Vous êtes sur la page 1sur 124

La liberté d’expression

Pour qui, pour quoi, jusqu’où ?


Stéphane Hoebeke

La liberté d’expression
Pour qui, pour quoi, jusqu’où ?
La version en ligne de cet ouvrage est disponible
sur la bibliothèque digitale Jurisquare à l’adresse
www.jurisquare.be.

© 2015, Anthemis s.a.


Place Albert I, 9 B-1300 Limal
Tél. 32 (0)10 42 02 90 – info@anthemis.be ­– www.anthemis.be

Toutes reproductions ou adaptations totales ou partielles de ce livre,


par quelque procédé que ce soit et notamment par photocopie, réservées pour tous pays.

Dépôt légal : D/2015/10.622/77


ISBN : 978-2-87455-972-3

Création graphique et mise en page : Véronique Vagneur


Couverture : Matthieu Lepoutre
Impression : PR-PRINT
Imprimé en Belgique
Sommaire
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Mode d’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1. Liberté d’expression pour tous et en toutes matières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2. Liberté et censure .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
3. Liberté et sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
4. Liberté et humour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
5. Liberté et tolérance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
6. Liberté et limitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
7. Liberté et vie privée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
8. Liberté et image .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
9. Liberté et nom ou voix .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
10. Liberté et honneur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
11. Liberté et justice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
12. Liberté et présomption d’innocence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
13. Liberté et oubli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
14. Liberté et secret . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
15. Liberté et discrimination .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
16. Liberté et racisme .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
17. Liberté et sexisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
18. Liberté et religion .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
19. Liberté et violence, haine, menace ou harcèlement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
20. Liberté et provocation publique à commettre un crime ou un délit . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
21. Liberté et bonnes mœurs .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
22. Liberté et dignité humaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
23. Liberté et protection des mineurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
24. Liberté et objectivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
25. Liberté et indépendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
26. Liberté et pluralisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
27. Liberté et publicité .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
28. Liberté et droit d’auteur .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
29. Liberté et espace public .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
30. Liberté et sanction .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123

5
Introduction

L a communication est partout, sur tous les supports, même dé-


matérialisés : de la parole à Twitter, en passant par le dessin, la
photo ou la vidéo. L’expression est libre mais en quoi consiste cette liberté
et quelles sont ses limites ? Que sont la vie privée, l’image, l’honneur, la
dignité humaine, la discrimination, le racisme, le sexisme, la violence, la
protection des mineurs, l’objectivité ?

Voici un livre sur les règles de contenu applicables par tout qui s’ex-
prime (journaliste professionnel ou non, artiste, publicitaire, blogueur,
youtubeur, facebookeur…), qu’il soit un enfant de 13 ans ou un dirigeant
d’entreprise, qu’il soit célèbre ou anonyme, qu’il communique un fait, une
idée ou une opinion, quels que soient le sujet (politique, culture, sport…)
et le support (affichage, presse écrite, cinéma, radio, télévision, Internet,
réseaux sociaux…).

Son but est de définir la liberté d’expression et ses limitations telles


qu’elles existent aujourd’hui en Belgique. C’est une nécessité si l’on veut
promouvoir une vraie liberté d’expression pour tous et sur tous les médias.
Le problème est qu’il n’existe pas un texte unique qui rassemble toutes les
règles encadrant la liberté d’expression et ses différents modes de diffusion :
les lois sont éparses, éparpillées dans une jungle de textes parfois imprécis
ou inadaptés, complétées par une déontologie et une jurisprudence qui ne
sont pas toujours constantes, le tout sans parler de l’éthique individuelle.

L’objectif est de fournir des clés concrètes pour permettre à chacun


de communiquer en connaissance de cause, ce qui est aussi une nécessité
en termes d’éducation aux médias afin de développer l’esprit critique de
chacun.

Entrons dans le monde merveilleux et mystérieux de la liberté d’ex-


pression.

7
Mode d’emploi

Chaque chapitre du livre est structuré selon le canevas suivant : une définition, les
règles applicables, des exemples ou illustrations concrets, fictifs ou réels, les points à
souligner et une rubrique finale renvoyant à une courte sélection de références utiles
dans la loi, la déontologie ou la jurisprudence.

Les pictogrammes suivants sont utilisés pour la facilité de lecture :

Définition
Règle applicable
Exemple
Attention
Références utiles dans la loi, la déontologie ou la jurisprudence

Lorsqu’un exemple est tiré d’une décision de justice, il est suivi d’un numéro qui
renvoie à la référence complète reprise à la fin de chaque chapitre, dans la rubrique
« Références utiles/Jurisprudence citée ».

Par ailleurs, tout lecteur intéressé par de plus amples développements peut consulter
l’ouvrage de Stéphane Hoebeke et Bernard Mouffe, Le droit de la presse. Presse écrite,
presse audiovisuelle, presse électronique, 3e édition, publié chez Anthemis en 2012. 

8 anthemis
1. Liberté d’expression pour tous
et en toutes matières

La liberté d’expression, c’est d’abord la liberté de penser, de rêver,


d’imaginer en dehors de toute concrétisation sous une forme particu-
lière ou de toute communication avec autrui, notamment par la parole
ou l’écrit.

Vient ensuite la liberté d’exprimer des pensées ou de simples faits sous une
forme concrète extérieure à soi, de les dire par la parole, de les écrire sur
une feuille de papier ou de les reproduire sur une toile ou dans la pierre.

Enfin, il y a la liberté de communiquer publiquement des idées ou des in-


formations, par exemple en publiant un article dans la presse, en répondant
à une interview en radio ou en diffusant sa vidéo sur les réseaux sociaux.

 a liberté d’expression est un droit fondamental, garanti par la Constitution


L
et les traités internationaux.

Elle vaut pour toute personne sans aucune distinction.

La liberté d’expression est un droit fondamental que l’on soit jeune ou vieux,
femme ou homme, national ou étranger, romancier, journaliste, peintre, in-
ternaute anonyme, personnalité politique, artiste, avocat, ouvrier, animateur,
association...

 Le mot « journaliste » utilisé dans le livre ne doit pas se comprendre de


manière restrictive : il vise toute personne qui contribue directement à
la collecte, la rédaction, la production ou la diffusion d’informations, par
le biais d’un média, au profit du public. Par ailleurs, les mots « presse » ou
« média » utilisés dans le livre sont synonymes et visent généralement tous
les supports de diffusion publique.

anthemis 9
La liberté d’expression

 liberté d’expression vaut pour les idées, les opinions, les faits, l’informa-
La
tion, l’actualité, l’histoire, la fiction ou la science-fiction.

Elle vaut en toutes matières : politique, société, justice, santé, environne-


ment, culture, littérature, sport, jeu, divertissement…

Elle passe par la parole, le geste, la danse, le dessin, la peinture, la sculpture,


l’écrit, l’image, le son, le chant, la musique, la vidéo...

Elle utilise tous les moyens de communication publique possibles : affiche,


livre, presse écrite, magazine, photographie, cinéma, radio, télévision, vidéo,
Youtube, Facebook, Twitter…

Elle utilise le papier, la scène, les ondes, le câble, le satellite, Internet, les
réseaux sociaux...

 a liberté d’expression englobe la liberté de rechercher et de recevoir des


L
idées ou des informations communiquées par autrui. Elle vaut pour une
bibliothèque, un musée, un moteur de recherche...

Cette liberté est un droit humain essentiel dont chacun peut réclamer
l’usage et elle doit être la plus large possible. Elle doit être maximale et va-
loir non seulement pour les idées ou les informations banales, inoffensives,
indifférentes, accueillies avec faveur, qui plaisent au pouvoir ou à la majo-
rité, mais aussi et surtout pour les idées différentes, originales, minoritaires,
qui fâchent, « heurtent, choquent ou inquiètent l’État, la population ou
une partie de celle-ci. Ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l’esprit
d’ouverture sans lesquels il n’est pas de société démocratique »1.

La liberté comprend le recours possible à une certaine dose d’exagération,


voire même de provocation.

Elle est indifférente aux outrages sélectifs ou aux contrôles à géométrie


variable : si elle vaut pour les propos qui choquent, elle vaut aussi pour
les personnes qui s’estiment choquées et entendent réagir avec des propos
choquants.

10 anthemis
Liberté d’expression pour tous et en toutes matières

N’est pas en soi illégale l’affirmation « Je ne suis pas Charlie ». Toute personne
a le droit de dire qu’elle n’est pas solidaire du journal satirique, qu’elle n’est pas
d’accord avec ses publications ou qu’elle refuse d’être enfermée dans un slogan.

 a liberté vaut aussi pour le mode d’expression : le ton peut être, selon le
L
cas, léger, sérieux, humoristique, dur, acerbe, voire agressif.

La liberté utilise toutes les techniques de communication : débat, interview,


documentaire…

Elle vaut pour le bon ou le mauvais goût, la bonne ou la mauvaise qualité,


l’intelligence ou la bêtise, la beauté ou la laideur.

Un peintre a la liberté de représenter la nudité d’un corps, des natures mortes ou


des excréments. Jean-Marie Bigard a la liberté de faire un sketch sur le « lâcher
de salopes ».Tarik Ramadan a la liberté de dire, avant et après l’attentat sur Charlie
Hebdo, que ses dessinateurs pratiquent « un humour de lâches ».

- Constitution, articles 19 et 25.


- Convention européenne des droits de l’homme, article 10.
- Déclaration universelle des droits de l’homme, article 19.
- Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, article 11.
- Jurisprudence citée :
1. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Sunday Times c. Royaume-
Uni (n° 1) du 26 avril 1979.

anthemis 11
2. Liberté et censure

La censure est le fait de soumettre une pensée ou une information à l’au-
torisation préalable d’une autorité.

 a liberté d’expression se déploie sans entraves ou menaces et sans aucune


L
forme de censure ou de contrôle préalables. Chacun peut exprimer ses
idées sans autorisation, quitte à répondre a posteriori des abus éventuellement
commis. C’était déjà vrai avec l’imprimerie, mais il fallait un éditeur et un
imprimeur pour publier un livre. Avec le développement technologique,
un auteur peut désormais s’exprimer sans véritable éditeur ou imprimeur.

L’absence de censure vaut à l’égard de n’importe quel pouvoir et porte


sur toute ingérence préventive : autorisation, interdiction, suspension, sup-
pression.

La seule véritable exception est l’éventuelle autorisation justifiée par des consi-
dérations techniques, par exemple en cas de pénurie de fréquences disponibles.
Mais une fois cette autorisation technique donnée, son titulaire peut s’exprimer
librement sans devoir attendre un quelconque feu vert.

En principe, la liberté vaut sans considération de frontière. Mais malgré des
textes internationaux fixant des règles applicables au niveau transnational,
il n’en demeure pas moins vrai que le monde actuel reste structuré en
états et en frontières avec parfois – pour ne pas dire souvent – des règles
propres à chaque nation et un risque évident de conflit. Ce constat est
d’autant plus criant que l’évolution technologique permet à chacun d’uti-
liser notamment Internet pour communiquer dans l’espace numérique :
un simple clic et une opinion peut toucher le monde entier.

- Constitution, articles 19 et 25.


- Convention européenne des droits de l’homme, article 10.
- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt RTBF c. Belgique du 29 mai
2011.

12 anthemis
3. Liberté et sources

Les sources sont l’ensemble des références qu’une personne peut consulter
pour se forger une opinion ou publier une information.

 e journaliste est libre de rechercher l’information partout où elle se


L
trouve. En principe, toutes les sources sont utilisables : dépêches d’agences,
communiqués de presse, textes législatifs et réglementaires, documents ad-
ministratifs, rapports, procès-verbaux, jugements, interviews, publications,
sondages…

Le journaliste ne peut se servir que de sources qu’il a vérifiées. À défaut, il


ne serait plus le maître de ses sources mais leur esclave : il ne peut servir de
simple relais ou devenir complice d’une information déformée, déforman-­
te ou manipulatrice.

Le journaliste s’oblige à ne publier qu’une information recoupée ou dont


l’origine lui est connue ou, à défaut, à l’accompagner des réserves néces-
saires. La compétence et la fiabilité de la source, ainsi que son implication
directe ou indirecte dans l’information sont des éléments à contrôler. En
bref, le journaliste est censé puiser « aux meilleures sources » et s’informer
des événements « de source sûre ».

Lorsqu’une personnalité ou une instance publique recourt aux services d’un


porte-parole, le journaliste est en droit d’attribuer les déclarations de ce dernier di-
rectement à la personnalité ou à l’instance au nom de laquelle agit le porte-parole.

Par ailleurs, la presse est en droit de s’appuyer, sans autre vérification, sur des
documents officiels publics.

Normalement, le média cite sa source. C’est une question de transparence.


Mais il peut arriver que la source demande à ne pas être identifiée et la loi
protège expressément le secret des sources journalistiques.

Un journaliste n’est libre que si ses sources le sont.

anthemis 13
La liberté d’expression

« La protection des sources journalistiques est l’une des pierres angulaires de la


liberté de la presse. L’absence d’une telle protection pourrait dissuader les sources
journalistiques d’aider la presse à informer le public sur des questions d’intérêt
général. Eu égard à l’importance que revêt la protection des sources journa-
listiques pour la liberté de la presse dans une société démocratique et à l’effet
négatif sur l’exercice de cette liberté que risque de produire une ordonnance
de divulgation, pareille mesure ne saurait se concevoir que si elle se justifie par
un impératif prépondérant d’intérêt public. Les limitations apportées à la confi-
dentialité des sources journalistiques appellent l’examen le plus scrupuleux. »1

Les sources se tariraient si les journalistes ne pouvaient leur garantir le se-


cret ou si les informateurs risquaient d’être obligés de révéler leur identité.

Le secret vaut même si la source est illicite et fournit une information


à la presse en violant son devoir de réserve, un secret professionnel ou
une obligation de confidentialité. À défaut, la loi empêcherait les lanceurs
d’alertes de révéler un scandale ou une pratique.

La personne qui informe la presse d’un scandale fiscal est, par exemple, membre
de l’administration fiscale. Ou celle qui livre à la presse le nom d’une person-
nalité impliquée dans une affaire de pédopornographie appartient à la police.

Le droit de taire ses sources d’information vaut pour toute personne qui
contribue directement à la collecte, la rédaction, la production ou la dif-
fusion d’informations, par le biais d’un média, au profit du public. Peu
importe que la personne ait ou non le titre de « journaliste » ou qu’elle
exerce son activité de manière régulière ou occasionnelle.

Le secret des sources est garanti non pas pour protéger les intérêts des
journalistes en tant que groupe professionnel, mais bien pour permettre
à la presse de jouer son rôle de « chien de garde » et d’informer le public
sur des questions d’intérêt général. Pour ces motifs, ce droit fait partie de la
liberté d’expression et de la liberté de la presse2.

Le bénéficiaire de la loi ne peut être contraint de révéler ses sources d’in-


formation et de communiquer tout renseignement, enregistrement ou

14 anthemis
Liberté et sources

document susceptible de révéler l’identité de son informateur. Le secret


vaut pour tout type de démarche : écoute téléphonique, saisie, perquisition,
témoignage ou poursuite en justice...

I l n’existe qu’une seule exception : le bénéficiaire de la loi peut être tenu


de livrer ses sources d’information si cette divulgation est de nature à
prévenir la commission d’infractions constituant une menace grave pour
l’intégrité physique d’une ou de plusieurs personnes.

Un journal a pu interviewer un groupe qui menace de commettre un attentat


terroriste. La justice peut contraindre le journal à livrer sa source.

 ette levée du secret n’est possible qu’à l’intervention d’un juge et si les
C
conditions cumulatives suivantes sont remplies : les informations deman-
dées revêtent une importance cruciale pour la prévention de la commission
des infractions ; les informations demandées ne peuvent être obtenues
d’aucune autre manière.

Le droit de taire ses sources se double d’une obligation déontologique de


garder secrète l’identité des informateurs qui ont demandé l’anonymat ou
dont on entend protéger la sécurité.

S i la personne peut invoquer le secret des sources, cela ne signifie pas


qu’elle échappera automatiquement à toute forme de responsabilité en cas
de publication illégale d’une information ou d’une opinion. La protection
des sources est une chose, la responsabilité en est une autre. Le journaliste
ou le média ne peuvent pas se retrancher derrière le secret de leurs sources
pour ne pas justifier le sérieux de leur enquête. Le tribunal, de son côté, doit
épuiser toutes les possibilités en vue de donner au journaliste l’occasion
d’établir la véracité de ses allégations sans que ce dernier doive lui-même
dévoiler ses sources. Il appartient au tribunal de prendre en compte les
moyens de preuves alternatives existantes.

- Loi du 7 avril 2005 relative à la protection des sources journalistiques.


- Code de déontologie journalistique (CDJ), article 21.
- Jurisprudence citée :
1. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Goodwin c. Royaume-Uni

anthemis 15
La liberté d’expression

du 27 mars 1996 ; arrêt Ernst et crts c. Belgique du 15 juillet 2003 ; arrêt


Tillack c. Belgique du 24 novembre 2007.
2. Cour constitutionnelle, 7 juin 2006, n° 91/2006.

16 anthemis
4. Liberté et humour

L’humour, c’est utiliser le rire pour raconter une histoire, passer un bon
moment, dépasser un événement ou dénoncer un pouvoir. L’humour est
le propre de l’homme et il peut être léger, noir, jaune, anglais ou gaulois.

 a liberté d’expression vaut aussi pour l’humour ou la caricature. La satire


L
est une forme d’expression artistique et de commentaire social qui, de par
l’exagération et la déformation de la réalité qui la caractérisent, vise natu-
rellement à provoquer et à agiter. L’humour peut même justifier une liberté
encore plus grande que d’habitude, en raison de sa nature intrinsèque.

Le genre humoristique permet des exagérations, des déformations et des


présentations gravement ironiques, sur le bon goût desquelles l’appréciation
de chacun reste libre.

Entre le rire et la méchanceté, la frontière peut être floue mais pour au-
tant que la plaisanterie domine, il n’y a pas de faute, le droit à l’humour
impliquant un « inévitable mais finalement salutaire droit à la cruauté ».

À propos d’un sketch de François Pirette se moquant d’une personne fictive


atteinte d’un handicap, un tribunal a jugé que « sans rien enlever à la possibilité
pour les tribunaux de réprimer des dérives caractérisées et réellement domma-
geables, il convient d’éviter de sombrer dans la pensée unique et le “politique-
ment correct” à une époque où précisément les gendarmes de la bonne pensée se
font nombreux et agissants, pour nous imposer un langage aseptisé et convenu »1.

À propos d’une parodie d’un poème de Maurice Carême, il a été jugé que « on
ne peut exiger de l’humoriste, du caricaturiste ou de l’auteur satirique la pru-
dence d’expression, la mesure et l’objectivité… dès lors que l’excès et l’outrance
sont les lois du genre. L’humour présente de nombreux côtés très positifs. Outre
le défoulement qu’il procure, il est doté de précieuses vertus pédagogiques : en
raillant des modes de pensées, les passions des hommes, des attitudes typées, des
groupes sociaux, certaines prises de position publiques, etc., l’humour maintient

anthemis 17
La liberté d’expression

en éveil l’esprit critique ; il rend possible une présentation de l’actualité sous un


jour à la fois original et piquant, ainsi qu’une appréciation à la fois plus réaliste
et plus concrète de la vie politique et sociale »2.

On peut rire de tout : aucun sujet ni aucune personne n’échappe en soi à
la critique humoristique (voir les chapitres sur la discrimination, le racisme,
le sexisme et la religion).

On peut rire des Noirs, des Juifs, des Arabes, des Belges, des blondes, des beaufs,
des bègues...

L’aphorisme selon lequel « on peut rire de tout mais pas avec tout le
monde » n’est pas une règle légale ou déontologique. Généralement at-
tribuée à l’humoriste Pierre Desproges, cette expression est interprétée de
manière très variable : elle signifierait soit que l’on peut rire sans limite et
donc aussi en incitant au racisme ou à la discrimination, soit que l’on ne
peut pas rire de certaines catégories de personnes. Ces deux interprétations
ne correspondent pas à la pensée de Pierre Desproges. Dans un sketch de
1982, il dit clairement que l’on peut rire de tout (et même que l’on doit
rire de tout : de la guerre, de la misère, de la mort), mais il ajoute : « Peut-
on rire avec tout le monde ? C’est dur. Personnellement, il m’arrive de
renâcler à l’idée d’inciter mes zygomatiques à la tétanisation crispée. C’est
quelquefois au-dessus de mes forces dans certains environnements humains.
La compagnie d’un stalinien pratiquant, par exemple, me met rarement en
joie. Près d’un terroriste hystérique, je pouffe à peine. Et la présence à mes
côtés d’un militant d’extrême droite assombrit couramment la jovialité
monacale de cette mine réjouie. »

- Cour européenne des droits de l’homme, arrêtVereinigung Bildender Künstler c.


Autriche du 25 janvier 2007.
- Jurisprudence citée :
1. Liège, 13 janvier 2011, J.L.M.B., p. 519 ; A&M, 2012, p. 122.
2. Bruxelles, 29 juillet 2010, A&M, 2011/5-6, p. 547.

18 anthemis
5. Liberté et tolérance

Pourquoi la société reconnaît-elle une liberté d’expression aussi large ?


Parce que la conscience collective pense que la liberté est meilleure que la
censure ; que la transparence est plus profitable que le silence ; que l’épa-
nouissement individuel et le progrès social sont mieux garantis par le libre
arbitre que par la contrainte ; que la vérité ou la paix sont plus facilement
accessibles par l’échange et la communication, voire le choc des idées, que
par l’interdit et l’interdiction.

 a question n’est pas de « sacraliser » la liberté d’expression, en la rame-


L
nant à une croyance religieuse. La liberté d’expression est un droit ouvert
à tous et à toutes les idées ; elle est même à la source d’une religion qui,
sans liberté d’expression, n’aurait pas pu exister.

Il incombe à la presse de communiquer des informations et des idées sur


des questions d’intérêt public ; à sa fonction qui consiste à en diffuser,
s’ajoute le droit, pour le public, d’en recevoir.

Il appartient à l’État de protéger la liberté, la presse et les médias. Il appar-


tient à l’État de ne pas empiéter indûment sur la liberté d’expression et de
ne pas décourager les citoyens, par crainte de sanctions pénale, civile ou
administrative, de s’exprimer sur des questions d’intérêt public. Il appartient
à l’État de protéger les médias ou les personnes contre des atteintes illicites
provenant d’autres personnes, qu’il s’agisse notamment de vengeance, de
menace, de harcèlement ou de tout autre acte de violence.

Une société doit non seulement proclamer le principe de liberté d’expres-


sion ; elle doit aussi protéger la liberté concrètement dans ses manifestations
publiques. La liberté d’expression consiste précisément à accepter le débat,
la discussion, l’échange, même et surtout si l’on n’est pas d’accord ou si
l’on croit ne pas être d’accord avec les propos de l’autre.

anthemis 19
La liberté d’expression

Est contraire à la liberté d’expression le fait précisément d’empêcher autrui de


s’exprimer, par exemple lors d’un débat public intitulé « L’extrême droite est-elle
ou non devenue fréquentable ? », organisé au sein d’une université. Les autorités
universitaires sont en droit de sanctionner un assistant universitaire qui perturbe
gravement l’événement pour dénoncer « l’islamophobie » de Caroline Fourest,
une des invités au débat, en chantant « Burka Bla-bla » lors de ses interventions.

 st condamnable pénalement tout acte arbitraire et attentatoire à la liberté


E
d’expression, ordonné ou exécuté par un fonctionnaire ou un officier pu-
blic, par un dépositaire ou un agent de l’autorité ou de la force publique.

 ’aphorisme selon lequel la liberté s’arrête où commence celle de l’autre


L
ne vaut pas en matière de liberté d’expression. La liberté d’expression ne se
conçoit que parce qu’elle est en droit de porter atteinte à autrui. L’usage de
cette liberté, par son objet même, induit la possibilité de choquer les autres,
de les blesser dans leurs convictions, leurs croyances, leurs valeurs, leurs in-
térêts, leurs droits ou leur (bonne ou mauvaise) conscience. Reconnaître la
liberté d’expression, c’est reconnaître le droit de chacun d’exprimer ce qu’il
pense, comme il l’entend, où il l’entend et face à qui que ce soit. Avec le
risque, implicitement autorisé, de critiquer, de blesser, voire même de nuire.

C’est en ce sens qu’il faut comprendre le mot « tolérance ». La tolérance,


ce n’est pas l’autocensure ou la parole brimée ; la tolérance, c’est accepter
qu’autrui puisse avoir une autre opinion que soi et qu’il puisse l’exprimer.

En conséquence, la liberté d’expression n’a pas à être limitée par une


notion aussi vague que le « respect ». Au contraire, la liberté vaut aussi et
surtout pour les expressions qui manquent de respect à l’égard de tel ou
tel droit ou intérêt.

- Code pénal, article 151.

20 anthemis
6. Liberté et limitations

Est-ce à dire que l’on est libre de dire tout et n’importe quoi, n’importe où,
n’importe quand et devant n’importe qui ? Non. La liberté d’expression
n’est évidemment pas absolue dans un État de droit.

Crier « au feu » sans raison dans une salle de cinéma bondée et provoquer ainsi
un mouvement de panique ne peut être justifié par la liberté d’expression. Il en
va de même d’une fausse alerte à la bombe.

Mais si la liberté d’expression n’est pas absolue, les limitations qui la can-
tonnent ne le sont pas davantage et il appartient à la loi de définir claire-
ment les limites existantes.

La loi est une disposition générale et obligatoire qui s’applique de manière


abstraite à toute situation préalablement définie. Elle doit être claire, précise,
prévisible, accessible, de sorte que le citoyen sache raisonnablement les
conséquences découlant de tel ou tel acte. À défaut, on ne serait pas dans
un État de droit, mais dans un système arbitraire, encourageant par ailleurs
une autocensure aux effets injustement inhibiteurs.

La difficulté est qu’il n’existe pas un texte unique qui rassemble toutes les
règles existantes susceptibles de limiter la liberté d’expression, quel que soit
le contenu ou le support. Les chapitres qui suivent décrivent les principales
limitations en vigueur.

 oute atteinte aux droits d’autrui commis à l’occasion de l’usage de la liberté


T
d’expression n’est pas automatiquement synonyme de faute ou de sanction.
Encore faut-il que cette atteinte soit non seulement prévue par la loi, mais
aussi que la sanctionner corresponde concrètement à un besoin social impérieux.

