Vous êtes sur la page 1sur 208

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE
L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR
ET DE LA RECHERCHE
SCIENTIFIQUE

Université Larbi Ben M’hidi– OUM EL


BOUAGHI –
Faculté des Sciences et de la technologie
Département De Génie Civil & Hydraulique
Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme
De Master en hydraulique
OPTION : HYDRAULIQUE URBAINE

THEME

Etude Diagnostic du réseau d’assainissement de la ville


M
D’Oum El Bouaghi (POS K et L)

Présenté par :

Djezar Adel.

Saadi Chérif.

Devant le jury :
Présidente : Mlle. FEMMAM.H
Examinatrice : Mme. SKHAKHFA.I
Encadreur : Mr. LOUKAM.I

Promotion: 201
2012-201
2013
Résumé

Ce travail à pour but de faire un diagnostic détaillé du réseau d’une partie de

la ville d’Oum El Bouaghi, c'est-à-dire la détermination des défaillances du

réseau après le dimensionnement.

Cette étude est réalisée en tenant compte de toutes les donnés du site étudiée.

Mots clés : Assainissement, Diagnostic, Dimensionnement.


Sommaire
Introduction …………………………………………………………………………… 1

Chapitre I: Présentation de la zone d'étude


Introduction ………………………………………………………………………. 2
I. Situation de la ville ……………………………………………………………. 2
I.1. Situation géographique et administrative …………………………………... 2
I.2. Situation topographique ……………………………………………………. 5
I.3. Situation Climatologique …………………………………………………… 5
I.4. Les ressources hydriques ……………………………………………………. 13
I.5.Conclusion…………………………………………………………………… 13
Chapitre II: Expertise du réseau d’assainissement existant

Introduction ………………………………………………………………………. 14
II .1.Objectif de l’étude………………………………………………………….. 14
II .2.Hydrographie……………………………………………………………….. 14

II .3. Données générales…………………………………………………………... 15


II .3.1.Population………………………………………………………………… 15
II .3.2. Données socio-économiques ……………………………………………. 16
II .4. Références existantes………………………………………………………. 17
17
II .5. Ordre des opérations de l’expertise du réseau ………………………………
II .5.1. Consultation des documents disponibles ………………………………. 17

II .5.2. expertise du réseau d’assainissement sur terrain………………………. 18

II .6.Description générale du réseau d’assainissement existant…………………. 18


II.7. Conclusion …………………………………………………………………. 23
Chapitre III: Etude hydrologique
Introduction……………………………………………………………………….. 24
III.1.Généralités sur les précipitations ………………………………………….. 24
III.1.1. Les petites pluies ………………………………………………………. 24
III.1.2.Les averses ……………………………………………………………….. 24
III.1.3.Période de retour…………………………………………………………. 25
III.1.4. Intensité moyenne des précipitations…............................................. … 25
III.2. Analyse des données pluviométriques et le choix du type de loi… 26
d’ajustement
III.2.1.Anal yse des données statistiques……………………………… 26
III.2.2. Choix de la loi d’ajustement …………………………………………… 28

III.2.3. Ajustement de la série pluviométrique à la loi de Gumbel… 28

III.2.4.Détermination de la pluie journalière maximale………………………… 29


III.3. Calcul des intensités pluviométriques …………………………………….. 32
III.4. Temps de concentration …………………………………………………… 37
III.4.1. Calcul du temps de concentration……………………………………….. 37
III.4.2. Caractéristiques morphologiques et ……………………………………… 39
topographiques des sous-bassins versants
III.5. Conclusion………………………………………………………………….. 50

Chapitre IV: Evaluation des débits à évacuer


Introduction ………………………………………………………………………. 51
IV.1.Situation démographique ………………………………………………….. 51
IV.2.Systèmes d'évacuation du réseau d’assainissement…………………………. 52

IV.3.Choix du système d’évacuation……………………………………………... 56


IV.4.Différents schémas d’évacuation…………………………………………… 56
IV.4.1.Schéma perpendiculaire………………………………………………….. 56
IV.4.2.Schéma par déplacement latéral………………………………………….. 57
IV.4.3.Schéma de collecteur par zones étagées…………………………………. 57
IV.4.4.Schéma radial……………………………………………………………. 57
IV.4.5.Schéma à collecte transversale oblique………………………………….. 57
IV.5.Choix du découpage des sous bassins……………………………………… 59
IV.6.Principe du tracé du réseau………………………………………………… 59
IV .7. Evaluation des débits d’eaux usées ………………………………………... 59
IV .7.1. Généralités ……………………………………………………………… 59
IV .7.2. Nature des eaux à évacuer……………………………………………… 60
IV .7.3. La consommation en eau potable………………………………………. 61
IV .7.4. Evaluation des débits d'eaux usées……………………………………… 62
IV .7.5. Evaluation des débits des eaux pluviales……………………………….. 79
IV.8. Conclusion………………………………………………………………….. 84
Chapitre V: Calcul hydraulique

Introduction……………………………………………………………………….. 85
V.1.Conception du réseau ………………………………………………………... 85

V.2. Conditions d’écoulement et de dimensionnement ………………………… 85


V.3. Mode de calcul …………………………………………………………….. 86
V.4.Calcul des vitesses après la normalisation des diamètres …………………… 86

V.5.Détails de calcul…………………………………………………………….. 90
V.5.1. Données physiques du réseau…………………………………………….. 90
V.5.2. Résultats de calcul……………………………………………………….. 99
V.6. Comparaison du nouveau réseau avec l’ancien……………………………. 109

V.7. Conclusion…………………………………………………………………. 112

Chapitre VI: éléments constitutifs de réseau d'égout


Introduction ……………………………………………………………………. 113
VI .1 Les ouvrages principaux …………………………………………………. 114
VI .1.1. Canalisations …………………………………………………………… 114
VI .1.2. Type de canalisation ……………………………………………………. 114
VI .1.3. Choix du type de canalisation …………………………………………. 116

VI .1.4. Les joints des conduites en béton armé ………………………………. 116


VI .1.5. Différentes actions supportées par la conduite ………………………… 119

VI .1.6. Protection des conduites……………………………………………….. 120


VI .1.7. Essais des tuyaux préfabriqués …………………………………………. 120
VI .2. Les ouvrages annexes …………………………………………………… 121
VI .2.1. Les ouvrages ………………………………………………………….. 122
VI .2.2. Les ouvrages spéciaux ………………………………………………… 126
VI .2.3. Ouvrage de traversée des Oueds ………………………………………. 130
VI .2.4. Bassins de dessablement ……………………………………………….. 130
VI .2.5. Dessableur ……………………………………………………………… 130

VI .2.6. Choix technique de l’ouvrage projeté et son dimensionnement …….. 132


VI.3.Conclusion………………………………………………………………….. 133
Chapitre VII: Organisation de chantier
Introduction……………………………………………………………………….. 134
VII.1. Les actions reçues par les conduites ………………………………………. 134
VII.2 .Les informations sur les réseaux publics existants………………………... 134

VII.3. Vérification manutention des canalisations ………………………………. 135


VII.3. 1 Décapage de la couche végétale………………………………………… 135
VII.3.2 Emplacement des jalons des piquets ……………………………………. 135
VII.4. Exécution des tranchées et des fouilles pour les regards…………………. 135

VII.4.1. Aménagement du lit de pose des canalisations………………………….. 138

VII.4.2. Assemblage des conduites ………………………………………………. 138


VII.5. Exécution des regards ……………………………………………………. 139
VII.6.Remblai des tranchées ……………………………………………………. 140
VII.7.Résultat des travaux de terrassement …………………………………… 140

Chapitre VIII: Gestion, entretient et exploitation du réseau

Introduction……………………………………………………………………… 146
VIII .1.Organisation de l'entretien des réseaux…………………………………. 146

VIII .2.Surveillance des réseaux d'assainissement………………………………. 146


VIII .3.Les moyens d'exploitation ………………………………………………. 147
VIII .4.Exploitation du réseau………………………………………………….. 150
VIII .5.Réhabilitation du réseau ………………………………………………… 154
VIII .5.1.Le fraisage des obstacles……………………………………………… 154
VIII .5.2.L’injection des produits colmatant…………………………………… 154
VIII .5.3.Le tubage intérieur…………………………………………………… 154
VIII .5.4.Le gainage intérieur…………………………………………………… 154
VIII .5.5.Le chemisage extérieur………………………………………………. 155

VIII .6.Les risques courus par les travailleurs de l’eau usée……………………. 155
VIII .6.1.Risque liés au gaz toxiques……………………………………………. 155
VIII .6.2.Autres risques que courent ces travailleurs……………………………. 155
VIII .7.Maladies liées à l’eau usée………………………………………………. 155
VIII .8.Gestion informatique du réseau …………………………………………. 156

VIII .9.Recommandations pour la gestion et l’exploitation de notre réseau…… 156


VIII.10.Conclusion ………………………………………………………………. 157
Conclusion générale………………………………………………………………. 158

Références bibliographiques……………………………………………………… 159


Liste des tableaux
Tableau. I.1 : Températures moyennes mensuelles ………………………………… 7
Tableau. I.2. Températures maximales et minimales (2010) ………………………. 8
Tableau. I.3 : Les précipitations (en %) à la station d’OUM EL BOUAGHI ……… 9
Tableau. I.4. Humidité moyenne mensuelle à Oum El Bouaghi …………………… 10
Tableau. I.5. Insolation mensuelle à Oum El Bouaghi …………………………….. 11
Tableau. I.6 : Les forages alimentant le chef lieu d'Oum el Bouaghi ……………… 12
Tableau II.1: évolution de la population…………………………………………... 16
Tableau II.2: Inventaire des commerces…………………………………………... 16
Tableau II.3: inventaire des établissements scolaires et culturels…………………. 17
Tableau II.4: Les administrations et directions publiques………………………… 17
Tableau II.5: Inventaire des centres de santé………………………………………. 17
Tableau II.6 : Référence du plan…………………………………………………… 18
Tableau II.7 : Etat des regards……………………………………………………... 19
Tableau II.8 : Type de couvert des regards………………………………………… 19
Tableau II.9 : Etat des avaloirs. …………………………………………………. 20
Tableau II.10 : Etat du caniveau. ……………………………………………….. 21
Tableau .III.1 : les coordonnées de la station pluviométrique……………………... 27
Tableau.III.2 : Série des précipitations journalières maximales annuelles…………. 28
Tableau.III.3: Les résultats de calcul ……………………………………………….. 31
Tableau .III.4 : Les pluies journalières maximales ajustées à la loi de Gumbel …… 33
Tableau .III.5 : Récapitule toutes les données des courbes IDF. ………………….. 34
Tableau .III.6 Récapitule toutes les données des caractéristiques morphologiques.. 40
Tableau III.7 : Calcul du temps de concentration (temps d’entrée Te)……………. 44
Tableau. IV.1 Répartition de la population à différents horizons de calcul…….. 52
Tableau IV.2.Avantages et inconvénients des différents systèmes……………….. 54
Tableau. IV.3 : Evaluation des équipements………………………………………. 63
Tableau. IV.4 : Récapitulation des besoins en eaux du POS « K+L»……………. 65
Tableau. IV.5 : βmax en fonction du nombre d’habitants……………………….. 67
Tableau. IV.6 : débits des eaux usées cumulés au du débit de chaque tronçon du
collecteur (Nœud 1- Rejet1)……………………………………………………….. 70

Tableau. IV.7 : débits des eaux usées cumulés au du débit de chaque tronçon du
collecteur (Nœud 24-Rejet 2)…………………………………………………….. 72

Tableau. IV.8 : débits des eaux usées cumulés au du débit de chaque tronçon du
collecteur (Nœud 49- Rejet 3) ……………………………………………………... 75

Tableau IV.9.Coefficient de ruissellement en fonction de la catégorie d’urbanisation. 80

Tableau IV.10.Coefficients de ruissellement en fonction de la densité de population. 81

Tableau. IV.11.Coefficients de ruissellement en fonction de la zone d’influence…. 81

Tableau .IV.12 : Coefficient de ruissellement des sous bassins…………………… 82

Tableau V.1: Cotes, longueurs, pentes des collecteurs principales (Noeud1-Rejet 1).. 90

Tableau V.2: Cotes, longueurs, pentes des collecteurs principales (Noeud24-Rejet 2). 91

Tableau V.3: Cotes, longueurs, pentes des collecteurs principales (Noeud49-Rejet3) 91

Tableau V.4 : Regards correspondants aux nœuds (Noeud1-Rejet 1)……………… 96

Tableau V.5 : Regards correspondants aux nœuds (Nœud 24-Rejet 2)……………. 97

Tableau V.6 : Regards correspondants aux nœuds (Nœud 49-Rejet 3)……………… 98

Tableau V.7 : Dimensionnement du réseau d’eaux usées et pluviales du collecteur

principale (Nœud 1-Rejet 1)…………………………………………………………..99

Tableau V.8: Dimensionnement du réseau d’eaux usées et pluviales du collecteur….

principale (Nœud 24-Rejet 2)……………………………………………………………100

Tableau V.9 : Dimensionnement du réseau d’eaux usées et pluviales du collecteur...

principale (Nœud 49-Rejet3)……………………………………………………………102


Tableau V.10 : Dimensionnement du réseau d’eaux pluviales du collecteur
principale (Nœud 1-Rejet 1). …………………………………………………………..104
Tableau V.11 : Dimensionnement du réseau d’eaux pluviales du collecteur principal
(Nœud 24-Rejet 2). ……………………………………………………………………. 105
Tableau V.12 : Dimensionnement du réseau d’eaux pluviales du collecteur principal

(Nœud 49-Rejet3). ………………………………………………………………………107

Tableau V.13 : Vérification du collecteur principal (Nœud 1-Rejet 1)……………… …..109

Tableau V.14 : Vérification du collecteur principal (Nœud 24-Rejet 2)……………. …..110

Tableau V.15 : Vérification du collecteur principal (Nœud 49-Rejet 3)……………. ….111

Tableau. VI .1 : Caractéristiques du tuyau en béton armé………………………….. ….119

Tableau. VI.2 Vitesses de sédimentation en fonction des diamètres des particules..... ….. 132

Tableau.VII.1 : Résultat des travaux de terrassement des tranchées pour………………..141

(Nœud 1-Rejet 1).

Tableau.VII.2 : Résultat des travaux de terrassement des tranchées pour………………..142

(Nœud 24-Rejet 2).

Tableau.VII.3 : Résultat des travaux de Terrassement des tranchées pour………………144

(Nœud 49-Rejet3).

Tableau.VII.4 : Devis quantitatif estimatif du projet..................................................... ... 145


Liste des figures
Fig. I.1. Situation géographique de la wilaya d’O .E B………………………………… 3
Fig. I.2 Situation géographique de la commune d’O.E.B d’O.E.B……………………… 4
Fig. I.3 : Extrait de carte du réseau hydro- climatologique de l’ANRH. ……………….. 6
Fig. I.4Distribution mensuelle des températures moyenne……………………………… 7
Fig. I.5 : Distribution mensuelle des températures maximales et minimales… 8
Fig. I.6 : Répartition mensuelle de la précipitation (en %) à OUM EL BOUAGHI……….. 10
Fig. I.7 : Distribution mensuelle de l’humidité moyenne à OUM EL BOUAGHI…….. 11
Fig. I.8: Distribution mensuelle de l’ensoleillement……………………………………. 12
Fig.II.1 : type 01 d’avaloir……………………………………………………………….. 21
Fig. .II.2 : type 02 d’avaloir………………………………………………………………. 21
Fig. II.3.caniveaux à grille plate…………………………………………………………… 22
Fig. II.4.type de canal de section rectangulaire………………………………………….. 22
Fig. II.5.type de canal de section trapézoïdale……………………………………………. 23
Fig.III.1: Courbes IDF pour différentes périodes de retour…………………………... 37
Fig.III.2: Courbe d’intensité pour la période de retour de 10 ans………………………. 37
Fig. IV.1: Schéma de principe d'un réseau unitaire……………………………………….. 55
Fig. IV.2: Schéma de principe d'un réseau séparatif………………………………………. 55
Fig.IV.3: schéma de principe d'un réseau pseudo- séparatif…………………………….. 56
Fig. IV.4.Schémas des types de réseaux ………………………………………………… 58
.Fig.IV.3 : Coupe de la conduite d’assainissement………………………………………. 87
.Fig.V.2 : Variation de la fonction F(x)…………………………………………..................... 87
Fig.V.3Organigramme de l'algorithme du programme de calcul (Rat 2013)……………. 89
Fig. V.4 : Pan synoptique du collecteur principal (Noeud1- Rejet 1)…………………….. 93
Fig. V.5 : Plan synoptique du collecteur principal (Nœud 24- Rejet 2)………………….. 94
Fig. V.6: Plan synoptique du collecteur principal (Nœud 49- Rejet 3)…………………… 95
Fig. VI. 1 : différents joints……………………………………………………………... 118
Fig. VI.2 : Les bouches d’égout…………………………………………………………. 124
Fig. VI.3 : Emplacement des bouches d’égout…………………………………………… 125
Fig.VI.4 : Schéma de principe du déversoir d’orage……………………………………… 127
Fig.VI.5. Franchissement d’un oued…………………………………………………….. 130
Fig. VI.6 : Schéma d’un dessableur couloir………………………………………………. 131
Fig.VII.1.représente la profondeur de la tranchée………………………………………. 136
Fig.VII.2 : représente largeur de la tranchée ………………........................................... 137
Fig.VII.3 : Assemblages des conduites………………………………………………. 139
Fig. VIII.1.Inspection rapide- vidéo-périscopique………………………………………. 148

Fig. VIII.2.Un zoom (*70) et un éclairage puissant……………………………………… 149


Fig. VIII.3.La relation entre distance observée et le diamètre collecteur………………… 149
INTRODUCTION

Un réseau d’assainissement doit assurer le transfert de l’effluent dans les meilleures

conditions jusqu’au point de traitement sans porter atteinte à la santé et à la sécurité des

habitants. Atteindre cet objectif exige la maîtrise de plusieurs paramètres :

• Evaluer la quantité d’eau à évacuer et à traiter afin de dimensionner les différents

composants du réseau et prévoir, si besoin, un système de rétention à restitution

différée ;

• Evaluer le degré de pollution des eaux de ruissellement, des eaux domestiques et

industrielles, ces dernières pouvant nécessiter un traitement spécifique à la source ;

• Connaître le fonctionnement des différents dispositifs de collecte et de traitement ;

• Déterminer la quantité des rejets dans le milieu récepteur.

L’objectif de ce travail est l'élaboration d'une étude Diagnostic détaillée d'une

partie du réseau d'assainissement de la ville d’Oum El Bouaghi (ancien noyau urbain).

C’est une étude destinée à établir un bilan aussi complet que possible de l’état structurel et

de l’état de fonctionnement des réseaux d’assainissement.

Dans cet esprit la présente étude, qui se veut simple et reste une introduction à un

ensemble complexe de techniques diverses, est organisée en huit chapitres suivants:

• Chapitre I : Présentation du site d’étude ;


• Chapitre II : Expertise du réseau d’assainissement existant ;
• Chapitre III : Etude hydrologique;
• Chapitre IV : Evaluation des débits à évacuer;
• Chapitre V : Calcul hydraulique ;
• Chapitre VI : Les éléments constitutifs du réseau d’égout ;
• Chapitre VII : Organisation des chantiers ;
• Chapitre VIII : Gestion, entretien et exploitation du réseau.

1
Chapitre I Présentation de la zone d’étude

Introduction
Avant d’entamer n’importe quel projet d’assainissement, l’étude du site est nécessaire pour
connaître les caractéristiques physiques du lieu et les facteurs qui influencent sur la
conception de ce projet.
En effet, chaque site présente des spécificités touchant en particulier l’assainissement que
ce soit :
-Les données naturelles du site ;
-Les données relatives à l’agglomération ;
- Les données relatives au développement futur de l’agglomération ;
- Les données propres à l’assainissement.
Donc la présentation de l’agglomération est une phase importante pour procéder à
l’élaboration de l’étude du diagnostic et de l’extension du réseau d’assainissement de la
ville d’Oum el Bouaghi.

I. Situation de la ville
I.1. Situation géographique et administrative
I.1.1. Situation de la wilaya [1]
La Wilaya d’Oum El Bouaghi (figure .I.1) est issue du découpage administratif de
1974 et remodelée lors du découpage de 1984.Elle est composée de 12 daïras et 29
communes. Elle se situe dans la zone des hauts plateaux constantinois au centre des
wilayas de l’Est algérien et s’étend sur une superficie 7638,13 km2, elle est limitée :
• Au nord par la wilaya de Guelma.
• Au nord ouest par la wilaya de Constantine.
• A l’ouest par la wilaya de Mila.
• Au sud ouest par la wilaya de Batna.
• Au sud par la wilaya de Khenchela.
• A l’est et se par la wilaya de Tébessa.
• Au nord est par la wilaya de Souk Ahras.

2
Chapitre I Présentation de la zone d’étude

Fig. I.1: Situation géographique de la wilaya d’O.E.B.

I.1.1.2. Présentation de la commune [1]


La commune d'Oum El Bouaghi se localise à une altitude moyenne variant entre
700 et 1000 m et s'étend sur une superficie de 432,31 km2, Elle est limitée par les
communes suivantes :
• Au nord Ain Diss et Ain Babouche.
• A l’est Berriche et F’kirina.
• Au sud Ain Zitoun.
• A l’ouest Boughrara Saoudi et Ain Fakroun.
La figure .I.2 présente la situation géographique de la commune d’OUM EL BOUAGHI.

3
Chapitre I Présentation de la zone d’étude

Fig. I.2: Situation géographique de la commune d’O.E.B.

I.1.1.3. Situation du secteur d’étude [1]


La zone d’intervention est le POS «K+L» de la ville d’Oum El Bouaghi d’une superficie

de 110 ,95 ha et qui représentent une partie du centre ville. .

Il est limité comme suite :

• Au Nord par terrain vague.

• A l’Est par le POS « N ».

• Au Sud par le POS « I ».

• A l’Ouest par limite du périmètre urbain.

4
Chapitre I Présentation de la zone d’étude

I.2. Situation topographique [1]


L’étude de la topographie s’avère indispensable et joue un rôle important dans la
conception d’un réseau car l’évacuation des eaux doit s’effectuer gravitaire sauf si le relief
exige un relèvement.
Le site à étudier à une pente qui varie entre 0 et 3 % avec des altitudes variant entre 700
et 1000 m.

I.3. Situation Climatologique [1]


L'objectif de l'étude climatologique est de fournir des données concernant le climat.
La région d’étudie est soumise au climat des hautes plaines. Pour fournir les
caractéristiques climatiques aux bassins étudiés, nous avons utilisé les données
météorologiques enregistrées à la station d’Oum El Bouaghi (code 07 17 17) fournies par
l’ONM (fig. I.3).

5
Chapitre I Présentation de la zone d’étude

LEGENDE

Fig. I.3 : Extrait de carte du réseau hydro- climatologique de l’ANRH. [3]

6
Chapitre I Présentation de la zone d’étude

a. Climat
Le climat de la région d’Oum el Bouaghi est un climat de type continental rude, avec
amplitudes thermique et annuelles, une irrégularité des précipitations annuelles, une
fréquence du gel en hiver et une forte aridité en été.
Les pluies sont faibles dans la région, la station pluviométrique enregistre une
moyenne interannuelle d’environ de 373 mm, les températures varient entre 0°c et 40°C, le
nombre de jours d gelée est de 44jours /ans, l’hiver et le printemps sont caractérisé par des
gelées blanches, parfois importantes et néfastes aux cultures.

b. Température [1]
Les variations de température se situent entre 2°C et 40°C, car elles sont variables
selon l'endroit où on enregistre :
* 3°c à 40°c au nord .
* 5°c à 30°c au sud.
* 2°c 35°c au centre et à L'st.
Donc la Commune d'Oum El Bouaghi se caractérise par un hiver très rude
(températures basses pouvant descendre au dessous de zéro) et un été très chaud.
En Algérie, la présence du Sirocco, un vent chaud et sec qui vient du Sahara, est une
caractéristique. Les températures maximales ont pour origine ce phénomène particulier, qui
est accompagné par une humidité qui s’en trouve réduite.
Dans le Tableau. I.1 sont portées les températures moyennes mensuelles de la station
d’Oum El Bouaghi pour une période de 15 années.

Tableau. I.1 : Températures moyennes mensuelles (2010)

Mois J F M A M J J A S O N D Moy

T°C 5,6 6,65 10,35 12,8 18,1 23,05 26,3 25,9 21,1 17,3 10,8 6,95 15,4

7
Chapitre I Présentation de la zone d’étude

30

25

20
T°moyenne en °C

15

10

0
J F M A M J J A S O N D
Mois

Fig.I.4 : Distribution
istribution mensuelle des températures moyennes.
moyennes

Les températures minimales et maximales mensuelles sont indiquées dans le tableau.


t I.2

Tableau. I.2. Températures maximales et minimales (2010) [1]

Moy
Mois S O N D J F M A M J Jt A

Tmax°C 27,55 22,73 16,33 11,83 10,98 12,62 15,18 17,98 24,71 30,09 33,40 33,45 21,40

Tmin°C 14.94 10.44 5.35 2.35 1.36 1.57 3.60 5.65 10.81 14.86 17.01 17.83 8.81

8
Chapitre I Présentation de la zone d’étude

40

35

30
Température en °C

25

20

15

10

0
S O N D J F M A M J Jt A

Mois

Fig. I.5 : Distribution mensuelle


mensuelle des températures maximales et minimales.
minimales

c. pluviométrie [1]
Au nord de la zone d’étude nous avons la station de Sidi Reghis avec beaucoup de
lacunes mise en service en 1974 jusqu’au 1981, en arrêt entre 1982 et 1983 puis elle a
repris en 1984 jusqu’au 1992, en arrêt de 1993 au 1996 et repris en 1997 jusqu’à 2001 et
de nouveau en arrêt de 2002 jusqu’à 2007 et repris en 2008 à ce jour.
Nous avons aussi la station pluviométrique d’Oum el Bouaghi qui dispose d’une série
pluviométrique qui s’étale de 1968 à 2010 avec quelques années lacunaire. Par ailleurs,
nous
ous disposons de la carte pluviométrique établie par l’ANRH (1993) à laquelle nous y
avons souvent recours.
La station pluviométrique d'Oum El Bouaghi enregistre une moyenne interannuelle
d'environ 373 mm. Le volume des précipitations est très fluctuant
fluctuant d'un mois à un autre et
d'une année à l'autre et en fonction de l'altitude.
l'

9
Chapitre I Présentation de la zone d’étude

Tableau. I.3 : Les précipitations (en %) à la station d’OUM EL BOUAGHI (2010) [1].

Mois S O N D J F M A M J Jt A
P en
% 11,07 8,14 9,57 11,42 10,56 9,44 10,62 10,64 11,99 5,75 2,21 4,79

14

12

10
Pluviométrie en %

0
S O N D J F M A M J Jt A

Mois

Fig. I.6 : Répartition mensuelle de la précipitation


itation (en %) à OUM EL BOUAGHI

d. Humidité [1]
Dans le tableau I.4 sont mentionnées les valeurs de l’humidité mensuelle de la station
d’Oum El Bouaghi.

10
Chapitre I Présentation de la zone d’étude

Tableau. I.4.. Humidité moyenne mensuelle à Oum El Bouaghi (2010) [1]

Mois J F M A M J J A S O N D Moy

humidité
77,80 73,06 66,05 66,30 58,59 50,70 47,23 49,96 61,71 65,31 73,90 79,46 64
%

90

80

70
Humidité en %

60

50

40

30

20

10

0
Mois
J F M A M J J A S O N D

Fig. I.7 : Distribution mensuelle de l’humidité moyenne à OUM EL BOUAGHI.

e. Ensoleillement [1]
L'ensoleillement moyen a été mesuré à Oum El Bouaghi pour une période de 13 ans
(1994 - 2006). La nébulosité a été mesurée à une ancienne station (étude GEC 1971) et la
radiation totale a été calculée par FAO (1984) sur base des observations de la période de
l'ensoleillement.

11
Chapitre I Présentation de la zone d’étude

Tableau. I.5. Insolation mensuelle à Oum El Bouaghi (2010) [1].

Mois J F M A M J J A S O N D

L'ensoleillement
161,3 182,35 237,2 244,25 275 293,55 337,75 298,7 243,2 227,35 175,1 152,15
Total en heure

400

350

300
Ensoleillement en heure

250

200

150

100

50

0
J F M A M J J A S O N D
Mois

Fig. I.8:
I.8 Distribution
istribution mensuelle de l’ensoleillement.
l’ensoleillement

I.4. Les ressources


essources hydriques [1]

Les différents forages alimentant le chef lieu d'Oum el Bouaghi sont les suivants:
suivants

12
Chapitre I Présentation de la zone d’étude

Tableau. I.6 : Les ressources qui alimentent la ville :

Forage Débit (l /s)

BJ 1 45

F2 12

BJ 4 17

BJ 6 26

H 15 15

K 13BIS 20

• Assainissement [1]
La ville d’Oum el Bouaghi dispose d’un réseau d’assainissement de type unitaire qui
permet l’évacuation des eaux usées et pluviales.
Le rejet des eaux usées de la ville Oum El Bouaghi se déverse au milieu naturel sans
traitement.

Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons exposé les données générales concernant la ville d’Oum El
Bouaghi à savoir géologique, topographique, géographique, hydrographie et climatologique
qui peuvent nous aider dans notre étude.

13
Chapitre II Expertise du réseau d’assainissement existant

Introduction [2]
Le diagnostic est l’ensemble des mesures prises pour réhabiliter ou améliorer la
performance d’un réseau d’assainissement.
En quelques années de fonctionnement, les réseaux d’assainissement commencent à avoir des
disfonctionnements résultant de la combinaison d’une série de facteurs qui sont :
• Rétrécissement des sections des conduites ou leur obturation à cause des dépôts ;
• Corrosion des parois internes des conduites par certains gaz comme l’H2S ;
• L’érosion des radiers (décrochement, disparition et affouillement) dû au drainage
d’eaux chargées en produits solides et particules de sable à des vitesses élevées dans
des collecteurs à forte pente ;
• Le manque d’entretien et de nettoyage des collecteurs ;
• La mauvaise qualité des bétons et des produits de revêtements intérieurs des
collecteurs dû à leur âge avancées d’une part et à l’éventualité du non respect des
normes de dosage des agrégats lors de leur mise en œuvre d’autre part ;
• La variation des contraintes statiques et dynamique exercées sur la structure
(glissement de terrain, terrassement près des réseaux principaux, tel que remblais non
prévu provoquant des surcharges sur la conduite ;
• La mauvaise évaluation des poussées latérales ou axiales des sols et des surcharges
ponctuelles lors de la réalisation.

II .1.Objectif de l’étude
L’étude du diagnostic nous permet de juger l'état physique ainsi que le bon fonctionnement
hydraulique des réseaux d'assainissement.
• Augmenter le rendement du réseau ;
• Améliorer la fiabilité du réseau ;
• Prolonger la durée de vie des canalisations ;
• Assurer une bonne gestion et entretien futur.

II .2.Hydrographie [1]

La commune d’Oum El Bouaghi est située géographiquement dans les hautes plaines
constantinoises et au pied des premières hauteurs du Tell qui constituent une barrière naturelle
fait que le domaine de l’Hydrographie l’endoréisme est dominant.

14
Chapitre II Expertise du réseau d’assainissement existant

Elle est composée de trois principaux reliefs isolés à savoir :


• Djebel Sidi R’ghis : au Nord qui culmine a 1635 m.
• Djebel Guellif au Sud Ouest d’une altitude de 1161 m.
• Djebel Taref au Sud 1134 m.
Dans le périmètre urbain suite aux ruissellements intenses des pluies à partir du Djebel Sidi

R’ghis se sont constituées plusieurs chaabets importantes traversant la ville.

II .3. Données générales


II .3.1.Population [1]

- Le recensement de 2012 a donné :


- Le nombre d’habitants de 12009
- Le taux d’accroissement est d’environ 2,8 %
La relation utilisée est:
P = P0 (1 + K)n
P0 : Population au recensement 2012
K : représente le taux d’accroissement
n : Le nombre d’années.

Tableau II.1: Evolution de la population.

Année Population
2012 12009
2017 13787
2022 15828
2027 18171
2032 20861
2037 23949
2042 27494

15
Chapitre II Expertise du réseau d’assainissement existant

II .3.2. Données socio-économiques


L’inventaire des informations socio-économiques est essentiel pour l’estimation des
besoins en eau qui représente la somme des besoins domestiques et des besoins des
collectivités.

Tableau II.2: Inventaire des commerces.

Activité Nombre
Alimentation Générale 31
Restaurants 31
Fruits et Légumes 04
Cafétérias 16
Boulangeries 03
Boucheries 06
Crémeries 05
Bain douches 04
Coiffures 14
Station de lavage 08
Autre activité divers 22
Taxi phone 33

Tableau II.3: inventaire des établissements scolaires et culturels.

Etablissements Nombre Effectif


Crèches 01 320
Ecole primaires 04 1674
C.E.M 02 1013
Autre établissement d’éducation 01 75
Mosquée 02 3600
Centre de formation professionnel 01 620

16
Chapitre II Expertise du réseau d’assainissement existant

Tableau II.4: Les administrations et directions publiques.

Désignation Surface m2
P.T.T 9277
Gendarmeries 3498
Agence CNASAT 5771
BADR Banque 1146

Tableau II.5: Inventaire des centres de santé.

