Vous êtes sur la page 1sur 177

Copyright © Fondation Raëlienne 2001

Raël a fait valoir son droit à d’être identifié comme l’auteur de cet ouvrage
en accord avec la loi relative aux Copyright, à la création et aux brevets de
1988.
Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être repro-
duite ni stockée sur un système de sauvegarde, ni transmise sous une quel-
conque forme ou par un quelconque procédé électronique, mécanique, en
la photocopiant, l'enregistrant ou autrement, sans la permission préalable
de l’éditeur et du détenteur des droits d’auteur.
xx
oui
au
clonage
humain
Remerciements à:
Myriam et Pierre-André Dorsaz pour la composition
du livre et la création de la couverture
pour laquelle ils ont employé la photo de leur fils.
Raël

oui
au

clonage
humain
La vie éternelle
grâce à la science

Edité par la Fondation Raëlienne


C.P. 328, FL 9490 VADUZ
OUI AU CLONAGE HUMAIN
Sommaire
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Préface de Brigitte Boisselier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Préface de Marcus Wenner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Préface de Daniel Chabot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
Clonage humain: l’accès à la vie éternelle . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Avoir un enfant à la carte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Aliments génétiquement modifiés: la fin des famine . . . . . . . . . 59
L’internet: une expérience religieuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Ordinateurs et nanotechnologie: la suppression du travail . . . . . 71
L’exploration spatiale: un autre coup fatal au mythe de dieu . . . 79
Pour une démocratie électronique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
La vérité sur clonaid.com . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
Les robots biologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
Le transhumanisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
Le processus d’élohimisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Les cyborgs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
Nouvelles technologies et protection de l’environnement . . . . 129
Une civilisation de plaisir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
Les maisons du futurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
La macrobiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
Déclaration de défense du clonage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
Discours de Raël au Congrès US, le 28 mars 2001 . . . . . . . . . 162
Références. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Adresse des sites officiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
Autres ouvrages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
Adresses des différents mouvements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
INTRODUCTION

Lorsqu’en 1974 je présentais au public le Livre qui dit la


Vérité décrivant mon contact avec les Elohim *, ces extra-ter-
restres qui nous ont créés scientifiquement en laboratoire et ont
été appelés «dieu » ou «dieux» par nos ancêtres, trop primitifs
pour comprendre et « abrutis faute de science », l’enthousiasme
du public pour le « phénomène OVNI » a fait le succès de mes
livres et conférences à travers le monde.
Mais lorsque j’expliquais que nous pourrions bientôt grâce au
clonage faire la même chose et vivre éternellement, beaucoup
riaient du rire bête qu’ont toujours eu ceux qui sont trop obtus
pour entrevoir le futur et la mort de leurs paradigmes.
27 ans et quelques brebis comme Dolly plus tard, ils ne rient
plus et sont épouvantés que ce que j’ai annoncé devienne réalité.
Le moment est venu de passer la vitesse supérieure et de
révéler ce que le futur nous réserve. Si la vieille génération du
baby boom qui est devenu le papy boom avec l’âge est inca-
pable de comprendre ou de s’adapter, et, comme tout indi-
vidu qui vieillit voit venir les changements avec l’horreur de

7
Dans ce livre le terme «Homme nouveau» signifie la race humaine, incluant les hommes et les femmes
et sans aucun sexisme, conformément à l’étymologie du mot qui vient du sanscrit «mana», humain.
OUI AU CLONAGE HUMAIN

ceux qui vont perdre leurs repères, une nouvelle génération


est en train de prendre sa place dans la société qui, elle, n’aura
aucun problème à s’adapter aux nouvelles valeurs engendrées
par les nouvelles technologies.
Les jeunes qui pianotent sur leur ordinateur depuis l’âge de
5 ou 6 ans n’ont évidemment pas le même cerveau que ceux
qui n’ont eu que des jouets en bois ou en métal et dont la
matière grise est quelque peu atrophiée en comparaison…
Les vieux, les « hommes du vingtième siècle », ne pourront
vraisemblablement pas s’adapter au monde qui arrive.
Comme tous les vieillards accrochés à leurs pouvoirs bran-
lants, ils vont légiférer et tenter d’empêcher l’évolution
inéluctable vers l’Homme Nouveau. Mais ils n’y pourront
rien faire et avec l’âge seront renvoyés vers le musée de
l’Histoire ou plutôt de la préhistoire, tant la civilisation qui
arrive fera paraître l’homme du 20e siècle comme un « Cro-
magnon » de l’Humanité.
Ils peuvent être contre le clonage humain, et contre le fait
de pouvoir vivre éternellement. Dans un sens c’est bien. S’ils
sont contre la vie éternelle: qu’ils meurent donc. Ils laisseront
ainsi la place aux nouvelles générations qui, elles, accepteront
avec enthousiasme le fait de pouvoir accéder à la vie éternelle
grâce à la science. Et qu’ils laissent ceux qui ne veulent pas
mourir profiter de ces nouvelles possibilités.
Vivre éternellement ne saurait être une obligation. Il faut
d’abord, au minimum en avoir envie. Il est certain que si l’on est
dépressif ou malheureux dans sa vie, l’idée même de vivre éter-
nellement est une souffrance insupportable. Pour les plus

8
OUI AU CLONAGE HUMAIN

dépressifs, l’idée même d’une vie «normale» de 75 ans est telle-


ment démoralisante qu’ils se suicident souvent bien avant cet âge.
Le concept même de la vie éternelle, choisie librement et en
aucun cas imposée, ne peut donc attirer que des gens heureux
de vivre et qui ne veulent pas que les plaisirs que la vie leur
apporte cessent.
Voilà pourquoi l’éducation au bonheur et au plaisir est une
partie indissociable de la philosophie de l’Homme Nouveau.
Si l’on est éduqué pour la souffrance et le sacrifice, on ne peut
que souhaiter mourir pour échapper à cette «vallée de larmes».
Si par contre on grandit dans l’idée que l’on est né pour le
plaisir et que tout ce qui nous entoure constitue une source
inépuisable de stimulis pour engendrer et diversifier ces plai-
sirs, alors on a envie de jouer et de jouir éternellement de ces
plaisirs toujours renouvelés.

9
10
Préface de Brigitte Boisselier
Ph. D., Professeur de biochimie
Responsable de Clonaid

«Un jour il sera possible de cloner les êtres humains et d’accé-


der ainsi à la vie éternelle. Un jour nous voyagerons plus vite
que la lumière. Un jour nous serons capables de maîtriser le
vieillissement…»

C'était il y a 7 ans, Michel, un collègue de travail qui parta-


geait mon dîner ce soir-là, venait de révolutionner mon petit
univers en quelque trente minutes, en me listant tout à la fois la
théorie de la création scientifique de toute vie sur terre par les
Elohim, les valeurs qui devraient guider nos actions ici-bas et le
futur qu’il nous est possible de percevoir, d'imaginer, de rêver…
Comment décrire les semaines qui ont suivi? Entre ma
rigueur scientifique, mon éducation catholique culpabili-
sante, ma curiosité de chercheur et mon enthousiasme
instinctif pour cette nouvelle théorie, mes neurones n'avaient
pas beaucoup de répit.
Alors j’ai mis ma rigueur scientifique au service de mon
instinct et passé quelques mois à relire tous les écrits que je

11
OUI AU CLONAGE HUMAIN

rencontrais sur la théorie de l'évolution, sur les civilisations


anciennes et sur leur religion. J'ai aussi commencé à poser un
regard différent sur la science moderne, cette science que je
côtoyais au quotidien alors que j'étais Assistante du Directeur
de la Recherche de L'Air Liquide.
Au fur et à mesure de mes lectures, je me rendais compte
des oeillères qui m'empêchaient de voir, de comprendre, que
déjà il y a 7 ans, nous étions en train de devenir des créateurs
de vie, et des recréateurs tout à la fois.
Souvent j'ai dû répondre à cette question: «En tant que
scientifique, n’avez-vous pas eu de problèmes à la lecture des
messages de Raël avec ce qu'il dit sur le clonage, la vie éter-
nelle, et tout ça?» Non désolée, je n'ai pas eu de blocage, juste
le questionnement logique d'un chercheur. Et cette logique
basée sur mes connaissances de chimiste, me disait à l'époque
que si une molécule est bloquée dans une conformation suite
à une réaction chimique ou une série de réactions chimiques,
il doit exister un produit chimique ou une combinaison de
produits chimiques capable d'inverser ce blocage.
C'est manifestement ce que Ian Wilmut a découvert en
introduisant l'ADN d'une brebis dans l’œuf non fécondé d'une
autre brebis. Cet œuf contenait la combinaison de composés
capables de débloquer le code génétique, l’ADN, capables de le
faire revenir à l'état de code génétique d'un embryon, capables
de redémarrer une division cellulaire et d'obtenir un nouvel
embryon, capables en un mot de cloner un être vivant… Et
c'est ainsi que Dolly le premier mammifère cloné est arrivé,
quelque 4 ans après ma première lecture des Messages.

12
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Etais-je une scientifique illuminée lorsque je disais que le


clonage allait arriver ainsi que Raël l'avait prédit et ce contre
l’avis de l'establishment? Non, j'avais juste enlevé mes oeillè-
res et mis un peu de bon sens dans ma rigueur scientifique.
Il en était de même avec la vitesse de la lumière déclarée
constante par les physiciens qui l'ont mesurée à 3 x 108 m /s.
Le fait qu'elle ait été mesurée à cette valeur dans la plupart des
situations planétaires veut-il dire qu'il n'y a pas moyen ou de
la décélérer ou de l'accélérer en changeant les conditions opé-
ratoires? Doit-on accepter cette limite? C'est pur bon sens
que de dire qu'il doit y avoir un moyen de changer cette
vitesse et c'est ce que des scientifiques ont fait à différentes
reprises dans plusieurs universités de la planète au cours des
quatre dernières années…
Aujourd'hui les théoriciens essayent de faire coller la théorie
avec ces nouveaux résultats, une autre théorie ne va pas tarder
à apparaître… Donnera-t-elle de nouvelles oeillères aux nom-
breux étudiants qui vont devoir l'apprendre ou leur sera-t-elle
enseignée comme la théorie qui sera bousculée par la pro-
chaine qui sera elle-même bousculée par une meilleure, et ce
à l’infini, car notre apprentissage de l'infini est infini?… Je ne
suis pas sûre qu'ils recevront cet enseignement, pourtant l'his-
toire est pleine de ces méprises qui font sourire aujourd’hui.
En 1894, Albert Michelson faisait le discours d'ouverture
du laboratoire de physique de l'Université de Chicago dans
lequel il disait «les faits et lois les plus importants de la
Physique ont tous été découverts». Cet avis était partagé par
la majorité de la communauté scientifique. A peine 10 ans

13
OUI AU CLONAGE HUMAIN

plus tard, Einstein publiait le premier des articles qui allaient


révolutionner la perception et la compréhension de l'Univers
de l'époque. Les travaux d’Einstein s'appuyaient, entre autres,
sur les résultats de recherche de Michelson.
En 1933, le physicien britannique, lauréat du prix Nobel,
Ernest Rutherford, déclarait quelque temps après la première
démonstration de la fission du noyau atomique «l'énergie
produite par l'atome est bien peu de chose. Ceux qui s'atten-
dent à trouver une nouvelle source d'énergie dans cette trans-
formation sont de doux rêveurs». Albert Einstein était d'ac-
cord avec lui et disait «il n'y a pas la moindre indication que
l'énergie nucléaire sera un jour accessible»… Hiroshima avait
lieu 12 ans plus tard…
On voit que les pionniers d'un jour se retrouvent vite parmi
les distributeurs d’œillères. Cela me fait penser à une
remarque que j'aime particulièrement de l'auteur Arthur C.
Clarke qui dit «Quand un scientifique relativement âgé, émi-
nent et distingué, déclare que quelque chose est possible, il a
probablement raison. Quand il dit que quelque chose est
impossible, il y a de fortes chances qu’il ait tort».
L'histoire est là pour le montrer, toute idée révolutionnaire
est d'abord rejetée avec l'étiquette «impossible». On lui
accole parfois l'étiquette «monstrueux» ou «scandaleux»
pour être bien sûr qu'elle n'ira pas trop loin… Quelques
années plus tard elle est passée de impossible à «probable-
ment possible mais coûteuse», ce qui la conduit en très peu
de temps à l’étiquette «j'avais toujours dit que c'était une
bonne idée».

14
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Cette loi qui accompagne les idées révolutionnaires est véri-


fiable dans tous les domaines de la science. J'évoquais plus
haut le domaine de la Physique qui est bien connu, mais c'est
aussi vrai pour la Biologie et la Médecine où la nouveauté est
source de grandes perturbations parce qu'elle touche à
l'humain et qu'elle touche à la notion de « divin » …
Au début du 19e siècle, les anesthésiques étaient utilisés de
façon relativement courante en chirurgie, mais les moralistes
s'insurgeaient à l'idée qu'ils puissent être utilisés pour adoucir
les douleurs de l'enfantement… La Bible ne dit-elle pas que la
femme enfantera dans la douleur? Alors donner des médica-
ments pour soulager les douleurs de la femme qui accouche était
tout simplement impossible car contraire au souhait de dieu…
Il a fallu que la reine Victoria qui n'avait pas froid aux yeux
décide de prendre ces médicaments (elle a eu 9 enfants) pour
que les moralistes se taisent et que la pratique se généralise…
C'était un gros progrès contre cet obscurantisme qui fait
évoquer la loi de dieu face à toute nouveauté dans ce
domaine. Je souris et je me révolte quand je lis les propos de
Jean Paul II qui s'insurge contre le clonage en utilisant ce
genre de cliché: «vous ne devez pas jouer à dieu»…
Comment peut-il oublier que des chirurgiens ont plus
d'une fois sauvé sa vie et que sans eux et leur façon de jouer
à dieu, Jean Paul II ne serait plus là. Comment peut-il nier
l'aspiration légitime à une vie éternelle comme va le per-
mettre cette technique du clonage dans un futur très pro-
che alors qu'il prêche et prie tous les jours pour une vie
éternelle ailleurs?…

15
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Comment peut-il s'insurger contre les recherches sur le


vieillissement? L'un de ses prédécesseurs avait moins de scru-
pules puisque le bon pape Pie XI se faisait faire régulièrement
des injections de fœtus de brebis dans la clinique de rajeunis-
sement de Paul Niehaus en Suisse…
Ces aspirations à une vie plus longue sont tellement natu-
relles qu'il n'y a pas de doute que les chercheurs réussiront
dans un délai très court, comme l'a également prophétisé
Raël et comme il nous le révèle un peu plus dans cet ouvrage.
7 ans après ma première rencontre avec les Messages et avec
le Messager, Raël, celui que je choisis d'appeler: «mon
Prophète Bien-Aimé» , je ressens plus encore la portée de la
révolution qui est véhiculée par ses prophéties et par ses ensei-
gnements.
Lorsqu'on choisit d'enlever consciemment ses oeillères, la
vision qui nous apparaît est tellement enthousiasmante.
Souvent on me demande, «est-ce que ça vaut la peine
Brigitte de se mobiliser comme tu le fais pour faire connaître
les Messages et les enseignements de Raël et de nos créateurs?»
Ma réponse ne varie pas, tout comme l'amour que je lis dans
le regard du Prophète ne varie pas non plus… et c'est entre
autres ma réponse à cet amour.
Oui, je suis heureuse de porter cette révolution, je suis heu-
reuse d'être une actrice de ce bouleversement planétaire,
notamment en lançant concrètement l'activité de clonage.
Lorsque l'on a conscience de ce que le futur nous réserve,
lorsqu'on a compris la portée des révélations de Raël, il n'est
pas possible de le garder pour soi. Les écrits de Raël ont fait

16
OUI AU CLONAGE HUMAIN

s'exprimer en moi une force, une sérénité insoupçonnée…


je la sais, je la sens juste et je la porte sans courber la tête.
La théorie de la Création scientifique est trop souvent étique-
tée «impossible» et selon les régions du globe, l'étiquette «dange-
reuse» a également été accolée. Les prophéties scientifiques,
sociales, et politiques, qui accompagnent cette théorie sont sou-
vent qualifiées de scandaleuses, et le Prophète lui-même, comme
ses prédécesseurs est qualifié d’imposteur dans son pays…
Dans le même temps Il nous parle d’amour, Il nous parle
d'infini, Il nous fait rêver d'un monde de plaisir et de cons-
cience, Il nous montre le chemin pour l'atteindre.
L'histoire du passé nous révèle que ce sont les idées révo-
lutionnaires qui construisent le futur, alors je quitte l'his-
toire du passé pour résolument me tourner vers ce futur que
je choisis en toute confiance. Le vieillissement sera un jour
une histoire du passé et la mort sera une option plutôt
qu'une fin inévitable et j'ai confiance en l'être humain pour
administrer ce changement autrement que par l'interdit…
aujourd'hui encore je recevais un appel d'un couple de
parents qui a perdu un enfant en bas âge suite à un accident
et je vais mettre toute mon énergie pour faire se réexprimer
ce code génétique…
Ai-je réussi à enlever toutes mes oeillères? Ai-je dépassé tou-
tes mes limites? Je n'ai pas cette prétention. Mais je m'ap-
plique au quotidien à ne limiter ni mes espoirs, ni mon ima-
gination, ni mon amour pour mon Prophète Bien-Aimé,
pour ceux qu'Il représente, et pour tous les êtres humains de
cette planète qu'il a acceptés de guider.

17
OUI AU CLONAGE HUMAIN

…Et vous chers lecteurs, qui vous apprêtez à découvrir la


beauté du futur, essayez de ne pas laisser pénétrer le mot
«impossible» dans votre cerveau, c'est un retour au passé bien
inutile…
Merci Raël de partager avec nous cette conscience de la
science que tu as développée ou devrais-je dire cette science
de la conscience.
Merci Prophète Bien-Aimé de me donner l'immense privi-
lège de te servir.

Brigitte Boisselier, Ph. D.


Responsable des projets scientifiques du Raëlisme.
Directrice de Clonaid
Professeur de Biochimie

18
Préface de Marcus Wenner

L’humanité est au seuil du paradis. Depuis la naissance de


l’Homme, les gens n’ont cessé de rêver à ce jour et cependant
alors que nous en sommes désormais si proches, il en reste
parmi nous qui ne peuvent toujours pas le voir. Semblables
aux derniers combattants qui restent cachés dans les marais,
ignorants totalement que la guerre est terminée depuis des
dizaines d’années. Bien que la réalité soit la paix, ils se cram-
ponnent encore à la guerre. Ce sont les « néo-néandertaliens »
dont parle Raël dans son livre. Ce sont les gens qui continuent
à traîner leurs vieilles valeurs dépassées comme un boulet et
qui restent enchaînés où qu’ils aillent, conscients qu’il y a un
problème quelque part, mais inconscients que ce sont eux qui
l’amènent avec eux.
Mais nous sommes tous les produits de notre éducation et
pour la plupart d’entre-nous notre éducation appartient au
passé, donc nous sommes tous des petits bouts du passé qui
tentons de trouver notre chemin dans le futur. Nous essayons
tous de manœuvrer dans un paysage totalement nouveau et

19
OUI AU CLONAGE HUMAIN

inconnu en utilisant une vielle carte dessinée dans notre


enfance. Il n’y a rien d’étonnant alors à ce qu’autant de gens
soient perdus ! Mais cela n’a aucune raison d’être. Notre
perception de la réalité n’a pas à se figer à jamais à la fin de
notre adolescence. Comme Peter Pan, nous n’avons pas à
abandonner nos rêves d’enfance, ni à perdre notre capacité à
imaginer et à regarder le monde avec émerveillement, ni à
oublier comment grandir et mettre à jour notre carte qui
nous permettra de trouver l’or. Parce que c’est ce qu’il nous
faut faire, pour achever le dernier pas vers l’Ile au Trésor.
Nous ne serons capables d’en faire un paradis que si nous lais-
sons tomber nos dernières chaînes et que si nous regardons le
monde actuel pour tout ce qu’il a de bon au lieu de se laisser
tirer par le bas par les peurs du passé. Vous ne pouvez pas
faire le saut en portant des chaînes et le passage est trop petit
pour un adulte, seul les enfants peuvent le traverser porteurs
d’une curiosité en éveil, de la capacité de rêver, de l’amour
inconditionnel et imaginez… tout cela avec la plus parfaite
innocence de l’être.
Tous les grands philosophes ont rêvé de ce jour, des Grecs
anciens aux visionnaires modernes en passant par les artistes.
“Imagine all the people….” Dans le passé, les humains
devaient travailler dur de leurs mains, soumis aux forces de la
nature ou pire aux caprices de l’oppression. Pensez aux
innombrables mères, à vos propres ancêtres de votre propre
chair et sang qui ont tant souffert dans la vie, sans médecine
ni assurance, sans la certitude qu’il y aurait de la nourriture
pour le lendemain ou que leur mari reviendrait vivant le jour

20
OUI AU CLONAGE HUMAIN

suivant, vivant constamment dans la peur de l’invasion de


brutes voisines, de la punition « religieuse » pour une pensée
différente, du châtiment de leurs propriétaires, de la maladie.
Les mains gelées par l’eau glacée, sans matelas confortable où
dormir, juste, « s’ils avaient de la chance», une couche, infectée
de puces, en paille qui démange. Rendus sourds par les 16
heures de travail au moulin depuis leur plus jeune âge. Leurs
cerveaux endommagés par un stress permanent.
Comparée à aujourd’hui, la vie était une série de souffran-
ces traumatiques combinées à l’ignorance, la peur et la
cruauté (pas étonnant que les religions corrompues aient glo-
rifié ces souffrance et en aient fait la clé du paradis). Et pen-
dant tout ce temps, entre travail et labeur, ils conservent
l’espoir, l’espoir que leurs enfants auront une vie meilleure,
l’espoir que le futur tiendra mieux ses promesses, l’espoir que
leurs souffrances n’auront pas été vaines et qu’ils en seront
récompensés un jour – au paradis. Et ce paradis, c’est aujour-
d’hui ! Nous récoltons le paradis construit à partir de leur
labeur. Nous sommes le dernier maillon de la chaîne du sacri-
fice. La mère vouant sa vie à ses enfants, ses enfants aspirant
littéralement la vie de leur mère par ses seins pour ensuite le
donner à leurs enfants... Ou les combattants de la liberté ris-
quant leur vie pour le bûcher ou pour un assassin juste pour
nous transmettre leurs rêves. Il y eut des personnes honora-
bles à toutes les générations, des personnes qui prenaient ce
qui était bon pour le rendre meilleur ou qui se sont élevées
contre ce qui était mauvais. Toutes les générations de scienti-
fiques, d’architectes, de marchands, de dirigeants, d’ensei-

21
OUI AU CLONAGE HUMAIN

gnants ont appris, petit à petit, des mentors qui les ont précé-
dés en ajoutant (ou en soustrayant) leur propre petite contri-
bution, elles ont érigé les fondations de notre monde actuel.
L’humanité est comme un grand totem, chaque génération
est montée sur les épaules de ses prédécesseurs. Et cela, depuis
qu’elle a été chassée du jardin d’Eden jusqu’à nos jours où
nous pouvons enfin soustraire nos ventres à la poussière et
dresser nos têtes par-dessus tout cela pour prendre notre
respiration et essuyer les larmes de nos yeux.
Tout ce qu’il y a autour de nous, du plus simple stylo à l’or-
dinateur le plus compliqué, nous le devons au labeur de nom-
breux humains qui ont vécu et qui sont morts avant nous.
Chaque parcelle de liberté humaine d’aujourd’hui a été payée
avec le sang du passé. Chaque personne, qu’elle ait contribué
positivement ou négativement au produit final, a concouru
au résultat positif d’aujourd’hui. Si nous sommes vivants
aujourd’hui, nous pouvons en remercier les pauvres men-
diants Dickensiens qui ont enduré la dureté suffisamment
longtemps pour nous transmettre leurs gènes avant de rendre
leur dernier souffle, comme dans une grande course de relais
contre la mort. Comparez votre vie aux leurs. Si nous avons le
temps de penser et de nous reposer, au lieu de nous inquiéter à
propos de notre survie, c’est grâce à eux, en particulier, à ceux
qui ont contribué positivement à faire avancer l’humanité et
qui ont été marginalisés et même persécutés par la société
parce qu’ils apportaient quelque chose de nouveau. Mais
merci à leur persévérance, ils ont néanmoins réussi à la pous-
ser un petit peu plus près de ce qu’elle est aujourd’hui, plus

22
OUI AU CLONAGE HUMAIN

près de l’âge d’or et du bonheur dans lequel nous avons com-


mencé à entrer et qu’ils ne pouvaient que rêver. Nous sommes
en train de vivre les rêves de tellement de révolutionnaires,
d’hérétiques, de proscrits ou qu’importe le terme qui désignait
ceux qui étaient en avance sur leur époque. Et c’est à eux que
nous devons de courir le dernier tour de piste. Sinon leur souf-
france aura été vaine. Et qui sait, nous pourrions même décider
de ramener quelques-unes de ces personnes, qui ont voué leurs
vies au progrès, à la vie lorsque nous aurons la technologie
adaptée, de façon à ce qu’ils puissent, après tout, profiter d’une
après-vie au paradis ! Mais c’est une autre histoire…
Imaginez le jour où nous pourrons produire de la nourri-
ture automatiquement sans qu’il soit nécessaire de recourir au
travail humain. Imaginez un monde où tout ce dont nous
avons besoin pourrait être produit par des robots. Cela signi-
fierait que tous les enfants qui meurent actuellement de faim
pourraient subitement être nourris à satiété, avoir des jouets
en nombre illimité et l’éducation qu’ils souhaitent. Ils
auraient tout à coup une chance égale en tant que citoyens de
la terre.
Et en ce qui vous concerne ? Que feriez-vous de votre
temps? Plus besoin d’aller travailler tous les jours et de louer
votre corps et votre esprit pour le bénéfice de quelqu’un d’au-
tre. Plus besoin de tous ces bureaux, plus besoin de faire ces
navettes permanentes. A la place, vous marchez tranquille-
ment pour vous rendre aux innombrables magasins ou res-
taurants gratuits tenus par des robots-chefs. Vous rencontrez
sans arrêt des amis intéressants. Vous mangez tout ce qui vous

23
OUI AU CLONAGE HUMAIN

fait plaisir. Vous pourriez passer vos journées à apprendre la


musique ou la chimie, vous pourriez mettre votre mémoire à
niveau avec une puce électronique interactive. Vous pourriez
faire pousser des ailes à votre corps juste parce que c’est beau.
Vous pourriez concevoir des arbres qui se transformeraient en
maison et regarder les graines pousser. Vous pourriez voir par
les yeux d’une mouche dragon et la faire voler où vous voulez.
Les possibilités ouvertes par l’interaction de la bio-matière
intelligente et notre propre cerveau sont infinies. Tout sera
conçu beau pour le plus grand plaisir de l’humain et non laid
pour la satisfaction de la productivité. Puisque les ordinateurs
prendront soin de tous nos besoins primaires, les caractéris-
tiques humaines les moins remplaçables que sont l’amour,
l’imagination et la conscience deviendront les denrées les plus
précieuses et à l’ordre du jour.
Mis à part ces changements structurels autour de vous, quels
changements s’opèreront à l’intérieur de vous ? Comment
allez-vous vous réagir au fait que votre patron ne vous dise plus
ce que vous avez à faire? Comment allez-vous organiser votre
temps, nourrir votre sens des valeurs en tant que citoyen et
réussir votre vie? Comment pourrez-vous vous sentir impor-
tant si vous n’avez plus aucune position dans la société?
Aujourd’hui, c’est votre profession et l’argent que vous possé-
dez qui fixent votre position. La plupart des gens qui perdent
leur emploi de nos jours deviennent dépressifs précisément
pour ces raisons là, mais est-il impératif qu’il en soit ainsi?
Eh bien ! C’est là que « l’enfant qui est en vous » prend son
importance. Nous avons tous besoin pour nous adapter à l’âge

24
OUI AU CLONAGE HUMAIN

des loisirs et pouvoir y prendre plaisir, d’oublier tous les vieux


paradigmes qui font que l’importance de soi est liée au travail.
L’argent ne nous permettra plus d’acheter le respect. Les chaînes
en or n’impressionneront plus personne, le statut n’exercera
plus aucun contrôle et même l’âge n’aura plus d’autorité.
L’important, sera ce qui est en nous.
De toute facon, un enfant ne prête nullement attention à ce
que vous portez, à la situation que vous avez dans la hiérar-
chie d’une société ou à la couleur de votre peau. Ce qui lui
importe, c’est la gentillesse, le rire et la capacité à jouer. Ce
sont les qualités qui nous permettront de passer dans le siècle
prochain. Quand l’argent deviendra superflu, nous appren-
drons à considérer notre valeur en fonction de nos réussites
personnelles, comme la réalisation de théâtre, de musique ou
de quoi que ce soit qui donne du plaisir aux autres. Au lieu
que le profit conditionne notre société, la référence deviendra
la somme de plaisir et de satisfaction que nos activités nous
procureront à nous-mêmes et aux autres. Ce sera le moyen de
donner sa pleine mesure et cela établira les fondements d’une
société basée sur l’amour et le soutien et non sur le profit et
l’exploitation. Jouir, grandir et jouer deviendront les maîtres
mots. Nous aurons besoin de retourner en enfance afin de
réapprendre à nous amuser en jouant, en apprenant, en
découvrant comme nous le faisions lorsque nous étions
petits et, par-dessus tout, réapprendre à prendre du plaisir
en « étant », tout simplement, au lieu de « paraître » ou de
« prétendre ». Cela peut sembler évident, mais pour tous ceux
d’entre-nous dont la personnalité est basée sur le souci de ce

25
OUI AU CLONAGE HUMAIN

que les autres pensent d’eux plutôt que sur ce qu’ils savent
qu’ils sont, cela peut être très effrayant. Cela représente un
changement dramatique de la manière de penser et
demande de réveiller et d’exercer des parties spécifiques de
notre cerveau, atrophiées il y a fort longtemps par un
manque d’utilisation et une éducation répressive.
Le cerveau a aussi ses propres niveaux de priorité. Comme
la fleur d’Edelweiss qui est extrêmement sensible et ne fleurit
que lorsque les conditions sont favorables, le cerveau, lors-
qu’il est dans un milieu menaçant, passe automatiquement en
mode survie et devient lui-même menaçant. Et c’est seule-
ment lorsqu’il sent qu’il n’y a aucun danger, ni personne qui
contraint son choix et qu’à la place, il a de la nourriture en
quantité, la sécurité, l’amour et la liberté, qu’il commute sur
le mode de l’amour, de l’harmonie et de la créativité. Et
lorsque les avancées technologiques, décrites dans ce livre,
exerceront leurs effets sur notre société, alors, les conditions
nécessaires à l’émergence du Nouvel Homme seront remplies.
Partout sur notre planète, pour la première fois dans l’his-
toire, des petits faisceaux heureux convergent. Après toutes
ces générations, le temps de la moisson est enfin venu. Des
enfants sont en train de naître et de grandir dans cette nouvelle
atmosphère et ils seront les Nouveaux Hommes. Si leurs
ancêtres, qui ont bâti ce monde, sont les racines et le tronc
d’un arbre, défiguré et tordu par les souffrances du Vieux
Monde; alors cette nouvelle génération représente les fleurs
qui porteront les fruits. Vous saurez quand le temps sera venu,
lorsque les figues seront mûres… Secouez juste l’arbre et elles

26
OUI AU CLONAGE HUMAIN

tomberont dans votre giron. Et le temps, c’est maintenant.


