Vous êtes sur la page 1sur 340

UNIVERSITE MOHAMMED V - SOUISSI

FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE -RABAT-

ANNEE: 2013 THESE N°:99/13

LES PRODUITS COSMETIQUES POUR


LES SOINS DU VISAGE

THESE
Présentée et soutenue publiquement le:………. …………….

PAR
Mlle. Nadia ELKASSOUANI
Née le 23 Mai 1988 à Casablanca

Pour l'Obtention du Doctorat en Pharmacie


MOTS CLES: Peau - les produits cosmétiques – réglementation - soins du visage
JURY
Mr. M.ZOUHDI PRESIDENT
Professeur de Microbilogie ,
Chef de service de Bactériologie-Sérologie à CHU IBN SINA
Mr. A. LAATIRIS RAPPORTEUR
Professeur de Pharmacie Galénique
Mr. S. TELLAL
Professeur de Biochime JUGES
Mr. A. BELMEKKI
Professeur d’Hématologie
‫  ا
ا  ا‬

‫ق ا
ا ‬
UNIVERSITE MOHAMMED V- SOUISSI
FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE - RABAT

DOYENS HONORAIRES :

1962 – 1969 : Professeur Abdelmalek FARAJ

1969 – 1974 : Professeur Abdellatif BERBICH


1974 – 1981 : Professeur Bachir LAZRAK
1981 – 1989 : Professeur Taieb CHKILI
1989 – 1997 : Professeur Mohamed Tahar ALAOUI
1997 – 2003 : Professeur Abdelmajid BELMAHI
2003 – 2013 : Professeur Najia HAJJAJ - HASSOUNI
ADMINISTRATION :
Doyen : Professeur Mohamed ADNAOUI
Vice Doyen chargé des Affaires Académiques et estudiantines
Professeur Mohammed AHALLAT
Vice Doyen chargé de la Recherche et de la Coopération
Professeur Jamal TAOUFIK
Vice Doyen chargé des Affaires Spécifiques à la Pharmacie
Professeur Jamal TAOUFIK
Secrétaire Général : Mr. El Hassane AHALLAT

PROFESSEURS :

Mai et Octobre 1981


Pr. MAAZOUZI Ahmed Wajih Chirurgie Cardio-Vasculaire
Pr. TAOBANE Hamid* Chirurgie Thoracique

Mai et Novembre 1982


Pr. ABROUQ Ali* Oto-Rhino-Laryngologie
Pr. BENSOUDA Mohamed Anatomie
Pr. BENOSMAN Abdellatif Chirurgie Thoracique
Pr. LAHBABI Naïma Physiologie

Novembre 1983
Pr. BELLAKHDAR Fouad Neurochirurgie
Pr. HAJJAJ Najia ép. HASSOUNI Rhumatologie

Décembre 1984
Pr. EL GUEDDARI Brahim El Khalil Radiothérapie
Pr. MAAOUNI Abdelaziz Médecine Interne
Pr. MAAZOUZI Ahmed Wajdi Anesthésie -Réanimation
Pr. SETTAF Abdellatif Chirurgie

Novembre et Décembre 1985


Pr. BENJELLOUN Halima Cardiologie
Pr. BENSAID Younes Pathologie Chirurgicale
Pr. EL ALAOUI Faris Moulay El Mostafa Neurologie
Pr. IRAQI Ghali Pneumo-phtisiologie

Janvier, Février et Décembre 1987


Pr. AJANA Ali Radiologie
Pr. CHAHED OUAZZANI Houria Gastro-Entérologie
Pr. EL YAACOUBI Moradh Traumatologie Orthopédie
Pr. ESSAID EL FEYDI Abdellah Gastro-Entérologie
Pr. LACHKAR Hassan Médecine Interne
Pr. YAHYAOUI Mohamed Neurologie

Décembre 1988
Pr. BENHAMAMOUCH Mohamed Najib Chirurgie Pédiatrique
Pr. DAFIRI Rachida Radiologie
Pr. HERMAS Mohamed Traumatologie Orthopédie
Pr. TOLOUNE Farida* Médecine Interne

Décembre 1989 Janvier et Novembre 1990


Pr. ADNAOUI Mohamed Médecine Interne
Pr. BOUKILI MAKHOUKHI Abdelali* Cardiologie
Pr. CHAD Bouziane Pathologie Chirurgicale
Pr. CHKOFF Rachid Pathologie Chirurgicale
Pr. HACHIM Mohammed* Médecine-Interne
Pr. KHARBACH Aîcha Gynécologie -Obstétrique
Pr. MANSOURI Fatima Anatomie-Pathologique
Pr. OUAZZANI Taïbi Mohamed Réda Neurologie
Pr. TAZI Saoud Anas Anesthésie Réanimation
Février Avril Juillet et Décembre 1991
Pr. AL HAMANY Zaîtounia Anatomie-Pathologique
Pr. AZZOUZI Abderrahim Anesthésie Réanimation
Pr. BAYAHIA Rabéa Néphrologie
Pr. BELKOUCHI Abdelkader Chirurgie Générale
Pr. BENABDELLAH Chahrazad Hématologie
Pr. BENCHEKROUN Belabbes Abdellatif Chirurgie Générale
Pr. BENSOUDA Yahia Pharmacie galénique
Pr. BERRAHO Amina Ophtalmologie
Pr. BEZZAD Rachid Gynécologie Obstétrique
Pr. CHABRAOUI Layachi Biochimie et Chimie
Pr. CHERRAH Yahia Pharmacologie
Pr. CHOKAIRI Omar Histologie Embryologie
Pr. JANATI Idrissi Mohamed* Chirurgie Générale
Pr. KHATTAB Mohamed Pédiatrie
Pr. SOULAYMANI Rachida Pharmacologie
Pr. TAOUFIK Jamal Chimie thérapeutique

Décembre 1992
Pr. AHALLAT Mohamed Chirurgie Générale
Pr. BENSOUDA Adil Anesthésie Réanimation
Pr. BOUJIDA Mohamed Najib Radiologie
Pr. CHAHED OUAZZANI Laaziza Gastro-Entérologie
Pr. CHRAIBI Chafiq Gynécologie Obstétrique
Pr. DAOUDI Rajae Ophtalmologie
Pr. DEHAYNI Mohamed* Gynécologie Obstétrique
Pr. EL OUAHABI Abdessamad Neurochirurgie
Pr. FELLAT Rokaya Cardiologie
Pr. GHAFIR Driss* Médecine Interne
Pr. JIDDANE Mohamed Anatomie
Pr. OUAZZANI TAIBI Med Charaf Eddine Gynécologie Obstétrique
Pr. TAGHY Ahmed Chirurgie Générale
Pr. ZOUHDI Mimoun Microbiologie

Mars 1994
Pr. AGNAOU Lahcen Ophtalmologie
Pr. BENCHERIFA Fatiha Ophtalmologie
Pr. BENJAAFAR Noureddine Radiothérapie
Pr. BEN RAIS Nozha Biophysique
Pr. CAOUI Malika Biophysique
Pr. CHRAIBI Abdelmjid Endocrinologie et Maladies Métaboliques
Pr. EL AMRANI Sabah Gynécologie Obstétrique
Pr. EL AOUAD Rajae Immunologie
Pr. EL BARDOUNI Ahmed Traumato-Orthopédie
Pr. EL HASSANI My Rachid Radiologie
Pr. EL IDRISSI Lamghari Abdennaceur Médecine Interne
Pr. ERROUGANI Abdelkader Chirurgie Générale
Pr. ESSAKALI Malika Immunologie
Pr. ETTAYEBI Fouad Chirurgie Pédiatrique
Pr. HADRI Larbi* Médecine Interne
Pr. HASSAM Badredine Dermatologie
Pr. IFRINE Lahssan Chirurgie Générale
Pr. JELTHI Ahmed Anatomie Pathologique
Pr. MAHFOUD Mustapha Traumatologie – Orthopédie
Pr. MOUDENE Ahmed* Traumatologie- Orthopédie
Pr. RHRAB Brahim Gynécologie –Obstétrique
Pr. SENOUCI Karima Dermatologie

Mars 1994
Pr. ABBAR Mohamed* Urologie
Pr. ABDELHAK M’barek Chirurgie – Pédiatrique
Pr. BELAIDI Halima Neurologie
Pr. BRAHMI Rida Slimane Gynécologie Obstétrique
Pr. BENTAHILA Abdelali Pédiatrie
Pr. BENYAHIA Mohammed Ali Gynécologie – Obstétrique
Pr. BERRADA Mohamed Saleh Traumatologie – Orthopédie
Pr. CHAMI Ilham Radiologie
Pr. CHERKAOUI Lalla Ouafae Ophtalmologie
Pr. EL ABBADI Najia Neurochirurgie
Pr. HANINE Ahmed* Radiologie
Pr. JALIL Abdelouahed Chirurgie Générale
Pr. LAKHDAR Amina Gynécologie Obstétrique
Pr. MOUANE Nezha Pédiatrie

Mars 1995
Pr. ABOUQUAL Redouane Réanimation Médicale
Pr. AMRAOUI Mohamed Chirurgie Générale
Pr. BAIDADA Abdelaziz Gynécologie Obstétrique
Pr. BARGACH Samir Gynécologie Obstétrique
Pr. BEDDOUCHE Amoqrane* Urologie
Pr. CHAARI Jilali* Médecine Interne
Pr. DIMOU M’barek* Anesthésie Réanimation
Pr. DRISSI KAMILI Med Nordine* Anesthésie Réanimation
Pr. EL MESNAOUI Abbes Chirurgie Générale
Pr. ESSAKALI HOUSSYNI Leila Oto-Rhino-Laryngologie
Pr. FERHATI Driss Gynécologie Obstétrique
Pr. HASSOUNI Fadil Médecine Préventive, Santé Publique et Hygiène
Pr. HDA Abdelhamid* Cardiologie
Pr. IBEN ATTYA ANDALOUSSI Ahmed Urologie
Pr. IBRAHIMY Wafaa Ophtalmologie
Pr. MANSOURI Aziz Radiothérapie
Pr. OUAZZANI CHAHDI Bahia Ophtalmologie
Pr. SEFIANI Abdelaziz Génétique
Pr. ZEGGWAGH Amine Ali Réanimation Médicale

Décembre 1996
Pr. AMIL Touriya* Radiologie
Pr. BELKACEM Rachid Chirurgie Pédiatrie
Pr. BOULANOUAR Abdelkrim Ophtalmologie
Pr. EL ALAMI EL FARICHA EL Hassan Chirurgie Générale
Pr. GAOUZI Ahmed Pédiatrie
Pr. MAHFOUDI M’barek* Radiologie
Pr. MOHAMMADINE EL Hamid Chirurgie Générale
Pr. MOHAMMADI Mohamed Médecine Interne
Pr. MOULINE Soumaya Pneumo-phtisiologie
Pr. OUADGHIRI Mohamed Traumatologie-Orthopédie
Pr. OUZEDDOUN Naima Néphrologie
Pr. ZBIR EL Mehdi* Cardiologie

Novembre 1997
Pr. ALAMI Mohamed Hassan Gynécologie-Obstétrique
Pr. BEN AMAR Abdesselem Chirurgie Générale
Pr. BEN SLIMANE Lounis Urologie
Pr. BIROUK Nazha Neurologie
Pr. CHAOUIR Souad* Radiologie
Pr. DERRAZ Said Neurochirurgie
Pr. ERREIMI Naima Pédiatrie
Pr. FELLAT Nadia Cardiologie
Pr. GUEDDARI Fatima Zohra Radiologie
Pr. HAIMEUR Charki* Anesthésie Réanimation
Pr. KADDOURI Noureddine Chirurgie Pédiatrique
Pr. KOUTANI Abdellatif Urologie
Pr. LAHLOU Mohamed Khalid Chirurgie Générale
Pr. MAHRAOUI CHAFIQ Pédiatrie
Pr. NAZI M’barek* Cardiologie
Pr. OUAHABI Hamid* Neurologie
Pr. TAOUFIQ Jallal Psychiatrie
Pr. YOUSFI MALKI Mounia Gynécologie Obstétrique

Novembre 1998
Pr. AFIFI RAJAA Gastro-Entérologie
Pr. BENOMAR ALI Neurologie
Pr. BOUGTAB Abdesslam Chirurgie Générale
Pr. ER RIHANI Hassan Oncologie Médicale
Pr. EZZAITOUNI Fatima Néphrologie
Pr. LAZRAK Khalid * Traumatologie Orthopédie
Pr. BENKIRANE Majid* Hématologie
Pr. KHATOURI ALI* Cardiologie
Pr. LABRAIMI Ahmed* Anatomie Pathologique

Janvier 2000
Pr. ABID Ahmed* Pneumophtisiologie
Pr. AIT OUMAR Hassan Pédiatrie
Pr. BENCHERIF My Zahid Ophtalmologie
Pr. BENJELLOUN Dakhama Badr.Sououd Pédiatrie
Pr. BOURKADI Jamal-Eddine Pneumo-phtisiologie
Pr. CHAOUI Zineb Ophtalmologie
Pr. CHARIF CHEFCHAOUNI Al Montacer Chirurgie Générale
Pr. ECHARRAB El Mahjoub Chirurgie Générale
Pr. EL FTOUH Mustapha Pneumo-phtisiologie
Pr. EL MOSTARCHID Brahim* Neurochirurgie
Pr. EL OTMANY Azzedine Chirurgie Générale
Pr. HAMMANI Lahcen Radiologie
Pr. ISMAILI Mohamed Hatim Anesthésie-Réanimation
Pr. ISMAILI Hassane* Traumatologie Orthopédie
Pr. KRAMI Hayat Ennoufouss Gastro-Entérologie
Pr. MAHMOUDI Abdelkrim* Anesthésie-Réanimation
Pr. TACHINANTE Rajae Anesthésie-Réanimation
Pr. TAZI MEZALEK Zoubida Médecine Interne

Novembre 2000
Pr. AIDI Saadia Neurologie
Pr. AIT OURHROUI Mohamed Dermatologie
Pr. AJANA Fatima Zohra Gastro-Entérologie
Pr. BENAMR Said Chirurgie Générale
Pr. BENCHEKROUN Nabiha Ophtalmologie
Pr. CHERTI Mohammed Cardiologie
Pr. ECH-CHERIF EL KETTANI Selma Anesthésie-Réanimation
Pr. EL HASSANI Amine Pédiatrie
Pr. EL IDGHIRI Hassan Oto-Rhino-Laryngologie
Pr. EL KHADER Khalid Urologie
Pr. EL MAGHRAOUI Abdellah* Rhumatologie
Pr. GHARBI Mohamed El Hassan Endocrinologie et Maladies Métaboliques
Pr. HSSAIDA Rachid* Anesthésie-Réanimation
Pr. LAHLOU Abdou Traumatologie Orthopédie
Pr. MAFTAH Mohamed* Neurochirurgie
Pr. MAHASSINI Najat Anatomie Pathologique
Pr. MDAGHRI ALAOUI Asmae Pédiatrie
Pr. NASSIH Mohamed* Stomatologie Et Chirurgie Maxillo-Faciale
Pr. ROUIMI Abdelhadi Neurologie

Décembre 2001
Pr. ABABOU Adil Anesthésie-Réanimation
Pr. BALKHI Hicham* Anesthésie-Réanimation
Pr. BELMEKKI Mohammed Ophtalmologie
Pr. BENABDELJLIL Maria Neurologie
Pr. BENAMAR Loubna Néphrologie
Pr. BENAMOR Jouda Pneumo-phtisiologie
Pr. BENELBARHDADI Imane Gastro-Entérologie
Pr. BENNANI Rajae Cardiologie
Pr. BENOUACHANE Thami Pédiatrie
Pr. BENYOUSSEF Khalil Dermatologie
Pr. BERRADA Rachid Gynécologie Obstétrique
Pr. BEZZA Ahmed* Rhumatologie
Pr. BOUCHIKHI IDRISSI Med Larbi Anatomie
Pr. BOUHOUCH Rachida Cardiologie
Pr. BOUMDIN El Hassane* Radiologie
Pr. CHAT Latifa Radiologie
Pr. CHELLAOUI Mounia Radiologie
Pr. DAALI Mustapha* Chirurgie Générale
Pr. DRISSI Sidi Mourad* Radiologie
Pr. EL HIJRI Ahmed Anesthésie-Réanimation
Pr. EL MAAQILI Moulay Rachid Neuro-Chirurgie
Pr. EL MADHI Tarik Chirurgie-Pédiatrique
Pr. EL MOUSSAIF Hamid Ophtalmologie
Pr. EL OUNANI Mohamed Chirurgie Générale
Pr. ETTAIR Said Pédiatrie
Pr. GAZZAZ Miloudi* Neuro-Chirurgie
Pr. GOURINDA Hassan Chirurgie-Pédiatrique
Pr. HRORA Abdelmalek Chirurgie Générale
Pr. KABBAJ Saad Anesthésie-Réanimation
Pr. KABIRI EL Hassane* Chirurgie Thoracique
Pr. LAMRANI Moulay Omar Traumatologie Orthopédie
Pr. LEKEHAL Brahim Chirurgie Vasculaire Périphérique
Pr. MAHASSIN Fattouma* Médecine Interne
Pr. MEDARHRI Jalil Chirurgie Générale
Pr. MIKDAME Mohammed* Hématologie Clinique
Pr. MOHSINE Raouf Chirurgie Générale
Pr. NOUINI Yassine Urologie
Pr. SABBAH Farid Chirurgie Générale
Pr. SEFIANI Yasser Chirurgie Vasculaire Périphérique
Pr. TAOUFIQ BENCHEKROUN Soumia Pédiatrie

Décembre 2002
Pr. AL BOUZIDI Abderrahmane* Anatomie Pathologique
Pr. AMEUR Ahmed * Urologie
Pr. AMRI Rachida Cardiologie
Pr. AOURARH Aziz* Gastro-Entérologie
Pr. BAMOU Youssef * Biochimie-Chimie
Pr. BELMEJDOUB Ghizlene* Endocrinologie et Maladies Métaboliques
Pr. BENZEKRI Laila Dermatologie
Pr. BENZZOUBEIR Nadia* Gastro-Entérologie
Pr. BERNOUSSI Zakiya Anatomie Pathologique
Pr. BICHRA Mohamed Zakariya Psychiatrie
Pr. CHOHO Abdelkrim * Chirurgie Générale
Pr. CHKIRATE Bouchra Pédiatrie
Pr. EL ALAMI EL FELLOUS Sidi Zouhair Chirurgie Pédiatrique
Pr. EL BARNOUSSI Leila Gynécologie Obstétrique
Pr. EL HAOURI Mohamed * Dermatologie
Pr. EL MANSARI Omar* Chirurgie Générale
Pr. ES-SADEL Abdelhamid Chirurgie Générale
Pr. FILALI ADIB Abdelhai Gynécologie Obstétrique
Pr. HADDOUR Leila Cardiologie
Pr. HAJJI Zakia Ophtalmologie
Pr. IKEN Ali Urologie
Pr. ISMAEL Farid Traumatologie Orthopédie
Pr. JAAFAR Abdeloihab* Traumatologie Orthopédie
Pr. KRIOUILE Yamina Pédiatrie
Pr. LAGHMARI Mina Ophtalmologie
Pr. MABROUK Hfid* Traumatologie Orthopédie
Pr. MOUSSAOUI RAHALI Driss* Gynécologie Obstétrique
Pr. MOUSTAGHFIR Abdelhamid* Cardiologie
Pr. NAITLHO Abdelhamid* Médecine Interne
Pr. OUJILAL Abdelilah Oto-Rhino-Laryngologie
Pr. RACHID Khalid * Traumatologie Orthopédie
Pr. RAISS Mohamed Chirurgie Générale
Pr. RGUIBI IDRISSI Sidi Mustapha* Pneumophtisiologie
Pr. RHOU Hakima Néphrologie
Pr. SIAH Samir * Anesthésie Réanimation
Pr. THIMOU Amal Pédiatrie
Pr. ZENTAR Aziz* Chirurgie Générale

Janvier 2004
Pr. ABDELLAH El Hassan Ophtalmologie
Pr. AMRANI Mariam Anatomie Pathologique
Pr. BENBOUZID Mohammed Anas Oto-Rhino-Laryngologie
Pr. BENKIRANE Ahmed* Gastro-Entérologie
Pr. BOUGHALEM Mohamed* Anesthésie Réanimation
Pr. BOULAADAS Malik Stomatologie et Chirurgie Maxillo-faciale
Pr. BOURAZZA Ahmed* Neurologie
Pr. CHAGAR Belkacem* Traumatologie Orthopédie
Pr. CHERRADI Nadia Anatomie Pathologique
Pr. EL FENNI Jamal* Radiologie
Pr. EL HANCHI ZAKI Gynécologie Obstétrique
Pr. EL KHORASSANI Mohamed Pédiatrie
Pr. EL YOUNASSI Badreddine* Cardiologie
Pr. HACHI Hafid Chirurgie Générale
Pr. JABOUIRIK Fatima Pédiatrie
Pr. KARMANE Abdelouahed Ophtalmologie
Pr. KHABOUZE Samira Gynécologie Obstétrique
Pr. KHARMAZ Mohamed Traumatologie Orthopédie
Pr. LEZREK Mohammed* Urologie
Pr. MOUGHIL Said Chirurgie Cardio-Vasculaire
Pr. SASSENOU ISMAIL* Gastro-Entérologie
Pr. TARIB Abdelilah* Pharmacie Clinique
Pr. TIJAMI Fouad Chirurgie Générale
Pr. ZARZUR Jamila Cardiologie

Janvier 2005
Pr. ABBASSI Abdellah Chirurgie Réparatrice et Plastique
Pr. AL KANDRY Sif Eddine* Chirurgie Générale
Pr. ALAOUI Ahmed Essaid Microbiologie
Pr. ALLALI Fadoua Rhumatologie
Pr. AMAZOUZI Abdellah Ophtalmologie
Pr. AZIZ Noureddine* Radiologie
Pr. BAHIRI Rachid Rhumatologie
Pr. BARKAT Amina Pédiatrie
Pr. BENHALIMA Hanane Stomatologie et Chirurgie Maxillo Faciale
Pr. BENHARBIT Mohamed Ophtalmologie
Pr. BENYASS Aatif Cardiologie
Pr. BERNOUSSI Abdelghani Ophtalmologie
Pr. CHARIF CHEFCHAOUNI Mohamed Ophtalmologie
Pr. DOUDOUH Abderrahim* Biophysique
Pr. EL HAMZAOUI Sakina Microbiologie
Pr. HAJJI Leila Cardiologie
Pr. HESSISSEN Leila Pédiatrie
Pr. JIDAL Mohamed* Radiologie
Pr. KARIM Abdelouahed Ophtalmologie
Pr. KENDOUSSI Mohamed* Cardiologie
Pr. LAAROUSSI Mohamed Chirurgie Cardio-vasculaire
Pr. LYAGOUBI Mohammed Parasitologie
Pr. NIAMANE Radouane* Rhumatologie
Pr. RAGALA Abdelhak Gynécologie Obstétrique
Pr. SBIHI Souad Histo-Embryologie Cytogénétique
Pr. TNACHERI OUAZZANI Btissam Ophtalmologie
Pr. ZERAIDI Najia Gynécologie Obstétrique

Décembre 2005
Pr. CHANI Mohamed Anesthésie Réanimation

Avril 2006
423. Pr. ACHEMLAL Lahsen* Rhumatologie
425. Pr. AKJOUJ Said* Radiologie
427.Pr. BELMEKKI Abdelkader* Hématologie
428. Pr. BENCHEIKH Razika O.R.L
429Pr. BIYI Abdelhamid* Biophysique
430. Pr. BOUHAFS Mohamed El Amine Chirurgie - Pédiatrique
431. Pr. BOULAHYA Abdellatif* Chirurgie Cardio – Vasculaire
Pr. CHENGUETI ANSARI Anas Gynécologie Obstétrique
434. Pr. DOGHMI Nawal Cardiologie
435. Pr. ESSAMRI Wafaa Gastro-entérologie
436. Pr. FELLAT Ibtissam Cardiologie
437. Pr. FAROUDY Mamoun Anesthésie Réanimation
438. Pr. GHADOUANE Mohammed* Urologie
439. Pr. HARMOUCHE Hicham Médecine Interne
440. Pr. HANAFI Sidi Mohamed* Anesthésie Réanimation
441Pr. IDRISS LAHLOU Amine Microbiologie
442. Pr. JROUNDI Laila Radiologie
443. Pr. KARMOUNI Tariq Urologie
444. Pr. KILI Amina Pédiatrie
445. Pr. KISRA Hassan Psychiatrie
446. Pr. KISRA Mounir Chirurgie – Pédiatrique
448. Pr. LAATIRIS Abdelkader* Pharmacie Galénique
449. Pr. LMIMOUNI Badreddine* Parasitologie
450. Pr. MANSOURI Hamid* Radiothérapie
452. Pr. OUANASS Abderrazzak Psychiatrie
453. Pr. SAFI Soumaya* Endocrinologie
454. Pr. SEKKAT Fatima Zahra Psychiatrie
456. Pr. SOUALHI Mouna Pneumo – Phtisiologie
457. Pr. TELLAL Saida* Biochimie
458. Pr. ZAHRAOUI Rachida Pneumo – Phtisiologie

Octobre 2007
458. Pr. ABIDI Khalid Réanimation médicale
Pr. ACHACHI Leila Pneumo phtisiologie
Pr. ACHOUR Abdessamad* Chirurgie générale
Pr. AIT HOUSSA Mahdi* Chirurgie cardio vasculaire
Pr. AMHAJJI Larbi* Traumatologie orthopédie
Pr. AMMAR Haddou ORL
Pr. AOUFI Sarra Parasitologie
Pr. BAITE Abdelouahed* Anesthésie réanimation
Pr. BALOUCH Lhousaine* Biochimie-chimie
Pr. BENZIANE Hamid* Pharmacie clinique
Pr. BOUTIMZIANE Nourdine Ophtalmologie
Pr. CHARKAOUI Naoual* Pharmacie galénique
Pr. EHIRCHIOU Abdelkader* Chirurgie générale
Pr. ELABSI Mohamed Chirurgie générale
Pr. EL BEKKALI Youssef* Chirurgie cardio vasculaire
Pr. EL MOUSSAOUI Rachid Anesthésie réanimation
Pr. EL OMARI Fatima Psychiatrie
Pr. GANA Rachid Neuro chirurgie
Pr. GHARIB Noureddine Chirurgie plastique et réparatrice
Pr. HADADI Khalid* Radiothérapie
Pr. ICHOU Mohamed* Oncologie médicale
Pr. ISMAILI Nadia Dermatologie
Pr. KEBDANI Tayeb Radiothérapie
Pr. LALAOUI SALIM Jaafar* Anesthésie réanimation
Pr. LOUZI Lhoussain* Microbiologie
Pr. MADANI Naoufel Réanimation médicale
Pr. MAHI Mohamed* Radiologie
Pr. MARC Karima Pneumo phtisiologie
Pr. MASRAR Azlarab Hématologique
460. Pr. MOUSSAOUI Abdelmajid Anesthésier réanimation
491. Pr. MOUTAJ Redouane * Parasitologie
Pr. MRABET Mustapha* Médecine préventive santé publique et hygiène
Pr. MRANI Saad* Virologie
Pr. OUZZIF Ez zohra* Biochimie-chimie
Pr. RABHI Monsef* Médecine interne
Pr. RADOUANE Bouchaib* Radiologie
Pr. SEFFAR Myriame Microbiologie
Pr. SEKHSOKH Yessine* Microbiologie
Pr. SIFAT Hassan* Radiothérapie
Pr. TABERKANET Mustafa* Chirurgie vasculaire périphérique
Pr. TACHFOUTI Samira Ophtalmologie
Pr. TAJDINE Mohammed Tariq* Chirurgie générale
Pr. TANANE Mansour* Traumatologie orthopédie
Pr. TLIGUI Houssain Parasitologie
Pr. TOUATI Zakia Cardiologie

Décembre 2008
Pr ZOUBIR Mohamed* Anesthésie Réanimation
Pr TAHIRI My El Hassan* Chirurgie Générale

PROFESSEURS AGREGES :
Mars 2009
Pr. ABOUZAHIR Ali* Médecine interne
Pr. AGDR Aomar* Pédiatre
Pr. AIT ALI Abdelmounaim* Chirurgie Générale
Pr. AIT BENHADDOU El hachmia Neurologie
Pr. AKHADDAR Ali* Neuro-chirurgie
Pr. ALLALI Nazik Radiologie
Pr. AMAHZOUNE Brahim* Chirurgie Cardio-vasculaire
Pr. AMINE Bouchra Rhumatologie
Pr. AZENDOUR Hicham* Anesthésie Réanimation
Pr. BELYAMANI Lahcen* Anesthésie Réanimation
Pr. BJIJOU Younes Anatomie
Pr. BOUHSAIN Sanae* Biochimie-chimie
Pr. BOUI Mohammed* Dermatologie
Pr. BOUNAIM Ahmed* Chirurgie Générale
Pr. BOUSSOUGA Mostapha* Traumatologie orthopédique
Pr. CHAKOUR Mohammed * Hématologie biologique
Pr. CHTATA Hassan Toufik* Chirurgie vasculaire périphérique
Pr. DOGHMI Kamal* Hématologie clinique
Pr. EL MALKI Hadj Omar Chirurgie Générale
Pr. EL OUENNASS Mostapha* Microbiologie
Pr. ENNIBI Khalid* Médecine interne
Pr. FATHI Khalid Gynécologie obstétrique
Pr. HASSIKOU Hasna * Rhumatologie
Pr. KABBAJ Nawal Gastro-entérologie
Pr. KABIRI Meryem Pédiatrie
Pr. KADI Said * Traumatologie orthopédique
Pr. KARBOUBI Lamya Pédiatrie
Pr. L’KASSIMI Hachemi* Microbiologie
Pr. LAMSAOURI Jamal* Chimie Thérapeutique
Pr. MARMADE Lahcen Chirurgie Cardio-vasculaire
Pr. MESKINI Toufik Pédiatrie
Pr. MESSAOUDI Nezha * Hématologie biologique
Pr. MSSROURI Rahal Chirurgie Générale
Pr. NASSAR Ittimade Radiologie
Pr. OUKERRAJ Latifa Cardiologie
Pr. RHORFI Ismail Abderrahmani * Pneumo-phtisiologie
Pr. ZOUHAIR Said* Microbiologie

Octobre 2010
Pr. ALILOU Mustapha Anesthésie réanimation
Pr. AMEZIANE Taoufiq* Médecine interne
Pr. BELAGUID Abdelaziz Physiologie
Pr. BOUAITY Brahim* ORL
Pr. CHADLI Mariama* Microbiologie
Pr. CHEMSI Mohamed* Médecine aéronautique
Pr. CHERRADI Ghizlan Cardiologie
Pr. DAMI Abdellah* Biochimie chimie
Pr. DARBI Abdellatif* Radiologie
Pr. DENDANE Mohammed Anouar Chirurgie pédiatrique
Pr. EL HAFIDI Naima Pédiatrie
Pr. EL KHARRAS Abdennasser* Radiologie
Pr. EL MAZOUZ Samir Chirurgie plastique et réparatrice
Pr. EL SAYEGH Hachem Urologie
Pr. ERRABIH Ikram Gastro entérologie
Pr. LAMALMI Najat Anatomie pathologique
Pr. LEZREK Mounir Ophtalmologie
Pr. MALIH Mohamed* Pédiatrie
Pr. MOSADIK Ahlam Anesthésie Réanimation
Pr. MOUJAHID Mountassir* Chirurgie générale
Pr. NAZIH Mouna* Hématologie
Pr. RAISSOUNI Zakaria* Traumatologie Orthopédie
Pr. ZOUAIDIA Fouad Anatomie pathologique

Mai 2012
Pr. Abdelouahed AMRANI Chirurgie Pédiatrique
Pr. ABOUELALAA Khalil* Anesthésie Réanimation
Pr. Ahmed JAHID Anatomie Pathologique
Pr. BELAIZI Mohamed* Psychiatrie
Pr. BENCHEBBA Drissi* Traumatologie Orthopédique
Pr. DRISSI Mohamed* Anesthésie Réanimation
Pr. EL KHATTABI Abdessadek* Médecine Interne
Pr. EL OUAZZANI Hanane* Pneumophtisiologie
Pr. MEHSSANI Jamal* Psychiatrie
Pr. Mouna EL ALAOUI MHAMDI Chirurgie Générale
Pr. Mounir ER-RAJI Chirurgie Pédiatrique
Pr. RAISSOUNI Maha* Cardiologie

ENSEIGNANTS SCIENTIFIQUES
PROFESSEURS
Pr. ABOUDRAR Saadia Physiologie
Pr. ALAMI OUHABI Naima Biochimie
Pr. ALAOUI KATIM Pharmacologie
Pr. ALAOUI SLIMANI Lalla Naïma Histologie-Embryologie
Pr. ANSAR M’hammed Chimie Organique et Pharmacie Chimique
Pr. BOUHOUCHE Ahmed Génétique Humaine
Pr. BOUKLOUZE Abdelaziz Applications Pharmaceutiques
Pr. BOURJOUANE Mohamed Microbiologie
Pr. CHAHED OUAZZANI Lalla Chadia Biochimie
Pr. DAKKA Taoufiq Physiologie
Pr. DRAOUI Mustapha Chimie Analytique
Pr. EL GUESSABI Lahcen Pharmacognosie
Pr. ETTAIB Abdelkader Zootechnie
Pr. FAOUZI Moulay El Abbes Pharmacologie
Pr. HAMZAOUI Laila Biophysique
Pr. HMAMOUCHI Mohamed Chimie Organique
Pr. IBRAHIMI Azeddine Biotechnologie
Pr. KHANFRI Jamal Eddine Biologie
Pr. OULAD BOUYAHYA IDRISSI Med Chimie Organique
Pr. REDHA Ahlam Biochimie
Pr. TOUATI Driss Pharmacognosie
Pr. ZAHIDI Ahmed Pharmacologie
Pr. ZELLOU Amina Chimie Organique

Enseignants Militaires
Dédicaces
Dédicaces
A cœur vaillant rien d’impossible
A conscience tranquille tout est accessible
Quand il y a la soif d’apprendre
Tout vient à point à qui sait attendre
Quand il y a le souci de réaliser un dessein
Tout devient facile pour arriver à nos fins
Malgré les obstacles qui s’opposent
En dépit des difficultés qui s’interposent
Les études sont avant tout
Notre unique et seul atout
Ils représentent la lumière de notre existence
L’étoile brillante de notre réjouissance
Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal
Nous partons ivres d’un rêve héroïque et brutal
Espérant des lendemains épiques
Un avenir glorieux et magique
Souhaitant que le fruit de nos efforts fournis
Jour et nuit, nous mènera vers le bonheur fleuri
Aujourd’hui, ici rassemblés auprès des jurys,
Nous prions dieu que cette soutenance
Fera signe de persévérance
Et que nous serions enchantés
Par notre travail honoré
*Je dédie ce mémoire à…………………………………………..*

A la mémoire de mon Père Maitre Mohammed Elkassouani


Aucune dédicace ne saurait exprimer l’amour, l’estime, le dévouement et le respect que j’ai
toujours eu pour vous.

Rien au monde ne vaut les efforts fournis jour et nuit pour mon éducation et mon bien être.
Ce travail est le fruit de tes sacrifices que tu as consentis pour mon éducation et ma
formation.

A ma très chère mère Laabid Fatiha


Affable, honorable, aimable : Tu représentes pour moi le symbole de la bonté par excellence,
la source de tendresse et l’exemple du dévouement qui n’a pas cessé de m’encourager et
de prier pour moi.

Ta prière et ta bénédiction m’ont été d’un grand secours pour mener à bien mes études.
Aucune dédicace ne saurait être assez éloquente pour exprimer ce que tu mérites pour tous les
sacrifices que tu n’as cessé de me donner depuis ma naissance, durant mon enfance
et même à l’âge adulte.
Tu as fait plus qu’une mère puisse faire pour que ses enfants suivent le bon chemin dans leur
vie et leurs études.

Je te dédie ce travail en témoignage de mon profond amour. Puisse Dieu, le tout puissant, te
préserver et t’accorder santé, longue vie et bonheur.
A mon oncle : Dr Mustafa Elkassouani
Pour ses conseils de dermatologue, son assistance et surtout sa présence

Vous avez toujours été présents pour les bons conseils.


Votre affection et votre soutien m’ont été d’un grand secours au

long de ma vie professionnelle et personnelle.

Veuillez trouver dans ce modeste travail ma reconnaissance pour

tous vos efforts.

A Dr TARIK ADDI

Un profond respect et Un remerciement particulier et sincère pour tous vos efforts


fournis. Vous avez toujours été présents.
Que ce travail soit un témoignage de ma gratitude et mon profond
respect.
A ma chère sœur Maitre Rajaa Elkassouani
Ma chère sœur qui m’est le père, les mots

ne suffisent guère pour exprimer l’attachement, l’amour


et l’affection que je porte pour vous.
Mon ange gardien et ma fidèle compagnante dans

les moments les plus délicats de cette vie mystérieuse.


Je vous dédie ce travail avec tous mes vœux de

bonheur, de santé et de réussite.


A mon très cher frère Ayoub, mes sœurs Wafaa, Nabila
En témoignage de l’attachement, de l’amour et de l’affection que je porte pour vous.
Je vous dédie ce travail avec tous mes vœux de bonheur, de santé et de réussite.

A mes chères ami(e)s et collègues

Houria Elhousse , Hasnaa Elhousse , Elayari Abderahman,


Abdelatif Issaoublah, Majdouline Elhormaoui, Zineb Elbousaadani ,
Jihane Elothmani, Hajar Elbaroudi, Hayat Benkirane ,
Zineb Benjdida , Naima Waal , Ghislane Chana, Fatima bouifergane …
Je ne peux trouver les mots justes et sincères pour vous
exprimer mon affection et mes pensées, vous êtes pour moi des
frères, sœurs et des amis sur qui je peux compter.
En témoignage de l’amitié qui nous uni et des souvenirs de
tous les moments que nous avons passé ensemble, je vous dédie
ce travail et je vous souhaite une vie pleine de santé et de
A notre maître et président de thèse
Monsieur le professeur MIMOUN ZOUHDI

Professeur de Microbiologie.

Veuillez trouver ici l’expression de notre respectueuse


considération et notre profonde admiration pour toutes vos
qualités scientifiques et humaines.
Ce travail est pour nous l’occasion de vous témoigner
notre profonde gratitude.

A notre maître et rapporteur de thèse

Mr le professeur LAATIRIS ABDELKADER


Professeur de Pharmacie Galénique.

Vous avez bien voulu nous confier ce travail riche d’intérêt et


nous guider à chaque étape de sa réalisation.
Vous nous avez toujours réservé le meilleur accueil, malgré vos
obligations professionnelles.
Vos encouragements inlassables, votre amabilité, votre
gentillesse méritent toute admiration.
Nous saisissons cette occasion pour vous exprimer notre
profonde gratitude tout en vous témoignant notre respect.
A notre maître et juge de thèse

Monsieur le professeur BELMEKKI ABDELKADER


Professeur d’Hématologie.

Vous nous faites l’honneur d’accepter avec une très


grande amabilité de siéger parmi notre jury de thèse.
Veuillez accepter ce travail maître, en gage de notre
grand respect et notre profonde reconnaissance.

A notre maître et juge de thèse


Madame le professeur TELLAL SAIDA

Professeur DE Biochimie.

Vous nous avez honorés d’accepter avec grande


sympathie de siéger parmi notre jury de thèse.
Veuillez trouvez ici l’expression de notre grand respect et nos
vifs remerciements.
bonheur.
Remerciements
Nous tenons tout d’abord à remercier Dieu le tout puissant et miséricordieux, qui nous a
donné la force et la patience d’accomplir ce Modeste travail.

Je souhaitais adresser mes remerciements les plus sincères aux personnes qui m’ont apporté
leur aide et qui ont contribué à l’élaboration de ce mémoire ainsi qu’à la réussite de cette
formidable année universitaire.
A notre maître, Président de Jury :
Monsieur le Professeur M. ZOUHDI
Professeur de Microbiologie
Chef du service de Bactériologie – Sérologie A CHU IBN SINA-
RABAT-

Votre gentillesse extrême, votre compétence pratique, vos qualités humaines

et professionnelles, ainsi que votre compréhension à l’égard des étudiants, nous

inspirent une grande admiration et un profond respect.

En présidant ce jury, vous nous faites un grand honneur, nous vous

remercions énormément.

Que ce travail soit un témoignage de notre profonde gratitude.


A notre maître et rapporteur de thèse :
Monsieur le Professeur ABDELKADER LAATIRIS
Professeur de Pharmacie Galénique
Chef de la Division Recherche Scientifique
Inspection du Service de Santé des Forces Armées Royales A
l’HMIMV-RABAT.

Aucune dédicace ne saurait exprimer la reconnaissance que nous vous

devons :

Durant nos années d’étude nous avons pu apprécier votre droiture, votre

dynamisme, et vos grandes qualités humaines.

Nous avons eu la chance et le privilège d’être parmi vos étudiants et de profiter

de votre enseignement de qualité et de votre sagesse.

Veuillez accepter ici, cher maître, l’expression de notre gratitude et l’expression

de notre profonde reconnaissance.


A notre maître, et juge de thèse:
Monsieur le Professeur A. BELMIKKI
Professeur d’Hématologie

Nous sommes très émus par la spontanéité avec laquelle vous avez accepté de

juger notre travail, et très honoré par votre présence parmi notre jury de thèse.

Nous vous remercions pour l’intérêt que vous avez manifesté pour notre

travail.

Nous avons apprécié votre sympathie et vos qualités humaines. C’est pour nous

l’occasion de vous témoigner estime et respect.

Trouvez ici, le témoignage de notre profonde et sincère gratitude.


A notre maître, et juge de thèse:
Madame le Professeur S. TELLAL
Professeur de Biochimie
Chef du Service Instruction A l’HMIMV-RABAT.

Nous vous remercions du grand honneur que vous nous faites en acceptant de

faire partie du jury de notre thèse.

Au cours de notre étude, nous avons bénéficié de votre enseignement riche et

important. C’est pour nous l’occasion de vous témoigner estime et respect.

Veuillez accepter ici, cher maître, l’expression de notre gratitude et de notre

profonde reconnaissance.
LISTE DES ABREVIATIONS

FHL : Film HydroLipidique

MNF : Natural Moisturizing Factor: facteur naturel d’hydratation

DHT : DiHydroTestosterone

FHL ou FCS : Film Cutané de Surface

UV : UltraViolet

GAG : GlucosAminoGlycanes

AA : Acides Aminés

PCA : Acide Pyrrolidone Carboxylique

AHA : Alpha Hydroxy Acide

PIE : Perte Insensible en Eau

E/H : Eau Dans Huile

H/E : Huile Dans Eau

DIA : Drug In Adhesif : adhésif actif

PA : Principe Actif

SCCP : Scientific committee on consumer products : comité scientifique des


produits de consommation

OCDE : Organization for Economic Cooperation and Development:


organization de cooperation et de dévelopement économiques

CIT : Thérapie d’induction de collagéne

VC : Vieillissement Cutané

PV : Photo-Vieillissement

MMP : Matrice Métalloproteinase


CE : Communauté Européenne

PP : Produit Publicité

CEE : Communauté Economique Européenne

EEMCO Group : European group of Efficacy Measurements on Cosmetics ans Other


Topical products : groupe européen sur les mesures d’efficacité de
cosmétiques et d’autres produits topiques .

DGCCRF : Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la


Répression des Fraudes

ANSM : Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de


santé

REACH : Registration, Evaluation and Authorization of CHemicals :


Enregistrement, Evaluation, autorisation et restriction des produits
chimiques

AEPC : Agence Européenne des Produits Chimiques

INCI : International Nomenclature of Cosmetics Ingredients

CTFA : Cosmetic , Toiletry and Fragrance Association: Association des


cosmétiques , produits de toilette et parfums

CI : Color Index

PEG : PolyEthylène Glycol

CMR : Cancérogène, Mutagène, reprotoxique

CAP : Centre AntiPoison

DGS : Direction Générale de la Santé

NOAEL : No Adverse Effect Level : niveau sans effet nocif observé

ISO : International Organisation for Standardization: organization


internationnale de normalisation

COFRAC : COmité fRancais d’ACcréditation

GERDA : Groupe d’Etude de Recherche en Dermatologie et Allergologie


L : Lipophile

H : Hydrophile

AQP : Aquaporine

LOXL : Lysine OXydase Like

DEFI : Dispositif Exclusif Formule Intacte

PCNa : Pyrrolidone Carboxylate de Sodium

AGPI : Acides Gras PolyInsaturés

JDE : Jonctio Dermo-Epidermique

ARL : AntiRadicaux Libres

EDTA : Ethylène Diamine TetraAcétique

SAB : Sérum Albumine Bovine

MSH : Melanin Stimulating Hormone

EPA : Acide EicosaPentaénoique

DHA : Acide DocosaHexaénoique

AGE : Acide Gras Essentiels

PPS : Produits de Protection Solaire

IR : InfraRouge

KA : Kératose Actinique

FPS : Facteur de Protection Solaire

PABA : Acide ParaAminoBenzoique


LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX
Figure 1 : Coupe de la peau
Figure 2 : Schéma de la structure de l’épiderme
Figure 3 : Les annexes cutanées
Figure 4 : Structure de la glande sébacée
Figure 5 : Composition de la sueur
Figure 6 : Représentation en « brique et mortier » du stratum corneum et voies
de passage
Figure 7 : Schéma d’une cellule de diffusion de Franz
Figure 8 : Sonde de microdialyse
Figure 9 : Variation des épaisseurs cutanées et des rapports anatomiques selon
la topographie faciale
Figure 10 : Les poches prémalaires
Figure 11a et 11b : vieillissement chronologique, chez le sujet jeune (a) et un
sujet (b)
Figure 12 : Photo-vieillissement. La peau citréine est parcourue de rides
profondes
Figure 13 : Photovieillissement. Altérations de l’étage supérieur de la peau
correspondant au niveau de pénétration des UV (UVB pénétrant l’épiderme,
UVA, moins énergétiques, mais pénétrant l’épiderme et toute la hauteur du
derme papillaire). Épiderme atrophique, derme occupé par de grosses masses
élastosiques orcéinophiles ne respectant que l’espace de Grenz sous l’épiderme.
Figure 14 : Exemple d’étiquetage d’un produit cosmétique
Figure 15 : Exemple d’une formule d’un produit cosmétique en dénomination
INCI
Figure 16 : Classes des produits cosmétiques
Figure 17 : Les formes galéniques utilisées pour les soins du visage
Figure 18 : Emulsion multiple, A : émulsion eau dans huile dans eau, B :
émulsion huile dans eau dans huile
Figure 19 : Composition d’un produit cosmétique
Tableau I : Valeurs moyennes d’épaisseur cutanée selon les sites corporels (en
mm)
Tableau II : Principales classes pharmacologiques à usage dermatologique
administrées par voie topique
Tableau III : Substances chimiques accélerant la penetration cutanée
Tableau IV : Tests d’irritation
Tableau V : Soins hydratants disponibles en officine
Tableau VI : Produits de gommage pour visage adaptés à tous les types de
peaux
Tableau VII : Produits de gommage pour visage adaptées aux peaux mixtes
Tableau VIII : Quelques soins pour les lèvres disponibles en pharmacie
Tableau IX : Soins cosmétiques destinés aux peaux réactives
Tableau X : Soins cosmétiques du contour de l’œil disponibles en officine
Tableau XI : Soins pour peaux sensibles sujettes aux rougeurs
LISTE DES ANNEXES

ANNEXE I : Fiche de déclaration d’effet indésirable suite à l’utilisation d’un


produit cosmétique au MAROC

ANNEXE II : Fiche de déclaration d’effet indésirable suite à l’utilisation d’un


produit cosmétique en FRANCE
Introduction

Chapitre I : La Peau

1. Structure de la peau
a) Généralités
b) Constitution des différentes couches
i. L’épiderme
1. Les kératinocytes
2. Les mélanocytes
3. Les cellules de Langerhans
4. Les cellules de Mekel
ii. La jonction dermo-épidermique
iii. Le derme et l’hypoderme
1. Le derme
2. L’hypoderme
iv. Le film hydro-lipidique de surface
v. Les annexes cutanées
a) Le follicule pileux et le poil
b) La glande sébacée
c) La glande sudoripare apocrine
d) Le muscle pilo-moteur

2. Vascularisation de la peau
3. pH cutané
4. Différents types de peau
1) Peau au fil des années
2) Peau normale
3) Peau grasse
4) Peau sèche
5) Peau mixte
6) Peau sensible
7) Peau sénescente
8) Peau de l’homme
i. Caractéristiques spécifiques de la peau de l’homme
ii. Caractéristiques physiologiques et fonctionnelles spécifiques
5. Facteurs qui influencent la morphologie de la peau
6. Rôles physiologiques de la peau
7. Hydratation cutanée

Chapitre II : la voie percutanée

1. Introduction à la physiologie de l’absorption cutanée


2. Facteurs influençant l’absorption
1) Facteurs liés à l’état de la peau humaine
2) Facteurs liés aux propriétés physico-chimiques du principe actif
3) Facteurs liés à la formulation
3. Modèle diffusionnel utilisé
4. Métabolisme des médicaments dans la peau
5. Méthodes d’études de l’absorption percutanée
6. Diffusion forcée :
1) Iontophorèse
2) Autres systèmes agissant par ouverture de pores ou par effraction
7. Conclusion

Chapitre III : la peau du visage


1. Les caractéristiques de la peau du visage
2. Les problèmes de la peau du visage
1) Taches et zones hyper-pigmentées
2) Boutons et autres imperfections
3) Teint terne
4) Cernes et les poches
3. Maladies de la peau du visage
4. Pénétration percutanée des produits cosmétiques

Chapitre VI : Les produits cosmétiques

1. Définition d’un produit cosmétique


2. Frontières entre cosmétiques et médicaments
1) Cosméceutiques ou cosmétiques actifs
2) Mise sur le marché
3. Catégories des produits cosmétiques
4. Réglementation des produits cosmétiques
a) La réglementation européenne
b) La réglementation marocaine : circulaire d’enregistrement des
produits cosmétiques
5. Cosmétovigilance
1) Présentation
2) Place du dermatologue dans la cosmétovigilance
3) Groupes de cosmétovigilance

Chapitre V : Soins du visage

1. Formes galéniques utilisées pour le soin du visage


2. Produits utilisés en soin du visage
1) Produits de gommage
2) Crèmes de soins
3) Masques
3. Composition d’un produit cosmétique
1) Actifs cosmétiques
2) Excipients utilisés
3) Additifs en cosmétologie
4. Les protections solaires
1) Filtres chimiques
2) Ecrans physiques
3) Formes galéniques
4) Autres constituants
5. Les avantages et les inconvénients des différentes formes galéniques pour
le soin du visage
6. Liste non exhaustive, citée dans le document à titre d’information sur
certains produits disponibles en officine
7. Conseils à l’officine

Conclusion

Résumé

Summary

‫ــــــــ‬

Rèfèrences bibliographiques
Introduction

L’histoire de l’humanité semble indissociable des produits cosmétiques. De


tout temps, ceux-ci ont été les alliés des femmes et, souvent aussi, des hommes.
Au fil des époques, les mœurs et les habitudes se sont bien sûr montrées très
différentes, mais les produits cosmétiques ont toujours été présents.

L’évolution de la cosmétologie est, depuis ces dernières années, considérable,


notamment par le nombre de nouvelles substances et de nouvelles formulations
qui apparaissent et par la pression de plus en plus forte de leur réglementation.
Le produit cosmétique n’est plus ce produit qui devait tout à l’artificiel, au faux-
semblant dans le but de donner l’illusion d’une réalité ou plutôt de cacher cette
réalité. La cosmétologie est devenue une science, s’appuyant sur des faits précis
d’ordre biologique et physicochimique et cette nouvelle conception s’est
définitivement imposée.

Depuis quelques années, le marché des cosmétiques ne cesse de croître,


d’évoluer, et devient de plus en plus concurrentiel.

Les formulations poussent toujours plus loin les limites de la chimie et de la


galénique pour découvrir, chaque jour, de nouvelles présentations. C’est
pourquoi les produits cosmétiques deviennent plus spécifiques, plus efficaces et
plus ciblés.

Cette évolution est à mettre en parallèle avec les modifications de


consommation du produit cosmétique ces dernières décennies. L’utilisation de
ces produits est en pleine croissance, et chaque consommateur emploie de
nombreux produits cosmétiques différents tout au long de la journée.
1
Le pharmacien d’officine tient une place importante dans le conseil cosmétique,
et il doit pouvoir répondre à la demande croissante concernant ce type de produit
et parfois considéré à tort comme convenant à tous les types de peaux.

2
Chapitre I: La peau

1. Structure de la peau
a) Généralités

Le tégument, composé de la peau et de ses annexes, constitue l’organe le plus


lourd du corps. Parmi les nombreuses fonctions de la peau, les suivantes sont
particulièrement importantes : protection contre les agressions physiques,
chimiques et biologiques ; constitution d’une barrière imperméable à l’eau ;
protection contre les rayons ultraviolets ; la synthèse de la vitamine D ;
excrétion de la sueur et régulation thermique ; surveillance du milieu extérieur
grâce aux nombreuses terminaisons nerveuses ; enfin la défense immunitaire de
l’organisme [1].

Peau

La peau est constituée d’un épithélium pavimenteux stratifié kératinisé de


surface, l’épiderme, et d’une couche plus profonde de tissu conjonctif, le derme.
L’épiderme et le derme s’interpénètrent et forment des crêtes épidermiques et
des papilles dermiques séparées par une membrane basale. Entre la peau et les
structures sous-jacentes se trouve un fascia appelé l’hypoderme (figure 1).

3
Figure 1 : Coupe de la peau

b) Constitution des différentes couches

1) L’épiderme

L'épiderme est un épithélium de revêtement, stratifié, pavimenteux et


kératinisé. Il est normalement constitué de 4 types de cellules :

Les kératinocytes représentent 80% des cellules épidermiques. Ils


proviennent de l’ectoderme. Ce sont eux qui en migrant de la profondeur vers la
surface donnent à l'épiderme ses caractéristiques morphologiques : stratification
en plusieurs couches et cellules superficielles pavimenteuses et anucléées. Les
autres cellules de l'épiderme (20%) sont dispersées entre les kératinocytes. Ce
sont les mélanocytes, les cellules de Langerhans et les cellules de Merkel. Les
mélanocytes et les cellules de Merkel proviennent des crêtes neurales alors que
les cellules de Langerhans ont pour origine la moelle hématopoïétique.

4
L’épiderme n’est pas vascularisé mais il contient des terminaisons nerveuses
sensitives. La présence d’autres types cellulaires dans l’épiderme est
pathologique.

1 : la couche cornée
(composée de cellules
énuclées)

2 : la couche granuleuse

3 : la couche muqueuse

4 : la couche cellulaire basale

5 : jonction avec le derme

Figure 2 : Schéma de la structure de l’épiderme :

i. Les kératinocytes

Les kératinocytes assurent trois grandes fonctions liées à des structures


morphologiquement individualisables :

la cohésion de l'épiderme et sa protection contre les agressions


mécaniques en rapport avec le cytosquelette et les systèmes de jonction
des kératinocytes entre eux

une fonction de barrière entre les milieux intérieur et extérieur en rapport


avec la différenciation terminale des kératinocytes en cornéocytes

5
la protection contre les radiations lumineuses.

Les kératinocytes de l'épiderme se répartissent dans 4 couches, dénommées de


la profondeur à la superficie: couche basale, couche spineuse, couche granuleuse
et couche cornée.

La couche basale est toujours constituée d’une seule assise cellulaire alors
que l’épaisseur des autres couches est variable, toujours relativement plus
importante en peau épaisse qu’en peau fine.

La couche basale est constituée d’une assise unique de kératinocytes


cylindriques, directement en contact avec la jonction dermo-épidermique.

Parmi les kératinocytes basaux se trouvent les cellules souches qui assurent le
renouvellement de l’épiderme, d’où la présence de cellules en mitose dans la
couche basale.

la couche spineuse est constituée de plusieurs assises de kératinocytes


polygonaux. Leurs contours apparaissent hérissés d’épines, d'où le nom
de couche spineuse . Ces épines correspondent aux desmosomes qui
accrochent les kératinocytes entre eux

la couche granuleuse est constituée de plusieurs assises de cellules


aplaties, au grand axe parallèle à la jonction dermo-épidermique.

L'apparition dans le cytoplasme des kératinocytes de granulations basophiles


est à l’origine de l’appellation couche granuleuse.

la couche cornée est constituée de plusieurs assises de cellules aplaties,


anucléées, appelées cornéocytes. La couche cornée est compacte en

6
profondeur au contact de la couche granuleuse, et desquamante en
superficie.

La migration des kératinocytes de la couche basale vers la couche cornée se


fait normalement en 3 à 4 semaines.

ii. Les mélanocytes

Les mélanocytes constituent la deuxième grande population cellulaire de


l’épiderme. Leur fonction est la synthèse des mélanines : phéomélanines et
eumélanines, dans des organites spécialisés, les mélanosomes qui sont ensuite
transférés aux kératinocytes. Les mélanines ont à leur tour deux fonctions:

(1) Elles donnent à la peau sa "couleur", les phéomélanines étant des


pigments jaunes-rouges et les eumélanines, des pigments brun-noirs,

(2) Les eumélanines ont un rôle photo-protecteur. En revanche, sous l'action


des radiations lumineuses, les phéomélanines sont carcinogènes. La
pigmentation constitutive de la peau s’oppose à la pigmentation « facultative »
communément appelée bronzage qui apparaît après irradiation par les
ultraviolets.

iii. Les cellules de Langerhans

Les cellules de Langerhans, troisième population cellulaire de l’épiderme,


représentent 3 à 8% des cellules épidermiques. Leur densité varie de 200 à 1 000
cellules/mm2 selon leur localisation anatomique. Elles appartiennent au groupe
des cellules dendritiques présentatrices d'antigènes aux lymphocytes T,
transépithéliales. Les cellules de Langerhans, produites au niveau des organes
hématopoïètiques, migrent vers l’épiderme où elles vont capturer les

7
exoantigènes, les transformer et les ré-exprimer en surface avec les molécules de
classe II du CMH. Elles vont ensuite rejoindre les ganglions lymphatiques où
elles présentent l'antigène aux lymphocytes T CD4+.

iv. Les cellules de Merkel

Les cellules de Merkel constituent la quatrième population cellulaire de


l’épiderme. Elles ont des fonctions de mécanorécepteurs et des fonctions
inductives et trophiques sur les terminaisons nerveuses périphériques.

2) La jonction dermo-épidermique

La jonction dermo-épidermique comme son nom l'indique sépare l'épiderme


du derme. La complexité de sa structure et son importance fonctionnelle en font
une zone à part entière.

Elle est ondulée grâce à la forme que prennent les papilles dermiques. Elle
est interrompue à certains endroits par la progression des annexes cutanées vers
la surface. La jonction est élaborée par les kératinocytes basaux de l’épiderme et
les fibroblastes du derme.

La structure de la jonction dermo-épidermique est beaucoup plus complexe.


Examinée de l'épiderme vers le derme, elle comprend : la membrane
cytoplasmique des cellules basales de l'épiderme (kératinocytes, mélanocytes et
cellules de Merkel), la lamina lucida, la lamina densa .

Elle présente au niveau des kératinocytes basaux des complexes d'ancrage de


l'épiderme sur le derme, constitués par un hémidesmosome, des filaments
d’ancrage, un épaississement de la lamina densa, des fibrilles d’ancrage et des
plaques d’ancrage dermique , Les filaments d’ancrage traversent la lamina

8
lucida perpendiculairement à la membrane cytoplasmique des kératinocytes, en
regard des hémidesmosomes ; ils sont différents des fibrilles d'ancrage qui
naissent perpendiculairement de la lamina densa et plongent dans le derme. Ces
dernières s'enchevêtrent à leurs extrémités formant ainsi des boucles allant d'une
partie à l'autre de la lamina densa ou se terminent sur des structures dermiques
dites "plaques d'ancrage".

3) Le derme et l'hypoderme

Le derme et l'hypoderme sont des tissus conjonctifs richement vascularisés et


innervés. Ils sont constitués de trois catégories de fibres (élastiques, dites de «
collagène » et dites « de réticuline »), de deux catégories de cellules (fixes
d’origine mésenchymateuse et mobiles d’origine hématopoïétique) et de la
substance fondamentale. Derme et hypoderme forment une entité anatomo-
fonctionnelle.

i. Le derme

Il a en moyenne une épaisseur de1 à 2 mm ; il est particulièrement fin au


niveau des paupières et du prépuce et en revanche très épais au niveau des
plantes des pieds. Il comporte deux zones: le derme papillaire et le derme
réticulaire.

♣ Le derme papillaire, superficiel, mince, est constitué de l’ensemble des


papilles dermiques situées entre les crêtes épidermiques. Il est formé de tissu
conjonctif lâche avec des fibres de collagène, fines, isolées et orientées le
plus souvent perpendiculairement ou obliquement par rapport au plan de la
membrane basale, des fibres de réticuline, l'arborisation terminale du réseau
élastique, des fibroblastes, des cellules d’origine hématopoïétiques autour des

9
anses capillaires terminales des vaisseaux sanguins, les anses borgnes
lymphatiques, des terminaisons nerveuses et les récepteurs au tact que sont
les corpuscules de Meissner.
♣ Le derme réticulaire sous-jacent est d’épaisseur variable. Il est formé d'un
tissu conjonctif dense constitué essentiellement de fibres : les fibres de
collagène épaisses en gros faisceaux et les fibres élastiques s'entrecroisent
dans toutes les directions dans des plans grossièrement parallèles à la surface
cutanée. Le derme réticulaire contient aussi de petites artérioles, des veinules
et des glomus artério-veineux, des lymphatiques, des petits nerfs sensitifs et
du système nerveux autonome, des follicules pilo-sébacés et les muscles
arrecteurs des poils (sauf au niveau des paumes et des plantes) et enfin les
canaux excréteurs des glandes sudorales.

