Vous êtes sur la page 1sur 7

Ensemble C des nombres complexes

4ème math B.H.Hammouda Fethi


A)Forme algébrique d’un nombre complexe :
Théorème :
Il existe un ensemble noté C, de nombres appelés nombre complexe , tel que :

.C contient IR ;
.C est muni d’une addition et d’une multiplication pour lesquelles les règles de calcul sont les
même que dans IR .

.Il existe dans C un nombre non réel , noté i , vérifiant i  1 ;


2

.Tout nombre complexe z s’écrit de façon unique sous la forme dite algébrique ou cartésienne
z  a  ib où a et b sont des réels.

Définitions :
-Le réel a est appelé partie réelle de z et est noté ez  .
-Le réel b est appelé partie imaginaire de z et est noté Imz  .
- Si b  0 alors z  a et z est réel .
- Si a  0 alors z  ib et z est appelé imaginaire pur.
Conséquence :
Si a , b , a’ et b’ sont des réels :
a  ib  a 'ib'  a  a' et b  b'

a  ib  0  a0 et b  0 .
Opposé d’un nombre complexe :
Si z  a  ib avec a et b réels alors on appelle opposé de z le complexe noté -z tel que :  z  a  i b .
B)Représentation géométrique d’un nombre complexe :

Le plan est rapporté à un repère orthonormé direct o, u,v . 
Définitions
Soit le complexe z  a  ib , a et b deux réels
- Le point M a, b est appelé le point image de z .
- Le vecteur V a, b est le vecteur image de z .
- 
Le complexe z est l’affixe du point M noté M  z  et l’affixe du vecteur V noté aff V  z .
Affixe d’un vecteur AB
 
aff AB  aff B  aff  A on note souvent : Z AB  Z B  Z A .
Propriétés :
 
Pour tous vecteurs U et V et tout réel  , aff u  v  aff u  aff v     , aff u  aff u
Conséquence :
aff U 
* Deux vecteurs non nuls U et V sont colinéaire ssi  IR .en particulier A,B et C trois
aff V 
ZA  ZB
points (distincts) sont alignées ssi  IR
Z A  ZC

* Deux vecteurs non nuls U et V sont orthogonaux ssi


   iIR en particulier A,B et C trois
aff U
aff V 
ZA  ZB
points (distincts) ,  AB   AC  ssi  iIR .
Z A  ZC
Application1 :
z i
Déterminer et construire l’ensemble des pts M d’affixe z tel que  iIR
z 1
Affixe du milieu d’un segment :
ZA  ZB
Si I est le milieu du segment A, B alors ZI  .
2
C) Conjugué d’un nombre complexe :
Définition :
On appelle conjugué du nombre complexe z  a  ib , a et b deux réels ,
le complexe noté z et définit par : z  a  ib .
Interprétation géométrique :
Les points image de deux complexes conjuguées sont symétriques par rapport à l’axe des abscisses .
zz zz
Remarque : ez   et Imz   .
2 2i
Théorème :
Soit z un nombre complexe .
1) z est réel si et seulement si z  z .
2) z est imaginaire pur si et seulement si z   z .
Propriété :
Pour tout complexes z et z’ :
1) z  z.
2) z  z'  z  z' et zz '  z z '
3) Pour tout entier naturel non nul n : z   z 
n n

1 1  z'  z'


4) Si z0   et   .
z z z z
5) Si z  a  ib où a et b sont des réels alors z z  a 2  b 2 donc pour z  0 , on a
1 z z a b
  2 2
 2 2
i 2 c’est la méthode utilisée pour écrire sous forme algébrique un quotient .
z zz a  b a b a  b2
Application2 :
2 1  3i
Ecrire sous forme algébrique les complexe : et
1 i 2i
D) Module et argument d’un nombre complexe non nul :
Définition :
Soit z  a  ib un nombre complexe non nul d’image M dans le plan muni d’un repère
 
