Vous êtes sur la page 1sur 117

‫اﶺﻬﻮرﻳﺔ اﳉﺰا ﺮﻳﺔ ا ﳝﻘﺮاﻃﻴﺔ اﻟﺸﻌﺒﻴﺔ‬

‫وزارة اﻟﺘﻌﻠﲓ اﻟﻌﺎﱄ و اﻟﺒﺤﺚ اﻟﻌﻠﻤﻲ‬


‫ﻠﻌﻠﻮم و اﻟﺘﻜ)ﻮﻟﻮﺟ'ﺎ ﶊﺪ ﺑﻮﺿﻴﺎف‬, ‫ﺎﻣﻌﺔ وﻫﺮان‬0

Présentée par : ACHOU Nadia

Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de


distribution

Faculté : Génie Electrique

Département : Electrotechnique

Spécialité : Electrotechnique

Option : Réseaux Electrique

Devant le Jury Composé de :

Membres de Jury Grade Qualité Domiciliation


BOUZEBOUDJA Hamid Pr Président USTO.MB
TANDJAOUI Mohamed Nasser MCA Encadrant UTMBéchar
BENDJEBBAR Mokhtar Pr Co-Encadrant USTO.MB
ALLALI Ahmed Pr Examinateurs USTO.MB
MAAMAR Khaled MCA Examinateurs UTMBéchar
MOULOUDI Youssef MCA Examinateurs UTMBéchar
BENACHAIBA Chellali Pr Invité(e) UTMBéchar

Année Universitaire : 2019/2020


Remerciements
Avant tout, je tiens à présenter ma grande reconnaissance à mes
encadreurs Mr Professeur Benachaiba Chellali et Mr Docteur Tandjaoui
Mohamed Nasser et mon Co-encadrant Mr Professeur Bendjebbar Mokhtar ;
par ses disponibilités, ses confiances et ces conseils qui m’ont persévérés une
attention constante à mon travail, ainsi que pour tous les encouragements
pendant la durée de ce travail et pour les nombreuse discussions fructueuses que
nous avons échangé. Qu'ils trouvent dans cette thèse l'expression de ma
profonde gratitude. Je tiens également à exprimer mes plus vifs remerciements
aux membres de jury pour avoir accepté d’examiner ma présente thèse, espérant
qu'ils jugent très utiles ; Messieurs :

Président Prof. BOUZABOUDJA Hamid

Examinateur Prof. ALLALI Ahmed

Examinateur MCA. MAAMAR Khaled

Examinateur MCA. MOULOUDI Youssef

A mes parents pour l’éducation qu’ils m’ont exhibée tout au long de mon
cursus. Mes frères, sœurs et mes enfants.

Merci à mon mari Mr N.Boucif très serviable, pour m’avoir tout


simplement donné une grande partie de l’énergie nécessaire pour fournir ce
travail.

Enfin, j’adresse mes remerciements à tous ceux que j’ai pu omettre de citer
et qui de prés ou de loin m’ont soutenu durant ce travail.

A tous, je dis merci.


Je dédie cette thèse aux êtres les
plus chers à mon cœur, Mon Père,
Ma mère, qui ont toujours cru en
moi et encouragée. A mes sœurs :
Ghariba, Nadjet, et Zineb à mes
Frères : Djamel et Abdelhamid à
mes enfants Chawki et Ines à mon
mari Nouraddine ; à tous mes amis
et à tous mes professeurs
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

Sommaire

Année Universitaire 2019-2020


Sommaire

Sommaire ……………………………………………………………………………… i
Liste des figures ……………………………………………………………………… ii
Liste des tableaux …………………………………………………………………..… iv
Liste des abréviations et symboles …………………………………………………… v
Introduction générale ………………………………………………………………… 1

Chapitre I : Les perturbations dans le réseau électrique


I.1. Introduction ……………………………………………………………………… 3
I.2. Creux de tension et coupures ……………………………………………….……. 4
a)- Causes externes ………………………………………………………………... 5
b)- Causes internes ……………………………………………………………….… 5
I.2.1. Perturbations impulsives ou transitoires ………………………………….….. 5
I.2.2. Conséquences creux de tension ……………………………………………... 6
I. 3. Surtensions ………………………………………………………………………. 7
I.3.1. Surtensions industrielles ……………………………………………………… 7
I.3.2. Surtensions de manœuvre ………………………………………………...…. 7
I.3.3. Surtensions atmosphériques ………………………………………………….. 8
I.3.4. Conséquence de surtension …………………………………………………... 8
I.4. Fluctuation de la tension (Flicker) …………………………………………….… 9
I.4.1. Conséquences de fluctuation de la tension ……………………………....… 10
I.5. Déséquilibre du système triphasé de tensions …………………………………… 10
I.5.1. Conséquence de déséquilibre ………………………………………………… 11
I.6. Harmoniques et inter-harmoniques ……………………………………………… 12
I.6.1. Origine des harmoniques ……………………………………………………. 12
I.6.2. Origine d’inter-harmoniques ………………………………………………… 13
I.6.3. Grandeurs harmoniques …………………………………………..….……… 13
I.6.3.1. Rang de l'harmonique ……………………………………….……..…… 14
I.6.3.2. Spectre …………………………………………………………..……… 14
I.6.3.3. Expression de la grandeur déformée ……………………………………. 14
I.6.3.4. Valeur efficace d’une grandeur déformée ………………………….…… 15
I.6.3.5. Taux de distorsion harmonique …………………………………………. 16
I.6.3.6. Facteur de puissance ……………………………………………………. 16
I.6.4. Conséquences des harmoniques ……………………………………….……. 18
I.6.5. Solutions de dépollutions harmoniques ………………………….…………. 20
I.7. Conclusion ………………………………………………………………………… 20

Chapitre II : Etude des différents types de protection des réseaux électriques

II. 1. Introduction ………………………………………………………………...…… 21


II. 2. Plan de protection ……………………………………………………………. 21
II. 2. 1. Protection à minimum d’impédance (de distance) ………………………... 22
II. 2. 2. Principe de fonctionnement d'une protection à distance ……………...…. 22
II. 2. 2. 1. Démarrage ………………………………………………………….... 23
II. 2. 2. 2. Mesure et localisation du défaut …………………………………..… 23
II. 2. 2. 3. Temporisations d'une protection à distance ………………………..… 23
II. 2. 2. 4. Avantages apportés un plan de protection numérique ……………..… 24
II. 3. Philosophie et réglages des protections du réseau ……………………………… 24
II. 3. 1. Typologie du réseau ……………………………………………………….. 24
II. 3. 2. Type de protection ………………………………………………………… 24
II. 3. 3. Technologie des protections ……………………………………………..… 25
II. 3. 4. Philosophie de réglages …………………………………………………..... 25

i
Sommaire

II. 3. 5. Adaptation de la protection ………………………………………………... 25


II. 4. Critères technologiques …………………………………………………………. 25
II. 4. 1. Ordre de grandeur ……………………………………………………….… 26
II. 4. 2. Grid-Code ……………………………………………………………….… 26
II. 4. 3. Réglage lignes aériennes HTA et THB ………………………………….… 27
II. 5. Protection différentielle longitudinale …………………………………………….. 28
II. 5. 1. Principe des protections différentielle et à comparaison de phase ………… 28
II. 5. 1. 1. Avantages des protections différentielle et à comparaison de phase …. 28
II. 5. 1. 2. Inconvénients des protections différentielle et à comparaison de phase .. 29
II. 5. 2. Ré-enclenchement automatique ……………………………………………. 29
II. 5. 2. 1. Ré-enclenchement monophasé : Lignes du réseau maillé …………..… 29
II. 5. 2. 2. Ré-enclenchement triphasé : Lignes en antennes ………………….…. 29
II. 6. Protection de surcharge thermique ………………………………………………… 29
II. 6. 1. Protection de puissance résiduelle …………………………………….…… 30
II. 6. 2. Protection de secours des lignes HTA …………………………………..…. 30
II. 6. 3. Protection de défaillance disjoncteur …………………………………..….. 31
II. 6. 4. Réglage des liaisons particulières ………………………………………..… 31
II. 6. 4. 1. Cas d’une ligne en antenne ………………………………….............. 32
II. 6. 4. 2. Cas d’une ligne très courte ………………………………………….… 33
II. 6. 4. 3. Ligne comportant un piquage ……………………………………..… 33
II. 6. 5. Réglage des protections de transformateurs THT/HT …………………….. 34
II. 6. 6. Réglage de la protection différentielle transformateur ……………………. 35
II. 6. 7. Réglage de la protection à maximum de courant des transformateurs …….. 35
II. 6. 7. 1. Protection côté HT …………………………………………............... 36
II. 6. 7. 2. Protection côté MT ………………………………………………….. 36
II. 6. 8. Réglage de la protection de surcharge thermique transformateur ………… 37
II. 6. 9. Réglage des protections transformateurs HT/MT ……………………….… 37
II. 6. 9. 1. Protection côté HT …………………………………………………… 37
II. 6. 9. 2. Protection côté MT …………………………………………………… 38
II. 6. 9. 3. Protection de neutre MT ……………………………………………... 38
II. 6. 9. 4. Résistance de limitation du courant de court-circuit à la terre ………. 39
II. 6. 9. 5. Protection masse cuve ……………………………………………….. 39
II. 6. 9. 6. Réglage des protections des départs MT ……………………………. 40
II. 6. 9. 7. Réglage du seuil violent d’un départ MT …………………………… 40
II. 6. 9. 8. Réglage du seuil de surcharge ……………………………………….. 40
II. 6. 9. 9. Réglage du seuil de courant homopolaire …………………………… 41
II. 6. 9. 10. Réglage de la protection de terre résistante …………………….….. 41
II. 7. Conclusion ………………………………………………………………………. 41

Chapitre III : Calcule et Réglage Des Protections Electriques

III. 1. Introduction ……………………………………………………………………. 43


III. 2. Plan de protection ……………………………………………………………… 43
III. 2. 1. Le régime de secours normal ………………………………………….…. 44
III. 2. 2. Le régime exceptionnel …………………………………………………... 44
III. 2. 3. Puissance de Court-circuit « Scc » ……………………………………….. 44
III. 3. Réglage des protections d’un départ MT ………………………………………. 44
III. 3. 1. Réglage du courant de phase ………………………………………….…. 44
III. 3. 2. Seuil bas (surcharge) ………………………………………………….…. 45
III. 3. 3. Calcul de Iccb ………………………………………………………….…. 45
III. 3. 4. Calcul de l’impédance HT ramené en MT ………………………………... 45

ii
Sommaire

III. 3. 5. Calcul de l’impédance du transformateur HT/MT ………………….…… 46


III. 3. 6. Calcul de l’impédance des canalisations ……………………………..….. 46
III. 3. 7. Seuil haut (violent) ……………………………………………….……… 46
III. 3. 8. Réglage du courant homopolaire ………………………………….……… 47
III.4 Réglage des protections d’une arrivée ……………………………………………. 50
III.4.1 Protection directionnelle …………………………………………………... 51
III.4.2 Protection directionnelle de phase ………………………………………. 51
III.4.3 Protection directionnelle terre ………………………………………….. 52
III.4.4 Transformateur de courant TC en Tore …………………………………… 53
III.4.5 Exemples de calculs des valeurs de réglages départ Taghit ……………… 53
III.4.6 Caractéristique de Disjoncteur ……………………………………………. 54
III.4.7 Caractéristique du transformateur de courant …………………………… 54
III.4.8 Caractéristique Tore ……………………………………………………….. 54
III.4.9 Seuil de réglage de protection ……………………………………………… 55
III.4.10 Evolution de la charge ……………………………………………………. 55
III.5 Etude du départ TAGHIT issu du poste Bechar centre 60/30 kV ………………… 55
III.5.1 Calcul du courant de phase …………………………………………………… 56
III.5.2 Calcul du courant homopolaire ……………………………………………… 58
III.6 Conclusion ………………………………………………………………………… 59

Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

IV. 1. Introduction ………………………………………………………………………. 60


IV. 2. Relais instantané de surtension ANSI 59 ………………………………………… 60
IV.2.1 Source sinusoïdale avec une charge linéaire …………………………………. 63
IV.2.2 Source non sinusoïdale avec une charge linéaire ……………………………... 64
IV.2.3 Source sinusoïdale avec charge non linéaire au jeu de barre B ……………… 65
IV.2.4 Source non sinusoïdale avec charge non linéaire au jeu de barre B ………. 66
IV.2.5 Source non sinusoïdale avec charge non linéaire au jeu de barre B …………. 68
IV.2.6 Source non sinusoïdale avec charge non linéaire au jeu de barre B …………. 69
IV.3 Relais instantané de surintensité ………………………………………………….. 72
IV.3.1. Source sinusoïdale avec charge linéaire au jeu de barre B/RMS …………… 73
IV.3.2. Source sinusoïdale avec charge non linéaire au jeu de barre B/RMS ………. 74
IV.3.3 Source sinusoïdale avec charge non linéaire au jeu de barre B/TRMS ……… 74
IV.4 Analyse des défauts de court-circuit ………………………………………………. 75
IV.5 Protection différentielle triphasée d’un transformateur …………………………… 77
IV.6 Protection directionnelle des lignes ……………………………………………….. 80
IV.6 1 Court-circuit triphasé entre les disjoncteurs D1 et D3 de la 1ère ligne à t=2s ... 84
IV.6. 2 Court-circuit triphasé entre les disjoncteurs D2 et D4 de la 2ème ligne à t=3s .. 85
IV.7 Conclusion …………………………………………………………………………..86
Conclusion générale …………………………………………………………………… . 87
Annexe
Références bibliographies

iii
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

Liste des
Figures

Année Universitaire 2019-2020


Liste des Figures

Liste des Figures


Figure I.1 Creux de tension et coupure brève 04
Figure I.2 Fluctuations lente de la tension 09
Figure I.3 Déséquilibre du système triphasé de tensions 11
Figure I.4 Représentation temporelle d'une onde déformée 13
Figure I.5 L’amplitude est souvent donnée relative a celle du fondamental 14

Figure II.1 Protection à minimum d’impédance (de distance) 22


Figure II.2 principe de la protection de distance 23
Figure II.3 a) La protection différentielle de ligne b) La protection à comparaison de phase 28
Figure II.4 Cas d’une ligne longue suivie d’une ligne courte 32
Figure II.5 d’une ligne en antenne 33
Figure II.6 Ligne comportant un piquage 34

Figure III.1 Différentes parties d’un réseau électrique 44


Figure III.2 Protections à maximum de courant de phase 47
Figure III.3 Représentation des grandeurs électriques d’un réseau pour un défaut monophasé 48
Figure III.4 Protections à maximum de courant terre 50
Figure III.5 Protection directionnelle déclenche car le sens d’écoulement du courant est anormal 52
Figure III.6 Transformateur de courant type tore 53

Figure IV.1 Fonction du relais de surtension 61


Figure IV.2 Relais instantané de surtension 62
Figure IV.3 a) Tension JB A, b) Tension JB B, c) Zoom de la tension JB B, d) Etat du disjoncteur 63
Figure IV.4 Tension JB A, b) Tension JB B, c) Zoom de la tension JB B, d) Etat du disjoncteur 64
Figure IV.5 FFT de la tension de la source 64
Figure IV.6 Tension JB A, b) Tension JB B, c) Zoom de la tension JB B, d) Etat du disjoncteur 65
Figure IV.7 FFT de la tension de la source 65
Figure IV.8 FFT du courant de la charge 66
Figure IV.9 a) Tension JB A, b) Tension JB B, c) Zoom de la tension JB B, d) Etat du disjoncteur 67
Figure IV.10 FFT de la tension de la source 67
Figure IV.11 FFT du courant de la charge 68
Figure IV.12 Tension JB A, b) Tension JB B, c) Zoom de la tension JB B, d) Etat du disjoncteur 68
Figure IV.13 FFT de la tension de la source 69
Figure IV.14 FFT du courant de la charge 70
Figure IV.15 Tension JB A, b) Tension JB B, c) Zoom de la tension JB B, d) Etat du disjoncteur 70
Figure IV.16 FFT de la tension de la source 71
Figure IV.17 FFT du courant de la charge 72
Figure IV.18 Fonction du relais de surintensité 73
Figure IV.19 Relais instantané de surintensité 73
Figure IV.20 a) Tension JB A, b) Courant JB A, c) Tension JB B, d) Courant JB. B, e) Etat du disjoncteur 74
Figure IV.21 a)Tension JB A, b) Courant JB A, c) Tension JB B, d) Courant JB. B, e) Etat du disjoncteur 74
Figure IV.22 a) Tension JB A, b) Courant JB A, c) Tension JB B, d) Courant JB.. B, e) Etat du disjoncteur 76
Figure IV.23 Protection contre les courants de court-circuit 76
Figure IV.24 Circuit de commande du disjoncteur 77
Figure IV.25 Tension de la charge, b) Courant de court-circuit, c) Zoom du….. courant de court-circuit, d) 78
Etat du disjoncteur
Figure IV.26 Protection différentielle triphasée 78
Figure IV.27 Circuit de commande du disjoncteur 79
Figure IV.28 Tension primaire, b) Tension secondaire, c) Courant primaire, d) Zoom du courant primaire, e) 81
courant secondaire, f) Etat du disjoncteur
Figure IV.29 Simulation de Protection directionnelle des lignes 82
Figure IV.30 Circuit de commande de la protection directionnelle 82
Figure IV.31 Circuit de commande du disjoncteur 83

