Vous êtes sur la page 1sur 31

THIERRY DAVID

GALLAUZIAUX FEDULLO
LE GRAND LIVRE DE LA GALLAUZIAUX
& FEDULLO
MENUISERIE
Que l’on soit attiré par les techniques traditionnelles (comme le tournage sur
bois) ou que l’on soit curieux des nombreuses innovations dont bénéficie la
menuiserie (les charpentes en offrent l’exemple), que l’on veuille se former

MENUISERIE
LE GRAND LIVRE DE LA
ou que l’on soit animé par le désir de découvrir – à travers son vocabulaire
et ses techniques spécifiques – un art appliqué auquel le patrimoine doit
beaucoup, ce nouveau grand livre des deux fameux auteurs plébiscités pour
la clarté de leurs schémas et la précision de leurs explications répondra à
toutes les attentes.

L
es meubles à monter soi-même qui, depuis SOMMAIRE
longtemps, nous sont devenus familiers ont Le matériau bois • L’arbre – Caractéristiques du

LE GRAND LIVRE DE LA
sûrement contribué à changer notre image bois – Essences – La transformation du bois •
du menuisier : l’établi de l’ébéniste dans son atelier Les outils pour travailler le bois • Établi – Outils
a souvent fait place à l’entreprise où l’on produit des de serrage – Outils de mesure, de contrôle et de

MENUISERIE
éléments de construction avec des machines-outils. traçage – Tournevis – Outils à frapper – Scies à
Aussi noble qu’il est ancien – car indissociablement main – Rabots – Outils de profilage, de perçage,
associé au bois – ce métier du menuisier est pour- de finition – L’affutage – Outils électroportatifs –
tant plus vivant que jamais. Alors qu’on l’exerce Machines d’atelier • Les assemblages • Bois massif
– Panneaux dérivés du bois • La construction du
toujours avec les outils traditionnels, il a par ailleurs
meuble • Liaisons mobiles – Tiroirs – Tablettes •
considérablement évolué : déjà riche de tout ce que
Les styles du mobilier • Du Moyen Âge et de
lui ont apporté des générations d’artisans, il bénéficie
la Renaissance à l’Art nouveau et à l’Art déco •
maintenant de la diversité des outils électroportatifs
La préparation des surfaces et les finitions •
dédiés au travail du bois. Placage – Préparation – Coloration – Finition • Les
Pour explorer le vaste domaine de la menuiserie, la étapes d’un projet • Conception – Réalisation –
connaissance de l’outillage facilitera l’aventure. Mais, Exemples • La menuiserie bâtiment • Construc-
au-delà de la réalisation réussie des projets les plus tion bois – Charpentes • Les menuiseries • Portes
variés – depuis un objet du quotidien composé de – Fenêtres – Escaliers • Les parquets • Massifs –
quelques planches jusqu’aux constructions les plus
complexes – ce manuel encyclopédique révélera
Contrecollés – Décors – Pose – Finition – Entretien
et restauration • Les terrasses en bois • Réglemen- THIERRY DAVID
GALLAUZIAUX FEDULLO
d’infinies possibilités à la portée d’un bricoleur, tation – Choix – Pose • Index
qu’il s’agisse de rénover un meuble ancien ou un
parquet massif, de poser des portes et des fenêtres
ou encore de réaliser des agencements avec les
Auteurs de plus de trente livres dans lesquels les
nouveaux dérivés du bois.
bricoleurs comme les artisans puisent chaque jour
Bien plus qu’un manuel de travail du bois, le Grand les informations, les méthodes et les techniques
livre de la menuiserie met ainsi à notre portée adaptées aux différents domaines de la maison,
toutes les transformations auxquelles se prête ce Thierry Gallauziaux et David Fedullo mettent ici
matériau universel, d’autant plus apprécié qu’il est à la portée de tous, dans un grand volume complet
aussi le matériau écoresponsable par excellence. et très illustré, le savoir-faire des menuisiers.
ISBN : 978-2-212-67645-7
Code éditeur : G67645

49 E

En couverture :© Metabo, © OM SHIVA/Shutterstock


Création Studio Eyrolles © Éditions Eyrolles
THIERRY DAVID
GALLAUZIAUX FEDULLO
LE GRAND LIVRE DE LA GALLAUZIAUX
& FEDULLO
MENUISERIE
Que l’on soit attiré par les techniques traditionnelles (comme le tournage sur
bois) ou que l’on soit curieux des nombreuses innovations dont bénéficie la
menuiserie (les charpentes en offrent l’exemple), que l’on veuille se former

MENUISERIE
LE GRAND LIVRE DE LA
ou que l’on soit animé par le désir de découvrir – à travers son vocabulaire
et ses techniques spécifiques – un art appliqué auquel le patrimoine doit
beaucoup, ce nouveau grand livre des deux fameux auteurs plébiscités pour
la clarté de leurs schémas et la précision de leurs explications répondra à
toutes les attentes.

L
es meubles à monter soi-même qui, depuis SOMMAIRE
longtemps, nous sont devenus familiers ont Le matériau bois • L’arbre – Caractéristiques du

LE GRAND LIVRE DE LA
sûrement contribué à changer notre image bois – Essences – La transformation du bois •
du menuisier : l’établi de l’ébéniste dans son atelier Les outils pour travailler le bois • Établi – Outils
a souvent fait place à l’entreprise où l’on produit des de serrage – Outils de mesure, de contrôle et de

MENUISERIE
éléments de construction avec des machines-outils. traçage – Tournevis – Outils à frapper – Scies à
Aussi noble qu’il est ancien – car indissociablement main – Rabots – Outils de profilage, de perçage,
associé au bois – ce métier du menuisier est pour- de finition – L’affutage – Outils électroportatifs –
tant plus vivant que jamais. Alors qu’on l’exerce Machines d’atelier • Les assemblages • Bois massif
– Panneaux dérivés du bois • La construction du
toujours avec les outils traditionnels, il a par ailleurs
meuble • Liaisons mobiles – Tiroirs – Tablettes •
considérablement évolué : déjà riche de tout ce que
Les styles du mobilier • Du Moyen Âge et de
lui ont apporté des générations d’artisans, il bénéficie
la Renaissance à l’Art nouveau et à l’Art déco •
maintenant de la diversité des outils électroportatifs
La préparation des surfaces et les finitions •
dédiés au travail du bois. Placage – Préparation – Coloration – Finition • Les
Pour explorer le vaste domaine de la menuiserie, la étapes d’un projet • Conception – Réalisation –
connaissance de l’outillage facilitera l’aventure. Mais, Exemples • La menuiserie bâtiment • Construc-
au-delà de la réalisation réussie des projets les plus tion bois – Charpentes • Les menuiseries • Portes
variés – depuis un objet du quotidien composé de – Fenêtres – Escaliers • Les parquets • Massifs –
quelques planches jusqu’aux constructions les plus
complexes – ce manuel encyclopédique révélera
Contrecollés – Décors – Pose – Finition – Entretien
et restauration • Les terrasses en bois • Réglemen- THIERRY DAVID
GALLAUZIAUX FEDULLO
d’infinies possibilités à la portée d’un bricoleur, tation – Choix – Pose • Index
qu’il s’agisse de rénover un meuble ancien ou un
parquet massif, de poser des portes et des fenêtres
ou encore de réaliser des agencements avec les
Auteurs de plus de trente livres dans lesquels les
nouveaux dérivés du bois.
bricoleurs comme les artisans puisent chaque jour
Bien plus qu’un manuel de travail du bois, le Grand les informations, les méthodes et les techniques
livre de la menuiserie met ainsi à notre portée adaptées aux différents domaines de la maison,
toutes les transformations auxquelles se prête ce Thierry Gallauziaux et David Fedullo mettent ici
matériau universel, d’autant plus apprécié qu’il est à la portée de tous, dans un grand volume complet
aussi le matériau écoresponsable par excellence. et très illustré, le savoir-faire des menuisiers.
ISBN : 978-2-212-67645-7
Code éditeur : G67645

En couverture :© Metabo, © OM SHIVA/Shutterstock


Création Studio Eyrolles © Éditions Eyrolles
THIERRY DAVID
GALLAUZIAUX FEDULLO

LE GRAND LIVRE DE LA
MENUISERIE
© Éditions Eyrolles, 2019
61, bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
ISBN : 978-2-212-67645-7

En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ou-
vrage, sur quelque support que ce soit, sans l’autorisation de l’Éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de
copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
. . . D E L A M ENUISER IE
1

Sommaire

Le matériau Les outils pour La scie d’encadreur....................... 112


Les guides de coupe ................... 114
bois travailler le bois
Les outils de corroyage .................... 117
L’arbre ............................................................................5 L’établi ......................................................................... 47 Les rabots ....................................................... 117
La composition des rabots ........ 117
Les caractéristiques du bois ............9 Les outils de serrage............................... 59 Les rabots de dressage ................. 119
L’utilisation des rabots ...................... 124
Les essences ..................................................... 11 Les dormants ............................................... 59 Les autres rabots ..................................... 128
Les presses en C Les vastringues
Les bois résineux .................................. 11 et les pinces à ressort.................. 66 et les planes ................................................ 132
Les bois de feuillus ............................. 14 Les presses équerres
Les outils de profilage ...................... 134
Les défauts et et les presses à cadres ............. 67
les altérations du bois ................... 18 Les autres systèmes Le guillaume ................................................ 134
Les singularités de structure de serrage ......................................................... 69 Le feuilleret .................................................... 136
et de croissance ....................................... 18 Les outils à moulures .................. 137
Les outils de mesure, de
Les défauts dus à des causes Les bouvets.................................................. 138
externes ................................................................ 21
contrôle et de traçage ........................... 71
La guimbarde à fond.................... 139
Les dégâts provoqués par les Les outils de mesure ...................... 71 Le tarabiscot............................................... 141
insectes ................................................................. 23 Les outils de contrôle .................... 74
Les outils d’entaillage......................... 142
Les insectes à larves Les outils de traçage
xylophages ........................................................ 23 et de marquage ....................................... 81 Les ciseaux ................................................... 144
Les insectes xylophages .................. 24
Les tournevis...................................................... 89 Les bédanes ............................................... 144
Les certifications du bois......... 27 Les gouges ................................................... 146
Les outils à frapper ................................... 91 Les autres ciseaux........................... 146
Les ciseaux La composition d’un ciseau