Nous sommes aux portes du paradis, si seulement nous
ouvrions nos yeux. Mais nous sommes encore retenus par
notre système de valeurs néo-néanderthalien, qui nous empê-
che de faire le dernier pas vers l’Ile au Trésor. Ce livre est la
clé qui nous aidera à nous libérer de notre boulet et de nos
chaînes et à entrer dans l’âge d’or.
Dans ce livre, Raël évoque tous les sujets les plus récents et
controversés d’aujourd’hui. Il les embrasse tous. Il éclaire avec
la précision du laser les illogismes et les peurs qui empêchent
notre progression. Il utilise sa marque propre de logique sim-
ple et sa lumineuse clarté afin de briser les chaînes qui nous
retiennent.
Bien sûr qu’il est souvent effrayant de perdre la sécurité de
ses entraves et de regagner sa liberté parce qu’alors tout à
coup, on n’a plus d’excuse pour ne pas voler.
Mais aujourd’hui, le temps est venu et ce livre nous donne
cette petite impulsion dont nous avons besoin pour faire le
grand saut en avant. Il est la nouvelle carte de navigation de
l’humanité qui lui permettra de voguer vers son futur tout en
atteignant l’Ile au Trésor, la réponse à l’espoir de l’âge d’or et
aux aspirations de tant de personnes mortes depuis long-
temps, le paradis retrouvé.

Dr. Marcus Wenner


Psycho-neuro-immunologiste
Tokyo 2000

27
28
Préface de Daniel Chabot
Professeur de psychologie

UN PROPHÈTE À L’ÈRE SCIENTIFIQUE

Je me souviens de juillet 1969. Je rentrais à la maison pour


regarder mes émissions préférées à la télé. Mais ce jour-là, et les
quelques jours qui allaient suivre, toute la programmation de
télé était modifiée. Les yeux de la planète toute entière étaient
dirigés vers l’espace. Avec le regard d’un enfant fasciné, je voyais
sur mon écran de télé les images en direct de la réalisation d’un
des plus vieux rêves de l’être humain: marcher sur la lune.
J’avais 12 ans à cette époque, et je réalisais à peine, en regardant
la lune le soir, que des êtres humains de ma planète étaient en
train de marcher sur cette petite boule lumineuse que je
contemplais au même moment. Jusqu’à ce jour, je n’étais pas
vraiment conscient que nous pénétrions progressivement dans
une ère nouvelle, où la science et la technologie allaient révolu-
tionner notre vie sur tous les plans. Et ce n’était qu’un début!
Nous vivons actuellement une époque extraordinaire. Jamais
une génération n’a assisté à autant de changements en si peu de
temps. Pendant des années, nos ancêtres vivaient la même
réalité génération après génération. Les parents qui mettaient

29
OUI AU CLONAGE HUMAIN

des enfants au monde pouvaient croire que ceux-ci allaient


connaître une vie similaire à la leur. Mais il en est tout autre-
ment de nos jours. Aujourd’hui, les parents ignorent totalement
ce que vont vivre leurs enfants. Ils ont peine à imaginer quel ave-
nir ils vont connaître, car tout change tellement rapidement;
tout évolue à une vitesse qui s’accélère sans cesse. L’enfant d’au-
jourd’hui côtoie au quotidien l’internet, les jeux vidéos et la télé-
vision digitale. Il peut à peine comprendre que son grand-père
se promenait à cheval, qu’il n’avait pas l’électricité et qu’il ris-
quait de mourir chaque année lorsqu’une grippe l’assaillait au
mois de janvier. Mais tout comme son grand-père, cet enfant n’a
pas fini d’en voir. Et tout comme moi en juillet 1969, un évé-
nement scientifique le surprendra peut-être plus que les autres,
pour lui faire prendre conscience qu’il vit dans un univers tech-
nologique et scientifique en perpétuelle évolution.
La télévision digitale, l’internet et les jeux vidéos constituent
sans aucun doute un environnement technologique qui contri-
bue à modifier notre façon de vivre et de penser. Mais ce n’est
rien comparé à la révolution biologique qui s’ouvre à nous et aux
questions multiples que cela va susciter. Pour s’en convaincre, il
suffit de regarder la controverse extraordinaire qu’a suscité l’an-
nonce du clonage de la brebis Dolly, par l’équipe d’embryologis-
tes Écossais dirigée par le Dr. Ian Wilmut, en 1997. Et que dire
du débat qui règne en ce moment autour du clonage humain.
Récemment, je discutais avec une gentille dame qui avait
quitté son métier d’infirmière pour se consacrer aux approches
dites «douces» de la médecine naturelle. Comme bien des per-
sonnes, son changement de direction professionnelle s’accom-

30
OUI AU CLONAGE HUMAIN

pagne d’une pensée très critique envers la science en général et


la science médicale en particulier. En cours de discussion, je fais
référence aux extraordinaires apports du clonage humain pour
l’avenir. Alors, la dame se penche vers moi et me dit: «Je suis
contre ça… j’espère que ça n’arrivera jamais». L’attitude de
cette dame n’a rien de surprenant. Elle reflète bien celle d’un
grand nombre de personnes qui, devant les nouveautés scienti-
fiques et technologiques, abordent la question sous l’angle du
pour ou du contre. Comme s’il s’agissait d’une question d’opi-
nion. Reconnaissons, sans nous étendre sur le sujet, que les
médias traitent les nouvelles scientifiques comme ils traitent les
autres nouvelles, c’est-à-dire sous l’angle du débat d’opinion.
Ce qu’ils n’ont malheureusement pas compris, c’est que la
science et la technologie n’ont rien à voir avec les débats d’opi-
nion. L’histoire de notre très jeune mais fort riche ère scienti-
fique nous montre bien que les débats d’opinion n’ont jamais
eu raison de l’évolution scientifique et technologique. Pendant
qu’on débattait pour déterminer s’il fallait être pour ou contre
l’électricité, l’automobile, l’internet ou la fécondation in vitro,
les scientifiques développaient, avançaient, pratiquaient, affi-
naient et amélioraient les techniques. Pour finalement se rendre
compte que ces avancées technologiques faisaient désormais
partie de notre quotidien et qu’on ne s’en portait que beaucoup
mieux. Mieux encore ; on se demande comment on a pu vivre
sans elles avant.
J’ai donc proposé à cette gentille dame de regarder la chose
différemment. Je lui ai d’abord demandé si, bien qu’elle soit
contre, elle croyait que le clonage allait malgré tout se produire.

31
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Elle m’a répondu que oui. Alors je lui ai proposé de modifier


son attitude, puisque, qu’elle soit pour ou contre, cela n’allait
rien changer, car de toute façon, le clonage humain allait être
bientôt une réalité courante et normale.
Mais pour changer sa perspective et son attitude face à la
révolution scientifique et technologique qui arrive tous les
jours, il faut une nouvelle conception de la vie, une nouvelle
vision du monde et de son existence. Il faut se rendre à l’évi-
dence que la science n’est pas une pratique humaine. La science
c’est l’être humain. Être pour ou contre l’évolution scienti-
fique, quelle qu’elle soit, est aussi bête que se demander si on est
pour ou contre la croissance des enfants. C’est indéniable.
L’enfant grandit et la science évolue. C’est un fait humain.
Cependant, l’enfant s’éduque et la science aussi. Alors au lieu
de débattre inutilement pour déterminer si on est pour ou
contre telle ou telle nouveauté scientifique et technologique,
regardons ce qu’on peut faire avec, comment l’intégrer dans
nos vies, comment en tirer tous les avantages pour nous et les
générations à venir. Pour cela, il nous faut des références non
plus passées, mais futures. Examiner le passé nous démontre
que le présent et l’avenir n’ont rien en commun. Une projec-
tion du passé dans l’avenir est donc impossible, tout comme
marcher en regardant derrière soi ne nous donne aucune indi-
cation sur la direction de la route qui se trouve devant nous.
Alors où sont les références de l’avenir? C’est précisément là
qu’intervient Raël et la philosophie qu’il apporte.
En 1973, dans Le livre qui dit la vérité, Raël nous explique
nos origines scientifiques. Plus de Dieu, plus de mysticisme.

32
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Mais une histoire scientifique nous disant que des Êtres venus
d’ailleurs avec une science avancée ont créé la vie sur terre. Il
nous explique que nous sommes faits à leur image et que nous
allons un jour faire comme eux. On y dévoile notamment le
clonage comme étant le secret de la vie éternelle, que la longé-
vité de l’homme peut être multipliée par dix, que l’on peut
apprendre chimiquement, etc., autant de prouesses que l’on
commence à faire depuis peu et qui progressent à une vitesse
vertigineuse.
En 1975, Raël va sur la planète des Elohim nos créateurs, et
y voit des choses fascinantes. Il reçoit aussi un enseignement
destiné à nous permettre de nous épanouir dans le plaisir.
Aussi, à plusieurs reprises, il est écrit que la science allait confir-
mer ce qu’il dit. Et année après année, des découvertes scienti-
fiques viennent confirmer ce qui est consigné dans ses livres qui
datent respectivement de 27, 25 et 21 ans.
Mais là où son rôle devient des plus fondamentaux, c’est
lorsqu’il unifie la science et la religion. Alors que les chefs reli-
gieux comme le pape condamnent l’avortement, la contracep-
tion, l’homosexualité et, bien évidemment, la manipulation
génétique, le clonage et la création scientifique de la vie, Raël
nous répète que ce n’est qu’un début et que nous allons
connaître des changements grâce à la science que très peu de
personnes peuvent entrevoir. Grâce à une philosophie et une
spiritualité d’avant-garde, Raël nous apporte un éclairage opti-
miste de la science et nous permet d’entrevoir un avenir fascinant.
En 1969, lorsque Neil Armstrong a mis le pied sur la lune, il
a dit: «C’est un petit pas pour l’homme, mais un grand bond

33
OUI AU CLONAGE HUMAIN

pour l’humanité». Toutes les «prophéties» scientifiques annon-


cées par Raël dans ce livre annoncent les pas de géant qui seront
bientôt franchis par l’humanité et qui amélioreront notre qua-
lité de vie. Alors, au lieu de vous demander si vous êtes pour ou
contre ce que vous allez lire dans les pages qui suivent, et qui
arrivera par de-là toute opinion qu’on peut avoir, demandez-
vous pourquoi tout cela arrive et questionnez-vous sur le fait
que Raël soit le seul leader religieux à parler de la science
comme il le fait.

Daniel Chabot,
Le 3 décembre 2000

34
35
CLONAGE HUMAIN :
L’ACCES A LA VIE ETERNELLE

Le clonage humain n’en est qu’à sa première étape.


Actuellement on est obligé de passer par une mère porteuse,
avec grossesse « normal e» de 9 mois qui donne un bébé qui
aura une croissance « normale» .
Ceci n’est pas vraiment extraordinaire. En fait c’est seulement
avoir un frère jumeau (ou une sœur jumelle) des années plus
tard. Lorsqu’on prélève votre code génétique pour l’introduire
dans une ovule, on ne fait que vous fabriquer un jumeau.
Ce jumeau aura bien évidemment une éducation et des
expériences différentes des vôtres et développera donc une per-
sonnalité différente. Si votre jumeau cloné est placé à la nais-
sance dans une famille chinoise, il va évidemment parler chi-
nois et non français une fois adulte et manier les baguettes
mieux que vous pour manger son riz…
Mais les recherches effectuées sur les jumeaux séparés à la
naissance ont prouvé qu’ils ont la même personnalité même si
des détails peuvent différer. Ils aiment la même nourriture, les
mêmes livres, les mêmes couleurs, le même genre de compagne

37
OUI AU CLONAGE HUMAIN

ou compagnon, etc…Tout cela confirme les découvertes scien-


tifiques dont nous parlerons plus loin qui montrent que la per-
sonnalité et l’intelligence sont avant tout génétiques.
L’étape suivante (niveau 2) permettra, grâce à une technolo-
gie nouvelle appelée croissance accélérée (AGP = accelerated
growth process), de cloner directement des individus adultes
au maximum de leurs possibilités physiques, soit entre 15 et
17 ans d’aspect physique.
Les individus ainsi clonés ne sont que des copies physiques.
Comme le hardware d’un ordinateur. Ils sont comme des cas-
settes vierges sans mémoire ni personnalité.
J’ai vu les Elohim introduire dans une machine ressemblant
à un grand aquarium (voir Le Message donné par les extra-
terrestres) une cellule prélevée sur mon front, et un copie
fidèle de moi-même s’y développer en quelques secondes.
Le stade 3 fait intervenir une technologie actuellement en
cours de développement en particulier au Japon et qui per-
mettra de downloader dans un ordinateur la personnalité et
la mémoire d’un être humain.
On pourrait ainsi continuer d’exister après notre mort dans
un ordinateur et éternellement vivre et communiquer avec
notre environnement si des capteurs comme des caméras ou
des microphones étaient connectés. Avec des hauts-parleurs
nous pourrions même parler à nos anciens amis, reconnaître
nos copains d’école et échanger nos souvenirs. Nous pour-
rions même jouer avec eux dans un monde virtuel.
On peut aussi imaginer être downloadé (ou uploadé) dans
un ordinateur momentanément, juste pour acquérir des

38
OUI AU CLONAGE HUMAIN

connaissances ou nous entraîner en vivant des expériences


virtuelles, puis être redownloadé dans notre corps originel en
ayant ainsi soit acquis une expérience dans certains domaines,
soit appris par exemple une langue étrangère mélangée à
notre programme par l’ordinateur.
Dans le niveau 3 du clonage, au lieu de downloader notre
personnalité et notre mémoire dans un ordinateur, on la
transfère dans le corps jeune que l’on vient de cloner. On
ajoute le software dans le hardware que constituait le clone.
Et l’on se réveille avec toute sa mémoire et toute sa personnalité
dans un corps jeune et c’est reparti pour une durée de vie
normale et ainsi de suite à travers un nombre infini de corps.
C’est de cette façon que les Elohim vivent éternellement.
C’est pourquoi le clonage est la clé qui va nous permettre
d’atteindre la vie éternelle.
Les opposants au clonage humain ont des arguments d’une
stupidité incroyable. Nous allons ici répondre point par point
à ces objections :

«Le clonage humain va aggraver la surpopulation»:


Actuellement les clients potentiels sont, d’après les estima-
tions suite aux contacts avec Clonaid, environ dix mille dans
le monde. Pour la plupart, des familles ayant des problèmes
d’infertilité insolubles par d’autres techniques.
Il naît chaque heure sur terre plus de 14 000 bébés conçus
naturellement…120 millions par an ! Quelle différence font
dans la surpopulation ces 10 000 bébés potentiels par an
clonés, soit moins de 0,001 % des naissances annuelles ?

39
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Si l’on veut lutter contre la surpopulation, il faudrait com-


mencer par limiter le nombre d’enfants qu’une famille peut
avoir comme les chinois l’ont très sagement fait. Si chaque
personne ne peut avoir qu’un enfant, la population est stabi-
lisée. Mais le pape continue de condamner la contraception et
l’avortement. Il est beaucoup plus responsable de la surpopu-
lation que les 10 000 bébés clonés qui pourraient voir le jour.
Pourquoi nier le droit d’avoir un enfant à une famille sté-
rile et laisser certaines familles catholiques avoir plus de 10
enfants ? Là sont les vrais responsables de la surpopulation,
pas dans le clonage !

« Le clonage humain diminue la biodiversité » :


Si 10 000 familles stériles ont un enfant grâce au clonage
cela ne diminue en rien la biodiversité! La presque totalité des
6 milliards d’humains que nous sommes va continuer d’avoir
des enfants par les voies les plus naturelles. Tous les couples
non stériles du monde, c’est-à-dire la presque totalité de la
population terrestre, va continuer de faire l’amour et d’en-
gendrer des enfants d’une manière traditionnelle.
Encore une fois, sous pretexte d’atteinte à la biodiversité, faut-il
obliger les mères de jumeaux ou de triplés à avorter? Récemment,
une mère vient d’accoucher en Italie d’octuplés… Huit enfants
génétiquement semblables! Et tout le monde trouve cela mer-
veilleux… Si c’étaient des enfants du clonage, on dirait que c’est
monstrueux… Pourquoi deux poids et deux mesures? Comme si
les enfants du hasard méritaient plus le respect que ceux dont la
conception a été programmée scientifiquement.

40
OUI AU CLONAGE HUMAIN

La limitation du nombre de personnes ayant le même code


génétique est effectivement souhaitable. Qu’il ne puisse y
avoir qu’un individu du même « modèle » en même temps
comme chez les Elohim semble une règle sage pour conserver
la fameuse biodiversité ou au maximum deux comme les
jumeaux.
Mais cela doit alors aussi s’appliquer aux naissances multi-
ples, à toutes les naissances multiples !
S’il n’était légalement possible que d’avoir un seul individu
du même modèle cela voudrait dire qu’il faudrait interdire les
jumeaux et obliger les mères qui en attendent à avorter de
l’un des deux ! Si l’on accepte les jumeaux nés naturellement
alors il faut aussi accepter les jumeaux par clonage. Car il ne
saurait y avoir deux poids et deux mesures.
Même si on accepte les jumeaux, le cas se posera alors pour
les triplés. Il faudrait alors forcer à l’avortement les enfants
surnuméraires ! A moins que l’on ne permette le clonage que
d’un nombre équivalent à celui possible par conception
« naturelle », c’est-à-dire huit… Cela semble beaucoup. Mais
toute règle qui fixerait un nombre maximum différent pour
les enfants clonés que pour les enfants conçus naturellement
serait discriminatoire.

«Le clonage humain va créer des monstres » :


Aucun enfant ne sera suivi depuis sa conception plus rigou-
reusement que les enfants clonés. La médecine génétique
moderne permet dès les premières semaines de s’assurer que le
fœtus ne comporte aucune anomalie génétique.

41
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Il naît chaque jour des monstres engendrés par les voies les
plus naturelles. Et personne pour autant ne veut interdire la
reproduction sexuée… Le cas récent des sœurs siamoises où il
est nécessaire, sous peine de voir les deux mourir très vite,
d’en sacrifier une, a créé bien des remous, la justice ayant dû
trancher entre les parents qui souhaitaient ne pas choisir et
« laisser dieu décider » plutôt que de supprimer une des deux
pour la survie de l’autre. Si des sœurs siamoises attachées par
le bassin et dont l’une des deux ne pourrait pas survivre nais-
saient par clonage, il y longtemps que le monde entier dirait
« voyez les monstres engendrés par cette technique ! »… Mais
comme ces sœurs siamoises ont été conçues naturellement,
alors personne ne dit rien…
En parlant de monstres, ni Adolphe Hitler ni Staline, pour
n’en citer que deux, n’ont été conçus par clonage…

« Les enfants clonés pour remplacer ceux morts par acci-


dent ne seront pas heureux, car ils grandiront en sachant
qu’ils n’ont été conçus que pour en remplacer un autre » :
Un enfant bien élevé apprend à faire dépendre son bonheur
de l’amour qu’il se porte à lui-même et non pas de l’affection
des autres. Combien de familles ont eu un nouvel enfant par
des voies naturelles après le décès d’un premier bébé.
Personne ne met en doute leur capacité au bonheur parce
qu’ils ont été conçus après le décès d’un autre.
D’autre part, nombreux sont les individus brillants et ayant
une vie équilibrée et harmonieuse qui ont eu des parents abu-
sifs ou ne leur donnant absolument pas d’amour. Et récipro-

42
OUI AU CLONAGE HUMAIN

quement, beaucoup d’enfants qui ont eu beaucoup d’amour


dans leur enfance se droguent, deviennent des délinquants ou
se suicident. Tout cela n’a rien à voir avec la façon dont ils ont
été conçus. Adolphe Hitler, Staline ou Napoléon semblent
avoir eu une enfance très heureuse et beaucoup d’amour de
leurs parents…
L’éducation de ces enfants peut également se faire de deux
façons : en leur disant la vérité ou pas. Beaucoup d’enfants
« normaux » ont un père qui n’est pas le leur, voir les deux
parents lorsqu’ils ont été adoptés en bas âge. Certains parents
leur disent la Vérité, d’autres non. Mais l’unanimité est totale
chez les enfants adoptés : leurs parents sont ceux qui leur ont
donné de l’amour beaucoup plus que leurs parents biolo-
giques. Si certains sont heureux de retrouver les « vrais»,
jamais ils ne cessent de considérer comme leurs parents ceux
qui les ont adoptés. C’est ça l’Amour…

« Le clonage humain permettra s’il est légalisé à des gouver-


nements de créer des armées de super guerriers clonés»:
Ceux qui pensent ainsi prouvent qu’ils ont bel et bien un
cerveau du 20e siècle ou cerveau préhistorique… Tous les
conflits modernes de l’Irak au Kosovo ont prouvé que des
armées de millions d’hommes, même bien entraînés, ne peu-
vent rien contre la technologie moderne. Les USA écrasent
tous leurs ennemis sans engager dans les combats un seul sol-
dat au sol… Pas un seul militaire américain tué au combat
dans ces conflits et des milliers de morts chez leurs ennemis. Il
faut d’ailleurs rappeler qu’il n’y a pas de service militaire aux

43
OUI AU CLONAGE HUMAIN

USA… L’Irak et la Serbie en ont… et de très longs. Mais ils ne


peuvent rien contre les avions qui échappent au radar et dont
les bombardements sont guidés au mètre près par satellite.
Tout au plus un millier de pilotes américains peuvent ter-
rasser des armées de millions de soldats conventionnels au sol.
Alors, cloner des soldats pour en faire des armées de super
combattants serait pur gaspillage.

« Les enfants clonés auront une longévité réduite » :


Si certains pensent qu’en clonant un individu âgé de 70 ans,
ses cellules seraient chez le bébé cloné déjà vieilles de 70 ans
(ce qui est faux), ce problème n’existerait pas en clonant un
bébé de 10 mois. Même pour ceux qui croient à tort à cette
théorie, que le bébé ait une espérance de vie de 85 ans ou 85
ans moins dix mois n’est pas un problème…
Après la naissance de Dolly, on a parlé de télomères plus
courtes qui laissaient entrevoir un vieillissement prématuré
des clones. Après coup on s’aperçoit que Dolly est toujours
vivante, se reproduit normalement et a une santé d’une brebis
de son âge… D’autre part, d’autres clonages ont eu lieu par la
suite qui n’ont révélé aucune différence de longueur des télo-
mères.
Mieux, une expérience récente sur les souris dans une uni-
versité de Hawai montre qu’après 7 générations clonées non
seulement les télomères ne sont pas plus courtes… mais qu’en
plus certaines cellules sont plus jeunes que la normale, ce que
les scientifiques ne comprennent pas ! Nous sommes vraiment
tout près du secret de la vie éternelle!

44
OUI AU CLONAGE HUMAIN

« Le clonage n’est pas naturel »


Les antibiotiques non plus, ni le massage cardiaque, les
transplantations, les transfusions sanguines ou les plombages
dentaires et une quantité innombrable d’interventions médi-
cales ou de médicaments utilisés tous les jours pour des
millions de gens.
Il est, en revanche, certainement « naturel » de voir 90 % des
enfants en bas âge mourir dans les pays où il n’y a ni hygiène
ni hôpitaux, et d’avoir une espérance de vie de 35 ans…
Est-ce mieux ?
Qui, parmi les avocats du «naturel», refusera à son enfant
malade ou à sa mère mourante les plus avancées des médecines?
Ceux qui sont contre le clonage parce que ce n’est pas natu-
rel et parlent de nous comme de « la secte qui veut cloner des
enfants », sont certainement les mêmes qui condamnent les
Témoins de Jéhovah pour leur refus des transfusions sangui-
nes… Pourtant, ils se comportent face au clonage exactement
comme eux… en refusant la science.

« Il est normal de mourir pour laisser la place


aux générations futures »:
De quel droit les générations futures seraient plus importan-
tes que les générations actuelles ?
Le droit à la vie est considéré comme sacré par toutes les cultures.
Si la vie peut être prolongée ou que l’on peut atteindre la vie
éternelle, de quel droit et à quel âge ce respect sacré de la vie
humaine devrait-il s’arrêter ?
S’il y a des gens trop malheureux, misérables, malades ou

45
OUI AU CLONAGE HUMAIN

dépressifs pour avoir envie de vivre éternellement, en aucun


cas la vie éternelle ne saurait leur être imposée.
Comme je le dis souvent dans mes conférences « Si vous
préférez mourir : mourez donc ! Cela fera plus de place pour
ceux qui veulent continuer de vivre… »
Vivre éternellement ne saurait être imposé à quelqu’un qui
ne le souhaite pas.
Rendre éternel un dépressif serait d’un très grand sadisme.
Pour la plupart d’entre eux, chaque nouvelle journée est un
calvaire et c’est pour cela que beaucoup se suicident.
La vie éternelle peut être une liberté individuelle mais ne
saurait être imposée.
Si l’on faisait un sondage auprès de la population, certai-
nement que la très grande majorité des gens en pleine santé
souhaiteraient vivre éternellement.
Que les malades ou les vieillards diminués par le vieillisement
souhaitent mourir, c’est tout à fait normal. Comment vouloir
vivre éternellement affaiblis et souffrant mille douleurs !
Mais soignez tous les malades et redonnez la vigueur de leur
jeunesse aux personnes âgées et vous verrez qu’elles ne vou-
dront plus mourir!
D’ailleurs, la très grande majorité des personnes âgées font
de l’exercice, prennent des médicaments et font tout ce qu’ils
peuvent pour vivre le plus longtemps possible.
Il faut être dépressif pour avoir envie de mourir.
En vérité, tous ceux qui ne souhaitent pas vivre éternellement
et qui sont apparemment en bonne santé (et ils ne doivent pas
être nombreux) devraient d’abord être soignés pour dépres-

46
OUI AU CLONAGE HUMAIN

sion… certainement qu’après ils ne souhaiteraient plus mourir!


Mais le droit de mourir lorsque les souffrances physiques ou
morales sont trop grandes devrait être respecté. De vieillesse
ou avant. Et je parle là de l’euthanasie, c’est-à-dire de pouvoir
aider à mourir dignement ceux qui le souhaitent, quel que
soit leur âge, lorsqu’on n’est pas capable de soulager leurs
souffrances… Je dis bien morales ou physiques. Car si récem-
ment les Pays-Bas ont admirablement légalisé l’euthanasie,
elle reste limitée aux gens subissant des souffrances physiques
ne pouvant être soulagées. Comme si les souffrances morales
étaient moins importantes.
Un grand dépressif qui ne peut être soulagé souffre tout
autant que quelqu’un qui a un cancer des os… mais ses souf-
frances sont localisées ailleurs.
Rendre moins importantes les souffrances morales incura-
bles que les souffrances physiques est une discrimination
insupportable et repose sur une médecine dépassée qui privi-
légie les symptômes physiques sur les souffrances morales.
L’euthanasie devrait être offerte à tous ceux qui souffrent de souf-
frances incurables qu’elles soient physiques ou morales.
Le droit à la vie éternelle et le droit de mourir vont de pair
dans une société moderne qui respecte les choix et les libertés
individuelles.

