Vous êtes sur la page 1sur 12

Hatem KHOUAJA

CH 6 GUIDAGE EN ROTATION
1. Généralités :
La solution constructive qui réalise une liaison pivot est appelée guidage en rotation.
On appelle généralement arbre le contenu, logement ou alésage le contenant.
On peut faire apparaître la décomposition fonctionnelle suivante :

2. Architecture des guidages en rotation


2.1. Définition de la fonction
Le guidage en rotation en phase d’utilisation doit assurer les fonctions suivantes :
 Positionner l’arbre et le logement : notions de jeu et de précision de guidage ;
 Permettre un mouvement relatif (rotation) : notions de rendement et de vitesse de rotation ;
 Transmettre les efforts : dimensionnement des pièces et durée de vie du montage ;
 Résister au milieu environnant : fiabilité, matériaux, étanchéité, protection, etc…
 Etre d’un encombrement adapté (voire minimal) ;
 Minimiser les niveaux de bruit et de vibrations.
2.2. Principes de réalisation
Pour guider en rotation un sous-ensemble cinématique, il faut en général une ou plusieurs portées, et des
arrêts axiaux (épaulements fixes ou rapportés).
Il est possible de n’avoir qu’un palier long (L/D>1,5) :

(1 liaison pivot glissant)


Mais on peut aussi avoir recours à deux paliers courts (L/D<0,8) :

(2 liaisons sphères cylindres)


ISET Sousse Page 104
Hatem KHOUAJA
Dans certains cas d’arbres longs et/ou de rigidité exigeante, on peut utiliser des solutions où le nombre de
paliers est supérieur à deux.
Dans d’autres cas, le contact prépondérant est plan, on parle alors de butées :

Pour réaliser une liaison pivot, et non pas une liaison pivot glissant, il faut disposer d’arrêts axiaux.
Plusieurs solutions sont possibles et en particuliers :

Les arrêts axiaux sont basés sur l’utilisation d’épaulements ou d’éléments rapportés (rondelles, chapeaux,
circlips, entretoises, etc.).

ISET Sousse Page 105


Hatem KHOUAJA

2.3. Comparatif entre les différents types de solutions techniques


Frottement Roulement
Contact direct Paliers lisses Roulements à billes

Aisé de réalisation, peu onéreux. Vitesses moyennes, guidage Gamme de vitesse importante,
Pas d’actions mécaniques et de précis. charges
vitesses Pas d’entretien. lourdes, guidage très précis.
importantes (frottements, usure). Inadapté pour les vitesses Montage et conception plus
importantes (supérieures à 4000 complexe.
tour/min). Lubrification donc… étanchéité
⇒ Coût !

vitesse effort
précision
admissible transmissible

contact direct - -- -

interposition
une bague de + + +
frottement

interposition
d'éléments ++ ++ +++
roulants

3. Contact direct :
Les deux sous-ensembles cinématiques sont en contact suivant une surface en général cylindrique obtenus
habituellement par tournage.
Deux arrêts axiaux suppriment le degré de liberté restant en translation. C’est une solution économique mais
très dissipatrice d’énergie.
Elle convient pour des mécanismes non exigeants (actions mécaniques faibles, mouvements de réglage,
faible débattement, faible vitesse).
Deux configurations sont principalement utilisées :

ISET Sousse Page 106


Hatem KHOUAJA

Montage en « porte à faux » Montage en « chape »


Notons la présence obligatoire d’un jeu fonctionnel (axial et radial, ajustement glissant).
4. Bagues de frottement :
Le principe du contact direct est amélioré en interposant des bagues de frottement qui
vont :
- Diminuer le coefficient de frottement
- Augmenter la durée de vie de l’arbre et du logement
- Diminuer le bruit
- Reporter l’usure sur les bagues.
Parmi les bagues de frottement, on retrouve principalement les coussinets et les articulations
sphériques.
4.1. Coussinets (ou paliers lisses)
Les coussinets sont des bagues cylindriques en bronze ou en
matière plastique, épaulée ou non.
Ils sont montés "serré" dans l’alésage et "glissant" au niveau de
l'arbre.
Certains coussinets sont autolubrifiants : ils sont obtenus par
frittage (compression de poudre à température élevée) et sont
donc poreux. Les porosités contiennent du lubrifiant qui, sous
l’effet centrifuge du mouvement, est aspiré et forme un coussin
d’huile. A l’arrêt, le lubrifiant reprend sa place par capillarité.

