Vous êtes sur la page 1sur 11

"Déchainer" 

les libertés académiques en Côte d’Ivoire une responsabilité des universitaires  
Goin Bi Zamblé Théodore 1
goinbited@yahoo.fr 
 
Résumé 
L’année  1990  marque  le  retour  au  multipartisme  en  Côte  d’Ivoire,  depuis  lors  l’université  est 
devenue  une  institution  hautement  politisée.  En  effet,  cette  époque  a  vu  naitre  la  FESCI 2   qui 
s’avérera être un maillon essentiel dans les revendications politiques des partis d’opposition. Ce qui a 
eu  pour  conséquence  de  nombreuses  interventions  des  forces  de  l’ordre  sur  les  campus 
universitaires ivoiriens. 
Cependant, avec le coup d’Etat de 1999 et les élections de 2000, l’opposition d’alors prend les rênes 
du  pourvoir.  La  FESCI  devient  le  tout  puissant  syndicat  estudiantin  qui  dicte  sa  loi  sur  les  campus 
universitaires  ivoiriens.  Les  libertés  académiques  n’existent  plus ;  les  étudiants  et  enseignants  sont 
très souvent molestés, séquestrés par les membres de la FESCI dans une totale impunité. 
Les  universitaires  en  raison  de  leur  accointance  politique  avec  les  étudiants  de  la  FESCI  sont 
incapables de mener des actions visant à sanctionner les étudiants coupables d’actes répréhensibles 
envers  leurs  collègues.  Les  libertés  académiques  sont  sacrifiées  sur  l’autel  de  la  raison  politique. 
Quand un enseignant est victime d’agression physique ou verbale de la part des étudiants, cet acte 
est interprété par les universitaires en fonction de leur appartenance politique.  
En Côte d’Ivoire, les universitaires sont confrontés à la violation de leurs libertés académiques par les 
étudiants  membres  de  la  FESCI,  mais  ils  sont  incapables  en  raison  de  leurs  intérêts  politiques  de 
prendre  leurs  responsabilités  pour  trouver  des  mesures  idoines  permettant  le  respect  des  libertés 
académiques par les étudiants membres de la FESCI. Le défi actuel des universitaires ivoiriens est de 
dépasser  leur  clivage  politique  pour  ensemble  militer  en  faveur  du  respect  de  leurs  libertés 
académiques. 

                                                            
1
 Doctorant en Sciences Sociales de Développement à l’Institut des Sciences Anthropologiques de 
Développement (ISAD) à l’Université de Cocody (Abidjan, Côte d’Ivoire)  
2
 Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire 


 
 

Contexte et justification de l’étude 

Les années 1990, furent pour le monde entier une période de changements. La guerre froide pris fin, 
l’URSS  et  le  bloc  communiste  se  disloquèrent,  l’Allemagne  se  réunifia.  Ces  transformations,  eurent 
leur  prolongement  sur  le  continent  africain.  Les  partis  uniques  présents  depuis  les  indépendances, 
furent  obligés  sous  la  pression  populaire  d’instaurer  ou  de  réinstaurer  le  multipartisme  comme 
nouveau mode d’animation politique et de gestion sociétale.  

En côte d’ivoire, la fin du parti unique ou plus précisément de la pensée unique, engendra la création 
d’un nombre important de partis politiques, de syndicats, de nouveaux organes de presse, etc. Ces 
mutations sociales vont transformer la société ivoirienne dans son ensemble et à tout les niveaux. 

L’université a été fortement impliquée dans ce processus de changement politique. En réponse à la 
dégradation de leur condition de vie et d’étude, les étudiants vont eux aussi créer des associations à 
caractère syndicale (communément appelées syndicats), dans le but de porter à la connaissance des 
gouvernants  leurs  préoccupations.  On  assiste  alors  l’avènement  de  la  Fédération  Estudiantine  et 
Scolaire  de  la  Côte  d’ivoire  (FESCI),  mouvement  de  gauche  radicalement  opposé  à  l’ancien  parti 
unique [(Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI)]. Le Mouvement de Elèves et Etudiants de Côte 
d’ivoire (MEECI), jadis proche  du PDCI, n’a plus le droit de  citer  et disparait de l’univers scolaire et 
universitaire ivoirien. Par ailleurs, l’espace universitaire et scolaire devient un enjeu politique majeur, 
dont le contrôle se fait par  la maitrise des syndicats des élèves et des étudiants. La FESCI, dans ce 
contexte  devient  le  syndicat  le  plus  puissant,  et  la  principale  référence  en  matière  de  défense  des 
droits  des  élèves  et  des  étudiants.  Compte  tenu  de  son  influence  dans  les  milieux  scolaires  et 
universitaire,  va  être  l’objet  de  tentative  de  récupération  de  la  part  de  bon  nombre  de  partis 
politiques se trouvant dans l’opposition (Kesy, 2001). Outre les partis politique, la FESCI va bénéficier 
du soutient du Syndicat National de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (SYNARES). En effet 
dans sa lutte contre le pouvoir en place, la FESCI a, il est vrai, bénéficié du soutien du SYNARES. Il faut 
se l’avouer, le SYNARES a aidé à la création de la FESCI, il était bien vu par le SYNARES car il croyait au 
combat  des  étudiants.  Il  pensait  que  ce  combat  était  noble  et  que  les  étudiants  de  la  FESCI 
soutenaient  aussi  les  idéaux  du  SYNARES  (Zinsou,  2009).  En  s’affiliant  au  SYNARES  qui  comportait 
alors en son sein des leaders de partis d’opposition nouvellement constitués, dont le Front Populaire 
Ivoirien  (FPI),  l’action  syndicale  s’enracinait  dans  la  situation  politique  d’avant  1990  (Vanga,  2009). 
Dès  lors  la  FESCI,  avec  cette  alliance  obtient  un  solide  allié  qui  est  prêt  à  la  défendre  en  toute 
circonstance  face  au  parti  au  pouvoir.  Très  souvent  victime  de  violence  de  la  part  des  pouvoirs 
publics, les étudiants de la FESCI avaient toujours le soutient de SYNARES.  

