Vous êtes sur la page 1sur 78

REPUBLIQUE DU BENIN

**************

UNIVERSITE D’ABOMEY CALAVI (UAC)

*******

ECOLE POLYTECHNIQUE D’ABOMEY CALAVI (EPAC)

*******

Cours de Béton Précontraint

TRAVAUX
Présenté par : Sous la supervision de :

DIRIGES
GODJO Jiovani Lordson Joël Mohamed GIBIGAYE

Ingénieur PhD en Génie Civil

Professeur Titulaire des Universités

Enseignant chercheur EPAC/UAC

Année académique : 2020-2021

Travaux dirigées n°1

Exercice résolu en salle


Enoncé 1

Soit une poutre de section rectangulaire B (50 x 120) et de moment d’inertie I


soumise à un moment fléchissant M = 0,80 MN.m et à un effort de précontrainte P.

1- Déterminer le diagramme des contraintes.


2- Déduire l’expression de l’effort de précontrainte P en considérant que la
contrainte est nulle au niveau de la fibre inférieure.
Cas a- La force est centrée.
Cas b- La force est excentrée d’excentricité e = 45 cm.

Correction 1

A. Détermination des expressions


1. Le diagramme des contraintes.

Supposons que la force de précontrainte est appliquée à la poutre avec une


excentricité e. Ainsi, le schéma mécanique du système est le suivant :

Avec Mp =P.e

Ainsi le diagramme de contrainte est le suivant avec respectivement le


diagramme dû au moment M, à l’effet de compression centrée de la précontrainte P
et au moment de la précontrainte Mp = P.e.
2. Déduire l’expression de l’effort de précontrainte P en considérant que la
contrainte est nulle au niveau de la fibre inférieure

Sa contrainte est nulle au niveau de la fibre inférieure et d’après le diagramme


des contraintes, on a :

MVi
P
M .Vi P P.e.Vi  1 e.Vi 
I 
  0   I
 
B I
0
 B I 

B. Application numérique
B.1. Cas a : La force est centrée, d’où e = 0.

 La force de précontrainte

MVi MVi 0 ,80  0.6 


P  
 1 e.V  I 0.5  1, 2  
3
I  i  1 
B  
B  0 ,5  1, 2  
I  12
D’après la partie A, on a avec e = 0 :

Soit P = 4 MN

 Le diagramme des contraintes (e = 0)


B.2. Cas b : La force est excentrée d’excentricité e = 45 cm.

 La force de précontrainte

MVi 0 ,80  0.6 


P 
 1 e.V   
I  i  3  
B I  0.5  1,2  1 0, 45( 0 ,6 ) 
 
 0 ,5  1, 2  0.5  1, 2  
3
12
 
 12 

Soit P = 1,131 MN

 Le diagramme des contraintes (e = 45 cm)

Conclusion

Il est clair que grâce à l’excentrement de la précontrainte on a diminué l’effort de


précontrainte de 4 à 1.231 MN et la contrainte maximum du béton de 13.34 à 4.1
MPa d’où une économie substantielle d’acier et de béton.
Exercices non résolus en salle

Enoncé 1

o QCM (Choisir la/les lettre(s) correspondante(s) à chaque numéro)


1. La précontrainte par pré-tension fait intervenir :
a. Vérin ;
b. Câble de précontrainte composé de fil(s) lisse(s) ;
c. Coulis d’injection ;
2. Le câble de précontrainte est un ensemble de :
a. Barre(s) ;
b. Fil(s)
c. Toron(s)
3. L'image suivante désigne :

a. un ancrage actif ;
b. un ancrage passif ;
c. un vérin ;
4. L’image suivante désigne :

a. Plaque d’ancrage ;
b. Tête d’ancrage ;
c. Plaque d’appui ;
o Répondre par vrai ou faux
1. La précontrainte par pré-tension peut être intérieure ou extérieure.
2. La précontrainte par post-tension est généralement mise en œuvre en usine.
3. La mise en tension des câbles de précontrainte se fait du côté d’un ancrage
passif.
4. Un seul toron peut être utilisé comme câble de précontrainte.
5. Dans le mode de précontrainte par post tension, le coulis permet uniquement
de protéger les armatures contre la corrosion.
6. Le mode de précontrainte par pré-tension fait intervenir les gaines.
7. Le profil de l'acier de précontrainte, est toujours rectiligne, et toujours
constitué d'une seule droite dans le mode de précontrainte par pré-tension.
8. La précontrainte par post-tension a l’avantage de pouvoir mettre en place les
armatures de précontrainte selon des tracés courbes sans perte de leurs
positions après coulage de béton 
o Répondre aux questions
1. Donner la différence entre la précontrainte et le béton précontraint.
2. Donner le rôle du vérin lors de la mise en œuvre du béton précontraint.
3. Dans quels cas peut-on faire recours à un ancrage passif.

Solution

o QCM (Choisir la/les lettre(s) correspondante(s) à chaque numéro)


1. a
2. b, c
3. a
4. a, b.

o Répondre par Vrai ou Faux


1. Faux
2. Faux
3. Faux
4. Vrai
5. Faux
6. Faux
7. Faux
8. Vrai
o Réponses aux questions
1. La différence entre la précontrainte et le béton précontraint est que la
précontrainte est la force de compression appliquée lors d’un procédé de
précontrainte tandis que, le béton précontraint est un béton dans lequel la
précontrainte est appliquée.
2. Le rôle du vérin lors de la mise en œuvre du béton précontraint : Le vérin
assure la mise en tension des câbles de précontrainte.
3. On peut faire recours à un ancrage passif dans le cas :
 des câbles courts ;
 où une seule extrémité est accessible.

Enoncé 2

Afin d'éliminer les contraintes de traction dues au moment maximal développé par la
force Q, la poutre console ci-dessous, est soumise à un effort de précontrainte F. En
négligeant le poids propre de la console. Déterminer :

 Le diagramme des contraintes résultant.


 La valeur de F en fonction de Q si :
- F est centré.
- F est excentré de e = h/6.
Solution

o Cas 1 : F est centré.

Dans ce cas le diagramme des contraintes se présente comme suit :

Pour éliminer les contraintes de traction dues au moment maximal développé par la
force Q, on a :

M .Vs F M .Vs .A
 t 0
I
 0
A 
F
I

Avec :
M  Q.L  Q. 5.h   5.Q.h
Vs  h
2
3
I  bh
12
A  b.h

h
5.Q.h.  . b.h 
F 2
b.h3
Donc 12

F  30.Q

o Cas 2 : F est excentré de e = h/6.

