Vous êtes sur la page 1sur 33

Yves Touchefeu

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

Tableaux
de morphologie
et de syntaxe
grecques

yves.touchefeu@orange.fr

APLG Association des Professeurs de Latin et de Grec de lʼAcadémie de Nantes


http://site-aplg.pagesperso-orange.fr/
***La police grecque utilisée dans ce document est la police SuperGreek

SOMMAIRE

1. Structures de la morphologie grecque : les noms / les verbes.


2. Le système de la déclinaison nominale. Les paradigmes de base.
3. La déclinaison des noms : quelques problèmes.
4. La déclinaison des adjectifs. Comparatifs/ superlatifs.
5. Les pronoms et adjectifs : 1. Relatifs, interrogatifs, indéfinis.
6. Les pronoms et adjectifs : 2. Démonstratifs, personnels.
7. Le sens et l'emploi des cas.
8. L'expression du temps et du lieu. Le génitif absolu.
9. Le système de la conjugaison verbale. Les éléments de base.
10. Désinences. Actif et passif. Temps primaires, temps secondaires.
11. Indicatif, infinitif de paideuvw.
12. Subjonctif et optatif. Morphologie.
13. Subjonctif et optatif. Syntaxe.
14. Paideuvw : tableau d'ensemble.
15. Les verbes contractes. Indicatif.
16. Les verbes contractes. Subjonctif, optatif, infinitif, participe.
17. Lʼimpératif.

18. Les verbes en -mi. Indicatif, infinitif, participe.

19 Les verbes en -mi : tableau d'ensemble des paradigmes de divdwmi et de tivqhmi.

20. Les propositions subordonnées relatives, et complétives :


infinitives; propositions introduites par o{ti ou wJ"; par mhv ; interrogatives indirectes.
21. Les propositions subordonnées circonstancielles :
temps, cause, but, conséquence, concession, comparaison.
22. L'expression de la condition.
23 Emplois du participe.

24. Les emplois de wJ".


25. Principes d'accentuation.
26. Eléments de phonétique.
27. Le duel.
28. Verbes irréguliers.
Structures de la morphologie grecque
1. Le système du nom :
des thèmes nominaux, de plusieurs types, + des désinences, variables.

1.1. Les désinences apportent une triple caractérisation :


-le genre (masculin, féminin, neutre)
-le nombre (singulier, pluriel, mais aussi duel)
-le cas (nominatif, vocatif, accusatif, génitif, datif) -Pour la valeur de ces cas, voir le tableau 7.
1.2. Les thèmes nominaux s'ordonnent en trois grandes classes :
1. Les thèmes terminés par un -a [ a bref- ou a long]
2. La déclinaison thématique, caractérisée par la présence
de la voyelle thématique e / o, qui s'adjoint à un radical consonantique.
3. Les thèmes consonantiques. Parmi ces thèmes, certains posent des problèmes particuliers :
ainsi les thèmes terminés par un -" [car le -s- « tombe » entre deux voyelles]
et les thèmes terminés par les sonantes -y et - w.
1. 2. 3.
hJ hJmevra, th`" hJmevra" oJ lovg-o-", tou` lovgou oJ kovrax, kovrak-o" le corbeau
le jour le discours, la raison hJ ejlpiv", ejlpivd-o" l'espoir
hJ kefalhv, th`" kefalh`" to; sw`ma, swvmat-o" le corps
la tête to; dw`r-o-n, tou` dwvrou _________________________________________________________________

le don
-s- hJ trihvrh", -ou" la trière
* les deux formes présentées pour -i- hJ povli", -ew" la cité
chaque nom sont les formes du -u- oJ basileuv", -evw" le roi
nominatif et du génitif singulier.

1. 3. En rapport avec ces paradigmes nominaux,


la déclinaison des adjectifs (y compris les comparatifs et superlatifs), des pronoms, des participes.

2. Le système du verbe : des thèmes verbaux + des désinences, variables.


2.1. Les désinences verbales apportent cinq éléments de caractérisation :
1. La voix (actif, moyen, passif).
2. Le mode (indicatif, impératif, subjonctif, optatif, participe, infinitif).
3. L'aspect, et le temps.
Trois aspects : l'imperfectif ou infectum : le procès est présenté comme un procès en cours;
l'aoriste : le procès est envisagé indépendamment de sa durée;
le parfait : présente le résultat présent d'un procès achevé.
(on appelle procès l'action ou l'état désigné par le verbe).
A ces aspects s'ajoutent des variations temporelles. Le grec distingue ainsi :
trois temps primaires : présent, futur, parfait.
trois temps secondaires : imparfait, aoriste, plus-que-parfait.
4. Le nombre (singulier, pluriel, mais aussi duel).
5. La personne [1°, 2°, 3° ].
2. 2. Deux grandes catégories :
Les verbes thématiques :
type paideuvw, paideuv-o-men : j'enseigne, nous enseignons.
une voyelle thématique e/o précède la désinence [au présent de tous les modes, à l'imparfait de l'indicatif].
Quand le thème du verbe se termine par une voyelle, se produisent des contractions.
Il existe trois types de verbes contractes [radical en -a-, en -e-, en -o-] :
timavw-w`, j'honore. poievw-w`, je fais. dhlovw-w`, je montre.
Les verbes athématiques [moins nombreux, mais importants]:
type : divdw-mi, divdo-men, je donne, nous donnons; eijmiv, je suis.
Ces verbes ne font pas intervenir la voyelle thématique. Ils reçoivent, au singulier du présent, des
désinences spécifiques [ -mi pour la I° pers. sg, à l'actif,- d'où l'appellation : verbes en -mi.]
Ces verbes en -mi comprennent :
des formes à redoublement [div-dw -mi); des formes à suffixe [deiv k -nu-mi, je montre];
des formes sans redoublement ni suffixe [eijmiv].
A partir du futur, il n'y a plus de distinction, pour l'essentiel,
entre les verbes thématiques et les verbes athématiques.

Tableaux de grammaire grecque.


1. Structures générales
LES DECLINAISONS NOMINALES
1. 2. 3. 3. 3. 3.
thème thème + voyelle thème consonantique thème sigmatique - thème thème
en -a thématique s- en -i- en -e w-

Noms féminins Masculins Masculins, féminins Masculins, féminins Masculins Masculins


(qqs masculins) et neutres et neutres et neutres et féminins
(qqs féminins)

Singulier
N
Désinence hJ hJmevra oJ lovg-o-" oJ kovrax hJ trihvrh" hJ oJ
Parfois-s hJ ejlpiv" povli" basileuv"
hJ kefalhv to; dw`ron to; sw`ma to; tei`co"
A
Masc./ f. th;n hJmevran to;n lovgon to;n kovraka th;n trihvrh th;n to;n
partout -n th;n ejlpivda (<trihvres-a) povlin basileva
(=-a) th;n kefalhvn to; dw`ron to; sw`ma to; tei`co"
G
3° décl. : th`" hJmevra" tou` lovgou tou` kovrak-o" th`" trihvrou" th`" tou`
-os th`" ejlpivd-o" (<trihvres-o") povlew" basilevw"
th`" kefalh`" tou` dwvrou tou` swvmat-o" tou` teivcou"
D
Partout th/` hJmevra/ tw/` lovgw/ tw/` kovraki th/` trihvrei th/` tw/`
-i th/` ejlpivdi (<trihvres-i) povlei basilei`
th/` kefalh/` tw/` dwvrw/ tw/` swvmati tw/` teivcei

Pluriel

N
3° : -es aiJ hJmevrai oiJ lovgoi oiJ kovrake" aiJ trihvrei" aiJ povlei" oiJ
Neutre:-a aiJ ejlpivde" (<trihv r es-e") basilei`"
aiJ kefalaiv ta; dw`ra ta; swvmata ta; teivch
A
-ns > s ta;" hJmevra" tou;" lovgou" tou;" kovraka" ta;" trihvrei" ta;" tou;"
ou -as ta;" ejlpivda" ta; teivch povlei" basilei`"
Neutre –
ta;" kefalav" ta; dw`ra ta; swvmata (<teiv c es-a)
G
Partout : tw`n hJmerw`n tw`n lovgwn tw`n koravkwn tw`n trihrw`n tw`n tw`n
-on tw`n ejlpivdwn (<trihrev s -wn) povlewn basilevwn
tw`n kefalw`n tw`n dwvrwn tw`n swmavtwn tw`n teicw`n
D
tai`" hJmevrai" toi`" lovgoi" toi`" kovraxi tai`" trihvresi tai`" toi`"
3° : -si tai`" ejlpivsi (<trihv r es-si) povlesi basileu`si
tai`" kefalai`" toi`" dwvroi" toi`" swvmasi toi`" teivcesi

Tableaux de grammaire grecque.


2. Le système des déclinaisons nominales
La déclinaison des noms : quelques problèmes

1° déclinaison
La première déclinaison comprend :
-des thèmes en a. En attique, ce a s'est transformé en h après une consonne -autre que r.
hJ hJmevra hJ kefalhv
-des thèmes en a /a, formés à l'aide du suffixe -*ya / -*ya : hJ glw~tta, th~" glwvtth".
Les mots de la première déclinaison sont généralement féminins. Mais on rencontre quelques mots
masculins. Ces mots masculins ont pour particularité de présenter un nominatif sigmatique et un génitif
ère
en -ou (comme lovgou). Pour le reste, les formes sont celles de la 1 déclinaison :
oJ polivth" (le citoyen) to;n polivthn, tou' polivtou, tw/~ polivth/.
oJ neaniva" (le jeune homme) to;n neanivan, tou~ neanivo u, tw/~ neaniva/.

2° déclinaison
Il se rencontre des thèmes contractes :
oJ (ploo") plou~ " (la navigation) to;n (ploon) plou~ n tou~ (ploou) plou~ tw~/ (plow/) plw~ /
ll se rencontre aussi quelques noms où la désinence est altérée par une métathèse de quantité :
oJ (nhov") newv" (le temple) to;n newvn tou~ newv tw/~/ new/v

3° déclinaison
Au nominatif singulier, on peut trouver un allongement de la voyelle finale du thème dans les mots
terminés par r et n : oJ daivmwn (le démon) tou~ daivmon-o".
Au nominatif singulier et au datif pluriel, la présence du sigma dans la désinence (nom. sg : -";
datif pluriel : -si) pose ces problèmes phonétiques :
-après une occlusive gutturale et labiale, > lettre double [g,k, c, + " > x … b, p, f, + " > y ]
oJ kovrax (le corbeau) < *kovrak-"
tou~ kov r ak-o" toi`" kovraxi < *kovrak-si
-une dentale simple [d, t], en position finale du thème, tombe devant la désinence.
oJ pai~" (l'enfant) < *pai~d-"
tou~ paid-ov" toi`" pai~s i <*pai~d-si
-le groupe -vt- tombe mais sa disparition est compensée par un allongement de la voyelle précédente :
oJ ojdouv " (la dent) < *ojdovnt-"
tou~ oj d ov n t-o" toi~" ojdou~ s i <*ojdovnt-si

Deux paradigmes spécifiques :

l'homme le père
oJ aj n hv r oiJ a[ndre" oJ pathv r oiJ patevre"
to;n a[ndra tou;" ajvndra" to;n patevra tou;" patevra"
tou~ ajndrov" tw~n ajndrw~n tou~ patrov" tw~n patevrwn
tw~/ ajndriv toi~" ajndravsi tw~/ patriv toi~" patravsi

Thèmes en -u . Il existe des thèmes en -u /eu. A rapprocher de basileuv", evw" et de povli", ew".
Ainsi : to; a[stu (la ville) tou~ a[stew" tw~/ a[stei ta; a[sth tw~n a[jstewn toi~" a[stesi.

Paradigmes isolés :
oJ Zeuv" to;n Diva tou~ Diov" tw~/ Diiv.
hJ nau~" (le vaisseau) th;n nau~n th~" newv" th~/ nhiv
aiJ nh~e" ta~" nau~" tw~n new~n tai~" nausiv.

Tableaux de grammaire grecque.


