Vous êtes sur la page 1sur 393

Ce livre numérique est une création originale notamment protégée par les dispositions des

lois sur le droit d’auteur. Il est identifié par un tatouage numérique permettant d’assurer
sa traçabilité. La reprise du contenu de ce livre numérique ne peut intervenir que dans le
cadre de courtes citations conformément à l’article L.122-5 du Code de la Propriété
Intellectuelle. En cas d’utilisation contraire aux lois, sachez que vous vous exposez à des
sanctions pénales et civiles.
Direction éditoriale : Béatrice Rego
Édition : Isabelle Walther
Conception et réalisation : Domino
© CLE International/Sejer, Paris, 2013
ISBN : 978-2-09-037554-1
Survol des éléments de la méthode
Le livre de l’élève

3 unités de 4 leçons
Chaque unité correspond de 30 à 40 heures d’apprentissage. Elle
vise à adapter l’étudiant à un contexte situationnel global. Par
exemple, l’unité 1 « S’adapter à de nouvelles réalités », le prépare à
s’intégrer dans une société francophone. Pour cela, il s’initiera à
l’organisation politique et administrative de la France et fera
connaissance aussi bien avec le monde du travail qu’avec celui des
études et des médias.
Dans l’unité 2, il apprendra à entretenir des relations sociales  :
inviter, répondre à des invitations, parler de cuisine, raconter des
anecdotes et des souvenirs, etc.
Chaque unité comporte 4 leçons de 8 pages.
Elle se termine par :
– une auto-évaluation de 4 pages ;
– 3 pages «  Évasion  » dans lesquelles on propose à l’étudiant un
projet créatif à partir de réalités francophones diverses (publicités,
romans, cinéma, etc.).
Une leçon de 4 doubles pages

Deux pages « Interactions »


Un ou plusieurs documents permettent aux étudiants d’échanger
des informations et des opinions ou de s’exprimer dans le cadre
d’une réalisation commune (projet).
Les documents et les prises de parole permettent d’introduire des
éléments lexicaux et grammaticaux.
Deux pages « Ressources »
Les principaux points de langue de la leçon, essentiellement des
points de grammaire sont développés selon un parcours qui va de
l’observation à la systématisation.
Les automatismes et certaines particularités orales de la
grammaire sont travaillés dans la rubrique «  À l’écoute de la
grammaire ».
Ces exercices oraux figurent sur le CD collectif et sont retranscrits
dans le livre du professeur.
Deux pages « Simulations »
Cette double page propose des scènes dialoguées qui illustrent des
situations pratiques de communication.
Ces scènes s’inscrivent dans une histoire qui se déroule sur les
quatre leçons de l’unité et qui est représentative de l’objectif général
de cette unité.
Ces dialogues donnent lieu à des activités d’écoute, de simulation et
de prononciation.
Une page « Écrits »
Différents types de textes sont proposés aux étudiants pour un
entraînement à la compréhension et à la production écrites.
Une page « Civilisation »
Des documents écrits et oraux permettent de faire le point sur un
sujet de civilisation.
À la fin de chaque unité

4 pages « Bilan »
À la fin de chaque unité 4 pages d’évaluation permettent de vérifier
les capacités de l’étudiant à transposer les savoir-faire qu’il a
acquis.
3 pages « Évasion... » et « Projet »
Ces pages sont prévues pour inciter les étudiants à s’évader de la
méthode pour aller lire et écouter du français par d’autres moyens.
Elles proposent à l’étudiant un projet de réalisation concrète.
À la fin du livre
• un aide-mémoire pour la grammaire et les conjugaisons
• des cartes : France physique, France touristique
• les transcriptions des documents sonores qui ne sont pas
transcrits dans les leçons  : dialogues non transcrits des pages
«  Simulations  », rubrique «  Prononciation  », autres documents
sonores pouvant figurer dans les pages «  Interactions  », «  Écrits  »
ou « Civilisation ».
Les exercices de la rubrique « À l’écoute de la grammaire » située à
la fin des pages « Ressources » figurent dans le livre du professeur.
Les CD audio collectifs
On y trouvera les enregistrements :
– des scènes des histoires des pages « Simulations » ;
– des exercices des rubriques « La grammaire sans réfléchir » et
« Prononciation » ;
– des activités d’écoute qu’on peut rencontrer aussi bien dans les
pages «  Interactions  », dans les pages «  Écrits  » que dans les
pages « Civilisation » ;
– des tests oraux du portfolio.
La transcription des exercices de la rubrique «  À l’écoute de la
grammaire » se trouve dans le livre du professeur.
La transcription de tous les autres documents oraux figure dans le
livre de l’élève, soit dans les leçons, soit dans la partie
« Transcriptions » en fin d’ouvrage.

Le DVD-ROM
Le DVD-ROM (audio et vidéo) joint au livre de l’élève comprend
l’audio des CD collectifs et le DVD d’une fiction pleine d’humour en
16 épisodes complétée par 8 reportages issus de France 24.

Le cahier personnel d’apprentissage


(avec CD audio et livret de corrigés)
Il permet à l’étudiant de travailler seul après la classe. Pour
chaque double page du livre, il retrouvera le vocabulaire nouveau.
Il pourra vérifier sa compréhension des textes et des dialogues
étudiés, faire des exercices oraux et écrits pour l’automatisation
des conjugaisons et des structures syntaxiques, travailler sur des
documents complémentaires à ceux du livre élève.
Un livret de corrigés des exercices est joint à ce cahier.
Le fichier d’évaluation
(avec CD audio et les corrigés en fin d’ouvrage)
Pour chaque leçon, une évaluation des compétences et de la
connaissance de la langue.
Tous les types de compétences sont évalués au moins une fois
toutes les deux leçons.

Le portfolio
Ce petit livret joint au livre de l’élève permet à l’étudiant de noter
les étapes de sa biographie langagière, d’indiquer le niveau de
compétence qu’il a atteint pour chacun des objectifs poursuivis
dans la méthode et de se situer sur l’échelle des niveaux du CECR
(Cadre européen commun de référence) avant d’aborder Écho A2 .
Les caractéristiques de la méthode Écho
■ Une méthode pour grands adolescents et adultes
Écho A2 s’adresse à des adultes ou à de grands adolescents qui ont
suivi le premier niveau ou qui ont atteint avec une autre méthode le
niveau A1 du Cadre européen commun de référence.
On a veillé à ce que les contenus et les activités proposées
correspondent aux intérêts et à la psychologie de ce public. La
thématique est celle des médias et des conversations courantes. Les
exercices au sens traditionnel du terme sont réservés au travail
personnel que l’étudiant fera grâce au cahier personnel
d’apprentissage. L’ensemble des documents du livre de l’élève vise
à susciter des interactions authentiques. La classe parle et écrit
quelquefois pour anticiper des situations qu’elle aura à vivre dans un
pays francophone mais aussi, la plupart du temps, pour échanger
des informations, des commentaires, des opinions, des souvenirs,
etc., comme dans une véritable conversation. Ces interactions sont
le moteur de l’apprentissage.

■ Une progression par unités d’adaptation à des contextes


situationnels
Écho propose une succession d’unités nécessitant chacune de 30 à
40 heures d’apprentissage.
Chaque unité préparera l’étudiant à être pleinement acteur dans un
contexte particulier et à faire face aux situations liées à ce contexte.
La mise en perspective des unités des niveaux 1 et 2 permettra de
comprendre les caractéristiques de la progression.
Écho A1
L’unité 1 «  Apprendre ensemble  » prépare l’étudiant à vivre en
français la situation d’apprentissage en classe. Il s’agit pour lui de
s’intégrer dans le groupe et de faire en sorte que cette intégration
dynamise l’apprentissage.
L’unité 2 «  Survivre en français  » le prépare à faire un bref séjour
dans un pays francophone. Il apprendra à faire des réservations, à
voyager, se loger, se nourrir, trouver de l’aide en cas de problème,
etc.
Dans l’unité 3 «  Établir des contacts  », le contexte est celui de
premiers échanges avec des francophones, que ce soit par écrit (en
particulier par Internet), par téléphone ou en direct. Ce contexte ne
se situe pas forcément dans un pays francophone.
Écho A2
L’unité 1 « S’adapter à de nouvelles réalités » préparera l’étudiant à
une adaptation à la société française par la présentation de
différents aspects du monde des études, du travail, de
l’administration et de la politique.
Unité 2 « Entretenir des relations ». Au niveau 1, l’étudiant a appris à
établir des contacts avec des francophones. Il va maintenant
apprendre à poursuivre ces échanges  : donner de ses nouvelles,
répondre à une invitation, inviter, raconter des anecdotes, des
souvenirs, parler de lui avec plus de précision qu’il ne le faisait au
niveau 1.
Unité 3 « Se débrouiller au quotidien ». L’étudiant est déjà préparé à
faire un bref séjour touristique. Il va apprendre à être autonome lors
d’une installation de courte durée  : trouver un logement, s’y
installer, gérer les formalités et les problèmes que cela suppose ; se
débrouiller avec l’argent ; trouver un travail ; etc.
On le voit, la progression n’est pas fondée sur un découpage de la
compétence en savoir-faire ou en actes de parole qui seraient
présentés successivement de manière exhaustive et se
capitaliseraient petit à petit. Elle repose sur une succession de
territoires à investir qui, seuls, déterminent le choix des savoir-faire.
Une telle conception de la progression générale implique une
adaptation des progressions communicative, lexicale ou
grammaticale.
1. Priorité donnée aux moyens linguistiques qui ont un fort
potentiel communicatif
Dès l’unité 1 du niveau 1, pour être pleinement acteur dans sa classe
de français, l’étudiant devra avoir à sa disposition la quasi-totalité
des actes de paroles.
Non seulement il devra savoir se présenter mais aussi demander
des explications, demander son chemin dans l’école (Où est la
bibliothèque  ?), proposer des activités aux autres étudiants (On va
prendre un café ?), remercier, dire s’il est d’accord, dire ce qu’il a fait
la veille, ce qu’il fera après le cours, etc.
Ces actes de paroles seront réalisés avec des moyens linguistiques
réduits et compatibles avec un début d’apprentissage. C’est ainsi
que la seule formule « Je peux » permettra de dire qu’on peut faire
le travail, de demander la permission de s’asseoir à une table de la
cafétéria déjà en partie occupée, d’emprunter une chaise à la table
voisine dans un café, etc.
2. La visée première est la réalisation de l’action
Dès la première leçon du niveau 1, l’étudiant apprend à demander
son chemin (Pardon, monsieur, la Cité universitaire, s’il vous plaît  ?)
mais il n’apprendra que 7 leçons plus tard à comprendre la réponse
à cette question, c’est-à-dire la description d’un itinéraire. On
pourra penser que l’introduction de cette question est alors inutile.
C’est oublier que la réponse à une demande d’orientation comporte
en général une part importante de «  non-verbal  » qui donne
certaines informations au demandeur.
En posant la question et en interprétant les gestes de son
interlocuteur, l’étudiant commencera à savoir s’orienter.
La visée première de Écho est donc l’action dans le monde. Que les
moyens linguistiques qui permettent de réaliser cette action ne
soient pas parfaitement acquis n’empêche pas de réaliser cette
action.
3. Actes de paroles et savoir-faire réapparaissent
régulièrement dans des situations différentes
Les situations courantes de présentation, de demandes
d’informations, d’excuses, de remerciements, de demandes
d’autorisation, etc., se répètent au fil des leçons et des unités à
travers des contextes et selon des éclairages différents.
C’est ainsi que s’enrichissent progressivement les moyens
linguistiques qui permettent de les réaliser.
4. Les apports linguistiques sont adaptés aux besoins et
aux capacités des étudiants
Le cahier personnel d’apprentissage répertorie pour chaque partie
de leçon les mots nouveaux qui ont été introduits. Un coup d’œil à
ces listes permettra de vérifier qu’elles sont plus longues pour les
pages consacrées à l’écrit que pour celles où l’on travaille l’oral.
C’est que les capacités des étudiants ne sont pas les mêmes selon
les compétences.
La compétence de compréhension orale est toujours la plus difficile
à acquérir, en particulier dans une classe de langue où seuls le
professeur et quelques enregistrements peuvent servir de
références.
Au niveau A2, la compétence d’expression orale doit s’appuyer sur
des automatismes et inclure une certaine fluidité de l’expression. On
introduira donc assez peu de mots nouveaux à l’oral mais le bagage
lexical et les formes grammaticales seront constamment rebrassés
à travers des situations variées.
La compréhension écrite est le domaine où les progrès sont les
plus rapides. Au niveau A1, l’étudiant a mis en place des stratégies
de lecture  : compréhension du sens d’un mot nouveau grâce au
contexte général, par transparence avec les langues qu’il connaît
déjà, par l’observation des dérivations et de l’environnement verbal
du mot. On pourra donc le confronter à des textes authentiques qui
comportent plusieurs mots nouveaux pour lui. Il ne s’agit pas de tout
comprendre mais de progresser dans l’appréhension du sens.
En expression écrite, il s’agira surtout de progresser dans la
maîtrise de l’écrit à caractère officiel ou administratif sans pour
autant négliger les écrits familiers.

■ L’interaction, moteur de l’apprentissage


La salle de classe rend possible deux types de communication.
1. Les interactions authentiques
Ce sont celles qui apparaissent par exemple dans la toute première
heure dans un cours pour débutant. Le professeur se présente : « Je
m’appelle… » Il note la phrase au tableau. Les étudiants, à tour de
rôle, utilisent cette même phrase pour se présenter. Pas besoin d’un
dialogue déclencheur, d’explication ou de traduction. Les étudiants
ont compris qu’il s’agissait de faire connaissance. L’échange peut
alors continuer sur ce mode naturel, le professeur donnant
l’exemple et les étudiants réutilisant tout de suite les matériaux qu’il
apporte  : «  J’habite à…  », «  Je parle français, anglais, etc.  » Les
apports linguistiques sont justifiés par la situation et cette situation
aide à leur compréhension. La communication est alors
authentique  : les étudiants parlent, non pas pour anticiper une
situation de présentation qu’ils auront à vivre quand ils seront dans
un pays francophone, mais pour des besoins immédiats, parce qu’ils
veulent faire la connaissance des autres membres de la classe.
Ces interactions authentiques sont un puissant facteur
d’apprentissage. En effet :
• l’étudiant est actif. L’intégration dans le groupe social de la classe
implique un effort de compréhension et de production ;
• les productions des différents étudiants conduisent à des
répétitions des éléments linguistiques nouveaux ;
• les apports linguistiques sont justifiés par la situation et l’on sait
que l’on mémorise mieux ce qui apparaît nécessaire ;
• la gratification (autre acteur de mémorisation) est immédiate. Elle
est donnée par les autres lorsqu’ils manifestent leur
compréhension ;
• l’étudiant y développe des stratégies personnelles d’interactions ;
• il apprend à vaincre sa peur de parler et à gérer ses manques.
Pour toutes ces raisons, la méthode Écho privilégie les moments de
communication authentique.
Chaque leçon commence par une double page de documents
destinés à susciter :
– des échanges d’informations ou d’opinions ;
– la réalisation commune d’un projet.
Au cours de ces interactions, l’étudiant est pleinement acteur dans la
microsociété de la classe.
2. Les interactions simulées
L’espace classe ne peut pas générer de façon naturelle toutes les
situations que l’étudiant rencontrera dans un pays francophone.
Pour apprendre à ouvrir un compte en banque, à faire valoir ses
droits en cas de litiges, à se débrouiller quand on a un accident de
voiture, on aura recours à des activités de simulations. On jouera au
client et à l’employé de banque et on fera semblant de consulter un
médecin.
Ici, l’apprentissage passera par l’observation et la compréhension
de scènes dialoguées et par leur reproduction ou leur transposition.
La mémorisation sera d’autant plus effective que ces scènes
apparaîtront :
– archétypales. Par exemple, une scène d’achat a toujours un fond
d’universalité même si son déroulement peut être différent selon les
cultures ;
– prévisibles et, par conséquent, acceptées par l’étudiant comme
étant utiles ;
– frappantes par des détails situationnels ou verbaux originaux (par
exemple, page 62  : deux amies de lycée sont heureuses de se
retrouver et en même temps ne peuvent s’empêcher de se taquiner).
L’étudiant abordera ces scènes comme un apprenti commercial ou
un apprenti pilote accepte de simuler ses activités futures, comme
les étapes obligées d’une formation. Les activités de simulations
(écoute, reproduction, transposition) seront donc validées
socialement. Cette validation convaincra, peut-être, les étudiants qui
sont peu enclins à ces pratiques.