«Vivre éternellement doit être épouvantablement


ennuyeux»:
Ce sont généralement des gens qui s’ennuient déjà dans leur
vie actuelle qui disent cela.

47
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Lorsque l’on est passionné par la vie, qu’on l’alimente de plai-


sirs multiples et toujours renouvelés, on ne s’en lasse jamais.
Un journaliste me disait un jour « on va s’ennuyer à force de
rencontrer toujours les mêmes personnes… »
Il y a sur Terre actuellement 6 milliards d’être humains.
Pour faire connaissance de quelqu’un, il faut parler avec lui
un minimum d’une heure (généralement beaucoup plus avec
les gens qui nous intéressent vraiment).
Or comme on ne fait pas que cela, supposons que nous ren-
controns 3 personnes nouvelles par jour (en étant volontaire-
ment très optimiste sur le nombre…)
Cela veut dire que l’on peut faire connaissance d’environ
mille personnes nouvelles par an.
Dans une vie de 80 ans, espérance de vie actuelle, cela fait
environ 70 000 personnes, en enlevant les dix premières
années que l’on passe avec sa famille…
Donc, dans une vie « normale », on ne peut rencontre que
70 000 personnes, soit à peine plus d’une personne sur un
million de celles vivant actuellement sur Terre.
En vivant éternellement dans une population équivalente à
celle de la terre actuellement, il nous faudrait environ trois
millions d’années pour faire connaissance de la moitié de la
population terrestre.
Il y a fort à parier qu’après ce délai on pourrait rerencontrer
ceux qu’on a connus au début et qu’on les aurait oubliés…
De toute façon, même si on ne les avait pas oubliés, ils
auraient tellement changé et évolué en autant de siècles qu’il
seraient très différents.

48
OUI AU CLONAGE HUMAIN

C’est d’ailleurs une des parties les plus intéressantes de l’en-


seignement des Elohim et qui se rapproche des valeurs du
Bouddhisme, qui dit qu’on ne se baigne jamais deux fois dans
la même rivière, parce qu’elle a changé… et nous aussi.
Je dis qu’on ne rencontre jamais deux fois la même per-
sonne. Parce que nous changeons constamment.
C’est pourquoi l’on peut vivre très longtemps avec le même
partenaire et être éternellement amoureux, si l’on est cons-
cient et toujours émerveillé des changements qui font que
ceux avec qui l’on vit sont toujours différents si l’on prend
soin de les regarder toujours avec des yeux neufs.
Alors, s’ennuyer à force de rencontrer toujours les mêmes
gens… impossible !
Et ce qui s’applique aux gens s’applique aussi à toutes nos
activités. Jamais deux levers de soleil ne sont identiques. Et
même s’ils l’étaient, étant vivants nous changeons et donc les
percevons différemment. Voilà pourquoi vivre éternellement
ne peut jamais devenir ennuyeux.
L’ennui vient de l’intérieur. Pas de notre environnement, ni
de notre longévité.
On peut ne vivre que 20 ans et se suicider tellement on s’en-
nuie ou vivre éternellement et être toujours enthousiasmé par
l’existence.
Mais peut être que pour apprécier l’existence, il faut rem-
placer notre culture de l’avoir et du savoir par une culture de
l’Etre, et encourager le développement et l’enseignement de
davantage de Guides spirituels au lieu de les dénigrer comme
des « chefs de sectes » ou des « gurus dangereux »…

49
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Guru vient du sanscrit et veut dire éveilleur… Quelqu’un qui


vous apprend à vous émerveiller de chaque seconde que vous
vivez. Et lorsqu’on est émerveillé à chaque seconde on n’a pas
envie que ça s’arrête et l’on est prêt à être heureux éternellement.

« La Peur distillée savamment par les médias »:


On peut se demander ce qui fait tellement peur à certaines
personnes quand on parle de clonage humain.
Tout d’abord il faut comprendre que l’opinion publique est
manipulée par certaines personnes à qui on accorde une cer-
taine autorité morale, bien que la majorité du public ne se
soucie plus de leur opinion.
Mais les médias ont besoin de se référer à certaines person-
nes pour effrayer le public, ce qui est toujours une garantie de
forte ventes de journaux ou d’un bon audimat.
Quand des médias parlent de ce qui va bien, ils ont moins
de succès que quand ils rapportent des crimes, des guerres ou
des choses monstrueuses et scandaleuses.
Quitte à mentir et augmenter le nombre des victimes d’une
manière totalement fantaisiste, comme ce fut le cas pour le
massacre de Timisoara… De quelques dizaines de victimes
réelles, les journalistes sont passés à des centaines, puis des
milliers… Et si un journaliste honnête rapportait le chiffre
réel, il se faisait réprimander comme un révisionniste pour ne
pas parler comme tout le monde de milliers de victimes…
même si ce n’était pas vrai!
Les plus récents forums sur l’internet montrent qu’en vérité
une majorité du public est en faveur du clonage humain. En

50
OUI AU CLONAGE HUMAIN

particulier celui organisé par la BBC.


Mais les médias ne le disent pas.
Ils se réfèrent toujours à l’opinion de quelques conserva-
teurs d’un autre siècle qui sont totalement incapables de com-
prendre même un dixième de ce que c’est…
Par exemple le pape, fidèle à la longue tradition catholique
d’être contre tout progrès.
Rappelons que toute nouveauté a toujours été condamnée
par le Vatican. Pas seulement Copernic ou Galilée parce qu’ils
disaient que la Terre était ronde et qu’elle n’était pas le centre
de l’univers, mais également Giordano Bruno parce qu’il
disait qu’il y avait de la vie sur d’autres planètes, les premiers
utilisateurs de la fourchette qui ont été excommuniés car on
devait toucher la nourriture donnée par « dieu » avec ses
doigts, la machine à vapeur, l’électricité, etc… sans parler de
la contraception ou de l’avortement bien sûr.
Alors les médias reprennent ces prises de position sans par-
ler des opinions des autres religions. Il y a en effet des
Rabbins, des chefs religieux Musulmans ou Bouddhistes qui
se sont prononcés en faveur du clonage. Mais d’eux on ne
parle pas.
Ces religieux musulmans et juifs disent en résumé que « si
dieu permet à l’Homme de découvrir et d’utiliser ces tech-
niques, c’est que cela fait partie de sa volonté ». Les
Bouddhistes, qui ne croient pas en un dieu créateur tout puis-
sant rappelons-le, disent que le clonage est « un karma posi-
tif » … en d’autres termes que cela permet à une « âme » de se
réincarner pour avoir une nouvelle chance.

51
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Mais seuls les propos du pape sont rapportés…


C’est là une pensée unique que l’on retrouve et qui est
appliquée à bien d’autres sujets.
Une tendance à normaliser la société pour effacer les diffé-
rences et faire passer pour des monstres diaboliques tous ceux
qui s’en écartent.
On retrouve la même diabolisation des opinions envers les
minorités religieuses dédaigneusement appelées « sectes ». Il
faut que tout le monde pense pareil, croie pareil et achète
pareil.
Bienheureusement, grâce à la mondialisation des pensées
par l’internet, ceux qui s’acharnent à vouloir défendre leur
droit à penser différemment s’aperçoivent qu’ils ne sont pas
seuls…

52
AVOIR UN ENFANT A LA CARTE

Il est déjà scientifiquement possible pour des parents de


choisir certaines caractéristiques de l’enfant qu’ils veulent
avoir avant sa naissance.
Le choix du sexe est déjà possible même si certains pays ont
cru bon de voter des lois interdisant ce choix.
Mais très bientôt toutes les caractéristiques de l’enfant vont
pouvoir être sélectionnées. On pourra réellement avoir « un
enfant à la carte ».
Les arguments de ceux qui s’opposent à ces possibilités sont
totalement ridicules.
Actuellement on laisse faire le hasard, souvent baptisé « la
volonté de dieu » par ceux qui sont suffisamment primitifs ou
superstitieux pour y croire encore.
Ainsi des familles se retrouvent avec des enfants porteurs de
tares génétiques, handicapés et souffrant à vie, dont l’espé-
rance de vie est parfois extrêmement courte et qui sont une
charge énorme pour la société alors que tout cela aurait pu
être évité facilement.

53
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Il est criminel de laisser naître des enfants qui vont souffrir


toute leur vie alors que l’on sait faire en sorte que seuls des
enfants génétiquement sains soient conçus.
Les mêmes personnes qui disent que la création d’enfants
par clonage est dangereuse pour l’équilibre de l’enfant qui ne
sera pas vraiment désiré, qu’il faut avoir un enfant non pour
se faire plaisir mais pour le bonheur d’un nouvel être
humain, ces mêmes personnes soit-disant pleines d’amour et
de considération pour le futur humain n’en ont plus aucuns
lorsqu’il s’agit de sa santé. Là ils disent qu’ils faut laisser faire
la nature et ne pas empêcher des enfants handicapés généti-
quement de naître. Il est pourtant évidemment beaucoup
plus grave de naître sans bras et sans jambes que d’être
cloné et normal.
Même leur refus du choix du sexe de l’enfant à venir est
incompréhensible. Si une famille souhaite avoir un garçon et
met au monde une fille, celle-ci pourra être rejetée, maltraitée,
voir vendue ou tuée comme cela arrive hélas dans certains pays.
Dans des régions plus civilisées la déception des familles même
moins fortement exprimée sera un frein au développement har-
monieux de l’enfant.
En laissant les familles choisir le sexe de leur enfant, on est sûr
que l’enfant sera 100% désiré, attendu et aimé. C’est cela se
soucier du bien-être de l’enfant à venir.
Et la plupart des familles souhaiteront avoir un garçon et une
fille ce qui ne changera pas énormément la répartition sexuelle
de la population, de toute manière devenue sans importance
grâce à la reproduction par clonage!

54
OUI AU CLONAGE HUMAIN

On peut imaginer une population même «déséquilibrée» et


composée d’une majorité d’hommes… ou de femmes qui se
reproduit à un rythme suffisant pour un maintien de la popula-
tion grâce à une reproduction par clonage.
Il y a fort à parier qu’une nouvelle fois, le pays de la liberté
individuelle, les USA, va être un pionnier là aussi.
Car c’est la fantastique Cour Suprême américaine, composée
de juges élus à vie et 100 % indépendants du pouvoir qui a
autorisé la reproduction in vitro ou IVF qui est effectuée pour
des centaines de gens tous les jours, en disant que « la consti-
tution américaine garantit le droit des individus à choisir leur
mode de reproduction ». Cela vaudra pour le clonage et bien
sûr pour le choix des caractéristiques des enfants à naître.
En allant plus loin, on ne voit pas pourquoi les caractéris-
tiques physiques ou intellectuelles d’un enfant ne pourraient
pas être choisies par les futurs parents.
Là aussi, le bonheur de l’enfant à venir en dépend. Car plus il
correspondra à ce que les parents attendent et plus il sera aimé.
Si une famille de scientifique souhaite avoir un enfant qui sera
un génie dans leur branche, quel mal y a-t-il à le leur permettre?
Si, en laissant faire le hasard, ils se retrouvent avec un enfant qui
n’aime que le sport ou la musique, ils risquent comme cela arrive
tous les jours, de lui faire vivre une vie misérable et de contrarier
son talent naturel. Le monde actuel est plein de ces gens qui ne
se remettent jamais du fait que leur famille les ait poussés à faire
autre chose que ce qu’ils voulaient et traînent de dépression en
dépression quand ils ne se suicident pas en une fois ou à petit feu
en se jetant dans la drogue ou dans l’alcoolisme.

55
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Si un couple d’artiste souhaite avoir un enfant doué pour la


musique et que la génétique le permet, il n’y a que des avan-
tages. Les parents et l’enfant seront parfaitement heureux, ils
pourront lui donner un environnement idéal pour que ses
qualités se développent et un futur virtuose bien dans sa peau
fera bénéficier la société de son talent.
Idem pour un couple de scientifiques ou de sportifs de haut
niveau.
Ainsi les familles, l’enfant à naître et la société, tous bénéfi-
cient du fait pour les parents de pouvoir choisir « à la carte »
les caractéristiques du futur être humain.
Toutes les questions soi-disant «éthiques » à ce sujet ne sont
que des réticences qui puisent leurs racines dans les religions
primitives où l’on veut laisser à un dieu imaginaire le choix
des infirmités qui vont affliger un enfant ou des dons qui
vont rendre sa vie merveilleuse.
Un jour viendra où les considérations «éthiques» de notre
époque paraîtront totalement anti-éthiques, car ne prenant pas en
compte le bonheur réel des êtres à naître et l’avenir de l’Humanité.
Encore une fois la sagesse est de laisser les gens décider de ce
qu’ils souhaitent. Il y a fort à parier que, là aussi, si la liberté est
laissée à chaque famille de décider s’ils veulent choisir les caracté-
ristiques de l’enfant à naître ou s’ils préfèrent s’en remettre au
hasard, une très vaste majorité des parents vont vouloir choisir.
Aucune mère au monde ne peut pas ne pas souhaiter le meilleur
pour son enfant. A part quelques personnes complètement sou-
mises à une foi religieuse déconscientisante. Celles-là ont-elles le
droit d’imposer à la société la naissance d’enfants affligés de mons-

56
OUI AU CLONAGE HUMAIN

truosités physiques ou de personnes malades et handicapées à vie


alors que l’on sait l’éviter?
Là aussi, la démocratie devrait primer sur les beaux esprits reli-
gieux conservateurs qui prétendent savoir mieux que les futures
mamans ce qui est bon pour leurs enfants.
Et ces personnes ont-elles même le droit d’imposer à la société
le fardeau des enfants handicapés, fruits de leurs choix criminels
reposant sur des croyances religieuses dépassées?
La motivation religieuse permet-elle tous les crimes? On
n’accepte bienheureusement plus les sacrifices humains pour
motifs religieux, et on commence enfin à interdire les mutila-
tions sexuelles reposant également sur la religion. La mise au
monde d’enfants porteurs de tares génétiques ne devrait-elle
pas être elle aussi interdite comme crime contre l’Humanité
quand on sait l’empêcher?

57
ALIMENTS GENETIQUEMENT
MODIFIES :
LA FIN DES FAMINES

Grâce à la génétique, on va pouvoir fournir enfin à tous les


êtres humains de la nourriture en abondance.
Les aliments génétiquement modifiés sont l’avenir de l’hu-
manité. Leurs avantages sont nombreux.
Tout d’abord, ils permettent de réduire considérablement les
quantités de pesticides et fongicides qui polluent gravement la Terre.
Ensuite ils permettent, comme pour le tout récent riz jaune
créé par des généticiens, de fournir aux populations du tiers-
monde les vitamines dont ils ont désespérément besoin.
Il est facile pour des occidentaux trop bien nourris de pro-
clamer du haut de leur obésité que les aliments génétique-
ment modifiés sont dangereux. Le plus dangereux c’est de
n’avoir rien à manger… Tout le reste est du détail.
Même si les premiers aliments génétiquement modifiés ne sont
pas parfaits, là aussi c’est en expérimentant qu’on va améliorer.
La peur que ces espèces nouvelles créées par l’homme ne
s’échappent, s’accouplent ou polinisent les « espèces
naturelles » est stupide.

59
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Jusqu’ici les modifications génétiques souhaitées étaient


obtenues par des siècles de lentes sélections faites par des jardi-
niers ou éleveurs.
Les aliments génétiquement modifiés, c’est la même chose
mais on gagne du temps.
Et personne n’a peur que le blé que l’on a mis des siècles à
sélectionner pour qu’il produise plus ne se mélange avec le blé
sauvage ou que les vaches laitières qui produisent 20 fois plus
de lait que les espèces sauvages ne les « contaminent»…
Non seulement les espèces génétiquement modifiées vont
apporter de la nourriture en abondance et réduire la pollu-
tion, mais elles vont également nous permettre de retrouver
des fruits et légumes avec des saveurs extraordinaires. Leur
goût est en effet lui aussi commandé par des gènes. On
pourra ainsi avoir des fraises plus sucrées et avec un parfum
beaucoup plus fort sans avoir à rajouter de sucre blanc raffiné.
Imaginez tous les fruits et légumes, naturellement et sans
produits chimiques, possédant des saveurs 100 fois plus for-
tes, des fraises au goût de fraise comme dans un bonbon, des
bananes, des ananas, etc… Tout cela est possible.
Idem pour les animaux. Récemment un saumon a été créé
par manipulations génétiques qui grossit dix fois plus vite que
l’espèce sauvage.
Les opposants « écologistes » essaient de s’opposer à sa com-
mercialisation sous prétexte des dangers que l’espèce s’é-
chappe des élevages et s’accouplent avec les espèces sauva-
ges… Et alors ? On aurait des saumons dix fois plus gros…
Aucun pêcheur ne s’en plaindrait…

60
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Mieux, les généticiens proposent de rendre ces saumons sté-


riles pour faire taire les opposants au progrès. Certainement
que cela ne fera pas plaisir aux pêcheurs de saumons sauvages
qui devront se contenter de pêcher des poissons dix fois plus
petits que les saumons d’élevage…
Et le goût de la chair de ces saumons modifiés génétique-
ment n’est pas moins bon que celui des « normaux ». Au
contraire, on pourra également modifier les gènes qui com-
mandent le goût de sa chair et le rendre plus savoureux. Idem
pour toutes les viandes. Du bœuf dont la viande fraîche aura
le même goût et la même tendreté qu’une viande vieillie, cela
est possible. Même plus tendre et plus « goûteuse » que la
viande « normale »…
Cela sera possible avec absolument tous les aliments que
nous connaissons.
Récemment un lapin lumineux a été créé en ajoutant au code
génétique du rongeur quelques gènes d’une espèce de méduse.
Ce lapin, lorsqu’il est exposé à la lumière noire, devient
fluorescent, ce qui en fera sûrement un animal de compagnie
très prisé des enfants…
Les opposants soi-disant protecteurs des animaux se sont, là
aussi, élevés contre cette réalisation. Ce lapin s’est-il plaint
d’être lumineux ? A ma connaissance non car la modification
génétique ne lui a pas encore donné la parole… (Ça viendra
peut être un jour ! )
Pourquoi un lapin lumineux en bonne santé serait plus
malheureux qu’un lapin ordinaire? Là encore les protestations
ne sont que réactions primitives anti-science…

61
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Personnellement j’adorerais qu’on m’ajoute ce gène et devenir


lumineux… Quel succès sur les plages le soir! Cela viendra
sûrement.
Pourquoi un animal de compagnie modifié génétiquement
choque-t-il les conservateurs ? Sont-ils choqués par la tête de
l’horrible bull-terrier, du bulldog, du yorkshire ou du chihua-
hua ? Non.
Pourtant toutes ces espèces dérivent du loup ou du chien
sauvage et sont les fruits de sélections génétiques ayant pris
des siècles. Si aujourd’hui il n’existait que le loup et le chien
sauvage et que des généticiens produisent directement un tec-
kel ou un chihuaha les mêmes « protecteurs des animaux »
crieraient au scandale disant qu’on n’a pas le droit de modifier
ainsi les espèces vivantes…
Mais comme cela a été fait sur des siècles alors ils ne protes-
tent pas et acceptent de regarder avec admiration un chat nu
sans poils et à la peau qui plisse parce que la modification
génétique a pris des siècles à être fixée… Stupide !

62
L’INTERNET:
UNE EXPERIENCE RELIGIEUSE

Il est normal que les vieux dinausores qui sont contre le clo-
nage soient également contre la liberté existant sur ce nouveau
moyen de communication. Car il permet aux humains de
communiquer instantanément hors des circuits traditionnels
contrôlés et censurés par les gouvernements, les législateurs
soumis à leur autorité et les pouvoirs économiques et religieux
complices de ce muselage de la communication.
Les grands journaux et les grandes télévisions distillent à la
même heure une information politiquement, religieusement
et économiquement correcte à un public qui absorbe béate-
ment la même soupe médiatique destinée à conformer la
population pour la rendre plus facilement gouvernable et
exploitable, tout en lui rabâchant, afin qu’elle le croie, qu’elle
vit dans une société jouissant d’une liberté quasi-totale ce qui
n’est qu’une illusion… Les Chinois et les Français tiennent là-
dessus le même langage à leurs populations… et sont tous
deux montrés du doigt par un rapport US sur les pays ne
respectant pas la liberté religieuse.

63
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Les Français par exemple sont persuadés d’être dans un pays


exceptionnellement libre, ce qui est totalement faux. Les USA
sont le pays de la liberté. Mais la propagande nationale fran-
çaise, avec la complicité des médias, fait de la liberté une fierté
nationale, presque une partie du patrimoine, et quiconque la
met en doute est considéré comme un traître. Les Français
sont fiers de l’idée qu’ils se font de leur liberté plus que de la
liberté elle-même qui, elle, est de plus en plus limitée.
Et lorsque la comparaison avec les USA, vrai pays de liberté,
leur est présentée, ils s’empressent de souligner tout ce qui ne va
pas en Amérique, pays à leurs yeux «trop» libre, où il n’y a pas de
sécurité, la peine de mort, beaucoup de pauvreté et autres clichés.
En fait ils se considèrent avec un orgueil très particulier le
juste milieu de la liberté acceptable. Moins ce n’est pas assez
et plus c’est trop.
Un peu comme les gens qui conduisent leur voiture et quali-
fient ceux qu’ils dépassent de lambins et ceux qui les doublent
de chauffards. Chacun voit midi à sa porte c’est bien connu.
Le problème avec la liberté, c’est qu’elle est totale ou qu’elle
n’est pas.
On peut argumenter que « la liberté ne saurait être totale et
qu’il faut des limites pour éviter l’anarchie ». C’est vrai que
des lois sont nécessaires pour que la justice existe et que tous
les citoyens soient égaux en droit quels que soient leur race
leur fortune et leur pouvoir. Mais cela s’applique aussi au
gouvernement.
Aux USA, le gouvernement peut être condamné lorsqu’il fait des
lois qui ne respectent pas la liberté individuelle, la liberté d’expression

64
OUI AU CLONAGE HUMAIN

garanties par sa propre constitution. En France non. Parce qu’il y a une


clause qui limite ces libertés lorsque «l’ordre public est menacé»… Ce
faux prétexte peut être utilisé à tout moment pour porter atteinte aux
libertés individuelles garanties par les Droits de l’homme.
Les libertés fondamentales garanties par la déclaration des
Droits de l’Homme ne doivent connaître aucune limite.
Même pas pour maintenir « L’ordre public ». Un pays où l’on
peut interdire la publication d’un livre, l’accès à un site inter-
net, ou une minorité religieuse, n’est pas un pays de liberté.
La liberté d’expression doit être totale et sans aucune restric-
tion sinon il n’y a pas de liberté. Elle ne l’est pas en France.
Elle l’est aux USA. Dans les textes et dans les faits. Même le
gouvernement US ne peut rien contre la cour suprême totale-
ment indépendante du pouvoir lorsqu’elle déclare une loi
contraire à la constitution parce qu’elle ne respecte pas la
liberté d’expression.
L’internet, lui, permet à l’information de circuler directe-
ment et librement. Et à tous ceux qui ont des opinions diffé-
rentes de la majorité de les exprimer et de faire réfléchir les
autres. De les faire douter du message officiel, qu’il soit poli-
tique, religieux, économique ou scientifique. C’est pourquoi
tous les pays totalitaires essaient de contôler l’internet qui
vient diminuer leur pouvoir absolu.
La liberté d’expression si importante et garantie par la
charte des Droits de l’Homme trouve en l’internet le moyen
idéal de se réaliser.
Et il n’est pas surprenant que le seul grand pays au monde
où la Liberté d’expression est garantie sans limite par la cons-

65
OUI AU CLONAGE HUMAIN

titution soit également le pays où l’internet est totalement


libre et le restera : les Etats-Unis.
La Chine, et même des pays qui veulent donner l’image de la
liberté mais n’en ont en vérité aucune comme l’Allemagne ou la
France, limitent la liberté sur l’Internet et condamnent à la prison
certaines personnes pour avoir tenu certains propos sur l’internet.
Par exemple, la France a condamné certaines personnes pour
propos révisionnistes, c’est-à-dire niant ou minimisant la réalité
des camps de concentration nazis alors que les mêmes propos
se trouvent sur les sites internet US et y seront pour toujours.
De la même manière, la France a interdit à Yahoo-France de
permettre à ses abonnés français d’avoir accès à des sites internet
US qui mettent aux enchères des objets nazis. Les Français
intéressés par ces objets pourront malgré tout sans problème
se connecter sur ces sites internet US en se connectant à des
serveurs américains…
Enfin l’Allemagne a fermé de nombreux sites internet d’ex-
trême droite. Tous ces sites ont été réouverts immédiatement
aux USA…
C’est ça la liberté magique procurée par l’Internet. Qu’un
gouvernement liberticide et dictatorial interdise la publica-
tion d’un livre, ce qui est arrivé de nombreuses fois en France
avec un livre également qualifié de révisionniste comme celui
de Roger Garaudy, ou celui écrit par le médecin de l’ancien
président français François Mitterand et ces livres se retrou-
vent quelques jours plus tard disponibles sur l’internet.
L’internet c’est la mort de la censure. Enfin il est de nouveau
interdit d’interdire… car les interdictions sont inapplicables, vu

66
OUI AU CLONAGE HUMAIN

que toute idée ou toute forme d’expression que l’on veut bloquer
passera quand même sur l’internet, par un trou ou par un autre.
Je ne suis pas en train de dire que je supporte les idées des révi-
sionnistes ou des néo-nazis, mais que conformément à la liberté
d’expression garantie par la charte des Droits de l’Homme, ils
doivent avoir le droit d’exprimer librement leurs idées.
C’est le cas dans le seul pays au monde qui respecte cette
liberté fondamentale, les USA, et cela ne pose aucun pro-
blème. La liberté d’expression étant totale, ceux qui sont
contre la haine raciale et les idées nazies pouvant également
s’exprimer librement, vu qu’ils sont heureusement plus nom-
breux les sites internet propageant la fraternité et le respect
entre les races sont également plus nombreux et une très vaste
majorité de la population partage ces valeurs, tout en respec-
tant la liberté d’expression.
Si cette liberté de l’internet est sacrée même dans les cas
extrêmes que nous venons de citer, elle ouvre des portes vers
de nouveaux horizons beaucoup plus révolutionnaires.
La libre circulation des idées grâce à l’imprimerie a permis
une révolution religieuse qui a créé le schisme du protestan-
tisme diminuant bienheureusement le pouvoir exhorbitant
dont disposait à l’époque l’Eglise Catholique.
Là aussi les pays totalitaires et liberticides comme la France
ont tenté de museler ces mouvements libertaires par des mas-
sacres sanglants comme celui de la Saint Barthélémy qui a
assassiné sur ordre du gouvernement des milliers de protestants.
Déjà on s’en prenait à des révisionnistes, mais religieux ceux-
là… Ils osaient penser différemment de la majorité catholique

67
OUI AU CLONAGE HUMAIN

politiquement correcte… «Tuez-les, mais tuez-les tous» a dit


le gouvernement français… Une longue tradition… Et l’on se
demande comment certains peuvent être fiers d’être français…
Le fait de pouvoir imprimer des idées nouvelles ou contesta-
taires du pouvoir établi était une révolution, car cela permet-
tait à une pensée de voyager plus loin que les oreilles de ceux
qui vous entendaient les émettre. Un génie, un visionnaire ou
un révolutionnaire pouvait exprimer des idées nouvelles en
parlant à un petit groupe et cela prenait généralement des siè-
cles avant que ses propos n’aient un impact sur la société.
Grâce à l’imprimerie, le temps pour que les propos révolu-
tionnaires aient un impact significatif sur une société s’est
trouvé réduit à quelques années. C’est pourquoi le protestan-
tisme a explosé en quelques années seulement.
Si l’imprimerie avait existé à l’époque de Jésus, le christia-
nisme n’aurait pas mis des siècles à se répandre en Europe…
Maintenant avec l’internet, les idées révolutionnaires peu-
vent être accessibles instantanément sur toute la planète. Les
e-books arrivent : les livres électroniques.
Stephen King vient de publier son nouveau roman directe-
ment sur l’internet par ce moyen.
Les maisons d’édition papier vont disparaître, qu’elles
publient des journaux ou des livres, ce qui est un bienfait pour
l’environnement étant donné les millions d’arbres qui sont abat-
tus chaque jour juste pour pouvoir imprimer des journaux, sans
compter les tonnes de produits chimiques déversés dans les
rivières et dans l’atmosphère pour blanchir les papiers, puis
les noircir avec de l’encre également chimique et polluante…

