Vous êtes sur la page 1sur 15

PUR PROJET : UN NOUVEAU MODELE

DE COMPENSATION CARBONE

DOSSIER DE PRESSE
P U R P R O J E T
2011 ANNÉE INTERNATIONALE DES FORETS

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
Pur Projet est une organisation de préserva-
tion du climat par la reforestation et la conser-
vation forestière communautaires. L’entre-
prise propose des solutions novatrices de
compensation carbone à travers une triple appro-
che environnementale, économique et sociale :

• Les plantations d’arbres selon les principes de


l’agroforesterie associent la protection des éco-
systèmes à la souveraineté alimentaire et au dé-
veloppement socio-économique des popula-
tions locales fragilisées par la mondialisation;

• Les actions de conservation REDD et REDD+


(conservation forestière et déforestation évitée) sont
uniquement mises en œuvre par des organisations
autonomes et solidaires de petits producteurs agri-
coles ou par des communautés de peuples premiers.

L’objectif de Pur Projet est de développer ainsi un «


carbone social » - ou encore « carbone équitable »
qui maximise les bénéfices directs des populations
locales. Ce modèle novateur a pour avantage de
palier les déficits sociaux généralement rencontrés
dans les mécanismes de compensation carbone.
Pur Projet développe des programmes de grande am-
pleur : déjà 2,5 millions d’arbres plantés selon les princi-
pes de l’agroforesterie et 400 000 hectares en conces-
sions communautaires forestières de préservation.

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
PUR PROJET : Il existe pourtant des techniques agroécologi-
ques comme l’agroforesterie qui permettent de
UN NOUVEAU MODELE combiner harmonieusement la préservation des
DE COMPENSATION CARBONE forêts et le développement agricole. Pur Projet
s’est spécialisé dans ce domaine en partenariat
avec des petits producteurs du monde entier et
des communautés de peuples premiers qui par-
La Forêt comme ligne directrice
tagent cette vision et maîtrisent ces techniques.
2011 a été proclamée « Année Internationale de la Fo-
rêt» par l’assemblée générale des Nations Unies dans Les petits producteurs, une solution de
l’objectif de « renforcer les initiatives visant à promouvoir par le monde
la gestion durable, la préservation et le développement
des forêts. » Une occasion pour chacun, entreprise Les petits producteurs et leurs familles représentent
ou particulier, de prendre conscience de l’importance 4,2 milliards d’individus soit deux tiers de la population
du rôle des forêts et de ses multiples interdépendan- mondiale. Ils sont en mesure, s’ils sont soutenus finan-
ces avec la fertilité des sols, le cycle de l’eau, la biodi- cièrement, de lutter efficacement contre le réchauf-
versité, le climat, ou encore les rendements agricoles. fement climatique grâce aux modèles agroforestiers
qui intègrent les arbres à leurs cultures existantes.
Cette sensibilisation est de première impor- Avec une telle approche, l’agroforesterie ap-
tance car chaque année, treize millions d’hecta- porte de multiples co-bénéfices sociaux et en-
res de forêts disparaissent de la surface du glo- vironnementaux, bien au delà de la simple ac-
be du fait de l’activité de l’homme, soit un rythme tion de lutte contre le réchauffement climatique.
effréné de 100 mètres carrés à la seconde. Cette
déforestation est principalement liée à l’’agriculture : Avec une réalisation effective à ce jour de
− 60 % de la déforestation sont dus au dévelop- 2,5 millions d’arbres plantés selon les prin-
pement des cultures agricoles intensives agro- cipes d’agroforesterie, Pur Projet prouve la
industrielles (soja, huile de palme, maïs...) complémentarité entre le développement so-
− 30 % supplémentaires résultent de l’action des petits ex- cio-économique de petits producteurs et la
ploitants agricoles pour développer leurs cultures vivriè- préservation de la forêt, là où les deux sont
res et leurs ressources énergétiques (bois de cuisson) souvent présentés comme étant opposés.