■ La mise en œuvre d’une pédagogie de la découverte


Dans Écho, l’acquisition d’un contenu à visée communicative, qu’il
soit grammatical ou lexical, se fait selon la démarche suivante.
1. Découverte dans et par la communication
L’élément nouveau est introduit de manière naturelle, au cours des
interactions authentiques qui se développent à partir des documents
de la double page Interactions.
Par exemple, page 66, c’est le « Forum des nouvelles insolites » qui
servira de tremplin aux interactions. Les étudiants lisent le premier
article (le gagnant de l’Euro Millions) puis le forum « Que feriez-vous
si vous gagniez une grosse somme d’argent  ?  ». C’est là qu’ils
découvrent le conditionnel comme forme de l’expression de
l’hypothèse. Ils seront invités à donner leur avis sur le forum et pour
cela ils utiliseront quelques verbes au conditionnel. Ils induiront les
formes de ces verbes d’après les verbes des textes ou bien
l’enseignant les leur fournira sans entamer une longue explication.
La priorité à cette étape reste la communication. De la même
manière, les étudiants donneront leur avis sur les autres nouvelles
insolites du forum.
2. Analyse du système : découverte du fonctionnement et
conceptualisation
Dans cette deuxième étape, développée dans les pages Ressources,
l’étudiant procédera avec l’aide de l’enseignant à une analyse plus
fine des éléments introduits précédemment. Cette analyse suit les
étapes suivantes :
• observation d’un corpus de phrases réunies dans un dessin
humoristique. Cette observation débouche sur des activités de
classement qui permettent la compréhension du système de la
langue ;
• activités d’induction du système de la langue lorsque le problème
est d’ordre morphologique ou syntaxique. Par exemple, à partir de
quelques formes du présent du conditionnel trouvées dans le
corpus, on construit la totalité de la conjugaison des verbes en -er,
puis de quelques autres verbes ;
• activités de conceptualisation lorsque le contenu nécessite un
concept particulier. Par exemple, le conditionnel implique la notion
d’hypothèse qui se distingue de celle de supposition (traduit par
l’indicatif). L’article partitif nécessite la conceptualisation d’une
vision continue ou indifférenciée de la quantité par opposition à une
vision discontinue ou indifférenciée traduite par les articles définis
et indéfinis ;
• exercices de prise de conscience des particularités orales du
point de grammaire. Par exemple, la différenciation
futur/conditionnel (vous appellerez/vous appelleriez) ;
• exercices de vérification de la compréhension.
3. Automatisation des formes découvertes
Cette automatisation se fait :
• par des exercices de réemploi systématique qu’on trouvera surtout
dans le cahier personnel d’apprentissage. Ces exercices peuvent
être écrits ou oraux (rubrique «  À l’écoute de la grammaire  » des
pages Ressources) ;
• par la redécouverte de ces éléments et leur réemploi dans les
autres pages de la leçon, à l’écrit comme à l’oral, en compréhension
comme en production.

■ La voie vers l’autonomie


Hormis en immersion totale ou dans un cours très intensif, il n’est
pas possible d’apprendre une langue étrangère sans fournir un
travail personnel important.
La classe est le lieu où l’on motive, où l’on apporte les outils de la
communication et où l’on met ces outils en œuvre. Mais pour la
majorité des étudiants, ce n’est pas le lieu où l’on mémorise. Il y a
trop de parasitages, de tensions, de stress pour que la mémorisation
soit efficace.
Par ailleurs, avec des adultes ayant des activités professionnelles,
une parfaite assiduité au cours est rarement possible. Il faut donc
savoir travailler seul et être capable de prendre en charge une partie
de son apprentissage.
Écho cherche de diverses manières à développer l’autonomie de
l’apprenant.
a. Les moments d’autonomie en classe
La méthodologie prévoit de nombreux travaux en petits groupes
pour lesquels chaque groupe a une tâche spécifique à accomplir.
Pages 90 et 91, par exemple, la classe se partage les quatre textes.
Chaque groupe doit rendre compte du texte qu’il a lu au reste de la
classe et faire ses commentaires. Chacun est donc amené à se
prendre en charge.
Par ailleurs, on a veillé à ce que les responsabilités individuelles ne
se noient pas dans le groupe. Même lorsqu’il travaille en petit
groupe, l’étudiant est invité à fournir un travail personnel, partie du
travail collectif.
b. Des pages Ressources « à la carte »
La double page Ressources de chaque leçon présente plusieurs
points de langue (grammaire ou moyens expressifs organisés autour
d’un acte de parole). Cette double page peut être utilisée selon les
besoins des étudiants.
Lors d’une activité où il s’agit de porter un jugement moral sur un
acte ou un fait (par exemple p. 26-27), les étudiants auront peut-être
besoin de certaines formes de l’évaluation qui n’ont pas encore été
introduites. Ils pourront alors décider d’interrompre la tâche en
cours pour consacrer quelques minutes à la découverte de cette
nouvelle forme grammaticale. La rubrique « Apprécier l’importance
des choses » (p. 116) servira de support à cette activité.
c. Le cahier personnel d’apprentissage (CPA)
Ce cahier, assorti d’un CD audio, est un véritable outil pour un travail
en autonomie après le cours.
Pour chaque partie de leçon du livre de l’élève il permet :
– de retrouver les mots nouveaux classés par ordre alphabétique et
d’écrire leur traduction ;
– de vérifier que le travail fait en classe, par exemple la
compréhension d’un texte, a bien été assimilé ;
– de faire des exercices de systématisation et de mémorisation
écrits et oraux portant sur la morphologie (notamment les
conjugaisons), la syntaxe et le vocabulaire ;
– de s’entraîner à la prononciation et de vérifier sa compréhension
de l’oral à partir de petits documents sonores fabriqués avec des
éléments vus dans la leçon.
d. Les outils de référence
Pour que l’étudiant puisse facilement retrouver et mémoriser un
point de langue ou de vocabulaire, Écho met à sa disposition :
– dans les leçons  : des tableaux de grammaire, de conjugaison ou
d’inventaires lexicaux ;
– à la fin du livre élève : un aide-mémoire pour la grammaire et les
conjugaisons ;
– dans le cahier personnel d’apprentissage  : la liste des mots
nouveaux introduits dans chaque double page du livre élève ainsi
que des rappels de points de langue difficiles.

■ L’évaluation permanente
Les activités d’évaluation ne sont plus considérées aujourd’hui
comme un simple contrôle facultatif ou imposé par l’institution.
Elles sont parties prenantes du processus d’apprentissage. En effet :
– l’évaluation est un facteur de motivation à la fois pour l’apprenant
et pour l’enseignant. C’est une source d’encouragements ou de
remise en question Le travail est plus soutenu quand on sait qu’on
sera évalué, même s’il s’agit d’une auto-évaluation ;
– l’évaluation formative permet de détecter les manques de chaque
apprenant et d’y remédier (reprise de certaines explications,
réorientation du cours si, par exemple, des lacunes importantes
apparaissent en vocabulaire). L’enseignant peut ainsi vérifier le
niveau de sa classe ;
– c’est l’occasion de transposer des savoir-faire. On a appris à
demander son chemin dans la rue : le test d’évaluation portera sur
la capacité à s’orienter dans un bâtiment, par exemple une
administration.
Écho propose donc plusieurs outils d’évaluation.
a. Des outils pour l’auto-évaluation
À la fin de chaque unité, un bilan de quatre pages propose des
tâches parallèles à celles qui ont été travaillées dans l’unité. C’est
l’occasion de vérifier sa capacité à transposer les savoir-faire
abordés.
L’étudiant corrige lui-même ces tests. Il a la possibilité de se noter
et de comparer l’évolution de ses différentes compétences.
Le portfolio joint au livre de l’élève sera le passeport de l’étudiant. Il
y notera les détails de sa biographie langagière, les résultats
obtenus aux tests autocorrectifs du livre et à ceux du fichier
d’évaluation, les différents savoir-faire acquis ou en cours
d’acquisition, et il aura la possibilité de se situer dans l’échelle des
niveaux du CECR.
Chaque fin d’unité sera l’occasion de compléter le portfolio et, par
conséquent, de faire le point sur ses compétences. On reviendra
donc sur les compétences qui étaient au programme des unités
précédentes et qui n’avaient pas été acquises.
b. L’évaluation notée par l’enseignant
À côté de ces instruments d’autoévaluation on trouvera, à la fin du
livre du professeur des fiches d’évaluation photocopiables. On
pourra tester les compétences de ses étudiants soit à la fin de
chaque leçon, soit à la fin de chaque unité.
Précisons que dans tous ces outils pour l’évaluation, cinq
compétences sont évaluées  : la compréhension orale, la
compréhension écrite, la production écrite, la connaissance des
moyens linguistiques utilisés dans les situations orales et la
correction de la langue.

■ L’imprégnation culturelle
La méthode Écho veut faire des étudiants de véritables acteurs
sociaux. Cela suppose une certaine connaissance de
l’environnement dans lequel ils vont évoluer.
Ces découvertes culturelles se font de deux manières :
a. de façon ciblée et thématique dans les pages Civilisation ou dans
la double page Écrits et Civilisation. Articles, témoignages écrits ou
oraux, sondages, statistiques, etc., permettent de faire le point sur
un sujet en relation avec l’objectif général de l’unité. Par exemple,
dans l’unité 1 «  S’adapter à de nouvelles réalités  », on découvrira
l’organisation politique et administrative de la France. Dans l’unité 2,
«  Entretenir des relations  », on s’intéressera aux façons d’aborder
quelqu’un et de se faire des amis ou des connaissances.
b. de manière aléatoire et par petites touches dans toutes les
autres pages. Un dialogue des pages Simulations peut être
l’occasion d’analyser les relations femmes/hommes (p. 54) ou
parent/enfant (p. 94). Dans les pages « Interactions », on posera des
questions aussi diverses que la télévision (p. 34), la législation (p. 26)
ou les fêtes (p. 58).
Progressivement, on abordera différents aspects de l’univers
culturel qui complèteront ceux qui ont été introduits au niveau 1 :
• des repères spatiotemporels  : géographie de la France et de
l’espace francophone, repères et événements historiques, temps
forts de l’année ;
• les préoccupations actuelles des Français  : société, politique,
économie, art, chansons, sports, etc. ;
• les comportements et les représentations  : habitudes de la vie
quotidienne, traditions, interdits, superstitions, etc. ;
• l’organisation de la société : administration, politique, système de
santé, système éducatif, etc. ;
• les composantes socio-économiques de la France.
Le travail sur ces documents débouche toujours sur des
comparaisons interculturelles.

■ Les ressorts de la motivation


Avec un public adulte, la motivation est toujours forte au début de
l’apprentissage mais elle a souvent tendance à s’émousser après
quelques dizaines d’heures de cours. Pris par d’autres activités ou
considérant qu’ils en savent suffisamment, les étudiants se
contentent du premier niveau et ne se réinscrivent pas.
Pour relancer constamment l’intérêt pour le français, Écho met en
place différents facteurs de motivation.
a. Un changement d’objectif général au début de chaque unité. (voir
dans le même chapitre, « Une progression par unités d’adaptation à
des contextes situationnels »)
b. Des éclairages originaux de thèmes familiers
Pour que toute la classe s’intéresse au cours, les thèmes abordés
doivent faire l’unanimité et par conséquent être assez familiers.
Mais les textes qui les illustrent peuvent être plus insolites. Ainsi le
vocabulaire de la description psychologique sera introduit grâce au
test des couleurs (p. 74), le thème des banlieues par une chanson de
Diam’s (p.104).
c. Quatre déclencheurs de prise de parole
Dans les pages Interactions, l’envie de communiquer est suscitée
par les motivations suivantes :
• parler de soi, de ses expériences, de ses souvenirs, de ses
activités, etc. (p. 114-115, on parlera de ses compétences et de ses
aspirations professionnelles) ;
• donner son avis, exprimer son opinion. On privilégiera donc les
textes à contenu polémique comme page 99 : la question du partage
des tâches ménagères ;
• réaliser un projet en commun. Par exemple, page 35 : imaginer un
programme télé ;
• jouer. Page 74, le test de psychologie à partir des couleurs.
d. Des histoires dialoguées conçues comme de petites comédies
Les histoires des pages Simulations sont ancrées dans la réalité et
comportent des scènes basées sur des situations universelles. Mais
les personnages sont dynamiques et souvent spirituels.
Ils susciteront donc chez l’étudiant sinon un désir d’identification, du
moins l’envie de s’approprier ce qu’ils disent.
Par ailleurs, ces histoires sont toujours construites sur un
suspense. On a envie de connaître la suite. L’éclairage est
humoristique.
Les étudiants ne devraient pas s’ennuyer.

