Vous êtes sur la page 1sur 130

UNIVERSITÉ DE LUBUMBASHI

FACULTÉ DES SCIENCES


DÉPARTEMENT DE GÉOLOGIE

COURS DE TOPOGRAPHIE DESTINÉ AUX


ÉTUDIANTS DE BAC II GÉOLOGIE

Titulaire: Professeur KIPATA MWABANWA L.


Docteur en Géologie structurale
Assistant: KASONGO WA MUTOMBO P.
Diplômé d’études approfondies en Géologie de l’ingénieur

12 mars 2021
Table des matières

Table des figures V

Liste des tableaux 1

1 TERMINOLOGIE ET CONCEPTS CLÉS 1


1.1 Définitions des concepts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2 Objectifs du cours . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3 Comment atteindre ces objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3.1 Établissement des cartes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3.2 Systèmes d’informations géographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.4 Cartographie à grande échelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.4.1 Lever de détails . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.4.2 Informations altimétriques sur cartes et plans . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.4.3 Canevas de points . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

I TOPOGRAPHIE 9

2 MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES A LA TOPOGRAPHIE 10


2.1 Mathématiques appliquées sur les données de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.1.1 Croquis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.1.2 Schéma général de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.1.3 Présentation des calculs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.1.4 Présentation des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1.5 Précision des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1.6 Arrondis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1.7 Contrôles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.1.8 Constructions géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.1.9 Conventions littérales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.1.10 Informatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2 Trigonométrie rectiligne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

I
2.2.1 Cercle trigonométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2.2 Relations trigonométriques de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.2.3 Relations dans le triangle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.2.4 Calcul de la surface d’un triangle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.3 Trigonométrie sphérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.4 Extension de certaines formules aux polygones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.4.1 Quadrilatères . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.4.2 Polygones quelconques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

3 NOTIONS DE PROGRAMMATION EN VISUAL BASIC 26


3.1 Structuration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.2 Variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.2.1 Déclaration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.2.2 Portée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.2.3 Opérateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.2.4 Commentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.2.5 Énumérations et collections . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3.2.6 Tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3.2.7 Blocs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.2.8 Structures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.3 Structures algorithmiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.3.1 Tests . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.3.2 Boucles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.4 Procédures et fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.4.1 Déclaration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.4.2 Arguments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.4.3 Commenter des fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.4.4 Instructions et règles d’appel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.4.5 Objets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.4.6 Enregistreur de macro . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.5 Modèle objet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.5.1 Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.5.2 Aides dans l’éditeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.5.3 Manipulation d’objets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.5.4 Modèle objet de MS Excel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.5.5 Modèle objet de Golden Surfer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

II
4 MESURE DES DISTANCES ET DES ANGLES HORIZONTAUX 51
4.1 Terminologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
4.2 Lever de détails . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
4.3 Mise en station des appareils de lever . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
4.3.1 Principe de fonctionnement d’un théodolite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
4.3.2 Mise en station . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
4.4 Estimation de la portée par stadimétrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
4.5 Séquence et tour d’horizon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
4.6 Calcul des gisements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
4.6.1 Détermination des écarts et tolérances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
4.7 Cheminement planimétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.7.1 Terminologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.7.2 Angle de gauche ou de droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
4.7.3 Transmission des gisements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
4.7.4 Transmission du G0 de station . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
4.7.5 Fermeture angulaire d’un cheminement encadré . . . . . . . . . . . . . . . . 68
4.7.6 Fermeture angulaire d’un cheminement avec transmission de G0 . . . . . . . 68
4.7.7 Tolérance sur la fermeture angulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
4.7.8 Compensation angulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
4.7.9 Coordonnées rectangulaires des sommets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71

5 MESURE DES ALTITUDES ET DES ANGLES VERTICAUX 77


5.1 Formules de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
5.2 Niveau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
5.2.1 Principe de fonctionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
5.2.2 Mires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
5.3 Relevés avec une station totale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
5.3.1 Utilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
5.3.2 Description de la station totale LEICA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
5.3.3 Clavier et Écran . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
5.3.4 Installation du trépied et du tachéomètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
5.3.5 Configuration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
5.3.6 Mesures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
5.3.7 Préparation pour le transfert de l’instrument . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
5.4 Tolérances réglementaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
5.5 Nivellement par cheminement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
5.6 Fermeture du cheminement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
5.7 Compensation du cheminement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
5.8 Cheminement mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

III
5.9 Nivellement indirect . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
5.9.1 Principe du nivellement indirect trigonométrique . . . . . . . . . . . . . . . . 94
5.9.2 Principe du nivellement indirect géodésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
5.9.3 Tolérances réglementaires en nivellement indirect . . . . . . . . . . . . . . . 96
5.10 Travaux pratiques : Fiche synthétique de lever planimétrique et altimétrique . . . . 97
5.10.1 Mise en station des appareils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
5.10.2 Lever de la ligne de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
5.10.3 Travaux demandés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

II CARTOGRAPHIE 101

6 Le GPS et le SIG en topographie moderne 102


6.1 Le GPS qu’est-ce ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

7 ÉTABLISSEMENT DES COURBES DE NIVEAU ET INTERPRÉTATION DU


RELIEF 103
7.1 Terminologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
7.2 Principe de l’interpolation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
7.3 Lever des courbes de niveau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
7.4 Report des courbes de niveau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
7.4.1 Report manuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
7.4.2 Report automatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107

8 RACCORDEMENTS ROUTIERS ET DES VOIES FERRÉES 108

9 ÉTABLISSEMENT DES PROFILS EN LONG ET EN TRAVERS DES PRO-


JETS 109

10 CUBATURES ET ÉPURES DES PROJETS 110

Bibliographie 116

IV
Table des figures

1.1 Classification des cartes en fonction de leur echelle et de leur finalité . . . . . . . . . 2


1.2 Géoïde et ellipsoïde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3 Coordonnées géographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.4 Organigramme des opérations topographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

2.1 Cercle trigonométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13


2.2 Identités remarquables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.3 Relations dans un triangle (a) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.4 Relations dans un triangle (b) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.5 Relations dans un triangle (c) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.6 Relations dans un triangle (d) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.7 Surface d’un triangle à partir de sa hauteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.8 Surface d’un triangle à partir du produit vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.9 Surface d’un triangle à partir du rayon du cercle circonscrit . . . . . . . . . . . . . . 18
2.10 Surface d’un triangle à partir d’un côté et des deux angles adjacents . . . . . . . . . 18
2.11 Triangle sphérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.12 Surface d’un quadrilatère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.13 Somme des angles internes d’un polygone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.14 Surface d’un polygone dont les sommets sont connus en coordonnées cartésiennes . . 22
2.15 Surface d’un polygone dont les sommets sont connus en coordonnées polaires . . . . 23
2.16 Formule de Sarron . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.17 Formule de Simpson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

3.1 Environnement de développement de VBA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27


3.2 Ajout des modules VBA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.3 Présentation du modèle MS Excel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.4 Présentation du modèle MS Excel-Workbooks . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3.5 Présentation du modèle MS Excel-Worksheets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.6 Modèle Excel simplifié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50

4.1 Principe de fonctionnement d’un théodolite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

V
4.2 Photos des théodolites T16 et T2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
4.3 Estimation de la portée par stadimétrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
4.4 Cercle horizontal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
4.5 Double retournement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
4.6 Séquence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
4.7 Mesure d’une surface horizontale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.8 Tour d’horizon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
4.9 Schéma de calcul de gisement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
4.10 Calcul du gisement en tenant compte du quadrant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
4.11 a) origine du limbe sur P. b) origine du limbe sur le nord Lambert c) G0 de station 63
4.12 Cheminement planimétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.13 Types de cheminement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
4.14 Transmission des gisements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
4.15 Transmission du Go de station . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
4.16 Fermeture angulaire d’un cheminement encadré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
4.17 Fermeture angulaire d’un cheminement avec transmission de G0 . . . . . . . . . . . 69
4.18 Compensation proportionnelle aux distances de visée . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
4.19 Fermeture planimétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
4.20 Polygonale classique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75

5.1 Altimétrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
5.2 Cheminement altimétrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
5.3 Schema d’un niveau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
5.4 Vue en coupe du niveau Leica . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
5.5 Réticule de visée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
5.6 Apparence des Tachéomètres Leica modèle de la série TC800 . . . . . . . . . . . . . 83
5.7 Station totale de marque LEICA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
5.8 Principales composantes du tachéomètre LEICA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
5.9 Ecran et clavier de la station totale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
5.10 Écran typique d’un tachéomètre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
5.11 Cheminement de nivellement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
5.12 Cheminement mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
5.13 Nivellement indirect trigonométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
5.14 Nivellement indirect géodésique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
5.15 Dénivelée déduite de la distance inclinée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
5.16 Dénivelée déduite de la distance horizontale issue des coordonnées . . . . . . . . . . 97
5.17 Schéma d’un cheminement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
5.18 Schéma d’un cheminement avec Go de station . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99

VI
7.1 Courbe de niveau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
7.2 Principe d’interpolation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

VII
Liste des tableaux

2.1 Paramètres de quelques ellipsoïdes de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

3.1 Types de données VB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29


3.2 Instruction de déclaration de la portée des variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.3 Opérateurs arithmétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.4 Opérateurs de comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.5 Opérateurs logiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

4.1 Lectures d’angles horizontaux : une paire de séquences . . . . . . . . . . . . . . . . 58


4.2 Dénivelées et distances suivant la pente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.3 Tableau de calcul d’un tour d’horizon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
4.4 Écart d’orientation en une station . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
4.5 Tolérances applicables aux levers à grande échelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
4.6 Tolérances réglementaires applicables aux levers à grande échelle . . . . . . . . . . . 74
4.7 Données de la polygonale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76

5.1 Tolérances réglementaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90


5.2 Cheminement simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
5.3 Exercice sur cheminement mixte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93

7.1 Points à lever des courbes de niveau en fonction des échelles . . . . . . . . . . . . . 106

1
Chapitre 1

TERMINOLOGIE ET CONCEPTS
CLÉS

De tous le temps, les savants se sont occupés de définir la Terre et de tenter d’en mesurer
ses dimensions. Au XVII siècle apparaissent les premières méthodes de triangulation. On se rend
compte que d’une base mesurée, on peut à l’aide de mesurages d’angles élargir les mesurages et
obtenir des résultats très favorables.

1.1 Définition
Définition 1. On appelle topographie, la représentation graphique d’un terrain avec son relief sur
un plan une fois les déformations géodésiques compensées. Association de topos et de graphein qui,
en grec, signifie décrire. C’est donc la science qui donne les moyens de représentation
graphique ou numérique d’une surface terrestre.

Cette représentation comporte deux parties distinctes :


1. La planimétrie : qui est la représentation en plan (Situation) des objets du terrain.
2. L’altimétrie : qui est la représentation des altitudes des points par le dessin de courbes de
niveau.

1.2 Objectifs du cours


La topographie a pour objectifs principaux de permettre l’établissement de cartes et de
plans graphiques sur lesquels sont représentées, sous forme symbolique, toutes les
informations ayant trait à la topologie du terrain et à ses détails naturels et artificiels.
Cette cartographie de données existantes permettra par exemple de s’orienter sur le terrain ou bien
d’étudier un projet de construction, cadastral, minier, ...
A la fin de ce cours, l’étudiant sera capable de :

1
— Connaître et enrichir les notions fondamentales ayant relation directes ou indirectes avec les
techniques d’ingénieur (travaux publiques, travaux miniers, travaux géologiques, bâtiments,
etc) ;
— Identifier et différentier les différents types de nivellement ;
— Exécuter, exploiter et contrôler les observations concernant la position planimétrique et al-
timétrique ;
— Reporter des observations de terrain sur le plan ou carte ;
— Établir des levés topographiques sur le terrain.

1.3 Pré-requis
La maitrise de ce cours demande les pré-requis suivants :
1. Mathématiques : Géométrie, algèbre, analyse, calcul numérique, trigonométrie, probabilité,
statistique, apprentissage automatique ;
2. Informatique : tableur comme MS EXCEL, base des données comme MS ACCESS, langage
de programmation informatique avec par exemple VBA et Python, DAO 1 avec par exemple
Autocad Civil 3D, COVADIS et MICROPISTE.
3. Système d’Information Géographique : géomatique, webmapping, géodatabase.

1.4 Terminologie
Ce cours fait intervenir quelques termes clés qu’il sied de définir :

Définition 2. Topologie : c’est la science qui analyse les lois générales de la formation du relief
par les déformations lentes des aires continentales appelées mouvements épirogéniques, atténués
ultérieurement par les actions externes : érosion due à la mer, au vent, à la glace, à l’eau et à la
neige.

Définition 3. Géodésie : c’est la science qui étudie la forme de la terre. Par extension,
elle regroupe l’ensemble des techniques ayant pour but de déterminer les positions planimétriques et
altimétriques d’un certain nombre de points géodésiques et repères de nivellement.

Définition 4. Cartographie : c’est l’ensemble des études et opérations scientifiques,


artistiques et techniques intervenant à partir d’observations directes ou de l’exploi-
tation d’un document en vue d’élaborer des cartes, plans et autres moyens d’ex-
pression. Ci-après, est donnée une classification des cartes en fonction de leur échelle et de leur
finalité.

1. Dessin Assisté par Ordinateur

2
Figure 1.1 – Classification des cartes en fonction de leur echelle et de leur finalité

Définition 5. Canevas : c’est l’ensemble des points connus en planimétrie et/ou en


altimétrie avec une précision absolue homogène.

Définition 6. Le géoïde, niveau des mers prolongé sous les continents, est une surface gauche
à laquelle on ne saurait appliquer des relations mathématiques de transformation. Il est la surface
de référence pour la détermination des altitudes, autrement dit la surface de niveau zéro. En
réalité, la référence en altitude dépend du choix du repère fondamental et du système d’altitude. Il
s’ensuit que la surface de niveau zéro est légèrement différente du géoïde ; l’écart est constant et
représente l’altitude du point fondamental au-dessus du géoïde.

Définition 7. La surface la plus proche du géoïde est un ellipsoïde de révolution, c’est-à-dire


un volume engendré par la rotation d’une ellipse autour d’un de ses deux axes. La terre tournant
autour de l’axe des pôles (de demi-longueur b), cette rotation engendre un cercle équatorial
de rayon a.

Les dimensions de l’ellipsoïde sont déterminées en comparant la distance par mesures géodésiques
et la différence de latitude par mesures astronomiques entre deux points d’un même méridien.
Un méridien est l’intersection de la surface de l’ellipsoïde avec un plan contenant l’axe des
pôles : c’est donc une ellipse.
Un parallèle est l’intersection de la surface de l’ellipsoïde avec un plan perpendiculaire à l’axe
des pôles : c’est donc un cercle.
L’axe de rotation de la terre est l’axe des pôles PP’. Le cercle perpendiculaire à l’axe des pôles
est l’équateur. La demi-ellipse méridienne passant par les pôles et par un point A est la méridienne
de A. Un point sur l’ellipsoïde est repéré par sa longitude et sa latitude (rapportées à la normale
(na) à l’ellipsoïde en A).
Elles sont définies ci-après

3
Figure 1.2 – Géoïde et ellipsoïde

— Longitude (λ) : la longitude λ d’un lieu A est l’angle dièdre formé par le méridien du lieu
avec le méridien origine. Elle est comprise entre 0o et 180o Est ou Ouest. Le méridien origine
international est celui de Greenwich (observatoire de la banlieue de Londres) ;
— Latitude (φ) : la latitude de A est l’angle φ que fait la verticale (na) de A avec le plan de
l’équateur. Elle est comprise entre 0 à 90o Nord ou Sud. Les cercles perpendiculaires à la
ligne des pôles PP’ sont appelés parallèles : ils sont parallèles au plan de l’équateur.

1.5 Comment atteindre ces objectifs


1. Par l’établissement des cartes ;
2. Par photographie et interprétation des clichés ;
3. En ressortissant la visibilité des détails ;
4. Par la représentation plane ;
5. Par le Système d’Informations Géographiques.

4
Figure 1.3 – Coordonnées géographiques

1.5.1 Établissement des cartes


La première idée qui vient à l’esprit est d’effectuer des prises de vue aériennes par avion ou par
satellite puis de transcrire ces informations sur papier.

Perspective conique

Une photographie est une perspective conique et non une représentation plane. De plus, le relief
n’apparaît pas sur une photographie...
La photogrammétrie permet de remédier à ces problèmes : on obtient une vision du relief et
une restitution plane de plusieurs photographies grâce à l’observation de couples de clichés dans des
appareils spécifiques (appareils de restitution photogrammétrique). Le tracé des courbes de niveau
sur la carte permet d’avoir une idée précise de son relief.

Échelle et orientation des clichés

Une photographie ne permet pas d’obtenir une échelle constante et précise sur toute
sa surface. De plus, les différents clichés devront pouvoir être juxtaposés afin d’obtenir des cartes
plus étendues ; ils doivent donc être orientés les uns par rapport aux autres en respectant exactement
la même échelle.
Ces problèmes introduisent la nécessité de disposer d’un système de coordonnées général dans
lequel des points d’appui sont connus dans les trois dimensions (X, Y et Z). On se sert de quelques

5
points repérés sur un cliché et connus dans le système de coordonnées général pour effectuer un
calage et une mise à l’échelle des clichés. Ceci implique donc de disposer sur le terrain d’un moyen de
matérialisation du repère général, par exemple des points d’appui connus. Les réseaux géodésiques
de points connus en planimétrie (coordonnées X, Y) et/ou en altimétrie (coordonnée Z) permettent
de répondre à cet objectif en mettant à la disposition de chacun un canevas de points déterminés
de manière absolue et avec la plus grande précision possible dans le système général.

Visibilité des détails

Tous les détails du terrain ne sont pas visibles sur un cliché, certains étant cachés par
des constructions ou de la végétation, etc. Il faut donc compléter les manques d’information
d’un cliché par des mesures sur le terrain. Par exemple, pour ajouter le tracé d’un chemin forestier,
il faut déterminer ses points d’axe dans le repère général et mesurer sa largeur ; donc être capable de
mesurer des coordonnées relatives sur le terrain dans les trois dimensions X, Y et Z. Ceci introduit
la nécessité de disposer d’appareils de mesure de distances et d’angles :
— le théodolite permet d’accéder aux informations angulaires ;
— les mesures de distances sont réalisées avec de nombreux instruments, les plus courants étant
le ruban et l’instrument de mesure électronique des longueurs (IMEL) ;
— Pour effectuer des mesures relatives en altimétrie, on utilise la technique du nivellement indi-
rect avec un théodolite couplé à un IMEL ou bien, pour plus de précision, le nivellement
direct avec des appareils appelés niveaux ;
— La technologie GPS 2 permet le calcul direct de coordonnées d’un point dans un sys-
tème géocentrique sans mesure d’angles ni de distances. Elle donne ainsi un accès direct
à un système général en tout point du territoire avec une grande précision (de l’ordre de
quelques millimètres au km). Il faut tout de même disposer d’au moins un point d’appui car
la détermination précise est relative et non pas absolue.

Représentation plane

Pour juxtaposer plusieurs clichés et obtenir une carte à petite échelle, on se heurte au problème
de la représentation plane de la « sphère » terrestre.
Il est physiquement impossible de représenter une surface sphérique à plat sur une carte, sans
déformations. De plus, la terre n’est pas une sphère : elle est plus proche d’un « ellipsoïde » de
révolution. Pour obtenir des cartes cohérentes à petite échelle, il faut donc étudier la forme de la
terre – c’est une des finalités de la géodésie qui devra en particulier définir les axes de référence du
système de coordonnées général ou encore définir la surface de référence des altitudes – et mettre
au point des systèmes de projection qui minimisent les déformations . Il faut également s’intéresser
à la formation et à l’évolution du relief terrestre au travers de la topologie.
2. Global Positionning System

6
Interprétation des clichés

Les détails visibles sur un cliché ne sont pas toujours faciles à identifier pour des non
spécialistes : nous ne sommes pas habitués à la vision « cartographique » de notre environnement.
La représentation finale devra donc interpréter et rendre lisibles les très nombreuses informations
d’une photographie (voir cours de photogéologie).

1.5.2 Systèmes d’informations géographiques


La cartographie moderne ne se satisfait plus des seules informations géométriques
du terrain : on cherche de plus en plus à leur associer des informations thématiques. Par
exemple, associer à une concession minière le cortège minéralogique exploité, la superficie du gi-
sement, etc. Ceci ouvre la voie des systèmes de traitement numérique des clichés en association
avec des bases de données géographiques (SIG 3 ou GIS 4 en anglais) (voir cours de géomatique et
système d’information géographique).

1.6 Cartographie à grande échelle


Ceci s’intéresse sur :
— la préparation d’un chantier de construction (barrage, digue, mine, excavation d’une mine,
tracé routiers et de chemin de fer, usine de traitement de minerai, implantation des forages,
...) ;
— l’exécution d’un chantier de construction et
— son suivi.

