Vous êtes sur la page 1sur 224

COMMUNICATION PROFESSIONNELLE

Professeur :

Mme. Chaimaa LAOUTE


Enseignante chercheuse en sciences économiques

Email : c.laoute@emsi.ma
EMSI Casablanca Année universitaire : 2020-2021
INTRODUCTION
Tout travailleur, qu’il soit salarié ou indépendant, a intérêt à soigner sa communication

professionnelle. C’est un objectif indispensable pour améliorer ses relations humaines dans

le cadre du travail et faire preuve d’efficacité.


Améliorer sa communication professionnelle : dans quel but ?

Vous doutez des avantages d’une bonne communication professionnelle ? Pourtant, c’est un pré-requis

indispensable pour réussir dans son entreprise ou en tant que freelance.

Que vous souhaitiez améliorer vos relations de travail, développer votre société ou vous faire connaître,

vous avez tout intérêt à peaufiner votre manière de communiquer.


Les avantages d’une bonne communication professionnelle

Voici les principaux bénéfices que vous retirerez d’une communication harmonieuse et fluide avec vos

collaborateurs.
Etre plus efficace au travail

Impossible de le nier : bien communiquer est indispensable pour être productif.

La communication est même un des enjeux directs de certains secteurs

professionnels.

.
Etre plus efficace au travail

On pense au marketing, au management, aux métiers artistiques, aux métiers de

la presse, aux relations publiques… Il n’y a pas que les postes de chargés de

communication qui sont concernés.


Etre plus efficace au travail

En vérité, tous les secteurs professionnels nécessitent des qualités de communicant. Que ce

soit pour interagir avec ses clients, ses fournisseurs ses collaborateurs, ses employés ou ses

supérieurs, une bonne faculté (capacité) de communication est un atout incontournable.

Elle vous permettra de progresser dans votre domaine et de tirer le meilleur parti de vos compétences.
Etre plus efficace au travail

En vérité, tous les secteurs professionnels nécessitent des qualités de communicant. Que ce

soit pour interagir avec ses clients, ses fournisseurs ses collaborateurs, ses employés ou ses

supérieurs, une bonne faculté (capacité) de communication est un atout incontournable.

Elle vous permettra de progresser dans votre domaine et de tirer le meilleur parti de vos compétences.
Améliorer ses relations humaines

A moins d’exercer un métier vraiment solitaire, tout travailleur est régulièrement

confronté à des tiers. Que ce soit en face-à-face, au téléphone, par mail, sur les

réseaux sociaux…
Améliorer ses relations humaines

Il est difficile d’échapper à la nécessité de parler avec autrui. C’est là qu’entrent en

jeu les qualité de communicant qui sommeillent en chacun de nous.


Améliorer ses relations humaines

Savoir interagir avec de tierces personnes est un atout aussi bien dans le secteur privé que

professionnel. Cela vous permet de vous lier plus facilement avec les gens, et donc d’avoir des

relations de travail agréables et saines.


Améliorer ses relations humaines

Fini les conflits pour cause d’incompréhension ou de malentendu. De plus,

progresser en tant que communicant permet d’être à l’aise à l’écrit aussi bien qu’à

l’oral.
Etre reconnu à sa juste valeur

Il y a un autre intérêt à travailler sa faculté à bien communiquer. Vous connaissez

sûrement au moins une personne dans votre entourage qui travaille très bien, mais

que personne dans l’entreprise ne connaît/respecte vraiment.


Etre reconnu à sa juste valeur

Peut-être même est-ce votre cas ? C’est dur à admettre, mais il ne suffit pas d’être

rigoureux, vif, investi et expert dans son domaine pour réussir.

Il vous faut savoir présenter votre travail à vos collègues ou à vos clients.
Et pour cela, pas de secret : vous devez pouvoir communiquer sur vos

missions. Ayez bien conscience de ce fait : communiquer est vital pour

être bien vu.


I – La prise de parole en public
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Le trac est un élément intrinsèque (inhérent, associé) à toute intervention orale devant un public

quelconque. S'il peut être un véritable moteur de motivation et d'excellence, il peut

malheureusement être totalement paralysant.

Quels sont les symptômes du trac ? Comment vaincre cette angoisse et se préparer avant

d'intervenir en public ?
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Qui n'a jamais senti le sol se dérober (perdre sa force) sous ses pieds en montant les quelques

marches qui le/la menaient sur une scène face à un public de plusieurs dizaines de personnes ou

bien simplement avant d'entrer dans une salle de réunion remplie de collègues pour y présenter un

nouveau projet, annoncer un changement, etc ?


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

La gorge nouée (stressée) , les mains moites (humide), les jambes flageolantes (tremblent), etc.

sont autant d' éléments caractéristiques avant un événement que l'on appréhende et que l'on

désigne couramment par le mot générique "trac".


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

A la fois ennemi redouté (craint) et meilleur allié des comédiens et autres

orateurs, le trac est l’expression d’une appréhension (inquiétude), d’une

peur de décevoir.

Cela révèle donc un certain respect des personnes à qui l’on doit s’adresser. En

d’autres termes : appréhender une apparition en public est plutôt bon signe !
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

L’expression « avoir le trac » est apparue il y a un peu plus d’un siècle et demi.
L’origine étymologique du nom viendrait du vocabulaire lié au théâtre, de la
contraction du mot « tracas » – angoisses – et selon certains, du bruit que ferait le
claquement des dents de celui qui a peur…
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Les symptômes du trac

Les manifestations physiques du trac sont légion :

• Jambes chancelantes,
• mains moites,
• gorge sèche,
• estomac noué,
• transpiration excessive,
• emballement du rythme cardiaque,
• rougissement du visage,
• trous de mémoire,
• etc.
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Les symptômes du trac

Les manifestations physiques du trac sont légion :


• Jambes chancelantes,
• mains moites,
• gorge sèche,
• estomac noué,
• transpiration excessive,
• emballement du rythme cardiaque,
• rougissement du visage,
• trous de mémoire,
• etc.

La liste n’est pas exhaustive ! Toutefois, si certains de ces phénomènes sont perceptibles,

la plupart passent bien souvent totalement inaperçus pour l’auditoire.


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Comment vaincre son trac ?


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Accepter son image

Tout d'abord, il vous faut être à l'aise avec votre image et réaliser que ces phénomènes

physiques liés à l'angoisse ne sautent pas aux yeux de l’assistance. Vous focaliser

dessus ne fait qu’empirer les choses.


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Accepter son image

Ce qui va finalement rendre votre auditoire aussi mal à l’aise que vous-même. Il est donc très

important de vous accepter comme vous êtes.

Chacun a ses petits (parfois grands..) défauts.

Ce qui ne fait pas de nous des monstres. Après tout, c’est bien connu : nul n’est parfait !
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Accepter son image

Pour vous familiariser avec votre image, deux solutions :

• la vidéo : se filmer - et se voir en vidéo - est parfois un exercice-choc pour les plus mal à

l’aise. C'est toutefois la solution la plus efficace, car elle permet de se voir en différé,

permettant ainsi un certain recul que le miroir ne peut donner.


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Accepter son image

Pour vous familiariser avec votre image, deux solutions :

• le miroir : il a l’avantage d’être à la portée de tous (toutes les salles de bain en sont

équipées…) et ultra simple à utiliser.

Entraînez-vous à discourir devant l’un ou l’autre. Soyez bienveillant avec vous-même. Petit à

petit, vous vous sentirez plus confortable avec votre image.


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Être à l’aise avec soi-même, c’est gagner

en confiance face aux autres.


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

S’entraîner

La deuxième étape consiste à minimiser les effets du trac. Outre le fait de

vous accepter tel que vous êtes, il est ainsi primordial de préparer

soigneusement votre intervention. Cela passe notamment par la rédaction d’

un discours en cohérence avec vous-même.


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

S’entraîner

A moins d’entrer dans la peau d’un personnage bien particulier - ce qui

demande quelques aptitudes théâtrales, vous serez bien plus à l’aise en utilisant

des mots, des gestes et des attitudes qui vous sont familières.
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

S’entraîner

Plus vous aurez confiance en vous et en votre discours,

moins vous serez paralysé par le trac.


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

S’entraîner

Par la suite, vous entraîner devant des proches peut être un bon exercice… Imprégnez-vous de votre

image et familiarisez-vous avec ce que le miroir ou la vidéo vous renvoie. L’exercice peut paraître périlleux

(délicat), mais il en vaut la chandelle. Bien des introvertis (personnes réservées, renfermées) finissent par

sortir de leur coquille et véritablement se métamorphoser (se transformer) après quelques visionnages

d’eux-mêmes… parfois même prendre un goût certain pour l'exercice en public !


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

S’entraîner

La vidéo présente l’avantage de mettre en exergue quelques tics de langage (les « euh », « donc »,

« voilà » et autres ponctuations qui parasitent (perturber) une allocution publique et qu'il est important de

corriger). Il est essentiel de prendre conscience de ces tics pour les éliminer. Le plus efficace – une fois que

l’on est conscient de ses manies orales (habitudes) – étant de les remplacer par des silences. Oui ! C’est

aussi « simple » que cela ! Et ça marche ! Ces silences seront autant de secondes d’attention de la part de

votre public, suspendu (bloqué) à vos lèvres…


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Gérer son trac avant une intervention orale

Préparation en amont

• J-1
Préparer son discours passe également par la visualisation . Une étape importante pour être à l'aise le jour

venu.
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Gérer son trac avant une intervention orale

Préparation en amont

• J-1
La veille de votre intervention, juste avant de vous endormir, visualisez-vous face à votre auditoire.