■ Écho, le CECR et le DELF


Le Cadre européen commun de référence (CECR) est un outil
élaboré par le Conseil de l’Europe qui s’est donné pour but de fixer
des objectifs communs à l’ensemble des partenaires impliqués dans
l’enseignement des langues en Europe.
Bien qu’il se prévale de n’être pas descriptif, le Cadre européen, par
sa description de la situation d’apprentissage et des niveaux de
compétence, oriente fortement la pratique de l’enseignement des
langues.
Cette orientation n’est pas totalement nouvelle. Elle se situe dans le
droit fil de l’évolution de la didactique depuis que la langue
étrangère n’est plus considérée comme un objet d’étude mais
comme un outil au service de la communication. Mais après
cinquante ans d’engouements successifs et de vagues
méthodologiques qui recouvraient chacune les traces de la
précédente, le Cadre européen a le mérite de fixer un cadre large où
les différents acquis de la didactique peuvent cohabiter. Il ne jette
l’anathème ni sur la traduction ni sur les exercices structuraux et
prend soin de laisser toujours le dernier mot au praticien. La phrase
«  Les utilisateurs du Cadre de référence envisageront et
expliciteront selon le cas … » vient souvent le rappeler.
Toutefois cet éclectisme est au service d’une perspective clairement
définie  : l’approche dite «  actionnelle  » ou approche orientée vers
l’action qui fait des apprenants «  des acteurs sociaux ayant à
accomplir des tâches dans des circonstances et un environnement
donné… ».
Les objectifs ne sont plus définis en termes linguistiques mais en
actes sociaux. Le linguistique (actes de paroles ou catégories
grammaticales, vocabulaire) et le non-linguistique (savoirs,
comportements, etc.) sont subordonnés aux actes qu’il s’agit de
réaliser.
L’apprenant est donc quelqu’un qui se prépare à accomplir un
certain nombre de « tâches » dans un pays francophone.
Les pages qui précèdent auront montré que, par ses objectifs
généraux et ses orientations méthodologiques, la méthode Écho
s’inscrit pleinement dans le CECR.
• L’apprenant est d’abord acteur social dans la classe de langue. La
classe est une micro-société où se retrouvent les jeux et les enjeux
des autres espaces sociaux et qui se donne pour projet
l’apprentissage d’une langue étrangère.
• C’est aussi le lieu où l’on simulera les futures tâches à accomplir.
L’objectif donné à chaque unité n’est pas formulé en termes
linguistiques mais en terme d’adaptation à un contexte social donné.
Ce sont les procédures d’adaptation qui détermineront les contenus
linguistiques et culturels.
La progression de Écho A2 suit les niveaux de compétence dans le
Cadre : A1, A2, B1 qui s’atteindra en deux étapes et B2.
ÉCHO mode d’emploi
■ Les pages d’ouverture des unités
Chaque unité s’ouvre par une page qui présente brièvement et de
manière très illustrée l’objectif général de l’unité (la situation
d’adaptation) et les objectifs secondaires qui en découlent. Ces
objectifs formulés en termes de savoir-faire sont aisément
compréhensibles par les étudiants.
Par exemple, dans la deuxième unité (p. 49), l’objectif général
consiste à savoir entretenir des relations avec des francophones.
Pour cela on reverra comment entrer en contact avec eux, les
inviter, répondre à leur invitation (autant de savoir-faire qui ont été
abordés au niveau A1). Puis on apprendra à se comporter quand on
les revoit, à raconter des souvenirs et des anecdotes, à être plus à
l’aise avec différents sujets de conversation, à résoudre les petits
problèmes relationnels qui peuvent se poser avec des amis ou des
connaissances.
Il est important que l’étudiant ait une conscience claire de l’objectif
général (très concret) de l’unité et des différentes étapes qui
permettront d’arriver à ce but. Il pourra ainsi à tout moment
visualiser le chemin parcouru et ce qui reste à faire. La découverte
de la page d’ouverture de l’unité se fera avec le professeur. On fera
ensemble la liste des différentes situations relatives au contexte et
de tout ce qu’il faudra apprendre à faire.
Il est même recommandé lors de la première heure de cours avec
Écho A2 de montrer aux étudiants les trois unités du livre. Ils
pourront ainsi visualiser les trois parcours qu’ils auront à effectuer.
Cette page fixe par ailleurs un contrat de travail entre les étudiants
et l’enseignant. Notons que ce contrat est négociable, les étudiants
pouvant ajouter ou supprimer certains objectifs secondaires.
Par exemple, ceux qui correspondent déjà régulièrement avec des
francophones pour des raisons professionnelles souhaiteront peut-
être insister sur l’écrit et en particulier sur le style et les
conventions propres aux courriels professionnels.

■ Les pages Interactions


Chaque leçon débute par une double page Interactions qui propose un
ou plusieurs documents (parmi lesquels il peut y avoir un document
sonore) choisis pour leur pouvoir déclencheur d’expression orale ou
écrite.
1. Types de pages Interactions
Selon le document, la classe interactive peut prendre des formes
diverses.
a. Le document est un questionnaire, par exemple un test qui permet
à l’étudiant de se situer dans une typologie d’apprenants, (p. 50) ou
bien qui détermine pour quel métier il est fait (p. 114). Ces
questionnaires suscitent ensuite des commentaires et des échanges
d’expériences : quelle est la meilleure façon d’apprendre, la part de
vérité et d’erreur qu’il y a dans le test, etc. ?
b. Le document invite à faire des choix. Page 90, les étudiants doivent
choisir la personnalité qui représente le mieux « l’aventure ». Page
34, c’est un programme télé qu’il faut sélectionner. Le choix collectif
amène des comparaisons, des descriptions, des opinions.
c. Le document déclenche des prises de position. Il peut s’agir d’une
revue de presse (p. 26) ou d’un site Internet sur les nouvelles
insolites (p. 66).
d. Le document suscite l’envie de réaliser un projet individuel ou
collectif. Un dossier sur l’internationalisation de certaines fêtes (p.
58, aujourd’hui, Halloween, la Saint-Patrick sont des occasions de
faire la fête dans beaucoup de pays) débouche sur un projet de fête à
exporter. Les étudiants choisissent une fête typique de leur pays qui
pourrait être exportée, justifient leur choix et développent le projet.
Ailleurs les étudiants se mettent par deux et doivent aménager un
appartement vide (p. 106).
Ils disposent d’un budget et du catalogue d’un site de vente d’objets
aux enchères. De tels projets suscitent de nombreux échanges pour
leur planification et leur déroulement.
2. Caractéristiques des pages Interactions
Dans le travail réalisé avec ces pages, l’étudiant sera pleinement
« acteur social ». Les échanges, qu’il s’agisse de brèves interactions
ou de paroles en continu (monologue suivi), seront de même nature
que les conversations de la vie réelle.
En plus des savoir-faire langagiers, l’apprenant va acquérir des
savoir être (vaincre sa peur de parler, développer des stratégies
d’interaction, gérer ses manques, prendre de l’assurance).
3. Conseils pour réussir un cours avec ces pages
Interactions
a. Le professeur doit prévoir avec assez de précision le déroulement de
sa classe. La colonne «  Activités  », à droite de la double page, lui
propose un déroulement possible que le livre du professeur détaille.
Le livre du professeur peut aussi suggérer d’autres démarches
possibles.
Les activités collectives, celles en petits groupes et les prises de
parole individuelles, doivent alterner. Chaque étudiant doit avoir
l’occasion de s’exprimer non seulement dans le petit groupe mais
aussi devant le groupe classe.
b. L’enseignant guide les étudiants dans la découverte du document. Il
fait expliquer ou explique lui-même les mots nouveaux.
c. Il est bon que les productions orales (sauf lorsqu’il s’agit de
réactions brèves et spontanées) soient précédées d’un moment de
réflexion ou de prises de notes écrites. Dans l’activité de la page 67,
«  Que feriez-vous à leur place  ?  », chaque étudiant peut répondre
par écrit au forum avant que le tour de table oral ne commence.
Sinon, on court le risque d’avoir des réponses laconiques qui
rendront le tour de table ennuyeux.
d. Les activités de type « d » (projet individuel ou collectif) doivent être
précédées d’une mise en condition pour motiver les étudiants. Il faut
créer le désir de se lancer dans le projet.
Certains projets commencés en classe peuvent être poursuivis en
travail personnel. C’est le cas de « Créer votre petite entreprise » à
la page 19.
On trouvera aussi des projets dans les pages «  Évasion  » (voir ci-
après).
e. L’introduction ou l’explication d’un point de langue doit en principe se
faire rapidement pour ne pas casser l’ambiance propice aux
échanges naturels. On procédera un peu comme dans une
conversation normale lorsqu’on demande des précisions sur le sens
d’un mot, avant de reprendre le fil du discours.
Toutefois, il peut arriver que certains étudiants ou certains types de
classe soient bloqués par défaut d’explication. L’absence de vision
cohérente de la langue génère chez eux un stress qui les empêche
de se concentrer sur le sujet de la conversation.
Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à faire une grande parenthèse en
introduisant par anticipation le point de grammaire développé dans
les pages Ressources.

■ Les pages Ressources


Chaque double page Ressources propose deux ou trois points de
langue  : simple point de grammaire (les adjectifs et les pronoms
indéfinis), de conjugaison et d’emploi des temps (le conditionnel
présent), de vocabulaire (décrire les mouvements) ou regroupement
de moyens linguistiques autour d’une intention de communication
(exprimer l’appartenance).
Chaque point est autonome. Il propose un parcours qui va de
l’observation à l’emploi des formes étudiées :
a. un dessin humoristique proposant un corpus d’expressions qui va
permettre l’observation du point de langue (les deux ou trois dessins
de la double page sont liés par une trame narrative). Ce dessin est
suivi d’une activité de découverte (grille à remplir, mot à rechercher,
etc.) qui permet de conceptualiser, de classer, d’induire des règles
du système de la langue. Il est impératif que l’enseignant guide les
étudiants dans ce travail ;
b. un tableau de présentation didactique des points de grammaire.
C’est la mise en forme, complétée par certains points particuliers,
de ce que les étudiants auront découvert avec l’aide de l’enseignant ;
c. des exercices de systématisation. Ces exercices permettent de
vérifier que la forme nouvelle peut être comprise et employée. Selon
le degré de réussite de l’activité de découverte, cet exercice peut se
faire individuellement ou collectivement. Rappelons que les
exercices de fixation et de mémorisation se trouvent dans le cahier
personnel d’apprentissage ;
d. dans certains cas, le travail sur le point de langue se termine par
une activité de réemploi plus libre. Par exemple, le travail sur le
conditionnel débouche sur une activité créative où chacun imagine
comment il réagirait dans certaines situations (p. 68) ;
e. une rubrique de la double page Ressources intitulée « À l’écoute
de la grammaire  » permet de travailler les incidences orales de la
grammaire (par exemple, la différenciation futur/conditionnel) et de
mettre en place certains automatismes syntaxiques (par exemple,
les structures avec pronom antéposé).
Quand utiliser les pages Ressources ?
Il est tout à fait possible de les utiliser au moment de leur apparition
dans le livre. Le travail sur les pages Interactions aura sensibilisé
les étudiants à certains points de langue. La découverte des autres
points préparera le travail sur les pages Simulations.
Mais on peut aussi les utiliser «  à la carte  » soit en fonction des
demandes des étudiants entre deux activités des pages Interactions,
soit comme préparation à la découverte des pages Interactions ou
Simulations.

■ Les pages Simulations


Dans ces pages, l’étudiant va être confronté aux situations orales
interactives qu’il aura l’occasion de vivre dans un pays francophone
et qui ne sont pas naturellement suscitées par la vie de la classe.
C’est le cas des situations pratiques (retirer de l’argent, acheter,
faire un constat d’accident, etc.) ainsi que des interactions liées à
des contextes particuliers (le logement, la voiture, les relations
amicales, l’entreprises, etc.).
Ces situations sont mises en scène dans des dialogues qui
s’enchaînent pour raconter une histoire. Cette histoire se déroule
sur une unité.
1. Coup d’œil sur les histoires
Dans ce livre du professeur, chaque histoire est résumée sur la page
consacrée au début de chaque unité.
On aura un aperçu du contenu de ces histoires en se référant aux
pages suivantes :
– unité 1, Les parfums de Laura, p. 14
– unité 2, L’anniversaire, p. 54
– unité 3, Les escaliers de la butte, p. 94
2. Caractéristiques des histoires
• Les histoires sont des métaphores du contenu général de l’unité.
L’histoire «  Les escaliers de la Butte  », par exemple, raconte
l’installation à Paris d’un jeune de la banlieue de Saint-Étienne.
Recherche d’un logement, de petits boulots en attendant de réussir
dans l’activité qu’il préfère, premières rencontres, etc. Il doit donc
« se débrouiller au quotidien » et tel est l’objectif général de l’unité.
• Ces histoires sont illustrées par des dessins précis et réalistes ainsi
que par des photos (une par double page) qui donnent une vue
authentique du cadre dans lequel se déroule l’histoire. Cette
iconographie est une aide précieuse à la compréhension…
• Les situations de la vie quotidienne apparaissent dans un contexte
précis qui facilite aussi la compréhension. Par ailleurs, le
comportement des personnages n’est pas perçu comme celui de
Français types mais comme celui d’individus particuliers, ce qui
permet d’éviter les généralisations abusives.
• Certains dialogues ou parties de dialogues ne sont pas transcrits
dans la leçon. Ils servent d’exercices d’écoute. Ils sont signalés par
l’indication «  Transcription  ». Celle-ci se trouve à la fin du livre de
l’élève.
• Certaines scènes sont seulement illustrées. Le dialogue est à
imaginer par les étudiants.
• Dans le bandeau d’exploitation à droite de la double page, on
trouvera :
– pour chaque scène, une procédure d’écoute (questions, texte ou
grille à compléter). Mais la pédagogie de l’écoute est surtout
développée dans ce guide pour le professeur ;
– une ou plusieurs propositions de jeux de rôles. Il s’agit la plupart
du temps de transposer une scène de l’histoire ;
– une rubrique «  Prononciation  » qui propose un travail sur les
rythmes et les enchaînements des groupes sonores ainsi que sur la
différenciation et la prononciation des sons difficiles.

■ La page Écrits
Elle est spécialement consacrée à la compréhension et la
production écrites mais ces deux compétences sont aussi souvent
travaillées dans les pages Interactions et les pages Civilisation.
Cette page Écrits est toujours en liaison thématique avec la page
Civilisation et il peut arriver que les deux pages soient combinées,
par exemple les pages 32 et 33, consacrées à la vie politique en
France.
Les pages Écrits présentent toutes la même organisation :
a. Un texte est proposé à la lecture (ou plusieurs petits textes
lorsqu’il s’agit de brefs messages, petites annonces, etc.). Tout au
long de la méthode, on abordera les différents types de texte  :
messages familiers, cartes postales et lettres amicales, carton
d’invitation, écrans de billetteries ou autres automates, extraits
d’ouvrages touristiques, extraits de journaux ou de magazines. Tous
ces textes sont authentiques.
b. Le travail d’exploration du texte s’appuie généralement sur un
projet de lecture. Par exemple page 32, il s’agit de comprendre
l’organisation administrative de la France.
Ce travail vise également à développer des stratégies de lecture :
– repérage des éléments situationnels (p. 24, qui écrit ? à qui ? etc.) ;
– induction du sens d’un mot nouveau d’après le contexte (p. 80) ;
– balayage du texte pour retrouver une information (p. 96) ;
– repérages des moments d’un récit (p. 72).
c. Ce travail est suivi d’une production écrite.
Écho donne la priorité aux situations de production écrite prévisibles
pour un étudiant qui a des contacts avec des francophones
(messages ou lettres de prise de contact, d’échange d’informations,
de prise de rendez-vous, de demande, de réclamation, etc.).
Au moins une production écrite est proposée dans chaque leçon
mais elle peut l’être aussi bien dans les pages Écrits que dans les
pages Interactions
La production écrite pour le plaisir n’est pas pour autant négligée
car c’est un moyen efficace de motivation et d’apprentissage de la
langue. Par exemple, après avoir étudié des écrans de distributeurs
et de billetteries, les étudiants sont invités à imaginer un menu de
distributeur original (p. 112).
Les différents projets des pages Évasion donnent également lieu à
des travaux écrits.

■ La page Civilisation
Par civilisation on entend les savoirs et les savoir-faire langagiers et
non langagiers qui permettent une adaptation à une société
francophone. Pour des raisons d’espace, on s’est limité à la société
française (voir dans le même chapitre : L’imprégnation culturelle).
Cette page propose des documents divers  : photos, analyses,
statistiques, témoignages, microtrottoir, interviews, conseils
pratiques, etc.
Ces documents permettront de mettre en valeur :
– la culture partagée par une majorité de Français (environnement
géographique, actualité artistique, sociale politique, histoire, etc.) ;
– les habitudes et les comportements dans les différents domaines
de la vie quotidienne.
L’exploitation de ces documents se fait selon une double
perspective :
– compréhension du document ;
– comparaisons interculturelles.

■ Les pages Évasions


Ces pages sont prévues pour inciter les étudiants à s’évader de la
méthode, pour aller lire et écouter du français par d’autres moyens.
Elles sont organisées selon la dynamique du projet.
On trouvera trois pages Évasions à la fin de chaque unité.
• Unité 1, «  Évasion dans les livres  ». Les étudiants organisent une
remise de prix littéraire.
• Unité 2, « Évasion au cinéma ». Les étudiants sont invités à attribuer
le prix de la meilleure scène de comédie de film. Ils feront leur choix
parmi des scènes qu’ils auront lues ou écrites.
• Unité 3, «  Évasion dans la publicité  ». Les étudiants imaginent et
réalisent des supports publicitaires pour un produit de leur pays à
l’intention d’un marché francophone.