1.6.1 Lever de détails


Pour un chantier, il faut disposer de plans et de cartes à moyenne et grande échelle que la
photogrammétrie ne peut pas toujours fournir, pour des questions de précision et de coût.
Il faut donc établir cartes et plans en allant lever sur le terrain la position et la nature des
objets naturels et artificiels : cette opération peut être faite par des mesures d’angles, de distances
et de différences d’altitudes ou par des mesures GPS qui fourniront des coordonnées dans le système
général. Pour certaines constructions de petite étendue, très isolées ou ne disposant pas à proximité
de points d’appui matérialisant le système général de coordonnées, on peut simplement travailler
dans un repère local associé à la construction.
L’outil idéal pour ce type d’opération est la station totale ou le niveau numérique en raison
de leur facilité d’emploi et de leurs possibilités de stockage des informations récupérées ensuite par
un logiciel informatique.
3. Systèmes d’Information Géographiques
4. Geographic Information System

7
1.6.2 Informations altimétriques sur cartes et plans
Avant la réalisation d’un projet de construction, une phase d’étude permet d’en prévoir le
coût, la faisabilité, l’impact sur l’environnement, etc. Les informations sur l’altimétrie du
terrain naturel sont souvent primordiales : elles permettent, par exemple, à partir des calculs de
profils en long et en travers, de chiffrer les projets routiers, les courbes de niveau étant la principale
information altimétrique sur les cartes et les plans.
Un logiciel de topographie performant est capable de récupérer les informations levées sur le
terrain et de tracer à partir d’un semi de points (ensemble de points régulièrement répartis sur le
terrain et connus en coordonnées tridimensionnelles) une modélisation du terrain (modèle numérique
de terrain ou MNT), puis d’en déduire les courbes de niveau. Les calculs se poursuivent ensuite par
des tracés et calculs automatiques de profils en long, profils en travers, cubatures, etc.

1.6.3 Canevas de points


Enfin, un projet de construction nécessite le positionnement sur le terrain des axes des travaux
à réaliser ainsi que leur contrôle en cours d’exécution. La construction à réaliser s’insérant géné-
ralement dans un ensemble existant, il faut s’appuyer sur un canevas de points connus en
système général ou local. L’une des premières tâches à accomplir en début de chan-
tier consiste donc à disposer à proximité des repères planimétriques et altimétriques
durables et accessibles.
Les différentes techniques d’implantation nécessitent de nombreux calculs fondés sur des connais-
sances mathématiques. Parmi les techniques modernes employées sur les chantiers pour le guidage
et le positionnement, le laser est de plus en plus répandu.
L’organigramme de la figure 1.4 résume cette introduction.

8
Figure 1.4 – Organigramme des opérations topographiques

9
Première partie

TOPOGRAPHIE

10
Chapitre 2

MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES A
LA TOPOGRAPHIE

2.1 Mathématiques appliquées sur les données de terrain


2.1.1 Croquis
Un lever de terrain doit s’accompagner d’un croquis clair, précis et lisible par une autre personne
que le dessinateur l’ayant réalisé. Cela demande habileté et habitude. Notez que certains géomètres
arrivent de plus en plus à travailler sans croquis de terrain grâce à l’introduction d’une codification
des points levés et enregistrés sur un carnet de terrain.

2.1.2 Schéma général de calcul


Lors de calculs longs et fastidieux, il est très utile pour une éventuelle relecture ou correction
de présenter un schéma général de calcul qui représente une sorte de table des matières de la note
de calcul. L’ordre de présentation des calculs doit être l’ordre logique des résolutions numériques
possibles. Cet ordre logique peut être issu de la construction géométrique. Cela est également valable
pour les programmes informatiques (pour lesquels on commence par réaliser un organigramme) et
les tableaux de calcul réalisés à l’aide d’un tableur comme MS EXCEL qui sera utilisé. Une maitrise
du VBA 1 est recommandée.

2.1.3 Présentation des calculs


Pour être le plus lisible possible, une note de calcul doit utiliser une présentation en tableaux.
La présentation des calculs introduit parfaitement le recours aux tableurs (calcul informatisé mis
sous forme de tableaux).
1. Visual Basic for Application

11
2.1.4 Présentation des résultats
Une note de calcul dans laquelle les résultats intermédiaires importants sont encadrés et dans
laquelle on fait usage de couleurs est plus facile à suivre et à relire. On prendra soin, par exemple,
d’utiliser dans les schémas des couleurs correspondant à celles du texte de la note de calcul.

2.1.5 Précision des résultats


Les résultats ne peuvent être plus précis que les données. En effet, si vous connaissez deux
points en coordonnées au centimètre près, vous ne pourrez pas donner la distance entre ces points
au millimètre près : c’est même une faute de raisonnement. Pour obtenir une précision donnée sur
les résultats, deux cas de figure sont possibles :
— Si vous effectuez une résolution graphique au moyen d’un logiciel de DAO (Dessin Assisté
par Ordinateur comme AUTOCAD CIVIL 3D) ou si vous utilisez un logiciel de calcul, il
suffit d’arrondir les résultats donnés ;
— Si vous utilisez une calculatrice, pour éviter la perte de précision finale par cumul d’arrondis,
il convient de garder au moins une décimale de plus dans les calculs.
Certains calculs peuvent même demander de garder beaucoup plus de décimales dans les calculs
intermédiaires : par exemple, un calcul faisant intervenir des puissances.
La solution à ce problème est de stocker les valeurs intermédiaires dans les mémoires de la
calculatrice (toute calculatrice moderne le permet) et de rappeler le contenu de ces mémoires pour
des calculs ultérieurs. Dans ces travaux pratiques les calculs seront effectués à l’aide de MS Excel
qui donne une bonne précision. Si la calculatrice ne possède pas cette possibilité, vous avez toujours
la solution de noter au crayon un maximum de décimales derrière les décimales suffisantes et de les
effacer une fois le calcul terminé.

2.1.6 Arrondis
L’arrondi à (n – 1) décimales de la valeur absolue d’un nombre de n décimales est réalisé comme
suit :
— À la valeur inférieure quand la (n + 1)ème décimale est 0, 1, 2, 3 ou 4 ;
— À la valeur supérieure quand la (n + 1)e décimale est 5, 6, 7, 8 ou 9.
Par convention, 12,5 s’arrondit à 13 de manière à équilibrer le nombre de décimales s’arrondissant
au chiffre inférieur (12,0 ; 12,1 ; 12,2 ; 12,3 et 12,4) avec celui des décimales s’arrondissant au chiffre
supérieur (12,5 ; 12,6 ; 12,7 ; 12,8 et 12,9).
Attention à la difficulté suivante :
Si l’on arrondit un nombre une première fois (par exemple 12,48 arrondi à 12,5) puis une
deuxième fois (12,5 s’arrondit à 13), on commet une erreur puisque 12,48 est plus proche de 12
que de 13. Il faut donc toujours revenir au nombre exact pour effectuer un arrondi.

12
2.1.7 Contrôles
Le contrôle des mesures doit être la philosophie de base du géomètre-topographe ; il consiste par
exemple :
— À doubler les mesures sur le terrain pour permettre des recoupements ;
— à vérifier les calculs faits par des constatations faisant appel à la logique ou bien par d’autres
calculs ; même s’ils sortent d’un listing d’ordinateur, ces calculs peuvent donner des valeurs
fausses ayant pour causes essentielles des erreurs humaines ;
— Le dessin à l’échelle est aussi un excellent contrôle. Dans des calculs menant à des résultats
littéraux, le contrôle de l’homogénéité des formules est indispensable.

2.1.8 Constructions géométriques


Autrefois, elles constituaient une vérification approximative des calculs pour éviter les erreurs
grossières. Elles permettaient également de trouver l’ordre logique d’enchaînement des calculs lit-
téraux à partir de la construction graphique, avec cette restriction que la construction graphique
fait appel à des notions de géométrie plane (ou dans l’espace) qui ne sont pas toujours simples
à maîtriser. Les calculatrices étant rares, voire inexistantes, les problèmes étaient parfois résolus
graphiquement.
Puis, l’emploi de calculatrices de plus en plus performantes a eu tendance à dévaloriser les résolutions
graphiques.
Aujourd’hui, le rôle des constructions graphiques est essentiel puisque depuis l’avènement du
Dessin Assisté par Ordinateur (DAO), elles permettent de résoudre les problèmes de manière visuelle
avec, au minimum, la même précision que l’on obtiendrait sur une calculatrice.
En effet, un ordinateur moyen actuel calcule avec une précision de 16 chiffres après la virgule et
ce qu’il dessine à l’écran n’est que la visualisation graphique des calculs internes à la machine. C’est
pourquoi, dans les TP, nous faisons une grande place aux résolutions graphiques à l’aide d’AUTO-
CAD qui sont un moyen de calcul de l’avenir, même si tout ne peut être calculé graphiquement.
Il est conseillé d’apprendre l’utilisation d’un logiciel de DAO pour mesurer toute la puissance de
ce moyen de calcul qui présente le double avantage de limiter les erreurs possibles en permettant
de visualiser directement le problème et, enfin, de fournir directement le report sur papier à toute
échelle du problème traité.

Exemple 1. Soit à trouver le point d’intersection I de deux droites : l’une passant par les points A
et B, l’autre par les points C et D, tous connus en coordonnées.

2.1.9 Conventions littérales


Respecter les conventions littérales du métier est un gage de lisibilité accrue, même si ces der-
nières demandent souvent un nouvel apprentissage. par exemple, la confusion fréquente entre z :

13
angles zénithaux et Z : coordonnée ou altitude nous a amené à préférer la notation V pour les angles
zénithaux dans ce cours.

2.1.10 Informatique
L’informatique est un outil exceptionnel pour le topographe moderne : il faut absolument ap-
prendre à le maîtriser. Mais attention : l’ordinateur n’est qu’un outil et ne fait donc que ce qu’on
lui demande ; il vous appartient de rester critique devant ses résultats et devant ses possibilités.
En effet, certains calculs ou reports peuvent être obtenus plus rapidement à la main ; seules les
opérations répétitives ou fastidieuses donnent tout son sens à l’utilisation de l’outil informatique.
Parmi les apprentissages proposés dans ce cours, il n’est pas nécessaire de faire plus des scripts
car il existe déjà des programmes performants écrits par des professionnels : il est préférable de se
contenter d’en être de bons utilisateurs. Parmi ces programmes nous citons : MS Excel, AUTOCAD
SURFER, ArcGIS ou autres logiciels qui viennent avec des appareils de mesure comme la station
totale,...
Il existe des outils informatiques qui permettent à tous de calculer littéralement les plus com-
plexes des intégrales ou dérivées, de résoudre numériquement toutes les équations possibles imagi-
nables, à partir d’une interface graphique simple et conviviale. Le logiciel AUTOCAD CIVIL 3D
en est un exemple.

2.2 Trigonométrie rectiligne


2.2.1 Cercle trigonométrique
Mnémotechnique : SOCATOA (équation 2.1).

Figure 2.1 – Cercle trigonométrique

14
YM XM YM
sinα = cosα = tanα = (2.1)
OM OM XM
Ces relations servent à calculer les éléments d’un triangle rectangle, par exemple le triangle OM A
ou le triangle OM B dont on connaît au moins deux données : une longueur et un angle, ou bien deux
longueurs. La connaissance de deux angles est insuffisante car il y a alors une infinité de solutions.
— La cotangente est l’inverse de la tangente. Son seul intérêt est la simplification de certaines
formules littérales. Pour les calculs, la seule connaissance de la tangente est suffisante ;
— Sur la calculatrice, la fonction cotangente n’apparaît généralement pas et s’obtient par
1/tanα, soit la combinaison de la fonction tangente suivie de la fonction 1/x et surtout
pas tan˘1 () qui est la fonction réciproque de tan ;
— A ne pas confondre sur votre calculatrice la fonction tan˘1 () avec la fonction cotangente
(1/tangente) ; tan˘1 (α) représente la fonction (arc tangente) réciproque de (tangente) qui
permet d’extraire l’angle α dont la tangente prend une certaine valeur X : tan˘1 X = α donc
X = tanα.

2.2.2 Relations trigonométriques de base

Figure 2.2 – Identités remarquables

sin2 α + cos2 α = 1 cos2 α − sin2 α = cos2α


cos(−α) = cosα sin(−α) = −sinα
cos(a ± b) = cosa × cosb ∓ sina × sinb sin(a ± b) = sina × cosb ± sinb × cosa
(2.2)

15
2.2.3 Relations dans le triangle

Figure 2.3 – Relations dans un triangle (a)

Figure 2.4 – Relations dans un triangle (b)

Figure 2.5 – Relations dans un triangle (c)

Somme des angles internes(équation 2.3) :

 + B̂ + Ĉ = 200gon (2.3)

Relation de sinus (équation 2.4) :

a b c
2R = = = (2.4)
sin sinB̂ sinĈ
16
Figure 2.6 – Relations dans un triangle (d)

Relation de cosinus (équations 2.5) :

a = b × cosĈ + c × cosB̂
b = a × cosĈ + c × cosÂ
c = b × cos + a × cosB̂
(2.5)

Théorème de Pythagore généralisé(équation 2.6) :

a2 = b2 + c2 − 2 × b × c × cosÂ
b2 = a2 + c2 − 2 × a × c × cosB̂
c2 = a2 + b2 − 2 × a × b × cosĈ
(2.6)

17
Relation des tangentes (équations 2.7 :

r = (p − a) × tan(Â/2) = (p − b) × tan(B̂/2) = (p − c) × tan(Ĉ/2)


a+b+c
avec p =
2
(2.7)

Relation faisant intervenir le cercle exinscrit(équation 2.8) :

Ra r
tan(Â/2) = = (2.8)
p p−a

2.2.4 Calcul de la surface d’un triangle


Surface d’un triangle à partir de sa hauteur(équations 2.9) :

Figure 2.7 – Surface d’un triangle à partir de sa hauteur

a × ha
S=
2
b × hb
S=
2
c × hc
S=
2
(2.9)

Surface d’un triangle à partir du produit vectoriel(équation 2.10) :

bc × sin ab × sinĈ ac × sinB̂


S= = = (2.10)
2 2 2

Surface d’un triangle à partir du rayon du cercle inscrit ou du rayon du cercle exinscrit(équation

18
Figure 2.8 – Surface d’un triangle à partir du produit vectoriel

2.11) :
S = rp = (p − a) × Ra = (p − b) × Rb = (p − c) × Rc (2.11)

Surface d’un triangle à partir du demi-périmètre p (équation 2.12) :


q
S = p(p − a)(p − b)(p − c) (2.12)

Surface d’un triangle à partir du rayon du cercle circonscrit (équation 2.13) :

Figure 2.9 – Surface d’un triangle à partir du rayon du cercle circonscrit

abc
S= (2.13)
4R

Surface d’un triangle à partir d’un côté et des deux angles adjacents (équation 2.14) :

Figure 2.10 – Surface d’un triangle à partir d’un côté et des deux angles adjacents

19
c2
S= (2.14)
2(cotan + cotanB̂

Travail Dirigé 1. — C = 28,654 gon ; a = 151,46 m ; b = 212,28 m.


— Résultat : c = 100,52 m ; A = 45,513 gon ; B = 125,833 gon ; S = 6 993,8798 m2 .
Travail Dirigé 2. — a = 151,46 m ; b = 212,28 m ; c = 98,45 m.
— Résultat : C = 27,704 gon ; A = 44,926 gon ; B = 127,370 gon ; S = 6 777,1145 m2 .
Travail Dirigé 3. — b = 151,46 m ; A = 44,926 gon ; C = 34,343 gon
— Résultat : B = 120,731 gon ; a = 103,68 m ; c = 82,12 m ; S = 4033,2002 m2 .
Travail Dirigé 4. — A = 44,926 gon ; B =120,731 gon ; C = 34,343 gon ; a = 91,46 m
— Résultat : b = 133,61 m ; c = 72,44 m.

2.3 Trigonométrie sphérique


Quelques relations de trigonométrie sphérique sont nécessaires à certains calculs sur la « sphère
» terrestre. La somme des angles d’un triangle sphérique est supérieure à 200gon d’une quantité ε,

Figure 2.11 – Triangle sphérique

appelée excès sphérique. Le calcul de cet excès permet de remplacer le triangle sphérique ABC
par un triangle plan dans lequel la trigonométrie rectiligne s’applique. On a (équation 2.15) :

A + B + C = 200gon + ε
S
avec ε = (2.15)
R2

Avec :
— S : la surface du triangle sphérique ;
— R : le rayon de la sphère.
L’excès sphérique ε étant toujours très petit, la surface S est calculé par des formules approchées de
trigonométrie plane, par exemple, 2.S = a.b.sinC ou autre. Les angles du triangle plan équivalent
sont diminués de ε/3 (voir l’application 1).

20
Application 1. La surface terrestre est proche d’un ellipsoïde de révolution dont le rayon de cour-
bure moyen en un lieu de latitude φ est donné par (équation 2.16) :

a 1 − e2
R= (2.16)
1 − e2 sinφ

a et e sont des paramètres de définition de l’ellipsoïde (demi-grand axe et excentricité).

Table 2.1 – Paramètres de quelques ellipsoïdes de référence

L’assimilation locale de la terre à une sphère de rayon moyen R et l’approximation de la formule


donnant l’excès sphérique conduisent à des erreurs sur les côtés des triangles qui sont de l’ordre du
centimètre pour des côtés de 180 km, donc largement négligeables pour des mesures courantes.

Travail Dirigé 5. Calculez l’excès sphérique d’un triangle équilatéral de 20 km de côté situé à
Lubumbashi à une latitude de -11.25o .

2.4 Extension de certaines formules aux polygones


2.4.1 Quadrilatères
Surface d’un quadrilatère (équations 2.17) :

21
Figure 2.12 – Surface d’un quadrilatère

q
S = (p − a)(p − b)(p − c)(p − d)
S = pr
avec
a+b+c+d
p= (2.17)
2

2.4.2 Polygones quelconques


Somme des angles internes d’un polygone La somme des angles internes d’un polygone de n

Figure 2.13 – Somme des angles internes d’un polygone

côtés vérifie la relation suivante (équation 2.18 ) :

i=n
X
αi = (n − 2) × 200gon (2.18)
i=1

22
Figure 2.14 – Surface d’un polygone dont les sommets sont connus en coordonnées cartésiennes

Systèmes des coordonnées

Surface d’un polygone quelconque dont les sommets sont connus en coordonnées car-
tésiennes x,y

Soit un polygone de n sommets dont chacun est connu par ses coordonnées rectangulaires (Xi ;
Yi ). La figure 2.14 présente un exemple avec n = 4. La surface de ce polygone s’exprime de deux
manières équivalentes (équations 2.19) :

1 i=n
X
S= Xi (Yi−1 − Yi+1 )
2 i=1
1 i=n
S0 =
X
Yi (Xi−1 − Xi+1 )
2 i=1
(2.19)

Travail Dirigé 6. Le polygone suivant est défini par les coordonnées locales de ses sommets expri-
mées en mètre dans le tableau suivant. Calculez sa superficie au centimètre carré près.

Surface d’un polygone quelconque dont les sommets sont connus en coordonnées po-
laires

Un appareil du type théodolite stationné au point S permet d’effectuer les lectures des angles αi
sur les sommets du polygone. Si on mesure ensuite (par exemple au ruban) la distance horizontale
du point S à chacun des sommets, on connaît ces sommets en coordonnées polaires topographiques
(Dh , α) dans le repère (S, X, Y ), l’axe des ordonnées Y étant la position du zéro du cercle hori-
zontal du théodolite.
Attention : ces coordonnées polaires sont particulières à la topographie puisque le zéro des angles

23
est placé sur l’axe des ordonnées Y et leur sens de rotation est horaire. Les coordonnées polaires
mathématiques placent le zéro des angles sur l’axe des abscisses X avec des angles tournant posi-
tivement en sens trigonométrique (ou inverse horaire). On découpe la surface totale du polygone

Figure 2.15 – Surface d’un polygone dont les sommets sont connus en coordonnées polaires

de n côtés en n triangles partant tous du sommet S. On peut en déduire la surface en projection


horizontale d’un polygone de n côtés par la formule suivante (équation 2.20 ) :

1 i=n
X
S= Dhi × Dhi+1 × sin(αi+1 − αi ) (2.20)
2 i=1

Travail Dirigé 7. Calculez la surface du polygone (A-B-C-D-E) levé en coordonnées polaires to-
pographiques à partir de la station S . Ces coordonnées sont données dans le tableau suivant :

Formule de Sarron

Soit un polygone de n côtés. Si l’on connaît la longueur de n − 1 côtés et la mesure des n − 2


angles entre ces côtés, on peut calculer la surface du polygone par la formule :

1 ˆ + adsinad
ˆ + ...
S = (absinab
2
ˆ + bdsinbd
bcsinbc ˆ + ...
ˆ + ...
cdsincd
(2.21)

24
Figure 2.16 – Formule de Sarron

Travail Dirigé 8. Calculez la surface du polygone ABCDE sur lequel les mesures suivantes ont été
effectuées :
— Côté AB = 12,32 m Angle ABC = 113,656 gon
— Côté BC = 28,46 m Angle BCD = 97,127 gon
— Côté CD = 25,52 m Angle CDE = 116,632 gon
— Côté DE = 31,59 m.

Formule de Simpson

Cette formule, peu utilisée en topographie, permet d’introduire et donc de comprendre la formule
des trois niveaux. Soit à calculer la surface délimitée par l’arc de parabole AC (d’axe vertical) et
l’axe des abscisses X. L’arc est découpé en deux parties AB et BC telles que les projections de A,
B et C sur l’axe des abscisses X soient équidistantes d’une valeur h.
On utilise la propriété de la parabole suivante : la surface délimitée par l’arc de parabole ABC et
la droite AC est égale au deux tiers de la surface du parallélogramme circonscrit ADEC ; la surface
hachurée FABCG a donc pour valeur en généralisant à une suite de n intervalles équidistants de h :

Figure 2.17 – Formule de Simpson

h X X
S= (h1 + hn+1 + 4 hpair + 2 himpair (2.22)
3
Le nombre n d’intervalles doit être pair. S’il est imposé impair, le dernier tronçon est calculé à part
(par exemple en le divisant en deux). On peut appliquer cette formule à la détermination de la
superficie délimitée par une courbe quelconque découpée en n tronçons égaux. Plus le découpage
est serré, meilleure est la précision.

