Vous êtes sur la page 1sur 27

USMBA

FACULTE POLYDISCIPLINAIRE
TAZA

Année universitaire 2020-2021

1
SEANCE 6

www.tifawt.com
Le système financier
Le système financier est constitué
globalement de différents opérateurs
et institutions qui se servent d’un
certain nombre d’instruments et de
produits pour remplir des fonctions
financières primordiales à l’activité
économique nationale

3
• la création de nouvelles ressources
• mobilisation du surplus
• la satisfaction des besoins des
différents agents non financiers

 la finance intermédiaire

 les mécanismes du marché


4
I- Fonction et instruments financiers:
A- La fonction financière des agents.
1.les ménages:
- offre de travail
- consommation
- épargne
- investissement
- dépôts et placement au niveau des
institutions financières et du marché 5
2. les entreprises non financières
Agent : crée la valeur ajoutée
Cependant contrairement aux ménages leurs
besoins en ressources financières vont
généralement bien au-delà des possibilités de
leurs revenus.
• Le solde de leurs opérations fait d'eux des
emprunteurs net.
• Si elles peuvent souvent mobiliser un
financement interne sous forme
d'autofinancement ou de financement en
fonds propres, elles restent tributaires du
financement externe que leur procure les
différents canaux du système financier. 6
3. Les institutions financières.
leur rôle d'intermédiaire consiste en
effet à mobiliser les ressources
excédentaires des uns pour les
affecter à ceux qui connaissent un gap
de financement
L'intermédiation financière est ainsi la
principale fonction que remplissent les
banques et les sociétés qui leur sont
assimilées
7
les institutions financières regroupent
également les Compagnies qui gèrent une
bonne partie des placements des ménages
à travers le système de l'assurance-vie et
des caisses de retraite (les fonds de
pension). Ces compagnies sont considérées
comme des intermédiaires financiers non
bancaires, alors que les établissements qui
gèrent les dépôts des particuliers et créent
la monnaie sont appelés intermédiaires
financiers bancaires 8
4. Les administrations publiques.
les besoins financiers des administrations
publiques ne cessent de progresser, étant
donné la multiplication des missions qui
leur incombent, que ce soit au niveau
politique économique ou social.
des emprunteurs net car les dépenses
publiques sont plus élevées que le montant
des impôts et taxes perçus qui sont les
principales ressources de l’Etat.
9
B- Les instruments financiers
patrimoine des agents économiques:
- les biens durables
- les titres fonciers
- les actifs monétaires
- les actifs financiers
Ces deux dernières catégories constituent
des instruments de règlement, de
placement et de mobilisation de l'épargne
10
1. Les actifs monétaires.
Ils sont constitués par la monnaie
fiduciaire qui regroupe la monnaie
divisionnaire (les pièces) et les billets
de banque et par la monnaie
scripturale qui n’est autre que les
dépôts bancaires
les dépôts bancaires: dépôts à vue DAV
et les dépôts à terme DAT
11
• Les DAV qui ne sont pas rémunérés
Sont des moyens de paiement directs
au même titre que la monnaie
fiduciaire. Ils sont par conséquent des
actifs liquides.
• Les DAT donnent lieu à une certaine
rémunération mais sont par contre
des comptes bloqués, qui ne peuvent
être retirés qu'à l’échéance qui leur
est fixée 12
les banquiers ont mis en place ce qu’on
appelle des comptes sur comptes (ou sur
livret) qui ont la particularité de concilier
à fois les avantages des DAT et des DAV,
a savoir la rémunération et la liquidité.
l’innovation financière a permis
l’apparition de nouveaux produits à
court et à moyen terme tel que les
OPCVM monétaires et les titres de
créances négociables (TCN) 13
2. les actifs financiers
Les actifs financiers sont des
instruments de placement à moyen et
long terme.

Ils regroupent essentiellement les


actions et les obligations.