I
Liste des Figures

Figure IV.32 Courants du réseau sans défaut 83


Figure IV.33 Etat des disjoncteurs sans défaut 84
Figure IV.34 Courants du réseau avec un défaut de court-circuit triphasé entre D1 et D3 84
Figure IV.35 Etat des disjoncteurs avec un défaut de court-circuit triphasé entre D1 et D3 85
Figure IV.36 Courants du réseau avec un défaut de court-circuit triphasé entre D2 et D4 86
Figure IV.37 Etat des disjoncteurs avec un défaut de court-circuit triphasé entre D2 et D4 86

II
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

Liste des
Tableaux

Année Universitaire 2019-2020


Liste des Tableaux

Liste des Tableaux


Tableau I.1 Conséquence de creux de tension 06
Tableau I.2 Effets des harmoniques 19

Tableau II.1 Ordre de grandeur 26


Tableau II. 2 Fonctionnement de la Protection de distance Grid code 27

Tableau III.1 Caractéristiques des conducteurs ligne aérienne 49


Tableau III.2 Caractéristiques des conducteurs câble souterrain 49
Tableau III.3 Identification de départ Taghit 54
Tableau III.4 Seuil de réglage de protection 55
Tableau III.5 Evaluation de la charge départ Taghit 55

Tableau IV.1 Paramètres du relais de surtension ANSI 59 62


Tableau IV.2 Caractéristiques électriques 63
Tableau IV. 3 Résultats obtenus 71
Tableau IV.4 Instants de disjonction 75

VI
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

Liste des
Abréviations

Année Universitaire 2019-2020


Liste des symboles et Abréviation

Symbole

Symboles Désignation

I Protection à maximum de courant phase

I
I  Protection à maximum de courant phase à deux seuils

IN  Protection à maximum de courant terre

I Protection directionnelle à maximum de courant phase


IN Protection directionnelle à maximum de courant terre
U Protection à minimum de tension
U Protection à maximum de tension
P Protection de retour de puissance active
Q Protection de retour de puissance réactive

I Protection image thermique

 f  Protection à maximum et minimum de fréquence

Transformateur

Disjoncteur
X

Disjoncteur débrochable
X

Fusible
Sectionneur

Prise de terre

Transformateur de Courant

Transformateur de Tension

Résistance
Inductance ou enroulement transformateur
Condensateur
Enroulements : Etoile / Triangle

VII
Liste des symboles et Abréviation

Abréviation
R Résistance de la ligne
Z Impédance
C Capacité
C0 capacité d’un conducteur du départ par rapport à la terre
Vb tension de basse
Un tension nominale du secondaire du transformateur
 pulsation de la fréquence fondamentale
𝑦0 valeur de la composante continue
φh déphasage de la composante harmonique de rang h.
yh valeur efficace de l’harmonique de rang h,
h rang harmonique
RMS Root Mean Square
THD Taux de distorsion harmonique
Q La puissance réactive
P La puissance active
S La puissance apparente
IC La valeur efficace du courant de charge
I1 La valeur efficace du courant fondamentale.
Ires Courant résiduel
Ir Intensité de réglage
Icc Intensité minimale de court-circuit
InT Courant nominal du transformateur.
InTC L’intensité nominale du Transformateur de Courant.
Id intensité différentiel
In Intensité nominale
Ico Courant capacitif du départ MT
PP1 des protections principales ordre un
PP2 des protections principales ordre deux
IccMax Courant de court-circuit maximal
IN.TR Courant nominal du Tr coté THT
Δt Échelon de temps sélectif
TSA transformateurs des services auxiliaires
τ Constante de temps globale
T MT Temporisation la plus élevée sur les départs MT
IccBM courant de court-circuit minimal sur les barres MT
IccBL Courant de court circuit en bout de ligne
Ilt courant de la limite thermique des conducteurs
Iccb courant de court-circuit biphasé le plus loin
K coefficient de surcharge admissible sur les conducteurs de la dorsale
Scc puissance de court-circuit triphasé du réseau amont.
Ucc tension de court-circuit
Sn puissance apparente nominale du transformateur

VIII
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

Introduction
générale

Année Universitaire 2019-2020


Introduction générale

Introduction générale

Les systèmes de l'alimentation électrique sont des réseaux complexes qui ont
des centaines stations de production, des milliers de centres de charge et des
réseaux de distribution qui sont reliés ensemble par des longues lignes de
transport d'énergie. Le souci principal des consommateurs à des divers centres de
charge où ils sont situés les systèmes de protection et la fiabilité de ce dernier.
Idéalement, les systèmes de distribution d'énergie devraient fournir aux clients
une énergie non interrompu d’une tension sinusoïdale en l'amplitude et rigide en
fréquence. Cependant, dans la pratique, et particulièrement, les systèmes de
distribution ont des nombreuses charges non linéaires qui affectent de manière
significative la pureté de la forme d'onde des tensions et la perde de l'alimentation
électrique [1].

Les utilités se concentrent souvent sur des perturbations d'utilisateur


équipement comme problèmes de qualité de puissance principale. C'est correct pour
beaucoup d’autres perturbations, fluctuation et déséquilibre de tension, harmoniques, etc.,
mais les chutes de tension ont principalement leur origine aux niveaux plus élevés de
tension. Censure en raison de la foudre, est l'une des causes les plus communes aux
immersions de tension sur les lignes aériennes. Si les pertes économiques dues aux
immersions de tension sont significatives, les actions de réduction peuvent être
profitables pour le client et égales dans certains cas pour l'utilité [1].

Les différents types de protection des réseaux électrique du transport se dégrade


incontestablement à cause de différentes perturbations. La source principale des
perturbations est l’utilisation accrue, dans l’industrie, tertiaire et même le domestique,
des charges non- linéaires. Ces derniers polluent les réseaux électriques [2].

Dans une ligne de transmission le flux de puissance est déterminé par trois
paramètres électriques essentiels à savoir la tension de la ligne, l’impédance de la ligne et

1
Introduction générale

l’angle de transport. Le changement d’un de ces paramètres électriques, produit une


variation de la puissance à travers la ligne de transmission.

Les moyens classiques du contrôle des réseaux électrique (transformateur à prises


réglable en charge, transformateur à décalage d’angle, condensateurs et inductances
additionnelles commutés par disjoncteurs pour compensation série ou shunt,
modification des consignes de production de puissance active et réactive des générateurs
et changement de la topologie du réseau et action sur l’excitation des générateurs)
pourraient dans l’avenir s’avérer trop lents et insuffisants pour répondre efficacement
aux perturbations du réseau, compte tenu notamment des nouvelles contraintes [2 ,3].
Pour faire face à ces problèmes, et afin d’améliorer la qualité de service dans les réseaux
électriques moyens tension, en assurant la disponibilité et la fiabilité de protection de ce
dernier.

Cette thèse est déroulée en quatre chapitres dans le premier, nous avons présenté
les perturbations dans le réseau électrique. Le deuxième a été consacré pour l’étude des
différents types de protection des réseaux électriques. Dans le troisième chapitre
préserver pour les calculs et les réglages des protections dans les réseaux de transport
moyen tension. Finalement le quatrième chapitre simulation et résultat afin de conclure
notre travail par une conclusion générale pour l’objectif d’étudier le comportement de
réaction des protections moyenne tension.

2
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

CHAPITRE I

Année Universitaire 2019-2020


Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

I. 1. Introduction

Depuis de nombreuses années, le distributeur d’énergie électrique s’efforce de


garantir la qualité de la fourniture d’électricité. Les premiers efforts se sont portés sur la
continuité de service afin de rendre toujours disponible l’accès à l’énergie chez
l’utilisateur. Aujourd’hui, les critères de qualité ont évolué avec le développement des
équipements où l’électronique prend une place prépondérante dans les systèmes de
commande et de contrôle.

Les critères de qualité de l’électricité sont directement issus de l’observation des


perturbations électromagnétiques des réseaux électriques. On parle de Compatibilité
Electromagnétique (C. E. M.) afin de caractériser l’aptitude d’un appareil, d’un
dispositif, à fonctionner normalement dans un environnement électromagnétique sans
produire lui même des perturbations nuisibles aux autres appareils ou dispositifs. La
CEM classe ces perturbations selon deux groupes :

 Basses fréquences (≤ 9 kHz) ;


 Hautes fréquences (> 9 kHz).

D’autre part, ces phénomènes sont caractérisés selon leur mode de transmission :
on parlera de perturbations conduites et de perturbations rayonnées. De manière
générale, les perturbations en électrotechnique appartiennent à la basse fréquence dont
la transmission est conduite. Les phénomènes observés sont nombreux : creux de
tension et coupures, surtensions temporaires ou transitoires, fluctuations lentes de la
tension (flicker), variations de la fréquence, déséquilibres du système triphasé,
harmoniques et interharmoniques, tensions continues dans les réseaux alternatifs, … Ils
peuvent être regroupés en quatre catégories selon qu’ils affectent :

 L’amplitude,
 La forme d’onde,*
 La fréquence,

3
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

 La symétrie du système triphasé.

I. 2. Creux de tension et coupures

Un creux de tension est une chute brutale de l’amplitude de la tension. Il est


caractérisé par :

 Sa profondeur (ΔU)
 Sa durée (Δt).

Figure I.1 : Creux de tension et coupure brève

La norme EN50160 fixe la diminution de la tension à une valeur située entre 1 et


90% de la tension nominale pendant une durée de ½ période à 50 Hz soit 10 ms jusqu’à
une minute. La mesure d’un creux de tension s’effectue par la détermination de la
valeur efficace de la tension toutes les ½ périodes (avec recouvrement d’une ½
période). Une coupure brève est un cas particulier du creux de tension. Sa profondeur
est supérieure à 90 % et elle est caractérisée uniquement par sa durée (inférieure à 3
minutes) [1,2]. Les coupures longues sont supérieures à 3 minutes (figure I.1).

Les creux de tension et les coupures brèves sont principalement causés par des
défauts d’isolement qui apparaissent sur le réseau de transport ou de distribution,
provoqués par des causes externes ou internes au réseau du distributeur [2].

4
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

a)- Causes externes

Sont dues aux conditions atmosphériques (orage, foudre, vent, neige.), aux
amorçages avec des corps étrangers (végétations, animaux, percussions de véhicules,
terrassement.) et aux actes de malveillance.

b)- Causes internes

Correspondent à des défaillances de matériels (lignes, câbles, transformateurs.) et


à des manœuvres d’utilisateurs (démarrage de gros moteur, mise accidentelle d.une
phase au neutre, enclenchement de charges importantes.).

Les creux de tension et les coupures perturbent de nombreux appareils raccordés


au réseau. Ils sont la cause la plus fréquente de problèmes de qualité d’énergie. Un
creux de tension ou une coupure de quelques centaines de millisecondes peut se
traduire par des conséquences néfastes plusieurs heures durant. Les applications les plus
sensibles sont les :

 chaînes complètes de fabrication en continu dont le procédé ne tolère aucun arrêt


temporaire d’un élément de la chaîne (imprimerie, sidérurgie, papeterie,
pétrochimie…),
 éclairages et systèmes de sécurité (hôpitaux, balisage des aéroports, locaux recevant
du public, immeubles de grande hauteur…),
 équipements informatiques (centres de traitement de données, banques,
télécommunications…), auxiliaires essentiels de centrales.

I. 2. 1. Perturbations impulsives ou transitoires

Se sont des perturbations plus courtes que les creux de tension, leurs causes et
leur propagation sont souvent identiques à celles des creux de tension. Les
conséquences de ces perturbations se manifestent par des échauffements

5
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

supplémentaires et par la diminution de la durée de vie des transformateurs,


moteurs.etc.

I. 2. 2. Conséquences creux de tension

Les conséquences de creux de tension sont susceptibles de perturber le


fonctionnement de certaines installations industrielles et tertiaires. En effet, ce type de
perturbation peut causer des dégradations de fonctionnement des équipements
électriques qui peuvent aller jusqu'à la destruction totale de ces équipements.

Le tableau I.1 résume les conséquences néfastes causées par les creux de tension sur
quelques matériels et tertiaires sensibles [1] :

Type d’appareils Conséquences néfastes


Eclairage Moins de luminosité, extinction et ré
allumage (lampes à arc)
Systèmes à base d’électronique de Arrêt du dispositif
puissance
Dispositifs de protection Ouverture des contacteurs
Moteur asynchrones Ralentissement, décrochage, surintensité
au retour de la tension
Moteur synchrone Perte de synchronisme, décrochage et
arrêt du moteur
Variateur de vitesse pour un moteur -à En onduleur : destruction des protections
courant continu
- En mode redresseur : ralentissement de la
machine

Variateur de vitesse pour un moteur Ralentissement, décrochage, surintensité


asynchrone au retour de la tension, destruction
éventuelle de matériel au niveau du
convertisseur

Tableau I.1 : Conséquence de creux de tension

6
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

I. 3. Surtensions

La norme EN50160 fixe les niveaux de surtensions selon le schéma de liaison à la


terre de l’installation :

 Réseaux à neutre à la terre (raccordé directement ou avec une impédance) : la


surtension ne devra pas dépasser 1,7 Un.
 Réseaux à neutre isolé ou résonant : la surtension ne devra pas dépasser 2 Un.

Les surtensions sont de trois natures :

 Surtensions à la fréquence industrielle (temporaires) (50 Hz)


 Surtensions de manœuvre
 Surtensions atmosphériques (foudre).

Elles apparaissent selon deux modes :

Mode commun (entre conducteurs actifs et la masse ou la terre) ; mode


différentiel (entre conducteurs actifs, phase – phase ou phase – neutre).

I. 3.1 Surtensions industrielles

Par définition elles sont à la même fréquence que celle du réseau (50 Hz ou 60
Hz). Elles ont plusieurs origines :

Un défaut d’isolement entre phase et terre, lors d’une surcompensation de


l’énergie réactive ou encore lors d’une ferrorésonance provoquée par un circuit inductif
et un condensateur.

I. 3. 2. Surtensions de manœuvre

Les surtensions de manœuvre découlent d’une modification de la structure du


réseau : mise en service de gradins de condensateur, d’une ligne à vide. Elles sont

7
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

provoquées par des modifications rapides de la structure du réseau (ouverture


d’appareils de protection…). On distingue particulièrement trois types :

 surtension de commutation en charge normale.


 surtension provoquées par l’établissement et l’interruption de petits courants
inductifs.
 surtension provoquées par la manœuvre de circuit capacitif (ligne ou câble à
vide).

I. 3. 3. Surtensions atmosphériques

Les surtensions atmosphériques sont provoquées par la foudre soit directement,


soit indirectement par augmentation du potentiel de la terre.