25
Travail Dirigé 9. Calculez la surface délimitée par la courbe C et la droite D (fig. 9). Cha-
cun des 14 tronçons de courbe de largeur h = 45,025 m est assimilé à un arc de parabole :

26
Chapitre 3

NOTIONS DE PROGRAMMATION

3.1 Structuration
L’ensemble des logiciels de la suite Microsoft Office utilise un langage de programmation intégré
appelé "Visual Basic for Applications (VBA)". C’est le Visual Basic simplifié.
Il y a trois façons d’accéder à l’environnement de développement :
1. Fichier → options→ Personnaliser le ruban→ Développeur → Visual Basic ;
2. Alt + F11 ;

3. Click droit sur un onglet d’une feuille Excel + Visualiser le code


La figure 3.1 montre l’environnement de développement de VBA.
L’explorateur va afficher l’ensemble des projets en cours. Chaque classeur contient un projet.
Un projet contient des modules de codes, c’est-à-dire des unités logiques pouvant contenir du code.
Par défaut, il y a un module de code par feuilles contenues dans le classeur et un module pour le
classeur intitulé "ThisWorkbook".
Il est possible d’ajouter aux projets des modules suplémentaires qui peuvent être de trois types
(figure ) :
— Les modules standards ;

27
Figure 3.1 – Environnement de développement de VBA

— Les formulaires ("UserForms) ;


— Les modules de classe.
A l’exception des modules standards, tous les autres modules sont dit modules objets c’est-
a-à-dire acceptant la déclaration de variables objets sensibles aux évènements ; c’est-à-dire qui
gèrent du code évènementiel.
Le code Visual Basic est toujours contenu dans un module. Il peut être contenu dans plusieurs
modules du même projet en suivant les règles suivantes :
1. Le code générique, le code mettant en cause plusieurs objets du classeur, les fonctions acces-
sibles dans tout le projet doivent être dans un module standard ;
2. Les UserForms ne contiennent que le code de leur propre fonctionnement et éventuellement
la fonction d’appel ;
3. Chaque classe est dans un module de classe distinct ;
4. Le module ThisWorkbook ne contient que le code événementiel du classeur et les fonctions
privées éventuelles ;
5. Chaque module de feuille ne contient que le code évènementiel de la feuille et les fonctions

28
Figure 3.2 – Ajout des modules VBA

privées éventuelles ainsi que le code évènementiel des objets sensibles aux évènements qu’elle
contient ;
6. On peut utiliser plusieurs modules standards pour regrouper les fonctionalités connexes.
La partie haute du module située entre la déclaration des options et la définition de la première
procédure est appelée entête de module. C’est dans cette partie que sont déclarées les variables

29
globales, les déclarations d’API 1 , les types utilisateurs globaux,...

3.2 Variables
3.2.1 Déclaration
En développement, on entend par variable une donnée définie dans un contexte donnée ayant un
type défini. Autrement dit, une variable est la représentation d’une valeur au sens large du terme.

Définition 8. On appelle déclaration le fait de définir la variable avant de l’utiliser. Le Dimen-


sionnement est le fait de donner un type à une variable.

La déclaration des variables en Visual Basic est de la forme :

Syntaxe 1. Instruction de déclaration - Nom de la variable - As - Type de la variable

Exemple 2. Dim temperature As Double


Dim nom As String, prenom As String

Code VB Dim temperature As Double


Français Crée une variable de nom temperature en tant que décimale
Le type d’une variable c’est la détermination du genre de valeur que la variable peut contenir. En
VBA 2 toutes les variables possèdent le type Variant par défaut, appelé parfois type universel. Les
types des données utilisés en VBA sont (tableau 3.1) : Il est possible de définir des types composites,

Table 3.1 – Types de données VB


Nom Taille (0) Conversion
Byte 1 CByte
Boolean 2 CBool
Integer 2 CInt
Long 4 CLng
Single 4 CSng
Double 8 CDbl
Currency 8 CCur
Decimal 14 CDec
Date 8 CDate
Object 4
String (fixe) Nombre caractères
String (var) 10+ nombre caractères Cstr
Variant (nombre) 16 Cvar
Variant (chaîne) 22+ nombre caractères CVar

appelés types utilisateurs à l’aide de l’instruction :


1. Application Programming Interface ou fonctions systèmes
2. Visual Basic pour Application

30
Syntaxe 2. Portée Type Nom type
Element1 As Type
Element2 As Type
...
End Type
Une énumération est un groupement de constantes entières connexes. Elle est toujours déclarée
au niveau du module. L’intérêt repose surtout surtout sur la lisibilité du code. Elle se déclare comme
suite :
Syntaxe 3. Portée Enum Nom
Nom membre = constante entière
Nom membre = constante entière End Enum
Le type object est utilisé lorsque l’on ne sait pas ce que va contenir notre variable. Il peut donc
contenir des mots, des nombres, etc.
Exemple 3. Dim MonObjet As Object
Dans la déclaration des variables, il faut tenir compte des remarques suivantes :
— le nom d’une variable ne peut contenir d’espaces ; privilégiez plutôt un « _ » (underscore) ou
une majuscule à chaque « nouveau mot », mais en liant le tout (comme dans mon exemple) ;
— une variable ne peut pas avoir comme nom un type ou le nom d’une boucle. Par exemple,
si vous appelez votre variable « date », une erreur se produira car le type date existe déjà.
D’une manière générale, une variable ne doit pas porter le nom d’un mot-clé ;
— le nom d’une variable est unique : si vous déclarez deux variables par le même nom, une
erreur se produira.
Les constantes sont des variables qui ne varient pas. Elles se déclarent l’aide de l’instruction
Const.
Public Const PI As Double = 3.14159.

3.2.2 Portée
Définition 9. La portée d’une variable parfois appelée visibilité, défini les limites d’accessibilité
d’une variable. Les instructions de déclaration sont résumées dans le tableau 3.2.

3.2.3 Opérateurs
Les opérateurs servent à réaliser des opérations.
L’opérateur & permet de concaténer (réunir) deux chaînes.
En Visual Basic, les mêmes opérateurs servent pour la logique et la logique binaire.
A la différence d’autres langages, VBA utilise le même opérateur pour l’affectation et pour
l’égalité.

31
Table 3.2 – Instruction de déclaration de la portée des variables
Instruction Déclaration Commentaires
Private Module Visible par tout le code du module mais
inaccessible depuis un autre module
Public Module (stantard) Visible par tout le code du projet et
ne se déclare que dans les modules standard
Dim Fonction Uniquement dans la fonction où elle est déclarée.
Équivaut à Private au niveau du module
Static Fonction Uniquement dans la fonction où elle est déclarée.
N’est pas détruite à la fin de la fonction

Table 3.3 – Opérateurs arithmétiques


Opérateur Commentaires
+ Addition de deux nombres
- Soustraction de deux nombres
* Multiplication de deux nombres
Division de deux nombres, le dénominateur ne peut être nul
Division entière
Élévation à la puissance du nombre de gauche par celui de droite
Mod Renvoi le reste de la division du nombre de gauche par celui de droite

Table 3.4 – Opérateurs de comparaison


Opérateur Commentaires
< Inférieur à
<= Inférieur ou égale à
> Supérieur à
>= Supérieur ou égal à
= Égal à
<> Différent de

Table 3.5 – Opérateurs logiques


Opérateur Commentaires
And Vérifie que les deux expressions sont vraies
Or Vérifie qu’au moins une des deux expressions est vraie
Eqv Vérifie que les deux expressions renvoient le même résultat
XOr Vérifie que les deux expressions renvoient un résultat différent
Imp Vérifie que si l’expression1 est vraie, l’expression2 doit l’être aussi
Not Applique la négation logique

3.2.4 Commentaires
Les commentaires vont nous servir à éclaircir le code. Ce sont des phrases ou des indications que
le programmeur laisse pour lui-même ou pour ceux qui travaillent avec lui sur le même code.
Une ligne est considérée comme commentée si le caractère « ’ » (autrement dit, une simple

32
quote) la précède ; une ligne peut aussi n’être commentée qu’à un certain niveau.

3.2.5 Énumérations et collections


Un objet Collection est un jeu d’éléments indexés auxquels il peu être fait référence comme
s’ils constituaient un ensemble unique. Chaque élément d’une collection (appelés membre) peut
être retrouvé à l’aide de son index. Les membres n’ont pas obligatoirement le même type, bien que
ce soit presque toujours le cas dans les collections du modèle objet Excel.
Une collection présente toujours une propriété Count qui renvoie le nombre d’éléments, deux
méthodes Add et Remove qui permettent d’ajouter ou de supprimer un élément, et une méthode
Item qui permet de renvoyer un élément en fonction de son Index. L’Index peut parfois être indif-
féremment un numéro d’ordre et/ou un nom.
Il existe une boucle particulière qui permet de parcourir tous les éléments d’une collection, la
boucle For Each ... Next appelée aussi énumération de la forme :

Syntaxe 4. For Each élément In Collection


⇒⇒Traitement
⇒⇒[Exit For]
⇒⇒[Traitement]
Next élément

Exemple 4. Enumération
Public Enum Mois
Janvier = 1
Février = 2
Mars = 3
Avril = 4
Mai = 5
Juin = 6
Juillet = 7
Aout = 8
Septembre = 9
Octobre = 10
Décembre = 11
Décembre = 12
End Enum

Exemple 5. Public Sub DemoCollection()


⇒⇒ Dim MaCol As New Collection
⇒⇒ MaCol.Add 1

33
⇒⇒ MaCol.Add "Démo"
⇒⇒ MaCol.Add True
⇒⇒ For Each Enumerateur In MaCol
⇒⇒⇒ MsgBox Enumerateur ⇒⇒⇒ If IsDate(Enumerateur) Then Exit For
⇒⇒ Next Enumerateur
End Sub

Le modèle objet Excel expose un grand nombre de collection.

3.2.6 Tableaux
Il va généralement nous servir à stocker plusieurs valeurs ; s’il s’agit seulement d’entrer un
nombre à l’intérieur, cela ne sert à rien. Par exemple, dans une boucle qui récupère des valeurs, si
on demande dix valeurs et qu’on fait une boucle, on saisit les valeurs dans un tableau.

Définition 10. On appelle tableau, un ensemble d’éléments, indexés séquentiellement, ayant le


mémé type de données. Un tableau peut posséder jusqu’à 60 dimensions en Visual Basic.

Les déclarations des tableaux suivent les règles suivantes :


— les tableaux statiques doivent définir leurs nombres d’éléments dans chaque dimension lors
de leur déclaration :
Exemple 6. Dim TabEntier(15) As Integer
Dim TabString(10,10) As String
— En VB, les tableaux peuvent avoir par défaut comme plus petit indice, 0 ou 1. On définit
cela en précisant l’Option Base en tête de module :
Exemple 7. Option Explicit
Option Base 1
Private TabString(10) As String
— VB permet la déclaration explicite des limites de chaque dimension à l’aide de la clause To :
Exemple 8. Dim TabBool(1 To 10) As Boolean
Dim TabSingle(5 To 15, 3 To 8, 2 To 7) As Single
— Tous les éléments d’un tableau sont de même type. Cependant, comme un tableau peut être
de type Variant, un tableau peut contenir tout type de données, y compris des objets ou
d’autres tableaux.
— Les tableaux dynamiques se déclarent sans préciser les dimensions mais avec les parenthèses :
Exemple 9. Dim TabDynamique() As Single
— On utilise l’instruction ReDim pour modifier la taille d’un tableau dynamique, que ce soit
le nombre d’éléments ou le nombre de dimensions :
Exemple 10. ReDim TabDynamique(1 To 10)
ReDim TabDynamique(1 To 5,1 To 5)

34
— Le redimensionnement engendre la perte des données contenues. Pour conserver ces données,
on utilise le mot clé Preserve :
Exemple 11. Dim TabDynamique() As Single
ReDim TabDynamique(1 To 5,1 To 5)
TabDynamique(1 , 1)=2.54
ReDim Preserve TabDynamique(1 To 5,1 To 6)
MsgBox TabDynamique(1,1)
Comment écrire dans un tableau ?
Vous avez par exemple votre tableau de cinq cases (dimension 4) ; pour écrire dans la case 0 (soit,
la première case), on écrit ceci :

Exemple 12. MonTableau(0) = 10

Exemple 13. Dim MonTableau(3,4) As Integer

Exemple 14. MonTableau(0,0) = 10

Il est bien important que vous vous représentiez mentalement de manière visuelle la façon dont
laquelle est construit un tableau à plusieurs dimensions, pour comprendre comment agir.
Un tableau à deux dimensions peut servir comme tableau à doubles entrées, par exemple et un
tableau à 3 dimensions comme celui à triple entrée. Soit un tableau de trois cases de profondeur (le
premier nombre), de quatre lignes (le second nombre) et de cinq colonnes (le dernier nombre).

Exemple 15. Dim MonTableau(2,3,4) As Integer

3.2.7 Blocs
L’instruction With ... End With est l’instruction de bloc Visual Basic. L’instruction de bloc
permet de faire référence à un objet une seule fois pour tout le bloc de ligne de codes qu’il contient.
Ceci permet une augmentation de vitesse du code puisque la référence n’est résolue qu’une fois et
une meilleure lisibilité.

Exemple 16. Dim Valeur As Variant


With Range("B2")
⇒⇒⇒.Font.ColorIndex = 7
⇒⇒⇒.Interior.ColorIndex =5
⇒⇒⇒Valeur = .Value ⇒⇒⇒.BorderAround ColorIndex :=3, Weight :=xlThick
⇒⇒⇒.FormulaLocal = "=Somme(A1 :A10)"
End With

Exemple 17. With Workbooks("Classeur1").Worksheets("Feuil1").Cells(2,2)


⇒⇒.FormulaLocal = "=Somme(A1 :A10)"

35
⇒⇒With .Font
⇒⇒⇒.Name = "Arial"
⇒⇒⇒.Bold = True
⇒⇒⇒.Size = 8
⇒⇒End With
⇒⇒With .Interior
⇒⇒⇒.ColorIndex = 5
⇒⇒⇒.Pattern = xlPatternCrissCross
⇒⇒End With
End With

3.2.8 Structures
Définition 11. Une structure est un assemblement de plusieurs variables.

Exemple 18. Structure FicheLivre


⇒⇒⇒Dim ID As Integer
⇒⇒⇒Dim Titre As String
⇒⇒⇒Dim Auteur As String
⇒⇒⇒Dim Genre As String
End Structure

C’est au moment de la déclaration que l’on décide si l’on souhaite un tableau de structure ou
une simple structure :

Exemple 19. ’Déclare une simple structure Dim MaStructure As FicheLivre ’Déclare un tableau
de structure Dim MonTableauDeStructure(9) As FicheLivre

3.3 Structures algorithmiques


3.3.1 Tests
Je vous donne un exemple : imaginez que vous souhaitez que votre application effectue une
action uniquement si le nombre entré est égal à 10, ou une autre tant qu’il est égal à 10.
« If », mot anglais traduisible par « si ».
Une ligne commençant par If est toujours terminée par Then, ce qui signifie « Si, alors ». C’est
entre ces deux mots que vous placez la condition souhaitée. En clair, If , Then et End If sont
indissociables.

Exemple 20. If MaVariable = 10 Then


⇒⇒⇒MaVariable = 5

36
End If
Code VB If MaVariable =10 Then
Français Si MaVariable est égale à 10 alors

« Else », mot anglais traduisible par « sinon ».


« Sinon », il faut y penser des fois pour gérer toutes les éventualités. Le Else doit être placé dans
un test If , donc entre le Then et le End If.

Exemple 21. If MaVariable = 10 Then


⇒⇒⇒’Code exécuté si MaVariable = 10
Else ⇒⇒⇒’Code exécuté si MaVariable est différente de 10
End If

Si vous voulez un cas particulier et non le reste des autres cas de votre condition, il existe le
ElseIf ( sinon, si).

Exemple 22. If MaVariable = 10 Then


⇒⇒⇒’Code exécuté si MaVariable = 10 ElseIf MaVariable = 5 Then
⇒⇒⇒’Code exécuté si MaVariable = 5
ElseIf MaVariable = 4 Then
⇒⇒⇒’Code exécuté si MaVariable = 4
ElseIf MaVariable = 2 Then
⇒⇒⇒’Code exécuté si MaVariable = 2
Else
⇒⇒⇒’Code exécuté si MaVariable est différente de 10 et de 5
End If

Mais pour ce qui est, par exemple, du cas d’un menu, vous avez dix choix différents dans votre
menu. Comment faire ? Il faut utiliser l’instruction Select.

Exemple 23. Select Case MaVariable


⇒⇒Case 1
⇒⇒⇒’Si MaVariable = 1 ⇒⇒Case 2
⇒⇒⇒’Si MaVariable = 2
⇒⇒Case Else
⇒⇒⇒’Si MaVariable <> 1 et <> 2
End Select
Code VB Select Case MaVariable
Français Sélectionne dans quel cas MaVariable

Choose renvoie une valeur d’une liste de choix en fonction de l’index passé en premier argument,
de la formule :

37
Définition 12. Choose
Choose(Index, Choix1, Choix2,..., Choixn)

Exemple 24. Private Function SelectionCouleur(ByVal Index As Integer) As String


⇒⇒SelectionCouleur = Choose(Index, "Noir", "Blanc", "Rouge", "Vert", "Bleu", "Jaune")
End Function

Index doit forcément être compris entre 1 et le nombre de choix de la liste, sinon Choose
renverra Null.

3.3.2 Boucles
Définition 13. En programmation, on appelle boucle un espace dans lequel le programme reste
pendant un temps choisi, c’est-à-dire qu’il tourne en rond. On distingue en algorithmique :
— les boucles conditionnelles traduite en VB par : While, Do While et
— le parcours de séquence traduite par : For

« While », mot anglais traduisible par « tant que ».

Exemple 25. While MaVariable = 10


⇒⇒⇒’Exécuté tant que MaVariable = 10
Code VB While MaVariable =10
End While
Français Tant que MaVariable est égale à 10
En clair, le programme arrive au niveau de l’instruction While, vérifie que la condition est vraie
et, si c’est le cas, entre dans le While puis exécute les lignes qui se trouvent à l’intérieur ; il arrive
ensuite au End While et retourne au While. Cela tant que la condition est vraie.
Si je veux passer au moins une fois dans la boucle même si la condition est fausse, comment
dois-je faire ? On utilise la boucle Do While. À l’instar du While, le Do While (traduisible par
« faire tant que ») passe au moins une fois dans la boucle.

Exemple 26. Do
⇒⇒⇒’Instruction exécutée au moins une fois
Loop While MaVariable = 10

Il existe un autre mot qui se met à la place de While. Ce mot est Until. Il signifie : « passe tant
que la condition n’est pas vraie » (le While est utilisé seulement tant que la condition est vraie).

Exemple 27. Do
⇒⇒⇒’Instruction exécutée au moins une fois
Loop Until MaVariable = 10

« For », mot anglais traduisible par « pour ».


For est indissociable de son To, comme un If a son Then. For To a un Next (qui correspond à
peu près au End If ). Si je souhaite effectuer une instruction dixfois de suite, je vais écrire ceci :

38
Exemple 28. Dim x As Integer = 0
While x <> 10
⇒⇒⇒’Instruction à exécuter 10 fois ⇒⇒⇒x = x + 1 ’Augmente x de 1
End While

For remplace ce code par celui-ci :

Exemple 29. Dim x As Integer


For x = 1 To 10
⇒⇒⇒’Instruction à exécuter 10 fois
Next

Exemple 30. For x As Integer = 1 To 10


⇒⇒⇒’Instruction à exécuter 10 fois
Next

Exemple 31. For x As Integer = 1 To 10 step 2


⇒⇒⇒’Instruction à exécuter 10 fois
Next

For Each, traduisible par « pour chaque ».


La boucle For Each permet de parcourir un tableau (un peu à la manière du For traditionnel) et
de récupérer les valeurs.

Exemple 32. For Each ValeurDeMonTableau As Integer In MonTableau


⇒⇒If ValeurDeMonTableau < 10 Then
⇒⇒⇒’
⇒⇒End If
Next

Ce qui se traduit en français par ceci : « Pour chaque ValeurDeMonTableau qui sont des entiers
dans MonTableau ». On ne peut pas assigner de valeurs dans un For Each, seulement les récupérer.

3.4 Procédures et fonctions


3.4.1 Déclaration
Définition 14. Procédure
On appelle procédure (méthode dans le cas des objets) un ensemble d’instructions s’exécutant comme
une entité. Tout code exécutable est obligatoirement dans une procédure. En VBA, une procédure se
définit quand on la déclare. Lorsqu’une procédure renvoie une valeur, on l’appelle alors fonction.
Pour la fonction, on utilise l’instruction Function au lieu de Sub, et qu’on précise généralement
le type renvoyé.

39
La définition est toujours constituée telle que :
— un mot clé définissant la portée ;
— l’instruction Sub ;
— le nom de la procédure ;
— éventuellement la liste des arguments.

Exemple 33. Public Sub Encadrement()

Exemple 34. Public Function CalculPerimetre() As Double

Comme la définition et la déclaration ont lieu en même temps,cette ligne doit être suivie par la
ou les lignes de code composant la procédure et finir par l’instruction End Sub ou End Function.