4.2. Articulations sphériques :


Une articulation sphérique est comparable à une liaison
rotule. Elle est constituée de deux bagues aux surfaces
sphériques complémentaires. Ces composants
permettent de corriger des défauts au niveau des arbres
: alignement, flexion,…

ISET Sousse Page 107


Hatem KHOUAJA

4.3. Composants du commerce


On trouve trois familles de composants : les coussinets autolubrifiants, les coussinets composites et les
coussinets polymères.
a. Les coussinets autolubrifiants
Ils sont en métal frittés à base de bronze (le plus souvent) ou d’alliages ferreux, poreux (15 à 35 % en
volume) avec incorporation de lubrifiant dans les porosités.

Pour un coussinet en bronze :


- Vitesse linéaire maxi : 6 m/s
- Charge statique maxi : Padm=18 Mpa ;
- Produit PV : (PV)adm=1,8 Mpa.m/s
b. Les coussinets composites type glacier
Ils peuvent fonctionner à sec ou avec un léger graissage pour des vitesses linéaires inférieures à 3 m/s.
Ils sont constitués de plusieurs couches, la base est un support en acier ou bronze.
La couche frottante est en bronze fritté, les pores sont remplis de PTFE avec additif antifriction (Plomb) ou
de résine acétal (POM), dans ce deuxième cas, des alvéoles sont réalisées afin d’accueillir la graisse.

c. Les coussinets polymères


On les trouve en Nylon, résine acétal ou PTFE (polytétrafluoroéthylène, téflon).
Ils sont très sensibles au fluage.
Ils sont surtout utilisés lorsqu’il est nécessaire d’avoir une grande résistance chimique.

ISET Sousse Page 108


Hatem KHOUAJA

Coussinets
Pour un coussinet en nylon :
- Vitesse linéaire maxi : 2 m/s
- Charge statique maxi : Padm=80 Mpa ;
- Produit PV : (PV)adm=0,2 Mpa.m/s
III.3. Conception des liaisons
Généralement, l’arbre tourne et l’alésage est fixe, le coussinet doit donc être monté serré dans l’alésage et
glissant avec l’arbre.
Les constructeurs préconisent alors des tolérances de type :
- Ø H7 pour l’alésage (m6 pour le diamètre extérieur du coussinet) ;
- Ø f7 pour l’arbre (H7 pour le diamètre intérieur du coussinet).
Ces tolérances sont en fait légèrement variables en fonction du type de coussinet Lors de la conception et du
dessin d’un guidage en rotation par contact direct ou par interposition de coussinets, les ajustements doivent
être notés et les jeux doivent être spécifiés.
Pour pouvoir passer des charges axiales, il faut utiliser des coussinets à collerette. Les coussinets
cylindriques ne servent qu’à transmettre des charges purement radiales.

ISET Sousse Page 109


Hatem KHOUAJA

5. Les roulements :
5.1. Les éléments roulants.
En remplaçant le frottement (glissement) par du roulement, on diminue la puissance absorbée. Le rendement
du guidage en rotation est amélioré. Pour cela, il suffit d'interposer des éléments roulants (billes, rouleaux ou
aiguilles) entre deux bagues.
On retrouve les éléments suivants :
- la bague extérieure (1), liée à l'alésage
- la bague intérieure (2), liée à l'arbre
- la cage (3), qui assure le maintien des éléments roulants
- les éléments roulants (4)

5.2. Typologie des roulements :


Il existe différents types de roulements que l'on peut classer en fonction du type de charges supportées
(radiales, axiales, combinées).

