Vous êtes sur la page 1sur 9

CHAPITRE IV : ÉLEMENTS D’ANALYSE FINANCIERE

I- FLUX ET DECISIONS FINANCIERES AU SEIN DES ENTREPRISES


Il existe au sein d'une entreprise quatre types de décisions financières :
- Se financer de la manière la plus adéquate possible ;
- Investir, c’est-à-dire établir une analyse de l'affectation des moyens disponibles ;
- Exploiter les ressources disponibles en vue d'en dégager la rentabilité maximale ;
- Distribuer, c’est-à-dire affecter les résultats de l'entreprise.
Pour chacune de ces décisions, il existe une série de problèmes de choix :
Se financer : choix entre le financement par fonds propres, l'autofinancement, les capitaux
extérieurs, l'augmentation de capital, le financement par dettes à long ou à court terme (crédit,
emprunt...). Il faut peser les avantages et les inconvénients de ces différentes formes de
financement, savoir également dans quelles proportions elles doivent être utilisées, etc.
Investir : choix entre les différents investissements possibles. Comment investir de
manière rentable, en s'assurant que les revenus générés couvrent leurs coûts.
Exploiter : s'assurer que les investissements choisis procurent la rentabilité maximale,
gérer de manière efficiente les créances, les dettes et les valeurs disponibles.
Distribuer : déterminer le montant des dividendes versés aux actionnaires et la part mise
en réserve.
D'autres problèmes sont liés au temps et à l'incertitude. Ils découlent du décalage dans le
temps entre les recettes et les dépenses, d'une part, et du risque résultant de toute décision,
d'autre part.
L'objectif d'une entreprise est la maximalisation du profit. Cet objectif engendre également
les questions suivantes :

-ils à augmenter la valeur des actions ?


Pour permettre la rencontre entre les diverses offres et demandes dans le domaine financier, il
existe un marché des capitaux qui est constitué de l'ensemble des institutions et des
mécanismes dont l'objet est d'acheter ou de vendre des actifs financiers.
Un actif financier est un engagement d'une unité économique vis-à-vis d'une autre entité
économique. Il existe deux grandes catégories d'actifs : les titres représentatifs d'une dette
(dont les obligations) et les titres de propriété (dont les actions).
Le marché primaire est celui utilisé par les entreprises et les États pour l'émission d'actifs
financiers nouveaux.
Le marché secondaire (dont la bourse) s'occupe des actifs financiers existants.
Les intermédiaires financiers jouent un double rôle :

es caractéristiques des titres en émettant des titres d'une espèce et en


investissant dans des titres d'autres espèces.
Comme toute décision financière doit tenir compte du temps et de l'incertitude, il existe deux
concepts fort importants : la capitalisation et l'actualisation.
Sachant que la valeur des devises monétaires varie au fil du temps à cause, entre autres, de
l'inflation des prix, il est possible d'estimer la valeur d'un FCFA de demain par rapport à un
FCFA d'aujourd'hui. Il suffit, si le taux d'intérêt est connu, de multiplier FCFA de demain par
le facteur de capitalisation 1 + i.
Supposons que le taux d'intérêt i soit égal à 10 %, un FCFA d'aujourd'hui équivaut à un
FCFA de l'année prochaine multiplié par (1 + 0,1), soit 1,1 FCFA futur. Le raisonnement
inverse est également plausible.
Pour connaître la valeur d'un FCFA de demain, il suffit de multiplier un FCFA d'aujourd'hui
par le facteur d'actualisation, soit 1/1+i.
La valeur actuelle nette (VAN) d'un investissement est la différence entre le coût de cet
investissement et la valeur actuelle des revenus futurs qui en résultent. Si X est égal à ce que
rapporte l'investissement
I au temps t=1 et si le taux d'intérêt est égal à i, alors : VAN = X/1+i — I