3.4.2 Arguments
Souvent appelés paramètres, les arguments sont des variables (au sens large du terme) que l’on
communique à la procédure. Les arguments se déclarent lors de la définition de la procédure. Les
paramètres suivent les règles de déclaration suivantes :
— un mot clé spécifique à la déclaration d’arguments ;
— le nom de l’argument ;
— son type ;
— éventuellement sa valeur.

Exemple 35. Private Function CalculSurfaceCercle(ByVal Rayon As Decimal) As Decimal


⇒⇒⇒A = 3.14*(Rayon2̂)
⇒⇒⇒Return A
End Function

La ligne Return A est très importante car c’est elle qui détermine le retour : si vous n’écrivez
pas cette ligne, aucun retour ne se fera.

ByRef et ByVal

Une variable est un emplacement mémoire qui contient quelque chose. Au sens strict, il s’agit
d’une adresse mémoire. Cependant à chaque instant, elle a aussi une valeur qui elle, est l’information
qu’on utilise.
Si on désire pouvoir modifier la valeur d’un argument au sein d’une fonction et répercuter ces
modifications dans le code appelant, on dit qu’on passe la variable par référence, c’est à dire
que l’argument contient l’adresse de la variable. Si on souhaite que les modifications ne soient pas
répercutées, on passe l’argument par valeur c’est à dire en copiant la valeur dans une variable
locale.

40
Exemple 36. Private Sub CalculPerimetre(ByRef longueur As Decimal, ByVal largeur As Deci-
mal)
CalculPerimetre = longueur * largeur
End Sub

La variable passée par référence est modifiée par la procédure tandis que celle passée par valeur
ne l’est pas. De manière générale, on suit les règles suivantes :
— les valeurs simple (nombres, chaînes, dates, ...) sont transmises par valeur ;
— les objets et les tableaux sont transmis par référence ;
— on utilise parfois des variables globales pour modifier une valeur qu’un argument passé par
référence.

Optional

Ce modificateur précise que l’argument est optionnel, c’est à dire qu’il peut être transmis comme
il peut ne pas l’être. Les règles suivantes s’appliquent :
— lorsqu’un argument est marqué comme optionnel, tout les arguments qui le suivent dans la
déclaration doivent être marqués comme étant optionnels ;
— les arguments optionnels ne peuvent pas être utilisés en même temps que les tableaux d’ar-
guments (ParamArray ;
— l’absence du paramètre peut être testé avec la fonction IsMissing si son type n’est pas un
type valeur,
— les arguments optionnels peuvent avoir une valeur par défaut. Dans ce cas IsMissing renvoie
toujours False.

3.4.3 Commenter des fonctions


Placez-vous sur la ligne juste avant la fonction. Ajoutez ensuite trois quotes : « ”’ ». Des lignes
vont s’afficher. Ces lignes permettent de commenter la fonction : dans summary, expliquez briève-
ment le rôle de la fonction ; dans les paramètres, précisez à quoi ils correspondent ; et dans la valeur
de retour, indiquez ce que la fonction retourne.

Exemple 37. ”’ <summary>


”’ Additionne les valeurs passées en argument
”’ </summary>
”’ <param name="Valeur1">Première valeur à additionner</param>
”’ <param name="Valeur2">Seconde valeur à additionner</param>
”’ <param name="Valeur3">Troisième valeur à additionner, Optionnel</param>
”’ <returns>L’addition des arguments</returns>
”’ <remarks></remarks>

41
3.4.4 Instructions et règles d’appel
Pour appeler une fonction ou une procédure depuis un autre point du code, il faut d’abord
et avant tout que sa portée le permette, c’est à dire qu’elle soit visible depuis le point d’appel.
Autrement dit, vous ne pouvez pas appeler une fonction déclarée Private dans un formulaire à
partir d’une procédure d’un module standard.
L’appel classique consiste à écrire le nom de la procédure suivi de la liste des arguments en
suivant les règles suivantes :
— si une procédure est appelée, on tape son nom suivi de la liste des arguments séparés par des
virgules ;
— si une fonction est appelée, on tape son nom suivi de la liste des arguments entre parenthèses,
séparés par des virgules.
On utilise parfois l’instruction Call pour appeler une procédure ou une fonction dont on ne souhaite
pas récupérer la valeur de retour. Dès lors qu’on utilise Call, la liste des arguments doit être mise
entre parenthèse.

Exemple 38. Private Sub ExempleSub(Arg1 As Integer)


MsgBox Arg1
End Sub
Private Function ExempleFunction(Arg1 As Integer) As String
ExempleFunction = CStr(Arg1)
End Function
Public Sub TestAppel()
’Appel classique
ExempleSub 12
’Appel avec Call
Call ExempleSub(12)
’Appel de fonction
MsgBox ExempleFunction(12)
’Valeur de retour ignorée
Call ExempleFunction(12)
End Sub

3.4.5 Objets
Définition 15. Un objet est un ensemble code/données se comportant comme une entité unique
et cohérente.

Lorsqu’on doit instancier un objet par le code, on utilise le mot clé New. Pour affecter une
variable de type objet, on utilise le mot clé Set.

42
Un objet expose une interface constituée de méthodes, de propriétés et d’événements, tout cela
compose les membres de l’objet. Un objet possède donc des propriétés définissant son état et des
fonctionnalités qui sont ses méthodes. Il possède par ailleurs un type issu de la classe qui le définit.
Une classe est l’ensemble du code qui définit un type d’objet. L’objet étant l’instance d’une classe,
il doit être instancié. Lorsque l’on doit instancier un objet par le code, on utilise le mot clé New
ou dans certains cas une méthode fournit par un autre objet. Nous reviendrons sur un chapitre
consacré aux objets en parlant ici que de la manipulation.
Pour pouvoir utiliser un objet, vous devez accéder soit à l’objet directement, soit à une variable
y faisant référence. A la différence des valeurs, on doit utiliser le mot clé Set pour affecter une
variable objet. Pour utiliser un membre de l’objet, on utilise l’opérateur "." (Point). La nature du
membre va définir la syntaxe à utiliser.

Exemple 39. Sub DemoObjet()


Dim Classeur As Workbook
Set Classeur = ActiveWorkbook
ActiveWorkbook.Date1904 = True
Classeur.Protect Password :="MotDePasse"
ActiveWorkbook.Unprotect "MotDePasse"
Dim NomFeuille1 As String
NomFeuille1 = Classeur.Worksheets(1).Name
ActiveWorkbook.ActiveSheet.Delete
Workbooks.Add
End Sub

3.4.6 Enregistreur de macro


L’enregistreur de macro est un utilitaire d’écriture de code contenu dans l’application office. On

l’utilise en sélectionnant Affichage + macros+ enregistrer une macro


Le code généré suit strictement les actions de l’utilisateur.
L’enregistreur de macro est utile pour retrouver une syntaxe ou pour examiner les méthodes
utilisées lors d’un enchainement d’action.

43
3.5 Modèle objet
Cette partie ne présente que peu de difficultés par rapport aux bases du langage que nous avons
vu dans la première partie. Les quelques difficultés de la manipulation du modèle Excel viennent
de trois sources :
— Une mauvaise compréhension de la manipulation des objets ;
— Une mauvaise représentation de la structure hiérarchique de MS Excel, de Golden Surfer ou
un autre logiciel utilisant le Visual Basic ;
— Quelques ambiguïtés dans le modèle.

3.5.1 Glossaire
Nous allons d’abord définir quelques termes de base .
Définition 16. Objet
Groupe de code et de données réagissant comme une entité. La plupart des objets que nous allons
voir dans le modèle Excel ont une représentation graphique (dans le sens visuel) ce qui les rend plus
facile à apprehender. Ainsi, le classeur, la feuille, la (ou les) cellules(s) ou le graphique sont des
objets en tant que tels.
Définition 17. Méthode
Dans la théorie objet, tous les membres d’un objet sont des méthodes. Dans le jargon courant, les
méthodes sont les fonctions ou les procédures d’un objet influant sur celui-ci. Lorsqu’elles n’influent
pas sur lui on les appelle souvent fonctions ce qui ne simplifie pas les choses.
Définition 18. Propriété
Méthode particulière renvoyant ou définissant les champs (les caractéristiques) d’un objet. Les pro-
priétés s’utilisent donc comme les variables, c’est à dire qu’on lit ou qu’on affecte leurs valeurs.
Certaines propriétés, dites en lecture seule n’autorisent pas l’affectation de valeurs.
Définition 19. Évènement
Un évènement est un signal émis par un objet généralement lors d’une interaction ou d’un change-
ment d’état de celui-ci. Ce signal peut être intercepté à l’extérieur de l’objet par des procédures ayant
une signature définie par l’évènement. On appelle alors ces procédures des gestionnaires d’évène-
ments.
Définition 20. Interface
En VBA, c’est l’ensemble des membres publiques d’un objet. On entend par membre, les méthodes,
les propriétés et évènements d’un objet.
Définition 21. Collections
Au sens strict, une collection est un jeu d’éléments indexés de tous types. Dans le modèle objet
d’Excel, les collections renvoient uniquement des objets de même type à l’exception de la collection
Sheets.

44
3.5.2 Aides dans l’éditeur
Vu la densité du modèle objet, il serait presque impossible d’avoir une vision simple des interfaces
de chaque objet. L’explorateur d’objets ("Browse Object") vous permet cette manipulation.

3.5.3 Manipulation d’objets


Durée de vie et portée

Un objet doit toujours être créé (en jargon on dit instancié) et détruit (là on dit finalisé). Le
moment entre ces deux évènements est la durée de vie d’un objet. Vous ne pouvez utiliser un objet
que pendant sa durée de vie et uniquement dans sa portée c’est à dire d’un endroit où il est visible
selon qu’il soit Public ou Private.
On crée un objet de deux manières en VB :
1. à l’aide du mot clé New , soit dans la déclaration, soit dans une instruction de code.
Exemple 40. Sub TestObjet()
⇒⇒ Dim MaCollection As New Collection
⇒⇒ MaCollection.Add "élément1"
⇒⇒ MaCollection.Add "élément2"
End Sub

2. à l’aide de la fonction CreateObject. Elle suit le modèle suivant :


Syntaxe 5. Function CreateObject (Class As String, [ServerName As String])

où l’argument Class est formé par le couple appname.objecttype où appname est le nom de
l’application qui crée l’objet et objecttype le type de l’objet créé.
Lorsque vous manipulez Excel par du code VBA, il existe forcément une instance de l’application
Excel en cours et un classeur en cours, celui qui contient votre code. Si à un quelconque moment
vous instanciez l’objet application, vous allez créer une deuxième instance d’Excel. Pour vous en
convaincre, il suffit d’exécuter le code suivant :

Exemple 41. Sub TestObjet()


⇒⇒Dim xlApp As Excel.Application
⇒⇒’récupère l’instance en cours d’Excel
⇒⇒Set xlApp= Application
⇒⇒’lance une deuxième fois Excel
⇒⇒Set xlApp = New Application
⇒⇒xlApp.Visible = True

Comme Excel suit un modèle hiérarchique, il ne va pas vous laissez instancier un des objets
enfants de l’objet application, puisque par exemple il ne peut exister une feuille qui ne soit pas

45
membre d’un classeur. Ainsi pour créer une feuille, on utilise une méthode de l’objet Workbook
telle que :

Exemple 42. Dim Feuille Ass Worksheet


⇒⇒ Set Feuille = ThisWorkbook.Sheets.Add()

Ce code ajoute bien une nouvelle feuille au classeur, c’est c’est Excel qui s’est chargé d’instancier
l’objet.

Qualification et manipulation des membres

La qualification, c’est le chemin exact d’un membre spécifique d’un objet défini. La première
erreur à ne pas commettre est de confondre le qualificateur et le type. Par exemple si nous écrivons :

Exemple 43. Dim Police As Excel.Font


Set Police =ThisWorkbook.Worksheets(1).Range("A1").Font

Le type de la variable ’Police’ est Excel.Font ( ou Font car Excel peut être omis dans la décla-
ration) alors que le qualificateur, c’est à dire la désignation d’un objet Font défini est ThisWork-
book.Worksheets(1).Range("A1").
On utilise l’opérateur . (Point) pour la qualification, sous la forme Objet.Membre. Evidem-
ment, si le membre renvoie un objet, on peut écrire Objet.Membre.Membre et ainsi de suite.

Gérer les références

Dans la programmation Excel, on travaille sur des objetx existants. Excel maintient un cer-
tain nombre de références temporaires, tel que le classeur actif ou la feuille active. Ces références
temporaires dans Excel s’appellent :
— ActiveCell ;
— ActiveChart ;
— ActiveSheet ;
— ActiveWindow ;
— ActiveWorkbook ;
— Selection.
Les membres suivant lorsqu’ils sont utilisés sans qualificateur renvoient à l’objet actif et pré-
sentent les mêmes inconvénients :
— Cells ;
— Columns ;
— Names ;
— Range ;
— Rows.

46
Si vous définissez une variable objet sur une de ces références temporaires, votre référence deviendra
fixe. Autrement dit, la modification de la référence temporaire ne modifiera pas la référence de votre
objet.

3.5.4 Modèle objet de MS Excel


Présentation

Le modèle objet Excel est un monstre énorme lorsqu’on le considère dans son ensemble. La
documentation le représente sous la forme conventionnelle suivante :
La simple collection WorkSheets se décompose telle que :
Nous allons nous cantonner dans l’étude des principaux objets utilisés dans les macros classiques.
Le modèle objet Excel sera :

3.5.5 Modèle objet de Golden Surfer

47
Figure 3.3 – Présentation du modèle MS Excel
48
Figure 3.4 – Présentation du modèle MS Excel-Workbooks

49
Figure 3.5 – Présentation du modèle MS Excel-Worksheets

50
Il n'est pas question ici de détailler l'ensemble de ce modèle objet. Nous allons nous cantonner
dans l'étude des principaux objets utilisés dans des macros classiques. Le modèle objet vu dans ce
cours sera :

51
Chapitre 4

PLANIMÉTRIE

4.1 Terminologie
Rappelons quelques termes qui permettent la compréhension de certains concepts.

Définition 22. Goniomètre : permet de mesurer des angles horizontaux (appelés aussi angles
azimutaux) ou verticaux.

Définition 23. Cercle : permet la mesure d’angles horizontaux uniquement.

Définition 24. Eclimètre : mesure des angles verticaux uniquement.

Définition 25. Clisimètre : permet la mesure directe de pentes avec une précision de 0,5 %.

Définition 26. Tachéomètre : est un théodolite couplé à un système de mesure de distances (du
grec tachéo, qui signifie rapide). On distingue :
— le tachéomètre à diagramme est un ancien modèle mécanique à utiliser avec des mires
spéciales. La précision espérée sur une mesure de distance est de l’ordre de ± 14 cm pour
une distance de 50 m .
— le tachéomètre électronique est un théodolite couplé à un instrument de mesure électro-
nique des longueurs.

4.2 Lever de détails


Le lever de détails est l’ensemble des opérations intervenant dans un lever topographique et
consistant à déterminer à partir des points du canevas d’ensemble, polygonal ou de détails, la
position des différents objets d’origine naturelle ou artificielle existant sur le terrain. Le levé, nom
donné au document résultant d’un lever, est destiné, éventuellement après traitement numérique, à
l’établissement de plans graphiques ou numériques : c’est la phase de report.
Lors d’un lever de détails, le topographe est confronté à trois problèmes principaux :

52
— Déterminer les détails à lever ;
— Définir le degré de précision ;
— Arrêter les mesures à effectuer.
Le choix des détails dépend essentiellement de deux caractéristiques : leur type et leur taille.
Les plans topographiques ont des destinations différentes et des objets nécessaires à certains seront
inutiles pour d’autres. Il faut donc effectuer une sélection en fonction du type de plan à élaborer.
Par exemple, si le lever d’arbres est obligatoire pour un plan de propriété, il l’est beaucoup moins
pour un plan de récolement. La taille minimale des détails à lever est directement liée à l’échelle du
plan. On admet en général que le pouvoir séparateur de l’œil humain est d’un dixième de millimètre.
Les détails non représentables ne sont pas levés. Pour les plans numériques, susceptibles de générer
des plans graphiques à différentes échelles, il faut se référer au cahier des charges.
La précision d’un plan est liée à celle du lever et implique directement la précision avec laquelle
les détails sont levés. Les plans peuvent être classés suivant le type de lever : expédié ou régulier,
ou en catégories, P1 à P7 et A1 à A7 (arrêté du 21 janvier 1980).
L’échelle d’un document est définie par la formule 4.1 ci-dessous.

dP lan
E= (4.1)
DT errain

L’échelle E est donc le rapport d’une dimension mesurée sur le plan dP lan par la dimension homo-
logue sur le terrain DT errain . Un lever est dit régulier si la détermination des détails est effectuée
avec une erreur qui, réduite à l’échelle du levé, est inférieure ou égale à l’erreur graphique, soit
un dixième de millimètre, plus petit écart perceptible à l’œil sur le plan. Dans le cas contraire, le
lever est dit expédié. Par exemple, pour un plan au 1/1 000, l’erreur maximale est de 10 cm sur
le terrain (0,1 mm x 1 000 ≈ 10 cm). L’arrêté du 21 janvier 1980 fixe des tolérances sur les écarts
individuels des points suivant sept catégories : de P1 à P7 en planimétrie, de A1 à A7 en altimétrie.
Par exemple, ces tolérances sont de 10 cm en P2 et 1 m en P5. Les plans des catégories P1 et P2
doivent être appuyés sur un canevas de précision. Il faut noter qu’un même plan peut contenir des
détails de catégories différentes.

4.3 Mise en station des appareils de lever


4.3.1 Principe de fonctionnement d’un théodolite
La figure 4.1 montre le principe de fonctionnement d’un théodolite avec :
— (P) : axe principal, il doit être vertical après la mise en station du théodolite et doit passer
par le centre de la graduation horizontale (et le point stationné).
— (T) : axe secondaire (ou axe des tourillons), il est perpendiculaire à (P) et doit passer
au centre de la graduation verticale.

53
Figure 4.1 – Principe de fonctionnement d’un théodolite

— (O) : axe optique (ou axe de visée), il doit toujours être perpendiculaire à (T), les trois
axes (P), (T) et (O) devant être concourants.
— L’alidade : c’est un ensemble mobile autour de l’axe principal (P) comprenant le cercle
vertical, la lunette, la nivelle torique d’alidade et les dispositifs de lecture (symbolisés ici par
des index).
— Le cercle vertical (graduation verticale). Il est solidaire de la lunette et pivote autour de
l’axe des tourillons (T).
— Le cercle horizontal ou limbe (graduation horizontale). Il est le plus souvent fixe par rap-
port à l’embase mais il peut être solidarisé à l’alidade par un système d’embrayage (T16) :
on parle alors de mouvement général de l’alidade et du cercle autour de (P) ; c’est le mouve-
ment utilisé lors du positionnement du zéro du cercle sur un point donné. Lorsqu’il est fixe
par rapport au socle, on parle de mouvement particulier : c’est le mouvement utilisé lors des
lectures angulaires. Sur le T2, un système de vis sans fin permet d’entraîner le cercle et de
positionner son zéro.

4.3.2 Mise en station


Objectif : La mise en station d’un théodolite consiste à caler l’axe principal à la verticale d’un
point de station donné.

4.4 Estimation de la portée par stadimétrie


La portée Dh , c’est-à-dire la distance horizontale entre le point de station et le point visé, est
utile dans les calculs de cheminement.

54
Figure 4.2 – Photos des théodolites T16 et T2

Figure 4.3 – Estimation de la portée par stadimétrie

Dh = K(m1 − m2 ) = KL (4.2)

Le manque de précision sur la connaissance de Dh vient essentiellement de la valeur de la constante


stadimétrique qui multiplie les erreurs de lecture sur mire par 100. La précision sur la distance
horizontale Dh est de l’ordre de ± 14 cm à 35 m avec un niveau classique, ce qui est médiocre et ne
fournit qu’un ordre de grandeur de Dh suffisant pour les calculs grossiers ou pour les compensations.

55
4.5 Séquence et tour d’horizon
Le cercle horizontal (ou limbe) est la graduation du théodolite sur laquelle l’opérateur lit les
angles horizontaux. Il est lié au socle de l’appareil mais peut aussi pivoter sur lui-même de manière
à régler le zéro des graduations sur une direction donnée.

Figure 4.4 – Cercle horizontal

Après la mise en station du théodolite, ce cercle est horizontal, ce qui explique que les angles lus
soient des angles projetés sur le plan horizontal appelés angles horizontaux (ou azimutaux), notés
Hz . Sur la figure, l’appareil est en station sur le point S. L’opérateur vise le point A (sommet du
bâtiment) et règle le zéro des graduations sur ce point. En visant le point B, il lit dans le théodolite
l’angle horizontal A0 − S 0 − B 0 (A0 , B 0 , S 0 sont les projections de A, B et S sur le plan horizontal
passant par l’axe des tourillons de l’appareil).
Le double retournement est une manipulation consistant en un demi-tour simultané de la lunette
et de l’alidade. Cette technique de mesure permet d’éliminer certaines erreurs systématiques et de
limiter les fautes de lecture. Lors d’une mesure d’angle horizontal, cela permet :
— De doubler les lectures et donc de diminuer le risque de faute de lecture ;
— De ne pas toujours lire sur la même zone du limbe, donc de limiter l’erreur due aux défauts
de graduation du limbe ;
— D’éliminer les défauts de collimation horizontale et de tourillonnement.
Pratiquement, on effectue :
— Une lecture en cercle gauche (cercle vertical de l’appareil à gauche de l’opérateur, plus
généralement en position de référence) ;
— Un double retournement ;
— Une nouvelle lecture du même angle en cercle droite (cercle vertical à droite).