Le derme permet, par diffusion, d’assurer la nutrition de l’épiderme. Il joue


un rôle essentiel également dans la thermorégulation et la cicatrisation et
l’élimination par la sueur, riche en urée, de produits toxiques.

ii. L'hypoderme

Il est constitué de lobes eux-mêmes subdivisés en petits lobules graisseux de


tissu adipeux blanc séparés par des septums inter-lobulaires conjonctivo-
élastiques servant de passage aux vaisseaux et nerfs destinés au derme.
L'abondance du tissu adipeux varie avec les habitudes alimentaires mais aussi
les régions du corps et le sexe. L’hypoderme contient les récepteurs à la pression
de Vater-Pacini.

Il sert d’interface entre la peau et les structures mobiles en dessous (muscles,


tendons, ligaments,…) et protège aussi l’organisme contre les chocs. En outre, il
10
présente une réserve de graisse qui pourra être réquisitionnée par le corps en cas
de forte sous-alimentation. L’hypoderme a également un rôle très important de
manteau thermique.

Cette subdivision du derme et de l’hypoderme en plusieurs régions n’est pas


artificielle ; elle correspond à des phénomènes physiologiques et
physiopathologiques différents, sous-tendus par une vascularisation très
systématisée.

4) Le film hydrolipidique de surface

Le film hydrolipidique se situe à la surface de la peau. C’est une émulsion


hydrophile/lipophile. L’eau provient de l’excrétion sudorale et les lipides
émanent de la sécrétion des glandes sébacées et de lipides issus des corps
d’Oddland qui participent à la cohésion des cornéocytes.

Ce film joue principalement un rôle dans le maintien du pH cutané. Il


participe minimalement à la fonction barrière de l’épiderme. Il a également un
rôle esthétique. Sa composition lipidique peut, si elle est en excès, donner à la
peau un aspect luisant et huileux disgracieux. Il permet, enfin, de maintenir la
souplesse de la peau.

5) Les annexes cutanées

Les annexes cutanées sont localisées dans le derme, elles sont au nombre de
trois : l’appareil pilo-sébacé, l’appareil sudoripare eccrine et l’appareil ungéal.
On ne parlera pas de ce dernier car il ne concerne pas le thème principal de notre
sujet.

11
Figure 3 : Les annexes cutanées

L’appareil pilo-sébacé

Le follicule pileux prend naissance dans le derme. Il traverse l’épiderme et


s’abouche à la surface de la peau par l’orifice pilo-sébacé. La partie du poil alors
visible sera nommée tige pilaire.

Il existe trois annexes au follicule pileux :


- le muscle pilomoteur qui s’insère dans le follicule au niveau du bulge
- la glande sébacée qui communique avec le follicule par un petit canal
- la glande sudoripare apocrine que l’on retrouvera seulement dans certaines
régions de notre corps.

12
a. Le follicule pileux et le poil
La surface cutanée est truffée de poils. En effet, chaque individu possède
environ 5 000 000 de poils dont 1/5ème se situe sur notre tête et 100 000
à 150 000 d’entre eux sont plus précisément appelés cheveux. Le follicule pileux
est innervé et vascularisé.

Structure du poil
Plusieurs constituants sont présents au niveau du poil :
-> Les gaines folliculaires
On distingue la gaine folliculaire interne, la plus proche du poil, de la gaine
folliculaire externe qui entoure le follicule pileux.
-> L’infundibulum pilaire ou canal pilaire
Il relie la glande sébacée au follicule pileux et n’est entouré que par la gaine
folliculaire
-> La tige pilaire
C’est la partie visible du poil [2, 3, 4, 6, 7].

Rôle des poils


Le rôle principal des poils est la lutte contre le froid. Toutefois cette propriété
se trouve amoindrie chez les humains contrairement aux animaux qui possèdent
des poils en abondance [2, 6, 7].

b. La glande sébacée
Les glandes sébacées sont généralement reliées au follicule pileux par le canal
pilaire. Parfois elles sont libres et débouchent directement à la surface cutanée,
c’est le cas au niveau des lèvres et à la base des cils par exemple.

13
Les régions glabres sont dépourvues de glandes sébacées.

La densité de répartition des glandes sébacées est variable. Sur le visage, on


les retrouve volumineuses et en grande quantité au niveau de la région médio-
faciale (front, nez, menton) [2, 3, 6, 7].

Figure 4 : Structure de la glande sébacée

Structure et physiologie de la glande sébacée

Les cellules situées en périphérie (dans le prolongement de la couche basale


épidermique) de la glande constituent la couche germinative. Elles se divisent.
Les cellules naissantes vont synthétiser des lipides qui seront chargés dans des

14
vésicules cytoplasmiques. Ces vésicules vont migrer vers le centre de la glande
formé par le canal excréteur. Et arrivé à proximité du canal excréteur,
le sébocyte va éclater et déverser son contenu dans ce canal. Le sébum qui va
s’y écouler n’est autre qu’un mélange de lipides vésiculaires et de débris
cellulaires [2, 3, 6, 7].

Le sébum
La production de sébum débute à la puberté sous l’action des androgènes. Elle
atteint son maximum à l’âge adulte puis va décroître passée la cinquantaine. Le
sébum s’écoule vers la surface cutanée par le follicule pileux. [2, 3, 4, 5, 6, 7]

Fonctions de la glande sébacée


Le sébum, de par sa composition, va empêcher les poils de devenir secs et
cassants.

Il prévient l’évaporation de l’eau à la surface de l’épiderme et assure à la peau


une douceur et une souplesse.

Les acides gras qui composent le sébum sont en partie responsables de


l’acidité du pH. Cette acidité permet un contrôle de la population bactérienne
résidente en limitant le développement de la flore pathogène. [2, 6, 7]

c. La glande sudoripare apocrine


La glande sudoripare apocrine est composée d’un peloton sécrétoire situé
dans le derme profond et d’un canal excréteur dermique qui rejoint le follicule
au-dessus de l’infundibulum pilaire.

Présentes dès la naissance, ces glandes ne seront fonctionnelles qu’à partir de


la puberté et leur activité décroîtra au fil des années.

15
Les glandes sudoripares apocrines vont sécréter un liquide lipidique et
protéique visqueux. Les lipides seront hydrolysés en surface par les bactéries de
la flore résidente et les acides gras alors synthétisés seront odorants. On dit que
l’odeur qu’ils dégagent serait propre à chaque individu.

Cette glande, comme la glande sébacée, est dite exocrine car elle déverse ses
produits de sécrétion à la surface de la peau. C’est également une
glande apocrine car son produit de sécrétion est expulsé avec une partie de la
cellule qui le contient. [2, 3, 5, 6, 7]

d. Le muscle pilo-moteur
Il s’étend du derme papillaire jusqu’au follicule pileux. On l’appelle aussi
muscle arecteur du poil.

Lors d’un stress physiologique, tel que le froid, ou psychologique, tel que la
peur, les terminaisons nerveuses qui innervent le muscle vont provoquer la
contraction de ce dernier. Cette contraction se manifeste par un redressement des
poils perpendiculairement à la surface cutanée. Ce phénomène est appelé plus
communément « chair de poule ». [2, 3, 6, 7]

L’appareil sudoripare eccrine

La glande qui constitue cet appareil est dite eccrine. De plus, elle
est mérocrine car contrairement aux glandes apocrines, le produit de sécrétion
est expulsé sans altérer ses cellules.

16
Les glandes sudoripares eccrines sont beaucoup plus nombreuses que les
glandes apocrines. Sur le visage, elles sont abondantes au niveau du front et des
joues. [2, 3, 5, 6, 7]

Structure de la glande sudoripare eccrine

Le glomérule sudoripare se situe soit dans le derme réticulaire, soit plus bas
au niveau de la jonction derme-hypoderme. Il se prolonge par un conduit
sudorifère qui traverse le derme et l’épiderme pour s’ouvrir par un pore à la
surface de la peau.

Les glandes sudoripares eccrines ont pour fonction principale la sécrétion de


sueur. [2, 3, 5, 6, 7]

La sueur

La production de sueur est variable, de quelques millilitres par jour à deux à


trois litres par heure lors de conditions extrêmes.

La sueur est synthétisée à partir du plasma : on parle de sueur primitive. Elle


est principalement composée d’eau et de sodium. Ensuite la composition de la
sueur va changer tout au long de son trajet canalaire. La sueur définitive sera
hypotonique au plasma.

17
Figure 5 : Composition de la sueur

Le pH sudoral varie entre 5 (sudation faible) et 6,8 (sudation intense).

La production de sueur permet à l’organisme d’éliminer de la chaleur dans le


milieu ambiant, assurant la thermorégulation.

En cas d’urgences thermiques telles qu’une augmentation de température


extérieure (supérieure à la température corporelle) ou des exercices physiques
intenses, l’hypothalamus va stimuler les glandes afin qu’elles sécrètent
beaucoup de sueur : c’est ce qu’on appelle la transpiration. Une réponse
sudorale peut également être mise en place face à certains stimuli émotionnels.

La sueur a aussi une fonction immunitaire car elle renferme des substances
bactéricides. [2, 5, 6, 7]

2. Vascularisation de la peau

La peau et en particulier le derme, contient un réseau extrêmement abondant


de vaisseaux sanguins (artères, capillaires, veines) et lymphatiques ; mais aucun
ne pénètre dans l’épiderme. L’apport de sang artériel, riche en O2 et matériaux
nutritifs, est assuré par les artères sous cutanées (cutanées ou musculocutanées).

18
De grosses collatérales s’en détachent 1 et montent dans le derme en
empruntant des cloisons qui séparent les lobules graisseux de l’hypoderme.
Au niveau de la jonction dermo-hypodermique, ces artères forment le plexus
artériel dermique profond.
De là naissent des artérioles qui montent verticalement dans le derme, en
diminuant de calibre. Elles forment le plexus sous-papillaire, duquel se détache
l’ANSE CAPILLAIRE que l’on retrouve dans chaque papille.
Le segment intra-papillaire du capillaire est de type artériel.
Le segment extra-papillaire du capillaire comporte un segment ascendant de
type artériel et un segment descendant de type veineux.
Ces capillaires de type veineux ont été décrits à proximité des glandes
sudorales eccrines et des bulbes pilaires.
Les veines suivent un trajet parallèle aux voies artérielles.
Le système capillaire permet de faire la jonction entre le réseau artériel et
veineux.
Chaque papille possède également son lymphatique.
Les lymphatiques n’ont aucune communication avec les vaisseaux sanguins.
Les voies de drainage de la lymphe suivent cependant le drainage veineux Les
vaisseaux lymphatiques se forment au niveau des papilles et vont se déverser
dans le plexus dermique profond, puis dans le plexus profond de l’hypoderme.

La circulation cutanée a 2 rôles principaux :


régulation thermique
nutrition de la peau

La régulation thermique
Est principalement sous contrôle nerveux.

19
Les artérioles, et surtout les veinules dermiques sont sous le contrôle du
réseau nerveux orthosympathique adrénergique. Ce réseau est responsable d’une
vasomotricité permanente active. La peau possède également un système
vasodilatateur.

Lorsque la température de la peau varie, le débit sanguin varie


proportionnellement à la variation de la température cutanée. La régulation du
débit sanguin cutané se fait à partir d’un centre thermorégulateur :
l’HYPOTHALAMUS, qui est sensible à la température cutanée et reliée au
système orthosympathique cutané.

* L’exposition au froid va entraîner une vasoconstriction qui minimise les pertes


de chaleur :

Il y a augmentation du tonus orthosympathique par un réflexe qui prend


source au niveau des thermorécepteurs cutanés. Il y a alors fermeture des
anastomoses artério-veineuses

*Au contraire, une exposition à la chaleur entraîne une vasodilatation cutanée


qui favorise une perte importante de chaleur. Dans ce cas, il y a diminution du
tonus orthosympathique et ouverture des anastomoses artério-veineuses.

Cette vasodilatation est en fait efficace seulement si la température ambiante est


<35°C.

Au delà, la thermorégulation se fait par les glandes sudoripares. Cette


sudation est provoquée et entretenue par un mécanisme réflexe à point de départ
cutané. Elle se fait par stimulation cholinergique, et peut aller de 0 jusqu’à 4
litres/jour.

20
Notons qu’il existe 2 types de récepteurs thermiques :

- récepteurs au chaud répondent aux températures > 30-35°

- récepteurs au froid < 30°

La vasomotricité nerveuse joue un rôle dans la régulation de la pression


artérielle ; les réflexes mis en jeu prennent leur source au niveau des
barorécepteurs artériels et cardio-pulmonaires ainsi que des chémorécepteurs.
Pâleur cutanée des états de choc.

Nutrition de la peau

C’est l’apport O2 et de nutriments.


Dans les conditions basales, la différence artério-veineuse en oxygène est
faible dans la circulation cutanée. Ainsi, même en cas de vasoconstriction
cutanée extrême, la consommation d’oxygène de la peau ne subit pas de
réduction, elle serait maintenue constante grâce à la seule augmentation de
l’extraction d’oxygène.
Il y a donc une réserve fonctionnelle, en nutriments, considérable dans la
circulation cutanée ; ceci explique que la vasoconstriction intense, nécessaire à
la thermorégulation, ne compromet par la vitalité de la peau

Conclusion : La circulation cutanée est donc au service : de la nutrition


cutanée de la thermorégulation

Sa régulation est au service de la régulation de la Pression Artérielle.

21
3. Le pH cutané

Le pH de la surface cutanée est acide, il se situe généralement entre 4 et 7.


Cette acidité limite la multiplication des germes pathogènes tout en préservant le
développement de la flore résidente. Plusieurs éléments sont responsables de
l’acidité de ce pH :

 les acides gras libres qui composent le sébum.


 la dégradation de la filaggrine, initialement contenue dans les granules de
kératohyalline, par des hydrolases épidermiques va générer la formation
de plusieurs acides responsables également de la valeur du pH cutané :
l’acide urocanique, l’acide pyrrolidone carboxylique, l’acide lactique, etc.
 la sueur peut modifier le pH de la peau car entrent dans sa composition
quelques substances acides : l’acide lactique, l’acide undécylénique et
l’acide urocanique.

La peau dispose d’un pourvoir tampon qui permet de rétablir rapidement le


pH physiologique en cas d’agressions extérieures. [2, 5, 6, 7]

4. Les différents types de peau

Chaque individu a sa propre peau. Il existe plusieurs types de peau: la peau


normale, la peau grasse, la peau sèche et la peau mixte. La peau sensible est un
état qui peut concerner l’ensemble des types de peau cités ci-avant.

La peau des hommes présente quelques différences par rapport à celle des
femmes et les attentes vis-à-vis des produits cosmétiques ne sont pas les mêmes.

Quel que soit son type, la peau va vieillir au fur et à mesure : elle
est sénescente.

22
a. La peau au fil des années

 Bébés et jeunes enfants

La peau des bébés est sensiblement identique à celle des adultes mais toutes
les structures ne sont pas encore fonctionnelles.

La couche cornée étant plus fine et presque inexistante chez les prématurés,
leur peau est perméable et très fragile.

Les mélanocytes ne produisent pas encore de mélanine. La peau du bébé est


donc claire et vulnérable aux agressions par les radiations solaires.

Le derme est moins développé mais il est très riche en protéoglycanes, son
hydratation est donc plus que correcte.

Les glandes sébacées sont fonctionnelles in-utero grâce à l’apport des


hormones masculines par la mère. A la naissance, la peau du nouveau-né est
recouverte d’un enduit de protection blanchâtre issu de cette sécrétion, c’est
le vernix caseosa qui disparaîtra dans les 1ers jours. La sécrétion sébacée va
progressivement diminuer jusqu’à s’arrêter. Le sébum manquant, le film FHL
s’en trouve déficient et la sécheresse cutanée s’installe plus ou moins
intensément. D’autre part, le processus naturel de régulation thermique est
défaillant, la peau est donc extrêmement sensible aux agressions climatiques.

L’ensemble de ces dysfonctionnements va contribuer à une fragilité nette de


la fonction barrière. La peau du bébé doit être protégée en permanence.

23
La peau de l’enfant reste une peau fine, délicate et fragile. Néanmoins, elle
devient progressivement mature, sa fonction de résistance se renforce. [3,5, 6, 8,
12,13]

 Adolescents
Au début de la puberté, les gonades commencent à sécréter des hormones
sexuelles féminines (œstrogènes et progestérones) et masculines (androgènes).

Les androgènes contrôlent et stimulent la production du sébum. Ainsi, dès


l’adolescence les glandes sébacées deviennent plus volumineuses et plus
nombreuses, une séborrhée (augmentation anormale de la sécrétion de sébum)
peut apparaître et devenir importante. Ceci est dû le plus souvent à une
hypersensibilité des glandes sébacées aux hormones masculines et plus rarement
à une exagération de leur sécrétion.

Plus de 80% des jeunes sont touchés par l’acné de façon plus ou moins
importante, principalement les garçons.

 Adultes
De nombreux facteurs vont influencer l’état de la peau. Il existe plusieurs
types de peau. Par ailleurs, certaines pathologies dermatologiques vont atteindre
le visage : dermatite atopique, rosacée, dermite séborrhéique, etc.

 Femmes enceintes
Au cours de la grossesse, la peau se modifie sous l’influence de
l’augmentation des sécrétions hormonales féminines (œstrogènes et
progestérone) et masculines (androgènes d’origine surrénalienne).

Généralement la peau est plus fine, plus sèche, plus sensible et plus
facilement irritable. L’activité sécrétoire des glandes sébacées peut se renforcer

24
dès le début de la grossesse et éventuellement jusqu’à l’accouchement.
L’apparition d’acné chez la femme enceinte est donc fortement possible.

Modification de pigmentation de la peau


Les naevus (grains de beauté) peuvent se modifier (augmentation de taille,
changement de couleur), les cicatrices également.

Un masque de grossesse (mélasma ou chloasma) peut apparaître en deuxième


partie de grossesse, surtout chez les femmes à peau mate. Ce sont des macules
brunâtres qui touchent le front, les joues, le menton et sont dues à une
surproduction de mélanine par les mélanocytes. L’effet photo-sensibilisant des
hormones œstrogèniques et progestative explique l’apparition de ces tâches.
Normalement, ce masque disparaît spontanément après l’accouchement.
L’apparition de mélasma est fortement favorisée par l’exposition solaire.

Modification vasculaire
Les sécrétions oestrogéniques fragilisent les parois des veines qui sont en plus
fortement dilatées. Les angiomes stellaires sont des petites tâches rouges en
forme d’étoile pouvant faire leur apparition entre le 2ème et 5ème mois de
grossesse au niveau du visage et des mains.

 Ménopause
La ménopause va accélérer le vieillissement chronologique. Dès la
préménopause des bouleversements hormonaux s’observent, l’activité ovarienne
va s’arrêter, les hormones féminines ne sont plus sécrétées.

Les œstrogènes ont des récepteurs dans le derme. Leur perte va provoquer la
diminution de synthèse des fibroblastes qui aura pour conséquence un défaut de

25
production des fibres élastiques, des faisceaux de collagène et des
macromolécules de la substance fondamentale. La pauvreté en collagène va
provoquer un amincissement de la peau et une perte de tonicité, de fermeté. La
capacité de rétention d’eau des glycosaminoglycanes sera affaiblie, la peau
se déshydrate.

b. La peau normale

La peau normale est considérée comme étant la peau idéale car elle ne
présente aucun problème. Elle est claire, le grain de peau est très fin et serré.
Elle est ferme, lisse et veloutée au toucher. Elle jouit des propriétés de souplesse
et d’élasticité. C’est la peau que l’on retrouve chez le bébé et le jeune enfant. Il
est rare de la rencontrer chez l’adulte. [3,7, 8, 11,13]

c. La peau grasse

Elle se caractérise par une hypersécrétion de sébum au niveau des glandes


sébacées donnant à la peau un aspect brillant.

Cette séborrhée se développe préférentiellement pendant l’adolescence mais


également lors de la grossesse et la pré-ménopause. Cet état peut perdurer
quelques années mais il tend souvent à se normaliser avec l’âge.

La peau grasse concerne surtout les régions riches en glandes sébacées, soient
le visage, le thorax, le haut du dos. Sur le visage, cela concerne principalement
la région médio-faciale (front, nez et menton). La surproduction de sébum est
responsable de l’augmentation de volume des glandes sébacées. Cette

26
augmentation se traduit par l’apparition de pores dilatés à la surface cutanée et
éventuellement de papules et comédons.

On distingue deux types de peau grasse, l’un n’exclut pas l’autre :

- la peau grasse à séborrhée fluente lorsque le sébum s’écoule


- la peau grasse à séborrhée rétentionnelle lorsque le sébum ne s’écoule pas.
Plusieurs facteurs sont à prendre en compte : l’hérédité, les changements
hormonaux, les troubles endocriniens, certaines maladies (épilepsie, maladie de
Parkinson) et l’environnement (milieux chaud et humide).
La peau grasse est un facteur de risque de développer une dermite
séborrhéique et une acné.

La peau grasse est une peau qui manque d’éclat. Le pli cutané est épais, la
peau est donc résistante, elle vieillit moins rapidement qu’une peau sèche. Elle
n’est pas sujette aux rides fines mais au cours du vieillissement des rides
profondes vont apparaître. [3, 5, 6, 8, 10, 11-12]

d. La peau sèche

La sécheresse (=xérose) de la peau est un phénomène qui survient


progressivement au cours du vieillissement cutané. Toutes les personnes âgées
ont la peau sèche. Toutefois cet état peut être plus précoce, plusieurs facteurs
entrent alors en jeu.

On remarque une altération de cohésion entre les cornéocytes dans la couche


desquamante. Au lieu de se détacher cellule par cellule, les cornéocytes se
libèrent paquet par paquet. Plusieurs causes sont à énoncer :

27
Une atteinte dans l’organisation lipidique suite à des défauts qualitatifs
et/ou quantitatifs de la composition des lipides intercornéocytaires et une
insuffisance de sécrétion sébacée. Or, ces lipides ont un effet occlusif qui
diminue l’évaporation d’eau à la surface cutanée. On peut énoncer plusieurs
facteurs de risque : l’usage des détergents, le climat hivernal (humidité
environnementale faible), l’âge, etc.

Un dysfonctionnement dans le processus de kératogenèse : on observe


une diminution de synthèse de la profilaggrine, la constitution du NMF s’en
trouve donc altérée et s’ensuit une déshydratation. Or, une bonne
hydratation est nécessaire au bon fonctionnement des enzymes responsables
de la dégradation des cornéodesmosomes et ainsi de la desquamation
cornéocytaire.

Il faut savoir que le terme de « peau alipidique » est couramment employé par
les laboratoires de cosmétologie. Une peau est dite alipidique lorsque la
sécrétion de sébum est insuffisante. Il faut faire la distinction entre une peau
alipidique et une peau sèche ou déshydratée. Une peau peut être à la fois
alipidique, par manque de sébum, et sèche par manque d’eau.

La peau sèche a plusieurs causes : une prédisposition génétique, l’âge, le


soleil, le vent, le froid, des médicaments. La dermatite atopique et le
psoriasis sont des maladies engendrant une peau sèche. [3,5, 6, 8, 10,11-12]

La peau a généralement un aspect terne et au toucher elle est rêche et


rugueuse. Elle est plutôt fine et manque de souplesse. Le grain de peau est serré,
les rides sont plus apparentes. La peau sèche est un type de peau qui vieillit plus

28
rapidement. La peau desquame jusqu’à se craqueler, des rougeurs peuvent
apparaître. Elle est sujette à des tiraillements et des picotements.

e. La peau mixte

La description de la peau mixte relève de la physiologie de notre système


tégumentaire et en particulier de la répartition de nos glandes sébacées. La peau
est luisante, brillante sur la partie médiane du visage (front, nez, menton). Mais,
contrairement à une peau grasse, la production sébacée n’est pas excessive. Et à
l’inverse, au niveau des joues la peau sera normale voire sèche. On parle
souvent de peau normale, à tord, pour exprimer une peau mixte. [3, 5, 6,11,
12,13]

Ce type de peau est celui que l’on rencontre chez environ 80% des 20 – 40
ans.

f. La peau sensible

La peau sensible peut concerner tous les types de peau. On la dénomme aussi
peau réactive, intolérante, fragile, délicate ou irritable. C’est une peau qui réagit
excessivement aux agressions extérieures. On peut distinguer quatre types de
peau sensible :

Type 1 : apparition de rougeurs consécutives à une prise d’aliments,


d’alcool ou induites par le stress.

29
Type 2 : apparition de rougeurs, picotements, tiraillements à cause de
facteurs environnementaux, de la pollution, de la climatisation, du froid,
du vent, des écarts de température.
Type 3 : apparition de rougeurs, picotements, tiraillements suite à
l’application de produits cosmétiques (attention ce n’est pas une allergie,
mais une intolérance).
Type 4 : éruption de « boutons » pendant les règles.
Un même individu peut être générateur d’un ou de plusieurs de ces types.

Ce phénomène s’explique par une altération de la barrière cutanée, une


perturbation de la circulation cutanée et un abaissement du seuil de tolérance. La
peau serait plus sensible aux stimuli extérieurs et les neurones sensoriels activés
libéreraient des médiateurs pro-inflammatoires.

Cette sensibilité de la peau peut être héréditaire.

Les peaux pathologiques sont généralement sensibles, en particulier les


peaux couperosiques et atopiques. [3, 5, 6,8, 10, 11-12]

Les manifestations de la peau sensible sont les suivantes : rougeurs


temporaires, couperose, desquamation fine, picotements, tiraillements,
démangeaisons. Elles sont rarement permanentes et ne concernent souvent
qu’une partie du visage.

g. La peau sénescente

La sénescence ou vieillissement est un processus physiologique attribué à la


lente dégradation des fonctions de l’organisme.

30
Le vieillissement est déterminé génétiquement, une grande variabilité inter-
individuelle existe. En général, le vieillissement cutané s’installe à partir de 25-
30 ans mais il s’accélère et devient manifeste vers l’âge de 50 ans. On parle
de vieillissement intrinsèque.

De nombreux facteurs extrinsèques peuvent être responsables d’un


vieillissement précoce. On oppose souvent le vieillissement intrinsèque au
vieillissement actinique causé par le soleil. On peut aussi évoquer le tabac, les
carences nutritionnelles, les maladies, les agressions environnementales :
pollution, vent, froid, etc. [3, 5, 6, 7,8, 9, 12]

h. La peau de l’homme

Les caractéristiques structurales, physiologiques et fonctionnelles de la peau


de l’homme ont été relativement peu étudiées jusqu’à ces dernières années. Elles
sont cependant nombreuses et permettent d’appréhender des besoins bien
spécifiques. Les dermatologues qui associent, depuis longtemps déjà,
médicaments et adjuvants cosmétiques ont vu l’offre des marques de
dermocosmétiques se compléter par des produits plus adaptés à la peau
masculine et aux habitudes de soins de ce nouveaux consommateur aux attentes
précises : facilités d’utilisation, textures légères, résultats rapides.

1. Caractéristiques spécifiques de la peau de l’homme

La peau de l’homme présente des caractéristiques aujourd’hui établies et dues


principalement à une influence hormonale. La sécrétion d’androgènes, beaucoup
plus élevée chez l’homme, explique le théâtre de différences structurales,
physiologiques et fonctionnelles.

31
Le taux de testostérone libre est 10 fois plus élevé chez l’homme que chez la
femme. La réceptivité cutanée aux androgènes est plus importante chez
l’homme et la 5α-reductase, indispensable à la transformation de testostérone en
dihydrotestosterone (DHT), est particulièrement active dans la peau et les
phanères masculines où elle est génétiquement surexprimée.

Caractéristiques structurales spécifiques

Les morphologies féminines et masculines étant différentes, les


caractéristiques immédiates de la peau diffèrent elles aussi sensiblement. Ainsi,
pour une surface de 1,8 m² , la peau masculine occupe un volume de 3,8 dm³
avec un poids de 5 kg alors que la peau féminine occupe un volume de 3,2 dm³
avec un poids de 4,3 kg. [14]

Tableau I – valeurs moyennes d’épaisseur cutanée selon les sites corporels


(en mm) :

Région Homme Femme


Visage (front et joue) 2,01 1,64
Nuque 2,09 1,92
Dos 2,62 2 ,33
Membre supérieur (bras et avant-bras, 1, 38 1,25
face antérieure et postérieure)
Membre inferieur (cuisse et jambe, 1,46 1,38
face antérieure et postérieure)

i. Epaisseur cutanée

L’épaisseur cutanée varie en fonction de la topographie, de l’âge et du sexe.


Les stéroïdes sexuels stimulants les activités prolifératives dermoepidermiques,
l’épaisseur est globalement plus importante chez l’homme (16% de plus) que
chez la femme, ce qui confère à la peau de l’homme une plus grande résistance.

32
Le tableau I présente des valeurs moyennes d’épaisseur cutanée selon les
sites corporels (valeurs en mm) d’après Agache.

Epiderme

L’épaisseur épidermique varie en fonction du sexe et aussi de l’âge.

Elle est chez l’homme de 63,2µm entre 20 et 30 ans et seulement de 34,4µm


entre 70 et 80 ans. Chez la femme, elle est de 49,15µm entre 20 et 30 ans et de
33,15µm entre 70 et 80 ans. [15,20]

Jonction dermoépidermique

Tidman constate que la lamina densa est plus fine chez la femme que chez
l’homme alors qu’il n’apparait aucune différence concernant la lamina lucida.

Derme

Les différentes études sont parfaitement concordantes sur le fait que le derme
est très significativement plus épais chez l’homme que chez la femme. La large
étude de Schuster sur biopsies montre que corrélativement à son épaisseur (à 20
ans : 2,3 mm chez l’homme conte 1,8mm chez la femme), le derme masculin
présente, à tous les âges, une densité de collagène plus importante,
vraisemblablement liée à l’influence androgénique. La relation linéaire entre
l’âge et la densité de collagène est quant à elle, la même dans les deux sexes.
[16]

Depuis peu, Humbert et al ont confirmé ces résultats de manière non invasive
grâce à l’échographie en mode β scan. Le derme masculin mesuré sur le visage
est significativement plus échogène (24à 32% de différence) quelle que soit la

33
zone, pommette ou front. En revanche, ces deux zones considérées dans le
même sexe ne présentent pas de différences significatives. [17]

ii. Microcirculation

Les spécificités masculines de la microcirculation cutanée sont mises en


évidence dans un travail récent d’Humbert et al. Les mesures morphologiques
effectuées en videocapillaroscopie montrent que la peau des hommes comprend
plus de capillaires que la peau des femmes avec une différence significative au
niveau de la pommette.

L’espace moyen intercapillaire y est aussi plus faible.

Les flux mesurés à l’aide du laser doppler à balayage sont plus importants
chez l’homme que chez la femme. Dans les deux sexes, les valeurs de flux sont
par ailleurs significativement plus élevées au niveau du front qu’au niveau de la
pommette. [17]

Dans une étude plus ancienne, Cooke attribue cette différence à des
mécanismes centraux plutôt qu’à des mécanismes locaux. [18]

2. Caractéristiques physiologiques et fonctionnelles spécifiques

i. Sécrétion sébacée

Chez l’homme, les glandes sébacées sont plus volumineuses et plus


nombreuses sur le visage, le cuir chevelu et les organes génitaux (400 à 900 /
cm²). La sécrétion sébacée est hormonodependante , notamment sous le contrôle
de la testostérone transformée par la 5α-réductase en dihydrotestosterone étant
10 fois plus élevé que chez la femme, la réceptivité cutanée aux androgènes y
est beaucoup plus importante. Le pourcentage des récepteurs positifs aux
34
androgènes sur les noyaux des sébocytes est plus élevé chez l’homme (65%) que
chez la femme (29%).

En revanche, la distribution des récepteurs aux androgènes est similaire dans


les deux sexes. [23]

La production de sébum est plus importante chez l’homme ; un taux


significativement plus élevé de lipides de surface a été mis en évidence sur le
front, la face dorsale des bras et la région post auriculaire, et l’index
séborrhéique est de l’ordre de 2 à 3 mg / 10 cm² / 3h, au lieu de 1,5 à 2 mg chez
la femme. Cette quantité plus élevée de lipides cutanés explique aisément que du
point de vus cosmétique, la peau masculine soit considérée comme une peau
« mixte » ou « grasse ». [19, 21,23]

Le film hydrolipidique (HLP), sorte de cosmétique naturel, est une émulsion


sueur-sébum. Sa composition et sa structure, à l’évidence dépendantes de la
production sébacée, semblent déterminantes dans la relation étroite qu’il
entretient avec le stratum corneum. [24]

ii. Propriétés biomécaniques

La peau de l’homme apparait plus hydratée que celle de la femme.

Les mesures réalisées au corneometre montrent une différence significative au


niveau de la pommette. Paradoxalement, les mesures de la perte insensible en
eau mettent en évidence des valeurs significativement plus élevées chez
l’homme que chez la femme.

L’épaisseur cutanée serait là encore la raison de tels résultats.

35
Concernant l’élasticité cutanée, les études ne sont pas toutes concordantes
mais il semble cependant que la peau des hommes soit plus élastique que celle
des femmes. Une différence significative est retrouvée par Humbert et al au
niveau de la pommette. Par ailleurs, chez l’homme comme chez la femme, les
valeurs varient selon le site anatomique et diminuent avec l’âge. [22]

iii. Couleur de la peau

Si l’on considère que la couleur de la peau est la résultante de la modification


du spectre de la lumière incidente par les trois types de pigment- mélanine,
caroténoïdes et hémoglobine- il est bien évident que la plus grande densité
vasculaire chez l’homme peut contribuer à une couleur de peau légèrement plus
foncée.

L’homme âgé présente une peau plus sombre que la femme âgée du fait d’un
taux plus important d’hémoglobine mesuré par colorimétrie et
spectrophotométrie, et d’un taux de pigment mélanique et de carotène plus
élevé. Ces différences sont probablement le fait d’une exposition au
rayonnement solaire plus intensive et moins protégée tout au long de la vie. [25]

iv. Vieillissement cutané

A partir des notions précédentes, on comprend qu’il puisse y avoir des


différences dans le vieillissement intrinsèque chez l’homme et la femme.

Un film HLP plus riche en lipides d’origine sébacée, une peau plus épaisse,
une amplitude de relief microdépressionnaire plus élevée, un meilleur etat
d’hydratation, une imprégnation hormonale particulièrement anabolisante
(testostérone) et plus durable au cours de la vie peuvent expliquer un
vieillissement cutané beaucoup plus tardif chez l’homme.
36
Cette différence sexuellement déterminée est nettement atténuée par le
vieillissement extrinsèque et le comportement peu préventif de l’homme
(environnement et comportement délétère : soleil, tabac, habitudes alimentaires
et rituel de rasage). Le vieillissement cutané est plus lent chez l’homme mais
souvent plus marqué avec des rides profondes qui sillonnent les parties
découvertes non protégées. Une peau plus épaisse et telangiectasique , des
taches et kératoses actiniques en grand nombre, voire des épithéliomas cutanés
représentent , plus souvent que chez la femme , le tableau clinique typique de
l’héliodermie .

A cote de l’apport des cosmétiques, la correction des habitudes s’impose donc


aussi chez l’homme pour conserver à la peau ses atouts physiologiques.

5. Les facteurs qui influencent la morphologie de peau

Ceux-ci sont de type aussi bien endogène qu'exogène. Parmi les facteurs
endogènes, on compte une prédisposition génétique à un certain type de peau, ou
bien une disposition aux maladies de peau comme par exemple la névrodermite
ou l'exéma. Contrairement au vieillissement tissulaire précoce qui est provoqué
par des facteurs exogènes, le vieillissement endogène biologique de la peau est
de source génétique. Ces caractéristiques se distinguent comme suit:

Une régénération et un renouvellement des cellules défaillants

Une réduction de la sécrétion lymphatique

Un durcissement du tissu conjonctif avec pour conséquence une réduction


de la faculté d'emmagasiner l'hydratation.

Une dégénérescence des fibres élastiques

37
Selon leur prédisposition, les être humains peuvent réagir au stress
(psychique) au travers d'une pathologie dermatologique. Le système hormonal
en particulier peut avoir des conséquences physiologiques; l'acné pubertaire par
exemple est conditionnée par des restructurations hormonales. [26]

Les facteurs exogènes c'est à dire extérieurs ont la plupart du temps pour
source l'environnement. On compte parmi eux:

La formation de radicaux libres, avant tout au travers de radiations d'UV,


ainsi que la consommation de tabac et d'alcool

Une sensibilité aux substances agressives comme par exemple l'alcaline

La température et l'humidité de l'air

Les radicaux libres très agressifs sont issus de rayons ultraviolets (UV)
puissants, de la pollution de l'environnement et ses méfaits, de médicaments, de
drogues comme l'alcool, aussi de l'ozone, de certains produits alimentaires et de
troubles du métabolisme causés par une mauvaise alimentation. Ceux-ci
déclenchent les processus oxydants dans les tissus et conduisent à des
dommages à l'intérieur des cellules et au niveau de la membrane cellulaire. Des
radicaux libres se forment dans l'épiderme, surtout au travers des UV. Une peau
exposée durant des années au soleil sans protection occasionne des dommages
chroniques et ainsi, à un vieillissement de peau prématuré.

L'utilisation de produits cosmétiques ou de nettoyage au pH neutre ou alcalin


diminue et épuise la faculté de neutralisation alcaline de la peau. Cela peut
provoquer un dessèchement de la peau et encourager les infections. Les enfants
en bas-âge ainsi que les personnes d'âge élevé présentent les symptômes de

38
diminution physiologique de la capacité de régulation de la peau; l'usage de
produits de lavage doit être considéré avec précaution.

La prise de douches très chaudes, trop fréquentes et trop longues mène à une
perte de la rétention d'eau propre à la peau. La peau se dessèche et devient
rugueuse.

La peau réagit au froid par un rétrécissement des vaisseaux sanguins (de la


peau) afin de protéger le corps d'une perte thermique. Un froid persistant réduit
l'élimination sébacée (du sébum) et conduit à un dessèchement de la peau.

Au sauna tout comme dans les pièces climatisées, les glandes sudoripares
produisent de la transpiration de façon accrue. Cette transpiration s'évapore
rapidement en raison de la chaleur et de l'air sec. Cela contribue aussi au
dessèchement de la peau. [26]

6. Rôles physiologiques de la peau

Protection contre les agressions extérieures


Maintien de la température corporelle
Perception de l’extérieur
Participation à l’immunité
Réserve sanguine
Synthèse de la vitamine D

Protection contre les agressions extérieures


La peau est une barrière physique, en particulier contre les microorganismes
mais également face aux liquides extérieurs, grâce à des caractéristiques de

39
semi-perméabilité. Enfin, sa pigmentation (plus ou moins importante) permet
d’assurer une certaine protection de l’organisme face aux rayons du soleil.

Maintien de la température corporelle


La température du corps est régulée en partie par la sudation (transpiration)
plus ou moins importante selon l’élévation ou non de la température interne.
Une forte sécrétion de sueur permet en effet un rafraichissement par évaporation
de surface. A l’inverse, en cas de froid, poils et cheveux permettent de créer une
zone isolante thermique en créant une couche d’air chaud entre poils et peau.
(Peu vrai chez l’homme néanmoins).

Perception de l’extérieur
La peau est très riche en terminaisons nerveuses, en particulier à l’extrémité
des doigts. Cette capacité (le toucher) permet à la peau d’être sensible à la
température, à la pression ainsi qu’à la douleur. Cette sensibilité est permise
grâce à de nombreux récepteurs de 4 types différents réagissent en fonction de
différents stimuli :

Récepteurs Merkel : pression lente – Récepteurs Meissner : pression rapide –


Récepteurs Ruffini : étirement – Récepteurs Pacini : Vibration rapide

La peau présente un rôle de nociception, c’est-à-dire, l’ensemble des réactions


psychologiques consécutives à l’activation des nocicepteurs (récepteurs à la
douleur) cutanés.

Participation à l’immunité
Les cellules dendritiques présentatrices d’antigènes (ou cellules de
Langerhans) de l’épiderme ont un rôle important dans la protection immunitaire.
Elles ne sont néanmoins pas considérées comme des cellules à proprement parlé
40
de l’épiderme puisqu’elles sont fabriquées dans la moelle osseuse avant d’y
migrer et de s’intercaler entre les kératinocytes.

Réserve sanguine
Le derme est particulièrement riche en vaisseaux sanguin. Cette
vascularisation élevée concentre à elle seul, près de 10% du volume sanguin
total.

Synthèse de la vitamine D
La peau participe à la synthèse de la vitamine D, grâce à l’exposition aux
rayons UV (soleil, lampes).La vitamine D permet l’équilibre calcique de
l’organisme. [26]

7. Hydratation cutanée

L’eau composante principale de la matière vivante, est une substance vitale,


indispensable aux échanges cellulaires et tissulaires, dont l’organisme a un
besoin permanent. [27]

Les teneurs moyennes en eau sont les suivantes :

Corps humain : 70% (homme femme, nouveau-né vieillard) ;

Peau : 70% (soit environ 8 litres chez l’adulte) ;

Hypoderme : 20%

Derme : 80%, c’est le réservoir en eau de l’organisme ;

Epiderme : 60 à 65% ;

Couche cornée : 10 à 15%.

41
L’état optimal d’hydratation de la couche cornée se situe aux alentours de
13%. Il conditionne les qualités mécaniques et esthétiques de la peau. Ce parfait
état d’hydratation nécessite sa totale intégrité. En l’absence de couche cornée, la
perte en eau serait de 8,5 L par jour au lieu de 0,5 L.

Une peau bien hydratée est résistante, souple, d’aspect agréable, lumineuse,
douce et lisse au toucher.

L’hydratation du derme, qui confère à la peau sa tonicité et sa turgescence, est


due à l’hydrophilie des proteoglycanes et des glycosaminoglycanes (GAG :
Acide hyaluronique, chondroitines sulfates, dermatane sulfate), capables de fixer
plusieurs centaines de fois leur poids d’eau. L’eau, bien que liée à ces
molécules, est très mobile et, par diffusion, se déplace vers la surface cutanée où
elle s’évapore au contact de l’air ambiant en fonction de son degré
hygrométrique (tant qu’il est inferieur à 80%), participant à la perspiration
insensible.

L’hydratation de la peau est le reflet de l’équilibre entre les apports et les pertes
en eau. Le maintien de cet équilibre nécessite :

* Des apports en eau suffisants (eau endogène surtout et eau exogène apportée
par l’hygrométrie de l’air) ;

* Des apports dans les corneocytes de substances hydrophiles capables de capter


l’eau et de la maintenir dans les cellules ; ces substances, principalement des
acides aminés (AA), de l’acide pyrrolidone carboxylique (PCA), des lactates
(sels de l’acide lactique, l’AHA naturel de la peau), de l’urée et divers autres
composants, sous-produits de la protéolyse de la filaggrine, forment le facteur
naturel d’hydratation (NMF) ;
42
L’absence de MNF entraine une baisse de 25% de la teneur en eau de la couche
cornée ;

* La présence de lipides, dans les membranes et les espaces intercellulaires, qui,


par leur hydrophilie garantissent respectivement :

Le maintien des MNF au sein des cellules ;

La limitation de la perte insensible en eau (PIE) ;

* La présence d’un FHL de qualité qui, par son effet occlusif, contribue lui aussi
à limiter l’évaporation de l’eau.

43
Chapitre II : la voie percutanée

L’une des principales fonctions de la peau est la fonction barrière qui s’exerce
dans les deux sens. Elle évite la perte d’eau, d’électrolytes et d’autres
constituants du corps humain et empêche, autant que faire se peut, la pénétration
de molécules de l’environnement. Cette fonction barrière n’est cependant pas
infaillible et c’est cette perméabilité relative qui est mise à profit pour le passage
des médicaments à travers la peau.

Le passage d’une molécule à travers la peau peut être voulu lorsqu’il s’agit
d’une molécule active susceptible d’effectuer une action thérapeutique, soit au
sein de l’organe peau lui-même, soit sur une cible loco-régionale ou systémique
(tableau II).

Tableau II :

Principales classes pharmacologiques à usage dermatologique administrées


par voie topique :

Dermocorticoïdes
Acide salicylique
Antibactériens locaux
Antifongiques locaux
Antiparasitaires externes
Antiseptiques locaux
Anti herpétiques locaux
Anti-acnéiques :
-trétinoïne
-peroxyde de benzoyle
- macrolides et apparentés
Antihistaminiques
Anti-inflammatoires non stéroïdiens
Anesthésiques locaux
Antiprurigineux

44
Psoralènes
Antimitotiques locaux
Adjuvants de cicatrisation
Anti-alopéciques locaux
Dépigmentant

Le passage transcutané n’est en revanche pas souhaitable pour d’autres


ingrédients qui constituent la formulation d’un médicament administré par voie
topique.

1) Introduction à la physiologie de l’absorption cutanée

L’absorption cutanée est un transfert d’une substance xénobiotique


(thérapeutique, cosmétique ou toxique) à travers la peau du milieu extérieur
jusqu’au sang. Deux phénomènes entrent en jeu : une pénétration de la
substance dans les différentes couches de la peau, suivie d’une résorption par la
circulation sanguine ou lymphatique. Il est possible de définir les différents
termes utilisés dans le domaine comme suit :

– Pénétration : entrée d’une substance dans une couche cutanée ;

– Perméation : migration d’une couche à une autre ;

– Résorption : passage dans la circulation sanguine ou lymphatique ;

– Absorption : somme de tous ces phénomènes.

L’étape de pénétration est une diffusion passive de la substance qui peut


emprunter deux voies, la première est dite voie trans-épidermique, dans ce cas
les molécules appliquées, en fonction de leurs caractéristiques
physicochimiques, passent à travers les espaces intercellulaires ou à travers les

45
cellules de la couche cornée. En dehors de cette voie préférentielle, un certain
nombre de molécules et une certaine quantité de principes actifs peuvent
pénétrer par les orifices sudoripares et par la voie pilo-sébacée. Il s’agit d’une
absorption annexielle qui est plus précoce que l’absorption au travers du stratum
corneum. Les molécules polaires et les électrolytes utilisent cette voie
préférentielle. On considère néanmoins que, quantitativement, cette voie reste
peu importante. La couche cornée ou stratum corneum est la partie la plus
superficielle de l’épiderme et il est reconnu de façon indubitable comme la
barrière principale à la diffusion qui agit de façon prédominante comme une
barrière lipophile [28]. Il est classiquement assimilé à un mur de « brique et de
mortier » (Figure 6).

Figure 6 : Représentation « brique et mortier » du stratum corneum et


voies de passage
En cas de délaminations volontaires ou involontaires dues à des pathologies
(brulures, eczéma…), la résistance de l’épiderme viable à la diffusion d’une
substance est très faible comparativement à celle de la couche cornée [29]. Dans
le cas d’une peau non lésée, les structures dermiques contribuent de façon très

46
modeste à la fonction de "barrière" de la peau et la vascularisation favorise la
résorption des molécules en provenance de l’épiderme.

Une fois absorbée, la substance est distribuée dans l’organisme puis, après
avoir été ou non métabolisée, elle est éliminée. Les molécules actives dont on
souhaite le passage sont rarement isolées, elles se trouvent le plus souvent au
sein d’une formulation plus ou moins complexe qui, selon les cas, peut être une
crème, une pommade, une lotion, une poudre etc. [30].

Après la phase de contact entre la molécule et la surface de la peau, la


substance active devra quitter son véhicule pour pénétrer au sein de la couche
cornée, avec plus ou moins de facilité, ce qui est caractérisé par le coefficient de
partage (Km). La phase qui suit consiste en un remplissage du stratum
corneum au sein duquel s’observeront des concentrations décroissantes de la
molécule vers la profondeur. Ce remplissage est caractérisé par sa grande
vitesse : les quantités au sein du stratum corneum dépendent de l’affinité de la
molécule pour cette structure. La phase suivante correspond au phénomène
d’absorption proprement dit. Il va s’établir un flux constant correspondant au
passage dans le tissu vivant d’une certaine quantité de la molécule ayant rempli
le stratum corneum. Ce flux est proportionnel à la différence de concentration de
la substance, de part et d’autre du stratum corneum. Il est ainsi caractérisé par le
coefficient de perméabilité (Kp). Une fois le tissu vivant atteint, la molécule
peut gagner le derme superficiel et le réseau vasculaire, subir un métabolisme
local ou diffuser plus largement.

47
2) Facteurs influençant l’absorption

Les facteurs qui vont influencer l’absorption cutanée sont liés dans une
relation triangulaire entre l’état de la peau, les caractéristiques physicochimiques
du principe actif ou l’ingrédient actif mais également du type de formulation
appliquée et en particulier des excipients qui la composent.

2.1 - Facteurs liés à l’état de la peau humaine

Epaisseur et renouvellement du stratum corneum

Il est aisé de concevoir que plus le stratum corneum est épais, moins
l’absorption sera importante. Les régions palmo-plantaires, caractérisées par un
stratum corneum épais, sont ainsi de mauvaises voies de pénétration des
médicaments.

Le renouvellement du stratum corneum auquel succède son élimination


progressive participe au ralentissement de l’absorption cutanée. En revanche,
tout ralentissement du renouvellement favorisera le maintien d’une
concentration importante de principes actifs au sein du stratum corneum et
facilitera sa pénétration.

Hydratation du stratum corneum

Le caractère hydraté ou non du stratum corneum est un facteur influençant de


façon conséquente l’absorption percutanée. L’un des moyens d’augmenter
l’hydratation du stratum corneum est représenté par l’occlusion qui, d’une part,
empêche l’élimination trop importante de l’eau, et d’autre part, crée un état
d’hydratation apte à faciliter la pénétration des molécules, notamment les
molécules hydrophiles, l’autre moyen consiste en apport exogène d’eau et

48
d’ingrédients favorisant sa captation par le stratum corneum, les crèmes
hydratantes sont formulées dans cet objectif.

Température cutané

Normalement, la température cutanée superficielle est d’environ 32°C, et


l’augmentation de la température de la peau, notamment au cours des
phénomènes inflammatoires, peut favoriser la pénétration de molécules qui y
sont appliquées. Il faut avoir cette notion à l’esprit lorsque l’on est amené à
traiter des dermatoses inflammatoires étendues (dermite du siège de l’enfant,
érythème actinique, psoriasis étendu, etc.)

Flux sanguin

L’accélération du flux sanguin cutané participe à l’augmentation de


l’absorption dans le sens où, en éliminant progressivement les molécules du
tissu cutané, elle augmente le gradient de concentration (concentration à la
surface de la peau et concentration cutanée). Certaines zones sont
physiologiquement plus vascularisées, comme le visage, le cou, la paume et les
pulpes des doigts et des orteils.

Âge

L’absorption percutanée diffère en fonction de l’âge. Le phénomène est


d’autant plus important dans le cas d’enfants prématurés (<°30°semaines de
gestation) qui présentent une très faible barrière cutanée et donc un risque
d’absorption multipliée durant les 2-3 premières semaines de la vie [31]. Chez le
nourrisson et l’enfant, la barrière cutanée est normale, mais le risque est
maintenu en raison du rapport surface/poids corporel, trois fois plus élevé que
chez l’adulte, l’absorption de fait s’en trouve accrue accentuant les risques

49
d’intoxication dus au passage systémique des principes actifs présents dans les
formulations appliquées [32]. Pour certaines zones anatomiques chez le
nouveau-né par exemple, au niveau du siège, plusieurs phénomènes vont se
surajouter pour faciliter l’absorption percutanée : une grande surface par rapport
à la surface corporelle, une zone richement vascularisée, une hyper-hydratation
du stratum corneum, mais surtout une occlusion du fait de l’utilisation de
couches de façon quasi permanente.

La peau âgée présente également des variations physiologiques importantes


vis-à-vis de la peau normale, elle semble être moins perméable à certaines
molécules [33, 34], mais le sujet pourrait être plus complexe [35] un
amincissement cutané associé à une xérose (Trouble cutané se traduisant par un
amincissement, une fragilité, une sécheresse et un manque de souplesse de la
peau et s'accompagnant souvent d'une desquamation plus ou moins marquée.
Une xérose est la conséquence d'une diminution de la teneur en eau de la couche
cornée) et le manque d’études récentes doit conduire à la prudence dans ce
domaine.

Site anatomique

Des différences existent au niveau cutané en fonction du site anatomique, en


particulier sur la densité plus ou moins importante en annexes cutanées mais
aussi en épaisseur des couches cutanées. Ces variations influencent l’absorption
cutanée et les études déjà anciennes dans ce domaine [36, 37] permettent un
classement décroissant en terme d’absorption des sites suivants scrotum-front–
aisselles-abdomen–bras–jambe–dos-voute plantaire.

50
2.2 - Facteurs liés aux propriétés physico-chimiques du principe actif

Le poids moléculaire

La diffusion d’une molécule est d’autant facilitée que sa taille est petite. Un
poids moléculaire supérieur à 500 Da pour une molécule est un facteur très
limitant au niveau de l’absorption cutanée, si celui-ci dépasse 1 000 Da, le
passage est quasiment impossible sur une peau saine

L’hydrophilie et la lipophilie

De par sa nature hydrolipidique, le stratum corneum permet l’absorption de


molécules de nature amphiphiles et les molécules moyennement lipophiles.

Point de fusion

Le point de fusion d’un principe actif peut être abaissé par la formation d’un
mélange eutectique (Un eutectique est un mélange de deux corps purs qui fond
et se solidifie à température constante, contrairement aux mélanges habituels. Il
se comporte en fait comme un corps du point de vue de la fusion. C’est aussi le
point du diagramme (mélange avec une proportion donnée) pour le quel le
mélange est à sa température minimale en phase liquide. Cette température est
propre à chaque mélange) ; C’est un système de délivrance d’un mélange de 2
composés qui a un certain ratio et qui empêche le procédé de cristallisation, dans
ce cas le point de fusion est diminué par rapport a celui de chaque composé pris
individuellement. Ce principe est utilisé dans la crème EMLA. La spécialité
EMLA est un mélange eutectique de lignocaine et de prilocaine [38], la
formulation appliquée sur la peau sous film occlusif durant une demi-
heure induit une anesthésie locale et permet des injections indolores.

51
Ionisation et pH

L’ionisation des molécules va diminuer l’absorption de façon drastique. Il est


donc nécessaire de connaître le pKa des molécules actives et ainsi d’évaluer le
pourcentage de formes non ionisées par rapport à celles ionisées dans la
formulation. Le rapport forme ionisée/non ionisée est défini par les équations
d’Henderson-Hasselbach, sachant que ce pourcentage est susceptible d’être
modifié lors du contact avec la surface cutanée dont le pH est plutôt acide. Ainsi
le pH cutané acide de la peau va donc jouer un rôle dans la fonction barrière.

2.3 – Les facteurs liés à la formulation

Le rôle du véhicule est essentiel. L’aptitude d’une molécule à traverser la


couche cornée dépend de son affinité pour la couche cornée, mais aussi de son
véhicule, ces deux paramètres déterminant un coefficient de partage entre le
véhicule et la couche cornée. Un autre paramètre à prendre en compte est la
saturation du principe actif dans le véhicule. En effet, la diffusion est d’autant
meilleure que la concentration est voisine de la saturation. Le choix du véhicule
de dépôt est donc un élément très important, en particulier lors de la formulation
de médicaments destinés à être appliqués sur la peau. L’efficacité thérapeutique
d’un principe actif peut varier selon le véhicule choisi. [39].

La forme galénique en dermatologie ou en dermato-cosmétologie est destinée


à recevoir le principe actif. Le terme « véhicule » qui lui est parfois substitué
possède une vocation plus dynamique, puisque le véhicule dermatologique se
doit de transporter un principe actif jusqu’au site où celui-ci doit pouvoir agir.
L’excipient ou l’adjuvant, quelle que soit la forme galénique dans laquelle il
intervient, doit favoriser ou tout au moins ne pas limiter l’action du principe

52
actif. D’une façon générale, le choix d’un véhicule est dépendant de l’efficacité
recherchée et surtout de la profondeur d’action. Les formes galéniques adaptées
à la voie cutanée sont particulièrement nombreuses : poudre, solution, pâte à
l’eau, gel aqueux, gel huileux, émulsions, pommade… à ces formes s’ajoutent
des véhicules dont le but est plus spécifiquement la vectorisation du principe
actif.

Après son application sur la peau, le véhicule se métamorphose et ne possède


plus les mêmes propriétés galéniques initiales. En effet, le cisaillement exercé
par l’application ou le massage transforme la formulation initiale, à ce
phénomène s’ajoute plus ou moins rapidement l’évaporation de l’eau et/ou des
solvants. Une émulsion ou toute autre préparation contenant un solvant volatil
va voir sa formule quantitative se modifier, le principe actif se concentre alors
au sein de la phase restante changeant ainsi radicalement les propriétés du
produit.

Le véhicule dermatologique doit être décrit comme un transporteur de


principe actif avec des spécificités technologiques, biopharmaceutiques et
cosmétiques. Son rôle sur la perméabilité cutanée est démontré et reconnu. Le
véhicule universel n’existe pas ; chaque principe actif, chaque concentration,
chaque cible cutanée demandent un véhicule différent pour un effet
thérapeutique optimisé.

Un rappel des différents types de formes galéniques [40] est reporté ci-
dessous, classées en formes classiques et en formes particulières plus
innovantes :

53
Les formes galéniques classiques : (pommades, crèmes, gels, pates,
suspensions …)

• Poudre : c’est une forme galénique simple constituée de particules solides


(< 100 mm). Les poudres possèdent des pouvoirs lubrifiants et elles peuvent être
desséchantes.

• Pommade : c’est une forme galénique semi-solide monophase dans lequel le


principe actif est dissous ou dispersé.

• Pâte : Les pâtes sont des préparations semi-solides contenant de très fortes
proportions de poudres finement dispersées dans l’excipient. Les pâtes sont
surtout utilisées pour des propriétés absorbantes, émollientes et protectrices.

• Crème : les crèmes sont des préparations multiphases composées d’une phase
lipophile et d’une phase aqueuse.

 Dans les crèmes lipophiles, la phase externe est la phase lipophile. ces
préparations contiennent des agents émulsifiants « eau dans huile »
tels que des alcools de graisse de laine, des esters de sorbitan et des
monoglycérides.
 Dans les crèmes hydrophiles, la phase externe aqueuse. Ces
préparations contiennent des agents émulsifiants « huile dans eau »
tels que des savons de sodium, des alcools gras sulfatés.

• Émulsion : système galénique à deux phases non miscibles, aqueuses et


huileuses, dont la stabilité est assurée par des émulsifiants. En fonction de la
nature des phases dispersées et dispersantes, les émulsions sont de type huile
dans eau (H/E) ou de type eau dans huile (E/H). Les dénominations lait ou
crème sont fonction de la consistance du produit. Les émulsions sont qualifiées
54
de grossières si la taille des globules est supérieure à 1µm, et de submicroniques
si la taille est inférieure à 1µm.

• Gel : système galénique transparent à phase unique dont la consistance est


obtenue par addition de gélifiants. Il existe des gels aqueux (hydrogels) et
huileux (oléogels).

• Suspension : système galénique fluide dans lequel le principe actif ou certains


adjuvants ne sont pas solubilisés.

• Cérat : ce système galénique est une pommade hydrophobe obtenu avec forte
proportion de cires. Le cérat cosmétique ou « cold cream » et un mélange qui
contient entre autre de la cire blanche, de l’huile d’amande douce, de l’eau de
rose. Ces formes servent souvent de bases pour les préparations
dermatologiques.

Les nouvelles formes galéniques

Ces différentes formes, souvent qualifiées de nouvelles, ont été très étudiées
ces dernières décennies en particulier pour les propriétés de vectorisation et/ou
de protection des actifs.

• Liposomes et systèmes similaires : ce sont des arrangements sphériques uni-ou


multilamellaires de phospholipides en bicouches (qui possèdent un pôle
hydrophile et un pôle lipophile). Le terme d’Ethosomes sera utilisé lors de
l’incorporation de fortes concentrations d’éthanol dans la bicouche, la présence
d’éthanol favorisera l’absorption. Et enfin les Niosomes : ce sont des formes
vésiculaires réalisées avec des émulsionnants non ioniques organisés en
bicouches, de nombreux tensio-actifs ont été évalués dans ce domaine [41].

55
La caractéristique majeure du liposome est de posséder la capacité de
traverser les membranes des cellules et de fusionner avec celles-ci. De ce fait ils
sont utilisés en cosmétologie et en pharmacologie ainsi qu'en nano-médecine
(technologie médicale de l'infiniment petit) pour transporter des principes actifs
au cœur même des cellules

• Nanoparticules : ce terme regroupe des formulations dont la taille des


particules (solides, liquide ou autres) est extrêmement faible, inférieure ou égale
à 100 nm. Les nanoparticules solides lipidiques sont également des vecteurs de
principe actif lipophiles et Schäfer-Korting et al [42] ont très récemment
confirmé leur capacité à être absorbé par voie dermique en vue de traitement
pour des pathologies cutanées.

• Microémulsions : ces formulations sont basées sur un système ternaire


huile/tensioactif/eau mais elles ne doivent pas être confondues avec les
émulsions formulées également avec ce type de composition. Le terme est
ambigu car il pourrait conduire à les assimiler à des émulsions dont les gouttes
sont de petite taille ce qui n’est pas le cas. Les microémulsions contrairement
aux émulsions ce sont des systèmes thermodynamiquement stables et
transparents qui nécessitent une plus grande concentration en tensioactifs. Ces
formulations ont été très étudiées dans le domaine pétrolier mais sont de plus en
plus formulées et caractérisées avec des excipients compatible avec la peau,
comme par exemple, l’huile de soja, la trioléine, les
alkylpolyglucosides… [43, 44]. Les microémulsions facilitent l’absorption des
actifs qu’elles véhiculent [46] et dans le domaine pharmaceutique les études sont
nombreuses. A titre d’exemple récemment Zhu et coll [45] ont comparé une
crème commerciale de PENCICLOVIR à des microémulsions H/E mettant en

56
évidence une amélioration de la pénétration du principe actif. Techniquement, la
facilité de formulation des microémulsions et leur grande stabilité permettent le
développement industriel de ces formes, en particulier dans le secteur de la
cosmétique.

