsabilité limitée. La structure hiérarchique de


l'entreprise peut être résumée dans l'organigramme suivant :

PDG
M.Nasr FERSI
Directeur générale Adjoint
M.Mohamed TRIGUI

Département CMAND
système
d'information Direction
Départemen controle
t sous- qualité
traitence
Départemen
t HSE
Département de controle de
gestion et audit
Direction
administratio
n et RH
Départemen
t juridique
et sociale Direction
industrielle

Service Direction
Marketing commerciale

Direction
financière
Direction des
projet

Direction
Approvisionnem
ent

Figure 2 : Organisation générale de l’entreprise


IV. Certificat ISO
Afin d'assurer une meilleure qualité de conception, de fabrication et d'assemblage grâce à
l'amélioration continue des processus et une position importante sur le marché, SOCOMENIN
a passé la certification standard internationale. SOCOMENIN a obtenu la certification ISO
9001 : 2000 de l'organisme de certification TUV CERT dans les domaines suivants :
• Gestion de projet, ingénierie.
• Fabrication et installation de structures métalliques.
• Traitement de filetage des équipements de forage.

Figure 3 : les certifications de la SOCOMENIN


Figure 4 : Certificat ISO 9001:2008
V. Les groupes de SOCOMENIN

SOCOMENIN a développé ses activités pour répondre aux exigences de ses clients et a ainsi
mise en place 7 filiales :

Figure 5 : Les groupes de SOCOMENIN


Chapitre 2 : Généralité sur les machines
I. Objetif
SOCOMENIN s'intéresse à la fabrication des citernes de stockage d'eau, d'huile et
spécialement des citernes filtrantes.
Ces citernes seront installées vers des pays (Libye, Algérie…) qui ont besoin de ces citernes
pour divers projets.

Figure 6 : cittern de stockage d’eau

Figure 7 : cittern de stockage d’eau


II. Les machine de productions

1. Découpage par laser


Le Découpage Laser est une technique de fabrication soustractive numérique qui consiste à
découper et graver de la matière grâce à un laser. La découpe au laser peut s’effectuer sur
différents matériaux, Le procédé consiste à découper des matériaux à l’aide d’un laser puissant
et très précis qui se concentre sur une petite surface du matériau. La focalisation du rayon laser
sur la zone réduite, permet d’élever la température de la matière jusqu’à la fusion ou
vaporisation. Comme la zone affectée thermiquement par le rayon laser est relativement faible
(autour de 0,5 mm), les parties découpées présentent des déformations mineures avec un
ordinateur est utilisé pour diriger le laser et tracer le chemin de découpe.

Figure 8 : machine découpage par laser


2. Oxycoupage
L'oxycoupage est un procédé de découpe du métal par combustion partielle mais continue,
à l'aide d'un jet d'oxygène pur. Pour cela, la température de l'oxygène doit être portée à environ
1300 degrés Celsius.
Ou nous allons commencer la découpe automatique selon le gabarit de découpe. Ce
processus nécessite :
Vous pouvez utiliser une flamme chauffante (oxygène) pour démarrer et maintenir la coupe,
ou plusieurs gaz tels que l'acétylène
Le jet central de coupe d'oxygène pur provenant du milieu de la buse permet de brûler dans
l'incision et de couper toute l'épaisseur. Ce jet de coupe a également pour effet mécanique
d'éliminer l'oxyde (crasses) formé. La pureté très élevée de l'oxygène augmentera l'efficacité de
coupe

Figure 9 : machine d'oxycoupage


3. Formage
Cette opération implique l'utilisation de grosses machines, telles que des laminoirs ou des
plieuses, pour donner à la tôle une forme cylindrique

Figure 10 : Rouleuse
4. Cisaillage
Le cisaillement est une technique qui consiste à découper des pièces et des plaques
métalliques. Une lame est fixe, l'autre est mobile, puis coupe progressivement le métal comme
une lame de ciseaux. La force de coupe est concentrée sur une très petite zone du métal, ce qui
rend l'opération plus facile et plus précise. Les pièces métalliques ne seront pas déformées par
cisaillement. C'est comme couper du papier ou du carton avec un coupe-papier : le principe est
le même.

