Vous êtes sur la page 1sur 167

TITRE II 

: CAHIER DES CLAUSES


TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP)

1
Fascicule A, Généralités

2
SOMMAIRE

FASCICULE A, GENERALITES
FASCICULE ABIS ENVIRONNEMENT
FASCICULE C, DEGAGEMENT DES EMPRISES
FASCICULE D, TERRASSEMENTS
FASCICULES E, OUVRAGE D'ART
FASCICULE El, ETUDES D'EXECUTION
FASCICULE E2, TRAVAUX PRELIMINAIRES SOUS LES REMBLAIS CONTIGUS
FASCICULE E3, TERRASSEMENTS OUVRAGES D'ART .
FASCICULE E5, ARMATURES DE BETON ARME
FASCICULE E6, PAREMENTS ET COFFRAGES
FASCICULE E8, OUVRAGES PROVISOIRES AUTRES QUE LES COFFRAGES
FASCICULE E10, FONDATIONS
FASCICULE E17, CHAUSSEES SUR OUVRAGE
FASCICULE E18, SUPERSTRUCTURES ET EQUIPEMENTS
FASCICULE E19, PROTECTION ANTICORROSION
FASCICULE E20, ACHEVEMENT DES OUVRAGES
FASCICULE F, ASSAINISSEMENT
FASCICULE G, CHAUSSEE
FASCICULE H, EQUIPEMENTS
FASCICULE J, ECLAIRAGE PUBLIC
FASCICULE S, SIGNALISATION HORIZONTALE
FASCICULE V, SIGNALISATION VERTICALE

3
Fascicule A. bis
Environnement

Sommair

4
ARTICLE 1: CONSISTANCE ET DESCRIPTION DES TRAVAUX..............................................33
1.1 OBJET DU PRESENT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES.................................33
1.2 CONSISTANCE DES ETUDES.....................................................................................................34
1.3 CONSISTANCE DES TRAVAUX...............................................................................................34
1.3.1 Travaux compris dans l'entreprise :.............................................................................................34
ARTICLE 2: ABREVIATIONS - NORMES - REGLEMENTS........................................................38
2.1 Abréviations.........................................................................................................................38
2.2 Normes et règlements...........................................................................................................38
ARTICLE 3: ORGANISATION ET PREPARATION DES TRAVAUX..........................................39
3.1 - OPERATIONS A REALISER PAR LE MAITRE D'OUVRAGE...........................................................39
3.2 - OPERATIONS A REALISER PAR L'ENTREPRENEUR...................................................................40
3.2.1 - Opérations à exécuter pendant la période de préparation...............................................................40
3.2.2 - Opérations à exécuter pendant le déroulement des travaux............................................................41
3.2.3 - Opération à exécuter à la fin des travaux.......................................................................................42
3.3 - CONDUITE DES TRAVAUX......................................................................................................42
3.4 - DIRECTION ET COORDINATION DES TRAVAUX.......................................................................42
ARTICLE 4: CONTRAINTES PARTICULIERES D'EXECUTION................................................42
4.1 - LIBERATION DES EMPRISES..................................................................................................42
4.2 - CONTRAINTES GENERALES D'EXECUTION..............................................................................43
4.3 - CONTRAINTES DE CIRCULATION SUR ROUTES.......................................................................43
4.4 - CONTRAINTES DE CIRCULATION DE CHANTIER.....................................................................43
4.5 - CONTRAINTES DUES AUX CIRCULATIONS AUTRES QUE CELLES DE CHANTIER........................43
4.6 - CONTRAINTES DUES AUX PHASAGES DES TRAVAUX...............................................................43
4.7 - CONTRAINTES LIEES AUX RESEAUX.......................................................................................43
4.8 - CONTRAINTES LIEES A L'HYGIENE ET A LA SECURITE............................................................43
4.9 - CONTRAINTES LIEES AUX INTEMPERIES, ACCES, NATURE DES TERRAINS...............................43
4.10 - CONTRAINTES LIEES A L'ENVIRONNEMENT........................................................................44
ARTICLE 5: INSTALLATION DE CHANTIER...............................................................................44
5.1 - INSTALLATION DE CHANTIER DE L'ENTREPRENEUR...............................................................44
5.2 - INSTALLATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRENEUR................................................................45
5.3 MATERIELS MIS A LA DISPOSITION DU MAITRE D'OUVRAGE................................................45
ARTICLE 6: OPERATIONS TOPOGRAPHIQUES - PIQUETAGE -IMPLANTATION..............46
6.1 - NIVELLEMENT.......................................................................................................................46
6.2- PLANIMETRIE.........................................................................................................................46
6.3 - OPERATION TOPOGRAPHIQUE – PIQUETAGE.........................................................................46
6.3.1 - BORNES DE POLYGONATION DE PRECISION ET BORNES D'EMPRISE - REPERAGE ET
CONSERVATION......................................................................................................................................46
6.3.2 - POLYGONATION SECONDAIRE......................................................................................................46
6.3.3 - PLAN GENERAL D'IMPLANTATION DES OUVRAGES........................................................................47
6.3.4 - PIQUETAGE GENERAL ET PRINCIPAL DES AXES DES VOIRIES ET ANNEXES....................................47
6.3.5 - IMPLANTATION DE L'AXE.............................................................................................................47
6.3.6 - PIQUETAGE COMPLEMENTAIRE....................................................................................................47
6.3.7 - LEVERS TERRESTRES DU TERRAIN NATUREL................................................................................48
5.3.8 - MATERIALISATION DES AXES ET LIGNES DE REFERENCE EN FIN DE CHANTIER.............................48
6.3.9 - CONTROLE DES PIQUETAGES GENERAL ET COMPLEMENTAIRES....................................................48
6.4 - MOYENS TOPOGRAPHIQUES DE L'ENTREPRENEUR...........................................................................48
ARTICLE 7: PROGRAMME D'EXECUTION DES TRAVAUX.......................................................48
7.2 - PROGRAMMES PARTIELS.......................................................................................................49
ARTICLE 8: GESTION ET ASSURANCE DE LA QUALITE..........................................................49
8.1 ORGANISATION DE LA QUALITE..........................................................................................49
8.1.1 - Assurance qualité des études d'exécution.......................................................................................50
8.1.2 - Assurance qualité des travaux.......................................................................................................51
8.2 - PLAN D'ASSURANCE QUALITE (PAQ)......................................................................................51
5
8.3 - POINTS CRITIQUES - POINTS D'ARRETS................................................................................51
ARTICLE 9: PROJET D'EXECUTION.............................................................................................52
9.1 - Documents d'exécution établis par l'entrepreneur....................................................................52
9.2 - Planning d'élaboration des documents d'exécution...................................................................52
9.3 - Nombre de documents...........................................................................................................52
9.4 - Grille de production et de classement des documents d'exécution.............................................52
9.5 - Visa des documents d'exécution.............................................................................................52
ARTICLE 10 : DOSSIER DES OUVRAGES EXECUTES..................................................................53
10.1 –GENERALITES......................................................................................................................53
10.2- DEGAGEMENT DES EMPRISES...............................................................................................53
10.3 – TERRASSEMENTS................................................................................................................53
10.4 - OUVRAGES D'ART................................................................................................................54
10.5 – ASSAINISSEMENT...............................................................................................................55
10.6 - CHAUSSEES, EQUIPEMENTS ET SIGNALISATION DES RETABLISSEMENTS DE
COMMUNICATIONS.......................................................................................................................55
10.7 - EQUIPEMENTS DE LA SECTION COURANTE..........................................................................55
10.8 - NOTICES DE FONCTIONNEMENT..........................................................................................55
10.9 - DOSSIERS QUALITE DES OUVRAGES REALISES.....................................................................55

6
ARTICLE 1: CONSISTANCE ET DESCRIPTION DES TRAVAUX

1.1 OBJET DU PRESENT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Le présent Cahier des Clauses Techniques Particulières (aussi appelé Spécifications Techniques) a pour but
de définir la consistance et le mode d'exécution des travaux de voirie et de réseaux divers et de spécifier les
normes, règlements et prescriptions applicables aux matériels, matériaux à incorporer pour l’exécution des
Travaux de réparation de l’effondrement de terrain en vue de la sécurisation des installations
de la Station de Traitement SP1 de JAPOMA.
Ils comprennent :
Les travaux préparatoires :
• L'amenée et repliement des matériels et des installations de chantier (ateliers, entrepôts, centrales
de concassage, bureau de chantier, Laboratoire, signalisations diverses de travaux, etc...)
• L'implantation, et ouvrages divers, la délimitation des emprises des travaux.
• Le projet d'exécution des ouvrages, de l'assainissement, les plans de détails pour chaque ouvrage le
nécessitant
• Les sondages, les essais géotechniques et les vérifications complémentaires nécessaires à la
réalisation des travaux.
Les travaux préliminaires :
• Le dégagement des emprises : nettoyage du terrain, débroussaillement, arrachage des arbres, taillis,
dessouchage, etc...
• Le décapage de la terre végétale et sa mise en dépôt pour réutilisation ultérieure.
• Le nettoyage des accotements.
• Les démolitions nécessaires à la réalisation du projet, dans les limites des emprises projetées y
compris les constructions, les murs, les murets en maçonneries ou en béton armé, les ouvrages
enterrés concernés par le projet.
• La dépose de tous les ouvrages nécessaires pour les travaux : garde-corps, supports de lignes
électriques inutiles, etc.
• Le curage et le nettoyage des évacuations existantes réutilisées, dans la limite du projet.
Les terrassements :
• L'exécution des purges des matériaux de mauvaise qualité, notamment au droit de la construction
de nouveaux ouvrages de traversée et des éventuelles zones marécageuses
• Le déblai
• L'exécution des terrassements généraux pour la réalisation des plates-formes en remblais ou en
déblais quelle que soit la nature des matériaux rencontrés.

L'assainissement :
• Exécution des ouvrages d'assainissement des eaux pluviales (eaux superficielles de drainage) :
collecteurs généraux et secondaires, caniveaux et fossés.
• Fourniture et pose de canalisations, constructions des regards, ouvrages de rejets etc... y compris
terrassements propres à ces ouvrages
• Réfection et raccordement de caniveaux existants, couverture partielle ou totale de ces caniveaux
Les ouvrages de génie civil :
• Construction d'un escalier et ou d’une passerelle pour piétons
La signalisation et les équipements :
• Signalisation

Les aménagements paysages :


• Engazonnement
L'éclairage public :
• Création d'un réseau d'éclairage public
Les déplacements de réseaux :
• Déplacement, en accord avec les représentants des services concessionnaires (ENEO) des réseaux
touchés par les travaux.
• Pose de fourreaux sous chaussée et trottoirs
7
1.2 CONSISTANCE DES ETUDES
L'entreprise réalisera tous les plans d'exécution des aménagements à réaliser (terrassements,
assainissements, ouvrages d'art, équipements et signalisations, aménagements paysagers) et les soumettra
à l'avis du Maître d'œuvre.
Ces études comprendront des levés topographiques complémentaires à ceux fournis par le Maître d'Ouvrage
et des sondages et des essais géotechniques complémentaires dont le programme sera soumis à
l'approbation du Maître d'œuvre.

1.3 CONSISTANCE DES TRAVAUX

1.3.1 Travaux compris dans l'entreprise :


L'Entreprise faisant l'objet du présent marché comprend l'exécution des travaux énumérés ci-après :
Installations de chantier
Installation principale de chantier :
• l'aménagement des plates-formes nécessaires aux installations générales de chantier, aux
laboratoires et au stationnement des véhicules et engins de l'entreprise et du personnel de chantier,
• les installations diverses de bureaux, laboratoires, magasins, ateliers, parc de véhicules, et leurs
raccordements aux réseaux, etc,
• les installations à mettre à disposition du Maître d'Ouvrage pour les autres intervenants, dont le
Maître d'œuvre et décrites au présent fascicule,
• les clôtures et le gardiennage des installations de chantier et des ouvrages en construction,
• la réalisation de tous les ouvrages provisoires de protection de l'environnement en particulier les
ouvrages de protection des eaux superficielles et souterraines (aires de stockage étanches...)
conformément aux prescriptions du fascicule A bis,
• l'aménagement d'aires de stockage des matériaux propres à l'entrepreneur,
Pistes et accès de chantier :
• la construction, l'entretien et l'enlèvement des pistes de chantier nécessaires à l'exécution du
présent marché,
• la reconnaissance des itinéraires d'accès au chantier et leur remise en état en fin de travaux en cas
de dommage (concernant les itinéraires autorisés et dans les conditions fixées au CCAP).
Aménagement de plates-formes spécialisées :
• Des aires de stockage de matériaux de tous types,
• Des aires de stockage provisoire pour le tri sélectif des déchets de chantier, y compris leurs
aménagements spécifiques,

La maîtrise foncière des terrains, hors emprise, nécessaires à ces installations dans la mesure où elles ne
sont pas indiquées comme mise à disposition par le Maître d'Ouvrage.
Les aménagements des points de prélèvement et de stockage d'eau pour les travaux et installations :
• si nécessaire, le prélèvement en rivière pour les besoins en eau du chantier,
• l'aménagement de bâches de stockage en eau pour répondre au besoin du chantier.

Travaux préparatoires et dégagement des emprises


- La réalisation et l'implantation d'une polygonale secondaire couvrant l'ensemble du chantier.
- L'établissement des documents et piquetages nécessaires au dégagement et au déboisement des
emprises, les implantations diverses.

Le dégagement des emprises avec :


- L'abattage des arbres isolés, l'arrachage des taillis, broussailles, haies, souches.
- Les démolitions de toute nature.
- L'évacuation et traitement des déchets de démolition.
- Le comblement des cavités, fouilles, puits, fossés.
- La dépose des clôtures existantes dans l'emprise,
- Le maintien des accès des riverains.
- La reconnaissance et le piquetage des réseaux.
- Le nettoyage et la mise en forme du terrain naturel en tout point du chantier.
- L'implantation topographique.
8
- les reconnaissances topographiques des bornes de polygonation en place et les opérations
topographiques nécessaires aux piquetages complémentaires et spéciaux,
- les levés topographiques terrestres, après dégagement des emprises, avec la précision requise, pour
l'établissement des plans d'exécution par l'entrepreneur,
- les mesures de protection des réseaux existants, préalablement aux travaux, avec les déclarations,
les piquetages en liaison avec les concessionnaires, la mise en place des signalisations et protections
nécessaires,
- La reprise des matériaux mis en dépôt dans le cadre des fouilles de déplacements de réseaux, de
drainage ou de travaux préparatoires, et leur évacuation en dépôt à l'intérieur des emprises ou
décharge extérieure pour les produits impropres à la réalisation des terrassements,
- Les dérivations ou canalisations provisoires des fossés ou cunettes, y compris blindage et curage
éventuels ; leur rétablissement en fin de chantier,
- L'évacuation des produits hors terre végétale dans un dépôt définitif hors des emprises.
- La fourniture et la mise en place de panneaux d'identification de chantier.

Terrassements
Les opérations topographiques en vue de l'établissement des plans d'exécution en compléments de celles
réalisées en travaux préparatoires, avec les piquetages principaux et complémentaires des ouvrages et les
piquetages spéciaux.
Les reconnaissances géotechniques complémentaires notamment :
• des buttes de déblais,
• des arases en remblais,
En vue de préciser :
• la stratégie générale du chantier, avec les modalités de valorisation et de réemploi des matériaux et
le mouvement des terres,
• les conditions de stabilité des ouvrages,
• les modes d'extraction et d'élaboration des différentes classes de matériaux tels que décrits au
fascicule D,
• la réalisation éventuelle de purges, de substitutions ou d'ouvrages spécifiques de confortement,
• les dispositifs de drainage des déblais et de captage d'éventuelles sources ou nappes.

Les études d'exécution et après réalisation des ouvrages, les documents conformes à exécution :
• les études et plans d'exécution nécessaires aux travaux,
• rétablissement des documents relatifs aux ouvrages exécutés et à leur entretien ultérieur.
Les ouvrages provisoires et de désenclavement :
• Sa construction des pistes de chantier, des pistes d'accès aux dépôts, y compris les ouvrages ou
dispositifs de franchissement des fossés et cours d'eau, leur entretien et leur enlèvement en fonction
de l'avancement du chantier,
• L’exécution des ouvrages provisoires d'écoulement d'eau linéaires (fossés, bourrelets, banquettes...)
ou ponctuels (bassins de rétention provisoires, assainissement provisoire et dispositifs de filtration),
nécessaires au respect des exigences environnementales,
• la protection mécanique des chapes des ouvrages d'art ou des ouvrages hydrauliques par un
matelas de matériaux, y compris l'entretien et l'enlèvement de cette protection,
• La fourniture et mise en place des gabarits de protection des ouvrages et réseaux aériens, y compris
les chicanes et protection contre les chocs de véhicules ou engins, leur maintenance et déplacement
en cours de travaux et leur repli en fin de chantier,
• la signalisation générale du chantier, des réseaux et zones sensibles et la signalisation des déviations
provisoires d'itinéraires,
La réalisation des ouvrages en terre de la section courante :
• la reprise des dépôts de terre végétale et déblais des fouilles, situés dans les emprises et leur
transport vers les lieux de dépôt agrée par le Maître d’œuvre ou de réemploi éventuellement,
• la préparation et le décapage partiel des assiettes de la section courante, des rétablissements de
communications, de certains dépôts définitifs, avec mise en dépôt provisoire de la terre végétale,

9
• la préparation initiale du terrain, comprenant le compactage et l'exécution d'éventuels épis
drainants,
• l'exécution des déblais de la section courante, y compris les transports vers les dépôts ou le site de
réemploi,
• les opérations de modelage des dépôts réalisés,
• l'exécution des remblais avec les matériaux provenant des déblais et/ou de la fourniture extérieure,
suivant les dispositions constructives particulières définies au fascicule D,
• le traitement éventuel des matériaux comprenant, en fonction de l'état des sols rencontrés, leur
humidification ou leur aération ainsi que la fourniture de la chaux, des liants hydrauliques et de
l'eau,
• l'exécution des travaux confortatifs de toutes natures : banquettes, risbermes, éperons drainants,
tapis drainants, géotextile, y compris fourniture,
• la réalisation de la couche de forme après sélection et traitement des matériaux (y compris
fourniture, transport et mise en œuvre d'un enduit de cure),
• la reprise sur dépôt provisoire et la mise en œuvre de terre végétale en revêtement des ouvrages en
terre en section courante, des abords des ouvrages courants, et dépôts modelés,
• l'aménagement et la remise en état des dépôts définitifs, y compris leur revêtement en terre
végétale et le traitement adapté,
La propreté du chantier :
• l'entretien, le nettoyage et la remise en état des voiries utilisées, ainsi que des voies d'accès
traversées par le chantier et des accès au chantier,
• le nettoyage courant du chantier et de ses abords et le nettoyage final complet en fin de travaux,
«la gestion et le traitement des déchets de chantier (déchets produits par l'entrepreneur).
Les épreuves et les contrôles de conformité :
Le contrôle externe des plates-formes PST, les densités in situ.
Les dispositions particulières visant à la valorisation et au réemploi des matériaux extraits :
- la fourniture ou élaboration de matériaux drainants (insensibles à l'eau pour les éperons drainants,
tapis drainants...),
- le triage, le criblage et la fragmentation des matériaux,
- l'humidification des matériaux à l'état sec,
- la reprise du mètre excédentaire,
- l'exécution des travaux confortatifs de toutes natures,
- l'exécution des planches de convenance, d'essai et de référence selon les prescriptions définies au
CCTP fascicule D.
Collecte des eaux-Assainissement
Les études d'exécution, essais, contrôles, documents conformes à exécution
• les levés topographiques nécessaires pour l'établissement des plans d'exécution des fossés et
rétablissements hydrauliques. À la suite de ces levés, l'entrepreneur effectuera une vérification
systématique du calage du projet des ouvrages de façon à adapter au mieux localement le projet
pour compenser les imprécisions des levés initiaux,
• les études, notes de calcul et plans d'exécution nécessaires aux travaux,
• rétablissement et la mise en place d'un plan d'assurance qualité y compris tous les essais et
contrôles demandés au CCTP ainsi que ceux requis par le PAQ,
• l'établissement des documents relatifs aux ouvrages exécutés et à leur entretien ultérieur.
La réalisation des ouvrages hydrauliques et d'assainissements définitifs enterrés :
• la construction des ouvrages hydrauliques et d'assainissement courants de la section courante et des
rétablissements de communications, y compris les purges et substitutions éventuelles et les remblais
contigus,
• L’exécution des fouilles et la construction de regards, d'ouvrages de tête de canalisation,
• la fourniture et la pose de tampons ou de grilles (provisoires ou définitifs).
La réalisation des collecteurs d'assainissement et de drainage :
Réalisation de certains ouvrages de drainage, de collecte, d'évacuation et de traitement des eaux
superficielles et internes comprenant entre autres :

10
• la réalisation des regards sur les réseaux d'assainissement et de drainage
• l'exécution des descentes d'eau avec leurs raccordements aval définitifs et amont provisoires,

Les aménagements paysagers


Les études d'exécution, documents conformes à exécution :
• les levés topographiques nécessaires pour l'établissement des plans d'exécution,
• les études et plans d'exécution nécessaires aux travaux,
• rétablissement des documents relatifs aux ouvrages exécutés et à leur entretien ultérieur.

La propreté du chantier
• le nettoyage courant du chantier et de ses abords et le nettoyage final des ouvrages pour la visite
de sécurité et la mise en service.

ARTICLE 2: ABREVIATIONS - NORMES - REGLEMENTS

2.1 Abréviations

Les abréviations employées dans le présent Cahier des Clauses Techniques Particulières ont les significations
suivantes :

- C.C.A. P. Cahier des Clauses Administratives Particulières


- C.C.T.P. Cahier des Clauses Techniques Particulières
- ou C.C.T.G. Cahier
des Clauses Techniques Générales
- A.S.T.M. American Society forTesting and Materials
- A.A.S.H.T.O. American Association of States Highway and Transportation Officials
- I.S.O. Organisation Internationale de Normalisation
- A.W.W.A. American Water Work Association
- O.P.M. Optimum Proctor Modifié
- C.B.R. Californian Bearing Ratio
- LABOGENIE Laboratoire National de Génie Civil du CAMEROUN
- L.C.P.C. Laboratoire Central des Ponts et Chaussées de FRANCE
- C.E.B.T.P. Centre Expérimental du Bâtiment et des Travaux Publics,
Ministère français de la Coopération
- C.A.M.W.A.T.E.R Cameroon Water Utilities Corporation
- C.D.E Camerounaise Des Eaux
- E.N.E.O The ENergy of Cameroon
- P.T.T. Ministère des Postes et Télécommunications du CAMEROUN

2.2 Normes et règlements


Les normes applicables sont celles en vigueur dans la République du Cameroun ou, le cas échéant, les
normes françaises en vigueur dans le domaine du BTP.
D'autres normes seront acceptées, si leur qualité est équivalente ou supérieure à la norme spécifiée après
soumission à l'approbation du Maître d'Œuvre.
Les provenances, qualités, types, dimensions, poids, et caractéristiques, ainsi que les modalités d'essais, de
marquage, de contrôle et de réception de matériaux et de fournitures, devront répondre aux normes en
vigueur au moment de la signature du marché.
L'Entrepreneur est réputé connaître ces normes et en particulier les documents suivants :

- Cahier des Clauses Techniques Générales (C.C.T.G. ex, C.P.C.)


Les fascicules non remplacés par le C.C.T.G. conservent leur appellation de Cahier des Prescriptions
Communes - CPC.
C.P.C. et C.C.T.G. applicables aux marchés de travaux publics
Fascicule n° 2 Travaux de terrassements
Fascicule n° 4 - Titre 1er Aciers pour béton armé
Fascicule n° 4 - Titre II Armatures en acier à haute résistance pour construction en
béton précontraint par pré ou post-tension
11
Fascicule n° 4 - Titre III Aciers laminés pour construction métallique
Fascicule n° 4 - Titre IV Rivets en acier - Boulon à haute résistance
Fascicule n°23 Fourniture de granulats employés à la construction et à l'entretien des
chaussées
Fascicule n° 24 Fournitures de liants hydrocarbonés employés à la construction et
à l'entretien des chaussées
Fascicule n° 25 Exécution des corps de chaussées
Fascicule n° 26 Exécution des enduits superficiels
Fascicule n° 27 Fabrication et mise en œuvre des enrobés
Fascicule n° 29 Travaux de construction et entretien des voies, places et espaces publics,
pavés et dalles en béton ou roche naturelle
Fascicule n° 31 Bordures et caniveaux en pierre naturelle ou en béton et dispositif de
retenue en béton
Fascicule nc 34 Travaux forestiers de boisement
Fascicule n°39 Travaux d'assainissement et de drainage des terres agricoles
Fascicule n°56 Protection des ouvrages métalliques contre la corrosion
Fascicule n° 62 - Titre 1er- Section 1
Conception et calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la
méthode des états limites (B.A.E.L. 93)
Fascicule n° 65 Exécution des ouvrages de génie civil en béton armé ou précontraint
(annule et remplace les Fascicules 65A et 65B, objet des décrets respectifs
2000-524 et 96- 420)
Fascicule n° 67 – Titre III Etanchéité des ouvrages souterrains
Fascicule n° 70 Canalisations d'assainissement et ouvrages annexes
Fascicule n° 71 Fourniture et pose de canalisations d'eau, accessoires et branchements

- Instructions interministérielles relatives à la référence signalisation (Journal Officiel


de la République Française)

5346 SIGNALISATION ROUTIERE SIGNALISATION DE DIRECTION


5347 SIGNALISATION ROUTIERE + LIVRE 1
Première partie : GENERALITES
5348 SIGNALISATION ROUTIERE + LIVRE 1
Deuxième partie : SIGNALISATION DE DANGER
5349 SIGNALISATION ROUTIERE + LIVRE 1
Troisième Partie : INTERSECTIONS ET RÉGIMES DE PRIORITÉ
5350 SIGNALISATION ROUTIERE + LIVRE 1
Quatrième Partie : INTERSECTIONS ET RÉGIMES DE PRIORITÉ
5351 SIGNALISATION ROUTIERE + LIVRE 1
Cinquième Partie : SIGNALISATION D'INDICATION (Edition Juillet 1989)
5352 SIGNALISATION ROUTIERE + LIVRE 1
Sixième Partie : FEUX DE CIRCULATION PERMANENTS (Edition 1992)
5353 SIGNALISATION ROUTIERE + LIVRE 1
Septième Partie : MARQUES SUR CHAUSSÉES
5354 SIGNALISATION ROUTIERE + LIVRE 1
Huitième Partie : SIGNALISATION TEMPORAIRE
5372 SIGNALISATION ROUTIERE + LIVRE 1
SIGNALISATION TOURISTIQUE-GUIDE
- Toutes les normes et règles techniques édictées par l'Union des Techniques de l'Electricité
(U.T.E.) et de l'Association Française d'Eclairage (A.F.E.) dans leur édition à jour pour les
installations électriques.

ARTICLE 3: ORGANISATION ET PREPARATION DES TRAVAUX

Sauf indication particulière, les « délais au plus tard » indiqués dans les tableaux ci-après, sont à compter de
la date origine de la période de préparation (voir CCAP).

12
3.1 - OPERATIONS A REALISER PAR LE MAITRE D'OUVRAGE
Documents à
Délai au plus tard
N° Opérations remettre à Matérialisation
(1)
l'entrepreneur
Documents de l'APD relatif aux plans de Plans et profils Support papier ou
1 définition et profils en long des ouvrages fichiers sur CD
Documents de I'APD relatif aux données Listage Fichiers sur CD En début de période
2 des calculs informatiques de définition de préparation
des axes en plan et profil en long
Plans des réseaux connus Plans Pas de matérialisation
3 spécifique

Polygonale principale de précision et Plan de situation Bornes polygonation Au début de la


4 polygonale secondaire Bornes d'emprises et coordonnées période de
des bornes préparation
Plans des Emprises Plans et listing par des piquets bois 10 jours
5 Fichiers ou des bornes
informatiques
Données géométriques et fonctionnelles Profils en travers 10 jours
6 de base des OA

Contraintes foncières pour l'organisation Note, PV, documents au fureta mesure des
7 des travaux protocole libérations foncières

Documents de I'APD relatifs au PT type et Plans Au début de la


8 aux zones d'application période de
préparation
APD des signalisations horizontale et de Mémoire et plans Au début de la
9 police sur les rétablissements de période de
communications préparation
(1) Jours calendaires

3.2 - OPERATIONS A REALISER PAR L'ENTREPRENEUR


Les délais « au plus tard » des tableaux ci-après sont à compter de la date origine de la période de
préparation (voir CCAP).

3.2.1 - Opérations à exécuter pendant la période de préparation

Documents à fournir par


N° Opérations Délai au plus tard (1)
l'entrepreneur
1 Reconnaissance de la polygonation Procès-verbal établi par 05 jours
principale l'entrepreneur
2 Piquetage général, piquetage Plans et listage 8 jours
complémentaire, piquetage spécial plans de piquetage

3 Réalisation du programme de levés Mémoire + plans 8 jours


Topographiques complémentaires
4 Programme d'exécution des travaux Mémoire explicatif Diagramme 8 jours
"chemin de fer"
Programme de fourniture des documents Diagramme de Gantt 8 jours
5
d'exécution de l'entreprise {DEX / ENT) et
des avants métrés
Projet des installations de chantier (y Mémoire + plans 8 jours
6
compris plans de signalisation et
d'assainissement provisoires)
7 Laboratoire de chantier Listes caractéristiques 8 jours
étalonnages
8 Proposition d'un programme Mémoire + plans 8 jours
géotechnique complémentaire

13
Proposition pour origine et nature des Mémoires, lettres, 8 jours avant utilisation
matériaux Étude de formulation de la documentations, échantillons, envisagée et au plus tard 01
9 couche de forme PV d'essai mois après le démarrage de
la période de préparation

Établissement du cadre du PAQ Note d'organisation générale, 8 jours


10
fiches, plans, notes et plans de
contrôle
11 Programme financier des travaux Etat prévisionnel des dépenses 8 jours

Sous-détail des prix unitaires et Tous les sous-détails des prix 8 jours après le démarrage
12
décompositions des prix forfaitaires du marché de la période de préparation.

13 Itinéraire de transport Plans et accord des 8 jours


gestionnaires
Etablissement du plan d'assurance qualité Mémoires - Plan d'Assurance 8 jours
14
environnement (PAE) de l'Environnement (PAE)

15 Projet de mouvement des terres Plans - Profils en long 8 jours


Tableaux - Graphiques
Reconnaissances géotechniques et Mémoire pouvant être intégré 8 jours à compter du
16
programme des planches d'essai au PAQ démarrage de la période de
préparation.
Levés topographiques complémentaires Mémoire + plans 8 jours à compter du
17
démarrage de la période de
préparation.
18 Cautionnement Modèle conforme 8 jours suivant la réalisation
d'un marché ou d'un avenant

19 Assurances Attestation 8 jours

(1) Jours calendaires

3.2.2 - Opérations à exécuter pendant le déroulement des travaux

Opération Documents à fournir


Délai au plus tard (1)
par l'entrepreneur
Évolution du PAQ et du PAE Fiches - Plans - Notes Suivant avancement des travaux 8
20
jours avant exécution.
Mise à jour du programme d'exécution Planning Programme partiel tous les 8 jours
21 Pointage du programme général
tous les mois
Plans, dessins d'exécution, notes de Plans, Dessins Notes de 30 jours avant l'exécution des
22 calcul de l'ouvrage, cubatures, avants calculs Avant-métrés ouvrages
métrés
Implantation des axes avant Listing d'implantation 5 jours avant exécution des
23
démarrage des travaux ouvrages
Implantations des axes avant Listing d'implantation 5 jours avant réception de la
24
réception de la couche de forme couche de forme
Dossier d'exécution de Projet d'exécution avec 5j avant exécution des ouvrages
25 l'assainissement et des dispositifs de vérification hydraulique, (60 j pour les bassins et fossés en
traitement des eaux dessins et notes limite d'emprise)
26 Programme de remise des DEX-ENT Planning Remis le 1er de chaque mois

Réimplantation des axes des Listage 5 jours avant mise à disposition de


27
rétablissements après PST la plate-forme
Programme d'exécution des levés Mémoire explicatif 8 jours
28 topographiques et de polygonale
secondaire
29 Protection de l'environnement Mémoires - PAE 8 jours

14
(1) Jours calendaires

3.2.3 - Opération à exécuter à la fin des travaux

Opération Documents à fournir par


Délai au plus tard (1)
l'entrepreneur
Dessins et notes de calcul conformes à Plans conformes à au plus tard 8 jours après le
l'exécution l'exécution à savoir : plans procès-verbal des opérations
34
DEX ENT mis à jour, préalables à la réception (PV
conformes à l'exécution. OPR)
Calques - Tirages - Notes
Récolement numérique Fichiers informatiques y 10 jours après date
35
compris des documents ci- d'établissement du PV OPR
dessus
Dossier final Qualité PAQ final et ensemble des 10 jours après le PV OPR sauf
36 résultats du contrôle cas particulier d'épreuves
intérieur. Un dossier différées
complet et un reproductible
Eléments pour le Dossier Notice de fonctionnement Au plus tard, à la date
37
d'Intervention Ultérieure sur l'Ouvrage Éléments du DIUO d'établissement du dernier
(DIUO) PVOPR
(1) Jours calendaires

3.3 - CONDUITE DES TRAVAUX


Pour la conduite des travaux l'entrepreneur devra :
• se référer au CCAP,
• prendre en compte le maintien des circulations sur les voies publiques ou privées rencontrées,
• laisser accessibles les parcelles, habitations et constructions enclavées par les travaux,
• mettre en œuvre les moyens humains et matériels suffisants et nécessaires pour assurer le respect
des délais fixés par l'Acte d'Engagement,

3.4 - DIRECTION ET COORDINATION DES TRAVAUX

Conformément à l'article 2.2 du CCAG travaux, l'entrepreneur désignera une personne physique le
représentant et qui sera désignée par la suite par sa fonction "conducteur des travaux".
Cette personne physique, chargée de la conduite des travaux, sera soumise à l'agrément du maître d'œuvre.
Elle devra être habilitée par l'entrepreneur pour recevoir et signer valablement toutes notifications et
documents relatifs à l'exécution du marché et notamment :
• les ordres de services ou instructions,
• les constats,
• et d'une manière générale pouvoir assurer les relations avec le maître d'œuvre comme s'il s'agissait
de l'entrepreneur lui-même.

ARTICLE 4: CONTRAINTES PARTICULIERES D'EXECUTION

4.1 - LIBERATION DES EMPRISES

Le Maître d'Ouvrage livrera à l'Entrepreneur les emprises propres aux travaux du présent marché avant le
démarrage des travaux.

4.2 - CONTRAINTES GENERALES D'EXECUTION


Le délai global est fixé à 03 mois.

4.3 - CONTRAINTES DE CIRCULATION SUR ROUTES


L'Entrepreneur devra tenir compte de la gêne apportée par le maintien de la circulation.

15
Pour les travaux à proximité immédiate des voies circulées il faut prévoir tout dispositif nécessaire au
maintien en service, au confort et à la sécurité des usagers de ces voies (soutènements provisoires en
arrière des appuis, écrans opaques, terrassements, assainissement).
L'Entrepreneur devra se conformer aux stipulations du et aux prescriptions du CCAP.

4.4 - CONTRAINTES DE CIRCULATION DE CHANTIER

L'Entrepreneur précisera les itinéraires préférentiels de transport choisis en fonction de sa solution et de ses
procédures.
L'Entrepreneur fera son affaire de l'obtention de toutes les autorisations administratives de transport des
colis nécessaires à l'exécution de l'ouvrage, et dimensionnera ces colis par rapport aux capacités des voies
empruntées.
Ces voies peuvent être renforcées pour les nécessités de réalisation des travaux. Ce renforcement
s'effectuera par l'Entrepreneur et à sa charge après acceptation du gestionnaire de la voie.

4.5 - CONTRAINTES DUES AUX CIRCULATIONS AUTRES QUE CELLES DE CHANTIER

L'entrepreneur devra tenir compte de la gêne apportée par le maintien de ces circulations et ne pourra
entreprendre une modification des itinéraires de circulation qu'après accord des services gestionnaires.

4.6 - CONTRAINTES DUES AUX PHASAGES DES TRAVAUX


Le programme d'exécution des travaux tiendra compte du délai global du marché.

4.7 - CONTRAINTES LIEES AUX RESEAUX

De façon générale, pour toute opération concernant les réseaux, l'Entrepreneur se mettra en rapport avec
les différents services gestionnaires.
Les réseaux enterrés feront l'objet d'un piquetage spécial tel que défini à l'article 6 du présent fascicule (A)
du C.C.T.P.

4.8 - CONTRAINTES LIEES A L'HYGIENE ET A LA SECURITE

L'Entrepreneur prendra en compte dans son planning toutes les dispositions prévues dans le présent marché
pour assurer l'Hygiène et la Sécurité sur le chantier.

En particulier, il tiendra compte des dispositions à prendre pour :

• Le nettoyage et l'entretien des voies publiques


Se conférer aux articles relatifs du C.C.A.P. et du C.C.A.G-CR
L'Entrepreneur devra prévoir le nettoiement à l'aide d'un débourbeur des bas de caisse et des
organes de roulement des différents engins et véhicules de chantier susceptibles de sortir de ses
installations de chantier et d'emprunter les voies publiques.
• La signalisation
Signalisation de chantier et des voies circulées
Le chantier doit être clôturé et signalé de jour comme de nuit.

4.9 - CONTRAINTES LIEES AUX INTEMPERIES, ACCES, NATURE DES TERRAINS

Le programme tiendra compte :


• des intempéries prévisibles.
• de l'hydrologie, de la nature des terrains et des contraintes des travaux en présence de sols
compressibles.

4.10 - CONTRAINTES LIEES A L'ENVIRONNEMENT

Pour l'élaboration de son programme d'exécution et pendant le déroulement des travaux, l'Entrepreneur
devra tenir compte des sujétions liées à l'environnement.

16
ARTICLE 5: INSTALLATION DE CHANTIER

5.1 - INSTALLATION DE CHANTIER DE L'ENTREPRENEUR

Pour préciser les indications du fascicule 65, le projet des installations devra notamment comporter :

• Un plan au 1/200e sur lequel seront figurés les divers bâtiments constituant l'installation, les voies
de circulation et emplacements de parkings, les installations de lavage et de distribution de
carburant, les dispositions prises pour le traitement et l'évacuation des rejets et le tracé des
différents réseaux d'alimentation (eau, électricité, téléphone...), les clôtures et la signalisation.
• Un plan détaillé de chaque bâtiment.
• Le plan des circulations de chantier.

Les installations de chantier comprendront notamment :


• Une barraque de chantier nécessaires à l’installation du personnel et au matériel,
• Les dispositions concernant le laboratoire de chantier,
• Les voies de circulation, le stationnement des véhicules,
• L'éclairage,
• La signalisation fixe,
• Les réseaux d'alimentation en eau, électricité,
• Des liaisons Internet,
• Deux panneaux d'information dont les dimensions, le contenu, le modèle, les types de lettres et
l'implantation de ces panneaux seront précisés par le Maître d'Ouvrage.

Clôtures de chantier :

L'Entrepreneur devra prévoir la clôture de son installation de chantier rendant son chantier inaccessible au
public. La garde de ces installations est à la charge de l'Entrepreneur. Elles seront maintenues jusqu'à la
réception complète et sans réserve des ouvrages.

Signalisation du chantier et dispositifs de sécurité :

II appartient à l'Entrepreneur de mettre en place la signalisation réglementaire sur les voies publiques. Celle-
ci concerne aussi bien les voies se situant dans l'emprise des travaux que celles pouvant être utilisées ou
franchies par les engins de chantier ou par les véhicules assurant les approvisionnements.
La sécurité des personnes et des biens sera assurée. L'Entrepreneur prendra notamment les dispositions
nécessaires pour prévenir les chutes d'objet sur les voies publiques. Il les spécifiera dans son plan de
sécurité et de protection de la santé.
L'Entrepreneur spécifiera les dispositions prises pour sécuriser le mouvement des engins ainsi que tout le
matériel et l'équipement.

Laboratoire de chantier
Le laboratoire de chantier de l'Entrepreneur, compris dans les installations de chantier, sera équipé des
installations, outillages et appareils de mesure nécessaires pour exécuter les contrôles de qualité à la charge
de l'Entrepreneur. La réception par le Maître d'œuvre, du laboratoire en parfait état de fonctionnement
conditionne le démarrage du chantier.
Ce laboratoire permettra en outre d'orienter les stratégies de bétonnage et de construction des différentes
parties d'ouvrage.
L'Entrepreneur doit fournir à l'acceptation du Maître d'Ouvrage la liste et les caractéristiques des matériels
de laboratoire nécessaires à l'exécution des essais.

Tous les matériels utilisés par l'Entrepreneur dans son laboratoire de chantier sont maintenus en état de bon
fonctionnement et étalonnés avant tout début d'intervention sur le chantier. Les copies des certificats
d'étalonnages doivent être transmises au Maître d'Œuvre.
Il est admis que le laboratoire ne soit pas nécessairement installé sur le chantier.

17
5.2 - INSTALLATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRENEUR

Installations réalisées par l'Entrepreneur


• Salle barraque de chantier équipée de :
• table et chaises pour recevoir 20 personnes
• panneau d'affichage
• une armoire fermant à clé
• Un local équipé en bureaux et situé en annexe du laboratoire de chantier de l'entreprise avec le
mobilier nécessaire pour deux agents du contrôle extérieur.

Ces installations seront en outre pourvues de :


• un raccordement en énergie électrique,
• un branchement Internet haut débit ;
• une alimentation en eau courante,
• un distributeur d'eau potable
• la climatisation,

L'Entrepreneur s'assurera que le Maître d'Ouvrage ou son assistant peut accéder en tout lieu et en tout
temps du chantier.
Pendant toute la durée du marché, l'Entrepreneur supportera les charges d'entretien du bâtiment et
notamment les frais de gardiennage, de nettoyage, d'électricité, d'eau, téléphone, internet, les fournitures
de bureau, cartouches d'encres pour imprimantes et les fournitures de bureau.
Les extincteurs d'incendie font partie des équipements fournis par l'Entrepreneur.

5.3 MATERIELS A METTRE A LA DISPOSITION DU MAITRE D'OUVRAGE

 01 machine à relier et fournitures ;


 01 ordinateur complet.

ARTICLE 6 : OPERATIONS TOPOGRAPHIQUES - PIQUETAGE -IMPLANTATION

6.1 - NIVELLEMENT

Tous les plans sont rapportés au zéro du Nivellement Général du Cameroun, toutes les côtes sont exprimées
en mètres (altitude normale).

6.2- PLANIMETRIE

Tous les points sont repérés en coordonnées (X,Y) du repère NGC.

6.3 - OPERATION TOPOGRAPHIQUE – PIQUETAGE

6.3.1 - BORNES DE POLYGONATION DE PRECISION ET BORNES D'EMPRISE - REPERAGE ET


CONSERVATION

Etat des lieux des bornes polygonales et d'emprise

Au cours de la période préparatoire, le maître d'œuvre et l'entrepreneur procéderont à une reconnaissance


contradictoire des bornes supports des sommets de la polygonation de précision et des bornes d'emprise.
Cette reconnaissance donnera lieu à un procès-verbal de remise des bornes reconnues. Ce procès-verbal
sera dressé par le maître d'œuvre et signé par l'entrepreneur.

des bornes reconnues


A compter de cette reconnaissance contradictoire, la conservation des bornes de polygonation et d'emprise
est à la charge de l'entrepreneur jusqu'à la réception partielle ou totale des ouvrages. Toute disparition ou
détérioration de borne ou de repère sera donc imputable à l'entrepreneur qui en a la garde et cela quelle
qu'en soit la cause.

18
La réimplantation des bornes disparues sera réalisée à la diligence du maître d'œuvre et aux frais de
l'entrepreneur. Ce dernier ne pourra se prévaloir des conséquences liées à toute disparition. Dans le cas où
l'entrepreneur serait amené, pour les besoins du chantier, à détruire une borne de limite de propriété, il
devra informer le maître d'œuvre de ses intentions au moins deux (2) jours à l'avance, afin que toutes
dispositions utiles soient prises par les représentants du maître d'œuvre. Dans le cas où l'entrepreneur
détruirait volontairement une borne de limite ou si le préavis n'était pas respecté, les frais de recherches et
de réimplantation lui seraient retenus, nonobstant les poursuites qui pourraient être engagées par les
propriétaires en application du Code Civil.
En outre, celui-ci devra prendre toutes dispositions pour rattraper, à ses frais, tout retard qui serait la
conséquence de cette disparition.

Autres bornages et piquetages

Pour les piquetages nécessaires aux travaux, l'entrepreneur est seul responsable de la bonne conservation
de tous les piquets et bornes nécessaires, notamment : des piquets d'implantation des points principaux de
l'axe de la section courante et des piquets de repérage complémentaire. Ces piquets doivent être maintenus
en place ou reportés en dehors des emprises du chantier et permettre à tout instant les vérifications, au titre
du contrôle extérieur, des dispositions d'implantation ou géométrique des ouvrages en cours d'exécution.

6.3.2 - POLYGONATION SECONDAIRE

L'entreprise réalisera, au cours de la période de préparation, la polygonale secondaire nécessaire pour


compléter la polygonation principale et permettre l'implantation des ouvrages.

Cette polygonation secondaire devra répondre aux spécifications techniques relatives à ce type d'opération
topographique, être rattachée au système UTM et de nivellement en vigueur et permettre la réalisation des
implantations dans les tolérances contractuelles.

L'entreprise réalisera au titre de cette prestation tous les calculs, mise en place des bornes de cette
polygonale et de leur protection.
Elle soumettra au visa du maître d'œuvre et en tant que de besoin des services compétents, le projet de
polygonation avec la notice explicative, les accords des exploitants touchés par des implantations hors des
emprises et fournira en fin d'opération tous les éléments nécessaires : plans de situation des bornes, croquis
de leur repérage et protection, listings, note de calculs et mémoire justificatif, listing des coordonnées.

6.3.3 - PLAN GENERAL D'IMPLANTATION DES OUVRAGES


R.A.S

6.3.4 - PIQUETAGE GENERAL ET PRINCIPAL DES AXES DES VOIRIES ET ANNEXES


RAS

6.3.5 - IMPLANTATION

Les travaux d'implantation feront l'objet d'un constat (point d'arrêt).

6.3.6 - PIQUETAGE COMPLEMENTAIRE


L'entrepreneur réalisera les piquetages complémentaires pour matérialiser les limites de plate-forme à
chaque profil de voirie tel que ci-dessus exposé. La mise en place de repères en limites de plate-forme est
rattachée en X, Y et Z à la polygonation de précision. Ces repères seront matérialisés par des piquets
différents de ceux placés au titre du piquetage général. Ce piquetage complémentaire pourra être effectué
par l'entrepreneur simultanément ou à la suite du piquetage général.

6.3.7 - LEVERS TERRESTRES DU TERRAIN NATUREL


Pour la mise au point des plans d'exécution, l'entrepreneur procédera, après implantation de l'axe de la
section courante, aux levers terrestres du terrain naturel sur l'ensemble des profils en travers implantés.

L'entrepreneur disposera d'un délai de huit (8) jours calendaires à compter de la notification des documents
et du premier piquetage sur le terrain, pour vérifier que les plans et profils notifiés représentent bien le
19
terrain, pour signaler toute erreur éventuelle dans les plans et profils du projet. Tout commencement
d'exécution sans réclamation, équivaut à l'acceptation par l'entrepreneur des données indiquées dans les
plans et profils qui lui ont été notifiés et engage sa responsabilité en cas d'erreur.

Ces levés seront soumis au contrôle du maître d'œuvre. Les travaux de terrassements (y compris décapage)
ne pourront commencer qu'après les opérations de contrôle du terrain naturel, soit 48 h après remise des
levés d'entreprise. En cas de non-respect de cette procédure, le levé de l'entreprise ne serait pas validé.

Les levés devront être saisis de manière à pouvoir être transmis sur supports informatiques au format
Autocad 2015, sur une sous couche prédéfinie par le maître d'œuvre. Afin de permettre les comparaisons, le
fichier topographique remis par le maître d'œuvre sera conservé dans une autre sous couche pour permettre
les vérifications et apprécier les éventuels écarts.

5.3.8 - MATERIALISATION DES AXES ET LIGNES DE REFERENCE EN FIN DE CHANTIER


R.A.S

6.3.9 - CONTROLE DES PIQUETAGES GENERAL ET COMPLEMENTAIRES

Afin de faciliter la vérification de l'implantation des ouvrages, l'entrepreneur tiendra à disposition du maître
d'œuvre les éléments d'observations et de calculs et prendra toutes dispositions pour dégager le champ de
travail des instruments de mesure et fournir les moyens d'accès éventuels aux ouvrages.

Le contrôle des piquetages (points d'axe, chaises d'entrée en terre) sera effectué par le contrôle extérieur du
Maître d'Ouvrage piloté par le maître d'œuvre. Tout écart constaté, supérieur aux tolérances prescrites sera
repris par l'entrepreneur à ses frais.

Les piquetages généraux, complémentaires font également l'objet de cet article.

6.4 - MOYENS TOPOGRAPHIQUES DE L'ENTREPRENEUR

Le service topographique propre à l'Entrepreneur devra comprendre :


• un topographe confirmé,
• un matériel d'implantation planimétrie nivellement
• des moyens de calculs,
• des piqueteurs,
• des métreurs.

Ce service topographique devra notamment effectuer les tâches suivantes :


• piquetage général et notamment double implantation (théorique et réelle),
• levés et implantations complémentaires
• levés et constats contradictoires.

ARTICLE 7: PROGRAMME D'EXECUTION DES TRAVAUX

Le programme d'exécution des travaux sera établi pendant la période de préparation. Le Maître d'Ouvrage
formule ses observations et fixe le délai imparti à l'Entrepreneur pour procéder aux modifications
demandées.
Le programme général d'exécution devra tenir compte des délais d'établissement et de vérification des
documents d'exécution, de l'agrément et de la fourniture des matériaux ainsi que des autres contraintes
exprimées au C.C.A.P. et au C.C.T.P.
Le programme d'exécution sera accompagné du planning de remise des études d'exécution basé sur les
indications du présent C.C.T.P. et d'une liste prévisionnelle de document d'exécution.

Note détaillée
Elle indique pour chaque tâche, la durée des cycles élémentaires de travail et précise en particulier pour les
tâches critiques, le personnel et le matériel pris en compte. Elle explicite la rotation des équipes de travail et

20
du matériel. Elle indique les délais d'approvisionnement des fournitures, et les cadences des livraisons
lorsque celles-ci sont régulières.

Mise à jour
Le programme d'exécution de l'ensemble des travaux sera réexaminé et mis à jour tous les mois, et sera
annexé au compte-rendu de réunion d'avancement des travaux.

7.2 - PROGRAMMES PARTIELS


Une semaine avant la réunion d'avancement des travaux, l'Entreprise fournira :
• un programme détaillé des travaux prévus sur la semaine à venir. Les travaux y seront détaillés à
l'échelle unitaire de la journée,
• un programme tenu à jour sur une période d’une semaine (ficelle tirée),
• un programme constat des travaux réalisés depuis la précédente réunion de chantier,
• un suivi mensuel des dérives éventuelles du planning prévisionnel des travaux (ficelle à tirer).

Maître d'Ouvrage se réserve de modifier la périodicité et la durée complète de ces programmes partiels.
En cas d'observation du Maître d'Ouvrage, ce programme devra être retourné et rectifié sous 48 heures.

ARTICLE 8: GESTION ET ASSURANCE DE LA QUALITE

8.1 ORGANISATION DE LA QUALITE

Ce chapitre concerne l'assurance qualité de la phase réalisation des travaux, comprenant l'exécution des
travaux et toutes les études et documents afférents, on parlera du Plan d'Assurance Qualité de Réalisation
(PAQ-R).

• Conformément au fascicule 65 du CCTG, et en plus du contrôle extérieur assuré par l'Assistant au


Maître d'Ouvrage, l'Entrepreneur est tenu de mettre en place un contrôle interne dont les modalités
sont décrites dans un plan d'assurance de la qualité.
• L'Entrepreneur devra également mettre en place un contrôle externe dont les principes sont définis
par le présent CCTP et devront être repris, développés et intégrés dans le PAO.

Contrôle interne et contrôle externe constituent le contrôle intérieur de l'Entrepreneur :

Le contrôle interne sera exercé par l'Entrepreneur, lui-même ou tout organisme ou laboratoire agréé par le
Maître d'Ouvrage, de manière à obtenir la qualité requise et d'en attester l'obtention.
Le contrôle externe sera animé par un responsable qualité, dénommé chargé du contrôle externe,
directement rattaché à la Direction de l'Entreprise et indépendant de la Direction du chantier. Il sera effectué
par un ou plusieurs intervenants {organismes de contrôle, laboratoires d'essais, experts, bureaux
d'études, ...), préalablement agréés par le Maître d'Ouvrage, indépendants du chantier et des intervenants
du contrôle interne. En particulier, les essais de laboratoire du contrôle externe seront systématiquement
confiés à un laboratoire agréé par le Maître d'Ouvrage.
Ces dispositions sont étendues évidemment aux prestations fournies par les co-traitants, les sous-traitants et
leurs fournisseurs, à tous les stades de la production. Ces dispositions sont également étendues aux
ouvrages provisoires et matériels spéciaux dont la construction, la surveillance, l'entretien et la démolition
feront l'objet d'un chapitre particulier du P.A.Q-R.

8.1.1 - Assurance qualité des études d'exécution

Les études d'exécution, comme la mission VISA sont assurées par l'Entrepreneur. Ainsi, celui-ci s'assure que
les documents qu'il a établis respectent les dispositions du projet. Pour ce faire, il soumettra les études
d'exécution à un contrôle interne d'une part et externe d'autre part. Les modalités de ces contrôles sont
définies dans le PAO des études d'exécution.
Contrôle interne :
Le contrôle interne de l'Entrepreneur doit prévoir une relecture de tous les documents accompagnés de
l'élaboration de fiches d'observations. Le contrôle interne est considéré comme clos lorsque toutes les fiches
d'observations sont fermées, c'est-à-dire lorsque toutes les observations soulevées ont été prises en compte
21
par l'Entrepreneur. Les membres de l'équipe effectuant le contrôle interne doivent être différents de ceux
auxquels l'Entrepreneur confie la réalisation des études d'exécution.

Contrôle externe :

Le contrôle externe s'applique sur des parties homogènes des études d'exécution et au fur et à mesure de
leur avancement, par une équipe en contact permanent avec le responsable de l'élaboration des études
d'exécution. Le contrôle externe est indépendant.

Contrôle extérieur :

A l'achèvement de chaque partie homogène des études d'exécution, celles-ci ainsi que les documents relatifs
aux contrôles interne et externe effectués par l'Entrepreneur sont transmises pour observations à l'Assistant
au Maître d'Ouvrage.

Celui-ci contrôle :

• Le respect par l'Entrepreneur des pièces contractuelles dans l'élaboration des études d'exécution,
• le respect par l'Entrepreneur des dispositions de son PAO des études d'exécution,
• les conditions d'exécution des contrôles interne et externe de l'Entrepreneur, et en particulier leur
traçabilité,
• la prise en compte par l'Entrepreneur des conclusions des contrôles interne et externe, etc..

Le Maître d'Œuvre communique ses observations au Maître d'Ouvrage qui les transmet, s'il les accepte, à
l'Entrepreneur dans le mois qui suit la réception par le Maître d'Oeuvre des études d'exécution et des
documents relatifs aux contrôles effectués.

Le silence gardé par le Maître d'Ouvrage pendant plus d'un mois, vaut acceptation sans observations des
études d'exécution.

Le Maître d'Œuvre peut, le cas échéant, formuler des observations suspensives d'exécution. Si le Maître
d'Ouvrage accepte les observations formulées par Le Maître d'Œuvre, il les transmet à l'Entrepreneur. Le
Maître d'Ouvrage se réserve la possibilité de diligenter un contrôle extérieur à l'Entrepreneur.

Aucune demande d'acompte adressée par l'Entrepreneur au Maître d'Ouvrage ne sera acceptée tant que
l'Entrepreneur n'aura pas pris en compte les observations du Maître d'Œuvre reprises par le Maître
d'Ouvrage et mentionnées comme suspensives d'exécution.

Le silence gardé par Le Maître d'Œuvre et/ou le Maître d'Ouvrage, au même titre que leurs observations, ne
constituent pas en soi une garantie que les exigences du contrat sont satisfaites et ne relèvent en rien la
responsabilité de l'Entrepreneur vis à vis de ses obligations du présent marché.

8.1.2 - Assurance qualité des travaux

Contrôle externe

Le contrôle externe intervient à toutes les phases de la construction (depuis les études d'exécution jusqu'à la
réception des ouvrages). Son objectif consiste notamment à réaliser les missions suivantes :

• la surveillance du contrôle interne


• l'assistance et le conseil du contrôle interne
• l'audit du chantier quant à l'assurance de la qualité
• la validation des mesures correctives en cas d'altération de la qualité.

Le contrôle extérieur intervient à toutes les phases de construction. Son objectif consiste notamment à
réaliser le contrôle extérieur des PV de contrôle intérieur de l'Entrepreneur avec intervention ponctuelle
lorsque les objectifs du marché {et du programme) ne sont pas satisfaits (qualité, fonctionnel, sécurité,
financier, délai, etc.).

22
En cas d'écart, le Maître d'Ouvrage interviendra pour prononcer des points d'arrêt spécifiques ou des
suspensions de tâches sans que cela ne puisse ouvrir droit à l'Entrepreneur à report de délai contractuel ou
modification de rémunération.

L'Entrepreneur prendra toutes dispositions, dans les meilleurs délais, pour éliminer les écarts ou proposer
des mesures correctives. La levée des points d'arrêt ou des mesures de suspension sera effectuée après
fournitures de PV probants.

Les sujétions d'intervention de ce contrôle extérieur sont réputés compris dans les conditions financières du
marché.

8.2 - PLAN D'ASSURANCE QUALITE (PAQ)

La consistance, l'établissement et l'évolution du plan d'assurance qualité sont définis dans les pièces
générales contractuelles indiquées au CCAP et au fascicule 65 du CCTG.

