Vous êtes sur la page 1sur 323

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE


UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENE
FACULTE DE GENIE CIVIL
DEPARTEMENT STRUCTURES ET MATERIAUX

MEMOIRE DE MASTER
DOMAINE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES
FILIERE : GENIE CIVIL
SPECIALITE : STRUCTURES

THEME
Étude d’un bâtiment à usage d’habitation en R+8 + 1
sous sol contreventé par des voiles porteurs en béton
armé
Présenté par :

M. Mohand AIT IDIR


M. Amine HARKAT

Soutenu publiquement le ………. , devant le jury composé de :

Président :
Examinateurs :

Promoteur :Pr. Abdelkrim BOURZAM


Co-promoteur :

Date : Juin 2020


i
Remerciements

Nous tenons tout d’abord à remercier Dieu le tout puissant et miséricordieux, qui nous a
donné la force, la patience, la volonté et le courage pour accomplir nos études.

En second lieu, nous tenons à témoigner nos vifs remerciements à notre encadreur le
Pr. « A Bourzam » pour ses précieux conseils , son aide et son assistance durant tous nos travaux,
malgré les circonstances du Cov19. Nous tenons également à remercier tous les enseignants de la
faculté de génie civil pour leur aide et leur disponibilité durant ces cinq dernières années .

Nos vifs remerciements vont également aux membres du jury pour l’intérêt qu’ils ont porté à
notre travail en acceptant de l’examiner et de l’enrichir par leurs propositions.

Enfin, nous tenons également à remercier toutes les personnes qui ont participé de près ou de
loin à la réalisation de ce modeste travail.

ii
Dédicaces

C’est avec un grand plaisir que nous dédions notre travail, fruit de nos études en exprimant
notre profonde gratitude à nous parents qui nous ont soutenu tout le long de nos études et ont tout
sacrifié pour notre bien et notre réussite ,à Mrs et Mme Baraka et leur filles célia et daly , nos
familles, nos proches et particulièrement nos amis :

Tarek , Abd lmalak , Walid Larkem ,Abd Krim ,Akram , Moh , Abdo ,Riad lhandi , Chakib ,
Yasmine , Tina , Manel ,Abir , le gr5/L2GC 2016/2017 et a tout nous amis que nous n’avons pas
cité . Sans oublier à nous même ,à tous nous amis du génie civil et a toute la promotion "master 2
2020 "

iii
Table des matières

Introduction général 4

1 Présentation du projet 5
1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2 Présentation du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.3 Caractéristiques géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.4 Élément constituant l’ouvrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.4.1 Élément principal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.4.2 Élément secondaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.5 Plans de la structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

2 Matériaux et Hypothèse de calcul 10


2.1 Introduction :............................................................................................................... 10
2.2 Les états limites : ........................................................................................................ 11
2.2.1 États-limites ultimes (E.L.U.) : ...................................................................... 11
2.2.2 États-limites de service (E.L.S.) : ...................................................................11
2.3 Béton : ..........................................................................................................................12
2.3.1 Composition.....................................................................................................12
2.3.2 Étape de formulation du béton : .................................................................... 16
2.3.3 Résistance mécanique et physique : ...............................................................17
2.3.4 Résistance à la compression : .........................................................................19
2.3.5 Résistance a la traction : .................................................................................20
2.3.6 Module de déformation du béton................................................................... 20
2.3.7 Contrainte limite : .......................................................................................... 21

iv
2.4 Acier : ...........................................................................................................................24
2.4.1 Module d’élasticité longitudinale de l’acier : ................................................... 24
2.4.2 Coefficient de Poisson de l’acier : ................................................................... 24
2.4.3 Caractères d’adhérence : ..................................................................................24
2.4.4 Contraintes limites : .........................................................................................25
2.4.5 Dispositions constructives : ............................................................................. 26
2.5 Hypothèses de calcul : ..................................................................................................27
2.5.1 Hypothèses générales valables pour tous les états-limites : ............................... 27
2.5.2 Hypothèses supplémentaires pour les E.L.S : .................................................. 28
2.5.3 Hypothèses supplémentaires pour les E.L.U :................................................. 28

3 Pré-dimensionnement et descente de charge 30


3.1 Introduction : ................................................................................................................30
3.2 Pré-dimensionnement des éléments ................................................................................... 30
3.2.1 Les planchers ...................................................................................................30
3.2.2 les poutres : ......................................................................................................34
3.2.3 Escalier ............................................................................................................35
3.2.4 Acrotère : .........................................................................................................38
3.2.5 La descente de charges : ...................................................................................38
3.2.6 Les poteaux : ..................................................................................................41
3.2.7 le voile : ...........................................................................................................47
3.3 Conclusion :..................................................................................................................51

4 ferraillage des éléments secondaire 52


4.1 Introduction : ................................................................................................................52
4.2 Les dalles ......................................................................................................................52
4.2.1 Méthode de calcul : ..........................................................................................52
4.2.2 Détermination des charges et surcharges : ....................................................... 53
4.2.3 Identification des panneaux des planchers : ...................................................... 54
4.2.4 Détermination des sollicitations : ..................................................................... 55
4.2.5 Ferraillage : ......................................................................................................57

v
4.2.6 Croquis de ferraillage .......................................................................................63
4.3 L’acrotère : ...................................................................................................................65
4.3.1 Ferraillage : ......................................................................................................65
4.3.2 Croquis de ferraillage : .....................................................................................66
4.4 Escalier .........................................................................................................................67
4.4.1 Combinaison de charges ...................................................................................67
4.4.2 Ferraillage : ......................................................................................................68
4.4.3 Croquis de ferraillage : .....................................................................................70
4.5 Poutre palier : ...............................................................................................................71
4.5.1 Introduction :....................................................................................................71
4.5.2 Évaluation des charges : ...................................................................................71
4.5.3 Pré-dimensionnement de la poutre palière : ......................................................71
4.5.4 Évaluation des charges et surcharges ................................................................72
4.5.5 Ferraillage : ......................................................................................................73
4.5.6 croquis : ...........................................................................................................75
4.6 Balcon : ........................................................................................................................76
4.6.1 Définition : .......................................................................................................76
4.6.2 Hypothèses de calcul : ......................................................................................76
4.6.3 Évaluation des charges et surcharges ................................................................76
4.6.4 Ferraillage : ......................................................................................................77
4.6.5 croquis .............................................................................................................80

5 Caractéristiques géométriques 81
5.1 Introduction : ................................................................................................................81
5.2 Disposition des voiles : .................................................................................................81
5.3 Inerties des voiles : ......................................................................................................82
5.4 Centre de torsion : ........................................................................................................83
5.4.1 Centre de torsion longitudinal : ....................................................................... 84
5.4.2 Centre de torsion transversal ............................................................................ 85
5.5 Centre de masse : ......................................................................................................... 85
5.6 L’excentricité : ........................................................................................................... 87

vi
5.6.1 Excentricité théorique : ...................................................................................87
5.6.2 Excentricité Réglementaire : ........................................................................... 88
5.6.3 Conclusion : .....................................................................................................88
5.7 Inertie polaire : ............................................................................................................. 88

6 Étude dynamique 90
6.1 Introduction : ................................................................................................................90
6.2 But de l’étude : ............................................................................................................90
6.3 Modélisation : ...............................................................................................................90
6.4 Méthode de calcul : ......................................................................................................91
6.4.1 Principe de la méthode :...................................................................................92
6.4.2 Étape de calcul : .............................................................................................92
6.5 Application : .................................................................................................................97
6.5.1 Caractéristique dynamique : ............................................................................ 97
6.5.2 Détermination des modes propre sens (X-X) : ................................................. 98
6.5.3 Détermination des modes propre sens (Y-Y) : ............................................... 105
6.5.4 Vérification de coefficient de participation modale : ......................................111
6.5.5 Vérification de l’orthogonalité : ..................................................................... 114
6.6 Conclusion :................................................................................................................ 114

7 Étude sismique 115


7.1 Introduction : .............................................................................................................. 115
7.1.1 But de l’étude sismique : ............................................................................... 115
7.1.2 Méthode de calcul : ........................................................................................ 115
7.2 Méthode statique équivalente : ................................................................................... 116
7.3 Méthode d’analyse modale spectrale : ....................................................................... 121
7.3.1 Principe : ........................................................................................................ 121
7.3.2 Hypothèse : .................................................................................................... 121
7.3.3 Détermination des forces sismiques de niveau Fj(i) : ...................................... 121
7.4 Application : ............................................................................................................... 125
7.4.1 Sens longitudinal (X-X) ................................................................................. 125

vii
7.4.2 Sens longitudinal (Y-Y) ................................................................................. 126
7.5 Calcul de l’effort tranchant à la base : ....................................................................... 128
7.5.1 Vérification : .................................................................................................. 128
7.5.2 diagramme des efforts tranchants et des moments fléchissant : .......................... 131
7.6 Calcul de déplacements horizontaux : ......................................................................... 132
7.7 Justification vis-à-vis de l’effet P-∆ : ......................................................................... 134

8 Étude au vent 136


8.1 Introduction : .............................................................................................................. 136
8.2 Principe de calcul : ..................................................................................................... 136
8.3 Étapes de calcul : ....................................................................................................... 138
8.3.1 Pression dynamique de pointe : ..................................................................... 138
8.3.2 La force du vent Fw(Ze) : .............................................................................. 143
8.4 Applications : ............................................................................................................. 146
8.4.1 Sens longitudinal X-X .................................................................................... 148
8.4.2 sens transversal Y-Y : .................................................................................... 152
8.4.3 Calcul de la force du vent F(Ze) : ................................................................. 155
8.5 Conclusion :................................................................................................................ 159

9 Étude sous charges horizontales 160


9.1 Introduction : .............................................................................................................. 160
9.2 Méthode de calcul : .................................................................................................... 160
9.2.1 Hypothèses de calcul : .................................................................................... 160
9.2.2 Principe de la méthode :................................................................................. 161
9.3 Calcul des efforts horizontaux revenant à chaque voile :............................................. 161
9.3.1 Efforts dus à la translation : ......................................................................... 162
9.3.2 Efforts dus à la rotation : ............................................................................... 162
9.4 Détermination des sollicitations internes : ................................................................... 163
9.5 Application : ............................................................................................................... 164
9.5.1 Calcul des efforts revenants à chaque voile : ................................................. 164
9.5.2 Les efforts tranchant et le moment fléchissant dans les voiles : ........................174

viii
10 Étude sous charges verticales 180
10.1 Introduction : .............................................................................................................. 180
10.2 Principe de calcul ...................................................................................................... 180
10.2.1 Les voiles : ..................................................................................................... 180
10.2.2 les portiques : ................................................................................................. 190

11 Combinaisons-d ’actions 203


11.1 Introduction : .............................................................................................................. 203
11.2 combinaison d’action dans les voiles : ........................................................... 203
11.2.1 combinaison du RPA : .................................................................................. 203
11.2.2 Combinaison du BAEL : ............................................................................... 204
11.2.3 combinaison d’action a considère : ................................................................. 204
11.3 APPLICATION : ..................................................................................................... 205
11.3.1 Sens longitudinal : .......................................................................................... 205
11.3.2 Sens transversal : ............................................................................................ 210
11.4 Les portiques : ............................................................................................................ 214
11.4.1 Sens longitudinal : .......................................................................................... 215
11.4.2 Sens transversal : ............................................................................................ 221

12 Ferraillage des éléments principaux 227


12.1 Introduction : .............................................................................................................. 227
12.2 Ferraillage des portiques : ........................................................................................... 227
12.2.1 Les poteaux :.................................................................................................. 228
12.2.2 Les poutres : ................................................................................................... 233
12.3 Les voiles.................................................................................................................... 241
12.3.1 Détermination des efforts :............................................................................. 241
12.3.2 Détermination de la nature de la section : ...................................................... 241
12.3.3 Ferraillage vertical ......................................................................................... 244
12.3.4 Ferraillage horizontal : ................................................................................... 244
12.3.5 Contrainte limite de cisaillement : ..................................................................244
12.3.6 Pourcentage minimal d’armatures : ................................................................245

ix
12.3.7 Disposition constructive : ............................................................................... 245
12.3.8 Application : .................................................................................................. 246
12.3.9 Résultat : ........................................................................................................ 251
12.3.10 Croquis de ferraillage : ................................................................................... 258

13 Infrastructure : 259
13.1 Introduction : .............................................................................................................. 259
13.2 Étude géotechnique : .................................................................................................. 260
13.3 Calcul des fondations : ............................................................................................... 260
13.3.1 Définition : ..................................................................................................... 260
13.3.2 Choix du type de fondation ........................................................................... 260
13.4 Étude de radier nervuré : ............................................................................................ 262
13.4.1 Pré-dimensionnement du radier : .................................................................... 262
13.4.2 Caractéristiques géométriques du radier : ....................................................... 264
13.4.3 Détermination des charges et surcharges :....................................................... 265
13.4.4 Évaluation et vérification des contraintes sous le radier :................................ 265
13.5 Ferraillage du radier : ................................................................................... 273
13.5.1 Détermination des moments isostatiques : ......................................................... 273
13.5.2 Ferraillage des panneaux du radier : .............................................................. 276
13.6 Ferraillage du débord : ..................................................................................278
13.6.1 Croquis du ferraillage radier .......................................................................... 279
13.7 Étude des nervures : ..................................................................................... 281
13.7.1 Évaluation des charges : ................................................................................. 281
13.7.2 Détermination des sollicitations internes dans les nervures : ...........................284
13.7.3 Dimensionnement des nervures : ........................................................................ 285
13.7.4 Ferraillage des nervures : ................................................................................ 287
13.7.5 Croquis de ferraillage : ................................................................................... 291
13.8 Calcul du voile périphérique :..................................................................................... 293
13.8.1 Dimensionnement du voile périphérique :......................................................... 293
13.8.2 Détermination des contraintes : ...................................................................... 294
13.8.3 Ferraillage du voile périphérique : .................................................................. 295

x
Table des matières

13.8.4 croquis de ferraillage : ......................... 298

Conclusion 299

Références bibliographiques 300

xi
Table des figures

1.1 Plan étage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7


1.2 coupe A-A de notre bâtiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.3 Modélisation sur robot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

2.1 Procédé de fabrication du-béton. .................................................................................12


2.2 Etapes de fabrication du ciment. ................................................................................ 13
2.3 Illustration sur le gravier. ............................................................................................14
2.4 Illustration sur le sable. ...............................................................................................15
2.5 Illustration de l’eau du gâchage. .................................................................................15
2.6 Illustration d’un adjuvant................................................................................................. 16
2.7 Résistance du béton en fonction de son âge. ..............................................................19
2.8 Diagramme contrainte-déformation du béton à l’ELU .............................................. 21
2.9 Diagramme contrainte-déformation du béton à l’ELS ............................................... 22
2.10 Diagramme contrainte-déformation de l’acier ........................................................... 25
2.11 Définition de l’enrobage "e" ...................................................................................... 26
2.12 Dispositions constructives pour les groupements d’armatures....................................27
2.13 hypothèse de déformation........................................................................................... 27
2.14 Règle des trois pivots ..................................................................................................29

3.1 présentation d’une dalle pleine en BA. ...................................................................... 31


3.2 dimension d’un plancher ............................................................................................ 31
3.3 Schéma d’escalier. ...................................................................................................... 35
3.4 vue en élévation de l’escalier. .....................................................................................36
3.5 vue en plan de l’escalier. ............................................................................................ 37

xii
Table des figures

3.6 Dimension de l’acrotère.............................................................................................. 38


3.7 Vue en élévation du poteau .........................................................................................41
3.8 Schéma montrant l’utilisation de la loi de dégression ............................................... 44
3.9 localisation des poteaux et surface de chargement........................................................ 45
3.10 Coupe du voile en élévation ........................................................................................47
3.11 Coupe de voile en plan. ...............................................................................................48

4.1 Ventilation des moments dans les dalles .................................................................... 53


4.2 Identification des dalles ...............................................................................................54
4.3 Application et déformation dû à une charge concentrée sur un planche ..................... 55
4.4 Dispositions de ferraillage longitudinal ......................................................................58
4.5 Croquis de ferraillage du plancher terrasse en travée ................................................... 63
4.6 Croquis de ferraillage du plancher étage courant et terrasse sur appui. ...................... 64
4.7 ferraillage de la dalle coupe A-A ............................................................................... 64
4.8 Croquis de ferraillage de l’acrotère ............................................................................ 66
4.9 Schéma statique des escaliers ..................................................................................... 67
4.10 Diagramme du moment fléchissant des escaliers. ...................................................... 68
4.11 Diagramme d’effort tranchant ......................................................................................... 68
4.12 Croquis du ferraillage de l’escalier. ........................................................................... 70
4.13 schéma statique de la poutre palière. ..........................................................................71
4.14 croquis de ferraillage de la poutre palière. ................................................................ 75
4.15 schéma statique de balcon .......................................................................................... 76
4.16 Croquis du ferraillage du balcon. ............................................................................... 80

5.1 disposition des voiles ...................................................................................................81


5.2 Calcul des inerties des Voiles (Sens YY). ................................................................. 82
5.3 Calcul des inerties des Voiles (Sens XX) .................................................................. 83
5.4 centre de torsion ......................................................................................................... 84

6.1 Représentation des masses sur les différents niveaux .................................................91


6.2 L’allure de déformée sens x-x .................................................................................. 104
6.3 L’allure de déformée sens y-y .................................................................................. 110

xiii
Table des figures
7.1 diagramme des efforts tranchants et des moments fléchissant X-X .......................... 131
7.2 diagramme des efforts tranchants et des moments fléchissant Y-Y ......................... 131
8.1 La hauteur de référence (Ze) dans le cas ou h ≤ b ................................................... 139
8.2 La hauteur de référence (Ze) dans le cas ou b < h ≤ 2b .......................................... 139
8.3 La hauteur de référence (Ze) dans le cas ou h > 2b ................................................ 140
8.4 Hauteur de référence Ze dans les deux sens ............................................................ 140
8.5 Légende pour les parois verticales. .......................................................................... 144
8.6 Légende pour les toitures plates ............................................................................... 145
8.7 Valeurs de Cpe pour les parois verticales sens longitudinal. ....................................149
8.8 Valeurs de Cpe pour les parois verticales sens transversal. ......................................153
9.1 Effet de la translation et de la rotation .................................................................... 161
9.2 Représentation des excentricités. ...............................................................................163
9.3 La vue en plan identifiant les voiles ........................................................................ 164
10.1 Schéma des lignes de rupture des différents types de dalle. .................................... 181
10.2 Présentation des lignes de rupture. ........................................................................... 181
10.3 Charges et sollicitations sur les voiles plains. ..........................................................183
10.4 diagramme des moments sous G.............................................................................. 191
10.5 diagramme des moments sous Q.............................................................................. 192
10.6 diagramme des efforts tranchants sous G ................................................................. 193
10.7 diagramme des efforts tranchants sous Q ................................................................. 194
10.8 diagramme des efforts normales sous G .................................................................. 195
10.9 diagramme des effort normales sous Q.................................................................... 196
10.10 .............................................................................................................................. diagramme
des moments sous G................................................................................................. 197
10.11 diagramme des moments sous Q .............................................................................. 198
10.12 .............................................................................................................................. diagramme
des efforts tranchants sous G .................................................................................... 199
10.13 .............................................................................................................................. diagramme
des efforts tranchants sous Q .................................................................................... 200
10.14 .............................................................................................................................. diagramme
des efforts normales sous G ..................................................................................... 201
10.15diagramme des effort normales sous Q.....................................................................202

11.1 diagramme d’effort normal à ELU........................................................................... 215

xiv
Table des figures

11.2 diagramme d’effort tranchant à ELU ....................................................................... 216


11.3 diagramme des moment à ELU................................................................................ 217
11.4 diagramme d’effort normal à ELS ........................................................................... 218
11.5 diagramme d’effort tranchant à ELS ........................................................................ 219
11.6 diagramme des moment à ELS ................................................................................ 220
11.7 diagramme d’effort normal à ELU........................................................................... 221
11.8 diagramme d’effort tranchant à ELU ....................................................................... 222
11.9 diagramme des moment à ELU ................................................................................ 223
11.10 .............................................................................................................. diagramme
d’effort normal à ELS .............................................................................................. 224
11.11 diagramme d’effort tranchant à ELS ........................................................................ 225
11.12 .............................................................................................................. diagramme
des moment à ELS ................................................................................................... 226

12.1 Schéma du ferraillage du poteau. ..............................................................................232


12.2 Organigramme de la flexion simple. .........................................................................234
12.3 Croquis de ferraillage des poutres .............................................................................240
12.4 Organigramme de la flexion composé ......................................................................243
12.5 Croquis de ferraillage du voile 1 ..............................................................................258

13.1 La contrainte maximale et minimale ........................................................................ 266


13.2 Surface de contact avec le sol .................................................................................. 266
13.3 Ferraillage du radier coupe A-A .............................................................................. 279
13.4 Ferraillage du radier sur appuis .................................................................................279
13.5 Ferraillage du radier en travée ......................................................................................280
13.6 Mode d’appui de la nervure ..................................................................................... 281
13.7 effort tranchant dans les nervures à l’ELU .............................................................. 284
13.8 moment fléchissant dans les nervures à l’ELU ........................................................ 284
13.9 moment fléchissant dans les nervures à l’ELS ........................................................ 284
13.10 ...................................................................................................................... Les Schéma
de ferraillages des nervures en travée. .........................................................................291
13.11 Les Schéma de ferraillages des nervures sur appuis. ................................................292
13.12 ...................................................................................................................... Schéma de
ferraillage du voile périphérique. ..............................................................................298
xv
Liste des tableaux

2.1 Classes de ciment .........................................................................................................13


2.2 type du béton ................................................................................................................18

3.1 Les masses des différents niveaux .................................................................................50

4.1 Charges et surcharges des dalles. ..................................................................................54


4.2 Moments isostatiques sollicitant le plancher terrasse ........................................................ 55
4.3 Moments de ventilations sollicitant le plancher terrasse ................................................56
4.4 Moments isostatiques sollicitant de l’étage courant.......................................................56
4.5 Moments de ventilations sollicitant de l’étage courant ..................................................56
4.6 vérification de la continuité dans la terrasse ..................................................................57
4.7 vérification de la continuité dans l’étage courant ..........................................................57
4.8 Ferraillage dalle terrasse sens X-X. ...............................................................................59
4.9 Ferraillage dalle terrasse sens Y-Y. ..............................................................................60
4.10 Ferraillage dalle étage courant sens X-X. .....................................................................60
4.11 Ferraillage dalle étage courant sens Y-Y. .....................................................................61
4.12 Ferraillage des plancher ................................................................................................61
4.13 Effort tranchant terrasse inaccessible.............................................................................62
4.14 Effort tranchant étage courant .......................................................................................62
4.15 Combinaison des charges. .............................................................................................67
4.16 ferraillage longitudinal....................................................................................................... 69
4.17 ferraillage de répartition................................................................................................69
4.18 ferraillage longitudinal....................................................................................................... 73
4.19 ferraillage longitudinal en ELU ....................................................................................77

xvi
Liste des tableaux

5.1 Tableau d’inertie sens y-y ...........................................................................................82


5.2 Tableau d’inertie sens X-X ..........................................................................................83
5.3 Centre de torsion longitudinal X-X ............................................................................ 84
5.4 Centre de torsion transversal Y-Y.............................................................................. 85
5.5 Poids et centre de masse de la terrasse. ..................................................................... 86
5.6 Poids et centre de masse du dernier étage. .................................................................86
5.7 Poids et centre de masse de l’étage courant. ............................................................. 87
5.8 Excentricité théorique. ................................................................................................ 88
5.9 Inertie polaire longitudinal. .........................................................................................89
5.10 Inertie polaire transversal ............................................................................................89

6.1 Les itérations du mode 1 sens x-x ............................................................................. 99


6.2 Les itérations du mode 2 sens x-x ........................................................................... 101
6.3 Les itérations du mode 3 sens x-x ........................................................................... 103
6.4 Les vecteurs propres du sens x-x ............................................................................. 104
6.5 Les itérations du mode 1 sens y-y ........................................................................... 105
6.6 Les itérations du mode 2 sens y-y ........................................................................... 107
6.7 Les itérations du mode 3 sens y-y ........................................................................... 109
6.8 Les vecteurs propres du sens y-y ............................................................................. 110
6.9 Coefficient de participation modale du mode 1 sens (X-X) .................................... 111
6.10 Coefficient de participation modale du mode 2 sens (X-X) .................................... 111
6.11 Coefficient de participation modale du mode 3 sens (X-X) .................................... 112
6.12 Coefficient de participation modale du mode 1 sens (Y-Y) .................................... 112
6.13 Coefficient de participation modale du mode 2 sens (Y-Y) .................................... 113
6.14 Coefficient de participation modale du mode 3 sens (Y-Y) .................................... 113

7.1 détermination de facteur de qualité .......................................................................... 118


7.2 les forces sismique dans le sens x-x .........................................................................120
7.3 les forces sismique dans le sens y-y .........................................................................120
7.4 Période caractéristique associée à la catégorie du sol ..............................................122
7.5 Valeur de spectre de réponse sens longitudinal ........................................................123
7.6 Valeur spectre de réponse sens transversal ...............................................................123

xvii
Liste des tableaux

7.7 Force sismique « mode 1 » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125


7.8 Force sismique « mode 2 » .......................... 125
7.9 Force sismique « mode 3 » .......................... 126
7.10 Force sismique « mode 1 » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
7.11 Force sismique « mode 2 » .......................... 127
7.12 Force sismique « mode 3 » .......................... 127
7.13 Valeur de ”r” sens longitudinal ........................ 128
7.14 Valeur de ”r” sens longitudinal ........................ 128
7.15 Résultante des forces sismique, effort tranchant et moment fléchissant sens (x-x) .
...................................... 129
7.16 Résultante des forces sismique, effort tranchant et moment fléchissant sens (Y-Y)
...................................... 130
7.17 Déplacement selon (X-X) ........................... 133
7.18 Déplacement selon (Y-Y) ........................... 133
7.19 Valeur de θ sens longitudinal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
7.20 Valeur de θ sens transversal ......................... 135

8.1 Valeurs de vitesses de référence .................................................................................. 137


8.2 Valeurs de pression de référence ................................................................................. 138
8.3 Catégories de terrain l................................................................................................. 142
8.4 Calcul coefficient de rugosité ..................................................................................... 146
8.5 Calcul coefficient de turbulence.................................................................................. 147
8.6 Calcul le coefficient d’exposition au vent Ce (Ze) : ................................................... 147
8.7 Calcul le coefficient d’exposition au vent Ce (Ze) : ................................................... 147
8.8 Valeurs de Cpe pour les parois verticales sens longitudinal. ....................................... 149
8.9 Valeurs de Cpe pour la toiture sens longitudinal......................................................... 150
8.10 Surface des ouvertures du bâtiment............................................................................. 151
8.11 Valeurs de Cpe pour les parois verticales sens transversal. ......................................... 153
8.12 Valeurs de Cpe pour la toiture sens transversal. ......................................................... 154
8.13 tableau représentant les résultats des pressions dues au vent sur la paroi verticale dans
le sens longitudinal. .................................................................................................... 155

xviii
Liste des tableaux

8.14 les forces et les coordonnées du centre de pression dans les parois dans le
sens longitudinal. ........................................................................................................ 156
8.15 tableau représentant les résultats des pressions dues au vent sur la paroi verticale dans
le sens transversal. ...................................................................................................... 156
8.16 les forces et les coordonnées du centre de pression dans les parois dans le
sens transversal. .......................................................................................................... 157

9.1 les forces sismique dans les 2 sens .............................................................................. 164


9.2 les Efforts revenants à chaque voiles dans le sens longitudinal ‘’ 1 ère position.” 165
9.3 Efforts revenants à chaque voile dans le sens longitudinal ‘’ 2 ème position.” 167
9.4 Efforts revenants à chaque voile dans le sens transversal ‘’ 1 ère position.” . 169
9.5 Efforts revenants à chaque voile dans le sens transversal ‘’ 2 ème position.” 172
9.6 Les efforts tranchant et le moment fléchissant dans les voiles dans le sens
longitudinal. ............................................................................................................... 175
9.7 Les efforts tranchant et le moment fléchissant dans les voiles dans le sens transversal.
177