Dans ce cas, le diagramme des contraintes se présente comme suit :

Ainsi, pour éliminer les contraintes de traction dues au moment maximal développé
par la force Q, on pose :

h
Q. 5.h  . 
M .Vs 2
F 
F F .e.Vs M .Vs I b.h 3
h h
 e.Vs    . 
 t
  0 
A

I

I
 0
 A 12. b.h   6   2 

Par conséquent : F  15.Q .


Travaux dirigées n°2

Exercice corrigé en salle

Enoncé 1

o Déterminer, pour un béton de fc28 = 30 MPA, les caractéristiques suivantes :


- la résistance à la compression aux jours j = 7 et j=90
- la résistance à la traction aux jours j = 7 et j=90
- module de déformation longitudinal instantané aux jours j= 7 et j=90
- module de déformation longitudinal différé aux jours j= 7 et j=90

Solution

- Calcul de la résistance à la compression aux jours :

 j=7
f c 28 =30MPa<40MPa

 j=7<28
j
f cj = *f c - Calcul de la résistance à la traction aux jours :
4.76*0.83j 28
7
f c7 = *30
4.76*0.83*7
f c7 =19.87MPa  j=7
f t7 =0.6+0.06f c7
f t7 =0.6+0.06*19.87
 j=90 f t7 =1.79MPa
f c 28 =30MPa<40MPa

 j=90 60
f c90 =1.1f c28  j=90
f t90 =0.6+0.06f c90
f c90 =33MPa
f t90 =0.6+0.06*33
f t90 =2.58MPa
- Calcul du module de déformation longitudinal instantané aux jours :

 j=7
E i7 =11000 3 f c7
E i7 =11000 3 19.87
E i7 =129788.76MPa

 j=90
E i90 =11000 3 f c90
E i90 =11000 3 33
E i90 =35282.88MPa

- Calcul du module de déformation longitudinal différé aux jours :

 j=7
E vj =3700 3 f c7
E vj =3700 3 19.87
E vj =10019.86MPa

 j=90
E vj =3700 3 f c90
E vj =3700 3 33
E vj =11867.88MPa

Exercices non corrigés en salle

Enoncé 1

Pour une poutre réalisée avec du béton précontraint sur un chantier de construction
d’un pont à Allada, on désire connaître les caractéristiques des matériaux mis en
œuvre. Cette poutre est réalisée avec :
- Béton de résistance caractéristique à 28 jour fc28=27 MPa,
- Armature de précontrainte : 10 T15 (10 torons de 15,7mm de diamètre), ce
sont des torons de 7 fils standard, tréfilés ;
- Module de déformation longitudinale des torons : 1,9x105 MPa ;
- Contrainte de rupture garantie fprg=177000 t/m²
- Acier passif utilisé : HA25 ; FeE500

Travail à faire :

1) Déterminer la section totale des câbles de précontrainte.


2) Déterminer par calcul, la limite élastique conventionnelle de cet acier. Choisir
une valeur en se mettant du côté de la sécurité.
3) Déterminer la résistance caractéristique en traction du béton à j=7.
4) Avec quel type de module du béton doit-on travailler si l’on désire charger cette
poutre pendant 150 minutes ? Justifier votre réponse. Calculer la valeur de ce
module.
5) Avec quel type de module du béton doit-on travailler si l’on désire charger cette
poutre pendant 26h ? Justifier votre réponse. Calculer la valeur de ce module.
6) Tracer le diagramme contrainte - déformation de l’acier actif utilisé pour réaliser
cette poutre. Prendre fpeg= 1770 MPa. 
7) Calculer la résistance limite de l’acier passif.

NB : Les calculs sont faits à l’état limite ultime.

Solution
1) Calcul de la section totale du câble de précontrainte

AT = n c  A C ; AT  n c  10AT 15
AT  2  10  150
AT  3000 mm 2

2) Calcul de la limite élastique conventionnelle


La limite conventionnelle des aciers représente 80 à 90% de la résistance
garantie. Pour se mettre du côté de la sécurité, on prendra 80%.
Fpeg=0,8fprg
fprg = 17700 t/m² = 1770 MPa
fpeg = 0,8x1770
fpeg= 1416 MPa

3) Détermination de la résistance à la traction du béton à 7jours


f t7  0,6  0.06f c 7 ; j  28 et f c 28  40 MPa
j
Donc f cj   f c 28
4.76  0.83 j
7  27
fc7  ; f c 7  17,88MPa
4.76  0.83  7

Ainsi f t7  0,6  0,06  17,88

f t7  1,67 MPa

4) On travaillera sur le module de déformation longitudinal instantanée car la durée


t=2,5 h<24 h

 Calcul de Ei 7

Ei 7  11000 3 f c 7
Ei 7  11000 3 17,88
Ei 7  28763,95 MPa

5) On travaillera sur le module de déformation longitudinal différé car

j=26 h>24 h

Evj  3700 3 f c 7
Evj  3700 3 17,88
E vj  9675,15 MPa

6) Calcul de la résistance limite de l’acier passif


fe
f su 
s
500
f su 
1,15
f su  434, 78MPa

Enoncé 2

Pour un acier passif FeE400, Déterminer :

1) Déterminer la contrainte limite ultime en situation courante et accidentelle.


2) Déterminer la contrainte limite en service dans le cas d’une fissuration
préjudiciable et très préjudiciable.
3) Tracer le digramme contrainte – déformation de l’acier

Solution

Données : FeE 400, fc28 = 22 Mpa

1) Calcul de la contrainte limite ultime

 En situation courante :

fsu= fe/γs

γs= 1.15, en situation courante.


fsu= 400/1.5
fsu= 347.83MPa

 En situation accidentelle :
fsu= fe/ γs
γs= 1 en situation accidentelle.
fsu= 400/1
fsu= 400MPa.

2) Déterminons la contrainte limite en service :

 Dans le cas d’une fissuration préjudiciable :

ft28=0.6+0.06*22
ft28=1.92 MPa.

s1=min {2/3(fe);max [(1/2) fe ; 110√ ƞftj ]}

s1=min {266.67 ; max (200 ; 192.72)}


s1=200MPa.

 Dans le cas d’une fissuration très préjudiciable :


s2=0.8*σs1
=0.8*200
s2=160MPa.

3-Tracé du diagramme contrainte déformation de calcul de cet acier à l’ELU :


Ԑeus=fsu/E

=347.83/2.105

Ԑeus=1.66%0

(MPa)
347.83

1.66%0 10%0 Ԑ

Travaux dirigées n°3


Exercice corrigé en salle

Enoncé 1

Soit une section quelconque (voir schéma) avec les caractéristiques géométriques
suivantes :
h= 1,10m ; surface B= 0,3912m2 ; S= 0,17315m3 ;
le moment d’inertie par rapport à l’axe passant par
la fibre supérieure I On demande :

1) Déterminer les caractéristiques de la section


brute que sont :

- La distance de la fibre supérieure VS


- La distance de la fibre inférieure Vi
- Le moment d’inertie IG
- Le rendement de la section ρ
Cette section comporte 4 gaines de 70mm de diamètre, situées respectivement à

105mm et à 245mm de la fibre inférieure (voir figure). Le centre de gravité des


gaines est à 0,925m de la fibre supérieure.

