Vous êtes sur la page 1sur 54

EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS

DE LA CENTRALE DE DJOUM

Figure 2.1: comparaison des coûts initiaux et d’exploitation entre PV et groupe diésel, cas
d'une station de télécommunication de puissance 10 KW [34]................................................12
Figure 2.2cellule photovoltaïque..............................................................................................14
Figure3.2.3: panneau photovoltaïque constitué par Np branches en parallèle chacune avec Ns
Cellules en série........................................................................................................................14
Figure 3.2.4: Influence de l’éclairement (a) et de la température (b) sur les caractéristiques de
la cellule photovoltaïque...........................................................................................................15
Figure 3.2.5: Caractéristique courant/Tension/Puissance d’un panneau PV............................16
Figure 3.2.6: Caractéristiques puissance-tension d’un générateur PV.....................................16
Figure 3.2.7:Système de supervision [15].................................................................................18
Figure 3.2.8: Système hybride PV - Diesel série......................................................................20
Figure 3.2.9: Système hybride PV - Diesel commuté...............................................................21
Figure 3.2.10:Système hybride PV - Diesel parallèle...............................................................22
Figure 3.2.11: Courbe du rendement d’un moteur diesel ayant une puissance nominale de 75
kW.............................................................................................................................................24
Figure 3.2.12:Processus général d‘évaluation de performances...............................................29
2.13Aperçu des méthodes d'évaluation de performances . (Etabli à partir de [33]–[35])
.........................................................................................................Erreur ! Signet non défini.
Figure 3.1: Etapes de L'évaluation des performances d'un système de production d'énergie. .34
3.2 Comparaison de différentes méthodes d‘analyse fonctionnelle (ISdF, projet N°1/91, 1991)
[89]............................................................................................................................................36
3.3 Méthodologie générale d‘analyse fonctionnelle externe....................................................37
3.4Principales étapes de la construction d‘un modèle de comportement jusqu‘à son
exploitation...............................................................................................................................39
3.5Représentation schématique du modèle, des variables et des paramètres...........................41
3.6Eléments du milieu extérieur du système de production d‘électricité hybride PV/DIESEL
...................................................................................................................................................43
Figure 3.7:schéma fonctionnel du système de production hybride solaire photovoltaïque-
diesel.........................................................................................................................................45

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

1
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Introduction Générale.................................................................................................................4
Chapitre 1 : CONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE...................................................................7
Contexte..................................................................................................................................8
Problématique..........................................................................................................................9
État de l’art............................................................................................................................10
Chapitre 2 : Les généralités sur les systèmes d’énergie hybride PV/Diesel.............................11
Définition..............................................................................................................................12
Description technique des composants des systèmes hybrides PV/Diesel avec stockages...13
Générateurs photovoltaïques.............................................................................................13
Générateur diesel...............................................................................................................16
Les systèmes de stockage..................................................................................................17
Système de supervision.....................................................................................................18
Convertisseur.....................................................................................................................18
Charges..............................................................................................................................18
Configuration des SEH [16]..............................................................................................19
Problèmes rencontrés dans le fonctionnement des SEH.......................................................23
Commande des SEH..............................................................................................................26
Stratégie de fonctionnement..................................................................................................26
Gestion du stockage..............................................................................................................27
Qualité de l’énergie électrique produite par les SEH............................................................28
Revue des approches méthodologiques d’évaluation des performances de systèmes
énergétiques...........................................................................................................................29
Méthodes d’identification des critères et indicateurs d’évaluation...................................29
Méthodes d’évaluation de performances et de la durabilité..............................................30
Chapitre 3 : METHODOLOGIE...............................................................................................33
Cadre méthodologique global...............................................................................................34
Méthode de définition des critères d’évaluation de performances....................................34
Méthode d’évaluation des critères de performances.........................................................38
Méthodologie d’évaluation des performances et de la durabilité des systèmes de production
d’électricité hybride PV /DIESEL.........................................................................................43
Définition des critères d’évaluation de performances.......................................................43
Description du système de production d’électricité hybride PV/DIESEL........................44
Quantification des critères de performance.......................................................................45
Chapitre 4 : RÉSULTATS ET COMMENTAIRES.................................................................49
Présentation de DJOUM........................................................................................................49

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

2
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Présentation de la centrale de DJOUM.................................................................................49


Résultats et commentaire......................................................................................................50
Taux de disponibilité de la centrale de DJOUM...............................................................50
Autonomie en combustible................................................................................................51

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

3
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Introduction Générale

Le Cameroun sous l’impulsion du chef de l’Etat, son Excellence Paul BIYA, s’est fixé
pour objectif majeur l’atteinte de son émergence à l’horizon 2035. La croissance nécessaire

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

4
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

pour l’accomplissement de cet idéal passe inéluctablement par une offre énergétique
abondante et de qualité. C’est dans cette optique que le gouvernement a mis sur pied le plan
de développement à long terme du secteur de l’électricité Horizon 2030 (PDSE 2030), qui par
ces prévisions, juxtapose les énergies fossiles et renouvelables pour l’équilibre de la balance
offre-demande énergétique au Cameroun.

Le mode d’électrification le plus fréquent est l’extension des réseaux. Cependant, les
progrès réalisés dans ce domaine sont restés techniquement et économiquement peu efficaces
pour l’approvisionnement des zones rurales du pays. Cela est dû notamment à l’éloignement ;
à la faible densité démographique et à la faible demande énergétique des populations de ces
zones. Par conséquent, l’électrification décentralisée (offre hors réseau) a été considérée
comme une solution alternative avec l’utilisation conventionnelle des énergies d’origine
fossile dans des générateurs diesel. Cependant, ce mode de production d’électricité est affecté
par l’augmentation constante des prix des combustibles fossiles, les difficultés de transport et
de distribution des carburants en zone rurale. En outre, l’utilisation des combustibles fossiles
est une source d’émission des gaz à effet de serre dans l’environnement, renforçant ainsi le
réchauffement climatique. L’Etat du Cameroun a donc procédé à l’hybridation photovoltaïque
de deux centrales thermiques isolées (LOMIE et DJOUM).

L’Agence de la Régulation du Secteur de l’électricité étant chargée du control et du


suivi des indicateurs de performance des opérateurs, notamment des installations de
production. Notre travail consistera donc à l’évaluer les performances de la centrale
hybride PV/Diesel de DJOUM. Dans le présent mémoire, nous présentons toutes les
démarches à suivre pour la réalisation de ce projet. Cette étude se propose donc de présenter :

 Le chapitre 1 intitulé « Contexte et Problématique » qui présente l’origine de


notre projet, ensuite les problèmes à résoudre ainsi que les différentes
questions qu’il pose et enfin les moyens qui existent pour les résoudre.
 Chapitre 2 : intitulé « les généralités sur les systèmes d’énergie hybride
PV/Diesel ». Il s’agira dans cette partie de faire une revue de la bibliographie
ainsi que de la présentation des hypothèses explicatives ;
 Le chapitre 3 : intitulé « Méthodologie » s’attèle sur la description des voies
que nous avons suivi pour la résolution des problèmes posés précédemment.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

5
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

 Le chapitre 4 : intitulé « Résultats et Commentaires » donne et analyse les


résultats obtenus au cours de cette étude.
 Notre étude se terminera par une conclusion et des perspectives.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

6
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Chapiter 1: CONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE

1.1 Contexte

La vision du Cameroun est d’être un pays émergent à l’horizon 2035. C’est l’objectif
de l’Etat fixé dans le document stratégique pour la croissance et l’emploi (DSCE) [3]. Ce

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

7
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

document est un guide d’évolution des différents secteurs d’activités du pays dans le but
d’atteindre le niveau des pays industrialisés. La demande en du secteur publique, qui
augmente en moyenne de 6% par an est estimée à 7GWhs [3]

Au vu de tout ceci et dans le but d’assurer sur le long terme la sécurité


d’approvisionnement en énergie électrique du pays au moindre coût, le gouvernement a
élaboré un plan de développement du secteur de l’électricité à l’horizon 2030 (PDSE 2030).

Le PDSE 2030 tient compte de l’évolution de la demande des secteurs public et


industriel. Il définit pour les différents scénarios de demande retenus, le programme
d’investissement optimal des moyens de production pour le pays, qui tire le meilleur parti du
riche potentiel hydroélectrique, du potentiel thermique, solaire et ainsi que des réserves de gaz
naturel dont regorge le Cameroun.

Pour combler les déficits énergétiques, le gouvernement camerounais a mis en place le


programme thermique d’urgence en 2011. Le pays voulait atténuer les pénuries d’électricité à
partir des centrales thermiques fonctionnant au diesel ou au fioul. Cependant, les centrales
thermiques isolées sont confrontées aux problèmes de disponibilité du combustible et ont du
mal à respecter les contraintes environnementales sur la pollution.

Le Cameroun de par sa position géographique regorge un climat diversifié avec un


ensoleillement inégalement réparti sur tout le territoire. Il varie de 5,48 kWh/m 2/J dans sa
partie sud à 6 kWh/m2/J [4] dans les régions septentrionales. À cet effet, le gouvernement a
signé des memoranda d’entente avec plusieurs entreprises chinoises pour la construction de
plusieurs centrales photovoltaïques. Celles-ci vont permettre de produire 500 mégawatts
d’énergie électrique à partir des sources d’énergie solaire.