ISET Sousse Page 110


Hatem KHOUAJA

5.3. Montage des roulements :


a) Serrage des bagues
Pour minimiser le phénomène de laminage (écrasement de matière) entre les surfaces soumises à des
charges importantes, il faut supprimer le jeu au niveau de la bague tournante par rapport à la charge. On
retiendra :
 La bague qui tourne par rapport à la direction de la charge appliquée sur le roulement est ajustée avec
serrage. Cette bague doit être complètement immobilisée axialement.
 La bague fixe par rapport à la direction de la charge appliquée sur le roulement, doit être ajustée avec
jeu. Elle doit assurer le positionnement axial de l’ensemble tournant par rapport à la partie fixe.

ISET Sousse Page 111


Hatem KHOUAJA

b) Mise en place des arrêts en translation

ISET Sousse Page 112


Hatem KHOUAJA

D'une manière générale, il faut éviter toute fixation surabondante. Les deux règles suivantes doivent être
respectées :
1) Toute bague montée serrée auras 2 arrêts axiaux => 4 arrêts axiaux sur les bagues serrées pour un couple
de roulement.
2) Pour un couple de roulement, il y aura en tout 2 arrêts axiaux sur les bagues montées glissantes.
Le tableau suivant propose des associations possibles d’arrêts axiaux, à titre d’exemples.

ISET Sousse Page 113


Hatem KHOUAJA

6. MONTAGE DES ROULEMENTS :


6.1. MONTAGE DES ROULEMENTS A BILLES A CONTACT RADIAL :
er
1 cas : ARBRE TOURNANT par rapport à la charge :
 Ajustements :
- Les bagues intérieures tournantes sont montées
SERREES : Tolérance de l’arbre : k6
- Les bagues extérieures fixes sont montées
GLISSANTES : Tolérance de l’alésage : H7
 Arrêts axiaux des bagues :
- Les bagues intérieures montées serrées sont arrêtées
en translation par quatre obstacles : A, B, C, D
- Les bagues extérieures montées glissantes sont
arrêtées en translation par deux obstacles : E et F

2nd cas : ALESAGE (moyeu) TOURNANT par rapport à la charge


 Ajustements :
- Les bagues intérieures fixes sont montées
GLISSANTES : Tolérance de l’arbre : g6
- Les bagues extérieures tournantes sont montées
SERREES : Tolérance de l’alésage : M7
 Arrêts axiaux des bagues :
- Les bagues intérieures montées glissantes sont
arrêtées en translation par deux obstacles : E et F
- Les bagues extérieures montées serrées sont arrêtées
en translation par quatre obstacles : A, B, C, D

ISET Sousse Page 114


Hatem KHOUAJA
6.2. MONTAGE DES ROULEMENTS A ROULEAUX CONIQUES :
Ces roulements doivent être montés par paire et en opposition (roulements montés en sens inverse).

1er cas : ARBRE TOURNANT par rapport à la charge MONTAGE DIRECTE EN « X »


Montage appelé en « X » car les perpendiculaires aux chemins de roulement dessinent un « X »
 Ajustements :
- Les bagues intérieures tournantes sont montées
SERREES : Tolérance de l’arbre : m6
- Les bagues extérieures fixes sont montées
GLISSANTES : Tolérance de l’alésage : H7
 Liaisons axiales des bagues :
- Les bagues intérieures avec l’arbre : Obstacles A et B
- Les bagues extérieures avec l’alésage : Obstacles C
Réglage axial du jeu du montage en D

2nd cas : ALESAGE (moyeu) TOURNANT par rapport à la charge MONTAGE INDIRECTE EN «O»
Montage appelé en « O » car les perpendiculaires aux chemins de roulement dessinent un « O »
 Ajustements :
- Les bagues intérieures fixes sont montées
GLISSANTES : Tolérance de l’arbre : f6
- Les bagues extérieures tournantes sont montées
SERREES : Tolérance de l’alésage : P7
 Liaisons axiales des bagues :
- Les bagues intérieures avec l’arbre : Obstacles C
Réglage axial du jeu du montage en D
- Les bagues extérieures avec l’alésage : Obstacles A
et B

ISET Sousse Page 115

Vous aimerez peut-être aussi