Le 25 septembre 1990, à la suite des manifestations à l’université d’Abidjan‐Cocody qui conduisirent 
à la radiation définitive de soixante étudiants, le SYNARES exigea l’annulation de cette décision et le 
retrait  des  forces  de  l’ordre  du  campus  (  Vanga,  Op.cit).  En  juin  1991,  des  étudiants  qui  auraient 
appartenu  à  la  FESCI  assassinèrent  à  coups  de  gourdin  un  autre  étudiant  soupçonné  d’être  un 
indicateur  du  gouvernement  PDCI  sur  le  campus,  Thierry  Zébié.  Huit  étudiants  furent  arrêtés  et  le 
Premier ministre d’alors, dans un discours diffusé dans le pays, annonça la dissolution immédiate de 
la  FESCI.  Laurent  Gbagbo,  alors  dirigeant  du  FPI,  professeur  d’université  et  membre  du  SYNARES, 
aurait déclaré que la FESCI n’avait pas commis de crime et que le discours du Premier ministre était 
«une grave erreur » (Human Right Watch, 2008). 


 
La  FESCI  du  fait  de  sa  traque  par  le  parti  au  pouvoir  va  constituer  un  enjeu  de  stratégie  politique 
d’une  importance  capitale.  La  récupération  politique  de  ce  syndicat  aura  pour  conséquence  un 
schisme en son sein. Lors de son congrès de 1998 ; deux groupes se forment.  D’un coté les partisans 
du  FPI  et  de  l’autre    ceux  du    RDR 3 .  Les  universités  ivoiriennes  sont  devenues  des  lieux  de 
recrutement  de  militants  pour  qui  veut  contrôler  la  jeunesse.  On  y  voit  transparaître  les  stratégies 
des différents partis politiques pour en avoir le contrôle (les créations de mouvements estudiantins 
FPI ; PDCI ; RDR et autres sur les campus).  

Cette forte intrusion de la politique en milieu étudiant engendre une nouvelle forme de violence. Les 
batailles  rangées  entre  les  différents  groupes  rivaux :  c’est  la  naissance  du  phénomène 
de ‘‘machettage’’. Les campus universitaires deviennent alors le théâtre de combat à la machette. De 
nombreux, étudiants sont gravement blessés, mutilés et certains y perdent la vie.  

Avec le coup d’Etat de décembre 1999 et l’élection d’un nouveau président issu de l’opposition en 
2000  le  paysage  politique  national  change  radicalement.  Ces  changements  auront  une  forte 
répercussion  dans  le  milieu  universitaire.  La  FESCI,  s’impose  dans  l’espace  universitaire,  elle  utilise 
comme moyen pour se faire obéir et se faire justice  la violence. C’est elle qui dicte les règles de vie 
et  de  conduite  à  tous  les acteurs  du  système  universitaire.  Des  représailles  sont  donc  organisées  à 
l’endroit de tous les contrevenants, la violence prend des nouvelles formes ; la violence à l’encontre 
les  étudiants,  à  l’encontre  du  personnel  enseignant,  à  l’encontre  du  personnel  administratif  et  des 
violences de leadership à l’intérieur du syndicat.  

Les  libertés  académiques  sont  fortement  bafouées  par  les  étudiants  membres  de  la  FESCI.  Mais  ce 
qui  est  le  plus  surprenant  c’est  que  ce  syndicat  agit  en  toute  impunité  et  que  les  enseignants‐
chercheurs aussi victimes des agissements des «fecistes 4 » ne font rien de significatif pour mettre fin 
à ces violations flagrantes des libertés académiques.  

Cet  article  a  pour  objectif  de  comprendre  les  raisons  de  ce  mutisme  des  enseignants  chercheurs 
ivoiriens face à la mise en péril des libertés académiques par la FESCI. 

La  compréhension  de  ce  phénomène  passe  par  la  connaissance  de  l’université  ivoirienne,  le  statut 
social  de  l’enseignant‐chercheur  en  Côte  d’ivoire  et  la  place  des  libertés  académiques  dans 
l’institution universitaire. 

