Vous êtes sur la page 1sur 22

i q u e

l a mus
i r e d e
i s t o
L’H
TA B L E D E S M AT I È R E S

... 4
. . . . . . ....... 4
... ..
S I Q UE s i q ue... .............. 5
U u . . . ...
E L A M e de la m e........... ............. 5
D ir qu .... ....
I S T OIRE e l’histo la musi .............. ............. . 6
u . . . .
L’ H
’ e s t-ce
q
s t o i re de ............. ............. .............. 7
Qu ’hi ... . .... .... ....
u r q uoi l .............. .............. .............. .............. .. 8
Po . . . . . . . . ..
h i s toire .............. .............. .............. ............. . 9
Pré uité..... .... ... .... .... 13
n t i q . . . . . . ....... .............. .............. .............. ... 10 . . . . . ...... 14
A ge .... .... .... .... ... ..
en  ....... ....... ....... ....... 1 ...... ........... . 15
Moy ssance... .............. .............. .............. ............ 1 ... . . . . .
... ....
i .. .. ..
Rena ue.......... .............. .............. .............. ............ 1
.. 2
R E S
. . . . . ...... ........... .......... ... 16
V . . .. ..
q .. ..
Baro cisme..... .............. .............. ..............
.. ..
S CUI ........... ........... .......... .......... ... 17
D E . . . . . . . . . . . . ....
si ..
Clas ntisme... .............. ..............
.. ..
O I RE ........... ........... ........... ........... .......... ..... 18
. T . .. .. .. .. ...
Rom
a
c l e . . ....... .............. L ’HIS uction .......... ........... ........... ........... .......... ...... 18
e siè . od . ... ... ...
....... .. ... ...
Intr or........ te........ .......... .......... .......... ...........
XX
a e stro.. t . . . . . . .
Le M Le c ompe e........ .......... .......... ..........
t r n . . . . . . . . .
La ombo ......... vres.. .........
r . i ..
Le t ba...... de cu ..........
u e ..
Le t uintett ...........
q
Le clusio n
Con R P RÉTÉ . . . ..........
. 19
T E . . . . . .
L IN ...... ... 19
R E M USICA .................... .................... 19
TO I ..... . ...... ......
RÉPER ire................ .................... ................... .. 19
to .. . ... . ....
Préhis é................... .................... ................... .. 19
it ... .... ....
Antiqu ge............... .................... ................... .. 21
 ... ... . ....
Moyen nce............. .................... ................... .. 21
s a . . . . . . . ....
Renais .................... .................... ................... .. 21
ue ... .... ....
Baroq me............... .................... ................... .. 22
c i s . . . . . . . ....
Classi sme............. .................... ...................
Roma
nti ...... ......
c l e . . . . .......... ....................
iè .
XXe s tro................ 2
a e s
Le M
L’ H I S T O I R E D E L A M U S I Q U E

3
Qu’est
-ce qu
musiq e l’his
ue? toire d
L’histoire e la
de la mus
descriptio ique, c’est
n, selon le d’abord la
différente s lieux et
s fo le s époques
C’est ensu rmes d’expression , des
ite l’obser musicale
intellectu vation du connues.
el dans le contexte c
quel cette ulturel et
musique a
évolué.

ue?
e d e la musiq
t o i r jours
Po u r q u o
i l’his
m é m o ir e , il y a tou
que porte la ns aller,
D’aussi loin q u e n ous pourro
ue. Aussi lo in rt de
eu la musiq u e . L a m u sique, cet a
siq sance
jours la mu epuis la nais lle
il y aura tou n iv e rs e ll e. D
istoire, e
s sons, est u ges de son h
combiner le u te s le s p a
ité, dans to
de l’human
dre.
se fait enten e de
o i re ss e m b le la musiqu
demandait
: À qu s chants
Si l’on vous u ité ? Q u e reste-t-il de de
h is to ir e o u de l’Antiq in c ip a u x c ompositeurs
la pré t les pr érences
M o y e n  ge? Qui son b a ro q u e ? Quelles diff uoi
du t de l’époque ti que? Pourq
iss a n c e e e t ro m a n
la Rena ssique d’éclatemen
t? Et
l e n tr e le s périodes cla sy n o n y m e ?
y a-t-i e oi répondre
e d u X X e siècle est-ell ie z -v o u s q u
la musiqu elle? Saur gations.
e q u e la m usique actu u te s ces interro
qu’est-c pon d re à to
le défi de ré
Buzz relève ass é , s’en enrichir
et
d u p
musique aujourd’hui,
voilà
r ir e t c o m prendre la l’o n é c o ute
Découv elle que
a p p ré c ie r davantage c ire de la musiq
ue.
ainsi re l’ h is to
faut connaît
pourquoi il

