Vous êtes sur la page 1sur 17

Silent IN

Manuel de vol et de maintenance


Rev 06 - Septembre 2006

Chapitre 4 PROCÉDURES NORMALES DE FONCTIONNEMENT

1 Montage de l'appareil
2
1 Visite prévol
2
1 Procédures d'exploitation du moteur

4.4 Procédures de décollage

1 en vol
2
1 Voltige
2
1 Procédures d'atterrissage

1
2
3 Montage de l'appareil

Quelques points clés qui faciliteront le montage correct de l'avion

1. Placez le fuselage dans le plan horizontal, retirez la verrière (si elle est amovible)
et stockez-la dans un endroit sûr, retirez les panneaux
derrière les épaules du pilote, et nettoyer et lubrifier les
goupille de longeron d'aile.

2. Avant d'assembler les ailes, assurez-vous que les aérofreins


sont fermés et verrouillés. Poussez la commande des aerofreins dans le
cockpit en butée avant.

3.Mettre la commande de volets à 0° et le manche au neutre.

4. Demandez à l’assistant au bout de l’aile de tenir l’aile à un


hauteur convenable. Notez que la hauteur peut être trompeuse
puisque l'aile est rigide et n'a pas de dièdre.

5. Lorsque vous insérez les longerons dans le fuselage, faites attention


ne pas les frotter sur le bord inférieur des ouvertures du longeron.

6. Lorsque vous insérez les goupilles lisses dans leur logement du fuselage,maintenir
les ailerons/volets en position 0°, et vérifiez que les joints d'étanchéité des ailes ne
sont ni pincés ni pliés. Tout en avançant l'aile vers le fuselage, guidez soigneusement
l'extrémité de l'aileron/volet se fixant dans la douille à baïonnette sans toucher le
revêtement de l'aileron/volet.

Les opérations nécessaires pour amener l’aéronef de rangé dans la remorque à prêt à
voler sont décrites ci-dessous:

1. Placez la remorque à l’emplacement désiré, en vous assurant qu'il y


a suffisamment de place pour le montage.
2.
1. Extraire le moteur du fuselage avant l'assemblage et le démontage
des ailes.
3. Mettez la remorque à niveau et serrez le frein de stationnement.
4. Ouvrez la remorque en soulevant le couvercle de la coque et en
abaissant la porte arrière.

5. Faites glisser la rampe et insérez les deux broches dans les


trous prévus.

6. Extrayez soigneusement le fuselage. Portez une attention


particulière à la descente du berceau sur la rampe inclinée
Retirez la sangle de berceau du fuselage.

7. Avec l'aide d'un assistant, sortez l'aile droite en ayant


soin de ne pas rayer la surface de l'aile sur le fuselage ou
sur le côté de la remorque.

8. Insérez le longeron d'aile droit dans l'ouverture du fuselage


assurez-vous de ne pas le frotter contre le bord inférieur de
l'ouverture. Vérifiez que les commandes d'aero-freins et d'ailerons se
connectent correctement.

9 Reposez l'aile droite sur un support ou une selle d'aile.


1.
10.Répétez les étapes 6 et 7 pour l'aile gauche.

11.Avec l'assistant tenant l'extrémité de l'aile gauche, alignez le


longeron et positionner les bagues à l'aide de la goupille conique
en nylon et insérez les goupilles en acier.
12.Fixer les goupilles à longerons avec les boulons et les écrous
borgnes spéciaux.

13.Re-installer les panneaux derrière les épaules du pilote.

14.Vérifiez que tous les contrôles (aérofreins, ailerons et volets)


fonctionnent correctement.

15.Prenez le stabilisateur horizontal dans son rack.

16.Fixer le stabilisateur horizontal au sommet du plan fixe de la


gouverne d16e lacet en inclinant le bord d'attaque vers le haut et insérer
l'encoche de l'élévateur dans la fourche de commande. Abaisser
le stabilisateur horizontal jusqu'à ce qu'il repose à plat sur le dessus du
plan fixe de la gouverne de lacet puis faites-le glisser vers l’arrière pour
engager les broches.

17.Installer le boulon dans la partie supérieure du stabilisateur


horizontal et serrez-le à l'aide de la clé à douille spéciale. Pour permettre
la rotation pousser vers le bas avec la clé à douille et déplacer le dispositif
de retenue de sécurité à ressort. Serrer comme nécessaire pour
obtenir une connexion sécurisée, mais évitez le sur-serrage.

