Vous êtes sur la page 1sur 1

� l'aube revenant - 2020

Francis Cabrel
� l'aube revenant
Les amants se rel�vent
Descendent de leurs r�ves
Encore ruisselant
Chaque geste est urgent
Puisque le jour se l�ve
La temp�te s'ach�ve
En murmures br�lants
� l'aube revenant
Il s'�taient perdus dans l'obscurit� profonde
L� les �toiles se fondent
Au jour apparaissant
� leurs pas h�sitants
On sent la fin du monde
Encore une seconde
Encore un instant
� l'aube revenant
Le souffle qu'on entend
C'est deux c�urs qui s'arrachent
Une main se d�tache
Et l'autre la reprend
Aux yeux l'�garement
Des oiseaux qu'on rel�che
Et qui cherchent o� se cachent
Le pi�ge qu'on leur tend
� l'aube revenant
Au moindre �loignement
La vie qui les oblige
Le vide, le vertige et faire semblant
Ils se couvrent de serments
Se jurent de poursuivre
Leurs courses � un �quilibre
Sur les pierres des torrents
� l'aube revenant
Chacun s�par�ment
Continuera le r�ve
Le seul qui les soul�ve
Et les garde vivants
C'est �ternellement
Qu'ils se croyaient soud�s
Et m�me l'�ternit�
Pour eux c'est pas assez longtemps
� l'aube revenant
Ils �taient deux passants
Dans l'anonyme foule
Dans ce fleuve qui roule
Dans la masse des gens
Ils se sont reconnus
Un peu trop tard peut-�tre
Mais c'est se reconna�tre
En vrai qu'est important
� l'aube revenant
Les amants se rel�vent
Descendent de leurs r�ves
Encore ruisselant