• Émulsions multiples : ce sont des émulsions dites « triphasiques »


huile/eau/huile mais aussi eau/huile/eau. Elles sont obtenues avec plusieurs
émulsifiants particuliers, elles possèdent l’avantage d’encapsuler des actifs
lipophiles ou hydrophiles fragiles mais présentent une stabilité plus difficile à
maîtriser sur le long terme. Ces formulations ne sont pas classiquement utilisées
pour un effet de promotion d’absorption.

• Le patch transdermique est un dispositif (timbre) qui contient un médicament


et qui est appliqué sur la peau pour une absorption progressive. Ces systèmes
sont soit de type réservoir (à ne pas scinder ou couper) soit de type matriciel.
Plus récemment les systèmes ont évolué et le principe actif est inclus dans
l’adhésif. Dans ce dernier cas les patchs portent le nom d’adhésif actif ou DIA
« drug in adhesif ». L’utilisation d’un effet occlusif associé à une application
longue (1 à 7 jours) et éventuellement à l’adjonction de promoteurs d’absorption
dans la formulation permet l’absorption des molécules et la mise en place d’un
traitement maîtrisant les quantités de principe actif absorbées après un temps de
latence plus ou moins long. Ce type de système permet en outre une meilleure
observance. Ces formes ont connu un fort développement ces dernières
décennies en pharmacie mais aussi dans le domaine dermo-cosmétique. Ce
secteur à vu une explosion de ces systèmes dans le domaine de l’anticellulite
avec des patchs, à caféine de grande taille, de l’anti-âge et du traitement anti-
acnéique localisé. La seule limitation dans le développement des systèmes

57
transdermiques demeure le faible nombre de molécules candidates au niveau de
l’absorption cutanée.

Nature des excipients et promoteurs d’absorption

Un principe actif se trouve intégré au sein d’une formulation comportant de


nombreux ingrédients. La nature même de l’excipient joue un rôle dans la
pénétration transcutanée. En effet, une molécule passera d’autant mieux la
barrière cutanée qu’elle a peu d’affinité pour son support.

Ainsi le véhicule idéal pour une molécule hydrophile est de nature lipophile et
inversement. Mais intervient également la notion de saturation, en effet
l’absorption sera augmentée si la molécule active est présente à concentration
saturée dans un véhicule.

L’absorption cutanée peut être augmentée par des moyens physiques ou


chimiques qui permettent de transformer les propriétés barrières du stratum
corneum en agissant par exemple sur la fluidité des lipides intercellulaires.

De nombreux excipients sont reconnus pour leur effet promoteur d’absorption


(tableau III).

58
Tableau III :

Substances chimiques accélérant la pénétration cutanée :

Solvants
Eau
Alcools (éthanol, isopropanol..)
Alkyl-méthylsulfoxides
Pyrrolidones
Lauracapram (Azone)
Autres solvants : acétone, alcool tétrahydrofurfuryl, propylène glycol,
DMSO (dimethylsulfoxyde)
Surfactants
Surfactants anioniques : sodium dodécylsulfate
Surfactants cationiques : céthyl-triméthylammonium bromide,
Surfactants non ioniques : polysorbates, éthers et esters de
polyoxyéthylène alkyl, polyoxamères
Autres substances
Urée
Acides gras (acide oléique) et alcool gras
Thioglycolate calcique
Agents anticholinergiques
Huiles essentielles, terpènes, terpénoïdes

Pour un développement dans ce domaine, il est intéressant de se reporter aux


articles de référence de K.A. Walters [46] et de A.C. William et B.W.
Barry [47] ainsi qu’a celui de M. Bach, B.C. Lippold sur l’évaluation, de l’effet
promoteur [48]. L’excipient utilisé comme promoteur d’absorption doit de façon
idéale présenter autant que possible une inertie physiologique, ne pas présenter
d’action irritante, toxique ou d’effet allergisant. Il doit aussi présenter une
grande stabilité chimique et physique sans oublier une réversibilité de l’activité
et une spécificité vis-à-vis d’un principe actif. S’il existe un nombre important
d’excipients potentiels, de façon pratique, les excipients les plus utilisés dans

59
les spécialités pharmaceutiques en vue de cet objectif dans les systèmes
transdermiques demeurent l’éthanol (Progestogel®), l’ethoxydiglycol,
l’isopropanol mais aussi le propylène glycol (Voltarene gel®) ou encore les
acides gras. Il est à souligner que les terpènes sont reconnus pour leur activité de
promoteurs d’absorption [49] et l’utilisation des huiles essentielles sur la peau
est donc à évaluer sur cet aspect.

Exemples de modulation de l’absorption cutanée en fonction du véhicule

Pour obtenir un effet pharmacologique, le principe actif doit être libéré de son
véhicule, puis pénétrer dans la peau. Cependant, lorsqu’une action à la surface
de la peau est recherchée, la formulation doit retenir les molécules actives au
niveau du stratum corneum en les empêchant de pénétrer en profondeur. Le
véhicule à un rôle important sur ces différentes étapes, et la profondeur de
l’action cutanée peut être modulée grâce à son optimisation. Citons quelques
exemples.

• Stéroïdes : action dermique : l’exemple des corticoïdes topiques à


concentrations égales, mais formulés dans des véhicules différents (pommade,
crème, lotion, mousse) est révélateur de l’importance du véhicule sur l’effet
pharmacologique. En effet, en fonction de l’excipient utilisé, la « puissance » du
traitement peut varier de 1 à 3.

• Anti-inflammatoires non stéroïdiens : action dermique et transdermique : de


nombreuses études réalisées sur le diclofénac montrent que les formulations
sous forme de gel avec présence de promoteurs d’absorption (éthanol,
isopropanol…) donnent de meilleurs résultats de pénétration cutanée que les
crèmes (émulsions).

60
• Kératolytiques, hydratants : action épidermique : l’acide salicylique, l’urée,
l’acide lactique et les autres molécules de ce groupe doivent exercer leurs
actions pharmacologiques au niveau de l’épiderme. L’addition de produits
filmogènes peut retarder la perméation de ces molécules et donc augmenter leur
temps d’action au niveau cutané.

• Filtres solaires : action de surface : les filtres solaires, en principe, ne doivent


pas traverser la peau. Leur action est d’absorber les rayonnements UV et cela
s’effectue à la surface de la peau. Les produits filmogènes vont diminuer les
pénétrations en profondeur. Cependant, de nombreuses études démontrent une
absorption après application cutanée de certains filtres solaires [50, 51]. Dans le
domaine de la formulation des photo-protecteurs, l’influence de la viscosité et
des techniques comme l’encapsulation ont été analysées, et des essais ont été
conduits depuis plusieurs années afin de minimiser l’absorption des filtres
chimiques [52].

3) Modèle diffusionel utilisé

Phénomène de diffusion passive

L’absorption cutanée est un phénomène passif qui tend à égaliser des


concentrations entre les différents compartiments : donneur, membrane et
récepteur. La diffusion est un phénomène de transport dû à la diffusion
Brownienne, le modèle de diffusion de Fick qui régit de façon générale le
passage d’une substance au travers d’une membrane est volontier appliqué à la
peau [53]. A partir de la première loi de Fick , l’expression du flux d’une
substance est donnée par l’équation 1. Le taux de transfert par unité de surface
d’une substance à moment donné est donc proportionnel au changement de

61
concentration et à la différence de la distance. En présence d’un gradient de
concentration ∂C/∂x, on admet qu’il s’établît un flux de substance dans le sens
descendant du gradient, et que ce flux est proportionnel au gradient
correspondant.

Equation 1: J=-D (∂C/∂x): (mol m-2 s-1)

J : est le flux de substance (quantité de substance traversant une surface pendant


l’unité de temps) (mol m-2 s-1)

D : le coefficient de diffusion de la substance dans la membrane (m2s-1)

C : la concentration de principe actif dans la membrane (mol)

x : la distance de diffusion

La première loi montre qu’il y a prélèvement de la matière à un endroit pour


la transporter en un autre, ceci implique, qu’en tout point, la concentration
évolue avec le temps. La deuxième loi de Fick (Equation 2) permet de calculer
les concentrations en tous points et à n’importe quel temps. La concentration en
chaque point dépend à la fois de la distance x et de l’intervalle de temps t. Les
dérivées partielles expriment donc la variation des concentrations en fonctions
de t et de x.

Equation 2: (∂C/∂t) =D (∂²C/∂x²)

62
Paramètres utilisés pour évaluer l’absorption cutanée découlant des lois de
FICK

Le flux à l’équilibre (Js) : l’expression mathématique simplifiée du flux est


donné par l’équation 3. Elle permet de prédire les quantités absorbées (Q) en
fonction de la concentration (C).

Equation 3: J=dQ/(dtxA)=(DxKmx∆C)/h : (µg.cm².h-1)

A représente la surface d’application, t le temps d’application et Km le


coefficient de partage (véhicule/peau), le gradient de concentration de part et
d’autre de la membrane et h l’épaisseur du stratum corneum.

En cas de dose infinie, lorsque l’état d’équilibre "steady-state" est atteint, la


quantité de substance pénétrante qui va quitter la membrane au niveau de la face
dermique est égale à celle qui pénètre dans les assises épidermiques. Le flux
d’une substance à l’état d’équilibre Js (µg.cm².h-1) peut être atteint à partir des
données expérimentales.

Le coefficient de perméabilité (Kp) : Kp (ou P) est exprimé en cm.s-1, de


façon simplifié, il traduit la vitesse de diffusion, il est défini (Equation 2) par le
produit du coefficient de partage (Km) et du coefficient de diffusion (D) au sein
du stratum corneum, divisé par h, l’épaisseur du stratum corneum. C’est une
caractéristique de la membrane, indépendante des conditions extérieures, qui
varie par exemple selon sa composition en lipides ou l’épaisseur de la barrière,
plus cette épaisseur est importante plus Kp sera faible.

Equation 4: Kp= (KmxD)/h : (cm.s-1)


63
Le coefficient de partage est représenté par le rapport des solubilités de la
substance diffusante dans le stratum corneum et dans la formulation, si l’affinité
de la substance étudiée pour la peau est grande le transfert vers la peau sera plus
facile. Ce rapport est particulièrement difficile à atteindre, aussi Km est
généralement approché par le coefficient de partage octanol-eau de la molécule
étudiée.

Le coefficient de diffusion (D) : on peut considérer que le coefficient de


diffusion D (cm².s-1) traduit la mobilité de la molécule diffusante, et plus cette
molécule est importante plus la diffusion est difficile.

Le temps de latence (tl) : la cinétique d’absorption cutanée ne suivra un ordre


zéro qu’après un temps nécessaire pour établir l’équilibre, ce temps est appelé
temps de latence. Ce temps de latence traduit l’imprégnation du stratum
corneum. L’expression mathématique est la suivante :

Equation 5 : tl=h²/6D

4) Métabolisme des médicaments dans la peau

On sait actuellement que la peau est capable de métaboliser un certain nombre


de substances endogènes et exogènes, les réactions de biotransformation
comprenant la fonctionnalisation (phase I) et la conjugaison (phase II). Ces
réactions comprennent des réactions d’oxydation, de réduction, d’hydrolyse, de
conjugaison avec l’acide glucuronique, l’acide sulfurique et le glutathion et des
réactions de méthylation. Ainsi le spectre des réactions métaboliques qui se
déroulent au sein de la peau est comparable d’un point de vue qualitatif, mais
non quantitatif, à celui que l’on observe au niveau hépatique [54].

64
Un médicament passant au travers de la peau pourra soit non métabolisé, soit
être métabolisé en une drogue inactive, soit activé par ce métabolisme. Cet effet
est important, amenant au concept de prodrogue. Pour certaines d’entre elles, la
délivrance cutanée de la prodrogue est plus importante que celle de la drogue
elle-même, et le métabolisme intrinsèque va rendre la molécule active. C’est le
cas par exemple pour le 5-fluoro-uracile…

Il faut aussi connaître le rôle des micro-organismes cutanés dans le


métabolisme des médicaments. Cette flore possède en effet un certain nombre
d’enzymes aux activités anaboliques et cataboliques. Nous citerons tout
particulièrement les lipases (estérases), synthétisées notamment par les
staphylocoques. Le rôle de la flore cutanée reste cependant négligeable [55].

5) Méthodes d’études de l’absorption percutanée

5.1 – Evaluation in vitro

Les études in vitro ne remplacent pas les études in vivo mais elles ont un rôle
spécifique permettant l’investigation des mécanismes d’interaction au cours de
l’absorption, elles présentent également l’avantage de pouvoir multiplier les
essais ce qui permet la comparaison entre les formulations d’un même principe
actif mais aussi d’étudier l’influence des mélanges ou de vérifier les effets des
doses multiples [56]. Les études in vitro ont été récemment standardisées dans le
domaine dermo-cosmétique et l’avis [57] du SCCP (Scientific Committee on
Consumer Products) fait référence en Europe sur le sujet, pour les produits
chimiques l’OCDE (Organization for Economic Cooperation and Development)
a également rédigé un référentiel très précis [58].

65
Mise en place des essais in vitro

Les essais in vitro sont développés sur des cellules de diffusion en verre ou en
téflon en modes statiques ou dynamiques. Les cellules sont constituées de deux
compartiments, un compartiment donneur et un compartiment récepteur séparés
par une membrane dont l’orientation peut-être verticale ou horizontale. Dans ce
domaine, les études de T.J. Franz dans les années 1970 servent de base à ce type
de travaux [59, 60] même si de nombreux modèles de cellules ont été décrits par
la suite. Les cellules de diffusion les plus utilisées sont dérivées du modèle de
Franz (figure 7). Le récepteur contient une solution physiologique, le plus
souvent du chlorure de sodium 0.9 %, contenant ou non une quantité de sérum
albumine, des solutions tampons (phosphates le plus souvent) peuvent être
également utilisées. Si la molécule étudiée est très lipophile, des composés
(tensioactif, éthanol…) peuvent être ajoutés en vue d’une amélioration de la
solubilité dans le liquide récepteur. Le choix de la composition de la phase
réceptrice est important. En effet, celle-ci ne doit pas être rapidement saturée en
principes actifs, ce qui biaiserais les résultats. Tout au long de la durée de
l’étude, la solution réceptrice est agitée au moyen d’un agitateur magnétique, et
maintenue à une température de 37°C, ce qui permet de conserver la surface de
la membrane à 32°C. Les cellules dynamiques, dotées d’un système de
renouvellement de la phase réceptrice, ont une mise en œuvre plus compliquée
que les cellules statiques, avec ce dernier système une plus grande quantité
de liquide récepteur est utilisée.

66
Figure 7 : Schéma d’une cellule de diffusion de Franz

Les membranes ont une surface généralement comprises entre 1 et 4cm², elles
peuvent être synthétiques (cellulose, polydimethyl siloxane…) mais les biopsies
de peaux animales ou humaines sont préférables (ex vivo). De nombreux
travaux ont été conduits en vue de comparer les peaux animales au niveau de la
structure et la fonctionnalité vis-à-vis de la peau humaine. La perméabilité
cutanée est ainsi décroissante du lapin, au rat, au cobaye, au porc, puis à
l’homme [61]. Il est de consensus que la peau humaine est la moins perméable
aux substances chimiques que les peaux animales classiquement utilisées dans
l’évaluation. Les rongeurs présentent donc comparativement à l’homme une
absorption qui lui est très supérieure jusqu’à 10°fois et voire plus, ce qui risque
de surestimer les résultats [62] en cas d’étude sur ces espèces. Le porc par contre
est un animal qui a été validé et autorisé principalement dans le domaine
cosmétique [57] et également pour les produits chimiques (OCDE) [58].

67
L’avantage réside dans sa similarité cutanée avec la peau humaine mais aussi
dans « sa disponibilité » et dans la maîtrise des échantillons. Dans tous les cas,
les peaux sont utilisées dermatomées (500°µm : épaisseur à l’aide d’un
dermatome : Le rasoir à dermatome, quant à lui, est une sorte de rasoir qui
permet de prélever des fragments cutanés, plus ou moins épais) ou complètes
(environ 1°mm), l’intégrité doit être vérifiée macroscopiquement mais
également par des techniques physiques comme la mesure de la PIE (Perte
Insensible en Eau) ou la mesure de la Résistance Electrique Transcutanée (test
TER) [63]. Il est possible également de vérifier l’intégrité de la membrane par le
suivi d’un marqueur comme la caféine ou l’eau tritiée. Des membranes en peau
reconstruite (SkinEthic®, EpiDerm®…) sont à l’étude [64] pour s’exonérer
complètement de l’approvisionnement, de plus en plus difficile à maîtriser ,en
peaux animales ou humaines, mais malgré des avancées dans le domaine, ces
peaux reconstruites comparativement à la peau humaine n’ont pas démontré une
équivalence de résultat, dans des conditions similaires d’application. Une plus
grande absorption des composés est globalement observée.

Les études sont conduites durant 24 heures en général, mais peuvent être
poursuivies sur un temps plus long, dans ce dernier cas une petite quantité
d’antibiotique est ajoutée au liquide récepteur afin de limiter la prolifération des
germes dans le milieu. Des prélèvements de liquide récepteur sont effectués, à
temps réguliers afin de permettre l’établissement de la cinétique d’absorption et
de mesurer les paramètres de diffusion. Dans le cas des produits cosmétiques au
bout de 24 heures de contact, les cellules de Franz sont démontées, la substance
étudiée est quantifiée dans les compartiments suivants : reliquat de formulation,
stratum corneum, épiderme viable, derme et liquide récepteur. La balance

68
massique peut dans ce cas être établie ce qui permet de quantifier les doses dites
« absorbées » (présentes dans le liquide récepteur), « absorbables » (présentes
dans l’épiderme viable et le derme), « non absorbées » (présentes dans le
reliquat de formulation et le stratum corneum). Les études in vitro ont été
largement développées comme méthodes alternatives pour évaluer le risque
suite à l’application cutanée de produits chimiques et/ou de cosmétiques [65]. Il
reste à considérer que ces techniques sont particulièrement difficiles à mettre en
œuvre, les sources d’erreurs et de biais demeurent nombreuses malgré la
publication de lignes directrices dans le domaine.

5.2 - Evaluation in vivo de l’absorption percutanée

Les études in vivo réalisées sur les animaux sont autorisés pour les
médicaments mais elles ne sont plus admissibles dans ce cadre pour les
formulations cosmétiques (Il n’y a pas de raisons de faire souffrir des animaux
simplement pour fabriquer un produit cosmétique). Il demeure que le meilleur
standard correspond à l’essai in vivo sur l’homme [66]. Pour ces essais in
vivo, dans le cadre des médicaments mais aussi pour les produits cosmétiques,
développés en France, ils devront être en accord avec les règles concernant la
recherche biomédicale [67, 68] où le législateur a pris en compte l’intérêt du
volontaire sain notamment dans le cas de tests pour des produits cosmétiques.

Mesures directes pharmacocinétiques

Cette mesure permet de suivre le taux plasmatique d’une substance, après


application et absorption cutanée. Dans ce type d’étude, le facteur limitant va
être la sensibilité de la méthode analytique. L’utilisation de techniques par
marquage radio-isotopique des molécules a été utilisée dans les décennies

69
passées [69] mais c’est une technique considérée maintenant comme « non
éthique ».

Mesure des réponses biologiques

La pénétration cutanée d’un principe actif peut-être aussi mesurée


indirectement dans le cas ou la substance étudiée possède un effet biologique
mesurable. C’est notamment le cas pour les dermocorticoïdes avec le test de
blanchiment de McKenzie qui aboutit à des classes de puissance, c’est
également le cas des actifs provoquant un érythème.

Test d’arrachement cutané

La méthode de l’arrachement du stratum corneum plus connue sous le terme


de « stripping method » est une méthode peu invasive [69, 70] qui consiste à
mesurer les concentrations du principe actif au sein du stratum corneum et d’en
prédire la quantité absorbée. Cette méthode est applicable à un certain nombre
de molécules et nécessite au préalable une validation [70] avec des mesures
objectives de pénétration. En particulier, le type d’adhésif utilisé (Transpore®,
D-Squam®, Corneofix®..), la force d’application. Le nombre d’adhésifs utilisés
est en général compris entre 6 et 20 voir plus dans certaines études, ce qui peut
conduire à l’élimination complète du stratum corneum.

Méthode des différences

La méthode des différences permet d’extrapoler le pourcentage de pénétration


d’un actif à partir des quantités restantes à la surface cutanée à la fin de
l’expérimentation. Cette méthode a été mise en place par Yano et coll. [73] sur
des séries de composés salicylés et d’anti-inflammatoires non stéroïdiens de
logP croissants et par d’autres auteurs sur des phénols, la benzophénone par la

70
suite [71]. Une quantité connue de substance est appliquée sur la peau, en
général au niveau du bras, les quantités superficielles restantes sont mesurées
entre t0et t4heures. Cette méthode présente l’avantage d’être inoffensive et de
pouvoir être utilisée à des doses usuelles, la seule limitation réside dans la
récupération complète du reliquat à la surface de la peau, si celui-ci est partiel
les quantités dites absorbées risque d’être surévaluées.

Microdialyse

La microdialyse est une technique d’investigation connue en


neuropharmacologie depuis une vingtaine d’années. Depuis 5 ou 6 ans, son
champ d’application s’est étendu à d’autres systèmes et notamment à la
peau [72]

Le principe de cette technique est d’insérer dans le derme une microsonde


stérile pourvue à son extrémité d’une membrane semi-perméable perfusée en
continu par un liquide physiologique stérile (Figure 8).

Figure 8 : Sonde de microdialyse (72)

71
La microdialyse permet d’échantillonner le liquide extra-cellulaire d’un
organe donné. Toutes les molécules solubles dans le liquide interstitiel peuvent
être dosées dès lors qu’elles diffusent à travers la membrane de dialyse. Trois
grandes stratégies peuvent être employées :

- Dosage simple des substrats présents dans le liquide extracellulaire (cas le plus
fréquent en neuroréanimation)

- Perfusion de médicaments (par la sonde microdialyse ou par voie veineuse


périphérique) ou de composés évoquant une réponse biochimique (par exemple
la libération de neuromédiateurs) et dosages des substrats présents dans le
liquide extracellulaire

- Perfusion de médicaments et étude de sa captation par le compartiment


cérébral (utilisé en neuropharmacologie)

La technique repose sur un principe de dialyse conventionnel. Elle fait appel à


une sonde qui comporte à son extrémité une membrane semi-perméable de
longueur connue (entre 10 et 30 mm) constituant la chambre de dialyse. La
sonde, d’un diamètre externe de 0,5 mm, est perfusée avec un liquide, appelé
perfusat, dont la composition est proche de celle du liquide extracellulaire du
tissu que l’on souhaite monitorer. Les molécules présentes dans le tissu
interstitiel diffusent à travers la membrane selon le gradient de concentration de
part et d’autre de la membrane. Au sortir de la chambre de dialyse, le liquide de
perfusion, appelé dialysat est acheminé par un capillaire au centre de la sonde
vers un micro tube où il est collecté. Les vitesses habituelles de perfusion varient
entre 0,3 et 5 µl/min. La fréquence d’échantillonnage peut aller jusqu’à 5
minutes (notamment en préopératoire) mais elle est le plus souvent de l’ordre de

72
30 à 60 minutes (en particulier en réanimation). Les volumes collectés sont par
conséquent compris entre un et quelques dizaines de microlitres, soit un faible
volume, ce qui constitue une contrainte importante pour la technique de dosage.

Le choix de la durée de recueil de l’échantillon constituera donc un


compromis entre le rendement des échanges, c’est-à-dire la quantité de molécule
effectivement extraite du milieu extracellulaire, et la performance de la
technique de dosage utilisée, c’est à dire limite de détection de cette technique.
Les échantillons sont analysés soit au lit du malade (ceci autorisant un véritable
monitorage métabolique) soit en différé.

La composition du dialysat reflète celle du liquide interstitiel mais n’en est


pas une photographie exacte. Pour la plupart des substances, l’équilibre entre le
dialysat et le liquide interstitiel est incomplet. La concentration dans le dialysat
dépend de la vitesse de perfusion, du diamètre des pores de la membrane, de la
taille de la molécule et de ses caractéristiques physiques (hydrophilie, polarité,
…). La taille des pores de la membrane définit un seuil de coupure ‘
(« cut-off ») définissant la limite théorique de passage à travers la membrane. La
taille des pores doit être 2 à 3 fois supérieure à celle de la molécule à étudier.
Pour les sondes habituellement utilisées en neuro réanimation, ce seuil est de
l’ordre de 20kD mais de nouvelles sondes permettent d’atteindre 100kD. Le
rendement des échanges à travers la membrane pour une substance donnée :
rendement relatif (« relative recovery ») est le rapport de sa concentration dans
le dialysat sur la concentration extracellulaire réelle. Ce rendement est fortement
influencé par la vitesse de perfusion : pour une membrane de 10 mm insérée
dans le cerveau, il varie de 70% à 0,3 µl/min à 30% à 1µl/min pour glucose,
lactate, pyruvate et glutamate. [74]

73
Test en vue de garantir une sécurité dans l’utilisation de topiques

Il est important, d’un point de vue éthique, de mesurer et de minimiser les


risques potentiels d’utilisation d’un produit topique. Préalablement au test
d’évaluation clinique, une toxicologie préclinique est effectuée. On tend de plus
en plus à utiliser des modèles in vitro représentés par des cultures cellulaires ou
des dermes équivalents, mais un certain nombre de tests d’irritation sont
effectués chez des volontaires (Tableau III) [73].

Tableau IV :

Tests d’irritation :

Test d’irritation à 48 heures


Test d’irritation cumulée
Test de photo-irritation
Test de sensibilisation
Test de photosensibilisation

6) Diffusion forcée et absorption cutanée

Comme il a été déjà précisé, l’absorption est un phénomène passif mais seul
un nombre restreint de molécules possède la capacité de franchir le stratum
corneum. Les molécules très hydrophiles ou très lipophiles mais aussi les
molécules de grande taille PM > 1 000 seront soit très faiblement absorbées soit
ne le seront pas du tout, il n’est donc pas possible d’envisager dans ces
conditions l’administration de peptides et de protéines par cette voie par
diffusion passive. Afin de pallier à cette limitation, l’utilisation de méthodes

74
avec apport d’énergie extérieure s’est largement développée ces dernières
années dans le domaine pharmaceutique mais aussi cosmétique.

6. a – Iontophorèse

Ce système (phorêsis grec = action de porter) est défini comme le transport


d’ions et de sels solubles à travers la peau soumise à une différence de potentiel
appliquée à la surface cutanée d’une peau intacte. Les ions sont transférés dans
le corps à une quantité et une vitesse proportionnelle à l’ampleur du flux de
courant présent entre les électrodes, l’intensité du courant est généralement
comprise entre 0.5-5 mA. Cette technique est de plus en plus utilisée, les
principes actifs pénètrent à une profondeur d’au moins 1 centimètre. La méthode
est relativement bien tolérée sans effets secondaires majeurs, il peut demeurer
une sensation de fourmillement, de prurit et d’érythème causé par le passage du
courant électrique ce qui peut être atténué partiellement par une diminution de
l’intensité.Ces effets sont réversibles à l’arrêt du traitement. Les substances
thérapeutiques candidates doivent présenter une solubilité aqueuse et être
ionisées [pKa > 8.5 (base), ou < 6.5 (acide)], avoir un poids moléculaire
théoriquement < 10 000 et idéalement égal à 1 000 et surtout ces substances
doivent présenter une grande stabilité.

D’intéressants développements sont également atteints dans le domaine de


l’iontophorèse inverse pour le contrôle des taux sériques de certaines substances
cibles dans le suivi des pathologies. Cette approche est utilisée dans le cas du
glucose par le GlucoWatch®. La miniaturisation associée à l’évolution des
techniques apportera, sans nul doute, dans un futur proche d’autres
développements pratiques de cette technique qui est peu traumatisante et/ou
douloureuse.
75
6. b - Autres systèmes agissant par ouverture de pores ou par effraction

Électroporation

L’électroporation utilise des impulsions de champ électrique pour faire des


pores microscopiques dans les membranes cellulaires. Ces pores sont aussi
appelés « électropores ». Leur présence permet aux molécules de passer de part
et d’autre de la membrane. Les électropores sont localisés préférentiellement sur
les surfaces cellulaires proches des électrodes. Si l’impulsion électrique a été
donnée avec de bons paramètres, alors la cellule « électroporée » va retrouver
son intégrité (les électropores se referment spontanément) et les cellules vont
continuer leur croissance. Le temps de formation des électropores est de
quelques microsecondes, le temps de fermeture des pores est de quelques
minutes.

Sonophorèse ou Phonophorèse

Cette technique correspond à l’utilisation d’ultrasons de basse fréquence


(20 kHz) qui provoque la réduction temporaire de la densité des lipides des
bicouches et donc induit la formation des ouvertures et augmente la pénétration
des substances.

Micro-aiguilles

Le système de thérapie micro-aiguille stimule la peau pour produire une


nouvelle formation de collagène et de fibre d’élastine, ce qui réduit de façon
spectaculaire les rides, les taches pigmentaires, la cellulite, les vergetures et les
cicatrices. Un tel système est également très efficace pour restaurer et stimuler la
repousse des cheveux.

76
Un rouleau composé de 200 micro-aiguilles est utilisé en créant sur la peau
une multitude de canaux microscopiques. Ainsi, les cellules cutanées réagissent
provoquant la stimulation et la libération de plusieurs facteurs de croissance. De
nouvelles structures tissulaires sont donc générées sous forme de collagène et de
fibres d’élastine, incluant de nouveaux capillaires. Cette thérapie s’intitule :
thérapie d’induction de collagène (CIT); un procédé beaucoup plus efficace et
durable à long terme que les injectables artificiels.

L’usage du rouleau micro-aiguille produit une restauration du derme et une


augmentation du renouvellement cellulaire. Les résultats sont à la fois
immédiats et progressifs. Différents modèles de rouleaux sont disponibles et
leurs tailles varient de 0.2mm à 2.0mm. Des études ont démontré que l’usage
personnel d’un rouleau micro-aiguille de 0.2 mm ou de 0.3 mm procurait des
effets positifs sur l’épiderme, car il augmente de façon significative la
pénétration des actifs (en le combinant à nos produits). Les différents rouleaux
micro-aiguille (0.5mm, 1.0mm, 1.5mm et 2.0mm) sont utilisés pour des
traitements cliniques ultra-performants.

7) CONCLUSION

La connaissance des mécanismes régissant l’absorption percutanée permet


d’adapter les modalités thérapeutiques en fonction de ses objectifs. La voie
percutanée est une voie de pénétration, mais aussi de métabolisation des
médicaments destinés à une action locale, locorégionale ou systémique.

L’avancée des techniques de diffusion forcée et à la miniaturisation des


appareils, leur généralisation en particulier dans le domaine dermo-cosmétique
va favoriser l’absorption dermique des molécules actives cibles.

77
Chapitre III : la peau du visage

1. Les caractéristiques de la peau du visage

La peau du visage a un derme et un épiderme plus fins et plus transparents


que celle des parties voisines. Les vaisseaux sont un peu plus dilatables vers la
région des joues surtout, dans quelques cas même ils restent plus dilatés d’une
manière permanente (à un âge déjà avancé, âpres des émotions vives et répétées,
ou des congestions habituelles). (Figure 9)[75]

La connaissance des principales caractéristiques de la peau du visage


constitue un moment clé du conseil en cosmétologie, nécessaire à la qualité du
conseil :

Le teint : il est le reflet de l’état de la fonction vasculaire sous-jacente


(pour la couleur) et de la qualité du FHL (pour l’aspect et l’éclat) ; sa
couleur peut également être la marque d’altération dermique.
Le grain de la peau : Aspect de la surface de la peau reflétant le volume
des glandes sébacées et la taille des pores. Il peut être fin, serré, lisse ou
encore irrégulier.
Les défauts éventuels : ridules, rides, comédons, lésions ou cicatrices
d’acné, dartres, squames, rougeurs, taches pigmentaires….. ; ce sont
autant de signes permettant d’estimer le « vécu » de la peau.
La texture de la peau : elle dépend de la quantité et de la composition du
FHL, notamment des proportions respectives de ses phases aqueuse et
lipidique.
L’épaisseur du pli cutané : elle témoigne du volume et donc de l’activité
des glandes sébacées ; elle reflète également la qualité du processus de
kératinisation et donc l’épaisseur et la structure de la couche cornée.
La température : elle peut renseigner sur l’état de la vascularisation
cutanée.
L’élasticité et la fermeté : reflet des propriétés mécaniques du derme.

78
Les stries de déshydratation : petites lignes transversales visibles
notamment sur les joues lorsqu’on met les muscles en tension, qui
disparaissent dés la pression relâchée. [76]

Figure 9 : Variations des épaisseurs cutanées et des rapports anatomiques selon la


topographie faciale. [77]

2. Les Problèmes de la peau du visage

a. Les tâches et zones hyper-pigmentées

Les taches et les zones hyper pigmentées sont des désordres pigmentaires qui
apparaissent sur les zones les plus exposées au soleil : le visage, les mains, le

79
décolleté… Les taches brunes sont liées à une production en excès de mélanine,
pigment responsable de la coloration de la peau, sous l’action des ultra-violets.

Les hypermélanoses du visage sont fréquentes.

Elles peuvent être liées à des facteurs génétiques ou hormonaux (prise


d’œstroprogestatifs, grossesse), à l’exposition solaire, ou à des facteurs de
contact externe, en particulier cosmétiques et parfums. La notion d’une phase
inflammatoire précessive est très en faveur du rôle étiologique de facteurs de
contact.

Très souvent, ces différents facteurs s’intriquent pour entraîner des


hyperpigmentations brunâtres, mal limitées, donnant un aspect sale à la peau.

Plus rarement, en cas d’hyperpigmentation diffuse des zones photo exposées,


la recherche d’un agent photo sensibilisant systémique, médicamenteux le plus
souvent, doit être menée à l’interrogatoire.

Lorsque le trouble pigmentaire est localisé au visage et ne concerne pas les


muqueuses, la recherche d’une cause systémique n’est pas utile en première
intention.

b. Les boutons et autres imperfections


Le bouton est le résultat d’un comédon (point noir) surinfecté par des
bactéries naturellement présentes à la surface de la peau (Propionibacterium
acnes) et dans le follicule pilo-sébacé. Les boutons sont généralement présents
aux endroits où la sécrétion de sébum est la plus importante. C'est-à-dire au
niveau de la zone T du visage (front, nez, menton), du dos ou encore du
décolleté.

80
Le comédon constitue la lésion élémentaire de l’acné vraie permettant de la
différencier des éruptions acnéiformes [79]. Il prend naissance dans l’infra-
infundibulum, partie dermique du follicule sébacé, dont la kératinisation
normale est différente de celle de l’épiderme, car constituée de kératinocytes
fragiles, peu cohésifs, se détachant facilement les uns des autres. Le premier
signe détectable dans l’acné est l’augmentation de la production des cornéocytes
qui deviennent anormalement adhérents entre eux et s’accumulent pour former
le squelette du comédon : ce phénomène est appelé hyperkératose de rétention
[78].

Trois types de comédons sont observés : le microcomédon, le comédon fermé


ou microkyste et le comédon ouvert ou « point noir » [78].

Au stade initial du microcomédon, les glandes sébacées ne sont pas altérées.


Elles deviennent plus petites avec l’augmentation de taille du comédon. Ce sont
les comédons fermés qui donnent naissance aux lésions inflammatoires de
l’acné : papules, pustules et nodules.

Le comédon fermé est constitué d’un sac de kératine et de lipides s’ouvrant à


la surface de la peau par un très petit orifice, empêchant le contenu de s’évacuer
à l’extérieur. Le mur épithélial du comédon étiré, devient plus fin et finit par se
rompre avec extrusion du contenu dans le derme et réaction inflammatoire.

Les comédons ouverts sont rarement inflammatoires et constituent


probablement des lésions arrivées à maturité après être passées par le stade de
comédons fermés.

Néanmoins, l’apparition des boutons peut être limitée grâce à des produits
adaptés.

81
c. Le teint terne
La perte d’éclat du teint peut correspondre au teint cireux caractéristique
des peaux grasses associées à des pores dilatés, ou être une des conséquences du
vieillissement cutané dû à :

l’épaississement de la couche cornée par accumulation de cellules mortes


qui diminue la transparence de l’épiderme
l’amincissement de l’épiderme
le ralentissement de l’activité et du renouvellement des kératinocytes
la densité mélanocytaire accrue et irrégulière.

Le teint terne peut aussi être la conséquence d’agressions extérieures comme


la fumée de cigarette, la pollution ou le stress (lien entre la peau et son
environnement).

d. Les cernes et les poches


La zone du contour de l’œil est la plus fragile du visage, la peau y est 5 fois plus
fine. Cette zone est particulièrement délicate et fragile.
Les cernes apparaissent en cas de fatigue et sont principalement liés à un trouble
de la pigmentation de la peau et à des capillaires fragilisés. En effet une
diminution de la microcirculation sanguine se traduit par des capillaires sanguins
plus foncés, plus marqués et plus visibles. Les parois vasculaires étant alors
moins élastiques et moins étanches, du sang va passer des capillaires vers le
milieu interstitiel. L’hémoglobine s’accumule alors dans la partie infra-orbitale
et se dégrade par oxydation en biliverdine, bilirubine ou en fer, à l’origine de la
coloration caractéristique des cernes.

82
Les poches sous les yeux sont quant à elles provoquées par des dérèglements des
flux d’eau. Avec l'âge, les 15 000 battements de cils par jour finissent par
affaiblir les fibres de soutien du contour de l’œil et la peau se relâche. Aussi, les
vaisseaux sanguins et lymphatiques, qui nourrissent les cellules de cette zone,
fonctionnent au ralenti. Les échanges entre les cellules se font mal. Cela induit
une rétention d'eau, les paupières gonflent formant les poches. (80)
Les définitions des poches prémalaires sont multiples, presque aussi nombreuses
que leurs auteurs, et leur physiopathogénie reste encore discutée. Les premiers
territoires du visage touchés par le vieillissement sont souvent les régions
palpébrales et périorbitaires. Chez le sujet jeune, le muscle orbiculaire forme un
cercle musculaire serré autour de l’orbite osseuse. Avec l’âge, le muscle se ptôse
et la distance entre la ligne ciliaire inférieure et le bord inférieur du muscle
orbiculaire palpébral apparaît allongée (Figure 10) : c’est en réalité un effet en
trompe l’œil, surtout lié à la migration de la graisse et à l’apparition d’un sillon.
Dès la fin de la quarantaine, ces changements sont souvent évidents au niveau de
la paupière inférieure.

Figure 10 : les poches prémalaires

83
3. Les maladies de la peau du visage

La peau est à la fois pour nous un élément de santé et de beauté. Ainsi une
maladie de peau a un double impact. Premièrement sur la santé car elle porte
atteinte à notre peau qui est un organe protecteur et essentiel à notre corps dans
son ensemble. Et deuxièmement subsiste un impact négatif sur la beauté car
toute maladie de peau est visible par autrui, et bien souvent elle présente des
aspects disgracieux qui nous font perdre confiance en nous. (81)

Les maladies qui affectent la peau et ses parties sont appelées cutanées.
On les divise habituellement en catégories :
1. aiguës qui font éruption avec la fièvre et disparaissent avec elle.
2. chroniques qui sont sans fièvre et habituellement durent bien plus longtemps.

Classification des maladies de la peau


CLASSE I : Les macules

Ce sont des transformations localisées de la couleur native de la peau.


Le siège de la matière de la maladie se trouve entre la peau et l’épiderme, dans
le réseau cellulaire épidermique.
La couleur des macules est variée, rouge, brune, livide, noire, blanche.
Les taches blanches : deux maladies sont plus spécialement en cause :
le vitiligo , le pityriasis versicolor .
Parmi les taches roses, il y a beaucoup de maladies éruptives infantiles : la
rubéole, la roséole , la mononucléose infectieuse , la toxoplasmose , le lupus
érythémateux disséminé .

84
Les taches violine (sorte de rouge violacé) sont le plus souvent du purpura . La
lésion d'infarctus cutané est une tache rouge sombre ou grisâtre, irrégulière et
sensible. Son apparition est toujours d'origine vasculaire.
Les taches brunes sont constituées le plus souvent de dépôts de mélanine :
taches de vieillesse, taches de rousseur , taches de naissance , photodermatoses .
Les taches rouges sont essentiellement la rougeole , scarlatine , le
mégalérythème épidermique
Enfin, ces taches font éruption soit solitaires, soit en groupe.
Les traitements sont très variés, en fonction de la variété de la matière de la
maladie.
Les espèces de macules sont les suivantes :

Les lentigines
Ce sont des macules brunes, qui, par leur couleur, leur forme et leur taille,
rappellent les lentilles.
Les parties exposées au soleil, comme le visage, le dos des mains et plus
rarement la surface antérieure des jambes, sont habituellement affectées par ces
taches.

Les éphélides
Ce sont des macules brunes, larges, solitaires ou en groupe.

La couperose (goutte rose)


Il existe des grappes de macules rouges sur le visage et sur le nez.
Les espèces de couperose :
La couperose simple est une rougeur du nez et des parties
environnantes sans aucune aspérité, éruption, prurit ou desquamation,
toujours permanente. On la soigne par des purgations.

85
La couperose des nourrissons. Chez les nourrissons apparaissent des
macules rouges autour des joues et des lèvres, au centre desquelles on
voit un pore brun et sec. Ces taches restent longtemps, parfois elles se
transforment en croûtes de lait, mais pas toujours. Voir les croûtes de
lait.
La couperose variolique. Des macules rouges sur les joues, après des
varioles tolérées, restent parfois la moitié d’une année. Elles
disparaissent spontanément.

Causes de la couperose
 La rougeur associée à la rosacée est due à une dilatation anormale des
petits vaisseaux sanguins qui se trouvent à la surface de la peau.
Pour des raisons inconnues, ces vaisseaux s'élargissent, ce qui amène un afflux
de sang responsable de la rougeur et de la chaleur ressentie.
À cette dilatation s'associe un œdème de la peau (c'est-à-dire un gonflement et
une inflammation), qui favorise le développement de micro-organismes.
Le parasite microscopique demodex folliculorum, un petit acarien, se développe
alors de façon excessive et provoque des petits boutons.
 Facteurs génétiques comme autre cause de la couperose
Si la rosacée n'est pas à proprement parler une maladie génétique, elle est en
partie causée par des facteurs génétiques.

Les marques
La marque est un point de couleur écarlate, sur le visage ou sur une autre partie
du corps.

86
La peau rouge
C’est une rougeur sans macules, mais uniformément diffuse sur l’ensemble du
corps ou du visage ou de toute autre partie.
La rubéfaction de timidité. Les vaisseaux cutanés des joues sont dilatés
par la pudeur, comme lors d’une inflammation.
La rubéfaction du gel. Sous l’effet du froid, le visage et les mains
deviennent très rouges ; il y a des gens chez qui, souvent, cette
rubéfaction ne cesse pas de tout l’hiver.

La peau noire
C’est une peau noire sans macules, mais diffuse sur le visage ou une autre partie
ou la totalité du corps.
La peau est rendue noire si une humeur noire se dépose dans les cellules de
l’épiderme.
Assombrissement de la peau est le plus souvent due à une production excessive
de mélanine dans notre corps. Il ya différents facteurs responsables de ce
problème, comme l'exposition constante au soleil, le vieillissement, la
ménopause, la grossesse et la génétique

La peau blanche
C’est un blanchissement répandu sur le visage ou sur tout le corps.

La peau pale
C’est un blêmissement de la peau situé principalement sur le visage.

87
La peau grasse
C’est une brillance grasse de la peau, comme si elle avait été enduite de beurre.
La cause première est la dilatation relâchée des pores glandulaires ou qui
arrivent au tissu adipeux qui laisse transpirer l’huile sous-cutanée.

CLASSE II : Les pustules

Ce sont des tumeurs malignes ou bénignes de petite taille, rouges ou jaunes,


dont le sommet se transforme en pus ou en croûte purulente.
Le siège de la matière maladive semble résider soit dans les glandes cutanées,
soit dans les cellules sous l’épiderme.

Les pustules solitaires


Ce sont des pustules de petite taille, qui, aux temps chauds, font éruption en
solitaires, çà et là, sur le visage ou sur la poitrine, chez les jeunes gens ardents et
les jeunes filles. La plupart du temps, elles suppurent spontanément, se
dessèchent et disparaissent.

CLASSE III : Les papules


Ce sont de petites tumeurs, mais dures, qui soit se résorbent, soit rejettent de leur
sommet quelque chose d’humide, puis se dessèchent.
Elles diffèrent des pustules en ce sens qu’elles ne s’en vont pas en suppuration,
des vésicules en ce sens qu’elles ne sont pas aqueuses ; elles semblent résider
dans les glandes cutanées.

88
Causes des papules
On peut seulement les repérer selon la cause qui en est à l'origine :
Les causes infectieuses comme le prurigo qui démange beaucoup.
Les causes allergiques parmi lesquelles l’urticaire.
L'acné et la rosacée.
Certaines petites tumeurs comme les naevus , ou le lichen plan .
Le psoriasis qui présente en plus des squames,

Les espèces de papules sont les suivantes :

Les boutons
Ce sont des tubercules rouges, durs et petits, qui apparaissent çà et là, presque
exclusivement sur le visage.
Ils restent habituellement longtemps, sans douleur ni prurit, ne s’en vont pas en
suppuration comme le font habituellement les pustules du visage.

Le grutum ou milium
C’est un tubercule du visage, très blanc et très dur, mais tout à fait petit, qui, par
sa taille, sa couleur ou sa dureté, rappelle le grumeau ou le mil.

L’éléphantiasis
C’est une maladie dans laquelle non seulement toute la peau est semblable à la
peau d’un éléphant, c’est-à-dire qu’elle devient crevassée, noirâtre et épaisse,
mais qu’elle est en même temps dévastée partout par de grosses tubérosités.
Les signes et les symptômes de toute la maladie sont :
1. Une peau dure, épaisse, grasse, crevassée, rêche, privée de poils et pleine de
tubérosités.

89
2. Un engourdissement et une insensibilité surtout dans les jambes et les bras,
qui sentent à peine une piqûre d’aiguille.
3. Une déformation horrible du visage, les joues d’un rouge sombre.
4. Le front tout à fait rugueux, les yeux ronds, le nez retroussé, les narines
épaisses, fétides, obstruées, le rictus de la bouche satyrique, le menton aplati, la
voix rauque et nasale.
5. De grandes tubérosités sont présentes sur le visage et sur tout le corps,
spongieuses à l’intérieur et calleuses à l’extérieur, ce qui est le signe premier de
l’éléphantiasis.
6. La maladie une fois invétérée provoque des ulcères pourrissants, répand une
horrible puanteur, entretient de la vermine, les articulations et les doigts gonflent
horriblement, et, souvent, pourris, ils tombent.

CLASSE IV : Les croutes

La lèpre
Dans cette maladie, le visage et presque la totalité du corps noircissent et se
couvrent de tubercules, de verrucosités et de croûtes.

La mentagre
C’est une gale particulière située autour du menton et qui dégénère en croûtes.
L’exanthème labial
Il s’agit d’une éruption de vésicules, qui se développent sur les lèvres et qui
dégénèrent en croûtes plutôt petites.

90
CLASSE V : Les squames

L’impétigo
C’est une maladie dans laquelle apparaissent de nombreuses macules rouges,
dures, sèches, prurigineuses et rugueuses, et qui, débutant par le visage ou le
cou, gagnent tout le corps et se transforment soit en furfures, soit en minces
squames. Alors c’est presque un lichen de tout le corps.

CLASSE VI : Les callosités

La peau ridée
Chez les vieillards, un relâchement particulier de la peau ou l’habitude de plisser
continuellement le front fait que cela provoque des rides, surtout sur le front.
D’où la notion du vieillissement cutané :

Vieillissement cutané
Le vieillissement cutané (VC), très variable au même âge selon les individus, est
la résultante de facteurs individuels, conditionnés par la génétique et de facteurs
d’environnement dominés par les expositions solaires excessives et le tabac. Ces
facteurs sont très intriqués, notamment sur les parties découvertes et surtout au
visage.
Le VC est le premier motif de consultation en dermatologie esthétique et il faut
donc que le dermatologue sache bien analyser le type de vieillissement de son
patient pour lui faire les propositions thérapeutiques adaptées [82].
Les facteurs intrinsèques
Le vieillissement cutané chronologique, lié à l’âge, ou vieillissement
intrinsèque : Génétiquement programmé (horloge biologique), il est mieux

91
évalué sur les parties couvertes, car sur les zones découvertes, le
photovieillissement (PV), qui souvent prédomine, s’y surimpose [82].
Cliniquement, la peau est amincie, sèche, déshydratée, dépigmentée. Son
élasticité est diminuée, de même que sa densité. Ces modifications
modifications sont très
tr
progressives. La peau semble d’abord moins tonique, puis elle apparaît flétrie, et
enfin,
fin, chez le sujet âgé, elle forme des plis
plis comme un vêtement trop grand,
grand
d’autant qu’il existe une atrophie et une ptose concomitantes des structures sous-
sous
jacentes.
L’étude du microrelief cutané par la technique des empreintes montre une
accentuation des sillons, de même une direction privilégiée,
privilégiée, et une diminution
de leur densité (Figure 11aa et 11b).

Figure 11a et 11b : Vieillissement chronologique, chez


hez le sujet jeune(a) et un
sujet âgé(b)

92
Sur le plan physiologique, il y a diminution de la sécrétion sébacée et sudorale.
L’examen histologique confirme la diminution de tous les constituants de la
peau, sauf la couche cornée qui est plutôt épaissie .L’épiderme est aminci, aux
dépens du corps muqueux de Malpighi, le nombre de mélanocytes est diminué
(10 % tous les 10 ans), la jonction dermo-épidermique est aplatie, le derme
aminci, avec diminution de tous les éléments de la matrice extracellulaire, fibres
de collagène, fibres élastiques du derme papillaire et glycosaminoglycans de la
substance fondamentale, notamment l’acide hyaluronique. Les vaisseaux sont
dilatés car moins bien maintenus et protégés par ce tissu conjonctif dermique
affaibli. L’aplatissement de la jonction dermo-épidermique est lié à la fois à la
diminution, puis à la disparition des fines fibres élastiques oxytalanes et
élaunines qui forment l’armature des papilles dermiques et à des modifications
de la jonction elle-même : faiblesse des hémidesmosomes (diminution des
intégrines), diminution de la laminine 5 constituant de la lamina lucida, du
collagène IV d’où amincissement de la lamina densa et altérations des plaques
d’ancrage, du collagène VII avec diminution des fibrilles d’ancrage. Il en résulte
une perte de connexion épiderme/derme expliquant les ridules et cet aspect de
vêtement trop grand et parfois même des décollements bulleux dermo-
épidermiques chez le sujet très âgé. Sur le plan physiologique, il y a diminution
de la sécrétion sébacée et sudorale.
Les mécanismes sont complexes et certains sont communs avec ceux du PV [83]
: raccourcissement des télomères témoignant de la sénescence réplicative
cellulaire [84], apoptose et mort cellulaire, activation de p53, altérations de
l’ADN, turn-over cellulaire diminué de 50 % de 20 à 70 ans, mutations de
l’ADN mitochondrial, activation du complexe AP-1 composé des protéines c-
Jun et c-Fos, interférence avec la synthèse des collagènes I et III qui est
93
diminuée, blocage de TGF-β diminuant aussi la synthèse du collagène et
production de métalloprotéases (MMP) 1 (collagénase), 3 (stromélysine-1), 9
(gélatinase) dégradant le collagène, glycation des protéines au niveau de
l’élastine et surtout du collagène et enfin, rôle délétère des radicaux libres.

Les facteurs extrinsèques


Le photovieillissement (PV) ou héliodermie, lié à l’effet des rayonnements
solaires est l’élément essentiel [82] :
Le « capital soleil » qui est le temps personnel calculé à l’échelle de la vie
durant lequel nous pouvons nous exposer au soleil sans conséquences néfastes,
varie beaucoup en fonction des phototypes. La peau des sujets au phototype
clair, blond et surtout roux vieillit beaucoup plus rapidement que celle des sujets
qui ont une peau mate ou foncée. L’intensité et la durée des expositions solaires
conditionnent aussi le PV qui débute dès l’enfance, car la peau «se souvient »
des UV reçus pendant toute la vie.
Au niveau du visage, du fait de l’élastose solaire, la peau est jaunâtre, citréine,
avec des orifices folliculaires dilatés.
Souvent épaissie, mais parfois au contraire amincie, elle est tachetée de lentigos
solaires brunâtres lisses et parfois déjà de kératoses actiniques grisâtres ou
rouges et rugueuses. Elle a perdu ses propriétés biomécaniques, en particulier
son élasticité, et apparaît flasque et distendue. Des comédons et des microkystes
sont souvent présents dans les régions temporomalaires (élastoïdose à kystes et
comédons de Favre et Racouchot). Des adénomes sébacés parsèment les zones
les plus séborrhéiques, front, nez, joues. La couperose est fréquente sur les zones
les plus insolées : dos du nez, joues, arcades sourcilières, houppe du menton.
Cette peau élastosique est parcourue de rides plus ou moins profondes, « plissé

94
soleil » de la lèvre supérieure, bon marqueur de l’excès de soleil pour la qualité
de la peau, mais aussi rides de la patte d’oie, rides frontales et glabellaires et
celles des joues (Figure 12).

Figure 12 : Photovieillissement. La peau citréine est parcourue de rides


profondes.

Ces rides sont perpendiculaires à la direction de contraction des muscles et


n’existent pas chez le sujet jeune dont la peau a toutes les qualités
biomécaniques pour suivre sans se marquer de rides les mouvements
musculaires. Ces rides témoignent beaucoup plus du PV que de l’âge. On
distingue aussi les rides superficielles d’héliodermie, les rides profondes
d’expression dans les zones de mobilité du visage, les rides profondes de
froissement dues à la pesanteur ou à des contraintes positionnelles nocturnes, les

95
plis d’affaissement qui ne sont pas de véritables rides. Mais cela est assez
artificiel, car le PV joue toujours un rôle important dans la genèse des rides de
tous types.
Au cou, sur les faces latérales et le décolleté, la très inesthétique érythrose
interfolliculaire ne respecte que le losange situé à l’ombre du menton. Au niveau
de la nuque, la peau est épaissie, parcourue de rides profondes entrecroisées
(nuque losangique).
À la face d’extension des membres, la peau est très amincie, en pelure d’oignon,
parsemée de lentigos solaires et aux jambes de petites taches blanches
(hypomélanose en gouttes). Par contraste, la peau des faces de flexion, beaucoup
moins exposée, a peu d’altérations. Les vaisseaux sont fragiles, car mal protégés
dans cette peau amincie et il y a du purpura de Bateman au moindre
traumatisme, suivi de pseudo-cicatrices stellaires « spontanées », nacrées.
C’est dans cette localisation que la fragilité cutanée, la « dermatoporose » par
comparaison à l’ostéoporose est la mieux visualisée [85].
Au photovieillissement , s’ajoute un risque accru de cancers cutanés photo-
induits, carcinomes basocellulaires surtout au niveau du visage, spinocellulaires,
souvent précédés de kératoses actiniques, sur le visage, le dos des mains, les
faces d’extension des membres, mélanomes sur toutes les régions insolées du
corps et du visage. Cependant, il n’y a pas toujours parallélisme entre le degré
de vieillissement cutané et l’apparition de cancers.
Sur le plan histologique, les altérations témoignent bien du niveau de pénétration
des UV et ce sont l’épiderme (niveau UVB est fortement énergétiques) et le
derme superficiel (niveau UVA est moins énergétiques) qui sont lésés (Figure
13).

96
Figure 13. Photovieillissement. Altérations de l’étage supérieur de la peau
correspondant au niveau de pénétration des UV (UVB pénétrant l’épiderme,
UVA, moins énergétiques, mais pénétrant l’épiderme et toute la hauteur du
derme
rme papillaire). Épiderme atrophique, derme occupé par de grosses masses
élastosiques orcéinophiles ne respectant que l’espace de Grenz sous l’épiderme.

Les infrarouges, faiblement énergétiques, pénètrent jusqu’à l’hypoderme et


pourraient participer à un moindre degré au PV. Mais le schéma selon lequel les
UVB seraient surtout responsables des cancers et les UVA du vieillissement est
trop simpliste et l’on insiste actuellement sur le rôle conjoint des UVA dans
l’apparition des cancers.
L’épiderme est amincii avec parfois déjà quelques atypies cellulaires, une perte
de polarité des kératinocytes et une augmentation et une dispersion irrégulière
de la mélanine, mais c’est l’élastose actinique qui est l’élément le plus
caractéristique, formant dans le derme superficiel,
sup làà où il y avait auparavant des
fibres élastiques fines et délicates, et aussi dans la partie supérieure du derme
97
réticulaire, de gros blocs d’élastine responsables de l’aspect jaunâtre de la peau.
Seule une mince bande sous-épidermique, l’espace de Grenz, est respectée. Ces
fibres élastosiques sont anormales dans leur structure avec des amas de
microfibrilles (aspect tigré caractéristique en microscopie électronique) et dans
leur composition (rapport desmosine/hydroxyproline 4 fois supérieur à la
normale). Le derme réticulaire est moins altéré, mais on y remarque une
diminution des fibres collagène. On comprend que ces modifications de texture
et d’épaisseur de la peau puissent altérer ses propriétés biomécaniques et
expliquer sa perte d’élasticité et son aspect flétri. Les macromolécules de la
substance fondamentale du derme, protéoglycanes et glycosaminoglycanes, sont
augmentées. Leur dépôt préférentiel au niveau de la zone élastosique et leurs
anomalies de structure pourraient expliquer qu’elles ne remplissent plus leur
fonction d’hydratation. Il existe, surtout dans la période précoce du PV, un
infiltrat inflammatoire à polynucléaires qui se dissipe dans les phases plus
avancées. Les vaisseaux ont une paroi épaissie avec duplication de leur
membrane basale si l’hélioderme est encore peu importante, mais ensuite, les
vaisseaux se raréfient et ont des parois amincies et des zones de dilatation focale.
Le nombre des glandes sudorales est diminué, alors que les glandes sébacées
sont hyperplasiques, sans augmentation de leur sécrétion.
Au niveau des rides, on retrouve toutes ces altérations dermo-épidermiques,
mais il a été démontré au niveau des rides frontales, que les retinacula cutis, fins
et délicats chez le sujet jeune, deviennent chez le sujet âgé courts, trapus et épais
avec en leur sein des myofibroblastes, attirant la peau en profondeur, en
combinant leur action à celle de l’hypertonie musculaire, expliquant la
permanence de certaines rides.
Les mécanismes impliqués sont complexes et certains sont communs à ceux qui
98
interviennent dans le vieillissement chronologique et à ceux qui favorisent les
cancers cutanés. Ils intriquent :
des altérations de l’ADN, car les phénomènes d’excision réparation sont
débordés par les expositions cumulatives excessives (risque de cancers), des
mutations de p53 et de l’ADN mitochondrial ;
les dégâts oxydatifs liés aux espèces réactives de l’oxygène, radicaux libres
oxygénés (anion superoxyde et radical hydroxyle), molécules réactives non
radicalaires (peroxyde d’hydrogène, oxygène singulet) sont au premier plan
dans le PV et ceci d’autant plus que les défenses anti-radicalaires sont
insuffisantes dans la peau, les vastes espaces extracellulaires du derme étant
pauvres en enzymes intra-cellulaires anti- radicalaires et en systèmes non
enzymatiques (scavengers et quenchers). De plus, chez les sujets à
phototype clair, les UV sont peu absorbés par la mélanine, et chez les roux
les phaeomélanines sont elles-mêmes génératrices de radicaux libres. Les
cibles de ces espèces réactives de l’oxygène très instables sont l’ADN, les
membranes cellulaires, les protéines et la plupart des structures de la peau.
Les mutations de l’ADN mitochondrial induites par le vieillissement
favoriseraient la production d’espèces réactives de l’oxygène et altéreraient
l’expression et l’activité des enzymes anti-oxydantes [86].
L’activation d’AP-1, plus marquée que dans le vieillissement. lié à l’âge
favorise à la fois un défaut de synthèse du collagène et une augmentation de
sa dégradation car AP-1 contrôle à la fois l’expression des gènes de la
synthèse des procollagènes I et III et de ceux qui codent pour les
métalloprotéinases (MMPS). Les espèces réactives de l’oxygène modifient
aussi le programme génétique des fibroblastes en augmentant l’expression
du gène de l’élastine, d’où production abondante d’élastine anormale, et
99
l’expression des gènes des MMPS. Ces MMPS, dont il existe 14 variétés,
détruisent le collagène surtout, mais aussi l’élastine, les protéoglycanes, la
laminine. L’équilibre normal entre les MMPS et leurs inhibiteurs est
déplacé vers l’augmentation des MMPS. Enfin, la sensibilité des
fibroblastes aux signaux de transduction des facteurs de croissance tels que
le TGF-β kératinocytaire est altérée d’où diminution de leur capacité de
division ;
l’intégrine β-kératinocytaire est diminuée, alors que l’involucrine est
augmentée ;
l’activité télomérase est augmentée sans que le raccourcissement des
télomères ait été démontré dans le PV ;
et enfin, la diminution de l’immunosurveillance de la peau par les cellules
de Langerhans augmente le risque de cancers.