18.Vérifiez que l'élévateur et le gouvernail fonctionnent


correctement.

19.Retirez le planeur du berceau du fuselage en poussant


c'est en arrière.

20.Effectuez une vérification de contrôle positif avec un


assistant.

4.2 Visite pré-vol

L'importance d'effectuer une analyse minutieuse et approfondie de l'aéronef après le


montage et avant le vol ne peut pas être surestimé .Les accidents et les incidents sont
d'autant plus probable si cette inspection est sautée, effectuée négligemment, ou
effectué à la hâte.

Faites le tour du «Silent in» dans le sens inverse des aiguilles d'une montre et vérifiez
toutes les surfaces de l'avion pour des fissures, des cloques, irrégularités matérielles et
dommages.
En cas de doute, demandez conseil à un expert.

Évitez les distractions des autres personnes ou des événements extérieurs pendant que
vous effectuez le contrôle. Restez concentré et agissez avec le plus grand soin.

1.

a. Ouvrez la verrière et vérifiez l’engagement correct et la liberté de mouvement des


commandes. Vérifiez que le
les instruments du tableau de bord fonctionnent correctement. Extraire le moteur,
rétractez le moteur (vérifier la fermeture correcte des portes),
extraire à nouveau le moteur et le laisser dans cette position.

b. Vérifiez que les épingles sont engagées et sécurisées.

c. Vérifiez les commandes pour la liberté de mouvement et pleine course avec un


contrôle de contrôle positif.

d.Vérifiez qu'il n'y a pas de corps étranger dans le cockpit; ils pourraient être empêtré
dans les contrôles et empêcher leur libre course.
e. Vérifiez la roue avant pour la liberté de rotation et vérifiez la pression du pneu
principal. La pression est fonction du poids de l'aéronef et des caractéristiques de la
surface de la piste. Elle devrait être comprise entre 2,7 bars (39 psi) et 3,5 bars (50
psi).

f.Vérifiez que le crochet de remorquage (le cas échéant) est en bon état et fonctionnel.

2.

a.Vérifiez si les surfaces supérieures et inférieures des ailes sont endommagées

b.Vérifiez l'état des ailerons et la liberté de mouvement. Vérifiez qu'aucun jeu


anormal n'est évident en secouant légèrement le bord de fuite. Vérifiez les charnières
pour dommage.

c. Vérifiez le bon fonctionnement des freins aérofreins et vérifiez qu'ils sont


verrouillés.

3.

a. Vérifiez le fuselage, en particulier sa surface inférieure, pour dommage.


Vérification visuelle du groupe motopropulseur.

b.Vérifiez que tous les boulons et écrous sont bien fixés.

c. Vérifier qu'il n'y a pas de fissures dans le pylône du moteur.


structure, le tuyau d'échappement, et en particulier vérifier que
il n'y a pas de fissures au niveau des cordons de soudure.

d. Appuyez sur le capuchon de la bougie pour vérifier si elle est correctement


installée et vérifiez que les composants électriques sont sécurisés.

e. Vérifiez que la soupape de décompression est sécurisée.

f. Vérifiez les tuyaux de carburant pour une fixation sécurisée en les tirant.

g.Vérifiez que le tube de dégazage du réservoir de carburant qui sort du fuselage


derrière de la roue principale et face vers l'avant, n'est pas bloqué par des débris de
boue ou autres.

h.Vérifiez que la surface intérieure de la courroie de transmission n'est pas


endommagée, la tension et les coupures. Remplacez la courroie avant de voler, le cas
échéant si des traces d'usure sont remarquables.

i. Vérifiez que la pale et le moyeu de l’hélice ne sont pas usés, fissurés ou


autres défauts et dommages. Remplacez immédiatement ces pièces en cas d'usure, de
fissure ou de défaut si les dommages sont remarquables.

j. Vérifiez la liberté de mouvement de la pale de l'hélice sur son axe.

k. Faites tourner l’hélice à la main et écoutez si des bruits anormaux peuvent être des
indicateurs de problèmes de moteur.

l. Vérifiez la connexion de l’actionneur mécanique au pylône et à la cellule. Et que la


quantité de carburant est suffisante pour le vol prévu.
soudé et la cellule de pylône et que la quantité de carburant est
suffisante pour le vol prévu.