■ Le portfolio et son utilisation


Le portfolio joint au livre élève complète celui du niveau A1. Il
comporte :
1. un test qui permet d’évaluer si les étudiants ont atteint le niveau
A1 du CECR, afin de vérifier s’ils sont capables de suivre Écho A2. Ce
test peut être utile avec des étudiants n’ayant pas complété Écho A1
ou arrivant sans aucune certification ;
2. la suite de la biographie langagière de l’étudiant. Il s’agit d’un
questionnaire dans lequel l’étudiant note ses expériences en
français en dehors du cadre de la classe (voyages, spectacles,
rencontres, etc.) ;
3. les compétences supposées acquises. À la fin de chaque unité,
l’étudiant indexera les savoir-faire et les savoirs abordés en
indiquant s’ils sont «  acquis  », «  en cours d’acquisition  » ou «  non
acquis ».
Il mettra à jour les listes d’objectifs des unités précédentes si tout
n’avait pas été acquis ;
4. une série de tests « Avez-vous atteint le niveau A2 ? ».

■ Le cahier personnel d’apprentissage


Ce cahier a été conçu pour un travail en autonomie après la classe.
Après chaque partie de leçon, l’étudiant y trouvera :
– la liste des mots nouveaux introduits dans le livre.
Il aura la possibilité de noter la traduction de ces mots ;
– des exercices de révision et de mémorisation.
• Après les pages Interactions et les pages Écrits et Civilisation : des
exercices de vérification de la compréhension des textes et
d’apprentissage du vocabulaire ;
• Après les pages Ressources : des exercices de systématisation et
de mémorisation portant sur la syntaxe et la morphologie (en
particulier les conjugaisons) ;
• Après les pages Simulations, une rubrique «  Entraînement à
l’oral  » qui propose des exercices à faire avec le CD  : exercices de
prononciation, d’automatisation des structures grammaticales et
activités de compréhension orale.
Tous ces exercices sont autocorrectifs. Un livret de corrigés est joint
au cahier.

■ Le fichier d’évaluation
Il est photocopiable et comporte :
– 12 fiches de deux pages correspondant aux 12 leçons de Écho A2 ;
– un CD audio pour l’évaluation de la compréhension orale ;
– les transcriptions des documents oraux, les corrigés des tests
ainsi que des conseils pour la passation des tests et leur notation.
Avec ce matériel, l’enseignant pourra organiser une évaluation soit à
la fin de chaque leçon, soit toutes les deux leçons (en sélectionnant
les tests qui lui paraissent les plus pertinents).
Unité 1 S’adapter à de nouvelles réalités
Objectifs généraux de l’unité
Cette unité prépare les étudiants à une adaptation à la société
française et, dans une moindre mesure, à d’autres sociétés
francophones. Cette adaptation suppose :
– une connaissance de l’organisation du monde des études et de
celui du travail (s’inscrire à l’université, mettre ses enfants dans un
établissement scolaire, demander un emploi, connaître les
principales règles du monde du travail, etc.) ;
– une connaissance de l’organisation administrative et politique du
pays pour pouvoir se situer (le département, la région), comprendre
la presse et les événements de la vie locale et nationale,
entreprendre des démarches administratives ;
– une connaissance des médias (presse, télévision, radio) et un
certain degré de compréhension de leur contenu (la relation d’un
fait, l’exposé d’un projet) ;
– la compréhension des règlements et des lois ; la capacité de dire
son droit et de se défendre ;
– la capacité d’accueillir quelqu’un, d’exprimer ses goûts et ses
préférences, d’exposer un fait passé, de porter un jugement sur
celui-ci et de parler de l’avenir.

L’histoire des pages « Simulations »


« Les parfums de Laura »
Laura Mirmont est créatrice de parfums et travaille dans une petite
entreprise de produits cosmétiques du Val de Loire. Elle habite à
Orléans avec son compagnon Tarek, contrôleur de gestion. Mais
l’entreprise de Laura est rachetée par un groupe international. Il
s’ensuit des remaniements de personnel et on propose à la jeune
femme un poste de contrôleur de produits.
Celle-ci refuse car ce qui lui plaît, c’est la création de parfums. Dans
un premier temps, elle se met à chercher un poste chez les
concurrents, puis décide de créer sa propre entreprise.
Elle s’installe alors dans la région de Grasse où elle a déjà des
contacts. Son compagnon décide aussi de quitter son emploi pour
travailler avec elle. Mais la réalisation du projet ne va pas sans
difficultés  : surcharge de travail, problèmes financiers, difficulté
pour se faire connaître, recherche de partenaires dans un souci de
commerce équitable.
Heureusement, une journaliste, amie de Laura, lui permettra de
montrer ses produits à la télévision. Ce sera un succès. Laura et
Tarek le fêteront avec leurs partenaires malgaches.

Exploitation de la page 9
1. Présentation du livre aux étudiants
Pour ceux qui ont déjà travaillé avec Écho A1 faire observer la
ressemblance. Pour les autres, montrer l’organisation en trois
unités, l’organisation des leçons en quatre doubles pages (utiliser la
présentation de la page 3 et surtout les outils en fin d’ouvrage : aide-
mémoire et cartes).
Cette présentation peut avoir un caractère ludique :
– découverte du livre en petits groupes ;
– choix de la plus belle page, de la plus belle illustration ou de la
photo la plus originale.
2. Découverte de la page 9
a. Lecture et explication du titre. Recherche collective d’idées : que
faut-il savoir pour s’adapter à la vie dans une nouvelle ville ou dans
un autre pays, Noter les idées des étudiants au tableau.
b. Observation des photos de la page et lecture des objectifs
secondaires.

À savoir
• La bibliothèque François-Mitterand. Inaugurée en 1996, elle
prend la succession de la bibliothèque nationale située rue de
Richelieu. Construite au bord de la Seine dans le 13e
arrondissement de Paris, elle contient 14 millions de livres et
d’imprimés dont un fonds en libre accès de 600 000 ouvrages. Elle
est dotée de tous les moyens modernes pour aider les chercheurs
et comporte deux salles d’expositions et deux auditoriums.
• Les panneaux électoraux. Il s’agit des panneaux de l’élection
présidentielle de 2012 dont on donne les résultats à la page 33. De
droite à gauche, on reconnaît François Hollande qui sera élu
président, Nicolas Dupont-Aignan (droite gaullienne), François
Bayrou (centre). Complètement à gauche, peu visibles, se trouvent
les affiches de trois autres candidats importants : Marine Le Pen
(Front National), Nicolas Sarkozy (UMP, président sortant) et
Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche).
Leçon 1 – Vivement demain !

Interactions, p. 10-12

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre et formuler des opinions sur l’avenir dans des
domaines quotidiens.
• Décrire un changement.
Grammaire
• Comprendre les formes du futur (première approche).
• Comparer le présent, le passé et le futur.
Vocabulaire
• Le vocabulaire du changement (voir tableau p. 11).
• le futur, une opinion, la population, un chiffre, une partie, l’énergie,
le pétrole, la guerre, la paix, le climat, un métier, la nourriture, une
relation, le cancer
• optimiste, riche, quotidien
• correspondre, transporter, hésiter
• vivement

Répondez au sondage
1. Identifier le document (un sondage dans un magazine de vie
quotidienne) et le sujet du sondage. Compréhension du titre et des
phrases d’introduction.
Expliquer :
– optimiste (Il n’a pas peur du futur ; il pense que dans le futur on va
être plus heureux).
– évolution (changement).
Vérifier la compréhension du mode de réponse au sondage (on
coche les cases 0, 1 ou 2 selon le degré de certitude).
2. Réponse aux premières rubriques du sondage. Pour chaque
phrase, procéder de la manière suivante :
a. Lecture de la phrase et explication des mots inconnus.
b. Observation du verbe. Les étudiants auront compris qu’on parle
du futur et que la forme du verbe indique ce temps.
Faire retrouver l’infinitif du verbe et noter au tableau  : elles (les
villes) seront → être
Ainsi, progressivement, on créera un corpus qui permettra d’induire
la conjugaison du futur.
c. Les étudiants formulent des opinions sur la prévision (Oui, les
voitures seront interdites dans les centres-villes. Il y a trop de pollution,
trop de bruit. – Non, les voitures ne seront pas interdites …).
Si les étudiants ont besoin d’un verbe au futur, le leur donner et
l’écrire au tableau pour enrichir le corpus.
d. Chaque étudiant coche la case qui correspond à son opinion.
3. Réponses aux autres rubriques du sondage.
Le travail peut se poursuivre comme précédemment ou les
étudiants peuvent répondre individuellement. La vérification de la
compréhension n’intervient qu’après.
4. Les étudiants comptent leurs points et font le bilan du sondage
(voir la cotation dans le livre). Faire un tour de table pour connaître
les résultats de chacun et ses commentaires.
Au cours de cette activité expliquer :
– vocabulaire du changement. À partir des exemples fournis par les
phrases du sondage et par des schémas au tableau (Population de la
France en 1950  : 50 millions – Aujourd’hui  : 60 millions – La
population a augmenté – Il y a eu une augmentation de la population).
– cancer, sida (traduction).
– la nourriture (ce qu’on mange).
– l’énergie, le pétrole (citer des pays producteurs de pétrole et les
sources d’énergie : le pétrole, le gaz, le soleil, le vent…).
– riche / pauvre (les étudiants connaissent pauvre).
– la guerre / la paix (à partir de références historiques : la guerre de
1939-1940 – la paix signée en 1945).
– un métier (une profession).
5. Observer les photos de la page 11. Quels sont les avantages de
chaque découverte ?

Rédigez un commentaire du sondage


Deux démarches possibles :
(1) Pour chacun des six sujets du sondage, un optimiste et un
pessimiste donnent leur opinion.
Les étudiants rédigent ensuite un commentaire sur un ou plusieurs
sujets du sondage.
(2) Les étudiants se mettent par groupes et se partagent les six
sujets du sondage. Chaque groupe prépare un commentaire qui
présente l’aspect optimiste puis l’aspect pessimiste de l’avenir du
domaine choisi.
Exemple : Dans les campagnes, il y aura plus d’espaces naturels et de
forêts mais cela coûtera cher. Avec les transports rapides, beaucoup de
gens iront habiter à la campagne et la vie sera plus agréable. Il y aura
moins d’agriculteurs et un jour, peut-être, on manquera de nourriture.

Écoutez le micro-trottoir
1. Lire la question posée dans le micro-trottoir.
Faire une première écoute en continu et repérer le nombre
d’intervenants.
2. Faire une écoute fragmentée et compléter le tableau.

  1 2 3 4

Jeux Avenir Loisirs et


Sujets Mariage
vidéo professionnel sorties

Arrêter
Réussir son
les jeux Moins sortir
diplôme
vidéo Rester chez
Se marier d’informaticien
Faire du soi   
Décision(s) Faire la Chercher du
sport Profiter de
fête         travail
Sortir son
S’installer
avecles appartement
ailleurs
copains

3. Tour de table. Les étudiants répondent à la question du micro-


trottoir.

Ressources, p. 12-13

Objectifs
Grammaire
• Formes et emploi du futur de l’indicatif.
• Formes comparatives. Comparaison des qualités, des quantités
et des actions.
Vocabulaire
• un salaire
• nommer
• autant
Prononciation
• Le « e muet » dans la conjugaison du futur.
• Le son [ r ].

Parler du futur
1. Observation du dessin (passer rapidement sur cette étape de
découverte de la conjugaison du futur si elle a déjà été faite avec les
pages Interactions).
a. Lecture des bulles de la BD. Qu’est-ce que le père annonce  ? (il
est nommé directeur). Parle-t-il ensuite du présent, du passé ou du
futur  ? Lire chaque phrase. Pour chaque verbe en gras, retrouver
l’infinitif. Écrire au tableau :
Il (mon salaire) augmentera → augmenter
À la fin, on dispose d’un corpus qui permet de reconstituer la
conjugaison du futur (commencer par un verbe du premier groupe).
b. Retrouver cette conjugaison dans le tableau. Revoir les trois
façons de parler du futur (rubrique 1 du tableau) et les indicateurs
du moment futur (rubrique 3 du tableau). Seul « tout à l’heure » n’a
pas été vu.

Le futur
Les étudiants peuvent avoir l’impression que les trois façons
d’exprimer le futur sont interchangeables.
Ici, bientôt, on construira un immeuble. – Ici, bientôt, on va
construire un immeuble. – Ici, bientôt, on construit un immeuble.
Ce n’est pas toujours le cas.
Le futur proche est obligatoire quand il y a une proximité
temporelle et psychologique importante.
« Fais attention ! Tu vas tomber ! », dit la mère à son enfant.
(Ici, le futur simple ne serait pas possible)
De même, quand il y a une proximité affective avec l’événement,
on utilisera plutôt le futur proche.
Mon copain va venir habiter chez moi l’année prochaine.
Le futur simple sera plutôt utilisé :
– pour parler de l’avenir (La population des villes augmentera.)
– pour faire une promesse (Je vous enverrai un message.)
– pour donner un ordre (Avant de partir, tu pourras fermer la
fenêtre, s’il te plaît.)

2. Exercice 2
… nous nous lèverons … tu iras … vous ferez … Vous trouverez …
Chacun préparera …. Moi, j’irai … Nos amis arriveront … Nous devrons être prêts

3. Exercice 3
15 février → une heure → dans une heure
16 février → demain – 17 février → après-demain – 20 février → dans 5 jours – 23 février →
dans une semaine, la semaine prochaine
14 février → hier – 13 février → avant-hier – 10 février → il y a cinq jours – 15 janvier → il y a
un mois, le mois dernier

4. Activité 4. Présenter les deux situations. Les étudiants doivent


écrire un petit texte en utilisant les verbes entre parenthèses.
a. Si tu es d’accord, nous vivrons ensemble. Nous louerons un appartement dans le quartier
du Parc. Nous nous marierons, nous inviterons tous nos amis. Nous ferons la fête. Nous
aurons trois enfants …
b. D’abord j’irai faire un voyage autour du monde. Je visiterai tous les monuments. Puis
j’achèterai une maison avec une piscine.
J’inviterai mes trois frères et sœur et je leur offrirai une voiture.

Comparer
1. Observation du petit dessin (Tony, Pierre, Marie). Les étudiants
connaissent déjà les mots de comparaison (plus, aussi et moins).
Introduire la construction avec que. Pratiquer cette construction à
partir d’exemples familiers  : le prix des choses, la distance entre
des villes, la difficulté d’un point de grammaire.
2. Observation du dessin de la BD. Raconter ce qui s’est passé (le
père est maintenant directeur) et répertorier les changements.
Classer les formes comparatives selon qu’elles portent :
– sur des adjectifs : il est aussi fatigué … plus stressé … moins sympa
– sur des noms  : moins de vacances … autant de bruit … plus de
problèmes
– sur des verbes : il dort moins… il travaille plus … Je travaille autant
Observer l’emploi de autant pour exprimer l’égalité dans la
comparaison des quantités et des actions ainsi que la forme plus
(autant, moins) de.
Pratiquer en comparant des quartiers de la ville (il y a plus
d’espaces verts, moins de parkings, etc.), des magasins, etc.
3. Exercice 1
En France, on travaille moins que dans les autres pays d’Europe. Les Espagnols travaillent
autant que les Italiens. En Grande-Bretagne, on travaille plus qu’en France. Les Espagnols ont
plus de jours de congé que les autres pays d’Europe. Les Anglais ont moins de jours de congé
que les Français. Le salaire d’un cadre anglais est plus élevé que le salaire d’un cadre français.
Le salaire d’un cadre italien est moins élevé. Un cadre français gagne autant qu’un cadre
espagnol.