56
Figure 4.5 – Double retournement

Si l’on appelle HzCG la valeur lue en cercle gauche, et HzCD celle lue en cercle droit, on doit observer :

HzCD = HzCG + 200


HzCG + (HzCD − 200)
Hz = siHzCD > 200gon
2
HzCG + (HzCD + 200)
Hz = siHzCD < 200gon
2
(4.3)

Définition 27. On appelle séquence un ensemble de (n+1) lectures effectuées à partir d’une même
station sur n directions différentes avec la même position des cercles horizontaux et verticaux, le
contrôle de fermeture sur la référence et la répercussion sur les n lectures de l’écart de fermeture
sur la référence (sur laquelle on réduira les angles à zéro).

Figure 4.6 – Séquence

Par exemple, sur la figure 4.6, la référence est le point R sur lequel l’opérateur effectue la première
lecture LR1 , on fait une lecture sur chaque point en tournant en sens horaire et une dernière lecture
de fermeture sur le point RLR2 . Par calcul, les lectures sont ensuite réduites à la référence R en
soustrayant aux autres lectures la moyenne des deux lectures sur la référence. Pour cela, on calcule :
1. la fermeture de la séquence : Fs = |LR1 − LR2 | ;
2. la moyenne sur la référence : LR = (LR1 + LR2 )/2 ;

57
3. la lecture sur chaque point : L0j = Lj − LR .
La fermeture angulaire de chaque séquence est soumise à des tolérances réglementaires dont les
valeurs fixées par l’arrêté de janvier 1980 correspondent à :
1. 1,5 mgon en canevas de précision et
2. 2,8 mgon en canevas ordinaire.

Définition 28. Le tour d’horizon est le résultat final de la combinaison des observations angu-
laires (séquences) en une même station et rapportées à une même référence (dans nos exemples le
point R).

Lors du calcul, on détermine la valeur moyenne de l’écart sur la référence : c’est la somme
algébrique de tous les écarts de lecture d’une même paire divisée par (n + 1), n étant le nombre de
directions visées y compris la référence. Cet écart est soumis à des tolérances réglementaires :
1. 0,7 mgon en canevas de précision pour quatre paires (0,8 mgon pour huit paires) ;
2. 0,8 mgon en canevas ordinaire pour deux paires (0,9 mgon pour quatre paires).

Application 2. Mesure d’une surface


On effectue les opérations suivantes avec un goniomètre au mgon, une chaîne de 50 m, un niveau
de chantier et une mire.

Figure 4.7 – Mesure d’une surface horizontale

— Mise en station en S et calage de l’origine du limbe près du point de référence A.


— Tour d’horizon avec une seule paire de séquences sur les cinq sommets (référence : point A).
— Mesure à la chaîne des distances inclinées de la station aux cinq sommets (le sol étant en
pente régulière).
— Lecture des dénivelées entre la station et les sommets pour le calcul des distances horizontales.
Le tableau ci-après récapitule les lectures. Le détail des calculs du tableau précédent est donné ci-
après :
1. La moyenne sur référence pour la première séquence CG est 2,474 gon. La moyenne sur ré-
férence pour la deuxième séquence CD est 104,246 gon. On retranche ces valeurs aux lectures
CG et CD pour obtenir les lectures réduites sur la référence A. On en fait enfin la moyenne.

58
Table 4.1 – Lectures d’angles horizontaux : une paire de séquences
Point Lecture C.G gon CG réduite sur A Lecture CD gon CD réduite sur A Moyenne gon
A 2.472 • 104.244 • •
B 58.097 • 159.866 • •
C 176.705 • 278.471 • •
D 259.313 • 361.08 • •
E 325.07 • 26.845 • •
A 2.476 • 104.248 • •
Moy. • • • • •
Ecart • • • • •

Table 4.2 – Dénivelées et distances suivant la pente


Point Pj Angle delta H Dp Dh S Dh (m) Denivelée (m) Dp(m) δ •
• Sommet (m) (m) (m) (m2 côté opp. côté opp. côté opp. • •
A -2.50 72.15 • • • • • • •
B 55.622 -2.38 74.92 • • • • • • •
C 118.607 0.45 56.99 • • • • • • •
D 82.609 2.56 73.97 • • • • • • •
E 65.751 1.78 62.33 • • • • • • •
A 77.404 -2.50 72.15 • • • • • • •
• • • • • • • • •
P
400.001
• • • • • • • • • • •

2. Le contrôle des tolérances est la fermeture des séquences de 4 mgon (tolérance : 2,8 mgon).
L’écart des lectures et l’écart sur la référence ne sont pas calculables pour une seule paire.
3. On peut considérer la manipulation correcte bien qu’un écart soit hors tolérances car l’opé-
ration de mesure de surface n’est pas une opération entrant dans le cadre des levers à grande
échelle, pour lesquelles les tolérances sont données. En outre, les visées sont courtes. La
tolérance est donc plus indicative que restrictive.
La lecture des dénivelées entre sommets et des distances suivant la pente de la station à chaque
sommet permet d’effectuer les calculs suivants : Le détail des calculs du tableau précédent est donné
ci-après :
1. Calcul des angles au sommet et vérification de la somme qui doit être égale à 400 gon aux
arrondis près.
2. Calcul des distances horizontales et des surfaces de chaque triangle puis de la surface totale.
3. Calcul de la longueur du côté opposé de chaque triangle pour un calcul du périmètre. On
peut, dans la pratique, chaîner ces côtés sur le terrain pour contrôler les calculs. C’est l’objet
de la dernière colonne, dans laquelle la longueur suivant la pente de chaque côté opposé est
recalculée à partir de la longueur horizontale (Dh côté opposé) et de la dénivelée entre les
sommets consécutifs. La comparaison avec les mesures montre des écarts de 1 à 4 cm.

59
Remarque : Le niveau de chantier peut être remplacé par le théodolite dont l’axe optique sera bloqué
à l’horizontale. On fait alors toutes les lectures Lj sur la mire posée sur chaque sommet j. Il ne
faut pas oublier de mesurer la hauteur de l’axe des tourillons au-dessus du point de station ht . La
dénivelée entre la station et le point j devient :

Dj = ht − Lj (4.4)

Travail Dirigé 10. Résoudre le problème en remplissant le tableau ci-dessus après tous les calculs
à déposer pour vérifier la conformité

Application VBA 1. Concevoir cette application en VBA à l’aide ;


— des variables (Clause Dim ... As Type ;
— des procédures et des macrocommandes (Clause Public/Private Sub ... () ...End Sub ;
— des fonctions (Clause Public/Private Function ... () ...End Function ;
— du modèle objet Excel.
Cette application doit être ajoutée comme un groupe dans l’application principale ayant comme
onglet "Topographie".

Application 3. Tour d’horizon sur des points connus éloignés


Dans le but d’un calcul de G0moyen de station sur le point 92, l’opérateur effectue le tour d’horizon
suivant (quatre paires de séquences) sur trois points anciens connus (62, 63 et 71). La référence de
réduction du tour d’horizon est le point 63 ; l’opérateur travaille en canevas de précision. Les visées
étant supérieures à 500 m et l’appareil utilisé (T2) donnant le dmgon, il est nécessaire pour l’exercice
d’effectuer la correction de dv. On mesure directement la différence d’abscisse ∆E entre la station

Figure 4.8 – Tour d’horizon

et les points d’appui sur une carte au 1/50 000 ; l’opérateur peut donc lire ∆E à ± 50 m près, ce
qui est suffisant pour le calcul de dv. Le travail se situe en zone Lambert II. Les coordonnées de la
station sont de l’ordre de (902,1 km ; 65,6 km) relevées sur la carte. La réduction du tour d’horizon
présente les caractéristiques suivantes :
— station : centrée ;

60
Table 4.3 – Tableau de calcul d’un tour d’horizon

— hauteur tourillon ht = 1.69m ;


— nom de la station 92.
La chronologie des calculs des tableaux précédents est détaillée ci-après :
1. Calcul des moyennes sur la référence et des écarts de fermeture angulaire pour chacune des
huit séquences, comparaison à la tolérance réglementaire (1,5 mgon en canevas de précision).
(A effectuer sur le terrain).
2. Réduction des huit séquences à zéro sur la référence (point 62) en retranchant la moyenne
sur la référence aux lectures sur les autres points (63 et 71).
3. Moyenne des lectures par paire puis moyenne des quatre paires.
4. Calcul des écarts des lectures par rapport à la moyenne et comparaison à la tolérance (1,2
mgon en précision). (A effectuer sur le terrain).
5. Calcul des écarts sur la référence pour chaque paire et comparaison à la tolérance (0,7 mgon
en précision).
6. Ajout des corrections de dv puis, si nécessaire, nouvelle réduction à 0 sur la référence (ou
bien, comme ici, ajout direct des différence de dv entre chaque point et la référence).

61
Application VBA 2. Après la compréhension de ce problème, monter une application en VBA
qui permet d’automatiser les calculs pour éviter les opérations répétitives. Cette application doit être
insérer comme un groupe dans l’application principale Topographie.

4.6 Calcul des gisements


Le gisement est un angle horizontal très utilisé par les topographes puisque très pratique dans
les calculs.

Figure 4.9 – Schéma de calcul de gisement

Considérons les coordonnées de deux points A(EA , NA ) et B(EB , NB ). La relation suivante


permet de calculer le gisement GAB :

EB − EA
tanGAB = (4.5)
NB − NA

Il attention doit être attiré sur le quadrant lors du calcul du gisement. Il faut noter les observa-
tions suivantes lors du calcul du gisement d’une direction :
1. Quadrant 1 : B est à l’Est et au Nord de A ⇒ ∆E > 0 et ∆N > 0 ⇒ GAB = g ;
2. Quadrant 2 : B est à l’Est et au Sud de A ⇒ ∆E > 0 et ∆N < 0 ⇒ GAB = 200 + g (avec
g < 0) ;
3. Quadrant 3 : B est à l’Ouest et au Sud de A ⇒ ∆E < 0 et ∆N < 0 ⇒ GAB = 200 + g
(avec g > 0) ;
4. Quadrant 4 : B est à l’Ouest et au Nord de A ⇒ ∆E < 0 et ∆N > 0 ⇒ GAB = 400 + g
(avec g < 0).

62
Figure 4.10 – Calcul du gisement en tenant compte du quadrant

En topographie, il est très fréquent de connaître un point S(ES , NS ) et de chercher les coor-
données d’un point P visible depuis S. On dit que P est rayonné depuis S si l’on peut mesurer la
distance horizontale DSP et le gisement GSP . Quel que soit le quadrant, on peut alors calculer les
coordonnées du point P par les formules suivantes :

EP = ES + DSP × sinGSP
NP = NS + DSP × cosGSP
(4.6)

A défaut de mesurer directement GSP , on mesure un angle α avec une direction dont le gisement
est connu ou bien on calcul un Go moyen de station.

Application 4. 1. Calculez à partir de la formule le gisement de la direction AB suivante :


A(10; 50) et B(60; 10) ;
2. S(680379, 84; 210257, 06) est donné en coordonnées Lambert (m), calculez les coordonnées de
P tel que : DSP = 45, 53m et GSP = 172, 622gon.

Application VBA 3. Avec VBA, ajouter un groupe Calcul gisement à l’application principale
Topographie.

Lors de la mise en station d’un théodolite sur un point S connu en coordonnées Lambert, la
position du zéro du limbe est au départ quelconque. S’il désire fixer le repère dans lequel il va
travailler, l’opérateur oriente le limbe (cercle horizontal de l’appareil) sur un autre point connu P .
Deux cas se présentent alors :

63
— Le point est connu en coordonnées locales : le travail se fait en coordonnées locales.
L’opérateur place généralement le zéro du limbe sur le point P et définit ainsi le repère Sxy .
— Le point est connu en coordonnées Lambert : il est alors possible de calculer le gisement
de la direction SP et l’afficher sur le point P . On définit ainsi le repère SEN dont les axes
sont parallèles au repère Lambert général. L’intérêt de cette deuxième manipulation est de
travailler directement en repère Lambert et donc de limiter les calculs intermédiaires. Dans
la pratique, on ne bougera pas le limbe de l’appareil. On se contentera de viser le point P et
d’en déduire le gisement du zéro du limbe, appelé G0 . Cette orientation peut être faite sur
un seul couple de points SP , mais, pour plus de précision, on peut calculer une moyenne sur
plusieurs autres points connus bien répartis autour de la station, d’où le terme de G0moyen
de station.

Figure 4.11 – a) origine du limbe sur P. b) origine du limbe sur le nord Lambert c) G0 de station

Le gisement de la direction SP est défini par :

GSP = Go + LS→P
Go = GSP − LS→P
Pi=n
i=1 pi × Goi
Gomoyen = Pi=n
i=1 pi

(4.7)

Avec n le nombre de visées d’orientation (nombre de Goi calculés) ; pi le poids de chaque visée, c’est
à dire sa longeur en km (pi = Dikm ). Les poids pi sont arrondis au mètre dans les calculs manuels.

64
Table 4.4 – Écart d’orientation en une station
Type de canevas Canevas de précision Canevas ordinaire
Nombre de paires de séquences q
4 q
2
n−1
Tolérances en mgon 6.5
(0.3 + Dm2 ) × n (1 + Dm2 ) × n−1
162
n
q q
n−1 n−1
Formules approchées Dm = 1.5km ⇒ 1.8 n
Dm = 3km ⇒ 4.3 n

4.6.1 Détermination des écarts et tolérances


Détermination de l’écart d’orientation en une station

Pour une visée d’orientation donnée, l’écart d’orientation (noté ei) est l’écart angulaire entre
le gisement « observé » et le gisement définitif calculé d’une direction c’est-à-dire l’écart entre le
G0moyen et la valeur du G0 issu de cette visée. Il doit être comparé aux tolérances réglementaires
suivantes (arrêté du 21 janvier 1980). Avec n le nombre total de visées d’orientation sur les points
anciens pour le calcul du Gomoyen ; Dm la longueur moyenne des visées en km.
On peut considérer que l’erreur en orientation sur une station provient de deux causes distinctes :
1. Erreurs de lectures angulaires du tour d’horizon. La tolérance sur cette erreur est

ε
t1 = √ (4.8)
p

pour un nombre p de paires de séquences et ε est l’écart angulaire sur une lecture pour une
paire.
2. Incertitude sur la connaissance des points anciens. La tolérance sur cette erreur est

T (x)
t2 = (4.9)
D

T (x) étant incertitude sur la connaissance d’un point ancien.


En canevas de précision, les valeurs prises sont : ε = 1,16 mgon, p = 4 et T (x) = 4 cm. En
canevas ordinaire, les valeurs prises sont : ε = 1,5 mgon, p = 2 et T (x) = 20 cm. La tolérance
résultante de ces deux erreurs est de la forme ci-après :
s
q ε2 2T (x)
Tr = t21 + t22 = +( ) (4.10)
p πDkm

On retrouve ainsi les coefficients 0,3 et 6,5 (canevas de précision) ainsi que 1 et 162 (canevas
ordinaire). Cette tolérance Tr ne s’applique qu’à une détermination d’une valeur du G0 sur une
direction.

65
4.7 Cheminement planimétrique
Pour connaître les coordonnées Lambert (E, N) d’un point P, il faut s’appuyer sur des points
existants : par exemple les points A et B. Si ces derniers sont trop loin du point P ou ne peuvent être
visés directement en raison d’obstacles, on utilise des points intermédiaires pour arriver jusqu’au
point cherché (points 1 et 2). On parle de parcours polygonal ou de cheminement.

Figure 4.12 – Cheminement planimétrique

Le calcul consiste en une suite de rayonnements : on calcule les coordonnées du point 1 à partir
de celles de B, puis celles du point 2 à partir de celles du point 1 et ainsi de suite jusqu’au point P,
c’est-à-dire :

E1 = EB + Dr1 sinGB1 E2 = E1 + Dr2 sinG12 E3 = E2 + Dr3 sinG2P


N1 = NB + Dr1 cosGB1 N2 = N1 + Dr2 cosG12 N3 = N2 + Dr3 cosG2P
(4.11)

Pour faire ces calculs, il faut connaître les distances réduites à la projection Drj , déduites des
longueurs horizontales Dhj mesurées sur le terrain, et les gisements Gij de chaque tronçon. Les
distances Dhj peuvent être facilement mesurées sur le terrain en stationnant chaque sommet du
parcours. Les gisements Gij peuvent être lus directement ou bien, plus généralement, être déduits
de l’observation des angles Hzj entre les côtés. Les lectures d’angles sont réalisées en stationnant
tous les sommets du cheminement. La nécessité d’un contrôle des mesures et des calculs oblige
à refermer le parcours sur un couple de points connus pour contrôler l’écart angulaire et l’écart
planimétrique dus aux erreurs de lectures. Si on mesure les angles entre côtés successifs Hzj , le
cheminement est dit goniométrique.

4.7.1 Terminologie
— Si on mesure directement les gisements des côtés, le cheminement est dit décliné.
— Un cheminement qui arrive sur un point connu différent du point de départ est encadré.
— Un cheminement qui revient sur son point de départ est fermé.
— Un cheminement ni fermé ni encadré est une antenne.

66
— Un point lancé (ou point rayonné) est un point hors cheminement, visé directement depuis
un point connu.
— Un point nodal est l’aboutissement d’au moins trois antennes. Ces antennes sont appelées
demi-cheminements. Si les coordonnées des sommets sont calculées dans le système Lam-
bert général, le cheminement est qualifié de rattaché. S’il n’est pas rattaché, un cheminement
est indépendant.

Figure 4.13 – Types de cheminement

4.7.2 Angle de gauche ou de droite


C’est l’angle que l’on trouve à sa gauche (ou à sa droite) dans le sens de calcul, ce sens de calcul
étant celui dans lequel on parcourt les sommets lors du calcul : il peut être différent du sens de
parcours sur le terrain bien qu’il soit préférable de conserver le même. Sur la figure , c’est le sens
(i − j − k).
En station au sommet j, on note :
— Lrj la lecture arrière au sommet j sur le sommet précédent ;
— Lvj la lecture avant au sommet j sur le sommet suivant ;
— Hgj l’angle topographique de gauche (ou angle à gauche) dans le sens de calcul, Hdj étant
l’angle à droite.

Hgj = Lvj − Lrj


Hdj = Lrj − Lvj
(4.12)

Si le résultat est négatif, ajouter 400 gon. On remarque que : Hdj = 400˘Hgj .

4.7.3 Transmission des gisements


Ce calcul consiste à déterminer les gisements de tous les côtés du parcours à partir du gisement
de la direction de référence et des angles mesurés aux sommets. Au sommet j et à partir de l’angle

67
de gauche, on peut écrire :

Gjk = Gij + Hgj + 200


Gjk = Gij + Hgj − 200
(4.13)

Dans la pratique, on utilise l’une ou l’autre des formules et on ajoute 400 gon à tout résultat
négatif, ou on retranche 400 gon à tout résultat supérieur à 400 gon. La formule générale est donc :

Gjk = Gij + Hgj ± 200 (4.14)

Les gisements G et les angles H sont exprimés en gon. Notez qu’ajouter ou retrancher 200 gon à

Figure 4.14 – Transmission des gisements

un gisement revient à faire « demi-tour » donc le résultat est le même.

4.7.4 Transmission du G0 de station


La transmission du G0 de station est un autre mode de transmission des gisements basé sur le
G0moyen de la station de départ. Si on calcule un G0moyen de station au départ du cheminement, on
peut calculer le G0 de station en chaque sommet j par transmission du G0 . En station au sommet
j , on peut écrire :
G0j = Gij + (200 − Lrj ) (4.15)

Au sommet i, on peut écrire : Gij = G0i + Lvi ˘400.

G0j = G0i + Lvi ˘Lrj ˘200 (4.16)

Si le résultat est négatif, ajouter 400 gon. S’il est supérieur à 400 gon, retrancher 400

68
Figure 4.15 – Transmission du Go de station

4.7.5 Fermeture angulaire d’un cheminement encadré


Les données sont : A, B, C et D, donc aussi GAB noté Gd , et GCD noté Gf . On calcule de proche
en proche tous les gisements de tous les côtés pour arriver au gisement d’arrivée GCD connu qui
sert de contrôle des erreurs de lecture d’angles.

GB1 = GAB + HgB ˘200


G1 − 2 = GB1 + Hg1 ˘200
etc.
G0f = G3C + HgC ˘200
(4.17)

Si l’on fait la somme de ces équations membre à membre, on obtient :

G0f = Gd +
X
(Hgj )˘(n + 1).200 (4.18)

— n étant le nombre de côtés de la polygonale ;


— G0f est le gisement d’arrivée observé (G0CD ) ;
P
— (Hgj ) représente la somme de tous les angles de gauche.
Si le résultat G0f est négatif, ajoutez 400 gon autant de fois nécessaires.
L’erreur de fermeture angulaire fa est alors la différence entre ce gisement de fermeture observé
et le gisement de fermeture théorique GCD , noté Gf , issu des coordonnées des points connus C et
D.
fa = G0f ˘Gf (4.19)

4.7.6 Fermeture angulaire d’un cheminement avec transmission de G0


Pour simplifier le raisonnement et faciliter les calculs, on procède par transmission de gisement,
cela permettra de ne mémoriser qu’une seule formule.
Sur le cheminement précédent, la position du zéro du limbe à chaque station a été dessinée, de

69
Figure 4.16 – Fermeture angulaire d’un cheminement encadré

même que toutes les lectures angulaires. Pour se ramener à une transmission de gisement, il suffit
de considérer que :
— le G0 de départ au point B est une visée sur un point B’ fictif qui se trouverait dans l’ali-
gnement du zéro du limbe. La lecture arrière LrB de B sur B’ est égale à 0. Donc l’angle de
gauche en B a pour valeur HgB = LvB˘LrB = LvB ;
— le G0 d’arrivée au point C est une visée sur un point fictif C’. La lecture avant sur le point C’
est égale à zéro, l’angle de gauche au point C vaut HgC = LvC˘LrC = ˘LrC. Le gisement
de départ est alors : Gd = G0B ˘200.