Figure 11 : Cisaillage vue 1 Figure 12 : Cisaillage vue 2


5. Le chanfreinage :

Cette opération de chanfreinage est utilisée pour le soudage. Le chanfrein convient aux types
de soudage tels que le soudage en V.

Figure 13 : machine de chanfreinage

6. Soudage
Le soudage est un procédé industriel qui permet d'assembler généralement par fusion des
pièces, des machines et des structures à partir de matériaux métalliques tels que des tôles, tubes,
etc. Pour cela, il faut atteindre la température de fusion des métaux.
a. Le soudage à l'arc
Il peut être utilisé dans différents procédés, et ils utilisent tous le même principe physique :
l'élévation de température provoquée par l'arc. Chaque process a ses particularités :
productivité, qualité, flexibilité selon les besoins.

Figure 14 : principe de soudage à l'arc

b. Le soudage TIG

La soudure TIG est un procédé de soudage à l'arc utilisant une électrode non fusible en
tungstène. Dans le soudage TIG, l’arc électrique se crée entre l'électrode) et la pièce à souder,
sous la protection d’un gaz inerte. Un métal d’apport est généralement utilisé

Figure 16 : principe de soudage TIG


Figure 15 : soudage TIG
c. Potence de soudure

machine de soudage automatique.

Figure 17 : potence de soudure


Figure 18 : fonctionnement potence de soudure

7. La peinture

C’est la dernière opération dans le processus de production. Elle peut effectuer que si :
• La température de la surface à peindre doit être entre 3 degrés et 50 degrés
• L’humidité de l’aire soit inférieure à 85% et Le vent n’est pas fort

Afin d’obtenir un produit bien peinturé, il faut éviter de la déplacer dans les zones de découpage

Figure 19 : peinture
Chapitre3 : Taches effectuées

I. Introduction
Au cours de ce stage, j'ai passé du temps dans l'équipe de maintenance. J'ai vérifié l'entretien
et la réparation de plusieurs composants.
SOCOMENIN a créé un groupe de maintenance et a investi beaucoup d'argent dans la
maintenance pour améliorer la compétitivité et maintenir de bons avantages économiques. Les
organisations doivent utiliser l'analyse de la maintenance pour devenir des produits finis de plus
en plus efficaces et efficients, conduisant à une amélioration continue de la qualité et à une plus
grande satisfaction des clients, des employés, des actionnaires et des fournisseurs.
La maintenance est un ensemble d'activités visant à maintenir et à restaurer des actifs dans
un état donné ou dans des conditions d'exploitation sûres pour exécuter les fonctions requises.
Les activités de maintenance conduisent à des interventions sur des équipements multi-
technologiques.

Figure 20 : atelier de maintenance


II. Diffèrent types de maintenance :
Dans cette société la maintenance se comporte d’un système indirect elle utilise une astuce
avec les grand société American ou européen par exemple quand une machine très importante
confrontations à un problème est grosso modo a une panne qui n’a pas une solution de réparer
donc elle doit terminer son rôle quel que soit la condition même s’il y a une élévation très
importante sur la machine ou certaine pièce d’accompagnement qui se sont été cassé
C’est une stratégie économique indirect et c’est pourquoi aucun de sa société peut être
d’origine tunisienne car les autres entreprises qui fabrique les pièces e rechange et pièce de
l’entretien pour ces machines se sont des sociétés de l’origine de la société et qui prévoyez la
machine pendant le maximum possible proche de temps.

La maintenance englobe toutes les activités nécessaires pour conserver dans une condition
donnée, un équipement ou pour le ramener dans des conditions optimales de son
fonctionnement dans le processus de production.

Trois types de maintenance sont alors distingués :

❖ Maintenance préventive : selon un planning prévu et établi, ce type


d’intervention permet d’effectuer des opérations de maintenance afin d’éliminer les
risques de disfonctionnement des systèmes de production.
❖ Maintenance préventive corrective : ce type de maintenance permet après
réflexion et étude, d’éliminer la défaillance du système.
❖ Maintenance corrective : les interventions de maintenance corrective
interviennent après défaillance totale ou partielle du système.

III. Service maintenance

Les fonctions du service maintenance

La maintenance est une fonction à part entière de l'entreprise. A ce titre, elle doit par son
optimisation être une source de profit.