Cependant, le PAQ est à compléter par les modalités et les procédures de contrôle externe demandé dans le
cadre du présent marché et dont les missions sont définies à l'article 8.1 ci-dessus.

8.3 - POINTS CRITIQUES - POINTS D'ARRETS

La qualité concerne l'ensemble des événements de l'acte de construire et nécessite une coordination entre le
contrôle intérieur et le contrôle extérieur. A cet effet chaque fascicule du CCTP dresse la liste des points les
plus importants pour lesquels un échange entre l'Entrepreneur et Le Maître d'Œuvre est nécessaire. On
distingue les points critiques et les points d'arrêt.

• Les "points critiques" exigent une information préalable du Maître d'Œuvre pour qu'il puisse, s'il le
juge utile, effectuer ses opérations de contrôle extérieur, sans que cette intervention soit
indispensable à la poursuite de l'opération.
• Les points critiques sont donc assortis d'un délai de préavis, précédant l'événement que constitue le
point critique, exprimé en jours ouvrés ou en semaines calendaires qui permet au Maître d'Œuvre de
prendre ses dispositions pour procéder à un éventuel contrôle extérieur.
• Les "Points d'arrêt" exigent une information préalable du Maître d'Œuvre. Ce dernier se réserve le
droit d'intervenir tel que cela est définie à l'article 8.2.
• Ils sont donc assortis d'un délai de préavis, précédant l'événement que constitue le point d'arrêt
pour que le contrôle externe puisse programmer son intervention, et d'un délai de décision, compté
à partir de la date de remise par l’Entrepreneur au contrôle externe de l'ensemble des contrôles
internes.
• Le contrôle externe fera une information systématique du Maître d'Œuvre, de son intervention (P.V.
de contrôle externe...}
• Les délais de préavis ou de décision du Maître d'Ouvrage sont fixés par le CCTP.

ARTICLE 9: PROJET D'EXECUTION

La consistance, les conditions d'élaboration et de fourniture du projet d'exécution font l'objet du fascicule E1
du présent C.C.T.P pour les ouvrages d'art.

9.1 - Documents d'exécution établis par l'entrepreneur


A partir des documents contractuels et des compléments apportés par le maître d'œuvre, l'entrepreneur
établit, conformément au CCAG, les documents d'exécution de l'entreprise (DEX / ENT) :
• soit par simple vérification et appropriation des documents du maître d'œuvre,
• soit en complétant ces documents du maître d'œuvre,
• soit en réalisant ses propres études d'exécution à partir des documents du maître d'œuvre,
• en intégrant les résultats des reconnaissances géotechniques et des levés topographiques terrestres
demandés dans le cadre du présent marché,
• en établissant les documents complémentaires nécessaires à leur compréhension (en particulier pour
les plans de coffrage et de ferraillage des ouvrages d'assainissement) ainsi que les avant-métrés et
les détails estimatifs prévisionnels des ouvrages.

23
9.2 - Planning d'élaboration des documents d'exécution
Les documents fournis par le MOE dans le cadre de la consultation sont susceptibles d'être complétés après
le démarrage de la période de préparation. L'entrepreneur établira dans les huit (8) premiers jours de la
période de préparation, en se référant au planning des travaux, aux spécifications du CCTP et en intégrant
les délais d'élaboration par lui-même des documents d'exécution, le planning d'élaboration des documents
d'exécution sous forme d'un diagramme de Gantt. Il soumettra ce planning au visa du maître d'œuvre.

9.3 - Nombre de documents


• documents DEX / ENT : cinq (5) exemplaires (un exemplaire étant retourné à l'entreprise après visa
du maître d'œuvre).

9.4 - Grille de production et de classement des documents d'exécution


Pendant la période de préparation, l'entrepreneur établira :

• la grille de production et de classement des documents : cette grille sera conçue pour être évolutive
et qu'au final ce soit la nomenclature du récolement,
• la charte de présentation des documents qui seront soumis au visa du maître d'œuvre.

9.5 - Visa des documents d'exécution

Sur la forme les DEX / ENT répondront aux exigences :

• sur chaque planche devra apparaître le métré correspondant, établi suivant le cadre des prix du
Détail Estimatif, et le découpage en ouvrages élémentaires définis par le maître d'œuvre,
• dès qu'une modification a une incidence sur les quantités (par rapport à celles figurant sur le plan
visé par le maître d'œuvre), l'entrepreneur devra alerter celui-ci pour accord préalable (à défaut,
seules !es quantités du métré initial seront prises en compte),
• ils seront fournis selon le planning prévisionnel par ouvrage et par nature de travaux.

Un document ne pourra être visé qu'accompagné :

• des documents complémentaires indispensables à sa compréhension et à sa vérification (en


particulier pour les plans de coffrage et de ferraillage des ouvrages d'assainissement),
• des avant-métrés, dont le découpage sera établi et valorisé par ouvrages de gestion et par prix
suivant le cadre des prix du Détail Estimatif,
• des détails estimatifs prévisionnels.

Le maître d'œuvre dispose, en principe, d'un délai de quinze (15) jours à dater de la réception des DEX/ ENT
pour les viser ou pour adresser ses observations à l'entrepreneur (délai minimal : 10 jours). Ce délai pourra
être affiné pour chaque DEX / ENT dans le cadre de la mise au point du programme de remise des DEX/ENT.

En application de l'article 49.4 du CCAG, l'entrepreneur ne peut commencer un ouvrage dont les documents
ne sont pas visés. En observation de cette disposition, la réalisation de l'ouvrage correspondant ne saurait
donner lieu à rémunération.

ARTICLE 10 : DOSSIER DES OUVRAGES EXECUTES

10.1 –GENERALITES

Outre les documents visés à l'article 49 du CCAG et dans un délai, au plus tard, de deux (2) mois après la
date d'établissement du PV OPR, l'entrepreneur devra fournir les documents suivants.

La nomenclature du récolement et la charte de présentation des documents devront être issus de la grille
des documents d'exécution (voir article 8 du présent fascicule). Tous les documents de récolement seront
fournis :
• en trois (3) exemplaires sur support papier dont un reproductible,
• en deux (2) exemplaires sur support numérique informatique (CD Rom) et porteront la mention "
CONFORME À L'EXÉCUTION ".

24
Les documents numériques seront établis au format Autocad, la structure des fichiers, la définition des
couches ainsi que le standard de représentation des objets seront définis à l'entrepreneur pendant la période
de préparation sur la base de la structure par couches préconisée par le Maître d'Ouvrage, à défaut sur celle
indiquée par le maître d'œuvre. Ce dossier devra être constitué au fur et à mesure de l'avancement du
chantier.

10.2- DEGAGEMENT DES EMPRISES


• plans au 1/1000 mis à jour avec l'indication des travaux effectués: zones déboisées, zones de
constructions démolies ou de décharge traitée, clôtures provisoires réalisées et déposées, fossés
curés ou recalibrés,
• plans et notices des mesures de protection des réseaux existants.

10.3 – TERRASSEMENTS
• Les plans au 1/1 000 ou 1/500 d'exécution mis à jour sur lesquels sont reportés les travaux
réellement exécutés, les zones de purges, les dispositifs confortatifs (la densité des points levés sera
cohérente avec les échelles de plans demandés),
• Le cahier des profils en travers conformes à exécution comportant l'ensemble des couches (y
compris substitutions, base drainante,...) composant le remblai ou le déblai, jusqu'au niveau fini de
la couche de forme avec les entrées en terre réelles,
• Les plans conformes à exécution et les éventuelles notes de calculs des dispositifs confortatifs, des
aménagements des dépôts, etc..,
• Le plan du mouvement des terres réalisé avec les profils en long (1/5000 1/500) sur lesquels seront
reportées l'origine et la nature des matériaux mis en œuvre en remblai, PST et couche de forme,
ainsi que les conditions de mise en remblai (plans du mouvement des terres réellement exécuté),
• Une synthèse par ouvrage élémentaire des résultats des essais et contrôles (LABO + TOPO),
• Le plan du mouvement de terre végétale réalisé,
• Les dossiers des planches d'essais diverses et études de traitement des matériaux de remblais, des
PST, de la CdF.

10.4 - OUVRAGES D'ART

Les documents de récolement seront fournis dans les conditions de l'article 1.4.6 du fascicule E1 du présent
C.C.T.P. Ces documents seront classés et mis sous chemise cartonnée ou carton de classement selon les
chapitres et sous-chapitre ci-dessus. Une page de garde qui sera établie en collaboration avec le Maître
d'Ouvrage sera collée sur chaque dossier ou sous-dossier.

Ils comprendront pour chaque ouvrage :

• Plans des équipements


• Fabrication du béton
- Plan qualité du fournisseur de béton,
- contrôle général de la fabrication du béton (surveillance des centrales, composition des bétons,
formules, statistiques...) par ouvrages,
- études et convenances des bétons, contrôles de résistance (traction, compression)
• Dossier d'exécution comprenant :
- résultats de tous sondages et reconnaissances complémentaires
- notes de calcul d'exécution
- plans d'exécution
- notes de calculs et plans relatifs aux ouvrages provisoires
- études relatives aux matériaux employés, y compris études de formulations des bétons.
• Construction de l'ouvrage comprenant :
- dossier topographique
- dossier photographique
- contrôles de la structure :
• Appareils d'appui
- certificats de conformité (fiche technique, références,...)
- relevés des déplacements
- notice de relevage du tablier et de changement des appuis.
• Dispositifs de sécurité
- barrières de sécurité
25
- procès-verbaux de réception de barrières
• Remblais contigus aux ouvrages d'art
- provenance
- mode de mise en œuvre
- résultats des mesures effectuées
• Remblais des voies d'accès aux ouvrages d'art
- provenance
- mode de mise en œuvre
- résultats des mesures effectuées
• Chaussées
- provenance
- mode de mise en œuvre
- résultats de mesures effectuées
• Essais de charges
- procès-verbaux d'essais sous charges statiques et dynamiques
- résultats des mesures
• plans de récolement des réseaux
• drainage
• non conformités.
• Nivellement de l'ouvrage
- schémas de repérage des bornes de nivellement
- schémas de repérage des témoins de nivellement
- fiches de nivellement
• Recommandations à l'intention des services d'exploitation de CUD et du MINTP
- échéancier d'expiration des garanties
- points faibles éventuels de l'ouvrage.

10.5 – ASSAINISSEMENT

• Pour chaque ouvrage d'assainissement (assainissement, Ouvrage de Traversée Hydraulique,


drainage, ...), un dossier synthétique comprenant :
- un plan de situation au 1/1000,
- la vue en pian cotée en altimétrie,
- les coupes et détails des ouvrages,
- les fiches caractéristiques des matériaux et matériels utilisés pour les bassins {bâches, vannes,
regards, déshuileur...),
- les fiches de contrôle.

Le modèle de dossier (par type d'ouvrage d'assainissement) sera soumis à l'approbation du maître d'œuvre.
• Un dossier relatif aux produits mis en œuvre et issus de l'application du PAQ, incluant notamment :
- la nomenclature, et les fiches techniques des produits et matériels mis en œuvre proposés par
l'entrepreneur, avec les coordonnées des fabricants, l'usine de provenance, distributeur éventuel,
- les procès-verbaux d'acceptation des matériaux et produits,
- les bons de livraison de produits,
- les rapports d'évaluation de la qualité,
- les rapports d'essais et d'épreuves.
• Un dossier de synthèse des contrôles qui récapitulera les contrôles effectués par l'entrepreneur en
cours d'exécution des ouvrages d'assainissement conformément aux différents chapitres du fascicule
F y compris les contrôles des produits en usine,

10.7 - NOTICES DE FONCTIONNEMENT

En complément des éléments précédents l'entrepreneur fournira l'ensemble des plans et notes techniques
destinés à faciliter l'entretien et la maintenance des ouvrages réalisés.

10.8 - DOSSIERS QUALITE DES OUVRAGES REALISES

Le dossier de récolement relatif au suivi de l'assurance qualité sera global. Il comprendra :

le plan général de contrôle,

26
• les PAQ et procédures qui s'y rapportent,
• les procès-verbaux d'acceptation des matériaux, produits, matériels nécessitant un
étalonnage,
• méthodes... (par ouvrage),
• les fiches de suivi et/ou les bons de livraison constituant les preuves de traçabilité des produits,
• les fiches de traitement des non-conformités avec les pièces qui s'y rapportent,
• les rapports d'évaluation de la qualité.

Fascicule C.
Dégagement des emprises

27
ARTICLE 1 : CLAUSES
GENERALES........................................................................................................................................33
1.1 PREAMBULE.......................................................................................... ..............................................33
1.2 CLASSIFICATION DU PROJET ET RAPPEL DES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX DU PROJET ... ..
33
1.3 TEXTES DE LOIS APPLICABLES..........................................................................................33
1.4 CHAMP D'APPLICATION DES CLAUSES ADMINISTRATIF S DU MARCHE......................................... 34
1.5 DOCUMENTS DE PLANIFICATION A FOURNIR PAR L'ENTREPRENEUR........................................... 34
1.6 INFORMATION ET SENSIBILISATION DES POPULATIONS ET RIVERAINS.........................................35
1.7 PRESCRIPTIONS POUR LIBÉRATION D'EMPRISES ET RÈGLEMENT D'INDEMNITÉS POUR EXPROPRIATION. ...
35
1.8 PRODUITS DE MISE EN ŒUVRE DANS LE CADRE DES
TRAVAUX ...................................................36
1.9 RESPECT DES DISPOSITIONS SOCIALES ......................................................................
37
ARTICLE 2 : INSTALLATIONS ET PERSONNEL DE CHANTIER.......................................................39
2.1 DÉPOSITIONS GÉNÉRALES - INSTALLATIONS FIXES ET MATÉRIELLES............................. 39
2.2 PERSONNEL ..........................................................................................................40
2.3 RÈGLEMENT INTERIEUR............................................................................................41
2.4 PROCÉDURES INTERNES....................................................................................................................41
2.5 HYGIÈNE ET SÉCURITÉ DU PERSONNEL ET DES INSTALLATIONS DE CHANTIER ...................... 42
2.6 GESTION DES DÉCHETS SOLIDES ........................................................................................... 42
2.7 GESTION DES EAUX USÉES ET EAUX-VANNES.........................................................................43
2.8 GESTION DES HYDROCARBURES ET HUILES USÉES .................................................. 43
2.9 USAGE DES SITES......................................................................................................... 43
2.10 REPLI DES INSTALLATIONS DU CHANTIER ET ABANDON DES SITES EN FIN DE TRAVAUX ...............44
ARTICLE 3 : INTERVENTIONS SUR L'OUVRAGE ET SES ACCES…………....................................... 44
3.1 ABATTAGE D'ARBRES, DESTRUCTION DU BÂTIMENT, ATTEINTES AUX RÉSEAUX ............................44
3.2 MAINTIEN DE LA CIRCULATION.............................................................................................. 45
3.3 CHARGEMENT, TRANSPORT ET DÉPÔT DES MATÉRIAUX D'APPORT ET DE MATÉRIEL ...............46
3.4 STABILISATION DES TALUS, CONSTRUCTION DES OUVRAGES D'ASSAINISSEMENT ..........................46
3.5 DÉMOLITION D'OUVRAGES.................................................................................................................46
3.6 CONSTRUCTION DES OUVRAGES D'ART................................................................................... 46
3.7 RÉDUCTION DES GÊNES ET NUISANCES .................................................................................. 47
3.8 QUALITÉ DES MATÉRIAUX MIS EN ŒUVRE ..............................................................................47
3.9DESTINATION DES MATÉRIAUX POLLUES OU SOUILLES......................................................... 47
ARTICLE 4 : OUVERTURE ET EXPLOITATION DES CARRIERES ET EMPRUNTS........................... 48
4.1 OUVERTURE D'UNE CARRIÈRE TEMPORAIRE ou PERMANENTE DE ROCHE MASSIVE .......................48
4.2 UTILISATION D'UNE CARRIÈRE PERMANENTE DE ROCHE ........................................................49
4.3 OUVERTURE ET EXPLOITATION D'UN EMPRUNT TEMPORAIRE/PERMANENT ....................................49
4.4ABANDON D'UN EMPRUNT ou D'UNE CARRIÈRE A LA FIN DES TRAVAUX........................................ 50
ARTICLE 5: PLANTATIONS.............................................................................................................. 51
5.1 LE CHOIX DES SITES DE PLANTATIONS ........................................................................................ 51
5.2 LA MISE EN TERRE ET LF SUIVI.................................................................................................... 51
5.3 LE MATERIEL VEGETAL …………………………………………………………………………....……...51
ARTICLE 6 : PARTICULARITES DU SOL ET DU SOUS-SOL, DECOUVERTES, VESTIGES.............. 52
ARTICLE 7 : SANCTIONS ET PENALITES......................................................................................... 52
7.1 SANCTIONS FTPFNAI-ITES FIXEES PAR LES LOIS EN VIGUEUR AU PAYS ..................................... 52
7.2 CONDITIONS DE RÉMUNÉRATION, DE PÉNALITÉS ET DE SUSPENSION DES ACTIVITÉS DE CHANTIER…………………....
52

28
29
ARTICLE 1: CLAUSES GENERALES

1.1 PREAMBULE

Les présentes clauses constituent les Prescriptions Environnementales et Sociales relatives à l’exécution
des Travaux de réparation de l’effondrement de terrain en vue de la sécurisation des
installations de la Station de Traitement SP1 de JAPOMA. Il est recommandé de faire ressortir ces
clauses d'une manière distincte afin d'attirer l'attention particulière de l'Entrepreneur sur les prestations
environnementales et sociales à mettre en œuvre pendant l'exécution du marché.

L'Entrepreneur sera responsable des activités de construction, de gestion, d'entretien et de restauration sur
l'ensemble des sites dédiés à l'aménagement de la route considérée. L'enjeu majeur étant de porter le moins
de préjudice possible aux habitats (naturels et bâtis), aux activités socio -économiques et culturelles dont
dépendent les populations riveraines du projet

Afin d'assurer cette responsabilité et permettre que ce projet s'inscrive dans une logique de Développement
Durable, il est demandé à l'Entrepreneur de respecter les obligations d'organisation et techniques définies
dans la Notice de Clauses Environnementales et Sociales et qui reflètent les exigences du Maître d'Ouvrage
(MO).

Ces obligations se réfèrent d'une part, à la réglementation nationale relative à la prise en compte des
impacts environnementaux dans les travaux routiers. Elles se réfèrent également à la norme ISO 14001
(Système de Management Environnemental), et aux bonnes pratiques de construction respectueuses de
l'environnement communément observées dans le monde et mises en œuvre par des entreprises
responsables.

1.1 Classification du projet et rappel des enjeux environnementaux et sociaux du projet

L’exécution des Travaux de réparation de l’effondrement de terrain en vue de la sécurisation des


installations de la Station de Traitement SP1 de JAPOMA est classé en risque moyen, du fait de sa
proximité à la zone urbaine.

Les enjeux et impacts environnementaux et sociaux du projet ont été évalués et comprennent notamment :
• Les nuisances diverses (sonores, dégagements de poussières, gestion des déchets de chantiers,
risques de pollution des eaux surtout à la traversée des zones marécageuses, perturbation de trafic,
la perturbation de la collecte des déchets ménagers, risques sanitaires liés à la manipulation de
déchets souillés, toxiques dangereux, exploitation des carrières, fonctionnement des centrales de
concassage, d'enrobés, à béton ;
• la perturbation des écosystèmes aquatiques et la qualité des eaux consommées par les populations
du fait de la construction des ouvrages (d'art et hydrauliques) ;
• la propagation des MST/SIDA, les maladies respiratoires, hydriques et autres maladies contagieuses
due au contexte de pauvreté qui rend certaines classes sociales de populations plus vulnérables face
à ces fléaux.

Aussi l'Entrepreneur est tenu de respecter les lois en vigueur en matière de protection de l'environnement,
et de mettre en application toutes les mesures préconisées à l'issue de l'Etude d'Impact Environnemental et
Social, en vue de limiter les impacts négatifs du présent projet et d'optimiser les impacts positifs escomptés,

1.3 Textes de lois applicables

L'Entrepreneur est tenu de respecter dans le cadre de l'exécution du marché :

• Les clauses contractuelles le liant au Maître d'Ouvrage ;


• L’ensemble des textes environnementaux - ou relevant des autres Ministères concernés- en vigueur
au
• Cameroun, y compris les conventions internationales ratifiées par le Cameroun ; «les normes
d'émission et de rejet adoptées par le pays, le cas échéant celles des Bailleurs de Fonds ;
• en cas de désaccord entre les textes nationaux en vigueur, les directives du ou des partenaire(s) et/
ou les présentes clauses, les prescriptions contraignantes s'appliquent.

Les lois et réglementations applicables sont celles en vigueur au Cameroun, notamment :


- La loi n° 92/007 du 14 août 1992 portant Code du travail ;
30
- La loi n° 96/07 du 08 avril 1996 portant protection du patrimoine routier ;
- La loi n° 96/12 du 05 août 1996 portant loi- cadre relative à la gestion de l’environnement ;
- La loi n° 2000/09 du 13 juillet 2000 fixant l’organisation et les modalités de l’exercice de la
profession d’Ingénieur de Génie Civil ;
- La loi N°2016/018 du 14 décembre 2016 portant Loi de finances de la République du Cameroun
pour l'exercice 2017 ;
- Le décret n° 2003/651/PM du 16 avril 2003 fixant les modalités d’application du régime fiscal et
douanier des Marchés Publics ;
- Le décret n° 2004/275 du 24 septembre 2004 portant Code des Marchés Publics ;
- Le décret n° 2008/376 du 12 novembre 2008 portant organisation administrative de la
République du Cameroun ;
- le décret n° 2012/074 du 08 mars 2012 portant création, organisation et fonctionnement des
Commissions de Passation des Marchés Publics ;
- le décret n° 2012/075 du 08 mars 2012 portant organisation du Ministère des Marchés Publics ;
- Le décret n° 2001/048 du 23 février 2001 portant organisation et fonctionnement de l’Agence de
Régulation des Marchés Publics, modifié et complété par le décret n° 2012/076 du 08 mars
2012 ;
- Le décret n°2014/575 du 19 décembre 2014 portant création, organisation et fonctionnement du
Comité de suivi de la mise en œuvre du Plan d’Urgence triennal pour l’accélération de la
croissance économique ;
- L’arrêté n° 033/CAB/PM du 13 février 2007 mettant en vigueur les Cahiers des Clauses
Administratives Générales applicables aux Marchés Publics ;
- La circulaire n° 004/CAB/PM du 30 décembre 2005 relative à l’application du Code des Marchés
Publics;
- La circulaire n° 003/CAB/PM du 18 avril 2008 relative au respect des règles régissant la
passation, l’exécution et le contrôle des Marchés Publics ;
- La circulaire n° 002/CAB/PM du 31 janvier 2011 relative à l’amélioration de la performance du
système des Marchés Publics ; 
- La circulaire n° 003/CAB/PM du 31 janvier 2011 précisant les modalités de gestion des
changements des conditions économiques des Marchés Publics ; 
- la circulaire n° 001/CAB/PR du 19 juin 2012 relative à la passation et au contrôle de l’exécution
des Marchés Publics ;
- la circulaire n° 002/CAB/PR du 09 juillet 2012 relative à la préparation du Budget pour l’Exercice
2013;
- La circulaire n° 001/C/MINFI du 28 décembre 2016 Portant Instructions relatives à l’Exécution
des Lois de Finances, au Suivi et au Contrôle de l’Exécution du Budget de l’État, des
Établissements Publics Administratifs, des Collectivités Territoriales Décentralisées et des autres
Organismes Subventionnés, pour l’Exercice 2017 ;
- La lettre n° 00908/MINTP/DR datant de 1997 du Ministère des Travaux Publics portant
publication des directives pour la prise en compte des impacts environnementaux dans l’entretien
routier ;
- Les normes techniques en vigueur dans la République du Cameroun ;
- La convention collective nationale des entreprises du bâtiment, des travaux publics et des
activités annexes du 25 août 2004.

1.4 Champ d'application des clauses administratives du marché

Les considérations environnementales et socioéconomiques liées aux travaux objet du présent marché sont
réputées incluses dans le champ d'application des clauses administratives du marché, notamment :

• L'ensemble des procédures attachés à l'exécution du marché : réunions, constatations, constats


contradictoires, réception... ;
• Toutes les pièces relatives à l'exécution du marché : ordres de service, attachements, comptes-
rendus, plannings, rapports, procès-verbaux, décomptes, dossiers des ouvrages exécutés ;
• La gestion du personnel et la protection de la main d'œuvre, le règlement intérieur, hygiène et la
sécurité ;
31
• Les prix et risques afférents au marché, les garanties de bonne exécution, de bonne fin et de
restitution d'avance, la rémunération des entrepreneurs, les assurances, les délais de garantie, les
pénalités ;
• La réalisation des ouvrages.

1.5 Documents de planification à fournir par l'Entrepreneur

L'Entrepreneur produira divers documents de planification tout au long du chantier parmi lesquels le Plan de
Gestion Environnementale et Sociale de Chantier (PGES) et les Plans de Protection Environnemental des
Sites (PPES) d'occupation temporaire qui seront ouverts pour les travaux.

1,5.1 Le PGES de chantier

Parmi les obligations imposées à l'Entrepreneur, la plus immédiate concerne le Plan de Gestion
Environnementale et Social (PGES) des activités de construction qui sera préparé par l'Entrepreneur et
définira en détail l'ensemble des mesures organisationnelles et techniques qu'il mettra en œuvre tout au
long de la période de construction afin de satisfaire aux obligations de la présente NCES.

Le Document Principal du PGES sera structuré en conformité avec les principes de l'ISO 14001 ou d'une
Norme internationale équivalente reconnue. A ce titre, le document comportera les éléments suivants :

• Une déclaration de Politique Environnementale et Sociale signée par le Directeur Général de


l'Entreprise définissant clairement l'engagement de l'Entrepreneur en matière (i) de gestion
environnementale et sociale de ses chantiers de construction et (ii) de respect des obligations du
PGES ;
• Le Plan Hygiène Santé Sécurité (PHSS) qui fera ressortir les conditions de choix de la base vie, la
description des installations de chantier envisagées, y compris les conditions d'hygiène et de
sécurité, les conditions de traitement des rejets solides et liquides des chantiers et des installations,
celles de stockage des hydrocarbures d'alimentation en eau potable, éventuellement d'hébergement
et de restauration des travailleurs ;
• Le processus de planification et les procédures interne de mises en œuvre qui définissent les
capacités, les mécanismes et les ressources nécessaires pour atteindre les objectifs définis dans la
déclaration de Politique Environnementale : identification du personnel (poste, qualification,
formation, responsabilités), moyens matériels, programmes de formation et de sensibilisation,
procédures de communication (information, réunions en terme de fréquence et de participants,
production de rapports), contrôle de document et archivage ;
• Le Plan d'Assurance Qualité (PAO) mis en place pour le PGES, avec une définition détaillée des
moyens de contrôle opérationnels qui sont mis en place : procédure de suivi des chantiers
{fréquence, personnel, critères d'évaluation, etc.), procédure de détection et de traitement des non-
conformités (circulation de l'information, notification selon le niveaux d'importance appliqués aux
non-conformités, suivi de la fermeture de la NC), gestion des données relatives au suivi et aux non-
conformités (stockage, traitement, utilisation comme indicateur de performance).
• Les campagnes de sensibilisations.

L'Entrepreneur soumettra au Maître d'Ouvrage le PGES en même temps que son Programme d'Exécution des
travaux et dans un délai de huit (8) jours après la signature de l'Ordre de Service de démarrer les travaux.

1.5.2 Les Plans de Protection Environnementale des Sites (PPES) de chantier

Les PPES à produire pour chacun des sites d'activité du chantier (site d'emprunt, site de carrière et autres),
seront soumis au Maître d'Ouvrage préalablement à l'ouverture du site et au plus tard huit (08) jours avant
le démarrage des travaux sur le site concerné. Ils feront ressortir les conditions d'emprunt, de sites
d'extraction, les conditions de remise en état des sites de travaux, d'installation et d'extraction (ou
éventuellement de remise des sites à l'administration), les conditions de circulation des camions et engins de
chantier, et éventuellement les mesures compensatoires à la charge de l'Entrepreneur identifiées par l'étude
d'impact environnemental et sociale.

1.5.3 Délais d'approbation

Sauf mention particulière, le Maître d'œuvre et/ou le Maître d'ouvrage disposera d'un délai minimal de huit
(08) jours ouvrés pour se prononcer sur la recevabilité des pièces proposées à son analyse quant aux

32
dispositions environnementales et socio-économiques à mettre en œuvre. Ce délai ne pourra toutefois courir
au-delà d'une période de quinze (15) jours, là encore en cas d'absence de mention particulière.

1.6 Information et sensibilisation des populations et riverains

Les travaux objet du marché donnent lieu à des campagnes d'information et de sensibilisation des
populations à mettre en œuvre à l'aide de différents instruments :
• les médias (presse, radios, télévision),
• les supports divers, dont ses engins et véhicules,
• le contact direct avec les populations lors de réunions,

L'Entrepreneur est tenu de contribuer à la bonne mise en œuvre des actions à réaliser, notamment par :
• la transmission rapide en début de chantier du planning d'exécution des travaux, permettant aux
populations et actifs de prendre toutes dispositions utiles de préparation aux travaux
(déguerpissements, mode de déplacement, déviations...),
• sa participation si nécessaire aux différentes réunions et émissions,
• le personnel spécialisé qu'il recrute, les procédures qu'il met en œuvre, la formation de son
personnel,
• Incessibilité aux acteurs de l'information et de la sensibilisation sur chantier, en leur attribuant un
badge spécial d'accès,
• la mise à disposition d'espaces d'information sur ses engins et véhicules, afin de pouvoir y faire
apparaître des messages ciblés.

1.7 Prescriptions pour libération d'emprises et règlement d'indemnités pour expropriation.

La libération de l'emprise des travaux est à la charge de l'Administration. De même, les dommages causés
du fait des travaux, aux propriétés situées dans l'emprise du projet ne sont pas à la charge de
l'Entrepreneur, mais celui-ci est tenu de provoquer, préalablement aux travaux et en présence de l'Autorité
administrative concernée, la reconnaissance contradictoire des constructions, cultures, tombes ou tout autre
bien pouvant être affectés, en vue de leur évaluation par l'Administration compétente, faute de quoi les
indemnités lui seront imputables.
L'Entrepreneur et le Maitre d'Œuvre pourront recourir à l'Administration pour mise à disposition de toute
preuve relative au paiement des indemnités. En aucun cas, l'autorisation de commencer les travaux ne devra
être délivrée dans les zones où la libération d'emprises nécessite des déguerpissements, sans que les
personnes victimes n'aient perçues leurs indemnités.
Au cas où l'Entrepreneur serait amené à préfinancer le paiement des indemnités pour expropriation, ses
dépenses lui seront remboursées sur factures dans le cadre du marché au titre des prestations exécutées.

1.8 Produits de mis en œuvre dans le cadre des travaux

1.8.1 Produits strictement prohibés


Les Entrepreneurs ne pourront importer, acquérir, stocker, utiliser, évacuer ou détruire sans autorisation
écrite du Maître d'Ouvrage un produit contenant un ou plusieurs des éléments figurant sur les listes des
produits dangereux de la convention de Stockholm. Une liste de 12 composés strictement prohibés au plan
international et de quelques-uns de leurs noms commerciaux figure sous la référence « Persist Organic
Polluants of thé Stockholm Convention : a Resource Guide » prepared by Resource future International for
the World Bank and CIA, september 2001.
Les Entrepreneurs devront présenter dans leurs offres un engagement signé à ne pas importer, acquérir,
stocker, utiliser évacuer ou détruire sans autorisation du Maitre d'Ouvrage (MO). En cas d'autorisation, le MO
établira un cahier de charges spécifique à l'opération concernée par l'importation, l'acquisition, le stockage,
l'utilisation, l'évacuation ou la destruction du seul produit autorisé, conformément aux normes
internationales en vigueur.

1.8.2 Sécurité d'emploi des produits mis en œuvre dans le cadre des travaux

Différents produits chimiques devront être utilisés dans le cadre des travaux : colles pour bordures béton,
adjuvants et colorants pour bétons, dopes pour améliorer l'adhésivité (gaves bitume), produits dégraissants
pour les ateliers de mécanique ...

33
L'Entrepreneur présentera au Maître d'œuvre - en vue de l'agrément de tel ou tel produit - un état des
disponibilités de produits de différentes marques commerciales qui intègre, comme critères de choix de
chacun de ces produits, les critères relatifs à la sécurité et à la protection de l'environnement. L'Entrepreneur
devra obtenir pour chacun des produits qu'il compte utiliser sur ses chantiers les Fiches Sécurité Produit (ou
MSDS)1 de leur fournisseur incluant les dispositions relatives à la protection de l'environnement, et les
joindre à l'état à présenter au Maître d'œuvre. L'attention de l'Entrepreneur est attirée sur le fait que le
Maître d'œuvre privilégiera les produits de sociétés disposant d'un agrément international reconnu et en
cours de validité de contribution à la réduction des atteintes à l'environnement (ISO 14001 ou équivalent).

L'Entrepreneur sera tenu d'importer, d'acquérir, de stocker et de mettre en œuvre les produits
conformément aux recommandations des Fiches Sécurité Produit. Ces recommandations, après acceptation
de tel ou tel produit par le Maître d'œuvre, seront considérées comme prescription faites à l'Entrepreneur.

L'Entrepreneur sera également tenu d'évacuer ou de détruire les produits périmés, les contenants et les
accessoires de nettoyage (chiffons, etc...), conformément aux recommandations des fiches. Si l'incinération
au titre de déchets spéciaux est recommandée, l'Entrepreneur négociera un contrat d'élimination selon les
recommandations de son fournisseur avec la ou les sociétés de traitement de déchets industriels existantes à
Douala,

L'Entrepreneur devra produire au Maître d'œuvre les preuves de l'élimination conforme des déchets en
quantités compatibles avec les commandes initiales effectuées et communiquées au Maître d'œuvre. En
aucun cas, l'Entrepreneur ne pourra mettre à disposition de son personnel ou de tiers des contenants usagés
de produits réputés nocifs pour la santé ou pour l'environnement.

L'Entrepreneur est tenu de former son personnel et de l'informer sur les sites de stockage et d'utilisation à
l'aide des Fiches Sécurité Produit communiquées par ses fournisseurs. Il devra notamment exploiter pour
cela la base internationale de référence de pictogrammes des Nations Unies.

1.9 Respect des dispositions sociales

Les dispositions du code du travail (loi 92/007 du 14 août 1992) et de la convention collective nationale du
bâtiment, des travaux publics et des activités annexes du 25 août 2004, doivent être respectées et ceci
même si les entrepreneurs ne sont pas adhérents au Syndicat des Entreprises du Bâtiment et des Travaux
Publics du Cameroun (SEBAT).

Sur simple demande du Maître d'Ouvrage ou du Maître d'œuvre, l'entrepreneur est tenu de fournir sous
huitaine la liste exhaustive du personnel présent sur le chantier ; de présenter les contrats de travail
légalement exigibles dûment visés par les Services de la Main d'œuvre territorialement compétents, les
registres d'entrée du personnel, les fiches nominatives du personnel telles que prévues par le code du
travail, les registres d'accident du travail ; de fournir les rôles de paie établis sur la base de la Convention
Collective Nationale des Entreprises du Bâtiment, des Travaux Publics; de présenter les reçus des différents
services administratifs auxquels il doit effectuer des versements réguliers (Caisse Nationale de Prévoyance
Sociale, Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques, Taxe Communale, Centimes Additionnels
Communaux, Crédit Foncier, Redevance audio - visuelle).

Le Maitre d'œuvre devra être particulièrement vigilant sur respect des points suivants :

1.9.1 Les conventions de l'OIT :

Les 8 conventions fondamentales de TOIT - Organisation Internationale du Travail s'appliquent de droit au


Cameroun (Etat membre) :

• Elimination du travail forcé ou obligatoire (conventions 29 et 105) : faire attention éventuellement


aux réquisitions des groupements villageois, voire des tâcherons ;
• Non-discrimination dans l'emploi (convention 111): conditions égales de recrutement pour les
femmes et à salaire égal (convention 100 : égalité de rémunération) ; non-discrimination ethnique
ou pour les personnels séropositifs ou malades du SIDA ;
• Abolition du travail des enfants (conventions 138 et 182) : âge minimum de 14 ans au Cameroun,
18 ans pour les travaux dangereux ;

34
• Liberté d'association et de négociation collective (conventions 87 et 98) : notamment, ne pas refuser
d'embaucher des travailleurs qui appartiennent à un syndicat, ou d'en constituer ; permettre les
réunions des représentants du personnel avec les salariés (hors des heures normales de travail).

1.9.2 Le code du travail (édition 1997) :

Le code du travail découle de la loi 92/007 du 14 août 1992 portant code du travail. On peut y relever
notamment les quelques dispositions suivantes :

• A conditions égales de travail et d'aptitudes professionnelles, le salaire est égal pour les travailleurs,
quels que soient leur âge, leur sexe, leur origine, leur statut et leur confession religieuse ;
• Les enfants ne peuvent être employés dans aucune entreprise avant l'âge de 14 ans, sauf
dérogation par arrêté du Ministre du Travail ;
• Les travailleurs temporaires doivent être déclarés à l'Inspection du Travail et enregistrés à la CNPS ;
ils ont droit à une carte professionnelle délivrée par l'employeur ;
• A l'expiration du contrat de travail, l'employeur doit délivrer au travailleur un certificat de travail ;
• Un règlement intérieur doit être établi par chaque entrepreneur : il traite de l'organisation du travail,
des règles disciplinaires, de l'hygiène et de la sécurité. Il est communiqué pour avis aux délégués du
personnel, et pour visa à l'inspecteur du travail ;
• Le tâcheron est un sous - entrepreneur avec lequel l'entrepreneur passe un contrat écrit :
l'entrepreneur doit tenir à jour la liste des tâcherons avec lesquels il a passé contrat. Si le tâcheron
est insolvable, l'entrepreneur doit payer les salaires dus aux travailleurs ;
• Le salaire doit être payé en monnaie, la périodicité du paiement ne peut excéder un mois et le
paiement 8 jours après la date d'échéance. L'employeur est tenu de délivrer au salarié un bulletin de
paie ;
• La durée du travail ne peut excéder 40 heures par semaine, mais des décrets précisent les
conditions des heures supplémentaires. Le repos hebdomadaire est obligatoire et au minimum de 24
heure consécutif par semaine ;
• Le travailleur acquiert un droit à congé payé à la charge de son employeur à raison d'1,5 jour
ouvrable par mois de service effectif (ou 4 semaines ou 24 jours de travail) et de 2,5 jours pour les
moins de 18 ans, plus 2 jours ouvrables par période de 5 ans de service dans l'entreprise ;
• Tout entrepreneur doit organiser un service médical et sanitaire au profit de ses travailleurs : il peut
s'agir d'un service interentreprises ou d'une convention avec un établissement hospitalier. Le service
médical est assuré par des médecins assistés d'un personnel paramédical qualifié, agréés par le
Ministre du Travail. Il y a une visite médicale obligatoire à l'embauche, même pour le personnel
temporaire ;
• Tout employeur doit fournir à l'inspection du travail des informations détaillées sur la situation de sa
main d'œuvre. L'employeur doit tenir constamment à jour au lieu d'exploitation un "registre
d'employeur" à la disposition des services du Travail et de la Prévoyance Sociale.

1.9.3 La convention collective

La Convention Collective Nationale des entreprises du bâtiment, des travaux publics et des activités annexes
du 25 août 2004 est considérée par le marché comme applicable à l'Entreprise adjudicataire, même si elle
n'est pas adhérente au Syndicat des Entreprises du Bâtiment et des Travaux Publics du Cameroun (SEBAT).
La convention collective apporte des garanties aux représentants du personnel (syndicaux et délégués du
personnel), des régimes d'indemnités en cas de suspension du contrat de travail pour maladie non
professionnelle ou pour chômage technique, des indemnités pour la famille en cas de décès du travailleur,
des primes d'ancienneté, précise les indemnités pour missions occasionnelles et mutations sur un chantier.
Elle améliore les congés payés à l'ancienneté. D'autres régimes d'indemnités et de primes sont prévus.
Une classification professionnelle est définie, d'où il découle que le salaire minimum brut mensuel est de
35.706 F CFA pour 40 heures de travail par semaine. Une commission nationale paritaire des salaires se
réunit tous les 2 ans et peut réviser les taux de salaires. La définition précise des critères de classification
professionnelle est jointe à la convention.
Les employeurs s'engagent à ne recruter en sous-traitance que des entreprises respectant les règles du
tâcheronnat définies par le code du travail et surtout respectant elles-mêmes la présente convention
collective.

35
1.9.4 La protection sociale

L'enregistrement de tous les travailleurs à la CNPS est obligatoire, y compris pour les travailleurs
"temporaires" (CDD, CDC, temporaires, occasionnels, saisonniers). La CNPS couvre : accident du travail
(AT), maladie professionnelle (MP), retraite et prestations familiales.

1.9.5 Prévention et lutte contre le VIH-SIDA


Le Maître d'Ouvrage accorde une grande importance à la prévention par les entrepreneurs auprès de leurs
travailleurs des maladies sexuellement transmissibles et en particulier du VIH-SIDA. Afin de limiter la
progression de la pandémie du SIDA, l'Entrepreneur est tenu de prendre toutes dispositions utiles pour
limiter les risques pour ses employés et la population. Il doit :
• faire intervenir une fois par mois aux fins de présentation de films, d'explications et de distribution
de produits publicitaires un responsable du Groupe Technique Régional de Lutte contre le SIDA,
• responsabiliser un des membres de son personnel (l'infirmier ou le médecin de l'entreprise) à
l'organisation, à la mise en œuvre et au suivi des actions de lutte contre les MST/SIDA ;
• appliquer une politique interne de recrutement et de relations entre membres de l'Entrepreneur
excluant toute discrimination envers les personnes porteuses du VIH ou atteintes du SIDA, en
expliquant les modes de transmission et les risques encourus ;
• interdire strictement l'entrée de ses installations aux personnes extérieures en visite extra-
professionnelle ;
• favoriser le rapprochement entre les employés et leurs familles ; au mieux, embaucher des
personnels résidents à Douala ;
• intégrer un chapitre spécifique à la lutte contre les MST/ SIDA dans ses rapports périodiques, faisant
état de la mise en œuvre des dispositions prises, des résultats, des difficultés et le bilan des non-
conformités traitées.

1.9.6 Genre

Le Maître d'Ouvrage accorde une grande importance à l'implication effective des femmes à !a réalisation des
projets de développement, comme stratégie de lutte contre la pauvreté. Le recrutement des femmes dans le
cadre de l'exécution des travaux fait parties des prescriptions faites aux entrepreneurs.

1.9.7 Travaux à Haute intensité de main d'œuvre (HIMO)


Le Maître d'Ouvrage accorde une grande importance à l'optimisation des retombées économiques locales du
projet. Une préférence aux travaux HIMO devra être accordée par l'Entrepreneur en vue de favoriser le
recrutement de la main d'œuvre locale.
Ainsi à qualification et compétence égale, la priorité devra être accordée aux riverains du projet et
nationaux. Cette disposition contribuera à établir un climat social favorable à l'exécution sans entrave des
travaux.

ARTICLE 2: INSTALLATIONS ET PERSONNEL DE CHANTIER

2.1 Dispositions générales - installations fixes et matérielles

L'Entrepreneur proposera au Maître d'œuvre le lieu de ses installations de chantier et présentera un plan
d'installation de chantier. L'Entrepreneur sollicitera l'autorisation d'installation de chantier auprès du Maître
d'œuvre. L'importance des installations est déterminée par le volume et la nature des travaux à réaliser, le
nombre d'ouvriers, le nombre et le type d'engins. Le plan d'installation de chantier devra tenir compte des
aménagements et mesures de protection suivantes :

• les limites du site choisi doivent être à une distance d'au moins 50 m d'une rivière et des principaux
axes de drainage de la ville, à 250 m des équipements urbains sensibles (infrastructures sanitaires,
éducatives et d'approvisionnement en eau des populations) ;
• le site devra être délimité par une clôture ou un mur d'enceinte infranchissable, l'accès devra en être
rigoureusement contrôlé.

36
• les sorties de véhicules et d'engins devront être localisées et aménagées de manière à ne présenter
aucun risque pour la sécurité des piétons et automobilistes, notamment du point de vue de la
visibilité de la signalisation et du règlement de la circulation. Les entrées et sorties de véhicules
devront être possibles sans perturbations.
• le site devra être choisi afin de limiter le débroussaillement, l'arrachage d'arbustes, l'abattage des
arbres. Les arbres utiles ou de grande taille (diamètre supérieur à 20 cm) seront à préserver et à
protéger,
• le site devra prévoir un drainage adéquat des eaux sur l'ensemble de sa superficie en évitant les
points de stagnation.

L'Entrepreneur présentera avant le démarrage des travaux de préparation de son(es) site(s) le(s) plan(s)
d'installation(s) de chantier comportant les représentations :
• de la végétation initiale et de celle qui sera conservée,
• des dispositifs anti-érosifs et de contrôle des eaux de ruissellement à mettre en place en cas de
besoin,
• les emplacements de stockage des matériaux de réhabilitation du site si celui-ci est décapé, dans le
cas où il est destiné à être re-végétalisé
• les dispositifs prévus de gestion des déchets, de traitement et d'évacuation des eaux usées,
• les emplacements de stockage de produits dangereux et/ou inflammables, dont les déchets, et les
• dispositifs prévus de contrôle des accidents (sécurité incendie, rétention, séparation par
catégories...), les accès de secours pour l'intervention des pompiers ou autres services d'urgence,
• et tout autre dispositif de protection de l'environnement ou lié à la sécurité des personnes et des
biens que prévoirait les clauses contractuelles du présent marché, la réglementation en vigueur et
les directives applicables du ou des partenaire(s) financier(s) du programme.

L'Entrepreneur présentera au Maître d'œuvre un dossier de demande d'occupation de site présentant les
équipements à réaliser et la justification des solutions et dimensionnements retenus en rapport avec la
nature de son(es) installation(s). L'approbation de ce dossier conditionne l'accord de démarrage des travaux
de préparation des sites.
Ce dossier incluant la présentation des installations de l'Entrepreneur et sa conformité aux clauses et
réglementations en vigueur sera également transmis si l'Entrepreneur utilise des installations existantes.
Les pièces relatives à l'installation principale de l'Entrepreneur (dossier de demande d'occupation de site et
de libération de site) pourront être examinées pendant un délai maximal de 15 jours ouvrés. Les engins
et véhicules de l'Entrepreneur devront être conformes aux standards internationaux
d'équipements de sécurité et anti-bruits (insonorisation des capots, échappements..) et d'émissions
atmosphériques. La qualité des carburants devra satisfaire la réglementation nationale en vigueur.

A l'arrivée sur site de travaux, tout engin, matériel ou véhicule de l'Entrepreneur susceptible de pouvoir
contribuer à la propagation d'espèces végétales envahissantes - notamment en cas de transport
transfrontalier d'engins entre bases-pays de l'Entrepreneur - devra être lavé conformément aux prescriptions
de l'OP 4.09 (Pest Management)2 de la Banque Mondiale,

2.2 Personnel

2.2.1 Embauche

L'Entrepreneur est tenu d'engager (en dehors de son personnel cadre technique) le plus de main d'œuvre
dans la zone où les travaux sont réalisés, afin de favoriser les retombés socioéconomiques locales et de
réduire les risques de propagation des MST/SIDA. A défaut de trouver le personnel qualifié sur place, il est
autorisé d'engager la main d'œuvre à l'extérieur de la zone de travail.
2.2.2 Identification

Chaque membre du personnel de l'Entreprise devra disposer d'un badge qu'il portera visiblement sur lui en
toutes circonstances durant les heures de travail. Ce badge porte la mention du nom et le logo de
l'Entrepreneur, les noms et fonctions de l'employé, sa photo, le nom officiel du projet, la durée de validité du
badge.

Le responsable environnement et socio-économique de l'Entrepreneur, ainsi que son homologue de la


Maîtrise d'œuvre, disposent d'un accès à toutes les installations et sites de l'Entrepreneur et à toute heure.

37
2.2.3 Equipe/Responsable Environnemental et Socioéconomique de chantier (RSE)

L'Entrepreneur est tenu d'intégrer dans son personnel une Equipe de Spécialistes en contrôle
environnemental et socio-économique de chantier pour les travaux qu'il exécute. Cette équipe sera sous la
supervision d'un Expert Environnement agréé au ministère de l'environnement ou disposant d'une
expérience confirmée en ISO 14001 ou avec une Norme internationale équivalente reconnue. Cette
personne à mettre en place doit être autonome en terme de moyens (véhicule, équipement informatique,
bureau, appareil photo, équipement de terrain etc...) et de responsabilité (rattachement hiérarchique direct
à la direction des travaux, aptitude à stopper l'exécution des travaux non-conformes le cas échéant).

Il est responsable de l'adaptation du règlement interne de l'Entrepreneur, ainsi que de la conception, de la


mise en œuvre et du suivi des procédures internes de mise en application de la politique environnementale
et socio-économique de l'Entrepreneur. Il est tenu de produire des bilans de conformité environnementale et
socioéconomique de l'Entrepreneur quant à l'exécution des travaux, la mise en œuvre des actions de
redressement de situation en cas de non-conformité (s) constatée(s) dans ses domaines d'activités, la
rédaction des rapports mensuels et bilans semestriels correspondants. Il est chargé des contacts avec les
riverains et les autorités et du suivi des travaux, notamment le recueil et le traitement des doléances. Il peut
être appuyé dans ses fonctions par des aides en périodes de démarrage et de fin de chantier.

2.2.4 Relation entre les parties

Tous les aspects environnementaux et sociaux relatifs aux chantiers seront traités entre le Responsable
Environnement de l'Entrepreneur, le Responsable Environnement du Maitre d'œuvre et l'Ingénieur du
marché, dans le strict respect des obligations contractuelles.

Les équipes environnements de l'Entrepreneur et du Maitre d'œuvre se rencontreront régulièrement et


organiseront une visite mensuelle conjointe des sites à la fin de chaque mois. C'est sur la base des
inspections de routine et des résultats de cette visite conjointe que l'Ingénieur se prononcera sur
l'acceptabilité de la facture mensuelle de l'Entrepreneur.

2.3 Règlement intérieur

Un règlement interne de l'Entrepreneur, portant dispositions spécifiques à son ou ses installations de


chantier, doit mentionner spécifiquement les règles de sécurité, interdire la consommation d'alcool pendant
les heures de travail, sensibiliser le personnel à la protection de l'environnement, au danger des MST et du
VIH/SIDA, au respect des us et coutumes des populations et des relations humaines d'une manière
générale.

Le règlement devra être affiché visiblement dans les diverses installations et figurer dans les véhicules et
engins de l'Entrepreneur. Il porte engagement de l'Entrepreneur à la mise en œuvre des dispositions
environnementales et socio-économiques prévues au marché, et à apporter toutes améliorations à son degré
de conformité environnementale et socio-économique si celui-ci s'avérait incompatible avec les clauses et
réglementations applicables.

Une présentation de ce règlement interne et des procédures sera faite aux nouveaux employés - quel que
soit leur statut - ainsi qu'au personnel déjà en fonction, qui paraphera leur approbation du règlement avant
le démarrage des travaux sur une copie qui sera remise à chaque intéressé. Une autre copie sera conservée
en archivage interne à l'Entrepreneur, qui lui servira de preuve en cas de litige avec un de ses employés.

Le règlement citera une liste de fautes graves donnant lieu, après récidive de la part du fautif et malgré la
connaissance du règlement interne, à licenciement immédiat de la part de son employeur, ce sans préjudice
des éventuelles poursuites judiciaires par l'autorité publique pour non-respect de la réglementation en
vigueur :

• état d'ébriété pendant les heures de travail, entraînant des risques pour la sécurité des riverains,
clients, usagers et personnels,
• propos et attitudes déplacés vis-à-vis des personnes de sexe féminin, à fortiori harcèlement sexuel,
• recours aux services de prostituées durant les heures de chantier,
• comportements violents,
• atteintes volontaires aux biens et intérêts d'autrui, ou à l'environnement,
• refus de mise en application des procédures internes malgré rappel de la part de sa hiérarchie,

38
• négligences ou imprudences répétées ayant entraîné des dommages ou préjudices à
l'environnement, à la population, aux biens, notamment en rapport avec les prescriptions de lutte
contre la propagation des MST et du SIDA,
• consommation de stupéfiants,
• possession et/ou consommation de viande ou de tout autre partie animale ou végétale issue
d'espèces protégées au sens de la Convention de Washington (CITES) et de la réglementation
nationale.
• Les fautes plus graves encore telles que proxénétisme, pédophilie, coups eî blessures, trafic de
stupéfiants, pollution volontaire grave, commerce et/ou trafic de tout ou partie d'espèces protégées,
notamment l'ivoire, etc... donneront lieu à licenciement immédiat dès la première constatation de la
faute, ainsi qu'à transmission des éléments caractéristiques de la faute aux services compétents de
répression de l'Etat.

L'employeur établira une fiche de non-conformité pour chaque faute grave, dont copie remise à l'intéressé,
portant mention des dispositions prises pour mettre fin aux actes fautifs de la part de l'intéressé et pour
attirer l'attention des autres membres du personnel sur le type de dérive constatée. Cette fiche sera
transmise au Maître d'œuvre en pièce jointe des rapports mensuels.

2.4 Procédures internes

L'Entrepreneur est tenu de présenter dans son PGES et d'appliquer les procédures internes suivantes :
• Gestion des déchets ;
• Gestion des produits dangereux ;
• Stockage et approvisionnements en carburant ;
• Réduction des nuisances et des gênes aux riverains et aux activités économiques, incluant les tracés
de déviations provisoires de chantier ;
• Contrôle des MST/SIDA ;
• Comportement du personnel et des conducteurs ;
• Etat initial des lieux et de libération des sites ;
• Traitement des doléances.

Ces procédures devront être simples, pragmatiques, intelligibles par tous (largement illustrées en
particulier), affichées sur les sites de mise en application et/ou sur les engins selon le besoin, distribuées et
enseignées au personnel quel que soit son niveau hiérarchique. Elles seront validées par le Maître d'œuvre
et le Maître d'ouvrage.
Des séances internes de contrôle de la connaissance et de la compréhension des procédures par le
personnel seront organisées par l'Entrepreneur, qui procédera en outre tous les mois à un audit partiel de
l'application des procédures, et à un audit général tous les trois mois.
L'Entrepreneur établira un bilan mensuel spécifique de la mise en œuvre des procédures, porté à la
connaissance du personnel - sur un tableau d'affichage séparé et sous format intelligible par tous -, à
transmettre au Maître d'œuvre et au Maître d'ouvrage, et comportant copie en pièces jointes des fiches de
non-conformités établies et des actions correctives apportées.
Si l'Entrepreneur dispose déjà de procédures internes écrites, il devra fournir la preuve que ces procédures
sont connues de son personnel, appliquées et comprennent bien les prescriptions citées dans le marché. Il
devra dans tous les cas les faire valider par le Maître d'œuvre et au Maître d'ouvrage.

2.5 Hygiène et sécurité du personnel et des installations de chantier

Les aires de bureaux et de logement doivent être pourvues d'installations sanitaires (latrines, fosses
septiques, puits perdus, lavabos et douches) en fonction du nombre des employés logés sur place.

Les aires éventuelles de cuisines et de réfectoires devront être pourvues d'un dallage en béton lissé, être
désinfectées et nettoyées quotidiennement
L'Entrepreneur imposera, pour les postes exposés, le port d'équipement de sécurité et de confort tel que
casque de protection, casque antibruit, gants, chaussures de sécurité, vêtements fluorescents, etc... Les
engins et véhicules devront également être équipés des dispositifs de sécurité adéquats. Pour les
manœuvres particulièrement dangereuses, telles que mise en œuvre de précontrainte, travaux en hauteur...,
les dispositifs et mesures de sécurité spécifiquement appliqués devront être présentés et approuvés par le
Maître d'œuvre.

39
Les équipes de chantier devront compter au minimum un personnel secouriste qualifié permanent.
L'Entrepreneur assure le transport des employés ou personnes extérieures à ses effectifs, et accidentés de
son fait, vers le centre de santé adapté le plus proche. Il assure également le transport de ses employés
malades dans les mêmes conditions. Il effectue l'avance des frais de santé pour permettre la prise en charge
immédiate des personnes par les structures sanitaires.

2.6 Gestion des déchets solides

Les déchets solides de chantier devront être soigneusement collectés dans des réceptacles qui seront
régulièrement enlevés et transvasés dans des zones de dépôts adéquats (décharges publiques formalisées
de la ville de Douala).
Aucun déchet ne devra être enterré ou brûlé sur place. Il pourra être autorisé à brûler certains déchets
combustibles à condition de respecter toutes tes conditions de sécurité et d'éviter le dégagement de fumées
toxiques.
Seuls les papiers et emballages carton non souillés, ainsi que les feuilles mortes et branchages secs, peuvent
être brûlés dans un incinérateur conforme aux directives de la Banque Mondiale. Les opérations de brûlage
devront être effectuées en période de vent favorable (pas d'habitation sous le vent, dispersion rapide des
fumées).
Les déchets inertes de chantier, à savoir les matériaux de décapage des chaussées existantes, les éléments
de démolition d'ouvrages en béton..., seront soit mis en dépôt aux lieux agréés par le Maître d'œuvre (la
constitution de couches de roulement ou la couverture de dépotoirs ou de décharges est à privilégier, selon
les distances de transport), soit réutilisés en remblai.

2.7 Gestion des eaux usées et eaux-vannes

Les eaux usées provenant des cuisines - après dégraissage -, des douches, des aires de lavage des engins
après séparation des graisses, hydrocarbures et sables - des locaux de bureaux... seront évacuées
conformément aux directives du Maître d'ouvrage, dans le réseau public existant de collecte des eaux usées.

Les eaux-vannes provenant des toilettes seront dirigées vers une fosse septique dimensionnée pour le
nombre de personnels prévus par site. Cette fosse, conçue selon les règles de l'art, comprendra un
dessableur, une double chambre et des parois en béton étanche, elle sera régulièrement entretenue.