Figure 4.17 – Fermeture angulaire d’un cheminement avec transmission de G0

Le gisement d’arrivée observé est :

G0f = (G0B ˘200) +


X
(Hgi )˘(n + 1).200 (4.20)

avec (HgB = LvB ) et (HgC = ˘LrC ). Le gisement d’arrivée « exact » est : Gf = G0C . La fermeture
angulaire est toujours : fa = G0f ˘Gf .

70
Table 4.5 – Tolérances applicables aux levers à grande échelle
Canevas de précision Canevas ordinaire
√ √
Cheminement à longs côtés Fermé q
1.4 n q
1.4 n
du canevas d’ensemble Encadré 2 + 2(n + 1) 50 + 2(n + 1)
√ √
Canevas Fermé q
6 n q
10 n
polygonal Encadré 12.96 + 36(n + 1) 330 + 100(n + 1)

4.7.7 Tolérance sur la fermeture angulaire


Tolérances théoriques

Soit σa l’écart type angulaire par station dépendant du théodolite utilisé ; on obtient comme
tolérance angulaire Ta pour un cheminement de n côtés :

— pour un cheminement fermé : Ta = 2.7σa n ;

— pour un cheminement encadré : Ta = 2.7σa n + 1.

Tolérances applicables aux levers à grande échelle

L’arrêté du 21 janvier 1980 donne les tolérances suivantes : avec n : nombre de côtés du chemi-
nement.

4.7.8 Compensation angulaire


C’est l’opération qui consiste à répartir l’écart de fermeture angulaire sur tous les angles observés.
On ne peut compenser angulairement un cheminement que si l’écart de fermeture angulaire est
inférieur à la tolérance réglementaire. Si ce n’est pas le cas, la manipulation doit être reprise en
entier car il s’agit d’une faute. La compensation angulaire est la quantité à répartir sur les différentes
mesures ; c’est donc l’opposé de la fermeture angulaire :

Ca = −fa (4.21)

Suivant le type de cheminement effectué et suivant la valeur de la fermeture angulaire, on compense


de deux manières différentes.
1. Compensation proportionnelle au nombre de stations :
Si les distances de visées sont homogènes, on répartit l’écart de fermeture fa de manière égale
sur chaque station. Donc, pour un cheminement de n côtés, la compensation angulaire Cj
sur chaque lecture est :
Ca
Cj = (4.22)
n+1
2. Compensation proportionnelle à l’inverse des distances de visées :
Si les distances de visée ne sont pas homogènes, on répartit l’écart de fermeture fa en consi-

71
dérant que l’on commet plus d’erreur en angle sur une visée courte que sur une visée longue.
Comme à chaque station intervient la distance de la visée arrière et celle de la visée avant, on
fait intervenir des poids pj tels que, au sommet j avec Dj et Dj−1 exprimées en kilomètre :

1 1
pj = + (4.23)
D(j−1) Dj

La compensation angulaire Cj sur chaque lecture est alors :

Ca
C j = P pj (4.24)
pj

La compensation est effectuée avec les mêmes décimales que les lectures sur le terrain (cgon,
mgon, dmgon). L’écart fa est généralement réparti sur les angles Hzj , le cumul est alors
automatique. Si cet écart est réparti sur les gisements observés, il ne faut pas oublier de
cumuler les répartitions intermédiaires. Une vérification des calculs est de retrouver comme
gisement d’arrivée le gisement de fermeture théorique.

Figure 4.18 – Compensation proportionnelle aux distances de visée

4.7.9 Coordonnées rectangulaires des sommets


Connaissant le gisement et la longueur de chaque côté du cheminement, on calcule à partir des
coordonnées du point de départ les coordonnées des autres sommets par rayonnements successifs.

E1 = EB + Dr1 .sinGB1
E2 = E1 + Dr2 .sinG1−2
etc.
EC0 = E3 + Dr4 .sinG3C
(4.25)

Si l’on fait la somme de toutes ces équations membre à membre, on obtient en abscisses :

EC0 = EB +
X
(Drj .sinGij ) (4.26)

72
De même en ordonnées :
NC0 = NB +
X
(Drj .cosGij ) (4.27)

On note ∆Eij = Drj .sinGij et ∆Nij = Drj .cosGij . Ces termes correspondent en effet à la différence
de coordonnées en E et en N entre le point i et le point j. On obtient ainsi les coordonnées observées
du point d’arrivée C’ :

EC0 = EB +
X
(∆Eij )
NC0 = NB +
X
(∆Nij )
(4.28)

Fermeture planimétrique

Les coordonnées du point d’arrivée du cheminement (point C) étant connues, on peut en dé-
duire une erreur de fermeture planimétrique du cheminement due au cumul des erreurs de lectures
angulaires et des erreurs de mesures de distances. L’erreur de fermeture en X (repère local) est :

fX = XC0 ˘XC = XB +
X
(∆X)˘XC (4.29)

L’erreur de fermeture en Y (repère local) est :

fY = YC0 ˘YC = YB +
X
(∆Y )˘YC (4.30)

Ces fermetures en X et en Y permettent de calculer une fermeture planimétrique fp qui est la


distance séparant le point C’ issu des mesures de terrain du point C réel ; on parle de vecteur de
fermeture . La longueur de ce vecteur s’exprime par :
q
fp = fx2 + fy2 (4.31)

— Si le cheminement BC est « tendu » (angles du cheminement proches de 200 gon), le vecteur


de fermeture fp peut être décomposé en : une fermeture en longueur fL suivant la direction
BC (due uniquement aux imprécisions sur les côtés).
— Une fermeture en direction fD perpendiculairement à BC (due uniquement aux imprécisions
P
sur les angles). Un cheminement est « tendu » s’il vérifie : Dj < 1, 5.LT avec LT :
distance entre la station de départ et la station d’arrivée. Dj : longueur de chaque côté j du
cheminement.
Un cheminement non tendu est appelé « infléchi ». On peut aussi calculer fL et fD en fonction
de fX et fY . On appelle G le gisement de la direction générale du cheminement (ici BC) ; on

73
Figure 4.19 – Fermeture planimétrique

obtient alors les composantes fL et fD par rotation de repère d’angle (100˘G), d’où les expressions
suivantes :

fL = fX .sinG + fY .cosG
fD = fY .sinG˘fX .cosG
(4.32)

Ces deux composantes du vecteur de fermeture n’ont de signification que dans le cas d’un chemine-
ment « tendu » ; dans les autres cas, les deux composantes ne sont pas dissociables l’une de l’autre
puisque les erreurs en longueur et en angle influent ensemble sur l’erreur planimétrique finale.

Tolérance sur la fermeture planimétrique

Considérons un cheminement parfaitement tendu de n côtés égaux :



— La tolérance de fermeture en longueur est : TL = 2.7σL n σL est l’écart type sur la mesure
de longueur d’un côté. TL et σL sont donnés en mètre.

Tolérances réglementaires applicables aux levers à grande échelle

On applique les valeurs suivantes (arrêté du 21 janvier 1980) à tout cheminement encadré (tendu
ou infléchi) ou fermé. Les tolérances sont données en centimètre. n est le nombre de côtés du
cheminement. Li est la distance en kilomètre de chaque sommet au point d’arrivée ; L est la longueur
totale du cheminement en kilomètre.

Ajustement planimétrique

L’ajustement planimétrique est le calcul qui consiste à répartir les fermetures planimétriques sur
les mesures du cheminement. On ne peut procéder à cet ajustement que si la longueur du vecteur

74
Table 4.6 – Tolérances réglementaires applicables aux levers à grande échelle
Canevas de précision Canevas ordinaire
Cheminement à longs
q
côtés du canevas d’ensemble q
Pi=n 2 Pi=n 2
Fermé 16n + 5 i=2 li 16n + 40 i=2 li
q q
16 + 16n + 5 i=n l2 400 + 16n + 40 i=n l2
P P
Encadré i=1 i i=1 i
Canevas polygonal
q q
Pi=n 2 Pi=n 2
Fermé 16n + 160i=1 li 160L + 260 i=1 li + 30L
q q
16 + 16n + 160 i=n l2
P Pi=n 2
Encadré i=1 i 400 + 160L + 260 i=1 li + 30L

de fermeture est inférieure à la tolérance réglementaire. Il existe plusieurs méthodes d’ajustement :


nous ne développons que la plus fréquemment employée dans les calculs manuels.
La compensation à effectuer sur les ∆X est l’opposée de la fermeture en X :

CX = ˘fX (4.33)

La compensation à effectuer sur les ∆Y est l’opposée de la fermeture en Y :

CY = ˘fY (4.34)

La répartition de ces compensations peut être effectuée de deux manières différentes :


1. Si les côtés sont de longueur homogène, on répartit CX et CY de manière égale sur
tous les côtés, donc sur le côté j :

Cxj = Cx /n et Cyj = Cy /n (4.35)

2. Si les côtés ne sont pas homogènes, on répartit CX et CY proportionnellement à la


longueur de chaque côté (considérant logiquement que plus le côté est long, moins il est
précis), donc sur le côté j :

Cx Cy
Cxj = Pn Dj et Cyj = Pn Dj (4.36)
i=1 Di i=1 Di

Ces compensations sont calculées avec la précision des données. Un contrôle des calculs est de
retrouver pour le point d’arrivée observé les coordonnées réelles.

Application 5. Considérons la polygonale représentée sur la figure ; il est demandé de la calculer à


partir des données des tableaux suivants. Les indications de lignes et de colonnes en tête de ces deux
tableaux serviront à la création du tableau de calcul sur Excel. Les côtés du parcours étant inférieurs
au kilomètre, les corrections de dv sur les lectures angulaires ne sont pas nécessaires. Les coordonnées

75
A B C D E
1 E(m) N(m)
2 A 981030.06 156888.22 GAB (gon) = 155.9074
des points d’appui sont les suivantes :
3 B 983156.00 154326.00 DAB (m) 3329.35
4 C 985380.62 1560009.89 GCD (gon) = 378.4731
5 D 984652.96 158079.17 DCD (m) = 2193.49
Les mesures effectuées sur le terrain sont résumées dans le tableau ci-après :

Figure 4.20 – Polygonale classique

Travail Dirigé 11. On demande :


— la longueur L du cheminement ;
— Pour le calcul de la fermeture et de la tolérance de fermeture angulaire ;
— Calcul des gisements définitifs
— Calcul de la fermeture planimétrique
— Compensations en Est et Nord puis coordonnées définitives des points ;
— Tolérance de fermeture planimétrique
— Dessin des points d’appui (en négligeant les dizaines de milliers de km)
— Dessin du cheminement ;
— Contrôle des écarts de fermeture
— Compensation des fermetures planimétriques sur le cheminement réel

Application VBA 4. Concevoir un programme en VBA qui permet de résoudre ce problème to-
pographique.

76
Table 4.7 – Données de la polygonale

77
Chapitre 5

ALTIMÉTRIE

5.1 Formules de base


Soit un point M visé au théodolite, on note généralement :
— V tout angle mesuré dans un plan vertical ;
— z angle zénithal ;
— i angle de site (par rapport à l’horizon) ;
— n angle nadiral (par rapport au nadir).

Figure 5.1 – Altimétrie

n = 200 − V i = 100 − V 100 = n − i (5.1)

∆H = Dh cotV (5.2)

Dh
Hc = HA + Ht + (5.3)
tanV
78
Dh = 100(m2 − m1 )sin2 V (5.4)

∆HAB = ma − mb
∆HBA = mb − ma
L
Dh =
cotanV 0 − cotanV
L
Dh = 0
p −p
(5.5)

Avec p et p0 des pentes.

Travail Dirigé 12. Calculez la distance Dh caractérisée par les données suivantes et évaluez son
incertitude. La longueur interceptée sur la mire est L = 3,8 m ; l’angle V = 103,333 gon et l’angle
V’ = 96,445 gon sont mesurés au théodolite T16.

Figure 5.2 – Cheminement altimétrique

79
marrA − mavI1 = ∆H1
marrI1 − mavI2 = ∆H2
...
marrI(i−1) − mavI(i) = ∆Hi
...
marrI(n−1) − mavB = ∆Hn
(5.6)

i=n
X i=n
X i=n
X
mar − mav = ∆Hi = ∆HAB (5.7)
i=1 i=1 i=1

Si le cheminement est fermé, la dénivelée totale doit être égale à zéro.

5.2 Niveau
5.2.1 Principe de fonctionnement
Le niveau est schématiquement constitué d’une optique de visée (lunette d’axe optique (O))
tournant autour d’un axe vertical (appelé axe principal (P)) qui lui est perpendiculaire. Le réglage
de la verticalité de l’axe principal est fait au moyen d’une nivelle sphérique. L’axe optique tournant
autour de l’axe principal décrit donc un plan horizontal passant par le centre optique du niveau qui
est l’intersection des axes (P) et (O).
L’axe principal (P) peut être stationné à la verticale d’un point au moyen d’un fil à plomb,
mais généralement le niveau est placé à un endroit quelconque entre les points A et B, si possible
sur la médiatrice de AB. Un niveau n’est donc pas muni d’un plomb optique comme un théodolite.
Les éléments constitutifs d’un niveau sont les suivants :
1. Embase ;
2. Vis calantes (3 vis) ;
3. Rotation lente ;
4. Mise au point sur l’objet
5. Objectif
6. Viseur d’approche rapide ;
7. Oculaire ;

80
Figure 5.3 – Schema d’un niveau

8. Anneau amovible ;
9. Contrôle de l’automatisme ;
10. Compensateur à pendule ;
11. Cercle horizontal (option sur le NA2) ;
12. Nivelle sphérique (invisible ici)

Figure 5.4 – Vue en coupe du niveau Leica

5.2.2 Mires
La mire est une échelle linéaire qui doit être tenue verticalement (elle comporte une nivelle
sphérique) sur le point intervenant dans la dénivelée à mesurer. La précision de sa graduation et

81
de son maintien en position verticale influent fortement sur la précision de la dénivelée mesurée. La
mire classique est généralement graduée en centimètre. La chiffraison est souvent en décimètre.

Figure 5.5 – Réticule de visée

Il existe des mires à graduation renversée pour les optiques ne redressant pas l’image (anciens
modèles).
Le réticule d’un niveau est généralement constitué de quatre fils :
— le fil stadimétrique supérieur (s’), qui donne une lecture m1 sur la mire ;
— le fil stadimétrique inférieur (s), qui donne la lecture m2 sur la mire ;
— le fil niveleur (n), qui donne la lecture m sur la mire ;
— le fil vertical (v), qui permet le pointé de la mire ou d’un objet.
La lecture sur chaque fil est estimée visuellement au millimètre près (6,64 dm sur la figure , fil
niveleur). Les fils stadimétriques permettent d’obtenir une valeur approchée de la portée. Pour
chaque lecture, il est judicieux de lire les trois fils horizontaux de manière à éviter les fautes de
lecture : on vérifie en effet, directement sur le terrain, que :

m1 + m2
m= (5.8)
2

5.3 Relevés avec une station totale


5.3.1 Utilité
Une station totale aussi appelé tachéomètre électronique est un théodolite électronique qui
mesure les angles et les distances en utilisant un faisceau laser de précision. Une station est aussi
équipé de mémoires utiles :
— pour exécuter des programmes ;
— pour enregistrer les mesures, les coordonnées, des points et des lignes.
Elle a besoin d’un réflecteur pour mesurer les distances. Les stations totales remplacent les anciens
théodolites ou niveaux optiques. Une station totale peut prendre une lecture en moins de 5 secondes

82
et mesurer une distance de près de 3 km alors qu’avec un niveau optique, une lecture peut facilement
prendre plus d’une minute(encore plus pour les étudiants) et la distance limitée à moins de 150 m.
Les relevés de terrain et de sites sont une dimension importante du travail d’un ingénieur car
ils sont la base de tout travail. Ce cours explique l’utilisation du tachéomètre électronique dans un
contexte de relevés de terrain. Fondamentalement, un tachéomètre électronique est utilisé selon les
mêmes principes utilisés pour un niveau optique ou un théodolite optique. Par contre, le tachéomètre
offre une plus grande flexibilité et versatilité qu’un niveau optique car il contient des programmes
qui lui permettent d’effectuer plusieurs calculs et/ou transformations des données pour vous. De
plus, il conserve les données en mémoire.
Le tachéomètre mesure l’angle horizontal de la lunette sur le plateau par rapport à une ligne
de référence et l’angle vertical de la lunette par rapport au plan horizontal. Il mesure aussi et c’est
sa principale qualité, la distance entre un prisme de réflexion et l’axe vertical de la lunette au
moyen d’un rayon laser en mesurant le temps de parcours du rayon. En utilisant la trigonométrie
déjà rappelée dans le chapitre premier, le tachéomètre peut convertir ces données en coordonnées
cartésiennes (X, Y, Z) ou en coordonnées cylindriques (angle, distance, élévation).

5.3.2 Description de la station totale LEICA


Les tachéomètres électroniques décrits dans ce cours sont des LEICA modèle TC805 (figure 5.6)
et TS06. Ils sont configurés pour utiliser un prisme standard et affiche les résultats en utilisant les
mesures métriques. Étant des appareils électroniques, ils doivent être manipulés avec délicatesse et
doivent être déplacés dans leur boîtier (jamais sur un trépied). Ces modèles mesurent les angles avec
une précision de 5”. La figure 5.8 présente les principales composantes du tachéomètre Leica de la
série TC800. Le TS06 est la nouvelle génération qui remplace le TC805 et il est très semblable au
TC805.

5.3.3 Clavier et Écran


La figure 5.9 présente l’écran et le clavier. Le clavier est divisé en quatre groupes de touches :
1. touches de fonctions assignées (3) ;
2. touches alphanumériques (4) ;
3. touche de navigation (5) ;
4. deux touches fixes
5. touches de fonctions contextuelles (6).
Touches de fonctions assignées
Les touches de fonctions assignées sont USER, FNC (fonction), MENU et PAGE pour le
modèle TC805. Les touches USER sont programmables.
1. La touche FNC permet d’accéder rapidement aux fonctions de support aux mesures ;

83
Figure 5.6 – Apparence des Tachéomètres Leica modèle de la série TC800

Figure 5.7 – Station totale de marque LEICA

2. La touche ou fonction MENU permet d’accéder aux programmes, paramétrages de l’appa-


reil, gestionnaire de données, ajustements, paramètres de communication, information sys-
tème et transfert de données ;
3. La touche PAGE permet d’afficher la page suivante si la fenêtre contient plusieurs pages ;
elle fonctionne de façon circulaire, la page suivant la dernière page est la première page.
Touches alphanumériques
Les touches alphanumériques permettant d’entrerdes valeurs numériques ou alphanumériques
selon le cas. Chaque touche permet d’entrer un chiffre ou une des trois lettres qui sont associées à la
touche. En appuyant rapidement sur une touche, il est possible de passer d’un caractère à l’autre. En

84
Figure 5.8 – Principales composantes du tachéomètre LEICA

Figure 5.9 – Ecran et clavier de la station totale

appuyant rapidement sur la touche 1, vous affichez à tour de rôle les caractère 1–>A–>B–>C–>1
... Dans certaines applications comme la définition du projet, il faut choisir le mode numérique ou
alpha par une des touches contextuelles avant de procéder.
Touche de navigation
La touche de navigation fonctionne comme les quatre flèches sur un clavier d’ordinateur et elle

85
permet de naviguer entre les pages d’écran ou de valeurs selon le programme ou la fonction choisie.
En mode édition de la ligne active, pressez à gauche ou à droite sur la touche de navigation déplace
le curseur sur la chaîne de caractère, pressez vers le bas pour effacer le caractère sélectionné et
pressez vers le haut permet d’insérer un nouveau caractère.
Deux touches fixes
Des deux touches fixes ESC et Return (touche rouge) sont situées au bas à droite :
1. La touche ESC permet de revenir au niveau précédent sans sauvegarder et
2. la touche Return signale la fin de l’entrée des valeurs dans la ligne active et de la prise en
compte de celles-ci par la station comme sur un ordinateur.
Touches de fonctions contextuelles
Les touches contextuelles F1 à F4 activent le programme correspondant affiché au bas de l’écran.
L’écran
L’écran (figure 5.10) est divisé en trois zones :
1. La zone de symboles est située verticalement sur la droite de l’écran ;
2. La zone de programmes associés aux touches de fonctions contextuelles est située au bas de
l’écran ;
3. La zone de données occupe le reste de l’écran et affiche les données de circonstance. Cette zone
inclue généralement une ligne active permettant d’entrer de l’information (alphanumérique).