4
nt
u ve ’il
d
tro tre ore
se c ê c n
l e s e an st en ritio la
E a tr e a
I R usic , no . Il ’app de oser i
S T O s m iens ans e d ux upp qu ANTIQUITÉ
I ne ap 00 rdr ica e s les
H i
É rig o 00 s 0 s
l’o mu qu nér a Il faut attendre l’arrivée des civilisations de
R o om 1 i r t é e s
P s H e bl es
o l’ d a p
u
e sg t d s, l’Antiquité pour voir apparaître une réelle am-
N ez lus d’é è ne ap t n e i
fa taire ps bition de création artistique et un goût pour
ch a p le nom On d’ét d
or men cor et l’écoute. Très jeune, l’enfant apprend les
y ffici phé re. on . b
di s stoi essi suit t d’a udi son ués jets rudiments de la musique : il pince
e i c e u s r ur oq ob à
d éh uc m to è s h é les cordes de la lyre, de la cithare,
pr e s om ait s tr ions trec des erch avec souffle dans l’aulos et inter-
r e
un ait c au iqu cuss s e ut
n ch re son à
e t b e u prète des airs enseignés par
ir m thm per bje dé suit nat e ou rir es
m y o v s
o r es le en a ch u e il son maître. Les instru-
L’h sais ue d des st ait e l bou déco e d qu’ e ments de musique
es ls q vec C’e aur ts d sa it ndu si s d e.
te a és. Il rui ar e fa ’éte ain son br u ont chacun leur
ou cou es. s b ts p tap te l ’est inai tim t, d rôle particulier.
se nor le fai e é tou . C mb t en han Ils résonnent
so iter ons ett ens ales co r e u c pour les dieux,
im s s x. C api voc tes teu ce d e.
e n s n au n s pour la guerre ou
d ry o és re h a n
la om ilit diffé en aiss la da pour la fête. La vie de
l’H ssib re ant la n de l’
A ntiquité est rythmée
po plo vari te à é et
ex ns ssis arl par la musique. La mu-
so n a ge p sique anime les demeures,
O nga les temples et les théâtres!
la
Parmi les différentes civilisations
du monde antique, celle qui nous in-
téresse plus particulièrement aujourd’hui
est la civilisation gréco-romaine, source de
la culture occidentale. On y retrouve différen-
tes catégories de métiers tels que les forgerons, les
bergers, les potiers et, bien sûr, les musiciens.
5
M OY E N ÂGE
(476 – 1453, c.-à-d. depuis la chute de
l’Empire romain d’Occident jusqu’à la prise
de Constantinople)
C’est au Moyen Âge que la musique occidentale
prend son envol. Au cours de cette période, on assiste
à la naissance de la notation musicale. Jusqu’ici, la
musique était transmise de musiciens en musiciens
par tradition orale. Avec la notation musicale, les
compositeurs peuvent maintenant fixer leur musique
pour l’éternité!

La musique du Moyen Âge revêt une auréole de mystère.


Elle est un moyen de communication entre l’homme et
son Dieu. Il est à retenir que les musiciens de cette époque
se cachent derrière l’anonymat. Ils se considèrent comme
de simples médiateurs cherchant à cerner l’invisible et la
lumière divine à travers la musique.

À la fin du VIe siècle, le pape Grégoire Ier institue une


réforme de la liturgie romaine. Cette démarche a eu une
grande influence sur le cours de l’histoire de la musique.
Ainsi, le chant grégorien, du nom du pape Grégoire Ier,
devient le fleuron de cette époque. Le chant grégorien n’est
pas un genre musical précis. Il s’agit plutôt d’un répertoire de
chants liturgiques en latin, souvent à une seule voix et sans
accompagnement instrumental.

6
R
(14 ENA
no 53 ISS
op ple j – 160 AN
Ave p o s i t i u s q u ’ 0 , c . - àC E
jus c la R o n à a u x d - d . d
à se qu’alor enaissa l a p o é b u t e p u i s
Ave détac s cach nce a l y p h o s d u l a p
mar c cett her d é par rrive u n i e ] ) s t y l e r i s e d
Mo quent e éme u pelo mi ses n phé mo e
no Con
Ren nte l’ h rgen to n s emb no m d iqu stan
v .
aiss erdi, a istoire ce de C’est labl ène no e [ t
pa i-
anc i ns : Jo l’ h l a n e s , uv r
Par e i
, Or q o s a mm c ea
issa h
tran allèlem land ue l’un quin e, nce erche u. L’ho
o di d de qu de m mm
plai sform ent à Las es plu s Prés elques l’hum aintena e,
grec sir des é. Do ce ph so. s ill ,
ustr Dufay compo anisme nt
les q u e. L s o ns. ré n é n om e s m , Pa si .
f a e C ava è usic lest teurs
pre m i s i n ’
e s nt , ne r
l l s t l a , l i ens i n
que nd un es d’in trumen un reto musi e rôle de l a,
l e
imp ’on p plac rum ts se d r au st u q ue d e la a
e
issu ortan eut vo e cons ents au évelop x valeu st plai musi
Gio s de la t. C’est ir la f idérab ssi. La pent e rs de l sir de que es
van a l a s t
ni G même en gra mille d e. C’es musiq t, par le civilis sens,
abr n e t u f a
ieli, famille de par s cuiv aussi e instr ait mê tion
que , tie re à um m
s’op Andre grâce s pren cette é ental e,
ère a d p e
cett Gabr à deux re un oque
e év ie e
olut li et s musici ssor
ion on ens
. nev
eu