La transformation du bois ................ 28 La lame

Les ciseaux japonais .................... 146


Viroles

Le débit du bois ....................................... 29


Les scies à main ........................................... 93 L’utilisation des ciseaux
Chanfrein Angle de taillant Dos Collet Embase Soie
20 à 25°

Le séchage du bois........................... 34 et des gouges .......................................... 148


Vue de côté Planche Le manche

Les ciseaux de menuiserie et d’ébénisterie


Le séchage à l’air libre ........................ 34 La scie égoïne............................................. 95 Les ciseaux de sculpteur ..... 156
Exemple de lame
seule forgée
Le séchage artificiel ................................. 37 Les scies à dos ......................................... 99 de M
olshe
im
Gros plan d’une
rges
© Fo lame affûtée

Les panneaux dérivés Les scies spécialisées............... 103


du bois ...................................................................... 41
© Éditions Eyrolles

Les scies à chantourner ........ 106


Les contreplaqués ..................................... 41 Les scies à cadre............................... 107 Ciseau chanfreiné (dit d’ébéniste ou de sculpteur)
à manche en bois

Les scies japonaises .................... 110


Douille
Les panneaux de particules ........ 44

Ciseau chanfreiné à manche bimatière

Sommaire
Ciseau de menuisier
(non chanfreiné)

_GLM.indd 1 11/10/2018 00:08


L E GRAND L I V R E ...
2

Les réglages et le sens Le délignage ...................................................... 324


Les outils de perçage .......................... 162 d’usinage .......................................................... 252 Le calibrage ........................................................ 327
Le tronçonnage .............................................. 328
Vilebrequin et chignole ............. 162 Le travail au guide parallèle....... 255
Les rainures, languettes
Les mèches et les forets...... 163 Le travail en pleine pièce .............. 257
et feuillures ...................................................... 330
Les montages d’usinage L’usinage d’assemblages
Les outils de finition en travail sur face ................................. 258 à queues droites ......................................... 331
manuels ............................................................... 170 L’usinage vertical ......................................... 332
Le travail sur chant
Les râpes, les limes et en bout ........................................................ 263 La scie à ruban....................................... 334
et les rifloirs................................................... 170 L’utilisation d’une embase La constitution de la scie
Les racloirs .................................................... 177 multifonction................................................. 267 à ruban ................................................................ 334
Les abrasifs L’usinage circulaire ................................ 273 Utilisation de la scie à ruban .... 338
et les cales à poncer ................... 180 Les bagues de copiage .................. 274 La scie à chantourner ................ 345
Le gabarit à tenons La perceuse sur colonne ..... 346
L’affûtage des outils ............................ 182
et mortaises ................................................. 278 La raboteuse et
Les pierres d’affûtage................ 182 Le lettrage à la défonceuse ...... 280 la dégauchisseuse ........................... 349
Les pierres naturelles ......................... 182 Exemple d’utilisation La dégauchisseuse ............................. 349

Les pierres artificielles ....................... 184 de bagues de copiage.................. 281 La raboteuse................................................... 351
Les machines électriques Les gabarits pour La raboteuse/
pour affûter ................................................... 185 assemblages à queues ............... 284 dégauchisseuse ..................................... 353
Les accessoires Les tables de fraisage Le dégauchissage et le
d’affûtage ......................................................... 187 pour défonceuses ............................... 286 rabotage ............................................................ 356
L’affûtage des outils Les bases de l’usinage La fonction mortaiseuse ................ 361
tranchants droits ................................. 190 sur table ............................................................. 298 La mortaiseuse
L’usinage en bout avec une à bédane carré....................................... 366
L’affûtage des mèches
défonceuse sur table ............................ 303
et des forets ................................................ 193 Le travail à l’arbre avec une
La toupie ............................................................ 369
L’affûtage d’un racloir ................ 195 défonceuse sur table.............................. 305 La constitution de la toupie ....... 369
L’affûtage d’une scie ................... 197 Les outils de la toupie ........................ 374
Les ponceuses ....................................... 309 L’utilisation de la toupie ................... 377
Les outils électroportatifs.............. 199
La ponceuse à bande........................ 311 La combinée à bois........................ 387
Les règles de sécurité............... 199 La ponceuse vibrante ........................ 311 Les ponceuses d’atelier......... 388
La scie circulaire .................................. 201 La ponceuse excentrique .......... 312 Le tour à bois ............................................ 390
La scie sauteuse ....................................... 210 L’utilisation des ponceuses........ 313 La constitution du tour...................... 390
La scie sabre .................................................. 213 Autres modèles Les outils de tournage ...................... 395
et adaptations ........................................... 313 L’utilisation d’un tour à bois....... 399
La scie ponceuse oscillante ..... 214
L’utilisation de la scie Les tables d’usinage .................... 313
L’ atelier.................................................................. 404
sauteuse ............................................................ 215 Les machines d’atelier ...................... 316
Le rabot électrique .......................... 220
La perceuse................................................. 225 La scie circulaire
La fraiseuse à lamelles ............. 228 sur table .............................................................. 317
La constitution de la scie
La défonceuse ........................................ 236
circulaire à table ..................................... 320
© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles

La machine ........................................................ 236 L’utilisation de la scie


Les fraises .......................................................... 245 circulaire............................................................. 322

Sommaire

_GLM.indd 2 11/10/2018 00:08


. . . D E L A M ENUISER IE
3

Les assemblages Les assemblages des panneaux Les styles du


dérivés du bois ............................................. 461
Les assemblages pour mobilier
le bois massif ................................................. 406
Les liaisons La construction Moyen Âge .................................................... 512
d’élargissement .................................... 406 du meuble Renaissance................................................ 512
Louis XIII.............................................................. 514
Les assemblages à plat joint ... 406
Les assemblages embrevés ... 406 Louis XIV ............................................................ 516
Réaliser un assemblage Les assemblages des bâtis Régence ............................................................. 518
à plat joint ........................................................ 408 et des panneaux ......................................... 470 Louis XV .............................................................. 520
Le tourillonnage .......................................... 408 Transition ........................................................... 524
Les assemblages
Autres renforcements des Louis XVI ............................................................ 525
de portes classiques.................... 473
liaisons d’élargissement ............. 416 Directoire........................................................... 528
L’assemblage à
Empire .................................................................... 530
profil/contre-profil .............................. 473
Les aboutages ........................................ 418 Restauration ................................................ 532
Les alaises et emboîtures... 479
Les assemblages Second Empire
des cadres et bâtis ......................... 420 Les liaisons mobiles.............................. 480 ou Napoléon III........................................ 534
Réaliser un assemblage Art nouveau .................................................. 536
à tenon et mortaise ........................... 425 Le ferrage des portes ........................ 482 Art déco .............................................................. 537
Réaliser un assemblage Les fiches............................................................. 482
à mi-bois ........................................................... 428
Le renforcement
Les paumelles ............................................... 485
Les charnières .............................................. 487
La préparation
des assemblages............................... 429 Les pivots, les pentures des surfaces et
Les colles ............................................................. 431 et les briquets ............................................ 490
Le chevillage.................................................... 435 Le ferrage des abattants .............. 491
les finitions
Le clouage.......................................................... 437 Les ferrures d’immobilisation.. 493
Le vissage et le boulonnage .... 439 Les mécanismes de coulissage Le placage .......................................................... 539
Les assemblages et les roulettes .......................................... 496
japonais................................................................ 443 Les ferrures de manœuvre ........ 497 Le placage au marteau ........... 542
Les assemblages des tiroirs Les entrées et les rosaces......... 499 Le placage à la presse ............. 543
et caissons..................................................... 448 Les bronzes d’ameublement .. 501 La restauration
Réaliser un assemblage à des placages.............................................. 545
queues droites avec des Les tiroirs ............................................................. 501 Le ponçage................................................... 552
outils à main . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .450
La constitution des tiroirs .... 501 Les traitements
Réaliser un assemblage
à queues d’aronde avec Le montage des tiroirs ............. 503 de préparation............................................... 555
des outils à main.................................... 453 Le guidage des tiroirs................. 505
Réaliser des queues
La pose des tablettes ........................ 508
La coloration des bois ........................ 562
d’aronde recouvertes
avec des outils à main .................. 456
La fixation des dessus Les traitements de finition ........... 563
© Éditions Eyrolles

Les assemblages à queues


à la défonceuse ...................................... 457 et des fonds .................................................... 511 La finition cirée ........................................ 563

Sommaire

_GLM.indd 3 11/10/2018 00:08


L E GRAND L I V R E ...
4

La patine traditionnelle ............. 565 Les charpentes Les types de pose et principes .... 633
Les vernis ......................................................... 567 traditionnelles ............................................ 590
Les autres finitions ........................... 573 Les charpentes La pose clouée.............................................. 638
industrialisées ........................................... 593
Les lambourdes .................................... 638
Les assemblages
Les étapes des charpentes...................................... 595 La pose des lames .......................... 641

d’un projet Les lucarnes ................................................ 596 La pose collée................................................ 644