10.1 Charges reprises par les voiles V2 sous G. ................................................................. 183


10.2 Charges reprises par les voiles V2 sous Q. ................................................................. 184
10.3 Charges reprises par les voiles V5 sous G. ................................................................. 184
10.4 Charges reprises par les voiles V5 sous Q. ................................................................. 185
10.5 Charges reprises par les voiles V1-3-4-6 sous G. ........................................................ 185
10.6 Charges reprises par les voiles V1-3-4-6 sous Q. ........................................................ 186
10.7 Charges reprises par les voiles V7-12 sous G. ............................................................ 186
10.8 Charges reprises par les voiles V7-12 sous Q. ............................................................ 187
10.9 Charges reprises par les voiles V9-10 sous G. ............................................................ 187
10.10 ......................................................................................................................... Charges reprises
par les voiles V9-10 sous Q. ....................................................................................... 188
10.11 Charges reprises par les voiles V8-11 sous G. ............................................................ 188
10.12 ......................................................................................................................... Charges reprises
par les voiles V8-11 sous Q. ....................................................................................... 189
11.1 Résultats des efforts normaux V1-4-3-6 ...................................................................... 205
11.2 Résultats des efforts normaux V5 ............................................................................... 206
11.3 Résultats des efforts normaux V2 ............................................................................... 206

xix
Liste des tableaux
11.4 Résultats des moments fléchissants V1-4-3-6 .......................................................... 207
11.5 Résultats des moments fléchissants V5 .................................................................... 208
11.6 Résultats des moments fléchissants V2 .................................................................... 209
11.7 Résultats des efforts normaux V7-12 ....................................................................... 210
11.8 Résultats des efforts normaux V9-10 ....................................................................... 210
11.9 Résultats des efforts normaux V8-11 ....................................................................... 211
11.10 .............................................................................................................. Résultats des
moments fléchissants V7-12 .................................................................................... 211
11.11 Résultats des moments fléchissants V9-10 .............................................................. 212
11.12 .............................................................................................................. Résultats des
moments fléchissants V8-11 .................................................................................... 213
12.1 Ferraillage longitudinal du poteau P1 .......................................................................229
12.2 les moments dans le sens longitudinal. .................................................................... 235
12.3 Ferraillage des poutres dans le sens longitudinal. .....................................................237
12.4 Ferraillage des poutres dans le sens transversal. .......................................................237
12.5 Vérification des contraintes de cisaillement sens «x-x» .......................................... 250
12.6 Vérification des contraintes de cisaillement sens «x-x» .......................................... 250
12.7 Vérification des contraintes de cisaillement sens «y-y» .......................................... 250
12.8 Vérification des contraintes de cisaillement sens «y-y» .......................................... 251
12.9 ferraillage horizontal ................................................................................................. 251
12.10 ..........................................................................................................................Ferraillages
des voiles V1/3/4/6 ................................................................................................... 252
12.11 Ferraillage de voile V2 ..............................................................................................253
12.12 ...........................................................................................................................Ferraillage
de voile V5 .................................................................................................................254
12.13 ...........................................................................................................................Ferraillages
des voiles V7/12 ....................................................................................................... 255
12.14 ...........................................................................................................................Ferraillages
des voiles V9/10. ...................................................................................................... 256
12.15 ...........................................................................................................................Ferraillages
des voiles V8/11. ...................................................................................................... 257
13.1 Efforts normaux ........................................................................................................ 267
13.2 Moments d’excentricités ........................................................................................... 268
13.3 Valeurs des contraintes dans le sens longitudinal. ................................................... 270
13.4 Valeurs des contraintes dans le sens transversal ...................................................... 270
13.5 Valeurs des qu ............................................................................................................273
13.6 Les moments développés au centre des panneaux à l’ELU. .................................... 274

xx
Liste des tableaux

13.7 les moments développés au centre des panneaux à l’ELS. ...................................... 275
13.8 Les moments de continuité des panneaux à l’ELU. ................................................ 275
13.9 Les moments de continuité des panneaux à l’ELS. ................................................. 275
13.10 ...................................................................................................................... Ferraillage
des panneaux du radier (Sens x-x). .......................................................................... 277
13.11 Ferraillage des panneaux du radier (Sens y-y) ........................................................ 277
13.12 ...................................................................................................................... Chargement
équivalent exercé sur la travée « 1 » .........................................................................282
13.13 ...................................................................................................................... Chargement
équivalent exercé sur la travée « 2 » .........................................................................282
13.14 ...................................................................................................................... Chargement
équivalent exercé sur la travée « 1 » .........................................................................283
13.15 ...................................................................................................................... Chargement
équivalent exercé sur la travée « 2 » .........................................................................283
13.16 ...................................................................................................................... les
sollicitations dans le sens X-X en (MN .m) ............................................................ 287
13.17les moments développés dans le panneau le plus sollicité ....................................... 295
13.18 ...................................................................................................................... ferraillage du
voile périphérique à ELU ..........................................................................................296
13.19 ...................................................................................................................... ferraillage du
voile périphérique à ELS ..........................................................................................297

xxi
Liste des sigles et acronymes

A Coefficient d’accélération de zone, aire d’une section.


B Facteur de comportement de la structure ; aire d’une section de béton.
BAEL Béton armé aux états limite.
Br Section réduite du béton.
Cd Coefficient de pression dynamique.
Cpe Coefficient de pression extérieur.
Cpi Coefficient de pression intérieur.
Cfrj Coefficient de frottement de l’élément de surface ‘’j”.
Di Facteur d’amplification dynamique.
E Module d’élasticité longitudinale (module de YOUNG).
Eij Module de déformation instantanée du béton.
Evj Module de déformation différée du béton.
Es Module d’élasticité de l’acier.
ELS Etat limite de service.
ELU Etat limite ultime.
e Epaisseur, excentricité.
FP Fissuration préjudiciable.
FPP Fissuration peu préjudiciable
FTP Fissuration très préjudiciables.
G Charge permanente, module d’élasticité transversale.
G Largeur de la marche.
H Hauteur totale du bâtiment.
I Moment d’inertie.
IL Inertie des voiles longitudinaux.
IT Inertie des voiles transversaux.

1
Liste des tableaux

Iw Inertie polaire.
Ks Coefficient du site.
L Portée
M Moment, masse.
M0 Moment en travée isostatique.
Mt Moment en travée de la poutre considérée.
Map Moment sur appuis.
Mu Moment ultime.
NG Effort normal développé par les charges permanentes.
NQ Effort normal développé par les charges d’exploitation.
Nu Effort normal ultime.
n Nombre de niveaux.
P,W Poids
Q Charge d’exploitation, facteur de qualité.
q Densité de charge répartie.
q10 Pression dynamique de base du vent.
G3/8 ; G8/15 ;G15/20 Classe de gravier concassé
qH Pression dynamique du vent agissant sur la hauteur H.
R Réaction.
RPA Règlement parasismique Algérien.
[S ]Matrice de souplesse.
S Surface de l’élément considéré, force sismique, moment statique.
St Espacement entre armatures.
T Espacement entre armatures.
U Périmètre.
V Effort tranchant, vitesse, action sismique à la base.
VL Voiles longitudinales.
VT Voiles transversales.
Xej, Yej Coordonnées du centre de torsion à l’étage « j » par rapport à un repère
d’axe Parallèle aux directions principales du bâtiment (ox, oy).
Z Bras de levier entre les aciers et le béton.
d’ Distance du barycentre des aciers comprimés à la fibre extrême la plus
Comprimée.

2
Liste des tableaux

d Distance du barycentre des aciers tendus à la fibre extrême la plus


Comprimée.
a Côte du poteau carré.
b Largeur de la poutre.
f Flèche.
Fbu Contrainte admissible de flambement.
Fej Résistance à la compression.
Ftj Résistance à la traction.
Fe limite élastique de l’acier.
If Longueur du flambement.
α Coefficient de sécurité ou flambement, angle, coefficient de
participation.
γ Poids volumique,
β Coefficient de majoration dynamique.
γb Coefficient de sécurité à prendre pour le béton.
γs Coefficient de sécurité à prendre pour l’acier.
δ Coefficient de dimension, déplacement.
s Déformation relative du béton comprimé.
sb Déformation relative de l’acier tendu.
η Coefficient de fissuration
λ Coefficient d’élancement.
µr Moment résistant
σ Contrainte normale
τ Contrainte de cisaillement.
v Coefficient de poisson
ω Pulsation propre.
φl Diamètre des armatures longitudinales.
φt Diamètre des armatures transversales.
φ Valeur propre.

3
Introduction général

Avec le changement climatique que notre planète subit , les phénomènes et catastrophes
naturels deviennent plus fréquents et augmentent en intensité avec chaque décennie , et l’Algérie
n’est pas une exception .

En effet l’Algérie se trouve dans la zone de touche des 2 plaques tectoniques ce qui lui vaut
d’être classé comme zone de forte sismicité selon le RPA99/2003.

De ce fait des règles et des normes ont était imposé afin de garantir la sécurité et la stabilité
de la structure vis-à-vis du séisme , vent et autre considération liés au climat et les besoins
d’exploitations .

Plusieurs règlements préconisent divers systèmes de contreventements afin de diminuer les


effets produits par le séisme ( déplacements , torsion ) et éviter l’endommagement de la structure
tout en assurant une bonne dissipation des efforts .

Le choix du système de contreventement dépend de certains paramètres à savoir la zone


sismique et le type de sol du site d’implantation , l’usage , l’importance et la hauteur de l’ouvrage
.

Dans le cas de notre étude , le calcul des éléments constituant notre ouvrage se fera en suivant
les règlements et méthodes connus ( BEAL91 ; RPA99/version 2003 ) .

4
Chapitre 1

Présentation du projet

1.1 Introduction :
L’étude d’un bâtiment en béton armé nécessite des connaissances de base à savoir les
caractéristiques géométriques de la structure en question .
Dans ce chapitre nous aborderont ces caractéristiques géométriques de notre projet .

1.2 Présentation du projet :


Notre projet consiste à étudie un bâtiment R+8+1 S/sol contreventé par des voiles porteurs ,
situé à Réghaia wilaya d’Alger considéré selon le RPA99/version 2003 zone de forte sismicité «
zone III ».

• Un RDC + 8 + S/sol étages à usage d’habitation.


• Une terrasse inaccessible

1.3 Caractéristiques géométrique :


• Longueur totale : 26.1 m.
• Longueur totale sans balcon :23.7 m
• Largeur totale :12.3 m.
• Hauteur totale du bâtiment (avec acrotère) : 28.04 m.
• Hauteur du bâtiment (sans acrotère) : 27.54 m.
• Hauteur du rez-de-chaussée : 3.06 m.
• Hauteur de l’étage courant : 3.06 m.
5
1.4. Élément constituant l’ouvrage

1.4 Élément constituant l’ouvrage :

1.4.1 Élément principal :

L’ossature du bâtiment est en béton armé, elle est composée de portiques (poteaux-poutres)
et voiles. Elle doit assurer principalement la stabilité de l’ouvrage vis-à-vis des efforts
horizontaux et verticaux, qui sont dus aux charges permanentes, charges d’exploitation, charges
climatiques, et les actions sismiques.

1.4.2 Élément secondaire :


— Planche : tous les planchers sont en dalle pleine.
— Les voiles : ils sont réalisés en béton armé continu sur toute la hauteur du bâtiment.
— Maçonnerie et revêtement :
— Murs extérieurs : en double parois de brique creuse de 10cm à l’intérieur et de 15
cm à l’extérieur avec une lame d’air de 5 cm.
— Murs intérieurs : en simple cloison de briques de 10 cm d’épaisseur.
— Carrelage : 2 cm pour le plancher et les escaliers.
— Plâtre : 2 cm pour les murs intérieurs.
3 cm pour les murs extérieurs.
— Enduit du ciment : 3 cm pour les murs extérieurs.
— Acrotère : c’est un muret situé en bordure de toiture-terrasse inaccessible pour permettre
le relevé d’étanchéité. Nous avons fait le choix d’un acrotère de 50cm pour diminuer le poids.
— Balcons : c’est des dalles pleines qui se trouve à l’extérieure du bâtiment d’une portée de
1.3 m.
— Escalier et ascenseur :
— Escalier : les escaliers sont constitués de volée classique en béton armé reposant sur des
paliers coulé sur place. Ce sont des escaliers à double volée avec un palier de repos.
— Ascenseur : Le choix de type d’ascenseur est dicté par la hauteur et la configuration
du bâtiment en terme de place, de stabilité, de possibilité de l’implantation, mais aussi
par le type de la charge à déplacer, la vitesse de déplacement nécessaire, etc.
Un ascenseur de type Schindler qui se caractérise par l’absence de local machine.

6
1.5. Plans de la structure

1.5 Plans de la structure :

FIGURE 1.1 – plan étage

7
1.5. Plans de la structure

FIGURE 1.2 – coupe A-A de notre bâtiment

8
1.5. Plans de la structure

FIGURE 1.3 – modélisation sur robot

9
Chapitre 2

Matériaux et Hypothèse de calcul

2.1 Introduction :
Le domaine de la construction est un domaine large et vaste aussi bien par ses besoins que
par les options qu’il présente pour les diverses nécessités que le terrain, la sécurité, l’usage et
l’esthétique de la construction exigent. D’où l’existence de nombreux matériaux utilisés dans
cette industrie.
Le béton armé étant l’un des matériaux les plus connus, les plus utilisé dans cette industrie pour
la réalisation des ouvrages les plus variés :

— Bâtiments : d’habitation, administratifs, industriels. . . .


— Ouvrages d’arts : ponts, tunnels, aéroports. . . .
— Constructions hydrauliques : châteaux d’eau, réservoirs, canalisations....
Il présente plusieurs avantages :
— Monolithisme : il se comporte comme un seul élément rigide.
— Résistance au feu : avec des conditions d’enrobage suffisantes, le béton armé aura une
très bonne résistance au feu.
Le béton armé est le résultat de l’association de ces deux derniers, en ayant une masse
volumique généralement égale à 2500 kg/m3.
Le comportement du bâtiment dépend du comportement des matériaux utilisés lors de sa construction.
Le béton et l’acier utilisé seront choisis conformément aux :
— Règles techniques de conception (CBA93).
— Calcul des ouvrages en béton armé (BAEL91 modifié99).
— Règlement parasismique algérien (RPA99 version2003) afin d’assurer la résistance de
l’ouvrage.

10
2.2. Les états limites :

2.2 Les états limites :


D’après Pratique DTR-BC 2.41 C.B.A93 art A.1.2. Un ÉTAT-LIMITE est un état particulier
dans lequel une condition requise pour une construction (ou l’un de ses éléments) est strictement
satisfaite et cesserait de l’être en cas de modification défavorable d’une action. Il existe deux
types des états limites :

2.2.1 États-limites ultimes (E.L.U.) :


Ils mettent en jeu la sécurité des biens et des personnes. Ils correspondent à l’atteinte du maximum
de la capacité portante de l’ouvrage ou de l’un de ses éléments avant dépassement par :
— Perte d’équilibre statique .
— Rupture de sections par déformation excessive .
— Instabilité de forme (flambement) .
— Transformation de la structure en un mécanisme.
- Critères de calcul :
— Déformations relatives (ou courbures) limites .
— Calcul de type « rupture » avec lois contraintes-déformations des matériaux.

2.2.2 États-limites de service (E.L.S.) :


Ils sont liés aux conditions normales d’exploitation et de durabilité. Ils correspondent aux
phénomènes suivants :
— Ouvertures excessives des fissures .
— Compression excessive du béton .
— Déformations excessives des éléments porteurs .
— Vibrations excessives et/ou inconfortables .
— Perte d’étanchéité. . . etc.
- Critères de calcul :
— Contraintes (ou déformations) limites ;
— Calculs de type élastique (loi de Hooke, coefficient d’équivalence, . . . ).

11
2.3. Béton :

- Il existe 3 types de fissures :

— a) Cas où la fissuration est peu préjudiciable « FPP » :


La fissuration est considérée comme peu préjudiciable lorsque les éléments en cause situés
dans les locaux couverts et clos non soumis à des condensations.
— b) Cas où la fissuration est préjudiciable « FP » :
La fissuration est considérée comme préjudiciable lorsque les éléments en cause sont exposés
aux intempéries comprises ou à des condensations où peuvent être alternativement
émergés ou noyés en eau douce.
— c) Cas où la fissuration est très préjudiciable « FTP » :
La fissuration est considérée comme très préjudiciable lorsque les éléments en cause sont
exposés à un milieu agressif ou doivent une étanchéité dans ce cas.

2.3 Béton :
Définition : Le béton est un mélange d’agrégats (gravillons, sable), de liants (ciments)
, d’eaux et de produits d’addition (les adjuvants) dans des proportions bien définies, pour avoir une
résistance convenable et une bonne qualité après durcissement. La résistance mécanique du béton
est influencée par la qualité et le dosage de ses composants.

2.3.1 Composition :

FIGURE 2.1 – Procédé de fabrication du-béton.

12
2.3. Béton :

a.Ciment :

-Le ciment est un liant hydraulique qui se présente sous la forme d’une poudre minérale fine
s’hydratant en présence d’eau. Il forme une pâte faisant prise qui durcit progressivement à l’aire
ou dans l’eau. C’est le constituant fondamental du béton puisqu’il permet la transformation d’un
mélange sans cohésion en un corps solide.

TABLE 2.1 – Classes de ciment

Définition Classe
CEM I Ciment Portland
CEM II Ciment Portland composé (au laitier, fumé de silice,
pouzzolane, cendres volantes, schistes calcinés, calcaire)
CEM III Ciment de haut-fourneau
CEM IV Ciment pouzzolanique
CEM V Ciment portland composé (laitier, cendres)

Le dosage en ciment varie entre 300-400 kg/m3 de béton mis en œuvre, au-dessous de 300
Kg/m3 les règles du CBA93 ne sont plus applicables. (Article A.1). La teneur en ciment dépend
de la résistance souhaitée.

FIGURE 2.2 – Etapes de fabrication du ciment.

13
2.3. Béton :

b) Granulats :

Les granulats utilisés sont des graviers issus de carrières, ou bloc de roches concassé, la taille des
granulats est indiquée par deux chiffres ; la plus grande dimension de l’élément et la plus petite
dimension. Pour les bétons employés en bâtiment les granulats les plus courants sont des graviers
8/15 et 15/25.

FIGURE 2.3 – Illustration sur le gravier.

Classification des graviers : On peut classer les graviers en fonction de leurs


dimensions (granulométrie) comme suit :

— Petits Gravillons ............................................................. 6,3 – 10 mm.


— Gravillons moyens .............................................................. 10 – 16 mm.
— Gros Gravillons ............................................................ 16 – 25 mm.

14
2.3. Béton :

c) Sable :

On nomme sable, les matériaux de petites dimensions issus de la désagrégation des roches.
Les sables comprennent l’ensemble des grains passant à travers un tamis, ils ont un diamètre inférieur
à 5 mm. Les roches sédimentaires doivent être propres et sans poussière argileuse.

FIGURE 2.4 – Illustration sur le sable.

d) Eau du gâchage :

L’eau doit être propre ; si elle contient des Chlorures, une réaction chimique aura lieu et
modifie la prise du ciment. Le béton alors perd ses qualités de résistance.

FIGURE 2.5 – Illustration de l’eau du gâchage.

15
2.3. Béton :

e) Adjuvants :

L’adjuvant est un produit incorporé au moment du malaxage du béton à un dosage inférieur


ou égal à 5 % en masse du poids de ciment du béton, pour modifier les propriétés du mélange à l’état
frais et / ou à l’état durci. Il existe des produits :
— Retardateurs.
— Accélérateurs.

FIGURE 2.6 – Illustration d’un adjuvant .

2.3.2 Étape de formulation du béton :

L’idée principale est de créer un béton à partir d’un squelette granulaire le plus compact possible.
Pour cela, en pratique il est tenu de prendre en considération la disponibilité des matériaux, les
dimensions de l’ouvrage et les moyens de la fabrication. Plusieurs méthodes de formulation du
béton ont été proposées, parmi lesquelles on peut citer :

— La méthode de Vallette.
— La méthode de Faury.
— La méthode de Dreux-Gorisse.

Dans notre cas, nous nous limiterons à l’application de la méthode de Dreux-Gorisse qui est une
méthode simple et qui est la synthèse de plusieurs méthodes.

16
2.3. Béton :

2.3.3 Résistance mécanique et physique :


Fluage : C’est le phénomène de déformation d’un élément en béton soumis à un
chargement à long terme.

Retrait : Correspond à des variations dimensionnels mettant en jeu des phénomènes


physiques avant , pendant ou après la prise du béton .
Il existe 3 types de retrait dans le béton :

- Le retrait de séchage : c’est le plus connu. Il se développe dans le béton au cours de son
durcissement, pendant les premiers mois. Il est plus important en surface que dans la masse du
béton. C’est un retrait du béton durci causé par l’évaporation de l’eau contenue dans la
porosité du béton, à partir des surfaces libres soumise à l’air ambiant ayant un degré
d’humidité inférieur à celui du béton.

-Le retrait endogène : encore appelé retrait d’autodessication, ou retrait chimique


d’hydratation du ciment) : il se produit dans le béton en cours de durcissement par suite du
développement des réactions chimiques entre le ciment et l’eau.

-Le retrait thermique : il est lié au retour à température ambiante du béton après sa prise.

Masse volumique : Le poids du béton est en moyenne de l’ordre de 2500 kg/m3. Il


dépend de la masse de chacun des éléments qui le composent : sable, ciment, gravier et eau
.
Elle peut augmenter avec la modalité de mise en œuvre, en particulier avec la vibration.

17
2.3. Béton :

TABLE 2.2 – type du béton

Type de Caractéristique du béton Masse volumique


béton moyenne
Les graviers du béton sont ici remplacés par des Entre 300 et 1 800
billes de polystyrène ou encore de schiste kg/m3
Béton
léger expansé. Ces granulats ont un diamètre et un
poids inférieur aux graviers du béton traditionnel.
Ainsi, leur masse volumique est fortement réduite,
(jusqu’à 10 fois moins importante), et celle du
béton en lui-même également. Le béton léger est
principalement utilisé en rénovation, pour
l’isolation d’un bâtiment ou le coulage de
fondations ou de chapes
Béton Disponible en blocs, le béton cellulaire est un Entre 300 et 650
cellulaire isolant remarquable, utilisé en construction. Sa kg/m3
composition comporte de la pâte (ou poudre)
— d’aluminium ainsi que de nombreux trous d’air.
Sa masse volumique est donc inférieure au béton
traditionnel
Béton Sa masse volumique est susceptible de varier
traditionnel selon formulation. Les granulats utilisés sont à
granulométrie variable, et certains bétons 2200kg/m3
traditionnels sont davantage dosés en ciment.

Béton Ce béton intègre une ou plusieurs couches de 2350kg/m3


bitumineux liant hydrocarboné (typiquement du goudron ou
bitume)
Béton Le béton armé est renforcé au moyen de fibres
armé métalliques à forte masse volumique. Ainsi, sa
masse volumique totale est supérieure à celle du 2500kg/m3
béton ordinaire.

18
2.3. Béton :

2.3.4 Résistance à la compression :


D’après le DTR-BC 2.4.1 C.B.A 93 art 2.1.1.1. Pour l’établissement des projets, dans les cas
courants, un béton est défini par une valeur de résistance à la compression à l’âge de 28 jours, dite
valeur caractéristique requise (ou spécifiée). Celle-ci, notée fc28 est choisie a priori compte tenu de
possibilités locales et des règles de contrôle qui permettent de vérifier qu’elle est atteinte.

FIGURE 2.7 – Résistance du béton en fonction de son âge.

19
2.3. Béton :

2.3.5 Résistance à la traction :


- Selon DTR BC 2.41 C.P.A93 art A. 2.1.1.2. La résistance caractéristique à la traction du
béton à j jours, notée ft j est conventionnellement définie par la relation :

Dans notre cas ft28 = 2.4 Mpa

2.3.6 Module de déformation du béton


a) Module de déformation longitudinale du béton « Module de Young » :

D’après le CBA93 art A.2.1.2 :


• Module de déformation longitudinale instantanée :

Contraintes normales d’une durée d’application inférieure à 24 heures.

Pour fc28 = 30 MPa ⇒ Eij = 34179.557 MPa

• Module de déformation longitudinale différée :

Contraintes normales de longue durée d'application

Pour fc28 = 30 MPa ⇒ Evj = 11496.76 MPa

20
2.3. Béton :

b) Module de déformation transversale du béton « Module de cisaillement » :

- Nommé G est donnée par la formule suivante :

Avec :
- E : Module de Young.
- ν: Coefficient de Poisson.

2.3.7 Contrainte limite :


a) Contraintes limites de compression :

— Etats-limites ultimes « ELU » :

Le diagramme contrainte déformation du béton utilisé dans ce cas est le diagramme simplifié de
calcul dit (parabole-rectangle), il comporte un arc de parabole qui s’étend de l’origine des
coordonnés jusqu’à son sommet de coordonné, suivi d’un segment de droite parallèle à l’axe des
déformations et tangent à la parabole à son sommet avec :

FIGURE 2.8 – Diagramme contrainte-déformation du béton à l’ELU

21
2.3. Béton :

- σbc : Contrainte de béton en compression.


- ε (‰) : Déformation du béton.

- fcj : Contrainte caractéristique de compression à « j » jours.

- fbu : Résistance conventionnelle ultime à la compression donnée par :

Avec :

θ dépend de la durée d’application des combinaisons d’action :

- Toutes les charges sont appliquées après 24h d’où = 1


- 𝑓𝑏𝑢 = 17 MPA en SDT
- 𝑓𝑏𝑢 = 22.17 MPA en SA

-Etats-limites de service « ELS » :


Le béton comprimé est considéré comme un matériau élastique et linéaire. La contrainte de
compression du béton est limitée en service à :

FIGURE 2.9 – Diagramme contrainte-déformation du béton à l’ELS

22
2.3. Béton :

σbc : Contrainte du béton en compression.


ε (‰) : Déformation du béton.
: Contrainte admissible du béton en compression. Donnée par :

Donc :
La contrainte admissible du béton en compression ̅̅̅̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 = 18 𝑀𝑃𝐴

b) Contraintes limites de cisaillement :

D’après la pratique du BAEL art 4.3.1. La contrainte de cisaillement ultime ̅̅̅


𝝉𝒖 pour les
armatures droites α= 90 est donne par les expressions suivantes :
- « FPP » : ̅̅̅
𝝉𝒖 = 𝒎𝒊𝒏 (
𝟎.𝟐 fc28
; 𝟓 𝑴𝑷𝑨 ) ̅̅̅
𝝉𝒖 = 𝟒 𝑴𝑷𝑨
𝜸𝒃

- « FP » et « FTP » : ̅̅̅
𝝉𝒖 = 𝒎𝒊𝒏 (
𝟎.𝟏𝟓 fc28
; 𝟒 𝑴𝑷𝑨 ) ̅̅̅
𝝉𝒖 = 𝟑 𝑴𝑷𝑨
𝜸𝒃

23
2.4. Acier :

2.4 Acier :
Les aciers associés au béton servent à reprendre les efforts de traction et les éventuels efforts de
compression dans les éléments effectifs ou entièrement tendus, nous utilisons : Des aciers de haute
adhérence (HA) de nuance FeE 500, caractérisés par leur limite d’élasticité garantie fe = 500 MPa.

