Vous êtes sur la page 1sur 5

L’action managériale c’est controler l’action collective, l’accompagner, la réguler, la structurer

Il faut gerer l’action collective dans kes organisations car l’AC est complexe, non determinée, grande..
Il faut pouvoir provoquer la motivation. L’enjeu est de structurer l’AC, diviser l’AC.. Car elle contribue
à la performance de l’organisation, il faut transformer la ressource en performance car elle a un cout
mais doit rapporter plus qu’elle ne coute.
L’action collective pose des problemes d’allocation de ressources et de coordination car il fait repartir
les ressources parfois limitées et les controler, favoriser des echanges et des initiatives dans
l’organisation pour assurer la performance, il faut donc trouver un modele qui garanti la bonne
allocation, la bonne coordination et la bonne performance.
Les differents modeles correspondent à des differents contextes et epoques de l’histoire
Il y a plusieurs risques(blocage, sabotage..) , pour les limiter on établie des règles nombreuses,
précises, partagées etc..
La valeur se crée à partir de lac ombinaison entre les activités de base(logistique, services..) et les
activités de soutien(achats..)
La structuration des ressources revient à les répartir en se demandant qui fait quoi et avec quels
moyens, la coordination est plus du coté humain en décidant qui dépend de quoi etc..

Les 3 types de macro structures :


-Structure fonctionnelle(repartition des organisations en unité ou en fonctions, entrprzise mono
produite)
-Structure divisionnelle(repartition en divisions ou unité correspondant chacune à un produit, un
segment de marché, une zone géographique)
-Structure matricielle(croisement des métiers et des divisions, pas de prédominance entre le
découpage en fonction et par produit ou zone de marché)

Peut-on manager sans structure, sans hierarchie ?


C’est possible si les gens aiment leur travail, se font confiance et se disent que chacun œuvre pour le
bien de la collectivité
Manager :
- Definir des objectifs
- Se donner les moyens de les atteindre
- Etablir les priorités
Le résultat est la capacité à atteindre un objectif grace à des moyens qui sont alloués, la performance
du manager consiste à intégrer les différentes performances et générer l’adhésion, la motivation, la
prise d’initiative, succiter l’engagement.. Tout revient au final à la motivation.
Il n’y a pas de bon modele, chaque modele s’adapte à une situation car l’individu est complexe ; il
faut l’équilibre entre la précision dans l’atteinte des objectifs et le bien etre ; le management est
donc la gestion des individus et des ressources qui leur sont allouées ainsi que leur coordination.

Il faut découper la ressource mais pas trop sinon on la fragmente ; mais meme en faisant tout bien la
performance n’est pas garantie, la performance se mesure dans le temps et est propulsée par les
efforts, c’est un processus dynamique et l’entreprise est condamnée à se développer pour ne pas
couler/
La bonne performance est forcément encrée dans l’économie

Une théorie est une idée organisée, modélisée, on essaye d’expliquer un phénomène , on génère une
connaissance. La théorie se construit suivant le schéma suivant :
Theorie A

Exploration Analyse ou
conceptualisation

Collecte de données Replication par..

Les théories manaagériales s’inspirent de plusieurs disciplines, c’est le fait d’étudier l’action
collective, le fait de travailler ensemble ; on étudie la façon d’organiser et de piloter l’action
collective, voire meme de la controler. Theorie B
Une théorie manageriale universelle n’existe par car c’est le domaine de
l’humain ; le sujet réagit en se sentant observé et adopte un comportement
différent de celui qu’il aurait eu s’il était seul

L’organisation elle-même est definie par plusieurs choses car ça peut etre n’importe quelle chose qui
comporte plusieurs membres(classe, equipe de foot..). C’est une communauté humaine
structurée et organisée de personnes en interaction poursuivant un objectif commun, avec des
efforts alignés, ce qui n’est pas évident, dans une organisation il faut limiter les incertitudes et les
risques.
Selon Mitzberg ; c’est la somme des facons de diviser et structurer une equipe entre ses membres et
de coordonner les résultats des taches ainsi découpées.

Une entreprise est une unité économique autonome combinant des divers facteurs de
production(ressources) pour vendre des biens ou des services à d’autres acteurs et distribuant
des revenus en contre partie de l’utilisation de ces facteurs. Ou en résumé consommer des
ressources pour créer de la valeur qu’elle fait acheter.