En d’autres mots, il ne suffit pas de dire qu’une limitation serait utile ou


admissible : il faut qu’elle soit concrètement nécessaire, pertinente, convain-
cante, proportionnée.

anthemis 21
La liberté d’expression

Une sanction risque de dissuader notamment les journalistes de contribuer


à la discussion publique de questions qui intéressent la vie de la collectivité.
Par là même, elle est de nature à entraver la presse dans l’accomplissement
de sa tâche d’information et de contrôle ou à restreindre indûment la
liberté de création.

 ’autorité amenée à sanctionner, le cas échéant, le dépassement des limites,


L
doit opérer une balance des intérêts et prendre en considération les élé-
ments suivants :

- la qualité de la personne qui s’exprime : journaliste, artiste, blogueur,


annonceur, ministre… ;
- le type de média : affichage, presse écrite, presse audiovisuelle, presse
électronique… ;
- le type de communication : information, divertissement, publicité, liberté
artistique… ;
- la qualité de la personne visée par l’information ou l’opinion : personne
publique, personnalité ou anonyme ;
- le comportement de la personne visée : discret, expansif, complaisant
ou provocateur ;
- le but poursuivi : informer, divertir, dénigrer, discriminer… ;
- le caractère grave, préjudiciable ou anodin de l’atteinte ;
- la fréquence de l’atteinte : article isolé ou campagne de presse ;
- l’intérêt public ou privé de l’information (le spectre va de l’information
correspondant à un intérêt général, d’une part, à l’information qui ne
répond qu’à la curiosité d’un certain public, d’autre part) ;
- la pertinence de l’information ;
- la véracité de l’information, sachant que toute information erronée n’est
pas nécessairement fautive ;
- la présentation formelle de l’information ;
- le contexte notamment culturel ou socio-politique ;
- les circonstances de temps et de lieu, l’écoulement du temps ;
- la bonne foi ;
- le respect d’une norme légale spécifique (calomnie ou injure par exem­
ple) ou de la déontologie journalistique ;
- les différentes interprétations possibles de l’information ou de l’opinion
communiquée : si l’information peut être raisonnablement interprétée

22 anthemis
Liberté et limitations

comme ne violant pas la loi, le juge doit en tenir compte. Il le fera en


prenant en considération à la fois un auteur normalement prudent et
un public (lecteur, auditeur, téléspectateur, internaute) moyen, normale-
ment intelligent et doté de son libre arbitre, capable de sens critique et
de compréhension des enjeux (et non un lecteur ou spectateur ignorant
ou distrait).

Dans la démarche interprétative, l’autorité ne se trouve pas devant un choix


entre deux principes antinomiques, mais devant un principe – la liberté
d’expression – assorti d’exceptions qui appellent une interprétation étroite
faite concrètement, en fonction du contexte général.

La « quenelle » est un signe qui relève d’abord de la liberté d’expression et qui


vise à dénoncer « le système ». Mais si le signe de l’antisystème devient celui de
l’antisémitisme, par exemple parce qu’il est effectué devant un cimetière juif, ce
n’est pas la même chose.

Poster le message « Vive la Palestine, mort à Israël » en dessous d’un article sur
le bombardement de Gaza par l’armée israélienne ou en dessous d’un article
sur l’attentat du musée juif à Bruxelles ou de l’Hyper Cacher à Paris, ce n’est
pas la même chose.

S i l’on est dans le champ journalistique, il est bon de préciser que la liberté
vaut pour toute personne et qu’il n’est pas besoin d’avoir un titre particu-
lier pour pouvoir diffuser une information. Les médias traditionnels et les
journalistes professionnels doivent partager, aujourd’hui plus que jamais,
l’espace public de l’information avec d’autres, à commencer par le simple
citoyen qui fait usage de ses droits démocratiques en utilisant les outils tech-
nologiques mis à sa disposition (Internet, smartphone, réseaux sociaux…).

Mais cette définition large du bénéficiaire de la liberté signifie aussi que


celui qui publie une information doit en assumer la responsabilité et res-
pecter par conséquent les lois en vigueur.

Certes, un simple particulier qui publie une information au hasard d’un


message posté sur Internet n’est pas nécessairement dans la même situation
qu’une personne qui, dans le cadre d’un travail indépendant ou salarié,

anthemis 23
La liberté d’expression

contribue régulièrement à la production d’informations, par le biais d’un


média, au profit du public. Mais toute personne qui exerce sa liberté d’ex-
pression « assume des devoirs et des responsabilités dont l’étendue dépend
de sa situation et du procédé technique utilisé ».

Peut être poursuivi pour diffamation un fan de Johnny Hallyday qui critique
sur Facebook le médecin du chanteur et l’accuse, sans base factuelle sérieuse,
de l’avoir mal soigné.

Idéalement, la loi qui limite la liberté d’expression doit être spécifique,


comme c’est le cas pour la calomnie ou l’injure. Mais il est admis que les
règles classiques de la responsabilité civile s’appliquent aussi à la presse lors-
qu’elle communique une information ou une opinion de manière fautive
et occasionne un dommage à un tiers, avec le danger de faire entrer par ce
biais toute une série de comportements non autrement définis par la loi et
soumis à l’arbitraire du juge, en ce compris des normes relevant de la simple
déontologie (formulée dans un code ou par un conseil de déontologie).

 ar ailleurs, la déontologie journalistique peut-elle s’appliquer à des per-


P
sonnes qui ne sont pas « journalistes » ? Il serait préférable de fondre toutes
les règles existantes dans un seul texte légal ou déontologique, clair et
précis, valable quels que soient l’auteur de l’expression, son contenu et
son mode de diffusion.

Que le manquement découle d’une norme légale ou d’une norme déon-


tologique, il reste que la balance des intérêts à opérer doit être la même. En
ce sens, tout manquement à la déontologie journalistique n’implique pas
automatiquement le « besoin social impérieux » d’une sanction.

- Code civil, article 1382.


- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt De Haes et Gijsels c. Belgique
du 29 février 1997 ; arrêt Monnat c. Suisse du 21 septembre 2006.

24 anthemis
7. Liberté et vie privée

La vie privée comprend la vie familiale (parents, partenaires, enfants, amis),
la vie sentimentale et sexuelle, la santé, le domicile, les correspondances et
les communications électroniques, le numéro de téléphone ou de plaque
d’immatriculation du véhicule, les convictions politiques, philosophiques
ou religieuses, le salaire, le patrimoine, les loisirs…

 out individu a droit au respect de sa vie privée. Celle-ci fait partie des
T
droits de la personnalité, soit des droits que chacun peut invoquer pour la
défense de son intégrité physique et morale, qui protègent expressément
sa personne et recouvrent l’ensemble des valeurs essentielles qui lui sont
propres de par sa seule existence. Ces droits englobent aussi l’honneur,
l’image ou la dignité.

La vie privée se déploie généralement sur l’espace privé mais elle peut
s’exercer sur l’espace public.

Au travail, par exemple, il existe une zone privée susceptible de protection et


qui empêche l’employeur d’y porter atteinte. De même, dans un lieu ouvert
au public comme un parc ou une église, il peut exister une zone de protection
ou d’interaction entre les personnes, non pénétrable par des tiers non autorisés.

 n principe, les éléments de la vie privée ne peuvent être rendus publics


E
qu’avec le consentement de la personne. Ce consentement peut être écrit,
verbal ou implicite. Ce qui compte, c’est qu’il soit certain.

Le consentement doit être valable et donné par une personne juridique-


ment capable ou par ses ayants droit légaux ou conventionnels. S’agissant
d’un mineur, toute utilisation de sa vie privée doit, par principe, être au-
torisée par la ou les personnes qui exerce(nt) l’autorité parentale sur lui.
Mais des conflits peuvent surgir, notamment en cas d’exercice conjoint
de cette autorité parentale, ainsi qu’entre les parents et l’enfant qui, juri-
diquement, dispose aussi du droit à la liberté d’expression, en ce compris

anthemis 25
La liberté d’expression

sur des éléments de sa vie privée, en tout cas lorsqu’il a atteint l’âge de dis-­
cernement. Cet âge n’est pas fixé par la loi, mais on considère généralement
qu’il correspond à douze ans.

Le consentement ne peut pas être extorqué par erreur, violence ou con­


trainte, ou détourné de son objet.

Une fois donné, le consentement ne peut plus être retiré de manière unilaté-
rale. Il vaut pour toute diffusion normale en lien avec la première publication.

Le droit à la vie privée n’est toutefois pas un droit absolu et la personne
n’a pas une maîtrise totale sur la publication des éléments de sa vie privée.
La vie privée ne peut pas se définir de manière strictement individualiste :
elle est un droit relationnel lié à d’autres droits et libertés ; elle doit donc
être examinée en fonction de ceux-ci.

Historiquement, le droit à la vie privée est le droit d’être laissé seul (the
right to be left alone), le droit de l’individu à une vie retirée et anonyme.
Progressivement, l’accent s’est déplacé pour viser le droit d’un individu de
se créer la tranquillité sans laquelle le libre développement de sa person-
nalité serait entravé. Cette évolution doit être soutenue, tant la conception
purement individualiste d’un droit général d’être laissé seul ou d’un droit à
l’anonymat absolu semble aujourd’hui incompatible avec celle d’un citoyen
actif et responsable dans la société contemporaine.

La vie privée n’est pas un mur infranchissable et cette perméabilité est


d’autant plus prégnante si l’on veut accepter les contraintes inhérentes à
la liberté d’expression et au droit à l’information. En ce sens, la protection
varie selon la qualité de la personne visée, selon l’objet dévoilé ou selon que
l’information porte sur la vie privée officielle (naissance, domicile, mariage,
travail, décès…) ou touche à la sphère de l’intimité, ce cercle restreint qui
englobe la vie sentimentale, les relations sexuelles et la santé.

Les frontières de la vie privée sont plus ou moins étanches en fonction de


la nature même du droit protégé, à savoir non pas tant un espace ou un
objet, mais la personnalité d’un individu dont la société veut promouvoir
le développement libre et entier.

26 anthemis
Liberté et vie privée

Le droit à la vie privée peut expliquer que l’on ne publie pas des données sus-
ceptibles de mettre à mal la sécurité d’une personne, telles que son adresse ou
son numéro de téléphone.

Mais ce droit ne peut servir de bouclier qui empêcherait la société de savoir ce


qui se passe dans la chaleur du foyer (là où les actes de viol et de violence, par
exemple, sont les plus fréquents).

Par ailleurs, promouvoir le libre développement de la personne implique


aussi que cette personne sorte de soi, pour s’ouvrir aux autres et au monde,
pour nouer des relations avec ses semblables.

 n définitive, la limite n’est pas l’atteinte en soi à un élément de la vie


E
privée et il est possible de révéler une donnée privée concernant un in-
dividu sans son consentement. La limite, c’est l’atteinte injustifiée par la
liberté d’expression ou le droit d’information, l’attaque dénuée de tout
fondement factuel, l’attaque personnelle gratuite faite dans le seul but de
nuire, et qui relève alors aussi de l’injure ou de la diffamation. Ceci est
fonction de critères aussi variés que l’intérêt public ou privé de l’informa-
tion, la personnalité de la personne concernée, son action dans la société,
la pertinence de l’information ou le contexte de l’expression.

Dans une société démocratique, le droit à la vie privée d’une personne


peut s’effacer devant la liberté de la presse pour répondre aux nécessités de
l’information et par la relation d’un événement d’actualité ou historique
auquel cette personne a participé ou est associée.

La déontologie journalistique consacre aussi « le libre accès à toutes les


sources d’information et le droit d’enquêter librement sur tous les faits
qui conditionnent la vie publique ». Le « secret des affaires publiques ou
privées ne peut être opposé au journaliste que par exception ou en vertu
de motifs clairement exprimés ».

Violer le secret des lettres ou des communications privées ne peut se justifier


qu’à titre exceptionnel, dans un but d’information présentant concrètement

anthemis 27
La liberté d’expression

un intérêt public majeur, comme par exemple dénoncer un acte de cor-


ruption.

Selon le contexte, il peut être justifié de révéler la violence commise par une
personne à l’adresse de son partenaire ou de ses enfants.

S elon l’intérêt public ou privé de l’information, une plus ou moins grande


liberté est donnée à la presse pour communiquer sur des questions relevant
a priori de la vie privée. Le spectre va de l’information correspondant à un
intérêt général, d’une part, à l’information qui ne répond qu’à la curiosité
d’un certain public, d’autre part.

Sert en principe l’intérêt général toute question en matière de gestion de


l’État, de police, de sécurité, de justice, de santé, d’économie, de consom-
mation, de culture ou de sport, ainsi que toute information permettant
de détecter un crime ou une infraction sérieuse ou d’empêcher le public
d’être abusé par les propos ou actes d’un particulier ou d’une organisation.

La liberté d’expression elle-même constitue un sujet d’intérêt général :


la presse a le droit et le devoir de parler d’acte de censure, de loi liberticide,
d’emprisonnement d’anonyme poursuivi pour avoir exprimé un fait ou
une opinion, voire encore d’assassinat de journaliste.

Il faut se méfier de notions comme la « curiosité » sous-entendue « mal-


saine » du public, la « course à l’audience », le « sensationnalisme », le « ra-
colage », le « voyeurisme » ou le « banal fait divers », tour à tour utilisées
par certains pour décrire une information qui ne contribuerait pas à une
question d’intérêt général. Certes, on dit que la curiosité est un vilain dé-
faut, mais de là à l’opposer radicalement au droit de chacun d’informer et
de s’informer, il y a une marge. De même, l’opposition entre une informa-
tion « sensationnaliste » et une information « sensationnelle » est à manier
avec prudence, sauf à cautionner un système de censure ou d’autocensure.

S elon la qualité de la personne visée par l’information ou l’opinion, une


plus ou moins grande liberté est donnée à la presse pour communiquer sur
des questions relevant a priori de la vie privée. Le spectre va de la personne

28 anthemis
Liberté et vie privée

publique exerçant une fonction publique de nature politique, d’une part,


au simple particulier qui n’est pas associé à un événement d’intérêt public,
d’autre part, en passant par la personne publique exerçant une fonction
publique de nature non politique, les personnalités, célébrités et vedettes,
la personne privée qui se projette volontairement dans une zone d’intérêt
public, la personne impliquée dans une affaire judiciaire et la personne
privée involontairement associée à un événement d’intérêt public.

‒ Une personne publique exerçant une fonction publique de nature poli-


tique comme un ministre ou un parlementaire s’expose « inévitablement
et consciemment » aux lumières des médias. Sollicitant les suffrages et la
confiance du citoyen-électeur, il est normal que cette personne publique
subisse le contrôle de ses actes, même privés, s’ils ont un impact sur la vie
publique ou s’ils s’avèrent expressément contradictoires avec ses fonctions,
son programme ou ses discours publics.

Selon le contexte, il peut être justifié de révéler qu’un ministre est en couple
avec une journaliste. Ou de dire qu’un homme politique est malade dès lors
que cette maladie peut avoir un impact sur sa capacité à gérer ses dossiers.
À l’inverse, il peut être injustifié de broder sur le père supposé de l’enfant d’une
ministre qui ne souhaite pas révéler l’identité du premier.

‒ Par contagion, une personne qui travaille pour une personne politique
(membre du cabinet, porte-parole, consultant…) n’est pas une simple per-
sonne privée, mais peut exercer un vrai rôle politique qui justifie l’intérêt
public à son égard.

‒ Une personne publique exerçant une fonction publique autre que poli­
tique (fonctionnaire, policier, militaire, ministre du culte, magistrat, pom-
pier, membre de la protection civile ou de la Croix-Rouge, candidat à des
fonctions publiques) doit accepter que les limites de la critique admissible
à l’égard de ses actes ou actions soient plus larges que pour un simple
particulier, sans toutefois qu’elle soit mise sur un strict pied d’égalité avec
les hommes ou femmes politiques. En effet, cette personne ne s’expose
pas sciemment à un contrôle attentif de ses faits et gestes, comme c’est le
cas de ces derniers. Qui plus est, cette personne doit, pour s’acquitter de
ses fonctions, bénéficier de la confiance du public et est, généralement,

anthemis 29
La liberté d’expression

soumise à un devoir de réserve qui l’empêche de répliquer de manière


totalement libre aux attaques publiques dont elle est la cible.

Selon le contexte, il peut être justifié de révéler qu’un magistrat est membre
d’un parti politique, d’une secte ou d’une loge.

‒ Les personnalités, célébrités ou vedettes constituent des supports per-


manents de l’actualité. Il en est ainsi des artistes, auteurs, acteurs, chanteurs,
sportifs, mais aussi des présentateurs, journalistes, avocats, délé­gués syndi-
caux, hommes d’affaires, présidents de clubs de football ou des personnages
politiques qui ne sont plus en charge mais qui gardent un accès privilégié
aux médias… Pour ces différentes personnalités, c’est leur notoriété, issue
généralement de la nature de leurs activités ou de leurs ex-activités, qui
les oblige à tolérer une limitation, parfois très importante, du domaine de
leur vie privée.

Selon le contexte, il peut être justifié de révéler qu’une actrice célèbre est en-
ceinte, a fortiori si son état de grossesse est manifestement visible. Ou de dire
d’une participante à une émission de téléréalité qu’elle a un enfant de 5 ans alors
qu’elle veut le cacher. Ou de préciser qu’un chanteur est homosexuel alors qu’il
cultive publiquement une image totalement différente de chanteur de charme.
Ou de publier le salaire d’un dirigeant d’entreprise.

‒ La personne privée qui se projette volontairement dans une zone d’in-


térêt public ne peut arguer de la même protection de sa vie privée qu’une
personne qui veille raisonnablement à ne pas exposer tout ou partie de sa
vie privée, car son geste démontre à lui seul son intention de rendre ses
actes publics.

Une personne participe, par exemple, à une manifestation publique sur la libé-
ralisation du cannabis. Ou se suicide en sautant du haut de la Tour Eiffel.

‒ La personne impliquée dans une affaire judiciaire voit nécessairement


sa vie privée se réduire. Son inculpation, la perquisition de son domicile
ou son arrestation ont fait d’elle, involontairement sans doute, un « ob-
jet » d’information à l’égard duquel, dans le cadre des faits en rapport
avec l’enquête judiciaire, les limites de la critique ou des commentaires

30 anthemis
Liberté et vie privée

admissibles sont plus larges que pour un simple particulier (voir « Liberté
et justice »).

‒ La personne involontairement associée à un événement d’intérêt public


doit accepter d’être en quelque sorte absorbée par l’événement d’actualité
ou le fait de société.

Une personne est victime d’une catastrophe naturelle, d’une guerre ou d’un
attentat. Son statut « privilégié » implique qu’elle doit accepter d’être à son
corps défendant l’objet de l’attention médiatique pour tout ce qui constitue un
élément pertinent d’information.

S elon le comportement de la personne visée par l’information ou l’opi-


nion, une plus ou moins grande liberté est donnée à la presse pour com-
muniquer sur des questions relevant a priori de la vie privée.

Il faut tenir compte des espérances ou attentes légitimes de protection de


la vie privée de la personne concernée ou, à l’inverse, de ses complaisances
ou tolérances dans son mode de vie. L’appréciation de l’atteinte à la vie
privée est différente dès lors que l’intéressé est volontairement peu réservé
et s’expose à la curiosité du public.

En livrant au public dans un ouvrage autobiographique de nombreux élé-


ments sur un ancien amour, une personne démontre qu’elle ne situe pas ces
éléments, pourtant intimes, dans le domaine protégé par la loi. Elle ne peut
donc invoquer une atteinte à sa vie privée à l’occasion de la reprise de ces élé-­
ments par un magazine. Il en va de même d’une personne qui livre publique­
ment sur Facebook une partie importante de sa vie privée, notamment ses
opinions politiques.

Cela étant, la tolérance ou la complaisance ne constituent évidemment


pas une renonciation générale et définitive à toute intimité pour l’avenir.
De même, une personne n’a pas à accepter de faire l’objet d’un véritable
harcèlement, d’ailleurs réprimé pénalement. Le fait d’importuner systé-
matiquement une personne en la pourchassant, en exerçant une étroite
surveillance, en utilisant un téléobjectif ou en lui téléphonant, est généra-
lement constitutif d’une atteinte au droit au respect de la vie privée.

anthemis 31
La liberté d’expression

Si une personne choisit elle-même de publier des informations concernant


sa vie privée, elle autorise implicitement la presse non seulement à reproduire
ces informations, mais aussi à contredire les faits allégués ou à les compléter
par la divulgation d’autres faits. La règle joue aussi lorsque la personne défend
publiquement une cause ou une action contredite par sa propre pratique.

En acceptant l’ouverture d’un débat public sur des questions relatives à sa vie
privée ou en se prévalant de qualités (morales) illusoires, un homme politique,
par exemple, s’expose lui-même à être contredit sur ces faits.

 a liberté d’expression peut aussi être invoquée précisément parce qu’une


L
personne entend elle-même s’exprimer sur sa vie, ses aléas, ses histoires et
ses rencontres, dans une interview, sur un blog, dans une autobiographie
ou dans une fiction. Toute personne a le droit d’associer son propre nom
à toute déclaration qu’elle fait. Les souvenirs sont communs et ils appar-
tiennent en propre à la personne pour une part, le tout étant de ne pas
tomber dans l’injure ou la diffamation lorsque la personne cite des tiers,
notamment en mêlant réalité et fiction.

Par ailleurs, une personne qui a acquis une certaine notoriété par ses acti-
vités publiques ne peut empêcher un tiers de lui consacrer un article, une
émission ou une biographie. La distinction entre des biographies autorisées,
rédigées en principe avec l’accord exprès de la personne concernée par le
récit, et des biographies non autorisées, rédigées « plus librement », ne saurait
signifier que celles-ci sont illégales en soi.

Aussi longtemps que l’écrivain ou l’historien accomplit sa tâche sans in-


tention méchante, il faut admettre qu’il puisse évoquer le comportement
privé des personnages publics qu’il étudie, aussi loin que nécessaire pour
expliquer les événements historiques auxquels ils furent mêlés.

Le général de Gaulle appartenant à l’histoire, tout historien de bonne foi peut


s’exprimer sur sa personne ou son œuvre sans se soumettre à l’interprétation
officieuse qui en serait donnée par la famille.

Une fois que les faits sont publics ou rendus publics par l’intéressé, ils de-
viennent librement disponibles. D’une manière générale, une information

32 anthemis
Liberté et vie privée

privée qui a été licitement diffusée devient publique et peut être redivul-
guée par la presse (réédition, rediffusion, archives, rétrospective…), pour
autant que cette redivulgation réponde à un intérêt informatif et soit faite
sans altérer ou dénaturer l’information de base.

Dans certains cas, il ne peut y avoir violation de la vie privée lorsque


l’information publiée revêt à l’évidence un caractère anodin, par nature
non réellement préjudiciable. Dire d’une personne qu’elle est mariée, par
exemple, est a priori anodin. Ce qu’il faut sanctionner, c’est la diffusion
d’une information fausse, dénaturée, détournée ou dénigrante entraînant
un réel préjudice pour la personne concernée.

 e caractère anodin peut aussi être interprété sous un autre angle et révéler
L
le fait que l’information en question n’est pas de celles à propos desquelles
le public a un droit légitime d’être informé.

 a personne est évidemment libre de commercialiser sa vie privée et


L
plus elle est connue, plus grande est sa valeur commerciale. Il n’y a
aucun obstacle de principe à ce qu’un droit de la personnalité soit un
objet contractuel, par exemple pour une campagne publicitaire ou la
publication de mémoires. Ne serait illicite que le contrat par lequel
une personne renoncerait définitivement et sans limitation à toute vie
privée.

 a vie privée peut enfin être protégée lorsqu’elle constitue une donnée
L
personnelle soumise à un fichier ou à un traitement automatisé. Le but est
d’éviter qu’une personne fasse l’objet d’un fichage administratif ou d’un
profilage commercial abusif. Mais cette protection spéciale ne prime pas sur
les activités couvertes par la liberté d’expression ou la liberté de recevoir ou
de communiquer des idées ou des informations : un journal, une émission
de télévision ou un blog ne constituent pas un fichier au sens de la loi et
celle-ci ne peut de toute façon pas empêcher le traitement de données
personnelles effectué aux fins de journalisme ou d’expression artistique.
Avant de constituer, le cas échéant, une donnée personnelle susceptible
d’une protection légale spéciale, une donnée portant sur une personne est
d’abord une information ou une idée qui relève pleinement de la liberté
d’expression et du droit d’informer.

anthemis 33
La liberté d’expression

- Constitution, article 22.


- Convention européenne des droits de l’homme, article 8.
- Loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l’égard des
traitements de données à caractère personnel.
- Code de déontologie journalistique (CDJ), article 25.
- Cour européenne des droits de l’homme, arrêts Von Hannover c.Allemagne du
24 juin 2004 (n° 1), du 17 février 2012 (n° 2) et du 19 septembre 2013 (n° 3).

34 anthemis
8. Liberté et image

L’image désigne les traits physiques d’une personne et principalement son


visage, mais aussi sa silhouette ou tout autre élément corporel pour autant
qu’il soit attribuable à une personne identifiée ou identifiable.

 oute personne a un droit sur son image. Chacun peut donc, par principe,
T
s’opposer à l’exploitation de son image effectuée sans son consentement,
peu importent le type d’utilisation (réalisation, exposition, diffusion…),
le support de l’image (dessin, peinture, photographie, film, vidéo…) et
le mode de diffusion de l’image (affichage, presse écrite, magazine, presse
audiovisuelle, cinéma, DVD, Internet, réseau social…).

La personne peut s’opposer à toute utilisation non autorisée de son image,


principalement à des fins commerciales, publicitaires ou politiques.

Tout individu a le droit de ne pas associer sa personnalité à un produit commer-


cial ou, à l’inverse, tout individu a le droit de tirer un profit économique de son
image, profit d’autant plus élevé que la personne est renommée.