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
Pur Projet, une approche holistique de la • Une valeur ajoutée unique : « l’insetting »
compensation carbone
« L’insetting » est une approche innovante dé-
• Pur Projet travaille sur l’intégralité de la chaîne veloppée par Pur Projet. Elle consiste à intégrer
carbone d’une organisation et de ses produits ou les mécanismes de réduction et de compensa-
services tion de l’impact environnemental au sein même
des filières produits et services des partenaires.
- Bilans Carbone et calcul d’empreintes environne- A la différence de « l’offsetting » (compensa- La dimension Intégrale de Pur Projet
mentales multicritères : réalisation de Bilans Carbone tion carbone), où les actions de compensation
d’entreprises, sous licence de l’ADEME, et suivant la ont lieu dans un endroit distinct et via des ac- - Intégrale car intégrée à la totalité de la chaîne de
norme ISO 14 064; calculs d’impacts produits multi- teurs et des techniques décorrélés de l’activi- management du carbone, depuis l’évaluation car-
critères (CO2, eau, énergie...) et accompagnement à té, « l’insetting » intègre le mécanisme carbone bone jusqu’au développement des projets de com-
l’affichage environnemental; dans la dynamique commerciale de l’entreprise. pensation directement par les populations locales;
- Accompagnement dans la réduction des émissions Cette approche comporte de nombreux bénéfi-
carbone, après la réalisation du Bilan Carbone et ces : cohérence, pérennité de l’action par une - Intégrale car Pur Projet développe des projets
avant toute proposition de compensation meilleure appropriation de l’entreprise et des col- qui prennent en compte l’intégralité des enjeux
- Proposition de compensation des émissions carbone laborateurs, réponse aux attentes des consom- : économiques, sociaux et environnementaux;
restantes par le développement de projets forestiers mateurs, augmentation de la valeur ajoutée et
communautaires de grande ampleur, appréhendés sur différenciation sur le marché des produits et des - Intégrale car Pur Projet intègre l’action de
le long terme (40 ans) services, participation active et évolutive de l’entre- compensation dans les filières des partenai-
prise à la préservation du climat et de la biodiversité. res pour donner plus de cohérence et pé-
• Pur Projet crée et développe des projets de com- renniser les engagements (« insetting »);
pensation carbone complémentaires A l’opposé du mécénat, souvent déconnec-
té de l’activité de l’entreprise, «l’insetting» - Intégrale car Pur Projet invite tous les ac-
- Reforestation communautaire des zones déforestées vient renforcer l’engagement et la stratégie teurs à s’engager et à intégrer la démar-
et des aires dégradées. de l’entreprise au cœur même de son métier. che : tout le Monde est invité à évoluer.
- Préservation communautaire des forêts primaires et Ce modèle « d’insetting » a été développé au Pé-
des réserves de biodiversité encore intactes rou et en Thaïlande pour Alter Eco et E.Leclerc, au
Honduras et au Ghana pour les Chocolats Halba.

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
PRESERVER LE CLIMAT PAR LA
REFORESTATION ET LA CONSERVATION
FORESTIERE COMMUNAUTAIRES

Reforestation et conservation de la forêt :


deux approches complémentaires

• Reforestation de zones dégradées • Conservation forestière de vastes zones de


forêts primaires et secondaires menacées
Pur Projet développe des modèles agroforestiers
combinant reforestation et renforcement des sys-
tèmes agricoles en place. Formés par des ingé- Pour protéger les forêts, véritables banques mon-
nieurs agronomes, les producteurs locaux assurent diales de biodiversité, d’eau et de carbone séques-
la plantation et le suivi des arbres sur le long terme. trés, poumons de la planète et régulateurs du climat,
Les arbres rendent de nombreux services grâce à Pur Projet développe avec les populations locales
leur influence positive sur les propriétés de l’écosys- des projets complémentaires de conservation fo-
tème: ombrage des cultures, augmentation des ren- restière. Les activités développées sont multiples :
dements agricoles à l’hectare, fertilisation des sols, inventaire de la faune et de la flore, tracé de che-
lutte contre l’érosion, fixation de l’azote, réduction mins, observatoires, création de postes de gardes
de l’effet de serre par séquestration de carbone, pré- forestiers, éco-tourisme en bordure des forêts, dé-
servation des ressources en eau et de la biodiversité. veloppement d’activités socio-environnementales.