Les auvents .................................................. 598
Le collage au cordon................... 644
Pensez votre projet................................. 574
Les menuiseries Le collage en plein ........................... 644

Réalisez votre projet ............................. 576 La pose en pont de bateau .......... 646
Les portes d’entrée ................................ 600
Exemples de projets ............................. 579 La pose flottante ........................................ 647
Les portes intérieures......................... 607
Les finitions des parquets............. 652
La menuiserie Les fenêtres...................................................... 613
Le ponçage d’un parquet ... 652
bâtiment Les fenêtres de toit ................................ 619 Combler les interstices ............ 654
La mise en teinte et le
Les escaliers ................................................... 621
La construction bois.............................. 584 bouche-porage...................................... 656
Les rondins de bois La vitrification ............................................. 657
empilés ................................................................. 584 Les parquets Huiler un parquet ................................ 659
Les madriers............................................... 586 Cirer un parquet ................................... 659
Les parpaings en bois ............... 586
Les parquets massifs .......................... 625
Les poteaux poutres .................. 586 Les terrasses
La plateforme
ou ossature bois ................................ 586
Le parquet contrecollé ....................... 628 en bois ....................................................... 660

Les charpentes............................................. 590 Les décors .......................................................... 630 Index .................................................................... 670

© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles

Le matériau bois

_GLM.indd 4 11/10/2018 00:08


. . . D E L A M ENUISER IE
5

Le matériau bois
Le bois est un matériau noble et exigeant. Pour bien le travailler,
il est nécessaire de le connaître et d’effectuer le bon choix selon
l’utilisation à laquelle on le destine. Il faut aussi savoir l’aborder
pour en tirer les meilleurs résultats. Le bois a ses spécificités, ses
contraintes, ses exigences, mais aussi ses caprices, car c’est un
matériau vivant.

L’arbre la patte (ou le collet) et la partie située composées d’une lame plate (le limbe).
dans le sol, d’où partent les racines, Chaque essence d’arbre est reconnais-
L’arbre est la source d’une matière la souche. sable à sa silhouette (ou port). Les
première primordiale : le bois. Bien La partie souterraine comprend les résineux ont généralement une forme
exploitée, cette ressource est théorique- racines, qui se divisent en radicelles, conique alors que les feuillus ont une
ment inépuisable. puis en chevelus (filaments). Le rôle du forme plus globulaire. La taille des
Les usages du bois sont multiples : système racinaire est d’assurer l’ancrage branches et des rameaux, leur direc-
chauffage des habitations (sous forme et la stabilité de l’arbre et de puiser tion et leur densité diffèrent selon les
de bûches, de déchets déchiquetés ou les apports nutritifs dans le sol (sels espèces.
de pellets), pâte à papier, construc- minéraux et eau). Le port d’arbres de même espèce peut
tion (maisons en bois, charpentes…), On distingue deux grands groupes être différent selon que ces derniers ont
menuiseries extérieures, menuise- d’arbres qui sont les gymnospermes, poussé isolément ou dans une forêt,
ries intérieures (portes, escaliers…), regroupant les résineux et les conifères, en fonction des conditions climatiques
ameublement, revêtements (parquets, et les angiospermes (plantes à fleurs), et de leur exposition. Un arbre isolé
lambris, clins), jouets, caisserie, embal- c’est-à-dire les feuillus. Ces groupes aura tendance à être trapu, alors qu’en
lages, etc. se subdivisent en genres, en familles forêt, à la recherche de la lumière, son
végétales, en espèces, etc. On compte tronc s’allonge et perd ses branches
L’arbre se divise en deux parties : la environ 15 000 espèces de feuillus dans inférieures.
première est aérienne et la seconde sou- le monde et 600 espèces de résineux. Les arbres peuvent également être
terraine. La partie aérienne comprend La France compte environ 126 espèces identifiés à partir de leurs feuilles, fleurs
le tronc, qui se ramifie en branches d’arbres. Les feuilles sont persistantes ou fruits.
(fourches), elles-mêmes divisées en chez les résineux (elles vivent six ans au
rameaux, qui se divisent en ramilles maximum) et se composent d’aiguilles L’arbre est vivant. Au cours de sa
pour accueillir les feuilles. L’ensemble ou d’écailles (cyprès, par exemple). Les jeunesse, il va surtout pousser en
des branches et des feuilles est appelé le feuillus ont généralement des feuilles hauteur, puis s’étoffer quand il atteint
houppier. Selon les arbres, le houppier caduques (qui tombent en automne), sa maturité. Pour que son bois soit
se termine en flèche (pointu) ou en
boule (figure 1).
« On compte environ 15 000 espèces
© Éditions Eyrolles

On appelle le fût la partie du tronc


située entre le sol et les premières
de feuillus dans le monde et
branches. La base du tronc se nomme 600 espèces de résineux.

Le matériau bois

_GLM.indd 5 11/10/2018 00:08


L E GRAND L I V R E ...
6

Les arbres
La constitution
Exemple de frêne

Le houppier

DR

Feuilles
Rameau

Ramilles

Branche
Fourche
Le fût

Patte ou collet

Houppier en fuseau
Les groupes ou en flèche
Les gymnospermes (conifères et résineux)
Les feuilles des conifères et résineux

Aiguilles ou écailles
Les angiospermes (feuillus)
Houppier en forme de boule
Les feuilles des feuillus

Limbe

Pétiole

Figure 1 Les arbres

exploitable, l’arbre doit être coupé plus vieil arbre répertorié, un épicéa Un tronc d’arbre n’est pas un matériau
avant sa vieillesse, synonyme généra- norvégien, atteindrait pratiquement les uniforme et homogène, il présente dif-
lement de pourrissement du cœur et de 10 000 ans... férentes couches dues à sa croissance,
dégradation des fibres. Mais les arbres comme le montre la coupe transversale
peuvent avoir une durée de vie élevée : Pour comprendre la nature du matériau d’un tronc (figure 2).
© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles

jusqu’à 50 ans pour le tremble, 400 ans de base utilisé en menuiserie, il convient En partant du centre, on distingue :
pour le chêne, plus de 1 000 ans pour de connaître la croissance de l’arbre et – la moelle, partie centrale souvent
les séquoias d’Amérique du Nord. Le sa constitution. sujette aux maladies, est importante

Le matériau bois

_GLM.indd 6 11/10/2018 00:08


. . . D E L A M ENUISER IE
7

La vue en coupe d'un tronc Exemple de coupe

Sur ce plot de chêne, la


Représentation schématique différence entre l’aubier
et le duramen est bien
marquée.
Aubier
Cerne annuel
Moelle ou cœur Rayons
médullaires

Duramen
Rayons médullaires

© FNB

Écorce

Bois de printemps
ame t)
Phloème Dur parfai

Bois d'été
ou liber is
(bo
ier
Cambium Aub

Vue de détail
des cernes
© C.E Nunez

Figure 2 Vue en coupe d’un tronc

au début de la croissance, puis peut couleur différente de celle du bois par- – le liber ou écorce interne ou écorce
disparaître avec le temps ; fait) ou non. Pour certaines essences, vivante, qui diffuse la nourriture (sève
– le duramen (ou bois parfait) est la comme le chêne, l’aubier n’est pas uti- élaborée) ;
partie noble utilisée en menuiserie. Elle lisé, car il est trop sensible aux maladies – l’écorce externe (ou suber), qui pro-
est dure et dense, constituée de cellules et aux attaques d’insectes. L’aubier des tège l’arbre, formée de cellules mortes.
mortes où la sève ne circule plus. La résineux est généralement utilisable en
conservation de cette partie est assu- menuiserie, au même titre que le bois L’écorce peut être persistante ou s’exfo-
rée par des tanins, des résines ou des parfait. Il peut être visible, comme dans lier (platane, par exemple).
gommes. Elle assure la solidité de l’arbre le cas du sapin, ou très peu apparent Si on utilise principalement le bois
et se forme à partir de l’aubier par comme l’épicéa ; parfait de l’arbre, l’écorce est parfois
cycles de croissance annuelle (cernes) ; – l’écorce. exploitée. L’exemple le plus connu
– l’ aubier, couche vivante et tendre étant l’écorce provenant du chêne-liège
transportant la sève brute et servant L’écorce (ou suber) est l’enveloppe (figure 3). Les écorces de pin servent
de réservoir aux matières nutritives. protectrice de l’arbre. Elle est formée à faire du paillage isolant (mulch). Les
© Éditions Eyrolles

Chaque année, la couche intérieure se de plusieurs sous-couches : résidus d’écorce des scieries peuvent
transforme en bois parfait (la durami- – le cambium, fine couche de tissus servir de combustibles. Le tan, produit
nisation). L’aubier peut être visible (de végétaux générant l’aubier ; utilisé pour le tannage des peaux, est

Le matériau bois

_GLM.indd 7 11/10/2018 00:08


L E GRAND L I V R E ...
8

dont la principale fonction est de


© Apcor

transporter la sève horizontalement.