II- ANALYSE DU BILAN


Pour analyser la structure du patrimoine d'une entreprise, il est nécessaire de regrouper les
différents postes selon leur nature plutôt qu'en fonction de leur degré de liquidité ou
d'exigibilité. Le regroupement fait apparaître la distinction entre fonds de roulement net,
besoin de financement à court terme et trésorerie. Ces trois concepts constituent une
première clé de l'analyse moderne de la structure financière. Un bilan peut, schématiquement,
se présenter comme suit :

Le fonds de roulement net (FRN) est égal à la différence entre les capitaux permanents
(Fonds Propres + provisions + dettes à moyen et long terme) et les immobilisations : il
indique le montant de capitaux permanents investis dans l'entreprise pour financer les actifs
autres que les immobilisés. Un fonds de roulement net positif signifie que les capitaux
permanents sont supérieurs aux immobilisés nets et que des capitaux permanents sont
disponibles pour financer les besoins d'exploitation. Un fonds de roulement net négatif est le
signe d'une insuffisance de financement en capitaux permanents par rapport aux immobilisés.
De l'égalité entre actif et passif, il résulte que le fonds de roulement net peut également être
calculé par le "bas du bilan" comme la différence entre actifs et passifs circulants :
FRN = FP+PR+DLT-IM = (S+R+VD)-(DCTe-DCTf)
Le besoin de financement à court terme (BFCT) ou besoin de fonds de roulement désigne
la différence entre les actifs et les passifs d'exploitation, soit les stocks (S) plus le réalisable
(R) diminués des dettes à court terme d'exploitation (DCTexp). Si ce montant est positif, il
correspond à la masse de fonds (liée à l'exploitation) qui doit être financée.
Il est lié au décalage entre les recettes de l'entreprise et les dépenses nécessaires pour réaliser
son activité.
BFCT = S+R-DCTe
La trésorerie est la différence entre les valeurs disponibles (VD) et les dettes à court terme
financières (DCTfin).
T = VD-DCTf
Or, il y a égalité entre actif et passif du bilan, et elle peut donc s'écrire de façon condensée :
FRN = BFCT+T
La première règle de gestion est que le fonds de roulement net soit positif. Un fonds de
roulement net négatif signifierait qu'une partie des immobilisés est financée par des dettes à
court terme. Or, les immobilisés sont très peu liquides alors que les dettes à court terme sont
exigibles dans des délais rapprochés. En conséquence, l'entreprise connaissant un fonds de
roulement net négatif serait très vulnérable.
La deuxième règle de gestion est que la trésorerie soit légèrement positive. Un fonds de
roulement net positif n'est pas une condition suffisante d'équilibre financier. S'il est inférieur
au besoin de financement à court terme, il s'ensuivra que la trésorerie sera négative, c'est-à-
dire que l'entreprise devra avoir recours au crédit bancaire à court terme pour couvrir la
différence entre le besoin de financement à court terme et le fonds de roulement net. Par
ailleurs, une trésorerie positive en excès constitue une masse non investie dans des emplois
rentables et provoque un autre type de problème : celui de la rentabilité.
Il faut également noter que ces deux règles connaissent certaines exceptions selon le secteur
d'activité. Les entreprises de distribution illustrent bien le caractère relatif des règles
évoquées. Leur fonds de roulement net est négatif, mais leur besoin de financement à court
terme l'est également, car elles vendent comptant ce qu'elles achètent avec un délai de
paiement ; certaines d'entre elles ont donc une trésorerie positive, c'est-à-dire une bonne
situation de liquidité, malgré un fonds de roulement net négatif.