Son implantation sera faite de telle manière qu'elle ne génère aucune pollution organique et bactériologique
de la nappe phréatique susceptible d'affecter la qualité des eaux des puits environnants. L'Entrepreneur
devra recourir pour ce faire à l'expertise d'un hydrogéologue.

La fosse sera régulièrement entretenue. Les matières de vidange, de nettoyage et/ou de dessablage de la
fosse seront évacuées aux emplacements indiqués par le Maître d'Ouvrage.

2.8 Gestion des hydrocarbures et huiles usées

Les opérations de vidanges de moteurs devront être exclusivement réalisées au niveau des installations fixes
équipées pour ces besoins. Les aires d'entretien et de lavage des engins, devront être bétonnées et prévoir
un puisard de récupération des huiles et des graisses.
Les eaux usées provenant de ces aires d'entretien devront être canalisées vers le puisard et vers l'intérieur
de la plate-forme afin d'éviter l'écoulement des produits polluants vers les sols non revêtus.

Les aires de stockage des hydrocarbures et les aires de ravitaillement en produits pétroliers doivent être
bétonnées. Les citernes hors terre doivent être placées sur une aire bétonnée étanche et cette aire entourée
d'un mur étanche constituant un bassin de réception de volume égal à au moins 30 % du volume
d'hydrocarbures stockés. Des produits absorbants doivent être stockés à proximité et tous les équipements
et mesures de sécurité mis en place. L'Entrepreneur doit disposer d'une capacité de pompage en urgence
des produits stockés, lui permettant de récupérer les produits retenus dans le ou les bassins de réception
concernés (pompe et camion-citerne, par exemple). Un accès pompier doit être aménagé sur son site de
stockage.

La totalité des huiles usées et des filtres à huile produits sur le chantier doit être reprise par leur(s)
fournisseur(s) - société(s) de distribution de produits pétroliers - qui les récupère(nt) aux fins de recyclage.

40
Le ou les contrats de récupération des huiles usées et filtres liant l'Entrepreneur et cette ou ces sociétés doit
être transmis au Maître d'œuvre et au Maître d'ouvrage.

Les batteries sont à stocker dans des contenants étanches et à diriger vers un centre de recyclage. Les
liquides acides de batteries seront préalablement neutralisés en les faisant réagir avec du béton de
démolition d'ouvrages (dans un fût de 220 I).

2.9 Usage des sites

L'Entrepreneur est tenu de présenter pour approbation au Maître d'œuvre un dossier (cf. Plan de Protection
Environnemental des Sites) de demande d'occupation de sites qu'il compte utiliser durant la période des
travaux, incluant pour les aspects socio-économiques et environnementaux, un descriptif :

• de l'état initial du site et de ses accès,


• de l'environnement proche du site,
• des usages et des droits de propriétés du site,
• des procédures réglementaires engagées le cas échéant (dégâts aux cultures, etc...),
• des dispositions prises pour réduire les conséquences de la mise en exploitation du site : sécurité
des personnes et des usagers des voies d'accès et sur le site, préparation du site en prévision des
modalités de sa libération, nuisances et gênes éventuelles, etc...,
• des dispositions de libération du site telles que convenues sur plan avec son propriétaire et/ou son
utilisateur, intégrant toutes les dispositions environnementales et socio-économiques propres à
réduire les conséquences secondaires de son occupation, qu'il s'agisse de simple réhabilitation et/ou
de réaménagement.

L'accent sera mis sur les sensibilités du site et de ses environs. Le dossier présentera de manière précise les
dispositions que l'Entrepreneur mettra en œuvre pour remédier aux impacts potentiels des travaux sur les
sensibilités reconnues.

Le dossier sera illustré de manière systématique par des photographies représentatives des états initiaux des
sites, ainsi que par le ou les plans et extraits de cartes nécessaires à la compréhension des sensibilités.

Il est rappelé à l'Entrepreneur qu'il garantit en toutes situations et périodes le Maître d'ouvrage contre les
éventuelles doléances et recours de la part de tiers {au sens de personnes ou d'entités, publiques ou
privées) quant à l'utilisation, même provisoire, de sites quels qu'en soient leurs usages.

2.10 Repli des installations du chantier et abandon des sites en fin de travaux

Dans le cas où l'Entrepreneur n'utiliserait plus un site d'installation fixe à la fin des travaux, il réalisera tous
les travaux nécessaires à la remise en état des lieux telle qu'initialement convenue avec son propriétaire ou
utilisateur, et acceptée par le Maître d'œuvre.

Il présentera à l'issue de la réhabilitation et/ou du réaménagement des sites un dossier de libération de


ceux-ci - portant constat de libération - à transmettre au Maître d'œuvre pour approbation avant réception
partielle provisoire des travaux de la zone concernée, ou, en tout état de cause, avant la réception provisoire
générale des travaux objet du marché.

Ce dossier sera constitué de manière similaire au dossier de demande d'occupation de site. Il précisera le
cas échéant les modifications apportées aux propositions initialement acceptées d'accord parties pour leur
réhabilitation et/ou réaménagement, les raisons de ces modifications et l'accord du propriétaire et/ou
utilisateur.
L'Entrepreneur devra récupérer tout son matériel, engins et matériaux. Il ne pourra abandonner aucun
équipement ni matériaux sur le site, ni dans les environs. Sauf accord initial au dossier de demande
d'occupation de site, ou modification d'accord parties des termes de ce dossier, les aires bétonnées devront
être démolies et les matériaux de démolition mis en dépôt sur un site adéquat approuvé par le Maître
d'œuvre.

S'il est en particulier dans l'intérêt du Maître d'ouvrage ou d'une collectivité de récupérer les installations
fixes, pour une utilisation future, le Maître d'ouvrage pourra demander à l'Entrepreneur de lui céder sans
dédommagements les installations sujettes à démolition lors d'un repli.

41
Après le repli du matériel, la réalisation des travaux de réhabilitation et/ou de réaménagement du site et
l'approbation du dossier de libération de site présenté au Maître d'œuvre, un procès-verbal constatant la
remise en état conforme du site devra être dressé et joint au P.V. de la réception des travaux, les autres
pièces en étant les annexes.

ARTICLE 3: INTERVENTIONS SUR L'OUVRAGE ET SES ACCES

3.1 Abattage d'arbres, destruction de bâtiments, atteintes aux réseaux

Tous les déchets végétaux seront soigneusement enlevés des accotements, fossés ou ouvrages et évacués
vers des zones désignées par le Maître d'œuvre où ils pourront être mis à la disposition des populations,
après débitage ou brûlés en toute sécurité, loin des habitations. Le brûlis sur place est strictement interdit.

Tout arbre de diamètre supérieur à 50 cm ne sera abattu qu'en cas de nécessité absolue et avec l'accord
préalable du Maître d'œuvre.

Tous bâtiments d'habitation ou autres (commerces formels et informels, etc.) ne pourront être détruits
qu'avec l'accord préalable du Maître d'œuvre. En cas de démolition involontaire de bâtiment (passage de
rouleau vibreur, par exemple), le propriétaire devra être équitablement et rapidement dédommagé par
l'Entrepreneur sur la base du chiffrage établi par le représentant compétent désigné par le Maître d'ouvrage.

L'Entrepreneur ne peut de son propre chef procéder au comblement d'un puits traditionnel, ni porter atteinte
aux fonctionnalités de ce type d'ouvrage. Il devra, si cette situation venait à survenir, en informer le Maître
d'œuvre en vue de l'obtention d'un accord écrit.

De manière générale, sur tous les lieux de travaux et itinéraires de circulation des véhicules et engins de
chantier, l'Entrepreneur prendra toutes les précautions utiles pour ne causer aucun dégât aux riverains, aux
conduites d'eau, aux lignes électriques ou téléphoniques.

L'Entrepreneur prendra, sous sa responsabilité et à ses frais, toutes les précautions requises par les règles
de l'art en matière de construction, adaptées en zones urbaines pour sauvegarder les propriétés riveraines et
éviter que des perturbations anormales y soient causées. L'Entrepreneur tient quitte le Maître d'Ouvrage des
conséquences pécuniaires de toutes les réclamations des riverains, pour autant que la responsabilité lui
incombe et que les dommages causés aux propriétés riveraines ne soient pas la conséquence d'un risque
créé par la conception du projet ou la méthode de construction imposée par le Maître d'Ouvrage.

En cas de coupure d'une conduite d'eau imputable à l'Entrepreneur, celui-ci prend à sa charge
l'approvisionnement en eau potable par citerne mobile des populations affectées.

3.2 Maintien de la circulation

L'Entrepreneur est tenu de maintenir dans des conditions convenables la circulation des personnes et des
biens, ainsi que l'écoulement des eaux.

3.2.1 Le trafic automobile

Durant les travaux, l'Entrepreneur est tenu d'assurer la circulation dans des conditions de sécurité suffisante
et prendre en compte les mesures de protection de l'environnement (poussières, bruits, etc.)

Les coûts afférents à la construction des pistes de déviation, leur entretien, ainsi que les mesures de
protection de l'environnement sont réputés inclus dans les prix unitaires du bordereau des prix.

Les tracés de déviations sont à soumette avant toute exécution et travaux au Maître d'œuvre pour
approbation. Le tracé des déviations doit être choisi de manière à éviter le plus possible l'abattage d'arbres
et, plus généralement, éviter le plus d'impacts négatifs possibles sur les activités, l'environnement et le cadre
de vie. S'il y a destruction de jardins, d'espaces verts ou dégradation de biens, l'Entrepreneur doit
indemniser les personnes concernées. Après les travaux, l'Entrepreneur doit remettre le tracé des déviations
dans leur état initial, sauf si cet état était plus mauvais et/ou si les riverains font usage de la déviation pour
leurs déplacements. La décision finale concernant le maintien ou non de la déviation en l'état revient au
Maître d'ouvrage.

42
L'Entrepreneur est tenu d'attribuer une priorité de passage aux services urbains publics d'urgence, ainsi
qu'aux services urbains privés (bus de transport public, véhicules HYSACAM, véhicules d'interventions
CAMWATER, CAMTEL et ENEO, vidangeurs de fosses notamment).

La position et les modalités d'évacuation des dispositifs de collecte des ordures ménagères seront définies
d'accord parties entre l'Entrepreneur et HYSACAM. Les termes de cet accord - incluant le devenir des
produits de nettoyage des chantiers lorsque les populations auront déversé leurs déchets sur les zones en
travaux sans tenir compte des nouveaux sites de dépôts des bacs à ordures ou en cas de défaut
d'enlèvement d'un bac plein par HYSACAM - seront transmis au Maître d'ouvrage. En cas de désaccord, le
Maître d'ouvrage tranchera.

L'Entrepreneur accorde une attention spéciale aux possibilités de desserte des structures sanitaires, des
urgences ne devant en aucun cas être coupé.

L'Entrepreneur procédera par arrangements au cas par cas pour maintenir les possibilités de livraison et
d'enlèvement journalier ou spéciaux (marchés, industries, sociétés...).

3.2.2 Protection des piétons

L'Entrepreneur doit :
• assurer la sécurité des piétons sur tous ses sites de travaux et d'installations, par voie de
panneautage, pose de protections et garde-corps, passages provisoires..., en reportant les trafics
piétons du côté le moins dangereux des voies en travaux,
• interdire l'accès des zones dangereuses,
• former son personnel, notamment les conducteurs, au respect des piétons, particulièrement pour les
zones commerçantes et artisanales très fréquentées des axes en travaux,
• construire des escaliers d'accessibilité définitifs sur les remblais et déblais aux lieux définis par le
Maître d'œuvre,

3.2.3 Circulation des eaux

L'Entrepreneur ne devra en aucun cas contraindre ou interdire la circulation des eaux de telle manière que
cette opération nuise à la circulation, aux activités, aux populations, aux biens ou au cadre de vie en
général.
Il devra présenter au Maître d'œuvre un plan ses sites d'installation incluant les aménagements pour
l'écoulement temporaire des eaux de chantier, le drainage et les mesures anti-érosives le cas échéant. Il
prendra toutes dispositions utiles pour assurer un écoulement satisfaisant des eaux sur les sites de travaux.
En particulier, les aires de dépôts devront être choisies de manière à ne pas gêner l'écoulement normal des
eaux et devront être protégées contre l'érosion. L'Entrepreneur devra obtenir pour les aires de dépôts
l'agrément du Maître d'œuvre.

3.3 Chargement, transport et dépôt des matériaux d'apport et de matériel

Lors de l'exécution des travaux, l'Entrepreneur doit :

• prendre les mesures nécessaires pour limiter la vitesse des véhicules sur le chantier par des
installations de panneaux de signalisation et porteurs de drapeaux ;
• prévoir des déviations par des pistes et routes existantes.
• Concernant les dépôts de matériaux d'apport, l'Entrepreneur doit :
• organiser la répartition des tas d'un seul côté de la route sur les distances restreintes ;
• procéder au régalage au fur et à mesure ;
• mettre en place une signalisation mobile adéquate ;
• régler la circulation de transit par des porteurs de drapeaux.
3.4 Stabilisation des talus, Construction des ouvrages d'assainissement

L'Entrepreneur doit :
• signaler les travaux adéquatement,

43
• veiller à ce que l'eau drainée par les caniveaux, les fossés et les descentes d'eau, divergents ou
exutoires ne soit pas canalisée vers !es habitations ou ne créée pas des inondations de biens en
aval,
• prendre toutes dispositions anti-érosives de stabilisation des dispositifs d'écoulement des eaux,
• Les matériaux et l'équipement utilisés pour les travaux doivent être stockés en dehors de la
chaussée. L'Entrepreneur doit évacuer à la fin des travaux tous gravats et déchets en dehors de
l'emprise et à un endroit autorisé par le Maître d'œuvre.

3.5 Démolition d'ouvrages

L'Entrepreneur doit :
• évacuer tous les déchets et gravats aux endroits agréés par le Maître d'œuvre (sites de dépôts
évalués par l'Entrepreneur),
• régaler les matériaux de manière à ne pas entraver l'écoulement normal des eaux et les recouvrir
par une couche de terre.
Lorsque des travaux sont exécutés dans l'eau courante, l'Entrepreneur doit prendre les mesures nécessaires
pour ne pas perturber le milieu aquatique, ni aggraver sa pollution ou la créer.

3.6 Construction des ouvrages d'art

L'Entrepreneur doit:

• signaler les travaux adéquatement,


• selon les prescriptions du Maître d'Ouvrage, stabiliser les berges des rivières par des perrés
maçonnés,
• rétablir les écoulements naturels antérieurs du cours d'eau à la fin des travaux,
• prendre les mesures nécessaires pour ne pas perturber le milieu aquatique, ni aggraver sa pollution
ou la créer (éviter de déverser les substances polluantes dans l'eau, ...).

3.7 Réduction des gênes et nuisances

L'Entrepreneur doit :

• adapter ses programmes de travaux aux contraintes du site du projet, pluviosité abondante,
infrastructures sanitaires et éducative, jours de marché...,
• s'assurer que les engins et véhicules du chantier répondent aux normes d'insonorisation et
d'antipollution, afin de limiter la gêne des populations résidant à proximité des chantiers ;
• sous le contrôle de l'Ingénieur, nettoyer et éliminer à ses frais toute forme de pollution due à ses
activités, et indemniser ceux qui auront subi les effets de cette pollution.
L'Entrepreneur effectuera l'enlèvement immédiat des produits de curage des caniveaux pour les travaux
menés près de lieux habités, fréquentés ou protégés, pour les travaux menés près de lieux habités,
fréquentés ou protégés, l'Entrepreneur effectuera l'enlèvement immédiat des produits de curage des
caniveaux. II disposera les produits des fouilles et tranchées à utiliser en comblement des mêmes
excavations de telle manière à ne pas gêner le passage ni détourner la clientèle, le cas échéant. Les
matériaux excédentaires seront immédiatement enlevés et gérés conformément à leur qualité.
Les prélèvements d'eau effectués par l'Entrepreneur pour besoins des travaux ne doivent en aucun cas faire
concurrence aux besoins en eaux des populations riveraines.

3.8 Qualité des matériaux mis en œuvre


Les matériaux mis en œuvre par l'Entrepreneur pour le comblement des puits traditionnels qu'il aurait
éventuellement à combler compte-tenu de leur emplacement doivent impérativement être sains et non
pollués - les dispositifs tenant lieu de margelle ou les margelles doivent être évacuées avant comblement.
Toute atteinte à la qualité des eaux souterraines, quelle que soit leur pollution au moment de la réalisation
des travaux, doit être évitée. La partie supérieure du puits doit de préférence être comblée avec des
matériaux argileux.
44
Ces dispositions ne présument pas du règlement par l'Entrepreneur des indemnités à verser au propriétaire
du puits, sauf en cas de puits manifestement abandonné et déjà pollué.

3.9 Destination des matériaux pollués ou souillés

3.9.1 Matériaux souillés

L'Entrepreneur devra évaluer la nature et le caractère polluant ou non des matériaux qu'il met en œuvre ou
qu'il évacue :
• en cas de doute sur le degré de pollution d'un matériau, celui-ci peut être soit refusé par le Maître
d'œuvre, soit mis en œuvre de telle manière à éviter toute atteinte en retour à l'environnement et
aux sensibilités urbaines (partie centrale d'une couche de fondation, par exemple). L'Entrepreneur
effectuera un suivi strict des risques d'affections respiratoires parmi la population du fait de la mise
en œuvre des matériaux, pour éviter tous risques d'Infections Respiratoires Aiguës (IRA) en cas de
mise en œuvre de matériaux pollués,
• les matériaux souillés doivent être évacués du chantier et les matériaux non compatibles avec une
mise en œuvre doivent être gérés conformément à leur nature.

3.9.2 Matériaux pollués

Les produits de curage de caniveaux et de fossés, de traitement des décharges sauvages d'ordures, les
déchets de manière générale, doivent être traités conformément à la réglementation en vigueur.

En cas d'absence de textes applicables ou d'impossibilité d'application de ces textes - absence de filières
agréées d'élimination, filières inopérationnelles ou saturées - l'Entrepreneur mettra en œuvre la pratique
courante dans le contexte local qui présente le moins de risques pour l'environnement, soit le transfert sur
site de décharge formalisée.

Cet article ne concerne en aucun cas les huiles de vidange et filtres à huile produits par l'Entrepreneur.

Article 4 - OUVERTURE ET EXPLOITATION DES CARRIERES ET EMPRUNTS

4.1 Ouverture d'une carrière temporaire ou permanente de roche massive

L'ouverture et l'exploitation des carrières sont régies par le code minier de 2001 et ses décrets d'application.
Sont distinguées ;
• les carrières temporaires qui sont soumises à une autorisation d'exploitation (de durée maximale de
02 ans) ;
• et les carrières permanentes, soumises elles à un permis d'exploitation (de durée maximale de 05
ans).

Les titres d'exploitation sont renouvelables au-delà des périodes indiquées. L'Entrepreneur devra demander
les autorisations prévues par les textes et règlements en vigueur au pays du Maitre d'Ouvrage et
notamment:

• la Loi N°001 du 16 Avril 2001 portant code minier qui :


- abroge la très ancienne loi n° 64/LF/3 du 6 avril 1964 portant régime des substances minérales
de la République fédérale du Cameroun et la loi n° 78/24 du 29 décembre 1978 fixant l'assiette,
les taux et le mode de recouvrement des droits fixes, redevances et taxes minières ;
- fait obligation aux demandeurs de titres d'exploitation de se conformer à la législation en matière
de protection et de gestion de l'environnement ;
- institue la création d'un compte de réhabilitation de l'environnement, sorte de garantie financière
pour pouvoir financer la réhabilitation d'un site de carrière après fermeture.
- institue le paiement au Trésor Public : des droits fixes ; des redevances superficiaires, de la taxe
ad valorem et des taxes à l'extraction des substances de carrières...dont les taux de calcul sont
précisés par décret n°2002/848/PM du 26 mars 2002 fixant les modalités d'application de la loi
n°001 du 16 avril 2001 portant code minier.
• la Loi N°96/12 du 05 août 1996 relative à la gestion de l'Environnement et ses textes d'application
qui :
45
- classent les carrières parmi les établissements dont l'ouverture et l'exploitation sont soumis à une
Etude d'Impact Environnemental (EIE) spécifique ;
- qui fixent les frais de validation par le Ministère de l'Environnement (MINEP) des termes de
référence et du rapport final de la dite EIE respectivement à 2 millions de FCFA et entre 3 à 5
millions de FCFA ;
- qui exigent de l'Exploitant de la carrière, l'obtention d'un Certificat de Conformité
Environnementale (CCE) délivrée par le MINEP comme preuve de validation de l'EIE réalisée.
• La loi n°98/ 015 du 14 juillet 1998 relative aux établissements classés dangereux, insalubres ou
incommodes, qui prescrit la réalisation d'une Etude de dangers avant l'ouverture des carrières.

L'Entrepreneur paiera tous les frais y afférents, y compris les taxes d'exploitation et les frais de
dédommagements éventuels au propriétaire des sites. Au cas où aucune disposition n'est prise par le Maitre
d'Ouvrage dans le marché pour rembourser ces frais ou pour l'en exonérer, l'Entrepreneur intégrera ces
coûts à ses prix unitaires ou d'installation de chantier.

L'Entrepreneur devra présenter un plan de la carrière montrant les aménagements concernant le drainage et
la protection de l'environnement. L'Entrepreneur présentera un programme d'exploitation de la carrière en
fonction du volume à extraire. En fonction de la profondeur exploitable il devra déterminer la surface
nécessaire à découvrir en tenant compte des aires nécessaires pour le dépôt des matières végétales, des
matériaux de découverte non utilisables pour les travaux, ainsi que des voies d'accès et des voies de
circulation.

Les mesures de protection de l'environnement à mettre en œuvre pour présentation et d'acceptation d'un
dossier préalable de demande d'occupation de site, concernent entre autres :

• l'entretien des pistes,


• la limitation des poussières lors des chargements et déchargements,
• la protection lors des tirs,
• le stockage des explosifs,
• la sécurité du personnel,
• la signalisation sonore et visuelle des tirs,
• la protection des habitations riveraines,
• la plantation d'un écran végétal lorsque la carrière est visible de la route ou d'habitations,
• le stockage des hydrocarbures conformément aux dispositions prescrites,
• la mise en œuvre de mesures contre la pollution par les huiles et les hydrocarbures,
• les installations sanitaires et d'hygiène,
• le drainage du site et des aires de stockage de matériaux.

4.2 Utilisation d'une carrière permanente de roche

L'Entrepreneur devra demander les autorisations prévues par les textes et règlements en vigueur. Les
conditions d'acceptation d'un dossier préalable de demande d'occupation de site, sont relatives au respect
des mesures de protection de l'environnement citées précédemment.
L'Entrepreneur veillera pendant l'exécution des travaux :
• à la préservation des arbres lors du gerbage des matériaux,
• aux travaux de drainage nécessaire pour protéger les matériaux mis en dépôt,
• à la conservation des plantations délimitant la carrière,
• l'entretien des voies d'accès ou de service.

En cas d'utilisation d'une carrière de roche dure en exploitation, l'Entrepreneur fera état dans un dossier de
présentation de son site ou de celui d'un sous-traitant, de la conformité à la réglementation en vigueur et
aux clauses du présent marché. Une dérogation à ces clauses pourra être accordée par le Maître d'ouvrage
en accord avec le ou les partenaire(s) financier(s) du programme pour tenir compte de l'état d'application
des pratiques réglementaires nationales.
4.3 Ouverture et exploitation d'un emprunt temporaire / permanent

46
L'ouverture d'un emprunt (de sable, latérite, autres matériaux de construction...) est régie par les mêmes
textes que les carrières. L'Entrepreneur devra demander les autorisations prévues par les textes et
règlements en vigueur et prendra à sa charge tous les frais y afférents, y compris les taxes d'exploitation et
les frais de dédommagements éventuels au propriétaire. Avant d'autoriser l'ouverture de nouvelles zones
d'emprunts, les emprunts existants devront être épuisés. En cas d'ouverture nécessaire de nouveaux sites
d'emprunts, les critères environnementaux suivant devront être respectés :
• distance du site à au moins 30 m de la route ;
• distance du site à au moins 100 m d'un cours d'eau ou d'un plan d'eau ;
• distance du site à au moins 100 m des habitations ;
• préférence donnée à des zones non cultivées, non boisées et de faibles pentes (les zones d'emprunt
à fortes pentes ne devront en aucun cas déstabiliser les talus) ;
• possibilité de protection et de drainage.
L'Entrepreneur devra présenter un dossier de demande d'occupation du site - tenant lieu de constat initial de
l'existant, tel que défini ci-dessus -, incluant un plan de la zone d'emprunt montrant les aménagements
concernant le drainage et la protection de l'environnement.
L'Entrepreneur présentera un programme d'exploitation de l'emprunt en fonction du volume à extraire. En
fonction de la profondeur exploitable il devra déterminer la surface nécessaire à découvrir en tenant compte
des aires nécessaires pour le stockage des matières végétales, des matériaux de découverte non utilisables
pour les travaux, ainsi que des voies d'accès et des voies de circulation.
L'exploitation d'une nouvelle zone d'emprunt ne pourra commencer avant l'approbation du site et du dossier
par le Maître d'œuvre. Cette approbation pourra être conditionnée aux respects de certaines directives,
concernant par exemple la réalisation d'aménagements spécifiques ou la préservation des grands arbres,
surtout s'ils sont protégés au titre de la loi forestière en vigueur au pays.
Les arbres sur les zones d'emprunt doivent être préservés et protégés au mieux (limitation des atteintes aux
systèmes racinaires notamment), sans que cette contrainte n'amène à augmenter la surface exploitée pour
cause de maintien sur site d'arbres isolés, perchés sur des buttes circulaires de matériaux non exploités (de
tels arbres sont condamnés à terme). Un compromis doit être trouvé entre conservation des arbres et
faisabilité de l'exploitation, qui passe par la définition de formes initiales de sites compatibles avec la
préservation de la végétation en place et la lutte contre l'érosion.
L'Entrepreneur supportera toutes les charges d'exploitation des lieux d'emprunts et notamment
l'aménagement des pistes d'accès, le débroussaillement et le déboisement, l'enlèvement des terres végétales
et des matériaux indésirables et leurs mises en dépôt hors des limites de l'emprunt, ainsi que les travaux
d'aménagement prescrits concernant la protection de l'environnement. Le drainage des zones d'emprunts
devra se faire de façon efficace. Toutes dispositions devront être prises pour que l'eau de ruissellement
puisse s'écouler normalement en dehors de l'emprise de la route projetée sans causer de dégâts aux
propriétés riveraines.
Les aires de dépôts devront être choisies de manière à ne pas gêner l'écoulement normal des eaux et
devront être protégées contre l'érosion. L'Entrepreneur devra obtenir pour les aires de dépôt l'agrément du
Maître d'œuvre selon le même format de dossier de demande d'occupation.
La surface à découvrir doit être limitée au strict minimum et les arbres (supérieurs à 4 mètres de haut)
doivent être préservés et protégés.
Les voies d'accès et de service devront être régulièrement arrosées et compactées afin d'éviter le
soulèvement des poussières. Un dispositif de nettoyage des roues des camions et des engins est à installer
afin d'éviter la salissure du revêtement de la chaussée.
Aucune chambre d'emprunt ne devra être ouverte en contrebas de la route à moins de trente (30) mètres
de la limite de l'assiette, cette distance étant augmentée de la profondeur de l'affouillement de l'emprunt Le
fond des chambres d'emprunt sera régalé de manière à ce que l'eau ne séjourne pas à proximité de la route,

L'Entrepreneur devra dans le cas d'un emprunt permanent exécuter les travaux suivants :
• le régalage dans un endroit découvert à proximité de l'emprunt des matériaux de découverte et
ensuite le réglage des terres végétales afin de faciliter la revégétalisation et d'éviter l'érosion. Cet
espace aménagé en dépôt sera laissé à la disposition pour récupération future de ces terres lors de
la remise en état de l'emprunt lorsque les quantités de matériaux utilisables seront épuisées,
• l'aménagement de fossés de garde afin d'éviter l'érosion des terres régalées,
• les voies d'accès devront être exécutées selon les prescriptions valables pour les routes en terre et
régulièrement arrosées et compactées pour éviter le dégagement de poussières.
47
A la fin de l'utilisation du site dans le cadre des travaux objets du présent marché, un procès-verbal de l'état
des lieux du site en exploitation sera dressé, qui fera état des dispositions prises à ce stade en vue de sa
réhabilitation ou de son réaménagement ultérieur, à la fin de son exploitation ou utilisation et dans le cadre
des procédures prévues au Code Minier. Ce procès-verbal vaudra dossier de demande de libération du site
selon la procédure précédemment citée.

En cas de passation du site au Maître d'ouvrage, l'Entrepreneur conservera une copie des pièces relatives au
site afin de justifier de son état et des dispositions prises en vue de la passation.

4.4 Abandon d'un emprunt ou d'une carrière à la fin des travaux

L'Entrepreneur exécutera à la fin du chantier, les travaux nécessaires à la remise en état du site. La nature
de ces travaux est conforme à celle spécifiée dans le dossier initial de demande d'occupation du site, sauf
nouvelle négociation aboutie avec le propriétaire du site. Ces travaux comprennent, à défaut d'autre
arrangement pris avec le propriétaire et/ou l'utilisateur final du site :

• le repli de tous ses matériels, engins et matériaux et l'enlèvement de tous les déchets, leur mise en
dépôt dans un endroit et selon les modalités agréés par le Maitre d'œuvre,
• la suppression de l'aspect délabré du site en répartissant et dissimulant les gros blocs, «le régalage
des matériaux de découverte, le réglage des terres végétales afin de faciliter la
revégétalisation naturelle du site, un enherbement et des plantations si négociés dans l'accord initial
et/ou nécessaires à la stabilisation du site, le rétablissement des écoulements naturels antérieurs et
l'aménagement de fossés de garde afin d'éviter l'érosion des terres régalées, la remise en état de
l'environnement du site, y compris des plantations si prescrites.
• le traitement du front de taille des carrières de roche dure en redans en fin d'exploitation, afin de
réduire les risques de chutes de blocs et d'instabilité du front de taille.

Après la mise en état conformément aux prescriptions un procès-verbal sera dressé et le dernier décompte
ne sera versé qu'au vu du PV constatant le respect des directives environnementales.

ARTICLE 5: PLANTATIONS

Le délai de garantie applicable aux plantations de l'Entrepreneur est de deux ans à compter de la fin des
travaux. L'Entrepreneur n'est toutefois pas tenu pour responsable des dégâts causés aux plantations par les
propriétaires et/ou usagers des sites, les animaux errants, les feux, les coupes de bois, les dépôts d'ordures
ou autres produits susceptibles d'inhiber la croissance ou de tuer le plant, les actes de vandalisme au-delà
de la réception provisoire de l'ouvrage.

Les services techniques compétents de l'Etat, les collectivités locales, les ONG, les groupements de quartier,
toute structure, service ou organisation à même d'effectuer le suivi et désignée pour ce faire, en assumeront
la responsabilité.

5.1 Le choix des sites de plantations

Le choix des sites de plantation est précisé par le Maître d'ouvrage. Les plantations seront situées - sauf cas
particulier de stabilisation de talus susceptible de porter préjudice à l'ouvrage (mises en dépôts de matériaux
meubles notamment) - dans la servitude légale permanente de l'ouvrage, ou sur des sites proches désignés
par le Maître d'ouvrage.

5.2 La mise en terre et le suivi


Les natures de plantations et leurs normes techniques seront précisées avec les services techniques
compétents de l'Etat pour chaque type de plantation, si ces indications ne figurent déjà en clair dans les
pièces du marché.

Les semis ou repiquage seront exécutés conformément aux règles de l'art, l'Entrepreneur étant en tout état
de cause responsable de la bonne levée ou reprise de la végétation. Le remplacement des plants durant la
période de garantie est en effet réputé inclus dans les prix.

La période de plantation est le début de la saison des pluies, sauf indication contraire des services
techniques compétents de l'Etat. Les échecs liés au mauvais phasage des opérations, à une préparation
48
insuffisante (pas de semences ni de plants disponibles à la date optimale de plantation, sites non encore
préparés, etc...) sont à la charge de l'Entrepreneur.

Le prix de réalisation des plantations arborées inclut la fumaison (mélange de fumier et de terreau naturels
décomposés) et l'arrosage éventuel des plants pendant la période de travaux puis celle de garantie.
L'arrosage se fait au pied sans entraîner le déchaussement des plants, aux volumes et fréquences indiquées
par les services compétents de l'Etat.

5.3 Le matériel végétal

Le choix des espèces adaptées aux lieux de plantation arrêtés sera effectué avec l'appui éventuel des
services forestiers et agronomiques compétents de l'Etat, à même de préciser le cas échéant les pratiques et
objectifs locaux des opérations de plantation. Le Maître d'ouvrage validera in fine les choix d'essences et leur
disposition, l'analyse paysagère relevant des choix d'aménagement urbain.
Préférence sera donnée dans la limite des disponibilités en plants (recensement des pépinières et
productions locales préalable) et de l'adaptation aux conditions locales (environnement urbain, compatibilité
du système racinaire et du port aux différents sites, hydromorphie, ressources en eau, possibilité d'entretien
et de suivi ultérieur des plantations...) aux essences protégées au sens du code Forestier et de ses décrets
d'application.
La nature et la provenance des plants, leur taille et leur état sanitaire à l'arrivée sur site, les plannings de
livraison sont soumis pour chaque site à l'agrément du Maître d'œuvre avant mise en terre (idem pour les
semences).
Le délai de garantie des opérations de réhabilitation (conforme au délai général de garantie des travaux),
opérations à conduire dans les plus brefs délais en vue des réceptions partielles provisoires de travaux, doit
être considéré pour le choix judicieux des essences.

Article 6 – PARTICULARITES DU SOL ET DU SOUS-SOL, DECOUVERTES, VESTIGES

L'Entrepreneur est tenu d'informer immédiatement les services compétents de l'Etat et le Maître d'ouvrage
en cas de découverte de particularités du sol et du sous-sol ou de vestiges de toute nature (historiques,
archéologiques ) lors des travaux qu'il exécute, notamment lors des purges de matériaux de mauvaise tenue
(sables vasards et vases réducteurs, susceptibles d'avoir pu conserver des reliques).
Un arrêt provisoire de travaux pourra être programmé sur le site le temps que des fouilles de sauvegarde
puissent être exécutées. Une modification de programmation des travaux devrait être engagée sans
indemnité financière pour l'Entrepreneur tant que la date de livraison des travaux perturbés, les modes
opératoires ou la composition des équipes et/ou matériels sur site resteraient inchangés (constat d'accord
parties). En cas d'incidences sur ces critères, les clauses contractuelles habituelles du marché
s'appliqueraient.

L'Entrepreneur prêtera son concours le cas échéant aux opérations de découverte, de confortement ou de
pompage du site si des engins lourds étaient requis (application des prix pour travaux en régie).

ARTICLE 7: SANCTIONS ET PENALITES

7.1 Sanctions et pénalités fixées par les lois en vigueur au pays

Des sanctions et pénalités légales sont prévues par la loi - cadre 96/12 du 5 août 1996 en matière
d'environnement, pour toute personne qui pollue ou dégrade sols et sous - sols, ou altère la qualité de l'air
ou des eaux en infraction aux dispositions de cette loi.

Il est rappelé à l'Entrepreneur que l'article 79 de la loi cadre N°96/12 du 5 août 1996 prévoit une amende de
deux millions (2.000.000) à cinq millions (5-000.000) de francs CFA et une peine d'emprisonnement de six
(6) mois à un (1) an ou de l'une de ces deux peines seulement, pour toute personne ayant empêché
l'accomplissement des contrôles et analyses prévus par la dite loi et/ou par ses textes d'application.

L'article 84 de la loi cadre N° 96/12 du 5 août 1996 prévoit une amende de cinq cent mille (500.000) à deux
millions (2.000.000) de francs CFA et une peine d'emprisonnement de six (6) mois à un (1 ) an ou de l'une
de ces deux peines seulement, pour toute personne qui fait fonctionner une installation ou utilise un objet
mobilier en infraction aux dispositions de ladite loi. En cas de récidive, le montant maximal des peines est
doublé.
49
D'autres sanctions sont prévues par le législateur en cas de non-respect des dispositions prévues dans les
lois applicables au présent projet.

7.2 Conditions de rémunération, de pénalités et de suspension des activités de chantier

L'ensemble des mesures techniques définies dans la présente Notice de Clauses de chantier sont des
mesures de bonne pratique environnementale et sociale étroitement liées aux activités de construction et
donc, en termes de coûts, difficilement individualisâmes des activités de construction. A ce titre, il sera
considéré que tous les coûts requis pour la mise en œuvre du PGES sont intégrés dans les coûts
d'installation de chantier, de construction et d'équipement proposé par l'Entrepreneur Le Maître d'Ouvrage
procédera chaque fin de mois à une évaluation de la gestion environnementale et sociale des sites de
l'Entrepreneur, basée :
(i) sur la conformité dans la remise des rapports techniques et d'activités,
(ii) sur les résultats d'inspections réalisées par le Maître d'œuvre pendant le mois écoulé,
(iii) sur les non-conformités notifiées pendant la période,
(iv) et sur la réactivité de l'Entrepreneur dans la résolution des problèmes.

Cette évaluation débouchera soit sur un avis favorable, soit sur des réserves, voire des pénalités, en cas de
non-respect flagrant d'obligations environnementales du PGES ou de non-résolution délibérée de non-
conformités détectées et notifiées durant la période mensuelle. En cas de défaillance grave de
l'Entrepreneur, le Maître d'Œuvre aura également la possibilité de suspendre les activités de construction au
niveau du site concerné, sans implication financière pour le Maitre d'Ouvrage jusqu'à ce que les mesures
correctives nécessaires soient correctement mises en œuvre par l'Entrepreneur.
Toute infraction aux prescriptions dûment notifiées par écrit (Ordre de Service) à l'Entreprise par !e Maitre
d'Œuvre sera également consignée dans le cahier de chantier. Celui-ci pourra servir de pièce contractuelle
en cas de litiges dans l'application des éventuelles sanctions.
La reprise des travaux ou les travaux supplémentaires découlant du non-respect des clauses reste à la
charge de l'Entrepreneur.

50
Fascicule D. Terrassements

51
Sommaire

ARTICLE 1: TRAVAUX DE DEBOISEMENT.................................................................................82


1.1 - Cadre général des opérations de déboisement.........................................................................82
1.2 - Débroussaillage.....................................................................................................................82
1.3 - Abattage d'arbres sans essouchage........................................................................................82
1.4-Abattage d'arbres avec essouchage..........................................................................................82
1.5 - Lieu de décharge de valorisation............................................................................................82
ARTICLE 2 : DEMOLITION DES OUVRAGES EXISTANTS............................................................82
2.1 - Démolition de maçonneries....................................................................................................82
2.2 - Démolition des chaussées existantes.......................................................................................83
2.3 - Démolition des ouvrages d'assainissement existants................................................................83
ARTICLE 3: CLÔTURES PROVISOIRES.......................................................................................83
3.1 - Prescription générales............................................................................................................83
3.2 - Caractéristiques technique des clôtures à poser.......................................................................83
ARTICLE 4: DALLES DE PROTECTION DE RESEAUX...............................................................84

ARTICLE 5: GABARIT POUR LIGNE ELECTRIQUE AÉRIENNE..................................................84

52
ARTICLE 1: TRAVAUX DE DEBOISEMENT

Ces travaux consistent à déboiser, défricher, essoucher éventuellement l'ensemble de la végétation comprise
à l'intérieur des emprises du projet et d'évacuer hors de ces emprises l'ensemble des produits issus de ces
opérations.

1.1 - Cadre général des opérations de déboisement.


Sans objet

1.2 - Débroussaillage
Sans objet

1.3 - Abattage d'arbres sans essouchage


Dans certaines zones ponctuelles, les arbres seront coupés à 0,25 m maximum au-dessus du terrain naturel
et ne seront pas dessouchés.

• pour les arbres, l'entrepreneur pourra les couper, les abattre, les ébrancher et les débiter sur place,
• l'évacuation de tous les produits devra être terminée avant la fin du délai contractuel.

1.4-Abattage d'arbres avec essouchage


Les arbres seront abattus et essouchés. Pour ce qui est de l'essouchage, l'Entrepreneur proposera à
l'agrément du Maître d'Ouvrage, la ou les techniques qu'il compte utiliser pour réaliser cette opération, il
peut s'agir d'essouchage à la tarière, fraisage ou autres techniques. Les contraintes d'essouchage sont les
suivantes :
• Ne pas extraire les souches par tirage pour ne pas créer des grands trous dans le Terrain Naturel,
• Extraire la totalité des souches,
• Evacuer la totalité de la souche hors chantier,
• Procéder à la remise en état sommaire du terrain naturel (régalage des terres),
• l'évacuation de tous les produits devra être terminée avant la fin du délai contractuel,
• L'essouchage comprend la fourniture et la mise en place d'un produit cryptogamique destiné à éviter
le pourridié ou toutes maladies endémiques provoquées par les arbres essouchés. Le produit sera
soumis à l'agrément du maître d'ouvrage et le traitement cryptogamique fera l'objet d'un constat.

1.5 - Lieu de décharge de valorisation


Les produits à évacuer hors du chantier seront valorisés ou à défaut mis en décharge, en application du PAE.
Le choix du lieu de la décharge autorisée et de son type est à la charge de l'Entrepreneur, ce dernier
soumettra à l'agrément du Maître d'ouvrage la ou les décharges choisies en indiquant de manière précise :
• Le lieu (nom, adresse),
• La classe de décharge,
• Tous renseignements utiles à l'agrément par le Maître d'ouvrage.
Ces indications seront fournies dans le PAE établi par l'entreprise pendant la période de préparation.

ARTICLE 2 : DEMOLITION DES OUVRAGES EXISTANTS

2.1 - Démolition de maçonneries

L'Entrepreneur pourra être amené à démolir un certain nombre d'ouvrages en maçonnerie, béton armé ou
non armé, qui pourraient être rencontrées au cours des fouilles. La démolition sera assurée jusqu'à 50 cm
sous le niveau du T.N sous remblais et en totalité à l'emplacement des déblais. Tous les débris seront
évacués par l'Entrepreneur dans les mêmes conditions que celles prévues à l'Article 1.5 du présent fascicule.
Les petits ouvrages hydrauliques existants seront enlevés intégralement.

53
Les excavations provenant des démolitions sous remblais seront comblées jusqu'au niveau du TN. Les
excavations résultant de l'enlèvement des petits ouvrages hydrauliques ne seront comblées que lorsque les
écoulements auront été rétablis.

2.2 - Démolition des chaussées existantes

Sans objet

2.3 - Démolition des ouvrages d'assainissement existants


L'Entrepreneur pourra être amené à démolir des ouvrages d'assainissement enterrés (collecteurs, regard,
drains). La démolition des ouvrages d'assainissement ne sera réalisée que lorsque les écoulements auront
été rétablis ou après l'exécution d'ouvrages provisoires à la charge de l'Entrepreneur.
A l'issue de la démolition, les débris seront évacués par l'Entrepreneur dans les mêmes conditions que celles
prévues à l'Article 1.5 du présent fascicule C. Les fouilles seront soigneusement comblées dans des
conditions identiques au remblaiement des purges (cf. fascicule D).

ARTICLE 3: CLÔTURES PROVISOIRES

3.1 - Prescription générales


Les clôtures seront de plusieurs types :
• clôtures 6 rangs de fils de ronce,
• clôtures 3 rangs de fils de ronce.
Certaines clôtures existantes pourront, à la demande du Maître d'ouvrage, être remplacées par des clôtures
provisoires qui maintiendront closes les parcelles qui l'étaient initialement. Les produits de dépose de ces
clôtures seront évacués vers des décharges proposées par l'Entrepreneur et agréées par le Maître d'ouvrage.

3.2 - Caractéristiques technique des clôtures à poser

Les clôtures provisoires seront constituées par des piquets de bois et de fils de ronce. Les piquets de bois
seront espacés de deux mètres cinquante (2,50 m) d'axe en axe, et repris sous tension tous les soixante
mètres (60 m) par des piquets d'arrêt.
Ces clôtures seront constituées de six (6) rangs de fils de ronce en zone classique et de trois (3) rangs de
fils de ronce en zone boisée. Le premier fil sera à 20 cm du sol maximum et le dernier à un mètre vingt
(1,20 m) maximum, l'espacement entre les rangées de ronces étant régulier. Ces fils seront fixés aux piquets
sur la génératrice extérieure par rapport à l'emprise de la parcelle par l'intermédiaire de « clous cavaliers »
(crampillons de 40 mm en acier de qualité au moins équivalente), lis seront fixés aux piquets.

ARTICLE 4: DALLES DE PROTECTION DE RESEAUX

Si certains réseaux ne sont pas déplacés au démarrage des travaux, pour les franchir, l'Entrepreneur devra
réaliser des dalles de protection en béton armé, conformément au plan soumises à l'accord du
concessionnaire. Une note de calcul et des plans d'exécution seront fournis par l'Entrepreneur.
L'Entrepreneur procédera à la démolition et à l'évacuation dans une décharge acceptée par le Maître
d'ouvrage, et à ses frais, de ces dalles après le déplacement des conduites.
Il est rappelé que ces travaux sont à effectuer sous contrôle des différents concessionnaires.

ARTICLE 5: GABARIT POUR LIGNE ELECTRIQUE AÉRIENNE

L'Entrepreneur mettra en place des gabarits de protection de part et d'autres des lignes électriques
aériennes avant tout démarrage des travaux. Ces dispositions seront soumises à l'accord du Maître
d'ouvrage.

54
Fascicules E, Ouvrage d’art
(LE CAS ECHEANT)

55
Fascicules E1,
Etude d’Exécution
Sommair

56
ARTICLE 1: DISPOSITIONS GENERALES..........................................................................89
1.1 - Organisation - Contrôle externe................................................................................89
1.1 1- Chargé des études d'exécution......................................................................................89
1.1.2- Contrôle externe.............................................................................................................89
1.2- Circulation des documents.........................................................................................89
1.3 - Programme et phasage des études d'exécution.........................................................89
1.3.1- PHASE A – Prédimensionnement......................................................................................90
1.3.2 - PHASE B - Fondations - Ouvrages de protection..............................................................91
1.3.3 - PHASE C - Appareils d'appui - Bossages..........................................................................91
1.3.4- PHASE D-Appuis et murs.................................................................................................92
1.3.5- PHASE E-Tabliers............................................................................................................92
1.3.6 - PHASE F - Superstructures et équipements.....................................................................93
1.3.7 - PHASE G - Contrôle des ouvrages...................................................................................93
1.3.8- Remise des documents...................................................................................................93
1.4 - DESSINS ET NOTES DE CALCULS.............................................................................93
1.4.1 - Dessins.........................................................................................................................93
1,4.2- Notes de calculs..............................................................................................................95
1.4.3 - Formats et écritures.......................................................................................................96
1.4.4- Numérotation des documents..........................................................................................96
1.4.5- Documents pour contrôle................................................................................................96
1.4.6- Documents pour récolement............................................................................................97
1.5 - REPARTITION DES ETUDES DES METHODES ET DES OUVRAGES PROVISOIRES.........97
ARTICLE 2: DOCUMENTS DE REFERENCE - HYPOTHESES........................................97
2.1 - Bases réglementaires...............................................................................................97
2.1.1 - Charges réglementaires et particulières...........................................................................97
2.1.3- Charges exceptionnelles..................................................................................................98
2.1.4- Engins de chantier..........................................................................................................98
2.1.5 - Règlements de calcul et textes réglementaires................................................................98
2.1.6- Règles relatives au tablier...............................................................................................98
ARTICLE 3: MATERIAUX..........................................................................................................98
3.1 - Bétons....................................................................................................................98
3.2 - Armatures passives..................................................................................................98
ARTICLE 4: ACTIONS................................................................................................................98
4.1 - Charges permanentes..............................................................................................98
4.2 - Surcharges de chantier............................................................................................98
4.3 - Actions climatiques..................................................................................................99
4.4 - Redistribution d'efforts par fluage.............................................................................99
4.5 - Effets de retraits......................................................................................................99
4.6 - Evaluations des efforts de précontrainte....................................................................99
4.7 - Actions des charges routières sans caractère particulier.............................................99
4.8 - Autres actions résultant des conditions d'exploitation.................................................99
ARTICLE 5: SOLLICITATIONS...............................................................................................99
ARTICLE 6: JUSTIFICATIONS PROPRES AUX TABLIERS...........................................99
ARTICLE 7: JUSTIFICATIONS PROPRES AUX APPUIS ET MURS..........................100
7.1 - FISSURATION DU BETON - ENROBAGES DES ARMATURES......................................100
7.2 - REGLES PARTICULIERES DE CALCULS DE LA STABILITE DES CULEES......................100
7.3 - JUSTIFICATIONS DES PILES EN FLEXION COMPOSEE, EXCENTRICITE
ADDITIONNELLE, IMPERFECTION DE POSE DES APPAREILS D'APPUIS.............................100
7.3.1 – Appuis........................................................................................................................100
57
7.3.2 - Appareils d'appuis à pot...............................................................................................101
7.3.3- Autres justifications.......................................................................................................101
ARTICLE 8: CALCULS JUSTIFICATIFS DES FONDATIONS.......................................101
8.1 - JUSTIFICATION DES PIEUX EN FLEXION COMPOSEE...............................................101
8.2 - MODULES DE REACTION HORIZONTALE DU SOL AU CONTACT DES PIEUX..............101
8.3 - REMBLAIS D'ACCES A L'OUVRAGE..........................................................................101
8.4- SEMELLES..............................................................................................................101
ARTICLE 9 : OUVRAGES PROVISOIRES ET EQUIPEMENTS SPECIAUX DE
CONSTRUCTION.....................................................................................................................................101

58
ARTICLE 1: DISPOSITIONS GENERALES

1.1 - Organisation - Contrôle externe

1.1 1- Chargé des études d'exécution

L'entreprise mandataire proposera à l'agrément du Maître d'Ouvrage, un ingénieur chargé de la coordination


des études d'exécution nécessaires à l'ensemble des travaux du présent Marché {lot principal et lots
accessoires, le cas échéant). Il aura notamment pour tâche d'assurer le bon fonctionnement du P.A.Q. des
études d'exécution.
Le chargé des études d'exécution aura la responsabilité directe de l'élaboration et la mise à jour du
programme des études d'exécution définies à l'article 1.3. Il aura à sa charge la coordination de l'ensemble
des intervenants dans la production des études des méthodes, des éventuels ouvrages provisoires et des
études d'exécution.

Le chargé des études d'exécution sera l'unique interlocuteur du Maître d'Ouvrage et du bureau de contrôle
externe des études. Tous les documents envoyés au Maître d'Ouvrage pour observation, devront être signés
par le chargé des études d'exécution.

La répartition des études d'exécution et des études des méthodes et des éventuels ouvrages provisoires
entre l'entreprise mandataire et les entreprises co-traitantes, est définie par chaque concurrent en
complétant l'article 1.5 du présent fascicule.

1.1.2- Contrôle externe

Les études d'exécution feront l'objet d'un contrôle externe effectué par un bureau de contrôle agréé
préalablement par le Maître d'Ouvrage.
L'Entrepreneur, par son organisation du pilotage et de coordination des études, assurera la coordination des
interventions. Tous les documents d'exécution sont concernés par ce contrôle qui s'applique aux ouvrages
définitifs et provisoires et porte notamment sur les points suivants :
• validation des hypothèses et des méthodes de calcul ;
• vérification des notes de calcul avec élaboration des contre-calculs lorsque les justifications ne sont
pas menées à l'aide d'un programme du SETRA ou équivalent I ;
• vérification des plans.

1.2- Circulation des documents

Les documents d'exécution produits par les bureaux d'étude de l'entreprise mandataire et de ses co- et/ou
sous-traitants sont examinés par le bureau de contrôle qui émet ses observations.
Ces documents sont repris, mis à jour par les prestataires et indicés jusqu'à l'obtention d'un avis « sans
observation » de la part du contrôle externe. Le document sera alors transmis au Maître d’œuvre qui
effectuera ou fera effectuer par un organisme compétent, un contrôle extérieur.
En l'absence d'observations du Maître d’œuvre dans les délais prévus par le C.C.T.P., l'Entrepreneur pourra
apposer un « bon pour exécution » sur le document en question.
Suite aux observations éventuelles du Maître d’œuvre, le Maître d'ouvrage peut décider de suspendre les
études jusqu'à la prise en compte des observations dans les études et la remise à jour des documents
correspondants. Cette suspension n'amènera pas de droit à prolongation de délai.

1.3 - Programme et phasage des études d'exécution

Préambule
L'Entrepreneur mandataire fournira un programme des études d'exécution détaillé de l'ensemble des travaux
du présent Marché (lot principal et lots accessoires, le cas échéant) sur la base du programme provisoire
remis dans l'offre. Celui-ci intégrera un planning prévisionnel de remise des documents sous la forme d'un

59
diagramme à barres faisant ressortir les chemins critiques et les marges et tenant compte de la succession
des tâches :

• les études d'exécution


• les contrôles externes
• le contrôle extérieur du Maître d’œuvre
• les investigations géotechniques complémentaires, leur interprétation et leur conclusion
• la préparation des travaux
• l'exécution des travaux.

Les études d'exécution seront réalisées par phases successives détaillées ci-après.

NOTA important : L'avis du contrôle externe et du Maître d’œuvre sera donné phase par phase. Les
documents d'études d'exécution devront impérativement être présentés dans l'ordre des
phases ci-dessous. Si l'un des documents énumérés dans la liste n'est pas fourni, l'avis
sur les documents de la phase concernée ne sera pas donné par les contrôles externe et
extérieur. Le retard en découlant étant à la charge de l'entreprise.

Une réunion préliminaire de coordination, dite de "démarrage des études" permettra au Bureau d'Etudes
d'Exécution de se faire confirmer par le bureau de contrôle externe et du Maître d’œuvre les hypothèses, et
d'obtenir un avis sur la validité d'hypothèses complémentaires amenées par l'Entreprise. Le programme des
études étant soumis et approuvé par le Maître d'Ouvrage.

Modifications des dispositions contractuelles


L'Entrepreneur ne pourra apporter de lui-même aucun changement aux dispositions contractuelles sans
l'accord écrit du Maître d'Ouvrage. Toute demande de modification sera transmise au Maître d'Ouvrage. Elle
devra être écrite et accompagnée d'une partie économique précisant l'incidence sur le coût de l'ouvrage
concerné. D'une façon générale, un ouvrage modifié pour des convenances d'exécution ne pourra coûter
plus cher que l'ouvrage initialement projeté.

Au cas où l'entrepreneur décèlerait des erreurs, omissions ou contradictions, il aurait l'obligation d'en faire
part au Maître d'Ouvrage par écrit.

En cas de modification acceptée, tous les documents existants examinés et observées ou non, de même que
les notes de calculs correspondantes, devront être immédiatement modifiés et réexaminés pour mise en
conformité, et ceci avant exécution des modifications.

1.3.1- PHASE A – Prédimensionnement


Le but des études regroupées dans ce chapitre est de rassembler rapidement les éléments qui permettront
ensuite, à des équipes presque indépendantes, de progresser simultanément sur les points suivants :

• étude détaillée des batardeaux, traitée en toute priorité afin de commander les palplanches au plus
tôt ;
• le prédimensionnement de l'appareillage d'appui ;
• étude détaillée des fondations, traitée en priorité afin de démarrer le chantier au plus vite ;
• étude d'exécution des appuis ;
• mise au point du matériel et des méthodes d'exécution ; éléments métalliques, coffrage de piles,
pieux ;
• démarrage de l'étude d'exécution du tablier.

A1) Plans définissant les caractéristiques générales de l'ouvrage :


• plans donnant les caractéristiques des matériaux utilisés (coffrage, bétons, etc.) ;
• note définissant les règlements, les hypothèses de calcul, les moyens et méthodes de calcul ;
• plans d'implantation et de piquetage ;
• plan d'ensemble ;
• coupe longitudinale de l'ouvrage ;
60
• coupes transversales de tablier, tableau de côtes dans l'axe du tablier ;
• plans généraux des superstructures et des équipements ;
• avant-métré ;

a2) Plans de principe des ouvrages provisoires :


• estacade et ponton flottant ;
• blindage des fouilles ;
• batardeaux pour appuis en rivière ;
• coffrage des fûts et chevêtres des piles ;
• occupation des chevêtres sur piles dans les phases successives de la construction ;

On fixe notamment dans cette phase, en vue de calculs ultérieurs :


• l'enchaînement des phases de construction successives ;
• la position et l'intensité des principales charges apportées par les ouvrages provisoires.

Toute modification de ces hypothèses par la suite fait l'objet d'une mise à jour des calculs.

a3) Rédaction provisoire des programmes particuliers d'exécution :


• programmes et principes de bétonnage.

a4) Stabilité générale des ouvrages en service et en construction :


• calcul des réactions d'appui horizontales et verticales ;
- extrêmes en construction,
- extrêmes en service,
- en service, à vide,
- sous le vent transversal,
- évaluation de la répartition transversale, influence de la courbure.
• vérification de l'équilibre statique en phases de construction ;
• détermination sommaire du coffrage des entretoises, déviateurs, bossages en vue de calcul du poids
propre ;

1.3.2 - PHASE B - Fondations - Ouvrages de protection

b1) Plans des plates-formes de travail et des accès de chantier :


• fouilles, réaménagements du terrain,

b2) Conception et phasage détaillés des travaux :


• détermination des blindages et des batardeaux,
• consignes d'exécution,

b3) Notes de calcul des fondations, et de stabilité des batardeaux :


Sur la base des hypothèses sur les sols et les descentes de charges établies en Phase A4 et ayant obtenu
l'avis «sans observation» du contrôle externe, le calcul des fondations sera mené en prenant en compte les
défauts probables d'exécution cités plus loin dans le présent fascicule.

La définition des fondations sera réexaminée avec les descentes de charges du projet d'exécution, en phases
provisoires et définitives.