Représentez-vous la salle (si vous la connaissez), votre public, votre gestuelle, les mots que vous allez

employer… Ce formidable outil qu’est le cerveau fera le reste sans même que vous ne vous en rendiez compte

!
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Gérer son trac avant une intervention orale

Préparation le jour J

Prenez votre temps ! Levez-vous plus tôt que d’habitude pour éviter le stress du

retard potentiel. Préparez-vous, organisez votre journée de façon à être le plus

détendu possible.
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Préparation le jour J
Gérer son trac avant une intervention orale
H-15min
Accueillez votre auditoire. Cela peut paraître anodin (sans importance), mais cela permet de vous familiariser

avec les visages si vous ne les connaissez pas et de "sentir" celles et ceux sur qui vous pourrez vous appuyer

pendant votre intervention (avec qui le courant semble passer, par exemple).

Respirez ! Quelques exercices de respiration abdominale suffisent. Inutile de trop oxygéner votre cerveau et

de faire une syncope (perte de conscience de quelques minutes causée par une diminution de la circulation

de sang) !
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Préparation le jour J
Gérer son trac avant une intervention orale

Intervention imminente (immédiate)

Moment intense. Une dernière respiration complète et vous voilà sous les projecteurs - ou tout du

moins avec les yeux de vos interlocuteurs braqués sur vous !


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Astuces pour réussir son intervention orale


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Astuces pour réussir son intervention orale

Il n'existe pas de recette miracle et instantanée. Comme bien

souvent, anticipation, préparation et entraînement sont vos meilleurs

alliés. Voici toutefois quelques astuces pour une intervention orale réussie :
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Astuces pour réussir son intervention orale

• parlez fort : Il n’y a rien de plus rageant que de devoir prêter l’oreille et cela peut induire

bien des mauvaises compréhensions, malentendus et j’en passe ! La voix se porte là où se pose

le regard. Regardez régulièrement le fond de l'assistance (salle de conférence, théâtre,..) afin

d'adapter l'intensité de votre voix.


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Astuces pour réussir son intervention orale

• parlez lentement (sans exagération) et distinctement : vous n’avez - en

principe - pas de train à prendre et votre public appréciera de ne pas avoir à

courir derrière vos mots. Le stress induit une parole rapide. Respirez et

prenez votre temps. Votre angoisse diminuera.


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Astuces pour réussir son intervention orale

• mettez de la musique dans votre discours : ponctuez vos phrases de

contrastes dans votre voix pour mieux captiver votre public. Si possible, utilisez

la technique du storytelling (créer une histoire, le fait de créer un lien

émotionnel)pour mieux capter l'attention de vos interlocuteurs, les impliquer et

ainsi mieux les convaincre .


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Astuces pour réussir son intervention orale

• déroulez votre discours selon un fil conducteur défini : votre intervention doit être

cohérente. Prenez le temps de structurer convenablement votre discours. Appuyez-vous si

besoin sur un petit carton sur lequel vous aurez pris soin de noter les points essentiels de

votre intervention (2 ou 3 mots par idée, écrits très lisiblement ). Utilisez un papier cartonné

plutôt qu'une simple feuille : si vous tremblez, cela se verra moins.


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Astuces pour réussir son intervention orale

• ne perdez pas l’équilibre : adoptez la posture « bien campé sur ses jambes ».

Cela renverra à l’assistance un signal signifiant que vous maîtrisez la situation.

Vous serez crédible. Évitez de vous appuyer sur le pupitre (petit meuble ) ou

vous cramponner (retenir) au pied du micro : cela enverra une image de

manque d'assurance (ferme confiance en soi).


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Astuces pour réussir son intervention orale

• échangez avec votre public par le regard : rien de plus agaçant (embêtant) qu’un orateur qui

regarde le plafond, son anti-sèche (support) , pire : ses pieds ! N’oubliez pas que la voix se porte là où le

regard se pose… Il faut donc accrocher le regard de plusieurs personnes dans l’assistance, dont une dans

le fond de la salle. Cela vous aidera et à vous sentir en confiance, et à parler suffisamment fort et

distinctement.
1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Astuces pour réussir son intervention orale

remerciez : une fois votre allocution (discours) terminée, remerciez

toujours l’assistance pour son attention. Ce sont ces petits détails

qui font la différence !


1- Maîtriser son trac pour mieux communiquer

Avec le temps, parler en public deviendra un plaisir,

même si le trac sera (normalement) toujours au

rendez-vous. Vous aurez simplement appris à le

maîtriser !
Exercice 1 : Présentation en 15 minutes
Présenter en public un sujet de votre choix :

Exemple :

Impact de la crise sanitaire sur l’économie marocaine

Les dernières découvertes dans le domaine des NTIC

Les opportunités de votre domaine de spécialité au Maroc


2- Maîtriser la prise de parole en public

L'éloquence (manière de s’exprimer avec aisance) est un exercice délicat,

néanmoins essentiel dès lors que l'on est amené à encadrer une équipe. En effet,

pour un manager, maîtriser l'art oratoire est une qualité utile dans bien des

circonstances : animer une réunion, motiver ses équipes, asseoir son leadership,

présenter un projet/une idée novatrice à ses supérieurs, etc.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Pour communiquer efficacement, le discours en lui-même est, certes,

important, mais les conférenciers le savent bien... la gestuelle,

l'attitude, le ton employé sont autant d'éléments intrinsèques à une

bonne communication orale. Ils concourent (contribuent) tout autant -

sinon plus - à faire passer le message.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

On ne devient pas un bon orateur du jour au lendemain. Cela demande un minimum

d'entrainement. Notamment lorsque la timidité est l'un de nos traits de caractère.

Pour que votre message passe véritablement, vous devez travailler certains aspects de la

prise de parole en public - que l'on pourrait qualifier de prérequis - bien avant le jour J afin

de les maîtriser parfaitement.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole


• Développer sa confiance en soi

C'est le B.A.-ba (connaissance élémentaire d’une science) , le fondement d'une certaine

aisance relationnelle et plus généralement d'une communication interpersonnelle (liens et

relations existants entre plusieurs personnes) épanouie.

Pour être à l'aise avec autrui, il faut avant tout être à l'aise avec vous-même. Pour cela, il

est nécessaire de savoir vous détacher du regard des autres et regagner votre propre

confiance .
2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole


• Développer sa confiance en soi

Travailler votre affirmation de soi : quels sont vos points forts ? Quelles sont les qualités sur

lesquelles vous pouvez vous appuyer sans hésiter ? Listez vos petites et grandes réussites :

elles sont autant d'appuis qui vous aideront à regagner confiance en vous. Laissez-vous le

droit à l'erreur : c'est ainsi que l'on apprend.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole


• Développer sa confiance en soi

Travailler votre affirmation de soi :

Commencez par oser prendre la parole lorsque vous vous sentez à l'aise avec vos

interlocuteurs. Procédez par petites touches. Vous apprécierez de plus en plus le

challenge et vous lancerez de plus gros défis oratoires.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Apprendre à mieux gérer son stress

A la fois ennemi redouté et meilleur allié des comédiens et autres orateurs, le trac généré

par une prise de parole en public est l’expression d’une appréhension, d’une peur de

décevoir. Cela dénote donc un certain respect des personnes à qui l’on doit s’adresser.

En d’autres termes : appréhender une présentation en public est plutôt bon signe !
2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Apprendre à mieux gérer son stress

• Néanmoins, il est essentiel d' apprivoiser ses peurs afin de ne conserver que le "bon"

stress, celui qui agit comme un moteur et non comme un frein.

• Identifiez les causes de votre anxiété, prenez du recul, organisez-vous dans votre

travail , osez dire non , apprenez à déléguer , etc.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Apprendre à mieux gérer son stress

• Par ailleurs, il existe quelques techniques qui, si vous apprenez à les maîtriser et les pratiquez

régulièrement, vous aideront à faire rapidement retomber la pression, comme les exercices de

respiration, la relaxation ou encore la visualisation .


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Travailler son langage non verbal

La gestuelle, les attitudes, l'intonation (degré de hauteur d’une voix, s’exprimer) , les

regards et autres sont tout aussi importants que les mots employés dans un discours. Il est

donc essentiel de savoir travailler votre communication non verbale avant de vous jeter

dans la fosse aux lions !


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Vous veillerez notamment, lors de votre intervention à :

 garder les 2 pieds bien ancrés (fixés) au sol : évitez de vous reposer sur

une seule jambe, cela évoque inconsciemment à vos interlocuteurs une

certaine fragilité, un manque de confiance en soi - et donc une

crédibilité (fiabilité) diminuée.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Vous veillerez notamment, lors de votre intervention à :

 rester libre et confiant dans votre posture : si vous parlez devant un pupitre

(petit meuble pour supporter des livres, supports,.. ), évitez de vous

accrocher à ce dernier, pour les mêmes raisons que cité ci-dessus,


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Vous veillerez notamment, lors de votre intervention à :

• regardez l'ensemble de votre public : tout en accrochant quelques

regards que vous sentez "captés et bienveillants". Balayez régulièrement

l'assemblée du regard afin que chacun se sente important et concerné

par votre message.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Vous veillerez notamment, lors de votre intervention à :

• enlever les mains de vos poches : si ce réflexe s’avère relativement

courant lorsque l'on est mal à l'aise devant un public, il reste toutefois pour

l'auditoire un signe de "faiblesse" et induit rapidement - et tout aussi

inconsciemment - un doute quant à la crédibilité de l'orateur.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Vous veillerez notamment, lors de votre intervention à :

• parler clairement et suffisamment fort pour être entendu de tous : cette

évidence demande parfois de gros efforts de la part du communicateur.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Vous veillerez notamment, lors de votre intervention à :

• parler clairement et suffisamment fort pour être entendu de tous : cette

évidence demande parfois de gros efforts de la part du communicateur.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

• Parfaire son expression orale

Maintenant que vous maîtrisez le langage non verbal, il est temps de vous pencher sur votre

communication verbale : diction, vocabulaire, tournures de phrases , etc.