Désignation Surface Nombre


Cabinets médicaux 176 03
Cabinets dentaires 214 04
Pharmacies 89 04
Salle de Soin 1200 01

II .4. Références existantes


Tableau II.6 : Référence du plan.

N° Intitule du plan Organisme Date

01 Réseau d’assainissement O.E.B. Subdivision hydraulique. 2008

Plan de protection de la ville O.E.B contre les


02 Subdivision hydraulique. 2008
inondations.

Rapport de l’étude protection de la ville O.E.B


03 Subdivision hydraulique. 2008
contre les inondations.

II .5. Ordre des opérations de l’expertise du réseau

II .5.1. Consultation des documents disponibles [1]

Un plan d’aménagement de l’ensemble de la zone d’étude sur un support électronique


(Auto CAD).

17
Chapitre II Expertise du réseau d’assainissement existant

II .5.2. Expertise du réseau d’assainissement sur terrain


Dans notre mission d’expertise on était chargé d’enquêter sur le réseau existant plus
précisément à savoir :
• Evaluer la qualité du réseau (type de réseau état des ouvrages d’assainissement, état
des canalisations) ;
• Porter une attention particulière aux branchements individuels des habitations aux
réseaux d’assainissement ;
• Observer également les alentours pour déceler d’éventuels problèmes ;
• Faire un état des lieux et prendre des observations de manière lisible, compréhensible,
rigoureuse sur les fiches d’enquête.

II .6.Description générale du réseau d’assainissement existant


• Ouvrages du réseau d’assainissement

a. Regards

Le réseau d’assainissement est doté de 127 regards visitables du réseau principal sont
classifiés selon leur état, et leur type de couvert dans les tableaux suivants :( Voir détails sur
annexe N°II).

Tableau II.7 : Etat des regards.

Etat des regards bon Normal Enterré Boucher

Nombre de regards 72 42 9 6

(%) 60,63 33,07 7,07 4,72

Remarque : Il ya deux regards boucher et sans couvert au même temps.

18
Chapitre II Expertise du réseau d’assainissement existant

Tableau II.8 : Type de couvert des regards.

Type de couvert T. F D.B Enterré Sans couvert

Nombre de regards 100 13 9 5

(%) 78,74 10,23 7,09 3,94

b .collecteurs :
Le réseau d’assainissement est composé de 46 collecteurs d’eaux pluviales et eaux usées
(unitaire), d’ordre primaire ou secondaire :
Ces collecteurs sont composés de conduites en béton de différents diamètres sur une
longueur totale de 14965 m
• Longueur des tronçons Ø200 : 6330m soit : 42.30 %.
• Longueur des tronçons Ø300 : 5221 m soit : 34.88 %.
• Longueur des tronçons Ø400 : 1639 m soit : 10.95%.

• Longueur des tronçons Ø1000 : 447 m soit : 2.99 %.


• Longueur des tronçons avoide : 1328 m soit : 8.87 %.

b .1.Collecteurs principaux
Qui sont les collecteurs A, C, D, E qui présentent dans leur tronçons des anomalies
importantes (Voir l’annexe N°III).

b.2. Collecteurs secondaires et branchements individuels


Les collecteurs secondaires et branchements individuels qui débouchent sur les collecteurs
principaux (A, C, E) sont sous dimensionnés (diamètre de 200 mm) et présentent des contre
pentes provoquant souvent des débordements des regards.
(Exemples : RE30 sur le collecteur E).

19
Chapitre II Expertise du réseau d’assainissement existant

c. Ouvrages
Le réseau d’assainissement est doté de plusieurs ouvrages de collecte des eaux pluviales
comme :
-Caniveaux à grille plate.
-Avaloirs (bouche à grille).
c.1.Avaloirs (bouche à grille)
-La plupart des avaloirs et caniveaux à grille plate sont bouchés et mal positionné.
-Manque important des avaloirs dans les points de collecte des eaux.

Tableau II.9 : Etat des avaloirs.

Etat des avaloirs normal boucher


(bouche à grille)

Quantité (U) 30 72

Type des avaloirs :

Type 01 :

Fig .II.1 : type 01 d’avaloir.

20
Chapitre II Expertise du réseau d’assainissement existant

Type 02 :

Fig .II.2 : type 02 d’avaloir.

c .2-Caniveaux à grille plate

Tableau II.10 : Etat du caniveau.

Etat du caniveau normal Boucher

Quantité (ml) 28 35

Fig II.3.caniveaux à grille plate.

21
Chapitre II Expertise du réseau d’assainissement existant

c.3. Canaux: il existe deux cannaux latéraux :


Type 1 : section rectangulaire
*Longueur 202 m
*La hauteur d’eau 0.3 m

Fig. II.4.type de canal de section rectangulaire.

Type 2 : section trapézoïdale d’une hauteur variable

Fig II.5.type de canal de section trapézoïdale.

22
Chapitre II Expertise du réseau d’assainissement existant

Hauteur minimal de canal = 0.44m


Hauteur maximal = 0.8m
Largeur en bas de canal = 0.42m
Largeur en haut de canal = 1.2m
Longueur de canal = 165m

Le rôle de canal :
Assemblé les eaux .
Ces canaux ne sont pas entretenus (plein d’ordures), ils ne remplissent pas leur rôle.
Analyse consiste à dresser des tableaux récapitulant toutes les données physiques concernant
les collecteurs et regards, et d’autres ouvrages annexes, ainsi que les observations
enregistrées sur le réseau. (Voir annexes N°I).

II.7. Conclusion
Après analyse des données qui ont été collectées d’après l’enquête du terrain;
nous avons pu retirer ce qui suit :
• L’état du réseau existant est mauvais dans la plupart du ses parties en raison de leur
vétusté (ancien noyau de la ville).
• Des tronçons du collecteurs principaux sont sous dimensionnés (collecteur C et E de
diamètre 200 mm)
La dégradation du réseau est due aux :
• Normes techniques par lesquelles le réseau existant est réalisé, qui ne sont pas
respectées :
-Manque d’entretien périodique du réseau.
Pour pouvoir juger que ce réseau est fiable et a une capacité d’évacuer toutes les eaux
(usées et pluviales), on doit le redimensionner ce qui nous mène à effectuer de nouveau
un le calcul hydro-technique adéquat.

23
Chapitre III Etude hydrologique

Introduction

Toute étude d’un réseau d’assainissement nécessite à l’étape initiale la détermination des
débits d’eaux pluviales et des débits d’eaux usées à évacuer.

L’évaluation des débits pluviaux dans les bassins versants nécessite une étude
hydrologique pour une période de retour choisie.

L’hydrologie est une science qui étudiée la phase de cycle de l’eau qui débute avec
l’arrivée de celle-ci sur la surface de la terre, elle englobe les précipitations, les eaux de
surface et les eaux souterraines.

L’hydrologie est une science particulière car elle regroupe plusieurs sciences fondamentales
très diversifiées et a pour but général de répondre aux problèmes concernant la ressource en
eau. L’hydrologie offre à l’ingénieur des outils d’inventaire et d’analyse des données pour
répondre à des besoins soit sur le plan de la conception des éléments d’un aménagement que
sur celui de l’exploitation des systèmes.

L’étude hydrologique est une partie très importante dans le calcul d’un réseau
d’assainissement, cette partie prend toute son ampleur lorsqu’il s’agit de déterminer l’intensité
de la pluie.

III.1.Généralités sur les précipitations

Les données hydrologiques prises en considération dans l’étude des projets


d’assainissement sont :

III.1.1. Les petites pluies


Ce sont des précipitations comprises entre les bruines (hauteur d’eau tombée très
faiblement et ne provoquant pas de ruissellement) et les averses orageuses.

III.1.2.Les averses

Dans les questions de drainage urbain, nous réservons le nom <<Averse>> pour une
période de pluie interrompue, une telle averse dure rarement plus de quelques heures. Le
volume d’eau qui tombe est déterminé sur un hydro gramme suite au dépouillement d’un
pluviographe enregistrant la variation de la lame d’eau dans le temps. Les averses les plus
24
Chapitre III Etude hydrologique

dangereuses sont les orages, car ces derniers sont caractérisés par une forte intensité de pluie
dans un espace de temps réduit, d’où résulte un ruissellement important et bref d’une eau qui
est généralement très chargée.

Donc pour une telle étude de dimensionnement d’un ouvrage d’art sur un bassin, il faut
bien tenir compte des pluies qui tombent chaque jour sur le bassin et qui provoquent un
ruissellement différent. Dans une étude hydrologique, il faut connaitre la hauteur totale des
précipitations pendant un orage.

III.1.3.Période de retour

Une pluie de période de retour de 10 ans est une pluie qui peut se manifester une fois tous
les 10 ans au moins. Pour les projets d’assainissement, on opte généralement pour une pluie
décennale, le choix d’une période de retour résulte d’un nécessaire compromis technico-
économique entre le cout de la construction, l’entretien et la protection du réseau contre les
risques auxquels il est exposé.

III.1.4. Intensité moyenne des précipitations

En hydrologie urbaine, il est assez rare de recouvrir des données spécifiquement adaptées
au projet étudié. C’est la raison pour laquelle on s’est attaché à réunir une information de
base, la plus longue possible, pour aider à analyser par la statistique les évènements pluvieux
tout en limitant leurs paramètres.

Lors de l’étude d’averse, il est convient de déterminer les intensités moyennes pour
plusieurs valeurs échelonnées de l’intervalle de référence ∆t.

L’intensité moyenne se définie par le rapport de la hauteur d’eau tombée pendant une durée
∆h
∆t, soit : im = ∆ t

Avec : i m : Intensité moyenne en mm/h.

∆ h (mm) : Hauteur de pluie tombée pendant une durée ∆t.

25
Chapitre III Etude hydrologique

III.2. Analyse des données pluviométriques et le choix du type de loi


d’ajustement

III.2.1.Analyse des données statistiques

Pour l’étude des précipitations en assainissement, nous avons eu les précipitations


maximales journalières sur une période la plus longue possible.

Comme une base de données pluviométrique nous référons aux informations recueillies par

la station pluviométrique d’Oum El Bouaghi.

Cette station dispose d’un enregistrement des données comportant les totaux des
précipitations maximales journalières pour 28 années d’observation.

Les précipitations maximales journalières sont étudiées afin d’en déterminer les pluies de
courtes durée pour une probabilité P %.

L’étude consiste à faire un ajustement pour la série des données des précipitations
maximales annuelles par une loi théorique afin de déterminer une intensité de pluie de durée
et de période de retour données.

Les coordonnées de la station sont présentées dans le tableau suivant :

Tableau .III.1 : les coordonnées de la station pluviométrique.

station Code Coordonnées Années


d’observation
X Y Z

(en degré) (en degré) (m, NGA)

OUM EL 070718 70658 E 355236 950 28


BOUAGUI

Les années d’observation ont été traitées en tenant compte d’une série de 28 années
d’observation, comme l’indique le tableau III.2 qui présente les précipitations maximales

26
Chapitre III Etude hydrologique

journalières. Elles sont étudiées afin de déterminer les pluies de courtes durées pour une
probabilité P℅.

Les données sont regroupées dans le tableau : (III.2) et la procédure d’ajustement consiste à :

• Analyser les données et faire le choix de type de loi qu’il faut ajuster à ces données.
• Classer la série des précipitations par ordre croissant.
• Calculer les caractéristiques empiriques de la série des données.
• Ajuster graphiquement la loi choisie.

Tableau.III.2 : Série des précipitations journalières maximales annuelles. Annexe I.

Année P max (mm) Année P max (mm)

1982-1983 60 1996-1997 33,8

1983-1984 63 1997-1998 40

1984-1985 16,8 1998-1999 56

1985-1986 80 1999-2000 25

1986-1987 16,2 2000-2001 25,1

1987-1988 30 2001-2002 17,6

1988-1989 20 2002-2003 37,4

1989-1990 42 2003-2004 51,6

1990-1991 31 2004-2005 17,6

1991-1992 49,8 2005-2006 32,4

1992-1993 41 2006-2007 29,6

1993-1994 31 2007-2008 32,9

1994-1995 125 2008-2009 28,9

1995-1996 18 2009-2010 38,7

27
Chapitre III Etude hydrologique

III.2.2. Choix de la loi d’ajustement :

Les deux lois généralement utilisées sont :

• La loi de GUMBEL;
• La loi de GALTON (loi log normale).

III.2.3. Ajustement de la série pluviométrique à la loi de Gumbel [4]

Les diverses études ont montré que quelque soit le type de la loi théorique pouvant ajuster les
précipitations maximales journalières dans une station, la série des données peut être
distribuée suivant une loi de limite extrême dont la loi de Gumbel en fait partie.

La fonction de répartition de la loi de Gumbel est :

Avec :

Où : y : est la variable réduite de Gumbel.

x : est la précipitation maximale journalière.

x0 : est le paramètre de position.

Les caractéristiques empiriques de la série sont :

• Moyenne interannuelle des précipitations maximales journalières :

∑x i
x= i =1

n …………………………(III.3)
Avec :

n : nombre d’années d’observation : n=28 ans.

28
Chapitre III Etude hydrologique

• L’écart type :

σx ² = ∑
n (x − x)
i
2

................( III .4)


is1 n

• Le coefficient de variation :

III.2.4.Détermination de la pluie journalière maximale [4]

La méthode consiste à :

-Classer les valeurs de la série des précipitations par ordre croissant.

-Calculer la fréquence expérimentale au non dépassement :

Avec :

m : numéro d’ordre i ;

n : taille de l’échantillon (n=28).

-Calculer les caractéristiques empiriques de l’échantillon.

-Calculer la variable réduite de Gumbel.

-Calculer les paramètres d’ajustement de la droite de Gumbel << α >> et << x0 >>.

L’équation de la droite de Gumbel est donnée par la relation suivante :

29
Chapitre III Etude hydrologique

Où :

1
a : Pente de la droite de Gumbel.
X0 : L’ordonnée à l’origine.
1
a et x0 sont données respectivement par les relations suivantes :

………..(III.9)

Donc : σx =0,78

Tableau.III.3: Les résultats de calcul

Désignation Valeur

Moyenne 37,75

Ecart type σx 22,30

Coefficient de variation Cv 0,59

Exposant climatique b 0.30 [3]

• La droite de Gumbel :

30
Chapitre III Etude hydrologique

D’où :

Donc la droite de Gumbel devient :

Pour une période de retour de 10ans la fréquence au non dépassement (FND) est donnée
par la formule :

Avec T = 10 ans (période de retour).

FD= 1 - 1 = 0.9 c.-à-d. FND = 90%


10

La variable réduite de Gumbel sera :

AN : Pmaxj (10%)=17,39(2,25) +27,71

Pmaxj (10%)= 66,84mm

31
Chapitre III Etude hydrologique

Les pluies journalières maximales ajustées à la loi de Gumbel pour des périodes de retour
différentes (Série de pluie Oum El Bouaghi 1982-2010).

Tableau .III.4 : Les pluies journalières maximales ajustées à la loi de Gumbel pour des
périodes de retour.

Période Fréquence au Fréquence au Variable Pjmax(%)


de retour dépassement non réduite de
dépassement Gumbel 17,39Y (mm)
(ans) (F.D)
(F.N.D)

2 0,5 0,5 0,36651292 6,3736596 34,0836596


5 0,2 0,8 1,49993999 26,083956 53,793956
10 0,1 0,9 2,25036733 39,133887 66,843887
20 0,05 0,95 2,97019525 51,651695 79,361695
25 0,04 0,96 3,19853426 55,622510 83,33251
50 0,02 0,98 3,90193866 67,854713 95,564713
100 0,01 0,99 4,60014923 79,996595 107,706595
1000 0,001 0,999 6,90725507 120,117165 147,827165

L’estimation des débits des réseaux d’assainissement des villes, préconise généralement
les intensités pluviométriques de la période de retour de 10ans.

III.3. Calcul des intensités pluviométriques

La précipitation est le facteur le plus variable affectant le ruissellement. La


précipitation est non uniforme, et elle varie en intensité avec le temps et d’un point à autre
durant le même temps.
La généralisation suivante est faite au sujet des précipitations :
- Les plus intenses précipitations arrivent moins fréquemment, les
précipitations distribuées sur de larges superficies sont beaucoup moins
intenses.
- Les précipitations de grande intensité sont de courtes durées.
A l’aide de l’analyse statistique, et des lois d’ajustement connus (Loi normale, loi de Gumbel
, loi de Galton,…. etc.) , des relations ont été établi, qui donnent les précipitations en fonction
de leurs fréquences.
32
Chapitre III Etude hydrologique

L’établissement des courbes IDF, est l’une des premières démarches dans les études
hydrologiques, pour analyser les événements pluvieux dans une région, ou une zone étudiée,
dont L’intensité des pluies est en fonction de la fréquence et la durée de pluie.

L’approche la plus répandue est la mise en œuvre de la relation entre l’intensité de la


pluie (ou la hauteur de la pluie), la durée de la pluie et la fréquence, à savoir la période de
retour dont il a été appliquée la relation de Montanari :

Pt : pluie à l’instant t.

Pj(max %) : pluie journalière maximale de fréquence donnée .

b : Exposant climatique égal à 0.3.

t : temps considéré.

L’intensité de la pluie de durée t s’obtient selon la formule It=Pt /t (mm /h).

Pour faciliter le calcul des intensités de pluie en fonction de la durée de pluie


uniquement, il est possible d’établir une fonction exponentielle (formule de Montana)
donnant l’intensité de pluie pour une période de récurrence donnée. La fonction est de la
forme :

a, b : Paramètres à ajuster.

33
Chapitre III Etude hydrologique

Le tableau .III.5 : Récapitule toutes les données des courbes IDF.

t (min) It(mm/min)5ans It(mm/min)10ans It(mm/min)20ans It(mm/min)50ans It(mm/min)100ans It(mm/min)1000ans

1 6,1050401 7,5946247 9,0390704 10,889766 12,300358 16,927098

2 3,758093 4,6750399 5,5642005 6,7034376 7,5717585 10,419851

3 2,8294605 3,519828 4,1892752 5,0470044 5,7007615 7,8450846

4 2,3133776 2,8778246 3,4251672 4,1264499 4,6609641 6,4141708

5 1,9788347 2,4616557 2,9298458 3,5297144 3,9869313 5,4866026

6 1,7417373 2,1667083 2,5788014 3,1067957 3,5092303 4,8292161

7 1,5635792 1,945081 2,3150221 2,7890091 3,1502798 4,3352474

8 1,4240509 1,7715088 2,1084377 2,5401278 2,8691599 3,9483852

9 1,3113504 1,6313102 1,9415743 2,3391001 2,6420924 3,6359069

10 1,2181156 1,5153268 1,8035317 2,1727941 2,4542441 3,3774001

11 1,1394982 1,4175273 1,6871313 2,0325615 2,2958466 3,159422

12 1,072165 1,3337654 1,5874385 1,9124571 2,1601847 2,9727312

13 1,0137437 1,2610897 1,5009403 1,8082489 2,0424781 2,8107496

14 0,9624959 1,1973378 1,4250633 1,7168365 1,9392247 2,6686578

15 0,9171168 1,1408865 1,3578753 1,6358922 1,8477953 2,5428376

16 0,8766062 1,0904916 1,2978957 1,5636321 1,7661751 2,4305162

17 0,8401837 1,0451824 1,2439689 1,4986642 1,6927916 2,3295298

18 0,8072309 1,0041892 1,1951792 1,439885 1,6263986 2,2381632

19 0,7772505 0,9668938 1,1507904 1,386408 1,5659945 2,1550383

20 0,7498381 0,9327931 1,110204 1,3375116 1,5107644 2,0790336

21 0,7246612 0,9014732 1,0729272 1,2926027 1,4600383 2,009227

22 0,7014434 0,8725904 1,0385512 1,2511883 1,4132594 1,9448523

23 0,6799532 0,8458568 1,006733 1,2128556 1,3699612 1,8852677

24 0,659995 0,8210289 0,977183 1,1772554 1,3297496 1,8299307

25 0,6414023 0,7978997 0,9496548 1,144091 1,2922893 1,7783798

34
Chapitre III Etude hydrologique

26 0,6240325 0,7762918 0,9239371 1,1131078 1,2572927 1,7302194

27 0,6077625 0,756052 0,899848 1,0840865 1,2245122 1,6851085

28 0,5924857 0,7370479 0,8772293 1,0568368 1,1937328 1,6427516

29 0,5781093 0,7191636 0,8559436 1,031193 1,1647673 1,6028907

30 0,5645516 0,702298 0,8358703 1,0070098 1,1374515 1,5653002

31 0,5517411 0,6863618 0,8169032 0,9841593 1,111641 1,5297812

32 0,5396144 0,6712763 0,7989485 0,9625285 1,0872083 1,4961582

33 0,5281153 0,6569715 0,781923 0,9420171 1,0640401 1,4642754

34 0,5171938 0,6433852 0,7657527 0,922536 1,0420355 1,4339938

35 0,506805 0,6304617 0,7503712 0,9040052 1,0211043 1,4051894

36 0,4969089 0,618151 0,7357191 0,8863532 1,0011658 1,3777511

37 0,4874693 0,6064083 0,721743 0,8695156 0,9821471 1,3515786

38 0,4784538 0,595193 0,7083946 0,8534342 0,9639827 1,3265817

39 0,4698328 0,5844685 0,6956304 0,8380566 0,9466131 1,3026786

40 0,4615795 0,5742015 0,6834107 0,823335 0,9299846 1,2797953

41 0,4536697 0,5643618 0,6716996 0,8092261 0,9140481 1,2578644

42 0,4460813 0,5549218 0,6604642 0,7956903 0,898759 1,2368243

43 0,4387939 0,5458564 0,6496745 0,7826916 0,8840765 1,216619

44 0,4317891 0,5371424 0,6393032 0,7701968 0,8699632 1,197197

45 0,4250497 0,5287587 0,629325 0,7581756 0,8563849 1,1785113

46 0,4185603 0,5206859 0,6197168 0,7466002 0,84331 1,1605184

47 0,4123063 0,512906 0,6104573 0,7354448 0,8307096 1,1431784

48 0,4062746 0,5054026 0,6015267 0,7246857 0,8185569 1,1264545

49 0,4004527 0,4981602 0,5929069 0,7143011 0,8068271 1,1103126

50 0,3948294 0,4911649 0,5845811 0,7042706 0,7954974 1,0947211

51 0,3893941 0,4844034 0,5765336 0,6945755 0,7845464 1,079651

52 0,384137 0,4778636 0,56875 0,6851982 0,7739545 1,065075

53 0,379049 0,4715342 0,5612168 0,6761226 0,7637033 1,0509678

54 0,3741217 0,4654046 0,5539214 0,6673335 0,7537757 1,037306

35
Chapitre III Etude hydrologique

55 0,3693471 0,459465 0,5468521 0,6588168 0,7441558 1,0240676

56 0,3647177 0,4537062 0,539998 0,6505594 0,7348287 1,0112322

57 0,3602269 0,4481196 0,5333489 0,6425489 0,7257806 0,9987806

58 0,355868 0,4426971 0,5268951 0,6347738 0,7169983 0,986695

59 0,351635 0,4374314 0,5206278 0,6272233 0,7084698 0,9749584

60 0,3475223 0,4323151 0,5145385 0,6198872 0,7001835 0,9635553

Les figures III .1 et III .2 donnent les courbes IDF :

Figure.III.1: Courbes IDF pour différentes périodes de retour.

36
Chapitre III Etude hydrologique

Figure.III.2: Courbe d’intensité pour la période de retour de 10 ans.

Finalement, on peut avoir une formulation de l’intensité pluviale pour une période de
retour de 10 ans (période supposée pour l’estimation des débits pluviaux des réseaux
d’assainissement) de la forme :

III.4. Temps de concentration


III.4.1. Calcul du temps de concentration
Le temps de concentration est défini comme le temps que met la goutte d’eau la plus
hydrologiquement éloignée de l’exutoire pour parvenir à celui-ci, ou c’est Le temps en un
point donné ou l’intervalle de temps requis pour que le débit à ce point devienne maximum,
Ceci se produit lorsque toute la surface desservie par un puisard contribue au débit.

37
Chapitre III Etude hydrologique

L’estimation de ce temps de concentration pose de nombreux problèmes. Elle


nécessite l’emploi de formules empiriques, Elles sont nombreuses dans la littérature et
conduisent à des grands écarts.

Il convient d’être particulièrement, méfiant dans l’utilisation des formules empiriques.


On cite quelques formules empiriques, qui estiment le temps de concentration des
bassins versants (PASSINI, VENTURA, KIRPICH), utilisant les caractéristiques morpho-
dynamiques des bassins.

FORMULE DE PASSINI :

TC=0.108 (A.L)1/3/I1/2 [6]

FORMULE DE VENTURA :

TC=0.1272 (A /I) 1/2 [6]

FORMULE DE KIRPICH :

TC=32.5 .10-5 L0.77.I-0.385 [6]

TC : Temps de concentration en (heures).

A : Surface du B.V en (km2).

I : Pente moyenne pondérée le long du thalweg du B.V (m /m) définie comme.

Avec : la longueur du k tronçon du thalweg, de pente .

L : Longueur du thalweg le plus long en (km), pour la formule de KIRPICH (m).

38
Chapitre III Etude hydrologique

Pour des réseaux d’assainissement pluvial, le temps de concentration consiste en la


somme du temps d’entrée Te et du temps d’écoulement dans le réseau Tp, du point le plus
éloigné jusqu’au point considéré.
Ce temps d’entrée (Te) est déterminé statistiquement par les formules empiriques
citées ci-dessus (KIRPICH, VENTURA, et PASSINI).
On peut remarquer que les résultats des trois formules sont proches, ceci nous a mené à
prendre en considération le calcul de la moyenne des formules.

Quant au calcul du temps d’écoulement dans la conduites, il est simplement donné par :

D’où :

Tp: Temps d’écoulement en minutes [11];


L : Longueur de la conduite en mètre ;
V : Vitesse d’écoulement en seconde.

III.4.2. Caractéristiques morphologiques et topographiques des sous-bassins versants :


Les paramètres morphologiques et topographiques, dont on aura besoin dans cette étude à
savoir (la superficie, longueur du talweg principal, hauteur maximale, hauteur minimale,
pente moyenne,…... etc.) seront déterminés après avoir partagé le site étudié en plusieurs
sous-bassins versants selon les lignes de partage des eaux. (Délimitation des sous bassins
élémentaires).

39
Chapitre III Etude hydrologique

Le tableau .III.6 Récapitule toutes les données des caractéristiques morphologiques des sous-
bassins versants dont on a besoin dans le calcul du temps d’entrée.

N° Longueur H max Hmin Pente Pente


surface
SB (m) (m) (m) (m/m) (%)
(Km2)
2 0,0126 192,05 944,09 957,51 0,06987764 6,9877636

3 0,0064 155,26 940,43 943,42 0,01925802 1,92580188

4.1 0,0062 150,17 936,96 943,94 0,04648066 4,64806553

4.2 0,0091 140,53 936,96 940 0,02163239 2,16323917

5 0,012 192,8 936,08 946,64 0,05477178 5,47717842

6 0,0055 71,43 934,61 938,22 0,05053899 5,05389892

7.1 0,0058 98,15 932,33 934,5 0,02210902 2,21090168

7.2 0,004 120,32 932,33 935,48 0,02618019 2,61801862

8 0,0076 132,67 928,88 932,69 0,02871787 2,87178714

9 0,0092 98,46 930,87 932,41 0,01564087 1,56408694

10 0,0069 92,84 929,15 931,58 0,02617406 2,61740629

11 0,0042 117,6 928,09 929,15 0,00901361 0,90136054

12.1 0,0101 211,69 923,96 928,88 0,02324153 2,32415324

12.2 0,0168 231,71 923,96 929,17 0,022485 2,24850028

13 0,012 162,24 921,49 925 0,02163462 2,16346154

14 0,0133 164,02 921,49 923,11 0,00987684 0,98768443

15 0,0106 145,95 919,51 922,47 0,02028092 2,02809181

16 0,0152 191,29 916,81 921,01 0,02195619 2,19561922

19 0,0272 297,33 911,89 913,58 0,00568392 0,56839202

20 0,0155 154,3 926,32 930,1 0,02449773 2,44977317

21 0,0213 177,38 924,95 928,38 0,01933702 1,93370166

40
Chapitre III Etude hydrologique

N° Longueur H max Hmin Pente Pente


surface
SB (m) (m) (m) (m/m) (%)
(Km2)
22 0,0148 212,21 923,1 926,54 0,01621036 1,62103577

24 0,0133 195,62 933,43 940 0,03358552 3,3585523

25.1 0,0079 174,34 933,69 939,52 0,0334404 3,34404038

25.2 0,007 172,91 933,21 938,74 0,03198196 3,19819559

26.1 0,0067 98,22 930,37 932,81 0,02484219 2,4842191

26.2 0,0048 128,89 930,37 933,71 0,02591357 2,59135697

27 0,0062 128,53 929,3 931,83 0,01968412 1,96841204

28 0,0103 193,31 926,44 931,83 0,02788268 2,78826755

29 0,0102 158,02 923,42 926,95 0,02233894 2,23389444

30 0,0052 143,85 920,73 923,69 0,02057699 2,05769899

31 0,0099 191,17 919,67 926,54 0,0359366 3,59366009

32 0,0192 193,64 916,3 926,54 0,05288164 5,2881636

33 0,0141 151,66 914,9 926,54 0,07675063 7,67506264

34 0,0133 144,88 914,9 918,7 0,0262286 2,6228603

35 0,0083 123,6 913,45 926,54 0,10590615 10,5906149

36 0,0088 135,22 913,6 914,95 0,00998373 0,99837302

37 0,0181 260,16 929,8 940 0,03920664 3,92066421

38 0,0074 136,69 927,87 930,37 0,01828956 1,82895603

39 0,0158 159,28 926,02 929,7 0,02310397 2,31039679

40 0,0076 132,67 925,02 927,4 0,01793925 1,79392478

41 0,0156 145,12 923,54 926,24 0,01860529 1,86052922

42 0,0183 156,78 921,87 924,48 0,01664753 1,66475316

41
Chapitre III Etude hydrologique

N° Longueur H max Hmin Pente Pente


surface
SB (m) (m) (m) (m/m) (%)
(Km2)
43 0,0186 153,27 920,32 926,54 0,04058198 4,05819795

44 0,018 137,97 917,96 926,54 0,06218743 6,21874321

45 0,0132 126,17 916,02 926,54 0,08337957 8,33795673

46 0,0179 158,4 913,14 926,54 0,08459596 8,45959596

47.1 0,0108 144,66 913,29 926,54 0,09159408 9,15940827

47.2 0,0079 122,46 913,53 926,54 0,10623877 10,6238772

48 0,017 230,23 912,15 926,54 0,06250271 6,25027147

49 0,0235 177,94 933,96 939,53 0,03130269 3,13026863

50 0,0199 158,37 931,21 935,28 0,02569931 2,56993117

51 0,0196 181,79 929,27 935 0,03151989 3,15198856

52 0,0273 279,34 926,22 928,53 0,00826949 0,82694924

53 0,0173 293,83 925,22 927,96 0,00932512 0,932512

54 0,0124 278,66 924,42 924,69 0,00096892 0,09689227

55 0,0268 290,38 922,17 924,54 0,00816172 0,81617191

56 0,0141 231,72 918,03 921,53 0,01510444 1,51044364

57 0,0144 238,54 918,32 921,84 0,01475643 1,4756435

58 0,0154 249,52 918,86 922,27 0,01366624 1,36662392

59 0,0126 256,3 919,16 922,55 0,01322669 1,32266875

60 0,0105 171,88 919,53 921,51 0,01151966 1,15196649

61.1 0,0307 382,69 919,68 924,54 0,01269957 1,26995741

42
Chapitre III Etude hydrologique

N° Longueur H max Hmin Pente Pente


surface
SB (m) (m) (m) (m/m) (%)
(Km2)
61.2 0,0415 382,69 919,68 924,54 0,01269957 1,26995741

62 0,0204 117,05 917,74 926,54 0,07518155 7,51815463

63.1 0,0102 163,1 916,53 926,54 0,06137339 6,13733906

63.2 0,0143 219,47 916,53 926,54 0,04560988 4,56098783

64 0,0329 267,5 913,42 926,54 0,04904673 4,9046729

65 0,0269 180,03 916,22 926,54 0,05732378 5,73237794

66 0,0211 250,58 911,67 926,54 0,05934233 5,93423258

67 0,0094 82,14 917,97 926,54 0,10433406 10,4334064

68 0,013 142,8 915,51 926,54 0,0772409 7,72408964

69 0,0126 158,17 912,74 926,54 0,0872479 8,72478978

70.1 0,0421 283,86 911,36 926,54 0,05347707 5,34770662

70.2 0,0134 156,28 911,36 926,54 0,09713335 9,71333504

71 0,0295 205,9 904,85 926,54 0,1053424 10,5342399

43
Chapitre III Etude hydrologique

Tableau III.7 : Calcul du temps de concentration (temps d’entrée Te).