2) Déterminer les caractéristiques de la section nette


que sont :

- L’aire de la section Bn
- Le moment statique Sn
- La distance de la fibre supérieure VS
- La distance de la fibre inférieure Vi
- Le moment d’inertie par rapport à Δ (In Δ)
- Le moment d’inertie par rapport au centre de gravité (In G)
- Le rendement de la section ρn
3) Les gaines constituent chacune un câble 9T15 de section 1251mm2. Le coefficient
d’équivalence n=5

Déterminer les caractéristiques de la section homogène que sont :

- L’aire de la section Bh
- Le moment statique Sh
- La distance de la fibre supérieure VhS
- La distance de la fibre inférieure Vhi
- Le moment d’inertie par rapport à Δ (IhΔ)
- Le moment d’inertie par rapport à G (IhG)
- Le rendement de la section ρh

Solution
Pour la section ci-dessus, déterminons :

1- les caractéristiques de la section brute :

- distance du centre de gravité (CDG) à la fibre supérieure :

Sb 0,17315
Vs = Vs =
Bb 0,3912

Vs = 0,4426 m

- distance du CDG à la fibre inférieure :

Vi =h-Vs
Vi = 1,10 - 0,4426
Vi =0,6574
Vi = 0,6574 m
- moment d’inertie par rapport au CDG :

IbG =IΔ -Bb Vbs 2

IbG = 0,131944 – 0,3912 x 0,4426²

IbG = 0,055310 m4

- rendement de la section

I bG 0,055310
ρ=  ρ=
BbVsVi 0,3912  0,6574  0,4426

ρ=0,486

2. les caractéristiques de la section nette

- aire de la section:
Bn  Bb  Bgaines

π*0,07²
B = 0,3912-
n
4

Bn  0,37581 m²

- moment statique :

Sn = Sb –Bgaines x V

= 0,17315 – 0,015386 x 0,925

Sn = 0,15891

- distance du CDG à la fibre supérieure


Sn 0,15891
Vns = Vns =
Bn 0,37581

Vns = 0,4228 m

- distance du CDG à la fibre inférieure

Vni =h-Vns  Vni = 1,10 - 0,4228

Vni =0,6772 m

- moment d’inertie par rapport à l’axe << Δ >>

I n = I Δ -Bgaines Vs 2

= 0,131944 - 0,015386 x 0,925²

InΔ = 0,118776 m4

- moment d’inertie par rapport au centre de gravité

I nG = IΔ -Bn Vns 2

InG = 0,131944 - 0,37581 x 0,4228²

InG = 0,0516 m4

- Rendement de la section ρn
I nG 0,0516
ρn =  ρn =
Bn Vns Vni 0,37581  0,4228  0,6772

ρ n =0,479

3. les caractéristiques de la section homogène

- aire de la section :
Bh = Bn + n.Bpréc

= 0,37581 + 5 x 4 x 1,251.

Bh = 0,40083 m²
- moment statique :

Sh = Sn + n.Bpréc x V

= 0,15891 + 5 x 4 x 1,251. x 0,925

Sh = 0,182053 m3

- distance du CDG à la fibre supérieure

Sh 0,182053
Vhs =  Vhs =
Bh 0,40083
Vhs = 0,45419 m

- distance du CDG à la fibre inférieure

Vhi =h-Vhs  Vhi = 1,10 - 0,45419

Vhi =0,64581 m

- moment d’inertie par rapport à l’axe << Δ >>

I hΔ = I nΔ +n.Bpréc V 2

= 0,118776 + 5 x 4 x 1,251. x 0,925²

IhΔ = 0,140184 m4

- moment d’inertie par rapport au CDG

IhG = I hΔ - Bh Vhs 2

IhG =0,140184 - 0,40083 x 0,45419²


IhG = 0,057497 m4

- rendement de la section ρh
I hG 0,057497
ρh =  ρh =
Bh Vhs Vhi 0,400833  0,45419  0,64581

ρ h =0,489

Exercices non corrigés en salle

Exercice 2
Déterminer pour une poutre en T les caractéristiques géométriques suivantes :
- L’aire de la section B
- Le moment statique S

- La distance de la fibre supérieure V S et la


distance de la fibre inférieure Vi
- Le moment d’inertie I
- Le module de résistance W
- Le rayon de giration i
- Le rendement de la section ρ
Figure : Schéma de la section en Té

Solution
Déterminons pour cette poutre, les caractéristiques géométriques :

1. L’aire de la section
B =  Bi = B1 + B2
B = (0, 2 ×1) + (0, 4 × 0, 7)
2
B = 0, 48m

2. Le moment statique
S=  Si =S1 +S2

S=B1y1 +B2 y 2
S=(0,2×1)(0,1)+(0,4×0,7)(0,55)
3
S = 0,174m

3. La distance de la fibre supérieure (Vs)


S
Vs =
B
0,174
Vs =
0,48
Vs = 0, 363m

4. La distance de la fibre inférieure (Vi)


Vi = h-Vs

Vi = 0,90 – 0,363
Vi = 0.537 m

5. Le moment d’inertie (I)


2
I=  Ii +Bi (yi -Vs )
3 3
1×0,2 2 0,4×0,7 2
I= +(0,2×1)(0,1-0,363) + +(0,4×0,7)(0,55-0,363)
12 12
I=0,0145+0,0212
4
I = 0, 0357m

6. Le module de résistance (W)


- Par rapport à la fibre supérieure Vs
I
W=
VS
0,0357
W=
0,363
3
W = 0, 0984m

7. Le rayon de giration (i)

I
i=
B
0, 0357
i=
0, 48
i = 0.273m

8. Le rendement de la section (ρ)


I
ρ=
BVs Vi
0, 0357
ρ=
0, 48 × 0,363× 0,537
ρ = 0, 382
Enoncé 2

Pour la section représentée ci-dessous, déterminer les caractéristiques géométriques


suivantes :

- L’aire de la section B
- Le moment statique S
- La distance de la fibre supérieure VS
- La distance de la fibre inférieure Vi
- Le moment d’inertie I
- Le module de résistance W
- Le rayon de giration i
- Le rendement de la section ρ
Figure : Schéma de la section

Solution

Pour la section représentée ci-dessous, déterminons les caractéristiques


géométriques suivantes :
1. L’aire de la section B

alors:

7
B =  Si = 0, 7815 m²
i=1

2. Les moment statique Sx et Sy


Par conséquent on a :
7 3
S x =  S xi = 0, 5046 m
i=1

3. Les distances Vs et Vi

Sx 0,5046
Vs =YG = = =0,646m
B 0,7815

Vs = YG = 0, 646m
Vi = h - Vs

Vi = 1, 55 - 0, 646

Vi = 0, 904m

4. Le moment d’inertie Ix

bh3
I x3   S3 * (Vs  0.775) 2
12
0.3*1,193
I x3   0.357 * (0.6457  0.775) 2
12
I x3  0.0481m 4

bh3
I x5   S5 * (Vs  1.3) 2
12
0.15* 0.213
I x5   0.01575* (0.6457  1.3) 2
12
I x 5  0.00686m 4

I x6 =I x5
bh3
I x7   S 7 * (Vs  1.46) 2
12
0.6 * 0.183
I x7   0.108* (0.6457  1.46) 2
12
I x 7  0.0719m 4

Par conséquent on a :

= 0,2187m4

5. Module de résistance
IX 0,2187 3
WX = = = 0, 3385m
VS 0,646

6. Le rayon de giration

IX 0,2187
ix = = = 0, 5290m
B 0,7815

7. Le rendement de la section
IX
ρ=
BVs Vi

0,2187
ρ=
0,7815×0,6457×0,9043

ρ = 0, 4793
Travaux dirigées n°4

Exercices non corrigés en salle

Enoncé 1

Soit une poutre, de longueur de 40 m, soumise à la précontrainte en post tension, par


4 câbles à 8 jours. Pour la section à mi travée, déterminer :
 La tension à l’origine.
 Les pertes instantanées.
 Les pertes différées.

Données :

  5.735
f peg  1660 MPa
 r  0.0003
  0.002m 1
f prg  1860 MPa
f c 28  30MPa
f  0.18rad 1
 b  12.4 MPa
1000  2.5%
g  6mm
 bM  15.3MPa
0  0.43
E p  190000MPa
 bF  11.1MPa

Solution

La tension à l’origine :

 po min(0.9 f peg ;0.8 f prg )   po  1488 MPa

Les pertes instantanées :

- perte due au frottement :

 frott ( x)   po (1  e  ( f  x ) )

AN :   5.735

 frott (20)  83.83MPa


- perte due au recul d’ancrage

gE p x
d
 frott ( x)
d  16.5m

Etant donné que d < x=20m, on a :  rec (20)  0MPa

- perte due au raccourcissement du béton :


n 1 Ep
 racc ( x)  ( b )
2n Eij

AN : Eij  Ei 8  34179.56MPa

 racc (20)  25.85MPa

- pertes instantanées :  pi (20)  109.68MPa

- tension initiale :  pi (20)   p 0   pi  1378.32 MPa

Les pertes différées :

- perte due au retrait du béton

 ret ( x)  E p r
donc  ret (20)  57 MPa

- perte due au fluage du béton


Ep
 flu ( x)  ( bM   bF )
Eij

AN : Eij  Ei 8  34179.56MPa

 flu (20)  146.75MPa

- perte due à la relaxation des armatures de précontrainte


1000  pi
 rel ( x)  6 (  0 ) pi
100 f prg

AN :

 rel (20)  64.09 MPa

5
 pd (20)   ret   flu   rel  257.2 MPa
Au total, on a comme pertes différées : 6

Enoncé 2 :

Soit une poutre, de section rectangulaire (b*h = 35*72) cm2 et de longueur de 15 m,


soumise à la précontrainte en post tension, par 6 câbles à 10 jours. Pour la section à
mi travée, (avec ep= - 270 mm), déterminer :

 La tension à l’origine.
 Les pertes instantanées.
 Les pertes différées.

Données :
  0.072rad
f peg  1460 MPa
 r  0.0003
  0.002m 1
f prg  1720MPa
f c 28  35MPa
f  0.18rad 1
ln  1.033 1010 mm4
1000  8%
g  1mm
 bM  15.1MPa
0  0.3
E p  190000 MPa
 bF  10.8MPa
Bn  0.25 106 mm 2

Solution

La tension à l’origine :

 po min(0.9 f peg ;0.8 f prg )   po  1314MPa

Les pertes instantanées :

- perte due au frottement :

 frott ( x)   po (1  e  ( f  x ) )

AN :   0.072rad

 frott (7.5)  36.23MPa

- perte due au recul d’ancrage


gE p x
d
 frott ( x)
d  6.23m

Etant donné que d < x=7.5m, on a :  rec (7.5)  0MPa

- perte due au raccourcissement du béton :


n 1 Ep
 racc ( x)  ( b )
2n Eij

AN : Eij  Ei10  32918.32MPa

P P.e 2 M .e
b   
On a Bn In In

 P  ( po   frott   rec ) Ap

D’où P  2135834.17 N

2
M  Ql
 8

Q  G  (0,35  0, 72)25  6.3kN / m


M  177,19kN .m

On a donc  b  18.98MPa

D’où  racc (7.5)  45.65MPa

- pertes instantanées :  pi (7.5)  81.88MPa

- tension initiale :  pi (7.5)   p 0   pi  1232.12 MPa

Les pertes différées :


- perte due au retrait du béton

 ret ( x)  E p r
donc  ret (7.5)  57 MPa

- perte due au fluage du béton


Ep
 flu ( x)  ( bM   bF )
Eij

AN : Eij  Ei8  32918.32MPa

 flu (7.5)  149.49 MPa

- perte due à la relaxation des armatures de précontrainte

1000  pi
 rel ( x)  6 (   0 ) pi
100 f prg

AN :

 rel (7.5)  246.03MPa

5
 pd (7.5)   ret   flu   rel  411.51MPa
Au total, on a comme pertes différées : 6
Travaux dirigées n°5

Exercices résolus en salle

Énoncé 1 : Rendement d’une section

Soit une section rectangulaire 50  120 cm2

 Calculer le rendement ρ de cette section.

Solution

G
Vs
h=120cm

Vi

b=50cm

I

On désire calculer le rendement de la section qui a pour formule B Vs Vi

Avec :

I le moment d’inertie suivant l’axe de forte inertie

B la section de béton

Vs la distance de l’axe passant par la fibre supérieure à la fibre supérieure

Vi la distance de l’axe passant par le centre de gravité à la fibre supérieure


Étant donné que notre section est de forme rectangulaire, nous pouvons facilement

déterminer la position du centre de gravité. On peut alors connaitre les valeurs de Vi

h
et Vs qui sont respectivement égales à 2 .