orthonormé direct o, u,v , soit r ,   un couple de coordonnée polaire du point M :
- Le réel r est appelé module de z noté z ;
- Le réel  est appelé argument de z et noté argz  .
On a donc : 
z  r  OM  a 2  b 2 , et argz     u, OM 2  .
Remarques :
- Le nombre complexe 0 a pour module 0 mais n’a pas d’argument .
- Tout complexe non nul z a une infinité d’arguments . Si  l’un d’eux , tout
autre argument de z est de forme   2k où k  Z .On écrit alors : argz    2 .
Application :
Déterminer et construire l’ensemble des pts M d’affixe z tel que : z  1  i  2
Déterminer et construire l’ensemble des pts M d’affixe z tel que : z  i  z  1
Conséquences :
1) Si z  a  ib où a et b sont des réels alors z  a 2  b 2 .
2) Le module d’un nombre réel x est la valeur absolue de x .
3) z est réel non nul ssi argz   02  ou argz    2 
 
4) z est imaginaire pur ssi arg  z   2  ou arg  z    2  .
2 2

5) Soit z un complexe non nul équivaut à arg z   argz 2 
et arg z     argz 2 
E) Forme trigonométrique d’un nombre complexe non nul :
Théorème :
Soit z  a  ib où a et b sont des réels, un complexe non nul
Si z  r et si argz    2  alors a  r cos 
et b  r sin 

Définition :
Soit z un complexe non nul de module r et dont l’argument est  l’écriture z  r cos  i sin   est
appelée forme trigonométrique noté aussi z  r ,  .avec r  a 2  b 2 , cos 
a b
et sin   .
a2  b2 a2  b2
Application3 :
1
Ecrire sous forme trigonométrique : -1 , 3 , i , 3i ,  i , 1  i , 3  i , 1 i 3
2
Egalité de deux nombre complexe :
Soit z  r ,  et z'  r ' , ' ; z  z ' équivaux à r  r ' et    ' 2  .
Théorème :
Si z  r cos  i sin   avec r  0 alors z  r et argz    2 .
F) Propriétés des modules et des arguments :
Propriétés des modules :
Pour tout complexes z et z’ :
1) z  0  z  0 .
2)  z  z   z  z
2
3) z  z z ou z  zz
4) z  z'  z  z'
5) zz '  z z'
1 1 z' z'
6) si z  0 alors ,  et pour tout n  Z zn  z .
n

z z z z

Propriétés des arguments :


Pour tout complexes non nul z et z’ :
1) argzz '  argz   argz'2 
1  z' 
2) arg   arg z 2  et arg   argz '  argz 2  .
z z

3) arg z   argz 2  .
 
4) pour tout n  Z , arg z n  n argz 2  .
Application4 :
( 3  i)1  i 
Ecrire sous forme trigonométrique : ( 3  i )( 1  i 3 ) , , ( 3  i ) 3 (1  i 3 ) 2
1 i 3
G) Forme exponentielle d’un nombre complexe non nul.
Définition :
Pour tout réel  on pose : ei  cos   i sin  . Alors , si z est un nombre complexe non nul de module r et
dont un argument est  , on appelle forme exponentielle de z l’écriture : z  rei .
Conséquences :
 
i
 i , ei  1 , et pour tout entier k , ei  ei  2 k 
i
ei 0  1 , e 2
i , e 2

Règle de calcule sur les formes exponentielles :


 et  ' sont deux réels quelconques , r et r’ sont des réels strictement positifs .
1) rei  r ' ei '  r  r ' et    '  2  .

2) rei  rei .
3) rei  rei (  ) .
4) rei r ' ei '  rr ' ei  '
1 1
5) i
 e  i .
re r
i '
r 'e r'
6) i
 ei '  .
re r
7) (re )  r nein , pour tout n 
i n
.

