Vous êtes sur la page 1sur 53

Chapitre 3

La membrane plasmique:
structure et fonctions

Pr. Rajaa CHAHBOUNE


Les membranes cellulaires

• Les membranes sont


indispensables à la vie.

• Frontière entre l’intérieur et


l’extérieur de la cellule.

• Elles permettent aux cellules de


maintenir un milieu interne
différent du milieu extracellulaire.

• Elles possèdent une perméabilité


très sélective.

• Les constituants principales sont


les lipides et les protéines.
Cellules eucaryotes / Cellules procaryotes
Surface membranaire

• Les membranes internes des


organites possèdent une surface plus
importante que la membrane
plasmique:

Membrane plasmique: 700 µm2.

Membranes internes: 7000 µm2.


Fonctions de membranes biologiques
• La compartimentation (séparation de l’extérieur et l’intérieur de la
cellule).

• Les échanges d’information avec d’autres cellules (récepteurs


hormonaux, jonctions gap).

• La régulation du transport des ions, protéines, sucres, graisses,


etc…

• Les mouvements cellulaires (pseudopodes, endocytose,


exocytose).

• Les phénomènes de reconnaissance (antigène de surface).

• La régulation du métabolisme (transduction intracellulaire des


signaux extracellulaire).

• Procure un site pour les réactions chimiques ne pouvant pas se


produire dans un environnement aqueux.
Structure de la membrane plasmique
• La membrane plasmique est la structure qui sépare les cellules de leur
environnement extérieur.

• La diversité de ses composants lui permet de remplir des rôles variés tant
au niveau cellulaire qu’au niveau du tissu et donc de l’organisme.

• C’est une couche très mince de 7 à 8 nm d’épaisseur.

• Au microscope électronique, elle se représente par deux feuillets sombres


séparés par un feuillet clair.
Structure de la membrane plasmique

• Elle est composée de:

– Lipides (phospholipides, cholestérols) (~ 49%).


– Protéines (~ 43%).
– Glucides (~ 8%).
Les Phospholipides
• Ce sont des lipides formés par la liaison d’un glycérol avec deux
chaînes d’acide gras, un groupement phosphate et un alcool.

• Les phospholipides sont des constituants de toutes les membranes


de cellules.

Alcool
Les Phospholipides
Les Phospholipides

…sont constitués d’un glycérol


Les Phospholipides

…de deux acides gras


Les Phospholipides

…d’un phosphate
Les Phospholipides

…d’un alcool

Les phospholipides portent le nom des groupements alcooliques


La diversité des Phospholipides
Les Phospholipides
…avec des acides gras différents
Les Phospholipides
…avec des acides gras différents
• Les acides gras sont des acides carboxyliques caractérisés par une répétition de
groupements méthylène -CH2- formant une chaîne carbonée.

Les acides gras naturels possèdent un nombre pair de carbones: C14 C24.
Ils peuvent être saturés ou insaturés.
Les acides gras saturés sont linéaires.
Les acides gras insaturés créent un coude dans la structure.
Les Phospholipides, constituants principales
des membranes plasmiques
• Un phospholipide possède deux extrémités:

– Une extrémité hydrophile (hydro, “water”; philic, “loving”) représentée par le


groupement phosphate chargé négativement et capable d’interagir avec l’eau
polaire et les ions chargées positivement.

– Une extrémité hydrophobe (hydro, “water”; phobic, “fearing”) représentée par


les chaines des acides gras qui repoussent les molécules d’eau.

Groupement phosphate
polaire hydrophile

Acides gras non polaires


hydrophobes

Molécules
Amphipathiques Modèle compacte des Le symbole des
phospholipides phospholipides
Comportement des phospholipides face à l'eau

• Le double caractère des phospholipides leurs confère la possibilité


de former, dans un milieu hydrate, une bicouche dont l’intérieur est
formé par les longues chaines apolaires d’acides gras, alors que
les pôles hydrophile restent en contact avec l’eau.
Comportement des phospholipides face à l'eau
• Les phospholipides dans l'eau peuvent s'assembler en une double
membrane et former de petites sphères (liposomes).

• Les molécules de phospholipides ne sont pas liées entre elles par


des liaisons covalentes.

• La bicouche phospholipidique est la base structurale de toutes les


membranes biologiques
Le cholestérol, constituant essentiel des
membranes plasmiques
• Cholestérol représente 15% à 50 % des lipides de la membrane.

• Il est composé d’un noyau stéroïde hydrophobe, d’une queue


hydrophobe et d’une fonction alcool hydrophile.

• On le trouve uniquement dans les membranes des cellules animales.