7
e
o diqu
mon
tyle
t s du s
u ,
les
déb
c h ) b aroque
i s e
QUE -d. d
epu
stie
n Ba
m usiqu es
BA R O
, c . - à
-Sé b a
s d e l a
é . A vec s
17 5 0 e a n
iqu e siv it
(160
0 – ort
de J
ar a c térist d e e xpres t o rtillen
t
a m c r a n s’e n
u’à
l
ales ne g qui
jusq rincip
p ers u v uries mées
fle ri
des urnée odies ns rép
L’une ee s t to
ses m é l
s ém o t i o
son
’e st qu’ell u r i a nts et l ib é rer le e n t r a îne
c ux de
n e m ents l e l l e tente i n s i , elle l e enc
ore
o r n e s , . A n e l
des li
a crée émot
ion
telles s i q u e sa i v it é b aroqu
e
m u e s s u e
la xpr usiq
par v e r s une e u e . La m usiqu
e
i r e o q s: l a m
audit
o l’ép genre
r é e pour a n d s s e et la
p l o s g r e u
inex roi ligi
iv is é e en t u s i q ue re
est d b re, la
m
a m
de ch ’opér
a. ns
i q u e d
ro q ue sa
mu s
p o q ue b a
e G eorg-
é
’ d
é tu dier l B a ch et p a rt de
t ien s a ais
e peu ébast a eu ’a jam
On n a n - S c u n d e l n ’on
r l e r de Je d e l. Cha d e H aen
n u e que l
pa en ire on
r i ch Ha . L a glo st s i méc ie.
Fri e d
d e m ér it e
œ u vre e
e s o n gén l
s et s son ure d usica
succè ée, m a i
rai e n a t
stèm e m
vre
c o ntest v u e la v d ’un sy S o n œu
té d e c e x. elle
é
s o u vent is e en pla b i en égau tt e nouv es
perd b u é à la m u ze sons iv e de c e
d am ental i
i t ’hui s
, i l a contr i s é e en do ep r ésenta rè g les fon j ourd
t à Ba
ch div st r les au
Quan c t av e est
e m p éré e h a é tabli
q u e
’ l le est
ù l’o n t ac e h!
m p éré o v i e r bie n s i que B ra it être c a s t ien Bac
te e c l a st a i pou r Séb
t i tu lée L s o n s. C’e s i q u e ne r te l Jean-
in es mu m o
n c e p tion d n a le. La n s d e l’im
co et o ma i
l a m usiqu e n t re les
de ssée
n ’é t ait pa
elle
8
Mozart, l’enfant prodige de la musique, n’a eu qu’un seul
professeur : son père, Léopold Mozart. Mozart a fait la
connaissance de Joseph Haydn à l’âge de 29 ans. Il avait une telle
i,admiration pour Haydn qu’il le considérait comme un second
e
ISM E
i m p l i cité. Ic ersements d
CLA SSIC et s
calme s grands bo oucissent. C
ulevpère. Plus l’art de Mozart grandissait, plus, à son contact,
et
8 0 0) r d r e, Haydn (pourtant son aîné) approfondissait le sien.
– 1 it o s le s’ad es
( 17 5 0
c l as s ique d évaut. Aprè les passions ment? Par d
i t r
qui p ntiments et Com ien
Qui d ilibre e u sique. p le et b
l’é q u l e s s l a m s i m Pour sa part, Ludwig van Beethoven a été atteint d’une forme
c’est b a r oque, r a ît dans h e s t ration
e p a r c
l’époqu choses trans es et une o aiguë de surdité. Il a dû abandonner une carrière de virtuose
t at d e s fi o r itur r s
é s siteu comme pianiste et improvisateur pour se consacrer à la
ies san compo van
mélod ce l e s ig composition. Parmi ses œuvres les plus connues, soulignons
tourné
e.
r s o u s silen art et Ludw
asse Mo z d’abord la 5e Symphonie. Elle est la symphonie du destin.
p o u vons p g Amadeus
ne olgan
Nous a y dn, W la
Non seulement parce que le fameux motif évoque les coups
e p h H e nt re
Jos itue du destin qui frappe à la porte, mais bien aussi pour la leçon
e e t h o ven. l a q u e lle se s ntisme. À
B vie, roma de grandeur et de courage que nous donne Beethoven dans
u n e longue et l’orée du atteignaient
a eu dive ndel t, sa lutte face au destin.
Haydn baroque tar Bach et Hae ’il est mor
ue n, qu t
musiq nce de Hayd arrière; lors onie et allai
is s a r c p h
la na e leu 6e Sym rsaire Mentionnons aussi la 9e Symphonie de Beethoven qui met
s o m met d terminé sa ième annive se
le ait uv en en musique, dans son mouvement final, le texte de l’Ode à la
e e t h o ven av n trente-ne dn est imm la