AN :

B  b  h  0.5  1.2
B  0.6m 2

bh3 0.5 1.23


I 
12 12
I  0.072m 4

I 0.072
 
B  Vs  Vi 0.6  0.6  0.6
  0.33

Énoncé 2 : Centre de pression

Dans une section donnée d’une poutre, il s’exerce un effort de précontrainte P = 5


MN, qui s ’applique à une distance de 0,5 m en dessous du centre de gravité.

Cette poutre est soumise à la flexion simple et le moment fléchissant dû aux charges
extérieures dans ladite section est M = 3MN.m

o Quelle est l’ordonnée e du centre de pression dans cette section de la poutre ?

Solution

Il s’agi ici de déterminer l’ordonnée du centre de pression dans la section représentée


sur la fig.1 (voir exercice 1).

M ext
e  eo 
On a P
AN : P  5MN  ; M ext  M f  3MN .m  ; eo  0.5m (en dessous de l’axe de référence)

3
e  0.5 
5

D’où e  0.1m

Énoncé 3 : Noyau limite de traction

On considère une poutre en béton précontraint de section 50  120

cm2 soumise à la flexion simple.

Dans la section à mi-portée, le centre de pression est à l’ordonnée

e = 0,1m.

Le milieu étant très agressif, les contraintes limites de traction à l’ELS sont fixées
égales à 0.

o Déterminer le noyau limite de traction de cette section.

o Les contraintes limites de traction sont-elles respectées dans cette section ?

Solution

a- Noyau limite en traction :  Ci ; Cs 

 B i1 
Ci   Vi 1  
 P 

Or d’après l’énoncé de l’exercice,  i  0 donc Ci   Vi


1
Vi  h  60cm
AN : 2 soit 0.6m ;   0.33

Ci  0.33  0.6

D’où Ci  0.198m

De même, Cs  Vs  0.198m

Le noyau limite de traction est donc :  0.198; 0.198

b- e  0.1m alors e   0.198; 0.198 , ce qui veut dire que les contraintes limites en
traction sont respectées.

Énoncé 4 : Noyau ou segment de passage en traction

On considère la poutre de l’exercice précédent. L’effort de précontrainte qui s’exerce


dans la section à mi-portée est de 5MN. Les contraintes de traction à l’ELS sont
limitées à 0.

Dans cette section le moment fléchissant minimal duo aux charges extérieures est de
1,2 MN.m et le moment fléchissant maximal est de 3,2 MN.m.

o Déterminer le segment de passage en traction de cette section.

o Quel est le caractère de cette section si l’enrobage est de 0,15 m ?

Solution

 Mm MM 
 Ci  P ; Cs  P 
Segment de passage de la section :  
D’une part :

Mm 1.2
Ci   0.198 
P 5
Ci  0.438 0.44m

Et d’autre part :

MM 3.2
Cs   0.198 
P 5
Cs  0.442 0.44m

On remarque que Ci Cs , le segment de passage peut donc être réduit à un unique

point eo  0.44m

b- Caractère de la section

G
120cm

Vi

di

50cm

Vi  di  60  15  45cm

eo  45cm
alors la section est sous critique.
Exercices non résolus en salle

Énoncé 1

Soit une poutre de section rectangulaire (50*120) cm2 soumise aux moments
Mmin=1,9 MN.m et Mmax=2,4 MN.m avec une valeur de l’enrobage telle que
di=0,15m

o Déterminer la valeur de la précontrainte (PI et PII)

o Schématiser le diagramme des contraintes

Solution

En section sous critique, la valeur de la précontrainte est déterminée par l’équation

M
PI 
h

Avec :

M  3,2  1,2  2MN .m

 1/ 3
h  1,20m

d’où PI  5MN

En section sur-critique (moment positif), la valeur de la précontrainte est déterminée

MM
PII 
par l’équation Vi  Vs  di

Avec
M M  3,2
 1/ 3
Vs  Vi  0,60m
MM
PII 
Vi  Vs  di

D’où PII  4,92MN

On constate que PI  PII d’où la section est sous critique

La valeur de l’excentricité e0 est donnée par

Mm M
Ci   e0  Cs  M
PI PI
avec
Cs  Vs  0,2
PI  5MN

D’où e0  0,44m

Énoncé 7

Soit une dalle Soit une dalle (1m, h) de 15m de portée, soumise a une charge
d’exploitation q=0,03 MN/m2 avec une valeur de l’enrobage telle que di=0,107m.
Le béton utilisé a une résistance de 30 MPa. Contrainte limite de traction  t=0
Contrainte limite de compression  b=15 MPa

o Déterminer la hauteur h
o Déterminer la valeur de la précontrainte P et la valeur de l’excentricité e0
o Donner une constatation sur la nature de la section

Solution
1- Déterminons la hauteur h

Supposons que la section est sous-critique. La section minimale de béton est telle
que :

I M

VS  S2   S 1

 S2   S 1
=15-0=15 MPa

ql 0, 05  152
2

M = 8 = 8

M =1,4062

bh3 h
I VS 
12 Et 2 donc

I 3 3
 bh  h bh
VS 12 2 = 6 avec b=1m

I 2
 h m3 1, 406
VS 6 = 15

6  1, 4062
h
15 Donc h 0, 75m

2- Déterminons P et e0 en supposant la section sous-critique

M
PI 
h

Aire de la section B=bh=1  0,75=0,75 m


2

_Moment d’inertie

1 0, 753
I
12 ,
h 0, 75
VS  Vi    0,375
2 2 m

0, 753
I 12
   0,333
BVSVi 0, 75  0,375  0,375

1, 4062
PI 
0,333  0,75 Donc PI = 5, 6253MN

Mm
e0  Ci 
P

 B S 
Ci   Vi  1  1

 P  
 I   ; S1 =0 donc

Ci   Vi  0,3333  0,375  0,1250m

l2
M m est dû au poids propre de l’élément donc Mm  g
8 avec g le poids propre

surfacique de la dalle.

En considérant qu’il s’agit d’une dalle pleine en Béton armé

g  25kN / m3  0, 75  18, 75kN / m 2

152
M m  18, 75  10 3  0,5273MN .m
8

0,5273

e0  0,1250 5, 6253  0, 2187m 0, 219m

3- La constatation sur la section

Vi  di  0,375  0,107  0, 268


e0  0, 219  0, 268

Donc la section est bien sous-critique.


Travaux dirigées n°6

Exercices résolus en salle

Enoncé 1

Soit une poutre isostatique de section 50 120cm sollicitée par un moment extérieur
2

M=0,8 MN.m. Elle est soumise à une précontrainte centrée P1 = 4 MN. Faites une
vérification à l’ELS de cette poutre pour une combinaison fréquente.