La stabilité des batardeaux sera étudiée dans les différentes phases de construction des appuis.

b4) Plans de coffrage des fondations et confortements ;


Vue en plan avec fonds de plan topographique, coupes longitudinale et transversale (respectivement
parallèle à l'axe longitudinal de l'ouvrage et perpendiculaire à ce même axe) avec trace du terrain naturel.
Ces plans mentionneront également les différentes couches géologiques traversées ainsi que leur niveaux

61
estimés, les axes et gisements des appuis projetés. Ces plans figureront l'état prévisible du terrain dans les
différentes évolutions du contexte.

b5) Plans de ferraillage : cf. C.C.T.P. (E1.1.4).

1.3.3 - PHASE C - Appareils d'appui - Bossages

Ces documents sont propres à l'ouvrage concerné.


• Note descriptive, procès-verbaux d'essais, notes de calculs.
• Plans détaillés. Ils décrivent notamment :
- le repérage des appuis,
- les dimensions, la méthode et le phasage d'exécution des bossages,
- le réglage des plaques de glissement éventuelles,
- les cotes de nivellement des bossages, appareils d'appui.
• Plans détaillés du système d'appuis provisoires :
- ferraillage des bossages,
- note de calcul d'implantation et de nivellement des appuis provisoires. Procédure de réglage,
moyens de contrôle de l'implantation et du nivellement,
- système de blocage des tabliers entre les phases de construction, dimensionnement des appuis
de repos,
- appuis provisoires de glissement de l'avant-bec et du tablier,
- dispositif de guidage transversal des appuis, liaison aux têtes de piles,
- dispositif de lançage ou de poussage sur culée.

1.3.4- PHASE D-Appuis et murs

d1) Note de calculs des piles, culées et murs de soutènement en béton armé en retour des culées.

d2) Pians d'exécution. Ils mentionnent en particulier :


• la position et les détails d'exécution des reprises de bétonnage,
• les prescriptions particulières éventuelles concernant la position des joints de coffrage,
• les dispositions provisoires et définitives prises pour l'évacuation des eaux,
• les ancrages des joints de chaussée et des dispositifs de sécurité, les repères topographiques, les
réservations de toute nature.
Ils peuvent aussi renvoyer aux plans d'équipements de la phase F :
• programme détaillé du bétonnage des appuis.

d3) Plans de ferraillage : cf. C.C.T.P. (E1.1.4)

1.3.5- PHASE E-Tabliers

e1) Définition de l'ouvrage


• plans généraux : élévations, vues en plan ;
• coupes transversales cotées ;
• coupes locales dans le plan ;
• plans de façonnage ;
• notes de calcul ;

e2) Etude longitudinale :


• programme détaillé de construction du tablier ;
• notes de calcul de flexion longitudinale issues du 2ème calcul de Fluage Scientifique tel que défini au
C.C.T.P. (E1.4.4);
• vérification des contraintes de cisaillement (effort tranchant et torsion) ;

62
• sortie graphique des contraintes sous charges permanentes, à la mise en service et à l'infini, à TELS
et à l'ELU, avec bornage par les contraintes réglementaires, ou par le diagramme d'interaction du
domaine résistant des sections ;
• sortie graphique des contraintes enveloppes sous charges extrêmes à la mise en service et à l'infini ;
• calcul des déformations dans toutes les phases de construction et en service, plans de contreflèches
et analyse des flèches mesurées.

e3) Etude transversale - ferraillage :


• note de calcul de flexion transversale du caisson ;
• calcul des armatures d'effort tranchant et de torsion ;
• calcul des armatures de couture des plans de cisaillement ;
• justification des zones de concentration des efforts ;
• vérification de l'équilibre des angles d'about et du coin inférieur ;
• justification des entretoisements (sur piles, sur culées, diaphragmes...) et des bossages ;
• notes de calcul du ferraillage passif ;
• plans d'armatures du tablier.

e4) Calcul aux états limites ultimes :


• Note de calcul définissant le domaine résistant.

e5) Etude détaillée des méthodes d'exécution du tablier :


• vérification détaillée des ouvrages provisoires ;
• cahier de consignes pour la mise en œuvre des étalements et des coffrages, Sa manœuvre des
coffrages mobiles, l'exécution des clavages ;
• programme de bétonnage du tablier ;
• plans de contreflèches.

1.3.6 - PHASE F - Superstructures et équipements


Les plans généraux établis en phase ai seront complétés par les plans détaillés ci-après :
• corniche-caniveau : plans de fabrication, dispositifs de fixation sur tablier, étanchéité entre
éléments, calepinage, réglage et implantation ;
• joints de chaussée (notice de pose en tenant compte de la date de pose et de la température, plans
d'exécution détaillés avec nomenclature des pièces à mettre en œuvre (éléments de joints, tirants,
bavettes, relevés de trottoir, plaques sur trottoirs, chêneaux de recueil des eaux, etc.) ;
• ancrage des dispositifs de sécurité des tabliers ;
• ancrage des portiques de signalisation ;
• détails et phases d'exécution des relevés de chape d'étanchéité ;
• plans d'exécution du système d'évacuation des eaux ;
• dalles de transition ;
• dalles de frottement ;
• assainissement des chevêtres, de culées, de piles, descentes d'eau ;
• ouvrages d'accès (escaliers, trappes, portes, échelles) : plans de fabrication, scellement dans les
maçonneries ;
• réseaux : chemins de câbles et fixations aux tabliers et culées, fourreaux dans les maçonneries.

1.3.7 - PHASE G - Contrôle des ouvrages

• Interprétation du suivi topographique des ouvrages.


• Programme des épreuves.
• Analyse des procès-verbaux d'épreuves et de visite des ouvrages.
• Calcul des contraintes induites dans les ouvrages par la précontrainte additionnelle.
• Notes de calcul de flexion longitudinale issues du Sème calcul de Fluage Scientifique tel que défini
au C.C.T.P. (E1.4.4), modélisant le comportement réel des ouvrages lié à leur édification propre.

1.3.8- Remise des documents

63
Les documents constituant les études d'exécution seront remis en fonction du programme d'exécution, par
groupe formant des parties d'étude homogènes et contenant tous les éléments nécessaires à leur
vérification.
En cas de non fourniture de ce programme ou de non respect des délais, seront appliquées les pénalités
prévues au C.C.A.P.

1.4 - DESSINS ET NOTES DE CALCULS

Les dessins et notes de calcul doivent satisfaire chapitre 4 du fascicule 65 du C.C.T.G., complété par les
dispositions suivantes.

Tous les documents d'études d'exécution comporteront un cartouche, sur lequel figurera un numéro de
référence choisi suivant les stipulations du § 1.4.4 ci-dessous. Au démarrage des études, l'Entrepreneur
soumettra au Maître d'Ouvrage le cadre du cartouche.

1.4.1 - Dessins
Application des articles 43.1 à 43.4 du F65 du CCTG.

Dessins de coffrage
L'implantation et le calage des ouvrages seront établis à partir des données fonctionnelles de base (listings
informatiques de calculs d'axes et profils en long notamment). L'ouvrage sera défini sur des plans
d'ensemble (coupe longitudinale et vue en plan) précisant notamment :
• les éléments géométriques et topographiques ainsi que les gabarits dégagés,
• l'environnement des ouvrages (modelage des talus, terrain naturel, etc.),
• les équipements,
• le calepinage des dispositifs de sécurité et des portiques de signalisation,
• les dispositions techniques particulières provisoires ou définitives (blindage, protections, etc.).

Les dessins détaillés d'exécution concernant chaque partie de l'ouvrage préciseront notamment :

• les reprises de bétonnage,


• la distribution des joints de coffrages,
• les chanfreins prévus aux angles aigus et droits,
• les dispositions envisagées en cas d'arrêt de bétonnage inopiné dans les différentes parties
d'ouvrage,
• la position et les détails des bossages des appareils d'appui,
• dans le cas d'emploi d'éléments préfabriqués, leurs assemblages et les dispositions adoptées pour
leur mise en place,
• les tolérances d'exécution des parties coulées sur chantier,
• les tolérances concernant la mise en place des éléments préfabriqués.

Dessins d'armatures
• D'une façon générale, les représentations des armatures et leurs cotations devront permettre de
'affranchir de la définition du façonnage (nomenclature) pour s'assurer de la conformité du
ferraillage. Les dessins d'exécution concernant les armatures devront préciser notamment :
• le type, la classe ou la nuance des armatures ainsi que leur nature,
• le recouvrement des armatures,
• les armatures laissées en attente au droit des reprises de bétonnage ; les reprises de bétonnage ; le
traitement des attentes vis-à-vis de la sécurité,
• les dispositifs assurant le positionnement prévu des armatures,
• les réservations dans le béton,
• les différents enrobages,
• les indications de diamètre, de nuance, d'espacements ainsi que le croquis de façonnage à proximité
de chaque repère d'armatures.

Dans le cas d'un hourdis ou d'une dalle, il ne sera pas présenté plus d'une nappe d'armature de même
direction sur une même vue en plan. Chaque armature sera représentée et repérée au moins sur 2 vues
prises dans des plans différents.

64
Pour une série d'armatures de répartition la première sera cotée par rapport au nu de coffrage. Les arrêts de
barres et recouvrements d'armatures seront systématiquement côtés par rapport au nu de coffrage ou
reprise de bétonnage.
Conformément aux dispositions du fascicule E5 du présent C.C.T.P. les armatures de montage seront l'objet
d'une nomenclature différenciée des armatures nécessaires à la résistance de l'ouvrage.
Les parties où le ferraillage est dense seront représentées par des détails cotés à grande échelle comportant
outre les armatures les cheminées de bétonnage et les cheminées de vibration. Ces détails devront
permettre, par simple inspection visuelle, de justifier :
• de la possibilité géométrique de disposer les armatures dans leur agencement prévu,
• de la possibilité d'effectuer correctement la mise en place du béton compte tenu de la grosseur de
son granulat et des moyens de vibration.
Chaque dessin d'armatures sera accompagné d'un ou de plusieurs tableaux récapitulatifs des armatures
utilisées (ou nomenclatures). Chaque tableau devra indiquer, pour chaque armature :
• le numéro de repérage,
• le diamètre,
• l'espacement,
• le nombre d'armatures semblables,
• le nombre de groupes d'armatures identiques,
• la longueur développée (longueur à couper),
• le croquis coté du tracé géométrique,
• l'indication éventuelle du lit (inférieur, supérieur, 1er, 2ème, etc.),
• De plus, il indiquera également :
• le poids total par diamètre et par nuance,
• le poids total des armatures prévues à l'ensemble du plan (acier doux, H.A., total général),
• le volume de béton de l'élément considéré,
• le ration d'acier de l'élément considéré.

L'indication "longueur variable", tant dans la longueur développée que dans le croquis coté du tracé
géométrique, ne sera tolérée qu'à la condition d'indiquer les longueurs extrêmes (minimale et maximale).
Des armatures de même diamètre, de même forme et de même longueur, mais situées dans les parties
différentes de l'ouvrage devront porter des numéros de repérage différents.

Métrés
Tous les plans (coffrage, ferraillage) devront porter des tableaux de métrés.
Les plans de ferraillage préciseront obligatoirement les ratios d'armatures obtenus dans chaque partie
d'ouvrage et par type d'acier (doux, H.A. précontrainte).
Les métrés récapitulatifs détaillés par parties d'ouvrage seront établis et fournis au Maître d'Ouvrage dans un
délai de 1 mois après exécution de la partie d'ouvrage concernée.

Modifications
Toute modification apportée à un plan devra être clairement identifiée par le report du nouvel indice dans un
triangle accolé à l'élément modifié.

1,4.2- Notes de calculs

(Fascicule 65, chapitre IV)

Présentation des notes de calculs


• Toutes les notes de calculs devront être paginées, reliées et comporter un sommaire.
• Les notes de calculs devront faire apparaître explicitement les formules littérales utilisées, avant
leurs applications numériques dont l'enchaînement sera détaillé.
• Les notes de calculs électroniques seront accompagnées d'une notice précisant les bases de la
programmation, des références d'utilisation des programmes, des compléments manuels et
graphiques explicitant les entrées et les sorties et synthétisant tous les résultats.
• Toutes les notes devront comporter une synthèse des résultats obtenus.
• Les notes de calculs rappelleront sous forme de tableau, les sections d'acier nécessaires, les sections
minimales et les sections mises en place.
65
• Les notes de calculs reprendront obligatoirement par des schémas les dispositions principales
nécessaires à l'établissement des plans.
• Toutes les modifications apportées aux notes de calcul devront être consignées de manière explicite
dans les pages précédant le sommaire.

Calculs automatiques produits par l'entrepreneur

L'entrepreneur joindra une notice indiquant de façon complète les hypothèses de base des calculs, méthode
utilisée, le processus, les formules employées et les notations.

Les résultats de tout programme de calcul utilisé devront être suffisamment nombreux et comporter, outre
les données particulières du calcul, assez de résultats intermédiaires pour que les options tant techniques
que logiques, soient mises en évidence et que les fractions du calcul, comprises entre deux options
consécutives, puissent être isolées en vue d'une éventuelle vérification. Sur demande du contrôle externe ou
extérieur, l'Entrepreneur fournira tout autre résultat intermédiaire du calcul qu'il estimerait utile ; au cas où
la note de calcul automatique serait très volumineuse, l'Entrepreneur fournira un extrait faisant apparaître
les résultats déterminants du dimensionnement proposé.
Une notice récapitulative détaillée des résultats d'efforts et de contraintes, pour les différentes phases
d'exécution, sera fournie avant exécution. Elle sera mise à jour en cours d'exécution si des modifications
interviennent, ainsi qu'en fin d'exécution, afin d'être intégrée au dossier de récolement. Les mises à jour de
cette notice et toutes les sujétions en résultant (recalculs) seront à la charge de l'entrepreneur.

Exploitation des notes de calculs

L'Entrepreneur sera tenu de dessiner les courbes d'efforts issues des tableaux des notes de calculs
notamment les courbes enveloppes des moments appliqués à la structure, les courbes de contraintes
résultant.

Les arrêts des barres et le choix des armatures seront à justifier sur la base de l'exploitation manuelle de ces
courbes d'efforts.
L'Entrepreneur devra également justifier la résistance des sections d'acier et de béton armé en adoptant des
critères de stricte économie.

Sur demande du contrôle externe ou extérieur, l'Entrepreneur fournira tout autre résultat intermédiaire du
calcul. Les calculs devront préciser notamment les points suivants :

• les caractéristiques des sections ;


• les efforts auxquels sont soumises ces sections dans les différentes phases de construction et
hypothèses de calcul ;
• les contraintes dans ces sections résultant des efforts ci-dessus ;
• la justification de la matière projetée qui répondra obligatoirement à un critère de stricte économie
• les déformations dans toutes les phases de construction (y compris contreflèche) ;

Modifications

Toute modification sera répertoriée comme demandé pour les plans. De plus, elle sera décrite d'une manière
synthétique sur la première page, la page de couverture ne comportant que l'indice et la date de
modification. Les pages comportant la description des modifications antérieures seront conservées.

1.4.3 - Formats et écritures

Les documents seront exécutés de préférence sur format A4 pour les notes et notices
Tous les documents seront équipés d'échelle graphique de réduction et devront être réductibles au format
A3 pour les plans.

1.4.4- Numérotation des documents


Les documents d'exécution seront numérotés conformément aux prescriptions du présent C.C.T.P.

1.4.5- Documents pour contrôle

66
Tous les documents d'exécution et toutes les spécifications techniques détaillées seront établis par
l'Entrepreneur et soumis au contrôle externe dans les conditions définies ci-après :

a) Les documents sont présentés et observés par phase entière dans l'ordre précisé à l'alinéa E1.1.3.
b) Les documents d'exécution seront soumis au contrôle externe dans un délai de deux mois avant la
date prévue pour le début de la construction de la partie d'ouvrage concernée telle qu'elle apparaîtra
au planning général d'exécution des travaux.
c) L'ensemble des documents d'exécution (plans, notes de calculs, notices et programmes) est
transmis au contrôle externe.
d) Une Note d'Observations (NO) accompagnée éventuellement d'extraits de plans ou de notes de
calculs annotés est retournée à l'Entrepreneur par le contrôle externe dans le délai, ci-après à dater
de la réception des documents:
• études prédimensionnement : trois semaines,
• calculs détaillés des tabliers : six semaines,
• autres phases d'études : six semaines,

En cas d'observations, l'Entrepreneur devra rectifier les documents dans un délai qui lui est fixé en fonction
de leur importance. En l'absence de précision sur la Note d'Observations, ce délai est de dix jours,
transmissions comprises.

e) Les documents mis au point conformément à la Note d'Observations seront à nouveau présentés au
contrôle externe qui aura un délai d'examen de dix jours calendaires. En cas de nouvelles
observations, la rectification et l'examen des documents feront l'objet de la même procédure.

La mention «sans observation» portée sur la NO signifie que les documents n'appellent pas d'observations.
L'avis «sans observation» d'un document peut être suspendu à la production par l'Entrepreneur de notes
justificatives ou de détails explicatifs jugés utiles par le contrôle externe sans observation proprement dite
sur le document présenté.
f) Les documents «sans observation» sont ensuite transmis au Maître d’œuvre qui émet à son tour ses
observations, dans un délai de dix jours calendaires. En l'absence de celles-ci les documents seront
transmis au Maître d'Ouvrage. Lorsque l'entrepreneur utilise des moyens de DAO pour la création
des plans d'exécution, les documents présentés au VISA seront obligatoirement des originaux
dessinés directement au format A3 par réduction d'échelle en sortie ordinateur. Toute photocopie
présentée comme original sera rejetée.

g) L'Entrepreneur tiendra à jour un tableau de suivi des documents en cours de contrôle mentionnant
pour chacun des indices successifs :

• la date d'établissement,
• la date d'envoi au contrôle externe,
• la date et la référence des notes d'observation.

Un exemplaire de ce tableau sera adressé trois jours avant chaque réunion de chantier au Maître d’œuvre.
Ce tableau sera commun aux éventuels différents lots.

1.4.6- Documents pour récolement

L'Entrepreneur devra remettre, dans un délai de un mois après la réception de l'ouvrage, un dossier
comprenant des dessins et des notes de calculs conformes à l'exécution.

Dessins conformes à l'exécution


Les plans seront remis en quatre exemplaires :
• 1 format normal reproductible ;
• 3 formats réduits. Ces documents seront au format A3. Ils devront être parfaitement lisibles (voir
article 1.4.3 du présent C.C.T.P.).

Les plans et autres documents d'exécution seront également fournis sur support informatique conformément
aux spécifications de l'annexe 1 au présent C.C.T.P.

Notes de calculs conformes à l'exécution

67
Les notes de calculs seront remises en trois exemplaires dont un reproductible.

1.5 - REPARTITION DES ETUDES DES METHODES ET DES OUVRAGES PROVISOIRES

Le chargé des études d'exécution, désigné par l'entreprise mandataire, reste responsable de la production et
de la coordination des études des méthodes et des ouvrages provisoires nécessaires à l'exécution de
l'ensemble des travaux du présent Marché (loi principal et lots accessoires). Il coordonnera également les
interventions des différents bureaux de contrôle externe.
L'Entrepreneur ayant déjà communiqué au Maître d’œuvre la liste des membres des bureaux qui réaliseront
ces études en précisant la tâche et la spécialité de chacun.

ARTICLE 2: DOCUMENTS DE REFERENCE - HYPOTHESES

2.1 - Bases réglementaires

2.1.1 - Charges réglementaires et particulières

Charges réglementaires

Elles sont données dans l'Eurocode 1 : base de calcul et action sur les structures. Partie 3 : charges sur les
ponts dues au trafic, et ses annexes.

Profil en travers
Le profil en travers fonctionnel de l'ouvrages est défini dans les plans et dans le fascicule A du présent
C.C.T.P.

Classe des ouvrages


Elles sont données dans l'Eurocode 1 : base de calcul et action sur les structures. Partie 3 : charges sur les
ponts dues au trafic, et ses annexes.

2.1.2- Charges militaires


Elles sont données dans l'Eurocode 1 : base de calcul et action sur les structures. Partie 3 : charges sur les
ponts dues au trafic, et ses annexes.

2.1.3- Charges exceptionnelles


Elles sont données dans l'Eurocode 1 : base de calcul et action sur les structures. Partie 3 : charges sur les
ponts dues au trafic, et ses annexes.

2.1.4- Engins de chantier


Elles sont données dans l'Eurocode 1 : base de calcul et action sur les structures, et ses annexes.

2.1.5 - Règlements de calcul et textes réglementaires


L'Entrepreneur devra se conformer aux prescriptions des textes désignés au C.C.A.P., complétés par les
recommandations données dans l'Eurocode 1 : base de calcul et action sur les structures et ses annexes.

2.1.6- Règles relatives au tablier

Règles spécifiques aux parties d'ouvrages en béton


Elles sont données dans l'Eurocode 2 :calcul des structures en béton et document d'application nationale, et
ses annexes.
Règles spécifiques aux parties métalliques de fa structure :
Elles sont données dans l'Eurocode 3 :calcul des structures en acier et document d'application nationale, et
ses annexes.

ARTICLE 3: MATERIAUX

3.1 - Bétons
Les spécifications particulières sont données dans le fascicule 65 du CCTQ.
68
3.2 - Armatures passives
Les spécifications particulières sont données dans le fascicule 4 titre 1 erdu CCTG ; ils devront satisfaire aux
normes françaises visées au commentaire de l'article 61 du fascicule 65 du CCTG.

ARTICLE 4: ACTIONS

4.1 - Charges permanentes

Les prescriptions concernant les actions sur l'ouvrage sont données dans l'Eurocode 1 ; base des calculs
Elles sont complétées par le concurrent selon les contraintes découlant de sa solution proposée et des
méthodes de mise en œuvre.

4.2 - Surcharges de chantier


Les prescriptions concernant les actions sur l'ouvrage sont données dans l'Eurocode 1 ; base des calculs
Elles sont complétées par le concurrent selon les contraintes découlant de sa solution proposée et des
méthodes de mise en œuvre,

4.3 - Actions climatiques


Les prescriptions concernant les actions sur l'ouvrage sont données dans l'Eurocode 1 ; base des calculs ;
partie 2.3 ; 2.4 ; 2.5. Elles sont complétées par le concurrent selon les contraintes découlant de sa solution
proposée et des méthodes de mise en œuvre.

4.4 - Redistribution d'efforts par fluage


Les prescriptions concernant les actions sur l'ouvrage sont données dans l'Eurocode 1 ; base des calculs et
l'Eurocode 2 ; parties 2 - ponts en béton DAN.

4.5 - Effets de retraits


Les prescriptions concernant les actions sur l'ouvrage sont données dans l'Eurocode 1 ; base des calculs et
l'Eurocode 2 ; parties 2 - ponts en béton DAN

4.6 - Evaluations des efforts de précontrainte


Les prescriptions concernant les actions sur l'ouvrage sont données dans l'Eurocode 2 ; parties 1,3 ; 1,5 et 2,
Elles sont complétées par le concurrent selon les contraintes découlant de sa solution proposée et des
méthodes de mise en œuvre.

4.7 - Actions des charges routières sans caractère particulier


Les prescriptions concernant les actions sur l'ouvrage sont données dans l'Eurocode 1 ; Elles sont
complétées par le concurrent selon les contraintes découlant de sa solution proposée et des méthodes de
mise en œuvre.

4.8 - Autres actions résultant des conditions d'exploitation

Les prescriptions concernant les actions sur l'ouvrage sont données dans l'Eurocode 1 ; Elles sont
complétées par le concurrent selon les contraintes découlant de sa solution proposée et des méthodes de
mise en œuvre.

ARTICLE 5: SOLLICITATIONS

Les prescriptions concernant les actions sur l'ouvrage sont données dans l'Eurocode 1 ; Elles sont
complétées par le concurrent selon les contraintes découlant de sa solution proposée et des méthodes de
mise en œuvre.

69
ARTICLE 6: JUSTIFICATIONS PROPRES AUX TABLIERS

Les prescriptions concernant les actions sur l'ouvrage sont données dans l'Eurocode 1 ; Elles sont
complétées par le concurrent selon les contraintes découlant de sa solution proposée et des méthodes de
mise en œuvre.

ARTICLE 7: JUSTIFICATIONS PROPRES AUX APPUIS ET MURS

Les prescriptions relatives aux calculs et vérifications des ouvrages géotechniques ou en contact avec le sol
sont données dans l'Eurocode 2 et sont complétées ci-dessous.

7.1 - FISSURATION DU BETON - ENROBAGES DES ARMATURES


En application de l'article A.4.5.3 des règles B.A.E.L. (état limite d'ouverture des fissures), il est précisé que
la fissuration du béton sera considérée comme préjudiciable pour les semelles de fondations, les piles, les
culées, les murs.
Les enrobages des armatures seront pris égaux à 3 cm pour ces éléments, sauf pour les murs où ils seront
portés à 4 cm.

7.2 - REGLES PARTICULIERES DE CALCULS DE LA STABILITE DES CULEES

On supposera que les dalles de transition n'exercent aucun blocage dans les remblais vis-à-vis des efforts
horizontaux appliqués aux culées.
Les réactions d'appui des dalles de transition sur les culées seront calculées en considérant soit que la dalle
est simplement appuyée à ses deux extrémités, soit qu'il n'y a pas de dalle de transition.

a) Coefficients de poussée
• derrière les culées : 0,3 ou 0,5 en cas de structure rigide,
• derrière les murs de soutènement : 0,3 ou 0,5 en cas de structure rigide, en l'absence de talus,
• pour les culées partiellement noyées dans les remblais, le coefficient ne sera pas inférieure 0,15
pour la partie noyée. En outre, les surfaces des poteaux rectangulaires ou circulaires seront
majorées par 2,
• les poussées seront considérées horizontales.

b) Surcharges de remblais
• surcharge verticale de chaussée derrière les culées et murs en bordure de plate-forme routière : 20
kPa,
• surcharge verticale derrière les autres murs : 20 kPa.

c) Densité du remblai
Sera prise égale à deux (2).
d) Poussée hydrostatique
Ne sera à considérer que pour des structures étanches (cuvelages étanches par exemple) et les batardeaux.

e) Action sismique
Dans le cadre de la prévention du risque sismique, le site intéressé par le présent projet sera considéré
comme étant classé en zone IA, correspondant à une sismicité très faible mais non négligeable.

7.3 - JUSTIFICATIONS DES PILES EN FLEXION COMPOSEE, EXCENTRICITE


ADDITIONNELLE, IMPERFECTION DE POSE DES APPAREILS D'APPUIS

7.3.1 – Appuis

Les calculs justificatifs des appuis de l'ouvrage devront tenir compte des défauts probables d'exécution des
appuis de l'ouvrage, soit une excentricité additionnelle égale à :

70
• + ou - 10 cm pour l'implantation des fondations profondes ou semi-profondes par rapport à l'axe
théorique de la semelle dans le cas où la fondation est constituée de plusieurs files et ± 15 cm dans
cas d'une file unique.
• + ou - 5 cm pour l'implantation des fûts ou poteaux des piles par rapport à l'axe théorique de la
semelle ;
• + ou - 5 cm pour l'implantation des appareils d'appui par rapport à l'axe théorique des fûts ou des
poteaux.

NOTA : Les valeurs suscitées ne se cumulent pas.

Pour le calcul des fondations profondes et semi-profondes, on considérera de plus, un défaut de verticalité
(inclinaison) de 15 mm/ml de fondation profonde ou semi-profonde.

7.3.2 - Appareils d'appuis à pot


Le coefficient de frottement des appareils d'appui à pot est pris égal à 4 % ou 0 % sous combinaisons à
TELS ou combinaisons fondamentales à l'ELU, et 10 % ou 0 % sous combinaisons accidentelles à l'ELU pour
déterminer les positions extrêmes du point fixe et Ses valeurs extrêmes des efforts horizontaux de chaque
tablier.

7.3.3- Autres justifications

Sans objet.

ARTICLE 8: CALCULS JUSTIFICATIFS DES FONDATIONS

L'Entrepreneur devra se conformer aux règles du paragraphe 2.1.7 du présent C.C.T.P relatif aux calculs et
justifications des fondations. Celles-ci sont complétées et précisées par les règles particulières suivantes.

8.1 - JUSTIFICATION DES PIEUX EN FLEXION COMPOSEE

Pour le calcul des fondations, on considérera les défauts d'implantation et de verticalité donnés à l'article 8.

8.2 - MODULES DE REACTION HORIZONTALE DU SOL AU CONTACT DES PIEUX

Les modules de réactions Kh seront calculés suivant les éléments du fascicule 62 - titre V concernant le
calcul des fondations. Les pieux sont supposés encastrés dans les semelles à leur extrémité supérieure.

8.3 - REMBLAIS D'ACCES A L'OUVRAGE

Les actions amenées par les remblais adjacents aux appuis de rives sont définies au 8.2 ci-avant.

8.4- SEMELLES

Les semelles seront calculées par la méthode des bielles. La section des aciers transversaux de répartition ne
sera pas inférieure à 50 % de la section des aciers principaux. Par ailleurs, les semelles comporteront un
ferraillage minimal de peau égal à 10 centimètres carrés par mètre linéaire dans chaque direction et sur
chaque face.

ARTICLE 9 : OUVRAGES PROVISOIRES ET EQUIPEMENTS SPECIAUX DE


CONSTRUCTION

Ils sont affinés lors du prédimensionnement (phase A des études d'exécution définies au présent fascicule)
et définitivement arrêtés lors des calculs détaillés (phase C). Le programme de bétonnage et les consignes
de manœuvre sont alors établis (phase F). Elles doivent avoir été visées par le contrôle externe avant le
commencement des opérations ; l'Entrepreneur devra tenir compte des délais d'examen prévus par le
C.C.T.P. et le C.C.A.P. pour ne pas retarder l'exécution.

71
Le projet des ouvrages provisoires met en évidence la chaîne de transmission des efforts et justifie la
résistance de chacun de ses maillons. Les pièces dont la rupture accidentelle (par fatigue, flexion parasites,
pailles, ect...) coupant la chaîne de transmission des efforts seront doublées.

• Les dessins et calculs des ouvrages provisoires seront établis conformément au F65.
• Les calculs feront apparaître de façon claire et précise les points d'application, la direction et
l'intensité des efforts transmis dans toutes les phases de la construction aux ouvrages définitifs, et
notamment aux appuis du tablier.
• Sauf à prouver que l'influence de ces facteurs est négligeable, les calculs devront tenir compte : de
la répartition transversale des efforts,
- des déformations de l'ouvrage (flèches, rotations) et des contre-flèches de construction,
- des déformations imposées (dénivellations, décalages horizontaux) par les imprécisions du
réglage des appuis et des coffrages, par les tassements des cintres, et par la souplesse des étais
(notamment dans le cas des équipages mobiles).

• Les dessins précisent :


- les cotes et les dimensions des fondations (pieux et batardeaux), les caractéristiques exigées du
sol, les niveaux d'eau, les précautions à prendre contre le ravinement,
- la classe des bétons mis en œuvre,
- la nuance et la qualité des profilés employés,
- le nombre de réemplois admissibles lorsqu'il est limité.

Les études et dessins d'exécution des ouvrages provisoires font l'objet des prescriptions énumérées ci-avant
L'Entrepreneur sera tenu de faire procéder à un contrôle externe des études et de l'exécution de
l'échafaudage par un organisme agréé indépendant de son entreprise.

Le rapport écrit de l'organisme de contrôle et les procès-verbaux des essais seront communiqués au Maître
d’œuvre.

Fascicule E2, Travaux


Préliminaires sous les remblais
72
Contigus

73
Sommaire

ARTICLE 1: PERIODE DE PREPARATION - DOCUMENTS A FOURNIR................105


ARTICLE 2 : IMPLANTATION - NIVELLEMENT - TRAVAUX PREALABLES…………..105
2.1 - Eléments remis à l'Entrepreneur par le Maître d'ouvrage..........................................105
2.2 - Opérations à la charge de l'Entrepreneur.................................................................106
ARTICLE 3: DEGAGEMENT DES EMPRISES....................................................................106
ARTICLE 4: CLOTURES............................................................................................................106
ARTICLE 5: CIRCULATION DE CHANTIER......................................................................106
5.1 - Pistes de chantier..................................................................................................106
5.2 - Déviations routières provisoires..............................................................................107
ARTICLE 6: TERRASSEMENTS GENERAUX PREALABLES.........................................107
6.1 - Décapage de la terre végétale................................................................................107
6.1.1 - Prescriptions générales.................................................................................................107
6.1.2 - Prescriptions complémentaires......................................................................................107
6.2 - Préparation initiale dans les zones de remblai..........................................................108
6.3 - Plates-formes de montage ou de mise en place du tablier........................................108

74
ARTICLE 1: PERIODE DE PREPARATION - DOCUMENTS A FOURNIR

En complément du C.C.A.P., les tableaux ci-après comportent une liste non limitative des documents à
fournir et des opérations à exécuter par l'Entrepreneur pour l'organisation et la préparation des travaux.

DELAI AU PLUS TARD


DOCUMENTA EN JOURS
OPERATIONS REFERENCES
FOURNIR CALENDAIRES
(1)
Programme des études d'exécution y Art. 1.3 du C.C.T.P. fasc. E1 Notice, planning Quinze (15) jours
compris réunion préliminaire de
coordination
Programme d'exécution des travaux Fasc. 65duC-C.T.G C.C.T.P. Notes techniques Trente (30) jours
fascicule A C.C.A.G-CR Planning détaillé

Projet des installations des ateliers Fascicule E10 du C.C.T.P. Mémoires, plans Trente (30) jours
de forage et injection Programme
d'exécution
Plan d'Assurance de l'Environnement Notice environnement Notice, plans Trente (30) jours
Plan Particulier de sécurité et de C.C.A.P. C.C.A.G-CR Mémoire, dessins Trente (30) jours
Protection de la Santé
Calculs justificatifs et dessins C.C.A.P. Fasc. E1 du C.C.T.P. Plans, notes de Trente (60) jours
d'exécution des ouvrages : phase A calculs avant-
définie à l'article 1.3 du C.C.T.P. métrés
fascicule E1
Mise à jour du PAO présenté dans Fascicule 65 du C.C.T.G. Mise à jour ; Note Trente (15) jours
l'offre Fascicule A du C.C.T.P. d'organisation
générale
Fiches, plans, Soixante (30) jours
notes
Projet des installations de chantier et C.C.A.P. C.C.T.P. fascicule A Notes, plans Quarante-cinq (45)
accès propres à l'ouvrage jours
Projet de signalisation et de C.C.A.G-CR CCAP Notes, plans Soixante (60) jours
protection du chantier
Schéma des itinéraires de transport Fasc. A du C.C.T.P. Fiches, notes Soixante (60) jours
Essais de convenance des bétons à 7 C.C.T.P. fasc.E4 Fasc. 65 du Fiches, notes Soixante (60) jours
jours C.C.T.G.
(1) Les délais indiqués s'entendent à compter de la date de réception par l'Entrepreneur de
l'ordre de service lui prescrivant le début de la phase des travaux.
Pendant la période de préparation, l'Entrepreneur pourra engager les travaux suivants, sous
réserve de fourniture des documents ci-avant :

- constat d'état des lieux si nécessaire,


- réalisation des différents piquetages,
- mise en place des panneaux d'information du public,
- installations de chantier,
- lancement des études de formulation des bétons (étude et convenance ...).

ARTICLE 2 : IMPLANTATION - NIVELLEMENT - TRAVAUX PREALABLES

2.1 - Eléments remis à l'Entrepreneur par le Maître d'ouvrage


Sans objet.

2.2 - Opérations à la charge de l'Entrepreneur

• L'Entrepreneur a à sa charge l'implantation d'une polygonale de précision.

75
• Tous les points du canevas local situés dans l'emprise de l'ouvrage devront être connus avec une
précision d'un (1) centimètre.
• Après l'avis « sans observation » du Maître d'Ouvrage sur l'épure d'implantation, l'Entrepreneur
procédera à l'implantation et à l'exécution sur le terrain de ces repères rapprochés. Ils seront
matérialisés par des tiges en laiton de section minimale 10x10 mm, scellées dans des massifs en
béton armé de 1.5 m de côté et 0.50 m d'épaisseur.
• Ces massifs devront être éloignés des zones de circulation des engins.
• Tous ces massifs seront signalés par des chaises.
• Ces repères rapprochés seront implantés contradictoirement avec le géomètre du Maître d'Ouvrage,
ils seront reportés sur les plans d'implantation des ouvrages. Cette tâche fera l'objet d'un procès-
verbal.
• Le piquetage spécial des ouvrages souterrains ou enterrés, tels que canalisations ou câbles situés au
droit ou au voisinage des travaux à exécuter, sera effectué par l'Entrepreneur contradictoirement
avec le Maître d'Ouvrage qui aura convoqué les exploitants des ouvrages en même temps que
l'exécution du piquetage général. L'Entrepreneur fournira le plan du piquetage des réseaux qu'il aura
effectué en complément de ceux éventuellement fournis par le Maître d'Ouvrage.

ARTICLE 3: DEGAGEMENT DES EMPRISES

Les opérations de déboisage comprennent l'enlèvement des arbres isolés, des arbres restant en zones
boisées, des haies, vergers, taillis, broussailles ainsi que toutes les souches, à l'exception de certains
éléments à conserver qui seront définis par le Maître d'Ouvrage lors de l'exécution des travaux.

Concernant les opérations, de dessouchage, l'Entrepreneur devra mettre en œuvre des engins spécialement
équipés (lames types "ROME", lame râteau) permettant l'extraction des souches et la séparation de la terre
végétale.

Tous les produits de déboisage, débroussaillement et dessouchage seront rassemblés et évacués sur les
dépôts extérieurs au chantier.

Toutes les précautions utiles devront être prises par l'Entrepreneur afin de ne pas endommager les câbles
téléphoniques souterrains, les lignes aériennes, les conduites d'eau et de gaz, et de ne pas gêner la
circulation.

ARTICLE 4: CLOTURES

La fermeture du chantier et de toutes ses installations est mise en œuvre suivant les dispositions prévues au
fascicule A, article 4, du présent C.C.T.P.

ARTICLE 5: CIRCULATION DE CHANTIER

5.1 - Pistes de chantier

Dans le cas où l'Entrepreneur aura à réaliser les pistes d'accès aux différents appuis et aires de travail,
l'épaisseur de matériaux de corps de chaussée et les caractéristiques géométriques devront permettre la
circulation des engins de transport et des véhicules routiers nécessaires à la complète réalisation de
l'ouvrage.
La plateforme en section courante aura une largeur de 5 m se décomposant en 4 m de chaussée et deux
accotements de 0,50 m.

Les travaux seront menés suivant les prescriptions des fascicules E2, E3 et E9 du présent CCTP.

Au droit des réseaux enterrés, une protection, conforme aux exigences du gestionnaire du réseau, devra
être mis en œuvre. Au droit des franchissements de lignes électriques, si la piste est utilisée avant le
déplacement de la ligne, le terrassement provisoire nécessaire au franchissement sera exécuté dans le
respect des conditions de sécurité.

76
L'entretien de toutes les pistes empruntées pendant la durée des travaux, ainsi que le gardiennage,
l'entretien et le nettoyage des intersections avec la voirie sont à sa charge. En fin de travaux, et sauf
dispositions particulières prises en cours des travaux par le Maître d'Ouvrage, l'Entrepreneur devra procéder
aux opérations suivantes, concernant les pistes que l'Entrepreneur aura réalisées dans le cadre du présent
marché :
• Démontage et enlèvement des ouvrages provisoires.
• Enlèvement des matériaux constituant la piste.
• Scarification et remise en œuvre de la terre végétale après réception du fond de forme par le Maître
d'Ouvrage.

5.2 - Déviations routières provisoires

Les voies routières publiques pour lesquelles un arrêté de coupure n'est pas pris, doivent avoir leur
circulation maintenue en permanence. Si la réalisation des travaux nécessite une déviation ou une
modification quelconque de ces voies, après acceptation du gestionnaire, celle-ci devra s'effectuer en y
maintenant la circulation. L'Entrepreneur doit, à la fin des travaux rétablir ces voies en concertation avec les
gestionnaires.

ARTICLE 6: TERRASSEMENTS GENERAUX PREALABLES

6.1 - Décapage de la terre végétale

6.1.1 - Prescriptions générales

La préparation initiale dans les emprises consiste en un décapage de la terre végétale sur une épaisseur de
l'ordre de trente (30) centimètres.

La zone des travaux fera l'objet d'un découpage en îlots en fonction de la nature des sols. Des plans de
décapages sont établis par l'Entrepreneur et soumis à l'agrément du Maître d'Ouvrage. Ces plans définiront
des unités homogènes de sol qui seront retroussées sur des profondeurs spécifiques en une ou deux
couches indépendantes. Les terres décapées sur deux îlots différents ne seront pas mélangées entre elles.

Dans les secteurs en déblai, il sera procédé au décapage d'une deuxième couche sous la couche de terre
végétale. Les deux couches seront décapées et stockées de façons distinctes.

Dans les zones où l'épaisseur de terre végétale est inférieure à celle indiquée ci-avant, l'Entrepreneur
soumet à l'approbation du Maître d'Ouvrage les dispositions qu'il compte prendre pour éviter la
contamination de la terre végétale.

Les produits de décapage de terre végétale seront mis en dépôt. En aucun cas, ces produits ne pourront
être stockés en cordon le long des emprises, ni mis en dépôt ailleurs que dans les emprises du chantier
indiqués par le Maître d'Ouvrage.

L'Entrepreneur mettra alors en évidence, par un mouvement des terres spécifiques soumis à l'acceptation du
Maître d'Ouvrage, les volumes de terre végétale extraits, ceux réutilisés dans le cadre du marché.

6.1.2 - Prescriptions complémentaires

Les terrassements seront exécutés de façon à dégager suffisamment à l'avance, l'emplacement nécessaire à
l'atelier de mise en œuvre des matériaux, tout en respectant les contraintes liées à la stabilité immédiate du
terrain.
Sur la base des plans de décapages et sous le contrôle de la maîtrise d'ouvrage, l'Entrepreneur de
terrassement devra piqueter les îlots à décaper.
Aucun engin de chantier ne devra circuler sur le terrain préalablement au décapage. Il ne sera admis que
l'engin nécessaire au « nettoyage » de la zone en condition de sol ressuyé. En cours de chantier aucun autre
engin ne sera admis que ceux directement affectés à l'exploitation de la terre végétale.
Les terrains à décaper seront dégagés de tous les indésirables présents en surface. Notamment souches,
pièces métalliques, piquet de clôture, béton, bitume ou tout autre résidus ne seront pas mélangés à la terre

77
décapée. Tout bloc de taille supérieure à 20 cm devra être éliminé de la terre décapée. Les souches restées
en terre après l'abattage des arbres présents sur l'îlot devront être extraites.
La hauteur de la végétation en place avant les décapages devra être inférieure à 15 cm. Les décapages
devront impérativement être opérés par temps secs et sur un sol totalement ressuyé. La terre qui présentera
un aspect plastique marqué (pâte à modeler) ne sera pas dans un état favorable au décapage. Elle ne doit
pas adhérer naturellement aux outils. Le passage des engins sur les matériaux terreux ne devra pas laisser
apparaître au soi d'empreintes moulées franches.
Si un épisode pluvieux intervenait en cours de décapage entraînant l'apparition d'un état du sol défavorable
à sa mise en œuvre, les travaux seraient momentanément suspendus jusqu'à ressuyage total du sol.
Etant donné ces modalités, d'une importance primordiale pour la préservation de la qualité agronomique de
la terre végétale, il est conseillé aux entreprises de programmer le décapage de la terre végétale
suffisamment tôt dans l'échéancier global des opérations. Elles devront se réserver un certain délai de
sécurité pour réaliser les décapages dans les conditions météorologiques favorables.
Les décapages de la terre végétale ne seront réalisés qu'à la pelle mécanique ou au chargeur. Aucun autre
engin du type bulldozer ou scraper, qui déstructure la terre, ne pourra être utilisé. Les pistes d'accès pour
les camions qui convoieront les matériaux seront limitées au strict minimum. Elles seront situées sur l'axe de
déplacement de la pelle. La pelle travaillera par bandes successives en décapant en arc de cercle autour de
sa position, et gardera pour chaque bande un axe de déplacement unique.
Les chemins de desserte existants, situés dans la zone à décaper, feront l'objet d'un décapage reprenant les
modalités décrites pour l'îlot correspondant, mais les matériaux décapés ne seront mélangés à aucuns autres
matériaux terreux décapés par ailleurs.
L'Entrepreneur devra tenir compte de la nécessité éventuelle d'assurer localement, et par les moyens de son
choix, le rabattement de la nappe phréatique à l'extraction des matériaux dans les déblais.
Il devra tenir compte également de la nécessité d'éviter au maximum l'infiltration d'eaux de ruissellement ou
de précipitations dans le corps des remblais.

6.2 - Préparation initiale dans les zones de remblai

Le réglage et le compactage de l'assise des remblais doivent suivre immédiatement le décapage, le


remplissage des purges, ou l'exécution des redans.
Le compactage sera conduit de façon à obtenir une densité sèche du sol compacté, au moins égale en tout
point à quatre-vingt-quinze pour cent (95 %) de la densité sèche de l'Optimum Proctor Normal, sur une
épaisseur minimale de 0,30 m.

6.3 - Plates-formes de montage ou de mise en place du tablier


Par ailleurs, l'Entrepreneur aura à sa charge l'entretien des plates-formes pendant la durée des travaux.

Sur les derniers 50 cm, le compactage sera conduit de façon à obtenir une densité sèche du sol compacté,
au moins égale en tout point à 95 % de l'OPN.

En cas de portance insuffisante des remblais par rapport à ses besoins, l'Entrepreneur proposera les
dispositions pour obtenir les caractéristiques qui lui paraissent nécessaires.

78
Fascicule E3, Terrassements
Ouvrages d’art
(Se référer aux prescriptions du fascicule D du CCTP)

79
Fascicule E4
Bétons et Mortiers

80
Sommaire

ARTICLE 1: DEFINITION DES BETONS ET MORTIERS..............................................113


1.1 - Désignation des bétons et mortiers.........................................................................113
1.2- ALCALI-REACTION..................................................................................................113
1.3- Mortiers et micro-bétons.........................................................................................114
1.3.1 - Destination des mortiers et des micro-bétons................................................................114
1.3.2 - Fabrication des mortiers et des micro-bétons.................................................................114
1.3.3 - Spécifications relatives aux mortiers et aux micro-bétons...............................................115
1.4- Bétons à "composition prescrite"..............................................................................116
1.5 - Bétons à "résistance mécanique spécifiée"...............................................................116
1.6 - Béton à hautes performances.................................................................................117
1.7 - Béton projeté........................................................................................................117
ARTICLE 2: CONSTITUANTS DES BETONS ET MORTIERS.......................................118
2.1 - Ciments.................................................................................................................118
2.1.1 - Type, provenance et marquage....................................................................................118
2.1.2 - Spécifications complémentaires....................................................................................118
2.1.3- Mode de livraison..........................................................................................................119
2,2 - Granulats pour bétons et mortiers...........................................................................119
2.2.1 -Stipulations générales •.................................................................................................119
2.2.2 - Qualification vis-à-vis de l'Alcali-Réaction.......................................................................119
2.3 - Additions minérales................................................................................................120
2.3.1 - Définition et conditions générales d'emploi....................................................................120
2.3.2 - Prévention de l'Alcali-Réaction......................................................................................121
2.4 - Eau de gâchage.....................................................................................................121
2.5 – Adjuvants.............................................................................................................121
2.5.1 - Conditions d'emploi......................................................................................................121
2.5.2 - Dispositions vis-à-vis des bétons durcis.........................................................................121
2.5.3 - Dates limites d'utilisation..............................................................................................121
2.6 - Compatibilité des différents constituants..................................................................121
2.6.1- Compatibilité Granulats - Ciments vis-à-vis de l'Alcali-Réaction.......................................121
ARTICLE 3: FABRICATION ET TRANSPORT DES BETONS.......................................122
3.1 - Conditions de stockage des matériaux.....................................................................122
3.1.1 - Stockage des ciments...................................................................................................122
3.1.2- Stockage des granulats.................................................................................................122
3.2 - Fabrication, transport et manutention des bétons....................................................122
3.2.1 - Equipement des centrales à bétons...............................................................................122
3.2.2 - Réglage des installations de fabrication des bétons........................................................123
3.2.3 - Mélange et malaxage...................................................................................................123
3.2.4 - Conditions de transport des bétons...............................................................................123
3.2.5 - Conditions de livraison des bétons................................................................................123
3.2.6 - Acheminement du béton livré jusqu'à l'œuvre................................................................124
ARTICLE 4: MISE EN OEUVRE DES BETONS..................................................................124
4.1 - Mise en place et vibration du béton.........................................................................124
4.2 - Reprises de bétonnage...........................................................................................124
4.3 - Surfaces non coffrées.............................................................................................125
4.4 - Traitements thermiques.........................................................................................125
4.5 - Bétonnage par temps froid.....................................................................................125
4.6- Bétonnage par temps chaud (PM)............................................................................125
4.7 - Décoffrage, décintrement.......................................................................................126
4.8 - Protection et cure du béton....................................................................................126
ARTICLE 5: ASSURANCE DE LA QUALITE.......................................................................127

81
5.1 - Organisation générale du contrôle de la qualité.......................................................127
5.1.1 - Plan d'Assurance de la Qualité......................................................................................127
5.1.2- Contrôle interne............................................................................................................127
5.1.3- Contrôle externe...........................................................................................................127
5.1.4- Contrôle extérieur.........................................................................................................128
5.2 - Dossier d'étude des bétons et mortiers....................................................................128
5.2.1 - Dispositions et formulations envisagées.........................................................................128
5.2.2 - Epreuves préalables sur les granulats............................................................................129
5.2.3 - Justification de la composition des bétons ou mortiers...................................................129
5.2.4 - Epreuves de convenance..............................................................................................129
5.3- Programme de bétonnage.......................................................................................130
5.4 - Contrôles de conformité des ciments.......................................................................131
5.4.1 - Opérations effectuées par l'Entrepreneur lors de chaque livraison...................................131
5.4.2 - Contrôle a posteriori des caractéristiques garanties........................................................131
5.5 - Contrôles de conformité des granulats et des additions éventuelles...........................133
5.5.1 - Contrôle interne...........................................................................................................133
5.5.2 - Contrôle intérieur externe.............................................................................................133
5.5.3 - Contrôle extérieur........................................................................................................134
5.6 - Contrôles de conformité des bétons 5.6.1 - Epreuves de contrôle.............................134
5.6.2 - Epreuves d'information.................................................................................................135
5.6.3 - Contrôle extérieur de la qualité des bétons....................................................................136
5.7 - Points critiques - Points d'arrêt...............................................................................136

82
ARTICLE 1: DEFINITION DES BETONS ET MORTIERS

1.1 - Désignation des bétons et mortiers

Les premières lettres des désignations utilisées pour distinguer les grandes catégories de bétons et mortiers
traitées dans ce fascicule, ont les significations suivantes :
M : Mortier
MB : Micro béton
B : Béton
BHP : Béton Haute Performance
BL : Béton Léger

Bétons et mortiers(1) à "Résistance mécanique spécifiée"

Lorsque la première lettre de la désignation est suivie d'une valeur numérique, celle-ci spécifie la résistance
caractéristique requise à vingt-huit jours fc28 en MPa.

Il s'agit alors d'un mortier, micro-béton ou béton "à Résistance mécanique spécifiée", correspondant à la
définition donnée à l'article 8.2 de la norme P18-325 pour les « bétons à performance spécifiée », ou à celle
de l'article 3.13 de la norme P18-305 ("Béton prêt à l'emploi") pour les "bétons à caractères normalisés"
(B.C.N.). Il est défini par des caractères spécifiés (normalisés) comprenant prioritairement la résistance à la
compression.

Bétons et mortiers(1) à "Composition prescrite"

Lorsque la première lettre n'est pas suivie d'une valeur numérique, la résistance caractéristique à la
compression n'est pas spécifiée.

Il s'agit alors d'un mortier, micro-béton ou béton "à Composition Prescrite", correspondant à la définition
donnée à l'article 8.2 de la norme P18-325, ou à celle donnée à l'article 3.14 de la norme P18-305 pour les
"Bétons à Caractères Spécifiés" (B.C.S.). Il est défini par sa composition et, éventuellement, par des
caractères spécifiés particuliers, autres que la résistance mécanique.

Désignation conventionnelle

La désignation conventionnelle est ensuite poursuivie, dans l'ordre, par les indications suivantes :

• la classe de résistance (résistance caractéristique à la compression à vingt-huit jours) sauf


lorsque celle-ci n'aura pas été spécifiée,
• la classe de consistance (valeur requise de la consistance sur le lien de prélèvement),
• l'étendue de la granulométrie 0/D fixant le diamètre maximal D des granulats en mm,
• la désignation normalisée du ciment (nature et classe), précédée du dosage minimal prescrit
(en kg de ciment par m3 de béton compacté à refus),
• les spécifications complémentaires éventuelles.
Dans le cas d'un béton faisant l'objet d'une commande à une centrale de béton prêt à l'emploi, la
désignation sera conforme aux indications de l'article 5 de la norme P18-305.

1.2- ALCALI-REACTION

Le niveau de prévention a été déterminé en appliquant les principes définis à l'article 2 des
"Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'Alcali-Réaction" (LCPC - Juin 1994), désignées
dans la suite par "Recommandations Alcali-Réaction".
Compte tenu de la catégorie III de cet ouvrage exceptionnel, le niveau de prévention sera fixé à C, quelle
que soit la classe d'environnement.
Ce niveau de prévention s'appliquera à l'ensemble des bétons et mortiers des éléments participant à la
résistance de la structure en service (tabliers, appuis, soutènements et fondations), ainsi qu'à ceux des

83
éléments secondaires tels que les longrines d'ancrage des dispositifs de retenue, les corniches, les contre
bordures, les contre-corniches, les coffrages perdus en béton, les éléments de perrés en béton, etc...

(1) Dans la suite du présent Fascicule, l'expression condensée "béton et mortiers" recouvrira, d'une manière générale, également
les micro-bétons définis à l'article 1.3.
Le niveau de prévention A ne sera admis que pour les ouvrages provisoires, sous la réserve expresse que
toutes précautions soient prises pour éviter un mélange accidentel des granulats.

Dans toutes les clauses du présent fascicule concernant la prévention contre l'Alcali-Réaction, le terme
"granulat" recouvrira aussi bien les sables et les gravillons que les fillers, et le cas échéant les additions
normalisées dont l'utilisation aura été acceptée à l'issue des épreuves de convenance.

Les prescriptions relatives à l'Alcali-Réaction portant sur les divers constituants et sur les contrôles sont
fournies dans les paragraphes correspondants des articles 2 à 6 du présent fascicule.

1.3- Mortiers et micro-bétons

1.3.1 - Destination des mortiers et des micro-bétons

Les mortiers visés dans ce fascicule font partie de la famille des mortiers de calage ou de scellement et
concerneront en particulier :

• l'assise et le calage des appareils d'appui, pour des épaisseurs n'excédant pas 5 cm,
• le calage des platines d'ancrage des barrières de sécurité et des écrans acoustiques,
• le scellement des garde-corps et des portiques de signalisation éventuels,
• le scellement des joints de chaussée et de trottoir, si un tel mortier est prévu dans le guide de pose
fourni par le fabricant-poseur,
• le scellement des dispositifs de fermeture (portes métalliques, tampons d'accès...),
• le scellement d'armatures passives dans les éléments de structure en béton déjà réalisés.
• Les micro-bétons seront supérieure à 5 cm :
• utilisés pour l'exécution d'éléments armés ou frettés, d'épaisseur toujours
• bossages d'appareils d'appuis,
• calage et scellement des superstructures : écrans, joints de chaussée...

1.3.2 - Fabrication des mortiers et des micro-bétons

L'Entrepreneur devra soumettre à l'acceptation du laboratoire de contrôle externe, la formule et les


méthodes de fabrication et de mise en œuvre des mortiers et des micro-bétons dans le cadre du Dossier
d'Etude de Bétons et Mortiers défini à l'article 5.2 du présent fascicule.

Scellements ou calages en épaisseur inférieure ou égale à 5 cm

Les mortiers utilisés pour ces scellements ou calages seront des mortiers industriels prédosés conformes à la
norme P18-821 ("Produits de calage et scellement à base de liants hydrauliques - Caractères normalisés
garantis") dans la "catégorie" répondant au problème posé. A cette catégorie seront associées les
caractéristiques garanties suivantes :

• la plage de température à la mise en œuvre (adaptée aux conditions climatiques de l'exécution),


• le délai d'utilisation du produit entre le moment de sa fabrication et le début de sa mise en œuvre,
• les caractéristiques de ressuage mesurées conformément à la norme P18-834,
• la tenue aux milieux agressifs mesurée conformément à la norme P18-837,
• pour les produits de scellement, la résistance à l'arrachement mesurée suivant la norme P1 8-831.
• Des produits à base de résines synthétiques conformes à la norme P1 8-822 pourront être
également proposés par l'Entrepreneur sous réserve que soient précisées les caractéristiques
garanties correspondant à leur catégorie, à savoir :

• pour les produits de calage :


- l'aptitude à la mise en place mesurée conformément à la norme P18-833,
- le fluage en compression mesuré conformément à la norme P1 8-835,
• pour les produits de scellement :
84
- la résistance à l'arrachement mesurée conformément à la norme P1 8-831,
- le fluage en traction mesuré conformément à la norme P1 8-836.

Dans les deux cas, ces produits devront bénéficier du droit d'usage de la marque NF - Produits spéciaux
destinés aux constructions en béton hydraulique, dans la catégorie correspondante (1 1 : Produits de calage
-12 : Produits de scellement).

Calages en épaisseur supérieure à 5 cm

Les micro-bétons concernés pourront être :

• soit constitués de produits industriels prédosés, bénéficiant du droit d'usage de la marque NF -


Produits spéciaux destinés aux constructions en béton hydraulique,
• soit livrés sous la forme de mortier frais retardé, stabilisé, prêt à l'emploi, par une centrale de béton
prêt à l'emploi agréée.

Ces micro-bétons seront soumis aux épreuves d'études et de convenance selon le processus décrit à l'article
5.2 du présent fascicule. Les mortiers industriels disposant de références démontrant leur conformité à
l'ensemble des spécifications du présent fascicule (y compris les conditions relatives à l'Alcali-Réaction)
seront dispensés d'épreuve d'étude.

