Vous êtes sur la page 1sur 11

RADIER GENERAL

GENERALITES

Le radier est un système de fondation constitué d'une dalle épaisse en béton armé,
réalisé sous l'ensemble de la construction. C'est un plateau de fondation qui transmet les
charges de la construction au sol par une surface supérieur ou égale à celle de l'ouvrage. La
solution de fondation par radier est généralement préconisée :
 Lorsque les charges à transmettre au sol sont trop importantes, exemple : bâtiments
hauts, silos, réservoirs, châteaux d'eau.
 Lorsque la capacité portante du sol est faible mais le sol est homogène.
 Lorsqu'on veut obtenir un sous-sol étanche pour une construction assise dans une
nappe d'eau souterraine réalisation d'un cuvelage.
Le radier est illustré par la figure ci-dessous :

Comme toute fondation, elle transmet les charges du bâtiment, sur l’ensemble de sa surface,
au sol et présente les avantages suivants :
 Diminution des risques de tassement
 Très bonne liaison donc rigidité de la base du bâtiment
Ce mode de fondation est utilisé dans deux cas :
1 Lorsque la capacité portante du sol est faible : le radier est alors conçu pour jouer
un rôle répartisseur de charges. Son étude doit toujours s'accompagner d'une
vérification du tassement général de la construction ;
2 Lorsque le sous-sol d'un bâtiment est inondable : le radier joue alors le rôle d'un
cuvelage étanche pouvant résister aux sous-pressions de prévoir des joints de rupture.
CRITERES DE CHOIX

Le radier est justifié si la surface des semelles isolées ou continues est très importante
( supérieure ou égale à 50 % de l'emprise du bâtiment)
Ce qui est le cas lorsque :
 Le sol a une faible capacité portante mais il est relativement homogène.
 Les charges du bâtiment sont élevées (immeuble de grande hauteur). L'ossature a une
trame serrée (poteaux rapprochés).
 La profondeur à atteindre pour fonder sur un sol résistant est importante.
 Il est difficile de réaliser des pieux (coût - vibrations nuisibles).
 Il existe des charges excentrées en rive de bâtiment.
 Eventuellement, dans le cas de sous-sols utilisables (parking, garages, caves ...) ou en
vue d'obtenir un sous-sol étanche (cuvelage)

MODE DE FONCTIONNEMENT

Le radier est impératif de vérifier l'équilibre global entre les réactions du sol et
l'ensemble des charges apportées par la superstructure. L'influence du radier sur le sol
dépend de la raideur verticale du sol dans sa globalité (en fonction des différentes couches le
constituant).

La réaction du sol n'est pas linéaire car le sol est assimilé à un massif multicouche
élastique qui donne lieu à des déformations (flexion du radier).
DIFFERENTS TYPES DE RADIERS

Le radier permet de diminuer la pression sur le sol et servir de support à un


revêtement d’étanchéité à travers ses différents types :

1 Le radier dalle

Ce radier assimilable à une dalle pleine d’épaisseur habituellement de 20 cm. il est


posé sur une zone de glissement en sable pour l’isoler des zones de tensions et de
compressions. Il est peu utilisé. Ses armatures sont souvent en treillis soudées, mises en
place sur un béton de propreté, ils sont aussi ancrées dans les porteurs verticaux afin
d’assurer la liaison.
On a :
 Armatures hautes en milieu de portée
 Armatures basses en chapeaux sous les porteurs verticaux
 On y rajoute des armatures de répartitions
C’est une solution exigeant de gros cubes de béton. Mais néo moins souvent
économique par sa simplicité.

2 Le radier nervuré
C’est une dalle mince renforcé par des nervures et des poutres espacées de 2.5 à 3.5
m et comprend des tables qui peuvent être situés dans la partie basse en imposant un
remplissage avec un matériau léger entre les nervures et les poutres ou dans la partie haute
des poutres en formant des bêches contre les effets de glissement. Son ferraillage et ses
dimensions se déterminent en fonction des charges. Ce type de radier est adopté lorsque la
nature des poteaux ou des entraxes des éléments porteurs sont tels qu’une dalle plate ne
serait pas assez économique. Il est le plus courant par rapport aux autres ainsi leur coffrage
et ferraillage sont compliqués mais sa faible masse le réserve a des bâtiments plus
importants. La disposition des nervures :
 Nervures dessus : planché nervuré renversé. La surface est à dresser par remplissage
entre raidisseurs, complétée par une chape. On doit avoir un terrassement plat en
fond de fouilles.
 Nervures sous dalles : les armatures principales et de répartition sont toutes deux en
dalle ; le terrassement est plus complexe, mais la surface est directement exploitable
en sol.
Finalement c’est une solution classique qui toutefois ne va pas sans avoir le grave
inconvénient d’offrir une face supérieure inutilisable directement. On peut soit remplir les
alvéoles avec des scories ou du gravier pilonné, soit agencer un deuxième plancher qui sera
utilisable.
3 Le radier vouté