À l’écoute de la grammaire
Exercice 1. Faire écouter et reproduire le rythme des
groupes verbaux.
Exercice 2. Avec certains groupes linguistiques, on doit
éviter la prononciation du « r » roulé en rapprochant le « r » français
d’un autre son de la langue maternelle.

Simulations, p. 14-15
Objectifs
Savoir-faire
• Faire des projets.
• Exprimer l’inquiétude face à l’avenir. Rassurer.
• Comparer des situations professionnelles.
Savoir être
• Se comporter face à un supérieur hiérarchique.
Grammaire
• Parler au futur.
• Faire des comparaisons.
Vocabulaire
• Expression de la peur et de l’inquiétude (voir tableau p. 15)
• Vocabulaire de l’entreprise : l’économie, la gestion, les ressources
humaines, la création, un contrôleur, la qualité, une proposition, un
choix, un congé, la retraite, le chômage, un laboratoire, le courage, un
coup
• spécialisé
• déranger, réfléchir
• justement
Prononciation
• Les voyelles nasales.

L’histoire
Nous sommes un vendredi soir, Laura rentre chez elle à Orléans.
Son compagnon, Tarek, est en train de préparer le repas. Elle peut
tout de suite identifier le plat en préparation et remarque le nouveau
parfum de Tarek car elle a un odorat très développé. Laura est une
spécialiste de la création de parfums et elle travaille dans la petite
entreprise Syntex. Elle apprend à Tarek que le DRH veut la voir
après le week-end. C’est sans doute pour lui proposer un poste de
chef de projet. Les deux jeunes gens font alors des projets sur
l’avenir. Mais le lundi, Laura est déçue. Le DRH lui propose certes
une promotion mais il s’agit d’un poste de contrôleur de qualité.
Laura refuse car seule la création l’intéresse. Le DRH lui fait
comprendre qu’elle n’a pas le choix.
Un peu plus tard, elle annonce à une collègue qu’elle quitte
l’entreprise pour chercher du travail ailleurs.
Le soir, elle raconte sa journée à Tarek.

Scène 1
Observation du dessin et écoute du dialogue par fragments.
Pour chaque partie, faire relever les informations.
Dans la troisième partie, relever les verbes au futur et trouver leur
infinitif.
1. L’arrivée de Laura (quatre premières répliques). Faire préciser la
situation (Tarek prépare le repas, Laura arrive, etc.).
2. L’annonce du rendez-vous avec le DRH (quatre répliques
suivantes).
Expliquer :
– DRH (directeur des ressources humaines ou chef du personnel).
– justement (se contenter d’une compréhension approximative ou
traduire). Ce petit mot est de plus en plus utilisé comme appui du
discours au même titre que alors.
3. Les projets des deux jeunes gens (fin du dialogue). Faire noter :
– les projets de Tarek : voiture, nouvelle télé, voyage à Venise ;
– le projet de Laura : faire des économies ;
– leur projet commun : avoir un enfant.
Expliquer :
– faire des économies (garder son argent pour plus tard).
– la retraite (quand on est âgé, on arrête de travailler, on est à la
retraite).
– un congé (un arrêt de travail pour des vacances, à cause d’une
maladie).
– le contrôleur de gestion (il contrôle les comptes de l’entreprise).

Jeux de rôles
Les deux jeux de rôles permettent la pratique du futur et la révision
d’une thématique.
Situation a : thématique de la nourriture et de la préparation de la
fête
C’est quand ton invitation ? Tu inviteras qui ? Tu prendras un traiteur ?
Qu’est-ce que tu prépareras ? On dansera ? Etc.
Situation b : événements biographiques
Est-ce que je ferai une rencontre ? Est-ce que je trouverai du travail ?
Est-ce que je gagnerai de l’argent ? Est-ce que je serai célèbre ? Etc.

Scène 2
1. Compréhension de la situation. Observation du dessin.
Lecture de la phrase d’introduction.
2. L’écoute du dialogue nécessite une préparation lexicale.
Elle peut se faire aussi à livre ouvert.
Présenter les services de l’entreprise : la création, la production, la
fabrication, le contrôle de la qualité.
Expliquer :
– je vous dérange (Mimer quelqu’un qui entre dans la classe. Le bruit
me dérange quand je travaille).
– le choix (à partir du verbe choisir).
– réfléchir (Avant de faire l’exercice, je réfléchis).
3. Relever les arguments du DRH (elle aura autant de liberté, moins
de stress, un bureau agréable, un meilleur salaire, le service
fabrication va s’installer en Turquie) et ceux de Laura (elle aime
créer des parfums, elle est contente à la production).
4. Compléter les phrases de l’activité 3.

Scène 3
Après avoir rapidement regardé le dessin, les étudiants
écoutent et transcrivent la scène.
Expliquer :
– ne t’inquiète pas (N’aie pas peur. À expliquer en situation et par
l’intonation).
– CV (curriculum vitae).
– tant mieux (quand on est satisfait d’une situation).
– courage (d’après courageux).

Jeux de rôles
1. Présenter le vocabulaire du tableau « Pour exprimer la peur ».
2. Recherche d’idées  : les situations dans lesquelles on peut avoir
peur (avant de passer un examen, avant de passer un entretien pour
trouver du travail, avant de faire une épreuve sportive, avant de
monter dans la voiture d’un ami qui conduit très vite, etc.).
3. Par deux, les étudiants choisissent une situation et imaginent un
dialogue. L’un exprime l’inquiétude, l’autre le rassure.

Scène 4 à imaginer
Le soir, Laura raconte sa journée à Tarek. Imaginer le dialogue
entre les deux jeunes gens.
Tarek : Alors, tu as vu le DRH ?
Laura : Oui, mais je ne suis pas contente.
Tarek : Qu’est-ce qu’il t’a proposé ?

Sons, rythmes, intonations


Opposition entre les voyelles nasales [ã], [ɛ̃], [œ̃ ].
Il faut noter que l’opposition entre [ɛ̃] et [œ̃ ] n’est pas pertinente
pour une partie importante des francophones qui prononcent de la
même manière brun et brin.

Écrits et Civilisation, p. 16-17

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre et développer une opinion sur une question
d’éducation.
• Rédiger la partie « Études et formations » d’un CV.
Connaissances culturelles
• L’enseignement en France de l’école maternelle à
l’enseignement supérieur.
Vocabulaire
• Le vocabulaire de l’enseignement (voir texte p. 17).
• l’avenir, un extrait, un incident, la religion, un signe, une difficulté,
une solution, une étape, un ingénieur, un cadre, l’administration
• obligatoire, général, final
• réunir, respecter, couper, avancer, dépenser, exister, compter,
étudier, former, mélanger
On pourra commencer indifféremment par la page Civilisation ou
par la page Écrits.

Lecture et compréhension de l’article


1. Lecture du titre et du sous-titre. Recherche d’idées  : faire en
commun des hypothèses sur les sujets abordés dans l’article (trop
d’élèves dans les classes, niveaux des élèves, insécurité, etc.).
2. Lire l’article en entier. Résumer l’opinion des participants.
Indiquer les points d’accord et de désaccord.
• Points d’accord
Dans une même classe, les élèves sont de différents niveaux. C’est
un problème pour les bons et pour les élèves en difficulté.
• Points de désaccord 
Pour le parent d’élève, il faut des classes avec des élèves de même
niveau. Le professeur préfère des niveaux différents mais des
classes peu nombreuses.
Le parent d’élève pense que ça ne servira à rien. Le professeur
pense que les nouvelles technologies peuvent résoudre le problème.
3. Activité 3. Cocher les sujets abordés dans la liste proposée.
a. Sujet non abordé.
b. Trop élevé pour le professeur. Il faudrait 15 élèves.
c. Certains élèves ne respectent pas les professeurs. Avec 15 élèves
par classe et l’utilisation des nouvelles technologies, le professeur
pourra s’occuper des élèves en difficulté. Ses élèves le respecteront.
d. Il faudrait des programmes adaptés.
e. Non abordé.
f. Il doit être un animateur et un conseiller pour chaque élève.
g. Pour le parent d’élève, ces différences sont un problème. Pour le
professeur, c’est normal.
h. Non abordé.
i. Il faudrait utiliser les nouvelles technologies.
j. L’utilisation de l’ordinateur ne coûtera pas plus cher que l’achat
des livres.

Quelle école pour demain ?


Démarche différente selon le groupe classe.
(1) Avec une classe d’élèves de même nationalité, organiser une
recherche d’idées en petits groupes. Chaque groupe fait une liste
des sujets qu’on pourrait aborder lors d’une table ronde sur l’école.
(2) Avec des étudiants de nationalités différentes, chaque étudiant
réfléchit aux sujets possibles. Faire ensuite un tour de table.

Rédigez
1. Activité 1. Chaque étudiant développe en quelques lignes un des
sujets qui ont été répertoriés dans l’activité précédente. Ce travail
peut se faire à la maison.
2. Activité 2. Activité à faire après avoir étudié la page de Civilisation
et après avoir lu le CV de la p. 43. Les étudiants rédigent la partie
« Formations » de leur CV.

L’enseignement en France
Trois approches possibles pour prendre connaissance de ces
informations.
(1) Lecture collective et interactive.
Le professeur (ou les étudiants à tour de rôle) lit le texte en
s’arrêtant à chaque nouvelle information.
Le professeur s’assure de la compréhension. Il s’ensuit un dialogue
sur les ressemblances et les différences avec le système éducatif du
pays de l’étudiant.
« En France, l’école est obligatoire entre 6 et 16 ans. » → Expliquer
« obligatoire » (il faut aller à l’école) – À partir de quel âge l’école est-
elle obligatoire dans votre pays ?
(2) Travail en petits groupes, chaque groupe prenant en charge une
partie du texte.
Chaque groupe rend compte de ce qu’il a lu à l’ensemble de la
classe. Au cours de ce compte rendu, le professeur vérifie la
compréhension du détail.
(3) Tirage au sort de questions. Le professeur prépare une série de
questions sur des papiers que les étudiants tirent au sort. Chaque
étudiant lit le texte avec pour tâche de trouver l’information
demandée. Au cours de la mise en commun, on fait une lecture du
passage concerné.
Voici quelques questions qui pourraient être posées :
– L’école en France est-elle publique ou privée ?
– Les écoles sont-elles religieuses ?
– L’école est-elle payante  ? Y a-t-il des aides pour les élèves en
difficulté ?
– Citez les différents établissements scolaires fréquentés par un
jeune Français entre 2 et 18 ans ?
– Les lycées sont-ils spécialisés ?
– Quel examen passe-t-on à la fin des études du lycée ?
– Comment sont organisées les études universitaires ?
– Qu’est-ce qu’une grande école ?
– Dans quels types d’établissement peut-on aller après le
baccalauréat ?

À savoir
Laïcité et signes religieux à l’école. La loi française interdit les
signes religieux trop ostentatoires (voyants). Le port du voile par
certaines jeunes filles de confession musulmane peut poser ici et
là certains problèmes qui se résolvent la plupart du temps par le
dialogue.
L’ENA a formé beaucoup d’hommes et de femmes politiques. Le
document cite Jacques Chirac (président de la République de 1995
à 2007), Laurent Fabius (Premier ministre d’un gouvernement de
gauche de 1984 à 1986), Dominique de Villepin (Premier ministre
de 2005 à 2007), Ségolène Royal (candidate du parti socialiste à
l’élection présidentielle de 2007).
Leçon 2 – Tu as du boulot ?

Interactions, p. 18-19

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre des informations sur l’emploi et l’entreprise.
• Exprimer un besoin.
• Présenter une entreprise.
Vocabulaire
• Vocabulaire de l’entreprise (voir tableau p. 19).
• un emploi, le boulot (fam.), une société, un lieu, une vitamine, une
plante, la mémoire, une baguette (de pain), un téléviseur, un
réparateur
• ambulant
• conduire, ajouter

Réflexions sur la création d’une entreprise


1. Identification du document. Lecture du titre et de l’introduction.
Extrait d’un magazine qui traite des moyens pour trouver un emploi.
Que propose-t-il ? Pour qui ? Quelles informations va-t-il apporter ?
Faire appel à l’expérience des étudiants. Connaissez-vous quelqu’un
qui a créé son entreprise ?
Expliquer :
– le boulot (familier, le travail).
2. La classe se partage la lecture des quatre paragraphes de «  Il
suffit d’y penser ».
a. Chaque groupe analyse le paragraphe, rend compte de son
contenu et donne son avis.
Donner pour tâche de répondre aux questions suivantes :
Quelle est la nouvelle idée de produit ou de service ? À quel besoin
elle correspond ?
b. Au cours du compte-rendu, faire les mises au point de vocabulaire
qui s’imposent. Exprimer des avis sur chacune des idées.
• Café pour tous les goûts
L’idée : ajouter au café des vitamines et des plantes qui guérissent.
Les besoins : boire du café et en même temps boire quelque chose
qui est bon pour la santé.
Expliquer :
– une société (une entreprise, la SNCF).
– ajouter (dans mon thé, j’ajoute un peu de lait).
– vitamine (dans les oranges, il y a de la vitamine C).
– plante (les arbres, les fleurs).
Faire observer les pronoms «  en  » et «  y  ». Trouver ce qu’ils
représentent.
• Le retour de la vente ambulante L’idée  : fournir aux gens de la
campagne différents produits (vente ambulante).
Les besoins  : il n’y a plus de commerces ni de services dans
certaines campagnes.
Expliquer :
– une baguette (voir la photo).
– une vendeuse ambulante (voir la photo).
– un réparateur (le téléviseur ne marche pas  ; on l’apporte chez le
réparateur).
• Boire ou conduire
L’idée : ramener chez eux en voiture les gens qui ont fait la fête.
Les besoins  : quand on a trop bu, il est dangereux de prendre sa
voiture.
Expliquer :
– conduire (gestuelle).
• Pelouse toujours verte L’idée  : avoir une pelouse verte avec un
minimum d’arrosage en pulvérisant un produit colorant.
Les besoins : faire des économies d’eau tout en utilisant un produit
non toxique.
Expliquer :
– la pelouse (voir photo).
– arroser (dessiner un arrosoir et utiliser la gestuelle).
– la sécheresse (quand il ne pleut pas comme en Afrique).
– pulvériser (voir photo).
3. Lecture collective de l’encadré « Les emplois de demain ». Pour
chaque secteur, trouver des noms de profession.
L’enseignement → des professeurs, des animateurs
Expliquer :
– un emploi (du travail, un poste).
– à domicile (chez la personne).

Créez votre petite entreprise (projet)


Travail individuel ou en petits groupes.
1. Présenter les étapes du projet.
2. Présenter le vocabulaire du tableau (les services de l’entreprise –
le personnel – les étapes de la commercialisation – l’expression du
besoin et du manque).
3. Les étudiants rédigent leur projet. Ce travail peut être fait à la
maison.
4. Présentation des projets.
Ressources, p. 20-21

Objectifs
Grammaire
• Emploi du pronom « en ».
• Emploi du pronom « y ».
• Expression de la condition (si + présent ou passé composé).
Vocabulaire
• une marque
• séduisant
Prononciation
• Rythme et enchaînement des constructions avec le pronom
« en ».