B so a y e
t fêter e de H rmes d joie d’un auteur du nom de Schiller. Rarement une œuvre
bientô ance. L’œuvr s grandes fo ble. aura mûrie aussi longtemps dans l’esprit de son créateur. De
ss le sta
de nai fluence sur e est inconte
i n a l fait, trente et un ans se sont écoulés entre la conception du
et son instrument
q u e b i -
musi décédé es
su projet et sa réalisation. Source du romantisme, Beethoven
u i, e st l
tàl rmi a servi de modèle aux compositeurs du XIXe siècle.
o z ar t, quan e 35 ans. Pa e la
M ed istoire
d
t à l’âg
temen aîtres de l’h seul à s’être
m le x, Avec Haydn et Mozart, Beethoven appartient à l’immortel
grands , Mozart est res musicau
u e n
musiq à tous les ge œuvres trio des compositeurs classiques viennois auxquels
s s é s d ’
intére hissant tou nous devons l’élaboration et l’achèvement des formes
e n r i c
les les. instrumentales classiques. Ces formes sont : la sonate
x c e p t ionnel
e pour piano, le quatuor à cordes, les autres formes de
musique de chambre et la symphonie.
9
la
a ns l le
d
0 )
i nes leque s de t
c i
1 9 s ra par epu oien ce
0
– se ri D s vi
0 0 ise ce c rté. u’ils ser s la
8 u s e q u n s.
E
(1 e p
u d an la lib iens, nt a endo rgeoi se
q , t
I S anti aise me usic s, so s en bou rts ent
M
T ç l a
A N rom fran réc les m prèt nou t le con ien
e s ce n ant
e , e v -
is r s d , clam nais e
M u n , e e e s e
R O
o q tio nça éjà int èn lis l e l s L
d g
L’ép évolu le fra cles s ou méc e l’É ique, qu’i libère à la me. res
R eup siè teur Par s d ant ire se ste alis uv i-
p ngs osi es. gen om -à-d iste assi tion es œ amb u-
lo mp écèn les e r c’est ’art On e na te d pres s m ssi
co e m sse, oqu nt, . L é! td an ro ête au e
d oble l’ép tise tous ibert men et ch ses p emp dit e! L rs
n vec cra es à sa l enti joue de s t sme trêm Alo de
A émo sibl ort rt s se, ofit i de nti ex té. l, s
d ces et f n fo po pr ins oma que tras seu icien rs
c m u a r us co an i n o s ve s
a ut d’u co a u
ha nce cien ables uant i dit e, m ent r pi de m ussés e plu en
sa usi in oq Qu m em ou re o or sti -
m term prov ïes! extrê rand èce p omb ont p enc Séba euse a
in ns, ou on st g pi le n ts s oire an- eur u. L
tio les in passi cal e une ie où imen audit de Je Malh à pe
a i e n t l’ l . u
sic s. À mus e jou pho s sen tant tona ites se pe oler. n
s
on i,
è e s e r i m i s e
m
exc rtoir côté e sy lé. L mpo tème ères l gina de l’
l i
e, ret kovsk par
e n p e s i ar e cl aï s
rép d’un oue u décu icale Le sy dern e m tent e siè Tch rqué
e j t s . s l s le X , a
qu re se re es mu oque u’à se car i et el u XI ann nt m
t t t é r q s d m o
l’au rches ssivi e ba é jus berté oin an ts Schu me s
’o r e u s l i m rt t , tis
à l exp ’époq pous r sa ns en po uber man s.
e l e e i i m ch ro us
un qu’à insi r ie ch e mo e urs ni, S ost- Stra
n a a d si t
loi est iste p end i
po Pucc et le char
p d
c h r t r m i
Ba t, l’a comp o ,
e c Liszt tism h et R
e
e n le e d , a n c
m été
i e list opin rom kovit
so c gu Ch du sta
a lon ms, fin Sho
i l ah La er,
a rm z, Br ner. ahl
P lio g M
e r t Wa eurs
B i e sit
rd o
Ve omp
c
les 10
XXe SIÈCLE
Souvent mal comprise parce que trop extravagante,
la musique du XXe siècle est synonyme d’éclatement.
Plus que jamais, le musicien est à la recherche de
nouveauté, d’inouï, de jamais-vu ou plutôt de jamais-
entendu. Les systèmes d’écriture et les formes jusqu’à
maintenant utilisés ne suffisent plus à satisfaire les
compositeurs tels que Bartok, Prokofiev, Strawinsky, Berg,
Webern et Schoenberg. La musique part dans tous les sens
car elle ne se définit plus comme l’art d’organiser les sons de
façon agréable pour l’oreille.