L’université ivoirienne 

L’université ivoirienne a été créée sous le régime de la loi cadre Gaston Defferre du 23 juin 1956 qui 
accorda l’autonomie aux anciens territoires français de l’Afrique occidentale. En effet cette loi permit 
au  centre  d’enseignement  supérieur  d’Abidjan  créé  le  31  juillet  1959  de  devenir  l’embryon  de 
l’Université  d’Abidjan.  Les  enseignements  dispensés  en  Côte  d’Ivoire  se  faisaient  sous  la  tutelle  de 
l’université de Dakar. Pendant les deux premières décennies qui ont suivi son indépendance, la Côte 
d’Ivoire s’est distinguée par des performances économiques remarquables. Ce qui a permit un bon 
fonctionnement de l’université. L’université à cette époque tournait à plein régime, elle était en plein 
essor  mais  cela  n’empêchait  pas  quelques  fois  les  grèves  des  enseignants  avec  le  SYNARES  et 

                                                            
3
 RDR : Rassemblement Des Républicains 
 
4
 Nom attribué aux étudiants membres de la FESCI. 


 
quelques  étudiants  qui  revendiquaient  de  façon  autonomes  (Zinsou,Op.cit).  La  vie  scolaire  et 
associative  était  dirigée  par  le  Mouvement  des  Etudiants  et  Elèves  de  Côte  d’Ivoire  (M.E.E.C.I), 
inféodé au parti unique au pouvoir. L’affiliation au parti au pouvoir de la seule organisation syndicale 
d’élève  et  d’étudiants  a  permis  la  mainmise  du  politique  sur  le  monde  scolaire  et  universitaire 
jusqu’en 1990 (Vanga, Op.cit). L’université était régie par une discipline et un respect de la hiérarchie 
universitaire, les cours se déroulaient dans le temps sans grande perturbations et l’étudiant, au sein 
de la société, dégageait une image forte et positive (Zinsou, Op.cit). 

Avec la chute des cours des matières premières à partir des années les Etas Africains entrent en crise 
économiques. Sous l’impulsion des organismes internationaux, ils mettent en place les programmes 
d’ajustements  structurels  (PAS).  L’enseignement  supérieur  est  alors  marginalisé  au  profit  de  la 
formation de base. Les financements sont par conséquent orientés principalement vers ce degré de 
formation. 

Jusqu'à la fin de l’année 1992, la Côte d’Ivoire ne disposait que  d’une seule  université et  d’un seul 


campus. Conçue au départ pour 6000 à 7000 étudiants, cette université comptait en 1992 environ 25 
000  étudiants  ;  ce  qui  on  s’en  doute,  ne  pouvait  qu’engendrer  et  amplifier  des  problèmes  de  tous 
ordres  :  effectifs  pléthoriques,  classes  et  amphithéâtre  insuffisants,  équipement  didactiques 
insuffisants,  inexistants  et/  ou  inadaptés,  ratios  professeurs‐étudiants  défavorables,  structures 
d’accueil  et  hébergement  des  étudiants  insuffisants  ou  peu  opérationnelles,  etc.  A  l’occasion  de  la 
crise  économique,  les  revendications  conjuguées  des  étudiants  et  des  enseignants,  ont  obligé  le 
gouvernement  à  décider  de  la  création  de  deux  autres  campus  universitaires.  Ainsi  donc,  avec  le 
décret N° 92‐540 du 2 septembre 1992, l’Université Nationale de Côte d’Ivoire comporte dorénavant, 
trois  campus  (Cocody,  Abobo‐Adjamé  et  Bouaké)  ».  La  Côte  d’Ivoire  a  trois  universités  publiques 
depuis 1996 ; à savoir l’université de Cocody, l’université d’Abobo‐Adjamé et l’université de Bouaké. 

Cependant,  ces  trois  universités  ne  sont  pas  parvenues  à  régler  les  problèmes  à  l’origine  de  leur 
création et elles sont en proie à une crise multiforme.  

Elle se caractérise par des effectifs pléthoriques dans les trois universités. L’université de  Cocody a 
plus de 50 000 étudiants. Ces effectifs contrastent à celui des enseignants, ce qui induit un faible taux 
d’encadrement. 

Tableau I : Répartition des enseignants et des étudiants dans les universités publiques 

  Enseignants  Professeurs et  Etudiants  Ratio 


Maîtres 
Conférences 
        Ratio Généraux  Ratio Cours 
magistraux 
UAA  158  21  6682  1/43  1/38 
UB  282  36  10340  1/42  1/305 
UC  1388  331  51411  1/37  1/156 
Total  1828  388  68433  1/38  1/178 
Source : Ministère de l’Enseignement Supérieur, 2007  


 
L’on  observe  qu’aucune  des  universités  publiques  en  Côte  d’ivoire  ne  respecte  les  normes  de 
l’Unesco qui fixe un maximum de 25 étudiants par enseignant. La moyenne nationale se situe à un 
enseignant pour 38 étudiants. Au niveau du ratio pour les enseignants de rang A, on note que le taux 
d’encadrement  est  encore  plus  faible.  La  moyenne  nationale  est  de  178  étudiants  pour  un 
enseignant de rang magistral. 