3ème classe majeure des lipides membranaires
Le cholestérol, constituant essentiel des
membranes plasmiques
• Les molécules de cholestérol sont intercalées entre les
phospholipides.

• Cholestérol stabilise les phospholipides

• Cholestérol joue un rôle dans le maintien de la fluidité de la


membrane: fluidité RÉGULATEUR
– cholestérol diminue la fluidité de la membrane à des températures
plus élevées, maintient la fluidité de la membrane à des
températures plus basses
Groupement
hydroxyle orienté
vers la surface
La perméabilité d’une double couche
lipidique sans protéine
Les protéines, constituants principales des
membranes plasmiques

• Les protéines assurent une grande partie des rôles des


membranes biologiques.

• En particulier, les protéines présentes au niveau d’une membrane


donnée permettent la spécialisation de cette dernière, en lui
conférant des fonctions particulières.

• La diversité des protéines permet une diversité des fonctions


membranaires.
Les protéines, constituants principales des
membranes plasmiques

• On distingue plusieurs catégories de protéines en fonction de leur


position membranaire.
Les protéines, constituants principales des
membranes plasmiques

On distingue:
Intégrales ou intrinsèques
(a, b, c)
Périphériques ou
extrinsèques (d, e)
Des protéines sont incorporées dans la
membranes plasmiques

• Certaines protéines traversent complètement la membrane par une


partie hydrophobe: protéines membranaires intégrales ou
intrinsèques.
Les protéines membranaires intrinsèques

La portion transmembranaire
d’une protéine transmembranaire
est formée de 20 à 25 résidus
d’acides aminés hydrophobes.

Elle a une structure en hélice


alpha.

Une protéine transmembranaire


peut traverser la membrane une
ou plusieurs fois.
Les acides aminés hydrophobes
Des protéines sont incorporées dans la
membranes plasmiques

• D’autres protéines sont fixées partiellement à la membrane:


protéines membranaires périphériques ou extrinsèques.
Les glucides, constituants principales des
membranes plasmiques

• Liés aux lipides et aux protéines membranaires.


• Exposés à l’extérieur de la cellule.
Les glucides, constituants principales des
membranes plasmiques
• Au niveau de la membrane, les glucides sont toujours liés et pour la
plupart à des protéines, formant des glycoprotéines.

• Une petite partie est sous forme de glycolipides.

• Les glucides membranaires se trouvent du côté extracellulaire.

• L’ensemble des glycosylations présentes sur la face extracellulaire de


la membrane plasmique forme la glycocalyx.
Les glucides, autres constituants des
membranes plasmiques

• Des polysaccharides sont attachés aux lipides membranaires pour former


des glycolipides. Ils sont sensiblement les mêmes pour tous les individus.

Exp: Les groupes sanguins ABO sont déterminés par 3 glycolipides


membranaires différents au niveau de la partie sucre.
Rappel

Un groupe sanguin est une classification de sang reposant sur


la présence ou l'absence de substances antigéniques héritées à la
surface des globules rouges (hématie).
Selon que les antigènes A et B sont présents, les sucres qui leur
correspondent viennent s'ajouter au "socle de base" représenté par
la substance H.
Les glucides, autres constituants des
membranes plasmiques

• Des polysaccharides sont attachés aux protéines membranaires pour


former des glycoprotéines. Ils sont très variables d’un individu à l’autre.

Certains servent de marqueurs pour le système immunitaire.


Les propriétés de la membrane plasmique

1. Fluidité de la membrane plasmique

• La structure de la membrane plasmique est fondée uniquement sur


des liaisons faibles, ce qui permet un mouvement des protéines
comme des lipides membranaires: C’est la fluidité membranaire.

• Cette fluidité consiste essentiellement en des déplacements latéraux


des constituants membranaires, aléatoires et rapides. De même ces
molécules peuvent subir des rotations sur elles-mêmes.

• Rarement, les constituants membranaires peuvent basculer d’un


feuillet membranaire à l’autre. Il s’agit d’un mouvement de flip-flop (ou
de bascule).
1. Fluidité de la membrane plasmique
• Les molécules de phospholipides sont ordonnées, mais se
déplacent sans arrêt les unes par rapport aux autres: la membrane
est une structure fluide.

• La diffusion transversale, désignée aussi flip-flop, est un


phénomène très lent du fait du passage de la partie polaire des
lipides à travers la partie centrale hydrophobe de la membrane. Elle
nécessite des protéines appelées flippases qui consomment de
l’ATP.
Fluidité de la membrane plasmique

• La fluidité de la bicouche lipidique dépend principalement de deux


facteurs:

La température élevée augmente les mouvements au niveau de la


membrane.
Plus les phospholipides de la couche bilipidique contiennent des
acides gras insaturés, plus la membrane est fluide.
La présence d’une double liaison est importante pour le comportement des
acides gras

• Les doubles liaisons contribuent à affaiblir les interactions entre les


chaînes voisines.
• La membrane devient plus fluide.
Gras saturés et gras insaturés

• Les liaisons simples ont tendance à adopter une configuration


linéaire dans l’espace.