4.

a. Vérifiez l'état du fuselage dans le secteur patin / roue arrière

b. Vérifier que la sonde d’énergie totale (Althaus) sur le stabilisateur vertical n'est pas
obstrué. Si de l'air est doucement soufflé vers la sonde, l'indicateur devrait indiquer
une valeur.

5.

a.Vérifiez que l'installation du stabilisateur horizontal est correcte.

b. Vérifiez la liberté de mouvement de l'élévateur et du gouvernail.

c.Vérifiez que les bords de fuite de l'élévateur et du gouvernail ne sont pas


endommagés.

d. Vérifiez qu'il n'y a pas de jeu anormal dans l'élévateur et le


gouvernail en secouant légèrement leurs bords de fuite.

6.

Voir le point 2.

7.
a. Vérifiez que les prises de pressions statiques à l'extérieur du fuselage ne sont pas
obstrués.

b.Vérifiez que le tube de Pitot dans le nez du fuselage n'est pas obstrué;
si de l'air est soufflé doucement vers le Tube de Pitot, l’indicateur de vitesse doit
indiquer une valeur.

MISE EN GARDE

IL EST RECOMMANDÉ QUE L'AÉRONEF SOIT INSPECTÉ


ATTENTIVEMENT PAR UNE PERSONNE QUALIFIÉE
APRÈS UN ATTERRISSAGEE DUR OU UNE SURCHARGE
EXCESSIVE PENDANT DES MANOEUVRES A FACTEURS DE CHARGE
ELEVE

ATTENTION

AVANT D'ENTRER LE COCKPIT VERIFIEZ QUE LES ACCESSOIRES


DE MANUTENTION AU SOL AIENT BIEN ETE DEPOSES

Silent IN
Manuel de vol et de maintenance

Check-lists avant décollage

1 carburant Suffisant pour le vol

2 parachute Correctement attaché

3 harnais Correctement attaché et tendu


4 repose-tête et pédales en position confortable

5 commandes et Instruments à portée de main et bien visible

6 Commandes course libre et complète

7 aérofreins Vérifié et verrouillé

8 compensateur Correctement réglé

9 volets Réglage du décollage (0 °)

10 verrière Fermé et verrouillé

11 altimètre réglé

12 tours moteur Correct

13 Radio allumé et accordé à la bonne fréquence

14 vent direction et force vérifiés

15 autorisation de décollage demandée et obtenue du contrôleur de trafic


aérien

Silent IN
Manuel de vol et de maintenance

4,3 Procédures de fonctionnement du moteur

NOTE: Le groupe d’auto-lancement Zanzottera A300efi est optimisé pour le


décollage et la montée en altitude. Il est recommandé de réduire la durée du roulage
et du vol de croisière au minimum.

Ravitaillement
Carburant: utiliser de l'essence sans plomb avec un indice d'octane minimum
supérieur à 98 RON.
Lubrifiant: utiliser une huile synthétique à deux temps convenant à 2,0%
(50: 1) prémix.
Il est recommandé d’utiliser un récipient à carburant en plastique pour le
mélange du carburant. Toujours mélanger l'huile dans l'essence
immédiatement avant de ravitailler l’avion. Les volumes suivants sont
recommandés (mettre en évidence les mesures utilisées fréquemment et écrivez-les
sur le réservoir de carburant):

Volume en litre Lubrifiant en millilitre


1 20
5 100
10 200
20 400

ATTENTION
LE FONCTIONNEMENT DU MOTEUR SANS LUBRIFIANT
DANS LE COMBUSTIBLE PROVOQUERA CERTAINEMENT UNE
PANNE DE MOTEUR.

DOUBLER LA DOSE DE LUBRIFIANT PROVOQUERA DE TOURNER


PAUVRE ET POURRA AUSSI PROVOQUER UNE DÉFAILLANCE DU
MOTEUR..
Pour ravitailler l’avion, connectez un tuyau de siphon avec le tube de remplissage
après avoir enlevé le capuchon et transférer le
carburant pré-mélangé.
Lorsque le ravitaillement est terminé, retirez le tuyau de siphon et reboucher le tube
de remplissage.
La capacité du réservoir de l’aéronef est de 20 l, dont 5 l (1,8 gal) de réserve. La
condition de réserve est indiquée par la " LED rouge clignotante "low fuel" sur le
tableau de bord (voir item 8, figure 7.3).
Des informations supplémentaires sur le carburant sont fournies au chapitre 9.6

Démarrage du moteur au sol

• Déplacez la compensateur vers l’arrière et réglez les volets.