I. 3. 4. Conséquence de surtension

Leurs conséquences sont très diverses selon le temps d’application ; la répétitivité,


l’amplitude, le mode (commun ou différentiel), la raideur du front de montée et la
fréquence :

 Claquage diélectrique, cause de destruction de matériel sensible (composants


électronique…..).
 Dégradation de matériel par vieillissement (surtension non destructives mais
répétées).
 Coupure longue entrainée par la destruction de matériel (perte de facturation
pour les distributeurs, pertes de production pour les industriels)
 Perturbations des circuits de contrôle commende et de communication à
courant faible.
 Contraintes électrodynamiques et thermique (incendie) causées par la foudre
essentiellement

8
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

 Les surtensions de manœuvre qui sont répétitives et dont la probabilité


d’apparition est nettement supérieure à celle de la foudre et de durée plus
longue.

I. 4. Fluctuation de la tension (Flicker)

La fluctuation lente de la tension est une diminution de la valeur efficace de la


tension de moins de 10 %. La tension est modulée en amplitude par une enveloppe
dont la fréquence est comprise entre 0,5 et 25 Hz.

Le phénomène est dû à la propagation sur les lignes du réseau d’appels de


courants importants à la mise en service ou hors service d’appareil dont la puissance
absorbée varie de manière rapide (les fours à arcs, les machines à souder, les moteurs à
démarrages fréquents, …).

Les conséquences de la fluctuation lente de la tension s’observent essentiellement


sur des lampes à incandescence où elle provoque un papillotement du flux lumineux
(Flicker). Cette gêne visuelle est perceptible pour une variation de 1 % de la tension
(figure I.2).

Figure I.2 : Fluctuations lente de la tension

9
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

I. 4. 1. Conséquences de fluctuation de la tension

Comme les fluctuations ont une amplitude qui n’excède pas ±10 %, la plupart des
appareils ne sont pas perturbés. Le principal effet des fluctuations de tension est la
fluctuation de la luminosité des lampes (papillotement ou flicker). La gêne
physiologique (fatigue visuelle et nerveuse) dépend de l’amplitude des fluctuations, de
la cadence de répétition des variations, de la composition spectrale et de la durée de la
perturbation [1,3].

Les variations de charges provoquent des variations de puissance qui peuvent


rendre le réseau instable. Alors, parmi les effets de l’instabilité on note :

 Les échanges de puissance entre machines et entre machine et réseau qui donnent
des à-coups de couple ; les contraintes mécaniques résultantes peuvent provoquer
des dommages mécanique (rupture d’arabe).
 La mise hors service d’un ou plusieurs générateurs détruit l’équilibre consommation-
production et peut par suite provoquer l’écoulement total du réseau.

I. 5. Déséquilibre du système triphasé de tensions

Le déséquilibre du système triphasé s’observe lorsque les trois tensions ne sont pas
déphasées de 120° les unes par égales en amplitude et/ou rapport aux autres. La
quantification du phénomène fait appel à la décomposition de la composante
fondamentale selon les composantes symétriques de Fortescue figure(I.3). On définit un
degré de déséquilibre inverse et un degré de déséquilibre homopolaire :

 le degré de déséquilibre inverse est le rapport entre la composante inverse du

fondamental de la tension et sa composante directe :

       

10
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

 le degré de déséquilibre homopolaire est le rapport entre la composante homopolaire


du fondamental de la tension et sa composante directe :

    

Figure I.3 : Déséquilibre du système triphasé de tensions

La norme EN50160 fixe le taux de déséquilibre inverse admissible à 2 % sur les


valeurs efficaces calculées sur10 minutes pour 95 % du temps d’une semaine. Le
déséquilibre du système triphasé de tension est essentiellement dû à charges
monophasées ou déséquilibrées raccordées sur le réseau.

I. 5. 1. Conséquence de déséquilibre

Les conséquences sont l’augmentation de l’échauffement des machines


asynchrones, l’existence de couple inverse et conduisent à dégradation prématurée des
machines. Concernant l’effet du déséquilibre homopolaire, il faut signaler le risque
d’échauffement du conducteur neutre dans un réseau BT qui, lorsque le conducteur est
d’un diamètre trop faible, peut provoquer une rupture du conducteur ou un incendie.
Les défauts monophasés ou biphasés provoquent des déséquilibres jusqu’au
fonctionnement des protections.

11
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

La compagne d’électricité (SONELGAZ) s’engage à fournir ; aux clients raccordés


aux réseaux HT et BT, une tension dont le taux moyen de déséquilibre ne dépasse pas
7%. Cependant la compagne d’électricité (sonelgaz) demandera aux clients qui ne sont
pas couverts par ces champs de ne pas provoquer un taux de déséquilibre supérieur à
5% [1 ,3].

I. 6. Harmoniques et interharmoniques
I. 6. 1. Origine des harmoniques

Les harmoniques sont des signaux de fréquence multiple de la fréquence


industrielle. Ils sont générés par des charges dites non-linéaires. Certains appareils ne
présentent pas une impédance constante durant la durée de l’alternance de la sinusoïde
de tension à 50 Hz. Ils absorbent alors un courant non sinusoïdal qui se propage dans le
réseau et déforme ainsi l’allure de la tension figure(I.4).

Une tension ou un courant déformé par rapport à la sinusoïde de référence peut


être décomposé en une somme de signaux sinusoïdaux de fréquence multiples à celle du
fondamental (50 Hz pour le réseau de distribution). Chaque composante est caractérisée
par son rang (par exemple rang 5 pour une composante à la fréquence de 250 Hz, soit 5
x 50 Hz) et par son amplitude exprimée en pourcentage par rapport à celle du
fondamental. On caractérise la pollution d’un réseau de manière globale par le taux de
distorsion harmonique en tension ou en courant :

(I.3)

C’est le rapport, exprimé en pourcent, entre la valeur efficace des composantes


harmoniques et l’amplitude du fondamental.

La borne supérieure est fixée par la norme EN50160 au 40e rang, c’est-adire à 3
kHz pour la fréquence industrielle.

12
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

Figure I.4 : Représentation temporelle d'une onde déformée

I. 6. 2. Origine d’interharmoniques

Les interharmoniques sont des signaux non multiples de la fréquence industrielle.


Les variateurs de vitesses pour machines asynchrones, les fours à arcs sont les
principaux générateurs d’inter-harmoniques. On distingue les effets instantanés et les
effets à terme. Les effets instantanés font suite à un phénomène de résonance entre
l’impédance du réseau et les condensateurs de compensation. Le plus spectaculaire de
ce type d’effet est la destruction d’équipement (condensateurs, disjoncteurs). D’autres
troubles fonctionnels sont liés à la déformation de l’onde de tension tels que : couples
pulsatives sur les moteurs d’entraînement, vibrations, erreurs des systèmes de mesure
(selon leur bande passante), perte de la détection du passage au zéro de tension pour les
dispositifs de régulation. Les effets à termes se traduisent par une fatigue prématurée du
matériel, des lignes et amènent un déclassement des équipements.

I. 6. 3. Grandeurs harmoniques

Différentes grandeurs sont définies pour caractériser la déformation créée par les
harmoniques.

13
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

I. 6. 3. 1. Rang de l'harmonique

C'est le rapport de sa fréquence fn à celle du fondamental (généralement la


fréquence industrielle (50 ou 60 Hz) : Par principe, le fondamental f1 a le rang 1.

I. 6. 3. 2. Spectre

C’est l’histogramme donnant l’amplitude de chaque harmonique en fonction du


rang (figure I.5).

Figure I.5 : L’amplitude est souvent donnée relative a celle du fondamental

I. 6. 3. 3. Expression de la grandeur déformée

Joseph FOURIER a démontré que toute fonction périodique y(t) non sinusoïdale
de fréquence f peut être représentés par somme de termes sinusoïdaux dont le premier,
à la fréquence de répétition de la fonction, est appelé fondamental, et les autre à des
fréquences multiples du fondamental appelés harmoniques.

L’expression de ces grandeurs est donnée par le développement de fourier de la


fonction tension ou courant y(t) :

(I.4)

Avec :

 : Valeur de la composante continue

 : Valeur efficace de l’harmonique de rang h,

14
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

  : Pulsation de la fréquence fondamentale,

 : Déphasage de la composante harmonique de rang h.


 h : est appelé rang harmonique (h>1)

L'amplitude des harmoniques décroît généralement avec la fréquence. Selon les


normes, on prend en considération les harmoniques jusqu'au rang 40 [4]. Cette notion
d’harmonique s’applique à l’ensemble des phénomènes périodiques quelle que soit leur
nature, en particulier au courant alternatif. La composante de rang 1 est la composante
fondamentale.

La valeur efficace (RMS : Root Mean Square) conditionne les échauffements. Pour
une grandeur périodique non sinusoïdale ; son expression est :

(I.5)

Les niveaux d’harmoniques varient généralement selon le mode de


fonctionnement de l’appareil, l’heure de journée et la saison (climatisation).

I. 6. 3. 4. Valeur efficace d’une grandeur déformée

La valeur efficace de la grandeur déformée conditionne les échauffements, donc


habituellement les grandeurs harmoniques sont exprimées en valeurs ‘efficaces’ Pour
une grandeur sinusoïdale, la valeur efficace est la valeur maximale divisée par racine de
deux.

Pour une grandeur déformée et, en régime permanent, l’énergie dissipée par effet
Joule est la somme des énergies dissipées par chacune des composantes harmoniques,
soit :

(I.6)

(I.7)

15
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

Ou encore :

(I.8)

Dans la mesure où la résistance est considérée comme une constante. La mesure


de la valeur efficace de la grandeur déformée s’effectue soit directement par des
appareils dits à vraie valeur efficace ou thermiques ou à l’aide d’analyseurs de spectre

I. 6. 3. 5. Taux de distorsion harmonique

Le taux global de distorsion harmonique(THD) et le facteur de puissance sont les


plus employées pour quantifier respectivement les perturbations harmoniques et la
consommation de puissance réactive.

En cas ou la source de tension est sinusoïdale et où le courant absorbé par la


charge est entaché de composantes harmoniques. Dans ces conditions, le taux global de
distorsion harmonique est bien adapté pour quantifier le degré de pollution
harmonique sur les réseaux électriques. Le THD s’exprime par rapport à la fréquence
fondamentale et caractérise l’influence des harmoniques sur l’onde de courant
déformée. Il est donné par l’expression suivante :

(I.9)

Avec :

 : Valeur efficace de l’harmonique de rang h

 :

II. 6. 3. 6. Facteur de puissance


En présence des harmoniques, la puissance apparente S est composée de
trois partis, Active P, réactive Q et déformante D, son expression est donnée
par l’équation suivante :

16
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

(I.10)

La puissance réactive Q est associée au courant fondamental. La puissance


déformante D due aux harmoniques de courant :

Avec :

(I.11)

 : La valeur efficace du courant de charge.

 : La valeur efficace du courant fondamentale.

Pour un signal sinusoïdal le facteur de puissance F est égal au quotient de la


puissance active P par la puissance S :

(I.12)

Le facteur de puissance sera toujours inférieur à 1.

En posant : (I.13)

On aura :

(I.14)

Où représente le facteur de distorsion. Il vaut 1 lorsque le courant est

parfaitement sinusoïdal et il décroit lorsque la déformation de l’onde s’accentue.

Représente le déphasage entre le courant fondamental et la tension. Afin d’éviter les


désagréments causés par la présence de courant et de tension harmoniques dans le
réseau ; des normes sont imposées aux utilisateurs [1].

17
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

I. 6. 4. Conséquences des harmoniques

Leurs conséquences sont liées à l’augmentation des valeurs crêtes (claquage


diélectrique) et efficaces (échauffement supplémentaire) et au spectre fréquence
(vibration et fatigue mécanique) des tensions et des courants.

De nombreux effets des harmoniques sur les installations et les équipements


électriques peuvent être cités. Les effets les plus importants sont l’échauffement,
l’interférence avec les réseaux de télécommunication, les défauts de fonctionnement de
certains équipements électriques et risque d’excitation de résonance. Leurs effets ont
toujours un impact économique du fait du surcoût lié à :

 Une dégradation du rendement énergétique de l’installation (pertes d’énergie).


 Un surdimensionnement des équipements
 Une perte de productivité (vieillissement accéléré des équipements ; déclenchements
intempestifs).
 L’influence sur les transformateurs du réseau (augmentation des pertes à vide à cause
de l’effet particulier des courants harmoniques).
 L’influence sur les câbles de HT (diminuent la durée de vie du câble, dégradation du
matériel isolant).
 Pertes supplémentaires dans les condensateurs, les transformateurs,…
 Bruit additionnel des moteurs et d’autres appareils.
 L’influence sur le fonctionnement des redresseurs.
 L’influence sur la télécommande dans les réseaux.
 L’influence sur les condensateurs des réseaux.
 Effets instantanés ou à court terme
 Déclenchements intempestifs des protections.
 Perturbations induites des systèmes à courants faibles (télécommande,
télécommunication, écran d’ordinateur, téléviseur…).
 Vibration et bruits acoustiques anormaux (tableaux BT, moteurs, transformateurs).
 Destruction par surcharge thermique de condensateurs.

18
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

 perte de précision des appareils de mesure


 effets à long terme

Une surcharge en courant provoque des échauffements supplémentaires donc un


vieillissement prématuré des équipements :

 échauffement des sources : transformateurs (par augmentation des pertes joule, des
pertes fer….).
 fatigue mécanique (couples pulsateurs dans les machines asynchrones…).
 échauffement des récepteurs : des conducteurs de phases et du neutre par
augmentation des pertes joule et diélectriques.
 Destruction de matériels (condensateurs, disjoncteur …).
 Rayonnement électromagnétique perturbant les écrans (micro-ordinateurs, appareils
de laboratoire….).

Matériels Effets
Echauffement, vieillissement prématuré (claquage),
Condensateurs de puissance
résonance
Pertes et échauffements supplémentaires.
réduction des possibilités d’utilisation en pleine
Moteurs charge.
Couple pulsateur (vibration, fatigue mécanique).
Nuisances sonores.
Pertes (ohmique et fer) et échauffements
Transformateurs supplémentaire. Vibration mécanique.
Nuisances sonores
Déclenchements intempestifs (dépassement des
Disjoncteurs
valeurs crêtes de tension…).
Pertes diélectriques et ohmiques supplémentaires
Câbles (particulièrement dans le neutre en cas de présence
d’harmonique 3.
Ordinateurs Troubles fonctionnelles.
Troubles lies à la forme d’onde (commutation,
Electronique de puissance
synchronisation)

Tableau I.2 : effets des harmoniques

19
Chapitre I Les perturbations dans le réseau électrique

I. 6. 5. Solutions de dépollution harmoniques

La norme EN50160 fixe les niveaux de tensions Harmoniques jusqu’au 25ème


rang et indique que le taux global de distorsion harmonique ne doit pas dépasser 8%.
Des solutions de dépollution harmoniques existent :

 Le filtrage passif qui consiste à installer un circuit L, C série accordé sur la


fréquence de la composante à éliminer.
 Le filtrage actif génère des composantes harmoniques aux mêmes fréquences et
en opposition de phase aux perturbations mesurées.
 Le filtrage hybride combine les solutions passives et actives.
 L’utilisation d’appareils à absorption sinusoïdale (appareils dits « propres »). Les
nouveaux équipements de petite puissance sont soumis à des normes limitant
les perturbations harmoniques.

I. 7. Conclusion

Des perturbations électriques peuvent prendre naissance dans le réseau du


distributeur, l’installation de l’utilisateur perturbé ou dans l’installation d’un utilisateur
voisin. Ces perturbations ont des conséquences différentes selon le contexte
économique et le domaine d’application : de l’inconfort à la perte de l’outil de
production, voire même à la mise en danger des personnes. La recherche d’une
meilleure compétitivité des entreprises, la dérégulation du marché de l’énergie
électrique font que la qualité de l’électricité est devenue un sujet stratégique pour les
compagnies d’électricité, les personnels d’exploitation, de maintenance, de gestion des
tes tertiaires ou industriels ainsi que pour les constructeurs d’équipements. Cependant,
les perturbations ne doivent pas être subies comme une fatalité car des solutions
existent. Leurs définitions et leurs mises en œuvre dans le respect des règles de l’art,
ainsi que leurs maintenances par des spécialistes permettent une qualité d’alimentation
personnalisée adaptée aux besoins de l’utilisateur.

