Vous êtes sur la page 1sur 13

Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

Les centrales d'énergie renouvelable


SOMMAIRE
1. Centrales Éoliennes
1.1 Principe de fonctionnement
1.2 Avantages et inconvénients
2. Centrales solaires
2.1 Photovoltaïque
2.2 Thermodynamique
2.3 Avantages et inconvénients
3. Centrales Biomasses
3.1 Biomasse ligneuse
3.2 Biomasse fermentescible
3.3 Avantages et inconvénients
4. Centrales géothermiques
4.1 Réservoirs de vapeur
4.2 Réservoirs d’eau chaude
4.3 La géothermie des roches fracturées
4.4 Avantages et inconvénients
5. Centrales hydroliennes
5.1 Principe de fonctionnement
5.2 Avantages et inconvénients
6. Centrales marémotrices
6.1 Principe de fonctionnement d’une centrale marémotrice
6.2 Avantages et inconvénients
7. Centrale houlomotrice
7.1 Principe de fonctionnement
7.2 Avantages et inconvénients
8. Centrales osmotiques
8.1 Principe de fonctionnement
8.2 Avantages et inconvénients
9. Centrales de l'énergie thermique des mers
9.1 Principe de fonctionnement
9.2 Avantages et inconvénients
10. Production d’électricité d’origine renouvelable dans le monde : chiffres et statistiques
Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

Production d’électricité d’origine renouvelable

1. Centrales éoliennes

1.1 Principe de fonctionnement


Le vent fait tourner les pales, l’énergie cinétique est changée en énergie mécanique de
rotation. Le mouvement des pales entraîne l’alternateur qui convertit l’énergie mécanique en
énergie électrique.

1.2 Avantages

Énergie propre; Source d’énergie renouvelable (le vent); Utile dans les régions éloignées.
Excellent système d’appoint : en hiver il y a plus de vent, et l’air est plus dense donc plus
efficace.
1.3 Inconvénients

Nécessite de grand parc pour avoir une bonne production; Pollution visuelle Danger pour
les oiseaux là où il y a des migrations; Il n’y a pas toujours du vent.

2. Centrales solaires

2.1 Principe de fonctionnement


On distingue l'énergie solaire photovoltaïque (production d'électricité) de l'énergie solaire
thermique (production de chaleur). Le photovoltaïque utilise la lumière du soleil pour la
transformer en électricité au moyen de cellules généralement à base de silicium. Le
thermique transforme le rayonnement solaire en chaleur.
Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

Photovoltaïques Electricité
Energie solaire
Thermodynamique

Thermique Chaleur

2.2 Energie solaire photovoltaïque

Un panneau photovoltaïque ou module est composé de sortes de « briques » appelées


cellules photovoltaïques, formées de couches de silicium. Lorsque les photons (particules
composant le rayonnement solaire) rencontrent la surface d'une cellule PV, ils transmettent
leur énergie aux électrons de cette dernière qui en se déplaçant créent un courant électrique
continu qui est ensuite transformé en courant alternatif par l'onduleur afin d'être réinjecté dans
le réseau de distribution. Il existe également des technologies solaires photovoltaïques dites à
« couches minces » à partir de tellurure de cadmium ou de cuivre indium gallium sélénium
(CIGS).
2.1.1 Avantages
Elle est idéale pour les sites isolés ou les sites qui ne sont pas reliés à un réseau électrique
important.
2.1.2 Inconvénients
Non seulement le rendement est assez faible mais la quantité d’énergie produite par les
panneaux photovoltaïques dépend du climat et de la situation géographique.

3. Centrales biomasses

La biomasse est la 2ème énergie renouvelable dans le monde. Elle permet de produire de
l'électricité, de la chaleur via la combustion de déchets et de résidus de matières organiques
végétales ou animales.
Le terme de biomasse recouvre un champ très large de matières : bois, déchets des
industries de transformation du bois, déchets agricoles (pailles, lisiers, etc.), fraction
fermentescible des déchets ménagers et des industries agro-alimentaires, biogaz de décharge
ou produits de méthanisation (lisiers, boues d'épuration, décharges, ...).
Le pouvoir calorifique de la matière organique peut servir à produire de l'électricité à
partir de procédés thermiques (pyrolyse, gazéification, combustion directe) ou biochimiques
(digestion anaérobie ou méthanisation).
3.1 Biomasse ligneuse
La biomasse ligneuse, c'est-à-dire : le bois, la bagasse (fibre de la canne dont on a
extrait le sucre), la paille, etc., est essentiellement utilisée dans des procédés à base de
Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

combustion. En Europe ce sont les industries de transformation du bois (principalement les


usines de pâte à papier) qui en brûlant leurs résidus produisent de la chaleur et de l'électricité
(c'est la cogénération).