Ce pendant le potentiel solaire n’est exploitable qu’en journée où l’ensoleillement est


favorable. Pour les systèmes solaires sans stockage d’énergie, l’accès à l’énergie est
conditionné par le niveau d’ensoleillement. D’où la nécessité de mettre en place une solution
qui va combiner une source d’énergie solaire et une centrale thermique au Diesel afin
d’assurer une continuité d’énergie quel qu’en soit le niveau d’ensoleillement.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

8
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

1.2 Problématique

Le concept de production décentralisée a encouragé le développement des moyens de


production d’origine renouvelable. La dynamique actuelle montre l’intégration de ces types
d’énergie (solaire, éolienne, hydraulique, etc.) dans les systèmes électriques isolés ou
connectés au réseau (systèmes insulaires ou réseaux villageois). Ceci se fait en association
avec l’usage des ressources conventionnelles. Le Cameroun a enregistré plusieurs centrales
hybrides à travers son territoire. Dont celles de DJOUM et de LOMIE.

L’association de plusieurs sources d’énergie offre une certaine fiabilité au système


global mais pose aussi plusieurs problèmes, entre autres :

 Nécessité de chercher la configuration optimale du système,


 Choisir correctement la taille de chaque composant du système,
 Optimisation de la gestion de l’énergie au sein de ce système.

Il sera question pour nous dans ce mémoire d’évaluer les performances de la centrale
hybride de DJOUM.

Pour mener à bien notre travail, il sera nécessaire de répondre aux questions
suivantes :

 quels sont les critères appropriés à l’évaluation des performances de la centrale


de DJOUM ?

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

9
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

1.3 État de l’art

Depuis quelques années, les systèmes hybrides ont montré leurs importances dans la
production d’électricité à moindre coût. C’est ainsi que plusieurs recherches ont déjà été faites
dans le but d’évaluer les performances de ces systèmes.

C’est ainsi que Mme Georgette FUMTCHUM du Cameroun a travaillé sur <<
EVALUATION TECHNIQUE DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE
HYBRIDE SOLAIRE PV/GROUPE ELECTROGENE SANS STOCKAGE >> son étude
repose sur un ensemble d’essai à partir des quels elle fait ressortir les critères de performances
qu’elle a définie. Cependant, une méthode expérimentale n’est pas exploitable sur toutes les
centrales hybrides dans la mesure où certaines d’entre elles ne peuvent être soumises à des
essais pour des étude.

De plus, son étude est basée sur l’analyse comportemental du groupe électrogène en
régime dynamique et de l’impact de l’intégration de système solaire à une centrale thermique.
Mais cette étude ne met pas en exergue un des principaux facteurs d’un système de production
d’électricité décentralisé au Cameroun qui est la continuité de service.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

10
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Chapitre 2 : Les généralités sur les systèmes d’énergie hybride PV/Diesel

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

11
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

2.1. Définition

D’un point de vue général, un système hybride de production d’énergie est celui qui
combine plusieurs sources d’énergie disponibles.

En particulier, les applications hybrides à base de solaire photovoltaïque combinent le solaire


avec une ou plusieurs autres sources.

Le plus important étant de satisfaire la demande en énergie, les systèmes hybrides doivent
prendre en compte les options suivantes :

 Utilisation d’une ou de plusieurs sources d’énergies renouvelables ;


 Option avec ou sans stockage d’énergie ;
 Option avec ou sans groupe(s) électrogène(s) ;
 Option connectée à un réseau de distribution électrique ou isolée.

Le choix de plusieurs sources d’énergies renouvelables pour constituer un système


hybride est conditionné par leurs disponibilités sur le site d’implantation dudit système. En
plus, il doit exister une complémentarité entre les différentes sources. Par exemple, le solaire
peut être combiné avec un groupe électrogène.

Ce scénario est intéressant car le générateur photovoltaïque et le groupe électrogène


présentent des caractéristiques complémentaires : le coût initial pour le PV est élevé, comparé
à celui du groupe électrogène ; les coûts d’exploitation et de maintenance du PV sont faibles,
relativement à ceux du groupe électrogène ; l’énergie produite par le groupe électrogène est
disponible à tout moment, pendant que celle du PV varie en fonction de l’ensoleillement.

Figure 0.1: comparaison des coûts initiaux et d’exploitation entre PV et groupe diésel, cas
d'une station de télécommunication de puissance 10 KW [34]

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

12
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

2.2. Description technique des composants des systèmes hybrides PV/Diesel avec
stockages

Les panneaux photovoltaïques et les générateurs diesels sont souvent utilisés dans les
SEH. Ceux-ci peuvent aussi inclure d’autres sources d’énergie comme les éoliennes, l’énergie
hydraulique, marémotrice, géothermique ou l’énergie contenue dans hydrogène (piles à
combustible). Les convertisseurs, les charges et une forme de gestion de l’énergie peuvent
également faire partie d’un SEH. Les batteries sont habituellement utilisées pour le stockage
d’énergies, mais il existe d’autres options telles que le stockage inertiel (volant d’inertie) et le
stockage d’hydrogène. Une description des composants habituels des SEH est donnée ci-
après.

2.2.1. Générateurs photovoltaïques

Un générateur photovoltaïque est constitué à la base par des cellules photovoltaïques


(figure 15). Elles produisent de l’électricité du moment où elles sont exposées au
rayonnement solaire. Elles ne polluent presque pas, n’ont aucune pièce mobile, ne nécessite
pratiquement aucun entretien et ne produisent aucun bruit. La cellule photovoltaïque est donc
un moyen sûr et écologique de produire de l’énergie. La plupart des cellules PV mesurent
autour de 100 cm2 et ne produisent qu’une très faible puissance électrique, typiquement de 1
à 3 W avec une tension de moins d’un volt [7].[8].[9]. Pour constituer des générateurs
fournissant un courant et une tension continus suffisants pour être utilisés, les cellules sont
regroupées en panneaux (modules). Par exemple, un panneau produisant 12 volts peut
regrouper entre 30 et 40 cellules selon le fabricant. L’association de ces panneaux en série
et/ou parallèle constitue le générateur PV. Il est dimensionné selon la puissance nécessaire
pour une installation donnée. Cependant, la constitution de ce générateur est, en soi,
relativement délicate, car un mauvais choix de couplage peut entraîner une perte non
négligeable de rendement

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

13
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Figure 0.2cellule photovoltaïque

Figure0.3: panneau photovoltaïque constitué par Np branches en parallèle chacune avec


Ns Cellules en série

Lorsqu’un photon ayant suffisamment d’énergie est absorbé par le semi-conducteur, il


produit la rupture d’une liaison de valence et libère ainsi un électron, ce qui crée un « trou »
positif [10]. Ces charges sont ensuite séparées par le champ électrique au niveau de la
jonction np, puis se dirigent vers les contacts électriques correspondants. En reliant les deux
couches, à travers un circuit électrique, on obtient un mouvement des électrons qui passent
d’une couche à l’autre et créent ainsi un courant électrique.

 L’influence de l’éclairement énergétique Ga et de la température Tc de la


cellule sur la caractéristique Ic –Vc de la cellule PV.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

14
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Figure 0.4: Influence de l’éclairement (a) et de la température (b) sur les caractéristiques
de la cellule photovoltaïque

La Figure ci-dessus montre l’augmentation logarithmique de la tension de


fonctionnement à vide avec l’éclairement, pendant que le courant de court-circuit est une
fonction linéaire de l’éclairement. L’influence de la température de la cellule sur les
caractéristiques Ic –Vc est illustrée dans la Figure 17(b). L’effet prédominant avec
l’augmentation de la température de la cellule est la diminution de la tension de
fonctionnement à vide ; la cellule est ainsi moins efficace. Le courant de court-circuit
augmente légèrement avec la température de la cellule.

 Optimisation du rendement énergétique du système PV

Comme il est montré dans la figure 4, il existe un seul point sur la caractéristique I-V
d’un panneau photovoltaïque pour lequel la puissance maximale est produite. Quand un
panneau est connecté directement sur une batterie (couplage direct), en général le point de
fonctionnement n’est pas le Point de Puissance Maximale (MPP maximum power point)
(Figure 18).

La puissance délivrée par les panneaux PV dépend de l’éclairement, de la température


et de la tension aux bornes [11] Ainsi, dans un système à couplage direct, le système PV doit
être surdimensionné pour assurer la puissance demandée par la charge.

Pour optimiser le rendement énergétique du système PV, une solution est l’utilisation
d’un MPPT (Maximum Power Point Tracker). Celui-ci permet de suivre le point de puissance
maximale en contrôlant la tension ou le courant PV indépendamment de la charge [12].

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

15
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Figure 0.5: Caractéristique courant/Tension/Puissance d’un panneau PV

Cependant, l’emplacement du PPM sur les courbes P-V n’est pas connu à priori. Il doit
être localisé par une méthode de calcul ou par un algorithme de recherche. La situation est
compliquée par le fait qu’entre le PPM, l’éclairement et la température, il existe une
dépendance non-linéaire :

Figure0.6: Caractéristiques puissance-tension d’un générateur PV

2.2.2. Générateur diesel

Dans le cas d’un système d’énergie renouvelable, la production d’énergie électrique


est réalisée en fonction des ressources (soleil, vent…) et non de la demande. Dans le cas des
installations autonomes, il est donc nécessaire de recourir au stockage ou d’ajouter un ou
plusieurs groupes électrogènes diesels. Quand plusieurs générateurs diesels fournissent de
l’énergie au réseau, ceux-ci sont connectés généralement à un bus à CA. Dans ce cas, un

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

16
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

système de commande doit être utilisé pour une distribution correcte de la puissance fournie
par les générateurs diesels. Ce système de commande peut prendre une variété de formes, le
plus répandu étant le système de commande numérique. Une approche est d’utiliser un seul
générateur pour fixer la fréquence (générateur maître) du réseau et laisser les autres tourner à
vitesse fixe (générateurs esclaves), donc fonctionner à un débit de carburant constant. Dans
les systèmes traditionnels, le débit de carburant est fixé manuellement par un opérateur. Avec
les commandes modernes, le débit peut être ajusté pour optimiser l’usage du carburant.