Dans cette perspective, il se dessine deux grandes lignes


de conduite. D’une part, il y a l’organisation rigoureuse de la
musique. Au milieu de ce siècle, on peut entendre de nouvelles
expressions telles que la musique sérielle et la musique répétitive.
D’autre part, il y a la musique dite aléatoire et la musique intuitive,
pour ne nommer que celles-là.

Parallèlement, une nouvelle forme d’expression musicale voit le jour


: le jazz. Issu du blues, le jazz s’inspire grandement de la musique
classique pour établir ses règles harmoniques. Le jazz et la musique
classique se fusionnent, notamment, à travers les compositions de
Gershwin, Milhaud et Ellington.

Jusqu’ici, le seul moyen d’entendre la musique, c’est d’être là où elle est jouée.
Au XXe siècle, avec l’apparition de l’enregistrement sonore, la musique peut
maintenant s’exprimer n’importe où, n’importe quand! Les découvertes
scientifiques abondent et viennent corroborer les plans des compositeurs.
L’apparition de la radio, de la télévision et du cinéma permet à la musique
d’atteindre un auditoire de plus en plus large. L’artiste d’ici s’inspire de la musique
d’ailleurs et, face à des moyens de communication de plus en plus efficaces, les
frontières disparaissent peu à peu.

11
LE M AÊSTRO
Le maestro — ou chef d’orchestre — est un musicien
qui, par ses gestes, coordonne et dirige l’exécution des
instrumentistes. De nos jours, il a une tâche musicale des
plus exigeantes et peu nombreux sont ceux qui parviennent
à une véritable maîtrise dans ce domaine.

L’artiste regarde le ciel et souhaite avoir sa place parmi les


étoiles. Artistes adorés. Chefs d’orchestre vénérés. Dans
tout ce cirque, que devient la musique?

Maestro, musique!

12
L’ H I S T O I R E D E S C U I V R E S

INTRODUCTION
Cuivres : Ensemble des instruments
à vent, en métal et avec embouchure
à cuvette, dont le son est émis par la
vibration des lèvres (Buzz).

Dans cette famille d’instruments,


on retrouve le cor, la trompette, le
trombone et le tuba. Leur apparition
dans l’histoire ne relève pas du hasard et
leur développement est directement lié à
l’évolution de l’homme.