3. La déclinaison des noms. Quelques problèmes.
Les adjectifs
Les adjectifs se déclinent comme les noms. Ils se regroupent en trois classes.
ème
Les adjectifs de la première classe se déclinent au masculin et au neutre sur le modèle de la 2
ère
déclinaison, et au féminin sur celui de la 1 déclinaison :
divkaio", a, on, juste. ajgaqov", hv, ovn, bon.
ème
Certains adjectifs se déclinent aux trois genres sur le modèle de la 2 déclinaison :
e[rhmo", o", on, désert. C'est le cas des adjectifs composés : a[diko", o", on, injuste.
Les adjectifs de la deuxième classe, à thème consonantique, se déclinent aux trois genres sur les
ème
modèles de la 3 déclinaison :
Sur le modèle général des thèmes consonantiques :
eujdaivmwn (masculin et féminin), eu[daimon (neutre), génitif eujdaivmono", heureux.
Sur le modèle particulier des thèmes sigmatiques (trihvrh", ou"),
ajlhqhv" (masculin et féminin), ajlhqev" (neutre), génitif ajlhqou~", vrai.
Les adjectifs de la troisième classe présentent au masculin et au neutre un thème consonantique en
-nt- ou en -n- , ou bien un thème en -u-. Ils se déclinent à ces deux genres sur les modèles de la
troisième déclinaison. Au féminin, ces adjectifs se déclinent sur le modèle de glw~tta, glwvtth".
pa~", pa~sa, pa~n, tout. (Cf ojdouv", ovnto").
génitif : pantov", pavsh", pantov"
hJduv", hJdei~a, hJduv, agréable. (Cf a[stu, a[stew").
génitif masc. et n. : hJdevo" (noter ici la forme brève -"normale"- de la désinence); gén. f. : hJdeiva".
ème
Deux paradigmes irréguliers, où des formes de la 3 déclinaison se mêlent à des formes des
déclinaisons 1 et 2 : poluv " , beaucoup, et mevg a", grand :
N. poluv" pollhv poluv mevga" megavlh mevga
A. poluvn pollhvn poluv mevgan megavlhn mevga
G. pollou~ pollh~" pollou~ megavlou megavlh" megavlou
D. pollw/~ pollh~/ pollw~/~ megavlw/ megavlh/ megavlw/
Le pluriel est régulier et suit les paradigmes des déclinaisons 1 et 2 :
N. polloiv pollaiv pollav megavloi megavlai megavla

Les comparatifs et superlatifs réguliers


Les suffixes -tero- et -tato- s'ajoutent :
- à la voyelle -o- des adjectifs de la première classe (comme divkaio-", ou sofov-")
Si la syllabe qui le précède est brève, cet o devient w (pour éviter l'accumulation de syllabes brèves).
divkaio", dikaiovtero", a, on, plus juste dikaiovtato", h, on, très juste.
oJ dikaiovtato", le plus juste.
sofov", sofwvtero", a, on, plus juste sofwvtato", h, on, très sage.
oJ sofwvvtato", le plus sage.
- au thème des adjectifs en –e"– :
ajlhqhv", masculin et féminin) ajlhqev", neutre > ajlhqevstero", ajlhqevstato".
- Pour les adjectifs du type eujdaivmwn, on ajoute au thème un suffixe -estero", -estato" :
eujdaimonevstero", plus heureux, eujdaimonevstato", très heureux.

Il existe aussi des comparatifs et des superlatifs dits irréguliers.


ème ère
Un certain nombre d'adjectifs de la 3 classe et quelques adjectifs de la 1 classe forment leur
comparatif à l'aide du suffixe -ion-, et leur superlatif à l'aide du suffixe -isto- :
hJ d uv " , agréable. hJdivwn, h{dion, plus agréable (gén. : hJdivono"). h{disto", h, on, très agréable.
De même : kalov " , kallivwn, kavllisto"… kakov " , kakivwn, kavkisto"…
poluv " , pleivwn, plei~sto"… etc…

Tableaux de grammaire grecque.


4. Les adjectifs.
Article. Pronom relatif. Pronom-adjectif interrogatif et indéfini. Pronom-adjectif auj t ov "

Article Relatif, qui, lequel Relatif, celui qui, en général.


forme simple forme composée
singulier singulier o{" + ti"

oJ hJ tov o{" h{ o{ o{sti" h{ti" o{ ti


tovn thvn tov o{n h{n o{ o{ntina h{ntina o{ ti
tou~ th~" tou~ ou| h|" ou| ou|tino"* h|stino" ou|tino"*
tw/~ th/~ tw/~ w/| h/| w/| w/|tini** h/|tini w/|tini**
* ou o{tou ** ou o{tw/
pluriel pluriel pluriel
oiJ aiJ tav oi{ ai{ a{ oi{tine" ai{tine" a{tina*
touv" tav" tav ou{" a{" a{ ou{stina" a{stina" a{tina*
tw~n tw~n tw~n w|n w|n w|n w|ntinwn w|ntinwn w|ntinwn
toi~" tai~" toi~" oi|" ai|" oi|" oi|stisi ai|stisi oi|stisi
* ou a{tta

Indéfini — enclitique. Interrogatif qui ? quel ? quelle ? lequel ? laquelle ?


un, une, un certain —avec un accent toujours aigu

singulier pluriel
singulier pluriel
ti" ti" ti tine" tine" tina tiv" tiv" tiv tivne" tivne" tivna
tina tina ti tina" tina" tina tivna tivna tiv tivna" tivna" tivna
tino" tino" tino" tinwn tinwn tinwn tivno" tivno" tivno" tivnwn tivnwn tivnwn
tini tini tini tisi tisi tisi tivni tivni tivni tivsi tivsi tivsi
-ou G : tou , D : tw/ -ou G : tou~, D : tw/~
pour les trois genres. pour les trois genres.

Le pronom-adjectif auj t ov "


singulier pluriel
aujtov" aujthv aujtov aujtoiv aujtaiv aujtav
aujtovn aujthvn aujtov aujtouv" aujtav" aujtav
aujtou~ aujth~" aujtou~ aujtw~n aujtw~n aujtw~n
aujtw/~ aujth/~ aujtw/~ aujtoi~" aujtai~" aujtoi~"

1. Emploi comme pronom : aujto;" sert de pronom personnel de 3ème personne (non réfléchi).
aujth;n oJrw~ : je la vois. aujtou;" oJrw~ : je les vois.
Le génitif de ce pronom -qui alors ne s'enclave pas- exprime la possession non réfléchie à la 3° pers. :
JO gewrgo;" toi~" qeoi~" quvetai kai; tou;" bwmou;" auj t w~ n kosmei~.
Le paysan fait des sacrifices aux dieux et orne leurs autels (= les autels d'eux).

2. Emploi comme adjectif : 1. non enclavé : aujto;" = en personne (cf latin : ipse).
aujto;" oJ qeov" ou oJ qeo;" aujtov" : le dieu en personne, le dieu même.
2. avec enclave ou répétition de l'article : aujto;" = le même (cf latin : idem).
oJ aujto;" qeov" ou oJ qeo;" oJ aujtov" : le même dieu.
Tou;" aujtou;" toi~" jAqhnaivoi" qeou;" timw~.
Tou;" aujtou;" w{sper oiJ jAqhnai~oi qeou;" timw~.
J'honore les mêmes dieux que les Athéniens.

Tableaux de grammaire grecque.


5. Relatifs. Interrogatifs, indéfinis. aujtov"
Les pronoms-adjectifs démonstratifs

o{ d e h{ d e tov d e ou| t o" au{ t h tou~ t o ej k ei~ n o" ej k eiv n h ej k ei~ n o


ce…, celui-ci (latin : hic) ce…, celui-ci (latin : is et iste ) ce…, celui-là (latin : ille )
singulier singulier singulier
tovnde thvnde tovde tou~ton tauvthn tou~to ejkei~non ejkeivnhn ejkei~no
tou~de th~sde tou~de touvtou tauvth" touvtou ejkeivnou ejkeivnh" ejkeivnou
tw/~de th/~de tw/~de touvtw/ tauvth/ touvtw/ ejkeivnw/ ejkeivnh/ ejkeivnw/
pluriel pluriel pluriel
oi{de ai{de tavde ou|toi au|tai tau~ta ejkei~noi ejkei~nai ejkei~na
touvsde tavsde tavde touvtou" tauvta" tau~ta ejkeivnou" ejkeivna" ejkei~na
tw~nde tw~nde tw~nde touvtwn touv twn touvtwn ejkeivnwn ejkeivnwn ejkeivnwn
toi~sde tai~sde toi~sde touvtoi" tauvtai" touvtoi" ejkeivnoi" ejkeivnai" ejkeivnoi"

Emplois : Quand le démonstratif est employé comme adjectif, le nom est précédé de l'article
et le démonstratif ne s'enclave pas entre l'article et le nom :

h{de hJ povli" ou hJ povli" h{de cette cité-ci ejkei~no" oJ ajnhvr ou oJ ajnh;r ejkei~no" cet homme-là

Les pronoms personnels


ère ème ème
1 personne 2 personne 3 personne
emplois non réfléchis emplois non réfléchis emplois non réfléchis.
sg je, moi… pluriel nous… sg tu, toi… pluriel vous au nominatif :
ejgwv hJmei~" suv uJmei~" ou|to" au|th tou~to
ejmev me hJma~~" sev se uJma~~" ou ejkei~no", h, o
ejmou~ mou hJmw~n sou~ sou uJmw~n
ejmoi~ moi hJmi~n soi~ soi uJmi~n aux autres cas : le pronom
aujtovn, aujtou~, aujtw/~....
aujthvvn, aujth~", aujth/~....
emplois réfléchis moi-même emplois réfléchis toi-même emplois réfléchis se
sg masc. fém. sg masc. fém.
un réfléchi simple latin : se, sibi.
A. ejmautovn, -hvn A. seautovn, hvn (sautovn...)
G ejmautou~, -h~" G seautou~, h~" (sautou~...) sg. : e{ ou| oi|
D ejmautw~/, -h/~ D seautw~/, h/~ (sautw/~...) plur. sfa~" sfw~n sfivsi
pluriel pluriel
A. hJma~" aujtouv", -av" A. uJma~" aujtouv", -av" un réfléchi composé soi-même
G hJmw~n aujtw~n G uJmw~n aujtw~n ( à partir de cet élément eJ- ) :
D hJmi~n aujtoi~", -ai~" D uJmi~n aujtoi~", -ai~" eJautovn, hvn, ov (auJ tovn, hvn, ov)
(cf. déclinaison de aujtov")

Pour exprimer la possession :


Des adjectifs possessifs : oJ ejmov", le mien ( hJ ejmhv, to; ejjmovn) — oJ hJmevtero", a, on le nôtre
oJ sov", le tien ( hJ shv, to; sovn) — oJ uJmevtero", a, on le vôtre
Pour les emplois non réfléchis, on trouve aussi le génitif du pronom personnel non réfléchi, non enclavé :
JOrw~ th;n oijkivan sou, —th;n oijkivan aujtou~. Je vois ta maison, — sa maison.
Pour les emplois réfléchis, on trouve aussi le génitif du pronom personnel réfléchi, enclavé, -forme
d'insistance-: JOrw~ th;n ejmautou~ oijkivan. Je vois ma maison.

Quelques indéfinis courants :


oujdeiv", oujdemiva, oujdevn (ou : mhdeiv"...) personne. a[llo", h, o autre.
e{kasto", h, on chacun. eJkavtero", a, on chacun des deux. Oujdevtero", a, on aucun des deux

Tableaux de grammaire grecque.


6. Pronoms-adjectifs démonstratifs et personnels.
Le sens et l'emploi des cas
Nominatif Vocatif [peu employé].
Cas du nom ou du groupe nominal en position de sujet. ne marque pas vraiment une relation syntaxique dans
Cas de l'attribut du sujet. l'énoncé, mais plutôt une relation d'interpellation dans la
oJ pathvr ejstin ajgaqov", situation d'énonciation, entre le locuteur et un destinataire.
le père est un homme de bien.
Souvent employé avec l'interjection w\ :
On emploie aussi le nominatif dans des tournures w\ fivle, mon ami !
exclamatives : a[nqrwpo" iJerov", le saint homme !
Accusatif
4. L'accusatif sert à l'expression
1. Pose une relation directe entre la forme verbale et
le nom qui la détermine. Cas du COD [et de l'attribut du -de l'extension dans le temps (durée) :
COD] dans les constructions transitives. e{na mh~na mevnein, demeurer pendant un mois.
Y compris dans des emplois comme : ejbasivleuse triva e[th, il règna pendant trois ans.
eu\ poiei~n tina, faire du bien à qqn, traiter bien qqn. trito;n e[to" tou~to basileuvei, Voici la
nosei~n novson deinhvn, souffrir d'un mal terrible. troisième année qu'il règne, il règne depuis deux ans.
fulakh;n fulavttein, monter la garde. -de l'extension dans l'espace, de la direction (avec
préposition) :
2. Constructions avec double accusatif :
didavskw tou;" pai~da" th;n grammatikhvn, e[rcomai eij" [Argo" je vais à Argos.
j'apprends la grammaire aux enfants. hJ eij" to;n povlemon paraskeuhv,
les préparatifs en vue de la guerre.
_________________________________________________________
3. Ce rapport direct explique l'accusatif de relation :
Nombreuses constructions prépositionnelles
povda" wjku;" jAkilleuv", Achille aux pieds légers. (impliquant souvent un mouvement) :
to;n daktuvlon ajlgei~, Il a mal au doigt. ajnav : en remontant; diav : grâce à ; eij" : vers;
deinov" eijmi tauth;n th;n tevcnhn, ejpiv : contre; katav: selon; metav: après; prov": vers;
je suis habile en cet art. parav : auprès de (avec mvt); uJpov : sous (mvt).
Génitif. Trois valeurs fondamentales :
3. Génitif marquant l'origine, la séparation,
1. Génitif partitif. Désigne le tout auquel on l'éloignement (l'une des valeurs de l'ablatif latin).
se réfère et dont on prend une partie.
Cette valeur détermine de nombreux emplois :
ajporei~n crhmavtwn, manquer de richesses.
Cette valeur se retrouve
oiJ crhstoi; tw~n ajnqrwvpwn, "les honnêtes des
dans le complément du comparatif :
hommes", > ceux des hommes qui sont honnêtes.
ajkouvein qoruvbou, entendre du bruit. sofwvterov" ejstin ejmou~ il est plus sage que moi.
th~" nivkh" tugcavnein, obtenir la victoire. _________________________________________________________