L (long PENTE formule de kerpich formule de Passini formule de Venturamoyenne de


n° talweg) MOY surface TC=32.5 .10-5 L0.77.I-0.385 TC=0.108 (A.L)1/3/I1/2 TC=0.1272 (A /I) 1/2 temps de
BV (m) (%) (km2) concentration
Tc (h) Tc (min) Tc (h) Tc (min) Tc (h) Tc (min) Tc (h)
2 192,05 6,9877636 0,0126 0,05188504 3,11310252 0,0548508 3,29104779 0,05401362 3,24081718 0,05358315

3 155,26 1,92580188 0,0064 0,07234754 4,34085242 0,07766007 4,65960448 0,07332825 4,39969474 0,07444529

4.1 150,17 4,64806553 0,0062 0,05022878 3,01372657 0,04891544 2,93492613 0,04645654 2,78739223 0,04853358

4.2 140,53 2,16323917 0,0091 0,06406934 3,84416066 0,07970305 4,78218328 0,0825003 4,95001813 0,07542423

5 192,8 5,47717842 0,012 0,05715726 3,42943536 0,06103441 3,66206448 0,05953869 3,57232152 0,05924345

6 71,43 5,05389892 0,0055 0,02744576 1,64674552 0,03518506 2,11110342 0,0419619 2,51771421 0,03486424

7.1 98,15 2,21090168 0,0058 0,04819252 2,89155139 0,0601975 3,61185015 0,0651503 3,90901776 0,05784677

7.2 120,32 2,61801862 0,004 0,05282311 3,16938672 0,05230823 3,13849359 0,04971996 2,9831974 0,0516171

8 132,67 2,87178714 0,0076 0,05495785 3,2974711 0,06390621 3,83437269 0,06543616 3,92616941 0,06143341

9 98,46 1,56408694 0,0092 0,05519541 3,31172479 0,08355566 5,01333948 0,09755524 5,85331411 0,07876877

10 92,84 2,61740629 0,0069 0,04326722 2,59603339 0,05754615 3,45276888 0,06530946 3,91856754 0,05537428

11 117,6 0,90136054 0,0042 0,0782458 4,69474826 0,08992077 5,39524625 0,08682854 5,20971223 0,08499837

12.1 211,69 2,32415324 0,0101 0,08543989 5,12639354 0,09126381 5,47582884 0,08385238 5,03114308 0,08685203

44
Chapitre III Etude hydrologique

L (long PENTE formule de kerpich formule de Passini formule de Ventura moyenne de


n° talweg) MOY surface TC=32.5 .10-5 L0.77.I-0.385 TC=0.108 (A.L)1/3/I1/2 TC=0.1272 (A /I) 1/2 temps de
BV (m) (%) (km2) concentration
Tc (h) Tc (min) Tc (h) Tc (min) Tc (h) Tc (min) Tc (h)
12.2 231,71 2,24850028 0,0168 0,09277096 5,56625766 0,11329967 6,79798005 0,10995001 6,59700069 0,10534021

13 162,24 2,16346154 0,012 0,07156036 4,29362182 0,09168442 5,50106544 0,0947334 5,68400427 0,08599273

14 164,02 0,98768443 0,0133 0,09759462 5,85567741 0,14093888 8,45633252 0,14760594 8,85635627 0,12871315

15 145,95 2,02809181 0,0106 0,06762259 4,05735527 0,08771017 5,26261002 0,09195942 5,51756539 0,08243073

16 191,29 2,19561922 0,0152 0,08077686 4,84661144 0,10402966 6,24177984 0,10583526 6,35011578 0,09688059

19 297,33 0,56839202 0,0272 0,19087002 11,4522011 0,28754268 17,2525607 0,27825795 16,6954768 0,25222355

20 154,3 2,44977317 0,0155 0,0656314 3,93788395 0,09227698 5,53661864 0,10117892 6,07073498 0,08636243

21 177,38 1,93370166 0,0213 0,08003501 4,80210052 0,12096427 7,25785614 0,13350028 8,01001683 0,11149985

22 212,21 1,62103577 0,0148 0,09833835 5,90030093 0,12422337 7,45340226 0,12154068 7,29244094 0,1147008

24 195,62 3,3585523 0,0133 0,06977551 4,18653044 0,08105304 4,86318264 0,08004549 4,80272948 0,07695801

25.1 174,34 3,34404038 0,0079 0,0639609 3,83765386 0,06570968 3,94258102 0,06182511 3,70950662 0,0638319

25.2 172,91 3,19819559 0,007 0,06465713 3,87942771 0,0643592 3,86155193 0,05950913 3,57054796 0,06284182

26.1 98,22 2,4842191 0,0067 0,046103 2,76618006 0,05960102 3,57606141 0,06605863 3,96351782 0,05725422

26.2 128,89 2,59135697 0,0048 0,05591704 3,35502241 0,0571672 3,43003226 0,05474496 3,28469734 0,05594307

45
Chapitre III Etude hydrologique

n° L (long PENTE surface formule de formule de moyenne de


talweg) MOY (km2) kerpich TC=32.5 .10-5 formule de TC=0.108 Ventura TC=0.1272 temps de
BV (m) (%) L0.77.I-0.385 Passini (A.L)1/3/I1/2 (A /I) 1/2 concentration
Tc (h) Tc (min) Tc (h) Tc (min) Tc (h) Tc (min) Tc (h)
27 128,53 1,96841204 0,0062 0,0620272 3,72163191 0,07136706 4,28202368 0,07138796 4,28327738 0,06826074

28 193,31 2,78826755 0,0103 0,07427547 4,45652839 0,08136801 4,88208083 0,0773105 4,63863021 0,07765133

29 158,02 2,23389444 0,0102 0,0692632 4,15579175 0,08472206 5,08332361 0,08595198 5,15711865 0,07997908

30 143,85 2,05769899 0,0052 0,06650005 3,99000278 0,06834455 4,10067314 0,06394371 3,83662287 0,06626277

31 191,17 3,59366009 0,0099 0,06678744 4,00724659 0,07047043 4,22822561 0,06676306 4,00578338 0,06800698

32 193,64 5,2881636 0,0192 0,05812958 3,48777482 0,07275621 4,36537274 0,07664526 4,59871542 0,06917702

33 151,66 7,67506264 0,0141 0,04172511 2,50350682 0,05022418 3,01345074 0,05451998 3,27119892 0,04882309

34 144,88 2,6228603 0,0133 0,06090198 3,65411888 0,08298308 4,97898463 0,09057855 5,43471285 0,07815454

35 123,6 10,5906149 0,0083 0,03148784 1,88927066 0,03347049 2,00822918 0,03560947 2,13656849 0,0335226

36 135,22 0,99837302 0,0088 0,08376395 5,02583685 0,1145386 6,87231602 0,11942136 7,16528187 0,10590797

37 260,16 3,92066421 0,0181 0,08187948 4,91276907 0,09142191 5,48531469 0,08642643 5,18558581 0,08657594

38 136,69 1,82895603 0,0074 0,06690405 4,01424289 0,0801638 4,80982779 0,08090984 4,85459036 0,07599256

39 159,28 2,31039679 0,0158 0,06879046 4,12742739 0,0966466 5,79879601 0,10518949 6,31136968 0,09020885

46
Chapitre III Etude hydrologique

L (long PENTE moyenne de


n° talweg) MOY surface formule de kerpich formule de Passini formule de Ventura temps de
BV (m) (%) (km2) TC=32.5 .10-5 L0.77.I-0.385 TC=0.108 (A.L)1/3/I1/2 TC=0.1272 (A /I) 1/2 concentration

Tc (h) Tc (min) Tc (h) Tc (min) Tc (h) Tc (min) Tc (h)


40 132,67 1,79392478 0,0076 0,06587244 3,95234626 0,0808569 4,85141395 0,08279265 4,96755911 0,07650733

41 145,12 1,86052922 0,0156 0,06959905 4,17594297 0,10396555 6,23793313 0,11647458 6,98847496 0,09667973

42 156,78 1,66475316 0,0183 0,077097 4,62581999 0,11894041 7,13642434 0,13336373 8,00182378 0,10980038

43 153,27 4,05819795 0,0186 0,05376221 3,22573235 0,07601755 4,56105273 0,08611464 5,16687815 0,0719648

44 137,97 6,21874321 0,018 0,04206705 2,52402291 0,05864867 3,51892019 0,06843402 4,1060412 0,05638325

45 126,17 8,33795673 0,0132 0,03507612 2,10456746 0,04433404 2,66004224 0,05061092 3,03665539 0,04334036

46 158,4 8,45959596 0,0179 0,04155901 2,49354089 0,05255552 3,15333127 0,05851117 3,51067047 0,05087524

47.1 144,66 9,15940827 0,0108 0,03758657 2,25519433 0,04140767 2,48446015 0,04367826 2,62069531 0,04089083

47.2 122,46 10,6238772 0,0079 0,03122626 1,87357558 0,03277097 1,96625844 0,03468639 2,08118356 0,03289454

48 230,23 6,25027147 0,017 0,0622769 3,73661382 0,0680787 4,08472206 0,06633796 3,98027778 0,06556452

49 177,94 3,13026863 0,0235 0,06664922 3,99895349 0,09834375 5,90062504 0,11021234 6,61274062 0,09173511

50 158,37 2,56993117 0,0199 0,06573728 3,94423682 0,09877302 5,9263813 0,11193165 6,71589896 0,09214732

47
Chapitre III Etude hydrologique

L (long PENTE moyenne de


n° talweg) MOY surface formule de kerpich formule de Passini formule de Ventura temps de
BV (m) (%) (km2) TC=32.5 .10-5 L0.77.I-0.385 TC=0.108 (A.L)1/3/I1/2 TC=0.1272 (A /I) 1/2 concentration

Tc (h) Tc (min) Tc (h) Tc (min) Tc (h) Tc (min) Tc (h)


51 181,79 3,15198856 0,0196 0,06757673 4,05460377 0,09291235 5,57474119 0,10030506 6,01830344 0,08693138

52 279,34 0,82694924 0,0273 0,15746227 9,4477363 0,23376685 14,0260109 0,23111547 13,866928 0,2074482

53 293,83 0,932512 0,0173 0,15631492 9,37889515 0,19229912 11,537947 0,17325387 10,3952323 0,17395597

54 278,66 0,09689227 0,0124 0,35881411 21,5288466 0,52453922 31,4723529 0,455044 27,3026397 0,44613244

55 290,38 0,81617191 0,0268 0,16305412 9,78324743 0,23690093 14,2140558 0,23049616 13,8297693 0,2101504

56 231,72 1,51044364 0,0141 0,10813095 6,48785716 0,13039643 7,82378585 0,12289788 7,37387304 0,12047509

57 238,54 1,4756435 0,0144 0,11157005 6,69420317 0,13414493 8,04869587 0,12565438 7,53926283 0,12378979

58 249,52 1,36662392 0,0154 0,11896785 7,13807108 0,14470202 8,68212148 0,13502773 8,10166373 0,1328992

59 256,3 1,32266875 0,0126 0,12298754 7,37925244 0,13880483 8,32829008 0,12415003 7,44900195 0,12864747

60 171,88 1,15196649 0,0105 0,09535699 5,72141943 0,12251108 7,35066501 0,12144002 7,28640134 0,1131027

61.1 382,69 1,26995741 0,0307 0,1701049 10,2062938 0,21786678 13,0720066 0,1977706 11,8662357 0,19524742

61.2 382,69 1,26995741 0,0415 0,1701049 10,2062938 0,24089489 14,4536932 0,22994109 13,7964653 0,21364696

48
Chapitre III Etude hydrologique

L (long PENTE moyenne de


n° talweg) MOY surface formule de kerpich formule de Passini formule de Ventura temps de
BV (m) (%) (km2) TC=32.5 .10-5 L0.77.I-0.385 TC=0.108 (A.L)1/3/I1/2 TC=0.1272 (A /I) 1/2 concentration

Tc (h) Tc (min) Tc (h) Tc (min) Tc (h) Tc (min) Tc (h)


62 117,05 7,51815463 0,0204 0,03445296 2,06717751 0,0526464 3,15878384 0,06625926 3,97555548 0,05111954

63.1 163,1 6,13733906 0,0102 0,04809507 2,88570423 0,05165572 3,09934312 0,05185578 3,11134657 0,05053552

63.2 219,47 4,56098783 0,0143 0,06776486 4,06589169 0,07403971 4,4423825 0,07122389 4,27343324 0,07100949

64 267,5 4,9046729 0,0329 0,07674283 4,60456977 0,10068357 6,04101447 0,10417896 6,25073786 0,09386846

65 180,03 5,73237794 0,0269 0,05327703 3,19662187 0,07631714 4,5790282 0,08713564 5,22813862 0,07224327

66 250,58 5,93423258 0,0211 0,06781515 4,06890908 0,07723564 4,63413852 0,07584834 4,55090016 0,07363304

67 82,14 10,4334064 0,0094 0,02312046 1,38722744 0,03067408 1,84044479 0,03818018 2,29081083 0,03065824

68 142,8 7,72408964 0,013 0,03973771 2,38426278 0,04775923 2,86555362 0,05218373 3,13102392 0,04656022

69 158,17 8,72478978 0,0126 0,04102214 2,46132813 0,04601271 2,76076267 0,04833869 2,90032154 0,04512451

70.1 283,86 5,34770662 0,0421 0,07770144 4,66208651 0,10677479 6,40648751 0,11286112 6,77166746 0,09911245

70.2 156,28 9,71333504 0,0134 0,03899888 2,33993293 0,04433455 2,660073 0,04724494 2,83469656 0,04352612

71 205,9 10,5342399 0,0295 0,04674084 2,80445041 0,06071299 3,64277928 0,06731262 4,0387574 0,05825548

49
Chapitre III Etude hydrologique

III.5. Conclusion
Dans cette partie de mémoire, on a pu monter une formulation d’intensité pluviale
spécifique à cette zone d’étude ainsi que le temps d’entrée pour chaque sous-bassin versant.

50
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Introduction
Le réseau d’assainissement est appelé à assurer la collecte et l’évacuation des eaux de
ruissellement et des eaux usées d’origine diverse. Avant de consacrer la partie
dimensionnement des collecteurs, une évaluation des débits d’eaux usées et pluviales est
indispensable et qui porte essentiellement sur l’estimation de la quantité et de la qualité des
rejets. Ces dernières varient d’une agglomération à une autre selon la vocation adoptée.
Le dimensionnement d’un réseau d’assainissement, passe par certaines phases
préliminaires, parmi les quelles on trouve, le calcul de base. Au sein de cette partie on fait une
estimation du nombre d’habitants pour un horizon de calcul donné, le choix du système
d’assainissement ainsi que le schéma de collecte et d’évacuation des eaux usées.

IV.1.Situation démographique
Le pose K et L se compose actuellement de 12009 habitants en 2012 selon le dernier
recensement national avec un taux de croissance annuelle égal à 2,8% (d’après l’APC
d’oum el bouaghi).

Selon les besoins des prévisions, il existe deux types d’estimation des populations :
l’estimation à court terme, de 5 à 10 ans, et l’estimation à long terme, de 10 à 50 ans.

Pour notre projet nous prévoyons une estimation à long terme, pour cela on se référera
à la formule de croissance géométrique à l’aide de l’équation des intérêts composés. Si on
connaît le taux de croissance annuelle de la population, on a donc :

Pn= P0 (1 + T) n

Avec :

Pn : Population à l’horizon de calcul (population futur).

P0 : Population de référence (au dernier recensement ; 2012).


T : Taux d’accroissement annuel de la population considérée ; T=2.8% d’après le service
technique de la commune (recensement 2012).
n : L’écart d’années entre les deux horizons (2012-2042) ; n = 30 années.

51
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Les résultats de la répartition de la population à différents horizons de calcul sont


représentés dans le tableau. IV.1.

Tableau. IV.1 Répartition de la population à différents horizons de calcul.

Horizon Estimation

2012 12009

2107 13787

2022 15828

2027 18171

2032 20861

2037 23949

2042 27494

IV.2.Systèmes d'évacuation du réseau d’assainissement [2]


Les systèmes d'évacuation sont composés principalement de conduites à écoulement à
surface libre, de canaux et fossé, et accessoirement de poste de pompage pour refouler les
eaux vers les collecteurs. Habituellement, on considère trois catégories de systèmes
d'évacuation, soit:
• L’égout combiné ou unitaire.
• L’égout séparatif composé d'un égout sanitaire et d'un égout pluvial.
• L’égout pseudo-séparatif.

• Système unitaire [2]


Ce système permet d’évacuer en commun toutes les eaux usées et pluviales dans une même
conduite. Ce système nécessite des ouvrages d’égout et station d’épuration relativement
importants afin de pouvoir absorber les pointes de ruissellement.

52
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

• Système séparatif [2]


Ce système comprend deux réseaux :
-Un réseau pour évacuer les eaux pluviales vers un cours d’eau.
-Un réseau pour évacuer les eaux d ‘égout ménagères et certains effluents industriels
après traitement.
Le tracé des collecteurs n’est obligatoirement pas le même, ce qui est le cas dans la plupart du
temps.
Le tracé du réseau d’eaux usées est en fonction de l’implantation des différentes entités
qu’il dessert en suivant les routes existantes. Ce réseau ne demande pas de grandes pentes vu
que les sections ne sont pas trop importantes.
Le réseau prend fin obligatoirement à la station d’épuration qui se trouve en général à la
sortie de l’agglomération.
Par contre le tracé du réseau d’eaux pluviales dépend de l’implantation des espaces
producteurs du ruissellement des eaux pluviales sont rejetées directement dans le cours d’eau
le plus proche naturel soit-il ou artificiel.

• Système pseudo- séparatif [2]


Le système pseudo séparatif est un système dans lequel on divise les apports d’eaux
pluviales en deux parties :
L’une provenant uniquement des surfaces de voirie qui s’écoule par des ouvrages
particuliers des services de la voirie municipale : caniveaux aqueducs, fossés avec évacuation
directe dans la nature. L’autre provenant des toitures et cours intérieures qui sont raccordées
au réseau d’assainissement à l’aide des mêmes branchements de ceux des eaux usées
domestiques. On recoupe ainsi les évacuations des eaux d’un même immeuble.
On propose le tableau IV.2 qui récapitule les particularités de chaque système.

53
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Tableau IV.2.Avantages et inconvénients des différents systèmes.[2]

Domaine Contraintes
Système Avantages Inconvénients
d'utilisation d'exploitation

- milieu - conception simple -débit à la STEP très - entretien régulier


récepteur - encombrement réduit variable des déversoirs
éloigné des du - la dilution des eaux d'orage et des
points de sous-sol usées est variable bassins de
collecte - à priori économique - apport de sable stockage
- topographie à - pas de risque important à la - difficulté
faible relief d'inversion station d'évaluation des
- débit d'étiage de branchement. d'épuration rejets directs vers
Unitaire
du cours d'eau - rejet direct vers le le
récepteur milieu milieu récepteur.
important. récepteur du
mélange "
eaux usées eaux
pluviales
" au droit des
déversoirs
d'orage.
- petites et - diminution des sections - encombrement - Surveillance
moyennes des collecteurs important accrue des
agglomérations - exploitation plus facile du sous-sol branchements
; de la STEP - coût - entretien d'un
- extension des - meilleure naturel d'investissement linéaire important
villes ; préservé élevé de collecteurs
Séparatif - faible débit - risque important (eaux
d'étiage du d'erreur usées et pluviales)
cours d'eau de branchement.
récepteur.

- petits et - Le problème des faux - le fonctionnement - Entretien régulier


moyennes branchements est de la des déversoirs
agglomération. éliminé. station d’épuration d'orage et des
- présence d’un - Le plus gros des eaux est bassins de
milieu pluviales étant perturbé, la charge stockage ;
Pseudo
récepteur acheminées en d’heur de polluante est - Surveillance
séparatif proche. la ville, ce qui nous variable en accrue des
donne des collecteurs qualité et en quantité branchements.
traversant la ville de
moindre dimension

54
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Collecte
d'eau
Lavabo usée Step Eaux traitées

Déversoir
d'orage
Bassin
versant
toiture Collecte d'eau Eaux non traitées
pluviale

Fig. IV.1: Schéma de principe d'un réseau unitaire. [6]

Fig. IV.2: Schéma de principe d'un réseau séparatif.[6]

55
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Eaux Collecte Traitement


domestiques Transport Rejet
+ Eau toiture Step
+ Eaux
industrielles

Eaux de
ruissellement Collecte Traitement
Transport Rejet sans
s (Bassin traitement
versant) Sans
Bouche d'égout

Fig.IV.3: schéma de principe d'un réseau pseudo- séparatif.[6]

IV.3.Choix du système d’évacuation [7]

Les paramètres prépondérants pour le choix du système en tenant compte:


• De l'urbanisation de l'agglomération et son encombrement.
• Des ouvrages existants, encore utiles pour le projet.
• Du cours d'eau récepteur.
• Comparaison des variantes (système séparatif, unitaire).
• La topographie du terrain naturel.

IV.4.Différents schémas d’évacuation [2]


Le mode d’écoulement en assainissement est généralement gravitaire, donc dépendant du
relief et de la topographie du terrain naturel, pour assurer cet écoulement gravitaire on a les
différents schémas d’évacuations suivantes :
IV.4.1.Schéma perpendiculaire [2]
Il est adopté pour les eaux pluviales des réseaux séparatifs s’il n’y a pas de traitement qui est
prévue. L’écoulement se fait directement dans le cours d’eau le plus proche. Suivant la
disposition des collecteurs par apport au cours on distingue :

56
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

• Le schéma perpendiculaire simple.


• Le schéma perpendiculaire étagé.

IV.4.2.Schéma par déplacement latéral [2]


On adopte ce type de schéma quand il y a obligation de traitement des eaux usées. Ou
toutes les eaux sont acheminées vers un seul point dans la mesure du possible.

IV.4.3.Schéma de collecteur par zones étagées [2]


C’est une transposition de schéma à déplacement latéral, mais avec une multiplication des
collecteurs longitudinaux pour ne pas charger certains collecteurs.

IV.4.4.Schéma radial [2]


C’est un schéma adopté pour les terrains plats, ou les eaux sont collectées en un point bas,
pour en suite être relevées vers :
• Un cours d’eau récepteur.
• Une station d’épuration.
• Un collecteur fonctionnant à surface libre.

IV.4.5.Schéma à collecte transversale oblique [2]


Ce schéma comporte des ramifications de collecteurs qui permettent de rapporter l’effluent
à l’aval de l’agglomération. Ce type de schéma est adopté lorsque la pente du terrain est
faible.

57
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Fig. IV.4.Schémas des types de réseaux [2]

A- Schéma perpendiculaire.
B- Schéma par déplacement latéral ou à collecteur latéral.
C- Schéma à collecteur transversal ou oblique.
D- Schéma par zone étagée ou par interception.
E- Schéma radial unique.
F- Schéma radial par zone.

58
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

IV.5.Choix du découpage des sous bassins


Le découpage des sous bassins est fait en tenant compte des paramètres suivants :
• Topographie du terrain.
• Les routes et voiries existantes.
• Nature d’occupation du sol, pour avoir des coefficients de ruissellement aussi proche que
possible.
• Limites naturelles : oueds, talweg, collines,…etc.

IV.6.Principe du tracé du réseau


Le tracé des différents collecteurs se fait en fonction des paramètres suivants :
• La topographie du site.
• Implantation des canalisations dans le domaine public.
• Les conditions de rejet.
• Emplacement des cours d’eau et talweg.
• Emplacement du cours d’eau ou de la station d’épuration.
La profondeur des canalisations doit elle aussi répondre à certain critères comme :
• La profondeur des caves avoisinante.
• La résistance de la canalisation aux efforts physique et au gel.

IV .7. Evaluation des débits d’eaux usées


IV .7.1. Généralités
Le but principal de l’évaluation des débits des eaux usées est de connaître la quantité et
la qualité des rejets liquides provenant des habitations et lieux d’activités.
Comme ces eaux ont une composition qui peut être source de maladies à transmission
hydrique (fièvre typhoïde ; fièvre paratyphoïde ; dysenterie; diarrhées infectieuses), il faut les
évacuer le plus tôt possible et par le moyen le plus sur.
D’ou ressort l’utilité de l’évaluation des quantités à traiter.

59
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

IV .7.2. Nature des eaux à évacuer


IV .7.2.1. Les eaux de ruissellement
Celles-ci proviennent des eaux pluviales, eaux de lavage des voies publiques, ainsi que
les eaux de pluies ayant servirent à certains usages industriels.
Ces eaux de ruissellement entraînent toute sorte de déchets minéraux utilisés pour le
lavage des cours et des voies publiques, de débris microscopiques des caoutchoucs venant de
l’usure des pneumatiques des véhicules et du plomb contenu dans l’essence. En outre, ces
eaux de ruissellements contiennent toute sorte de bactéries, moisissures et champignons en
quantités considérables surtout au début des pluies.

IV .7.2.2. Les eaux usées


La nature des matières polluantes contenues dans l’effluent dépend de l’origine de ces
eaux usées, on distingue:
• Les eaux usées d’origine domestique ;
• Les eaux usées d’origine industrielle.

1. Les eaux usées d’origine domestique


Ce sont des eaux qui trouvent leur origine à partir des habitations de l’agglomération,
Elles sont constituées essentiellement d’eaux vannes et d’eaux ménagères.
• Les eaux de vanne
Ce type d’eaux usées est constitué de l’urine et des matières fécales. Ces eaux renferment
des matières fermentescibles en proportion telles qu’elles doivent être évacuées sans délai et
rejetées dans le milieu naturel, après une épuration. Elles contiennent 20 à 30% de la DBO5 et
DCO et 65% de l’azote.
• Les eaux usées ménagères
Elles comprennent :
-Les eaux de toilettes, bains, douches.
-Les eaux de cuisines, vaisselles.
-Les eaux de lessives des linges.
-Les autres eaux, éviers, déchets … etc.
Remarquons que les eaux ménagères représentent une partie prépondérante de la
population. Les volumes d’eaux usées domestiques sont liés aux consommations d’eau. En

60
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

cas de très faible consommation, les eaux de vannes ne sont pratiquement que des
excrétas rejetées dans les latrines sèches.

2. Les eaux des services publics


Les eaux usées du service public proviennent essentiellement du lavage des espaces
publics et pour éteindre les incendies. Ces eaux sont généralement chargées de matières
grasses.

Les autres besoins publics seront pris en compte avec les besoins domestiques.

3. Les eaux usées industrielles :

Ces eaux proviennent de diverses usines .Elles contiennent des substances chimiques
(acide, basique) et toxiques.
La quantité d’eaux évacuées par les industries dépend de plusieurs facteurs :
- Nature de l’industrie : (Fabrications ou transformations) ;
-Procédé de fabrication utilisé ;
-Taux de recyclage effectivement réalisé.

Mis à part la quantité à évacuer, il y a toujours certains paramètres à prendre en


considération à savoir :
• Les eaux chaudes doivent avoir une température inférieure à 35°c
• Elles ne doivent pas contenir de matières corrosives, solides ou toxiques. Si non
elles doivent subir un prétraitement à l’intérieur de l’unité industrielle.

IV .7.3. La consommation en eau potable

Comme on l’a cité précédemment le débit des eaux usées total est la somme des eaux usées
domestiques plus le débit des eaux usées des équipements (pour notre cas d’étude les eaux
industrielles sont nulles)
D’une manière générale les débits seront évalués sur la base de (80%) du débit de
consommation en eau potable.

61
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

IV .7.4. Evaluation des débits d'eaux usées

IV .7.4.1. Les besoins en eau potable

L’estimation des besoins en eau d’une agglomération nous exige de donner une norme fixe

pour chaque catégorie de consommateur. Cette norme unitaire (dotation) est définie comme

un rapport entre le débit journalier et l’unité de consommateur (agent, élève, lit,…).

Cette estimation en eau dépend de plusieurs facteurs (de l’évolution de la population, des

équipements sanitaires, du niveau de vie de la population,…). Elle diffère aussi d’une période

à une autre et d’une agglomération à autre.

Consommation moyenne journalière

La consommation moyenne journalière est le produit de la norme unitaire moyenne

journalière, exprimé en mètre cube par jour par le nombre de consommateur.

Qmoy, j= (Qi. Ni)/1000 (m3/j)

Avec :

Qmoy, j : consommation moyenne journalière en m3/j ;

Qi : dotation journalière en l/j/hab ;

Ni : nombre de consommateurs ;

Besoins en eau par catégorie

• Besoins domestiques

Dans une agglomération donnée, la consommation en eau dépend essentiellement de

développement sanitaire et les habitudes de la population. Pour les petites agglomérations la

dotation varie de 80 à 100 l/j/hab et de 150 à 200 l/j/hab pour les grandes agglomérations.

Pour notre cas et d’après les services de l’Hydraulique et comme notre agglomération est

grande, les besoins seront estimés sur la base de la dotation de 200 l/j/hab.

Qmoy j = Nombre d’habitant * Dotation

62
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Qmoy j =12009*200= 2401800 l/j=2401800/1000=2401,8 m3/j

• Besoins d’équipements

Tableau. IV.3 : Evaluation des équipements.

équipements Unités de mésures nombre Dotation (l/j/unité) Qmoy,j(l/s)

Maison de culture Employé 20 5 0,1

Polyvalente Employé 30 5 0,15

EMIFOR Employé 20 5 0,1

Sonelgaz Employé 25 5 0,13

UGTA Employé 5 5 0,03

Hôtel Lit 78 10 0,78

SNTA Employé 20 5 0,1

C. Information Stagère 620 5 3,1

CAS Employé 20 5 0,1

Poste Employé 20 5 0,1

FLN Employé 15 5 0,08

PTT Employé 21 5 0,11

CNR Employé 18 5 0,09

CNASAT Employé 17 5 0,09

ACR Employé 16 5 0,08

Stade Joueur 220 10 2,2

BDL Employé 15 5 0,08

4 écoles Elève 1674 100 167,4

63
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Tableau. IV.3 : Evaluation des équipements (Suite et fin).

équipements Unités de nombre Dotation Qmoy,j (l/s)


mésures (l/j/unité)

2 CEM élève 1013 100 101,3

Cité universitaire étudiant 330 100 33

16 Cafétéria Client 2000 12 24

31 Restaurants Repas 2000 12 24

Crèche Enfant 320 10 3,2

6 Bibliothèques Lecteur 6 5 0,03

2 Mosquées 3600 10 36

6Boucheries Unité 6 5 0,03

3 Boulangeries Unité 3 5 0,02

4 Douches Unité 4 100 0,4

8 Lavage Unité 8 100 0,8

14 Coiffures Unité 14 5 0,07

33 Taxi Phone Unité 33 5 0,17

Gendarmerie Employé 250 5 1,25

64
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Tableau. IV.4 : Récapitulation des besoins en eaux du POS « K+L».

Catégorie des besoins Qmoy, j (m3/j)

Domestiques 2401,8

équipements 399,1

Total 2800,9

IV .7.4.2. Etude des variations de la consommation

Introduction :
Avant tout projet d’alimentation en eau potable, il faut connaître le régime de consommation
de l’agglomération qui est utile pour le régime du travail des éléments du système et leur
dimensionnement.
La méthode la plus valable pour la détermination du régime de consommation est l’étude en
analysant le fonctionnement du système de distribution dans l’agglomération existante. Par
analogie avec cette méthode on adopte un régime ou bien un graphique de consommation
d’eau pour l’agglomération considéré.

Variation des débits de consommation dans le temps :


Les débits de consommation sont soumis à plusieurs variations dans le temps :
• Variations annuelles qui dépendent du niveau de vie de l’agglomération considérée ;
• Variations mensuelles et saisonnières qui dépendent de l’importance de la ville ;
• Variations journalières qui dépendent du jour de la semaine où la consommation est
plus importante au début de la semaine qu’en fin de semaine;
• Variations horaires qui dépendent du régime de consommation de la population.

Coefficient d’irrégularité :
Coefficient d’irrégularité maximale (Kmax,j) :
Du fait de l’existence d’une irrégularité de la consommation horaire au cours de la journée, on
doit tenir compte de cette variation en déterminant le rapport :
Kmax,j = Qmax,j / Qmoy,j
65
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Qui exprime de combien le débit maximum journalier dépasse le débit moyen journalier.
La valeur de Kmax,j varie entre 1,1 et 1,3. Pour notre cas on prend Kmax,j = 1,2 pour les
besoins domestiques par contre pour les besoins d’arrosage et d’industrie on prend
Kmax,j =.1
Ce coefficient consiste à prévenir les fuites et les gaspillages au niveau du réseau en majorant
la consommation moyenne de 10% à 30%.

Coefficient d’irrégularité minimale (Kmin,j) :


Il est défini comme étant le rapport de la consommation moyenne journalière, donné par la
relation suivante :
Kmin,j = Qmin,j / Qmoy,j

Ce coefficient permet de déterminer le débit minimum journalier envisageant une sous


consommation. Kmin,j varie de 0,7 à 0,9. Dans notre cas en prend Kmin,j= 0,8

Coefficient d’irrégularité maximale horaire (Kmax,h) :


Ce coefficient représente l’augmentation de la consommation horaire pour la journée. Il
tient compte de l’accroissement de la population ainsi que le degré du confort et du régime de
travail de l’industrie.
D’une manière générale, ce coefficient peut être décomposé en deux autres coefficients :
αmax et βmax ; tel que :
Kmax,h = αmax . βmax

Avec :
- αmax : coefficient qui tient compte du confort des équipements de l’agglomération et de
régime du travail, varie de 1,2 à 1,5 et dépend du niveau de développement local. Pour notre
cas on prend αmax = 1,3.
- βmax : coefficient étroitement lié à l’accroissement de la population. Le tableau IV.5
donne Sa variation en fonction du nombre d’habitants.

66
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Tableau. IV.5 : βmax en fonction du nombre d’habitants.

