Vous êtes sur la page 1sur 4

lOMoARcPSD|9802134

La membrane, ses différenciations, les jonctions cellulaires

Biologie Moléculaire et cellulaire (Université d'Orléans)

StuDocu n'est pas sponsorisé ou supporté par une université ou école


Téléchargé par Mohamed Helmi Chebbi (halmoum13@gmail.com)
lOMoARcPSD|9802134

La membrane, ses différenciations, les jonctions cellulaires

I. La membrane unitaire :
Membrane unitaire : du point de vue de la structure, on ne fait pas de différences entre les membranes
cellulaires.

Membrane : bicouche phospholipidique (voir schéma du diapo) entre les 2 couches, il y a des protéines, épaisseur
moyenne entre 7 et 10nm

En microscopie ET toutes les membranes se présentent de la même façon. On ne pourra les différencier qu’en
regardant la composition de la cellule

En MET : sels de métaux lourds, opaques  bloquent les électrons qui se fixent au niveau des membranes  on
voit la membrane cellulaire. Sur la partie hydrophile du feuillet, on a un dépôt sur chaque couche hydrophile.
Sous certaines conditions, on distingue les 2 dépôts, dans d’autres cas, on n’en voit qu’un seul.

Espace clair entre 2 cellules (2 membranes cytoplasmiques) = espace intercellulaire

En zoomant sur cet espace intercellulaire, on distingue les régions hydrophiles donc les 2 dépôts de métaux
lourds. Quand on observe ces 2 régions hydrophiles, on dit qu’on observe la structure trilaminaire. Cette
structure ne dépend que du grandissement : sous le grossissement 100 000, on ne distingue qu’une couche (1
trait), mais à partir de 100000, on voit la structure trilaminaire. Le feuillet sombre  régions hydrophiles et le
feuillet clair  région hydrophobe

II. Les différenciations membranaires :

1) Microvillosités

Microvillosités : Caractéristiques des cellules à assimilation ou sécrétion au niveau de la membrane


cytoplasmique, replis réguliers de la membrane cytoplasmique

Ex : cellules de la bordure en brosse de l’intestin

-Coupes histologiques : on voit des tissus

-En MET : grandissement + important

-Filaments d’actine : maintient la microvillosité droite

-Dans une microvillosité, on voit : (photo : coupe longitudinale)

- un espace clair entre les filaments d’actine et la membrane. Dans cet espace, il y a des ponts
transversaux qui relient la membrane aux filaments d’actine.

- En haut de la microvillosité, il y a une zone sombre appelée zone dense amorphe.

- un « trou » mais c’est un artefact de préparation

- les filaments d’actine sont accrochés entre eux, pour avoir autant de rigidité qu’un seul gros batonnet

-structure trilaminaire (grandissement de 100000)

Téléchargé par Mohamed Helmi Chebbi (halmoum13@gmail.com)


lOMoARcPSD|9802134

2) L’endocytose

C’est le phénomène d’incorporation de substances à l’intérieur de la cellule par déformation de la membrane


plasmique

Exemple : incorporation des particules LDL vésicules qui transportent le cholestérol (mauvais) vers le foie

L’endocytose recouvre la phagocytose (propre aux cellules de défense de l’organisme) et la pinocytose


(membrane se creuse et forme une vésicule)

- pinocytose simple

- ou par récepteur : récepteur qui détecte de manière spécifique

L’endocytose des particules LDL est une pinocytose par récepteur

LDL tapissent la paroi

Les récepteurs se regroupent au niveau d’un puit mentelé (coated pit), au niveau duquel la membrane s’invagine.
Ensuite la vésicule mentelée se détache, elle perd son manteau et se transforme en endosome dans lequel le LDL
se détache. Le lysosome récupère le cholestérol.

Photo n°3 diapo 6 :

On voit :

- la structure trilaminaire de la membrane

- l’invagination

- les récepteurs avec les LDL fixés dessus (masses sombres) à l’intérieur de la vésicule

- le puit mentelé autour duquel on voit le manteau de Clathrine, il disparaitra ensuite

III. Les jonction cellulaires :

1. Les types morphologiques

Les jonctions de type zonula = jonctions saturantes

-fait le pourtour de la cellule

-la ceinture de la cellule est en contact avec une autre ceinture d’une autre cellule

Les jonctions de type macula = jonctions ponctuelles

-dispersées sur la membrane

-macula en contact avec une autre macula (pt de contact) d’une autre cellule

-certaines maculas ne permettent que l’accrochage et d’autres font la communication

2. Exemples de jonction cellulaires

Parmi les jonctions Zonula :

-Jonction serrée = zonula occulens, ceinturante (car zonula) : ne concerne que les cellules épithéliales, elle est
située du côté apicale, sous les microvillosités

Téléchargé par Mohamed Helmi Chebbi (halmoum13@gmail.com)


lOMoARcPSD|9802134

 obstrue l’espace intercellulaire  donne de la cohésion aux tissus

Parmi les jonctions Macula :

-le desmosome = macula adherens : structure partagée entre 2 cellules

Caractéristiques : filaments perpendiculaires à la membrane + zones sombres proches des membranes =


plaque dense posée sur la membrane + réseau

3. Le complexe de jonction

Le complexe de jonction :

Réunion des 3 Jonctions : jonction serrée, jonction intermédiaire et desmosome dans cet ordre depuis le pole
apicale d’une cellule épithéliale

Téléchargé par Mohamed Helmi Chebbi (halmoum13@gmail.com)

Vous aimerez peut-être aussi