L’arbre est un organisme vivant. En
tant que tel, il se nourrit, respire et
transpire. Il puise dans le sol, par
l’intermédiaire de ses racines, de l’eau
et des sels minéraux pour constituer
la sève brute, qui monte jusqu’aux
feuilles par un phénomène d’aspiration
dû à la transpiration (par les feuilles)
et par osmose. La progression de la
sève s’effectue dans l’aubier. Dans les
feuilles, la lumière provoque la photo-
synthèse (figure 4). L’arbre puise du gaz
carbonique dans l’atmosphère pour le
transformer en carbone (la moitié du
poids d’un arbre environ est consti-
tuée de carbone), tout en rejetant de
l’oxygène. Il transforme la sève brute
en sève élaborée, qu’il peut assimiler.
Celle-ci transite verticalement dans
l’arbre par le liber et horizontalement
par les rayons médullaires. La fabrica-
tion de la sève élaborée est très active
Figure 3 L’exploitation du liège au printemps, puis diminue en été.
Elle progresse de bas en haut, sauf à
la période de la pousse des feuilles où
extrait de l’écorce du chêne, la quinine croissance modérée (en hiver la crois- elle transite dans le sens inverse, pour
est extraite de celle du quinquina, sance est stoppée). Ces deux périodes véhiculer les nutriments (notamment
l’aspirine de celle du saule blanc. apparaissent clairement dans les cernes. de l’amidon) mis en réserve, car la
Les fibres du tilleul permettent de La partie la plus large et la plus claire photosynthèse ne peut se produire.
fabriquer de la corde et de la ficelle. correspond au printemps, la partie plus
foncée et plus dense, à l’été. Les écarts L’arbre respire en permanence par ses
Chaque année correspond à une phase de largeur entre les cernes sont dus aux feuilles et ses racines. Il absorbe de
de croissance de l’arbre. Le tronc variations climatiques. Plus la saison l’oxygène et rejette du gaz carbonique.
grossit par l’apparition d’une nou- est sèche, plus les cernes sont étroits.
velle couche appelée cerne annuel. Certaines essences présentent des cernes Comme toutes les plantes, l’arbre
Le nombre de cernes permet donc de très contrastés, tel l’épicéa, d’autres contient beaucoup d’eau, qui s’éva-
déterminer l’âge de l’arbre. offrent des cernes à peine distincts, pore par les feuilles sous l’effet du
comme le tilleul ou le hêtre. rayonnement solaire : il transpire. Ce
© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles

La phase de croissance est divisée en phénomène participe à l’aspiration de


deux périodes : le printemps, époque Les cernes sont traversés par des la sève et à la régulation de la tempé-
de forte croissance, et l’été, saison de rayons, dits rayons médullaires, rature de l’arbre.

Le matériau bois

_GLM.indd 8 11/10/2018 00:08


. . . D E L A M ENUISER IE
9

La nutrition de l'arbre Les caractéristiques du bois


Le jour
Respiration Gaz carbonique
(O2 + CO2) (CO2) Le bois est composé d’environ 50 %
Photosynthèse
de cellulose, 25 % de lignine, 25 %
Transpiration
(H2O) d’amidon, de sucre, de tanin, d’huiles,
de résines, de gommes et de sels miné-
Oxygène
(O2) raux. Les pourcentages varient selon
les espèces. La cellulose compose les
cellules du bois. La lignine est une
molécule qui imprègne les parois des
cellules du duramen, apportant la rigi-
dité, l’imperméabilité et la résistance à
la décomposition. Les sucres et l’ami-
Sève élaborée Sève brute
don sont des matières de réserve pour
la reprise de l’arbre au printemps.

L’élément de base du bois est la cel-


lule. Les fibres qui le constituent et lui
donnent sa résistance sont composées
Eau et sels minéraux
de cellules groupées dans le sens longi-
La nuit
tudinal. Elles cohabitent avec d’autres
cellules formant de longs tubes et qui
Respiration véhiculent la sève. D’autres cellules
(O2 + CO2)
Transpiration
servent pour le stockage des nutri-
(H2O) ments, comme les rayons médullaires.
Le groupement des cellules et la dis-
position des tissus sont appelés le plan
ligneux. Il permet d’identifier un bois
au microscope. Il est différent, selon
que l’espèce est un feuillu ou un rési-
neux, et spécifique à chaque essence.

Dans le sens longitudinal, les résineux


sont composés de cellules juxtapo-
sées en forme de fuseau de section
quadrangulaire, appelées trachéides
(cellules mortes participant à la résis-
Respiration tance du bois) et parenchymes (cellules
(O2 + CO2) vivantes jouant le rôle de vaisseaux).
Eau et sels minéraux
© Éditions Eyrolles

De la périphérie au centre, des lignes de


cellules constituent les rayons médul-
Figure 4 La nutrition de l’arbre laires. La plupart des espèces de rési-

Le matériau bois

_GLM.indd 9 11/10/2018 00:08


L E GRAND L I V R E ...
10

neux disposent d’un réseau résinifère la disposition des cellules. Une section est régulier, plus le bois est difficile à
interconnecté horizontal et vertical. transversale laisse apparaître le bois de travailler et plus le dessin est original.
Les feuillus disposent d’une structure bout. Une section verticale laisse appa- C’est pourquoi les bois à fil enchevêtré
plus compliquée. Elle est constituée raître le bois de fil. sont plutôt destinés au placage. Travail-
d’un grand nombre de fibres enchevê- Le fil est une caractéristique essentielle ler dans le sens du fil signifie progresser
trées (déterminantes pour les qualités pour le travail du bois. Il désigne la parallèlement et selon la même orien-
mécaniques du bois), de vaisseaux direction des fibres. Un arbre à crois- tation que les fibres. Les opérations à
(cellules mortes allongées) faisant toute sance rectiligne produit un fil droit. Cer- contrefil consistent à travailler le bois
la longueur du tronc, de cellules de taines essences présentent un fil ondulé, à rebrousse-poil, c’est-à-dire dans la
parenchyme verticales et des rayons un contrefil léger ou fort. Le fil peut direction opposée à l’orientation natu-
médullaires. aussi être rubané lorsque, d’un cerne à relle des fibres. Une opération à travers
Lorsqu’on débite un arbre, l’aspect de l’autre, son orientation est alternée vers fil désigne une opération perpendicu-
la section diffère donc en fonction de la droite ou vers la gauche. Moins le fil laire à celui-ci (figure 5).

Exemples des caractéristiques du bois


Le fil du bois Le fil dans le travail du bois Surface
irrégulière
Surface fibres
lisse déchirées

Sens du fil
Outil de Outil de
coupe coupe

Sens Sens
du fil du fil
Bois de fil
Travail dans le sens du fil Travail à contrefil
Bois de bout

Exemples de grains et de couleurs

Chêne : grain grossier Bubinga : grain moyen Épicéa : grain fin


© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles

Figure 5 Exemples de caractéristiques du bois

Le matériau bois

_GLM.indd 10 11/10/2018 00:08


. . . D E L A M ENUISER IE
11

La couleur est également un critère de Les essences Les bois résineux


reconnaissance et de choix du bois.
Elle diffère sensiblement d’une essence Si tous les arbres poussent de la même Les bois résineux sont clairs et faciles
à l’autre. On trouve des bois blancs, manière, chaque espèce ou essence à travailler. La croissance rapide et
comme l’érable sycomore ou le frêne, offre un bois différent. Les essences sont les troncs rectilignes de ces essences
des bois rouges ou violacés, comme nombreuses, classifiées de façon catégo- permettent l’exploitation commerciale
l’acajou ou l’amarante, des bois très rielle : bois indigènes et bois d’impor- intensive, notamment en Amérique du
foncés ou noirs, comme l’ébène. La tation. Chaque catégorie comprend des Nord, principale région exportatrice.
couleur peut être différente selon résineux et des feuillus. Les essences sont Les bois résineux sont employés aussi
l’emplacement du débit dans le bois définies par leur nom dans la langue bien en menuiserie que dans le bâti-
(aubier plus clair, par exemple), mais de chaque pays (nom commercial ou ment, dans la fabrication de panneaux
peut également varier au sein d’une vernaculaire), par exemple le hêtre, de particules ou dans la fabrication
même essence selon la nature du sol, ainsi que par un nom latin internatio- du papier.
la zone climatique ou géographique. nalement reconnu (nom scientifique ou Les principales essences indigènes sont :
botanique), par exemple Fagus sylvatica le sapin, l’épicéa, le pin maritime, le
Le grain représente la texture du bois. pour le hêtre. Certaines essences peuvent douglas, le mélèze ; les essences d’Amé-
Il est fonction de la taille des fibres. Les correspondre à plusieurs noms commer- rique du Nord : le Western Helmock et
bois sont généralement classés selon ciaux ou scientifiques selon leur origine le Red Cedar.
trois types de grains : fin, moyen ou ou leur variété, par exemple le pin qui Sapin, épicéa et pin sylvestre sont
grossier. Un grain fin permet d’obtenir peut être cembro, maritime, sylvestre, souvent employés pour des éléments
les plus belles finitions. laricio, ou l’acajou : acajou d’Afrique, de structure (en massif ou en lamellé-
acajou de Cuba… Le nom scientifique collé), comme les poutres, les solives ou
Le dessin ou l’aspect du bois, à ne permet de définir une essence pré- les chevrons… Le sapin est également
pas confondre avec le fil, dépend cise sans risque d’erreur. Par exemple utilisé en menuiserie intérieure : voliges,
de plusieurs facteurs, notamment la l’acajou de Cuba (ou des Antilles) se lambris, tasseaux. L’épicéa sert pour les
répartition des cernes annuels, les tran- dénomme Swietenia mahagoni ; l’acajou bardages ou la fabrication de contre-
sitions entre le bois d’été et le bois de d’Afrique, Khaya ivorensis. plaqué. Le pin maritime entre dans la
printemps, les variations de couleur ou Vous trouverez dans les chapitres sui- fabrication de parquets, de lambris et
la méthode de débit employée. vants des tableaux de présentation illus- de contreplaqué.
trés des essences les plus courantes ainsi Le douglas, le mélèze et le Red cedar
Le bois est également caractérisé par que leurs caractéristiques et propriétés, sont recherchés pour leur résistance à
ses propriétés physiques, telles que la leur facilité d’usinage, leur provenance l’extérieur (bardages, lames de terrasse
masse volumique, la dureté, les caracté- et leur emploi (figure 6). pour le mélèze).
ristiques mécaniques, l’imprégnabilité,

« Les essences sont définies


la durabilité, etc. La masse volumique
s’exprime en kilogrammes par mètre
cube (kg/m3), pour une humidité de
12 %. par leur nom dans la langue de
Ces caractéristiques mécaniques déter-
chaque pays ainsi que par un nom
latin internationalement reconnu.
© Éditions Eyrolles

minent le domaine d’emploi de l’es-


sence choisie.