Habitant <1000 1500 2500 4000 6000 10000 20000 50000

βmax 2 1,8 1,6 1,5 1,4 1,3 1,2 1,15

Pour notre cas on a un nombre d’habitants de 12009 habitants, donc βmax = 1,28, d’où la
valeur de Kmax,h sera :
Kmax,h = 1,3*1,28 = 1,66 Kmax,h= 1,66

• Détermination des débits journaliers :


Consommation maximale journalière (Qmax,j) :

Ce débit relatif au jour de plus grande consommation pendant l’année est utilisé comme
élément de base dans les calculs de dimensionnement du réseau de distribution et d’adduction,
il nous permet de dimensionner le réservoir et la station de pompage.
Ce débit est donné ainsi :
Qmax,j = Kmax,j. Qmoy,j
Avec :
- Qmax,j : débit maximum journalier en m3/j ;
- Qmoy,j : débit moyen journalier en m3/j ;
- Kmax,j : coefficient d’irrégularité maximale journalière =1,2.

Donc :
Qmax, j = 1,2*2401,8 = 2882,16 m3/j
Qmax,j = 2882,16 m3/j

• Détermination des débits horaires :


Généralement on détermine les débits horaires en fonction du développement, des habitudes
de la population et du régime de consommation probable.

67
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

• Débit moyen horaire :


Le débit moyen horaire est donné par la relation suivante :

Qmoy,h = Qmax,j/24 ( m3/h )


Avec :
- Qmoy,h : débit moyen horaire en m3/h ;

-Qmax,j : débit maximum journalier en m3/j .

Donc : Qmoy,h = 2882,16 /24 = 120,09 m3/h .

Qmoy,h = 120,09 m3/h

• Détermination du débit maximum horaire :


Ce débit joue un rôle très important dans les différents calculs du réseau de distribution, il est
déterminé par la relation suivante :
Qmax,h = Kmax,h. Qmoy,h
Avec :
- Qmoy,h : débit moyen horaire en m3/h ;
- Kmax,h : coefficient d’irrégularité maximale horaire .
On a donc :
Qmax,h = 1,66*120,09 = 195,75 m3/h
Qmax,h = 195,75m3/h
Qmax,h = 195,75/3600 = 0,0544 m3/s = 0,0544*1000 = 54,4 l/s

QP = Qmoy j * KP
KP : coefficient de pointe
KP = Kmax j *αmax*βmax
Kmax j= 1,2
αmax =1, 3
βmax =1,25
KP = 1,2*1,3*1,25 = 1,95
QP = 2401, 8*1, 95= 4683, 51 m3/j

68
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

QP= 4683, 51 /86400 = 0, 0542 m3/s


QP= 0, 0542*1000 = 54, 2 l/s
Qp domestique = 54, 2 l/s

Le débit des équipements = 399,1 m3/j = 4,62 l/s

Le débit total de pointe = débit de pointe domestique + débit des équipements

=54,2+4,62= 58,82 l/s

Le débit total de pointe (eau potable)= 58,82 l/s

Qp=58,82 l/s

IV .7.4.3. Débit des eaux usées


Qp eaux sanitaire = Qp AEP *krejet
-k rejet =80%
Qp usée = (58, 82 * 80)/ 100 = 47, 06 l/s

Qp uséé =47, 06 l/s


La somme de toute la longueur du réseau d assainissement d’eau usées du POS « K+L »
est ΣL i = 14965 m
Calcul du débit spécifique
q = 47, 06 / 14965 =0, 00314 l/s/m
q= 0.00314 l/s.m

IV .7.4.4. Calcul du débit des eaux usées des tronçons.


Le débit des eaux usées transitant dans un tronçon sera calculé comme suit:
QEU(i) = qsp × Li
Tel que:
Qeu(i): débit des eaux usées correspondant au tronçon "i" (l/s)
Qsp: débit spécifique (l/s/m)
Li: la longueur de chaque tronçon en(m).

69
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Tableau. IV.6 : débits des eaux usées cumulés au du débit de chaque tronçon du collecteur
(Nœud 1- Rejet 1).

Débit partielle
Tronçon Longueur Débits (l/s) Débit cumulés
(m)
spécifique
(l/s)
(l/s.m)
RA6-RA7 36 0 0 0
RA7-RA8 43 0,00314 0,13502 0,13502
RA8-RA9 56 0,00314 0,17584 0,31086
RA9-RA10 45 0,00314 0,1413 0,45216
Ra’3-Ra’4 33 0 0 0
Ra’4-Ra’5 24 0,00314 0,07536 0,15072
Ra’5-Ra’6 47 0,00314 0,14758 0,14758
Ra’6-Ra’7 38 0,00314 0,11932 0,2669
Ra’7-RA10 42 0,00314 0,13188 0,39878
RA10RA11 47 0,00314 0,14758 0,99852
Ra’1-RA11 36 0 0 0
RA11RA12 57 0,00314 0,17898 0,99852
RA12RA13 63 0,00314 0,19782 1,19634
RA13RA14 29 0,00314 0,09106 1,2874
Ra”1-Ra”2 32 0 0 0
Ra”2-Ra”3 49 0,00314 0,15386 0,15386
Ra”3-Ra”4 25 0,00314 0,0785 0,23236
Ra”5-Ra”6 42 0 0 0
Ra”6-Ra”4 38 0,00314 0,11932 0,11932
Ra”4-Ra”7 70 0,00314 0,2198 0,57148
Ra”7-Ra”8 21 0,00314 0,06594 0,63742
Ra”8-Ra”9 33 0,00314 0,10362 0,74104
Ra”9-Ra”10 43 0,00314 0,13502 0,87606
Ra”10Ra”11 47 0,00314 0,14758 1,02364
Ra”12-Ra”13 39 0 0 0
Ra”13-Ra”14 34 0,00314 0,10676 0,10676
Ra”14-Ra”17 29 0,00314 0,09106 0,19782
Ra”15-Ra”16 29 0,00314 0,09106 0,09106
Ra”16-Ra”17 36 0,00314 0,11304 0,2041
Ra”17-Ra”11 43 0,00314 0,13502 0,53694
Ra”11-RA14 46 0,00314 0,14444 1,70502
Ra”18-Ra”19 38 0 0 0
Ra”19-RA14 37 0,00314 0,11618 0,11618
RA14-RA15 40 0,00314 0,1256 3,2342
RA15-RA16 65 0,00314 0,2041 3,4383
Ra”20-Ra”21 57 0,00314 0,17898 0,17898
Ra”22-Ra”23 59 0,00314 0,18526 0,18526
70
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Tableau. IV.6 : débits des eaux usées cumulés au du débit de chaque tronçon du collecteur
(Nœud 1- Rejet 1) (suite).
Débit spécifique Débit partielle Débit
Tronçon Longueur (m) (l/s.m) (l/s) cumulé (l/s)
Ra”21-RA16 23 0,00314 0,07222 0,6908
RA16-RA17 62 0,00314 0,19468 432,378
RA17-RA18 47 0,00314 0,14758 447,136
Ra’8-Ra’9 37 0 0 0
Ra’9-Ra’10 62 0,00314 0,19468 0,19468
Ra’11-Ra’10 53 0 0 0
Ra’10-Ra’12 61 0,00314 0,19154 0,38622
Ra’12-Ra’13 57 0,00314 0,17898 0,5652
Ra’13-RA19 42 0,00314 0,13188 0,69708
RA18-RA19 45 0,00314 0,1413 461,266
RA19-RA20 15 0,00314 0,0471 535,684
RA20-RA21 40 0,00314 0,1256 548,244
RA21-RA22 58 0,00314 0,18212 566,456
RA22-RA23 57 0,00314 0,17898 584,354
Ra’21-Ra’22 43 0 0 0
Ra’22-Ra’23 52 0,00314 0,16328 0,16328
Ra’23-Ra’24 52 0,00314 0,16328 0,32656
Ra’24-Ra’25 70 0,00314 0,2198 0,54636
Ra’25-Ra’26 11 0,00314 0,03454 0,5809
Ra’26-RA23 46 0,00314 0,14444 0,72534
RA23-RA24 53 0,00314 0,16642 67,353
RA24-RA25 69 0,00314 0,21666 695,196
RA25-RA26 48 0,00314 0,15072 710,268
RA26-RA27 22 0,00314 0,06908 717,176
RA27-RA28 78 0,00314 0,24492 741,668
Ra’27-Ra’28 47 0 0 0
Ra’28-Ra’29 40 0,00314 0,1256 0,1256
Ra’29-RA28 22 0,00314 0,06908 0,19468
RA28-RA29 49 0,00314 0,15386 776,522
RA29-RA30 64 0,00314 0,20096 796,618
RA30-RA31 28 0,00314 0,08792 80,541
Ra’30-RA31 41 0 0 0
RA31-RA32 65 0,00314 0,2041 82,582
RA32-RA33 35 0,00314 0,1099 83,681
RA33-RA34 42 0,00314 0,13188 849,998
RA34-RA35 39 0,00314 0,12246 862,244
RA35-RA36 22 0,00314 0,06908 869,152
RA36-RA37 79 0,00314 0,24806 893,958
RA37-RA38 65 0,00314 0,2041 914,368

71
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Tableau. IV.7 : débits des eaux usées cumulés au du débit de chaque tronçon du collecteur
(Nœud 24-Rejet 2)
Débit
Longueur spécifique Débit partielle Débits cumulés
Tronçon (m) (l/s.m) (l/s) (l/s)
Rc1-Rc2 31 0 0 0
Rc’9-Rc2 61 0 0 0
Rc2-Rc3 25 0,00314 0,0785 0,0785
Rc3-Rc4 40 0,00314 0,1256 0,2041
Rc4-Rc5 34 0,00314 0,10676 0,31086
Rc5-Rc6 34 0,00314 0,10676 0,41762
Rc’1-Rc’2 30 0 0 0
Rc’2-Rc’3 30 0,00314 0,0942 0,0942
Rc’3-Rc’4 58 0,00314 0,18212 0,27632
Rc’4-Rc’5 43 0,00314 0,11137 0,38769
Rc'5-Rc'6 43 0,00314 0,13502 0,52271
Rc'7-Rc'8 64 0 0 0
Rc'8-Rc'6 53 0,00314 0,16642 0,16642
Rc'6-Rc6 64 0,00314 0,20096 0,89009
Rc6-Rc7 46 0,00314 0,14444 1,45215
Rc’10Rc’11 54 0 0 0
Rc’11-Rc7 48 0,00314 0,15072 0,15072
Rc7-Rc8 39 0,00314 0,12246 1,72533
Rc'12-Rc'13 46 0 0 0
Rc'13-Rc'14 37 0,00314 0,11618 0,11618
Rc'14-Rc8 30 0,00314 0,0942 0,21038
Rc8-Rc9 34 0,00314 0,10676 2,04247
Rc’23-Rc9 33 0 0 0
Rc9-Rc10 22 0,00314 0,06908 2,11155
Rc’24-Rc10 32 0 0 0
Rc10-Rc11 25 0,00314 0,0785 2,19005
Rc’15-Rc'16 24 0 0 0
Rc’16-Rc’17 32 0,00314 0,10048 0,10048
Rc’18-Rc’17 22 0 0 0
Rc’17-Rc’21 23 0,00314 0,07222 0,1727
Rc’19-Rc’20 26 0 0 0
Rc’20-Rc’21 28 0,00314 0,08792 0,08792
Rc’21-Rc’22 23 0,00314 0,07222 0,33284
Rc’22-Rc11 42 0,00314 0,13188 0,46472
Rc11-Rc12 27 0,00314 0,08478 2,73955
Rc’25-Rc12 34 0 0 0
Rc12-Rc13 43 0,00314 0,13502 2,87457
Rc13-Rc14 49 0,00314 0,15386 3,02843
Rc14-Rc15 42 0,00314 0,13188 3,16031
Rc15-Rc16 31 0,00314 0,09734 3,25765
Rc16-Rc17 47 0,00314 0,14758 3,40523
Rc17-Rc18 43 0,00314 0,13502 3,54025

72
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Débit
Longueur spécifique Débit partielle Débits cumulés
Tronçon (m) (l/s.m) (l/s) (l/s)
Rc18-Rc19 49 0,00314 0,15386 3,69411
Ra’14-Ra’15 52 0 0 0
Ra’15-Ra’16 68 0,00314 0,21352 0,21352
Ra’16-Ra’17 65 0,00314 0,2041 0,41762
Ra’17-Ra’18 55 0,00314 0,1727 0,59032
Ra’18-Ra’19 34 0,00314 0,10676 0,69708
Ra’20-Ra’19 72 0 0 0
Ra’19-Ra’44 29 0,00314 0,09106 0,78814
Ra’44-Ra’45 58 0,00314 0,18212 0,97026
Ra’45-Ra’46 79 0,00314 0,24806 1,21832
Ra'46-Rc19 80 0,00314 0,2512 1,46952
Rc19-Rc20 50 0,00314 0,157 5,32063
Rc20-Rc21 52 0,00314 0,16328 5,48391
Rc’30-Rc21 30 0 0 0
Rc21-Rc22 24 0,00314 0,07536 5,55927
Rc22-Rc23 27 0,00314 0,08478 5,64405
Rc’26-Rc’27 30 0 0 0
Rc’27-Rc’28 30 0,00314 0,0942 0,0942
Rc’29-Rc’28 39 0 0 0
Rc’28-Rc23 46 0,00314 0,14444 0,23864
Rc23-Rc24 20 0,00314 0,0628 5,94549
Rc24-Rc25 24 0,00314 0,07536 6,02085
Rc25-Rc26 38 0,00314 0,11932 6,14017
Rc26-Rc27 26 0,00314 0,08164 6,22181
Rc27-Rc28 28 0,00314 0,08792 6,30973
Rc28-Rce29 49 0,00314 0,15386 6,46359
Ra’31-Ra’32 46 0 0 0
Ra’32-Ra’33 61 0,00314 0,19154 0,19154
Ra’34-Ra’33 64 0 0 0
Ra’33-Ra’35 23 0,00314 0,07222 0,26376
Ra’36-Ra’35 60 0 0 0
Ra’35-Ra’37 24 0,00314 0,07536 0,33912
Ra’38-Ra’39 35 0 0 0
Ra’39-Ra’37 35 0,00314 0,1099 0,1099
Ra’37-Ra’40 26 0,00314 0,08164 0,53066
Ra’41-Ra’42 35 0 0 0
Ra’42-Ra’40 39 0,00314 0,12246 0,12246
Ra’40-Ra’43 61 0,00314 0,19154 0,84466
Ra’43-Ra’47 66 0,00314 0,20724 1,0519
Ra’47-Ra’48 52 0,00314 0,16328 1,21518
Ra’48-Rce29 44 0,00314 0,13816 1,35334
RE1-RE2 44 0 0 0
RE2-RE3 24 0,00314 0,07536 0,07536
RE3-RE4 40 0,00314 0,1256 0,20096
RE4-RE5 9 0,00314 0,02826 0,22922

73
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Débit
Longueur spécifique Débit partielle Débits cumulés
Tronçon (m) (l/s.m) (l/s) (l/s)
Re’1-Re’2 38 0 0 0
Re’2-RE5 37 0,00314 0,11618 0,11618
RE5-RE6 23 0,00314 0,07222 0,41762
RE6-RE7 7 0,00314 0,02198 0,4396
Re’3-Re’4 44 0,00314 0,13816 0,13816
Re’4-RE7 31 0,00314 0,09734 0,2355
RE7-RE8 18 0,00314 0,05652 0,73162
RE8-RE9 35 0,00314 0,1099 0,84152
Re’5-Re’6 46 0 0 0
Re’6-RE9 28 0,00314 0,08792 0,08792
RE9-RE10 27 0,00314 0,08478 1,01422
RE10-RE11 27 0,00314 0,08478 1,099
RE11-RE12 15 0,00314 0,0471 1,1461
RE12-RE13 58 0,00314 0,18212 1,32822
RE13-RE14 30 0,00314 0,0942 1,42242
Re’7-Re’9 69 0 0 0
Re’8-Re’9 70 0 0 0
Re’9-RE14 36 0,00314 0,11304 0,11304
RE14-RE15 53 0,00314 0,16642 1,70188
Re’10-Re’11 57 0 0 0
Re’11-RE15 51 0,00314 0,16014 0,16014
RE15-RE16 47 0,00314 0,14758 2,0096
Re’12-Re’13 40 0 0 0
Re’13-RE16 66 0,00314 0,20724 0,20724
RE16-RE17 55 0,00314 0,1727 2,38954
RE17-RE18 36 0,00314 0,11304 2,50258
Re’14-Re’15 44 0 0 0
Re’15-Re’16 24 0,00314 0,07536 0,07536
Re’16-RE18 41 0,00314 0,12874 0,2041
RE18-RE19 43 0,00314 0,13502 2,8417
Re’17-Re’18 29 0 0 0
Re’18-Re’19 20 0,00314 0,0628 0,0628
Re’19-RE19 34 0,00314 0,10676 0,16956
RE19-RE20 31 0,00314 0,09734 3,1086
Re’20-Re’21 32 0 0 0
Re’21-RE20 45 0,00314 0,1413 0,1413
RE20-RE21 31 0,00314 0,09734 3,34724
Re’22-Re’23 50 0 0 0
Re’23-RE21 53 0,00314 0,16642 0,16642
RE21-RE22 38 0,00314 0,11932 3,63298
RE22-RE23 39 0,00314 0,12246 3,75544
Re’24-Re’25 39 0 0 0
Re’26-Re’27 31 0 0 0
Re’27-Re’25 29 0,00314 0,09106 0,09106
Re’25-RE23 46 0,00314 0,14444 0,2355

74
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Débit
Longueur spécifique Débit partielle Débits cumulés
Tronçon (m) (l/s .m) (l/s) (l/s)
RE23-RE24 39 0,00314 0,12246 4,1134
RE24-RE25 23 0,00314 0,07222 4,18562
RE25-RE26 36 0,00314 0,11304 4,29866
RE26-RE27 25 0,00314 0,0785 4,37716
RE27-RE28 24 0,00314 0,07536 4,45252
RE28-RE29 34 0,00314 0,10676 4,55928
RE29-RE30 38 0,00314 0,11932 4,6786
Re’28-Re’29 30 0 0 0
Re’29-Re’30 47 0,00314 0,14758 0,14758
Re’30-RE30 46 0,00314 0,14444 0,29202
RE30-Rce29 60 0,00314 0,1884 5,15902
Rce29-Rc30 34 0,00314 0,10676 13,08271
Rc30-Rc31 44 0,00314 0,13816 13,22087
Rc'31-Rc'32 46 0 0 0
Rc'32-Rc'33 68 0,00314 0,21352 0,21352
Rc'33-Rc31 66 0,00314 0,20724 0,42076
0,00314 0 13,64163

Tableau. IV.8 : débits des eaux usées cumulés au du débit de chaque tronçon du collecteur
(Nœud 49-Rejet 3).

Débit
Longueur spécifique Débit partielle Débits cumulés
Tronçon (m) (l/s.m) (l/s) (l/s)
Rd1-Rd2 41 0 0 0
Rd2-Rd3 75 0,00314 0,2355 0,2355
Rd3-Rd4 68 0,00314 0,21352 0,44902
Rd4-Rd5 63 0,00314 0,19782 0,64684
Rd5-Rd6 46 0,00314 0,14444 0,79128
Rd6-Rd7 45 0,00314 0,1413 0,93258
Rd7-Rd8 47 0,00314 0,14758 1,08016
Rd8-Rd9 28 0,00314 0,08792 1,16808
Rd9-Rd10 65 0,00314 0,2041 1,37218
Rd10-Rd11 63 0,00314 0,19782 1,57
Rd11-Rd12 53 0,00314 0,16642 1,73642
Rd12-Rd13 50 0,00314 0,157 1,89342
Rd13-Rd14 38 0,00314 0,11932 2,01274
Rd14-Rd15 17 0,00314 0,05338 2,06612
Rd15-Rd16 43 0,00314 0,13502 2,20114
Rd16-Rd17 56 0,00314 0,17584 2,37698
Rd17-Rd18 58 0,00314 0,18212 2,5591
Rd18-Rd19 62 0,00314 0,19468 2,75378
Rd19-Rd20 43 0,00314 0,13502 2,8888
Rh1-Rh2 48 0 0 0
75
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Débit
Longueur spécifique Débit partielle Débits cumulés
Tronçon (m) (l/s.m) (l/s) (l/s)
Rh2-Rh3 42 0,00314 0,13188 0,13188
Rh3-Rh4 38 0,00314 0,11932 0,2512
Rh4-Rh5 40 0,00314 0,1256 0,3768
Rh5-Rh6 44 0,00314 0,13816 0,51496
Rh6-Rh7 33 0,00314 0,10362 0,61858
Rh7-Rh8 40 0,00314 0,1256 0,74418
Rh8-Rd20 47 0,00314 0,14758 0,89176
Rd20-Rd21 31 0,00314 0,09734 3,8779
Rd21-Rd22 31 0,00314 0,09734 3,97524
Rd22-Rd23 37 0,00314 0,11618 4,09142
Rd’1-Rd’2 24 0 0 0
Rd’2-Rd’3 36 0,00314 0,11304 0,11304
Rd’3-Rd’4 33 0,00314 0,10362 0,21666
Rd’4-Rd’5 29 0,00314 0,09106 0,30772
Rd’5-Rd’6 46 0,00314 0,14444 0,45216
Rd’7-Rd’8 18 0 0 0
Rd’8-Rd’9 24 0,00314 0,07536 0,07536
Rd’9-Rd’10 32 0,00314 0,10048 0,17584
Rd’11-Rd’10 31 0 0 0
Rd’10-Rd’12 33 0,00314 0,10362 0,27946
Rd’12-Rd’6 27 0,00314 0,08478 0,08478
Rd’6-Rd’13 50 0,00314 0,157 0,69394
Rd’14-Rd’15 43 0 0 0
Rd’15-Rd’16 50 0,00314 0,157 0,157
Rd’17-Rd’16 38 0 0 0
Rd’16-Rd’18 24 0,00314 0,07536 0,23236
Rd’18-Rd’13 36 0,00314 0,11304 0,3454
Rd’13-Rd23 51 0,00314 0,16014 1,19948
Rd23-Rd24 30 0,00314 0,0942 5,3851
Rd24-Rd25 29 0,00314 0,09106 5,47616
Rd’19-Rd’20 43 0 0 0
Rd’20-Rd’21 26 0,00314 0,08164 0,08164
Rd’22-Rd’23 48 0 0 0
Rd’23-Rd’24 38 0,00314 0,11932 0,11932
Rd’24-Rd’25 37 0,00314 0,11618 0,2355
Rd’25-Rd’21 28 0,00314 0,08792 0,32342
Rd’21-Rd’26 30 0,00314 0,0942 0,49926
Rd’26-Rd25 42 0,00314 0,13188 0,63114
Rd25-Rd26 79 0,00314 0,24806 6,35536
Rd26-Rd27 65 0,00314 0,2041 6,55946
Rd'32-Rd'33 31 0 0 0
Rd'33-Rd'34 45 0,00314 0,1413 0,1413
Rd'34-Rd'35 60 0,00314 0,1884 0,3297
Rd'36-Rd'37 49 0 0 0
Rd'38-Rd'37 35 0 0 0

76
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Débit
Longueur spécifique Débit partielle Débits cumulés
Tronçon (m) (l/s.m) (l/s) (l/s)
Rd'37-Rd'40 40 0,00314 0,1256 0,1256
Rd'39-Rd'40 34 0 0 0
Rd'40-Rd'41 41 0,00314 0,12874 0,25434
Rd'42-Rd'41 37 0 0 0
Rd'41-Rd'35 40 0,00314 0,1256 0,37994
Rd'35-Rd'44 40 0,00314 0,1256 0,83524
Rd'43-Rd'44 44 0 0 0
Rd'44-Rd'31 40 0,00314 0,1256 0,96084
Rd'27-Rd'28 27 0 0 0
Rd'28-Rd'29 33 0,00314 0,10362 0,10362
Rd'29-Rd'30 36 0,00314 0,11304 0,21666
Rd'30-Rd'31 26 0,00314 0,08164 0,2983
Rd'31-Rd'51 42 0,00314 0,13188 1,39102
Rd'45-Rd'46 27 0 0 0
Rd'46-Rd'47 47 0,00314 0,14758 0,14758
Rd'47-Rd'48 49 0,00314 0,15386 0,30144
Rd'48-Rd'49 59 0,00314 0,18526 0,4867
Rd'49-Rd'50 47 0,00314 0,14758 0,63428
Rd'50-Rd'51 33 0,00314 0,10362 0,7379
Rd'51-Rd27 9 0,00314 0,02826 2,15718
Rd27-Rd28 36 0,00314 0,11304 8,82968
Rd'52-Rd'53 55 0,00314 0,1727 0,1727
Rd'53-Rd'54 37 0,00314 0,11618 0,28888
Rd'54-Rd'55 25 0,00314 0,0785 0,36738
Rd'55-Rd'56 42 0,00314 0,13188 0,49926
Rd'56-Rd'57 36 0,00314 0,11304 0,6123
Rd'57-Rd'58 23 0,00314 0,07222 0,68452
Rd'58-Rd28 30 0,00314 0,0942 0,77872
Rd28-Rd29 53 0,00314 0,16642 9,77482
Rd'59-Rd'60 53 0 0 0
Rd'60-Rd'61 38 0,00314 0,11932 0,11932
Rd'61-Rd'62 43 0,00314 0,13502 0,25434
Rd'62-Rd'63 36 0,00314 0,11304 0,36738
Rd'63-Rd'64 46 0,00314 0,14444 0,51182
Rd'65-Rd'64 60 0 0 0
Rd'64-Rd'66 39 0,00314 0,12246 0,63428
Rd'66-Rd'67 44 0,00314 0,13816 0,77244
Rd'67-Rd'68 51 0,00314 0,16014 0,93258
Rd'68-Rd'69 51 04,00314 0,16014 1,09272
Rd'69-Rd'70 38 0,0031 0,11932 1,21204
Rd'70-Rd'71 33 0,00314 0,10362 1,31566
Rd'71-Rd29 23 0,00314 0,07222 1,38788
Rk1-Rk2 27 0 0 0
Rk3-Rk4 24 0 0 0
Rk4-Rk5 16 0,00314 0,05024 0,05024

77
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Débit
Longueur spécifique Débit partielle Débits cumulés
Tronçon (m) (l/s.m) (l/s) (l/s)
Rk5-Rk2 19 0,00314 0,05966 0,1099
Rk2-RK9 11 0,00314 0,03454 0,14444
Rk6-Rk7 47 0 0 0
Rk7-Rk8 30 0,00314 0,0942 0,0942
Rk8-Rk9 28 0,00314 0,08792 0,18212
RK9-RK10 26 0,00314 0,08164 0,4082
RK11-RK12 34 0 0 0
RK12-RK10 28 0,00314 0,08792 0,08792
RK10-RK13 24 0,00314 0,07536 0,57148
RK13-RK14 39 0,00314 0,12246 0,69394
RK15-RK16 30 0 0 0
RK16-RK14 49 0,00314 0,15386 0,15386
RK14-RK17 38 0,00314 0,11932 0,96712
RK17-RK18 42 0,00314 0,13188 1,099
RK19-RK20 28 0 0 0
RK20-RK18 41 0,00314 0,12874 0,12874
RK18-RK21 30 0,00314 0,0942 1,32194
RK22-RK23 24 0 0 0
RK23-RK24 30 0,00314 0,0942 0,0942
RK24-RK21 20 0,00314 0,0628 0,157
RK21-RK25 36 0,00314 0,11304 1,59198
RK26-RK27 29 0 0 0
RK27-RK28 26 0,00314 0,08164 0,08164
RK28-RK25 33 0,00314 0,10362 0,18526
RK25-RK29 34 0,00314 0,10676 1,884
RK30-RK31 22 0 0 0
RK31-RK32 26 0,00314 0,08164 0,08164
RK32-RK29 30 0,00314 0,0942 0,17584
RK29-RK33 27 0,00314 0,08478 2,14462
RK34-RK35 27 0 0 0
RK35-RK36 29 0,00314 0,09106 0,09106
RK36-RK33 22 0,00314 0,06908 0,16014
RK33-RK37 29 0,00314 0,09106 2,39582
RK37-RK38 21 0,00314 0,06594 2,46176
RK38-RK39 21 0,00314 0,06594 2,5277
RK39-RK40 23 0,00314 0,07222 2,59992
RK40-Rd29 43 0,00314 0,13502 2,73494
Rd29-Rd30 37 0,00314 0,11618 14,01382
Rd30-Rd31 34 0,00314 0,10676 14,12058
Rd31-Rd32 49 0,00314 0,15386 14,27444

78
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

IV .7.5. Evaluation des débits des eaux pluviales


Les eaux pluviales sont celles qui proviennent des précipitations atmosphériques. Sont
assimilées à des eaux pluviales celles provenant des eaux d’arrosage et de lavage des voies
publiques et privées, des jardins, des cours d’immeubles, des eaux de vidange de bassins de
natation. On prend en compte donc essentiellement des eaux de ruissellement de surface.
Pour l’estimation des eaux pluviales, on fait un découpage de l’aire de l’agglomération
en sous bassin, suivant des critères bien précis, en suite on attribue à chaque sous bassin un
coefficient de ruissellement pondéré en fonction de la nature du sol drainé. La quantification
des eaux de ruissellement est obtenue par l’application de différentes méthodes.

IV .7.5.1. Méthode rationnelle [2]


Parmi les méthodes les plus connus et les plus anciennes, dans le calcul des débits
pluviaux des réseaux d’assainissement est la méthode rationnelle qu’on peut la classer selon
sa dimension par rapport au volume ruisselé parmi les méthodes volumétriques.
La méthode appelée rationnelle remonte au milieu du 19éme siècle et qui a survécu jusqu’à
nous a peu prés dans sa forme originale. L’équation s’écrit habituellement comme suit :
0,167
Q: Débit en m3/s ;
C : Coefficient de ruissellement;
i : Intensité de pluie (mm/min) pour une durée égale au temps de concentration tc;
A: Superficie du bassin de drainage en hectares (ha) ;
ε: Coefficient qui tient compte de la période de retour de la pluie.
Exemple : ε = 0,05 pour la période décennale ε = : ε = 0,03 pour la période annuelle

IV .7.5.2. Évaluation des paramètres


Mis à part la superficie du bassin, les deux paramètres de base devant être évalués pour
l’application de la méthode rationnelle sont le coefficient de ruissellement C et le temps de
concentration.

1. Coefficient de ruissellement C
Ce coefficient indique la fraction de la précipitation qui sera recueillie par le point de captage
d’un bassin donnée.

79
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

La quantité d’eau de ruissellement est inférieure à la quantité totale de la précipitation à cause


de plusieurs facteurs : Evaporation, infiltration de l’eau dans le sol, degré de saturation du
sol…...… etc.
Ce fait rend ainsi la détermination de celui-ci très fondamentale car c’est cette fraction de
précipitation qui conditionne la détermination du débit de dimensionnement et par conséquent
les diamètres et les pentes des conduites du réseau.
En réalité, ce facteur n’est pas constant au cours de l’averse mais il est considéré
comme constant par la grande majorité des praticiens.
Dans le cas d’un bassin qui comporte des parties dont les coefficients de ruissellement
sont différents, on introduit dans les calculs un coefficient de ruissellement pondéré :
∑ . . . .

Où : ; Coefficient de ruissellement de la partie i. : Aire de la partie i.
La valeur C est très importante également dans la détermination de celle de Qp. En
effet, elle permet d’évaluer le volume de pluie participant à l’écoulement. Le coefficient
d’écoulement varie suivant la nature du sol, la pente, l’occupation du sol, l’intensité de la
pluie, l’état de saturation du bassin au début de l‘événement et la capacité de stockage du
bassin. aussi C change suivant le pourcentage de surface imperméable, la durée de la pluie, la
forme de la surface drainée et l’interception.
1.1. Coefficient de ruissellement relatif à la catégorie d’urbanisation.

Tableau IV.9.Coefficient de ruissellement en fonction de la catégorie d’urbanisation.

Catégorie d’urbanisation Coefficient de ruissellement (Cr)

Habitations très denses 0.90


Habitations denses 0.60 – 0.70
Habitations moyennement 0.40 – 0.50
denses 0.20 – 0.30
Quartiers résidentiels 0.05 – 0.20
Square – jardin – prairie

80
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

1.2. Coefficient de ruissellement en fonction de la densité de population.

Tableau IV.10.Coefficients de ruissellement en fonction de la densité de population [2].

Densité de la population (hab / ha) Coefficient de ruissellement (Cr)

20 0.20
30 – 80 0.20 – 0.25
60 – 150 0.25 – 0.30
150 – 200 0.30 – 0.45
200 – 300 0.45 – 0.60
300 – 400 0.60 – 0.80
400 et plus 0.80 – 0.90

1.3. Coefficient de ruissellement en fonction de la zone d'influence

Tableau. IV.11.Coefficients de ruissellement en fonction de la zone d’influence [2].

Zones d’influence Coefficient de ruissellement (Cr)

Surface imperméable 0.90


Pavage à larges joints 0.60
Voirie non goudronnées 0.35
Allées en gravier 0.20
Surfaces boisées 0.05

2. Calcul de Coefficient de ruissellement.


Dans le cas où la surface du bassin est formée de plusieurs aires élémentaires « Ai »,
aux quelles on affecte le coefficient de ruissellement « Cri », on calcule le coefficient de
ruissellement par :
Cri = (AToits x 0,9 + ARoutes x 0,8 + ARestes x 0,2)/Ai.
81
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Avec :
Ai : Surface partielle du sous bassin (ha) ;
Cri : Coefficient de ruissellement partiel.