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
Un portefeuille de projets forestiers
communautaires dans différentes
régions du monde

• Les Pur Projets reposent sur un réseau de


coopératives partenaires expérimentées :

Pur Projet est né sous l’impulsion de Tristan Lecom-


te, fondateur d’Alter Eco, entreprise pionnière du Des co-bénéfices multiples
commerce équitable, et repose sur la dynamique de pour l’homme et l’environnement
son réseau composé de 50 organisations soit plus
de 150 000 planteurs répartis dans 30 pays du Sud : Les activités de reforestation et de préservation :

- Un réseau maîtrisant la culture agrofores- - Répondent aux besoins des petits producteurs;
tière, adaptée à la taille de leurs exploitations - Augmentent et diversifient les revenus des produc-
- Un réseau rodé aux exigences de la traçabi- teurs, en leur apportant notamment une visibilité à
lité : certifiés BIO dans la grande majorité et FLO long-terme;
(Max Havelaar), les petits producteurs connais- - Préservent la souveraineté alimentaire des popula-
sent les exigences de la certification, de la traçabi- tions locales;
lité et les principes de développement durable. Ils - Favorisent la préservation de la biodiversité et des
sont sensibles aux problématiques environnemen- écosystèmes régionaux;
tales et sociales. Ils sont visionnaires et engagés. - Facilitent le stockage de l’eau et la régulation de la
- Un réseau de coopératives partenaires expérimen- pluviométrie et du cycle de l’eau;
tées qui a déjà fait ses preuves tant au niveau indi- - Evitent l’érosion et l’épuisement des sols;
viduel que collectif : les petits producteurs sont les - Stockent du carbone et luttent ainsi contre le ré-
premiers producteurs mondiaux. Ils excellent dans la chauffement climatique;
plantation, le suivi des cultures, la préparation et l’ex- - Augmentent la formation des nuages, favorisant la
portation des récoltes. Aujourd’hui, ils appliquent ce sa- réverbation des rayons solaires, atténuant ainsi le
voir-faire dans la plantation d’arbres natifs et leur suivi. réchauffement climatique.

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
Une définition élargie du Développement Durable

La Forêt, dans bien des cultures est à l’origine de my-


thes et de sagesses anciennes. Les peuples premiers
d’Amazonie évoluent ainsi en complète harmonie avec
elle et ils ont pleinement conscience de leur interdé-
Il y a de multiples avantages à agir pour la préservation pendance avec leur environnement. Ce lien profond
du climat et de l’environnement par la reforestation et entre l’Homme et la Nature se retrouve en Thaïlande,
la conservation communautaires des forêts. Les projets par exemple, pays bouddhiste où Spiritualité et Eco-
développés ont une très forte valeur ajoutée sociale et logie sont confondues. L’enseignement des moines
une qualité environnementale supérieure à la moyenne des forêts consiste simplement à observer les lois de
des projets carbone observés. Une forme de carbone la Nature et à s’en inspirer pour mener sa vie à bien.
équitable, liée à l’amélioration des conditions de pro- Pour nos sociétés modernes, cette sacralité de la forêt est
duction, et à la préparation aux changements clima- le rappel d’une sagesse ancestrale aujourd’hui oubliée
tiques (sécheresses et pénuries d’eau en particulier). qui relie la survie de l’Homme à son écosystème.