Cela commence par une excellente élocution : faites quelques exercices afin de parfaire votre

diction, apprenez à poser votre voix, bannir les mots parasites (euh, donc, alors, voilà, etc.).

Apprivoisez les silences et faites-en une véritable arme de persuasion ,


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

• Parfaire son expression orale

Utilisez un vocabulaire adapté à vos interlocuteurs. Parlez chiffres à des financiers, technique à des

ingénieurs, adoptez le storytelling pour faire passer un message à vos clients, etc. Préférez

les phrases courtes aux phrases à rallonges dont on perd rapidement le sens.

Donnez du rythme et de la vie à votre intervention : un vocabulaire riche et varié, des mots en

adéquation avec le ton employé, le sujet abordé et le contexte du message.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

• Apprendre à convaincre

Développez votre pouvoir de persuasion afin de faire entendre et écouter vos

messages naturellement. Pour cela, il est essentiel de travailler votre charisme .

Anticipez les attentes et éventuelles réticences de votre auditoire face au message que

vous devez faire passer. Vous adapterez ainsi votre intervention de manière à convaincre les

plus hésitants.
2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

• Apprendre à convaincre

Veillez à toucher vos interlocuteurs en "jouant" la carte émotionnelle.

Soyez à l'écoute de votre public (attitudes, regards, expressions sur leurs visages, etc.) de

manière à repérer le moindre signe de décrochage ou non compréhension et rectifier le tir

rapidement.
2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Comment structurer son discours ?

Cela peut paraître évident, mais une allocution qui part dans tous les sens ou mal adaptée en termes

de durée, de fond et de forme, n'aura que peu de chances d'aboutir à une adhésion du public quant

au message qui lui est délivré.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Comment structurer son discours ?

Par ailleurs, si vous ne structurez pas convenablement votre discours, vous risquez d'en perdre le fil à un

moment ou à un autre et aurez du mal à capter de nouveau l'attention de votre

auditoire. Architecturer votre intervention logiquement vous permettra de dérouler naturellement votre

message et convaincre vos interlocuteurs .


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Comment structurer son discours ?

Les grandes phases d'une prise de parole en public sont les suivantes :

• Capter l’attention de son public : c'est l'accroche du discours. Percutante, elle doit d'emblée

susciter l'intérêt de vos interlocuteurs.

• Proposer : entrez dans le vif du sujet. Rappelez clairement et brièvement le pourquoi de votre

intervention.
2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Comment structurer son discours ?

Les grandes phases d'une prise de parole en public sont les suivantes :

• Balayer quelques objections : vous capterez à nouveau ainsi l'attention des éventuelles brebis

égarées ou de tout autre interlocuteur convaincu du non fondé de votre message, prompt à vous

jeter la première pierre.

• Argumenter : soyez enthousiaste et dynamique pour présenter votre projet ou défendre votre

idée. Il s'agit d'embarquer l'assistance avec vous.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Préparer sa prise de parole

Comment structurer son discours ?

Les grandes phases d'une prise de parole en public sont les suivantes :

• Reformuler l’objet de votre intervention afin de vous assurer que tout le monde a bien entendu

et intégré votre message.

• Conclure en mentionnant un élément clé. Les dernières secondes d'une allocution sont bien

souvent - tout comme les toutes premières secondes - le peu de choses que l'assistance retiendra.

Elles véhiculeront également le ressenti général du public quant à votre prise de parole. Il est

donc essentiel de bien travailler ce moment.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Astuces pour une prise de parole en public réussie


• Capter l'attention de son auditoire

Cela sous-entend qu'il faut bien connaître son public : qui sont les personnes à qui vous

allez vous adresser ? Qu'attendent-elles de cette intervention ? Quel vocabulaire

emploient-elles ?... Tout ceci vous permet, à vous, narrateur, de capter l'attention de

votre auditoire en utilisant les bons mots, des anecdotes qui parlent à votre public, en

usant d'une gestuelle adéquate...


2- Maîtriser la prise de parole en public

Astuces pour une prise de parole en public réussie


• Regarder loin pour être entendu

La voix se porte où le regard se porte. Si vous ne regardez que le premier rang, il y a de

fortes chances pour que les milieu et fond de salle ne pipent pas un mot de votre

discours. Décrochage assuré. Flop inévitable. Pire : impression négative retenue. Votre

voix se doit d'être suffisamment haute pour être audible de tous. Répétez votre discours à

voix haute pour prendre cette habitude du parler haut et fort.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Astuces pour une prise de parole en public réussie

• S’entraîner encore et encore

Répétez votre discours devant un miroir, quelques proches qui pourront

vous donner un feedback constructif ou bien encore filmez-vous. Cela

vous permettra de repérer certains tics de langage ou de postures liés au

stress. Vous pourrez ainsi les travailler et parfaire votre éloquence.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Astuces pour une prise de parole en public réussie


• S’entraîner encore et encore

Visualisez mentalement votre intervention, notamment la veille. Cela aide vous aidera à

vous sentir plus à l'aise le jour J. Visualisez si possible le lieu, la salle dans laquelle vous ferez

votre discours, votre tenue, les personnes présentes, etc. Vivez littéralement

intérieurement votre intervention dans les moindres détails afin d'en maîtriser tous les

aspects. Le trac du jour J vous servira ainsi de moteur.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Astuces pour une prise de parole en public réussie

• Réagir aux aléas (imprévus) d'une intervention en public


Bafouillage, trou de mémoire, tremblote, lapsus... Nul n'est à l'abri d'un petit - ou grand - moment

de panique devant un auditoire. Il est important d'apprendre à réagir en de telles circonstances.

Vos mains tremblent au moment de votre prise de parole ? Apprenez que ce n'est pas

systématiquement visible par l'assemblée. Une astuce si vous souhaitez toutefois garder un aide-

mémoire en main et redoutez la tremblote : utilisez du papier cartonné. Le tremblement sera moins

perceptible.
2- Maîtriser la prise de parole en public

Astuces pour une prise de parole en public réussie

• Réagir aux aléas (imprévus) d'une intervention en public

Vous avez peur d'avoir un trou de mémoire ? Notez les grandes lignes de votre intervention sur une

fiche cartonnée. Pas de phrases. Uniquement des mots clés qui sauront instantanément vous

redonner le fil de votre message. Vous n'avez pas de fiche ? Soyez suffisamment à l'aise pour

demander l'aide de votre assistance. Cela aura même parfois pour effet de captiver à nouveau

certains auditeurs perdus !


2- Maîtriser la prise de parole en public

Astuces pour une prise de parole en public réussie


• Capter l'attention de son auditoire

Vous bafouillez ? Venez de faire un lapsus embarrassant ? Soyez spontané. L'humour, notamment

l'autodérision, est bien souvent efficace, car cela permet de détendre l'atmosphère.
2- Maîtriser la prise de parole en public

Astuces pour une prise de parole en public réussie


• Capter l'attention de son auditoire

Un interlocuteur s'immisce de manière impromptue, vous coupe la parole, vous prend à partie ? Ne

vous laissez pas emporter par les émotions. Restez maître de votre intervention. Rappelez

posément les règles de la bienséance ainsi que l'ordre du jour, le cas échéant. Faites savoir à cette

personne que vous êtes ouvert à un échange ultérieur sur la question. Soyez poli, posé, mais ferme.
2- Maîtriser la prise de parole en public

Astuces pour une prise de parole en public réussie


• Capter l'attention de son auditoire

Apprivoiser (rendre plus sociable) son public


2- Maîtriser la prise de parole en public

Astuces pour une prise de parole en public réussie


• Capter l'attention de son auditoire

Lors d'une intervention devant un parterre de personnes inconnues (comme lors d'une

conférence, par exemple), il est opportun de saluer à l'entrée de la salle, par exemple,

les auditeurs qui arrivent. Cela permet de vous familiariser avec les visages qui vont vous

scruter pendant de longues minutes. Les comédiens ou autres artistes se produisant sur

scène le font de manière plus discrète : ils observent leur public cachés derrière un rideau

ou bien depuis les coulisses ou le fond de la salle.


2- Maîtriser la prise de parole en public

Astuces pour une prise de parole en public réussie


• Capter l'attention de son auditoire

Par ailleurs, vous pourrez également déjà repérer quelques "alliés" dont vous ressentez les bonnes

ondes - et à l'inverse, les individus dont vous ressentez inconsciemment la non-adhésion à votre

cause. Ces derniers sont à ce propos d'excellents moteurs. Considérez-les comme un challenge :

ce sont précisément ces personnes qu'il vous faut convaincre. Pendant votre allocution, gardez-les

en point de mire et observez leurs réactions : c'est ainsi que vous pourrez percevoir l'effet de votre

prise de parole sur votre public.


II – Les entretiens d’embauche
INTRODUCTION

Votre candidature a été sélectionnée et votre entretien

d’embauche approche ! Mais comment ne pas se

retrouver démuni le jour de l’entretien de recrutement ?


1- A quoi sert un entretien ?

Au téléphone, de visu ou même parfois via Skype, le recruteur a simplement

besoin de comprendre votre parcours afin de :

• valider la pertinence de votre profil par rapport au poste ;

• valider que votre personnalité peut s’adapter à la culture de

l’entreprise/PME/start-up pour laquelle vous postulez.


1- A quoi sert un entretien ?

Il vous incombe ainsi d’expliquer clairement vos différents choix :

• pourquoi avez-vous postulé à cette offre d’emploi ?

• pourquoi tel secteur et pas un autre ?

