Vous êtes sur la page 1sur 4

Monsieur André Urban

L'ONU, nouveau champ d'application pour l'étude du multilatéral


In: Matériaux pour l'histoire de notre temps. 2002, N. 65-66. pp. 88-90.

Citer ce document / Cite this document :

Urban André. L'ONU, nouveau champ d'application pour l'étude du multilatéral. In: Matériaux pour l'histoire de notre temps.
2002, N. 65-66. pp. 88-90.

doi : 10.3406/mat.2002.403320

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mat_0769-3206_2002_num_65_1_403320
88 Matériaux pour l'histoire de notre temps, n° 65-66 (janvier-juin 2002)

L'ONU, nouveau champ d'application

pour l'étude du multilatéral

J'ai rencontré René Girault pour la première fois bientôt le triple de l'âge atteint par la SDN, tout en
lors d'une permission, durant mon service mili étant beaucoup plus universelle.
taire. À vrai dire je « débarquais d'une autre
planète », avec pour seul diplôme une maîtrise
d'histoire grecque ancienne, sur les origines loin Applications pratiques
taines de la démocratie athénienne, effectuée à
Paris IV. J'avais dans l'idée de travailler sur l'ONU, Ainsi, les États-Unis afin d'assurer leur leadership
qui pour moi représentait à peine plus qu'un à l'ONU, ont approfondi les méthodes du
centre d'intérêt. Heureusement je m'étais orienté Royaume-Uni et de la France du temps de la SDN.
vers le bon professeur; au vu de mon passé il On peut distinguer trois instruments utilisés. Pr
commenta simplement « Et bien vous vous recy emièrement, le financement à grande échelle de
clerez en DEA ». Il me fit entièrement confiance. l'organisation, qui crée des obligations chez les
Après avoir dirigé des thèses sur la SDN, ou les autres États membres (inversement l'actualité nous
États-Unis et l'UNESCO, le sujet (« les États-Unis montre que stopper tout financement est égale
face au Tiers Monde à l'ONU de 1953 à 1960 ») ment une arme, lorsque l'on a plus facilement les
venait comme une suite logique. La plupart des moyens de freiner que d'impulser les décisions)2.
archives étaient declassifies, ce qui pour René Deuxièmement, le placement de nationaux à des
Girault était une condition sine qua non. Enfin (ce postes de responsabilité au sein du Secrétariat.
qui dut certainement jouer, pour un homme qui Troisièmement, processus moins connu, l'élection,
raisonnait en termes de générations) les années au sein des organes les plus importants (Conseil de
cinquante, la décolonisation en Algérie, les crises sécurité, présidences de l'Assemblée générale et
de Suez ou de Hongrie, furent pour lui des évé du Conseil économique et social, présidences de
nements formateurs à plus d'un titre. commissions à l'Assemblée) d'États formant une
Si pour le professeur le sujet ne pouvait donc clientèle. Ces trois clés étant susceptibles de se
surprendre, il reste malgré tout novateur, n'ayant combiner pour fournir des résultats encore plus
guère été étudié en France sur le plan historique. performants.
Ce qui peut s'expliquer par le court laps de temps Si la SDN fut beaucoup plus active et entrepre
écoulé depuis 1945, mais surtout par l'étendue nante qu'il n'est généralement établi, la formali
des travaux de droit international ou de science sationau plus haut niveau d'activités économiques
politique. (Conseil économique et social, assistance tech
Pourtant rares sont les sujets plus propices à l'a nique, puis PNUD et CNUCED) font de l'ONU un
pproximation que les organisations internationales champ incomparable pour l'étude des relations
à vocation universelle. Or, dans son domaine de économiques internationales. Il en va de même sur
compétence, l'histoire est la mieux outillée pour le plan politico-stratégique, avec la création du
en sortir, en commençant par apporter une chro maintien de la paix et des casques bleus. L'e
nologie. Ce qui ne l'exonère pas bien sûr de se nsemble de ces opérations, et c'est ce qui fait leur
référer à ce qui a déjà été fait. Le droit interna intérêt, concernent tous les États : pays en déve
tionalfournit les premiers cadres, dont l'analyse est loppement et pays développés, membres perman
souvent déterminante, même si l'application des ents du Conseil de sécurité et petits États four
textes prend parfois des détours imprévus. Ainsi le nisseurs de troupes.
maintien de la paix devait être à l'origine effectué On serait surpris de constater comment les Amér
1.uneRené nouvelle
Girault,histoire
« Encore
des re par les membres permanents du Conseil de sécur icains parvinrent, sans aucun soldat, à influer sur
lations internationales l'his ité, or à partir de 1956 et de la Force d'Urgence les opérations de maintien de la paix; en utilisant
toire des organisations inte des Nations Unies à Suez, ce ne fut pas le cas. le soutien logistique. Il « suffisait » de construire
:

rnationales », Relations Avec quelles conséquences? Après le droit, la et de posséder des avions gros porteurs, de
internationales. Automne science politique permet de voir ce qu'il en est, en troupes, de matériel, et d'habituer l'ONU à en
1993, N° 75, pp. 271-75. apportant des hypothèses de travail. dépendre. Ce qui se passa notamment lors de
p. 272.
2. On peut consulter à ce Malgré la rareté des travaux historiques, les pro l'opération des Nations Unies au Congo ex-belge.
propos « Le financement des blématiques ne sont pas à poser sur du sable. Fon Etudier l'ONU sous l'angle de ses relations avec
organisations damentalement, « l'ONU est bien fille de la les États-Unis pourrait apparaître comme une
internationales », Revue SDN »\ elle fonctionne avec des principes, une acceptation implicite des présupposés de l'école
française de finances pu
bliques. Paris, 1995, N° 52. idéologie et des objectifs similaires. Néanmoins « réaliste », selon laquelle les organisations inte
(Numéro entièrement consa les Nations Unies et l'ensemble des institutions rnationales ne sont que des outils à la disposition
créà ce thème). lancées au même moment, en pérennisant le phé des États, des théâtres vides permettant le seul
3. Marie-Claude Smouts, Les nomène des organisations internationales, ont exercice des rapports de force (ironiquement, on
organisations internationales.
Paris, Armand Colin, 1995. permis de valider, compléter les enseignements pourrait citer le fait que l'expression « multilaté
p. 29. tirés antérieurement, d'autant que l'ONU aura ralisme» fut lancée par les Américains3). Mais
L'ONU, NOUVEAU CHAMP D'APPLICATION POUR L'ÉTUDE DU MULTILATÉRAL 89

On s'aperçoit ainsi
que notre vision des
organisations interna
tionales est très relative,
et qu'elle influence
probablement à nos
dépens nos recherches.
Ainsi la théorie poli
tique américaine sur la
SDN ou l'ONU fut
« idéaliste » clans les
périodes fastes : années
vingt, fin de la
deuxième guerre mond
iale, 1956, 1990;
alors que l'école réal
iste l'emporta durant la
crise politique et éc
onomique des années
René Girault (Coll. privée) trente, durant la guerre
froide, ou lorsque
furent enterrées les pro
dans ce cas à quoi bon étudier les organisations messes du « nouvel ordre international ».
internationales? René Girault n'aurait probable Même la dichotomie États — organisations inte
ment pas dirigé autant de thèses à leur sujet, ni rnationales est plus complexe qu'il n'y paraît. En
posé cette nécessité « Un apprentissage des reconnaissant les États indépendants, l'ONU a
bureaucraties genevoises ou onusiennes est indi favorisé l'universalisation du modèle étatique.
:

spensable »4. Inversement, on ne saurait en faire un Aussi modeste soit-il, chaque État a sa voix aux
idéaliste, il était bien trop historien pour cela. Nations unies, qui le légitiment donc. Faute d'ef
Disons plutôt que cet angle d'approche corre ficacité face aux conflits internes, l'ONU a du
spond à l'état actuel des organisations internatio moins répandu avec succès le tabou des
nales, ni supranationales, ni purement inféodées annexions territoriales, le respect des frontières au
aux Etats. Cet « entre deux », difficile à définir, est sens traditionnel. D'un autre côté, la « prolifération
plus facilement approché via les relations entre étatique » a rendu évidentes les limites d'États
un grand État et une organisation internationale. devenus trop nombreux et parcellisés.
Un angle faussement réducteur, car pour l'éclairer
il faut être forcément précis. Qu'en est-il exacte
mentdu poids américain à l'ONU ? L'évaluer, c'est Différents degrés de comparaison
lui fixer une limite.
La difficulté tient plutôt dans la recherche de Où commence, où s'arrête l'étude d'une organi
l'objectivité sur un sujet sans doute encore plus sation internationale? Plus elle est « poreuse »,
débattu aujourd'hui qu'à l'époque que nous étu autrement dit plus elle a de domaines de compét
dions, même si les circonstances ont beaucoup ences, plus elle contient d'acteurs pour lesquels
changé — les Américains dominent différemment l'ONU n'est qu'un lieu parmi d'autres de la diplo
l'organisation, après avoir été près de perdre leur matie, plus il devient nécessaire d'établir des
leadership. Lorsque, en France, on pense aux États- degrés de comparaison externes. Dans le cas de
Unis et à l'ONU, on a des réflexes moraux : « Les l'ONU, le degré de porosité est extrême, et il faut
Américains ont trop d'influence sur l'organisation, se poser un maximum de questions, apporter des
ce n'est pas bien. » Pourtant le recul historique ne éléments de comparaison à tous les niveaux.
prend guère en considération les critères moraux. Ainsi, pour notre sujet, qui dit États-Unis dit
En outre, comme un spécialiste l'a écrit, « que les URSS. Que firent les Soviétiques pour tenter de
politiques des États cherchent à utiliser les organi sortir d'une position très minoritaire au sein de
sations internationales, cela n'a rien de condamn l'organisation, et comment les Américains réagi
ableen soi. Les organisations sont créées par les rent-ils à leurs efforts? Qui dit ONU dit OTAN,
États pour qu'elles leur soient utiles. (...) Sur ce OEA, OTASE, etc. Quelles organisations régionales
point, tous les États sont d'accord et celui qui n'aur furent privilégiées par les États-Unis pour
ait pas de politique à l'égard des organisations contourner l'ONU lorsque cela correspondait à
internationales qui l'intéressent, c'est qu'il n'aurait leurs intérêts ? Il est nécessaire dans tous les cas de
pas de politique extérieure. »5 faire des comparaisons géographiques. Qui dit
En effet, mais faut-il adhérer à cette autre conclu enjeux économiques à l'ONU dit aussi Banque
sion de l'auteur, selon qui les organisations inte mondiale, FMI, OCDE, ou programmes bilatéraux, 4. René Girault, Idem.
rnationales « n'ont rien de sacré en elles, en dehors et la même question se pose concernant l'attitude p. 273.
des services qu'elles rendent »? Lorsque l'on a américaine. Qui dit enfin politique des États-Unis 5. Guy de De Lacharriere,
placé en elles beaucoup d'espoirs, ce qui est bien via l'ONU dit également politique américaine hors Politiques nationales et orga
souvent le cas, elles peuvent représenter une part de l'ONU. Non que l'action nationale emprunte nisations internationales.
Cours de l'Institut d'Études
de « sacré », à la façon d'ailleurs, paradoxale des logiques différentes clans les deux cas, mais il Politiques de Paris, 1975-
ment, de la mystique nationale. existe des questions que Washington préférait ne 1976. Fascicule 1, p. 8.
90 Matériaux pour l'histoire de notre temps, n° 65-66 (janvier-juin 2002)