NB : On n’admet pas de contraintes de traction sur les fibres tendues.

Solution

Données

-section 50×120 cm

-Mext=0,8Mpa

-P=4MN

-fc28=30Mpa

Inconnues

Moment d’inertie Iz

 min ,  max

Vérification de la limitation des contraintes à l’ELS

 min   ( y )   max (1)


Diagramme de calcul

60
120cm G

60
0
Calcul du moment d’inertie
Iz

bh3
Iz 
12

AN :
0.5 1.23
Iz 
12
I z  0.072m 4

Calcul de  ( y )

P M ext
 ( y)   Vs
B Iz

0.8  0.6 4
 ( y)  
0.072 0.5 1.2
 ( y )  13.33MPa

 min  f t j  0
Contrainte de traction non admise⇒  
Détermination de la contrainte maximale

D’après le tableau I des valeurs limites de contraintes on a :


 ELS
   max  0.6 f c28
Combinaison _ fréquente
AN :
 max  0.6  30
 max  18MPa

 min  0
 ( y )  13.33MPa
 min  18MPa

Conclusion

 min   ( y )   max donc la condition de limitation des contraintes à L’ELS est vérifiée.

Enoncé 2

On considère la même poutre que précédemment. Elle est précontrainte par des
barres.

f peg  1200 MPa


f c 28  30 MPa
f e  400MPa

Faire la vérification vis-à-vis des sollicitations normales à l’ELU

Solution

Vérifions la section vis-à-vis des sollicitations normales


D’après l’équation (5) on a : M u  M u lim max

D’après le diagramme des trois pivots on a :

0.85 f c 28 0.85  30
 bc  0.35%    f bu    17 MPa
 b 11.5
f e 400
 s  1%    f su    347.826 MPa
 s 1.15
 p  1%    f peg  1200MPa

y I
fbu  f su  f peg  M u max  M u max   f bu  f su  f peg 
On a : I y

0.072
M u max  (17  347.865  1200)
0.6
M u max  187.784MN .m

On a M u  M u lim max donc la section résiste au moment fléchissant.

Enoncé 3

On considère une poutre isostatique de longueur 20 m, précontrainte par deux


câbles de diamètre 70 mm. Elle est armée transversalement par des étriers passifs
verticaux.
80

30

35 200
Données :

G  51KN / m
Q  148 KN / m
f cj  30 MPa
P  7.45MN
I
Z  1.484m
S

1- Déterminer à une distance de 1m de l’appui (  7 69) :


o L’effort tranchant ELS VG

o L’effort tranchant ELS VQ

o L’effort tranchant réduit Vr1 en phase de service à ELS

o L’effort tranchant réduit Vr2 en phase d’exécution à ELS

o Contrainte du cisaillement ELS

o Contrainte normale à la section transversale  x

2- Faire la vérification vis-à-vis du cisaillement

3- Déterminer à une distance de 1m de l’appui (  7 69) :


o L’effort tranchant ultime en phase de service Vru

o L’effort tranchant ultime en phase d’exécution Vru'

o Contrainte de cisaillement ultime


o Angle d’inclinaison des bielles

4- Vérifier la résistance des bielles de béton comprimées

Solution

1- Déterminer à une distance de 1m de l’appui (  7 69) :


o L’effort tranchant VG en ELS

1
VG  G (  x)  0.459 MN
2

o L’effort tranchant VQ en ELS

1
VQ  Q(  x)  1.332MN
2

o L’effort tranchant réduit Vr1 en ELS

Vr1  VG  VQ  P sin   0.794 MN

o L’effort tranchant réduit Vr 2 en ELS

Vr 2  VG  P sin   0.538MN
o Contrainte du cisaillement ELS

Vr1

bn Z

D’après l’équation (10-1) on a :


bn  b0  mk

avec

o Contrainte normale à la section transversale x

cos '

  F t'  '
x
b sn ttan
P
or '  0 donc x   B

P
x  B  7,68MPa

2- Vérifions le cisaillement :

 2  xt  0.4 ftj  ftj  32 ( x  t )


 2  x t  fftj  ftj  2( x
 t ) 11  0.2 0.6 fcj ( x 
t ) 3 
c
j
Avec t  0 le système devient :

2  0.4 f ftj  tj  23x 

 fftj ftj  2x 


11  2  0.2 0.6 fcj
x  3 
cj

f  0,60,06 f

t 28 c28

f  0,60,06 30

t 28

f  2,4MPa

t 28

3,9 

 2 0.4 30 2,4   23 7,68

 


3,92  0.2 30,40.6 307,682,4 23
2
7,68

15,21 90,24


 15,211,24

Le cisaillement n’est donc pas dépassé.

3- Déterminer à une distance de 1m de l’appui ( 7 69 )

 L’effort tranchant ultime

V ru 1,35V VG 1,5Q Psin1,621MN

 L’effort tranchant ultime Vru'

V V'ru r 2 0,538MN

 Contrainte de cisaillement ultime

V
ru bnru Z  3,90MPa

 Angle d’inclinaison des bielles

tg2u  2u
xu

tg2u 
27,368,90 tg2u
1,0156

u  22,7

Or 30u  45 donc u =30°

4- Vérifions la résistance des bielles de béton comprimées :

On a :

0.85 fcj

réd u,  sin2u 16

3b

0.85 30

réd u, sin60

réd u, 4,91MPa

réd u,  3,90 Mpa< 4,91 Mpa donc la contrainte de compression ultime


dans le béton n’est pas dépassée

Exercices non corrigés en salle

Enoncé 1
Soit une poutre isostatique en double té de section (140х70) cm2. Elle est soumise à
une précontrainte P= 4,6 MN excentrée de eo=-0,43m. Le moment en phase
d’exécution est Mm=1MN.m et celui en phase de service est de MM=6 MN.m.
fc28=30MPa

70

20

30 140

Faire la vérification à l’ELS sous combinaisons rares.

NB : les contraintes de traction sont admises mais pas l’ouverture des fissures.