Les résultats de calcul obtenus sont regroupés dans le tableau .IV.12.


Tableau .IV.12 : Coefficient de ruissellement des sous bassins.

S.B Les surfaces (ha) Surface Atoitsx0,9 Aroutesx0,8 Arestex0,2 Cri


toits routes restes partielle
Ai (ha)
2 0,27 0,16 0,83 1,26 0,243 0,128 0,166 0,4261905
3 0,19 0,19 0,26 0,62 0,171 0,152 0,052 0,5859375
4.1 0,25 0,12 0,25 0,91 0,225 0,096 0,05 0,5983871
4.2 0,69 0,18 0,04 0,64 0,621 0,144 0,008 0,8494505
5 0,37 0,01 0,82 1,2 0,333 0,008 0,164 0,4208333
6 0,13 0,19 0,23 0,79 0,117 0,152 0,046 0,5727273
7.1 0,32 0,04 0,22 0,7 0,288 0,032 0,044 0,6275862
7.2 0,16 0,11 0,13 1,33 0,144 0,088 0,026 0,645
8 0,28 0,09 0,39 1,81 0,252 0,072 0,078 0,5289474
9 0,63 0,08 0,21 2,35 0,567 0,064 0,042 0,7315217
10 0,49 0,09 0,11 1,99 0,441 0,072 0,022 0,7753623
11 0,35 0,03 0,04 1,96 0,315 0,024 0,008 0,8261905
12.1 0,5 0,16 0,35 2,73 0,45 0,128 0,07 0,6415842
12.2 0,5 0,23 0,95 0,74 0,45 0,184 0,19 0,4904762
13 0,84 0,1 0,26 0,67 0,756 0,08 0,052 0,74
14 0,52 0,17 0,64 0,48 0,468 0,136 0,128 0,5503759
15 0,72 0,12 0,22 0,4 0,648 0,096 0,044 0,7433962
16 0,69 0,1 0,73 0,55 0,621 0,08 0,146 0,5572368
19 1,37 0,48 0,87 0,69 1,233 0,384 0,174 0,6584559
20 0,73 0,17 0,65 1,44 0,657 0,136 0,13 0,5954839
21 1,35 0,08 0,7 1,54 1,215 0,064 0,14 0,6661972
22 1,1 0,04 0,34 1,26 0,99 0,032 0,068 0,7364865
24 0,42 0,25 0,66 0,42 0,378 0,2 0,132 0,5338346
25.1 0,48 0,24 0,07 0,76 0,432 0,192 0,014 0,8075949
25.2 0,49 0,13 0,08 0,62 0,441 0,104 0,016 0,8014286
26.1 0,26 0,19 0,22 1,03 0,234 0,152 0,044 0,641791
26.2 0,22 0,08 0,18 1,58 0,198 0,064 0,036 0,6208333
27 0,47 0,02 0,13 0,76 0,423 0,016 0,026 0,75
28 0,63 0,13 0,27 1,73 0,567 0,104 0,054 0,7038835
29 0,53 0,15 0,34 1,24 0,477 0,12 0,068 0,6519608
30 0,13 0,2 0,19 1,41 0,117 0,16 0,038 0,6057692
31 0,55 0,17 0,27 1,05 0,495 0,136 0,054 0,6919192

82
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

Surface
Les surfaces (ha)
partielle
S.B toits routes restes Ai (ha) Atoitsx0,9 Aroutesx0,8 Arestex0,2 Cri
32 1,18 0,24 0,5 2,68 1,062 0,192 0,1 0,7052083
33 0,41 0,14 0,86 3,07 0,369 0,112 0,172 0,4631206
34 0,29 0,05 0,99 0,58 0,261 0,04 0,198 0,375188
35 0,38 0,19 0,26 4,15 0,342 0,152 0,052 0,6578313
36 0,46 0,11 0,31 0,92 0,414 0,088 0,062 0,6409091
37 0,5 0,06 1,25 1,83 0,45 0,048 0,25 0,4132597
38 0,28 0,03 0,43 1,02 0,252 0,024 0,086 0,4891892
39 1 0,08 0,5 1,01 0,9 0,064 0,1 0,6734177
40 0,22 0,21 0,33 1,68 0,198 0,168 0,066 0,5684211
41 0,59 0,06 0,91 1,55 0,531 0,048 0,182 0,4878205
42 1,19 0,07 0,57 2,13 1,071 0,056 0,114 0,6781421
43 0,69 0,14 1,03 1,48 0,621 0,112 0,206 0,5048387
44 0,64 0,29 0,87 1,2 0,576 0,232 0,174 0,5455556
45 0,54 0,19 0,59 1,33 0,486 0,152 0,118 0,5727273
46 0,7 0,19 0,9 0,52 0,63 0,152 0,18 0,5374302
47.1 0,7 0,05 0,33 0,99 0,63 0,04 0,066 0,6814815
47.2 0,62 0,08 0,09 1,56 0,558 0,064 0,018 0,8101266
48 0,52 0,22 0,96 1,86 0,468 0,176 0,192 0,4917647
49 0,38 0,45 1,52 1,06 0,342 0,36 0,304 0,4280851
50 0,61 0,32 1,06 1,52 0,549 0,256 0,212 0,5110553
51 0,7 0,2 1,06 1,92 0,63 0,16 0,212 0,5112245
52 0,96 0,53 1,24 1,8 0,864 0,424 0,248 0,5626374
53 0,5 0,11 1,12 1,32 0,45 0,088 0,224 0,4404624
54 0,11 0,48 0,65 2,69 0,099 0,384 0,13 0,4943548
55 0,74 0,27 1,67 2,04 0,666 0,216 0,334 0,4537313
56 0,35 0,17 0,89 1,43 0,315 0,136 0,178 0,4460993
57 0,39 0,17 0,88 1,02 0,351 0,136 0,176 0,4604167
58 0,63 0,17 0,74 0,94 0,567 0,136 0,148 0,5525974
59 0,58 0,08 0,6 1,3 0,522 0,064 0,12 0,5603175
60 0,15 0,04 0,86 1,26 0,135 0,032 0,172 0,3228571
61.1 0,34 0,28 2,45 1,33 0,306 0,224 0,49 0,3322476
61.2 0,05 0,03 4,07 3,29 0,045 0,024 0,814 0,2127711
62 1,04 0,7 0,3 0,83 0,936 0,56 0,06 0,7627451
63.1 0,33 0,32 0,37 0,88 0,297 0,256 0,074 0,6147059
63.2 0,5 0,12 0,81 1,41 0,45 0,096 0,162 0,4951049
64 1,25 0,84 1,2 0,79 1,125 0,672 0,24 0,6191489
65 0,97 0,47 1,25 2,11 0,873 0,376 0,25 0,5572491
66 0,27 0,24 1,6 4,21 0,243 0,192 0,32 0,3578199
67 0,5 0,19 0,25 2,72 0,45 0,152 0,05 0,693617
68 0,71 0,15 0,44 1,08 0,639 0,12 0,088 0,6515385
69 0,79 0,23 0,24 1,79 0,711 0,184 0,048 0,7484127
70.1 1,53 1,2 1,48 1,34 1,377 0,96 0,296 0,6254157
70.2 0,57 0,42 0,35 1,7 0,513 0,336 0,07 0,6858209
71 0,54 0,13 2,28 2,95 0,486 0,104 0,456 0,3545763

83
Chapitre IV Evaluation des débits à évacuer

IV .7.5.3. Application de la méthode rationnelle [8]

L’utilisation de la méthode rationnelle pour le calcul des débits de pointe est relativement

simple : après avoir déterminé à l’aide d’un plan topographique la superficie de la surface à

drainer, les principales étapes à suivre pour un bassin en particulier sont les suivantes :

• Le temps de concentration pour le bassin est calculé ;

• L’intensité moyenne de pluie pour une durée égale au temps de concentration est

dérivée à partir des courbes IDF ;

• Evaluation du coefficient C ;

• Calcul du débit à l’aide de l’équation de la méthode rationnelle.

IV.8. Conclusion

Le dimensionnement du réseau fait appel aux deux types de débits (eaux usées et eaux

pluviales), notamment que le réseau existant est unitaire.

84
Chapitre V Calcul hydraulique

Introduction
Dans cette partie de l’étude qu’on la juge importante, on procède au dimensionnement
proprement dit des ouvrages tout en respectant certaines normes d’écoulement.
Le calcul purement hydraulique sera réalisé par un programme de calcul (RAT.2013)
qui a pour but l’estimation des débits des différentes conduites et leur dimensionnement

V.1.Conception du réseau
La conception d’un réseau d’assainissement après l’étude du diagnostic consiste à
présenter aux clairs tous les détails des éléments existants et projetés sur un schéma global.
• Les collecteurs sont définis par leur :
- Emplacement (en plan) ;
- Profondeur ;
- Diamètres (intérieur et extérieur) ;
- Pente ;
- Leur joints et confection.
• Les regards de visite et de jonction sont également définis par leur :
- Emplacement (en plan) ;
- Profondeur ;
- Côtes.

V.2. Conditions d’écoulement et de dimensionnement


Dans le cadre de l’assainissement, le dimensionnement du réseau d’assainissement du
type unitaire doit dans la mesure du possible permettre l’entraînement des sables par les
débits pluviaux pour empêcher leur décantation et éviter les dépôts, sans provoquer l’érosion
de la paroi de la conduite.
Lorsqu’il s’agit de réseau d’évacuation des eaux pluviales et des eaux usées dans une
même conduite, les conditions d’auto curage doivent être satisfaites. Il faut assurer une vitesse
minimale de 0.6 m /s pour le (1/10) du débit de pleine section, et une vitesse de 0.3 m / s pour
le (1/100) de ce même débit avec un diamètre minimal de 300 mm.
Si ces vitesses ne sont pas respectées, il faut prévoir des chasses automatiques ou des
curages périodiques.

85
Chapitre V Calcul hydraulique

A l’opposé des considérations relatives à l’auto curage, le souci de prévenir la dégradation


des joints sur les canalisations circulaires et leur revêtement intérieur, nous conduit à poser
des limites supérieures aux pentes admissibles.
Donc, il est déconseillé de dépasser des vitesses de l’ordre de (4 à 5) m / s à pleine section.

V.3. Mode de calcul [18]


Avant de procéder au calcul hydraulique du réseau d’assainissement en écoulement
gravitaire, on considère les hypothèses suivantes :
- L’écoulement est uniforme et à surface libre, le gradient hydraulique de perte de charge est
égal à la pente du radier.
- La perte de charge engendrée est une énergie potentielle égale à la différence des cotes du
plan d’eau en amont et en aval.
Le dimensionnement du réseau est régit par la formule de l’écoulement à surface libre de
Manning :

. . . ;

On a les paramètres suivants :


• Périmètre mouillé (P) : c’est la longueur du périmètre de la conduite qui est en
contact avec l’eau exprimé en (m) ;
• Section mouillée (S) : c’est la section transversale de la conduite occupée par
l’eau exprimée en (m²) ;
• Rayon hydraulique (Rh) : c’est le rapport entre la section mouillée et le périmètre
mouillé exprimé en (m) ;
• I représente la pente de la conduite ;
• n coefficient de rugosité de Manning (n = 0,012 pour les conduites en béton).
L’écoulement dans les collecteurs est un écoulement à surface libre régi par l’équation
de continuité :

V.4.Calcul des vitesses après la normalisation des diamètres [18]

Après la normalisation des diamètres, les vitesses ont subi des changements à cause du
changement de l’écoulement dans les conduites, pour cela un sous programme (l’algorithme de

86
Chapitre V Calcul hydraulique

Dichotomie) a été placé dans le programme principal a pour but le calcul des nouvelles vitesses, basé
sur la méthode de Dichotomie:
Le débit dans une conduite d’assainissement est régit par l’équation suivante :

Fig.V.1 : Coupe de la conduite d’assainissement.

Pour une conduite circulaire :

La surface mouillée

Le Périmètre mouillé

Pour trouver la hauteur de remplissage h, il suffit de trouver l’angle ! .

L’algorithme choisi est celui de la méthode Dichotomie:

Soit une fonction " # 0.

Fig.V.2 : Variation de la fonction f(x).

87
Chapitre V Calcul hydraulique

On cherche la racine de cette fonction.

Il suffit au départ de trouver a et b tel que : % .% & ' 0

(&
1) Calculer ; calculer % ;

2) Si % .% ' 0 alors & et aller à 1 ;

3) Si % . % & ' 0 alors et aller à 1 ;

4) Si % , on arrête (la solution est ) .

Dans notre cas :

Donc :

*
. + ,
. *

.
Soit -) . *

*
+ ,
% -) Si on prend : . . % / -) 0 0

En fin on applique l’algorithme de Dichotomie.

88
ORGANIGRAMME DE L'ALGORITHME DU PROGRAMME DE CALCUL (RAT 2013) [19]

ESTIMATION DES DEBITS


ESTIMATION DES DEBITS
PLUVIAUX
DES EAUX USEES
(Méthode rationnelle)

- C , coefficient de ruissellement ; - I, Pente de conduite;


- A , superficie ;
- tc, temps de concentration); - L, longueur de conduite;

pour chaque sous-bassin -DC, Diamètre commerciaux.


élémentaire
-
a, b paramètres de Montana

Pour le numéro du sous-bassin i = 1

Cumulées
pour i = 1

SI NON

SI OUI Corriger le temps de concentration

Calcul du diamètre par


la formule de Manning

Fixer le diamètre Calcul de la vitesse et débit


commercial DC pleine section (Vps, Qps)

Calcul de la vitesse réelle Vr , i+1


SI OUI
Hauteur de remplissage H 89

Changer le diamètre ou pente SI NON


Chapitre V Calcul hydraulique

V.5.Détails de calcul

Le calcul se fera en deux variantes :

Variante 1 :

Le calcul tient compte des débits pluviaux et des débits eaux usées (le cas plus défavorable)

Variante 2 :

C’est le cas où on tient compte dans le calcul seulement des débits des eaux pluviaux.

V.5.1. Données physiques du réseau


Toutes les données seront récapitulées dans les tableaux qui suivent
Tableau V.1: Cotes, longueurs, pentes des collecteurs principales (Noeud1-Rejet 1).
Nœud Nœud longueur
amont aval CTN amont CTN aval (m) pente
1 2 956,38 944,09 180 0,0682778
3 2 943,4 943,24 31 0,0051613
2 5 944,09 936,08 196 0,0408673
4 5 936,96 936,08 46 0,0191304
5 6 936,08 934,61 40 0,03675
6 7 934,61 932,33 65 0,0350769
7 8 932,33 928,88 109 0,0316514
9 10 930,85 929,18 62 0,0269355
10 11 929,18 928,08 118 0,009322
11 8 928,08 927,83 49 0,005102
8 12 928,88 923,96 215 0,0228837
12 13 923,96 921,49 122 0,0202459
13 14 921,49 921,13 70 0,0051429
14 15 921,13 919,51 78 0,0207692
15 16 919,51 916,81 113 0,0238938
16 17 916,81 914,96 73 0,0253425
17 18 914,96 913,64 77 0,0171429
18 19 913,64 911,89 205 0,0085366
19 Rejet 1 911,89 910 20 0,0945

90
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.2: Cotes, longueurs, pentes des collecteurs principales (Noeud24-Rejet 2).

Nœud Nœud longueur


amont aval CTN amont CTN aval (m) pente
24 24' 933,43 932,14 34 0,03794118
25 24' 933,21 932,14 64 0,01671875
24' 26 932,14 930,37 46 0,03847826
26 27 930,37 929,3 39 0,0274359
27 28 929,3 926,84 108 0,02277778
28 29 926,84 923,42 165 0,02072727
29 30 923,42 920,73 139 0,01935252
20 21 926,36 924,98 65 0,02123077
21 22 924,98 923,11 89 0,02101124
22 23 923,11 921,45 166 0,01
23 30 921,45 920,73 80 0,009
30 31 920,73 919,67 50 0,0212
31 32 919,67 916,3 147 0,02292517
32 33 916,3 914,9 64 0,021875
33 47 914,9 913,53 77 0,01779221
34 35 914,88 913,7 73 0,01616438
35 36 913,7 913,61 127 0,00070866
36 47 913,61 913,53 96 0,00083333
37 38 929,8 927,87 79 0,02443038
38 39 927,87 926,02 80 0,023125
39 40 926,02 925,02 42 0,02380952
40 41 925,02 923,54 88 0,01681818
41 42 923,54 921,87 100 0,0167
42 43 921,87 920,32 91 0,01703297
43 44 920,32 917,96 105 0,02247619
44 45 917,96 916,02 77 0,02519481
45 45' 916,02 913,14 147 0,01959184
45' 46 913,14 912,78 72 0,005
46 47 913,29 912,99 60 0,005
47 48 913,53 912,15 78 0,01769231
48 Rejet 2 912,15 910 20 0,1075

91
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.3: Cotes, longueurs, pentes des collecteurs principales (Nœud 49-Rejet 3)

Nœud Nœud longueur


amont aval CTN amont CTN aval (m) pente
49 50 933,96 931,21 75 0,03666667
50 51 931,21 929,27 68 0,02852941
51 52 929,27 926,22 154 0,01980519
52 53 926,22 925,22 47 0,0212766
53 54 925,22 923,59 314 0,00519108
54 55 923,59 922,17 99 0,01434343
55 61 922,17 919,68 163 0,01527607
56 57 918,03 917,81 42 0,0052381
57 58 918,32 917,93 78 0,005
58 59 918,86 918,64 44 0,005
59 60 919,16 918,79 73 0,00506849
60 61 919,53 919,29 47 0,00510638
61 61' 919,68 917,7 99 0,02
62 61' 917,9 917,7 51 0,00392157
61' 63 917,7 916,53 59 0,01983051
63 64 916,53 913,42 144 0,02159722
64 70 913,42 911,36 89 0,02314607
65 66 916,2 911,7 216 0,02083333
66 70 911,7 911,36 279 0,00121864
67 68 917,57 915,51 127 0,01622047
68 69 915,51 913,24 108 0,02101852
69 69' 913,24 911,06 56 0,03892857
69' 70 911,06 910,52 108 0,005
70 71 911,36 907,66 120 0,03083333
71 Rejet 3 907,66 905 30 0,08866667

92
Chapitre V Calcul hydraulique

Fig. V.3 : Plan synoptique du collecteur principal (Noeud1- Rejet 1).

93
Chapitre V Calcul hydraulique

Fig. V.4 : Plan synoptique du collecteur principal (Nœud 24- Rejet 2).

94
Chapitre V Calcul hydraulique

Fig. V.5 : Plan synoptique du collecteur principal (Nœud 49- Rejet 3).

95
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.4 : Regards correspondants aux nœuds (Noeud1-Rejet 1).

Nœud amont Nœud aval Regard amont Regard aval


1 2 RA6 RA10
3 2 A"7 RA10
2 5 RA10 RA14
4 5 Ra"11 RA14
5 6 RA14 RA15
6 7 RA15 RA16
7 8 RA16 RA18
9 10 Ra'9 Ra'10
10 11 Ra'10 Ra'13
11 8 Ra'13 RA18
8 12 RA18 RA23
12 13 RA23 RA25
13 14 RA25 RA27
14 15 RA27 RA28
15 16 RA28 RA30
16 17 RA30 RA32
17 18 RA32 RA34
18 19 RA34 RA38
19 Rejet 1 RA38 Rejet 1

96
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.5 : Regards correspondants aux nœuds (Nœud 24-Rejet 2).

Nœud amont Nœud aval Regard amont Regard aval


24 24' Rc5 Rc6
25 24' Rc'6 Rc6
24' 26 Rc6 Rc7
26 27 Rc7 Rc8
27 28 Rc8 Rc12
28 29 Rc12 Rc16
29 30 Rc16 Rc19
20 21 Ra'16 Ra'17
21 22 Ra'17 Ra'19
22 23 Ra'19 Ra'46
23 30 Ra'46 Rc19
30 31 Rc19 Rc20
31 32 Rc20 Rc25
32 33 Rc25 Rc27
33 47 Rc27 Rce29
34 35 Ra'33 Ra'40
35 36 Ra'40 Ra'47
36 47 Ra'47 Rce29
37 38 RE3 RE7
38 39 RE7 RE10
39 40 RE10 RE12
40 41 RE12 RE14
41 42 RE14 RE16
42 43 RE16 RE18
43 44 RE18 RE21
44 45 RE21 RE23
45 45' RE23 RE28
45' 46 RE28 RE30
46 47 RE30 Rce29
47 48 Rce29 Rc31
48 Rejet 2 Rc31 Rejet 2

97
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.6 : Regards correspondants aux nœuds (Nœud 49-Rejet 3).

Nœud amont Nœud aval Regard amont Regard aval


49 50 Rd2 Rd3
50 51 Rd3 Rd4
51 52 Rd4 Rd7
52 53 Rd7 Rd8
53 54 Rd8 Rd15
54 55 Rd15 Rd17
55 61 Rd17 Rd20
56 57 Rh1 Rh3
57 58 Rh3 Rh5
58 59 Rh5 Rh6
59 60 Rh6 Rh8
60 61 Rh8 Rd20
61 61' Rd20 Rd23
62 61' Rd'13 Rd23
61' 63 Rd23 Rd25
63 64 Rd25 Rd27
64 70 Rd27 Rd29
65 66 Rd'59 Rd'64
66 70 Rd'64 Rd29
67 68 RK9 RK17
68 69 RK17 RK25
69 69' RK25 RK37
69' 70 RK37 Rd29
70 71 Rd29 Rd32
71 Rejet 3 Rd32 Rejet 3

N.B: -Les nœuds représentent les exutoires de leurs sous bassins élémentaires.

98
Chapitre V Calcul hydraulique

V.5.2. Résultats de calcul


A /Variante 1 : Eaux pluviales+eaux usées
Tableau V.7 : Dimensionnement du réseau d’eaux usées et pluviales du collecteur principale (Nœud 1-Rejet 1).

Diamètre Vitesse Vitesse Hauteur


Temps Temps de Coefficient normalisé réel Débit plein plein d’eau Obs.
N°de d’entrée Parcours de Surface (m) (m/s) Débit réel section section Réel
Nœud (min) (min) ruissellement cumulé (ha) (m3/s) (m3/s) (m/s) (m)
1 0.001 0.776 0 0 0.3 3.865 0 0.273 3.658 0.3 Vérifie
3 4.5 0.696 0.59 0.62 0.3 3.449 0.166 0.222 3.144 0.194 Vérifie
2 5.196 0.814 0.483 1.88 0.4 4.012 0.353 0.457 3.636 0.264 Vérifie
4 4.5 0.223 0.730 1.85 0.6 3.433 0.581 0.917 3.243 0.347 Vérifie
5 6.01 0.135 0.560 4.93 0.6 4.929 0.925 1.280 4.526 0.378 Vérifie
6 6.145 0.22 0.562 5.72 0.6 4.935 1.051 1.244 4.401 0.423 Vérifie
7 6.365 0.348 0.582 7.75 0.8 5.227 1.417 2.563 5.098 0.425 Vérifie
9 4.7 0.251 0.730 2.35 0.6 4.109 0.706 1.093 3.866 0.351 Vérifie
10 4.951 0.641 0.753 4.34 0.8 3.069 1.257 1.359 2.704 0.607 Vérifie
11 5.592 0.166 0.724 8.11 0.8 4.907 2.01 2.173 4.322 0 .608 Vérifie
8 6.712 1.138 0.655 15.86 1.5 3.150 3.028 5.415 3.064 0.802 Vérifie
12 7.850 0.380 0.647 19.33 1.5 5.352 3.237 10.830 6.129 0.562 Vérifie
13 8.230 0.364 0.650 20 1.5 3.203 3.251 5.415 3.064 0.838 Vérifie
14 8.430 0.238 0.647 20.48 1.5 5.457 3.258 11.098 6.28 0.557 Vérifie
15 8.660 0.329 0.649 20.88 1.5 5.732 3.266 11.864 6.714 0.538 Vérifie
16 8.897 0.209 0.647 21.43 1.5 5.821 3.274 12.109 6.852 0.533 Vérifie
17 8.866 0.224 0.647 21.43 1.5 5.739 3.282 11.864 6.714 0.539 Vérifie
18 8.834 0.992 0.647 21.43 1.5 3.444 3.290 5.932 3.357 0.798 Vérifie
19 9.312 0.053 0.647 22.35 1.5 6.231 3.300 13.265 7.506 0.510 Vérifie

98
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.8 : Dimensionnement du réseau d’eaux usées et pluviales du collecteur principale (Nœud 24-Rejet 2).

Vitesse Débit Débit Vitesse Hauteur


Temps Temps de Coefficient Surface réel réel Diamètre plein plein d’eau
N° de d’entrée parcours de cumulé (m/s) normalisé section section réelle Obs.
nœud (min) (min) ruissellement (ha) (m3/s) (m) (m3/s) (m/s) (m)
24 4.6 0.23 0.53 0.42 2.893 0.102 0.3 0.205 2.899 0.149 Vérifie
25 3.8 0.319 0.81 1.38 4.238 0.549 0.5 0.767 3.898 0.313 Vérifie
24’ 4.83 0.152 0.745 1.8 4.388 0.548 0.5 0.8 4.075 0.304 Vérifie
26 4.982 0.14 0.677 4.41 4.649 1.144 0.8 2.354 4.683 0.393 Vérifie
27 5.122 0.397 0.688 5.17 4.535 1.325 0.8 2.173 4.322 0.451 Vérifie
28 5.519 0.599 0.691 6.9 4.59 1.663 0.8 2.076 4.13 0.542 Vérifie
29 6.118 0.52 0.684 8.14 4.451 1.794 0.8 1.975 3.929 0.598 Vérifie
20 5.2 0.347 0.6 1.44 3.121 0.34 0.5 0.593 3.019 0.271 Vérifie
21 6.7 0.408 0.636 2.98 3.596 0.602 0.6 0.964 3.409 0.343 Vérifie
22 7.108 0.899 0.667 4.24 3.078 0.846 0.8 1.503 2.989 0.430 Vérifie
23 7.099 0.433 0.667 4.24 3.079 0.347 0.8 1.503 2.989 0.430 Vérifie
30 7.533 0.162 0.672 13.79 5.151 2.511 1 3.782 4.815 0.595 Vérifie
31 7.694 0.455 0.673 14.84 5.384 2.658 1 3.939 5.016 0.602 Vérifie
32 8.149 0.199 0.676 16.38 5.357 2.819 1 3.853 4.905 0.635 Vérifie
33 8.349 0.256 0.642 19.45 5.013 3.098 1 3.485 0.734 0.734 Vérifie
34 4.7 0.594 0.38 0.58 2.049 0.097 0.3 0.133 0.192 0.192 Vérifie
35 5.294 0.870 0.626 4.73 2.434 1.082 1 1.837 0.552 0.552 Vérifie
36 6.4 0.651 0.628 5.65 2.457 1.126 1 1.837 0.566 0.566 Vérifie

99
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.8 : Dimensionnement du réseau d’eaux usées et pluviales du collecteur principale (Nœud 24-Rejet2) (Suite).

Vitesse Débit Débit Vitesse Hauteur


Temps Temps de Coefficient Surface réel réel Diamètre plein plein d’eau
N° de d’entrée parcours de cumulé (m/s) normalisé section section réelle Obs.
nœud (min) (min) ruissellement (ha) (m3/s) (m) (m3/s) (m/s) (m)
37 5.2 0.423 0.41 1.83 3.121 0.291 0.4 0.35 0.279 0.279 Vérifie
38 5.623 0.387 0.439 2.85 3.444 0.45 0.5 0.620 0.316 0.316 Vérifie
39 6.01 0.182 0.499 3.86 3.856 0.652 0.6 1.031 0.346 0.346 Vérifie
40 6.192 0.394 0.521 5.54 3.72 0.938 0.8 1.868 0.401 0.401 Vérifie
41 6.586 0.429 0.514 7.09 3.885 1.121 0.8 1.868 0.447 0.447 Vérifie
42 7.015 0.368 0.552 9.22 4.121 1.480 0.8 1.868 0.538 0.538 Vérifie
43 7.383 0.376 0.545 10.7 4.656 1.624 0.8 2.125 0.524 0.524 Vérifie
44 7.759 0.258 0.546 11.9 4.967 1.737 0.8 2.265 0.525 0.525 Vérifie
45 8.017 0.469 0.548 13.23 3.874 1.886 1 2.845 0.595 0.595 Vérifie
45’ 7.993 0.473 0.548 13.23 3.874 1.886 1 2.845 0.595 0.595 Vérifie
46 8.416 0.358 0.548 13.75 2.795 1.891 1.2 2.987 0.693 0.693 Vérifie
47 8.773 0.216 0.616 41.4 6.009 5.878 1.5 10.275 5.814 0.813 Vérifie
48 8.99 0.055 0.611 43.26 6.034 5.979 1.5 10.275 5.814 0.822 Vérifie

100
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.9 : Dimensionnement du réseau d’eaux usées et pluviales du collecteur principale (Nœud 49-Rejet3).

Temps Temps de Vitesse Diamètre Hauteur


d’entrée parcours réel Débit réel normalisé Débit d’eau
Vitesse
(m/s) réelle
(min) (min) Coefficient Surface (m3/s) (m) Plein plein
(m)
N° de de cumulé section section Obs.
nœud ruissellement (ha) (m3/s) (m/s)
49 5.5 0.389 0.43 1.06 3.21 0.175 0.3 0.202 2.851 0.216 Vérifie
50 5.889 0.304 0.447 2.58 3.734 0.431 0.5 0.697 3.548 0.284 Vérifie
51 6.193 0.699 0.491 4.5 3.672 0.726 0.6 0.941 3.327 0.396 Vérifie
52 10.332 0.209 0.511 6.3 3.746 0.727 0.6 0.964 3.409 0.389 Vérifie
53 10.541 2.198 0.499 7.62 2.252 0.838 0.8 1.013 2.015 0.555 Vérifie
54 15.758 0.574 0.496 10.31 3.365 0.841 0.8 1.695 3.372 0.398 Vérifie
55 16.333 0.762 0.489 12.35 3.567 0.859 0.8 1.755 3.491 0.421 Vérifie
56 7.2 0.44 0.450 1.43 1.592 0.201 0.5 0.289 1.473 0.307 Vérifie
57 7.64 0.724 0.454 2.45 1.795 0.325 0.6 0.47 1.664 0.367 Vérifie
58 8.364 0.388 0.481 3.39 1.891 0.440 0.6 0.47 1.664 0.46 Vérifie
59 8.752 0.578 0.503 4.69 2.106 0.607 0.8 1.013 2.015 0.446 Vérifie
60 9.33 0.364 0.464 5.95 2.155 0.672 0.8 0.013 2.015 0.476 Vérifie
61 17.094 0.299 0.432 2.92 4.398 1.476 0.8 2.026 4.031 0.507 Vérifie
62 3.1 0.449 0.760 0.83 2.859 0.367 0.5 0.517 2.635 0.311 Vérifie
61’ 17.394 0.297 0.444 23.75 4.438 1.545 0.8 2.026 4.031 0.523 Vérifie
63 17.69 0.511 0.452 26.04 4.699 1.704 0.8 2.125 4.227 0.542 Vérifie
64 18.201 0.309 0.457 26.83 4.803 1.740 0.8 2.173 4.322 0.542 Vérifie
65 4.3 1.057 0.56 2.11 3.405 0.52 0.5 0.593 3.019 0.363 Vérifie
66 5.357 2.027 0.427 6.32 2.294 0.964 0.8 1.013 2.015 0.623 Vérifie
67 1.8 0.525 0.690 2.72 4.03 1.501 0.8 1.812 3.605 0.555 Vérifie

101
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.9 : Dimensionnement du réseau d’eaux usées et pluviales du collecteur principale (Nœud 49-Rejet3) (suite).

Temps Temps de Vitesse Diamètre Hauteur


d’entrée parcours réel Débit réel normalisé Débit d’eau
(m/s) Vitesse réelle Obs.
(min) (min) Coefficient Surface (m3/s) (m) Plein plein (m)
N° de de cumulé section section
nœud ruissellement (ha) (m3/s) (m/s)
68 2.766 0.4 0.679 3.8 4.5 1.502 0.8 2.076 4.13 0.504 Vérifie
69 3.166 0.475 0.701 5.59 3.506 2.038 1 2.464 3.138 0.694 Vérifie
69’ 3.162 0.466 0.701 5.59 3.506 2.038 1 2.464 3.138 O.694 Vérifie
70 18.51 0.325 0.5 41.78 6.147 2.864 1 4.573 5.823 0.573 Vérifie
71 18.835 0.065 0.49 44.73 7.7 2.959 1 6.092 7.756 0.492 Vérifie

102
Chapitre V Calcul hydraulique

B/Variante 2 : Eaux pluviales


Tableau V.10 : Dimensionnement du réseau d’eaux pluviales du collecteur principale (Nœud 1-Rejet 1).