L’objectif est autant de travailler sur les résultats « Planter des arbres et éviter la déforestation vont bien
concrets que sur la dimension intérieure des projets au delà d’un geste économique, social et environne-
(satisfaction, bien-être, bonheur). Il ne s’agit pas de mental, c’est un acte fondamental qui nous relie direc-
développer un modèle productiviste, complexe, lourd tement à notre responsabilité vis-à-vis de la Vie. C’est
et stressant pour les agriculteurs, mais au contraire cette ligne directrice, cette définition élargie du dévelop-
des modèles agroécologiques qui fonctionnent plus pement durable, que nous souhaitons partager avec
facilement, à taille humaine et combinent de bons nos partenaires et le grand public. » Tristan Lecomte
rendements avec une vraie satisfaction quotidienne.

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
LES PURS PROJETS

Les Purs Projets pollinisent le monde

• Rappel sur les différentes certifications possi- Il existe 5 standards privés pour la validation de pelé déforestation évitée. Méthodologie utilisée par
bles des projets carbone crédits sur les marchés volontaires : VCS, CCBA, Pur Projet pour les projets de conservation forestière.
Gold Standard, Plan Vivo et CFX (Carbon Fix).
Il existe deux circuits principaux de certifica- Le standard CCBA (Climate community Biodi-
tion et de distribution des crédits de carbone. VCS est le standard le plus utilisé sur le marché vo- versity Alliance) met l’accent sur la validation et
lontaire (60 % des projets au niveau mondial). Ce la valorisation des co-bénéfices des projets car-
- Le marché réglementaire: les projets sont certifiés standard passe en revue un grand nombre de critères bone, en particulier l’impact sur la Biodiversité et
suivant des méthodologies CDM (Clean Development économiques, sociaux et environnementaux du projet les communautés. Ce standard ne permet pas
Mechanism, Mecanismes de Developpement Propre, et s’attache à valider la cohérence des flux carbone l’enregistrement de crédits mais il est souvent
c’est-à-dire de compensation) établies et validées par générés. Il s’applique à tout type de projet carbone utilisé en complément de VCS, pour mieux va-
l’UNFCCC et contrôlés par un tiers. Les crédits CDM et reconnaît les méthodologies CDM (réglementaire) loriser le caractère intégral et durable du projet.
générés sont enregistrés à l’UNFCCC (United Nations qui peuvent être utilisées pour une validation VCS.
Framework Conference on Climate Change, Kyoto). Les
Etats peuvent acquerir les crédits CDM afin d’atteindre Dans le domaine forestier, les deux prin- • Validation et verifications
leurs objectifs liés au protocole de Kyoto (2008-2012). cipaux standards de VCS sont :
Les projets carbone de Pur Projet s’étalent sur une
- Le marché volontaire: les projets sont certifiés sui- - VCS AFOLU (Voluntary Carbon Standard on durée de 40 ans, il sont « validés » par un tiers (des
vant des méthodologies et standards privés, comme Aforestation, Forestation and Other Land Use): organismes de certification comme Rainforest Allian-
le VCS (Voluntary Carbon Standard) ou le CCBA (Cli- standard de projets volontaires d’aforestation, ce, SGS, Veritas, TUV SUD,..) en début de période
mate Community Biodiversity Alliance) et controlés de reforestation et de changement de prati- (validés et ainsi considérés comme des projets car-
par un tiers. Les crédits générés par les projets sont que culturale sur les sols. Méthodologie utilisée bone), puis les stocks de carbone sont « vérifiés » par
enregistrés dans des registres privés (tenus par des par Pur Projet pour les projets de reforestation. un tiers au minimum tous les 5 ans pendant 40 ans.
banques, comme la Caisse des Dépôts et Consigna-
tions, ou des organismes privés reconnus). Les entre- - VCS REDD (Voluntary Carbon Standard, Re-
prises, organisations ou particuliers peuvent acquérir duced Emissions from Deforestation and Fo-
ces crédits, soit pour les revendre, soit pour compen- rest Degradation): standard de projets volon-
ser leurs emissions de CO2 (dans ce cas, les crédits taires de réduction des émissions dues à la
sont « détruits » car déjà utilisés pour compenser). déforestation et à la dégradation des forêts, aussi ap-