Les differentes pensées en type de management :


-Directif : ecole classique(rationel et organisation système fermée), on établi un modele à l’interieur
de l’organisationuniquement

Ouvert\fermé :
Fermé=organisation tournée vers elle-même
Ouvert=organisation tournée vers son environnement, dépendante de l’environnement
Approche relationnelle\sociale :
Rationnelle : approche déterminée pour amener tel résultat, la bonne config amene le bon résultat
Sociale : centrée à l’humain et aux rapports sociaux

Les grandes écoles de pensées :


Principes : expliciter les regles, de normaliser les taches, chaque personne a son propre mode
d’emploi pour controler au mieux le volume et la qualité du travail, il y a aussi la confiance,
l’autonomie, la négociation et la culture.

Classique : Le principe general, defendu par Taylor, Fayol, Weber, Gilberth est d’organiser de manière
rationnelle le travail pour produire vite et plus. On renie donc les principes évoqués en haut, c’est un
modele d’aliénation qui contrôle les actions des salariés ; l’entreprise n’est qu’une machine à
produire, chaque geste est codifié, analysé, chaque tache à accomplir fait l’objet d’un cahier des
charges avec des responsabilités et un degré d’autonomie très limité. Les individus sont séléctionnés
et formés de manière rigoureuse pour l’execution d’une tache unique, on définie les criteres et place
les plus doués dans la tache qu’il faut pour mximiser la production
Avantages : Formation des gens, productivité qui va vite, salaire, personne n’est irremplacable
C’est un modele rationnel, universel et scientifique qui permet peu importe le contexte d’activité
d’assurer la performance et la satisfaction, on peut résumer ça par travailler plus pour gagner plus, ce
qui est gagnant gagnant L’objectif n’est pas d’exploiter le travail mais de servir tout le monde, basé
sur la performance et la retribution de la valeur, c’est un modele juste dans le sens où c’est fondé sur
la répartition de l’autorité, contrairement à l’arbitraitre, il est fondé sur l’économie et la
performance.
D’apres marx, ce modele faisait que les gens étaient etrangers au produit de leur travail, c’est
gagnannnt gagnant dans l’intention.
L’homo economicus est la représentation de l’hooomme au travail comme quoi chaque homme est
un cout et chaque homme essaye de gagner un maxomim, on optimise le cout pour avoir un meilleur
retour d’investissement.
Taylor considere qu’il ne peut pas y avoir de conflit avec ce modele car il n’y a ni proleme
d’organisation, ni de motivation, ni d’engagement ; s’il y a conflit c’est que les regles sont
mauvaises(limites dans les années 30)

L’objectif de taylor est de tout standardiser, découper le travail, l’autorité. Il a inventé l’OST(tout
observer, quantifier, retirer l’inutile) , le premier à comprendre qu’il fallait s’interesser au temps que
devait prendre une tache au lieu du temps que ça prenait, c’est la gestion de la recherche et de la
performance.
Il ne fait confiance à personne,il constate qu’il n’y a pas de gestion et que tlm fait comme il veut car
les managers sont incompétants
Cela signifie que :
-Les managers ne savent pas gérer les taches ; les ouvriers gerent les problemes d’executiion
-Les salariés peuvent faire en sorte de freiner la production pour moins travailler
-les methodes de travail sont inneficaces et empiriques(élaborés par la pratique)  et dénué de
consideration scientifique, chacun travaille de son coté en autonomie

L’incertitude est une zone non controlée par la hierarchie, il faut donc déposseder les travailleurs de
leur savoir faire en les mettant dans des cases et en les formant pour qu’ils restent à leur place, il faut
lever la relation de dépendance en devenant autonome avec une dissociation.
Le principe est :
-observer les ouvriers quand ils réalisent un produit
-décomposer le mode de production en un ensemble de taches élementaores identifiables et
dissociables sans compter les gestes inutiles
-il faut definir les taches de manière à réaliser les taches le plus vite possible

Conséquences :
-diviser le travail : spécialisation par tache ou métier, c’est la chaine, on décompose en taches
-contrôle etroit(contre maitre, encadrement) où le salarié est déchargé de toute responsabilité et
autonomie
-augmentation des salaries fondée sur la productivité
-selection et formation des personnes pour la meilleure production en fonction des competences, ;
on doit former de manière adéquate et trouve un travail qui suit ses compétences pour qu’ils soient
doués
En gros salaire formation productivité
Conséquences : division du métier(spécialisation), contrôle etroit, augmentation des salaire

Henry ford :
Il a fondé l’industrie du XX eme siecle, il ajoute à l’ost la standartisation des produits, le travail à la
chaine et des salaires élevés, ainsi, il améliore la motivation et augmente le pouvoir d’achat pour
qu’ils consomment ce qu’il fabrique

Fayol est le père de l’éole classique du management, il pense que manager c’est prévoir, planifier,
coordonner, commander, controler ;

Prevoir c’est déjà agir car on se prépare, la coordination revient à mettre de l’harmonie à l’entreprise
et entre ses actes .
Taylor a une vision moins globale que Fayol qui a une dimension plus humaine(motiv intrasec), là où
taylor s’en fout.