3.2 Biomasse fermentescible


La biomasse fermentescible, c'est-à-dire : les lisiers, les résidus liquides, les déchets, est
d'abord convertie en biogaz par des micro-organismes. Le biogaz, qui par sa composition
(principalement du méthane et du gaz carbonique), est voisin du gaz naturel fossile, est
ensuite brûlé dans des groupes électrogènes adaptés.
3. 3 Avantages

C’est une énergie qui émet peu de gaz à effet de serre. L’avantage majeur de la biomasse
est qu'elle aide à la gestion des déchets solides. Lorsque les déchets sont utilisés comme
biomasse, on répond à deux demandes : la baisse de la pollution et l’augmentation des
ressources énergétiques.

3.4 Inconvénients

Elle ne peut avoir qu’un apport limité car le recours intensif à la biomasse entrainerait des
impacts négatifs sur l’environnement tels que des phénomènes de déforestations (en cas
d’exploitation intensive du bois-énergie), d’érosions des sols, de pollution des sols et des eaux
(en cas de production intensive de biocarburant).

4. Centrales géothermiques

La géothermie consiste à capter la chaleur de la croûte terrestre pour produire du


chauffage ou de l’électricité. La température des roches augmente en moyenne de 1 °C tous
les 30 mètres de profondeur : c'est le gradient géothermique terrestre moyen. En certains
points du globe, et notamment dans les régions volcaniques, qui correspondent à des
intrusions de magma dans la croûte terrestre, le gradient géothermique est plus élevé (10 °C
par 100 mètres en Alsace et même exceptionnellement 100 °C par 100 mètres à Larderello,
Italie, seulement 1 °C par 100 mètres près de Padoue) et l'eau des précipitations qui traverse
les roches s'échauffe de plus en plus en profondeur. Une seule forme d’énergie géothermique
permet de produire de l’électricité : la géothermie moyenne et haute température, à partir de
150 °C, qui permet la production d’électricité, soit directement à partir de gisements de
vapeur ou d’eau chaude ou après injection d’eau en profondeur et récupération de chaleur.
Les autres formes de géothermie, qui exploitent des températures plus basses, sont exploitées
exclusivement pour le chauffage seul ou en association avec la climatisation.
Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

4.1 Les principales formes de ressources géothermiques


4.1.1 Réservoirs de vapeur

Si l’eau de gisement est partiellement vaporisée, elle pourra être récupérée sous la forme
de vapeur sèche directement utilisable pour faire tourner les turbines des centrales électriques.
Cependant, ces gisements de vapeur sont relativement rares. Les gisements les plus connus
sont Lardarello (Italie), Geysers (Californie) et Matsukawa (Japon).
4.1.2 Réservoirs d’eau chaude
Le plus souvent, l’eau des gisements géothermiques reste liquide et, suivant sa
température, elle peut être utilisée soit pour le chauffage, soit pour la production d’électricité.
Dans ce dernier cas, la baisse de pression que subit l’eau chaude pendant sa remontée vers la
surface produit sa vaporisation de sorte qu’en tête de puits on dispose d’un mélange
diphasique eau-vapeur dont on peut utiliser la phase gazeuse pour alimenter des turbines.

4.1.3 La géothermie des roches fracturées


Consiste à récupérer la chaleur de roches chaudes en profondeur par une circulation d’eau
vers la surface. Elle constitue une énorme réserve d’énergie puisque l’exploitation de la
chaleur contenue dans une sphère de 1 km de rayon permettrait d’alimenter pendant un siècle
une centrale électrique de 10 MW. La principale difficulté consiste à créer un échangeur
souterrain par stimulation hydraulique des fractures existantes dans la roche en profondeur.