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
LES PURS PROJETS

B o l i v i e

1 projet de reforestation selon les principes


P é r o u d’agroforesterie : 2 millions d’arbres plantés,
objectif 7 millions, en partenariat avec des pe-
tits producteurs agricoles de café et de fruits.
- 2 projets de reforestation selon les principes
Projet validé CDM (Clean Development Mecanism),
d’agroforesterie : 1 million d’arbres plantés, objec-
enregistré à l’UNFCCC (United Nations Framework
tif 3 millions, en partenariat avec des petits pro-
Conference on Climate Change), protocole de Kyoto.
ducteurs de café et de cacao bio et équitables des
Partenaires principaux : Gouvernement Flamand,
coopératives Acopagro et Oro Verde. Ce projet s’in-
Hugo Boss et Vittel.
sère dans un programme des Nations-Unies de subs-
titution de la culture de coca par la culture de cacao.
Projets en cours de validation VCS (Voluntary Car- B r é s i l
bon Standard). Principaux partenaires : Vittel, Vinci,
Hugo Boss, Alter Eco. - 1 projet de conservation forestière de 178
000 hectares en partenariat avec le peu-
- 2 projets de conservation forestière : 410 000 hectares ple Yawanawa. Validation VCS en cours.
de forêt primaire, avec des concessions courant sur une Partenaire principal : Aveda, groupe Estee Lauder.
période de 40 ans. Un projet de consortium avec d’autres
partenaires dont le gouvernement péruvien amènera - 3 projets de reforestation selon les principes d’agro-
prochainement la surface protégée à 1 million d’hectares. foresterie dont 2 avec des communautés de peuples
La procédure de validation VCS et CCBA est en cours. premiers d’Amazonie (Kuntanawa et Huni Kui) et un
Partenaires principaux : Ben & Jerry’s, Melvita, Vittel, avec des petits producteurs de jus de fruits bios et
Alter Eco, Thierry Mugler. équitables dans l’Etat de Sao Paulo (Forêt Atlantique).

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
LES PURS PROJETS

T h a ï l a n d e

5 projets de reforestation selon les principes d’agro-


foresterie dont 3 avec des coopératives bio et
équitables de riz (ORFSC, OJRPG et NAM OM,
dans l’Est, plateau d’Isan), un projet avec une fon-
dation éducative (Community Soul) et un projet
avec des communautés villageoises et peuples
premiers (Karen, region de Chiang Mai, Nord).

M a r o c
I n d o n é s i e
I n d o n é s i e 1 projet de plantation d’oliviers en partenariat avec
1 projet de reforestation selon les principes d’agrofo- une coopérative féminine bio et équitable (Femmes
resterie : plantation d’avocatiers au coeur des cultu- du Rif), dans le Rif (Nord du Maroc). L’objectif de Pur
res de caféiers bio et équitables, en partenariat avec Projet est d’aider les productrices à planter des oliviers
la coopérative des petits producteurs (Tunas Indah) afin d’encourager la production et à terme de lutter
sur les hauts plateaux de la région d’Aceh, Sumatra. contre le développement de la culture du cannabis.
Préservation de l’habitat des orang-outan me-
nacé par les plantation de palmiers sur l’île.
G h a n a

P h i l i p p i n e s Projet de reforestation selon les principes d’agrofores-


terie en partenariat avec une coopérative (Kuapa Ko-
2 projets de reforestation en partenariat avec une or- koo, 48 000 membres) de petits producteurs de cacao.
ganisation bio et équitable (Alter Trade) de petits pro-
ducteurs de sucre (Ile de Negros) et une fondation N i g e r
d’aide à l’enfance maltraitée (Preda, à Olongapo, près
de Manille), et plantation de manguiers, en partenariat Plantation d’arbres en partenariat avec une com-
avec une communauté de peuple premier (Kabangan). munauté de lépreux, dans la banlieue de Niamey.