– Les acides gras saturés qui sont linéaires peuvent s’assembler


très étroitement et former des structures solides telles que le
beurre.
– C’est le cas de la graisse animale en général
– C’est pourquoi la consommation de la graisse animale est liée à
des problèmes cardio-vasculaires

• Les doubles liaisons entrainent des torsions dans la chaîne


d’hydrocarbure.

– Les déformations issus des doubles liaisons empêchent


l’assemblage serré des acides gras qui forment ainsi des
structures plus fluides, liquides à température ambiante.
– C’est le cas de la graisse végétale en général.
2. L’asymétrie de composition lipidique
• La composition de la membrane plasmique est asymétrique.
3. Modèle de la mosaïque fluide

Modèle de « Singer et Nicholson » 1970

• Deux couches de
phospholipides

• Protéines à la surface
et à travers

• Polysaccharides
attachés aux lipides
ou aux protéines

• Cholestérol entre les


phospholipides
3. Modèle de la mosaïque fluide
• L’assemblage des différentes protéines à l’intérieur de la bicouche
de phospholipides donne un aspect d’une mosaïque à la
membrane plasmique.

• Les protéines et les phospholipides sont libres de se déplacer et


c’est de ce mouvement que vient l’appellation de modèle de la
mosaïque fluide attribuée à la membrane plasmique.

• Cette mobilité est primordiale pour de nombreuses fonctions


cellulaires des phospholipides et des protéines.
Quelques rôles de la membrane plasmique

• La membrane joue le rôle de frontière entre l’intérieur de la cellule et


l’extérieur de la cellule (liquide interstitiel).
• Elle permet à la cellule de conserver un milieu intérieur différent du
milieu extérieur dans lequel elle baigne.
Quelques rôles de la membrane plasmique

• La membrane joue un rôle crucial dans les échanges entre le


cytoplasme et le liquide interstitiel.
• La cellule ne peut vivre que si elle effectue des échanges avec le milieu
qui l’entoure.
• Continuellement, elle doit absorber certaines substances (nourriture,
oxygène, minéraux) et en rejeter d’autres (déchet, matières en surplus,
gaz carbonique). Tous ces échanges se font au niveau de la membrane.

Transport membranaire
Quelques rôles de la membrane plasmique

• Les cellules effectuent de nombreuses réactions chimiques au


niveau de la membrane plasmique, en utilisant des enzymes
attachées à la membrane.
Quelques rôles de la membrane plasmique
• Les membranes sont extrêmement sensibles aux messages chimiques, les
détectant avec des protéines réceptrices sur leurs surfaces qui agissent comme
des antennes.
• Elles sont capable de reconnaître et de recevoir des signaux provenant de
l’environnement extérieur grâce aux protéines périphériques.
• Les protéines de surface qui interagissent avec d'autres cellules sont souvent
ancrées au cytosquelette en liant les protéines.
Récepteur Attachement au
membranaire Signalisation cellulaire cytosquelette
Rôle de la membrane dans les jonctions
cellulaires
• Les cellules adhèrent les unes aux autres par l'intermédiaire de protéines
de la membrane formant ce qu’on appelle les jonctions cellulaires.

• Il y’a trois types de jonction:

Les jonctions serrées


Les jonctions adhérentes
(d’ancrage)
Les jonctions communicantes
Les jonctions serrées (ou occlusives)
• Elles empêchent le passage de matériel entre les cellules. Elles sont
trouvées partout là où le flux du milieu extracellulaire doit être limité.

• On les rencontre en particulier dans les cellules épithéliales telles que


celles qui entourent l’intestin grêle.
Elles assurent que le passage des molécules de la lumière intestinale à travers
les cellules selon une voie sélective.
Les jonctions adhérentes (ou d’ancrage)
• Elles adhérent les cellules les unes aux autres, permettant au tissu de
s’étirer sans se déchirer (Permettant la résistance du tissu).

• Elles servent aussi de point de fixation des fibres du cytosquelette.

• Ces jonctions sont formées à partir de protéines spéciales telles que la


kératine qui augmente la rigidité des tissus
Les jonctions communicantes

• Elles sont des structures spécialisées sous forme de canaux permettant


le passage de molécules de cellule à cellule.

• Elles jouent un rôle dans le passage rapide de signal entre cellules


adjacentes.

Vous aimerez peut-être aussi