Autres facteurs d’environnement


Le rôle d’autres facteurs d’environnement, tels que la pollution est encore peu
documenté en ce qui concerne le vieillissement cutané. Ce sont plutôt des effets
irritatifs ou allergéniques qui sont constatés, mais le rôle éventuel de la pollution
est difficile à individualiser, à cause de l’intrication avec les autres facteurs du
vieillissement cutané et parce que ces polluants sont multiples. La pollution par
l’ozone déclenche l’oxydation des lipides des membranes des cellules
épidermiques et produit des radicaux libres et une déplétion en vitamines E et C
anti-oxydantes.
Les conséquences sur la peau sont donc multiples : elle se déshydrate, elle
s’encrasse, elle devient irritable et le teint devient terne. Mais chaque peau est
unique et ne réagira pas de la même façon aux agents polluants, à l’absorption
100
cutanée en fonction de sa capacité d'absorption et aux conditions extérieures
(température, taux d’humidité).
Des études scientifiques ont également mis en évidence les effets négatifs de la
pollution sur le taux d'hydratation et sur la desquamation excessive. La peau
perdrait souplesse et éclat.

CLASSE VII : Les excroissances cutanées


Ce sont de petites tumeurs, qui font saillie au-dessus du niveau de la peau.
Ces maladies semblent provenir d’un afflux trop abondant et d’une adhérence de
suc nutritif.
Les genres de cette classe sont :

La verrue
C’est un tubercule dur, rude, indolore, dépassant de la peau.
Elle apparaît sur le visage et les mains, rarement sur d’autres parties.

En résumé
Si on parle de problèmes ou de maladies de la peau on s’intéresse le plus
souvent aux dermatoses faciales les plus courantes qui sont : l’acné, la dermatite
séborrhéique et la rosacée.
Chacune a son profil clinique et épidémiologique particulier.

La rosacée
La rosacée se caractérise principalement par une composante prédominante,
l’érythème.
Quelle qu’en soit la forme clinique, l’impression de visage rouge est celle qui

101
vient en premier lorsqu’on voit un patient atteint de rosacée. L’érythème facial
est d’ailleurs l’une des plaintes principales des patients. Cette rougeur tient à la
sémiologie élémentaire qui est principalement vasculaire, mais aussi à la
composante érythémateuse périlésionnelle qu’on voit autour des papules et des
pustules. Si la physiopathologie de l’acné a fait l’objet de travaux extrêmement
nombreux, il n’en est pas de même pour la rosacée, qui garde toujours une part
de mystère.
Aucune théorie ne peut à elle seule expliquer l’ensemble des signes de la
maladie [88]. Contrairement à l’acné, elle dure beaucoup plus longtemps, et il
n’existe pas de traitement curateur connu.
La maladie souffre encore d’une confusion avec l’acné, et il faut tout à fait
abandonner le terme ancien et impropre d’« acné rosacée » qui continue à
perturber le raisonnement physiopathologique.
C’est une dermatose faciale fréquente qui retentit sur la qualité de vie de façon
importante. La maladie est liée à un dysfonctionnement de la circulation faciale
qui s’associe à des manifestations inflammatoires chroniques et récidivantes.
Les papulopustules résultent d’une colonisation accrue par Demodex
folliculorum, parasite qui héberge des bactéries ayant peut-être un rôle pro-
inflammatoire propre. Il n’existe pas de traitement étiologique de la rosacée,
mais une gamme de possibilités de prise en charge symptomatique selon les
formes cliniques. Une meilleure connaissance de la physiopathologie devrait
sans doute offrir à l’avenir de nouvelles possibilités thérapeutiques agissant en
amont du processus initial.
Enfin, la rougeur du visage est une source de souffrance pour les patients,
d’altération de la qualité de vie, celle-ci étant souvent associée au préjugé de
l’alcoolisme qui est l’idée reçue la plus répandue concernant la rosacée [89].
102
L’acné

L’acné est une maladie inflammatoire chronique du follicule pilosébacé qui


survient à l’adolescence le plus souvent et fait intervenir trois acteurs dans son
développement : le kératinocyte du follicule pilosébacé, la glande sébacée, et
une bactérie anaérobie propionibacterium acnes. L’immunité innée jouant un
rôle important dans son développement, l’acné est classée dans le cadre des
maladies « auto-inflammatoires chroniques ».
La forme commune de l’acné est l’« acné juvénile polymorphe ». Les autres
types d’acné sont considérés comme des formes cliniques.

La dermatite séborrhéique
La dermatite séborrhéique est une dermatose chronique et récidivante.
Sa prévalence est augmentée au cours de certaines pathologies, telles que
l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine, la maladie de Parkinson
ou les syndromes dépressifs. Cette dermatose se caractérise par des lésions
érythématosquameuses survenant dans les régions où l’activité sébacée est
maximale. Deux phénomènes jouent un rôle clé dans la physiopathologie de la
dermatite séborrhéique : la séborrhée et les levures du genre Malassezia.
L’implication de la séborrhée dans la physiopathologie de la dermatite
séborrhéique repose d’une part sur des arguments chronologiques ; en effet,
cette dermatose survient aux âges où l’activité sébacée est maximale : chez le
nouveau-né et l’adulte jeune. Un autre argument est d’ordre topographique : en
effet, cette dermatose se localise dans les régions où l’activité sébacée est la plus
élevée : la zone médiofaciale, le cuir chevelu et la région présternale.
Cependant, même si certaines études observent des taux accrus de séborrhée
103
chez les malades [89] d’autres à l’inverse ne constatent pas de différence de
séborrhée [90] Il est par ailleurs troublant de constater que les sujets acnéiques
avec une forte séborrhée ne présentent que rarement une dermatite séborrhéique.
D’autre part, une étude originale a objectivé que les régions préférentiellement
atteintes par la dermatite séborrhéique avaient une température supérieure aux
autres régions de la face [91] Cela peut être lié au fait que la température
cutanée varie en fonction de la composition lipidique sur la surface cutanée.

4. Pénétration percutanée des produits cosmétiques

L'une des principales fonctions de la peau est la fonction de barrière. Elle permet
à la peau de ne pas perdre d'eau et d'électrolytes et empêche la pénétration de
molécules de l'environnement. Cette « barrière » n'est cependant pas infaillible,
et cette perméabilité relative est mise à profit pour la pénétration percutanée des
cosmétiques.
La pénétration percutanée est un élément indispensable pour comprendre les
réactions possibles de l'organisme à une substance appliquée sur la peau.
Le passage transcutané n'est pas dû à des phénomènes de transport actif, mais il
est dominé par des mécanismes de diffusion passive à travers les membranes.
Ces mécanismes de diffusion sont régis par la loi de Fick.
Un actif cosmétique peut traverser le stratum corneum selon deux principales
voies de passage: la voie intercellulaire et la voie intracellulaire (transcellulaire).
La voie la plus commune est la perméation intercellulaire (92) et, par
conséquent, la barrière principale est la matrice lipidique (93,94). Des études ont
montré que la fonction barrière ne dépendait pas seulement de la composition
du stratum corneum mais aussi de son organisation structurale.

104
La voie intercellullaire est préférentiellement utilisée par les molécules
amphiphiles ou lipophiles.
Le passage intracellulaire est surtout emprunté par les molécules de petites
tailles : les molécules traversent les cornéocytes eux-mêmes. Cette voie est
majoritaire dans les couches les plus externes de la couche cornée. En effet, les
cornéocytes en voie de desquamation sont plus perméables.
Le passage transfolliculaire fait intervenir les follicules pilo-sébacés. Cette voie
peut conduire les molécules directement dans le derme. Plus le nombre de poils
sera important dans la zone d'application, plus la pénétration se fera par cette
voie.

Facteurs influençant la pénétration percutanée des cosmétiques

1) L’état de la peau
Certains états plus ou moins pathologiques vont faciliter l’absorption des
produits cosmétiques (inflammations, poussées psoriasiques, lésions de grattage,
etc.) par augmentation de la perméabilité cutanée.
L’effet procuré après l’application d’un cosmétique sera différent d’une
personne à une autre à cause de la variabilité qu’il existe depuis toujours entre
chaque individu, en particulier avec l’âge.
L’élimination d’une partie du FHL de surface par des détergents ou des solvants
aide à la pénétration des actifs. De même, une hyper-hydratation de l’épiderme
va accentuer l’espace entre les cornéocytes et donc la diffusion des molécules.

2) La nature physico-chimique de la substance active


Une molécule hydrophile aura tendance à emprunter la voie transcellulaire, alors
qu’une molécule lipophile passera plutôt dans les espaces intercellulaires ou les

105
annexes cutanées. Mais pour diffuser dans les couches plus profondes, la
molécule devra présenter un caractère hydrophile. Il est donc astucieux d’utiliser
des molécules amphiphiles ou des tensioactifs qui possèdent une attirance à la
fois pour les lipides et pour l’eau.
Si la concentration de l’actif est à sa saturation, son dégagement du véhicule sera
facilité. Moins, il aura d’affinité pour ses excipients et plus il s’en détachera
aisément.

3) Le véhicule
C’est celui qui transporte, renferme la molécule active et la cède au film
hydrolipidique de surface dans lequel il se mélange. Ce véhicule aura peu de
possibilités de pénétration mais il peut faciliter celle des substances actives.
Les émulsions de nature hydrolipidique favorisent l’intrusion contrairement aux
gels hydrophiles qui ont tendance, suite au film polymère qu’ils déposent sur la

peau, à ne pas favoriser la pénétration des principes actifs. Les


véhicules anhydres sont lipophiles, leur action sera donc plutôt superficielle.
Mais, leur pouvoir occlusif va augmenter l’hydratation de la peau et donc
éventuellement favoriser le passage des molécules hydrophiles.
La formulation d’un produit cosmétique fini et prêt à être utilisé dans son
conditionnement est dite primaire. Lorsqu’il va être mis sur la peau, certains
excipients aqueux et volatils vont s’évaporer tandis que d’autres vont être
absorbés par la peau. La concentration de la molécule active, enfermée
initialement dans ces excipients, va donc être modifiée : on parle de formulation
secondaire. L’actif peut alors se retrouver à saturation dans l’excipient ce qui,

comme on l’a dit ci-dessus, va augmenter sa pénétration. [3, 95, 96, 97]

106
Chapitre IV : Les produits cosmétiques

1. Définition d’un produit cosmétique

La définition du cosmétique apparaît dès l’article premier de la directive : « On


entend par produit cosmétique toute substance destinée à être mise en contact
avec diverses parties superficielles du corps humain, notamment l’épiderme, les
systèmes pileux et capillaire, les ongles, les lèvres et les organes génitaux
externes, ou avec les dents et les muqueuses buccales, en vue, exclusivement ou
principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les
protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles. »

En annexe de la directive est publiée une liste selon l’inventaire européen des
matières premières cosmétiques, où figurent en annexe I toutes les substances
utilisables, en annexe II les substances prohibées, en annexes III, IV, VI, VII
celles soumises à restriction d’usage (III) ou bien réglementées telles que les
colorants (IV), les conservateurs (VI), les filtres solaires (VII).

2. Frontières entre cosmétique et médicament

Le cosmétique, dont la fonction première est de nettoyer et d’embellir, a été


longtemps considéré sans activité thérapeutique curative. Avec la naissance des
« cosméceutiques », ou cosmétiques « actifs », les produits cosmétiques peuvent
revendiquer un rôle cosmétique complémentaire, bénéfique pour le patient et
avec un risque cutané très faible.
Cette nouvelle classe de cosmétiques est définitivement reconnue avec la
directive européenne relative aux cosmétiques (76 /768 Communauté

107
européenne [CE]), mais avec obligation pour le fabricant d’évaluer la sécurité
pour la santé humaine et l’efficacité des produits avant leur commercialisation.
Néanmoins, les méthodes sont laissées au libre arbitre des fabricants. Ainsi, la
cosmétologie active n’en est qu’à ses balbutiements et une réglementation
propre mériterait d’être définie, comme elle existe déjà pour les médicaments
topiques.
Les cosmétiques (grec kosmeticos, de cosmos [parure]) ont été longtemps
considérés comme des produits anodins, sans risque. Ainsi, aucune
réglementation spécifique française n’était définie en dehors des méthodes
officielles d’analyse.
La frontière entre médicament et produit cosmétique est parfois difficile à
définir.
Définition :Code du médicament « On entend par médicament toute substance
ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou
préventives à l'égard des maladies humaines ou animales, ainsi que toute
substance ou composition pouvant être utilisée chez l'homme ou chez l'animal
ou pouvant leur être administrée, en vue d'établir un diagnostic médical ou de
restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une
action pharmacologique, immunologique ou métabolique » (98).
On pourrait dire que le médicament présente une efficacité thérapeutique vis-à-
vis d’un individu malade, le produit cosmétique présente une efficacité «
physiologique » limitée à l’enveloppe cutanée ou muqueuse d’un individu sain
ou présumé tel et ne constitue en aucun cas un traitement pour un individu
malade.
La différenciation sera néanmoins toujours délicate, les critères de définition du
médicament pouvant s’appuyer sur la présentation, la fonction, la composition,
108
le vocabulaire employé. Selon les revendications, un produit peut donc être
cosmétique ou médicament.
Ainsi, un produit anti-acnéique est un médicament, l’acné étant une maladie, la
même formule considérée comme « régulatrice de la sécrétion sébacée » est un
produit cosmétique.
Sur un plan législatif, le produit cosmétique n’est pas soumis à une autorisation
de mise sur le marché, l’évaluation du rapport bénéfice-risque étant spécifique
au médicament.
L’exigence prévue par les textes est l’absence de nocivité pour la santé. Il
incombe aux fabricants de garantir que leurs produits satisfont aux exigences
législatives, réglementaires et ne présentent aucun danger pour la santé (98).

a) Cosméceutiques ou cosmétiques « actifs »

La vocation première d’un cosmétique est donc d’« embellir » (kosmos


[parure]), de nettoyer, fonction renforcée par la définition de la directive qui fait
du cosmétique un produit à usage local sans activité thérapeutique curative.

Ainsi, en cosmétologie, toute référence à un produit, même d’hygiène, pour le


soin des peaux malades est théoriquement, selon la définition européenne,
interdite. Mais, progressivement, les firmes dermocosmétologiques ont
développé des produits cosmétiques de soin ou d’hygiène revendiquant un rôle
cosmétique complémentaire ou traitant des maladies cutanées. Ces produits,
dont l’utilisation serait bénéfique pour le patient et le risque cutané très faible,
appartiennent à la cosmétologie « de soin » (à effet durable) [104]. C’est en
1961 que Raymond Reed, un des pères fondateurs de la société des chimistes

109
cosméticiens, inventa le terme de « cosméceutiques », qu’il définit comme
[99, 105, 106] :

des produits scientifiquement définis pour l’application externe sur la


peau humaine ;
utiles et recherchés par la clientèle ;
comportant des propriétés cosmétiques ;
une standardisation rigoureuse à la fois chimique, physique et médicale.

C’est ainsi que le ministère de la Santé en France a créé le visa « PP » (produit


publicité), reconnaissant à certains cosmétiques « autres qu’un médicament » le
pouvoir d’atténuer, d’améliorer, de modifier des fonctions organiques avec
des réserves restrictives de langage publicitaire. Ce visa PP est valable pour
certains cosmétiques de soin en complément des traitements des peaux « à
tendance acnéique » et pour l’« hypersudation ». La frontière entre le
médicament et le cosmétique devient alors ambiguë. Dans le Code de la Santé
publique, article L511, le médicament est défini comme « toute substance ou
composition représentée comme possédant des propriétés curatives ou
préventives à l’égard des maladies humaines ou animales, ainsi que tout produit
pouvant être administré à l’homme ou à l’animal en vue d’établir un diagnostic
médical ou de restaurer, de corriger ou de modifier leurs fonctions organiques. »

Devant ce vide juridique, la différence entre un médicament et un cosmétique «


actif » ou de « soin » n’est plus basée sur l’activité revendiquée puisque les deux
produits peuvent posséder des propriétés curatives ou préventives en fonction de
la catégorie à laquelle ils appartiennent, ni même sur les ingrédients qui les
constituent (certains principes actifs sont communs aux cosmétiques et aux

110
médicaments ; néanmoins, il existe en annexe II une liste de substances
interdites en cosmétologie comprenant des médicaments), mais sur la simple
revendication [101]. Aussi, les fabricants de dermocosmétiques jonglent avec la
composition de leur produit afin de ne pas être dans le monde du médicament.
C’est ainsi que sont multipliés les dérivés actifs de la vitamine A. L’acide
rétinoïque, aux propriétés antiacné et antiâge, dans un produit cosmétique, fait
systématiquement de lui un médicament, alors que tout ester de vitamine A, le
rétinol ou le rétinaldéhyde, bien que précurseurs de vitamine A acide, sont
autorisés en cosmétologie.

De même, la simple revendication publicitaire peut faire d’un produit un


médicament ou un cosmétique. En 1991, la cour de justice de Hertogenbosch
(Pays-Bas) estima que l’alopécie hippocratique n’était pas une maladie et que le
minoxidil n’était pas un médicament. Le laboratoire Upjohn fit alors appel
auprès de la cour de justice de l’Union européenne qui statua qu’une substance
est un médicament si elle a pour but de modifier la structure ou une fonction de
l’organisme sans pour autant avoir l’intention d’agir sur l’état morbide. Comme
le minoxidil montre une action sur la croissance du cheveu, la cour stipula qu’il
s’agissait d’un médicament. Il en résulte qu’un cosmétique peut être rebaptisé
médicament !

b) Mise sur le marché

Un cosmétique est Substance non médicamenteuse appliquée sur la peau, les


muqueuses ou les dents en vue de les nettoyer, de les protéger, d'en modifier
l'aspect ou l'odeur.
La différence entre le médicament et le cosmétique dit actif est parfois minime,

111
concernant les revendications publicitaires, mais elle est fondamentale pour les
firmes dermocosmétiques et la mise sur le marché du produit.
Depuis la loi française de 1975 et la directive européenne, l’obligation de
réaliser un dossier pour tout nouveau produit cosmétique est imposée au
fabricant ou à son mandataire ou à la personne pour le compte de laquelle un
produit cosmétique est fabriqué. Le monde de la cosmétique évoluant très vite
(on considère en France que 30 % des cosmétiques sont renouvelés chaque
année), ce dossier peut être constitué dans des délais très courts, contrairement
au dossier d’autorisation de mise sur le marché des médicaments. En effet, pour
ces derniers, la procédure est longue (une dizaine d’années), coûteuse et
rigoureuse, avec des études d’innocuité et d’efficacité réalisées en double insu
contre placebo, puis contre le produit de référence sur animal, puis sur les
volontaires sains, et enfin sur les malades.
Le dossier cosmétique, quant à lui, doit être à la disposition des autorités de
contrôle, à l’adresse mentionnée sur l’étiquette, et contenir les informations
suivantes [103] :

– formule qualitative et quantitative du nouveau produit ;

– spécifications physicochimiques et microbiologiques ;

– conditions de fabrication et de contrôle ;

– évaluation de la sécurité humaine ;

– effets indésirables de ce produit cosmétique ;

– preuves des effets revendiqués lorsque la nature de l’effet ou du produit le


justifie.

112
Les études du dossier cosmétique ne doivent plus être réalisées sur l’animal en
application de l’article de la directive 76/768 CE qui stipule que les États
membres interdisent la mise sur le marché de produits cosmétiques comprenant
« des ingrédients ou combinaison d’ingrédients expérimentés sur animaux »,
sauf « s’il y a eu des progrès insuffisants dans la mise au point de méthodes
pouvant se substituer de manière satisfaisante à l’expérimentation animale…».
Cette décision, applicable à partir du 1er janvier 1998 dans tous les pays de la
CEE, a été repoussée par la directive 97/18 CE au 30 juin 2000 [101].
Évaluation de la sécurité pour la santé humaine du produit fini (profil
toxicologique), il faut faire appel à un expert qui, en fonction des informations
fournies sur le produit (liste des ingrédients, zone d’application, population
ciblée, fréquence d’utilisation…), déterminera si celui-ci présente des risques
pour la santé humaine. Cet expert pourra ainsi apporter des conseils
d’utilisation supplémentaires ou indiquer les intolérances possibles
(muqueuses, yeux…).
Ces produits ne devraient-ils pas être évalués comme des médicaments
topiques ?
Afin de protéger le consommateur contre la publicité mensongère, il est
demandé de déposer, dans le dossier cosmétique, « les preuves des effets
revendiqués par le produit lorsque la nature le justifie », mais il n’est donné
aucune précision sur la preuve qui doit être fournie ni de son mode
d’évaluation ; elle dépend de la volonté du fabricant. Là encore, on est loin de
la rigueur du médicament aves des études d’efficacité en double insu, contre
placebo et contre le produit de référence.
Cette nécessité de « preuves » impose de créer un document qui pourra être

113
consulté par l’autorité chargée du contrôle et par toute entité juridique
remettant en cause le message publicitaire, mais encore faut-il pour cela que les
modes d’évaluation soient définis.
C’est ainsi qu’en 1994, un groupe d’experts européens, l’European group for
the Efficacy Measurements on Cosmetics and Other topical products(EEMCO
group), autorité scientifique non contestable , a eu pour mission de valider la
preuve fournie ,surtout dans le domaine des méthodes instrumentales ( bon
usage , avantages et limites de la méthode , validité des informations) [102].
De même , sous l’instigation de la Direction générale de la concurrence , de la
consommation et de la répression des fraudes ( DGCCRF) , un groupe
d’experts a apprécié les différents types d’essai ( méthodologie , choix des
volontaires , conditions de l’essai) permettant de constituer la preuve
d’efficacité revendiquée et la nature des informations ( critères d’appréciation
retenus , expression des résultats , interprétation ), qu’il faut nécessairement
retrouver dans les rapports d’étude. La preuve doit être faite sur les
« ingrédients actifs », mais aussi sur le produit fini, en égard de l’influence de
la galénique sur la pénétration transcutanée.
L’apparition, dans le monde de la beauté, de cosmétiques dits « de soin » ou de
« cosmeceutiques » a entrainé une reconnaissance tacite d’une activité aux
produits cosmétiques, avec le pouvoir d’atténuer et/ou de modifier. Malgré
l’apparition d’une législation française puis européenne avec obligation d’un
dossier pour mise sur le marché des produits cosmétiques, avec évaluation de la
sécurité et preuves de l’efficacité , le cosmétique mériterait une place définie
entre la réglementation en vigueur et rigoureuse des médicaments et de la
cosmétologie d’hygiène , de simple protection , et de parure ou de camouflage.

114
L’ère de la cosmétologie active n’en est qu’à ses balbutiements et la législation
doit protéger le consommateur, à la fois du risque thérapeutique et du message
publicitaire. Les firmes dermocosmétologiques ont institué un service de
qualité, assurance proche de la pharmacovigilance des médicaments, afin de
suivre les effets des cosmétiques et de protéger au mieux le consommateur.

3. Les catégories des produits cosmétiques

L’arrêté du 30 juin 2000 fixe la liste des catégories des produits


cosmétiques :
crèmes, émulsions, lotions, gels et huiles pour la peau (mains, visage,
pieds, notamment) ;
masques de beauté, à l’exclusion des produits d’abrasion superficielle de
la peau par voie chimique ;
fonds de teint (liquides, pâtes, poudres) ;
poudres pour maquillage, poudres à appliquer après le bain, poudres pour
l’hygiène corporelle et autres poudres ;
savons de toilette, savons déodorants et autres savons ;
parfums, eaux de toilette et eaux de Cologne ;
préparations pour le bain et la douche (sels, mousses, huiles, gel et autres
préparations) ;
dépilatoires ;
déodorants et antisudoraux.

Produits de soins capillaires :


teintures capillaires et décolorants ;
produits pour l’ondulation, le défrisage et la fixation ;

115
produits de mise en plis ;
produits de nettoyage (lotions, poudres, shampooings) ;
produits d’entretien pour la chevelure (lotions, crèmes, huiles) ;
produits de coiffage (lotions, laques, brillantines) ;
produits pour le rasage (savons, mousses, lotions et autres produits) ;
produits de maquillage et démaquillage du visage et des yeux ;
produits destinés à être appliqués sur les lèvres ;
produits pour soins dentaires et buccaux ;
produits pour les soins et le maquillage des ongles ;
produits pour les soins intimes externes ;
produits solaires ;
produits de bronzage sans soleil ;
produits permettant de blanchir la peau ;
produits antirides.

4. La réglementation des produits cosmétiques

Pour pourvoir vendre des produits cosmétiques le pharmacien d’officine doit


connaître et respecter la réglementation en vigueur, il est considéré comme
distributeur.
Il doit être capable de savoir « lire » les étiquettes des produits cosmétiques, et
en particulier la liste des ingrédients pour pouvoir l’expliquer aux patients et
répondre à leurs interrogations. Pour cela, il faut connaître les
principales matières premières qui composent les produits cosmétiques.

116
Il existe de nombreuses formes galéniques qui possèdent chacune divers atouts
et inconvénients. Il est important de faire leur distinction pour pouvoir choisir la
forme idéale en fonction des attentes du patient.
Pour pouvoir se repérer dans l’arsenal des gammes de produits
cosmétiques présentes sur le marché, il faut distinguer les grandes catégories :
les produits d’hygiène, de soins, de rasage, de maquillage, ….
Pour pouvoir commercialiser un cosmétique, les fabricants doivent fournir des
études toxicologiques, des informations sur le mode de production et les
contrôles effectués.
En France, Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de
santé (ANSM), a autorité sur la mise sur le marché des produits cosmétiques.
L’ANSM établit les règles relatives à la composition des produits : substances
non autorisées, liste des colorants, des agents conservateurs ou des filtres UV
autorisés ou non à entrer dans les formulations.
Une nouvelle réglementation, entrée en vigueur le 1er juin 2007, concerne
l'enregistrement, l'évaluation et l'autorisation des substances chimiques ainsi que
les restrictions applicables à ces substances. Les principaux objectifs de ce
programme appelé REACH (Registration, Evaluation and Authorisation of
Chemicals) sont de mieux protéger la santé humaine et l'environnement contre
les risques des produits chimiques.
Le système REACH oblige les entreprises qui fabriquent et importent des
substances chimiques à évaluer les risques résultant de leur utilisation et à
prendre les mesures nécessaires pour gérer tout risque identifié. La charge de la
preuve de la sécurité des substances chimiques fabriquées ou commercialisées
appartient à l’industrie.

117
Le champ d’application du règlement couvre toutes les substances, qu’elles
soient fabriquées, importées, mises sur le marché ou utilisées, telles quelles ou
dans des mélanges.
L’enregistrement constitue l’élément fondamental du système REACH. Les
substances chimiques fabriquées ou importées dans des quantités d’une tonne
(ou plus) par an doivent être obligatoirement enregistrées dans une base de
données centrale gérée par l’agence européenne des produits chimiques. Faute
d’enregistrement, la substance ne peut être ni fabriquée ni mise sur le marché
européen.
L’enregistrement exige de l’industrie (fabricants et importateurs) de fournir des
informations relatives aux propriétés, aux utilisations et aux précautions
d’emploi des substances chimiques (dossier technique). Les données requises
sont proportionnées aux volumes de production et aux risques présentés par la
substance (par exemple des tests poussés de toxicité concernant les substances
fabriquées ou importées pour plus de 1000 tonnes). Par ailleurs, une demande
d’enregistrement portant sur une substance importée ou fabriquée pour 10
tonnes ou plus par an doit détailler les risques liés à cette substance de même
que les différents scénarios d’exposition possibles et les mesures de gestion de
ces risques (rapport sur la sécurité chimique).
L’agence européenne des produits chimiques est chargée de gérer la base de
données, de recevoir les dossiers d’enregistrement, ainsi que d’élaborer des
guides techniques destinés à assister les fabricants et les importateurs, ainsi que
les autorités compétentes, dans la mise en œuvre de ces dispositions.
Le règlement contient un certain nombre de dispositions relatives au partage des
données, qui visent à limiter les essais sur les animaux vertébrés et à réduire les
coûts supportés par l’industrie.
118
Les données de sécurité seront transmises tout au long de la chaîne
d’approvisionnement, de sorte que ceux qui utilisent les substances chimiques
dans leur procédé de production pour fabriquer d’autres préparations ou articles
pourront le faire de manière sûre et responsable, sans mettre en danger la santé
des travailleurs et des consommateurs, et sans risque pour l’environnement. Cela
implique que l’information soit transmise en amont et en aval de la chaîne
d’approvisionnement et entre tous les acteurs qui interviennent dans cette
chaîne.
Les données transmises concernent, entre autres, l’identification, la composition
et les propriétés des substances, les mesures à prendre pour une utilisation et un
transport sans risque, les mesures en cas de dispersion accidentelle ou
d’incendie, ainsi que les informations toxicologiques et écologiques. Les
informations sensibles à caractère commercial ne sont pas tenues d’être
transmises.
L’évaluation permet à l’agence de vérifier que l’industrie respecte ces
obligations et évite les essais sur les animaux vertébrés lorsque cela est inutile.
Deux types d’évaluation sont prévus: l’évaluation du dossier et l’évaluation de
la substance (107).
Ce règlement prévoit que les industriels ont la responsabilité d'évaluer les
risques posés par les produits chimiques qu'ils utilisent ou mettent sur le marché
et de fournir à leurs utilisateurs les informations nécessaires. L'enregistrement
des substances est obligatoire auprès de l'Agence Européenne des Produits
Chimiques (AEPC). De plus, le programme Reach porte une attention
particulière aux projets de recherche et développement qui visent à substituer
des substances nocives actuellement utilisées dans les procédés industriels ou les
produits, par des substances comportant un danger moindre.
119
Avec cette nouvelle réglementation, un certain nombre de molécules entrant
dans la composition des crèmes dermocosmétiques va tendre à disparaitre très
prochainement. Une adaptation de la plupart des produits cosmétiques
disponibles actuellement sur le marché est nécessaire.

a) La réglementation européenne

L’harmonisation des législations des Etats membres dans le domaine des


produits cosmétiques vise à assurer la libre circulation de ces produits à
l’intérieur du marché communautaire et à protéger le consommateur. Dans cette
perspective, la Directive cosmétique européenne 76/768/CEE du Conseil du 27
juillet 1976 établit des règles concernant la composition, l’étiquetage et
l’emballage des produits cosmétiques. En outre, elle instaure un régime visant à
interdire les expérimentations sur les animaux ainsi que la commercialisation
des produits qui en ont fait l’objet (112).

Cette Directive a été plusieurs fois modifiée en vue de l’adapter aux progrès
techniques (7 actes modificatifs). Dans le Code de la santé publique, ce sont les
articles L5131-1 à 11 qui transposent en droit français cette Directive et ses
modifications.

Le Règlement européen 1223/2009 du Parlement européen et du Conseil du 30


novembre 2009 relatif aux produits cosmétiques est paru au journal officiel de
l’Union européenne le 22 décembre 2009, et est destiné à remplacer la Directive
européenne 76/768/CEE et ses 7 amendements (113). Il constitue un texte
unique sans aucune possibilité de transposition nationale afin d’éviter toute
divergence entre les états. La totalité de ce règlement sera applicable

120
impérativement à partir du 11 juillet 2013 à l’exception de quelques articles
applicables plus précocement (108).

a) Ingrédients/composition :

La Directive se préoccupe de la nature des matières premières et du produit fini,


principalement en ce qui concerne la sécurité du consommateur. Le Règlement
européen du 30 novembre 2009 relatif aux produits cosmétiques modifiera
l’ordre et la composition des annexes.

Actuellement, la Directive définit dans ses annexes (108) :


- Une liste de produits considérés comme produits cosmétiques ou produits
d’hygiène corporelle (annexe I).

- Une liste négative regroupant maintenant 1328 substances interdites qui sont
pour la plupart, des molécules thérapeutiques (sulfamides, anesthésiques locaux,
antibiotiques, métaux lourds…) ou toxiques, en particulier un très grand nombre
de dérivés du pétrole utilisés uniquement dans l’industrie chimique, mais aussi
certains constituants de parfums (annexe II).

- Une liste restrictive regroupant des substances plus ou moins dangereuses


comme les fluorures (dentifrices), les constituants des teintures capillaires ou les
caustiques. Cette liste fixe les limites de concentration et d’utilisation (ne pas
utiliser pour le contour des yeux par exemple). Elle a été complétée par une liste
de 26 constituants de parfums considérés comme allergisants et une liste
provisoire de 60 constituants de teintures capillaires également reconnus comme
allergisants (annexe III).

- Une liste positive de colorants (annexe IV) :

121
Pouvant être utilisés dans tous les produits cosmétiques (colonne 1).
Utilisables dans tous les cas sauf autour des yeux (colonne 2).
Utilisables dans tous les cas sauf sur les muqueuses (colonne 3).
Utilisés seulement dans les produits rincés (colonne 4).

- Une liste incluant les produits qui sont soumis à une législation nationale et
non européenne (annexe V).

- Une liste positive de conservateurs (annexe VI). Il s’agit d’une liste de


conservateurs antibactériens et antifongiques. Les concentrations maximales
autorisées sont précisées ainsi que les limites d’utilisation. Les antioxydants
n’en font pas partie.

- Une liste positive de filtres solaires (annexe VII).

- Une liste des méthodes validées alternatives à l’expérimentation animale


(annexe IX).

Toutes ces listes, y compris la liste restrictive, sont en constante adaptation en


fonction des connaissances toxicologiques relatives aux divers ingrédients
cosmétiques et aux utilisations qui en sont faites.

b) Etiquetage

Les récipients et/ou emballages doivent porter, en caractères indélébiles,


facilement lisibles et visibles (article R5131-4 du Code de la santé publique)
(Figure 14)

122
Figure 14 : Exemple d’étiquetage d’un produit cosmétique

Le nom ou la raison sociale et la ou les adresses du fabricant ou du


responsable de la mise sur le marché.
Le contenu nominal au moment du conditionnement, indiqué en masse ou
en volume, sauf pour les emballages contenant moins de 5 grammes ou
moins de 5 millilitres et pour les échantillons gratuits et les unidoses.
Cette mention permet de comparer les prix.
La date de durabilité minimale (date de péremption avant ouverture).
Attention, la législation qui stipule que cette indication n’est pas
obligatoire si elle excède 30 mois, n’est plus en vigueur. La date de

123
durabilité minimale est annoncée par la mention : "A utiliser de
préférence avant fin", suivie soit de la date elle-même, soit de l'indication
de l'endroit de l'étiquetage où elle figure.
Sur l'emballage, un symbole représente un pot de crème ouvert avec la
lettre M suivie d'un nombre. Par exemple, M 18 signifie : à utiliser dans
les 18 mois qui suivent l'ouverture.
NB : Pour les cosmétiques entamés voici quelques règles à suivre : les
crèmes et les fonds de teint se conservent 6 mois à 1 an après ouverture,
le mascara moins de 6 mois, le rouge à lèvres, 1 à 2 ans, les poudres,
blush et fards à paupières, plusieurs années.
Le numéro de lot de fabrication ou la référence permettant l'identification
de la fabrication ; en cas d'impossibilité pratique due aux dimensions
réduites du produit cosmétique, une telle mention peut ne figurer que sur
l'emballage.
Les précautions particulières d'emploi.
Les fonctions du produit.
La liste complète des ingrédients dans l'ordre décroissant de leur
importance pondérale. Les ingrédients qui représentent plus de 1% du
produit sont listés dans l'ordre décroissant de leur masse (ceux qui pèsent
le plus lourd en premier). Ensuite, les ingrédients qui représentent moins
de 1% du produit peuvent être mentionnés dans le désordre en bas de la
liste. En pratique, les 3 ou 4 premiers ingrédients de la liste sont les plus
importants.
un symbole d’étiquetage : logo (livre ouvert) de renvoi à la notice ;

124
Cette information doit figurer dans la ou les langues nationales ou officielles de
l’État membre concerné.

En outre, La liste des ingrédients dans l’ordre décroissant de leur importance


pondérale au moment de leur incorporation, précédée du mot "ingrédients». Les
compositions parfumantes et aromatiques sont mentionnées seulement par les
mots ‘parfum’ et ‘arôme’, sauf lorsque celles-ci sont identifiées comme cause
importante de réactions allergiques de contact parmi les consommateurs
sensibles.

Pour ce qui est de la liste des ingrédients, ceux-ci sont énumérés conformément
à la nomenclature commune des ingrédients (INCI : International Nomenclature
of Cosmetic Ingredients).

Certaines mentions particulières, parfois difficiles à décrypter, peuvent faire


partie de l’étiquetage. Elles répondent à un besoin d’information ou à une
revendication de type marketing mais ne sont pas toujours très explicites et
demandent traduction (108). C’est ainsi que :

- « sans conservateur » signifie que le produit ne contient aucune substance


inscrite sur la liste positive des conservateurs ;

- « oïl free » ne veut pas dire que le produit ne contient pas d’huile mais qu’il ne
contient pas de substance minérale classique, type paraffine ;

- « sans tensioactif » indique une stabilisation par gélifiants ;

- « non comédogène » signifie que le produit ne contient pas de substance


connue comme favorisant l’apparition des comédons ;

125
- « hypoallergénique » indique que le produit ne contient pas de substance à
potentiel allergisant ou photoallergisant connu ;

- « pour peaux sensibles ou réactives » indique une composition voisine de


celle des produits hypoallergéniques, simple et avec des ingrédients de grande
pureté.

c) La nomenclature INCI (International Nomenclature of Cosmetic


Ingredients)

L’étiquetage comportant la liste de tous les ingrédients est obligatoire depuis le


1er janvier 1997 (108). Cette mesure est applicable à tous les fabricants de
produits cosmétiques et de produits d’hygiène corporelle. Tous les constituants
d’une formule sont listés sous leur dénomination INCI (International
Nomenclature of Cosmetic Ingredients). Les règles de fonctionnement de l'INCI
sont définies dans l'International Cosmetic Ingredient Dictionary and Handbook,
publié par la CTFA (Cosmetic, Toiletry and Fragrance Association). La
nomenclature INCI est écrite dans deux langues (Figure 15) :

126
Figure 15 : Exemple
xemple d’une formule d’un produit cosmétique
cosmétique en dénomination
INCI

- les extraits de plante sont donnés sous le nom latin de la plante.

- les noms de molécules et les noms usuels sont nommés en anglais.

Par convention, les ingrédients parfumés sont regroupés sous le nom « parfum »,
ou « arôme » sans
ns les détailler. Le terme « parfum » peut désigner aussi bien des
parfums de synthèse que des huiles essentielles. Les industriels ne sont pas tenus
de donner la liste complète des substances parfumantes. Depuis le printemps
2005, en Europe certains ingrédients
ingrédients parfumants allergènes doivent être marqués

127
à la fin de la liste des ingrédients en fonction de leur concentration dans le
produit d’usage.

Les colorants utilisés en tant que tels sont nommés par leur numéro de color
index (CI) seul moyen de les identifier réellement. On les trouvera sous la
dénomination CI suivie d’un chiffre compris entre 10 000 et 80 000, chaque
dizaine de mille correspondant à une classe chimique différente. Il faut en outre
rappeler que tous les colorants utilisés en cosmétique sont choisis sur une liste
positive constituant l’annexe IV de la Directive (et du futur Règlement
européen) où ils sont répertoriés sous leur numéro CI.

Les ingrédients sont listés par ordre quantitatif décroissant, ce sont les quatre à
huit premiers qui constituent l’essentiel du produit. Cela signifie qu’un produit
dont la liste commence par « aqua » (water) est composé en plus grande partie
d’eau, ce qui est très souvent le cas. Les ingrédients dont la concentration est
inférieure à 1% peuvent être mentionnés dans le désordre.

L’intérêt est que ce système est utilisé dans de nombreux pays dans le monde.
Cette nomenclature qui représente un progrès n’en reste pas moins opaque pour
l’ensemble du public, mais elle facilite le travail des médecins et des
allergologues.

La nomenclature INCI a tout de même ses limites :

 La quantité exacte des ingrédients reste inconnue, ainsi que leur origine
(plantes génétiquement modifiées). De plus, aucune mention ne précise le
mode de fabrication ou d’obtention des ingrédients.
 Le fabricant peut également dans certains cas particuliers, ne pas faire
apparaître un ingrédient s’il estime qu’il pourrait être copié par ses
128
concurrents. Il peut alors obtenir un numéro codé à 7 chiffres qu’il est le
seul à pouvoir déchiffrer. Par mesure de sécurité, une quantité maximale
de ces codes a été fixée.
 Etant donné que les ingrédients présents en quantité inférieure à 1%
peuvent être cités dans le désordre, rien n’empêche le fabricant de placer
un extrait de fruit ou de plante à 0.001%, ayant le meilleur impact
publicitaire, bien avant un conservateur conventionnel à 0.2% ou 0.3%.
 La mention « parfum » ou « arôme » peut cacher toutes sortes de
compositions parfumantes ou aromatiques ainsi que leurs matières
premières comme par exemple les phtalates, composés toxiques qui sont
des perturbateurs endocriniens.

Il est donc évident que pour le consommateur, ce langage est incompréhensible,


voici donc quelques règles qui permettent de s’y retrouver (109) :

- Les noms latins : ils correspondent aux ingrédients extraits de plante. C’est le
nom latin de la plante qui est cité. Par exemple, on emploie Buxus chinensis,
nom botanique du jojoba, pour parler de l'huile de jojoba (donc en INCI :
BUXUS CHINENSIS OIL).

- Les noms en anglais sont les noms scientifiques ou courants des molécules.
Ainsi, l’oxyde de zinc s’écrit en anglais et en INCI « ZINC OXIDE ». «
HONEY » se rapporte donc au miel.

- Les colorants sont codifiés par un colour index ou CI : par exemple CI 75470
correspond au carmin obtenu à partir d’un insecte, la cochenille.

- Les ingrédients odorants : ils sont simplement désignés sous le nom « parfum »
et ce sont quasiment toujours des parfums de synthèse. Quand ils sont extraits de
129
plantes, le fabricant précise en général que le parfum est à base d’huiles
essentielles.

- Les sous-produits de la pétrochimie, obtenus par distillation du pétrole sont


facilement reconnaissables : PARAFFINUM LIQUIDUM, PETROLATUM,
CERA MICROCRISTALLINA… Ils sont occlusifs pour la peau.

- Les silicones ont une dénomination qui se termine par –one :


CYCLOMETHICONE, DIMETHICONE, CETYL METHICONE… ce sont des
produits d’origine synthétique qui sont très peu biodégradables.

- Les PEG (polyéthylène glycol) sont présents dans les produits de cosmétique et
d’hygiène. Ce sont des substances obtenues par éthoxylation, utilisées en tant
qu’agent humectant pour les PEG, émulsifiants (tensioactifs, ou solvants) pour
les esters de PEG. L’éthoxylation est un procédé chimique « dur », source de
résidus très polluants.

- Un astérisque attaché à un composant signifie que celui-ci est issu de


l’agriculture biologique. Par exemple, OLEA EUROPAEA OIL* signifie huile
d’olive issue de l’agriculture biologique.

d) Expérimentation animale

La Directive met fin à l’expérimentation animale, en créant deux interdictions


concernant :

les tests des produits cosmétiques finis et des ingrédients sur les animaux
(interdiction de l’expérimentation);

130
la commercialisation de produits cosmétiques finis qui ont été testés sur
des animaux ou qui contiennent des ingrédients testés sur animaux
(interdiction de mise sur le marché).

Puisqu’il n’y a pas de raisons de faire souffrir des animaux simplement pour
fabriquer un produit cosmétique.

L’interdiction de l’expérimentation pour les produits cosmétiques finis est


applicable depuis le 11 septembre 2004 ; et l’interdiction de l’expérimentation
pour les ingrédients ou combinaisons d’ingrédients est appliquée au fur et à
mesure de la validation et de l’adoption de méthodes alternatives. La date limite
maximale du 11 mars 2009 a été difficile à respecter.

L'interdiction de commercialisation s'applique depuis le 11 mars 2009 pour tous


les effets sur la santé humaine à l'exception de la toxicité des doses répétées, la
toxicité pour la reproduction et la toxicocinétique. Pour ces effets spécifiques sur
la santé, l'interdiction d'expérimentation est en vigueur depuis le 11 mars 2013,
indépendamment de la disponibilité des méthodes alternatives aux
expérimentations sur les animaux (112).

e) Règlement européen du 30 novembre 2009

Ce Règlement reprend dans ses grandes lignes toutes les règles imposées par la
Directive 76/768/CEE consolidée : la définition du produit cosmétique demeure
inchangée, mais il insiste plus particulièrement sur différents points (108) (113) :

- la liste des produits considérés comme produits cosmétiques constitue le


considérant n°7 et n’entre plus dans l’annexe I ;

- la notion de personne responsable est développée ;

131
- la présence et les qualifications d’un évaluateur de la sécurité deviennent
impératives ;

- les preuves de l’effet revendiqué sont exigées avec contrôle des allégations ;

- la définition et les essais sur la sécurité des nanomatériaux sont détaillés.


Obligation de mentionner leur présence sur l’étiquetage (article 16 applicable au
11 janvier 2013) ;

- la réglementation des substances cancérogène, mutagène, reprotoxique (CMR)


est rappelée avec changement de la dénomination : CMR 1, CMR 2, CMR 3,
deviennent respectivement CMR 1a, CMR 1b, CMR 2 avec les mêmes
définitions et contraintes mais avec, en plus, obligation de mentionner leur
présence sur l’étiquetage (article 15 applicable au 1er décembre 2010) ;

- l’obligation de respecter les bonnes pratiques de fabrication (BPF) ;

- le remplacement de la déclaration d’incident grave aux centres antipoisons


(CAP) par une notification électronique à la personne responsable de la
Commission européenne (applicable à partir du 11 janvier 2012) ;

- la notification électronique à la Commission européenne de l’ouverture d’une


activité en remplacement de la déclaration d’établissement en France.

Les modifications apportées aux annexes sont les suivantes (113) (108) :

 Annexe I intitulée : « Rapport sur la sécurité du produit cosmétique »


A : informations sur la sécurité (profil toxicologique des ingrédients avec
information sur les effets indésirables plus ou moins graves).

132
B : évaluation de la sécurité du produit cosmétique. Cette partie comprend
les conclusions sur les informations précédentes, les justifications de ces
conclusions, les avertissements nécessaires et les références de
l’évaluateur de la sécurité.
 Annexe II : liste des substances interdites à l’utilisation cosmétique.
 Annexe III : liste restrictive incluant les 26 constituants de parfum
allergisants et les 60 composants de teintures capillaires inscrits
précédemment sur une liste provisoire.
 Annexe IV : liste des colorants autorisés présentés non plus en colonnes mais
en vrac avec des recommandations d’utilisation mais sans limite de
concentration.
 Annexe V : liste des conservateurs antimicrobiens autorisés. L’ancienne
annexe V est supprimée.
 Annexe VI : liste des filtres antisolaires autorisés.
 Annexe VII : 1- logo livre ouvert, 2- logo PAO, 3- logo date de durabilité
minimale.
 Annexe VIII : liste des méthodes alternatives à l’expérimentation animale
validées.

Pendant 42 mois, à partir de la publication du Règlement au journal officiel de


l’Union européenne, les sociétés auront le choix entre l’observation de la
Directive ou celle du Règlement mais devront obligatoirement se mettre en
conformité avec l’Annexe I du Règlement si le produit fini est mis sur le marché
après le 11 janvier 2010.

133
f) Le dossier cosmétique

Un produit cosmétique ne peut être mis sur le marché que si le fabricant ou son
représentant ou la personne pour le compte de laquelle le produit cosmétique est
fabriqué détient à la disposition des autorités, à l’adresse indiquée sur le
récipient ou l’emballage, un dossier cosmétique, rassemblant toutes les
informations utiles à la sécurité du produit.

Ce dossier doit notamment contenir :

• les informations sur la formule qualitative et quantitative du produit ;


• les noms des responsables de fabrication, contrôle et conditionnement qui
doivent être qualifiés dans le domaine ;
• le lieu des différentes opérations ;
• les spécifications physico-chimiques et microbiologiques des matières
premières et du produit fini ;
• les conditions de fabrication et de contrôle ;
• l’évaluation de la sécurité pour la santé humaine ;
• les données existantes en matière d’effets indésirables de ce produit
cosmétique ;
• les preuves de l’effet revendiqué lorsque la nature de l’effet ou du produit
le justifie ;
• le justificatif de la transmission de la formule intégrale du produit fini aux
centres antipoisons (CAP).

Le fabricant, son mandataire, la personne pour le compte de laquelle un produit


cosmétique est fabriqué, le responsable de la mise sur le marché communautaire
d’un produit cosmétique importé, doivent tenir à disposition des autorités de
134
surveillance compétentes certaines informations relatives aux produits et à la
sécurité. Trois institutions en France sont compétentes en matière de suivi et de
contrôle des cosmétiques :

- la DGS (Direction Générale de la Santé) en charge de la réglementation de


cette catégorie de produits

- l’ANSM (Agence Nationale de sécurité du Médicament et des produits de


santé).

- la DGCCRF (Direction Générale de la Consommation, de la Concurrence et de


la Répression des Fraudes), compétente en matière de fraude. Ils garantissent
ainsi que le produit ne présente pas de danger pour la santé humaine.

1. Evaluation de la qualité du produit cosmétique


a) Contrôles physico-chimiques

Avant d’entreprendre la production d’un produit cosmétique, il est important de


préciser au mieux l’identité de ses constituants. L’identification d’un ingrédient
consiste ainsi à recueillir le maximum de données sur sa qualité. Ces données
concernent en particulier : l’origine de l’ingrédient (substance chimique de
synthèse, ingrédient complexe d’origine végétale ou animale …), sa
dénomination (nom INCI, dénomination chimique internationale), son mode
détaillé d’obtention, ses propriétés organoleptiques et physico-chimiques
(viscosité, solubilité, point de fusion…) et surtout son degré de pureté, son profil
en impuretés, la présence éventuelle d’ingrédients résiduels ainsi que sa stabilité.
Pour certains ingrédients complexes d’origine végétale, marine ou animale,
toutes ces données de caractérisation peuvent s’avérer difficiles à obtenir (110).

135
Par ailleurs, la qualité de chaque ingrédient peut varier d’un fournisseur à
l’autre, même si les données de base et les spécifications générales sont
identiques. Il est donc important que soit instituée, entre le fabricant,
l’importateur ou le responsable de la mise sur le marché et le fournisseur, une
relation contractuelle permettant aux premiers d’être avertis de tout changement
concernant le mode d’obtention de l’ingrédient susceptible de modifier sa
qualité.

b) Contrôles de toxicité

Certains tests toxicologiques doivent être mis en œuvre pour assurer la sécurité
d’un ingrédient. Ainsi, en plus des caractères physico-chimiques de la matière
première, le fournisseur devra préciser pour sa substance :

- le potentiel génotoxique ;

- la toxicité aigue ;

- la toxicité subchronique et chronique avec détermination d’un NOAEL (no


adverse effect level) et d’une marge de sécurité ;

- les tests de sensibilisation ;

- les tests de phototoxicité ;

- les tests de tolérance locale : oculaire, cutanée, muqueuse.

Les fabricants de matières premières synthétiques et les fournisseurs de


substances naturelles devraient donc accompagner leurs produits d’un dossier
suffisamment complet pour permettre aux fabricants de produits finis d’en
assurer la sécurité (111).

136
c) Contrôles microbiologiques

Les industriels doivent contrôler la qualité microbiologique et la composition


des produits cosmétiques qu’ils fabriquent. En conséquence ils sont amenés à
vérifier la contamination des produits, ou l’absence de bactéries pathogènes, ou
encore le taux de bactéries commensales.

Ces contrôles microbiologiques sont ainsi réalisés tout au long de la chaîne de


fabrication, de la matière première au produit fini, en passant par
l’environnement de production.

Les bactéries sont les agents contaminants les plus fréquemment rencontrés
aussitôt après la fabrication des produits. Les champignons inférieurs
(moisissures, levures) sont moins fréquents. Bien que la législation n’impose pas
actuellement de normes de contamination minimale, la contamination
microbiologique des produits cosmétiques demeure une préoccupation première
pour l’industrie cosmétique. Depuis 2006, de nombreuses normes ISO
(International Organisation for Standardization) ont été établies et elles
décrivent de manière détaillée les protocoles microbiologiques qui doivent être
appliqués en vue d’une certification par la COFRAC (Comité Français
d’Accréditation) :

- NF ISO 21148 : « instructions générales »

- NF ISO 21149 : « dénombrement et détection des bactéries aérobies


mésophiles »

- NF ISO 16212 : « dénombrement des levures et des moisissures »

- NF ISO 18415 : « détection des micro-organismes spécifiés et non spécifiés »

137
D’une manière générale, on distinguera :

- les bactéries aérobies mésophiles (taux limite < 100 UFC*/g) ;

- les moisissures et les levures (taux limite < 100 UFC/g) ;

- les germes pathogènes (Pseudomonas aeruginosa, Escherichia coli,


Staphylococcus aureus et Candida albicans) qui devront être absents. *(UFC :
Unité Formant Colonie)

D’autre part, l’industriel devra réaliser des contrôles in situ de l’efficacité du


système de conservation de son produit cosmétique. Pour cela, il existe diverses
méthodes dites de surinfection ou de challenge-test : leur principe général est
identique et consiste en la contamination du produit par un inoculum déterminé
de micro-organismes tests, et au suivi de l’évolution de la population viable dans
le produit contaminé par dénombrement des germes revivifiables dans des
échantillons prélevés à intervalles de temps donnés (en général à J2, J7, J14, et
J28). Les diverses méthodes diffèrent par les souches préconisées, les temps de
prélèvement et les limites de décroissance à observer pour conclure à l’efficacité
du système de conservation (111)

L’essai d’efficacité du système de conservation doit être effectué :

- à la conception du produit pour sélectionner le système le plus efficace ;

- lors de l’étude de stabilité, pour s’assurer de son efficacité à la date de


péremption du produit ;

- à chaque changement d’un élément de la formulation ou du conditionnement.

138
2. La réglementation marocaine : circulaire d’enregistrement des
produits cosmétiques

Au Maroc, une circulaire du Ministère de la Santé oblige maintenant fabricants


et importateurs à enregistrer leurs produits cosmétiques avant toute
commercialisation dans le pays

La circulaire énonce un certain nombre de principes généraux très proches de


ceux de la Directive européenne 76/768/CEE et renvoie d’ailleurs explicitement
aux annexes de ce texte. Elle prévoit ainsi que les « produits cosmétiques et
d’hygiène corporelle mis sur le marché ne doivent en aucun cas nuire à la santé
humaine lorsqu’ils sont appliqués dans les conditions normales ou
raisonnablement prévisibles d’utilisation, compte tenu notamment de la
présentation du produit, de son étiquetage, des instructions éventuelles
concernant son utilisation et son élimination ainsi que de toute autre indication
ou information émanant du fabricant ou de son mandataire ou de tout autre
responsable de la mise sur le marché de ces produits. »

La circulaire interdit l’utilisation, dans les produits cosmétiques, « de substances


connues comme cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction. »

Elle crée par ailleurs une Commission de cosmétologie ou cosmétovigilance


chargée d’examiner les demandes d’enregistrement et de conseiller le Ministre
de la Santé sur toutes les questions de suspension, de retrait ou d’interdiction de
vente d’un produit cosmétique (ANNEXE 1)

139
Dossier d’enregistrement

Pour pouvoir être enregistré, un produit cosmétique doit être conforme aux
exigences fixées par la circulaire, notamment concernant l’innocuité, la
composition et l’étiquetage. Le fabricant, conditionneur ou importateur du
produit doit également avoir déclaré son activité et doit disposer de personnes
qualifiées désignées comme responsables du contrôle de la qualité et de
l’évaluation de la sécurité des produits. (114)

Le dossier d’enregistrement se compose d’une partie administrative et d’une


partie technique. En plus des éléments usuels, (identité de la société,
identification des produits, etc.) la partie administrative doit également
comporter un certificat de vente libre et l’accusé de réception des déclarations au
centre antipoison et de pharmacovigilance. La partie technique comprend,
notamment : la formule qualitative et quantitative du produit, les monographies
et spécifications des matières premières, les spécifications microbiologiques, les
résultats d’analyse des produits finis, les noms et adresses des personnes
qualifiées responsables, les preuves de l’effet revendiqué, etc.

Une fois délivrée, l’autorisation de commercialisation est valable 5 ans. La


demande de renouvellement doit être déposée trois mois avant son expiration.

Circulaire N° 48 DMP/20

Afin de préserver la santé de nos citoyens, de garantir la qualité, l’efficacité, la


sécurité d’emploi des produits cosmétiques et d’hygiène corporelle mis à leur
disposition et de procéder à sa normalisation, il a été décidé de soumettre la
fabrication et l’importation de ces produits à une procédure d’enregistrement
140
préalable à leur mise sur le marché en attendant l’édiction d’une réglementation
spécifique à ce domaine.
Les produits cosmétiques et d’hygiène corporelle mis sur le marché ne doivent
en aucun cas nuire à la santé humaine lorsqu'ils sont appliqués dans les
conditions normales ou raisonnablement prévisibles d'utilisation, compte tenu
notamment de la présentation du produit, de son étiquetage, des instructions
éventuelles concernant son utilisation et son élimination ainsi que de toute autre
indication ou information émanant du fabricant ou de son mandataire ou de tout
autre responsable de la mise sur le marché de ces produits.
La circulaire énonce un certain nombre de principes généraux très proches de
ceux de la Directive européenne 76/768/CEE et renvoie d’ailleurs explicitement
aux annexes de ce texte.
La circulaire interdit l’utilisation, dans les produits cosmétiques, « de substances
connues comme cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction. »
Cadre relatif à l’enregistrement des produits cosmétiques et d’hygiène
corporelle :
La présente circulaire vient pour définir les caractéristiques de composition
auxquelles doivent répondre les produits cosmétiques et d’hygiène corporelle et
prescrit des règles pour leur étiquetage ainsi que pour leur emballage. Elle ne
vise que les produits cosmétiques et d’hygiène corporelle.
Par ailleurs, il convient de circonscrire le champ d'application de cette circulaire
en délimitant le domaine des produits cosmétiques et d’hygiène corporelle par
rapport à celui des médicaments.
Les dispositions de la présente circulaire définissent et arrêtent :
- Les champs d’application et les définitions ;

141
- La composition et les modalités de fonctionnement de la commission
consultative d’enregistrement des produits cosmétiques et d’hygiène corporelle
- L’enregistrement d’un produit cosmétique et d’hygiène corporelle,
- Les critères d’évaluation d’un dossier technique
- Le certificat d’enregistrement

5. La cosmétovigilance :

En France, Le cadre des cosmétiques concerne des produits qui, par définition, «
ne doivent pas nuire à la santé humaine dans les conditions normales
d’utilisation ». Cependant, il existe des effets indésirables, les plus connus étant
cutanés et allergiques. Le dermato-allergologue est ainsi le premier concerné par
la cosmétovigilance. Le Groupe d’études et de recherche en dermato-
allergologie a créé en 1996 un Réseau de vigilance sur les accidents allergiques
cutanés (REVIDAL), le REVIDAL GERDA a un coordinateur de vigilance
cosmétique. En 2004, la cosmétovigilance publique a été créée : tous les effets
indésirables graves ou qui paraissent graves au praticien doivent être notifiés
sans délai par le professionnel de santé qui les observe à l’Agence Nationale de
sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM). Les industriels
doivent participer à la cosmétovigilance publique. Ils sont tenus à une
obligation semblable auprès de la Direction Générale de la Concurrence, de la
Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) et doivent
communiquer à l’ANSM la liste des produits qui contiennent des substances
pour lesquelles il y a un doute sérieux. Il s’agit d’une vigilance par recueil de cas
: elle ne fonctionnera bien que si les déclarations sont faites régulièrement. Le
praticien qui déclare améliore la prise en charge de son patient et participe à la

142
Santé publique. Ce type de cosmétovigilance sera étendu à toute l’Europe. Les
déclarations par les consommateurs devraient être possibles : ils seront incités à
consulter un médecin avant de déclarer.

La sensibilisation aux cosmétiques est un motif de consultation assez fréquent


en dermatologie. Le dermatologue a donc un rôle primordial à jouer dans la
cosmétovigilance qui consiste à donner le conseil le plus performant qui soit à
son patient, mais également à informer la communauté scientifique et les firmes
fabriquant le produit des constatations découlant de son examen clinique et de
ses investigations dermatoallergologiques. L’émergence d’un problème de
sensibilisation immédiate ou d’hypersensibilité retardée liée à un composant
d’un cosmétique, mise en évidence par une action de cosmétovigilance, peut
conduire à modifier la formule d’un produit ou à faire éviter l’utilisation d’une
molécule sensibilisante dans les formulations ultérieures.

a) Présentation

L’ANSM définit la cosmétovigilance comme étant « l’ensemble des moyens


permettant la surveillance des effets indésirables résultant de l’utilisation des
produits cosmétiques » (116). Elle s’exerce sur l’ensemble des produits
cosmétiques après leur mise sur le marché.
Elle comporte :
La déclaration de tous les effets indésirables et le recueil des informations
les concernant.
L’enregistrement, l’évaluation et l’exploitation des informations relatives
à ces effets dans un but de prévention.

143
La réalisation de toutes études et de tous travaux concernant la sécurité
d’emploi des produits cosmétiques.
La réalisation et le suivi d’actions correctives, en cas de nécessité.
Les acteurs de la cosmétovigilance sont :
Les professionnels de santé : médecins, pharmaciens, dentistes,
infirmiers, … : ils ont l’obligation de déclarer sans délai, au directeur
général de l’ANSM, les effets indésirables graves. Ils sont également
tenus de déclarer tout effet indésirable qui, bien que ne répondant pas à
la définition de l’effet indésirable grave, paraissent revêtir un caractère
de gravité justifiant une telle déclaration.
L’ANSM : pour remplir sa mission, elle s’appuie notamment sur la
Commission nationale de cosmétologie qui regroupe des experts
pluridisciplinaires (dermatologues, toxicologues, pharmaciens,
représentants de l’industrie…)
Les industriels : ils sont tenus de déclarer à la Direction Générale de
la Concurrence, de la Consommation, et de la Répression des Fraudes
(DGCCRF), tout effet contraire à l’obligation de sécurité d’un produit
cosmétique (Article L. 221-1-3 du Code de la consommation) (117).
En pratique, ils doivent répertorier pour chaque produit cosmétique, les effets
indésirables, et doivent les tenir à disposition de l’ANSM.
Dans certaines conditions, ils peuvent être également tenus, en cas de doute
sérieux sur l’innocuité d’une ou plusieurs substances, de fournir au directeur
général de l’ANSM sur demande motivée, la liste de leurs produits cosmétiques
dans la composition desquels entrent la ou les dite(s) substance(s) (Article L.
5131-10 du Code de la santé publique) (115).

