Vous êtes sur la page 1sur 4

Appareil Respiratoire

L’appareil respiratoire permet les échanges respiratoires et joue un rôle essentiel dans l’élimination du
CO2 et dans l’hématose (= l’oxygénation du sang). Il est constitué par des voies extra-pulmonaires aériennes telles
que les fosses nasales et le pharynx mais également par des voies extra-pulmonaires profondes : trachée et
bronches souches et par des voies intra-pulmonaires : bronches lobaires qui se ramifient en bronchioles puis en
alvéoles constituant la surface d’échange entre l’air et le sang. La séreuse pleurale ou plèvre recouvre les poumons.

La ventilation est le mécanisme par lequel l’air extérieur rentre dans les poumons lors de l’inspiration puis
est rejeté lors de l’expiration. La respiration concerne les échanges gazeux entre l’air et le sang au niveau des
alvéoles mais également entre le sang et les cellules des différents organes.

I – Voies extra-pulmonaires

 Les cavités nasales sont deux espaces creusés dans l’os maxillaire au milieu de la face. Elles sont importantes
pour réchauffer et assainir l’air inhalé et jouent un rôle dans l’olfaction.

 Le pharynx est un carrefour aéro-digestif jouant un rôle dans la déglutition, la respiration, la phonation et
l’audition.

 La trachée est un conduit tubulaire rigide d’environ 12cm de long sur 2cm de diamètre. Elle est composée de 4
tuniques orientées par le muscle trachéal à la face postérieure :

1
o Muqueuse respiratoire : l’épithélium pseudo-stratifié prismatique cilié (grandes cellules prismatiques
ciliées + cellules glandulaires caliciformes isolées (produisant du mucus)). Au pôle basal de
l’épithélium, des cellules de renouvellement jouxtent la lame basale et le chorion sous-jacent permet
de nourrir l’épithélium.

o Sous-muqueuse : chorion riche en fibres élastiques + glandes exocrines séro-muqueuses (acineuses)


avec une double compétence (acini muqueux et acini séreux). Sont également présents des amas
lymphoïdes (rôle de défense), des vaisseaux sanguins, des nerfs et quelques cellules musculaires lisses.
NB  : Le bleu alcian permet de colorer le mucus (plus précisément, les polysaccharides muqueux).

o Tunique fibro-cartilagineuse : constituée par un tissu conjonctif riche en fibres élastiques et par une
20aine d’anneaux cartilagineux (cartilage hyalin). Le périchondre (contient cell de remplacement =
chondroblastes) recouvre ces anneaux et permet le renouvellement ainsi que la nutrition du cartilage.
Les anneaux cartilagineux regroupent à leur face postérieure des fibres musculaires lisses, formant le
muscle trachéo-dorsal ou trachéal.

o Adventice : c’est une tunique conjonctivo-adipeuse richement vascularisée et innervée. Protège la


Trachée.

Rôles de la trachée :

2
- Réchauffement de l’air inspiré (grâce aux vaisseaux sanguins)
- Humidifier l’air inspiré (sécrétion des glandes sous-muqueuses qui se déversent dans la lumière)
- Filtration de l’air inspiré par 3 mécanismes :
 la capture et le rejet par les battements ciliaires des particules piégées par le film muco-ciliaire. Cela
forme un tapis roulant qui fait remonter les particules vers le pharynx puis sont expectorées (toux).
 la production de lysozymes (enzymes bactéricides) par les cellules séreuses des glandes mixtes de la
sous-muqueuse
 la sécrétion d’anticorps par les structures lymphoïdes de la sous-muqueuse.

II – Voies intra-pulmonaires

 Les bronches = conduits qui apportent l’air riche en dioxygène depuis l’extérieur du corps dans les poumons. La
trachée se subdivise au niveau de la carène (= bifurcation) en bronches souches droite et gauche. Elles se
ramifient dans les poumons en bronches lobaires (3 à droite et 2 à gauche) ensuite en une vingtaine de

bronches segmentaires, puis en bronches intra-lobulaires et enfin en bronchioles terminales. Les bronchioles

ne possèdent pas de tunique fibro-cartilagineuse.

 Les poumons : organes élastiques et spongieux séparés par le médiastin et limités extérieurement par la cage
thoracique et le diaphragme. Ils sont richement innervés, vascularisés,
irrigués, notamment par les deux artères pulmonaires et par les quatre
veines pulmonaires. Les deux poumons ne sont pas identiques,
notamment par le nombre de lobes, subdivisés en lobules :

o Poumon gauche : plus petit que le poumon droit et pesant 300


à 400g en moyenne, il est constitué de deux lobes, le lobe
supérieur et le lobe inférieur, délimités par la scissure oblique.

o Poumon droit : pesant 400 à 500g en moyenne, il est


légèrement plus grand et constitué de trois lobes, le lobe supérieur, le lobe moyen et le lobe inférieur.
3
Ces lobes sont délimités par la scissure horizontale et par
la scissure oblique.
 Les alvéoles pulmonaires = petits sacs ou vésicules pulmonaires
qui terminent les voies respiratoires et au niveau desquelles ont
lieu les échanges gazeux. Elles sont tapissées d’une paroi très
fine (de l’ordre de 0,2μm) où l’on retrouve des capillaires
sanguins continus. L’enchevêtrement des alvéoles et des
capillaires permet une augmentation importante de la surface
d’échange et donc des échanges gazeux entre le sang et l’air dans
les deux sens.

La paroi des alvéoles est formée par des cellules pavimenteuses, les
pneumocytes I qui donnent la forme de la structure et les
pneumocytes II qui sécrètent le surfactant, liquide visqueux
permettant de diminuer la tension de surface des alvéoles et
empêchant les alvéoles de s’effondrer sur elles-mêmes lors de
l’expiration. Lieu proche du milieu extérieur et propice à l’infection,
des macrophages sont présents et y jouent un rôle d’immunité
localisée.

III – Plèvre

La plèvre
est une séreuse
enveloppant les
poumons : elle
est constituée
d’un feuillet
viscéral et d’un
feuillet pariétal
délimitant une
cavité pleurale. Il
n’existe aucune
communication
entre les cavités
pleurales droite
et gauche.

Vous aimerez peut-être aussi