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
Des partenaires engagés pour un
développement exponentiel des Purs Projets • Résolument engagé dans la promotion des cultu-
• Les Chocolats Halba prennent également un en- res en système agro forestier, le dernier film de
gagement fort, en se fixant un objectif de réduction Coline Serreau « Solutions locales pour un dé-
de 80% de leurs émissions de CO2 d’ici 2013 par sordre global » est intégralement compensé en
rapport aux émissions de 2008. Un engagement qui carbone grâce aux arbres plantés par les pro-
• Vittel s’est engagé aux côtés de Pur Projet à planter 1 devrait être atteint grâce notamment à l’utilisation ducteurs de la coopérative Acopagro au Pérou.
million d’arbres au Pérou et en Bolivie de 2010 à 2012. d’énergies renouvelables. Et pour aller au bout de la Et bien d’autres encore..
C’est l’équivalent de 3 000 terrains de football qui seront démarche, l’entreprise compense ses émissions en Thhierry Mugler, Melvita, GDF Suez Energie Ser-
ainsi reboisés. Pour compléter cette action, Vittel relaye participant au programme de reforestation des petits vices, Pepsico, Leclerc, Picard, Marks & Spen-
l’opération en magasin en proposant au public de planter producteurs de cacao d’Acopagrao, là où est produi- cer, Pixmania, Fondation Chirac, Veja, Dumas
un arbre supplémentaire par pack de Vittel acheté. Vittel te une partie du cacao utilisé pour la confection des Literie, Onduline, Campagne Tck Tck Tck, Les Ate-
s’est par ailleurs engagé dans la préservation de 30 000 chocolats. Un bel exemple de démarche intégrale. liers de la Terre, Salon Planète Durable, Cogedim,
hectares de la concession El Breo au Pérou en 2011. Le Comptoir Général, Editions Législatives, etc
• Nature & Decouvertes prend la mesure de l’impact
• VINCI s’est engagé à replanter un arbre pour cha- de sa consommation de bois, de papier et de car-
cun des 190 000 collaborateurs du groupe, au ton sur les stock de forêts, et a souhaité développer
Pérou, en Thaïlande, en Indonésie et au Maroc. avec Pur Projet un calculateur traduisant l’impact de
leur consommation en équivalent arbres à replanter.
• Hugo Boss offre pour chaque bouteille de parfum Hugo Dans ce cadre, Nature & Decouvertes plante 45 000
Élément vendue la plantation d’un arbre en Bolivie et au arbres en 2011, et s’engage dans la promotion du cal-
Pérou. Au total, 440 000 arbres ont été plantés. Un code culateur et de la démarche auprès des autres acteurs
sur la bouteille de parfum permet au consommateur
de localiser « son» arbre sur le site via Google Earth. • La banque OBC Neuflize s’est engagée également
dans la campagne 10 :10. Les collaborateurs ont ins-
• Ben & Jerry’s s’engage fortement pour les popula- tauré un plan de réduction de 10% de leurs émis-
tions et pour la préservation de la forêt et de ses riches- sions en 2010, qui propose des mesures de réduction
ses. En parallèle de son engagement visant à proposer adaptées à chaque poste : utilisation des transports
l’intégralité de ses glaces issues du commerce équita- en commun, renforcement de la politique d’achats du-
ble d’ici 2011, Ben & Jerry’s compense en 2010 l’inté- rables, mise en œuvre d’une politique de papier res-
gralité de ses émissions de gaz à effet de serre (65 000 ponsable, gestion technique centralisée des locaux
tonnes) dans les projets de conservation au Pérou. et la banque compense des émissions résiduelles.

