Vous êtes sur la page 1sur 85

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬

Populaire et Démocratique Algérienne République


‫وزارة التعليم العالي والبحث العلمي‬
Ministère de l’Enseignement Supérieur Et de la Recherche
Scientifique
Département :
Génie mécanique et génie
De la production.

Mémoire de fin d’étude en vue de l’obtention du diplôme de

Master En :
Ingénierie des systèmes Mécanique

Ingénierie des Systèmes Mécaniques

Thème

Analyse comparative par MEF du


comportement biomécanique de deux tiges
fémorales sans ciment : tige anatomique et tige
droite classique.
Réalisé par :
DERRAOUI Lilia & BOUZIDI Ilhem

Les membres de Jury :


AMEUR Mohamed Fayçal « MCB » Président
KADI M’hamed « MAA » Promoteur
CHATERBACHE Omar « MAA » Examinateur
BELOUCHRANI Mohamed Elamine « professeur » Examinateur

Alger, le 15/07/2021

Année universitaire 2020 –2021


DÉDICACE

« Il ne faut pas avoir honte d’espérer même quand la vie nous donne
toutes les raisons de baisser les bras … ».
Je dédie ce modeste travail à :
Mes très chers parents que je remercie pour leurs amours, leurs
patiences, leurs sacrifices à m’enlever et à me rendre c que je suis en ce
moment.
Mes frères : Youcef, Aimen, Zouhir
Mes sœurs : Salima, Hanane, Fatiha
Mes grandes familles « DERRAOUI » et « KHALFI » qui
m’ont toujours aidé et contribué de près ou de loin à l’aboutissement de ce
travail.
Tous et toutes mes amis (es) qui sont très chers à mon cœur.

Lilia
I|Page
DÉDICACE

Je dédie le fruit de mes efforts fournis durant toute cette année à :


Mon exemple éternel, école de mon enfance, celui qui s’est toujours sacrifié
pour me voir réussir, à toi mon père.
La source de mes efforts, la flamme de mon cœur, ma vie et mon
bonheur, Maman que j’adore.
Ma grande mère paternelle qui nous a quittés récemment pour un monde
meilleur laissant un vide immense que seule l’évocation de son souvenir
peut apaiser. Sa sagesse, sa volonté et son honnêteté m’ont inspirée pour
affronter la vie chaque jour et d’aller de l’avant dans mes études, qu’il
trouve ici mes reconnaissances et gratitudes.
A mon grand-père paternel en témoignage de ma profonde
affection. Aucun hommage ne pourrait être à la hauteur de l’amour dont il
ne cesse de me combler. Que le bon Dieu le procure bonne santé et longue
vie.
Toute ma famille plus précisément mes frères Mohemed, Anwar, Zaki,
Wasim, Younes, Islam et mes sœurs Ritadj, soundous et mes amis qui
m’ont toujours aidé et contribué de près ou de loin à l’aboutissement de ce
travail.

Ilhem

II | P a g e
REMERCIEMENTS

Au terme de réalisation de ce projet de fin d’étude nous tenons à remercie tous d’abord, le
bon dieu le tout puissant, pour nous avoir procuré la volonté, le courage la patience, la gloire ainsi
que la force pour pouvoir réaliser ce modeste travail.

Nous remercions mes très chers parents, qui ont toujours été là pour nous, et pour
leurs soutiens constants et nos encouragements.

Notre profonde gratitude est exprimée particulièrement à notre encadreur « KADI


Mhamed » pour ces précieuses orientations accordées tout au long de la durée d’encadrement, il
a su faire preuve d’une grande disponibilité tout en nous laissant une indépendance
indispensable à notre travail.

Nos remerciements les plus sincères vont à tout le personnel de ALCADWORSKS pour
l’accueil chaleureux qu’ils nous ont réservé, ainsi que leurs prises en charge durant toute
notre période de stage, et nous remercions tout particulièrement le

 Directeur de l’entreprise AlcadWorks : Mr B. HASSAID


 L’ingénieur S. SAHROUCHE

Nous remercions aussi monsieur K. LASSAL pour ces conseils et ces orientations dans cette partie.

Nous n’oublions pas de remercier l’ensemble des membres du jury, pour avoir accepté de juger ce
travail. Sans oublier de remercier nos familles, nos camarades et nos amis pour tout le
support moral et l’encouragement qu’ils nous ont fournis.

III | P a g e
Table des matières
Dédicace............................................................................................................................................I
Dédicace...........................................................................................................................................II
Remerciements...............................................................................................................................III
Liste des figures............................................................................................................................VII
Liste des tableaux...........................................................................................................................IX
Introduction générale........................................................................................................................1
Chapitre I : Anatomie et biomécanique de l’articulation de la hanche............................................4
Introduction......................................................................................................................................4
I.1 Système osseux......................................................................................................................4
I.2 Repères anatomiques de référence........................................................................................5
I.2.1 Plans de référence..............................................................................................................5
I.2.2 Axes de référence...............................................................................................................6
I.3 Anatomie descriptive de la hanche........................................................................................6
I.3.1 L’articulation de la hanche................................................................................................6
I.2.3 Éléments de l’articulation..................................................................................................7
I.2.3.1 Ceinture pelvienne......................................................................................................7
I.2.3.2 Fémur..........................................................................................................................8
I.2.4 Surfaces articulaires.........................................................................................................10
I.2.5 L’architecture osseuse du fémur......................................................................................11
I.4 Biomécanique de la hanche.................................................................................................12
I.4.1 Stabilité de hanche..............................................................................................................12
I.4.2 Mobilité de l’articulation de la hanche...............................................................................12
I.4.3 Caractéristiques mécaniques du fémur...............................................................................13
I.4.4 Chargement appliquées sur le fémur..................................................................................14
I.5 Pathologies de la hanche.....................................................................................................15
I.5.1 Coxarthrose.........................................................................................................................15
I.5.2 Factures de col du fémur....................................................................................................16
Conclusion......................................................................................................................................16
Chapitre II : les prothèses totales de hanche..................................................................................18
Introduction....................................................................................................................................18
II.1 La biomécanique des PTH...................................................................................................18
II.2 Introduction sur la prothèse de la hanche................................................................................18
II.3 Prothèse PTH...........................................................................................................................19
II.3.1 Définition..........................................................................................................................19
II.3.2 Les composantes d’une PTH.............................................................................................20
II.4. Déférents types des prothèses.................................................................................................21
II.4.1 Matériaux utilisé................................................................................................................21
II.4.2 Mode de fixation...............................................................................................................21
II.4.3 La forme de la tige............................................................................................................21
II.4.4 Le couple de frottement....................................................................................................22
II.5 Principe de l’intervention chirurgicale.....................................................................................22
II.6 Complications et reprise..........................................................................................................23
II.6.1 L’usure..............................................................................................................................24
II.6.2 Fracture du fémur post opération......................................................................................24
II.6.3 Le descellement.................................................................................................................24
II.7 Planification des prothèses de la hanche..................................................................................25
II.7.1 Planification radiographique (2D).....................................................................................25
II.7.2 Planification numérique (3D)............................................................................................26
Conclusion......................................................................................................................................27
Chapitre III : Matérielles et méthodes............................................................................................29
Introduction....................................................................................................................................29
III.1 Indices biomécaniques du fémur............................................................................................29
III.1.1 Repères anatomiques.......................................................................................................29
III.1.2 Principaux axes................................................................................................................30
III.1.3 Déférents paramètres de la hanche..................................................................................33
III.2 Outils d’imagerie médicale.....................................................................................................35
III.2.1 Les rayons X....................................................................................................................35
III.2.2 Tomodensitométrie..........................................................................................................36
III.3 Les prothèses étudiées............................................................................................................37
III.4 Méthode d’implantation utilisée.............................................................................................37
III.5 La norme ISO 7206-4.............................................................................................................37
III.6 La méthode des éléments finis...............................................................................................38
III.6.1 Définition.........................................................................................................................38
III.6.2 Principe de MEF..............................................................................................................38
III.6.3 Maillage tétraédrique.......................................................................................................39
Conclusion......................................................................................................................................40
Chapitre IV : la modélisation et la simulation de l’ensemble fémur – prothèse............................42
Introduction....................................................................................................................................42
IV.1Simulation par éléments finis..................................................................................................42
IV.2 La première Partie (Modélisation géométrique tridimensionnelle de l’ensemble fémur +
prothèse)..........................................................................................................................................43
IV.2.1 L’identification des indices biomécanique du fémur......................................................43
IV.2.2 Implantation virtuel de la tige fémorale..........................................................................44
IV.2.3 Implantation virtuelle......................................................................................................46
IV.3 Deuxième partie 2 : modélisation par éléments finis.............................................................47
IV.3.1 la description du modèle géométrique.............................................................................47
IV.3.2 caractéristique mécanique................................................................................................47
IV.3.3 Le maillage......................................................................................................................48
IV.3.4 applications des chargements et les conditions aux limites.............................................50
IV.3.4.1 les conditions aux limites..........................................................................................50
IV.3.4.2 le chargement............................................................................................................50
IV.4 Troisième partie (résultats et interprétation)..........................................................................52
IV.4.1 Analyse des contraintes de Von Mises............................................................................52
IV.4.1.1 Répartitions des contraintes dans l’ensemble le fémur-prothèse..............................52
IV.4.1.2 de contrainte dans la prothèse...................................................................................53
IV.4.1.3 Répartitions de contrainte dans le fémur...................................................................56
IV.4.1.4 Répartitions de contrainte dans la coupe...................................................................57
Conclusion......................................................................................................................................58
Liste bibliographiques......................................................................................................................a
Liste des abréviations.......................................................................................................................e
Liste des figures
Chapitre I
Figure I.1 Les déférents d'os humain.…................................................................. 4
Figure I.2 Représentation des déférents plans anatomique.……………………… 5
Figure I.3 Représentations des déférents axes anatomiques……..………………. 6
Figure I.4 L’articulation de la hanche.……………………...…………………… 7
Figure I.5 Vue de profite de l’os coxal.……………………...…...……………… 8
Figure I.6 le fémur.………………………………………………………………. 10
Figure I.7 Description du tissu osseux (fémur). ………………...………………. 11
Figure I.8 les mouvements de la hanche dans le système de coordonne XYZ.….. 13
Figure I.9 La balance de Pauwels ……………………………………………….. 14
Figure I.10 L’arthrose de la hanche.………………………………………………. 15
Chapitre II
Figure II.1 Les composantes de la prothèse totale de la hanche.…….…………… 20
Figure II.2 Déferlantes formes de tige fémorale………………………………….. 22
Figure II.3 Arthroplastie de la prothèse totale de la hanche ……………………... 23
Figure II.4 Type de fractures du fémur postopératoires ………..………………... 24
Figure II.5 Planification radiographique sur radiographie de face ………………. 25
Figure II.6 Planification 3D et simulation de l’implantation ………………...…... 26
Chapitre III
Figure III.1 Les repères anatomiques ………………………................................. 30
Figure III.2 Différentes méthodes de calcul de l’axe du col fémoral………….… 31
Figure III.3 Les axes ………………………………………………….…………. 33
Figure III.4 Les différents paramètres de la hanche……………………………. 34
Figure III.5 Le tube de rayons X.……………...……….………………………… 35
Figure III.6 Principe de fonctionnement du scanner tomographie……………… 36
Figure III.7 Axes des deux types de prothèses totales de hanche selon la norme
ISO 7206-4.1…………………………………………………...…… 37
Figure III.8 L’élément tétraédrique………………...…………………………… 39
Figure III.9 Maillage de l’ensemble cône-tête-cupule…………………...……… 39
Chapitre IV
Figure IV.1 Les deux axes de fémur ………………………….............................. 44
Figure IV.2 Modèle 3D du fémur ………………………………………………... 45
Figure IV.3 Les axes de la prothèse standard……………………….…………... 46
Figure IV.4 Les axes de la prothèse anatomique …………………...…………… 47
Figure IV.5 Le modèle géométrique de l’implantation…………………...……… 48
Figure IV.6 Maillage 3D de l’ensemble fémur – prothèse par éléments finis…… 50
Figure IV.7 Les chargements appliquent sur le fémur……...……………………. 52
Figure IV.8 Répartition de contrainte de Von Mises au niveau du modèle fémur-
prothèse anatomique………………………………………………… 53

