Vous êtes sur la page 1sur 4

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

centaines de milliers ou plusieurs millions d’années –


comme l’explique ici Delphine Pellegrini, adjointe
Déchets nucléaires : une question irrésolue
PAR JADE LINDGAARD
au chef du bureau d’expertise et de recherche sur
ARTICLE PUBLIÉ LE JEUDI 21 OCTOBRE 2021 les installations de stockage au sein de l’IRSN
(Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire). Par
exemple, le neptunium237, le produit de fission le plus
abondant, présente la période de radioactivité la plus
longue: deux millions d’années. La durée de vie du
Pu239, un isotope du plutonium, dépasse 24000ans.
Les combustibles composés de pastilles d’uranium
qui permettent aux centrales nucléaires de produire
Départ d'un train Castor transportant 6 conteneurs de déchets de gigantesques volumes d’électricité sont considérés
hautement radioactifs, à Nordenham, en Allemagne, le 3 novembre
2020. © Sina Schuldt/DPA/dpa Picture-Alliance via AFP comme «usés» au bout de trois à quatre ans
Conseil européen sur l’énergie jeudi, fin de l’enquête d’utilisation. Ils sont alors extraits des réacteurs
publique sur le centre d’enfouissement Cigéo le 23 et placés en piscine de refroidissement, pendant
octobre, discours d’Emmanuel Macron sur le plan soixante ans environ. Mais ils continuent d’émettre
d’investissement «France 2030» : les déchets sont des quantités importantes de rayonnement, très
l’angle mort des discours prônant la relance du dangereux pour les humains et leur environnement,
nucléaire. Pourtant, aucun pays au monde, de la Chine pendant des dizaines de milliers d’années. L’eau
à la Finlande, n’a trouvé de solution pérenne pour les dans laquelle ils sont plongés sert de barrière de
gérer. protection radiologique, et leur permet de refroidir.
Les déchets nucléaires sont peut-être la seule trace Mais sans protection radiologique, le débit de dose
qui restera de notre civilisation dans 100000ans. d’assemblages de combustibles usés peut s’élever de 1
Cette pensée formulée par des responsables de la à 100grays par heure, après dix ans de refroidissement,
sûreté nucléaire suédoise dans le documentaire Into expliquent les auteur·e·s du «World Nuclear Waste
Eternity, sur l’enfouissement des colis radioactifs en Report ».
Finlande, donne la mesure du problème.
Ecouter cet article
Chaque seconde de production d’électricité par des
centrales nucléaires fabrique de nouveaux déchets.
Chaque démantèlement de réacteur aussi: car ces
équipements sont intensément radioactifs après
plusieurs décennies d’utilisation. Et pourtant, ce sujet Départ d'un train Castor transportant 6 conteneurs de déchets
hautement radioactifs, à Nordenham, en Allemagne, le 3 novembre
incontournable est absent des discours prônant la 2020. © Sina Schuldt/DPA/dpa Picture-Alliance via AFP
relance du nucléaire au nom de l’action climatique. Il
Le gray est une unité de mesure utilisée en nucléaire
sera question de production d’énergie lors du Conseil
pour évaluer la dangerosité du rayonnement. On
européen des 21 et 22octobre, dans le contexte de la
estime qu’une dose de 4 à 5grays est létale. Ainsi,
flambée des prix du gaz, de l’essence et de l’électricité.
un élément de combustible usé, fraîchement déchargé
Mais aucun moment n’y sera consacré aux rebuts
d’un réacteur, sans protection, délivre une dose
nucléaires.
mortelle à un mètre en moins d’une minute. La
Les déchets « à haute activité», les plus radioactifs, radioactivité des combustibles usés est 100millions de
ont une durée de vie infiniment supérieure au temps fois supérieure à celle des pastilles neuves d’uranium.
d’une existence humaine: plusieurs milliers, plusieurs