• pourquoi telle fonction ?

• pourquoi telle entreprise ?


1- A quoi sert un entretien ?

En d’autres termes, votre principal objectif est de montrer que vous êtes LE

candidat qu’il recherche pour le poste.

Cet exercice ne s’improvise pas, vous devez pour cela bien vous préparer pour le

jour J !
2-Comment se déroule un entretien de recrutement ?

Bien sûr, tous les entretiens sont différents, mais de manière générale vous retrouverez ces

différentes étapes à chaque fois :

1. Le recruteur présente brièvement le poste

À ce moment, le recruteur peut situer le poste dans le contexte du service/de la direction.

2. Le candidat se présente

La préparation d’un pitch de présentation.


2-Comment se déroule un entretien de recrutement ?

Bien sûr, tous les entretiens sont différents, mais de manière générale vous retrouverez ces

différentes étapes à chaque fois :

3. Le recruteur questionne le candidat

Si vous avez bien mené votre pitch de présentation, le recruteur vous posera les questions

auxquelles vous vous attendez.

4. Le recruteur donne plus de détails sur le poste, les enjeux, les conditions salariales…

N’hésitez pas à en profiter pour prendre des notes et préparer vos questions !
2-Comment se déroule un entretien de recrutement ?

Bien sûr, tous les entretiens sont différents, mais de manière générale vous retrouverez ces

différentes étapes à chaque fois :

5. Le recruteur demande si le candidat a des questions sur le poste ou l’entreprise et/ou

négociations de salaires, des avantages...


2-Comment se déroule un entretien de recrutement ?

• Dans certains cas , vous passerez plusieurs entretiens pour un même poste.

• Vous rencontrerez dans un ordre ou un autre : le responsable métier du poste

à pourvoir (entretien plutôt technique), une personne du service des

Ressources Humaines (comportement et conditions de recrutement, temps de

travail, salaire, …), le grand patron, si le poste a un niveau hiérarchique

important (sur la stratégie du Groupe, votre potentiel…).

• Dans tous les cas, les étapes de préparation qui suivent restent valables.
3-Préparation à un entretien d’embauche en 5 étapes
3-Préparation à un entretien d’embauche en 5 étapes

Une recherche d’emploi peut prendre du temps avant d’aboutir, vous pouvez donc résumer vos entretiens

dans un tableau récapitulatif qui vous servira de fiche de suivi.

Nos conseils :

• Ne prenez pas plusieurs rendez-vous dans la même journée, vous ne savez pas combien de

temps l’entretien va durer

• Si vous avez un empêchement de dernière minute, il vaut mieux prévenir pour reporter le

rendez-vous
Étape 1 : Affinez votre connaissance du poste et de l’entreprise pour être
capable d’en parler de vive voix

Pour bien préparer votre entretien, la première étape est d’affiner votre compréhension de
l’annonce. Pour cela :

1. Reprenez l’annonce et décryptez-la :


• Surlignez les informations essentielles (le profil recherché, les tâches et missions, les

enjeux du poste, les éléments de contexte importants…).

• À partir de ce que vous avez surligné, faites une synthèse avec vos propres mots.

• Sélectionnez les éléments qui devront se retrouver dans votre pitch de présentation.
2. Faites des recherches sur l’entreprise

Comme vous le voyez dans l’exemple ci-dessus, appuyez-vous sur les informations délivrées dans

l’annonce pour orienter vos recherches sur l’entreprise.

Par exemple, concernant l’annonce ci-dessus, vous pourriez aller rechercher sur leur site les détails

des prestations proposées pour avoir quelques arguments de vente.

Lors de vos recherches, prenez des notes sur les informations clés (chiffres et dates importantes, noms

des personnes à la tête de l'entreprise, etc.).


2. Faites des recherches sur l’entreprise

Vous pouvez, par exemple, allez chercher des informations sur :

• le site institutionnel de l’entreprise (organigramme, effectif, implantations…) ;

• les sites web de ses concurrents ;

• les rapports annuels (chiffre d’affaire, résultats…), la situation financière par exemple

sur http://www.directompic.ma/;

• les magazines professionnels, les newsletters ;

• les forums où les clients peuvent donner leur avis sur les produits et services proposés par la

société.
Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation

• Le pitch est une brève présentation de vous. Une présentation intelligente et efficace.

• La question que tout recruteur se pose en recevant un candidat est : “ce candidat

correspond-il réellement au profil que je recherche ?”.

• Vous devez donc vous efforcer de le convaincre dès les premières minutes de l’entretien,

lorsqu’il vous demandera de vous présenter.


Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation

Ce pitch ne doit pas dépasser 3 minutes. Pourquoi ? Car après 3 minutes, l’attention du recruteur baisse

et il risque de ne pas retenir toutes les informations. Vous devez sélectionner des informations

percutantes, en lien direct avec le poste.

C’est pourquoi cette brève présentation se prépare à l’avance.

Tout d’abord, qu’avez-vous envie de répondre à cette question : “Concernant le poste auquel vous

postulez, que souhaitez-vous que le recruteur retienne de vous ?


Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation

Si vous commencez par raconter votre parcours chronologiquement, vous prenez le

risque qu’il vous interrompe avant la fin de votre “longue” présentation, pour vous

poser les questions essentielles par rapport au poste. Donc, anticipez et dites-lui dès le

début l’essentiel de ce qu’il a besoin de savoir sur vous.


Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation

Sans suivre la logique de votre CV, commencez votre pitch par une

expérience dont vous êtes fier et qui a un lien direct avec le profil

recherché. De cette manière, le recruteur aura envie d’en savoir plus

sur cette expérience/compétence intéressante, et vous vous sentirez

plus à l’aise pour répondre aux questions qu’il vous posera.


Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation

La structure de votre pitch :

1-En deux ou trois phrases, partagez l’expérience dont vous

êtes le plus fier et qui se rapproche le plus du profil qu’il

recherche (soyez concis, vous développerez plus tard).

2-En une phrase ou deux, dites ce que vous recherchez

aujourd’hui en lien avec le point précédent.


Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation

La structure de votre pitch :

3-Puis, reprenez certains éléments importants de l’annonce sur lesquels

vous vous sentez à l’aise (par exemple, les langues requises ou une

compétence technique souhaitée, etc.) et faites le lien avec votre

parcours (en étant à chaque fois concis (bref) mais en donnant un

exemple concret). Ce qui donnera envie au recruteur d’en savoir plus sur

ces expériences et de vous poser des questions sur celles-ci par la suite.
Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation

Pour préparer ce pitch, il est conseillé:

• pour les deux premiers points, de rédiger les phrases et de les


retenir (par coeur !) pour le jour J afin d’avoir une base pour vous lancer
Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation

Pour préparer ce pitch, il est conseillé :

• pour le point 3, de prendre des notes très synthétiques sous forme de


bullet points, pour que vous vous rappeliez des différents points que vous
voulez aborder
votre expérience ==> élément du profil recherché, ce qui donnerait par
exemple : Chargée de clientèle chez EDF ⇒ aisance
téléphonique/relation clientèle
Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation

À chaque fois, donnez un exemple concret mais ne dévoilez

pas les détails pour laisser le recruteur vous posez les

questions (auxquelles vous vous attendrez) sur ces

expériences
Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation

• de vous entraîner plusieurs fois seul et en présence de

quelqu’un d’autre et de vous chronométrer pour ne pas

dépasser 3 minutes
Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation
Voici un exemple :
Contexte :
Nicolas postule au poste de Responsable événementiel - Organisation de réceptions, dans une start up en
pleine expansion spécialisée dans les réceptions de luxe. Ce poste requiert une expérience significative
dans l’événementiel de luxe, un sens prononcé pour le commercial et une volonté de manager une équipe.

Voici le pitch de présentation de Nicolas avec les trois parties annoncées ci-dessus :
“ Pendant cinq ans, j’ai été responsable de l’organisation de projets événementiels spécialisés dans les
décorations de Noël de luxe pour le compte de grands magasins (comme les Galeries Lafayette). J’ai
particulièrement aimé la relation clientèle. Mon responsable m’a d’ailleurs confié la charge de développer le
portefeuille clients. Aujourd’hui, fort de cette expérience, je souhaiterais manager une petite équipe pour
mener des projets de plus grandes envergures.”
Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation
Pour la troisième partie du pitch :
Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation
Étape 2 : Préparez votre pitch de présentation

Il est conseillé de passer plusieurs entretiens pour vous entraîner à cet exercice (présenter son

parcours, répondre aux questions, …) face à un recruteur. Plus vous serez entraîné, plus vous

serez capable de vous “vendre” efficacement lors d’un entretien.


Étape 3 : Identifiez les questions qu’on peut vous poser et
préparez les réponses

Après avoir préparé votre pitch de présentation, mettez-vous à la place du recruteur :

quelles questions sur votre parcours pourrait-il vous poser ? Y a-t-il des “vides” d’activité dans

votre CV ? Si oui, préparez-vous à vous justifier. Votre parcours se déroule-t-il de manière

logique (diplômes, expériences professionnelles, compétences …) ? Si la réponse est non, ce

n’est pas grave mais vous devez être capable de montrer au recruteur le fil directeur de

toutes vos expériences.


Étape 3 : Identifiez les questions qu’on peut vous poser et
préparez les réponses

Voici des exemples de questions que le recruteur peut vous poser :

• Qu’est-ce qui vous intéresse le plus (le moins) dans le poste proposé ?

• Comment voyez-vous l’évolution de votre profession ?

• Pouvez-vous détailler telle expérience ? Les compétences développées ? Les résultats de

vos actions (chiffres, livrables, etc.) ?

• Dans quel contexte votre dernier contrat s’est-il terminé (fin de CDD, licenciement, etc.) ?