20
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

CHAPITRE II

Année Universitaire 2019-2020


Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

II. 1. Introduction

Le réseau électrique est constitué d’équipements haute et basse tension. Le


dispositif de protection de ces équipements est composé de protections haute tension
(parafoudres, éclateurs….) et de protections basses tension destinées à surveiller et
contrôler le fonctionnement du réseau.

À partir des années 1970 le réseau Algérien a connu une phase de développement
intense [5]. Celle-ci s’est accentuée ces dernières années au vu d’une demande d’énergie
de plus en plus accrue par les secteurs industriel et domestique.

En adéquation avec le développement du réseau, les dispositifs de protection basse


tension ont également subit plusieurs évolutions dans le souci permanent d’améliorer la
fiabilité et la continuité de service. C’est ainsi que plusieurs plans de protection
intéressant particulièrement le réseau THT ont été pensé entre 1975 et 2005 [6]. Il est à
noter que cette période a été marquée par deux phases charnières, à savoir le passage du
niveau de tension 150 KV en 220 KV vers l’année 1975 et le passage au palier 400 KV
en 2005 [5].

Ce chapitre présente les matériels de protection présenter un historique sur


l’évolution de ces protections en référence à la loi n°02-01 du 22Dhou El Kaada 1422
correspondant au 5 février 2002 [Annexe1] relative à l’électricité et à la distribution du
gaz par canalisations (dans son article 40) et conformément au décret du 21 Février
2008 [7,9], fixant les règles techniques de raccordement au réseau de transport de
l’électricité (appelé communément Grid code)

II. 2. Plan de protection

C’est l’organisation des systèmes de protection pour constituer un moyen de


défense efficace face à ces types d’anomalie pour but de :

21
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

 Eliminer les défauts avec rapidité, fiabilité et sélectivité ;


 Assurer une continuité et une bonne qualité d’alimentation électrique des
consommateurs raccordés sur les parties saines du réseau ;
 Préserver les équipements constituants les réseaux électriques.

II. 2. 1. Protection à minimum d’impédance (de distance)

Surveille les variations d‘impédance de la ligne concernée par la mesures des


tensions et courants. Si la valeur atteint un seuil prédéterminé selon une caractéristique
de fonctionnement, la protection démarre, mesure la distance et isole le défaut [7].

Figure II.1 : Protection à minimum d’impédance (de distance)*

II. 2. 2. Principe de fonctionnement d'une protection à distance

Le principe de la protection de distance est schématisé ci-dessous : d’une part,


pour les défauts entre phases et, d’autre part, pour les défauts phase-terre.

22
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

PHASE 1
PHASE 1

DEFAUT ENTRE
MESURE
D’IMP2DANCE DE PHASE
BOUCLE PHASE -
PHASE EN DEFAUT

PHASE 2 PHASE 2

PHASE 3
PHASE 3

MESURE DEFAUT A LA
D’IMP2DANCE DE
BOUCLE PHASE - TERRE
TERRE EN DEFAUT

TRANSFORMATEUR DE COURANT

TRANSFORMATEUR DE TENSION
PROTECTION PROTECTION
DE DISTANCE DE DISTANCE

Figure II.2 : principe de la protection de distance

II. 2. 2. 1. Démarrage
La protection est dotée d’un organe de démarrage qui réagit dès que l’impédance
mesurée rentre dans la caractéristique de fonctionnement affichée. Un sélecteur de
phase permet la sélection de la phase en défaut et permet la mise en route du dispositif
de mesure approprié.

II. 2. 2. 2. Mesure et localisation du défaut

Elle est réalisée à travers une chaine de mesures composée par quatre stades de
mesures de distance. Les deux premiers (qui couvrent respectivement 80 et 120% de la
longueur de la ligne) sont directionnels et permettent un ré-enclenchement lorsque le
défaut et monophasé, le troisième également directionnel réglé à 140 % assure un
secours éventuel comme un MAX I directionnel et agit en déclenchement triphasé et le
quatrième stade réglé en amont à 40 % [6,7].

II. 2. 2. 3. Temporisations d'une protection à distance


er
 1 stade déclenchement instantané (tps = 0s)

23
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

 2ème stade déclenchement après 0.3 à 0.6 s


 3ème stade déclenchement après 1.5 s
 4ème stade déclenchement (amont) après 3.5 s
II. 2. 2. 4. Avantages apportés un plan de protection numérique
En technologie numérique l’intégration vise trois objectifs principaux
 Coût réduit
 Espace réduit
 Diverses
 Fonctionnalités

II. 3. Philosophie et réglages des protections du réseau

II. 3. 1. Typologie du réseau


 Ligne ordinaire dans un réseau maillé de transport ou de répartition
 Ligne longue reliant des postes disposant de lignes courtes
 Ligne en antenne
 Ligne en piquage
 Autotransformateur 400/220 KV
 Transformateur d’interconnexion THT/HT
 Transformateur HT/MT

II. 3. 2. Type de protection


 Protection de distance
 Protection différentielle
 Protection à maximum de courant
 Protection de surcharge thermique
 Protection de déséquilibre
 Protection à maximum ou à minimum de tension
 Protection de rupture de synchronisme

24
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

 Protection Watt-métrique
 Autres

II. 3. 3. Technologie des protections


Grâce au progrès technologique, le plan de protection n’est pas figé, mais en
perpétuel évolution :

 Electro mécanique
 Semi Statique et Statique
 Statique et Numérique
 Numérique

II. 3. 4. Philosophie de réglages


Il est important de rappeler qu’une protection est jugée défaillante quand elle ne
fonctionne pas ou quand elle fonctionne à tort.
Le résultat dépend de plusieurs facteurs, à savoir :
 L’adaptation de la protection
 Les critères technologiques
 Les réglages

II. 3. 5. Adaptation de la protection


Selon l’organe à protéger, la structure, le mode d’exploitation, les puissances mises
en jeu, etc. il y a lieu de définir le type de protection le mieux adapté

II. 4. Critères technologiques


 Sélectivité
 Rapidité
 Fiabilité
 Autonomie
 Insensibilité/précision
 Sensibilité
 Consommation faible

25
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

II. 4. 1. Ordre de grandeur

La sélectivité pour un maximum d’intensité s’obtient sur une alimentation en


antenne par l’introduction des temporisations dont l’échelonnement augmente au fur et
à mesure que l’ouvrage se rapproche des sources.

Ouvrages Numérique Conventionne

Départ MT 0,3 à 0,8sec 0,3 à 1sec

Transformateurs HT/MT 1,2 sec 1,4 sec

Lignes de transport 1,6 à 2,8 sec 1,8 à 3 sec

Lignes ou câbles d’évacuation de Centrale 2,4 à 2.8 sec 2,6 à 3 sec

Transformateurs THT/HT 3 sec 3,4 sec


d’interconnexion

Lignes d’interconnexion 220 et 400 KV 3,2 sec 3,6 sec

Auto transformateurs 400/220 KV 3,4 sec 3,8 sec

Liaisons directes d’évacuation de centrale 4 sec 4,2sec

Tableau II.1 : Ordre de grandeur

II. 4. 2. Grid-Code

En référence à la loi n°02-01 du 22 Dhou El Kaada 1422 correspondant au 5


février 2002 relative à l’électricité et à la distribution du gaz par canalisations (dans son
article 40) et conformément au décret du 21 Février 2008 fixant les règles techniques
de raccordement au réseau de transport de l’électricité (appelé communément Grid
code) ,le fonctionnement de la Protection de distance est réglé, vis-à-vis des défauts
Réseau de Transport de l’Électricité selon différents gradins de mesures comme suit :

26
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

er
Défaut en 1 gradin (aval) : 80 – 90% de la To = 0 s

liaison

110 – 120 % de la T = 0,1 s à 0,5 s


ème
Défaut en 2 gradin (aval) :
liaison

140 % de la liaison T = 0,5 s à 2,0 s


ème
Défaut en 3 gradin (aval) :

Défaut en 4
ème
gradin (aval) : (démarrage Aval) T = 0,5 s à 5,0 s

gradin (amont) : (démarrage Amont) 40 % de la T = 0,5 s à 5,0 s


ème
Défaut en 5
liaison

Temps de ré enclenchement sur défauts monophasés réglé à T = 0,5 s et 2,5s

Tableau II.2 : Fonctionnement de la Protection de distance Grid code

II. 4. 3. Réglage lignes aériennes HTA et THB

Protection de distance : Principale 1 et 2 (PP1 & PP2). Se distingue


particulièrement par sa caractéristique Temps/Distance. Les réglages actuellement en
vigueur sont [7] :

 Premier stade : 80% de la longueur de la ligne ; T1 =0 seconde


 Deuxième stade : 120% de la longueur de la ligne ; T2 =0,3 seconde
 Troisième stade : 140% de la longueur de la ligne ; T3 =1,5 secondes
 Quatrième stade : 40% de la longueur de la ligne ; T4 = 3 secondes

Le deuxième stade est accéléré par réception HF pour fonctionner en instantané.


La temporisation du troisième stade pour le numérique peut être réduite à 1 seconde
sur les lignes du réseau maillé THB et 1.2 secondes pour le réseau HT en raison de la
temporisation des départs THB, réglés déjà à 1 seconde.
Le 4ème stade peut également être réglé entre 2 et 2.5 secondes (sauf pour les cas
particuliers)

27
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

II. 5. Protection différentielle longitudinale

II. 5. 1. Principe des protections différentielle et à comparaison de phase

La protection différentielle de ligne (Figure. II.4) calcule l’écart entre les valeurs
de courant mesurées aux deux extrémités de la ligne et le compare à un seuil prédéfini.
En cas de dépassement, il y a déclenchement.

La protection à comparaison de phase (Figure II.5) fonctionne sur le même


principe mais la détection porte sur l’écart de phase entre tension et courant aux deux
extrémités de la ligne.

Le principe de fonctionnement consiste à faire la différence entre la somme des


courants entrants fournis au réseau et la somme des courants sortants pour un transfert
normal de la puissance qui doit être nulle. Cette différence nous donne par contre un
courant différentiel quand un défaut affecte la partie protégée du réseau.[8]

I1 I2 I1 I2

V1 V2
Transmission des Transmission des
valeurs de I1 et I2 valeurs de Q1 et Q2
Différentielle Différentielle Cop.phase Cop.phase
I seuil=seuil de réglage Déclanchement Déclanchement Q seuil=seuil de réglage
Déclanchement Déclanchement
du déclanchement Si I I1-I2 I supérieur à I seuil Si IQ1-Q2 I supérieur à Q du déclanchement
Si I I1-I2 I supérieur à I seuil Si IQ1-Q2 I supérieur à Q
seuil seuil

Figure II. 3. a) La protection différentielle de ligne b) La protection à comparaison de


phase

II. 5. 1. 1. Avantages des protections différentielle et à comparaison de phase

Outre leur insensibilité aux courants de transit, ces protections présentent


l'avantage d'une meilleure sélection de la (ou des) phase(s) en défaut, en particulier sur
les files de lignes à deux circuits (cas de défauts affectant simultanément les deux

28
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

circuits). De plus, la protection différentielle permet une protection efficace des lignes
comportant des piquages.

II. 5. 1. 2. Inconvénients des protections différentielle et à comparaison de phase

Par principe, ces protections sont insensibles aux défauts extérieurs et ne peuvent
assurer le "secours éloigné". Aussi, doivent-elles être associées obligatoirement à une
protection de distance.

Par ailleurs, elles nécessitent des circuits de transmission spécifiques à hautes


performances, notamment en termes de disponibilité (qui peuvent eux-mêmes
constituer un mode commun entre plusieurs ouvrages).

II. 5. 2. Ré-enclenchement automatique

II. 5. 2. 1. Ré-enclenchement monophasé : Lignes du réseau maillé

Le temps de ré enclenchement monophasé est réglé entre 0,8 seconde et 1,5


secondes

II. 5. 2. 2. Ré-enclenchement triphasé : Lignes en antennes

Le temps de ré enclenchement triphasé est réglé entre 2.5 secondes et 5 secondes.

Un inter verrouillage des ré-enclencheurs pour éviter les problèmes liés à une
sélection de phase différente de PP1 et PP2.

II. 6. Protection de surcharge thermique

Cette protection s’avère nécessaire vis-à-vis des surcharges engendrées par les
reports de charge qui sont à l’origine des fonctionnements en régime perturbé du
réseau.

29
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

Elle comporte deux seuils de fonctionnement un seuil réglé à la valeur du courant


maximale admissible, donnant une alarme, suivie d’un déclenchement après un temps
de l’ordre de trois fois la constante de temps fournie par les constructeurs.

Un seuil réglé au courant de surcharge provoquant un déclenchement après une


temporisation de 10 secondes.

II. 6. 1. Protection de puissance résiduelle

Cette protection a pour rôle l’élimination des défauts très résistants pour lesquels
les protections de distance sont insensibles. Elle fonctionne souvent sous l’allure d’une
courbe de puissance résiduelle à temps inverse, choisie parmi un faisceau de courbes
plus ou moins rapides .Cette protection à action triphasée, agit en tous les cas après les
deuxièmes stades des protections de distance. Son réglage est comme suit :

Démarrage : Réalisé par un relais de courant homopolaire qu’on règle

Ir = 0,8 x Ires ; T= 1 Sec (II.1)

Avec :

 Ires : Courant résiduel


 Mesure : Réalisé par le relais de puissance résiduelle.

II. 6. 2. Protection de secours des lignes HTA

La protection de secours des lignes HTA est réalisée par l’intermédiaire d’un relais
à maximum de courant triphasé à temps constant. Son rôle est d’assurer en premier lieu
le secours des protections principales et complémentaire contre le court-circuit de
nature quelconque, mais aussi de déclencher les surcharges inadmissibles sur les lignes.

Son réglage tient compte du courant de surcharge maximal et du courant de défaut


minimal en bout de ligne (défaut biphasé)

30
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

ISurch < Ir < Icc min T3 < Tr < T4 (II.2)

Avec :

 Ir : Intensité de réglage
 Icc : Intensité minimale de court-circuit

Cette temporisation est généralement choisie entre le 3° et 4° Stade des


protections de distance

II. 6. 3. Protection de défaillance disjoncteur

Cette protection fonctionne en cas de refus d’ouverture du disjoncteur de la


travée. Son démarrage est effectué par l’ordre de déclenchement des protections
principales PP1 et/ou PP2. A l’échéance d’une temporisation de 0,3 seconde, si un
critère de courant confirme la position fermée du disjoncteur, un ordre de
déclenchement est élaboré et entraîne les ouvertures du couplage et de tous les départs
aiguillés sur la même barre que le départ en défaut. Les réglages sont :

T= 0,3 Sec Ir = 1,5 x In (II.3)

Ce réglage est adopté pour toutes les défaillances disjoncteur, sauf celle de la
travée transformateur qui utilise l’interlock disjoncteur pour la confirmation de la
position fermée du disjoncteur. Le seul réglage à faire dans ce cas est d’afficher le temps
de déclenchement.

II. 6. 4. Réglage des liaisons particulières

Ainsi que les défauts en deuxième zone de BC risquent de provoquer en T2 les


déclenchements simultanés en A et B afin de maintenir A en services temporisation en
2éme stade sera majorée d’un échelon sélectif. On règle ce deuxième stade à 0,6 seconde

31
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

T1
T2

Distance

A B C

Figure II.4 : Cas d’une ligne longue suivie d’une ligne courte

II. 6. 4. 1. Cas d’une ligne en antenne

Les réglages de la protection principale sont :

 1er Zone, 100% réactance de la ligne +20% de la réactance d’un transformateur


 2éme Zone, 100% réactance de la ligne +50% de la réactance d’un
transformateur
 3éme Zone, 100% réactance de la ligne +100% de la réactance d’un
transformateur
Les temporisations des stades restent les mêmes que pour une ligne des réseaux
interconnectés soit (T1=0 s, T2=0,3 à 0,5 s et T3=1,5 s)

32
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

Relais de protection TR HT/MT

Ligne HT

Poste THT/HT JB HT
source
Poste HT/MT en Antenne

Figure II.5 : Ligne en antenne

II. 6. 4. 2. Cas d’une ligne très courte

Ce type de liaison est généralement protégé par une protection différentielle.