Concernant la reproduction à des fins politiques, la faute et le dommage subsé-


quent sont d’autant plus présents si le parti politique en cause est d’une tendance
radicalement opposée à celle de la victime.

 a personne représentée peut invoquer son droit à l’image non seulement


L
lorsque la reproduction n’a pas été autorisée mais aussi lorsque la repro-
duction dénature l’accord passé, lorsqu’il y a amalgame ou montage fautif
ou lorsque la reproduction est accompagnée de légendes ou de commen-
taires tels qu’ils conduisent à porter réellement atteinte à l’honneur de la
personne représentée.

Est clairement fautive la reproduction de l’image d’un homme en illustration


d’un article sur les drogués avec la légende « Des morts-vivants, des loques pour
qui la vie est dans la fuite, l’avenir dans l’hébétude ». Ou l’image d’une mère et
de son enfant, en illustration d’un article sur les maternités non désirées.

anthemis 35
La liberté d’expression

 e consentement peut être écrit, verbal ou implicite. Ce qui compte, c’est


L
qu’il soit certain. Il est régi par les mêmes règles que celles développées
dans le chapitre sur la vie privée.

 e caractère reconnaissable ou identifiable de la personne ne peut s’appré-


L
cier du seul point de vue de la personne représentée, qui aura toujours ten-
dance à se reconnaître, même dans des détails. En principe, la personne doit
être reconnaissable par toute personne connaissant l’individu représenté.

Les techniques de floutage destinées à rendre méconnaissable la person-­­


ne représentée seront plus ou moins pointues selon le contexte et l’angle de
protection : la victime ou le témoin d’une infraction grave, qui souhaitent
garder l’anonymat, doivent être non identifiables vis-à-vis de tout tiers en
ce compris leur entourage. Dans ce cadre, même des éléments de décor
– non concernés par le droit à l’image en tant que tel – pourraient per-
mettre l’identification de la personne, ce qui justifiera, le cas échéant, une
occultation spécifique. Il en va de même, selon les cas, pour les cheveux, les
vêtements, la voix, l’adresse ou la plaque d’immatriculation d’un véhicule.

Dans d’autres cas, pour une personne dont les proches connaissent très
bien la situation et qui n’a pas à être protégée vis-à-vis d’eux, une simple
occultation des yeux pourrait suffire puisque le (grand) public ne pourra
pas la reconnaître.

L’anonymisation peut être exigée par la loi, en ce qui concerne la victime


d’un viol ou d’un attentat à la pudeur ou le mineur faisant l’objet d’une
mesure de protection de la jeunesse. L’anonymisation peut aussi être de-
mandée par la personne elle-même ou appliquée volontairement par le
média pour préserver les droits et intérêts d’une personne mise en cause
(entre autres dans le cas où l’image d’une personne est fournie à la presse
par un tiers sans que celle-ci ait pu s’assurer du consentement réel de cette
personne), ou pour protéger contre elle-même la personne qui s’exprime
ou s’affiche.

 ’image peut constituer un portrait protégé par un droit d’auteur s’il est
L
une création originale. Dans ce cas et sauf exception, l’auteur ou le pro-
priétaire du portrait n’ont le droit de le reproduire ou de le communiquer

36 anthemis
Liberté et image

au public qu’avec l’assentiment de la personne représentée ou celui de ses


ayants droit pendant vingt ans à partir de son décès.

Le droit à l’image fait partie des droits de la personnalité. Comme le droit
à la vie privée, il n’est donc pas absolu et il doit évidemment se concilier
avec la liberté d’expression et le droit de la presse. Une image, avant d’être
une donnée personnelle, est une donnée et une information qui relèvent
pleinement de la liberté d’expression et de création. S’exprimer par l’image
ou informer par l’image sont des droits fondamentaux, qu’il s’agisse d’un
dessin, d’un tableau, d’une sculpture, d’une photo ou d’une vidéo.

 e droit d’une personne sur son image peut s’effacer devant la liberté,
L
le droit, voire le devoir, de la presse de diffuser des images de cette per-
sonne, conformément aux nécessités de l’information, de l’histoire ou de
la création.

Dans le cadre d’une procédure pénale liée soit à une personne publique (ou
devenue publique), soit à des faits graves, la personne accusée ne peut pas
opposer son droit à l’image face au droit de la presse à diffuser précisément
cette image.

Par identité de motif avec le droit à la vie privée, il faut éviter toute
conception purement individualiste du droit à l’image, et accepter qu’au-
jourd’hui l’image est un droit relationnel protégé pour promouvoir le plein
développement de la personne. Un développement qui signifie aussi que
la personne sorte de soi, s’ouvre aux autres et noue des relations avec ses
semblables.

Appelée à valider la loi visant à interdire, dans des lieux publics, le port de
tout vêtement cachant totalement ou de manière principale le visage, la Cour
constitutionnelle a ainsi jugé que « l’individualité de tout sujet de droit d’une
société démocratique ne peut se concevoir sans que l’on puisse percevoir son
visage, qui en constitue un élément fondamental […]. Le port d’un voile inté-
gral dissimulant le visage prive […] la femme […] d’un élément fondamental
de son individualité, indispensable à la vie en société et à l’établissement de
liens sociaux »1.

anthemis 37
La liberté d’expression

 oute diffusion de l’image d’une personne sans son consentement n’est


T
donc pas fautive. Elle peut être justifiée par la qualité ou le comportement
de la personne visée, par le contenu de l’information et l’intérêt public de
sa diffusion ou par la relation d’un événement d’actualité ou historique
auquel cette personne a participé ou est associée. C’est toute la question
de la pertinence de l’information.

Dans une affaire opposant entre autres les parents de Julie et Mélissa à un édi-
teur, le juge a expressément précisé que « dans le cadre de l’exercice du droit à
l’image, il y a lieu de tenir compte du droit à l’information du public, lequel naît
lorsque l’actualité franchit le domaine privé et devient une question d’intérêt
général ; dans ces circonstances, le droit de la personnalité à l’image cesse dans
une certaine mesure d’appartenir à son titulaire original pour devenir l’objet
d’un droit à l’information du public »2.

De même, la reproduction de la photographie de « l’égérie de mai 68 » (une


jeune femme juchée sur les épaules d’une autre personne au-dessus de la masse
des anonymes, brandissant, dans un geste dont le symbolisme ne pouvait lui
échapper, un drapeau vietnamien) appartient à l’histoire.

Il a également été jugé, dans le cadre de l’affaire du petit Grégory, que « des
photos anciennes et très largement diffusées à l’époque par les médias ne révèlent
pas la vie privée actuelle des demandeurs ni aucun élément de leur vie privée
qui ne soit déjà très connu des lecteurs ; elles ne sont pas dénigrantes ; elles font
partie de cette affaire criminelle et appartiennent à l’histoire judiciaire : elles
peuvent donc être diffusées sans le consentement des demandeurs »3.

Il est possible de montrer, au nom du droit à l’information, les victimes


d’un attentat, d’une guerre ou d’une catastrophe naturelle (tsunami, trem-
blement de terre, inondation), sous la seule réserve du respect de la dignité
humaine (voir « Liberté et dignité humaine »).

 a complaisance ou la tolérance de la personne peuvent affecter l’appré-


L
ciation de la faute et du dommage, étant entendu que sa médiatisation
volontaire ne saurait constituer une renonciation générale et définitive à
toute protection pour l’avenir ou ne saurait justifier qu’elle fasse l’objet
d’un véritable harcèlement.

38 anthemis
Liberté et image

Un homme qui se balade main dans la main en rue à Saint-Tropez avec une
célèbre chanteuse ne peut sérieusement se croire à l’abri des regards indiscrets
des photographes.

Une chanteuse n’a obtenu qu’un euro symbolique pour une photo parue
dans un magazine où elle apparaissait légèrement dénudée : le fait que le sein
gauche de l’intéressée ait pu apparaître sur une photographie est dû exclusi-
vement aux mouvements – assez prévisibles – du décolleté de la robe qu’elle
avait elle-même choisi de porter à l’occasion de la manifestation caritative
concernée.

À l’inverse, le magazine Closer a légitimement été condamné pour avoir diffusé


des photos prises clandestinement au téléobjectif du couple princier britan-
nique, en vacances dans le sud de la France, au bord d’une piscine privée. Ces
photos montrant Kate dénudée sont dépourvues de tout lien avec ses activités
publiques ou officielles, ou avec celles de la famille royale britannique, et ces
instants (d’intimité) ne peuvent être considérés comme un sujet d’intérêt général
justifiant pareille atteinte à la vie privée et à l’image4.

 hotographier ou filmer un lieu public non pas pour les individus présents
P
mais pour le lieu ou l’événement qui s’y déroule, ne requiert pas l’accord
particulier des individus accessoirement présents, sous peine de rendre
impossible toute prise de vue en public, le tout sous réserve de toute asso­
ciation préjudiciable ou dénigrante.

Si une personne est ciblée alors qu’elle se trouve dans un lieu public, le
contexte peut justifier ou non une exploitation de son image même sans
son consentement exprès.

La pratique de filmer un ou une anonyme présent(e) dans un stade de football,


sans aucun commentaire dénigrant, doit être approuvée.

De même, publier des photos d’anonymes dans le métro ou dans les rues de
Bruxelles, sans association préjudiciable, doit être possible, que ce soit sous l’angle
du droit à l’information ou du droit à la liberté artistique.

anthemis 39
La liberté d’expression

À l’inverse, diffuser des images de jeunes marchant dans la rue pour illustrer
le débat sur le radicalisme musulman peut être fautif si la séquence induit un
amalgame indu entre ces jeunes et le radicalisme.

Une personne n’est pas en droit d’exiger de contrôler sa propre interview,


celle des autres ou le montage final. Sauf à rendre la liberté de la presse
pratiquement impossible, un tel contrôle ne peut être octroyé qu’à titre
exceptionnel ; il doit nécessairement faire l’objet d’un accord exprès entre
les parties et être prouvé par la personne qui s’en prévaut, s’agissant d’une
exception à la liberté et à l’indépendance éditoriales du média.

Le média est libre de procéder à la diffusion partielle de l’interview, pour


autant qu’il n’y ait pas dénaturation. En ce sens, une personne n’a pas le
droit d’exiger que toutes les questions et réponses soient diffusées et les
coupures pratiquées par le média ne peuvent s’assimiler à de la censure.

 a création d’un faux profil, où une personne se fait passer pour une
L
autre (généralement une personnalité), est non seulement une usurpation
d’identité mais peut constituer une atteinte au droit à l’image ou à la vie
privée.

 a presse peut utiliser des données publiques disponibles sur Internet,


L
en fonction du contexte et si le droit à l’information le justifie.

Un magazine ou une chaîne de télévision ont ainsi pu diffuser des photos de


Zahia, une escort girl citée dans un dossier de scandale sexuel mettant en cause
des joueurs de football, dès lors que ces photos se trouvaient sur le compte
Facebook (public) de la jeune fille.

Mais la presse se méfiera, par exemple, des risques d’erreur dus à une homo-­
nymie.

Une personne doit aussi tolérer sa caricature ou son imitation, par un sosie
notamment, pour autant que l’intention humoristique prime et qu’il n’y
ait pas de confusion préjudiciable.

40 anthemis
Liberté et image

Quand un annonceur utilise dans un spot télévisé trois sosies de personnalités


décédées (Bruce Lee, Marylin Monroe et Michael Jackson) et un sosie d’une
personnalité toujours en vie mais clairement sur le retour (Michel Polnareff),
il est en droit de le faire dès lors qu’aucune confusion n’est raisonnablement
possible dans l’esprit du téléspectateur, tant dans la forme des sosies que dans les
mots employés, notamment dans le slogan final : « Il ne suffit pas de ressembler
à Cetelem pour faire du Cetelem ».

Dans certains cas, il ne peut y avoir violation du droit à l’image lorsque


l’information publiée revêt à l’évidence un caractère anodin. Ce qu’il faut
sanctionner, c’est la diffusion d’une information fausse, dénaturée, détournée
ou dénigrante, entraînant un réel préjudice pour la personne concernée.

Est a priori anodin le fait de publier les photos de ses enfants sur sa page Facebook
ou celles de ses copines de classe lors d’un voyage de fin d’études.

Le caractère anodin peut aussi être interprété sous un autre angle et révéler
le fait que l’information en question n’est pas de celles à propos desquelles
le public a un droit légitime d’être informé.

 ’utilisation d’une caméra cachée ne peut être justifiée qu’en cas « d’intérêt
L
majeur de l’information », par exemple pour dénoncer des malversations
(voir « Liberté et objectivité »).

 n principe, la presse a le droit de rediffuser les images dans le même


E
contexte que la première diffusion, sans altération ni dénaturation (voir
« Liberté et oubli »).

Exemples : rediffusion d’une émission de télévision ; mise à disposition de


contenu à la demande via la télévision de rattrapage, sur Internet via un
réseau de câblodistribution ou encore via un site d’archives écrites ou audio­
visuelles.

En dehors de ces cas, l’utilisation d’images d’archives doit être faite avec circons-
pection, en évitant toute exploitation hors contexte ou préjudiciable.

anthemis 41
La liberté d’expression

 nfin, la personne est évidemment libre de commercialiser son image et


E
la valeur commerciale de celle-ci dépendra notamment de la célébrité et
de la fonction exercée.

Concernant la reproduction d’une photo du couple (pas encore marié) Sarkozy-


Bruni pour une publicité de Ryanair, le président de la République a vu son
préjudice fixé à 1 euro, tandis que sa partenaire a reçu 60.000 euros, couvrant son
dommage commercial en tant que mannequin-auteur-compositeur-interprète,
causé notamment par un important effet de buzz recherché par l’annonceur5.

Par contre, participe du droit à l’information du public, la reproduction de


l’image de plusieurs Diables rouges en couverture d’un livre sur le football6.

- Code de déontologie journalistique (CDJ), article 17.


- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt News Verlags Gmbh & CoKG
du 11 janvier 2000.
- Jurisprudence citée :
1. Cour constitutionnelle, 6 décembre 2012, n° 145/2012.
2. Antwerpen (réf.), 8 février 1999, A&M, p. 241.
3. TGI Paris, 27 février 2001, Légipresse, n° 186, I, p. 133.
4.Versailles, 5 juin 2013, Légipresse, n° 310, p. 587.
5. TGI Paris, 5 février 2008, Légipresse, n° 250, III, p. 66.
6. B ruxelles, 12 novembre 2013, A&M, 2014/3-4, p. 262.

42 anthemis
9. Liberté et nom ou voix

 e nom et la voix font également partie des droits de la personnalité.Toute


L
personne peut donc s’opposer à ce que l’on utilise son nom ou sa voix.
Mais ce droit n’est pas absolu et il doit évidemment se concilier avec la
liberté d’expression et de création.

Il peut être acceptable, au nom du droit à l’information, de diffuser l’enregistre-


ment sonore d’une conversation téléphonique entre le dirigeant d’un club de
football et un agent de joueur si la communication révèle un fait de corruption.

 hacun peut aussi s’opposer à ce que l’on imite sa voix dans des conditions
C
susceptibles de créer une confusion préjudiciable, le tout sous réserve du
droit à l’humour.

Un artiste comme Francis Cabrel doit accepter que l’on imite sa voix dans un
spectacle de variété. Par contre, il peut s’opposer à l’usurpation de son nom ou
de sa voix faite sans son accord dans une publicité à la radio qui crée la confu-
sion dans l’esprit de l’auditeur amené à croire que le chanteur s’est réellement
associé à l’annonceur.

- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Von Hannover c. Allemagne


du 19 février 2015.

anthemis 43
10. Liberté et honneur

L’honneur, c’est la dignité morale, la considération, la réputation et le crédit


auxquels toute personne a droit de par sa qualité d’être humain.

 alomnie, diffamation, injure, offense, outrage : les mots se multiplient


C
pour protéger l’honneur d’une personne.Toutes ces nuances peuvent être
ramenées à une seule règle : l’interdiction de porter atteinte méchamment,
gratuitement à l’honneur d’autrui.

La limite, ce n’est donc pas l’atteinte en soi à l’honneur de quelqu’un car


il est possible de critiquer autrui, voire de le traîner dans la boue. La limite,
c’est l’atteinte gratuite, méchante, non justifiée par la liberté d’expression
ou de création ; l’attaque faite sans fondement et sans base factuelle sérieuse,
dans la seule intention de nuire.

Dire de quelqu’un qu’il appartient à l’extrême droite alors qu’il est manifeste-
ment de cette tendance ne porte pas atteinte à son honneur puisqu’il se reven-
dique de cette appartenance.

Par contre, affirmer que quelqu’un est d’extrême droite simplement parce
qu’il est l’avocat d’une personne de cette mouvance peut être un raccourci
fautif.

L’honneur n’est pas une donnée absolue et l’honneur de l’un n’est pas
nécessairement l’honneur de l’autre. Pour décider s’il y a matière à sanc-
tionner l’expression, les critères habituels sont à utiliser, notamment l’in-
térêt public du message, la qualité de l’auteur ou de la victime, le com-­
portement de la victime et le contexte.

La protection de la réputation doit être mise en balance avec les impératifs


de la libre discussion des questions d’intérêt public.

44 anthemis
Liberté et honneur

Dire de quelqu’un qu’il est un « collaborateur » en lien avec la Seconde Guerre


mondiale ou qu’il est un « nazi » peut, selon les cas, être fautif ou non. Si la
personne concernée a réellement collaboré, elle n’a pas d’action contre l’auteur
de l’allégation. Si elle soutient des thèses nauséabondes, elle n’en a pas non plus.
Mais si l’atteinte porte sur un fait précis dont l’auteur ne peut prouver ni la réalité
ni l’implication réelle de la personne, il risque une condamnation.

 uand l’atteinte à l’honneur consiste en l’imputation d’un fait précis, on


Q
parle de calomnie ou de diffamation pour l’auteur du message qui, respec-
tivement, ne prouve pas ou est dans l’impossibilité légale de prouver la maté-
rialité de ce qu’il a avancé. Quand l’atteinte à l’honneur existe en dehors de
toute imputation d’un fait précis, on parle alors d’injure ou d’offense. Dans
tous les cas, l’information ou l’opinion doit exposer autrui au déshonneur
ou au mépris public, l’atteindre dans son intégrité morale, le dégrader.

Un fait n’est précis que pour autant qu’il soit concret et que sa véracité
ou sa fausseté puisse être démontrée.

Le terme « nazi » ne peut être qualifié de diffamatoire lorsqu’on l’oppose à une


personne qui n’était pas née ou était encore enfant à l’époque de la libération :
pour être diffamatoire, une accusation doit se présenter sous la forme d’une
articulation précise de faits de nature à être l’objet d’une preuve ou d’un débat
contradictoire.

Qualifier un animateur-producteur vedette, de « sangsue du service public »


en disant que sa société « surfacture » ses émissions relève de la diffamation. De
même, est diffamatoire le montage opéré en couverture par un journal laissant
supposer que l’intéressé était mêlé à une affaire de pédophilie alors que seul l’un
de ses collaborateurs était concerné.

Traiter quelqu’un de « fou » ou de « malade » ne relève pas de la diffamation


mais, le cas échéant, de l’injure.

Il est essentiel de bien faire la distinction entre l’imputation d’un fait et
le simple commentaire. Une personne qui relate des faits doit agir avec

anthemis 45
La liberté d’expression

objectivité, exactitude ou véracité, même si celles-ci ne doivent pas être


absolues.Toute information erronée n’est pas nécessairement fautive, pour
autant qu’elle s’appuie sur une base factuelle sérieuse, dans la mesure des
moyens disponibles, ce qui implique vérification et recoupement des sour­
ces (au moins deux). Si l’information n’est pas correcte, elle doit être
complétée et des excuses peuvent s’avérer nécessaires.

En relayant sans autre vérification et sans précaution une imputation grave dont
il ne pouvait ignorer que, si elle était erronée, elle porterait atteinte à l’honneur
et à la considération d’une personne, le journaliste n’agit pas comme un jour-
naliste normalement prudent et avisé.

Pour tout ce qui touche au commentaire, à la critique ou au jugement de


valeur, les choses sont différentes : si la matérialité des faits peut se prouver,
une opinion, par définition, ne se prête pas à une démonstration de véracité
ou d’exactitude ou à une exigence stricte d’objectivité.

Le commentaire peut cependant se révéler excessif, notamment en l’ab-


sence de toute base factuelle suffisante, s’il porte atteinte fautivement aux
droits d’autrui en n’étant mû que par un parti pris de dénigrement systé-
matique et une volonté évidente de nuire.

 a personne accusée de calomnie ou d’injure doit avoir la possibilité de


L
prouver ce qu’elle a avancé, peu importe l’ancienneté du fait allégué. Par
ailleurs, elle peut invoquer une cause d’excuse telle l’erreur invincible (l’er-
reur que peut commettre toute personne agissant de manière normale), la
provocation de la personne calomniée ou l’absence de dommage.

La personne accusée de calomnie ou d’injure peut aussi invoquer sa bonne


foi. La bonne foi est généralement reconnue si un but légitime est poursuivi
(informer, critiquer, faire rire…), si l’enquête présente un caractère sérieux
ou s’il existe une base factuelle suffisante et s’il y a une absence d’animosité
personnelle.

La liberté de ton est un principe fondamental du droit de la communica-


tion mais parfois, en fonction du contexte, la prudence dans l’expression est
requise. Le style péremptoire, sans nuance ni réserve, peut se révéler fautif.

46 anthemis
Liberté et honneur

Un humoriste comme Nicolas Bedos peut, dans un billet d’humeur, traiter


Marine Le Pen de « salope » car le ton humoristique et volon­tairement outran-
cier prive le propos de tout sérieux1.

N’a pas été considérée comme une offense l’affiche « Cass-toi pov’ con » brandie
par un homme lors d’un déplacement du Président Sarkozy et qui renvoyait aux
propres propos du Président tenus lors d’un autre déplacement à l’adresse d’un
anonyme qui avait refusé de lui serrer la main2.

De la même manière, traiter un homme politique d’imbécile peut être ac-


cepté si les actions de ce dernier prêtent à controverse. Ce fut le cas avec Jorg
Haider, leader autrichien d’extrême droite, qui avait tenu des propos douteux
notamment en lien avec l’extermination des Juifs lors de la Seconde Guerre
mondiale3.

Dans certains cas, il peut ne pas y avoir d’atteinte à l’honneur lorsque


l’information publiée revêt à l’évidence un caractère anodin, par nature
non réellement préjudiciable. Ce qu’il faut sanctionner, c’est la diffusion
d’une information fausse, dénaturée, détournée ou dénigrante entraînant
un réel préjudice pour la personne concernée.

Mais le caractère anodin peut aussi être interprété sous un autre angle et
révéler le fait que l’information en question n’est pas de celles à propos
desquelles le public a un droit légitime d’être informé.

Il y a plusieurs manières de réagir face à une atteinte à l’honneur  :


l’action en justice, la réaction par la voie médiatique ou l’indifférence.
Comme l’écrivait Beaumarchais : « Il n’y a que les petits hommes qui
redoutent les petits écrits ». Nous ajouterons que face à une atteinte à
l’honneur, il n’y a pas lieu non plus de tenir exagérément compte des
susceptibilités humaines. Enfin, l’évolution de la société est un élément
à prendre en considération : aujourd’hui, se faire par exemple traiter
de « con » n’a plus la même connotation injurieuse qu’il y a quelques
décennies.

La loi prévoit un délai de prescription court pour les atteintes à l’honneur.

anthemis 47
La liberté d’expression

Si le fait imputé est l’objet d’une poursuite répressive ou d’une dénoncia-


tion sur laquelle il n’a pas été statué, l’action en calomnie sera suspendue
jusqu’au jugement définitif.

Un homme politique est cité dans les médias pour des faits de détournement de
mineurs. Son éventuelle action en diffamation sera suspendue tant que l’affaire
de détournement ne sera pas définitivement tranchée.

Cette surséance est compréhensible car il est logique que la justice vide
d’abord le fond du problème (la personne a-t-elle ou non commis l’acte 
dont il est question dans la presse ?) avant de vérifier si la presse a correc-
tement informé à ce sujet.

Le jugement n’entraînera cependant aucune automaticité. Ce n’est pas


parce que la personne citée dans la presse bénéficie ultérieurement d’un
non-lieu ou d’un acquittement à propos des faits imputés que l’informa-
tion publiée est nécessairement fausse à son égard ou doit entraîner une
sanction. Inversement, ce n’est pas parce que la personne a été condamnée
en justice pour les faits imputés qu’automatiquement l’information publiée
en son temps était légitime. Tout est question de contexte et de mesure.

 nfin, certaines personnes bénéficient d’une sorte d’immunité. Les écrits


E
produits devant les tribunaux (actes de procédure) et les discours prononcés
devant les tribunaux (les plaidoiries, les réquisitoires du ministère public),
pour autant qu’ils soient strictement relatifs à la cause ou aux parties, ne
peuvent donner lieu à poursuite pour cause de diffamation, de calomnie
ou d’injure. Bénéficient également d’une immunité spéciale les ministres
et les secrétaires d’État ainsi que les parlementaires pour toutes les opinions
exprimées dans l’exercice de leurs fonctions.

Le journaliste qui reproduit fidèlement ces opinions bénéficie par ricochet


de la même forme d’immunité.

- Code pénal, articles 443 et suivants.


- Code de déontologie journalistique (CDJ), article 22.
- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Lingens c. Autriche du 8 juillet
1986.

48 anthemis
Liberté et honneur

- Jurisprudence citée :
1. Paris, 18 mars 2015, Légipresse, n° 327, p. 272.
2. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Eon c. France du 14 mars
2013.
3. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Oberschlik c. Autriche du
23 mai 1991 (n° 1).

anthemis 49
11. Liberté et justice

La justice est l’autorité habilitée à juger le respect des lois par les citoyens
et à les condamner si nécessaire.

 a justice ne fonctionne pas dans le vide : la presse a naturellement le


L
droit de traiter des questions dont les tribunaux sont saisis et le public a le
droit d’en être informé. La presse représente un moyen de contrôle dont
disposent l’opinion publique et les responsables politiques pour s’assurer
que les juges s’acquittent de leurs responsabilités conformément au but
qui leur a été confié.

La publicité des débats judiciaires est un principe fondamental auquel il ne


peut être dérogé qu’à titre exceptionnel pour protéger la moralité, l’ordre
public ou la sécurité nationale, ou lorsque les intérêts des mineurs ou la
protection de la vie privée des parties au procès l’exigent. De même, les
jugements sont prononcés en audience publique.