• Quels sont les obstacles que vous avez rencontrés dans vos missions ?

• Qu’est-ce qui vous attire chez nous ?


Étape 3 : Identifiez les questions qu’on peut vous poser et
préparez les réponses

• Quelles sont vos prétentions salariales ? vos souhaits d’évolution ?

• Quels sont vos points forts / faibles ?

• Avez-vous d’autres propositions en cours ?


Étape 3 : Identifiez les questions qu’on peut vous poser et

préparez les réponses

Exercice : Il faut donc vous préparer à y répondre. Entraînez-vous dès à présent ! J

La mise en situation est également importante . Elle va vous permettre de vous mettre en

situation en répondant aux questions d’un recruteur et de comprendre le point de vue du

recruteur.
Étape 3 : Identifiez les questions qu’on peut vous poser et
préparez les réponses

De plus, il est possible que le recruteur souhaite évaluer vos compétences via une mise en

situation ou des tests.

Par exemple, si vous postuler à un poste de développeur informatique, on pourra vous

demander de coder ou de résoudre un problème technique. Si vous postulez à un poste de

manager, on pourra vous demander de simuler une gestion de conflit.


Étape 4 : Construisez votre image : tenue et posture

Réussir un entretien d’embauche ne repose pas uniquement sur votre

expérience professionnelle mais aussi sur votre attitude…

Le recruteur va chercher à identifier si votre être, vos manières, etc.,

correspondent à l’identité ou la vision de l’entreprise.


Quelle tenue choisir pour votre entretien ?

Vous devez choisir votre tenue en fonction :

• des codes vestimentaires du secteur/entreprise/métier

• de vos habitudes et de ce que vous êtes

Il s’agit de trouver le bon compromis entre ce que vous êtes (vos habitudes

vestimentaires, vos préférences…) et les codes vestimentaires du secteur/de l’entreprise.

Le recruteur sera sensible au soin que vous portez à votre tenue. Choisissez-en une dans

laquelle vous vous sentez à l’aise. Vous ne devez pas vous sentir déguisé.
Ne vous imposez pas le tailleur jupe/talons ou le costume si vous n’en

portez jamais ! Mais n’hésitez pas à demander conseil sur les codes

vestimentaires à des personnes qui connaissent le secteur d’activité

dans lequel vous postulez !


Par exemple, vous … à une tenue tout
pouvez adapter la aussi convenable mais
tenue costume/tailleur... plus décontractée.
Étape 5 : Préparez les documents utiles pour l’entretien

On arrive rarement en entretien les mains vides. En amont de l’entretien,

pensez à demander au recruteur les documents que vous devez apporter.

Au minimum, je vous invite à emmener avec vous :


• votre CV
• une pièce d’identité
• un cahier et un crayon pour prendre des notes
• une copie de l’annonce
• vos notes préparatoires
Étape 5 : Préparez les documents utiles pour l’entretien

Et en complément, si on vous le demande, ou pour les entretiens suivants :

• vos derniers diplômes (surtout dans le domaine administratif car le grade

administratif sur lequel vous serez recruté est fonction du diplôme obtenu

; par exemple, pour un poste d’ingénieur territorial, le diplôme d’ingénieur

est requis) ;
Étape 5 : Préparez les documents utiles pour l’entretien

• une liste de références avec coordonnées (prévenez en amont les

personnes que vous allez citer, ancien manager, responsable

hiérarchique, DRH, afin qu’elles soient prévenues d’un éventuel appel par

l’entreprise).
Étape 5 : Préparez les documents utiles pour l’entretien

Vous savez maintenant vous préparer à un entretien. Une fois ce dernier

terminé, n’oubliez pas de remercier le recruteur. Si vous le souhaitez, ou que

la situation s’y prête, vous pouvez lui envoyer un email complémentaire

reprenant les points clés du rendez-vous. Dans tous les cas, si on ne vous

rappelle pas, n’hésitez pas à relancer le recruteur !


Réussir son CV
Pour rédiger un CV efficace et décrocher le job de ses rêves, quelques

règles s’imposent ! Orthographe irréprochable, mise en page claire,

format PDF…
1 - Adapter son CV en fonction du poste visé

On le dira jamais assez mais rédiger et envoyer un même CV à plusieurs recruteurs est
une mauvaise idée. En effet, chaque poste et entreprise présente ses spécificités :
compétences recherchées, valeurs, qualités souhaitées…

Il n’y a pas deux entreprises pareilles ! De ce fait, il est important d’adapter son CV à
chaque offre d’emploi afin de se rapprocher le plus possible du candidat idéal
recherché par l’entreprise ! Il s’agit alors de rédiger un CV ciblé, qui prend en
compte les savoir-faire, qualités ou compétences recherchées par le recruteur en
personnalisant votre CV pour qu’il réponde au mieux à l’offre d’emploi à laquelle
vous postulez.
1 - Adapter son CV en fonction du poste visé

Un CV ciblé est donc un CV beaucoup plus personnel, où l’on ne cherche pas à

montrer toute l’étendue de ses compétences ou à répertorier toutes ses expériences

professionnelles, mais plutôt que l’on est LA personne dont l’entreprise a besoin pour

ce poste.
2 - Rester clair et concis : n’en dites pas trop !
Bien souvent, les candidats ont tendance à vouloir dire toutes les formations suivies
ou toutes les expériences professionnelles vécues. Ce serait une erreur ! En effet, votre
curriculum vitae n’est pas là pour raconter tout ce que vous avez accompli dans
votre parcours professionnel, même seulement ce qui présente un lien et un intérêt
avec le poste visé.

De la même façon, chaque formation ou expérience doit être décrite de la façon la


plus courte et efficace possible, en utilisant des mots simples et en allant essentiel. Pas
de place pour les fioritures sur un CV ! Eviter également de mentionner des
informations trop personnelles, comme votre état matrimonial, votre lieu de
naissance ou votre nationalité si cela n’est pas nécessaire.
3 - Utiliser des mots clés et identifier les compétences
recherchées

De nos jours, beaucoup d’entreprises utilisent des logiciels automatisés d’aide au

recrutement (les “Applicant Tracking System” ou “ATS”) pour faciliter l’embauche de

nouveaux candidats. Ces logiciels informatiques trient les candidatures reçues au

moyen d’algorithmes afin de déterminer quels sont les meilleurs candidats pour

pourvoir un poste donné.


3 - Utiliser des mots clés et identifier les compétences
recherchées

Les mots clés contenus dans chaque CV sont alors scannés selon les critères imposés

par le recruteur. D’où l’importance de bien penser à utiliser des mots clés et à les

faire ressortir dans son CV ! De cette manière, vous mettrez toutes les chances de

votre côté pour déjouer les robots et obtenir que votre curriculum vitae atteigne le

bureau d’un recruteur.


4 - Mettre en avant ses réussites et ses compétences
Lors de la rédaction de votre CV, ne vous contentez pas de décrire les expériences
professionnelles que vous avez effectuées, mais mettez en avant vos réussites, les
projets que vous avez accomplis ou les missions que vous avez menées à leurs
termes.

De cette manière votre CV sera plus vivant et reflètera vos résultats plus que vos
responsabilités. N’hésitez pas également à appuyer ces résultats par des chiffres ou
des exemples concrets de vos réalisations. Les recruteurs auront alors une idée plus
précise de ce que vous êtes capable de faire et auront plus envie de vous avoir dans
leur équipe !
5 - Bien présenter son CV
Très importante, la mise en page de votre CV donnera envie (ou non !) aux

recruteurs de se plonger dans la lecture de votre CV ! Il est donc primordial de

soigner la présentation de votre curriculum vitae en aérant le plus possible les

informations qu’il contient, en sautant des lignes, en faisant ressortir les titres et

données importantes…
5 - Bien présenter son CV

La police de caractère utilisée est aussi très importante puisqu’elle permet une

lecture plus ou moins agréable de votre CV selon celle choisie. Elle permet même

dans certains cas de donner un style à votre CV et de faire ressortir votre

personnalité. Pensez également à opter pour une taille de police de caractère qui

soit facilement lisible par tout le monde, sans pour autant tomber dans l’excès car

une police trop grande ne donnerait pas une allure professionnelle à votre CV.
6 - Ne pas dépasser deux pages

Pour que votre curriculum vitae ait toutes les chances d’être lu par les recruteurs, il est essentiel qu’il

ne soit pas trop long. En effet, un CV de 5 pages a peu de chance d’être lu dans son intégralité,

voire d’être lu tout court ! Sur CVwizard.fr, nous vous recommandons donc de ne pas dépasser deux

pages lors de la rédaction de votre CV.


6 - Ne pas dépasser deux pages

Et s’il tient sur une page, c’est encore mieux ! Car comme nous vous le disions, votre curriculum vitae

ne doit pas être exhaustif et retracer l’ensemble de votre parcours, mais seulement les formations ou

expériences qui ont un lien avec le poste convoité. Il est donc important à chaque étape de la

rédaction de se poser la question des informations les plus pertinentes à mentionner sur son CV.
7 - Ajouter une touche personnelle à son CV

Activités extra-professionnelles, centres d’intérêts, cours suivis en dehors de vos heures de travail… De

nos jours, les recruteurs sont de plus en plus sensibles à tous les éléments qui ajoutent une touche

personnelle à votre CV - notamment si vous rédigez un CV en anglais pour postuler pour un emploi

dans un pays anglo-saxon.


7 - Ajouter une touche personnelle à son CV
Lors de la rédaction de votre curriculum vitae, n’hésitez donc pas à mentionner certains de vos loisirs,

passions ou passe-temps, à condition bien sûr qu’ils apportent un plus à votre candidature pour le

poste visé. Si vous postulez pour un poste de community manager et que vous avez une passion pour

la photographie, cela peut valoir la peine d’être mentionné par exemple !