Diamètre Vitesse Vitesse Hauteur


Temps Temps de Coefficient normalisé réel Débit plein plein d’eau Obs.
N°de d’entrée Parcours de Surface (m) (m/s) Débit réel section section Réel
Nœud (min) (min) ruissellement cumulé (ha) (m3/s) (m3/s) (m/s) (m)
1 0.001 0.776 0 0 0.3 3.865 0 0.273 3.865 0.3 Vérifie
3 4.5 0.696 0.59 0.62 0.3 3.447 0.166 0.222 3.144 0.193 Vérifie
2 5.196 0.815 0.483 1.88 0.4 4.011 0.352 0.457 3.636 0.263 Vérifie
4 4.5 0.223 0.730 1.85 0.6 3.431 0.580 0.917 3.243 0.346 Vérifie
5 6.011 0.135 0.560 4.93 0.6 4.926 0.922 1.280 4.526 0.377 Vérifie
6 6.146 0.22 0.562 5.72 0.6 4.933 1.047 1.244 4.401 0.422 Vérifie
7 6.366 0.348 0.582 7.75 0.8 5.223 1.414 2.563 5.098 0.424 Vérifie
9 4.7 0.251 0.730 2.35 0.6 4.109 0.706 1.093 3.866 0.351 Vérifie
10 4.951 0.641 0.753 4.34 0.8 3.069 1.257 1.359 2.704 0.607 Vérifie
11 5.592 0.166 0.724 8.11 0.8 4.907 2.009 2.173 4.322 0 .607 Vérifie
8 6.714 1.138 0.655 15.86 1.5 3.149 3.024 5.415 3.064 0.801 Vérifie
12 7.852 0.380 0.647 19.33 1.5 5.349 3.230 10.830 6.129 0.562 Vérifie
13 8.232 0.364 0.650 20 1.5 3.202 3.243 5.415 3.064 0.837 Vérifie
14 8.457 0.239 0.647 20.48 1.5 5.451 3.243 11.098 6.28 0.555 Vérifie
15 8.696 0.329 0.649 20.88 1.5 5.723 3.249 11.864 6.714 0.536 Vérifie
16 8.963 0.209 0.647 21.43 1.5 5.809 3.249 12.109 6.852 0.531 Vérifie
17 8.963 0.224 0.647 21.43 1.5 5.723 3.249 11.864 6.714 0.536 Vérifie
18 8.963 0.995 0.647 21.43 1.5 3.433 3.249 5.932 3.357 0.792 Vérifie
19 9.483 0.054 0.647 22.35 1.5 6.204 3.249 13.265 7.506 0.506 Vérifie

103
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.11 : Dimensionnement du réseau d’eaux pluviales du collecteur principale (Nœud 24-Rejet 2).

Vitesse Débit Débit Vitesse Hauteur


Temps Temps de Coefficient Surface réel réel Diamètre plein plein d’eau
N° de d’entrée parcours de cumulé (m/s) normalisé section section réelle Obs.
nœud (min) (min) ruissellement (ha) (m3/s) (m) (m3/s) (m/s) (m)
24 4.6 0.231 0.53 0.42 2.891 0.101 0.3 0.205 2.899 0.149 Vérifie
25 3.8 0.319 0.81 1.38 4.237 0.548 0.5 0.765 3.898 0.313 Vérifie
24’ 4.831 0.152 0.745 1.8 4.388 0.548 0.5 0.8 4.075 0.304 Vérifie
26 4.983 0.14 0.677 4.41 4.648 1.142 0.8 2.354 4.683 0.393 Vérifie
27 5.122 0.397 0.688 5.17 4.534 1.323 0.8 2.173 4.322 0.451 Vérifie
28 5.519 0.599 0.691 6.9 4.588 1.660 0.8 2.076 4.13 0.541 Vérifie
29 6.119 0.521 0.684 8.14 4.45 1.791 0.8 1.975 3.929 0.597 Vérifie
20 5.2 0.347 0.6 1.44 3.121 0.339 0.5 0.593 3.019 0.271 Vérifie
21 6.7 0.408 0.636 2.98 3.596 0.601 0.6 0.964 3.409 0.343 Vérifie
22 7.108 0.899 0.667 4.24 3.077 0.845 0.8 1.503 2.989 0.429 Vérifie
23 7.108 0.433 0.667 4.24 3.077 0.845 0.8 1.503 2.989 0.429 Vérifie
30 7.541 0.162 0.672 13.79 5.147 2.504 1 3.782 4.815 0.594 Vérifie
31 7.703 0.455 0.673 14.84 5.381 2.650 1 3.939 5.016 0.601 Vérifie
32 8.158 0.199 0.676 16.38 5.354 2.811 1 3.853 4.905 0.634 Vérifie
33 8.358 0.256 0.642 19.45 5.012 3.089 1 3.485 4.437 0.732 Vérifie
34 4.7 0.594 0.38 0.58 2.048 0.097 0.3 0.133 1.875 0.191 Vérifie
35 5.294 0.870 0.626 4.73 2.434 1.081 1 1.837 0.339 0.552 Vérifie
36 6.4 0.651 0.628 5.65 2.456 1.125 1 1.837 0.339 0.566 Vérifie

104
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.11 : Dimensionnement du réseau d’eaux pluviales du collecteur principale (Nœud 24-Rejet2) (Suite).

Vitesse Débit Débit Vitesse Hauteur


Temps Temps de Coefficient Surface réel réel Diamètre plein plein d’eau
N° de d’entrée parcours de cumulé (m/s) normalisé section section réelle Obs.
nœud (min) (min) ruissellement (ha) (m3/s) (m) (m3/s) (m/s) (m)
37 5.2 0.423 0.41 1.83 3.112 0.291 0.4 0.35 2.781 0.279 Vérifie
38 5.623 0.387 0.439 2.85 3.443 0.449 0.5 0.620 0.316 0.315 Vérifie
39 6.01 0.182 0.499 3.86 3.855 0.651 0.6 1.031 3.645 0.346 Vérifie
40 6.192 0.394 0.521 5.54 3.719 0.937 0.8 1.868 3.716 0.401 Vérifie
41 6.586 0.429 0.514 7.09 3.883 1.120 0.8 1.868 3.716 0.446 Vérifie
42 7.015 0.368 0.552 9.22 4.120 1.478 0.8 1.868 3.716 0.537 Vérifie
43 7.384 0.376 0.545 10.7 4.655 1.621 0.8 2.125 4.227 0.523 Vérifie
44 7.760 0.258 0.546 11.9 4.965 1.733 0.8 2.265 4.506 0.524 Vérifie
45 8.018 0.469 0.548 13.23 3.872 1.882 1 2.845 3.623 0.594 Vérifie
45’ 8.018 0.473 0.548 13.23 3.872 1.882 1 2.845 3.623 0.594 Vérifie
46 8.442 0.358 0.548 13.75 2.792 1.882 1.2 2.987 2.641 0.691 Vérifie
47 8.8 0.217 0.616 41.4 6.005 5.860 1.5 10.275 5.814 0.812 Vérifie
48 9.017 0.055 0.611 43.26 6.027 5.953 1.5 10.275 5.814 0.820 Vérifie

105
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.12 : Dimensionnement du réseau d’eaux pluviales du collecteur principale (Nœud 49-Rejet3).
Temps Temps de Vitesse Diamètre Hauteur
d’entrée parcours réel Débit réel normalisé Débit d’eau
Vitesse
(m/s) 3 réelle
(min) (min) Coefficient Surface (m /s) (m) Plein plein
(m) Obs.
N° de de cumulé section section
nœud ruissellement (ha) (m3/s) (m/s)
49 5.5 0.389 0.43 1.06 3.21 0.175 0.3 0.202 2.851 0.216 Vérifie
50 5.889 0.304 0.447 2.58 3.734 0.430 0.5 0.697 3.548 0.284 Vérifie
51 6.193 0.699 0.491 4.5 3.671 0.725 0.6 0.941 3.327 0.395 Vérifie
52 10.341 0.209 0.511 6.3 3.744 0.725 0.6 0.964 3.409 0.389 Vérifie
53 10.551 2.199 0.499 7.62 2.252 0.836 0.8 1.013 2.015 0.554 Vérifie
54 15.801 0.575 0.496 10.31 3.361 0.836 0.8 1.695 3.372 0.397 Vérifie
55 16.376 0.762 0.489 12.35 3.563 0.954 0.8 1.755 3.491 0.420 Vérifie
56 7.2 0.44 0.450 1.43 1.592 0.201 0.5 0.289 1.473 0.307 Vérifie
57 7.64 0.724 0.454 2.45 1.795 0.325 0.6 0.47 1.664 0.367 Vérifie
58 8.364 0.388 0.481 3.39 1.891 0.440 0.6 0.47 1.664 0.46 Vérifie
59 8.752 0.578 0.503 4.69 2.105 0.606 0.8 1.013 2.015 0.446 Vérifie
60 9.33 0.364 0.464 5.95 2.154 0.671 0.8 0.013 2.015 0.476 Vérifie
61 17.139 0.300 0.432 2.92 4.394 1.470 0.8 2.026 4.031 0.505 Vérifie
62 3.1 0.449 0.760 0.83 2.857 0.366 0.5 0.517 2.635 0.310 Vérifie
61’ 17.438 0.297 0.444 23.75 4.436 1.542 0.8 2.026 4.031 0.522 Vérifie
63 17.735 0.511 0.452 26.04 4.694 1.695 0.8 2.125 4.227 0.540 Vérifie
64 18.247 0.309 0.457 26.83 4.797 1.728 0.8 2.173 4.322 0.539 Vérifie
65 4.3 1.057 0.56 2.11 3.405 0.52 0.5 0.593 3.019 0.363 Vérifie
66 5.357 2.027 0.427 6.32 2.294 0.963 0.8 1.013 2.015 0.623 Vérifie
67 1.8 0.525 0.690 2.72 4.029 1.500 0.8 1.812 3.605 0.555 Vérifie

106
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.12 : Dimensionnement du réseau d’eaux pluviales du collecteur principale (Nœud 49-Rejet3) (suite).

Temps Temps de Vitesse Diamètre Hauteur


d’entrée parcours réel Débit réel normalisé Débit d’eau
(m/s) Vitesse réelle Obs.
(min) (min) Coefficient Surface (m3/s) (m) Plein plein (m)
N° de de cumulé section section
nœud ruissellement (ha) (m3/s) (m/s)
68 2.767 0.4 0.679 3.8 4.449 1.500 0.8 2.076 4.13 0.504 Vérifie
69 3.167 0.475 0.701 5.59 3.506 2.036 1 2.464 3.138 0.693 Vérifie
69’ 3.167 0.466 0.701 5.59 3.506 2.036 1 2.464 3.138 0.693 Vérifie
70 18.556 0.326 0.5 41.78 6.138 2.845 1 4.573 5.823 0.571 Vérifie
71 18.882 0.065 0.49 44.73 7.687 2.939 1 6.092 7.756 0.490 Vérifie

107
Chapitre V Calcul hydraulique

V.6. Comparaison du nouveau réseau avec l’ancien.

Tableau V.13 : Vérification du collecteur principal (Nœud 1-Rejet 1).

Diamètre Diamètre
Nœud Nœud Normalisé existant
amont aval (mm) (mm) Observation
1 2 300 Ovoïde /
3 2 300 Ovoïde /
2 5 400 Ovoïde /
4 5 600 Ovoïde /
5 6 600 Ovoïde /
6 7 600 Ovoïde /
7 8 800 Ovoïde /
9 10 600 200 à modifier
10 11 800 200 à modifier
11 8 800 Ovoïde /
8 12 1500 Ovoïde /
12 13 1500 Ovoïde /
13 14 1500 Ovoïde /
14 15 1500 Ovoïde /
15 16 1500 Ovoïde /
16 17 1500 Ovoïde /
17 18 1500 Ovoïde /
18 19 1500 Ovoïde /
19 Rejet 1 1500 Ovoïde /

109
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.14 : Vérification du collecteur principal (Nœud 24-Rejet 2).

Diamètre Diamètre
Nœud Nœud normalisé existant
amont aval (mm) (mm) Observation
24 24' 300 200 à modifier
25 24' 500 200 à modifier
24' 26 500 200 à modifier
26 27 800 200 à modifier
27 28 800 200 à modifier
28 29 800 400 à modifier
29 30 800 400 à modifier
20 21 500 200 à modifier
21 22 600 200 à modifier
22 23 800 200 à modifier
23 30 800 200 à modifier
30 31 1000 400 à modifier
31 32 1000 400 à modifier
32 33 1000 400 à modifier
33 47 1000 400 à modifier
34 35 300 300 à maintenir
35 36 1000 300 à modifier
36 47 1000 300 à modifier
37 38 400 200 à modifier
38 39 500 200 à modifier
39 40 600 300 à modifier
40 41 800 300 à modifier
41 42 800 300 à modifier
42 43 800 300 à modifier
43 44 800 300 à modifier
44 45 800 300 à modifier
45 45' 1000 300 à modifier
45' 46 1000 300 à modifier
46 47 1200 300 à modifier
47 48 1500 400 à modifier
48 Rejet 2 1500 400 à modifier

110
Chapitre V Calcul hydraulique

Tableau V.15 : Vérification du collecteur principal (Nœud 49-Rejet 3).

Diamètre Diamètre
Nœud Nœud normalisé existant
amont aval (mm) (mm) Observation
49 50 300 300 à maintenir
50 51 500 300 à modifier
51 52 600 300 à modifier
52 53 600 300 à modifier
53 54 800 300 à modifier
54 55 800 400 à modifier
55 61 800 400 à modifier
56 57 500 300 à modifier
57 58 600 300 à modifier
58 59 600 300 à modifier
59 60 800 300 à modifier
60 61 800 300 à modifier
61 61' 800 400 à modifier
62 61' 500 400 à modifier
61' 63 800 400 à modifier
63 64 800 400 à modifier
64 70 800 400 à modifier
65 66 600 300 à modifier
66 70 600 300 à modifier
67 68 800 300 à modifier
68 69 800 300 à modifier
69 69' 1000 300 à modifier
69' 70 1000 300 à modifier
70 71 1000 400 à modifier
71 Rejet 3 1000 400 à modifier

111
Chapitre V Calcul hydraulique

V.7. Conclusion
A partir des résultats obtenus des deux variantes on peut conclure ce qui suit :

- Le dimensionnement du réseau n’a pas été influencé par les débits des eaux usées dans la

variante 1 en le comparant avec le dimensionnement dans la variante 2, et cela est du à

l’apport très faible et négligeable des eaux usées par rapport aux eaux pluviales.

Les modifications du réseau d’assainissement existant dans ses parties défaillantes ont été

faites sur la base du dimensionnement de la première variante.

- Toutes les défaillances du réseau existant ont été relevées par le nouveau dimensionnement

qui répond aux normes techniques citées auparavant.

112
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

Introduction
Un réseau d’assainissement a pour objet la collecte des eaux usées et pluviales et pour
l’objectif la protection du milieu naturel, il constitue un équipement public essentiel il doit
être parfaitement étanche, même cas de mouvements de terrain ; il doit avoir un degré très
élevé de durabilité.
Les ouvrages d'assainissement comprennent :
1. Des ouvrages principaux qui correspondent au développement de l'ensemble du
réseau jusqu'à l'entrée des effluents dans la station d'épuration ; ces tuyaux se
présentent par tronçons de diamètre croissant de l’amont vers l’aval ; suivant la
grandeur de leur section, on les classe ainsi :
-collecteur principal, pour les grands diamètres supérieurs à 0,8 m ;
-collecteur secondaire, pour les diamètres compris entre 0,4 et 0,8 m ;
-collecteur tertiaire, pour les diamètres inférieurs ou égaux à 0,3 m.
2. Des ouvrages annexes qui constituent toutes les constructions et les installations
ayant pour but de permettre l'exploitation rationnelle et correcte du réseau
(bouches d’égout, regards, déversoirs d'orage... etc.).

113
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

VI .1 Les ouvrages principaux [2]

Les ouvrages principaux correspondant aux ouvrages d’évacuation des effluents vers
le point de rejet ou vers la station d’épuration comprennent les conduites et les joints.

VI .1.1. Canalisations [2]


Elles se présentent sous plusieurs formes cylindriques préfabriquées en usine. Elles sont
désignées par leurs diamètres intérieurs, dites diamètres nominaux exprimés en millimètre, ou
ovoïdes préfabriqués désignés par leur hauteur exprimée en centimètre et, des ouvrages
visitables.

VI .1.2. Type de canalisation [2]


Il existe plusieurs types de conduites qui sont différents suivant leurs matériaux et
leurs destinations.

*Conduites en béton non armé


Les tuyaux en béton non armé sont fabriqués mécaniquement par un procédé assurant une
compacité élevée du béton. La longueur utile ne doit pas dépasser 2,50m. Ces types de tuyaux
ont une rupture brutale, mais à moins que la hauteur de recouvrement ne soit insuffisante. Elle
survient aux premiers âges de la canalisation. Il est déconseillé d'utiliser les tuyaux non armés
pour des canalisations visitables.

*Conduites en béton armé


Les tuyaux en béton armé sont fabriqués mécaniquement par un procédé assurant une
compacité élevée du béton (compression radiale, vibration, centrifugation). Les tuyaux
comportent deux séries d'armatures, la première est formée des barres droites appelées
génératrices, la deuxième est formée des spires en hélice continues d'un pas régulier maximal
de 1,5 cm

Classification [2]

Le béton utilisé dans le bâtiment, ainsi que dans les travaux publics comprend plusieurs
catégories.

114
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

En général le béton peut être classé en trois groupes, selon sa masse volumique ρ :

• Béton normal : ρ entre 2 000 et 2 600 kg/m3 ;


• Béton lourd : ρ > 2 600 kg/m3 ;
• Béton léger : ρ entre 800 et 2 000 kg/m3.

Le béton courant peut aussi être classé en fonction de la nature des liants :

• Béton de ciment ;
• Béton silicate ;
• Béton de gypse;
• Béton asphalte.

*Conduites en amiante – ciment

L'amiante-ciment ou ciment-amiante ou encore fibrociment est un matériau constitué d'un


complexe de fibres d'amiante dispersées dans un liant hydraulique qui est du ciment; Il a servi
à produire des plaques, dalles, murs antibruit, tôle-ondulées de couverture, tuiles, tuyaux
servant au drainage pluvial ou d'aqueduc, tuyaux d'évacuation de conduits de cheminées,
évents, etc.

La fonte et l'acier sont tous deux des alliages de fer et de carbone. On parle d'acier lorsque
le carbone est présent avec un taux massique compris entre 0,05 à 2,1 %, et de fonte lorsqu'on
est entre 2,1 et 6,67 %. En dessous de 0,05 %, on a simplement du fer. 6,67 % est le seuil de
saturation.

*Conduites en grés

Le grès servant à la fabrication des tuyaux est obtenu à parties égales d'argile et de sable
argileux cuits entre 1200°C à 1300°C .Les tuyaux sont fabriqués par extrusion. À la température
de cuisson, l’ensemble subit la fusion pâteuse et se vitrifie. Les tuyaux en grés de bonne qualité,
sonnés au maillet, rendent un son clair. Le matériau obtenu est très imperméable. Il est
inattaquable aux agents chimiques, sauf l'acide fluorhydrique. L'utilisation de ce genre est
recommandée dans les zones industrielles. La longueur minimale est de 1 m.

115
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

*Conduites en chlorure de polyvinyle (P.V.C) non plastifié

Les matières plastiques ont un comportement différent face à une élévation de température
qui conduit à distinguer deux grandes familles : les thermoplastiques et les thermocissables.

Le PVC fait partie de la famille des thermoplastiques ; c’est une résine synthétique
résultant de la polymérisation du chlorure de vinyle monomère, celui-ci étant obtenu par
synthèse à partir du chlorure d’hydrogène. Suivant la quantité de plastifiant qu’on adjoint, le
PVC peut donner des produits souples ou rigides.

*Conduites et raccords en fonte

Les tuyaux en fonte d’assainissement pour les ouvrages à écoulement libre (eaux usées,
pluviales, domestiques et industrielles) sont conformes aux normes NF EN 598.

Les caractéristiques des tuyaux en fonte, facteurs de sécurité et de résistance mécanique,


leur confèrent le label d’excellence.

VI .1.3. Choix du type de canalisation [9]

Pour faire le choix des différents types de conduite on doit tenir compte :
• Des pentes du terrain ;
• La nature des effluents évacués dans le réseau ;
• Le volume de ces effluents ;
• Les charges mécaniques exercées sur l’étendue de chaque section du
réseau ;
• La nature du sous-sol traversé.

VI .1.4. Les joints des conduites en béton armé

Le choix judicieux des assemblages est lié à la qualité du joint. Ce dernier est en
fonction de la nature des eaux et leur adaptation vis à vis de la stabilité du sol et, en fonction
de la nature des tuyaux et de leurs caractéristiques (diamètre, épaisseur).
Pour les tuyaux en béton armé on a différents types des joints à utiliser :

116
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

a. Joint type Rocla [10]


Ce type de joint assure une très bonne étanchéité pour les eaux transitées et les eaux
extérieures. Ce joint est valable pour tous les diamètres.

b. Joint à demi-emboîtement
Avec cordon de bourrage en mortier de ciment, ce joint est utilisé dans les terrains
stables .Il y a risque de suintement si la pression est trop élevée. Il est à éviter pour les terrains à
forte pente.

c. Joint à collet
Le bourrage se fait au mortier de ciment, il n'est utilisé que dans les bons sols à pente
faible.

d. Joint torique
Est un joint en forme de tore. Son utilisation peut être statique ou dynamique.

e. Joint plastique

Ce joint est étanche et résistant même si la conduite est en charge. La présence du


cordon en bitume et la bague ou manchon en matière plastique contribue à la bonne
étanchéité. Il s’adapte presque à tous les sols si la confection est bien faite.

La Figure VI.1 représente divers joints sur tuyau en béton.

117
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

Joint ROCLA

Joint à demi emboîtement

Joint torique

Joint à collet (bourrage en ciment)

Joint plastique (matière plastique)

Fig. VI. 1 : différents joints.[10]

118
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

VI .1.5. Différentes actions supportées par la conduite [11]


Les canalisations sont exposées à des actions extérieures et intérieures. Pour cela, ces
canalisations doivent être sélectionnées pour lutter contre ces actions qui sont : Les actions
Joint
mécaniques ; les actions statiques à demi
et les emboîtement
actions chimiques.

a). Actions mécaniques


Ce type d'action résulte de l'agressivité des particules de sable et de gravier qui
forment le remblai et le radier des canalisations. Cette agressivité provoque la détérioration des
parois intérieures par le phénomène d'érosion dû essentiellement à de grandes vitesses
imposées généralement par le relief.

b). Actions statiques


Les actions statiques sont dues aux surcharges fixes ou mobiles comme le remblai, au
mouvement de l'eau dans les canalisations ainsi qu'aux charges dues au trafic routier.

Tableau. VI .1 : Caractéristiques du tuyau en béton armé.

Diamètre nominal (mm) Epaisseurs minimales des parois


(mm)
800 66-116

1000 66-116

1200 71-121

1400 119 -146

1600 130 -158

1800 133-177
2000 141 -194

c). Actions chimiques


Elles sont généralement à l'intérieur de la conduite. Une baisse de pH favorise le
développement des bactéries acidophiles qui peuvent à leur tour favoriser la formation de
l'acide sulfurique (H 2 S) corrosif et néfaste aux conduites.

119
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

VI .1.6. Protection des conduites


Le béton utilisé pour la fabrication des tuyaux et ouvrages d'assainissement subit des
formes d'agression ; sous l'aspect de corrosion chimique qui entraîne la destruction des
canalisations ; sous l'aspect d'abrasion qui est une action physique non négligée du fait de
faible résistance du matériau et compte tenu de la vitesse limite maximale des écoulements
dans le réseau.
Pour cela les moyens de lutte peuvent se résumer comme suit :
• Les temps de rétention des eaux usées dans les canalisations doivent être réduits
au maximum.
• L'élimination des dépôts doit s'opérer régulièrement, car ceux-ci favorisent
le développement des fermentations anaérobies génératrices d'hydrogène
sulfuré (H2S).
• Une bonne aération permet d'éviter les condensations d'humidité sur les parois et
de réduire ainsi la teneur en H2S.
• Revêtement intérieur des conduites par du ciment limoneux ou du ciment sulfaté
avec un dosage suffisant dans le béton (300 à 350 kg/m3 de béton).
• Empêcher l'entrée des sables par l'implantation des bouches
d'égout.

VI .1.7. Essais des tuyaux préfabriqués [12]


Avant d'entamer la pose des canalisations ; il est obligatoire de faire quelques
essais notamment l'essai à l’écrasement, à l'étanchéité et à la corrosion.
Ces essais sont exécutés sur des tuyaux prélevés au hasard à raison de cinq éléments par lot
de 1000 éléments pour l'essai à l'écrasement et de dix éléments par lot de 1000 éléments
pour l'essai d’étanchéité.

a. Essai à l'écrasement [12]


Les ouvrages doivent résister aux charges permanentes des remblais d'une part, aux
surcharges dans les zones accessibles aux véhicules routiers d'autre part. Ce qui nous oblige de
faire l'essai de l'écrasement.
L'épreuve à l'écrasement se fait par presse automatique avec enregistrement des efforts.
Ils doivent être répartis uniformément sur la génératrice supérieure de tuyau. La mise en marche

120
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

est effectuée jusqu'à la rupture par écrasement. à une vitesse de 1000 dans par mètre de longueur
et par minute. Cet essai permet de déterminer la charge de rupture.

b. Essai à l'étanchéité [12]


L'essai à l'étanchéité est effectué sous pression d'eau sur deux tuyaux assemblés,
de manière à vérifier la bonne tenue des éléments de jonction et des bagues d’étanchéité.
On procède comme suit :
*Les tuyaux à base de ciment sont fabriqués depuis au moins 21 jours et préalablement
imbibés d'eau pendant 48 heures par remplissage total.
* Les tuyaux sont disposés à plat, la mise en pression est assurée pendant 30 mn par une
presse hydraulique, La pression d'essai est de 0,5 bar pour les ovoïdes et de l bar pour les
autres tuyaux.
* Pour les tuyaux circulaires, une face de désaxement est appliquée à l'assemblage sur la
génératrice inférieure de l'un des tuyaux, de manière à obtenir une ouverture de
l'assemblage sur la génératrice supérieure égale à 15 mm lorsque les diamètres nominaux
sont supérieurs ou égaux à 300 mm, et 8 mm lorsque les diamètres nominaux sont inférieurs à
300 mm. Aucune fissure avec suintement ne doit être constatée sur l'étendue du joint.

c. Essai de corrosion [12]


Les eaux ménagères et les eaux industrielles évacuées par les canalisations en béton
renferment de l'acide carbonique dissous dans l'eau, de l'hydrogène Sulfuré (H2S) produit par
les fermentations anaérobies et des composés acides divers des eaux industrielles .Sous
l'action de ces agents, le béton est corrodé et ce matériau se détériore.
L'épreuve de corrosion se fait par addition des produits, après on fait un lavage à l'eau
douce. Après un séchage à l'étuve on pèse l’échantillon. Les surfaces de la paroi interne ne
doivent pas être altérées

VI .2. Les ouvrages annexes


Les ouvrages annexes ont une importance considérable dans l'exploitation rationnelle des
réseaux d'égout .Ils sont nombreux et obéissent à une hiérarchie de fonction très diversifiée :
fonction de recette des effluents, de fenêtres ouvertes sur le réseau pour en faciliter

121
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

L’entretien, du système en raison de leur rôle économique en agissant sur les

dimensionnements et en permettant l'optimisation des coûts.


Les ouvrages annexes sont considérés selon deux groupes :
• Les ouvrages ;
• Les ouvrages spéciaux.

VI .2.1. Les ouvrages


Les ouvrages sont les ouvrages courants indispensables en amont ou sur le cours des
réseaux .Ils assurent généralement la fonction de recette des effluents ou d'accès au réseau.

VI .2.1.1. Les branchements [10]


Les regards de branchement devront être implantés en limite de propriété sur domaine
privé, accessible en permanence aux services de l’assainissement :
- Diamètre 400 mm pour les eaux usées.
- Diamètre 800 mm pour les eaux usées.
- Diamètre 600 mm pour les eaux pluviales.
- Circulaires pour les eaux pluviales,
- Carrés pour les eaux usées.

VI .2.1.2. Ouvrages de collecte en surfaces


Ce type d'ouvrages est destiné à la recueillie des eaux pluviales. On distingue deux
catégories.
A. Les ouvrages de collecte et de transport tels que les fossés, gargouilles, caniveaux ;
B. Les ouvrages d’engouffrement, en tête et sur le cours du réseau principal tels que les
bouches, avaloirs, grilles.

A. les ouvrages de collecte et de transport


A.1. Les fossés
Les fossés étaient principalement destinés à la collecte des eaux provenant des chaussés en
milieu rural qui, depuis peu, rentrent dans les dispositions dites<<alternatives>> à la solution
par tuyaux ; suivant les caractéristiques du relief, ils sont soit des ouvrages de transport à
faible pente, soit des ouvrages de retenue, soit des ouvrages de stockage des eaux.

122
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

A.2. Les caniveaux [2]


Ce sont des éléments de voirie destinés à collecteur jusqu’à la bouche d’égout. Les eaux
pluviales provenant des de la chaussés et du trottoir.

A.3. Les gargouille


Sont envisageables avec un système qui fait appel au drainage en surface. Ces eaux
pluviales des toitures, cours intérieures, etc., sont évacuées vers le caniveau jusqu’à la bouche
d’engouffrement ; on obtient ainsi une séparation contrôlée des sorties eaux pluviales et, par
ailleurs, eaux usées.

B. Les bouches d’égout [9]


Une bouche d’égout (souvent appelée à tort puisard de rue) est un élément propre aux
réseaux d’égouts pluvial et unitaire. Une bouche d’égout a pour fonction de collecter,
habituellement en bordure des rues, les eaux de ruissellement de surface afin de permettre leur
acheminement vers l’égout pluvial ou l’égout unitaire.
Les bouches d’égout peuvent être classées selon deux critères :
1-le mode de recueil des eaux, on distingue :
a- Bouche à accès latéral.
b- Bouche à accès sur le dessus.

2-le mode de retenue de déchets solides on distingue :


a- Bouche sans décantation.
b- Bouche avec décantation.

123
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

Bouche d'égout

Absorption du coté latérale Absorption par le haut

Fig. VI.1.2 : Les bouches d’égout

Point de raccordement avec élargissement Point de raccordement avec inclinaison

Fig. VI.2.2 : Point de raccordement

124
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

Bouche d'égout

Regard

Réseau principal

Fig. VI.3 : Emplacement des bouches d’égout

VI.2.1.3. Ouvrages d'accès au réseau (les regards)


Les regards d’assainissement sont des éléments qui font partie de nombreuses conduites
souterraines. Les regards d’assainissement sont utilisés dans divers domaines tels que dans le
domaine de l’assainissement et de la voirie, ou dans le domaine de l’agriculture.
• Regard simple : pour raccordement des collecteurs de mêmes diamètres ou de
diamètres différents ;
• Regard latéral : en cas d'encombrement du V.R.D ou collecteurs de diamètre
important ;
• Regard double : pour système séparatif ;

• Regard de chute : à forte pente, ce type est nécessaire pour limiter les pentes et
les vitesses d’écoulements.

125
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

La distance entre deux regards est variable :


• 35 à 50 m en terrain accidenté ;
• 50 à 80 m en terrain plat.
Sur les canalisations les regards doivent être installés :
• A chaque changement direction ;
• A chaque jonction de canalisation ;
• Aux points de chute ;
• A chaque changement de pente ;
• A chaque changement de diamètre.

VI .2.2. Les ouvrages spéciaux


VI .2.2.1. Les déversoirs d’orage
Généralement, on désigne par le terme « déversoir »des ouvrages de dérivation conçus pour
les flux et limiter le débit dirigé par temps de pluie vers l’aval du réseau et donc vers la STEP
Sur un réseau unitaire, on désigne par déversoir d’orage l’ensemble du dispositif dont la
fonction est d’évacuer vers le milieu naturel les pointes de ruissellement de manière à
décharger le réseau aval.
Le déversoir d’orage est un ouvrage permettant le rejet direct d’une partie des effluents au
milieu naturel lorsque le débit à l’a mont dépasse une certaine valeur que l’on appelle "débit
de référence".
Les déversoirs d’orage sont généralement installés sur les réseaux unitaires dans le but de
limiter les apports au réseau aval et en particulier dans la STEP en cas de pluie.
Un déversoir d’orage est donc un ouvrage de contrôle permettant une régulation
hydraulique des effluents en réseau d’assainissement. Le débit dérivé peut sortir
complètement du système d’assainissement, soit y être réinjecté après stockage dans le bassin.

126
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

Fig.VI.4 : Schéma de principe du déversoir d’orage.

VI .2.1.1. Emplacement des déversoirs d'orage


Avant l'emplacement des déversoirs d'orage il faut voir :
- Le milieu récepteur et son équilibre après le rejet des effluents dont il faut établir un
degré de dilution en fonction du pouvoir auto épurateur du milieu récepteur ;
- Les valeurs du débit compatibles avec la valeur de dilution et avec l'économie générale
du projet, c'est à dire rechercher le facteur de probabilité de déversement de façon à limiter la
fréquence des lâcheurs d'effluents dans le milieu récepteur ;
-La capacité et les surfaces des ouvrages de la station d'épuration pour éviter les
surcharges et le mauvais fonctionnement ;
-Le régime d'écoulement de niveau d'eau dans la canalisation amont et aval ;
-Topographie du site et variations des pentes.

127
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

VI .2.2.1.2. Les types des déversoirs


On distingue plusieurs types de déversoir :

A. Déversoir à seuil latéral et conduite aval étranglée


Pour le calcul de cet ouvrage il faut que l'écoulement en amont soit fluvial. La
présence d'un seuil élevé (marge de sécurité) conduit à la formation d'un ressaut dans la
conduite d’amenée. Les vannes utilisées sur les conduites de décharges peuvent être
manipulées en fonction du débit transité par le déversoir.