Cette publicité est nécessaire à double titre : d’une part, pour garantir la
régularité du déroulement de la justice et mettre tant les juridictions que
les justiciables à l’abri des pressions ou des abus ; d’autre part, pour rappeler
au public l’existence de la règle et les conditions de son application.

La publicité de la justice implique qu’en principe toute personne peut assister à


une audience, sous réserve de restrictions liées au nombre limité de places dis-
ponibles. Mais la publicité peut passer aussi par des techniques d’enregistrement
de l’image ou du son, notamment pour répondre aux nécessités de l’actualité
ou des archives.

S i les débats judiciaires sont publics, par contre la phase d’instruction judi-
ciaire est secrète. Mais des exceptions existent pour préserver les droits de la
défense et le droit à l’information du public. C’est ainsi que le procureur du
Roi ou le magistrat de presse peuvent communiquer notamment sur des
affaires qui troublent l’opinion publique, pour corriger des informations

50 anthemis
Liberté et justice

erronées publiées par la presse ou encore pour transmettre à la presse une


décision de non-lieu ou de classement sans suite lorsque le dossier a été
diffusé de manière détaillée dans les médias.

Le secret de l’instruction ne vaut qu’à l’égard des personnes qui concourent


à l’enquête et à l’instruction (magistrats, agents ou auxiliaires de police ou
de justice, experts, greffiers…). Il ne s’impose donc pas à la presse qui reste
libre de relayer les informations ou les « fuites » qu’elle recueille, le tout
bien sûr sous sa responsabilité en cas de mise en cause illicite d’un tiers.

 a question de savoir si la presse peut ou non diffuser le nom ou l’image


L
des personnes inquiétées, perquisitionnées, auditionnées, arrêtées ou jugées
doit s’apprécier dans le respect des droits et intérêts en présence. La pu-
blication du nom ou de l’image des personnes peut se justifier, au regard
du droit à l’information, notamment si les faits sont exceptionnels ou
particulièrement graves ou touchent à un important débat de société, si la
personne visée exerce un mandat public ou si elle bénéficie d’une certaine
notoriété, ou encore s’il y a un danger pour la société.

Le droit de l’accusé sur son image s’efface devant le droit des médias d’informer
par l’image dans le cas où l’accusé est un homme politique poursuivi pour des
faits liés à sa charge ou incompatibles avec celle-ci. Le même principe s’applique
lorsque l’accusé est poursuivi pour des faits graves comme un meurtre ou un viol.

 ar ailleurs, il est interdit aux policiers d’exposer, sans nécessité, les per-
P
sonnes arrêtées à la curiosité publique ; de soumettre ou de laisser sou-
mettre ces personnes, sans leur accord, aux questions des journalistes ou
à des prises de vue autres que celles destinées à leur identification ou à
d’autres fins décidées par l’autorité judiciaire compétente.

 a presse peut contrôler la justice et les juges mais elle ne peut porter
L
atteinte indûment à la personnalité des juges. En effet, comme garant de
la justice, valeur fondamentale dans un État de droit, l’action du pouvoir
judiciaire a besoin de la confiance des citoyens pour prospérer et il peut
s’avérer nécessaire de protéger la justice contre certaines attaques, sachant
par ailleurs que le devoir de réserve des magistrats limite leur possibilité
de réagir.

anthemis 51
La liberté d’expression

Même un juge doit accepter les critiques personnelles (et pas uniquement théo-
riques ou générales) et même si le ton est « acerbe », voire « sarcastique », pour
autant qu’il ne s’agit pas d’attaques gravement préjudiciables dénuées de fon-
dement sérieux1.

- Constitution, articles 148 et 149.


- Convention européenne des droits de l’homme, article 6.
- Code d’instruction criminelle, articles 28quinquies et 57.
- Loi du 5 août 1992 sur la fonction de police, article 35.
- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Sunday Times c. Royaume-Uni
du 26 avril 1979 (n° 1) ; arrêt De Haes et Gijsels c. Belgique du 29 février 1997.
- Jurisprudence citée :
1. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Morice c. France du 23 avril
2015.

52 anthemis
12. Liberté et présomption
d’innocence

La présomption d’innocence, c’est le droit accordé à toute personne poursui-


vie en justice d’être présumée innocente des faits qui lui sont reprochés tant
que sa culpabilité n’a pas été légalement établie par un tribunal indépendant.

 a présomption d’innocence garantit que les autorités judiciaires ne peu­


L
vent faire de déclarations publiques traitant une personne comme coupable
avant que sa culpabilité n’ait été légalement établie par un tribunal indé-
pendant. Si elles font de telles déclarations, la récusation de ces autorités
pourrait être demandée.

Rien n’empêche un procureur du Roi ou un juge d’instruction de dire qu’il


y a eu une perquisition, une inculpation ou qu’il existe des soupçons. Mais ils
ne peuvent pas faire une déclaration formelle de culpabilité, sans nuances ou
réserves, incitant le public à croire en celle-ci et préjugeant de l’appréciation des
faits par les juges compétents.

De même, la présomption d’innocence garantit que les autorités publiques


autres que judiciaires ne peuvent déclarer une personne coupable ou la
traiter comme telle avant que sa culpabilité n’ait été légalement établie par
un jugement. Face à de telles déclarations, la personne préjudiciée pourrait
demander un dédommagement à charge de l’État mais pas l’annulation
de la procédure judiciaire menée contre elle. Toute autre solution serait
un déni de justice.

Les déclarations d’un ministre de la Justice ne sauraient avoir pour effet de


vicier en soi le droit à un procès équitable : le juge ou le jury sont parfaitement
capables d’apprécier librement et juridiquement les faits. Une déclaration de
culpabilité prématurée peut engager la responsabilité de l’État mais elle n’af-
fecte pas la procédure judiciaire. L’impartialité et l’indépendance du juge le
prémunissent contre de telles déclarations ; celles-ci ne le lient pas.

anthemis 53
La liberté d’expression

 a présomption d’innocence est une règle fondamentale de droit pénal


L
qui ne s’impose qu’aux autorités publiques. La justice est compétente
pour régler les litiges, mais il n’en résulte point qu’auparavant ou en
même temps, ceux-ci ne puissent donner lieu à discussion ailleurs, que ce
soit dans des revues spécialisées, la grande presse ou le public en général.

En procédant à une enquête journalistique, le journaliste n’est ni policier, ni


juge, ni bourreau et le média ne prononce pas de « jugement » mais exerce
son droit et son devoir d’informer. Il a le droit de soumettre une personne
à ses contradictions et paradoxes. Il a également le droit de contrôler la per-
tinence des décisions judiciaires, mais sans dénaturer la « vérité judiciaire ».

Serait fautif un média qui déclare sans nuance que X est un assassin ou un pé-
dophile alors qu’il vient d’être acquitté.

Rien ne peut interdire à la presse de parler d’affaires judiciaires, sauf les


exceptions prévues strictement par la loi. C’est ainsi qu’il est interdit :

- de reproduire les débats judiciaires en matière de divorce et de séparation


de corps, ainsi que dans les procédures impliquant des mineurs visés par
une mesure de protection de la jeunesse ;
- de révéler l’identité de la victime d’un attentat à la pudeur ou d’un viol
sauf si la victime a donné son accord écrit ou si le procureur du Roi ou
le magistrat chargé de l’instruction a donné son accord pour les besoins
de l’enquête judiciaire.

De même, rien ne peut interdire aux médias de parler d’affaires qui ne
sont pas entre les mains de la police ou de la justice. C’est une des raisons
d’être du journalisme d’investigation. Combien de scandales n’ont-ils pas
été révélés par la presse avant de faire l’objet de poursuites judiciaires ?

Mais tout ce qui précède ne signifie pas que les médias ne doivent pas tenir
compte de la présomption d’innocence car elle est aussi une exigence déon-
tologique, pour ne pas dire éthique. Quel que soit le moment où l’informa-
tion sort, il faut que les médias appuient leurs propos sur une base factuelle
suffisante ou les assortissent des nuances et réserves d’usage. La presse doit
agir de bonne foi. Elle ne peut pas fausser ou dénaturer les faits et elle

54 anthemis
Liberté et présomption d’innocence

ne peut pas se faire la complice d’une justice expéditive ou d’enquêteurs


partiaux, en « hurlant avec les loups », même en cas d’aveu du prévenu.
La presse est tenue de se demander d’où vient l’information ou la fuite et à
qui profite la diffusion de cette information, sans oublier que la personne mise
en cause n’a peut-être pas accès au dossier judiciaire et doit parfois s’expli-­
­quer publiquement sans savoir nécessairement ce que la justice lui reproche.

Cette attitude prudente de la presse est un gage de son indépendance et


du respect des droits individuels. À défaut, la presse pourrait engager sa
responsabilité civile ou pénale, pour faute ou atteinte à l’honneur. En ce
sens, serait sanctionnable une publication qui contiendrait des conclusions
définitives manifestant un préjugé tenant pour acquise la culpabilité d’une
personne alors que la justice ne s’est pas encore prononcée.

Le livre de Nadine Trintignant, intitulé Marie, ma fille, publié avant le jugement


devant statuer sur la responsabilité de Bertrand Cantat dans la mort de Marie
Trintignant et où le chanteur est clairement présenté comme le « meurtrier » de
sa fille, constitue l’affirmation non équivoque d’une conviction de culpabilité,
sanctionnée par un tribunal1.

Est fautif le titre « C’est un assassinat » mentionné en Une d’un journal au-dessus
du nom et de la photo d’un homme politique inculpé dans le cadre du décès
de sa femme et qui nie toute responsabilité.

Est également contraire à la présomption d’innocence le fait de publier sur un


site internet, en marge d’un procès d’assises, un sondage sur la culpabilité ou
l’innocence d’une personne poursuivie pour meurtre.

Par contre, n’est pas en soi fautif le fait de montrer une personne menottée.

La formule de « présumé meurtrier » ou d’« escroc présumé », souvent utili-


sée dans la pratique journalistique, est controversée. Elle pourrait constituer
une atteinte à la présomption d’innocence selon le contexte de l’infor-
mation diffusée.

Une éventuelle faute médiatique peut engager la responsabilité de la presse


mais pas aboutir à annuler la procédure judiciaire menée contre la personne

anthemis 55
La liberté d’expression

inquiétée ou poursuivie judiciairement.Toute autre solution reviendrait à


confondre les rôles des acteurs respectifs, à savoir d’une part, les médias qui
communiquent des informations, le cas échéant fautivement, et, d’autre
part, les tribunaux qui rendent la justice en acquittant ou en condamnant
les personnes soupçonnées d’avoir enfreint la loi.

L’impartialité personnelle d’un magistrat se présume jusqu’à preuve du contraire


et aucun juge ne s’abstiendra jamais de remplir sa fonction dans les conditions
d’objectivité, d’impartialité et d’indépendance qui s’imposent, aux motifs qu’une
campagne de presse, si violente soit-elle, est en cours. Une telle abstention équi-
vaudrait à un déni de justice.

- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Worm c. Autriche du 29 août


1997 ; arrêt Claes et crts c. Belgique du 2 juin 2005.
- Jurisprudence citée :
1. Paris (14e ch. A), 7 octobre 2003, Gaz. Pal., 19 octobre 2003, p. 3147.

56 anthemis
13. Liberté et oubli

L’oubli, c’est la mémoire individuelle ou collective qui sélectionne les


événements du passé et en gomme certains de sorte que la conscience ne
les retrouve plus.

 ar nature, l’oubli s’oppose à la liberté d’expression.Tant que cet oubli est


P
le fruit d’une mémoire humaine ou sociétale défaillante, le problème est
gérable. Mais que se passe-t-il quand cet oubli devient une obligation de
(se) taire, voire d’effacer ? La question est posée depuis que l’homme a in-
venté la peinture ou l’écriture, la trace qui demeure malgré l’écoulement du
temps, l’imprimerie qui reproduit les mots, la photographie qui fige l’image,
la télévision qui répercute à distance la parole et l’image. La problématique
devient criante quand la technologie permet de retrouver en un clic tout
un passé que l’on pensait enterré ou que l’on n’aurait jamais même imaginé.

Ce choc n’a pas été réglé par la loi alors que deux sortes d’oubli défrayent
la chronique : l’oubli judiciaire et l’oubli numérique.

 ’oubli judiciaire, c’est la question de savoir si les faits d’un procès et les
L
condamnations encourues bénéficient d’un « oubli » à la faveur d’un cer-
tain délai. Cette question est controversée.

La tendance majoritaire est de refuser cet oubli qui vient en opposition


frontale avec le droit et le devoir d’informer sur des affaires judiciaires. Il
y a même un devoir de mémoire dans l’activité des médias, par exemple
lors de rappel de faits anciens, lors de consultations d’articles anciens sur
le site Internet d’un journal ou d’une bibliothèque numérique, ou lors
de la mise à disposition de programmes audiovisuels, que ce soit de ma-
nière classique et linéaire (la rediffusion d’un journal télévisé ou d’une
ancienne émission d’information dans la grille des programmes d’une
chaîne de télévision) ou de manière non linéaire (avec le développement
de la télévision de rattrapage ou à la demande, via un réseau de câblodis-
tribution ou sur Internet).

anthemis 57
La liberté d’expression

Les événements entrés dans la grande histoire ou la petite histoire ne


peuvent en être chassés ; on ne peut les oublier.

À propos de l’émission de télévision Faites entrer l’accusé qui relate d’anciennes


affaires judiciaires, le CSA français a énoncé que le principe de l’émission ne
peut être contrecarré par l’invocation d’un droit à l’oubli qui constituerait « un
obstacle à la liberté éditoriale et au droit à l’information ». Mais les obligations
d’objectivité et de sérieux de l’enquête journalistique doivent évidemment être
respectées.

Certains tribunaux ont toutefois reconnu un « oubli » en faveur d’une personne


condamnée qui a purgé sa peine et qui tente de se réinsérer socialement parce
que, concrètement, il est établi que la protection de sa vie privée prime sur l’in-
térêt contemporain d’une nouvelle publication, cette dernière risquant d’avoir
des conséquences difficilement réparables.

 xplicitement, la loi ne connaît pas le « droit à l’oubli », notamment sur le


E
passé judiciaire d’une personne. Mais la loi reconnaît implicitement une
forme d’oubli à travers des notions comme la prescription, la réhabilitation,
la grâce royale ou l’amnistie. Fondamentalement, ces notions ne consacrent
pas un droit à l’oubli absolu qui empêcherait le rappel ou la dénonciation
de faits anciens. Rappeler ou dénoncer des faits anciens demeure possible
à condition que cela repose sur une base factuelle suffisante et que la
prescription, la réhabilitation, la grâce royale ou l’amnistie, selon les cas,
soit mentionnée.

Le rappel d’une condamnation doit répondre aux nécessités de l’informa­


tion, de l’actualité ou de l’histoire. Et ce rappel n’est acceptable que s’il est
fait sans dénaturation.

De même, lorsqu’une personne condamnée bénéficie ultérieurement d’un


acquittement, il serait fautif de reparler de la condamnation première sans
faire état de l’évolution du dossier.

 a loi n’a pas davantage déterminé un terme au-delà duquel toute diffusion
L
d’information devrait se faire de manière anonyme au motif que la période
nécessaire pour rendre compte de l’actualité serait dépassée.

58 anthemis
Liberté et oubli

 n toutes hypothèses, aucun oubli ne peut affecter les publications passées.


E
En ce sens, effacer des données existantes (par exemple sur un site web) sera
généralement refusé. Par contre, demander qu’un article soit complété ou
fasse l’objet d’un lien vers une mise à jour ou un avertissement est possible.

Si un article fait l’objet ultérieurement d’un droit de réponse ou d’une condam-


nation judiciaire, il s’impose de faire un lien entre l’article initial et ses suites sur
le site Internet de l’éditeur, en fonction des moyens techniques à disposition.

Dans certains cas, ce n’est pas tant l’oubli qui est en cause mais plutôt la
nécessité de compléter l’information initiale. Comme le temps ne s’arrête
pas, une information publiée licitement à un moment donné peut se
révéler dépassée, incomplète, fausse ou préjudiciable par le simple fait de
l’écoulement du temps. Cette réalité était déjà vraie (et acceptée) avec le
livre ou le journal, mais elle prend une nouvelle dimension notamment
avec Internet et l’univers numérique des moteurs de recherche.Alors qu’il
n’est pas possible d’ordonner la mise à jour d’un livre ou d’un journal por-
tant sur tel fait du passé qui se révélerait dépassé après un certain temps, les
choses sont différentes dans un espace où les outils numériques donnent
un accès quasi illimité à une masse d’informations relatives à une personne
et un dossier déterminés.

 ’interdiction de procéder au traitement informatique de données nomi-


L
natives concernant des infractions en vue de leur publication sur Internet
limiterait la liberté d’expression en empêchant la presse de rendre compte
des affaires judiciaires en cours. Les archives constituent l’essence même
de l’information ; elles sont indispensables au travail journalistique en
tant que source permanente et leur libre accès contribue au débat public.
Grâce à leur accessibilité ainsi qu’à leur capacité à conserver et à diffuser
de grandes quantités de données, les sites Internet contribuent grandement
à améliorer l’accès du public à l’actualité et, de manière générale, à faciliter
la communication de l’information.

Avec la numérisation et le développement des moteurs de recherche sur


Internet, une personne peut souhaiter demander le déréférencement
ou la désindexation d’un article concernant ses problèmes judiciaires.
Cette demande n’efface pas le message de base et peut être acceptée si,

anthemis 59
La liberté d’expression

concrètement, l’intérêt privé prime sur l’intérêt général (voir en fin de


chapitre l’exemple de la position adoptée par Google).

 nfin, la presse reste évidemment libre de répercuter des faits anciens


E
qui n’ont encore jamais été révélés auparavant ou sur lesquels la justice ne
s’est pas prononcée ou ne se prononcera plus jamais, par exemple parce que
les faits sont prescrits. Mais la presse devra le faire ici aussi dans le respect
de la déontologie journalistique, en soupesant l’intérêt de l’information et
les atteintes potentielles aux droits de la personne en question.

 ’oubli numérique (en dehors du passé judiciaire) concerne la personne qui


L
a fait l’objet d’un article de presse ou d’une émission de télévision, par exem­
ple, et qui souhaite qu’ils ne soient plus publiés ou qu’ils soient supprimés.

Généralement, cette demande d’oubli sera refusée. Elle le sera d’autant plus
si elle se heurte à la liberté d’expression de tiers qui entendent précisément
ne pas oublier.

En cas de publication de données inexactes ou dont la pertinence a évo-


lué avec le temps, l’intéressé peut demander que le média procède à une
correction ou à une adaptation, mais sans suppression ou anonymisation.

L’oubli numérique vise aussi la question de savoir si une personne qui a


volontairement communiqué sur Internet des données personnelles la con­
cernant, par exemple en publiant des commentaires ou des photos via un
blog, un chat ou Instagram, pourrait invoquer par la suite un « droit à l’oubli
numérique » pour faire enlever tout ou partie de ces données. La question
est controversée mais nous ne partageons pas la conception absolutiste d’un
oubli qui serait par nature salvateur et bénéfique, imposant une réécriture de
l’histoire et qui aurait cet effet totalitaire de biffer le passé et d’empêcher par
là de montrer en quoi une personne a précisément changé de vie ou d’avis.

Un internaute qui a posté des messages ou des photos sur Facebook peut lui-
même, en fonction des paramètres d’utilisation du réseau social, retirer ceux-ci,
mais il ne pourra pas toujours empêcher que d’autres personnes qui ont eu
connaissance de ces messages ou photos les reproduisent.

60 anthemis
Liberté et oubli

Un internaute qui a livré librement un commentaire ou une vidéo notamment


sur le site d’un organe de presse ne peut pas, unilatéralement et sans motif, exiger
du média qu’il les supprime.

Dans certains cas, l’oubli constituerait en lui-même une faute car il appar-
tient à la presse de rendre public tout ce qui sert l’intérêt général.

Dénoncer le génocide arménien, juif ou rwandais ou rappeler des catastrophes


naturelles peut impliquer de citer des personnes mêlées aux événements, sans
que l’écoulement du temps ne puisse être invoqué comme cause de silence.

 ’internaute peut-il agir contre un moteur de recherche dont l’indexa-


L
tion peut entraîner une atteinte à la vie privée peut-être plus importante
que celle réalisée par la première publication ? Oui, à la condition de
motiver sa demande de déréférencement (qui n’affecte pas le maintien
du message d’origine) et pour autant que des raisons particulières telles
que le rôle joué par la personne dans la vie publique, la nature de l’in-
formation en question ou les fins d’histoire, soit un intérêt prépondérant
du public à avoir accès à l’information, ne prévalent pas sur les droits
individuels de la personne.

Google a modifié ses conditions générales d’utilisation pour fixer les condi-
tions permettant à un individu de demander la suppression des résultats de
recherche qui incluent son nom, lorsque le droit à la protection de la vie
privée des individus prévaut sur l’intérêt public de présenter ces résultats de
recherche : « Si vous nous soumettez une demande de ce type, nous ten-
terons de trouver un juste équilibre entre la protection de la vie privée des
individus et le droit du public à accéder à ces informations et à les diffuser.
Lors de l’évaluation de votre demande, nous vérifierons si les résultats com-
prennent des informations obsolètes vous concernant. Nous chercherons
également à déterminer si ces informations présentent un intérêt public ;
par exemple, nous sommes susceptibles de refuser la suppression d’informa-
tions concernant des escroqueries financières, une négligence profession-
nelle, des condamnations pénales ou une conduite publique adoptée par un
fonctionnaire. »

anthemis 61
La liberté d’expression

- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Times Newspapers Limited c.


Royaume-Uni du 10 mars 2010.
- Cour de justice de l’Union européenne, arrêt Google Spain du 13 mai 2014.

62 anthemis
14. Liberté et secret

Le secret désigne ce qui est ou doit être caché des autres et du public. Il
con­cerne l’intimité de la vie privée, le secret de l’instruction judiciaire, le
secret professionnel, le secret des affaires ou encore le secret d’État.

 a liberté d’expression a une relation par nature explosive avec le secret.


L
Lorsque c’est la personne détentrice du secret qui le livre, il peut arriver
que, ce faisant, elle viole le secret professionnel auquel elle est tenue. Ceci
explique que, souvent, elle communiquera l’information à la presse en
exigeant le respect de son anonymat.

De son côté, la presse n’est pas soumise au secret professionnel ou au se­


cret de l’instruction, le tout sans préjudice d’une éventuelle mise en cause
de sa responsabilité si l’information publiée est fautive (voir « Liberté et
sources » ; « Liberté et justice »).

Les difficultés s’accumulent lorsque la presse révèle un secret sans l’accord


de la personne intéressée. Dans la balance des intérêts, un élément déter-
minant est de savoir si l’information contribue ou non à un débat d’intérêt
général (voir « Liberté et vie privée »).

Est légitime, selon le contexte, la révélation par la presse de l’homosexualité


d’une personnalité politique. Ou la révélation du salaire d’un dirigeant d’en-
treprise. Ou la révélation de l’identité de personnalités titulaires de comptes
en Suisse non déclarés et inquiétées pour fraude fiscale, comme ce fut le cas
avec le Swissleaks.

 a protection des secrets d’affaires, des secrets de fabrication et autres


L
know-how est légitime du point de vue des entreprises qui ont investi
dans l’innovation ou la recherche. Dans ce cadre, il est normal qu’une
entreprise protège ses secrets d’affaires ou de fabrication face à un sa-
larié ou ex-salarié qui cherche notamment à vendre des données à un
concurrent.

anthemis 63
La liberté d’expression

Mais cet intérêt commercial ne peut pas restreindre la liberté d’expression


ou d’information sur une question d’intérêt général et donc entraver la
dénonciation d’une faute, d’une malversation ou d’un dysfonctionnement
touchant l’entreprise.

Il est légitime que la presse informe d’une donnée couverte par un secret d’af-
faires mais qui touche à la santé publique (par exemple quant à la composition
d’un produit) ou à la corruption organisée par une entreprise.

C’est en ce sens aussi que la déontologie journalistique revendique « le libre


accès à toutes les sources d’information et le droit d’enquêter librement
sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret des affaires
publiques ou privées ne peut en ce cas être opposé au journaliste que par
exception ou en vertu de motifs clairement exprimés ».

Autrement dit, il faut un besoin social impérieux pour sanctionner, le


cas échéant, les révélations par la presse de secrets d’affaires. La protection
des informations en tant qu’elles sont confidentielles doit constituer un
impératif prépondérant.

 a règle est la même face à des secrets d’État. A priori, ces secrets doivent
L
être bien gardés puisqu’ils sont censés protéger l’État, ses structures et donc
sa population. Mais il peut arriver que la « raison d’État » s’écarte du droit
ou de l’intérêt général. Il appartient alors à la presse et à tout citoyen de
révéler une information légitime et pertinente, comme ce fut le cas avec le
Wikileaks, site web lanceur d’alertes publiant des documents confidentiels
afin de dénoncer notamment des pratiques de corruption ou contraires
à la paix.

- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Fressoz et Roire c. France


du 21 janvier 1999 ; arrêt Plon c. France du 18 mai 2004 ; arrêt Campos
Damaso c. Portugal du 24 avril 2008.

64 anthemis
15. Liberté et discrimination

La discrimination est l’action de distinguer des individus ou des groupes


de manière injustifiée et en leur déniant leurs droits fondamentaux d’êtres
humains.

 a discrimination n’a pas sa place dans une société civilisée qui promeut
L
l’égalité, la diversité et l’intégrité. La liberté d’expression ne peut donc
pas permettre d’inciter ou d’appeler publiquement à la discrimination à
l’égard d’une personne, d’un groupe ou d’une communauté, pour quelque
raison que ce soit et notamment la naissance, l’âge, l’état civil, la fortune,
l’origine sociale, la conviction religieuse ou philosophique, la conviction
politique, la conviction syndicale, la langue, l’état de santé, un handicap,
une caractéristique physique ou génétique, la prétendue race, la nationalité,
l’origine ethnique, la couleur de peau, l’ascendance, le sexe, l’orientation
sexuelle ou le genre.