Cette valeur se retrouve souvent Nombreuses constructions prépositionnelles.


dans le complément du superlatif : (souvent avec cette valeur d'éloignement):
tw~n ajnqrwvpwn oJ sofwvtato", aj p ov : en s'éloignant de; ej p iv : sur;
le plus sage des hommes.
ej k ou ej x : hors de; katav : en descendant de;
2. Génitif déterminant le nom (ou l'adjectif). metav : parmi; avec; parav : d'auprès de;
[explication, description, identification, prix…] prov " : du côté de; uJ p ov : sous l'effet de.
oJ fovbo" tw~n polemivwn, la peur des ennemis. > Expression du complément d'agent :
pai~" devka ejtw~n, un enfant de dix ans. filou~mai uJ p o; tou~ patrov " ,
a[xio" th~" tuvch", digne de son sort. je suis aimé par mon père.
e[mpeiro" tou~ polevmou, expert à la guerre.
Le génitif absolu : Voir page suivante, tableau 8.
Datif Trois valeurs fondamentales. 3. Locatif. Expression du lieu ou du temps où l'on est.
1. Le datif de destination désigne celui pour qui, ou ce
pour quoi le procès est conduit [finalité, intérêt, attribution] : tw~/ tetavrtw/ e[tei, la quatrième année.
oijkw~ para; tw/~ patriv, j'habite chez mon père.
oJ a[nqrwpo" quvei toi~" qeoi~",
lʼhomme fait des sacrifices aux dieux. _________________________________________________________

peivqesqaiv tini, obéir à qqn. Nombreuses constructions prépositionnelles


(souvent avec cette valeur locative)
2. Valeur instrumentale
(cause, moyen, manière, matière, accompagnement…) : ej n : dans; ej p iv : près de; parav : à côté de;
toi~" farmavkoi" sw/vzetai, prov " : tout près de; suv n : avec; uJ p ov : sous.
il est sauvé par les remèdes.

Tableaux de grammaire grecque.


7. Sens et emplois des cas.
L'expression du lieu… … et du temps
pou~ ; où ? en quel lieu ? (cf latin : ubi ?) pov t e ; quand, en quel temps ?
Pour exprimer le lieu où l'on est : ej n + datif. Pour exprimer le temps où l'on est :
oijkw~ ejn [Argei, j' habite à Argos. datif (avec sa valeur locative) :
-ej n + datif, quand la date est imprécise :
ejn tivni e[tei h\lqen; en quelle année est-il venu ?
Pour exprimer la proximité immédiate : parav + datif datif seul quand la date est précise :
oijkw~ para; tw/~ patriv, tw/~ tetavrtw/ e[tei, la quatrième année .
j' habite auprès de mon père (>chez mon père).
Dans des expressions générales,
le grec emploie aussi le génitif :
Ici se retrouve la valeur locative du datif grec. nuktov", la nuit; hJmevra", le jour; ceimw~no", l'hiver

poi~ ; où ? vers quel lieu ? (cf latin : quo ?) Pendant combien de temps,
Depuis combien de temps une action dure-t-elle ?
Pour exprimer le lieu où l'on va : eij " + accusatif.
(de même sens : prov" ou ejpiv + accusatif, vers) Pour exprimer la durée, le grec emploie l'accusatif, (avec
sa valeur d'extension) :
e[rcomai eij" [Argo", je vais à Argos. ejbasivleuse triva e[th, il règna pendant trois ans.
trito;n e[to" tou~to basileuvei,
parav + accusatif : ou trito;n h[dh e[to" basileuvei,
e[rcomai para; to;n patevra, voici la troisième année qu'il règne,
je vais auprès de mon père (>chez mon père). il règne depuis deux ans.

Pour souligner le caractère continu d'une durée,


(pour souligner le temps par où l'on passe) :
Ici se retrouve la valeur d'extension de l'accusatif.
diav + génitif : dia; triw~n ejtw~n
lat. : per tres annos pendant trois ans de suite.

pov q en; de quel lieu ? (cf latin : unde ?) Depuis combien de temps
une action a-t-elle cessé ?
Pour exprimer le lieu d'où l'on vient :
génitif précédé de ej k ( en sortant de)
ou de aj p ov (en s'éloignant de) : génitif :
e[rcomai ejx A [ rgou", je viens d'Argos. triw~n hJmerw~n oujk eJovraka,
je ne l'ai pas vu de trois jours,
e[rcomai ajpo; tou~ potamou~, je m'éloigne du
il y a trois jours que je ne l'ai vu.
fleuve
parav + génitif :
e[rcomai para; tou~ patrov",
je viens d'auprès de mon père (>de chez mon père).
Ici se retrouve la valeur d'éloignement du génitif grec.

ph/ ~ ; par quel lieu ? (cf latin : qua ?) En combien de temps ?


"par le moyen de combien de temps" ?
Pour exprimer le lieu par où l'on passe :
diav + génitif ej n + datif.
poreuvomai dia; tou~ potamou~, th;n ojdo;n ejn pevnte hJmevrai" ejpoihvsato,
je passe par le fleuve. il a fait la route en cinq jours.

Le génitif absolu
C'est une construction très fréquente en grec.
Il s'agit d'un syntagme au génitif, composé d'un élément nominal et d'un participe.
Situé le plus souvent en début, ou à la fin d'une proposition (dans une situation de relatif isolement
syntaxique), ce syntagme est l'équivalent d'une proposition subordonnée circonstancielle.
Il peut ainsi exprimer une relation temporelle, causale, concessive ou conditionnelle :
th~" gh~" kalw~" qerapeuomevnh", polloiv eijsin oiJ karpoiv.
la terre étant bien travaillée ( > comme la terre est bien travaillée), les fruits sont nombreux.
-Construction à rapprocher de l'ablatif absolu en latin.

Tableaux de grammaire grecque.


8. Le temps et le lieu. Le génitif absolu
Le système du verbe

1. Thèmes
Le système du verbe grec se construit autour de quatre thèmes. Le paradigme de chaque verbe, en
effet, fait appel à quatre formes premières, à partir desquelles s'ordonne l'ensemble du dispositif
morphologique. Le dictionnaire donne toujours ces quatre formes de base :
Thème d'infectum (ou imperfectif) thème de futur thème d'aoriste thème de parfait
paideuvw j'enseigne paideuvsw ejpaivdeusa pepaivdeuka
leivpw je laisse leivyw e[lipon levloipa
levgw je dis ejrw~ ei\ pon ei[rhka
La formation de ces quatre « bases » est souvent absolument régulière -et se déduit donc de la forme
d'infectum. Il en est ainsi pour paideuvw.
Mais cette formation peut ne pas obéir à des règles fixes.
On parle alors de verbes « irréguliers ». Ainsi : levgw

2. L'aspect et le temps
Ces thèmes sont fondamentalement porteurs de valeurs aspectuelles.
Ils indiquent comment le procès est pris en compte :
le thème d'infectum (ou imperfectif) marque le « non-révolu » : le procès est considéré dans sa durée.
le thème d'aoriste indique que le procès est considéré « ponctuellement ».
le thème de parfait présente le procès comme le résultat présent d'une action passée.
-le thème de futur n'a pas de valeur proprement aspectuelle.
A ces valeurs aspectuelles, s'ajoutent des valeurs temporelles (présent/ passé/ futur).

3. Les voix. Le grec distingue trois voix :


L'actif.
Le moyen, qui signale que le sujet est affecté par l'action qu'il effectue.
Le passif, qui présente le procès comme un procès subi par le sujet.
En fait, la langue distingue essentiellement deux séries morphologiques :
Les formes actives (75% des emplois) et les formes moyennes-passives (25% des emplois).
Dans la majorité des cas, les formes moyennes et les formes passives sont identiques.
Elles ne se distinguent qu'à ces deux temps : le futur et l'aoriste.
Parfois, un thème verbal dispose de ces troix voix. Mais c'est loin d'être une règle générale.
Ainsi le verbe duvnamai, je peux, ne présente que des formes moyennes, à l'infectum et au parfait.

4. Les modes
Indicatif. (45 % des emplois verbaux) Le procès est objectivement constaté.
Impératif (d'emploi peu fréquent) Le procès est présenté comme une injonction du locuteur.
Subjonctif. Le procès est présenté comme l'expression d'une volonté.
Optatif. Le procès est présenté comme l'expression d'un souhait.
Infinitifs et participes. Formes nominales du verbes, -qui peuvent fonctionner comme des noms ou des adjectifs.
Ces formes sont très fréquentes en grec : environ 45 % des emplois verbaux. [25% pour les seuls participes].

5. Outils morphologiques
Le verbe grec met en jeu les morphèmes et procédés morphologiques suivants :
5.1. La voyelle thématique. Il s'agit d'une voyelle brève de timbre o ou bien e, qui s'ajoute à la fin de
nombreux thèmes verbaux, avant la désinence. La voyelle thématique est ainsi une voyelle de liaison.
La présence ou l'absence de cette voyelle dans les formations d'infectum présent permet de distinguer
les verbes thématiques ( paideuv-o-mai) et les verbes athématiques (: ex. duvna-mai, je peux).
Les verbes athématiques (ou "verbes en -mi") présentent des caractéristiques spécifiques.

5.2. L'augment. A l'imparfait, à l'aoriste et au plus-que-parfait de l'infectum, une marque vient s'ajouter
au début du thème verbal. En règle générale, cet "augment" prend la forme d'un e-:
paideuvw, j'enseigne. ej paivdeuon, j'enseignais. ej paivdeusa, j'ai enseigné.

Tableaux de grammaire grecque.


9. Le système du verbe.
5.3. Le redoublement.
Il s'agit d'une autre caractérisation initiale. La consonne qui ouvre la base verbale est redoublée, (avec
une voyelle d'appui i ou e) :
paideuvw, parfait : pepaivdeuka. div dwmi, je donne, présent à redoublement, < radical dw-.
5.4. L'alternance.
Dans des verbes « irréguliers », et dans les verbes en -mi, la racine verbale présente des alternances
qui opposent des formes à degré plein (à vocalisme-e ou à vocalisme -o) et des formes à degré réduit.
Ainsi :
leiv p w , présent, je laisse < * ley-p : forme pleine à vocalisme e.
levloipa, parfait, j'ai fini de laisser < * loy-p, forme pleine à vocalisme o.
e[lipon, aoriste, je laissai < * ly-p, forme à degré réduit.
div d wmi , je donne (degré plein du radical : dw-)
divdomen, nous donnons (degré réduit du radical : do-).
5.5. Infixes et suffixes.
Les différents thèmes d'une base verbale peuvent être spécifiés par des suffixes, et par des infixes
- qui s'introduisent à l'intérieur de la base :
Radical *gno-. Infectum : gi-gnwv-skw, je connais, suffixe inchoatif -sko- (et redoublement gi-).
Aoriste : ejvgnwn, je connus.
Radical *lab-. Infectum : lambavnw, je prends, la-m-b-avnw. Infixe -m-, suffixe -anw.
Aoriste : e[labon, je pris.
5.6. Suffixes porteurs de valeurs aspectuelles, temporelles, modales (ou morphèmes).
Le grec dispose d'un ensemble de morphèmes, qui s'ajoutent à la fin d'un thème verbal.
Ainsi le suffixe -s-, qui indique le futur, ou le suffixe -qh-, à valeur passive :
paideuvw, présent actif. > futur actif : paideuv-s-w.
futur moyen : paideuv-s-omai. futur passif : paideu-qhv-s-omai.
La langue dispose, de même, de morphèmes spécifiques qui servent à caractériser les formations de
subjonctif, d'optatif, d'infinitif, de participe.
5.7. Les désinences.
Ce sont les marques qui spécifient la personne : trois personnes du singulier, trois personnes du pluriel
(le grec recourt aussi, très rarement, à des formes de duel ).
Le grec utilise quatre grandes séries de désinences.
Il distingue en effet des désinences actives et des désinences moyennes-passives
et, pour chacune de ces deux catégories, des désinences primaires et des désinences secondaires.
Les désinences primaires
s'emploient aux temps primaires de l'indicatif (présent, futur, parfait), et au subjonctif.
Ces désinences primaires sont partiellement différentes pour les verbes thématiques d'une part
et pour les verbes athématiques de l'autre.
Les désinences secondaires,
s'emploient aux temps secondaires de l'indicatif (imparfait, aoriste, plus-que-parfait), et à l'optatif.
ère ème
On notera que pour les 1 et 2 personnes du pluriel, cette opposition primaire/secondaire est neutralisée.
Formes uniques pour l'actif : -men ; -te . Comme pour le moyen-passif : -meqa ; -sqe .
6. Préverbes
Le grec connaît 18 éléments qui peuvent fonctionner soit comme préposition soit comme préverbe.
Ce mécanisme de la préverbation permet de spécifier le sens du verbe de base.
Ce procédé lexical (plutôt que morphologique) est très important par son extension (comme en latin).
Ex : fevrw, je porte
ajpo-fevrw, j'emporte ejk-fevrw, je fais sortir
ajvna-fevrw, je porte en haut (ou en arrière) kata-fevrw, je porte en bas
uJper-fevrw, je porte au-dessus (ou au-delà) uJpo-fevrw, je porte en dessous
meta-fevrw, je transporte pros-fevrw, je porte auprès,
eijs-fevrw, j'amène pro-fevrw, je porte en avant etc…

Tableaux de grammaire grecque.