1.3.3 - Spécifications relatives aux mortiers et aux micro-bétons

Les concurrents compléteront le tableau ci-dessous en fonction des particularités de leur projet :
CLASSE DIMENSION
DOMAINE D'EMPLOI DE CONSISTANCE MAXIMALE DOSAGE MINIMAL EN CIMENT
RESISTANCE GRANULAT

Calage des équipements M 40 FLUIDE 2 MM MORTIER INDUSTRIEL PRÉDOSÉ


e < 3 cm À RETRAIT COMPENSÉ

Calage des équipements M 40 TRÈS 6 MM MORTIER INDUSTRIEL PRÉDOSÉ


3 cm < e < 5 cm PLASTIQUE À RETRAIT COMPENSÉ

Bossages d'appuis 5 cm MB 40 PLASTIQUE 10 MM 500 KG/M3 CPA-CEM I OU


< e< 10 cm MICRO-BÉTON INDUSTRIEL
PRÉDOSÉ, RETRAIT COMPENSÉ

Scellements M 40 FLUIDE 2 MM MORTIER INDUSTRIEL PRÉDOSÉ


À RETRAIT COMPENSÉ

Cachetages des MB 40 PLASTIQUE 10 MM 500 KG/M3 CPA-CEM I/PM


ancrages OU MICRO-BÉTON INDUSTRIEL
PRÉDOSÉ, RETRAIT COMPENSÉ

Résistance

La résistance des mortiers et micro-bétons sera au moins égale à celle des bétons environnants. La
résistance au jeune âge devra être adaptée aux délais d'exécution prévus par le planning des travaux.

Retrait

Les mortiers ou micro-bétons des calages, des bossages ou des cachetages devront être à "retrait
compensé".

Prévention de l'Alcali - Réaction


L'Entrepreneur s'assurera que le fournisseur des mortiers ou des micro-bétons intègre la prévention de
l'Alcali-Réaction dans son processus de fabrication. Le P.A.Q. devra préciser l'origine et la qualification vis-à-

85
vis de l'Alcali-Réaction des sables et des additions. Ces dispositions seront applicables aux mortiers
industriels inscrits à la marque NF, si la certification n'intègre pas la prévention contre l'Alcali-Réaction.

1.4- Bétons à "composition prescrite"


Ces bétons seront notamment mis en œuvre pour les bétons de propreté. Dans le cadre de son P.A.Q, et au
plus tard un mois avant la date prévue pour le premier coulage de ces bétons, l'Entrepreneur proposera à
l'agrément du laboratoire de contrôle externe leur composition détaillée (ciments, granulats, adjuvants et
additions éventuelles), ainsi que les méthodes et les moyens de fabrication, de transport, et de mise en
œuvre.
Les ciments utilisés devront résister à l'action des eaux agressives (CPA Prise mer, CPJ Prise mer, CHF a
forte teneur en laitier, CLK).
Les prescriptions de composition devront tenir compte des caractères spécifiés dans le tableau ci-dessous, à
compléter par les concurrents pour chaque type de béton.

DOMAINE D'EMPLOI CONSISTANCE DOSAGE DIMENSION MAXIMALE


MINIMAL EN CIMENT DU GRANULAT
Béton de propreté 250 KG/RN3 20 MM

1.5 - Bétons à "résistance mécanique spécifiée"

Le tableau récapitulatif donné ci-après précise par parties d'ouvrage, conformément à l'article 81 du F65, les
caractères de base normalisés spécifiés pour chacun des bétons à résistance mécanique spécifiée.

DOMAINE D'EMPLOI CLASSE CONSISTAN DIMENSION DOSAGE


DU BÉTON CE DU MAXIMALE MINIMAL EFF/C AUTRES CARACTÈRES
BETON GRANULAT
FRAIS
Tablier BP B40 P 20 MM 385 CPA-CEM I <0,46 RÉSISTANCE AU
52,5 R/CP DÉCOFFRAGE
FCJ >20MPA M
RETRAIT CIMENT À 28 J
< 650 UM/M
Tablier OM * B35 P 20 MM 350 CPA-CEM I <0,46 RÉSISTANCE AU DÉCOFFRAGE
52,5 FCJ >16MPA(J>
24 H)
RETRAIT CIMENT À 28 J
< 650 M M/M
Appuis B35 P 20 MM 350 CPA-CEM I <0,46 RETRAIT CIMENT À 28 J <
52,5 800 UM/M
Superstructures 635 P OU FI 16 MM 430 CPA-CEM I RETRAIT CIMENT À 28
Ouvrages 52,5 PM OU <0,46 J <650 URN/M PLASTIFIANT
d'assainissement PMES OU430CPJ ET ENTRAÎNEUR D'AIR
CEM II A(S,D) IMPOSÉS
PM OU PMES
Semelles des piles B30 OU P 20 MM 350 CPA-CEM I <0,46 RÉSISTANCE AUX EAUX
Culées (CR4) B35 42,5 AGRESSIVES
Béton de blocage ou B25 20 MM 300 0,55 RÉSISTANCE AUX EAUX
de substitution AGRESSIVES
sous fondation
Fondations B25 FI 20 MM 400 CLK-CEM <0,50 ADJUVANTS IMPOSÉS POUR
profondes III/C 32,5 400 OBTENIR LA FLUIDITÉ
CHF-CEM
UI/B42.5

Commentaires du tableau récapitulatif


• Les ciments sont ici désignés conformément à ta norme NF P 15-301, remplacée par la norme
européenne harmonisée EN 197-1.

86
• La fourchette de consistance requise sera fixée après les épreuves de convenance (article 5.2.4). Le
lieu de prélèvement et de mesure sur le chantier devra être précisé {article 6.5.1). Les tolérances
admissibles seront conformes aux indications données en commentaire de l'article 81.4 du fascicule
65.
• La dimension maximale des granulats sera choisie en tenant compte des distances des armatures
entre elles et de leur enrobage (articles A.7.1 et A.7.2 du BAEL 91 révisé 99).
• Les dosages définitifs devront être fixés à l'issue des épreuves de convenance en fonction des
conditions de mise en œuvre (bétonnage sous l'eau, pompage..-), de la résistance mécanique à
obtenir, des exigences sur l'aspect des parements, et de l'agressivité réelle du milieu environnant.
• Eff, quantité d'eau efficace dont la définition est donnée à l'article 3.9 de la norme P18-305.

Parements fins et parements ouvragés


La composition des bétons des parties d'ouvrages comportant des parements fins ou ouvragés devra tenir
compte des exigences de teinte et de texture définies au Fascicule E6 du présent C.C.T.P.

Milieux agressifs
Pour les parties d'ouvrages en contact avec le sol, ou avec l'eau de la nappe ou des cours d'eau, l'étude de
formulation devra tenir compte des recommandations de l'article 7 du Fascicule de Documentation AFNOR
P18-011 ("Bétons. Classification des environnements agressifs"), et notamment de celles qui concernent les
dosages minima en ciment, les valeurs maximales de E/C et le choix du ciment.

Bétons de fondations

Comme indiqué à l'article 3.1 du fascicule 68 du C.C.T.G., les prescriptions du fascicule 65 et du présent
C.C.T.P. sont applicables pour tout ce qui concerne les études, la fabrication et le contrôle des bétons des
fondations. Pour assurer la durabilité de ces bétons, les dosages minima en ciment seront fixés à partir des
valeurs les plus grandes citées, pour chacune des techniques de fondation concernées :

• soit dans les articles correspondants du présent C.C.T.P. (Fascicule E10 "Fondations"),
• soit dans le Fascicule 68 du C.C.T.G
• soit dans le D.T.LJ. 13.2 "Fondations profondes".

Il en sera de même pour les autres spécifications, notamment pour la résistance caractéristique et le
diamètre maximal des granulats.

1.6 - Béton à hautes performances

Les prescriptions du Fascicule 65 seront appliquées. Les sujétions imposées par le bulletin du laboratoire des
Ponts et Chaussées numéro spécial XIX de mai 1996 intitulé "extension du domaine d'application des
règlements de calcul BAEL / BPEL jusqu'aux bétons B80 " seront également à prendre en compte.

1.7 - Béton projeté

Les bétons projetés seront utilisés si nécessaire pour les soutènements (provisoires ou définitifs) des talus de
déblais. Les bétons projetés feront l'objet d'une étude de composition présentée par l'Entrepreneur à
l'agrément du laboratoire de contrôle externe en même temps que celle des bétons coffrés. La composition
du béton projeté sera adaptée au mode de projection choisi :

• projection par voie sèche,


• projection par voie mouillée à flux ou à flux dense.

Dans le cas de la voie sèche, l'humidité propre des granulats fins devra rester inférieure à 4 %.

Résistances

La valeur caractéristique requise de la résistance à la compression à 28 jours, sera fixée à :

fc28 = 22MPa

Des valeurs minimales de la résistance à la compression f c28 seront également exigées à plus jeune âge :

j = 2 jours->• fcj > 10 MPa


87
j = 7jours->fcj > 16 MPa
Dosage minimal en ciment

Le dosage minimal en ciment sera déterminé par la formule 700 / 5D , sans pouvoir être inférieur à 400
kg/m3

ARTICLE 2: CONSTITUANTS DES BETONS ET MORTIERS

2.1 - Ciments

2.1.1 - Type, provenance et marquage

Types de ciments

Les prescriptions de l'article 82.1 du fascicule 65 sont complétées comme suit :

• Les ciments seront agréés à l'issue positive des épreuves de convenance (article 5.2.3).
• Tous les ciments devront porter le marquage CE attestant leur conformité à la norme européenne
harmonisée EN 197-1 « Composition, spécifications et critères de conformité des ciments courants ».
Ils
Devront en outre bénéficier du droit d'usage de la "Marque NF - Liants hydrauliques", avec la ou les
mentions suivantes, exigées pour certaines parties des ouvrages :

PM = Ciment Prise Mer pour travaux à la mer {norme NF P15-317),


CP = Ciment pour béton Précontraint, à faible chaleur d'hydratation initiale et à teneur en sulfures
limitée (norme NF P15-318),
ES = Ciment pour travaux en Eaux à haute teneur en Sulfates (norme XP P15-319),

En cas d'utilisation de ciments non certifiés par l'AFNOR, mais couverts par une certification reconnue
équivalente l'Entrepreneur devra décrire en détail les modalités des contrôles qu'il s'engage à mettre en
œuvre pour garantir la conformité des ciments employés sur le chantier aux exigences non couvertes par la
norme européenne ou par la certification proposée : régularité de la composition, temps de début de prise,
résistance à court terme, teneur en sulfures, résistance à l'eau de mer ou aux sulfates...

• Les types et classes de résistance des ciments figurent dans les différents tableaux de l'article 1, que
les concurrents devront compléter en fonction des particularités de leur projet.

Renseignements à fournir au Maître d'Ouvrage

• Dans le cadre de l'étude de formulation des bétons, l'Entrepreneur devra fournir pour toutes les
catégories de ciment utilisées sur le chantier, les résultats statistiques mensuels et annuels des
essais effectués dans le cadre de l'auto-contrôle par les sociétés cimentières retenues.
Ces résultats statistiques (moyenne arithmétique, écart-type et coefficient de variation)
concerneront l'ensemble des spécifications mécaniques, physiques et chimiques indiquées dans les
tableaux 2 et 3 de la norme NF P15-301, ainsi que la chaleur d'hydratation, la surface spécifique
Blaine, la teneur en sulfures, et la teneur en C3A.
• En outre, pour se prémunir contre les phénomènes d'alcali-réaction favorisés par la présence
d'hydroxydes alcalins, les statistiques relatives aux taux équivalents de Na2O seront fournies
(moyenne, minimum, maximum, coefficient de variation).
• Par ailleurs, le fabricant sera tenu de faire connaître, pour les ciments CEM II, CEM III, CEM IV et
CEM V la nature et les proportions de chaque constituant, ainsi que les fourchettes de variation qu'il
s'engagera à respecter pendant ta durée du chantier.
Pour l'ensemble des ciments il devra également déclarer la nature et la proportion des constituants
secondaires lorsque leur proportion dépassera 3 % en masse. Dans le cas des ciments CPA-CEM I,
ces constituants secondaires devront être identifiés par un marquage particulier.

2.1.2 - Spécifications complémentaires

Parements

88
Pour chaque partie d'ouvrage, les ciments devront garantir l'obtention des résultats concernant l'aspect des
parements spécifiés dans le Fascicule E6 "Parements et coffrages" du présent C.C.T.P. Ils respecteront en
particulier les prescriptions des articles 63 du F65.

Limitation du retrait
Des valeurs limites maximales du retrait du ciment, mesuré conformément à la norme NF P15-433, ont été
spécifiées pour les bétons suivants :
800 um pour les bétons de structures en béton armé,
650 um pour les bétons des superstructures.

Prévention de l'Alcali-Réaction
Compte tenu du niveau C de prévention spécifié plus haut, qui implique l'utilisation de granulats garantis non
réactifs, la composition des ciments ne fait l'objet d'aucune exigence particulière.

2.1.3- Mode de livraison

Les conditions de livraison, d'emballage et de marquage seront conformes au C.C.T.G., complété par les
indications de la norme NF P15-301 et les stipulations ci-après :

Conditionnement
Tous les ciments seront livrés en vrac, à l'exception des ciments destinés aux injections qui seront livrés en
sacs de 50 kg.
Les opérations de transport seront conformes au C.C.T.G.
Température de livraison

Pour limiter les risques de "fausse prise", les ciments devront être livrés à une température inférieure à
soixante-dix degrés Celsius (70°C).

2,2 - Granulats pour bétons et mortiers

2.2.1 -Stipulations générales •

Les prescriptions de l'article 82.2 du fascicule 65 sont complétées par ce qui suit :

Origine et caractéristiques des granulats m

Les granulats mis en œuvre dans les bétons de structure et de superstructure seront conformes aux
spécifications de l'article 10 de la norme XP P 18-540.

Résistance mécanique
La valeur spécifiée supérieure Vss du coefficient Los Angeles des gravillons, mesuré suivant la norme NF
P18-573, sera réduite de 30 à 25 pour les bétons de résistance f c28 supérieure ou égale à 40 MPa.

Exigences particulières pour bétons apparents


Pour les bétons apparents, ou devant subir une mise en peinture à l'état brut de décoffrage, la présence de
sulfures métalliques sous forme de grains de dimension supérieure à 2 mm est interdite (article 82.2 du _
F65). De même, les granulats devront être exempts de particules inertes susceptibles d'influer sur la teinte
du béton {article 63.2.3, 2 du F65).

Granularité des bétons
Au terme de son étude de composition, l'Entrepreneur proposera à l'agrément du laboratoire de contrôle
externe, pour chaque béton, le fuseau de régularité dans lequel devront être contenues toutes les courbes
granulométriques issues des contrôles. Ce fuseau sera défini pour toute la durée des travaux.

La granularité des bétons, continue et régulièrement répartie, sera constituée de 3 classes granulaires au
minimum, distinctes mais contiguës (au minimum une classe pour le sable et deux pour les gravillons). La
limite supérieure D de la classe des plus gros gravillons sera égale à la valeur prescrite du Dmax, et la limite
inférieure d de la classe des plus petits gravillons ne pourra descendre au-dessous de 3 mm.

89
2.2.2 - Qualification vis-à-vis de l'Alcali-Réaction

Tous les granulats devront être qualifiés N.R. (pour Non Réactifs) conformément aux prescriptions du
fascicule de documentation P18-542 complétées par l'annexe C1 des "Recommandations pour la prévention
des désordres dus à l'Alcali-Réaction" publiées par le LCPC en 1994.

Les granulats qualifiés P.R.P. (pour Potentiellement Réactifs à effet de Pessimum) pourront être
éventuellement utilisés si le mélange obtenu des différentes classes granulaires satisfait aux conditions 1 et
2 du chapitre 9 des "Recommandations Alcali-Réaction". Cependant, dans le cas d'un mélange granulaire
contenant moins de 60 % de silex, la durée importante de la vérification de la condition 2 (8 mois au
minimum) pourra conduire à renoncer à l'utilisation de ces granulats pour des raisons de délai.

Les granulats non qualifiés ou qualifiés P.R. (potentiellement réactifs) ne seront pas admis dans le présent
marché.

Dans le cas de sables fillérisés, les fillers devront être qualifiés séparément des sables vis-à-vis de l'alcali-
réaction :
• soit lorsque la granulométrie du filler correspond à la coupure 0 - 0,315 mm, par l'essai cinétique,
• soit, dans le cas contraire, en appliquant les clauses relatives aux additions mentionnées au
paragraphe "Additions minérales" du présent fascicule.

2.3 - Additions minérales

2.3.1 - Définition et conditions générales d'emploi

La nature des additions, leurs quantités, leurs caractéristiques spécifiées, les conditions de leur introduction
dans le processus de fabrication des bétons et mortiers devront être soumises à l'agrément du laboratoire de
contrôle externe suivant la même procédure que pour les granulats.
Les additions ne devront nuire ni à la durabilité (porosité, chaleur d'hydratation, alcali-réaction, corrosion des
armatures), ni à la qualité d'aspect des parements. L'étude de formulation devra tenir compte de l'influence
des additions sur certains paramètres : besoin en eau, temps de prise, résistance au plus jeune âge ...

Toute modification dans la qualité ou la nature des additions conduira au renouvellement de la démarche
ayant permis de justifier la formule initiale, notamment vis-à-vis de la réaction alcali-granulat.

Seules des additions normalisées pourront être admises, sous réserve des restrictions ci-après.

Additions de correction de la granularité des sables


La granularité des fillers naturels de correction granulométrique devra respecter, les prescriptions de la
norme NF P18-501 et les spécifications de l'article 10.4.1 de la norme P18-540.

Additions de substitution partielle au ciment


La substitution partielle d'additions au ciment ne pourra être envisagée que si le ciment concerné est un
CPA-CEM I. Dans les bétons de structure, seuls pourront être admis les laitiers moulus (norme NF P 18-506)
et les fumées de silice (norme NF P 18-502).

Conformément à l'article 82.5 du fascicule 65, les additions proposées devront bénéficier du droit d'usage de
ta marque « NF-Additions ». La quantité d'addition de substitution ne devra pas excéder le maximum
suivant, fixé par les recommandations précédentes pour un béton 0/20 (Dmax = 20 mm) :

• Laitiers moulus : 50 kg/m3


• Fumées de silice : 30 kg/m30

Pour Dmax = 20 mm, les corrections définies par l'article 81.2.2 du fascicule 65 devront être appliquées.

Additions ajoutées au ciment


L'introduction d'additions au ciment ne pourra être envisagée que si le ciment concerné est un CPA-CEM I.
La quantité d'addition ne devra pas excéder le dosage maximum suivant, exprimé en pourcentage par
rapport au poids du ciment :

• Laitiers moulus : 30%


• Fumées de silice : 10%
90
2.3.2 - Prévention de l'Alcali-Réaction
Les additions minérales devront être prises en compte pour déterminer la qualification des mélanges
granulaires (granulats + additions) vis-à-vis de l'Alcali-Réaction. A défaut d'une étude expérimentale
approfondie, basée sur des essais de performance réalisés sur la formule incluant les additions en faisant
varier le taux des alcalins, les dispositions suivantes seront adoptées :

GRANULATS P.R.P. respectant


ADDITIONS MINERALES NORMES GRANULATS N.R.
les conditions 1 et 2 Chapitre 9
Recommandations
NF P 18- Admise si le mélange (granulats + fumée de silice) est classé
Fumée de silice
502 N.R. par un essai NF P18-589
Laitiers vitrifiés moulus NF P 18-
Admis
de haut-fourneau 506

2.4 - Eau de gâchage

L'eau de gâchage pour bétons et mortiers satisfera aux prescriptions de la norme XP P 18-303 et de l'article
82.3 du F65. La provenance de Peau de gâchage sera indiquée dans le P.A.Q.

Le laboratoire du contrôle externe pourra demander à l'Entrepreneur de fournir un certificat d'analyse. Une
analyse de l'eau sera alors effectuée dans le cadre des épreuves d'étude des bétons et des mortiers,
comportant la détermination du PH, les teneurs en acide carbonique, en substances dissoutes, en chlorures,
en sulfates et en matières organiques.

2.5 – Adjuvants

2.5.1 - Conditions d'emploi

• Seuls pourront être utilisés les adjuvants conformes à la norme NF EN 934-2, et bénéficiant du droit
d'usage de la marque "NF - Adjuvants pour bétons, mortiers et coulis"(ou faisant l'objet d'une
certification reconnue équivalente).
• La nature, la provenance, le dosage et les conditions d'emploi seront soumis à l'acceptation du
laboratoire du contrôle externe en tant qu'éléments de définition de la "formule nominale" des
bétons et mortiers. Cette acceptation, de principe au stade de l'épreuve d'étude, ne sera définitive
qu'à l'issue positive des épreuves de convenance.
• L'incorporation, en cimenterie, de tout adjuvant dans les liants est interdite.
• L'utilisation d'un adjuvant anti-délavage plastifiant sera imposée pour !es bétons de fondations
profondes coulés sous l'eau ou sous boue thixotropique.

2.5.2 - Dispositions vis-à-vis des bétons durcis

Le dosage en entraîneur d'air doit être fixé au cours des épreuves d'études et de convenance pour obtenir le
facteur d'espacement L barre spécifié.

2.5.3 - Dates limites d'utilisation

Toute livraison d'adjuvants sur le chantier donnera lieu à la présentation d'un certificat d'origine indiquant
les conditions de conservation et de stockage, ainsi que la date limite au-delà de laquelle ces produits
devront être mis au rebut. Si plusieurs livraisons successives ont été mélangées, c'est la date limite de la
plus ancienne qui déterminera la mise au rebut du mélange.

2.6 - Compatibilité des différents constituants

2.6.1- Compatibilité Granulats - Ciments vis-à-vis de l'Alcali-Réaction

Les documents fournis avec l'offre conformément aux indications de l'article 2.2.4 du présent fascicule,
devront prouver que les granulats et les additions éventuelles sont non réactifs. La constitution de stocks de
granulats réservés sera alors imposée dans les conditions définies à l'article 3.1.2 du présent fascicule.

91
ARTICLE 3: FABRICATION ET TRANSPORT DES BETONS

3.1 - Conditions de stockage des matériaux

Les conditions de stockage des différents constituants des bétons seront conformes aux stipulations de
l'article 9.1.2.1 de la norme P18-325 et du paragraphe A de l'annexe 1 du règlement NF 033 d'AFNOR
Certification relatif aux centrales de bétons prêts à l'emploi, complétées par les indications ci-après.

3.1.1 - Stockage des ciments

L'Entrepreneur devra suivre les recommandations du C.C.T.G, notamment quant au marquage des silos, et
au contrôle de leur vacuité avant remplissage. Les sacs seront stockés à l'abri, dans un local sec, et de façon
à les utiliser dans l'ordre de livraison.

Durée et volume minimum du stockage


Le mode, la capacité et le programme de stockage des ciments devront être soumis par l'Entrepreneur au
laboratoire de contrôle externe dans le cadre du P.A.Q. Le stockage pourra être fait en partie en cimenterie
ou chez le distributeur, et en partie sur le chantier.

Le délai séparant la fabrication du ciment de sa mise en œuvre sera au moins égal à deux semaines.

Les moyens de stockage disponibles sur le chantier devront assurer une délimitation précise des lots. Leur
capacité devra permettre d'effectuer, avant toute utilisation du ciment, l'essai d'identification rapide visé à
l'article ci-après.

Equipements des silos


Chaque silo devra être muni de deux thermomètres, placés l'un à la base du cône de vidange, pour
permettre de mesurer la température du ciment à l'utilisation, l'autre sur la manche verticale de remplissage
du silo, pour permettre de mesurer la température lors de l'approvisionnement.

3.1.2- Stockage des granulats


• En cas d'utilisation de bétons prêts à l'emploi, le fournisseur des bétons devra constituer des stocks
de granulats non réactifs, séparés suivant la qualification et l'origine, et réservés à la fabrication des
bétons utilisés dans le cadre du présent marché. Les dispositions correspondantes seront soumises
au laboratoire de contrôle externe dans le cadre du P.A.Q.
• Tous les stocks, au sol ou en trémies, devront faire l'objet d'une identification par pancartes.
• La capacité de stockage des différentes catégories de sables et de graviers devra être au moins
égale à ta plus forte consommation prévue en trois jours de bétonnage.
• L'Entrepreneur ne devra utiliser que des sables stockés depuis au moins trois jours à proximité de la
centrale. Cette règle sera étendue aux graviers, la durée minimum de stockage étant réduite
cependant à vingt quatre heures.

3.2 - Fabrication, transport et manutention des bétons


Les prescriptions de l'article 83 du F65 sont complétées comme suit :

3.2.1 - Equipement des centrales à bétons

Centrale principale
Le béton sera fabriqué par une centrale unique appelée "centrale principale", dont la capacité sera au moins
égale à 35 m3/heure. Les deux types de centrales autorisées sont :

• Centrale de chantier desservant exclusivement les ouvrages du présent marché :


• L'équipement de la centrale de chantier devra respecter les spécifications du paragraphe A de
l'annexe 1 du règlement NF 033 d'AFNOR Certification relatives à l'équipement des centrales de
Bétons Prêts à l'Emploi. Il devra en outre garantir le respect des tolérances sur le dosage des
constituants fixées par l'article 83.2 du F65A.
• Centrale de Bétons Prêts à l'Emploi (B.P.E.) ;

92
• Cette centrale devra être titulaire du droit d'usage. Elle devra être affectée exclusivement aux
chantiers des ouvrages du présent marché pendant la durée complète de chaque phase de
bétonnage.

Réception des centrales


En préalable aux épreuves de convenance des bétons, l'Entrepreneur fera procéder par l'organisme qu'il
aura chargé du contrôle externe de la fabrication des bétons, à une réception des centrales utilisées pour le
chantier (centrale principale) en présence d'un représentant du Maître d'Ouvrage. Un rapport d'audit sera
rédigé par cet organisme, qui devra démontrer que les centrales remplissent bien les conditions
d'équipement requises.

3.2.2 - Réglage des installations de fabrication des bétons

Les essais nécessaires au réglage de la centrale seront exécutés par l'Entrepreneur avec l'intervention du
laboratoire de contrôle externe. Un réglage préliminaire aura lieu en début de fabrication ; des réglages
ultérieurs seront réalisés à la diligence de l'Entrepreneur ou prescrits par le contrôle externe dans le cas où
les produits fabriqués s'écarteraient des spécifications.
L'Entrepreneur devra porter une attention particulière à la régularité du dosage en adjuvants. Le doseur en
adjuvant sera doté d'une double sécurité pour éviter des surdosages accidentels.

3.2.3 - Mélange et malaxage

Quel que soit le type de centrale, le mélange des constituants du béton sera effectué conformément aux
prescriptions de l'article 9.3 de la norme PR18-325 et de l'article 6.3 de la norme P18-305.

3.2.4 - Conditions de transport des bétons


• L'Entrepreneur proposera au Maître d'Ouvrage dans le cadre du P.A.Q. les itinéraires de transport,
assortis des délais maximaux entre la fabrication du béton et la fin de sa mise en place. Ces délais
dépendront des moyens de transport retenus et devront être modulables suivant la température
maximale extérieure.
• La détermination du temps maximal de transport sera vérifiée dans le cadre des épreuves de
convenance visées à l'article 5.1.4. Ce délai ne devra pas dépasser une heure et trente minutes,
pour une température extérieure de 20° C.
• L'Entrepreneur devra établir une liaison par téléphone ou radio entre les ateliers de fabrication du
béton et les chantiers de bétonnage. Les véhicules de transport du béton devront également être
équipés d'une liaison radio avec la centrale.

3.2.5 - Conditions de livraison des bétons


• Tout ajout d'eau est formellement interdit en cours de transport ou avant mise en œuvre. Chaque
bon de livraison sera complété par le lieu exact de mise en place dans l'ouvrage, en sus des
indications données ci-après :
• Pour les bétons normalisés, Les bons de livraison devront être conformes aux stipulations de
l'annexe 2 au règlement NF 033 d'AFNOR Certification relatif aux BPE.
• Pour les autres bétons, les bons de livraison, numérotés par catégories de bétons dans l'ordre
chronologique des charges livrées, devront mentionner toutes les indications requises pour les
bétons normalisés, complétés par les informations suivantes :
- le poids de chaque catégorie de constituants (dont l'eau de gâchage et l'eau totale efficace), tel
qu'il aura été effectivement mesuré en centrale pour la gâchée concernée,
- la durée du malaxage,
- la valeur de l'affaissement au cône mesurée au départ de la centrale (en lieu et place de la
consistance).

3.2.6 - Acheminement du béton livré jusqu'à l'œuvre


Dans le cadre de la mise au point du P.A.Q. les modalités d'acheminement du béton livré jusqu'à l'œuvre
(déversement par goulotte, benne ou bande transporteuse, pompage...) et les moyens de manutention
seront proposés à l'acceptation du laboratoire de contrôle externe, au plus tard lors des études de
composition du béton correspondant, comme indiqué à l'article 5.2.1 du présent fascicule.

93
Ces modalités devront être conformes aux prescriptions de l'article 1 du fascicule de documentation P18-504
("Mise en œuvre des bétons de structure") complétées ci-après.

Conditions d'utilisation d'une pompe à béton

• L'utilisation d'une pompe à béton pour le bétonnage de certaines parties d'ouvrage sera proposée à
l'acceptation du contrôle externe, en tenant compte des indications de l'Annexe B du fascicule de
documentation P18-504. Le type et les caractéristiques de la pompe seront précisés. •
• La pression correspondant à la plasticité optimale de chaque béton devra être affichée sur la pompe.
• La phase de transport à la pompe sera intégrée à l'épreuve de convenance définie à l'article 5.2.4 du
présent fascicule.

ARTICLE 4: MISE EN OEUVRE DES BETONS

4.1 - Mise en place et vibration du béton

Les prescriptions générales de l'article 84 du F65 et les prescriptions plus techniques des articles 2.1 et 2.2
du Fascicule de documentation P18-504 ("Mise en œuvre des bétons de structures") sont complétées par ce
qui suit :
• Dès que la hauteur de chute du béton dépassera 1,50 m, l'emploi d'un tube plongeur sera
obligatoire pour éviter la ségrégation du béton par les armatures. Les plans d'exécution devront
indiquer la position des cheminées de bétonnage permettant la mise en place du tube plongeur.
• Pour le bétonnage d'un hourdis ou d'un radier, le déversement direct avec une benne sera admis, à
condition que la hauteur de chute libre du béton ne dépasse pas un mètre.
• La mise en place des bétons à "composition prescrite" employés comme bétons de propreté sera
parachevée par damage.

Vibration du béton
Les prescriptions de l'article 84.2 du F65 et de l'article 3 du fascicule de documentation P 18-504 sont
complétées comme suit :
• Les bétons à "Résistance Spécifiée" seront vibres dans la masse, à l'exception des bétons de pieux
ou barrettes.
• Seuls seront autorisés les vibrateurs électriques à fréquence élevée, supérieure à douze mille Hertz.
L'Entrepreneur devra constamment disposer sur le chantier d'un assortiment de vibrateurs en état
de marche, de diamètre variant de vingt-cinq à cent millimètres.
• La vibration externe des coffrages métalliques sera soumise à l'agrément du contrôle externe.
Seront alors précisés dans le P.A.Q. l'emplacement, le nombre et les caractéristiques des vibreurs,
ainsi que la durée d'action et la zone d'influence de la vibration. Tous ces paramètres seront validés
au cours de l'épreuve de convenance prévue par l'article 84.2 du F65.ll conviendra d'éviter tout
procédé susceptible d'entraîner de fortes inégalités dans l'importance et la durée de la vibration.
• Les dalles et hourdis seront vibres superficiellement avant talochage.

4.2 - Reprises de bétonnage

Les prescriptions de l'article 84.3 du F65, y compris son commentaire, et celles de l'article 2.3 du fascicule de
documentation P 18-504 sont complétées comme suit :
• Si certaines parties d'ouvrages nécessitent des reprises, en raison de leur volume ou des dispositions
constructives, les dispositions adoptées devront apparaître sur les plans d'exécution soumis à
l'examen de l'architecte, et les justifications concernant le calcul de l'ouvrage, la répartition et le
façonnage des armatures dans la zone de reprise devront figurer dans les notes de calculs.
• Les grillages ou nappes de métal déployées utilisés éventuellement pour des arrêts de bétonnage
seront soigneusement enlevés dès que la prise du béton le permettra, avant repiquage de la surface
de reprise.
• Sur les parties visibles des appuis, les reprises de bétonnage devront se confondre rigoureusement
avec les joints du coffrage. Elles seront matérialisées au moyen de règles fixées provisoirement au
coffrage.

94
• Aucune reprise de bétonnage ne sera autorisée dans les chevêtres des culées et les semelles des
piles, ni dans la zone d'encastrement dans le mur garde-grève des consoles courtes support de dalle
de transition.

4.3 - Surfaces non coffrées

Les prescriptions de l'article 84.4 du F65 et celles de l'article 4 du fascicule de documentation P18-504 sont
complétées comme suit :
• L'extrados des hourdis et des dalles sera réglé à l'aide de cerces glissant sur les règles-guides
prenant appui sur des supports verticaux reposant eux-mêmes sur le fond de moule. En aucun cas,
ces règles guides ne seront fixées directement sur le ferraillage.
• Ces règles-guides seront positionnées à l'avance avec une précision de cinq millimètres ; leurs côtes
seront vérifiées périodiquement pendant le bétonnage. La finition superficielle sera assurée par un
talochage fin.
• Le programme de bétonnage indiquera la durée pendant laquelle il sera interdit de marcher sur les
surfaces non coffrées après la mise en œuvre du béton.
• L'Entrepreneur prendra toutes les dispositions propres à prévenir les souillures d'huiles et
d'hydrocarbures provenant des machines circulant sur ou surplombant les surfaces en béton. Ces
machines devront avoir leurs carters protégés par des boites contenant de la sciure de bois.
• L'état de surface des parties devant recevoir un revêtement sera apprécié au moyen de plaquettes
étalons conformément aux dispositions du fascicule 67 du C.C.T.G. Si l'état de surface réalisé ne
correspond pas à la plaquette étalon exigée, ou si l'essai de profondeur de sable donne une valeur
supérieure au seuil fixé, l'Entrepreneur devra rectifier la surface par un procédé soumis à
l'acceptation préalable du contrôle externe.

4.4 - Traitements thermiques

Le traitement thermique des bétons incorporés dans les ouvrages définitifs devra respecter les prescriptions
du fascicule 65.

4.5 - Bétonnage par temps froid

Les prescriptions de l'article 84.7.1 du fascicule 65 sont appliquées.


Matériel de mesure de température :
Pendant les opérations de bétonnage, l'Entrepreneur effectuera la mesure et l'enregistrement en continu de
la température sur le chantier. L'emplacement de ce matériel sera soumis à l'agrément du contrôle externe
dans le cadre du programme de bétonnage.

4.6- Bétonnage par temps chaud (PM)

Les prescriptions de l'article 74.7.2 du fascicule 65A sont complétées par ce qui suit :
Pour les périodes où la température ambiante mesurée sur chantier sera supérieure à 35°C, l'Entrepreneur
décrira dans le programme de bétonnage les dispositions qu'il propose de prendre en complément de la cure
du béton. Il tiendra compte des prescriptions de l'article 10.1 du fascicule de documentation P18-504,
complétées par les indications ci-après :

• Si la température du béton frais (mesurée immédiatement avant la mise en œuvre dans les
coffrages) dépasse trente degrés Celsius (+30°C)T la fourniture sera refusée.
• A partir d'une température extérieure de plus trente-cinq degrés Centigrades (+35°C), les coffrages
et armatures devront être refroidis par arrosage, avant le début du bétonnage.
En cas d'utilisation d'un adjuvant retardateur de prise, des essais complémentaires devront être effectués •
dans le cadre des épreuves d'étude et de convenance pour vérifier que la résistance caractéristique à 28
jours reste supérieure à la résistance requise.

4.7 - Décoffrage, décintrement


L'Entrepreneur soumettra à l'agrément du contrôle externe, dans le cadre du programme de bétonnage, les
procédures détaillées des opérations de décoffrage et de décintrement. Ces procédures tiendront compte •

95
des prescriptions de l'article 84.5 du F65 et de celles qui figurent aux articles 6 et 7 du Fascicule de
documentation P18-504, ainsi qu'à l'article 10.8 de la norme P18-325, complétées comme suit :
• Des épreuves d'informations seront obligatoirement réalisées, si les contraintes appliquées au béton
lors du décintrement paraissent devoir dépasser :
- une contrainte en fibre comprimée supérieure à 0,4 fcj,
- une contrainte de traction en fibre tendue supérieure à la résistance à la traction f t: atteinte par le
béton; estimée en fonction de fcj par la formule de l'article A.2.1,12 du BAEL,
fcj désigne la résistance à la compression du béton d'âge j au moment du décoffrage.
La valeur de la résistance minimale fixée pour le décoffrage devra tenir compte des risques de
déformation différée due au fluage.

Décoffrage par temps froid

Le décoffrage (ainsi d'ailleurs que le démoulage puis le stockage des éléments préfabriqués) devra être \
conduit de façon à limiter l'écart de température entre le béton et l'atmosphère ambiante à :
- Trente degrés Celsius (30°C) au maximum pour des températures ambiantes positives, Quinze
degrés Celsius (15°C) au maximum pour des températures ambiantes négatives.
- Le béton ne devra pas être exposé à des températures négatives avant d'avoir atteint au moins 15
MPa de résistance en compression.

4.8 - Protection et cure du béton


L'Entrepreneur soumettra à l'agrément du contrôle externe, dans le cadre du programme de bétonnage, les
dispositions prévues pendant la maturation du béton pour la protection des ouvrages contre les risques de
fissuration résultant soit de la chaleur dégagée au sein de la masse du béton au moment de sa prise, soit
des effets de la température extérieure, par temps chaud ou par temps froid.

Il tiendra compte des prescriptions de l'article 5 du Fascicule de documentation P 18-504 et de l'article


10.6.4 de la norme P18-325.

Ces dispositions concerneront plus particulièrement les pièces massives, d'épaisseur supérieure à 50 cm, et
les pièces minces d'épaisseur inférieure à 20 cm.
Une cure soignée, après finition pour les surfaces non coffrées, et après décoffrage pour les autres, sera
-réalisée sur le béton avec la durée nécessaire. Les procédures d'exécution de cette cure, décrites dans le
programme de bétonnage (article 5.3 du présent fascicule), tiendront compte des prescriptions de l'article
84.6 du F65 et des articles 8 et 9 du Fascicule de documentation P18-504, complétées par celles de l'article
10.6 de la norme P18-325.

Pour appliquer ces règles l'Entrepreneur fournira le matériel permettant de mesurer et d'enregistrer en
continu l'hygrométrie sur le chantier. L'ouvrage étant susceptible d'être exposé à des vents dont la vitesse
en régime soutenu est importante, un anémomètre devra être installé pour mesurer l'intensité du vent sur le
site, conformément au commentaire de l'article 84.6.2 du F65.

L'application d'un produit de protection temporaire imperméable pourra être autorisée en remplacement de
la cure par humidification sous réserve de résultats probants d'une épreuve de convenance relative à
l'élimination du film, réalisée sur les éléments de béton témoins décrits en 5.2.4. Les produits de cure
devront être titulaires de la marque NF.

ARTICLE 5: ASSURANCE DE LA QUALITE

5.1 - Organisation générale du contrôle de la qualité

5.1.1 - Plan d'Assurance de la Qualité

La partie du P.A.Q. consacrée à la fabrication et à la mise en œuvre des bétons et mortiers devra contenir
les informations requises par l'article 85.1 du F65 et par les paragraphes 5.2 et 5.3 ci-après du présent
fascicule. Le P.A.Q. comportera les trois chapitres suivants :
• Dossier d'étude des bétons,
• Programme de bétonnage,

96
• Opérations de contrôle intérieur (interne ou externe).

5.1.2- Contrôle interne

Le contrôle interne portera notamment sur :


• L'acceptation des constituants du béton,
• Le contrôle des conditions de stockage des constituants et de fabrication du béton : respect des
dosages, durée du malaxage, homogénéité du mélange...
• Le contrôle du temps de transport et d'attente des bétons,
• L'acceptation du béton frais avant sa mise en œuvre,
• Le contrôle des conditions de mise en œuvre des bétons,
• Les épreuves d'information...
Il donnera lieu à l'établissement de documents de suivi qui seront tenus à la disposition du contrôle externe;
ils leur seront immédiatement transmis en cas de non-conformité. Ces documents seront joints au dossier de
récolement remis au Maître d'Ouvrage à la fin des travaux.

5.1.3- Contrôle externe

Dans le cadre de l'assurance de la qualité des travaux qui lui sont confiés, l'Entrepreneur devra mettre en
place un contrôle externe, couvrant deux types de missions :
• La mise en œuvre du Plan d'assurance de la Qualité de la Réalisation, d'une part,
• La réalisation des épreuves et des contrôles de conformité des bétons et de leurs constituants,
d'autre part.

Mise en œuvre de l'assurance de la qualité

La mise en œuvre du Plan d'assurance de la Qualité de la Réalisation sera confiée à un ingénieur ayant
acquis sur des chantiers de génie civil de complexité comparable l'expérience de cette fonction.
Hiérarchiquement indépendant de l'encadrement du chantier, il devra être habilité à prescrire toutes les
actions correctives éventuellement nécessaires, y compris la mise au rebut des matériaux non conformes, la
démolition des parties d'ouvrages défectueuses, ou la suspension de l'activité d'un atelier dont les méthodes,
le matériel ou les matériaux ne permettent pas d'obtenir la qualité requise.
Sa mission ne se limite pas à la réalisation des parties en béton des ouvrages ; elle couvre l'ensemble de la
mission de réalisation. Il sera notamment chargé de :
• coordonner les actions menées par les différents co-traitants, sous-traitants et fournisseurs pour
assurer la qualité de leur production, vérifier la cohérence, la pertinence et l'efficacité de leurs
PAO, prescrire les mises à jour et les corrections nécessaires,
• contrôler l'application des procédures prévues, et notamment le fonctionnement du contrôle
interne :
• réception des matériaux, composants et fournitures, contrôle de la mise en œuvre, réception
des parties d'ouvrages réalisées,
• encadrer les interventions des sous-traitants chargés de l'exécution des contrôles
spécifiques (topographie, pieux, bétons, injections, soudures, étanchéité...}, exploiter leurs
résultats,
• rassembler les documents d'archives attestant que la qualité requise a été effectivement
obtenue.

A ce titre, cet ingénieur sera responsable du suivi du contrôle interne effectué par le fournisseur des bétons
prêts à l'emploi. Il devra dans ce cas remettre chaque mois au Maître d'Ouvrage une attestation certifiant
que les contrôles relatifs à la conformité des constituants et à la fabrication des bétons ont été effectués, et
que la qualité requise par les pièces techniques du marché a bien été obtenue.

Epreuves et contrôles de conformité des bétons et de leurs constituants


En dérogation aux dispositions de l'article 86 du fascicule 65, c'est l'Entrepreneur qui aura la charge
d'organiser, de réaliser et d'interpréter les épreuves de convenance et les épreuves de contrôle des bétons
et mortiers, telles qu'elles sont définies par ledit article et par le présent fascicule.

97
Ces tâches s'ajoutent à l'étude de formulation des bétons et aux travaux de laboratoire inclus dans le
contrôle interne : contrôles de conformité des constituants du béton, épreuves d'information...
Elles seront exécutées par un laboratoire spécialisé, rémunéré par l'Entrepreneur. Ce dernier devra
également supporter les frais liés au prélèvement, au marquage, à la conservation, au transport et à la
préparation des échantillons ; il devra aussi mettre à la disposition du laboratoire le matériel et le personnel
nécessaire à l'exécution des contrôles. Le laboratoire retenu par l'Entrepreneur devra être agréé par le
Maître d'Ouvrage.

Après chaque contrôle le laboratoire établira un procès-verbal indiquant son objet, ses résultats et ses
conclusions. La valeur spécifiée des grandeurs mesurées, la tolérance admissible et la méthode
d'interprétation des résultats devront être rappelées. Ces procès-verbaux seront transmis au Maître
d'Ouvrage dans les cinq jours suivant l'exécution des contrôles.

5.1.4- Contrôle extérieur

Le Maître d'Ouvrage se réserve le droit de faire procéder à des contrôles complémentaires de la conformité
des bétons et de leurs constituants, dans le cadre du contrôle extérieur des travaux.
Une mission de contrôle de la fabrication et de la mise en place du béton pourra être confiée par le maître
d'ouvrage à un laboratoire spécialisé, incluant le suivi du contrôle intérieur de l'Entrepreneur et l'exécution
des essais nécessaires aux contrôles complémentaires ci-dessus.
L'Entrepreneur donnera toutes facilités au laboratoire chargé du contrôle extérieur pour procéder à ces
essais.
La confection et le transport jusqu'au laboratoire chargé du contrôle extérieur des échantillons soumis à ces j
essais seront effectués par l'Entrepreneur. Les frais correspondants sont réputés inclus dans les prix i.
forfaitaires remis par l'Entrepreneur dans les limites indiquées aux paragraphes suivants.

5.2 - Dossier d'étude des bétons et mortiers


L'Entrepreneur établira ce dossier conformément aux stipulations de l'article 85.1 du F65 du C.C.T.G.,
complétées par les indications qui suivent II devra procéder à sa charge à l'ensemble des épreuves d'études
mentionnées ci-après, en temps utile pour respecter ses obligations contractuelles relatives aux délais
d'exécution, quels que soient les résultats des dites épreuves.

Aucun béton ou mortier ne devra être coulé tant que les épreuves d'études n'auront pas conduit à des
résultats entièrement conformes aux spécifications du présent C.C.T.P.

5.2.1 - Dispositions et formulations envisagées

Au début de la période de préparation des travaux, L'Entrepreneur remettra au contrôle externe, à l'appui
des formulations proposées, un mémoire confirmant et complétant les informations données dans son offre
sur chacun des points mentionnés à l'article 85.1 du F65 : Formule nominale des bétons, origine et
caractéristiques des constituants, moyens de fabrication des bétons, moyens de transport des bétons,
moyens de manutention et de mise en œuvre, délai maximal d'utilisation, organisation du contrôle
intérieur...

5.2.2 - Epreuves préalables sur les granulats

Vérification des caractéristiques spécifiées


Le certificat de conformité des granulats, qui donne leur qualification vis-à-vis de l'alcali-réaction, devra être
annexé au dossier d'étude des bétons.

Prévention contre l'Alcali-Réaction


Si les granulats sont potentiellement réactifs à effet de pessimum (P.R.P.), le dossier d'étude des bétons doit
comporter tous les résultats des essais permettant de justifier que les conditions 1 et 2 du chapitre 9 des
"Recommandations pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction" du LCPC de juin 1994 sont
vérifiées. Ces essais devront avoir été réalisés par un laboratoire agréé par le Maître d'Ouvrage ou ayant
participé aux travaux de l'A.F.R.E.M. sur l'Alcali-Réaction.

98
Toutefois l'agrément définitif des granulats restera subordonné au résultat positif des épreuves de
convenance définies aux articles suivants. Le Maître d'Ouvrage se réserve le droit, dans le cadre de son
contrôle extérieur, d'effectuer dès cette phase d'étude :
• une inspection des installations du producteur des granulats et du fournisseur des bétons ainsi
que des modalités et moyens de transport des granulats,
• des prélèvements de granulats en vue d'un contrôle de leur non réactivité.

5.2.3 - Justification de la composition des bétons ou mortiers

Les prescriptions de l'article 85.2 du fascicule 65 sont complétées par ce qui suit :
• Lors de l'épreuve d'étude, les ciments utilisés seront soumis non seulement à un essai de
résistance à la compression, mais aussi à la série complète des essais énumérés à l'article 5.4.1.
• Dans le cas de la préfabrication, des essais à plus jeune âge seront également prévus.

Etude de la sensibilité du béton aux variations des proportions de ses constituants


Pour les bétons des fondations, des appuis, des tabliers et des superstructures, une étude particulière
mesurera la sensibilité de la formule proposée aux variations de dosage des constituants du béton, à l'aide
de formules dérivées de la formule nominale suivant les prescriptions du F65.

5.2.4 - Epreuves de convenance


En dérogation à l'article 86 du fascicule 65, les épreuves de convenance seront organisées et réalisées par
l'Entrepreneur et à sa charge. Elles ne donneront pas lieu à une rémunération spécifique. Le programme de
ces épreuves sera décrit dans le Dossier d'étude des bétons. Elles seront réalisées en présence des agents
de l'organisme chargé du contrôle externe et du laboratoire chargé du contrôle extérieur des opérations de
béton nage.
Au terme de chaque épreuve de convenance, l'Entrepreneur établira un procès-verbal transmis au contrôle
externe et au laboratoire chargé du contrôle extérieur. Il présentera le déroulement de l'épreuve, les
résultats des essais effectués, et l'interprétation proposée par l'Entrepreneur. La transmission de ce procès-
verbal constituera un point d'arrêt, levé par le Maître d'Ouvrage après consultation du laboratoire chargé du
contrôle extérieur.

Bétons et mortiers concernés


Ces épreuves concerneront tous les bétons à "Résistance mécanique spécifiée" (Art.1.5 du présent
Fascicule), ainsi que les mortiers et les micro-bétons indiqués à l'article 1.3, essentiellement pour des
problèmes de mise en œuvre.

Objectifs
Le but de ces épreuves de convenance est de vérifier dans les conditions du chantier que les dispositions
prévues au P.A.Q. pourront être appliquées pratiquement, et qu'elles permettront d'obtenir la qualité requise
et les caractéristiques spécifiées, en respectant les stipulations du marché relatives à la fabrication, au
transport et à la mise en œuvre des bétons.
Si les contrôles de conformité effectués au cours de l'exécution des ouvrages ne satisfont pas aux exigences
contractuelles, il appartiendra à l'Entrepreneur de procéder aux adaptations nécessaires (formule des
bétons, installations, méthodes de mise en œuvre), et d'effectuer une nouvelle épreuve de convenance,
éventuellement simplifiée.

Réalisation des épreuves de convenance


Elles seront conduites et interprétées conformément aux prescriptions de à l’article 86.1 du F65 (et à ses
commentaires), modifiées et complétées comme suit :
• Les éprouvettes testées seront au nombre de six au lieu de trois pour permettre la mesure de la
résistance à la compression à 7 jours, comme lors des épreuves d'étude.
• Des essais supplémentaires à plus jeune âge seront également réalisés, pour valider les
dispositions du P.A.Q. concernant certaines phases des travaux, comme le décoffrage ou la mise
en tension.

Interprétation des épreuves de convenance

99
Conformément à l'article 86.1 du F65, les mesures de la résistance caractéristique à la compression à 28
jours effectuées dans le cadre des épreuves de convenance seront interprétées suivant les règles de l'article
85.2BduF65.

Pour les essais de résistance au jeune âge, les règles d'interprétation des épreuves d'information seront
appliquées, conformément à l'article 6.5.2 du présent Fascicule.

Justification complémentaire vis-à-vis des risques d'Alcali-Réaction.


Les épreuves de convenance porteront sur le respect de l'ensemble des dispositions prévues au P.A.Q.
relevant de la prévention des désordres dus à l'Alcali-Réaction.

Eléments de béton témoin


Les bétons témoins seront réalisés au moins un mois avant toute mise en fabrication du béton qui sera mis
en œuvre dans les ouvrages. Les chantiers de bétonnage réels ne pourront démarrer qu'après la réalisation
de ces bétons témoins, et après obtention de résultats satisfaisants, notamment vis-à-vis de l'homogénéité
des teintes et de l'aspect des parements.

Plot d'essai des tabliers


L'Entrepreneur exécutera, au moins un mois avant le début de l'exécution des parties en béton du tablier un
plot d'essai, afin de vérifier que toutes les dispositions techniques nécessaires ont été prises pour assurer
une bonne exécution. Cet élément devra être représentatif des difficultés de bétonnage.
L'Entrepreneur établira une note technique détaillée décrivant les modalités d'exécution de cet élément
témoin et proposant un programme d'essai. Ce programme inclura au minimum l'étalonnage du système de
mesure de la résistance du béton au jeune âge (maturométrie, auscultation dynamique...). 5 jeux de 3
éprouvettes seront prélevés par carottage et écrasés à 12 h, 24 h, 36 h, 7 jours et 28 jours. Des
enregistrements de la température pourront être effectués en vue de mesurer les différences de
températures entre les diverses parties de la structure, et leur évolution dans le temps.

5.3- Programme de bétonnage

Dans le cadre de son P.A.Q. L'Entrepreneur établira un programme de bétonnage pour toutes les phases de
bétonnage des parties structurelles : fondations, appuis, tabliers. Un programme de mise en œuvre des
mortiers et des micro-bétons sera établi selon les mêmes principes.

Les programmes de bétonnage décriront en détail tous les sujets énumérés par l'article 85.3 du F65, ainsi
que de tous les points relatifs à la mise en œuvre des bétons mentionnés aux articles 3.3 et 4 du présent
fascicule. Ils indiqueront notamment :
• les étapes du transport du béton et leur durée, depuis la centrale jusqu'aux coffrages,
• Les programmes de bétonnage seront soumis au contrôle externe et ensuite à l'Assistant au
Maître d'Ouvrage un mois au plus tard avant tout commencement d'exécution, avec les
documents suivants :
- un plan de bétonnage sur lequel devront figurer :
les moyens d'acheminement du béton (goulottes, bennes, pompes, ...), et leurs caractéristiques,
le type, le nombre, la position et le rayon d'action des moyens de manutention, l'ordre et le sens
du bétonnage,
- une note explicative exposant : les quantités à mettre en œuvre,
les moyens en personnel, la cadence de mise en œuvre et les horaires prévus,
les moyens matériels et les dispositions de secours.
Un avis « sans observation » sur ces programmes par le contrôle externe permettra à l'Entrepreneur
d'exécuter les travaux correspondants.

5.4 - Contrôles de conformité des ciments

L'Entrepreneur devra s'assurer que le ciment fourni est bien conforme aux spécifications fixées. Pour que
puisse jouer en sa faveur la garantie du producteur de ciment, la vérification de la qualité des livraisons
devra être effectuée conformément à la norme NF P 15-300, par un laboratoire agréé par le producteur. Ce
laboratoire, chargé par l'Entrepreneur d'une mission de contrôle externe, devra être proposé à l'agrément du
Maître d'Ouvrage.
Sous réserve que les conditions de régularité posées à l'article 5.4.2 soient satisfaites, le contrôle des
caractéristiques garanties pourra être effectué a posteriori, sur des prélèvements conservatoires. Toutefois,

100
l'utilisation de chaque lot livré sur le chantier restera subordonnée au résultat positif de l'essai d'identification
rapide décrit au paragraphe suivant.

5.4.1 - Opérations effectuées par l'Entrepreneur lors de chaque livraison

Essai d'identification rapide

Lors de chaque livraison, la conformité du produit livré avec le bordereau de livraison et la lettre de
commande sera vérifiée par un essai d'identification rapide effectué conformément à !a norme NF P15-466
sur chaque conteneur de ciment de nature et de classe donnée. L'échantillon nécessaire sera prélevé par
l'Entrepreneur au début ou à la fin de la vidange du conteneur, et transporté par ses soins au laboratoire
chargé du contrôle externe.
L'Entrepreneur adressera au contrôle externe une copie des documents d'accompagnement de la livraison,
une copie de la commande correspondante et un procès-verbal de réception attestant du résultat positif de
l'essai d'identification rapide. Ces documents seront joints au dossier de récolement remis au maître
d'ouvrage après l'achèvement des travaux.

Dans tous les cas, l'utilisation du lot de ciment considéré sera subordonnée au résultat positif de
d'identification rapide.

Prélèvements conservatoires
L'Entrepreneur devra également procéder sur chaque livraison, c'est-à-dire sur chaque conteneur de ciment
de nature et de classe donnée, à un prélèvement conservatoire, pratiqué à mi-vidange du conteneur selon
les modalités prévues par la norme NF P15-300. Le poids des échantillons extraits par prélèvement, sera au
moins égal à :
• 25 kg pour chaque ciment utilisé pour les épreuves d'étude et de convenance des bétons,
• 5 kg pour les ciments utilisés au cours du chantier.

Les échantillons seront immédiatement placés dans des récipients propres, étanches, inviolables, et revêtus
de deux étiquettes mentionnant la nature du ciment, la date de livraison, le lieu du prélèvement et la
température du ciment livré. Ils seront conservés à l'abri par l'Entrepreneur jusqu'à leur transfert au
laboratoire chargé du contrôle externe.

Le délai minimum de conservation des échantillons conservatoires, fixé à six mois par la norme NFP 15-300,
sera prolongé jusqu'à l'expiration du délai de garantie fixé à l'article 43 du CCAP.

Suivant les prescriptions de la norme NF P 15-300, le laboratoire devra également conserver pendant six
mois au moins le reliquat de chaque échantillon soumis aux essais de contrôle, pour pouvoir procéder le cas
échéant à la double contre-épreuve prévue par la norme.

5.4.2 - Contrôle a posteriori des caractéristiques garanties

Sous réserve que les deux conditions posées au paragraphe suivant soient satisfaites, les lots de ciment qui
auront donné lieu à un résultat positif de l'essai d'identification rapide pourront être utilisés avant que les
résultats des essais de contrôle n'aient fourni l'assurance de leur conformité aux spécifications du CCTP.

Si l'une des deux conditions fixées ci-dessous n'est pas respectée, le ciment approvisionné par la suite sur le
chantier ne pourra plus être utilisé sans qu'il ait, avant toute utilisation, subi avec succès l'ensemble des
essais prévus au paragraphe ci-dessous.

Tout résultat négatif de l'un des essais de contrôle entraînera l'interruption immédiate de l'utilisation du lot
de ciment examiné et sa mise au rebut.