III- ANALYSE DU COMPTE DE RESULTAT


Le bénéfice (ou la perte) de l'entreprise au cours d'un exercice donne une mesure comptable
de l'enrichissement (ou de l'appauvrissement) des propriétaires de l'entreprise.
La législation définit une présentation utilisée par les entreprises commerciales et
industrielles et qui dégage le résultat comme le solde de quatre postes :

Le bénéfice est alors réparti entre distribution (dividendes) et mise en réserve. Préalablement
à l'analyse financière, une restructuration du compte de résultat est nécessaire afin de dégager
les agrégats pertinents (voir tableau ci-contre). Deux différences essentielles sous-tendent la
nouvelle présentation. La première est la dissociation des produits financiers et des charges
financières. La seconde modification est le regroupement au sein de chacune des rubriques
des amortissements, provisions et réductions de valeur. La raison de cette présentation est de
faire apparaître les montants ne correspondant à aucun décaissement afin de dégager les flux
financiers (c'est-à-dire les montants encaissés et décaissés).
Les charges financières résultent des dettes contractées par l'entreprise pour financer
l'ensemble de son actif. Elles apparaissent dans la version restructurée du compte de résultat
en déduction du résultat total de l'entreprise avant charges financières et impôts.
L'excédent brut est le résultat avant amortissements, provisions et réductions de valeur.
Le résultat d'exploitation donne les gains (ou les pertes) résultant de l'activité d'exploitation
courante de l'entreprise.
La valeur ajoutée (VA) mesure l'enrichissement réalisé par l'entreprise et qui sera réparti
entre les salariés, les apporteurs de capitaux (créanciers et actionnaires) et l'État (impôts). Elle
est définie comme la différence entre la valeur de la production et la valeur des
consommations intermédiaires.
La marge commerciale diffère de la valeur ajoutée, car elle ne tient pas compte des biens et
services divers achetés à l'extérieur.
L'excédent brut d'exploitation est obtenu en soustrayant de la valeur ajoutée l'ensemble des
charges de personnel. Il donne le résultat d'exploitation avant amortissements. Ne dépendant
que de la seule exploitation, il servira à payer les charges financières, les impôts et à
rémunérer le capital de l'entreprise.
L'analyse de l'excédent brut d'exploitation (et de la valeur ajoutée dont il découle)
permet de dégager les informations relatives à l'exploitation de l'entreprise
indépendamment de sa politique financière, c'est-à-dire de son endettement, de sa
politique de dividende et de la politique fiscale de l'État.
Nous trouvons dans les produits financiers les revenus résultant des immobilisations
financières de l'entreprise (participations, placements...).
Le résultat exceptionnel prend en compte les produits exceptionnels (plus-values sur
réalisation d'actifs immobilisés...) et les charges exceptionnelles (moins-values sur réalisation
d'actifs immobilisés...).
Les résultats financiers et exceptionnels viennent s'ajouter au résultat d'exploitation pour
déterminer le résultat total de l'entreprise. Le résultat net de l'exercice est la différence entre
le résultat avant charges financières et impôts (en anglais EBIT, "earning before interest and
taxes"), et les charges financières et impôts.
Le communicateur désireux d'analyser la santé financière de l'entreprise s'efforcera de
déterminer le montant net encaissé par celle-ci au cours de l'exercice.
En effet, la rentabilité des capitaux investis dans l'entreprise résulte de la comparaison des
montants dépensés et de l'ensemble des recettes générées par l'activité. C'est donc les flux de
trésorerie qui constituent les variables permettant d'apprécier la santé financière de
l'entreprise.
Il convient de préciser en ce domaine diverses notions :
Le cash-flow ou marge brute d'autofinancement est la masse de fonds générée au cours de
l'exercice et susceptible d'être réinvestie dans l'entreprise. Il s'agit donc d'un montant après
charges financières et après impôts, mais avant paiement de dividendes. Le cashflow est égal
au chiffre d'affaires moins les charges d'exploitation, les charges financières et les impôts. Il
peut être également calculé en rajoutant au bénéfice les amortissements et provisions.
Le cash-flow d'exploitation (CFE) ou flux de trésorerie d'exploitation est donné par la
différence entre encaissements et décaissements.
CFE = (CA —  CL) — (ACH + B&S + Rémun. —  Fourn.)
= EBE — ( client +  Stock —  Fournisseur)
De manière générale, la différence entre l'excédent brut d'exploitation et le cash-flow est
égale à la variation du besoin de financement à court terme.
CFE = EBE —  BFCT
Ce besoin de financement à court terme résulte souvent de deux types de décalage entre les
encaissements (décaissements) et les produits (charges). Le premier tient à l'existence de
stocks découlant du décalage entre les achats et les ventes de produits finis. Le second résulte
des délais de paiement accordés par les fournisseurs et des délais de recouvrement des
créances sur les clients. Il se traduit par l'existence des postes clients et fournisseurs au bilan.
Le flux de trésorerie net est quant à lui obtenu en soustrayant de la marge brute
d'autofinancement la variation du besoin de financement à court terme.
Flux de trésorerie net = MBA —  BFCT