Il était une fois…

13
LE COR
Trois mille ans avant J.-C., le cor est en fait un coquillage, une plante,
e des
une corne ou un os. Mille ans plus tard, on le reproduit en terre cuite
n e r l’ histoir e.
lution ntiqu
ou en métaux très minces. Ornementés de gravures, ces instruments
i a l la it révo poque roma le
s’avèrent de véritables œuvres d’art. Ce qu r v ie n t à l’é e l i n vente
su tö z s
cuivres l’allemand S res sont tou
13 , cu iv nt
Plus tard, comme symbole de la chevalerie, le cor est utilisé pour En 18 sormais, les t m aintena
D é v e n s
la chasse, pour sonner les heures ou pour annoncer un danger. piston. ues : ils peu ons compri
ti q i -t
Au VIIIe siècle, on nomme cet instrument olifant. Il est signe de chroma dem e sur
le s douze squ’on appui s
noblesse pour les chevaliers qui le portent fièrement. On ne peut jouer or dan
n e o c tave. L est soufflé r
tirer qu’une note de l’olifant, deux tout au plus. C’est le rythme qui dans u s, l’air qui n e l ongueu
donne la signification aux sonneries. Rendu au XVIe siècle, on ton r u u
les pis nt passe pa Plus le tuya
distingue quatorze sonneries au cor de chasse, comparables au m e au. .
l’instru taire de tuy e et vice-versa
code morse. e n ra v e
supplém us le son est g es de l’époqu
, p l n ist ilité
À l’époque de la Renaissance, d’importantes innovations sont est long ence, les cor étier (ag
s é q u u r m .
apportées au cor. D’une part, la découverte des lois concernant En con apprendre le sition, etc.)
doiven
t ré nspo et
les harmoniques permet de confectionner des instruments d o i g ts, tra que Brahms
es tel r
dont on peut tirer différents sons selon le pincement des avec l mpositeurs, ’idée d’utilise
sc o eté l
lèvres. D’autre part, de nouvelles méthodes de fabrication Certain toutefois rej euvres.
on t rs o
permettent de courber à volonté de longs tubes de métal. Weber, tons dans leu
pis ue à no o
s
Plus tard, la fabrication de tubes coniques — qui ont la le cor à an t iq
e rom sol
forme d’un cône — apportera une différence entre le cor
e , d e l’époqu e souvent en aisons
estr rouv bin
et la trompette. À l’orch le cor se ret diverses com r Richard
jours, ar siteu confie
o m p agné p . Le compo l u i
ac c , ire
À l’époque baroque, on réduit la dimension du cor, on évase le
’ in s tr uments r exemple s son réperto nt
d , pa s dan trume
pavillon et on confectionne une embouchure en entonnoir, permettant Strauss rtants thème or est un ins e joindre
ainsi d’obtenir une sonorité ronde et sombre qui se prête bien au jeu des d’impo onique. Le c le s q
s
ui peut ntales.
p h lti p e
instruments à cordes (violons). Au XVIIIe siècle, il n’est pas rare de voir deux sym
s o n o r ités mu tions instrum
aux ma
cors à l’orchestre. Haendel, par exemple, les utilise souvent dans ses œuvres.
to u te s les for
à
Jusqu’ici, le cor est contraint à quelques notes qui sont très espacées dans le registre grave.
Les tentatives pour rendre l’instrument chromatique — qui procède par demi-tons consécutifs
— sont alors nombreuses, voire farfelues. Certains joueurs de cor se spécialisent dans le registre
clarino, ce qui consiste à jouer des notes très aiguës, permettant de faire des gammes et des trilles. Une
autre technique consiste à boucher le pavillon avec sa main afin d’abaisser les notes. Cette découverte de
l’allemand Anton Hampel permettra au cor de devenir un instrument virtuose à l’époque classique. 14
LA TR
O Durant la période classique qui a suivi, où les instruments à cordes
Les ori M P E T T E
gin sont favorisés, la trompette est mise de côté. Elle ne fait que marquer le
instrum es préhistor
en i q u rythme et renforcer les tutti — les passages où tous les instruments de
d’effray ts ont la mê es de la trom
er me pe l’orchestre doivent jouer. Elle n’est pas assez souple pour qu’on lui confie
propre l’ennemi lors fonction : la tte se confon de belles mélodies. Des essais sont donc réalisés pour améliorer
sc de co de
de form aractéristiqu s combats. A mmunicatio nt avec celles l’instrument. En 1777, la trompette à boucher fait
e allon es u n. d
gée et c . La trompett fil des siècle La trompette u cor. Au dép son apparition. Cette trompette est recourbée
e n’est e s
Dans l pas un joue plus aig , le cor et la t se doit d’être art, ces deux afin de pouvoir en boucher le pavillon, copiant
uq rompe
’An
alors q cien Testame
instrum
ent con ue le cor, so tte s’ap bruyante afin
ique. n timbre prop ainsi la technique appliquée au cor quelques
ue
des tro chez les Gr , la trompette
nt est bril rient leurs années auparavant. Une autre idée, également
m ec e lant, el
devien pettistes, sou s, la trompe st un instrum le est appliquée sur le cor, est d’intercaler des tubes
nent h v e nt jum t te e st un e n t sacré
chez le ono — des tons de rechange — entre l’embouchure et
s noble rables. Ils s elés aux tim e discipline qui est réser
de coû s. Emb ont les bales, olymp vé aux l’instrument pour jouer dans différentes tonalités.
teux un auchés premie jouent ique! A prêtres
iforme c omme r s d a u ,
s. musici musiciens à ns les cours Moyen Âge, Cette trompette avec tons de rechange ne permet
À cette e n s -soldat o ccu prin toutefois pas de moduler — changer de tonalité —
époqu s, ils se per un emp cières et
Elle es e, font fo lo sans qu’il faille d’abord arrêter de jouer.
t appel on peut obte urnir u i régulier
lois de é et n ir n cheval
la natu rompette nat quatre sons d et L’invention du piston, à l’époque romantique, fait de
des cu re. Au X u relle à e la tro
ivr V ca mp
trompe es permet de e siècle, la fa use de sa sér ette dans le r la trompette un instrument chromatique capable de
tte à co c ourber c tu re — i e d e note e g istre gr produire toutes ses notes avec égalité dans le son. Ce
n’est pa ul
s encor isse. Celle-ci les tubes. O la manière d s imposées p ave. nouveau procédé n’est pas adopté du jour au lendemain
e tout à n’e n on ar
fait au st toutefois p assiste alors t l’on fabriqu les car les trompettistes doivent réapprendre à jouer. Cette
point. as très à l’app
À l’épo
que de efficac arition e — invention permet toutefois de préciser le rôle de la
trompe la e c ar son m de l