Figure IV.9 Répartition de contrainte de Von Mises au niveau du modèle fémur-


prothèse standard……………………………………………………. 54

Figure IV.10 Les résultats de la prothèse anatomique…………………………….. 55

VII | P a g e
Figure IV.11 Les résultats de la prothèse standard………………………………... 55
Figure IV.12 la répartition de la contrainte de Von Mises aux niveaux des
prothèses anatomique et standard suivant la direction latérale……… 56
Figure IV.13 La répartition de contrainte de Von Mises aux niveaux du fémur
suivant la direction latérale………………………………………….. 57
FigureIV.14 La coupe des deux modèles…………………………………………. 58

Figure IV.15 Le déplacement dans les deux prothèses……………………………. 59

VIII | P a g
e
IX | P a g e
Liste des tableaux

Chapitre I
Tableau II.1 Les mouvements de la hanche et leurs amplitudes......................... 12
Chapitre III
Tableau III.1 Les méthodes de calcul l’axe anatomique fémorale. ………….… 32
Chapitre IV
Tableau IV.1 Les propriétés mécaniques des matériaux utilisés……………….. 49
Tableau IV.2 Information sur le maillage……………………………………... 50
Tableau IV.3 Charges dans le système des axes lie au fémur……….…………. 52

X|Page
INTRODUCTION GENERALE
INTRODUCTION GENERALE

Introduction générale
L'articulation de la hanche est l'articulation proximale des membres inférieurs, c'est elle qui relie
deux surfaces articulaires : la cotyle et la tête fémoral.

Les dégradations de l’articulation coxo-fémorale (La coxarthrose ou bien l’arthrose) et les


factures du col fémoral sont des pathologies ciblant l’articulation de la hanche. Ces dégradations
continuent de se propager et deviennent même des problèmes de santé majeurs. Elle touche
principalement les personnes âgées, mais les plus jeunes ne sont pas à l'abri et sont également
concernés.

Dans l'absence de traitement conservateur satisfaisant, la prothèse de hanche est généralement


proposée aux patients dans le but de retrouver toute leur mobilité et améliorer leur qualité de vie.

L’arthroplastie totale de la hanche est de plus en plus utilisée, elle permit de se rapprocher de la
physiologie normale de l’articulation de la hanche.

Cependant, face à ses résultats, quelques complications dans l'implantation totale de la hanche ont
eu lieux, qui survenir et mettre en péril la réussite de l’arthroplastie totale de la hanche. Il y a
plusieurs causes à cette défaillance, notamment une sélection non adaptée de la forme
géométrique de la tige fémorale. Donc le choix de la tige fémoral est le résultat d’une analyse
optimal qui est liée aux formes géométriques.

Sachant qu'il existe plusieurs formes de ces dernières, notre travail est consacré à étudier et
analyse uniquement deux types de tiges fémorales par la méthode des éléments pour la sélection
de la forme la plus adéquat.

Ce manuscrit s’articule autour de quatre chapitres.

Le premier chapitre, vise à introduire l'articulation de la hanche, la biomécanique et les


pathologies qui lui sont associées.

Le deuxième chapitre, est consacré à définir le concept de l’arthroplastie de la hanche ainsi que la
planification de l’implantation de la prothèse totale de hanche.

Le troisième chapitre, consiste à définir les méthodes et les moyens d'analyse à utilisés.

1|Page
Le quatrième chapitre, a pour but de décrire les différentes étapes de la modélisation du
comportement de l’ensemble fémur-prothèse, afin de faire une comparaison entre la tige fémorale
symétrique dite standard et la tige fémorale anatomique.
CHAPITRE I : ANATOMIE ET BIMECANIQUE DE L’ARTICULATION DE LA HANCHE
CHAPITRE I : ANATOMIE ET BIMECANIQUE DE L’ARTICULATION DE LA HANCHE

Chapitre I : Anatomie et biomécanique de l’articulation de la hanche

Introduction
Dans ce chapitre nous allons présenter les caractéristiques géométriques et anatomiques de
l’articulation fémorale. Premièrement, nous allons présenter le système osseux ainsi que les
Repères anatomiques de référence. Ensuite, l’articulation de la hanche et les éléments de
l’articulation et leur architecture. Puis, nous effectuions la stabilité de la hanche et ces
mouvements aussi les forces et les contraintes appliqué sur le fémur. Nous terminons, par les
pathologies de la hanche.

I.1 Système osseux


Les os sont des tissus de soutien hautement spécialisés, caractérisé par leur dureté et résistante.
Ces tissus s’articulent entre eux pour former le squelette. Ce sont irrigués par des vaisseaux
sanguins qui les nourrissent. Il se trouve des os de toutes les formes et toutes les grosseurs. On
peut distinguer selon leur forme quatre types principaux : Les os longs, courts, plats et irréguliers.

l
Figure I.1: Les déférents d'os humain. [1]

4|Page
I.2 Repères anatomiques de référence
Pour caractériser les différentes parties du corps humaine dans l’espace quel que soit sa position,
on utilise les notions des plans anatomiques et des axes qui son référant aux plans et axes par
rapport au corps humain.

I.2.1 Plans de référence


Il existe trois plans suivants :

 Le plan sagittal : c’est le plan vertical qui sépare le corps en partie droite et une partie
gauche, oriente par rapport l’axe latéral (Y).
 Le plan frontal : aussi appelée le plan coronal, c’est le plan vertical qui sépare le
corps humain en deux partie antérieur et postérieur, oriente par rapport l’axe postéro-
antérieur (X).
 Le plan transversal (ou axial) : c’est le plan horizontal. Il est perpendiculaire aux
deux plans précédents, est séparé le corps en deux partie supérieur et inferieur, oriente
par rapport l’axe vertical (Z). [2]

Figure I.2 : Représentation des déférents plans anatomique. [3]


I.2.2 Axes de référence
Il existe trois axes de références

 L’axe sagittal ou antéro-postérieur : axe horizontal de direction avant-arrière (antéro-


postérieur) traversant perpendiculairement le plan frontal.
 L’axe transversal : axe horizontal de direction transversale droite /gauche ou bilatéral
coupant perpendiculairement le plan sagittal.
 L’axe vertical (longitudinal) : axe vertical de direction céphalo-caudal ou vice-versa
traversant perpendiculairement le plan transversal [4].

Figure I.3 : Représentations des déférents axes anatomique. [5]

I.3 Anatomie descriptive de la hanche

I.3.1 L’articulation de la hanche


La hanche est appelée aussi articulation coxo-fémorale c’est l’articulation unique qui assure la
liaison entre la ceinture pelvienne et les membres inferieurs (l’os de la cuisse). C’est l’articulation
la plus complexe et sollicitée dans le corps humain car elle participe dans des multiples taches
telles que la marche, courir, monter/descendre, etc. [6]
La hanche c’est une articulation de types synoviale sphéroïde à trois degrés de liberté, C’est
l’articulation La plus stable au corps humain. La stabilité de cette articulation dépend de
l’anatomie des surfaces articulaire, la disposition des ligaments et les tondus musculaire.

Figure I.4 : L’articulation de la hanche. [6]

I.2.3 Éléments de l’articulation


I.2.3.1 Ceinture pelvienne
Est un dispositif permet d’assure la liaison entre les membres inférieurs et la colonne vertébrale.
Elle a la forme d’un anneau, formé par de deux os coxaux identique, séparés en arrière par le
sacrum et relies en avant par la symphyse pelvienne.

Le coxal est le plus grand os plat du squelette, à une forme complexe généralement de forme
hélice, pair et non symétrique. Il possède deux faces externes et interne, 4 bords antérieurs
postérieurs, supérieures, et inferieure, est constitué par la réunion de trois pièces osseuse
primitives :

 L’ilion ou aile iliaque en haut.


 L’ischion en bas et en arrière.
 Le pubis en bas et en avant.

Les trois pièces sont séparées par un cartilage de croissance dans l’enfant à une forme de Y. ils se
fusionnent entre elles en fin de la période de croissances et de développement de l’individu. A la
face latérale de l’os coxal se creuse l’acétabulum, c’est la partie femelle de l’articulation de la
hanche. [7] [8]
CHAPITRE I : ANATOMIE ET BIMECANIQUE DE L’ARTICULATION DE LA HANCHE

L’acétabulum également appelé Cavite cotyloïde ou cotyle, est un segment situe sur la face
latérale de l’os coxal à la jonction de ces trois parties constitutives, a la forme d’une semi-sphère
creuse.

Elle comprend deux parties : la surface semi linéaire recouvré par un cartilage à la forme d’un
croissant ouvert en bas, et la fosse acétabulaire est une dépression située au centre de la surface
semi-linéaire, non encrouté de cartilage.

Figure I.5 : Vue de profie de l’os coxal. (a) vue de la face exxterne, (b) vue de la face interne, (c)
l’os coxal du bassin. I/ l’ilion. II/ l’ischion, III/ Le pubis. 1/ créte iliaque, 2/ épine iliaque
antérieure, 3/ épine iliaque postérieure, 4/ fosse iliaque externe, 5/ grande échancure sciatique,
6/cotyle, 7/ épine sciatique, 8/ trou obturateur. [9]

I.2.3.2 Fémur
Le fémur est un os de squelette de la cuisse, il s’agit de l’os le plus long et le plus lourd dans le
corps humain, pair (parce qu’il y a deux os fémoraux : un fémur droit et un fémur gauche), non
symétrique, et articulée avec l’os coxal en haut, la rotule et le tibia en bas. Il est devisé en trois
parties : un corps et deux extrémités.

Le corps du fémur appelé la diaphyse, et la partie centrale de l’os situe entre les deux extrémités
(l’épiphyse distale et proximal), il est considéré comme la partie longue constituant le fémur et
elle relie les deux extrémités de l’os. Elle a une forme triangulaire à la coupe et possède trois
faces : la face antérieure qui lisse et a une forme complexe dans le sens transversal, une face

9|Page
CHAPITRE I : ANATOMIE ET BIMECANIQUE DE L’ARTICULATION DE LA HANCHE
postéro-médiale (une face interne) et une face postéro-latérale (une face externe). La diaphyse
forme un angle de 7° pour l’homme et 9° pour la femme par rapport à la verticale.

10 | P a g
e
CHAPITRE I : ANATOMIE ET BIMECANIQUE DE L’ARTICULATION DE LA HANCHE

L’extrémité supérieure ou proximale comporte quatre éléments la tête fémorale, le col, le grand
trochanter et le petit trochanter.

 La tête fémorale a une forme de sphère incomplète (2/3) qui a un diamètre de 40 à


50 mm et d’ouverture angulaire d’environ 240° selon les individus, est supporté par
le col du fémur qui assure la jonction la diaphyse, partie longiligne du fémur. Elle
est revêtue de cartilage articulaire lisse. Sur le sommet, on trouve un trou central
appelé fovéa capitis dans laquelle s’insère le ligament rond. Grace à sa forme
sphérique, la tête fémorale s’intègre au niveau de la cavité cotyloïde.