144
Afin de pouvoir recueillir, de façon standardisée et rapide les effets indésirables
survenus suite à l’utilisation de produits cosmétiques, une fiche de déclaration a
été établie (Annexe 2), permettant de regrouper les informations nécessaires à
une première évaluation.
Cette fiche de déclaration est destinée en premier lieu aux professionnels de
santé ayant constaté un effet indésirable. Cependant, toute personne souhaitant
déclarer un effet indésirable peut également l’utiliser.
Elle est constituée de deux parties :
 La première partie peut être remplie par toute personne souhaitant faire
une déclaration. Elle doit comporter au minimum les informations
suivantes : un notificateur, un consommateur, la dénomination du produit
et la description de l’effet indésirable.
 La deuxième partie est réservée aux professionnels de santé. Elle permet
d’apporter des précisions sur l’effet indésirable, le patient et l’enquête
allergologique s’il y a lieu.

b) Place du dermatologue dans la cosmétovigilance :


Les différentes étapes de la cosmétovigilance auxquelles tout dermatologue peut
participer sont :
connaître les allergènes potentiels présents dans les cosmétiques ;
faire une description sémiologique et chronologique de l’événement
constaté et, si possible, pratiquer un bilan dermatoallergologique adapté ;
conseiller au mieux son patient et l’aider à obtenir une éviction de contact
avec le ou les allergènes en cause ;
informer la communauté dermatoallergologique, le fabricant et les
structures officielles de l’effet néfaste observé.
145
c) Groupes de cosmétovigilance

 Le GERDA ou Groupe d’Etude et de Recherche en Dermatologie et


Allergologie a donné naissance en 1996 au réseau REVIDAL (Réseau de
Vigilance en Dermato-ALlergologie). Il est constitué de 70 médecins
dermato-allergologues. Il est indépendant de l’industrie.

 VIGIPIL a été crée en 2000 par des dermatologues. Il s’occupe des effets
indésirables apparus suite à des actes dermo-esthétiques (peeling, laser,
comblement des rides). Il est indépendant de l’industrie.

 IRIS est un réseau privé constitué de 400 dermatologues et allergologues sur


toute l’Europe dont 80 en France. Il sous-traite la cosmétovigilance des
industries cosmétiques.
 Un groupe de travail « Sécurité d’emploi des produits cosmétiques » a été
créé en 2001 au sein de la Commission de cosmétologie de l’ANSM (118).

146
Chapitre V : Soins du visage

Destinés à entretenir, à protéger la surface cutanée et éventuellement, à en


améliorer certains désordres physiologiques, les produits de soins de visage se
présentent presque sous forme d’émulsions, gels, crèmes, spray, lotions et
pommades... Des formes plus innovantes (émulsions multiples, microémulsions,
liposomes, nanoparticules, cristaux liquides …) viennent enrichir l’éventail des
produits proposés en apportant l’attrait de nouveauté, si important en
cosmétique.

Devant tant de propositions, le choix des produits s’effectuera surtout en tenant


compte du type de la peau et de facteurs divers, tels la saison et les conditions de
vie…

Figure 16 : Classes des produits cosmétiques

147
1. Les formes galéniques utilisées pour les soins du visage

Figure 17 : les formes galéniques utilisées pour les soins du visage

De nombreuses formes galéniques sont employées. On peut les regrouper en 3


catégories :
-les formes anhydres rassemblent environ 20% des produits cosmétiques
-les formes aqueuses représentent environ 20% des formes cosmétiques
-les dispersions dominent sur le marché des cosmétiques, on les retrouve dans
environ 60% des produits. [124, 125]

148
a. Formes anhydres

 Les sticks
Un stick prend souvent la forme d’un bâtonnet. Ses composants le rendent rigide
au toucher. Cette forme non friable est surtout utilisée pour la protection et les
soins labiaux.
Composition : la base est appelée corps blanc ou corps cireux. Ce corps est
constitué de cires et d’huiles hydrogénées, assurant la dureté du stick et sa
brillance, auxquelles viennent s’ajouter des substances grasses liquides pour le
glissant, la douceur et l’adhérence. [124, 125]
 Les baumes
Ce sont des pommades anhydres. On les utilise sur les lèvres, tout comme les
sticks, mais aussi au niveau du contour des yeux où l’épiderme est très fin.
Ils sont moins durs et plus liquides que les sticks. On les applique avec les
doigts, contrairement aux sticks qui entrent directement en contact avec la peau.
Composition : principalement des cires et des huiles surgraissantes aux
fonctions anti-déshydratantes. On les retrouve souvent dans des
conditionnements de faible contenance car il n’y a pas de conservateurs.
En cosmétologie masculine on trouve des produits après-rasages appelés, à tort,
baumes qui sont des émulsions de consistance très fluide. [123,125]

 Les poudres
La forme galénique « poudre » est représentée par un mélange de plusieurs
poudres, elle se différencie des autres formes galéniques par son aspect
pulvérulent. Sur le visage, les poudres sont surtout utilisées pour leurs effets
matifiant et teintant en tant que produit de maquillage.

149
Composition : fractionnement d’un solide en particules plus ou moins
grossières (talc, kaolin, stéarate de magnésium, silice colloïdale, dioxyde de
titane, amidon, etc.). Si ce mélange n’est pas additionné d’adjuvant on dit qu’il
est simple. Si, au contraire, des liants sont présents dans le mélange, la poudre
est alors compacte. Entre les différentes particules de poudre se trouvent des
espaces qui vont être comblés par l’air. Les micro-organismes peuvent donc être
présents, ils proliféreront au contact d’un milieu aqueux. On retrouve souvent
des conservateurs dans la formulation. [121, 122, 124, 125]

 Les huiles
Les huiles sont utilisées pour hydrater, faire briller, parfumer et protéger du
soleil. Elles s’étalent très aisément, c’est un produit de confort. Leur extrême
fluidité forme un film très mince à la surface de la peau lors de l’application,
elles sont donc peu protectrices.
Composition : une ou plusieurs huiles miscibles entre elles formant une phase
homogène liquide. Elles se composent souvent d’un mélange à part égale d’une
huile végétale, d’un produit minéral (Paraffinium liquidum, Petrolatum,
Isododecane, Isohexadecane, Polyisobutene, Paraffin, Cera microcristallina,
Ozokerite, Ceresin) et d’un ester gras synthétique. Des antioxydants sont
introduits dans la formulation pour protéger les huiles végétales du phénomène
de rancissement. [124, 126]
b. Formes aqueuses
 Les lotions
Les lotions sont des solutions aqueuses ou hydro-alcooliques monophasiques.
Elles sont rafraîchissantes et très employées notamment chez l’homme en tant
que produits avant et après rasage.
150
Concernant l’hygiène du visage, on trouve des lotions faciales, toniques et
florales, ainsi que des lotions démaquillantes.
N.B. : le terme « lotion » en anglais est utilisé pour désigner une émulsion fluide
(lait). Des confusions sur la composition des produits cosmétiques sont donc
alors observées.
Composition : constituants liquides aqueux et alcooliques miscibles entre eux.
De part sa nature aqueuse, la lotion non hydro-alcoolique est propice aux
contaminations microbiennes, l’ajout de conservateurs est indispensable.
[121,122, 123, 124,125]

 Les gels
Les gels sont dérivés des solutions colloïdales : dispersion de macromolécules
ou de micelles (amas de petites molécules de tensioactifs) dans un solvant. Un
gel est formé d’une structure tridimensionnelle. Les macromolécules, en
s’accrochant entre elles, créent un maillage qui piège le solvant, la solution
s’épaissit. Ceci grâce à l’ajout dans la formulation de composés dits gélifiants.
Il existe des gels aqueux appelés hydrogels et des gels lipophiles, les oléogels.
Les premiers, souvent transparents, sont les plus utilisés en cosmétologie, d’où
leur classement dans la catégorie « forme aqueuse ». Le gel forme un film à la
surface cutanée, son étalement est agréable et facilité mais la pénétration des
molécules actives en pâtit. Pour pallier ce phénomène des composés promoteurs
d’absorption, notamment l’alcool éthylique, sont ajoutés à la formulation pour
favoriser leur absorption. Les gels seront alors hydro-alcooliques.
En cosmétologie, ils sont employés comme démaquillants, masques, produits de
gommage, produits de pré-rasage, etc.

151
Composition : les hydrogels sont principalement constitués d’eau, les
conservateurs sont donc présents dans la formulation. Le gel se forme grâce à
des gélifiants.
Pour échapper à la déshydratation cutanée provoquée lors de l’utilisation des
gels hydro-alcooliques, des substances grasses peuvent être insérées. Après
l’évaporation des substances aqueuses, elles forment un film gras à la surface
cutanée évitant l’échappement de l’eau intra-dermique. La fraîcheur du gel, sa
transparence, ses qualités d’étalement peuvent être conservées et ses défauts de
déshydratation sont contournés. [120, 121, 122, 123, 124, 125]

 Les solutions micellaires


Composition : dispersions de micelles dans un solvant. En cosmétologie on a
souvent un solvant aqueux prédominant, puis des substances hydrophobes en
petite quantité solubilisées dans le milieu hydrophile grâce à des surfactifs. Les
tensioactifs amphiphiles ont une tête hydrophile liée au solvant et une tête
hydrophobe en contact avec les substances grasses. A partir d’une certaine
concentration, appelée concentration micellaire critique, les molécules de
surfactifs vont se regrouper pour former une structure de forme et de taille
variées. Elles sont souvent schématisées par une sphère : à la surface se trouvent
les composants aqueux et au centre les substrats lipophiles.
Ces solutions sont limpides et stables. Ce sont des produits d’hygiène du visage
qui sont très « tendances » actuellement. [121, 125]
c. Dispersions
Les dispersions sont formées d’une phase dispersante (= continue, externe) au
sein de laquelle se trouve une phase dispersée (= discontinue, interne),
fragmentée non miscible à la première, c’est un système multiphasique.
152
Un des inconvénients de l’emploi des dispersions est leur instabilité. Il est en
effet très difficile d’obtenir un équilibre naturel parfait lorsque l’on mélange
deux phases non miscibles l’une dans l’autre. Pour cela on retrouvera dans la
formulation des composants de base essentiels, piliers de la stabilité des
dispersions : les tensioactifs et les épaississants.

 Les émulsions
Les émulsions représentent la forme galénique la plus utilisée dans le monde de
la cosmétologie.
Composition : dispersion d’un liquide divisé en gouttelettes dans un autre
liquide non miscible. Un des liquides est composé d’eau et de substances
hydrosolubles, alors que l’autre contient des substances grasses. Dans la zone
qui sépare les deux liquides, une tension interfaciale s’exerce. Elle tend
toujours à diminuer au maximum la surface de séparation entre les 2 phases afin
que les particules se rassemblent, c’est la coalescence. Pour contourner ce
phénomène il est nécessaire d’augmenter la résistance du film interfacial. Les
tensioactifs émulsionnants mis en œuvre dans ce cas permettent d’abaisser cette
tension interfaciale et ainsi de stabiliser l’émulsion. Des épaississants pourront
également être ajoutés.
On trouve plusieurs types d’émulsions, les principaux sont les suivants :
les émulsions simples (basiques)
Il y a les émulsions nommées L/H : la phase dispersante est hydrophile et la
phase dispersée lipophile. Elles remplacent le terme H/E (Huile dans Eau)
considéré comme trop restrictif. Ces émulsions sont les plus fréquemment
utilisées, elles sont peu grasses, apportent une sensation de fraîcheur à
l’application et s’étalent aisément.
153
Les autres émulsions simples sont les H/L, les phases sont inversées par rapport
à l’émulsion L/H. On les nomme aussi émulsions grasses ou E/H (Eau dans
Huile). Elles sont plus grasses mais plus onctueuses que les émulsions
« aqueuses », s’étalent moins bien et un aspect luisant est persistant sur la zone
d’application. Leur pénétration est assez limitée, elles exercent plutôt un effet de
surface.
les émulsions multiples sont de type L/H/L ou H/L/H. La pénétration
cutanée est favorisée par cette formulation.
Les émulsions multiples contiennent, au sein de la phase dispersée, une seconde
phase dispersée (Figure 18). On trouve ainsi des émulsions de type eau dans
huile dans eau, ou huile dans eau dans huile. Le plus grand problème associé à
ces émulsions est la difficulté accrue, par rapport à des émulsions simples, à les
stabiliser.

Figure 18 : Emulsion multiple, A : émulsion eau dans huile dans eau, B :


émulsion huile dans eau dans huile.

De nombreuses applications industrielles font appel à des émulsions, c’est-à-dire


des dispersions d’un liquide dans un autre. Par exemple, des formulations

154
alimentaires ou cosmétiques nécessitent la dispersion d’un liquide dans un autre
liquide non miscible afin de cumuler les propriétés de plusieurs phases ou
d’isoler l’une des phases. Un tel système peut également servir à confiner une
molécule dans la phase dispersée, conduisant à des applications
pharmaceutiques avec l’encapsulation d’un principe actif.
émulsions submicroniques ou mini-émulsions : globules sont de 500nm à
1µm/nano-émulsions : globules sont de 100 à 500 nm / micro-émulsions :
globules sont de 10 à 100 nm. Elles sont liquides et transparentes. Pour
assurer la stabilité de ces émulsions, de grandes quantités de tensioactifs
doivent être présentes dans le produit.
En fonction de la nature, des quantités et des propriétés des composants de base
et des adjuvants, l’émulsion aura une consistance plutôt épaisse, fluide ou très
fluide.
Les laits sont des émulsions, leur étalement sur une grande surface est optimisé.
Les crèmes sont des émulsions, elles sont plus ou moins épaisses et riches.
Dans certains produits de cosmétologie, la forme « émulsion », « fluide » est
citée sur l’étiquette. Ce sont généralement des émulsions L/H de texture plutôt
légère, fine et fluide. [119, 120, 121, 122, 124, 125]

 Les suspensions
Composition : dispersion de solides, sous forme de poudres très fines, au sein
d’un liquide dans lequel ils ne sont pas solubles.
Les suspensions peuvent présenter un sédiment au fond du récipient dans lequel
elles sont conditionnées. Celui-ci doit être facilement redispersé par simple
agitation, de façon à ce que la suspension reprenne un aspect homogène et
qu’elle soit suffisamment stable pour être utilisée. [121, 125]
155
La floculation a pour but de favoriser, à l'aide d'un mélange lent, les contacts
entre les particules déstabilisées. Ces particules s'agglutinent pour former un floc
qu'on pourra facilement éliminer par décantation.
 La défloculation est la séparation des grains d'un colloïde qui étaient
précédemment associés (flocules).

 Des formes galéniques complexes : les systèmes véhiculaires


Il est important de citer quelques exemples de systèmes véhiculaires, ayant
connu un essor considérable ces dernières années et dont les effets sont plus ou
moins controversés. Voici quelques exemples :
Les liposomes : vésicules constituées d’une bicouche phospholipidique en
périphérie et d’un cœur aqueux au centre. Il existe plusieurs types de liposomes
dont la taille varie de 20 nm à 2 µm. Ils servent à transporter et protéger des
substances actives. Certains peuvent être utilisés comme stabilisant de systèmes
dispersés du fait de leur capacité à s’adsorber aux interfaces L/H.
L'utilisation des liposomes en cosmétologie nano a aussi de nombreux
avantages, notamment une meilleure pénétration et la diffusion des principes
actifs, le transport sélectif des ingrédients actifs, le temps plus long
communiqué, une plus grande stabilité des actifs, la réduction des effets
secondaires indésirables, et la biocompatibilité élevée.

Les nanoparticules : il existe deux types de nanoparticules :


les nanosphères et lesnanocapsules. Les 1ères sont des systèmes
matriciels : les sphères sont pleines et présentent un cœur solide de
structure plus ou moins poreuse à enveloppe discontinue. A l’inverse, les
nanocapsules présentent un cœur liquide ou gélifié entouré d’une

156
membrane continue. Elles forment des structures dites réservoirs. Les
nanoparticules protègent, isolent et permettent une libération progressive
de la molécule active à la surface cutanée. [121, 122, 123, 124, 125] . Les
nanoparticules se sont avérées être des vecteurs très intéressants pour de
nombreux principes actifs administrés par voie parentérale, orale ou
topique (anti-cancéreux, anti-inflammatoires, anti-fongiques, protéines…)
en fonction de la nature des polymères ou des lipides utilisés.
 Les sérums
Les sérums sont des produits fluides et très riches en substances actives. Ils se
présentent souvent dans des conditionnements de petite quantité car ce sont des
produits d’usage onéreux. Dans leur formule on retrouve soit des substances
grasses, soit des substances aqueuses. [125, 127]

2. Produits utilisés en soins du visage


a) Les produits de gommage

Le nettoyage soigneux du visage est le premier geste beauté de la peau. Il doit


être complété, une à plusieurs fois par semaine en fonction du type de peau, par
un gommage doux du visage. Ce gommage a pour but de faciliter l’élimination
des cellules cornées prêtes à se détacher, rendre la peau plus douce et plus lisse,
et la préparer aux soins actifs. Les produits utilisés ne doivent pas être
confondus avec la microdermabrasion ou le gommage chimique professionnel
dont les techniques sont plus drastiques mais offrent des résultats plus marqués,
notamment une stimulation de la biosynthèse protéique au niveau du derme.
Les cosmétiques de gommage doivent être conseillés :
 à toute femme (ou tout homme) ;

157
 quel que soit son âge ;
 en complément des nettoyants spécifiquement adaptés au visage.
Les gommages sont particulièrement indiqués dans :
 la lutte contre le vieillissement cutané pour améliorer la
desquamation et atténuer les taches séniles ;
 le soin des peaux ternes et relâchées pour activer la microcirculation
et redonner un certain tonus ;
 la lutte contre l’acné pour faciliter l’évacuation du sébum.
Ils peuvent également être conseillés chez l’homme avant le rasage pour faciliter
la coupe du poil ou dans le soin des peaux noires recouvertes très souvent d’une
fine pellicule grise de cellules desquamantes. Enfin, les produits de gommage
sont censés améliorer l’efficacité des soins cosmétiques en facilitant leur
pénétration cutanée.
Deux méthodes de gommage existent : d’une part, le gommage mécanique et,
d’autre part, le gommage réalisé grâce à des agents chimiques. L’incorporation
dans une crème ou un gel de particules fines plus ou moins abrasives permet un
gommage mécanique de l’épiderme.
L’utilisation d’actifs chimiques provoque, quant à elle, une exfoliation par
détachement des cellules cornées prêtes à desquamer.

Actifs permettant un gommage mécanique :


L’action gommante des actifs permettant un gommage mécanique est
étroitement liée à deux facteurs : la granulométrie, les plus grosses
particules étant les plus abrasives, et la forme des particules. Les
particules rondes et régulières, comme les microbilles de synthèse,
permettent une abrasion douce, alors que les particules à angles vifs,
158
comme les poudres végétales ou les microcristaux minéraux, sont
relativement irritantes. Billes de polyéthylène et poudre de noyaux
d’abricot sont les abrasifs les plus anciens et les plus utilisés actuellement.
Les substances abrasives présentes dans les produits de gommage peuvent
avoir trois origines :
 végétale (poudre de bois de santal, microbilles de cire de jojoba
hydrogénée, microbilles de cire de riz, coques de grains de riz, coques
de noix de coco, coques de résine de benjoin et de Damar, coques de
café, coques de noyaux d’abricots, coques de noyaux d’olives, coques
de noyaux de dattes, sucre cristallisé, cellulose microcristalline...) ;
 minérale (microcristaux de carbonate de calcium, microcristaux
d’oxyde d’aluminium, microcristaux de silicate hydraté, sel marin,
boues et sel de la mer Morte, sable blanc de Bora-Bora, pierre ponce,
poudre de nacre...) ;
 synthétique (microbilles de polyéthylène, microbilles de
polyuréthane, microbilles de polyamide, microfibres textiles...).
Actifs permettant un gommage chimique :
Les actifs permettant un gommage chimique exercent un effet “peeling”. Les
principaux sont les alpha-hydroacides (AHA), en particulier l’acide glycolique
utilisé à une concentration supérieure à 10 %, et l’acide salicylique (ou le
salicylate de sodium) à faible concentration, variant de 1 à 5 %. Des extraits
végétaux peuvent également être utilisés, comme l’extrait de papaye.
Le moment idéal :
L’application de ces cosmétiques doit être conseillée :
 toute l’année,
 après la toilette du visage,
159
 en général 1 à 2 fois par semaine, sauf dans le cas des peaux à tendance
acnéique pour lesquelles elle peut être renouvelée 3 fois par semaine,
voire quotidiennement pour certains cosmétiques. (128)

b) Les crèmes de soins :

Les crèmes de soin sont destinés à protéger la peau des agressions extérieures et
à corriger ses éventuels défauts (peau grasse, sèche, réactive, ou sensible) par
rapport à divers actifs.

On distingue :

Les crèmes de protection :


Les bases de maquillage :
Les crèmes de soins spécifiques :
 Les crèmes de protection :
Qui, comme leur nom l’indique, protègent la peau des agressions
environnementales : la pollution, les intempéries climatiques, le soleil, etc.
Les crèmes de protection sont des produits généralement cosmétiques, ayant une
consistance plus ou moins liquide ou pâteuse, utilisées pour la protection contre
les attaques extérieures (produits chimiques, rayonnements dangereux, insectes,
bactéries…) qui pourront affecter la peau, les cheveux, les mains, les pieds ou le
corps entier d’une personne. Elles sont généralement présentées en boite, en
tube ou en flacon dont la forme a été adaptée pour faciliter leurs applications.
 Les bases de maquillage :
Une base de maquillage est un produit, de soin ou de maquillage, appliqué en
premier lieu sur la peau pour faciliter le maquillage et le fixer tout au long de la

160
journée. Pour le teint, la base peut également servir à unifier et à illuminer le
teint.
Ce sont les crèmes les plus simples, elles peuvent être utilisées seules pour leur
effet protecteur ou servir de base de maquillage avant l’application de fond de
teint ou de poudre.
Ce sont des émulsions fluides (E/H ou H/E), elles s’intègrent suffisamment à la
couche cornée pour éviter le glissement du maquillage à l’application.
 Les crèmes de soins spécifiques :

1. Les crèmes hydratantes :

L’eau est un élément vital pour tout organisme vivant. Il s’agit également d’un
élément essentiel pour la peau. Le niveau d’hydratation de la couche cornée
varie selon la profondeur considérée : il existe un gradient d’hydratation, la base
étant la mieux hydratée et la surface, au contact de l’air, ayant une teneur en eau
plus faible. L’hydratation de la peau présente un intérêt majeur dans la fonction
“barrière” de la couche cornée (Hydrater la peau consiste à empêcher sa
déshydratation en recouvrant la couche cornée d’un film gras, afin d’éviter
qu’elle ne perde son eau. C’est le principe de la crème hydratante, Si la couche
cornée est affaiblie, la barrière cutanée est rompue et la peau devient plus
vulnérable aux agressions extérieures. L’hydratation de la peau vise donc à
renforcer cette couche cornée ainsi que l’ensemble de la peau).
Cette fonction est souvent synonyme de barrage aux substances extérieures afin
d’empêcher leur pénétration dans l’organisme. Cependant, elle est secondaire
face au rôle primordial de la couche cornée pour empêcher la diffusion de l’eau
hors du corps humain. On estime d’ailleurs la fonction barrière de la couche

161
cornée par la mesure de la diffusion de l’eau à travers celle-ci : il s’agit de la
perte insensible en eau (PIE). La PIE est un phénomène passif où l’eau libre
s’évapore du fait du gradient de pression de vapeur d’eau de chaque côté de la
couche cornée. (129)
L’hydratation cutanée résulte de plusieurs mécanismes complexes, faisant
intervenir de nombreux éléments constitutifs des assises épidermiques. Les
lipides cutanés (notamment les céramides) associés aux facteurs naturels
d’hydratation (NMF) ont un rôle majeur dans son contrôle. Plus récemment, le
rôle très important de canaux hydriques, les aquaporines, dans la perméabilité à
l’eau des cellules a été découvert.
Les produits cosmétiques hydratants sont des soins :
mixtes, aussi bien destinés aux femmes qu’aux hommes, qu’il s’agisse du
choix des actifs ou de la présentation ;
destinés à tous les âges, la restauration de la dynamique d’hydratation
cutanée pouvant être nécessaire aussi bien à une peau d’adolescent qu’à une
peau mature.
Les soins hydratants s’imposent lorsque la peau est décrite comme sèche,
rêche, rugueuse, desquamant, parfois enflammée, voire avec des
démangeaisons.
Les laboratoires cosmétologiques proposent une déclinaison de soins
hydratants adaptés aux besoins des différents types de peaux déshydratées :
 Les peaux sèches à très sèches, avides d’eau et de corps gras,
nécessitent des textures riches et nutritives, éventuellement associées
à des agents filmogènes hydrophiles ou antidéshydratants ;
 Les peaux grasses sont apaisées par une base légère, associée à des
actifs séborégulateurs (zinc par exemple), absorbants (argiles, silices)
162
ou matifiants (Le Zinc resserre les pores et purifie. L’actif matifiant
prévient l’apparition des imperfections).

Les actifs utilisés :


Aquaporines, lipides et facteurs naturels de l’hydratation (NMF) sont les acteurs
principaux de la fonction d’hydratation de la peau. La préservation de ces
éléments au sein de l’épiderme permet d’améliorer l’aspect et le toucher de la
peau. Il est donc indispensable de lui apporter, en plus de l’eau, un mélange
d’éléments hydrophiles et d’éléments lipophiles.

Action sur les aquaporines


Après avoir été absorbée dans le tube digestif, l’eau gagne la circulation
sanguine, les espaces interstitiels, puis les différents compartiments de
l’organisme, tout cela dans le but de maintenir une osmolarité tissulaire
constante. In fine, elle quitte l’organisme par la peau, les poumons, le tube
digestif et, principalement, les reins.
L’existence de canaux hydriques était jusqu’alors supposée car la pénétration
osmotique de l’eau à travers les membranes lipidiques ne pouvait expliquer
l’importance des échanges et flux observés au niveau cellulaire, et dans certains
organes, en particulier le rein.
Les aquaporines sont une classe de protéines transmembranaires qui forment des
canaux facilitant les mouvements de l’eau : elles peuvent être comparées à un
sablier laissant passer les molécules d’eau, tels des grains de sable, dans sa
partie la plus étroite. Ces canaux hydriques permettent le passage des molécules
d’eau de part et d’autre de la membrane cellulaire, sans laisser filtrer les ions ou
toute autre molécule.

163
Certaines aquaporines laissent toutefois passer des solutés de faible poids
moléculaire (l’AQP3 est une protéine à la fois perméable à l’eau, à l’urée et au
glycérol).
Ainsi, les aquaporines expliquent en partie la grande perméabilité des
membranes cellulaires à l’eau.
Elles permettent aux cellules des organes d’absorber, conserver ou excréter
l’eau, jouant ainsi un rôle majeur dans le contrôle de l’hydratation, sans pour
autant laisser passer d’autres molécules (indésirables, à maintenir à l’extérieur
de la cellule, ou au contraire essentielles, à maintenir dans celle-ci). Leur
fonctionnement est contrôlé par des hormones, telles que la vasopressine, et peut
être inhibé par certains toxiques comme les sels de mercure.

Restauration des lipides épidermiques


Le ciment lipidique occupe une place importante dans le processus de
kératinisation et dans la fonction d’hydratation de la peau. Ces lipides
complexes, tels que les céramides, les acides gras libres ou le cholestérol, jouent
un rôle structural, contribuant à la cohésion des cellules, et fonctionnels. Ils
permettent de contrôler l’hydratation, notamment en piégeant une certaine
quantité d’eau dans les mailles du filet lipidique. La qualité du ciment lipidique
est un facteur important de la régulation du flux hydrique transépidermique.
Céramides, acides gras libres et cholestérol mélangés à des enzymes
hydrolytiques forment un treillis lipidique extracellulaire.
L’exocytose de ces lipides est notamment contrôlée par la présence d’ions
calcium et potassium.
Les lipides agissent également sur le flux hydrique cutané en entrant dans la
composition du film hydrolipidique.
164
Ce dernier provient de la sécrétion sébacée, contenant glycérides et acides gras,
associée aux composants de la sueur : eau, composés ioniques et substances
organiques azotées. En formant une émulsion, le film hydrolipidique s’oppose à
la déshydratation ou à l’hyperhydratation de la peau, et permet à celle-ci de
résister aux agressions extérieures, en particulier climatiques.
Les lipides interviennent donc dans la régulation du flux hydrique par les lipides
membranaires, intercellulaires et sus-épidermiques. Il est donc inconcevable de
vouloir hydrater la peau sans lui en apporter, ceux-ci quel que soit le type de
peau.
Les composés lipidiques utilisés en cosmétique peuvent être des huiles
végétales, des beurres, des cires, des acides gras ou encore des esters gras (les
huiles animales étant progressivement abandonnées). Les huiles végétales sont
les composés lipidiques les plus couramment employés. Elles sont obtenues à
partir de graines (arachide, tournesol…) ou de fruits (olive, palme…).
Ces huiles sont composées principalement de triglycérides qui sont des esters
triples d’acides gras et de glycérol. Les acides gras sont indispensables à
l’organisme, notamment à la peau. Citons, par exemple, l’acide linolénique
extrait de l’huile de bourrache ou l’acide linoléique, extrait de l’huile de
tournesol. Ils sont rarement incorporés seuls (à l’exception des acides
linoléniques ou linoléiques qui constituent des principes actifs) mais sont plus
volontiers apportés au mélange par les huiles végétales qui les contiennent. Les
beurres sont fréquemment utilisés pour relipider l’épiderme.
Plus récemment, l’emploi de céramides s’est beaucoup développé. De synthèse,
elles miment de plus en plus parfaitement les céramides humaines. Le
laboratoire Noreva propose des biocéramides III dans le soin hydratant visage
Duoskin®.
165
Stimulation de la synthèse de glycosaminoglycanes
Le corps humain renferme 70 % d’eau. Cette teneur en eau est identique dans la
peau. L’hypoderme contient 20 % d’eau, le derme 80 %, l’épiderme 60 % et la
couche cornée 10 %. Le derme représente donc une grande réserve d’eau pour la
peau. Cette eau dermique est une eau essentiellement non mobilisable, liée à des
macromolécules protéiques. Les glycosaminoglycanes (GAG) sont les
principaux éléments constitutifs de la substance fondamentale du derme, où
baignent fibres et cellules. L’acide hyaluronique est le GAG le plus important (1
g d’acide hyaluronique peut fixer 300 à 500 ml d’eau). Cependant, une partie de
l’eau dermique est mobilisable : c’est elle qui permet d’hydrater l’épiderme
selon un gradient de concentration puisque l’épiderme est non vascularisé.

Renforcement des facteurs naturels de l’hydratation


Dans la couche cornée, l’eau peut être stockée dans les cornéocytes : cellules
dépourvues de noyaux et d’organites, constituées de kératine, protéine fibreuse
dont les filaments forment une trame dense. L’eau se lie ainsi aux filaments de
kératine grâce à un ensemble de composants : les facteurs naturels d’hydratation
ou Natural moisturizing factors (NMF). L’extensibilité, la souplesse et la
résistance aux agressions de la couche cornée sont assurées par les liaisons
établies entre les fibres de kératine et l’eau.
Les NMF proviennent de la dégradation, au sein des cornéocytes, de la
filaggrine par des protéases.
Un mélange de substances hygroscopiques, riche en acides aminés (40 % des
NMF dont la sérine et la citrulline) est ainsi obtenu. Les facteurs naturels
d’hydratation se composent également d’acide pyrrolidone carboxylique (APC,
12 %), d’alpha-hydroxyacides (12 % de lactates et 0,5 % de citrates), d’urée (7
166
%) et de sels minéraux– chlorures (6 %), sodium, potassium et calcium (11 %) –
et, enfin, de sucres (3,5 %). Tous ces composants contribuent à fixer des
molécules d’eau dans la couche cornée.
Les laboratoires cosmétologiques s’appuient sur le rôle actif des NMF dans
l’hydratation cutanée : le laboratoire Noreva a formulé son soin hydratant
Duoskin en incorporant un lactate ; les laboratoires Vichy et Uriage ont basé
leur formulation sur les sels minéraux, notamment ceux directement apportés
par leur eau thermale.
Les actifs humectants, tels que la glycérine, sont également capables de fixer des
molécules d’eau, ils sont employés en cosmétique, à la fois pour leurs propriétés
galéniques et pour leur activité hydratante. La glycérine est l’humectant le plus
utilisé pour son action hydratante, d’action prolongée. Les laboratoires Caudalie,
Eucerin et Galénic l’ont incorporé dans leur formulation.
Le laboratoire Bioderma propose, quant à lui, le xylitol comme agent hydratant
hygroscopique dans le sérum hydratant concentré Hydrabio®.

Protection des effets néfastes du soleil


L’exposition aux ultraviolets (UV) de la peau est néfaste à de multiples niveaux,
y compris sur son hydratation.
C’est pour cette raison que de nombreux laboratoires cosmétologiques proposent
des soins hydratants de jour contenant un filtre solaire protégeant des UVA et
des UVB, à l’image des soins AquaPorin Active® crème hydratante protectrice
du laboratoire Eucerin et Hydrance Optimale® UV légère du laboratoire Avène.
(129)

167
2. Les crèmes anti-rougeurs

Les rougeurs du visage peuvent être intermittentes ou permanentes. Les


rougeurs intermittentes correspondent à des bouffées vasomotrices, le plus
souvent physiologiques : flushs émotifs, prise alimentaire, ingestion d’alcool,
épisode fébrile ou ménopause. Certains flushs peuvent être pathologiques : prise
médicamenteuse, rosacée, voire, plus rarement, mastocytoses ou
phéochromocytoses.
Les érythroses (correspondent à une coloration rouge de certaines zones du
visage. Le flush, ou bouffée vasomotrice, résulte d’une augmentation du flux
sanguin par vasodilatation des vaisseaux du derme superficiel) permanentes sont
principalement représentées par la rosacée au stade II, mais également par des
dermatoses faciales telles que la dermite séborrhéique.
Les cosmétiques anti-rougeurs doivent être systématiquement proposés aux
personnes souffrant de rougeurs intermittentes ou permanentes du visage, que
leur motivation soit esthétique (érythème du visage plus ou moins associé à
l’apparition de petits vaisseaux dilatés) ou plus subjective (sensation de brûlure,
de thermophobie, de peau « qui tire », voire d’hypersensibilité cutanée avec
intolérance à différents cosmétiques). Ce conseil intervient en particulier dans le
cas où une étiologie médicale, notamment une couperose ou une rosacée, a déjà
été diagnostiquée.
Les cosmétiques anti-rougeurs ont pour but d’hydrater les couches superficielles
de la peau tout en apportant un effet apaisant, protecteur et vasoconstricteur. Ils
tendent à améliorer la microcirculation cutanée, à protéger la peau des facteurs
extérieurs déclenchants et à masquer les symptômes inesthétiques. (130)

168
Actifs améliorant la microcirculation
La vasodilatation des vaisseaux cutanés est un élément clé dans l’apparition de
rougeurs. Pour lutter contre ce facteur, les laboratoires cosmétologiques ont
largement puisé dans les plantes. Le ruscus est ainsi proposé par les laboratoires
Avène et SVR pour améliorer la micro circulation et renforcer la paroi des
vaisseaux. La vigne rouge et le ginseng sont mis à profit dans la gamme
Roséliane du laboratoire Uriage. Le laboratoire La Roche-Posay propose, quant
à lui, une vitamine pour activer la synthèse de collagène par les vaisseaux et
ainsi les fortifier : la vitamine CG (renforce la paroi des vaisseaux fragiles).
Actifs apaisants
Les peaux sensibles, en particulier celles qui sont sujettes aux rougeurs,
nécessitent l’utilisation d’actifs apaisants.
De nombreuses substances sont utilisées en cosmétique dans le but de diminuer
l’irritation, voire l’inflammation cutanée : extraits d’avoine (A-Derma), extraits
de camomille, de raisin et de pivoine associés au D-panthénol (Darphin),
pro-anthocyanes de tilleul et de mauve (Lierac) ou extrait de racine de réglisse
(Eucerin).
Rappelons que les eaux thermales sont au cœur des formulations de différentes
gammes officinales : Avène, La Roche-Posay, Uriage ou encore Vichy. Chaque
eau thermale confère plusieurs propriétés bénéfiques à ces cosmétiques. Toutes
sont utilisées pour apaiser et lutter contre les irritations. Le laboratoire Bioderma
propose également une eau dermatologique en brumisation : Créaline eau
dermatologique, indiquée dans le soin des peaux avec rougeurs.
Actifs décongestionnants anti-rougeurs
Un décongestionnant ou veinotonique : favorise la microcirculation

169
L’actif décongestionnant le plus fréquemment utilisé est le sulfate de dextran :
soins antirougeurs d’Avène, Rubialine de SVR et Roséliane d’Uriage. L’eau
d’hamamélis est également mise à profit pour son action décongestionnante dans
la gamme Sensiphase d’A-Derma.

Filtres solaires
L’apparition de rougeurs, chez les sujets prédisposés, est favorisée par
l’exposition aux rayonnements solaires. Les laboratoires A-Derma, Avène ,
Eucerin et La Roche-Posay proposent, de ce fait, des soins cosmétiques dont la
formulation a été améliorée grâce à l’ajout de filtres solaires.

Pigments neutralisants les rougeurs


La couleur rouge est facilement neutralisée par l’application de colorants verts.
Face à des flushs très marqués, un soin teinté peut être proposé : crème traitante
rougeurs localisées, crème teintée anti rougeurs ou encore crème Rubialine. Le
laboratoire Uriage propose, quant à lui, une crème teintée, semblable à un fond
de teint : le soin de teint Roséliane (sable ou doré).
Les soins antirougeurs doivent être conseillés toute l’année, en application
quotidienne, pour prévenir l’apparition des flushs. Ils doivent être appliqués
après un nettoyage soigneux et délicat du visage par un produit d’hygiène doux,
de préférence sans rinçage.
Certaines époques de l’année, en particulier l’hiver, exposent particulièrement
aux facteurs déclenchants : froid, vent, changements brutaux de température
entre l’intérieur et l’extérieur... Durant ces périodes, la symptomatologie étant
plus marquée, l’utilisation de ces cosmétiques doit être renforcée. (130)

170
3. Les crèmes de soins du contour de l’œil
Le regard tient une place primordiale dans l’esthétique du visage. Cependant,
entretenir l’œil et son contour nécessite de prendre certaines précautions : le
choix des actifs doit être rigoureux et les conditions d’application doivent être
maîtrisées.
Les soins du contour de l’œil doivent réunir plusieurs qualités, les distinguant
des soins habituels du visage :
Faire preuve d’une grande innocuité du fait de leur utilisation à proximité
de l’œil ;
Contenir peu de phase grasse, voire pas du tout, pour éviter le gonflement
des paupières (poches), (parce que les poches d’origine grasse sont le
résultat d’une accumulation de tissu adipeux sous les yeux) ;
Ne pas renfermer d’alcool ;
Être peu ou pas parfumés ;
Avoir une texture légère et agréable ;
Être facile à appliquer au doigt.
Il est possible de distinguer schématiquement deux grandes catégories de soins
du contour de l’œil : les soins anti-poches/anticernes et les soins anti-âge.

a) Les soins anti-poches/anticernes


Les actifs utilisés dans les soins anti-poches et anticernes sont principalement
des agents hydratants, décongestionnants et apaisants, permettant d’atténuer les
poches et les cernes. (131)

171
Agents hydratants
L'acide hyaluronique retient l'eau dans les tissus comme une éponge. La
molécule d'acide hyaluronique peut fixer et attirer jusqu'à 1000 fois son poids en
eau !
Il joue un rôle important dans la cicatrisation de la peau.
Il joue un rôle dans la protection contre les rayons UV : action anti-oxydante.
L'acide hyaluronique sert donc à maintenir l’hydratation de la peau et participe à
sa tonicité. C’est un puissant agent hydratant dont la quantité et la qualité dans le
derme diminuent progressivement avec l’âge. De ce fait, la peau se dessèche, se
fragilise, et les premières rides apparaissent. Puis progressivement, les tissus se
relâchent et le visage se creuse. Ces déséquilibres s'accentuent avec
la ménopause, mais aussi avec le vieillissement photo-induit (du aux rayons
UV).
L’acide hyaluronique, actif au fort pouvoir osmotique, maintient un niveau
d’hydratation optimal et permet de lisser les microsillons. Les laboratoires
Bioderma, La Roche Posay et Nuxe l’ont incorporé dans leurs formules. Le
laboratoire Galénic utilise, quant à lui, le glycol pour hydrater et repulper le
contour de l’œil.

Agents apaisants et décongestionnants


Les agents apaisants et décongestionnants (apaiser et hydrater le contour de
l’oeil) sont souvent d’origine végétale .L’actif le plus souvent utilisé pour
décongestionner le contour de l’œil est l’eau florale de bleuet. Elle est proposée
dans le soin contour des yeux et les patchs lissants et défatiguants au bleuet® du
laboratoire Klorane. Un autre actif reconnu pour son action décongestionnante,

172
proposé par le laboratoire Galénic dans le soin yeux fraîcheur défatiguant
Nectalys®, est le sulfate de dextran.

Agents drainants
La caféine est fréquemment incorporée dans les soins du contour de l’œil pour
drainer l’œdème palpébral. Cet actif est proposé dans les soins des laboratoires
Bioderma et Nuxe. Des extraits végétaux sont également disponibles pour une
action drainante : l’extrait de passiflore (laboratoires Darphin) et l’extrait
d’arnica (laboratoire Klorane).
Ces soins se présentent généralement sous la forme de gels ou de crèmes.
Cependant, le laboratoire Klorane propose une forme galénique originale : des
patchs, renfermant deux actifs majeurs, l’eau florale de bleuet, apaisante et
décongestionnante, et l’extrait d’arnica, drainant.

b) Les soins anti-âges :


Les soins à visée anti-âge représentent la majeure partie des ventes des soins du
contour de l’œil. Pour lutter contre le vieillissement de cette zone fragile, les
laboratoires cosmétologiques proposent de véritables cocktails d’actifs agissant
à la fois sur la déshydratation, les cernes et les rides. Ces soins revendiquent une
amélioration de la tonicité et de l’élasticité en agissant notamment sur les
fibroblastes dermiques. Disponibles sous la forme de gels ou de crèmes, ils
renferment généralement des actifs stimulant le renouvellement cellulaire,
décongestionnants, hydratants, apaisants et des antioxydants.

173
Actifs stimulants le renouvellement cellulaire et la synthèse de fibres
de soutien :
Les actifs utilisés pour stimuler le contour de l’œil sont :
 le rétinaldéhyde (Ysthéal+®, Avène),
 le resvératrol de vigne (Premier Cru® la crème yeux, Caudalie),
 la vitamine C associée au madécassol (Redermic+® yeux, La Roche
Posay) ,
 le Protéic Gf (capable de stimuler la synthèse de facteurs de croissance*
pour une reconstruction structurée de la peau) , (Neovadiol Gf® contours
lèvres et yeux, Vichy).

Agents antioxydants
Les agents antioxydants privilégiés par les laboratoires sont le prétocophéryl
(laboratoire Avène), les polyphénols de pépins de raisin (laboratoire Caudalie)
ou l’association d’immortelle bleue et d’agérate bleue (laboratoire Nuxe).

Actifs décongestionnants
Les actifs décongestionnants comme la caféine (la caféine a un rôle liftant est
très utilisé pour les soins visage) (soin Premier Cru® du laboratoire Caudalie)
permettent de limiter l’apparition de poches.

Actifs hydratants :
L’acide hyaluronique est le principal actif hydratant utilisé dans les soins anti-
âge. Le traitement des rides à base d’acide hyaluronique passe par des injections
de gel. Une fois infiltré dans la peau, le gel retient l’eau et se mélange à l’acide

174
hyaluronique du derme. L’effet volumateur redonne à la peau son aspect initial,
la ride est résorbée. (131)

Agents apaisants :
Les extraits végétaux apaisants présents dans les soins contour de l’œil
contiennent, entre autres, de l’eau de rose, de bleuet, ainsi que des extraits de
réglisse, d’arnica, de calendula et, bien entendu, des eaux thermales dans les
soins des laboratoires Avène, La Roche Posay et Vichy. Brumiser une eau
thermale sur l’ensemble du visage procure d’ailleurs un apaisement.

4. Les « crèmes » de soins des lèvres


Les lèvres, au même titre que le contour de l’œil, nécessitent des soins adaptés à
la fragilité de ces zones cutanées.
Les lèvres constituent une zone particulièrement sensible du visage, au même
titre que le contour des yeux. Leur peau est cinq fois plus fine que celle du reste
du visage et sa membrane muqueuse est dépourvue de couche de kératine
protectrice. Les lèvres, est constitiué d’un versant interne de type muqueuse
buccale (= épithélium malpighien pavimenteux stratifié non kératinisé) et d’un
versant externe : la peau (= épithélium malpighien pavimenteux stratifié
kératinisé).
En résumé, les lèvres constituent une zone délicate du visage, davantage sujette
à la déshydratation, au vieillissement et aux agressions extérieures, en particulier
à l’air froid, en hiver.
Pour les protéger, le conseil officinal doit avoir à cœur de proposer des soins
visant à renforcer la fonction barrière de l’épiderme.

175
Le soin des lèvres fait appel à l’application d’huiles et de beurres végétaux, aux
propriétés hydratantes, émollientes et relipidantes. Le monde végétal reste une
source majeure d’actifs et l’exploration du soin des lèvres permet de présenter
plus avant ces substances naturelles nourrissantes et réparatrices. (132)
Le soin des lèvres est un domaine de la cosmétologie qui s’adresse au plus grand
nombre, aussi bien à l’homme qu’à la femme, et pour lequel la demande
s’intensifie durant la période hivernale en raison du caractère agressif du froid
sur cette muqueuse.
Cependant, le consommateur sera demandeur d’une forme simple et pratique, le
stick hydratant, alors que la consommatrice sera, quant à elle, plus attirée par
l’action réconfortante d’un baume et les atouts complémentaires de certaines
formulations, en particulier leur action anti-âge.
Les composés lipidiques employés en cosmétologie sont donc considérés
comme des substances de régulation de l’hydratation. Ce peut être des huiles
végétales, des beurres, des cires, des acides gras ou encore des esters gras.
Les huiles végétales, telles que l’huile de tournesol, sont les composés les plus
couramment employés en cosmétique.
Elles comportent principalement des triglycérides qui sont des esters triples
d’acides gras et de glycérol. En apportant certains acides gras, essentiels à la
peau, les huiles végétales contribuent, entre autre, à restaurer les lipides cutanés.
Enfin, les beurres, surtout celui de karité, sont fréquemment utilisés pour
relipider l’épiderme.

Le beurre de karité
Beurre végétal, issu de l’amande des noix de karité, le beurre de karité est à
l’origine une substance comestible.
176
Il est cependant connu pour son utilisation dans de nombreux soins cosmétiques.
Il possède, en effet, des propriétés hydratante et émolliente sur la « peau ».
Cet actif végétal contient principalement des acides gras tels que l’acide oléique,
l’acide stéarique, l’acide linolénique, l’acide palmitique ou encore l’acide
linoléique.
L’application cutanée de ces lipides permet de restaurer la fonction barrière des
lèvres et ainsi de protéger contre le dessèchement, de favoriser l’hydratation et
de bénéficier d’une action émolliente.
Le laboratoire Sanoflore a formulé son Baume lèvres nourricier® à base de
beurre de karité, pour hydrater et réparer, mais également d’huiles végétales,
macadamia et tournesol, pour nourrir et assouplir les lèvres. Ce baume met
également en avant les propriétés de deux huiles essentielles : celle de ciste,
pour son pouvoir régénérant, et celle de gingembre, pour son pouvoir apaisant.
Le Stick lèvres hydratant Rêve de Miel® du laboratoire Nuxe est un autre
exemple de l’utilisation du beurre de karité dans le soin des lèvres. Sa formule
s’articule sur quatre huiles végétales à visée relipidante (tournesol, son de riz,
macadamia et calendula), du beurre de karité et de l’huile d’argan pour nourrir et
apaiser les lèvres, et enfin du miel d’acacia pour son effet réparateur.
Enfin, le laboratoire Vichy propose un stick Soin réconfortant lèvres
Essentielles® à base de beurre de karité, de glycérine et de vitamine E. Il
contient également un extrait de Centella asiatica, plante aux propriétés
cicatrisantes.

L’huile d’argan
Cette huile végétale se compose à 99 % d’une fraction glycéridique, riche en
acides gras essentiels, dont l’acide linoléique (oméga 6), l’acide alphalinoléique
177
(oméga 3) et l’acide oléique (oméga 9). Les acides gras, utiles aux membranes
cellulaires, viennent, en application cutanée, renforcer le ciment intercellulaire et
restaurer le film hydrolipidique. Ils confèrent ainsi un pouvoir nourrissant et
hydratant au soin cosmétique. L’huile d’argan contient également une fraction
insaponifiable (1 %) riche en vitamine E, anti-oxydante, et en stérols, qui
contribuent à l’hydratation et à la nutrition de la peau. Cette fraction de l’huile
confère au soin une propriété notamment anti-âge protectrice.
Le laboratoire Galenic propose ainsi, au cœur de sa gamme Argane, une huile
d’argan dont l’extraction est obtenue sans torréfaction ni solvant chimique afin
de préserver l’intégralité des composés nutritifs et anti-oxydants de l’huile. La
formule du Baume lèvres fondant réparateur Argane® s’articule sur une huile
d’argan, enrichie en vitamine E pour renforcer l’action anti-âge : l’utilisation de
ce baume est conseillée pour nourrir et protéger les lèvres abîmées tout en
limitant les effets du vieillissement.

Les autres actifs


Au-delà de leur action réparatrice et hydratante, certains soins destinés aux
lèvres possèdent d’autres atouts.
Ainsi, pour les situations où l’hydratation et la nutrition des lèvres doivent être
couplées à une protection contre les effets du soleil, différents laboratoires
cosmétologiques proposent des formules additionnées de filtres solaires anti-
UVA et UVB, à l’image du Stick hydratant solaire SPF 30 Ictyane® du
laboratoire Ducray.
Ce dernier allie les propriétés hydratantes et nourrissantes de la vaseline et de la
glycérine à l’effet antioxydant de la vitamine E et à la protection anti-UVA et
UVB de filtres solaires. (132)
178
Enfin, nombre de consommatrices de soins cosmétiques anti-âge souhaitent
également agir sur cette zone fragile que sont les lèvres et leur contour.
Différents soins proposent une telle action ciblée, notamment le Baume lèvres
jeunesse® du laboratoire Darphin qui réunit en un soin l’action anti-oxydante de
l’huile d’argan et celle, stimulante, de la synthèse de collagène. Pour apporter
confort et nutrition, le baume lèvres jeunesse contient également deux autres
huiles, de prune et de tournesols, associées à deux beurres végétaux, mangue et
kokum.

5. Les crèmes de soins antitaches

La couleur de la peau est le résultat d’un subtil mélange de pigments :


mélanines, hémoglobines et caroténoïdes. Les mélanines représentent l’essentiel
de la pigmentation de la peau, des poils et des yeux.
Elles sont synthétisées par des cellules spécialisées : les mélanocytes, au sein
des mélanosomes (lysosomes sécrétoires). Deux familles de mélanines sont
produites : les eumélanines, de couleur brune ou noire, et les phaéomélanines, de
couleur jaune ou rouge-orangé. Les mélanines constituent un filtre pour les
rayonnements visibles et les ultraviolets (les eumélanines ont un pouvoir
photoprotecteur environ mille fois supérieur à celui des phaéomélanines).
Lors d’une irradiation, les mélanosomes se rassemblent au-dessus du noyau et
protègent ainsi le matériel génétique des kératinocytes. La synthèse de
mélanines et leur transfert aux kératinocytes sont accélérés sous l’effet des
ultraviolets (UV). La production de mélanines constitue une réponse adaptative
de l’organisme à des expositions prolongées au soleil. Cependant, une
pigmentation anormale et inesthétique de la peau peut survenir. Trois grands
179
groupes de troubles de la pigmentation sont alors distingués : les
hypopigmentations (ou leucodermies), les hyperpigmentations et la coloration
anormale de la peau. Ces troubles pigmentaires résultent de mécanismes
physiopathologiques divers incluant : des variations quantitatives ou qualitatives
du pigment mélanique, des anomalies de distribution de la mélanine ou des
dérivés de l’hémoglobine, une présence anormale de pigments d’origine
endogène ou exogène, ou un épaississement de l’épiderme.
Une bonne connaissance des étapes de la mélanogenèse permet de mieux
appréhender les problèmes d’hyperpigmentation et les voies d’action des
différents cosmétiques. La synthèse des mélanines se déroule dans les
mélanosomes : eumélanines et phaéomélanines proviennent de la transformation
de la tyrosine sous l’action d’une enzyme, la tyrosinase. Celle-ci est l’enzyme
limitante de la mélanogenèse. La tyrosinase catalyse les deux premières
réactions de la voie de synthèse des mélanines : l’hydroxylation de la tyrosine en
dopa et l’oxydation de la dopa en dopaquinone. Les cosmétiques antitaches
visent principalement à inhiber cette enzyme.
Parallèlement à cette synthèse, les mélanosomes sont transportés vers
l’extrémité des dendrites mélanocytaires.
Ils sont ensuite transférés aux kératinocytes où les mélanines peuvent exercer
leur rôle de protection contre les rayonnements ultraviolets. Les actifs de
certains cosmétiques agissent sur cette phase en limitant la diffusion des
pigments : le niacinamide, par exemple. (133)

Actifs agissant sur les mélanocytes, les dépigmentants


 La vitamine C est l’un des principaux actifs dépigmentants utilisés en
cosmétique. De nombreux laboratoires l’ont incorporé dans leurs
180
formulations : Bioderma, Darphin, Ducray, La Roche Posay, Lierac,
SVR ou encore Uriage.
L’acide ascorbique inhibe la mélanogenèse en réduisant les métabolites
intermédiaires quinoniques.
Cette vitamine présente également l’avantage d’éclaircir la mélanine noire en
réduisant les mélanines oxydées.
La difficulté liée à son utilisation résulte de son oxydation rapide et de sa
dénaturation en solution aqueuse. De ce fait, de nombreux esters de l’acide
ascorbique ont été mis au point pour le stabiliser.
 L’acide azélaïque est un acide gras saturé dont le mode d’action est
encore mal connu. Son action dépigmentante résulterait principalement
d’un effet inhibiteur sur la tyrosinase. Le laboratoire Ducray met à profit
cet actif dans le soin Melascreen dépigmentant.
 L’acide kojique est un acide aromatique qui a la propriété d’inhiber
l’activité cathécolase de la tyrosinase.
Il inhibe ainsi la synthèse des mélanines. Cet actif se retrouve dans la gamme
Mela-D du laboratoire La Roche Posay, ainsi que dans les soins Dépigmentant
intense Clairial et Clairial SPF 50+ du laboratoire SVR.
 Les dépigmentants d’origine végétale sont nombreux et très employés en
cosmétique.
La glabridine est une molécule extraite de la réglisse.Elle inhibe l’enzyme clé de
la mélanogenèse, la tyrosinase.
La glabridine exerce également une action anti-inflammatoire, notamment en
inhibant la production d’anions superoxydes.

181
Autre actif végétal, la viniférine est un brevet exclusif du laboratoire Caudalie.
Ce composant est extrait du bois et des sarments de vigne. La viniférine
exercerait une inhibition de la tyrosinase et une action antiradicalaire.
La neutralisation des réactions d’oxydation cellulaire limiterait la stimulation de
la tyrosinase et l’inflammation.

Actifs favorisant l’élimination des cellules pigmentées, les exfoliants :


Les acides organiques présentent un potentiel dépigmentant lié principalement à
leur effet exfoliant, par diminution de la cohésion cornéocytaire. Les alpha
hydroxy acides (AHA), en particulier l’acide glycolique (laboratoires Bioderma,
Ducray, Lierac…), permettent ainsi l’élimination des cellules superficielles
chargées en pigments mélaniques.
D’autres acides organiques sont utilisés en cosmétologie : il s’agit des acides de
raisin pour le laboratoire Caudalie ou encore des extraits de citrus et de
dimorphandra pour le laboratoire Lierac.
Certains composés chimiques sont également mis à profit pour leurs propriétés
exfoliantes, en particulier l’acide salicylique dans les gammes Ombellia
(Galénic) et Clairial (SVR).
Ces actifs sont le plus souvent associés aux agents dépigmentants dans les soins
quotidiens. Outre leur pouvoir exfoliant, ils favorisent la pénétration des actifs
dépigmentants. D’ailleurs, certains cosmétiques exfoliants s’insèrent
spécifiquement au sein d’une gamme antitache pour exercer un effet peeling
avant l’application du soin traitant. Parmi eux, citons l’essence activatrice de
dépigmentation Lierac, Clairial Peel SVR ou le masque révélateur d’éclat
Vinoperfect Caudalie (octocrylene, ethylhexyl salicylate (octisalate), ethylhexyl
methoxycinnamate (octinoxate), butyl methoxydibenzoylmethane (avobenzone).
182
Actifs limitant la stimulation de la mélanogenèse, les protecteurs
solaires :
L’éviction du soleil et la photoprotection sont deux éléments essentiels pour
limiter et prévenir l’apparition des troubles pigmentaires. Les filtres solaires
permettent d’atténuer les hyperpigmentations en évitant la stimulation de la
mélanogenèse. Il en résulte une diminution de la synthèse de mélanines et un
gain pour la santé de la peau. (133)
Les photoprotecteurs externes doivent être efficaces sur l’ensemble du spectre
UV (UVA et UVB) et l’adjonction de molécules antioxydantes (vitamine E par
exemple) peut être bénéfique.

6. Les crèmes de soins antirides

Les principales rides du visage incitant à l’utilisation d’un soin cosmétique sont :
les rides frontales, rides transversales sur le front ; les rides de la patte-d’oie,
partant du coin extérieur de l’œil en direction de l’oreille ; les rides de la
glabelle (ou rides du lion), verticales, entre les deux sourcils ; les rides
d’amertume, partant des coins de la bouche s’orientant vers le bas ; les sillons
nasogéniens descendant des ailes du nez vers le coin de la bouche ; enfin, les
rides de la lèvre supérieure.
En cosmétologie, le choix des actifs antirides s’appuie le plus souvent sur des
expérimentations in vitro, voire l’étude tridimensionnelle des reliefs cutanés in
vivo.
Les laboratoires se donnent comme objectif de corriger certaines étiologies du
vieillissement cutané : appauvrissement de la matrice extracellulaire en
glycosaminoglycanes, diminution du nombre et de l’activité des fibroblastes,

183
augmentation de l’activité des radicaux libres et des métalloprotéinases,
réactions de glycosylation des protéines. (134)

Action sur les fibroblastes


Les fibroblastes sont les cellules de base du tissu conjonctif au niveau du derme.
De morphologie fusiforme ou étoilée, ils émettent des prolongements qui entrent
en contact avec ceux d’autres fibroblastes, formant une trame tridimensionnelle :
ils assurent un rôle de soutien mécanique. Mais ils remplissent une autre
fonction majeure au sein du tissu conjonctif : sécréter les différents éléments de
la matrice extracellulaire, notamment les fibres de collagène et les fibres
élastiques, ainsi que les glycosaminoglycanes de la substance fondamentale :
substance amorphe qui baigne les fibroblastes et les fibres de collagène. En
avançant dans l’âge, le nombre de fibroblastes et leur capacité à synthétiser des
fibres de collagène et d’élastine diminuent fortement. C’est sur cet élément
cellulaire clé que de nombreux laboratoires souhaitent agir, principalement grâce
à des actifs reconnus pour stimuler le renouvellement cellulaire.
 Le rétinol : correspond à la forme active de la vitamine A. Puissant
antioxydant, il aide à lutter contre le vieillissement. Le rétinol joue
également un rôle important en protégeant la peau des agressions
extérieures.
 La vitamine C : est un antioxydant puissant qui neutralise les radicaux
libres, la vitamine C est également un cofacteur de la synthèse de
collagène. Elle participe à l’hydroxylation du procollagène ainsi qu’à la
stimulation de la synthèse du collagène en activant sa transcription. La
vitamine C diminue également le taux de métalloprotéinases.

184
 Le rétinaldéhyde : est un dérivé naturel de la vitamine A. Il améliore
l’élasticité de la peau et les dommages dus au soleil. Il est moins
efficace sur les rides que l’acide rétinoïque, mais a moins d'effets
irritants. C'est pourquoi, il peut être conseillé d’utiliser une crème à base
de rétinaldéhyde sur une peau facilement irritable et réactive.