Vous pouvez également ajouter un profil personnel en haut de votre CV afin de présenter

brièvement vos objectifs professionnels et vos qualités et compétences.

De nos jours les recruteurs sont de plus en plus sensibles à tous les éléments qui ajoutent une touche

personnelle à votre CV.


8 - Un orthographe et une grammaire impeccable
L’orthographe de votre CV se doit d’être irréprochable ! En effet, une faute d’orthographe sur votre

CV, même s’il s’agit d’une faute de frappe, sera rédhibitoire pour beaucoup d’employeurs car la

plupart d’entre eux pensent qu’un CV doit être impeccable.

Il est donc important lors de la rédaction et une fois votre CV rédigé de bien vérifier l’orthographe et

la grammaire, afin de ne pas retrouver son CV mis automatiquement de côté. Evitez autant que

possible les abréviations, sauf s’il s’agit d’abréviations très courantes comme “Bac” pour

“baccalauréat” par exemple.


9 - Relire et faire relire son CV
Une fois votre CV rédigé, il est important de le relire afin de vérifier l’orthographe et la grammaire,

mais aussi que toutes les informations mentionnées sont claires. Lors de cette relecture, vérifiez

également qu’il n’y ait pas d’incohérences dans votre CV ou de “trous”, des périodes de vide qui

laissent penser que vous n’avez pas eu d’activité par exemple. Vous pouvez aussi demander à un

proche de relire votre curriculum vitae afin d’avoir un avis extérieur. Ce dernier pourra donner son

avis sur la cohérence générale de votre CV, mais aussi sur la mise en page, la police de caractère et

la taille de celle-ci.
10 - Le format et le nom du document
Avant d’envoyer votre CV aux recruteurs, il est important de le télécharger ou de le convertir au

format PDF -. Pensez également à renommer votre fichier avec votre nom, prénom et

éventuellement le poste auquel vous postulez. Les recruteurs reçoivent un grand nombre de CV et il

est important qu’ils puissent s’y retrouver facilement !

Vous pouvez ainsi renommer votre curriculum vitae de la sorte : “CV-Marie-Dupont” ou “CV-Marie-

Dupont-chefprojet”. De cette manière votre CV sera bien référencé et vous réduirez les chances

qu’il soit perdu dans le flot des curriculums vitae reçus !


Réussir sa lettre de motivation
Passage obligé pour réussir sa candidature, la lettre de

motivation reste appréciée par les recruteurs.

Comment rédiger une bonne lettre de motivation ?


Rédiger une lettre de motivation est une étape nécessaire

pour trouver un stage en entreprise, un CDI ou encore un job

d'été. Généralement, l'offre précise qu'une lettre ainsi

qu'un CV doivent être envoyés pour postuler.


lettre de motivation complète votre CV et doit vous permettre

de décrocher un entretien d'embauche en vous démarquant

des autres candidats. Elle indique vos points forts et ce qui vous

a incité à rejoindre cette entreprise.


Votre courrier doit donc être impeccable. Pour le réussir, de nombreuses questions se

posent. Comment le mettre en forme ? Quelle doit être sa longueur ?

Comment l'organiser ? Comment trouver les mots justes pour convaincre

en quelques lignes ? Quelle formule de politesse adopter ?


Comment faire une lettre de motivation

Une bonne lettre de motivation se décompose en quatre paragraphes. Voici comment,

idéalement, doit s'articuler votre lettre de motivation. Bien entendu, il s'agit d'un exemple et

il est possible de prendre quelques libertés avec ce modèle. Dans tous les cas, il faut bien

garder à l'esprit la chose suivante : la lettre de motivation doit être faite sur mesure.
Premier paragraphe : Dans le premier paragraphe, il faut indiquer la raison pour laquelle

vous écrivez à l'entreprise. Faites référence à la petite annonce à laquelle vous

répondez et mentionnez le poste sur lequel vous souhaitez être recruté. Expliquez au

besoin pourquoi vous envoyez une candidature spontanée. Si vous écrivez sur

recommandation d'un salarié de l'entreprise, mentionnez le à ce moment là.


Second paragraphe : Indiquez votre parcours académique et professionnel. Puis

expliquez concrètement en quoi vos compétences pourraient être utiles. Pour réussir

ce paragraphe, examinez attentivement l'annonce à laquelle vous répondez. Et

tâchez d'y inclure les compétences demandées. Par exemple, s'il est demandé de

l'autonomie, montrez qu'il s'agit d'un de vos points forts.


Troisième paragraphe : Dans ce troisième paragraphe, l'enjeu

est de dire en quelques lignes ce qui vous attire dans

l'entreprise en question. N'hésitez pas à vous documenter sur

elle en amont.
Quatrième paragraphe : Dans cette dernière partie, il faut

préciser que vous êtes à la disposition du recruteur pour le

rencontrer. Elle précède la traditionnelle formule de politesse.


L'orthographe doit évidemment être parfaite. Même si vous utilisez

notre exemple de lettre de motivation, relisez vous et n'hésitez pas à

vous faire relire par une autre personne.


Utilisez aussi le correcteur automatique de votre traitement de texte.

Une faute d'orthographe peut être rédhibitoire surtout, si l'emploi désiré

implique des tâches de rédaction (secrétariat, journalisme...).


Faites une lettre aérée, aux paragraphes bien distincts. N'hésitez pas à

utiliser la fonction "justifier" de votre traitement de texte pour bien

ordonner les paragraphes si vous envoyez votre lettre via un document

distinct en pièce jointe ou imprimé. Si vous imprimez votre lettre, utilisez

un papier blanc simple avec vos coordonnées en entête et évitez

les papiers à lettres trop sophistiqués.


Même en cas de candidature par e-mail, votre lettre de motivation doit

avoir une présentation correcte. Evitez les paragraphes trop longs

qui peuvent être difficiles à lire sur les mobiles. Si vous voulez envoyer

une lettre manuscrite par la Poste, ne le faites que si votre écriture est

irréprochable.
Demande de stage

Une demande de stage doit être faite avec la même rigueur qu'une demande d'emploi. Veillez à

ne pas faire de fautes d'orthographe dans votre lettre de motivation. Mettez en avant vos

qualités et indiquez en quoi elles sont compatibles avec le stage demandé. Dites dans votre

lettre ce que vous attendez de ce stage (vous former, rencontrer des professionnels....). Il ne faut

donc pas négliger votre candidature.


III - Les écrits professionnels
L’e-mail professionnel
De par son aspect pratique, l’e-mail s’est substitué aux courriers postaux depuis maintenant une

bonne dizaine d’années, et s’utilise tout autant dans le milieu privé que professionnel. Dans le

cadre professionnel, l’e-mail reste l’outil de communication le plus utilisé malgré la nette

croissance des réseaux sociaux et autres messageries instantanées. Il s’avère utile de connaître

quelques règles de politesse afin de ne pas froisser son destinataire et de ne pas détériorer les

relations existantes.
À courriel professionnel, adresse e-mail professionnelle

Il va sans dire que pour vous adresser à un interlocuteur dans le cadre des

relations professionnelles, des adresses personnelles telles lovelygirl@… ou

greatman@… sont absolument à proscrire. Une adresse e-mail

professionnelle est de mise, ou à défaut, une adresse personnelle avec

votre nom et prénom, qui serait ainsi la signature de votre identité.


Bien choisir son destinataire

Dans le champ prévu à cet effet, renseignez bien l’adresse de votre destinataire et ne

vous y trompez pas. Il serait fâcheux et d’une grande impolitesse d’envoyer un courrier

adressé à votre directeur à votre fournisseur et vice-versa. De même, il faut porter une

grande attention aux destinataires à mettre en copie, surtout pour les e-mails à contenu

confidentiel.
Renseigner clairement l’objet

C’est en fonction de l’objet de votre e-mail que votre interlocuteur choisira de le lire ou pas, en

priorité ou non. Marquez clairement de quoi il s’agit : « Rendez-vous du …/sur …, Retour sur … ». Il est

possible d’indiquer devant l’objet « Urgent » ou « Haute priorité » si et seulement si le courrier est

vraiment urgent. S’il s’agit de l’e-mail collectif ou général de l’entreprise, précisez également à qui

l’e-mail est adressé avant de mettre l’objet en soi, par exemple : « Attn. Monsieur le Directeur

Général, offre de collaboration ».


Commencer par vous adresser à votre destinataire

Il serait mal vu d’entrer directement dans le vif du sujet. Commencez par une

appellation correcte de votre destinataire : « Monsieur X / Madame Y » ou par leur

fonction : « Monsieur le Directeur ». Évitez de commencer votre e-mail par un « Bonjour »,

surtout s’il s’agit d’une première prise de contact.


Le vouvoiement est de rigueur
Dans un e-mail professionnel, le vouvoiement est de mise, surtout s’il s’agit d’une première

correspondance ou de relations entre deux sociétés différentes, voire deux services différents. Bien

sûr, il est possible de passer de ce vouvoiement au tutoiement si l’un des interlocuteurs le propose

dans le but de déformaliser les relations, ou si les deux interlocuteurs se tutoient déjà dans l’univers

quotidien de l’entreprise. Il est à noter que dans certains domaines le tutoiement s’impose dès que

la première rencontre a eu lieu. N’utilisez pas le vouvoiement si lors des rencontres vous tutoyez les

personnes.
Un contenu structuré

Soignez le contenu de votre e-mail. Soyez clair et précis quant à vos intentions. Le texte se doit

d’être lisible, subdivisé en plusieurs paragraphes au besoin. Il n’est pas conseillé d’utiliser des

abréviations, les règles de ponctuation et les majuscules sont à respecter, en évitant au maximum,

voire en proscrivant l’usage des points d’exclamation pour ne pas se montrer trop personnel. Évitez

d’écrire un courriel trop long et relisez-vous pour éviter toute faute d’orthographe.
Concluez poliment

À la fin de votre e-mail, n’oubliez pas de conclure en remerciant votre interlocuteur de

l’attention qu’il a porté à votre lettre.