Néanmoins, la protection de distance quand elle existe sera utilisée comme secours.

Son réglage sera : Son premier stade sera temporisé (généralement confondu avec
le 2éme stade)

II. 6. 4. 3. Ligne comportant un piquage

La nature du piquage influe beaucoup sur les réglages et parfois les rend très
incertains. Pour régler ces incertitudes il est conseillé d’opter pour une protection
différentielle longitudinale dont le réglage a été évoqué précédemment.

33
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

A Neutre HT B
ouvert

MT

Figure II.6 : Ligne comportant un piquage

Dans le cas d’une protection de distance les réglages suivants sont adoptés :

- 1erStade : Réactance de la partie de la ligne jusqu’au transformateur + 50% de la


réactance du transformateur, T= 0 seconde
- 2émeStade : Réactance de 120% la ligne AB, T= 0,6 seconde. Les protections des
départs MT ne doivent pas dépasser 0,3 seconde

Le neutre du transformateur côté HT sera exploité en position ouverte de manière


à ne pas générer de courant homopolaire

II. 6. 5. Réglage des protections transformateurs THT/HT

En plus des protections internes (tels que Buchholz transformateur, Buchholz


régleur, température huile, température enroulements, soupape, etc.…, réglées en
instantané, les transformateurs de puissance THT/HT et HT/MT sont protégés par des
protections externes telles que les protections différentielles longitudinales et
protections à Maximum de courant.

34
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

II. 6. 6. Réglage de la protection différentielle transformateur

Comme c’est impossible d’obtenir un courant différentiel nul, on adopte des


protections différentielles à pourcentage sur les transformateurs. Le réglage du courant
différentiel limite de fonctionnement sera entre 20 et 50% du courant nominal de la
protection

20% In < Id ≤ 50% In (II.4)

Avec:

 Id : intensité différentiel
 In : intensité nominal

II. 6. 7. Réglage de la protection à maximum de courant des


transformateurs

Protection côté THT ; Cette protection réalise le secours des protections internes
et de la protection différentielle. Elle comporte deux seuils de fonctionnement en
courant :

- Un seuil de courant violent, réglé pour protéger le transformateur contre les


défauts internes, avec une action instantanée, réglé :

IR=1,3 x Icc Max T=0 Sec (II.5)

Avec Icc Max : Courant de court-circuit maximal aux bornes HT du Tr

- Un seuil de surcharge protégeant le transformateur contre les surcharges


inadmissibles, réglé :
IR =1,3 x IN .TR T=T HT + Δt (II.6)
Avec :

35
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

 IN.TR : Courant nominal du Tr coté THT


 T HT : Temporisation de la protection de courant côté HT
 Δt : Échelon de temps sélectif

II. 6. 7. 1. Protection côté HT

La protection à maximum de courant côté HT protège le TR contre les surcharges


inadmissibles. Elle réalise aussi la protection de secours des barres et des départs HT.
Elle est réglée de la même façon que le seuil de surcharge de la protection à Max I
installée sur le primaire du TR.

IR = 1,3 x IN. TR T HT = T Dep> + Δt (II.7)

Avec :

 IN : Courant nominal du TR côté HT


 T Dep> : Temps le plus haut réglé sur les départs HT
 Δt : Échelon de temps sélectif

II. 6. 7. 2. Protection côté MT

Cette protection est destinée à protéger la liaison reliant le tertiaire du


transformateur et le TSA contre les défauts polyphasés. C’est une protection à deux
seuils de fonctionnement, réglés :

- Le seuil violent réglé pour protéger le TR contre les défauts internes au TSA

IR = 1,3 x Icc Max T = 0 Sec (II.8)

Avec : Icc Max courant de court-circuit au secondaire du TSA

- Le seuil de surcharge réglé à :


IR = 1,3 x IN .TSA T = 0.5 Sec (II.9)

36
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

Avec :

 TSA : transformateurs des services auxiliaires

II. 6. 8. Réglage de la protection de surcharge thermique transformateur

La température de fonctionnement admissible d’un TR dépend de deux


températures variables :

- La température ambiante qui varie en fonction des conditions climatiques et


météorologiques.
- La température provoquée par le passage du courant dans les enroulements
transformateurs.

Les réglages adoptés :

- Température de déclenchement : ΔT°2 = 140 %


- Température d’alarme : ΔT°1 = 110 %
- Constante de temps globale : τ = 20 mn

II. 6. 9. Réglage des protections transformateurs HT/MT

II. 6. 9. 1. Protection côté HT

Cette protection réalise le secours des protections internes et de la protection


différentielle. Elle comporte deux seuils de fonctionnement en courant :

- Seuil violent de la protection côté HT, réglé :


IR = 1,3 x Icc Max T = 0 Sec (II.10)

- Seuil de surcharge est réglé de façon à protéger les barres MT du poste et assurer
en même temps le secours des seuils violents des protections des départs MT,
soit :

37
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

IR = 0,8 x Icc Min T = 0,6 Sec (II.11)

Avec : Icc min courant de défaut biphasé sur les barres du poste MT

II 6. 9. 2. Protection côté MT

La protection à maximum de courant côté MT est une protection destinée à


protéger le TR contre les surcharges inadmissibles. C’est une protection de courant à un
seuil temporisé. Le réglage de cette protection doit tenir compte du courant de
surcharge maximal et courant de court-circuit minimal

Isurch < IR < Icc Min T AR MT = T MT + Δt (II.12)

Avec :

 TMT : La temporisation la plus élevée sur les départs MT

II. 6. 9. 3. Protection de neutre MT

Ce relais est prévu pour assurer la protection de la liaison reliant les bornes
transformatrices et les barres MT contre les défauts à la terre. Il réalise aussi le secours
du seuil homopolaire des protections des départs MT.

Le réglage de cette protection est choisi inférieur au courant de réglage


homopolaire du départ MT le plus bas réglé, soit :

IRN = 0.95 x IRH T= TMT + Δt (II.13)

Avec :

 IRH : Courant du départ le plus bas réglé


 T MT : Temporisation la plus élevée sur les départs MT
 Δt : Échelon de temps sélectif

38
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

Remarque : Cette philosophie de réglage imposée par le GTD est applicable pour des
réseaux moyens tension de longueur ≤ à 50 Km de ligne, distinguant les départs MT
aériens et souterrains pour une maîtrise de la composante homopolaire. Dans le cas
contraire, un réglage spécifique sera donc appliqué au neutre du transformateur pour
éviter les déclenchements intempestifs par la protection de neutre MT.

II. 6. 9. 4. Résistance de limitation du courant de court-circuit à la terre

Selon le guide technique de la distribution, cette résistance est calculée de façon à


limiter les courant de court-circuit à la terre respectivement à 300 A pour le réseau
aérien et 1000 A pour le réseau souterrain .Elle est insérée dans la liaison du neutre TR
à la terre et réglée [5] :

 Pour le réseau aérien300 A /R= 57 Ω T = 10 Sec


 Pour le réseau souterrain : 1000 A /R= 19 Ω T = 10 Sec

II. 6. 9. 5. Protection masse cuve

La protection masse cuve est prévue pour protéger les transformateurs des
services auxiliaires (TSA) contre les amorçages entre les parties actives et la cuve.

L’action de cette protection est instantanée. Son seuil de fonctionnement est


choisi égal à 5% du courant de défaut monophasé au primaire du TR côté HT.

IR = 0,05 x Icc mono T = 0 Sec (II.14)

Remarque : Cette protection masse cuve a complètement disparu au profit de la


protection différentielle installée systématiquement sur les TR THT/HT et HT/MT quel
que soit la puissance mise en jeu.

39
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

II. 6. 9. 6. Réglage des protections des départs MT

Le guide technique de la distribution prévoit des relais à maximum de courant à


temps constant de type 3I+Ih pour la protection des départs MT [5]. Il est prévu pour le
courant de phase :

- Un seuil de courant violent temporisé


- Un seuil de courant de surcharge temporisé
- Un seuil de courant homopolaire temporisé :
Réglé indépendamment de la temporisation du seuil violent de courant de phase)

II. 6. 9. 7. Réglage du seuil violent d’un départ MT

Ce seuil protège la ligne en instantané contre les défauts violents proches :

Icc BMT > IR > Icc BL (II.15)

Avec :

 Icc BMT : Courant de court-circuit minimal sur les barres MT


 Icc BL : Courant de court-circuit en bout de ligne

Le réglage adopté est :

IR = 1,3 x Icc BL T = 0 sec (II.16)

II. 6. 9. 8. Réglage du seuil de surcharge

Le temps d’action de cette protection ne dépasse en aucun cas 1 seconde. Son


réglage est :

Isurch < Ir <Icc min T MT ≤ 1 Sec (II.17)

40
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

II. 6. 9. 9. Réglage du seuil de courant homopolaire

Ce seuil protège la ligne contre les défauts à la terre. Son réglage est choisi de
façon à rester insensible au courant capacitif circulant dans le neutre lors des défauts
proches sur les autres départs du poste. Sa temporisation est commune au seuil violent
du courant de phase :

Ico < Ir < Icc min T = 0 à 0,3 Sec (II.17)

Avec :

 Ico : Courant capacitif du départ MT.

Le relais de courant homopolaire sensible au courant positif ou négatif ne règle


pas le problème des déclenchements simultanés des départs MT saints quand un départ
est en défaut. Pour régler ce problème il est recommandé d’opter pour des relais
directionnels homopolaire sensibles uniquement à la composante active

II. 6. 9. 10. Réglage de la protection de terre résistante

Cette protection est assurée par un relais de courant monophasé à temps constant
inséré dans le circuit de neutre du transformateur de puissance et individuellement sur
chaque départ MT pour les protéger contre les défauts à la terre très résistants, son
réglage est:

IR . HT = 5 A T = 5 Sec (en signalisation)

II. 7. Conclusion

Le domaine de protection des lignes de transport est très vaste ; dans ce chapitre
on a analysé quelque problème et réglage de protection des lignes HTA, notamment
qu’on ne peut pas balayer toutes les contrains de protection.

41
Chapitre II Etude des différents types de protection des réseaux électriques

Pour assurer la protection du transformateur HTA/BT contre les surcharges il faut


effectuer les actions de préventions suivantes :

- le contrôle du développement des charges HTA, de façon à exclure pratiquement


l’éventualité d’une surcharge du transformateur.

- vérifier que le réglage des protections des lignes HTA en cas de défaut résistif sur des
lignes ne produit pas une surcharge du transformateur HTA.

42
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

CHAPITRE III

Année Universitaire 2019-2020


Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

III. 1. Introduction

Le réseau électrique est hiérarchisé par niveau de tension, celui-ci est fractionné en
trois principales subdivisions à savoir le réseau de transport, de répartition et de
distribution. Une notion de frontière peut être définie entre les niveaux de tension du
réseau électrique, ces frontières sont assurées par les postes sources et les transformateurs
[6]

Un système de protection est un ensemble harmonieux et efficace de protections


prédestinées dans le but de satisfaire aux objectifs de disponibilité de l’énergie, de sécurité
des personnes et des équipements [10,11].

Le rôle fondamental des protections d’un réseau électrique est de détecter un défaut
d’ordre électrique et de mettre hors tension la portion du réseau, siège de ce défaut
« portion la plus limitée possible ». [1,2]

Ce chapitre pour but d’élaborer la méthodologie à guider pour effectuer les réglages
des protections des réseaux de distribution MT. A cet effet ce chapitre est scindé en trois
parties principales :

 Rappels théoriques des formules et méthodes de calcul.


 Exemples de calculs tirés de cas réels avec quelques contraintes, soit :
o Départ issu du poste Bechar 60/30 kV où la partie aérienne est plus importante
que la partie souterraine, donc une contrainte pour le calcul du courant
homopolaire.
o Départ Taghit issu du poste Bechar centre 60/30/10 kV qui dessert un autre
poste de coupure MT/MT, où il est nécessaire pour configurer bien précise,
notamment pour le calcul du courant homopolaire.

III. 2. Plan de protection

C’est l’organisation d’un enseble des systèmes de protection pour constituer un


moyen de défense efficace faciès à des régimes d’incidents des réseaux électriques. Il a
pour objectif d’assurer la continuité de service et de préserver les éléments composants les
réseaux.

43
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

III. 2. 1. Le régime de secours normal

Le régime de secours normal est celui que l’exploitation est conduit assez
fréquemment à adopter, après l’avoir prévu, pour rétablir ou maintenir l’alimentation dans
des conditions acceptables et durables, d’un élément de réseau (éventuellement plusieurs)
électriquement voisin. La mise en application de ce régime ne doit pas s’accompagner
d’une modification du réglage des protections. [13,14]

III. 2. 2. Le régime exceptionnel

Le régime de secours exceptionnel, destiné à parer à des situations délicates et


difficilement prévisibles, correspond généralement à des indisponibilités simultanées
d’éléments de réseau électriquement voisins ; il peut être alors nécessaire de modifier le
réglage des protections en prenant éventuellement certains risques [14].

III. 2. 3. Puissance de Court-circuit « Scc »

C’est la puissance maximum que peut fournir un réseau sur une installation en
défaut. Elle est exprimée en MVA soit en kA efficace pour une tension de service. [15].

HT MT

Point pour lequel


XHT XT RL XL l’impédance de
court-circuit est
la plus grande

Figure III.1 : Différentes parties d’un réseau électrique.

III. 3. Réglage des protections d’un départ MT


III. 3. 1. Réglage du courant de phase

La protection contre les défauts, entre phase, est assurée par deux relais à maximum
d’intensité à deux seuils, le premier dit de surcharge l’autre violent [16].

44
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

III. 3. 2. Seuil bas (surcharge)

C’est une protection contre les surcharges et les défauts en bout de ligne. Les relais à
maximum de courant de phase doivent être réglés à une valeur de courant inférieure au
plus faible courant de défaut susceptible de ce manifester entre les phases, ce courant est
relatif à un courant inférieur à 15 % du défaut biphasé se produisant en bout de ligne.
[14,18]

I r1  K Ilt si 0,85 I ccb  K I lt (III.1)

I r1  0,85 I ccb si 0,85 I ccb  K I lt (III.2)

Avec :

 Ilt courant de la limite thermique des conducteurs.


 Iccb courant de court-circuit biphasé le plus loin.
 K coefficient de surcharge admissible sur les conducteurs de la dorsale
K=1,2 suite la norme EDF

III. 3. 3. Calcul de Iccb

Un
I ccb  (III.3)
2  R   X HT  X T  X L 
2 2
L

Avec :

 Un tension nominale MT du transformateur.

III. 3. 4. Calcul de l’impédance HT ramené en MT

U n2 (kV )
X HT  (III.4)
Scc ( MVA)

Avec :

 Scc puissance de court-circuit triphasé du réseau amont.

45
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

III. 3. 5. Calcul de l’impédance du transformateur HT/MT

U cc U nt2 (kV )
XT   (III.5)
100 Sn ( MVA)

Avec :

 Ucc tension de court-circuit.


 Sn puissance apparente nominale du transformateur.
 Un tension nominale du secondaire du transformateur :
o 10,5 kV pour les réseaux 10 kV.
o 33 kV pour les réseaux 30 kV.

III. 3. 6. Calcul de l’impédance des canalisations

RL  R0  l
(III.6)
XL  X0 l

Les résistances et réactances kilométriques par phase d’un conducteur de section


« s » sont résumées dans l’annexe [Annexe 2].

III. 3. 7. Seuil haut (violent)

Il doit éliminer rapidement les courts-circuits de la ligne MT et son réglage doit être
suffisamment élevé pour le rendre insensible aux défauts sur le réseau BT.

I r 2  2 à 3  I r1 (III.7)

46
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

I

X
X

X
X

I I I
I  I  I 

Figure III. 2 : Protections à maximum de courant de phase.

III. 3. 8. Réglage du courant homopolaire

0,12 ITC  I 0r  k  3I 0  (III.8)

Avec :

 K=1,5 coefficient de sécurité suite la norme EDF qui tient compte de [19] :
 Faux rendement homopolaire.
 Erreur de rapport des TC.
 Coefficient de sécurité.