 Problèmes des Générateurs diesels

Il va sans dire que sous un même profil de charge, les systèmes hybrides PV/GE
consomment moins de combustible que les groupes électrogènes seuls. Cependant, l’avantage
économique réel de ces systèmes réside dans la réduction des frais d’entretien. Toutefois,
l’utilisation intermittente de groupes électrogènes est aussi responsable d’une certaine usure
[13] qui doit être réduite le plus possible par l’établissement de conditions appropriées de
mise en marche et de fonctionnement. Il existe peu de documentation dans la littérature quant
à la réutilisation de la chaleur perdue par les groupes électrogènes, mais c’est là un facteur
important pour leur exploitation dans un climat froid. L’application de nouvelles technologies
par exemple, celle faisant appel à un groupe électrogène à vitesse variable [11] et à un moteur
diesel pour démarrage sous un froid très prononcé peuvent augmenter de beaucoup l’efficacité
et la fiabilité de ces systèmes.

2.2.3. Les systèmes de stockage

Le stockage est souvent utilisé dans les petits systèmes hybrides afin de pouvoir
alimenter la charge pour une durée relativement longue (des heures ou même des jours). Il est
parfois aussi utilisé avec les SEH connectés à des grands réseaux de courant alternatif isolés.
Dans ce cas, il est utilisé pour éliminer les fluctuations de puissance à court terme [14] Le
stockage d’énergie est généralement réalisé grâce aux batteries. Les batteries sont, d’habitude,
du type plomb-acide. Les batteries nickel-cadmium sont rarement utilisées. Il y a d’autre
formes de stockage, mais peu utilisées, comme le pompage de l’eau, les volants d’inertie et le
stockage de l’hydrogène.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

17
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

2.2.4. Système de supervision

La plupart des systèmes hybrides comportent une certaine forme de commande. Les
chargeurs des batteries, par exemple, incluent souvent un système de commande pour
empêcher la surcharge des batteries ou que leur état de charge baisse trop. Les réseaux multi
diésel peuvent utiliser des méthodes relativement sophistiquées pour gérer les générateurs
diesels et régler le flux de puissance. Parfois, la commande est intégrée individuellement dans
chaque composant du système. Quelques exemples de commandes intégrées sont le
gouverneur de vitesse sur le moteur diesel, le régulateur de tension sur le générateur
synchrone du diesel ou la commande de l’éolienne. Un autre type de commande plus global
permet la surveillance de certains ou de tous les composants. Ce système de surveillance est
d’habitude automatique. Les fonctions spécifiques peuvent inclure la commande de
démarrage et d’arrêt des générateurs

Figure 0.7:Système de supervision [15]

2.2.5. Convertisseur

Dans un SEH, des convertisseurs sont utilisés pour charger des batteries de stockage et
pour transformer le CC en CA et vice-versa. Trois types de convertisseurs sont souvent
rencontrés dans les SEH : les redresseurs (réalisent la conversion CA/CC), les onduleurs
(réalisent la conversion CC/CA) et les hacheurs (réalisent la conversion CC/CC).

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

18
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

2.2.6. Charges

Les charges électriques rendent utile la puissance électrique. Il existe des charges à
caractère résistif et inductif. Les charges résistives incluent les ampoules à incandescence, les
chauffe-eaux etc. Les appareils utilisant des machines électriques sont des charges résistives
et inductives. Elles sont les principaux consommateurs de puissance réactive. Les charges à
CC peuvent avoir aussi des composants inductifs, mais les seuls effets introduits par ceux-ci
sont les variations transitoires de tension et courant pendant les changements dans le
fonctionnement du système.

2.2.7. Configuration des SEH [16]

Le champ photovoltaïque génère du courant continu, mais la consommation


domestique exige le plus souvent du courant alternatif, c’est pourquoi il est souvent nécessaire
d’adjoindre au système un onduleur. De cette façon, le générateur photovoltaïque travaille en
parallèle ou en alternance avec le générateur diesel. On distingue les configurations
suivantes :

 Système hybride PV - Diesel série


 Système hybride PV - Diesel commuté
 Système hybride PV - Diesel parallèle

Nous présenterons ci-après, les avantages et les inconvénients de chaque configuration.

 Configuration série

Dans cette configuration, l’énergie produite par le générateur diesel est d’abord
redressée et puis convertie de nouveau en alternatif pour être fournie à la charge, ce qui
implique des pertes de conversion significatives. Lorsque l’énergie produite par le champ
photovoltaïque et l’énergie stockée sont suffisantes pour répondre à la demande de la charge,
le générateur diesel est débrayé. La puissance en courant continu fournie par le champ et la
batterie est convertie en courant alternatif par un onduleur. De plus, il faut noter que dans la
plupart des systèmes de ce type, le rendement du système est diminué à cause du transit d’une
grande partie de l’énergie par la batterie, augmentant ainsi le nombre des cycles charge –
décharge.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

19
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Figure 0.8: Système hybride PV - Diesel série

Le régime de fonctionnement du générateur dépend d’une part de la demande


d’énergie et d’autre part, de l’état de charge de la batterie et de la production du champ PV.
La batterie se charge quand de l’énergie est produite en excès par le champ. Au contraire,
quand l’énergie produite n’est pas suffisante, alors la batterie se décharge. Le contrôleur
solaire prévient la surcharge de la batterie et sa décharge trop profonde. On peut également
faire appel à un convertisseur CC/CC (MPPT) qui permettra au générateur PV de fonctionner
à son point maximum de puissance. Le système hybride peut travailler de manière
automatique si on ajoute un système de mise en marche et arrêt du générateur diesel.

Les avantages sont :

- La puissance du GE peut être optimale lorsqu’il approvisionne la charge et


qu’en plus il charge la batterie jusqu’à un niveau de charge de la batterie de 70
- 80 %.
- Le système électrique est simplifié à cause de l’absence de changement de la
source d’électricité en courant alternatif.
- La mise en marche du générateur diesel ne provoque pas d’interruption de
l’alimentation de la charge.
- Grâce à l’onduleur, on peut obtenir différentes formes du courant selon les
besoins (sinusoïdal, carré,).

Les inconvénients sont :

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

20
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

- L’onduleur ne peut pas travailler en parallèle avec le générateur diesel, c’est


pourquoi il doit être dimensionné pour satisfaire la puissance de pointe de la
charge.
- La durée de vie de la batterie est diminuée à cause de l’augmentation du
nombre des cycles charge - décharge.
- Le rendement total du système est faible à cause des pertes de conversion dues
au fait que le générateur diesel ne peut pas fournir son énergie directement à la
charge.
- La détérioration de l’onduleur provoque l’arrêt complet de l’alimentation.

 Configuration commutée

Cette configuration est très fréquemment utilisée malgré ses limitations


opérationnelles. La charge peut être alimentée soit par le générateur diesel, soit par l’onduleur
alimenté par le photovoltaïque ou la batterie mais le fonctionnement en parallèle n’est pas
encore possible. La batterie peut être chargée de nouveau par le champ PV et le diesel.
L’avantage principal de cette configuration par rapport à la configuration série consiste dans
l’élimination de la conversion de l’énergie fournie par le générateur d’où l’élimination des
pertes supplémentaires de conversion. En principe, la puissance produite par le générateur est
supérieure à la demande de la charge et l’excès est utilisé pour la charge de la batterie.
Comme dans le cas précédent, le diesel est arrêté, lorsque la demande est faible et peut être
satisfaite par le champ photovoltaïque et la batterie. La complexité du système implique
l’utilisation d’un contrôle automatique à la place de la commande manuelle (Figure 22).

Figure 0.9: Système hybride PV - Diesel commuté

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

21
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Les avantages de cette configuration sont :

- Différentes formes du courant sont possibles, selon les besoins (sinusoïdal,


signal carré).
- Le générateur peut fournir l’énergie produite directement à la charge, ce qui
augmente le rendement du système et diminue la consommation de carburant.

Par contre, les inconvénients sont :

- Il y a une coupure instantanée, lors de la commutation des sources alternatives.


- Le générateur et l’onduleur sont dimensionnés pour la puissance pointe de la
charge, ce qui réduit leurs rendements en fonctionnement à faible charge.

 Configuration parallèle

Dans la configuration parallèle, toutes les sources peuvent alimenter la charge


séparément à faible et moyenne demande mais également suppléer les pointes en combinant
les sources. L’onduleur bidirectionnel peut fonctionner, soit comme un redresseur lorsqu’il y
a un excès d’énergie produite par le diesel pour charger la batterie, soit comme un onduleur,
pour transférer l’énergie fournie par le champ photovoltaïque ou par la batterie vers la charge.
Grâce à l’onduleur bidirectionnel, le système parallèle peut alimenter une charge supérieure à
la puissance nominale du générateur (Figure 23).

