Vous êtes sur la page 1sur 3

Introduction générale 

:
-Pour les entreprises qui cherchant à entame. Des sources de financement à l’échelle
mondiale, à donner une importance graduelle pour les marchés financiers internationaux, ces
derniers enregistrent une croissance sans précédent à cause d’un énorme transactions menées
sur les marchés monétaires, la réalité économique et la transparence des états de synthèses
devient un facteur-clé de succès dans les marchés des capitaux, c’est précisément pour cette
motif qu’il est nécessaire de pouvoir comparer les états financiers des différentes entités de
monde d’où l’idée de l’unification de système comptable selon les normes « IAS-IFRS).

- Dans le contexte actuel d’internationalisation, l’harmonisation mondiale, encoure la


diminution des divergences on trouve la réglementation comptables marocaines, est donc
devenu un défi pour les entreprises, cette unification permettre spécialement d’accéder à tous
les marchés monétaires financiers sans avoir préparé des états spécifiques pour chaque place
financière.

- Ainsi en parallèle, les investisseurs pouvant plus simplement d’évaluer la situation de


l’entité sans avoir prendre en considération les spécificités de chaque système comptable
locale.

- C’est dans la tribulation d’harmonisation que l’IASB (international accounting bord) a vu


en 1973, ces travaux ont été d’un grand intérêt dés lors. Cependant, les normes IAS/ IFRS
n’ont cessé de monter leur plafond.

- En prend comme exemple l’application du principe de cout historique qui présentant le


montant d’acquisition d’un élément d’actifs, l’enregistrement de d’immobilisation à cette
valeur reste fixe en fonction de temps, à cause de ce là en peut trouver des différences
significatives entre le cout historique et la valeur marchande, cela peut influencer lors
d’opérations de fusion, comme « survaleurs ».

- Le problème majeur est que les immobilisations corporelles suivent plusieurs traitements
comptables en fonction de référentiel comptable appliqué. La complexité de ces traitements
comptable, en substance, aux plusieurs problématiques posées des modèles antagonistes
d’évaluation bilancielle (cout historique et juste valeur).
- Aujourd’hui, le bilan d’une entreprise représente une procédure comptable et fiscale et
aussi il est comme expression historique de son patrimoine, demain, il reflétera comme
avantage sa valeur actualisée.

- C’est par cette angle, que j’ai choisi de traiter les particularités de l’évaluation au regard
du référentiel marocain et du référentiel international, à travers la problématique suivante :

 Quelles sont les divergences et les particularités les approches d’évaluation


appliquées sur les immobilisations corporelles selon le référentiel marocain
(cout historique) et le référentiel comptable international (IAS/ IFRS, juste
valeur) ?
 Quelles sont les impacts de la mise en place des IFRS sur les immobilisations
corporelles et son effet sur les états financiers marocains ?

C’est ici que se pose dans un premier temps, des sous questions qui en Toure de la
problématique principale sur la pertinence des méthodes d’évaluation qu’ils ont va traiter tout
au long de ce travail :

 Quels sont les critères de détermination du cout des immobilisations ?


 Quelles sont les principales divergences d’évaluation entre les normes comptables
nationale (CGNC) et les normes comptable international (IAS/ IFRS) ?
 Est-ce que la convention de cout historique v-t-elle résister avec la notion de la juste
valeur ?

Au terme de ce travail nous volons démontrer quelque hypothèses à infirmer ou confirmer au


niveau de notre étude de cas, qui sont les suivantes :

 H1 : le cout des immobilisations se déterminé seulement par des critères national.
 H2 : les principes d’évaluation des immobilisations corporelles sont convergences
entre les normes marocains et les référentiels internationaux (IFRS).
 H3 : les résultats de deux approches d’évaluation des immobilisations adopté par
l’entreprise sont les mêmes.

Nous avons décortiqué la problématique centrale en quatre axes de recherches que nous allons
aborder dans quatre chapitres :

- Le premier chapitre porte sur une présentation des normes comptables marocaines qui
constituent la moitié de cadre générale de la problématique étudiée, dans un premier
temps on va s’intéresser au cadre conceptuel de la comptabilité marocain aussi que les
règles d’évaluation d’immobilisations corporelles.
- Le deuxième, s’intéresse à la présentation des contextes historique de L’IASC à L’IASB
ainsi que la présentation des normes IAS/ IFRS appliquant sur les immobilisations
corporelles.
- La troisième chapitre concernant les principales divergences entre les normes
marocaines et les normes internationales dans le traitement des immobilisations
corporelle, au premier temps on va traiter la définition et les conditions de
comptabilisation des immobilisations corporelles, et puis les méthodes de détermination
du cout d’entré d’une immobilisation corporelle.
- La quatrième et dernier chapitre, qui le fruit de notre travail, cette chapitre est comme
un cas pratique fictif qui éclairer les principaux divergences entre les deux normes et
aussi montrant les différences des résultats et l’impact de la mise en place des IFRS sur
les immobilisations corporelles et son effet sur les états financiers marocains.

Vous aimerez peut-être aussi