Vous êtes sur la page 1sur 25

Adolescence, vulnérabilité,

comportements à risque

Pr Aimé CHARLES NICOLAS


CHU Fort-de-France
L’adolescence a changé

Puberté biologique plus précoce Allongement de la durée de


l’adolescence
Adolescents plus grands.
Alimentation plus riche, plus variée, plus protéinée…
Progrès de la médecine, progrès de l’hygiène et de la
scolarisation précoce.
Un autre regard sur l’enfance.
la compétition , enfants moins nombreux par famille doivent
être tous performants.
Difficulté pour accéder à une identité professionnelle et
parvenir à une indépendance financière.
Disparition de la famille traditionnelle et des modèles
adultes.

 Patton GC, Coffey C, Sawyer SM et al.
Global patterns of mortality in young
people: a systematic analysis of
population health data.
Lancet. 2009 Sep 12;374(9693):881-92.
 Sur 2,6 millions de décès parmi les 10-24
ans dans le monde en 2004, 97% ont lieu
dans les pays à moyen et faible revenu.
Les accidents de la route, les suicides et
les violences sont les 3 premières causes
suivies par les maladies infectieuses
Mieux connaître l’adolescence
 Mortalité inférieure à celle des adultes
 Inégale selon l’âge et le sexe
 Augmente de 13ans à 20 ans
 X par 2 chez les filles
 X par 4 chez les garçons
 Mort violente 72% Maladie 24 % des décès
Mieux connaître l’adolescence
 L’adolescence une crise ?
Rupture, certes Mais une étude
longitudinale plaide contre
Et risque de confusion entre normal et
pathologique
 Un processus de séparation-individuation ?
 Oui Mais au prix de conflits internes

 Et importance+++ des identifications


Mieux connaître l’adolescence
 Crise d’adolescence et crise de société
 Position familiale et évolution de la société
 Mutations culturelles rapides et paroxysme
de la consommation en Guyane et aux Ant.
 Initiation vs information
 Rites de passage :séparation/pairs/risque/
épreuve/ouverture
Mieux connaître l’adolescent
 L’excitation sexuelle
 Le travail de deuil
 La problématique du corps
 Après la puberté

 Le corps comme représentant

symbolique
 Le clivage

 Préoccupations narcissiques
Mieux connaître l’adolescent
 L’agir à l’adolescence
 Facteurs internes favorisant l’agir chez tout
adolescent
 L’angoisse (Tanner)

 Remaniement de l’équilibre pulsion-

défense
 Problématique actif-passif

 Modifications instrumentales
Mieux connaître l’adolescent
 Les conduites à risque de l’adolescent
 Besoin d’exploration

 Contrainte de prise de risque

Tout adolescent est à la recherche de ses


limites.
C’est en les rencontrant qu’il se constitue
par rapport à lui-même et se définit par
rapport à autrui. Rencontrée et affrontée,
la limite apaise et rassure. Elle évite la
répétition et l’escalade.
Conduites à risque
et adolescence
Politique de réflexion et de prévention
est aujourd’hui centrée sur les
«conduites à risque»
Recherche de sensations fortes
(Zuckerman, 1982)
Quel sens ? la conduite ordalique
(Charles-Nicolas et Valleur, 1981)
Méconnaissance du risque
 Le risque avait principalement été conçu
jusqu’alors comme la conséquence de
certains comportements. Hormis les
suicides réussis pour lesquels on pensait que
la mort était désirée, les comportements
comportant une prise de risque (actes
médico-légaux, autoagressions,toxicomanie,
conduites passionnelles…) étaient perçus
comme répondant à fin : plaisir, annulation
d’une souffrance, jouissance…
Erotisation du risque
 De nombreux actes désormais doivent être
perçus comme une recherche active du
risque,
 sous-tendue
 par la recherche de sensations fortes
 par le fantasme ordalique
Une distinction fondamentale