• Déverrouillez le moteur et la manette de verrouillage du volet et vérifiez que le


levier d'arrêt de la pale d'hélice est libéré, relâché, escamoté(voir point 9, fig.7.1).
Les deux leviers seront à l'arrière.

• Mettez l'interrupteur à bascule sur ON (voir item 5, fig. 7.3).

• Appuyez et maintenez le commutateur à bascule UP / DN (voir le point 6, fig. 7.3)


jusqu'à ce que le pylône soit complètement levé et vérifier que
le voyant vert s'allume (voir point 7, fig. 7.3).
• Assurez-vous que la manette des gaz est sur ralenti . position (position de repos)
(voir point 4, fig. 7.1). L'unité de contrôle électronique (ECU) utilisera la manette des
gaz pour lecture du capteur de position comme référence lorsque l’allumage est
activé.

• Mettre le contacteur d’allumage sur ON (voir point 4, fig. 7.3) et vérifiez que le
voyant vert correspondant s'allume (voir point 1, fig. 7.3) Appuyez sur le bouton de
démarrage (voir point 2, fig. 7.3). Si le moteur ne démarre pas en quelques tours,
coupez le contact et rallumez-le pour réinitialiser l'ECU Appuyez à nouveau sur le
démarreur.

• Faites chauffer le moteur au ralenti pendant quelques minutes (environ 1 à 3, en


fonction la température de l'air extérieur).

• Augmentez progressivement le réglage des gaz au maximum si le moteur est assez


chaud, il fonctionnera en douceur à tous les régimes tous les paramètres. Si la
température de fonctionnement optimale n'a pas été atteinte, l'ECU limitera le régime
maximal par coupure momentané de l'allumage.C'est normal et il semblera que le
moteur à des ratés.Dans ce cas, réduisez les gaz et laisser chauffer le moteur pour un
peu plus longtemps.

REMARQUE:
Après le décollage, le régime moteur doit être supérieur à 6000 et moins que
6400 tr / min. L'unité de contrôle électronique (ECU) limite automatiquement le
nombre maximum de tours par minute (6400) et progressivement à environ
6200/6300 tr / min. Dans cette phase, c'est-à-dire jusqu'à ce que le régime
moteur atteigne 6200/6300 tr / min, vous pouvez percevoir que le moteur a
parfois des raté. Ceci peut être déconcertant au début, mais c'est normal.

Redémarrage du moteur en vol

• Réduisez la vitesse à 80 km / h (43 kts) et réglez le compensateur.

• Des vitesses supérieures à 90 km / h (48 kts) se traduisent par des


forces aérodynamiques élevées sur le pylône correspondant à un charge élevé sur le
vérin avec une charge inutile pour la batterie
Inversement, à des vitesses proches du décrochage, la turbulence
généré par le pylône moteur affecte négativement le contrôle de l’aéronef, et l'hélice
n'assiste pas le démarreur pour le lancement du moteur.

• Déverrouillez le moteur et la manette de verrouillage du volet et vérifiez que le


levier d'arrêt de la pale d'hélice est relâché (voir point 9, fig. 7.1). Les deux leviers
seront à l'arrière.
• Mettez l'interrupteur à bascule sur ON (voir point 5, fig. 7.3).
• Appuyez et maintenez le commutateur à bascule UP / DN (voir le point 6, fig.
7.3) jusqu'à ce que le pylône soit complètement levé et vérifier que
le voyant vert s'allume (voir point 7, fig. 7.3).
• Assurez-vous que la manette des gaz est complètement en position arrière (position
de ralenti) (voir point 4 fig. 7.1).
• Mettre le contacteur d’allumage sur ON (voir point 4, fig. 7.3) et vérifiez que le
voyant vert correspondant s'allume (voir point 1, fig. 7.3).
• Appuyez sur le bouton de démarrage (voir point 2, fig. 7.3). Si le moteur ne
démarre pas en quelques tours, coupez le contact et rallumez-le pour réinitialiser
l'ECU. Appuyez à nouveau sur le démarreur.