Figure 0.10:Système hybride PV - Diesel parallèle

Ce système possède deux améliorations par rapport aux configurations série et


commutée.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

22
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

L’association du générateur diesel et de l’onduleur permet l’alimentation d’une charge


supérieure à la charge alimentée par chaque élément seul. En principe, la capacité du système
est deux fois plus grande dans cette configuration. La possibilité de synchroniser l’onduleur
avec le générateur diesel permet une meilleure flexibilité du système et de plus, la puissance
nominale du générateur diesel peut être diminuée, ce qui augmente la partie de l’énergie
directement utilisée d’où on obtient une augmentation du rendement du système.

En utilisant un seul convertisseur comme onduleur et redresseur, on diminue le


nombre des éléments dans le système. De plus, les coûts du câblage et l’installation du
système peuvent être diminués par l’intégration de toutes les composantes dans une seule
unité, ce qui est avantageux, mais peut empêcher l’augmentation de la taille du système par
l’ajout de nouveaux composants si la demande en électricité augmente.

 Avantages :
- L’alimentation de la charge peut être faite d’une manière optimale.
- Le rendement du générateur diesel peut être augmenté.
- Le besoin d’une maintenance du diesel est réduit.
- Les puissances nominales des différents éléments peuvent être diminuées par
rapport aux puissances nominales dans les autres configurations, en alimentant
toujours la même charge.
 Désavantages :
- Le contrôle automatique est indispensable pour le fonctionnement du système.
- L’onduleur doit fournir un courant sinusoïdal pour que la synchronisation avec
le générateur diesel soit possible.
- Le fonctionnement du système n’est pas évident pour une personne non
formée. Dans ce mémoire, nous avons choisi d’étudier un système hybride
photovoltaïque fonctionnant selon la configuration parallèle.

2.3. Problèmes rencontrés dans le fonctionnement des SEH

Les systèmes d’énergie en site isolé rencontrent en général les mêmes problèmes que
les réseaux faibles [17] Ces difficultés, qui ne se présentent pas dans les grands réseaux
interconnectés, sont en général causées par :

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

23
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

 Les variations de l’énergie d’origine renouvelable (indépendamment de la


charge),
 Le manque de connaissances dans le domaine de la qualité de l’énergie en
réseau faible.

Compte tenu de la nature stochastique des sources d’énergie renouvelable, la difficulté


principale des SEH comportant ce type de sources est de pouvoir produire à chaque instant
l’énergie demandée par la charge. Le moyen le plus simple d’éviter une augmentation du
risque de ne pas satisfaire complètement la charge est de faire fonctionner les sources
d’énergie renouvelable et les générateurs diesels en parallèle, de façon continue (le générateur
diesel fonctionne sans arrêt) [18]

Dans ce type de fonctionnement, les sources d’énergie renouvelable agissent comme


une charge négative, en réduisant la charge moyenne des générateurs diesels. Ces derniers
peuvent fonctionner à une puissance très basse, mais l’économie de carburant est modeste à
cause du rendement très faible (en fonctionnement à vide, la consommation de carburant
s’estime à 25-30% de la consommation à pleine charge) [19] Ainsi, garder un moteur diesel
au régime de ralenti pour une demande de puissance nulle suppose une consommation de
carburant non négligeable.

Figure 0.11: Courbe du rendement d’un moteur diesel ayant une puissance nominale de 75
kW

Si l’énergie renouvelable est suffisante pour alimenter la plupart de la charge, la


quantité de carburant économisé peut alors être augmentée en faisant fonctionner les
générateurs diesels par intermittence [20] En fonctionnement intermittent, les générateurs

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

24
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

diesels démarrent et s’arrêtent en fonction de la variation de l’énergie renouvelable et de la


charge. Le nombre de cycles démarrage/arrêt des générateurs diesels peut, par conséquent,
être très élevé. Le problème dans ce cas est l’usure prématurée des GD et de leurs démarreurs
[21]. Un autre problème devant être pris en compte quand le générateur diesel fonctionne par
intermittence est le temps nécessaire pour le démarrage et l’arrêt. Le système peut, par
exemple, s’effondrer subitement pendant le démarrage du générateur diesel, si l’énergie
renouvelable diminue plus vite que le temps nécessaire pour la phase de démarrage.

Il arrive parfois que la production d’énergie renouvelable soit plus importante que la
consommation de la charge. Si l’excès d’énergie dans le réseau ne peut pas être éliminé, la
production d’énergie renouvelable doit alors être limitée ou même arrêtée. En général, les
systèmes sans stockage utilisent une charge de délestage pour maintenir l’équilibre
énergétique et la stabilité de la fréquence. D’autres applications nécessitent des systèmes de
commande supplémentaires pour maintenir la qualité de la tension. Tous ces dispositifs, tels
que les charges de délestage et les systèmes de commande, augmentent le coût
d’investissement qui peut ne pas être justifié par les avantages du système hybride. Seule une
stratégie de commande adéquate peut permettre d’intégrer de manière optimale différents
composants et donc de rendre le système rentable. Une autre perturbation qui peut poser des
problèmes est la surtension. Une surtension peut être causée par un court-circuit, l’arrêt d’une
charge importante ou la connexion d’un banc de condensateurs. Un inconvénient majeur dans
un SEH connecté en réseau triphasé isolé est le déséquilibre de tension entre les phases. Un
récepteur électrique triphasé déséquilibré ou des récepteurs monophasés déséquilibrés
alimentés par un réseau isolé triphasé peuvent conduire à des déséquilibres de tension. Ces
déséquilibres provoquent des couples de freinage parasites et des échauffements
supplémentaires dans les machines tournantes à CA.

Du point de vue de la continuité de la production et de la qualité de l’énergie, les


facteurs pouvant affecter le fonctionnement d’un SEH sont résumés ci-après :

 Les variations de la charge à long terme : les régions isolées avec des petits
réseaux électriques peuvent subir des changements rapides dans leurs besoins
en électricité (généralement, la demande augmente).

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

25
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

 Les variations de la charge à court terme : en général, la demande en électricité


varie beaucoup sur des intervalles de temps assez courts, de l’ordre de quelques
minutes. Des valeurs minimales sont suivies par des pics.
 Les ressources d’énergie renouvelable : les ressources comme le soleil et le
vent, sont stochastiques par leur nature, ont des caractéristiques locales et sont
très difficiles à prédire.
 Les perturbations du réseau : les défauts, tels que les courts-circuits, peuvent
non seulement arrêter les systèmes, mais aussi, au pire des cas, détruire certains
composants.

2.4. Commande des SEH

Le problème principal dans la commande de SEH est de pouvoir fournir l’énergie


demandée par la charge, malgré les grandes variations de l’énergie produite, tout en
maintenant la fréquence et la tension du bus à CA dans des limites acceptables. Les variations
de la production sont causées par la nature stochastique des ressources renouvelables.

Deux aspects principaux doivent être pris en compte dans la commande du SEH :

 La stratégie de fonctionnement, qui implique des décisions liées au flux


d’énergie à l’échelle de plusieurs heures ou jours et des actions pour améliorer
le fonctionnement du système, La qualité de l’énergie, à l’échelle des secondes
ou millisecondes. Cela concerne la stabilité de la fréquence et de la tension, les
protections, etc.
 La qualité de l’énergie, à l’échelle des secondes ou millisecondes. Cela
concerne la stabilité de la fréquence et de la tension, les protections, etc.

2.5. Stratégie de fonctionnement

La stratégie de fonctionnement est un algorithme qui permet au système de


supervision d’un SEH de décider combien et quels générateurs il faut mettre en marche,
quelles charges sont connectées et comment utiliser le stockage, si disponible [22] [23].

Le fonctionnement d’un SEH dépend des paramètres suivants :

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

26
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

 Le profil de charge : les variations diurnes, les variations saisonnières, les pics
et les creux, etc.
 Les caractéristiques des ressources renouvelables : les valeurs moyennes,
l’écart type, la fréquence des événements, les valeurs extrêmes, les variations
diurnes et saisonnières, etc.
 Les caractéristiques des générateurs classiques : le type de carburant, les
limites de fonctionnement, etc.
 La configuration du système : le nombre et les types de composants (les
sources d’énergie renouvelable, les sources classiques, les charges
contrôlables, les types de stockage, les convertisseurs de puissance, etc.).
 Les normes de qualité de l’énergie : les exigences en ce qui concerne les
variations de la fréquence et de la tension.

Par conséquent, certaines stratégies de fonctionnement peuvent être plus efficaces dans
des applications particulières, en fonction des objectifs du système et les caractéristiques
présentées ci-dessus. Une brève description de quelques stratégies de fonctionnement est
donnée ci-après :

2.6. Gestion du stockage

Deux types de stockage [24] sont utilisés dans les SEH : le stockage à court terme et le
stockage à long terme.

La stratégie de stockage à court terme, « Peak Shaving Strategy », permet de filtrer les
fluctuations des énergies renouvelables et/ou de la charge. Cette stratégie réduit également le
nombre de cycles démarrage/arrêt des générateurs diesels, donc la consommation de
carburant.

Le stockage à long terme, « Cycle Charge Strategy » est utilisé pour alimenter la
charge sur une période de temps plus longue. Cette stratégie, permet d’améliorer l’équilibre
énergétique et de réduire les cycles démarrage/arrête des GD et donc, la consommation de
carburant. Avec cette stratégie, le GD est arrêté jusqu’à ce que l’état de charge du système de
stockage atteigne un niveau minimal. Une fois ce seuil atteint, le GD redémarre et reste en
fonctionnement jusqu’à ce que l’état de charge du système de stockage atteigne un niveau
maximal et le cycle se répète encore une fois et ainsi de suite.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

27
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

 Gestion des charges

La stratégie de gestion des charges peut aussi être à court terme et à long terme [25]
Les deux types de stratégie utilisent les charges pour faire varier la demande d’énergie. Ainsi,
les charges sont connectées et déconnectées par ordre de priorité. Les pompes à eau et les
unités de désalinisation sont des exemples de charges différées de faible priorité en
fonctionnement normal. Les charges optionnelles sont toutes des charges ayant une utilité et
pouvant être utilisées durant l’excédent d’énergie qui autrement serait dissipé.