Action sur la matrice extracellulaire du derme


La matrice extracellulaire est constituée de fibres de collagène, d’élastine et de
réticuline, associées à une substance fondamentale faite de
glycosaminoglycanes, en particulier l’acide hyaluronique. Les kératinocytes et
les fibroblastes sont les cellules à l’origine de la sécrétion des fibres et de la
substance fondamentale, sous l’influence de facteurs de croissance. Au cours du
temps, on observe au sein du derme une réduction de la quantité des
glycosaminoglycanes, dont l’acide hyaluronique.
Ce glycosaminoglycane, principal constituant de la matrice extracellulaire,
maintient l’hydratation de la peau et le volume du derme grâce à son pouvoir
hygroscopique élevé. La matrice extracellulaire gorgée d’eau s’oppose ainsi à la
formation de plis et de rides. L’acide hyaluronique est un polymère d’un
disaccharide. Il possède l’aspect d’un gel dont la viscosité est proportionnelle à
la longueur des fibres. Cet élément est très connu pour son usage en médecine
esthétique, comme agent de comblement des rides, par injection. Le laboratoire
Eucerin a placé l’acide hyaluronique au centre de la formulation de sa gamme
Hyaluron-filler® pour permettre le comblement des rides.
Action sur les radicaux libres et les métalloprotéinases
Les métalloprotéinases, telles que les collagénases et les protéases, assurent la
destruction du collagène et des fibres protéiques. Les radicaux libres sont, quant
185
à eux, à l’origine d’agressions sur diverses protéines cutanées : dépolymérisation
du collagène, de l’élastine et de l’acide hyaluronique(La destruction progressive
de l'acide hyaluronique est provoquée par les radicaux libres auxquels nous nous
exposons tout au long de notre vie). Pour limiter ces phénomènes, différents
actifs sont mis à profit : polyphénols de pépins de raisin pour le laboratoire
Caudalie, extrait de souci pour le laboratoire Nuxe ou huile essentielle de
mélisse pour le laboratoire Sanoflore.

Action sur la Lysyl oxydase


La Lysyl oxydase est une enzyme responsable de la réticulation du collagène et
de l’élastine. Elle permet l’assemblage de ces fibres en un réseau souple et
élastique.
L’hydroxylation du collagène permet également une meilleure stabilité de ces
fibres et celle de l’élastine une meilleure élasticité. Deux laboratoires ont
incorporé l’extrait d’aneth dans leur formulation pour stimuler l’enzyme Lysyl
Oxydase Like (LOXL) afin d’améliorer les qualités mécaniques du réseau de
fibres dermiques : Sérum Prédermine® du laboratoire Darphin (Palmitoyl
tripeptide et Extrait d'Aneth, Protéines de Soja, Menyanthes Trifoliata) et crème
Aroma-vaillance® du labratoire Nuxe. (134)

7. Les soins pour peaux intolérantes


Qu’il s’agisse du terme “peau sensible”, “peau réactive”, “peau irritable” ou
“peau intolérante”, tous désignent, dans la grande majorité des cas, des
manifestations d’hyperréactivité cutanée non immunologique liées à différents
stimuli normalement bien tolérés. Irritation et allergie sont souvent confondues.

186
Or, il est nécessaire d’identifier et de différencier une dermatite d’irritation et
une dermatite allergique.
 La dermatite d’irritation est la plus courante et n’a aucune composante
immunologique. Il s’agit d’une réaction inflammatoire sans
reconnaissance d’un allergène spécifique. En cosmétologie, ce
phénomène peut faire suite à l’application d’un soin contenant une ou
plusieurs substances irritantes. Deux phénomènes majeurs tendent à
expliquer cette réactivité cutanée :
– la fonction barrière de la peau serait altérée, avec une perte insensible en eau
majorée et une moindre qualité/ quantité des lipides intercornéocytaires ; le seuil
de tolérance de la peau serait ainsi abaissé. Les différents stimuli extérieurs
(température, rayonnements solaires, vent…) ou l’application d’une substance
irritante entraîneraient une libération, par les kératinocytes, de cytokines
pro-inflammatoires et de métabolites de l’acide arachidonique.
La conséquence de ce processus est une réaction inflammatoire et une altération
de la barrière cutanée ;
– la sensibilité neurologique serait augmentée car certains stimuli cutanés
stimuleraient les fibres nerveuses épidermiques, entraînant la production de
neuromédiateurs jouant un rôle dans l’inflammation neurogène. Il en résulte une
vasodilatation et une dégranulation des mastocytes.
 La dermatite allergique est, quant à elle, une réaction immunologique. Il
s’agit le plus souvent d’une hypersensibilité de type IV (retardée) ou,
plus rarement, d’une hyper sensibilité de type I (immédiate). La
dermatite allergique est beaucoup moins fréquente que la dermatite
irritative avec laquelle elle est cependant souvent confondue.

187
Pour différencier une dermatite d’irritation d’une dermatite allergique, il est
important d’identifier, d’une part, les signes subjectifs (tiraillements,
picotements, sensations de brûlures, prurit), et, d’autre part, les signes objectifs
(érythème, œdème, desquamation, vésicules).
Classiquement, des signes subjectifs tels que tiraillements, picotements et
sensations de brûlure, éventuellement associés au signe objectif d’érythème
léger, évoquent la dermatite d’irritation. La dermatite allergique est, quant à elle,
évoquée principalement devant des signes objectifs tels qu’un érythème, un
œdème, une desquamation ou encore l’apparition de vésicules, associés au signe
subjectif qu’est le prurit.
Un soin cosmétique adapté aux peaux intolérantes doit respecter quelques règles
simples : être exempt de toute substance irritante ou allergisante, compter un
nombre limité de substances (qu’il s’agisse d’actifs ou d’excipients) et renfermer
des actifs hydratants et apaisants, bien tolérés, tels que certains corps gras
neutres ou des eaux thermales. (135)

Actifs exclus car irritants ou allergisants


Un recul suffisant permet aujourd’hui de lister différentes molécules réputées
irritantes ou allergisantes.
 Les conservateurs, tels que le méthyl (chloro) isothiazolinone, le
phénoxyéthanol, les parabens ou encore le formaldéhyde, possèdent un
effet allergisant.
Différentes innovations technologiques ont permis leur éviction. Ainsi, pour
s’affranchir de tout conservateur, deux laboratoires français ont appuyé leur
gamme pour peaux intolérantes sur des conditionnements brevetés.

188
Le laboratoire Avène propose, pour la gamme Tolérance extrême®, un
conditionnement appelé DEFI (Dispositif Exclusif Formule Intacte) : le produit
cosmétique, fabriqué et conditionné en conditions stériles, est contenu dans une
membrane souple surmontée d’un système de fermeture qui permet de le
délivrer tout en le conservant stérile pendant toute la durée d’utilisation. Le
laboratoire La Roche Posay propose également un packaging breveté pour le
soin Tolériane Ultra® : il s’agit d’une poche rétractable garantissant l’étanchéité
du contenant vis-à-vis de l’air et des bactéries. Trois clapets anticontamination
permettent de délivrer un produit intact de toute rétrocontamination, et un
obturateur hermétique à l’orifice de sortie ne laisse passer que les flux sortants.
De tels dispositifs autorisent la fabrication et la conservation d’un soin
cosmétique stérile sans qu’aucune substance ayant un rôle de conservateur ne
soit incluse.
 Les tensioactifs, présents notamment dans des shampooings ou les
savons, sont souvent irritants.
Certains laboratoires ont réussi à les bannir de leur formulation (soin Tolérance
extrême® du laboratoire Avène).
 Les actifs anti-âge, en particulier l’acide rétinoïque et, à un moindre
degré, le rétinol ou encore les alphahydroxyacides, peuvent être irritants
car ils ne sont adaptés qu’à certains types de peau. L’utilisatrice doit, de
plus, respecter leur mode d’emploi.
 L’urée peut, à des concentrations élevées, irriter la peau, en particulier
lorsqu’elle est incorporée à certains soins corporels hydratants.
 Le propylène glycol possède un pouvoir hydratant et solvant. Il est
cependant beaucoup moins employé que le glycérol (ou glycérine) car il
peut être desséchant en altérant les composants du ciment lipidique et en
189
diminuant la cohésion des cornéocytes. Le propylène glycol est également
parfois sensibilisant.
 Les parfums, potentiellement irritants, représentent les principaux
allergènes des soins cosmétiques.
 Les huiles essentielles sont reconnues comme irritantes pour la peau et
les muqueuses en utilisation pure. Des phénomènes d’irritation peuvent
également être rencontrés lors de leur incorporation dans un soin
cosmétique.
 La lanoline est une substance d’origine naturelle extraite de la graisse de
la laine du mouton. Également appelée alcool de laine, elle est utilisée en
tant qu’hydratant et émollient. Cependant, elle peut induire une dermatite
de contact. Certains laboratoires mentionnent expressément son absence
de leur formule comme le laboratoire Uriage pour sa crème hydra-
apaisante Toléderm®.

Actifs inclus comme apaisants et hydratants


Les laboratoires cosmétologiques proposent des soins agissant spécifiquement
sur le film hydrolipidique, les éléments du système nerveux et l’hyperréactivité
cellulaire, grâce à des molécules anti-irritation, des anti-neuromédiateurs, des
éléments constitutifs de la barrière cutanée hydrolipidique ou encore des eaux
thermales apaisantes.
 Des actifs apaisants sont incorporés dans les soins pour peaux intolérantes
afin de limiter le syndrome inflammatoire cutané. Les eaux thermales
(Avène, La Roche Posay ou Uriage notamment).

190
 Des actifs émollients et hydratants sont également associés afin d’apporter
du confort, tels que la glycérine (soins Tolérance extrême® du laboratoire
Avène et Créaline® du laboratoire Bioderma).
Le laboratoire Bioderma propose, quant à lui, le complexe Toléridine dans sa
gamme Créaline®, qui vise à réduire l’hyperréactivité cellulaire.
Enfin, l’hypersensibilité neurologique de la peau est abordée par plusieurs
laboratoires cosmétologiques. Le laboratoire La Roche Posay a intégré dans ses
soins la neurosensine, un actif stimulant la synthèse de messagers visant à
s’opposer aux médiateurs inflammatoires. Quant aux laboratoires Noreva-LED
et Uriage, ils proposent un actif visant à freiner l’inflammation neurogène : le
NeutrazenTM pro (NeutrazenTM est un vrai neurocosmétique spécialement
conçu pour prévenir et inverser les signes de l'inflammation neurogène. Il est un
tri-peptide innovant lié à un lipide pour une pénétration et une efficacité
optimale. NeutrazenTM calme et apaise la peau irritée et contribue à maintenir
et à restaurer un seuil de sensibilité de la peau normale) pour le premier et les
polyuronides d’algues pour le second.

c) Les masques

Ce sont des préparations cosmétiques de consistance variée, pouvant s’appliquer


sur le visage, le cou, le décolleté… Ils peuvent hydrater, raffermir Il existe
plusieurs types de masques :
Les masques-crèmes sont composés d’agents humectants qui hydratent
et nourrissent la peau.

191
Les masques terreux ou masques à l’argile sont principalement
constitués de substances absorbantes de l’excès de sébum. Ils seront donc
surtout employés pour les peaux grasses et séborrhéiques.
Les masques-gels, de part leur composition et leur action, sont surtout
utilisés sur des peaux déshydratées.
Les masques pelliculables ou coagulables à froid sont à base de
polymères filmogènes, qui après application et séchage sur la peau vont
former un film occlusif très hydratant.
Les masques ampoules : Le terme de masque est impropre comme il
s’agit en fait d’ampoules renfermant des principes actifs qui ont un effet
tenseur momentané sur la peau, comme les albumines animales ou
hydrolysats de protéines…Ils possèdent une action antirides passagère et
permettant le maquillage immédiat (ampoule « coup d’éclat »). Ces
ampoules s’appliquent aux doigts par tapotements légers.
Le masque plâtre : Le plâtre additionné d’eau durcit et dégage de la
chaleur, pour lui donner de la consistance, on lui ajoute des fibres
végétales. On l’applique au pinceau sur le visage enduit d’une crème
contenant des principes actifs adaptés au type de peau.
La chaleur provoque une vasodilatation facilitant la pénétration des
principes actifs. On le retire par décollement.
Le masque pour le contour des yeux et des paupières : Ils doivent
réhydrater la peau flétrie du contour de l’œil et des paupières, la lisser et
la détendre, tout en respectant cet épiderme mince et fragile. Il se présente
le plus souvent sous forme de gels et d’émulsions légères compatibles
avec le pH lacrymal. Les principes actifs ont :
 Une action décongestionnante : extrait végétaux ;
192
 Une action « lissante » : extraits protéiniques, collagène, élastine ;
 Une action hydratante : extraits d’algues, polyols, acide
hyaluronique.

Avant l’application du masque une fine couche de crème peut être apposée pour
faciliter son retrait. Ce type de masque se retire par décollement.
Utilisation : appliquer le masque, sur une peau parfaitement nettoyée, en couche
épaisse et régulière. Eviter le contour des yeux si tel est indiqué sur l’emballage
du produit. Laisser le produit agir pendant quelques minutes (5 à 20 minutes) en
respectant le temps d’application annoncé sur le produit. Retirer l’excédent du
masque avec un linge propre puis rincer abondamment à l’eau tiède avec l’aide
d’un gant humidifié (sauf si le masque ne se rince pas). Sécher délicatement la
peau avec une serviette, puis appliquer une crème de soin si nécessaire. [136,
137, 138, 139]
D’une façon générale, les masques s’utilisent une fois par semaine en moyenne.
Leur durée d’application varie de dix à vingt minutes. Les effets dépendent donc
des principes actifs qui sont choisis selon le type de peau ; nous les résumons
donc :
 Action nettoyante, obtenue par la présence de produits absorbants et
désincrustants qui éliminent les cellules mortes et autres impuretés ;
 Action normalisatrice des secrétions séborrhéiques, par absorption et
rétablissement de l’équilibre acido – basique ;
 Action hydratante, obtenue par la présence d’ humectants et de principes
actifs hydratants ;

193
 Action stimulante et raffermissante. L’effet occlusif génère une
vasodilatation qui stimule les fonctions métaboliques de la peau ;
 Action lissante et remodelante, due à l’effet tenseur immédiat de
certains principes actifs.

3. Composition d’un produit cosmétique

Figure 19 : composition d’un produit cosmétique :

a) Les actifs cosmétiques


Les « actifs » cosmétiques sont extrêmement nombreux. Leur durée de vie est
généralement courte et l’on voit apparaître de nouveaux produits constamment,
le marché des cosmétiques reposant, en grande partie, sur la nouveauté.
Beaucoup sont des supports publicitaires de choix, soit par une activité réelle,

194
soit par l’image qu’ils peuvent évoquer dans l’esprit du consommateur. Ils sont
classés par activité : hydratants, antiâges, tenseurs, raffermissants , antiseptiques,
apaisants, régulateurs de la séborrhée, amincissants, etc.

Hydratants
Hydratants de 1ère génération : substances occlusives
Hydratants de 2ème génération : substances hygroscopiques
Polymères hydrophiles
Hydratants de 3ème génération : régulateurs du flux hydrique
Véhicules émulsionnés
Hydratants: [140-141]
L’hydratation de la peau se résume à celle du stratum corneum. Il est
pratiquement impossible d’influer sur la teneur en eau du derme, véritable
réservoir d’eau de la peau. En revanche, on peut agir sur l’équilibre qui
s’instaure au niveau des couches superficielles de l’épiderme entre la diffusion
et l’évaporation de l’eau [142]. Les tout premiers « hydratants » étaient, en fait,
des antidéshydratants qui tendaient à constituer une couche imperméable à la
surface cutanée afin de limiter ou de supprimer le départ de l’eau endogène. Les
hydratants de deuxième génération tentaient de fixer l’eau exogène par leurs
propriétés hygroscopiques ou par intervention sur les composants du natural
moisturizing factor (NMF). Les hydratants de troisième génération interviennent
sur la régulation du flux hydrique par le biais de la protection ou de
l’amélioration des lipides cutanés.
Actuellement, les habitudes de formulation ont changé et font place au mélange
de tous les types d’hydratants afin d’obtenir, par tous les moyens, le meilleur
résultat.
195
Hydratants de 1ère génération : substances occlusives
Ce sont avant tout les hydrocarbures qui représentent le mieux cette catégorie.
La vaseline ou petrolatum pour les AngloSaxons est connue pour former des
couches imperméables qui ne sont d’ailleurs pas sans inconvénient en favorisant
les macérations. Elle est assez peu utilisée dans les formulations cosmétiques
européennes mais demeure parfois indispensable dans des formulations
dermatologiques. Les huiles de vaseline ou paraffine liquide sont aussi
occlusives, de même que les paraffines.
Les cires végétales ont des propriétés analogues, de même que les alcools gras
qui augmentent l’occlusivité des formulations qui en contiennent.

Hydratants de 2ème génération : substances hygroscopiques


Ce sont avant tout les humectants classiques : glycérol et sorbitol. La plupart des
produits hydratants en contiennent à des concentrations parfois importantes
(jusqu’à 36 %). Toutefois leur efficacité peut ne pas se manifester dans des
atmosphères très sèches. Le propylèneglycol, lui aussi hygroscopique, est
malheureusement un trop bon solvant des lipides cutanés, ce qui favorise la
déshydratation et le dessèchement de la peau.
Les substituts du NMF sont toujours très employés. Le chef de file en a été
pendant longtemps le pyrrolidone carboxylate de sodium ou PCNa [143]. Son
efficacité est réel mais son principal inconvénient est technologique ; en tant
qu’électrolyte, il liquéfie les gels et déstabilise les émulsions lorsque sa
concentration dépasse 3 %. Un dérivé de l’acide pyrrolidone carboxylique
(PCA) présente aussi des propriétés intéressantes, il s’agit de l’ester laurique de
PCA [143]. Les mélanges hydratants sont le plus souvent à base de PCA auquel
on associe des acides aminés, du saccharose et un extrait végétal [144].
196
L’urée (5 à 10 %) et le mélange urée-acide lactique (7 %-4 %) sont, eux aussi,
des plus classiques. Les études de leur efficacité dans les ichtyoses sont
pléthoriques. Le lactate d’ammonium (10 à 17 %) fournit des résultats
analogues. Parmi les autres constituants du NMF, citons les acides aminés,
largement inclus dans les formulations modernes sous forme d’hydrolysats
divers de protéines végétale [145, 146] et la b-lactoglobuline.

Polymères hydrophiles :
Ils agissent à la fois comme les substances hygroscopiques par leur pouvoir
d’absorption de l’eau et comme les occlusifs par effet filmogène. Mais in vivo,
leur efficacité réelle est difficile à mettre en évidence. En revanche, in vitro, il
est certain que même en faible quantité leur présence en solution aqueuse
ralentit la vitesse d’évaporation de l’eau. Ce sont des macromolécules de poids
moléculaire souvent très élevé (300 000 à 1 200 000 Da [dalton]) qui n’ont pas
la possibilité de traverser la barrière cutanée. On trouve dans cette catégorie : le
collagène, actuellement d’origine marine [147, 148], l’acide hyaluronique ou
son sel de sodium (obtenus par biotechnologie) [149, 150] , le chitosane [151]
ou chitine désacétylée et d’autres gélifiants hydrophiles de type
polysaccharidique : gel d’aloès, galacto-mannanes et xyloglucane [152] obtenus
à partir de graines de légumineuses, produits de biotechnologie [143],
mucopolysaccharides extraits des algues (Porphyridium cruentum) enrichis en
zinc ou en cuivre. Le Glucolysan® est un polydextrose lié au sorbitol et à l’acide
citrique [48].

197
Hydratants de 3ème génération : régulateurs du flux hydrique
Les plus performants sont les céramides, lipides plus ou moins polaires
constitutifs du ciment intercellulaire du stratum corneum. Les céramides
d’origine animale, les plus proches de celles de l’homme ne sont pas utilisées.
On donne la préférence à des céramides d’origine végétale [148] ou synthétique.
Elles ne sont pas parfaitement identiques aux substances physiologiques mais
sont de bons substituts et, utilisées à des concentrations relativement faibles (< 1
%) elles améliorent considérablement la performance des émulsions classiques
(Céramide-2®, Céramide HO3®). On utilise également leurs substituts :
palmitamido-sérinate de myristyle ou leurs précurseurs [153]. Les
glycocéramides sont utilisées en apportant parfois de meilleurs résultats que les
céramides [154, 155].
Les acides gras polyinsaturés (AGPI) sont associés avec profit à d’autres types
d’hydratants. Ils ont une affinité particulière pour les lipides cutanés et
contribuent à rétablir l’efficacité de la barrière. Une association particulièrement
recommandée réunit AGPI, céramides et cholestérol dans des proportions bien
définies [141, 156].
Le x-3,6-complexe est un mélange d’AGPI sous forme polaire, biomimétique
des lipides cutanés, composé d’acide arachidonique et d’acide
docosahexaénoïque (oméga 3), permettant de limiter la perte en eau
transépidermique [148]. Les lipides hydratants sont aussi représentés par l’huile
de canola et le beurre de karité [157].
Les liposomes, même vides de tout actif, par la constitution de leur membrane
faite de phospholipides et de cholestérol, peuvent améliorer l’état de la barrière
cutanée [153].
Enfin, la recherche s’attache de plus en plus à trouver des substances capables
198
de générer les lipides cutanés endogènes.
C’est le cas de Lipidessence®, extrait de solanacées (extrait d'imperata
cylindra), qui réactive la synthèse de tous les paramètres lipidiques déficients
[157].

Véhicules émulsionnés
Ils sont pratiquement tous hydratants, du fait de la présence simultanée d’eau et
de corps gras, par ralentissement de la vitesse d’évaporation de l’eau. Les
différences résident dans la durée de cette hydratation qui peut varier de 30
minutes à parfois plus de 8 heures.

Antiâge ou antivieillissement
Agents de desquamation
Écrans et filtres solaires
Antiradicaux libres (ARL)
Stimulants cellulaires
Antiélastases
Antiglycation
« Tenseurs »
Raffermissants

Antiâge ou antivieillissement [158]


Le vieillissement cutané est dû, en premier lieu, au ralentissement de tous les
systèmes enzymatiques et de la vie cellulaire en général. Il est génétiquement
programmé mais il est accéléré par les radiations actiniques, le tabac, le stress, la
pollution. Il se manifeste par un amincissement progressif de l’épiderme, une

199
desquamation anormale et un dessèchement de la surface de la couche cornée,
un aplatissement de la jonction dermoépidermique (JDE), une atteinte de
l’intégrité des molécules protéiques du derme conduisant à une perte des
propriétés mécaniques, élasticité en particulier.
Outre les pontages intermoléculaires entraînant des réticulations, interviendrait
également le phénomène de glycation du collagène qui résulte de la mise en
présence de protéines et de sucres capables de se combiner selon la réaction de
Maillard pour former dans un premier temps des bases de Schiff et dans un
second, des mélanoïdines, polymères colorés [159].
Les actifs antivieillissements peuvent donc agir à différents niveaux. On y
trouve des hydratants, des émollients et surgraissants , des protecteurs solaires,
des agents de desquamation, des stimulants cellulaires ou activateurs du
métabolisme cellulaire et de la synthèse protéique, des antiélastases, des
antiradicaux libres, des nutriments cellulaires, des glycoprotecteurs, etc.

Agents de desquamation
Ce sont, en premier lieu les alpha-hydroxyacides (AHA) [160, 161].
Leur grand intérêt en cosmétique est de stimuler le renouvellement cellulaire. Ils
le font tout d'abord en provoquant l'élimination des peaux mortes de l'épiderme.
Les AHA sont des agents exfoliants qui réduisent la cohésion des cellules
mortes et facilitent ainsi leur élimination à la surface de la peau.
Cet effet exfoliant s'accompagne d'une accélération du renouvellement des
cellules mortes par des cellules jeunes et également d'une stimulation de la
synthèse de collagène et d'élastine qui donnent en profondeur à la peau sa
tonicité et son élasticité.
Les AHA transforment également la kératine de l'épiderme en acides aminés,
200
facteurs essentiels d'hydratation et de souplesse. Rapidement, le visage retrouve
son éclat et les ridules s'estompent.
Les AHA sont des acides organiques particulièrement présents dans les fruits
d’où leur nom d’acides de fruits. On distingue les acides malique, citrique,
tartrique, glycolique, mandélique, lactique, ascorbique.
Ils agissent sur les liaisons ioniques des cornéocytes en affaiblissant les forces
de cohésion des couches inférieures du stratum corneum. Ils augmentent ainsi la
desquamation et, en conséquence, accélèrent le renouvellement cellulaire.
L’activité cosmétique des AHA dépend de leur dosage :
o à faible dose (< 2 %) : effet hydratant ;
o à dose moyenne (2-5 %) : effet exfoliant doux ;
o à dose forte (> 5 %) : effet kératolytique et dépigmentant.
Leur principal inconvénient est leur effet irritant pour la peau à forte
concentration mais à un moindre degré que l’acide rétinoïque dont l’emploi est
réservé aux formulations dermatologiques (à titre de comparaison, la vitamine A
acide est irritante mais active à 0,025 %).
Ne pouvant être utilisé en cosmétique, l’acide rétinoïque, ou vitamine A acide,
est remplacé par le rétinol ou vitamine A. Le rétinol se métabolise lentement et
parcimonieusement en acide rétinoïque et de ce fait, n’a pas la même activité
que son homologue acide. Les concentrations utiles doivent alors être
multipliées par 10 ou 20 par rapport à celles de l’acide rétinoïque. Un avantage
cependant, le rétinol est beaucoup mieux supporté. Son activité est toutefois
conditionnée par sa conservation. En fonction de l’excipient dans lequel il a été
incorporé, sa dégradation peut être extrêmement rapide. Il supporte mal les
milieux aqueux et exige un mélange d’antioxydants adéquat.
Une métalloprotéase (Zn) naturelle obtenue par biotechnologie et fixée par
201
liaisons covalentes sur un support inerte (silice) revendique un effet
kératolytique modéré en renforçant le phénomène naturel de desquamation
[143].

Écrans et filtres solaires [162]


Ils sont à utiliser en prévention des dégâts causés par les rayonnements UVA et
UVB au niveau cutané. Ils sont actuellement considérés comme nécessaires par
les fabricants de produits de soin d’usage quotidien. Les filtres UVA sont
particulièrement indispensables car ce sont les UVA qui sont responsables du
vieillissement prématuré de la peau. Ils sont introduits dans les formulations à
faible concentration (0,5-1 %) mais leur présence est éventuellement contestable
dans la mesure où, même à faible dose, ils peuvent induire une sensibilisation
[163].
Parmi les substances d’origine naturelle capables d’absorber une partie des
radiations UVA, il faut citer : la propolis [164], l’extrait de pongamia, l’extrait
d’aloès, le beurre de karité [153].

Anti-radicaux libres (ARL)


Ils sont très largement employés et, jusqu’ici, en toute sécurité. Les radicaux
libres altèrent les lipides cutanés en les peroxydant. Ils altèrent également les
protéines et autres composants des membranes cellulaires ainsi que l’ADN au
sein de la cellule. Les ARL sont tous des antioxydants qui réalisent le piégeage
des radicaux O2° et surtout –OH° en stoppant la propagation de la réaction.
Les ARL les plus couramment employés sont l’alpha-tocophérol et son ester
acétique, l’acide ascorbique et le palmitate d’ascorbyle, le béta-carotène,
molécules classiques employées à des concentrations voisines de 1 %, sous
202
forme libre, sous forme de liposomes ou de lipomicrons [153].
Les extraits végétaux sont particulièrement nombreux dans ce domaine
d’activité [165,166]. Leur contenu en polyphénols en général, en flavonoïdes en
particulier, leur confère systématiquement des propriétés antioxydantes. Les plus
connus sont les extraits de romarin et de ginkgo biloba, l’extrait de fleurs de
tournesol [167] et l’extrait de thé vert [168].
La superoxyde dismutase (SOD) est une enzyme présente dans toutes les
cellules qui les protège contre le phénomène d’oxydation naturel dû à la
respiration cellulaire.
Elle se charge d’éliminer les radicaux superoxydes O2° selon la réaction :
2 O2° + 2H+ →O2 + H2O2
La SOD utilisée en cosmétique n’est pas d’origine animale mais extraite des
germes de blé (SOD végétale) [163]. Elle peut, en outre, être combinée à la
lactoperoxydase qui détruit le peroxyde d’hydrogène en présence de thiocyanate
[169].
La protection anti-radicalaire peut d’ailleurs faire appel uniquement à la
détoxification du peroxyde d’hydrogène. Dans ce cas, on a conçu des ARL
présentant une activité catalase-like, bien que dépourvus de cette enzyme. Il
s’agit d’un mélange actif des substances issues de la culture d’un micro-
organisme lactobacillus et d’une microalgue skeletonema [165]. Il faut signaler
que l’utilisation de la catalase est interdite en Europe (N° 74 Annexe II de la
Directive cosmétique).
D’autres ARL sont basés sur un système enzymatique à autorégulation de
glutathion. Il s’agit d’un extrait total de blé [167].
L’EDTA, et ses sels de sodium, est un acide éthylène diamine tétraacétique.
L’EDTA est un agent chélateur puissant (c'est-à-dire qu’il masque la toxicité de
203
certains composés) qui forme des complexes métalliques très stables. Ceci fait
de l’éthylène diamine tétraacétique (EDTA), un poison, en particulier avec des
éléments essentiels comme le calcium et le magnésium, indispensables à la vie.
L’éthylène diamine tétraacétique (EDTA) a aussi pour caractéristique de fixer
très fortement d’autres éléments et notamment les métaux dits '' lourds '' : plomb,
mercure ou cadmium, ce qui explique l’emploi de l’EDTA comme agent de
désintoxication encore très utilisé, malgré sa toxicité. Dans ces conditions, il doit
être absolument proscrit de toute composition cosmétique pour nouveau né. Ceci
est d’autant plus facile qu’il existe plusieurs composés naturels non toxiques
pouvant remplacer l’EDTA et ses sels de sodium. Des composés comme l’acide
citrique (isolé du citron) ou l’acide phytique (extrait de la paille) sont
d’excellents agents chélateurs.
Par ailleurs, les peptides d’origine végétale (blé, orge, avoine) sont riches en
résidus glutaminiques. Grâce aux groupements –CO–NH2 de la chaîne latérale,
ils contribueraient à détoxifier le système oxydatif en formant un complexe avec
les ions métalliques, assurant ainsi la protection des enzymes cutanées
extracellulaires [153].

Stimulants cellulaires :
Ils ont tous une activité antiâge, antirides, antivieillissement.
Ils sont représentés par les biopeptides d’hémisynthèse, les mélanges
d’oligoéléments et se trouvent inclus dans les extraits d’origine marine et les
extraits végétaux.
Le collagen potentiating peptide (CPP®) est un peptide synthétique,
biomimétique d’un facteur de croissance naturel. Il stimule la production des
collagènes I et III à partir des fibroblastes [148].
204
Le Biopeptide EL ® est un palmitoyl valine-glycine-valine-alanine-proline-
glycine, ciblé sur la synthèse d’élastine [153]. On utilise des peptides de lupin,
de blé (Peptiline®, Céréline®) [167] ou des oligopeptides de synthèse riches en
lysine [143].
Des glycoprotéines extraites de micro-organismes lactiques sont assimilables par
les cellules et servent de nutriment cellulaire au même titre que pouvaient le
faire les extraits placentaires [148].
Les oligoamines constituent des traitements nutritifs de la cellule. Ce sont des
mélanges de minéraux sous forme de chélates de lactopeptides. Diverses
associations sont possibles : K + P, Ca + Zn, Cu + Mn + Co [153].
Les extraits d’origine marine sont obtenus à partir de cultures de micro-algues
(Porphyridium cruentum), enrichies en divers oligoéléments (Zn, Cu). Ils
stimulent le métabolisme des enzymes métallodépendantes. Les extraits de
plancton (Artemia salina) sont riches en composés phosphorylés énergétiques,
en particulier diguanosine tétraphosphate (GP4G) [148]. Les complexes
biologiques et l’ADN extraits de la laitance de saumon contiennent des vitellines
et des nucléotides, nutriments cellulaires. Des associations de micro-algues
(Spirulina, Chlorella, Scenedesmus) et d’extraits de moules et de poisson sont
proposées dans le même but. Par ailleurs, les hydrolysats enzymatiques de
protéines de poisson sont particulièrement riches en taurine et en acides aminés
essentiels [148, 153].
Le cytochrome C purifié, également d’origine marine, est un facteur
d’oxygénation cellulaire. Il joue le rôle d’actif antipollution et détoxifiant [148].
Les extraits végétaux sont aussi riches en substances utilisables par la cellule
pour son développement. On peut citer dans cette catégorie outre le classique
extrait de ginseng, un extrait de pommes riche en phytostimulines (substance
205
stéroïdienne de type isoflavone), en phytostérols, en vitamine E, en acides gras
essentiels [148]. L’extrait de Centella asiatica (hydrocotyle) en solution
hydroglycolique, riche en asiaticosides est bien connu pour augmenter la
biosynthèse du collagène, L’extrait de prèle favorise également la biosynthèse
du collagène par son contenu en silicium. L’extrait de Chondrus crispus sert de
nutriment cellulaire par son contenu en polysaccharides et en vitamines B1, B2,
B5 et C, l’extrait de Fucus vesiculosus par son contenu en vitamines A, B, C, E
et en oligoéléments minéraux, l’extrait de bourgeons de hêtre par ses hétérosides
[168, 170].
Il est possible d’extraire de la pomme de terre (Solanum tuberosum) une
glycoprotéine de masse moléculaire voisine de 20 000 Da douée d’une activité
lectine-like, de type facteur de croissance. Elle stimule au maximum la
prolifération et le métabolisme cellulaires [153]. Les extraits de lupin, de blé
tendre, d’avoine sont aussi utilisés pour leurs propriétés régénérantes et
nourrissantes [167]. Un extrait peptidique de noisette, un hydrolysat de protéine
de maïs sont obtenus par hydrolyse enzymatique. L’extrait de maïs est riche en
acides aminés, sucres, vitamines du groupe B et phytates. Il dynamise la
biosynthèse d’adénosine triphosphate (ATP) et augmente ainsi le métabolisme
cellulaire [143].
Des mélanges actifs sont obtenus par extraction de fleurs de bananier et de
feuilles d’hydrocotyle. On y trouve des mucilages, des flavonoïdes, des
phytostérols, des dérivés triterpéniques pentacycliques. L’ensemble présente des
propriétés œstrogène-like [143].

206
Antiélastases :
Ils sont aussi présentés comme protecteurs de la destruction de l’élastine. Ce
sont, soit des peptides d’origine synthétique biomimétiques de l’inhibiteur de
l’élastase leucocytaire humaine, soit des substances extraites de cartilage de
poisson [148], soit encore des mélanges d’extraits végétaux issus de : fleurs de
la passion, mûres, feuilles de vigne [143]. Un extrait de Chondrus crispus
contenant des dipeptides et des aminoacides tels que citrullyl-arginine et taurine,
dérivés osidiques et sels minéraux, présente des propriétés détoxifiantes et
antiélastasiques [171].

Antiglycation :
Ils commencent à apparaître. Ils sont composés de peptides de L-lysine et de L-
arginine de degré de polymérisation compris entre 2 et 7 [143]. La nature
chimique n’en est pas nouvelle, la réaction chimique non plus. En revanche le
concept marketing l’est. Quoi qu’il en soit, ils prétendent piéger les sucres en
excès afin d’éviter le pontage intempestif des molécules de collagène et la
rigidification qui s’ensuit.

« Tenseurs » :
Au cours du vieillissement, la peau perd une grande partie de son élasticité par
suite de la dégradation de l’élastine et de la réticulation du collagène.
L’amélioration profonde de cet état passe par la stimulation de la synthèse
protéique, nécessitant des applications de longue durée avec obtention d’effet à
long terme. Il est possible d’obtenir une amélioration rapide, bien que
superficielle, par l’emploi de solutions aqueuses de substances dites « tenseurs
», visant à retendre l’épiderme.
207
Les tenseurs ont été pendant longtemps représentés uniquement par le sérum
albumine bovine (SAB). Cette solution de protéine animale, pour des raisons de
sécurité, est remplacée par des hydrolysats de protéines d’origine végétale : blé,
maïs, légumineuses [143, 172], ou marine (extraits de laminaires ou de
cartilages de poisson) (élastine marine) [148]. Les solutions de macromolécules
telles que le collagène, le chitosane, sont également employées. Les extraits
végétaux riches en tanins sont employés actuellement [168]. Liftiliss® assure un
effet liftant grâce à un gel polysaccharidique issu de la pulpe de fruit de baobab
riche en acide galacturonique, en sucres libres, en AHA (acide tartrique) et
polyphénols.
Le mot « lifting » tiré de l'anglais "lift" qui signifie soulever, est associé au
traitement des rides du visage, ce qui est en partie faux. Nous distinguons
plusieurs types de liftings, selon la région du visage impliquée. Ces liftings ont
en commun le traitement de la « détente » des tissus de la partie antérieure du
visage, paupières incluses, et du cou. La remise en place des structures
détendues, entrainera une réaction positive sur certaines rides, mais sera
infructueux sur la plupart des rides entourant les yeux, le nez ou les lèvres dont
le traitement se fera à l'aide de la « toxine botulique » et des « injectables
volumateurs ».
Il n'existe pas un unique lifting mais plusieurs liftings. Leurs seul point commun
réside dans la remise en tension de la peau et des tissus sous cutanés et
musculaires du visage, moyennant un abord chirurgical plus ou moins limité
camouflé dans un pli du visage. Le lifting classique ou également appelé lifting
cervico-facial est le plus sollicité, il concerne la zone du visage et du cou, il peut
être facial isolé ou cervical isolé.

208
Les autres liftings se concentrent sur les autres parties du visage, d'où le terme
de lifting frontal, lifting temporal ou "pince mannequin" et lifting malaire pour
les pommettes.
Raffermissants :
Ils ne constituent pas une classe particulière d’actifs. On les trouve en particulier
parmi les stimulants cellulaires, le raffermissement étant une conséquence de
l’utilisation de plusieurs actifs antiâge.
Anti-inflammatoires ou produits « apaisants » :

Le terme anti-inflammatoire est peu apprécié en cosmétique parce que porteur


d’une image à la limite du thérapeutique. Il est assez souvent remplacé par le
terme « apaisant » ou anti-rougeur.
Les éléments qui conditionnent les phénomènes inflammatoires sont : la
formation de radicaux libres, la libération de médiateurs de l’inflammation
(histamine, sérotonine, cytokines en général), la libération d’enzymes
protéolytiques collagénase, élastase et la transformation de l’acide
arachidonique en prostaglandines.
Les substances revendiquant une activité anti-inflammatoire sont des molécules
classiques : l’azulène ou le gaïazulène synthétiques, le chamazulène végétal
extrait de la camomille, l’acide glycyrrhétinique, l’alpha-bisabolol. Les
formulateurs ont à leur disposition des actifs plus modernes qui agissent sur les
cytokines (alpha-TNF, IL1a, PGE2). Ce sont des peptides de synthèse
biomimétiques de la séquence active des mélanotropines [148]. Les extraits de
Siegesbeckia orientalis et de Centaurium, en mélange, à base de darutoside pour
le premier, d’acide ursolique pour le second, développent des activités
anticollagénase et anticyclooxygénase à des concentrations variant de 2 à 5 %

209
[153]. L’extrait de ficaire, par son contenu en glucoside d’hédéragénine, est un
excellent régulateur de la microcirculation [168]. Les polysaccharides et
peptides de l’amande douce ont plus classiquement une activité émolliente et
apaisante.
Un mélange de phytostérols de colza (insaponifiable) interfère dans la cascade
de l’acide arachidonique pour diminuer le taux de leucotriènes.
Parmi les actifs anti-inflammatoires, on peut trouver des ARL, l’inflammation
étant due pour beaucoup à la présence de radicaux libres.
Les anti-rougeurs sont en général des vasoconstricteurs. Les plus classiques sont
des extraits de marron d’inde, de ratanhia, mais aussi les extraits de ruscus, ainsi
que tous les extraits de plantes riches en tanins et les tanins eux-mêmes.
L’extrait de lierre de même que l’extrait de ficaire grâce à leurs hétérosides en
font aussi partie.

Immunorégulateurs :
Peptides ou nucléotides
Polysaccharides
Immunorégulateurs :
Le domaine des « actifs » cosmétiques s’est récemment élargi à la protection des
défenses naturelles de la peau. La réponse immunitaire est concentrée dans
l’épiderme par l’intermédiaire des cellules de Langerhans et des kératinocytes.
Le fonctionnement de ces cellules peut être perturbé soit parce que, au cours du
vieillissement, elles perdent leurs capacités de réaction, soit parce qu’elles sont
confrontées à une pollution croissante ou soumises à des états de stress
permanent.

210
Peptides ou nucléotides :
Les substances proposées sont généralement des peptides ou des nucléotides
issus de biotechnologies [173]. À partir de cultures de Corynebacterium
granulosum, germe résident de la peau mais non pathogène, on récolte les parois
cellulaires dont on extrait un gel capable d’activer les macrophages et d’exercer
une action immunomodulatrice sur des explants de peau humaine en survie
[153]. Le Modulène® [148] revendique une action sur l’hypersensibilité de
contact. C’est un peptide similaire à la molécule d’ α-MSH (melanin stimulating
hormone) de la peau que l’on sait faire partie du système antiallergénique. Il
inhibe les réactions cutanées induites par le dinitrofluorobenzène et diminue de
60 % l’interleukine 1a pour une concentration de 200 µg/ml. La Biokine-6® est
un inducteur de l’interleukine 6 qui, contrairement aux autres cytokines, joue le
rôle d’anti-inflammatoire. Elle agit directement sur la prolifération des
kératinocytes [174].

Polysaccharides:
Ils semblent également avoir une activité immunorégulatrice [175]. La
Drieline® [169] est une suspension dans l’eau et le sorbitol [171]. Elle agirait en
stimulant les cellules immunocompétentes de la peau (macrophages, cellules de
Langerhans). Elle induirait, en outre, la synthèse de collagène et d’élastine
endogènes.
Le Fucogel® [143] est un polysaccharide riche en L-fucose. Il est obtenu par
procédé biotechnologique de fermentation utilisant des matières premières
végétales. Sa structure moléculaire lui confère des propriétés remarquables en
cosmétologie. Ce polysaccharide est pris en charge par les enzymes de la peau
qui morcellent le Fucogel ® en petits sucres et qui vont à leur tour capter les
211
molécules d’eau à la surface de la peau pour former un film protecteur
extrêmement hydratant. Ce film protecteur humide protège la barrière cutanée et
prévient de la déshydratation. Ainsi un effet hydratant retardé est exercé sur tout
l’épiderme. L’une des caractéristiques importantes de cet actif est qu’il offre à la
peau une douceur incomparable.
Substances « antistress » :
Se trouvent sous ce vocable, des actifs de type lipophile qui sont des
restructurants de la barrière cutanée ou de simples matières premières de
protection. C’est ainsi que sont présentés comme tels : un mélange de beurre de
karité et d’un produit de fermentation de Lactobacillus casei, un insaponifiable
de karité, une association d’AGPI riche en x-3 (EPA et DHA), d’insaponifiables
de karité et de maïs et de vitamine E , une association de ces mêmes AGPI avec
un extrait d’huile de poissons et des fractions liposolubles de microalgues [153].
Un autre type de molécule est représenté par l’aspartate de lysine, en solution
aqueuse à 50 %, qui stimulerait l’ATP intercellulaire et serait capable d’inhiber
la MDA, produit terminal de la peroxydation et toxique cellulaire responsable de
la réticulation du collagène [143].
Un extrait de Vitex agnus castus contenant de la casticine, des
phytoendorphines, de l’ascorbyl tétra-isopalmitate et du tocophérol pourrait se
comporter comme antistress améliorant la qualité et l’éclat de la peau.

Substances « botox-like » [171] :

Depuis peu sont apparues sur le marché des substances capables d’agir au
niveau de la jonction neuromusculaire ou d’avoir une action similaire à celle de
la toxine botulique sans en avoir les inconvénients. D’autres auraient la capacité

212
de limiter l’entrée de l’ion calcium dans le fibroblaste empêchant ainsi sa
contraction et apportant en conséquence un effet relaxant cutané s’approchant de
l’effet botox.
On trouve dans ces deux catégories :
• un ester de dipeptide tyrosine-arginine qui provoquerait la libération d’un
neuromédiateur analgésique la met-enképhaline;
• un lipoaminoacide associant les acides aminés de la protéine de blé et l’acide
palmitique qui aurait une action relaxante sur la jonction neuromusculaire mise
en évidence sur des cocultures nerfs/muscles;
• un extrait d’Acmella oleracea qui aurait des propriétés myorelaxantes testées
sur des cocultures nerfs/muscles et in vivo sur panels de volontaires ;
• un peptide modifié qui se comporte comme neuroactif en préservant la
fonction sensitive qui diminue avec l’âge et en améliorant la perception. Il
minimiserait les altérations des terminaisons nerveuses, action mise en évidence
sur culture de neurones ;
• des mélanges divers à base de gluconate de manganèse, de rétinyl palmitate et
d’hydroxypalmitoyl sphinganine ou de gluconate de magnésium, d’un hexa-
peptide et d’extraits d’algues et de levure ou d’un hexapeptide-3, d’hydrolysat
de protéines de soja,d’extrait de levure, de tocophérol et de hyaluronate de
Crithmum mariti .
Le nom « Botox-Like » est donné à des ingrédients entrant dans la composition
de soins cosmétiques, plus pour bénéficier de la popularité du Botox que parce
que ça a un quelconque rapport avec la toxine botulique avec laquelle on fait
les injections. Par contre, le Botox-Like, qui ne s’injecte pas, mais s’applique sur
la peau, crée des effets pouvant rappeler un peu les effets du Botox. L’effet

213
Botox est en fait une « relaxation » de la peau, qui diminue l’apparence des
rides.

Séborégulateurs :

Il n’est pas conseillé d’utiliser en cosmétique le terme d’anti-acnéique, réservé


au médicament, ni même celui d’antiséborrhéique, la séborrhée étant un
dérèglement physiologique proche, dans certains cas, de la pathologie. Le
marché des régulateurs de la séborrhée touche préférentiellement les adolescents
mais aussi les hommes jeunes atteints d’alopécie androgénétique et quelques
femmes en période préménopausique.
Les régulateurs de la séborrhée sont extrêmement nombreux [176]. Un produit
de synthèse, la S-carboxyméthylcystéine, est utilisé depuis longtemps avec un
succès certain, ainsi que, en général, tous les dérivés de soufre organique,
d’origine synthétique ou végétal mais aussi les acides aminés soufrés, cystine,
cystéine, méthionine sous forme d’hydrolysats de kératine (aviaire). Ils sont
parfois remplacés par les sels de zinc et/ou de cuivre sous forme de sels de
l’acide L-pyrrolidone carboxylique [143], de substances issues de la biologie
marine [148] . Enfin, la gelée royale [164] et des mélanges d’acide et d’alcools
aliphatiques biomimétiques de certains de ses composants ont été préconisés, de
même que l’extrait de bardane pour son contenu en inuline et en arctiopicrine
antiseptique.
Actuellement, plusieurs produits tentent d’inhiber la synthèse de la 5 alpha-
réductase (La 5-alpha réductase est une enzyme qui réduit la liaison ∆4,5 de la
testostérone avec production d'androstanolone, L'activité de l'enzyme au cours
de la puberté amène à une production excessive de sébum (séborrhée), d'origine
hormonale et qui confère un aspect luisant à la peau, conduisant à l'acné.)grâce à

214
la présence de gallotanins, ellagénitanins, extraits de l’ulmaire ou de l’épilobe
associés à une macromolécule zincique obtenue par biotechnologie.
Ces actifs sont à différencier des substances adsorbantes du sébum qui agissent
par simple fixation physique de surface (amidon, kaolin, bentonite) et de
molécules plus complexes telles que les cyclodextrines capables de réaliser des
inclusions physicochimiques de substances lipophiles.
Dépigmentants :
Ils agissent sur la synthèse de la mélanine en bloquant l’activité de la tyrosinase
ou la transformation oxydative de la DOPA (3-(3,4-dihydroxyphényl-L-alanine).
En conséquence, beaucoup d’antioxydants ont des propriétés dépigmentantes.
Ce sont des actifs très recherchés et, de ce fait, de plus en plus nombreux. Après
l’interdiction des éthers d’hydroquinone pour cause de toxicité, l’hydroquinone
est seule demeurée sur le marché avec obligation de ne pas dépasser la
concentration maximale de 2 %, à peine active. L’hydroquinone a été, à son
tour, interdite à l’utilisation cosmétique pour les mêmes raisons.
D’autres agents dépigmentants ont donc été proposés et, principalement, l’acide
kojique ou 5-hydroxy-2-hydroxyméthyl-c-pyrone. Il peut être associé pour plus
d’efficacité à de l’acide lactique (kératolytique), à l’acide glycyrrhétinique (anti-
inflammatoire) et à un facteur de pénétration cutané pour former un complexe
performant [168].
Les extraits végétaux permettent, dans une certaine mesure, de renforcer l’action
de dépigmentants primaires en apportant des arbutosides (arbutine et
méthylarbutine). Ce sont les extraits de busserole, d’arbousier, d’airelle...,
d’éricacées en général, mais aussi de racine de mûrier et d’épine vinette.
L’acide ascorbique, trop instable, est utilisé sous forme d’ascorbyl phosphate de
magnésium ou d’arachidonate d’ascorbyle.
215
N.B :
Il existe encore bien d’autres actifs utilisables et utilisés en cosmétique. Ce sont
des antiseptiques, des astringents, des actifs spécifiques de la fibre capillaire, des
vitamines [41, 58], etc. La recherche concernant les actifs en général est
extrêmement dynamique et l’évolution, tant dans la nature des concepts que
dans celle des molécules mises sur le marché, est constante.

b) Les excipients utilisés :


Les produits cosmétiques sont constitués pour 20 % de produits totalement
anhydres et pour 20 % environ de produits totalement aqueux, le reste est
représenté par les produits émulsionnés. Les excipients seront donc divisés en
deux groupes : lipophiles et hydrophiles. Les excipients lipophiles sont : les
hydrocarbures, les silicones, les triglycérides, les cires, les alcools gras, les
acides gras, les esters gras, les gélifiants lipophiles. Les excipients hydrophiles
sont : l’eau, les humectants, les gélifiants hydrophiles. On peut ajouter à cet
ensemble les poudres organiques et minérales, insolubles dans l’une et l’autre
phase telles que les oxydes minéraux ; la silice et les silicates tels que le talc et
le kaolin, les poudres de polyamide et d’amidon. Les additifs tels que les
colorants et les conservateurs.

Classification :
Ingrédients simples lipophiles ou « gras »
Ingrédients simples hydrophiles
Produits minéraux
Adjuvants organiques
Excipients composés

216
Si l’on envisage de distinguer ingrédients simples (matières premières isolées) et
mélanges d’ingrédients, il est classique de séparer les ingrédients simples en
trois grands groupes : les ingrédients lipophiles ou liposolubles et les ingrédients
hydrophiles ou hydrosolubles auxquels il faut ajouter les produits minéraux sous
forme de poudre. Les amphiphiles ne seront pas traités ici, de même que les
principaux additifs : conservateurs, antioxydants, colorants, nacrants, qui,
n’étant pas des substances actives, sont considérés comme des ingrédients
technologiques.

Ingrédients simples lipophiles ou « gras » :


Ils entrent dans la composition de tous les produits anhydres et dans la phase
huileuse des émulsions auxquels ils confèrent leurs principales propriétés
d’étalement et de véhicules de principes spécifiques.

 Hydrocarbures [178]
Ce sont des matières premières qui ont été et sont encore très utilisées en
cosmétique pour leur inertie chimique, leur facilité d’émulsification, leur bas
prix de revient. Elles se présentent de plus sous des consistances diverses depuis
la plus liquide (huiles) jusqu’à la plus consistante (paraffines) en passant par
l’état pâteux (vaselines). Ces diverses formes ont une structure chimique et des
propriétés communes. Ce sont des chaînes hydrocarbonées le plus souvent
saturées, linéaires ou ramifiées, dont la longueur conditionne la consistance, les
paraffines présentant le nombre de carbone le plus imposant.
Les propriétés occlusives des hydrocarbures sont bien connues, de même que
leur capacité à demeurer à la surface de la peau.

217
Ils seront donc à la base de laits démaquillants, de laits de toilette pour bébés
mais aussi d’émulsions hydratantes et protectrices de type H/E ou E/H.
Étant issus de la distillation du pétrole, ils ne doivent pas contenir de résidus
d’hydrocarbures polycycliques (benzopyrène) ou d’amines cycliques ni de
résidus de purification sulfatés ou sulfonés. Leur viscosité (ou leur consistance)
doit être parfaitement contrôlée, de même que leur couleur.
En règle générale, les hydrocarbures utilisés en cosmétique sont de qualité
pharmaceutique et répondent aux normes de la pharmacopée européenne [179].
Étant saturés, ils ne sont pas sensibles aux phénomènes d’oxydation.
Depuis quelques années, les paraffines liquides ou huiles de paraffine ou huiles
de vaseline ou huiles minérales sont considérées comme étant de tolérance
douteuse. Elles sont donc remplacées par leurs homologues ramifiées, les
isoparaffines dont l’origine et le raffinage sont pourtant identiques à ceux des
paraffines liquides ou par des isohexadécanes ou des didécènes/polydécènes. Ce
sont effectivement des substituts.
Mais bien souvent, les substances dites substituts d’huiles minérales n’en sont
pas. Ce peut être des triglycérides synthétiques, des huiles végétales pures ou
modifiées qui n’ont aucune des propriétés des huiles minérales, ou encore des
esters gras synthétiques dont certains sont effectivement employés en
remplacement des huiles minérales pour en éliminer le caractère trop gras.
Les produits dits « oïl free » ne sont pas des formulations totalement dépourvues
d’huiles mais des produits conçus sans huiles minérales classiques.
Les vaselines sont des substances peu employées dans les formulations
cosmétiques européennes. Parce que très occlusives, elles sont anti-
déshydratantes, mais collantes, grasses et luisantes. Elles peuvent être
remplacées par des mélanges de cires et d’huiles naturelles [180]. Parmi ces
218
hydrocarbures, quelques-uns ont des utilisations particulières.
La paraffine microcristalline est une cire très dure dont le point de fusion est
voisin de 80 °C et qui est introduite dans les rouges à lèvres pour sa dureté et
son brillant.
L’ozokérite et la cérésine sont des hydrocarbures fossiles employés comme cires
(température de fusion voisine de 70 °C) pour régler la consistance des rouges à
lèvres et des émulsions E/H.
Le squalane ou cosbiol ou perhydrosqualène n’est pas vraiment un excipient. Il
s’agit d’un hydrocarbure en C30 obtenu par hydrogénation du squalène
fortement insaturé (6D), un des constituants du sébum et des huiles de poisson.
Il est donc ajouté en tant qu’actif à certaines formulations pour aider à la
reconstitution du film hydrolipidique cutané. La concentration utile en est très
basse : environ 2 %.
La nomenclature INCI [177] donne à ces hydrocarbures les dénominations de
petrolatum ou white petrolatum (vaseline), paraffinum liquidum (huile minérale)
et paraffin.

 Triglycérides [181, 182]


Ils peuvent être d’origine naturelle, végétale ou animale ou d’origine
synthétique. Ce sont des triesters de glycérol. Les premiers résultent de la
condensation de trois chaînes d’acides gras plus ou moins insaturés avec une
molécule de glycérol. Ils sont donc extrêmement sensibles à l’oxydation. Les
seconds au contraire sont synthétisés à partir d’acides gras saturés et sont
beaucoup plus stables,
Les acides gras des huiles végétales possèdent un nombre pair d’atomes de
carbone alors qu’une partie des acides gras des huiles animales ont un nombre
219
impair d’atomes de carbone, ce qui permet d’identifier la provenance de ces
huiles ou de ces graisses à l’analyse.
Les acides gras concernés sont principalement :
L’acide oléique en C18 : 1 (une double liaison) dans toutes les huiles
végétales ;
L’acide linoléique en C18 : 2 (deux doubles liaisons) dans certaines
huiles végétales (tournesol, sésame, pépin de raisin, soja, argan) ;
L’acide c-linolénique en C18 : 3 (n-6) (trois doubles liaisons) dans
quelques huiles végétales (bourrache, onagre ou primrose oil, pépin de
cassis, kukui, pastel, Rosa moscata ou rose hips).
Ces deux derniers constituent les acides gras essentiels (AGE) ou acides gras
polyinsaturés (AGPI).
On trouve des acides gras saturés surtout dans les beurres végétaux et les
graisses animales ou les triglycérides synthétiques :
L’acide caprylique en C8 et l’acide caprique en C10 ;
L’acide laurique en C12 (huile de palme et de palmiste) ;
L’acide myristique en C14 (huile de coco) ;
L’acide palmitique en C16 (suifs, axonge) ;
L’acide stéarique en C18 (suifs, axonge) ;
L’acide arachidique en C20 (huiles de poisson) (un Omega3)
Des acides gras tout à fait particuliers ne se rencontrent que dans quelques rares
huiles :
L’acide palmitoléique en C16 : 1 (macadamia, avocat) ;
L’acide ricinoléique en C18 : 1 (0H) (huile de ricin) ;
L’acide a-linolènique en C18 : 3 (n-3) (un Omega3) (kiwi, bourrache) ;
L’acide undécylénique en C11 : (ricin).
220
Tous ces acides gras sont généralement combinés au glycérol mais les esters
s’hydrolysent dans certaines conditions de conservation (chaleur, humidité) et
libèrent leurs acides gras d’où l’acidité de certaines huiles, critère de mauvaise
qualité.
Les huiles végétales sont de plus en plus employées en cosmétique, en
remplacement des huiles minérales, malgré les contraintes technologiques
qu’elles présentent (difficulté d’émulsification nécessitant l’emploi
d’émulsifiants spéciaux, difficulté de conservation nécessitant la présence
d’antioxydants) et ceci pour plusieurs raisons ; bien que, pour la plupart, plus ou
moins apolaires, elles sont peu occlusives et ont une affinité particulière pour les
lipides intercellulaires du stratum corneum. Elles participent, lorsqu’elles sont
riches en AGPI, à la protection et à la restructuration de ces lipides, de plus,
elles véhiculent une image de naturel. Certains de ces corps gras sont, en outre,
riches en insaponifiables (mélanges de phytostérols et de vitamines liposolubles
A et E) qui sont en fait des« actifs » (huile d’avocat, de soja, de maïs, de germes
de céréales, beurre de karité).
Parmi les plus utilisées, on citera :
Dans la série oléique : les huiles d’olive, d’amande, de noisette, de
noyaux (huile dite « d’abricots »). L’huile d’arachide, très peu coûteuse,
risque d’être délaissée à cause des possibilités de réactions
d’hypersensibilité qui se manifestent à la suite de prises orales ;
Dans la série linoléique : les huiles de tournesol, de pépin de raisin,
d’argan (l’huile de sésame présente le même inconvénient que l’huile
d’arachide) ;
Dans la série linolénique : les huiles de bourrache et d’onagre qui sont
d’ailleurs des « actifs » ;
221
L’huile de ricin est tout à fait particulière. Constituée en majeure partie
d’un acide gras hydroxylé, elle est le plus polaire des triglycérides
naturels. En conséquence, elle est miscible à l’éthanol. Sa viscosité élevée
et sa nature chimique la font utiliser comme siccatif et agent de brillance
dans les rouges à lèvres et comme base de nombreux produits de synthèse
dont beaucoup d’émulsionnants ou solubilisants.
Les huiles animales sont peu nombreuses. On citera principalement les huiles de
poisson utilisées pour leur richesse en AGPI (huile de menhaden, huile de
squales) et l’huile de vison, riche en acide palmitoléique, mais dont la vogue
semble s’affaiblir à l’instar de toutes les substances d’origine animale.
Les beurres, matières premières pâteuses à bas point de fusion, sont aussi des
triglycérides mais dont les acides gras insaturés sont mélangés à des acides gras
saturés. En effet, la présence de ces derniers est seule responsable du caractère
plus ou moins solide des beurres. On utilise en cosmétique surtout le beurre de
karité dans de très nombreuses émulsions et le beurre de coprah (ou huile de
coco) dans les savons et les crèmes à raser. L’huile de palme, liquide seulement
au-dessus de 26 °C, pourrait, comme l’huile de coco, être considérée comme
un beurre. Sa richesse en b-carotène et en a-tocophérol la fait de plus en plus
apprécier. Le beurre de cacao, réservé actuellement à l’utilisation alimentaire,
est encore peu employé bien que tout à fait utilisable. Son point de fusion plus
élevé (36 °C) parfaitement adapté à la température du corps l’a fait utiliser
pendant longtemps pour la fabrication des suppositoires.
Parmi les plus récentes, on trouvera [183] :
L’huile de canola riche en a et c tocophérols ainsi qu’en brassicastérol ;
Les huiles de cumin noir, de karanja, de neem ;
L’huile d’anatto ou Bixa orellana riche en tocotriénols et caroténoïdes ;
222
L’huile d’amarante qui contient une combinaison particulière de squalène,
tocophérol, tocotriénol et acide linoléique lui conférant des propriétés
régénérantes, protectrices et hydratantes ainsi qu’une grande similitude
avec les lipides naturels de la peau [180].
Les triglycérides hydrogénés sont déjà des matières premières synthétiques bien
que provenant des huiles végétales naturelles.
L’hydrogénation sature les doubles liaisons et transforme totalement la
substance d’origine aussi bien physiquement que chimiquement. Les matières
premières obtenues sont solides, à point de fusion relativement élevé (60-70 °C).
Elles servent de facteurs de consistance. L’huile de ricin hydrogénée est la plus
courante.
Les triglycérides synthétiques ont pour principale qualité d’être reproductibles et
stables tout en ayant la même structure chimique que les triglycérides d’origine
naturelle, permettant ainsi une étude plus aisée des phénomènes
d’émulsification.
Leur viscosité est constante et leur toucher est moins gras que celui des huiles
naturelles classiques.