Le matériau bois

_GLM.indd 11 11/10/2018 00:08


L E GRAND L I V R E ...
12

Caractéristiques des essences de résineux (1/2)


Essence Aperçu Densité Fil Grain Sciage Façonnage Finition Stabilité Résistance Provenance Emploi
et dureté en mécanique
service

Cèdre 2
Cèdre de
l'Atlas
Cedrus
atlantica 3

Douglas 2
Pin d'Oregon
Pseudotsuga
menziesii 3
2
Épicéa 3
Picea excelsa
4
6
Épicéa de 1
Sitka
Picea 2
sitchensis
6
Western 1
Hemlock
Tsuga 2
heterophylla
4

Kaori 2
Agathis alba
Agathis
australis
4
1
Mélèze 2
Larix decidua
3
5
Dureté Densité Sens du fil Grain Aptitude au traitement Stabilité en service Usinage
de préservation
Tendre Léger Fil droit Fin Très stable Facile
Mi-dur Mi-lourd Fil ondulé Bonne Stable
Moyen Moyen
Dur Lourd Contrefil Moyenne Moy. stable

Très dur Très lourd Fil irrégulier Grossier Difficile Peu stable Difficile
Résistance et rigidité Sciage Utilisations Dénominations

Très résistant Facile 1 Meubles 4 Moulures, lambris Samba Nom français


Ayous
Moyennement résistant Moyen 2 Menuiserie intérieure 5 Parquets Obéché Autres noms
Triplochiton Nom latin, SP :
Peu résistant Difficile 3 Menuiserie extérieure 6 Contreplaqué scleroxylon plusieurs espèces
© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles

Figure 6 Les caractéristiques des essences de résineux •••

Le matériau bois

_GLM.indd 12 11/10/2018 00:08


. . . D E L A M ENUISER IE
13

Caractéristiques des essences de résineux (2/2)


Essence Aperçu Densité Fil Grain Sciage Façonnage Finition Stabilité Résistance Provenance Emploi
et dureté en mécanique
service

2
Pin cembro
Pinus cembra
3

Pin 14
maritime 25
Pinus pinaster
36

2
Pin laricio
Pinus laricio
3

Pin 14
sylvestre
Pinus 25
sylvestris 36
Pitchpin 1
Pinus rigida
Pinus taeda 2
Pinus echinata
Pinus elliottii
3
Pinus palustris 5
Sapin 1
Abies
pectinata
2
4
Sapin
grandis
Sapin de 2
Vancouver
Abies grandis

Séquoia 2
Sequoia
sempervirens
3
Western 2
red cedar
Cèdre rouge
Thuja plicata
4
© Éditions Eyrolles

••• Figure 6 Les caractéristiques des essences de résineux

Le matériau bois

_GLM.indd 13 11/10/2018 00:08


L E GRAND L I V R E ...
14

Les bois de feuillus exotiques sont à feuillage persistant. sier pour la fabrication de meubles ; le
La croissance des essences feuillues frêne, l’érable et le hêtre en menuiserie
Les espèces ou essences feuillues est plus lente que celle des résineux, intérieure, l’agencement ou les par-
(figure 7) sont généralement plus dures
que les bois résineux, à l’exception
toutefois du balsa qui est le bois le plus
d’où un prix plus élevé et une
plus grande difficulté pour le
renouvellement des stocks au
La
croissance
« quets. Le chêne est utilisé
pour les menuiseries inté-
rieures, la charpente, les
léger qui soit, toutes catégories confon- niveau mondial. Par exemple, des essences meubles…
dues (un poids plume de 160 kg/m3 au un pin maritime est exploi- feuillues est
lieu de 500 à 700 kg/m3 en moyenne). table après 40 à 60 années Parmi les essences exo-
plus lente
de croissance, tandis qu’un tiques les plus courantes,
Cette famille botanique est plus récente feuillu de qualité exige de 80
que celle des l’angélique, le doussié,
dans l’échelle de l’évolution que les à 240 années. résineux, d’où l’iroko et le teck sont uti-
résineux. Elle englobe des milliers d’es- un prix plus lisés pour la fabrication
sences parmi lesquelles la catégorie des Les feuillus légers, comme le élevé. de parquets et la menui-
bois exotiques. La plupart des feuillus bouleau et le peuplier, sont serie intérieure. L’ipé, très
des régions tempérées perdent leurs utilisés pour les panneaux dérivés du dur, est apprécié pour le platelage des
feuilles en hiver, tandis que les bois bois et les placages. Le noyer et le meri- terrasses.

Caractéristiques des essences de feuillus (1/4)


Essence Aperçu Densité Fil Grain Sciage Façonnage Finition Stabilité Résistance Provenance Emploi
et dureté en mécanique
service

1
Acajou
d'Afrique
2
Khaya SP 3
6
1
Amarante
Peltogyne 2
venosa ou
paniculata 3
5
Angélique 2
Dicorynia
guianensis
3
5
1
Aulne 2
Alnus
glutinosa 4
6
Aulne rouge 1
d'Amérique
© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles

Figure 7Red Les caractéristiques des essences de feuillus


Alder
Alnus rubra
•••
2

3
Azobé
Lophira alata

5
Le matériau bois
Bété 2
_GLM.indd 14
Mansonia
altissima
3 11/10/2018 00:08
5
1
Amarante
Peltogyne 2
venosa ou
paniculata 3
5
... DE LA M ENUISER IE
Angélique 2
Dicorynia 3 15
guianensis
5
1
Aulne
Caractéristiques des essences de feuillus (1/4)
Alnus
2
Essence Aperçu Densité Fil Grain Sciage Façonnage Finition Stabilité Résistance Provenance Emploi
glutinosa et dureté en mécanique 4
service
6
1
Aulne rouge
Acajou 1
d'Amérique
d'Afrique
2
Red Alder
Khaya SP
Alnus rubra 3
2
6
1
Amarante 3
Azobé
Peltogyne 2
Lophira alata
venosa ou
paniculata 3
5
5
Bété
Angélique 2
Mansonia
Dicorynia
altissima
3
guianensis
5
1
Aulne 2
Bouleau
Alnus
Betula pendula
6
glutinosa 4
6
Caractéristiques des essences de feuillus (2/4) 1
Aulne rouge 1
Bubinga
d'Amérique
Essence Aperçu Densité Fil Grain Sciage Façonnage Finition Stabilité Résistance Provenance 2
Emploi
Guibourtia
Red Alder SP et dureté en mécanique
Alnus rubra 3
service 2
5
1 4
Châtaignier 3
Azobé
Castanea 2 5
Lophira
sativa alata
3
5
Chênes 1
Quercus
Bété 2
pendunculata
Mansonia
Q. petraea
altissima
3
Q. sessiliflora
5
Chêne 1
rouge
Quercus
2
Bouleau
borealispendula
Betula
6
3
Q. rubra
5
Dibétou
1
Lovoa
Bubinga 2
trichilioidesSP
Guibourtia
3
2
5
2
Doussié
3
© Éditions Eyrolles

Afzelia SP
Figure 7 Les caractéristiques des essences de feuillus
5
••• •••

Érable 1
sycomore
Acer pseudo- 2
platanus
5
Le matériau bois
Framiré 1 4
Terminalia
ivorensis
2 5
_GLM.indd 15 11/10/2018 00:08
3 6
Chênes
Quercus
pendunculata
2
Q. petraea 3
Q. sessiliflora
5
Chêne 1
rouge LE GRAND L I V R E ...
Quercus
2
16 borealis 3
Q. rubra
5
Dibétou Caractéristiques des essences de feuillus (1/4) 1
Lovoa
Essence Aperçu Densité Fil Grain Sciage Façonnage Finition Stabilité Résistance Provenance Emploi
trichilioides
et dureté en
service
mécanique 2
12
Acajou
Doussié
d'Afrique
23
Afzelia SP
Khaya SP 35
6
Érable 11
Amarante
sycomore
Peltogyne 22
Acer pseudo-
venosa ou
platanus
paniculata 35
5
Framiré
Angélique
124
Terminalia
Dicorynia
ivorensis
235
guianensis
356
11
Frêne
Aulne
Fraxinus
Alnus
2
excelsior
glutinosa 42
6
Caractéristiques des essences de feuillus (3/4) 1
Aulne rouge
Hêtre 1
2
d'Amérique
Fagus
Essence
Red Alder Aperçu Densité Fil Grain Sciage Façonnage Finition Stabilité Résistance Provenance Emploi
sylvatica
Alnus rubra et dureté en mécanique 5
service 2
6
1
Iroko 3
2
Azobé
Chlorofora
Lophira alata
excelsa 3
5
5
Jelutong
Bété
1
2
Dyera
Mansonia 2
3
costulata
altissima
6
5

Koto 2
Bouleau
Pterygota
Betula pendula
macrocarpa
4
6
6
2
1
Limba 3
Bubinga
Terminalia 2
Guibourtia
superba SP 4
3
6
5
Makoré 1 5
Douka - Baku
2 6
© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles

Tieghemella
heckelii
Figure 7 Les caractéristiques des essences de feuillus
3
••• •••