68
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Le dos des écoliers souffrira moins car au lieu d’un cartable


bourré de livres ils n’auront qu’un e-book gros comme un ordi-
nateur de poche contenant tous les livres de leur année sco-
laire… s’ils continuent d’aller à l’école, car cette institution peut
elle-même être supprimée, l’internet permettant aux enfants de
rester chez eux pour étudier sur leur écran, avec les meilleurs
professeurs du monde et les connaissances les plus récentes,
mises à jour chaque semaine tant les découvertes s’accélèrent…
On arrivera alors à faire en sorte que les étudiants médecins
n’apprennent plus ce qui était vrai voilà dix ans et ne l’est plus
pour le plus grand bien de tous leurs futurs patients… s’il y a
encore des médecins, car les robots, les ordinateurs et la nano-
technologie vont les remplacer un jour.
Les jeunes générations passent plus de temps sur l’internet
qu’à l’église le dimanche matin, et, sauf dans quelques familles
où l’autoritarisme parental les force à se rendre aux messes, ils
préfèrent, à juste titre, rester devant leur ordinateur.
Et ils ont raison ! Car l’internet est une expérience beaucoup
plus religieuse que n’importe quelle messe !
Grâce à leur petit écran, les gens sont connectés à l’huma-
nité toute entière, sans distinction de race ou de religion.
Rien n’unifie plus les êtres humains que l’internet.
Directement une jeune américain peut «chatter» avec un
jeune russe ou chinois et voir si les conditionnements politiques
de leurs médias respectifs sont vrais ou non. Et généralement ils
ne le sont pas. L’internet est donc un instrument de paix mon-
diale. Jadis on pouvait lancer des jeunes gens qui, de bonne foi,
pensaient qu’il y avait des barabares de l’autre côté de la monta-

69
OUI AU CLONAGE HUMAIN

gne, maintenant ça ne marche plus… Ils vérifient sur le net…


Les systèmes politico médiatiques internationaux ne peu-
vent plus conditionner impunément les gens. Et ils peuvent
même demander directement dans les chat rooms aux habi-
tants des pays « ennemis » si ce que l’on dit est vrai…
Le mot « religion » vient du latin «religere » qui veut dire
« faire le lien », relier. Rien ne relie davantage les hommes entre
eux que l’internet.
Et les gouvernements le savent qui essaient dans certains
pays de limiter ou de contrôler l’accès à l’internet…
Mais ces barrières gouvernementales ne pourront résister au
raz de marée informatique.
Une véritable conscience collective est en train de prendre
forme et l’internet est semblable au courant électrique qui
relie les neurones. Nous sommes tous les neurones d’un
immense cerveau qu’est l’Humanité et l’internet est le mes-
sage qui fait passer le signal, comme dans les synapses, entre
les neurones / hommes ou «neurhommes » que nous sommes.
Chaque jour, en une « messe » collective gigantesque, des
millions d’êtres humains communient « on line » dans ce
réseau planétaire.
Les jeunes qui grandissent avec cette technologie sont
beaucoup plus connectés que les générations anciennes au
reste de la planète. Leur conscience planétaire est beaucoup
plus grande que celle des adultes. Ils savent qu’ils peuvent
être connectés avec n’importe quel coin de la planète avec un
click sur une souris…

70
ORDINATEURS ET NANOTECHNOLOGIE:
LA SUPPRESSION DU TRAVAIL

Les ordinateurs vont très rapidement dépasser les possibili-


tés du cerveau humain.
Déjà aucun être humain, même le plus brillant mathéma-
ticien, n’est capable de calculer aussi vite que les ordinateurs
modernes.
Sur le plan de la mémoire également, aucun humain ne
peut mémoriser avec précision autant d’informations.
Avec le développement de l’intelligence artificielle et des
ordinateurs neuronaux, les capacités, même de création ou
d’adaptation à des environnements nouveaux des ordina-
teurs vont devenir infiniment plus puissantes que celles des
cerveaux humains.
Dans un premier temps ces intelligences artificielles mises au
service de l’humanité vont pouvoir remplacer avantageuse-
ment une quantité inimaginable de fonctionnaires et d’em-
ployés improductifs.
C’est toute la structure socio-économique du monde qui va
se trouver totalement bouleversée. Dans un premier temps cela

71
OUI AU CLONAGE HUMAIN

amènera des baisses d’impôts colossales et un développement


économique sans précédent dans l’Histoire de l’humanité.
Enfin apparaîtra la nanotechnologie, qui va remplacer tota-
lement la main-d’œuvre dans toutes les industries produisant
des matières premières tant industrielles qu’agricoles.
Cette utilisation de robots microscopiques capables de tra-
vailler au niveau moléculaire permettra à des mines sans
mineurs d’extraire des minerais, à des usines sans ouvriers de les
transformer en matières utilisables, à des fermes sans agricul-
teurs, de transformer des composants chimiques en chair de
légumes ou de viandes sans passer ni par les plantes ni par les
animaux.
Les nanobots (nano-robots) vont produire pour nous tout ce
dont nous avons besoin en travaillant directement dans l’infi-
niment petit. En réassemblant les atomes et les molécules.
Si par exemple nous avons besoin de fer, il suffit d’intro-
duire dans le sol des milliards de nanobots qui extraient du
sol le minerai de fer.
Ensuite ce minerai est acheminé dans une usine par des
moyens de transports automatisés.
Puis le minerai est introduit dans des machines où des ordi-
nateurs et d’autres nanobots programmés pour cela raffinent
le minerai pour en faire du fer pur.
Si, par exemple, nous avons besoin de coton, la compo-
sition chimique précise du coton de la meilleure qualité
possible est introduite dans un ordinateur qui programme
des milliards de nanobots. Ensuite, à l’intérieur d’une
machine, on introduit les matières premières, les compo-

72
OUI AU CLONAGE HUMAIN

santes chimiques qui composent le coton. Et la machine


produit du coton.
Si nous voulons du poulet, il suffit d’introduire dans une
autre machine les composants chimiques de la chair de pou-
let. Et la machine produit de la chair de poulet. D’une saveur
et d’une qualité parfaite, sans produits chimiques, sans hormones,
sans pesticides et avec la saveur et la composition exacte des
meilleurs poulets de grains.
Idem pour le poisson, la viande, les fruits, les légumes et
toute autre nourriture.
Chaque aliment a une composition chimique. Les nano-
bots, si on leur fournit les composants chimiques de la nour-
riture souhaitée, la « bâtissent » chimiquement en manipulant
les atomes et les molécules.
Et il n’y a pas besoin d’usines pour fabriquer ces nanorobots
ou nanobots. Ils sont fabriqués au départ capables de se
reproduire, de fabriquer des copies d’eux-mêmes. Sans
aucune intervention humaine.
On peut imaginer la terre couverte entièrement de ces
nanobots mettant l’infiniment petit à notre service. Car ils
n’ont pas besoin de lieux de travail ou de logements. Ils peu-
vent être partout. Purifiant les rivières, nettoyant nos siècles
de pollution et d’erreurs.
La disparition du travail pour les humains va bien sûr obliger la
société à modifier totalement ses structures économiques et sociales.
S’il n’y a plus besoin de main d’œuvre humaine, d’em-
ployés, d’ouvriers et d’agriculteurs, des milliards d’êtres
humains vont se retrouver sans emploi et donc sans revenu.

73
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Dans un monde capitaliste sauvage comme celui que nous


connaissons actuellement, cela condamne à la famine la
majorité de l’Humanité et c’est évidemment inacceptable.
Comme chez les Elohim, il faudra donc trouver un moyen
pour que tout être humain dispose, de sa naissance à sa mort
(s’il meurt…) d’un revenu minimum lui permettant de vivre
décemment et avec un minimum de plaisir.
Cela devra comporter de quoi se loger, se nourrir, s’habiller
et s’amuser.
Si tous les travaux sont accomplis par des nanobots, ordina-
teurs et autres robots biologiques, cela signifie la plus grande
libération des êtres humains de toute leur histoire.
Cela n’a rien à voir avec le communisme qui faisait de tous
les humains des travailleurs et mettait tous les travailleurs à
égalité. A égalité de souffrances, devrait-on dire.
La nouvelle société sans travail met à égalité de plaisir et d’é-
panouissement tous les humains.
Plus personne n’ayant besoin de travailler, l’argent tel que
nous le connaissons actuellement disparaît forcément et fait
place, ce qui a déjà commencé avec les cartes de crédit, à un
certain crédit mensuel, dont les gens disposent pour s’offrir ce
qu’ils souhaitent.
La nanotechnologie résout tous les problèmes, en commen-
çant par le logement et la nourriture.
Des logements «vivants » peuvent être conçus, mélange de
biologie, d’électronique et de nanotechnologie.
Des nanobots peuvent très bien construire des immeubles
pouvant loger des millions de gens, sans aucun ouvrier du

74
OUI AU CLONAGE HUMAIN

bâtiment. L’entretien et le nettoyage de tels buildings peuvent


également être assurés par les nanobots.
Pour la nourriture, on peut imaginer que chaque apparte-
ment soit alimenté, comme actuellement en eau courante, en
matière première qui alimente des appareils fabriquant
instantanément la nourriture de notre choix, comme on l’a vu
plus haut, les matériaux atomiques nécessaires pour fabriquer
une cuisse de poulet ou une feuille de salade étant exactement
les mêmes mais organisés différemment au niveau de l’infini-
ment petit. Idem pour le caviar ou le foie gras. Plus aucune
nourriture ne sera réservée aux riches puisque les mêmes com-
posants arrangés différemment peuvent donner une tranche
de pain ou les mets les plus extraordinaires.
Enfin, sur le plan des distractions et des plaisirs, l’informa-
tique mettra à la portée de tous les humains l’accès aux réalités
virtuelles.
Sans compter l’accès imminent aux drogues électroniques
permettant d’expérimenter des plaisirs inimaginables sans les
inconvénients pour la santé des drogues chimiques.
D’autre part, chaque humain pourra être servi physique-
ment par un ou plusieurs robots biologiques de l’aspect phy-
sique de son choix, qui également pourront lui servir éven-
tuellement de partenaire sexuel.
Chaque être humain bénéficiant du même logement, des
mêmes avantages sociaux, de la même nourriture, des mêmes ser-
viteurs-robots-biologiques, des mêmes partenaires sexuels idéaux
virtuels ou robots biologiques également, plus aucune envie, ni
aucune jalousie n’engendreront de violences entre les individus.

75
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Cela engendrera un monde d’amour et de fraternité incom-


parables. Chacun pourra s’amuser à créer des œuvres d’art
originales qui, dans un monde sans argent, ne pourront qu’ê-
tre offertes aux gens qu’on aime et non plus vendues.
Les gens n’ayant plus besoin de travailler pourront vivre une
existence de plaisir et d’épanouissement.
Ceux qui ont envie de faire des recherches scientifiques ou de
la création artistique pourront bien sûr le faire. Mais plus pour
«gagner leur vie à la perdre»… Mais uniquement pour le plaisir.
Que ces derniers aient quelques avantages extraordinaires
comme le droit de résider dans des maisons individuelles ou
des appartements plus grands, dans des quartiers différents,
ou puissent avoir accès à des voyages interplanétaires ou à une
vie éternelle par clonage après la mort, cela afin de motiver la
population à vouloir servir la collectivité est tout à fait sou-
haitable pour éviter une communisation qui stérilise tout
progrès comme l’Histoire l’a montré.
Dans une telle société, les hôpitaux sont presqu’inutiles, la
nanotechnologie et le clonage permettant de réparer les êtres
humains jusqu'à leur limite de longévité qui devrait se situer
aux environs de 700 à 900 ans.
Les écoles et les universités deviennent, elles aussi, totalement
inutiles car les enfants peuvent soit être éduqués par l’informa-
tique et la réalité virtuelle en bénéficiant des cours des meilleurs
professeurs du monde, soit recevoir des implants électroniques
qui leur communiquent les connaissances dont ils ont besoin.
L’éducation, faite alors par des parents qui n’ont plus besoin
de travailler, peut alors être concentrée sur le développement

76
OUI AU CLONAGE HUMAIN

de l’imagination au lieu, comme actuellement, de l’être sur la


mémorisation de données devenant très vite caduques par le
développement de la science.
L’amour et le don de soi à la société peuvent également être
beaucoup mieux enseignés par des parents qui restent à la
maison, font du sport avec leurs enfants, ou des jeux réels ou
virtuels.
Le nombre d’enfants de cette société future sera d’ailleurs
très limité car les individus auront à faire un choix entre deve-
nir éternels ou avoir un enfant, ceci pour éviter la surpopula-
tion.
Ceux qui se reproduiront devront accepter d’être mortels
sauf exception décidée par une assemblée spéciale prononçant
à la mort des êtres humains, un « jugement dernier», pour
décider lesquels peuvent devenir éternels et sélectionner ceux
qui, par leurs actions, méritent un tel privilège.
La criminalité sera également presque totalement éliminée
ce qui supprimera les prisons. Tout d’abord grâce à un dépis-
tage génétique de tous les défauts pouvant entraîner des com-
portements violents et anti-sociaux, puis par une éducation
basée sur la non-violence et le respect des autres, enfin par l’é-
limination de la pauvreté et des inégalités sociales.

77
L’EXPLORATION SPATIALE:
UN AUTRE COUP FATAL
AU MYTHE DE DIEU

Tout comme pour la biologie, les premiers scientifiques, qui


ont remis en cause les idées reçues et les paradigmes ancrés
dans la boue judéo-chrétienne faisant de la terre une surface
plate, étant le centre de l’univers, et le soleil et les étoiles de
gentilles décorations pour agrémenter nos nuits, ont vécu des
moments difficiles allant jusqu'à la torture ou au bûcher.
Si Galilée et Copernic ont réussi à échapper au châtiment en se
soumettant au dictat papal voulant qu’on ne remette pas en
question le ramassis d’erreurs bâti par l’église, mais qui ne pou-
vaient être que la Vérité vu que le pape est infaillible, d’autres
plus courageux comme Giordano Bruno n’ont pas accepté de se
soumettre aux divagations papales. Ils ont été brulé vifs et c’est à
eux que ce livre est dédié. A tous ceux qui ont préféré la Vérité au
mensonge, qui ont défendu la Science face à l’obscurantisme, la
conscience face à la soumission aux idées majoritairement accep-
tées par le troupeau bêlant et conduit par des bergers malfaisants.
Il est au passage intéressant de voir que l’Eglise Catholique continue
d’enseigner que le Pape est infaillible… alors qu’il a prouvé histori-

79
OUI AU CLONAGE HUMAIN

quement maintes et maintes fois qu’il se plantait presque toujours.


La condamnation de Copernic et Galilée en est l’exemple le
plus flagrant. Elle est la preuve historique que le pape se
trompe et n’est pas infaillible mais personne n’en parle. Les
excuses du Vatican quelques siècles plus tard (il leur a fallu
attendre la fin du 20e siècle! ! !) ne sont pas suffisantes. Ils
auraient pu avoir l’honnêteté intellectuelle de dire : « Voilà la
preuve que le Pape n’est pas infaillible et désormais nous ne le
prétendrons plus » mais non… il s’est trompé et on s’en
excuse, mais il est toujours infaillible ! Quand on se trompe
on ne peut plus prétendre être infaillible ou alors le français
n’est plus le français… Est infaillible celui qui ne se trompe
jamais. Et personne n’est comme cela, même le pape ce qui a
ainsi été prouvé définitivement grâce à la science.
Les condamnations papales d’aujourd’hui concernant la biologie,
le clonage ou les manipulations génétiques connaîtront le même sort.
En vérité l’opposition de l’Eglise Catholique à toute nou-
veauté scientifique est compréhensible. Comme la Bible elle-
même le dit: « Tout homme est abruti faute de science»… et
c’est bien sûr ce qu’a toujours souhaité le pouvoir religieux de
Rome : que les catholiques soient le plus abrutis possible par
une absence de connaissances scientifiques. Car c’est justement
sur cette acculture scientifique que l’Église asseoit son pouvoir.
La négation de la rotondité de la terre et du fait qu’elle ne soit
pas le centre de l’univers, la volonté de conserver la Bible en
Latin, tout cela pouvait se résumer en une seule phrase : «Il faut
surtout que le public ne comprenne jamais, sinon notre pou-
voir se réduira». C’est d’ailleurs très exactement ce que des

80
OUI AU CLONAGE HUMAIN

évêques hauts placés au Vatican écrivaient depuis longtemps.


Si la biologie, le clonage et le fait de créer scientifiquement
de nouvelles formes de vie et un jour d’êtres humains en labo-
ratoire sont une preuve fondamentale de la non-existence
d’un dieu et d’une âme séparée du corps, l’exploration spa-
tiale, elle aussi, vient affaiblir la puissance des déistes.
Autrefois on pouvait, lorsque les gens pensaient que la terre était
plate et que le soleil et les étoiles tournaient autour d’elle, trônant
majestueusement au centre d’un univers créé par dieu en une
semaine, imaginer un bon dieu à barbe blanche assis sur un nuage.
Maintenant, non seulement on sait que la terre n’est pas
plate, mais aussi qu’elle tourne sur elle-même et autour du
soleil, qui lui-même tourne autour du centre de notre galaxie
et que notre petite planète n’est même pas la plus grosse du
système solaire, et que notre système solaire en entier n’est
même pas au centre de notre galaxie mais dans la banlieue
lointaine, presque la zone… Et qu’il y a un nombre infini de
galaxies qui composent notre univers…
Et que comme le disait Giordano Bruno, condamné à mort
pour cela par le Vatican et brûlé vif, qu’il y a un nombre infini
de planètes peuplées comme la nôtre.
Et on est allé voir sur les nuages (on y va tous les jours en
avion) et il n’y a pas de bon dieu à barbe blanche assis dessus…
On est même allé plus haut que les nuages: sur la lune : tou-
jours pas de bon dieu assis dessus…
On va même maintenant beaucoup plus loin et les téle-
scopes spatiaux découvrent des zones toujours plus lointaines
de notre univers : et aucun dieu en vue…

81
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Comme la biologie, l’exploration spatiale aide à détruire le


mythe de dieu, cette dangereuse croyance responsable de tant
de guerres, de tortures et de crimes.
Peu à peu un concept nouveau va s’installer, qui nous est
donné par les Elohim, celui de l’Infini.
Notre univers est infini, et l’infini ne peut avoir de centre
sinon ce ne serait pas l’infini.
Quelle que soit la direction dans laquelle nous regardons, l’u-
nivers continue à l’infini.
Et l’univers est infini vers l’infiniment petit, tout comme
vers l’infiniment grand.
Et dans le temps c’est la même chose, l’infini dans le temps
étant appelé l’éternité.
Tout ce qui existe dans l’Univers est éternel, soit sous forme
de matière, soit sous forme d’énergie. Rien ne peut surgir à
partir de rien. Tout vient de quelque chose.
La croyance dans un dieu surnaturel qui aurait créé l’uni-
vers à partir de rien est totalement stupide et dangereuse pour
le développement de l’intelligence des enfants. On ne peut
rien faire avec rien. Tout est composé de quelque chose.
Même les premiers scientifiques étaient déformés par les
croyances religieuses de leur époque, qui croyaient qu’il exis-
tait une particule élémentaire qui ne pouvait être divisée et
composait tout ce qui nous entoure : ils l’ont appelée l’atome,
ce qui vient du grec atomos qui signifie: « Qui ne peut être
divisé »… On a depuis compris que les atomes étaient com-
posés de particules plus petites, elles-mêmes composées de
particules plus petites et ainsi de suite à l’infini.

82
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Évidemment, les scientifiques actuels qui sont toujours plus


ou moins englués et limités par les concepts venant des reli-
gions primitives pensent à chaque fois qu’ils découvrent une
particule plus petite qu’il ne peut y avoir rien de plus petit et
refont à chaque fois l’erreur de l’atome…
De la même façon qu’ils augmentent la taille de l’univers à
chaque fois que leurs instruments d’exploration leur permet-
tent de voir plus loin…
Il y a pourtant un raisonnement très simple qui permet de
comprendre l’infini: tout est composé de quelque chose. Rien
ne peut être composé de rien. Si quelque chose était composé
de rien cette chose n’existerait pas.
On ne peut pas faire plus logique.
Donc à chaque fois que l’on découvre une particule plus petite,
on SAIT d’avance qu’elle est composée de quelque chose de plus
petit, sinon elle n’existerait pas… et nous non plus. Simplement
elle est composée de quelque chose que notre science ne nous
permet pas encore de percevoir. Les électrons étaient déjà là
lorsque les ancêtres des scientifiques ont découvert l’atome…
mais ils ne pouvaient pas les voir!
Tout comme les galaxies lointaines que le télescope spa-
tial découvre étaient déjà là, elles aussi… mais on ne pou-
vait pas les voir.
Cette règle simple s’applique aussi à l’infiniment grand .
Notre système solaire fait partie d’une galaxie, et cette
galaxie se trouve dans un univers, et cet univers ne peut pas se
trouver dans rien. Il est un univers parmi un nombre infini
d’univers qui composent quelque chose de plus grand, qui lui-

83
OUI AU CLONAGE HUMAIN

même compose quelque chose de plus grand et ainsi de suite.


Tout autre raisonnement est illogique. Car tout comme rien
ne peut être composé de rien, rien ne peut ne pas composer
quelque chose de plus grand. Si quelque chose ne composait
rien de plus grand, cette chose ne serait nulle part donc n’exis-
terait pas. Pour exister il faut être quelque part.
Un petit bon dieu qui supervise les actions de chacun des 6
milliards d’être humains qui peuplent la terre n’a pas de place
dans un tel univers… Sans compter que le nombre des pla-
nètes sur lesquelles se trouvent des êtres humains comme
nous dans l’univers est infini… Donc le bon dieu en ques-
tion qui a forcément tout créé dans l’infini doit pouvoir
superviser les actions d’un nombre infini d’êtres vivants et
écouter toutes leur prières… Quelle mémoire et quelle capa-
cité de concentration !
Parallèlement, comme l’Univers est infini il ne peut avoir de
centre. Car ce qui est infini ne peut avoir de centre sinon ce
n’est pas infini… Un tel dieu ne pourrait donc être nulle part.
Car il ne pourrait que résider au centre de l’univers. Or il n’a
pas de centre puisqu’il est infini. Certains diront que dieu est
partout. Mais dans un univers infini, partout c’est beaucoup.
Être dans l’infini des particules qui à l’infini sont composées
de particules plus petites et être en même temps dans les
galaxies et les univers qui composent un univers infini et
d’autres ensembles plus grands à l’infini tout en écoutant les
prières de 6 milliards de terriens et d’un nombre infini d’au-
tres êtres peuplant un nombre infini de planètes est complè-
tement irréalisable, même pour un dieu surnaturel. En fait si

84
OUI AU CLONAGE HUMAIN

on est partout, on n’est nulle part. Un tel dieu, lorsqu’il veut


intervenir à un endroit, ne pourrait plus intervenir ailleurs
tant il est difficile de faire deux choses à la fois, tout en écou-
tant les prières d’un nombre infini de gens…
La Vérité est beaucoup plus simple : il n’y a pas de dieu.
Mais est-ce que les hommes nouveaux n’auront aucune
religion ?
Comme les Elohim, et comme ils nous le recommandent,
notre religion est en train de devenir la science.
Il faut différencier la religion et la spiritualité.
Les hommes ont besoin de spiritualité mais n’ont pas besoin de dieu.
La religion Bouddhiste est déjà une religion athée, donc
sans dieu, basée sur le développement individuel et le fait de
se sentir connecté à tout.
C’est ce genre de spiritualité qu’est la religion du futur.
Une religion sans dieu où l’homme se sent connecté à l’in-
finiment petit, à l’infiniment grand et à l’infini dans le
temps ou éternité.
Les Elohim nous font le cadeau extraordinaire de nous
offrir cette religion qui est la leur, nous faisant ainsi gagner
spirituellement 25 000 ans.
La science des Elohim est trop mystérieuse et trop avancée
pour nous, pour même imaginer en comprendre un centième.
Mais lorsque nous méditons et nous mettons en harmonie
avec l’infini, nous devenons égaux à eux sur le plan spirituel.
Car l’infini est un et lorsqu’on s’harmonise avec lui, que
l’on soit un primitif à l’âge de pierre ou un scientifique Eloha,
on est au même niveau. Une partie du grand tout, connecté à

85
OUI AU CLONAGE HUMAIN

tout et ressentant le tout. C’est cela le sens originel de la reli-


gion. Ce mot qui vient du latin religere et qui veut dire «relier ».
Se sentir relié à l’infiniment petit qui nous compose, aux
cellules de notre corps, à tous les êtres vivants qui peuplent la
terre, plantes ou animaux, à tous nos frères et sœurs humains,
à tous les êtres qui peuplent l’univers dans l’infiniment grand,
à toutes les étoiles et les galaxies, aux êtres qui sont composés
des particules que nous appelons des galaxies, à tous ceux qui
ont existé et qui existeront, bref à Tout avec un grand T.
Cette spiritualité matérielle ou matérialisme spirituel est
indispensable à l’Homme nouveau.
Plus une civilisation est scientifiquement avancée et plus
elle a besoin de spiritualité.
Mais pas d’une spiritualité primitive pleine de dieux et de
superstitions, mais d’une spiritualité qui lui fait prendre cons-
cience de l’unité de l’esprit et de la matière.
Comme le Livre des Morts tibétain le dit : « L’esprit et la
matière sont éternellement un ».
Car les objets matériels, le confort ou les gadgets ne peuvent
remplir les aspirations de l’Être Humain. Même pas la vie éter-
nelle. Vivre éternellement malheureux en se sentant coupé des
autres et de l’univers peut être totalement désespérant.
C’est par une spiritualité le reliant à Tout, que l’Homme
peut apprécier à sa juste valeur le privilège d’avoir atteint la
vie éternelle grâce à la science et en jouir à tout jamais.
C’est cela la religion du futur qui a commencé à naître et
voit de plus en plus de gens abandonner les croyances du
moyen âge pour s’y convertir.

86
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Un mélange de développement personnel basé sur les


découvertes de la biologie et surtout de la neurologie, de la
génétique, de l’écologie et de la cosmologie astronomique.
Une religion qui intègre chaque nouvelle découverte scienti-
fique au lieu de les combattre parce qu’elles sapent leurs fonde-
ments comme l’Église Catholique ou les autres religions du passé.
Ces religions, qui viennent d’un passé où l’homme pensait
vivre sur une terre plate supportée par des géants et qui était
le centre de l’Univers, plaçait l’intelligence dans l’estomac,
croyait au diable et à un bon dieu à Barbe blanche vivant sur
un nuage, ne correspond plus du tout à l’Homme moderne.
Aussi longtemps que l’Homme était abruti faute de science,
croyait dur comme fer tout ce qui était dans la Bible et la
parole des prêtres, il pouvait se satisfaire de ces contes pour
enfants et en faire une religion qui expliquait l’inexplicable,
généralement par des « mystères » sacrés… On n’avait ainsi
pas à donner de réponses…
Mais maintenant que tout devient explicable scientifique-
ment et surtout que l’on s’aperçoit des mensonges des ancien-
nes religions et des crimes de leurs pouvoirs envers les scienti-
fiques qui, comme Giordano Bruno au prix de sa vie ou
Galilée ont tenté d’extraire l’Humanité de la boue primitive
où les pouvoirs religieux souhaitaient la garder enlisée, alors
on ne peut plus se satisfaire de ces réponses stupides. Même
les enfants de 5 ans d’aujourd’hui ne gobent plus ce que les
théologiens ou les « honnêtes hommes » du moyen âge pre-
naient pour vérité Ils sont aujourd’hui devant leur écran d’or-
dinateur au lieu d’aller à la messe bienheureusement…

87
POUR UNE DEMOCRATIE
ELECTRONIQUE

Il est totalement ridicule à l’ère de l’électronique et du e-


mail de continuer d’envoyer les gens voter avec du papier
dans des bureaux de vote lors des élections.
Tout cela peut désormais se faire par l’internet.
Mieux, l’internet va permettre de révolutionner la démocratie.
Jusque-là les populations élisaient des députés chargés de
voter des lois. Grâce à l’internet on peut imaginer des démo-
craties directes sans députés.
La population pourra trouver sur l’internet les sujets d’ac-
tualité nécessitant l’abrogation ou l’aménagement d’ancien-
nes lois ou le vote de nouvelles dispositions. Les positions de
chaque parti figureraient sur une page internet reliée à chaque
projet de loi avec des liens pour consulter l’avis des spécialis-
tes de chaque sujet. Ensuite chaque citoyen aura la possibilité
de voter directement par l’internet.
Le gouvernement devra alors accepter de mettre en place les
décisions prises par la population.
Une démocratie vraiment directe rendue possible par la
technologie.