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
INTEGRER LE LIEN ENTRE
L’HOMME ET LA NATURE AU CŒUR
DU METIER DES ENTREPRISES

Des points d’entrée multiples


- Les Purs Projets sont ainsi un moyen très effi-
- Pur Projet crée une dynamique cohérente, directe- cace de mobiliser les collaborateurs et le public
ment en lien avec les activités de l’entreprise par- Dans ce domaine, les réussites sont nom-
tenaire pour faire vivre les projets de reforestation breuses et particulièrement vertueuses.
et de conservation des forêts au cœur même de la
culture de l’entreprise et non comme du mécénat.
Vers une démarche intégrale : l’éveil des
- Pur Projet intègre ce que l’entreprise partenaire peut consciences
apporter au développement durable, ce que l’entre-
prise a déjà apporté, et ce que l’entreprise entend “Soyons le Changement que nous vou-
développer à l’avenir pour un monde plus juste et lons voir dans le Monde”. Gandhi
plus respectueux de l’homme et de l’environnement.
Tout le monde est invité à changer, si ce n’est par
- L’action s’intègre tout au long de la chaîne de va- conviction au moins par nécessité pour répondre
leurs des activités de l’entreprise: Bilan Carbone, aux enjeux sociétaux et environnementaux ac-
réduction de l’empreinte environnementale, écocal- tuels. Qu’importent la manière et l’étendue du pre-
culateurs CO2 / eau / bois, développement de pro- mier pas, l’important c’’est que l’homme et les or-
jets de reforestation / préservation forestière, ac- ganisations soient engagés dans la dynamique du
compagnement dans la réduction des émissions, changement. Nicolas Hulot le dit lui-même : “Le
compensation carbone, commerce solidaire, forma- Développement Durable, on peut y venir par op-
tions/ sensibilisation, appui à la communication… portunisme, on y reste toujours par conviction”.

- L’entreprise partenaire ne se contente pas alors d’appli- A partir des actions en place, Pur Projet encourage
quer les critères du Développement Durable avec une ap- les entreprises à intégrer progressivement d’autres
proche classique et non dynamique, elle offre au contrai- enjeux complémentaires du Développement Durable
re la vision d’une nouvelle économie qui fait école et qui au sein de leur activité et avec l’ensemble des parties
tire l’ensemble du secteur vers des meilleures pratiques. prenantes. L’objectif est d’adopter une démarche intégrale.

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
Il s’agit d’élargir progressivement le champs d’action
aux différents postes clés de l’entreprise (sociaux,
économiques, environnementaux) et d’encourager Pur Projet : aller toujours plus loin
l’engagement tant au niveau individuel que collectif.
Pur Projet, c’est aussi de multiples projets colla-
En s’engageant, les entreprises prennent progres- téraux :
sivement conscience des multiples valeurs ajoutées
de leur démarche pour elles-mêmes et pour la créa- - Une ferme auto-suffisante en Thaïlande, au cœur
tion d’un monde plus juste. L’appropriation du déve- d’un des projets de reforestation et d conservation
loppement durable par les équipes internes est la clé communautaire
de voûte du changement. Les collaborateurs s’épa- - Une banque de semences in situ en Thaïlande pour
nouissent, riches de cette vision qui anoblit leur métier propager des variétés anciennes de riz
et leur vie, crée de la richesse et du lien humain, leur - Un programme d’aide à l’’accès à la propriété pour
donne la possibilité d’être intègre. Rassurés de ce pre- des femmes pauvres en Thaïlande
mier pas réussi, ils souhaitent un second pas. Le mou- - Un système de préfinancement des récoltes pour
vement s’accélère, jusqu’à ce que le développement les coopératives en manque de moyens financiers
durable soit devenu partie intégrante de leur vie et des - Une parcelle pilote agro forestière au Pérou dans
activités de leur organisation. Cette transformation de un des projets agro forestiers
l’entreprise leur a permis de développer une conscien- - Un jardin botanique pour préserver et développer
ce personnelle plus élevée. Ils peuvent alors porter la culture des plantes médicinales rares ou en voie
pleinement le développement durable, au quotidien. d’extinction, au Pérou
- Une école (du primaire a la terminale), à Katmandu
Cette démarche a le mérite de valoriser la dimen- au Népal, dans l’objectif de donner accès à des en-
sion intérieure de l’engagement qui est le véritable fants pauvres a une formation de qualité et qui sensi-
moteur d’un changement profond et authentique. bilise aux enjeux du Développement Durable