IV- ANALYSE FINANCIERE EXTERNE : LES RATIOS


Nous avons présenté les regroupements à effectuer pour dégager du bilan et du compte de
résultat les éléments de base du diagnostic financier.
Nous pouvons maintenant entamer l'analyse financière proprement dite. Le traitement des
données comptables dépend, avant tout, des questions auxquelles le communicateur souhaite
répondre. La méthode des ratios consiste à comparer dans le temps et dans l'espace un certain
nombre de rapports caractéristiques de la situation, du potentiel, de l'activité ou du
rendement, d'après les données des comptes annuels. Elle aborde trois types de questions :
1° l'entreprise est-elle rentable ?
2° l'entreprise dégage-t-elle suffisamment de liquidités ?
3° l'entreprise est-elle solvable ?
Les ratios sont des rapports entre deux grandeurs, dont on attribue une signification
particulière à certaines valeurs. Les ratios financiers mettent en évidence les caractéristiques
économiques et financières de l'entreprise.
Il convient de comparer les ratios de l'entreprise à ceux de son secteur et d'en étudier
l'évolution au cours du temps.
Les principaux ratios concernent la rentabilité, la liquidité et la structure financière de
l'entreprise. Ils sont calculés sur base des données comptables. Cela ne signifie nullement que
ces données donnent toute l'information souhaitée.
En particulier, pour les entreprises cotées en Bourse, l'évolution du cours donne des
informations précieuses sur l'appréciation par le marché de la valeur des actions. Pour ce type
d'entreprise, le communicateur disposera d'un ratio particulier, le PER (price earning ratio).