 Les travaux américains reprennent cette


opposition en distinguant risk behavior et
risk taking behavior. »
 Le terme « conduites à risque » regroupe
donc les conduites d’exploration
« normales » à la recherche de nouvelles
potentialités et limites, les conduites
d’excès autodestructrices et les conduites
ordaliques sous-tendues par le fantasme
ordalique.
Comportements de
consommation

•Expérimentateurs
•Usage occasionnel
•Usage récréatif
•Usage régulier
•Usage nocif (abusif)
•Dépendance
L’adolescent et la drogue

 Age de début de la toxicomanie


1er contact avec la drogue licite ou illicite
 L’initiation à l’adolescence.
 Les motivations :
 Curiosité, désir de connaître
 Recherche de sensations
 Prise de risque ordalique
 Intégration au groupe /sentiment d’appartenance
Incomplétude, incompétence, anxiété, dépressivité
Après le 1er contact
 La consommation peut rester discontinue
 Elle va se raréfier
 L’effet de la drogue est important à prendre
en compte :
 Certains ne répètent pas
 D’autres répètent
Installation d’une addiction

qui va créer une nouvelle relation au monde,


 plus confortable, voire autothérapeutique.
 Perpétuation/dévalorisation/euphorie
 Euphorie que l’on veut renouveler ou
malaise du manque
 Cette addiction se prolongera
 d’autant plus que le confort psychique sera
grand et que l’offre sera présente.
Facteurs psychologiques fragilisant
l’adolescent
 Période de réorganisation et de remise en cause
propice aux « expériences »
 Reviviscence des pulsions agressives et érotiques
 Propension à l’agir
 Pression des choix de vie à faire
 Tension anxieuse résultant des conflits mal résolus
des périodes précédentes (rejet, abus sexuels,
deuils non faits, surprotection, filiation
conflictuelle, difficultés identificatoires)
FAMILIAUX
- relations violentes, conflictuelles
- comorbidité psychiatrique familiale
- événements de vie traumatiques (deuils, séparations, abus
sexuels, incestes, grossesses non-désirées)
SCOLAIRE
- absentéisme, retard
- baisse des résultats
- refus scolaire
- phobie scolaire
PAIRS
- entourage qui consomme régulièrement
- rites d’initiation
- marginalisation
Facteurs de protection

- niveau élevé d’intelligence


- capacité de résoudre les problèmes
- compétences sociales
- estime de soi
- soutien familial adapté
- compétences scolaires
Résilience
C’est la faculté de rebondir après un traumatisme
psychique.
Au milieu des années 1980, plusieurs ouvrages
consacrés à la « résilience » ont été publiés,
analysant le destin réussi d’individus que leur enfance
catastrophique semblait pourtant promettre à un
sombre avenir
Les manières de lutte contre les situations
traumatiques sont nombreuses : découverte et
construction de solutions d’adaptation, investissement
de nouveaux objectifs, prise de distance par rapport à
l’événement traumatique, construction d’un monde
imaginaire.
Syndrome général de
comportements à risque (Jessor,
1998)
• usage de substances psychoactives licites ou
illicites
• les comportements dangereux sur la route
(vitesse, alcool et drogues, non-port de la
ceinture et du casque)
• rapports sexuels non-protégés
• Fugues
• jeu du foulard, roulette russe
• pratique des sports extrêmes
L’addiction au risque
Ordalie (Charles-Nicolas, Valleur)

• L’ordalie est le terme qui désigne le jugement


de Dieu et implicitement l’acceptation et la
condamnation des actes.
• La conduite ordalique désigne le fait pour un
sujet de s’engager de façon plus ou moins
répétitives dans des épreuves comportant un
risque, souvent mortel.
• Le fantasme ordalique serait le fait de se
remettre à l’Autre, au hasard, à la chance,
pour le maîtriser ou être l’élu, et par sa survie
de prouver tout son droit à la vie, son
caractère exceptionnel.

Vous aimerez peut-être aussi