9. Le système du verbe.
Les désinences verbales

IMPERFECTIF ACTIF Désinences IMPERFECTIF PASSIF


Présent primaires Présent

paideuv-w >w mai paideuv-o-mai

paideuv-ei" > ei" (sai) paideuv-ei

paideuv-ei > ei tai paideuv-e-tai

paideuv-o-men men meqa paideu-ov-meqa

paideuv-e-te te sqe paideuv-e-sqe


> ousi
paideuv-ousi (<*o-nti) (< *nti) ntai paideuv-o-ntai

IMPERFECTIF ACTIF Désinences IMPERFECTIF PASSIF


Imparfait secondaires Imparfait

ejpaivdeu-o-n n mhn ejpaideu-ov-mhn

ejpaivdeu-e-" " (so) ejpaideuv-ou (< *e-so)

ejpaivdeu-e (n) (t) to ejpaideuv-e-to

ejpaideuv-o-men men meqa ejpaideu-ov-meqa

ejpaideuv-e-te te sqe ejpaideuv-e-sqe


n
ejpaivdeu-o-n (< *nt) nto ejpaideuv-o-nto
Infinitif présent Participe présent

Actif paideuv-ein paideuvwn, -onto" paideuvousa, -ouvsh"


paideu~on, -onto"
paideuv-e-sqai paideu-ov-meno", paideu-o-mevnh
Moyen-
Passif
paideu-ov-menon
un verbe très Indicatif présent Indicatif imparfait Infinitif présent
fréquent !
eij m i eijmi h\ ou h\n ei\nai
je suis ei\ h\sqa
ejsti(n) h\n Participe présent
ejsmen h\men M : w[n, o[nto"
ejste h\te F : ou\sa, ou[sh"
eijsi(n) h\san N : o[n, o[nto"

Tableaux de grammaire grecque.


10. Désinences verbales.
paideuv w : Indicatif Infinitif
ACTIF MOYEN PASSIF

Indicatif
présent 1° paideuv w paideuv o mai
sg.
2° sg. paideuvei" paideuvei
3° sg. paideuvei paideuvetai
1° pl. paideuvomen paideuovmeqa
2° pl. paideuvete paideuvesqe
3° pl. paideuvousi paideuvontai
imparfait 1° sg. ejpaivdeuon ejpaideuovmhn
2° sg. ejpaivdeue" ejpaideuvou
3° sg. ejpaivdeue(n) ejpaideuveto
1° pl. ejpaideuvomen ejpaideuovmeqa
2° pl. ejpaideuvete ejpaideuvesqe
3° pl. ejpaivdeuon ejpaideuvonto
futur 3° sg. paideuvsei paideuvsetai paideuqhvsetai
3° pl. paideuvsousi(n) paideuvsontai paideuqhvsontai
aoriste 1° sg. ejpaivdeusa ejpaideusavmhn ejpaideuvqhn
2° pl. ejpaivdeusa" ejpaideuvsw ejpaideuvqh"
3° sg. ejpaivdeuse(n) ejpaideuvsato ejpaideuvqh
1° pl. ejpaideuvsamen ejpaideusavmeqa ejpaideuvqhmen
2° pl. ejpaideuvsate ejpaideuvsasqe ejpaideuvqhte
3° pl. ejpaivdeusan ejpaideuvsanto ejpaideuvqhsan
parfait 1° sg. pepaivdeuka pepaivdeumai
2° sg. pepaivdeuka" pepaivdeusai
3° sg. pepaivdeuke(n) pepaivdeutai
1° pl. pepaideuvkamen pepaideuvmeqa
2° pl. pepaideuvkate pepaivdeusqe
3° pl. pepaideuvkasi(n) pepaivdeuntai
pl. q. parfait 1° sg ejpepaideuvkein (-kh) ejpepaideuvmhn
2° sg. ejpepaideuvkei" (kh") ejpepaivdeuso
3° sg. ejpepaideuvkei(n) ejpepaivdeuto
1° pl. ejpepaideuvkeimen ejpepaideuvmeqa
2° pl. ejpepaideuvkeite ejpepaivdeusqe
3° pl. ejpepaideuvkesan ejpepaivdeunto
Infinitif

présent paideuvein paideuvesqai


futur paideuvsein paideuvsesqai paideuqhvvsesqai
aoriste paideu`sai paideuvsasqai paideuqh`nai
parfait pepaideukevnai pepaideu`sqai

Tableaux de grammaire grecque.


11. Paideuvw : Indicatif. Infinitif.
SUBJONCTIF OPTATIF
présent actif moyen-passif présent actif moyen-passif

paideuvw paideuvwmai paideuvoimi paideuoivmhn


paideuvh/" paideuvh/ paideuvoi" paideuvoio
paideuvvh/ paideuvhtai paideuvoi paideuvoito
paideuvwmen paideuwvmeqa paideuvoimen paideuoivmeqa
paideuvhte paideuvhsqe paideuvoite paideuvoisqe
paideuvwsi(n) paideuvwntai paideuvoien paideuvointo
futur actif futur actif
paideuvsoimi paideusoivmhn
paideuvsoi" paideuvsoio
paideuvsoi paideuvsoito
paideuvsoimen paideusoivmeqa
paideuvsoite paideuvsoisqe
paideuvsoien paideuvsointo
futur passif paideuqhsoivmhn
paideuqhvsoio
paideuqhvsoito
paideuqhsoivmeqa
paideuqhvsoisqe
paideuqhvsointo
aoriste actif moyen aoriste actif moyen
paideuvsw paideuvswmai paideuvsaimi paideusaivmhn
paideuvsh/" paideuvsh/ paideuvsai" (seia") paideuvsaio
paideuvvsh/ paideuvshtai paideuvsai (seie) paideuvsaito
paideuvswmen paideuswvmeqa paideuvsaimen paideusaivmeqa
paideuvshte paideuvshsqe paideuvsaite paideuvsaisqe
paideuvswsi(n) paideuvswntai paideuvsaien (seian) paideuvsainto
aoriste passif paideuqw` aoriste passif paideuqeivhn
paideuqh/`" paideuqeivh"
paideuqh`/ paideuqeivh
paideuqw`men paideuqei`men
paideuqh`te paideuqei`te
paideuqw`si(n) paideuqei`en
parfait actif moyen parfait actif moyen
pepaideuvkw pepaideumevno" w\ pepaideuvkoimi pepaideumevno" ei[hn
pepaideuvkh/" " h/\" pepaideuvkoi" " ei[h"
pepaideuvkh/ " h/\ pepaideuvkoi " ei[h
pepaideuvkwmen "-mevnoi w\men pepaideuvkoimen " -mevnoi ei\men
pepaideuvkhte " h\te pepaideuvkoite " ei\te
pepaideuvkwsi " w\si(n) pepaideuvkoien " ei\en

Tableaux de grammaire grecque.


12. Subjonctif et Optatif. Morphologie.
Subjonctif et optatif
En face de l'indicatif - qui constate objectivement un procès,
deux modes, qui mettent en jeu des dispositions subjectives.
Les anciens les définissaient comme des diaqevsei" yuch`", des modalités de l'âme.

Subjonctif CARACTERISATIONS MORPHOLOGIQUES Optatif


paideuv-h/ paideuv-htai paideuv-o-i paideuv-o-i-to
paideuv-wsi paideuv-wntai paideuv-o-i-en paideuv-o-i-nto
Adjonction au thème d'un morphème -w-/-h- Après la voyelle thématique, ("bloquée" à la
[qui remplace la voyelle thématique, forme o),
-à laquelle il paraît lié]. adjonction d'un morphème -i- / -ih-.
+ désinences primaires + désinences secondaires

Subjonctif EMPLOIS Optatif


1. VOLONTÉ négation mh v 1. SOUHAIT négation mhv
Mh; fuvgh/" Ne t'enfuis pas ! Ei[qe fivlo" hJmi`n gevnoio.
Pourvu que tu deviennes notre ami.
Sugcwrw`, i{na soi carivswmai.
Je cède, pour te faire plaisir. Mh; tou`to gevnoito.
Pourvu que cela n'arrive pas.

2. EVENTUALITÉ 2. POSSIBILITÉ
dans la proposition subordonnée : -prop. principale : particule a[ n négation ouj
particule a[ n négation mhv -subord. circonstancielle : après eij , négation mhv
Subjonctif "inducteur"
Dans un système conditionnel introduit par eij,
Relation de dépendance logique a[ n apparaît dans la proposition principale,
[l'action subordonnée induisant l'action principale], mais pas dans la subordonnée.
Cette relation de dépendance logique Eij bouvloio ijatro;" genevsqai,
peut induire une répétition tiv a]n poioivh" ;
dans le présent ou dans le futur, Si tu voulais devenir médecin, que ferais-tu ?
Le subjonctif apparaît ainsi
dans une proposition subordonnée,
Eij e[lqoi", caivroimi a[n.
Si tu venais, je serais heureux.
-conditionnelle, temporelle, relative-, ____________________________
introduite par un élément subordonnant
accompagné par la particule a[ n : Répétition dans le passé

jEa;n e[lqh/", cairhvsw. -subordonnée relative, conditionnelle, temporelle :


Si tu viens, je serai heureux. négation mhv sans a[ n
[principale : indicatif imparfait - ou aoriste-,
{Otan keleuvh/", pravttw. négation ouj avec ou sans a[ n ]
Quand tu ordonnes (quelque chose) , je le fais.
jEpoiou`men a} keleuvsaite.
Poiou`men a} a]n keleuvhte. Nous faisions tout ce que vous ordonniez
Nous faisons tout ce que vous ordonnez > Chaque fois que vous ordonniez quelque chose,
> Chaque fois que vous ordonnez quelque chose, nous le faisions.
nous le faisons.
Eij mh; diywv/h, Swkravth" oujk (a[n ) e[pinen.
(a[ n apparaît dans la subordonnée, S'il n'avait pas soif, Socrate ne buvait pas.
mais pas dans la proposition principale).

L'optatif oblique. Après un verbe principal au passé, un verbe subordonné qui aurait été à
l'indicatif ou au subjonctif passe souvent à l'optatif. Soumis à un procès principal au passé, le verbe
subordonné se voit en quelque sorte "déréalisé". Cet optatif oblique n'est pas accompagné de a[n.
jEmacesavmeqa i{{na dou`loi mh; genoivmeqa [= mh; genwvmeqa].
Nous combattîmes pour ne pas devenir esclaves.
jAlevxandro" e[legen o{ti a[nqrwpo" oujk ei[h [= oujk e[sti], ajlla; qeov".
Alexandre disait qu'il n'était pas un homme mais un dieu.

Tableaux de grammaire grecque.


13. Subjonctif et Optatif. Syntaxe.
paideuv w Tableau général
ACTIF MOYEN PASSIF

indicatif
présent 1° p. sg. paideuv w paideuv o mai
3° p. sg. paideuvei paideuvetai
3° p. pl. paideuvousi paideuvontai
imparfait 1° p. sg. ej p aiv d euon ej p aideuov m hn
3° p. sg. ejpaivdeue(n) ejpaideuveto
3° p. pl. ejpaivdeuon ejpaideuvonto
futur 1° p. sg. paideuv s w paideuv s omai paideuqhv s omai
3° p. pl. paideuvsousi(n) paideuvsontai paideuqhvsontai
aoriste 1° p. sg. ej p aiv d eusa ej p aideusav m hn ej p aideuv q hn
3° p. pl. ejpaivdeusan ejpaideuvsanto ejpaideuvqhsan
parfait 1° p. sg. pepaiv d euka pepaiv d eumai
3° p. pl. pepaideuvkasi(n) pepaivdeuntai
pl.q.-parfait 1° sg ejpepaideuvkein ejpepaideuvmhn
3° p. pl. ejpepaideuvkesan ejpepaivdeunto

Subjonctif
présent 1° p. sg. paideuv w paideuv w mai
3° p. pl. paideuvwsi(n) paideuvwntai
aoriste 1° p. sg. paideuv s w paideuv s wmai paideuqw~
3° p. pl. paideuvswsi(n) paideuvswntai paideuqw~si(n)
parfait 1° p. sg. paideuv k w pepaideumevno" ei\hn
3° p. pl. paideuvkwsi(n) pepaideumevnoi ei\en
Optatif
présent 1° p. sg. paideuv o imi paideuoiv m hn
3° p. pl. paideuvoien paideuvointo
futur 1° p. sg. paideuv s oimi paideusoiv m hn paideuqhsoiv m hn
3° p. pl. paideuvsoien paideuvsointo paideuqhvsointo
aoriste 1° p. sg. paideuv s aimi paideusaiv m hn paideuqeiv h n
3° p. pl. paideuvsaien paideuvsainto paideuqei~san
parfait 1° p. sg. paideuv k oimi pepaideumevno" w\
3° p. pl. paideuvkoien pepaideumevnoi w\si(n)
Infinitif
présent paideuv e in paideuv e sqai
futur paideuv s ein paideuv s esqai paideuqhv s esqai
aoriste paideu` s ai paideuv s asqai paideuqh` n ai
parfait pepaideukev n ai pepaideu~ s qai
Participe
présent paideuvwn, onto" paideuovmeno", h, on
futur paideuvswn, onto" paideuovmeno",h, on paideuqhsovmeno", h, on
aoriste paideuvsa", anto" paideusavmeno",h, on paideuqeiv", evnto"
parfait pepaideukwv",ovto" pepaideumevno", h, on