L’incitation à la discrimination requiert une intention spécifique de nier


l’égalité humaine et de promouvoir la supériorité (ou corrélativement l’in-
fériorité) notamment d’un sexe par rapport à l’autre ou d’une nationalité
par rapport à une autre. L’incitation va au-delà de l’expression d’une simple
opinion : il faut un encouragement ou une exhortation à une discrimina-
tion ; il faut la volonté consciente et délibérée de pousser un tiers à poser
un acte de discrimination notamment sexiste ou nationale. Par contre, il
n’est pas nécessaire que l’incitation porte sur des actes concrets ou précis,
pour autant qu’il soit établi qu’elle a eu pour objet, et non simplement
pour effet, de provoquer cette discrimination.

Cette exigence d’une volonté d’inciter à des comportements discrimina­toires


permet de ne pas sanctionner les opinions vives, critiques ou polémiques, les
« pamphlets », les informations sur des sujets d’intérêt public, les « plaisanteries »,
« caricatures » et autres expressions humoristiques qui, faute de cette intention
spéciale, relèvent de la liberté d’expression1.

anthemis 65
La liberté d’expression

Nous reviendrons sur cette question dans les chapitres consacrés au racisme,
au sexisme, à la religion et à la violence.

 ar ailleurs, la déontologie journalistique recommande d’accorder un trai-


P
tement équitable à toutes les personnes de la société et de ne faire mention
de caractéristiques personnelles comme l’origine, la religion, l’orientation
sexuelle ou le handicap que lorsqu’elles sont pertinentes. L’objectif est
d’éviter les généralisations abusives qui accablent des groupes minoritaires,
les préjugés systématiquement défavorables qui incitent à la discrimination.

Cette règle est compliquée à mettre en œuvre, d’autant plus qu’une tendance
récente des autorités cherche à quantifier les représentations média­tiques
(par exemple par la pratique du baromètre de la diversité et de l’égalité), ce
qui nécessite précisément de mentionner des caractéristiques personnelles
comme le sexe, l’âge, l’origine ou le handicap.

- Loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre certaines formes de discrimination,


article 22.
- Loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre la discrimination entre les femmes
et les hommes, article 27.
- Code de déontologie journalistique (CDJ), article 28.
- Jurisprudence citée :
1. Cour constitutionnelle, 12 février 2009, n° 17/2009.

66 anthemis
16. Liberté et racisme

Le racisme est une attitude qui consiste à hiérarchiser des personnes en
fonction de leur prétendue race, à juger des individus ou des groupes en
fonction de leur origine ethnique, laquelle est censée les retrancher du
genre humain en raison de sa nature intrinsèquement infrahumaine et/
ou malfaisante. Le racisme incite à agir en conséquence à leur égard en
adoptant des comportements discriminatoires qui vont jusqu’aux violences
les plus extrêmes.

Le mot « prétendue » a été ajouté par la loi pour souligner que la notion
de « race » manque de base scientifique sérieuse.

 ’incitation publique à la haine ou à la discrimination raciale est un délit.


L
Elle requiert la même exigence d’intention que celle vue au chapitre
précédent.

Le Vlaams Blok a été condamné pour avoir utilisé de façon ouverte et systé-
matique le mécanisme du « bouc émissaire ». Sa propagande envers le grand
public est remplie de descriptifs odieux des « étrangers » avec le seul but d’attiser,
d’entretenir et d’exacerber des sentiments (déjà présents ou non auprès de la
population) de xénophobie1.

Appelle à la haine et à la violence la Radio Télévision libre des Milles Collines


qui, pendant le génocide rwandais, a incité les Hutus à tuer les Tutsis (« exter-
miner les cafards »).

Par contre, le titre « Justice est faite » en Une d’un journal le len­demain de la
mort des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly (auteurs des attentats de Paris
en janvier 2015), s’il ne témoigne pas de beaucoup de nuances, ne constitue pas
un appel à la haine ou à la violence.  

 omparer un être humain à un singe n’est pas, en soi, illicite (sauf pour
C
les créationnistes), mais le contexte de l’assimilation peut évidemment
jouer un rôle.

anthemis 67
La liberté d’expression

Est injurieux le fait, pour des animateurs de radio, de traiter les sœurs
Williams (tenniswomen) de « singes ».

Est également condamnable une candidate FN qui a posté sur sa page


Facebook un photomontage représentant un jeune singe et la garde des
Sceaux française, Madame Taubira, avec cette légende : « À 18 mois » et
« Maintenant ». Interviewée dans une émission de télévision, la candidate
avait ajouté ce commentaire : « Je préfère la voir dans un arbre qu’au
gouvernement ».

Le raisonnement est le même pour des comparaisons avec d’autres animaux


comme un taureau, un pur-sang ou une gazelle, fréquemment utilisées dans
le domaine sportif, par exemple, sans que cela ne relève automatiquement
de l’injure ou de l’incitation à la haine.

Pendant sa carrière de joueur de football, Marc Wilmots a été couramment


surnommé « le taureau de Dongelberg », du nom de son village natal.

 ritiquer un état ou ses dirigeants pour la politique menée ne relève pas


C
nécessairement de l’incitation à la haine.

Dans un article très virulent publié dans Le Monde et intitulé « Israël-Palestine :


le cancer », le sociologue français Edgar Morin et deux coauteurs critiquaient
notamment le fait que les « Juifs d’Israël » autrefois persécutés dans les condi-
tions que l’on sait, persécutaient aujourd’hui, en tant que pouvoir occupant, le
peuple palestinien. Pour le tribunal, « les propos poursuivis, isolés au sein d’un
article critiquant la politique menée par le gouvernement d’Israël à l’égard des
Palestiniens, n’imputent aucun fait précis de nature à porter atteinte à l’honneur
ou à la considération de la communauté juive dans son ensemble en raison de
son appartenance à une nation ou à une religion, mais sont l’expression d’une
opinion qui relève du seul débat d’idées ». Encore faut-il bien évidemment que
cette critique s’appuie sur une base factuelle suffisante, présente en l’espèce2.

Dieudonné a souvent défrayé la chronique judiciaire, mais pas toujours


dans le sens que l’on croit.

68 anthemis
Liberté et racisme

Le sketch télévisé à l’origine de ses ennuis juridico-médiatiques (où il carica-


turait un juif fondamentaliste extrémiste) n’a pas été condamné, contrairement
à la diffusion une semaine plus tard dans la même émission du SMS suivant :
« Dieudo, ça te ferait rire si on faisait des sketches sur l’odeur des blacks ? tè
tellement bête que ça ne me choque même plus ».

Qualifier Dieudonné d’antisémite ou de négationniste relève de l’injure, selon le


contexte, ainsi que le traiter de « dernière des pourritures (dont) même le Front
national ne veut pas » (propos tenus par l’animateur Arthur, souvent brocardé par
Dieudonné).

Le goût de la provocation a toutefois valu à Dieudonné quelques condam-


nations.

Il a été sanctionné pour « injures antisémites » lorsqu’en 2009, il invita sur scène
Robert Faurisson (un professeur condamné pour négationnisme après avoir
soutenu que le génocide juif n’avait pas existé et avoir mis en doute l’existence
des chambres à gaz ou la fonction des fours crématoires) pour un sketch où il lui
fit remettre un prix de « l’infréquentabilité » par un homme déguisé en détenu
de camp de concentration. Plus tard, Dieudonné a encore été condamné notam-
ment pour des propos où il qualifia les Juifs de « secte » et d’« escroquerie » ou
assimila les commémorations de la Shoah à de la « pornographie mémorielle »3.

Ces sanctions de la justice ne sont pas toutes évidentes. Accumulées, elles don­
nent une impression d’acharnement judiciaire. Mais rappelons qu’en son temps,
Patrick Sébastien a aussi été condamné pour provocation à la haine raciale. Lors
d’un sketch télévisé, il avait parodié Jean-Marie Le Pen et une chanson de Patrick
Bruel, en chantant « casser du noir ».

 ar ailleurs, est punissable toute personne qui publiquement nie, minimise


P
grossièrement, cherche à justifier ou approuve le génocide commis par le
régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ce type d’incrimination est fort critiqué, pas uniquement par des extré-
mistes mais aussi par des défenseurs de la liberté d’expression qui estiment

anthemis 69
La liberté d’expression

que la « vérité » l’emportera dans une société intelligente par la discus-


sion libre et non par des interdictions légales. Le danger consiste aussi à
promouvoir une « vérité officielle » qui figerait le débat historique et à
induire une sorte de discrimination entre les crimes (génocides, crimes
contre l’humanité, crimes de droit commun) ou entre les victimes de ces
différents crimes.

Pour les éditeurs audiovisuels, l’interdiction couvre d’ailleurs toute autre


forme de génocide.

D’une manière générale, la révision ou la négation de « faits historiques


clairement établis, tel l’Holocauste » échappent à la protection de la liberté
d’expression.

Consiste à tenter de légitimer le génocide juif le fait de soutenir que l’on a mis
sur le dos des Allemands la responsabilité de la guerre et tout ce qui s’en est suivi
et que l’image des camps d’extermination et de la politique d’extermination
s’intègre parfaitement dans ce schéma.

Par contre, à propos d’une vidéo publiée sur Internet par le Centre islamique
belge, il a été jugé qu’en mettant en parallèle les images d’Hitler et du ministre
israélien Levi et en comparant les actions du régime nazi et celles du gouver-
nement israélien durant la guerre du Liban de 1982, les prévenus « n’avaient
pas pour intention de nier, minimiser, justifier ou approuver le régime national-
socialiste allemand, mais au contraire d’en rappeler l’horreur et de souligner de
la sorte, par une comparaison qui peut paraître choquante, celle qu’ils repro-
chaient au gouvernement israélien durant son offensive au Liban. […] Certes
la manière dont cette critique est présentée peut paraître caricaturale, excessive
et choquante, particulièrement pour la communauté juive. […] D’un point de
vue juridique, la cour rappelle toutefois que la liberté d’expression vaut aussi
pour les informations ou les idées qui heurtent, choquent ou inquiètent l’État ou
une fraction quelconque de la population. Elle n’exclut nullement les critiques,
même négatives et acerbes, de la politique d’un gouvernement »4.

Dans la balance des intérêts, l’écoulement du temps peut intervenir. Même


si des propos sont toujours de nature à ranimer la controverse et à raviver
des souffrances dans la population, le recul du temps entraîne qu’il ne

70 anthemis
Liberté et racisme

conviendrait pas, par exemple quarante ans après les faits, de leur appliquer
la même sévérité que dix ou vingt ans auparavant. « Cela participe des
efforts que tout pays est appelé à fournir pour débattre ouvertement et
sereinement de sa propre histoire »5.

- Loi du 30 juillet 1981 tendant à réprimer certains actes inspirés par le racisme
et la xénophobie, article 20.
- Loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre certaines formes de discrimination,
article 22.
- Loi du 23 mars 1995 tendant à réprimer la négation, la minimisation, la justifi-
cation ou l’approbation du génocide commis par le régime national-socialiste
allemand pendant la Seconde Guerre mondiale.
- Décret coordonné du 26 mars 2009 sur les services de médias audiovisuels,
article 9.
- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Jersild c. Danemark du 23 sep-
tembre 1994 ; arrêt Garaudy c. France du 24 juin 2003 ; arrêt Féret c. Belgique
du 16 juillet 2009.
- Jurisprudence citée :
1. Cour de cassation, 9 novembre 2004, J.T., p. 856 ; A&M, 2005/1, p. 74.
2. Cour de cassation (fr.), 12 juillet 2006, Légipresse, n° 237, III, p. 223.
3. Cour de cassation (fr.), 16 octobre 2012, Légipresse, n° 300, p. 672.
4. Bruxelles, 23 janvier 2009, A&M, 2009/6, p. 639.
5. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Lehideux et Isorni c. France
du 23 septembre 1998.

anthemis 71
17. Liberté et sexisme

Le sexisme est une attitude qui consiste à hiérarchiser des personnes en
fonction de leur sexe ou de leur orientation sexuelle, à juger des individus
ou des groupes en fonction de leur sexe, lequel est censé les réduire à une
nature intrinsèquement inférieure et/ou malfaisante. Le sexisme incite à
agir en conséquence à leur égard en adoptant des comportements discri-
minatoires qui vont jusqu’aux violences les plus extrêmes.

L’incitation publique à la haine ou à la discrimination sexiste est un délit.

Le sexisme est condamné de la même manière que la discrimination ou le


racisme. Il requiert la même exigence d’intention que celle vue aux deux
chapitres précédents.

Sont une incitation à la violence vis-à-vis des femmes non voilées, les propos
d’un auteur qui fait un lien entre un séisme naturel (qui a tué des dizaines de
milliers de personnes) et le séisme moral dans lequel la société serait tombée,
y décelant la vengeance divine. L’auteur, pendant qu’il glorifie une partie de la
population féminine, à savoir les femmes qui portent le voile, insuffle une haine
fondée sur l’intolérance religieuse contre l’autre partie de cette même popula-
tion, à savoir les femmes qui ne portent pas le voile et qui, selon lui, « s’exhibent
piteusement ». Ces propos dénotent une réelle intention discriminatoire et qui
menace la paix au sein de la société1.

Un chanteur de rap a également été condamné pour incitation à la violence


envers les femmes : lors d’un concert public, il a interprété des chansons au
contenu plus que douteux où les mots « pute, chienne, truie » s’accumulent pour
réduire les femmes à un rang inférieur et banalisent la violence avec des phrases
comme « Renseigne-toi sur les pansements et les poussettes, j’peux t’faire un
enfant et t’casser le nez sur un coup de tête » ou « Ferme ta gueule ou tu vas te
faire “marie-trintigner” ». Des propos qui sont de nature à créer un état d’esprit
propre à susciter chez certains spectateurs la reproduction des comportements

72 anthemis
Liberté et sexisme

décrits2. Invoquer le second degré – si tant est que « l’artiste » en ait une réelle
notion – là où il n’y a que vide sidéral n’est pas toujours acceptable.

 a lutte contre le sexisme touche aussi la question des stéréotypes sexistes.


L
Un stéréotype n’est pas condamnable en soi mais il le devient s’il est
sexiste.

A été condamnée pour discrimination à l’égard des femmes une société de lo-
cation de DVD en ligne qui avait lancé une campagne publicitaire sur Internet,
via le site « Rentawife ». L’offre de location permettait de choisir une ou plusieurs
femmes parmi 9 500 modèles, avec notamment une promotion de trois semaines
gratuites à l’essai… Mais l’offre était fictive et l’internaute qui se laissait avoir
en prenant commande était renvoyé vers le site de DVD Post. Il recevait alors
un message commençant par « Ah !... si tout pouvait être aussi simple qu’avec
DVD Post ! » et décrivant la véritable activité de l’annonceur3.

France Télévisions a été mise en garde par le CSA français pour des propos de
nature à refléter des préjugés sexistes, tenus par des commentateurs sportifs lors
des épreuves de patinage artistique des Jeux olympiques de Sotchi. Exemples :
« Le costume en jette… autant que la nana » ; « Beaucoup de charme Valentina,
un petit peu comme Monica Bellucci, avec peut-être un peu moins de poitrine,
mais bon… ».

Mais attention, il ne faut pas confondre stéréotype sexiste et stéréotype


connoté sexuellement ou jouant sur la séduction. C’est vrai notamment
dans l’actualité, la fiction, l’art ou la publicité.

En France, l’autorité de régulation professionnelle de la publicité avait sanctionné


des spots pour une mutuelle parce qu’ils véhiculaient des stéréotypes « où les
jeunes sont stigmatisés », dévalorisants et insultants pour les femmes (« toutes
présentées comme étant futiles, irréfléchies, sottes, voire agressives ») sans que
l’humour ou l’autodérision ne puissent atténuer le caractère dévalorisant ainsi
relevé. Saisi par l’annonceur, le tribunal a estimé que cette motivation a été faite
« sans mesure, réserve et prudence ». Les propos de l’ARPP sont jugés « excessifs
au regard de la réelle nature des vidéos litigieuses » et diffamatoires puisqu’ils

anthemis 73
La liberté d’expression

imputent à l’annonceur d’avoir fait diffuser une campagne sexiste (et par ailleurs
raciste pour les personnes de couleur noire avec un autre spot reproduisant,
selon l’ARPP, le « stéréotype dévalorisant de ce que les hommes noirs seraient
nonchalants et dragueurs »), ce qui est une accusation touchant à l’honneur et
à la considération4.

 st sanctionnable tout individu qui, publiquement, adopte un geste ou un


E
comportement qui a manifestement pour objet d’exprimer un mépris à
l’égard d’une personne, en raison de son appartenance sexuelle, ou de la
considérer, pour la même raison, comme inférieure ou comme réduite
essentiellement à sa dimension sexuelle et qui entraîne une atteinte grave
à sa dignité.

Aborder une femme en rue n’est pas en soi condamnable mais si ce compor-
tement est associé à des mots grossiers, harcelants, méprisants, une limite légale
est dépassée.

 our combiner l’incrimination de sexisme avec la liberté d’expression, il


P
importe donc de bien distinguer ce qui relève du sexisme illégal, d’une
part, et ce qui relève de la représentation sexuée, connotée sexuellement,
sexy, liée à la séduction, au corps, à la nudité, à l’érotisme, voire à la por-
nographie, d’autre part.

La pornographie est la représentation purement mécanique, sans souci narratif


ou esthétique, d’activités sexuelles explicites, qu’elles soient réelles ou simulées.
Elle est licite dès lors qu’on n’en impose la vision à personne ; que des mesures
efficaces de protection (comme des codes d’accès) et d’information sont prises à
l’égard des mineurs de manière à ce que ces images ne puissent être vues par eux ;
que le contenu ne met pas en scène des enfants (réellement ou virtuellement),
ne porte pas atteinte à la dignité humaine et n’incite pas à la discrimination, à
la violence ou à la haine notamment sexuelle.

- Loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre la discrimination entre les femmes
et les hommes, article 27.
- Loi du 22 mai 2014 tendant à lutter contre le sexisme dans l’espace public,
articles 2 et 3.

74 anthemis
Liberté et sexisme

- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Bodrozic et Vujin c. Serbie du


23 juin 2009.
- Jurisprudence citée :
1. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Mehmet Cevher Ilhan c.
Turquie du 13 janvier 2009.
2. TGI Paris, 31 mai 2013, Légipresse, n° 307, p. 401.
3. Trib. comm. Bruxelles, 26 septembre 2007.
4.TGI Paris, 7 mai 2014, Légipresse, n° 319, p. 491, note F. Gras. 

anthemis 75
18. Liberté et religion

La religion désigne un ensemble de croyances et de dogmes qui définissent


une foi, une conviction de vie et un rapport au sacré.

 e délit de blasphème ou d’outrage à la religion n’existe pas en Belgique.


L
Il est donc possible de critiquer une religion, un Dieu ou un rite, car une
religion est fondamentalement une opinion et toute opinion est critiquable
ou susceptible d’être mise en doute par autrui. Personne n’a le droit d’impo-
ser à autrui la parole de Dieu ou de ses prophètes, a fortiori à des personnes
qui ne croient pas en cette religion ou qui ne croient en aucune religion.

Il serait d’ailleurs paradoxal qu’au nom d’une religion, on en vienne à


limiter la liberté d’expression alors que c’est la liberté d’expression qui a
permis l’émergence d’une religion et qui rend possible son existence.

On peut donc librement contester, par exemple, la virginité de Marie, le


caractère divin de Jésus ou ne pas se sentir lié par l’interdiction religieuse
de représenter le Prophète Mahomet.

Mais cela ne signifie pas qu’au nom de la liberté d’expression, on puisse


inciter à la discrimination ou à la violence pour un motif religieux.

Il a été jugé que le seul fait pour le romancier Michel Houellebecq de dire, lors
d’une interview, que « la religion la plus con, c’est quand même l’islam » n’est
pas un appel à la discrimination raciale ou religieuse : « si cette affirmation a
une connotation outrageante ou méprisante, elle ne renferme cependant aucune
volonté d’invective ou d’outrage envers le groupe de personnes composé des
adeptes de cette religion »1.

Dans le cadre de l’affaire des caricatures de Mahomet publiées en 2005 dans le


journal danois Jyllands-Posten, dont une représentait Mahomet avec un turban
en forme de bombe, le journal satirique Charlie Hebdo avait diffusé ces carica-

76 anthemis
Liberté et religion

tures pour protéger à la fois la liberté d’expression de ses confrères danois et


celle de son propre journal. Il a été relaxé : « En dépit du caractère choquant,
voire blessant, de cette caricature pour la sensibilité des musulmans, le contexte
et les circonstances de sa publication dans Charlie Hebdo apparaissent exclusifs
de toute volonté délibérée d’offenser directement et gratuitement l’ensemble
des musulmans ; les limites admissibles de la liberté d’expression n’ont pas été
dépassées, le dessin litigieux participant du débat public d’intérêt général né au
sujet des dérives des musulmans qui commettent des agissements criminels en se
revendiquant de cette religion et en prétendant qu’elle pourrait régir la sphère
politique. » Ces caricatures « visent clairement une fraction » (les terroristes) et
non « l’ensemble de la communauté musulmane » ; les « caricatures poursuivies,
comme toutes celles qui figurent dans ce numéro de l’hebdomadaire ont, par
leur publication, participé au débat d’intérêt général sur la liberté d’expression
mise à mal par la polémique, les intimidations et certaines réactions suscitées par
leur diffusion dans le journal danois »2.

La règle ne concerne évidemment pas que l’islam.

A également été repoussée l’incrimination de discrimination envers les chré-


tiens concernant une autre publication de Charlie Hebdo qui, notamment, traitait
Jésus-Christ de « gros cochon » s’exclamant : « laissez venir à moi les petits en-
fants ». Pour le tribunal, qui précise ne pas être « le juge du bon goût », personne
ne peut comprendre cette plaisanterie comme imputant sérieusement à Jésus
des actes de pédophilie3.

Dans le même sens, critiquer le Pape pour ses propos à l’égard du sida, de l’ho-
mosexualité ou de l’avortement ne relève pas de l’incitation à la haine mais de
la liberté d’expression sur une question d’intérêt public.

 ar ailleurs, la liberté d’expression ne permet pas d’outrager le ministre


P
d’un culte dans l’exercice de son ministère, ni d’outrager un objet de culte
dans les lieux destinés à son exercice, ni d’empêcher ou de contraindre, par
violence ou menace, une personne à exercer son culte.

 nfin, il est interdit de diffuser des programmes audiovisuels « qui favo-


E
risent un courant de pensée, de croyance ou d’opinion constituant une

anthemis 77
La liberté d’expression

menace pour les libertés fondamentales garanties par la Constitution ou


la Convention européenne des droits de l’homme ou visant à abuser de
la crédulité du public ».

- Loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre certaines formes de discrimina-


tion, article 22.
- Code pénal, articles 142 et suivants.
- Décret coordonné du 26 mars 2009 sur les services de médias audiovisuels,
article 9.
- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Giniewski c. France du 31 janvier
2006.
- Jurisprudence citée :
1. TGI Paris, 22 octobre 2002, Légipresse, n° 198, I, p. 13.
2. Paris, 12 mars 2008, Légipresse, n° 252, III, p. 107.
3. Cour de cassation (fr.), 15 mars 2011, Légipresse, n° 289, p. 660.

78 anthemis
19. Liberté et violence, haine,
menace ou harcèlement

La violence, c’est l’atteinte à l’intégrité physique ou psychique d’autrui ;


c’est contraindre quelqu’un à agir contre sa volonté ou sa conscience. La
haine est ce sentiment violent qui pousse à vouloir du mal à autrui par
ignorance, intolérance, vengeance ou jalousie. La menace est l’intention
de faire pression sur quelqu’un pour le forcer à adopter un comportement
déterminé. Le harcèlement est l’action d’importuner autrui en le soumet-
tant à des attaques répétées d’ordre physique ou psychique.

 a violence, la haine, la menace ou le harcèlement n’ont pas leur place


L
dans une société civilisée qui promeut l’égalité, la diversité et l’intégrité.
La liberté d’expression ne peut donc pas permettre d’inciter ou d’appeler
publiquement à la violence ou à la haine à l’égard d’une personne, d’un
groupe ou d’une communauté, pour quelque raison que ce soit et notam-
ment la naissance, l’âge, l’état civil, la fortune, l’origine sociale, la conviction
religieuse ou philosophique, la conviction politique, la conviction syndicale,
la langue, l’état de santé, un handicap, une caractéristique physique ou
génétique, la prétendue race, la nationalité, l’origine ethnique, la couleur
de peau, l’ascendance, le sexe, l’orientation sexuelle ou le genre.

 orsqu’un des mobiles d’une diffamation, d’une calomnie ou d’une injure


L
est la haine, le mépris ou l’hostilité à l’égard d’une personne en raison d’un
des motifs précités, la sanction est augmentée.

 ’incitation à la violence ou à la haine est une forme de discrimination.


L
Elle est régie par les mêmes règles. En conséquence, l’incitation à la vio­
lence ou à la haine requiert une intention spécifique de nier l’égalité
humaine et de promouvoir la haine ou la supériorité (ou corrélativement
l’infériorité) notamment d’une conviction ou d’une nationalité par rap-
port à une autre. L’incitation va au-delà de l’expression d’une simple
opinion : il faut un encouragement ou une exhortation, une volonté

anthemis 79
La liberté d’expression

consciente et délibérée de pousser un tiers à poser un acte de haine no-­


tamment sexiste ou raciale. Par contre, il n’est pas nécessaire que l’in-­
citation porte sur des actes concrets ou précis, pour autant qu’il soit éta-
bli qu’elle a eu pour objet, et non simplement pour effet, de provoquer
cette violence.

À la chaîne d’information en continu Al Jazeera, qui venait de diffuser un


document dans lequel Oussama Ben Laden se félicitait de l’attentat du 11 sep-
tembre 2001 à New York, le CSA français a écrit notamment le rappel suivant :
« l’éventuelle diffusion de documents comportant des appels à la haine ou à la
violence à l’égard d’une ou de plusieurs nations ou religions doit nécessairement
être précédée ou suivie de commentaires de nature à éclairer le public sur le
contexte dans lequel ces prises de position se situent et à prendre du recul par
rapport à elles ».

