Vous êtes sur la page 1sur 15

Chapitre 3 : Les Hacheurs

3.1 - Introduction
Les hacheurs sont des convertisseurs continu-continu (dc-dc converters) très utilisés dans les alimentations
de puissance et dans la commande des moteurs à courant continu. La structure de la conversion est
représentée par le diagramme ci-dessous.

Structure générale d’un convertisseur DC-DC

On distingue les catégories de convertisseurs suivants :


• les convertisseurs abaisseurs de tension (step-down ou buck converter)
• les convertisseurs élévateurs de tension (step-up ou boost converter)
• les convertisseurs abaisseurs-élévateurs de tension (step-down/step-up ou buck-boost converter)
• les Cùk converter
• les convertisseurs en pont (Full-bridge converter)
Le réglage d'une tension continue d'un certain niveau en une tension continue différente (plus faible ou plus
élevé) peut se faire par la simple manœuvre périodique d'un interrupteur statique. Cet interrupteur une fois
fermé est parcouru par un courant continu et la conduction tend à se maintenir indéfiniment. Pour interrompre
ce courant il convient d'ouvrir cet interrupteur. Les interrupteurs peuvent alors être commandés aussi bien à
l'amorçage qu'au blocage.
Les signaux de commande des interrupteurs sont souvent générés par des techniques de modulation de la
largeur d’impulsion MLI (Pulse Width Modulation PWM) qui font varier principalement le rapport cyclique
(switch duty ratio) du hacheur.

3.2 - Montage série (buck converter) : Réduction de la


tension
3.2.1 - Tension - courant et lissage du courant
Cas d’une charge résistive pure
Considérons le montage ci-dessous alimentant une résistance R avec l’interrupteur H commandé par un
signal comme précédemment défini.

Figure 1
L'interrupteur H est fermé et ouvert périodiquement. La tension moyenne aux bornes de la charge est :

Le réglage de la tension moyenne aux bornes de la charge se fait par :


• variation de Te en gardant T fixe ; on parle de hacheur à fréquence fixe (cas de la commande PWM),
• variation de T en gardant Te fixe ; on parle de hacheur à fréquence variable.

L'allure du courant dépend évidemment de la nature de la charge.


Cas d’une charge inductive
Etudions le cas ou le hacheur alimente l'induit d'un moteur à courant continu que l'on peut caractériser par une
inductance L, une résistance R et une fcem E'.
Une diode de roue libre DRL permet de dissiper, pendant les temps d'ouverture du hacheur, l'énergie
électromagnétique emmagasinée par l'inductance L. Cette diode doit être une diode rapide. On évite ainsi que
lors de la mise en conduction du hacheur c'est à dire lors du blocage de la diode DRL, son courant de
recouvrement inverse qui peut être important ne vienne s'ajouter au courant fourni par la source à la charge à
travers le hacheur, ce qui conduirait à surdimensionner le composant de l'interrupteur.

Figure 2
3.2.2 - Etude du courant dans la charge.
- Pendant la conduction du hacheur H fermé :
- Pendant le blocage de H.

On a donc une décroissance exponentielle du courant qui retrouve la valeur imto au bout du temps T - Te.
• Lissage du courant
Le lissage du courant dans la charge se fait en renforçant sa nature inductive par adjonction d'une inductance
supplémentaire dite de lissage. Les calculs précédents se simplifient en supposant que l'inductance L1 est très
grande devant sa résistance. Nous supposerons encore qu'il s'agit d'un moteur à courant continu de fcem E'. Le
calcul du courant dans la charge donne :

Figure 4
On remarque que ces variations du courant sont linéaires. En effet les variations exponentielles obtenues
précédemment tendent vers des variations linéaires puisque, en négligeant la résistance, nous faisons tendre
leur constante de temps L/R vers l'infini.
Les relations EQ 11 et EQ 13 nous donnent l'ondulation du courant im soit :
On n'a donc pas intérêt à trop réduire la fréquence de hachage si on ne veut pas être contraint, pour réduire
l'ondulation, à l'emploi d'inductance de lissage encombrante et onéreuse.

• Remarque :
Dans le cas d'un moteur série, l'ondulation du courant dans l'inducteur peut rendre la commutation difficile.
On
peut réduire considérablement cette ondulation du courant d'excitation en shuntant l'inducteur par une
résistance
relativement grande par rapport à celle de l'inducteur.
3.3 - Montage parallèle (boost converter): élévation de tension
L'interrupteur "hacheur" n'est plus en série avec la charge mais en parallèle sur celle-ci. Dans le cas d'une charge
résistive on mettra en parallèle un condensateur de forte valeur et pour évaluer simplement l’élévation de tension
on supposera encore que les fluctuations de la tension de sorties VS sont négligeables, en régime permanent
devant sa valeur moyenne, figure 5.

Figure 5
Ce type de hacheur est encore dit à accumulation car pendant sa conduction on emmagasine de l'énergie qui est
ensuite fournie à la charge pendant l'ouverture du hacheur.
On constate ici que l'ondulation du courant iL croît avec le rapport cyclique δ et ne présente pas de maximum
comme dans le cas des montages réducteurs de tension.
Sont encore représentées figure 6, l'évolution des courants i, iD, et iL et celle de la tension vH aux bornes du
commutateur.
Figure 6

Vous aimerez peut-être aussi