14. Paideuvw : paradigme général


Tableaux de grammaire grecque.
LES VERBES CONTRACTES Indicatif
INDICATIF actif présent
timav-w J'honore > timw` poiev-w Je fais > poiw` dhlov-w Je montre > dhlw`
timav-ei" > tima/`" poiev-ei" > poiei`" dhlov-ei" > dhloi`"
timav-ei > tima/` poiev-ei > poiei` dhlov-ei > dhloi`
timav-omen > timw`men poiev-omen > poiou`men dhlov-omen > dhlou`men
timav-ete > tima`te poiev-ete > poiei`te dhlov-ete > dhlou`te
timav-ousi > timw`si(n) poiev-ousi(n) > poiou`si(n) dhlov-ousi(n) > dhlou`si(n)
imparfait
ejtivma-on > ejtivmwn ejpoive-on > ejpoivoun ejdhvlo-on > ejdhvloun
ejtivma-e" > ejtivma" ejpoive-e" > ejpoivei" ejdhvlo-e" > ejdhvlou"
ejtivma-e > ejtivma ejpoive-e > ejpoivei ejdhvlo-e > ejdhvlou
ejtimav-omen > ejtimw`men ejpoive-omen > ejpoiou`men ejdhlov-omen > ejdhlou`men
ejtimav-ete > ejtima`te ejpoiev-ete > ejpoiei`te ejdhlov-ete > ejdhlou`te
ejtivma-on > ejtivmwn ejpoive-on > ejpoivoun ejdhvlo-on > ejdhvloun
INDICATIF moyen-passif présent
timav-omai > timw`mai poiev-omai > poiou`mai dhlov-omai > dhlou`mai
timav-ei > tima/` poiev-ei > poiei` dhlov-ei > dhloi`
timav-etai > tima`tai poiev-etai > poiei`tai dhlov-etai > dhlou`tai
tima-ovmeqa > timwvmeqa poie-ovmeqa > poiouvmeqa dhlo-ovmeqa > dhlouvmeqa
timav-esqe > tima`sqe poiev-esqe > poiei`sqe dhlov-esqe > dhlou`sqe
timav-ontai > timw`ntai poiev-ontai > poiou`ntai dhlov-ontai > dhlou`ntai
imparfait
ejtima-ovmhn > ejtimwvmhn ejpoie-ovmhn > ejpoiouvmhn ejdhlo-ovmhn > ejdhlouvmhn
ejtimav-ou > ejtimw` ejpoiev-ou > ejpoiou` ejdhlov-ou > ejdhlou`
ejtimav-eto > ejtima`to ejpoiev-eto > ejpoiei`to ejdhlov-eto > ejdhlou`to
ejtima-ovmeqa > ejtimwvmeqa ejpoie-ovmeqa > ejpoiouvmeqa ejdhlo-ovmeqa > ejdhlouvmeqa
ejtimav-esqe > ejtima`sqe ejpoiev-esqe > ejpoiei`sqe ejdhlov-esqe > ejdhlou`sqe
ejtimav-onto > ejtimw`nto ejpoiev-onto > ejpoiou`nto ejdhlov-onto > ejdhlou`nto
Tableaux de grammaire grecque
15. Les verbes contractes. Indicatif
LES VERBES CONTRACTES. Subjonctif, optatif, infinitif, participe.
SUBJONCTIF présent
actif moyen-passif actif moyen-passif actif moyen-passif
timw` timw`mai poiw` poiw`mai dhlw` dhlw`mai
tima/`" tima/` poih/`" poih/` dhloi`" dhloi`
tima/` tima`tai poih/` poih~tai dhloi` dhlw`tai
timw`men timwvmeqa poiw`men poiwvmeqa dhlw`men dhlwvmeqa
tima`te tima`sqe poih`te poih`sqe dhlw`te dhlw`sqe
timw`si(n) timw`ntai poiw``si(n) poiw~ntai dhlw`si(n) dhlw`ntai
OPTATIF présent
actif moyen-passif actif moyen-passif actif moyen-passif
timw/vhn timw/vmhn poioivhn poioivmhn dhloivhn dhloivmhn
timw/vh" timw/vo poioivh" poioi`o dhloivh" dhloi`o
timw/vh timw`/to poioivh poioi`to dhloivh dhloi`to
timw/`men timw/vmeqa poioi`men poioivmeqa dhloi`men dhloivmeqa
timw/`te timw/`sqe poioi`te poioi~sqe dhloi`te dhloi`sqe
timw/ven timw/`nto poioi`en poioi`nto dhloi`en dhloi`nto
INFINITIF présent
actif actif actif
timav-en > tima`n poiev-en > poiei`n dhlov-en > dhlou`n
moyen-passif moyen-passif moyen-passif
timav-esqai > tima`sqai poiev-esqai > poiei`sqai dhlov-esqai > dhlou`sqai
PARTICIPE présent
actif actif actif
timav-wn, -onto" > timw`n, -w`nto" poiev-wn, -onto" > poiw`n, ou`nto" dhlov-wn, -onto" > dhlw`n, ou`nto"
timav-ousa timw~sa, -wvsh" poiev-ousa poiou~sa, ouvsh" dhlov-ousa dhlou~sa, ouvsh"
timav-on timw~n, -w~nto" poiev-on poiou`n, ou`nto" dhlov-on dhlou~n, ou`nto"
moyen-passif > timwvmeno" moyen-passif > poiouvmeno" moyen-passif > dhlouvmeno"
tima-ovmeno" timwmevnh, menon poie-ovmeno" poioumevnh, menon dhlo-ovmeno" dhloumevnh, menon
Tableaux de grammaire grecque
16. Les verbes contractes (suite).
paideuv w : impératif
ACTIF MOYEN PASSIF

présent
2° sg. paivdeue paideuvo u (*e-so)
3° sg. paideuevt w paideuevs qw
2° pl. paideuvete paideuvesqe
3° pl. paideuovn twn paideuevs qwn

duel 2° pl. paideuveton paideuvesqon


3° pl. paideuevt wn paideuevs qwn
aoriste
2° sg. paivdeuson paivdeusai paideuvqhti
3° sg. paideusavt w paideusavs qw paideuvqhtw
2° pl. paideuvsate paideuvsasqe paideuvqhte
3° pl. paideusavn twn paideusavs qwn paideuqevn twn
note : la désinence passive de 2° pers. sg. -ti est en fait une désinence en -Qi.
Mais venant après le suffixe passif -qh-, -Qi est devenu -ti (par dissimilation).

duel 2° pl. paideuvsaton paideuvsasqon paideuvqhton


3° pl. paideusavt wn paideusavs qwn paideuqhvt wn

parfait
2° sg. pepaideukw;" i[ s qi pepaivdeuso
3° sg. pepaideukw;" e[ s tw pepaideuv s qw
2° pl. pepaideukovte" e[ s te pepaivdeusqe
3° pl. pepaideukovte" o[ n twn pepaideuvs qwn

duel 2° pl. pepaideukovte e[ s ton pepaivdeusqon


3° pl. pepaideukovte e[ s twn pepaideuvs qwn

impératifs contractes présent actif

2° sg. tivma poivei douvlou


3° sg. tima~t e poieivt w doulouvt w
2° pl. timavt w poiei~t e doulou~t e
3° pl. timwvn twn poiouvn twn doulouvn twn

impératifs contractes présent moyen passif

2° sg. timw~ poiou~~ doulou~~


3° sg. timavs qw poieivs qw doulouvs qw
2° pl. tima~s qe poiei~s qe doulou~s qe
3° pl. timavs qwn poieivs qwn doulouvs qwn
Tableaux de grammaire grecque.
17. Impératif
Les verbes athématiques ou verbes en -mi
Sont spécifiques : -les formes d'indicatif présent et imparfait; -certaines formes d'indicatif aoriste; l'infinitif et le participe actif, présent et aoriste.
i{ s thmi [*si-sth-] tiv q hmi [ti-qh-] i{ h mi [*yi-yh-] div d wmi [di-dw-] deiv k numi [deik-nu]
je place je pose j'envoie je donne je montre
alternance : alternance : alternance : alternance : alternance dans le suffixe :
sth- / sta- qh- / qe- iJh- / iJe- dw- / do- u long / u bref
radical : * steH2 / stH2 radical : * dheH1 / dH1 radical : * yeH1 / yH1 radical : * deH3 / dH3
radical : * deik-
cf latin stare cf latin facere cf latin jacere cf latin dare
H1, H2, H3 : ces sigles désignent par convention d'anciennes consonnes indo-européennes -
qu'on appelle aussi des "schwas", -"schwa 1", "schwa 2" ou "schwa 3".
indicatif
présent actif i{sthmi tivqhmi i{hmi divdwmi deivknumi
i{sth" tivqh" i{h" divdw" deivknu"
i{sthsi tivqhsi i{hsi(n) divdwsi(n) deivknusi(n)
i{stamen tivqemen i{emen divdomen deivknumen
i{state tivqete i{ete divdote deivknute
iJsta`si(n) tiqevasi(n) iJa`si(n) didovasi(n) deiknuvasi(n)
imparfait actif i{sthn ejtivqhn i{hn ejdivdoun ejdeivknun
i{sth" ejtivqei" i{ei" ejdivdou" ejdeivknu"
i{sth ejtivqei i{ei ejdivdou ejdeivknu
i{stamen ejtivqemen i{emen ejdivdomen ejdeivknumen
i{state ejtivqete i{ete ejdivdote ejdeivknute
i{stasan ejtivqesan i{esan ejdivdosan ejdeivknusan
présent passif i{stamai, -sai, -tai, tivqemai,-sai, -tai i{emai, -sai, -tai divdomai, -sai, -tai deivknumai,-sai, -tai
-meqa, -sqe, -ntai -meqa, -sqe, -ntai -meqa, -sqe, -ntai -meqa, -sqe, -ntai -meqa, -sqe, -ntai
imparfait passif iJstavmhn, -so, -to ejtiqevmhn, -so, -to iJevmhn, -so, -to ejdidovmhn, -so, -to ejdeiknuvmhn, -so, -to
-meqa, -sqe, -nto -meqa, -sqe, -nto -meqa, -sqe, -nto -meqa, -sqe, -nto -meqa, -sqe, -nto
Tableaux de grammaire grecque.
18. Les verbes en –mi (I).
aoriste actif e[sthn* e[qhka h|ka e[dwka e[deixa
e[sth" e[qhka" h|ka" e[dwka" e[deixa"
e[sthn e[qhke h|ke e[dwke e[deixe
e[sthmen e[qemen ei|men e[domen ejdeivxamen
e[sthte e[qeten ei|te e[doten ejdeivxate
e[sthsan e[qesan ei|san e[dosan e[deixan
* Cet aoriste e[sthn a le sens d'un "moyen" : "je me plaçai". Il existe aussi un aoriste "régulier" : e[sthsa, e[sthsa", e[sthse … qui a un sens actif-transitif : je plaçai.
e[qhka, h|ka, e[dwka sont des aoristes propres à ces verbes en –mi. e[deixa est un aoriste de même formation que ejpaivdeusa
futur actif sthvsw qhvsw h{sw dwvsw deivxw
futur moyen sthvsomai qhvsomai h{somai dwvsomai deivxomai
futur passif staqhvsomai teqhvsomai eJqhvsomai doqhvsomai deicqhvsomai
parfait actif e{sthka tevqhka ei|ka devdwka devdeica
Infinitif
présent actif iJstavnai tiqevnai iJevnai didovnai deiknuvnai
pr. moyen-passif i{stasqai tivqesqai i{esqai divdosqai deivknusqai
futur actif sthvsein qhvsein h{sein dwvsein deivxein
aoriste 2 actif sth`nai qei`nai ei|nai dou`nai dei`xai
aoriste moyen sthvsasqai qevsqai e{sqai dovsqai deivxasqai
aoriste passif staqh~nai teqh~nai eJqh~nai doqh~nai deicqh~nai
parfait actif eJsthkevnai teqhkevnai eiJkevnai dedwkevnai dedeicevnai
Participe
présent actif iJstav", -avnto" tiqeiv", -evnto" iJeiv", -evnto" didouv", -ovnto" deiknuv",-uvnto"
pr. moyen-passif iJstavmeno", h, on tiqevmeno", h, on iJevmeno", h, on didovvmeno", h, on deiknuvvmeno", h, on
futur actif
sthvswn, -onto" qhvswn, -onto" h{swn, -onto" dwvswn, -onto" deivxwn, -onto"
aoriste 2 actif stav", -avnto" qeiv", -evnto" ei{", e{nto" douv", -ovnto" deivxa",-anto"
aoriste moyen sthsavmeno", h, on qevmeno", h, on e{meno", h, on dovmeno", h, on deixavmeno", h, on
aoriste passif staqeiv", -evnto" teqeiv", teqevnto" eJqeiv", eJqevnto" doqeiv", -qevnto" deicqeiv", -qevnto"
parfait actif -forme inusitée-
eJsthkwv", -kovto" teqhkwv", -kovto" dedwkwv", -kovto" dedeicwv", -covto"
Tableaux de grammaire grecque.
18. Les verbes en –mi (II).
div - dw-mi ACTIF MOYEN
tiv - qh-mi PASSIF