2.4.1 Module d’élasticité longitudinale de l’acier :


D’après le CBA93 art A.2.2.1, le module d’élasticité longitudinale Es est pris égal à : Es =
200000 = 2.105MPa

2.4.2 Coefficient de Poisson de l’acier :


Le coefficient de Poisson est pris égal à : υ = 0.3

2.4.3 Caractères d’adhérence :


A partie du Pratique du BAEL art 3.2.4 :

a) Coefficient de fissuration :

b) Coefficient de scellement :

24
2.4. Acier :

2.4.4 Contraintes limites :


a-Contrainte limite au ELU :

La contrainte limite de traction et de compression notée σs est donnée par la formule suivante :

Avec :
fe : Limite d’élasticité garantie.
γ s : Coefficient de sécurité

FIGURE 2.10 – Diagramme contrainte-déformation de l’acier

b-Contrainte limite au ELS :

• FPP : Aucune vérification n’est nécessaire car la contrainte n’est soumise à aucune
limitation.
• FP : C’est le cas des éléments exposés aux intempéries, il y a risque d’infiltration :

2
̅̅̅=min (3fe ; 110√𝑛𝑓𝑡28) =215,55 MPA
𝜎𝑠

25
2.4. Acier :

• FTP : Milieu agressif :


1
̅̅̅=min (2fe ; 90√𝑛𝑓𝑡28 )=176,36 MPA
𝜎𝑠

2.4.5 Dispositions constructives :


a) Enrobage des armatures :

A partir du Règlement BAEL 91 modifiées 99 art 7.1. Afin de protéger les armatures de la
corrosion, celles-ci doivent être suffisamment enrobées de béton. Est défini l’enrobage e.

FIGURE 2.11 – Définition de l’enrobage "e"

L’enrobage «e » de toutes armatures est au moins égal à :


— • 1 cm : locaux couverts non exposés aux condensations.
— • 3 cm : exposé aux intempéries, condensations et liquide ou actions agressives (ramené
à 2 cm si f c28 >40 MPa).
— • 5 cm : atmosphère très agressive, mer, embruns.

b) Groupements d’aciers :

A partir du Règles BAEL 91 modifiées 99 art 7.2. Les armatures sont souvent groupées en
paquets. Mais leur disposition doit être compacte et opposer le minimum de gêne lors du coulage
du béton (en particulier à cause de la taille des granulats).
On retiendra les dispositions constructives suivantes :

26
2.5. Hypothèses de calcul :

FIGURE 2.12 – Dispositions constructives pour les groupements d’armatures

2.5 Hypothèses de calcul :


D’après le Pratique du BAEL 91 art 4.1 :

2.5.1 Hypothèses générales valables pour tous les états-limites :


— • Au cours de la déformation, les sections droites restent planes et conservent leurs
dimensions (principe de Navier-Bernoulli).
— • La résistance du béton tendu est considérée comme nulle.
— • Par adhérence, les déformations relatives de l’acier et du béton au contact sont les mêmes.

FIGURE 2.13 – hypothèse de déformation

27
2.5. Hypothèses de calcul :

2.5.2 Hypothèses supplémentaires pour les E.L.S :


• En vertu de la loi de Hooke, les contraintes sont proportionnelles aux déformations relatives :

• On définit le coefficient d’équivalence par la relation :


Valeur conventionnelle
(Valeur conventionnelle)

2.5.3 Hypothèses supplémentaires pour les E.L.U :


• Le raccourcissement relatif du béton est limité à :
— -3,5 % en flexion,
— -2 % en compression simple.
• L’allongement relatif de l’acier est limité à : 10 %

Le dimensionnement à l’état-limite ultime est conduit en supposant que le diagramme des déformations passe
par l’un des trois pivots A, B ou C définis ci-dessous :

— Le domaine 1 Pivot A :
L’état limite ultime est défini par l’atteinte de l’allongement limite de 10% de l’armature
la plus tendue : la section est soumise à la traction simple ou à la flexion simple ou
composée.
— Le domaine 2 - Pivot B :
L’état limite ultime est défini par l’atteinte du raccourcissement limite de 3,5% de la fibre
la plus comprimée : la section est soumise à la flexion simple ou composée.
— Le domaine 3 - Pivot C :
L’état limite ultime est défini par l’atteinte du raccourcissement limite de 2% à une distance
de la fibre la plus comprimée égale au 3/7 de la hauteur totale « h » de la section (comme
cela résulte des propriétés des triangles semblables de figure) celle- ci est entièrement
comprimée et soumise à la flexion composée ou à la compression simple.

28
2.5. Hypothèses de calcul :

FIGURE 2.14 – Règle des trois pivots

29
Chapitre 3

Pré-dimensionnement et descente de
charge

3.1 Introduction :
Après avoir présentés l’ouvrage de notre étude , les matériaux utilisés et les états limites
de calculs ,nous passons dans le présent chapitre au pré-dimensionnement des différentes sections
d’éléments qui constituent notre structure et à la descente des charges. Pour cela les règlements
algérien ‘’le RPA99/version 2003 et le C.B.A99” mettent au point toutes les perspectives
nécessaires pour un pré-dimensionnement à la fois sécuritaire et économique

3.2 Pré-dimensionnement des éléments

3.2.1 Les planchers :

Le plancher est une aire plane horizontale séparant les différents niveaux d’une
construction et qui est capable de supporter des charges. Généralement il est constitué de trois
parties distinctes qui sont : le revêtement, la partie portante et le plafond.
Le plancher doit répondre à sa fonctionnalité principale qui est la transmission des efforts
horizontaux sur les éléments porteurs (poteaux, poutres, voiles. . . ) et assurer la condition de confort
comme l’isolation thermique, phonétique ainsi que la protection et l’étanchéité des niveaux
externe.
Tous les planchers de notre bâtiment sont des dalles pleines en béton armé. Une dalle pleine en
béton armé est une plaque en béton armé, qui peut se reposer avec ou sans continuité sur 2,3 ou
4 appuis continus par des poutres, des poutrelles ou des murs.

30
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

FIGURE 3.1 – présentation d’une dalle pleine en BA.

L’épaisseur des dalles se résulte des conditions suivantes :


— • Condition de résistance à la flexion :
Le calcule se fait en considérant la dalle la plus défavorable :
ρ = lx
ly

FIGURE 3.2 – dimension d’un plancher

31
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

Avec :
— lx : le plus petit cote de la dalle
— Ly : le plus grand cote de la dalle
— e : épaisseur de la dalle

→ Si ρ < 0,4 : la dalle porte sur un seul sens : e ≥ lx/30.


→ Si 0,4 ≤ ρ ≤ 1 : la dalle porte sur deux sens : e ≥ lx/40.
Dans notre cas on a : lx = 3.7 m et ly = 4.7 m
3.7
ρ= 4.7
= 0.78 0.4 ≤ ρ=0.78 ≤ 1 la dalle porte sur deux sens
donc :
370
𝑒≥ 40
= 9.25 𝑐𝑚

— •Condition d’isolation acoustique :

Une épaisseur minimale doit être respectée pour assurer cette isolation aux bruits, on
distingue deux types de bruits :

— Bruits aériens : M plancher ≥ 400kg/m2 ⇒ 2500 × e ≥ 400kg/m2 ⇒ e = 16cm.


— Bruits d’impacts : M plancher ≥ 350kg/m2 ⇒ 2500 × e ≥ 400kg/m2 ⇒ e = 11cm
— • Condition de sécurité vis-à-vis de l’incendie :

Les éléments porteurs du bâtiment (poteaux, refends, planchers) doivent conserver leur
fonction portante (stabilité au feu), ou servir de protection (coupe-feu) pendant une durée
suffisante pour permettre l’évacuation des personnes.

⇒ e = 7cm pour 1heure de (coupe − feu).


⇒ e = 11cm pour 2heure de (coupe − feu).

32
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

— • Condition de résistance à la flèche :


Il faut vérifier que :

Pour vérifier, on considère une bande de la dalle de largeur b=1m avec une épaisseur de
e=16cm.
La dalle est supposée encastrée à ses deux extrémités, les charges revenant à celle-ci sont (valeur
de descente de charge) :

Avec : q= (G+Q). b = G+Q

E=110003√𝑓𝑐28=110003√30 =34179557.57KN/m²

1 .163
I= = 3.4133 10−4 𝑚4
12
Dans notre cas : Lmax = 4.7 m ≤ 5m
𝐿𝑚𝑎𝑥
fmax ≤
500

5 ( 6.65+1.5)4.74 4.7
→ 𝑓𝑚𝑎𝑥𝐸𝐶 = 384 . 34179557.57 .3.4133 .10−4
= 4.3𝑚𝑚 < 500 = 9.4𝑚𝑚 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖𝑒𝑟
5 ( 7.88+1)4.74 4.7
→ 𝑓𝑚𝑎𝑥𝑡𝑒𝑟𝑟𝑎𝑠𝑠𝑒=384 . 34179557.57 .3.4133 .10−4
= 4.8𝑚𝑚 < 500 = 9.4𝑚𝑚 𝑣é𝑟𝑖𝑓𝑖𝑒𝑟

Conclusion : Après avoir vérifié toutes les conditions, on opte pour une dalle pleine
d’épaisseur e= 16cm.

33
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

3.2.2 Les poutres :


Les poutres sont des éléments porteurs horizontaux
chargés de reprendre les charges et surcharges se trouvant
sur les planchers pour les retransmettre aux poteaux.
Les poutres en construction doivent avoir des sections
régulières (carrée, rectangulaire), la vérification du pré
dimensionnement sera exécuté suivant des conditions
exigées par le C.B.A.93, les dimensions trouvées doivent
être vérifiés par les conditions imposées par le RPA 99
(2003).

a-Poutre principale :

• Selon BAEL 91(Pratique de BAEL 91.p 382) : La


hauteur h de la poutre doit être :
Lmax Lmax
≤ hp ≤
15 10

La largeur b de la poutre doit être :


0.3 hp ≤ hp ≤ 0.8hp

Avec :
— Lmax : langueur de la plus grand portée entre nus :Lmax = 4.7 m
— Hp : hauteur de la poutre .
— b : largeur de la poutre .
donc :
— 31 cm ≤ hp ≤ 47cm
12cm ≤ hp ≤ 32cm

On prendra dans les 2 sens : hp = 40cm et b = 30cm

b- Vérification selon le RPA 99 version 2003 :


b ≥ 20cm ⇒ b = 30cm ≥ 20cm ⇒ vérifier
h ≥ 30cm ⇒40
h = 40cm ≥ 30cm ⇒ vérifier
h/b ≤ 4 ⇒ =40 /30 1.4 ≤ 4 ⇒ vérifier

34
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

3.2.3 Escalier :
L’escaliers est un élément secondaire composé de plusieurs plans horizontaux (marches et
paliers) qui permet d’accéder à un étage et de passé d’un niveau à un autre en montant et en
descendant.

FIGURE 3.3 – Schéma d’escalier.

• Dimensionnement de l’escalier :

a-Hauteur de la contre marche :

On a une hauteur d’étage constance pour les niveaux : 3.06m


h=H/2=3.06/2=1.53m

Considérons une hauteur de la contre marche de 17cm :


Nombre de contre marche =hauteur de la volé/hauteur de la contre marche.

n=1.53/0.17= 9 contre marche

b-Le giron :

Nombre de marche = (n-1)=9-1= 8 marches .


g= longueur de la volé /nombre de marche

g=2.4/8 =0.3m ≥ 0.25m

35
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

c-Calcul d’épaisseur de la paillasse :

La paillasse est considérée comme une dalle sur deux appuis inclinée d’épaisseur <e> on a :

470/30 = 15.66 < ep < 470/25 = 18.8

On prendra ep = 16cm

d-Angle d’inclinaison :

• Vérification de la formule de blondel :

— 58 ≤ g + 2h ≤ 64cm ⇒ 58 ≤ 30 + (2 × 17) ≤ 64cm


58 ≤ 64cm ≤ 64cm ⇒ la formule est vérifie

FIGURE 3.4 – vue en élévation de l’escalier.

36
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

FIGURE 3.5 – vue en plan de l’escalier.

37
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

3.2.4 Acrotère :

L’acrotère est un élément secondaire exposé aux intempéries, dont la réalisation est
indispensable pour des raisons de sécurité et d’étanchéité, il est assimiler à une console encastrée
au niveau de la dalle de la terrasse. Les dimensions de l’acrotère sont généralement standard et sont
données dans la figure ci-dessous :

FIGURE 3.6 – Dimension de l’acrotère

3.2.5 La descente de charges :

La descente de charge consiste à calculer pour chaque élément de la structure la charge qui lui
revient au niveau de chaque étage jusqu’aux fondations. On aura à considérer :
— Le poids propre de l’élément.
— Le poids des éléments qu’il supporte.

• Plancher terrasse inaccessible :

- Dalle pleine (e) : 0.16 ×2500= 400 kg/m2


− Lige 4cm : 0.04 × 40 = 1.6kg/m2.
− Etanchéité multicouche : 12kg/m2
− Protection gravillon 5cm : 0.05 × 1600 = 80kg/m2
− Enduit plâtre 3cm : 0.03 × 1000 = 30kg/m2
− Béton de pente 12cm : 0.12 × 2200 = 264kg/m2

38
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

Gterrasse= 787.6 kg/m2et Qterrasse = 100kg/m2.

• Planchers : RDC et étage courant :

- Dalle pleine (e) : 0.16 ×2500= 400 kg/m2


− Lit de sable 3cm : 0.03 × 1700 = 51kg/m2
− Chape 2cm : 0.02 × 2000 = 40kg/m2
− Carrelage 2cm : 0.02 × 2200 = 44kg/m2
− Enduit plâtre 3cm : 0.03 ×1000 = 30kg/m2
− cloison de séparation : 100kg/m2

GEC = 665kg/m2 etQEC = 15kg/m2.

• Maçonnerie :

- Parois extérieures 15cm : 0.15×900 = 135 kg/m2


− Parois intérieures 10cm : 0.10 × 900 = 90kg/m2
− Enduit plâtre 2cm : 0.02 ×1000 = 20kg/m2
− Enduit de ciment 3cm : 0.03 × 1800 = 54kg/m2

Gmac = 299 kg/m2

• Balcon :

- Carrelage 2cm : 0.02×2200 = 44 kg/m2


− Chape 2cm : 0.02 ×2000 = 40kg/m2
− Lit de sable 3cm : 0.03 × 1700 = 51kg/m2
− Dalle pleine(e = 16cm) : 0.16 × 2500 = 400kg/m2
− Enduit de ciment 3cm : 0.03 × 1800 = 54kg/m2
Gbalcon = 589kg/m2 et Qbalcon = 350kg/m2

• Le voile :

- Poids propre du voile (ev) : 2500× 0.2=500 kg/m2


− Enduit de ciment 3cm = 0.03 × 1800 = 54kg/m2
− Enduit plâtre 2cm : 0.02 × 1000 = 20kg/m2
Gvoile = 574kg/m2

39
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

• Acrotère :

- Gacc= γb × Sacro + Genduit.


− Sacro = (0.150.4) + (0.070.22) + (0.030.11) = 0.0787m2
− Enduit de ciment 3cm = 0.03 × 1800 = 54kg/m2
− Lacro = 0.5 + 0.4 + 0.07 + 0.22 = 1.192m
− Gacro = (0.0787 ×2500) + (1.1920 × 0.03×1800)
Gacro = 261.12kg/m2

• Escalier :

— •volée :

-poids propre de la volée : 0.16×2500/ cos α = 464kg/m2.


− poids de la marche : 0.17 × 2200/2 = 187kg/m2.
− carrelage granito2cm : 0.02 × 2200 = 44kg/m2.
− chape 2cm : 0.02 × 2000 = 40kg/m2.
− enduit de ciment 2cm : 0.02 × 1800 = 36kg/m2.
− Gvolé = 771kg/m2 et Qvolé = 250kg/m2

— •palier :

- poids propre du palier (epa) : epa×2500= 400 kg/m2.


− Lit de sable3cm : 0.03 × 1700 = 51kg/m2.
− Chape 2cm : 0.02 × 2000 = 40kg/m2.
− Enduit de ciment2cm : 0.02 × 1800 = 36kg/m2.
− Carrelage 2cm : 0.02 × 2200 = 44kg/m2.

G palier= 574 kg/m2 et Q palier = 250kg/m2

40
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

3.2.6 Les poteaux :


Les poteaux sont des éléments verticaux chargés de reprendre les charges et surcharges qui
sont issues des différents niveaux pour les transmettre aux fondations. Aussi, leur rôle ne se limite
pas d’assurer la reprise des charges verticales, mais également contribuent largement lorsqu’ils
sont associés à des poutres pour former des cadres ou des portiques destinés à reprendre les actions
horizontales dues aux séismes et aux vents.

Ils sont pré-dimensionnés en effectuant une descente de charge sur le poteau le plus sollicité,
en fonction de la surface qui lui revient. Ils doivent satisfaire les conditions mentionnées dans
l’article 7.4.1 du RPA99(version2003) :

— • Min (b1 ; h1) ≥ 25cm en zone I et IIa.


— • Min (b1 ; h1) ≥ 30cm en zone IIb et III.
— • Min (b1 ; h1) ≥ (he/20).
— • (1/4) ≤ (b1/h1) ≤ 4.

FIGURE 3.7 – Vue en élévation du poteau

Détermination du coffrage du poteau :

Selon le CBA99 (Art B 8.4.1) le pré dimensionnement des poteaux se fait à l’ELU sous charge
verticale engendrant une compression centrée Et d’après les règles de CBA99 qui préconise de
prendre ‘’Br” la section réduite comme suite :

41
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

Avec :
Br : section réduite du poteau, obtenue en réduisant de sa section 1 cm d’épaisseur sur toute sa
périphérie.
Br = (b - 0.02) X (a - 0.02) pour une section rectangulaire.
Br = (a - 0.02)2 pour une section carrée.
As : section d’acier comprimé prise en compte dans le calcul.
fc28 : résistance à la compression du béton = 30 MP.
fe : limite d’élasticité de l’acier utilisé =500 MPa
𝛾𝑏 : Coefficient de sécurité du matériau béton =1.5
𝛾𝑠 : Coefficient de sécurité du matériau acier = 1.15
Α : Coefficient en fonction de l’élancement mécanique 𝜆 :

50

70
70

On prend 𝜆 = 35 pour éviter le flambement et pour faire participer tous les aciers longitudinaux donc :

Sachant que :

Et d’après le RPA99/version 2003 : le % minimal des aciers longitudinaux est de 0.9% de la section du béton en zone
III.

On obtient :

Avec : Nu = 1.35 NG+1.5NQ


On opte pour une section carrée : Br=(a-0.02)2 ⇒a = √Br + 0.02

Nous effectuons les calculs pour les poteaux les plus sollicités a savoir le poteau de rive dans
notre cas P1
42
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

• Détermination de NG :

• Pour un poteau central (le plus sollicité) :

NGplanch = (1.1 Gec n + 1.1 Gterr) Smaj

n : nombre d’étage sans le plancher terrasse)


• • doit majorer le G par 1,1 pour tenir compte du poids des poteaux et des poutres .
On
• • tenir compte des moments de continuité, on majore aussi la surface revenant aux poteaux
Pour
intérieurs de 10 % ou de 15 %, selon leur position :
— - Elle est de 15% si le bâtiment admet deux travées dans le sens transversal

— Elle est de 10 % dans le cas de trois travées dans le sens transversal

— - Plus de trois travées, les poteaux proches des poteaux de rive on les majore de 10
%, les autres de 15

• Pour un poteau de rive :

Aucune majoration de surface n’est permise pour les poteaux de rive (S sans majoration)
NGt = NGplancher + NGacrotre + NGmaonnerie
NGplancher = (1, 1GEC n + 1, 1Gterr) S
NGacrotre = Gacr Lac
NGmaonnerie = Gma × Hma × Lma n
avec n : nombre d’ E tage

Détermination de NQ :

La dégression des charges d’exploitation concerne les bâtiments avec un nombre de niveaux
n5 où les occupations des divers niveaux peuvent être considérées comme indépendantes comme
les bâtiments à usage d’habitation ou d’hébergement et les bâtiments de bureaux (DTR B.C.2.2).
Les charges d’exploitation sont affectées de coefficients de pondération sauf pour le toit ou
terrasse et le niveau en dessous et servent essentiellement au calcul d’une descente de charges .
Lorsque la charge d’exploitation est la même pour tous les étages, la loi de dégression est la
suivante :
NQ = [QT er + Qec(1 + 0, 9 + 0, 8 + 0, 7 + 0, 6 + 0, 5 × . . . ..)] Smaj pour un poteau intérieur.
NQ = [QT er + Qec(1 + 0, 9 + 0, 8 + 0, 7 + 0, 6 + 0, 5 × . . . ..)] S pour un poteau de rive.

43
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

• Loi de dégression : Comme il est rare que toutes les surcharges agissent simultanément sur
tous les planchers des bâtiments multi étage à usage d’habitation, on leur applique la loi de
dégression, cette loi consiste à réduire la surcharge de chaque étage de 10% jusqu’à 0.5Q sauf le
dernier étage et l’avant dernier ainsi les niveaux pour usage commercial ou bureaux.

NB : La figure ci-après montre la façon avec laquelle les surcharges évoluent sur toute la
hauteur de n’importe quel bâtiment.

FIGURE 3.8 – Schéma montrant l’utilisation de la loi de dégression

Nous effectuons les calculs pour les poteaux les plus sollicités a savoir le poteau de rive dans
notre cas P1

44
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

FIGURE 3.9 – localisation des poteaux et surface de chargement

Application :
4.2 5 4
𝑠=( + ) 𝑥 ( ) = 9.2 𝑚²
2 2 2

NG plancher = 35.621 t Naccr = 0.970 t Nmac= 23.482 t

𝑁𝐺 = 35.621 + 0.970 + 23.482 = 86.622 𝑡

𝑁𝑄 = [0.1 + 0.15 (1+0,9+0,8+0,7+0,6+0,5x3)+0.15] x 9.2 = 9.89 t


𝑁𝑈 = 131.65𝑡 = 1.31 𝑀𝑁

√𝑏𝑟 = 0.266 m a = 30cm

Selon l’Article 7.4.1 du RPA version 2003, les dimensions de la section transversale des
poteaux doivent satisfaire les conditions suivantes :
-Min (b1 ; h1) ≥ 30cm en zone III.(vérifie)
-Min (b1 ; h1) ≥ (he/20).(vérifie)
— (1/4) < (b1/h1) < 4. (vérifiée)
45
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

Outre les vérifications prescrites par le C.B.A et dans le but d’éviter ou limiter le risque de
rupture fragile sous sollicitations d’ensemble dues au séisme, l’effort normal de compression
de calcul est limité par la condition suivante :

𝑁𝑑
𝑣= ≤ 0.3
𝐵𝑐 . 𝑓𝑐28
Où :

• N d : désigne l’effort normal de calcul s’exerçant sur une section de béton.


• Bc : est l’aire (section brute) de cette dernière.
• Fc28 : est la résistance caractéristique du béton.

0.965
V= = 0.35 ≤ 0.3 non vérifier
0.32 𝑥 30
0.965
Bc = = 0.107 a=0.33m
9

Conclusion :

On adoptera pour tout les niveaux la section du poteau 35x35

46
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

3.2.7 Le voile :
Les voiles servent d’une part à contreventer le bâtiment en reprenant les efforts horizontaux
(séisme et vent) et d’autre part à reprendre les efforts verticaux qu’ils transmettent aux
fondations.
— • Charges verticales : charges permanentes et surcharges.
— • Charges verticales : charges permanentes et surcharges.
D’après de RPA99 article 7.7.1 :
« Les éléments satisfaisant à la condition 𝑙 ≥ 4𝑎 sont considérés comme des voiles, dans le cas
contraire ils sont considérés comme des éléments linéaires ».
Avec :
l : la portée du voile.
a : l’épaisseur du
voile.

FIGURE 3.10 – Coupe du voile en élévation

L’épaisseur minimale du voile est de 15cm.


L’épaisseur doit être déterminée en fonction de la hauteur libre d’étage he et des conditions
de rigidité aux extrémités comme indiqué sur la figure suivante :

47
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

FIGURE 3.11 – Coupe de voile en plan.

On a :
ℎ𝑒 ℎ𝑒 ℎ𝑒
α≥ max [ ; ; ] avec la hauteur libre égale à : 3.06 - 0.4 = 2.66 m
25 22 20
2.66 2.66 2.66
α≥ max [ ; ; ] α≥ max [0.11; 0.12; 0.133]
25 22 20

On prend une épaisseur de voile égale à : a= 20cm.


Et aussi on prend : 𝑙 ≥ 4𝑎 → 𝑙 ≥ 4 × 20 d’où : L≥ 𝟖𝟎𝒄𝒎.

48
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

• Evaluation des masses :


Wi = WG(i) + BWQ (i)

Avec :

WG(i) : poids des charges permanentes de la structure au niveau (i). WQ


(i) : poids des charges d’exploitation au niveau (i).
B : coefficient de pondération en fonction de la nature de la structure et la durée de la
charge.
B=0.02 structure d’usage d’habitation .

-plancher terrasse :

Wterrasse = WplancherT + Waccro + W1/2voile + W1/2poteau + Wpoutre + Wcharge/poutre +


20%Qterrasse × Sterrasse

-plancher avant dernier étage :

WEC.ad = WplancherEC + Wgc + Wvoile + Wpoteau + Wpoutre + Wcharge/poutre + W1/2esc + Wbalcon + 0.8Wma +
20%[QEC.ad × SEC.ad + Qbalcon × Sbalcon + Qesc × S1/2esc]

-plancher étage :

WEC = WplancherEC + Wgc + Wvoile + Wpoteau + Wpoutre + Wcharge/poutre + Wesc + Wbalcon + 0.8Wma +
20%[QEC × SEC + Qbalcon × Sbalcon + Qesc × Sesc]

49
3.2. Pré-dimensionnement des éléments

TABLE 3.1 – les masses des différents niveaux

50
3.3. Conclusion :

3.3 Conclusion :
Pour notre bâtiment nous optons pour les dimensions suivantes :

-Les poteaux libres :(35*35) cm2 pour tout les niveaux.

-Les poutres (30*40) cm2 dans les deux directions.

-Les voiles : tous les voiles ont la même épaisseur de 20 cm.

-Les escaliers : la paillasse et le palier ont une épaisseur de 16cm.

-les dalles : toutes les dalles sont en dalle pleine d’épaisseur 16cm.

51
Chapitre 4

Ferraillage des éléments secondaire

4.1 Introduction :
Dans toute structure on distingue deux types d’éléments :
— • Les éléments porteurs principaux qui contribuent aux contreventements
directement.
— • Les éléments secondaires qui ne participent pas au contreventement de la structure.
Les éléments secondaires tel que les dalles, l’acrotère, l’escalier et les balcons Dont l’étude est
indépendante de l’action sismique puisqu’ils ne contribuent pas directement à la reprise de ces
efforts, mais ils sont considérés comme dépendant de la géométrie interne de la structure et des
charges dû à leur poids propres et leur exploitations .

4.2 Les dalles :

4.2.1 Méthode de calcul :

𝐿𝑥
On calcul : ρ= avec : Lx < Ly.
𝐿𝑦

• Si ρ < 0,4 : la dalle porte dans un seul sens.

• Si 0,4 < ρ <1 : la dalle porte dans deux sens.

52
4.2. Les dalles :

On utilise les tables présentées dans le BAEL91 pour évaluer les efforts dans les dalle en fonction
de « p» et du coefficient de poisson « v », on aura donc les moments fléchissant agissant sur les
dalles. On prend en compte la continuité.
— A l’appuis :
-0.3M0 : pour un appui de rive.
-0.5M0 : pour un appui intermédiaire.
— En travée :
- 0.85M0pour une dalle de rive
-0.75M0 : pour une dalle intermédiaire.
M0 : Moment de flexion pour la dalle considéré isostatique.

FIGURE 4.1 – Ventilation des moments dans les dalles

4.2.2 Détermination des charges et surcharges :


Les dalles sont soumises à leur poids propre et au poids des revêtements qui représentent les
charges permanentes (G), et aussi à une charge d’exploitation uniformément répartie (Q). Pu =
1.35 G + 1.5 Q

53
4.2. Les dalles :

TABLE 4.1 – Charges et surcharges des dalles.

G(t/ml) Q(t/ml) Pu (t/ml)


Terrasse 0,7876 0,100 12,1326
E-C 0,665 0,150 11,2275

4.2.3 Identification des panneaux des planchers :

FIGURE 4.2 – Identification des dalles

Vérification du non poinçonnement :

On considère une charge concentrée sur appui de 25mm de diamètre, représentant le pied d’un
meuble ou d’équipement égale à 2 KN. (Art IV.4.DTR B.C 2.2) Et on doit vérifier la condition
suivante du CBA93 (Art 5.2.4.2).