Figure 5.10 – Écran typique d’un tachéomètre

5.3.4 Installation du trépied et du tachéomètre


La première opération est l’installation du trépied. Le trépied s’installe comme pour un niveau
optique ou un théodolite. Les vis des jambes sont desserrées pour permettre leur allongement et
amener le plateau à la hauteur désirée. Pour assurer une bonne stabilité, les jambes doivent être
enfoncés en appliquant une force dans la direction des jambes. Le trépied est positionné au dessus

86
du repère au sol en le centrant le mieux possible et en ajustant le plateau le plus horizontalement
possible.
Le tachéomètre est installé sur le plateau au moyen de la vis sous le plateau comme pour un
niveau. Le tachéomètre est mis au niveau en centrant approximativement la nivelle sphérique au
moyen des vis calantes.
Le tachéomètre est mis sous tension. Le plomb laser et la nivelle électronique sont activés au-
tomatiquement lorsque le modèle TS06 est mis sous tension et en pressant la touche USER pour
le modèle TC805. Sur le modèle TS06, la nivelle électronique peut aussi être activée en pressant la
touche USER1.
Si le plomb laser ne pointe plus sur le repère au sol, déplacez l’embase sur la plateau jusqu’à ce qu’il
pointe correctement. Si ce n’est pas suffisant, vous devez déplacer les jambes du trépied pour centrer
le plomb laser sur le repère au sol. Vous devez alors refaire une mise au niveau approximative avec
la nivelle sphérique.
La mise au niveau fine est effectuée en utilisant la nivelle électronique et les vis calantes en
utilisant les instructions sur l’écran jusqu’à ce que les flèches soient remplacées par les repères de
contrôle et que la nivelle électronique est centrée.
Lorsque le tout est complété, quittez la fonction "Nivelle/plomb laser" en pressant la touche OK
F4. Le modèle TC805 bascule alors dans le mode de mesure alors que le modèle TS02 bascule dans
le mode MENU.

5.3.5 Configuration
Avant de débuter les relevés, la station doit connaître sa localisation, son élévation (hi), la
direction de l’angle de référence et le nom du projet auxquelles les relevés sont associés.
La station a besoin de connaître ses coordonnées et une orientation pour définir les autres points.
Trois cas peuvent se présenter et ils nécessitent des approches différentes :
1. station virtuelle (programme "Lever") ;
2. station sur un point connu ((programme "Lever") ;
3. station sur un nouveau point dans un environnement de points connus (programme "Station
Libre").
Les deux programmes "Lever" et "Station Libre" sont accessibles via les touches MENU–>Programmes.

Définition du projet

Lorsque qu’un nouveau projet est débuté, il est nécessaire de le définir. Si un projet n’est pas
défini, l’appareil assigne toutes les mesures au dernier projet ou au projet DEFAULT si aucun
projet n’a été défini.
Le choix d’un projet s’effectue en accédant à la fonction ’JOB’ F1 dans l’un ou l’autre des
programmes ’Lever’ et ’Station Libre’. À cette étape, vous pouvez choisir le dernier projet (affiché

87
par défaut), un projet existant en parcourant la liste des projets disponibles à l’aide de la touche de
navigation ou en définissant un nouveau projet à l’aide de la fonction "NOUV" (touche F1 ). Pour
un nouveau projet, l’écran permet d’entrer un nouveau nom dans la ligne active en mode édition et
en utilisant les fonctions contextuelles appropriées. Lorsque définie, pressez Return. Vous pouvez
aussi définir un opérateur et des remarques. Lorsque les informations du projet sont entrées, vous
confirmez le tout avec la fonction "OK" F4.
Le choix du projet est ensuite confirmé avec la fonction "OK" F4 et le programme retourne au
programme "Lever" ou "Station Libre".

Coordonnées et orientation d’une station virtuelle

Le cas d’une station virtuelle se présente lorsque vous devez relever un nouveau site où aucun
repère de nivellement n’est connu. La station est alors installé sur un point virtuel, un point dont
les coordonnées sont inconnues et que vous ne pouvez relier la station à aucun autre point.
Coordonnées de la station
La définition des coordonnées de la station s’effectue en sélectionnant la fonction "Station" F2
du programme "Lever". Vous définissez un point (avec une identification) avec les coordonnées de
votre choix en utilisant la fonction "XYZ" F3. Vous confirmez le tout avec la fonction "OK" F4.
Le programme vous demande par la suite la hauteur de l’instrument (hi) par rapport au point.
Cette valeur peut être déterminée facilement à l’aide d’un ruban à mesurer en mesurant la hauteur
entre le centre de la lunette et le point. Vous confirmez le tout avec la fonction "OK" F4 et le
programme retourne au programme "Lever".
Orientation
La station a aussi besoin de connaître sa ligne d’azimut. Elle est définie par la fonction
"Orientation" F3 du programme "Lever". Dans le cas d"une station virtuelle, l’orientation est
aussi virtuelle en choisissant la fonction contextuelle "Orientation Hz" F1. Vous pouvez entrer
l’angle d’orientation que vous désirez ou choisir un angle zéro avec la fonction "Hz=0" F3. Vous
devez définir la hauteur du réflecteur (hr). Vous devez viser un point sur cette ligne de référence,
point que vous définissez par un nom, et activez la mesure avec la fonction "ALL" F1 pour mesurer
et enregistrer les coordonnées du nouveau point et calculer l’orientation. Si seule l’orientation est
nécessaire, activez la fonction "REC". Le programme retourne au programme "Lever" et vous êtes
prêt à procéder aux relevés en activant la fonction "Démarrer" F4.

Coordonnées et orientation d’une station sur un point connu

Cette situation se rencontre principalement lorsque vous effectuez des relevés sur un cheminement
avec transfert de station, visées "avant" et visées "arrière" ou lorsque vous démarrez ou continuez
un projet sur un point connu avec au moins un autre point accessible.
Coordonnées de la station

88
La définition des coordonnées de la station s’effectue en sélectionnant la fonction "Station" F2
du programme "Lever". En installant la station sur un point connu, vous pouvez récupérer les
coordonnées de ce point par la fonction "CHERCH" F1 ou "LISTE" F2. Lorsque l’écran s’affiche,
sélectionnez le nom du point et la station récupérera les coordonnées de ce point et les assignera à
la station. Vous confirmez le choix avec la fonction "OK" F4.
Si vous connaissez les coordonnées du point mais qu’elles ne sont pas connues de la station, vous
pouvez les définir manuellement avec la fonction "XYZ" F3. Vous devez aussi donner un nom à la
station. Vous confirmez le tout avec la fonction "OK" F4.
Le programme vous demande par la suite la hauteur de l’instrument (hi) par rapport au point.
Vous confirmez le tout avec la fonction "OK" F4 et le programme retourne au programme "Lever".
Vous pouvez aussi effectuer un transfert de hauteur d’instrument si vous connaissez l’élévation d’au
moins un autre point visible et accessible avec la fonction "Transfert d’altitude" via la touche FNC
accessible en dehors du programme "Lever".
Orientation
La ligne d’azimut de la station est définie par la fonction "Orientation" F3 du programme "Le-
ver".
Si les coordonnées d’au moins un autre point sont connues et que ces points sont accessibles, vous
pouvez déterminer l’orientation en utilisant la fonction contextuelle "Orientation XYZ" F2. Vous
pouvez récupérer les coordonnées de ces points avec la fonction contextuelle "LISTE" F1 ou en
entrant directement les coordonnées avec la fonction contextuelle "XYZ" F2. Vous visez et mesurez
le point en question. Après chaque mesure, le message "Voulez vous effectuer des mesures supplé-
mentaires ?" s’affiche. Une réponse "Oui" vous retourne à l’écran pour des mesures additionnelles et
un "Non" vous retourne à l’écran "Résultats". Vous pouvez mesurer ainsi jusqu’à cinq points. Les
résidus peuvent être analysés avec la fonction "Resid".
Si l’orientation d’un point est connu par rapport à la station, vous utilisez la fonction contex-
tuelle "Orientation Hz" F1, saisissez l’angle d’orientation, la hauteur du réflecteur et le nom du
point, visez le point en question, pressez la fonction "REC" pour mesurer, valider et enregistrer
l’orientation.
La confirmation de l’orientation est effectuée en pressant la fonction "OK" F4. Le programme
retourne au programme "Lever" et vous êtes prêt à procéder aux relevés en activant la fonction
"Démarrer" F4.

Coordonnées et orientation d’une station dans un environnement de points connus

Cette situation se rencontre principalement lorsque vous effectuez des relevés dans un zone où
plusieurs points (généralement des repères de nivellement) sont déjà connus et accessibles et que
vous installez la station en un point dont les coordonnées et l’orientation ne sont pas connues. Dans
ce cas, la station peut déterminer ses coordonnées et son orientation avec le programme "Station
libre" mais nécessite la connaissance d’un minimum de deux points.

89
Coordonnées et orientation de la station
Les coordonnées et l’orientation de la station sont définis avec la fonction "Démarrer" F4 du
programme "Station libre".
Vous débutez en saisissant le nom de la station et la hauteur de l’instrument (hi) au moyen
d’un ruban à mesurer en mesurant la hauteur entre le centre de la lunette et le point. Le tout est
confirmé avec la fonction "OK" F4.
Par la suite, l’écran "ST–LIBRE–PT VISÉ" s’affiche. Vous pouvez récupérer les coordonnées d’un
point connu par la fonction "CHERCH" F1 ou "LISTE" F2. Lorsque l’écran s’affiche, sélectionnez
le nom du point et la station récupérera les coordonnées de ce point. Si le point n’est pas connu
de la station, vous pouvez le définir avec la fonction F4 + "XYZ" F1. Vous confirmez le choix
avec la fonction "OK" F4. Le programme vous amène dans l’écran "VISEZ LA CIBLE" où
vous définissez la hauteur du réflecteur (hr) (si ce n’est pas fait), visez le réflecteur sur le point et
déclenchez la mesure avec la fonction ’ALL’. Vous pouvez ajouter des points avec la fonction "AjtPt"
ou "PLUS" F2. Vous demandez de calculer les coordonnées et l’orientation de la station avec la
fonction "CALC" F3 lorsque vous avez un minimum deux points. Cette dernière fonction affiche
les coordonnées de la station. Vous pouvez alors demander pour relever des points supplémentaires
"PREC" F1, afficher les résidus "RESID" F2 afficher l’écart types "ETYPE" F3 ou accepter les
coordonnées affichées de la station "OK" F4.

5.3.6 Mesures
Lorsque la station est configurée, elle est prête à mesurer tout point où le réflecteur est visible
et accessible. Vous devez vous assurer que la hauteur du réflecteur (hr) (longueur de la canne) est
définie correctement. Vous visez le réflecteur et pressez la touche de fonction contextuelle "ALL"
pour mesurer et enregistrer les coordonnées du point mesuré. Le système définit automatiquement
des No de points séquentiel. Vous pouvez aussi définir un code pour le point,code qui est significatif
pour vous. L’utilisation d’un code est fortement recommandée avec la définition d’une nomenclature.
Le programme "Lever" (MENU, Lever, Démarrer du tachéomètre permet aussi de mesurer
rapidement une série de points ; utilisez la page 3/3 pour visualiser les données en coordonnées
XYZ. Mesurez et enregistrez chaque mesure avec la touche contextuelle "ALL".
Si de nouvelles coordonnées de la station ne sont pas définies, la station utilisera les dernières
coordonnées définies ; cela n’est utile que si la station n’est pas déplacées.

5.3.7 Préparation pour le transfert de l’instrument


Avant de transférer l’instrument vers une nouvelle station, vous devez marquer la nouvelle station
(avec un piquet ou autrement) et mesurer ses coordonnées. Il est recommandé d’identifier et mesurer
au moins un autre point tournant.

90
Table 5.1 – Tolérances réglementaires

5.4 Tolérances réglementaires


L’arrêté du 21 janvier 1980 précise les tolérances applicables au nivellement (tableau ci-contre).
L est la longueur totale du parcours en kilomètre. N est le nombre de dénivelées. N est le nombre de
dénivelées au kilomètre (n = N/Lkm ). La valeur limite n = 16 correspond à un cheminement dont
la distance moyenne entre points est de 62,50 m soit une portée moyenne d’environ 30 m. Cette
valeur est la limite supérieure autorisée en nivellement de haute précision.

5.5 Nivellement par cheminement


Un nivellement par cheminement s’effectue par les opérations suivantes :
— la mire étant sur le point origine A, l’opérateur stationne le niveau en S1 dont il détermine
l’éloignement en comptant le nombre de pas séparant A de S1, de manière à ne pas dépasser
la portée maximale de 60 m. L’opérateur fait une lecture arrière, c’est-à-dire dans le sens de
parcours choisi, sur le point A, notée marA ;
— le porte-mire se déplace pour venir sur le premier point intermédiaire I1 le plus stable possible
(pierre, socle métallique appelé « crapaud », piquet, etc.) et dont il détermine l’éloignement
en comptant lui-même le nombre de pas séparant A de S1 afin de pouvoir reproduire ce
nombre de pas de S1 à I1 ;
— toujours stationné en S1, l’opérateur lit sur la mire la lecture avant sur Il notée mavI1 . Il est
alors possible de calculer la dénivelée de A à I1 de la manière suivante :

∆H1 = marA − mavI1 (5.9)

= lecture arrière sur A – lecture avant sur I1 ;


— L’opérateur doit lire les fils stadimétriques et vérifier que m ∼
= (m1 + m2)/2 ;
L’opérateur se déplace pour choisir une station S2 et ainsi de suite .

91
Figure 5.11 – Cheminement de nivellement

5.6 Fermeture du cheminement


Connaissant l’altitude de A, on peut calculer à nouveau à partir des mesures de terrain, l’altitude
de B : on appelle cette valeur de HB la valeur observée, notée HBobs .
n
X
HBobs = HA + ∆Hi (5.10)
i=1

Si les mesures étaient exemptes d’erreurs, on retrouverait exactement l’altitude connue HB . En


réalité, il existe un écart appelé erreur de fermeture du cheminement (ou plus simplement fermeture)
qui est soumis à tolérance. Cette fermeture notée fH vaut :

fH = HBobs − HB (5.11)

Si l’on appelle T∆H la tolérance réglementaire de fermeture du cheminement, on doit donc vérifier :
|fH | < T∆H . Si ce n’est pas le cas, les mesures doivent être refaites.

5.7 Compensation du cheminement


La compensation est l’opération qui consiste à répartir la fermeture sur toutes les mesures.
La compensation, notée CH , est donc l’opposée de la fermeture, c’est-à-dire : CH = −fH . Cet
ajustement consiste à modifier les dénivelées partielles en répartissant la compensation totale CH
sur chacune d’elle. Cette répartition peut être effectuée de plusieurs manières :
1. proportionnellement au nombre N de dénivelées : on choisira ce type de compensation
dans le cas où la fermeture est très faible c’est-à-dire inférieure à l’écart type σH = TH /2, 7.
Donc la compensation sur chaque dénivelée est : CH i = CH /N . Dans le cas où la fermeture est
comprise entre écart type et tolérance, on peut choisir entre les deux méthodes de répartition
suivantes.
2. proportionnellement à la portée : on considère que plus la portée est importante et plus
la dénivelée peut être entachée d’erreur. Ceci oblige à connaître un ordre de grandeur de la

92
Table 5.2 – Cheminement simple

portée, qui est obtenu par stadimétrie. La compensation sur chaque dénivelée est alors :

Li
CHi = CH P (5.12)
Li

3. proportionnellement à la valeur absolue de la dénivelée : la compensation à appliquer


à chaque dénivelée partielle du cheminement vaut donc :

|∆Hi |
CHi = CH P (5.13)
|∆Hi |

L’ajustement n’est qu’un mal nécessaire qui n’améliore jamais les mesures et rend donc inutiles
les décimales de calcul sans signification ; donc les compensations partielles sont arrondies, au mieux,
au millimètre leur somme devant toutefois être rigoureusement égale à la compensation totale. Le
contrôle du calcul consiste à vérifier que l’altitude de l’extrémité obtenue de proche en proche depuis
celle de l’origine à l’aide des dénivelées compensées est strictement égale à l’altitude connue.
L’altitude de chaque point se calcule de proche en proche par la formule ci-dessous (attention
aux unités) :
Hi = Hi−1 + ∆Hi−1−→i + Ci (5.14)

Application 6.

5.8 Cheminement mixte


Le mesurage terminé, on calcule d’abord le cheminement sans tenir compte des points de détails
rayonnés. Puis on calcule les points rayonnés et on les note, par exemple, dans une autre couleur.
Leur calcul est différent de celui des points cheminés. En effet :

93
Table 5.3 – Exercice sur cheminement mixte

— tous les points rayonnés depuis une même station sont calculés à partir de l’altitude du point
arrière de la station. Cette différence de calcul entraîne souvent des erreurs qui peuvent
être limitées par le respect du calcul en deux étapes : d’abord le cheminement seul puis les
rayonnements et par l’emploi de couleurs différentes ;
— il n’y a pas de compensation sur la dénivelée d’un point rayonné puisqu’il n’y a pas de
contrôle possible de sa valeur. L’altitude du point rayonné dépend de celle, déjà compensée,
du point arrière du cheminement : H (du point rayonné) = H(du point du cheminement) +
∆H. Ce manque de contrôle exige une lecture particulièrement attentive sur ces points (par
exemple, une lecture sur les trois fils).
— Sur chantier, on calcule souvent l’altitude d’un point rayonné en faisant intervenir la notion
d’altitude du plan de visée, c’est-à-dire l’altitude de l’axe optique du niveau : elle est
égale à l’altitude du point de référence arrière de la station augmentée de la lecture sur mire
en ce point.

Figure 5.12 – Cheminement mixte

Application 7.

Application VBA 5. Monter un programme en VBA qui permet de résoudre ce problème.

94
5.9 Nivellement indirect
5.9.1 Principe du nivellement indirect trigonométrique
Le nivellement indirect trigonométrique permet de déterminer la dénivelée ∆H entre la station
T d’un théodolite et un point P visé. Ceci est fait par la mesure de la distance inclinée suivant la
ligne de visée Di et de l’angle zénithal (noté V).

Figure 5.13 – Nivellement indirect trigonométrique

À partir du schéma, on peut écrire que :

∆HT P = ht + Di .cosV ˘hv (5.15)

∆HT P est la dénivelée de T vers P On en déduit la distance horizontale Dh :

DhT P = Di × sinV (5.16)

et la distance suivant la pente Dp q


Dp = ∆H 2 + Dh2 (5.17)

Le terme Di .cosV est appelé « dénivelée instrumentale ». Il est noté ∆hi. C’est la dénivelée
entre l’axe des tourillons (t) du théodolite et le point p visé.

5.9.2 Principe du nivellement indirect géodésique


Ce type de nivellement permet la détermination de la dénivelée entre le point de station T et un
point P visé à partir de la connaissance des coordonnées planimétriques de T et P et de la mesure
de l’angle vertical V.
La distance horizontale Dh est déduite des coordonnées de T et P comme suit :
q
Dr = (ET − EP )2 + (NT − NP )2 (5.18)

95
Figure 5.14 – Nivellement indirect géodésique

Dr
Do = Dr − Cr = ≈ Dr × (1 − kr) (5.19)
1 + kr

hT
DhT = Do × (1 + ) (5.20)
RN
DhT est la distance horizontale entre T et P réduite à la station T ; hT est la hauteur du point de
station au-dessus de l’ellipsoïde.
La dénivelée instrumentale ∆hi vaut :

DhT
∆hi = = DhT × cotanV (5.21)
tanV

La dénivelée cherchée de T vers P vaut donc :

∆HT P = ht + DhT × cotanV − hv (5.22)

Les avantages du nivellement indirect par rapport au nivellement direct sont les suivants :
— on peut faire du nivellement indirect en terrain à forte pente sans multiplier le nombre des
stations contrairement au nivellement direct ;
— la mesure de la dénivelée est faite en station sur le point connu, ce qui peut faire gagner
du temps lors d’un cheminement ou lors d’un lever de détails par rayonnement puisqu’on
obtient directement l’altitude des points visés outre leurs coordonnées en planimétrie ;
— si l’on utilise un théodolite électronique, on peut faire des visées très longues, de plusieurs
kilomètres, ce qui n’est pas possible en nivellement direct, une lecture sur mire à 100 m étant
déjà difficile.
Les inconvénients du nivellement indirect par rapport au nivellement direct sont les suivants :
— sur un chantier, pour obtenir une simple dénivelée en vue d’une vérification ou d’une implan-
tation, le niveau reste plus simple et plus rapide à mettre en station et surtout plus facile à
maîtriser par des non spécialistes ;
— les longues portées obligent à prendre en compte les erreurs dues à la sphéricité terrestre, à

96
la réfraction atmosphérique, et les corrections de réduction à l’ellipsoïde. Mais l’informatique
remédie à cet inconvénient en fournissant directement les données corrigées de ces erreurs.
Seul le nivellement direct de précision permet d’obtenir des précisions millimétriques sur les
dénivelées. La précision des instruments de mesure électronique des longueurs des stations
modernes (IMEL) permet d’approcher la précision du centimètre sur la dénivelée sur des
portées de l’ordre du kilomètre.