1/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

Or l’Agence internationale de l’énergie estimait, en Est-ce une bonne idée d’enfouir autant de matières
2010, la quantité de combustibles nucléaires usés dans aussi dangereuses au même endroit, dans la
le monde à 340000tonnes de métal lourd – l’unité croûte terrestre? Quels sont les risques pour
utilisée pour présenter les quantités de matières les travailleur·se·s qui conduiront ces trains et
radioactives. manipuleront ces colis? Pour les habitant·e·s des
Dans son discours sur le plan d’investissement territoires qui seront traversés par ces convois? Pour
«France 2030»,Emmanuel Macron a annoncé un celles et ceux qui vivent à proximité du futur
milliard d’euros d’investissement pour «développer centre? Les conditions nécessaires à une discussion
des technologies de rupture» et notamment des «petits démocratique ont-elles été réunies, quand on sait à
réacteurs nucléaires»,sans aucune proposition précise quel point l’opposition à Cigéo a subi de répression
concernant les déchets. judiciaire et de harcèlement policier (voir ici notre
dossier sur la surveillance de masse du mouvement
En France, l’enquête publique sur le centre
anti-nucléaire) ?
d’enfouissement en couche géologique profonde
des déchets radioactifs Cigéo, près de Bure, entre la Ces questions ne semblent pas préoccuper grand
Meuse et la Haute-Marne, se termine le 23octobre. Il monde en dehors des acteurs de la filière et des cercles
n’a fait l’objet de presque aucune déclaration publique militants. Elles sont pourtant d’ampleur mondiale. Et
des nombreuses personnalités politiques déclarant à ce jour, aucun État ne leur a trouvé de réponses
vouloir se présenter à l’élection présidentielle. La pérennes.
ministre de la transition écologique, Barbara Pompili, Aucun pays n’a encore réussi à mettre en œuvre
pourtant chargée de l’énergie et de la sûreté nucléaire, l’enfouissement profond des restes radioactifs de
n’a alimenté aucune discussion à ce sujet dans l’espace son système nucléaire. Les États-Unis exploitent un
public. Le hic, c’est que ce projet destiné à stocker site de stockage en profondeur, le Waste Isolation
les restes les plus radioactifs et les plus dangereux du Pilot Plant (WIPP), au Nouveau-Mexique. Mais il
système nucléaire national, à 500mètres de profondeur ne contient que les déchets à vie longue provenant
sous terre, pour des dizaines de milliers d’années, est du secteur militaire. En 2014, il a connu un grave
indispensable à la filière électro-nucléaire française. incendie qui a causé sa fermeture pendant trois ans. Le
Aujourd’hui, la plupart des déchets les plus radioactifs précédent projet de Yucca Mountain a été abandonné.
sont entreposés dans l’usine d’Orano – ex-Areva – Cette technique ne présente donc à ce jour aucune
à la Hague (Manche). Mais ce site est plein à ras garantie de faisabilité. Seules la France, la Suède
bord et devrait être saturé en 2030 au plus tard. EDF, et la Finlande ont officiellement choisi un site.
Orano, et le Commissariat à l’énergie atomique et Cette dernière est le pays le plus avancé dans cette
aux énergies alternatives (CEA) sont les principaux technologie, avec un chantier actuellement en cours
producteurs de déchets nucléaires en France. Fin 2018, à Onkalo, près de la centrale d’Olkiluoto, au sud de sa
l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs, côte occidentale. Ce sont les seuls travaux aujourd’hui
l’Andra, estimait à 3880m3 la quantité de déchets à en cours dans le monde pour bâtir un site de stockage
haute activité. permanent sous terre.
Si Cigeo est autorisé et entre en exploitation, des Les pays qui ont choisi le stockage géologique profond
colis de substances ultra-radioactives, vitrifiées et ont l’intention de le faire dans le granit: en Finlande,
enfermées dans des conteneurs scellés, devraient en Suède, au Canada, aux États-Unis et en Chine, selon
traverser la France pendant un siècle environ pour être la veille faite par la revue Global Chance. La France
enfouis dans les galeries souterraines lorraines pour est pour le moment la seule à avoir choisi l’argile.
des dizaines de milliers d’années.