La maintenance intervient à tous les niveaux du cycle de vie d'un bien, de sa conception à son
élimination. Permettant d'améliorer l'outil de production, la maintenance et la sécurité.
Améliorer la disponibilité des moyens de production ou de service en minimisant le
nombre et la durée des pannes et en organisant au mieux les activités de
maintenance, permettant ainsi d'optimiser les coûts de non-production,

Améliorer la sécurité des biens et des personnes en préservant la santé des


personnes, en assurant leur sécurité, en maîtrisant les risques et en respectant les
textes de réglementation,

Intégrer des moyens nouveaux dans le dispositif de production ou de service


permettant d’améliorer l'outil de production, la maintenance et la sécurité.

La fonction maintenance s'intègre également dans le processus de qualité de l'entreprise en


mettant en place une démarche de progrès dans toutes ses activités, en assurant une veille
technologique constante et en exploitant au mieux les retours d'expérience.
Elle participe aussi à la préservation de l'environnement.

Les métiers de la maintenance doivent mobiliser :


◼ Des compétences pluri techniques permettant d'aborder différentes technologies.
◼ Des capacités de travail en équipe et d’échanges avec les services internes de l’entreprise
et avec les partenaires extérieurs.

L'homme de maintenance est à la fois :


◼ Un technicien capable d'aborder des problèmes techniques variés,
◼ Un gestionnaire capable de programmer les activités de maintenance, de gérer le
personnel.

Les outillages et les stocks.


◼ Un manager capable d'animer, d'encadrer une équipe ou un service, de communiquer avec
les autres services de l'entreprise et les entreprises externes.
IV. Les problèmes rencontrés

Parmi les problèmes et les dysfonctionnements que nous rencontrée sont :

• La maintenance des meules a disque


Tout d’abord on commence par le contrôle du circuit électrique s’il contient un problème de
connexion sinon on passe à l’étape suivante et c’est de vérifier les interrupteurs parfois ils se
coinces à causes de la poussière ensuite on vérif les charbons sinon on démonte la meule et on
contrôle l’engrenage

Figure 21 : meules à disque en panne

Figure 22 : charbon
• La maintenance de la perceuse
Tout d’abord on contrôle les circuits et les interrupteurs ensuite on Verif les moteurs et les
courroies de transmission de rotation on contrôle aussi le mandrin et on teste s’il est bien fixé
et stable pour une production précise et fine.

• La maintenance d’une machine de chanfreinage

Fonctionnement
Machine a chanfreiné les plaques acier dure de grande épaisseur et travailler dans les
températures les plus extrême, la machine peut couper et chanfreiner la plupart des matières
usinables.

Figure 23 : machine de chanfreinage


Problème 1 :
On constate qu’il y’a un problème au niveau de système de translation de la machine de
déplacement horizontalement sur la tôle : on a une coupure au niveau de l’axe qui reliée le
réducteur 1 et réducteur2 qui conduit les deux roues pour déplacer horizontalement sur la tôle.

Figure 24 : position de défaut de l’axe

Figure 25 : coupure au niveau de l’axe


Problème 2 :

On a au niveau de système de translation verticale pour vérifier la précision d’épaisseur de


tôle un coassement il ne déplace bas ni bas ni haut car les glissée de guidage de translation est
cassé.

Figure 26 : position de glissée de guidage

Figure 27 : glissée de guidage cassé


Chapitre 4 : Etude de cas
Réparation une chaudière industrielle

I. Introduction

Une chaudière est un, permettant de transférer en continu de l'énergie thermique à


un fluide caloporteur. L'énergie thermique transférée peut être soit la chaleur dégagée par
la combustion soit la chaleur contenue dans un autre fluide (chaudière de récupération sur gaz
de combustion, sur gaz de procédés chimiques, chaudière "nucléaire" recevant la chaleur du
circuit primaire...), soit encore d'autres sources de chaleur.
Le fluide caloporteur peut être soit chauffé, soit chauffé et vaporisé, soit chauffé, vaporisé et
surchauffé dans la chaudière. Pour utiliser cette vapeur a grande pression dans l’autoclave pour
couverture des pièces métalliques après le traitement avec la fusion du caoutchouc

Figure 29 : pièces en caoutchouc avant traitement


Figure 28 : autoclave
II. Types
Il existe deux types de chaudière :