54
4.2. Les dalles :

45 °

FIGURE 4.3 – Application et déformation dû à une charge concentrée sur un planche

Avec :
- 𝑄𝑢 : Charge de calcul à l’ELU.
- h : Epaisseur de la dalle.
- h1 : Epaisseur du revêtement.
- Uc : Périmètre du contour au niveau du feuiller moyen.
- 𝑄𝑢 = 1,5 𝑃 𝑄𝑢 = 3.10−3 𝑀𝑁

- 𝛷𝑢 = (ℎ1 + 2 ) × 2 + 25 𝑚𝑚 𝛷𝑢 = 0,255 𝑚
- Uc = 2π 𝛷𝑢 Uc = 1.6 m
𝑄𝑢= 3.10−3 𝑀𝑁≤ 0,045 × 1.6 × 0,16× 25 1,5 = 0,245 𝑀𝑁 vérifiée

4.2.4 Détermination des sollicitations :


Moments isostatiques :

- Terrasse inaccessible :

TABLE 4.2 – Moments isostatiques sollicitant le plancher terrasse

Dalle Lx(m) Ly(m) ρ µx µy M0x(t.m) M0y(t.m)


D1 3,7 4,7 0,79 0,0576 0,577 0,9567 0,5520
D2 3,7 3,9 0,95 0,041 0,888 0,6810 0,6047
D3 3,7 4,7 0,79 0,0576 0,577 0,9567 0,5520
D4 3,7 3,9 0,95 0,041 0,888 0,6810 0,6047

55
4.2. Les dalles :

TABLE 4.3 – Moments de ventilations sollicitant le plancher terrasse

-étage courant

TABLE 4.4 – Moments isostatiques sollicitant de l’étage courant

TABLE 4.5 – Moments de ventilations sollicitant de l’étage courant

56
4.2. Les dalles :

Vériftcation : - Terrasse inaccessible :


TABLE 4.6 – vérification de la continuité dans la terrasse

-étage courant

TABLE 4.7 – vérification de la continuité dans l’étage courant

4.2.5 Ferraillage :
Le calcul du ferraillage longitudinal et transversal des dalles en travée et sur appuis sera
déterminé à l’ELU en flexion simple sur une bande de 1m sous fissuration peu préjudiciable FPP.

57
4.2. Les dalles :

Ferraillage longitudinal :

FIGURE 4.4 – Dispositions de ferraillage longitudinal

— • Calcul des sections d’acier :


0.85 𝑓𝑐28
𝑓𝑏𝑢 =
𝜃𝛾𝑏
𝑎𝑣𝑒𝑐:
𝑓𝑐28 = 30𝑀𝑝𝑎
𝛾𝑏 = 1.5 𝑒𝑛 𝑆𝐷𝑇
𝜃 = 1 𝑐𝑎𝑟 𝑇 > 24ℎ → 𝑓𝑏𝑢 = 17𝑀𝑃𝑎

𝑀𝑢
𝑢𝑏𝑢 = ˂0.186 → 𝑝𝑖𝑣𝑜𝑡 𝐴 → 𝜀𝑠 = 10%0 → 𝐴′𝑢 = 0
𝑏0 𝑑2 𝑓𝑏𝑢
α = 1.25(1 − √1 − 2𝑢𝑏𝑢 )
z=d (1 - 0.4 α )
𝑀 𝑓
𝐴𝑢 = 𝑧 𝜎𝑢 avec : 𝜎𝑠 = 𝛾𝑒
𝑠 𝑠

— -condition à vérifier

-condition de non fragilité :

58
4.2. Les dalles :

- Ferraillage minimal :

- Espacement max (St max), selon (Art 7.2.4.2 CBA 93) :


Armature dans le sens lx :
St max =min(3h0; 33cm)
Stmax = min(3 × 16; 33cm) = min(48cm; 33cm)
Stmax = 33cm

Armature dans le sens ly :


Stmax = min(4h0; 45cm)
Stmax = min(3 × 16; 45cm) = min(64cm; 45cm)
Stmax = 45cm
- Effort tranchant :
Terrasse inaccessible :
- Sens longitudinal :

TABLE 4.8 – Ferraillage dalle terrasse sens X-X.

Mu 𝑢𝑏𝑢 α z As(cm4) Axmin Acnf


dalle 1 Mw 0,2870 0,0090 0,0112 0,1354 0,4876 1,0621 1,5014
Mtr 0,8132 0,0254 0,0321 0,1343 1,3932 1,0621 1,5014
Me 0,4784 0,0149 0,0188 0,1350 0,8151 1,0621 1,5014
dalle 2 Mw 0,3405 0,0106 0,0134 0,1353 0,5789 0,9846 1,5014
Mtr 0,5107 0,0159 0,0201 0,1349 0,8708 0,9846 1,5014
Me 0,3405 0,0106 0,0134 0,1353 0,5789 0,9846 1,5014
dalle 3 Mw 0,2870 0,0091 0,0115 0,1354 0,4876 1,0621 1,5014
Mtr 0,8132 0,0259 0,0328 0,1342 1,3935 1,0621 1,5014
Me 0,4784 0,0152 0,0192 0,1350 0,8152 1,0621 1,5014
dalle 4 Mw 0,3405 0,0108 0,0136 0,1353 0,5790 0,9846 1,5014
Mtr 0,5107 0,0162 0,0205 0,1349 0,8709 0,9846 1,5014
Me 0,3405 0,0108 0,0136 0,1353 0,5790 0,9846 1,5014

59
4.2. Les dalles :

-sens transversal :
TABLE 4.9 – Ferraillage dalle terrasse sens Y-Y.

Mu(t.m) 𝑢𝑏𝑢 α Z(m) As(cm4) Asmin Acnf


dalle 1 Mn 0,1656 0,0059 0,0075 0,1276 0,2985 0,9600 1,41312
Mtr 0,4692 0,0168 0,0212 0,1269 0,8503 0,9600 1,41312
Ms 0,2760 0,0099 0,0124 0,1274 0,4984 0,9600 1,41312
dalle 2 Mn 0,1814 0,0065 0,0082 0,1276 0,3271 0,9600 1,41312
Mtr 0,5140 0,0185 0,0233 0,1268 0,9323 0,9600 1,41312
Ms 0,3024 0,0109 0,0136 0,1273 0,5463 0,9600 1,41312
dalle 3 Mn 0,2760 0,0099 0,0124 0,1274 0,4984 0,9600 1,41312
Mtr 0,4140 0,0149 0,0187 0,1270 0,7495 0,9600 1,41312
Ms 0,2760 0,0099 0,0124 0,1274 0,4984 0,9600 1,41312
dalle 4 Mn 0,3024 0,0109 0,0136 0,1273 0,5463 0,9600 1,41312
Mtr 0,4535 0,0163 0,0205 0,1269 0,8217 0,9600 1,41312
Ms 0,3024 0,0109 0,0136 0,1273 0,5463 0,9600 1,41312

— étage courant :
- Sens longitudinal :

TABLE 4.10 – Ferraillage dalle étage courant sens X-X.

Mu(t.m) 𝑢𝑏𝑢 α Z(m) As(cm4) Axmin Acnf


dalle 1 Mw 0,2707 0,0084 0,0106 0,1354 0,4597 1,0621 1,5014
Mtr 0,7669 0,0239 0,0303 0,1344 1,3129 1,0621 1,5014
Me 0,4511 0,0141 0,0177 0,1350 0,7684 1,0621 1,5014
dalle 2 Mw 0,3151 0,0098 0,0124 0,1353 0,5355 0,9846 1,5014
Mtr 0,4726 0,0147 0,0186 0,1350 0,8053 0,9846 1,5014
Me 0,3151 0,0098 0,0124 0,1353 0,5355 0,9846 1,5014
dalle 3 Mw 0,2707 0,0086 0,0108 0,1354 0,4597 1,0621 1,5014
Mtr 0,7669 0,0244 0,0309 0,1343 1,3132 1,0621 1,5014
Me 0,4511 0,0143 0,0181 0,1350 0,7685 1,0621 1,5014
dalle 4 Mw 0,3151 0,0100 0,0126 0,1353 0,5356 0,9846 1,5014
Mtr 0,4726 0,0150 0,0189 0,1350 0,8054 0,9846 1,5014
Me 0,3151 0,0100 0,0126 0,1353 0,5356 0,9846 1,5014

60
4.2. Les dalles :

-sens transversal :

TABLE 4.11 – Ferraillage dalle étage courant sens Y-Y.

Mu(t.m) 𝑢𝑏𝑢 α Z(m) As(cm4) Asmin Acnf


dalle 1 Mn 0,1513 0,0054 0,0068 0,1277 0,2726 0,9600 1,41312
Mtr 0,4287 0,0154 0,0194 0,1270 0,7763 0,9600 1,41312
Ms 0,2522 0,0091 0,0114 0,1274 0,4552 0,9600 1,41312
dalle 2 Mn 0,1679 0,0060 0,0076 0,1276 0,3026 0,9600 1,41312
Mtr 0,4757 0,0171 0,0215 0,1269 0,8621 0,9600 1,41312
Ms 0,2798 0,0100 0,0126 0,1274 0,5053 0,9600 1,41312
dalle 3 Mn 0,2522 0,0091 0,0114 0,1274 0,4552 0,9600 1,41312
Mtr 0,3783 0,0136 0,0171 0,1271 0,6844 0,9600 1,41312
Ms 0,2522 0,0091 0,0114 0,1274 0,4552 0,9600 1,41312
dalle 4 Mn 0,2798 0,0100 0,0126 0,1274 0,5053 0,9600 1,41312
Mtr 0,4197 0,0151 0,0190 0,1270 0,7599 0,9600 1,41312
Ms 0,2798 0,0100 0,0126 0,1274 0,5053 0,9600 1,41312

• Conclusion :
TABLE 4.12 – Ferraillage des plancher

• Vériftcation vis-à-vis de l’effort tranchant :


D’après les Règles BAEL 91 modifiées 99 art A.5.2.2. Aucune armature d’effort
tranchant n’est requise si les conditions suivantes sont remplies :
La pièce concernée est bétonnée sans reprise sur toute son épaisseur.

61
4.2. Les dalles :

𝑓𝑐28
La contrainte tangentielle est au plus égale :0.07 = 1.4 𝑀𝑝𝑎
𝛾𝑏
Avec :

Pour les dalles appuyées sur 4 côtés :

-Terrasse inaccessible :

TABLE 4.13 – Effort tranchant terrasse inaccessible

DALLE LX(m) LY(m) VUX (t) VUY (t) TX ( t/m²) TY(t/m²) TU(t/m²)
D1 3,7 4,7 0,0161058 0,01496354 0,118424963 0,125827 140
D2 3,7 3,9 0,0152238 0,01496354 0,111939526 0,118935 140
D3 3,7 4,7 0,0161058 0,01496354 0,118424963 0,125827 140
D4 3,7 3,7 0,0152238 0,01496354 0,111939526 0,118935 140

- Étage courant :

TABLE 4.14 – Effort tranchant étage courant

DALLE LX(m) LY(m) VUX (t) VUY (t) TX (t/m²) TY (t/m²) TU(t/m²)
D1 3,7 4,7 0,014904292 0,01384725 0,109590382 0,116439781 140
D2 3,7 3,9 0,014088072 0,01384725 0,103588763 0,11006306 140
D3 3,7 4,7 0,014904292 0,01384725 0,109590382 0,116439781 140
D4 3,7 3,7 0,014088072 0,01384725 0,103588763 0,11006306 140

On remarque que les contraintes tangentielles sont tous inférieures à la contrainte


admissible :
TU=140 t/m2 , donc les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

62
4.2. Les dalles :

4.2.6 Croquis de ferraillage

FIGURE 4.5 – Croquis de ferraillage du plancher terrasse en travée

63
4.2. Les dalles :

FIGURE 4.6 – Croquis de ferraillage du plancher étage courant et terrasse sur appui.

FIGURE 4.7 – ferraillage de la dalle coupe A-A

64
4.3. L’acrotère :

4.3 L’acrotère :
L’acrotère est un élément en béton armé, il est exposé aux intempéries, le
bâtiment prévoit un acrotère de type standard il est considéré comme une console
encastré au niveau du plancher terrasse.

4.3.1 Ferraillage :

Selon l’article (B.5.3.1) du BAEL (91) 99, pour les éléments exposés aux
intempéries, la section minimale d’armatures longitudinales sera égale à :

Ferraillage longitudinale :

Ft28 =2,4 MPA 2,4 MPA As =0,25% B.


Puisque nous effectuons le ferraillage pour des bandes de 1m de largeur, la
section de béton est donc égale à :
B= 100 X 10 =1000cm2
AS = 0, 0025XB = 25cm2/ml
Nous opterons pour :
5T 8 As = 2, 51cm2.
St = 20cm

b) Espacement :

Selon l’article B.5.3.3 du BAEL (91) 99, les espacements doivent être : Nous
optons pour un espacement de : St =20 cm
— St ≤ (25cm; 2.5eb)
— St ≤ (25cm; 2.5 ×10)
— St ≤ 25cm Nous optons pour un espacement de : St =20 cm

Ferraillage transversal :

Arepartition = As[longitudinal]/4

A[répartition] = 0.502cm2/ml
Nous optons pour T 8 ⇒ St = 25cm.

65
4.3. L’acrotère :

Vériftcation de l’acrotère vis-à-vis du séisme : Selon l’article 6.2.3 du RPA 99 (2003),


l’acrotère est considéré comme un élément non structural dont une force horizontale FP agit sur ce
dernier calculé suivant la formule ci-dessous :
Donc : Fp=4 0,2 0,3 221,24 =53.1 kg/ml < Q= 100 kg/ml

On peut déduire que l’action de la charge d’exploitation de l’acrotère est dominante devant la force
due au séisme.

4.3.2 Croquis de ferraillage :

FIGURE 4.8 – Croquis de ferraillage de l’acrotère

66
4.4. Escalier :

4.4 Escalier :
Le ferraillage des escaliers se fait suivant les hypothèses de calcul ci-dessous :
• Le ferraillage de l’escalier se fera à l’ELU, en flexion simple.
• La fissuration est jugée peu nuisible.

4.4.1 Combinaison de charges :


À l’ELU :
Palier :Pup = 1.35Gp + 1.5 Qp
Volée : Puv = 1.35Gv + 1.5 Qv

TABLE 4.15 – Combinaison des charges.

FIGURE 4.9 – Schéma statique des escaliers

67
4.4. Escalier :

FIGURE 4.10 – Diagramme du moment fléchissant des escaliers.

FIGURE 4.11 – Diagramme d’effort tranchant

4.4.2 Ferraillage :
Le ferraillage se fait sur une bande de 1 m en flexion simple à ELU et la fissuration est peu
nuisible.
h = 0. 16m
d = 0,9 h = 0,144 m
b = 1m
On a :
Mu=38.7 .KN.m
En travée : Mt= 0,85 Mu=32.912KN/ml Au
appui : Mapp=0,3 Mu=11.618KN/ml

68
4.4. Escalier :

Ferraillage minimal :

𝑓𝑡28 2.4
𝐴𝑐𝑛𝑓 = 0.23 𝑏𝑑 = 0.23 1 0.144 = 1.59 𝑐𝑚²
𝑓𝑒 500

Ferraillage longitudinal :

TABLE 4.16 – ferraillage longitudinal.

M (KN.m) 𝑢𝑏𝑢 α Z(m) As Acnf Ferraillage


(cm2) (cm2)
Travée 32.912 0.09 0.118 0.153 4.95 1.59 5T12

Appuis 11.618 0.03 0.038 0.142 1.88 1.59 4T8

Ferraillage de répartition :

Arep = Au4

TABLE 4.17 – ferraillage de répartition.

Au (cm²) Arép(cm²) Aadopté


Travée 5.655 1.414 4T8
Appui 2.012 0.503 4T8

Vériftcation de l’espacement maximal :

-Armatures principales :
St ≤ min (3h, 33cm) St ≤ min (3 × 16, 33cm) St ≤ 33cm vérifie
− Armatures de répartition :
St ≤ min(4h, 44cm) St ≤ min(4 × 16, 44cm) St ≤ 44cm vérifie.

69
4.4. Escalier :

Armatures transversales :

Selon le BAEL (art A.5.2,2) les armatures transversales d’effort tranchant ne sont pas
nécessaires si les conditions suivantes sont remplies :
-Pas de reprise de bétonnage.
-tu ≤ tu
V max = 30.72kn

Les armatures transversales ne sont pas nécessaires

4.4.3 Croquis de ferraillage :

FIGURE 4.12 – Croquis du ferraillage de l’escalier.

70
4.5. Poutre palier :

4.5 Poutre palier :

4.5.1 Introduction :
La poutre palière est prévue pour reprendre la réaction de l’escalier. Elle est supposée comme
simplement appuyée sur des poteaux à ses extrémités en prenant en compte la ventilation des
moments. Son ferraillage se fera en flexion simple à l’ELU (fissuration peu nuisible).

4.5.2 Évaluation des charges :


— - Poids propre de la poutre.
— - Poids propre de la maçonnerie.
— - La Réaction de l’escalier.

FIGURE 4.13 – schéma statique de la poutre palière.

4.5.3 Pré-dimensionnement de la poutre palière :


La poutre sera dimensionnée selon les prescriptions du règlement "BAEL 91" : Lmax = 3.7m

On prendra : h = 35cm
0.3h ≤ b ≤ 0.8h
10.5 ≤ b ≤ 28
on prendra : b = 25 cm

71
4.5. Poutre palier :

Vériftcation selon le RPA 99 version 03(p 67), pour la zone III :

- La hauteur h de la poutre doit être : h≥30cm


Donc : 35 ≥ 30 vérifier
− La largeur b de la poutre doit être : b ≥ 20cm
Donc : 25 ≥ 20 vérifier

-le rapport hauteur largeur doit être :

4.5.4 Évaluation des charges et surcharges :


Poids propre de la poutre :
Gp = 0.35 0.2512.5=0.219 t/ml

Poids de la maçonnerie :

La réaction de la volée sur la poutre :

Vu=0.03072 MN
Qu = 1.35Gtot + Vu = 3.82t/ml

Calcul du moment fléchissant et effort tranchant :

72
4.5. Poutre palier :

4.5.5 Ferraillage :
Les armatures longitudinales :

d=0.9h=0.315m
— • Vérification de la condition de non fragilité :

𝑓𝑡28 2.4
𝐴𝑐𝑛𝑓 = 0.23 𝑏𝑑 = 0.23 0.25 0.315 = 0.87 𝑐𝑚²
𝑓𝑒 500

TABLE 4.18 – ferraillage longitudinal.

As Acnf
M(Mn.m) 𝑢𝑏𝑢 α Z(m) (cm2) (cm2) Ferraillage
Travée 0.052 0.031 0.039 0.31 3.85 0.87 5T12
Appuis 0.019 0.011 0.014 0.31 1.41 0.87 3T12

Les armatures transversales :

Selon le BAEL (art A.5.2, 2) les armatures transversales d’effort tranchant ne sont pas
nécessaires si les conditions suivantes sont remplies :
- Pas de reprise de bétonnage.
— tu ≤ tu
Vmax=7.067 kn

73
4.5. Poutre palier :

⇒ Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

Les armatures d’âmes :

Le diamètre des armatures transversales d’une poutre est régis par la disposition suivante :

On adopte des T8

Espacement des barres :

𝐴𝑡 0.9 𝑓𝑒
𝑆𝑡 ≤ 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝐾 = 0 ( 𝑝𝑎𝑠 𝑑𝑒 𝑟𝑒𝑝𝑟𝑖𝑠𝑒 𝑑𝑒 𝑏é𝑡𝑜𝑛𝑛𝑎𝑔𝑒 )
𝑏0 𝛾𝑠 (𝜏𝑢 − 0.3 𝑓𝑡28 )
𝑆𝑡 ≤ 24.5𝑐𝑚

Espacement maximum :

𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 = min (0.9𝑑; 40𝑐𝑚)


𝑆𝑡𝑚𝑎𝑥 = 28.3𝑐𝑚
On choisit l’espacement de : St = 20 cm.
Pour les armatures d’âme :
- En zone nodale : st = 10cm
- En zone courant : st=20 cm

74
4.5. Poutre palier :

4.5.6 Croquis :

FIGURE 4.14 – croquis de ferraillage de la poutre palière.

75
4.6. Balcon :

4.6 Balcon :

4.6.1 Définition :
Les balcons sont des dalles pleines qui sont supposées être des plaques horizontales minces en béton
armé, dont l’épaisseur est relativement faible par rapport aux autres dimensions. Cette plaque
repose sur 2 ou 3 ou 4 appuis, comme elle peut porter dans une ou deux directions donc il suffit
d’étudier un élément en console ayant une largeur b = 1m sollicité à une flexion simple en
fissuration préjudiciable à l’ELU et L’ELS du faite que le balcon est exposé aux intempéries.
On adopte une épaisseur h =16 cm.

4.6.2 Hypothèses de calcul :


La fissuration est jugée préjudiciable. Le ferraillage se fera à l’ELU et à l’ELS, en flexion
simple.

4.6.3 Évaluation des charges et surcharges :


— Charges permanentes : GB on =0.589t /ml.
— Charges d’exploitation : QB = 0.35 t/ml
— Charge concentrée (garde-corps) : R= 0.192t

FIGURE 4.15 – schéma statique de balcon

76
4.6. Balcon :

4.6.4 Ferraillage :

On a :
h=16cm b= 1m d= 0,9h = 14,4cm fc28= 30MPa fe= 500MPa

Condition de non fragilité :


𝑓𝑡28 2.4
𝐴𝑐𝑛𝑓 = 0.23 𝑏𝑑 𝑓𝑒
= 0.23 1 0.144 500
= 1.59 𝑐𝑚²

Ferraillage longitudinal A L’ELU

Gu = 1, 35Gbalcon + 1,5Qbalcon
Pu = 1, 35R
Gu = 1.35 × 0.589 + 1.5 × 0.35 = 1.32t/ml
Pu = 1.35 × 0.192 = 0.259t

À l’encastrement :

TABLE 4.19 – ferraillage longitudinal en ELU

As Acnf
M(t.m) 𝑢𝑏𝑢 α Z(m) (cm2) (cm2)
Balcon 1.261 0.036 0.046 0.141 2.07 1.59
ELU

77
4.6. Balcon :

Ferraillage longitudinal A L’ELS

Gser = Gbalcon +Qbalcon


Pser = R
Gser = 0.589 + 0.35 = 0.939t/ml
Pser = 0.192t

À l’encastrement :

𝐺𝑠𝑒𝑟 ×𝑙²
𝑀𝑠𝑒𝑟 = ( 2
) + (𝑝𝑠𝑒𝑟 × 𝑙) =0.907 t.m

𝜎
̅̅̅̅
𝑏𝑐 = 0.6𝑓𝑐28 = 18 𝑀𝑝𝑎

𝑓𝑡28 =2.4 MPa

2
𝜎̅𝑠 = min(3 𝑓𝑒 ; 110 3√ɳ𝑓𝑡28)

=min (333.33 ; 215.55) = 215.55 Mpa

15 ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 15 × 18
𝛼𝑟 = = = 0.556
15 ̅̅̅̅
𝜎𝑏𝑐 + 𝜎̅𝑠 15 × 18 + 215.55
𝛼𝑟 𝛼𝑟
𝜇𝑟𝑏 = (1 − ) = 0.273
2 3

𝑀𝑟𝑏 = 𝜇𝑟𝑏 𝑏0 𝑑 2 𝜎𝑏𝑐 = 0.102 𝑀𝑁. 𝑚𝑙

𝑀𝑟𝑏 ˃𝑀𝑠𝑒𝑟 ( A’ser= 0 )


𝛼𝑟
𝑍𝑟 = 𝑑 ( 1 − ) = 0.117
3

Aser = 3.6 cm2

78
4.6. Balcon :

Ferraillage transversal à L’ELU :

Selon le BAEL91 révisé 99 article A5.2.2 le ferraillage transversal n’est pas nécessaire si :

- 𝜏𝑢 ≤ ̅̅̅
𝜏𝑢

Vu=(Gu x L) + Pu= 0.0132 x 1.2 + 0.0026 =0.0184 MN

𝑉𝑚𝑎𝑥 0.07 𝑓𝑐28 0.0184 0.07 30


𝜏𝑢 = ≤ ̅̅̅
𝜏𝑢 = 𝜏𝑢 = 1 0.144 ≤ ̅̅̅
𝜏𝑢 =
𝑏𝑑 𝛾𝑏 1.15

𝜏𝑢 = 0.128 𝑀𝑝𝑎 ≤ ̅̅̅


𝜏𝑢 = 1.826 𝑀𝑝𝑎

⇒ Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

Conclusion :

As= max (Au ; Aser ;Acnf ) = max ( 2.07 ; 3.6 ; 1.59 ) = 3.6 cm2

On opte pour : 5T10/ml.


Selon le BAEL 91 (artB-5-3-3) l’espacement St doit être inférieur à la valeur : St =
min (25 ; 2,5 eb) = 25cm.

donc on prend : St = 20 cm.

Donc :
On prend : 5T10/ml = 3,92cm2 avec St = 20cm

On opte donc dans le sens y-y :

On prend : 4T8/ml= 2,01 cm avec St = 25 cm

79
4.6. Balcon :

4.6.5 Croquis

FIGURE 4.16 – Croquis du ferraillage du balcon.

80
Chapitre 5

Caractéristiques géométriques

5.1 Introduction :
Afin d’assurer notre bâtiment contre les actions horizontaux tel que le séisme et le vent on adopte
des systèmes structuraux tell que les appuis parasismiques (isolation à la base) Ou contreventement.

Pour notre bâtiment on choisit d’utiliser le contreventement par voiles pleins. En ce qui va suivre
on procédera au calcul : des inerties de nous voiles, centre de torsion, centre de masse,
l’excentricité et l’inertie polaire.

5.2 Disposition des voiles :


V1 V2

FIGURE 5.1 – disposition des voiles

81
5.3. Inerties des voiles :

5.3 Inerties des voiles :


Le module d’inertie est un élément indispensable pour le calcul de la résistance à la rupture de
différents matériaux.
— Inertie des voiles Transversaux

FIGURE 5.2 – Calcul des inerties des Voiles (Sens YY).

TABLE 5.1 – Tableau d’inertie sens y-y

— Inertie des voiles longitudinaux :

Ix = (Le3)/12 ≈ 0 Iy = (eL3)/12 e << L

82
5.4. Centre de torsion :

FIGURE 5.3 – Calcul des inerties des Voiles (Sens XX)

TABLE 5.2 – Tableau d’inertie sens X-X

Remarque :

Les voiles 1,3,4,6,8,11 ont dans l’une de leur extrémité un joint sismique remplit en polystyrène

5.4 Centre de torsion :


C’est le point où l’effet des inerties s’applique. Il est définie par :

(OX, OY) : axes parallèles aux axes principaux du bâtiment.


I x : Inertie propre (réelle ou équivalente) d’un refend longitudinal.

I y : Inertie propre (réelle ou équivalente) d’un refend transversal.


Xi: Distance algébrique d’un refend transversal à l’axe (OY).
Yi : Distance algébrique d’un refend longitudinal à l’axe(OX)

83
5.4. Centre de torsion :

FIGURE 5.4 – centre de torsion

5.4.1 Centre de torsion longitudinal :

TABLE 5.3 – Centre de torsion longitudinal X-X

84
5.5. Centre de masse :

5.4.2 Centre de torsion transversal

TABLE 5.4 – Centre de torsion transversal Y-Y

Conclusion :

Xc(m)=11.85 Yc(m)=6.15

5.5 Centre de masse :


C’est le point où la résultante des masses passe .

Avec :
mi : la masse de l’élément considéré.
xi, yi : les coordonnées du centre de gravité de cet élément par rapport au repère XOY.

85
5.5. Centre de masse :

— Terrasse :

TABLE 5.5 – Poids et centre de masse de la terrasse.

Xg (m) =11.76 Yg(m)=6.23

— Dernier étage :

TABLE 5.6 – Poids et centre de masse du dernier étage.

Xg (m) =11.88 Yg(m)=6.07

86
5.6. L’excentricité :

— Étage courant :

TABLE 5.7 – Poids et centre de masse de l’étage courant.