 Le col de la tête fémorale est un élément qui porte la tête de fémur, est relié avec
la diaphyse. Il a une forme cylindrique de la hauteur 35 à 45 mm Son axe formé
avec l’axe de la diaphyse un angle d’inclinaison dit cervico-diaphysaire
généralement égal à 135°, et former avec l’épiphyse distale un angle de 15° que le
nome l’angle d’inclinaison.
 Le grand trochanter Le grand trochanter est une protubérance volumineuse, située
latéralement à l’union entre la diaphyse et le col fémoral, a une forme
grossièrement cubique. Il est composé de cinq faces (les faces supérieures, latérales,
antérieures, médiales et postérieures).
 Le petit trochanter Le petit trochanter est une protubérance nettement moins
volumineuse que le grand trochanter, a la forme d’une saillie conique. Il est situé à
l’union du col avec la diaphyse, est donne insertion au muscle iliopsoas.

L’extrémité inférieure ou distale est volumineuse et plus étendu transversalement. Elle est
articulée avec le tibia et la patila pour former l’articulation du genou. Elle est divisée en deux
éminences articulaires : les condyles (externe et interne) séparés en arrière par une dépression
appelé la fosse inter-condylaire, et en avant par une trochlée fémorale. Chaque condyle porte une
surface qui revêtues par un cartilage articulaire. [2]

11 | P a g e
Figure I.6 : le fémur. (a) les trois régions de fémur, (b) fémur proximale. 1/ téte, 2/ col. 3/ grand
trochanter, 4/ ligne inter – trochantique, 5/ petit trochanter, 6/ diaphyse et 7/ crete inter –
trochantérienne.[10]

I.2.4 Surfaces articulaires


L’articulation de la hanche est formée par deux surfaces articulaires : la cavité cotyloïde et la tête
fémorale.

La cavité cotyloïde (ou la cotyle) est présentée la première partie osseuse de l’articulation, le
pourtour de la cotyle recouvré par un labrum. Le labrum (ou le bourrelet cotyloïdien) est un
anneau de fibrocartilage, de section triangulaire. Sa hauteur est variable de 6 à 10 mm ou plus. Il
possède un rôle mécanique d’amortisseur des pressions exercées durant l’activité de l’articulation
et de répartition des contraintes, aussi permet augmenter et d’approfondir la surface articulaire.

La surface de la tête fémorale est également recouverte de cartilage articulaire, on trouve entre les
deux surface cartilagineuses un liquide qui nomme le synoviale, est un liquide visqueux permet
aux deux surfaces de glisser l’une sur l’autre de manière de diminuer les frottements au niveau de
l’articulation (facilite le mouvement) et réduire la friction et l’usure, ainsi, assure la mobilité de
l’articulation dans les trois directions de l’espace. [11]
I.2.5 L’architecture osseuse du fémur
D’un point de vue mécanique, l’os est un milieu fortement hétérogène contiennent de la
superficie vers la profondeur trois niveau structurels principaux de tissu osseux en proportions
différents Le périoste, L’os compact et L’os spongieux.

Le périoste est l’enveloppe extérieur de l’os, recouvre et protéger la diaphyse. Il est comporté de
nombreux nerfs et nombreux vaisseaux sanguins (les artères et les veines) qui alimentent
l’intérieur du tissu osseux.

L’os compact ou cortical, forme la paroi externe de l’os est constitué notamment la diaphyse. A
l’œil nu, l’os compact parait lisse et homogène. Il est constitué d’un ensemble d’unités
structurelles élémentaire cylindrique, appelés ostéons, noyées dans une matrice de lamelles
interstitielle. Chaque lamelle est constituée d’un réseau de fibres e collagène enroules
hélicoïdalement et insérées dans des cristaux d hydroxyapatite. Son épaisseur varie selon
l’endroit. Aux épiphyses, l’os compact est mince, mais aux niveaux de la diaphyse, il est plus
épais. Il est la structure la plus dure, plus dense et la plus résistante à la pression, aux chocs et
protège le tissu spongieux. [1] [12]

L’os spongieux, à l’intérieur de l’os, s’organise sous forme de travées orientes dans différentes
directions forment une structure alvéolaire, est composé par une phase solide (l’os spongieux) et
une phase liquide (la moelle rouge) qui fabrique des cellules sanguines pour répondre aux besoins
du corps. Il est le tissu osseux qui forme la plus grande partie de l’épiphyse proximale et distale
des os long (fémur), est forme aussi un mince anneau autour de la cavité médullaire et la diaphyse
pour éviter le cisaillement de la base du col. Offre une grande résistance à l’écrasement.

Figure I.7 : Description du tissu osseux ( fémur). (A) architecture du tissu osseux au sein du
fémur. (B) organisation globale du tissus osseux. [13]
I.4 Biomécanique de la hanche

I.4.1 Stabilité de hanche


La stabilité de l’articulation de la hanche est assurée par Les moyens d’union qui sont nombreux
et puissants, ils sont constitués par des muscles, des ligaments puissants et une capsule
articulaire.

I.4.2 Mobilité de l’articulation de la hanche


Comme nous l’avons évoqué précédemment que l’articulation de la hanche est solide et assez
mobile. En effet, elle a trois degrés de liberté en rotation (c’est une articulation de type rotule au
sens mécanique). La cohésion articulaire est très forte grâce à la bonne congruence des surfaces
articulaires et à la puissance des ligaments. Il peut effectuer les mouvements suivants :

Mouvement de flexion/extension qui s’exercice dans le plan sagittale, la flexion dépend


de la postions du genou c'est-à-dire son amplitude augmente lorsque le genou est fléchi grâce au
relâchement des ischio-jambiers. La flexion active est moins ample que la flexion passive, la
flexion active ne permettant pas de plaquer la cuisse contre le thorax sans l’aide des mains.
L’extension se déplace la cuisse en arrière du plan sagittale de référence, son amplitude est plus
faible que la flexion en raison des muscles ischio-jambiers. Elle est limitée par la tension des
ligaments de la hanche et la capsule.

Tableau I.1 : Les mouvements de la hanche et leurs amplitudes.

Flexion Extension
Genou fléchi Genou étendu Genou fléchi Genou étendu
Active 120° 90° 30° 20°
Passif 145° 120° 10° 20°

Mouvement d’adduction /d’abduction L’abduction porte les membres inférieurs en


dehors, peut atteindre 30° par rapport l’axe longitudinal qui passe par la tête fémorale. Elle est
limitée par la tension des muscles, les ligaments et aussi par la butée du col du fémur sur
l’acétabulum. Adduction porte le membre inférieur en dedans, il doit être combiné avec une
flexio0n ou une extension pour augmenter son amplitude. Il est limité par les membres opposé.
L’adduction attient 30°.
Mouvement de rotation interne/externe s’exécute selon l’axe vertical. La rotation
interne attient 60° et la rotation externe peut atteindre 30°. Les deux rotations sont limitées par la
tension du système fibreux. [14]
La figure ci-dessus présente les mouvements autour des trois axes anatomiques.

Figure I.8 : Les mouvements de la hanche dans le systéme de coordonne XYZ.[14]

I.4.3 Caractéristiques mécaniques du fémur


On a indiqué précédemment, que l’os de fémur est formé par l’os cortical (ou compact)
d’épaisseur non uniforme à l’extérieur, et un os spongieux (ou trabéculaire) à l’intérieur. L’os
cortical est dur, dense et résistant, contrairement à l’os trabéculaire qui comme son nom
l’indique, comporte des trabécules (travées osseuse irrégulier), Ces derniers suivant des
directions forment des lignes de forces provenant de la transmission des charges appliquées au
fémur. En effet, selon la loi de Wolf, la croissance de l’os se produit en réaction aux forces
subies, assurant ainsi une rigidité du tissu. Sa résistance varie en fonction de la direction suivant
laquelle la charge appliquée, sur le plan perpendiculaire à la direction longitudinale, les
propriétés sont indépendantes à la direction, ainsi, sur le plan transversal, il peut être considéré
comme étant isotrope.

Plusieurs études expérimentales cherchent de représenter fidèlement les propriétés mécaniques de


l’os de fémur, ils ont montres que le module d’élasticité est relié à la densité par la relation
suivante : E =𝜌𝑣2 (avec 𝜌 est la densité, v le coefficient de poisson). [15]
I.4.4 Chargement appliquées sur le fémur
Sur le plan biomécanique, l’articulation de la hanche doit être stable. Elle supporte la charge du
corps humain, le port de la charge et permet de transmettre les contraintes qui sont applique au
membre inférieur. Pour traiter les différentes pathologies de l’articulation coxo-fémorale et
élaborer les prothèses, il doit connaitre toute la contrainte applique sur la hanche et comment
s’effectue la transmission des efforts dans les différentes situations.

L’articulation de la hanche est un levier de type inter-appui appelle la balance de Pauwels, il se


caractérise par :

 Le point d’appui est le centre de la tête de fémur qui situe entre deux forces la force motrice
𝐹𝑚 (action de moyen fessier)
 La force résistante 𝐹𝑟 (le poids du corps P).

Les deux forces sont dirigées dans le même sens. La résultante de la force motrice et la force
résistance applique une compression sur la surface d’appui « la tête de fémur ».

On peut estimer globalement qui en appui monopodal l’articulation de hanche reçoit une force
correspondante a environ 4 fois le poids du corps.

Figure I.9: La balance de Pauwels [16]


I.5 Pathologies de la hanche

Les pathologies de la hanche les plus fréquentes sont l’coxarthrose et les fractures du col du
fémur.

I.5.1 Coxarthrose

Le rôle de la hanche est d’assurer la stabilité du bassin sur les membres inférieurs, ainsi qu’assure
le mouvement des membres inférieurs et le mouvement du corps entier. A cet effet, cette
articulation est soumise à l’arthrose de la hanche. L’arthrose est une maladie chronique et une
cause importante de douleur, handicap et la raideur chez les sujets de 55 ans et plus,

Ces douleurs sont augmentées lorsque le patient réalise un effort comme la marche ou là
montée/descente, a l’inverse, elle est calme au repos. L’arthrose est la plus fréquente des
maladies ostéo-articulaire, elle touche un peu plus les femmes que les hommes.

L’arthrose de la hanche aussi appelée coxarthrose est la deuxième plus grosse articulation atteinte
après le genou. Elle se caractérise par la dégradation des couches de cartilage qui couvrent les
surfaces articulaires (la tête de fémur et la cotyle) celles-ci peuvent provoque la sollicitation, la
diminution de la capacité d’amortissement et l’augmentation de frottement entre les deux surfaces
articulée qui conduit à l’usure des surfaces articulaires et diminution de l’espace articulaire
affecte alors la flexibilité et la mobilité de la hanche chez le patient, tous ca causé des douleurs et
le mal fonctionnement de la hanche.

Figure I.10: L’arthrose de la hanche. [17]


I.5.2 Factures de col du fémur
Les fractures du col du fémur ou les fractures proximales sont souvent liées à l’ostéoporose et
peuvent survenir à l’occasion d’un traumatisme minime, comme une chute de sa hauteur. Ce
risque augmente exponentiellement en fonction de l’âge (elle concerne les personnes de plus de
60 ans). Il existe deux grands types de fractures, les fractures cervicales qui touchant le col
du fémur lui- même, les fractures per-trochantérienne qui situe dans la partie du fémur entre les
deux trochanters.

Ces maladies nécessitent de reconstruire l’articulation de la hanche. [18]

Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons étudié l’articulation de la hanche dont la connaissance de
l’anatomie et de la physiologie est indispensable, Compte tenu son intérêt pour la compréhension
des mouvements, des charges et leur transmission. La dégradation de ces derniers peut conduire à
diverses maladies, qui nécessitent par la suite un remplacement par une articulation artificielle
que l’on appelle prothèse totale de hanche, qui fera l’objet du chapitre suivant.
CHAPITRE II : LES PROTHESES DE HANCHE
CHAPITRE II : LES PROTHESES DE HANCHE

Chapitre II : les prothèses totales de hanche

Introduction

Dans le chapitre précédant, nous avons présenté l’articulation de la hanche et sa caractéristiques


mécaniques.la dégradation de cette dernière provoque des diverses pathologies qui nécessitent la
mise en place d’une prothèse totale de hanche.