Formule d’Euler :
ei  ei ei  ei
Pour tout réel  : cos   et sin  
2 2i
Application5 :
( 3  i)1  i 
3
i
3 2
Ecrire sous forme exponentielle : ( 3  i )( 1  i 3 ) , , ( 3  i ) ( 1  i 3 ) , 2ie . 4

1 i 3
cos   i sin  .  cos   i sin  , sin   i cos  , sin   i cos  , 1  cos   i sin  et 1  cos   i sin 
dans le cas où   0,   puis si    ,2 
Formule de Moivre :
Pour tout réel  et pour tout n  IN ,  cos   i sin     ei   cos  n   i sin  n  .
n n

H) Angles orientés et nombres complexes :


Théorème :
Le plan est rapporté à un repère orthonormé direct o, u,v .  
Soit A ,B , C et D les points d’affixes respectives ZA , ZB ,ZC et ZD tel que AB  0 et CD  0
alors u, AB  arg  Z  Z 2 
B A et

 AB, CD   arg  ZZ  ZZ  2  .


D

B
C

A
Application6 :

Déterminer et construire l’ensemble des pts M d’affixe z tel que arg  z  i    2  .
4
 z i  
Déterminer et construire l’ensemble des pts M d’affixe z tel que arg     2  .
 z 1  2
 z i  
Déterminer et construire l’ensemble des pts M d’affixe z tel que arg     2 
 z 1  3
Application7: ****
On considère le nombre complexe z  1  i  ei où  0,   , Déterminer et construire l’ensemble
des pts M d’affixe z lorsque  varie dans 0,   .
I)Racines carrées d’un nombre complexe :
Activité :
* Déterminer z tel que z 2  1  i 3 (on pose z  rei )
* Déterminer z tel que z 2  8  6i .
D’une façon générale la résolution d’une équation de type z 2  u où u  et z  x  iy revient à
x  y  e  u 
2 2

résoudre le système suivant : 2 xy  Im  u 


x2  y 2  u
L’équation z 2  u possède deux solution opposées .
Application8:
Déterminer les racines carrée du nombre complexe 3  4i
J) Résolution dans de l’équation az 2  bz  c  0 où a  0 :
Théorème :
Soit  = b2 – 4 a c est le discriminant de l’équation , posons  une racine carrée de  :
l’équation az 2  bz  c  0 admet dans une solutions :
b   b  
z1  et z 2 
2a 2a
Conséquences :
b c
* Dans tous les cas : az 2  bz  c  a( z  z1 )( z  z2 ) ; z1  z2  et z1 z2  .
a a
c
* Si a  b  c  0 alors z1  1 et z 2  .
a
c
* Si a  b  c  0 alors z1  1 et z 2   .
a
* Si a ,b et sont des réelles et si z0 est une solution alors z0 est l’autre solution .
Application9:
Résoudre dans les équations suivantes :
z  1 i  z  2  2i  0
2
1
z 2   cos   z  0 où  
4
K) Racines nième d’un nombre complexe :
Activité :
* Déterminer z tel que z 4  2  i2 3 (on pose z  rei ) .
* Déterminer z tel que z n  u où u  .
On pose z  re et u  Re l’équation devient (rei )n  Rei '  r n eni  Rei '
i i '

rnR
r R
n
   ' 2k
n   ' 2k   k  0,1, 2,......., n  1 
n n
  2k 
i 
où k  0,1, 2,......., n  1

alors zk  re  n n 

Théorème et définition :
Soit u un nombre complexe non nul d’argument  et n  * .
L’équation z n  u admet dans , n solutions distinctes définies par
  2k 
i 
, k  0,1, 2,......., n  1

zk  re n n 
 ,où r est le réel strictement positif tel quelque r n  u .
Ces solutions sont appelées les racines nième du nombre complexe u .
Application10:
 Déterminer les racines cubiques de l’unité .
 Déterminer les racines sixième de -1

L) Exemples d’équation de degré supérieur ou égal à 3 :


Activité :
On considère , dans ,l’équation (E) : z3  1  4i  z 2   7  3i  z  6i  2  0 .
1) Montrer que l’équation (E) admet une solution imaginaire et la déterminer .
2) Résoudre l’équation (E) .

Vous aimerez peut-être aussi