Xg (m) =11.88 Yg(m)=6.11

5.6 L’excentricité :

5.6.1 Excentricité théorique :


L’excentricité théorique "eth" est la distance entre le barycentre des masses et le centre de
torsion.

eth.x= |XC-XG| eth.y= |YC-YG|

Avec :
XG ; YG coordonnées du centre de torsion.
XG ; YG : barycentre de masse.

87
5.7. Inertie polaire :

TABLE 5.8 – Excentricité théorique.

5.6.2 Excentricité Réglementaire :


D’après l’article 4-2-7 du RPA 99 version2003 l’excentricité forfaitaire à prendre en compte à
chaque niveau est égal à 5 % de la plus grande dimension en plan du niveau considéré.

ereg = 5%L

Avec :
Lmax= 23.7 m à tous les niveaux Donc :
ereg = 1.185m

5.6.3 Conclusion :
Le règlement exige de prendre la plus grande valeur entre l’excentricité réglementaire et l’excentricité
calculée eadopté=max (eth ;ereg)
L’excentricité adopté dans les calculs est eadopt = 1.185m.

5.7 Inertie polaire :


L’inertie polaire permet la distribution des efforts dus à l’excentricité des voiles, elle est donnée
par la formule :

rx ,ry : distance entre le centre de gravité des voiles et le centre de torsion.

88
5.7. Inertie polaire :

TABLE 5.9 – Inertie polaire longitudinal.

TABLE 5.10 – Inertie polaire transversal

[Iw = 1237,41 m6]

89
Chapitre 6

Étude dynamique

6.1 Introduction :
Tous les structures ont un comportement dynamique lorsque elles sont soumissent a des
chargements variable dans le temps, ces actions peuvent être dues au vent ou séisme, ce qui
signifie que le calcul sous l’effet des chargements statiques parait insuffisant, d’où la nécessité
d’une étude dynamique qui nous permet de déterminer les caractéristiques dynamiques d’une
structure afin de prévoir son comportement (déplacement et période) sous l’effet du séisme.

6.2 But de l’étude :


Le but de l’étude dynamique est de définir les modes propres de vibration de la structure, afin
d’arriver à examiner son comportement lorsqu’elle est soumise à des forces horizontaux ou des
déplacements.

6.3 Modélisation :
La modélisation de la structure prend en compte deux paramètres :
— Le
• respect de la position du centre de gravité des masses et de leur répartition
dans la structure.
— La rigidité des éléments .
La modélisation de notre structure sera représentée par une console verticale flexible rigidement
encastrée à la base, où les masses sont concentrées d’une manière ponctuelle au niveau des planchers.

90
6.4. Méthode de calcul :

Ainsi nous considérons ces planchers comme étant indéformables dans leurs plans d’où la
possibilité de leur schématisation par une seule masse. Nous obtenons ainsi un modèle à 9 masses
concentrées. Chaque masse à un degré de liberté qui est le déplacement horizontal.

FIGURE 6.1 – Représentation des masses sur les différents niveaux

6.4 Méthode de calcul :


Pour le calcul dynamique des structures, il existe :
— • Une méthode exacte.
— • Des méthodes approximatives.

91
6.4. Méthode de calcul :

L’analyse dynamique exacte des systèmes à plusieurs degrés de liberté est difficile, car elle
nécessite un calcul très laborieux, surtout si ce dernier est fait manuellement.
Mais compte tenu du degré d’approximation qui caractérise les modèles de calcul de la théorie
des structures, l’utilisation de la méthode exacte n’est pas absolument nécessaire et consiste dans la
plupart des cas une certaine complication. Il est possible de passer outre ces complications par
l’utilisation des méthodes approximatives numériques ; qui permettent de trouver rapidement et avec
une précision satisfaisante, les caractéristiques dynamiques de vibration.
Les méthodes approximatives les plus utilisées sont :

— Méthode «LORD RAYLEIGH ».


— Méthode «VIANELLO STODOLA ».
— Méthode «HOLZER ».

Dans le cadre de notre étude nous nous optons à l’utilisation de la méthode de VIANELLO
STODOLA car étant la mieux adoptée à notre structure, en raison de sa précision et ça simplicité.

6.4.1 Principe de la méthode :


La méthode de STODOLA est basée sur le calcul itératif ; elle consiste à faire une hypothèse
initiale sur l’allure du mode recherché et de l’améliorer par itérations successives jusqu’à
l’obtention d’une approximation satisfaisante du mode.

6.4.2 Étape de calcul :


• Détermination de la matrice [M].
• Détermination de la matrice de souplesse[S].
• Détermination de la matrice dynamique [D].
• Détermination des trois premiers modes.
• Détermination de coefficient de participation (α).

Matrice masse :

C’est une matrice carrée diagonale de dimensions 99 dont les éléments sont les différentes masses
revenant à chaque niveau de la structure et qui ont été déterminé précédemment.

92
6.4. Méthode de calcul :

Matrice de souplesse [S] :


Les termes de la matrice de souplesse représentent la flèche au niveau j induite par une force
unitaire appliquée au niveau i.
Cette flèche est la superposition des flèches dues à l’effort tranchant et du moment fléchissant
qui peuvent être obtenues par les intégrales de "MOHR".

δij : déplacement du point i cause par une force unitaire applique en j

M : Déplacement du au moment fléchissant. T :


Déplacement du à l’effort tranchant.
Sr : Surface réduite de la somme des surfaces des voiles =5/6 S Avec :
S surface totale des voiles.

93
6.4. Méthode de calcul :

he : hauteur d’étage.
i, j les indices de niveau.
E : module d’élasticité longitudinale. On

obtient après simplification :

he : hauteur d’étage égale à 3,06 m.


E : Module d’élasticité (E = 34179.56 MPA).

Détermination des trois modes :

▪ Le premier mode :
Première itération : choix de la première approximation {∅11}

Calcul de la matrice dynamique [D]=[S]*[M]

avec

94
6.4. Méthode de calcul :

Deuxième itération : choix de la deuxième approximation {∅12}

[D]{∅12} = 𝜆13 {𝜙13} avec

Nème itération : choix de la nème approximation


[D]{∅1𝑛−1} = 𝜆1𝑛 {𝜙1𝑛}
Si {∅1𝑛−1} = {𝜙1𝑛} et W1n-1 =Wn1 nous arrêtons l’itération et {𝜙1𝑛} sera le vecteur
propre du premier mode.

▪ Le deuxième mode :
On supprime le 1er mode (qui est prépondérant) en considérant le déplacement en
coordonnées principales.
Ainsi cette méthode converge vers le 2éme mode qui deviendra prépondérant.

[D]{𝜙1} = {𝜙𝑖} avec [D1]= [D] [T]

[T] : matrice de passage du mode 1

On procède de la même manière que pour le 1er mode jusqu’à convergence.

95
6.4. Méthode de calcul :

•Le 3éme mode :


Pour converger vers le 3éme mode, nous devrons éliminer le 1er et le 2éme mode.

[D2]{𝜙1} = {𝜙𝑖} avec [D2]= [D1] [T’]

[T’] : matrice de passage du mode 2

On répète le même procédé que pour les modes 1 et 2 jusqu’à convergence.

Détermination du coefficient de participation modale α :


Le calcul du coefficient de participation est nécessaire pour pouvoir limiter le nombre de modes à
calculer.
Les n modes seront suffisants dans le calcul de la réponse de notre structure à la sollicitation lorsque
Σ
α ≥ 90%.

96
6.5. Application :

6.5 Application :

6.5.1 Caractéristique dynamique :


Détermination de la matrice Masse [M] en (T) :

Détermination de la matrice de souplesse [S] (m/KN) :

97
6.5. Application :

6.5.2 Détermination des modes propre sens (X-X) :


Le premier mode :
— • Matrice dynamique : [D] = [M] [S]

98
6.5. Application :

— • Les itérations :

TABLE 6.1 – Les itérations du mode 1 sens x-x

99
6.5. Application :

Le deuxième mode :
— • Matrice de passage [T1] :

— • Matrice dynamique [D2] = [D1] [T1] :

100
6.5. Application :

— • les itérations :

TABLE 6.2 – Les itérations du mode 2 sens x-x

101
6.5. Application :

Le troisième mode :
— • Matrice de passage [T2] :

— • Matrice dynamique [D2] = [D1] [T1] :

102
6.5. Application :

— • les itérations :

TABLE 6.3 – Les itérations du mode 3 sens x-x

103
6.5. Application :

— •Les vecteurs propres :

TABLE 6.4 – Les vecteurs propres du sens x-x

— •L’allure de déformée :

FIGURE 6.2 – L’allure de déformée sens x-x

104
6.5. Application :

6.5.3 Détermination des modes propre sens (Y-Y) :


Le premier mode :
— • Matrice dynamique : [D] = [M] [S]

— • Les itérations :

TABLE 6.5 – Les itérations du mode 1 sens y-y

105
6.5. Application :

Le deuxième mode :
— • Matrice de passage [T1] :

— • Matrice dynamique [D2] = [D1] [T1] :

106
6.5. Application :

— • les itérations :

TABLE 6.6 – Les itérations du mode 2 sens y-y

107
6.5. Application :

Le troisième mode :
— • Matrice de passage [T2] :

— • Matrice dynamique [D3] = [D2] [T2] :

108
6.5. Application :

— • les itérations :

TABLE 6.7 – Les itérations du mode 3 sens y-y

109
6.5. Application :

— •Les vecteurs propres :

TABLE 6.8 – Les vecteurs propres du sens y-y

— •L’allure de déformée :

FIGURE 6.3 – L’allure de déformée sens y-y

110
6.5. Application :

6.5.4 Vériftcation de coefficient de participation modale :


Coefficient de participation modale sens (X-X) :

— mode 1 :

TABLE 6.9 – Coefficient de participation modale du mode 1 sens (X-X)

— mode 2 :

TABLE 6.10 – Coefficient de participation modale du mode 2 sens (X-X)

111
6.5. Application :

— mode 3 :

TABLE 6.11 – Coefficient de participation modale du mode 3 sens (X-X)

Coefficient de participation modale sens (Y-Y) :

— mode 1 :

TABLE 6.12 – Coefficient de participation modale du mode 1 sens (Y-Y)

112
6.5. Application :

— mode 2 :

TABLE 6.13 – Coefficient de participation modale du mode 2 sens (Y-Y)

— mode 3 :

TABLE 6.14 – Coefficient de participation modale du mode 3 sens (Y-Y)

113
6.6. Conclusion :

6.5.5 Vérification de l’orthogonalité :

6.6 Conclusion :
- L’étude de ce chapitre nous a permis de déterminer les valeurs propres du bâtiment, les modes
propres, périodes propres et facteur de participation relatifs à chaque mode. Ces résultats seront
utilisés pour déterminer les efforts dus à un séisme dans la structure.

114
Chapitre 7

Étude sismique

7.1 Introduction :
- Le séisme, ou tremblement de terre, se traduit en surface par des vibrations du sol. Il provient
de la fracturation des roches en profondeur. Cette fracturation est due à une grande accumulation
d’énergie qui se libère, en créant ou en faisant rejouer des failles, au moment où le seuil de rupture
mécanique des roches est atteint. La croûte terrestre est constituée de plusieurs grandes plaques
qui évoluent les unes par rapport aux autres : certaines s’écartent, d’autres convergent, et d’autres
coulissent. Environ 90 % des séismes sont localisés au voisinage des limites de ces plaques.

- En effet l’Algérie se trouve dans la zone de touche des deux plaques tectonique africain et
l’euro-asiatique ce qui fait d’elle une zone a haute activité sismique d’où la nécessité de concevoir
des ouvrage capable de faire face à ce phénomène.

- Les actions sismiques sont réglementées par le RPA99/version 2003, le calcul dépend de la zone
sismique, de la nature du site, de la catégorie de l’ouvrage et de la nature de la structure.

7.1.1 But de l’étude sismique :


- L’objectif de ce chapitre est la détermination des forces engendrée par un séisme pour chaque
niveau de la structure, et cela à partir des résultats obtenus dans l’étude dynamique.

7.1.2 Méthode de calcul :


Le règlement RPA99 prescrit trois méthodes de calcul :

115
7.2. Méthode statique équivalente :

— La méthode statique équivalente.


— La méthode s’analyse modale spectrale.
— La méthode d’analyse dynamique par accélérogrammes.

7.2 Méthode statique équivalente :


Principe de la méthode statique équivalente :

Les forces réelles dynamiques qui se développent dans la construction sont remplacées par un système
de forces statiques fictives dont les effets sont considérés équivalents à ceux de l’action sismique.
Calcul de la force sismique totale V selon la formule suivante (art 4.2.3.du RPA 99) :

1- Calcul des paramètres :


➢ A : coefficient d’accélération de zone donné par le tableau 4.1 du RPA suivant la zone sismique
et le groupe d’usage du bâtiment.

-Zone III : Alger


-Groupe 2 : (RPA99/2003 art : 3.2.2) : Ouvrages courants ou d’importance moyenne
➢ D : facteur d’amplification dynamique moyen, fonction de la catégorie de site, du facteur de

correction d’amortissement ( ) et de la période fondamentale de la structure (T).

-T2 : période caractéristique associée à la catégorie du site :


Site ferme S2 T2=0.4s (tableau 4.7.RPA99)

116
7.2. Méthode statique équivalente :

- : facteur de correction d’amortissement donné par la formule :

: le pourcentage d’amortissement critique en fonction du matériau constitutif, du type de structure et


de l’importance des remplissages : (tableau 4.2.RPA99)

Vérifier

T : période fondamentale du bâtiment donné par la formule empirique suivante :


T = CT hN3/4
CT : tableau 4.6 RPA = 0.05
hN : hauteur du la structure en (m) ; hN = 27.54 m.

D : la dimension du bâtiment mesuré à la base dans la direction de calcul considéré : Sens


longitudinal (X-X). .................................................. Dx = 23.7m
Sens transversal (Y-Y). ............................................ DY = 12.3 m

1. Sens longitudinal :
3
T = 0.05 27.544 =0.601s
T=min T= 0.509 s
27.54
T= 0.09 x = 0.509 𝑠
√23.7
2. Sens transversal :
3
T = 0.05 27.544 =0.601s
T=min T=0.601 s
27.54
T= 0.09 x = 0.707 𝑠
√12.3

• facteur d’amplification dynamique D :

T2

1- Sens longitudinal :
𝟐
𝟎.𝟒
D= 2.5 0.764 (𝟎.𝟓𝟎𝟗)𝟑 = 1.627

2- Sens transversal :
𝟐
𝟎.𝟒
D= 2.5 0.764 (𝟎.𝟔𝟎𝟏)𝟑 = 1.307

117
7.2. Méthode statique équivalente :

• Facteur de qualité :

Q : facteur de qualité donné par la formule suivante : 𝑄 = 1 + ∑61 𝑃𝑞


Pq : Pénalité à retenir selon que le critère de qualité "𝑞" est satisfait ou non.
Sa valeur est donnée dans le tableau 4.4.RPA.

TABLE 7.1 – détermination de facteur de qualité

1- Sens longitudinal :

Q=1+0+0+0+0+0.05+0.1 = 1.15

2- Sens transversal :

Q=1+0+0+0+0+0.05+0.1=1.15

R : coefficient de comportement global de la structure il est en fonction du système de contreventement.


Notre structure est contreventée par des voiles.
⇒ R = 3.5

118
7.2. Méthode statique équivalente :

• Évaluation de la force sismique à la base :

Sens longitudinal (X-X) :


A= 0.25 ; D = 1.627 ; Q=1.15 ; R= 3.5
0.25 𝑥 1.627 𝑥 1.15
Vx = × 32656.578 = 4364.435 kn
3.5

Sens transversal (Y-Y) :


A= 0.25 ; D = 1.307 ; Q=1.15 ; R= 3.5
0.25 𝑥 1.307 𝑥 1.15
Vx = × 32656.578 =3506.034 kn
3.5

• Distribution de la force sismique « V » :

« Article 4-2-5 du RPA99 version 2003» La force sismique à la base « V » doit être distribuée
sur la hauteur de la structure selon les formules suivantes :

V= F T+ ∑ Fi
Où :
Fi : effort horizontal revenant au niveau i.
Ft : force concentré au sommet de la structure permet de tenir compte de l’influence des modes
Supérieurs de vibration. Elle doit être déterminée par la formule suivante :

T : Période fondamentale de la structure (en secondes).


On a : 𝑇 ≤ 0.7 𝑠 ⟹ FT = 0

La structure présente une période fondamentale supérieure aux deux directions donc :
Sachant que :
hN = 27.54 m,

Les résultats sont représentés dans les tableaux suivants :

119
7.2. Méthode statique équivalente :

TABLE 7.2 – les forces sismique dans le sens x-x

1-sens longitudinal ( X-X ) :

étage hi wi(kn) hiwi v(kn) Fi(kn)


RDC 3,06 3681,683 11265,95 4364,435 99,5386211
1 6,12 3681,683 22531,9 4364,435 199,077242
2 9,18 3681,683 33797,8499 4364,435 298,615863
3 12,24 3681,683 45063,7999 4364,435 398,154484
4 15,3 3681,683 56329,7499 4364,435 497,693105
5 18,36 3681,683 67595,6999 4364,435 597,231726
6 21,42 3681,683 78861,6499 4364,435 696,770347
7 24,48 3625,667 88756,3282 4364,435 784,193302
8 27,54 3259,667 89771,2292 4364,435 793,160309
somme 493974,157 4364,435

TABLE 7.3 – les forces sismique dans le sens y-y

2-sens transversal ( Y-Y ) :

étage hi wi(kn) hiwi v(kn) Fi(kn)


RDC 3,06 3681,683 11265,95 3506,034 79,9612756
1 6,12 3681,683 22531,9 3506,034 159,922551
2 9,18 3681,683 33797,8499 3506,034 239,883827
3 12,24 3681,683 45063,7999 3506,034 319,845102
4 15,3 3681,683 56329,7499 3506,034 399,806378
5 18,36 3681,683 67595,6999 3506,034 479,767653
6 21,42 3681,683 78861,6499 3506,034 559,728929
7 24,48 3625,667 88756,3282 3506,034 629,957458
8 27,54 3259,667 89771,2292 3506,034 637,160826
somme 493974,157 3506,034

Conclusion :
— Sens longitudinal (X-X) ............................. Tx = 0.509s
— Sens transversal (Y-Y).................................. Ty= 0.601s
L’effort tranchant à la base :
— Sens longitudinal (X-X) ............................. Vx = 4364.435 KN
— Sens transversal (Y-Y).................................. Vy= 3506.034 KN

120
7.3. Méthode d’analyse modale spectrale :

7.3 Méthode d’analyse modale spectrale :

7.3.1 Principe :
- Par cette méthode, il est recherché pour chaque mode de vibration, le maximum des effets
engendrés dans la structure par les forces sismiques représentées par un spectre de réponse de
calcul. Ces effets sont par la suite combinés pour obtenir la réponse de la structure. (RPA99. art
4.31)

7.3.2 Hypothèse :
— Les masses sont supposées concentrées au niveau du centre de gravité des
planchers.
— Seuls les déplacements horizontaux des nœuds sont pris en compte.
— Les planchers doivent être rigides dans leur plan.
— Le calcul doit être effectué séparément dans chacune des directions
principales.
— Le nombre de modes à prendre en compte est tel que la somme des
coefficients de participation de ces modes soit au moins égale à 90 %.

7.3.3 Détermination des forces sismiques de niveau Fj(i) :


Pour chaque niveau « j » et pour chaque mode « i », la force sismique est donnée par la formule
suivante :

Fj (i) : force sismique latérale au niveau « j » pour le mode « i »

mj : poids de l’étage j.

: Amplitude de niveau « j » au mode « i ».

Spectre de réponse de calcul du RPA il est défini par 4 fonctions relatives à 4


Intervalles (art 4.3, formule du RPA99/version2003).

121
7.3. Méthode d’analyse modale spectrale :

Avec :
- A : coefficient d’accélération de zone.

Notre site est implanté en zone III, et est de groupe d’usage 2, donc A=0.25 (tableau 4.2 du
RPA 2003).

- T : période de vibration du mode considéré.


- T1, T2 : périodes caractéristiques associées à la catégorie de site.
Les périodes T1, T2 seront déduit du (tableau 4.7 du RPA 2003) et sont égale à :

— T1=0.15 S
— T2= 0.4 S
TABLE 7.4 – Période caractéristique associée à la catégorie du sol

site S1 S2 S3 S4
T1 0.15 0.15 0.15 0.15
T2 0.3 0.4 0.5 0.7

- η : facteur de correction d’amortissement donné par la formule suivante :

𝝃(%) : le pourcentage d’amortissement critique fonction de matériau constructif du type de structure

et de l’importance des remplissages. 𝝃= 10%

𝜼 = 𝟎. 𝟕𝟔4 ≥ 0.7

122
7.3. Méthode d’analyse modale spectrale :

— - Q : facteur de qualité (tableau 4.4 du RPA 2003) :


— Sens longitudinale : Q=1.15
— Sens transversale : Q=1.15

- R : coefficient de comportement de la structure (tableau 4.3 du RPA 2003) R=3.5

Sens longitudinal (X-X) :

TABLE 7.5 – Valeur de spectre de réponse sens longitudinal

Sens transversal (Y-Y) :

TABLE 7.6 – Valeur spectre de réponse sens transversal

123
7.3. Méthode d’analyse modale spectrale :

- D’après le RPA99/version2003 les valeurs de T calculées à partir des formules de Rayleigh ou de


méthodes numériques ne doivent pas dépasser celles estimées à partir des formules empiriques
appropriées de plus de 30 %.

Vérification :

- sens longitudinal :
0.726s ≤ 1.3 × 0.509 = 0.661s non vérifier

Donc :
On prendra :
TXstatique = 0.661s
DXstatique = 1.366
V x = 3664.301kN

-sens transversal :

0.761 ≤ 1.3 × 0.601 = 0.78 vérifier


V y = 3506.034KN

124
7.4. Application :

7.4 Application :

7.4.1 Sens longitudinal (X-X) :


Mode 1 :

TABLE 7.7 – Force sismique « mode 1 »

mode 2 :

TABLE 7.8 – Force sismique « mode 2 »

125
7.4. Application :

mode 3 :

TABLE 7.9 – Force sismique « mode 3 »

7.4.2 Sens longitudinal (Y-Y) :


mode 1 :

TABLE 7.10 – Force sismique « mode 1 »

126
7.4. Application :

mode 2 :

TABLE 7.11 – Force sismique « mode 2 »

mode 3 :

TABLE 7.12 – Force sismique « mode 3 »

127
7.5. Calcul de l’effort tranchant à la base :

7.5 Calcul de l’effort tranchant à la base :


Avant de procéder au calcul de la force (réponse totale), il faut d’abord vérifier que les réponses
des modes de vibration sont indépendantes tels que :

Les deux réponses de deux modes de vibration i et j de périodes Ti, Tj et d’amortissement ξi, ξ j sont
𝑇𝑖
considérées comme indépendantes si le rapport 𝑟 = 𝑇𝑗 ; (𝑇𝑖 ≤ 𝑇𝑗) vérifie.
10
𝑟≤ -art 4.3.5-formule 4.15).
(10+√ξ𝒊,ξ 𝒋)

10
Pour 𝝃𝒊 = 𝝃𝒋 = 𝟏𝟎% ; nous avons 𝑟 ≤ (10+10)
Donc : 𝒓 ≤ 0.5

7.5.1 Vérification :
-Sens longitudinal (X-X) :

TABLE 7.13 – Valeur de ”r” sens longitudinal

Sens transversal (Y-Y) :

TABLE 7.14 – Valeur de ”r” sens longitudinal

On remarque que tous les rapports de période dans les deux sens vérifient la condition donc les
réponses modales sont considérées comme indépendant et sont donnée par l’expression suivante :

128
7.5. Calcul de l’effort tranchant à la base :

Avec :
E : Effet de l’action sismique considérée, qui est la force F dans notre cas. i : Mode
considéré.
✓ Effort tranchant : 𝐕k𝐱 = 𝐅𝐤𝐱 + (𝐤-𝟏)

✓ Force sismique :

Fk : Force sismique induite par l’effet des trois modes de vibration au niveau « k ».

-sens longitudinal (X-X) :

TABLE 7.15 – Résultante des forces sismique, effort tranchant et moment fléchissant sens (x-x)

129
7.5. Calcul de l’effort tranchant à la base :

Sens transversal (Y-Y) :

TABLE 7.16 – Résultante des forces sismique, effort tranchant et moment fléchissant sens (Y-Y)

Vérification :

- Selon la RPA artc (4.3.6) la résultante des forces sismiques à la base Vt obtenue par
combinaison des valeurs modales ne doit pas être inférieure à 80% de la résultante des forces
sismique déterminée par la méthode statique équivalente V pour une valeur de la période
fondamentale donnée par la formule empirique appropriée.

Si Vt<0.80V, il faudra augmenter tous les paramètres de la réponse calculée par la méthode
modale (forces, déplacements, moments,. ) dans le rapport 0.8V/V.

-Sens longitudinal :

Vxstatique = 3664.301Kn V xMMS = 3324.164Kn


0.8 V xstatiqe = 3664.301 × 0.8 = 2931.441 ≤ V xMMS = 3324.164Kn → vérifier

-Sens transversal :

Vystatique = 3506.034 Kn V yMMS = 3360, 989Kn


0.8 V ystati = 3506.034 ×0.8 = 2804.827 ≤ V yMMS = 3360, 989Kn → vérifier

130
7.5. Calcul de l’effort tranchant à la base :

7.5.2 Diagramme des efforts tranchants et des moments


fléchissant :

• Sens longitudinal :

FIGURE 7.1 – diagramme des efforts tranchants et des moments fléchissant X-X

• Sens transversal

FIGURE 7.2 – diagramme des efforts tranchants et des moments fléchissant Y-Y

131
7.6. Calcul de déplacements horizontaux :

7.6 Calcul de déplacements horizontaux :


Selon l’article 4-4-3 du RPA, le déplacement horizontal 𝛿𝑘 à chaque niveau ‘’k ‘’de la structure est
calculé comme suit :
𝛿𝑘 = 𝑅 × 𝛿𝑒𝑘
𝛿𝑘 : Déplacement dû aux forces sismiques.
R : Coefficient de comportement
Le calcul du vecteur {𝛿𝑒𝑘 } sera effectué dans les deux directions principales comme suit :
𝛿𝑒𝑘 = [𝑠]{𝐹𝑘 }
[𝑠]: Matrice de souplesse de la structure par rapport à la direction considérée.
{𝐹𝑘 } : Le vecteur des forces sismiques appliquées à la structure dans la direction considérée
Le RPA (Art 4-4-3) donne également le déplacement relatif ∆𝑘 d’un niveau ‘’ k ‘’ par rapport
à un niveau ‘’ k-1’’ selon la formule suivante :
∆𝑘 = 𝛿𝑘 − 𝛿𝑘−1
Pour la justification du déplacement relatif horizontal d’un étage par rapport aux étages qui lui
sont adjacents nous nous référons à l’article 5-10 du RPA qui limite ce déplacement à 1% de
la hauteur d’étage.

he : Hauteur d’étage he = 3.06m

̅̅̅
∆𝑘 = 0.01 ℎ𝑒 = 3.06 𝑐𝑚

Le calcul des déplacements absolue {𝛿𝑒𝑘 } induit par l’effet sismique, les déplacements {𝛿𝑘 } ainsi que le
déplacement relatif {∆𝑘 } sont résumés dans les tableaux suivants :

132
7.6. Calcul de déplacements horizontaux :

• Sens longitudinal :

TABLE 7.17 – Déplacement selon (X-X)

• Sens transversal :

TABLE 7.18 – Déplacement selon (Y-Y)

133
7.7. Justification vis-à-vis de l’effet P-∆ :

Conclusion :

Après avoir calculé le déplacement horizontal dans les deux sens, les résultats obtenus ci- dessus
montre que :
∆ ≤ ∆reg

Donc la justification vis à vis de déplacement est vérifiée.