Ce chapitre a pour but de présenter d’abord, la prothèse totale de la hanche et ces composantes
ainsi que ces déférents types. Par la suite nous allons Ensuite définir les biomatériaux et les
complications qui survenir et mettre en péril la réussite de l’arthroplastie totale de la hanche. En
fin la planification des prothèses de la hanche est introduite.

II.1 La biomécanique des PTH


La biomécanique est une discipline de la bio – ingénierie, ayant pour le but d’appliquer des
principes de l’ingénierie et des procédures de conception dans le domaine médicine

La biomécanique considérée que les os et les muscles du corps humain sont des structures
mécaniques capables de subir certains déplacements. Elle constitue par l’analyse de la démarche
humaine et l’étude des contraintes subies par les tissus et les os pendant l’exercice des accidents.
L’ingénierie biomécanique s’intéresse également à la circulation sanguine, mécanismes de
respiration et échange d’énergie dans le corps.

L'ingénierie biomécanique permet aussi d’études les implants et les membres artificiels par
exemple Les prothèses de bras et aussi donne aux enfants nés sans bras une apparence proche de
la normale et une mobilité suffisante pour assurer leur insertion sociale et professionnelle.

II.2 Introduction sur la prothèse de la hanche


Dans les années 1850, les médecins tentent de remplacer le fémur par du bois ou de l'ivoire.
Nous ne détaillerons pas le suivi de ces opérations, qui ont en fait entraîné le décès des patients
chirurgicaux. Avec l'introduction de l'acier inoxydable dans les années 1930, la première prothèse
de hanche a été implantée avec succès.

18 | P a g e
Depuis les années 1970, il existe deux types de fixation de prothèse de hanche. La première
consiste à insérer l'implant directement dans le fémur, et la seconde consiste à insérer l'implant
avec du ciment osseux chirurgical comme interface entre l'os spongieux et la surface du matériau.
C'est Sir John Charnley qui a développé le premier programme de prothèse totale de hanche
cimentée. A ce stade, il est donc possible d'insérer une prothèse de hanche en acier inoxydable
avec ou sans ciment osseux chirurgical. Par la suite, d'autres matériaux ont été développés pour
construire des prothèses de hanche.
L'utilisation des biomatériaux suit la même évolution que l'aviation, car nous essayons d'utiliser
un matériau mécaniquement plus résistant que l'inox. De plus, le problème avec l'acier est qu'il
est sensible à la corrosion dans un environnement physiologique. La très bonne résistance à la
corrosion de l'alliage de titane lui confère une excellente biocompatibilité. Les alliages de cobalt
et de chrome sont également utilisés pour fabriquer des prothèses de hanche. Ce matériau est
difficile à forger et à rouler. Au début, il était moulé, mais sa structure semblait très inégale. Fait
intéressant, afin d'obtenir un matériau très uniforme, afin qu'il puisse obtenir un bon état de
surface, il a été synthétisé par métallurgie des poudres dans les années 1960. L'utilisation de ce
matériau est également due au fait qu'il a une dureté plus élevée que l'acier inoxydable, il a donc
une meilleure résistance à l'usure.
Le développement réside dans l'amélioration des propriétés mécaniques par des effets d'alliage.
Depuis les années 1970, la céramique a été utilisée pour remplacer le métal dans l'articulation de
la tête de la paire de friction métal/polyéthylène de la prothèse de l'articulation de la hanche. En
effet, le frottement et l'usure du polyéthylène sur la tête fémorale en oxyde d'aluminium sont 20
fois inférieures à ceux de la tête fémorale en alliage cobalt-chrome. Nous avons donné quelques
éléments pour comprendre l'évolution des différents matériaux pour remplacer l'articulation de la
hanche. [20]

II.3 Prothèse PTH

II.3.1 Définition
Par prothèse de hanche, on entend l'utilisation d'une articulation artificielle constituée d'une partie
fémorale, d'une partie acétabulaire (gravée dans le bassin) et de la partie médiane entre les deux
pour modifier l'articulation endommagée. La cupule est la prothèse acétabulaire et la prothèse
fémorale sur l'articulation de la hanche.
II.3.2 Les composantes d’une PTH
D’une manière générale, une prothèse totale de la hanche est composée de trois éléments
principaux : une tige fémorale, la cupule et la tête fémorale qui intercale entre la cupule et la tige.
 La tige fémorale est la partie basse de la prothèse totale de la hanche c’est elle qui assure la
stabilité et le transfert de la charge au fémur, implante dans le canal médullaire du fémur à
l’aide de ciment acrylique, ou bloque en force. Il existe deux types
 Les tiges droites.
 Les tiges anatomiques.
 Une cupule est une pièce creuse qui est scelle dans le bassin recevant la tête prothétique.
Elles peuvent être fixées dans le bassin soit par un ciment (fixés à l’os par du ciment
orthopédique), soit non ciment. Il est possible d’ajouter des fixations telles que des vis pour
améliorer la fixation de celui-ci, ce type de cupules appelés les cupules visées, il existe
d’autres types comme les cupules impactés et les cupules à double mobilité.
 La tête de fémur est dispositif à une forme sphérique qui s’articule avec une cupule pour
forme l’articulation de la hanche. Elle peut être indépendante de la tige ou non. Ils sont
différents par leurs diamètres et leurs compositions (couple de frottement).

Figure II11: Les composantes de la prothèse totale de la hanche. [21]


II.4. Déférents types des prothèses
Les prothèses totales de hanche peuvent être classées en plusieurs types suivants : leur nature des
matériaux utilise dans la structure, leur forme de la et leur mode de fixation et les couples de
frottements.

II.4.1 Matériaux utilisé


Les matériaux (biomatériau) qui sont utilisés pour la fabrication d’une prothèse doivent être
biocompatibles, résister à la corrosion et aux fractures de fatigue du matériel à cause de
l’existence d’un contact avec les tissus vivants et/ou les fluides biologique pour remplacer un
organe dans le corps humain. On distingue trois familles de matériaux :
 Métaux : sont des aciers inoxydables, les alliages chrome-cobalt et les alliages de titane.
Ces alliages présentent une excellente biocompatibilité, une résistance à la corrosion
importante et une résistance mécanique élevée.
 Céramiques : il existe principalement deux types de céramiques utilisées en orthopédie.
La céramique de zircone (oxyde de zirconium) et la céramique d’alumine (oxyde
d’aluminium) parmi ces propriétés : une excellente bio compatibilité, une dureté très élevée et
d’excellentes propriétés de lubrification.
 Polymères : le polyéthylène (PE) est le polymère principal utilisé pour des applications
orthopédiques.il reste le polymère le plus utilisé à cause de don faible cout et de sa facilité de
fabrication.

II.4.2 Mode de fixation

La fixation des composantes de la prothèse totale de hanche se fait avec le ciment ou sans ciment.
Donc il existe deux types de PTH : prothèse cimente et non cimente. Si un seul des deux
composantes cimente, il s’agit d’une prothèse hybride. [21]

II.4.3 La forme de la tige


Les tiges de la PTH ayant des formes géométriques déférentes que soit : droite (standard), plus ou
moins courbé (anatomique) et de section rectangulaire ou cylindrique.
A) B)

Figure II12 : Déférentes formes de tige fémorale. A) prothèse standard, B) prothèse anatomique.
[23]

II.4.4 Le couple de frottement

Les prothèses totales de hanche peuvent être classifiées selon le couple de frottement entre la tête
de la tige fémorale et la cupule dans la cotyle. On distingue actuellement cinq types de couples de
frottements qui sont : Métal/PE, Alumine/Alumine, Alumine/PE, Zircone/PE et le Métal/Métal.
[24]

II.5 Principe de l’intervention chirurgicale


Le chirurgien commence d’abord de faire une incision, puis sépare l’articulation de la hanche des
ligaments et des muscles. Selon des calculs précis faites à partir de radiographie, le chirurgien est
excisé La tête de fémur endommage et douloureuses, et est enlevé le cartilage. Ensuite, il retire
les parties abimées de l’os du bassin (l’acétabulum) et remplace par une cupule artificielle, est
positionne un insert articulaire dans cette cupule.
L’étape suivantes consistes à préparer la cavité médullaire dans l’os de la cuisse (fémur), est
remplacé la tête de fémur par un dispositif ayant la forme d’une boule qui mis sur une
tige métallique (forme d’une râpe). Ces râpes adéquates de dimension croissantes sont
successivement introduites dans la diaphyse de fémur. La dernière râpe se bloquant dans le
fémur, la taille définitive de la tige de fémur. Alors la tige fémorale est insérée dans la cavité,
puis le chirurgien manipule les deux parties et insérer la tête fémorale dans la cavité acétabulaire.

Une fois la nouvelle articulation en place, le chirurgien répare les muscles et les ligaments.
Enfin, l’articulation artificielle de la hanche est reconstruite. [25]

Les schémas suivants illustrent la pose d’une prothèse totale de la hanche, suite à une arthrose.

Figure II.3 : Arthroplastie de la prothèse totale de la hanche [26]

II.6 Complications et reprise


Malgré l’amélioration des techniques médicales et chirurgicales. Il existe plusieurs types de
complication qui survenir et mettre en péril la réussite de l’arthroplastie totale de la hanche. Elles
sont fréquentes et sont causes de reprises de chirurgie prothétique et rendre leur prise en charge
très difficile. Parmi celles-ci il y a l’usure, la fracture du fémur post opération et le descellement.
II.6.1 L’usure
C’est un phénomène lie au couple de frottement entre la tête de la prothèse fémorale
habituellement et la cupule en polyéthylène. Dans la prothèse métal- métal l’usure est presque
absent, mais elle n’est pas tout à fait négligeable car les fines particules métalliques produites par
cette usure, ont un rôle dans certaines réactions de l’os.

II.6.2 Fracture du fémur post opération

C’est un phénomène lie généralement liée à la fatigue. On distingue six mécanismes préférentiels
dans : les traumatismes violents, les raideurs de hanche sur ossification péri-prothétique, les
fractures pathologiques, les doubles montages, le descellement prothétique, et les erreurs
technique.

Figure II.4 : Type de fractures du fémur postopératoires [27]

II.6.3 Le descellement
C’est un phénomène qui provoque des micromouvements des pièces prothétiques qui ne sont plus
fixées à l’os. Les causes de descellement aseptique sont essentiellement de deux ordres,

 Mécanique (déviation de contraintes)


 Biologique (réaction aux débris d’usure de la prothèse : polyéthylène, ciment, métal)
II.7 Planification des prothèses de la hanche
Lors de la pose de l'implant, le chirurgien essaiera de respecter certaines normes : le bon
positionnement et la bonne taille de l'implant, un ancrage osseux stable et ferme, la restauration
des composants fonctionnels de l'articulation de la hanche, notamment sa résistance, sa stabilité
et sa flexibilité. Ne pas causer de longueur inégale entre les membres inférieurs.

Le chirurgien dispose d'une série d'implants pour tenir compte des variations anatomiques, mais il
doit choisir judicieusement. Il doit également être capable de mesurer la longueur des membres
inférieurs et d'évaluer certaines distances, comme l'offset fémoral. Par conséquent, il est
nécessaire.

La planification est l'un des moyens de prévoir d'éventuelles difficultés opérationnelles et de


démarrer le choix des implants et des techniques d'implantation.

Il existe deux types de plans : les plans radiographiques (2D) et les plans informatiques (3D).