Le  manque  d’infrastructure  est  un  trait  caractéristique  des  universités  publiques  ivoiriennes.  A 
l’origine l’université de Cocody (autrefois université nationale), a été conçue pour ne recevoir que 6 
000  étudiants.  Aujourd’hui  force  est  de  constater  que  ceux  sont  ces  mêmes  locaux  qui  accueillent 
plus  de  50  000  étudiants.  Quand  les  effectifs  augmentent  régulièrement  alors  que  dans  le  même 
temps rien n’est fait pour supporter le flux d’étudiants dans nos différentes universités. La surcharge 
des amphithéâtres et autres salles de travaux pratiques et travaux dirigés a pour conséquence ; les 
mauvaises  conditions  de  travail  pour  les  étudiants  et  aussi  pour  les  enseignants  ;  la  détérioration 
rapide des infrastructures existantes. La surexploitation de ces infrastructures cause à moyen terme 
leur dégradation.   

Les  difficiles  conditions  de  vie  et  d’étude  des  études  vont  faire  émerger  de  nouvelles  associations 
estudiantines. Ces associations naissantes, placées discrètement ou non sous la tutelle de nouvelles 
formations politiques recevaient de  ces dernières conseils et aide en vue  de leur installation sur le 
campus.  Ainsi  ces  associations  devinrent  des  appendices  de  ces  partis  politiques,  voire  leurs  bras 
séculiers  (Zinsou,  Op.cit).  Cependant  de  toutes  ces  associations  estudiantines  seule  la  FESCI  est 
réussie à s’ériger en maitre incontestable des l’espace universitaire ivoirien.  

L’avènement de la FESCI coïncide avec celui de la violence sur les campus ivoiriens. S’il est vrai que 
les étudiants membres de la FESCI ont été persécuté et brimé lorsque le PDCI était au pouvoir il n’en 
demeure  pas  moins  qu’eux  aussi  ont  été  coupable  de  violence  sur  leurs  condisciples  et  leurs 
enseignants. Ces violences dont la FESCI était coupables de 1990 à 1999 étaient très cautionnées par 
les partis d’oppositions.  

Mais quand on 2000 le pouvoir change de mains, la FESCI devient alors un véritable bourreau pour 
tous les acteurs du système universitaire. La FESCI est persuadée qu’elle est intouchable et au dessus 
des lois. Elle terrorise tout le monde: enseignants 5 , vigiles, étudiants, elle rackette les commerçants 
installés  sur  le  campus  de  Cocody  et  sur  les  autres  citées  universitaires.  Les  blessés  et  les  morts 
qu’elle occasionne par sa faute ne se comptent plus. Tous ces agissements récurrents empêchent les 
cours de se dérouler normalement.  

                                                            
5
 La violence à l’encontre des enseignants : Les formes de violence plus souvent observées à l’encontre des enseignants 
sont  de  plusieurs  ordres.  La  violence  verbale,  les  railleries,  les  injures,  les  harcèlements,  les  casses  de  biens  (voitures 
principalement), la séquestration, les atteintes physique, etc. A titre d'exemple, en 2002, un enseignant de l'Université de 
Bouaké a été poursuivi par des étudiants en année de Maîtrise de droit. L'enseignant a été rattrapé hors de l'Université, 
déshabillé  et  battu.  Les  étudiants  en  question  ont  reproché  à  l'enseignant  d'avoir  refusé  le  repêchage  des  moyennes 
d'examen de fin d'année jusqu'à un seuil jugé raisonnable. Cela qui illustre parfaitement la perte de l’autorité académique 
et de la notoriété institutionnelle. 


 
Très  politisés  avec  une  orientation  à  gauchiste,  les  membres  de  la  FESCI  croient  à  la  vertu  des 
révolutions  comme  processus  de  transformation  sociale.  C’est  donc  à  juste  titre  qu’ils  s’impliquent 
directement  dans  l’animation  politique,  et  prend  fortement  position  en  faveur  du  FPI  parti  au 
pouvoir.  

Une tolérance incompréhensible émane de la part des autorités politiques, judiciaires et académique 
quand  il  s’agit  de  violence  dans  les  universités  ivoiriennes.  Ce  laisser–aller    légitime  et  féconde  la 
violence.  Les  universités  sont  donc  devenues  des  espaces  de  non  droit  et  de  totale  impunité.  La 
justice  sociale  n’y  existe  pas,  les  étudiants,  les  enseignants  et  le  personnel  administratif  sont  donc 
dans cette enceinte à la merci de la FESCI. 

Ce qui est paradoxal c’est que se soit à l’université que de tels agissements aient lieu. Plutôt que de 
constituer un milieu d’accès libre et paisible à la culture et au savoir, nos universités sont devenues 
au contraire des lieux de violence par excellence. Au lieu de mettre aux prises les idées, les théories 
et  autres  utopies  génératrices  de  nouveautés  intellectuelles  qui  caractérisent  une  vie  universitaire 
digne  de  ce  nom,  elles  offrent  plutôt  de  tristes  spectacles  de  combats  au  couteau,  à  la  machette, 
voire à l’arme à feu. C’est une contradiction grave quand on sait que l’université est par essence un 
milieu  de  libres  expressions  et  de  libres  opinions.  L’université  est  en  elle‐même  un  creuset  de 
démocratie. L’aspiration à un système plus juste et plus équitable est le fondement de la démocratie.  
Alors  que  la  démocratie  est  prônée  à  qui  veut  l’entendre  comme  le  mode  de  gestion  de  notre 
société, l’espace universitaire ivoirien démontre que la démocratie ne se chante pas, elle se voit dans 
l’application  de  principes  tels  que  le  fait  de  rendre  la  justice  aux  personnes  opprimées  et  victime 
d’atteinte à leur liberté.  
Libertés académiques et autonomie universitaire apparaissent comme des conditions préalables sans 
lesquelles l’Université ne saurait s’acquitter au mieux des responsabilités diverses que la société lui 
confie (Neave, 1998). La liberté académique est souhaitable parce que sa négation tend à inhiber la 
créativité, à protéger les orthodoxies en place du défi susceptible d’être posé par les idées nouvelles, 
et réduire les chances de mettre à nu et de corriger les erreurs au grand préjudice de la société (Ake, 
1994).  Etant  donné  les  enjeux  du  respect  des  libertés  académiques  pour  la  bonne  gestion  des 
universités  et  l’épanouissement  des  enseignants‐chercheurs,  l’attitude  des  enseignants‐chercheurs 
ivoiriens au regard des agissements de la FESCI est très surprenante. 