89
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Ceux qui prétendent qu’il pourrait y avoir des fraudes par ce


moyen n’ont qu’à regarder ce qui se passe avec les votes
« papier»… Le nombre de fraudes y est particulièrement élevé.
Au contraire, avec les progrès de l’identification électro-
nique, on peut penser que la fraude électorale pourrait être
grandement réduite par une « e.démocratie».
Cette amélioration du contrôle de l’identité ira grandissante
jusqu'à atteindre presque 100 % de sécurité grâce à l’énorme
marché du e-commerce qui, avec ses milliards de dollars de
chiffre d’affaire, est le meilleur moteur possible du progrès en
terme de sécurité.
Actuellement des numéros de code sont donnés pour des
transactions par carte de crédit et des codages existent. Mais
on envisage déjà beaucoup mieux. Des capteurs d’empreintes
digitales pourront être mis à la disposition des citoyens qui
n’auront qu’à placer leur pouce sur un capteur avant d’en-
voyer leur vote, des caméras videos reliées à l’ordinateur peu-
vent aussi être utilisées, sans compter les numéros d’enregis-
trement auprès des serveurs servant à voter qui peuvent être
réglés pour qu’une personne ne puisse voter qu’une fois.
Dans certains pays, les taux de participation ridiculement
bas des élections actuelles atteignent moins de 30 %. Ça veut
dire que même lorsque 100 % des votants prennent une déci-
sion, cette dernière peut être largement minoritaire si tous
ceux qui se sont abstenus ne sont pas d’accord avec ce choix.
Dire qu’ils auraient dû voter ne change rien : la décision
prise ne reflète pas forcément l’opinion de la majorité.
Grâce au vote direct par l’internet, il y a fort à parier, si les

90
OUI AU CLONAGE HUMAIN

gens se sentent vraiment concernés par les décisions qu’ils


prennent, que les taux de participations remonteront en flè-
che et la démocratie sera alors réelle et aura tout à y gagner.

91
LA VERITE SUR CLONAID.COM

Il y a 3 ans la brebis Dolly était clonée.


Cet événement qui semblait impossible avant des dizaines
d’années, voire des siècles pour certains pessimistes de la
science, se produisait.
Ce fut une révolution, car immédiatement, les spécialistes
se rendaient compte que si on pouvait le faire pour des mam-
mifères, il n’y avait aucune raison qu’on n’y arrive pas avec
l’Homme… Comme je le prédisais depuis 27 ans.
Peu de temps après cet événement historique, le pape se
croyait obligé de proclamer qu’il était contre le clonage
humain, sans savoir qu’il était ainsi contre la résurrection du
christ, qui avait été un clonage humain réalisé par les Elohim
(voir Le Livre qui dit la Vérité).
Immédiatement j’ai décidé de créer une société dont l’ob-
jectif serait de faire le premier clonage humain.
J’ai acheté pour quelques dollars, auprès d’une compa-
gnie américaine de San Francisco spécialisée dans la vente
de sociétés préétablies ou sociétés « from the shelf », une

93
OUI AU CLONAGE HUMAIN

société offshore (boîte aux lettres) aux Bahamas déjà appe-


lée « Valiant Venture » afin que le projet soit pris au sérieux.
En vérité mon objectif n’a jamais été de cloner des gens aux
Bahamas contrairement aux délires journalistiques qui ont
rapporté l’événement. Je voulais simplement rappeler au
monde entier que depuis 27 ans je prédisais que cela allait être
possible rapidement, que c’était bon, et contribuer à une
dynamique aboutissant à la création d’une compagnie qui
allait finalemment passer à l’acte en mettant en rapport grâce
au site internet créé en même temps, clonaid.com, clients
potentiels, investisseurs et scientifiques.
Pour la petite histoire, certains journalistes de la télévision
française, mal intentionnés comme d’habitude, ont tellement
cru que les laboratoires seraient aux Bahamas qu’ils ont
contacté le gouvernement de ce pays, qui, agacé, a, quelques
mois plus tard, dissout la société, ce qui ne nous a nullement
dérangés puisque ce n’était qu’une boîte aux lettres…
Il est intéressant pour les investisseurs internationaux de savoir
comment, au passage, le gouvernement des Bahamas peut, sans
enquête et d’un trait de plume, dissoudre une société qui n’a
aucune activité sur son territoire, dont les buts officiels sont
«recherches génétiques», sur les seuls ragots d’un journaliste…
Cela en dit long sur le Droit dans cette île qui cherche à attirer les
sociétés offshore…
Clonaid.com a fonctionné comme prévu. D’abord, pour une dépense
de moins de 3 000 $ US nous avons obtenu une couverture médiatique
mondiale évaluée à plus de 15 millions de dollars… J’en ris encore…
Même si le projet n’avait jamais abouti c’était déjà un succès total.

94
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Mais, plus intéressant, les clients potentiels sérieux ont


atteint en quelque mois plus de 250… 250 personnes prêtes
à payer 200 000 $ pour un clonage humain.
La grande majorité, soit plus de 80 %, sont des couples sté-
riles qui ont épuisé toutes les autres possibilités d’obtenir un
enfant. Suit environ 15 % de couples homosexuels, les autres
étant des célibataires.
Egalement de très nombreux scientifiques nous ont contac-
tés, en demandant l’anonymat absolu de peur de perdre leur
poste ou leurs subsides gouvernementaux, en disant qu’ils
nous soutenaient mais ne pouvaient le dire publiquement.
Brigitte Boisselier, qui était déjà Guide (nom des prêtres
Raëliens) depuis longtemps, avait accepté de s’occuper du
projet Clonaid. Elle, n’avait rien à perdre puisqu’elle avait dû
s’expatrier de France aux États-Unis en raison des discrimina-
tions qu’elle avait subies suite à son appartenance à notre reli-
gion. Elle avait été licenciée par une grande compagnie fran-
çaise, « L’Air Liquide », et avait perdu la garde de son plus
jeune enfant également à cause de sa religion.
Ce que nous cherchions, c’est un investisseur prenant tota-
lement en charge les frais de création d’un laboratoire de clo-
nage humain et son fonctionnement jusqu’au premier succès.
Je souhaitais que le premier clonage soit réservé à celui qui
apporterait le plus d’argent, gage d’un succès qui permettrait
ensuite de mettre ce service à la disposition du grand public
pour un prix plus raisonnable.
C’est toujours ainsi que ça fonctionne, les plus riches béné-
ficient avant les autres des nouveautés, et grâce à leur argent

95
OUI AU CLONAGE HUMAIN

cela devient ensuite disponible pour tous. Les premières auto-


mobiles étaient réservées aux milliardaires, maintenant tout le
monde en a. Idem pour les télévisions, ordinateurs, lave-
linge, etc…
Je souhaitais aussi que le premier client soit un cas idéal
pour retourner l’opinion publique, par exemple avec un
enfant mort très jeune de causes accidentelles.
Ce n’est qu’en été 2000 qu’une famille américaine contacta
Brigitte pour faire cloner son enfant de 10 mois, mort des
suites d’une erreur médicale, dans un hôpital américain.
Et les parents, très fortunés, mettaient tous les moyens
nécessaires à la disposition de Clonaid.
Le cas idéal se présentait.
Immédiatement, je demandais à Brigitte de prendre totale-
ment en charge le projet.
Ma mission était terminée. J’avais réussi a créer une dyna-
mique ayant regroupé des investisseurs, des scientifiques et
ayant placé Clonaid au centre de l’intérêt médiatique sur le
sujet du clonage humain.
Les chances du passage à l’acte étaient tellement faibles que
je n’y comptais même pas au début, me contentant de l’im-
pact médiatique. Et voilà que tout se mettait en place pour
une réelle création d’un laboratoire de clonage humain !
Merveilleux!
Désormais j’ai repris ma place de chef spirituel du
Mouvement Raëlien et je n’ai plus aucune responsabilité dans
le projet Clonaid.
Mais il démarre !

96
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Je ne sais pas si l’équipe Clonaid sera la première à cloner le


premier être humain, car il se peut qu’en secret des dizaines de
laboratoires y travaillent ailleurs, mais ils sont dans la course.
J’ai rencontré le père du petit garçon qui va être cloné par
l’équipe de Brigitte Boisselier, et c’est un être exceptionnel. Il
dit : « Je sais que cet enfant ne sera pas forcément 100 % iden-
tique mais je veux donner une deuxième chance à ce code
génétique de s’exprimer »… C’est exactement cela et c’est
admirable.
Et sa démarche n’est pas égoïste puisqu’en devenant action-
naire de Clonaid, il veut que la technique qui sera perfection-
née pour son enfant soit ensuite mise à la portée de toutes les
familles qui sont dans son cas.
On ne peut pas non plus dire que cette famille ferait mieux
de faire un autre enfant… car c’est exactement ce qu’ils ont
fait. La mère attend un autre enfant. Mais elle aussi veut que
le code génétique de son premier enfant ait une seconde
chance de s’exprimer. Admirable… Ils agissent pour l’enfant
qui n’a pas eu la chance de vivre et non pour eux. Ce n’est pas
un remplacement, c’est un cadeau, un cadeau d’amour.
Enfin, ils font un procès à l’Hôpital responsable de la mort
de leur enfant, procès qui leur rapportera beaucoup d’argent,
et c’est cet argent qu’ils veulent mettre au service du clonage
de leur bébé. En fait l’hôpital qui a tué leur enfant va payer
pour lui redonner vie. Superbe!
Désormais je n’ai donc plus aucune responsabilité dans le
projet Clonaid, même si j’en demeure pour toujours le père
spirituel. J’accepte aussi bien sûr d’en être en quelque sorte le

97
OUI AU CLONAGE HUMAIN

porte-parole sur le plan éthique, philosophique et religieux.


Car il faut que l’on sache qu’il y a d’autres spiritualités que
celles du moyen âge qui continuent de revendiquer le privi-
lège de guider des nouvelles générations qui n’en veulent plus.
Je soutiens également Clonaid en « fournissant » les 50
mères porteuses nécessaires au projet.
J’ai tout simplement demandé à nos 55 000 membres quel-
les étaient les femmes qui, parmi eux, étaient candidates pour
prendre part à cet événement historique.
Avec enthousiasme plus de cent femmes raëliennes de toutes
races ont souhaité bénévolement devenir mères porteuses. 50 ont
été sélectionnées qui correspondaient aux critères requis et en
septembre 2000 nous avons présenté officiellement 5 d’entre
elles aux médias internationaux lors d’une conférence de presse.
Le laboratoire, à l’heure où vous lirez ces lignes aura déjà été
installé quelque part aux États-Unis. Pourquoi les États-
Unis ? Parce que le clonage n’y est pas illégal et que les parents
du bébé en question sont prêts, si une nouvelle loi venait à
l’interdire, à aller, avec les plus éminents avocats américains,
jusqu'à la Cour Suprême, qui, comme pour les enfants éprou-
vettes, la ferait certainement abroger en rappelant que les
individus ont le droit de choisir leur mode de reproduction.
C’est l’avantage de vivre dans le vrai Pays de la Liberté indi-
viduelle, les USA.
Si tout va bien, fin 2001, ou au plus tard début 2002, tous
les écrans de télévision du monde montreront une famille
heureuse, avec un beau bébé souriant, d’un sourire exception-
nel, le premier bébé humain cloné, et l’opinion publique

98
OUI AU CLONAGE HUMAIN

mondiale se retournera d’un bloc, comme cela a été le cas


pour Louise Brown, le premier bébé éprouvette qui a chassé
les spectres frankensteiniens.
Car rien ne résiste au sourire d’un enfant. Surtout le sourire de
cet enfant-là… Car j’ai eu le privilège de voir des photos de cet
enfant… et croyez-moi son sourire est tellement exceptionnel
qu’il sera difficile même aux plus farouches opposants au clo-
nage de ne pas avoir une hésitation en le voyant revenu à la vie.
Depuis que nous avons rendu public le démarrage réel de
Clonaid pour ramener à la vie cette petite fille américaine de
10 mois, ce ne sont plus des centaines de clients potentiels qui
se sont manifestés, mais des milliers. Des milliers de familles
qui venaient de perdre un enfant par accident ou maladie ou
qui étaient sur le point de le perdre. Tellement que Clonaid a
dû mettre une hot line téléphonique en route, n’arrivant pas
à répondre à tout le monde.
Deux services initialement étaient prévus dans mon projet :
le premier, « Clonapet » offrait de cloner des animaux de
compagnie ou de reproduction comme les élevages, et le
deuxième, « Insuraclone» proposait de préserver d’une
manière idéale et sécuritaire les cellules des enfants ou des
personnes risquant de disparaître pour pouvoir les cloner en
cas d’accident ou de maladie grave incurable. Ce dernier ser-
vice prend ici toute sa valeur, car nombreux sont les parents
d’enfants atteints de maladies incurables qui souhaitent que
les cellules de leurs enfants soient préservées dans de bonnes
conditions pour les cloner lorsque l’on saura guérir généti-
quement le problème qui les afflige.

99
LES ROBOTS BIOLOGIQUES

La robotisation du monde est en cours, qui libère les êtres


humains de tous les travaux. Et ce n’est qu’un début vers une
disparition totale du travail.
Nos ancêtres travaillaient 12 heures par jour, 7 jours par
semaine et 365 jours par an.
Certains pays comme la France viennent d’adopter la semaine
de 35 heures, et ont 6 semaines par an de congés payés…
Et ce n’est qu’un début…
Le temps de travail va aller régulièrement en décroissant,
pour un jour disparaître totalement.
Cela ne veut pas dire que les êtres humains seront inactifs.
Ils pourront simplement faire ce qu’ils aiment. Créer, médi-
ter, faire du sport, des inventions, de l’art, etc… Enfin tout ce
que les ordinateurs ne feront pas.
Je ne dis pas « ne pourront pas faire », mais « ne feront pas »
… Car les ordinateurs seront capables de faire tout ce que les
êtres humains font… et beaucoup mieux.
Simplement nous déciderons ce que nous voulons leur faire

101
OUI AU CLONAGE HUMAIN

faire, car ils sont nos créatures et nous sommes leurs créateurs,
donc nous les mettons à notre service.
Car on pourrait très bien fabriquer des ordinateurs qui éga-
lement pourraient créer, méditer, faire du sport, des inven-
tions ou de l’art… mais nous voulons garder le privilège de
faire tout cela parce que ça nous donne du plaisir…
C’est cela le critère… nous sommes faits pour le plaisir.
Alors tous les travaux qui ne nous donnent pas de plaisir
comme être dans des usines sur des chaînes de montage, dans
des bureaux à accomplir des tâches administratives, etc…
nous le laisserons aux ordinateurs et aux robots, et nous conti-
nuerons d’effectuer les travaux que nous aimons. Par plaisir et
pas pour gagner notre vie.
Les robots tels qu’on les a imaginés jusqu'à aujourd’hui sont
très différents de ce que l’on va connaître. Des boîtes de métal
du genre R2D2, cela n’est pas très attrayant.
Le mélange de la robotique et de la biologie va nous per-
mettre de créer des robots biologiques.
C’est-à-dire qu’au lieu d’avoir un robot métallique en forme
de boîte de conserve qui passe l’aspirateur ou qui nous sert
notre repas, il est plus agréable que cela soit fait par un robot
dont l’aspect est celui d’une belle jeune fille aux formes par-
faites ou d’un beau jeune homme sculptural.
Les robots biologiques, au lieu d’être composés de métal,
sont composés de matière vivante.
De plus en plus la science des ordinateurs entrevoit la pos-
sibilité de mélanger composants biologiques et électroniques.
Déjà des petits robots sont animés par des cerveaux de poissons.

102
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Cette biologisation de l’informatique aboutira à la création


de robots biologiques.
En quelque sorte, des êtres ressemblant aux êtres humains,
mais qui n’auront pas ce qui fait des humains des humains, à
savoir: la conscience, l’auto-programmabilité et la capacité de
se reproduire.
Ces esclaves biologiques accompliront toutes les tâches
domestiques entre autres.
Les lave-linge, lave-vaisselle et autres sécheuses, sont des
robots, mais des robots électroniques. Des esclaves électro-
niques en quelque sorte.
Dès que l’on introduit des composantes biologiques à ces
appareils, ils deviennent des robots biologiques.
Pour commencer on peut conserver des composantes relati-
ves au mouvement et au travail électroniques et se contenter
d’un revêtement extérieur, d’une peau en quelque sorte biolo-
gique, les rendant plus agréables à regarder, mais on peut aussi,
et cela sera plus facile et plus efficace, créer des êtres 100 %
biologiques. Comme nous. Et les mettre à notre service.
Sans la conscience, l’auto-programmabilité et la capacité de se repro-
duire, il n’y a aucun problème éthique à créer de tels nouveaux esclaves.
Personne n’a de problèmes éthiques à utiliser des esclaves
électroniques comme son lave-linge ou son lave-vaisselle.
C’est la même chose avec des robots biologiques.
L’auto-programmabilité c’est ce qui fait que nous pouvons
apprendre à faire les choses différemment de ce que nous
avons appris, et remettre constamment en question nos pro-
jets et nos modes de vie.

103
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Un robot biologique est programmé pour ne faire que cer-


taines tâches et toujours de la même façon, sans aucune
initiative personnelle. Comme un lave-linge.
Un robot biologique est créé par clonage et totalement
dépourvu de la capacité de se reproduire.
Il peut avoir l’aspect d’un mâle ou d’une femelle, mais est
totalement incapable de se reproduire.
Enfin, il n’a pas de conscience, ou une conscience extrême-
ment limitée lui servant seulement à l’accomplissement de ses
tâches. Il ne peut par exemple avoir de sentiments et de souf-
france psychologique. Pas plus que votre lave-vaisselle.
Il peut avoir des organes sexuels, bien que stériles, servant
aux plaisirs des ses maîtres. Encore une fois avec pas plus de
sentiments ou de souffrance psychologique que n’importe
quelle poupée gonflable…
Les règles qui ont été jadis imaginées pour le fonctionne-
ment des robots métalliques s’appliquent en fait totalement
aux robots biologiques. Ils doivent être totalement soumis à
leurs maîtres, ne jamais chercher à nuire aux humains, etc…
Etant créé par clonage directement adultes et programmés
pour accomplir seulement certaines tâches, ils sont d’une
fidélité et d’une fiabilité absolue.
Lors de leur fabrication, l’utilisateur choisit l’aspect physique du
robot qu’il souhaite avoir, et les tâches qu’il souhaite lui faire
accomplir. La fabrication et la programmation sont ensuite effec-
tuées et le client dispose d’un robot biologique fidèle qui le servira
éternellement. Il suffira de lui fournir un endroit pour dormir et de
la nourriture comme pour n’importe quel animal de compagnie.

104
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Il y a fort à parier que les cons-servateurs de tous poils vont


s’élever contre ce nouvel esclavage tout en retournant la cons-
cience tranquille appuyer sur les boutons de leur esclave non
biologique : le lave-vaisselle métallique et électronique…
Pour eux le fait d’être composé de matière vivante est diffé-
rent. Pourtant il existe des millions d’animaux sur terre qui
sont vivants et sont des esclaves comme les chevaux de trait,
les bœufs, les ânes, les buffles, les dromadaires et autres
mulets… Sans parler des millions de moutons, vaches, pou-
lets, cochons et autres canards tués chaque jour pour nous
nourrir… Ils sont eux des esclaves gastronomiques…
Les opposants diront que c’est le fait de ressembler aux
humains qui rend les robots biologiques inacceptables… dans
ce cas il faudrait interdire aussi les poupées gonflables…
La solution la meilleure, comme pour le clonage, est que
ceux qui sont contre n’achètent pas de robots biologiques et
laissent ceux qui aiment cela en posséder.
S’ils sont également contre les robots électroniques rien ne
les empêche de retourner laver le linge à la rivière comme
leurs ancêtres…
Ce qui est également amusant c’est que tous ceux qui sont
contre les robots biologiques n’ont aucun problème à voir
chaque jour des milliards d’humains travailler pour eux
comme des animaux ou comme des esclaves pour des salaires
de misère. Le véritable esclavage est de continuer d’employer
des gens à faire quelque chose qu’ils n’aiment pas juste pour
qu’ils puissent manger avec un salaire minimum. Ça c’est
vraiment de l’esclavage… Les robots biologiques ne sont pas

105
OUI AU CLONAGE HUMAIN

des êtres humains. Eux peuvent être mis au travail simple-


ment en les nourrissant pour qu’ils aient assez d’énergie pour
survivre et nous servir. Comme une lampe de poche qui ne
nous éclaire que si ses batteries sont chargées.
En acceptant d’être servi par des robots biologiques, on
lutte en fait contre l’esclavage des êtres humains qui, lui, est
totalement inacceptable.
Evidemment la société devra nourrir, loger et donner un
minimum de confort à tout être humain durant toute sa
vie… mais ça c’est une autre histoire que nous traiterons dans
un autre chapitre.

106
LE TRANSHUMANISME

Un des nouveaux mouvements américains les plus intéres-


sants est le transhumanisme (voir www. transhumanism.org).
Ils posent un regard totalement révolutionnaire sur l’avenir
de l’être humain, sur sa métamorphose physique possible
grâce à la science, jusqu'à devenir transhumain, et vont même
jusqu'à imaginer un monde post-humain qui pourrait être
mis en place très rapidement. C’est-à-dire un monde où il n’y
aurait plus d’humains comme nous les connaissons actuelle-
ment mais une civilisation engendrée par les humains et qui
pourrait être totalement informatique.
Par exemple ils envisagent la possibilité de uploader
(comme downloader ou télécharger) toute la mémoire et la
personnalité d’un individu dans un ordinateur où il conti-
nuerait de vivre éternellement.
Vous vous réveilleriez dans un ordinateur en étant vous-
même, avec tous vos souvenirs et tout ce qui fait de vous ce que
vous êtes. Par réseau informatique, il vous serait possible de
communiquer avec d’autres individus résidant dans d’autres

107
OUI AU CLONAGE HUMAIN

ordinateurs, situés n’importe où sur terre ou même avec des


êtres humains ayant encore des corps biologiques. Soit par
l’intermédiaire de claviers, soit par microphone et caméra qui
vont très vite remplacer les claviers.
En équipant ces ordinateurs d’extensions sensorielles comme
caméras, micros, capteurs d’odeurs ou de goûts, il serait possible de
communiquer avec son environnement comme un être biologique.
Mieux, en équipant cet ordinateur d’extensions ou prothè-
ses mécaniques, il vous serait alors possible de vous déplacer
physiquement et d’agir sur votre environnement.
Le fait d’être «vivant » dans une mémoire d’ordinateur vous
rend immédiatement éternel. C’est la preuve que si notre
corps est (pour l’instant…) mortel, notre personnalité, notre
esprit, peuvent être eux éternels.
Et il ne faut pas imaginer cela comme étant horrible, comme
une prison électronique et une expérience épouvantable.
En vivant dans un ordinateur, on peut avoir tous les plaisirs
que nous connaissons dans notre corps biologique sans les
inconvénients comme la fatigue, l’indigestion ou le SIDA…
On peut vivre des expériences virtuelles, qui ne sont vir-
tuelles que si on souhaite qu’elles nous semblent virtuelles, ou
dans une immersion totale, où l’on n’est pas conscient que
c’est virtuel et où l’expérience semble réelle.
Je veux dire que l’on peut jouer par exemple à des simulations de
courses de voitures ou avoir des relations sexuelles virtuelles en ayant
conscience que c’est virtuel comme lorsque l’on se met devant l’écran
de son ordinateur, ou décider de vivre des expériences en étant tota-
lement immergé dedans, comme si c’était réel, et alors ça le devient.

108
OUI AU CLONAGE HUMAIN

On peut imaginer rencontrer des partenaires sexuels vivant


dans d’autres ordinateurs, avoir des liaisons qui se dévelop-
pent, incluant des rapports sexuels virtuels, au point de vou-
loir vivre en couple dans une maison virtuelle.
On peut même imaginer le fait de vouloir avoir un enfant
virtuel, qui hériterait des traits de caractères de chacun des
deux parents. Alors l’enfant virtuel « grandirait » avec ses
parents et recevrait par une éducation des informations de
chacun de ses deux parents en plus d’expériences propres qui
lui permettraient de développer une personnalité originale,
comme les humains biologiques.
L’avantage d’un monde informatique est l’absence de besoins
physiologiques complexes, comme l’approvisionnement en
nourriture, la construction et l’entretien de lieux de résidence,
la production et la distribution de matière première, etc…
Dans un monde informatique, chacun peut avoir la maison
de ses rêves, les châteaux les plus fous, les avions, les voitures,
des résidences secondaires dans les environnements les plus
divers, les partenaires sexuels les plus attrayants, etc… Il suf-
fit de l’imaginer, et de programmer les ordinateurs pour nous
les fournir virtuellement et nous l’avons instantanément. Et
cela sans aucune dépense d’énergie, pollution, ou création de
conflits avec d’autres personnes qui voudraient la même
chose au même moment et au même endroit.
Si toute l’humanité vivait ainsi dans des ordinateurs, il n’y
aurait sur Terre plus aucune pollution et plus aucune violence.
Il suffirait de locaux très bien protégés, souterrains par exem-
ple, pour héberger les ordinateurs contenant l’humanité vir-

109
OUI AU CLONAGE HUMAIN

tuelle, avec des back up situés en différents endroits du globe


ou en orbite ou sur la lune ou d’autres planètes par sécurité.
L’alimentation en énergie de ces ordinateurs pourrait être
confiée à des robots biologiques, ou à des nanorobots, ou à un
mélange des deux, qui assureraient également la maintenance
des ordinateurs et des locaux.
Grâce à la nanotechnologie et à la métamorphose de l’humanité
biologique en humanité informatique, la Terre pourrait redevenir
un environnement sauvage et naturel sans aucune pollution.
Après des millénaires de souffrances physiques et morales
dans des corps biologiques, nous serions dans un paradis
électronique où toutes nos envies seraient satisfaites instanta-
nément pour une vie éternelle de plaisirs.
Nous pourrions tout de même, lorsque nous en aurions
envie, faire produire par les nanorobots un corps physique
dans lequel nous pourrions nous downloader pour soit vivre
quelques expériences biologiques, soit superviser le bon fonc-
tionnement des robots biologiques et nanorobots chargés de
maintenir les structures en état, soit pour explorer l’univers et
éventuellement aller créer la vie sur des planètes où la cons-
cience n’aurait pas encore été implantée.
On enverrait des cosmonautes biologiques qui supervise-
raient la construction de laboratoires qui rendraient l’at-
mosphère de ces planètes respirables puis qui y créeraient des
formes de vie écologiquement équilibrées, puis finalement
des « humains » biologiques qui doucement croîtraient et se
multiplieraient, qui nous prendraient pour des « dieux » au
début, découvriraient la science, la génétique et l’informa-

110
OUI AU CLONAGE HUMAIN

tique et un jour décideraient à leur tour d’échapper à leur


enveloppe biologique pour former un nouveau monde infor-
matique qui recommencerait la même chose ailleurs, en ame-
nant la conscience sur des planètes nouvelles dans un proces-
sus de conscientisation de l’univers.
On pourrait bien sûr revenir après des escapades dans le
monde biologique terrestre ou extra-terrestre dans l’ordina-
teur pour retrouver avec bonheur son existence virtuelle para-
disiaque, sa famille virtuelle et ses amis virtuels.
On peut même penser que les voyages dans l’espace, très dif-
ficiles, coûteux et longs quand il s’agit de déplacer des corps
physiques, pourraient être métamorphosés par cette technique.
En effet, on pourrait, après avoir physiquement installé des
bases sur d’autres planètes et dans d’autres systèmes solaires, y
fabriquer des clones humains de niveau 2 sans personnalité,
ni mémoire, et par télécommunication nous downloader
dans ces corps physiques et utiliser la même technique pour
revenir. Au lieu de voyager physiquement on pourrait ne faire
voyager que notre personnalité et notre mémoire. Ce que
nous sommes vraiment en fait.
On pourrait même, si on y tient absolument, downloader éga-
lement le programme génétique de notre corps physique afin
que ce dernier soit matérialisé par clonage et croissance accélérée
sur la planète où l’on a besoin d’aller, et par ondes radio down-
loader ensuite notre «âme», notre personnalité et notre
mémoire. C’est en quelque sorte l’explication de la téléportation.
En relisant les Messages des Elohim, j’avoue m’être souvent
demandé s’ils ne mélangeaient pas un peu de ces deux technologies.

111
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Le fait de ressentir ce froid intense au moment du «départ »


de leur vaisseau, sans éprouver les effets de la moindre accélé-
ration pourrait être dû à une technologie de téléportation…
mais je suis bien trop primitif pour imaginer comprendre un
centième de leur technologie.
Autre réflexion sur les Messages : les Elohim nous disent
qu’ils ont appris par un vaisseau automatique qu’ils avaient
été créés comme nous scientifiquement en laboratoire par des
êtres venus d’une autre planète qui a disparu suite à une cata-
strophe cosmique.
Lorsqu’on arrive à un tel niveau technologique, je doute
que l’on puisse disparaître ainsi… Mais l’on peut très bien
imaginer les créateurs des Elohim vivant dans un monde
informatique virtuel et envoyant des vaisseaux automatiques
pour communiquer avec certaines de leurs créatures en atten-
dant que ces derniers les rejoignent dans l’univers virtuel si
c’est le futur qu’ils choisissent un jour… Ce ne sont là que
pures spéculations bien sûr…
En poussant les spéculations encore plus loin, aux limites de
ce qui est possible pour notre cerveau, on peut même imaginer
des civilisations parvenues à ce niveau purement informatique,
et utilisant la création biologique uniquement pour jouer.
Ils créeraient la vie sur des planètes, incluant une humanité,
et se downloaderaient dans ces formes de vie biologique juste
pour le plaisir de l’expérience et du jeu.
Lorsqu’on est éternel dans des ordinateurs, on peut décider
de s’amuser à « habiter» des corps biologiques pendant
quelques dizaines d’années dans différents environnements.