5.9.3 Tolérances réglementaires en nivellement indirect


Chacune des tolérances Ti suivantes s’applique à l’écart entre deux déterminations indépendantes
d’une même dénivelée par visées réciproques. La tolérance sur le cheminement complet sera la
suivante : r
X
T = Ti2 (5.23)

Dénivelée calculée à partir de la distance horizontale

La dénivelée est donnée par :

∆H = ht ˘hv + Dh .cotV + Cna = ht ˘hv + Dh .tani + Cna (5.24)

avec Cna = q.Dh2 . En dérivant et en composant quadratiquement, il vient :

Dénivelée calculée à partir d’une mesure de distance inclinée

Dénivelée déduite de la distance inclinée mesurée

Figure 5.15 – Dénivelée déduite de la distance inclinée

Dénivelée déduite de la distance horizontale issue des coordonnées

Les tolérances en centimètres sont les suivantes :

97
Figure 5.16 – Dénivelée déduite de la distance horizontale issue des coordonnées

5.10 Travaux pratiques : Fiche synthétique de lever plani-


métrique et altimétrique
5.10.1 Mise en station des appareils
Objectif : La mise en station d’un théodolite consiste à caler l’axe principal à la verticale d’un
point de station donné.
La mise à hauteur du trépied s’effectue comme suit :
1. Fixez l’appareil sur le trépied en prenant soin de vérifier que les trois vis calantes sont
à peu près à mi-course ;
2. Réglez l’oculaire à la hauteur des yeux de l’opérateur (ou mieux, légèrement en
dessous de cette. Profitez-en pour régler la netteté du réticule de visée ;
3. Mise en station sur un point donné : soulevez deux pieds du trépied tout en regardant
dans le plomb optique et déplacez l’ensemble afin de positionner le plomb optique près
du point de mise en station. Enfoncez ensuite les pieds dans le sol en mettant la jambe
parallèlement à chacun de pieds du trépied à enfoncer puis positionnez le plomb optique
exactement sur le point au moyen des trois vis calantes. À cet instant, l’axe principal passe
par le point de station mais n’est pas vertical. Calez la nivelle sphérique au moyen des pieds
du trépied. Posez un pied sur une jambe du trépied puis faites-la coulisser jusqu’à centrer la
bulle de la nivelle. En pratique, il faut intervenir sur plusieurs pieds l’un après l’autre (agir
sur le pied vers lequel semble aller la bulle et recentrez-la ou ramenez-la vers un autre pied,
et agir ensuite sur ce pied, etc).
4. Mise en station libre : reculez pour vérifier que l’appareil est à peu près vertical, puis

98
enfoncez les pieds du trépied dans le sol. Dans ce cas, calez directement la nivelle sphérique
avec les trois vis calantes ;
5. Calage fin dans une direction au moyen de la nivelle torique : Amenez la nivelle
torique parallèle à deux vis calantes. Centrez la bulle au moyen des deux vis en agissant
simultanément sur les deux vis en sens inverse l’une de l’autre, puis faites tourner l’appareil
de 200 gon (repérez-vous sur la graduation horizontale du socle ou sur les lectures angulaires
horizontales Hz ). Si la nivelle torique est bien réglée, la bulle revient exactement dans la
même position après un demi-tour de l’alidade (ou dans une position voisine à une ou deux
graduations près : la bulle doit rester entre les deux repères principaux). Si la nivelle torique
est complètement déréglée, la bulle est complètement décalée et vient en butée sur un des
deux côtés du tore. La nivelle doit être réglée au moyen des vis de réglage prévues à cet effet.
Si la nivelle torique est légèrement déréglée, elle se décale d’un nombre n de graduations : il
suffit dans ce cas de recentrer la bulle de n/2 et adopter pour la suite cette position de la
bulle comme position de référence appelée position de calage ;
6. Enfin, vérifiez que l’appareil est toujours au-dessus du point de station donné (on
s’accorde une tolérance de centrage de ± 4 mm, ce qui correspond au rayon de 4 mm de
la demi-sphère intérieure des clous d’arpentage. Si l’appareil s’est trop éloigné (ce qui n’est
possible que si vous avez fait une faute lors de la mise en station), décalez-le en dévissant
l’embase et en le faisant glisser sur le plateau du trépied, puis reprenez le réglage depuis le
début ;
7. Avant les mesures, réglez la netteté du réticule et prélevez la hauteur de l’instru-
ment ht (hauteur tourillon) à l’aide d’un mètre-ruban.

5.10.2 Lever de la ligne de base


Après la mise en station de l’appareil, la première opération est de fixer ou vérifier les repères
(pylônes, ...). L’opération consiste à matérialiser sur le terrain une ligne qui servira de base (ligne
de base). En pratique cette ligne doit être piquetée ou bornée. Dans ces travaux pratiques,
la ligne de base est la limite ouest de la concession GEO parallèle à la route Kasapa.
Les carnets de terrain doivent être facilement exploitables et doivent présenter :
1. La date et l’heure ;
2. Le nom de l’opérateur ;
3. Le numéro du carnet ;
4. Le type et le numéro de l’appareil ;
5. Les observations proprement dites.
Opération à effectuer : En mettant en station sur un piquet de cette référence ; réaliser un
alignement de la référence. A l’aide des mires (2) notez toutes les lectures (Ls , Li , Lm ) sur les trois
traits stadimétriques.

99
5.10.3 Travaux demandés
NB : certaines opérations se réalisent à partir de la même station tandis que d’autres nécessitent
la création d’autres stations. Ceci est conditionné fréquemment par la portée qui réduit la lisibilité
sur la mire, les obstacles et le changement des pentes surtout quand on utilise un niveau qui
ne permet pas d’osciller la lunette suivant un axe horizontal (impossibilité de réaliser des angles
verticaux).
On mesure à chaque station l’angle horizontal Hz et la distance horizontale entre stations Dh .
Pour obtenir la distance horizontale Dh , on mesure généralement la distance inclinée Di et l’angle
zénithal V puis on en déduit :
Dh = Di × sinV (5.25)

Certains appareils donnent directement Dh , mais les valeurs de Di et V doivent être conservées
puisqu’elles entrent dans le calcul des tolérances et permettent de calculer les dénivelées du parcours.
En début et en fin de cheminement, l’orientation peut être effectuée par le calcul d’un G0moyen
de station. De même, à chaque station intermédiaire, l’opérateur effectue un tour d’horizon : en plus
des visées arrière et avant permettant de calculer l’angle au sommet, il vise un point fixe lointain
qui sert de référence au tour d’horizon, ceci permet de contrôler les lectures à chaque sommet.
Si l’on veut lire directement l’angle Hzj (angle horizontal lu au sommet j), l’opérateur peut
positionner le zéro du limbe sur le côté précédant la station. En pratique, il ne bouge pas le zéro du
limbe après la mise en station (sa position est quelconque) : il effectue les lectures angulaires sur le
côté précédent puis sur le côté suivant et l’angle Hzj en est déduit par différence.
Si l’on désire lire directement le gisement du côté suivant la station (en mode décliné), il faut
afficher la valeur de son gisement sur le côté précédent.

Figure 5.17 – Schéma d’un cheminement

Figure 5.18 – Schéma d’un cheminement avec Go de station

100
On demande de réaliser les opérations suivantes à partir du théodolite ou d’un niveau.
1. De matérialiser un alignement qui servira à la plantation des manguiers à 30o de la ligne de
base ;
2. De matérialiser un alignement perpendiculaire à l’alignement précédent demandé dans le
projet pour la plantation des acacias ;
3. De matérialiser un alignement parallèle au précédent le long duquel une route sera tracée.
Cet alignement est long de 400m ;
4. De réaliser un tour sur chacune de stations ;
5. De trouver le prolongement de l’alignement précédent jusqu’à 800m de longueur.
Matériels : mètre-ruban, jalons, GPS, Mires, trépied, niveau, théodolite.

101
Chapitre 6

Acquisition topographique par GPS et


systèmes connexes

6.1 Le GPS qu’est-ce ?


Le GPS est au départ un système militaire de navigation réalisé et contrôlé par les États-Unis
depuis 1970. Son appellation initiale est NAVSTAR (Navigation System by Timing and Ranging).
Il est géré par le Département des Transports qui en tolère actuellement l’utilisation civile.
Le but du GPS est de fournir à un utilisateur terrestre, voiture, avion, bateau, sa position, sa
vitesse et sa synchronisation instantanée dans un système de référence mondial en tout lieu et à tout
instant. Pour réaliser ce but, il est nécessaire de pouvoir observer en permanence quatre satellites
GPS simultanément ; pour cela, on dispose d’une constellation de 24 satellites répartis sur six plans
orbitaux à une altitude d’environ 20 200 km

102
Deuxième partie

CARTOGRAPHIE

103
Introduction sur la cartographie

Fondement
Le lever de détails est l’ensemble des opérations intervenant dans un lever topographique et
consistant à déterminer à partir des points du canevas d’ensemble, polygonal ou de détails, la
position des différents objets d’origine naturelle ou artificielle existant sur le terrain. Le levé, nom
donné au document résultant d’un lever, est destiné, éventuellement après traitement numérique, à
l’établissement de plans graphiques ou numériques : c’est la phase de report.
Le but de tout lever topographique est l’établissement d’un plan graphique même si, actuelle-
ment, l’étape intermédiaire du plan numérique se généralise.
« Un plan graphique est la représentation obtenue en reportant les divers éléments descriptifs
du terrain sur un support approprié, quel que soit le mode d’établissement. C’est une représentation
du terrain par « dessin du trait », ce qui impose une sélection des détails représentés et une
convention dans leur représentation » (définition donnée par Le cahier des charges techniques
générales : CCTG 50).
« Un plan numérique est un fichier comprenant l’enregistrement sur support informatique des
coordonnées des points et des éléments descriptifs du terrain quel que soit le mode d’établissement.
Ce fichier doit permettre l’établissement de plans graphiques à différentes échelles, leur précision
restant au mieux celle de la saisie des données ».
Les plans topographiques ont des finalités très diverses ; c’est souvent leur destination qui im-
posera la précision du lever et le choix des détails.

6.2 Plans et cartes


Il est possible de classer les cartes et les plans suivant leur échelle et leur destination.
Traditionnellement, le terme de plan, en topométrie, est réservé aux échelles qui permettent de
conserver les formes et dimensions réelles des objets en évitant au maximum les signes convention-
nels. Les échelles varient du 1/100 (ou du 1/50 pour certains plans d’intérieur) au 1/5 000.
On parle ensuite de plans directeurs, du 1/10 000 au 1/25 000 et de cartes à partir aussi du 1/10
000. Les plans directeurs proviennent souvent de la généralisation de plans à plus grande échelle.
Suivant leur destination, on peut trouver trois types principaux de plans :

104
— les plans uniquement descriptifs ou d’état des lieux. Ils reproduisent fidèlement une
étendue plus ou moins importante de terrain ou d’ouvrages existants. On peut y classer les
divers plans parcellaires (le cadastre, par exemple), les plans d’intérieur, de propriété, de
masse, etc. ;
— les plans d’études ou de projet, basés sur les précédents et les complétant par une étude
d’aménagement des lieux. Ils sont très nombreux et concernent un large éventail d’activités :
construction, aménagements urbains et ruraux, voirie, réseaux, transports, etc. ;
— les plans de récolement. Ils constatent le nouvel état des lieux après la fin des aména-
gements divers : alignements, implantations de voies ou de bâtiments, profils en long et en
travers, réseaux, etc. Ces derniers sont très utiles voire indispensables dans une optique de
qualité.
Tous ces plans répondent à des besoins bien précis et il ne faut jamais oublier, lors de leur établisse-
ment, les prescriptions des cahiers des charges. Ils comportent, en général, deux types d’information :
planimétriques et altimétriques.

6.3 Formats normalisés


Les formats normalisés sont représentés sur la figure : le format de base est le A0. Il est défini
de manière à délimiter une surface de un mètre carré. Ses dimensions exactes sont de 841 mm par
1190 mm.

6.4 Présentation
6.4.1 Indications devant figurer sur les plans à grande échelle
Selon l’arrêté de 1980, doivent figurer sur ces plans :
— l’échelle ;
— le type de plan (topographique, parcellaire, etc.) ;
— la nature du plan (graphique, numérique, numérisé, orthophotoplan, etc.) ;
— le mode (photogrammétrie ou lever terrestre) et la date d’établissement ;
— la date éventuelle de mise à jour (ou de la prise de vue) ;
— les dates de rattachement à la NTF et au NGF ;
— la désignation du maître d’ouvrage (commanditaire) et du maître d’œuvre (exécutant) ;
— le label attribué par le service du cadastre.
L’Ordre des Géomètres préconise de faire figurer également les indications suivantes :
— les noms de la ville ou de la commune, du
— l’adresse de la parcelle, le nom du propriétaire et celui des propriétaires voisins ;
— les cotes périmétriques, la surface et l’orientation ;

105
— la désignation cadastrale, les servitudes, les indications particulières ;
— le cachet du géomètre avec la mention suivante : reproduction interdite.

6.4.2 Plans à grande échelle (du 1/200 au 1/5 000) établis pour les
services publics (arrêté de 1976)

106
Chapitre 7

COURBES DE NIVEAU ET
INTERPRÉTATION DU RELIEF

7.1 Terminologie
Les courbes de niveau, appelées isophyses, sont destinées à donner sur une carte un aperçu du
relief réel.

Définition 29. Une courbe de niveau est l’intersection du relief réel avec un plan horizontal d’al-
titude donnée en cote ronde (généralement un nombre entier).

Les courbes sont équidistantes en altitude ; leur espacement horizontal dépend de la déclivité
du terrain à représenter et de l’échelle du plan ou de la carte. Les courbes maîtresses sont en
trait continu épais et placées après toutes les cinq courbes ; les courbes ordinaires sont en trait
continu moyen, les courbes intercalaires en trait interrompu fin.
On visualise en trois dimensions le terrain dessiné à plat sur la carte. Cela est renforcé sur les
cartes par des coloriages pour souligner les lignes de crête : ils représentent l’ombre créée par une
lumière fictive qui viendrait du nord-ouest de la carte. Sur l’exemple ci-après, on peut lire sur la
vue en plan les pentes du terrain naturel ; on repère les sommets, les cols topographiques,
les cuvettes (ou dolines), les ruptures de pente. On distingue les zones en forte déclivité, où les
courbes de niveau sont très proches, des zones de moindre déclivité, où les courbes sont plus
espacées. Plusieurs courbes qui fusionnent en une seule indiquent une falaise verticale (figure 7.1).
Une courbe de niveau est une courbe fermée qui ne peut croiser une autre courbe de niveau
d’altitude différente, sauf dans une caverne, auquel cas il y a deux croisements (figure 7.1).
Pour renforcer la lisibilité d’un plan, sont ajoutées :
— les lignes de crête en rouge qui joignent les sommets et les cols ; elles figurent les lignes de
partage des eaux qui séparent deux bassins-versants contigus dont les eaux s’écoulent vers
deux talweg différents. En zone peu accidentée, on parle de ligne de faîte ;

107
Figure 7.1 – Courbe de niveau

— les lignes de talweg (en allemand chemin de fond de vallée) en bleu rejoignent les points
les plus bas d’une vallée et figurent les lignes d’écoulement des eaux. La ramification de ces
lignes se fait de l’aval vers l’amont et donne sur le plan une figure nommée le chevelu.
Les lignes de crête et de talweg sont perpendiculaires aux courbes de niveau. Les courbes de niveau
des cartes à petite échelle ne sont pas levées directement sur le terrain : ce serait fastidieux. Elles
sont tracées par restitution photogrammétrique qui ne sera pas développée dans ce cours. Ça
fait l’objet du cours de photogéologie.
Dans un lever de détails, les courbes de niveau sont toujours une information supplémentaire
importante ; elles sont donc souvent tracées. Elles sont généralement levées avec des stations totales
par la création de semis de points, puis tracées automatiquement sur informatique.

7.2 Principe de l’interpolation


Comprendre l’interpolation permet de choisir judicieusement le nombre et la position des points
à lever. L’altitude au point M situé entre les courbes de niveau 530 et 540 est déterminée en

108
considérant le terrain en pente constante entre A et B. Les points A et B sont les points les plus
proches de M sur les courbes de niveau 530 et 540 ; ici ∆H = 10 m. La pente au point M vaut :

∆H
p= (7.1)
ab

La distance ab est la distance réelle, c’est-à-dire la distance mesurée sur le plan et divisée par l’échelle
du plan.

Figure 7.2 – Principe d’interpolation

L’altitude de M est :
HM = HA + am × p (7.2)

On peut appliquer cette dernière formule avec les distances mesurées sur le plan ; le facteur d’échelle
se simplifie.

7.3 Lever des courbes de niveau


L’interpolation implique de collecter sur le terrain un point à chaque changement de
pente. En pratique, on lève les lignes de changement de pente, les crêtes et pieds de talus et on
densifie le nombre de points dans les zones de forte déclivité. Dans tous les cas, il faut
collecter un nombre suffisant de points pour que les interpolations faites soient proches de la réalité.
La densité à l’hectare des points nécessaires pour obtenir une représentation fiable du terrain est
fonction des changements de déclivité du terrain et de l’échelle du plan. Le tableau ci-après donne
quelques ordres de grandeur.

Table 7.1 – Points à lever des courbes de niveau en fonction des échelles

Il existe différentes méthodes de levé de courbes, à savoir :

109
— le lever des lignes caractéristiques (crêtes, talwegs, ruptures de pente), dont on déduit
les courbes de niveau. Ce type de lever doit être complété par des semis de points dans
les versants entre les lignes caractéristiques. C’est une méthode qui donne des résultats
satisfaisants et qui est adaptée aux stations totales ;
— le quadrillage du terrain : lorsque le terrain est peu accidenté, on peut construire un
quadrillage régulier constitué de mailles carrées (par exemple 6 m x 6 m pour un plan au
1/100) dont une direction correspond à la ligne de plus grande pente du terrain. Le quadrillage
peut être implanté au moyen d’une simple équerre optique et le lever altimétrique peut être
réalisé au niveau, ce qui fait de cette méthode une alternative intéressante lorsque l’on ne
dispose pas de station ;
— le filage de courbes : il consiste à suivre la courbe de niveau avec une mire pour marquer
puis lever tous les points d’une courbe : c’est un procédé long.
Il faut ajouter à ces méthodes le lever par photographies aériennes et restitution photogram-
métrique, qui permettent d’obtenir rapidement les courbes de niveau pour une zone de très grande
étendue et avec une précision homogène à la modélisation du terrain et l’échelle de représentation
choisie.

7.4 Report des courbes de niveau


7.4.1 Report manuel
Ce travail fastidieux est maintenant pris en charge par les logiciels de topographie cependant il
est formateur d’avoir effectué au moins un report manuel pour assimiler la discrétisation du terrain.
Le tracé manuel consiste à réaliser l’interpolation inverse de celle qui est détaillée au paragraphe
précédemment. Par exemple, représente la courbe d’altitude 129,50 m à partir d’un semis de points.
On repère les points qui encadrent cette courbe : 17 et 19 sont au-dessus, 18, 20 et 24 sont au-dessous.
Les points 31 et 23 sont trop éloignés : ils ne seront pas pris en compte. Il reste à déterminer par
interpolation des points de passage de la courbe sur les quatre segments 17-18, 17-20, 19-20 et 19-24 ;
ces segments sont choisis de manière à être les plus courts et les plus perpendiculaires possibles à
la future courbe de niveau ; on écarte par exemple le segment 17-24.
Le calcul d’interpolation est réalisé en utilisant la formule suivante :

1
am = (HM − HA ) × (7.3)
p

Il faut garder présent à l’esprit que ces courbes ne sont qu’un modèle approximatif et qu’il est
illogique de faire des calculs au centimètre près.
Il existe une méthode graphique plus rapide dont la précision est généralement largement suf-
fisante. L’opérateur dispose d’une feuille A4 sur laquelle il dessine des lignes horizontales réguliè-
rement espacées numérotées par exemple de 0 à 100. Afin de placer la courbe de niveau 129,50 m

110
entre les points 19 et 24 , il dispose la feuille A4 de façon que la ligne 129,08 m passe sur le point
24, ce positionnement s’effectue à vue puisque la ligne 129,08 m n’existe pas, et de façon que la
ligne 129,82 passe par le point 19 ; il reste à piquer l’intersection de la droite 19-24 et de la ligne 50
de la feuille A4 pour obtenir un point de passage de la courbe 129,50 m.

Travail Dirigé 13. Tracez les courbes de niveau tous les 10 m à partir du levé de la figure. Le
maillage est de 100 m x 100 m.

7.4.2 Report automatique


Les logiciels de topographie proposent un tracé automatique des courbes de niveau à partir d’un
semis de points. Ce tracé fonctionne plus ou moins sur le même principe que le tracé manuel :
création d’un maillage du terrain, soit constitué de triangles s’appuyant sur les points levés, soit
constitué de mailles régulières s’appuyant sur le contour de la zone à mailler ; dans ce cas, le
programme détermine l’altitude des nœuds du maillage en s’appuyant sur le semis de points. Le
logiciel détermine ensuite tous les points d’intersection entre les côtés du maillage et les plans
horizontaux d’altitude entière pour tracer les courbes de niveau point par point.

111
Chapitre 8

Modèle Numérique de Terrain (MNT)

112
Chapitre 9

RACCORDEMENTS ROUTIERS ET
DES VOIES FERRÉES

113
Chapitre 10

ÉTABLISSEMENT DES PROFILS EN


LONG ET EN TRAVERS DES
PROJETS

114
Chapitre 11

CUBATURES ET ÉPURES DES


PROJETS

115
Annexes

116
Base de MS EXCEL

117
NOTIONS DE BASE EN AUTOCAD
CIVIL 3D

118
Base de Golden SURFER

119
Base de ARCGIS

[]

120
Bibliographie

[1] ADDINSOFT : XLSTAT 2007. Addinsoft, http ://www.addinsoft.com, 2007. 596p.


[2] J. HILDEBERT : Dictionnaire de l’anglais de l’informatique. Business Management Series,
France, Juin 2004. www.pocket.fr.
[3] P. LAFFITTE : Traité d’informatique géologique. Masson et Cie, 1972. 624p.

121

Vous aimerez peut-être aussi