La stratégie de contrôle à court terme connecte et déconnecte les charges du système


en fonction du dépassement de certains seuils fixes pour la fréquence du bus à CA. Les
charges sont connectées de manière progressive, selon les variations de la fréquence. La
charge de délestage (dump load) est une charge spéciale dont la puissance peut être modifiée
en fonction de la déviation de fréquence. Elle peut aider à régler la fréquence du réseau dans
des conditions de surplus d’énergie

La gestion à long terme assure l’équilibre énergétique sur des intervalles de temps
importants. Les charges différées et optionnelles ont en général une priorité réduite pendant
une partie de la journée. Elles doivent être connectées seulement quand leur régime de priorité
est élevé. Dans le cas du pompage de l’eau, quand le niveau de l’eau dans le bassin est bas, la
pompe acquiert une priorité élevée et elle doit démarrer. La stratégie de gestion des charges
peut aussi être utilisée pour réduire les pertes énergétiques du GD.

 Réserve tournante

La réserve tournante est définie en [26] comme étant l’exigence du système de


commande définie par la capacité des générateurs classiques de couvrir les changements
immédiats causés par l’arrêt des générateurs d’énergie renouvelable et par l’augmentation
soudaine de la charge. En effet, la réserve tournante détermine la capacité instantanée de
réserve minimale du GD en fonction des prévisions de la production d’énergie renouvelable et
de l’évolution de la charge. Une réserve d’énergie doit être toujours disponible pour éviter
l’effondrement du système lors d’une réduction soudaine de la production d’énergie
renouvelable.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

28
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

2.7. Qualité de l’énergie électrique produite par les SEH

Le terme « qualité de l’énergie électrique » fait référence à la stabilité de la tension, à


la stabilité de la fréquence du réseau et à l’absence, dans le réseau électrique, de différents
phénomènes électriques (comme, par exemple, le flicker ou des distorsions harmoniques). La
figure 12 montre une classification de ces perturbations en fonction de leurs caractéristiques
[27]. Bien qu’il n’y ait pas de normes internationales spécifiques pour les systèmes de
génération en site isolé, les caractéristiques du réseau isolé doivent être semblables aux
caractéristiques des grands réseaux interconnectés. Les consommateurs qui sont connectés
aux réseaux isolés, tout comme ceux connectés aux grands réseaux interconnectés, utilisent
les mêmes appareils. Par conséquent, les exigences de qualité de l’énergie sont généralement
les mêmes.

2.8. Revue des approches méthodologiques d’évaluation des performances de


systèmes énergétiques

Comme indiqué à la Figure ci-dessous, l‘évaluation de performances se présente de


façon générale comme un processus qui fait apparaître un ensemble de tâches. Il commence
par la définition des options technologiques possibles suivie de l'identification des critères qui
permettent l‘évaluation et la comparaison des performances des différentes options
alternatives. Ces critères doivent donc être estimés quantitativement ou qualitativement pour
fournir les données d‘entrée à l‘évaluation de la durabilité pour la prise de décision [28].
L‘évaluation peut ainsi être définie comme « un processus qui vise à quantifier et/ou qualifier
un système grâce à toute information nécessaire à la construction de critères permettant
d’appréhender au mieux l’atteinte de l’ensemble des objectifs concernant ce système et jugés
pertinents dans le cadre d’une activité préalablement identifiée » [29].

Figure 0.12:Processus général d‘évaluation de performances

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

29
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

2.8.1. Méthodes d’identification des critères et indicateurs d’évaluation

Les critères selon Roy [24] correspondent à « tout effet ou caractéristique de


l‘alternative, susceptible d‘interférer avec les objectifs ou avec le système de valeurs d‘un
acteur du processus de décision en tant qu‘élément primaire à partir duquel il élabore, justifie
ou transforme ses préférences » Autrement, un critère est tout simplement un paramètre
permettant de distinguer les alternatives les unes des autres de façon quantitative ou
qualitative (exemple : quantité de combustible utilisé). Il s‘exprime sur une échelle continue
ou discrète sur laquelle on peut juger de la pertinence d‘une alternative par rapport à une
décision.

Cependant, établir un ensemble de critères d‘évaluation qui reflètent clairement les


dimensions de la durabilité et d'autres objectifs du projet est une tâche difficile et nécessite
plus d'attention [19]. Le défi ne découle pas de l'absence de critères pertinents en soi, mais du
processus de la traduction des objectifs de l'évaluation en critères pratiques et utiles pour
guider les décisions à différentes échelles [25]. En effet, la littérature en constante évolution
sur le sujet fournit des centaines de critères. Quelques revues sont fournies dans les références
[18], [26], [27].

Les méthodologies utilisées dans la plupart des études scientifiques pour définir les
critères d‘évaluation peuvent être regroupées en 3 approches, mais elles peuvent être
combinées: (i) une adaptation des critères de la littérature suivant des principes directeurs
préétablis (ii) une approche participative à travers des entretiens auprès de personnes
ressources (experts, chercheurs d‘université…) ou un groupe décisionnel ; et/ou (iii)
également de façon normalisée (par exemple en analyse de cycle de vie: norme ISO 14040).
Par ailleurs, les procédures de mise en œuvre peuvent être différentes d‘une étude à une autre.

Ainsi, une fois le contexte défini, il est nécessaire d‘avoir une méthode robuste qui
permet de recenser les fonctions attendues des systèmes énergétiques et donc les critères
associés.

2.8.2. Méthodes d’évaluation de performances et de la durabilité

Dans la littérature, une variété d‘approches méthodologiques sont proposées. Chacune


d‘elles a ses propres caractéristiques et limites. La classification de ces approches peut se faire
en fonction de plusieurs facteurs ou dimensions [33]–[36] dont :

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

30
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

 les caractéristiques temporelles, c'est-à-dire si la méthode est utilisée pour une


évaluation ex post ou descriptive ; ou si elle est utilisée pour prédire des
résultats futurs tels qu‘un changement de politique ou une amélioration dans un
processus de production ;
 le domaine d‘application ;
 la dimension évaluée , c‘est-à-dire si elle intègre les dimensions
environnementale, sociale et/ou économique.

On peut ainsi distinguer sur la base de ces facteurs, les catégories de méthodes
d‘évaluation suivantes : les méthodes basées sur les indicateurs, les méthodes monétaires, les
méthodes biophysiques, les méthodes intégrées [33]. La Figure ci-dessous donne un aperçu de
ces différentes méthodes d‘évaluation.

figure 0.13Aperçu des méthodes d'évaluation de performances . (Etabli à partir de [33]–


[35])

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

31
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

32
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

3. : METHODOLOGIE

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

33
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

3.1. Cadre méthodologique global

L’évaluation des performances est utilisée, soit pour concevoir un nouveau système (ou
modifier un système existant), soit pour piloter un système existant. On parle alors
respectivement de démarches d’évaluation a priori ou a posteriori. Dans le chapitre précédent,
nous avons constaté qu’il n’existe pas de méthodologie standard à l’évaluation des
performances.

La démarche méthodologique développée dans ce chapitre est résumée dans la figure ci-
dessous

Figure 3.14: Etapes de L'évaluation des performances d'un système de production


d'énergie

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

34
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

3.1.1. Méthode de définition des critères d’évaluation de performances

Selon le chapitre précédent : « Les méthodologies utilisées dans la plupart des études
scientifiques pour définir les critères d’évaluation peuvent être regroupées en 3 approches
différentes, mais peuvent aussi être combinées: (i) la sélection des critères dans la littérature
scientifique suivant certains principes tels que la mesurabilité, la précision…(ii) des
entretiens auprès de personnes ressources (experts du domaine académique ou industriel…)
et/ou auprès d’un groupe décisionnel (parties prenantes) au moyen de questionnaires; et (iii)
également de façon normalisée (par exemple en analyse de cycle de vie: norme ISO 14040)
».

Ainsi, en complément de ces démarches, nous proposons une nouvelle approche


générique basée sur l'analyse fonctionnelle (AF). Cette méthodologie ne traite pas
spécifiquement des questions liées aux systèmes énergétiques, mais elle couvre un spectre
suffisamment large pour nous aider dans la construction scientifique des réponses à notre
problématique (la définition des critères d’évaluation de performances du système de
production d’électricité).

3.1.1.1. Choix de la méthode d’analyse fonctionnelle : méthode APTE


L‘analyse fonctionnelle (AF) est un processus rationnel et systémique visant à
recenser, ordonner, caractériser, hiérarchiser et/ou valoriser les fonctions attendues d’un
produit ou d’un système par l’utilisateur » (NF X50-151). Ces fonctions doivent se
positionner en réponse à la finalité du système, préalablement identifiée [88]. Il existe deux
types d‘analyse fonctionnelle : l‘AF interne et l‘AF externe [88]. L‘AF externe (AFE)
s‘intéresse aux liens qui existent entre le système et les éléments de son environnement. Le
système de production est donc vu comme une « boîte noire ». Ainsi, dans notre travail, nous
avons opté pour une analyse fonctionnelle externe (AFE).