Fig.2 géothermie des roches fracturées

EDF participe à la construction de la première unité pilote de ce type en Alsace où il


s’agit de faire circuler de l’eau dans un échangeur souterrain à 5000 mètres de profondeur
Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

dans le massif granitique afin de récupérer 50 MW thermiques à près 200 °C pour générer de
5 à 6 MW électriques. La production directe de vapeur d’eau dans ces conditions de pression
et de température n’étant plus possible, on utilise alors comme fluide travail un fluide
organique dans une installation en cycle fermé (cycle binaire). (Source EDF)

4.2 Les avantages


 La géothermie de profondeur ne dépend pas des conditions atmosphériques (soleil, pluie,
vent).
 C’est une source d'énergie quasi-continue.
 Les gisements géothermiques ont une durée de vie de plusieurs dizaines d'années (30 à 80
ans en moyenne).
4.3 Les inconvénients
 Les sites de forages sont limités en fonction du type de roche (roche chaude facile à
percer).
 Risque de rejets gazeux nocifs ou toxiques.
 Risque de réchauffement du site de forage.
 Certaines pratiques de forages augmentent les risques sismiques.
 Certaines technologies utilisent des produits chimiques à fort impact environnemental.

5. Centrale hydrolienne
Une hydrolienne est une turbine hydraulique à axe horizontal ou vertical). La turbine est
placée dans l’axe des courants marins ou fluviaux afin de capter l’énergie cinétique, comme
une éolienne utilise l'énergie cinétique du vent. La turbine de l'hydrolienne permet la
transformation de l'énergie cinétique de l'eau en mouvement en énergie mécanique, qui peut
alors être convertie en énergie électrique par un alternateur. Cette électricité est ensuite
acheminée par des câbles reliés au rivage jusqu’à différents point de distribution. Bien que les
courants marins soient 4 à 5 fois moins rapides que le vent, la puissance électrique d’une
hydrolienne est beaucoup plus importante que celle des éoliennes de même dimension, car la
densité de l’eau de mer est 800 fois plus élevée que celle de l’air. La turbine d’une
hydrolienne peut atteindre une puissance de 1 MW, un parc hydrolien pouvant en regrouper
plusieurs.
Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

Fonctionnement d’une hydrolienne


5.1 Avantages

 Les hydroliennes sont beaucoup plus petites que les éoliennes pour une même puissance,
cela étant dû à la masse volumique de l'eau qui est environ 800 fois supérieure à celle de
l'air.

 Les courants marins sont prévisibles (notamment en consultant les éphémérides), on peut
donc estimer avec précision la production d'électricité.

 Les potentiels des courants marins sont très importants, le potentiel européen hydrolien
exploitable à environ 12 ,5 GW, soit l'équivalent de 12 réacteurs nucléaires de 900 MW

 L’hydrolienne utilise une énergie renouvelable (le courant marin) et elle ne pollue pas, en
termes de déchets issus de combustion tels que CO2 ou de déchets radioactifs.

5.2 Inconvénients

 La maintenance nécessite l’utilisation de produits toxiques pour la faune et la flore marine


(antifouling), pour éviter le développement des algues et organismes encroûtants sur
l’hydrolienne. Des poissons, mammifères marins ou des plongeurs pourraient heurter les
hélices.
6. Centrales marémotrices
L'énergie marémotrice est issue des mouvements de l'eau créés par les marées et causés
par l'effet conjugué des forces de gravitation de la Lune et du Soleil. Elle est utilisée sous
forme d'énergie potentielle - l'élévation du niveau de la mer. Contrairement
aux hydroliennes qui captent l’énergie cinétique des courants de marée, le principe d’une
centrale marémotrice s’appuie sur une énergie potentielle : cette source d’énergie utilise le
Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

marnage pour produire de l’électricité en exploitant la différence de hauteur entre deux