Est également illicite le site web ciblant en 2013 notamment le dessinateur et


directeur de Charlie Hebdo, Charb, accusé de « crime contre l’Islam » et recherché
« mort ou vif »... (appel à la violence rétrospectivement d’autant plus consternant
puisque Charb sera une des victimes de l’attentat du 7 janvier 2015).

 es services de médias audiovisuels ne peuvent pas diffuser de programmes


L
contenant des scènes de violence gratuite.

Ce n’est pas la violence qui est interdite, sauf à désinformer sur des évé-
nements par définition violents (guerre, terrorisme, crime, catastrophe
naturelle ou humaine…). Ce qui est interdit, c’est la « complaisance » dans
la représentation de la violence, sa valorisation, sa glorification, le spectacle
de la violence pour la violence, la représentation de la violence considérée
comme une fin en soi et qui n’est pas justifiée par des motifs d’information,
d’histoire, de sociologie ou de fiction.

Les services de médias audiovisuels doivent aussi tenir compte de la si-


gnalétique applicable pour protéger les mineurs, notamment au regard
de la violence contenue dans certains programmes, même si elle n’est pas
« gratuite ». Par ailleurs, l’accès aux salles de cinéma peut être interdit aux
mineurs de moins de 16 ans pour des films violents. Enfin, les DVD et les

80 anthemis
Liberté et violence, haine, menace ou harcèlement

jeux vidéo font l’objet d’une signalétique volontaire qui n’est pas identique
aux deux secteurs précités. Il est évident qu’une harmonisation des règles
d’identification serait la bienvenue.

 a liberté d’expression ne permet pas non plus de menacer ou de harceler


L
autrui.

Le harcèlement est punissable peu importe son mode opératoire : si une


personne harcèle une autre sur les réseaux sociaux, la loi l’interdit. Le
cyber-harcèlement vise toutes les formes de harcèlement qui font appel
aux nouvelles technologies de l’information et de la communication pour
importuner, menacer, insulter de manière intentionnelle et répétitive les
victimes avec l’objectif de leur faire du mal.

Est condamnable une application pour smartphone qui permet d’envoyer à


ses contacts des « ragots » ou des « rumeurs » anonymes qui s’affichent pendant
10 secondes puis s’effacent, avec le risque d’envoyer notamment à des jeunes ou
à des personnes fragiles des messages comme « X est la plus moche de l’école »
ou « Y est tellement con qu’il devrait se suicider ».

Même si l’exercice peut s’avérer très difficile, il importe de distinguer le


harcèlement de l’humour, la blague, la simple taquinerie ou la critique :
se moquer « gentiment », rire de quelqu’un sans intention méchante ou
critiquer autrui doit rester possible et il faut aussi savoir prendre de la dis-
tance par rapport aux médias (c’est le rôle de l’éducation aux médias) et
par rapport à soi. Un peu d’autodérision est souvent salutaire.

 st également condamnable quiconque donne sciemment soit verbale-­


E
ment soit par écrit une fausse information concernant l’existence d’un
danger d’attentat contre les personnes ou les propriétés.

 nfin, compte tenu des menaces particulières qui pèsent sur l’ordre public
E
en cas de circonstances exceptionnelles comme l’état d’urgence, l’état de
siège ou l’état de guerre, il peut être interdit de publier des informations et
renseignements de nature à favoriser l’ennemi ou à exercer une influence
fâcheuse sur l’esprit des armées et des populations.

anthemis 81
La liberté d’expression

- Code pénal, articles 323, 327 et suivants, 442bis, 470 et 483.


- Loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre certaines formes de discrimination,
article 22.
- Décret coordonné du 26 mars 2009 sur les services de médias audiovisuels,
article 9.
- Code de déontologie journalistique (CDJ), article 28.

82 anthemis
20. Liberté et provocation
publique à commettre
un crime ou un délit

La provocation publique est l’action d’inciter publiquement quelqu’un à


agir de telle ou telle manière.

 a liberté d’expression ne permet pas de provoquer directement à com-


L
mettre un crime ou un délit, même dans le cas où ces provocations n’ont
pas été suivies d’effets.

La provocation implique une incitation spécifique, une impulsion précise.

Est punissable un imam qui, dans le cadre d’une interview dans un magazine,
soutient, au nom du Coran, les violences infligées aux femmes adultères, prô-
nant qu’un homme est en droit de frapper (même « fort ») sa femme, certes à
condition que ce ne soit pas au visage, mais en visant « le bas, les jambes ou les
bras », « afin qu’elle ne recommence plus ».

Mais n’est pas punissable un ancien général qui publie un livre relatif à la tor-
ture pratiquée par la France pendant la guerre d’Algérie. Le fait que l’auteur
ne prenne pas de distance critique par rapport à ces pratiques atroces et que, au
lieu d’exprimer des regrets, il indique avoir agi dans le cadre de la mission qui
lui avait été confiée, accomplissant son devoir, est un élément à part entière de
ce témoignage d’intérêt général1.

 a liberté d’expression ne permet pas de provoquer au terrorisme ou à la


L
guerre civile.

En France, le délit d’apologie du terrorisme a été invoqué pour sanctionner


Dieudonné qui avait posté le message suivant, au soir des manifestations en
France qui suivirent les attentats de Paris en janvier 2015 : « […] sachez que ce

anthemis 83
La liberté d’expression

soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly »2. Pour nous, ces


propos ne relèvent pas de l’apologie ou de la provocation à commettre un crime
et ils nous paraissent moins critiquables que ceux tenus par le Pape qui, tout en
soutenant la liberté d’expression et en condamnant la violence meurtrière des
attentats, estimait que « si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre
à un coup de poing, et c’est normal. On ne peut provoquer, on ne peut insulter
la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision ! »

 a liberté d’expression ne permet pas d’attaquer méchamment et publique-


L
ment la force obligatoire des lois ou de provoquer directement à y désobéir.

- Code pénal, articles 66, 67, 124, 136septies, 140bis et 141ter.


- Décret du 20 juillet 1831 sur la presse, article 2.
- Jurisprudence citée :
1. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Orban et autres c. France du
15 janvier 2009.
2. TGI Paris, 18 mars 2015, Légipresse, n° 329, p. 425.

84 anthemis
21. Liberté et bonnes mœurs

Les bonnes mœurs renvoient à la moralité publique, soit un ensemble de


règles considérées comme bonnes par la conscience collective à un mo-
ment donné. Les bonnes moeurs sont les habitudes naturelles ou acqui­
ses capables d’aider l’être humain à atteindre son parfait développement.
À l’inverse, les mauvaises mœurs sont celles qui l’entraînent vers sa des-
truction. Cette moralité basée sur la distinction entre le bien et le mal peut
toucher différents sujets : le sexe, la violence, le crime...

 ’outrage public aux bonnes mœurs est interdit, que cela se produise sous
L
la forme d’une chanson, d’une émission de télévision ou d’un blog.

La moralité visée est essentiellement d’ordre sexuel et tend à interdire non


pas toute forme de nudité, de sexualité ou d’érotisme mais l’excitation du
vice, l’obscénité qui provoque l’indignation collective et la réprobation
publique.

 a confrontation entre liberté d’expression et bonnes mœurs est par es-


L
sence compliquée. Elle doit tenir compte de l’évolution de la société. Ce
qui était défendu en 1960 n’est plus nécessairement interdit aujourd’hui.

Le recueil de poèmes de Baudelaire Les Fleurs du mal a été condamné au dix-


neuvième siècle, puis réhabilité par la justice un siècle plus tard.

Il ne suffit pas que les propos ou images soient susceptibles de blesser la


pudeur individuelle de certains lecteurs ou spectateurs : il faut qu’ils portent
atteinte à la pudeur publique, c’est-à-dire à la pudeur de la généralité des
citoyens ou, en d’autres termes, à la pudeur d’un citoyen moyen ayant des
idées saines.

Les bonnes mœurs ne peuvent plus être considérées comme heurtées par la vente
à un public averti de publications pornographiques mettant en scène des adultes

anthemis 85
La liberté d’expression

consentants dans des actions qui ne soient ni perverses, ni cruelles, ni bestiales,


telles que copulations, éjaculations, sodomies, cunnilingus et pratiques sexuelles
en groupe par ou entre personnes majeures du même sexe ou de sexes différents.

Pour éviter d’utiliser des mots tels que « vice », « idée saine » ou « pudeur »,
sans doute gagnerait-on à se référer à d’autres notions que les bonnes
mœurs et à ne plus interdire que ce qui relève soit de la pornographie
mettant en scène des mineurs (pédopornographie), soit de l’incitation à la
haine ou à la violence, soit de l’atteinte à la dignité humaine.

 a tolérance sociale fluctue selon le public visé et le mode de représen-


L
tation. En ce sens, il ne saurait être question de réprimer nécessairement
de la même manière des textes ou des images reproduits dans un livre,
dans un journal, dans une revue, dans un musée, au cinéma, à la télévision,
sur DVD, sur un site Internet ou sur un panneau publicitaire affiché en
rue. L’accessibilité des contenus et leur identification sont des éléments à
prendre en considération, ce qui explique par exemple que l’accès à cer-
taines salles de cinéma ou à certains musées ou galeries d’art soit réservé
à un public averti.

L’une des caractéristiques des médias électroniques est de permettre (en


principe) technologiquement des systèmes d’avertissement (comme la
signalétique en télévision) ou de contrôle d’accès (comme le codage ou
l’identification préalable pour la télévision numérique ou Internet). Nous
ne pouvons qu’en encourager l’usage afin de respecter à la fois la protection
des mineurs et la liberté d’expression des adultes, en ce compris leur droit
de recevoir des contenus spécifiques.

 nfin, la tolérance sociale peut tenir compte de la dimension artistique de


E
l’expression. La notion d’œuvre de fiction implique l’existence d’une dis-
tance entre l’auteur, d’une part, et les propos ou actions de ses personnages,
d’autre part : cette distanciation est susceptible d’entraîner la disparition de
l’élément matériel des délits, malgré le caractère volontairement choquant,
dérangeant et provocateur des productions, sur lequel chacun demeure
libre de réfléchir et de réagir. Si l’auteur ne peut impunément se livrer à
l’apologie expresse et délibérée de crimes, il ne saurait être exigé de lui

86 anthemis
Liberté et bonnes mœurs

qu’il soit contraint à les dénoncer ostensiblement et systématiquement à


chaque page ou à chaque séquence. Tout est une question de contexte et
de nuance.

A ainsi été sanctionnée une artiste qui avait exposé dans une galerie d’art une
œuvre composée de collages de photographies d’adolescentes ou autres femmes
très jeunes prenant des poses sexuelles. Les photos avaient été téléchargées gra-
tuitement sur Internet et l’intention avouée de l’artiste était de provoquer un
débat sur la pédopornographie1.

- Code pénal, articles 383 et suivants.


- Décret coordonné du 26 mars 2009 sur les services de médias audiovisuels,
article 9.
- Jurisprudence citée :
1. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Karttunen c. Finlande du
10 mai 2011.

anthemis 87
22. Liberté et dignité humaine

La dignité humaine consiste à reconnaître que chaque personne en tant


que telle et de par sa seule naissance, bénéficie d’une protection spécifique
contre tout agissement qui dénote un mépris grave pour l’humanité de
l’individu et qui tend à le dégrader, à l’humilier, en lui déniant le bénéfice
ou la jouissance de ses droits fondamentaux. En ce sens, la dignité humaine
est au cœur des libertés fondamentales telles que l’intégrité physique, la vie
privée, l’image ou l’honneur. Mais la dignité humaine est aussi au cœur
de l’idée même de liberté de pensée ou d’expression et, par conséquent,
dénier à quelqu’un son droit à la liberté d’expression peut aussi constituer
une atteinte à sa dignité.

I l est interdit de diffuser des programmes audiovisuels portant atteinte au


respect de la dignité humaine. De son côté, la déontologie journalistique
demande au journaliste, conformément au respect de la dignité humaine,
de veiller à traiter avec tact toute intrusion dans les souffrances physiques
et morales de victimes ou de leurs proches ; il doit éviter, dans la mesure
du possible, l’exposition purement gratuite de scènes de violence.

C’est par référence à la dignité humaine que le CSA en France a sanctionné les
médias qui ont diffusé l’image du policier gisant sur le trottoir et froidement
achevé par un des auteurs de l’attentat de Charlie Hebdo. Pour le CSA, cette
image n’était pas « nécessaire à l’information du public ».

De même, il a été jugé que la reproduction de l’image du Préfet Érignac assas-


siné en pleine rue, en couverture du magazine Paris Match, porte atteinte à la
dignité humaine1.

À suivre cette jurisprudence, on n’aurait jamais pu montrer d’images des


victimes des camps de concentration, de la guerre du Vietnam, du géno-
cide rwandais ou d’une catastrophe naturelle comme le tsunami de 2004,
ce qui n’est évidemment pas acceptable. Le danger est de promouvoir
une conception de la dignité humaine qui ne se définit plus par rapport à

88 anthemis
Liberté et dignité humaine

l’individu mais par rapport à une conception « morale » de la société toute


entière.

La dignité humaine ne devrait être utilisée comme une limitation spéci-


fique à la liberté d’expression que dans des cas exceptionnels où la personne
est gravement humiliée et où la reproduction de cette humiliation par un
média cautionne cette atteinte en la justifiant, voire en la glorifiant.

Tel pourrait être le cas d’images de prisonniers de guerre ou de décapitation


d’otages diffusées comme arme de propagande par ceux-là mêmes qui ont
commis un acte criminel.

Tel pourrait également être le cas d’une émission de téléréalité qui rabaisse les
participants au rang d’animaux ou d’objets en profitant de leur faiblesse pour
les pousser à commettre des actes dégradants.

Dans tous les autres cas où les médias diffusent des images dures mais liées
à l’actualité ou à l’histoire, pour expliquer l’événement et non glorifier la
haine ou la violence, l’invocation de la dignité humaine devrait être évitée.
Mieux même, dans certains cas, montrer l’horreur d’une guerre ou d’une
maltraitance conjugale, c’est aussi agir pour la dignité humaine et pour le
devoir de mémoire.

- Décret coordonné du 26 mars 2009 sur les services de médias audiovisuels,


article 9.
- Code de déontologie journalistique (CDJ), article 26.
- Jurisprudence citée :
1. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Hachette Filipacchi c. France
du 14 juin 2007.

anthemis 89
23. Liberté et protection
des mineurs

La liberté d’expression vaut aussi pour un enfant : il a le droit de s’expri-


mer notamment sur toute question qui le concerne ; son opinion est à
prendre en considération, eu égard à son âge et à son discernement ; il a
le droit de chercher, de recevoir et de répandre des informations ou des
idées. Mais, en même temps, précisément parce qu’il est un enfant dont le
développement n’est pas encore pleinement achevé, il a droit à une pro-
tection particulière de son intégrité physique et psychique, en ce compris
vis-à-vis des contenus diffusés par les médias.

 ’est pour cette raison qu’il est interdit de publier un texte ou un sup-
C
port visuel pornographique qui implique ou présente des mineurs âgés
de moins de dix-huit ans ; qu’il est interdit de posséder sciemment de tels
supports ; qu’une signalétique est appliquée en télévision ; que les éditeurs
audiovisuels ne peuvent pas diffuser des programmes susceptibles de nuire
gravement à l’épanouissement physique, mental ou moral des mineurs,
notamment des programmes comprenant des scènes de pornographie ou
de violence gratuite ; ou encore que l’accès aux salles de cinéma peut être
limité en fonction du type de film projeté.

En ce qui concerne les journaux télévisés, le présentateur est tenu de faire


un avertissement oral préalable en cas de scène susceptible de nuire à l’épa-
nouissement physique, mental ou moral des mineurs, par exemple si l’ac-
tualité porte sur un attentat, une guerre ou une catastrophe naturelle et que
des images dures vont être diffusées. Cette règle particulière ne doit pas faire
oublier que les JT ont vocation à refléter la réalité de l’actualité et donc,
notamment, à rendre compte des événements, fussent-ils violents, survenus
dans le monde. Partant, les journaux télévisés ne peuvent être considérés,
a priori, comme des programmes systématiquement accessibles au jeune
public.

90 anthemis
Liberté et protection des mineurs

En radio, le CSA recommande qu’aucun éditeur ne diffuse entre 6 heures et


22 heures des programmes susceptibles de heurter la sensibilité des auditeurs
de moins de 16 ans.

À l’heure de la convergence technologique et de la numérisation, nous


ne pouvons que regretter l’absence de classification commune à tous les
supports susceptibles d’être vus, entendus ou utilisés par les mineurs (presse
écrite, presse audiovisuelle, cinéma, DVD, jeux vidéo, Internet…) et nous
ne pouvons qu’encourager l’adoption d’un système de vérification de
l’âge des utilisateurs et des logiciels de codage, dans l’intérêt à la fois de la
protection des mineurs et de la liberté d’expression des adultes.

 ar ailleurs, est punissable la personne majeure qui, par le biais des techno-
P
logies de l’information et de la communication, propose une rencontre à
un mineur de moins de seize ans accomplis dans l’intention de commettre
un attentat à la pudeur, un viol, une corruption de mineur ou un outrage
public aux bonnes mœurs, si cette proposition a été suivie d’actes matériels
conduisant à ladite rencontre.

Est punissable la personne majeure qui communique, par le biais des tech-
nologies de l’information et de la communication, avec un mineur avéré
ou supposé, et ce, en vue de faciliter la perpétration à son égard d’un crime
ou d’un délit, si elle a dissimulé ou menti sur son identité, son âge ou sa
qualité ; si elle a insisté sur la discrétion à observer quant à leurs échanges ;
si elle a offert ou fait miroiter un cadeau ou un avantage quelconque ; ou
si elle a usé de toute autre manœuvre.

 ’est aussi pour protéger les enfants que la loi interdit la publication du
C
compte rendu des débats devant le tribunal de la jeunesse, ainsi que de
l’identité d’un mineur poursuivi ou faisant l’objet d’une mesure de pro-
tection.

C’est encore pour protéger les mineurs que la loi interdit la publication
de l’identité de la victime d’un viol ou d’un attentat à la pudeur, sauf si la
victime a donné son accord écrit ou si le procureur du Roi ou le magistrat
chargé de l’instruction a donné son accord pour les besoins de l’instruction.

anthemis 91
La liberté d’expression

 outes les règles ne sont pas imposées par la loi ; elles peuvent aussi être le
T
fait de conditions générales d’utilisation d’un site. Facebook, par exemple,
mentionne l’âge minimum de 12 ans dans ses conditions générales d’uti-
lisation.

- Constitution, article 22bis.


- Loi du 1er septembre 1920 interdisant l’entrée des salles de spectacles cinéma-
tographiques aux mineurs âgés de moins de seize ans.
- Décret coordonné du 26 mars 2009 sur les services de médias audiovisuels,
article 9.
- Arrêté du gouvernement de la Communauté française du 21 février 2013
relatif à la protection des mineurs contre les programmes télévisuels suscep-
tibles de nuire à leur épanouissement physique, mental ou moral.
- Code pénal, articles 377quater, 378bis et 433bis.
- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Handyside c. Royaume-Uni
du 7 décembre 1976.

92 anthemis
24. Liberté et objectivité

L’objectivité, c’est le caractère de ce qui est conforme à la réalité et qui


existe indépendamment des représentations du sujet individuel.

D’une certaine façon, l’objectivité est un leurre puisqu’il est impossible


de connaître un fait ou un objet indépendamment de l’existence d’un
observateur. La réalité n’existe pas en dehors de son appropriation par
l’être humain ; le réel n’acquiert de sens que par le langage, l’écriture
ou l’image, qui, tous, participent à une interprétation, une transforma-
tion et une mise en scène de la réalité. C’est toute la question des repré-
sentations et des stéréotypes à l’œuvre tant au niveau de la production
d’un message (par un journaliste, un caméraman, un producteur, un
acteur, un artiste ou un blogueur) qu’au niveau de sa perception par
le public.

Pour un être humain, tout est connotation et il n’y a pas de communication


humaine sans filtrage du réel. En ce sens, prétendre interdire les « stéréo-
types » en tant que tels est une mission impossible. Et qui serait habilité à
classer les bons et les mauvais stéréotypes ? Tout au plus peut-on inviter
les médias et le public à prendre conscience de leurs propres clichés et à
les dépasser.

Seuls les stéréotypes au contenu clairement illégal sont susceptibles d’en-


gager la responsabilité civile ou pénale du média.Tel est le cas des stéréo-
types racistes, sexistes, discriminants, diffamants, injurieux ou incitant à la
violence.

Dans une société civilisée, l’information doit nécessairement répondre


à des normes de qualité afin de ne pas participer à une vaste opération
de tromperie, de propagande, de manipulation ou de mystification de
l’opinion des citoyens. Ces normes sont esquissées dans la loi de manière
diffuse, dans la jurisprudence traitant de la responsabilité de la presse, ainsi
que dans la déontologie.

anthemis 93
La liberté d’expression

Si l’objectivité absolue n’existe pas – pas plus que laVérité –, il reste qu’elle
doit servir de référence afin de développer un « esprit », voire un « état
d’esprit », une volonté, une attitude et une action. Un journaliste a l’obli-
gation d’agir sur la base de données contrôlées dans la mesure raisonna-
ble de ses moyens ; il doit tendre à la vérité de la manière la plus objective
et la plus complète possible, en vérifiant et en recoupant ses sources.

Tout qui communique un fait est tenu à une forme d’objectivité qui
touche à des notions connexes comme la précision, l’équilibre, la fiabilité,
l’honnêteté, le sérieux, la bonne foi, la déontologie ou l’éthique.

La liberté d’expression protège le droit des journalistes de communiquer


des informations sur des questions d’intérêt général dès lors qu’ils s’expriment
de bonne foi, sur une base factuelle sérieuse et fournissent des informations
« fiables et précises », dignes de crédit, dans le respect de la déontologie jour-
nalistique1.

 ’objectivité implique le respect des faits, quelles qu’en puissent être les
L
conséquences pour le journaliste, et ce, en raison du droit que le public a
de connaître la vérité. En conséquence, le journaliste s’oblige à ne pas
occulter, déformer ou dénaturer des informations essentielles et à ne pas
altérer les textes, les documents ou les propos de ses interlocuteurs, par
exemple lorsqu’il opère le montage d’une interview ou un toilettage sty-
listique pour passer de l’expression orale à l’expression écrite.

L’objectivité est l’absence de préjugé, d’opinion préconçue, de parti pris.


C’est veiller à ce que toute analyse soit soumise à la raison et à la rigueur, en
émanant d’une suffisante connaissance du dossier traité, afin de permettre
au public de mieux en comprendre les tenants et les aboutissants. En ce
sens, l’objectivité n’interdit pas au journaliste de choisir ou de prendre
position en faveur de telle ou telle thèse à condition que ce choix ou cette
prise de position soit la conséquence d’une connaissance approfondie du
sujet traité.

Un média doit s’interdire toute présentation partiale des faits. Il ne peut pas dé-
former la réalité pour justifier une conclusion partiale, particulière ou partisane.

94 anthemis
Liberté et objectivité

Le journaliste ne peut pas filtrer ses recherches pour ne retenir que ce qui le
conforte dans ses vérités, occultant sciemment les éléments déterminants à
l’appui de la thèse contraire.

 a liberté d’expression, par essence, laisse au journaliste le soin de décider


L
s’il est nécessaire ou non de reproduire le support de ses informations
(une copie d’une audition ou d’une fiche de salaire, par exemple) pour
en asseoir la crédibilité.

 es contours de l’objectivité varient en fonction de l’auteur du message


L
et de son contenu.

Selon la formule classique, « les faits sont sacrés, les commentaires sont
libres » (Beaumarchais), ce qui signifie essentiellement que l’obligation de
véracité ne s’applique pas aux commentaires, aux opinions, aux critiques
positives ou négatives.

Mais cela ne signifie pas qu’un commentaire puisse attaquer autrui ou nier
la matérialité des faits. Il y a une différence entre nier un fait historique
(comme l’Holocauste ou le génocide rwandais) et émettre une opinion
ou une idéologie. En ce sens, il est requis qu’un commentaire repose sur
une base factuelle suffisante s’il met une personne en cause ou s’appuie
sur des événements (voir « Liberté et honneur »).

 a prudence peut être requise lorsque celui qui communique ne dispose


L
pas de tous les éléments de preuve nécessaires. Est fautif le fait de présen-
ter sur le mode affirmatif, péremptoire, voire accusatoire, ce qui n’était
qu’une interrogation et aurait dû être présenté comme tel, avec toutes les
précautions de style requises : emploi du conditionnel, citation précise de
la source...

Le journaliste ne peut pas présenter comme une vérité absolue, sans nuances
ou réserves, ce qui n’est q u’une simple hypothèse ou une simple rumeur.

L’urgence ne dispense pas le journaliste de ses obligations, notamment si


l’information est donnée ou vécue en direct.

anthemis 95
La liberté d’expression

La liberté d’expression peut justifier l’impertinence dans le ton, mais à


condition de s’appuyer sur une base factuelle suffisante. La forme donnée
à la présentation de l’information et le recours à une dose d’exagération
voire de provocation seront fonction de la pertinence de l’information.

Peut ainsi être justifié, selon le contexte, le fait de qualifier de docteur Jekyll et
Mr Hyde une personne inquiétée dans une affaire de détournement de mineurs.

Un titre accrocheur voire provocateur peut être accepté, mais il doit être
conforme à la réalité et au contenu de l’article.

Un titre – même s’il doit être percutant – ne peut pas plus qu’un article trahir
les faits. Porte ainsi atteinte à la vie privée, l’article d’une revue dont le titre
(« Cette fois l’attaque sournoise l’a frappé sans prévenir ») laissait croire, à tort,
qu’un animateur-vedette de la télévision avait été victime d’un accident de santé.

Une forme de subjectivité est évidemment acceptée dans le champ de


l’information lorsqu’elle est présentée ou revendiquée comme telle, à la
condition de ne pas fausser ou dénaturer les faits.