Il existe différentes méthodes pour réaliser une analyse fonctionnelle. Elles se


différencient par leur domaine d‘application, leurs objectifs et leur mode d‘exploitation. Les
critères utilisés pour choisir la méthode correspondant le mieux au besoin de notre étude sont
marqués en gris dans le tableau ci-dessous. Ce tableau montre que les méthodes FAST,
SADT, GRAFCET, MERISE couvrent uniquement l‘AF interne. Par contre, les méthodes
APTE (APplication des Techniques d‘Entreprises), RELIASEP, SART (Structured Analysis

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

35
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

for Real Time) permettent de réaliser à la fois l‘AF externe et interne. En outre, elles sont les
seules qui permettent de modéliser les interactions avec les milieux environnants. Par ailleurs,
on constate que parmi ces trois méthodes d‘AFE, RELIASEP n‘est pas adaptée à l‘analyse
d‘un système de production ; et SART n‘est que moyennement adaptée à l‘analyse d‘un
système de production ou d‘une organisation. SART n‘est adapté qu‘aux applications à fort
comportement dynamique. Ainsi, il ressort que la méthode APTE est la mieux appropriée
pour cerner le système et son environnement et identifier les critères d‘évaluation de
performances. Nous retenons donc la méthode APTE pour nos travaux.

3.15 Comparaison de différentes méthodes d‘analyse fonctionnelle (ISdF, projet N°1/91,


1991) [89]

3.1.1.2. Démarche de l’analyse fonctionnelle par la méthode APTE


La structure globale et les questions sous-jacentes de l‘approche sont résumées à la
Figure ci-dessous. Elle est déclinée en deux grandes phases : l‘analyse du besoin et
l‘expression fonctionnelle du besoin, et permet au final la rédaction du cahier des charges
fonctionnel (CdCF).

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

36
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

3.16 Méthodologie générale d‘analyse fonctionnelle externe

L‘analyse du besoin vise à identifier et à exprimer le besoin potentiel à satisfaire par le


système. Cette définition se base sur l‘état de notre connaissance de la situation de la zone
d‘étude et des conditions du projet. L‘expression fonctionnelle du besoin consiste à définir le
cycle de vie du système pour inventorier les éléments de son milieu environnant, à identifier
les relations (fonctions) entre couples d‘éléments extérieurs (fonction principale) à travers le
système de production et les interactions entre le système de production et les éléments de son
environnement extérieur(fonction service et contrainte) en répondant à la question suivante :
que fait réellement le système pour satisfaire le besoin des utilisateurs ? [90]. Ces fonctions
sont caractérisées et explicitées dans un document final intitulé « Cahier des charges
fonctionnel (CdCF). Caractériser les fonctions implique de définir pour chacune d‘elles les
critères d‘appréciation, les niveaux d‘acceptation correspondant à ces critères, le degré de
flexibilité sur les niveaux des critères. Au-delà du fait que l‘approche permet d‘identifier les
critères d‘évaluation, il faut souligner que le CdCF peut faciliter les échanges entre les parties
prenantes. Il peut également servir de document de travail et être mis à jour selon l‘évolution
des attentes tout au long du processus d‘évaluation et de prise de décision.
A la fin, l‘analyse peut faire apparaître un grand nombre de critères. Pour retenir les
critères les plus pertinents, nous avons établi quatre principes directeurs à partir de ceux

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

37
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

indiqués par [19], [91]. Une fois que les critères sont définis, l‘étape suivante consiste à les
évaluer.

3.1.2. Méthode d’évaluation des critères de performances

Dans cette phase, le but principal est de répondre à « comment évaluer les critères de
performances considérés » ? Il s‘agit alors de choisir un mode d‘évaluation approprié.
Diverses questions préalables ont orienté le choix méthodologique. Il s‘agit :
 du type d‘évaluation : sur un système existant « ex post » ou pour une étude de
préfaisabilité d‘un système envisagé , donc en situation « ex ante » ;
 de la finalité de l‘évaluation : pour un pilotage en temps réel ; pour servir
d‘aide à la décision dans le cadre d‘un projet étudié, etc.
 des échelles de l‘évaluation : spatiale, ou temporelle ;
 des contraintes de l‘évaluation : budget, temps, données disponibles.
Lorsqu‘il s‘agit de caractériser les performances d‘un système existant (évaluation ex
post), l‘approche la mieux indiquée et la plus précise consiste à collecter les informations en
condition réelle directement à travers des expérimentations, ou des études de terrain.
Cependant, ceci peut induire la mobilisation d‘importants moyens humains et financiers pas
toujours disponibles. En outre, cette approche est généralement limitée aux cas simples et ne
permet pas de prendre en compte le contexte du système à étudier, ni éventuellement de
prédire des phénomènes.

Dans le cas d‘une évaluation ex ante, le raisonnement peut être de deux types. On peut
s‘appuyer sur un ou plusieurs cas similaires au système à évaluer sur lesquels on dispose
d‘informations. Cependant, les difficultés peuvent être liées à la disponibilité de données
complètes et fiables. En outre, l‘évaluation ex ante présente les mêmes inconvénients que
l‘évaluation ex post pour prendre en compte le contexte du système. Le second raisonnement
est basé sur l‘utilisation des modèles pour évaluer les phénomènes ou les solutions
potentielles. Cette approche basée sur les modèles peut permettre d‘apprécier les interactions
entre éléments et d‘évaluer une variété de conditions rapidement et à moindre coût. Ainsi,
nous avons principalement orienté notre approche d‘évaluation des critères de performances
vers la modélisation. Toutefois, elle reste complémentaire avec des études expérimentales qui
permettent de valider au besoin certains phénomènes modélisés ou de définir certains
paramètres caractéristiques des modèles.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

38
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

3.1.2.1. Construction des modèles d’évaluation


Un modèle est une représentation simplifiée du comportement d‘un système réel plus
ou moins complexe ou d‘un phénomène sous une forme donnée, issue de son abstraction, et
satisfaisant un besoin associé à son utilisation [92]. Le comportement peut être physique,
chimique, économique, environnemental, etc.
L‘élaboration d‘un modèle jusqu‘à son exploitation nécessite un certain nombre
d‘étapes résumées sur la Figure ci-dessous.

3.17Principales étapes de la construction d‘un modèle de comportement jusqu‘à son


exploitation.

Il s‘agit d‘une part de poser le problème de la modélisation et le domaine d‘application et de


formuler les hypothèses ; et d‘autre part d‘élaborer le modèle et de le qualifier avant son
exploitation. La définition du problème permet de résumer les objectifs que l‘on cherche à

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

39
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

atteindre. La formulation des hypothèses conduit à l‘abstraction du modèle. La phase de


réalisation contribue à obtenir l‘écriture du modèle et la qualification mesure le niveau
d‘adéquation entre le modèle et le besoin attendu.

3.1.2.1.1. Problème posé et domaine d’application


La définition du problème permet de définir le besoin lié à la modélisation. Elle est
étroitement imbriquée avec l'étape de définition des critères (grandeurs physiques à calculer et
qui définissent les performances à simuler).

3.1.2.1.2. Hypothèses
Les hypothèses permettent de réduire le modèle aux éléments pertinents du système
d‘étude et de ce fait de restreindre son domaine d‘utilisation. Pour ainsi les énoncer, il faut
être capable de discerner les éléments, les phénomènes physiques pertinents du système à
évaluer en vue de sa représentation sous une forme physique donnée. De manière classique,
les hypothèses sont liées à des connaissances précises associées au système à étudier. Ces
connaissances peuvent être à caractère physique (comportements limités aux phénomènes
prépondérants mis en jeu), à caractère technologique (comportements spécifiques associés à
une gamme de fonctionnements possibles, géométrie, etc.). Elles peuvent être également liées
au contexte propre du système en étude (cahier des charges, environnement direct, etc.).
L‘identification des hypothèses suit un processus décliné en trois points [93] :

 analyser de façon précise le comportement du système à évaluer;


 identifier les variables et paramètres caractéristiques du fonctionnement ;
 définir les phénomènes physiques pertinents du fonctionnement du système
étudié.

Toutefois, il existe une notion de risque associé à la formulation d‘hypothèses quand


elles sont difficiles à justifier ou quand on n‘a pas de recul sur la connaissance du
comportement ou du fonctionnement du système. C‘est pourquoi les hypothèses sont souvent
issues de fréquentes constatations (expertise) et/ou de l‘expérience. Il faut souligner que cette
phase a une grande influence sur les résultats du modèle, car elle va conditionner la précision
liée à la représentation physique du phénomène à modéliser.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

40
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

3.1.2.1.3. Réalisation (choix du modèle)


C‘est la phase d‘expression du modèle à proprement parler. Elle est la plus complexe et la
plus longue. De manière générale, un modèle se formalise tel que présenté à la Figure ci-
dessous. Il fait essentiellement intervenir des variables et des paramètres.

3.18Représentation schématique du modèle, des variables et des paramètres

Les variables d‘entrée permettent de décrire le système ou le phénomène à modéliser.


Elles peuvent varier afin de décrire plusieurs configurations du système. Les paramètres sont
fixés et définissent le cadre du modèle. Ils sont liés aux hypothèses. Les variables de sortie
permettent de qualifier les performances du système ou des configurations du système.