Indicatif
donner poser donner poser
présent 1° pers. sg. divdwmi tivqhmi divdomai tivqemai
3° pers. pl. didovasi(n) tiqevasi(n) divdontai tivqentai
imparfait 1° pers. sg ejdivdoun ejtivqein ejdidovmhn ejtiqevmhn
3° pers. pl. ejdivdosan ejtivqesan ejdivdonto ejtivqento
futur 1° pers. pl. dwvsw qhvsw dwvsomai qhvsomai
futur passif doqhvsomai teqhvsomai
1° pers. pl.
aoriste 1° pers. sg. e[dwka e[qhka ejdovmhn ejqevmhn
3° pers. pl. e[dosan e[qesan e[donto e[qento
aoriste passif ejdovqhn ejtevqhn
1° pers. pl.
parfait 1° pers. pl. devdwka tevqhka devdomai tevqemai
Subjonctif
présent 1° pers. pl. didw~ tiqw~ didw`mai tiqw~ mai
3° pers. sg didw~/ tiqh/~ didw`tai tiqh~tai
aoriste I° pers. sg. dw~ qw~ dw`mai qh~mai
3° pers. pl. dw`si(n) qw`si dw`ntai qw`ntai
aoriste passif doqw~ teqw~/`
1° pers. sg.
3° pers. pl.
doqw`si(n) teqw`si(n)
parfait 1° pers. sg dedwvkw teqhvkw dedomevno" w\ --forme inusitée--
Optatif
présent 1° pers. sg. didoivhn tiqeivhn didoivmhn tiqeivmhn
3° pers. pl didoiven tiqeiven didoi~nto tiqei~nto
futur 1° pers. sg. dwvsoimi qhvsoimi dwsoivmhn qhsoivmhn
futur passif doqhsoivmhn teqhsoivmhn
1° pers. sg.
aoriste 1° pers. sg. doivhn qeivhn doivmhn qeivmhn
aoriste passif doqeivhn teqeivhn
1° pers. sg.
parfait 1° pers. sg. dedwvkoimi teqhvkoimi dedomevno" ei[hn --forme inusitée--
Infinitif
présent didovnai tiqevnai divdosqai tivqesqai
futur dwvsein qhvsein dwvsesqai qhvsesqai
futur passif doqhvsesqai teqhvsesqai
aoriste dou`nai qei`nai dovsqai qevsqai
aoriste passif doqh`nai teqh`nai
parfait dedwkevnai teqhkevnai dedovsqai --forme inusitée--
Participe
présent didouv", ovnto" tiqeiv", evnto" didovmeno", h, on tiqevmeno", h, on
futur dwvswn, onto" qhvswn, onto" dwsovmeno", h, on qhsovmeno" ,h, on
futur passif doqhsovmeno" teqhsovmeno"
aoriste douv", ovnto" qeiv", evnto" dovmeno", h, on qevmeno", h, on
aoriste passif doqeiv", evnto" teqeiv", evnto"
parfait dedwkwv", ovto" teqhkwv", ovto" dedomevno",h, on --forme inusitée--

Tableaux de grammaire grecque.


19. divdwmi et tivqhmi.
Subordonnées complétives Relatives
Subordonnées infinitives
1. Après des verbes d'opinion et déclaration. Négation "objective" : ouj
oJ gewrgo;" levgei tou;" ajgaqou;" karpou;" ouj pollou;" ei\nai.
Le paysan dit que les bons fruits ne sont pas nombreux.

Le temps du verbe infinitif situe ici le procès subordonné par rapport au procès principal .
infinitif présent > simultanéité : nomivzw se ajkouvein, je pense que tu entends.
infinitif aoriste > antériorité : nomivzw se ajkou~sai, je pense que tu as entendu.
infinitif futur > postériorité : nomivzw se ajkouvsesqai, je pense que tu entendras.
Négation "subjective" : mhv
2. Après des verbes de volonté, désir, effort. (infinitif présent ou aoriste)
oiJ Lakedaimovnioi bouvlontai tou;" nevou" mh; deilou;" givgnesQai.
Les Lacédémoniens veulent que les jeunes ne deviennent pas peureux.

3. Cette proposition infinitive s'emploie aussi :


après des verbes impersonnels comme proshvkei, il convient que, dei~, il faut que, sumbaivnei, il arrive que…
après des locutions impersonnelles comme ajnagkhv ejsti, il est nécessaire que, divkaiovn ejsti, il est juste que…

Complétives introduites par o{ t i ou wJ " . Négation ouj


1. Les verbes de déclaration (sauf favnai, dire ) peuvent se construire aussi avec une proposition introduite
par o{ t i ou wJ " (wJ " tend à présenter l'idée exprimée par la complétive comme une idée douteuse).

2. Les verbes de connaissance, comme oi\da, je sais, appellent cette construction avec o{ t i ou wJ " .
Après les verbes signifiant savoir, la concordance des temps fonctionne comme en français.
Après les verbes signifiant dire, le grec maintient dans la complétive le temps qui aurait été celui du discours direct.
jAlevxandro" e[legen o{ti Qeov" ejstin, Alexandre disait qu'il était un dieu.

Complétives introduites par o{ p w" ou par mhv


Les verbes signifiant prendre soin de sont suivis de : o{ p w" (parfois wJ " ) + indicatif futur, négation mhv .
(parfois aussi: o{ p w" + subjonctif, avec ou sans a[n).
oiJ Lakedaimovnioi ejpimelou~ntai o{ p w" oiJ nevoi mh; deiloi; genhvsontai.
Les Lacédémoniens veillent à ce que les jeunes ne deviennent pas peureux.
Les verbes de crainte se construisent avec mhv + subjonctif, lorsque la crainte se rapporte au futur.
(c'est ici un cas spécifique de l'expression de la crainte avec le subjonctif).
fobou~mai mh; e[lqh/, je crains qu'il ne vienne. (= " j'ai cette crainte : (pourvu) qu'il ne vienne pas !")

Complétives interrogatives indirectes.


La proposition interrogative indirecte est introduite par :
-les pronoms-adjectifs interrogatifs : tiv " , quel ? poi~ o ", de quelle qualité ? pov s o", de quelle grandeur ? etc
-les adverbes interrogatifs : -pou~ , où ? pov t e , quand ? pw~ " , comment ? …
-les conjonctions et corrélations interrogatives : eij , si ; pov t eron … h[ , eij … h[ , ei[ t e … ei[ t e , si … ou si .
En règle générale, dans la proposition interrogative, le temps et le mode sont ceux de l'interrogation directe :

levge moi tiv" h\lqen, dis-moi qui est venu, levge moi oJpovtero" e[rcetai, dis-moi lequel des deux vient.
ejrwtw~men se povteron suvmmaco" ei\ h] ejcqrov", nous te demandons si tu es notre allié ou notre ennemi.
L'interrogatif tiv " et les interrogatifs commençant par p - s'emploient à la fois dans l'interrogation directe
et dans l'interrogation indirecte. o{ s ti" et tous les interrogatifs composés commençant par un oJ - ne s'emploient que
dans l'interrogation indirecte.

Relatives. Deux problèmes :


1. Si l'antécédent attendu pour le relatif est un pronom, ce pronom est souvent supprimé :
poihvsw a} keleuvei", je ferai (ce) que tu ordonnes.
2. Attraction du relatif. Lorsque l'antécédent est au génitif ou au datif et que le relatif devrait être à l'accusatif,
le relatif peut se mettre au cas de son antécédent :
ejpainw~ se ejpi; toi~" lovgoi" oi|" ejtovlmhsa" eijpei~n (oi|" et non pas ou}")
ou ejpainw~ se ejf' oi|" ejtovlmhsa" eijpei~n, je te félicite pour les paroles que tu as osé dire.

Tableaux de grammaire grecque.


20. Subordonnées complétives. Relatives.
Les propositions subordonnées circonstancielles (1)

TEMPS wJ " , o{ t e lorsque oJ p ov t e toutes les fois que


ej p eiv , ej p eidhv comme, après que wJ " tav c ista dès que
e{ w " jusqu'à ce que , tant que ej x ! ou| , aj f ! ou| depuis que
priv n avant que.
Lorsqu'il s'agit d'un fait réel et isolé : indicatif + négation ouj
{Ote Ku~ro" ejfavnh, e[fugon oiJ Bavrbaroi. Quand Cyrus parut, les barbares s'enfuirent.
(possibilité de l'optatif oblique après un verbe principal au passé).

Lorsqu'il s'agit d'un fait éventuel ou répété dans le présent ou l'avenir :


subjonctif + particule a[ n (qui s'unit à la conjonction) + négation mhv :
{Otan keleuvh/", pravttw. Quand tu ordonnes (qqch) , je le fais.
{Otan Ku~ro" e[lqh/, macouvmeqa. Quand Cyrus sera venu, nous combattrons.
Lorsqu'il s'agit d'un fait répété dans le passé : optatif + négation mhv
{Ote dakruvoi", ejgevlwn ejgwv. Quand tu pleurais, moi, je riais.
Syntaxe de priv n avant que . Après une principale affirmative, priv n est suivi de l'infinitif, + négation mhv .
Bouleuvou, pri;n pravttein. Réfléchis, avant d'agir.

CAUSE o{ t i parce que


wJ " , o{ t e, ej p eiv , ej p eidhv puisque + indicatif + négation ouj
jIdei~n ejpequvmei, o{ti h[kouen aujto;n ajgaqo;n ei\vnai.
Il désirait le voir parce qu'il entendait dire qu'il était bon.
(possibilité de l'optatif oblique après un verbe principal au passé).

BUT i{ n a, wJ " , o{ p w" afin que + subjonctif + négation mhv


jErgavzou i{vna eu\ pravtth/". Travaille pour réussir.
(possibilité de l'optatif oblique après un verbe principal au passé).

CONSEQUENCE w{ s te de sorte que


Cette conjonction est souvent corrélée à un terme antécédent
comme ou{ t w" (ou{ t w" …w{ s te :tellement que),
toiou~ t o" (> de telle qualité que), tosou~ t o" (>de telle quantité que).
Quand la conséquence est envisagée dans sa réalisation effective,
le grec emploie d'ordinaire l'indicatif + négation ouj :
Bivaiov" ejstin ou|to" oJ ajnh;r, w{sq! oiJ swvfrone" aujto;n ouj fivlousin.
Cet homme est si violent que les gens sensés ne l'aiment pas.
Quand la conséquence est envisagée comme une conséquence possible, éventuelle,
le grec emploie d'ordinaire l'infinitif + négation mhv :
Krauga;" polla;" ejpoivoun w{ste kai; tou;" polemivou" ajkouvvein.
Ils poussaient de nombreux cris, de sorte que même les ennemis pouvaient les entendre.

COMPARAISON wJ " ou w{ s per + indicatif + négation ouj (dans les cas de comparative simple)
La subordonnée comparative est introduite le plus souvent par une corrélation comparative :
ou{ t w" (ou ou{ t w )… wJ " ou w{ s per de même que :
{ sper speivrei", ou{tw sullevgei".
W Comme tu sèmes, tu récoltes.
toiou~ t o" … oi| o " tel que tosou~ t o" … o{ s o" aussi grand , aussi nombreux que
{Osoi a[nqrwpoi, tosau~tai gnw~maiv eijsin. Autant d'hommes, autant d'avis.
On notera que, dans ces systèmes corrélés, la subordonnée se trouve souvent avant la principale.
Le français recourt habituellement à l'ordre inverse : il y a autant d'avis que d'hommes.

Tableaux de grammaire grecque.