Il y a un risque d’activation intempestive de la protection due à une erreur de mesure


du courant résiduel, notamment en présence de courants transitoires. [16]

Afin d’éviter ce risque, le seuil de réglage de la protection doit être supérieur à :

 Environ 12% du calibre nominal des transformateurs de courant lorsque la mesure


est effectuée par trois TC.
 Environ 6%, lorsque la mesure est effectuée par un tore.

47
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

La détection des défauts à la terre par la surveillance du courant homopolaire calculé


permet de réduire les coûts du système en évitant de recourir à l’installation d’un TC tore
encombrant et nécessitant un quatrième port sur le relais pas toujours disponible.[14,20]


I3

Départ sain
I2

I2 I3
3I0
V1 V2 V3 C0 C0 C0
N


Départ en défaut

Figure III.3 : Représentation des grandeurs électriques d’un réseau pour un défaut
monophasé.

À l’instant où le défaut phase-terre apparaît, les tensions entre phase et terre du


départ sain sont déséquilibrées. La tension V1 de la phase avariée est nulle, les tensions
simples des deux autres phases V2 et V3 ont pour amplitude la tension composée U et elles
sont déphasées entre elles de 60°, le courant mesuré par le relais de courant homopolaire
est dans ces conditions [7] [21] :

3I 0  I 3 , I  UC0 (III.9)

Avec :

C0 : capacité d’un conducteur du départ par rapport à la terre

La déconnexion simultanée de la protection distribuée en cas de défaut, pourrait


conduire à une réduction dans la puissance générée et augmenter l’instabilité du
système.[17]

48
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

a- Ligne aérienne :

R0 X0 C0
Section Intensité max (A)
Nature
(mm²) LT
(Ω/Km) (Ω/Km) (F/Km)
17,8 118 1,01
27,5 153 0,66
33,2 200 0,472 0,4 5x10-9
CUIVRE
48,3 230 0,373
74,8 300 0,24
116,2 400 0,156
34,4 145 0,958
54,6 190 0,608
75,5 240 0,438 0,4 5x10-9
ALMELEC
93,3 270 0,357
117 315 0,285
148 365 0,225
58,9 160 0,652
ALU/ACIER 116,2 300 0,309 0,4 5x10-9
147,1 345 0,244

Tableau III.1 : Caractéristiques des conducteurs ligne aérienne

b- Câble souterrain

Section Intensité max (A) R0 C0


Nature X0(Ω/Km)
(mm²) LT (Ω/Km) (F/Km)

150 350 0,13 0,09 --


116-120 310 0,16 0,1 4,16x10-7
95 250 0,19 0,09 --
CUIVRE
75 240 0,25 0,1 3,3x10-7
48 180 0,36 0,1 --
30 135 0,63 0,11 --
120(30KV) 300 0,253 0,12 4,16x10-7
135(10KV) 380 0,164 0,1 --
ALUMINIUM
240(10KV) 440 0,438 0,1 --
300(10KV) 500 0,357 0,1 --

Tableau III.2 : Caractéristiques des conducteurs câble souterrain

49
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

Ce courant capacitif est de l’ordre de 8A / 100 km pour les lignes aériennes en 30kV
et de 1.6A / km pour les câbles souterrains 10 kV. La longueur du départ doit être prise en
totalité (développée).

c- Temporisation

D’une manière générale, s’il existe des protections temporisées en aval sur un
départ, l’échelon de temporisation entre deux protections doit être de l’ordre de 0,3 s. Une
temporisation des protections sélectives a pour rôle de :

 Assurer une priorité au fonctionnement de certains automatismes : exécution du


cycle rapide, avant le cycle lent.
 Assurer l’échelonnement du fonctionnement des protections du départ et des
protections placées en aval.

IN 
X
X

X
X

IN  IN  IN 

Figure III. 4 : Protections à maximum de courant terre.

III. 4. Réglage des protections d’une arrivée

L’intensité de réglage Ir arrivée doit satisfaire aux conditions suivantes :

 Dans le cas de la construction de la coupure d’artères, le but est de construire des


artères dont le point de départ et d’arrivée sont connus (sont les postes sources) [23]

50
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

 Etre aussi faible que possible pour que la protection d’arrivée assure un certain
secours aux protections des départs.

I r arrivée  1,3 à 1, 4 I nT (III.10)

Sn
I nT  (III.11)
1, 732  U nT

Avec :

InT : Courant nominal du transformateur.

Sa temporisation doit être supérieure de 0,3 seconde (éventuellement 0,4) à la


temporisation la plus élevée des protections des départs. Vu le risque de déclenchement
général et l’absence de ré-enclenchement automatique, il ne parait pas souhaitable de
descendre au-dessous de cette dernière valeur.

III. 4. 1. Protection directionnelle

Les protections directionnelles sont un moyen complémentaire aux protections à


maximum d’intensité permettant dans les situations de défauts d’assurer une bonne
discrimination de la portion de réseau en défaut.

Elles sont utiles sur tout élément du réseau où le sens d’écoulement de l’énergie est
susceptible de changer, notamment lors d’un court-circuit entre phases et/ou d’un défaut à
la terre.

III. 4. 2. Protection directionnelle de phase

Elle est installée pour protéger deux liaisons exploitées en parallèle, une boucle ou
une portion de réseau reliant deux sources d’énergie, afin obtenir une bonne continuité de
service, pour qu’un défaut affectant une des sources n’entraîne pas le déclenchement de
toutes les sources. Soit complétement suspendue en alternant entre deux phases au fil du
temps. [24]

51
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

1 2

Sens de détection de la protection

Figure III.5 : Protection directionnelle déclenche car le sens d’écoulement du courant est
anormal.

III. 4. 3. Protection directionnelle terre

La protection directionnelle de "terre" est sensible au sens d’écoulement du courant à


la terre. Dès lors que le courant de défaut phase-terre se répartit entre plusieurs systèmes de
mise à la terre, il est nécessaire d’installer des protections directionnelles de terre. Or, ce
courant s’écoule non seulement par la ou les mises à la terre du neutre du réseau, mais
aussi par les capacités phase-terre des lignes et des câbles [tableau 1 et 2]. La protection à
maximum de courant résiduel directionnelle, ainsi que la protection wattmétrique
homopolaire, sont couramment utilisées pour protéger les départs ayant un courant
capacitif du même ordre de grandeur que le courant de défaut à la terre. Sur ces départs, les
capacités phase-terre ont une valeur suffisamment importante pour qu’il y circule un
courant homopolaire détecté par la protection dès qu’un court-circuit phase-terre apparaît
sur le réseau et où qu’il soit situé.

A cet effet il y’a toute une série de calcul a effectuer pour trouver l’angle
caractéristique θ, nécessaire à afficher avec la tension résiduelle sur les relais de protection.
Néanmoins le constructeur Schneider préconise des angles caractéristiques bien
définis selon le régime du neutre utilisé. Ces derniers sont au stade d’essai sur quelques
postes HT/MT, au niveau de trois Directions de Distribution.

52
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

III. 4. 4. Transformateur de courant TC en Tore

Un enroulement de Rogowski, de son co-inventeur éponyme Walter Rogowski, est


un dispositif électrotechnique permettant de mesurer le courant alternatif ou les impulsions
de courant à grande vitesse (Fig.IV.6). Il se compose d'un enroulement hélicoïdal de fil
dont le fil d'une extrémité revient par le centre de l'enroulement à l'autre extrémité, de sorte
que les deux bornes soient à la même extrémité de l'enroulement. La bobine est positionnée
autour du conducteur dont veut connaître le courant. La tension induite dans l'enroulement
est proportionnelle au taux de changement (dérivée) du courant dans le conducteur,
L'enroulement de Rogowski est habituellement relié à un circuit d'intégration électrique
(ou électronique) à forte impédance d'entrée afin de fournir un signal de sortie qui est
proportionnel au courant [14][19][20]

Figure III.6 : Transformateur de courant type tore

III. 4. 5. Exemples de calculs des valeurs de réglages départ Taghit

 District: BECHAR
 Poste: CENTRAL BECHAR
 Départ : TAGHIT
 Tension en KV : 30 KV
 Neutre mise à la terre par : BPN
 Charge Maximum en MVA : 12.000 MVA

53
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

Long Aérien Long Suter Long Total


Poste Source Code Départ Nom Départ
(km) (km) (km)
Poste
911H4C21 TAGHIT 83,962 0,244 84.206
CENTRAL

Tableau III.3 : identification de départ Taghit

III. 4. 6. Caractéristique de Disjoncteur

 Cycle de fonctionnement : RLL


 Marque : MERLIN GERIN
 Type : SF6
 Année : 2018
 In(A) : 630 A
 P.C(MVA) : 32 MVA
 Source auxiliaire de déclenchement par : Redresseur+ Batterie
 Tension (V) : 127 V dc
 Commande électrique Marque : MERLIN GERIN
 Type : Bobine
 Aimantation de la commande : 127 V dc

III. 4. 7. Caractéristique du transformateur de courant

 Marque : Schneider
 Type : MERLIN GERIN
 Rapport : 200/1 A
 Puissance de précision : 25 VA
 Classe de protection : 0.5/5P15

III. 4. 8. Caractéristique Tore

 Marque : MERLIN GERIN


 Rapport : 50/1 A
 Puissance de précision : 3 VA
 Classe protection : 0.5/5P15

54
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

III. 4. 9. Seuil de réglage de protection

Seuil (A) Tempo (sec)

Surcharge (bas) I > 220 0.8

Violent (haut) I >> 600 0.3

Homopolaire (I0) 30 0.3

Terre résistante 5 4

Tableau III.4 : Seuil de réglage de protection

III. 4. 10. Evolution de la charge

Charge en MVA Renseignement sur la Clientèle desservie :


Année
Eté Hiver Localités, principaux abonnés MT etc…
SARL TRAP, APFA GALB AOUDA, EL
2016
WATANIA
2017 3.3 2.8 /
2018 4.1 / /

Tableau III.5 : Evaluation de la charge départ Taghit

III. 5. Etude du départ TAGHIT issu du poste Bechar centre 60/30 kV

Dans cet exemple, on va faire le calcul des courants à afficher sur un relais de
protection d’un départ issu du poste central 60/30 kV.

Ce départ est de type mixte dont la longueur l’aérien est nettement supérieure à
celle de souterraine.

Il est alimenté à partir du transformateur N°4 et dont les caractéristiques sont comme
suit :

 Transformateur N°4 :

 Puissance de Court-Circuit SCC : 2359 MVA.


 Puissance nominale Sn : 40 MVA.
 Tension primaire UP : 60 kV.
 Tension secondaire US : 30 kV.
55
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

 Tension de Court-Circuit UCC : 11.7 %.

 La valeur de la réactance kilométrique par phase est approximativement :

 0,4 Ω pour les lignes aériennes ;


 0,1 Ω environ pour les câbles souterrains (une valeur plus précise peut être
trouvée sur les catalogues des constructeurs en fonction du type du câble).

Si le départ comporte des autotransformateurs, les impédances situées à l'aval


doivent bien entendu être multipliées par le carré du rapport de transformation.

 Départ :

 TC = 200/1 A pour la phase.


 TC = 200/1 A pour l’homopolaire.

 Longueur Aérienne :

 83.962 km en 93.3 mm² Alu.


 Longueur Souterraine : 0.244 km en 120 mm² Alu.

III. 5. 1. Calcul du courant de phase

On prend en considération que la longueur de la dorsale. L’affichage du courant de


phase dépend du courant de court-circuit biphasé en bout de ligne. Donc les conditions
suivantes doivent être prises en compte :

I nTC  I r  0.85  I ccb (III.12)

Avec :

I r  k  I lt (III.13)

 K : coefficient de sécurité
 InTC : L’intensité nominale du Transformateur de Courant.

56
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

Un
I ccb  (III.14)
2  RL2   X HT  X T  X L 
2

U n2 30 2
X HT    0.3815 
S CC 2359 (III.15)

U CC U n2 11.7 33 2
XT      4.247  (III.16)
100 S n 100 30

 30 
RL    83.962   20.990  (III.17)
 120 

X L  0.1 83.962  0.4  0.244  8.493  (III.18)

30  10 3 30  10 3
I ccb    605.95 A. (III.19)
2  20.990  0,381  4.247  8.493 49.509
2 2

L'intensité de réglage Ir doit être inférieure à l'intensité Iccb du courant de court-


circuit biphasé apparaissant au point du départ pour lequel l'impédance de court-circuit est
la plus grande, compte tenu des régimes de secours normaux voire exceptionnels.

Ir = 0.85 Iccb =0.85x605.95= 515.052 A (III.20)

Ir : Intensité de réglage

Elle doit être toute fois choisie supérieure à l'intensité du courant admissible dans le
départ

On doit donc adopter un réglage aussi voisin que possible de 0,85 Iccb.

Si cette condition n’est pas vérifiée, le matériel (transformateurs de courant,


appareillage, câbles et lignes) ou le schéma d'exploitation ne permettent pas d'obtenir un
Réglage entièrement convenable des protections. Dans ce cas, la valeur à adopter résulte
alors d'un compromis entre les risques de déclenchements intempestifs et de destruction
des matériels.

57
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

L'exploitation conduit à avoir avec un coefficient de sécurité de 1,3 :

Ilt =1,3xInTC = 1.3x200=260A (III.21)

K Ilt = 1,2 x 260 =312 A (III.22)

Donc :

- Le seuil bas phase est de : Ir1 = 312 A.


- Le seuil haut phase est de : Ir2 = 2 x Ir1 = 624 A.

III. 5. 2. Calcul du courant homopolaire

Un départ est le siège d'un défaut monophasé, son relais homopolaire est traversé par
un courant Ior qui varie en fonction de la résistance du défaut, de l'impédance de mise à la
terre du neutre HTA, de la tension HTA et de la capacité homopolaire du réseau.

L'intensité de réglage Ior du relais homopolaire doit être la plus faible possible afin
de détecter des défauts dont la résistance est la plus grande possible.

Le réglage ne peut être inférieur à 6 % du calibre des transformateurs de courant en


raison de la saturation de ces derniers lors des ré-enclenchements. En outre, le réglage Ior
doit être supérieur à la valeur du courant résiduel 3Io du départ lorsqu'un défaut franc
apparaît sur un autre départ. (Ior Étant la valeur du courant avant application des rapports
de transformation des transformateurs de courant).

On prend en considération la longueur totale du départ.

0,12 I nTC  I 0 r  K  3I 0 (III.23)

Avec :

K=1,5 et 3I 0  3  U n 1000  C   (III.24)

 CAérien = 5 x 0.000000001 pour toutes les sections.


 CSouterrain = 3.3 x 0.0000001 pour la section 70mm² Cu.
 CSouterrain = 4.16 x 0.0000001 pour la section 120mm² Cu.

58
Chapitre III Calcule et Réglage des protections électriques

 CSouterrain = 4.16 x 0.0000001 pour la section 120mm² Alu.

 Calcul 3I0

3I 0 aérien  
 1,732  30  1000  5  10 9  83.962  2  3,14  50 (III.25)

3I 0 aérien  6.849 A

3I 0 souterrain  
 1,732  30  1000  4.16  10 7  0.244  2  3,14  50 (III.26)

3I 0 souterrain  1.656 A

3I 0  3I 0 aérien  3I 0 souterrain  6.8493  1.656 (III.27)

3I 0  8.505 A

0,12 I nTC  0,12  200  24 A (III.28)

K  3I 0  1,5  8.505  12.758 A (III.29)

I 0 r  12.758 A

III. 6. Conclusion

Dans ce chapitre, on a touché une métrologie de calcul de la protection qui existe au


niveau du réseau de distribution électrique moyenne tension HTA de la direction de Béchar
Urbain départ Taghit ; utilisé aussi par la société algérienne groupe SONELGAZ ; tout en
donnant un aperçu de déroulement parisis les valeurs calculer des signaux de protection
pour but d’assure la sélectivité et la continuation de service plus la conservation en durée
maximum de l’appareillage du réseaux de transport.