Tout ceci, non par devoir, mais par pur plaisir, car tous
ces engagements sont autant de causes utiles pour
lesquelles il est toujours passionnant de s’engager et
de mobiliser les forces existantes. Il s’agit d’une aven-
Pour plus d’informations :
ture humaine, de la redéfinition de notre modèle de dé- www.purprojet.com
veloppement et de vie, vers la perfection durable, une
aspiration à un mieux pour soi, les autres et la planète.

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
BIOGRAPHIE DE TRISTAN LECOMTE

Diplômé d’HEC, Tristan Lecomte a fait ses débuts vile. Un ouvrage « Comment je suis devenu plus hu-
chez L’Oréal avant de s’engager dans l’entrepreneu- main » aux éditions Flammarion retrace son parcours
riat social dès 1998. Après s’être dédié à Alter Eco, et une série documentaire « Un Autre Monde » sur
entreprise de commerce équitable qu’il a fondée et les filières agricoles au Sud et la mondialisation sera
dirigée pendant plus de 12 ans, Tristan Lecomte se diffusée à partir de septembre 2011, sur France 5.
consacre aujourd’hui au développement de Pur Projet .
Tout au long de son parcours au sein d’Alter Eco, « Le chemin reste gigantesque avant que nous ne
Tristan Lecomte n’a cessé de tisser des liens forts, parvenions à sauver la planète que nous avons
fraternels, et privilégiés avec les petits producteurs mise en danger. Mais nous marchons tous, à notre
agricoles. Ces rencontres ont été la source d’ac- rythme, sur ce chemin. L’important c’est l’engage-
tions concrètes développées pour soutenir les pro- ment, la Nature fera le reste. Dans la forêt on se sent
ducteurs, grâce au commerce équitable et à l’agri- apaisé, presque intimidé par la grandeur des arbres,
culture biologique. A présent, via les marchés de qui nous rappellent que la Nature nous dépasse, nous
la compensation carbone, il accompagne les pe- englobe, et que nous ne sommes qu’une toute petite
tits producteurs vers toujours plus d’indépendance. partie d’elle-même. C’est peut-être cela le message
des forêts et de ceux qui l’habitent : un message d’hu-
Tristan Lecomte s’est récemment installé en Thaïlande milité, de confiance et d’abandon. » Tristan Lecomte.
pour vivre au plus proche de la terre. Il est aujourd’hui,
lui-même, un petit producteur de riz bio et un planteur Tristan Lecomte a été désigné par le magazine améri-
d’arbres. « Je souhaite humblement suivre l’exem- cain Time comme l’une des 100 personnalités les plus
ple de Pierre Rabhi, qui allie la sagesse aux gestes.» influentes en 2010, et nommé Young Global Leader par
Figure de proue de l’entrepreneuriat social en France, le Forum Economique Mondial de Davos. C’est sur ce
impliqué depuis plus de 12 ans dans la sensibilisation projet et sa complémentarité avec le développement
et l’éducation au Développement Durable, Tristan Le- social des producteurs défavorisés des pays du Sud
comte renouvelle également son engagement dans la qu’il a été nommé Fellow Ashoka en septembre 2009.
transmission de l’information auprès de la société ci-

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com
DOSSIER DE PRESSE
P U R P R O J E T

2011 ANNÉE INTERNATIONALE DES FORETS

20 passage de la bonne graine


75011 PARIS FRANCE
Tel : + 33 (0)1 83 95 33 78
www.purprojet.com

Contact Presse : bureau de presse emmapom


Emmanuelle Pometan, 06 11 34 04 88, emma@emmapom.com