21. Subordonnées circonstancielles (1).
Subordonnées circonstancielles (2) Condition et concession
CONDITION
Dans la subordonnée : conjonction eij , (parfois avec l'adjonction de la particule a[ n > ej a v n , a[ n ), négation mhv .
1. Condition supposée remplie (expression d'un simple rapport logique). Indicatif.
Eij oiJ qeoiv eijsi kakoiv, ou[k eijsi qeoiv.
Si les dieux sont méchants (ce n'est qu'une supposition), ce ne sont pas des dieux.
2. Éventuel (condition supposée remplie dans l'avenir). ej a v n + subjonctif, négation mhv . Futur dans la principale.
jEa;n e[lqh/", cairhvsw. Si tu viens, je serai heureux.
3. Potentiel (condition ouverte dans l'avenir). Eij + optatif dans la subordonnée. Optatif + a[ n dans la principale.
Eij e[lqoi", caivroimi a[n. Si tu venais, je serais heureux.
Eij bouvloio ijatro;" genevsqai, tiv a]n poioivh"; Si tu voulais devenir médecin, que ferais-tu ?
4. Irréel du présent. Eij + imparfait dans la subordonnée. Imparfait + a[ n dans la principale.
Eij ijatro;" genevsqai ejbouvlou, tiv a]n ejpoivei";
Si tu voulais devenir médecin (mais tu ne le veux pas), que ferais-tu ?
5. Irréel du passé. Eij + aoriste dans la subordonnée. Aoriste + a[ n dans la principale.
Eij ejboulhvqh" ijatro;" genevsqai, tiv a]n ejpoivhsa";
Si tu avais voulu devenir médecin, qu'aurais-tu fait ?
Eij h\lqe", ejcavrhn a[n. Si tu étais venu, j'aurais été heureux.
6. Expression de la répétition :
Dans le présent : ej a v n + subjonctif dans la subordonnée, indicatif dans la principale.
jEa;n ejggu;" e[lqh/ qavnato", oujdei;" bouvletai qnh/vskein. A l'approche de la mort, personne ne veut mourir.
Dans le passé : eij + optatif dans la subordonnée, indicatif imparfait ou aoriste dans la principale.
Eij mh; diywv/h, Swkravth" oujk e[pinen. S'il n'avait pas soif, Socrate ne buvait pas.

CONCESSION
La proposition concessive est introduite par eij kaiv ou kaiv eij (ou ej a ; n kaiv , kai; ej a v n , ou ka[ n ).
Cf latin : etsi. Même temps et mêmes modes que dans la proposition conditionnelle.
Précédé ou non de la particule kaiv p er , un participe peut être porteur d'une valeur concessive :
Kaivper ouj diyw~n, pivnei. Quoique n'ayant pas soif, il boit. -

Les propositions subordonnées relatives à valeur conditionnelle


Les procédés qui permettent l'expression des différentes valeurs éventuelles / conditionnelles dans la
subordonnée conditionnelle valent aussi dans les subordonnées relatives. Par exemple :
répétition dans le présent : a[ n + subjonctif dans la subordonnée.
Poiou`men a} a]n keleuvhte. Nous faisons tout ce que vous ordonnez (= tout ce que vous pourrez ordonner)
> Chaque fois que vous ordonnez quelque chose, nous le faisons.
répétition dans le passé : optatif dans la subordonnée.
jEpoiou`men a} keleuvsaite.Nous faisions tout ce que vous ordonniez (= tout ce que vous auriez pu ordonner) .
> Chaque fois que vous ordonniez quelque chose, nous le faisions.

L'expression de la condition dans les propositions infinitives


L'adjonction de a[ n à l'infinitif lui donne une valeur conditionnelle (l'infinitif présent prend alors la valeur d'un
potentiel ou d'un irréel du présent, l'infinitif aoriste la valeur d'un potentiel ou d'un irréel du passé) :
Nomivzw se a]n ajkouvein, je pense que tu entendrais.

L'expression de la condition avec le participe.


Un participe apposé peut prendre une valeur conditionnelle (négation mhv ).
Dou~lo" mh; kalw~" ta; prostattovmena poiw~n zhmiou~tai.
Si un esclave ne fait pas bien ce qu'on lui ordonne, il est puni.

Tableaux de grammaire grecque.


22. Subordonnées circonstancielles (2). La condition
Participes : formes et emplois
1. Les formes actif moyen- passif
présent paideuvwn, -onto" paideuvousa, -ouvsh" paideuovmeno", paideuomevnh,
paideu~on, -onto" paideuovmenon
futur paideuvswn,-onto"… -ousa,ouvsh"… -on, onto" paideusovmeno", -h, -on
futur passif> paideuqhsovmeno", -h, -on
aoriste paideuvsa",-santo" paideuvsasa,savsh" paideusavmeno", -h, -on
paideu~san, -santo"
aoriste passif> paideuqeiv", -qevnto" paideuqei~sa, -sh"
paideuqevn, -qevnto"
parfait pepaideukwv",-kovto" pepaideukui~a, -kuiva" pepaideumevno", -h, -on
pepaideukov", -kovto"
Adjectifs Adjectif verbal en -tev o " : obligation. Adjectif verbal en -tov " : possibilité.
verbaux jEmoiv oiJ qeoi; timhtevoi eijsivn paideutov", hv, ovn : qui peut être éduqué.
Je dois honorer les dieux.

2. Les emplois, extrêmement fréquents : dans les textes grecs, une forme verbale sur quatre est un participe.
Le participe substantivé. Précédé de l'article, le participe fonctionne comme un nom; mais en tant que forme
verbale, il peut recevoir les compléments du verbe :
Ta; kalw~" soi pepragmevna.Tes belles actions.
NB. Le participe parfait passif est déterminé par un complément au datif.
Ce qui peut nous apparaître comme un complément d'agent (les choses ayant été bien faites par toi )
est pour la langue un complément d'attribution : les choses faites de belle façon en ce qui te concerne.
La langue distingue :
-des emplois où le participe qualifie un ou des individus (ou éléments) définis. La négation est alors ouj .
Ta; ouj kalw~" soi pepragmevna. Les actions de ta part qui n'ont pas été belles (et elles sont définies).
-des emplois où le participe qualifie un ou des individus éventuels. La négation est alors mhv .
OiJ mh; ajlhqh~ levgonte". Ceux qui ne disent pas la vérité.
Ces emplois substantivés peuvent se traduire en français le plus souvent par une proposition relative :
OiJ parovnte" poli~tai. Les citoyens qui sont présents.
Le participe attribut. On rencontre un participe attribut du sujet après des verbes :
-indiquant le moment d'une action : a[rcesqai, commencer ; pauvein, cesser ; diatelei~n, continuer.
a[rcomai levgwn, je commence à parler. Ouj pauvetai levgwn, il ne cesse pas de parler.
-indiquant une manière d'être : faivnomai, je suis manifestement ; tugcavnw, je me trouve par hasard ;
lanqavnw, j'échappe aux regards. tugcavnw pivnwn, il se trouve que je bois.
pavnta" lanqavnw ajpivwn, j'échappe aux regards de tous en partant / personne ne remarque mon départ.
-indiquant un sentiment : caivrw se oJrw~n, je me réjouis de te voir.
On peut trouver un participe attribut d'un complément d'objet après des verbes de perception, connaissance :
JOrw~ aujto;n levgonta, je le vois parler Oi\da se levgonta ajei; tajlhqh~, je sais que tu dis toujours la vérité.

Le participe apposé, à valeur circonstancielle (avec l'appui éventuel d'un adverbe ou d'une particule) :
Temps (adverbes a{ m a , en même temps, euj q uv " , aussitôt) :
jEmavconto a{ma poreuovmenoi oiJ {Ellhne". Les Grecs combattaient tout en continuant leur marche.
Cause (particules a{ t e , parce que , wJ " , dans la pensée que ) :
Ku~ro" a{te pai~" w]n h{deto th/~ stolh/~. Cyrus, parce qu'il était un enfant, se réjouissait de sa robe.
But (participe futur -ou présent- éventuellement accompagné de wJ " , négation mhv ):
[Epemye stratiwvta" kataskeyomevnou" to;n polevmion. Il envoya des soldats pour observer l'ennemi.
Condition (négation mhv ): Dou~lo" mh; kalw~" ta; prostattovmena poiw~n zhmiou~tai.
Si un esclave ne fait pas bien ce qu'on lui ordonne, il est puni.
Concession (particule kaiv p er , même si ) :
Kaivper ouj diyw~n, pivnei. Quoique n'ayant pas soif, il boit.
Polla; kthvmata oujk e[cwn, eujdaivmwn eijmiv. Même si je n'ai pas beaucoup de richesses, je suis heureux.
(Il est vrai que, dans cet exemple, le participe peut prendre une valeur aussi bien causale que concessive.
C'est dans le contexte que le sens se construit…)

Tableaux de grammaire grecque.


23. Participes.
Un outil syntaxique polyvalent : wJ "
1. wJ " est construit sur la même racine que le relatif o{", h{, o{.
2. La diversité des emplois de wJ " montre bien que nous avons là un outil polyvalent qui sert à mettre des mots en
rapport : le sens précis de wJ " ne se dégage que dans ce jeu - variable- de relations.
3. Cette présentation n'est pas exhaustive. (Pour des compléments, voir par exemple l'article du Bailly.)

wJ " adverbe marquant une comparaison :


comme : wJ" ejk tw~n dunatw~n, autant que cela est possible.
en tant que, dans la mesure où : makra;n wJ" gevronti ojdovn, longue route pour un vieillard.
en guise de; en qualité de : wJ" guvnh, en qualité de femme.
wJ " + superlatif : wJ" tavcista, le plus vite possible; wJ" bevltisto", le meilleur possible.
wJ " + numéral, approximation :
ajpevqanon wJ" pentakovsioi, cinq cents environ moururent ("comme s'ils étaient cinq cents").

wJ " + participe :
valeur comparative-conditionnelle : Dedivasin wJ" eijdovte", ils craignent comme s'ils savaient.
valeur causale : (motif supposé)
Dedivasi tovn qavnaton wJ" eu\ eijdovte" o{ti mevgiston tw~n kakw~n ejstin.
Ils craignent la mort, en pensant qu'ils savent bien qu'elle est le pire des maux.
wJ " + participe futur : avec l'intention de.
valeur finale :
Pareskeuavzonto wJ" polemhvsonte", ils se préparaient en vue de faire la guerre.

wJ " + mode personnel :


-introduisant une complétive (indicatif -éventuellement optatif potentiel, avec a[n -, ou optatif oblique)
tolma/~ levgein wJ" kakov" eijmi, il ose dire que je suis méchant.
(wJ" souligne le caractère "subjectif" de l'accusation)
-introduisant une interrogative indirecte (indicatif) :
Qaumavzw wJ" hJdevw" kaqeuvdei", j'admire comme tu dors agréablement.
-introduisant une subordonnée circonstancielle à valeur…
…comparative : + indicatif -éventuellement optatif potentiel, avec a[n -, ou optatif oblique :
wJ" oJ mavnti" fhsivn, comme le dit le devin.
…temporelle : + indicatif -éventuellement optatif de répétition, ou optatif oblique :
eujqu;" wJ" h[kousen, dès qu'il l'entendit…
…causale : + indicatif -éventuellement optatif potentiel, avec a[n -, ou optatif oblique :
Tiv pote levgei", w\ tevknon; wJ" ouj manqavnw, Que dis-tu, enfant ? Car je ne comprends pas.
…finale (rare) : + subjonctif, ou + indicatif futur après des verbes d'effort :
… wJ"
mh; diaporeuvshte … (subjonctif ) Pour que vous ne traversiez pas.
… ejpimelei~tai wJ" gunai~ka" e{xousin… (futur) Il prend des mesures pour qu'ils aient des femmes.
De même avec l'infinitif : wJ" e[po" eijpei~n, pour dire le mot, pour ainsi dire.

De même famille étymologique :


w{ s per, de même que. + indicatif -éventuellement optatif potentiel, avec a[n-, ou optatif oblique.
w{ s te, de sorte que . Conséquence effective : + indicatif. Conséquence possible : + infinitif.
o{ t e, lorsque; puisque. + indicatif.
o{ t an, lorsque; chaque fois que (circonstance éventuelle ou répétition dans le présent) + subjonctif.
o{ t i, -que (après dire -sauf favnai-, savoir) + indicatif -optatif potentiell, avec a[n-, ou optatif oblique.
-parce que , + indicatif -éventuellement optatif potentiel, avec a[n-, ou optatif oblique.
o{ p w", afin que . + subjonctif; ou + indicatif futur, après un verbe d'effort.

wJ " préposition + accusatif : vers, chez (pour des personnes): wJ" uJma~", vers vous.
w{ " adverbe : de cette façon, ainsi : kai; w{", même ainsi > néanmoins.

Tableaux de grammaire grecque.


24. les emplois de wJ".
Principes d'accentuation grecque
1. Tout nom ou adjectif reçoit 7. En position finale, une voyelle longue peut
un accent premier, "arbitraire", recevoir l'aigu ou le circonflexe :
un ton, qui définit son identité.
Pour les formes verbales, la position de kakov " , kakhv ,
cet accent premier obéit à des règles fixes, et kakw~ "
n'est donc plus "arbitraire".
2. Trois accents sont possibles : 8. L'accent fonctionne encore, parfois, comme
une marque morphologique , apportant une
• L' acent aigu : kalov " .
caractérisation spécifique.
• L' accent grave, qui remplace l'accent aigu sur la
D'où certaines variations accentuelles
syllabe finale du mot, quand ce mot est
apparemment surprenantes. Ainsi pour l'article :
suivi par un autre mot accentué :
kalo; n fav r makon. touv " , tw~ ~ n , toi~ "
En application de cette fonction, un accent sur une
• L'accent circonflexe (qui ne peut se porter que finale longue dans une forme nominale :
sur une voyelle longue] : j A qhnai~ o ". -est aigu (ou grave) pour le nominatif et l'accusatif
-et circonflexe pour le génitif et le datif.