Solution

Vérification de la limitation des contraintes à l’ELS

 min
  ( y)  
max (1)

P y
 ( y)   ( Pe p  M )
Avec B I (2)

Les contraintes de traction étant admises mais pas l’ouverture des fissures on est en
classe II

 Phase d’exécution
On a d’après le tableau I :

 P Vs Vs
 (Vs)    P e  s1  1,5 f tj
 M m o
 B I I
 P Ve Ve
 (Ve)   M m  Peo  e1  0, 7 f tj


B I I
 P Vi Vi
 (Vi )   M m  Peo  i1  0, 6 f cj
 B I I

Avec:

Ve
: La distance de l’axe neutre à la section d’enrobage

AN

P=4,6MN

eo =0, 43 m

B= (bh)  0, 58 m2

Vs=Vi=70 cm = 0, 7 m

 3

 bh 2
 Sd 
 12 
I=   = 0,1267 m4

Mm = 1 MN.m
fcj= fc28 = 30 MPa

ftj = ft28 = 0,6 + 0,06 fc28 = 2,4 MPa

 s1 = 1,5 ft = 3,6 MPa


28

 e1 = 0,7 f = 1,68 MPa


t28

 i1 = 0,6 f = 18 Mpa
c28

 (Vs )  2,53MPa
 (Ve )  11, 25MPa
 (Vi )  13,33MPa

 (Vs )   s1


 (Ve)   e1

 (Vi )   i1

Les limitations de contraintes ne sont pas respectées en phase d’exécution ①

 Phase de service
 P Vs Vs
 (Vs)  
 M M  Peo  s2  0, 6 f
B I I
cj


 P Ve Ve
 (Ve)   M M  Peo  e2  f tj


B I I
 P Vi Vi
 (Vi)   M M  Peo  i 2  1, 5 f tj
 B I I

AN

MM = 6 MN.m

 s2 = 0, 6 fc = 18 MPa
28

 e2 = ft = 2,4 MPa
28

 i2 =1,5 ft = 3,6 Mpa


28

 (Vs )  30,15MPa
 (Ve )  5, 72 MPa
 (Vi )  14, 29 MPa

 (Vs )   s 2


 (Ve)   e 2

 (Vi )   i 2

La limitation de contraintes n’est pas respectée en phase de service ②

De ① et ② on déduit que la section que la section ne respecte pas la limitation de


contraintes. Il procéder à un redimensionnement.
Enoncé 2

On considère la même poutre que précédemment. Elle est soumise à un moment


Mu=9MN.m

f c 28
 30MPa

f peg
 1200 MPa

f e
 400MPa

Faire la vérification vis-à-vis des sollicitations normales à l’ELU

Solution

Vérifions la section vis-à-vis des sollicitations normales

D’après l’équation (5) on a : M u


 M u lim max

D’après le diagramme des trois pivots on a :

 0,85 f 0,85  30
 bc
 0,35%    f bu

 b
c 28

11,5
 17 MPa

 f 400
 s
 1%    f su


e

1,15
 347,826MPa
s

 p
 1%    f peg
 1200MPa
on a
f bu
 f su
 f peg
 M u max
y
I
 M u max  f bu
 f su
 f peg  Iy

0, 072
M u max
  17  347,865  1200 
0, 6
M u max
 187, 784 MN .m

On a M u
 9MN .m  M u max
donc la section résiste au moment fléchissant.

ETUDE DE CAS

1- Plans de structure ( vues en plans)

2- Schéma statique de calcul


3- Descentes des charges

2-1- Charges surfaciques

PSGP =5kN/m 2
PSQ =23kN/m 2 (donnéés)
PSG =25xh=25x1,2=30kN/m 2 (γ=25/m3 )

2-2-Charges linéaires

La largeur du plancher reprise par notre poutre est l  4  4  8m

PlGP  5 x8  40kN / ml
PlQ  23 x8  184kN / ml
PlG  30 x0,5  15kN / ml avec 0,5 m la largeur de la section supposée rectangulaire.

4- Combinaison des charges

3-1- Etat limite de service

3-1-1- Combinaisons rares

Formule générale

Pd  Gmax  Gmin  Qik   oiik

Pour le cas de notre poutre on a :

Pser  PlGP  PlG  PlQ


Pser  40  15  184
Pser  239kN / ml

3-1-2- Combinaisons fréquentes

Formule générale

Pd  Gmax  Gmin   11Q1k   2i Qik


Pour notre poutre on a :

Pser  PlGP  PlG   11 PlQ

 11  0, 65 Car notre est celle d’une salle de réunion


Pser  40  15  0, 65 x184
Pser  174, 6kN / ml

3-2- Etat limite ultime

3-2-1- Combinaisons fondamentales

Formule générale

Pm  1,35Gmax  Gmin   Q1k  1,3 0Qik


Pour notre cas on a :

1,35 PlGP  1,35 PlG  1,5Q1k Car  1  1,5 on a donc

1,35 PlGP  1,35 PlG  1,5Q1k


Pu  1,35 x 40  1,35 x15  1,5 x184
Pu  350, 25kN / ml

3-2-2- Combinaisons accidentelles

Pm  FA  Gmax  Gmin   11Q1k   2i Qik


Formule générale :

PlGP  PlG   11 PlQ


Pour le cas de notre poutre on a : Car nous n’avons pas d’action accidentelle
( FA  0)

Pu =174,6kN/ml

5- Détermination des sollicitations

Pl 2
8
Etats limites Combinaisons M m ( kN .m) M M (kN .m)

Rares 1546,875 6721,875


ELS Fréquentes 1546,875 4910,625

Fondamentales 2088,281 9850,781


ELU
Accidentelles 1546,875 4910,625

NB : M m est calculé uniquement avec PlGP et PlG

M M est calculé avec Pu et Pser

6- Détermination de la précontrainte et son excentricité pour que les contraintes de


traction soient nulles en phase d’exécution et de service

5-1-Combinaison rare

l
x
Les expressions des contraintes au niveau de la section dangereuse ( 2)
5-1-1-1- Phase d’exécution

D’après le principe de superposition on a le digramme suivant :

t  0

c
3
M m Vs P Peo Vs
 σ =0 
1
t
I
+ -
B I
=0

M m =1,547MN.m
bh 3
I=  ( +Sd 2 )=0,0538m 4
12
B=  (bh)=0,33m²
h
Vi =Vs = =0,6m
2

L’expression devient

1,547x0, 6 X Y(0,6)
+ - =0
0,0538 0,33 0,0538

Avec X=P et Y=Pe o on a donc :

3,03X-11,152Y=-17,253 (2)

5-1-1-2- Phase de service

c

3
 M M Vi P Ye o Vs
 σ =0 
1
t
I
+ 
B I
=0

t  0 -6,722x0,6 X Y(0,6)
+ - =0
0,0538 0,33 0,0538

3,03X-11,152Y=74,966 (3)

De 2 et 3 on a le système d’équation suivant :

3,03X-11,152Y=-17,253 (2)

3,03X-11,152Y=74,966 (3)

6, 06 X  57, 713

X=9,523
74,966-(3,03x9,523)
(23)  Y=
11,152
Y=4,135 Or

X=P=9,523MN et

Y 4,135
Y=P eo  eo  
P 9,523
eo  0, 43m

e  0, 43m
Par conséquent on a : P=9,523MN et o

5-1-2-Combinaison fréquentes

5-1-2-1- Phase d’exécution

De façon analogue à la combinaison rare on a :

t  0

c

3
M m Vs P Peo Vs
 σ =0 
1
t
I
+ -
B I
=0

L’expression devient

1,547x0, 6 X Y(0,6)
+ - =0
0,0538 0,33 0,0538

Avec X=P et Y=Pe o on a donc :