Merbau 2
Intsia
palembanica
3
5
Le matériau bois
Merisier 1
Cerasus avium
_GLM.indd 16 Prunus avium 11/10/2018 00:08
2
Jelutong 1
Dyera 2
costulata
6

. . . D E L AKoto
M ENUISER IE 2
Pterygota
macrocarpa
4 17
6
2
Limba Caractéristiques des essences de feuillus (1/4)
Terminalia
3
Essence Aperçu Densité Fil Grain Sciage Façonnage Finition Stabilité Résistance Provenance Emploi
superba
et dureté en mécanique 4
service 6
Makoré
1
1 5
Acajou
226
Douka - Baku
d'Afrique
Tieghemella
Khaya
heckeliiSP
33
6
12
Amarante
Merbau
Peltogyne
Intsia 23
venosa ou
palembanica
paniculata 35
5
Merisier
Angélique
1
2
Cerasus
Dicoryniaavium
Prunus avium
guianensis
3
2
5

Moabi
115
Aulne
Baillonella
Alnus 226
34
toxisperma
glutinosa

6
Aulne rouge
Noyer
Caractéristiques des essences de feuillus (4/4) 1
d'Amérique
Juglans
Essence
Red Alder Aperçu Densité Fil Grain Sciage Façonnage Finition Stabilité Résistance Provenance Emploi
regia et dureté en mécanique
Alnus rubra
service
2

Okoumé 2
3
Azobé
Aucoumea
Lophira alata 4
klaineana
6
5

Bété 21
Orme
Mansonia
Ulmus SP
altissima
32
5

2
Peuplier
Bouleau
Populus
Betula SP
pendula
6
4
6
2
1
Ramin
Bubinga 4
2
GonystylusSP
Guibourtia SP
5
3
6
5
Samba
Ayous
2
© Éditions Eyrolles

Obéché 4
Triplochiton ••• Figure 7 Les caractéristiques des essences de feuillus •••
scleroxylon 6
2
Sapelli
Entandro- 3
phragma
cylindricum
5
Le matériau
6 bois
2
Sipo
Entandro-
3
_GLM.indd 17 phragma utile 5 11/10/2018 00:08

6
1
Orme
Ulmus SP 2
5

2 L I V R E ...
L E GRAND
Peuplier
18 Populus SP 4
6
2
Caractéristiques des essences de feuillus (1/4)
Ramin 4
Essence
Gonystylus SP Aperçu Densité Fil Grain Sciage Façonnage Finition Stabilité Résistance Provenance Emploi
et dureté en mécanique 5
service 6
Samba 12
Acajou
Ayous
Obéché
d'Afrique
24
Triplochiton
Khaya SP
scleroxylon
36
6
Sapelli
12
Amarante
Entandro-
Peltogyne 23
phragmaou
venosa
cylindricum
paniculata 35
56
2
Sipo
Angélique 2
Entandro-
3
Dicorynia 3
phragma utile
guianensis 5
5
6
1
Teck
Aulne
Tectona
Alnus
2
grandis
glutinosa 43
65
Aulne rouge 1

Tournage
sculpture
Tilleul
d'Amérique
Tilia SP
Red Alder
Alnus rubra
2

3
Azobé Figure 7 Les caractéristiques des essences de feuillus
•••
Lophira alata

Bété et 2
Les défauts Au contraire, certaines anomalies de celui de certaines essences comme
Mansonia
les altérations
altissima du bois
3
croissance sont recherchées pour leur le noyer, le châtaignier ou le hêtre.
5
esthétique (loupes, par exemple pour L’aubier du peuplier, du sapin et de
Le bois, en tant qu’organisme vivant, les placages). l’épicéa est conservé, car il est proche
Bouleau
se développe tout au long de sa vie. Y du bois parfait.
Betula pendula
6
compris au sein d’une même essence, Les singularités de structure et
l’aspect, la teinte ou les cernes seront de croissance Les nœuds sont la trace laissée dans le
différents. Le bois peut être sujet à L’aubier, présent dans tous les bois, est tronc par le raccordement1des branches
Bubinga
des maladies, avoir des défauts ou des constitué de bois qui n’a pas durami- 2 naturelle,
qui ont disparu (élimination
Guibourtia SP
particularités de croissance, présenter nisé. Il est considéré comme un défaut accidentelle ou volontaire)3 et dont il
des séquelles de traumatismes naturels pour certains bois (chêne, frêne), car il 5 8). On les
ne reste que la base (figure
ou accidentels, subir des attaques de est synonyme de teinte différente et de qualifie de nœuds morts. Dissimulés par
© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles

parasites... Certains défauts peuvent vulnérabilité aux attaques d’insectes et les cernes annuels et non décelables sur
le rendre impropre à des utilisations à la pourriture. Néanmoins, pour des le tronc, ce sont les nœuds recouverts.
données, ou compliquer le travail. raisons de prix de revient, on conserve Les nœuds vicieux sont des nœuds atteints

Le matériau bois

_GLM.indd 18 11/10/2018 00:08


. . . D E L A M ENUISER IE
19

de pourrissement dû à l’introduction lement comme ceux des résineux. Les sur le tronc. Elles rendent le bois
d’eau lors de la cassure de la branche. nœuds vifs présentent des problèmes impropre à la menuiserie ou à l’ébé-
Les nœuds des branches vivantes lors au séchage (apparition de fentes). nisterie : le bois possède alors une
de l’abattage de l’arbre sont appelés les En règle générale, les nœuds sont à évi- mauvaise résistance à la flexion, et il
nœuds vifs (ou sains). Ils sont adhérents ter. Ils sont inesthétiques (ils perturbent est difficile à raboter ou à usiner. On
au bois et peuvent parfois être recher- le veinage du bois), ils en diminuent la peut trouver ce défaut sur des fruitiers,
chés pour leur esthétique (bois ron- résistance et ils sont difficiles à usiner. comme le pommier, le poirier, le pru-
ceux). La ronce se trouve également au Néanmoins, pour les ouvrages à nier, le marronnier, et également chez
niveau de la souche, à l’embranchement peindre, les trous de nœuds peuvent les résineux.
des grosses racines. Les ronces de noyer, être remplacés (à l’aide de machines Le contrefil : les fibres sont orientées
d’orme, d’acajou et de frêne donnent de spéciales) par une pièce de bois sain alternativement dans un sens, puis
beaux bois de placage. collée (bouchonnage). dans l’autre, selon l’axe du tronc.
Les nœuds morts et recouverts peuvent Cette particularité est fréquente chez
présenter des problèmes : bois altéré, Les fibres torses poussent en hélice les essences tropicales. Le bois est dif-
pourrissement, nœuds détachables faci- autour du cœur. Ce défaut est visible ficile à usiner et à polir. Néanmoins, les

Quelques défauts du bois


Les nœuds Bouchonnage Les fibres torses
Nœud noir Nœud sain d’un nœud
ou mort

L’exentricité du cœur L’entrécorse La lunure Les cannelures

Bois de
tension

Bois de
compression

Résineux Feuillus Écorse Aubier

Le méplat La roulure La cadranure La gélivure La cicatrisation


Gélivure
récente

Fentes
La courbure du tronc Dessiccation Gélivure en Cicatrisation
du cœur cicatrisation d’une blessure
© Éditions Eyrolles

Le broussin La loupe Le chancre Les champignons


Figure 8 Les défauts du bois •••
L’arrachement

Le matériau bois

_GLM.indd 19 11/10/2018 00:08


Fil tranché
Résineux Feuillus Écorse Aubier

Le méplat La roulure La cadranure La gélivure La cicatrisation


Gélivure
récente

L E GRAND L I V R E ...
20

Fentes
La courbure du tronc Dessiccation Gélivure en Cicatrisation
du cœur cicatrisation d’une blessure

Le broussin La loupe Le chancre Les champignons

L’arrachement

Fil tranché

Le gui

Suçoirs

Traces des
Fil contretaillé suçoirs du gui

••• Figure 8 Les défauts du bois

effets de moirage et de rubanage sont réparties dans le tronc. Les résineux de nombreuses pertes et le bois est
recherchés pour leur côté esthétique produisent un bois anormal du côté peu résistant. Le débit de ces bois peut
(sapelli, acajou). comprimé du tronc alors que pour les donner des fils tranchés ou contretaillés
Le fil ondulé : le fil du bois est sinueux feuillus il se situe du côté tendu. C’est qui vont subir de fortes déformations
par rapport à l’axe du tronc. On peut le un bois à rejeter car il a tendance à au séchage.
trouver au point d’attache inférieur des se voiler. De plus, son séchage et son Les cannelures sont des rides verticales,
grosses branches, mais également dans la usinage sont difficiles. qui produisent une section avec des
masse du tronc. Le fil ondulé est recher- L’entrécorce se forme lorsqu’une cernes annuels ondulés au lieu d’être
ché pour les placages en ébénisterie. branche est soudée au tronc et se circulaires. On les rencontre souvent à
Les poches de résine sont des cavités retrouve englobée dans celui-ci. La la base du tronc, où elles forment un
remplies de résine au cœur du bois. coupe transversale présente deux cœurs empattement, notamment chez le hêtre
Elles sont fréquentes chez le pin et le avec des restes d’écorce, qui doivent ou le charme.
douglas. Elles peuvent se former dans être éliminés au débit, entraînant des Le méplat est une anomalie qui pro-
les arbres fortement balancés par le pertes. voque un tronc de section ovoïde.
vent. Elles provoquent l’encrassement Un tronc courbe ou de section non La loupe et le broussin sont des excrois-
des outils et des écoulements de résine circulaire est fréquent chez les arbres sances (tumeurs) de forme globu-
par temps chaud dans les produits finis. soumis au vent ou, par exemple, à la leuse, présentes sur le tronc, pouvant
L’excentricité du cœur est un défaut proximité d’un bâtiment (recherche atteindre de grandes dimensions,
qui affecte les arbres poussant en forte de lumière). Ce type de tronc permet provoquées par une suractivité du
© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles

pente ou soumis aux vents dominants. de réaliser des pièces courbées. En cambium. Elles peuvent être occasion-
Les tensions ne sont pas également revanche, en débit droit, il provoque nées par des blessures, des attaques