3. Trois positions possibles pour l'accent : 9. Lorsque la pénultième est longue et porte le
Sur la dernière syllabe : oJ qeov " ton, cet accent est nécessairement (en attique)
un accent circonflexe *:
Sur l'avant-dernière (la pénultième) : fiv l o"
Sur l'antépénultième : oJ filov s ofo" oJ dou~ l o" oJ j A qhnai~ o "
*à condition que la dernière syllabe soit brève.
4. Une règle capitale : 10. Les diphtongues sont longues, en règle
la règle de limitation, qui empêche générale.
Mais en position finale absolue, les
l'accent de "remonter" au-delà de la troisième
diphtongues ai et oi se comportent le plus
position rythmique à partir de la fin du mot.
souvent comme des brèves du point de vue de
Pour le calcul de cette position rythmique, on l'accentuation :
prend en compte la longueur des voyelles : (ce n'est pas le cas pour les formes d'optatif)
une longue compte pour deux brèves.
oiJ a[ n qrwpoi oiJ dou~ l oi
5. En raison de cette loi de limitation : 11. Dans les formes verbales, de façon
• Une voyelle longue en position pénultième ne peut générale, l'accent remonte le plus loin possible,
recevoir l'accent circonflexe que si la dernière jusqu'au troisième temps (cette règle
position est brève. D'où cette variation : générale connaît un nombre limité d'exceptions) :
oJ j A qhnai~ o " / tou; " j A qhnaiv o u" paideuv w
paideuv o men
• Une voyelle antépénultième ne peut recevoir paideuv o usin
l'acent aigu que si la finale est brève.
hJ duv n ami" , la puissance.
6. La loi de limitation de l'accent souffre cette 12. Il existe des mots non accentués, atones :
exception : les proclitiques (qui font corps avec le mot tonique
suivant). — Pas de problème d'accentuation ici*
Ex. les prépositions ej n , eij " , la négation ouj … .

Quand la finale est brève, l'accent peut les enclitiques (qui font corps avec le mot tonique
"sauter par-dessus" la pénultième longue, précédent). Ex. : l'indéfini ti" , le verbe eij m i, etc.
et se porter sur l'antépénultième : Comme la loi de limitation de l'accent joue à partir
de la fin du mot, la présence de ce nouvel élement
oJ a[ n qrwpo" atone a des conséquences. Cela peut conduire à
l'adjonction d'un accent supplémentaire :
l'accent d'enclise. (voir Vernhes, p. 60, § 69).
Ex : Kalov " ej s tin .
Pas de changement dans ce cas.
Mais : a[ n qrwpov " ej s tin . nev o " ej s tiv n .
-la langue évite les séquences trop longues
de syllabes non accentuées-
*Quand il est suivi d'un enclitique, un proclitique reçoit
un accent aigu : ei[ " tina aj g rov n .

Tableaux de grammaire grecque.


25. Principes d'accentuation.
Le duel
Le duel s'emploie quand il s'agit de désigner deux éléments.
Il n'est pas obligatoire et est souvent remplacé par le pluriel.

Les formes de duel dans la déclinaison nominale


les désinences sont e (nominatif-accusatif) et oin (génitif et datif)

N
hJ hJmevra oJ lovg-o-" oJ kovrax hJ trihvrh" hJ oJ
hJ ejlpiv" povli" basileuv"
hJ kefalhv to; dw`ron to; sw`ma to; tei`co"

tw;
nominatif tw; kefalav tw; lovgw tw; kovrake tw; trihvrei tw; povlei basilh~
accusatif

génitif
toi~ n toi~ n toi~ n toi~ n toi~ n toi~ n
datif
kefalai~ n lovgoin kovrakoin trihvroin polevo in basilevo in

pa~", pavn pa~sa hJduv", hJduv hJdei~a hJmei~" uJmei~"


nominatif
pavnte pavsa hJdei~ hJdeiv a nwv sfwv
accusatif nous deux nous deux
génitif
datif
pavntoin pavsain hJdevo in hJdeiva in nw/ ~ n sfw/ ~ n

Les formes de duel dans la conjugaison

Ces formes peuvent remplacer des formes de 2ème et 3ème personnes.

Les désinences actives : -ton (primaire) -thn (secondaire)


Les désinences moyennes passives : -sqon (primaire) -sqhn (secondaire)

paideuvw paideuveton ejpaivdeusa ejpaideusavt hn


paideuvomai paideuvesqon ejpaideusavmhn ejpaideusavs qhn
ejpaivdeuon ejpaideuevt hn ejpaideuvqhn ejpaideuqhvt hn
ejpaideuovmhn ejpaideuevs qhn pepaivdeuka pepaideuvkaton

Tableaux de grammaire grecque.


26. Le duel
Éléments de phonétique

Le système consonantique du grec

Les consonnes se distinguent en fonction de ces trois critères principaux :


-le degré de fermeture des organes phonateurs (l'air peut être totalement ou partiellement bloqué ).
Les consonnes occlusives exigent une fermeture totale du canal assurant l'émission de l'air.
Les consonnes constrictives requièrent un resserrement du canal assurant l'émission de l'air.
-le point d'articulation : la fermeture du canal d'expiration peut se faire au niveau
des lèvres (>consonnes labiales), des dents (>dentales), du palais (>palatales).
- la sonorité : certaines consonnes font vibrer de façon perceptible les cordes vocales : on les appelle des
consonnes sonores. Les consonnes sourdes ne mettent pas en jeu cette vibration.
Le grec dispose de trois consonnes sourdes non-aspirées et de trois consonnes sourdes aspirées.
Le grec dispose aussi de trois lettres "doubles", correspondant à trois combinaisons du type "occlusive + s".

occlusives sonores sourdes aspirées consonnes doubles


- -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
palatales g k c k+s >x
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
labiales b p f p+s > y
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
dentales d t q d+z / z+d > z
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il importe de bien connaître ce tableau, afin de bien comprendre les phénomènes d'évolution
(par assimilation en particulier) qui peuvent modifier les phonèmes.
Autres consonnes. constrictives liquides : l, r. sifflante : s / ".
occlusives nasales : m (labiale), n (dentale).
Trois phénomènes courants
1. L'assimilation
Il y a assimilation lorsqu'un effet d'interférences vient modifier l'identité d'un phonème.
C'est ainsi qu'un phonème consonantique peut "déteindre" sur le phonème précédent,
qui s'en trouve transformé :
*ejn-bavllw > ejmbavllw. *sun-levgw > sullevgw.
*ejpevmp-qhn > ejpevmfqhn (aoriste passif : je fus envoyé. )
2. Une occlusive dentale disparaît devant un -s-
toi~" *swvmat-si (avec les corps; datif pluriel), > toi~" swvmasi
3. Un -s- en position intervocalique disparaît
(avec, en conséquence, contraction des voyelles, voir ci-dessous).
aiJ *trihvrese" (les trières) > *trihvre-e" > trihvrei"
*ejpaideuveso (tu étais éduqué) > *ejpaideuve-o > ejpaideuvou

Contractions entre voyelles


Sauf exception, deux voyelles juxtaposées se contractent. Ces phénomènes de contraction se
rencontrent dans la déclinaison des noms et dans la conjugaison des verbes.
Les contractions obéissent à des règles fixes. En voici quelques exemples :

a +o > w *timav-omen > timw~men


a +e > a *timav-ete > tima~te
e + o > ou *poiev-omen > poiou~men *teivceso" > *teivce-o" >teivcou"
e + e > ei *poiev-ete > poiei~te *trihvrese" >*trihvre-e" >trihvrei"
o + o > ou *dhlov-omen > dhlou~men
o + e > ou *dhlov-ete > dhlou~te

Tableaux de grammaire grecque.


27. Eléments de phonétique.
Les verbes irréguliers les plus courants
futur aoriste parfait aoriste passif

1 a[gw a[xw h[gagon h\ca h[cqhn


je conduis
2 aiJrevw-w aiJrhvsw ei|lon h/{rhka h/Jrevqhn
je prends
3 aijsqavnomai aijsqhvsomai hj/sqovmhn h/[sqhmai
je sens
4 ajkouvw ajkouvsomai h[kousa ajkhvkoa hjkouvsqhn
j'entends
5 aJmartavnw aJmarthvsomai h{marton hJmavrthka
je me trompe, je rate
6 baivnw bhvsomai e[bhn bevbhka
je marche
7 bavllw balw~~ e[balon bevblhka ejblhvqhn
je lance
8 blavptw blavyw e[blaya bevblafa ejblavbhn
je lèse, je nuis ou ejblavfqhn
9 bouvlomai boulhvsomai ejboulhvqhn bebouvlhmai
je veux
10 givgnomai genhvsomai ejgenovmhn gegevnhmai
je deviens ou gevgona
11 gignwvskw gnwvsomai e[gnwn e[gnwka ejgnwvsqhn
je connais
12 didavskw didavxw ejdivdaxa dedivdaca ejdidavcqhn
j'enseigne
13 dokevw-w dovxw e[doxa devdogmai
je semble, je crois parfait moyen
14 duvnamai dunhvsomai ejdunhvqhn deduvnhmai
je peux
15 ejqevlw ejqelhvsw hjqevlhsa hjqevlhka
je veux
16 e{pomai e{yomai eJspovmhn
je suis
17 e[rcomai *ei\mi j'irai h\lqon ejlhvluqa
je vais
18 ejrgavzomai ejrgavsomai eijrgasavmhn eijrgavsqhn
je travaille
19 ejsqivw e[domai e[fagon ejdhvdoka hjdevsqhn
je mange
20 euJrivskw euJrhvsw hu|ron hu{rhka huJrevqhn
je trouve
21 e[cw e{xw ou e[scon e[schka
j'ai schvsw
22 (ajpo)-qnhv/skw ajpo-qanou~mai ajp-evqanon tevqnhka
je meurs
23 ajf-iknev-omai ajfivxomai ajfikovmhn ajfi~gmai
j'arrive
24 kalev-w kalw~ ejkavlesa kevklhka ejklhvqhn
j'appelle
25 keleuvw keleuvsw ejkevleusa kekevleuka ejkeleuvsqhn
j'ordonne
26 krivnw krinw~ e[krina kevkrika ejkrivqhn
je juge
27 ajpo-kteivnw ajpo-ktenw~ ajp-evkteina ajp-evktona
je tue
28 lambavnw lhvyomai e[labon ei[lhfa ejlhvfqhn
je prends

Tableaux de grammaire grecque.


28. Verbes irréguliers
29 lanqavnw lhvsw e[laqon levlhqa
je pase inaperçu
30 levgw ejrw~ ei\pon ei[rhka ejrrhvqhn
je dis
31 leivpw leivyw e[lipon levloipa ejleivfqhn
je laisse
32 manqavnw maqhvsomai e[maqon memavqhka
j'apprends
33 mavcomai macou~mai ejmacesavmhn memacevnai
je combats
34 mimnh/vskomai mnhsqhvsomai ejmnhvsqhn mevmnhmai
je me souviens je me souviens
-sens d'un présent -
35 mevnw menw~ e[meina memevnhka
je reste
36 oi[omai oijhvsomai w/jhvqhn
je pense
37 oJrav-w o[yomai ei\don eJovraka w[fqhn
je vois
38 pavscw peivsomai e[paqon pevponqa
je souffre
39 peivqw peivsw e[peisa pevpeika ejpeivsqhn
je persuade
40 peivqomai peivsomai ejpiqovmhn pevpoiqa
j' obéis j' ai confiance
41 pevmpw pevmyw e[pemya pevpomfa ejpevmqhn
j'envoie
42 pivptw pesou~mai e[peson pevptwka
je tombe
43 pravttw pravxw e[praxa pevpraca ejpravcqhn
je fais ou (euj) pevpraga
44 punqavnomai peuvsomai ejpuqovmhn pevpusmai
je m'informe
45 sw/vzw swvsw e[swsa sevswka ejswvqhn
je sauve
46 tevmnw temw~ e[temon tevtmhka
je coupe
47 tivktw tevxomai e[tekon tevtoka
j'engendre
48 trevpw trevyw e[treya tevtrofa ejtrevfqhn
je tourne ou e[trapon ou ejtravphn
49 trevfw qrevyw e[qreya tevtrofa ejqrevfqhn
je nourris ou ejtravfhn
50 trevcw dramou~mai e[dramon dedravmhka
je cours
51 tugcavnw je teuvxomai e[tucon tetuvchka
rencontre, j'obtiens
52 faivnw fanw~ e[fhna pevfagka ejfavnqhn
je montre
53 faivnomai fanhvsomai ejfhnavmhn pevfasmai
je ou fanou~mai ou ejfavnhn ou pevfhna
parais, je me montre
54 fevrw oi[sw h[negkon ejnhvnoca hjnevcqhn
je porte
55 feuvgw feuvxomai e[fugon pevfeuga
je fuis
56 dia-fqeivrw fqerw~ e[fqeira e[fqarka ejfqavrhn
je détruis
57 caivrw caivrhsw e[carhn kecavrhka
je me réjouis

Tableaux de grammaire grecque.


28. Verbes irréguliers

Vous aimerez peut-être aussi