II.7.1 Planification radiographique (2D)


Utilisée principalement la technologie de superposition pour compléter la prise de vue du visage.
Ce type de planification souffre de nombreux aléas : le facteur de grossissement, la position du
bassin et la position du patient dépendent du fait qu'il soit couché ou debout. Par conséquent, sa
reproductibilité est variable et est généralement jugée juste. En effet, il ne peut pas comprendre la
qualité du tissu osseux, il peut être imprécis lors du calcul de certaines distances (comme le
décalage fémoral dû à la rotation), et ne peut pas accéder au plan axial.

Figure II.5 : Planification radiographique sur radiographie de face [28]


Compte tenu de ces limites, les praticiens se penchent sur le deuxième type qui est la
planification 3D.

II.7.2 Planification numérique (3D)


La planification 3D s'est avérée reproductible et fiable. Il est complet : plusieurs mesures sont
autorisées, ou automatiquement, pour mieux décrire les conditions préopératoires, et un contrôle
postopératoire est possible.

La planification informatique peut également simuler l'implantation et détecter certaines


complications peropératoires qui ne peuvent être détectées par les rayons X. Cependant, il doit
être formé pour l'utiliser correctement et pour le mesurer correctement.
La figure ci-dessous montre l'implantation préopératoire et sa simulation.

Figure II.6 : Planification 3D et simulation de l’implantation [28]

Le succès de ce type de planification commence par l’obtention d’un examen scanner de bonne
qualité sous le format DICOM. Ce format permet la lecture informatique des informations
transférées et lues sur un ordinateur.

Avant de mettre en place les fantômes d’implants, il faut faire plusieurs choses : d’une part,
effectuer certaines mesures caractérisant le patient sur les coupes et la télémétrie, d’autre part,
réorienter dans les volumes reconstruits de façon à pouvoir calculer les déplacements créés par la
mise en place dans des fantômes d’implants. [28]
Conclusion
Le but d’une arthroplastie de hanche est de rétablir une fonction articulaire indolore de façon
durable. Cet objectif demande un bon positionnement des implants prothétiques. Pour que ce
dernier soit optimal, il doit permettre : la restauration de la longueur du fémur, la restauration de
l’antéversion du col, la restauration de l’offset fémoral.

En effet, la conception des implants et leur positionnement sont des facteurs importants en
arthroplastie totale de hanche, afin de minimiser le risque de conflits intra-auriculaires
prothétiques, au cours des mouvements requis pour les activités quotidiennes.

Dans cette optique, le chapitre suivant consistera à mettre en exergue les méthodes et les
méthodes et les matériels exploités pour planifier un bon positionnement d’une prothèse total de
hanche.
CHAPITRE III : MATERIELLE ET METHODE
CHAPITRE III : MATERIELLE ET METHODE

Chapitre III : Matérielles et méthodes

Introduction
Après avoir définir, dans le chapitre précédent, la planification 3D et son intérêt dans
l’arthroplastie de la prothèse totale de hanche ainsi le mentionnent des complications qui
surviennent sur le patient. Maintenant dans ce chapitre, en premier lieu, On va viser les
différentes définitions des indices biomécanique rapportes dans la littérature qui requis dans
l’implantation d’une prothèse totale de hanche.
En second lieu, on va parler sur l’outil d’imagerie médicale qu’on a utilisé pour le repérage 3D
du fémur, ensuite, on a mis en lumière la méthode d’implantation utilise dans notre étude. Enfin,
on va introduit la méthode des éléments finis.
III.1 Indices biomécaniques du fémur
Pour définir les critères d’implantation de la prothèse des membres inférieurs. Il est nécessaire
d’identifier de différents indices biomécaniques, de façon pratique, ces indices sont estimes soit à
partir des images bidimensionnelles, soit à partir des modelés 3D. Pour chacune des deux
technique, ces indices base sur la définition des axes anatomique principaux associes à des
repères anatomiques précis. A partir de ces axes, un ensemble d’angle et/ou de distance est
calculé. [3]

III.1.1 Repères anatomiques


Les principaux repères fémoraux sont définis soit par le centre de la tête fémorale ou par le centre
du genou. Ils sont déterminés de la manière suivante :
 Le centre de la tête fémorale est défini comme étant le centre géométrique de la tête
fémorale C (Figure III.1.A).
 Le centre du genou est le point de convergence de l’axe mécanique tibial et
l’axe mécanique fémorale, est déterminé par plusieurs méthodes, MORELAND propose
cinq points différents et très proche et prendre le point moyen comme un centre du genou.
DUPQRC et MASSAR déterminent ce point étant l’intersection d’une ligne tangente aux
condyles fémoraux avec la perpendiculaire abaisse du milieu de la ligne qui joint les
29 | P a g e
CHAPITRE III : MATERIELLE ET METHODE
épines

30 | P a g e
tibiales. DELTOUR et AL, quant à lui, considère que le centre du genou est situé au
milieu de la ligne qui joint le sommet des épines tibiales (Figure III.1.B).

A) B)

Figure III.1 : Les repères anatomiques A) le point fémoral supérieur, B) le centre du genou
(méthode de MORELAND). [3]

III.1.2 Principaux axes


Le chirurgien utilise généralement six axes fondamentaux qui identifier par la pratique clinique et
des informations médicale disponible (imagier médicale), et aussi utilise dans la planification des
prothèses. Il est séparé en deux types les axes mécaniques et les axes anatomique.
 L’axe mécanique fémoral s’entend du centre de la tête fémorale au centre du genou.
 L’axe mécanique tibial va le centre du genou au centre de la cheville.
 L’axe bi condylien distal est défini comme un axe qui passe par les deux centres des
sphères condyliennes distaux fémoraux.
 L’axe des fonds de plateaux ou axe bi glénoïdien relie entre les deux centres des palataux
tibiaux.
L’axe du col fémoral : tous les auteurs s’accordent à dire que cet axe passe par le centre de la
tête fémorale et le fut du col. Dans la littérature, il existe plusieurs définitions de cet axe qui ont
été proposées par YOSHIOKQ et al, RUBIN et al. Ces définitions présentes ci-dessous :
 YOSHIOKQ (1987) considère que cet axe est passe entre le centre de la tête fémorale C
et le milieu de la section minimale du col N (Figure III.2.A).
 RUBIN 1(1992) quand lui fait l’axe du col fémoral passe par le centre de la tête fémorale
C et le point K, le point K est l’intersection entre l’axe anatomique du fémur et axe D
perpendiculaire à ce dernier, est situé à 20 mm au-dessus du petit trochanter (Figure
III.2.B).

Figure III.2 : différentes méthodes de calcul de l’axe du col fémoral. A) YOSHIOKA,


B) RUBIN. [3]

L’axe anatomique fémoral : c’est l’axe qui traverse le fut diaphyse. Sa définition est moins
évidente à cause de la courbure antérieure et externe de sa diaphyse. Comme pour l’axe du col,
ses définitions sont diverses et variées.

Le tableau suivant résume les différentes méthodes de calcul de l’axe anatomique


fémoral rapportes dans littérature (Tableau III.1).
Tableau III.1 : Les méthodes de calcul l’axe anatomique fémorale. [3]

Auteurs Définition de l’axe anatomique Illustration


fémoral.
YOSHIOKA Passe par le milieu du genou O et
(1987) le milieu de la section Sc au-
dessous du petit trochanter au
niveau de la diaphyse proximale.

MORELAND Passe par deux points a hémi


(1987) distance entre les deux corticales et
situes l’un, à 10 cm de l’axe
bicondylien distal II et l’autre à 50
% de cette même ligne I.

GRAY (2002) Passe par le milieu du genou K et


le sommet du grand trochanter S.
NAGAMINE Deux axes anatomique l un
(2007) représente par la diaphyse distale
du fémur (passant par deux points
a hémi distance entre les deux
corticales) et l’autre par la
diaphyse proximale.

La figure ci-dessous indique les différents axes.

Figure III.3 : Les axes 1) L’axe mécanique fémorale 2) L’axe mécanique tibial 3) L’axe
bicondylien distal 4) L’axe des fonds de plateaux. [3]

III.1.3 Déférents paramètres de la hanche

La connaissance des paramètres du fémur est très importante dans le diagnostic et le choix
thérapeutique lies aux de la hanche et à la pose de prothèses. Ces paramètres sont :
 Angle cervio-diaphysaire : angle forme entre l’axe anatomique du fémur et l’axe du col
fémoral. Il est, en moyenne, de 125.
 Longueur du fémur : représente une distance entre le centre de la tété fémorale et le plan
infra condylaire perpendiculairement.
 Longueur de col longueur : mesure entre le centre de la tête fémorale et le sommet de
l’angle cervico-diaphysaire.
 Angle d’obliquité : angle compris entre l’axe perpendiculaire au plan infra condylaire et
l’axe anatomique du fémur.
 Distance inter acétabulaire : il est défini comme étant la distance entre les centres
des deux têtes fémorales. [29]

Figure III.4 : Les différents paramètres de la hanche. [29]


Pour reconstruire la modélisation géométrique 3D des membres inferieure, on utilise les outils
d’imagerie médicale qui considérés comme étant des sources des données pré opérations.
CHAPITRE III : MATERIELLE ET METHODE

III.2 Outils d’imagerie médicale

L’outil d’imagerie médicale est un outil de diagnostic dispensable aux médecins qui permet de
visualiser une partie du corps humain ou d’un organe sans avoir à opérer le patient, et alors
permet d’évaluer son état et son fonctionnement.
Il existe plusieurs appareils d’acquisition d’images médicales qui déférents au niveau des
procèdes physique (le types de rayons : des rayons gamma, les rayons X, les ondes radio) utilisé
pour produire les images.
Parmi les procèdes d’imageries les plus couramment employés en médecine pour inspecter la
hanche suivants l’imagerie bidimensionnelle (2D) : la radiographie conventionnelle, l’imagerie
tridimensionnelle (3D) : Tomodensitométrie.
Dans la section suivante, nous nous intéressons aux modalités d’imagerie médicale base sur
absorption des rayons X plus présument la tomodensitométrie qui permet d’obtenir un modèle
géométrique tridimensionnelle de la hanche.

III.2.1 Les rayons X


Les rayons X ont été découvert par le physicien allemand « WILHELM Courad » en 1895, réalise
la première radiographie sur la main de sa femme.
Les rayons X sont des ondes électromagnétiques invisibles à l’œil et à très haute fréquence (dix
mille fois plus petite que celle de de la lumière). L’énergie produit est varié entre 10 Kev et 100
Kev. Les rayons X se produisent à l’aide d’un tube à rayons X, est un convertisseur qui
consomme L’énergie électrique pour produire des rayons X. en effet, l’émission des rayons X est
conséquence de la collision d’un faisceau d’électron accélère à grand vitesse dans un champ
électrique à partir d’une cathode, avec une cible en métal (en tungstène) appelles anode.
La figure ci-après représente un schéma du tube de rayon X.

35 | P a g e
CHAPITRE III : MATERIELLE ET METHODE

Figure III.5 : le tube de rayons X. [30]

Les rayons X capables de traverser des tissus mais en fonction de la nature dès la matière
traversée, ils sont plus ou moins absorbés. Cette différence d’absorption permet forme l’image
radiographie. [30]

III.2.2 Tomodensitométrie
Tomodensitométrie est appelé aussi la tomographie axiale assiste par ordinateur TAO ou
simplement scanner, a été disponible dans les années 70 et est la première modalité d’imagerie
qui a été rendue possible grâce à l’ordinateur.
C’est une technologie de radiographie numérique tridimensionnelle qui utilise les rayonne X et
un récepteur numérique. Il permet d’obtenir des informations volumiques par coupe sériées d’un
objet, en particulier du corps humain.
L’acquisition tomographie s’appuie sur le principe de l’absorption différentielle du rayonnement
par les différentes structures anatomiques traverses. Les récepteurs du rayonnement sont
constitués par des détecteurs électroniques qui transforment le rayonnement en signal
électronique. Les coupes axiales sont réalisées à partir des différentes projections transversales
obtenues par le système constituant l’appareillage.
La tomographie axiale permet de mesurer précisément la densité de la structure étudie, donner
des images d’une coupe de corps d’un facteur 100 par rapport à ce qui elle est en radiologie
conventionnelle. [31]
La figure ci-dessus décrit le principe de fonctionnement d’une tomodensitométrie.