tte dro Renaissance écanism a trompette à l’orchestre : d’un son éclatant, elle domine
à cuve it a e
tte com e, faite en bo pparaît le co maintenant la section des cuivres. Dès lors, des compositeurs
cornet me cel is mais rnetto.
to le d néa Il s’a tels que Bruckner et Tchaïkovski l’utilisent abondamment.
clarine ressemble à c es cuivres, et nmoins doté git d’une so Vers 1830, un nouvel instrument voit le jour dans la famille
tte elu co e d rte
trompe . À cette ép i de la voix mprenant d ’une embouc de des trompettes : le cornet. Instrument conique, il a un son
tti oq et i es t hu
clarino stes ont com ue, comme l peut jouer rous. Le son re velouté et agréable. Son usage fréquent dans les harmonies
. mencé l’a aussi d du
à se fa vaient fait ou
miliari les cor x qu’une militaires fait place à de véritables virtuoses qui maîtrisent le
ser aus n
À l’épo
que ba si avec istes, les cornet avec une technique époustouflante.
trompe roq le regi
ttistes ue, la trompe stre
justess se raffi tte acc L’arrivée du jazz au XXe siècle permet à des trompettistes tels que
e. Bach nent : ède au
dans se , par exe i ls appren x s a lles de Louis Armstrong, Dizzy Gillespie et Miles Davis de se démarquer.
sœ mp ne co
trompe uvres. De g le, emploie f nt à jouer d ncert. Les Leurs improvisations habiles soulèvent le public. Il importe de
tte et d ra réquem oux et
es mét nds maîtres a
hodes enseign ment la trom vec mentionner Maynard Ferguson, un Canadien qui a su se faire
sont éc e n t l’ar p ette connaître pour son talent à jouer les sons aigus. Dans le quintette de
rites à
ce suje t de jouer la cuivres, la trompette occupe aujourd’hui le rôle que l’on accorde au
t. 15
premier violon dans un orchestre.
Be e
tro thoven
m
aus bone est c
uor
si lu dan onsi
i d
R O MB O N E
e de t ui a s la mu éré c
q
T d rom com siqu omm
LE
o m b o n e vient À b one p osé e sym e le
Le mot
tr
t r ompette l’ép s . , en p
e n « t ro m ba » —
i f « – o n e à l’
i n
o que 181 phoni remie
l’it a l i n t a t se p trum ma s r o 2 , la q ue ( r à
augme été
em 5e Symavoir
s u ffi x e b o n e a o pul e n t p r
— et du te . L e t rom
m e e s t a
mo rise En 1 , plu
nt. iqu
e ière pho utilis
d e t rompet è c l e en mê c œ
»-g r an
u t du XV e s i
à coulisse
. o mp
o
i n s d ans d 8 25, s i eu
r
u vre nie). é le
au d é b e tt e s r é s i é l icat l e sm o n s a pou C’es
inventé e m i è r es tromp a p i d e m ent la B
alis
a t
teu
r s q u s
inv méli
e o r qu t
q u e l e sp r
c h a n g e rr m i e r erli ion Ros ue iqu
e
nte rati at-
temps m e t de n e l e pr e E oz q d e tr sini celu s m le tr ons
p e r b o n u e i il o s
sse, qui , fait du
trom
le chrom
a- 1 a
per 839, i trou its rap t Verd de la itaires mbon ont ap
La couli u m e n t l’é c h e l m l v e
u r de l’inst
r
u v o ir jouer a c q ueboute
, et d e bar e sa s ides. i car cou car à p porté
lon g u e p o d e s ’util i l l et o I u n te sse. l i s o n m iston es
t d e c uivre à t e m p s le nom . L e t u y au de i s e f a
nor l est
i t t l I éca s. Il
e n lon g sse r r un it so é o m l
instrum p r e n d r e t p o u e t s o n na
p a u vre fois
ute é c ani i n fluen nisme
n F r ance, il o u te r — tire u t r o mbone En e lo
n p e m s m
tique . E
s acquer e
t b
q ue celu i d 184 g p
ueu arit t sa oin e fa ce l e
a n ç a is é t r o i t q u 5 , o r de t i o n. A stes ju s a ppr cilite s
du vieux
fr e fois plus i s
e np u s
b o u tee s t to u t l ’inv for
m
e u t ex b e su ivé c t e déf écié p la
la sacq u e
s é vasé. iss ance et Wa ntion e à pulser
e ppl
é
p ar l ectue ar
o i n R e n a gne m ent e pou use.
est m e de la de l’inté rapid
pavillon pe à l’é p o q u
n o. À c e t t e d u t
r e t M la r i eu em aire ce,
d é v e l o p e - s o p r a r o m a c r e n . il
o n e s s e t r o m b o n e s , à i m b o h l e l é du t l a
b e au ncièr por à e
lle des tr
om
ntrebass nies pri tan ne à c r ont au. tromb onden
c
La fami omb o n e - c o
s les c é ré m o
tés. P lu s t e o
à l’o ulis u re s L o s
ne du tr ent dan e festivi Au se e con es co ne gr ation
s’échelon boni st e s j o u
n ai r l o rs d
ie gt X
r c h estr t lu naît m â c
q u e , les trom v o i x e t en plei s d e M onteverd ros Xe s e. i do re l posit e à
ép o nir le s s opé r a . e e
o ur soute n t dans le cou Auss iècle, nne
nt
sq
ual rs
u
l is e p t r u m e l i s i , l u ité
l’ég
rouve ce
t ins acc se et on a e tro ne
pla s
, o n r e t . o m l e j o u m c
tard Bach s p p te bo e
l e s c a n tates de a n s q u elques oliste agne d avillo un é ne d
dans nent d W en ’u n. cr ev
b o n e e st perma s s e s , l e s Re- i atrou tre les n son Dans ou po ient
e trom s Me nch s ou ma r l u p
u e c l a ssique, l i u t i l is é dans le c o m m e
e ang F r ins ond, e jazz r fixe lus
À l’épo q t aus s stre o u st l é de ank de T ant , ta t r
d o
’ p éra. Il es l l e t . À l’orche c o n - p ’un pui R o om ôt i ntô la
orchest re s
m u s ique de
b a
r é c i é. Quat
r e lus s des
i
s son solin m y D l de v t i l
l a a p p m i n i n o o ie
quiem e
t dans a lt o est très c o m p ositeurs produ ples strum venti . Prat rsey, nt
bon e r de s grâ ire d t le e e on iq B i
soliste,
le trom
e s o n t écrits pa ce à e s seu nts d , le tr uemen ll
bon la c sons l ins e m omb t
our trom oul t u
certos p isse rigou rume sique one
ens. . reu n
autrichi sem t à ve les
ent nt à
just 16
es
LE TUBA
Les ancêtres du tuba ont tous le même rôle : accompagner. Ces
instruments sont de longueurs similaires, donc ils ont la même
étendue sonore. Le prototype apparaît en France en 1590, c’est le
serpent. À l’église, il double la voix pour préserver l’intonation et
ajouter de la richesse au son. Fait en bois, cet instrument compte six
trous et une embouchure en ivoire insérée dans un récepteur en métal.
Ce dérivé du cornetto, d’une longueur d’environ six à huit pieds (de
2 à 2,50 m), est de forme sinueuse. Le joueur de serpent doit pouvoir
ajuster ses lèvres à chaque note car chacune offre une intonation variable.
Cet instrument d’accompagnement peut jouer suffisamment fort pour
soutenir vingt voix d’hommes et suffisamment doux pour se joindre à
un ensemble de musique de chambre. Au XVIIIe siècle, les trous sont
remplacés par des clés dont le nombre varie de trois jusqu’à treize.