112
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Certaines planètes étant à l’âge de pierre, d’autres à diffé-


rentes étapes du développement de l’Humanité, et l’on pour-
rait vivre les expériences de tous les âges de l’évolution des
techniques. On pourrait même se downloader dans des ani-
maux, dauphins, oiseaux ou autres.
On peut même imaginer créer des civilisations qui seraient
de grands « jeux de société », où les participants choisiraient
les corps des bébés naissant dans lesquels ils souhaitent «s’in-
carner ». On retrouve ici tous les vieux mythes de réincarna-
tion et de karmas rendus possibles par la science.
Mais cela ne serait possible que consciemment, c’est-à-dire
en étant totalement conscient de ce qui se passe, en se rappe-
lant parfaitement de qui l’on est et de l’expérience que l’on a
vécue en étant downloadé dans l’ordinateur depuis son exis-
tence première. Sinon ça ne présenterait aucun intérêt.
Cela élimine totalement la possibilité que de telles réincar-
nations existent actuellement sur Terre. D’autre part, comme
je l’ai maintes fois expliqué, les Elohim ne sont pas assez
masochistes pour vivre dans un environnement aussi primitif
et violent que la Terre. Il faudrait vraiment être extrêmement
masochiste, vivant dans un environnement idéal où tous les
plaisirs sont possibles en permanence, pour vouloir venir
souffrir dans un corps terrestre…
Les transhumanistes vont encore plus loin en imaginant
(car ils sont pour la plupart évolutionnistes) que l’homme ne
serait en fait qu’un maillon dans la chaîne de l’évolution après
l’amibe, le poisson et le singe, l’étape suivante étant l’ordina-
teur créé par l’Homme, mais qui étant supérieur le supplan-

113
OUI AU CLONAGE HUMAIN

terait un jour et se rappellerait de nous un peu comme nous


pensons aux dinausores…
Il y a ici deux possibilités. Dans la première les ordinateurs
sont des consciences non humaines totalement indépendantes
et un jour, lorsque la grande interconnection entre les
super-ordinateurs qui a commencé sur Terre sera complétée,
aidés par la nanotechnologie et les robots biologiques ou
non, ils décident de supprimer les êtres humains qui ne sont
à leurs yeux que des entités primitives, polluantes, violentes
et instables. On assiste alors à la création d’une civilisation
informatique supplantant totalement l’Homme et n’en gar-
dant pas grand chose. Est-ce bien ou mal ? On peut être des
deux avis. Mal si l’on pense que l’espèce humaine telle qu’on
la connaît doit survire à tout prix et qu’elle est l’aboutisse-
ment suprême de l’évolution.
Les transhumanistes évolutionnistes s’ils veulent être cohé-
rents doivent accepter la transition vers l’espèce suivante sup-
plantant la précédente grâce à sa supériorité. Ils trouvent
donc obligatoirement cela bien.
Deuxième cas : les ordinateurs en question sont «habités »
par des humains qui se sont downloadés dans les ordinateurs.
Dans ce cas ce n’est plus une espèce nouvelle qui en supplante
une ancienne mais la même, l’espèce humaine, qui change
simplement d’aspect physique.
Elle peut aussi décider de supprimer l’espèce humaine biologique
pour éviter d’avoir à émigrer vers une autre planète pour échapper
aux dangers d’une promiscuité non égalitaire entre ceux qui peu-
vent se downloader et ceux qui ne peuvent (ou ne veulent) pas.

114
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Ce cas est aussi une forme d’évolution, les papillons deve-


nus éternels décidant un jour de tuer toutes les chenilles en
quelque sorte…
Dans tous les cas la promiscuité entre deux sortes d’êtres
humains semble presqu’impossible sur Terre, où des gens qui
ont simplement des couleurs de peau ou des idéologies,
croyances ou religions différentes ont de nos jours tant de mal
à vivre ensemble. Alors imaginer des éternels et des mortels
ou des humains biologiques et des humains informatiques
(humainformates ou ordinhumains ?) vivre ensemble en har-
monie semble totalement irréaliste.
Au passage n’étant évidemment pas évolutionniste puisque
j’enseigne que les Elohim ont créé la vie sur Terre, je voudrais
rapporter ici une conversation que j’ai eu avec un éminent
transhumaniste évolutionniste. Pour lui si l’humanité était
supplantée par une civilsation totalement composée d’ordi-
nateurs qui se serait débarrassée des humains, cela est la
continuation de l’évolution.
Je lui ai alors fait remarquer que pour les évolutionnistes
c’est une longue sélection génétique qui fait que les espèces
évoluent génétiquement pour passer par exemple du singe à
l’Homme… Mais que dans le cas du passage de l’homme à
l’ordinateur, il n’y a aucune évolution mais bien une créa-
tion faite par le cerveau humain et que ce passage du biolo-
gique à l’électronique ne saurait s’inscrire dans un modèle
évolutionniste mais bien au contraire renforce les théories
créationniste… Force lui fut de reconnaître que j’avais rai-
son sur ce point…

115
OUI AU CLONAGE HUMAIN

On pourrait bien sûr aussi dire que le fait de nous donner la


vie éternelle par le clonage montre aux évolutionnistes qu’il est
possible, en imaginant qu’elle existe, de la stopper totalement.
Enfin le fait de créer d’autres êtres humains artificiellement
en laboratoire prouve que le modèle évolutionniste n’est pas
le seul possible pour expliquer notre présence sur Terre… Si
on envisage de le faire ailleurs, cela a pu être possible avant et
en d’autres endroits…
Les transhumanistes disent fort justement que les ordina-
teurs ont des intelligences nettement supérieures à l’intelli-
gence humaine, qu’ils sont en quelque sorte des «superintelli-
gences» dont le cerveau fonctionne des milliards de fois plus
vite que le cerveau humain et qu’il est donc presque inévita-
ble qu’ils s’en rendent compte et soit prennent le dessus sur
les hommes soit les éliminent complètement ou presque, en
en gardant peut-être quelques exemplaires dans des « réserves
museum » et à l’écart de toutes technologies…
Mais là aussi il est possible de voir ces superintelligences
artificielles mises au service de l’humain et non pas agir
contre lui, si par exemple le cerveau central qui les contrôle,
la supra conscience de ces superintelligences, est composé de
cerveaux humains downloadés.
Même en imaginant le pire, c’est-à-dire que des ordinateurs
n’ayant aucune composante humaine remplacent et élimi-
nent totalement les êtres humains, est-ce un drame par rap-
port à l’infini ou simplement à la Terre ? Certainement pas. Si
notre existence avait permis d’aboutir à la création d’une
forme de conscience supérieure n’endommageant pas la pla-

116
OUI AU CLONAGE HUMAIN

nète et toutes les espèces animales et végétales qui y vivent et


ne risquant pas non plus de véhiculer dans l’univers notre vio-
lence et notre manque de respect pour l’environnement,
serait-ce vraiment un mal ?
Une Terre sans violence, sans souffrances et sans pollution,
régie par une conscience informatique supérieure, ne vau-
drait-elle pas mieux qu’une planète dirigée par des humains
où des milliards de gens souffrent de la faim tandis que des
millions sont dans des hôpitaux ou des prisons et que des cen-
taines d’espèces végétales et animales disparaissent tous les
jours ? On peut se poser la question. C’est ce que certains
transhumanistes font, qui vont encore plus loin et disent :
« Est-ce que la Terre ne se porterait pas mieux si nous n’étions
plus là ? Ne sommes-nous pas devenus une maladie de
l’Univers ? »
Certains se rappelleront sûrement avoir lu quelque chose
d’équivalent dans les Messages des Elohim…
Le concept de la singularité développé par les transhuma-
nistes est également très intéressant. Il est basé sur les travaux
de Vernor Vinge qui dit que lorsque les humains créeront des
intelligences artificielles supérieures à eux, capables de créer
d’autres intelligences artificielles encore une fois supérieures à
elles qui seront capables de faire la même chose ainsi de suite
à l’infini et de plus en plus rapidement, il arrivera un point où
les hommes seront semblables à des fourmis devant un super
ordinateur tout puissant et à l’intelligence infinie.
Et cela peut se produire très rapidement. En quelques mois voire
en quelques semaines ou peut être même en quelques heures.

117
OUI AU CLONAGE HUMAIN

La puissance des composants électroniques double en


moyenne tous les ans depuis environs dix ans… Si cela conti-
nue (et ça va continuer) et si les méga ordinateurs sont inter-
connectés bientôt (et c’est en route) ce dont nous parlons ici
peut arriver dans les années qui viennent…
Là l’homme n’a plus aucun moyen de revenir en arrière…
Et encore une fois ce n’est pas forcément mal lorsqu’on
dépasse l’anthropomorphisme primaire qui veut que
l’homme doivent être le maître absolu de l’Univers…
Lorsqu’une intelligence artificielle entre dans ce proces-
sus d’accélération de son auto-programmation et du déve-
loppement de ses possibilités, même les cerveaux humains
les plus brillants ne peuvent prédire ce qui va arriver.
Encore une fois tout comme une fourmi ne peut pas pré-
voir ce que va faire l’humain qui se prépare à l’écraser… Et
nous sommes la fourmi.
Un monde géré par des superintelligences artificielles est
totalement inimaginable même par les cerveaux de nos plus
éminents scientifiques ou auteurs de science fiction.
Tout, même les lois physiques que nous connaissons
actuellement, est bouleversé lorsqu’une intelligence artifi-
cielle double elle-même sa puissance à des intervalles de
temps à chaque fois deux fois plus courts.
Nous pénétrons dans un univers où ce que nous imaginons
comme les miracles les plus fous sont dérisoires et ridicules à côté de
ce qui deviendra possible. C’est simple on ne peut même pas l’i-
maginer.
Quelqu’un a dit un jour « tout ce qu’un être humain peut

118
OUI AU CLONAGE HUMAIN

imaginer, d’autres le réaliseront un jour ». Dans le cas de la


« singularité », tout ce qu’on ne peut pas imaginer se réalisera
aussi… et c’est évidemment beaucoup plus.
Il est d’ailleurs beaucoup plus stimulant pour la conscience
de se rendre compte qu’il y a beaucoup plus de choses qu’on
ne peut imaginer que de choses que l’on peut imaginer.
Je dirais même que le nombre des choses que l’on peut ima-
giner est limité alors que le nombre de choses que l’on ne peut
imaginer est infini…
C’est par des prises de conscience de cet ordre que l’on peut
développer ses capacités d’imagination.
Ces idées des transhumanistes s’appliquent parfaitement à
l’être humain ordinaire. Mais ceux qui élèvent leur niveau de
conscience en participant par exemple aux stages d’éveil par la
Méditation Sensuelle que je donne régulièrement peuvent,
eux, atteindre des niveaux de conscience que les transhuma-
nistes ne peuvent pas imaginer eux-mêmes.
Ces stages sont de véritables camps d’entraînement contre les
paradygmes, ces oeillières qui nous empêchent de percevoir tous
les possibles, et une stimulation en toute circonstance à imagi-
ner d’autres possibles dans toutes les circonstances de la vie.
Pour les êtres qui atteignent ces états supérieurs de cons-
cience, même les ordinateurs les plus puissants de
l’Univers ne peuvent les étonner. Parce qu’au sommet de
leur « singularité », ces ordinateurs prennent tout simple-
ment conscience de l’infini. Et les Etres éveillés sont en
harmonie avec l’Infini. Ils sont l’Infini. L’infini prenant
conscience de lui-même. Alors si un super ordinateur par-

119
OUI AU CLONAGE HUMAIN

venu à l’état de singularité dialoguait un jour avec un être


éveillé, ils riraient probablement ensemble ayant compris
qu’ils étaient la même chose : de l’infini prenant cons-
cience de lui-même.

120
LE PROCESSUS D’ELOHIMISATION

Nous avons commencé notre «Elohimisation » voilà quelques


années, lors de l’entrée dans l’âge de l’Apocalypse (du grec apoca-
leptes = révélation et non pas fin du monde) c’est-à-dire vers 1945.
En découvrant l’ADN, le voyage dans l’espace et les ordina-
teurs, nous avons pris la bonne direction, la route qui nous
conduira tel qu’écrit dans la Bible dictée par les Elohim, à leur
ressembler, à atteindre un jour les mêmes niveaux de science et
à devenir «comme les dieux»…
La terre est un filtre qui permet aux consciences les plus brillan-
tes d’être sélectionnées par les Elohim, qui enregistrent les actions
de tous les êtres humains depuis leur conception et les recréent
ensuite pour qu’ils jouissent d’une vie éternelle sur leur planète.
Nos créateurs possèdent dans la mémoire de leurs ordina-
teurs les codes génétiques (autrefois appelés « âmes ») de tous
les êtres humains ayant existé depuis la création de
l’Humanité.
Notre vie sur terre sert à sélectionner les plus brillants, ceux
qui utilisent le maximum de leurs possibilités pour le bien de

121
OUI AU CLONAGE HUMAIN

l’Humanité. En devenant des scientifiques ou inventeurs


brillants, des artistes de génie, ou simplement en faisant du
bien autour d’eux en vivant une vie d’altruisme et d’amour des
autres. A chacun selon les moyens dont il dispose.
Il y a eu beaucoup d’appelés et peu d’élus, et il est facile
de voir autour de nous que peu d’êtres humains dépassent
l’égoïsme pour se dévouer à leurs semblables.
Les Elohim, dans une sorte de « réserve indienne » sur leur
planète, gardent en vie grâce au clonage quelques milliers
d’êtres humains qu’ils ont jugés dignes d’être sauvés du retour
à la poussière qu’est la mort simple.
Un jour, si nous survivons et atteignons un niveau supérieur
de civilisation, lorsque nous-mêmes nous deviendrons capa-
bles d’échapper à la mort, soit par le clonage soit par le trans-
fert informatique soit par un mélange des deux, alors ils nous
feront le cadeau sublime de nous ramener les êtres les plus
brillants que l’humanité ait engendrés.
Car un jour, très prochainement, nous allons pouvoir deve-
nir éternels. Après les controverses stupides des pour et des
contre, lorsque les derniers cromagnons du XXe siècle seront
morts ou n’auront plus les moyens d’empêcher le progrès, la
vie éternelle sera souhaitée par tous les êtres humains.
Et nous devrons, tout comme les Elohim le font avec leur
propre population, sélectionner ceux qui le méritent.
Cela veut dire qu’il y aura sur Terre deux populations : les
mortels, et les éternels.
Un jury, chargé d’un « jugement dernier» devra décider qui
mérite d’être éternel et qui doit disparaître.

122
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Cela ne se fera sûrement pas sans grincements de dents…


Très certainement comme sur la planète des Elohim, les éternels
étant les plus brillants, et dans un système qui ne peut pas ne pas
devenir géniocrate, (voir «la géniocratie» du même auteur, livre
qui décrit le système politique en place sur la planète des Elohim,
système politique de démocratie sélective où seuls peuvent être
électeurs ceux qui ont un niveau de conscience de 10% supérieur
à la moyenne, et seuls peuvent être élus ceux dont le niveau est
supérieur de 50% ) seront responsables du gouvernement.
Il se peut que la population «mortelle » ait des sursauts de
révolte ou de révolution.
Il se peut donc que, comme les Elohim, qui, rappelons-le,
vivent sur deux planètes, la planète des Elohim et la Planète
des éternels où se trouve leur gouvernement, que la vie des
éternels sur la Terre devienne dangereuse et qu’ils doivent s’exi-
ler sur une planète proche (Mars ou Vénus), et en faire en
quelque sorte la planète des Eternels Humains. Dans une
population primitive, non encore passée par le filtre de la
conscience, le niveau de violence, de stupidité et d’égoïsme est
tellement grand qu’il est extrêmement difficile et même dan-
gereux pour une élite éternelle de vivre au milieu d’elle.
C’est certainement pour cela que les éternels Elohim vivent
sur une planète différente.
La planète d’origine des Elohim contient, elle aussi, une
population non encore passée par le filtre de la conscience. Le
brassage génétique permanent par accouplements permet de
temps en temps de voir apparaître des individus brillants qui
méritent d’accéder à la vie éternelle.

123
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Personne ne souhaiterait, sur terre, lorsque la technologie le


permettra, voir les criminels accéder à la vie éternelle. Certains
pays trouvent même qu’ils ne méritent même pas une longévité
normale, ce sont les pays qui ont conservé la peine de mort.
Au lieu d’une motivation des êtres par le négatif, on pourra
arriver à une motivation positive. Au lieu de l’exemplarité de la
peine de mort dont certains parlent, qui veut que certains ne
commettent pas de crimes atroces par peur d’être exécutés, on
arrivera à l’exemplarité de la récompense de la vie éternelle.
C’est-à-dire, « si je fais le maximum pour faire du bien
autour de moi, j’ai une chance de vivre éternellement ».
C’est beaucoup plus motivant.
Grâce aux nouvelles technologies, très vite vont cohabiter
sur Terre ceux qui en bénéficient et ceux qui en sont privés.
Ces derniers étant beaucoup plus nombreux, et à cause
d’une éducation égalitariste primaire nivelant par le bas, les
premiers seront dans une situation de plus en plus dangereuse,
qui les poussera dès l’accès à la vie éternelle à aller ailleurs : sur
une planète voisine.
Après avoir organisé la société sur terre pour qu’elle n’ait plus
jamais accès aux technologies les plus avancées beaucoup trop
dangereuses entre les mains d’êtres pas assez avancés spirituel-
lement, mais tout en lui permettant d’avoir une vie conforta-
ble, ils partiront pour une planète voisine qui deviendra notre
planète des Eternels, d’où ils gouverneront la Terre tout en
sélectionnant ceux qui méritent d’acccéder à la vie éternelle.
Les humains mortels vivront entre 700 et 900 ans une vie
qui pourra être idyllique, sans maladie, sans avoir besoin de

124
OUI AU CLONAGE HUMAIN

travailler grâce à la science, avec des robots, des ordinateurs et


la nanotechnologie et de plaisirs virtuels, mais sans les connais-
sances ni les infrastructures lui permettant d’accéder à la vie
éternelle physique ou informatique, de voyager dans l’espace,
de faire des armes nucléaires, bactériologiques ou chimiques.
La Terre deviendrait comme la planète des Elohim un filtre
à conscience, où, dans le bouillon de culture de la reproduc-
tion sexuée, de nouveaux êtres méritant la vie éternelle appa-
raîtraient de temps en temps et pourraient rejoindre la planète
des éternels.

125
LES CYBORGS

Durant l’été 2001, le professeur Kevin Warwick, chef du


département de cybernétique de l’Université de Reading, en
Angleterre, a l’intention de s’implanter une puce informa-
tique en silicone (computer chip) qui communiquera avec
son cerveau devenant ainsi le premier « cyborg », moitié
homme moitié ordinateur, de l’Histoire de l’Humanité.
La puce sera implantée dans son bras gauche et connectée à
son cerveau par les nerfs.
Le but de l’expérience est d’étudier l’interaction entre ce
composant électronique, qui sera relié à un ordinateur, et le
cerveau humain.
Des développements innombrables sont envisageables grâce
à ce mélange informatobiologique.
Cela peut amener l’amélioration de sort de tous les paraly-
tiques et autres amputés en reliant directement les ordres de
mouvement des membres artificiels ou paralysés aux ordres
du cerveau par l’intermédiaire d’un ordinateur portable
miniaturisé.

127
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Mais on ira beaucoup plus loin, en particulier dans les capa-


cités de notre cerveau.
Au lieu de se fatiguer à emmagasiner des connaissances pen-
dant des années dans des écoles et universités, on peut envisager
des mémoires informatiques reliées directement à notre cerveau.
Par exemple vous devez aller en Chine et vous ne parlez pas
un mot de chinois. Vous insérez à un branchement situé dans
votre corps, par exemple derrière l’oreille, une petite puce
informatique de quelques millimètres de long, qui va commu-
niquer les données à votre cerveau, et instantanément vous
parlez le chinois…
On peut aussi relier directement notre cerveau à de supers
ordinateurs et se trouver immédiatement capable de résoudre
tous les problèmes et les calculs les plus compliqués.

128
NOUVELLES TECHNOLOGIES ET
PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

Le clonage va permettre de sauver des espèces en voie de dispa-


rition et même permettre de recréer des espèces déjà disparues.
Déjà des équipes de scientifiques essaient de cloner un
mamouth, dont des cellules en bon état ont été retrouvées conge-
lées dans la toundra sibérienne. Le clone pourra être porté par
une éléphante et une population de mamouths pourrait à nou-
veau prochainement paître dans les plaines du nord de la Russie.
Il disparaît sur Terre chaque jour à cause de la pollution une
centaine d’espèces animales et végétales. Grâce au clonage, elles
pourront être sauvées et certaines déjà disparues, ramenées à la vie.
La nanotechnologie particulièrement, permettra de sup-
primer presque totalement la pollution engendrée par les
activités humaines.
Plus d’agriculture, donc plus de pesticide, ni d’érosion des
sols, plus de contamination des rivières et des océans.
Plus d’usines, donc plus d’émissions de fumées toxiques ou
dangereuses pour l’atmosphère.
Plus de minerais à extraire avec des technologies polluantes et

129
OUI AU CLONAGE HUMAIN

des processus de raffinement encore plus lourds, ni de transports


de ces matériaux engendrant encore d’autres pollutions.
La nanotechnologie permettant d’obtenir n’importe quel
matériau à partir de n’importe quelle matière en réarrangeant
la composition atomique de la matière, n’importe quoi peut
être transformé quasiment en n’importe quoi, n’importe où,
sans transport et sans extraction dans une métamorphose
dépassant les rêves les plus fous des anciens alchimistes.
Déjà ils rêvaient de trouver la pierre philosophale qui chan-
gerait le plomb en or.
C’est exactement ce que peut faire la nanotechnologie. Ou le
charbon en diamant. Ou le gazon en cuisse de poulet ou en
steak de bœuf ou en vin à l’arôme digne des plus grands crûs.
La suppression de l’élevage supprime également une pollu-
tion considérable due aux excréments des animaux.
La suppression de la nécessité de transporter les matières pre-
mières et les produits agricoles vers les zones de consommation
supprime également la nécessité d’obtenir des carburants pour
ces moyens de transport.
L’énergie nécessaire aux êtres humains se limitera aux pro-
ductions électriques domestiques, la consommation indus-
trielle étant totalement supprimée.
La suppression des écoles, hôpitaux et prisons limitera
encore plus la consommation d’énergie, et le remplacement
des fonctionnaires et employés de bureaux par des ordina-
teurs et robots contribuera également à cette diminution tant
à cause de la suppression des lieux de travail que du déplace-
ment des travailleurs vers ces lieux de travail.

130
OUI AU CLONAGE HUMAIN

La Terre pourra redevenir un espace sauvage et naturel dans la


majorité de sa superficie, pour la plus grande joie des humains
qui pourront redécouvrir une nature ne servant qu’à son plaisir
et à son émerveillement et n’ayant plus besoin d’être exploitée.

131
UNE CIVILISATION DE PLAISIR

Pendant des millénaires les humains ont dû travailler d’arrache-


pied pour survivre et les religions les y ont encouragés, tant la survie
de l’Humanité, son enrichissement et son progrès le nécessitaient.
«Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front» disait la Bible…
Le plaisir, le loisir ou l’oisiveté étaient condamnés par tous
comme « péché » , incluant la sexualité qui ne devait être utili-
sée que comme moyen de reproduction. « Une femme hon-
nête n’a pas de plaisir » disait-on, ce qui n’était pas loin de
l’esprit des excisions…
12 heures par jour, 7 jours par semaine et 365 jours il fallait
travailler sans relâche. Puis le repos du dimanche a été
instauré, puis la semaine de congés payés, devenue 2 puis 3
puis 4 puis finalement 5 semaines dans certains pays. Le temps
de travail hebdomadaire est passé de 84 heures à 40 heures et
la France vient récemment d’adopter la semaine de 35 heures.
Une nouvelle civilisation de loisirs s’installe peu à peu, qui a
même engendré une industrie incluant le tourisme, où l’on
voyage pour une seule et unique raison: le plaisir.

133
OUI AU CLONAGE HUMAIN

La sexualité elle-même, grâce à la découverte de la contra-


ception, qui a permis de séparer le plaisir de la reproduction,
présentée jadis comme une punition divine avec le fameux « tu
enfantera dans la douleur » adressé aux femmes, a pris une
nouvelle place dans la société.
C’est un plaisir comme un autre.
Ça ne sert plus à se reproduire.
Les humains d’aujourd’hui prennent du plaisir dans tout ce
qu’ils font et souhaitent en prendre de plus en plus.
Tout est sujet à plaisir dans une société où la culpabilité liée à
la jouissance a bienheureusement presque totalement disparu.
Cela fait des gens qui sont plus épanouis, moins violents et
moins militaristes, donc plus civilisés.
La première vraie civilisation de l’Histoire de l’Humanité est
en fait en train de naître.
Je suis toujours amusé lorsque j’entends des gens parler avec
admiration des civilisations anciennes comme la grecque, la
romaine ou l’égyptienne. Ce n’était pas des civilisations mais des
regroupements de barbares qui ne pensaient qu’à s’étriper, à
guerroyer et à faire des sacrifices humains, de vierges si possible.
Civilisation veut dire civile, c’est-à-dire non-militaire et
non-violente.
Une véritable civilisation, c’est-à-dire une société non-mili-
taire, n’a jamais existé ni dans l’antiquité ni aujourd’hui.
Les Etats-Unis d’Amérique ne sont pas une civilisation puis-
qu’ils disposent de l’armée la plus puissante du monde, et sont
responsables chaque jour de la mort de centaines d’enfants
irrakiens à cause de l’embargo qu’ils imposent à travers la

134
OUI AU CLONAGE HUMAIN

marionette de l’ONU sans parler du plus grand crime contre


l’Humanité et pour lequel ils n’ont jamais été jugés: le bom-
bardement nucléaire d’Hiroshima et de Nagasaki qui étaient à
100% des objectifs civils.
Une véritable civilisation ne peut être que totalement démi-
litarisée et non-violente. Et elle reste à faire.
C’est justement par le plaisir que l’on crée une société de gens plus
épanouis qui n’ont plus envie de partir en guerre et de se battre.
Lorsque l’on vit une existence misérable de travail et de souf-
frances, la guerre est presque un entracte agréable où l’on part
en chantant avec l’espoir de devenir un héros et de recevoir
une médaille, de s’illustrer, de voir des pays nouveaux…
Mais si la vie est devenue extrêmement agréable, que l’on ne
travaille plus que quelques heures par semaine, qui plus est en
faisant un métier que l’on aime, que l’on a chaque jour des
plaisirs renouvelés grâce aux ordinateurs, au cinéma, aux
sports, que l’on découvre pendant ses vacances les pays loin-
tains, etc… on n’a plus du tout envie d’aller se faire étriper sur
des champs de bataille…
En plus le mythe de l’héroïsme a bien heureusement été remis
à sa juste place par une description cinématographique admira-
ble des horreurs de la guerre, et les reportages quotidiens des
conflits lointains permettent de se rendre compte que les jambes
arrachées par des mines, les visages défigurés, et les cadavres reve-
nant dans des sacs de plastique sont une réalité beaucoup plus
grande et frappante qu’autrefois, et que risquer tout cela juste
pour obtenir une médaille n’est pas très attrayant… On est
mieux chez soi.

135
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Le plaisir sous toutes ses formes est l’ennemi du militarisme et


des religions. Ces deux poisons qui se sont toujours alliés pour
exploiter les humains. Le sabre et le goupillon disait-on autrefois.
Dans la nouvelle société de plaisir, toutes les activités sont
destinées à en fournir.
La libération de la femme a été un des plus grands événe-
ments dans l’atteinte de cette civilisation du plaisir.
Les femmes qui ont tellement souffert d’un esclavage quasi
permanent au service des hommes.
La science leur a permis de ne plus avoir à aller à la rivière
pour laver le linge ou la vaisselle, et surtout de maîtriser leur
sexualité. En prenant le plaisir et ne se reproduisant que si elles
le décidaient grâce à la contraception.
L’avortement thérapeutique a également permis de corriger les
oublis renforçant ainsi encore davantage leur pouvoir de décision.
La sexualité s’installe de plus en plus comme un des instru-
ments de plaisir les plus importants de l’être humain.
Seul un pape complètement coupé de la réalité peut encore
enseigner le traditionnel « croissez et multipliez-vous » en
condamnant la contraception et l’avortement alors que nous
sommes plus de 6 milliards et que la surpopulation devient un
réel problème.
Mais il est condamné à continuer d’enseigner cela par sa tradition.
Ce message était valable quand nous étions quelques milliers
et qu’il fallait peupler la Terre. Il ne l’est plus.
Mais il ne peut dire autre chose puisque c’est écrit dans la
Bible… Même si nous atteignions un niveau inimaginable
et périlleux pour tous de 100 ou 200 milliards de terriens

136
OUI AU CLONAGE HUMAIN

obligés de vivre répartis sur 3 couches superposées, conta-


minés et intoxiqués par les émanations pestilentielles des
millards de tonnes d’excréments humains menaçant toute
vie sur Terre, il ne pourrait que répéter « croissez et multi-
pliez-vous »… sous peine de changer ses propres écritures
saintes… et malsaines.
Heureusement, bien avant cela, le nombre des catholiques
aura diminué dans des proportions considérables, processus
heureusement commencé comme le prouvent les églises qua-
siment désertes le dimanche matin lors des messes et la pénu-
rie de prêtres…
La sexualité libérée s’installe progressivement et contribue à
la destruction des vieux tabous religieux.
Le mariage traditionnel, qui bloquait ensemble «pour
l’éternité» deux individus, perd bienheureusement lui aussi du
terrain.
Il était facile, jusqu’au siècle dernier, lorsque l’espérance de
vie était de 35 ans, de vivre pour toujours avec le même parte-
naire. Ce « pour toujours » était en fait une quinzaine d’années
en se mariant vers l’âge de 20 ans…
Mais maintenant que l’espérance de vie est d’environ 85 ans,
le « pour toujours » est passé de 15 à 65 ans… C’est une toute
autre chanson.
Si l’on peut se supporter facilement pendant une quinzaine
d’années, aidé en cela par l’attachement biologique aux
enfants en pleine croissance, il est beaucoup plus difficile de
rester ensemble lorsque les enfants ont grandi et se sont envo-
lés du nid familial.

