Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 2 : Ondes Mécaniques Progressives Périodiques (O.M.P.P.

) Terminale S

Chapitre 2 : Ondes mécaniques progressives périodiques. (O.M.P.P.)


Objectifs :
¾ Reconnaître une onde progressive périodique et sa période.
¾ Définir pour une onde progressive sinusoïdale, la période, la fréquence et la longueur d’onde.
¾ Connaître et utiliser la relation λ = v×T, connaître la signification de chaque terme, savoir justifier cette relation par une équation aux
dimensions.
¾ Savoir, pour une longueur donnée, que le phénomène de diffraction est d’autant plus marqué que la dimension d’une ouverture ou d’un
obstacle est plus petite.
¾ Définir un milieu dispersif.
¾ Exploiter un document expérimental : détermination de la période, de la fréquence, de la longueur d’onde.
¾ Reconnaître sur un document le phénomène de diffraction.

I. Qu’est-ce qu’une O.M.P.P et comment se caractérise-t-elle ?


I.1. Phénomène périodique et définition d’une OMPP
¾ Un phénomène est dit périodique s’il se répète identique à lui-même à intervalles de temps égaux.

¾ La période correspond à la durée la plus petite pour que le phénomène se répète identique à lui-
même. Elle se note T et s’exprime en seconde.
¾ Si une onde mécanique progressive est émise par une source animée d’un mouvement périodique,
l’onde est une Onde Mécanique Progressive Périodique (O.M.P.P.).
I.2. Périodicité temporelle

¾ Si la source de la perturbation est animée d’un mouvement périodique de période T, chaque point
du milieu sera lui-même animé d’un mouvement périodique de même période T.
¾ L’OMPP présente donc une périodicité temporelle égale à T.

Représentation temporelle du point S Représentation temporelle du point M

¾ Pour mesurer cette périodicité temporelle on utilise un stroboscope : si le milieu semble immobile
entre deux éclairs successifs du stroboscope alors la période entre ces deux éclairs est égale à la
période temporelle de l’onde.
I.3. Périodicité spatiale

1/4
ère
1 Partie : Propagation d’une onde ; Ondes progressives
Chapitre 2 : Ondes Mécaniques Progressives Périodiques (O.M.P.P.) Terminale S

¾ Le motif de la perturbation se répète à l’identique sur des distances égales à intervalles de temps
réguliers.
¾ On appelle période spatiale d’une OMPP la distance constante séparant deux motifs identiques
consécutifs.
¾ Deux points séparés d’une ou de plusieurs périodes spatiales ont le même mouvement au même
instant. Ils sont en phase.
I.4. Cas des ondes mécaniques progressives sinusoïdales
¾ Une OMPP est qualifiée de sinusoïdale si la perturbation créée par la source est une fonction
sinusoïdale. C’est un cas particulier des OMPP. (du type u(t) = U sin (a⋅t + b))
¾ Les ondes mécaniques progressives sinusoïdales sont donc périodiques (car la fonction sinus est
périodique de période 2π).
¾ On parle très souvent d’une autre grandeur physique liée à la période : la fréquence, notée f et
exprimée en Hertz (Hz).La relation entre période T et fréquence f est la suivante :

1 1 f, en Hz, fréquence
f = ou T =
T f T, en s, période

¾ La fréquence correspond au nombre de période temporelle contenue dans une seconde.


¾ La gamme de fréquences des ondes sonores audibles par l’homme est :
20 Hz (son grave) < f < 20 kHz (son aigu)
En dessous on est dans le domaine des infrasons et au-delà c’est celui des ultrasons.

¾ La période spatiale d’une onde mécanique progressive sinusoïdale est appelée longueur d’onde.
On la note λ et elle s’exprime en mètre (m).
¾ La longueur d’onde λ est la distance parcourue par l’onde durant une période temporelle T.
Fig 4 p 29

¾ L’onde sinusoïdale se déplaçant avec une célérité V constante, on peut donc écrire la relation
suivante :

λ : en m, longueur d’onde
V V : en m⋅s –1, célérité de l’onde
λ = V × T ou λ =
f T : en s, période
f : en Hz, fréquence

Deux points du milieu de propagation distants d’une longueur d’onde vibrent en phase.

M, M’ et M’’ vibrent donc en phase.

2/4
ère
1 Partie : Propagation d’une onde ; Ondes progressives
Chapitre 2 : Ondes Mécaniques Progressives Périodiques (O.M.P.P.) Terminale S

¾ Pour une meilleure précision on choisira de mesurer plusieurs longueurs d’onde pour calculer
la valeur de la longueur d’onde λ

d1 = λ et d2 = 3·λ d = 4·λ

II. Qu’est-ce que le phénomène de dispersion et de diffraction des OMPP ?


II.1. Le phénomène de dispersion
¾ On remarque que la célérité V d’une onde à la surface de l’eau est fonction de sa fréquence.
¾ Un milieu dispersif est un milieu dans lequel la célérité d’une onde dépend de sa fréquence.
Remarque : l’air est un milieu non dispersif car dans les mêmes conditions les ondes de fréquences
différentes se propagent avec la même célérité (ex : concert avec notes différentes jouées
simultanément)
II.2. Le phénomène de diffraction

¾ A la rencontre d’obstacles ou d’ouvertures, les ondes périodiques sont diffractées.


¾ La diffraction d’une onde correspond à la modification de la direction de propagation de l’onde
lorsqu’elle passe au voisinage d’un obstacle ou d’une ouverture.
¾ Lors du phénomène de diffraction, la célérité et la fréquence de l’onde ne sont pas modifiées.

¾ Influence des dimensions de la fente ou de l’obstacle :


Cas n°1 Cas n°2
L'ouverture est de grande taille par rapport à la longueur L'ouverture est de petite taille par rapport à la longueur
d'onde d'onde
(λ négligeable par rapport à a). (λ non négligeable par rapport à a).

3/4
ère
1 Partie : Propagation d’une onde ; Ondes progressives
Chapitre 2 : Ondes Mécaniques Progressives Périodiques (O.M.P.P.) Terminale S

¾ Le phénomène de diffraction est d’autant plus marqué que la dimension de l’ouverture est faible.
¾ On admettra que la diffraction se manifeste de manière non négligeable si l’ordre de grandeur de la
largeur de la fente a doit être inférieur ou égal à l’ordre de grandeur de la longueur d’onde de
l’onde : a≤λ
Figures 7 et 8 p 31
¾ Le phénomène de diffraction est une propriété caractéristique de la propagation des ondes.
¾ Lors d’une expérience, si on observe le phénomène de diffraction on peut affirmer que l’expérience
met en jeu un phénomène ondulatoire.
¾ On remarque que l’onde diffractée présente des maxima et des minima d’amplitude réparties dans
des directions bien précises.

Les maxima d’amplitude sont représentés en traits pleins.


Figure 9 p 31

4/4
ère
1 Partie : Propagation d’une onde ; Ondes progressives

Vous aimerez peut-être aussi