C’est un radier formé d’un hourdis mince de 15 ou 20 cm d’épaisseur, de fibre


moyenne circulaire, s’appuyant au droit des éléments porteurs sur des poutres horizontales.
La composante horizontale des efforts est compensée par des tirants reliant les poutres entre
elles. C’est une solution demandant en général le minimum de béton armé, l’inclinaison des
voutes aux naissances et économiquement limitée à celle que le béton accepte sans coffrage
supérieur, soit 2/5. Comme pour les nervures en dessus, la face supérieure est inutilisable
directement. Dans tous les cas le dimensionnement est affaire de calcul, il montre que le
radier n’est économique qu’avec des petites portées.
4 Le radier épais ou champignon

Il est épais et comporte une dalle armée, coulée sur un béton de propreté, sur laquelle
prennent appui les poteaux et les murs, il est coffré sur son pourtour fortement armé. C’est
un type de radier relativement lourd et très peu utilisé, il est fréquemment réservé à des
petits bâtiments, c’est une solution rationnelle, économique, quand les superstructures sont
des poteaux régulièrement espacés et également chargés.

5 Le radier croute

Le plus courant, son épaisseur varie suivant la charge à supporter (plus épais en dessous des
colonnes)
6 Le Radier a caissons

Le radier a caisson permet d’obtenir une structure alvéolaire constituée de deux


dalles planes, reliées par des poutres orthogonales entre elles : dalles inférieures et
supérieures de 15-20 cm d’épaisseur avec des poutres de 70–120 cm de hauteur, placées à
des entraxes variables selon les exigences statiques.

7 Le radier Blanket

Le radier de blanket se compose d'un radier croûte de béton construit sur une couche
d’empierrement .il a pour rôle de soutenir et étendre le chargement sur des taches. La
principale différence entre le radier croute et le radier blanket est l'introduction de la couche
d’empierrement.

8 Le radier poutre

On utilise des poutres armées qui seront reliées entre elles par une dalle. Ce type de
radier est plus économique que le radier cellulaire.
MISE EN ŒUVRE

La construction d’une fondation avec un radier se déroule en plusieurs étapes. Les


phases principales d’exécution d’un radier sont les suivantes :
 Excavation du terrain qui est une sorte de décapage et terrassement jusqu’à la cote
prévue au projet ; le sol doit être creusé à la main ou par un engin de production
au moins de 10 à 15 cm pour ne pas altérer la surface du terrain dans le but de
construire le radier sur un sol dur et adapté.
 Mise en place d’un drainage destiné à évacuer l’eau qui pourrait s’accumuler sous
le dallage et qui peut altérer le niveau de portance.
 Mise en place des canalisations pour les différents raccordements de l’ouvrage,
 Mise en place éventuelle d’une natte de géotextile anti contaminant si le fond de
fouille est humide
 Mise en place éventuelle de tout-venant damé sur une épaisseur de 15 à 20 cm ou
d’un filtre composé de béton poreux ou de gravier (15-30 cm)
 Mise en place d’un béton de propreté d’environ 5cm d’épaisseur, destiné à éviter
les pertes de laitance du radier et la souillure des armatures.
 Coffrage du radier : il s’agit de mettre en place des panneaux autour de la zone où
sera coulée la dalle de béton, les coffrages fréquemment utilisés sont en bois, leur
mise en place s’effectue à l’aide d’instruments de précision pour assurmeilleure
rectitude et un bon nivellement, ces derniers être suffisamment rigides et stables
pour supporter la poussée du béton, tout particulièrement dans le cas des bétons
fluides, sans se déformer y compris pendant la phase de vibration.
 Ferraillage du radier : c’est la mise en place de structures en fer ou en acier afin
de renforcer le radier
 Coulage du béton : il faut choisir un béton avec une consistance appropriée et
utiliser un engin spécialisé pour le couler généralement on utilise un béton qui
provenait d’une centrale et qui est transporté par un camion toupie.
 Dressage de la surface supérieure du radier à l’aide d’une règle vibrante qui
améliore la compacité du béton.
 Talochage éventuel de la surface du radier en fonction des couches de finitions
désirées.
REMARQUE : En fonction du type de soubassement prévu, les étapes de construction du
radier peuvent varier (terre-plein ou vide sanitaire...). D’autre part, si le radier est construit
en complément des semelles de fondation, il faudra mettre en place des joints.