pas voir abordés à l'ONU. Lesquelles? Leur aujourd'hui encore représente dans les couloirs
énoncé risque d'être aussi révélateur que celui des de l'organisation un exemple, presque mythique;
sujets abordés. un responsable dont l'indépendance par rapport
« Où, quand, comment », telles sont les trois au Conseil de sécurité, sans être parfaite, fit beau
questions simples auxquelles il appartient aux hi coup pour asseoir la réputation naissante de
storiens de répondre avec précision. l'ONU. Mais tous les Secrétaires généraux depuis
Notre sujet de thèse nous permet d'étudier le 1945 n'eurent pas ses qualités.
comportement de groupes politico-économiques, Si les principales tendances peuvent être dessi
notamment celui des Afro-asiatiques à l'intérieur nées à grands traits, il faut être plus prudent concer
de l'Assemblée générale. Comment ces États par nant le traitement des archives nationales. Ainsi les
vinrent-ils, malgré leur nationalisme, à s'unir pour archives américaines sur les relations entre les États-
compenser leur faiblesse individuelle, et finir par Unis et le Secrétariat de l'ONU montrent des
menacer la suprématie américaine sur l'organisa exemples d'influence, d'avantages obtenus. Mais ils
tion ? Le phénomène des groupes géographiques sont rarement flagrants. Il est difficile de déterminer
n'était pas passager : il marque encore aujourd'hui quand une rencontre est dans la nature des choses,
les Nations unies. Mais il portait en lui des risques, et quand elle débouche sur un avantage concret.
des principes contraires à ceux de l'ONU, qui Car les archives en question ne disent pas si de
voudraient que l'on considère les différends en telles relations ne se nouaient pas également entre
eux-mêmes et de façon à les résoudre, sans consi le Secrétariat et les Soviétiques, les Britanniques
dérations de propagande. On peut penser ici à la ou les Français, dans une organisation par défini
résolution de l'Assemblée générale assimilant en tioninternationale. La précaution traditionnelle qui
1975 le sionisme au racisme, qui déconsidéra veut que l'on n'étudie pas seulement une version
longtemps l'ONU, avant qu'elle ne soit annulée en des faits s'applique particulièrement à l'ONU, mais
1991 par la même Assemblée6. D'un autre côté les elle est plus difficile à appliquer qu'ailleurs. Ceci ne
grandes puissances sont-elles à l'abri de ce tr peut qu'encourager à la consultation des archives
avers? de l'organisation elle-même, ce qui est possible
Les décisions des organisations internationales pour l'ONU à New York.
sont le résultat des confrontations entre les acteurs Même les discours officiels à la tribune de
et les groupes qui les composent. Et même si tous l'ONU sont intéressants à étudier, quitte à su
les acteurs sont loin d'être égaux, ils sont du moins rprendre l'historien, plus attiré par les archives
obligés de se frotter les uns aux autres en perma confidentielles. Ils contiennent une bonne part de
nence, alors qu'ils pouvaient largement s'ignorer langue de bois, certes, cependant lorsque l'on
jusqu'au vingtième siècle. Les petits États n'ont s'adresse à tout le monde, et c'est le cas à l'ONU,
pas toujours à y gagner : ainsi les voix des États de il est plus difficile de travestir sa pensée. Tant qu'à
l'Afrique noire francophone à l'Assemblée génér présenter une image, autant que ce soit la sienne.
ale, dès leur admission à l'ONU, furent captées
au service des intérêts français, dont le maintien en
Afrique permettait de mieux défendre les positions Nouveaux champs à défricher
à New York. D'un autre côté, il est fort probable
que sans l'ONU la décolonisation n'aurait pas été L'ONU appelle d'autres recherches historiques. Il
aussi rapide. Chaque année le débat était « remis est possible d'étudier les relations des États-Unis
sur le tapis », en confrontant tous les acteurs, alors avec l'ONU sous Kennedy, ou Johnson. Ou bien
que l'intérêt des États coloniaux était de les maint les liens entre d'autres grands États et l'ONU. On
enir séparés. La pression en faveur de la décolon peut aussi procéder par régions : l'Afrique et
isation monta au point de l'emporter7. l'ONU, l'Extrême-Orient et l'ONU, Israël, le
On put constater une pression semblable pour monde arabe et l'ONU... Des sujets plus propre
obtenir des pays occidentaux, et notamment des mentstratégiques, tels que les premières opéra
États-Unis, des concessions économiques, à la fin tions de maintien de la paix, ou les activités de
des années cinquante et au début des années l'Agence internationale de l'énergie atomique,
soixante nouveaux guichets, à des conditions pourraient également être abordés.
plus avantageuses de la Banque mondiale, Pr Enfin nombre de sujets d'histoire économique et
:

ogramme alimentaire mondial, PNUD... Seule sociale sont envisageables : l'Assistance technique,
l'ONU put fournir au Tiers Monde le cadre per la Banque mondiale, les institutions spécialisées,
mettant de faire jouer le nombre en dépit d'une les commissions économiques régionales de
faiblesse géopolitique évidente. l'ONU (pour l'Europe, l'Amérique latine, l'Asie,
Les programmes économiques, joints à la décol l'Afrique), qui représentèrent des enjeux import
onisation, sont la preuve que l'ONU pouvait jouer antsdu temps de la guerre froide. Les possibilités
un rôle propre. Cela dit après 1 965 et jusqu'à la fin ne manquent pas... ■
des années quatre-vingts on assista à une relative
6. Marie-Claude Smouts, op. stagnation de l'ONU : échec du « Nouvel ordre
cit., p. 36. économique international », débats redondants...
7. Voir notamment sur le
sujet René Girault, « La la phase d'expansion de l'organisation avait vécu,
France en accusation à son principal mérite fut alors de « durer ». André Urban
l'ONU, ou les pouvoirs Quant aux hommes, ils n'échappent pas aux
d'une organisation interna contingences. Nous avons la chance d'étudier
tionale », Relations interna
pour les années cinquante l'action d'un Secrétaire André Urban termine actuellement
tionales.
N° 76, pp.Paris,
411-22.
hiver 1993, général, le Suédois Dag Hammarskjôld, qui sa thèse sous la direction de Robert Frank.