Suivant les hypothèses et le niveau de modélisation désiré, une relation est écrite grâce
aux connaissances disponibles pour relier les variables d‘entrée aux variables de sortie. Ces
connaissances font intervenir soit notre connaissance propre, soit des bases de données, soit
des modèles existants. La littérature propose une variété d‘approches de modélisation avec
des caractéristiques différentes. Cependant, le choix des modèles est étroitement lié aux
phénomènes que l'on a préalablement caractérisés, et à l‘usage pour lequel il est envisagé
(simulation, dimensionnement…). C‘est un premier pas vers la construction d'un problème
mathématique dont la résolution, si elle est possible, conduira au résultat cherché.

3.1.2.1.4. Qualification
Le but est de vérifier l‘adéquation du modèle avec les objectifs de la modélisation et
de faire éventuellement le choix entre différents modèles. La qualification du modèle vise
également à vérifier son utilité, sa réutilisation éventuelle, son champ de validité, etc. Pour
atteindre ce but, quatre critères d‘appréciation intrinsèques à tout modèle sont établis par
Vernat [92] sous la dénomination PEPS (Parcimonie, Exactitude, Précision, Spécialisation).

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

41
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

 Parcimonie : Elle reflète la simplicité du modèle, sa facilité d‘utilisation et


d‘exécution. La parcimonie doit être aussi forte que possible ;
 Exactitude : elle mesure la distance entre les résultats donnés par le modèle de
simulation et les résultats observés sur un système réel. L‘exactitude est souhaitée
aussi forte que possible ;
 Précision : elle qualifie la certitude intrinsèque accordée aux résultats d‘un modèle.
Elle est souhaitée aussi haute que possible ;
 Spécialisation : elle caractérise l‘ensemble des informations qui restreignent le
champ d‘application du modèle du produit. Elle doit être aussi basse que possible.

Les trois premiers critères sont appliqués dans le choix de nos modèles. Le niveau de
parcimonie va conditionner l‘exploitation directe du modèle (temps de calcul, outil de
traitement du modèle utilisable ou non). L‘exactitude et la précision du modèle vont
conditionner la validité de l‘utilisation du modèle donc la validité des résultats. Lorsque la
qualification d‘un modèle existant n‘est pas satisfaisante, les hypothèses peuvent être revues
pour l‘adapter à l‘objectif de la modélisation.

3.1.2.1.5. Exploitation du modèle


C‘est l‘étape ultime de l‘évaluation où le modèle révèle toute son utilité. Théoriquement,
elle ne pose aucun problème lorsque les deux phases de réalisation et de qualification ont été
bien conduites. Cependant, les modèles ne sont utilisables que si l'on dispose d‘un logiciel de
traitement. C‘est un ensemble constitué :

 d'une méthode, c'est-à-dire d'une liste d'opérations à effectuer, dont l'application


permet de construire et de résoudre le problème mathématique défini par les modèles,
et de conduire au résultat ;
 et d'un calculateur, qui peut être un ordinateur ou un individu, qui applique la
méthode et effectue les calculs.

Il est souvent choisi parmi ceux dont on dispose. Toutefois, les critères qui soustendent ce
choix sont sa compatibilité avec l‘objectif de l‘étude, avec les théories et modèles
employés et l‘usage peu coûteux pour la simulation.

Une fois le modèle implémenté, il peut être résolu afin de générer des variables de sortie
en fonction des valeurs des variables d‘entrée et des paramètres. Par conséquent, il importe de
s‘assurer que les entrées pour lesquelles on exploite le modèle sont fiables.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

42
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Cette première partie du chapitre a décrit le cadre général pour élaborer la méthodologie
d‘évaluation des systèmes de production d‘électricité. A partir de ce cadre général, la
méthodologie pour l‘évaluation des performances des systèmes de production d‘électricité
hybride PV /DIESEL est développée. Elle porte sur la définition des critères d‘évaluation de
performances et des méthodes/modèles choisis pour leur estimation.

3.2. Méthodologie d’évaluation des performances et de la durabilité des systèmes de


production d’électricité hybride PV /DIESEL

Définition du problème : le besoin identifié est la production d‘électricité pour satisfaire des
besoins en milieu rural à partir d‘un système hybridé photovoltaïque-Diesel.

3.2.1. Définition des critères d’évaluation de performances

L‘analyse pour la définition des critères a considéré sur les phases d‘installation et
d‘utilisation (opération, maintenance). Ces choix se justifient par le fait qu‘une mauvaise
réalisation peut impacter négativement les performances du système et peut être à l‘origine de
la non-maîtrise des risques. La phase d‘utilisation constitue la période de valorisation du
système où des problèmes de pilotage peuvent constituer un verrou important pour le bon
fonctionnement de l‘installation.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

43
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

3.19Eléments du milieu extérieur du système de production d‘électricité hybride


PV/DIESEL

En s‘appuyant sur la littérature [95] – [97] mais également sur <<ANNEXE 2 À


L’AVENANT N°3 AUX CONTRATS DE CONCESSION ET DE LICENCE :
INDICATEURS DE PERFORMANCES ET DES PÉNALITÉS-MESURES
D’ACCOMPAGNEMENT>> l‘analyse a permis de considérer pour notre étude les
fonctions et critères indiqués dans le Tableau ci-dessous

1Fonctions du système de production et critères d'évaluation de performances associés.

Dimensions Fonctions Critères

Technique Assurer la production Taux de disponibilité


électrique
Autonomie en combustible

Économique Être économiquement Coût d‘investissement


attractif
Coût d‘opération
Coût de l‘électricité générée

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

44
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Environnemental Être respectueux de Production en CO2


l‘environnement naturel

Bien que les critères soient subdivisés en dimensions technique, économique,


environnementale, il faut souligner qu‘ils ne sont pas indépendants en raison des
interconnexions inhérentes entre différents problèmes de la durabilité.

3.2.2. Description du système de production d’électricité hybride PV/DIESEL

La description des systèmes de production d’électricité hybrides PV/DIESEL a été


faite au chapitre précédent. Ci-dessous nous présentons un schéma fonctionnel du système de
production hybride solaire photovoltaïque-diesel.

Figure 3.20:schéma fonctionnel du système de production hybride solaire photovoltaïque-


diesel

3.2.3. Quantification des critères de performance

3.2.3.1. Taux de disponibilité de la centrale de production


En 2021, ce taux est fixé à 90% pour les centrales hybrides
n

∑ ( ( SHi + RHi−EFDHi−EPDHi )∗IGCi )


i=1
Tdisponibilité = n

∑ PHi∗IGCi
i=1

SHi : les heures disponibles en fonctionnement du groupe i ;


RSHi : heures disponibles, mais à l’arrêt en réserve du groupe i ;

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

45
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

EFDHi : heures équivalentes de déclassement planifié (en fonctionnement ou à l’arrêt en


réserve) du groupe i ;
PHi : nombre total d’heures de la période considérée (jour, semaine ou mois)
IGCi : capacité installée du groupe i ,
 Condition et modalités de mesure : les paramètres ci-dessous définis proviennent
des relevés et enregistrements des données opérationnelles effectués pour chaque
groupe.
 Détermination des différents paramètres
- Heures disponibles en fonctionnement Shi : informations sont fournies par
l’opérateur qui exploite la centrale.
- RSHi : Ces données sont données par l’opérateur
- EPDHi : c’est le rapport entre le produit de la durée de déclassement à la
magnitude durant les heures de réserve (DDRPD) et de l’ampleur du
déclassement (DMW) durant la période de reserve par capacité installée (IGC)
- EPDHi : c’est le rapport entre le produit des heures de déclassement à la
magnitude lors des heures de service (DDR) et de l’ampleur du déclassement
(DMW) durant les heures de service par capacité installée (IGC).

3.2.3.2. Autonomie en combustible


Le taux de disponibilité des combustibles dans les centrales isolées se définit comme la
réserve en combustible permettant une autonomie de normal des groupes thermiques isolés.
Qte de combustible
disponibilité ( litres)
Comb
T disponibilité = consommation en combustible
L
en fonctionnement normal( )
jour
Condition et modalités de mesure : toutes les données opérationnelles nécessaires à
la validation de la consommation journalière devront être fournies, et notamment :
 Caractéristique de la charge
 Taux de charge des groupes
 Rendement des groupes
Les taux de disponibilité du combustible est fixé à 10 jours
3.2.3.3. Coût d'investissement
Le coût d‘investissement du système de production se rapporte aux dépenses initiales
nécessaires à sa mise en place. Il est la somme des coûts directs et des coûts indirects. Les
éléments pris en compte dans le calcul de ces coûts sont présentés dans le Tableau ci-dessous.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

46
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Tableau 2 : Eléments du coût total d‘investissement

Coût d‘investissement total Coûts directs Equipements de base + accessoires


Infrastructures et installation Coûts indirects Transport, taxes et assurances Ingénierie Stocks
de pièces de rechange Imprévus Formation et mise en service D‘une manière globale, le coût
des équipements de base dépend de la puissance installée du système de production qui se
répercute sur les différents coûts à prendre en compte. Cependant, la difficulté majeure
associée à l‘évaluation des coûts est souvent la disponibilité de données détaillées et
complètes pour la gamme de puissance désirée surtout dans les pays en développement. En
outre, dans le cadre des évaluations ex ante, les temps de cycle associés à la préparation et à
l'évaluation des propositions et à la négociation peuvent être importants. Des relations
d'estimation de coûts ont été donc adoptées pour rationaliser ces facteurs.