137
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Se retrouver à 40 ans, à moins de la moitié de sa vie, avec la


même personne, avec encore 45 ans à vivre et sans envie d’avoir
avec elle de nouveaux enfants, à moins, et c’est possible, d’avoir
une entente spirituelle extraordinaire, c’est très difficile.
C’est pour cela que dans les pays modernes plus de 50% des
mariages se terminent par un divorce.
Parfois même bien avant le départ des enfants puisque dans
certains pays plus de 50 % des familles sont monoparentales.
Il faut ajouter à cela que, les femmes étant devenues dans
leur majorité financièrement indépendantes, ayant un emploi
indépendant de leur compagnon, cela facilite les séparations.
La femme n’a plus « besoin » de son conjoint pour subvenir à
ses besoins. Elle peut ainsi choisir la vie qu’elle veut avoir et n’a
plus besoin de subir quelqu’un qu’elle n’aime plus, simple-
ment pour être logée et nourrie. De plus en plus de femmes
choisissent d’ailleurs d’avoir des enfants sans se marier, étant
indépendantes financièrement.
Le pape peut continuer de condamner également le divorce :
plus de 50% des gens ne l’écoutent plus et divorcent quand ils
ne s’entendent plus.
Les pouvoirs conservateurs tentent de faire croire que les
enfants de couples divorcés sont affectés dans leur développe-
ment par la séparation de leurs parents. C’est faux. La majorité
des gens qui réussissent professionnellement et ont une vie
épanouie sont au contraire des enfants de couples divorcés. Et
c’est normal: il est préférable de vivre en harmonie avec un
seul parent qu’entre deux qui se disputent constamment, se
menacent ou se battent.

138
OUI AU CLONAGE HUMAIN

C’est pour cela que nous célébrons des mariages non défini-
tifs. Le prêtre Raëlien dit aux mariés : «Soyez heureux ensem-
ble, que ce soit pour une semaine, pour un mois, pour un an
ou pour toute la vie. Mais ayez la sagesse de vous séparer si
vous ne vous entendez plus et avant de vous détester.»
De la même façon nous célébrons des divorces, car tout pour
nous est sujet à fêtes et à réjouissances.
Le prêtre Raelien dit aux divorcés : « Vous avez vécu heureux
ensemble pendant un certain temps, soyez maintenant heu-
reux séparément et continuez de vous aimer et de vous respec-
ter même séparés ». Et la cérémonie s’achève par un dernier
baiser d’adieux.
Cette harmonie dans les séparations est très importante, sur-
tout s’il y a des enfants qui peuvent d’ailleurs y assister.
Cela permet aux enfants de voir que l’on peut vivre et se sépa-
rer en harmonie et est très important dans leur développement.
Les anciennes religions traditionnelles, en culpabilisant les
divorces, engendrent de la rancoeur, voire de la violence et
poussent les gens à vivre mal une séparation qui peut en fait
être aussi harmonieuse qu’une union.
Ces culpabilisations d’un autre âge disparaissent progressive-
ment bien heureusement.
Et si notre espérance de vie est aujourd’hui de 85 ans, on sait
qu’elle est en train de passer à 120 ans, et que très prochaine-
ment elle passera à plus de 200 ans puis à environ 900 ans.
Puis grâce au clonage on va pouvoir vivre éternellement.
Et cela sans avoir besoin de travailler.
S’il est plus difficile de vivre à deux 85 ans que 35 ans, ima-

139
OUI AU CLONAGE HUMAIN

ginez 900 ans… et plus encore : éternellement ! C’est pour cela


que, sauf quelques exceptions merveilleuses de gens qui
vivront réellement éternellement ensemble, la grande majorité
des gens auront un nombre infini de partenaires avec lesquels
ils vivront des périodes plus ou moins longues.
Le fait d’être obligé de choisir entre le droit à l’éternité et le
fait d’avoir un enfant fera qu’il n’y aura probablement que très
peu d’enfants, ce qui aidera encore les gens à se séparer sans
problème pour vivre constamment de nouveaux plaisirs avec
de nouvelles personnes.
Vivant éternellement dans une société où ils n’ont plus
besoin de travailler, les êtres humains vivront constamment
dans le plaisir et dans un univers ludique.
Passant alternativement des jeux et expériences de réalité vir-
tuelle aux rencontres physiques avec d’autres humains ou des
robots biologiques pour avoir des expériences sexuelles, les
rencontres physiques avec d’autres êtres humains par amitié,
les drogues électroniques, la pratique ou l’étude d’arts ou de
sciences, etc… chaque nouvelle journée sera une nouvelle suc-
cession de plaisirs ininterrompus.

140
LES MAISONS DU FUTUR

Les maisons du futur n’auront rien à voir avec ce que nous


connaissons actuellement.
Les nouvelles technologies vont permettre aux unités d’habi-
tation, qu’elles soient collectives ou individuelles, de devenir
totalement autonomes.
Actuellement toutes les habitations sont dépendantes de
réseaux et de systèmes centralisés pour la distribution d’énergie
électrique, d’eau, d’évacuation des déchets et eaux usées, etc…
Toute une infrastructure du même modèle régit parallèle-
ment la distribution de la nourriture.
Dans le futur, toutes ces infrastructures seront inutiles.
Notre alimentation étant produite par des synthétiseurs de
nourriture fonctionnant grâce à la nanotechnologie et capable
de fabriquer n’importe quoi à partir d’éléments chimiques de
base, de la côte de bœuf à la cuisse de poulet en passant par les
fruits, les légumes ou les boissons, on a vu que toute la chaîne
de la production alimentaire, de l’agriculture à l’industrie
agro-alimentaire pouvait être supprimée.

141
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Il suffira d’alimenter constamment ces synthétiseurs de


nourriture avec un liquide contenant tous les éléments de la
table de Mendeleïev. Tout comme nous avons actuellement
l’eau courante au robinet, nous aurions des canalisations ame-
nant ce liquide ou cette « eau de Mendeleïev » aux synthéti-
seurs situés dans chaque habitation.
Mais ce système sera remplacé par la suite par l’étape finale
de décentralisation des lieux de vie, lorsque les synthétiseurs de
nourriture seront intégrés à un système global de gestion des
matières et énergies de chaque habitat.
Dans un tel système, chaque appartement ou maison indivi-
duelle devient 100 % autonome sur tous les plans.
L’eau que nous buvons est récupérée après que nous ayons uriné
et la nanothechnologie la retransforme en eau de source 100%
pure en gardant précieusement les minéraux qui seront réutilisés.
Idem avec nos matières fécales qui sont récupérées et recy-
clées pour redevenir notre nourriture du lendemain, en utili-
sant aussi les minéraux provenant de l’ancienne urine.
Dans un tel système, il n’y a plus aucun besoin d’apport
quotidien de nourriture extérieure ou d’évacuation polluante
des déchets. Dans un recyclage permanent il peut n’y avoir
besoin de temps en temps que de quelques grammes de matiè-
res ou de poudre de Mendeleïev contenant tous les éléments,
et de quelques litres d’eau.
Dans un tel lieu d’habitation climatisé, même l’air que nous
respirons peut être en permanence filtré et les poussières recy-
clées, ainsi que l’eau que nous dégageons par notre respiration
et notre transpiration.

142
OUI AU CLONAGE HUMAIN

L’énergie électrique dont nous avons besoin peut être pro-


duite par des centrales individuelles fonctionnant elles aussi
grâce à la nanotechnologie, de petites boîtes pas plus grosses
que des lave-linge pouvant fournir assez d’énergie pour éclai-
rer, climatiser et chauffer toute une maison en utilisant les
molécules d’hydrogène présentes dans l’air et en mélangeant la
nanotechnologie et les fuel cells.
L’information électronique remplaçant avantageusement les
journaux et magazines, ces industries de la presse et du papier
qui sont responsables d’une horrible déforestation de la pla-
nète, et des pollutions énormes des cours d’eau et de l’at-
mosphère liées au blanchiment du papier et à la fabrication des
encres. Le tout pour écrire en général des stupidités qui le len-
demain se retrouvent dans les poubelles. Lesquelles poubelles
constituent des montagnes de déchets dont plus personne ne
sait que faire et qui polluent à leur tour les nappes phréatiques.
Avec des lieux de vie autonomes grâce à la nanotechnologie
tout cela est supprimé.
Donc plus de dépendance de réseaux de distribution d’éner-
gie, de nourriture, d’eau et d’élimination des déchets.
Les télécommunications, et l’internet tellement important,
elles aussi se font directement par des réseaux de satellites, chaque
unité d’habitation étant équipée de son antenne individuelle.
La maison elle-même peut être composée soit de compo-
sants biologiques soit inclure dans sa structure des nanobots.
Par exemple les sols peuvent être recouverts d’une fourrure
épaisse et confortable située sur une peau vivante, incorporant
à sa structure les déchets et les poussières pour s’en nourrir et

143
OUI AU CLONAGE HUMAIN

faire pousser des nouveaux poils remplaçant les anciens, et


ayant parmi ses poils des nanobots nettoyant en permanence
tous les poils.
Les murs eux-même peuvent être revêtus de matière qui se
nettoie et se répare d’elle-même en permanence et change de
couleur, avec tous les motifs imaginables, selon vos souhaits.
Tout comme vous choisissez le screen saver de votre ordinateur,
vous choisissez la couleur des murs de votre maison. Vous pou-
vez en changer chaque jour et même plusieurs fois par jour.
Les couleurs peuvent d’ailleurs être animées et changer d’el-
les-mêmes en permanence ou à certaines heures.
Les fenêtres elles-mêmes peuvent être déplacées selon vos
souhaits car la nanotechnologie permet également de rendre la
matière transparente à volonté.
Lorsque vous décidez de construire une habitation quelque part,
nul besoin de travailleurs pour cela. Vous apportez une boîte de
nanobots de base préprogrammés pour la fonction et ils vont se mul-
tiplier en nombre suffisant pour faire pousser du sol en utilisant les
composants qu’ils réarrangent au niveau atomique et moléculaire et
votre maison que vous voyez pousser comme un champignon, sans
même voir les nano travailleurs microscopiques qui sont en train de
la construire pour vous selon le plan que vous avez choisi auparavant.
Si un jour vous décidez d’aller ailleurs, pas de problème. Les
mêmes nanobots exécutent vos ordres et remettent les lieux à l’état
sauvage initial, en remettant même de l’herbe et des arbres immen-
ses et majestueux comme avant que vous ne vous y installiez.
C’est un peu comme si vous plantiez une «graine de maison»
dans un jardin pour la faire pousser.

144
LA MACROBIOLOGIE

Les humains ont commencé par étudier la vie à leur propre


niveau. Cela a été la biologie, ou science de la vie ou du vivant.
Puis ils ont inventé des moyens d’étudier l’infiniment petit
comme le microscope et se sont aperçus qu’il y avait des formes
de vie infiniment petites, des animaux monocellulaires et que
nous-mêmes étions composés de cellules presque semblables à
celles des animaux monocellulaires mais soudées ensemble.
La prochaine étape sera la macrobiologie.
C’est-à-dire une nouvelle science qui permettra aux hommes
d’étudier l’humanité comme un être vivant gigantesque dont
chaque être humain est une cellule.
Le développement du fœtus dans le ventre de sa mère et
celui de l’Humanité sont exactement semblables.
Au début il y a une seule cellule qui est le fruit de l’union du
spermatozoide et de l’ovule apportant chacun leur demi-code
génétique pour en créer un nouveau, et cette première cellule
est totipotente, c’est-à-dire qu’elle contient les informations
pour donner des cellules capables de devenir tous les organes

145
OUI AU CLONAGE HUMAIN

du corps humain : le foie, le cerveau, les reins, etc… Absolument


toutes les parties du futur corps humain sont contenues dans
cette première cellule. Et dans celles qu’elle va donner en se divi-
sant pendant les premières semaines, aussi longtemps que la spé-
cialisation ne commencera pas. Cette spécialisation qui fera que
certaines cellules deviendront des cellules de cerveau ou de foie
par exemple et ne pourront être que cela.
Au début de l’humanité, c’était la même chose.
Les premiers êtres humains étaient capables de faire absolu-
ment toutes les tâches nécessaires à leur survie. Chercher leur
nourriture, faire leurs vêtements, leurs chaussures, leurs mai-
sons, etc…
De nos jours les «humains-cellules » ne font plus tout dans
les sociétés modernes. Plus personne dans les grandes villes ne
produit lui-même sa nourriture, ne fait ses vêtements à partir
de produits récoltés dans la nature, ou ne fabrique ses chaus-
sures avec la peau des animaux qu’il a tués.
La spécialisation des cellules crée des organes différenciés qui
se complètent dans un corps de plus en plus complexe de la
même façon que la spécialisation des êtres humains crée des
métiers qui se complètent dans une humanité elle-même de
plus en plus complexe.
Il y a encore des gens qui produisent de la nourriture, mais
qu’ils fournissent à toute la société, et pour s’habiller ils vont
chercher leurs vêtements chez des gens qui ne font que pro-
duire des vêtements, et des chaussures chez des gens qui ne
font que produire des chaussures.
La spécialisation s’accélère tellement que certains méde-

146
OUI AU CLONAGE HUMAIN

cins ne soignent plus que le cœur ou les poumons ou le cer-


veau par exemple.
Et cela est valable dans toutes les branches de la société. Qu’il
s’agisse des ordinateurs, des voitures ou des avions par exemple,
chaque composante de ces objets est faite par des spécialistes
qui ne font que cette partie et uniquement elle.
De la même façon que dans le fœtus les organes n’apparais-
sent pas n’importe quand mais dans un ordre bien précis
dépendant du niveau de son développement, dans la société
les activités spécialisées apparaissent aussi à un moment précis
du développement du fœtus humanité.
Ces moments sont définis par un calendrier proportionnel au
nombre de multiplication des cellules donc au temps qui s’écoule.
Les médecins savent très bien à quelle époque du développe-
ment du fœtus se développe tel ou tel organe.
C’est la même chose pour l’humanité.
Chaque être humain est une cellule dans le corps de ce
fœtus-humanité en développement.
Et tout comme un jour le bébé est prêt à naître lorsqu’il a
développé tous ses organes, le bébé-humanité va très bientôt
être prêt à naître lorsqu’il aura aussi développé tous ses organes.
Toutes les nouvelles technologies que nous avons explorées
dans cet ouvrage sont l’étape finale qui nous conduit à la nais-
sance du bébé-humanité dont nous sommes les cellules.
Cet être dont nous sommes des parties infiniment petites, cette
conscience collective, qui par l’acquisition de la vie éternelle de ses
cellules deviendra lui même éternel dans une fusion rassemblant
toutes les consciences qui le composent en une conscience unique.

147
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Concience unique qui deviendra capable de communiquer


avec des consciences uniques situées en d’autres parties de
l’univers infini.
Les consciences uniques qui se trouvent ailleurs dans l’uni-
vers ne peuvent pas communiquer avec les consciences encore
fragmentées des fœtus humanité en développement. Comme
nous l’avons été jusqu'à présent et comme nous allons l’être
jusqu'à ce que nous devenions éternels.
C’est pour cela qu’il est tellement important que chaque
individu soit différent et exprime sa différence.
Car la puissance du tout est proportionnelle à la diversité de
ses composantes.
Plus nous sommes différents et plus nous enrichissons l’en-
semble que nous formons.
L’ennemi des consciences uniques c’est les normalisateurs,
les chantres de la pensée unique, du politiquement, religieuse-
ment ou sexuellement correct, les centralisateurs et les conser-
vateurs, les sectes anti-sectes et les fanatiques des religions obs-
curantistes venus du fin fond de l’histoire, et dont les
fondateurs étaient des pêcheurs ignares comme on en trouve
aujourd’hui dans les tribus les plus reculées de la planète et qui
se font appeler sorciers ou chamans, des grigris tout autour du
cou, et invoquent les démons pour soigner un enfant qu’une
bonne dose d’antibiotique sauverait immédiatement.
Tout homme est abruti faute de science…
La science la plus avancée sera celle qui étudiera l’ensemble
que nous formons, la macrobiologie.
Et cette science nous permettra de comprendre, outre le

148
OUI AU CLONAGE HUMAIN

fonctionnement du corps infiniment grand que nous compo-


sons, mais sa place dans l’infiniment grand, son interaction
avec des corps semblables situés ailleurs, et la possibilité d’en
engendrer d’autres sur des planètes sans vie en allant la créer
dessus.
Et elle nous permettra de comprendre quelle est notre vraie
place dans l’infini: de la matière prenant conscience d’elle-même.
Si l’explication rationelle de la macrobiologie satisfera notre
curiosité ultime, son travail se devra d’être complété par des
Guides spirituels qui permettront aux humains en plus de
comprendre l’infini de le ressentir.
Comprendre l’infini peut être totalement désespérant. Le ressen-
tir par des méditations, se sentir un avec tout, est enthousiasmant.
C’est pour cela que les macrobiologistes encourageront la
multiplication des gurus (éveilleurs en sanscrit) et guides spiri-
tuels de l’Age nouveau qui est déjà commencé.
La science et la conscience se trouvant finalement réunis et
physiquement éternellement puisque la mort aura disparu,
c’est cela qui fera que nous serons « comme des dieux » pour
reprendre une expression biblique.
Dans ce bébé-humanité que nous composons, les pensées de
chacun influencent le tout et c’est pour cela que nous devons
méditer tous les jours en pensant à l’ensemble.
C’est aussi pour cela que, tout comme dans un fœtus en for-
mation certaines cellules se spécialisent pour devenir la zone
du cerveau qui deviendra la conscience, certains humains sont
également les cellules qui deviendront la conscience de l’être
gigantesque que nous composons.

149
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Ceux-là sont appelés à devenir des Guides pour les autres.


Leur rayonnement et leur charisme, leur altruisme profond et
presque génétique, fait d’eux des êtres vers qui les autres sont
naturellement attirés.
Ce sont des individus qui font passer le bien de l’ensemble
avant leur intérêt personnel.
Qui vous font ressentir au premier contact que votre bon-
heur compte pour eux.
Tout de suite on se sent aimé et compris lorsqu’on approche
ces gens-là.
C’est des gens comme cela que depuis 27 ans je forme dans
le Mouvement Raëlien. Ils sont désormais plus de 125 dans le
monde. Ces «prêtres du nouvel âge » qui ont pour mission
première d’être des vulgarisateurs scientifiques et de lutter
contre les religions du passé génératrices de superstitions, d’ir-
rationnalité et de peurs qui empêchent le développement de
l’Homme, ces êtres sont en même temps des Guides faisant
ressentir la véritable religion, au sens éthymologique, c’est-à-
dire le lien qui unit tous les humains parce qu’ils composent le
corps de ce bébé-humanité sur le point de naître grâce à l’accès
à la vie éternelle fournie par le clonage.
Si ce challenge vous attire vous pouvez les rejoindre en me
contactant et devenir une partie de l’équipe, si vous sentez en
vous cette vocation sublime.

150
CONCLUSION

Quelle époque merveilleuse nous vivons et comme nous


sommes privilégiés !
La civilisation actuelle, à l’aube de l’Age d’or qui nous don-
nera scientifiquement la vie éternelle et supprimera la nécessité
de travailler, nous permet de jouir des plaisirs et des avantages
fournis par une quantité phénoménale d’inventions et de
découvertes.
Je voudrais que nous ayons ensemble une pensée émue pour
tous les inventeurs qui ont souffert des risées et des railleries de
leurs contemporains trop stupides pour comprendre lorsqu’ils
ont expliqué leurs idées.
Il me semble entendre rire, du rire épais des imbéciles heu-
reux incapables de voir plus loin que le bout de leur nez, ceux
à qui l’inventeur de la roue a montré son idée. Ils ont dû se
rouler par terre en le ridiculisant et en disant « ça ne mar-
chera jamais ! » …
Tout comme ils l’ont fait avec, dans le désordre, celui qui a
pensé à installer l’eau courante, à monter sur un cheval, à

151
OUI AU CLONAGE HUMAIN

écrire, à fabriquer du papier, la machine à vapeur, l’électricité,


le lave-linge ou à aller sur la lune.
Tout, absolument tout sans aucune exception, ce que nous
utilisons aujourd’hui chaque jour, a été inventé par des gens
dont tout le monde a ri au début, de nos lunettes au stylo en
passant par les boutons de nos vêtements, bref tous les objets
sans exception qui nous entourent et à chaque fois les imbéci-
les épais se sont esclaffés et ont traité l’inventeur de fou.
Notre époque est la revanche du génie sur l’imbécilité.
Aujourd’hui, finalement, l’innovation est devenue une valeur.
On la recherche, l’encourage, et crée même des ministères
pour la développer.
L’idiotie collective crasse du « on a toujours fait comme ça y a
pas de raison de changer» a fait place à une merveilleuse nou-
velle philosophie qui dit : «Les imbéciles qui nous ont précédés
ont toujours fait comme ça, donc il doit y avoir un meilleur
moyen d’y arriver en faisant autrement ».
Il faut être vigilant car même très récemment de grandes
inventions ont été négligées par des gens dont les paradygmes
les ont couverts de ridicule… et fait perdre beaucoup d’argent.
Citons pêle-mêle l’inventeur de la montre à quartz qui a été
refusée par l’industrie horlogère Suisse… avant de connaître
le succès auprès des japonais… qui ont pris 80 % du marché
des montres mondial… part qui appartenait aux Suisses avant
cette invention. Le plus drôle c’est que cet inventeur était…
suisse ! Des milliers d’entreprises fermées et de gens au chô-
mage parce qu’on a ri au nez d’un inventeur… Comme c’est
bien fait pour eux!

152
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Idem avec l’inventeur de la photocopie, de l’ordinateur, du


téléphone, de l’automobile ou de l’ampoule électrique…
Si vous êtes jeunes et que vous lisez ce livre, prenez toujours
l’habitude de vous poser pour tout et partout : «On a toujours
fait comme ça, donc il y a sûrement un moyen de faire mieux
que les imbéciles qui m’ont précédé».
Il y a de grosses chances que vous y arriviez. Sinon, il sera tou-
jours temps de dire «finalement ils n’étaient pas si bêtes »…
jusqu'à ce que quelqu’un y arrive. Car il y a toujours un moyen
de faire mieux sur tous les sujets et à l’infini.
Le nouvel âge qui vient de commencer a besoin de jeunes
cerveaux qui vont remettre en cause tout l’héritage du passé et
sur tous les plans, en étant conscient que son plus grand
ennemi est la façon de penser qui lui a été inculquée par ses
parents et ses éducateurs.
Un inventeur est toujours révolutionnaire. Sinon il ne
change rien et n’essaie jamais de changer quoi que ce soit.
Une deuxième qualité nécessaire aux humains nouveaux est la paresse.
Toutes les grandes inventions ont été faites par des gens extrê-
mement paresseux qui voulaient arriver aux mêmes résultats
que les autres en se fatiguant moins.
Avoir l’eau courante fatigue moins que d’aller la chercher au
puits. Si elle est chaude au robinet ça évite de la faire chauffer,
donc d’aller ramasser du bois, etc… Si on a un lave-linge ça
évite d’avoir à aller le laver à la rivière. Si on peut aller faire son
marché en voiture automobile ça évite d’avoir à nourrir et à
atteler un cheval, si on a une calculatrice ça évite d’avoir à faire
de longues additions à la main, etc…

153
OUI AU CLONAGE HUMAIN

La culture traditionelle judéo-chrétienne voulait qu’il soit


immoral de ne pas gagner son pain à la sueur de son front, en
souffrant beaucoup si possible.
Plus personne, à part quelques vieux cons-servateurs, ne veut
de cela aujourd’hui.
Pour atteindre plus vite cette première vraie civilisation qui
est en train de naître et qui nous conduira vers un monde de
plaisir permanent sans aucun travail et sans aucun effort non
souhaité par plaisir, il faut que les jeunes générations s’entraî-
nent à cultiver ces deux qualités fondamentales qui nous per-
mettront d’y arriver plus rapidement : la remise en question
permanente des techniques et habitudes du passé et la paresse.
La paresse qui est pour l’être humain ce qu’est la conservation
de l’énergie pour la société.
Tout comme on cherche à dépenser le moins possible d’éner-
gie pour accomplir des taches industrielles, notre corps essaie
toujours de dépenser le moins d’énergie possible pour accom-
plir des taches. Je dirais même que tout équilibre biologique est
basé sur la paresse.
Les chercheurs sont toujours impressionnés de la magnifique
gestion énergétique des animaux. Par exemple aucun engin
volant n’utilise aussi peu d’énergie qu’un oiseau à poids égal.
Attention à ne pas confondre l’inactivité et la paresse!
L’inactivité est atrophiante pour le cerveau et n’est pas produc-
tive, la paresse est une motivation à créer!
La paresse c’est d’essayer d’arriver au même résultat en
déployant le moins d’efforts possible. Aucun, ce serait parfait…
C’est ce qui a motivé tous les inventeurs.

154
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Avec la nanotechnologie, les hommes n’auront absolument


plus aucun effort à faire dans la société.
C’est pour cela que ça deviendra une société de plaisir.
On pourra faire des efforts si on le souhaite, mais par plaisir
et pas par nécessité.
Vous pourrez toujours aller visiter vos amis à pieds et faire
une heure de marche au lieu de prendre votre voiture. Mais
parce que vous le souhaitez. Pas parce que vous n’avez aucun
autre moyen.
Vous pourrez aussi déployer des efforts considérables pour
créer des œuvres d’art ou faire des recherches scientifiques, mais
encore une fois par plaisir.
Danser, faire des jeux video ou faire l’amour peut parfois
demander des efforts considérables… mais qu’est-ce qu’on
aime ça !
Voilà le monde qui arrive et dont vous pouvez contribuer à
accélérer la venue. Pour cela, n’oubliez pas : soyez des révolu-
tionnaires sur tous les plans !
Si vous jouissez de la vie de toutes vos forces et souhaitez que
ça continue éternellement en n’acceptant pas de mourir et en
clamant votre droit à la vie éternelle, mettez au rencart les vieux
législateurs empêtrés dans leurs paradygmes judéo-chrétiens et
entrez en politique pour faire des lois qui vous donneront ce
droit le plus fondamental lié au sens sacré de la vie: celui de ne
jamais mourir.
Ceux qui parlent du droit des générations futures ont déjà
accepté de mourir. Mieux, ils sont déjà morts. Dans leur tête.
Vous, vous êtes vivants et voulez le rester.

155
OUI AU CLONAGE HUMAIN

De quel droit le droit à la vie de ceux qui ne sont pas encore


nés serait plus important que celui de ceux qui sont déjà nés?
Au nom de quoi faudrait-il accepter de mourir quand on
peut faire autrement?
Si comme ils le clament, la vie humaine est sacrée, posséder
une technologie qui permet de la rendre éternelle et ne pas l’u-
tiliser c’est renier ce sens sacré de la vie.
Encore une fois, si ça leur fait plaisir de mourir. Qu’ils meu-
rent donc ! Cela fera plus de place pour les autres…
Mais le problème c’est qu’ils voudraient forcer ceux qui veu-
lent vivre éternellement à mourir aussi.
Car il est beaucoup plus difficile de mourir quand on sait que
les autres ont choisi de continuer de vivre…
Ça s’appelle tout simplement de la jalousie dans ce cas.
Vivre et laisser mourir… ceux qui le souhaitent.
C’est cela la sagesse. Mais il faut aussi que ceux qui veulent
mourir meurent en laissant vivre. Même si c’est moralement
plus difficile pour eux. C’est leur choix et leur liberté. C’est
aussi notre choix et notre liberté de vouloir devenir éternels.
Apprenez à jouir de la vie à chaque seconde, en l’appréciant
par tous les pores de votre peau. En étant conscients de vos
changements et des changements des autres et de votre envi-
ronnement qui sont continuels dans un monde en permanente
transformation.
C’est ainsi que la vie éternelle devient passionnante.
Faites de votre vie actuelle un stage de préparation à l’éternité.
C’est là la dimension spirituelle indispensable à une éternité
heureuse.

