Vous êtes sur la page 1sur 3

Mouillabilité

La mouillabilité est une caractéristique non propre à la surface du solide, mais à


une combinaison un peu plus subtile qui fait intervenir trois énergies ou tensions
différentes. Le résultat est la forme de la goutte de liquide déposée sur le
substrat. Plus la goutte va s'étaler plus on décrète la surface comme mouillable
(sans oublié que l'atmosphère joue un rôle non négligeable pour la mouillabilité
si on change la pression ou la composition du gaz dans lequel on procède au
dépôt de la goutte). La notion de mouillage est plus qu'étroitement liée à l'angle
de raccordement (ou angle de contact) dont nous allons expliquer la notion dans
la suite.
 Angle de contact
Qu'est ce qu'un angle de contact ? C'est l'angle de raccordement (noté téta) entre
la surface du solide approximer comme plane, et la micro goutte de liquide que
l'on a déposée sur cette dernière. Il peut varier de 0 à 180 degrés et en fonction
de sa valeur (pour le liquide sonde l'eau) on peut classer les surfaces comme suit
:
-  entre 0° et 10° surface superhydrophile
-  entre 90° et 140° surface hydrophobe
- >140° surface superhydrophobe
A téta on se doit d'associer la notion de tensions de surface (ou énergie de
surfaces). La forme d'une goutte à la surface d'un solide est régit par 3
paramètres :
- Gamma Sl La tension à l'interface solide-liquide
- Gamma Sv La tension à l'interface solide-vapeur
- Gamma Lv La tension à l'interface liquide-vapeur

Ces trois grandeurs sont reliées par l'équation de Young :


Sur la figure suivante, sont présentés les deux cas d'école, qui peuvent se
différencier grâce à l'angle de glisse illustré sur la figure annexe. C'est l'angle
(quand on se trouve dans un cas de super hydrophobie) limite, avant que la
goutte se mette en mouvement. Si cet angle est inférieur à 10 degrés, on est dans
le cas Cassie Baxter et s’il est supérieur à 20 degrés c'est le cas de Wenzel.

 Cassie-Baxter  Wenzel

Les tensions ou énergies de surface, présentées sur la figure précédente vont être
explicité dans le prochain intitulé.

Énergie de surface
Nous introduisons cette notion ici car celle-ci est liée à l'angle de contact mais
aussi à la composition chimique de la surface. En fonction de la composition
chimique on peut avoir une grande ou petite énergie de surface ce qui joue un
rôle prépondérant dans le comportement du liquide sur la surface comme nous
l'avons précisé au départ. Seuls Gamma Lv et téta sont mesurables, par
conséquent il est nécessaire d'avoir des relations supplémentaires pour estimer
les inconnues Gamma Sl et l'énergie de surface Gamma Sv et pour se faire il
existe plusieurs méthodes.

 -Méthode de Dupré

-Méthode de Zisman

-Méthode de Good et Girifalco

-Méthode de Fowkes

Vous aimerez peut-être aussi