 Autres glycérides
Ce sont des composés obtenus par synthèse bien que les matières premières
d’origine puissent être naturelles. On trouvera :
 Des diglycérides de nature lipophile bien que faiblement amphiphiles. Ils
peuvent constituer des facteurs de consistance en augmentant l’affinité de
la phase grasse des émulsions pour le film hydrolipidique et les lipides
intercellulaires (distéarate ou dipalmitate de glycérol) ;
 Des monoglycérides, plus polaires, généralement associés aux précédents
223
(monostéarate ou monopalmitate de glycérol). Le monooléate de glycérol
est capable de fournir des phases mésomorphes de type cristal liquide
lorsqu’il est mélangé à l’eau. C’est un produit sensible à l’oxydation qui
doit être protégé par divers mélanges antioxydants (alpha-tocophérol 200
ppm, palmitate d’ascorbyle 100 ppm, acide citrique 80 ppm) [184] ;
 Des glycérides glycolysés obtenus par trans-estérification de triglycérides
naturels (huiles d’olive, d’arachide, de tournesol) en présence de glycérol
et de polyéthylène glycol. Ce sont des produits plus ou moins
amphiphiles hydro-dispersibles ayant une bonne affinité pour les lipides
cutanés et pouvant favoriser la pénétration de certains actifs [185-187] ;
 Des esters de polyglycérol qui sont des tensioactifs [186].

 Alcools gras
Ils dérivent des glycérides et sont utilisés comme épaississants de la phase
grasse des émulsions et comme facteurs de consistance dans les produits
anhydres. Bien que faiblement émulsionnants, ils ne peuvent en aucun cas
assurer une émulsification stable. Il faut leur adjoindre un émulsionnant vrai
anionique ou non ionique.

Trois seulement sont utilisés couramment :


 L’alcool cétylique ou alcool palmitique en C16 appelé aussi hexadécanol
ou cire de lanette [188, 189] ;
 L’alcool stéarylique en C18, un peu moins polaire ;
 L’alcool cétostéarylique qui est un mélange des deux précédents.

224
 Acides gras
Comme on l’a vu, les acides gras sont surtout présents sous forme estérifiée.
Quelques-uns sont cependant utilisés sous forme libre. Il s’agit surtout de :
 L’acide stéarique en C18 que l’on rencontre assez souvent sous la
dénomination de stéarine. Cette dénomination peut d’ailleurs être
également appliquée à un mélange à parties égales d’acide stéarique et
d’acide palmitique, ce qui semble plus logique étant donné la provenance
de la stéarine. Elle est obtenue après hydrolyse du suif (triglycéride à base
d’acides palmitique et stéarique) et débarrassée du glycérol par « triple
pression » d’où son nom de stéarine triple pression. L’acide stéarique joue
le rôle de facteur de consistance en apportant une faible acidité. Mais son
emploi le plus important est lié à la formation in situ d’un émulsionnant
anionique en présence de triéthanolamine. Il est aussi présent dans les
formulations de sticks déodorants sous forme de savon de sodium ;
 L’acide oléique est peu employé compte tenu de sa sensibilité à
l’oxydation et de son pouvoir comédogène. Il est pourtant incorporé
depuis peu dans des émulsions pour peaux « matures » au titre de
stimulant cellulaire.

 Cires
Très importantes dans les formulations de sticks anhydres ou les émulsions E/H,
elles permettent de régler le degré de consistance pâteuse ou la dureté. Elles sont
choisies en fonction de leur point de fusion.
En plus des hydrocarbures déjà cités, on emploie des cires d’origine animale et
végétale qui sont des esters gras résultant de la condensation d’acides et
d’alcools gras à longue chaîne (> C20). Toutes ne sont solubles que dans les
225
solvants organiques et ne sont théoriquement pas sensibles à l’oxydation.
La plus connue est la cire d’abeilles purifiée ou cire blanche dont le point de
fusion est de 66 °C. Elle est à la base des cérats pharmaceutiques et des cold
creams [16]. Elle est encore introduite en proportion importante (6 à 8 %) dans
les formulations de rouges à lèvres pour faciliter le démoulage du raisin par
retrait au refroidissement et donner du brillant. Le siliconage des moules, de plus
en plus fréquent, permet de la remplacer par d’autres excipients.
La cire jaune brute est toujours utilisée, en association avec la colophane, dans
les cires à épiler.
Le blanc de baleine ou spermaceti, extrait de la tête du cachalot, a été très utilisé
en pharmacie dans les cérats et les cold creams auxquels il fournissait une
onctuosité inégalée.
Ayant un point de fusion relativement bas (40 °C) et ne fournissant pas de
brillant, il se comporte plus comme un simple ester gras que comme une cire.
Étant constitué presque exclusivement de palmitate de cétyle, il est remplacé
systématiquement par ce substitut synthétique.
La lanoline ou cire de laine ou adeps lanae résulte de l’excrétion des glandes
sébacées du mouton. C’est un mélange complexe de plusieurs centaines de
molécules différentes dont les principales sont des esters d’acides et d’alcools
gras supérieurs.
Elle contient en outre des stérols qui lui confèrent un certain pouvoir
émulsionnant. Elle a été pendant longtemps un excipient incontournable en
pharmacie, permettant d’incorporer à des mélanges à l’origine totalement
lipophiles de petites quantités d’eau. En effet, elle est capable d’absorber au
moins deux fois son poids d’eau et, dans certaines conditions de préparation,
bien davantage.
226
Un substitut à base d’esters de polyglycérol est actuellement disponible [180].
La cire de candellila recouvre la cuticule de feuilles d’arbres exotiques
(euphorbiacées mexicaines). Elle est recueillie par solvants. Son point de fusion
avoisine 70 °C. Elle n’est présente que dans les bases pour rouges à lèvres ou
dans les bases autoémulsionnables prêtes à l’emploi pour émulsions E/H.
La cire de carnauba a une origine identique (palmier du Brésil).
C’est la plus dure des cires employées en cosmétique. Son point de fusion est
d’environ 90 °C. Elle a les mêmes emplois que la cire de candellila.
L’huile de jojoba provient d’un arbuste cultivé en Arizona. Elle est difficile à
classer. Par ses caractéristiques chimiques, elle répond à la définition des cires.
Elle est, en effet, composée d’esters gras issus d’acides et d’alcools gras à
longue chaîne (C22), mais ces composés sont insaturés, ce qui lui confère son
caractère liquide. Cette fluidité à l’état brut lui interdit de revendiquer la qualité
de cire selon la définition de la répression des fraudes. L’huile de jojoba se
rencontre dans de très nombreuses formulations auxquelles elle apporte
onctuosité, émollience....
Toutes ces cires sont occlusives. Elles demeurent à la surface cutanée et jouent
un rôle d’antidéshydratant.

 Esters gras liquides [191]


Ils font partie de la presque totalité des formulations cosmétiques. Ils résultent
de la condensation d’un acide gras à chaîne hydrocarbonée plus ou moins longue
avec un alcool à chaîne le plus souvent courte, mais également l’inverse. La
longueur des deux chaînes grasses étant variable, on obtient une large gamme de
produits différents entre eux par leurs propriétés cosmétiques, mais également
par leurs propriétés physicochimiques. Le nombre de combinaisons possible
227
dépasse 200 et on leur attribue des qualités d’émollient, filmogène, substituts
des huiles minérales, toucher non gras et non collant... On distingue :
 Les esters d’acides gras longs et d’alcools courts : myristate, palmitate ou
lanolate d’isopropyle, isostéarate de décyle, stéarate de butyle,
dipélargonate de propylène glycol, oléate de décyle [192] ;
 Les esters d’acides gras courts et d’alcools gras longs : néopen tanoate
d’isostéaryle, octanoate de cétylstéaryle, benzoates d’alcools C13-C15 ;
 Les esters d’acides et d’alcools gras longs : isostéarate d’isostéaryle.
Parmi les plus récents, on compte l’éthylhexylnonanoate à toucher non gras
[193].
L’émollience (effet lubrifiant, assouplissant et hydratant) est mis en évidence
par évaluation des caractéristiques physicochimiques de ces esters : mesure de la
viscosité, de la polarité, de la tension interfaciale ester-eau, de la surface
d’étalement.
L’effet hydratant est mis en évidence, après application cutanée, par évaluation
de la rugosité de la peau, de l’occlusivité, de la conductance.
L’évaluation sensorielle est particulièrement applicable à ce type de composés
[194].
Il n’est pas rare de constater la présence de quatre ou cinq, ou même davantage
de ces esters, chacun en quantité minime, dans la phase grasse des émulsions. Ils
sont introduits successivement au cours de la mise au point de formulation pour
obtenir une qualité particulière d’étalement ou de sensation cutanée. En
revanche, leur concentration sera beaucoup plus conséquente dans les bases de
rouges à lèvres par exemple où ils servent à empâter les pigments, dans les
déodorants, dans les huiles de bain, dans les huiles de massage, les huiles
solaires.
228
 Silicones ou polysiloxane [195, 196]
Ce sont des composés organiques du silicium formés par un motif siloxane
répété n fois. Ces chaînes polymériques peuvent être linéaires ou plus ou
moins ramifiées.
Les caractères des silicones varient en fonction de leur degré de polymérisation
et des radicaux substituants. Les plus utilisés sont les huiles silicones.
On distingue :
 Les diméthylpolysiloxane ou diméthicones, présentant les caractéristiques
les plus typiques des silicones : hydrophobie, inertie chimique, stabilité à
la température ;
 Les phényldiméthylpolysiloxanes ou phényldiméthicones.
 Ces deux types de silicones sont inclus préférentiellement dans les
émulsions de toute sorte dont ils facilitent l’étalement et auxquels ils
donnent des propriétés de résistance à l’eau en fonction de la
concentration à laquelle ils sont utilisés ;
 Les silicones volatiles ou cyclométhicones, silicones cycliques à quatre ou
cinq atomes de silicium, volatils partiellement à partir de 50 °C. Ils font
partie de la formulation de très nombreux produits de maquillage auxquels
ils confèrent une certaine résistance à l’eau et de celle des huiles dites «
sèches »
 Les aminopolysiloxanes ou silicones aminés ou amodiméthicones. La
présence d’un radical aminé plus ou moins ionisé leur confère une
excellente substantivité sur la fibre de kératine. Ils sont donc employés
dans les shampooings comme conditionneurs ;
 Les alkylméthylsiloxanes (AMS) sont des silicones modifiés.
 Selon la longueur de la chaîne grasse, on obtient des fluides volatils ou
229
non et des cires, exemple : stéaryl ou cétyl diméthicone [197].
D’autres types de silicones sont également présents en cosmétique, mais
d’utilisation moins fréquente. Ce sont les gommes et résines silicones qui
résultent de la solubilisation de diméthicones à longue chaîne dans des
cyclométhicones. On les trouvera présents dans des masques, des produits de
maquillage, des « cires à épiler ».

 Huiles fluorées
Ce sont principalement des perfluoropolyéther (PFPE) de formule :
CF3 – O – CF2 – CF2 n– O – CF2 m – O – CF3
Où « n » et « m »sont compris entre 20 et 40 et où la masse moléculaire finale
est supérieure à 500 Da. Ils sont à la fois hydrophobes et lipophobes et
présentent une très basse tension superficielle, ce qui leur confère une facilité
d’étalement exceptionnelle. Ce sont des produits de haute pureté qui ont subi
tous les tests toxicologiques habituels et qui sont parfaitement bien tolérés par la
peau. Non émulsionnés par les émulsionnants classiques, ils se dispersent dans
l’une ou l’autre phase des émulsions en formant de véritables émulsions triples.
Ils peuvent être émulsionnés plus facilement à l’aide d’émulsionnants fluorés
[185, 198, 199].
Les perfluoropolyéther phosphates sont, eux, solubles dans divers solvants
polaires et dispersibles dans la glycérine. Ils jouent alors le rôle d’émulsifiants
[179].

 Gélifiants ou épaississants lipophiles


Peu connus jusqu’ici, leur vogue ne cesse de croître pour stabiliser les émulsions
volontairement déficientes en tensioactifs sans en augmenter le caractère gras et
230
luisant, pour moduler la composition des bases de rouges à lèvres. Plusieurs
types chimiques sont utilisés.
Les plus connus sont les silices modifiées sous forme de silylate de silicium
hydraté, les stéarates de magnésium ou des mélanges de stéarate d’aluminium et
de magnésium hydratés mélangés à une huile, mais aussi des combinaisons de
cire d’abeille et de polyglycérol, des argiles modifiées.
Plus récemment est apparu sur le marché un polymère béhénique hydrophobe
(Aristoflex HMB®) qui émulsionne 30 à 40 % de phase grasse [200].

Ingrédients simples hydrophiles :


Ils entrent dans la composition de tous les produits exclusivement aqueux ou
hydro-alcooliques et dans la phase aqueuse des émulsions de tout type.

 Eau
En dehors des quelque 20 % de produits totalement anhydres, tous les autres
produits cosmétiques contiennent une proportion d’eau variant de 10 à 100 %.
D’où l’importance considérable de la qualité de ce constituant. L’eau est donc
totalement déminéralisée par passage sur résines échangeuses d’ions. En effet, la
présence d’électrolytes perturbe l’émulsification, de plus l’odeur de
l’hypochlorite est difficilement tolérable. Cette eau désionisée est ensuite
décontaminée par filtration sur membranes dont les pores ont un diamètre de
0,45 µm pour une eau bactériologiquement propre ou 0,22 µm pour une eau
stérile. Un soin particulier est apporté à la propreté des canalisations et des
joints, les membranes filtrantes devant être placées le plus près possible des
zones d’utilisation.
Il est plus rare d’appliquer les techniques d’osmose inverse ou d’ultrafiltration.
231
Tout dépend de la quantité et de la qualité de l’eau nécessaire. La distillation qui
conduit directement à une eau déminéralisée et stérile est souvent trop onéreuse
pour l’usage industriel [178].

 Humectants
Ils sont très souvent présents dans les solutions, les gels, les émulsions. Ce sont
des substances hygroscopiques qui ont pour but de maintenir l’eau au niveau de
la préparation ou de la peau. Dans ce dernier cas, ils se comportent comme des
« actifs ».
Le glycérol est un polyol OHCH2 – CHOH – CH2OH nommé glycérine lors de
son utilisation courante. La glycérine contient environ 10 % d’eau, mais à
humidité relative élevée (70 à 80 % HR), elle est capable de fixer jusqu’à 25 %
d’eau. C’est un solvant très polaire qui n’a pas la possibilité de dissoudre les
corps gras d’où sa très bonne compatibilité avec la surface cutanée. Il se
présente comme un liquide visqueux, d’aspect huileux, ce qui induit en erreur
les novices qui le prennent pour un corps gras.
Le sorbitol OHCH 2 – CHOH – CHOH – CHOH – CHOH– CH2OH est un
polyol obtenu par hydrolyse de l’amidon. Il se présente, soit en poudre, soit plus
fréquemment, en solution aqueuse à 70 % dite « sirop de sorbitol ». Il est aussi
hygroscopique que le glycérol et moins volatil. C’est un agent technologique
indispensable pour maintenir l’eau dans les préparations.
C’est aussi un excellent hydratant.
Le propylène glycol CH3 – CHOH – CH2OH ou 1,2-propane-diol est très
hygroscopique mais c’est avant tout un solvant beaucoup moins polaire que les
précédents, capable de dissoudre bon nombre de substances lipophiles, ce qui le
rend parfois indispensable pour introduire ces substances dans des solutions
232
aqueuses. Mais de ce fait, il est aussi capable de dissoudre les lipides cutanés, ce
qui le rend non plus hydratant mais desséchant et ce qui lui confère des
propriétés de facteur de pénétration. Il est présent dans tous les extraits végétaux
hydroglycoliques très employés en cosmétique. Sa concentration finale dans une
formulation ne devrait pas dépasser 5 %. Certains individus sont allergiques au
propylène glycol.

 Solvants et solubilisants
Il est nécessaire de distinguer le phénomène de dissolution obtenu par
l’intermédiaire de solvants et conduisant à des solutions vraies de celui de
solubilisation faisant intervenir des solubilisants amphiphiles et conduisant à des
solutions micellaires.
En plus de l’eau et du propylène glycol déjà cités, les principaux solvants
utilisés en cosmétique sont :
 L’éthanol CH 3 – CH 2 OH ou alcool éthylique. Il contient toujours une
certaine proportion d’eau, variable en fonction des utilisations. La
parfumerie alcoolique emploie de l’alcool à 96, 80 ou 70 %. La
cosmétique limite le degré alcoolique des produits qui demeurent en
contact avec la peau pour éviter son dessèchement. En effet, l’évaporation
très rapide de l’alcool favorise l’entraînement d’une partie de l’eau
contenue dans le stratum corneum. L’éthanol sera cependant utilisé
jusqu’à 30 % dans les lotions après rasage, 20 à 30 % dans les gels
amincissants où il sert de facteur de pénétration, 20 % dans des lotions
pour peau grasse. Il est également présent dans les déodorants, dans les
laques capillaires ; l’isopropanol CH3 (CH3) – CHOH. Il est utilisé
principalement dans les produits capillaires pour dissoudre les résines ou
233
autres filmogènes. Il remplace l’éthanol dans les laques capillaires parce
que moins onéreux ; le butylène glycol. Il remplace parfois le propylène
glycol comme solvant d’extraction des végétaux mais dans les mêmes
conditions d’utilisation. Il aurait une meilleure tolérance cutanée ; les
polyéthylènes glycols (PEG) 300 à 600 sont de très bons solvants ;
l’hexylène glycol, l’hexyldécylbenzoate, l’hexylalcool sont plus rarement
utilisés.

 Polymères hydrophiles
Ce sont des macromolécules d’origine naturelle, semi-synthétique ou
synthétique dont l’emploi va grandissant par suite du souci d’élimination
progressive des substances tensioactives qui sont loin de présenter l’inertie
exigée des excipients.
Leur capacité de rétention d’eau, leur caractère filmogène et leur haut poids
moléculaire qui les contraint à demeurer à la surface des téguments en font des
éléments particulièrement cosmétiques.
Ils sont généralement utilisés comme épaississants de la phase aqueuse des
émulsions ou comme gélifiants.

 Polysaccharides
Les composés d’origine naturelle sont issus des algues (agar-agar ou gélose,
alginates), des lichens marins (carraghénates), des graines de légumineuses
(gommes de guar, de tara, de caroube), des graines de céréales (amidon). Ils
combinent un grand nombre de motifs d’acides galacturonique, mannuronique,
de d-pyrannose, de saccharose. En solution aqueuse, ils forment des gels au-delà
d’une certaine concentration, en deçà, ils se comportent comme épaississants.
234
Leur origine naturelle est un point positif, de même que leur facilité de
dispersion dans l’eau et leur caractère hydratant. Mais ils présentent en revanche
un certain nombre d’inconvénients : sensibilité au pH qui modifie la viscosité et
parfois même empêche la gélification, contamination microbienne aisée, ce qui
exige une protection constante par des mélanges de conservateurs adéquats,
pureté parfois douteuse. Ils font cependant partie des formulations de dentifrices,
de shampooings, d’émulsions diverses. Les plus employés sont les alginates de
sodium ou de propylène glycol et les galactomannanes (gel d’aloès, gomme de
guar). L’amidon n’est utilisable que combiné à la glycérine, sous forme de
glycérolé d’amidon, ancienne préparation pharmaceutique toujours valable en
dermatologie. Les gommes arabiques et adragantes autrefois très courantes dans
les préparations magistrales pharmaceutiques sont rarement utilisées en
cosmétique.
Les composés semi-synthétiques sont représentés d’une part par la gomme
xanthane obtenue par biotechnologie à partir d’un Xanthomonas agissant sur un
substrat sucré. Il s’agit d’un polysaccharide aminé dont les propriétés sont
particulièrement attrayantes : peu sensible aux variations de pH, peu
contaminable, aisément dispersible, stable, améliorant le toucher des émulsions.
C’est pourquoi on trouve ce produit dans de très nombreuses formulations de
gels et d’émulsions [196].
Les dérivés de cellulose sont surtout les hydroxypropyl- et
hydroxyéthylcellulose, la méthylhydroxypropylcellulose ou hypromellose,
dérivés de cellulose non ioniques, insensibles aux variations de pH, résistant
bien à la contamination. Leur caractère collant est cependant un inconvénient
pallié par l’addition de glycérol ou de sorbitol. La carboxyméthylcellulose
sodique, dérivé ionisé, ne peut être utilisée qu’en milieu alcalin [201, 202].
235
 Polymères acryliques et vinyliques
Ce sont des produits de synthèse dont les plus courants sont connus sous le nom
de carbomères . Les acides carboxypolyvinyliques sont dispersibles dans l’eau
avec laquelle ils fournissent une solution colloïdale acide (pH 3,5) et visqueuse.
Il est nécessaire de les neutraliser par la triéthanolamine ou par la soude pour
obtenir la gélification. Le gel se forme à partir de pH 6,5 et se maintient jusqu’à
pH 8.
Au-delà, il y a liquéfaction du gel. Il existe de nombreuses qualités de
carbomères. Les plus anciens, synthétisés en présence de solvants tels que le
benzène (n ° 934, 949, 941), sont peu à peu abandonnés au profit de produits
dont le procédé de fabrication fait appel à des solvants moins toxiques : acétate
d’éthyle ou cyclohexan (n°980, 981, 982). La dernière qualité de carbomère est
dite easy to disperse (ETD) (n° 2000, 2001, 2002). Les carbomères sont très
utilisés en cosmétique pour leur effet rafraîchissant sur la peau, pour leur
toucher doux et agréable, pour leur transparence lorsqu’ils forment des gels,
pour leur compatibilité avec beaucoup d’actifs, pour leur stabilité et leur
résistance à la contamination. Cependant, ils sont sensibles aux variations de pH
et, en particulier, ne supportent pas les actifs acides ; de plus, ils sont tous plus
ou moins sensibles à la présence d’électrolytes qui provoquent une perte de
viscosité ou même une liquéfaction au-delà d’une concentration d’environ 3 %.
Leurs concurrents sont des polymères acryliques de type acide nécessitant
également une neutralisation pour fournir des gels plus ou moins rigides [169].
Ils peuvent se présenter sous forme neutralisée (sels d’ammonium ou de sodium)
en mélange avec un hydrocarbure et un tensioactif. Ce sont alors des
émulsionnants [169].
Les polyacrylamides sont aussi présentés sous forme de mélange avec une huile
236
minérale et un tensioactif fournissant instantanément en présence d’eau un
gel-crème. Ils servent également à la stabilisation des émulsions [169].
La polyvinylpyrrolidone (PVP) ou povidone est un polymère non ionique. Il est
associé à l’acétate de vinyle dans les résines pour laques capillaires, mais aussi,
parfois, utilisé seul comme épaississant.
Les alcools polyvinyliques sont des épaississants et des liants filmogènes utilisés
dans certains produits de maquillage (mascaras, eye-liners). Leur capacité
d’épaississement est fonction de leur poids moléculaire. Présentés sous forme de
poudre, leur dispersion dans l’eau est difficile.
 Polyéthylènes glycols [178, 203]
Appelés aussi Macrogols, Carbowax, Monowax, Hydrocire, Lutrol ®, les
polyoxyéthylène glycols sont des condensats d’oxyde d’éthylène et d’eau de
formule : HOCH2 – (CH2 – O– CH2) n – CH2OH, où « n » peut varier de 3 à
225 environ. Les polyéthylènes glycols de masse moléculaire inférieure à 600
sont liquides. On utilise les polyéthylènes glycols 300, 400, 600, comme
solvants.
À partir de 2 000, ce sont des solides blancs à aspect de cire dont la dureté
augmente en fonction de la masse moléculaire. Les termes intermédiaires sont
plus ou moins pâteux en fonction de la température.
Les polyéthylènes glycols sont solubles dans l’eau et l’éthanol. Ils sont assez
rarement utilisés en cosmétique ; en effet, leur toucher est collant et désagréable
; de plus, ils inhibent l’action antimicrobienne des parabens.
 Polyquaterniums [204]
Ce sont des dérivés d’ammoniums quaternaires à longue chaîne alkyle, la partie
polymérique étant représentée par l’assemblage de motifs vinyliques ou
acryliques.
237
Malgré la présence d’une charge positive, leur caractère amphiphile est peu
marqué. Ils ne sont donc pas considérés comme des tensioactifs. Ils sont inclus
dans les préparations comme actifs lorsqu’ils sont conditionneurs de la kératine,
comme ingrédients technologiques en tant qu’épaississants.

Produits minéraux
Leur emploi est réservé à certains types de produits : masques ou produits de
maquillage. Ils se présentent sous forme de poudres dont l’inertie chimique est
quasiment totale. Ils n’en auront pas pour autant une neutralité parfaite vis-à-vis
de la peau puisque la plupart du temps, ils agiront en absorbant le sébum et en
modifiant le film hydrolipidique. La granulométrie de ces poudres aura une
importance capitale.

 Silices [204]
Elles sont pour l’ensemble utilisées comme gélifiants, soit de la phase aqueuse
pour la silice classique, soit de la phase grasse lorsque la silice est modifiée.
Leur utilisation principale au plan quantitatif est la gélification des dentifrices.
Les silices spéciales employées fournissent avec l’eau un gel transparent et
légèrement abrasif.

 Silicates
Les silicates sous la forme d’argiles diverses : bentonite, montmorillonite,
hectorite, sont souvent présents dans les émulsions, les produits de maquillage
comme épaississants. Un silicate d’aluminium et de magnésium est très employé
pour l’épaississement des fonds de teint fluides. Toutes ces substances gonflent
en présence d’eau pour donner des gels fluides.
238
Le talc est un silicate de magnésium hydraté naturel. Il doit être exempt de fibres
microscopiques d’amiante et ne doit pas être contaminé par des germes
pathogènes tels que le Clostridium présents dans certains gisements. C’est
pourquoi il est la plupart du temps stérilisé. Son pouvoir glissant et lubrifiant est
dû à la structure lamellaire de ses particules. Il est surtout présent dans les
produits de toilette (talcs parfumés) et les poudres libres.
Le kaolin est un silicate hydraté d’aluminium. Il est présent dans les poudres
libres et compactes comme diluant des pigments, dans les masques de beauté
comme absorbant.

 Oxyde de titane TiO2


Il se présente sous deux qualités : rutile et anatase liées à la forme des cristaux.
C’est une poudre relativement inerte, de granulométrie voisine de quelques
centaines de microns, utilisée comme diluant des pigments colorés dans les
produits de maquillage. Il est appelé aussi pigment blanc. Il apporte en plus le
caractère opaque demandé aux rouges à lèvres ; enfin, il favorise l’adhérence.

Adjuvants organiques

 Amidon
Sous forme sèche, il entre dans la composition des poudres libres dont il favorise
l’adhérence. On le trouve aussi dans les formules de shampooings secs comme
absorbant.

 Polyamide-12
Ce sont des microsphères de polyamide pouvant servir, soit de véhicule d’actif,
239
soit d’adjuvant destiné à éviter le mottage des poudres ou à faciliter l’étalement.
Il est introduit dans les formulations de produits de maquillage (poudres libres,
rouges à lèvres) ou d’émulsions diverses.

 Cyclodextrines
Ce sont des oligosaccharides cycliques que l’on obtient par biotechnologie et qui
résultent de la dégradation enzymatique de l’amidon. On distingue trois
cyclodextrines : a, b, et c-cyclodextrines constituées respectivement de six, sept
ou huit unités de glucopyranose. Ces molécules complexes sont de forme
torique, fortement hydrophiles à l’extérieur (groupements hydroxyles des
glucoses) et plutôt hydrophobes à l’intérieur (squelettes carbonés des glucoses)
[205] . Elles peuvent ainsi recevoir des molécules apolaires dont les
caractéristiques physicochimiques, en particulier la solubilité et la volatilité, sont
modifiées. D’où leur utilisation fréquente pour faciliter l’incorporation et la
tolérance des huiles essentielles ou des parfums dans les cosmétiques. Elles ont
également un rôle d’actifs (dans la séborrhée) lorsqu’elles sont utilisées seules
puisqu’elles peuvent fixer les substances lipophiles en excès qui se trouvent à la
surface de la peau [206].

Excipients composés [207]


Surtout réservés à la pharmacie, ils facilitent la prescription du dermatologue et
la tâche du préparateur. Ce sont des mélanges prêts à l’emploi de plusieurs corps
gras et d’eau en présence d’un émulsionnant et/ou de gélifiants. Ils renferment
presque exclusivement des matières premières inscrites à la pharmacopée et sont
de facture assez simple, mais il est possible de se procurer toutes les formes
topiques propres à l’incorporation des divers principes actifs médicamenteux.
240
Certains ne contiennent pas l’eau qui doit être ajoutée au moment de la
préparation.
On trouvera ainsi :
Des excipients émulsionnés hydrophiles ;
Des excipients émulsionnés lipophiles ;
Des excipients anhydres hydrophiles (polyéthylènes glycols) ;
Des excipients anhydres lipophiles (paraffine liquide + cires) ;
Des gels (carbomères ou HEC).
Ces excipients composés prêts à l’emploi n’existent pas en cosmétique. Ils ne
sont en tout cas jamais présentés comme tels.
Les fabricants d’ingrédients technologiques proposent cependant des
formulaires dans lesquels ils donnent des exemples d’emploi de leurs produits
en présence ou non d’un actif. Il faut cependant savoir qu’un actif cosmétique ne
peut pas être ajouté dans n’importe quel véhicule pour des raisons techniques
(modification de la viscosité, rupture de l’émulsion...) ou par suite de la
modification du devenir sur la peau du produit ainsi transformé. La règle
consiste généralement à bâtir la formule autour de l’actif et non l’inverse.

c) Les additifs en cosmétologie


Colorants
Les colorants sont des substances qui, par leurs propriétés physico-chimiques
sont utilisés pour la coloration des produits cosmétiques. Cette coloration est
obtenue par des matières colorantes d’origine artificielle et des pigments
minéraux, mais aussi par des colorants naturels (d’origine animale, végétale ou
de synthèse chimique ou biochimique). (208)
On distingue 3 catégories de colorants en fonction de leur solubilité :

241
 Les colorants hydrosolubles : ils sont solubles dans l’eau. On les trouve
dans les produits cosmétiques de nature aqueuse tels qu’une lotion
démaquillante pour les yeux, mais aussi dans les produits cosmétiques qui
possèdent une partie aqueuse comme les crèmes.
 Les colorants liposolubles : ils sont solubles dans les lipides. On les
trouve dans les produits cosmétiques de nature huileuse tels qu’une huile
corporelle, mais aussi dans les produits cosmétiques qui possèdent une
partie huileuse comme crèmes.
 Les colorants insolubles : ils colorent à la fois les produits cosmétiques
et leur lieu d’application. Ils sont présents dans les produits de
maquillage.
On en distingue 3 catégories :
- Les laques : couleurs vives et transparentes (verni)
- Les agents de nacrage : donnent des couleurs nacrées et irisées ou apportent du
relief.
- Les pigments : donnent de la couvrance.

Matières aromatiques
Les matières aromatiques sont des substances formées de molécules volatiles
d’origine naturelle ou synthétique.
Les matières aromatiques sont liposolubles, volatiles, sensibles à l’oxydation,
solubles dans l’alcool et peuvent être hydrosolubles par solubilisation préalable
dans un tensioactif non ionique très hydrophile dans des proportions bien
définies, généralement une partie de matière première volatiles pour trois parties
de tensioactifs.

242
Les matières aromatiques servent avant tout à la composition des parfums .Les
compositions peuvent être utilisées sans dilution pour le parfumage des produits
cosmétiques. Elles sont introduites en fin de fabrication à froid ou lorsque les
émulsions sont suffisamment refroidies (environ 30°C). Les produits
cosmétiques contiennent en général de 0,1 à 0,3% de parfum. Seuls quelques
formulations spéciales et les bains moussants, destinés à être dilués, contiennent
jusqu’à 3% de parfum. Les produits anhydres et les émulsions E/H contiennent
toujours plus de parfum que les produits aqueux pour masquer l’odeur des corps
gras. (209)

Conservateurs
La présence des conservateurs est indispensable dans toutes les préparations
pour application topique surtout dès qu’elles contiennent une petite proportion
d’eau. Les pharmacopées ne comportent plus de liste positive de conservateurs
alors que la Directive Cosmétique en possède une, inscrite à l’annexe VI. Il
s’agit d’une liste de conservateurs antimicrobiens. (210)
Les conservateurs cosmétiques autorisés sont:
phenoxyethanol,
parabens (methylparaben, ethylparaben, propylparaben,
butylparaben),
chlorphenesin, methylisothiazolinone,
methylchloroisothiazolinone,
triclosan,
chlorhexidine,
benzyl alcohol,
sorbic acid (potassium sorbate),
243
benzoic acid (sodium benzoate),
dehydroacetic acid (sodium dehydroacetate),
glyceryl caprylate,
caprylyl glycol,
ethyl hexyl glycerin,
p-anisic acid,
levulinc acid...

4. Les protections solaires

Au cours du temps, la peau est protégée du rayonnement solaire grâce à


l’épaississement de la couche cornée, qui réfléchit, diffracte et absorbe les
rayonnements, et à l’installation d’une pigmentation mélanique. La mélanine
absorbe les ultraviolets (UV) et capte les radicaux libres formés par l’irradiation.
Cependant, ces phénomènes adaptatifs ont leurs limites.
Pour se protéger au mieux des effets délétères du soleil, il est préférable d’avoir
recours, d’une part, à une photoprotection vestimentaire et, d’autre part, à une
photoprotection cosmétique adaptée.
Les vêtements constituent le moyen le plus sûr et le plus efficient de protection
contre les rayonnements solaires.
Les cosmétiques photoprotecteurs représentent aussi une méthode efficace et
pratique pour se préserver du soleil, tout en profitant de ses joies. De nombreux
filtres et écrans solaires ont démontré leur grande efficacité.
Toute personne souhaitant s’exposer au soleil doit utiliser un cosmétique
photoprotecteur. Chaque phototype dispose, en fonction du type d’exposition
solaire envisagé, de plusieurs niveaux de protection adaptés. Différentes

244
galéniques permettent un conseil aisé quel que soit le type de peau (sèche, mixte
ou grasse) et quelle que soit la zone à protéger (visage, lèvres, corps…).
Le nourrisson représente un cas particulier. Sa peau est immature : le système
mélanique est insuffisant pour protéger ses cellules des effets délétères du soleil.
Il faut proscrire l’exposition directe au soleil avant l’âge de 3 ans.
Les produits de protection solaire (PPS) ou antisolaires ont longtemps protégé
uniquement de la fraction d’ultraviolet B (UVB) de la lumière ultraviolette. La
mise en évidence du rôle des ultraviolets A (UVA) dans l’élastose solaire,
l’immunosuppression et les cancers cutanés a conduit au développement
d’antisolaires à large spectre, assurant une protection contre l’ensemble du
spectre UV. L’antisolaire idéal doit donc avoir un spectre d’absorption étendu
des UVB, aux UVA voire au visible et à l’infrarouge (IR). Il doit être bien toléré
et avoir une bonne substantivité pour résister à l’eau et à la sueur. Il doit être
photostable pour protéger longtemps et acceptable du point de vue cosmétique.
Les antisolaires sont testés sur leur efficacité contre divers dommages induits
par les UV. La détermination de l’indice de protection contre l’érythème est
validée. Mais l’érythème n’est qu’un des effets des UV et des doses
subérythémales d’UVB induisent déjà des dommages. De plus les UVA
s’avèrent plus néfastes qu’on ne le pensait. L’évaluation de la protection contre
les UVA fondée sur la photo-oxydation de la mélanine est en cours de
reconnaissance internationale. La protection du génome, la réduction de la
photo-immunosuppression et de l’héliodermie sont en cours d’évaluation. La
prévention [211] des mélanomes n’est pas confirmée par les études
épidémiologiques mais plusieurs confirment la prévention des kératoses
actiniques (KA) et de certains carcinomes chez le sujet sain et chez les greffés
d’organe.
245
Un antisolaire est composé d’un ou plusieurs principes actifs incorporés dans un
excipient. Le choix du ou des principes actifs ainsi que de leur concentration est
limité par la législation aux produits agréés pour leur innocuité [212]. Il est
fonction du niveau de protection souhaité. Il s’agit habituellement de filtres
chimiques absorbant les UV ou de poudres réfléchissant, diffractant ou
absorbant les UV. D’autres principes actifs peuvent être incorporés : piégeurs de
radicaux libres, anti-inflammatoires, autobronzants, accélérateurs de bronzage
dont l’efficacité en termes de photoprotection reste à démontrer. En fonction du
niveau de protection recherché, les formulateurs associent plusieurs filtres et des
écrans physiques pour augmenter le facteur de protection solaire (FPS) et
améliorer la photostabilité. Le choix de l’excipient est fonction de la rémanence
souhaitée, de la zone d’application, du type de peau, de la commodité
d’utilisation, etc.

Quel que soit l’individu, une protection solaire doit être appliquée :
idéalement, avant l’exposition, sinon dès son début ;
d’une manière uniforme ;
en quantité suffisante (il est recommandé qu’une posologie soit
mentionnée sur le cosmétique, en fonction de l’âge et du poids) ;
régulièrement, pendant toute la durée de l’exposition, renouveler
l’application au moins toutes les 2 heures, plus particulièrement en cas
d’activité (transpiration), à la suite d’une baignade ou après s’être essuyé.

A. Filtres chimiques
Vingt-six produits sont actuellement présents sur la liste européenne (liste
positive qui constitue l’annexe VI) des filtres ultraviolets autorisés dans les
246
produits cosmétiques [212]. L’acide para-aminobenzoïque PABA a été retiré de
la liste.
Les filtres chimiques absorbent les photons par l’intermédiaire d’un cycle
benzénique présent dans leur structure. Ils agissent comme chromophore en
absorbant l’énergie des photons incidents et retournent à l’état de base en
libérant l’énergie acquise sous forme de chaleur, de rayonnement, de
fluorescence ou d’isomérisation. La plupart des composés utilisés sont des
molécules de synthèse, différentes substitutions permettant de modifier leur
spectre d’absorption. Ils sont hydro- ou liposolubles. Leur spectre d’absorption
est plus ou moins large.
On distingue les filtres à bande étroite absorbant les UVB (salicylates,
cinnamates), les dérivés du camphre comme le méthylbenzylidène camphre, les
triazolés et les acrylates, et les filtres à bande large qui absorbent aussi une
certaine quantité d’UVA (benzophénones, dérivés du dibenzoyl-méthane,
phénylbenzotriazoles, etc.). En effet, les travaux démontrant le rôle des UVA
dans l’induction des cancers cutanés [213] ont rendu nécessaire le renforcement
de la protection en UVA. Le Parsol ou 4-tert butyl 4’méthoxy-dibenzoylméthane
est très utilisé jusqu’à 5 %. Son spectre d’absorption est maximal à 356 nm dans
les UVA longs.
D’autres filtres sont utilisés pour la protection UVA comme les benzophénones,
en particulier l’oxybenzone ou 2-hydroxy 4-méthoxybenzophénone, très utilisée
autrefois avec un spectre d’action s’étendant de 270 nm à 350 nm. Des accidents
d’allergie de contact, de photo-allergie ou de photo-toxicité [214] ont conduit à
ne plus utiliser l’oxybenzone, mais d’autres benzophénones sont largement
utilisées (sulisobenzone, mexenone). L’octocrylène de la famille des acrylates
est plus récent (1995). C’est un produit liposoluble, photostable. Il est utilisé à la
247
concentration maximale de 10 %. Son spectre centré sur les UVB se prolonge
jusque dans les UVA courts. L’acide téréphtalylidène dicampo sulfonique,
dérivé camphré, mis sur le marché depuis 1993 est hydrosoluble, photostable et
couvre les UVB ainsi que les UVA courts jusqu’à 380 nm avec un pic
d’absorption à 345 nm. Le drométrizole trisiloxane agréé en 1998 est liposoluble
et photostable avec un pic UVA/UVB centré à 303 et 344 nm.
L’autre caractéristique essentielle des filtres est la photostabilité qui conditionne
leur comportement après absorption du rayonnement UV et la durée d’efficacité,
mais ne garantit pas la tolérance. Elle dépend du type d’émulsion et du type de
filtres.
La détermination du FPS par spectrophotométrie (transmission de 290 à 400
nm) avant et après irradiation standard pendant 2 heures [215] permet
d’identifier les filtres très photostables (acide para-aminobenzoïque [PABA],
benzophénone3, phenylbenzimidazole sulfonic acid, benzophénone 5,
méthylène bisbenzotriazolyl tétraméthyl butylphénol) et seulement photostables
(diéthylhexylbutamidotriazone, homosalate, octocrylène ,
octylméthoxycinnamate, octyltriazone, 4-méthyl-benzylidène camphre).
Certains mélanges de filtres hydrophiles et lipophiles leur permettent de se
protéger mutuellement contre le rayonnement UV (par exemple, le
dibenzoylméthane est peu photostable mais l’octocrylène le stabilise, permettant
d’améliorer la protection UVA en cas d’association). La possibilité d’interaction
négative entre les filtres [216], par exemple l’adjonction d’éthylhexylmé-
thoxycinnamate au dibenzoyle méthane, n’améliore pas la photostabilité alors
que l’adjonction d’octocrylène le stabilise. Il est donc nécessaire d’évaluer la
photostabilité du complexe filtrant et pas seulement individuellement celle des
filtres [215, 217, 218].
248
La médiocre photostabilité d’un filtre comme l’avobenzone
(butylméthoxydibenzolméthane) encore très utilisé dans les produits grand
public explique la chute entre 27 % et 57 % du facteur de protection contre les
UVA (FPUVA) après une irradiation au simulateur solaire de 50 J/cm2
retrouvée pour sept sur huit des produits les plus utilisés par les sujets à risque
en Australie et Nouvelle Zélande [219] . Des produits plus récents conservent 90
% de leur FPUVA mais restent peu diffusés compte tenu du prix.

B. Ecrans physiques
Ce sont des poudres minérales inertes, obtenues par broyage, plus ou moins
opaques aux rayonnements UVB, UVA, IR et visible. L’efficacité est
conditionnée par le type et la taille des particules. Les oxydes de titane (TiO2) et
de zinc (ZnO) agissent par absorption dans le domaine UV, diffraction et
réflexion dans le domaine visible et IR. Les produits à base de mica recouverts
d’oxydes de titane, de fer ou de magnésium, agissent par réflexion et dispersion
du rayonnement UV, visible et IR. Ils sont de plus en plus utilisés car ils
n’induisent pas d’allergie ou de photoallergie. Ils sont cependant relativement
mal acceptés sur le plan cosmétique car ils induisent un aspect blanchâtre à
partir de 5 %, du fait de l’agglomération des particules qui réfléchissent la
lumière visible. C’est le cas du dioxyde de titane et de l’oxyde de zinc dont le
diamètre de particule est de 200 nm à 500 nm.
Une diminution de la granulométrie obtenue par des procédés chimiques ou
physiques a conduit au développement des produits « micronisés » jusqu’à des
nanoparticules (de 10 nm à 50 nm de diamètre), transparents dans le visible mais
absorbant faiblement les UVA longs [220]. L’oxyde de titane, dont le pic
d’absorption est à 308 nm, protège en partie à 320 nm et 340 nm. L’oxyde de
249
zinc a une meilleure absorption dans les UVA longs vers 380 nm [221]. Ces
pigments minéraux ultrafins apportent une certaine photostabilité et une
protection plus large, anti UVB-UVA et IR. Bien tolérés en raison de leur inertie
biologique, ils sont recommandés pour les sujets atteints de photodermatose. En
revanche, il existe une controverse sur leur innocuité générale.
Le dibenzotriazole est une poudre organique faite de particules insolubles dans
l’huile et dans l’eau. Il agit comme les poudres minérales par absorption et
réflexion, l’énergie absorbée étant restituée sous forme de chaleur. Le spectre
d’absorption s’étend des UVB aux UVA courts et surtout aux UVA longs (pic à
306, 348 et 378 nm) avec un ratio UVA/UVB de 0,94. La taille des particules
(130 nm) explique son absence de pénétration cutanée.

C. Formes galéniques
Il vise à assurer un bon étalement en couche fine mais joue un rôle important
dans la rémanence du produit. Il existe de nombreux types de préparations,
crème ou lait, formulées sous forme d’émulsion simple, de microémulsion ou
d’émulsions multiples. Les émulsions H/E s’appliquent facilement mais résistent
peu à l’eau et à la sueur. Les émulsions eau dans l’huile à base d’huiles
végétales ou de silicones sont plus rémanentes et limitent l’absorption des filtres.
Au contraire les gels-émulsion à base de phospholipides formant des liposomes
favorisent la pénétration cutanée [222]. D’autres formes peuvent être utilisées :
gel hydroalcoolique, gel huileux, mousse, stick, etc. La formulation est
conditionnée par l’objectif (indice de protection élevé, label résistant à l’eau,
résultat esthétique, etc.).
La micro-encapsulation dans une matrice lipidique dans laquelle la substance
active est dispersée permet un relargage régulier, diminue en comparaison d’une
250
formulation en une solution huileuse la pénétration percutanée et augmente la
rétention dans la couche cornée des cinnamates de 77 % et de l’oxybenzone de
50 % [223).
D. Autres constituants
Comme les autres cosmétiques, les antisolaires contiennent des conservateurs,
des colorants ou des parfums qui peuvent jouer un rôle dans l’efficacité et la
tolérance du produit fini.
Enfin, on peut y trouver diverses substances à activité antiradicalaire,
antioxydante, qui peuvent être d’origine végétale ou non, et dont le but est de
renforcer la protection vis-à-vis d’un effet des UV autre que l’érythème
(antivieillissement, protection du génome, etc.) [225].
Le développement récent de gels-émulsion favorisant la pénétration des filtres,
ce qui augmente indirectement la durée de la protection ou après essuyage, ne
correspond plus à la législation des cosmétiques. Ils sont en contradiction avec
l’objectif d’innocuité des cosmétiques antisolaires qui sont censés ne pas
pénétrer au-delà de la couche cornée afin de limiter le risque de
photosensibilisation, de sensibilisation de contact et de mutagénicité.

251
5. Les avantages et les inconvénients des différentes formes galéniques
pour les soins du visage : (226)

Les produits de Les avantages : Les inconvénients :


soins du visage :
* Emulsions H/E  Texture fluide  Peu occlusives donc peu
 Toucher et utilisations protectrices, elles
agréables peuvent favoriser la
 Etalement facile déshydratation et
 Sensation de fraicheur engendrer des
sensations de
tiraillements.
*Emulsions E/H  Elles ont une  Toucher plus gras
substantivité et une  Texture plus épaisse
occlusivité supérieures  Etalement moins facile
aux précédentes, elles Ses inconvénients tendent à
sont donc plus s’atténuer avec les
protectrices et leur nouveaux émulsionnants
action est plus polymères et les phases
prolongée. lipophiles plus légères,
notamment les huiles de
silicone (Emulsions E/S).
*Les émulsions  Texture onctueuse et  Leur formulation,
multiples fine sans toucher gras délicate à réaliser
 Protection des actifs et  Leur fragilité vis-à-vis
possibilité d’introduire de la rupture nécessitant
dans une mémé formule une quantité plus
des actifs incompatibles importante d’additifs.
 Possibilité de moduler
la libération et de
prolonger l’action des
actifs.
*Les  Leur fort pouvoir de  Leur plus forte
microémulsions solubilisation qui leur proportion en
permet de véhiculer des tensioactifs, nécessaire à
actifs peu solubles leur réalisation, pouvant
 Leur stabilité être à l’origine

252
 Leur esthétique du fait d’irritation
de leur transparence  Leur faible viscosité.
 Elles augmenteraient la
pénétration des
substances actives.
*Emulsions sans  Leur meilleure tolérance  Leur consistance (assez
tensioactifs cutanée et oculaire, du gélifiée) pouvant être
fait de l’absence de surprenante par rapport
tensioactifs. aux émulsions.
*Les gels  Etalement facile  Parfois collants, pouvant
 Sensation de fraicheur laisser une péllicule en
 Leur coté attractif et séchant.
ludique (couleur,  Plutôt adaptés aux
transparence, aspect peaux grasses (gels
nacré, pailleté…) hydrophiles).
* Huiles  Sensation de confort  Leur toucher gras
pour les peaux sèches et  La brillance qu’elles
très sèches. peuvent engendrer sur
certaines peaux.
* « Sérums »  Leur forte concentration  La sensation d’inconfort
en actifs et de tiraillement qu’ils
 Leur pénétration rapide. peuvent engendrer s’ils
sont utilisés seuls sur les
peaux sèches ou très
sèches.
 Leur prix.
*Formules  Les liposomes  Leur stabilité dans le
liposomés permettent : temps plutôt médiocre,
 D’encapsuler des améliorée par l’addition
actifs, notamment des de divers produits
actifs incompatibles  Leur fragilité
 De protéger et de (sensibilité à la
vectoriser ces actifs peroxydation,
 De moduler leur destruction par les
libération tensioactifs).
 Leur activité propre ‘ du  Les questions encore en
fait de leur constitution suspens sur leurs
proche de celle des interactions avec les

253
membranes structures cutanées, leur
biologiques). mécanisme d’action et
leur devenir dans la
peau.
*Formules avec  Les nanoparticules  Le manque de
nanoparticules permettent : connaissances sur leur
 D’encapsuler des pénétration
actifs, avec un taux transdermique, la
supérieur à celui diffusion des actifs, leur
des liposomes innocuité à long terme.
 De protéger et de
véhiculer ces actifs
 D’en prolonger la
libération et d’en
améliorer la
biodisponibilité.
 Leur stabilité, leur
résistance et leur durée
de conservation.

6. Liste non exhaustive, citée dans le document à titre d’information sur


certains produits disponibles en officine

Tableau V : Soins hydratants disponibles en officine : (227)

Laboratoire Produit Principaux actifs Propriétés revendiquées

Tous types de peaux :

Bioderma HydrabioRsérum Complexe Stimuler la synthèse de lipides


hydratant concentré Aquagénium et d’aquaporines
Stimuler la synthèse de lipides
Vitamine PP de la couche cornée
Hydratant hygroscopique
Xylitol
Eucerin AquaPorin ActiveR Gluco- glycéro Stimuler la synthèse
créme hydratante Glycérine d’aquaporines

254
protectrice Vitamine E Emollient
Filtre UVA/UVB Antioxydant
Prévenir le photoviellissement
Noreva Duoskin soin Biocéramides III Restaurer les lipides cutanés
hydratant visage Lactate d’ammonium Hydrater
Aloe vera Apaiser

Vichy Aqualia ThermalR Oméga 6 Restaurer les lipides cutanés


baume minéral Calcium Protéger
Magnésium
Silicium Régénérer
Potassium Hydrater
Fer Apaiser
Eau thermale

Peaux sèches à très sèches :

Galénic AquapulpeR crème Extrait des baises Stimuler la synthèse de


sorbet hydratante sauvages glycosamioglycanes et
apporter des lipides pour la
barrière cutanée.
Actifs osmotiques Favoriser les échanges en eau
Acide hyaluronique Hydrater
Glycérine Emollient

La Roche Hydraphase intense R Fragments d’acide Hydrater et stimuler la


Posay riche. hyaluronique. synthèse de protéines des
Eau thermale. jonctions cellulaires.
Apaiser

Peaux normales à mixtes :

Avéne Hydrance Optimale Lipomucine Favoriser la diffusion de l’eau


UV légère Meibosérine Freiner l’évaporation de l’eau
Prétocophéryl Antioxydant
Filtre SPF 20 Prévenir le photovieillisment
Eau thermale Apaiser
Uriage AquaPrécis gel- Acides aminés Hydratant osmotique
crème fraicheur Eau thermale Hydratant minéral et apaisant
Agent matifiants Antibrillance

255
Tableau VI : Produits de gommage pour visage adaptés à tous les types de
peaux : (228)
Marque Produit Actifs Propriétés
Avène Gommage Eau thermale d’Avène Apaisant
Doux Microbilles de polyéthylène et de cire Exfoliant
purifiant jojoba Mécanique
Salicylate de sodium Exfoliant
Chimique
Galénic Gelée Eau distillée de mélilot Apaisant
Exfoliante Microbilles de polythène Exfoliant
Pur Mécanique
La Roche Gommage Particules de polyéthylène Exfoliants
Posay Surfin Poudres diatomées micronisées Mécaniques
physiologique Eau thermale de la Roche - Posay

Apaisant
Lierac Masque Microbilles de polyéthylène Exfoliant mécanique
Clarté Bentonite (argile) Absorbant
Soin éclat Busserole Astringent
express Oxyde de zing Calmant
Extrait de menthe Tonifiant
Lierac Soin exfoliant Microbilles de polyéthyléne Exfolliant
lumière Hydro-fruits de pèche et de papaye Mécanique
Extrait de guimauve et de matricaire Exfoliant
Allantoine Chimique
Adoucissant
Hydratant
Nuxe Exfoliant doux Grains de coupe de noix Exfoliant
aromatique aux 3 Kaolin Mécanique
roses Huile essentielles de bois de rose, Absorbant
d’orange douce et de mandarine verte Calmant
Huiles de bourrache, et d’amande douce
Extraits de roses rouge, noires et Emollient
blanches Nourrissant
Apaisant
Uriage Gommage Microbilles Exfoliant mécanique
intégral
Exfoliant
Alpha hydroxy acides de fleurs Chimique
d’Hbiscus Apaisant
Eau thermal d’Uriage
Vichy Exfoliant Esters de jojoba Exfoliant
Crème Ubiquinone Mécanique
détoxifiante Eau thermale de Vichy Anti oxydant
Pureté Glycérine Apaisant
thermale Acide glycolique Emollient

256
Gel exfoliant Acide salicylique Exfoliant
Nettoyant Hamamélis Chimique
Quotidien Eau thermale de Vichy Astringent
Normaderm Apaisant

Tableau VII : Produits de gommage pour visage adaptés aux peaux mixtes :

Marque Produit Actifs Propriétés


Peaux mixtes à grasses
Bioderma Sébium gel
gommant
Galénic Masque clarifiant 3 Microbilles de Exfoliant
en 1 Cauterets polyéthylène Mécanique
Eau Chélates de zinc Astringent
Argile Séborégulateur
D-Panthénol Absorbant
Eau thermale de Apaisant
Cauterets Séborégulateur et apaisant

Nuxe Masque thermo- Microbilles de jojoba Exfoliant


actif désincrustant Poudre de coques de Mécanique
Arma- noix Séborégulateur
Perfection Zinc
Enathia chlorantha Absorbant
Poudre de kaolin Matifiant
Poudre de riz
Roc Purif – Ac Acide salicylique Exfoliant chimique
lotion exfoliante Extrait de cèdre Assainissant
Extraits de pourpier Apaisant
Zinc, cuivre et Réparateur et apaisant
allantoïne
Uriage Masque gommant Kaolin Absorbant
doux Hyséac Eau thermale d’Uriage Apaisant
Esters d’acide malique Exfoliant
Glycérine Mécanique
Emollient
Peaux grasses
Ducray Masque Argile Absorbe le sébum
Triple action Acide glycolique Désincrustant
keracnyl Salicylate de zinc Exfoliant
Billes de cire Mécanique
De polyéthylène Hydratant
Glycérine Apaisant
D-panthénol

257
Tableau VIII : quelques soins pour les lèvres disponible en pharmacie : (229)
Laboratoire Produit Principaux actifs Propriétés Problématique
revendiquées ciblée
A- Derma Baume Lait d’avoine rhealba Hydratant et apaisant Réparation et
lèvres protection des
réparation lèvres
intense abimées.
Ducray Stick Filtres solaires SFP 30 Anti – UVA et UVB Hydratation et
hydratant Vaseline Emollient et protection
solaire SPF Glycérine hydratant contre les UV
30 Lctyane Vitamine E
Anti-oxydante
Galenic Baume Huile d’argan Nourrissante, Nutrition des
lèvres Vitamine E réparatrice et antiâge lèvres sèches
tondant Anti- oxydante et action
réparateur contre le
Argane vieillissement
Hydratation et
apaisement
des lèvres
sèches.
Nuxe Stick lèvres Miel d’acacia Réparateur Hydratation et
hydratant Huile de tournesol Hydratant et protection
Rêve de Huile de son de riz relipidant
Miel Huile de macadamia Relipidant
Huile de calenoula
Huile d’argan
Beure d’argan Apaisant
Vichy Soin Beurre de karité Nourrissant Nutrition et
réconfortant Glycérine Hydratante protection des
lèvres Vitamine E Antiradicalaire lèvres sèches.
Essentielles Extrait de Centella Cicatrisant
asiatica

258
Tableau IX : Soins cosmétiques destinés aux peaux réactives : (230)
Laboratoire Produit Principaux actifs Propriétés revendiquées
Avéne Tolérance extrême Glycérine codex Hydratant
crème Huile de carthame Emollient
Huile de paraffine
codex
Cyclométhicone Relipidant
Squalane Apaisant
Eau thermale
Bioderma Créaline crème légère Complexe toléridine Apaisant
ou riche Glycérine Emollient
La Roche Tolériane Ultra Neurosensine Apaisant
Posay Eau thermale
Noreva Sensidiane soin Neutrazen pro Apaisant
LED apaisant rééquilibrant Extrait de figue Limiter la perte insensible
en eau
Uriage Toléderm crème hydra Polyuronides d’algues Apaisant
apaisante Eau thermale
Glycérine Emolient

Tableau X: Soins cosmétiques du contour de l’œil disponibles en officine :


(231)
Laboratoire Produit Principaux actifs Propriétés revendiquées

Bioderma Créaline® Complexe toléridine Apaiser et réduire la sensibilité


gel contour Acide hyaluronique Hydrater et lisser les ridules
des yeux Caféine Drainer

Galénic Soin yeux Nectar essentiel de fruits Stimuler la physiologie cellulaire


fraîcheur (mandarine, pêche et
défatiguant figue)
Nectalys® Glycol Hydrater et repulper
Sulfate de dextran Décongestionner
Klorane Patchs lissants Eau florale de bleuet Apaiser et décongestionner
et défatiguants Extraits d’arnica Drainer et décongestionner
au bleuet®
Nuxe Contour des Immortelle bleue Apaisante et antioxydante
yeux
Prodigieux®
Agérate bleue Antioxydante

259
Acide hyaluronique Hydrater et lisser les ridules
Caféine Drainer
Extraits de cacao Hydrater
Soins cosmétiques anti-âge :
Avène Ysthéal+® Rétinaldéhyde Stimuler le renouvellement
contour des cellulaire
yeux Prétocophéryl Antioxydant
Eau thermale Apaiser

La Roche Redermic+® Vitamine C Stimuler la synthèse de fibres de


Posay yeux collagène et d’élastine
Madécassoside
Neurosensine Freiner le stress micro-
inflammatoire
Acide hyaluronique Hydrater et lisser les
microsillons
Vichy Neovadiol Pro-Xylane Stimuler la synthèse de
Gf® contours glycosaminoglycanes
lèvres Protéic Gf Stimuler la synthèse de facteurs
et yeux de croissance des kératinocytes
et des fibroblastes
Micronacres Éclaircir la paupière
Eau thermale Apaiser

TableauXI : Soins pour peaux sensibles sujettes aux rougeurs : (232)


Laboratoire Produit Actifs Propriétés
A-Derma Crème Oligomères d’avoine rhéalba Tonifier les vaisseaux et apaiser
traitante SPF
15
Sensiphase Eau d’hamamélis Décongestionner
antirougeurs
Filtres et écrans solaires Protéger des effets délétères du
soleil
Vitamine E Antioxydant
Pigments interférentiels / Masquer les rougeurs
Colorant vert

Masque Oligomères d’avoine rhéalba Tonifier les vaisseaux et apaiser


apaisant
Sensiphase Eau d’hamamélis Décongestionner
antirougeurs

260
Avène Crème riche Eau thermale d’Avène Apaiser
antirougeurs Extrait de ruscus Améliorer la microcirculation
Émulsion Hespéridine méthyl chalcone et renforcer la paroi des vaisseaux
légère
antirougeurs Sulfate de dextran Décongestionner
Éthyl-hexyl Protéger des effets délétères du
méthoxycinnamate / soleil
Tinosorb M
Crème Eau thermale d’Avène Apaiser
traitante
rougeurs
localisées Rétinaldéhyde Relancer l’activité cellulaire
Diroséal
Sulfate de dextran Décongestionner
Hespéridine méthyl chalcone Améliorer la microcirculation
Colorant vert Masquer les rougeurs

Bioderma Crème Complexe Rosactiv Tonifier les vaisseaux


antirougeurs
Créaline AR Nacres irisées Neutraliser les rougeurs
Crème teintée Complexe Rosactiv Tonifier les vaisseaux
antirougeurs Colorant Masquer les rougeurs
Créaline AR
Eucerin Soin calmant Licochalcone / Extrait de Diminuer les irritations
de jour racine de réglisse
antirougeurs Écran solaire Protéger des effets délétères du
soleil
Soin Licochalcone / Extrait de Diminuer les irritations
correcteur racine de réglisse
antirougeurs Écran solaire Protéger des effets délétères du
soleil
Colorant vert Masquer les rougeurs
La Roche- Rosaliac XL Eau thermale de La Roche- Apaiser
Posay riche Posay
Vitamine CG Protéger les vaisseaux
Vitamine B3 Lutter contre les irritations
Mexoryl XL Protéger des effets délétères du
soleil
Lierac Fluide Pro-anthocyanes de tilleul et Apaiser
antirougeurs de mauve
Apaisance Acides aminés d’avoine Lutter contre le vieillisement
Extraits d’algues / Extraits Améliorer la microcirculation
d’arnica et d’escine
Chlorophylle et timiron Masquer les rougeurs

261
SVR Crème Ruscus / Vitamine P-like Améliorer la microcirculation
Rubialine
Sulfate de dextran Décongestionner
Colorant vert Masquer les rougeurs
Masque Ruscus / Vitamine P-like Améliorer la microcirculation
Rubialine
Sulfate de dextan Décongestionner

Uriage Crème Eau thermale d’Uriage / Apaiser


antirougeurs Cerasterol-2F
Roséliane Ginseng / Sulfate de dextran Normaliser la microcirculation
Soin de teint Extrait de vigne rouge Protéger les vaisseaux
Roséliane
Base teintée Masquer les rougeurs

7. Conseils à l’officine (233)

Pour la peau normale :

Objectifs : protéger la peau des agressions extérieures pour maintenir son


équilibre physiologique (taux d’hydratation, sécrétion sébacée, FHL), toujours
fragile.