36 | P a g e
CHAPITRE III : MATERIELLE ET METHODE

Figure III.6 : Principe de fonctionnement du scanner tomographie. [31]

III.3 Les prothèses étudiées


Modèle : prothèses totales de hanche de type anatomique et standard.

Type de fixation : non cimente.

Matériau : alliage de titane.

III.4 Méthode d’implantation utilisée


Pour pouvoir faire l’implantation de la prothèse totale de hanche dans le fémur requiert le
repérage du centre de la tête fémorale ainsi que Les deux axes fémoraux du fémur et deux
prothèses qui sont l’axe anatomique et l’axe du col.

Dans notre étude, nous avons identifié l’axe anatomique de fémur et l’axe du col fémoral suivants
les définitions de NAGAMINE 2007 et RUBIN 1992. Par rapport la prothèse, nous avons
identifié les deux axes suivante la norme ISO 7206-4 :2010 (E).

III.5 La norme ISO 7206-4

L’ISO 7206-4 est une fédération mondiale d’organisme nationaux de normalise, a été développé
par le comité technique ISO/TC 150 utiliser pour les implantes chirurgicaux des prothèses des os
Et des articulations. Cette norme comprend plusieurs parties. Parmi de cela nous avons utilisé la
partie 4 qui permet nous déterminons les propriétés d’endurance et des performances des tiges
fémorales. [32]

La figure ci-dessus représente les axes de la prothèse totale de hanche selon la norme ISO 7206-4

37 | P a g e
CHAPITRE III : MATERIELLE ET METHODE

Figure III.7 : Axes des deux types de prothèses totales de hanche selon la norme ISO 7206-4.1.
[32]
Comme il existe auparavant des études validées, aussi notre étude doit être ratifié, pour le faire,
nous avons mis en œuvre la méthode des éléments finis qui présente dans ce qui suite.

III.6 La méthode des éléments finis

III.6.1 Définition
La méthode des éléments finis a été développe dans les années 50, est considères comme un des
méthodes les plus pratiques de nos jours dans la résolution des problèmes mécanique des
structures. C’est une méthode de calcul numérique consiste à résoudre un problème des équations
aux dérivées partielle EDP linéaire ou non linéaire sur un domaine tridimensionnel de forme
quelconque, Afin de trouver des solutions approchées. Elle s’appuie sur une représentation
discrétisée de la géométrie complexe du modèle étudie en petite entités appelée « les éléments ».
Ces ´éléments sont connectés entre eux dans les sommets qui appelées « les nœuds de maillage »,
dont les déplacements constituent les inconnues du problème. Un maillage est donc ensemble des
nœuds connectés entre eux par des éléments. [26] [33]

III.6.2 Principe de MEF


En mécanique, la MEF utilise pour calculer les contraintes et les déformations à partir des forces
qui sont appliquées sur les nœuds, cela permet de déduire la réponse d’une structure. Ce type de
modélisation nécessite l’établissement une loi pour gérer le comportement de chaque élément (loi
de comportement). Cette modélisation passe par la création d’un modèle mathématique décrivant
les nœuds, les éléments, les propriétés des matériaux (loi de comportement sous sollicitation) et
les conditions aux limites. Le calcul par cette méthode est résumé dans quelque point suivant :
 Construire les matrices de rigidité élémentaires (𝐾𝑒) et des vecteurs chargements (F).

38 | P a g e
 Assembler ces matrices élémentaires dans une matrice de rigidité globale (K).
 Relie les déplacements (U) nodaux aux chargements nodaux (F) pour l’intégralité du
domaine physique.
F = [K] ∗ U
 Enfin, après avoir pris en compte les conditions aux limites, il reste à résoudre l’´équation
matricielle afin de trouver les déplacements nodaux et ainsi la déformation de la structure.
 Les contraintes peuvent être donc calculées à partir de ces déformations et de la loi de
Hooke.
σ= E∗ε
Il existe plusieurs types de maillage, parmi de cela nous avons choisi Dans notre étude le
maillage tétraédrique. Ce type de maillage est décrit ci-dessous.

III.6.3 Maillage tétraédrique


Le maillage tétraédrique est développé à partir des mêmes acquisitions mais les voxels sont
convertis en tétraèdres grâce un algorithme de traitement d’images. Les voxels sont subdivisés en
éléments tétraédriques dont la forme dépend des voxels voisins.
Un élément de maillage tétraédrique est défini par quatre nœuds aux sommets et six arêtes droites
les reliant. La figure suivante représente une schématisation d’un élément de volume tétraédrique
linéaire. [26] [33]

Figure III.8 : l’élément tétraédrique. [34] Figure III.9 : maillage de l’ensemble


cône-tête-cupule. [35]

Ce type de maillage permet de donner une surface régulière plus réaliste qu’un maillage
hexaédrique.
La MEF est une méthode performante qui a été largement développé avec un grand nombre de
logiciels. Le logiciel choisi pour faire cette étude est SOLIDWORKS.

Conclusion
A travers ce chapitre, nous avons appris que l’implantation de la prothèse totale de hache requiert
la détermination de certains indices biomécanique qui se présente par le centre de la tête
fémorale, l’axe anatomique fémoral et l’axe du col fémoral. En effet le choix de ces indices est
une étape très importante pour faire une planification optimale.
Ensuite, nous avons présente d’imagerie médical qui est considéré comme étant la base de la
retro- conception 3D, appelé communiant tomodensitométrie.
CHAPITRE IV : LA MODELISATION ET LA SIMULATION DE L’ENSEMBLE FEMUR-PROTHESE
CHAPITRE IV : LA MODELISATION ET LA SIMULATION DE L’ENSEMBLE FEMUR-PROTHESE

Chapitre IV : la modélisation et la simulation de l’ensemble fémur – prothèse

Introduction
L’objectif de ce chapitre est de vérifier le comportement mécanique des deux types de prothèses
(standard et anatomique) afin de faire une comparaison entre ces deux dernières.
Ce chapitre est présenté en trois parties. Dans la première partie, Nous faisons les différentes
étapes de la modélisation tridimensionnelle de l’ensemble fémur-prothèse qui se résument par
l’identification des différents axes selon la méthode site dans le troisième chapitre et
l’implantation virtuelle de la prothèse.
Dans la deuxième partie, nous allons entamée la modélisation numérique par la méthode des
éléments finis, cette dernier nécessite le respect les étapes suivantes : le modèle géométrie
tridimensionnel (CAO), la discrétisations en éléments (maillage), injection des propriétés
mécaniques, application des conditions aux limites et les charges, enfin, l’exécution. Dans la
troisième partie, nous allons interpréter les résultats.

IV. 1Simulation par éléments finis

Pour faire la simulation par la méthode des éléments finis, il faut respecter les trois étapes
suivantes :
1. La modélisation géométrique tridimensionnelle du modèle.
2. Cette étape contient :
 Le maillage du modèle générer ;
 La définition des propriétés mécanique du matériau du modèle ;
 L’application du chargement et des conditions aux limites au modèle.
3. L’exécution : dans cette partie nous allons exécuter deux simulations à savoir :
 La première concerne l’ensemble fémur + tige standard.
 La deuxième concerne l’ensemble fémur + tige anatomique.

42 | P a g e
IV.2 La première Partie (Modélisation géométrique tridimensionnelle de
l’ensemble fémur + prothèse)
Cette partie vise la modélisation géométrique tridimensionnelle de l’ensemble (fémur et prothèse
totale de la hanche) qui exiger l’implantation virtuel de la tige dans le fémur après avoir identifié
les indices géométriques tridimensionnelle tels que : l’axe anatomique fémorale, l’axe du col
...etc.

IV.2.1 L’identification des indices biomécanique du fémur


La première étape de la mise en place de la prothèse dans le fémur nécessite l’identification des
différents indices géométriques tridimensionnelle au niveau de fémur qui s’appuie sur les
définitions rapportes dans la littérature.

Les indices biomécaniques nécessaires sont le centre de la tête fémorale, l’axe anatomique
fémoral et l’axe du col du fémur. Pour obtenir ces indices, nous allons utiliser la méthode de
NAGAMIN. La figure ci-dessous illustre le résultat obtenu.

Figure IV.1 : Les deux axes de fémur, 1) axe anatomique fémorale ,2) axe du col fémoral.
IV.2.2 Implantation virtuel de la tige fémorale
Notre étude nécessite l’implantation virtuelle de deux modelés volumique (prothèse et fémur)
munis par des indices biomécaniques, ce dernier se fait par le logiciel de simulation, plus
précisément dans l’environnement d’assemblage. Nous allons importer la tige et le fémur comme
étant deux pièces à assembler afin de générer le modèle 3D de l’ensemble.
IV.2.2.1 Création de la géométrie de fémur
Un modèle plein tridimensionnel obtenu à l’aide de deux logiciels différents, dont le premier est
MIMICS, et le second est GEOMAGIC. Il comporte l’os corticale et l’os spongieux, de ce fait,
nous sommes amenés à sépares ces deux structures osseuses suivant des opérations booléennes
sous SOLIDWORKS.
Les figures de (IV.2 jusqu’à IV.4) représentent les modèles 3D du fémur, l’os cortical et spongieux.

A) B) C)

Figure IV.2 : modèle 3D du fémur, A) l’os spongieux, B) l’os corticale, C) fémur

IV.2.2.2 Les prothèses totale de hanche


Les deux dispositifs que nous allons implanter sont des prothèses totales de hanche de type
standard (ou symétrique) et anatomique, non cimente, disposent une tête fémorale modulaire. Le
matériau utilisé dans la fabrication de ces deux prothèses est un alliage de titane (Ti-6AL4V).
Dans le chapitre précèdent, nous avons dit que L’implantation des deux prothèses totales de
hanche est base sur la norme ISO 7206-4 qui permet de déterminer les axes d’implantation de ces
tiges fémorales et génère le modèle 3D de l’ensemble fémur- prothèse.

Frontal latéral

Figure IV.5 : les axes de la prothèse standard.


Frontal latéral
Figure IV.6 : les axes de la prothèse anatomique.

IV.2.3 Implantation virtuelle


Pour finaliser notre implantation, d’abord nous allons séparer l’os cortical et spongieux sur
logiciel SolidWorks, ensuite nous avons créé et enregistre le ficher obtenu sous forme d’un
fichier PART, il ne reste que l’importer dans le même environnement d’assemblage avec la
prothèse conçue, après nous avons implanté la prothèse totale de la hanche dans le fémur en
respectant les critères suivants :
 L’axe de la tige fémorale de la prothèse doit coïncider avec l’axe anatomique fémorale ;
 De même, l’axe du col de la prothèse doit parallèle à l’axe du col fémorale.
Une fois la prothèse est bien positionnée, on effectuer les opérations booléennes pour la résection
de la tête fémoraux selon la méthode orthopédique et on supprime une partie de tissu trabéculaire
(ou spongieux) comprise dans le cortical pour implant la tige.
La figure suivante représente l’implantation virtuelle des deux tiges
Le fémur.

La prothèse standard.

La prothèse anatomique.
A) B)
Figure IV.7 : le modèle géométrique de l’implantation. A) fémur - prothèse standard. B) fémur –
prothèse anatomique.