• Maintenez la manette des gaz au ralenti pendant quelques secondes pour réchauffer
le moteur. Augmentez progressivement le réglage des gaz jusqu'au régime
maximum.Si le moteur ne fonctionne pas correctement,
réduire l'accélérateur au besoin et réchauffer le moteur
pendant quelques secondes de plus.

•Une fois que l’accélérateur est à fond, réglez le compensateur


pour la meilleure montée.

ATTENTION
LE DEMARRAGE EN VOL NE DOIT ÊTRE ENTREPRIS QU'A UNE
ALTITUDE SÛRE. N'ESSAYEZ JAMAIS DE DÉMARRER LE MOTEUR
À UNE ALTITUDE DE MOINS DE 350 MÈTRES (1150 PIEDS) AU-
DESSUS DU SOL ET SANS UN DOMAINE D'ATTERRISSAGE
APPROPRIÉ DIRECTEMENT DESSOUS.

MISE EN GARDE

NE PAS VOLER A UNE VITESSE AIR SUPÉRIEURE À 120 KM/H (65


NOEUDS) LORSQUE LE MOTEUR FONCTIONNE.

Arrêt du moteur et rétraction en vol

• Effectuez un tour de dégagement pour vérifier s'il y a d'autres trafics puis diminuer
la vitesse à moins de 80 km/h (43 kts) en
réduire progressivement le régime du moteur.
• Réduire l’accélérateur du moteur (voir point 4, fig. 7.1) au ralenti, puis éteignez le
moteur en coupant l'allumage (voir point 4, fig. 7.3); vérifier que le voyant vert
correspondant s’éteint (voir item 1, Fig. 7.3).
• Ajustez l’aéronef à 80 km/h maximum (43 nœuds).
• Étendre le bras d’arrêt de la pale d’hélice en déplaçant la lame d'arrêt, le levier vers
l'avant (voir point 9, fig. 7.1). Appuyez sur le bouton poussoir du démarreur pour
faire tourner la pale d'hélice en position basse,
parallèlement au pylône du moteur et en contact avec la butée.
Si elle dépasse, faire avancer l'hélice d'une seconde révolution. Vérifier la position de
la pale d'hélice au moyen du rétroviseur (voir item 6, fig. 7.2).

• Appuyez sur l’interrupteur à bascule UP / DN (voir item 6, fig. 7.3) et


maintenez-le enfoncé dans la position DN, jusqu'à ce qu'un angle de rotation
d'environ40 à 50 degrés soit atteint, puis abaissez le bras d'arrêt de la lame en
relâchant le levier d'arrêt de la pale d'hélice
(voir item 9, Fig. 7.1) et reprendre la rétraction du pylône moteur. Appliquez une
légère pression sur la pédale gauche pour vérifier que les portes se ferment dans le
bon ordre.
• Verrouillez le levier de verrouillage du moteur et de la porte (voir item 9, fig.7.1). Si
le levier est dur à la manœuvre, soulevez le pylône du moteur
légèrement (juste assez pour ouvrir les portes), puis abaissez le
pylône et verrouillez les portes.
• Basculez le commutateur principal sur OFF (voir item 5, fig. 7.3).

Arrêt du moteur et rétraction au sol

• Réduire l’accélérateur du moteur (voir item 4, fig. 7.1) au ralenti,


puis éteignez le moteur en appuyant sur l’interrupteur d'allumage
(voir item 4, fig. 7.3); vérifier que le voyant vert correspondant s’éteint (voir item 1,
Fig. 7.3).
• Faites pivoter manuellement la pale d’hélice en position basse
et parallèle au support du moteur.
• Vérifier que le levier d'arrêt de la pale d'hélice est relâché (voir item 9, Fig. 7.1)
• Appuyez sur l’interrupteur à bascule UP / DN (voir point 6, fig. 7.3) et
maintenez-le enfoncé dans la position DN jusqu'à ce que les portes du compartiment
moteur
sont complètement fermées.
• Verrouillez le levier de verrouillage du moteur et des portes (voir le item 9, fig 7.1).
• Basculez le commutateur principal sur OFF (voir item 5, fig. 7.3).