Conseils :

Tous les matins, sur le visage et sur le cou, appliquer une crème protectrice et
hydratante :
 Printemps –été : émulsions H/E ou E/H/E, légère et fluide, contenant
des filtres UV ;
 Automne-hiver : pour un confort supérieur et une hydratation renforcée ,
émulsion H/E à phase grasse plus importante ou émulsion E/H à phase
grasse à l’ordre de 30% ou encore émulsion multiple de type H/E/H.
Le soir, une crème hydratante ou anti-âge peut être utilisée , selon les
besoins.

262
Pour la peau sèche :

Objectifs :

S’opposer à la fuite hydrique et restaurer l’hydratation de la couche cornée pour


améliorer le confort cutané et éviter les irritations.

Il faut donc :

♣ Reconstituer le FHL ;
♣ Renforcer la cohésion intercorneocytaire ;
♣ Reconstituer les membranes cellulaires ;
♣ Apporter des NMF ;
♣ Protéger la peau des agressions extérieures.

Conseils :

Tous les matins, sur le visage et sur le cou, appliquer une crème protectrice,
hydratante et relipidante , à choisir en fonction de la saison , de l’âge , du
mode de vie , des sensations cutanées du moment , par exemple :
 Automne-hiver : émulsion E/H à phase lipidique importante de 40 à
60 % ou E/S ou H/E/H.
 Printemps-été : émulsion H/E à phase lipidique importante (40%) ou
E/H/E.
Le soir, une crème de nuit très nutritive et réparatrice est généralement
nécessaire.

Une huile peut être utilisée en cures de un à deux mois durant les périodes où le
dessèchement est le plus important.

263
Pour la peau grasse :

Objectifs :

♣ Freiner la sécrétion sébacée.


♣ Réduire l’hyperkératose superficielle.
♣ Resserrer les pores.
♣ Rééquilibrer la flore cutanée et diminuer l’inflammation liée à sa
prolifération.
♣ Apporter une amélioration cosmétique visible (diminution de la brillance,
meilleure tenue du maquillage…)

Conseils :

Tous les matins, sur le visage et sur le cou, appliquer une crème matifiante ,
hydratante et protectrice , non comédogène :émulsion H/E à phase grasse peu
importante ( 15à30%) ou E/H/E, contenant notamment des séborégulateurs ,
des antiseptiques et des anti-inflammatoires.
Le soir, l’utilisation d’une crème exfoliante et séborégulatrice aidera à
uniformiser le grain de peau, à éclaircir le teint et à diminuer la brillance.
Pour une crème anti-âge, choisissez sa texture en adéquation avec les
gouts et les besoins.
Deux fois par an (printemps et automne), appliquer, en cures de un à trois
mois, un soin aux AHA, excepté si la peau est irritée.

En cas de traitement oral avec les rétinoïdes, l’utilisation d’une émulsion E/H à
phase grasse relativement importante peut s’avérer nécessaire afin de compenser
le desséchement provoqué par le traitement. Elle doit être non comédogène.

264
Recommandez également l’application fréquente d’un baume nourrissant sur les
lèvres (stick, crème).

Pour la peau mixte :

Objectifs :

♣ Protéger la peau des agressions extérieures.


♣ Au niveau des zones grasses :
 Freiner la secretion sébacée ;
 Réduire l’hyperkératose superficielle ;
 Resserrer les pores ;
 Rééquilibrer la flore cutanée et diminuer l’inflammation liée à sa
prolifération ;
 Apporter une amélioration cosmétique visible (effet matifiant,
meilleure tenue du maquillage…)
♣ Si les joues sont normales : maintenir l’équilibre physiologique (taux
d’hydratation, sécrétion sébacée, FHL) toujours fragile.
♣ Si les joues sont sèches : s’opposer à la fuite hydrique et restaurer
l’hydratation de la couche cornée pour améliorer le confort cutané et
éviter les irritations. il faut donc :
 Reconstituer le FHL ;
 Renforcer la cohésion intercornéocytaire ;
 Reconstituer les membranes cellulaires ;
 Apporter des MNF.

265
Conseils :

Rares sont les produits aptes de tels compromis.

Il faut donc tenir compte de la prédominance des différentes zones mais


également de la saison qui fait varier l’intensité de leur état respectif :

 Automne-hiver : produits très hydratants pour le confort des zones


sèches ;
 Printemps-été : textures légères pour ne pas surcharger en corps gras la
ligne medio-faciale.
Tous les matins, sur le visage et sur le cou, appliquer une crème protectrice
et hydratante, non comédogène, qui matifie les zones grasses tout en
apportant le confort nécessaire aux zones plus sèches.
Le soir, l’application d’une crème de nuit se fera en fonction des besoins des
parties sèches en évitant la ligne médiane.

Pour la peau à tendance acnéique :

Objectifs :

♣ Favoriser le renouvellement cellulaire pour réduire l’hyperkératose


superficielle.
♣ Freiner et réguler la sécrétion sébacée.
♣ Rééquilibrer la flore cutanée.
♣ Resserrer les pores dilatés.
♣ Hydrater les couches supérieures de l’épiderme et favoriser la
restructuration du FHL.

266
♣ Compenser la déshydratation et le dessèchement provoqués par certains
traitements médicamenteux.
♣ Apaiser les irritations.
♣ Apporter une amélioration cosmétique visible (diminution de la brillance,
meilleure tenue du maquillage, atténuation visuelle des lésions).
♣ Ne pas aggraver la comédogenèse , voire la diminuer.

Conseils :

Tous les matins, sur le visage et sur le cou, appliquer une crème H/E ou
E/H/E à phase lipidique peu importante , séborégulatrice , matifiante ,
hydratante , kératorégulatrice, antibactérienne , protectrice , non
comédogène. Selon les cas (peau luisante) , un gel ou un gel-crème peut être
préféré.
En cas d’irritation et /ou de dessèchement liés à un traitement topique,
compenser ces effets par un produit anti-irritant, adoucissant et hydratant.
Chez les hommes, le rasage sera suivi de l’application d’une émulsion très
fluide ou d’un gel hydratant, apaisant, séborégulateur et protecteur. Le
produit de rasage (en cas de rasage mécanique) devra posséder ces mêmes
qualités.
Au cours de la journée, l’utilisation de sticks antibactériens, de gels en
« mini-tubes » ou de solutions en flacons à bille peut permettre d’assécher un
bouton très précocement : leur présentation pratique permet de les transporter
facilement avec soi.
Le soir, en l’absence de traitement médicamenteux, recommandez
l’utilisation d’un produit assainissant et séborégulateur (gel, crème, patch…).

267
Si un topique médicamenteux a été prescrit, conseillez de l’appliquer sur peau
bien sèche au moins 15 min après la toilette.

 En cas de traitement oral par les rétinoïdes, l’utilisation d’une émulsion E/H
à phase grasse relativement importante peut s’avérer nécessaire pour
compenser le dessèchement intense provoqué par le traitement. Elle doit être
non comédogène.

Recommandez également l’application fréquente d’un baume « nourrissant » sur


les lèvres (stick, crème). En amincissant la couche cornée, ce traitement peut
entrainer une plus grande sensibilité au soleil. Une photoprotection appropriée
doit donc y être associée en période d’ensoleillement.

Pour la peau déshydratée :

Objectifs :

S’opposer à la fuite hydrique et restaurer l’hydratation de la couche cornée il


faut donc :

♣ Reconstituer le FHL ;
♣ Restructurer le ciment intercellulaire ;
♣ Reconstituer les membranes cellulaires ;
♣ Apporter des NMF ;
♣ Protéger la peau des agressions extérieures.

268
Conseils :

Tous les matins, sur le visage et sur le cou, appliquer une crème protectrice et
hydratante adaptée au type de peau. Pour les peaux sèches et tres sèches,
préférer une émulsion E/H ou H/E/H, notamment en hiver.
Le soir, si la peau est sèche ou dévitalisée, appliquer une crème nourrissante.
Si elle est normale, mixte ou grasse, appliquer une crème hydratante.
En périodes de déshydratation intense, appliquer un sérum hydratant matin
et/ou soir sous la crème pendant au moins trois à quatre semaines. En
entretien, de telles cures pourront être réalisées systématiquement aux
changements de saison.
La pose d’un masque hydratant est recommandée tous les jours ou tous les
deux jours jusqu’à amélioration, puis une à deux fois par semaine.

Pour la peau sensible :

Objectifs :

♣ Atténuer la réaction et apaiser les sensations d’inconfort.


♣ Protéger de l’agent en cause, s’il n’est pas possible de l’éliminer.
♣ Reconstituer le FHL pour renforcer l’hydratation.
♣ Restructurer la couche cornée.
♣ Abaisser à long terme le seuil de réactivité de la peau.

Conseils :

Tous les matins (en période de crise, plusieurs fois par jour) , sur le visage et
sur le cou, appliquer une crème protectrice , hydratante et apaisante dont la
texture sera choisie en fonction du type de peau , de l’âge et de la saison .

269
Le soir, en période de crise, appliquer une crème hydratante et apaisante. En
dehors des périodes de crise, l’application d’une crème de nuit apaisante se
fera en fonction du type de peau et selon les besoins.
En période de crise, l’application quotidienne, voire pluriquotidienne, d’un
masque apaisant et hydratant peut apporter soulagement et confort. Revenir
ensuite à un rythme de une à deux fois par semaine.

Pour la peau couperosée :

Objectifs :

♣ Améliorer la microcirculation ;
♣ Tonifier les parois des vaisseaux ;
♣ Calmer les sensations d’échauffement et d’inconfort et décongestionner ;
♣ Neutraliser les rougeurs pour les masquer.

Conseils :

Pour tous les soins, adopter des gestes d’une extrême douceur afin de ne pas
aggraver les rougeurs.

Tous les matins, sur le visage et sur le cou, appliquer une crème protectrice,
hydratante, apaisante et décongestionnante, renfermant des actifs
veinotoniques et des filtres UV. La texture en sera en fonction du type de
peau de base, de l’âge et de la saison.
Le soir, appliquer une crème renfermant des actifs veinotoniques.
Appliquer deux fois par semaine un masque apaisant et hydratant.

270
Pour la peau sénescente :

Objectifs :

Il s’agit de freiner le vieillissement cutané, donc :

♣ Maintenir ou restaurer l’hydratation ;


♣ Capter les radicaux libres ;
♣ Eviter les effets néfastes du soleil ;
♣ Rétablir la structure de la couche cornée ;
♣ Rétablir le FHL ou en pallier l’insuffisance ;
♣ Restaurer la fluidité des membranes cellulaires et améliorer la
microcirculation cutanée pour augmenter les échanges ;
♣ Stimuler l’activité mitotique de l’épiderme ;
♣ Agir sur la JDE pour améliorer le relief cutané ;
♣ Stimuler l’activité de synthèse des fibroblastes ;
♣ Inhiber l’action des enzymes responsables de la dégradation des fibres
constitutives du derme ;
♣ Freiner la glycation des protéines dermiques ;
♣ Diminuer l’intensité des taches pigmentaires, si elles existent.

Conseils :

Prévention et réparation doivent être associées.

La prévention doit s’exercer dès que possible selon trois grands axes :

 Protéger sa peau du soleil ;


 Nettoyer et hydrater soigneusement sa peau matin et soir ;

271
 Agir sur son mode de vie.
Tous les matins, renforcer les défenses cutanées en appliquant sur le visage et
sur le cou une crème « anti-âge » protectrice, hydratante, « nourrissante »,
raffermissante , revitalisante .
Le soir, stimuler les mécanismes naturels de réparation en appliquant une
crème de nuit relipidante , restructurante et rééquilibrante , de préférence
E/H .
Utiliser des produits spécifiques pour les zones fragiles :
 Contour de l’œil : dès 20-25ans ;
 Contour des lèvres : dès 35-40ans ;
 Cou et décolleté : à partir de 45-50ans.
Faire régulièrement des cures de sérum raffermissant , revitalisant , hydratant
à appliquer matin et soir avant la crème pendant un mois , notamment aux
changements de saison .En saison froide , une huile de soin est appréciée
pour le confort qu’elle procure.

La pose d’un masque-crème hydratant, « nourrissant », revitalisant et


raffermissant est recommandée deux fois par semaine ou plus si besoin.

272
Conclusion :
Notre visage subit chaque jour des agressions liées à l'environnement et au
processus naturel du vieillissement. Afin que notre peau puisse garder toute sa
souplesse, sa fermeté et son éclat, il est essentiel de bien la connaitre et d’en
prendre soin de manière appropriée à l’aide des soins adaptés, enrichis en
principes actifs et fortement concentrés pour prolonger les effets des soins.
Dans ce travail, nous avons constaté que la dermocosmétologie est devenue une
véritable science, dans laquelle la formulation toujours plus sophistiquée induit
l’utilisation de plus en plus d’actif et d’excipient. Une attention particulière a été
donnée à l’étude minutieuse des formes galéniques, des actifs cosmétiques et des
excipients utilisés.

Les « actifs » cosmétiques sont extrêmement nombreux et le marché des


cosmétiques reposant, en grande partie, sur la nouveauté.

Le monde des cosmétiques est bel et bien un sujet en pleine effervescence et au


centre de centaines de drames. Un sujet qui nous paraissait pourtant très banal
est devenu pour nous un sujet complexe avec beaucoup de manchettes de tout
genre. Cependant, la mauvaise utilisation des produits cosmétiques jette
l’éclairage sur des problèmes de santé énormes.

Il est donc fondamental que le pharmacien d’officine valorise son rôle de conseil
et d’interlocuteur privilégié et que l’utilisateur sache que ses interrogations
trouveront, avec certitude, des réponses compétentes auprès de lui.

273
Résumé :
Titre : Les produits cosmétiques pour les soins du visage
Mots clés : Peau, les produits cosmétiques, réglementation, soins du visage
Auteur : NADIA ELKASSOUANI

L'objectif de ce travail est de développer des parties traitant la peau en général


et celle du visage en particulier ainsi que l’étude des produits cosmétiques
utilisés.

Une présentation succincte des différents tissus constitutifs de la peau et de leurs


propriétés a permis de connaitre les principales caractéristiques de la peau du
visage.
Dans ce travail, une attention particulière a été donnée à l’étude minutieuse des
formes galéniques, des actifs cosmétiques et des excipients utilisés.
La recherche concernant les « actifs » en général est extrêmement dynamique et
l’évolution, tant dans la nature des concepts que dans celle des molécules mises
sur le marché, est constante.
Les produits cosmétiques font partie des soins de visage. Leur formulation doit
répondre à des critères de stabilité et d'innocuité précis et codifiés. En effet, ces
produits ne sont pas des médicaments puisqu’ils n’ont pas une action
thérapeutique, mais une action physiologique limitée à l’enveloppe cutanée. Ils
sont soumis à une réglementation très stricte, tant au niveau national,
qu’européen.

Au Maroc, une circulaire du Ministère de la Santé oblige maintenant les


fabricants et les importateurs à enregistrer leurs produits cosmétiques avant toute
commercialisation dans le pays.

Le monde des cosmétiques est bel et bien un sujet en pleine effervescence.


Cependant, la mauvaise utilisation des produits cosmétiques jette l’éclairage sur
des problèmes de santé énormes. Une connaissance approfondie de ces produits
reste indispensable, particulièrement par les professionnels de la santé afin de
274
tirer le meilleur de ces produits mais surtout d’accroitre la vigilance et préserver
la santé des citoyens. Elle permettra aussi de contribuer à l’enrichissement des
données scientifiques de la formulation des dermocosmétiques pour soins du
visage.

275
Summary:
Title: Cosmetic products for face care
Keywords : Skin , cosmetics , regulation, facials
Author: NADIA ELKASSOUANI

The objective of this work is to develop parts dealing skin in general and
especially of the face as well as the study of cosmetics.

A summary of the various constituent tissues of the skin and their properties has
to know the main features of the facial skin.

In this work, special attention was given to the careful study of dosage forms,
cosmetic active agents and excipients used.

Research on the "active" in general is very dynamic and changes in both the
nature of the concepts in the molecules placed on the market is constant.

Cosmetics are part of facials. Formulation must meet the stability criteria and
specific safety and codified. In fact, these products are not medecines because
they do not have a therapeutic effect, but limited to the physiological action skin
envelope . They are subject to strict regulations, both at national level and
European level.

In Morocco, a circular from the Ministry of Health now requires manufacturers


and importers to register their cosmetic products before marketing in the
country.

The world of cosmetics is indeed a subject in full swing. However, improper use
of cosmetics throws light on problems of enormous health. A thorough
knowledge of these products is essential , particularly by health professionals to
make the most of these products but also to increase vigilance and protect the
health of citizens. It will also contribute to improving the scientific formulation
of dermo for facial data.

276
‫ــــــــ‪:‬‬
‫ات ا 

 ‬ ‫اان ‪:‬‬
‫ا
ت ا ‪ :‬ا‪ ،‬ات ا‪
 ،‬ت  ‪
 --‬ات ا
‬

‫اـــ
‪$‬ــــ" ‪ :‬ــدــــ اــــــ ــــاــــــــــــ‬

‫ا!ف  ها ا ه آ ا  ا   م و 


ا وآ* درا' &‪#$%‬ات‬

‫ا ا&‪.+‬‬

‫‪ 78‬ها ا ‪ 45 ،‬إ‪ .‬ء اه م ص إ‪ 0‬درا' ا‪ #


/‬ا‪ ./‬و&‪#$%‬ات ا و ا&ا‪ -‬ت‬
‫ا&‪.+‬‬

‫ا‪"  9%:‬ا‪ 78 "</‬د@‪  /‬و ا‪#C‬ات ‪ 78‬آ  ‪ :B‬ا ه‪ 4‬وا‪ ?@A‬ت > = ‪.‬‬

‫&‪#$%‬ات ا ه‪A 7‬ء  ا‪#5 .  @ /‬آ‪ G@ !:‬أن ‪ #@  78&5‬ا&‪ 78 .D‬اا‪،HI‬‬
‫ه‪ M‬ا‪ /‬ت &= أدو@ ‪ ، 7D #>K5 4!@ L‬و ‪#5‬آ‪ 0 # J5 !:‬ا‪ H$+5 .‬ه ‪5‬‬
‫ا‪ /‬ت ‪J‬ا‪
P‬ر ‪' ،‬اء ‪ 0‬ا&ى ا‪ 7/B‬أو ا&ى ا‪N‬ورو‪. 7‬‬

‫‪ 78‬ا‪#C‬ب ‪ ،‬وزارة ا ‪ #:5 %‬ا ‪ /‬و ا&رد@ ‪ 4!5 / &5‬ا ‪ :I‬ا&@‪78 T‬‬
‫ا‪D:‬د‪.‬‬

‫ ‪#$%& 4‬ات ا ه ‪ 78‬اا‪W HI‬ع ‪I 0‬م و' ق ‪ .‬و‪ H‬ذ* ‪ ،‬إ' ءة ا' ل‬
‫&‪#$%‬ات ا @‪ 7J‬ا‪$‬ء ‪  0‬آ
‪ 8# . %‬ه‪ M‬ا‪ /‬ت أ‪#W #‬وري ‪ ' Z ،‬‬
‫ ‪ :I‬ا!‪ /‬ا ‪ 'D %‬دة  ه‪ M‬ا‪ /‬ت و أ@‪ @A $‬دة ا‪ ]J‬و \ @
‪%‬‬
‫اا‪./B‬‬

‫‪277‬‬
REFERENCES
BIBLIOGRAPHIQUES

278
Bibliographie
[1] CEDEF : Collège des Enseignants de Dermatologie en France, Histologie de
la peau et des ses annexes, Mai 2011

[2] DERRICKSON B, TORTORA G.-J. Le système tégumentaire, In :


DERRICKSON B., TORTORA G.-J., Manuel d’anatomie et de physiologie
humaine, De Boeck, Bruxelles, 2009 : 95-109.

[3] DUBOIS J. La peau. De la santé à la beauté, Privat, Toulouse, 2007.

[4] MARTINI M.-C. Cosmétologie masculine, Tec & Doc, Paris, 2009.

[5] MARTINI M.-C. Introduction à la dermopharmacie et à la cosmétologie,


3èmeédition, Editions Médicales internationales, Cachan, 2011.

[6] MARTINI M.-C., PEYREFITTE G. Esthétique Cosmétique. CAP. BP/Bac


Pro, Masson, Paris, 2008.

[7] PEYREFITTE G. Esthétique-Cosmétique. Tome 1. Biologie. BTS


Esthétique-cométique, Masson, Paris, 2005.

[8] ANDRE P., FLECHET M.-L. Le guide santé et beauté de la peau, Odile
Jacob, Paris, 1997.

[9] BEYLOT C. Vieillissement cutané. Prévenir – Corriger – Rajeunir,


Med’Com, Paris, 2007.

[10] HERNANDEZ M., MERCIER-FRESNEL M.-M. Dictionnaire


d’esthétique-cosmétique, Maloine, Paris, 2009.

[11] MOREL P. Le visage, In : HAGEGE J.-C., MOREL P., Le guide pratique


de la beauté, Odile Jacob, Paris, 2004 : 20-137.

[12] POMAREDE N. Une belle peau mode d’emploi, Marabout, Paris, 2003.

279
[13] ESTRADE M.-N. Conseil en cosmétologie, 2ème édition, Groupe Liaisons
SA, Rueil-Malmaison, 2006.

[14] Humbert PH, Bombalc , Mac Marys . Differences in biophysical properties


of the skin between men and women congress of skin in health and disease the
non invasive approach , Paris , June 2002

[15] Tidman Mj , Eady RA. Ultrastructural morphometry of normal human


dermla epidermal junction . The influence of age , sex and body region on
laminar and non laminar components . J invest Dermatol 1984 ;83 , 448-453 p.

[16] Shuster S , Black MM , Mac Vitie E. The influence of age and sex on skin
thickness, skin collagen and density .Br J Dermatol 1975; 93 : 639-643 p.

[17] Cooke Jp , Creager MA , Osmundson PJ , Shepherd JT . Sex differences in


control of cutaneous blood flow. Circulation 1990 ; 82 : 1607-1615p

[18] Blaner M, Vaalasti A , Pauli SL , Ylikomi T , Joensuu T , Tuohima P .


Location of androgen receptor in human skin. J invest Dermatol 1991 ; 97 : 264-
268p

[19] Choudhry R, Hodgins MB , Van der Kwast TH , Brinkmann AO , Boersma


Wj . Localisation of androgen receptors in human skin by
immunohistochemistry :implication for glands and sweat glands . J endocrinol
1992; 133: 467-475p

[20] Aboudharam D . La peau de l’homme .Paris : editions D Rase, 1983

[21] Cua AB, Wilhen KP , Maibach HI . Skin surface lipid and skin friction:
relation to age, sex and anatomic region .Skin Pharmacol 1995;8:246-251p

[22] Thiboutot D , Martin P , Volikos L , Gilliland K . Oxydative activity of the


type 2 of the 17 hydroxydeshydrogenase predominantes in human sebaceous
glands. J invest Dermatol 1998; 11: 390-395p

[23] Pochi P , Strauss JS . Endocrinologiec control of the development and


activity of the human sebaceous gland . J invest Dermatol 1974 ; 62 : 191-201p

280
[24] Shen HM, Chao SC , Wong TW , Lee JY , Tsai JC . Human skin surface
lipid film : an ultrastructural study and interactions with corneocytes and
intercellular lipid lamellae of the stratum corneum . Br J Dermatol 1999;140:
385-391p

[25] Tegner E : Sex differences in skin pigmentation illustrated in art . Am J


Deamatopathol 1992;14:283-287p

[26] Annales Dermatologie Venerelogie 2005; 132:8S49-68.

[27] Marie-Noëlle Estrade, Conseil en cosmétologie 2éme édition, 2006, 88p

[28] Hadgraft J, Lane ME: Skin permeation: the years of


enlightenment.
International Journal Pharmaceutical, 2005, 305: 2-12.
[29] Barry BW: Novel mechanisms and devices to enable successful
transdermal drug delivery.
European Journal of Pharmaceutical Sciences 14 (2001) : 101-114.
[30] Agache P, Panisset F, Pirot F. Absorption cutanée. Encycl.
Med. Chir. (Paris-France), Dermatologie, 1995, 12-235-C-30, 10pages.
[31] Cartlidge P The epidermal barrier. The newborn skin, Semin
Neonatal, 2000, 5: 273-280.
[32] Rutter N Applied physiology: the newborn skin.
Current Paediatrics, 2003, 13: 226-230.
[33] Roskos KV, Maibach HI , Guy RH The effect of aging on
percutaneous absorption in man.
J Pharmacokinet Biopharm, 1989, 17: 617-630.
[34] Schaefer H Aging/influence on percutaneous absorption.
Pharmacol Res, 1995, 31:307.
[35] A. Rougier, D. Dupuis, C. Lotte, R. Roguet, R. C. Wester, H. I. Maibach
Regional variation in percutaneous absorption in man : measurement
by the stripping method. Arch Dermatol, 1986, 278: 465-469.

281
[36] Wester RC, Maibach HI : Regional variation in percutaneous
absorption.
In: RL Bronaugh and HI Maibach (Eds),
Percutaneous Absorption : Mechanism Methodology Drug Delivery,
Marcel Dekker, New York, 1980, pp 111-120.
[37] Nyqvist-Mayer AA, Brodin AF, Frank SG
Drug release studies on an oil-water emulsion based on a eutectic
mixture of lidocaine and prilocaine as the dispersed phase.
J Pharm Sci, 1986, 75: 365-373.
[38] Surber C, Smith E.
The vehicle: the pharmaceutical carrier of dermatological agents. In:
G Gabard, P Elsner, C Surber, P Treffel P. Dermato-pharmacology of
topical preparations: a product-development-oriented approach. Berlin,
Springer, 2000 : 5-21.
[39] Wehrlé P., 2007. Pharmacie galénique : Formulation et technologie
pharmaceutique. Paris: Maloine, 359 p.
[40] Cevc, G; Schätzlein, A; Blume, G; (1997) Transfersomes-mediated
transepidermal delivery improves the regio-specificity and biological
activity of corticosteroids in vivo. Journal of Controlled
Release 1997, 45: 211-216.
[41] Ijeoma F. Uchegbu, Alexander T. Florence Non-ionic surfactant
vesicles (niosomes): Physical and pharmaceutical chemistry Adv
Colloid Interface Sci, 1995, 58 : 1-55.
[42] Polizelli MA, Nicoletti Telis VR, Amaral LQ, Feitosa E Formation
and characterization of soy bean oil/surfactant/water microemulsions.
Colloids and Surfaces A: Physicochem Eng Aspects, 2006, 281: 230-
236.
[43] Zhu W, Yu A, Wang W et al.
Formulation design of microemulsion for dermal delivery of
penciclovir. Int J Pharm, 2008, 260: 184-190.

282
[44] Morganti P, Ruocco E, Wolf R, Ruocco V
Percutaneous absorption and delivery systems. Clin Dermatol,
2001, 19: 489-501.
[45] Walters KA. Penetration enhancers and their use in transdermal
therapeutic systems.In: J Hadgraft, RHGuy. Transdermal drug
delivery: developmental issues and
research initiatives. New York,Marcel Dekker, 1989 : 197-246.
[46] Williams AC, Barry BB Penetration enhancers.
Adv Drug Deliv Rev, 2004, 56: 603-618.
[47] Bach M, Lippold BC Percutaneous penetration enhancement and
its quantification.
Eur J Pharm Biopharm, 1998, 46 : 1-13.
[48] Aqil M, Ahad A, Sultana Y, Ali A Statusof terpenes as skin
penetration enhancers.
Drug Discov Today, 2007, 12: 1061-1067.
[49] Hayden CG, Roberts MS, benson HA Systemic absorption of
sunscreen after topical application.
Lancet, 1997, 350: 863-864.
[50] Fernandez C, Marti-Mestres G, Ramos J,
Maillols H LC analysis of benzopherone-3 : II application to
determination of ’in vivo’ and ’in vivo’ skin penetration from solvents,
coarse
and submicron emulsions.
J Pharm Biomed Anal, 2000, 24: 155-165.
[51] Varvaresou A Percutaneous absorption of organic sunscreens. J
Cosmet Dermatol, 2006, 5: 53-57.
[52] Tauber U.Drug metabolism in the skin : advantages and
disadvantages.In: J Hadgraft, RH Guy. Transdermal drug delivery :
developmental issues and research initiatives. New York,
Marcel Dekker, 1989 : 99-112.
[53] Denyer SP, McN abb C.Microbial metabolism of topically applied
drugs.
In: J Hadgraft, RH Guy RH. Transdermal drug delivery: developmental

283
issues and research initiatives.
New York, Marcel Dekker, 1989: 113-134.
[54] Williams FM In vitro studies – how good are they at replacing in
vivo studies for measurement of skin absorption?
Env Toxicol Phamacol, 2006, 21: 199-203.
[55] SCCP/0970/06, Opinion on basic criteria for the in vivo
assessment of dermal absorption of cosmetic ingredients, update March
2006, Adopted by the SCCP during the 7th plenary of 28 March 2006
[56] Organization for Economic Cooperation and development (OECD),
Test Guideline 428: Skin absorption : in vitro method. Adopted on
13th April 2004, Paris, France.
[57] Franz TJ Percutaneous absorption on the relevance of in vitro
data.
J Invest Dermatol, 1975, 64 : 190-195.
[58] Franz TJ, the Finite dose technique as a valid in vitro model for
the study of percutaneous absorption in man.
Curr Prob Dermatol, 1978, 7: 58-68.
[59] Bartek MJ, La Budde JA, Maibach HI Skin permeability in vivo:
comparison in rat, rabbit, pig and man.
J Invest Dermatol, 1972, 58: 114-123.
[60] van Ravenzwaay B, Leibold E The significance of in vitro rat skin
absorption studies to human risk assessment.
Toxicol In Vitro, 2004, 18 : 219-225.
[61] Davies DJ, Ward RJ, Heylings JR Multi-species assessment of
electrical resistance as a skin integrity marker for in vitro percutaneous
absorption studies.
Toxicol In Vitro, 2004, 18: 351-358.
[62] Sartorelli P, Andersen HR, Angerer J et al.
Percutaneous penetration studies for risk assessment. Env Toxicol
Phamacol, 2000, 8: 133-152.

284
[63] Hadgraft J Skin deep.
Eur J Pharm Biopharm, 2004, 58: 291-299.
[64] Loi n°2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé
publique. JORF n°185 du 11 août 2004, p. 14277 (NOR
SANX0300055L).
[65] Décret n° 2006-477 du 26 avril 2006 modifiant le chapitre Ier du
titre II du livre Ier de la première partie du code de la santé publique
relatif aux recherches biomédicales (dispositions
réglementaires) J. O.R.F. du 27 avril 2006.
[66] Wester RC, Maibach HI In vivo methods for percutaneous
absorption measurements.
In: RL Bronaugh and HI Maibach (Eds), Percutaneous Absorption,
Marcel Dekker, New York, 1985, pp 245-249.
[67] Rougier A, Dupuis D, Lotte C et al.
In vivo correlation between stratum corneum reservoir function and
percutaneous absorption. J Invest Dermatol, 1983, 81 : 275-278.
[68] Rogiers V, Balis M, Basketter D et al.
The potential use of non-invasive methods in the safety assessment of
cosmetic products. ATLA, 1999, 27: 515-537.
[69] Jacobi U, Weigmann HJ, Ulrich J et al.
Estimation of the relative stratum corneum amount removed by tape
stripping. Skin Res
Technol, 2005, 11: 91-96.
[70] Yano T, Nakagawa A, Tsuji M, Noda K Skin
permeability of various non-steroidal anti-inflammatory drugs in
man. Life Sci, 1986, 39 : 1043-1050.
[71] Hinz RS, Lorence CR, Hodson CD et al.
Percutaneous penetration of para-substituted phenols in vitro. Fundam
Appl Toxicol, 1991, 17: 575-583.
[72] Mary S, Muret P, Makki S et al.
Une nouvelle technique d’investigation en biologie cutanée la

285
microdialyse.
Ann Dermatol V? R? 1999, 126:66-70.
[73] Dykes PJ, Pearse AD.
Basics on clinical safety testing.
In: G Gabard, P Elsner, C Surber, P Treffel-P. Dermatopharmacology
of topical preparations: aproduct development-oriented approach.
Berlin, Springer, 2000: 79-94.
[74] Hutchinson, P.J., M.T. O'Connell, P.G. al-Rawi, et al. Clinical cerebral
microdialysis determining the true extracellular concentration. Acta Neurochir
Suppl, 2002, 81: 359-62.

[75] Marie –Noëlle Estrade ; « conseil en cosmétologie 2éme édition » ; 2006 ;


page : 23-24.

[76] CH ROUGET ; Archives de physiologie normale et pathologique ; page :


674
[77] Jean-Michel Amici ; « chirurgie dermatologique » ; page : 18
[78] Jansen T, Plewig G, Kligman AM. Pathophysiology of acne. Dermatol
Ther 1998 ; 6 : 7-17
[79] White M. Recent findings in the epidemiologic evidence, classification,
and subtypes of acne vulgaris. J Am Acad Dermatol 1999 ; 39 : 34-37
[80] Furnas DW.Festoons of orbicularis muscle as a cause of baggy eyelids
,Plast Reconstr Surg 1987 ;61(4):540-6

[81] Joseph Jacob PLENCK, les maladies de la peau , 2005


[82] Beylot C. Vieillissement cutané : prévenir, corriger, rajeunir. MED’COM
2007 p 13-27.
[83] Halachimi S, Yaar M, Gilchrest BA. Avancées dans le domaine du
vieillissement cutané et du photovieillissement. Ann Dermatol Venereol
2005;132:362-7.
[84] Sugimoto M, Yamashita R, Ueda M. Telomere length of the skin in
association with chronological aging and photoaging J Dermatol Sci
2006;43:43-7.
[85] Rabe H, Mamelak AJ, McElgunn PJS, Morison WL, Sauder DN.
Photoaging: mechanisms and repair. J Am Acad Dermatol 2006;55:1-19.
[86] Ma YS, Wu SB, Cheng JS, Wei YH. Response to the increase of oxidative
stress and mutation of mitochondrial DNA in aging. Biochim Biophys Acta

286
2009 (Epub).
[87] Cribier B. La Rosacée. Paris: Masson; 2002.
[88] Cribier B. Rosacée. In: 33 nouveaux concepts et méthodes. Paris: éditions
LC et Scientifiques; 2006. p. 18-21.
[89] Bergbrant IM, Faergemann J. Seborrhoeic dermatitis and Pityrosporum
ovale: a cultural and immunological study. Acta Derm Venereol 1989;
69:332-5.
[90] Burton JL, Pye RJ. Seborrhoea is not a feature of seborrhoeic dermatitis.
BMJ 1983; 286:1169-70.
[91] Hale EK, Bystryn JC. Relation between skin temperature and location of
facial lesions in seborrheic dermatitis. Arch Dermatol 2000;136: 559-60.
[92] Simonetti O, Hoogstraate AJ, Bialik W et al. Visualization of diffusion
pathways across the stratum corneum of native and in-vitro-reconstructed
epidermis by confocal laser scanning microscopy. Arch Dermatol Res 1995;
287: 465-73.
[93] Potts R, Guy R. Predicting Skin Permeability. Pharm Res 1992; 9: 663-9.
[94] Yamashita F, Hashida M. Mechanistic and empirical modeling of skin
permeation of drugs. Adv Drug Deliv Rev 2003; 55: 1185-99.
[95] AIACHE J.-M., MARTINI M.-C., SEILLER M. et al. Formes
pharmaceutiques pour application locale, Tec & Doc, Paris, 1996.
[96] AMDIDOUCHE-HUSSAIN D., ARNAUD Ph., BEGU S. et al. Pharmacie
galénique, formulation et technologie pharmaceutique, Maloine, Paris, 2007.
[97] BROSSARD D., CHAUMEIL J.-C., LE HIR A. Pharmacie galénique,
Bonnes pratiques de fabrication des médicaments, 9ème édition, Masson, Issy-
les-Moulineaux, 2009.
[98] Villette B et Baran R. Définition du cosmétique : frontières entre
cosmétiques et médicaments. Encycl Méd Chir (Editions Scientifiques et
Médicales Elsevier SAS, Paris) Cosmétologie et Dermatologie esthétique, 50-
080-A-10, 2000, 3 p.
[99] Epstein H. Factors in formulating cosmeceutical vehicules. Cosmet Toilet
1997; 112:91-99
[100] Joubert JP, Chesne C, Marty JP. Produits cosmetiques et tests sur les
animaux : quelles perspectives ? M »d Lég Hosp 1999 ; 2 :86-87
[101] Kligman AM. Cosmeceuticals as a third category. Cosmet Toilet 1998 ;
113:33-40
[102] Masson P. L’EEMCO, garant de l’evaluation des cosmetiques

287
.Cosmetologie 1996 ;12 :47-48
[103] Poli F.Reglementation des cosmetiques .Bull Esthetique Dermatol
Cosmétol 1994 ;65 :364-367
[104] Reynier JP. La cosmetologie de soin :cosméceutiques .Bull Esthétique
Dermatol Cosmétol 1990 ;61 :7-12
[105] Vermeer BJ,Gilchrest B. Cosmeceuticals .A proposition for rational
definition evaluation and regulation .Arch Dermatol 1996;132:337-140
[106] Waleski MC. Letter to the editor. Cosmet Toilet 1996 ; 116:8
[107] Règlement (CE) n°1907/2006 du Parlement européen et du Conseil du 18
décembre 2006 concernant l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des
substances chimiques, ainsi que les restriction applicables à ces substances
(REACH), instituant une agence européenne des produits chimiques, publié au
JO n°L396/1 du 30/12/2006
[108] MARTINI M-C, Introduction à la dermopharmacie et à la cosmétologie,
3ème édition, Lavoisier, Paris, 2011 : Chapitre 1,« Législation », 1-12.
[109] MORILLON F, Le livre vert de la Cosmétique Bio, le Courrier du Livre,
Paris, 2008 : Chapitre 5, 85-100.
[110] ROUSSELLE C, POCHET A. Evaluation de la sécurité d’un ingrédient
cosmétique, In : MARTINI M-C, SEILLER M. Actifs et additifs en
cosmétologie, 3ème édition, Lavoisier, Paris, 2006 : 35-48.
[111] FOURNIAT J. Conservateurs antimicrobiens, In : MARTINI M-C,
SEILLER M. Actifs et additifs en cosmétologie, 3ème édition, Lavoisier, Paris,
2006 : 763-807.
[112] Synthèse de la législation de l’UE, Directive cosmétique européenne
76/768/CEE et ses 7 actes modificatifs, site Europa,
URL:
http://europa.eu/legislation_summaries/food_safety/animal_welfare/l21191_fr.ht
m
[113] Règlement (CE) N° 1223/2009 du Parlement européen et du Conseil du
30 novembre 2009, relatif aux produits cosmétiques (refonte), publié au JO
n°L342/59 du 22/12/09, site Europa, URL:
http://eurlex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:342:0059:02
09:FR:PDF
[114] AU MAROC : http://pharmacies.ma/PDF/circulaire48.pdf
[115] Articles L5131-1 à 11 du Code de la santé publique, site Légifrance
URL:http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=45B219A9DD912
8DFF7B9E0DE5B69D7D4.tpdjo10v_3?idSectionTA=LEGISCTA00000617137
4&cidTexte=LEGITEXT000006072665&dateTexte=20110915
288
[116] Cosmétovigilance, dossier de l’ANSM, site de l’ANSM
http://ansm.sante.fr/Declarer-un-effet-indesirable/Cosmetovigilance/La-
cosmetovigilance-au-niveau-europeen/(offset)/1
[117] Code de la consommation, site Légifrance
URL:http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?cidTexte=LEGITEXT00000
6069565&dateTexte=20111007
[118] MARTINI M-C, Introduction à la dermopharmacie et à la cosmétologie,
3ème édition,Lavoisier, Paris, 2011 : Chapitre 30, « Sécurité des produits
cosmétiques etcosmétovigilance », 459-469.
[119] AIACHE J.-M., MARTINI M.-C., SEILLER M. et al. Formes
pharmaceutiques pour application locale, Tec & Doc, Paris, 1996.
[120] AMDIDOUCHE-HUSSAIN D., ARNAUD Ph., BEGU S. et
al. Pharmacie galénique, formulation et technologie pharmaceutique, Maloine,
Paris, 2007.
[121] BROSSARD D., CHAUMEIL J.-C., LE HIR A. Pharmacie galénique,
Bonnes pratiques de fabrication des médicaments, 9ème édition, Masson, Issy-
les-Moulineaux, 2009.
[122] DUBOIS J. La peau. De la santé à la beauté, Privat, Toulouse, 2007.
[123] MARTINI M.-C. Cosmétologie masculine, Tec & Doc, Paris, 2009.
[124] MARTINI M.-C. Introduction à la dermopharmacie et à la cosmétologie,
3èmeédition, Editions Médicales internationales, Cachan, 2011.
[125] MARTINI M.-C., PEYREFITTE G. Esthétique Cosmétique. CAP.
BP/Bac Pro, Masson, Paris, 2008.
[126] WITTNER L. Bien choisir vos cosmétiques. Comment préserver votre
peau et votre santé, Editions Médicis, Paris, 2009.
[127] Lexique cosmétique. L’Observatoire des cosmétiques web site – URL :
http://www.observatoiredescosmetiques.com/actualite/Lexique-cosmetique-
1.html –août 2011
[128] Actualités pharmaceutiques, N°493, Février 2010
[129] Actualités pharmaceutiques, N°503, Février 2011
[130] Actualités pharmaceutiques, N°494, Mars 2010
[131] Actualités pharmaceutiques, N°506, Mai 2011
[132] Actualités pharmaceutiques, N°512, Janvier 2012
[133] Actualités pharmaceutiques, N°496, Mai 2010

289
[134] Actualités pharmaceutiques, N°501, Décembre 2010
[135] Actualités pharmaceutiques, N°507, Juin 2011
[136] DUBOIS J. La peau. De la santé à la beauté, Privat, Toulouse, 2007.
[137] ESTRADE M.-N. Conseil en cosmétologie, 2ème édition, Groupe
Liaisons SA, Rueil-Malmaison, 2006.
[138] HILL SYLVESTRE M.-P. La peau – La dermatologie au service de la
beauté, Ellipses, Paris, 1997.
[139] MARTINI M.-C., PEYREFITTE G. Esthétique Cosmétique. CAP.
BP/Bac Pro, Masson, Paris, 2008.
[140] Coutable J. Les actifs en dermocosmétologie. Actual Pharma 1991;
289:44-8.
[141] Saurel V. La cosmétique active. Cosmétologie 1996;11:7-10.
[142] Feingold KR. Permeability barrier homeostasis: its biochemical basis and
regulation. Cosmet Toilet 1997;112:49-59.
[143] Solabia. www.solabia.fr.
[144] Basset F, Chavigny C. Dossier report. 28 sociétés présentent leurs
nouveautés. Parf Cosmét Actual 2001;158:118-34.
[145] Griesbach U. Proteins: classic additives and actives for skin and hair care.
Cosmet Toilet 1998;113:69-73.
[146] Hart J. Oat fractions. Cosmet Toilet 1998;113:45-52.
[147] Huc A. Le collagène de poisson. In: Martini MC, Seiller M, editors. Actifs
et additifs en cosmétologie. Paris: Tec & Doc Lavoisier; 2006.
[148] Seporga. www.seporga.fr.
[149] Rieger M. Hyaluronic acid in cosmetics. Cosmet Toilet 1998;113: 35-42.
[150] Stern R. Hyaluronic acid and skin. Cosmet Toilet 1998;113:43-8.
[151] Jaquot C. Le chitosane. In: Martini MC, Seiller M, editors. Actifs et
additifs en cosmétologie. Paris: Tec & Doc Lavoisier; 2006.
[152] Pauli M. Galactomannans and xyloglucans. Bioactive polysaccharides.
Cosmet Toilet 1999;114:65-78.
[153] Sederma. www.croda.com.
[154] Pauly M. Glycocéramides. Cosmet Toilet 1995;110:49-56.
[155] Rieger M. Ceramides. Their promise in skin care. Cosmet Toilet 1996;
111:33-45.
[156] Gassenmeyer T. Some aspects of refating the skin. Cosmet Toilet 1998;
113:89-92.
[157] Anonyme. Vu aux salons. Parf Cosmét Actual 2002;165:84-96.
[158] Anonyme. Dossier report. Innovations 2005. Parf Cosmét Actual 2005;

290
182:90-137.
[159] Dreyfus E, Gougerot A. Vieillissement : les cosmétiques s’attaquent au
phénomène de glycation du collagène. Cosmétologie 1997;16:24.
[160] Fauvet-Messat I, Martini MC. Les alpha hydroxy acides. In: Martini MC,
Seiller M, editors. Actifs et additifs en cosmétologie. Paris: Tec & Doc
Lavoisier; 1999. p. 299-317.
[161] Tucci MG. Alpha-hydroxyacids derivatives. Cosmet Toilet 1998;113: 55-
8.
[162] Martini MC. Filtres et écrans solaires. In: Martini MC, Seiller M, editors.
Actifs et additifs en cosmétologie. Paris: Tec & Doc Lavoisier; 2006.
[163] Schauder S, Ippen H. Contact and photocontact sensitivity to sunscreens.
Review of a 15-year experience and of the literature. Contact Dermatitis
1997;37:221-32.
[164] Millet J. Matières premières produites par l’abeille. In: Martini MC,Seiller
M, editors. Actifs et additifs en cosmétologie. Paris: Tec & Doc Lavoisier; 2006.
[165] Lintner K. Purified plant extracts. Cosmet Toilet 1998;113:67-73.
[166] Schar MP. Can natural materials really be natural? Eurocosmetics 1999;
7:39-44.
[167] Silab. www.silab.fr.
[168] Gattefosse. www.gattefosse.com.
[169] A.M.I. www.albanmuller.fr.
[170] Koh KC. The role of vitamins in the new high performance cosmetics.
Eurocosmetics 1999;7:36-8.
[171] Zulli F. Carboxymethylated b-(1,3)glucan. Cosmet Toilet 1996;111:91-8.
[172] Pasche-Koo F, Claeys M, Hauser C. Contact urticaria with systemic
symptoms caused by bovine collagen in a hair conditioner. Am J Contact
Dermat 1996;7:56-7.
[173] Tomatis I. Biopeptides et immunité. In: Martini MC, Seiller M, editors
Actifs et additifs en cosmétologie. Paris: Tec & Doc Lavoisier; 1999. p. 245-9.
[174] Anonyme. La biokine-6 : un inducteur de l’interleukine-6 pour une
nouvelle réponse au vieillissement cutané. Cosmétologie 1999;22 (page
publicitaire).
[175] Monsan P, Auriol D. Oligosaccharides et immunité. In: Martini MC,
Seiller M, editors. Actifs et additifs en cosmétologie. Paris: Tec & Doc
Lavoisier; 1999. p. 251-6.
[176] Terrisse I. Actifs pour peaux grasses et à tendances acnéiques. In: Martini
MC, Seiller M, editors. Actifs et additifs en cosmétologie. Paris: Tec & Doc
Lavoisier; 2006.

291
[177] International Cosmetic Ingredients Dictionary. Washington: Ed CTFA;
1998.
[178] Le Hir A. Pharmacie galénique. Bonnes pratiques de fabrication des
médicaments. Paris: Masson; 1997.
[179] Pantani G, Ingoglia R. Nouveau perfluoropolyéther phosphate. Parf
Cosmet Actual 2001;157:76-9.
[180] Anonyme. Dossier report. Innovations. Parf Cosmet Actual 2005;182: 90-
134.
[181] Chavigny C, Basset F. Cosmetics Barcelone. Parf Cosmet Actual 2000;
153:56-65.
[182] Karleskind A. Manuel des corps gras. Paris: édition Tec & Doc Lavoisier;
1992.
[183] Anonyme. Vu aux salons. Parf Cosmet Actual 2002;165:84-96.
[184] Eastman. www.eastman.com.
[185] Bobin MF, Suzza C, Martini MC. Using fluorinated compounds in topical
preparations. Cosmet Toilet 1996;111:47-62.
[186] Gattefosse. www.gattefosse.fr.
[187] Maugat C, Bobin MF, Martini MC. Study of PEG-6 esters as excipients in
topical formulations. Abstracts of symposium APGI: Lipid and surfactants
dispersed systems. Moscow, september. 1999.
[188] Henkel. www.henkel.com.
[189] Mautrait C, Raoult R. Excipient partiel : l’alcool cétylique. Off Pharm
1995;20:31.
[190] Dorvault F. L’offıcine. Paris: Vigot; 1995.
[191] Croda. www.croda.com.
[192] Mautrait C, Raoult R. Excipients exclusifs et partiels : Les CETIOLS. Off
Pharm 1995;17:31-2.
[193] Basset F, Chavigny C. Dossier report: 28 sociétés présentent leurs nou
veautés. Parf Cosmet Actual 2001;158:118-34.
[194] Kameshwarl V, Mistry ND. Sensory properties of emollients. Cosmet
Toilet 1999;114:45-51.
[195] Dow Corning. www.dowcorning.com.
[196] SEPPIC. www.seppic.com.
[197] IFSCC. Enthousiasme, science, imagination. Parf Cosmet Actual
2000;155:33-42.
[198] ATOCHEM. www.elfatochem.fr.
[199] Malinverno G. Perfluoro polymethylisopropyl ether. Cosmet Toilet
1999;114:53-62.

292
[200] Basset F. Dossier report: 21 sociétés présentent leurs nouveautés. Parf
Cosmet Actual 2002;164:114-35.
[201] Raynal C. Excipients récents pour formulations d’aujourd’hui. Off Pharm
1994;2:22-3.
[202] Raynal C. Connaître et savoir choisir les excipients adaptés. Off Pharm
1994;1:22-3.
[203] Mautrait C, Raoult R. Excipients partiels ou exclusifs : les POEG. Off
Pharm 1995;21:24.
[204] Mautrait C, Raoult R. Excipient partiel : l’AEROSIL. Off Pharm 1995;
18:32-4.
[205] Bochot A. Cyclodextrines : des propriétés très intéressantes pour la
formulation des cosmétiques. Cosmétologie 1999;22:39-41.
[206] Motwani M, Zatz JL. Applications of cyclodextrins in skin products.
Cosmet Toilet 1997;112:39-47.
[207] Cohen-Letessier A. Préparations magistrales en dermatologie. Paris:
Arnette; 1990.
[208] C.Lafforgue, J.Thiroux ; Produits dermocosmétiques :mode d’emploi ;
Edition Arnette ; 2008.
[209] M-C.Martini ; Esthétique-Cosmétique. BTS esthétique
cosmétique.Editions Masson ; 2008 ; tome 2 : 142p
[210] M-C.Martini ; Introduction à la dermopharmacie et à la cosmétologie ;
2003.
[211] Naylor MF, Farmer KC. The case for sunscreens. A review of their use in
preventing actinic damage and neoplasia. Arch Dermatol 1997;133:
1146-54.
[212] http://eur-lex.europa.eu Directive du conseil du 27 juillet 1976 concernant
le rapprochement des législations des Etats membres relative aux produits
cosmétiques (76/768/CEE).
[213] Amblard P, Beani JC. Est-il dangereux d’utiliser des topiques
photoprotecteurs? Ann Dermatol Venereol 1994;121:875-9.
[214] Jackson E. Are sunscreens photosensitisers? Cosmet Toilet 1992;107: 81-
4.
[215] Couteau C, Faure A, Fortin J, Paparis E, Coiffard LJ. Study of the
photostability of 18 sunscreens in creams by measuring the SPF in vitro. J
Pharm Biomed Anal 2007;44:270-3.
[216] Chatelain E, Gabard B. Photostabilization of butyl
methoxydibenzoylmethane (Avobenzone) and ethylhexyl methoxy- cinnamate
by bis-ethylhexyloxyphenol methoxyphenyl triazine (Tinosorb S), a new UV

293
broadband filter. Photochem Photobiol 2001; 74:401-6.
[217] Couteau C, Coiffard LJ. Comparaison in vitro de l’efficacité et de la
photostabilité de trois crèmes antisolaires. Ann Dermatol Venereol 2010;137:95-
9.
[218] Herzog B, Wehrle M, Quass K. Photostability of UV absorber systems in
sunscreens. Photochem Photobiol 2009;85:869-78.
[219] Ou-Yang H, Standfield JW, Cole C, Appa Y. An evaluation of UVA
protection and photostability of sunscreens marketed in Australia and
New Zealand. Photodermatol Photoimmunoil Photomed 2010;26: 336-7.
[220] Newman MD, Stotland M, Ellis JI. The safety of nanosized particles in
titanium dioxide- and zinc oxide-based sunscreens. J Am Acad Dermatol
2009;61:685-92.
[221] Mitchnick MA, Fairhurst D, Pinnell SR. Microfine zinc oxide (Z-Cote) as
a photostable UVA/UVB sunblock agent. J Am Acad Dermatol 1999;
40:85-90.
[222] Treffel P, Gabard B. Skin penetration and sun protection factor of ultra-
violet filters from two vehicles. Pharm Res 1996;13:770-4.
[223] Touitou E, Godin B. Skin nonpenetrating sunscreens for cosmetic and
pharmaceutical formulations. Clin Dermatol 2008;26:375-9.
[224] Duracher L, Blasco L, Abdel Jaoued A, Vian L, Marti-Mestres G.
Irradiation of skin and contrasting effects on absorption of hydrophilic and
lipophilic compounds. Photochem Photobiol 2009;85:1459-67.
[225] Idson B. Vitamins in cosmetics, an update. Part II: vitamin E. Drug
Cosmet Ind 1990;147:60-1.
[226] ESTRADE M.-N. Conseil en cosmétologie, 2ème édition, Groupe
Liaisons SA, Rueil-Malmaison, 2006.
[227] Actualités pharmaceutiques .N° 503. Février 2011
[228] Actualités pharmaceutiques .N° 493. Février 2010
[229] Actualités pharmaceutiques .N° 512. Janvier 2012
[230] Actualités pharmaceutiques .N° 507. Juin 2011
[231] Actualités pharmaceutiques .N° 506. Mai 2011
[232] Actualités pharmaceutiques .N° 494. Mars 2010
[233] ESTRADE M.-N. Conseil en cosmétologie, 2ème édition, Groupe
Liaisons SA, Rueil-Malmaison, 2006.

294
ANNEXE 1 :
Fiche de déclaration d’effet indésirable suite à l’utilisation d’un produit
cosmétique au Maroc.

295
296
ANNEXE 2 :
Fiche de déclaration d’effet indésirable suite à l’utilisation d’un produit
cosmétique en France.

297
Serment de Galien
Je jure en présence des maîtres de cette faculté :
- D’honorer ceux qui m’ont instruit dans les préceptes de
mon art et de leur témoigner ma reconnaisse en restant
fidèle à leur renseignement.
- D’exercer ma profession avec conscience, dans l’intérêt
de la santé public, sans jamais oublier ma responsabilité et
mes devoirs envers le malade et sa dignité humaine.
- D’être fidèle dans l’exercice de la pharmacie à la
législation en vigueur, aux règles de l’honneur, de la
probité et du désintéressement.
- De ne dévoiler à personne les secrets qui m’auraient été
confiés ou dont j’aurais eu connaissance dans l’exercice de
ma profession, de ne jamais consentir à utiliser mes
connaissances et mon état pour corrompre les mœurs et
favoriser les actes criminels.
- Que les hommes m’accordent leur estime si je suis fidèle
à mes promesses, que je sois méprisée de mes confrères si je
manquais à mes engagements.
‫ﺃﻥ ﺃﺭﺍﻗﺏ ﺍﷲ ﻓﻲ ﻤﻬﻨﺘﻲ‬
‫‪ -‬ﺃﻥ ﺃﺒﺠل ﺃﺴﺎﺘﺫﺘﻲ ﺍﻝﺫﻴﻥ ﺘﻌﻠﻤﺕ ﻋﻠﻰ ﺃﻴﺩﻴﻬﻡ ﻤﺒﺎﺩﺉ ﻤﻬﻨﺘﻲ‬
‫ﻭﺃﻋﺘﺭﻑ ﻝﻬﻡ ﺒﺎﻝﺠﻤﻴل ﻭﺃﺒﻘﻰ ﺩﻭﻤﺎ ﻭﻓﻴﺎ ﻝﺘﻌﺎﻝﻴﻤﻬﻡ‪.‬‬
‫‪ -‬ﺃﻥ ﺃﺯﺍﻭل ﻤﻬﻨﺘﻲ ﺒﻭﺍﺯﻉ ﻤﻥ ﻀﻤﻴﺭﻱ ﻝﻤﺎ ﻓﻴﻪ ﺼﺎﻝﺢ ﺍﻝﺼﺤﺔ‬
‫ﺍﻝﻌﻤﻭﻤﻴﺔ‪ ،‬ﻭﺃﻥ ﻻ ﺃﻗﺼﺭ ﺃﺒﺩﺍ ﻓﻲ ﻤﺴﺅﻭﻝﻴﺘﻲ ﻭﻭﺍﺠﺒﺎﺘﻲ ﺘﺠﺎﻩ ﺍﻝﻤﺭﻴﺽ‬
‫ﻭﻜﺭﺍﻤﺘﻪ ﺍﻹﻨﺴﺎﻨﻴﺔ‪.‬‬
‫‪ -‬ﺃﻥ ﺃﻝﺘﺯﻡ ﺃﺜﻨﺎﺀ ﻤﻤﺎﺭﺴﺘﻲ ﻝﻠﺼﻴﺩﻝﺔ ﺒﺎﻝﻘﻭﺍﻨﻴﻥ ﺍﻝﻤﻌﻤﻭل ﺒﻬﺎ ﻭﺒﺄﺩﺏ‬
‫ﺍﻝﺴﻠﻭﻙ ﻭﺍﻝﺸﺭﻑ‪ ،‬ﻭﻜﺫﺍ ﺒﺎﻻﺴﺘﻘﺎﻤﺔ ﻭﺍﻝﺘﺭﻓﻊ‪.‬‬
‫‪ -‬ﺃﻥ ﻻ ﺃﻓﺸﻲ ﺍﻷﺴﺭﺍﺭ ﺍﻝﺘﻲ ﻗﺩ ﺘﻌﻬﺩ ﺇﻝﻲ ﺃﻭ ﺍﻝﺘﻲ ﻗﺩ ﺃﻁﻠﻊ ﻋﻠﻴﻬﺎ ﺃﺜﻨﺎﺀ‬
‫ﺍﻝﻘﻴﺎﻡ ﺒﻤﻬﺎﻤﻲ‪ ،‬ﻭﺃﻥ ﻻ ﺃﻭﺍﻓﻕ ﻋﻠﻰ ﺍﺴﺘﻌﻤﺎل ﻤﻌﻠﻭﻤﺎﺘﻲ ﻹﻓﺴﺎﺩ ﺍﻷﺨﻼﻕ‬
‫ﺃﻭ ﺘﺸﺠﻴﻊ ﺍﻷﻋﻤﺎل ﺍﻹﺠﺭﺍﻤﻴﺔ‪.‬‬
‫‪ -‬ﻷﺤﻀﻰ ﺒﺘﻘﺩﻴﺭ ﺍﻝﻨﺎﺱ ﺇﻥ ﺃﻨﺎ ﺘﻘﻴﺩﺕ ﺒﻌﻬﻭﺩﻱ‪ ،‬ﺃﻭ ﺃﺤﺘﻘﺭ ﻤﻥ ﻁﺭﻑ‬
‫ﺯﻤﻼﺌﻲ ﺇﻥ ﺃﻨﺎ ﻝﻡ ﺃﻑ ﺒﺎﻝﺘﺯﺍﻤﺎﺘﻲ‪.‬‬
‫"ﻭﺍﷲ ﻋﻠﻰ ﻤﺎ ﺃﻗﻭل ﺸﻬﻴﺩ"‬
‫ﺠﺎﻤﻌﺔ ﻤﺤﻤﺩ ﺍﻝﺨﺎﻤﺱ‪-‬ﺍﻝﺴﻭﻴﺴﻲ‪-‬‬
‫ﻜﻠﻴﺔ ﺍﻝﻁﺏ ﻭﺍﻝﺼﻴﺩﻝﺔ ﺒﺎﻝﺭﺒﺎﻁ‬
‫ﺃﻁﺭﻭﺤﺔ ﺭﻗﻡ‪13/99 :‬‬ ‫ﺴﻨـﺔ‪2013 :‬‬

‫ﻣﺴﺘﺤﻀﺮﺍﺕ ﺍﻟﺘﺠﻤﻴﻞ‬
‫ﻟﻠﻌﻨﺎﻳﺔ ﺑﺎﻟﻮﺟﻪ‬
‫ﺃﻃﺮﻭﺣﺔ‬
‫ 
و
 م‪……………………………….:‬‬
‫ﻣﻦ ﻃﺮﻑ‬
‫ﺍﻵﻧﺴﺔ‪ :‬ﻧــﺎﺩﻳـﺔ ﺍﻟـﻜـﺴـﻮﺍﻧـﻲ‬
‫ا
دادة ‪ 23:‬ي ‪
 1988‬ارا
ء‬

‫ـــ ــ دة اـآــرا ــ ا‬


‫א
 א ‪:‬ا ‪
  -‬ات ا ‪ -‬ت ‪
  -‬ات ا‬

‫אא
א א ‬
‫ر ‬ ‫ا‪ :‬ـ ـ
ـــ ن زهـــي‬
‫أذ ـــــ ا ــــ ء اــــــــ‬
‫ ف‬ ‫ ‬ ‫ا‪:‬ـــ اــدر ـــــ ‬
‫أذ ا ـ ــ! ا‪#‬ـــ ـ"ـ ـــ!‬
‫اة‪ :‬ــ ـــة 'ـــ&ل‬
‫أذة ا(ــ ـ
ـ ــــء ا)ـ ــ ـــــ!‬
‫ ‬ ‫ا ‪  :‬ادر ‪+(
,-‬‬
‫أذ ‪ .,‬ام‬

Vous aimerez peut-être aussi