Le pronom personnel indirect « en »


1. Observation du dessin. Compréhension de la situation.
a. Mettre en relation les pronoms avec les noms qu’ils représentent.
Remarquer comment ces noms sont déterminés.
Est-ce que vous buvez du jus de fruits ? – Oui, j’en bois.
Observer que le pronom «  en  » s’utilise avec des déterminants
indéfinis, partitifs, articles indéfinis, mots de quantité indéfinis.
b. Lire le tableau.

Les pronoms « en » et « y »


Avec cette leçon, tous les pronoms personnels auront été
introduits. Il s’agit avant tout d’avoir une compréhension globale
du système.
On examinera successivement les trois cas d’emploi du pronom
«  en  » présentés dans le tableau. En effet, chaque cas relève
d’une structure différente.
Les automatismes se créeront progressivement. On veillera en
particulier à la bonne compréhension et à la correction
d’utilisation de ces pronoms dans les phrases souvent utilisées en
classe ou à la cafétéria (Vous en prenez ? Vous l’aimez ? On y va ?
Pensez-y ! Etc.).
On corrigera les erreurs suivantes :
a. la non-perception du pronom dans la chaîne sonore Vous faites
du vélo ? – *Je fais (au lieu de « J’en fais »).
Vous allez à la campagne ? – *Je vais (au lieu de « J’y vais »).
b. la confusion entre «  en  » et «  le, la, les  ». Le, la, les sont
utilisés quand le nom est précédé de le, la, les ou qu’il s’agit d’un
nom propre.
Vous aimez le théâtre ? – Je l’aime. / Vous faites du théâtre ?
– Oui, j’en fais.
c. la non-reprise du mot de quantité dans les phrases du type :
Vous avez une voiture ? – J’en ai une.
La mise en place de ces automatismes se fera d’autant plus
facilement que l’étudiant aura compris le système et qu’il aura le
sentiment que ses erreurs sont importantes.
Aucun Français ne les fait. Elles ne sont pas du même ordre que
des erreurs du type «  *Je fais pas du vélo  », phrase que peut
prononcer n’importe quel francophone.

2. Exercice 2
… vous n’en buvez pas … j’en prends dix tasses … J’en ai besoin … Vous voulez qu’on en
parle ? … Il y en a 210 … Je ne le dis à personne … Oui, j’en ai un. Je le présenterai à la presse.

3. Exercice 3
… Oui, j’en ai une… Oui, vous en aurez besoin… Oui, vous en ferez … J’en parle trois… Non, je
ne le parle pas couramment. Mais je le comprends très bien… Non, je n’en ai pas … Non, je
n’en fais pas beaucoup.
Le pronom « y »
1. Observation du dessin. Mettre en relation le pronom avec le nom
qui le représente. Faire remarquer les deux cas :
a. « y » représente un lieu (au sens large)
On peut aller faire le film à Tahiti ? – Allez-y !
Il faut y mettre du soleil (dans la publicité Punchy).
b. « y » représente une chose ou une idée complément indirect d’un
verbe précédé de la préposition « à ».
Pensez-y ! – Pensez que les gens achèteront Punchy.
Au niveau 1, les étudiants utiliseront surtout le premier emploi de
« y ». Le deuxième emploi ne sera réalisé qu’avec les verbes penser,
réfléchir et faire attention.
 
2. Exercice 2
… Moi, j’y vais souvent … nous y passons une semaine pour Noël … Je m’y ennuie … Non, je
n’en fais pas … Non, je n’y joue pas … On y mange très bien … J’en prends toujours

Exprimer une condition


1. Lecture de la bulle du dessin. Observer la structure.
Trouver d’autres conditions pour que l’entreprise productrice de
Punchy soit la meilleure (S’il fait très chaud cet été, si nous varions les
goûts, si nous ajoutons de la caféine, etc.)
Continuer la dernière phrase en imaginant des conditions (Je vous
augmente si nous faisons des bénéfices).
2. Activité 1
a. Faire imaginer des conséquences
S’il fait beau dimanche, nous sortirons, nous ferons une randonnée …
Si je réussis à mon examen, je fais la fête.
b. Faire imaginer des conditions
Nous irons en France si mes parents paient le billet.
Je sortirai samedi soir si je suis guéri de mon rhume.

À l’écoute de la grammaire
Exercice 1 et Exercice 2. Faire observer les
liaisons.
Simulations, p. 22-23

Objectifs
Savoir-faire
• Acheter un vêtement.
• Exprimer des préférences.
• Exprimer la nécessité.
Vocabulaire
• Vocabulaire des goûts et des préférences (voir tableau p. 23).
• une expérience, les cosmétiques, un responsable, une armoire, un
entretien, un exemple
• disponible, sexy, exact, nul (fam.)
• étonner
• couramment, franchement
Prononciation
• Les sons [k] et [g].
L’histoire
Laura a quitté son entreprise et cherche du travail. Pour faire bonne
impression lors d’un entretien d’embauche, elle achète une tenue.
Lors de l’entretien, la DRH est méfiante. Elle craint que Laura ne
soit pas suffisamment disponible si elle a des enfants. Quelques
jours plus tard, Laura reçoit le résultat de l’entretien. Elle n’est pas
recrutée. Elle réussit à convaincre Tarek qu’elle doit créer sa propre
entreprise.

Lecture de l’offre d’emploi et scène 1


1. Lecture de l’offre d’emploi après un rappel de l’histoire.
Identifier le document. Qui fait la proposition  ? Que propose le
laboratoire ? Quelles qualités faut-il avoir ?
Expliquer :
– expérience professionnelle (à partir du CV de la page 23, demander
aux jeunes étudiants s’ils ont une expérience professionnelle).
– les cosmétiques (les parfums, les produits de beauté, etc.).
– couramment (parler une langue couramment, la parler très bien).
– un responsable (Il y a le directeur de l’entreprise. Sous le directeur,
il y a des responsables, chefs de service).
2. Travail sur la scène 1.
a. Observation du dessin. Identification de la situation et des
personnages. Hypothèses sur ce qu’ils peuvent dire.
b. Faire deux écoutes du dialogue en entier. Noter au
tableau ce que les étudiants ont compris.
Faire ensuite plusieurs écoutes de la première moitié jusqu’à
obtenir une reconstitution fidèle du dialogue.
Procéder de même pour la deuxième moitié.
Au cours de la reconstitution, expliquer :
– plaire (expliquer le sens et la construction du mot à partir de
phrases. La jupe plaît à Tarek. Elle lui plaît. Tarek aime la jupe. Cette
jupe vous plaît ? – Elle me plaît.)
– plutôt (indique une préférence. Je n’aime pas beaucoup la mer. Je
vais plutôt à la montagne).
– sexy (un vêtement sexy, qui montre le charme de la personne).
– avoir horreur de (détester).
– une armoire (le meuble où l’on met les vêtements).

Jeux de rôles
1. Mettre au tableau les étapes du dialogue  : l’accueil, la demande
de conseil, etc.
Pour chaque étape, faire une recherche en commun du vocabulaire.
Utiliser le vocabulaire du tableau p. 23.
2. Par deux, les étudiants préparent la scène et la jouent.

Scène 2
1. Observer le dessin et le CV de Laura (p. 23). Faire oraliser ce CV.
Laura se présente.
Je m’appelle Laura Mirmont. J’ai 30 ans. Je suis célibataire. J’ai passé
mon baccalauréat en 1996.
2. Écoute du dialogue. Le contenu étant peu prévisible, les
étudiants peuvent avoir la transcription sous les yeux. S’assurer de
la compréhension de la situation.
Que demande la DRH ? Pourquoi pose-t-elle ces questions ?
– Elle veut quelqu’un de disponible. Elle veut quelqu’un sans jeune
enfant.
Est-ce que Laura dit la vérité ? – Non, elle veut avoir un bébé.
(scène 1, p. 14)
Est-ce que la DRH dit la vérité à la fin du dialogue ?
Expliquer :
– un entretien (quand on cherche du travail, on a des entretiens avec
les DRH des entreprises. Pendant l’entretien, on se présente. On
dialogue avec le DRH).
– franchement (directement).
– je vous en prie (expression utilisée dans différentes situations :
→ pour laisser passer quelqu’un : « Entrez, je vous en prie »
→ pour donner son accord  : «  Je peux m’asseoir  ? – Je vous en
prie »).
– disponible (Laura ne doit pas compter ses heures de travail. Elle
doit être disponible).
– laisser tomber (laisser tomber un emploi, quelqu’un. Quitter cet
emploi ou cette personne).
3. Observer l’emploi des pronoms « en » et « y ».
4. Les étudiants donnent leur opinion sur les questions de la DRH.

Scène 3
1. Écoute du début de la scène (partie transcrite dans le
livre).
Quelle nouvelle apprend-on ? – La demande de Laura est refusée.
Que décide Laura ? – Elle en a assez des entretiens. Elle veut créer son
entreprise.
Expliquer :
– nul (mot très utilisé par les jeunes ; zéro, mauvais, stupide).
– en avoir assez (J’en ai assez s’utilise dans une situation où on ne
supporte plus quelque chose. «  J’ai travaillé dix heures aujourd’hui,
j’en ai assez, ça suffit. J’arrête. »)
2. Faire des hypothèses sur la suite.
Quelle va être la réaction de Tarek ?
Que va répondre Laura ?
3. Écouter et transcrire la fin de la scène.
Confirmer ou infirmer les hypothèses. Tarek n’est pas surpris. Il est
d’accord. Lui aussi va quitter son entreprise. Il va travailler avec Laura.
Laura est sûre d’elle. Elle a un projet, un peu d’argent et des contacts à
Grasse.
Expliquer :
– étonner (Ça ne m’étonne pas. Je ne suis pas surpris).
– Grasse (voir encadré).

Sons, rythmes, intonations


Opposition entre la sourde [k] et la sonore [g], prononcée
plus en arrière avec une vibration du larynx.

À savoir
Orléans. Ville de 120 000 habitants située à 100 km au sud de
Paris. Célèbre pour sa cathédrale du Moyen Âge. C’est une des
villes principales de la région du Val-de-Loire connue pour ses
châteaux et son dynamisme économique (cosmétiques, industries
pharmaceutiques, automobiles, cultures de fleurs et de légumes).
Château de Chambord. Le plus grand et le plus majestueux des
châteaux de la Loire. Sa construction, commencée en 1519 par le
roi François Ier, ne s’achèvera que sous Louis XIV en 1685. Il
comporte quelques chefs-d’œuvre comme le grand escalier conçu
par Léonard de Vinci où la personne qui monte et celle qui
descend ne peuvent pas se voir.
Grasse. Ville du sud-est de la France. La culture des fleurs et la
création de parfums font partie de ses traditions.

Écrits, p. 24

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre et rédiger une lettre de demande d’emploi.
• Rédiger la partie « Expériences professionnelles » de son CV.
• Connaître la forme et l’organisation d’une lettre à caractère
administratif.
Vocabulaire
• l’architecture, une occasion, une réalisation, une médiathèque, une
expression, un sentiment, un bâtiment
• agréer (formule de politesse)
• impressionné, joint
Lecture de la lettre
1. Travail individuel. Les étudiants lisent la lettre et répondent au
questionnaire (activité 1).
a. Samia Kadouri, une Égyptienne écrit à un cabinet d’architectes de Paris pour faire une
demande de stage.
b. La formation de Samia : elle est diplômée de l’École d’architecture du Caire.
c. Ses compétences  : elle a eu deux expériences professionnelles en Égypte (la réalisation
d’une bibliothèque et celle d’un musée) – elle parle couramment l’anglais, l’arabe et le
français.
d. Elle a étudié plusieurs réalisations de Lescot Architecture et elle a été très impressionnée –
elle est très intéressée par la création de bâtiments culturels – elle a vécu en France.

2. Au cours de la mise au point, expliquer :


– l’architecture (construction de bâtiments : maison, immeuble, hôtel,
etc.).
– une médiathèque (centre culturel où on trouve des livres, des
journaux, des disques, des films).
– avoir l’occasion de (quand je suis allé en voyage en France, j’ai eu
l’occasion de visiter Versailles).
– une réalisation (une construction).
– impressionné (le spectacle m’a impressionné. Il m’a beaucoup plu.
Je me souviendrai longtemps de ce spectacle).
3. Observation de l’organisation de la lettre
Faire remarquer les particularités d’une lettre administrative :
– renseignements sur l’expéditeur en haut, à gauche
– date puis destinataire à droite, etc.

Écrivez une lettre de demande d’emploi


Les étudiants peuvent choisir l’offre d’emploi proposée dans le livre
ou bien une offre de leur choix.
Madame, Monsieur, Diplômé d’une école de tourisme de Moscou, j’ai lu votre annonce dans
le journal « La Bourgogne » et je suis très intéressé par l’emploi proposé. J’ai 25 ans. Je parle
trois langues  : le russe, ma langue maternelle, l’anglais et le français, et je comprends
l’allemand. J’ai participé à des salons internationaux de tourisme dans mon pays, à Saint-
Pétersbourg et à Moscou.
Il y a un an que je suis en France, à Dijon où j’étudie le français à l’université.
Je connais très bien la région de Bourgogne. J’ai visité ses abbayes et ses châteaux. J’apprécie
ses vins et sa gastronomie.
Dans l’attente de votre réponse et dans l’espoir de travailler avec vous, je vous prie d’agréer,
Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Rédigez la partie « Expérience professionnelle » de votre


CV
À faire par les étudiants qui ont une expérience professionnelle et
qui souhaitent apprendre à rédiger leur CV en français.
Lire le CV de la p. 43.
Compléter la rédaction du CV commencé à la leçon précédente.

Civilisation, p. 25

Objectifs
Connaissances culturelles
• Le monde du travail en France (organisation, conditions,
système de protection sociale).
Savoir-faire
• Comprendre des informations écrites sur le monde du travail.
• Comprendre des personnes qui parlent de leur travail.
Vocabulaire
• un salarié, un syndicat, une grève, une catégorie, un fonctionnaire,
un chômeur, la sécurité, un soin, la durée, un pôle, un domaine, un
moteur, une moitié
• minimum, net, social, indépendant
• gérer, améliorer

L’économie et le travail en France


1 Lecture du document «  Le travail en dix points  ». Les étudiants
peuvent se partager les dix rubriques.
Donner pour tâche de relever ce qui paraît positif et ce qui paraît
négatif.
Au cours de la mise en commun, le professeur vérifie la
compréhension du détail et les étudiants font des comparaisons
avec le monde du travail de leur pays.
Expliquer :
– la durée du travail (le temps passé à travailler).
– un syndicat (organisation de défense des travailleurs).
– gérer (s’occuper de – gérer son argent ; gérer son temps).
– une aide sociale (argent donné aux personnes en difficulté pour le
loyer, les enfants, etc.).
– une grève (arrêt de travail pour demander une augmentation de
salaire ou de meilleures conditions de travail).
– une catégorie professionnelle (un type de profession).
– un fonctionnaire (un employé de l’État. En France, les professeurs,
les policiers, les employés des hôpitaux sont des fonctionnaires).
– un travailleur indépendant (dans cette catégorie, on met les
médecins, les avocats, les agriculteurs, les commerçants, les
artisans).
– un chômeur (personne qui a perdu son travail).
– la Sécurité sociale (organisme qui rembourse les visites chez le
médecin, les médicaments et les soins à l’hôpital. Elle donne aussi
des aides sociales et elle paie la retraite des salariés).
– les soins (quand on est blessé, on reçoit des soins).
2. Lire l’article « La création de pôles de compétitivité »
Faire formuler son contenu oralement.
3. Écoute du document sonore.
Faire une écoute fragmentée. À chaque scène :
– faire correspondre le dialogue avec un des points du document
« Le travail en dix points » ;
– faire résumer le contenu de la scène ;
– vérifier la compréhension du vocabulaire.
Scène a → 3. Une femme part à la retraite. Elle organise un pot de départ. Elle a 57 ans. Elle a
eu trois enfants. Elle peut partir à la retraite trois ans avant l’âge légal.
(Dans le monde du travail, « un pot » est une petite réunion où on prend un verre ensemble.
C’est en général à la fin de la journée. On organise un pot pour fêter une promotion, quand
on quitte son poste ou qu’on part à la retraite.)
Scène b → 7. Une femme demande si M. Rivière est malade parce qu’il reste tout le temps
chez lui. On lui répond qu’il est au chômage depuis deux mois.
Scène c → 2. Deux personnes parlent de leur congé. L’une d’elle dit qu’elle prend trois
semaines en août et deux semaines en mars.
Scène d → 1. Un homme et une femme parlent de la durée du temps de travail. La femme
travaille 35 heures par semaine mais quelquefois elle doit travailler 9 heures dans la journée.
Scène e → 5. Une femme demande à son collègue s’il fait la grève contre la fermeture de
l’usine de Rennes. L’homme n’est pas syndiqué.
Scène f → 4. Un homme demande à une femme combien elle gagne. Elle gagne 3 200 € net.
Scène g → 6. Un homme et une femme parlent des avantages des fonctionnaires. Ils ne
peuvent pas perdre leur emploi mais ils ne sont pas très bien payés.
Leçon 3 – Qu’en pensez-vous ?