Conditions de fonctionnement du contrôle a posteriori

Condition n° 1 : Stabilité des résultats statistiques d'auto-contrôle des sociétés cimentières. Pendant toute la
durée du chantier, l'Entrepreneur devra s'assurer de la stabilité des résultats statistiques mensuels obtenus
dans le cadre de son auto-contrôle par le fournisseur du ciment considéré. Les résultats examinés

101
concerneront les mêmes essais que ceux qui sont demandés par l'article 2 du présent fascicule, à l'appui de
la proposition d'agrément du ciment. Ils devront parvenir aux organismes chargés du contrôle externe un
mois au plus tard après l'obtention des résultats à 28 jours relatifs au dernier échantillon traité pendant le
mois concerné.

Ces résultats statistiques mensuels devront être compris dans une fourchette correspondant à l'étendue
(valeurs extrêmes) des résultats statistiques mensuels de l'année précédant la date de signature du marché.

Condition n° 2 : Cohérence de ces résultats avec ceux des essais du contrôle extérieur. : Les résultats des
contrôles définis ci-dessous, effectués sur les prélèvements conservatoires par le laboratoire chargé du
contrôle externe, seront comparés aux résultats statistiques mensuels fournis par les sociétés cimentières.
Ils devront s'inscrire dans une fourchette définie comme suit, en prenant en compte la moyenne
arithmétique et l'écart type annuels des résultats fournis par les sociétés cimentières, portant sur les douze
mois précédant la date de signature du marché :

Fourchette = moyenne arithmétique +/-1,96 écart-type |

L'Entrepreneur remettra chaque mois au Maître d'Ouvrage les résultats statistiques transmis par les sociétés
cimentières et les procès-verbaux des essais effectués par le laboratoire chargé du contrôle externe,
accompagnés d'une attestation certifiant qu'il a vérifié que les deux conditions ci-dessus sont satisfaites.

Choix des échantillons soumis aux essais V

Les essais normalisés seront effectués sur les échantillons extraits des prélèvements suivants :
• pour chaque ciment de nature et de classe donnée, sur le premier prélèvement conservatoire
effectué, de façon à comparer les résultats de la cimenterie à ceux du laboratoire chargé des
essais,
• sur tout prélèvement issu d'un lot ayant servi à la fabrication d'un béton présentant soit une
chute de
• résistance mécanique, soit d'autres caractéristiques jugées anormales, sur des prélèvements
tirés au hasard :
- par fraction de 500 m3 de béton mis en œuvre dans les tabliers, avec un minimum d'un
prélèvement par tablier,
- par fraction de 300 m3 de béton mis en œuvre dans les appuis, avec un minimum d'un
prélèvement •* par appui,
- par fraction de 100 m3 de béton mis en œuvre pour les autres parties de l'ouvrage, avec un
minimum d'un prélèvement pour chaque catégorie de ciment utilisée.

Enfin, si un lot de ciment présente des caractéristiques non conformes à la norme NF P15-301, le lot
éventuel de remplacement, ainsi que les trois lots suivants, feront l'objet des mêmes essais.

Consistance des essais de contrôle

Les essais effectués sur chaque échantillon seront les suivants :


• Pour toutes les catégories de ciments :
- une mesure de la surface spécifique par le perméabilimètre de Blaine,
- deux séries de trois éprouvettes 4 x 4 x 16 cm pour la détermination des résistances à 2 jours et
à 28 jours (la valeur retenue sera la moyenne arithmétique des essais).
• Pour les ciments incorporés dans les bétons soumis aux sels de déverglacage (G+S) :
- la détermination de la teneur en anhydride sulfurique (SOS),
- la détermination de la teneur en équivalent (Na2O),
- pour les ciments destinés aux bétons de superstructures, un essai de retrait.
• Pour les ciments pour lesquels ces caractéristiques sont spécifiées par le CCTP
- une mesure de la chaleur d'hydratation à 12 heures (béton précontraint),
- la détermination de la teneur en aluminate tricalcique (ciments PM et PMES),
- un essai de retrait (bétons des tabliers et des superstructures).

La liste de ces essais pourra être complétée en cours de chantier, soit par des mesures des autres
caractéristiques garanties par les normes, soit par des essais que le contrôle externe ou le laboratoire du
Maître d'Ouvrage jugerait mieux adaptés aux objectifs poursuivis.

102
Conséquences d'un résultat négatif des essais de contrôle
Conséquence sur l'utilisation du lot de ciment examiné :

• Tout résultat négatif de l'un des essais de contrôle prévus ci-avant entraînera l'interruption
immédiate de l'utilisation du lot de ciment examiné.
• L'Entrepreneur pourra procéder à la double contre-épreuve prévue par la norme NF P 15-300. Si le
résultat de l'une des deux contre-épreuves est négatif, le lot de ciment devra être rebuté.
• Quel que soit le résultat des contre-épreuves, les dépenses correspondantes (essais, stockage du
ciment, retard éventuel du chantier) seront à la charge de l'Entrepreneur.

Conséquence sur les travaux :


• A l'initiative du Maître d'Ouvrage, une investigation sera effectuée sur le béton en cause afin de
définir précisément sa qualité, et l'évolution de celle-ci dans le temps. L'Entrepreneur pourra, à ses
frais, confier la même mission au laboratoire qu'il a chargé du contrôle externe.
• Suivant les conclusions de ces enquêtes, le Maître d'Ouvrage pourra prendre une ou plusieurs des
décisions suivantes :
- refus d'utilisation de la cimenterie ayant produit le ciment hors tolérances,
- application des pénalités prévues par le C.C.A.P.,
- destruction, remplacement ou renforcement du béton défectueux.

5.5 - Contrôles de conformité des granulats et des additions éventuelles

Les contrôles de conformité des granulats et des additions éventuelles seront réalisés conformément aux
indications de l'article 6 de la norme XP P 18-540.

5.5.1 - Contrôle interne


Caractéristiques spécifiées
Le Plan d'Assurance de la Qualité établi par l'Entrepreneur précisera les conditions d'exécution des contrôles
de conformité des granulats et des additions éventuelles effectués lors de leur livraison. L'Entrepreneur
adressera au Maître d'Ouvrage une copie des documents d'accompagnement de chaque livraison, une copie
de la commande correspondante et un procès-verbal de réception attestant que les granulats reçus sont
conformes aux spécifications du marché. Ces documents seront joints au dossier de récolement remis au
maître d'ouvrage après l'achèvement des travaux.

Le contrôle interne des granulats devra inclure au minimum un examen visuel quotidien de la propreté des
stocks, ainsi que quatre analyses mensuelles régulièrement réparties des caractéristiques suivantes :

• sur les sables : ES , granulométrie, finesse


• sur les gravillons : granulométrie, propreté,
• sur les granulats : teneurs en sulfates, sulfures et chlorures
• sur les additions : caractéristiques normalisées spécifiées dans les normes.

5.5.2 - Contrôle intérieur externe

Contrôles de réception
Pour chaque centrale (principale et secours), les essais suivants seront effectués de façon systématique par
le laboratoire chargé du contrôle externe par l'Entrepreneur :

• une granulométrie par mois, pour les sables et pour les graviers,
• une mesure de propreté pour les sables et pour les graviers,
• une mesure du coefficient Los Angeles pour chaque catégorie de graviers.
Contrôles par sondage
Le laboratoire chargé du contrôle externe devra également effectuer des contrôles par sondage portant sur
un ou plusieurs des essais prévus par les Normes NF P18-301 et P18-101, et notamment :

• détermination et mise en évidence des matières organiques par essai colorimétrique.


• détermination du coefficient d'aplatissement moyen pour gravillons et cailloux,
• porosité pour les gravillons et cailloux.

103
Interprétation des résultats
En cas de résultat négatif de l'un des essais ci-dessus, on procédera à deux contre-essais. Si le résultat de
l'un de ces contre-essais n'est pas satisfaisant, les matériaux seront rebutés et devront être évacués hors de
chantier. Dans le cas contraire, ils seront acceptés.

5.5.3 - Contrôle extérieur

Des essais supplémentaires pourront être exécutés à la charge du Maître d'Ouvrage, dans le cadre du
contrôle extérieur.
Si des résultats d'essais sortent de la fourchette ou du fuseau de tolérance défini par la moyenne
arithmétique plus ou moins deux fois Pécart-type observé sur les essais effectués pendant les six mois
précédant la date de signature du marché, le Maître d'Ouvrage pourra augmenter la fréquence des essais
prévus au P.A.Q., étant entendu que les frais consécutifs seront à la charge du Maître d'Ouvrage si les
résultats sont satisfaisants, à celle de l'Entrepreneur dans le cas contraire.
Les frais occasionnés par le prélèvement et le transport des échantillons au laboratoire chargé du contrôle
extérieur seront dans tous les cas à la charge de l'Entrepreneur.

5.6 - Contrôles de conformité des bétons 5.6.1 - Epreuves de contrôle

En dérogation à l'article 86.2 du fascicule 65, les épreuves de contrôle des bétons mis en œuvre seront
organisées, réalisées et interprétées par l'Entrepreneur. Elles seront confiées par celui-ci au laboratoire
chargé du contrôle externe, comme indiqué à l'article 5.1 ci-avant.
Après chaque épreuve le laboratoire établira un procès-verbal indiquant son objet, ses résultats et ses
conclusions. La valeur spécifiée des grandeurs mesurées, la tolérance admissible et la méthode
d'interprétation des résultats devront être rappelées. Ces procès-verbaux seront transmis à l'Entrepreneur et
au Maître d'Ouvrage dans les cinq jours suivant l'exécution des contrôles. Les prescriptions de l'article 76.2
du F65A sont complétées par les indications suivantes :

Lotissement
Les lots de béton faisant l'objet d'une épreuve de contrôle sont définis dans le tableau ci-après, que les
concurrents devront compléter en fonction des particularités de leur projet. Les lots seront dédoublés si les
parties d'ouvrage qui le composent sont coulées avec un décalage tel que l'on n'ait plus l'assurance d'une
composition homogène des bétons correspondants.

Echantillonnage
Les prélèvements seront effectués conformément à l'article 76.2.1 du F65A, à raison de trois par lot. Des
prélèvements supplémentaires de 3 éprouvettes seront effectués avec le rythme suivant :
• tous les 10 prélèvements pour chaque partie d'ouvrage, afin de mesurer la résistance à la traction
du béton paressai defendage conformément à la norme NF P18-408.
• tous les mois, pour mesurer l'évolution de la résistance du béton jusqu'à 90 et
360 jours, alternativement.

Lieu de prélèvement
Le lieu où seront effectués les prélèvements (à la centrale s'il s'agit d'une centrale de chantier, sous la
goulotte de la bétonnière portée, ou sur l'ouvrage en fin d'acheminement) devra avoir été défini dans le
P.A.Q. et avoir été validé lors des épreuves de convenance.

Confection et conservation des "éprouvettes de contrôle"


Les éprouvettes destinées aux épreuves de contrôle seront confectionnées et conservées par l'Entrepreneur
conformément aux prescriptions des normes NF P18-400 et NF P18-404.

Critères de conformité
Les essais seront interprétés conformément à l'article 76.2.2 du F65A.

LOTS DE BETON FAISANT L'OBJET D'UNE EPREUVE DE CONTROLE

TABLIERS 1 lot par journée de bétonnage ou par dizaine de mètres linéaires de tablier

104
SUPERSTRUCTURES - 1 lot par journée de bétonnage

PILES - Fût : 1 lot par levée ou au minimum 1 lot par journée


- Chevêtre : 1 lot par chevètre ou au minimum 1 lot par journée

CULEES - 1 lot par sommier


- 1 lot par phase de bétonnage pour les autres parties de l'ouvrage

SOUTENEMENTS - 1 lot par journée de bétonnage

FONDATIONS - 1 lot par semelle

PIEUX OU BARRETTES - 1 lot par pieu ou par groupe de pieux bétonnés dans la même journée
- 1 lot par barrette ou par groupe de barrettes bétonnées dans la même journée

5.6.2 - Epreuves d'information

Objectifs

Un premier type d'épreuves d'information aura pour but de vérifier que dans les conditions réelles de
durcissement la résistance atteinte par le béton à l'âge j < 28 jours, correspondant à une phase de
construction précise, est supérieure à une valeur f cj prédéterminée. Cette valeur f cj aura été fixée par le
bureau d'étude d'exécution pour garantir une résistance du béton compatible avec les modalités d'exécution
prévues au P.A.Q. (notamment dans le Programme de Bétonnage).

Ces épreuves, à la charge de l'Entrepreneur concerneront, par exemple, les opérations suivantes :
• le décoffrage des chevêtres des piles,
• le décoffrage des encorbellements du tablier,
• une opération de mise en charge provisoire ou définitive...

Les éprouvettes qui n'auront pas été écrasées pour ce premier type d'épreuves seront utilisées pour des
essais complémentaires, destinés à s'assurer de manière anticipée, dès l'âge de 7 jours, que la résistance à
la compression requise à 28 jours sera bien obtenue. Le cas échéant, un troisième type d'épreuve
d'information pourra être réalisé en vue d'acquérir des renseignements sur d'autres caractéristiques du
béton que celles que le marché spécifie : module d'élasticité, résistance à la traction, résistance à long
terme, effets du fluage...

Echantillonnage
• Les épreuves du premier et du deuxième type seront réalisées à l'aide de 6 "éprouvettes
d'information", réalisées à partir de prélèvements dans des gâchées aussi représentatives que
possible du béton mis en œuvre dans la partie d'ouvrage concernée par l'épreuve d'information.
• 3 de ces éprouvettes serviront à la mesure de fcj à l'âge j du béton considéré.
• Si les essais sur ces 3 éprouvettes montrent que la résistance du béton est conforme, la levée du
point d'arrêt sur l'opération d'exécution sera prononcée par le contrôle externe, et les 3 éprouvettes
restantes serviront au contrôle anticipé de la résistance du béton à 28 jours, en vue de constater
suffisamment tôt une dérive éventuelle de la qualité du béton mis en œuvre pour le lot considéré.
• Si la résistance fcj n'est pas obtenue, les 3 éprouvettes restantes serviront à démontrer qu'elle est
finalement atteinte après un certain temps d'attente, à déterminer en fonction des conditions
thermohygrométriques et de l'écart entre la résistance mesurée et la résistance requise.

Confection et conservation des "éprouvettes d'information"


Les éprouvettes destinées aux épreuves d'information seront confectionnées et conservées conformément
aux prescriptions de la norme NF P18-405, ainsi qu'à celles des articles 1.5 et 6.3 du Fascicule de
Documentation P18-504.
105
Les conditions de conservation, conçues pour représenter au mieux les conditions dans lesquelles se déroule
le durcissement du béton dans l'ouvrage, seront donc différentes des conditions de conservation normalisées
des éprouvettes de contrôle.

Interprétation des épreuves d'information


Les épreuves d'information seront interprétées conformément au fascicule 65 du CCTG.

Mesures de résistances du béton "in situ"


Les méthodes basées sur la théorie de la maturation du béton pourront être proposées dans le P.A.Q. soit
pour fournir des informations complémentaires sur la résistance du béton au jeune âge, soit même pour
remplacer partiellement les éprouvettes d'information, sous réserve d'avoir établi un étalonnage fiable lors
des épreuves de convenance, et de vérifier périodiquement leur bon fonctionnement.

5.6.3 - Contrôle extérieur de la qualité des bétons

Le Maître d'Ouvrage se réserve le droit de procéder à des épreuves complémentaires des caractères
spécifiés ou normalisés des bétons, dans le cadre de son contrôle extérieur, ces épreuves étant à la charge
du Maître d'Ouvrage.
L'Entrepreneur donnera toutes facilités au laboratoire chargé du contrôle extérieur pour procéder à ces
essais.
La confection et le transport des éprouvettes correspondantes jusqu'au laboratoire chargé du contrôle
extérieur seront effectués par l'Entrepreneur. Les frais correspondants sont réputés inclus dans le prix
forfaitaire remis par l'Entrepreneur dans la limite de trois cents éprouvettes pour l'ensemble des ouvrages à
réaliser.

5.7 - Points critiques - Points d'arrêt

Parmi les points "sensibles" de la formulation, de la fabrication, du transport et de la mise en œuvre signalés
dans le présent fascicule, et parmi les opérations de contrôles mentionnées dans ce dernier chapitre, les plus
importants d'entre eux sont récapitulés ci-après en distinguant :
• les "points critiques" qui exigent une information préalable du Maître d'Ouvrage pour qu'il puisse, s'il
le juge utile, effectuer ses opérations de contrôle extérieur, sans que cette intervention soit
indispensable à la poursuite de l'opération,
• les points d'arrêt qui sont des points critiques pour lesquels un accord formel du Maître d'Ouvrage,
ou d'un organisme mandaté par lui, est nécessaire à la poursuite de l'exécution.

P.C P.A

- Epreuves d'étude. X
- Epreuves de convenance X
- Réception de la centrale de fabrication. X
- Stockage des matériaux. X
- Autorisation de bétonnage. X
- Contrôle de la mise en place du béton. X
- Protection et cure du béton. X
- Autorisation de décoffrage X
- Autorisation de mise en tension. X

106
Fascicule E5, Armatures de
Béton Armé

107
Sommaire

ARTICLE 1: CHOIX ET PROVENANCE DES ACIERS.....................................................139


1.1 - Prescriptions communes à tous les types d'armatures..............................................139
1.2 - Ronds lisses...........................................................................................................139
1.3 - Armatures à haute adhérence.................................................................................139
1.4- Treillis soudé..........................................................................................................139
1.5 - Dispositifs de raccordement ou d'ancrage................................................................139
ARTICLE 2: CONDITIONNEMENT ET STOCKAGE.........................................................140
2.1 - Conditionnement...................................................................................................140
2.2 - Transport, manutention et stockage........................................................................140
ARTICLE 3: MISE EN ŒUVRE..............................................................................................140
3.1 - Façonnage.............................................................................................................140
3.2 - Arrimage et calage.................................................................................................140
3.3 - Attentes, recouvrements et manchons de raccordement...........................................141
3.4 - Consignes de propreté...........................................................................................141
3.5 - Tolérances.............................................................................................................141
ARTICLE 4 :ASSURANCE DE LA QUALITE………………………………………………141
4.1 - Plan d'assurance de la qualité.................................................................................141
4.2 - Points critiques, points d'arrêt.................................................................................142

108
ARTICLE 1: CHOIX ET PROVENANCE DES ACIERS

1.1 - Prescriptions communes à tous les types d'armatures

La fourniture des armatures en acier pour béton armé sera soumise à l'agrément du contrôle externe dans le
cadre du Plan d'Assurance de la Qualité établi par l'entrepreneur. Elle devra satisfaire aux stipulations du
Fascicule 4, Titre 1er du C.C.T.G. Les armatures et les treillis soudés seront conformes aux normes en
vigueur.

Les caractères géométriques, mécaniques et technologiques seront conformes à ceux indiqués dans les
normes françaises visées au commentaire de l'Article 71.1 du Fascicule 65.
Seules seront utilisées des nuances garanties "aptes au soudage", cette aptitude étant définie par la Norme
NF A35-018. Toutes les armatures proviendront d'un même fournisseur et seront limitées à deux marques
différentes.

1.2 - Ronds lisses

Seuls les ronds lisses de nuance Fe E 235 seront approvisionnés sur l'ensemble du chantier. Ils seront
utilisés comme armatures de frettage, barres de montagne, chaises, épingles de manutention, et armatures
en attente de diamètre inférieur ou égal à quatorze (14) mm si elles sont exposées à un pliage suivi d'un
dépliage. La possibilité de leur emploi sera cependant soumise à l'agrément du contrôle externe.

1.3 - Armatures à haute adhérence

• Les armatures seront de nuance Fe E 500. La condition d'aptitude au soudage impliquera l'utilisation
d'une catégorie 2 ou 3, comme indiqué à l'Article 14 de la norme NF A35-016.
• Pour une même partie d'ouvrage, i! ne pourra être utilisé qu'une seule nuance, et une seule
catégorie d'acier.
• La possibilité d'utiliser des marques d'acier différentes ne sera que tolérée, le nombre de marques
étant limité à deux.
• L'aptitude au soudage sera indiquée sur les fiches d'identification des armatures, que l'Entrepreneur
devra tenir à la disposition du contrôle externe sur le chantier, dès approvisionnement des armatures
à haute adhérence.
• Pour tous les éléments structuraux pouvant être sollicités au-delà de la limite élastique dans au
moins une section (rotule plastique), sous sollicitation sismique ou en cas de choc, les armatures
devront être de la catégorie 3, afin d'obtenir une plus grande ductilité.

1.4- Treillis soudé

• L'emploi de treillis soudé sera soumis à un accord préalable du contrôle externe.


• Le treillis soudé sera en acier tréfilé, nervure ou cranté, à haute limite élastique répondant aux
prescriptions de la Norme NF A 35-022.
• Dans le cas particulier d'utilisation de « treillis de peau antifissuration », celui-ci devra être conforme
à la norme NFA35-024 et admis à la marque NF-AFCAB.

1.5 - Dispositifs de raccordement ou d'ancrage

Les dispositifs de raccordement ou d'ancrage des armatures seront soumis à l'acceptation du contrôle
externe, qui pourra imposer, avant de se prononcer, une épreuve de convenance restituant les conditions de
mise en œuvre (encombrement, ...).
Seules une certification selon les règlements en vigueur et des références de pose probantes de l'équipe
chargée de la mise en place du système considéré pourront éventuellement justifier une dispense de cette
épreuve.

Dispositifs en acier :
Ces dispositifs devront satisfaire aux "exigences générales" concernant la déformation permanente de la
liaison après chargement et sa résistance mécanique, définies dans la Partie 1 de la norme NF A35-020
("Dispositifs en acier destinés au raboutage ou à l'ancrage d'armatures à haute adhérence pour béton
armé"), sur la base des "méthodes d'essai" définies dans sa Partie 2.

109
Dans le cas où le dispositif aurait à subir des sollicitations dynamiques dans l'ouvrage, sa résistance à la
fatigue, conformément à l'Article 4.4 de la norme NF A35-020-1, et/ou éventuellement aux chocs, devra être
justifiée. Ce sera le cas des sections de reprises plastifiées en cas de choc, signalées à l'Article 3.3.

La conformité du produit lui-même sera jugée conformément à l'Article 5 de la norme NF A35-020-1.

Dispositifs d'attente :

Tout dispositif type armature repliée dans une boîte d'attente devra permettre après dépliage dans les
conditions d'encombrement de l'ouvrage, une bonne transmission des efforts, bien homogène en cas
d'armatures réparties.
Le dispositif devra être suffisamment rigide pour éviter la résonance au cours de la vibration du béton, et
suffisamment étanche vis-à-vis de la laitance (passage armatures < diamètre nominal + 2 mm).

La rugosité de la surface de reprise offerte au béton de deuxième phase devra être suffisante pour assurer
son accrochage dans les conditions de sollicitations dans l'ouvrage.

ARTICLE 2: CONDITIONNEMENT ET STOCKAGE

2.1 - Conditionnement

• Les armatures livrées en barres droites le seront en longueurs telles qu'aucune armature de
longueur inférieure à 12m, ne nécessite de recouvrement.
• Les fils livrés en couronnes feront l'objet d'une épreuve de convenance de redressage menée
conformément au commentaire de l'Article 71.3 du Fascicule 65.
• L'approvisionnement des armatures sous forme de panneaux, de rouleaux, ou d'éléments
préfaçonnés en atelier sera soumis à l'agrément du contrôle externe.

2.2 - Transport, manutention et stockage

En complément des prescriptions de l'Article 71.4 du Fascicule 65, les armatures pour béton armé seront
stockées à plat sur un calage bois disposé sur une aire de stockage (bétonnée ou sur remblai calibre 0/20
bien compacté) à l'abri de toute source de pollution ou d'altération, et classées par nuances, catégories et
diamètres.

ARTICLE 3: MISE EN ŒUVRE

3.1 - Façonnage

La prescription suivante est ajoutée à celles de l'Articles 72 du Fascicule 65 : Toute soudure sera soumise à
l'acceptation du contrôle externe après justification de la qualification du soudeur et du mode opératoire
employé.

3.2 - Arrimage et calage

Les prescriptions de l'Article 73.1 du Fascicule 65A sont complétées comme suit :
• Les ligatures (y compris leurs extrémités) n'empiéteront pas sur la zone d'enrobage.
• La disposition, la forme et la nature des cales seront soumises à l'acceptation du contrôle externe et
précisées sur les plans d'exécution. Seules les cales en ciment sont autorisées, sous réserve de
respecter la teinte du béton de masse.
• Les zones de circulation des piétons avant bétonnage seront renforcées (si nécessaire) et couvertes
par un platelage.
• Les cales d'enrobage seront ligaturées aux armatures. Les cales fragiles ou multi-épaisseurs seront
interdites.

3.3 - Attentes, recouvrements et manchons de raccordement

• L'Entrepreneur prendra, dès le stade des études, toutes les mesures de prévention nécessaires
contre les risques d'empalement sur les armatures en attente : les aciers de moins de 20 mm seront
crosses, les aciers de diamètre supérieur seront munis d'embouts de protection.
110
• Pour toute section de béton armé, il ne sera pas admis de réaliser plus de 50 % de recouvrement
dans un groupe ou une nappe d'armatures. Cette règle s'appliquera à toutes les catégories
d'armatures,
qu'elles soient déterminées par calcul ou par disposition constructives, notamment celles résultant
de l'application de l'article 6.3 du Guide AFPS 92 aux piles et aux fondations profondes.
• Les manchons pourront être utilisés dans le cas d'utilisation de barres d'un diamètre strictement
supérieur à 32 mm. L'emploi de manchons est imposé quelque soit le diamètre pour les barres
interrompues par des trous d'hommes provisoires dans les hourdis, ainsi que pour les barres en
attente dans les âmes et le hourdis supérieur des caissons pour les éléments coulés en seconde
phase (bossages, déviateurs, etc.). Le modèle de ces manchons sera soumis à l'agrément du
contrôle externe ; il devra satisfaire aux critères définis dans la norme NF A35-020.
• Les conditions d'enrobage spécifiées à l'Article 1 7.1 du B.A.E.L. 91 seront appliquées sans
réduction locale, en considérant le demi-diamètre d'encombrement du manchon.
• Ces manchons seront alors rémunérés par l'application du prix correspondant à celui de l'acier non
manchonné pour une longueur équivalente à celle d'un scellement droit.

3.4 - Consignes de propreté

Les prescriptions de l'Article 73.4 du Fascicule 65, relatives à la propreté des armatures seront appliquées. Il
sera également tenu compte des commentaires du même article quant à la propreté des coffrages,
principalement pour les faces en contact avec le béton : les chutes de ligatures devront en particulier être
éliminées avant bétonnage.
Des dispositions, définies au P.A.Q., seront prises pour éviter les coulures de rouilles sur les parements ou
sur les charpentes métalliques, provenant notamment des armatures en attente.

3.5 - Tolérances
Les tolérances sur la position des armatures après bétonnage sont fixées à l'Article 74 du Fascicule 65.
L'enrobage des armatures respectera les prescriptions du fascicule E1, en fonction du caractère
préjudiciable de la fissuration, et des conditions d'agressivité du milieu précisées au fascicule E4. En
fonction de l'agressivité du milieu ou en cas d'enlèvement de matière postérieurement à la mise en place du
béton, l'enrobage sera majoré conformément aux dispositions des articles 7.1. et 7.2. du BAEL.

ARTICLE 4 : ASSURANCE DE LA QUALITE

4.1 - Plan d'assurance de la qualité

Conformément à l'Article 75 du Fascicule 65A, le P.A.Q. présentera les nuances, catégories et provenances
des armatures et indiquera les conditions de coupe, de façonnage et d'assemblage des cages d'armatures
en précisant si le façonnage est sous-traité, le choix du façonnier étant soumis à l'acception du contrôle
externe, comme mentionné à l'Article 2.1. du présent fascicule.
Le P.A.Q. précisera les modalités du contrôle interne pour ce qui concerne l'acceptation des lots d'armatures
(voir Article 71.5. du Fascicule 65), et dans les procédures d'exécution correspondant à toutes les opérations
de conditionnement, de manutention (moyens de levage, armatures d'attache et de répartition des efforts de
levage, ...), de stockage et de mise en place des armatures dans les coffrages (conditions de calage et
d'arrimage), en indiquant toutes les dispositions prévues pour assurer la sécurité (problème des armatures
en attente notamment, ...).
Le processus des opérations de soudage sera défini en détail avant exécution, des essais de convenance
devant être effectués dans les cas où la soudure assure une liaison mécanique.

4.2 - Points critiques, points d'arrêt


• Si le contrôle du façonnage et de la fabrication des cages et panneaux d'armatures n'est plus
possible après leur mise en place, il devra être effectué avant leur mise en place dans les coffrages.
Ce contrôle constituera un "point critique", nécessitant une matérialisation du contrôle interne sur un
document de suivi d'exécution à transmettre au contrôle externe.
• La réception du ferraillage mis en place dans les coffrages constituera un "point d'arrêt"
conditionnant le démarrage des opérations de bétonnage.

111
• La date de bétonnage sera fixée par l'Entrepreneur en accord avec le contrôle externe une semaine
à l'avance. L'Entrepreneur communiquera au contrôle externe les résultats du contrôle interne du
ferraillage au moins un jour ouvré avant le bétonnage. Le contrôle externe se réserve un délai d'un
jour ouvré pour donner son avis.

• Pour corriger les imperfections du ferraillage, les armatures concernées seront enlevées des
coffrages et les éléments mal façonnés seront remplacés, tout ceci aux frais de l’Entrepreneur.

112
Fascicule E6, Parement et
Coffrages

113
Sommaire

ARTICLE 1 : GENERALITES..........................................................................................................145
ARTICLE 2 : ASPECT ET CLASSEMENT DES PAREMENTS.........................................................................145
ARTICLE 3: COFFRAGES ET PAREMENTS EN BETON.................................................146
3.1 - Dispositions générales...........................................................................................................................146
3.2 - Conception...........................................................................................................................................146
3.2.1 - Coffrages du tablier.....................................................................................................146
3.2.2 - Coffrages outils pour l'exécution des piles.....................................................................146
3.2.3- Traitement thermique du béton.....................................................................................146
3.3 - Mise en œuvre des coffrages.................................................................................................................146
3.4 - Qualité des coffrages en fonction de la nature des surfaces.....................................................................146
ARTICLE 4: TRAITEMENTS DE SURFACE........................................................................147
ARTICLE 5: ASSURANCE DE LA QUALITE...........................................................................................147

114
ARTICLE 1 : GENERALITES

Les prescriptions sur les parements et les coffrages devront être conformes aux stipulations du chapitre 6 du
fascicule 65 complétées par les articles de ce fascicule.

Les plans d'exécution définissant le coffrage des différentes parties des ouvrages seront soumis à examen.
L'avis « sans observation » de sera joint au bordereau d'envoi des plans lorsqu'ils seront transmis au
contrôle externe.
La qualité des parements devra faire l'objet d'une attention particulière de l'Entrepreneur. Le contrôle
externe pourra les faire traiter aux frais de l'Entrepreneur s'ils présentent des irrégularités ou des
hétérogénéités de la teinte ou de l'aspect excédant les tolérances fixées par le marché (voir article 5 ci-
après).

ARTICLE 2 : ASPECT ET CLASSEMENT DES PAREMENTS

La régularité de la texture et de la teinte des parements sera appréciée par référence à une plaque de béton
témoin réalisée par l'entreprise lors des épreuves de convenance. Dans le cas des tabliers, il pourra s'agir du
voussoir ou du plot d'essai prévu par le fascicule E04 du présent CCTP.

Toutes les surfaces coffrées visibles seront réalisées suivant les prescriptions des parements fins, à
l'exception des parties d'ouvrage prévues avec un parement ouvragé.

Les surfaces coffrées non vues suivront les règles applicables aux parements fins pour la précision
dimensionnelle (article 62.1.3 du fascicule 65) et l'enrobage des aciers. Pour la planéité et la texture, les
surfaces coffrées au contact des terres suivront les règles applicables aux parements simples (article 62.1.2
du F65) ; les autres surfaces coffrées non vues suivront les règles applicables aux parements fins (article
62.1.3duF65).

Parements simples
Les parements seront laissés bruts de décoffrage. Les prescriptions de l'article 62.1.3 du fascicule 65 seront
appliquées.

Parements fins
Les parements seront laissés bruts de décoffrage. Les prescriptions de l'article 62.1.3 du fascicule 65 sont
complétées par ce qui suit (on notera que l'article 3 du fascicule E19 « Superstructures et équipements » du
présent CCTP pose des exigences plus rigoureuses pour les parements des corniches et des écrans
phoniques) :
• La texture sera de qualité au moins égale à l'échelle E(3) codifiée par la norme P 18-503 « Surfaces
et parements de béton - Eléments d'identification » :
- Bullage moyen réparti sur l'ensemble du parement : article 5.2.1 de la norme,
- Zones de bullage concentrée : article 5.2.2 de la norme.
- Défauts localisés (article 5.2.3 de la norme) : La surface maximale d'un défaut de texture visible
à une distance de L en mètres sera égale à 3xS en centimètres carrés.
- Pour la sous-face des tabliers, et les parements des chevêtres des piles : L - 35 m,
- Pour les parements des fûts des piles : L = 15 m,
- Pour les parements des culées et des murs de soutènement : L = 5 m.
• La régularité de la teinte sera de qualité au moins égale au niveau T(3) défini par l'article 5.3 de la
norme P 18-503 : L'écart mesuré sur l'échelle de gris entre deux zones adjacentes de teintes
différentes sera limité à une graduation au maximum ; l'écart entre les teintes extrêmes du même
parement, cet écart sera limité à deux graduations au maximum. L'échelle de gris utilisée sera celle
du rapport n°24 du Comité International du Béton ; fournie en annexe B à la norme ;
• Forme : La distribution et la constitution de tous les joints seront définis par les plans d'exécution.

Parements ouvragés
A compléter par l'entrepreneur en fonction des particularités de son projet.

115
ARTICLE 3: COFFRAGES ET PAREMENTS EN BETON

3.1 - Dispositions générales

Les prescriptions de l'article 63 du fascicule n° 65 sont applicables. Les équipements de coffrage pour les
parties vues de l'ouvrage feront l'objet d'un projet soumis à l'agrément du contrôle externe qui précisera
notamment l'emplacement des joints entre panneaux et des tiges de serrage.

3.2 - Conception

L'article 63.1 du fascicule n° 65 est applicable.

3.2.1 - Coffrages du tablier

Les équipages mobiles et les cintres seront équipés dès leur montage sur site des portants nécessaires au
bâchage de l'aire de bétonnage. Les bâches isothermes correspondantes seront approvisionnées sur le
chantier.
Aucune pièce du coffrage ne sera laissée en place après la réalisation de l'ouvrage. Aussi, le principe de
coffrage devra permettre le démontage et l'évacuation de tous les éléments par les passages définitifs (trous
d'hommes, trappes, portes) ou provisoires.

3.2.2 - Coffrages outils pour l'exécution des piles

Les coffrages outils et leurs étalements seront fixés et contreventés.


Les trous de fixations des coffrages non traversants devront être. La position et le diamètre de ces trous
seront soumis à l'accord préalable du contrôle externe ; ils devront figurer sur les plans d'exécution.
Le nombre de réemplois des panneaux de contreplaqué sera limité à cinq (5).

3.2.3- Traitement thermique du béton

L'Entreprise soumettra à l'agrément du contrôle externe les procédés de traitement thermique du béton
qu'elle envisage d'appliquer.

3.3 - Mise en œuvre des coffrages

L'article 63.1.2 du fascicule n° 65 est complété par ce qui suit.

La flèche des coffrages sous le poids du béton frais devra rester inférieure à :
• 4 mm sur une longueur de 2m.
• 20 mm en quelque point que ce soit.

Toutes les réservations laissées dans la dalle supportant la chaussée seront soigneusement repiquées et
rebouchées avec un mortier sans retrait. Ce remplissage devra être fait au plus tôt. Les autres réservations
pourront rester en l'état si elles sont régulièrement réparties, de forme nette, et si l'eau susceptible d'y
pénétrer ne peut en aucun cas s'y accumuler.

3.4 - Qualité des coffrages en fonction de la nature des surfaces

Les coffrages des surfaces de béton en contact avec les terres seront conformes à l'article 63.2.2 du
fascicule n° 65 relatif aux surfaces coffrées sans spécifications d'aspect.
Tous les autres coffrages à l'exception des coffrages pour parements ouvragés devront être soignés
conformément à l'article 63.2.3 du fascicule n° 65 relatif aux parois de coffrage.
Tous les coffrages des parements ouvragés seront réalisés suivant l'article 63.2.5 du fascicule n° 65.
Les coffrages pour parements fins respecteront les stipulations suivantes complétant celles du fascicule 65 :

116
• S'ils sont en bois, ils seront constitués de panneaux identiques ayant le même nombre d'emplois
antérieurs, en bois de même essence, ou bien devront être pourvus d'un revêtement plastique ou
d'une peinture adaptée au support et au béton soumis à l'agrément du contrôle externe. L'épaisseur
des planches et contreplaqués sera au moins de 20 mm.
• En l'absence de revêtement plastique ou de peinture, le nombre de réemploi sera limité à cinq (5).
• S'ils sont en acier, ils seront constitués de tôles d'épaisseur au moins égale à 5 mm, ayant reçu
après sablage protection par peinture adaptée au support et au béton.
• Les joints entre panneaux seront horizontaux, continus, rectilignes et régulièrement appareillés.
• Les joints horizontaux entre levées des piles correspondront aux engravures horizontales définies
par le projet architectural.
• Le choix de leur fixation aux coffrages sera soumis à l'agrément du contrôle externe.
• Toutes les arêtes saillantes seront abattues au moyen d'un chanfrein de 30 millimètres au minimum.
• Le traitement des arêtes figurera donc dans le projet de coffrage et dans les plans d'exécution.

ARTICLE 4: TRAITEMENTS DE SURFACE

Les prescriptions de l'article 64 du fascicule n° 65 sur le bouchardage, le décapage et les enduits de


protection seront appliquées.
Les parties verticales des longrines d'ancrage des équipements latéraux des tabliers destinées à recevoir les
relevés de la chape d'étanchéité seront traitées de manière à assurer la rugosité nécessaire à la bonne
adhérence de ces relevés. L'entrepreneur effectuera un essai de convenance de la technique qu'il envisage
d'appliquer.

ARTICLE 5: ASSURANCE DE LA QUALITE


L'article 65 du fascicule n° 65 est complété par ce qui suit :

Procédures
Le Pian d'Assurance Qualité pour les parements et coffrages sera rédigé par l'entrepreneur conformément
aux prescriptions de l'article 65 du fascicule n° 65. Il sera scindé en trois parties, qui pourront être soumises
successivement à l'examen du contrôle externe :
• piles,
• culées et murs,
• tablier.

Les projets des coffrages des piles, culées, murs et tabliers seront annexés aux programmes de bétonnage
correspondants, et soumis au contrôle externe dans les mêmes conditions.
Les coffrages des tabliers seront placés sous la responsabilité de la personne chargée des ouvrages
provisoires nécessaires à la construction des tabliers.
Les coffrages outils des piles et des culées seront placés sous la responsabilité de la personne responsable
de l'étaiement. Elle sera présente sur le chantier dès le début du montage des coffrages. Elle assurera la
coordination avec le bureau des méthodes, et veillera en particulier au respect des hypothèses de calcul des
coffrages en participant à l'établissement des consignes de pose et de sécurité. Elle sera responsable de
l'application de ces consignes sur le chantier.

Les travaux de montage et de démontage seront programmés de façon à éviter qu'un étalement ou un
coffrage ne se trouve incomplètement ancré à la fin d'une semaine de travail.

Réception des parements


En cas de non-conformité du résultat final, en plus des réfactions prévues au CCAP, la qualité sera rétablie
suivant l'article 65.5 du fascicule n° 65, aux frais de l'entrepreneur.

Les méthodes de rattrapage et de rectification feront l'objet d'un chapitre particulier du Plan d'assurance de
la Qualité, soumis au contrôle externe avant tout commencement d'exécution.

En particulier en cas d'hétérogénéité des teintes, l'ensemble des parements auxquels la partie défectueuse
appartient, seront peints après sablage. Des essais préalables de teinte seront effectués sur des panneaux
117
de dimensions convenables constitués du même béton que celui à peindre. Le produit utilisé et la teinte
seront choisis après ces essais. La peinture sera appliquée en trois couches. L'uniformité de la teinte des
parements devra être réalisée lors de la réception définitive.

Points critiques et Points d'arrêt


La mise en œuvre des coffrages est un point critique ; le contrôle externe sera informé de la date de cette
opération avec un délai de préavis de cinq jours ouvrés.

Dans le cas où la mise en œuvre des coffrages empêche le contrôle d’une partie de ferraillage, elle
deviendra un point d’arrêt pour lequel le contrôle externe disposera pour donner son avis d’un délai de deux
jours ouvrés après réception de l’ensemble des résultats de contrôle intérieur et extérieur.

118
Fascicule E8,
Ouvrages provisoire autres que les
coffrages

119
Sommaire

ARTICLE 1 :..................................................CLASSEMENT DES OUVRAGES PROVISOIRES 151


ARTICLE 2: CHARGE DES OUVRAGES PROVISOIRES (C.O.P.) RESPONSABLE DES
OPERATIONS DE MONTAGE (R.O.M.)............................................................................................151
ARTICLE 3: PROJET DES OUVRAGES PROVISOIRES.................................................152
3.1 - Dispositions générales...........................................................................................................................152
3.2 - Contenu du projet des ouvrages provisoires - Déroulement de l'étude.....................................................152
3.3 - Prescriptions particulières relatives au projet des ouvrages provisoires.....................................................152
ARTICLE 4: PRESCRIPTIONS PARTICULIERES RELATIVES AUX ETAIEMENTS 153
ARTICLE 5: PRESCRIPTIONS PARTICULIERES AUX MATERIELS SPECIAUX . .153
ARTICLE 6 : PRESCRIPTIONS PARTICULIERES RELATIVES AUX ENGINS DE
MANUTENTION........................................................................................................................................154

120
Les prescriptions du chapitre IV du fascicule 65 A et celles de l'annexe contractuelle A1 de ce fascicule sont
applicables à l'ensemble des ouvrages provisoires autres que les coffrages, quel que soit le matériau
constitutif de l'ouvrage définitif qu'ils servent à réaliser. Ces prescriptions sont modifiées et complétées par
ce qui suit :

ARTICLE 1 : CLASSEMENT DES OUVRAGES PROVISOIRES

Propositions de l'entrepreneur
En même temps que le programme d'exécution, l'Entrepreneur soumet au contrôle externe le classement
des ouvrages provisoires qu'il propose, suivant les deux catégories prévues par l'article 51 du fascicule 65.
En cas d'observations, les ouvrages provisoires sont classés comme suit :

Dispositions applicables en cas de rejet des propositions de l'Entrepreneur :


Seuls seront classés en deuxième catégorie les ouvrages provisoires suivants :
 échafaudages de service et plates-formes de travail, quand ils ne sont pas situés au-dessus d'une
voie ferrée en service ou d'une voie routière à grand trafic.
 pré-gabarits de protection avancée des cintres, quand ils sont implantés sur une piste de chantier
interdite à la circulation publique.

Tous les autres ouvrages provisoires seront classés en première catégorie.

ARTICLE 2: CHARGE DES OUVRAGES PROVISOIRES (C.O.P.) RESPONSABLE DES


OPERATIONS DE MONTAGE (R.O.M.)

Dans le cadre du document d'organisation générale du Plan d'Assurance de la Qualité, l'Entrepreneur soumet
à l'agrément du Maître d'Ouvrage la désignation des personnes qui assument le rôle de "chargé des
ouvrages provisoires" défini par l'article 52 du fascicule 65 pour les ouvrages de génie civil et le rôle de
"responsable des opérations de montage" défini par l'article 111.8.1 du fascicule 66 pour les parties
d'ouvrage définitif en acier.
Une seule personne assurera le rôle de R.O.M. Si plusieurs C.O.P. sont désignés par l'Entrepreneur, la liste
précise des ouvrages dont est chargé chacun d'entre eux sera consignée dans le P.A.Q.
Le C.O.P. (ou le R.O.M.) devra être présent sur le chantier pendant toute la durée d'utilisation des ouvrages
provisoires concernés, depuis l'approvisionnement des matériels jusqu'au démontage-Outré les tâches
prévues par les articles 42 et 43 du fascicule 65A, et par les articles III.8 du fascicule 66, le C.O.P.(ou le
R.O.M.) devra effectuer personnellement les vérifications suivantes :
 vérification de l'état des matériels et matériaux constituant les ouvrages provisoires lors de leur
approvisionnement, de leur utilisation, de leur démontage et de leur réemploi. Les documents de
suivi qu'il établit à cette occasion sont transmis au contrôle externe,
 vérifications préalables à la mise en service des ouvrages provisoires. Ces vérifications sont
récapitulées dans l'attestation qu'il rédige pour certifier l'aptitude des ouvrages provisoires à la mise
en service. La transmission de cette attestation au contrôle externe, avant mise en charge des
ouvrages provisoires concernés, constitue un point d'arrêt.
 vérification des consignes d'utilisation des ouvrages provisoires. Celles-ci font partie du projet des
ouvrages provisoires ; à ce titre elles doivent être vérifiées et contrôlées par le C.O.P. (ou le R.O.M.)
avant d'être transmises au contrôle externe.
 vérification des mouvements d'ensemble et des déformations des ouvrages provisoires. Les
documents de suivi qu'il établit seront transmis au contrôle externe.
Enfin, le C.O.P. (ou le R.O.M.) devra organiser les essais et épreuves des matériels spéciaux et des engins
de manutention, vérifier et contresigner les procès-verbaux d'essais. Ces procès-verbaux sont annexés à
l'attestation du matériel concerné. Là encore, la transmission de cette attestation constitue un point d'arrêt.

ARTICLE 3: PROJET DES OUVRAGES PROVISOIRES

3.1 - Dispositions générales

Les délais fixés par le présent marché pour l'établissement et l'examen des documents d'exécution des
ouvrages s'appliquent également au projet des ouvrages provisoires.
121
3.2 - Contenu du projet des ouvrages provisoires - Déroulement de l'étude

Les principes de conception des ouvrages provisoires sont fixés dès la remise des offres. Ils sont décrits dans
les propositions techniques de l'Entrepreneur annexées au présent C.C.T.P. Ils ne peuvent être changés
qu'avec l'accord du Maître d'Ouvrage.
Au démarrage des études des ouvrages provisoires, le C.O.P. ou le R.O.M. signe et transmet au contrôle
externe, en même temps qu'au bureau chargé de ces études, le document qui rassemble les données et les
hypothèses des études.
Ce document indique en particulier les caractéristiques des matériaux utilisés : nuance et qualité de l'acier
laminé, limites d'élasticité et de rupture des boulons, suspentes, capacité portante des éléments
d'échafaudages industrialisés, module d'élasticité et résistance des bois, mortiers, bétons incorporés, nombre
d'utilisations et coefficients d'abattement correspondant... Ces indications sont ensuite reportées sur les
documents d'exécution des ouvrages provisoires.

Le projet des ouvrages provisoires est établi conformément aux articles 53 à 58 du fascicule 65 et aux
prescriptions du fascicule E1 du C.C.T.P. Ce projet inclut systématiquement :
• la description précise des situations provisoires envisagées dans les justifications (combinaison des
charges, conditions d'appui...). Une attention particulière est portée aux situations transitoires
(décintrement, substitution d'appui...),
• la justification de l'équilibre statique et celle du cheminement des efforts depuis le point d'application
des charges jusqu'aux points d'appui ou de fixation des ouvrages. Les hypothèses relatives à la
répartition des charges sont explicitées,
• l'évaluation des tassements, des déplacements d'ensemble et des déformations des ouvrages sous la
valeur probable des charges, aux points où il est prévu de les contrôler. La marche à suivre pour
l'exécution des mesures est indiquée lorsqu'elle a une influence sur les valeurs mesurées.

3.3 - Prescriptions particulières relatives au projet des ouvrages provisoires

La justification de la résistance et du comportement des ouvrages provisoires est conduite conformément au


fascicule 65 et au fascicule 66, en tenant compte des prescriptions particulières ci-après.

Sécurité vis-à-vis de la rupture des pièces non redondantes :


Les pièces dont la rupture provoquerait la chute de l'ouvrage provisoire seront systématiquement doublées
quand cette chute risque de mettre en danger la sécurité des personnes ou l'intégrité de l'ouvrage définitif.

Limitation des déformations des ouvrages provisoires :


Les déformations de tout ou partie des ouvrages provisoires sous charges non permanentes ne doivent pas
excéder I/300 sans dépasser 20 mm, I étant la portée pour les éléments appuyés sur deux appuis ou la
longueur du porte à faux pour les éléments en console. Pour les outils coffrant des hourdis de la solution
OM, ces déformations sont limitées à 10 mm.

L'entreprise soumettra au contrôle externe les dispositions pour mesurer les déformations et les efforts aux
points principaux des ouvrages provisoires.

Résistance minimum des bétons d'ouvrages définitifs à la mise en charge :


Le fascicule E4 du présent C.C.T.P. fixe les valeurs minimum de la résistance à la compression simple que le
béton des ouvrages définitifs doit avoir atteint lors de sa première mise en charge.

Les moyens par lesquels l'Entrepreneur s'assure que le béton des ouvrages définitifs a bien atteint la
résistance requise devront être soumis au contrôle externe dans le cadre du P.A.Q. En cas de désaccord, ce
dernier fixe l'âge minimum du béton lors de sa mise en charge.

Calage :
Les raboutages et calages pour rattrapage de dimensions sont tolérés jusqu'à 150 mm. Les empilages de
nombreuses cales indépendantes sont interdits. Les surfaces d'appui des ouvrages provisoires sur les
ouvrages en béton seront éloignées d'au moins 100 mm de l'arrête de béton la plus proche.

122
ARTICLE 4: PRESCRIPTIONS PARTICULIERES RELATIVES AUX ETAIEMENTS

Pour l'appui des étalements, le sol des plates-formes sera compacté de manière à présenter les
caractéristiques minimales suivantes :

 densité > 95 % de l'optimum proctor


 essai de plaque : EV2 > 80 Mpa avec k < 2

Les plates-formes seront protégées du ravinement par les eaux pluviales.

En l'absence de justifications particulières de l'entrepreneur, les appuis et fondations des palées et tours
d'échafaudage seront disposées à une distance minimale du pied de talus égale à quatre fois la hauteur du
talus. Dans tous les cas, l'appui direct des ouvrages provisoires sur la surface d'un sol compressible est
interdit.

L'Entrepreneur sera tenu d'apporter à ses frais à l'échafaudage, les modifications qui seraient prescrites en
cours de travaux par le contrôle externe et/ou extérieur, en cas de constatations de dispositions susceptibles
de nuire à la sécurité ou à l'obtention de la qualité requise.

ARTICLE 5: PRESCRIPTIONS PARTICULIERES AUX MATERIELS SPECIAUX

• Sont considérés comme matériels spéciaux :


• les équipages mobiles de bétonnage des hourdis et tabliers,
• les coffrages grimpants,
• les avant-becs,
• les palées provisoires, les camarteaux,
• les chaises à galets, dispositifs d'accostage et de guidage,
• les dispositifs de haubanage,
• les batardeaux, blindages et soutènements provisoires des fouilles...

Quand le matériel est neuf, le cahier des charges imposé par l'Entrepreneur au constructeur des matériels
spéciaux est communiqué au contrôle externe avant la commande.

Conformément à l'article 56 du fascicule 65, étendu aux ouvrages métalliques, l'Entrepreneur, dans le cadre
de son contrôle externe, confie à un organisme habilité qu'il rémunère les vérifications qui ne relèvent pas
des techniques du génie civil. Le choix de cet organisme est soumis à l'agrément du Maître d'Ouvrage.

Le C.O.P. (ou le R.O.M.) transmet au Maître d'Ouvrage non seulement les certificats d'aptitude à la mise en
service produits par cet organisme, mais aussi les documents (dessins, calculs, résultats d'essais) qui ont
servi à l'établissement desdits certificats.

Les assemblages soudés sont soumis aux mêmes procédures d'exécution que les ouvrages définitifs en
acier, prévues au fascicule E15du présent C.C.T.P.

Equipages mobiles de bétonnage, coffrages grimpants :


La première utilisation de ces matériels est traitée comme une épreuve de chargement : le comportement de
chaque élément est vérifié au fur et à mesure de l'application de la charge, l'allongement des suspentes et
des barres d'ancrage, la déformation des pièces sont mesurées et comparées aux prévisions des calculs. Les
réactions aux points d'appui et de suspension sont mesurées ; le poids du matériel à vide et à pleine charge
est contrôlé.

ARTICLE 6 : PRESCRIPTIONS PARTICULIERES RELATIVES AUX ENGINS DE


MANUTENTION

Les engins de manutention font l'objet d'épreuves statiques et dynamiques Les matériels spécialement
conçus pour la mise en œuvre d'éléments préfabriqués de structure (poutres de lancement, potences de
pose, bardeurs, etc...) sont des engins de manutention et à ce titre ils sont soumis en autre aux
prescriptions „ de l'article "Projet des ouvrages provisoires" du présent C.C.T.P.

123
Le C.O.P. (ou le R.O.M.) transmet au Maître d'Ouvrage, les certificats d'aptitude à la mise en service établis
$ par un organisme de contrôle, et les documents ayant servi à l'établissement desdits certificats.

Fascicule E10, Fondations

124
Sommaire

ARTICLE 1 : DISPOSITIONS GENERALES..............................................................................159


1.1 - NIVEAUX DES FONDATIONS.................................................................................................................159
1.2 Documents et travaux préparatoires.........................................................................................................159
1,2.1 - Installations et matériels d'exécution.............................................................................159
1.2.2 - Programme d'exécution des fondations I.......................................................................159
1.2.3 - Plan d'Assurance de la Qualité......................................................................................159
ARTICLE 2 : FONDATIONS SUPERFICIELLES OU SUR MASSIF...........................................160
ARTICLE 3 : PIEUX FORES OU BARRETTES.................................................................................160
3.1 - Type et caractéristiques des pieux.........................................................................................................160
3.2 - Fournitures et dispositions constructives................................................................................................160
3.2.1 - Béton..........................................................................................................................160
3.2.2 - Armatures de béton armé.............................................................................................161
3.2.3 - Chemisage, gainage, tubage.........................................................................................161
3.2.4 - Boue de forage............................................................................................................161
3.2.5 - Tubes de réservation....................................................................................................162
3.3. - Mise en œuvre....................................................................................................................................162
3.3.1 - Implantation-Tolérances géométriques..........................................................................162
3.3.2 - Forage........................................................................................................................163
3.3.3 - Mise en œuvre des cages d'armatures et des tubes de réservation.................................163
3.3.4 – Bétonnage..................................................................................................................163
3.3.5 – Recépage....................................................................................................................164
3.4 - Assurance de la qualité.........................................................................................................................164
3.4.1 - Procédures d'exécution des pieux forés.........................................................................164
3.4.2 - Epreuve de convenance...............................................................................................165
3.4.3 - Contrôles avant et en cours d'exécution........................................................................165
3.4.4 - Contrôles de réception.................................................................................................166
3.4.5 - Points critiques - Points d'arrêt.....................................................................................167
ARTICLE 4 - PIEUX PREFABRIQUES...............................................................................................168
ARTICLES
4 :PUITS………………………………………………………………………………………………………
…………………………………168
4.1 - CARACTERISTIQUES GENERALES..........................................................................................................168
5.2 - MISE EN ŒUVRE..................................................................................................................................169
5.2.1 - Implantation -Tolérances géométriques.........................................................................169
5.2.2 - Excavation...................................................................................................................169
5.3 - SPECIFICATIONS POUR L'EXCAVATION AU MOYEN D'EXPLOSIF..............................................................170
5.4- BLINDAGE.............................................................................................................................................170
5.5- FERRAILLAGE........................................................................................................................................170
5.6 - BETONNAGE.........................................................................................................................................170
5.7 - DISPOSITIONS COMPLEMENTAIRES RELATIVES A LA SECURITE.............................................................171
5.8 - ASSURANCE DE LA QUALITE.................................................................................................................172
5.8.1 - Plan d'Assurance de la Qualité......................................................................................172
5.8.2 - Epreuve de convenance...............................................................................................173
5.8.3 - Contrôles d'exécution...................................................................................................173
ARTICLE 6 - AUTRE TYPE DE FONDATION...................................................................................174
ARTICLE 7 - RECONNAISSANCES COMPLEMENTAIRES.........................................................174
7.1 - OBJET DES RECONNAISSANCES complémentaires..................................................................................174
7.2 - PRESTATIONS à la charge de l'entrepreneur..........................................................................................175

125
7.3- RELEVE DES NIVEAUX D'EAU ET DES DISCONTONUITES SUR CAROTTES.................................................175
7.3.1 - Relevé des niveaux d'eau.............................................................................................175
7.3.2 - Relevé des discontinuités sur carottes...........................................................................175
7.4 - ECHANTILLONS REMANIES - ECHANTILLONS INTACTS..........................................................................175
7.5 - PRESENTATION DES DOCUMENTS A REMETTRE PAR L'ENTREPRENEUR..................................................176
ARTICLE 1 : BETON BITUMINEUX DE LIAISON ET DE REPROFILAGE..............................180
1.1 - Nature et provenance...........................................................................................................................180
1.2 -Granulats..............................................................................................................................................180
1.3 -Fines.....................................................................................................................................................180
1.4- Bitume..................................................................................................................................................180
1.5 - Dopes d'adhésivité................................................................................................................................180
ARTICLE 2 : COMPOSITION ET CARACTERISTIQUES.............................................................180
2.1 - Composition.........................................................................................................................................180
2.2 – Caractéristiques...................................................................................................................................181
2.3 - Acceptation..........................................................................................................................................181
ARTICLE 3 : FABRICATION................................................................................................................181
3.1 - Niveau et débit des centrales.................................................................................................................181
3.2 - Dosage des granulats............................................................................................................................181
3.3 - Chauffage et déshydratation des granulats.............................................................................................181
3.4 - Introduction et dosage du liant..............................................................................................................181
3.5 - Malaxage.............................................................................................................................................181
3.6 - Stockage et chargement du béton bitumineux........................................................................................181
3.7 - Réglages..............................................................................................................................................182
ARTICLE 4 : PESAGE ET TRANSPORT.............................................................................................182
4.1 - Pesage.................................................................................................................................................182
4.2 - Transport des matériaux.......................................................................................................................182
ARTICLE 5 : MISE EN ŒUVRE...........................................................................................................182
5.1 - Préparation du support.........................................................................................................................182
5.2 - Répandage...........................................................................................................................................182
5.3 – Compactage........................................................................................................................................182
5.4- Température de répandage....................................................................................................................183
5.5 - Conditions météorologiques...................................................................................................................183
5.6 - Joints transversaux de reprise...............................................................................................................183
5.7 - Raccordements définitifs aux joint d'ouvrage..........................................................................................183
ARTICLE 6 : PLANCHES DE CONVENANCE...................................................................................183
ARTICLE 6 : CONTROLE EN COURS DE PRODUCTION............................................................184
6.1 - Fabrication...........................................................................................................................................184
6.2 - Mise en œuvre.....................................................................................................................................184
ARTICLE 7 : CONTROLE DE CONFORMITE...................................................................................184
7.1 - Contrôle des constituants......................................................................................................................184
7.2 - Contrôle du mélange.............................................................................................................................186
7.3 - Contrôle de la couche en place..............................................................................................................186

126
ARTICLE 1 : DISPOSITIONS GENERALES

1.1 - NIVEAUX DES FONDATIONS

Les niveaux d'appui des fondations (niveau inférieur des semelles superficielles ou des fondations semi-
profondes, niveau de la pointe des fondations profondes) seront définitivement arrêtés en cours de travaux
par le Maître d’œuvre sur proposition de l'Entrepreneur et agrément de son contrôle externe,

1.2 Documents et travaux préparatoires

1,2.1 - Installations et matériels d'exécution

Conformément à l'article 6.2 du Fascicule 68 du CCCTG, l'Entrepreneur soumettra au contrôle externe la


description détaillée des installations et des matériels de fondations sous forme de plans, croquis et notes
descriptives joints au chapitre du Plan d'Assurance de la Qualité consacré aux travaux de fondations.

 limites des possibilités des matériels par rapport aux dispositions du projet (profondeur, dureté des
terrains à traverser, etc.),
 adéquation des rendements prévus pour chaque outil dans les différentes couches de sol compte
tenu
 des contraintes de délai,
 types de matériels en tenant compte des conditions d'acheminement sur la zone de travail, »
 gabarit des divers engins, par rapport aux dimensions de l'aire de travail, à l'encombrement de
l'ouvrage existant, à la présence de lignes électriques, de canalisations, de voies routières et ferrées
en service...
 sujétions d'emploi des matériels, B
 précision possible de l'exécution vis-à-vis des tolérances fixées au marché,
 capacités et nombre des engins de manutention ou d'évacuation des déblais,
 moyens de mise en place des armatures et de mise en œuvre du béton,
 limitation des nuisances (bruit et vibrations) et conformité aux exigences de la sécurité, 3
 respect des conditions d'environnement (pompage et rejet dans le ruisseau et dans les nappes
interdits).