< 70 KW chaudières individuelle

Puissance

>70 KW Chaudière de type industrie

III. Classification par application

Utilisation
domestique

Chauffage
collectif

Classification par
application

Centrales
thermiques

Applications
industrielles
IV. LES TYPE DE CHODIERE

1) Chaudières à combustibles solides


Il existe des systèmes utilisés en tant que types de carburants spécifiés distincts et leur
combinaison sophistiquée. Contrairement aux appareils de chauffage au gaz, liquides et
électriques, les chaudières à combustibles solides ne sont contrôlées que de manière
automatique. Hélas, avec tout le développement de la technologie moderne, il est incapable
d'assumer le processus de chargement initial des mêmes grumes, charbon ou pellets. Ainsi, seul
le cycle d'un remplissage à un autre peut être automatisé.
- le bois
- le charbon
- les céréales

Figure 30 : Chaudière à combustible solides


2) Chaudières électriques
L'électricité n'est pas à proprement parler un combustible. C'est cependant une source
d'énergie qui est parfois convertie en chaleur dans des chaudières électriques. Il existe plusieurs
principes de chauffes. Les chaudières à résistances chauffent l'eau à l'aide d'une résistance
électrique immergée dans l'eau. Les chaudières à effet joule chauffent l'eau à l'aide d'électrodes
immergées dans l'eau. C'est alors l'effet joule de l'eau qui permet le chauffage de l'eau ou la
vaporisation. La rareté des chaudières électriques s'explique par le prix de l'électricité qui est
une énergie plus coûteuse que la plupart des autres énergies. On trouve des chaudières
électriques dans le domaine du chauffage central domestique, dans l'humidification de locaux
équipés d'air conditionné (petites chaudières vapeur utilisées pour l'humidification), mais aussi
dans l'industrie pour des puissances allant jusque quelques dizaines de MW. Du fait de l'absence
de pertes d'énergie par la chaleur sensible des fumées, le rendement des chaudières électriques
est souvent proche de 100%.

Figure 31 : Chaudières électriques


3) Chaudières à combustion liquides et gazeux

Les chaudières à combustibles liquides et gazeux sont par construction très proches. Dans ce
type de chaudière, l'élément assurant la combustion s'appelle brûleur. Les combustibles utilisés
sont principalement le gaz naturel, le gaz de pétrole liquéfié, le fioul domestique, le fioul lourd.
Une chaudière à combustible liquide ou gazeux peut comporter un ou plusieurs brûleurs.

a) Chaudières à tubes de fumées


Une chaudière à tubes de fumées est constituée d'un grand réservoir d'eau traversé par des
tubes dans lesquels circulent les fumées. Le premier tube du parcours de fumées est un tube de
plus gros diamètre qui constitue le foyer. Ce type de construction est aujourd'hui utilisé presque
exclusivement pour les combustibles gazeux et liquides. En effet, la forme du foyer des
chaudières à tubes de fumées rend difficile l'extraction des cendres. Lorsqu'elles sont utilisées
avec des combustibles solides le foyer est placé à l'extérieur de la chaudière proprement dite.
Dans ce cas, le foyer est un avant foyer à tubes d'eau ou en réfractaire.
Ce type de construction est généralement réservé à des puissances n'excédant pas 20 ou 30
MW.

Figure 32 : Chaudière à tubes de fumées


b) Chaudières à tubes d'eau
Dans cette construction, c'est le fluide caloporteur qui circule dans des tubes, les gaz chauds
circulant à l'extérieur de ceux-ci. L'avantage de cette formule est surtout la sécurité de ne pas
avoir de grandes quantités d'eau dans la chaudière même, qui pourraient en cas de
rupture mécanique, entraîner une création explosive de vapeur. Elles ont également l'avantage
d'avoir une plus faible inertie. Dans ce type de chaudière, le foyer a toujours un volume très
important. De plus, le foyer a la possibilité d'être ouvert dans sa partie inférieure. Ce sont ces
deux caractéristiques qui font qu'elles sont souvent utilisées avec des combustibles solides
même pour des puissances de quelques MW seulement.