Interactions, p. 26-27

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre et exprimer une interdiction.
• Comprendre un jugement porté sur un fait – Être capable de repérer
l’argumentation de ce jugement.
• Dire si quelqu’un a tort ou raison et donner des arguments.
Vocabulaire
• Expression du jugement (voir le tableau p. 27).
• une vache, une cloche, un outil, un mur, la fumée, un portrait, un canon,
un maire, un chasseur, un gilet, une victime
• local, couvert, sauvage, fluo, privé
• transformer, peindre, garder, prendre la défense de quelqu’un,
identifier, enlaidir
• à bord de

Lecture de la revue de presse


La première lecture de la revue de presse peut se faire à la maison. Si
elle se fait en classe, le groupe peut se partager les quatre articles.
Pour chaque article, compléter le tableau. Au cours de la mise au point,
vérifier la compréhension. Noter les mots ou expressions qui expriment
l’interdiction ou le droit et observer les verbes au subjonctif.

  1 2 3 4

Qui accuse ? Les Un Un député Le maire


chasseurs dessinateur et certains
habitants
d’un
village
près de
Lyon.

Quels sont Les Les cloches Fumer dans la La


ses photographes des vaches voiture est décoration
arguments ? animaliers de son dangereux de la
sont en voisin font pour la santé maison et
danger en trop de des du jardin
période de bruit passagers. de
chasse. surtout la Thierry E.
Ils doivent nuit. enlaidit le
porter des village.
gilets fluo.

Qui est Les un éleveur Les Thierry E.,


accusé ? photographes de vaches automobilistes un
animaliers habitant
du village

Quels sont Les Les cloches La voiture est Thierry


ses chasseurs ne sont un un espace E. est un
arguments ? doivent pas outil de privé. artiste et
être travail et il est chez
prioritaires font partie lui.
dans la forêt. des
traditions.

a. Chasseurs contre photographes. Expliquer :


– un chasseur (Le chasseur a tué un lapin).
– un animal sauvage (citer quelques animaux sauvages par opposition à
des animaux domestiques).
b. Des vaches… Expliquer :
– vache, cloche (photo).
– outil (faire au tableau quelques dessins d’outils).
Faire remarquer les constructions au subjonctif. D. voudrait que son
voisin mette ses vaches… Il préfère que ses vaches soient près de sa
maison.
c. Interdit de fumer en voiture. Expliquer :
– un espace privé (comparer avec un espace public. La maison / la rue).
– victime (dans l’accident d’avion il y a eu beaucoup de victimes).
– à bord (à l’intérieur d’une voiture, d’un train, d’un avion, etc.).
Faire remarquer les constructions au subjonctif. Un député souhaite que
la cigarette soit interdite… Il ne faut pas que les enfants soient les
victimes…
d. Irresponsable ou artiste Observer la photo avant de lire l’article.
Introduire canon et théâtre de guerre.
Pour la lecture du texte, donner pour tâche de relever toutes les
transformations réalisées par Thierry.
Expliquer :
– transformer (d’après le contexte. Thierry achète une maison du XVIIe
siècle et il va la transformer).
– un mur (montrer le mur de la classe).
– la fumée (d’après le verbe fumer).
– un portrait (La Joconde est le portrait de Mona Lisa).
– le maire (le responsable du village).
Faire remarquer la construction au subjonctif. Le maire et une partie de
la population ont peur que la maison de Thierry ne fasse partir les
touristes.

Jugez les quatre affaires


1. Présenter le vocabulaire du tableau p. 27. Compléter avec des mots
déjà vus qui permettent de porter un jugement. (Je suis d’accord / pas
d’accord – Je suis pour / contre – Il faut interdire / autoriser).
2. Les étudiants se répartissent en quatre groupes (si cela n’a pas été
fait lors de l’activité précédente) et chaque groupe choisit une affaire.
Chaque groupe se partage entre accusateurs et défenseurs. Chaque
partie cherche des éléments pour accuser ou défendre les causes.
3. Chaque groupe présente son affaire à la classe. La classe vote et
prononce son verdict.

Racontez (projet)
Selon le niveau des étudiants et leur disponibilité, cette activité peut
faire l’objet d’un tour de table avec récits spontanés ou bien être
préparée à la maison et donner lieu à un recueil d’articles en forme de
journal.

Ressources, p. 28-29

Objectifs
Grammaire
• Sensibilisation à l’emploi du subjonctif de quelques verbes. On ne
retiendra que les emplois après les verbes les plus courants (il faut
que… je veux que… etc.).
• Préciser ou évaluer une quantité.
• Exprimer une restriction (ne que – seulement).
Vocabulaire
• Vocabulaire des poids et des mesures (voir tableau p. 29).
• une piste, un policier, une élection, l’insécurité
• municipal
• recruter, voter

Comprendre l’emploi du subjonctif


1. Observation du dessin.
a. S’assurer de la compréhension de la situation.
Expliquer :
– élection municipale (on choisit le maire de la ville).
– voter (les habitants de la ville votent pour les élections municipales).
– recruter (à partir de la situation de l’entretien d’embauche p. 22. Le
laboratoire de cosmétiques veut recruter un chef de projet).
– insécurité (Quand il y a des vols, des agressions dans un quartier, il y a de
l’insécurité).
b. Mettre en relation les phrases du public et celles du maire.
Nous voulons qu’il y ait des pistes pour les vélos. / Je dis qu’il y aura 40 km
de pistes pour les vélos.
Il faut que vous développiez les transports en commun. / Nous
développerons les transports en commun.
Faire reconnaître le présent de l’indicatif dans les phrases du maire et
un nouveau temps dans les phrases du public après les verbes vouloir et
il faut.
Nommer le subjonctif. Dire que le subjonctif s’emploie après certains
verbes.
2. Faire une lecture expliquée du tableau « L’emploi du subjonctif » p.
28.

Le subjonctif
Cette introduction du subjonctif n’est ni exhaustive ni définitive. Ce
mode sera revu dans la troisième unité et à plusieurs reprises aux
deux niveaux B1.
On se contentera ici de faire passer deux idées :
a. le subjonctif comme le présent de l’indicatif a des formes qui ne se
déduisent pas automatiquement de l’infinitif ou d’une forme du
présent. Toutefois il suffit de connaître la première personne du
singulier pour déduire le reste de la conjugaison. On trouvera la
première personne du subjonctif de tous les verbes introduits au
niveau 1 dans les tableaux de conjugaison en fin d’ouvrage.
b. le subjonctif n’a pas de sens compréhensible par les étudiants (à la
différence du futur ou du passé). Il n’y a pas d’explication (autre que
tautologique) pour expliquer la différence d’emploi entre «  Je
souhaite qu’il vienne » et « J’espère qu’il viendra ».
Il faut donc se contenter de dire que le subjonctif est employé
obligatoirement après certains verbes.

3. Exercice 3
a. Il faut que vous appreniez … Je voudrais que vous fassiez … Il faut que vous parliez … Il faut que
vous soyez … et que vous ayez …
b. Il faut que vous lisiez … que vous écriviez … que vous écoutiez … Je voudrais que vous répétiez …
que vous traduisiez … que vous expliquiez
c. Il faut que tu apprennes … que tu fasses … que tu parles … que tu sois … que tu aies
d. Il faut que j’apprenne … que je fasse … que je parle … que je sois … que j’aie

4. Exercice 4
… je sais que vous êtes en vacances … Je voudrais que vous finissiez … il faut que vous alliez …
Notre bureau de Montréal a un problème … nous offrons un cocktail … Il faut qu’on fasse … Je ne
peux pas … je voudrais que vous y soyez …

5. Exercice 5
Je voudrais qu’on achète … J’aime bien que la couleur soit claire …
Je préfère que tu mettes ce tableau … J’ai horreur qu’on peigne le mur en rouge … Il faut qu’on
agrandisse la cuisine …

Indiquer la quantité
1. Présenter le vocabulaire et les expressions du tableau à partir
d’observations et de manipulations en classe.
John mesure 1,80 m. Maria ne mesure que 1,65 m. – L’armoire est trop
lourde. Je ne peux pas la déplacer.
2. Observer le dessin. S’assurer de la compréhension de la situation (ce
sont les élections six ans après celles de la page 28. Les anciens
électeurs du maire le critiquent). Retrouver les expressions du tableau.
Imaginer d’autres critiques (Il n’y a pas assez d’espaces verts, il n’y a
qu’une piscine, etc.).
3. Exercice 1
a, Je ne connais que Saint-Tropez – b, Je ne vais qu’au «  Copacabana  » - c, Je ne bois que du
Punchy – d, Je ne danse qu’avec Flora.

À l’écoute de la grammaire
1. Exercice 1
Faire écouter et transcrire les phrases non transcrites. Faire remarquer
la relation entre le verbe au subjonctif et le verbe qui conditionne son
emploi
2. Exercice 2
Différenciation entre le présent de l’impératif et le présent du subjonctif.
Le [j] marque le subjonctif.

Simulations, p. 30-31

Objectifs
Savoir-faire
• Demander des nouvelles de quelqu’un. Donner de ses nouvelles à
quelqu’un.
• Formuler une interdiction.
• Demander une autorisation. Autoriser.
Grammaire
• Utilisation du subjonctif (emploi abordé dans les pages Ressources).
Vocabulaire
• un secteur, un reportage, un prototype, une parfumerie, une révolution,
une hirondelle
• extraordinaire
• loger
• selon
Prononciation
• [t] et [d].
L’histoire
Laura et Tarek sont maintenant installés à Grasse. Lors d’une
conversation téléphonique avec son amie journaliste Leïla, Laura nous
donne quelques informations sur cette installation et sur les débuts de
l’entreprise. Par ailleurs, un article de presse nous fait connaître le
projet de Laura : un livre qui produit des ambiances parfumées selon le
contenu de ses pages. Mais la mise au point de ce projet a demandé
beaucoup d’argent. Les banques ne sont pas intéressées et l’aide du
pôle de compétences tarde à venir. Leïla suggère une solution  : parler
du projet à la télé lors d’une émission dont elle connaît la réalisatrice.

Texte et scène 1
On peut commencer indifféremment par le dialogue ou par le texte.
1. Lecture individuelle de l’article. Donner pour tâche de noter ce qu’on
apprend de nouveau (Laura s’est installée à Grasse. Elle a créé une
entreprise qui s’appelle Floréal. Elle croit à l’avenir des parfums. Elle vient
de créer un livre parfumé.)
Expliquer :
– un secteur (une catégorie. On parle des secteurs de l’économie  :
l’automobile, le tourisme, l’aviation, etc.).
– la parfumerie (le secteur qui fabrique des parfums).
– extraordinaire (C’est extraordinaire  ! C’est super  ! C’est génial  ! C’est
magnifique !).
– une révolution (un changement complet).
– selon (Selon le temps, nous irons nous promener ou nous resterons à la
maison.)
2. Travail sur la scène 1.
Il s’agit d’un dialogue entre Laura et son amie Leïla. Seules les
répliques de Laura sont transcrites dans le livre. Celles de Leïla sont à
transcrire.
a. Les étudiants lisent les répliques de Laura et imaginent celles de
Leïla.
b. Écoute du dialogue. Chacun compare ce qu’il entend avec ses
hypothèses.
Expliquer :
– se loger (trouver un logement).
– reportage (À la télévision, j’ai vu un reportage sur l’Antarctique).
3. Faire résumer l’histoire depuis la dernière scène de la leçon
précédente.

Scène 2
1. Observation du dessin.
Faire préciser la situation (C’est le soir, Tarek et Laura viennent de
dîner. Laura a du travail.)
2. Écoute du dialogue, livre fermé. Faire une écoute globale
puis réplique par réplique.
Que veut faire Tarek ? Que répond Laura ?
Noter ce qui permet d’exprimer :
– l’obligation ;
– l’interdiction ;
– la demande d’autorisation.

Jeux de rôles
1. Lire le tableau de vocabulaire « Interdire – Autoriser ».
2. Présenter les deux situations a et b. Les étudiants peuvent en
imaginer d’autres. Le professeur peut aussi en suggérer :
– Vous faites du camping en France. Le camping est complet. Vous
demandez à un propriétaire de camper dans son champ.
– Vous travaillez en France. Vous demandez à votre directeur deux jours
de congé pour assister au mariage de votre cousine dans votre pays.
3. Les étudiants préparent un jeu de rôles de quelques répliques et le
présentent à la classe.
Scènes 3 et 4
1. Écoute de la scène 3.
Quel est le problème de Tarek et Laura  ? (l’entreprise a des problèmes
d’argent).
Quelles sont les solutions possibles ? (l’aide du pôle de compétences, les
banques, trouver des marchés).
Expliquer :
– prototype (le premier produit créé avant la fabrication en série).
2. Écoute de la scène 4.
Quelles sont les deux propositions de Leïla ? (Un de ses amis éditeur peut
être intéressé ; présenter le livre parfumé à une émission de télé).
Expliquer :
– une hirondelle ne fait pas le printemps (Il ne faut pas généraliser à
partir d’une seule observation. Les étudiants recherchent des proverbes
semblables dans leur langue maternelle et les traduisent en français).

Sons, rythmes, intonations


Exercice 1 et Exercice 2.
Différencier la consonne sourde [t] de la sonore [d]

Écrits et Civilisation, p. 32-33

Objectifs
Connaissances culturelles
• L’organisation politique et administrative de la France  : la
commune, le département, la région, l’État.
• Quelques personnalités politiques françaises.
Savoir-faire
• Comprendre un article de presse sur la vie politique.
Vocabulaire
• un parti politique, une liste, un candidat, une voix, la majorité, un
député, un préfet, un ministre, un président, une loi, le gouvernement, le
pouvoir, l’éducation, l’union, la province
• socialiste, communiste, présidentiel
• élire, diviser, regrouper, administrer, succéder

L’organisation administrative de la France


1. Observation de la carte.
Repérer la région, les départements, les communes.
2. Lecture des documents.
La classe se partage l’étude des trois documents écrits.
Chaque document présente une division administrative et permet de
répondre aux questions du tableau.
Regrouper ensuite les réponses aux questions dans une mise en
commun.
Dans le corrigé ci-après, les indications en caractères romains sont
celles que les étudiants trouvent dans les textes, les informations en
italique sont des compléments que peut apporter l’enseignant.
3. Commentaires sur chaque document.
a. « 1790 - la naissance des départements »
Poser des questions de compréhension.
Quand sont nés les départements ? – Pendant la Révolution.
Comment la France était-elle organisée avant  ? – En une trentaine de
provinces qui avaient leurs lois et leurs langues.
Pourquoi les députés ont-ils créé les départements ? – Pour plus d’égalité.
Quelle opinion les Français ont-ils de leur département  ? – Certains
pensent qu’ils sont inutiles mais pour beaucoup, c’est un repère.