1.2.2 - Programme d'exécution des fondations I

Le phasage détaillé des opérations et leur planning prévisionnel sera soumis à l'agrément du contrôle
externe, durant la période de préparation. Ce phasage sera évidemment prévu en cohérence avec le
phasage des terrassements, et des éventuels blindages de protection de fouilles,

Dans le cas de fondations profondes, il incombera à l'Entrepreneur d'établir un plan de pilotage selon les
indications des articles 18.1 et 25.1 du fascicule 68 du C.C.T.G.

1.2.3 - Plan d'Assurance de la Qualité

Le chapitre du Plan d'Assurance de la Qualité consacré aux travaux de fondations sera établi par
l'Entrepreneur dans les -conditions définies à l'Article 7 du Fascicule 68 du C.C.T.G.

La note sur l'organisation générale décrira les relations entre le mandataire, le co-traitant chargé de
l'exécution des fondations profondes, le contrôle externe et les autres intervenants : M

 bureau d'étude de l'Entrepreneur chargé de l'établissement des documents d'exécution,


 bureau d'étude de l'Entrepreneur chargé de l'étude des méthodes de construction,
 bureau d'étude de l'Entrepreneur chargé de certaines études géotechniques spécifiques,
 bureau d'étude de l'Entrepreneur chargé du contrôle externe des études,
 laboratoires chargés par l'Entrepreneur des contrôles spécifiques des fondations profondes,
 bureau d'étude chargé par le Maître d'Ouvrage du contrôle extérieur des études...

127
Elle indiquera la qualification et les références du responsable du chantier des fondations profondes et celles
de ses interlocuteurs du côté du mandataire (encadrement du chantier).

Le P.A.Q. présentera le système d'assurance de la qualité mis en place par l'entreprise, et en particulier les
modalités de son contrôle interne. Les procédures d'exécution rédigées par types d'ouvrages selon les
indications de l'Article 7.2., du Fascicule 68 lui seront annexées.

Le P.A.Q. décrira également les modalités du contrôle externe et notamment l'intervention des laboratoires
spécialisés chargés d'effectuer au frais de l'Entrepreneur :

 Les mesures des vibrations engendrées par les matériels mis en œuvre à proximité des installations
 sensibles : voie ferrée... «Les contrôles spécifiques des fondations profondes : auscultation sonique,
carottages de la pointe, etc...
 (voir article 3.4.4).
 Les contrôles éventuels de la capacité portante des fondations profondes exécutées.
 Les contrôles de la capacité portante des sols sous les fondations superficielles ou semi-profondes
(carottages destructifs, etc).

Les documents de suivi définis à l'Article 7.3. du Fascicule 68, seront établis pour tous les contrôles prescrits,
notamment dans les sous-articles Assurance de la Qualité du présent fascicule du C.C.T.P., relatifs à chaque
technique.

ARTICLE 2 : FONDATIONS SUPERFICIELLES OU SUR MASSIF

Les prescriptions du chapitre 2 du fascicule 68 du CCTG seront applicables.

ARTICLE 3 : PIEUX FORES OU BARRETTES

3.1 - Type et caractéristiques des pieux

Les pieux exécutés en place (au sens du fascicule 68 du C.C.T.G : pieux forés, barrettes, etc.) seront conçus
et réalisés selon les prescriptions du chapitre IV du fascicule 68 du C.C.T.G., et pour les pieux forés
conformément aux recommandations publiées par le SETRA et le L.C.P.C. en décembre 1978, dans le
"Recueil des Règles de l'Art", "Les Pieux Forés", complétées et précisées par les stipulations du présent
fascicule.

Les dispositions géométriques (dimensions, distance entre axes ou plutôt entre nus de fondations,
inclinaison, élargissement de la base), seront conformes à l'Article C5.4 du Fascicule 62 du C.C.T.G.

3.2 - Fournitures et dispositions constructives

3.2.1 - Béton

Le béton des pieux respectera les stipulations du Fascicule E4 "Bétons et Mortiers" pour tout ce qui concerne
les constituants, la fabrication, le transport, les études (y compris convenances) et les contrôles, ainsi que
les stipulations de l'Article 23.2 du Fascicule 68, complétées comme suit :
 Le dosage minimal en ciment sera de 400 kg par mètre-cube de béton,
 Un affaissement voisin de 18 cm sera généralement nécessaire au fonctionnement correct de la
colonne de bétonnage, conformément au commentaire de l'Article 23.2 du Fascicule 68.
 11 sera tenu compte des recommandations des paragraphes 6.1 à 6.3 du Recueil des Règles de l'Art
du SETRA-LCPC pour la formulation du béton et pour l'établissement de la partie du P.A.Q. relative à
la fabrication et au transport des bétons de pieux.

3.2.2 - Armatures de béton armé

 Les pieux seront armés sur toute leur longueur, quelle que soit leur catégorie.
 La nature, la provenance et les qualités des aciers utilisés, garantis soudables, seront conformes aux
stipulations du Fascicule E5 "Armatures de béton armé" du présent C.C.T.P.
128
 La constitution, les dimensions et les dispositions constructives des cages d'armatures seront
conformes aux stipulations de l'article C.5.4.2 du Fascicule 62 Titre V, et à celles de l'Article 24.2 du
Fascicule 68, complétées par les recommandations du chapitre 5 du Recueil des Règles de l'Art sur
les Pieux Forés, et les indications ci-après :
 Le raboutage des éléments verticaux de cages d'armatures sera réalisé par soudage des barres par
cordons continus.

Les dispositifs de centrage des cages d'armatures assurant l'enrobage étant susceptibles par définition de
venir en contact avec le terrain (sauf dans les zones à virole métallique de protection pour barrettes), ils ne
pourront être métalliques, en raison du risque de corrosion.
 Proposés à l'agrément du contrôle externe, ces dispositifs seront a priori constitués de cales
cylindriques en béton, de diamètre et de largeur appropriés pour éviter tout poinçonnement des
parois. Solidement fixés aux armatures, ils devront être en nombre suffisant (niveaux espacés de 2m
environ, et densité de l'ordre de un écarteur pour 2,5 m2).
 La base des cages d'armatures sera conçue pour permettre au tube plongeur d'atteindre le fond du
forage sur une surface suffisante, avec un léger coude des armatures longitudinales vers l'intérieur
des cages.

Viroles métalliques pour barrettes


Les viroles métalliques protégeant les têtes de barrettes des abrasions engendrées lors des crues par les
transports solides en rivière, seront en acier de nuance E24, de qualité 3 ou 4.

3.2.3 - Chemisage, gainage, tubage

Les gaines perdues et les tubes de travail seront constitués de tubes en acier, lisses, soudés hélicoïdalement
et conformes à la norme NFA 49-501. L'acier utilisé sera de nuance S 235, et de qualité 3 ou 4.

Epaisseur des chemises, gaines ou tubes


Les épaisseurs d'acier des chemises ou gaines perdues respecteront les conditions suivantes :
• Dans le cas d'un chemisage dont la mise en place ne sera pas effectuée par battage ou fonçage,
l'épaisseur de gaine métallique sera :
- de 4 mm si la gaine ne participe pas à la résistance du pieu,
- de 4 mm augmentés de l'épaisseur sacrifiée à la corrosion" définie à l'Article C.4.2,22 du
Fascicule 62 Titre V du C.C.T.G., si la gaine participe à la résistance du pieu, dans les conditions
définies à l'Article C.4.2,16 du même fascicule, pour une durée de référence de 100 ans, dans la
catégorie des "Sols ou remblais moyennement corrosifs correspondant à 2,5 mm.
• Dans le cas de gaines mises en place par battage ou vibro-fonçage, l'épaisseur du tube sera au
minimum égale au centième du diamètre de celui-ci.

L'épaisseur des tubes de travail éventuels sera au moins égale au centième de son diamètre.

3.2.4 - Boue de forage

Les caractéristiques de la boue de forage devront permettre d'assurer la stabilité des parois pendant toute
l'exécution du pieu et d'effectuer un bétonnage correct.

Propriétés de la boue
• Les paramètres de la boue seront conformes aux spécifications données à l'Article 23.3. du Fascicule
68 du C.C.T.G.
• La composition de la boue devra être en permanence adaptée aux caractéristiques physico-
chimiques des sols et des nappes rencontrés. Il sera tenu compte des recommandations données au
chapitre 3 du Recueil de Règles de l'Art du SETRA-LCPC, notamment aux paragraphes 3.2.1, 3.4.5,
3.4.6, et 3.5.9.
• La mesure complémentaire du PH, à l'aide de papiers colométriques, permettra de déceler les
contaminations de la boue par les terrains traversés ou par les eaux qu'ils recèlent (formations
gypseuses, eaux salées, etc.).
• Les valeurs et les tolérances des paramètres caractéristiques des boues seront définies par
l'Entrepreneur, avec les explications et les justifications nécessaires, et soumises à l'agrément du
contrôle externe, avant l'épreuve de convenance définie à l'Article 3.4.2. Ces valeurs, différentes

129
suivant la nature des problèmes rencontrés, seront corrigées si nécessaire après l'épreuve de
convenance, et contrôlées ensuite régulièrement au cours de l'exécution. Elles concerneront :
- Sa boue neuve
- la boue renvoyée dans les excavations après traitement
- la boue en œuvre dans l'excavation juste avant bétonnage.

Conditions de recyclage et de rejet :


Les boues récupérées en cours d'excavation et de bétonnage, pourront être réutilisées après traitement, à
l'exception des boues polluées par le ciment. Le recyclage sera effectué en circuit fermé sans rejet non
contrôlé. Tout rejet direct dans l'environnement ou dans le réseau public d'assainissement sera interdit.

Les matériaux retenus au criblage et au filtrage seront essorés avant évacuation. La boue provenant de
l'essorage sera stockée avec les boues non recyclables dans des citernes tampons en attente de
l’évacuation.

Les terres extraites et les boues usées seront évacuées et mises en dépôt définitif dans des conditions
soumises au contrôle externe dans le cadre du P.A.Q.

3.2.5 - Tubes de réservation

Les tubes de réservation mis en place pour effectuer le contrôle des pieux finis conformément à l'Article
3.4.4 ci-après, seront des tubes métalliques de type chauffage, diamètres 50/60 mm (ou 2") et 102/114 mm
(ou 4"), livrés par longueur minimale de six mètres et filetés au pas du gaz à leurs extrémités.

Pour les barrettes, il sera application des dispositions de la norme NFP 94-160-1.

• Le raboutage des tubes sera réalisé par des manchons métalliques filetés.
• L'extrémité inférieure des tubes sera hermétiquement fermée par un bouchon métallique soudé ou
par un bouchon de plastique dur vissé.
• L'extrémité supérieure des tubes devra également être obturée par un bouchon plastique ou
métallique amovible pour éviter toute pénétration de débris divers ou de béton.

3.3. - Mise en œuvre

3.3.1 - Implantation-Tolérances géométriques

Les conditions générales d'implantation seront conformes aux prescriptions de l'article 25 du fascicule 68 du
C.C.T.G. complétées, précisées et modifiés par ce qui suit :

Piquetage
En dehors du "piquet" unique matérialisant la trace de l'axe futur de chaque pieu, il est demandé un
repérage plus stable et plus efficace, par exemple à l'aide de trois ou quatre piquets complémentaires
disposés au-delà du périmètre futur du trou, dans une zone suffisamment protégée. Sur l'un des repères au
moins sera portée une cote d'altitude rattachée au nivellement général avec une précision d'un centimètre.

Tolérances d'implantation
En dérogation à l'Article 25.3 du Fascicule 68 ; la tolérance de l'implantation en plan au niveau du recépage
est fixée à 5 cm. Le défaut de verticalité de chaque pieu après forage, ne devra pas excéder cinq millimètres
par mètre (5 mm/m) en moyenne sur toute sa longueur.

L'Entrepreneur soumettra à l'agrément du contrôle externe, dans son P.A.Q., les procédures et les moyens
pour respecter ces prescriptions.

Plan de pilotage
Ce plan de pilotage sera établi dans le cadre du programme d'exécution, conformément aux indications de
l'Article 1.2.2 du présent fascicule.

3.3.2 - Forage

130
Les opérations de forage seront réalisées selon les prescriptions figurant à l'article 26.6 du fascicule 68 du
C.C.T.G., complétées par les recommandations du chapitre 3 du Recueil des Règles de l'Art sur les pieux
forés, et par les prescriptions suivantes :
Clauses communes aux différentes techniques
Par dérogation aux prescriptions de l'article 26.6.1, du Fascicule 68 du C.C.T.G., toute opération de forage
d'un pieu - ou barrette - ne pourra commencer au plus tôt qu'au bout d'un délai de douze (12) heures après
la fin du bétonnage d'un pieu contigu, ce délai étant porté à quarante-huit (48) heures en cas d'opération de
battage ou de vibro-fonçage, ou en cas d'utilisation probable d'un trépan.

En dehors des prélèvements prescrits à l'Article 3.4.3, les déblais de forage seront stockés dans des bennes
étanches et transportés en décharge dans des conditions définies par le P.A.Q. pour éviter toute atteinte à
l'environnement.

Enfoncement des tubes


Les méthodes et le matériel d'exécution proposés par l'entrepreneur pour enfoncer le tube de travail (vibro-
fonçage, fonçage avec louvoiement, battage ou fonçage statique) devront tenir compte, en plus des
prescriptions de l'Article 26.6.1 du Fascicule 68, des incertitudes et des sujétions liées à la nature des sols à
traverser.

Poursuite du forage à la boue


Les méthodes et le matériel d'exécution proposés par l'entrepreneur respecteront les prescriptions des
articles 26.8.3 (niveau de la boue), 26.8.4 (fluctuations limites du niveau de la boue) et 26.8-5 (perte de
boue), et tiendront compte des recommandations du paragraphe 3.2.1.1 du recueil des Règles de l'Art sur
les Pieux Forés.

Usage du trépan
L'utilisation d'un trépan sera soumise à l'autorisation préalable du contrôle externe, sur proposition motivée
de l'Entrepreneur. Ses caractéristiques seront données par l'Entrepreneur pour convenir aux objectifs à
atteindre (délais, qualité, ...).

II sera tenu compte des recommandations du paragraphe 3.3. du recueil des Règles de l'Art sur les Pieux
Forés, selon lequel la méthode du trépanage par percussion doit conserver un caractère exceptionnel. On
devra préférer des moyens de forage rotatif.

Ancrage dans le substratum


Dans tous les cas, le niveau d'ancrage ne pourra se situer plus bas que trois fois le diamètre nominal au-
dessus du niveau inférieur des sondages de reconnaissance concernés.

L'entrepreneur prendra toutes les précautions qui s'imposent pour que les caractéristiques mécaniques des
couches de terrain environnant les ancrages des pieux ne soient pas sensiblement modifiées ou affectées
par les différents outils de forage qu'il compte mettre en œuvre

3.3.3 - Mise en œuvre des cages d'armatures et des tubes de réservation

La manutention, le stockage et la mise en place des cages d'armatures seront effectués conformément aux
prescriptions des articles 24.2 et 26.1 du Fascicule 68 du C.C.T.G. et aux recommandations des paragraphes
5.5 et 5.6 du Recueil des Règles de l'Art sur les Pieux forés.

Pour limiter les déformations des cages d'armatures lors des opérations de levage, l'utilisation d'un palonnier
pourra s'avérer utile de même que l'utilisation d'un gabarit rigide si les cages sont trop flexibles.

3.3.4 – Bétonnage

• Le bétonnage de chaque pieu ne pourra être entrepris qu'avec l'accord du contrôle externe, après
vérification que sa géométrie respecte les tolérances imposées, et après prise de connaissance du
niveau et des caractéristiques du terrain en fond de forage.
• Les opérations de bétonnage seront conduites conformément à l'article 26 du fascicule 68 du
C.C.T.G.

131
• Les procédures de mise en œuvre du béton décrites dans le détail par l'entrepreneur dans son
P.A.Q., ™ tiendront également compte des recommandations du paragraphe 6.4 du Recueil des
Règles de l'Art du SETRA-LCPC, et des prescriptions complémentaires suivantes :

Curage préalable
Aucun pieu ne pourra être bétonné avant curage du fond du forage. Le curage sera effectué après la mise
en place des armatures et des tubes d'auscultation par la technique de circulation inverse, soit par
l'intermédiaire du tube plongeur utilisé pour le bétonnage, soit grâce à une pompe immergée selon les '
indications du paragraphe 3.4.4 du Recueil des Règles de l'Art sur les pieux forés.

Conduite du bétonnage
• La durée écoulée entre la fin du curage et le début du bétonnage ne pourra excéder deux heures.
Toute reprise de bétonnage à l'intérieur d'une même excavation sera interdite.
• Les bétonnages sous l'eau seront réalisés à l'aide de tubes plongeurs, correctement et régulièrement
• nettoyés, constitués en nombre d'éléments suffisant avec raccordements étanches entre éléments,
dont ™ les caractéristiques seront conformes à celles préconisées au paragraphe 6.4.1 du
Recueil des Règles de l'Art du SETRA - LCPC
• Le tube devra reposer sur le fond avant l'amorçage du bétonnage. Toutes précautions seront prises
pour | éviter le délavage du béton par l'eau ( on pourra par exemple interposer un bouchon de
mortier ou de ciment contenant une pelote de tournure de fer pour être suffisamment ferme).

• Le niveau d'eau devra rester supérieur d'au moins un mètre, (comme au cours des forages) au
niveau statique le plus élevé des nappes traversées pendant tout le bétonnage.
• Pour éviter tout désamorçage de la colonne de bétonnage, le bétonnage sera ensuite conduit de
sorte que l'extrémité inférieure du tube reste plongée dans le béton frais d'au moins 2 mètres. Le
tube plongeur ne sera raccourci qu'après avoir mesuré le niveau de la surface du béton dans le pieu
et s'être assuré de la garde minimale définie ci-dessus.
• Les mouvements de va-et-vient verticaux de la colonne de bétonnage seront interdits.
• L'Entrepreneur soumettra à l'agrément du contrôle externe les mesures nécessaires au maintien des
cages d'armatures pendant le bétonnage, et donc au respect des enrobages.
• Le niveau d'arasé du bétonnage sera fixé en fonction des conditions de recépage définies ci-après.
• Si le niveau d'arasé est en contrebas de la plate-forme de travail, le trou correspondant devra être
obturé provisoirement pour assurer la sécurité des personnes.

3.3.5 – Recépage

Le recépage ne pourra avoir lieu qu'après les épreuves de contrôle des pieux finis définies à l'Article 3.4.4
avec l'accord du contrôle externe.

En complément des règles définies à l'Article 26.10 du Fascicule 68, la hauteur minimale théorique de
recépage sera d'un mètre au-dessus du niveau inférieur de la semelle, avec nécessité éventuelle pour
l'entreprise de coffrer tout ou partie de cette hauteur, selon le niveau de la plate-forme de travail.

La hauteur effective à recéper dépendra en définitive de la qualité du béton en tête de pieu. Si le niveau à
atteindre pour obtenir un béton de bonne qualité est situé sous le niveau de la face inférieure de la semelle,
l'entrepreneur devra prendre à sa charge le coffrage et le bétonnage de la hauteur recépée supplémentaire.

Le recépage sera effectué à l'aide de marteaux-piqueurs ou éclateurs hydrauliques utilisés manuellement ou


par tout autre moyen équivalent soumis au contrôle externe dans le cadre du P.A.Q, l'emploi de brise-roche
hydraulique étant formellement interdit.

Le P.A.Q. décrira les mesures de sécurité prévues pour prévenir les risques d'empalement sur les armatures
en attente.

3.4 - Assurance de la qualité

3.4.1 - Procédures d'exécution des pieux forés

132
Les procédures d'exécution établies conformément à l'Article 7.2 du Fascicule 68 définiront notamment, en
tenant compte de l'ensemble des prescriptions du présent C.C.T.P. :

• les installations (aires de travail et de stockage en particulier) et le matériel de forage,


• le contenu et la présentation du carnet de forage,
• le mode d'excavation, d'essorage et d'évacuation des déblais,
• les dispositions pour réaliser les ancrages dans le substratum,
• les dispositions relatives à la tenue des parois,
• le mode de nettoyage du fond de forage, après forage et mise en place de la cage d'armatures,
• le mode d'arrimage et de mise en place des armatures et des chemises,
• le mode de bétonnage,
• le mode de recépage,
• les précautions prises pour éviter la pollution.

3.4.2 - Epreuve de convenance

Il ne sera pas réalisé de "pieu de convenance" distinct des pieux à réaliser. Par contre, la réalisation du
premier pieu sera conçue comme une épreuve générale de convenance des méthodes et des outils de
forage et de bétonnage, ainsi que de la formule du béton proposés par l'entrepreneur.

L'Entrepreneur, dans le cadre de son contrôle interne dressera, en présence du contrôle externe, un procès-
verbal des observations recueillies au cours de l'exécution de ce pieu, et fournissant les éléments
d'appréciation sur la convenance des procédés, des outils et des matériaux mis en œuvre.

Une attention particulière sera portée sur :


• les possibilités de mise en place du tube,
• l'adéquation des outils de forage et de trépanage,
• les modalités de curage du fond du forage,
• le déroulement du bétonnage (nécessité éventuelle d'utiliser deux tubes plongeurs).

On examinera également si l'eau de la nappe est agressive ou non, et s'i horizontales ou verticales existe
des circulations d'eau,

Suivant les résultats constatés dans le procès-verbal, le procédé pourra être modifié à la demande du
contrôle externe, sans que l'entrepreneur puisse prétendre à une indemnité.

Les matériaux mis en œuvre seront rémunérés sur la base des prix unitaires. Les coûts supplémentaires liés
directement ou indirectement à l'exécution de cette épreuve de convenance seront inclus dans le prix
"Installation Atelier de Pieux".

3.4.3 - Contrôles avant et en cours d'exécution

Contrôle des fournitures


Les contrôles de conformité du béton des pieux seront effectués selon les prescriptions de l'Article 6 du
fascicule E4 "Bétons et Mortier" du présent C.C.T.P.

Le contrôle des armatures de béton armé sera effectué selon les prescriptions du Fascicule E5.
Les gaines, chemises ou tubes de travail seront réceptionnés par l'entrepreneur avec vérification de leurs
dimensions (diamètres, épaisseur, longueur) et de leur état de surface. Un procès-verbal du contrôle de la
qualité des tubes définitifs, effectué par leur fournisseur conformément aux prescriptions de la norme NF EN
10021 ("Aciers et produits sidérurgiques - Conditions générales de livraison) sera remis au contrôle externe
avec le certificat de réception.

Carnet de forage
L'Entrepreneur tiendra à jour un carnet de forage, dont le contenu et la présentation seront fixés par le
P.A.Q. Ce carnet contiendra, pour chaque forage, une fiche géologique donnant toutes les indications sur la
nature et les niveaux N.G.C. des couches de terrain et des nappes traversées. Deux exemplaires de ces
fiches devront être remis au contrôle externe à la fin de chaque forage.

133
Pour chaque forage, l’entrepreneur devra effectuer des prélèvements géologiques suivant l'ensemble des
règles suivantes :
• au moins un prélèvement par couche géologique rencontrée,
• un prélèvement tous les trois mètres dans la partie courante de l'excavation,
• un prélèvement tous les 0,50 mètre dans les trois derniers mètres,
• un prélèvement en fond de forage.

Ces prélèvements seront conservés par l'Entrepreneur, séparément, à l'abri des intempéries dans des boites
étiquetées en plastique transparent, fournies à ses frais par l'Entrepreneur.

L'Entrepreneur établira une coupe lithographique de chaque fondation, comportant l'indication des différents
niveaux N.G.C., et la remettra au contrôle externe dans le mois qui suivra la fin de l'exécution de la
fondation.

Par ailleurs, l'Entrepreneur sera tenu de signaler immédiatement au contrôle externe tout changement d'outil
ou tout incident (chutes d'outils, ...), et de lui proposer les dispositions nouvelles qu'il compte prendre pour
remédier aux non-conformités éventuelles.

Lorsque des différences seront décelées lors du creusement d'une excavation, entre les niveaux ou les
caractéristiques des principales couches de sol rencontrées et les indications figurant dans le rapport établi
par le conseil en géotechnique de l'Entrepreneur (co-traitant au sein du groupement titulaire du marché) au
terme des reconnaissances complémentaires du sol , l'Entrepreneur sera tenu de les signaler au plus tôt au
contrôle externe en remettant la fiche de forage correspondante. Si elles sont de nature à remettre en cause
les hypothèses de calcul prises en compte, il fixera avec lui les adaptations éventuellement nécessaires au
projet.

Contrôles de la boue de forage

L'entrepreneur devra fournir, dans le cadre des documents de suivi, les valeurs des paramètres
caractéristiques mesurées à chacun des stades de mise en œuvre de la boue (boue neuve, boue recyclée,
boue en œuvre dans l'excavation juste avant bétonnage), pour chacun des forages.

L'Assistant au Maître d'Ouvrage se réserve le droit de faire effectuer contradictoirement de telles mesures
par un laboratoire de son choix, dans le cadre du contrôle extérieur, à n'importe quel stade des travaux.

Contrôles de la géométrie avant bétonnage


En complément des opérations de contrôle effectuées lors de la mise en position du matériel de forage,
l'entrepreneur fournira au contrôle externe les écarts d'implantation, d'orientation et d'inclinaison constatés
par rapport aux valeurs théoriques, en les reportant au fur et à mesure sur le Plan de Pilotage tenu à jour
sur chantier conformément aux indications de l'Article 27.1 du Fascicule 68.

L'Entrepreneur devra mettre à la disposition de l'Assistant au Maître d'Ouvrage, le matériel nécessaire à la


vérification du respect des tolérances fixées à l'Article 3.3.1 par le contrôle extérieur.

Courbes de bétonnage
L'entrepreneur établira pour chaque pieu une courbe de bétonnage (volume du béton mise en œuvre en
fonction du niveau de la surface libre du béton) selon une présentation définie dans le P.A.Q.

Pour faciliter l'analyse de cette courbe, l'entrepreneur devra remettre, dans les douze heures suivant le
bétonnage d'un pieu un rapport indiquant :

• les volumes mis en œuvre, à chaque phase de bétonnage,


• les phases de démontage partiel du tube-plongeur, et les longueurs de tube concernées, les mesures
de remontée du béton au moyen d'une sonde (avant et après démontage du tube plongeur),
• les temps de bétonnage,
• les bons de pesée de chaque livraison de béton, sur lesquels seront reportées, en plus des
caractéristiques du béton, l'heure du début et l'heure de la fin du bétonnage de la gâchée
considérée.

134
3.4.4 - Contrôles de réception

La réception des pieux forés ne pourra être prononcée qu'après vérification de leur implantation, effectuée
contradictoirement conformément à l'Article 27.2 du Fascicule 68 du C.C.T.G., et au vu des résultats des
essais de contrôle de la qualité de leur exécution, définis ci-après.

La réalisation de ces essais et leur analyse, qui feront l'objet d'un compte-rendu, seront confiés par
l'Entrepreneur à un laboratoire spécialisé, dans le cadre de son contrôle interne. Ce laboratoire sera désigné
par les concurrents dès la remise de leur offre. Ces essais n'auront lieu qu'après que le béton ait atteint sept
jours d'âge et comprendront, au minimum, pour chaque pieu :

• son auscultation par la méthode sonique en transparence, conformément aux stipulations de la


norme NF P 94-160-1, suivant tous les trajets périphériques et sécants rendus possibles par
l'agencement des tubes d'auscultation, pour vérifier la continuité du fût et la bonne homogénéité du
béton, la vitesse de propagation sera donnée en mètres/seconde sur toute la hauteur du pieu,
• le carottage du fond du pieu dans les tubes 102/114.
• Après acceptation des pieux, tous les tubes seront vidés de leur eau et rebouchés par injection au
coulis de ciment à l'aide d'un tuyau plongeur.

Détection d'anomalies - Investigations complémentaires


Si, à la suite d'un défaut de mise en œuvre, l'un des tubes d'auscultation ne permet pas d'effectuer le
contrôle, l'entrepreneur exécutera un carottage dans le voisinage immédiat du tube inutilisable.

En cas d'anomalies qualitatives du béton, décelées par la méthode d'auscultation sonique ou de carottage, il
sera procédé à des investigations complémentaires qui pourront être :
• s'il s'agit d'un défaut de fût, un carottage mécanique du pieu jusqu'au niveau de chaque zone
douteuse (avec prélèvement d'une carotte incluse), l'implantation de chaque carottage étant définie
par l'Entrepreneur et soumis à l'agrément du contrôle externe.
• s'il s'agit d'un défaut du fond de pieu, la perforation des réservations à l'aide d'un wagon drill suivi
d'un essai à l'eau et à l'air comprimé par simple gravité ou pression de quelques bars pour mettre, le
cas échéant, en évidence une communication entre tubes dans cette zone.

Si cet examen confirme le défaut de contact, il sera procédé à une réparation ou à des injections au coulis
de ciment de manière à redonner à la zone perturbée une cohésion et compacité correcte entre le sol et
l'ancrage du pieu, le coulis susceptible d'être utilisé pour cette opération devra être proposé à l'agrément du
contrôle externe.

Dans tous les cas, l'Entrepreneur aura à produire une justification de la capacité résistante des sections où
auront été relevés des défauts. Suivant les conclusions du contrôle externe sur l'origine des défauts, le
procédé de forage et de bétonnage pourra alors être modifié. Les frais de ces modifications, investigations et
calculs complémentaires seront à la charge de l'Entrepreneur, ainsi que le coût des travaux confortatifs
nécessaires pour remédier aux malfaçons (injections, pieux supplémentaires, modifications de semelles...).

3.4.5 - Points critiques - Points d'arrêt

3.4.5.1 Points critiques

I - MATERIAUX - FOURNITURES - MATERIELS


Délai de Préavis
Pour l'intervention du
contrôle externe
ACIERS (Armatures de béton armé - Chemises ou gaines définitives) 3j
Identification sur chantier 3j
- Conditions de stockage
CAGES D'ARMATURES ET EQUIPEMENTS
(Raidisseurs, aciers de levage, centreurs, tubes d'auscultation et carottage)
5j
MATERIEL D'EXECUTION
Machines de forage, trépan, engins de manutention 5j
Station de boue de forage 5j
(type boue, fabrication, stockage, régénération, rejets) 5j
- Viroles - Tubes de travail

135
- Colonne de bétonnage - Tube plongeur
II - MISE EN OEUVRE 5j
IMPLANTATION
- dispositions pour centrage tubes de travail, viroles, murettes, guide
2j
CONTROLES D'EXECUTION 2j
- Amorce du forage (verticalité ou bonne inclinaison) 1j
Opérations de forage (niveaux tubes, eau, boue...) 1j
Fond et parois de forage (nettoyage, géométrie), 1j
Coupe de forage 1j
Recépage

3.4.5.2. Point d’arrêt


Délai de préavis Délai de décision de
I – MATERIAUX – FOURNITURE – MATERIELS Pour intervention du l’A.M.O
contrôle externe Après avis du
contrôle externe
BETON
- Indentification matériaux (ciment, eau, granulats, adjuvants) 10j
- Justification de la formule 5j
- Epreuve de convenance 5j
ACIERS (Armatures de béton armé – Chemises ou gaine définitives)
- Accord de provenance 10j

II – MISE EN BETON

- PIEU D'ESSAI, DE CONVENANCE, OU PREMIER PIEU 10j 5j


(Méthode choisie, matériel utilisé, mise en œuvre du béton)

- IMPLANTATION
- Implantation topographique 5j

CONTROLES D'EXECUTION 2j
Mise en place cage d'armatures dans le forage 5j
Contrôles de conformité du béton
- Accord de bétonnage
(Curage final, recyclage boue, amorçage par bouchon, 1j
rotation toupies, ...)
- Arasement
1j
- Auscultation sonique, carottage
5j 2j

ARTICLE 4 - PIEUX PREFABRIQUES

Les pieux préfabriqués (au sens du fascicule 68 du C.C.T.G : pieux battus, pieux
Les dispositions géométriques (dimensions, distance entre inclinaison, élargissement de la base), seront
conformes à l'Article C5.2 et C5.3 du Fascicule 62 du C.C.T.G

Les dispositions géométriques (dimensions, distance entre axes ou plutôt entre nus de fondations
élargissement de la base), seront conformes à l'Article C5.2 et C5.3 du Fascicule 62 du C.C.T.G.

Nota  : Cet article sera complété par les spécifications particulières à la solution proposée par l'Entrepreneur.

ARTICLES 4 : PUITS

4.1 - CARACTERISTIQUES GENERALES


Les puits seront conformes à la définition donnée à l'Article 22.7 du Fascicule 68 du C.C.T.G., ou dans G5 du
Fascicule 62 Titre V, complétée comme suit :

La caractéristique la plus spécifique des puits est de nécessiter la descente de l'homme en fond de forage
pour y effectuer tout ou partie des opérations nécessaires à leur exécution.

136
Les méthodes et les procédures d'exécution proposées par l'Entrepreneur dans son P.A.Q., à l'agrément du
contrôle externe devront tenir compte avec la plus grande vigilance des exigences de la sécurité des
personnes. L’avis « sans observation » du P.A.Q. ne pourra être accordé qu'après approbation du Plan de
Sécurité et de Protection de la Santé (P.P.S.P.S.) ces deux documents devant évidemment cohérents entre
eux.

Les parois de l'excavation seront systématiquement soutenues par un blindage étanche, même en terrain
apparemment cohérent et stable sauf en cas de rocher franc en profondeur, avec l'accord exprès du contrôle
obtenu après reconnaissance du rocher en place par son Laboratoire.

Le béton des puits sera un béton respectant les stipulations du Fascicule E4 "Bétons et Mortiers" pour tout
ce qui concerne les constituants, la fabrication, le transport, les études (y compris convenances) et les
contrôles.
Le choix du liant tiendra compte de l'agressivité des terrains traversés ou de l'eau en présence malgré tout le
sol (modification des temps de prise, pertes de résistance du béton due à la présence de matières d'eau
chargée en sels, de substance chimiques, de gaz, etc.)

5.2 - MISE EN ŒUVRE

5.2.1 - Implantation -Tolérances géométriques


Les conditions générales d'implantation seront conformes aux prescriptions de l'Article 25 du Fascicule 68 du
C.C.T.G. complétées par ce qui suit :

Tolérances d'implantation et de verticalité


La tolérance d'implantation en plan est fixée à 8 cm en tête de chaque puits.
Les défauts de verticalité ne devront pas excéder 5 mm par mètre en moyenne sur toute la hauteur.
Procédure d'implantation
L'Entrepreneur précisera dans le P.A.Q. les moyens et les méthodes qu'il compte utiliser pour assurer :
• la précision d'implantation et de nivellement des têtes de puits,
• le respect de la verticalité des parois,
• le contrôle de la profondeur notamment en cas de cages d'armatures préfabriquées.

Plan de pilotage
Ce plan de pilotage sera établi dans le cadre du Programme d'exécution des Fondations, conformément aux
prescriptions du présent Fascicule du C.C.T.P.

5.2.2 - Excavation

Principes généraux
Les méthodes et les moyens seront choisis de façon à éviter toute décompression et tout remaniement des
terrains entourant la fondation.

Tant que la profondeur le permettra, le creusement pourra être réalisé à la pelle mécanique ou à l'aide d'une
benne hydraulique depuis le sommet des puits (les bennes à câbles ne seront pas autorisées). Au-delà, ou si
le site ne le permet pas, le creusement pourra être réalisé par une préparation préalable à l'explosif bien
maîtrisée, conformément aux prescriptions ci-après.

Afin d'assurer la sécurité du personnel, la hauteur de déblai autorisée sans mise en place de blindage sera
établie en fonction des conditions de sol et soumise à l'agrément du coordonnateur sécurité et du contrôle
externe : elle ne pourra toutefois pas dépasser un mètre.

L'excavation ne sera arrêtée qu'après l'accord du Laboratoire du contrôle extérieur.

En raison des sujétions éventuelles d'exécution et des contraintes d'environnement, le cycle de rotation des
camions devra permettre l'évacuation des terres extraites au fur et a mesure de l'excavation.

Un nettoyage manuel du fond du puits sera réalisé avant sa réception par le Maître d’œuvre et le laboratoire
spécialisé de l'Entrepreneur, dans les conditions définies à l'Article 5.8 du présent Fascicule.

137
Restriction à l'usage des explosifs :
L'emploi d'explosifs devra être expressément autorisé par le Maître d'Ouvrage, pour la phase d'excavation
considérée, et sera exclusivement réservé :

• au pétardage des blocs isolés dans les matériaux de couverture, si leur diamètre est supérieur à un
mètre, et seulement s'ils sont entièrement contenus dans le volume de terrain théorique à excaver,
• aux déblais dans le substratum rocheux compact.

Venues d'eau
L'entrepreneur proposera à l'agrément du contrôle externe les dispositions et les matériels qu'il prévoira de
mettre en œuvre en cas de venues d'eau, conformément aux prescriptions de l'article 26.9.1 du Fascicule
68.

Pour la traversée de sols cohérents (rocher fissuré), un épuisement des eaux d'infiltration à travers les
fissures, permettra le déroulement des travaux dans des conditions satisfaisantes. Il devra cependant être
tenu compte de la profondeur du puits, notamment si celle-ci est importante dans le dimensionnement des
pompes et on veillera au bon fonctionnement des exutoires.

(Il est rappelé que, conformément à l'article 26.9.1 du Fascicule 68 du CCTG, "l'exécution de puits sous la
nappe phréatique dans les sols peu cohérents est interdite, sauf si la nappe est rabattue à l'extérieur du
puits").

5.3 - SPECIFICATIONS POUR L'EXCAVATION AU MOYEN D'EXPLOSIF


Sans objet.

5.4- BLINDAGE

Il est rappelé qu'en fonction des contraintes du site et des sujétions de réalisation, le creusement des puits
pourra nécessiter la mise en œuvre de blindages même en terrain apparemment cohérents et stables. La
conception des blindages devra tenir compte notamment de la nature des différentes couches de terrains
traversées et de la pente naturelle du substratum.

Le type et la technique de blindage devront par ailleurs être adaptés en fonction des contraintes du site
d'exécution.

Les plans de détails et les calculs justificatifs définitifs seront soumis, avec la partie du P.A.Q. relatives aux
fondations, durant la période de préparation des travaux.

Les blindages seront conformes aux prescriptions de l'Article 26.9.1 du Fascicule 68, complétées par les
indications ci-après :

• L'utilisation du bois ou de toute matière putrescible sera interdite.


• Le remplissage entre blindage perdu et terrain devra être assuré par un béton de blocage, et si
nécessaire par des injections de remplissage à l'aide d'un mortier de ciment mis en place sous faible
pression.
• Dans le rocher franc, le blindage pourra être remplacé, après accord du Maître d'Oeuvre, par un
soutènement plus léger en béton projeté d'épaisseur minimale 8 cm, armé d'un treillis soudé,
destiné à protéger le personnel contre les chutes éventuelles de matériaux.

5.5- FERRAILLAGE

Les méthodes de mise en œuvre des cages d'armatures devront être soumises à l'agrément du contrôle
externe. En particulier, les points suivants devront être convenablement résolus :

• Tronçonnement des cages en secteurs,


• Hauteur unitaire des tronçons limitant les recouvrements,
• Calage provisoire des portions de cage,
• Liaisonnement entre secteurs,

138
• Accès et plates-formes de travail pour réaliser ces opérations.

5.6 - BETONNAGE

Le bétonnage de chaque puits ne pourra être entrepris qu'avec l'accord du contrôle externe, après réception
de l'excavation par l'Assistant au Maître d'Ouvrage, selon les indications figurant à l'Article 5.8 ci-après, et
après réception du ferraillage.

Le bétonnage sera conduit selon les prescriptions de l'Article 26.9.2 du Fascicule 68, complétées comme
suit:
• L'extrémité inférieure de la colonne (ou de la gouttière) de bétonnage, ne devra jamais être à plus
de un (1 ) mètre de hauteur au-dessus du béton en place.
• Le béton sera vibré : il sera donc nécessaire de recourir à des plates-formes de travail amovibles
pour les opérations de mise en place et de vibration du béton.

Recépage
Les puits seront bétonnés jusqu'à dix (10) centimètres au-dessus de la cote théorique de la tête de puits
correspondant au niveau inférieur de la semelle de béton armé. Cette hauteur supplémentaire sera ensuite
repiquée au marteau-piqueur, et toute trace de béton pollué sera éliminée.

5.7 - DISPOSITIONS COMPLEMENTAIRES RELATIVES A LA SECURITE

Compte tenu de l'importance particulière des problèmes de sécurité et des conséquences qu'ils peuvent
avoir dans la conception et les coûts des méthodes d'exécution, quelques indications de principe, non
exhaustives, sont rappelées ci-après.

Ces dispositions seront ensuite précisées dans le détail, dans le cadre du P.A.Q., en cohérence avec le Plan
Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé (P. P.S.P.S) et soumises à l'agrément du coordonnateur.

La sécurité des personnes (travailleurs de l'Entreprise ou du contrôle externe, ou même intervenants


extérieurs) devra être assurée à chacune des phases d'exécution des puits, en respectant la réglementation
en vigueur, et les recommandations techniques publiées par les organismes habilités.

Les installations de surface seront aménagées pour éviter les chutes de personnes, de matériaux, ou d'outils
dans
les excavations, notamment :

• en disposant une palissade hermétique et résistante aux chocs en bordure du trou,


• en dégageant une bande d'au moins un mètre de large de tous dépôts, débiais, gravats et matériels
autres que ceux utilisés pour les travaux,
• en traitant correctement le problème des accès et du positionnement des engins d'exécution,
• en purgeant, protégeant, et surveillant si nécessaire, les talus de la plate-forme.

Les moyens d'accès du personnel (descente et remontée) seront soumis à l'agrément du contrôle externe
(nacelles à commande électrique équipées d'un câble de sécurité, échelles à crinoline avec paliers de repos,
conçues comme pouvant servir d'abri contre les chutes,...)- L'espace d'évolution de chaque terrassier devra
être suffisant et compatible avec le matériel utilisé en fond de puits, et le nombre de terrassiers sera limité
en fonction du diamètre D du puits :

1 terrassier pour D < 3 m - 2 terrassiers pour D > 3 m

Les opérations de descentes de matériels ou matériaux (blindages, treillis soudé, portions de cages
d'armatures, ...) ou d'évacuation des déblais, seront conçues en évitant, dans la mesure du possible, la
présence de main-d’œuvre dans le puits, ou au moins en lui offrant un abri sûr, sans que cela exempte des
vérifications nécessaires des outils utilisés, ni des précautions à la mise en œuvre, comme le remplissage des
bennes ou godets d'évacuation des terres en-dessous de leur capacité.

Un homme devra rester en permanence en surface au bord du trou pour surveiller le personnel travaillant au
fond. Au moins pour les phases les plus critiques, il s'agira du responsable désigné de l'exécution des puits.
139
Le fond du puits sera éclairé en très basse tension pour éviter les risques d'électrocution. Des dispositions
particulières devront être proposées en cas de recours au béton projeté.

Ventilation - aspiration
L'atmosphère sur le lieu de travail devra être constamment respirable et contrôlée. Une installation
d'extraction d'air ou une ventilation forcée sera prévue pour évacuer les poussières et, s'il y a lieu, les
fumées d'explosifs après chaque tir, ou les gaz de combustion éventuels des outils ou petits engins utilisés
en fond de fouille.
Détection de gaz dangereux
Un appareil de contrôle de l'atmosphère devra faire partie de l'équipement de travail chaque fois que le
sous-sol est susceptible de renfermer des gaz dangereux.

Certains appareils détecteurs conviennent pour indiquer la présence de quantité dangereuse de gaz
inflammables (explosimètres), de gaz toxiques ou de gaz carboniques (appareils de détection
colorimétriques, analyseurs, réactifs chimiques,...), ou pour signaler le manque d'oxygène dans l'atmosphère
(appareils à détection d'oxygène).
Si des doutes sérieux existaient sur la qualité de l'atmosphère, un contrôle préalable à la reprise des travaux
devrait être effectué par une personne compétente.

Le danger peut provenir de gaz nocifs naturels, occlus dans le sol ; ainsi dans la traversée de couches de
tourbes, on peut avoir un dégagement de méthane. Des mélanges air-gaz inflammables peuvent être source
de risque d'explosion sous l'effet d'une étincelle produite par un outil, ou par des travaux effectués en
surface. L'oxyde de carbone rarement observé à l'état naturel peut provenir de tuyauteries ou
d'échappements de moteurs à combustion interne situés au voisinage de l'orifice du puits. Les atmosphères
dangereuses les plus fréquemment rencontrées dans l'exécution de puits sont :

• manque d'oxygène ;
• méthane ;
• oxyde de carbone ;
• hydrogène sulfuré.

Le tableau suivant résume les risques, symptômes et moyens de détections.

Atmosphère
Origine Risques Symptômes Détections
dangereuse

Manque d'oxygène Faible pression Asphyxie Les symptômes avant Appareils à détection
atmosphérique. coureurs d'oxygène.
Dilution de l'oxygène (bourdonnements,
par d'autres gaz respiration rapide et
(méthane ...) ou profonde) ne se
oxydation de pyrites manifestent pas
de fer toujours.
L'inconscience du
travailleur peut être
brutale.
Gaz carbonique. Moteurs à explosions. Asphyxie. Palpitations. Appareils de détection
Usage d'explosifs. Respiration difficile. colorimétrique.
Etat naturel. Effet narcotique.

Oxyde de carbone Moteurs à explosions. Asphyxie. Maux de tête à faible Carboxymètres. Appareils à
(voir F.T. INRS n°47). Feux. concentration. détection colorimétrique.
Gaz après usage Nausées, Détecteur au sulfite de
d'explosifs. vomissements. palladium. Analyseur à infra-
Inconscience brutale rouge.
à forte concentration.
Méthane. Matières organiques. Explosion (mélange Aucun à faible Explosimètres.
air-gaz). Asphyxie à concentration (non
forte concentration toxique).
par manque d'O2 Voir manque d'O2 à
forte concentration.
Hydrogène sulfuré. Egouts. Déchets Irritation. Irritation oculaire. Odeur d'œuf pourri à faible
140
(voir F.T. INRSn0 32) urbains. Intoxication. Signes nerveux concentration. Papier à
Asphyxie. Explosion à pulmonaires et g a l'acétate de plomb. Appareils
4,5 % en volume stro- intestinaux. de détection colorimétrique.
dans l'air.

5.8 - ASSURANCE DE LA QUALITE

5.8.1 - Plan d'Assurance de la Qualité

Un responsable de l'exécution des puits sera désigné par l'Entrepreneur dans le cadre de l'organisation
générale du chantier. Ce responsable devra être en permanence sur le chantier durant l'ensemble des
travaux concernant cette exécution.

Les procédures d'exécution établies conformément à l'Article 7.2 du Fascicule 68 définiront notamment, en
tenant compte de l'ensemble des prescriptions du présent C.C.T.P., en particulier celles de l'Article 1.4 du
présent Fascicule :
• les installations de surface (aires de travail, accès, précautions pour assurer la stabilité des talus)
• les méthodes et le matériel d'excavation et d'évacuation des déblais, éventuellement variables avec
la profondeur
• le contenu et la présentation du carnet de forage
• la nature et les caractéristiques des blindages, éventuellement variables selon les terrains
rencontrés,
• les méthodes et le matériel de mise en place et d'assemblage des armatures passives,
• les méthodes et le matériel d'épuisement des eaux,
• les méthodes et les outils de mise en place du béton, et de sa vibration (utilisation d'une plate-forme
de travail maintenue au-dessus du niveau supérieur du béton),
• le recépage.

La décomposition des phases d'exécution et les dispositions relatives à la sécurité seront précisées dans le
détail (avec dessins à l'appui).

Ces documents seront remis durant la période de préparation des travaux, définie à l'Acte d'Engagement.

5.8.2 - Epreuve de convenance

La réalisation du premier sera conçue comme une épreuve générale de convenance des méthodes et des
outils d'excavation, de blindage et de bétonnage, ainsi que de l'ensemble des dispositions relatives à la
sécurité.

L'Entrepreneur, dans le cadre de son contrôle externe, dressera, en présence de l'Assistant au Maître
d'Ouvrage et/ou de son Laboratoire, un procès-verbal des observations recueillies au cours de l'exécution de
ce puits, et fournissant les éléments d'appréciation sur la convenance des procédés, des outils et des
matériaux mis en œuvre. C'est à ce stade que l'état du matériel et les caractéristiques de rendement
pourront être constatées et comparées aux indications du P.A.Q. Suivant les résultats constatés dans ce
procès-verbal, la modification du procédé d'exécution pourra s'avérer nécessaire, sans que l'Entrepreneur
puisse prétendre à une indemnité.

Le coût de la rédaction du procès-verbal et les délais pour les adaptations du matériel de l'entreprise,
éventuellement nécessaires pour la levée du point d'arrêt avant exécution des puits suivants seront compris
dans le « Puits - mise en station ».

5.8.3 - Contrôles d'exécution

Contrôle des fournitures


Les matériaux et fournitures des différents constituants des blindages seront réceptionnés selon les
prescriptions des fascicules du présent C.C.T.P. traitant de la technique correspondante.

Les contrôles de conformité du béton des puits seront effectués conformément aux prescriptions du
Fascicule E4 "Bétons et Mortiers" du présent C.C.T.P. Le contrôle des armatures de béton armé sera effectué
conformément aux prescriptions du Fascicule E5.

141
Pour les épreuves de contrôle des bétons les prescriptions correspondantes sont définies à l'Article 6.5.1 du
Fascicule E4 du CCTP.

Carnet de forage
L'Entrepreneur tiendra à jour un carnet de forage, dont le contenu et la présentation auront été agréés par
le contrôle externe.

Ce carnet contiendra pour chaque forage, une fiche géologique donnant toutes les indications sur la nature
et les niveaux N.G.C. des couches de terrain, et signalant toutes les difficultés rencontrées et tous les
incidents qui ont pu se produire, petits ou grands (éboulements, venues d'eau, dégagements de gaz,...) en
précisant la phase de creusement et en formulant des observations, par exemple, sur les conditions
climatiques qui les avaient précédés.
Deux exemplaires de ces fiches devront être remis aux contrôles externe et extérieur à la fin de chaque
forage.
Pour chaque puits, l'Entrepreneur devra effectuer des prélèvements géologiques suivant l'ensemble des
règles suivantes :

• au moins un prélèvement par couche géologique rencontrée,


• un prélèvement tous les 3 mètres dans la partie courante de l'excavation,
• un prélèvement tous les 0,50 mètre dans les trois derniers mètres,
• un prélèvement en fond de puits.

Ces prélèvements seront conservés par l'Entrepreneur, séparément, à l'abri des intempéries dans des boites
étiquetées en plastique transparent, fournies à ses frais par l'Entrepreneur.

L'Entrepreneur établira une coupe lithographique de chaque fondation comportant l'indication des niveaux
N.G.C. des différentes couches de terrain, et remettra un exemplaire reproductible dans le mois qui suivra la
fin de l'exécution de la fondation.

Par ailleurs, l'Entrepreneur sera tenu de signaler au contrôle externe, en dehors des incidents comme
indiqué ci-dessus, toute modification dans les moyens d'excavation ou de blindage des parois, et de lui
soumettre sans retard les dispositions nouvelles qu'il compte prendre pour remédier aux non-conformités
éventuelles.

Réception de l'excavation

Avant mise en œuvre des armatures et après curage du fond du puits, il sera procédé à la réception
contradictoire de l'excavation par le contrôle externe de l'Entrepreneur, en présence de l'Assistant au Maître
d'Ouvrage, qui comprendra :

• un relevé complet de la géométrie réelle du puits et des écarts par rapport à la géométrie théorique
(contour et position de la section en tête de puits, variabilité par rapport à la verticale du contour de
la paroi, niveau et horizontalité du fond de fouille),
• une vérification de la qualité du fond de fouille (nature, homogénéité des caractéristiques
mécaniques, anomalies géologiques éventuelles,...}.

Toutes les mesures et observations feront l'Entrepreneur.

L’objet d'un rapport de compte-rendu, établi à sa charge par

En fonction des anomalies relevées en fonds de fouilles ou pendant l'excavation, des reconnaissances
géotechniques complémentaires pourront éventuellement être effectuées sur proposition de l'entrepreneur
ou sur demande du contrôle externe. L'entrepreneur ne pourra prétendre à indemnités pour toutes les
sujétions en découlant et notamment les délais d'attente pour la réalisation de ces reconnaissances et leur
interprétation.

ARTICLE 6 - AUTRE TYPE DE FONDATION

A compléter le cas échéant par les concurrents.


142
ARTICLE 7 - RECONNAISSANCES COMPLEMENTAIRES

7.1 - OBJET DES RECONNAISSANCES complémentaires

Les travaux de reconnaissances concernent les fondations de l'ouvrage. L'Entrepreneur devra compléter les
reconnaissances géotechniques réalisées à l'initiative du Maître d'Ouvrage avant l'appel d'offres par des
investigations complémentaires, notamment au droit de chacun des appuis de la solution qu'ils proposent.
Le programme de ces reconnaissances sera établi par le conseil en géotechnique de l'Entrepreneur (membre
du groupement titulaire du marché). Ce bureau d'études devra également assurer le suivi et l'interprétation
des reconnaissances. Il établira un rapport géotechnique qui sera transmis par l'Entrepreneur au contrôle
externe et au Maître d'Ouvrage.

Ces reconnaissances se feront au moyen de sondages carottés et de sondages destructifs. Tous les
sondages destructifs donneront lieu à l'enregistrement des paramètres de foration.

Les essais prévus par le programme des reconnaissances complémentaires seront choisis parmi les essais
décrits à l'annexe E1 « caractères représentatifs du comportement des sols » du fascicule 62 titre V du
CCTG. Ils seront effectués conformément aux normes citées dans cette annexe.

Les essais de chargement des fondations profondes seront conduits jusqu'à la rupture de portance du sol,
conformément à la norme NF P 94-150-1.

7.2 - PRESTATIONS à la charge de l'entrepreneur

L'Entrepreneur détachera sur le chantier le personnel spécialisé nécessaire à la réalisation des sondages,
forages, essais et mesures demandés. L'Entrepreneur aura également à sa charge les prestations suivantes

• fourniture de boîtes à casiers pour rangement des carottes et des cuttings extraits des sondages.
Ces caisses seront marquées de manière indélébile et porteront l'indication du numéro du sondage,
des profondeurs de manœuvre et de prise d'échantillons. Ces cuttings devront être prélevés tous les
mètres. Les boîtes seront stockées provisoirement sur le chantier en un lieu à l'abri des intempéries
et des actes de vandalisme. L'Entrepreneur aura en plus à sa charge le transport et le stockage
définitif jusqu'au lieu qui lui sera désigné par le Maître d'Ouvrage.
• conditionnement et étiquetage complet des échantillons prélevés (numéro du sondage, profondeur,
type d'outil utilisé .,.),
• transport des échantillons jusqu'au laboratoire d'essais,
• fourniture d'eau, d'électricité, de boue, de combustible et de toutes les matières et matériels
nécessaires à l'exécution des travaux,
• remise en état et nettoyage des lieux et abords immédiats des têtes de sondages après travaux.
Chaque forage destructif fera l'objet d'un enregistrement automatique des paramètres suivants :
• vitesse instantanée d'avancement,
• poussée,
• couple de rotation,
• énergie de réflexion,
• pression d'injection,
• temps.