• « Je vous remercie de l’attention que vous avez portez à ma demande. »

• « Je me tiens à votre entière disposition pour tout renseignement qu’il vous plairait de me

demander. »

Puis, terminez par une formule de politesse du type : « Cordialement », « Bien cordialement », «

Respectueusement » ou « Bien à vous » pour faire preuve de respect envers votre destinataire. Ces

formules doivent être suivies d’une virgule. Vous pouvez aussi utiliser les formules traditionnelles de

politesse pour marquer une certaine déférence.

• « Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées. »


Il est vrai que nous vivons dans un monde instantané où les gens aiment

que tout se fasse le plus rapidement possible, sans raccourci et droit au

but, mais les règles de

politesse échappent heureusement à cette règle.

Il vous faut ne pas oublier de respecter les règles de confidentialité émises

par le RGDP (règlement général sur la protection des données) aux risques

d’être sanctionné.
Exemple :
Madame X bonjour,

Par ce petit mot, nous souhaitons vous remercier très sincèrement du temps que nous avez accordé
lors de notre rencontre. Votre disponibilité et votre écoute ont été une aide précieuse pour l'équipe
et que nous nous attacherons à les honorer dans une collaboration future.

Dans l'attente, nous ne pouvons que vous adresser, à nouveau, nos plus sincères remerciements et
au plaisir de vous rencontrer très prochainement pour une deuxième présentation à votre équipe
Achat.

Cordiales Salutations
A l'attention de Madame X, Directrice Marketing de

Chère Madame bonjour,


Suite à notre conversation téléphonique de ce jour, nous vous remercions grandement pour
l'intérêt porté à notre demande et nous vous prions de bien vouloir nous accorder un rendez-vous
afin de vous présenter de vive voix notre offre globale, innovante et très compétitive. Première sur
le marché qui propose une offre globale de communication opérationnelle.

Entourée d'une équipe d’experts en communication, notre agence vous concocte des solutions
sur mesure s'adaptant à vos besoins.

A cet égard, nous vous prions de bien vouloir nous accorder un rendez-vous afin de vous
présenter de manière détaillée la véritable prestation que nous vous proposons, où la créativité
et la passion du métier ont la part belle.

Veuillez trouver ci-joint la présentation de l'entreprise avec des photos concrètes de nos
réalisations depuis notre lancement en 2000.

Dans l'attente, nous vous prions de croire, Chère Madame, en l’assurance de nos sentiments
distingués.

Cordiales Salutations
Le compte rendu
Il est toujours utile d’avoir sous la main le compte rendu d’une réunion

passée. Que ce soit pour revoir la liste des décisions qui ont été prises ou

encore pour savoir qui était responsable de cette tâche. C’est aussi une

bonne source d’information et de référence pour les gens présents, mais

aussi pour les absents.


Évitez donc de négliger cette tâche, puisqu’un compte rendu pourrait vous

être fort utile en cas de mésentente sur un sujet. À la fin d’une réunion,

prenez quelques minutes pour rédiger un compte rendu détaillé et par la

suite, le faire parvenir aux participants rapidement. Ce document peut

aussi informer les personnes absentes des sujets abordés.


Tout d’abord, il faut savoir que le compte rendu est un résumé de la réunion qui s’appuie

sur l’ordre du jour. Le compte rendu reprend donc les mêmes informations de base que

l’ordre du jour ainsi que les informations supplémentaires obtenues suite à la tenue de la

réunion. À partir des éléments de votre ordre du jour, vous seriez même en mesure de

rédiger une bonne partie de votre compte rendu.


Comment rédiger un bon compte rendu en 3

étapes simples
1. Avoir une bonne structure

Avant la réunion, prenez soin de préparer un ordre du jour détaillé. Cela vous aidera

grandement lors de la rédaction de votre compte rendu en vous servant de ce modèle.

Vous pourrez alors ajouter vos notes directement sous chacun des titres, ce qui permettra

une mise en page rapide une fois la réunion terminée.


Vous pouvez même utiliser un logiciel de gestion de réunion afin de vous

aider dans la rédaction du compte rendu. Comment? Lors de votre

réunion, apportez votre outil technologique (portable, tablette,

téléphone…) et transcrivez immédiatement vos notes dans les sujets

discutés.
À la fin de la réunion, votre compte rendu sera pratiquement terminé

(80%). Vous n’aurez qu’à prendre quelques minutes de votre temps en

post réunion pour vous relire et corriger vos textes.


2. Prendre des notes

Si vous voulez que votre compte rendu soit complet et détaillé, vous devez prendre des

notes pendant la réunion. Sinon, il est évident que vous oublierez des informations

importantes. Pour vous aider, vous pouvez utiliser des abréviations, cela facilite

grandement la prise de notes. Vous pourriez également enregistrer la réunion afin de ne

rien oublier.
3. Transmettre le compte rendu à vos collègues

Si vous voulez que votre compte rendu soit utile, n’oubliez pas de le rendre disponible à

tous les participants via un répertoire centralisé ou par courriel, une fois la rédaction

terminée! Le plus tôt sera le mieux, idéalement 48h, car la mémoire est une faculté qui

oublie rapidement.
Éléments importants à indiquer dans votre compte rendu
• Information de base: La date, l’adresse, la salle et l’heure de début et fin de la réunion.
Le nom des personnes présentes, des personnes absentes et des invités.

• L’objectif principal de la réunion.


Un résumé et l’objectif de chacun des points à l’ordre du jour: Informer / Échanger / Générer des
idées / Consulter / Décider.

• Les actions et tâches qui ont été assignées, à qui cela s’adresse ainsi que la date due.

• Les décisions prises s’il y a lieu.


Éléments importants à indiquer dans votre compte rendu

• Joindre les documents, images ou adresses web nécessaires.

• Approbation du compte rendu.

• Envoyer le compte rendu par email ou utiliser un outil de gestion de réunions pour centraliser tous

vos comptes rendus.

• Date et lieu de la prochaine réunion.


Compte rendu ou procès-verbal?

On entend souvent les mots compte rendu et procès-verbal pour parler du document que

nous devons fournir à la fin de nos réunions. Quelle est la différence entre ces 2 appellations?

• Le compte rendu est un document qui sert à résumer ce qui se dit en réunion, et ce, par

sujet. Il est utilisé dans la majorité des différents types de réunions.

• Le procès-verbal (PV) est quant à lui, une retranscription exacte de la réunion. Il sert de

document officiel en cas de litige ou mésentente. Il a une valeur juridique.


Le PV contient précisément les décisions prises puisqu’elles ont été soumises et

adoptées par approbation des membres. Il est particulièrement utilisé dans les

conseils d’administration et comités.

Vous pourriez même ajouter à votre procès-verbal un enregistrement audio de la

réunion.
Le PV contient précisément les décisions prises puisqu’elles ont été soumises et

adoptées par approbation des membres. Il est particulièrement utilisé dans les

conseils d’administration et comités.

Vous pourriez même ajouter à votre procès-verbal un enregistrement audio de la

réunion.
La synthèse
La synthèse professionnelle est un exercice qui consiste à sélectionner et

à reproduire des idées maîtresses simplifiées afin de faciliter la prise de

décisions et d’actions. La rédaction d’une synthèse professionnelle n’est

pas anodine, d’autant plus que l’esprit de synthèse n’est pas une

disposition naturelle très courante.


CE QUE LA SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE N’EST PAS

La synthèse professionnelle n’est pas une dissertation destinée aux étudiants. Même si elle

demande une rédaction comportant un plan avec deux ou trois parties autour d’un sujet précis, il

ne s’agit pas ici de livrer une analyse personnelle. Autrement dit, la synthèse n’est pas laissée à

votre appréciation libre.


CE QUE LA SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE N’EST PAS

Il s’agit de l’étude même d’un dossier ou d’un document, il n’est donc pas question de traiter ou de

ne pas traiter telle ou telle partie de ce dossier. Ce dernier doit être traité dans son intégralité et les

informations ne doivent pas être appréciées personnellement par l’auteur du document. Des

informations supplémentaires ne doivent pas non plus être ajoutées au dossier à traiter et la

subjectivité est proscrite.


CE QUE LA SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE N’EST PAS

La synthèse professionnelle est encore moins une note administrative. Si les deux écrits présentent un

point commun dans les caractéristiques qu’ils possèdent, la synthèse professionnelle se distingue par

son objectivité absolue. À travers sa culture générale, l’employé doit replacer le sujet dans un

contexte général pour ce qui est de la synthèse.


QU’EST-CE QU’UNE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE ET
POURQUOI EN RÉDIGER UNE ?

Une synthèse professionnelle est un résumé organisé et structuré de façon

claire et dynamique dans un but précis. Elle permet de simplifier un

document tel qu’un article, une réglementation, une norme, un dossier

complet, un livre.
QU’EST-CE QU’UNE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE ET
POURQUOI EN RÉDIGER UNE ?

Il s’agit d’un ensemble d’éléments formant une composition cohérente et ordonnée où les idées

s’enchaînent selon un raisonnement bien établi. La synthèse professionnelle se distingue du superflu,

elle reste neutre et objective sans marque d’énonciation, de partialité, ni de jugement personnel sur

les idées qu’elle développe. Elle reste aussi fidèle aux idées des auteurs sans chercher à les diviser ou

à les extrapoler.
QU’EST-CE QU’UNE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE ET
POURQUOI EN RÉDIGER UNE ?