59
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

CHAPITRE IV

Année Universitaire 2019-2020


Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

IV. 1. Introduction

La protection des réseaux électriques comprend les appareils de surveillance et de


protection assurant la stabilité du réseau électrique. Cette protection est obligatoire
pour éviter la destruction accidentelle d'équipements coûteux et pour assurer une
alimentation électrique continue. De base, un réseau électrique comporte trois parties
la production, les lignes de transport haut tension et la distribution à moyenne et basse
tension. Dans l'une ou l'autre de ces parties, chaque ouvrage peut être l'objet
d'incidents, tels que le court-circuit. C'est pourquoi toute une gamme d'appareils est
installée pour éviter que ces incidents ne détruisent l'ouvrage. Parmi ces appareils, on
cite les relais de protection chargés de mettre hors tension la partie en défaut. Les
systèmes de protections permettent d’éviter les conséquences des incidents qui peuvent
être dangereuses pour les personnes et pour le matériel. Pour cela, ils doivent pouvoir :
Assurer la protection des personnes contre tout danger électrique. Limiter les
contraintes thermiques, diélectriques et mécaniques. Préserver la stabilité du réseau.
Par exemple un système de protection contre les courts-circuits doit détecter les
fonctionnements électriques anormaux dus aux défauts d’isolement entre un
conducteur et la terre, entre deux conducteurs ou entre trois conducteurs pour les
défauts triphasés. La protection est assurée lorsque les éléments défectueux sont mis
hors tension le plus rapidement possible par les dispositifs de coupure.

IV. 2. Relais instantané de surtension ANSI 59

Selon (ANSI), le relais de surtension ANSI 59 détecte les surtensions qui peuvent
affecter le fonctionnement du réseau électrique. Il décèle les défauts des entre phases et
les défauts monophasés. Chaque phase est contrôlée séparément. Les caractéristiques du
relais (ANSI/IEEE C37.2 N° 59) sont présentées ci-dessous :

60
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

 Réglage de la valeur de la surtension (U <<) : Permet le réglage de la surtension


dans l’intervalle [1%-25%]
 Réglage de la temporisation (t <<) : Spécifie le temps de réglage de la surtension
dans l’intervalle [0.1s-30s]
 Tension monophasée (Vrms) : Spécifie la valeur efficace de la tension
monophasée
 Fréquence (Hz) : Spécifie la fréquence du signal d’entrée.

La figure suivante présente la simulation du relais de surtension ANSI 59

function TS = fcn(clk,Vrms,Vn,OVset,delay)
clk
Vrms
Vn
OVset
delay
persistent RelayState TripTime CaptureClk StopClk
if isempty(RelayState)
RelayState = 0; % Reset Relay
TripTime = inf;
CaptureClk = 0;
StopClk = 0;
end
if max(Vrms)>=(Vn+(Vn*(OVset/100)))
if (CaptureClk == 0)
StopClk = clk + delay; % Capture current clock plus delay
time
CaptureClk = 1;
end
if (RelayState == 0)&&(clk-StopClk >= 0)
TripTime = clk + 0.02; % Added 20ms delay due to
mechanical relay contact movement
RelayState = 1;
end
else
CaptureClk = 0;
end
TS = (clk <= TripTime);
StopClk
TripTime
TS
Figure IV.1. Fonction du relais de surtension

L’étude du relais de surtension a été effectuée sous la simulation suivante :

61
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Figure IV.2. Relais instantané de surtension

Les paramètres du relais de surtension qui ont été adoptés pour cette simulation
sont les suivants :

Surtension 10%

Temporisation 0.2 s

Veff (Tension monophasée) 230 V

Fréquence 50 Hz

Tableau IV.1. Paramètres du relais de surtension ANSI 59

Les performances du relais de surtension ont été évaluées sous un régime non
sinusoïdal. Le réseau a été simulé sous différente stratégies. Dans le cas où la source est
non sinusoïdale avec deux harmoniques d’ordre 3 et 2. La première harmonique a une
séquence zéro et la seconde a une séquence négative. Le tableau ci-dessous montre les
paramètres de la source et de la charge. La charge non linéaire est placée au jeu de barre
(JB) B.

62
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Source sinusoïdale avec une charge linéaire


JB B
JB A (Charge
(Charge
Veff(V) Amplitude (pu) Temps (s) linéaire
linéaire
(kVA)
(kVA)
400 [1.0 1.2 1.0] [0 0.1 0.5] 100 100

Source non sinusoïdale avec une charge non linéaire

JB A JB B
(Charge (Charge non
H3 H2 Temps (s)
linéaire linéaire
(kVA) (kVA)
[3 0.2 -25 0] [2 0.15 35 2] [0.1 0.5] 100 100

Tableau IV.2. Caractéristiques électriques

IV.2.1 Source sinusoïdale avec une charge linéaire

Figure IV.3. a) Tension JB A, b) Tension JB B, c) Zoom de la tension JB B, d) Etat du


disjoncteur

63
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

IV.2.2 Source non sinusoïdale avec une charge linéaire

Figure IV.4. a) Tension JB A, b) Tension JB B, c) Zoom de la tension JB B, d) Etat du


disjoncteur

Figure IV.5. FFT de la tension de la source

64
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

IV.2.3 Source sinusoïdale avec charge non linéaire au jeu de barre B

Figure. IV.6. a) Tension JB A, b) Tension JB B, c) Zoom de la tension JB B, d) Etat du


disjoncteur

Figure IV.7 FFT de la tension de la source

65
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Figure V.8. FFT du courant de la charge

IV. 2. 4 Source non sinusoïdale avec charge non linéaire au jeu de barre B

Figure IV.9. a) Tension JB A, b) Tension JB B, c) Zoom de la tension JB B, d) Etat du


disjoncteur

66
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Figure IV.10. FFT de la tension de la source

Figure IV.11. FFT du courant de la charge

67
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

IV. 2.5 Source non sinusoïdale avec charge non linéaire au jeu de barre B

Le cas précédent a été simulé avec une mesure de la valeur efficace.

Figure IV.12. a) Tension JB A, b) Tension JB B, c) Zoom de la tension JB B, d) Etat du


disjoncteur

Figure IV. 13. FFT de la tension de la source

68
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Figure IV.14. FFT du courant de la charge

IV.2.6. Source non sinusoïdale avec charge non linéaire au jeu de barre B

Dans ce cas, nous avons augmenté les amplitudes des tensions harmoniques
d’ordre 3 de 0.2 à 0.8 pu et aussi sa séquence de zéro à négative. Aussi, l’amplitude de la
tension harmonique d’ordre 2 a été augmentée de 0.15 à 0.8. Les résultats obtenus en
mesurant la valeur efficace sont présentés ci-dessous :

69
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Figure IV.15. a) Tension JB A, b) Tension JB B, c) Zoom de la tension JB B, d) Etat du


disjoncteur

Figure IV.16. FFT de la tension de la source

70
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Figure V.17. FFT du courant de la charge

Type de source et de charge THDV% THDI Mesure Max(Vrms) Temps de


(V) disjonction(s)(PPT)
Source sinusoïdale avec une - - TRMS Vc=231.0907 0.3275
charge linéaire
Source non sinusoïdale avec une 19.94 - TRMS Va=231.1982 0.3245
charge linéaire
Source sinusoïdale avec charge 1.54 50.10 TRMS Vb=231.4121 0.3280
non linéaire au jeu de barre B
Source non sinusoïdale avec 20.07 51.62 TRMS Va=231.4321 0.3243
charge non linéaire au jeu de barre
B
Source non sinusoïdale avec 20.74 52.59 RMS Vb=230.9657 0.3260
charge non linéaire au jeu de barre
B
Source non sinusoïdale avec 93.70 130.70 TRMS Vc=231.0702 0.3216
charge non linéaire au jeu de barre
B

Tableau IV.3. Résultats obtenus

La Figure IV.3, le réseau électrique est sous un régime sinusoïdal et le temps de


disjonction est à 0.3275s. Les Figures IV.4-IV.5 montrent les résultats obtenus quand la

71
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

source est non sinusoïdale avec un THDV=19.94%. Le temps de disjonction est à


0.3245s. Les figures IV.6-IV.8, la charge est non sinusoïdale avec un THDI=50.10%. La
tension de la source a été affectée et présente un THDV=1.54%. Dans ce cas, le temps
de disjonction est à 0.3280. Quand le réseau électrique est sous un régime non
sinusoïdale complet comme est présenté sur les figures IV.9-V.11 où le THDV=20.07%
et THDI=51.62%, le temps de disjonction est à 0.3243. Ce dernier cas, a été implémenté
avec un block de mesure de la valeur efficace, le temps de disjonction a passé à 0.3260
avec un THDV=20.74% et THDI=52.59%. Pour évaluer les performances du relais de
surtension ANSI 59, nous avons augmenté les amplitudes des tensions harmoniques de
la source de 0.2 à .8 pu pour celle d’ordre 3 et de 0.15 à 0.8 pour celle d’ordre 2. Aussi,
nous avons changé les séquences des harmoniques. L’harmonique 3 a été changée de
séquence zéro au négative et les résultats obtenus montrent que les THDV et THDI ont
augmenté et le temps de disjonction a été réduit.

IV.3. Relais instantané de surintensité

Le relais instantané de surintensité détecte l’existence de conditions anormales par la


surveillance continue, détermine quels disjoncteurs ouvrir et énergisé les circuits de
déclenchement. La figure ci-dessous montre son circuit de commande qui est basé sur
une fonction qui déclenche l’ordre d’ouverture du disjoncteur selon la valeur de
réglage.

Figure IV.18. Fonction du relais de surintensité

72
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

La figure ci-dessous montre l’implémentation du relais de surintensité qui a été réalisée


sous MAtlab/Simulink [Annexe 3]

Figure IV.19. Relais instantané de surintensité

IV.3.1. Source sinusoïdale avec charge linéaire au jeu de barre B/RMS

Figure IV.20. a) Tension JB A, b) Courant JB A, c) Tension JB B, d) Courant JB B, e) Etat


du disjoncteur

73
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

IV.3.2. Source sinusoïdale avec charge non linéaire au jeu de barre B/RMS

Figure 21 a) Tension JB A, b) Courant JB A, c) Tension JB B, d) Courant JB B, e) Etat du


disjoncteur

IV.3.3 Source sinusoïdale avec charge non linéaire au jeu de barre B/TRMS

Figure IV.22 a) Tension JB A, b) Courant JB A, c) Tension JB B, d) Courant JB B, e) Etat


du disjoncteur

74
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Instant du court-circuit Instant de disjonction

Source sinusoïdale avec charge


0.04s 0.064s
linéaire au jeu de barre B/RMS
Source sinusoïdale avec charge non
linéaire au jeu de barre B/RMS 0.04s 0.065s

Source sinusoïdale avec charge non


0.04s 0.064s
linéaire au jeu de barre B/TRMS

Tableau V.4. Instants de disjonction

Les figures IV.20-IV.22 montrent le comportement de la protection contre les


surintensités vis-à-vis la nature de la charge. La charge non linéaire pourrait influencer
la protection. Dans le cas où la détection est assurée par un appareil qui mesure la
valeur efficace du courant (RMS), l’instant de disjonction pourrait accuser un retard de
1/100 de seconde par contre dans le cas où l’appareil mesure la vraie valeur efficace
(TRMS), le retard est éliminé parce que l’appareil de mesure TRMS détecte la valeur
efficace total qui représente tous les harmoniques (Tableau IV.4).

IV.4 Analyse des défauts de court-circuit

La figure suivante montre la simulation d’un défaut de court-circuit triphasé et


l’action de protection contre les surintensités.

75
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Figure IV.23. Protection contre les courants de court-circuit

Figure IV.24. Circuit de commande du disjoncteur

Le circuit de commande du disjoncteur est réalisé par des comparateurs de seuil et des
bascules RS. Les trois sorties des bascules sont traitées par un opérateur logique ET.
Après une conversion et une adaptation le signal logique déclenche le disjoncteur, le
défaut est éliminé est la charge est protégée.

76
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Figure IV.25. a) Tension de la charge, b) Courant de court-circuit, c) Zoom du courant


de court-circuit, d) Etat du disjoncteur

Le défaut de court-circuit triphasé s’est établi à t=0.1s. La disparition de la


tension est instantanée (Fig.IV.25. a)). Le courant du défaut est limité mais persiste au
delà de t=0.1s à cause de l’effet inductif de la charge (Fig.IV.25. b)). Le disjoncteur est
actionné à t=0.105 avec un retard de 95.23% par rapport à l’instant du court-circuit
triphasé. Le pic du courant de court-circuit est égal à 5.688 104 A à t=0.1091s.

IV.5. Protection différentielle triphasée d’un transformateur

La protection différentielle est une protection électrique qui consiste à comparer


le courant entrant et le courant sortant d'un appareil. Si les deux sont différents, la
protection conclut à une fuite à l'intérieur circuit protégé et commande son retrait du
réseau électrique, on parle de «déclenchement». La protection différentielle est une
protection très répandue. Elle sert à protéger en particulier les jeux de barres, les

77
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

générateurs et les transformateurs. La figure ci-dessous montre l’implémentation de la


protection différentielle sous Matlab/Simulink.

Figure IV.26. Protection différentielle triphasée

Figure IV.27. Circuit de commande du disjoncteur

78
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

La figure IV.27 montre le schéma de commande de la protection différentielle. Il


se compose d’un comparateur de seuil et d’une bascule RS. Après la comparaison des
courants primaires et secondaires, la différence est ensuite traitée. Le déclenchement
est occasionné si la différence des courants est égale ou bien supérieure du seuil de
réglage qui est égal à 2.

Figure IV.28.a) Tension primaire, b) Tension secondaire, c) Courant primaire, d) Zoom


du courant primaire, e) courant secondaire, f) Etat du disjoncteur

Le défaut de court-circuit triphasé dans la zone de protection s’est déclenché à


t=0.15s. La disparition des deux tensions primaire et secondaire est instantanée
(Fig.IV.28. a et b)). Le courant du défaut est limité mais persiste au delà de t=0.15s à
cause de l’effet inductif de la charge (Fig.IV.28. b et c)). Le disjoncteur est actionné à
t=0.151 avec un retard de 99.33% par rapport à l’instant du court-circuit triphasé. Le
pic du courant de court-circuit est égal à 4.519 104 A à t=0.1568s.

79
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

IV.6. Protection directionnelle des lignes

Une protection directionnelle est un type de protection électrique se servant du


sens du courant ou de l'écoulement de la puissance, active ou réactive, pour déterminer
si la zone protégée subit un défaut. Lors l'une de ces trois valeurs dépassent un seuil et
que le sens est anormal, la protection déclenche. Elle est utilisée pour protéger des
lignes, des alternateurs, des transformateurs.

80
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Figure IV.29. Modèle de Simulation de Protection directionnelle des lignes

81
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Figure IV.30. Circuit de commande de la protection directionnelle

Figure IV.31. Circuit de commande du disjoncteur

82
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Figure. IV.32. Courants du réseau sans défaut

Les figures IV.32 et IV.33 montre le comportement du réseau simulé en


l’absence de défaut où les tensions et les courants sont de formes sinusoïdales. Les
disjoncteurs sont à l’état de service (Fig. IV.33).

Figure IV.33. Etat des disjoncteurs sans défaut

83
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

IV.6 .1 Court-circuit triphasé entre les disjoncteurs D1 et D3 de la première


ligne à t=2s

Figure V.34. Courants du réseau avec un défaut de court-circuit triphasé entre D1 et D3

Figure V.35. Etat des disjoncteurs avec un défaut de court-circuit triphasé entre D1 et
D3

84
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

A t=2s, un court-circuit triphasé s’est établi entre les disjoncteurs D1 et D3 qui


protègent la première ligne. L’alimentation de la charge s’est réalisée à travers la
deuxième ligne à travers les disjoncteurs D2 et D4 qui sont restés fermés. Cette
éventualité a été possible grâce à la stratégie directionnelle de la protection qui consiste
au calcul de la puissance active (Fig. IV.30) et envoie un signal au circuit de commande
du disjoncteur. Les disjoncteurs D1 et D3 ce sont disjonctés à t=2.787s et t=2.345s
respectivement (Fig. IV.35). La (figure IV.34) montre les formes des courants à travers
chaque disjoncteur. On note l’élimination du défaut à travers la ligne perturbée et le
maintien de l’alimentation de la charge à travers la deuxième malgré l’apparition d’une
perturbation transitoire au niveau des courants traversant les disjoncteurs D3 et D4.