7.7 Justification vis-à-vis de l’effet P-∆ :


Les effets du 2ème ordre (ou effet P-Δ) peuvent être négligés dans le cas des bâtiments si la condition

suivante est satisfaite à tous les niveaux :

𝑃𝑘 ∆𝑘
𝜃= ≤ 0.10
𝑉𝑘 ℎ𝑘

Avec :

• Pk : Poids total de la structure et des charges d’exploitation associées au-dessus du niveau« k ».


• 𝑉𝑘 : Effort tranchant d’étage au niveau « k ».
• 𝛥k : Déplacement du niveau « k » par rapport au niveau « k-1 ».
• hk : Hauteur de l’étage « k ».

134
7.7. Justification vis-à-vis de l’effet P-∆ :

TABLE 7.19 – Valeur de θ sens longitudinal

TABLE 7.20 – Valeur de θ sens transversal

135
Chapitre 8

Étude au vent

8.1 Introduction :
- Dans la même optique que les chapitres précédents de sécuriser notre bâtiment face aux
actions horizontales et verticales , dans ce présent chapitre on procédera à l’étude de l’action du
vent sur notre bâtiment en se basant sur le règlement neige et vent (RNV version 2013) .
- L’effet du vent sera assimiler à des forces statiques appliquées à la construction supposées
horizontales, ses forces peuvent engendrer des effets dynamiques qui dépendent des caractéristiques
aérodynamiques de la structure, elles dépendent aussi de plusieurs paramètres :
— • Zone géographique.
— • Le site d’implantation.
— • Catégorie du terrain.
— • Les dimensions de l’ouvrage.

8.2 Principe de calcul :


Catégorie de construction : Le règlement distingue pour les différentes structures deux
catégories de construction :
— - Catégories I : Regroupe les bâtiments à usage d’habitation, administratif,
scolaire, industriel, de santé, etc
— - Catégories II : Cette catégorie regroupe les constructions ajourées telles que les
structures verticales en treillis (pylônes, grues, échafaudage, pilon électrique,
cheminée et ouvrages similaire).
Notre bâtiment est à usage d’habitation, il est donc classé de catégorie I.

136
8.2. Principe de calcul :

Vitesse de référence du vent : Vitesse de référence du vent : La vitesse de référence du vent


Vréf qui est la vitesse moyenne sur 10 min mesurée dans des conditions conventionnelles, avec
une probabilité annuelle de dépassement égales à 0,20 (ce qui correspond à une période de retour
de 50 ans).

Zone de vent : Les zones de vent sont obtenues en fonction des vitesses de références. Pour tenir
compte de la variation du vent d’un endroit à un autre, le règlement subdivise le pays en trois (03)
zones : I, II, III.
Les zones de vent sont distinguées par les vitesses de référence :

TABLE 8.1 – Valeurs de vitesses de référence

Pression de référence qref : L’écoulement de l’air autour d’une paroi produit une pression, qui
dépend de la vitesse du vent. La relation qui lie cette pression à la vitesse est déterminée par
application du théorème de BERNOULLI :

2 kg
𝑞𝑟é𝑓 = 0.5 𝜌𝑎𝑖𝑟 𝑉𝑟é𝑓 avec 𝜌𝑎𝑖𝑟 = 1.2
𝑚3

— Vréf :vitesse de référence du vent définie précédemment .


— qréf :pression de référence .

137
8.3. Étapes de calcul :

TABLE 8.2 – Valeurs de pression de référence

Notre ouvrage est situé dans la wilaya d’Alger qui est classée comme zone de vent I, ce qui
correspond à :
— Vréf=25m/s
— qréf=375N/m

8.3 Étapes de calcul :


Pour la détermination de l’action du vent sur notre structure, nous allons effectuer les étapes de
calcul principales suivantes :
— Détermination du coefficient dynamique Cd.
— Détermination de la pression dynamique du vent qdyn.
— Détermination des coefficients de pression extérieur Cpe et intérieure Cpi.
— Calcul de la pression du vent qi.
— Calcul des forces de frottement si la construction est de catégorie I.
— Calcul de la résultante des pressions agissant à la surface de la construction.
— Détermination de l’excentricité de la force globale horizontale.

8.3.1 Pression dynamique de pointe :

La pression dynamique de pointe qp(Ze) à la hauteur de référence Ze est donnée par la formule
de calcul suivante :
qp (Ze) = q réf Ce (Ze)
avec :
— •qréf : la pression dynamique de référence [N/m2].
— • Ce : le coefficient d’exposition au vent

138
8.3. Étapes de calcul :

La hauteur de référence (Ze) :

La hauteur de référence Ze pour les murs au vent des bâtiments à plan rectangulaire dépendent du
facteur de forme h/b et sont toujours les hauteurs supérieures, des différentes parties des murs. Elles
sont indiquées aux figures ci-dessous pour les trois cas suivant :
- Un bâtiment dont la hauteur h est inférieure à b, peut être considéré comme un seul élément :

FIGURE 8.1 – La hauteur de référence (Ze) dans le cas ou h ≤ b

- Un bâtiment dont la hauteur h est supérieure à b , mais inférieure à 2b ,peut etre considéré comme
deux éléments comprenant : une partie inférieure qui s’étend à la verticale à partir du sol, sur une
hauteur égale à b et une partie supérieure constituée du reste.

FIGURE 8.2 – La hauteur de référence (Ze) dans le cas ou b < h ≤ 2b

139
8.3. Étapes de calcul :

- Un bâtiment dont la hauteur h est supérieure à 2b ,peut être considéré comme étant constitué de
plusieurs éléments ,comportant : une partie inférieure qui s’étend à la verticale à partir du sol sur une
hâteur égale à b , une partie supérieure qui s’étend à la verticale à partir du bord supérieur , sur
la hauteur égale à b et une région médiane.

FIGURE 8.3 – La hauteur de référence (Ze) dans le cas ou h > 2b Dans le

cas de notre bâtiment la hauteur de référence est :


— Sens x-x : h > 2b
— sens y-y : b < h ≤ 2b

FIGURE 8.4 – Hauteur de référence Ze dans les deux sens

140
8.3. Étapes de calcul :

— Pour les murs sous le vent et parallèle au vent,( Ze) est pris égale à la hauteur
du bâtiment au-dessus du niveau du sol.
— Pour les toitures, (Ze) est pris égale à la hauteur maximale des bâtiments.
— Pour tous les autres ouvrages, la hauteur de référence est égale à la hauteur
maximale de l’élément considéré.

Le coefficient d’exposition au vent Ce :

Le coefficient d’exposition au vent Ce (z) tient compte de la rugosité du terrain, de la topographie


du site et de la hauteur au-dessus du sol. En outre, il tient compte de la nature turbulente du vent.
Ce (Z) est donné par la formule suivante :

Avec :

— Cr : coefficient de rugosité.
— Ct : coefficient de topographie
— Iv (Z) : intensité de la turbulence.
— Z : la hauteur considérée.

Coefficient de topographie :

Le coefficient de topographie Ct (Z) prend en compte l’accroissement de la vitesse du vent, lorsque


celui-ci souffle sur des obstacles ; Ct est déterminé comme suit :

Dans notre cas on obtient le coefficient de topographie par le tableau 2.5 du règlement neige et
vent dit (RNV version 2013) :
Site plat → Ct(Ze) = 1

141
8.3. Étapes de calcul :

Catégories de terrain :

Le facteur de terrain (KT), le paramètre de rugosité (Z0) ainsi que la hauteur minimale (Z min)
sont donnés en fonction de la catégorie de terrain dans le tableau suivant :
Avec :
— • KT : facteur de terrain.
— • Z0 : paramètre de rugosité.
— • Z min : hauteur minimale.
— • Coefficient utilisé pour le calcul du coefficient Cd.
TABLE 8.3 – Catégories de terrain l

Dans le cas de notre bâtiment la catégorie de terrain est IV avec : KT =0.234 ; Z0= 1m ; Z min
= 10m ,s = 0.67

Coefficient de rugosité :

Le coefficient de rugosité Cr (Z) traduit l’influence de la rugosité et de la hauteur sur la vitesse


moyenne du vent, il est définit par la loi suivante :

Intensité de turbulence :

L’intensité de la turbulence est définie comme étant l’écart de la turbulence divisé par la vitesse
moyenne du vent est donné par :

142
8.3. Étapes de calcul :

8.3.2 La force du vent Fw(Ze) :

La force exercée par le vent Fw(Zi) agissant sur une construction peut être déterminée
directement en utilisant les formules suivantes :
Fw (Zi) = Cd W(Ze)Aréf
Fw (Zi) = Cd qp (Ze) (Cpe – Cpi ) Aréf

La pression aérodynamique W(Zi) :

La pression aérodynamique W(Zi) agissant sur une paroi est obtenue à l’aide de la formule suivante
:
W(Ze) = qp(Ze) (Cpe – Cpi ) [N/m2]

Coefficient dynamique Cd :

Le coefficient dynamique Cd tient compte des effets de réduction dus à l’imparfaite corrélation
des pressions exercées sur les parois, ainsi que les effets d’amplification dus à la partie de
turbulence ayant une fréquence proche de la fréquence fondamentale d’oscillation de la structure.
Cependant une valeur conservative Cd= 1 peut être considérée dans les cas suivants :
— - Bâtiments dont la hauteur est inférieure à 15 m.
— - Elément de façade et de toiture dont la fréquence propre est supérieure à 5Hz
— - Bâtiment à ossature comportant des murs, dont la hauteur est à la fois inférieur
à 100m et à 4fois la dimension de bâtiment mesurée dans la direction
perpendiculaire à la direction du vent.
— - Cheminée à section transversale circulaire dont la hauteur est inférieure à 60m
et à 6.5fois le diamètre.
Dans notre cas Cd = 1 la hauteur de notre bâtiment est à la fois inférieure à 100m et à 4 fois la
dimension du bâtiment mesurée dans la direction perpendiculaire à la direction du vent.

143
8.3. Étapes de calcul :

Les coefficients de pressions :

• Coefficient de pression extérieur pour les constructions à base rectangulaire :

Les coefficients de pression externe Cpe des constructions à base rectangulaire et de leurs
éléments constitutifs individuels dépendent de la dimension de la surface chargée. Ils sont définis
pour des surfaces chargées de 1m2 et 10m2, aux quelles correspondent les coefficients de
pression notés respectivement Cpe,1 , Cpe,10 . La valeur de Cpe s’obtient à partir des formules
suivantes :

Cpe=Cpe1 S≤1m²
Cpe=Cpe1+(Cpe10 – Cpe1) log10(s) 1m²˂ S ˂ 10 m²
Cpe=Cpe10 S≥ 10m²

S : désigne la surface chargée de la paroi au vent.

Le règlement préconise de diviser les parois verticales comme indiquées dans la figure 5, puis
déduire les valeurs de Cpe1 et Cpe10 suivant le tableau du règlement neige et vent (RNV version
2013) .

-Parois verticales :

FIGURE 8.5 – Légende pour les parois verticales.

144
8.3. Étapes de calcul :

-Toiture plate :
Les toitures plates sont celles dont la pente est inférieure à 4, il convient de diviser la toiture
comme l’indique la figure ci-dessous.

FIGURE 8.6 – Légende pour les toitures plates

Coefficient de pression intérieur Cpi :

Une face d’un bâtiment est considérée comme dominante, lorsque l’aire des ouvertures dans la
dite face est au moins égale à deux fois l’aire des ouvertures et des fuites d’air dans l’autre face
du bâtiment.
Dans le cas de notre bâtiment, il ne possède pas de face dominante donc le coefficient de pression
Cpi est déterminé à partir de la figure 5.14 du règlement neige et vent dit (RNV version 2013)
Avec (h) la hauteur du bâtiment et (d) la profondeur, l’indice de perméabilité donné par :

∑𝑑𝑒𝑠 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑜𝑢 𝐶𝑝𝑒 ≤ 0


ս𝑝 =
∑𝑑𝑒𝑠 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑡𝑜𝑢𝑡𝑒𝑠 𝑙𝑒𝑠 𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠

Moment de renversement :

On Calcul la résultante de toutes les forces horizontales et verticales ainsi que leurs point
d’application, On Calcule le moment de renversement par rapport à un point précis, qui est le
centre de gravité de la structure.

145
8.4. Applications :

La stabilité d’ensemble (Ms) :

Afin d’assurer la stabilité d’ensemble, On doit vérifier l’inégalité suivante :


Ms>1.5Mr

Avec :
Ms : Le Moment stabilisant.
Mr : Le Moment de renversement

8.4 Applications :
-Calcul coefficient de rugosité :

Dans notre cas : Z min ≤ Ze ≤ 200m

𝑧
Donc : Cr (Z) = KT × ln(𝑧 )
0

TABLE 8.4 – Calcul coefficient de rugosité

-Calcul coefficient de turbulence : Dans notre cas : Ze > Z min = 10m

146
8.4. Applications :

TABLE 8.5 – Calcul coefficient de turbulence

-Calcul le coefficient d’exposition au vent Ce (Ze) :

TABLE 8.6 – Calcul le coefficient d’exposition au vent Ce (Ze) :

Calcul le coefficient de pression dynamique (qdyn) :

𝑞𝑑𝑦𝑛 = 𝑞𝑟é𝑓 𝐶𝑒(𝑍𝑒) avec : 𝑞𝑑𝑦𝑛 = 375 𝑁/𝑚²

TABLE 8.7 – Calcul le coefficient d’exposition au vent Ce (Ze) :

147
8.4. Applications :

8.4.1 Sens longitudinal X-X :


Détermination des coefficients de pression :

Paroi verticale :
e = min [b, 2h]= min [ 12.3 , 56.08 ] e=
12.3m
d= 26.1m e=12.3m
donc on aura 5 zones (A, B, C, D, E).

• Pour tous les panneaux de parois verticale : S > 10m2


Donc : Cpe = Cpe10
Le tableau représente les valeurs des pressions sur les parois verticales sens longitudinal :

148
8.4. Applications :

TABLE 8.8 – Valeurs de Cpe pour les parois verticales sens longitudinal.

Donc les zones de pressions et les valeurs respectives des coefficients correspondants à ces zones
sont données par la figure suivante :

FIGURE 8.7 – Valeurs de Cpe pour les parois verticales sens longitudinal.

149
8.4. Applications :

Toiture plate :
• Notre toiture est comme suit :

La hauteur de référence qu’il convient d’utiliser pour les toitures- terrasses avec acrotère est égale
à h+hp .
— • hp : la hauteur de l’acrotère égale à 0,5 m
— • h : la hauteur du bâtiment égale à 28.04 m

TABLE 8.9 – Valeurs de Cpe pour la toiture sens longitudinal.

150
8.4. Applications :

Calcul coefficient de pression intérieur Cpi :

TABLE 8.10 – Surface des ouvertures du bâtiment

On a : h/d = 1.07

Donc Cpi = -0.31

151
8.4. Applications :

8.4.2 Sens transversal Y-Y :

Détermination des coefficients de pression :

Paroi verticale :
e = min [b, 2h]= min [ 26.1 , 56.08 ]
e= 26.1m
d < e dans ce cas on 4 zones ( A ,B, C, D )

• Pour tous les panneaux de parois verticale : S > 10m2


Donc : Cpe = Cpe10

152
8.4. Applications :

Le tableau représente les valeurs des pressions sur les parois verticales sens
transversal :

TABLE 8.11 – Valeurs de Cpe pour les parois verticales sens transversal.

Donc les zones de pressions et les valeurs respectives des coefficients correspondants à ces zones
sont données par la figure suivante :

FIGURE 8.8 – Valeurs de Cpe pour les parois verticales sens transversal.

153
8.4. Applications :

Toiture plate :
• Notre toiture est comme suit :

• Pour tous les panneaux de parois verticale : S > 10m2


Donc : Cpe = Cpe10
Les différentes valeurs de Cpe :

TABLE 8.12 – Valeurs de Cpe pour la toiture sens transversal.

Calcul coefficient de pression intérieur Cpi :

∑𝑑𝑒𝑠 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠 𝑜𝑢 𝐶𝑝𝑒 ≤ 0


ս𝑝 =
∑𝑑𝑒𝑠 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑡𝑜𝑢𝑡𝑒𝑠 𝑙𝑒𝑠 𝑜𝑢𝑣𝑒𝑟𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠

On a : h/d = 1.07 >1

154
8.4. Applications :

Up=0.81
Donc Cpi = -0.31

8.4.3 Calcul de la force du vent F(Ze) :


Une fois que les pressions exercées sur les parois verticales et la toiture sont déterminées, on calcule
les forces horizontales et verticales ainsi que les coordonnées du centre de pression correspondant.
Pour le calcul de la force afférente à chaque surface S j , et à chaque niveau j, on applique la
formule suivante :
Les résultats des forces et des moments dus au vent sont résumés dans les tableaux ci-après :

Sens longitudinal x-x :

TABLE 8.13 – tableau représentant les résultats des pressions dues au vent sur la paroi verticale
dans le sens longitudinal.

155
8.4. Applications :

TABLE 8.14 – les forces et les coordonnées du centre de pression dans les parois dans le sens
longitudinal

Sens longitudinal y-y :

TABLE 8.15 – tableau représentant les résultats des pressions dues au vent sur la paroi verticale
dans le sens transversal.

156
8.4. Applications :

TABLE 8.16 – les forces et les coordonnées du centre de pression dans les parois dans le sens
transversal.

• Stabilité au renversement :

- Pour que notre structure soit stable au renversement induit éventuellement par le vent, il
faudrait que la condition suivante soit vérifiée :
Ms ≥ 1, 5Mr

avec :
— - Ms : Le moment stabilisant.
— - Mr : Le moment de renversement.
— - 1.5 : Coefficient de sécurité.

-Sens longitudinal :

a)-Moment renversant :

Mr=∑𝐹ℎ . 𝑍 + ∑𝐹𝑣 . (𝑑 − 𝑥)
Mr=2117.57kn.m
1.5Mr=3176.354 kn.m

157
8.5. Conclusion :

b)-Calcul du moment stabilisant :


𝑑
Ms=Wt x 2 avec d=26.1m

Wt= le poids total du bâtiment.

Wt=32656.6071 kn

Ms=426168.7 Kn.m

c)-Vérification :

Ms =426168.7 KN. m > 1.5 Mr=32656.6071 KN.m

-Sens transversal :

a)-Moment renversant :

Mr=∑𝐹ℎ . 𝑍 + ∑𝐹𝑣 . (𝑑 − 𝑥)

Mr=6876.3399kn.m

1.5Mr=10314.51 kn.m

b)-Calcul du moment stabilisant :


𝑑
Ms=Wt x 2 avec d=12.3m

Wt= le poids total du bâtiment.

Wt=32656.6071 kn

Ms=200838.13 Kn.m

c)-Vérification :
Ms =200838.13 KN. m > 1.5 Mr=10314.51 KN.m

158
8.5. Conclusion :

8.5 Conclusion :
- Les résultats de l’étude au vent de notre bâtiment on démontré que notre structure est stable vis-
à-vis des forces dues au vent dans les deux directions et ne présent aucun risque de renversement ,
cette stabilité est assurée par le poids propre de la structure, qui est très important comparé à
l’effet du vent .

On remarque aussi que l’effet du vent est négligeable devant l’effet du séisme, donc pour la suite
des calculs on va utiliser les résultats obtenus dans le chapitre précédent (Étude séismique).

159
Chapitre 9

Étude sous charges horizontales

9.1 Introduction :
- Le système de contreventement d’une structure est constitué d’éléments verticaux assurant la
stabilité de la structure, sous l’action des sollicitations horizontales, dans notre cas les
sollicitation due à l’action sismique.

- Dans ce présent chapitre on distribuera ces sollicitations sur les éléments qui assurant le
contreventement du bâtiment. Ceci nous permettra de déterminer les efforts internes dans chaque
élément de contreventement ( moment fléchissant , effort tranchant et l’effort normal ).

9.2 Méthode de calcul :


- Étant donné que notre système de contreventement structural est du type « structure
contreventer par des voiles porteurs en béton armé », les efforts horizontaux sont repris
entièrement par les voiles . Nous sommes amenés à déterminer les sollicitations internes (effort
tranchant, moment fléchissant) aux différents niveaux, engendrées par ces efforts. La méthode la plus
appropriée et offrant des résultats rigoureux est celle de Albiges Glués basées sur l’analyse d’un système
indéformable.

9.2.1 Hypothèses de calcul :

Les conditions d’application de cette méthode sont les suivantes :


— Les planchers sont indéformable horizontalement dans leur plan.
— Les voiles sont assimiles a des consoles parfaitement encastres a leurs bases.

160
9.3. Calcul des efforts horizontaux revenant à chaque voile :

— L’inertie des voiles est constante sur toute la hauteur ou bien la variation de
l’inertie suit la même loi pour tous les voiles.

9.2.2 Principe de la méthode :


- Étant donné que le point d’application de la résultante des efforts horizontaux à chaque niveau
est le centre de gravité de celui-ci, qui ne coïncide pas toujours avec celui du centre de torsion, ce
qui engendre un moment de torsion où la résultante se décompose en deux efforts :
Une flexion qui se traduit par une translation et une torsion qui se traduit par une rotation.

FIGURE 9.1 – Effet de la translation et de la rotation

9.3 Calcul des efforts horizontaux revenant à chaque voile :


- Les efforts sismiques calculés pour chaque niveau et dans chaque sens vont être distribués aux
éléments de contreventement proportionnellement à leur rigidité.
La force sismique d’un élément « i » au niveau « k » est la résultante de :
— Efforts dus à la translation.
— Efforts dus à la rotation.

161
9.3. Calcul des efforts horizontaux revenant à chaque voile :

9.3.1 Efforts dus à la translation :


Ce sont des efforts appliqués à un niveau donné et passant par le centre de torsion :

Sens transversal ( x- x ) :

Sens transversal ( Y- Y ) :

Avec :
Fk : Force sismique au niveau « k ».
Fki : Effort revenant au voile « i » au niveau « k ».

9.3.2 Efforts dus à la rotation :


Sens transversal ( x- x ) :

Sens transversal ( Y- Y ) :

162
9.4. Détermination des sollicitations internes :

FIGURE 9.2 – Représentation des excentricités.

Avec :

Ii : Inertie ou inertie équivalente du voile.


Iw : Inertie polaire.
Xi ou Yi : coordonné du voile repéré par rapport au centre de torsion.
d : distance entre le centre de masse et le centre de torsion.
e : excentricité adoptée.

Remarque :
Les forces sismiques de torsion de signe négatif seront négligées.

9.4 Détermination des sollicitations internes:

163
9.5. Application :
V1 V2

FIGURE 9.3 – La vue en plan identifiant les voiles

9.5 Application :

9.5.1 Calcul des efforts revenants à chaque voile :

TABLE 9.1 – les forces sismique dans les 2 sens

164
9.5. Application :

Sens longitudinal :

1ère position :
e = 1,185 m
Iw= 1237,41 m6

TABLE 9.2 – les Efforts revenants à chaque voiles dans le sens longitudinal ‘’ 1 ère position.”

165
9.5. Application :

166
9.5. Application :

2 ème position :
e = -1,185 m
Iw= 1237,41 m6

TABLE 9.3 – Efforts revenants à chaque voile dans le sens longitudinal ‘’ 2 ème position.”

167
9.5. Application :

168
9.5. Application :

Sens transversal :

1ère position :
e = 1,185 m Iw=
1237,41 m6

TABLE 9.4 – Efforts revenants à chaque voile dans le sens transversal ‘’ 1 ère position.”

169
9.5. Application :

170
9.5. Application :

171
9.5. Application :

2 ème position :
e =- 1,185 m
Iw= 1237,41 m6

TABLE 9.5 – Efforts revenants à chaque voile dans le sens transversal ‘’ 2 ème position.”

172
9.5. Application :

173
9.5. Application :

9.5.2 Les efforts tranchant et le moment fléchissant dans les voiles :


On prendra les efforts max entre les 2 positions.

Sens longitudinal :

174
9.5. Application :

TABLE 9.6 – Les efforts tranchant et le moment fléchissant dans les voiles dans le sens
longitudinal.

175
9.5. Application :

176
9.5. Application :

Sens transversal :

TABLE 9.7 – Les efforts tranchant et le moment fléchissant dans les voiles dans le sens
transversal.

177
9.5. Application :

178
9.5. Application :

179
Chapitre 10

Étude sous charges verticales

10.1 Introduction :
- Dans le chapitre précédent « étude sous charges horizontales » nous avons déterminer les efforts
internes du au charges horizontales .

- Dans ce présent chapitre nous allons déterminer les efforts interne dus aux actions verticales
( charges G et surcharges Q ) dans les éléments porteurs (voiles et les portiques). Ces dernières
(charges G et surcharge Q) cheminement jusqu’aux fondations par l’intermédiaire des éléments
porteurs. Chacun d’entre eux reprend son poids propre, le poids des éléments se trouvant au-dessus
ainsi que les poids des plancher adjacents. Pour calculer les efforts verticaux, on doit déterminer
les surfaces offertes aux éléments, en utilisant la méthode des lignes de ruptures.

10.2 Principe de calcul :

10.2.1 Les voiles :


- En plus du rôle important que joue le voile à savoir la résistance aux efforts horizontaux
sollicitant la structure, il reprend également les charges verticales.

10.2.1.a Méthode des lignes de rupture :

On détermine la surface revenant à chaque élément porteur comme suit :


— On trace des droites de 45(deg) à partir des angles formés par les voiles ou les
poutres, ces droites s’arrêtent lorsqu’elles se coupent entres elles.

180
10.2. Principe de calcul :

— Il faut par la suite relier les points d’intersection pour obtenir des surfaces
trapézoïdales ou triangulaires comme représenté dans les figures suivantes :

FIGURE 10.1 – Schéma des lignes de rupture des différents types de dalle.

- Donc Pour calculer les efforts verticaux, on doit déterminer les surfaces des planchers offertes
aux voiles et aux portiques en suivant le schéma des lignes de rupture montré ci-après .

FIGURE 10.2 – Présentation des lignes de rupture.

181
10.2. Principe de calcul :

10.2.1.b Efforts dus aux charges et surcharges :

Les actions agissant sur le voile se résument pour les charges permanentes (G) à :
— Poids de la surface du plancher revenant au voile sous forme de charge
linéaire.
— Poids propre du voile sur la hauteur d’étage sous forme de charge linéaire.
— - Poids de l’acrotère ou la maçonnerie (selon le niveau).
Pour les charges d’exploitations (Q), les actions se résument au poids de la surface du
plancher revenant au voile sous forme de charge linéaire.

-Terrasse :
Nt(G) = Gvoile × Lvoile + Gacro × Lacro + Gterr × Lterr Nt(Q)
= Qterr × Sterr

-autres niveaux :
Nt(G) = Gvoile ×Lvoile +Gmac ×Lmac +Gec ×Lec +Gbal ×Lbal +Gvole ×Lvole +Gpalier ×Lpalier
Nt(Q) = Qec × Sec + Qbal × Sbal + Qvole × Svole + Qpalier × Spalier

10.2.1.c Efforts dus aux charges et surcharges :


𝑐
𝑁𝑖𝑗𝑐 (𝐺) = 𝑁𝑖𝑗 (𝐺) + 𝑁𝑖(𝑗+1) (𝐺)

𝑐
𝑁𝑖𝑗𝑐 (𝑄) = 𝑁𝑖𝑗 (𝑄) + 𝑁𝑖(𝑗+1) (𝑄)

Avec :

- 𝑁𝑖𝑗𝑐 : Effort cumulé.


- i : indique le voile.
- j : indique le niveau.

La distribution des efforts verticaux se fait suivant toute la longueur du voile ; on détermine la
résultante de ces actions au centre de gravité du voile et à chaque niveau i ( NGi , MGi) puis le
cumule de toutes ces charges à la base . En considérant :
— G : centre de gravité du voile.

182
10.2. Principe de calcul :

— Rg, Rd : Les réactions des poutres qui sont liées au voile à droite et à gauche
respectivement.
— NG, MG : L’effort normal et le moment fléchissant à la base du voile.

FIGURE 10.3 – Charges et sollicitations sur les voiles plains.

10.2.1.d Évaluation des charges et surcharges :

Sens longitudinal x-x :

TABLE 10.1 – Charges reprises par les voiles V2 sous G.

183
10.2. Principe de calcul :

TABLE 10.2 – Charges reprises par les voiles V2 sous Q.