B. Déversoir a seuil latéral et conduite aval libre


Ce type de déversoir diffère du précédant essentiellement par le fait que la conduite
aval a un écoulement libre, si pour le débit max. d'orage la charge sur la crête aval est nulle.
Ce type de déversoir assurera un débit aval constant quel que soit le débit déversé.

C. Déversoir d’orage à ouverture du fond


Dans ce type d'ouvrage: le débit d'eau usée transite à travers une ouverture pratiquée
dans le radier de la canalisation. On a d'autres types de déversoirs comme :
• Les déversoirs à seuil frontal ;
• Les déversoirs siphoïdes ;
• Les déversoirs automatiques.

VI .2.2.1.3. Dimensionnement des déversoirs d’orage


Pour notre cas nous optons pour la double dilution, c'est à dire, une partie d’eau usée
domestique pour une partie d'eau pluviale. Donc, le débit qui se dirige vers la station du
lagunage par l'intermédiaire du déversoir d'orage est égal à deux fois le débit de temps sec. Le
débit restant sera rejeté vers l'exutoire par caniveaux ou par conduite.
A. Mode de calcul
Pour le calcul des déversoirs d'orage à seuil latéral et conduite aval libre.
On doit adopter :
Le débit total de dimensionnement qui est égal à la somme des débits en temps sec (QEU) et
du débit pluvial (QP)
Q T = QP+ Q E U

128
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

Débit de pointe transité vers le collecteur de rejet qui transporte les eaux vers la station de
lagunage :
QST = 3.QEU

Le débit rejeté vers l’Oued:


QR = QT - QST

On détermine la valeur de la lame déversée (Hr)


On détermine la longueur du seuil, déversant (L).

B. Les ouvrages annexes du déversoir d’orage :


B.1. Chambre de tranquillisation et de dessablement
Cette chambre, située à l’amont du déversoir d’orage a pour but en réduisant la vitesse
du flux d’assurer une décantation des matières en suspension les plus lourdes et de faire
remonter en surface les flottants.

B.2. les grilles et les degrilleurs


Pour éviter l'intrusion d'éléments susceptibles de perturber l'écoulement ; il convient de
placer les degrilleurs à l’entrée des déversoirs d’orage.
Leur rôle est de retenir les corps les plus volumineux transportés par les effluents
pluviaux ou par les effluents d'eaux usées lors de leur écoulement dans le réseau.
Ces ouvrages sont très efficaces en amont des bassins de dessablement, les déversoirs
d'orage et les stations de relevage.
Les grilles servent à retenir les matières grossières charriées par l’eau qui pourraient
nuire à l’efficacité du traitement. Elles se composent des grilles à barreaux placés en biais
dans le canal et sont en fer plat simple ou profilé ou bien en fer rond.
Pour éviter des inondations lors de l’engorgement de la grille par des pluies soudaines ou un
maniement est attentif, chaque grille est équipée d’un by-pass.
La vitesse d’écoulement entre les barreaux de la grille ne doit pas dépasser
(0.5 à 1.5) m/s.
Les grilles peuvent être fixes ou mobiles, avec nettoyage installé à des profondeurs
faibles. On distingue des grilles verticales et inclinées. L’écartement (e) entre les barreaux de
la grille est fonction de la finesse de tamisage qu’on désire obtenir.
129
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

Dans certaines installations l’encrassement des grilles crée une perte de charge qui fait
monter le niveau amont.
Dans notre projet les grilles seront placées juste à l’entrée des déversoirs d’orage.

VI .2.3. Ouvrage de traversée des Oueds


Le franchissement aérien des oueds est assuré par l’implantation d’une pile au
milieu du lit de l’oued. La pile sera dimensionnée d’une manière à supporter les
charges appliquées par la conduite. Cette dernière est supposée, lors du calcul, pleine
et les eaux usées sont chargées à 50%.

Fig.VI.5. Franchissement d’un oued.

VI .2.4. Bassins de dessablement


Ce sont des ouvrages qui doivent être placés à l'aval des collecteurs secondaires pour ne
pas laisser les sables déboucher dans les collecteurs principaux, pour ne pas éroder les parois et
pour éviter les fermentations des éléments végétaux.

VI .2.5. Dessableur
Les dessableur sont des ouvrages qui permettent d’éliminer les matières facilement
décantables qui sont véhiculées par les eaux usées et pluviales (le plus souvent du sable).
Il pourra néanmoins être nécessaire de les placer sur le réseau d’assainissement pour
la protection des ouvrages contre :

130
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

• Le frottement au niveau des collecteurs et pompes.


• Les pertes en volume utilisables dues aux dépôts qui se forment rapidement.

VI .2.5.1. Les différents types de dessableur


Les dessableurs sont toujours placés à l’aval des grilles et à l’amont des décanteurs
primaires dans les stations d’épuration, au niveau du siphon à point bas; et à l’amont des
déversoirs d’orage.

VI .2.5.1. Dessableur couloir (figure. VI.6)


C’est un canal avec une partie élargie. L’entrée doit être construite de telle façon que
la vitesse soit réduite avec une répartition de vitesse au niveau de cette partie élargie aussi
régulière que possible où une vitesse de 0.3 m/s puisse être maintenue.

Fig. VI.6 : Schéma d’un dessableur couloir.

Avec :
h : Hauteur de remplissage dans le conduite ;
Vh : Vitesse de passage de l’eau (m/s) ;
u : Vitesse de sédimentation (cm/s) ;
H : Hauteur de dessableur (m).

131
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

VI .2.6. Choix technique de l’ouvrage projeté et son dimensionnement


• Donner une forme optimale compte tenu des contraintes de place (rectangulaire
simple, plusieurs éléments disposés en parallèle ou en série) ;

• Prévoir les équipements nécessaires au fonctionnement de l’insufflation d’air ou


brossage mécanique pour éviter les dépôts des matières organiques à plus faible
débit ;
• Considérer les conditions d’exploitation : fréquence de dépotage.

Quelques vitesses de sédimentation en fonction des diamètres des particules :

Tableau. VI.2 Vitesses de sédimentation en fonction des diamètres des particules.

D (mm) u (cm/s)
1,5 29
1 23
0,8 17
0,5 14
0,4 10
0,2 7
0,1 3
0,05 1
0,03 0,2

132
Chapitre VI Eléments constitutifs de réseau d’égout

VI.3. Conclusion
Pour une exploitation rationnelle de notre réseau d’assainissement, il est nécessaire de faire un
bon choix des conduites qui le constituent et ceci selon la forme et le matériau par lequel elles
sont construites.

133
Chapitre VII Organisation de chantier

Introduction

Pour une réalisation optimale il faut suivre les règles de l’organisation du chantier en
général. La méthode la plus utilisée est la méthode CPM « critical path méthode », c’est
une méthode qui consiste à réduire les temps de réalisation, les coûts, et augmenter le
rendement du travail. Elle se base sur l’établissement d’un réseau qui traduit la succession
des opérations constituant le projet en question. A la fin on obtient ce qu’on appelle le
chemin critique.

VII.1. Les actions reçues par les conduites

Les conduites enterrées sont soumises à des actions qui sont les suivantes :

• La pression verticale due au remblai ;


• La pression résultant des charges roulantes ;
• La pression résultant des charges permanentes de surface ;
• La pression hydrostatique extérieure due à la présence éventuelle d'une nappe
phréatique ;
• Le poids propre de l'eau véhiculée ;
• Le tassement différentiel du terrain;
• Les chocs lors de la mise en œuvre ;
• Action des racines des arbres.
VII.2 .Les informations sur les réseaux publics existants
Le sous - sol des voiries reçoit l'ensemble des canalisations et réseaux qui concernent :

• l’eau potable,
• Les égouts, électricité,
• Gaz et télécommunications.
Devant cette situation, avant de faire la pose de nos conduites, il convient de préparer
une étude très détaillée sur l'encombrement du sous-sol, afin d'éviter de détruire les
revêtements des chaussées et les autres conduites.

134
Chapitre VII Organisation de chantier

VII.3. Vérification manutention des canalisations

Les produits préfabriqués font l’objet sur chantier de vérification portant sur :

- Les quantités ;
- L'aspect et le contrôle de l'intégrité ;
- Le marquage en cas de défaut.
VII.3. 1 Décapage de la couche végétale

Le décapage de cette couche se fait par un bulldozer.

Le volume de la couche décapée est :

V = b. h .L (m3)

Avec :

b : largeur de la couche végétale (m).

h : hauteur de la couche (m).

L : longueur total des tranchées (m).

Si la tranchée est ouverte sous les voies publiques, le décapage est fait avec soin sans
dégradation des parties voisines.

VII.3.2 Emplacement des jalons des piquets

Suivant les tracés du plan de masse, les jalons des piquets doivent être placés dans chaque
point d'emplacement d'un regard à chaque changement de direction ou de pente et à chaque
branchement ou jonction de canalisation.

VII.4. Exécution des tranchées et des fouilles pour les regards [17]

Le mode d’exécution en fouille ouverte, en tranchée, est le plus fréquemment utilisé lors
de la construction des collecteurs urbains.

135
Chapitre VII Organisation de chantier

La profondeur de la tranchée est pratiquement toujours imposée par des conditions d’axe
hydraulique ou de croisement d’ouvrages existants.

La largeur de la tranchée dépend essentiellement des dimensions extérieures et du type


d’emboîtement des tuyaux, de la fondation, de l’espace minimum nécessaire entre la
canalisation et la paroi de la tranchée pour réaliser une pose correcte et un remblayage latéral
de compacité adéquate, de la profondeur de pose de la place disponible pour l’exécution des
fouilles, de la nature des terrains rencontrés, notamment si les terrassements ne sont pas
réalisés à l’abri d’un blindage. Economiquement, il n’est pas intéressant d’établir des
tranchées trop larges, vu le coût des terrassements ; on s’oriente donc vers l’exécution de
fouilles de largeurs minimales.

• a) Profondeur de la tranchée :

H =e+D+h

Avec : H : Profondeur de la tranchée.

e : Epaisseur du lit de sable.

D : Diamètre de la conduite.

h : Hauteur du remblai

Fig.VII.1. La profondeur de la tranchée.

136
Chapitre VII Organisation de chantier

• b) Largeur de la tranchée

B = D + 2a

Avec : B : Largeur de la fouille au fond.

D : Diamètre de la conduite.

a : Espacement entre les parois de la tranchée et la conduite (a= 0,3 m)

Fig.

Fig.VII.2 : Largeur de la tranchée.

Volume des déblais des tranchées

Vdéb= H*L*B (m3)

H : Profondeur de la tranchée.

L : Longueur de la tranchée.

B : Largeur de tranchée.

Volume du remblai
Vremb = Vdeb – [Vcondt +Vls]
Vremb : Volume du remblai en (m3).
Volume excédentaire
Vexcé = Vf -Vremb

137
Chapitre VII Organisation de chantier

Avec :
Vexcé : Volume du sol excédentaire en (m3).
Vf : Volume du sol foisonné en (m3).

Volume du sol foisonné

Vf = Vdeb. Kf

Kf : Coefficient de foisonnement dépend de la nature de sol :

• sable, matériaux fins : Kf entre 1.08 et 1.17 ;


• Limon argileux : Kf entre 1.14 et 1.28;
• Argile : Kf entre 11.25 et 1.3.

Pour notre cas Kf entre 1.14 et 1.28 en choix Kf = 1 ,20

VII.4.1. Aménagement du lit de pose des canalisations

Les conduites doivent être posées sur un lit de pose de 0,1 m d'épaisseur qui se compose
généralement de sable bien nivelé suivant les côtes du profil en long.

Mais si les terrains sont peu consistants, le fond des tranchées sera consolidé Chaque
tuyau repose sur deux briques placées sur ce fond, le vide doit être rempli de sable.

Pour les mauvais terrains on opte pour des dalles en béton.


De réaliser, si possible dans tous les cas, un appui de manière à ce que le tuyau repose sur un
arc au moins égal au quart de sa circonférence extérieure ; plus le diamètre est grand, plus la
surface d’appui doit être soignée.

VII.4.2. Assemblage des conduites


Les joints des conduites circulaires à emboîtement sont effectués à l'aide d'une bague
renforcée d'une armature et coulée sur place à l'intérieur d'un moule.

138
Chapitre VII Organisation de chantier

Fig.VII.3 : Assemblages des conduites.

VII.5. Exécution des regards [17]


Les regards sont généralement de forme carrée dont les dimensions varient en fonction des
collecteurs. La profondeur et l'épaisseur varient d'un regard à un autre

Les différentes opérations pour l'exécution d'un regard sont les suivantes :
• Réglage du fond du regard ;
• Exécution de la couche du béton de propreté ;
• Ferraillage du radier de regard ;
• Bétonnage du radier ;
• Ferraillage des parois ;
• Coffrage des parois ;
• Bétonnage des parois ;
• Décoffrage des parois ;
• Ferraillage de la dalle ;
• Coffrage de la dalle ;
• Bétonnage de la dalle ;
• Décoffrage de la dalle.

139
Chapitre VII Organisation de chantier

VII.6.Remblai des tranchées


Après avoir effectué la pose des canalisations dans les tranchées, un remblayage de
qualité est nécessaire sur une certaine hauteur au-dessus de la génératrice supérieure pour
assurer, d’une part la transmission régulière des charges agissant sur la canalisation et, d’autre
part, sa protection contre tout dégât lors de l’exécution du remblai supérieur.

VII.7.Résultat des travaux de terrassement

140
Chapitre VII Organisation de chantier

Tableau.VII.1 : Résultat des travaux de terrassement des tranchées pour (Nœud 1-Rejet 1).

Nœud Nœud L D Pmoy B V déblai V sable V remblai V FOIS V non utilité


V con
amont aval (m) (m) (m) (m) (m3) (m3) (m3) (m3) (m3)
(m3)

1 2 180 0,3 1,1 0,9 178,2 12,717 16,2 149,283 215,622 66,339
3 2 31 0,3 1,1 0,9 30.69 2.19015 2,79 25.70985 37.1349 11.42505
2 5 196 0,4 1,2 1 235,2 24,6176 19,6 190,9824 284,592 93,6096
4 5 46 0,6 1,4 1,2 77,28 12,9996 5,52 58,7604 93,5088 34,7484
5 6 40 0,6 1,4 1,2 67,2 11,304 4,8 51,096 81,312 30,216
6 7 65 0,6 1,4 1,2 109,2 18,369 7,8 83,031 132,132 49,101
7 8 109 0,8 1,6 1,4 244,16 54,7616 15,26 174,1384 295,4336 121,2952
9 10 62 0,6 1,4 1,2 104,16 17,5212 7,44 79,1988 126,0336 46,8348
10 11 118 0,8 1,6 1,4 264,32 59,2832 16,52 188,5168 319,8272 131,3104
11 8 49 0,8 1,6 1,4 109.76 24.6176 6.86 78.2824 132.8096 54.5272
8 12 215 1,5 2,3 2,1 1038,45 379,74375 45,15 613,55625 1256,5245 642,96825
12 13 122 1,5 2,3 2,1 589,26 215,4825 25,62 348,1575 713,0046 364,8471
13 14 70 1,5 2,3 2,1 338,1 123,6375 14,7 199,7625 409,101 209,3385
14 15 78 1,5 2,3 2,1 376,74 137,7675 16,38 222,5925 455,8554 233,2629
15 16 113 1,5 2,3 2,1 545,79 199,58625 23,73 322,47375 660,4059 337,93215
16 17 73 1,5 2,3 2,1 352,59 128,93625 15,33 208,32375 426,6339 218,31015
17 18 77 1,5 2,3 2,1 371,91 136,00125 16,17 219,73875 450,0111 230,27235
18 19 205 1,5 2,3 2,1 990,15 362,08125 43,05 585,01875 1198,0815 613,06275
191 Rejet 1 20 1,5 2,3 2,1 96,6 35,325 4,2 57,075 116,886 59,811
141
Chapitre VII Organisation de chantier

Tableau.VII.2 : Résultat des travaux de terrassement des tranchées pour (Nœud 24-Rejet 2).

Nœud
amont Nœud L D P moy B V déblai V sable V remblai V FOIS V non utilité
V con
aval (m) (m) (m) (m) (m3) (m3) (m3) (m3) (m3)
(m3)
24 24’ 34 0,3 1,1 0,9 33.66 2.4021 3.06 28.1979 40.7268 12.5307
25 24’ 64 0,5 1,3 1,1 91.52 12.56 7.04 71.92 110.7392 38.8192
24’ 26 46 0,5 1,3 1,1 65.78 9.0275 5.06 51.6925 79.5938 27.9013
26 27 39 0,8 1,6 1,4 87,36 19,5936 5,46 62,3064 105,7056 43,3992
27 28 108 0,8 1,6 1,4 241,92 54,2592 15,12 172,5408 292,7232 120,1824
28 29 165 0,8 1,6 1,4 369,6 82,896 23,1 263,604 447,216 183,612
29 30 139 0,8 1,6 1,4 311,36 69,8336 19,46 222,0664 376,7456 154,6792
20 21 65 0,5 1,3 1,1 92,95 12,75625 7,15 73,04375 112,4695 39,42575
21 22 88 0,6 1,4 1,2 147,84 24,8688 10,56 112,4112 178,8864 66,4752
22 23 166 0,8 1,6 1,4 371,84 83,3984 23,24 265,2016 449,9264 184,7248
23 30 80 0,8 1,6 1,4 179,2 40,192 11,2 127,808 216,832 89,024
30 31 50 1 1,8 1,6 144 39,25 8 96,75 174,24 77,49
31 32 147 1 1,8 1,6 423,36 115,395 23,52 284,445 512,2656 227,8206
32 33 64 1 1,8 1,6 184,32 50,24 10,24 123,84 223,0272 99,1872
33 47 77 1 1,8 1,6 221,76 60,445 12,32 148,995 268,3296 119,3346
34 35 73 0,3 1,1 0,9 72,27 5,15745 6,57 60,54255 87,4467 26,90415
35 36 127 1 1,8 1,6 365,76 99,695 20,32 245,745 442,5696 196,8246
36 47 96 1 1,8 1,6 276,48 75,36 15,36 185,76 334,5408 148,7808
37 38 79 0,4 1,2 1 94,8 9,9224 7,9 76,9776 114,708 37,7304

142
Chapitre VII Organisation de chantier

Tableau.VII.2 : Résultat des travaux de terrassement des tranchées pour (Nœud 24-Rejet2) (Suite).

D P moy V déblai V sable V remblai V non utilité


Nœud Nœud L B V con V FOIS
(m) (m) (m3) (m3) (m3) (m3)
amont aval (m) (m) (m3) (m3)
38 39 80 0,5 1,3 1,1 114,4 15,7 8,8 89,9 138,424 48,524
39 40 42 0,6 1,4 1,2 70,56 11,8692 5,04 53,6508 85,3776 31,7268
40 41 88 0,8 1,6 1,4 197,12 44,2112 12,32 140,5888 238,5152 97,9264
41 42 100 0,8 1,6 1,4 224 50,24 14 159,76 271,04 111,28
42 43 91 0,8 1,6 1,4 203,84 45,7184 12,74 145,3816 246,6464 101,2648
43 44 105 0,8 1,6 1,4 235,2 52,752 14,7 167,748 284,592 116,844
44 45 77 0,8 1,6 1,4 172,48 38,6848 10,78 123,0152 208,7008 85,6856
45 45’ 147 1 1,8 1,6 329.28 73.8528 20.58 234.8472 398.4288 163.5861
45’ 46 72 1 1,8 1,6 207.36 56.52 11.52 139.32 250.9056 119 .13
46 47 60 1,2 2 1,8 216 67,824 10,8 137,376 261,36 123,984
47 48 78 1,5 2,3 2,1 376,74 137,7675 16,38 222,5925 455,8554 233,2629
48 Rejet 2 20 1,5 2,3 2,1 96,6 35,325 4,2 57,075 116,886 59,811

143
Chapitre VII Organisation de chantier

Tableau.VII.3 : Résultat des travaux de Terrassement des tranchées pour (Nœud 49-Rejet3).

Nœud Nœud L D P moy B V déblai V sable V remblai V FOIS V non utilité


V con
amont aval (m) (m) (m) (m) (m3) (m3) (m3) (m3) (m3)
(m3)
49 50 75 0,3 1,1 0,9 74,25 5,29875 6,75 62,20125 89,8425 27,64125
50 51 68 0,5 1,3 1,1 97,24 13,345 7,48 76,415 117,6604 41,2454
51 52 154 0,6 1,4 1,2 258,72 43,5204 18,48 196,7196 313,0512 116,3316
52 53 47 0,6 1,4 1,2 78,96 13,2822 5,64 60,0378 95,5416 35,5038
53 54 314 0,8 1,6 1,4 665,28 149,2128 41,58 474,4872 804,9888 330,5016
54 55 99 0,8 1,6 1,4 259,84 58,2784 16,24 185,3216 314,4064 129,0848
55 61 163 0,8 1,6 1,4 365,12 81,8912 22,82 260,4088 441,7952 181,3864
56 57 42 0,5 1,3 1,1 60,06 8,2425 4,62 47,1975 72,6726 25,4751
57 58 78 0,6 1,4 1,2 131,04 22,0428 9,36 99,6372 158,5584 58,9212
58 59 44 0,6 1,4 1,2 73,92 12,4344 5,28 56,2056 89,4432 33,2376
59 60 73 0,8 1,6 1,4 163,52 36,6752 10,22 116,6248 197,8592 81,2344
60 61 47 0,8 1,6 1,4 105,28 23,6128 6,58 75,0872 127,3888 52,3016
61 61’ 99 0,8 1,6 1,4 176,96 39,6896 11,06 126,2104 214,1216 87,9112
62 61’ 51 0,5 1,3 1,1 110,11 15,11125 8,47 86,52875 133,2331 46,70435
61’ 63 59 0,8 1,6 1,4 176,96 39,6896 11,06 126,2104 214,1216 87,9112
63 64 144 0,8 1,6 1,4 322,56 72,3456 20,16 230,0544 390,2976 160,2432
64 70 89 0,8 1,6 1,4 199,36 44,7136 12,46 142,1864 241,2256 99,0392
65 66 216 0,5 1,3 1,1 308,88 42,39 23,76 242,73 373,7448 131,0148
66 70 279 0,8 1,6 1,4 624,96 140,1696 39,06 445,7304 756,2016 310,4712
67 68 127 0,8 1,6 1,4 284,48 63,8048 17,78 202,8952 344,2208 141,3256
68 69 108 0,8 1,6 1,4 241,92 54,2592 15,12 172,5408 292,7232 120,1824
69 69’ 56 1 1,8 1,6 288 78,5 16 193,5 348,48 154,98
69’ 70 108 1 1,8 1,6 282,24 76,93 15,68 189,63 341,5104 151,8804
70 71 120 1 1,8 1,6 345,6 94,2 19,2 232,2 418,176 185,976
71 Rejet 3 30 1 1,8 1,6 86,4 23,55 4,8 58,05 104,544 46,494 144
Chapitre VII Organisation de chantier

Tableau 1: Devis quantitatif et estimatif du projet

N Prix Unitaire
° Désignation des travaux U Quantité (DA) Montant (DA)
A Travaux de terrassement
1 Décapage à grande masse m3 1091,42 150 163713
2 Déblai pour fouille en tranchée m3 5781 ,66 300 1734498
3 Pose lit de sable, e=10cm m3 369 ,66 1200 443592
4 Remblai de la tranchée m3 4158 ,81 200 831762
5 Evacuation des déblais excédentaires m3 2836 ,99 160 453918,4
B Canalisation
Fourniture, transport et pose de canalisation en béton armé
Ø300mm ml 512 1500 ,00 768000
Ø400mm ml 275 2000 ,00 550000
Ø500mm ml 483 2800 ,00 1352400
Ø600mm ml 578 3600 ,00 936360
Ø800mm ml 32010 5500 ,00 7362300
Ø1000mm ml 1128 7100 ,00 3682350
Ø1200mm ml 60 8000 ,00 288000
Ø1500mm ml 1169 16000 ,00 6710060
Total (HT): 25276953,4

T.V.A ( 17% ) 4297082,08

Total (T.T.C) 29574035,5

145
Chapitre VIII Gestion, entretien et exploitation du réseau

Introduction

Généralement, l’assainissement des villes a ‘pour but doit :


• Collecter et évacuer les eaux usées et pluviales en évitant les risques d’inondation
• Assurer leur rejet dans le milieu récepteur après un traitement compatible avec les
exigences de la santé publique et de l’environnement.
Ces deux objectifs nécessitent un entretien efficace des systèmes de collecte et de
traitement et leur maintien en état. Pour cela, et dans le souci d’assurer la gestion technique et
économique des systèmes d’assainissement, la notion de gestion, maintenance et exploitation
et les opérations d’entretien et de contrôle à effectuer sur les ouvrages et les installations du
système d’assainissement seront élaborées dans ce qui suit :

VIII .1.Organisation de l'entretien des réseaux

L'organisation de l'entretien des réseaux doit être fondée sur une parfaite connaissance du
réseau dans tous ses éléments constitutifs et dans son fonctionnement.
Un programme de visite s'avère indispensable afin de mener dans de bonnes conditions des
opérations d'entretien, de curage et de contrôle des réseaux.

VIII .2.Surveillance des réseaux d'assainissement

Toute mise en place d'un système quelconque de surveillance nécessite au préalable


l'établissement de la carte d'identité du réseau que l'on désire contrôler. Elle apportera une
connaissance en fonction des résultats recherchés et des caractéristiques du réseau :
1) Les caractéristiques géographiques et géométriques
• Pour les réseaux : Situation en plan, type ou section, côtes de sol et de fil d'eau, pentes
etc.…
• Pour les bassins : surface, coefficient de ruissellement, pente moyenne.
2) Les caractéristiques hydrauliques :
• Pluviométrie ;
• Consommation d'eau ;
• Débit entrant dans le réseau.
La surveillance d'un réseau répond à plusieurs objectifs, parmi ceux-ci on citera :
• La sécurité du personnel ;

146
Chapitre VIII Gestion, entretien et exploitation du réseau

• La maintenance du réseau ;
• La protection du milieu urbain et de l'environnement.

VIII .3.Les moyens d'exploitation [7]

Dés que l'on parle d'exploitation, il convient de séparer deux cas :


• Celui des ouvrages visitables.
• Celui des ouvrages non visitables.
Par ailleurs, exploiter un égout, c'est le débarrasser de tout ce qui peut entraver son bon
fonctionnement. C’est à dire de tout ce qui peut empêcher le transit de l'effluent vers la station
d'épuration ou vers le milieu naturel.

VIII .3.1.Enlèvement des dépôts


L’ennemie première des réseaux d’assainissement est le dépôt des matières en suspension,
surtout, le sable. Le curage peut se faire automatiquement par des regards de chasse, mais ces
dernier ont monté leur limite d‘utilisation, donc il vaut mieux prévoir des chasses
hydrodynamique ou faire un curage à la main.

VIII .3.2.Détection des eaux parasites


Les eaux parasites proviennent des nappes ou du réseau d’alimentation en eaux potable, la
détection se fait à la nuit et on reconnaît les eaux parasites par leur clarté.
On utilise aussi des appareils spéciaux ultrasons qui détectent la fuite par leur son.

VIII .3.3.Entretien des joints


Les ouvrages (canalisation) peuvent présenter des défauts d'étanchéité et même des
ruptures dues aux mouvements du sol, vibration dues à la circulation lourde et dues aux
agressions chimiques.
Les défauts généralement se manifestent au niveau des joints. L'entretien consiste à
réparer les joints en mauvais état, supprimer les intrusions des racines, réparer les sections
corrodées par des déversements chimiques, procéder à l'étanchement des conduites, tant pour
les eaux provenant de l'extérieur que de l'intérieur des égouts.

147
Chapitre VIII Gestion, entretien et exploitation du réseau

VIII .3.4.Entretien du réseau par L’ITV


L’inspection télévisée (ITV) est un outil particulièrement adapté aux réseaux non
visitables. Elle permet de vérifier l’état et le fonctionnement de l’ouvrage en service.
Le diagnostic des désordres constatés sur les canalisations non visitables est extrêmement
difficile. Il est pratiquement impossible d'avoir une vue directe pour examen par source
lumineuse et miroir, sur un tronçon de canalisation entre deux regards espacés de 40 à 50
mètres, lorsque le diamètre est inférieur à 600 millimètres ou lorsqu'une anomalie est décelée
au passage d'un engin de curage .On ne peut pas savoir s'il s'agit d'un joint dégradé, d'une
fissure, d'un branchement particulier en saillie, d'un dépôt incrustant ou d'un corps étranger.
L'inspection des égouts non visitables est possible par l'utilisation des circuits fermés de
télévision. Le principe de cette technique est : une caméra tractée par un câble initialement
passé entre deux regards de visite donne de l'intérieur de la canalisation visitée une image
visible sur l'écran du téléviseur. Il est évident que ce matériel de visite des canalisations
apporte beaucoup d'efficacité lors de l'exploitation d'un réseau.

Fig. VIII.1.Inspection rapide- vidéo-périscopique. [13]

148
Chapitre VIII Gestion, entretien et exploitation du réseau

Fig. VIII.2.Un zoom (*70) et un éclairage puissant. [13]

Fig. VIII.3.La relation entre distance observée et le diamètre collecteur.

• L'inspection télévisée apporte énormément dans de nombreux autres domaines ;


• La détection rapide de la nature des anomalies ainsi que leur repérage précis;
• Le suivi de l'évolution des matériaux constitutifs des tuyaux ;
• La validité dans le temps des techniques de pose de canalisation ;

149
Chapitre VIII Gestion, entretien et exploitation du réseau

• La possibilité de contrôle des instructions d'eau de nappe dans le réseau ;


• L'élaboration à moyen terme de programme de nettoyage des canalisations en fonction
le leur vitesse d'encrassement ;
• Le contrôle de l'efficacité des têtes d'hydro-curage et la détermination du matériel le
mieux adapté au nettoyage en fonction des déchets perturbant. [14]

VIII .3.5.Travaux spécifiques


1. Désodorisation
Le réseau d’égouts est un milieu favorable à la formation de bactéries qui dégagent des
mauvaises odeurs, pour y remédier il faut bien aérer le réseau ou injecter de l’oxygène liquide.

2. Lutte contre la corrosion de l’H2S [15]


Comme les conduites de notre réseau sont en béton armé qu’est un matériau plus sensible
à l’attaque de l’acide sulfurique, il faut empêcher la formation de ce dernier par des moyens
hydrauliques ou chimiques qu’on a cité précédemment.
VIII .4.Exploitation du réseau
L’exploitation est la somme des exigences physiques assurant le bon fonctionnement du
réseau au profit des usagés et des collectivités. C’est pourquoi la fiabilité de l’ensemble de ces
ouvrages et appareillages mécaniques repose sur un certain nombre de conditions et d’actions
auxquelles le responsable de cet équipement public doit satisfaire :
• La connaissance complète des objectifs relatifs à l’efficacité des installations, au
respect de l’environnement et du milieu récepteur ;
• La compétence technique relative au fonctionnement et à l’aménagement du réseau
existant permettant en déduire toute la capacité pour l’extension de l’agglomération
provoqué par l’urbanisation ;
• La pratique des travaux d’entretien concernant le réseau, les ouvrages annexes et la
conduite souvent délicate des stations d’épuration ;
• La protection du personnel et l’amélioration des conditions de travail ;
• L’obligation de la surveillance et du contrôle des appareillages en vu d’assurer le
niveau de qualité exigée par les collectivités avant tout rejet dans le milieu naturel ;

• La nécessité de créer une organisation rationnelle des services (personnel, matériel,


véhicules et matière). Permettant le fonctionnement de l’équipe publique aux

150
Chapitre VIII Gestion, entretien et exploitation du réseau

moindres coûts, en respectant l’équilibre des dépenses et des recettes sans oublier les
économies d’énergie possibles.
On admet que les modalités d’exploitation que l’on vient d’énumérer sont aussi importantes
que la conception des équipements et ouvrages d’assainissement.

VIII .4.1.Technique d’exploitation du réseau


Les réseaux d’assainissement, qui véhicule à faible vitesse des débits de temps sec et de
petites pluies nécessitent pour qu’ils soient protégés des dépôts et de l’encrassement, des
opérations de curage.
Les techniques et les moyens susceptibles d’être mis en œuvre sont variables en fonction
des contraintes, la plus importante de celle-ci est l’accessibilité à l’intérieur des ouvrages.
Aussi on est amené à distinguer les interventions périodiques suivantes :

VIII .4.1.1.Curage mécanique des égouts visitables


Dans le domaine du curage mécanique des égouts visitables, nous envisagerons
successivement les moyens mécaniques avec :
A. les ouvrages en eau (ouvrages eaux usées en séparatif ou en unitaire).
B .les ouvrages à sec (ouvrage d’eaux pluviales).

1. Curage mécanique en présence d'eau


1.1. Périodicité des travaux de curage
La périodicité du curage est fonction :
• Du site où se trouve la bouche d'égout (marchés,...) ;
• De l'état de la voirie, trottoirs en gravier ou pas ;
• Du type de voie, avec caniveaux ou sans, bordée ou non d'arbres;
• De la nature du roulage et des transports de produits pouvant se répandre sur la
chaussée (sables, graviers...).

1.2. Principe de curage


Le curage s'effectue à l'aide d'une vanne mobile susceptible de se déplacer longitudinalement
dans l'égout à nettoyer.