ATTENTION

LA BATTERIE SE RECHARGE PRINCIPALEMENT AU-DESSUS DE


3800 RPM DONC NE PAS FAIRE TOURNER LE MOTEUR PENDANT
DE LONGUES PERIODES AU RALENTI.
LE GENERATEUR EST DIMENSIONNE POUR ASSURER LA
RECHARGE CORRECTE DE LA BATTERIE FOURNIE.
LA CAPACITE DE LA BATTERIE EST PREVUE UNIQUEMENT POUR
LES ARTICLES INSTALLEES PAR LE PAR LE CONSTRUCTEUR DU
«SILENT IN» AU MOMENT DE LA LIVRAISON.
L'ADDITION D'AUTRES CHARGES PEUT ABOUTIR A UNE
RECHARGE INSUFISANTE DE LA BATTERIE ET PAR CONSEQUENT
REDUIRE LA SURETE DU VOL MOTORISE.
SI DES COMPOSANTS ÉLECTRIQUES SUPPLÉMENTAIRES SONT
DÉSIRÉS, CONTACTEZ LE FABRICANT, L'INSTALLATION D'UNE
BATTERIE SUPLEMENTAIRE PEUT ÊTRE REQUISE.
VÉRIFIEZ LE NIVEAU DE CHARGE DE LA BATTERIE PARCE QUE
LE MOTEUR NE DÉMARRE PAS SI LA TENSION EST INFÉRIEURE À
10,5 V.
VÉRIFIEZ PÉRIODIQUEMENT QUE LE CAPUCHON DE BOUGIE ET
LA VALVE DE DE COMPRESSION SONT SECURISE.
VERIFIER LE FILTRE A ESSENCE A CHAQUE VOL .

1 Procédures de décollage
2
Les décollages peuvent être effectués à la fois à partir de surface en herbe et
goudronnée.

La distance de décollage dépend d’un certain nombre de facteurs, tels que


surface comme angle d'inclinaison de l'hélice, capacité du pilote, caractéristiques de
la surface, température de l'air extérieur et altitude.
Au niveau de la mer, cette distance est approximativement entre 120 et 180 m (voir
tableau suivant):

Pas de l'hélice Type de surface Distance de décollage


Standard Goudronnée ~120 m (400ft)
Standard En herbe ~180 m (600ft)

Effectuer le décollage avec des volets à 0 ° et compensateur «cabré» ( arrière).


Gardez la roue avant à quelques centimètres du sol.

Après le décollage, lorsque l’avion a atteint une vitesse de 70 à 80 km/h (38 - 43 kts),
le compensateur peut être réglée selon les besoins pour obtenir un effort minimal sur
le manche, en fonction de la charge de l'aile,
et comme préféré par le pilote. Voler plus vite va significativement diminuer le taux
de montée à cause de la traînée du pylône.

ATTENTION
SI LA VITESSE DU VENT EST SUPERIEURE A 35 km/h (18 KTS),
CROSSWIND TAKEOFFS ARE NOT , LES DECOLLAGES VENTS DE
TRAVERS NE SONT PAS PERMIS DANS CES CONDITIONS, DECOLLEZ
FACE AU VENT .

4.5 en vol
Les caractéristiques de vol du «Silent IN» au décrochage et en vol lent, (second
régime), devraient être étudié afin de devenir complètement familier avec l'aéronef.
Effectuez ces exercices de familiarisation à une altitude sécuritaire. Se familiariser
avec les deux caractéristiques de décrochage de vol rectiligne et en virage.
Les vitesses de décrochage en fonction de la masse au décollage sont indiquées dans
le tableau du paragraphe 5.1.
Portez une attention particulière aux limites de vitesse maximales, à la positions des
volets associés,aux réglages et aux conditions météorologiques lors des vols à grande
vitesse.
Ceci est particulièrement important si vous avez une expérience précédente avec des
planeurs performants. Reportez-vous au tableau du paragraphe 2.1 pour les valeurs
limites.
La formation ou l'accumulation de glace peut être un problème pendant le vol à
haute altitude ou en hiver. Si les conditions de givrage
sont suspectés, augmenter les vitesses minimales de 5 km/h (3 kts) et déplacer les
surfaces de contrôle de temps en temps pour vous en assurer
qu'ils ne commence pas à être bloqués par la glace.
Les aérofreins sont particulièrement sujets à l'accumulation de glace.
La vaseline atténue ce problème, frottez les surfaces des aérofreins avec.
En ce qui concerne le vol à haute altitude, il devrait être noté que la vitesse réelle
augmente (TAS) par rapport à vitesse indiquée (IAS). Pour éviter tout risque de
flutter, ne pas dépasser les valeurs indiquées dans le graphique illustré à la figure 4.2.
figure 4.2 diagramme Vne IAS speed/altitude