Les rôles de l’université ne se focalise pas seulement l’acquisition des savoirs et de savoir faire, mais 
aussi  sur  le  savoir  être.  L’instruction  ne  doit  pas  prendre  le  pas  sur  l’éducation.  C’est  dans  ce  sens 
l’UNESCO dans l’agenda 21 pour l’enseignement supérieur stipule que : « Dans cette perspective sa 
mission est double : a) participer activement à la solution des grands problèmes de portée planétaire, 
régionale et locale, tels que la pauvreté; la faim; l’analphabétisme; l’exclusion sociale; l’aggravation 
des  inégalités  au  niveau  international  et  au  sein  des  nations;  l’accentuation  de  l’écart  entre  pays 
industrialisés  et  pays  en  développement;  la  protection  de  l’environnement;  et  b)  œuvrer  avec 
persévérance, notamment en élaborant des propositions et des recommandations alternatives, pour 
promouvoir  le  développement  humain  durable  ;  le  partage  des  connaissances;  le  respect  universel 
des  droits  de  l’homme  ;  l’égalité  des  droits  des  femmes  et  des  hommes;  la  justice  et  la  mise  en 
pratique en son sein et dans la société des principes de démocratie ; la compréhension entre nations, 
entre groupes ethniques, religieux, culturels et autres ; une culture de la paix et de la non‐violence ; 
“la  solidarité  intellectuelle  et  morale”.  De  cette  déclaration  est  ressort  que  l’université  doit  être  le 
lieu où l’on cultive la tolérance et les valeurs sociales d’égalité, d’équité, de justice et de démocratie.  


 
Cependant, si la société ivoirienne dans son ensemble et les enseignants‐chercheurs en particuliers 
semblent  impuissants  face  à  la  confiscation  des  libertés  académiques ;  il  est  nécessaire  de  voir  la 
place qu’ils occupent dans la société ivoirienne. 
 
Statut de l’enseignant universitaire en Côte d’ivoire 

Les enseignants du supérieur ont le sentiment de subir un véritable phénomène de déclassement. Ils 
estiment être mal rémunérés au vu de leur qualification et des traitements autres fonctionnaires. En 
effet, les rémunérations octroyées par l’Etat sont en deçà de ce que perçoivent leurs homologues de 
certains pays de la sous‐région dont le pouvoir économique est largement en dessous de celui de la 
Côte d’ivoire. Ce qui traduit la dévalorisation et la sous‐rémunération des enseignants du supérieur 
en Côte d’Ivoire.  

Le  Doctorat,  diplôme  exigé  pour  accéder  à  la  fonction  d’enseignant  d’université  en  Côte  d’Ivoire, 
n’est même pas reconnu par la fonction publique. C’est à demander pourquoi faire des efforts et des 
sacrifices pour obtenir titre et grade de Docteur pour être payé sur la base de la Licence ?  

C’est situation est à l’origine d’un vaste mouvement de grève et de contestation conduit par la CNEC 6  
depuis l’année 2006. La plupart des revendications leurs des grèves sont d’ordre social. La précarité 
de leur condition de vie induit une démotivation des enseignants dans les universités publiques. 

La  dévalorisation  du  statut  social  de  l’enseignant  universitaire,  est  très  perceptible  dans 
l’environnement sociétal ivoirien. En réponse à un mouvement de grève observé par les enseignants 
du supérieur, le chef de l’Etat a déclaré ceci : « Doctorat, c’est quoi ce n’est pas la mer à boire. Je ne 
peux payer un enseignant à 2 millions sinon à combien je vais payer les douaniers ceux qui font entrer 
de  l’argent  au  pays  et  les  policiers  qui  assurent  la  sécurité… » 7 .  Avec  cette  déclaration  on  perçoit 
comment  les  pouvoirs  publics  ont  démissionnés  et  se  comportent  à  l’égard  des  enseignants  du 
supérieurs avec inconscience et mépris. De revendications somme toute légitimes sont tournées en 
dérision avec un cynique  humour. Aucune autre profession n’a jamais été traitée avec une pareille 
déconsidération.  

En plus des pouvoirs publics le manque de considération, est aussi perceptible chez les étudiants. Le 
respect  du  Maître  n’est  plus  à  l’ordre  du  jour.  Les  relations  enseignants  –  enseignés  sont  parfois 
tendus.  Il  n’est  surprenant  plus  d’entendre  des  railleries  voir  des  injures  envers  les  enseignants 
pendants de cours. Certains sont même victimes de violences verbales ou physiques de la part des 
étudiants.  Tout  le  prestige  dû  à  sa  qualité  d’enseignant  est  vilipendé  par  des  étudiants  qui, 
n’accordent plus d’importance à leur stature.  