Un éditorial, une chronique d’humeur, un billet d’humour ou un dessin satirique


peuvent naturellement exprimer un haut degré de subjectivité, tant qu’ils ne
dépassent pas les lois du genre. Mais serait sanctionnable une critique artistique
où le journaliste proférerait des critiques injurieuses à l’égard de l’auteur sans
qu’un seul mot ne soit consacré à la qualité ou à l’absence de qualité du livre
ou du film concerné.

 orsqu’il utilise les médias sociaux (Facebook, Twitter, Instagram…), le


L
journaliste doit y appliquer les mêmes règles qu’ailleurs, sachant que la
nature sociale de ces réseaux implique que chaque propos qui y est échangé
peut devenir public, et ce, malgré la possibilité de paramétrer les réglages de
confidentialité ou celle de séparer les comptes personnel et professionnel.

Si quelqu’un fait un lien de son site Internet vers un autre site, cela relève
de sa liberté d’expression et pour autant qu’il ne cautionne pas ou ne
glorifie pas un acte illégal, il n’engage pas sa responsabilité. La règle est
la même pour un message « liké » ou pour un tweet répercuté : en soi,

96 anthemis
Liberté et objectivité

l’acte n’est pas répréhensible mais, en fonction notamment du contexte, il


pourra se révéler fautif.

Liker le message « Je ne suis pas Charlie » n’est pas, en soi, fautif. Mais la
situation sera différente si, par exemple, ce like fait partie d’un ensemble de
messages cautionnant des assassinats ou glorifiant la violence.

S i l’information met une personne gravement en cause, il est requis de


demander sa version des faits. La possibilité de s’exprimer doit être offerte
dans les meilleurs délais, généralement de manière concomitante à la pre-
mière publication ou, à défaut, avec un étalement raisonnable dans le temps.

Il ne doit pas y avoir équivalence absolue entre les points soulevés et le


temps de parole accordé. Il est même des cas où le contradictoire ne doit
pas nécessairement être respecté, pour autant qu’il y ait eu un recoupement
suffisant des sources : c’est le cas, par exemple, si le média se réfère à des
écrits ou des paroles de la personne mise en cause.

Si la personne refuse toute interview, le média reste libre de communiquer


l’information première et la personne ne pourra pas en même temps et
de manière absolue reprocher au média de ne pas répercuter suffisamment
son point de vue.

Un refus de réponse de la part de la personne visée ou l’incapacité d’avoir


pu la joindre pour recueillir sa réaction doit être communiqué publique­‑
ment.

 our apprécier l’objectivité d’un média, il faut tenir compte de l’ensemble


P
de l’information publiée sur une certaine période, et ne pas s’arrêter à une
seule publication ou émission.

 ’objectivité impose la rectification de toute erreur portant sur un élé-


L
ment factuel relevant. La rectification doit se faire, sous forme de démenti,
d’excuse ou de mise au point, sans restrictions ni ambiguïté, de manière
adéquate et dans les meilleurs délais. Le média peut procéder à une recti-
fication spontanément, sans devoir nécessairement attendre une demande
explicite de la part de la personne mise en cause.

anthemis 97
La liberté d’expression

Ces rectifications, démentis, mises au point et autres communications


peuvent atténuer la faute éventuellement commise par la presse lors de la
diffusion de la première information, voire réduire le préjudice subi.

S i la presse interviewe une personne, c’est cette dernière qui assume en


première ligne la responsabilité de ses propos. Un journaliste peut donc
interviewer des personnes qui tiennent des propos illégaux, par exemple
racistes, pour autant qu’il ne les cautionne pas personnellement et les
publie avec les réserves d’usage. La presse peut aussi rapporter des propos
tenus par autrui.

Sanctionner un journaliste pour avoir aidé à la diffusion de déclarations émanant


d’un tiers […] entraverait gravement la contribution de la presse aux discus-
sions de problèmes d’intérêt général et ne saurait se concevoir sans raisons par-
ticulièrement sérieuses. Le fait d’exiger de manière générale que les journalistes
se distancient systématiquement et formellement du contenu d’une citation qui
pourrait insulter des tiers, les provoquer ou porter atteinte à leur honneur ne se
concilie pas avec le rôle de la presse d’informer sur des faits ou des opinions et
des idées qui ont cours à un moment donné2.

Le journaliste peut être amené à intervenir en cas de dérapage manifeste-


ment illégal de la part de la personne interviewée en direct, notamment
en cas de propos incitant à la haine ou à la discrimination. Le journaliste,
par exemple, rappellera à la personne que ses propos n’engagent qu’elle
ou, s’il le faut, l’interrompra, voire mettra fin à l’entretien.

 e média qui permet à des tiers de poster des messages sur son site Internet
L
peut, dans certains cas, être considéré comme responsable desdits messages.

En principe, c’est l’auteur du message qui en est le premier responsable, à la


condition toutefois d’être identifiable. Si le média exerce la fonction d’éditeur
en permettant le dépôt de messages notamment anonymes en lien avec un
article publié sur le site et s’il ne retire pas volontairement après leur publi-
cation des contenus clairement illicites comme des commentaires incitant à
la haine et à la violence à l’égard d’une personne désignée, sa responsabilité
peut être engagée3.

98 anthemis
Liberté et objectivité

 e journaliste doit agir de bonne foi et, généralement, il utilisera des


L
méthodes loyales de collecte ou de diffusion de l’information. Comment
en effet prétendre dénoncer des illégalités, des scandales ou des dysfonc-
tionnements si la presse use de méthodes douteuses pour informer ? Mais
il va de soi que, parfois, les illégalités ou les scandales sont à ce point lourds
que leur dénonciation peut justifier l’utilisation de techniques « dé-­
loyales », à la limite de la stricte légalité ou de la stricte orthodoxie déon­
tologique.

Tel est le cas pour l’usage d’une fausse identité, d’un faux prétexte ou
d’une imprécision sur l’objet d’un reportage ou encore pour l’emploi
d’une caméra cachée.

Un réalisateur veut faire un documentaire sur le camp de concentration d’Aus­


chwitz et il interroge d’anciens nazis (non repentis) en se faisant passer pour un
petit-fils de SS.

Parmi les techniques déloyales, il y en a qui ne font que constater une ré-
alité : par exemple, filmer une personne en caméra cachée pendant qu’elle
adopte un comportement illégal.

Par contre, il y a des techniques qui peuvent contribuer à forcer les choses
ou à inciter une personne à commettre un acte répréhensible. Ces tech-
niques sont à utiliser avec encore plus de rigueur. La provocation, par
exemple, ne peut être acceptée que dans des cas extrêmes.

Dans tous les cas, il faut que l’usage de ces moyens soit justifié par un
intérêt prépondérant d’information et il faut montrer que les méthodes
habituelles de recherche de l’information ne permettraient pas ou n’au-
raient pas permis l’accès à cette information.

Il n’est pas requis que le journaliste épuise d’abord toutes les méthodes
habituelles avant de passer à un procédé déloyal ; si c’était le cas, il y aurait
peu de chances que l’information sorte au grand jour. Ce qui est requis,
c’est que la fin justifie les moyens et que le média établisse raisonnablement
qu’une méthode classique de collecte ou de recherche de l’information
n’aurait pas permis d’approcher la réalité.

anthemis 99
La liberté d’expression

Dans un monde où la fraude reste présente, où l’information est de plus


en plus formatée par des communicants professionnels et où la commu-
nication est potentiellement manipulatoire, il est important que la presse
puisse aller au-delà de certaines frontières et de certaines évidences.

C’est vrai classiquement pour un critique gastronomique qui travaille « mas-


qué » ; c’est vrai aussi pour un journaliste politique qui veut aller derrière le
discours convenu ou pour le journaliste d’investigation qui veut mettre en
lumière ce que certains cherchent à cacher.

Pour prouver une pratique discriminatoire à l’embauche, par exemple, il est


évident que le média aura moins de chance de la repérer s’il annonce à l’avance
sa venue auprès de l’employeur ou de la société d’intérim. Il en va de même si
l’on cherche à établir des pratiques illégales dans le chef d’un vendeur.

 es risques encourus par le journaliste ou le tiers doivent être proportion-


L
nés au résultat recherché. Il faut donc veiller à ne pas mettre inutilement
en danger leur sécurité.

Lors d’un reportage censé prouver la porosité des mesures de sécurité, une
journaliste de VTM s’était introduite avec un faux revolver et de faux compo-
sants explosifs dans l’hôtel où séjournaient Mme Merkel et M. Chirac. On peut
estimer qu’il y a d’autres moyens pour dénoncer les choses et que le reportage
a mis inutilement en danger la journaliste et des tiers.

Dans certains cas, il sera requis de rendre le tiers non identifiable, a fortiori
si cela est imposé par la loi : il est interdit de reproduire les débats judi-
ciaires en matière de divorce et de séparation de corps ainsi que dans les
procédures impliquant des mineurs visés par une mesure de protection de
la jeunesse ; il est interdit de révéler l’identité de la victime d’un attentat
à la pudeur ou d’un viol sauf si la victime a donné son accord écrit ou si
le procureur du Roi ou le magistrat chargé de l’instruction a donné son
accord pour les besoins de l’enquête.

Le média peut protéger la personne afin qu’elle ne subisse pas un dommage


injustifié du fait de la publication, par exemple une rupture sentimentale,
un licenciement ou une menace sur son intégrité.

100 anthemis
Liberté et objectivité

Parfois, il s’impose de protéger la personne contre elle-même. Si elle ac-


cepte un témoignage à visage découvert mais que manifestement, elle va
en subir un dommage considérable, il peut être indiqué de la rendre non
identifiable, même contre sa volonté.

La non-identification sera plus ou moins complète selon les cas et la


nécessité de protéger la personne (sur les techniques de floutage, voir
« Liberté et image »).

Une personne témoigne dans une affaire de terrorisme. Pour la protéger, il


s’impose de la rendre totalement anonyme afin qu’aucun tiers ne puisse la recon-
naître. Cela peut concerner aussi sa voix, ses cheveux, ses vêtements, le décor…

 ’exigence d’objectivité ne joue évidemment pas pour la fiction ou l’art


L
en général. Un romancier ou un réalisateur pourra naturellement invoquer
sa pleine subjectivité pour s’exprimer. Mais s’il mélange fiction et réalité
ou s’il s’agit d’une biographie, les choses changent.

Une personnalité écrit un roman où elle met en scène des personnages fort
proches de la réalité. Si l’identification est réelle et s’il y a préjudice, le romancier
pourra être tenu de prouver sa bonne foi et d’établir la base factuelle suffisante
à l’appui de ses écrits.

- Code de déontologie journalistique (CDJ), articles 1 à 8 et 17 à 23.


- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt De Haes et Gijsels c. Belgique
du 29 février 1997.
- Jurisprudence citée :
1. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Bergens Tidende c. Norvège
du 2 mai 2000.
2. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Jersild c. Danemark du
23 septembre 1994.
3. Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Delfi c. Estonie du 16 juin
2015.

anthemis 101
25. Liberté et indépendance

L’indépendance du média et du journaliste signifie qu’il n’est pas lié à


quelque pouvoir que ce soit : politique, judiciaire, financier. L’indépendance
implique l’absence de toute censure préventive affectant le champ des
investigations et l’absence de toute influence extérieure de quelque ordre
que ce soit.

 ’est pour défendre cette indépendance que les règles fondamentales de


C
la déontologie journalistique imposent le refus de toute pression, no-­
tamment de la part des annonceurs ou de la part du propriétaire du mé-
dia lui-même.

Un journaliste ne peut être contraint d’agir contre sa conscience. Il peut


refuser un ordre illégal, liberticide ou contraire à la déontologie journalis-
tique ou à la ligne éditoriale du média auquel il collabore.

Le journaliste informe immédiatement sa direction en cas de menace ou


d’insinuation (notamment de nature violente) émanant de quelque per-
sonne que ce soit (source ou non).

Un journaliste ne peut pas accepter de se faire payer pour diffuser ou taire


une information.

De même, tout journaliste est tenu d’éviter le conflit d’intérêts.

Si une information à traiter porte sur un membre de sa famille, le journaliste


s’engage à ne pas la traiter personnellement.

De manière certes paradoxale mais finalement logique, la liberté peut aussi
signifier qu’une personne accepte d’être dépendante d’une autre, notam-
ment en collaborant avec un média qui affiche une tendance politique
ou un attachement économique, ou en travaillant pour un annonceur
publicitaire.

102 anthemis
Liberté et indépendance

 our les médias audiovisuels, des règles propres visent à préserver l’indé-
P
pendance vis-à-vis du gouvernement, des partis politiques ou des syn-­
dicats.

- Décret coordonné du 26 mars 2009 sur les services de médias audiovisuels,


articles 7 et 36.
- Code de déontologie journalistique (CDJ), articles 9 à 16.

anthemis 103
26. Liberté et pluralisme

Le pluralisme, c’est la présence de diverses tendances politiques, philoso-


phiques ou idéologiques. Il peut être interne (appliqué au sein d’un média
déterminé) ou externe (réalisé par la coexistence de plusieurs médias sur
un marché déterminé).

 e pluralisme ne signifie pas nécessairement l’absence de tendances poli-


L
tiques ou idéologiques au sein d’un média d’information ou, à l’inverse,
un équilibre absolu de tous les différents courants d’idées présents dans
une société donnée. En général, le pluralisme est assuré par la présence de
tendances différentes, proportionnelles à la force de chacune des princi-
pales d’entre elles.

La représentation équilibrée des différentes tendances et des mouvements


d’opinion ne doit pas s’établir à l’intérieur de chaque publication ou émis-
sion : elle peut au besoin ressortir d’une série d’émissions ou de l’ensemble
de l’information au cours d’un certain laps de temps.

Le journaliste doit tenir compte du poids relatif des opinions et de leur


intérêt journalistique. Il n’est pas obligé de refléter les points de vue qui
ne seraient pas « significatifs ».

Conséquence logique du principe de liberté, une personne ou un média


peut être non pluraliste parce qu’il soutient un parti, une cause, une ligne
ou une foi. C’est alors à la condition expresse de le préciser au public.

Un journal peut être édité par un parti politique. Une radio peut être détenue
par un mouvement religieux. Un blog peut être produit par un syndicat. Mais
attention : un média audiovisuel ne peut être inféodé à un parti ou un syndicat.

 ar ailleurs, il existe des règles en matière de concentration d’entreprises


P
afin de ne pas fausser la concurrence. Pour les médias audiovisuels, des
règles propres visent à préserver le pluralisme externe en évitant l’exercice

104 anthemis
Liberté et pluralisme

d’une position significative qui serait de nature à porter atteinte à la liberté


du public d’accéder à une offre pluraliste.

- Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, article 11.2.


- Code de droit économique, articles IV.6 et suivants.
- Décret coordonné du 26 mars 2009 sur les services de médias audiovisuels,
articles 7, 8 et 16.

anthemis 105
27. Liberté et publicité

La publicité désigne toute communication ayant comme but direct ou indi-
rect de promouvoir la vente de produits ou services quels que soient le lieu
ou les moyens de diffusion mis en œuvre ; c’est le fait de vanter une marque,
un nom, une entreprise, par le biais d’un support de communication comme
l’affichage, la presse écrite, le spot télévisé ou le banner sur Internet.

 a liberté d’expression vaut aussi pour un annonceur ou un publicitaire


L
mais à un degré moindre qu’un artiste ou un journaliste d’investigation, par
exemple, parce que le but principal est ici purement commercial : vendre et
faire vendre un produit ou un service.

Toute communication commerciale doit se conformer aux lois générales


d’application en matière d’expression : vie privée, image, honneur, bonnes
mœurs… Elle doit ensuite se conformer aux différentes normes, légales
ou déontologiques, particulières à l’univers commercial. Nous en donnons
ici quelques exemples.

Il est interdit de diffuser de la publicité mensongère ou trompeuse, qui induit


en erreur la personne à laquelle elle s’adresse ou qu’elle touche, notamment sur
les caractéristiques des biens ou services, telles que le prix, la composition, le
mode de fabrication, les effets sur l’environnement, la quantité, les spécifications,
l’origine géographique ou commerciale, les résultats qui peuvent être attendus
de leur utilisation.

Il est interdit de diffuser de la publicité qui comporte des éléments déni-


grants à l’égard d’une autre entreprise, de ses biens, de ses services ou de son
activité.

Dans le champ publicitaire, l’humour a évidemment sa place mais sans


absoudre tout, notamment en cas d’incitation à la violence ou à la discri-
mination.

106 anthemis
Liberté et publicité

N’est pas acceptable un spot en télévision qui banalise la violence, par exemple
en imitant des scènes de torture ou de maltraitance.

Franchit les limites légales ou déontologiques une publicité dans un magazine


montrant une femme allongée sur le dos sous la porte ouverte d’un lave-vaisselle,
avec ce texte : « À la place de mon match, elle voulait voir un documentaire sur
les étoiles filantes. Elle les a vues. »

L’humour publicitaire peut aussi toucher à la religion.

Est acceptable un spot en radio qui parodie la fin d’une messe, quand le
prêtre dit « Allez dans la paix du Christ, au nom du Père, du Fils… » et qu’il
est interrompu par le bruit d’une foule qui se rue hors de l’église pour aller
chez Brantano.

Dans une autre affaire, la justice française avait interdit, en 2005, une affiche
publicitaire pour une marque de vêtements qui parodiait le fameux tableau de
Léonardo Da Vinci, représentant le dernier repas du Christ : La Cène. Sur l’af-
fiche, les apôtres et le Christ étaient figurés par des traits féminins, sauf un des
apôtres aux traits masculins, situé à la droite du Christ, soit une représentation
exactement inverse à celle du peintre italien. Pour les juges, saisis par l’associa-
tion Croyances et Libertés (fondée par les évêques de France), cette publicité
constituait un acte d’intrusion agressive et gratuite dans le tréfonds des croyances
intimes et une injure grave aux sentiments religieux et à la foi catholique. Cette
motivation pour le moins audacieuse a heureusement été cassée par la Cour
de cassation : « La parodie de la forme donnée à la représentation de la Cène
n’avait pas pour objectif d’outrager les fidèles de confession catholique, ni de les
atteindre dans leur considération en raison de leur obédience ». Il n’y a donc pas
d’injure, c’est-à-dire « d’attaque personnelle et directe dirigée contre un groupe
de personnes en raison de leur appartenance religieuse. »1

 ar ailleurs, toute communication commerciale doit être loyale et conçue


P
avec un juste sens de la responsabilité sociale et professionnelle. Aucune
communication ne doit être de nature à dégrader la confiance que le public
doit pouvoir porter au marketing.

anthemis 107
La liberté d’expression

Une publicité doit être conforme aux principes de la concurrence loyale


tels qu’ils sont généralement admis dans les relations commerciales.

 ’information doit être clairement dissociée de la publicité et un journaliste


L
ne peut pas confondre son métier d’informer avec celui de publicitaire.
Mais pour autant que cela soit justifié éditorialement, il est possible de
citer une marque, de faire la critique d’un produit de manière élogieuse
ou négative, de comparer des prix ou de faire des tests ou des essais.

La double limite à ne pas dépasser consiste respectivement en la publicité


clandestine et le dénigrement systématique.

Serait de la publicité clandestine le fait de présenter une marque dans un pro-


gramme audiovisuel moyennant paiement de l’annonceur, si cette présentation
est faite de façon intentionnelle par l’éditeur de services dans un but publi-
citaire ou de vente et risque d’induire le public en erreur sur la nature d’une
telle présentation. Le critère de reconnaissance de la publicité clandestine,
c’est la proéminence indue de la publicité. Ses indices peuvent être l’absence
de toute distance ou de tout commentaire critique, le traitement préférentiel
accordé à la marque, la valorisation sans retenue, le caractère répétitif, incitatif
et persuasif de la présentation ou encore le ton complaisant ou louangeur en
faveur du produit ou service.

Par ailleurs, serait dénigrant le fait de juger un produit comme un livre sans
que rien ne soit dit sur le contenu de l’ouvrage, la critique ne portant que sur
son auteur dans des termes injurieux.

S i un média est partenaire d’un événement, cela ne peut impliquer la pro-


messe d’une couverture particulière dans les journaux d’information ou,
à l’inverse, l’interdiction de traiter d’un autre événement parrainé par un
autre média.

 fin d’éviter toute confusion entre publicité et information, il importe de


A
bien distinguer les deux par une séparation technique nette. Ce qui ex-
plique qu’en télévision, par exemple, une publicité doit être précédée d’un
jingle spécifique.

108 anthemis
Liberté et publicité

- Code de droit économique, article VI.106.


- Décret coordonné du 26 mars 2009 sur les services de médias audiovisuels,
articles 10 à 32.
- Code de déontologie journalistique (CDJ), article 13.
- Code consolidé de la Chambre de commerce internationale sur les pratiques
de publicité et de la communication commerciale.
- Jurisprudence citée :
1. Cour de cassation (fr.), 14  novembre 2006, nos  05-15822 et 06-16001,
Bulletin, n° 485, p. 417.

anthemis 109
28. Liberté et droit d’auteur

L’auteur d’une œuvre bénéficie de droits sur son œuvre, c’est-à-dire sur
la création originale qu’il a concrètement mise en forme. Il peut s’agir
d’un dessin, d’un poème, d’un article de presse, d’une photo, d’une vidéo,
d’un programme audiovisuel ou d’une page Facebook. Pour que la créa-
tion soit originale, il faut qu’elle soit marquée par la personnalité de son
auteur, peu importe le genre de l’œuvre, le mérite, la qualité artistique
ou le temps consacré à la créer.

 n principe, personne ne peut exploiter une œuvre sans l’autorisation


E
de son auteur et ce droit s’applique sans formalités particulières (dépôt,
enregistrement…). Il vaut pour toute personne, qu’elle soit journaliste,
romancier, cinéaste, publicitaire ou simple anonyme sur les réseaux
sociaux.

Cette protection est à double tranchant puisqu’elle peut concerner une


personne pour ses propres créations et la même personne vis-à-vis des
créations réalisées par un tiers et qu’elle souhaiterait utiliser.

 out n’est cependant pas monopolisable, à commencer par les idées


T
qui sont de libre parcours tant qu’elles n’ont pas été incorporées dans
une création originale et mise en forme. De même, les faits bruts sont
librement disponibles et toute personne peut relater l’information brute
existante en utilisant tous les termes et les expressions qui sont requis pour
cette narration (le tout sans préjudice de l’obligation de citer sa source).

Des droits d’auteur peuvent être refusés à un journaliste pour de simples comptes
rendus de faits ou reproductions d’informations sans enrichissement apporté
par la personnalité de l’auteur, sans recherche dans la présentation ni expression
d’opinions ou de réactions personnalisées, ainsi que pour des photographies
ordinaires, banales, consistant seulement à fixer un objectif sans recherche de
création originale.

110 anthemis
Liberté et droit d’auteur

Ne sont pas davantage monopolisables les actes officiels de l’autorité pu-


blique (lois, arrêtés, jugements…) et les discours publics prononcés dans
les assemblées parlementaires ou dans les tribunaux.

Un auteur bénéficie de droits d’auteur pendant toute sa vie. À sa mort, ses
droits sont exercés par la personne qu’il a désignée à cet effet ou, à défaut,
par ses héritiers ou légataires, et ce, pendant 70 ans, après quoi l’œuvre tombe
dans le domaine public et devient librement exploitable par quiconque.

Les droits d’auteur sont patrimoniaux et moraux.

Les droits patrimoniaux portent sur l’exploitation économique de l’œuvre


et couvrent notamment le droit de la reproduire, de la communiquer au
public par quelque moyen que ce soit (imprimerie, numérisation, câblo-
distribution…), de l’adapter ou de la traduire. Ces droits sont cessibles.

Des exceptions aux droits patrimoniaux existent, notamment pour per-


mettre l’utilisation d’une œuvre dans le cadre de la liberté d’expression
ou d’information. D’une manière générale, ces exceptions ne doivent pas
porter atteinte à l’exploitation normale de l’œuvre ni causer un préjudice
injustifié aux intérêts légitimes des titulaires de droits d’auteur.

‒ L’usage privé : les reproductions gratuites et privées, effectuées dans le


cer­cle de famille et réservées à celui-ci, peuvent être faites sans autorisation
préalable. Il en va de même pour l’exécution gratuite et privée d’une œu­
vre, effectuée dans le cercle de famille ou dans le cadre d’activités scolaires.

La notion de « cercle de famille » ne s’arrête pas nécessairement à la famille


au sens du droit civil mais s’applique aussi à une communauté d’individus
liés par une certaine intimité d’ordre familial, affectif ou professionnel
(exemples : une école, une maison de repos).

Le fait pour un internaute de télécharger ou d’imprimer une page web est un


acte de reproduction mais qui peut relever de l’exception de copie privée.

La copie privée est payée par une redevance due par le consommateur
lorsqu’il achète notamment une photocopieuse ou un lecteur DVD.

anthemis 111
La liberté d’expression

‒ La citation : peut être réalisée sans autorisation préalable ni paiement


la citation d’une œuvre licitement publiée, dès lors que cette citation est
effectuée dans un but de critique, de polémique, de revue, d’enseignement
ou dans des travaux scientifiques. La citation peut viser tout type d’œuvre
(audiovisuelle, littéraire, plastique, photographique, musicale…). Elle doit
être réalisée « conformément aux usages honnêtes » et « dans la mesure
justifiée par le but poursuivi ».

Il est possible de diffuser des extraits du film C’est arrivé près de chez vous dans
une émission de télévision comme Hep taxi avec Benoit Poelvoorde en invité.
Mais, par contre, il n’est pas possible de diffuser un extrait du programme de
divertissement L’amour est dans le pré de RTL dans un journal télévisé de la RTBF
pour illustrer un sujet d’actualité sur le monde paysan.

La citation doit être courte, brève, ce qui s’apprécie en tenant compte à la


fois de l’œuvre citée et de l’œuvre dans laquelle la citation s’inscrit. La cita-­
tion implique la mention de la source et du nom de l’auteur, à moins que
cela ne s’avère impossible.

La mention de la source se fait en pratique en utilisant le sigle © (pour « copy­


right »), suivi du nom de l’auteur, du titre de l’œuvre, voire de l’année de création
et du pays de création.

‒ La revue de presse : peut être réalisée sans autorisation préalable ni paie-


ment la revue de presse, c’est-à-dire la citation d’œuvres de presse ou du
web, effectuée dans le cadre d’un travail d’analyse, de comparaison ou de
critique. La mention de la source est également requise.

N’est pas une revue de presse le recensement d’articles de presse effectué par
Google news dès lors que ce dernier n’effectue aucun travail d’analyse, de com­
paraison ou de critique de ces articles1.