14
- Les actions sont des titres de participation au
capital d'une société. Elles confèrent à leur
titulaire la possibilité de percevoir un
rendement net appelé dividendes et un droit
de vote correspondant à la part du capital
qu’il détient.
- Les obligations sont des titres d'emprunt
pouvant être émis par des entités publiques
ou privées. Ils sont par conséquent
remboursables à une échéance spécifiée au
moment de l'émission, contrairement aux
actions. En outre le détenteur de l'obligation
perçoit un revenu fixe en contrepartie de son
placement 15
Les actifs financiers peuvent être
négociables, c’est le cas des actions
émises par les sociétés listées en
Bourse ou de certains titres d'emprunt
obligataire. Ce qui leur confère une
certaine liquidité.

16
II- la finance directe et la finance indirecte.
A- les agents non financiers (ANF) et les
agents financiers (AF).
les ANF: Ménages, Etat ou sociétés, les
ANF peuvent être soit déficitaires soit
excédentaires.
Les AF sont les agents qui pratiquent
l’intermédiation financière en affectant la
capacité de financement des uns pour la
satisfaction des besoins de financement
des autres.
17
1. Les agents déficitaires
Les ANF déficitaires sont le pivot du
système car ils ont un besoin de
financement structurel étant donné la
nature de leurs activités. Ce besoin peut
être satisfait soit:
• intermédiaires financiers: crédit
bancaires
• recourir directement marché: actions ou
obligations 18
2. les agents financiers
Leur position d’intermédiaires fait
d’eux d’abord des pourvoyeurs de
fonds pour les ANF déficitaires à qui ils
achètent les TDP (titres de dettes
primaires). Ces titres de créances
représentatifs des crédits distribués
figurent à l’actif de leur bilan.

19
Mais leur rôle consiste également à
mobiliser l’épargne par l’émission de
titres de la dette secondaire (TDS)
représentant différentes catégories de
dépôts
Les dépôts rémunérés et non
rémunérés des agents excédentaires
constituent le passif du bilan de ces
établissements
20
La fonction essentielle de l’intermédiation
repose cependant sur l’asymétrie existant
entre des emprunteurs qui privilégient
l’endettement à long terme et les agents
excédentaires qui souvent pour des raisons de
commodité préfèrent placer leurs fonds à
court terme. Grâce à leur savoir faire les
banques font ainsi la transformation des
ressources à court terme en prêts à moyen et
long terme en recourant à des techniques
comme la mutualisation qui minimise les
risques de telles opérations. 21
3. La place des ANF excédentaires
Ce sont les « prêteurs ultimes » par
opposions aux ANF déficitaires considérés
comme des « emprunteurs ultimes », Ils
cherchent à saisir les opportunités de
placement qui leur sont offertes à la fois
par les institutions financière et par le
marché. Ils feront des arbitrages entre les
TDP et les TDS, selon que leurs préférences
tendent vers la sécurité, le rendement ou
là liquidité. 22
B- Les circuits de financement
Le circuit de la finance intermédiaire
ou indirecte est celui qui passe par les
institutions financières par opposition
au circuit de la finance directe qui
privilégie le marché.

23
Ainsi une économie où prédomine le
financement assuré par des
intermédiaires est une économie
d’endettement. Parallèlement une
économie ou la finance directe occupe
le premier plan dans la satisfaction des
besoins des agents est une économie
des marchés des capitaux

24
Parmi les indicateurs permettant
d'apprécier la forme de financement
qui prévaut dans un pays on peut citer
le rapport PIB/ capitalisation boursière,
ou le taux d’intermédiation qui reflète
la part de l'ensemble des crédits
distribué par les institutions financière
sur le total des financements

25
Les innovations:
 la désintermédiation qui amène les banques à
ne plus se contenter de l'intermédiation mais à
s'ouvrir sur un ensemble de nouveaux métier
bancaires et financiers, voire à intervenir au
niveau des activités directement liées au marché.
Ainsi l'existence de nouveaux produits de
placement autrement plus performants que les
dépôts, comme les OPCV M monétaires introduit
un élément de concurrence supplémentaire mais
également de complémentarité entre les
banques et le marché dans la collecte de
l’épargne.
26
Enfin l’émergence et le développement
de nouveaux outils de financement
s’adressant plus particulièrement aux
PME en croissance a donné naissance à
des circuits qui prennent la forme d’un
acte d’association d’une institution
financière au capital d’une société, par
des apports en fonds propres appelée
capital risque ou capital investissement.

27