LES AVANTAGES ET LES INCONVENIENTS DE L’UTILISATION DU RADIER


Il est judicieux d’évaluer les avantages et les inconvénients des radiers afin de
maîtriser au mieux dans quel cas les préconiser par rapport aux autres types de fondation.
1-LES AVANTAGES
 Il permet de soutenir toute la surface car La charge de l’ouvrage est répartie sur une
plus grande surface que dans le cas des semelles de fondations.
 Un radier est relativement rapide à réaliser par rapport à d’autres techniques de
fondations car Il n’a pas besoin d’être installé à une profondeur trop importante
 Un bon moyen d’isolation thermique durant la sècheresse.
 Le radier permet de créer une construction monolithe qui supportera, sans
fissurations, les tassements différentiels envisagés.

2-LES INCONVENIENTS DU RADIER

 Il est plus difficile de chauffer une maison construite sur un radier en saison de
pluie ;
 Ce système de fondation peut être très coûteux si le sol est irrégulier ;
 La construction sur radier ne convient pas aux sols argileux ;
 Ferraillage légèrement plus compliqué à mettre en œuvre par l'entrepreneur ;
 On déconseille ce type de fondation en cas de :
o De trop forte pente,
o De sol humide,
o De nappes phréatiques à proximité,
o De sol argileux,
o De sol présentant une résistance inégale.
 Si le radier n’est pas bien construit, il peut s’abaisser et engendrer des dégâts.

DOMAINE D’APPLICATION DES RADIERS


Les différents domaines dans lesquels on peut utiliser les radiers sont les suivants :
1- Construction immobilière
Dans la construction immobilière, le radier est une plate-forme maçonnée qui est la
base de départ d’un bâtiment et qui sert d’assise stable à l’ensemble de la construction.

2- Constructions anciennes
On pose un radier sur des pieux de chêne pour assurer sa stabilité.

3- Constructions contemporaines
Sur des terrains peu sableux qui interdiraient la construction sur de simples
fondations, ou pour assurer une bonne isolation avec le sol, la construction d’un

4- Constructions fluviales :
Dans la construction fluviale, le radier est une plate-forme maçonnée sur laquelle est
édifié un ouvrage hydraulique (pont, barrage,...) pour lutter contre l’érosion de l’eau. Les
piles des travées de ponts reposent chacune sur un radier. Dans certains cas où l’érosion est
trop importante par rapport à la nature des sols, le radier est d’une seule pièce et occupe
toute la largeur du fleuve afin de représenter un ensemble compact.
 Pour les barrages, les seuils, les écluses ou les pertuis, le radier sert d’assise
indéformable. Construit en pierres maçonnées jusqu’à la fin du xixe siècle, il devint
ensuite plus résistant par l’emploi du béton armé.
 Radier sur une rivière de l’île de la Réunion : sous forme d'un passage empierré ou
bétonné au fond d’une rivière temporaire permettant de passer à gué une ravine, ce
type de radier se rencontre fréquemment soit dans des zones où la construction d’un
pont ne se justifie pas, soit parce que des crues subites et violentes qui ravinent le
terrain mettraient en péril la stabilité d’un pont. Ces passages en creux des rivières se
situent dans des zones à pluviométrie abondante sur une courte période, comme
l’Afrique, les Antilles ou La Réunion. En cas de crue, des panneaux précisent le
danger et interdisent tout passage. Radier en béton ferraillé, posé sur un lit isolant,
permet la répartition des charges sur le terrain. La technicité du radier est souvent
sous-estimée et il n'est pas rare de trouver des radiers mal dimensionnés et donc plus
dangereux qu'utiles.

Vous aimerez peut-être aussi