Pour des études préliminaires, les modèles habituels d‘estimation sont basés sur la «
méthode de Lang » ou la « méthode de facteur ». Le choix de l‘une ou de l‘autre de ces
méthodes dépend des données dont on dispose. La méthode de Lang est une méthode très
sommaire. Le coût d‘investissement de l‘installation est déterminé en multipliant la somme
des coûts d'achat des équipements principaux par un facteur groupé appelé facteur de
Lang afin de tenir compte de tous les autres coûts associés. Par contre, la méthode de facteur
considère les facteurs de coûts inclus dans le facteur de Lang individuellement. La méthode
de facteur apparait donc plus précise et plus explicite. Cette approche est adoptée dans cette
étude et le coût d‘investissement peut être ainsi exprimé par l‘expression

n
C inv=C Eq∗(1+ ∑ F i)
i=1

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

47
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Cinv: coût d‘investissement ;


Fi: facteur de coût spécifique à chaque élément du coût d‘investissement ;

CEq : Coût des équipements de base.

3.2.3.4. Coûts d’exploitation


Les coûts d‘exploitation correspondent aux dépenses liées au fonctionnement et à la
gestion du système de production. Ils sont subdivisés en coûts fixes et variables. Les coûts
fixes sont des dépenses pratiquement constantes d‘une année à une autre et qui ne varient pas
largement avec la variation du taux de production [139]. Dans ces coûts, il est inclus
principalement les coûts de maintenance et d‘entretien et le coût de remplacement de certaines
parties d‘équipements. Les coûts variables comprennent les coûts de la matière première et
des consommables et les coûts de main-d‘œuvre.

3.2.3.5. Coût de l’électricité générée


Nous retenons la méthode largement acceptée pour comparer l‘attractivité et la
compétitivité de différentes options technologiques : c‘est la méthode du levelized cost of
electricity (LCOE) qui permet de calculer le coût moyen de l‘électricité sur la durée de vie du
système. Le LCOE est déterminé lorsque la valeur actualisée de la somme des revenus
équivaut à la valeur actualisée de la somme des coûts pendant la durée de vie utile « N » du
système de production [140]. Ainsi, le coût de l‘électricité peut être déterminé par
l‘expression ci-dessous [141].

C inv +C exp
LCOE= N

∑ [ Enet∗(1+i)−n ]
n =1

LCOE : Coût moyen actualisé de l‘électricité générée ;


C inv: Coût d‘investissement ;
C exp: Coût d‘exploitation ;
Enet : Energie nette annuelle ; i : Taux d‘actualisation ; N : Durée de vie du système de
production d‘électricité.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

48
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

4. : RÉSULTATS ET COMMENTAIRES

4.1. Présentation de DJOUM

La localité de Djoum est située sur la route nationale RN9 à 108 km à l'est
de Sangmélima dans le département du DJA ET LOBO ; dans la région du SUD Cameroun.
En 2005, cette commune comptait plus de 18 000 habitants. La ville de Djoum est un centre
d'exploitation forestière, ce qui explique la présence d'une scierie à environ six kilomètres du
centre de l'agglomération. On y traite des essences exotiques telles que Sipo, Sapelli ,Okan,
Frake, Dibetou ou encore Iroko. C'est également le lieu de cantonnement de
la 111e Compagnie de combat et un centre du CIFAN (Centre d’instruction des forces armées
nationales). [32]

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

49
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

4.2. Présentation de la centrale de DJOUM

La centrale fonctionne simultanément avec le solaire et la thermique en journée, c’est- à


dire de 08h à 17h. Le projet comprend une centrale solaire de 186 kWc (kilowatts-crête)
couplée à une centrale thermique de 1115 KW.
C’est une centrale à injection directe, avec des onduleurs. Il est donc nécessaire que la
centrale thermique soit toujours en fonctionnement pour permettre à celle solaire de
fonctionner. Elle vient en appoint de la centrale thermique. L’installation fonctionne de
manière intelligente, grâce au Fuel Save Controller, élément central pour le système hybride
thermique-solaire tout en assurant l’équilibre entre les sources de production et la charge. [33]

La centrale hybride de DJOUM est composée de deux (02) champs photovoltaïques et


de quatre (04) groupes Diesel les caractéristiques techniques de la centrale sont :
 Solaire 1 de puissance installée de 200 Kw
 Solaire 2 de puissance installée de 125 kW
 G1 de puissance installée 320 kW
 G2=CAT C15 de puissance installée 400 kW
 G3=CAT C9 de puissance installée 200 kW
 G4= CAT 3412 de puissance installée 315 Kw

4.3. Résultats et commentaire

Les résultats des différents calculs sont donnés dans l’annexe 2 dans cette partie nous
présenterons les résultats sous forme graphique afin de faciliter les analyses

4.3.1. Taux de disponibilité de la centrale de DJOUM

 Centrale thermique

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

50
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

120%
Taux de disponilité de la centrale thermique
100%

80%

60%

40%

20%

0%
Janvier Février Mars Avril Mai
G1:SDMO J44OK G2: CAT C15 G3: CAT C9
EAF Thermique EAF Trajectoir

Comme noté sur cet histogramme, nous enregistrons 02 groupes sur 03 disponibles par
mois. La centrale thermique de DJOUM atteints les objectifs de disponibilités fixé à partir du
mois de Mars. Cette fonctionne principalement grâce au groupe G2 :CAT C15 qui est le
groupe qui produit est le disponible lors de cette période.

 Centrale solaire

Taux de disponibilité de la centrale solaire


120.00%

100.00%
Solaire 1
80.00% Solaire 2
EAF solaire
60.00%
Linear (EAF solaire)
40.00%

20.00%

0.00%
Janvier Février Mars Avril Mai

La centrale solaire a un taux de disponibilité décroissant. Cependant, les valeurs


trajectoires des centrales. Nous constatons également la disponibilité du système solaire. Mais
ce système ne peut être utile qu’en une certaine période de la journée : 10H pour le système
solaire 1 et 12H pour le système solaire 2.

 Centrale

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

51
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

120.00%
Taux de disponibilité de la centrale de Djoum
100.00%

80.00%

60.00%

40.00%

20.00%

0.00%
Janvier Février Mars Avril Mai

EAF centrale EAF solaire EAF Thermique EAF Trajectoire

Le taux de disponibilité de la centrale est atteint la trajectoire pour les mois de mars et
avril. En Mai, on constate la baisse considérable du taux de disponibilité de la centrale solaire
ce qui entraine la chute du taux de disponibilité de la centrale.

4.3.2. Autonomie en combustible

Le calcul s’est fait à partir des données obtenues de l’opérateur ENEO. Ces données
sont valables sur la période de Janvier à Avril 2021.

Autonomie
Volume de Impompable
COMBUSTIBLE Volume réel Délais/J en
stockage s
combustible
LFO 80 000 1 969 78 031 10 17,05

Nous constatons que la centrale de DJOUM ne fait pas les frais d’une pénurie en
combustible.

Les indices de performances contractuels rendent compte de la qualité de la


maintenance qui est faite sur les équipements (taux de disponibilité) de la centrale et de la
continuité de service des groupes électrogènes. Cependant, ces indices de performance ne
mettent pas en évidence le volet environnemental, social et économique.

Conclusion Générale et Perspectives


ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

52
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

Rendu au terme de notre travail, nous rappelons que notre stage à l’ARSEL dans le cadre de
notre projet de fin d’étude nous a plongé dans l’univers de la régulation du secteur de
l’électricité au Cameroun et nous a permis d’Analyser et de faire le suivi des indices de
performance contractuels des systèmes de production d’énergie hybrides. Notre objectif était
de mesurer la performance de la centrale de DJOUM. Nous avons utilisé la démarche suivie
par l’ARSEL. Celle-ci est basée sur les indices de performance contractuels. Cependant, nous
avons noté que ces indices contractuels ne mettaient pas en évidence l’aspect
environnemental, social et économique de la centrale hybride. Et qu’ils ne font pas ressortir
l’apport des générateurs solaire dans le taux de disponibilité de la centrale hybride.

En guise de perspective, nous proposons de manière vive :

 D’ajouter aux indices contractuels les indices relevant du domaine :


- Environnemental

Ici, il est question du respect de l‘environnement naturel. Nous proposons comme indice :

Le taux de pollution de la centrale


- Économique

Afin de rendre la centrale économiquement attractive, nous proposons comme indices :

Coût de l‘électricité générée


Coût d‘opération
- Social

Pour assurer le respect de la santé humaine et la Génération des bénéfices sociaux nous
proposons les indices tels que :

Les Nuisances sonores.


Nombre d‘emplois générés.

 La mise sur pied d’une clé de répartition

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

53
EVALUATION DES PERFORMANCES D’UNE CENTRALE HYBRIDE PV-DIESEL : CAS
DE LA CENTRALE DE DJOUM

La clé de répartition fait référence à l’apport de chaque source en énergie dans ce cas, il
s’agira de ressortir à chaque fois l’apport du générateur diesel et celui du générateur PV dans
la production d’une centrale hybride. Ce qui permettra aussi de ressortir le taux de
disponibilité des générateurs diesel et PV

En effet, en se basant sur les trajectoires définies par l’avenant N°3 en 2021, le taux de
disponibilité objectif d’une centrale hybride est de 90% et pour une centrale thermique isolée
est de 83,73% en 2021. En appliquant une règle de Trois, nous trouvons que le taux de
disponibilité objectif de la centrale PV est de 6,96%.

Est-ce à dire que le taux de disponibilité de la centrale hybride est la somme pondérée
des taux de disponible de la centrale thermique de 0,8373 et de disponible 0,0696.

ATANGANA EDZISNA Lionel Dimitri

54

Vous aimerez peut-être aussi