2/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

L'État français se distingue par une autre particularité En dehors des aspects techniques et économiques
économique: il est le seul, avec la Russie à un – selon la Cour des comptes, la charge de gestion
degré moindre, à retraiter les combustibles irradiés des déchets radioactifs s’élève à 32milliards d’euros,
pour produire du plutonium. Le retraitement des et le gouvernement a chiffré à 25milliards d’euros
déchets consiste à séparer les différents composants le coût de Cigéo selon un calcul opaque –, la
du combustible nucléaire usé: uranium, plutonium, question vertigineuse des rebuts nucléaires se heurte
produits de fission. Cela sert à fabriquer un autre type à un mur démocratique. «Une conduite purement
de combustible, le MOX (combustible oxyde mixte), scientifique et technique ne permet pas de relever
utilisé dans certaines centrales nucléaires. Mais les les défis que représentent des programmes dont le
déchets issus de l’irradiation du MOX sont encore niveau de risque est aussi élevé», notent les auteurs
plus radioactifs et dangereux que les autres: une du «World Nuclear Waste Report ». Il faut accorder
fois le MOX usé, ses déchets demandent un siècle selon eux de l’importance à la «gouvernance» de
supplémentaire d’entreposage en piscine, explique ces projets, à la «co-construction» des politiques de
le «World Nuclear Waste Report ». Les anti-Cigéo gestion et de stockage des déchets, ainsi qu’au «rôle
reprochent à l’enfouissement de faire oublier les des communautés affectées».
déchets et ainsi de rendre acceptable l’une des plus
Au début du XXesiècle, le philosophe états-unien
graves impasses du nucléaire.
John Dewey s’était inquiété de l’«éclipse du public»
L’« éclipse du public » au profit d’experts au profit d’une nouvelle catégorie professionnelle:
Des alternatives existent-elles? «Dans les autres les experts certifiés susceptibles de se plonger dans
pays ayant des centrales nucléaires, les combustibles la complexité sociotechnique, explique la sociologue
irradiés ne sont pas retraités et constituent les déchets Geneviève Pruvost dans son livre Quotidien politique.
ultimes pour lesquels se pose le problème de leur Dewey concluait que: «Tout gouvernement par les
gestion à long terme », explique le physicien Bernard experts dans lequel les masses n’ont pas la possibilité
Laponche. « En attendant, les combustibles irradiés, d’informer les experts sur leurs besoins ne peut-être
après un séjour en piscine de quelques années près autre chose qu’une oligarchie administrative en vue
des réacteurs, sont entreposés dans des conteneurs, en des intérêts de quelques-uns.»
acier et en béton sur le site des centrales», poursuit Le sort des déchets nucléaires, à la fois en eux-mêmes
le spécialiste, selon qui «ce système d’entreposage et par leur disparition de l’espace public, semble
est très élaboré, dans des conteneurs de très haute se prêter particulièrement bien à cette confiscation
qualité fournis en particulier par Orano, et peuvent démocratique.
durer bien au-delà de 100ans. » À ses yeux, « la
Boite noire
question du stockage définitif se pose mais… on a
le temps». Cet entreposage à sec, c’est ce que des Cet article a été modifié le 21 octobre vers midi
ONG demandaient pour la France. A Bure et dans ses pour préciser les positions des ONG et collectifs sur
environs, les collectifs militants contre Cigéo exigent l'entreposage à sec.
eux la sortie du nucléaire. Ils organisent une journée
de mobilisation samedi 23 octobre, à l'occasion de
la fin de l'enquête publique .

3/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

4/4

Vous aimerez peut-être aussi