Il est important de rédiger une synthèse professionnelle pour permettre à son destinataire

de prendre une décision et de mener des actions efficacement. La quantité

d’informations disponibles étant énorme et les nombreux domaines à couvrir ne

permettent pas toujours d’avoir du temps ni des compétences pour les analyser. D’où la

nécessité d’écrire et de diffuser des notes de synthèse.


BUT DE LA SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Avant de commencer la rédaction et la collecte d’informations, il faut au

préalable définir le but d’une synthèse professionnelle. Définir un but à la

synthèse permet de clarifier ce à quoi et à qui elle va servir. À la différence

d’une synthèse des concours, rédiger une note de synthèse

professionnelle se fait dans un genre assez libre tout en portant une

attention particulière aux besoins de l’entreprise.


BUT DE LA SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Il faut donc cerner pour qui écrit-on la synthèse professionnelle. La synthèse et le

vocabulaire employé s’adapteront donc en fonction de son public. Ainsi, si le document

est destiné à un technicien en informatique, il sera normal d’employer un vocabulaire

technique, par contre, un tel vocabulaire sera à éviter si le document s’adresse à un juriste,

ou à un comptable.
BUT DE LA SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

À cette étape, il est aussi important de connaître le niveau de

connaissance du sujet de son interlocuteur. Si celui-ci est un

néophyte, la synthèse devra avoir une vision globale du sujet et il

faudra se focaliser sur les aspects les plus intéressants si

l’interlocuteur est une personne non néophyte.


BUT DE LA SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Savoir à quelles fins est rédigée la synthèse est également essentiel. Cette

étape permet de savoir si la synthèse servira à se faire une opinion sur un

sujet, à prendre une décision, à chercher une solution à un problème, à

approfondir un rapport, à vérifier une information, etc. L’approche du sujet

dépendra donc de l’objectif poursuivi, tout comme la recherche des

informations.
RECHERCHE ET HIÉRARCHISATION DES INFORMATIONS

La collecte des informations nécessaires à la rédaction se fait à travers la

lecture. Lorsqu’il s’agit de synthétiser un texte, la collecte des informations

passe par la recherche de la structure dudit texte (titres, sous-titres, intention

de l’auteur, etc.) et la relève des informations importantes. La collecte des

informations a pour but de repérer où se situent les informations et

comment elles sont organisées.


RECHERCHE ET HIÉRARCHISATION DES INFORMATIONS

Elle ne consiste pas à comprendre ou à analyser le contenu de celles-ci.


Pendant cette étape, il faudra supprimer tout ce qui est superflu pour ne
retenir que l’essentiel. Concrètement, la recherche des informations
intervient après avoir défini sa cible et ses besoins. Elle se constitue de
plusieurs parties dans lesquelles il faut répondre aux questions qui, quand,
quoi, comment, combien, pourquoi (pour définir les causes), pour quoi
(définir les objectifs). Les parties s’enrichissent au fur et à mesure que la
recherche évolue.
RECHERCHE ET HIÉRARCHISATION DES INFORMATIONS

Il est vital ici de ne pas utiliser de longues phrases, mais de choisir soigneusement les mots clés pour

faciliter la synthèse d’une idée. À la fin de la recherche des informations, il faut penser à bien les

hiérarchiser au sein de chaque partie en portant une attention particulière aux mots clés importants.

La collecte et la hiérarchisation des informations sont une étape indispensable pour aider à

construire un plan clair et précis.


CONSTRUCTION D’UN PLAN DE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Pour construire le plan pour une synthèse professionnelle, il faut mettre en

évidence les aspects les plus importants de celui-ci, ceux qui méritent une

attention particulière. Le plan se construit librement selon qu’il s’agit d’une

synthèse thématique (avec une vision d’ensemble du sujet), d’une synthèse

causes-conséquences ou d’une synthèse force de propositions.


CONSTRUCTION D’UN PLAN DE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Toutes les idées collectées doivent s’intégrer dans le plan en établissant des

liens entre les idées les plus importantes pour élaborer les grandes lignes. Le

plan doit être en adéquation avec le sujet de la synthèse et doit respecter

un certain équilibre. Les parties et les sous-parties doivent avoir une taille

sensiblement égale et présenter un intérêt à peu près équivalent.


CONSTRUCTION D’UN PLAN DE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE
La construction du plan ne doit pas être complexe, mais plutôt claire,

logique et facilement compréhensible. La première partie peut être

réservée à l’analyse des causes et des données correspondantes d’un

problème. Pour la deuxième partie, on peut présenter les conséquences

liées à ce problème, proposer des solutions éventuelles et les conditions de

leur mise en œuvre.


CONSTRUCTION D’UN PLAN DE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Rédiger une note de synthèse professionnelle se fait généralement en deux ou trois

parties, mais il conseillé de se limiter à deux parties. Le plan doit être présenté de façon

apparente sur le document de sorte qu’on puisse facilement identifier toutes ses parties. Il

est recommandé de le matérialiser par une numérotation pour les parties (I et II) et sous-

parties (A et B ou 1 et 2). Chaque partie et sous-partie doit être précédée d’un titre. En

plus des deux parties du développement, la synthèse professionnelle peut aussi avoir une

introduction et une conclusion.


CONSTRUCTION D’UN PLAN DE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Le développement habituellement varie en fonction du sujet, mais l’introduction et la

conclusion gardent pratiquement toujours le même rôle. Ainsi, l’introduction permettra de

renseigner le destinataire sur l’objet de la synthèse, les causes l’ayant motivée, l’importance

et l’intérêt de cette dernière. L’introduction doit être à la fois précise, brève et complète.

Quelques lignes suffisent pour dire de quoi il est question dans la note de synthèse.
CONSTRUCTION D’UN PLAN DE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Dans certains cas, pour rédiger une synthèse professionnelle, une introduction n’est pas

nécessaire et on peut faire l’impasse là-dessus vu qu’elle a tendance à rappeler des choses

évidentes. Mais elle est d’un grand avantage notamment pour s’assurer que le destinataire

vous comprend. Elle permet aussi de se remémorer le contexte, si la synthèse doit être lue à

plusieurs reprises.
CONSTRUCTION D’UN PLAN DE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

En ce qui concerne la conclusion, elle doit faire bien plus que résumer le

document, elle est une réponse au problème évoqué dans la synthèse. Elle

reprend dans les grandes lignes les recommandations pour mettre en

avant les solutions préconisées par l’auteur et n’a pas pour rôle d’apporter

d’éléments nouveaux par rapport au développement du plan.


RÉDACTION DE LA NOTE DE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Une fois le plan construit, il faut procéder à la rédaction d’une synthèse

professionnelle. Les règles générales relatives à la rédaction de documents

s’appliquent aussi à la rédaction de synthèse. Les phrases doivent être

courtes dans des paragraphes bien structurés et dans un vocabulaire

compréhensible. Le style et la syntaxe de la note de synthèse doivent être

en adéquation avec les codes de l’écrit, être fluides, sobres et élégants si

possible.
RÉDACTION DE LA NOTE DE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Si certains éléments demandent d’amples explications, il peut être pratique de les

renvoyer en annexe afin de rendre la lecture du document plus fluide. Dans le cas où la

synthèse est longue et dépasse plus de 3 pages, il ne faut pas hésiter à y insérer un

sommaire. Les tableaux et les graphiques peuvent être utiles pour accompagner et illustrer

les textes. Les titres des parties et sous-parties doivent être parlants. Il faut éviter des titres

de cadrage trop pauvres (historique, contexte par exemple). Les titres doivent avoir une

certaine puissance et donner des informations sur le contenu du paragraphe.


RÉDACTION DE LA NOTE DE SYNTHÈSE PROFESSIONNELLE

Concernant les paragraphes, il est inutile d’être trop lyrique en voulant construire de jolies

phrases, il vaut mieux préconiser la clarté des propos avec des phrases courtes. Pour la mise en

page, il peut être utile de répartir la page en colonnes en mentionnant le plan détaillé, les

informations synthétisées et des chiffres clés, des graphiques, des images pour illustrer les propos.
LES AUTRES RÈGLES DE MÉTHODOLOGIE À RESPECTER

Lors de la rédaction, il est conseillé de généraliser et de ne pas mentionner

tous les détails qui ne sont pas utiles. Le fait de généraliser la synthèse

permet de supprimer ces détails sans importance tout en présentant

l’information importante. De plus, il faut veiller à supprimer les marques de

l’oralité, les tics verbaux, les répétitions, les hésitations, etc.


LES AUTRES RÈGLES DE MÉTHODOLOGIE À RESPECTER

Certains mots qui relèvent des tics verbaux n’ont pas leur place lors de la rédaction, surtout

s’ils n’ont pas de sens précis. Des mots comme « comment dire », « c’est-à-dire que » en

début de paragraphes peuvent être supprimés sans affecter le sens d’une phrase. Pour les

exemples, il faut limiter le recours à ces derniers et ne retenir que les plus frappants.
LES AUTRES RÈGLES DE MÉTHODOLOGIE À RESPECTER

Reproduire le raisonnement et les expressions des intervenants est également

recommandé. Si ces expressions relèvent d’un langage technique employé par un

intervenant, elles peuvent être très utiles pour la compréhension. Il est important d’affiner

son écriture au fur et à mesure que la rédaction avance et de se relire.


LES AUTRES RÈGLES DE MÉTHODOLOGIE À RESPECTER

À la fin de la rédaction d’une synthèse professionnelle, il

faut la relire et soigner les premiers paragraphes de son

document qui sont souvent lus attentivement par les

différents lecteurs en entreprise.

Vous aimerez peut-être aussi