Selon weber, il y a 3 modeles :


-Charismatique : chef de guerre, leader,

Apports et limite de l’école classique :


Accord : Regles de bons sens qui ont servi et continuent de servir, mesure de performance,
facilitation de la coordination
Limites : concurentielles, économiques et sociales. On ne fait pas attention à l’environnement, tous
les marchés sont concurentielles donc on peut pas ignorer cela.
Le modele classique s’inscrit dans un contexte positif, donc limité pour le contexte d’aujourd’hui.
La motivation des salariés ne se limite plus à l’homo economicus

L’école rh :
Contexte économique ralenti au niveau de la croissance, la recherche de productivité engendre des
problemes(breakdown, greves..), le changement est donc forcé à changer et l’individu reprend un
peu le contrôle de son travail, l’unité d’analyse n’est plus l’individu isolé mais le groupe afin de
determiner leur niveau de productivité globale, c’est un phénomene de groupe qui induit la
construction de regles, normes, outils et valeurs qui vont avoir une incidence sur sa valeur ; on leur
remet de la liberté et qu’isl puissent se réaproprier leur travail

Pour POLETT, il faut accepter le conflit, c’est en cela qu’elle se differencie de l’école classique malgré
son background, elle veut qu’on essaye de resoudre les conflits car ils sont inévitables a cause des
diff des gens, ca se regle soit par la domination, soit par le conflit, soit par l’integration, elle veut
qu’on se comprenne et remette en question, soit une anaylyse du conflit.
Le pouvoir et l’autorité ne sont pas pareils, le pouvoir c’est la capacité à faire que quelque chose
arrive, on ne peut le transmettre car c’est acquis avec l’exp c’est le charisme.x
Apports de l’école RH : Replace l’individu au centre de l’organisation ; met en évidence les
phénomenes fondamentaux : l’influence des groupes informels, les relations à l’intérieur et entre les
groupes, les aspirations et les craintes des individus au travail

Limites : l’individu à travers l’entreprise doit s’accomplir, l’entreprise s’incruste dans sa vie ; la
motivation doit être au centre de la performance et est le seul, on ne peut pas toujours résoudre les
conflits, parfois on les provoque, les entretient

Les theories modernes :


Zone 3 : ouvert, relationnel

Hypothese de rationalité limitée : les humains ne sont pas rationels, ils n’ont pas la même capacité
de travailx

Ca propose la survie et le développement au sein de l’entreprise ; l’approche de la contingence des


théories modernes défend une vision adaptative de l’organisation et une approche technique et
avoir une approche comptable du management qui est une variable d’ajustement. Les variables
internes sur la structure de l’organisation sont la taille, l’age, la technologie et la stratégie, en externe
on a la technologie du marché dominante etc.
Pour hannaet freeman , l’écologie humaine s’applique aux RH et peu importe les décisions c’est
l’environnement qui décide ; ainsi les changements organisationnels ne sont profitables que s’ils
interviennent rapidement pour palier un changement externe, l’évolution n’est utile que si la
réponse de l’entreprise est adaptée et
La pire des situations est une situation de changement permanents et toujours un temps de
décalage, s’il y a de l’inertie et un temps de retard d’évolution, il faut aller tout droit car on ne pourra
pas s’adapter, l’inertie c’est donc la capacité à reagir à un changement et une direction.

Dans l’approche psychosociologique , on a :


March : L’homme est libre, il peut souhaiter ne pas se reveler, déformer des choses mais pas les
machines. L’organisation est une poubelle avec des incertitudes entretenues où on se défie, pour
s’en sortir dans ce chaos ; les qualités qu’il faut pour s’en sortir, influencer les comportements, la
menace, la dissimulation, le chantage, il faut etre un bon négociateur et savoir convaincre

Vous aimerez peut-être aussi