Cette dévalorisation du statut social des enseignants du supérieur, engendre une démotivation des 
enseignants et est l’origine désintérêt à l’égard de ce corps de métier. 

Le terme motivation, sert à désigner les forces qui agissent sur une personne ou en elle‐même pour 
la pousser à se conduire d’une manière spécifique, orienté vers un objectif (Hellriel et al, 1992). La 
motivation est le processus qui permet de faire le lien entre implication et satisfaction. C’est parce 
qu’un  individu  cherche  à  satisfaire  certains  besoins  qu’il  se  motive.  Si,  par  le  biais  de  ses  efforts,  il 
                                                            
6
 Coordination Nationale des Enseignants‐Chercheurs 
7
 Déclaration du Président Laurent Gbagbo à l’occasion de la célébration de la fête de travail le 1er mai 2007. 


 
obtient  ce  qu’il  cherche,  qu’il  s’agisse  d’un  désir  conscient  ou  inconscient,  alors  il  est  satisfait. 
Lorsqu’un manager dit qu’il souhaite motiver un de ses subordonnés, cela signifie en fait qu’il veut 
que l’employé s’implique, c'est‐à‐dire qu’il s’investisse dans la réalisation des missions qui lui ont été 
confiées (Alexandre –Bailly et al, 2006).    

De ces définitions qui précédent, il est aisé de dire que les enseignants des universités publiques sont 
peu  motivés  à  la  réalisation  de  leur  mission.  Cette  démotivation  se  traduit  par  le  fait  que  de 
nombreux  enseignants  ne  prennent  plus  la  peine  d’arriver  à  l’heure  au  cours,  ou  sont  simplement 
absents.  L’encadrement  des  travaux  dirigés  est  souvent  déficient,  mal  préparé  ou  non  existant. 
Souvent,  ils  mettent  à  la  disposition  des  étudiants  des  fascicules,  sensés  pailler  leurs  absences  et 
apporter aux étudiants les enseignements dont ils ont besoin.  

Aussi  de  nombreux  enseignants  enseignants‐chercheurs,  chaque  année  quittent  l’université  pour 
aller dans des institutions qui offrent de meilleures conditions de vie et de travail.  

En  se  fondant  sur  la  théorie  bi  factorielle  de  Herzberg,  on  peut  expliquer  cette  démotivation  des 
enseignants dans les universités ivoiriennes. Herzberg définit deux types de facteurs :  

− les facteurs moteurs, qui procurent une satisfaction ; 
− les  facteurs  d’hygiène,  dont  l’absence  procure  de  l’insatisfaction  mais  qui,  lorsqu’ils  sont 
présents sont considérés comme normaux et ne produisent aucune satisfaction particulière.  

Ce n’est pas parce qu’on a salaire correct que le travail procure de la satisfaction. En revanche, un 
salaire insuffisant est une source d’insatisfaction, et doit être rangé parmi les facteurs d’hygiène. Ce 
qui contribue à la motivation, ce sont les facteurs moteurs, autrement dit ceux qui sont liés au travail 
lui‐même et non aux conditions qui l’entourent. 

Cette distinction est importante pour appuyer l’idée selon laquelle il est important de rétribuer ces 
deux domaines différents. Des personnes motivées par leur travail, qui auront trouvé un emploi leur 
correspondant,  intéressant  en  soi,  mais  dans  un  cadre  désagréable  et  pour  un  salaire  estimé 
insuffisant,  risque  de  quitter  l’entreprise  dès  qu’elles  retrouvent  un  poste  équivalent  et  offrant  de 
meilleures  conditions  environnementales.  A  l’inverse,  de  bonnes  conditions  de  travail  et  de 
rémunération  ne  sont  qu’un  pis‐aller  qui  ne  peut  pas  faire  supporter  longtemps  un  travail 
inintéressant ou qui ne correspond pas ou plus à l’individu. 

En rapportant cette théorie aux enseignants des universités publiques ivoiriennes, la remarque que 
l’on peut faire est la forte présence des facteurs d’hygiènes.   

Qu’il  s’agisse  de  leur  statut  qui  est  dévalorisé  ou  de  leur  sécurité  inexistante,  puisque  souvent 
violentés sur les campus par les étudiants. Ou encore des relations avec leurs collègues sous fond de 
suspicion  politique  que,  sur  le  travail  d’enseignement  ou  de  recherche.  En  ce  qui  concerne  les 
conditions  de  travail,  elles  sont  exécrables.  Les  grèves  incessantes  pour  la  revalorisation  du 
traitement salarial est symptomatique de malaise social des enseignants.  

Selon cette théorie, la déduction d’un manque de motivation est facile à établir tant la forte présence 
de  facteurs  d’hygiène  rime  avec  le  vécu  des  enseignants  de  nos  universités.  Les  manque  de 
motivation,  par  la  suite  va  s’expliquer  en  grande  partie,  cette  hémorragie  des  enseignants  vers  les 
partis politiques plus lucratifs.  