bassins séparés par un barrage.
6.1 Principe de fonctionnement d’une centrale marémotrice
Tout d'abord, pour pouvoir expliquer le principe d'une usine marémotrice nous devons
expliquer l'origine des marées. Les marées sont le résultat de l'application de deux forces sur
la Terre :
 Une force d'attraction gravitationnelle d'une part, exercée par un astre comme la Lune
ou le Soleil. Cette force est plus intense si l'astre concerné est proche de la Terre et si sa
masse importante.
 Une force centrifuge d'autre part, liée à la rotation de la Terre et qui s'exerce de manière
identique en tout point du globe.
Une usine marémotrice est une usine hydroélectrique, qui comprend un barrage séparant la
mer d'un bassin. On crée une différence de niveau des eaux utilisées pour faire tourner un
certain nombre de turbines générant de l’électricité. Ces turbines sont réparties tout le long de
l'usine. Les pales des hélices sont orientables et donc elles peuvent fonctionner dans les deux
sens, c'est à dire qu'elles peuvent fonctionner en marée montante mais aussi en marée
descendante. Les turbines peuvent fonctionner en mode turbinage ( production d'électricité)
ou en mode pompage ( la turbine est alimentée par le réseau électrique afin de compléter le
remplissage du bassin à marée montante).

Usine marémotrice à marée montante Usine marémotrice à marée descendante

L'énergie marémotrice peut être captée sous deux formes :


 L'énergie potentielle (en utilisant les variations du niveau de la mer) :
 L'énergie cinétique (en utilisant le courant des marées, qui peut être capté par des
turbines).
Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

6.2 Avantages
 On peut prédire à l'avance sa disponibilité (alors que les autres énergies renouvelables
sont imprévisibles).
 Offre les avantages d'être à la fois propre, naturelle et renouvelable. Les marées
constituent une source d'énergie inépuisable et non soumise aux changements
climatiques, contrairement à l'énergie solaire ou éolienne.
6.3 Inconvénients
 Peu de sites dans le monde sont susceptibles d’être équipés de centrales de production
marémotrices,
 On sait aujourd’hui que ces installations nécessitent de très gros aménagements et cela
perturbent les équilibres écologiques des sites où sont implantées les usines.
 L'action de l'eau de mer sur les matériaux de l’usine est aussi un gros inconvénient. En
effet il se détériore du fait de la corrosion

7. Centrale houlomotrice

Une centrale houlomotrice est une installation qui exploite l’énergie de la houle (d’où le
nom) et des vagues pour produire de l’électricité. Différents mécanismes permettent de capter
et de transformer l’énergie potentielle et cinétique de ces oscillations de la mer : balanciers et
flotteurs actionnant des vérins pneumatiques ou hydrauliques, systèmes de compression à eau
ou à air reliés à des turbines, etc.
Jusqu’à présent, les projets explorant ces différentes voies peinent à surmonter les contraintes
pratiques rencontrées. Rares sont les centrales réellement en exploitation.
Il existe 4 technologies pour récupérer cette énergie :
 les corps flottants : ces dispositifs constituent une structure flottante articulée et
perpendiculaire aux vagues. Ils sont formés de tuyaux en aciers ou de pontons reliés
par des joints contenant des pompes hydrauliques. Le mouvement des vagues force le
liquide hydraulique qui actionne une turbine.
 les colonnes d’eau oscillante : la surface de l'eau de mer agit comme un piston pour
pousser l'air dans un tuyau (« trou du souffleur ») ; cet air actionne à son tour une
turbine qui peut travailler dans les deux sens. Ce type de dispositif peut être installé en
mer ou sur le littoral.
 les systèmes à déferlement : la vague déferlant sur un plan incliné est recueillie sur un
bassin en hauteur dans lequel l'eau actionne une turbine, puis retourne à la mer.
les parois oscillantes immergées : ce sont de petits dispositifs en comparaison à la
longueur d’ondes des vagues, dont il existe plusieurs variantes. Ils peuvent soit osciller
Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

(sorte de volet oscillant dans les deux sens avec le passage des vagues), soit actionner
une sorte de pompe à piston à vérin hydraulique

L’énergie des vagues (énergie houlomotrice), l‘énergie thermique des mers, et l’énergie
osmotique sont d’autres formes d’énergie marine pouvant être exploitées.