3,03X-11,152Y=-17,253 (4)

5-1-2-2- Phase de service

c
3
 M M Vi P Ye o Vs
 σ =0 
1
t
I
+ 
B I
=0

t  0 -4,911x0,6 X Y(0,6)
+ - =0
0,0538 0,33 0,0538

3,03X-11,152Y=54,769 (5)

De (4) et (5) on a :

3,03X-11,152Y=-17,253 (4)

3,03X-11,152Y=54,769 (5)

6, 06 X  37,516
 X  6,191
54, 769  (3, 03 x6,191)
Y 
11,152

P=X=6,191MN

Y=P eO  3, 229  eO  0,52 m


Par conséquent on a :

P=6,191MN et eO  0,52m

5-2-Récapitilatif

Combinaisons P(MN) eO
en m
Rares 9,523 0,43

Fréquentes 6,191 0,52


7- Caractéristiques des matériaux

Caractéristiques
Matériaux Désignations Valeurs
f c 28 30MPa
f t 28 2, 4MPa

Ebi 34179,56MPa
Béton
Ebv 11496, 76MPa

fe 500MPa
Es 200000MPa
Aciers passifs
 S 2 ( FTP ) 200MPa
FeE 500
Classe du toron T15(Super)

Fprg (Henry Thonier T1 page 1770MPa


73)
Fpeg (Tableau 64 Henry 1583MPa
Thonier T2)
1000 (relaxation) 2, 5 %

Aciers actifs Brevet Ep 190000MPa

de Freyssinet 139mm ²

f 0,18rad 1
 0, 002m 1
 po
Contrainte de mise en tension

 po  min(0,8 fprg ;0,9 fpeg )


 min(0,8 x1770;0,9 x1583)
 min(1416;1424, 7)
 po  1416 MPa

Ayant pris des T15Super, nous pouvons avoir des câbles de 37 torons (37T15 S) ou de 19 torons
(19T15 S)

Nous choisirons donc les câbles de 37T15S ayant comme  diamètre de gaine ɸ=130 mm

La résistance d’un câble est :

R c
 37  S toron  po

Rc = 37  150  1416 = 7858800 N

Soit nc le nombre de câbles et p = 30% la perte admise,

P  (1  p )n cR
c

P
n c

(1  p ) R c

6
9, 523 10
n c  (1  0,3)  7858800

n c
 1, 2
soit nc = 2 câbles

Conclusion : Nous avons 2 câbles de 37T15 avec le diamètre des gaines ɸ=130 mm

D’après les dispositions constructives on a la valeur minimale de l’enrobage c qui doit être telle
que :

3 
c  max  a ;  ; d 
4 

Avec

a=130mm
 limité à 80 mm

d=5cm pour les ouvrages exposés à une atmosphère agressive

on trouve donc c  10cm

pour les conduits isolés on a l’espacement vertical qui doit être inférieur au diamètre des câbles soit

e v
 130mm

prenons ev= 130 mm


Schéma : section de la poutre

Le respect des dispositions constructives nous impose une nouvelle valeur de l’excentricité

eo= -0,305 m

8- Calcul des pertes

Données :

n2
37T 15 S par câble
Ac  150mm 2
  0, 2984rd
f  0,18rad 1
  0,002m1
E p  190000 MPa
 b F  10MPa
 b M  12 MPa
1000  2,5%
f prg  1770MPa
f peg  1583MPa
g  8mm
fc28  30 MPa
ft28  2, 4 MPa
 b  7,5MPa
Ebi  Eij  34179,56MPa
Ebv  11496, 76MPa
o  0, 43
 r  4.104

 po
7-1 Calcul de la tension

 po  min(0,8 fprg ;0,9 fpeg )


 po  min(0,8  1770;0,9 1583)  min(1416;1424, 7)
 po  1416 MPa

7-2- Calcul des pertes instantanées


7-2-1 Perte de tension par frottement

 frot   po (1  e  ( f   x ) )
 frot  1416(1  e  (0,180,2984 0,0027,5) )
 frot  94, 03MPa

7-2-2 Perte de tension par recul d’ancrage

gEpx
d
 frot
8  190000  7500
d
94, 03
d  11010,81mm  11, 01m
d  x  7,5m donc :
 rec   frot
 rec  94, 03MPa

7-2-3 Perte de tension par déformations instantanées

n 1 E
 racc   b ( x) p
2n Eij
2 1 190000
 racc  7,5
2 2 34179,56
 racc  10, 42 MPa

7-3 Calcul de la tension initiale

 pi   po   pi
 1416  (94, 03  2  10, 42)
 pi  1217,52 MPa

7-4 Calcul des pertes différées

7-4 -1 Perte due au retrait du béton

 ret  Ep r  190000  4.104  76 MPa

7-4 -2 Perte due au fluage du béton

Ep
 flu  ( b F   b M )
Eij
190000
 flu  (12  10) 
34179,56
 flu  122,30MPa
7-4 -3 Perte due à la relaxation de l’acier de précontrainte

1000  pi
 rel  6 (  o ) pi
100 f prg
2,5 1217,52
 rel  6 (  0, 43)1217,52
100 1770
 rel  47, 09 MPa

7-5 Calcul des pertes différées totales

5
 pd   ret   flu   rel
6
5
 pd  122,30  76  47, 09  237,54 MPa
6

7-6 Perte total

   pd   pi  198, 48  237,54  436, 02 MPa

8-Le rendement

 436, 02
r  100  30, 79%
 po 1416

9- Détermination de la nature de la section

Vérifions le caractère de la section sous combinaisons rares et traçons le fuseau de passage si la


section est sous-critique ou critique :

Sous combinaisons rares l’effort de précontrainte permettant de respecter à la fois les contraintes

de traction nulles en phase d’exécution et en phase de service est PI  9,523MN d’excentricité

e0I = - 0,43 m . La section est sous-critique si e0I permet de respecter les conditions d’enrobage
et sur-critique sinon.

De ce qui a été fait précédemment, on remarque que compte tenu des caractéristiques de la section,

l’excentricité e0I ne permet pas de définir des diamètres de gaines et des dispositions constructives
permettant de respecter l’enrobage.
L’excentricité a donc été modifiée et la nouvelle excentricité retenue est e0 = - 0,305 m

correspondant à un effort de précontrainte autre que PI . La section est donc sur-critique.

Vous aimerez peut-être aussi