IV.6. 2 Court-circuit triphasé entre les disjoncteurs D2 et D4 de la


deuxième ligne à t=3s

Figure IV.36. Courants du réseau avec un défaut de court-circuit triphasé entre D2 et


D4

85
Chapitre IV : Simulations et interprétations des résultats

Figure IV.37. Etat des disjoncteurs avec un défaut de court-circuit triphasé entre D2 et
D4

Les figures IV.36-37 montrent le comportement de la protection directionnelle


lors d’un court-circuit triphasé dans la deuxième ligne limitée par les disjoncteurs D2 et
D4. Ces derniers ont déclenchés pour la mise hors service de la ligne court-circuitée à
t=3.797s et t=3.346s respectivement. L’alimentation de la charge a été maintenue par la
première ligne dont les disjoncteurs D1 et D3 ce sont maintenus au service.

IV.7 Conclusion

Dans ce chapitre nous avons donné des généralités sur la protection de ligne de
transport moyenne tension. Egalement les défauts dans les réseaux électriques et leurs
conséquences ont été évoqués plus l’Analyse des défauts de court-circuit sur un système
de protections et leurs concepts généraux ; ainsi qu’un aperçu sur la Protection
différentielle triphasée d’un transformateur. Aussi la protection directionnelle des
lignes ; et finalement le court-circuit triphasé entre les disjoncteurs. La qualité d'une
protection liée, à la sélectivité et l’enchainement de déclanchement des appareils de
protections ont été introduites et les grands critères de coordination.

86
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

Conclusion
générale

Année Universitaire 2019-2020


Conclusion générale

Conclusion générale

L’objectif de cette thèse est d’effectuer une étude et analyse sur la protection de la
moyenne tension. Pour cela, nous avons décrit en premier lieu, les perturbations dans le
réseau électrique ainsi que l’étude des différents types de protection des réseaux
électriques et les calculs et réglages des protections dans réseaux de transport moyen
tension départ Taghit pour Béchar centre, que nous a amenés à constater que le domaine
de protection est très vaste.

Dans ce travail nous avons mis l’accent sur quelque point essentiel et général de la
protection de réseaux moyen tension ainsi que des calculs et simulations touchent le fond
de cette dernière.

Tous les équipements de protection installés ont été légèrement surdimensionnés


afin d’adapter le réseau aux extensions futures ; Pour la protection des personnes et des
biens du complexe, le système électrique doit être doté d’un système de protection faible ;
Pour un meilleur fonctionnement, il faut mettre à jour les réglages, à chaque fois que les
charges sont modifiées.

La continuité de service est renforcée par une meilleure sélectivité des appareils de
protection ; les câbles et les jeux de barre répondent aux critères de la tenue thermique et
électrodynamique, durant le temps d’élimination des défauts. Enfin, on souhaite que nos
résultats soient pris en considération et que notre thèse serve de base, à l’avenir, aux autres
projets d’études des systèmes de protection.

Perspective :

 Intégration de l’intelligence artificielle dans les systèmes de protections électriques.


 utilisation des systèmes TIC (technologie, informatique de la communication) dans
la protection électrique.
 La commande à distance des systèmes de protections différentes gammes.

87
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

Référence
Bibliographique

Année Universitaire 2019-2020


Bibliographies

Références Bibliographies

[1] Achou nadia, « Etude d'un IPFC (Interligne Power Flow Controller) », Magister,
UST-MB Oran, Algérie, 2013

[2] Bot Youcef, « influence des FACTS sur le calcul de l’écoulement des puissances en
utilisant un IPFC», Magister, UST-MB Oran, Algérie, 2011

[3] Abbasi Fatiha, «contribution à l’étude d’un contrôleur de transite de puissance unifie
UPFC», Magister, le 15/06/2008.

[4] Tandjaoui M. Nasser, « Apport des systèmes FACTS dans les réseaux distribués »,
Thèse de Doctorat, UTMB, Béchar, 2014.

[6] Groupe SONELGAZ, XD « Guide Technique de Distribution », Document technique


de Groupe, SONELGAZ, 1984.

[7] Groupe SONELGAZ, SDO, «Philosophie de réglage des protections à SDO»,


Document technique de Groupe SONELGAZ Juillet 2008.

[8] Otmani Kaouther. «Simulation Des Défauts Electriques Et Leurs Protections A


Arcelor Mittal (Annaba) » ; Master, 2018.

[9] J.M. Delbarre, « Postes à HT et THT - Rôle et Structure », Techniques de l’Ingénieur,


Traité Génie électrique, D 4570, 2004.

[10] Nouioua Mabrouk ; « Adoui Merwan ; « Protection des réseaux électriques HTB en
utilisant de relais de distance », Master, 2017.

[11] W.D. Stevenson, « Elements of Power System Analysis », 4th edition, McGraw Hill
Book 1982.

[12] S. Theoleyre, « Les Techniques de Coupure en MT », Cahier technique N°193,


Schneider Electric.

[13] Ben Derradji Selsabil ; « Calcul des protections d’un départ HTA (30 KV) » ; Master ;
2013/2014.

[14] Zellagui Mohamed ; « Etude des protections des réseaux électriques MT


(30 & 10kV) » ; Magister ,2011.

[15] Daaou Yassine, «Classification et localisation des défauts dans les lignes de transport
THT en temps réel», Magister ,2011.

[16] Guide Technique « Plan de protection des réseaux HTA» EDF B61-21, B6122, B61-
24, B61-25 ultérieure, Février 1994.

[17] Fouad Salha «Microréseaux Ilotables: Etude et coordination des protections des
génerateurs et du réseau », Thèse de Doctorat, septembre 2013
Bibliographies

[18] Groupe SONELGAZ, IFEG – Ecole Technique de Blida, « Généralités sur les
protections des réseaux de transport d'énergie électrique », Document technique de
Groupe SONELGAZ 2012.

[19] C. Claude & D. Pierre, « Protection des Réseaux de Transport et de Répartition »,


EDF, octobre 2005.

[20] M. LAMI, «Protection et Surveillance des Réseaux de Transport d'Énergie


Électrique», Volume 2, EDF, février 2003.

[21] Labed khaled, « Simulation d’une protection différentielle à trois cycles de ré-
enclenchement », Master, 2018.

[22] SIEMENS, « Power Engineering Guide - Transmission and Distribution » 4th Edition,
2005.

[23] Marie-cécile Alvarez-Hérault, « Architecteur de Réseau de Distribution Du futur en


Présence de Production Décentralisée» Thèse de Doctorat, Grenoble, Décembre 2009.

[24] Quentin Monnet, « Modèles et Mécanisme pour la Protection Contre les Attaques par
Déni de service dans les Réseaux da Capteurs sans Fil », Thèse de Doctorat, paris
mars 2018

[25] Schneider Electric, « Architecteur de Réseau de électrique », 2007.

[26] B. M Weedy, « Electric Power Systems », 3rd edition., John Wiley & Sons Ltd.,
London, 1979.
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

Annexes

Année Universitaire 2019-2020


Annexes

Annexe 1 :
Loi n° 02-01 du 22 Dhou El Kaada 1422 correspondant au 5 février 2002 relative à
l'électricité et à la distribution du gaz par canalisations.

Annexe 2 :
Organigrammes pour le calcul des différents réglages

Préparation des données de calcul


Scc : Puissance de court circuit en MVA
Sn : Puissance nominale du transfo HT/MT en MVA,
Un : Tension nominale en kV,
Ucc : tension de court circuit du tranfo HT/MT en % ,
InTC : Courant nominal des TC coté primaire en A.
Lci : Longueurs des conducteurs par type , nature et section,
Sci : Sections des conducteurs par type et nature,
rci : Résistance kilométrique du conducteur
Ilt min: Courant de limite thermique minimale du départ.

Non Non
Calcul Iccb Calcul Ih FIN

Oui
Oui
Calculer 1
XHT : impédance du réseau HT ramenée en MT 1
XT : impédance dy transformateur HT/MT
Un²
X HT () 
Scc
Ucc (Un  1,1)²
X T ( )  
100 Sn

Oui Non
Tronçon
aérien ?
Souterrain

Calculer Calculer
Rci : Résistance du tronçon i suivant sa nature, sa Rci : Résistance du tronçon i suivant sa nature, sa
section et sa longueur. section et sa longueur.
Xci : Réactance du tronçon i suivant sa nature, sa Xci : Réactance du tronçon i suivant sa nature, sa
section et sa longueur. section et sa longueur.
Rci ()  rci  Lci Rci ()  rci  Lci
X ci ()  0,4  Lci X ci ()  0,1  Lci

FIN
2
Annexes

Paramètres du réseau électrique

A-Source sinusoïdale avec charge linéaire


JB Charge 100e3+j 1000
JA Charge 100e3+j1000
Surtension de 20%(pu)=[1.0 1.2 1.0]
Intervalle de temps =[0 0.1 0.5]
Vn =230, OVset = 10; delay =0.2000; StopClk =0.7117; TripTime =0.3275
TS = 0

B-Source non sinusoïdale avec charge linéaire


JB Charge 100e3+j 1000
JA Charge 100e3+j1000
Surtension de 20%(pu)=[1.0 1.2 1.0]
Intervalle de temps =[0 0.1 0.5]
A:[ Order(n) Amplitude(pu) Phase(degrees) Seq(0, 1 or 2) ]
[3 0.2 -25 0]
B:[ Order(n) Amplitude(pu) Phase(degrees) Seq(0, 1 or 2) ]
[2 0.15 35 2]
Intervalle de temps: [ Start End ]
[0.1 0.5]
%clk =1.1000 ;Vn =230;OVset =10 ;delay = 0.2000;StopClk =0.7137;TripTime =
0.3245;TS =0

C-Source sinusoïdale avec charge non linéaire


JB Charge 100e3+j 1000
JA Charge 100e3+j1000 (charge non linéaire)
Surtension de 20%(pu)=[1.0 1.2 1.0]
%clk = 1.1000;Vn =230 ;%OVset = 10;delay = 0.2000;StopClk = 0.7106;TripTime
=0.3280;TS =0

D-Source non sinusoïdale avec charge non linéaire


JB Charge 100e3+j 1000
JA Charge 100e3+j1000 (charge non linéaire)
Surtension de 20%(pu)=[1.0 1.2 1.0]
Intervalle de temps =[0 0.1 0.5]
A:[ Order(n) Amplitude(pu) Phase(degrees) Seq(0, 1 or 2) ]
[3 0.2 -25 0]
B:[ Order(n) Amplitude(pu) Phase(degrees) Seq(0, 1 or 2) ]
[2 0.15 35 2]
Intervalle de temps: [ Start End ]
[0.1 0.5]
clk =1.1000;Vn =230;OVset =10;%delay =0.2000;stopClk =0.7133;TripTime
=0.3243;TS =0

Annexe 3
Relais de surintensité
function TD = fcn(clk,Irms,CTpri,CTsec,PS,HS)

persistent RelayState TripDelay

if isempty(RelayState)
RelayState = 0; % Reset Relay
TripDelay = inf;
end

CT = max(Irms/(CTpri/CTsec));
Annexes

Pickup = (PS*0.25)*CTsec*HS;

if (RelayState == 0)&&(CT > Pickup)


TripDelay = clk + 0.02; % Added 20ms delay due to mechanical relay
contact movement
RelayState = 1;
end

TD = TripDelay;
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

Résumé

Année Universitaire 2019-2020


Mme : ACHOU Nadia
Thème :
Contribution à l’amélioration des protections d’un réseau électrique de distribution

‫ملخص‬

‫ في‬.‫في السنوات األخيرة لقد كثرت الطلبات على الطاقة الكهربائية العالية وانعكست على طوبولوجيا وأنظمة الحماية‬
‫ من أجل‬.‫ ركزت عدة مشاريع وبحوت على تطوير مخططات جديدة يمكن أن تضمن استمرارية الخدمة‬،‫السنوات األخيرة‬
‫تجاوز الحدود التكنولوجية لمعدات نظام الحماية التي تستند إلى منتجات مثالية؛ لتطور العديد من المصممين معدات رقمية‬
‫قادرة على االستجابة على الفور مما أدى إلى إطالة عمر معدات التوزيع الكهربائية وفي الوقت نفسه خفض الخسائر التقنية‬
.‫ الهدف الرئيسي من هذه الرسالة هو تحسين أداء أنظمة الحماية وأيضًا اقتراح استراتيجيات حماية جديدة‬.‫واالقتصادية‬
‫ستتناول األطروحة االضطرابات في الشبكة الكهربائية ودراسة األنواع المختلفة لحماية الشبكات الكهربائية مع حسابات‬
.‫وإعدادات الحماية في شبكات نقل الجهد المتوسط وأخيرا ً المحاكاة ومناقشات الحماية المختلفة التوزيع لشبكات الكهربائية‬
‫مثيرا لالهتمام لجميع المعدات‬
ً ‫ ولهذا سيضمن تحسينه عرضًا‬،‫تعتبر الحماية جز ًءا ال غنى عنه من تشغيل شبكات الكهرباء‬
‫ األفكار الموضوعة لهذه‬.‫الك هربائية وسيضمن للمستهلكين حماية دائمة واستمرارية في الخدمة وبالتالي مكاسب مالية مهمة‬
‫األطروحة تذهب إلى جانب حساب ومحاكاة حماية شبكات النقل التي ستكون منصة صلبة للعمل المستقبلي الذي يعزز‬
.‫األدبيات المخصصة لهذا المجال من البحث‬

Résumé
Les fortes demandes en énergie électrique ont affecté les topologies et les systèmes de protection. Ces dernières
années, plusieurs travaux de recherche ont été axés sur le développement de nouveaux schémas capables
d’assurer la continuité de service. Afin de surpasser les limites technologiques des équipements du système de
protection qui ont été basés sur des produits analogiques ; plusieurs concepteurs ont développé des équipements
numériques capable de réagir instantanément ce qui a prolongé la durée de vie des équipements électriques de
distribution et en même a réduit des pertes techniques et économiques. L’objectif principal de cette thèse c’est
d’améliorer les performances des systèmes de protection et aussi de proposer de nouvelles stratégies de
protection basées sur l’électronique de puissance. La thèse portera sur les perturbations dans le réseau électrique
et l’étude des différents types de protection des réseaux électriques avec les calculs et réglages des protections
dans réseaux de transport moyen tension et finalement des simulations et discutions des différentes protections
des réseaux de distribution. La protection est une partie indispensable pour l’exploitation des réseaux électriques,
pour cela son amélioration va garantir des retombées intéressantes pour l’ensemble des équipements électriques
et va assurer aux consommateurs une protection permanente et une continuité de service et par conséquent des
gains financiers importants. Les idées planifiées pour cette thèse vont en plus de calcul et simulation des
protections réseaux de transport qui sera une plateforme solide pour les travaux futurs consolider la littérature
dédiée à ce domaine de recherche.

Abstract:
The high demands on electrical energy have affected topologies and protection systems. In recent years, several
research projects have focused on the development of new schemes that can ensure continuity of service. In
order to surpass the technological limits of protection system equipment that has been based on analogue
products; several designers have developed digital equipment capable of reacting instantly which has prolonged
the life of electrical distribution equipment and at the same time has reduced technical and economic losses. The
main objective of this thesis is to improve the performance of the protection systems and to propose new
protection strategies based on the power electronics. The thesis will deal with the disturbances in the electrical
network and study of the different types of protection of the electrical networks with the calculations and settings
of protections in medium voltage transmission networks and finally Simulations and discussions of the different
protections of the distribution networks. Protection is an indispensable part of the operation of the electricity
networks, for this, its improvement will guarantee interesting spin-offs for all the electrical equipment and will
ensure the consumers a permanent protection and a continuity of service and consequently important financial
gains. The ideas planned for this thesis go in addition to calculating and simulating transport network protections
that will be a solid platform for future work consolidating the literature dedicated to this area of research.

Vous aimerez peut-être aussi