Figure 33 : Chaudière à tubes d'eau


4) Fonctionnement de Chaudières à tubes de fumées
Une chaudière fioul se compose de trois éléments : une chaudière, un stockage de fioul et un
système de chauffage central. Son fonctionnement consiste à chauffer le fioul qui part de la
cuve où il est stocké vers la chaudière. Grâce à un brûleur, le fioul génère de la chaleur qui va
chauffer l’eau contenue dans le circuit de chauffage pour alimenter les radiateurs ou les
planchers chauffants. La température de l’eau peut varier entre 50 et 90 °C suivant le type de
chauffage.

V. LES Mécanisme de chaudière

1) Réservoir d’eau
Un réservoir d'eau est une enceinte de confinement de l'eau permettant son stockage pour
une utilisation ultérieure.

Figure 34 : Réservoir d’eau

2) Réservoir fuel
Le réservoir de carburant est un conteneur sûr pour le stockage et le stockage de liquides
inflammables, en tenant compte de toutes les lois et procédures de sécurité.
Figure 35 : Réservoir fuel

3) Bruleur
Un brûleur est l’élément mécanique qui assure la production de chaleur en
assurant un mélange entre un combustible liquide ou solide, avec un comburant
généralement de l'air produisant ainsi une combustion.

Figure 36 : Bruleur
4) Pompe à eau
Une Pompe à eau est un dispositif permettant d'aspirer et de refouler l’eau

Figure 37 : Pompe à eau

5) Adoucisseur
L'adoucisseur est un appareil qui utilise une résine échangeuse d’ions et le
principe consiste à permuter les ions calcium et magnésium qui constituent la
dureté de l’eau par des ions sodium liés à la résine de l’adoucisseur.

Figure 38 : Adoucisseur
6) Pompe doseuse

Deux produit Casse particule d’oxygène pour Toul 3mor chaudière

Figure 39 : Pompe doseuse

7) Une soupape de sécurité

Une soupape de sécurité est un dispositif destiné à réguler la pression afin d'empêcher
l'explosion de les chaudières à vapeur.

Figure 40 : soupape de sécurité


8) Indicateur de niveau à réflexion
L’indicateur de niveau à réflexion est un indicateur à observation directe du niveau, qui peut
être monté sur des générateurs de vapeur et des réservoirs. La partie eau apparaît en sombre, la
partie vapeur en clair.

Figure 41 : Indicateur de niveau à réflexion

VI. Fonctionnement électrique de la chaudière

Figure 42 : circuit électrique de la chaudière


❖ Mode d’utilisation
Pour activer la chaudière il faut que le niveau d’eau passe dépasse les Relais de niveau
R1 et R2 et que le commutateur MB soit en marche

❖ Mode de fonctionnement
Pour que la pompe se fonctionne en mode automatique on met le commutateur sur la position
A Ou on le commute sur la position M si le capteur RN1 est on panne pour pouvoir continuer
la production Mais il faut retenir que la présence du technicien est obligatoire pour l'observation
du niveau d'eau Et si la machine est on repos le commutateur est on mode initial

❖ Prevention
Code Désignation Photo

BR Bruleur

Kmp Pompe

R1 Relais 1

Relais
M
SR
Sirène d’alarme

R2 Relais 2

R3 Relais 3
R4 Relais 4

Relais de
RN1
niveau 1

Relais de
RN2
niveau 2
Relais de
RN3
niveau 3

Commutateur
MB
simple

Commutateur a
A.M
3 postions
AK Button

Blocage bruleur
B BR
Figure 43 : circuit de lampe de chaudière
Conclusion

Mon stage chez SOCOMENIN est une opportunité lucrative d'explorer le


monde du travail dans une si grande entreprise opérant dans le domaine de la
construction métallique. Au cours du stage, j'ai élargi mes connaissances du
domaine industriel, j'ai assisté et participé à certaines tâches principalement liées
à la maintenance de machines industrielles, ce qui m'a permis de consolider mes
connaissances. Ce stage m'a également donné l'opportunité d'être très attentif à la
vie professionnelle des travailleurs et de mener à bien les tâches proposées avec
d'autres. Si l'individu n'est pas pleinement intégré à l'atmosphère générale du
groupe et de la société, un tel travail est impossible. A l'issue de ce stage, j'ai pu
établir une vision d'un monde socioprofessionnel dans l'entreprise. Cette vision
est bien sûr incomplète, mais elle est le résultat de la première étape.

Vous aimerez peut-être aussi