IV.3 Deuxième partie 2 : modélisation par éléments finis


La comparaison entre le comportement biomécaniques des deux prothèses (symétrique et
anatomique) ce fait numériquement via une simulation numérique qui s’est basée sur le calcule
par la méthode des éléments fini MEF. Nous avons utilisé cette étude pour déterminer certain
nombre de variable tels que la répartition des contraintes dans la tige fémorale, pour choisir la
prothèse la plus adapté entre les deux tiges fémorales.

IV.3.1 la description du modèle géométrique


Le modèle géométrique de l’étude est un assemblage entre deux pièces différentes (fémur- tige
fémorale). En effet, il est composé de trois composantes : l’os cortical, l’os spongieux et la tige
fémorale standard et anatomique.

IV.3.2 caractéristique mécanique


Une étude par la méthode des éléments finis nécessite l’affectation des propriétés mécanique de
la prothèse et le fémur. Notamment le module de Young (E) et le coefficient de poisson (𝖯).
 Propriétés mécaniques de La prothèse

Parmi tous les biomatériaux utilisé, nous avons choisi l’alliage de titane pour les deux types de
prothèse totale de hanche (standard ou anatomique), car est un matériau largement utilisé dans le
domaine de la biomécanique.

Les propriétés mécaniques de cet alliage sont illustrées dans le tableau IV.1.

 Propriétés mécaniques de L’os cortical et l’os spongieux

Nous avons indiqué précédemment que l’os est un matériau vivant, anisotrope et hétérogène. Ces
caractéristiques mécaniques dépendent de l’individu, la densité osseuse, des procèdes de mesure
et du traitement de l’échantillon. Ainsi, l’approche adopte dans notre étude comme dans la
plupart de études effectues dans ce domaine, on a considéré souvent l’os cortical et spongieux
comme des matériaux homogènes et isotrope caractérisés par une valeur unique du coefficient de
poisson et de module de Young. Cette hypothèse est retenue et justifier par Peng et al, 2006.

Les donnes des propriétés mécaniques des trois éléments l’os cortical, spongieux et l’alliage de
titane sont présents dans le tableau suivant

Tableau IV.1 : Les propriétés mécaniques des matériaux utilisés.

Corps Matériau Module de Young Coefficient de

MPA poisson

La prothèse Alliage de titane 104800.31 0.3

L’os Os cortical 16700 0.3

Os spongieux 308 0.3

L’affectation des propriétés de ces trois éléments (l’os spongieux, cortical et alliage de titane) se
fait au niveau de logiciel SolidWorks plus précisément dans l’environnement de simulation.

IV.3.3 Le maillage
La simulation numérique a été réalisée en utilisant un élément volumique de type tétraédrique à
quatre nœuds, car la géométrie du fémur est irrégulière. La discrétisation du modèle en utilisant
des éléments tétraédriques rend le maillage l’automatique plus facile.

Figure IV.8 représente le maillage des deux ensembles.

A) B)

Figure IV.8 : maillage 3D de l’ensemble fémur – prothèse par éléments finis. A) fémur –
prothèse anatomique, B) fémur – prothèse standard.
Le tableau (IV.2) représente les informations concernant le maillage globale de modèle
géométrique de l’implantation (prothèse - fémur).

Tableau IV.2 : Information sur le maillage.

Information sur le maillage

Prothèse anatomique Prothèse standard

Type de maillage Volumique Volumique

Taille de l’élément 3mm 3mm

Nombre de l’élément 77648 77880

Nombre de nœud 126528 127000


IV.3.4 applications des chargements et les conditions aux limites
IV.3.4.1 les conditions aux limites
Les conditions aux limites sont nécessaires pour définir l’environnement de fonctionnement du
modèle. On applique un encastrement (géométrie fixe) imposé à la dernière section de la partie
distale du fémur, les déplacements et les rotations de l’ensemble ont été empêchés. Ainsi, nous
considérons que le frottement au niveau de l’interface entre l’os spongieux et la prothèse est
négligeable (un contact parfaitement collé).

IV.3.4.2 le chargement
Nous passons maintenant à l’introduction des contraintes appliqués sur l’ensemble fémur-
prothèse. Il a été démontré que le chargement mécanique appliqué sur l’articulation de la hanche
peut être représenté en définit les forces musculaires (Rm) et la résultante (R). Dans notre étude,
nous basons au chargement le plus critique de la marche, lors de l’appui monopodal.

La liaison muscles-fémur a été remplacés par l’application de deux Chagres équivalents aux
efforts musculaires induits par le poids propre, dont le premier est la résultante des forces
abductrices (Rab), et le second est une résultante des forces adductrices (Rad). Les deux (𝑅𝑎𝑏) et
(𝑅𝑎𝑑) sont remplacés pour donner la force de résultante (Rm).

La résultante R est adapté en fonction du poids de l’individu (P).

Le bilan des efforts est donné comme suite :

 Les forces abductrices Rab = 0.6 *P ;


 Les forces adductrices Rad = 1.79 *P ;
 La résultante R= 4.9 *P.

La figure en dessous représente la résultante des efforts appliqués au niveau de l’articulation de la


hanche et ses trois composantes FX , Fy et Fz dans le système de coordonnées R du fémur. [36]
Figure IV.9 : les chargements appliquent sur le fémur.[36]
Le bilan des efforts, pour un patient dont le poids égale 700 N (m = 70Kg) est comme suite

 Les forces abductrices Rab = 420 N ;


 Les forces adductrices Rad = 1253 N ;
 La résultante R = 3430 N.

Dans ce qui suit, nous avons récapitulé dans le tableau 1 les valeurs de la projection de ces forces
dans le système d’axe du fémur R= (o, x, y, z).

Tableau IV.3 : Charges dans le système des axes lie au fémur.

Désignation Résultante R Efforts musculaires [N]

[N] Les forces Les forces


abductrices 𝐑𝐚𝐛 adductrices 𝐑𝐚𝐝

𝐅𝐱 -418.01 -264.31 -931.16

𝐅𝐲 -829.792 0 -1184.73

Fz -3404.43 326.4 838.42


Les chargements sont appliqués sur des cercles de 20 mm2 pour les forces abductions, 1.5 mm2
pour les forces adductions et 3 mm2 pour le résultant.

IV.4 Troisième partie (résultats et interprétation)


Cette partie est consacrée pour la simulation numérique des deux modèles géométriques
(prothèse anatomique-fémur et prothèse standard-fémur). Ces modèles sont exécutés sur le
logiciel CAO, cela nous permet d’obtenir des résultats quand va les interpréter par la suite.

Cette analyse numérique est effectuée dans le but de vérifier l’influence de la forme géométrique
de la prothèse totale de hanche sur la distribution de la contrainte de Von Mises. Cette contrainte
permet de faire une comparaison entre de deux types de prothèses.

IV.4.1 Analyse des contraintes de Von Mises


Nous avons concentrés sur la distribution des contraintes au niveau du fémur, des deux prothèses
et l’ensemble fémur-prothèse. Pour faire cela, nous illustrons, pour chaque cas, la contrainte de
Von Mises suivante le long de la ligne verticale au niveau de toutes les composantes de
l’ensemble.

IV.4.1.1 Répartitions des contraintes dans l’ensemble le fémur-prothèse


Nous allons focaliser sur la distribution des contraintes au niveau du fémur, des deux prothèses et
l’ensemble fémur-prothèse. Pour faire cela, nous illustrons, pour chaque cas, la contrainte de Von
Mises le long de la ligne verticale au niveau de toutes les composantes de l’ensemble.
Figure IV.10 : Répartition de contrainte de Von Mises au niveau du modèle fémur- prothèse
anatomique.

Figure IV.11 : Répartition de contrainte de Von Mises au niveau du modèle fémur-prothèse


Standard.
A partir de la figure ci-dessus nous avons comparé la distribution et le niveau des contraintes
pour les deux modèles. Nous avons remarqué que dans les deux modèles la répartition des
contraintes équivalente de Von Mises n’est pas homogène dans toute la jonction fémur-prothèse
(dans les deux cas), ainsi, nous avons trouvées que la contrainte équivalente de Von Mises est
supérieure pour le modèle utilisant la prothèse anatomique par rapport à celui utilisant la prothèse
standard.

Dans le premier modèle (figure IV.10) la contrainte Max de Von Mises est 538.

Dans le deuxième modèle (figure IV.11) la contrainte Max de Von Mises est 429.

IV.4.1.2 de contrainte dans la prothèse


La répartition de contrainte au niveau des deux implants (anatomique ou standard) est
représentée dans les figures (IV.12, IV.13). On remarque que le champ de contrainte dans les
deux tiges est quasi-uniforme à l’exception le secteur antérieur médiale du col des deux tiges. On
relève que la valeur maximale de la contrainte de Von Mises des deux tiges anatomique et
standard est respectivement 179MPa et 175 MPa.
Figure IV.12 : Les résultats de la prothèse anatomique.

Figure IV.13 : les résultats de la prothèse standard.

Pour mieux voir la répartition de la contrainte et au même temps faire la comparaison entre les
deux prothèses, nous avons tracé les courbes de la contrainte de Von Mises en fonction de la
distance suivant la direction OZ dans la vue latéral. Tout ça est représenté dans la figure ci-
dessous.
la repartition de contrainte
200
180
la contrainte de von mises

160
140
120
100
80
60
40
20
0

0 5 10 15 20 25 30

la distance Z

la prothese standard

la prothese anatomique

Figure IV.14 : la répartition de la contrainte de Von Mises aux niveaux des prothèses
anatomique et standard suivant la direction latérale.

Dans la direction latérale, la répartition des contraintes dans la prothèse anatomique et standard
présente par des courbes comporte des pics. A partir de ces résultats nous avons confirmé que la
concentration des contraintes dans la tige standard est faible par rapport la tige anatomique, ainsi
que l’amplitude de la tige standard est inferieurs à celle de la tige anatomique.
IV.4.1.3 Répartitions de contrainte dans le fémur
L’analyse de la répartition de contrainte au niveau de fémur est très importante pour le but
d’avoir l’effet de l’implant sur le comportement du fémur. C’est pourquoi, nous avons tracés la
courbe de la répartition de la contrainte équivalente de Von Mises au niveau de ce dernier dans
les deux modèles. C’est courbe sont présente Dans La figure suivante,

la répartition de contrainte

250
la contrainte de von mises

200

150

100

50

0
0 5 10 15 20 25 30
la distance Z

la prothese standard

la prothese
anatomique
Figure IV.15 : La répartition de contrainte de Von Mises aux niveaux du fémur suivant la
direction latérale.

Les deux cas de l’implant présentent une concentration des contraintes au niveau de fémur de
même allure. Donc la concentration de contraintes n’est pas forte mais il y a une déférence dans
l’amplitude.

IV.4.1.4 Répartitions de contrainte dans la coupe


Nous avons fait une coupe pour les deux ensembles a pour but de comparer la distribution de la
contrainte entre l’os spongieux et la tige fémorale. Ces derniers sont illustrés par la figure
(IV.16).

On relève que la répartition de contrainte engendrée au niveau du l’os spongieux de l’implant


anatomique est faible que dans l’implant standard.

A) B)
Figure IV.16 : la coupe du modèle. A) fémur – prothèse standard, A) fémur – prothèse
anatomique.

IV.4.2 Analyse des déplacements


Dans cette section, Nous sommes intéressés sur les déplacements des deux implants (prothèse
anatomique et standard) par rapport l’axe OZ. La variation de ce déplacement est donnée par la
figure (IV.17), sur laquelle on remarque que la valeur maximale de déplacement est donnée par la
valeur 3.25 mm dans le cas de la prothèse anatomique et 3.09 mm dans la prothèse standard, est
situé au niveau de la tige fémorale dans les deux types de prothèses.

A) B)
Figure IV.17 : Le déplacement dans les deux prothèses. A) la prothèse anatomique, B) la
prothèse standard.