TABLE 10.3 – Charges reprises par les voiles V5 sous G.

184
10.2. Principe de calcul :

TABLE 10.4 – Charges reprises par les voiles V5 sous Q.

TABLE 10.5 – Charges reprises par les voiles V1-3-4-6 sous G.

185
10.2. Principe de calcul :

TABLE 10.6 – Charges reprises par les voiles V1-3-4-6 sous Q.

Sens longitudinal Y-Y :

TABLE 10.7 – Charges reprises par les voiles V7-12 sous G.

186
10.2. Principe de calcul :

TABLE 10.8 – Charges reprises par les voiles V7-12 sous Q.

TABLE 10.9 – Charges reprises par les voiles V9-10 sous G.

187
10.2. Principe de calcul :

TABLE 10.10 – Charges reprises par les voiles V9-10 sous Q.

TABLE 10.11 – Charges reprises par les voiles V8-11 sous G.

188
10.2. Principe de calcul :

TABLE 10.12 – Charges reprises par les voiles V8-11 sous Q.

10.2.1.e Justification du système de contreventement :

• Détermination de la charge verticale totale repris par les voiles :

𝑁𝑣𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 = ∑ 𝑁𝑣𝑖 = 𝑁𝐺 𝑣𝑜𝑖𝑙𝑒 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑠𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑙 + 𝑁𝐺 𝑣𝑜𝑖𝑙𝑒 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑖𝑡𝑢𝑑𝑖𝑛𝑎𝑙

Avec :
Total poids total de structure 20%.

𝑁𝑣𝑖 = Effort normale à la base pour un voile « i ».


𝑁𝑣𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙 =28300.073 kn

Wtotal = 37601.61kn
20%Wtotal = 7520.32kn
Nvtotal = 28300.073 > 20%Wtotal = 7520.32kn

Conclusion :

- Les Voiles reprennent plus de 20% des charges verticales, et selon l’article 3.4.A.2 du RPA
l’action sismique est totalement reprise par les voiles, donc le système de contreventement est «
Contreventement par voiles porteurs ».
189
10.2. Principe de calcul :

10.2.2 Les portiques :


Les charges revenant au portique comprennent ceux du plancher, de la façade, du poids propre des
poutres ainsi que les charges d’exploitation qui sont concernées par la dégression verticale.
Les charges équivalentes sur poutres sont évaluées par la méthode des lignes de rupture .

Détermination des efforts internes :

Afin de pouvoir faire un calcul de béton armé, il faut déterminer les efforts internes. Vu que les
portiques calculés sont des systèmes dont le degré d’hyperstaticité est très grand, le calcul est
complexe et long , pour cette raison on a donc opte pour un calcul automatique par le logiciel «
Autodesk Robot Structural Analysais Professionnel 2016 ».

Pour ces portiques, le calcul se fait sous l’effet de « G », « Q ». Les résultats sont donnés sous
forme de diagramme des moments fléchissant, des efforts normaux et des efforts tranchants dans
les portiques.

190
10.2. Principe de calcul :

Sens longitudinal :

Portique A :

FIGURE 10.4 – diagramme des moments sous G

191
10.2. Principe de calcul :

FIGURE 10.5 – diagramme des moments sous Q

192
10.2. Principe de calcul :

FIGURE 10.6 – diagramme des efforts tranchants sous G

193
10.2. Principe de calcul :

FIGURE 10.7 – diagramme des efforts tranchants sous Q

194
10.2. Principe de calcul :

FIGURE 10.8 – diagramme des efforts normales sous G

195
10.2. Principe de calcul :

FIGURE 10.9 – diagramme des efforts normales sous Q

196
10.2. Principe de calcul :

Sens transversal :

Portique 4 :

FIGURE 10.10 – diagramme des moments sous G

197
10.2. Principe de calcul :

FIGURE 10.11 – diagramme des moments sous Q

198
10.2. Principe de calcul :

FIGURE 10.12 – diagramme des efforts tranchants sous G

199
10.2. Principe de calcul :

FIGURE 10.13 – diagramme des efforts tranchants sous Q

200
10.2. Principe de calcul :

FIGURE 10.14 – diagramme des efforts normales sous G

201
10.2. Principe de calcul :

FIGURE 10.15 – diagramme des efforts normales sous Q

202
Chapitre 11

Combinaisons-d ‘actions

11.1 Introduction :
- Tous les structures sont conçue et calculer dans le but d’assure la sécurité et les durabilités de
ces derniers face à la différente sollicitation due au actions statiques (actions verticales) et
dynamiques (actions horizontales) durant tout leur périodes d’exploitations.

- Dans ce chapitre on procédera à la détermination des sollicitations impose par le BEAL 91 et le


RPA 99 version 2003, concernant le calcul du ferraillage de façon à prévoir les efforts les plus
défavorables contre les quels la structure sera amenée à résister.

11.2 Combinaison d’action dans les voiles :


- Les voiles seront ferraillés à partir des combinaisons d’action entre les charges verticales) et les
charges sismiques. Les combinaisons d’actions sont données par les règlements RPA 99 version
2003 et BAEL 91.

11.2.1 Combinaison du RPA :


- D’après l’article « 5-2 » du RPA : l’action sismiques est considérée comme une action
accidentelle au sens du calcul aux états limites.
- Les combinaisons d’actions à considérer pour détermination des sollicitations et des
déformations de calcul sont :

203
11.2. Combinaison d’action dans les voiles :

11.2.2 Combinaison du BAEL :


- Ce sont des combinaisons qui prennent en compte uniquement les charges permanentes G et les
charges d’exploitation Q, ces dernières sont :

Avec :
G : charge permanente.
Q : surcharge d’exploitation.
E : Action sismiques représentée par ces sollicitations d’efforts tranchant.

11.2.3 Combinaison d’action a considère :


Effort normal :

Moment fléchissant :

204
11.3. APPLICATION :

11.3 APPLICATION :

11.3.1 Sens longitudinal :


Efforts normal

TABLE 11.1 – Résultats des efforts normaux V1-4-3-6

205
11.3. APPLICATION :

TABLE 11.2 – Résultats des efforts normaux V5

TABLE 11.3 – Résultats des efforts normaux V2

206
11.3. APPLICATION :

moment fléchissant

TABLE 11.4 – Résultats des moments fléchissants V1-4-3-6

207
11.3. APPLICATION :

TABLE 11.5 – Résultats des moments fléchissants V5

208
11.3. APPLICATION :

TABLE 11.6 – Résultats des moments fléchissants V2

209
11.3. APPLICATION :

11.3.2 Sens transversal :


Efforts normal

TABLE 11.7 – Résultats des efforts normaux V7-12

TABLE 11.8 – Résultats des efforts normaux V9-10

210
11.3. APPLICATION :

TABLE 11.9 – Résultats des efforts normaux V8-11

-moment fléchissant

TABLE 11.10 – Résultats des moments fléchissants V7-12

211
11.3. APPLICATION :

TABLE 11.11 – Résultats des moments fléchissants V9-10

212
11.3. APPLICATION :

TABLE 11.12 – Résultats des moments fléchissants V8-11

213
11.4. Les portiques :

11.4 Les portiques :


Les combinaisons d’actions à considérer pour la détermination des sollicitations et des
déformations de calcul des poteaux et des poutres sont :

L’ELU : 1,35G+1,5Q
l’ELS : G + Q

Nous considérons le portique le plus sollicité dans le sens longitudinal (Portique A) et le portique
le plus sollicité dans le sens transversal (Portique 4), les résultats sont données sous forme de
diagramme des efforts normaux, des efforts tranchant et des moments fléchissant.

214
11.4. Les portiques :

11.4.1 Sens longitudinal :


ELU

FIGURE 11.1 – diagramme d’effort normal à ELU

215
11.4. Les portiques :

FIGURE 11.2 – diagramme d’effort tranchant à ELU

216
11.4. Les portiques :

FIGURE 11.3 – diagramme des moments à ELU

217
11.4. Les portiques :

ELS

FIGURE 11.4 – diagramme d’effort normal à ELS

218
11.4. Les portiques :

FIGURE 11.5 – diagramme d’effort tranchant à ELS

219
11.4. Les portiques :

FIGURE 11.6 – diagramme des moments à ELS

220
11.4. Les portiques :

11.4.2 Sens transversal :


ELU

FIGURE 11.7 – diagramme d’effort normal à ELU

221
11.4. Les portiques :

FIGURE 11.8 – diagramme d’effort tranchant à ELU

222
11.4. Les portiques :

FIGURE 11.9 – diagramme des moments à ELU


223
11.4. Les portiques :

ELS

FIGURE 11.10 – diagramme d’effort normal à ELS

224
11.4. Les portiques :

225
FIGURE 11.11 – diagramme d’effort tranchant à ELS
11.4. Les portiques :

FIGURE 11.12 – diagramme des moments à ELS

226
Chapitre 12

Ferraillage des éléments principaux

12.1 Introduction :
Dans le chapitre précédent on a calculé les sollicitations qui agissent sur nous éléments
structuraux ( voiles , portiques ) , dans ce présent chapitre on déterminera les sections d’aciers
nécessaires à leur résistances et à leur stabilités. Le calcul des sections sera mené selon les règles
du calcul de béton armé (C.B.A 93) et le règlement parasismique Algérien 99/Version2003).

Les règles C.B.A 93 « Règles de conception et de calcul des structures en béton armé » ont pour
objet de spécifier les principes et les méthodes les plus actuelles devant présider et servir à la
conception et aux calculs de vérification des structures et ouvrages en béton armé, et s’appliquent
plus spécialement aux bâtiments courants.

Les règles R.P.A.99/version 2003 « Règles Parasismiques Algériennes » ont pour but de fixer les
normes de conception et de calcul des constructions en zone sismique, pour des différents types
d’ouvrage.

12.2 Ferraillage des portiques :


— Les poteaux sont soumis à des moments fléchissant, des efforts normaux, des
efforts tranchants et ils seront donc calculés en flexion composée et en effort
tranchant.
— Les poutres sont soumises aux moments fléchissant et des efforts tranchants
donc elles sont calculées en flexion simple et en effort tranchant.

227
12.2. Ferraillage des portiques :

12.2.1 Les poteaux :


Les poteaux sont soumis à des efforts normaux et à des moments fléchissant, qui sont dus à
(G), (Q), ainsi que des efforts tranchants.

Leur ferraillage longitudinal se fera en flexion composée avec une fissuration peu nuisible (ELU).

Tous les poteaux de la structure ont une section droite de mêmes dimensions 35 X 35
cm2

On considère le poteau P1 le plus sollicité.


On adoptera le ferraillage trouvé pour tous les poteaux.

a-Armatures longitudinales :

Conditions à vérifier :
Selon l’article 7.4.2.1 du RPA99 (version2003), les armateurs longitudinales doivent être à haute
adhérence droites et sans crochets :

-Leur pourcentage minimal sera de 0.9% b.h (zone III).


-Leur pourcentage maximal sera de 3% b.h en zone courante et de 6% b.h en zone de
recouvrement.
-Le diamètre minimum est : Фmin=12 mm.
-La longueur minimale de recouvrement est de 50 Ф(Zone III)
-La distance entre les barres verticales dans une surface du poteau ne doit pas dépasser 20 cm
(Zone III).

On a e0 = M/N « (h/6)
Compression centrée :
— Vérification au flambement :

Pas de flambement si : 𝜆 < 50

𝑙𝑓 𝑙𝑓
Avec : 𝜆= = √12
𝑖 𝑎
0.85
𝜆 < 50 α= 𝜆
1+0.2(35)²

228
12.2. Ferraillage des portiques :

— Calcul de la section d’armature :

— Armatures minimales :

Amin = MAX(4U ; 0.2B


100
)
ARPA = 0.9%b.h
Aadop = Max(As; ARP A; Amin)

Résultats :

Selon le CBA.93 (art B.8.3.3.1) : lf =0,7. l0 = 0, 7 ×3, 06 = 2, 142m


𝑙𝑓 𝑙𝑓 0.85
𝜆= = √12 =21.2 < 50 α= 21.2 = 0.79
𝑖 𝑎 1+0.2( )²
35

Br=(0.35-0.02)2 = 0.1089 m2

1.289 0.1089 30 500


𝐴𝑠 = ( 0.79 − ) 1.15 = −1.82 𝑐𝑚²
0.9 1.5

As = −1.82 < 0
Aadop = Max (As; ARP A; Amin)
Aadop = 11.025cm2
TABLE 12.1 – Ferraillage longitudinal du poteau P1

229
12.2. Ferraillage des portiques :

b-ferraillage transversal du P1 :

Selon le C.B.A 93 (Art A.5.1.3) :


— Vérification de la contrainte tangentielle dans les poteaux :
𝑉𝑢
𝜏𝑢 = 𝑏 𝑑 = 0.107 𝑀𝑝𝑎 ≤ ̅̅̅
𝜏𝑢 = 4 𝑀𝑝𝑎

-Diamètre :

Le règlement impose les conditions suivantes : Selon C.B.A 93 (art A.6.4.2)

▪ Φt ≤ min (Φl , h/35 , b/10)

▪ Φt ≤ min (1,4 cm ; 1 cm ; 3.5 cm )

▪ Φt ≤ 10 mm

Espacement :

Nous le calculons par la formule suivante : Selon C.B.A 93 (Art 5.1.2.3)

L’espacement doit vérifier les conditions suivantes :


Stmax ≤ (0.9h; 40cm)

et Pour permettre une bonne mise en place du béton ( passage de vibreur ) :

Stmax ≥7cm

230
12.2. Ferraillage des portiques :

Selon l’Art 7.4.2.2 de RPA99 (version2003) :

tel que :
— Vu : effort tranchant de calcul
— h1 : hauteur totale de la section brute.
— fe : contrainte limite élastique de l’acier d’armature transversale.
— p : est un coefficient correcteur qui tient compte du mode fragile de la
rupture par effort tranchant :

— St : est l’espacement des armatures transversales, elle doit vérifier les


conditions suivantes :
St ≤ 10 cm En zone nodale.
𝑏1 ℎ1
St ≤ min( ; , 10Φl ) En zone courante.
2 2

Résultats :

on prend T8.

Remarque :

selon l’arc 7.4.2.1 RPA99/2003 la zone nodale pour poteau h’=max(he/6 ;b1 ; h1 ; 60 ) = 60cm

231
12.2. Ferraillage des portiques :

-croquis de ferraillage :

FIGURE 12.1 – Schéma du ferraillage du poteau.

232
12.2. Ferraillage des portiques :

12.2.2 Les poutres :


Les poutres sont des éléments non exposés aux intempéries, sollicités par un moment
fléchissant et un effort tranchant ; le calcul sera donc effectué en flexion simple en prenant en
compte une fissuration peu nuisible (FPP), Ainsi le calcul se fait à l’ELU sous la combinaison :
1,35G+1,5Q .

Le ferraillage se fera conformément aux règles du BAEL91 tout en respectant les prescriptions
du RPA2003, sous la plus défavorable des sollicitations obtenues par la superposition des efforts.
- Toutes les poutres de la structure ont une section droite de mêmes dimensions 30 ×40.

12.2.2.1 Ferraillage longitudinal :

Selon le BAEL91 :

Acnf =0.23b0.d.fc28/fe

Selon le RPA2003 :(art 7.5.2.1)

1) Le pourcentage minimal est de : 0.5% b*h en toute section.

2) Le pourcentage maximale est de :


— 4% en zone courante.
— 6% en zone de recouvrement.

3 ) La longueur minimale de recouvrement est de :

50 φ en zone III.

233
12.2. Ferraillage des portiques :

L’organigramme suivant montre le cheminement de calcul pour la flexion simple :

FIGURE 12.2 – Organigramme de la flexion simple.

234
12.2. Ferraillage des portiques :

12.2.2.2 Exemple de calcul :

Ferraillage des poutres longitudinales :

1- Ferraillage longitudinal

TABLE 12.2 – les moments dans le sens longitudinal.

Pour la suite des calculs on choisit :

— En travée : MUTrav max = 0.048MN.m Sur


- appui : MUapp max = 0.133MN.m

a- En travée :

b- appui :

235
12.2. Ferraillage des portiques :

• Condition de non fragilité

• Selon RPA99/ver 2003 :

Les résultats obtenus pour l’ensemble des poutres sont illustrés dans le tableau suivant :

236
12.2. Ferraillage des portiques :

TABLE 12.3 – Ferraillage des poutres dans le sens longitudinal.

TABLE 12.4 – Ferraillage des poutres dans le sens transversal.

2- Ferraillage transversal

a- Vérification de la contrainte tangentielle :

Conformément au BAEL91 , la contrainte tangentielle maximale d’une poutre, dans le cas


d’armatures transversales droites, doit vérifier la condition suivante :

237
12.2. Ferraillage des portiques :

• Sens longitudinal x-x

L’effort tranchant maximal est donné à l’ELU : Vu max = 101,15 Kn.

• Sens transversal Y-Y :

L’effort tranchant maximal est donné à l’ELU : Vu max = 98.97 KN

b- Écartement maximal admissible :

L’écartement entre deux cours successifs d’armatures transversales doit vérifier :


• Selon le BAEL91 :

•Prescriptions du RPA2003.(art 7.5.2.2) : L’espacement maximum entre les armatures transversales est
déterminé comme suit :

Dans la zone nodale : St ≤ min (4 ; 12 ∅𝑙 ) = (10 𝑐𝑚 ; 16.8 𝑐𝑚) → 𝑆𝑡 ≤ 10𝑐𝑚

Dans la zone courante : S’t ≤ = 15 𝑐𝑚
2
On adopte un espacement de 10 cm en zone nodale est de 15 cm en zone courante

la quantité d’armatures transversales minimales est donnée par :


Atmin = 0.003 St b
Zone nodale = 0.9 cm² zone courante = 1.35 cm²

238
12.2. Ferraillage des portiques :

Un cadre et un étrier de diamètre T8 et donc At = 2.01 cm2.

c- Vérification de la flèche :

La vérification de la flèche est donnée par l’article B6.5.2 du CBA 93, pour les éléments
supports reposant sur deux appuis, on a :

avec :

Ev28= 11496.76 MPa


q= 20.76 KN/ml
I=1.6 10−3m4

Remarque :

selon l’arc 7.4.2.1 RPA99/2003 la zone nodale pour poutre l=2h = 80cm

239
12.2. Ferraillage des portiques :

3. Croquis de ferraillage des poutres :

Nous opterons pour un choix unique de diamètres d’armatures longitudinales, satisfaisant l’ensemble
des résultats obtenus, pour toutes les poutres de notre structure .

FIGURE 12.3 – Croquis de ferraillage des poutres .

240
12.3. Les voiles :

12.3 Les voiles :


Les voiles sont des éléments de contreventement soumis à des chargements verticaux (G) et (Q),
ainsi qu’à des forces horizontales (E), dues aux séismes.

Donc le voile est sollicité par un effort normal (N), un effort tranchant (V), et un moment
fléchissant (M) qui est maximum dans la section d’encastrement. Ce qui implique que les voiles
seront calculés en SA et en SDT, et nécessiteront une disposition du ferraillage suivante :
— Dans le plan vertical : des aciers verticaux.
— Dans le plan horizontal : des aciers horizontaux.
— Aciers transversaux.
Les voiles sont calculés en flexion composée ou en compression centré (CBA 93 art. B.8.2) sous
M et N .

12.3.1 Détermination des efforts :


Ils seront calculés en flexion composée (en SA) et en compression centrée (en SDT) avec la
combinaison la plus défavorable entre les trois cas suivants :
— Cas 1 : N max - M correspondant
— Cas 2 : N min - M correspondant
— Cas 3 : M max - N correspondant

12.3.2 Détermination de la nature de la section :


Suivant la position de l’axe neutre et les efforts qui lui sont appliqués, la section peut être :
— Partiellement comprimée « SPC »
— Entièrement comprimée « SEC »
— Entièrement tendue « SET »

-Section entièrement tendue (SET)

Une section est dite entièrement tendue si :


« N » est un effort normal de traction et le centre de pression se trouve entre les armatures.

241
12.3. Les voiles :

-Section partiellement comprimée (SPC) :

Une section est dite partiellement comprimée si :

« N » est un effort de traction et le centre de pression se trouve en dehors des armatures.


« N » est un effort de compression et la condition suivante est vérifiée :
Ubua ≤ 0.48

-Section entièrement comprimée (SEC) :

Une section est dite entièrement comprimée si :

« N » est un effort de compression et la condition suivante est vérifiée :


Ubua ≥ 0.48

242
12.3. Les voiles :

L’organigramme suivant montre le cheminement de calcul pour la flexion composé.

FIGURE 12.4 – Organigramme de la flexion composé

243
12.3. Les voiles :

12.3.3 Ferraillage vertical :


Le ferraillage vertical sera disposé de telle sorte qu’il prendra les contraintes de flexion
composée, en tenant compte des prescriptions composées par le RPA99 VER2003 décrites ci-dessous
:
— Si des efforts importants de compression agissent sur l’extrémité, les barres
verticales doivent respecter les conditions imposées aux poteaux.
— A chaque extrémité du voile, l’espacement des barres doit être réduit de moitié
sur 1/10 de la longueur du voile, cet espacement doit être au plus égal à 15 cm.
— Les barres verticales de ces derniers doivent être munies des crochets à la partie
supérieure. Toutes les autres barres n’ont pas de crochets (jonction de
recouvrement).
— Les barres verticales des zones externes devraient être ligaturées avec des
cadres horizontaux dont l’espacement ne doit pas être supérieur à l’épaisseur
du voile.
— L’effort de traction engendré dans une partie de voile doit être repris en totalité
par les armatures dont le pourcentage minimal est de 0.20% de la section
horizontale du béton tendu.

12.3.4 Ferraillage horizontal :


Armatures horizontales sont des cadres disposés horizontalement sur toute la hauteur du voile
permettant la couture des fissures inclinées à 45(deg) engendrés par l’effort tranchant, ces barres
doivent être munies de crochet à 135(deg) ayant une longueur de 10∅.

12.3.5 Contrainte limite de cisaillement:


Conformément au BAEL 91(Art A.5.1.21) la contrainte tangentielle maximale dans le cas
d’armatures transversales droites, doit vérifier la condition suivante :

𝑉𝑢
𝜏𝑢 = 𝑏 𝑑 ≤ ̅̅̅
𝜏𝑢 = min( 0.2 𝑓𝑐28 ; 5 𝑀𝑃𝐴 )

Selon le RPA 99 ver 2003 Art 7.7.2

1.4 𝑉𝑢
𝜏𝑢 = ≤ ̅̅̅
𝜏𝑢 = 0.2 𝑓𝑐28
𝑏𝑑

-Calcul des armatures :

244
12.3. Les voiles :

Les armatures transversales sont déterminées par la formule suivante :

12.3.6 Pourcentage minimal d’armatures :

Le pourcentage minimum d’armatures verticales et horizontales des voiles est donné par le RPA99
ver2003 :
— Ag ≥ 0.15%.b.h (globalement dans la section du voile )
— Ac ≥ 0.1%.b.h ( en zone courante )
— At ≥ 0.2%.b.h ( en zone tendue )

Et le BAEL 99 :
— Acnf ≥0.23.b.d.ft28/fe
— Amin ≥ max(0.2%.b.h; 4U )

Avec :
U : périmètre de la section considérée (m2) ,4U donnée en (cm2)

12.3.7 Disposition constructive :

Les disposions constructifs réglementaire relatives au choix et à la mise en place des armatures
des voiles sont contenues dans le chapitre 7.7 du RPA 99 Ver 2003 et sont données comme suit
:
— Les deux nappes d’armatures verticales et horizontales doivent être reliées avec au
moins 4 épingles au mètre carré, dans chaque nappe les barres horizontales
doivent être disposées vers l’extérieur.
— Le diamètre des barres verticales et horizontales des voiles (à l’exception des
zones d’about) ne devrait pas dépasser un dixième de l’épaisseur du voile.

— L’espacement S des barres horizontales et verticales doit être : St ≤ min (1.5 a; 30cm)

245
12.3. Les voiles :

12.3.8 Application :
Le calcul du ferraillage ce fait on divisant le bâtiment en trois zones :

— Zone I : niveaux S-sol ;RDC ; 1 .


— Zone II : niveaux 2 ;3 ; 4 ; 5.
— Zone III : niveaux 6 ; 7 ; 8 .

1- Ferraillage longitudinal :V1 Zone I

• 1er cas SDT :

— données :
L = 4.68 m ; h = 3.06 m ; d = 4.212 m ; d’ = 0.468 m ; b0= 0.2 m .

Nu max = 2.321 MN
Mcor = 1.644 MN.m

1-a Calcul de l’élancement mécanique λ :

→ Pas de flambement.
Br = (h − 0.02) × (bo − 0.02) = (4.68 − 0.02) × (0.2 − 0.02) = 0.8388 m2

1-b Détermination des armatures :

As < 0 :
Le béton est capable de résister seul à l’effort de compression, il suffira de disposer les
armatures minimales.
Amin=Max ( 0.2 % b0 h ; 4U )

246
12.3. Les voiles :

avec :

U= (b0 + h) 2 [m]
B = boh [ cm]

Amin= max(18.72 cm2 ; 39.04m)


→ Amin = 39.04cm2

(Répartie sur la totalité de la section du voile )

• 2ème cas SA :

N min =1.232 MN
M cor= 11.735 MN.m

Avec :
e1 =eo+ ea
e1 =9.54 m

2-a Vérification de la flexion composée :

𝐿𝑓 20
= 0.458 < max(15 ; 𝑒1 = 40.77𝑚) pas de flambement
ℎ ℎ

𝑀𝐺
𝛼= = 0.83 < 1
𝑀𝐺 + 𝑀𝑄

247
12.3. Les voiles :

e = e1 + e2.
Avec :

Mu∗ = Nu (e0 + ea + e2)


Mu∗ = Nu.e = 1.6353 × 6.991 = 11.761MN.m
Mu/A = Mu ∗ +Nu (d − h/2)
Mu/A = 14.067Mn.m

2-b Calcul par assimilation à la flexion simple :

248
12.3. Les voiles :

2-C Pourcentage minimum d’armatures :

2- Ferraillage horizontal :

• L’article A.5.1.2 du BAEL91 limite la contrainte de cisaillement comme suit :


𝑉𝑢 0.55 𝑓𝑐28
𝜏𝑢 = 𝑏 𝑑 = 0.2 = 0.653 𝑀𝑝𝑎 ≤ ̅̅̅
𝜏𝑢 = min( 0.2 ; 5 𝑀𝑃𝐴 ) = 4 𝑀𝑝𝑎
4.212 𝛾𝑏

Vérifier

-Selon l’art 7.7.2 duRPA99V2003 ; la contrainte de cisaillement dans le béton est limitée comme
suit :

1.4 𝑉𝑢 1.4 0.55


𝜏𝑢 = = 0.2 = 0.915 𝑀𝑝𝑎 ≤ ̅̅̅
𝜏𝑢 = 0.2 𝐹𝑐28 = 6 𝑀𝑝𝑎
𝑏𝑑 4.212

Vérifier.

At :

Selon le CBA-A.5.1.2.3, les armatures transversales sont déterminées par la formule suivante
:

Avec :

At = 2T10/ml.
Les résultats obtenus pour l’ensemble des voiles aux trois différentes zones sont illustrés dans les
tableaux suivants :

249
12.3. Les voiles :

Sens longitudinale X-X

-Selon RPA2003/99 :

TABLE 12.5 – Vérification des contraintes de cisaillement sens «x-x»

-Selon BAEL99 :
TABLE 12.6 – Vérification des contraintes de cisaillement sens «x-x»

Sens transversal Y-Y

-Selon RPA2003/99 :

TABLE 12.7 – Vérification des contraintes de cisaillement sens «y-y»

250
12.3. Les voiles :

-Selon BAEL99 :
TABLE 12.8 – Vérification des contraintes de cisaillement sens «y-y»

Les contraintes de cisaillement sont toutes vérifiées, Dans ce cas on a des armatures droites.

Soit :
St = 20cm en zone courante.
St = 10cm en zone d’about.