ATTENTION
THE TYPICAL SPEED RANGE FOR AIR BRAKE LA GAMME DE
VITESSE TYPIQUE D'UTILISATION DES AEROFREINS EST DE 80 À
110 KM / H (43 À 60 NOEUDS).
NE JAMAIS UTILISER AEROFREINS À UNE VITESSE
SUPERIEURE A 130 KM/ H (70 KTS).

MISE EN GARDE

EN VOLANT DANS LA PLUIE OU AVEC DES SURFACES MOUILLÉES,


LES GOUTTES D'EAU SUR LES AILES CAUSE UNE
DÉGRADATION SIGNIFICATIVE DE LA PERFORMANCE, CELA NE
PEUT PAS ÊTRE QUANTIFIÉ EXACTEMENT EN RAISON DE
LA GRANDE VARIABILITÉ DES CONDITIONS.
DE PLUS, LA MASSE AÉRIENNE CONTENANT DE L'EAU EST
TOUJOURS AUSSI UNE MASSE D'AIR DESCENDANTE
AIR MASS, HENCE SINK RATE IS HIGHER AIR MASS, EN
CONSEQUENCE LE TAUX DE CHUTE EST PLUS ÉLEVÉ
EN COMPARAISON A CELUI D'UN AERONEF EN AIR CALME

1 Voltige
2
MISE EN GARDE

LES MANOEUVRES ACROBATIQUES NE SONT PAS AUTORISEES


4.7 Procédures d'atterrissage

Respectez les instructions suivantes lors de l'atterrissage:

• régler les volets à 0 °

• atterrir vent de face

La vitesse en finale, avant le seuil, doit être d'au moins 15 km/h (8 kts) supérieure à
la vitesse de décrochage, soit env. 80 km/h (43 kts).

Effectuez la palier en effet sol juste avant le touché à une vitesse de 5 à 10 km/h (3 à
5 nœuds) supérieure à Vs (vitesse de décrochage) par vent nul .

Augmenter cette valeur de 15 à 20 km/h (8 - 11 kts) en cas de vent de travers ou


rafales fortes allant de 30 à 40 km/h (16 à 21 nœuds).

En règle générale, augmenter la vitesse en finale d'un montant égal à la moitié de la


vitesse du vent estimée.

Le roulement au sol sera plus court lors de l'atterrissage face au vent que lors de
l'atterrissage en air calme même avec la marge de vitesse supplémentaire

_______________________________________________
11
L'importance de l'atterrissage (et du décollage) dans un vent contraire est tout à fait évidente.
Cela réduit les courses d’atterrissage et de décollage et les contraintes appliquées au train d'atterrissage et à la roue
avant. Par exemple, une augmentation de 23% de la vitesse sol
pendant l'atterrissage entraîne une augmentation de 50% de l'énergie cinétique à dissiper.
ATTENTION

SI LE VENT DE TRAVERS EST PLUS ÉLEVÉE QUE 45


KM/H (24 KTS), LE PILOTE DOIT ESSAYER DE TERMINER VENT DE
FACE

ATTENTION

LORS DE L' ATTERRISSAGE D'UN AERONEF HUMIDE OU D'UN


AERONEF AVEC DE LA GLACE SUR LES AILES, AYEZ A
L'ESPRIT QUE LA VITESSE D'ATTERRISSAGE EST AU MOINS 10
Km /h (5 KTS) PLUS ÉLEVÉ QUE LE
VITESSE D'ATTERISSAGE DE L’AVION À SEC.

ATTENTION

ARRETER LE MOTEUR AVANT D'OUVRIR LA VERRIERE

MISE EN GARDE

IL EST RECOMMANDÉ QUE LES CÔNES DE SÉCURITÉ SOIENT AUSSI


OBSERVÉS ENVOLANT AVEC LE MOTEUR EN FONCTIONNEMENT.

Vous aimerez peut-être aussi