1) Analyse de la rentabilité
La rentabilité est l'aptitude à donner un bénéfice suffisant. Elle est la première condition de
santé financière de l'entreprise. Une mesure de rentabilité consiste à établir le rapport entre un
résultat et une base de référence. Deux types de base de référence sont utilisés : le produit de
l'exercice et les capitaux investis.
a- La rentabilité commerciale
La rentabilité commerciale indique ce que gagne l'entreprise par FCFA de chiffre d'affaires.
Elle donne une comparaison entre le produit de l'entreprise et ses coûts.
Deux mesures peuvent en être données :
marge brute sur vente qui est égale au rapport du résultat d'exploitation avant
amortissements et provisions (ou excédent brut d'exploitation — EBE) et du chiffre d'affaires
(CA).
Rcom = EBE/CA
marge nette sur ventes qui exprime le rapport du résultat d'exploitation (après
amortissements et provisions) et du chiffre d'affaires.
Rcom = Résultat net/CA
Le premier ratio, basé sur un résultat avant déduction des charges financières et impôts, n'est
pas affecté par la politique de financement de l'entreprise ce qui le rend plus comparable avec
les ratios d'autres entreprises du même secteur. Le second ratio tient compte des charges non
décaissées.
b- La rentabilité économique
La rentabilité économique ("return on investment" — ROI) détermine ce que gagne
l'entreprise par ses activités courantes compte tenu des capitaux investis, mais sans tenir
compte de la structure financière.
Elle est donnée par le ratio :
Réco = ROI = Excédent brut total/Actif
L'Excédent brut total (EBT) étant calculé avant amortissement, provisions et réductions de
valeur, la rentabilité économique se base sur le cash-flow potentiel de l'entreprise.
Pour une entreprise dont les produits financiers et exceptionnels sont nuls (c'est-à-dire telle
que EBE = EBT) :
Réco = (EBE/CA) X (CA/Actif)
Le premier rapport correspond à la rentabilité commerciale, le second à la rotation des actifs,
c'est-à-dire au chiffre d'affaires réalisé par FCFA investi dans l'entreprise. On a donc :
Réco = Rcom X Rotation des actifs
Une même rentabilité économique peut donc être obtenue soit par une rentabilité
commerciale faible couplée à une rotation des actifs élevée (par exemple la grande
distribution), soit par une rentabilité commerciale plus élevée et une rotation des actifs faible
(le commerce de luxe, entre autres). Dans la pratique, cela se traduit par deux politiques
commerciales opposées :
1° une politique de prix bas avec une faible marge, mais un chiffre d'affaires très important ;
2° une politique de qualité à forte marge accompagnée d'une faible rotation des
investissements.
c- La rentabilité financière
La rentabilité financière ("return on equity" - ROE) est la rentabilité réalisée par les
actionnaires de l'entreprise. Elle est donnée par le ratio :
Rfin = ROE = Bénéfice/Fonds propres
Le bénéfice est affecté par les amortissements, provisions et réductions de valeurs. Il est dès
lors préférable d'utiliser le ratio :
Rfin = Marge brute d'autofinancement/Fonds propres
La relation entre la rentabilité économique et la rentabilité financière dépend de l'endettement
de l'entreprise. Prenons une représentation schématique du bilan, soit :
Actif = Fonds propres + dettes
Et supposons qu'il n'y a pas d'amortissements, de provisions ou de réductions de valeurs. La
marge brute d'amortissement sera dès lors égale au bénéfice. Le résultat total (Restot) sera
égal à la somme des résultats d'exploitation, des produits financiers et du résultat
exceptionnel.
Le bénéfice sera donc donné par la relation :
BENE = Restot - iD - (Restot - iD)xT
= Restot x (1-T) + i(1-T)D
BENE = bénéfice ; Restot = Résultat total; i = taux d'intérêt moyen de la dette; D = total des
dettes donnant lieu au paiement d'intérêts; T = taux d'imposition des bénéfices; FP = fonds
propres
La rentabilité financière peut donc s'écrire :
Rfin = BENE/FP = (BENE/Actif) x (Actif/FP)
= (Restot x (1-T)/Actif) x (1+D/FP) — i x (1-T) x D/FP
= Réco x (1-T) x (1+D/FP) + i x(1-T) x D/FP
Posons R*éco = rentabilité économique après impôts
= Réco x (1-T)
On obtient ainsi, en regroupant les termes :
Rfin = R*éco + (R*éco — i(1-T)) x D/FP
Cette relation reflète l'effet de levier comptable que joue le coefficient d'endettement de
l'entreprise dans la détermination de la rentabilité financière. Si la rentabilité économique est
supérieure au coût de la dette, la différence (R*éco — i(1-T)) est positive et la rentabilité des
fonds propres de l'entreprise endettée est supérieure à celle d'une même entreprise non
endettée ; le gain réalisé sera d'autant plus important que le coefficient d'endettement est
élevé. Si, par contre, la rentabilité économique est inférieure au taux d'intérêt, la situation
inverse se produira. La différence (R*éco — i(1-T)) sera négative
et les actionnaires de l'entreprise endettée réaliseront une rentabilité moindre qu'en l'absence
de dettes.