Le matériau bois

_GLM.indd 20 11/10/2018 00:08


. . . D E L A M ENUISER IE
21

d’insectes, un élagage répété… La Les défauts dus à des causes fort gel, par exemple). La sève gèle
loupe présente une surface lisse alors externes dans tout le tronc, créant des fentes
que le broussin est rugueux, hérissé Le chancre peut être dû à une blessure longitudinales qui suivent les rayons
d’aspérités (agrégat de bourgeons et colonisée par des insectes, des bactéries médullaires, parfois sur toute la hauteur
de gourmands). Quand ils sont sains, ou des champignons. Une sorte de du tronc. La cicatrisation se manifeste
loupe et broussin donnent des bois cicatrice et des bourrelets apparaissent, par un bourrelet de l’écorce. La gélivure
ronceux et mouchetés, très recher- mais ils n’arrivent pas à se refermer ni peut toucher des essences comme le
chés en ébénisterie pour les placages. à guérir. Il peut être fatal aux jeunes chêne, le peuplier ou le noyer, les
Le chaudron est un renflement du arbres. Le chancre touche les arbres rendant peu utilisables.
tronc, avec une ouverture sur l’intérieur fruitiers et le hêtre. Le bois n’est pas Les coups de foudre ou de soleil peuvent
présentant un bois noirci et déprécié. exploitable. également produire des fentes du tronc
La lunure est visible dans la section jusqu’à l’aubier. Le coup de foudre
transversale du tronc. Il s’agit de couches Les ouvrages en bois dans les habitations cicatrise très difficilement, le coup
d’aubier (qui conservent leur couleur et peuvent également être attaqués par des de soleil jamais. Ces phénomènes ne
leur texture) au milieu du duramen. Elle champignons, s’ils sont dans des zones génèrent pas de bourrelets.
peut être due à des périodes de grand humides et obscures. Ce sont le tramête, Les roulures peuvent être provoquées
froid. Le bois ne peut être utilisé si le polypore et, le plus terrible, la mérule. par le vent, pour les arbres avec un
l’aubier est vulnérable, comme dans le Cette dernière se manifeste sous forme gros houppier, ou par le soleil. Elles
cas du chêne. d’ouate blanchâtre épaisse avec des se traduisent par des fentes dues à un
La cadranure est une détérioration filaments (figure 9). décollement partiel ou total entre deux
du cœur du tronc d’où partent de cernes annuels.
grosses gerçures en forme d’étoile, qui De nombreux autres défauts existent.
provoquent des fentes. Elle est souvent Par exemple, la gélivure peut se produire Les fractures d’abattage : quand un
liée à un début de décomposition de lors de fortes variations de température arbre est mal abattu, une partie du bois
l’arbre. Le bois n’est pas exploitable. (d’une période douce à une période de peut rester attachée à la souche, ce qui

La mérule
Exemples de manifestations de la mérule

© CTBA × 3
Infestations sur charpentes et planchers en bois

Carte de l’infestation de la mérule


© Éditions Eyrolles

Figure 9 La mérule •••

Le matériau bois
Nombre de communes
infestées par département
Inconnu Infestations sur solives
_GLM.indd 21 11/10/2018 00:08
Chantiers localisés Une infestation par la mérule doit
L E GRAND L I V R E ...
22

© CTBA × 3
Infestations sur charpentes et planchers en bois

Carte de l’infestation de la mérule

Nombre de communes
infestées par département
Inconnu Infestations sur solives

Chantiers localisés Une infestation par la mérule doit


De 1 à 5 % faire l’objet d’une déclaration en
mairie par le propriétaire, ou le
De 5 à 15 % syndic pour les parties communes.
L’habitation doit être assainie par
De 15 à 25 %
la suppressions des sources
De 25 à 50 % d’humidité et une bonne ventilation.
Les bois infectés doivent être
De 50 à 75 %
incinérés sur place ou traités avant
De 75 à 100 % tout transport.
D’après CTB-A+ 2015 Faites appel à une entreprise
certifiée par le FCBA.

••• Figure 9 La mérule

provoque l’arrachement des fibres et Des cartes publiées périodiquement maçonneries pour trouver une source
une cavité à la base de la grume. La par le FCBA dresse l’état de dévelop- d’humidité. Elle peut croître de 4 mm
chute de l’arbre peut également provo- pement de l’infestation par la mérule. par jour.
quer des fentes longitudinales. Toute infestation par ce champignon
doit faire l’objet d’une déclaration en Les blessures peuvent être provoquées
Les fissures internes sont perpendicu- mairie de la part du propriétaire (ou par des animaux, des corps étrangers
laires aux fibres et provoquées par le du syndic pour un immeuble collectif). (clous, balles, éclats d’obus dans les
poids de la neige ou les forts coups On ne peut pas lutter avec des produits zones de guerre). Il se forme une cica-
de vent. Elles diminuent la résistance classiques contre la mérule, il faut faire trisation sous forme de bourrelets. Les
mécanique du bois. appel à une entreprise certifiée par le corps étrangers peuvent endommager
FCBA. Tous les bois infectés doivent les scies lors du débit.
Les pourritures sont provoquées par être brûlés sur place ou traités avant Les végétaux parasites sont principale-
les champignons sur des bois sur le transport. Des mesures doivent être ment le gui et les lianes, le chèvrefeuille
pied, débités ou mis en œuvre. Elles prises au niveau de l’habitation pour ou le lierre. Le gui est transporté par les
sont blanches, rouges, jaunes, vertes, supprimer les causes de l’humidité et oiseaux. Il s’incruste sur l’arbre, tra-
noires ou bleues et touchent feuillus et assurer la bonne ventilation des locaux. verse l’écorce et crée des canaux pour
résineux. L’échauffure est une attaque La mérule peut se développer à partir puiser une partie de la sève. Sur le bois
de champignons du hêtre débité, qui d’un taux d’humidité des bois de 20 à coupé apparaissent de petits trous appe-
© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles

se traduit par l’apparition de zones 22 %. Elle développe des ramifications lés les suçoirs. Les plantes grimpantes
blanchâtres bordées de noir. Le bois (syrrotes) qui peuvent atteindre plu- entourent les jeunes arbres et les défor-
perd ses propriétés mécaniques. sieurs mètres et traverser des joints de ment (bourrelets en forme d’hélice).

Le matériau bois

_GLM.indd 22 11/10/2018 00:08


. . . D E L A M ENUISER IE
23

Les dégâts provoqués par les dans nos habitations (xylophages). Le grand capricorne est un coléoptère
insectes Dans cette dernière famille, on peut dont la larve se développe dans les
distinguer deux catégories : les insectes vieux chênes sur pied. Les galeries
Il existe de nombreux insectes parasites à larves xylophages et les insectes xylo- peuvent aller jusqu’au cœur.
du bois (figure 10). Ils peuvent s’atta- phages. Le bostryche est un petit coléoptère
quer aux feuilles (phyllophages), aux qui s’attaque aux résineux sur pied.
racines (courtilières et larves de han- Les principaux insectes s’attaquant aux Il creuse des galeries entre le liber et
neton) ou au tronc des arbres sur pied. arbres sur pied sont : le grand capri- l’écorce. Il provoque la mort de l’arbre.
D’autres s’attaquent au bois débité corne, le bostryche, le lucane, le sirex, Le lucane pond des larves qui
et les derniers aux bois mis en œuvre le charançon… creusent des galeries dans les

Les
Lesinsectes
insectesxylophages (1/2)
à larves xylophages
Le lyctus Le capricorne © Dryup
La grosse vrillette © Dryup

Bois attaqués : feuillus et résineux déjà


dégradés par des champignons avec
Bois attaqués : résineux. fort taux d’humidité.
Trous de sortie : ovales de 6 à 10 mm. Trous de sortie : circulaires de 2 à 4 mm.
Vermoulures : cylindres compressés Vermoulures : lentilles granuleuses
de 1 mm. de 1 mm.

L’hespérophane © FCBA
La petite vrillette
DR

© Dryup × 2

Larve de lyctus
Bois attaqués : feuillus et résineux.
Bois attaqués : châtaignier, chêne,
Trous de sortie : circulaires de 1 à 3 mm.
frêne et bois tropicaux feuillus.
Bois attaqués : feuillus (chêne, hêtre…). Vermoulures : amas granuleux à la
Trous de sortie : circulaires de
Trous de sortie : ovales de 8 à 13 mm. surface du bois.
1 à 2 mm.
Vermoulures : cônes de vermoulure Vermoulures : cylindres compressés
très fine. de 1 mm.

Les termites
© Éditions Eyrolles

© FCBA× 2

Figure 10 Les insectes xylophages •••

Le matériau bois

_GLM.indd 23 11/10/2018 00:08


Termite ouvrier Termite soldat
Larve de lyctus
Bois attaqués : feuillus et résineux.
Bois attaqués : châtaignier, chêne,
Trous de sortie : circulaires de 1 à 3 mm.
frêne et bois tropicaux feuillus.
Bois attaqués : feuillus (chêne, hêtre…).
L E GRAND
Vermoulures : amas granuleux à la L I V R E ...
Trous de sortie : circulaires de
24 1 à 2 mm. Trous de sortie : ovales de 8 à 13 mm. surface du bois.
Vermoulures : cônes de vermoulure Vermoulures : cylindres compressés
très fine. de 1 mm.