‒ Le compte rendu d’un événement d’actualité : peuvent être réalisées sans


autorisation préalable ni paiement la reproduction et la communication
au public, dans un but d’information, de courts fragments d’œuvres ou
d’œuvres plastiques dans leur intégralité à l’occasion de comptes rendus
d’événements de l’actualité.

112 anthemis
Liberté et droit d’auteur

La reproduction doit être justifiée par le but d’information poursuivi,


sachant que l’événement d’actualité peut porter sur l’œuvre elle-même.
La reproduction de l’œuvre ne peut constituer que l’accessoire du compte
rendu, pas son objet principal.

Il est possible de montrer, notamment en télévision ou sur le web, des images


du film Anges et démons lors de la sortie du film ou lors du décès de Tom Hanks
(acteur du film).

Il est également possible de montrer des œuvres d’un photographe qui a gagné
un prix ou qui fait l’objet d’une exposition. Ou des images d’un tableau qui a
été volé.

Ici aussi, il faut mentionner la source et le nom de l’auteur, à moins que


cela ne s’avère impossible.

‒ La reproduction d’une œuvre accessible au public : peuvent être réalisées


sans autorisation préalable ni paiement la reproduction et la communica­tion
au public d’une œuvre exposée dans un lieu accessible au public lorsque le
but de la reproduction ou de la communication n’est pas l’œuvre elle-même.

Il est légitime de reproduire une sculpture protégée ou un immeuble protégé


en arrière-plan lors d’une interview sur la voie publique, ou une musique en
arrière-fond lors d’une interview dans un stade de football.

‒ La parodie : il n’y a pas d’autorisation à demander ni de paiement à effec-­


tuer pour parodier une œuvre ou la caricaturer compte tenu des usages
honnêtes et des lois du genre. La parodie doit évoquer une œuvre exis-
tante dont elle doit se différencier de manière perceptible (pour éviter la
confusion) et elle doit avoir un but humoristique.

Il est possible de changer les paroles d’une série télé brésilienne dans une émis-
sion de divertissement ou d’information ou sur un blog. Ou pour les Frères
Taloche de mimer la chanson J’ai encore rêvé d’elle. Mais la parodie ne peut pas
permettre, par exemple, de transmettre un discours discriminatoire en faveur
d’un parti politique2.

anthemis 113
La liberté d’expression

La parodie peut aller très loin, s’agissant d’un cas particulier de critique
protégée par le droit à la liberté d’expression. L’humour peut être froid,
noir et son bon ou mauvais goût n’est pas à prendre en considération (voir
« Liberté et humour »).

‒ Les actes de reproduction provisoire : l’auteur ne peut pas interdire les


actes de reproduction provisoire d’une œuvre qui sont transitoires ou
accessoires, constituent une partie intégrante d’un procédé technique et
dont l’unique finalité est de permettre une transition dans un réseau entre
tiers par un intermédiaire ou une utilisation licite.

Le fait pour un internaute de consulter une page web (browsing) constitue un acte
de reproduction provisoire considéré comme une exception au droit d’auteur.

À côté des droits patrimoniaux, la loi reconnaît des droits moraux :

‒ Le droit de divulgation : c’est l’auteur seul qui décide quand son œuvre
est achevée et peut être rendue publique.

Après le décès de l’auteur, le droit de divulgation doit s’exercer au service de


l’œuvre, en accord avec la personnalité et la volonté de l’auteur telle que révélée et
exprimée par celui-ci de son vivant.Ainsi, viole le droit de divulgation des héritiers
de Pierre Bourdieu le fait de publier dans Le Nouvel Observateur un texte inédit et
très personnel de cet auteur, alors qu’il avait été remis par ce dernier à un colla-
borateur du magazine « pour avis », assorti de la mention « ne pas faire circuler »3.

‒ Le droit de paternité : c’est le droit d’apposer et de voir apposer son nom


au regard de l’œuvre. C’est aussi le droit de publier sous un pseudonyme
ou de façon anonyme. Ce sera alors l’éditeur qui, vis-à-vis des tiers, sera
réputé l’auteur de l’œuvre.

‒ Le droit à l’intégrité : tout auteur dispose du droit au respect de son œuvre ;


il peut s’opposer à toute déformation, mutilation ou modification de l’œuvre
ou à toute autre atteinte, préjudiciables à son honneur ou à sa réputation.

À noter qu’il n’existe pas en Belgique de droit de repentir, qui permettrait


à l’auteur qui a cédé ses droits d’exploitation sur son œuvre de revenir sur

114 anthemis
Liberté et droit d’auteur

ses engagements. Mais là où ce droit est consacré, il implique d’indemniser


préalablement le bénéficiaire de la cession et, dans certains cas, de devoir
invoquer des « motifs sérieux ».

Parce qu’ils sont le reflet de la personnalité de l’auteur, les droits moraux


sont indisponibles et, en principe, inaliénables. L’auteur garde un lien avec
son œuvre, même s’il en a cédé le support matériel et certains droits pa-
trimoniaux. Mais l’auteur reste libre de renoncer à certains aspects de ses
droits moraux : il peut, par exemple, renoncer à son droit de paternité.

 a loi reconnaît par ailleurs aux artistes-interprètes ou exécutants, aux


L
pro­ducteurs de disques, aux producteurs de premières fixations de films
et aux organismes de radiodiffusion le bénéfice de droits voisins sur leurs
prestations. Ces droits voisins sont proches des droits d’auteur mais né-
cessairement subordonnés à ceux-ci. Par exemple, l’artiste-interprète qui
refuse d’achever sa participation à la réalisation d’une œuvre audiovisuelle
ou qui se trouverait dans l’impossibilité de le faire, ne pourra s’opposer à
l’utilisation de sa participation en vue de la finalisation de l’œuvre.

Être artiste-interprète suppose une prestation d’une certaine intensité ar-


tistique, comme c’est le cas, en principe, pour un chanteur, un acteur ou
un mime.

Le seul fait d’être filmé et interviewé dans un documentaire, même sur une
longue durée, ne confère pas la qualité d’artiste-interprète. Le documentaire, de
par son rapport au réel et même s’il y a un processus de construction inhérent à
tout film, ne se confond pas avec la fiction et exclut la notion d’interprétation.
On ne peut donc pas être « artiste-interprète » de sa propre vie.

- Code de droit économique, articles XI.164 et suivants.


- Code de déontologie journalistique (CDJ), article 19.
- Jurisprudence citée :
1. Bruxelles, 5 mai 2011, R.D.T.I., 2011/44, p. 35.
2. 
Cour de justice de l’Union européenne, arrêt du 3  septembre 2014,
C-201/13.
3. TGI Paris, 11 septembre 2002, Légipresse, 2003, n° 198, I, p. 6.

anthemis 115
29. Liberté et espace public

L’espace public, c’est l’ensemble des lieux qui ne font pas l’objet d’une
propriété privée et qui peuvent être utilisés librement par n’importe qui :
la rue, le parc, la plage, la montagne…

 a liberté d’expression peut s’exercer dans l’espace public, mais à la condi-


L
tion de ne pas compromettre l’ordre public ou la sécurité publique. En
cas de menace réelle, les autorités publiques peuvent, si nécessaire, prendre
une mesure d’interdiction de manifestation, de distribution de tracts ou
de spectacles.

Un spectacle de Dieudonné (dénommé Le divorce de Patrick) avait été inter-


dit par une commune bruxelloise en 1994. Le Conseil d’État a suspendu la
décision en rappelant à bon escient que l’interdiction ne peut être justifiée
que si elle est « le seul moyen d’assurer le maintien de la tranquillité publique.
[…] La vie en société met inévitablement en présence les intérêts les plus
divers et nécessite la solution de leurs antagonismes ; la manière de résoudre
ceux-ci, requise par les principes démocratiques, ne consiste pas à privilégier
brutalement et sans nuances les intérêts des uns à l’encontre de ceux des
autres, mais réside dans un dialogue sincère, ouvert et respectueux de l’autre,
seule alternative à la violence conçue comme moyen d’action politique ; ainsi
se justifie l’importance de la liberté d’expression qui est, sans doute, l’un des
fondements de notre démocratie […] Le motif lié au caractère antisémite de
l’attitude qu’aurait adoptée [l’artiste] n’est pas de ceux que pouvait retenir la
commune pour fonder sa décision » puisqu’elle n’a pas « reçu pour mission de
veiller préventivement à la correction politique ou morale, voire même pénale,
des spectacles et encore moins celle, supposée, des artistes qui en donnent la
représentation […] La nécessité éventuelle de prévoir des forces de l’ordre
suffisantes pour parer à toute éventualité ne constitue que le corollaire ordi-
naire de certaines occurrences banales de la vie sociale, et ne saurait justifier
[…] l’interdiction querellée […] ».

116 anthemis
Liberté et espace public

Cinq ans plus tard, le Conseil d’État est à nouveau intervenu en suspendant
l’interdiction d’un autre spectacle de Dieudonné (dénommé… Liberté d’ex-
pression ) : « À supposer que des propos tombant sous le coup de la loi […]
risquent d’être tenus au cours du spectacle […], ceux-ci ne pourraient justifier
que des poursuites répressives, mais non une mesure préventive de police ; en
effet, l’article 19 de la Constitution garantit la liberté de manifester ses opinions
en toute matière, sauf la répression des délits commis à l’occasion de l’usage
de ces libertés ; la liberté d’expression constitue l’un des fondements essentiels
d’une société démocratique, l’une des conditions primordiales de son progrès
et de l’épanouissement de chacun ; elle vaut non seulement pour les informa-
tions ou idées accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou
indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent les
pouvoirs publics ou une fraction quelconque de la population ; ainsi le veulent
le pluralisme, la tolérance et l’esprit d’ouverture sans lesquels il n’est pas de
société démocratique. »1

 a liberté d’afficher est le corollaire de la liberté de la presse mais les


L
autorités publiques peuvent y porter atteinte pour des raisons touchant
à l’ordre public et au respect des normes établies en matière d’environne-
ment, d’urbanisme et d’aménagement du territoire.

En clair, les individus ne disposent pas d’un droit inconditionnel ou illimité


à l’usage accru du domaine public, a fortiori dans un monde où d’autres
modes de communication existent (Internet par exemple).

- Constitution, article 19.


- Cour européenne des droits de l’homme, arrêt Mouvement raëlien suisse c.
Suisse du 13 juillet 2012.
- Jurisprudence citée :
1. Conseil d’État, arrêts du 25 février 2004, n° 128.544 et du 23 mars 2009,
n° 91.742.

anthemis 117
30. Liberté et sanction

Si la liberté d’expression est exercée de manière fautive, différentes sanc-


tions existent en fonction de la loi applicable et de l’autorité concernée :
tribunal, Conseil supérieur de l’audiovisuel, Conseil de déontologie jour-
nalistique, Centre interfédéral pour l’égalité des chances ou encore Institut
pour l’égalité des femmes et des hommes.

 u niveau judiciaire, la faute peut causer, d’une part, un préjudice personnel


A
pour la victime qui entend que ce préjudice soit réparé (procédure civile)
et, d’autre part, un désordre social que la collectivité doit pouvoir réprimer
(procédure pénale).

Un tribunal peut ordonner des dommages et intérêts, la publication du


jugement de condamnation ou d’un communiqué judiciaire, voire, en cas
d’infraction pénale, une amende ou, exceptionnellement, un emprison-
nement.

En ce qui concerne les dommages et intérêts, le tribunal n’accordera pas


la même indemnisation à celui qui invoque, par exemple, une atteinte à sa
vie privée alors qu’il la déballe lui-même allègrement ou à celui qui, au
contraire, veille à préserver raisonnablement sa vie privée. La tolérance ou
la complaisance peuvent affecter la faute ou le dommage.

De même, la hauteur de l’indemnisation sera différente selon que la per-


sonne est ou non publique et célèbre.

Au niveau pénal, le tribunal compétent en cas de délit de presse est la cour


d’assises sauf si le délit touche au racisme, qui relève du tribunal correc-
tionnel. Le recours à la cour d’assises est quasiment tombé en désuétude,
principalement à cause du refus du parquet de poursuivre et de la lourdeur
de la procédure. Par ailleurs, il faut généralement une plainte de la victime
elle-même pour actionner la procédure pénale. L’octroi de l’initiative à la
seule victime a pour but de ne pas risquer d’aggraver encore le préjudice

118 anthemis
Liberté et sanction

notamment de la diffamation par la publicité inévitable qu’entraîne toute


procédure judiciaire.

 e Conseil supérieur de l’audiovisuel est une autorité administrative in-


L
dépendante, créée au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles. En cas de
manquement au décret sur les services de médias audiovisuels, le média
peut être sanctionné d’un avertissement, de la publication d’un commu-
niqué, d’une amende, d’une suspension ou d’un retrait d’autorisation.

 e Conseil de déontologie journalistique est un organe d’autorégulation.


L
En cas de manquement à la déontologie, le média peut uniquement faire
l’objet d’un avis par définition non contraignant et être invité à le publier.

 e Centre interfédéral pour l’égalité des chances peut agir en justice dans
L
les litiges auxquels l’application de la loi anti-discrimination donne lieu,
à l’exception des litiges basés sur une discrimination fondée sur la langue.
Pour une discrimination fondée sur le sexe ou le genre, c’est l’Institut pour
l’égalité des femmes et des hommes qui est compétent.

Tout établissement d’utilité publique et toute association, jouissant de la


personnalité juridique depuis au moins trois ans à la date des faits, et se
proposant par ses statuts de défendre les droits de l’homme ou de com-
battre la discrimination, peut également agir en justice lorsqu’un préjudice
est porté aux fins statutaires qu’il s’est donné pour mission de poursuivre.

Enfin, le Centre ou l’Institut peuvent être sollicités par toute personne qui
entend porter plainte ou signaler un manquement. Ils peuvent alors re-
mettre un avis ou tenter toute médiation avant de décider d’agir en justice.

Si la victime de la discrimination est une personne physique ou une per-


sonne morale identifiée, l’action judiciaire du Centre, de l’Institut ou de
l’association ne sera recevable que s’ils prouvent avoir reçu l’accord de la
victime.

 ar ailleurs, une personne peut demander un droit de réponse dont les


P
conditions varient selon que le média en cause est un éditeur de presse
écrite ou un éditeur audiovisuel.

anthemis 119
La liberté d’expression

- Constitution, article 150.


- Code civil, article 1382.
- Loi du 23 juin 1961 relative au droit de réponse.
- Loi du 30 juillet 1981 tendant à réprimer certains actes inspirés par le racisme
et la xénophobie, articles 31 à 33.
- Loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre certaines formes de discrimination,
articles 29 à 31.
- Loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre la discrimination entre les femmes
et les hommes, articles 34 à 36.
- Décret coordonné du 26 mars 2009 sur les services de médias audiovisuels,
articles 133 à 153 et 159.
- Décret du 30 avril 2009 réglant les conditions de reconnaissance et de subven-
tionnement d’une instance d’autorégulation de la déontologie journalistique,
article 1er.

120 anthemis
Conclusion

I l n’a pas été possible de reproduire toutes les normes légales ou


déontologiques existantes, ou toutes les décisions de justice qui
forment une jurisprudence parfois inconstante. Cet ouvrage a naturelle-
ment procédé à des choix. Il appartient donc à chacun, en fonction de
son statut ou de sa place dans la société, de s’informer de l’environnement
réglementaire qui l’entoure et d’en tenir compte au moment où il exprime
un fait ou une opinion.

Mais il s’impose de répéter quelques principes de base : la liberté


d’expression vaut pour tout citoyen, en toutes matières et sur tous les
supports ; elle doit être maximale dans une société moderne et elle ne peut
être limitée que par une loi (voire, par extension, la déontologie), sur la
base d’un besoin social impérieux apprécié de manière concrète, raisonnable
et pertinente.

Parmi toutes les atteintes susceptibles d’être commises lors de l’exer-


cice de la liberté d’expression, il y en a qui touchent des personnes direc-
tement et personnellement mises en cause ; il y en a d’autres qui touchent
l’ensemble de la société, par exemple pour tout ce qui concerne l’incitation
à la violence ou à la discrimination.

La limite, en définitive, ce n’est pas l’atteinte en soi à un droit comme


la vie privée, l’image ou l’honneur : il est possible de présenter quelqu’un
sous un jour défavorable, de le critiquer ou de révéler une donnée le
concernant sans son accord. Mais la limite, c’est l’atteinte qui n’est pas
justifiée par la liberté d’expression, le droit à l’information ou à l’histoire ;
l’attaque dénuée de tout fondement factuel ; l’attaque personnelle gratuite
faite dans le seul but de nuire et qui relève alors notamment de l’injure ou
de la diffamation, ce qui est fonction de critères aussi variés que l’intérêt
public ou privé de l’information, la qualité de l’auteur du message ou de
la personne visée, son action dans la société, la pertinence de l’information
ou le contexte de l’expression.

anthemis 121
La liberté d’expression

La critique peut être encore plus grande lorsque, loin de viser une
personne, la presse vise un gouvernement, un état, une politique, une
idéologie, une croyance.

Sauf à prôner un système de censure, la liberté d’expression doit va­loir


non seulement pour les idées ou les informations banales, inoffensives, in-
différentes, accueillies avec faveur, qui plaisent au pouvoir ou à la majorité,
mais aussi et surtout pour les idées différentes, originales, minoritaires, qui
fâchent, heurtent, choquent ou inquiètent l’État, la population ou une
partie de celle-ci.

Osons le débat, la discussion, la tolérance. Développons l’esprit d’ou-


verture et l’esprit critique. Et si l’expression dépasse la limite acceptable en
société, acceptons le contrôle et le verdict des autorités compétentes sans
passer par la vengeance, la menace, la violence.

122 anthemis
Index
(les numéros renvoient aux pages)

Affichage : 10, 22, 35, 106, 107, 116, 117 Dénigrement : 22, 33, 39, 41, 47, 106, 108
Anodin (caractère anodin) : 22, 33, 41, 47 Déontologie : 22, 24, 27, 60, 64, 66, 88, 93,
Anonymisation : 36, 54, 58, 100, 101 94, 102, 103, 118, 119, 121
Apologie de crime : 79, 83, 84, 86 Déréférencement : 59-62
Archive : 33, 41, 50, 57-62 Devoir de mémoire : 38, 57-62, 69-71, 89
Artiste : 9, 22, 24, 30, 39, 43, 69, 72, 73, 86, Devoir de réserve : 14, 51
87, 93, 106-109, 110-117 Diffamation : 22, 24, 27, 32, 44-49, 73, 74,
Attentat : 11, 15, 18, 23, 31, 38, 67, 76, 77, 79, 93, 119, 121
79-81, 83, 84, 88, 101 Dignité humaine  : 25, 38, 44-49, 67-75,
Auteur : 9, 12, 23, 24, 30, 36, 42, 72, 83, 86, 85-89, 90-92
87, 96, 98, 108, 110-115, 121 Discrimination : 18, 22, 65-84, 93, 98, 100,
Autocensure : 20, 21, 28 106, 113, 119, 121
Avocat : 9, 30, 44 Distanciation : 81, 83, 86, 98
Base factuelle : 24, 27, 44, 46, 54, 55, 58, 68, Diversité : 9, 65-67, 79, 80, 118-120
95-97, 101, 121 Droit d’auteur : 36, 110-115
Besoin social impérieux : 21-24, 64, 121 égalité : 9, 65-67, 79, 80, 118-120
Blasphème : 76-78 Enfant : 9, 25, 26, 28-30, 35, 36, 41, 45, 48,
Bon goût : 11, 17, 77, 114 50, 54, 74, 77, 80, 86, 87, 90-92, 96, 100
Bonne foi : 22, 32, 46, 54, 94, 99-101, 106 Espace public : 25, 74, 116, 117
Bonnes mœurs : 36, 50, 54, 85-87, 90-92, Exagération : 10, 17, 69, 96
100, 116 Excuse : 46, 97, 98
Calomnie : 22, 24, 44-49, 79 Fait  : 9, 10, 20, 45-49, 54, 57, 70, 71, 93,
Caméra cachée : 41, 99 95-98
Caricature : 17, 40-42, 65, 76, 77, 96, 107, Fiction : 10, 32, 45, 73, 80, 86, 87, 101
113, 114 Floutage : 36, 54, 58, 100, 101
Catastrophe naturelle : 31, 38, 61, 80, 88 Génocide : 47, 61, 67-71, 88, 95
Censure : 12, 19-21, 28, 40, 102, 116, 117, 122 Guerre  : 18, 31, 38, 45, 47, 67-71, 80, 81,
Cinéma : 10, 21, 35, 80, 86, 91, 92 83, 88-90
Citation : 95, 98, 112 Haine : 67-83, 86, 89, 98
Commentaire : 45-49, 65, 79, 95-98 Harcèlement : 19, 31, 38, 74, 79-82
Complaisance : 31, 38, 44, 80, 118 Histoire : 10, 32, 37, 38, 57-62, 69-71, 80,
Confidentialité : 13-16, 63, 64, 96 89, 95, 121
Conseil de déontologie journalistique  : Honnêteté : 94, 99-101
118, 119 Honneur : 10, 22, 24, 25, 27, 32, 44-49, 73,
Conseil supérieur de l’audiovisuel  : 58, 74, 76-79, 93, 117, 119, 121, 121
73, 80, 88, 91, 118, 119 Humour : 17, 18, 40-43, 47, 65, 73, 74, 76,
Contexte : 22-24, 27, 29, 30, 36, 39-41, 44, 77, 81, 96, 106, 107, 113, 114
46, 48, 55, 63, 67, 69, 77, 80, 87, 97, 121 Image  : 10, 25, 35-42, 50, 51, 57, 70, 74,
Critique : 45-49, 65, 79, 95-98 85-93, 99-101
Curiosité : 28, 51 Impertinence : 11, 46, 47, 52, 95-98

anthemis 123
La liberté d’expression

Indépendance : 40, 53-56, 93, 102-105 Provocation : 10, 17, 22, 46, 65-86, 96, 98, 99
Injure : 22, 24, 44-49, 79, 93 Provocation publique : 65-86, 98
Intérêt général : 14, 19, 22, 27-34, 38, 39, Publicité : 22, 33, 35, 41-43, 73, 74, 86, 102,
41, 44, 51, 57-64, 77, 83, 94, 99 106-110
Internet : 9, 10, 12, 23, 35, 40, 41, 55, 57, Racisme : 18, 23, 45, 65-71, 74, 79-82, 93,
59-62, 70, 72, 81, 87, 92, 96, 97, 106, 110- 98, 99, 116-120
112, 117 Radio : 9, 10, 22, 43, 67, 68, 91, 104, 107, 115
Interprétation : 22-24 Rectification : 97, 98
Interview : 9, 11, 13-16, 32, 40, 68 Religion : 65, 76-78, 83, 107
Ironie : 17, 18 Réseaux sociaux : 9, 10, 23, 35, 60, 81, 92,
Justice : 50-56 96, 97, 110
Liberté de pensée : 9 Réserves : 13, 46, 47, 53-56, 73, 95-98
Limitations : 21-24, 118-120 Respect : 20
Loi : 21-24, 212 Révisionnisme : 69-71
Loyauté : 94, 99-101 Roman : 9, 32, 86, 87, 96, 101, 108
Magistrat : 29, 30, 50-56, 91, 100 Sanction : 21-24, 118-120
Manifestation : 19, 30, 39, 83, 116, 117 Santé  : 10, 22, 23, 26, 28, 29, 45, 64, 65,
Mémoire : voir Devoir de mémoire 79, 96
Menace : 12, 15, 19, 72, 77, 79-82, 100, 102, Secret : 13-16, 27, 63, 64
116, 122 Secret des sources : 13-16
Mesure préventive : 12, 19-21, 28, 40, 102, Sexe : 18, 25, 26, 30, 40, 60, 63, 65, 66, 72-
116, 117, 122 75, 77, 79-83, 85-87, 90-93, 119, 120
Méthode loyale : 99-101 Sexisme : 18, 65, 66, 72-75, 79-83, 85, 87,
Moteur de recherche : 10, 59-62, 112 93, 112, 119, 120
Nazisme : 45, 69-71, 99 Signalétique : 80-82, 86, 90-92
Nom : 32, 43, 51, 58-62, 112-114 Sources : 13-16, 27, 46, 59, 63, 64, 94, 95,
Nuances : 13, 46, 47, 53-56, 67, 73, 87, 95- 97, 98, 102, 110, 113
98, 116 Spectacle : 43, 116, 117
Objectivité : 17, 46, 56, 58, 93-101 Stéréotypes : 66, 73-75, 93, 94
Offense : 10, 44-49, 76-78, 117, 122 Télévision : 10, 22, 30, 33, 40, 41, 57, 58, 60,
Opinion : 9, 10, 20, 25, 45-49, 65, 76, 79, 68, 69, 73, 85, 86, 88, 89, 90, 96, 104, 107,
95-98, 104 108, 112, 113, 115
Ordre public : 50, 81, 116, 117 Terrorisme : 11, 15, 18, 23, 31, 38, 67, 76,
Oubli : 41, 57-62 77, 79-81, 83, 84, 88, 101
Parodie : 107, 113 Tolérance : 10, 19, 20, 38, 117, 122
Personnalité : 9, 13, 14, 22, 27-34, 37-43, Ton : 11, 46, 47, 52-56, 95-98, 108
61, 63, 76, 96, 101, 118, 121 Vedette : 29, 30, 45, 96
Personne publique : 9, 13, 14, 22, 27-34, Vengeance : 19, 72, 79, 122
37-43, 61, 63, 76, 96, 100, 118, 121 Véracité : 15, 22, 45, 46, 93-95
Pluralisme : 10, 104, 105, 117 Vérité : 15, 19, 22, 45, 46, 54, 70, 93-95
Pornographie : 14, 69, 74, 85-87, 90-92 Vie privée  : 25-34, 39, 40, 50, 57-64, 88,
Présomption d’innocence : 53-56 96, 106, 118, 121
Presse écrite : 9, 10, 13, 14, 19, 22, 28, 35, Violence : 12, 19, 26, 72, 76-83, 85, 86, 88-
40, 60, 86, 91, 106, 110, 112, 119 93, 100, 102, 116, 122
Protection des mineurs : voir Enfant Voix : 43

124 anthemis

Vous aimerez peut-être aussi