12.3.9 Résultat :
Ferraillage horizontal :

TABLE 12.9 – ferraillage horizontal

Ferraillage vertical des voiles :

sens x-x :

251
12.3. Les voiles :

TABLE 12.10 – Ferraillages des voiles V1/3/4/6

252
12.3. Les voiles :

TABLE 12.11 – Ferraillage de voile V2

253
12.3. Les voiles :

TABLE 12.12 – Ferraillage de voile V5

254
12.3. Les voiles :

Sens y-y :

TABLE 12.13 – Ferraillages des voiles V7/12

255
12.3. Les voiles :

TABLE 12.14 – Ferraillages des voiles V9/10.

256
12.3. Les voiles :

TABLE 12.15 – Ferraillages des voiles V8/11.

257
12.3. Les voiles :

12.3.10 Croquis de ferraillage :

FIGURE 12.5 – Croquis de ferraillage du voile 1

258
Chapitre 13

Infrastructure :

13.1 Introduction :
L’infrastructure est l’ensemble des éléments qui fournissent le cadre pour supporter la structure.
Les fondations constituent des ouvrages de transition entre les éléments porteurs d’une ossature
et le sol. Les fondations ont pour rôle de transmettre les charges provenant de la super structure au
sol soit directement (cas des semelles reposant sur le sol ou radier), soit par l’intermédiaire
d’autres organes (cas des semelles sur pieux par exemple).

Elles doivent assurer deux fonctions essentielles :

— Reprendre les charges et surcharges supportées par la structure.


— Transmettre ces charges et surcharges au sol dans de bonnes conditions, de
façon à assurer la stabilité de l’ouvrage.
— Réaliser l’encastrement de la structure dans le terrain.
— Assurer la liaison avec le sol et répartir les efforts.
— Limiter les tassements différentiels a une valeur acceptable.
Les fondations constituent donc la partie essentielle de l’ouvrage puisque de leurs bonnes
conception et réalisation découle la bonne tenue de l’ensemble.

- La reconnaissance géologique et géotechnique du terrain est indispensable pour l’étude de


l’infrastructure d’une construction, car l’étude des fondations et leurs dimensions dépendent des
caractéristiques physiques et mécaniques du sol.

259
13.2. Étude géotechnique :

13.2 Étude géotechnique :


Reconnaissance du sol :

Quelle que soit l’importance d’une construction, on doit identifier le sol qui supportera les
fondations et pouvoir en estimer la capacité de résistance. Ainsi, tout projet quel qu’il soit doit
commencer par une reconnaissance approfondie du sol, laquelle, le plus souvent doit être
accompagnée par des essais au laboratoire.

Pour notre projet on a ̅̅̅̅̅=2.5


𝜎𝑠𝑜𝑙 bar

13.3 Calcul des fondations :

13.3.1 Définition :
Les fondations doivent non seulement reprendre les charges et surcharges supportées par la
structure mais aussi les transmettre au sol dans des bonnes conditions, de façon assurer la stabilité
de l’ouvrage.

13.3.2 Choix du type de fondation :


Le choix du type de fondation s’effectue en respectant les critères suivants :
— Stabilité totale du bâtiment.
— Solution économique
— La facilité de la réalisation
— Type de construction.
— Caractéristique du sol.
— Charge apportée par la structure.
Les fondations d’une construction peuvent être superficielles ou profondes, le paramètre
permettant de différencier les cas précédent est le rapport D/B.
Avec :
D : la hauteur d’encastrement.
B : la largeur de la fondation.

Si D/B ≤ 4 : Fondation superficielle.


Si 4 ≤ D/B ≤ 10 : Fondation semi − profonde.
Si 10 < D/B : Fondation profonde.

260
13.3. Calcul des fondations :

En ce qui concerne notre ouvrage, deux cas peuvent se présenter :


— Semelle filante.
— Radier général ou nervurer.

13.3.2-1 Semelle filante :

Vériftcation à la stabilité au renversement (RPA99/version2003).

On fera la vérification pour le voile V8 :

N = 2952.432 KN.
M = 19830.05 KN.m
B= 5.3 m
e = 6.72 m > 1.45 m

- Donc la solution des semelles filantes est à écarter, alors on envisage la solution du radier
nervuré comme fondation.
Ce type de fondation présente plusieurs avantages qui sont :
— L’augmentation de la surface de la semelle (fondation) minimise la forte
pression apportée par la structure.
— La réduction des tassements différentiels.
— Néglige les irrégularités ou l’hétérogénéité du sol.
— La facilité d’exécution.

13.3.2-2 Radier nervuré :

Le radier est une semelle générale couvrant toute la surface du sol du bâtiment et peut déborder
en console courante .Il permet une répartition uniforme des charges.
Le radier plan nervuré se constitue de :
— Béton de propreté.
— Dalle avec nervures transversales et longitudinales.
— La dalle est située à la partie supérieure du radier, de ce fait, la dalle renforce
la poutre qui est en forme de T, ce système assure une grande rigidité.

261
13.4. Étude de radier nervuré :

— On conçoit pour la partie de l’ossature se trouvons au-dessous du niveau de base,


un voile périphérique continu entre le niveau du radier et le niveau de base.
— Les nervures seront orientées vers le bas.

13.4 Étude de radier nervuré :

13.4.1 Pré-dimensionnement du radier :


4.1.1 Détermination de la hauteur de la table hr :

Condition forfaitaire :

Lmax : distance entre axe parallèlement aux nervures


Donc : Lmax= 4.7 m
0,235m ≤ hr ≤ 0, 47m

Vériftcation au cisaillement :

On prend le panneau le plus grand tel que :

262
13.4. Étude de radier nervuré :

Lx =4.7 m ; Ly = 3.7 m.
On aura :
P = 0,25 ×1.5 × 4, 7 ×3.7 = 6.52MN.
D J ou :
V ux = 0.54MN
V uy = 0.588MN

hr>0.47m

Vérification de non poinçonnement :

Il n’est plus nécessaire de vérifier la condition de poinçonnement puisqu’il y a des nervures


pour reprendre et répartir les efforts dus aux poteaux et aux voiles

On prend : hr=60cm

4.1.2 Détermination du débord :

Pour des raisons de coffrage, on choisit un débord prescrit par le règlement .

Ldebord ≥ max(30; 30)


Ldebord = 30cm

263
13.4. Étude de radier nervuré :

13.4.2 Caractéristiques géométriques du radier :


La surface :

Sradier = Sbatiment + Sdebord


Sradier = (12.3 + 0.6) × (23.7 + 0.6)
Sradier = 313.47m2

S bâtiment = 291.51m2
S dbord = Sradier − Sbatiment
S dbord = 21.96m2

Et donc les dimensions du radier sont :


Lx=24.3 m
Ly = 12.9 m

Centre de masse du radier :

xttr = 12.15m.
Yttr= 6.45m

Centre de masse de la superstructure :

xstr = 12.16m.
Ystr = 6.42m

Excentricité du radier (par rapport à la structure) :

ex = xstr − xttr = 0.01m


ey = Ystr − Yttr = 0.03m

Calcul des Moments d’inerties de radier :

264
13.4. Étude de radier nervuré :

13.4.3 Détermination des charges et surcharges :


Poids du radier :

Gradier = 470.205t

Poids de Voile périphérique :

Le voile périphérique a une épaisseur égale à 20 cm et de longueur L = 70,8m et une hauteur


de 3,06m.
Gvpere = 94.164t

Poids du remblai :

Gremblais = 120.96t

Poids de la structure :

Gstr = 3206, 34 et Qstr = 390.58 t

sous sol+1/2 RDC :

G=504.078 t
Q=85.095 t
Donc nous déduisons :
Gtot = Gremblais + Gvpere + Gradier + Gstr Gtot
= 4395.747 t
Qtot = Q1/2RDC+SS + Qstr Qtot
= 475.675 t

13.4.4 Évaluation et vérification des contraintes sous le radier :


Les contraintes transmises au sol par le radier devront être compatible avec le risque de rupture
du sol situé sous le radier.
La résultante des charges verticales ne coïncide pas avec le centre de gravité de l’aire du radier,
donc les réactions du sol ne sont pas uniformément réparties, leurs diagramme est triangulaire ou
trapézoïdale.
Dans notre cas la valeur de la contrainte de référence est donnée par la formule suivante :

265
13.4. Étude de radier nervuré :

Les contraintes sous le radier :

FIGURE 13.1 – La contrainte maximale et minimale

FIGURE 13.2 – Surface de contact avec le sol

Pour les semelles soumises à des moments dans deux directions perpendiculaires
simultanément (flexion bi-axiale), on aura une répartition complexe des contraintes sur le sol
suivant les valeurs des deux excentricités (ex, ey).

On obtient une surface de contact avec le sol qui a l’allure de la figure ci-après.

266
13.4. Étude de radier nervuré :

Le radier est sollicité par les efforts suivants :


— Efforts normaux dus aux charges verticales.
— Moments d’excentricités dus aux charges verticales.
— Moments de renversement dus au séisme.

13.4.4.1 Détermination des efforts

• Efforts normaux :

TABLE 13.1 – Efforts normaux

267
13.4. Étude de radier nervuré :

• Moments d’excentricité :

TABLE 13.2 – Moments d’excentricités.

13.4.4.2 Moments sismique :

ME = M0 + (V0 X Z)
Avec :
• V0 : effort tranchant à la base du RDC.
• M0 : moment sismique.
• Z : hauteur de l’infrastructure égale à 3.06 m

268
13.4. Étude de radier nervuré :

Sens longitudinal X-X

MEL = M 0 + (V 0 X Z) = 6129.1 + (332.42 X 3.06)


MEL = 7146, 3 t.m

Sens transversal Y-Y

MET = M 0 + (V 0 X Z) = 6196.1818 + (336.1 X 3.06)


MET = 7224, 64 t.m

13.4.4.3 Vérification des contraintes :

Les contraintes obtenues devront vérifier dans les deux directions les conditions suivantes :

dX = lx/2 = 12.15 m.
dY = ly/2 = 6.45 m.

269
13.4. Étude de radier nervuré :

TABLE 13.3 – Valeurs des contraintes dans le sens longitudinal.

TABLE 13.4 – Valeurs des contraintes dans le sens transversal

Vérification :

Nous avons opté précédemment pour une contrainte admissible du sol 𝜎𝑠𝑜𝑙 = 25𝑡/𝑚²,
qui en aucun cas ne doit être dépassée par les contraintes moyennes calculées sous les différentes
combinaisons d’action :

A l’ELU : 𝜎𝑚𝑜𝑦 = 21.381 𝑡/𝑚² < = ̅̅̅̅̅


𝜎𝑠𝑜𝑙 = 37.5𝑡/𝑚²,
A l’ELS : 𝜎𝑚𝑜𝑦 = 15.668 𝑡/𝑚² < = ̅̅̅̅̅
𝜎𝑠𝑜𝑙 = 25𝑡/𝑚²,

Conclusion :

Toutes les contraintes de références ainsi que celles obtenues aux angles du radier sont
inférieures aux contraintes admissibles.

270
13.4. Étude de radier nervuré :

13.4.4.4 Stabilité au renversement :

Sa vérification est donnée par la formule suivante :

Ms : moment stabilisant ; qui tient compte du poids de la structure ainsi que celui du radier et
du remblai.
Mr : moment de renversement du aux forces sismiques rapportées à la base de l’infrastructure.

Sens longitudinal X-X

Ms = W (Vx – ex) = 4395.747 X (12.15 - 0.01)= 53364.37 t.m


Mr = MEL = 7146,3 t.m

Sens transversal Y-Y

Ms = W (Vy – e y) = 4395.747 (6.45 – 0.03)= 28220,7 KN.m


Mr = MET = 7224.64 t.m

La structure est stable vis-à-vis du renversement.

271
13.4. Étude de radier nervuré :

13.4.4.5 Vérification à l’effort hydrostatique

Pour qu’il n’y ait pas de soulèvement sous l’effet de la pression hydrostatique, il faudrait que :

272
13.5. Ferraillage du radier :

13.5 Ferraillage du radier :


Le radier sera calculé comme un plancher renversé dont les appuis sont constitués par les voiles et
de l’ossature, les panneaux seront calculés comme des dalles appuyées sur 4 cotés et chargés par les
contraintes dues au réaction du sol, en tenant compte des ventilations des moments selon les
conditions données par le BAEL 91, le ferraillage sera calculé avec fissuration préjudiciable.

13.5.1 Détermination des moments isostatiques :


Concernant les dalles rectangulaires librement appuyées sur leurs contours, nous distinguons
deux cas :
0 <ρ< 0,4  la dalle porte sur un sens.
0,4 ≤ρ≤ 1  la dalle porte sur deux sens.
lx
Avec :  =
ly

Ix : petit coté du panneau.


Iy : grand coté du panneau.

Les chargements des panneaux du radier seront équivalents aux contraintes moyennes calculées
diminuées des contraintes induites par le poids propre du radier, et ce comme suit :

TABLE 13.5 – Valeurs des qu

273
13.5. Ferraillage du radier :

Les moments fléchissant développés au centre du panneau ont pour valeurs :

• Dans le sens de la petite portée : M x = μ x .q.L2x .


• Dans le sens de la grande portée : M y = μ y .M x .

On utilise les tables du C.B.A 93 pour déterminer les cœfficients Ux et Uy en fonction du rapport
p et du coefficient de poisson du matériau.
Pour prendre en compte la continuité des dalles le C.B.A 93 propose les formules suivantes :

M appui 0,3 Mo (appui de rive)

0,5 Mo (appui intermédiaire)

M travée 0,85 Mo (dalle de rive)

0,75 Mo (dalle intermédiaire)

Résultat :

• Calcul des moments

Les valeurs obtenues sont représentées dans les tableaux suivants :

ELU :

TABLE 13.6 – Les moments développés au centre des panneaux à l’ELU.

274
13.5. Ferraillage du radier :

ELS :

TABLE 13.7 – les moments développés au centre des panneaux à l’ELS.

•Ventilation des moments

TABLE 13.8 – Les moments de continuité des panneaux à l’ELU.

TABLE 13.9 – Les moments de continuité des panneaux à l’ELS.

275
13.5. Ferraillage du radier :

13.5.2 Ferraillage des panneaux du radier :


Le ferraillage est calculé en flexion simple, en FP pour une bande de 1m. Le calcule se fera à
l’ELU et a L’ELS .

Pourcentage minimal d’armature :

suivant le petit côté :Amin ≥ 0.0008 b.h[(3 − p)/2]

suivant le petit côté : Amin ≥ 0.0008 b.h

Avec :

b = 1 m.
h = hr = 0,6 m.

Espacement maximal :

L’espacement entre barres d’armatures devra vérifier l’article A-8.2.4.2 du C.B.A 93 :

 (3hr et 33cm) = 33cm dans la direction la plus sollicitée


St  S t = min 
(4h et 40cm) = 40cm dans l' autre direction

Les résultats du ferraillage obtenus sont représentés dans les tableaux suivants, et ils sont en
(cm2/ml).

276
13.5. Ferraillage du radier :

TABLE 13.10 – Ferraillage des panneaux du radier (Sens x-x).

TABLE 13.11 – Ferraillage des panneaux du radier (Sens y-y)

Espacement adopté

Sur appuis on prend : St = 20 cm. En


travée : St = 20cm

277
13.6. Ferraillage du débord :

13.6 Ferraillage du débord :


Le débord sera assimilé à une console de longueur 0,3m pour laquelle le ferraillage sera effectué
pour des bandes de 1m.

Avec :

h= 0,60m
d= 0,57m
b= 1m
qu = 0.199t/m2
qser = 0.142t/m2

Nous déduisons les moments à l’appui du débord à partir des contraintes auxquelles est soumis
le radier :

Les armatures suivant la longueur de la console seront déterminées à partir des moments par un
calcul en flexion simple, nous aboutissons aux quantités d’armatures suivantes :
Au = 0.36cm2
Aser = 0.64cm2

Nous remarquons que la section d’armature trouvée est beaucoup plus faible que celle
obtenues aux appuis de rive des panneaux du radier.

Donc le ferraillage du débord sera fait par prolongement des armatures adoptées pour les
panneaux.

278
13.6. Ferraillage du débord :

13.6.1 Croquis du ferraillage radier

FIGURE 13.3 – Ferraillage du radier coupe A-A

FIGURE 13.4 – Ferraillage du radier sur appuis

279
13.6. Ferraillage du débord :

FIGURE 13.5 – Ferraillage du radier en travée

280
13.7. Étude des nervures :

13.7 Étude des nervures :

13.7.1 Évaluation des charges :


Les charges réparties linéairement sur les travées des nervures sont évaluées par la méthode
des lignes de rupture.
Les charges réparties sont triangulaire et trapézoïdale donc les charges uniformément réparties
équivalentes sont données par les formules suivantes :
— Pour le calcul du moment fléchissant

— Pour le calcul de l’effort tranchant

Pour la nervure longitudinale « C » on a le schéma suivant :

FIGURE 13.6 – Mode d’appui de la nervure

281
13.7. Étude des nervures :

— Effort tranchant :

TABLE 13.12 – Chargement équivalent exercé sur la travée « 1 »

TABLE 13.13 – Chargement équivalent exercé sur la travée « 2 »

282
13.7. Étude des nervures :

— Moment fléchissant :

TABLE 13.14 – Chargement équivalent exercé sur la travée « 1 »

TABLE 13.15 – Chargement équivalent exercé sur la travée « 2 »

283
13.7. Étude des nervures :

13.7.2 Détermination des sollicitations internes dans les nervures :


Les moments fléchissant et les efforts tranchants en travée et sur appuis :

FIGURE 13.7 – effort tranchant dans les nervures à l’ELU

FIGURE 13.8 – moment fléchissant dans les nervures à l’ELU

FIGURE 13.9 – moment fléchissant dans les nervures à l’ELS

284
13.7. Étude des nervures :

13.7.3 Dimensionnement des nervures :


Le dimensionnement des nervures se fera conformément aux prescriptions du BAEL 91(E, II, 5,2)
relatives au dimensionnement des sections.
• h0 : correspond à l’épaisseur du radier
• b0 : correspond à la plus grande dimension de poteau .

b0= 35cm

• b1 : cette longueur à prendre en compte de chaque côté de la nervure à partir de son parement,
est limité par la plus restrictive des conditions suivantes :
— le sixième de la distance entre points de moment nul, pour le cas d’une poutre
continue cela équivaut à prendre ; le dixième de la portée.
— la moitié de l’intervalle existant entre deux parallèles Consécutives .

Avec :
lt : entre nus des nervures de poutres. li :
portée de la travée considérée.
Donc :

On prend :

b : la largeur totale, elle sera donc :


b=b0 + 2b1 = 127cm → b = 130cm

285
13.7. Étude des nervures :

h : la hauteur totale de la section ; elle sera déterminée par les deux conditions suivantes :

• Condition de cisaillement :

Avec : d = 0,9h
V=1.29Mn
h ≥ 1.4m

• Condition de rigidité :

𝜋 4 4𝐸𝐼
𝑙𝑖 ≤ × 𝑙𝑒 𝑎𝑣𝑒𝑐 ∶ 𝑙𝑒 = √
2 𝐾𝑏

• li : distance maximale entre appui


• le : longueur élastique
• E : module d’élasticité du béton
• b : largeur totale de la section en Té
• K : coefficient de raideur du sol
• I : inertie de la section

bh 3
Nous supposons la section rectangulaire ce qui implique I=
12

K = 50 MN/m3 li = 4.7 m
vérifier .

Conclusion :

À l’issue de la vérification de ces conditions on prendra :


h = 1,40m

286
13.7. Étude des nervures :

13.7.4 Ferraillage des nervures :


La fissuration étant préjudiciable, le ferraillage se fait à l’ELU et à l’ELS. On prend les
sollicitations max :

TABLE 13.16 – les sollicitations dans le sens X-X en (MN .m)

13.7.4.1 Ferraillage longitudinal :

ELU :

— en travée :

287
13.7. Étude des nervures :

— sur appuis :

ELS :

— en travée :

288
13.7. Étude des nervures :

— sur appuis :

Les sections d’armatures à retenir sont celles qui sont obtenues à l’ELS. Donc le ferraillage
longitudinal est le suivant :

289
13.7. Étude des nervures :

13.7.4.2 Ferraillage transversal :

• Vérification de la contrainte de cisaillement :

La contrainte de cisaillement  u max doit vérifier la condition :

Vu max 1.289
 u max = = = 2.923MPA
b0  d 0.35  1..26
  max   vérifiée
0.15  f c 28
 = min( ;4 MPA) = 3MPA
b

• Calcul des armatures de cisaillement :

Le règlement impose la condition suivante :

t  min (min ; h/35 ; b/10)  t  min (10 ; 40 ; 130)


On prend t = 10 mm

Donc on aura : At = 4 T 10 = 3.14 cm²

• Calcul des espacements St :

L’espacement de calcul est déduit de l’inégalité suivante :

L’inégalité devient :

290
13.7. Étude des nervures :

• Prescription du RPA 2003 (Art 7-5-2-2) :

L’espacement maximum entre les armatures transversales est déterminé comme suit :

En zone nodale : S t max = min( h / 4 ; 12 ; 30 cm) = 12cm


En zone courante : S t max = h / 2 = 70cm

On prend alors :
St=10 cm en zone nodale.
St=15 cm en zone courante .

• Armatures de peau (art.A.4.8.3)

Afin de limiter la fissuration de retrait des retombées de poutres, des armatures de peau sont à
mettre en œuvre :
Section des armatures de peau ≥ 3cm2/m de parement ( 2 × retombée + largeur)
3× (2 0.8 + 0.35) = 5.85 𝑐𝑚2 on prend 4t14
13.7.5 Croquis de ferraillage :

FIGURE 13.10 – Les Schéma de ferraillages des nervures en travée.

291
13.7. Étude des nervures :

FIGURE 13.11 – Les Schéma de ferraillages des nervures sur appuis.

292
13.8. Calcul du voile périphérique :

13.8 Calcul du voile périphérique :

13.8.1 Dimensionnement du voile périphérique :


D’après l’article 10-1-2 du RPA2003, l’épaisseur minimale du voile est de 15cm, et d’après l’article
7-7-1 du RPA2003, l’épaisseur du voile est déterminées en fonction de la hauteur libre du sous-sol
et des conditions de rigidité aux extrémités :

a ≥ max (he/25, he/22, he/20)

-conclusion :
a≥ max (13.33cm; 15cm)

On prend : a=20 cm
Les voiles d’infrastructures assurent :
— L’encastrement de la structure dans le sol.
— Augmentation de la rigidité de la structure.
— Protection contre les eaux agressives.
— Mur de soutènement.

Préconisation du RPA 99(version2003) : (Art-10-1-2)

Le voile doit avoir les caractéristiques suivantes :


— Les ouvertures dans ce voile ne doivent pas réduire sa rigidité d’une manière
importante.
— Les armatures sont constituées de 2 nappes Étude de l’infrastructure.
— Le pourcentage minimum est de 0,1% de la section et dans les deux sens
.
— Épaisseur ≥ 15cm.

293
13.8. Calcul du voile périphérique :

13.8.2 Détermination des contraintes :


Le voile est soumis aux contraintes suivantes :

Une contrainte permanente due à la poussée des terres  g (z )


Une contrainte éventuelle d’exploitation  q = 2.5 KN / m²

 g ( z) = K 0   h  Z

Avec :

K0 : Coefficient des terres au repos. K0 = 0.5


 h : Poids volumique humide du sol.  h = 18 KN / m 3
Z : Profondeur considérée.

 0 pour Z = 0 m
Nous trouvons :  g ( z ) = 
27.54 KN / m pour Z = 3,06m
3

Les contraintes totales aux quelles est soumis le voile d’infrastructure deviennent alors :

ELU :

ELS :

294
13.8. Calcul du voile périphérique :

13.8.3 Ferraillage du voile périphérique :


Le calcul sera effectué pour le panneau le plus sollicité en adoptant le même principe que celui des
dalles. Les voiles sont considérés sollicités en flexion simple avec une fissuration préjudiciable (on
prendra une bande de 1 mètre de largeur).
Pour le panneau le plus sollicité :
Lx = 2.66m
Ly = 4.7m

lx
• = = 0,566 0.4    1 Le panneau porte sur les deux sens.
ly
• M 0 x =  x   moy  l ² x Dans le sens de la petite portée.

• M0y = y.M0x Dans le sens de la grande portée

• Les valeurs de  x,  y .sont données par le C.B.A 93.

 M t = 0.85M 0
Ventilation des moments 
M app = 0.3M 0

Résultats :

Les valeurs obtenues sont représentées dans les tableaux suivants :

• Calcul des moments :

TABLE 13.17 – les moments développés dans le panneau le plus sollicité

295
13.8. Calcul du voile périphérique :

• Ferraillage minimal :

Selon le RPA99 (version2003) (Art. 10.1.2), le pourcentage minimal des armatures et de 0.1%
dans les deux sens et en deux nappes ce qui nous donne :

ARP A = 0, 1.b.h/100.

Selon le C.B.A 93, le ferraillage minimal est de :

Aminx ≥ 0, 0008((3 − p)/2).b.h


Aminy ≥ 0, 0008.b.h

• Ferraillage :

TABLE 13.18 – ferraillage du voile périphérique à ELU

296
13.8. Calcul du voile périphérique :

TABLE 13.19 – ferraillage du voile périphérique à ELS

Ferraillage vertical :

-Sens x-x :

Travée :Aadop = 3.49cm2/ml


Appui : Aadop = 2.32cm2/ml

Ferraillage horizontal :

-Sens Y-Y :

Travée :Aadop = 2cm2/ml


Appui : Aadop = 2cm2/ml

-Ferraillage adopté :

Ferraillage vertical :

Av = 3.49cm2/ml

On adopte : 5T10(e=20cm).
297
13.8. Calcul du voile périphérique :

Ferraillage horizontal :

Ah = 2 cm2/ml

On adopte : 5T10(e=20cm).

13.8.4 Croquis de ferraillage :

FIGURE 13.12 – Schéma de ferraillage du voile périphérique.

298
Conclusion et perspectives

Ce projet de fin d’études nous a permis de synthétiser et de lier les différentes connaissances
théoriques générales acquises durant l’ensemble des années d’études, ainsi que de se familiariser
avec les différents règlements en vigueur dans le domaine du bâtiment.

Cette expérience nous a amené à mieux connaître les étapes nécessaires de l’étude d’un bâtiment
en béton armé et de bien comprendre le comportement des différents éléments de l’ouvrage afin
de pouvoir appliquer les règlements indispensables.

Nous sommes conscients que ce travailler n’est pas suffisant pour être de bons ingénieurs , qu’il
reste beaucoup à faire , cependant grâce à l’aide du dieu , le travail et la volonté nous pourrons
atteindre notre objectif .

Enfin, nous espérons que ce modeste travail pourra être utile aux prochaines promotions.

299
Références bibliographiques

Règlements
— Règles parasismique algériennes (RPA99/ver2003)
— Règles béton armée aux états limites BAEL91
— Règles de conception et de calcul des structures en béton armé CBA93 .
— également neige et vent RNV 2013
Cours F/GC USTHB :
— Cours de dynamique des structures « FGC » USTHB.
— Cours de vent « FGC » USTHB.
— Cours de bâtiment « FGC » USTHB.
— Cours de génie parasismique « FGC » USTHB.
— Cours de résistance des matériaux « FGC » USTHB.
Logiciels et programmes :
— AutoCAD 2016 (Dessin).
— ROBOT 2016 (Analyse des structures et modélisation).
— Office 2010 (Word ; Excel et PowerPoint).
Les thèses :
— ETUDE D’UN BATIMENT R+8+1S/SOL A USAGE D’HABITATION
CONTREVENTE PAR DES VOILES PORTEURS 2018
— ETUDE D’UN BATIMENT A FORME IRREGULIERE R+9 A BASE FIXE
ET SUR APPUIS PARASISMIQUES 2019
— ETUDE D’UN BATIMENT (R+9+1S/SOL) A USAGE D’HABITATION
CONTREVENTE PAR DES VOILES PORTEURS 2019
— ETUDE D’UN BATIMENT R+9+1 SOUS-SOL A USAGE D’HABITATION
CONTREVENTE PAR DES VOILES PORTEURS 2019

300
Résumé — Résumé
Mots clés : Mots clés

USTHB
USTHB

Vous aimerez peut-être aussi