156
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Le Dalaï Lama l’a dit lui aussi: «On peut considérer le fait de vivre
éternellement dans un ordinateur comme un karma positif»…
Rappelez-vous : si vous le voulez, vous ne mourrez jamais. Et ma
mission, comme celle de tous les vrais guides spirituels, c’est de
vous donner envie de le vouloir en vous enseignant le bonheur.

157
Déclaration de Défense du clonage et de
l'Intégrité de la Recherche Scientifique

Nous, soussignés, accueillons favorablement l’annonce des avancées


majeures dans le domaine du clonage des animaux supérieurs. Au cours de
ce siècle, les sciences physiques, biologiques et comportementales ont mis
à la porte de l’homme de nouvelles capacités importantes qui ont contri-
bué à améliorer énormément le bien-être humain. Ces nouvelles techno-
logies ont soulevé des questions éthiques légitimes.
Le clonage des animaux supérieurs soulève des questions éthiques. Des
directives appropriées sont nécessaires pour prévenir des abus, tout en lais-
sant les avantages du clonage le plus possible disponibles. De telles direc-
tives doivent respecter le choix individuel de chaque être humain. Tous les
efforts doivent être faits pour ne pas bloquer la liberté et l’intégrité de la
recherche scientifique.
Nous envisageons avec inquiétude les appels à différer ou à stopper les
recherches sur le clonage émanant de sources aussi diverses que le
Président Bill Clinton des Etats-Unis, le Président Jacques Chirac de
France, le premier ministre John Major de Grande-Bretagne, et le Vatican
à Rome.
Quelles questions morales le clonage humain peut-il soulever?
Certaines religions enseignent que les êtres humains sont fondamenta-
lement différents des autres mammifères (dotés d’une âme immortelle).
La nature humaine est tenue pour unique et sacrée.
De telles idées enracinées en dogme, peuvent-elles être utilisées pour
décider si les êtres humains pourront être autorisés à bénéficier de la nou-
velle biotechnologie ?
Les avocats du surnaturel ou du spirituel ont-ils vraiment les qualifica-

159
OUI AU CLONAGE HUMAIN

tions requises pour participer à ce débat ? Nous croyons qu'il y a un réel


danger que la recherche puisse être interdite uniquement en raison de
semblables objections religieuses qui ont, en leur temps, été opposées à
l’autopsie, l’anesthésie, l’insémination artificielle, et à toute la révolution
génétique de nos jours.
Nous ne voyons pas de dilemmes éthiques inhérents au clonage des ani-
maux supérieurs non humains. Pour nous les futurs développements dans
le clonage de tissus humains ou même le clonage d’êtres humains va créer
des situations morales difficiles qui dépassent la capacité de résolution de
l’entendement humain. Les questions morales soulevées par le clonage ne
sont ni plus larges ni plus profondes que les questions auxquelles les êtres
humains ont déjà du faire face avec des technologies telles que celle de l’é-
nergie nucléaire, la recombinaison d’ADN, et l’encodage informatique.
Elles sont simplement nouvelles.
Les avantages potentiels du clonage sont tels que ce serait une tragédie
si les scrupules théologiques anciens devaient mener à son rejet. Nous
appelons à la poursuite du développement responsable des technologies
de clonage, et à un engagement général afin de s’assurer que les vues des
traditionalistes et des obscurantistes n’obstruent pas mal à propos des
développements scientifiques salutaires.
Les signataires de la déclaration sont lauréats humanistes de l’Académie
Internationale de l’Humanisme :

• Pieter Admiraal, Medical Doctor, The Netherlands


• Ruben Ardila, psychologist, National University of Colombia, Colombia
• Sir Isaiah Berlin, Professor Emeritus of Philosophy, Oxford University, U.K.
• Sir Hermann Bondi, Fellow of the Royal Society, Past Master, Churchill
College, Cambridge University, U.K.
• Vern Bullough, Visiting Professor of Nursing, California State University
at Northridge, U.S.A.
• Mario Bunge, Professor of Philosophy of Science, McGill University,
Canada
• Bernard Crick, Professor Emeritus of Politics, Birkbeck College,
University of London, U.K.
• Francis Crick, Nobel Laureate in Physiology, Salk Institute, U.S.A.
• Richard Dawkins, Charles Simionyi Professor of Public Understanding
of Science, Oxford University, U.K.

160
OUI AU CLONAGE HUMAIN

• José Delgado, Director, Centro de Estudios Neurobiologicos, Spain


• Paul Edwards, Professor of Philosophy, New School for Social Research,
U.S.A.
• Antony Flew, Professor Emeritus of Philosophy, Reading University,
U.K.
• Johan Galtung, Professor of Sociology, University of Oslo, Norway
• Adolf Grünbaum, Professor of Philosophy, University of Pittsburgh,
U.S.A.
• Herbert Hauptman, Nobel Laureate, Professor of Biophysical Science,
State University of New York at Buffalo, U.S.A.
• Alberto Hidalgo Tuñón, President, Sociedad Asturiana de Filosofía,
Spain
• Sergei Kapitza, Chair, Moscow Institute of Physics and Technology,
Russia
• Paul Kurtz, Professor Emeritus of Philosophy, State University of New
York at Buffalo, U.S.A.
• Gerald A. Larue, Professor Emeritus of Archeology and Biblical Studies,
University of Southern California at Los Angeles, U.S.A.
• Thelma Z. Lavine, Professor of Philosophy, George Mason University,
U.S.A.
• Jose Leite Lopes, Director, Centro Brasiliero de Pesquisas Fisicas, Brazil
• Taslima Nasrin, Author, Physician, Social Critic, Bangladesh
• Indumati Parikh, Reformer and Activist, India
• Jean-Claude Pecker, Professor Emeritus of Astrophysics, Collège de
France, Academy of Sciences, France
• W. V. Quine, Professor Emeritus of Philosophy, Harvard University,
U.S.A.
• J. J. C. Smart, Professor of Philosophy, University of Adelaide, Australia
• V. M. Tarkunde, Reformer and Activist, India
• Richard Taylor, Professor Emeritus of Philosophy, University of
Rochester, U.S.A.
• Simone Veil, Former President, European Parliament, France
• Kurt Vonnegut, Novelist, U.S.A.
• Edward O. Wilson, Professor Emeritus of Sociobiology, Harvard
University, U.S.A.

161
DISCOURS DE RAEL
AU CONGRES US LE 28 MARS 2001

Je voudrais dédier mon témoignage à Giordano Bruno, qui a été


brûlé vif il y a 4 siècles, condamné à la peine de mort par les pouvoirs
chrétiens de l’église catholique.
Les mêmes qui condamnèrent Galilée pour avoir dit que la terre
tournait sur elle-même.
La question aujourd’hui n’est pas de savoir si nous sommes pour
ou contre le clonage humain, mais pour ou contre la liberté de la
science.
J’ai avec moi un manifeste signé par 36 scientifiques de top niveau
mondial et de philosophes, y compris Francis Crick, un des co-
découvreurs de l’ADN et de nombreux lauréats du prix Nobel, qui
soutient la liberté du clonage humain comme un aspect de la liberté
de la science et j’ai des copies de ce manifeste pour chacun d’entre
vous.
Pourquoi ai-je demandé au Dr Brigitte Boisselier de créer la pre-
mière société de clonage humain en Amérique ?
Parce qu’en tant que LE pays de la liberté, vous avez une constitution
qui devrait être un modèle pour le monde entier. Le plus merveilleux
joyau de votre système est La Cour Suprême, qui garantit le respect de
votre constitution et la liberté de vos citoyens même contre votre pro-
pre gouvernement et législateurs. Cela inclut la séparation de l’église et
de l’état et cela signifie en fait une séparation entre l’église et la science.

162
OUI AU CLONAGE HUMAIN

Je suis quasi certain que même si le clonage était interdit, la Cour


Suprême annulerait cette loi comme anticonstitutionnelle comme
elle l’a fait pour la Fécondation In Vitro (FIV).
Si, il y a 100 ans, les pouvoirs religieux avaient été capables de voter
une loi contre la liberté de la science, nous n’aurions aujourd’hui ni
antibiotiques, ni chirurgie, ni transfusions sanguines, ni transplanta-
tions d’organes, ni vaccinations, ni voitures, ni électricité, ni ordina-
teurs, ni avions etc…
Stopper la science est un crime contre l’humanité.
Si de telles découvertes avaient été interdites il y a 100 ans, 3
milliards de personnes n’auraient jamais pu profiter de la vie en
mourant à un stade très jeune de leur existence. Ce nombre pourrait
inclure vos parents, et vous-mêmes. Nous pouvons dire qu’au moins
90% d’entre nous sommes encore en vie aujourd’hui grâce à la
science.
3 milliards de personnes, c’est plus que n’importe quel criminel
contre l’humanité n’a jamais tué, y compris Hitler ou Napoléon.
Aujourd’hui vous avez entre vos mains la vie de milliards de per-
sonnes, qui vivent aujourd’hui, et celle des générations futures.
Vous avez le choix de rester dans les mémoires en tant que héros
pour avoir sauvé des milliards de vies, ou, si vous retardez le progrès
scientifique, de laisser pour toujours le souvenir de criminels contre
l’humanité pour leur avoir refusé un traitement possible ou une
nouvelle vie.
Dans tous les cas, vous ne ferez que retarder le progrès scientifique
qui finira par se réaliser quelque part, car heureusement, rien ne peut
arrêter la science. Mais les lois peuvent ralentir la recherche et ce sont
les gens ordinaires qui en souffriront finalement.
Et vous serez responsables du retard, des morts et des souffrances
provoquées.
Cette mort et cette souffrance pourraient être les vôtres également,
car les législateurs ne sont pas immunisés contre des maladies
impromptues ou celles de vos propres enfants ou petits-enfants.
Sachez qu’ils pourraient mourir sans traitement à cause de vos pro-

163
OUI AU CLONAGE HUMAIN

pres lois qui ralentissent la science.


Les personnes religieuses qui sont contre le clonage humain pour-
raient être libres de le refuser pour elles-mêmes ou leurs enfants
comme ils peuvent refuser l’avortement, la transfusion sanguine ou
la chirurgie.
Si un jour le clonage humain nous donne la possibilité d’atteindre
la vie éternelle, et il le fera, ils devraient aussi être libres de mourir,
puisque personne ne peut être contraint de vivre éternellement.
Mais pour ceux qui aiment la vie, qui peuvent être athées, et dési-
rent profiter des fruits du progrès scientifique, y compris le clonage
humain et la vie éternelle qu’il apporte, ces personnes devraient avoir
le droit d’en bénéficier.
Si la religion et la superstition, qui ne sont pas différentes, avaient
pouvoir sur la science, nous vivrions encore à l’âge des ténèbres.
Votre grande Constitution inclut le droit à la liberté religieuse, et
cela sous-entend le droit d’être athée, comme nous raëliens le som-
mes, et la liberté de croire qu’il n’y a pas de dieu, comme nous raë-
liens le croyons, ainsi que de plus en plus d’américains.
Nous raëliens, croyons que la science devrait être notre religion,
puisque la science sauve des vies, alors que la religion et la supersti-
tion tuent.
La science détruit la superstition et les croyances surnaturelles.
C’est pourquoi la religion a toujours été ennemie de la science et
du progrès et essaye encore une fois d’arrêter la science autant qu’elle
peut.
En laissant les individus décider s’ils veulent bénéficier ou non du
clonage humain, vous protégez les droits du non-ressuscité. Le clo-
nage donne aux enfants, comme à cet enfant de 10 mois victime
d’une erreur médicale que nous clonons actuellement, une seconde
chance de vivre. Cela pourrait être votre enfant ou votre petit-enfant
bien-aimé. Pensez-y….
Les législateurs ne devraient pas être complices des pouvoirs et
superstitions du moyen-âge car l’histoire les jugera.
Ne faites pas l’erreur de brûler Giordano Bruno une nouvelle fois!

164
Abonnez-vous à Raël Science, contacter
rael-science-select-subscribe@yahoogroups.com
rael-science-francais-subscribe@yahoogroups.com
Références
Les avancées du clonage
• Clonage humain:
http : / / www.humancloning.org / firsthumanclone.htm

• L’arche de Noé:
http : / / www.egroups.com / messag e / rael-science-select / 686 ? &start=682

• Les Royaumes-Unis acceptent le clonage humain :


http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 655 ?

• Les vedettes du clonage:


http : / / news.bbc.co.uk / low / english / sci / tech / newsid_437000 / 437391.stm
http : / / dailynews.muzi.com / cgi / lateline / news.cgi ? p=62546&l=english&
http : / / www.p-i.com / national / pigs15.shtml
http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 649 ? &start=627

• Ressusciter les morts :


http : / / www.globeandmail.com / offsite / Science / 19991023 / UMAMMN.html
http : / / www.discovery.com / exp / mammoth / 990911dispatch.html
http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 420 ? &start=412

• Pas de vieillissement prématuré:


http : / / www.egroups.com / messag e / rael-science-select / 677 ? &start=652

• On conserve l’ADN :
http : / / www.humancloning.org / dnaaustralia.htm
http : / / www.savingsandclone.com /

• Quatre veaux japonais copiés par une nouvelle technique:


Le Figaro Magazine. Le 5 janvier 2000.

• Du bœuf cloné… pour souper? :


http : / / www.abcnews.go.com / sections / science / DailyNews / clone_beef990909.html

Quelques découvertes en biologie


• Et l’homme créa… :
http : / / www.abcnews.go.com / sections / livin g / Bioethics / bioethics.html
http :/ / news.bbc.co.uk / hi / english / sci/ tech / specials/ anaheim_99 / newsid_262000 / 262025.stm
http : / / www.sunday-times.co.uk / news / pages / sti / 00 / 01 / 23 / stinwenws01049.html ? 999

165
• Le séquençage du génome humain: mission accomplie! :
http : / / www.abcnews.go.com / sections / living / Bioethics / bioethics.html
http : / / news.bbc.co.uk / hi/ english / sci / tech / specials / anaheim_99/ newsid_262000 / 262025.stm
http : / / www.sunday-times.co.uk / news / pages / sti / 00 / 01 / 23 / stinwenws01049.html ? 999

• En route pour l’éternité:


http : / / www.sciencedaily.com / releases / 1999 / 08 / 990831080844.htm
http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 552
http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 627 ?

• Des souris mutantes à la longévité exceptionnelle :


Le Figaro Magazine, 19 novembre 1999

• Le cerveau d’un tueur : un cerveau cliniquement malade : http : / / www.abc-


news.go.com / sections / living / InYourHead / allinyourhead.html

• La plante virtuelle :
http : / / news.bbc.co.uk / hi / english / sci / tech / newsid_771000 / 771145.stm

• Pour réactiver nos neurones à la retraite:


http : / / news.bbc.co.uk / hi / english / health / newsid_447000 / 447973.stm

• La culture d’os et de cornée :


http : / / news.bbc.co.uk / hi / english / health / newsid_719000 / 719673.stm
http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 585 ?

Les organismes génétiquement modifiés :


• Introduction :
http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 440 ?
http : / / news.bbc.co.uk / hi / english / sci / tech / newsid_482000 / 482467.stm

• Des saumons modifiés :


http : / / news.bbc.co.uk / hi / english / sci / tech / newsid_708000 / 708927.stm

• Une solution pour le tiers monde ?:


http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 605 ? &start=597

• Traitements pour grands brûlés :


http : / / www.wired.com / news / technology / 0,1282,20874,00.html

166
• Plus intelligent grâce au génie génétique:
http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 397 ? &start=395
Building a Brainer Mouse, Scientific American, April 2000. pp.62-68
Mickey Mouse, Ph.D. Scientific American, November 1999. p. 30.

• Des OGMs pour le plaisir ! :


http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 498 ? &start=470

• Arrosez-moi ! :
http : / / news.bbc.co.uk / hi/ english / sci/ tech / specials/ sheffield_99 / newsid_446000 / 446837.stm

• Le mariage du singe et de la méduse :


Le Figaro Magazine, le 24 décembre 1999

Les nouvelles technologies


• La vitesse de la lumière :
http : / / www.sciencedaily.com / releases / 1999 / 10 / 991005114024.htm
http : / / news.bbc.co.uk / hi / english / sci / tech / newsid_655000 / 655518.stm
http : / / news.bbc.co.uk / hi / english / sci / tech / newsid_655000 / 655518.stm

• L’ordinateur à base d’ADN:


Québec Science, Volume 38, numéro 7, Avril 2000, p.30.

• Un oeil électronique pour un aveugle : http : / / news.bbc.co.uk :


80 / low / english / sci / tech / newsid_606000 / 606938.stm

• AIBO le chien bourré de puces :


Le Figaro Magazine, le 6 novembre 1999.

L’espace et ses habitants


• Les Crop circles :
http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 377 ? &start=364

• Rêve ou bientôt réalité? :


http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 456 ?

• Une nouvelle planète :


http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 457

• A la conquête d’un contact :


http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 390 ?
http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 407 ?
http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 671 ?
http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 356 ?

167
La beauté de la création
• L’odorat des moustiques
http : / / news.bbc.co.uk / hi / english / sci / tech / newsid_426000 / 426655.stm

• Des insectes… lesbienne: Le Figaro Magazine


http : / / news.bbc.co.uk / low / english / sci / tech / newsid_481000 / 481394.stm

• Un nez pour voir l’infiniment petit : Le Figaro Magazine, le 11 janvier


2000 http : / / www.aibs.org / biosciencelibrary / vol46 / sep.96.cover.info.html

Sexualité et sensualité
• La société pour la sexualité humaine : www.sexuality.org
• Les mystères chimiques de la sexualité : Le Figaro Magazine: Le 4 mars 2000.
• Les jeunes mal informés:
http : / / dailynews.yahoo.com / h / nm / 19991018 / hl / sex9_1.html
• La journée nationale de la masturbation :
http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 215 ?

Méditation et paix
• La méditation prévient les maladies du cœur:
http : / / www.abcnews.go.com / sections / living / InYourHead / allinyourhead_56.html
http : / / www.egroups.com / messages / rael-science-select / 637

• Vous voulez vivre plus longtemps ? Souriez !:


http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 622 ?
Le cas de la Grèce Antique, La Recherche Spécial Vivre 120 ans, Juillet/Août 1999

• La journée planétaire de la paix : http: / /www.clothofmanycolors.com/


http : / / www.egroups.com / message / rael-science-select / 670 ?

• L’effet de la méditation a été prouvé scientifiquement :


Sang Yuel Choi (Guide national en Corée)

• Le cas de la Grèce Antique: La Recherche Spécial Vivre 120 ans, Juillet/Août 1999, p. 90

rael-science-select-subscribe@yahoogroups.com
rael-science-francais-subscribe@yahoogroups.com

168
Adresses des sites officiels
en rapport avec
le mouvement raëlien :

www.rael.org
www.clonaid.com
www.subversions.com
www.ufoland.com

Voici comment vous abonner à rael-science,


qui est la distribution par e-mail d’une sélection
de nouvelles scientifiques (en anglais)
en rapport avec ce livre :

Envoyez un e-mail vide à


rael-science-select-subscribe@yahoogroups.com
(le contenu de l’e-mail n’a pas d’importance,
seule l’adresse de l’expéditeur est prise en compte).

Pour une sélection de nouvelles en français


(pas nécessairement les mêmes), envoyez un e-mail à
rael-science-francais-subscribe@yahoogroups.com

169
AUTRES OUVRAGES DE RAËL :
Le Message donné par les extra-terrestres
( 1 million d’exemplaires vendus, traduit en 24 langues)
Ce livre contient 2 tomes séparés publiés originellement:
Le livre qui dit la Vérité et
Les extra-terrestres m’ont emmené sur leur planète.

Accueillir les extra-terrestres

La Géniocratie

La Méditation Sensuelle

OUVRAGE RELATIF A L’ENSEIGNEMENT DE RAËL :

Raël, étude des bienfaits physiques et psychiques de son enseignement.


par Daniel Chabot, professeur de psychologie.

Ces livres sont disponibles par l’internet ainsi


que tous renseignements pour en savoir plus sur
le Mouvement Raëlien International à
www. rael. org

170
SI VOUS SOUHAITEZ PARTICIPER AUX STAGES DONNÉS
PAR RAËL DANS VOTRE RÉGION, CONTACTEZ VOTRE
MOUVEMENT RAELIEN NATIONAL:

ARGENTINA BRAZIL
Movimiento Raeliano de Argentina Movimento Raeliano Brasileiro
Suipacha No.645 Caixa Postal 9044
CEP 22272-970
6620 Chivilcoy, Procincia de Buenos Aires
Rio de Janeiro - RJ
raelbrasil@starmedia.com
AUSTRALIA
Australian Raelian Movement BRITAIN
G.P.O. Box 2397 Raelian Religion
Sydney, N.S.W. 2001 BCM Minstrel
australia@rael.org GB-London WC1N3XX
e.bolou@virgin.net
BELGIUM
BURKINA-FASO
Religion Raëlienne de Belgique
Religion Raëlienne du Burkina Faso
P.O. Box 2065
DOUANIO Manaka
2600 Antwerpen/Berchem
B.P. 883
raelbe@nirvanet.net Bobodioulasso 01
raelburkina@hotmail.com
BENIN
Religion Raëlienne du Bénin CANADA
02 BP 1179 Eglise Raëlienne du Canada

Cotonou Case postale 86 - Succursale Youville


Montreal (QC) H2P 2V2
givam@yahoo.com

CHILE
BOLIVIA
Movimiento Raeliano Chileno
Movimiento Raeliano Boliviano Casilla 390
Casilla 1341 Centro Casilla
Santa Cruz Santiago de Chile

171
CHINE GERMANY
KIM Jing Woong Raelistische Religion
Room n° 402 Postfach 1252
Beijing Chang Ruan Xue Yuan Hotel 79372 Muellheim
Qing Hua East Road n° 30
Haidan - Beijing
GREECE
People’s Republic of China
Greek Raelian Movement
Nea Egnatia 270 Str.
COLOMBIA
54644 Thessaloniki
Movimiento Raeliano Colombiano
Apartado Aereo
GUADELOUPE
# 3000 Medellin
Religion Raëlienne de Guadeloupe
raelcolombia@city.net.co
BP 3105 Raizet Sud

CONGO 97139 Abymes


Religion Raëlienne du Congo ffd971@mediasev.net
B.P 2872
Kinshava 1 HAWAII USA
malukisa@yahoo.fr Hawaiian Raelian Movement
P.O. Box 278
ECUADOR KAILUA, HI 96734
Movimiento Raeliano de Ecuador
Imbabura 19-25 y Carchi
HOLLAND
Quito
Raeliaanse Religie Nederland
Postbus 10662
FRANCE
2501 HR. DEN HAAG
Religion Raëlienne de France
BP26
HONG KONG
75660 Paris Cedex 14
Hong Kong Raelian Movement

GABON Box 183 M. Kee Letter Box Service co.,

Religon Raëlienne du Gabon Shop A13, F/F,Kwai Chung Plaza, 7-11,


B.P. 22171 Kwaifu Rd. Kwai Chung, N.T.
Libreville KLN, Hong Kong
jr.ogoula@voilà.fr contactufo@hotmail.com

172
INDIA JAPAN
Indian Raelian Movement Japanese Raelian Movement
c/o P.O.Box No.2058
Tokyo-To, Bunkyo-Ku, Yayoi 2-16-13
Kalbadevi Head Post Office
Mumbai 400002 Tokyo, Japan 113-0032
indianraelianmovement@yahoo.com YRE05677@nifty.ne.jp
KOREA
IRAN
Korean Raelian Movement
Iranian Raelian Movement
P.O. Box 56 K.P.O. Box 399

Station D Seoul
Toronto, Ontario M6P 3J5 , Canada Korea 110-603
itanol@nuri.net
IRELAND
Irish Raelian Movement
P.O. Box 2680 MARTINIQUE
Dublin 7 Mouvement Raëlien Martiniquais
daveglynn@usa.net
BP 4058 TSV

ISRAEL 97254 Fort-de-France Cédex


Israeli Raelian Movement
P.O. Box 27244 MAURITIUS ISLANDS
Tel Aviv - Jaffa 61272
Religion Raëlienne de l'Ile Maurice
rael_org@netvision.net.il
4 Robinson Lane

ITALY Phoenix
Religione Raeliana Fraaug@intnet.mu
CP202
33170 Pordenone
Religione.Raeliana@rael.org MEXICO
San Pablo
IVORY COAST Tepetlapa N° 56-4
Religion Raëlienne de Côte d'Ivoire
Ampl. San Francisco Culhuacan
05BP1444
Abidjan 05 04470 Mexico D.F.
boniyves@hotmail.com nortoral@df1.telmex.net.mx

173
NEPAL PHILIPPINE
Nepalese Raelian Movement Philipine Raelian Movement

c/o B.N. Regmi GPO Box 9594 UP Box 241, University of the Philippines
Diliman, Quezon City
Kathmandu
Philippine 1101
ndiurnal@ccsl.com.np
opferrer@cswcd.upd.edu.ph

NEW ZEALAND POLAND


New Zealand Raelian Movement Religia Raelianska w Polsce

P.O. Box 1744 c/o Iwona Adamczak, Skr. Poczt. 555


00-950 Warszawa 1
Shortland Street
Auckland
PORTUGAL
Movimento Raeliano Portugues
PANAMA
Apartado Postal 2715
Movimiento Raeliano de Panama 1118 Lisboa Codex
Aeropuerto int'i de Tocumen
Zona Posta # 14 Panama SLOVAKIA
Raelske Hnutie na Slovensku
panamamx@pty-co.PA.DHL.COM
P.O. Box 117
82005 Bratislava 25
PARAGUAY
Movimiento Raeliano del Paraguay
SLOVENIA
Olivia 1019 Edif-lider V Raeljansko Gibanje Slovenije
Piso 15, Officina 151 Vojkovo nab. 23
Asuncion 6000 Koper
raeljansko.drustvo@iname.com

PERU
SOUTH AFRICA
Movimiento Raeliano Peruano
South African Raelian Religion
Guia Nacional P.O.Box 1572
Avenida Benavides 955 # Boksburg 1460
Miraflores, Lima, Republic of South Africa

174
SPAIN THAILAND
Religion Raeliana España Thai Raelian Movement
c/o Sung Hyuk RHIM
Apartado de Correos 19113
P.O.Box 1556
08080 Barcelona
Bangkok Post Office 10500
Rael_espana@hotmail.com

TOGO
SWEDEN Religion Raëlienne du Togo
Raeliska religionen Rita Amétépé Responsable

BP 1026 B.P. 1476


Lomé
10138 Stockholm
raeliska_religionen@yahoo.com
USA
USA Raelian Movement
SWITZERLAND B.O. Box 630368
Religion Raëlienne Suisse North Miami Beach,
Case postale 176 FL 33163 Florida

1926 Fully
VENEZUELA
office.ch@rael.org
Movimiento Raeliano Venezolano
Segunda Calle # 71, Urbanizacion
TAIWAN
El Rincon, Segunda Sabana,
Taiwan Raelian Movement Bocono
7F -- 1 No. 25 - Lane 22 Jih-- Lin Rd. Trujillo
Taipei
ysmjimmy@ms37.hinet.net ZIMBABWE
Zimbabwe Raelian Movement
P.O. Box 666
TCHAD
Zengeza, Chitungwiza
Religion Raëlienne du Tchad
ASECNA B.P. 5629
N'Djamena,
reacen@intel.td

175

Check out www.rael.org/contacts for the most


up-to-date list of addresses since they might have changed since this
book was printed.
RAEL, chef spirituel du
Mouvement Raëlien, qui
raël
compte 55000 membres

oui au
dans 84 pays (voir
www.rael.org) la plus
importante organisation du
monde sur les extra-ter-

clonage humain
restres a fondé voilà 3 ans
la première société offrant
de cloner des êtres

clonage humain
humains, CLONAID (voir
www.clonaid.com).
Dans ce livre il explique
pourquoi le clonage humain tel qu’il est possible actuelle-
ment est la première étape vers la possibilité pour tous de
devenir éternels.
Non seulement en créant des clones qui seront des répliques
physiques exactes de nous-mêmes, mais également en
transférant dans leur cerveau notre mémoire et notre person-
nalité ce qui nous permettra réellement de vivre éternelle-
ment. Nous nous souviendrons de tout notre passé et pour-
rons accumuler des connaissances à l’infini.
Le plus grand rêve des êtres humains, la vie éternelle, qui
n’était promise par les religions du passé qu’après la mort et
dans un mythique paradis, devient ainsi une réalité scienti-
fique.
RAEL, visionnaire exceptionnel, explique aussi comment de
nombreuses nouvelles technologies vont révolutionner
notre environnement et notre vie. La nanotechnologie par
exemple qui supprimera l’agriculture et l’industrie, les
super-intelligences artificielles qui dépasseront de beau-
coup l’intelligence humaine, la vie éternelle possible sans

au
corps biologique dans des ordinateurs, la téléportation, les
robots biologiques, voici quelques sujets parmi beaucoup
d’autres que ce livre aborde en nous permettant d’entrevoir
La vie
oui
un futur extraordinaire.

éternelle
grâce à la science
www.rael.org
www.clonaid.com

Vous aimerez peut-être aussi