D’autres tels hybrides sont utilisés au début du XIXe siècle. Il y a d’abord le


basson russe. Il s’est grandement inspiré du serpent, mais beaucoup plus facile
à tenir pour le musicien. Son pavillon a la forme d’une tête de dragon. Il y a
aussi le bass horn. Il est fait de métal, en forme de V, et comprend un pavillon
plus évasé. Le plus populaire demeure l’ophicléide, ce qui signifie littéralement
: serpent à clés. Inventé en 1817, cet instrument est fait en métal avec plusieurs
clés qui le rendent chromatique sur au moins trois octaves. L’ophicléide permet
un superbe legato. Pendant plusieurs décennies, il sera utilisé aussi souvent que
le tuba.

Quant au premier tuba à pistons, il apparaît vingt ans après l’invention du piston de
Stözel. Ce nouvel instrument conique fait son entrée à l’orchestre grâce à Wagner.
Dans la famille des tubas, on retrouve le baryton et l’euphonium. Ils sont deux
fois moins gros, donc plus aigus. Il y a aussi le sousaphone, un tuba qui entoure le
musicien et dont le pavillon pointe vers l’avant, utilisé pour les parades.

En 1954, le tuba est utilisé comme soliste dans un concerto écrit par Vaughan Williams.
Toutefois, le rôle de soutien du tuba dans l’ensemble du répertoire musical lui donne
un côté lourdaud et il demeure caricaturé comme dans la fameuse publicité d’A&W!!! 17
CONCLUSION
L’histoire des cuivres a toujours
été liée aux besoins des différentes
époques. D’abord utilisés à des fins de
S communication, les cuivres étaient
C U I V R E ble nécessaires au bon déroulement de
E sem
E T T E D est un en it cinq la chasse, de la guerre ou encore pour
T es n
UIN cuivr ui réu nce,
L E Q intette de chambre q la Renaissa cor- entrer en contact avec les esprits.
Le qu usique de poque de és de deux Pezel Plus tard, leur facture s’améliore
de m ciens. À l’é bles form eboutes. pour grandement avec les progrès réalisés
musi des ensem rois sacqu de pièces man- dans le domaine de la manipulation
il y a s et de t c
e
entain positeurs écrivent
ro
ne tto ’ u n e des métaux. Les cuivres se joignent
plus d es com Ewald que,
écrit cuivres. D Maurer et ont, à l’épo s. Le alors à l’église et à la cour.
cinq s tels que s e
e l èb r e s qui es coniqu nnaît
o
tiqu res cé inq cuivr qu’on le c w
des œ u v
v e c c e s , tel o r d à Ne n- L’invention du piston en 1813
é e s a u iv r d’ab m o apporte un changement radical:
jou
n te t te de c apparaît e G uerre pettes,
qui rd’hu
i, euxiè
m
ux tro
m
om-
tous les cuivres sont dès
aujou après la D osé de de tuba (ou tr pour lors chromatiques. Leur
York, l est comp ne et d’un e musical uvres utilisation à l’orchestre
I o ir œ
diale. ’un tromb le réperto ntaines d’ za, Eric est imposante, on peut
or, d our, ce Boz
d’un c se). À ce j mpte des , Eugène y voir jusqu’à douze cors.
e - b as re s co a l c olm s c r ip-
bo n i v M an Ils sont maintenant solistes
e tt e de cu r Arnold maintes tr
t p a , dans les harmonies militaires
quin
e s é c rites s. De plus ’ensemble
al tre d ainsi que dans les ensembles de jazz.
origin t bien d’au ur ce type
en e es p o
Ewaz été réalisé Après plus de 2000 ans d’histoire,
ont
tions leur usage primitif a bien changé.
u s i c al.
m Les cuivres remplissent maintenant
les salles de concert d’un son riche et
puissant.

18
RÉPERTOIRE MUSICAL INTERPRÉTÉ

19
E e
IR n es i nt
TO er po
IS
v
ca e La
ÉH es
i vll ain
PR p
d
atre : Syl
L
R ne ent
a
e n
L
ha em BA ROQUE
Jo rang MOY E N ÂGE
ar
Trois Pièces, Bal
Antiennes à la Sainte Vierge Johann Pezel
Chant grégorien anonyme
Les Quatre Saisons,
Le Printemps
RENAISSANCE Antonio Vivaldi,
A N T I Q U IT É
arrangement : Sylvain
Canzon per sonare no.1 Lapointe
Chant des bergers siciliens et Danse sikkinis “La spiritata”
Anonyme, arrangement : Jason De Carufel Giovanni Gabrieli Canon
et Sylvain Lapointe
Johann Pachelbel,
Now is the Month of Maying
arrangement : Sylvain
Sonneries romaines Thomas Morley
Jason De Carufel et Sylvain Lapointe Lapointe
Adaptation française de César Geoffray
Arrangement : Sylvain Lapointe Toccate et fugue en
Astérix le Gaulois
ré mineur
G. Calvi, arrangement : Stéphane Duchesne Cinq Pièces, The Marie-Golde Jean-Sébastien Bach,
et Sylvain Lapointe Anthony Holborne arrangement : Frederick
Mills
Venetia, Mundi Splendor / Michael Cui
Steno Domus
Motet pour l’installation du doge
Michele Steno, le 19 décembre 1400
Johannes Ciconia

20
X X e SIÈ CLE

Bubble Jazz Cocktail


Marie-Josée Poulin
ROM ANTISM E
Come Together
E et Opéra Buzz John Lennon, arrangement : Jocelyn
M e :
IS r is
e nt Enrico O. Dastous Leblanc
IC rp m
S su n ge ui
t
S e o a
n n t arr Ballade Op. 65 No. 5
i n Décadence
LA o , d e ,
C e
p h i m ydn te rt te
u e oza oin
Edvard Grieg, arrangement : Alan Civil Enrico O. Dastous
m t a i n q t :
S y i v e h H apo
r p
i
u s s M La en James Bond Theme
D sep n L m eu in e m
o i d a ng Mont y Nor man, ar rangement: Jo cely n L ebl anc
J lva t e a ylv ra
y ti m S ar
S e A : ,
p
n e fga me
ng nt e v en Johnny B. Goode
U ol ge i ho
n t Chuck Berry, arrangement : Sylvain Lapointe
W ran h o B ee e
ar
p
m an in t
S y ig v apo On Broadway
9 de w L Barry Mann, Cynthia Weil, Mike Stoller, Jerry
n
Lu lvai Leiber, arrangement : Sylvain Lapointe
Sy
Le Sacre du printemps
Igor Stravinski, arrangement : Benoît Côté

Singin’ In The Rain


Nacio Herb Brown, arrangement : Sylvain Lapointe

La Soirée du hockey
Dolores Claman, arrangement : Jocelyn Leblanc

Super Mario Bros. Thème


Koji Kondo, arrangement : Jocelyn Leblanc

21
LE M AESTRO Direction artistique et texte
Sylvain Lapointe
Mise en scène
Petite Fanfare Guillaume Lapierre-Desnoyer s
Jacques Hétu Costumes
Diane Coudée
Décors
5e Symphonie Sylvain Ar seneau
Ludwig van Beethoven Joannie D’Amour
Arrangement : Sylvain Lapointe Éclairages
Martin Dussault
Just a Closer Walk Anne-Marie Rodrigue-Lecour s
Traditionnel américain David-Alexandre Chabot
Arrangement : Frederick Mills Cahier d’accompagnement réalisé par
Sylvain Lapointe
The Saint’s Hallelujah Jason De Carufel
Traditionnel américain / Georg-Friedrich Haendel Révisé par
Arrangement : Luther Henderson Gaëtan Chénier
Adaptation : Sylvain Lapointe
Design graphique:
Nümoov communication
Marche impériale Michel Bérard
John Williams, arrangement : Sylvain Lapointe numoov.com

www.buzzcuivres.com

Vous aimerez peut-être aussi