2) Analyse de la liquidité
La liquidité de l'entreprise est définie comme la capacité de faire face à ses engagements à
court terme. Elle est mesurée par le ratio de liquidité général ("current ratio") qui compare
l'ensemble des actifs circulants (stocks + réalisable + disponible) à l'ensemble des dettes à
court terme (dettes à court terme d'exploitation + dettes à court terme bancaires) :
Ratio de liquidité général = Actifs circulants/Dettes à court terme
Les stocks étant un actif circulant peu liquide, un second ratio de liquidité, l'acid test, est
également utilisé. Il compare le réalisable et le disponible aux dettes à court terme.
Acid test = (Réalisable + Disponible)/Dettes à court terme
L'entreprise sera considérée dans une situation satisfaisante si les deux ratios ont une valeur
supérieure à l'unité. Concrètement, cela signifie que les actifs à court terme sont supérieurs
aux dettes à court terme.
Un ratio de liquidité supérieur à l'unité est synonyme d'un fonds de roulement positif. La
liquidité de l'entreprise doit donc s'appréhender par un examen de la différence entre le fonds
de roulement net et le besoin de financement à court terme.
Le besoin de financement à court terme dépend du délai d'écoulement des stocks, de la marge
commerciale, du délai moyen de recouvrement des créances commerciales, et du délai moyen
de paiement des dettes commerciales.
Dès lors, l'évolution du besoin de financement à court terme peut être mesurée par les divers
ratios de rotation, soit :
Le délai d'écoulement du stock ou nombre de jours des stocks = (Stocks/Prix de revient
des ventes) x 365
La rotation des stocks = Prix de revient des ventes/Stocks
Le nombre de jours de crédit clients = (client/chiffre d'affaires) x 365
Le nombre de jours de crédit fournisseurs = (Fournisseurs/Achat) x 365

3) Analyse de la solvabilité
La solvabilité de l'entreprise est mesurée par le degré d'endettement de l'entreprise et par sa
capacité à faire face aux engagements résultant des dettes contractées. Le degré d'endettement
de l'entreprise peut-être mesuré par le coefficient d'endettement :
Coefficient d'endettement = Dettes/Fonds propres Les dettes comprennent les dettes à
moyen et long terme et les dettes à court terme bancaires.
Pour mesurer la capacité de l'entreprise de payer les intérêts de ses dettes, il suffit d'analyser
la couverture des charges financières :
Couverture des charges financières = Excédent brut total/charges
Pour savoir en combien d'années l'entreprise peut rembourser l'ensemble de ses dettes si elle
consacre la totalité de sa marge brute d'autofinancement au remboursement, il existe
également un ratio :
Couverture des dettes par le cash-flow = Dettes/MBA

4) L’interprétation des ratios


L'interprétation des ratios varie avec le temps et le secteur d'activité de l'entreprise. Trois
usages des ratios peuvent être envisagés : la comparaison à des normes absolues qui
indiquerait si un ratio est ou non satisfaisant, la comparaison avec les ratios d'autres
entreprises comparables et l'analyse de l'évolution des ratios de l'entreprise sur
plusieurs périodes.
Le ratio de liquidité générale (current ratio) est généralement considéré comme devant être
supérieur à l'unité, une valeur de deux étant considérée comme satisfaisante. Il existe
cependant des secteurs, dont la distribution, qui illustrent le caractère relatif de cette norme.
Dans la même logique, l'acid test devrait également être supérieur à l'unité.
En ce qui concerne la solvabilité, le coefficient d'endettement devrait être inférieur à l'unité
; une valeur comprise entre 1/3 et 2/3 est souvent jugée satisfaisante. Il faut toutefois noter
que l'endettement de l'entreprise peut avoir des effets bénéfiques si la rentabilité des capitaux
investis est supérieure au taux d'intérêt. De toute manière, une évaluation de marché sera
préférable si l'entreprise est cotée. Dans tous les cas, l'utilisation des ratios doit être
considérée comme l'étape préliminaire d'une analyse financière.