151
Chapitre VIII Gestion, entretien et exploitation du réseau

La vanne a une forme semblable à la coupe transversale de l'égout (partie inférieure limitée
par une horizontale située environ au niveau de la naissance de la voûte).
Cette vanne comporte à sa partie inférieure, au niveau du radier de l'égout, une lumière
obturée par une vanne secondaire. On ouvre alors la lumière qui constitue un ajutage de
section réglable par lequel s'échappe un jet d'eau tangent au radier de l'égout, la vitesse de
l'eau étant proportionnelle à la racine carrée de la dénivelée entre les plans d'eau amont et
aval.
Les sédiments sont déplacés vers l'aval à une distance variant de quelques centimètres à
quelques dizaines de mètres en fonction de la vitesse de l'eau d'une part, de la granulométrie
et de la densité des sédiments d'autre part.

2. Curage mécanique sans présence d'eau


Le curage ne peut être exécuté en utilisant l'énergie de l'eau puisque le débit de temps sec
est très insuffisant. Donc on doit extraire cette matière accumulée dans l'égout au moyen des
techniques rustiques basées sur les bras, la pelle et la pioche.

VIII .4.1.2.Curage des égouts non visitables


Les réseaux d'égout non visitables font appel pour le curage à deux types de procédés:
A. Procédé manuel.
B. Procédé hydrodynamique.
A. Les procédés manuels de curage
L'entretien réalisé selon ces procédés impose au personnel d’être directement en contact
avec l'effluent.
A.1.La chasse d'eau [16]
Ce procédé consiste à réaliser une retenue en amont par obstruction de la canalisation au
moyen d’un bâtard d’eau. L'ouverture rapide de cette retenue crée en aval une chasse qui
entraîne une grande partie des dépôts existants.
Ce procédé présente un certain nombre d'inconvénients, parmi lesquels: la mise en charge
du réseau qui se répercute sur les branchements particuliers ainsi que le phénomène du dépôt
dans la partie amont pendant la retenue.

152
Chapitre VIII Gestion, entretien et exploitation du réseau

A.2.Le curage par la boule


A.2.1.La boule flottante
Ce procédé est utilisé pour le curage du siphon ou de grands émissaires non visitables, car
il est constamment en charge, une boule en bois dur, d'un diamètre légèrement inférieur au
diamètre de la canalisation à curer est introduite par un ouvrage spécial. Cette boule, suit la
génératrice supérieure du tuyau et se met en rotation du fait de la poussée amont et de la
pression de l'eau sous la boule. Le courant d'eau, ainsi crée, entraîne les dépôts gênants
l'avancement de la boule jusqu'à l'ouvrage de sortie qui permettra de la récupérer et d'éliminer
les matières entraînées.
A.2.2.La boule roulante
Elle active l'auto curage du collecteur. La boule a un diamètre de l'ordre de 50 cm et
comporte des bourrelets en forme de (S). Le lâchage quotidien d'une boule dans les
collecteurs entraînée par le courant remet en suspension et entraîne les dépôts.
B. Le procédé hydrodynamique
Le curage hydrodynamique est généralement exécuté par des aspiratrices ou par des
cureuses hydromécaniques.
B.1. Cureuses hydromécaniques
Ce sont des appareils qui se déplacent de l’amont vers l’aval du collecteur, un jet central
désagrège les boues tandis d’autre jets latéraux poussent les boues émulsionnées vers le
regard afin d’être aspirées.
B.2. Les aspiratrices [14]
Ces équipements, montés sur châssis camion, se composent d'une cuve d'un volume de 4 à
25 m3 mise en dépression par une pompe à vide, d'un débit variant entre 500 et 1000 m3/h.
Les matières déposées sur le radier de l'ouvrage sont ainsi aspirées par l'intermédiaire d'un
tuyau souple raccordé à l'arrière de la cuve.
Les aspiratrices sont principalement utilisées pour le nettoyage des bouches d'engouffrement,
des bacs de dessablement.
Elles sont également, utilisées lors du curage des collecteurs visitables, car leur puissance
d'aspiration permet d'aller chercher les sables assez loin par allongement des tuyaux
d'aspiration.

153
Chapitre VIII Gestion, entretien et exploitation du réseau

VIII .5.Réhabilitation du réseau [14]


Un réseau d’assainissement est considéré comme inexploitable lorsque les préjudices qu’il
cause milieu naturel ou aux citadins ne sont plus tolérables, dans un tel cas on a deux choix,
soit le réparer ou le changer. Le remplacement d’un réseau d’assainissement s’avère très
coûteux et les travaux de réalisation causent beaucoup plus de désagrément que lors de la
réparation. Les travaux de réhabilitation que entreprendre le gestionnaire sont :
• Le fraisage des obstacles intérieurs ;
• Le tubage intérieur ;
• Le graissage intérieur;
• L’injection de produits colmatant.

VIII .5.1.Le fraisage des obstacles


C’est une opération destinée à l’élimination des racines d’arbres qui s’introduisent par les
joints, l’opération est effectuée par une brosse circulaire dure qu’est actionnée par un
mouvement de rotation autour d’un axe horizontal. Le mouvement de rotation est assuré par
un moteur électrique.

VIII .5.2.L’injection des produits colmatant


Cette technique est utilisée pour les conduites de gros diamètres, elle consiste à projeter
par centrifugation une couche de mortier de ciment ou résine hypoxydique qui se stabilise à
l’état de gel ce qui permet d’obturer tous trous ou fissure.

VIII .5.3.Le tubage intérieur


On adopte cette technique pour les conduites ayant un diamètre de 1000 mm ou plus, son
principe ne consiste à placer des tuyaux à l’intérieur de la canalisation. L’assemblage se fait
par collage, par emboîtement, par joint caoutchouc ou par thermo-soudage.

VIII .5.4.Le gainage intérieur


Ce procédé est utilisé pour les conduites de diamètre allant de 200 mm à 1000 mm, avant
la mise en place de la gaine on procède à une inspection de la canalisation par une caméra TV.
On place à l’intérieur de la conduite une gaine qu’on gonfle avec de l’air sous pression (de
0,1 à 0,5 bar).

154
Chapitre VIII Gestion, entretien et exploitation du réseau

VIII .5.5.Le chemisage extérieur


L’opération est appliquée pour les canalisations traversant des terrains marécageux, ou des
soles agressifs. Elle consiste à enrober la canalisation d’une gaine étanche et qui résiste aux
attaques chimiques, la gaine est en suite entourée par une couche de sable pour faciliter le
drainage des eaux qui se stagnent autour de la conduite.

VIII .6.Les risques courus par les travailleurs de l’eau usée


VIII .6.1.Risque liés au gaz toxiques
Les travailleurs de l’eau, et particulièrement les égoutiers, courent des risques en ce qui
concerne leur santé et leur vie parce qu’ils peuvent être en contact avec des gaz toxique ou
explosifs, ou avec des substances volatiles toxiques. Par ailleurs ils peuvent être asphyxiés par
manque d’oxygène.
Pour chaque gaz, substances toxiques où les vapeurs il y a des concentrations à ne pas
dépasser.
Parmi ces gaz toxiques on citera : NH3, CO, H2S, et le CH4.

VIII .6.2.Autres risques que courent ces travailleurs


Les travailleurs affectés à la construction et à la réalisation des systèmes d’assainissement
courent les mêmes risques que les travailleurs de n’importe quel chantier : risque de chute,
d’électrocution, etc. C’est pour quoi ils doivent, selon le risque, porter des casques
protecteurs, des bottes à embout d’acier, des lunettes protectrices, vêtements étanches, utilise
des détecteurs de gaz portables, en plus de rester tout le temps attentif.

VIII .7.Maladies liées à l’eau usée


Plusieurs maladies d’origine bactérienne et virales sont transmises à l’homme lorsque ce
dernier consomme une eau contaminée. Ces maladies sont connues sous le nom de maladies à
transmission hydrique (MVH), parmi elles on citera :
• Le cholera ;
• La fièvre typhoïde ;
• La fièvre paratyphoïde ;
• La dysterie.
• La diarrhée infectieuse.

155
Chapitre VIII Gestion, entretien et exploitation du réseau

Il est à noter que les principaux symptômes des MVH sont :


• Diarrhée, ou rarement la constipation ;
• Fièvre ;
• Crampe abdominale;
• Vomissement.

VIII .8.Gestion informatique du réseau [15]


Pour une bonne gestion il n’y a pas mieux qu’une gestion informatisée, par les Systèmes
d’Informations Géographiques (SIG), mais pour pouvoir la faire il faut une connaissance
totale du réseau et son comportement dans différentes situation (temps sec et temps de pluie).
La première chose à faire est d’entreprendre une compagne de mesure pour créer une banque
de données qui servira de référence aux événements futurs, ainsi détecter chaque
fonctionnement anormal du réseau. Pour perfectionner ce système on peut placer des capteurs
de plusieurs paramètres (débit, vitesse,…etc.), au niveau des points les plus sensibles du
réseau, qui seront connectés à des commandes automatique ou semi-automatique à distance
‘GPS ’ (Global Positionning System).

VIII .9.Recommandations pour la gestion et l’exploitation de notre réseau


La première opération qu’il faut entreprendre, pour une bonne gestion et exploitation de
notre réseau, est une compagne de collecte de données et une série de mesures concernant le
réseau ; tracé, débit, pente, …etc. L’objectif de cette opération est de déceler tout
fonctionnement incorrect du réseau que l’on doit compléter par des travaux de remise en état,
comme le curage, réparation ou remplacement des éléments défectueux ou les différentes
actions citées dans les travaux spécifiques, selon la nature de l’anomalie.
Une fois que l’opération de remise à niveau du réseau terminée, on établit un calendrier
annuel de toutes les opérations de surveillance et de contrôle ; à titre d’exemple ; il faut
prévoir le curage des touts regards et bouches d’égouts avant les premières pluies de
l’automne.

156
Chapitre VIII Gestion, entretien et exploitation du réseau

VIII.10. Conclusion
En Algérie, la gestion des réseaux d’assainissement est presque inexistante ; c’est
l’absence totale de la maintenance préventive par manque de moyens matériels ; jusqu’à
présent, on procède uniquement à la maintenance curative qui concerne toutes les opérations
nécessaires pour remettre en état un ouvrage ; il s’agit donc essentiellement d’opérations de
nettoyage qui ne sont pas programmables.
Cette maintenance est effectuée pour les réseaux visitables par de grandes entreprises, par
contre pour les réseaux non visitable c’est l’A.P.C qui s’en charge des travaux d’entretiens.
Durant les dernières décennies, l’investissement a représenté l’effort principal des
collectivités locales. L’entretien et la conservation des patrimoines, jusqu’ici quelque peu
négligés, représentent pour l’avenir une nouvelle voie d’intérêt. En effet si on veut optimiser
le coût global, l’on doit trouver un équilibre entre, d’une part les ouvrages neufs et d’autre
part, les travaux de conservation les mieux conduits possible, c'est-à-dire des économies en
effectuant des réparations sans attendre que l’importance des dégradations majore le coût de
restauration.

157
CONCLUSION GENERALE

Le diagnostic du réseau d’assainissement existant nous a permis de détecter les

anomalies de fonctionnement et aussi de projeter un réseau qui permet d’évacuer tous les

débits des eaux usées et des eaux pluviales dans des conditions favorables pour éviter les

problèmes qui menacent la santé publique et le milieu naturel.

L’étude que nous venons de présenter tient compte du réseau existant qui ne présente

pas d'anomalie, et prend en considération les nouvelles projections notamment pour les

collecteurs principaux.

La sauvegarde de l’environnement et de la santé publique saine nécessaire aux

conditions de vie favorables pour la population exige une gestion rationnelle et un entretien

permanent de l’ensemble du réseau de la part des responsables du secteur.

158
Références bibliographiques
[1] : Données de la subdivision d’hydraulique d’Oum El Bouaghi.

[2] : Marc Satain-Béchir Selmi/Guide technique de l’assainissement /3éme édition-Paris 2006.

[3] : Données d’A.N.R.H.

[4] : Labore J.P.200 <<éléments d’hydrologie de surface>> Nice, CNRS (Centre National de

la Recherche Scientifique).

[5] : Bonnin .J.1982, <<Aide mémoire d’hydraulique urbaine>>, Paris, Eyrolles.

[6] : Réménieras .G, 1986, <<l’hydrologie de l’ingénieur>> Paris,Eyrolles.

[7] : Mémoires de fin d’études corrigées (ENSH-Université de Chéllif)/ 2006.

[8] : Guide ingénieure chapitre 06(Evaluation quantitative du ruissellement-aspects

Hydrologiques).

[9] : François.G ; Briére, Distribution et collecte des eaux, 2éme édition, école polytechnique

de Montréal, (2000).

[10] : Smara.M ; Etude du schéma directeur d’ELBADIA (Wilaya Ain Defla), mémoire fin

d’étude, (Université Blida, 2008).

[11] : Batout.S ; Allouit.N ; Etude du système rural d’assainissement de la ville d’Oued Nini

(Wilaya. O.E.B)./2009.

[12] : Guerré.H ; Gomellac, les eaux usées dans les agglomérations urbaines ou rurales ; la

collecte, Edition Eyrolles, Paris,(1978).

[13] : http : www.photo.com.

159
[14]: http:/www.Valentin tp.com.

[15]: Hadji, M, 2004 Mémoire de fin d’étude <<étude de la station d’épuration de beni-

Massous-Alger>>ENSH- Blida.

[16] : Z, belkassem mémoire fin d’études <<Diagnostic du réseau d’assainissement Wilaya de

Médéa>> ENSH- Blida/2007.

[17] : Hadad.A.Mémoire fin d’études d’assainissement. Diagnostic du réseau

d’assainissement de la ville Bou-Ismail (Wilaya .Tipaza),(ENSH/2003).

[18] : Etude comparative des méthodes de dimensionnement des réseaux


d’assainissement/2009 (Cours de Mr : Loukam.I)

[19] : Rat 2013 (N.Rezgui+I.Loukam).

160
Annexe.I.Série des précipitations journalières maximales ( Station d’Oum El Bouaghi (code

S O N D J F M A M J Jt A Pmax j (mm)
1980 – 1981 10 12,2 3,9 13,5 8,2 5 18 9,1 12,9 18 0 5 18
1981 – 1982 2,3 24 22 22 2 3,2 10,3 1,6 4,7 4 1 19,2 24
1982 – 1983 1,5 6 4,6 19 21 60 10 5 11 0 3 20 60
1983 – 1984 8.6 10 7.3 41 12 40 63 7 24 0 2,2 1 63
1984 – 1985 12,5 8,9 7 9,5 7,8 3,7 16,8 7,2 8,4 1,8 3 7 16,8
1985 – 1986 80 6,4 21 9,6 6,2 23 15,2 6,3 30 1,5 7,7 1,5 80
1986 – 1987 6,6 11,9 13,6 6 8,1 16 9 11,1 13,3 16,2 4,6 3,5 16,2
1987 – 1988 7,2 3 4,2 22 9,5 21.5 15 12,3 4,5 30 13,5 4,5 30
1988 – 1989 17 20 1,6 3,5 12 18 8,7 9,5 12,7 10 5,5 20
1989 – 1990 12 2 17 9,5 5,2 6,4 42 14 40 4,8 8 1,6 42
1990 – 1991 6,8 24 16 8,8 7,4 21 24,7 21 31 4 10 5 31
1991 – 1992 5,4 4,5 49,8 49 6 14,1 10 5,5 17,6 13,6 15 6 49.8
1992 – 1993 5 11,5 5,2 41 9,5 13,5 13,2 9,5 6 0 0 6 41
1993 – 1994 12 24,3 4,5 8,5 20 8 20 8,2 6,3 31 0 4 31
1994 - 1995 125 34 18 17 40 30 30 20 32 28 24 7 125
1995 – 1996 8 9 2,5 8 14 6 18 14,8 6 11,7 2,8 4,5 18
1996 – 1997 11,6 12,8 33,8 23,8 3,3 8,8 13,3 20,3 15 11 0,6 11 33,8
1997 – 1998 40 10,5 26 10 12 3,5 7 26 8 32 2,7 10,3 40
1998 – 1999 19,6 9 4,8 5,8 4,8 3 6 7 56 25 0 37 56
1999 – 2000 25 18 7,8 15 15 10,5 5,5 25 19 0 0 2,5 25
2000 – 2001 25.1 6.7 8.3 9.6 17.6 0.0 0.0 2.5 13.3 15.4 11.0 3.2 25.1
2001 – 2002 6.7 8.3 9.6 17.6 17.6 0.0 0.0 2.5 13.3 15.4 8.8 3.2 17,6
2002 – 2003 37.4 9.7 29.6 52.3 7.6 12.1 11.6 4.8 9.2 27.4 8.2 27.6 37,4
2003 – 2004 12.3 8.3 18.5 7.4 37.7 46.2 0.0 2.6 4.4 6.3 51.6 27.4 51,6
2004 – 2005 7.6 9.7 2.1 17.6 1.6 5.9 9.5 0.4 11.3 0.5 8.4 11.6 17,6
2005 – 2006 32.4 24.4 2.4 8.9 25.9 6.2 5.4 2.6 12.5 9.8 4.4 22.7 32,4
2006 – 2007 29,6 10,7 5,3 12 3,5 10 29,2 15,8 24,1 4 0 12,5 29,6
2007– 2008 32,9 12,8 7,6 11,5 3,8 20 20 14,7 21,6 9,7 11,8 9,8 32,9
2008 – 2009 28,9 11 1,5 4,4 27,8 3,6 20,8 24,1 24,3 0,4 2,5 18,2 28,9
2009 – 2010 38.7 6.4 9.6 33.8 22.2 4.4 4.2 5.9 16.3 7.7 21.1 6.3 38,7
Annexe II : Regards leur état et type de couverture.

Collecteurs N°Regard Profondeur Type de Etat des Observations Esquisse


(m) couverture regards
Rd1 / goudronné enterrée
inconnu φ300
Rd2 / béton normal inconnu φ300

φ300
Rd3 normal Bon φ300
/ béton écoulement
φ300
Rd4 2.8 fonte normal Bon Φ300
écoulement

300
Rd5 2.8 fonte normal Bon 300
écoulement
φ300
Rd6 2.8 fonte Bon état Bon φ300
écoulement
φ300

Rd7 fonte Bon état Bon φ300


2.6 écoulement
φ300
d Rd8 2.6 fonte Bon état Bon φ300
écoulement
φ300
Rd9 / fonte Bon φ300
Bon état écoulement
φ300
Rd10 Fonte Bon état φ300
Bon
écoulement φ300

Rd11 3.2 Fonte Bon état Bon φ300


écoulement
φ300
Rd12 3.2 Fonte Bon état Bon φ300
écoulement
φ300
Rd13 3.2 Fonte Bon état Bon φ300
écoulement
φ300
Rd14 Fonte Bon état Bon
3.2 écoulement φ300

φ300
Collecteurs N°Regard Profondeur( Type de Etat des Observation Esquisse
m) couverture regards s
Rd15 / fonte Bon Sur la RN
état 10 φ300
Rd16 3.2 fonte Bon Sur la RN φ300
état 10
φ300
Rd17 / fonte Bon état Bon φ300
écoulement
φ300
Rd18 3.2 fonte Bon Bon Φ300
état écoulement

400
Rd19 3.2 fonte Bon état Bon 300
écoulement
φ300
Rd20 3.2 fonte Bon état Bon φ300
écoulement
φ300

Rd21 3.2 Bon Bon φ300


fonte état écoulement
φ300
d Rd22 3.2 fonte Bon Bon φ300
état écoulement
φ300
Rd23 3.2 fonte Bon Bon φ300
état écoulement
φ300

Rd24 2.8 fonte Bon Bon 400 φ300


état écoulement
Φ400

Rd25 2.8 fonte Bon Bon φ300


état écoulement
φ300

Rd26 2.8 fonte Bon Bon φ400


état écoulement
φ400

Rd27 2.5 fonte Bon état Bon φ400


écoulement
φ400
Rd28 2.6 fonte Bon état Bon
écoulement 300 φ400

φ400

Collecteurs N°Regard Profondeur( Type de Etat des Observations Esquisse


m) couverture regards
Rd29 2.8 fonte Boucher Bouché
écoulement φ400
Lent
Rd30 / fonte normal écoulement φ400
lent 300
φ400

d Rd31 2.6 Bon état écoulement Φ400


fonte bon
Φ400
Rd32 2.6 fonte Bon état écoulement Φ400
bon

400
Collecteurs N°Regard Profondeur( Type de Etat des Observations Esquisse
m) couverture regards
Re1 / Son couvert Fermé en Boucher
trancher φ200
ligneux
Re2 2.3 Son couvert Fermé en Boucher φ200
trancher
ligneux φ200
Re3 2.3 Son couvert Fermé en Boucher Φ200
trancher
ligneux Φ200
Re4 / Boucher Φ200
fonte Boucher

200
Re5 Fonte normal Ecoulement 200 200
1.7 lent
φ200
Re6 fonte normal Ecoulement Φ200
1.7 lent
e Φ200

Re7 1.7 normal écoulement 200 φ200


En béton lente
Φ200
Re8 1.7 bouché Ecoulement φ200
Son couvert Lente
φ200
Re9 1.7 En béton normal Ecoulement 200 Φ200
lent
Φ200
Re10 1.6 En béton normal écoulement φ200
lente
Φ200
Re11 1.7 Fonte normal écoulement 300
lente
300
Re12 / Fonte Bon état Sur la RN 10 300
Ecoulement
lent Φ300
Collecteurs N°Regard Profondeur( Type de Etat des Observations Esquisse
m) couverture regards
Re13 / enterrée enterrée écoulement
lent φ300
Re14 / enterrée enterrée écoulement φ300
lente 300
Φ300
Re15 / enterrée enterrée écoulement Φ300
lente
Φ300
Re16 / / enterrée écoulement Φ300
lente

300
Re17 / / enterrée 300
écoulement
lente φ300
Re18 1.6 fonte normal écoulement Φ300
lente
φ300
e
Re19 1.6 fonte normal écoulement 300 φ300
lente
Φ300
Re20 1.6 fonte normal écoulement 300
lente
φ300
Re21 1.6 fonte normal écoulement 300 Φ300
lente
Φ300
Re22 1.6 fonte normal écoulement φ300
lente
Φ300
Re23 1.5 Béton normal l écoulement 300
lente
300
Re24 1.5 fonte normal Bon 300
écoulement
Φ300
Collecteurs N°Regard Profondeur Type de Etat des Observations Esquisse
( m) couverture regards
Re25 1.5 Fonte normal Bon
écoulement 0 φ300
Re26 fonte normal Bon φ300
1.5 écoulement
Φ300
Re27 normal Bon Φ300
1.5 fonte écoulement 300
Φ300
Re28 fonte normal écoulement Φ300
L’ente
e
300
Re29 fonte normal écoulement 300
/ L’ente
φ300
Re30 / fonte normal Inconnu 300

Φ300

Re31 Fonte normal Inconnu 300 φ300


/
Φ300
Collecteurs N°Regard Profondeur( Type de Etat des Observations Esquisse
m) couverture regards
Rc1 / enterré enterré /
Φ200
Rc2 / Béton armé / φ200
200

Rc3 / normal / Φ200


Béton armé
200

Rc4 2,2 normal bon Φ200


fonte écoulement

200
Rc5 fonte normal bon 200
2,2 écoulement
φ200
Rc6 2,2 fonte normal bon Φ200
écoulement 200
Φ200
c
Rc7 2,2 fonte normal Inconnu 200 φ200

Φ200
Rc8 2,1 fonte normal Inconnu Φ200
200
φ200
Rc9 2,1 fonte normal Inconnu 200 Φ200

200
Rc10 2,1 fonte normal Inconnu 200

200
Rc11 2,1 fonte normal Inconnu 200 200

200
Rc12 2,1 fonte normal 200 200
inconnu
Φ200
Collecteurs N°Regard Profondeur( Type de Etat des Observations Esquisse
m) couverture regards
Rc13 / Fonte fermée Enterrée écoulement
sous le bon φ400
bitume
Rc14 / Fonte fermée Enterrée écoulement φ400
sous le bon
bitume φ400

Rc15 / Bon éta écoulement Φ400


fonte bon
Φ400
Rc16 / fonte Bon état écoulement Φ400
bon

400
Rc17 fonte Bon état écoulement 400
/ bon
φ400
Rc18 2.3 fonte Bon état écoulement Φ400
bon
c φ400

Rc19 fonte Bon état écoulement 300 φ400


2.2 lent
Φ400
Rc19 fonte Bon état bouché φ400

φ400
Rc20 2.3 Bon état écoulement Φ400
fonte lent
400
Rc21 2.3 fonte Bon état bon 200 φ400
écoulement
400
Rc22 / Bon état Inconnu 400
fonte
400
Rc23 / fonte Bon état écoulement 200 400
bon
φ400
N°Regard Profondeur( Type de Etat des Observations Esquisse
m) couverture regards
Collecteurs
Rc24 / fonte I 400
φ400
Rc25 / Bon état écoulement φ400
fonte bon
φ400

Rc26 / Bon état écoulement Φ400


fonte bon
Φ400
Rc27 2.3 fonte Bon état écoulement Φ400
bon

c 400
Rc28 fonte Bon état écoulement 400
2.3 bon
φ400
Rce29 2.3 fonte Bon état écoulement Φ400
bon 300
φ400

Rc30 2.3 fonte Bon état écoulement φ400


bon
Φ400
Rc31 2.5 fonte Bon état écoulement φ400
bon 300
φ400
Collecteurs N°Regard Profondeur(m) Type de Etat des Observations Esquisse
couverture regards
RA1 1.65 fonte Bon état φ1000
Bon
écoulement φ1000
RA2 1.80 fonte Bon état φ1000
Bon
écoulement φ1000
RA3 1.95 fonte Bon état φ1000
Bon
écoulement φ1000
RA4 / béton Bon état φ1000
Bon
écoulement
RA5 3.8 béton Fermé en φ1000
béton armé Bon
A écoulement
RA6 / entré / φ1000
Bon
écoulement
RA7 / entré ovoïde
/ Bon
écoulement
RA8 2.20 Fonte Bon état ovoïde
Bon
écoulement
RA9 1.60 Son Bon état ovoïde
couverte Bon
écoulement ovoïde
RA10 3.50 fonte Bon état
Bon
écoulement ovoïde
Collecteurs N°Regard Profondeur(m) Type de Etat des Observations Esquisse
couverture regards
RA11 3.5 fonte Bon état Bon 200 ovoïde
écoulement

RA12 3.2 fonte Bon état Bon ovoïde


écoulement

RA13 4 fonte Bon état Bon ovoïde


écoulement

RA14 / fonte Bon état Bon ovoïde


écoulement 200
A
RA15 3.4 fonte Bon état Bon
écoulement
ovoïde

RA16 4.7 fonte Bon état Bon


écoulement
ovoïde
RA17 4.7 fonte Bon état Bon
écoulement ovoïde

RA18 5.9 fonte Bon état Bon 300 ovoïde


écoulement

RA19 4.4 fonte Bon état Bon ovoïde


écoulement
RA20 4.1 fonte Bon état Bon ovoïde
écoulement
RA21 3.1 fonte Bon état Bon ovoïde
écoulement
RA22 4.2 Bon ovoïde
fonte Bon état écoulement

RA23 4.1 Fonte Bon état Bon 300 ovoïde


écoulement

RA24 3.7 fonte Bon état Bon ovoïde


écoulement
ovoïde
RA25 3.8 fonte Bon état Bon
écoulement
ovoïde
Collecteurs N°Regard Profondeur(m) Type de Etat des Observations Esquisse
couverture regards
RA26 3.8 fonte Bon état Bon 200
écoulement ovoïde

RA27 / enterré / / ovoïde

RA28 2.8 fonte Bon état Bon ovoïde


écoulement

RA29 / B.armé Bon état / ovoïde

A
RA30 2.9 fonte Bon état Bon
écoulement ovoïde

RA31 2.8 fonte Bon état Bon ovoïde


écoulement

RA32 2.5 fonte Bon état Bon ovoïde


écoulement

RA33 2.3 fonte Bon état Bon ovoïde


écoulement
Annexe.III : Observation sur les collecteurs

Type de TYPE DU
LONGUEUR DES DIFFERENTS DIAMETRES RESEAU
N° DU LONG couvert OBSERVATIONS SUR LES
TRONÇON
COLLEC TOTAL 60 TF DB COLLECTEURS
200 avoid 300 400 500 800 1000
0
* 04 regards sans couverts.
E Re1→Re30 778 262. 516 17 06 Principal
RE1-RE4 bouché et écoulement très lent
357
720.5 * RC8-RC13 écoulement lent
C Rc1→Rc31 1077.5 R14→R32 28 O2 Principal
R14→R32
296.5 * Collecteur en bon état
R14→R32
D R1→R32 1523 R1→R1 29 02 Principal * regard R29 bouché
1226.5
K 16
R1→R16 199,00 480.50 / Secondaire * collecteur en bon éta

h R1→R8 332 332 08 / Secondaire * Le collecteur en bon état.

A R1→R38 2154 1494 660 2 03 Principal * Le collecteur en bon état.


R14→ R1_R3 6 * 01 regards sans couverts
R32 2
Type de TYPE DU
N° DU LONG LONGUEUR DES DIFFERENTS DIAMETRES RESEAU OBSERVATIONS SUR LES
couvert
COLLEC TOTAL COLLECTEURS
200 250 300 400 500 600 800 1000 TF DB
a2-A10 311,5 311.5 7 Secondaire Le collecteur en bon état.
340 1 Secondaire Le collecteur en bon état.
a"5-A14 340 8
a'8-A19 259,5 259.5 Secondaire Le collecteur en bon état .
a'21-A23 373,5 373.5 7 Secondaire Le collecteur en bon état .
a'14-c19 525,3 525.3 10 Secondaire Le collecteur en bon état .
a'31-ce29 407 407 10 Secondaire Le collecteur en bon état .
c'31-c31 180,5 180.5 4 Secondaire Le collecteur en bon état .
d'59-d29 Secondaire
494.5 Le collecteur en bon état .
494,5 13
d'52-d28 250,3 250.3 8 Secondaire Le collecteur en bon état .

222.5 1 Secondaire Le collecteur en bon état .


d'22-d25 222,5 6
Type de TYPE DU
N° DU LONG LONGUEUR DES DIFFERENTS DIAMETRES RESEAU OBSERVATIONS SUR LES
couvert
COLLEC TOTAL COLLECTEURS
200 250 300 400 500 600 800 1000 TF DB
k22-k21 74,7 74.7 4 Secondaire Le collecteur en bon état .
79 Secondaire Le collecteur en bon état .
k15-k14 79 3
k11-k10 62 62 2 1 Secondaire Le collecteur en bon état .
k3-k2 59,5 59.5 3 Secondaire Le collecteur en bon état .
k6-k9 104 104 3 Secondaire Le collecteur en bon état .
e'1-E5 75,3 75.3 3 Secondaire Le collecteur en bon état .
e'3-E7 74,3 74.3 3 Secondaire Le collecteur en bon état .
e'5-E9 74,3 74.3 3 Secondaire Le collecteur en l’ente

e'8-E14 107 107 1 2 Secondaire Le collecteur en l’ente


Le collecteur en l’ente
106 Secondaire
e'10-E15 106 3
Type de TYPE DU
N° DU LONG LONGUEUR DES DIFFERENTS DIAMETRES RESEAU OBSERVATIONS SUR LES
couvert
COLLEC TOTAL COLLECTEURS
200 250 300 400 500 600 800 1000 TF DB
a2-A10 311,5 311.5 7 Secondaire Le collecteur en bon état
340 1 Secondaire Le collecteur en bon état
a"5-A14 340 8
a'8-A19 259,5 259.5 6 Secondaire Le collecteur en bon état
a'21-A23 373,5 373.5 7 Secondaire Le collecteur en bon état
a'14-c19 525,3 525.3 10 Secondaire Le collecteur en bon état
a'31-ce29 407 407 10 Secondaire Le collecteur en bon état
c'31-c31 180,5 180.5 4 Secondaire Le collecteur en bon état
d'59-d29 494,5 494.5 13 Secondaire Le collecteur en bon état

d'52-d28 250,3 250.3 8 Secondaire Le collecteur en bon état


Le collecteur en bon état
222.5 Secondaire
d'22-d25 222,5 7
Type de TYPE DU
N° DU LONG LONGUEUR DES DIFFERENTS DIAMETRES RESEAU OBSERVATIONS SUR LES
couvert
COLLEC TOTAL COLLECTEURS
200 250 300 400 500 600 800 1000 TF DB
e'12-E16 111,5 111,5 3 Secondaire écoulement très lent
e'14-E18 82 82 4 Secondaire écoulement très lent
e'17-E19 77 77 4 Secondaire écoulement très lent
e'20-E20 102 102 3 Secondaire écoulement très lent
e'22-E21 107 107 3 Secondaire écoulement très lent
C'26-c23 86,5 4 Secondaire écoulement très lent
a'27-A28 109 2 2 Secondaire écoulement très lent
a"12-a"11 146 4 Secondaire écoulement très lent
c’6-c’7 118.65 2 1 Secondaire écoulement très lent
écoulement très lent
106. Secondaire
a”22-A16 106
Annexe.IV.

Photo de regard N°1 de collecteur (e) rejet N°2

Photo de regard N°2 de collecteur (e) à côté de école.


Annexe.IV.

Photo de regard N°3de collecteur (e) rejet N°2 H=2.3m

Photo de regard N°4 de collecteur (e) rejet N°2 H= 2.2


Annexe.IV.

Photo de regard N°8 de collecteur ( e) rejet N°2 H= 1.8m)

Photo de collecteur (e) rejet N°2

Vous aimerez peut-être aussi