 
C’est plus un secret pour personne de voir les enseignants du supérieur s’adonner à plusieurs autres 
acticités en dehors de l’universités pour faire face à la précarité de leur traitement salarial.  

Nombreux sont les professeurs d’universités publiques, qui par semaine dispensent plusieurs heures 
de  cours  dans  les  universités  et  grandes  écoles  privées,  ou  encore  se  battent  pour  avoir  de 
nombreuses  heures  complémentaires.  Dans  la  plupart  des  organismes  internationaux,  des  ONG  et 
des  cabinets,  les  consultants,  formateurs  et  autres  experts  sont  des  enseignants  d’universités 
publiques.  

Si  ce  ne  sont  pas  les  gombos 8   qui  arrondissent  les  fins  du  mois,  c’est  l’affairisme  politique, 
l’université  se  présente  pour  de  nombreux  enseignants  comme  un  lieu  de  transhumance  vers  le 
politique.  

En  côte  d’ivoire,  l’université  semble  être  un  lieu  de  transit  vers  les  postes  ministériels  ou  dans  les 
sociétés  d’Etat.  De  nombreux  professeurs  de  tous  grades  considèrent  l’université  comme  un 
tremplin,  un  lieu  de  transit  vers  une  nomination  à  un  poste  d’administrateur  ou  de  directeur  de 
cabinet  ministériel  ou  d’entrée  par  chance  dans  le  gouvernement  leur  d’un  futur  remaniement 
ministériel.  Le  poids  de  la  politique  empêche  de  créer  un  environnement  favorable  à  la  culture 
scientifique. 

Très  souvent,  il  arrive  que  les  enseignants  abandonnent  amphithéâtres  et  laboratoires  pour 
s’engager activement et ceux pendant plusieurs semaines dans des campagnes de mobilisation pour 
les élections futures. De plus au lieu de s’assoir pour concevoir des projets de recherche, on préfère 
investir  ses  capacités  intellectuelles  pour  imaginer  les  coups  bas  en  vue  de  détruire  des  collègues 
actifs et inquiétants (Ela, 2007). Le discours politique prédomine sur le discours scientifique dans les 
universités ivoiriennes. La plupart des critiques ou des observations se font sur le couvert d’un parti 
politique. Les enseignants du pro FPI se donnent pour mission de défendre vaille que vaille les idées 
de leur leader, et il en est de même pour ceux du PDCI, du RDR, du PIT…  

L’université,  est  un  champ  d’intenses  activités    politiques  où,  s’affrontent  les  militants  et 
sympathisants  du  parti  au  pouvoir  et  ceux  des  partis  d’opposition.  Les  débats  ne  sont  plus  d’ordre 
académiques sur des théories ou des méthodes de recherche, des publications à venir, mais plutôt 
sur le plan politique. 

Liberté académique et promotion personnelle 

La  question  des  libertés  académique  est  secondaire  à  celle  de  la  promotion  personnelle.  En  Côte 
d’ivoire force est de constater que la promotion sociale des universitaires et leur valorisation ne se 
font  plus  selon  les  résultats  de  recherches,  les  publications…mais  par  la  nomination  à  un  poste 
ministériel ou une haute fonction dans l’administration. On note par conséquent qu’avec l’arrivée du 
FPI au pouvoir de nombreux enseignants‐chercheurs  ont été nommé ministre, directeurs de cabinet, 
quand d’autre sont devenu, députés (dont le Président de l’Assemblé Nationale), maires au Président 
de  Conseil  Général.  Avec  leurs  nouvelles  fonctions  politiques,  ces  enseignants  politiciens  ont 
radicalement  changés  de  conditions  sociales,  ils  sont  devenus  des  "bourgeois"  et  participent 
directement  à  la  prise  de  décision  au  niveau  national.  En  se  référent  à  ces  cas  que  de  nombreux 
universitaires s’adonnent à la politique politicienne.  
                                                            
8
 Activités professionnelle menée en dehors de l’université pour arrondir les fins de mois. 


 
Au regard du positionnement politique de la FESCI aujourd’hui, personne ne conteste qu’elle est bras 
séculier du pouvoir. Alors les enseignants en quête de promotion sociale (politique) sont contraints 
de pactiser avec la FESCI. Ce qui revient à cautionner leurs agissements. Car en le faisant des rapports 
favorables  à  leur  nomination  peuvent  être  entendu  dans  les  hautes  sphères  politique.  Le  SYNARES 
syndicat  jadis  très  respecté  par  l’ensemble  de  la  communauté  universitaire  n’est  aujourd’hui  une 
pâle  copie  de  l’époque  du  multipartisme.  Ce  syndicat  se  trouve  enchainé  par  son  alliance  avec  la 
FESCI. 