8. Centrales osmotiques
Les centrales osmotiques produisent de l'électricité grâce au principe d'osmose entre
l'eau salée et l'eau douce. Le principe de production d'électricité est très simple. De l'eau
salée et de l'eau douce sont stockées dans deux réservoirs fermés et reliés. Ces réservoirs sont
séparés par une fine membrane semi perméable constituée d'acétate de cellulose ou en
polymère de synthèse. Cette membrane laisse passer l'eau mais pas le sel. L'eau douce
traverse la membrane et arrive dans le réservoir d'eau salée. La pression dans le réservoir
augmente et l'eau, sous pression est lâchée sur une turbine qui est connectée à un générateur.
Il y a production d'énergie.

Schéma du fonctionnement d'une centrale osmotique


Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

Un projet est en test en Norvège à Hurum. L'eau salée est puisée dans la Mer Noire et
l'eau douce dans le Fjord. Le projet produit 2MW. La production prévue est de 25MW. Ce
projet a un avantage sur les autres projets, il n'est pas affecté par les variations
métérologiques. Mais il a aussi des inconvénients, ce projet produit peu. L’énergie osmotique
est aujourd’hui la moins avancée de ces énergies marines du point de vue de la recherche en
raison des investissements importants.

9. Centrales de l'énergie thermique des mers (ETM)


L'énergie thermique des mers ou énergie maréthermique est produite en exploitant la
différence de température entre les eaux superficielles et les eaux profondes des océans. Un
acronyme souvent rencontré est OTEC, pour« Ocean thermal energy conversion ». L'Union
européenne utilise le terme énergie hydrothermique pour « l'énergie emmagasinée sous forme
de chaleur dans les eaux de surface » la différence de température entre les eaux de surface à
environ 25 °C, chauffées par le rayonnement solaire, et les eaux profondes des océans (-1000
m) à environ 5 °C. L’utilisation d’une machine thermodynamique permet de convertir une
partie de la chaleur de l’eau chaude en énergie électrique.
Les centrales à cycle fermé utilisent de l’ammoniaque comme fluide caloporteur qui,
porté à 24 °C, se vaporise et entraîne une turbine électrique. L’eau de mer puisée dans les
profondeurs sert à refroidir le fluide qui sera réintroduit dans le circuit. Une partie de l’énergie
produite est utilisée pour le pompage. Le bilan environnemental est, semble-t-il, positif,
puisque le pompage d’eau froide reproduit le mouvement naturel de « upwelling » qui fait
localement remonter les eaux profondes, riches en nutriments, et stimule ainsi l’activité
biologique.

Avantages
 Pas de confinement ou de stockage de l’eau.
 Pas d’émission de CO2.
Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

 La ressource ETM est abondante, stable, disponible 24 heures sur 24, tous les jours de
l’année.
 La ressource est prévisible. Largement distribuée et facile d'accès pour de nombreux
pays situés dans la ceinture intertropicale,
 Cette ressource en eau profonde peut être utilisée pour la production d’électricité mais
également pour développer de nombreux autres produits dérivés telles que la production
d’eau douce, la climatisation par eau froide profonde, l’aquaculture, l’agriculture par
irrigation d’espace verts en particulier.
 Peu de frais de fonctionnement.
Inconvenients
 Faible rendement thermique et investissement initial conséquent.
 Evaporateur volumineux et encrassement possible par les algues.
 Utilisation de l’ammoniac. Souvent éprouvé par l’industrie.
 Impacts sur la faune et la flore possibles, ainsi que sur les cétacés ou autres espèces
marines.

10. Production d’électricité d’origine renouvelable dans le monde


- Plus de 20% de la production d’électricité mondiale
- 1739 TWh d’énergie renouvelable de plus en dix ans
- Une croissance des filières renouvelables 5 fois plus rapides que celle de l’hydraulique
en 2011 en 2012

Structure de la production d’électricité d’origine renouvelable

Structure de la production d’électricité en 2012 Structure de la production d’électricité d’origine


renouvelable en 2012
Cours 2 Production d’électricité d’origine renouvelable

Taux de croissance annuel moyen 2002-2012 Production d’électricité d’origine renouvelable


hors hydraulique (TWh)

Vous aimerez peut-être aussi