Conclusion
Dans ce chapitre une étude de modélisation a été menée afin de comparer le comportement
mécanique de deux types de prothèses (anatomique et standard).

Les résultats obtenus, nous permet de tracer des courbes des contraintes de Von Mises pour les
deux ensembles (fémur-tige standard) et (fémur-tige anatomique), le déplacement par rapport a
l’axe Z pour les deux prothèses a été déduit aussi. Grâce à la modélisation par élément finis, nous
avons pu comparer les deux différentes tiges fémorales. Cette comparaison est relative au fémur
considéré et aux deux modèles de la prothèse implantée.

Dans cette étude, et selon la forme de notre fémur nous concluons que la tige standard représente
une bonne répartition des contrant par rapport à la tige anatomique.
CONCLUSION GENERALE
CONCLUSION GENERALE

Conclusion générale

Notre travail qui s’achève ici, s’est focalisé sur l’étude de l’articulation de la hanche dont la
dégradation est source de plusieurs pathologies, qui requièrent son remplacement par une
prothèse totale de hanche. Par ailleurs, un choix non adéquat de la tige fémoral diminue d’une
façon considérable la durée de vie cette dernière d’où la nécessité de faire une bonne analyse
avant l’intervention chirurgicale. De ce fait, la détermination de la forme géométrique de la tige
fémorale qui convient au fémur est primordiale pour prévoir une bonne répartition des contraintes
et pour prévoir un meilleur transfère des efforts de la prothèse au fémur.

Dans ce contexte, notre étude ayant pour objectif la comparaison entre deux déférentes tige
fémoral (tige anatomique et tige droite classique), en utilisant la modélisation par éléments finis
pour sélectionner la tige la plus performent.

Pour ce faire, nous avons procédé en premier lieu à une revue de littérature ayant trait à
l’anatomie et à la physiologie, indispensable à la compréhension des mouvements, des charges et
leur transmission.la recherche documentaire a également porté sur les déférentes formes des
prothèses totales de la hanche, les indices biomécaniques et les méthodes d’implantation
existantes. En deuxième lieu, nous avons entrepris la modélisation par éléments finis en
respectant plusieurs étapes, à savoir l’implantation virtuelle de la géométrie tridimensionnelle
réelles et l’exécution du calcul.

Afin d’élaborer une comparaison entre les deux tiges fémorales, nous avons tracé, pour chaque
forme de tige, la répartition des contraintes de Von Mises au niveau du fémur et de la prothèse. A
partir de ces résultats nous avons confirmé que dans les deux tiges qu’il est une concentration des
contraintes, ainsi que l’amplitude de la tige standard est inferieurs à celle de la tige anatomique.

Donc dans cette étude, et selon la forme de notre fémur nous concluons que la tige standard
représente une bonne répartition des contrant par rapport à la tige anatomique.

60 | P a g e
BIBLIOGRAPHIES
BIBLIOGRAPHIES

Liste bibliographiques
1. www.ikonet.com
2. Mr KHOUALDI Salah. Conception géométrique d’une Prothèse Totale de Hanche en
matériau à mémoire viscoélastique. MAGISTER EN GENIE MECANIQUE. Option :
Construction Mécanique. UNIVERSITE DE BATNA.
3. YASMINA CHAIBI. Adaptation des méthodes de reconstruction 3D rapides par
stéréoradiographie : modélisation du membre inferieure et calcul des indices clinique en
présence de déformation structurale. Université : sciences des métiers de l’ingénieur, Mai
2010.
4. B. BOUSSAFSAF. Généralités sur l’anatomie du corps humain. Université de
Constantine. 2015.
5. Biomécanique plans et axes et orientation dans l’espace.
6. Claire WYTTYNCK. Arthroplasties primaires et de reprise de la hanche en France :
facteurs associés aux séjours courts. Analyse de la base PMSI 2008-2014. Thèse doctorat.
7. Dr BENDJELLOUL Maya. L’os coxal. Université SALAH BOUBNIDER Constantine
3.
8. Abderrahim NADIR. Anesthésie pour prothèse totale de hanche (à propose de 50 ans).
Thèse doctorat. 2015.
9. A digital library of anatomy information. www.anatomyatlases.org/ dernier access
September 2009.
10. www.brazoria-county.com/sheriff/id/skeletal/lower-limbbones/left_femur_proximal.htmn
dernier accès septembre 2009.
11. Angier, T. Boyer, R. Rathi. Traitement arthroscopique des lésions du labrum acétabulaire.
12. Marco Lambert. Le système squelettique et musculaire chez l’homme. Novembre 2004.
13. Physiologie articulaire - Membre inférieur. Editions Maloine Paris, 5ème édition.
14. www.pennhip.org
15. Justine GARCIA. Evaluation Numérique De Nouveaux Implants de hanche avec
Matériau Novateur (Métal Poreux). Ecole de Technologie de la santé. 2014.
16. https://i1.wp.com/osteopathe-florkow.fr/wp-content/uploads/2014/06/balance-de-
pauwels.jpg.

a|Page
BIBLIOGRAPHIES

17. https://chirurgie-hanche-nantes.fr.
18. Mlle. OUKSAKA Amina. Les fractures homolatérales du col et de la diaphyse fémorale
traitées par ECM antérograde couple à un vissage du col. Thèse doctorat en médicine.
19. NAILI Mokhtar. Modélisation géométrique d’une prothèse totale de hanche. Mémoire
de Magistère en Mécanique, spécialité : construction mécanique. 2009.
20. Biomécanique et biomatériaux : Didier Geiger et tout le laboratoire et biomatériaux
ostéo-articulaire. Université Paris XII, Université Paris 7, C.N.R.S. France.
21. XIAOSU HU. Approche Probabiliste de la Propagation des Incertitudes dans le Modèle
Mécano – numérique du système couplé « fémur – prothèse non cimentée ». Thèse
doctorat en génie mécanique. Université Blaise Paxal – Clermonti. Novembre 2010.
22. MLLE. BENDAOUIA Meryem. Les arthroplasties de hanche : quelle prothèse, pour
quelle indication. Thèses doctorat. 2011.
23. https://www.medicalexpo.fr.
24. Prothèses totales de la hanche : évaluation du choix de la prothèse et des techniques
opératoires, ANAES, octobre 2001.
25. REBBAH Abd eraouf. Etude, conception et simulation sous SOLIDWORKS d’un
système de freinage « frein-disque type ABS et EBD ». Mémoire en génie mécanique.
Université Larbi Ben Mhidi Oum-El-Bouaghi.
26. Baptiste DEPALLE. Influence de l’hétérogénéité des propriétés mécaniques sur la
résistance de l’os trabéculaire humain. Thèse doctorat en génie Mécanique. Spécialité :
Biomécanique. L’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon.2011.
27. Emmanuel Favreul et al. Classifications et scores en chirurgie orthopédique et
traumatologique Volume I. Hanche, Genou, Rachis. Ed. Springer. Paris 2008
28. PASQUIER et al. Planification informatique d’une prothèse totale de hanche-Intérêt dans
l’utilisation d’une prothèse à col modulaire. Disponible sur http://www.maitrise-
rthopedique.com/articles/planification-informatique-dune-prothese-totale-de-
hanche-interets-dans-lutilisation-dune-prothese-a-col-modulaire-624. Lille, France.
29. Ann. KINESITHER. Etude de la croissance du fémur. Paris, 1995.
30. https://www.larousse.fr .
31. QUIJANO Sergio. Contribution à la reconstruction 3D des membres inférieurs
reconstruits à partir des radios bi-plane pour l’application à la planification et au suivi des
chirurgies. Thèse doctorat en biomécanique. L’école Nationale Supérieurs d’Arts et
b|Page
BIBLIOGRAPHIES
Métiers.

b|Page
BIBLIOGRAPHIES

32. INTERNATIONAL STANDARD. Implants for surgery – partial and total hip joint
prostheses – part 4: determination of endurance properties and performance of stemmed
femoral components.
33. HAUSSELLE Jérôme. Etude de la dégradation par chocs de têtes et cupules de prothèse
de hanche en biomécanique. Thèse de doctorat en science et Génie des Matériaux. Saint-
Etienne : Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne.
34. IMI, CPE Lyon. Cours maillage.
35. https://www.researchgate.net
36. EJ Cheal, M Spector, WC Hayes.” Role of loads and prosthesis material properties on
the mechanics of the proximal femur after total hip arthroplasty”. J Orthop Res ;10(3) :
pp405- 422.1992.

c|Page
ABRIVIATION
ABRIVIATION

Liste des abréviations


PTH Prothèse totale de hanche
2D Deux dimensions
3D Trois dimensions
DICOM Digital imaging and communications in
medicine
CAO Conception assistée par l’ordinateur
TAO La tomographie axiale assiste par ordinateur
EDP Equations aux dérivées partielles
MEF Méthode des éléments finis

e|Page
Résumé
La prothèse totale de hanche est une technique chirurgicale principalement utilisée pour traiter les
fractures du col du fémur et la coxarthrose. L'avantage de cette technique est qu'elle peut
maintenir la mobilité et la stabilité de la l’articulation fémorale. Cependant, une telle technique
nécessite une bonne analyse pour choisir la forme géométrique de la tige fémorale, et en effet un
choix non adéquat peut entraîner une diminution de la durée de vie estime de la prothèse. Afin de
résoudre ce problème, les praticiens doivent choisir la forme de tige fémorale la plus adéquate.
Dans ce cas, notre travail comprenait l'analyse par de la méthode des éléments finis MEF pour
comparer les comportements biomécanique des deux formes géométriques (tige anatomique, tige
standard).
Mots clés : tige anatomique ; tige standard ; fractures du col fémur ; MEF méthode des éléments
finis ; comportement biomécanique.

Abstract
Total hip replacement is a surgical technique used primarily to treat femoral neck fractures and
coxarthrosis. The advantage of this technique is that it can maintain the mobility and stability of
the femoral joint. However, such a technique requires a good analysis to choose the geometrical
shape of the femoral stem, and indeed an inadequate choice can lead to a decrease in the
estimated life of the prosthesis. In order to solve this problem, practitioners must choose the most
appropriate femoral stem shape. In this case, our work included the analysis by the FEM finite
element method to compare the biomechanical behaviors of the two geometric shapes
(anatomical stem, standard stem).
Key words: anatomical stem; standard stem; femoral neck fractures; FEM finite element method;
biomechanical behaviors.

‫ملخص‬
.‫االستبدال الكلي لمفصل الورك هو قت نية جراحية تُ•ستخدم في المقام األول لعالج كسور عنق الفخذ والتهاب مفاصل الورك‬
‫ تتطلب مث• •ل هذه ال قت ني• •ة تحلي اال جي ادا الختي••ار الش •كل‬،‫ ومع ذل••ك‬.‫و تمث • ل ميزة هذه ال قت ني •ة في ق •درتها على الحفاظ على حركة واستقرار مفصل الفخ••ذ‬
،‫ لح •ل هذه المش••كلة‬.‫ وفي الواقع يمكن أن يؤدي االختيار غير المناسب إلى تقلي• •ل العمر التقديري للطرف االص •طناعي‬،‫الهندسي لجذع الفخذ‬
‫ تضمن عملنا التحليل‬،‫ في هذه الحالة‬.‫يجب على الممارسين اختيار الشكل األنسب لجذع الفخذ‬
).‫ جذع قياسي‬،‫بواسط•ة طريقة العناصر المحدودة لمقارنة السلوكيات الميكانيكية الحيوية للشكلين الهندسيين (جذع تشريحي‬

:‫الكلمات المفتاحية‬
.‫جذع تشريحي؛ جذع قياسي؛ كسور عنق الفخذ؛ طريقة العناصر المحدودة؛ السلوكيات الميكانيكية الحيوية‬

Vous aimerez peut-être aussi