Pourtant être en rapport avec la FESCI constitue un déni flagrant des libertés académiques. Les actes 
de la FESCI sont interprétés selon que l’on soit militant ou sympathisant du parti au pouvoir ou non.  
Cette  attitude  partisane  des  enseignants‐chercheurs  met  en  avant  la  promotion  politique  au 
détriment des libertés académiques.  
L’amélioration  des  conditions  de  travail  des  enseignants‐chercheurs  est  nécessaire  pour  accroitre 
l’efficacité  interne  et  externe  de  nos  universités.  Ce  qui  passe  nécessairement  par  l’octroie  d’une 
rémunération  adéquate  qui  mettra  l’enseignant‐chercheur  à  l’abri  de  soucis  matériel.  Car  c’est 
lorsque  les  universitaires  sont  moralement  et  intellectuellement  indépendantes  de  toute  autorité 
politique et de tout pouvoir économique qu’ils sont plus aptes répondre aux besoins et aux exigences 
des sociétés contemporaines en pleines mutations. 
Les  libertés  académiques  bien  que  nécessaires  pour  le  respect  et  la  pleine  émulation  des 
universitaires sont relégués au second plan lorsque les conditions existentielles et matériels ne sont 
pas  réunies.  Ce  qui  emmène  à  penser  que  les  libertés  académique  chez  les  universitaires  ivoiriens 
commencent par une rémunération décante 

Même  s’il  est  admis  que  les  conditions  de  vie  et  travail  des  universitaires  en  Côte  d’ivoire  sont 
exécrables  il  n’en  demeure  pas  moins  que  les  universitaires  ont  une  mission  en  vers  la  société. 
L’attrait du bond social qu’engendre une activité politique ne doit pas être au dessous du sacerdoce 
qu’est le métier d’enseignant. Les enseignants se doivent de réfléchir et penser les sociétés.  

C’est pourquoi les universitaires doivent d’abord soutenir et faire observer les valeurs que la société 
tendait à négliger (sens de la vérité, rationalité, clarté et rigueur de pensée, esprit ouvert et liberté 
de  pensée,  partage  des  idées)  (Hagan,  1994).  Le  rôle  social  de  l’université  voir  au  delà  des  simples 
ambitions  personnelles.  Les  attentes  placées  dans  les  universités  sont  nombreuses  au  regard  de 
l’état déliquescent de la société ivoirienne. Il est impérieux que les universitaires s’élèvent au dessus 
de la société ivoirienne. Au lieu que se soit l’environnement extérieur qui influe sur l’université il faut 
plutôt que se soit elle qui influence positivement la société. Les mutations politiques et les violences 
qui s’ensuivirent ne doivent pas trouver une résonnance dans les universités. L’Etat qui a toujours vu 
en  l’université  un  noyau  de  contestations  et  de  déstabilisation,  tire  un  grand  profit  lorsque  les 
universitaires sont fortement divisés.  

Conclusion  

Le  cas  ivoirien  montre  que  l’implication  politique  des  universitaires  est  un  obstacle  au  respect  des 
libertés académiques. Alors que les libertés académiques sont des principes essentiels aux activités 
de  recherche  et  d’enseignement  de  toute  communauté  universitaire.  Les  enseignants‐chercheurs 
doivent  se  démarquer  de  la  politique  dans  la  prise  de  décision  concernant  le  respect  des  libertés 
académiques. C’est une responsabilité qui leur incombe car personne ne viendra mener ce combat à 
leur  place.  Aujourd’hui,  plus  que  jamais,  il  importe  que  l’université  aborde  le  problème  de  moral, 

10 
 
qu’elle  discute  des  valeurs,  afin  de  rendre  la  violence  de  la  FESCI  superflue  et  par  là  même 
inadmissible.  Il  importe  de  rendre  compte  et  de  justifier,  d’une  part,  les  valeurs  qui  définissent 
l’université et d’autre part, celle de la société qu’elle concourt à créer. 
Bibliographie 

Aké C., (1994), liberté académique et base matérielle in Liberté académique en Afrique ed (Diouf M 
et Mamdani M.), CODESRIA, Dakar, pp 20 à 30 

Alexandre‐Bailly  F,  Bourgeois  D,  Gruère  JP,  Raulet‐Croset  N,  Roland‐Lévy  C,  (2007),  Comportement 
humain et management, Pearson, Paris, 343 P  

Ela  J.M,  (2007),  La  recherche  africaine  face  au  défi  de  l’excellence  scientifique,  l’Harmattan,  Paris, 
201 P 

Hagan  G.P.,  (1994),  liberté  académiques  et  responsabilité  académique  nationale  dans  un  Etat 
africain : Cas  du  Ghana in  Liberté académique en Afrique  ed  (Diouf M et Mamdani  M.), CODESRIA, 
Dakar, pp 42 à 64. 

Human Right Watch, (2008), Le militantisme  étudiant dans les années 1990 ; de la clandestinité au 
schisme politique, http://hrw.org/french/backgrouder/2008

Kesy B.J, (2001), «Après les 150 plaintes déposées à Bruxelles contre le regime les étudiants exilés à 
Bamako vont saisir la justice contre Gbagbo, Doué, Blé Goudé… » In Le patriote, Jeudi 5 juillet.  
 
Neave G. (1998), Autonomie, responsabilité sociale et liberté académique, consulté sur Internet le 15 
/02 / 2010 
Vanga  A.  F  (2009),  la  violence  scolaire  et  extra‐scolaire  en  Côte  d’Ivoire  in  Education,  violences, 
conflits et perspectives de paix en Afrique, ed(Azoh, Lanoue et Tchombe), Kartala, Paris, pp 99 à 112. 

Zinsou E.M, (2009), L’université en côte d’ivoire et la société, l’harmattan, Paris, 318 P. 

 
 

11 
 

Vous aimerez peut-être aussi