Les insectes xylophages


Les termites © FCBA× 2

Termite ouvrier Termite soldat

Insectes à larves xylophages Insectes xylophages

Les insectes xylophages (2/2)

© Sentritech × 2
Exemple de dégâts dus aux termites Infestation sous une poutre

Dégâts dans une huisserie


Exemple de moyens de lutte

Pose d’une membrane


contre les termites

Piège à termites
© FCBA

© FCBA

Carte de l’infestation
© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles
© FCBA

des termites

••• Figure 10 Les insectes xylophages •••

Nombre de communes
Le matériau bois infestées par département
Infestation inconnue

Infestation localisée
_GLM.indd 24 De 1 à 10% 11/10/2018 00:08

De 10 à 25%
. . . D E L A M ENUISER IE
25

© FCBA

© FCBA
Carte de l’infestation

© FCBA
des termites

Nombre de communes
infestées par département
Infestation inconnue

Infestation localisée
De 1 à 10%
De 10 à 25%
De 25 à 50%
De 50 à 75%
De 75 à 100%

D’après CTB-A+ 2015


Exemple de cordonnet dans une
brique

••• Figure 10 Les insectes xylophages

troncs des vieux chênes ou châtai- sciure compacte. Elles se développent galeries d’environ 1 mm de diamètre,
gniers pourris et dans les souches. à l’intérieur du bois en 3 à 5 ans et l’on remplies d’une farine de bois très fine.
Le sirex s’attaque aux grumes (voir peut les entendre s’attaquer au bois. L’hespérophane est un cousin du capri-
page 28). La femelle pond dans l’écorce. La vrillette (ciron ou anobium) infeste corne, qui s’attaque aux feuillus (chêne,
Les larves creusent des galeries dans le principalement l’aubier des bois durs hêtre…). L’insecte fait 13 à 25 mm
bois et s’échappent par des galeries de sor- et des bois tendres, comme le noyer ou de long. Les larves se développent en
tie lorsqu’elles deviennent des insectes. le peuplier, et aux résineux. On trouve deux à six ans. Les galeries et trous
Il en existe de nombreux autres, comme cet insecte dans les poutres, les meubles de sortie sont ovales, d’un diamètre
les charançons, les buprestes, le sesia, et tout bois bien sec. Ses galeries sont de 8 à 13 mm, et la sciure en rondins
le platype… cylindriques, de petit diamètre et rem- compressés de 1 mm de diamètre.
D’autres insectes à larves xylophages plies de sciure granuleuse. On distingue Avant le traitement des zones infestées,
sont plus connus, car ils s’attaquent la petite vrillette (3 à 5 mm), creusant il est nécessaire de sonder les pièces de
au bois mis en œuvre dans nos habita- des galeries circulaires de 1 à 3 mm, et bois, de bûcher les parties vermoulues
tions. Dans les constructions neuves, la grande vrillette (6 à 9 mm), avec des et de brosser avant l’application du
des mesures doivent être prises pour la galeries de 2 à 4 mm. Cette dernière traitement. Si vous faites appel à une
protection des bois contre les insectes. s’attaque plus couramment aux bois entreprise spécialisée (pour le traite-
Ce peut être le choix d’essences de bois déjà dégradés par l’humidité. ment d’une charpente, par exemple),
résistantes ou traitées. Le lyctus (3 à 5 mm) affectionne les bois elle doit être certifiés CTB-A+.
Le capricorne des maisons attaque les bien secs riches en amidon, comme le
charpentes et tous les résineux secs. noyer, le cerisier, le chêne, le frêne, le Les termites sont des insectes xylo-
© Éditions Eyrolles

L’insecte mesure environ 10 à 20 mm. châtaignier (particulièrement l’aubier), phages. En France, il s’agit de termites
Les larves créent des galeries ovales et également les bois tropicaux feuillus. souterrains. Ils vivent en colonies dans
(de 6 à 10 mm) remplies de rondins de Les insectes formés s’échappent par des les lieux humides. Ils n’apprécient pas

Le matériau bois

_GLM.indd 25 11/10/2018 00:08


L E GRAND L I V R E ...
26

les atmosphères sèches et bien ventilées. des insectes ailés. Ils s’attaquent à tous cordonnets (petits tunnels construits
Ils sont très destructeurs. Ce sont des les bois (excepté quelques essences exo- sur de la maçonnerie pour ménager
insectes du sol qui mesurent de 5 à 6 mm tiques très dures) mais également à tout un passage à l’abri de la lumière).
de long. Ils recherchent en permanence ce qui contient de la cellulose (papier,
des sources de nourriture à base de cel- carton…). Ils sont capables de forcer le Le FCBA diffuse régulièrement des
lulose. Il y a les ouvriers, les soldats et passage dans de nombreux matériaux cartes de la progression de l’infesta-
les reproducteurs. Leur infestation peut comme le polystyrène, les isolants, les tion. Elle a commencé par le sud-ouest
se faire par le sol ou par essaimage avec gaines. Ils créent des galeries et des suite à l’importation de bois tropicaux

Les produits de traitement


Produits à application manuelle © Xylophene × 7

Produit de traitement en gel

Produits à injecter

Le produit s’applique au rouleau ou Teinté blanc, il permet de bien visualiser les zones
à la brosse. d’application. Il devient incolore au séchage.

Produit de traitement par


injection pour pièces de
charpente de plus de
10 cm de section

 Buchez et brossez les parties  Introduisez les chevilles d’injection  Injectez le produit à l’aide d’un pistolet
attaquées. Percez des trous de 9,5 mm de dans les perments, puis enfoncez-les à à pression muni d’un embout adapté aux
diamètre sur la face latérale de la poutre, l’aide d’une bouterolle en nylon et d’un chevilles, à raison de 20 ml de produit par
tous les 30 cm, en quinconce, de haut en marteau ou d’un maillet. injecteur. Effectuez ensuite un traitement
bas, et sur environ 2/3 de l’épaisseur du de surface en trois passes à la brosse ou
bois. au pulvérisateur.
© Éditions Eyrolles

© Éditions Eyrolles

Figure 11 Les produits de traitement

Le matériau bois

_GLM.indd 26 11/10/2018 00:08


. . . D E L A M ENUISER IE
27

infestés. Elle se diffuse dans le sud-est Les certifications du bois (panneaux manufacturés) et au papier.
et en région parisienne. Les labels les plus importants (figure
Dans les zones infestées, pour assurer la La prise de conscience de la défores- 12) sont le FSC (Forest Stewardship
protection des constructions neuves, il tation et de l’exploitation illégale du Council) fondé au Canada en 1993 et
est nécessaire d’appliquer des mesures bois est née lors du sommet de la Terre le PEFC (Pan European Forest Certifi-
empêchant l’infestation. Il peut s’agir à Rio en 1992, où l’on a préconisé la cation), créé à l’initiative de six pays
de barrières physico-chimiques, comme gestion durable des forêts. Des critères européens en 1998. Le PEFC certifie
une membrane sous la totalité de de gestion durable ont été définis lors 260 millions d’hectares de forêts à tra-
l’assise du bâtiment, ou de barrières des conférences d’Helsinki et dans les vers le monde et 16 000 entreprises de
physiques ou physico-chimiques au recommandations de Lisbonne. La la filière ; le FSC, plus de 157 millions
niveau des points de passage. certification forestière s’est développée d’hectares.
depuis les années 2000. Elle est assu-
Dans l’existant, on peut injecter des rée par des organismes indépendants De nombreux critères sont pris en
produits au niveau des maçonneries et (ONG, fondations, associations, orga- compte pour obtenir ces certifications,
des bois de structure ou installer des nismes de certification…) qui vérifient comme le respect des lois du pays et
systèmes de pièges tout autour de l’ha- que le bois est issu de sources légales et des traités internationaux, la légalité
bitation. Le propriétaire doit déclarer prélevé raisonnablement, sans épuiser de propriété, le respect des populations
en mairie la présence de termites chez la ressource. autochtones, le bien-être des travailleurs
lui. En cas de vente, un état parasitaire forestiers, la gestion durable de la forêt
doit également être réalisé dans le cadre Les certifications s’appliquent à tous les tout en maintenant la diversité biolo-
des diagnostics immobiliers. produits issus de la filière bois, du bois gique… En général, toutes les certifica-
massif (parquets, lambris, éléments de tions prennent en compte des critères
Pour lutter contre les infestations des structure), aux produits dérivés du bois économiques, écologiques et sociaux.
insectes à larves xylophages dans nos
habitations, il existe toute une gamme
de produits insecticides préventifs et
Les certifications du bois
curatifs (figure 11). Le plus souvent,
il s’agit de produits à appliquer à la
brosse ou au rouleau jusqu’à refus pour
bien imprégner le bois en profondeur
ou en pulvérisation. Quand les pièces
de bois mises en œuvre sont de section
importante, il est conseillé d’injecter le
produit sous pression, dans des che-
villes introduites dans le bois. On peut
avoir recours à la fumigation quand
une face du bois n’est pas accessible,
Forest Stewardship Council Pan European Forest Certification
comme dans le cas des parquets. Programme for the Endorsement
Pour un meuble attaqué au niveau des of Forest Certification schemes

pieds, placez une soucoupe sous le pied,


© Éditions Eyrolles

remplie de produit insecticide, et laissez


Figure 12 Les certifications du bois
agir par capillarité.

Le matériau bois

_GLM.indd 27 11/10/2018 00:08

Vous aimerez peut-être aussi