7.3- RELEVE DES NIVEAUX D'EAU ET DES DISCONTONUITES SUR CAROTTES

7.3.1 - Relevé des niveaux d'eau

L'Entrepreneur devra noter dans chaque forage la cote du niveau de l'eau. Il notera également au cours de
l'exécution de tous les sondages les incidents ayant affecté le niveau de l'eau dans le forage et les variations
de ce niveau. Un relevé général sera fait également à la fin de la reconnaissance. Ces indications devront
être reportées sur les coupes de sondages,

7.3.2 - Relevé des discontinuités sur carottes

143
L'Entrepreneur relèvera sur les carottes réalisées dans la craie les discontinuités existantes, leurs
espacements et leur nature. Il indiquera sur les coupes leurs caractéristiques (géométrie, remplissage...) et
les indices de discontinuités.

7.4 - ECHANTILLONS REMANIES - ECHANTILLONS INTACTS

Les cuttings (prélevés tous les mètres et au moins à chaque changement de faciès) et les carottes seront
placés dans des caissettes, numérotées à l'extérieur et à l'intérieur, et facilement identifiables- qui seront
stockées par les soins de l'Entrepreneur dans un local fermé durant l'exécution des travaux. Ces échantillons
seront ensuite stockés dans les locaux désignés par le Maître d'Ouvrage.

Certains de ces échantillons pourront être conservés dans des sachets en plastique, afin de maintenir une
teneur en eau constante. Les caissettes feront environ 1,00 m x 0,60 m xQ.,15 m et permettront de
juxtaposer 2 ou 3 rangées de carottes.

Les échantillons intacts seront conservés dans des gaines étanches et paraffinées en vue de leur analyse et
de leurs essais en laboratoire, l'échantillon ayant été prélevé directement dans la gaine placée au préalable
dans le carottier. En aucun cas les échantillons intacts ne devront avoir un diamètre inférieur à 85 mm ; leur
longueur sera au minimum de 1,00 m.

La charge du transport des échantillons entre le chantier et le lieu de stockage défini ultérieurement par le
Maître d'Ouvrage incombera à l'Entrepreneur.

7.5 - PRESENTATION DES DOCUMENTS A REMETTRE PAR L'ENTREPRENEUR

A la fin de chaque intervention, l'Entrepreneur remettra au Maître d'Ouvrage un dossier en trois exemplaires
dont un reproductible non relié, comprenant toutes les coupes de sondages, diagraphies, essais in situ,
essais de laboratoires et comptes-rendus spécifiques à chaque type d'essai.

Les photographies des carottes seront assemblées sur support au format A4, selon leur profondeur
croissante, avec indication lisible du numéro du sondage, de la caisse de carotte, et des profondeurs à
chaque extrémité de caisse.

144
Fascicule F, Assainissement

145
146
Sommaire

ARTICLE 1- ORGANISATION DÉTAILLÉE DES CONTRÔLES..................................................230


1.1 - SPÉCIFICATIONS - PRESCRIPTIONS......................................................................................................230
1.1.1 -Spécifications................................................................................................................230
1.1.2 - Prescriptions................................................................................................................230
1.1.3 - Dispositions communes................................................................................................230
1.2 - MODES DE CONTRÔLES........................................................................................................................231
1.3 - PLANIFICATION DES CONTROLES.........................................................................................................232
ARTICLE 2 - ÉTUDES D'EXÉCUTION...............................................................................................233
2.1 -CONSISTANCE DES ÉTUDES D'EXÉCUTION.............................................................................................233
2.2 - VÉRIFICATION DE LA RÉSISTANCE MÉCANIQUE DES OUVRAGES...........................................................233
2.2.1 - Ouvrages en béton armé préfabriqués ou coulés en place (hors collecteurs)....................233
2.3 - PROGRAMME DES ÉTUDES D'EXÉCUTION..............................................................................................234
2.3.1 - Généralités..................................................................................................................234
2.3.2 - Consistance du programme des études.........................................................................234
2.4 - GESTION ET CIRCULATION DES DOCUMENTS D'EXÉCUTION..................................................................234
2.4.1 - Circulation des documents............................................................................................234
2.4.2 - Délais d'établissement des documents...........................................................................234
2.4,3 - Présentation des documents.........................................................................................234
ARTICLE 3 – FOUILLES........................................................................................................................235
ARTICLE 4 - REMBLAYAGE.................................................................................................................235
ARTICLE 5 - PROTECTION EN ENROCHEMENTS........................................................................235
ARTICLE 6 - BÉTONS - MORTIERS - COFFRAGES......................................................................235
ARTICLE 7 - FOURREAUX ET CHAMBRES DE TIRAGE..............................................................235
7.1 -FOURREAUX..........................................................................................................................................235
7.1.1 -Généralités...................................................................................................................236
7.1.2 - Provenances et spécifications des matériaux..................................................................236
7.1-3 - Modalités d'exécution...................................................................................................236
7.1.4 - Contrôles et critères de réception..................................................................................236
7.1.5 - Récapitulatif des contrôles............................................................................................236
7.2 -CHAMBRES DE TIRAGES, DE RACCORDEMENT ET DE PASSAGE...............................................................236
ARTICLE 8 – DRAINS............................................................................................................................237
8.0 - GÉNÉRALITÉS ET PLANS TYPES............................................................................................................237
8.0.1 - Drains avec massifs drainants.......................................................................................237
8.1 - PROVENANCES ET SPÉCIFICATIONS DES COMPOSANTS.........................................................................237
8.1.1 - Drains.........................................................................................................................237
8.1.2 - Matériaux drainants.....................................................................................................237
8.1.3 -Géotextile pour drain avec matériau drainant..................................................................237
8.2.1 - Drains avec massif drainant..........................................................................................237
8.2.2 -Tête de drain................................................................................................................238
8.3 - CONTRÔLE ET CRITÈRES DE RÉCEPTION..............................................................................................238
8.3.1 - Tolérances géométriques et contrôles...........................................................................238
8.3.2 - Épreuves de réception et de contrôle de continuité........................................................238
8.4 - RECAPITULATIF DES CONTROLES.........................................................................................................238
ARTICLE 9 - DALOTS EN BÉTON.......................................................................................................239
9.1 - PROVENANCE ET SPECIFICATIONS DES MATERIAUX..............................................................................239
9.2 - MODALITES D'EXECUTION....................................................................................................................239
9.2.1 - Modalités générales (dalots préfabriqués)......................................................................239
9.2.2 – Pose...........................................................................................................................239
9.3 - CONTRÔLE ET RECEPTION...................................................................................................................240
147
9.3.1 - Contrôle des matériaux................................................................................................240
9.3.2 - Contrôle des fouilles.....................................................................................................240
9.3.3 - Contrôle du remblaiement de la fouille..........................................................................240
9.3.4 - Contrôle des bétons.....................................................................................................240
9.4. - RÉCAPITULATIF DES CONTRÔLES........................................................................................................240
ARTICLE 10 - CUNETTES.....................................................................................................................241
ARTICLE 11 - FOSSÉS...........................................................................................................................241
11.1 - FOSSE EN TERRE (LE CAS ECHEANT)..................................................................................................241
11.1.1 - Modalités d'exécution.................................................................................................241
11.1.2 -Tolérances géométriques.............................................................................................241
11.2.1 - Provenance et spécification des matériaux...................................................................241
11.2.2 - Modalité d'exécution...................................................................................................242
11.2.3 - Contrôles et critères de réception................................................................................242
11.4 - RÉCAPITULATIF DES CONTRÔLES.................................................................................242
ARTICLE 12 - CANIVEAUX..................................................................................................................242
12.1 - PROVENANCE ET SPECIFICATIONS DES MATERIAUX ET ELEMENTS......................................................242
12.2 - MODALITE D'EXECUTION....................................................................................................................243
12.3 - CONTROLE ET CRITERES DE RECEPTION............................................................................................243
12.4 - RECAPITULATIF DES CONTROLES.......................................................................................................243
ARTICLE 13 – BORDURES...................................................................................................................243
13.1 - PROVENANCE ET SPECIFICATIONS DES MATERIAUX............................................................................243
13.2 - MODALITE D'EXECUTION....................................................................................................................244
13.3 - CONTROLE ET CRITERES DE RECEPTION............................................................................................244
13.4 - RECAPITULATIF DES CONTROLES.......................................................................................................244
ARTICLE 14 - DESCENTES D'EAU.....................................................................................................244
ARTICLE 15 - REGARDS.......................................................................................................................244
15.1 - REGARDS EN BÉTON...........................................................................................................................244
15.1.1 - Provenance et spécifications des matériaux.................................................................245
15.1.2 - Modalités d'exécution.................................................................................................245
15.1.3 - Contrôles et critères de réception................................................................................245
15.2-TAMPONS.............................................................................................................................................245
15.2.1 - Provenance et spécifications des matériaux.................................................................245
15.2.2 - Modalités d'exécution.................................................................................................245
15.2.3 - Contrôles et critères de réception................................................................................245
15.3 - Récapitulatif des contrôles...................................................................................................................246
ARTICLE 16 - OUVRAGES DE TÊTE..................................................................................................246
16.1 - OUVRAGES DE TETE COULES EN PLACE..............................................................................................246
16.1.1 - Provenance et spécification des matériaux...................................................................246
16.1.2 - Modalité d'exécution...................................................................................................246
16.1.3 - Contrôle et critères de réception.................................................................................246
16.2 - RÉCAPITULATIF DES CONTRÔLES.......................................................................................................246
ARTICLE 17 - OUVRAGES DE RACCORDEMENT.........................................................................247
17.1 - PROVENANCE ET SPECIFICATIONS DES MATERIAUX............................................................................247
17.2 - MODALITES D'EXECUTION..................................................................................................................247
17.3 - CONTROLE ET CRITERES DE RECEPTION............................................................................................247

148
ARTICLE 1- ORGANISATION DÉTAILLÉE DES CONTRÔLES

1.1 - SPÉCIFICATIONS - PRESCRIPTIONS

Les exigences en matière de qualité se traduisent soit sous forme de spécifications (exigences soit sous
forme de prescriptions (exigences de moyens).

1.1.1 -Spécifications

Les spécifications font l'objet d'un contrôle dit de conformité et sont relatives :
• à la qualité des produits et matériaux entrant dans la composition de l'ouvrage,
• au respect des tolérances géométriques :
- fond de forme,
- lit de pose avec arc d'appui,
- fil d'eau (et éventuellement extrados),
- cote de remblaiement,
• à la qualité de l'enrobage et du compactage des matériaux de remblaiement.

Le tableau 1 ci-après définit ces spécifications de façon non exhaustive.

1.1.2 - Prescriptions

Les prescriptions font, elles, l'objet d'un contrôle :


• au démarrage de la production (acceptation préalable des produits, des matériels, ou de l'ensemble
de la chaîne de réalisation). Cette acceptation de l'ensemble de la chaîne sera conditionnée par
provisoire de chacun de ses maillons.
• en cours de production :
- conditions de mise en œuvre,
- interfaces physiques ou matérielles entre 2 ouvrages contigus ou dépendant l'un de
appartenant à des marchés différents.

L'Entrepreneur précise dans son plan d'assurance de la qualité (PAQ) l'ensemble des moyens requis
(comprenant les éventuels moyens prescrits par le Maître d'ouvrage).

Le tableau 1 ci-après définit ces prescriptions de façon indicative et non exhaustive.

1.1.3 - Dispositions communes

Le fascicule A du CCTP et les chapitres du présent fascicule F propres à chaque technique précisent les
dispositions à prendre pour la gestion et l'assurance de la qualité, et en particulier les exigences minimales à
respecter en terme de contrôle.

A ce titre, on trouvera dans le tableau 1 ci-après la mention des points clés et des points d'arrêts qui
font l'objet de dispositions spécifiques.

Rappel des définitions :


• les points sensibles : points de contrôle attaché à une situation qui, en cours d'exécution méritent une
attention spéciale,
• les points clés : points sensibles pour lesquels il a été décidé d'effectuer un contrôle intérieur, le
Maître d'ouvrage étant formellement informé du moment de son exécution et/ou de son résultat,
• les points d'arrêt : points clés pour lesquels un accord formel du Maître d'Œuvre est nécessaire à
la poursuite de l'opération (la levée d'un point d'arrêt peut être associée à un contrôle extérieur en
cours de production ou de conformité).

TABLEAU 1 : Principes d'application des prescriptions et des spécifications

EXIGENCES
PHASES
(Stipulations)

149
PRESCRIPTIONS SPECIFICATIONS
(production) (conformité)
EN COURS DE
ACCEPTATIONS RÉSULTATS
PRODUCTION

• Fournitures diverses • (fourniture assurée par Attestation de


Fabrication des bétons l'Entrepreneur)** Matériel Fonctionnement* conformité par lot*
• Transport / stockage / ** Épreuves ** Granulo, dosage, béton,
déchargement Matériel ** aciers

• Mise en œuvre :
- implantation Conditions de mise en /
Matériel **
œuvre : - température (T
Procédés d'exécution et
- fouille/fond de forme/ °C), - absence de nappe
de réception Dimensions Nivellement*
lit de pose phréatique ou d'eau De
(étanchéité, ...) *
ruissellement Nivellement *
- pose
Étanchéité **
- compactage/remblais Compacité *
- coulage in-situ Planche d'essai Epaisseur
• Gestion et archivage
Forme des données **
des résultats

* point clé ** point d'arrêt

1.2 - MODES DE CONTRÔLES

La modalité retenue pour le PAO est la C ; on distingue donc plusieurs modes de contrôle :

Nature du Organisée, déclenché, réalisé sous


Objet(s) du contrôle
contrôle l’autorité, financé et interprété
Contrôle L’entrepreneur Assurer que la qualité requise est obtenue
intérieur
comprenant
Contrôle La chaine de production 1) valider l’auto-contrôle de chacun sur ses
interne (exécutants et hiérarchie des équipes du propres tâches
chantier, sous-traitants, fournisseurs)
(réalisé en 2) S’assurer que les travaux sont exécutés
complément de Mandate une personne pour réaliser le et vérifiés conformément aux règles
l’auto-contrôle) contrôle (y compris un éventuel labo établies (prescriptions du marché,
intervenant à la demande) procédures du PAQ, règles de l’art, …
Contrôle La direction de l’entrepreneur 1) Mener des actions de surveillance
externe qui mandate une personne indépendante (fiabilité du contrôle interne et de la
de la chaine de production gestion des non-conformités, contrôles
(réalisé en inopinés)
complément du (membre de sa direction technique ou
contrôle qualité, personnel d’un chantier voisin, 2) Effectuer des contrôles planifiés :
interne) laboratoire externe…) - vérifications (contrôle en cours de
production)
- essais (contrôles de conformité aux
spécifications du marché)

CONTROLE LE MAITRE D'ŒUVRE 1) S'assurer que l'Entrepreneur définit et


EXTÉRIEUR sur demande du Maître d'œuvre, prend les dispositions pour gérer et
en s'appuyant au besoin sur des assurer la qualité => Vérifier qu'il met
(réalisé en prestataires d'assistance technique effectivement en œuvre et tient à jour
complément du (prestataires du domaine publics) son PAO (fiabilité du contrôle interne,
contrôle pour les essais de conformité contrôles inopinés, audits
intérieur) système, ...)
2) Réaliser des essais planifiés (cf. plan de
contrôle extérieur : contrôles en cours
150
de production, essais de conformité,
et levée de points d'arrêt le cas
échéant)

3) Rassembler les documents établis au


titre du PAO de l'Entrepreneur, et
permettant de justifier que la qualité
requise a été obtenue

1.3 - PLANIFICATION DES CONTROLES


Le tableau 2 ci-après, présente, de façon générale, les principes retenus en matière de contrôle, notamment
en ce qui concerne la répartition entre contrôle extérieur à la charge du Maître d'œuvre (noté M) et le
contrôle intérieur à la charge de l'Entrepreneur (le contrôle externe est noté E, le contrôle interne est noté
I). La notation M' veut dire qu'il s'agit d'un contrôle inopiné par sondage sur un échantillon.

Ce tableau reste indicatif. Le détail des contrôles minimum prescrits figure pour chaque type d'ouvrage
d'assainissement dans les sous-chapitres appropriés du présent fascicule F (au sein du texte, puis au moyen
d'un tableau récapitulatif précisant en particulier la périodicité minimale de certains contrôles).

En s'appuyant sur ses propres modes opératoires, et en complément de ce qui est spécifié dans le présent
CCTP, l'Entrepreneur précise dans son PAQ, pour chaque tâche le nécessitant :

• le mode de contrôle (interne, externe),


• la manière avec laquelle le contrôle est effectué (visuel, sur base de mesures et d'essais...},
• la fréquence des contrôles (1 par jour, 2 tous les 300 ml, ...),
• les points sensibles retenus (en particulier les points clés),
• les modalités d'intervention du Maître d'ouvrage aux points d'arrêt.
Sur la base de l'ensemble des éléments qui précèdent, le Maître d'œuvre ajuste son plan de contrôle
extérieur, en précisant en particulier les interfaces matérielles évoquées au § F1.1.2.

TABLEAU 2 : Principes de planification des contrôles

CONTRÔLES
ACCEPTATION ou EN COURS DE CONFORMITE Observations
PHASES CONVENANCE PRODUCTION (spécifications)
(Prescriptions)
Fournitures :
- ouvrages préfabriqués
M I E et M'
- béton prêt à l'emploi
M I M'
- tuyaux &accessoires
M I E et M'
- aciers
M I M'
- granulats
M I M
- géomembranes
M I E et M’

Fabrication des bétons l et M' E et M'

CONTRÔLES

PHASES ACCEPTATION ou EN COURS DE CONFORMITÉ Observations


CONVENANCE PRODUCTION (Spécifications)
(Prescriptions)
Transport /
déchargement l et M'

Stockage :

- Ouvrages prêtas l et M' l et M'


- tuyaux accessoires
l et M’’l et M1
151
- granulats
- géomembranes
Mise en œuvre : Procédés d'exécution / Nivellement(E+M')
-implantation et de réception (M) l - l et M' Nivellement (l/M')
fond de forme / lit de (étanchéité, .,.) Étanchéité (E/M)
pose -pose des éléments l et M' l et M' l et M' Compacité (E/M1)
-compactage/remblais

-coulage in-situ Planche d'essai (M) l et M' Épaisseur (E/M1)


Levé des ouvrages
exécutés E et M'
Gestion et archivage M 1 et M' M

Légende / mode de contrôle :

I : Interne E : Externe M : Extérieur M' : Extérieur inopiné

ARTICLE 2 - ÉTUDES D'EXÉCUTION

2.1 -CONSISTANCE DES ÉTUDES D'EXÉCUTION

Les prestations ainsi que les délais de fourniture sont indiqués dans le fascicule A.

2.2 - VÉRIFICATION DE LA RÉSISTANCE MÉCANIQUE DES OUVRAGES

Tous les ouvrages sous remblai ou sous chaussées feront l'objet d'une note de calcul de résistance
mécanique (justification de la série utilisée) à partir des hypothèses suivantes.
De plus les ouvrages fondés sur ou dans le terrain naturel feront l'objet d'une note géotechnique dans
laquelle seront précisées les dispositions constructives en complément ou en remplacement de celles
indiquées dans le présent fascicule.

2.2.1 - Ouvrages en béton armé préfabriqués ou coulés en place (hors collecteurs)

Matériaux :

• Béton : se reporter à l'article 6 du présent fascicule


• Armatures B.A. : enrobage minimal 3 cm
• Remblais : Masse volumique humide : 1,8 à 2,2 T/m3 (suivant la nature du remblai),
Angle de frottement interne PHI - 30 degrés,
Cohésion : C = 0,
Coeff. de Marston :
Annexe 4 du PICF EL.
• Coefficient de poussée du sol :
Piédroits des ouvrages type "cadre fermé" : poussée horizontale 0,25 < Kp < 0,50 Murs en aile des
ouvrages de tête : poussée horizontale Kp = 0,30
Hypothèses de chargements :
• Charges routières : Systèmes A, Bc, Bt,
• Charges en cours de construction : minimum 1,5 kN/rn 2 sur les aires de travail et les zones de
passage,
• Tassement (fascicule 62 Titre V) : à déterminer suivant la nature des sols rencontrés.
Dalots
Remise d'une note de calcul classique utilisant les hypothèses de trafic. Les engins de chantier seront
considérés dans les combinaisons d'actions réglementaires comme des charges sans caractère particulier,
appliquées en service.
Il faut noter qu'un cavalier de protection pourra être mis en place de façon à ce que l'effet des engins de
chantier soit minimisé dans le dimensionnement de l'ouvrage.

Le coefficient de majoration dynamique ne sera pas inférieur à :


152
• 1,2, si la couverture provisoire de terres sur l'ouvrage a une épaisseur supérieure ou égale à 2 m,
• 1,5, si cette épaisseur est inférieure à 2 m.

2.3 - PROGRAMME DES ÉTUDES D'EXÉCUTION


En complément du fascicule A du CCTP, les précisions suivantes sont apportées.

2.3.1 - Généralités

L'Entrepreneur fournit un programme des études d'exécution intégrant un calendrier prévisionnel sous forme
de diagramme à barre faisant ressortir :
• les zones d'intervention,
• les chemins critiques et les marges en tenant compte de la succession des tâches - études
d'exécution -contrôles du Maître d'œuvre.
Une réunion préliminaire de coordination a lieu pendant la période de préparation des travaux qui permet au
Bureau d'étude de l'Entrepreneur de présenter la méthodologie pour l'élaboration des notes de calculs et
plans d'exécution.

Ce programme devra être en cohérence avec le programme général des travaux dont la consistance figure
dans le fascicule A et les délais d'exécution à l'Acte d'Engagement. Il est remis à jour par l'Entrepreneur en
tenant compte de l'avancement réel du chantier. L'Entrepreneur est tenu de justifier par un mémoire
explicatif de cette mise à jour du programme.

2.3.2 - Consistance du programme des études

L'Entrepreneur soumet à l'acceptation du Maître d'œuvre :


a) la liste prévisionnelle des notes de calculs (y compris la note géotechnique spécifique à l'ouvrage) et
c:es plans par catégorie d'ouvrages (ouvrage de traversée hydraulique, ouvrage de décharge,
ouvrage oe plate-forme, bassins),
b) les propositions techniques éventuelles nécessaires pour compléter les indications des documents
contractuels du marché,
c) une notice décrivant la méthodologie, les méthodes de calcul, les hypothèses que l'Entrepreneur
aura retenues {méthode de découpe des éléments, méthodologies de blindage, etc..) en
complément de celles indiquées au marché, en indiquant ou en rappelant la valeur des différents
paramètres ou coefficients retenus,
d) la présentation des différents programmes de calcul informatiques éventuels qui seront utilisés, avec
les notices correspondantes et des exemples de calcul.

2.4 - GESTION ET CIRCULATION DES DOCUMENTS D'EXÉCUTION

2.4.1 - Circulation des documents


L'Entrepreneur est tenu de communiquer aux équipes chargées de la réalisation des travaux les plans ayant
reçu le visa du Maître d'ouvrage. Le non respect de cette consigne entraîne l'arrêt immédiat des travaux
correspondants et si nécessaire, la reprise aux frais de l'entrepreneur des ouvrages ou parties d'ouvrages
exécutés.

2.4.2 - Délais d'établissement des documents

II est rappelé qu'aucun ouvrage ne pourra être exécuté si les documents d'exécution correspondants n'ont
pas reçu le visa du Maître d'ouvrage. Au cas où l'Entrepreneur passerait outre, le Maître d'ouvrage prononce
l'arrêt immédiat des travaux correspondants, sans que l'Entrepreneur puisse se prévaloir d'aucune
indemnité.

2.4,3 - Présentation des documents

a) Cartouche

153
Le cartouche est soumis à l'approbation du Maître d'ouvrage lors de la réunion de démarrage des études
d'exécution. Il fera apparaître clairement la version et la date du document.
La numérotation des documents sera conforme à la nomenclature de récolement qui sera remise par le
Maître d'ouvrage.

b) Formats des documents

• Notes de calculs : Format A4,


• Mémoires justificatifs et notes techniques des fournisseurs ou constructeurs : Format A4,
• Plans : Format A3 de préférence si les échelles sont compatibles,
• Dessins des ouvrages en béton armé :
- Plans d'ensemble : échelle 1/200 ou 1/100,
- Plans des remblais contigus et des fouilles : échelle 1/100,

• Avant-métrés par ouvrage : tableau avec indication des éléments constitutifs tels que :
- diamètre ou dimensions,
- longueur totale et nombre d'éléments,
- classe de résistance,
- dispositifs amont et aval,
- volume de terrassement,
- volume d'assise et de remblai de protection,
- volume de béton,
- etc, ...

Avec indication des prix unitaires de bordereau s'appliquant à l'ouvrage.

ARTICLE 3 – FOUILLES

Se référer aux prescriptions du fascicule D - Terrassements.

ARTICLE 4 - REMBLAYAGE

Se référer aux prescriptions du fascicule D - Terrassements.

ARTICLE 5 - PROTECTION EN ENROCHEMENTS

Se référer aux prescriptions du fascicule D - Terrassements.

ARTICLE 6 - BÉTONS - MORTIERS - COFFRAGES

Se référer aux prescriptions du fascicule E4 - Bétons et Mortiers.

ARTICLE 7 - FOURREAUX ET CHAMBRES DE TIRAGE

7.1 -FOURREAUX

7.1.1 -Généralités
Des fourreaux seront positionnés sous les trottoirs afin de permettre le passage des réseaux existants et
futurs

7.1.2 - Provenances et spécifications des matériaux


Les fourreaux en PVC seront de diamètres extérieurs 160 et 200 série II.
Les spécifications sont identiques à celles de l'article 9.2.1. du fascicule F (F9.2.1)

7.1-3 - Modalités d'exécution


Les fourreaux sont posés sous trottoir. La pose est conforme aux dispositions définies dans les plans types
et s’effectue systématiquement après réalisation de la PST.
Les fouilles sont réalisées obligatoirement par tranchage.

154
Les fourreaux sont calés au moyen de cavaliers ou supports posés en fonds de fouille. L'alignement et le
niveau de chaque élément est contrôlé par l'Entrepreneur.
Les fourreaux sont munis d'une aiguille d'acier galvanisé de 3mm de diamètre ou d'un fil synthétique tressé,
dont chaque extrémité sera enroulée sur un piquet fiché dans le sol. Elle devra pouvoir supporter des efforts
de traction de 180 daN au minimum. Un échantillon sera présenté au Maître d'Œuvre pour approbation.
Les extrémités des fourreaux sont obturées au moyen d'une planchette. Elles sont repérées au moyen d'un
piquet muni d'une planchette sur laquelle sont indiqués le point kilométrique et le nombre et la taille des
Le remblaiement est effectué en béton de blocage tel que défini à l'article F6.1.1.

7.1.4 - Contrôles et critères de réception


Les tolérances géométriques sont les suivantes :
TOLÉRANCES D'EXÉCUTION

Implantation en plan Altitude du fil d'eau Écart ±5 cm


angulaire entre deux éléments successifs ± 1 cm
selon règles du fabricant et acceptation

Les contrôles géométriques sont réalisés à l'avancement et avant bétonnage.


L'autorisation de bétonnage sera soumise à l'accord préalable du Maître d'œuvre après production des
résultats des contrôles.

7.1.5 - Récapitulatif des contrôles

En cours de
Tâches Acceptation,... Conformité Nature Fréquence
production
Approvisionnement idem § F9.8
et mise en place des
tuyaux pour
fourreaux
Remblayage et Procédés de I Compacité sous E et M 100ml avec 1
compactage des compactage (M) chaussée mini par zone
fourreaux d'implantatio
n.
I : interne E : Externe M : Maître d'œuvre

7.2 -CHAMBRES DE TIRAGES, DE RACCORDEMENT ET DE PASSAGE

Les chambres utilisées seront du type agréé et répondront à ta norme NF P98-050 ou similaire. Compte tenu
de leur utilisation, 2 types de chambres sont à retenir en fonction de leur implantation :

Elles seront équipées de couvercles pouvant résister à des charges de 250 kN. Ces couvercles seront
conformes à la norme NF EN 124 ou similaire. Elles seront également équipées ;
• du cadre en acier galvanisé,
• de 2 potelets supports de consoles (l'entraxe entre les 2 potelets sera de 50 cm de manière à
pouvoir installer une boite de jonction sans équipement supplémentaire),
• de 3 anneaux de tirage.

ARTICLE 8 – DRAINS

8.0 - GÉNÉRALITÉS ET PLANS TYPES

8.0.1 - Drains avec massifs drainants

Un drain avec massif drainant est composé de :


• une enveloppe géotextile,
• un drain PVC,
• un massif en matériau drainant.

155
8.1 - PROVENANCES ET SPÉCIFICATIONS DES COMPOSANTS

8.1.1 - Drains

Les tuyaux pour drains sont en PVC conformément à la norme NF T54-003 ou similaire.

Ils sont de section semi-circulaire avec des fentes transversales dans leur partie supérieure et de section
trapézoïdale dans leur partie inférieure.
Ils répondent aux prescriptions de la norme NF P16-351 ou similaire, proviennent d'usines agréées et sont
soumis à l'acceptation du Maître d'œuvre.

Les drains auront une résistance à l'écrasement permettant le passage d'un camion de chantier avec une
charge à l'essieu supérieure à 20 T, sans se rompre lorsqu'ils sont enterrés à 80 cm de profondeur.

8.1.2 - Matériaux drainants

Les matériaux de massif drainant sont fournis par l'Entrepreneur et soumis à l'acceptation du Maître
d'œuvre. Ils proviennent de fournisseurs agréés.
Les matériaux répondent aux spécifications de l'article relatif aux matériaux de remblai.

8.1.3 -Géotextile pour drain avec matériau drainant

Le géotextile devra répondre aux spécifications suivantes :


• résistance à la traction > 16kN/m,
• déformation à l'effort maximal > 25%,
• permittivité > 2,5 seconde ± 1 seconde'1
• porométrie 095 < 150 microns.

Il devra être certifié et il devra provenir d'usines agréées. 8.2 - MODALITÉS D'EXÉCUTION

8.2.1 - Drains avec massif drainant

Les drains avec massifs drainants sont mis en place conformément aux plans type du marché. La pose se
fera dans les conditions climatiques favorables pour éviter le colmatage du géotextile. La pose des drains se
fait de la manière suivante :
• Réalisation de la tranchée à l'avancement (100 mètres d'avance maximale par rapport à la pose des
drains), conformément à l'article relatif aux fouilles.
• Pose du géotextile,
• Remplissage avec matériau drainant et mise en place simultanée du drain pour le calage,
• Rabattement du géotextile avec un recouvrement minimum de la largeur de la tranchée ou
utilisation d'un procédé de fermeture type clips plastique

Ces opérations peuvent être réalisées simultanément par un même équipement.

8.2.2 -Tête de drain

Les têtes de drains sont posées sur un béton de propreté conformément aux plans.

Un joint est réalisé entre le drain et la tête de drain à l'aide d'un mortier ou produits spécifiés conformes aux
spécifications de l'article relatif aux bétons.

8.3 - CONTRÔLE ET CRITÈRES DE RÉCEPTION

8.3.1 - Tolérances géométriques et contrôles

Les tolérances des drains et les têtes de drains sont les suivantes :
• planimétrie : + 5 cm pour l'axe théorique,
• altimétrie : ± 1 cm.
Les mesures de contrôle sont effectuées tous les 100 m avec un minimum de 1 par ouvrage.

156
8.3.2 - Épreuves de réception et de contrôle de continuité

Des épreuves de mise en eau sont exécutées par l'entrepreneur. Il a à sa charge la fourniture du personnel,
matériel, matériau colorant et de l'eau nécessaire aux épreuves.

Les épreuves sont effectuées à l'eau, à l'aide d'un injecteur hydraulique à haute pression capable d'inspecter
des drains d'une longueur minimale de 150 mètres.

Les regards situés tout au long du parcours de la section sont ouverts et nettoyés : la circulation de l'eau
dans le drain et à l'exutoire est constatée. Un procès-verbal des épreuves est dressé contradictoirement.

En cas de blocage dû à un étranglement, ou rupture du drain, une fouille est effectuée pour identifier
l'origine du défaut et il est procédé à la réparation du drain aux frais de l'Entrepreneur.

Les frais occasionnés par ces contrôles, fouilles et réparations éventuelles sont inclus dans les prix de mise
en œuvre.

8.4 - RECAPITULATIF DES CONTROLES

En cours de
Tâches Acceptation Conformité Nature Fréquence
production

Drains Géotextile non 1U


Examen visuel Examen
tissé Tête de drain 1 rouleau
visuel Examen visuel
1u

Mise en place du drain Implantation Mise en eau


I letM1 100ml
avec massif drainant : hydrocureuse MP

Géotextile composite
(nappe drainante) Examen visuel 1 rouleau
Produits (M) letM' letM1
Enveloppe géotextile I Implantation Mise en eau 100ml tout le
Procédé (M) letM
: hydrocureuse linéaire

I : Interne M : Maître d'œuvre M' : Maître d'œuvre inopiné

ARTICLE 9 - DALOTS EN BÉTON

9.1 - PROVENANCE ET SPECIFICATIONS DES MATERIAUX

Les dalots seront préfabriqués ou coulés en place. Dans le premier cas ils proviendront d'usines soumises à
l'acceptation du Maître d'œuvre. Dans le second cas ils feront l'objet de contrôles supplémentaires liés à la
réalisation d'ouvrages en béton armé (cf. article 6).
Si les dimensions de l'ouvrage le justifient, le fabricant calcule les armatures et l'épaisseur des parois selon
les règles, en fonction du recouvrement, de la classe de chaussée et d'une hypothèse de fissuration
préjudiciable. La note de calcul est à la charge de l'Entrepreneur. Pour les ouvrages préfabriqués dont la plus
grande dimension n'excéderait pas 2 mètres, les notes de calcul du fabricant pourront être admises.

Les dalots préfabriqués sont munis d'ancres métalliques pour la manutention et le ferraillage est étudié pour
prendre en compte les efforts particuliers des opérations de levage.

Chaque élément préfabriqué porte une marque indélébile qui indique :


• le nom du fabricant ou de l'usine,
• la série des éléments,
• la date de fabrication,
• la date à partir de laquelle il peut être mis en œuvre.

Ils doivent permettre l'emboîtement à l'aide de joints d'étanchéité intégrés.

157
9.2 - MODALITES D'EXECUTION

9.2.1 - Modalités générales (dalots préfabriqués)

Les prescriptions définies par le fabricant seront transmises, avant mise en œuvre, au maître d'œuvre pour
agrément.

Aucune coupe d'élément ne doit être effectuée sur le chantier. L'Entrepreneur fait son affaire de l'ajustement
des ouvrages aux longueurs théoriques par coupe en usine.

La manutention et la pose des éléments respectent les recommandations du fabricant. Les éléments
emboîtables sont disposés avec l'extrémité mâle vers l'aval.

9.2.2 – Pose

La fouille a une largeur égale à la largeur extérieure (voir plan type). Le fond de fouille répond aux
prescriptions de l'article F3.
Une couche de fondation en matériaux insensibles à l'eau, de classe D2 ou D3 est mise en place sur une
épaisseur de 0,5 mètre. Sur cette couche de fondation, le lit de pose est constitué sur une épaisseur de 0,10

Le remblai contigu de part et d'autre de l'ouvrage est réalisé en matériaux de catégorie C1 à l'aide de petits
compacteurs selon les règles définies dans le Guide Technique «remblayage des tranchées et réfection des
chaussées» du SETRA-LCPC pour l'objectif de densification Q 3 : ce matériau est soumis à l'acceptation du
Maître d'œuvre. Son Dmax est inférieur à 120 mm.

Pour les matériaux ne possédant pas de références Proctor normal de compactage, les modalités de
compactage et de contrôle seront définies à partir d'une planche de référence préalable.

La mise en œuvre se fera symétriquement de part et d'autre de l'ouvrage. Le compactage est exécuté
parallèlement au parement, de préférence en commençant par les parties les plus éloignées et en
progressant vers celui-ci. Au-delà, le remblaiement de la fouille et du cavalier de protection éventuel est
exécuté conformément aux prescriptions de l'article F4.

9.3 - CONTRÔLE ET RECEPTION

9.3.1 - Contrôle des matériaux

Pour chaque matériau l'Entrepreneur réalise, pour 250 m 3 de matériaux, une analyse granulométrique ainsi
que les essais nécessaires à la détermination des paramètres permettant leur classification, y compris l'état
hydrique.

9.3.2 - Contrôle des fouilles

Compacité :
Le fond de fouille doit avoir une densité supérieure à 95% de l'Optimum Proctor Normal.

L'Entrepreneur pourra proposer un appareil de mesure (de type pénétromètre léger) adapté en cas de fond
de fouille inaccessible sous réserve de références probantes.

L'Entrepreneur effectuera deux (2) essais pour chaque ouvrage de moins de vingt (20) mètres de large ;
pour les ouvrages plus larges ces essais seront établis par tranche de vingt (20) mètres. Le plan de contrôle
sera soumis par l'entreprise à l'acceptation du Maître d'œuvre.
Caractéristiques géométriques :

Les niveaux de fond de fouilles devront respecter les cotes théoriques avec une tolérance de ± 3 cm. En
plan, la tolérance sera de ± 5 cm.

L'Entrepreneur contrôle les caractéristiques géométriques à l'avancement des travaux et au minimum à


chaque essai de compacité.
158
9.3.3 - Contrôle du remblaiement de la fouille

L'Entrepreneur effectue des mesures de compacité avec la périodicité suivante :


• 1 mesure tous les 100 m3 de remblaiement
• 1 mesure tous les 50 m3 pour les couches de matériaux relatives aux fondations, lit de pose,
épaulement jusqu'à mi-tuyau et remblai contigu.

Le plan précis de contrôle est proposé par l'entreprise au Maître d'œuvre.


L'Entrepreneur pourra proposer un appareil de mesure (de type pénétromètre léger) adapté en cas de fond
de fouille inaccessible sous réserve de références probantes.

9.3.4 - Contrôle des bétons

Les résultats des autocontrôles effectués en usine sont communiqués au Maître d'œuvre.

9.4. - RÉCAPITULATIF DES CONTRÔLES

Tâches Acceptations
En cours de Conformité Nature Fréquence

production

Eléments béton Produit (M) Note de Examen visuel (épaufrures,


l et M’ letM1 1u
calcul PICF temps de séchage^.)

Matériaux de remblai Matériaux (u) Granulométrie et ES 1 250 m"

Lit de pose Procédé compactage .. Compacité fond de fouille EetM1 cf. F10.3.2
l
(M) . OPN > 95%
Pose des éléments à x < 5 cm A z < 3 cm
béton Plan de contrôle du l et M’ cf. F10.3.2
1 Compacité EV2> 80 MPa
remblaiement E et M' cf. F10.3.3
EV2/EVï < 2
l : Interne E : Externe M : Maître d'œuvre M' : Maître d'œuvre inopiné

ARTICLE 10 - CUNETTES

Il s’agit des cunettes coulées en place ou non. Elles seront réalisées conformément aux plans types, en
béton B25. Le réglage est réalisé avec une tolérance de ± 2 cm en plan.

RECAPITULATIF DES CONTROLES

En cours de
Tâches Acceptations Conformité Nature Fréquence
production
Examen visuel
Cunettes M l et M1 L'unité
(épaufrures, fissure,
écaillage, ...)
Géométrie : Ax < 2 cm
Mise en place l et M 10ml
Az < 2 cm
des éléments
planéité < 0,5 cm
Béton de pose Voir F6
I : Interne M : Maître d'œuvre V : Maître d'œuvre inopiné

ARTICLE 11 - FOSSÉS

11.1 - FOSSE EN TERRE (LE CAS ECHEANT)

159
11.1.1 - Modalités d'exécution

Un piquetage préalable est mis en place aux points de brisure de pente ou de changement d'axe. S'il y a
nécessité d'adapter la pente du fossé au terrain naturel, un pré-terrassement préalablement compacté sera
exécuté.

L'Entrepreneur réalisera les fossés si l'état d'avancement des travaux exige ou à la demande du Maître
d'ouvrage.
Le fil d'eau est réglé conformément aux plans visés par le Maître d'ouvrage.

Tous les matériaux seront soit évacués en dépôt définitif soit réutilisés en remblai après accord du Maître
d'oeuvre. La mise en cordon latéral est interdite.

11.1.2 -Tolérances géométriques

Les tolérances géométriques à respecter sont :


• en plan ± 5 cm
• en nivellement ± 3 cm

Un contrôle tous les 100 mètres est effectué ainsi qu'aux changements de pente. 11.2 - FOSSE REVETU EN
BETON COULE EN PLACE

11.2.1 - Provenance et spécification des matériaux

Les ciments, granulats, sables et adjuvants proviennent d'usines et de gisements soumis à l'acceptation du
Maître d'œuvre et répondent aux spécifications de l'article F6.1 du présent fascicule. Le béton utilisé est
conforme à l'article F6.1.1.3.

En cas d'utilisation de coffrages glissants, une formulation particulière doit être étudiée et soumise à
l'acceptation du Maître d'œuvre.

11.2.2 - Modalité d'exécution

Le profil en travers des fossés sera conforme aux plans types.

Les matériaux extraits lors de la réalisation du fond de forme sont évacués en dépôt définitif.
Après coulage du béton, des joints de retrait tous les cinq (5) mètres et des joints de dilatation tous les
trente (30) mètres sont réalisés au moyen d'un procédé soumis à l'acceptation du Maître d'œuvre.

Les joints de dilatation sont remplis avec un matériau permettant d'assurer une parfaite étanchéité et devant
résister aux ultraviolets et aux hydrocarbures.

Le produit de remplissage est soumis à l'acceptation du Maître d'œuvre.

11.2.3 - Contrôles et critères de réception

Tolérances géométriques :
 en plan : ±5 cm
 en nivellement : ± 3 cm pour le fond de forme
 en nivellement : ± 1 cm pour le fil d'eau

Un contrôle tous les 100 mètres est effectué, ainsi qu'aux changements de pente avec un minimum de 2 par
zone bétonnée.

Le contrôle des bétons est conforme aux dispositions de l'article FG.

11.4 - RÉCAPITULATIF DES CONTRÔLES

160
En cours de
Tâches Acceptations Conformité Nature Fréquence
production
Fossé en terre I Géométrie Ax < 5 cm Az
l et M' 100ml
< 3 cm
Fossé revêtu en Géométrie Ax < 5 cm Az
Voir F6 Voir F6 l et M' 100ml
béton coulé en < 3 cm Az fil d'eau < 1
place cm
I : Interne M : Maître d'œuvre M’: Maître d'œuvre inopiné

ARTICLE 12 - CANIVEAUX

Il s’agit de caniveaux en béton préfabriqués posés en accotement, en bord de chaussée ou sous chaussée,
donc éventuellement soumis à circulation.

12.1 - PROVENANCE ET SPECIFICATIONS DES MATERIAUX ET ELEMENTS

Les éléments préfabriqués proviennent d'usines soumises à l'acceptation du Maître d'oeuvre.

La classe de résistance du dispositif est C250 pour les caniveaux situés en pied accotement hors circulation
et D400 pour les autres, conformément à la norme NF EN 1433 ou similaire.

Le béton de pose est conforme aux prescriptions de l'article F6.1.1.

12.2 - MODALITE D'EXECUTION

Le fond de forme est réglé avant la mise en œuvre du béton.

Les matériaux extraits lors de la réalisation du fond de forme sont évacués en dépôt définitif. Un joint è est
mis en place entre chaque élément préfabriqué.

Les dallettes de couverture sont posées sur mortier (voir article FG.1.1).

Les grilles sont posées sur une cornière galvanisée solidaire du caniveau et posées dans une feuillure lors de
sa fabrication.

12.3 - CONTROLE ET CRITERES DE RECEPTION

Tolérances géométriques pour les caniveaux et pour leurs éventuels éléments de couverture :

• en plan : ±2 cm,
• en nivellement ± 1 cm.

L'espacement des contrôles est de cent (100) ml avec un minimum de un par extrémité ou par changement
d'ouvrage ; il sera porté à deux (2) ml dans le cas du caniveau sous chaussée afin de s'assurer du bon
fonctionnement de cet ouvrage dimensionné à pente minimale.

12.4 - RECAPITULATIF DES CONTROLES

En cours de
Tâches Acceptations Conformité Nature Fréquence
production
Caniveaux et Examen visuel
M + note de letM1 L'unité
dispositifs de {épaufrures, durée de
calcul
couverture séchage, ...)
100 ml (2 ml
Mise en place Géométrie Ax < 2 cm
têt M sous
des éléments M.<1 cm
chaussée)
Mortier et béton Voir F6
de pose
161
I : Interne M : Maître d'œuvre Maître d'œuvre inopiné

ARTICLE 13 – BORDURES

Les appellations utilisées pour les types de bordure sont celles de la norme NF P98-340/CN : T2, T3, CS2 et
P2.

13.1 - PROVENANCE ET SPECIFICATIONS DES MATERIAUX

Les bordures préfabriquées en béton devront être conformes aux prescriptions de la norme NF EN 1340 ou
similaire pour les critères de performance suivants :
• résistance aux agressions climatiques : D
• résistance mécanique du béton : U.

Elles proviendront d'usines soumises à l'acceptation du Maître d'œuvre et porteront le marquage « NF » ou


similaire.

Le béton de pose est conforme aux prescriptions de l'article F6.1.1.2.

13.2 - MODALITE D'EXECUTION

Le fond de forme est réglé avant la mise en œuvre du béton.


Un joint d'étanchéité résistant aux sels de déverglacage est mis en place entre chaque élément préfabriqué.

13.3 - CONTROLE ET CRITERES DE RECEPTION


Tolérances géométriques :

• en plan : ±2 cm,
• en nivellement : ± 2 cm.

Les écarts en tête de bordure et sur le fil d'eau - mesurés à la règle de 3m - ne doivent pas dépasser 0,5 cm ni
présenter de contre-pente ou de point bas.

13.4 - RECAPITULATIF DES CONTROLES

En cours de
Tâches Acceptations Conformité Nature Fréquence
production

Examen visuel
Bordures M (épaufrures, fissure, l et M1 L'unité
écaillage, ...)

Géométrie : Ax < 2 cm
Mise en place
Az < 2 cm l et M 10ml
des éléments
planéité < 0,5 cm

Béton de pose Voir F6

I : Interne M : Maître d'œuvre V : Maître d'œuvre inopiné

ARTICLE 14 - DESCENTES D'EAU

II s'agit de descentes d'eau coulées en place. Elles seront réalisées conformément aux plans types, en béton
armé B25.

Le réglage est réalisé avec une tolérance de ± 5 cm en plan. Récapitulatif des contrôles

162
Tâches Acceptations En cours de Conformité Nature Fréquence
production
Descente eau Produits (M) Examen visuel I unité
toboggan

Mises en œuvre Procédé Géométrie Ax < 5 cm I unité


des descentes d'exécution (M)
d'eau

I : Interne M : Maître d'oeuvre

ARTICLE 15 - REGARDS

15.1 - REGARDS EN BÉTON

15.1.1 - Provenance et spécifications des matériaux

Les regards sont en béton armé, soumis à l'acceptation du Maître d'œuvre.


Les différents éléments des regards sont scellés entre eux par un joint élastomère ou bitumineux. Les
regards sont munis de joints intégrés aux raccordements avec les tuyaux et adaptés à la nature de ceux-ci
(béton, PVC,...).
Les regards visitables de hauteur supérieure à 1,50 m sont obligatoirement munis d'une canne télescopique
et d'échelons scellés dans les parois verticales lors de la préfabrication positionnés côté bande d'arrêt
d'urgence pour les regards situés dans l'assiette de la section courante ou côté digue pour les regards situés
près des bassins.
Les échelons et la canne sont en acier galvanisé et proviendront d'usines acceptées par le Maître d'oeuvre.

15.1.2 - Modalités d'exécution

Les regards sont posés sur un béton de propreté (F6.1.1.2) d'épaisseur minimale 10 cm.

Les dimensions de la fouille sont égales aux dimensions extérieures du regard augmentées de 0,5 m de part
et d'autre afin d'assurer un compactage soigné du remblai de fouille.
Pour les regards situés dans l'assiette de la plate-forme de la section courante, les remblais de fouille sont
obligatoirement des matériaux d'apport extérieur ou des matériaux du site traités aux liants hydrauliques
suivant les prescriptions du Maître d'œuvre. Ces regards seront fermés par un tampon provisoire.

15.1.3 - Contrôles et critères de réception

Tolérances géométriques :
Les tolérances de pose des regards sont :

• en plan : ±4 cm,
• en altimétrie ± 1 cm.

Contrôle d'étanchéité
L'Entrepreneur réalise un essai d'étanchéité à l'air conformément au protocole des essais de réception des
réseaux d'assainissement à écoulement libre (CERIB) :

• sur tous les regards borgnes,


• sur 10 % des autres regards.

15.2-TAMPONS

15.2.1 - Provenance et spécifications des matériaux

163
Les tampons sont en béton armé préfabriqués en usine ou sur chantier.
Des échelons seront scellés dans les regards pour sécuriser la descente lors de l'entretien.
Les classes de résistance prévues sont les suivantes : B 125, C 250 et D 400.
L'ensemble des grilles et tampons (provisoires ou définitifs) sont munis d'un couronnement préfabriqué en béton.

15.2.2 - Modalités d'exécution

Les cadres des tampons sont scellés au mortier dans leur couronnement béton. Ces couronnements sont
scellés au regard à l'aide d'un mortier. Les mortiers sont conformes aux spécifications de l'article F6.

15.2.3 - Contrôles et critères de réception

Les tolérances de pose des tampons sont :


• en plan : ±4 cm,
* en altimétrie : ± 1 cm.

15.3 - Récapitulatif des contrôles

En cours de
Tâches Acceptations Conformité Nature Fréquence
production

Géométrie :
Mise en œuvre regards en
I et M' unité
béton
ax ± 4 cm az ± 1 cm

Géométrie :
Scellement des échelons,
l et M' unité
tampons Ax ± 4 cm Az ± 1 cm

l : Interne M : Maître d'œuvre

ARTICLE 16 - OUVRAGES DE TÊTE

Les ouvrages de tête devront être conformes aux plans types.

Les ouvrages de tête coulés en place et dont certaines parties sont préfabriquées font l'objet d'une note de
calcul globale (pour la totalité de l'ouvrage considéré) et devront respecter les prescriptions respectives des
articles 17.1 pour les parties coulées en place et F17.2 pour les parties préfabriquées.

16.1 - OUVRAGES DE TETE COULES EN PLACE

16.1.1 - Provenance et spécification des matériaux

Les bétons sont conformes aux prescriptions de l'article F6 du présent fascicule.


Les ciments, granulats, sables et adjuvants proviennent d'usines et de gisements soumis à l'acceptation du
Maître d'œuvre et répondent aux prescriptions de l'article F6.1 du présent fascicule.
L'Entrepreneur soumet à l'approbation du Maître d'œuvre les plans et la note de calcul définissant le
ferraillage de chaque ouvrage de tête.

16.1.2 - Modalité d'exécution

Les matériaux excédentaires sont évacués en dépôt définitif. Le fond de forme est réglé soigneusement
avant la mise en œuvre du béton.

Les bétons seront vibres et resteront brut de décoffrage. Si malgré les précautions prises, les parements
après décoffrage ne sont pas lisses et présentent des creux ou balèvres, l'Entrepreneur fera disparaître les
défectuosités, à ses frais, par un ragréage soigné ou un enduit si nécessaire.

164
16.1.3 - Contrôle et critères de réception

Tolérances géométriques :
• en plan : ± 2 cm,
• en nivellement : ± 1 cm.

Contrôle du béton : conformément à l'article F6.

16.2 - RÉCAPITULATIF DES CONTRÔLES

En cours de
Tâches Acceptations Conformité Nature Fréquence
production

Bétons, mortiers cf. F6

Fond de forme :

Az ± 3 cm l et M' unité
Réalisation des
Géométrie :
ouvrages de tête
l et M' unité
Ax ± 2 cm Az± 1
cm

I : Interne M : Maître d’œuvre M' : Maître d' œuvre inopiné

ARTICLE 17 - OUVRAGES DE RACCORDEMENT

17.1 - PROVENANCE ET SPECIFICATIONS DES MATERIAUX

Les ouvrages de raccordement sont préfabriqués ou coulés en place. Les éléments préfabriqués en béton
armé proviennent d'usines soumises à l'acceptation du Maître d' œuvre. Les bétons des ouvrages coulés en
place sont conformes à l'article F6.

17.2 - MODALITES D'EXECUTION

Les ouvrages préfabriqués sont posés sur un béton de propreté (F6.1.1.2).

Les joints sont réalisés à l'aide d'un mortier conforme aux spécifications de l'article F6.1.1.1.

Les déblais des fouilles nécessaires à la réalisation des ouvrages sont évacués en dépôt définitif

17.3 - CONTROLE ET CRITERES DE RECEPTION

Tolérances géométriques des fonds de fouilles pour les ouvrages coulés en place :

 en plan : ±4 cm
 altimétrie : ±3 cm.

Tolérances géométriques des ouvrages :


 en plan : ±2 cm
 altimétrie : ±1 cm.

Tâches Acceptations En cours de conformité Nature Fréquence


production
Eléments Produits (M) Examen visuel l et M' unité
Préfabriqués
Bétons, mortiers cf. F
Réalisation des Fouilles : l et M' unité
ouvrages de ± 4 cm
raccordement ± 3 cm

165
Ouvrages unite
± 2 cm l et M’
± 1 cm

I : Interne M : Maître d' œuvre M' : Maître d' œuvre inopiné

166
CAS PARTICULIER DE LA MISE EN ŒUVRE DES
GABIONS A CELLULES MULTIPLES EN
GRILLAGE METALLIQUE
Descriptif  :
Gabions matelas d’épaisseur 0.5 à 1.00 m, en grillage métallique double torsion (-4 à +16 % sur l’entraxe
des torsades), fils Galfan® (Al5 Zn95) de 2.7 mm ou très richement galvanisé et plastifié gris ou vert de 2.7/
3.7 mm, largeur de 2 ou 3 m et longueur multiple du mètre, de 2 à 7 m avec, tous les mètres, fixés à la
base, des diaphragmes renforcés en tête par un fil de gros diamètre, conformément aux normes EN 10223-3
pour la tolérance des mailles et la résistance des fils, EN 10218-2, classe T1 pour les tolérances
dimensionnelles des fils, EN 10244-2, classe A pour les revêtements d’alliage de zinc et EN 10245-2 et
10245-3 pour les revêtements organiques de type PVC et PE. Fabrication certifiée ISO 9002.
Pour la mise en œuvre sur de fortes pentes ou en cas de fortes sollicitations, les diaphragmes pourront être
rapprochés et même remplacés par des panneaux électro soudés en fils de 3 ou 4 mm.

Pour le remplissage des gabions à cellules multiples on aura recours à des matériaux durs, insensibles à
l'eau, sains, non évolutifs, non gélifs et non friables ayant la plus haute densité possible (au minimum 2200
kgs/m3). Ce matériau devra être propre, avoir une forme homogène dans ses trois dimensions et être
constitué de galets ou de concassé de qualité. Un échantillon représentatif devra être proposé pour
agrément. La granulométrie conseillée sera comprise entre 70 et 150 mm. Il faudra éviter les trop gros
éléments. Le choix des matériaux sera soumis au maître d'ouvrage. On s'assurera que les pierres de
remplissage laissent le minimum de vide. Dans la mesure du possible, on laissera la dernière cellule vide afin
de faciliter les ligatures avec les cages suivantes. Le remplissage se fait à la pelle mécanique et on arrange
manuellement le dessus et les angles, pour garantir un remplissage optimal.

Le maître d’œuvre se réserve le droit, en cas d'anomalie ou de doute sur les matériaux livrés, de prélever
directement des échantillons sur les cages en vue de procéder à des essais de contrôle dans un laboratoire
agréé par lui. Toute livraison non conforme sera refusée et évacuée aux frais de l'entrepreneur. Les frais
d'essais éventuels réalisés en sus et donnant des résultats non satisfaisants seront facturés à l'entrepreneur.
Les gabions et accessoires de montage seront de qualité au moins égale à celles prescrites.
Il est demandé d’interposer un géotextile de classe 3 sous la protection en gabions à cellules multiples.

Mise en œuvre :
1) Sur une surface plane et dure, relever les côtés d’extrémités puis longitudinaux et les attacher ensemble
au moyen des extrémités des barrettes. Faire la même chose avec les diaphragmes et les ligaturer aux côtés
longitudinaux. La ligature peut être faite avec du fil diamètre 2.4 mm (ayant les mêmes caractéristiques que
le fil des mailles) et en faisant un double tour une maille sur deux ou par agrafage pneumatique avec des
agrafes oméga de 45x24 mm en 3 mm (ou inox pour les cages plastifiées). Cela améliore considérablement
rendement et qualité.
2) Une fois plusieurs cages montées, les transporter à leur place définitive et les assembler entre elles (bien
solidariser les gabions entre eux sur toutes les arêtes communes).
3) Le remplissage se fait à la pelle mécanique, en commençant par le bas de la pente et en prenant soin de
garder la dernière cellule vide afin de faciliter la ligature de la cage suivante. Utiliser des matériaux non
gélifs et non friables de forme homogène, d’une granulométrie de 100 à 250 mm. Les galets permettent un
rendement supérieur. Les gabions de 0.5 m sont remplis en deux ou trois couches. Vérifier le bon
remplissage de toutes les cellules, tout particulièrement dans les coins. Le compactage n’est pas nécessaire.
4) Disposer alors les couvercles et les fixer solidement aux bases (côtés et diaphragmes). Pour avoir un
ouvrage encore plus monolithique, nous recommandons d’englober les bases et les couvercles contigus.
5) Pour la mise en œuvre des gabions en présence d’eau, utiliser un système spécifique de manutention
incluant des sangles et un palonnier. Ce procédé de mise en œuvre des matelas pleins en présence d’eau
permet de les installer précisément sous l’eau et surtout sans déformation ni endommagement du couvercle
et du revêtement des fils.

L’interposition d’un géotextile sous les gabions ou à l’arrière de l’ouvrage permet d’éviter la migration des
fines au travers de celui-ci. A titre indicatif pour toutes les opérations de ligature, la consommation moyenne
est de 30 agrafes/m2 de gabions.

167

Vous aimerez peut-être aussi