Division La commune Le département La région


administrative (Il y a plus de 36 500 (La France compte (La
communes en France. aujourd’hui 96 France
Une commune peut départements et 4 compte
être aussi bien une départements 22
ville qu’un village de d’outre-mer.) régions.
50 habitants.) Les
régions
datent de
1982.)

Le maire et ses Un
conseillers conseil
Le préfet
municipaux régional
Qui la (Il est le
(Le nombre de et un
gouverne ? représentant de
conseillers dépend de président
l’État.)
l’importance de la de
commune.) région.

Par un vote des


habitants
(Les habitants votent
Comment est- Par une
pour une liste. Le Il est nommé.
il élu ? élection
premier de la liste
gagnante est le
maire.)

Par les
habitants
Par qui ? Par les électeurs Par l’État
de la
région

Pour combien 6 ans Non précisé 6 ans


de temps ? (Comme tous les
fonctionnaires, il
est nommé pour
une durée non
déterminée entre 2
et 5 ans en
général.)

Expliquer :
– diviser (partager).
– une loi (une règle – les députés votent les lois).
b. « La région Poitou-Charentes »
Observer son organisation sur la carte. Retrouver les départements, la
capitale régionale, les préfectures. Noter les différences avec les pays
connus des étudiants.
Expliquer :
– administrer (gérer, diriger).
– élu (élire, élection ; voir l’élection de Paul Roux, pages Ressources).
c. « Élections municipales »
Repérer la ville d’Avignon sur la carte p. 148.
De quelles élections s’agit-il ? – Les élections municipales d’Avignon. On élit
le maire et les conseillers municipaux.
Qui a gagné les élections ? (la liste de droite. C’est Marie-Josée Roig qui est
élue.)
Qui les a perdues ? (les socialistes).

Le gouvernement
Au fur et à mesure de la lecture des deux documents de la page 33, on
complétera le schéma.
Les Français élisent → le président de la République. Il nomme le Premier
ministre qui nomme les ministres.
Les Français élisent → les députés qui forment l’Assemblée nationale.
a. « Élections présidentielles, mai 2012 »
Repérer les partis en présence et leur candidat. Les résultats de
l’élection et les éléments de la biographie de François Hollande.
b. « Élections législatives »
Repérer le nom des partis politiques de la majorité et de l’opposition.

Les vœux des jeunes


Écoute fragmentée du document. Faire repérer les vœux des
jeunes.
a, du travail pour les jeunes – obliger les entreprises à employer des jeunes sans expérience.
b, plus de sécurité mais sans voir la police partout.
c, résoudre les grands problèmes écologiques  : pollution, disparition des plantes et des animaux,
changement climatique.
d, moins de différence entre les hauts et les bas salaires.

À savoir
La Révolution française. Période de l’histoire de France qui va de
1789 à 1799. Une succession de mouvements révolutionnaires a
conduit à la fin de la monarchie et à l’instauration de la République, à
la fin des privilèges de l’aristocratie, à une centralisation du pouvoir et
à des réformes dans différents domaines (poids et mesures, monnaie,
administration).
Les provinces / la province. Les provinces étaient jusqu’en 1789 des
régions relativement autonomes qui avaient leur unité, leur histoire,
leurs lois, leurs particularités linguistiques et leurs coutumes.
Aujourd’hui, pour un Parisien, la province correspond à l’ensemble de
la France sauf Paris. Le mot, considéré comme péjoratif par
beaucoup de Français, tend à être remplacé par région. On ne dira
plus « En province, les logements sont moins chers qu’à Paris » mais
« En région, les logements… ».
La commune. Aujourd’hui, la commune n’est plus une division
administrative économiquement viable. Les communes doivent se
regrouper soit en formant des « communautés de communes », soit
en formant une « agglomération » avec la commune la plus grande.
Le département. C’est un repère identitaire important. On dit «  Je
suis de l’Hérault ou du 34  ». Pour les départements de la région
parisienne, on dit « Je suis du neuf-trois » (pour 93, c’est-à-dire pour
le département de la Seine-Saint-Denis).
La région. Cette division administrative a été créée en 1982 par
François Mitterrand. Elle regroupe de deux à six départements et
correspond en gros aux anciennes provinces.
La droite et la gauche. Le deuxième tour des élections en France
oppose généralement un candidat de droite et un candidat de gauche.
Mais la droite et la gauche ne sont pas aussi homogènes que dans
certains pays.
La gauche est dominée par le Parti socialiste mais le centre gauche,
les Verts (écologistes), le Parti communiste et les partis d’extrême
gauche peuvent totaliser 15 % des voix. À droite, l’UMP (Union pour un
mouvement populaire) peut absorber une partie du mouvement
centriste, comme ce fut le cas des élections de 2007. Mais le centre
droit représente près de 20  % des voix et l’extrême droite (Front
national) environ 10 %.
Charles de Gaulle. Général, initiateur de la Résistance pendant la
guerre de 1939-1945. Président de la République de 1959 à 1969. On
lui doit la fin de la guerre d’Algérie, la décolonisation, l’indépendance
militaire de la France.
François Mitterrand (1916-1996). Président de la République de 1981
à 1995. Il a porté la gauche au pouvoir, a aboli la peine de mort, a été à
l’initiative d’un certain nombre de grands travaux à Paris (la Cité des
sciences et de l’industrie, la rénovation du Louvre, la nouvelle
Bibliothèque nationale).
Il a aussi à son actif la diminution de la durée du travail et la retraite à
60 ans.
Leçon 4 – C’est tout un
programme

Interactions, p. 34-35

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre un programme de télévision.
• Présenter une émission de télévision et porter un jugement sur
cette émission.
Connaissances culturelles
• Quelques chaînes de télévision et quelques stations de radio.
Vocabulaire
• vocabulaire de la télévision et de la radio (voir tableau p. 35).
• la météo, le talent, une adaptation, un secret, un escroc
• criminel
• assassiner, décorer, cohabiter

Votre programme télé


1. Identifier le document (un extrait d’un magazine de télévision –
une sélection pour une journée de dimanche).
Remarquer que, pour chaque moment de la journée, le magazine a
sélectionné deux émissions.
2. Lecture du document. La classe se partage les trois parties du
document (matinée, après-midi, soirée).
Au fur et à mesure de la lecture, classer chaque émission dans la
liste des types d’émission donnée dans le livre.

Euronews ; Le journal des régions ; Média, le


Actualité
magazine ; Le Journal ; La météo ; Info Route

Débat C politique

Économie Capital

Émission
Jeunesse ; Le Bêtisier
jeunesse

Émission
D&Co ; Les Anges de la téléréalité
de téléréalité

Fiction Les Experts Manhattan

Jeu Qui veut gagner des millions ?

Échappées belles ; Trente millions d’amis ; La


Magazine de
cuisine des terroirs ; le 7 à 8 ; Faites entrer
société
l’accusé ; La Grande Librairie

Musique,
M6 Music et absolument stars ; Vivement
chanson et
dimanche prochain ; Concert classique
divertissement

Sport Auto-moto ; Téléfoot

Théâtre Tartarin de Tarascon

3. Faire des comparaisons avec les programmes de télévision des


pays des étudiants.
4. Pour chaque moment de la journée, faire sélectionner une
émission parmi les deux proposées. À faire sous forme de tour de
table.

Créez votre programme télé (projet)


1. Les étudiants se mettent en petits groupes. Chaque groupe
imagine son programme idéal pour une journée de samedi ou de
dimanche.
Rédaction des programmes.
2. Présentation des programmes à la classe et discussion.

Ressources, p. 36-37

Objectifs
Grammaire
• Les propositions relatives avec les pronoms qui, que, où.
Construction en finale (J’ai vu un film qui m’a plu.).
Construction présentative (C’est un film qui m’a plu).
• Formation des adverbes en -(e)ment et place de l’adverbe.
• La forme « en + participe présent ».
Vocabulaire
• un comédien
• rapidement, doucement
Prononciation
• Le son [u].
• Les élisions dans les formes orales familières.

Caractériser, préciser avec une proposition relative


1. Observation du dessin. Quels mots caractérisent les mots en
gras  ? Reconstituer les deux phrases en supprimant le pronom
relatif.
Voici une maison. Nous tournons « Les parfums de Laura » dans cette
maison.
«  Les parfums de Laura  » sont un téléfilm. On programmera ce
téléfilm l’été prochain.
Je connais un comédien. Ce comédien voudrait jouer dans ton film.
Etc.
Remarquer que le choix du pronom relatif dépend de la fonction
grammaticale du mot caractérisé. Remarquer aussi que les
pronoms qui et que peuvent représenter des personnes ou des
choses.
2. Lecture du tableau.
3. Exercice 2
… une émission de télé que j’aime beaucoup … une belle émission que je regarde toujours …
des pays extraordinaires que je ne connais pas.

4. Exercice 3
… Un CD que j’ai écouté … un chanteur qu’on connaît mal … de belles chansons qui parlent du
Brésil … des rythmes super qui me plaisent … un beau pays où j’ai envie d’aller.

5. Exercice 4
b, C’est un acteur qui joue très bien – c, C’est une actrice qui est très belle – d, C’est un acteur
que j’ai vu très souvent – e, C’est un comédien qui est amusant.

Caractériser une action


1. Observation du dessin.
a. Noter comment sont caractérisés les verbes en gras.
Classer les formes :
– adverbe : rapidement, doucement, lentement
– participe présent : en disant salut
– forme superlative : le mieux
b. Lecture du tableau.
2. Exercice 2
Il y a quelquefois 2 places possibles pour l’adverbe.
Inès a étudié patiemment – Elle est allée (tranquillement) passer l’examen tranquillement –
Elle a répondu (intelligemment) aux questions intelligemment – Elle a réussi facilement – Elle
a fêté (joyeusement) son succès joyeusement.

3. Exercice 3
Nous avons beaucoup mangé – Nous nous sommes beaucoup
amusés – Nous avons beaucoup dansé – Nous avons chanté
joyeusement – Nous sommes partis très tard.
4. Exercice 4
Cet exercice peut être fait oralement sous forme de tour de table.
Chaque étudiant parlant de ses habitudes.
a. …. en travaillant, en marchant dans la rue, en mangeant …

À l’écoute de la grammaire
1. Exercice 1
Différencier le son [u] de « vous », [o] de « vos » et le [w] de « voici ».
2. Exercice 2
Noter les sons qui devraient être prononcés si on parlait de manière
standard.

Simulations, p. 38-38

Objectifs
Savoir-faire
• Donner des instructions.
• Accueillir quelqu’un.
• Porter un toast.
• Raconter une histoire.
Vocabulaire
• une plantation, une fleur, une branche, une feuille, une racine, un
baobab, un plateau (de télévision), un escalier, une invention, un
producteur, une plaisanterie, le commencement, un toast, un
honneur, un dieu
• fort, formidable, orgueilleux
• descendre, sourire, sentir (une odeur), étonner, admirer, arracher,
punir, planter, lever
• à l’envers, vers
Prononciation
• Intonation de la surprise, de la satisfaction et de la déception.
L’histoire
Laura va participer à l’émission de télévision « Il faut tout essayer »,
où elle aura l’occasion de présenter son livre parfumé. Elle prépare
son entrée sur le plateau avec la réalisatrice.
Deux jours plus tard, les journaux font l’éloge du nouveau produit. Il
est désormais lancé. L’avenir de l’entreprise est assuré.
Laura et Tarek se rendent à Madagascar pour rencontrer leur
nouveau partenaire, M. Andriavolo, un petit producteur de fleurs. En
effet, ils ne veulent pas s’associer avec des gros producteurs dans
un souci de commerce équitable.
L’histoire se termine par la légende du baobab, conte symbolique
racontée par M. Andriavolo. Le baobab qui était le plus bel arbre de
la forêt a été puni par les dieux à cause de son orgueil. Il s’est
retrouvé planté à l’envers, les racines vers le haut  : un appel à la
modestie lancé à l’Occident trop avide.

Scène 1
1. Observation du dessin. Rappel de l’histoire. Identification des
personnages du dessin.
2. Préparation lexicale. Introduire :
– un plateau (de télévision).
– un escalier (par le dessin).
– descendre (à partir du dessin de l’escalier et par opposition à
monter).
– sourire (gestuelle).
– plaisanterie (citer un humoriste ou un étudiant qui aime plaisanter).
3. Écouter le dialogue avec pour tâche d’en faire la mise en
scène (gestes et déplacements des personnages).

Jouez la scène
1. Présenter la situation.
2. Les étudiants font la liste des actions qui décrivent la préparation
et le déroulement de l’entretien (dormir, se reposer, prendre un bon
petit déjeuner, s’habiller, mettre…, arriver…, entrer).
Ils doivent ensuite caractériser chaque action par un adverbe ou par
la forme « en + participe présent » (voir p. 37).
3. Ils rédigent un petit dialogue à partir de ces matériaux.

Scène 2
1. Observer le dessin et faire des hypothèses sur le contenu du
dialogue.
2. Faire deux ou trois écoutes pour repérer successivement
le nom des journaux cités et le titre de l’article consacré au sujet.
3. Transcrire le dialogue et expliquer :
– formidable (extraordinaire, super).
– sentir (par la gestuelle. L’expression « Des histoires bien senties »
est un jeu de mots. Sentir est pris dans son sens propre  : des
histoires qu’on peut sentir, et dans son sens figuré  : des histoires
bien faites).
– une invention (l’invention de l’écriture date de 4 000 ans avant
Jésus-Christ).
4. Qu’apprend-on à la fin du dialogue ?

Scène 3
1. Écouter la première moitié de la scène et observer la
photo.
a. Faire raconter ce qui se passe et noter les formules d’accueil (Je
suis très heureux … C’est très gentil … Bienvenue … etc.).
b. Les étudiants recherchent des situations similaires et les jouent
en réutilisant les expressions qui viennent d’être relevées.
2. Écouter et lire la deuxième partie du dialogue.
Qui est M. Andriavolo ? Pourquoi Laura l’a-t-elle choisi ?

Scène 4
1. Observer le dessin et écouter le début de la scène.
Relever l’expression utilisée pour porter un toast.
2. Préparation lexicale à l’écoute de la suite. Introduire :
– baobab – racine – branche – feuille (par le dessin).
– planter / arracher (par le geste).
– punir (l’enfant a fait une faute grave. Ses parents le punissent).
3. Écoute de l’histoire du baobab. Faire plusieurs écoutes et faire
une reconstitution progressive de l’histoire. Expliquer :
– commencement (d’après commencer).
– admirer (d’après le contexte).
– orgueilleux (l’orgueilleux pense qu’il est toujours le meilleur, le
plus beau, etc.).
– à l’envers (le livre est à l’envers).

La suite de l’histoire
Les étudiants imaginent ce que vont devenir Laura, son entreprise,
Tarek, etc.
Le livre parfumé va avoir beaucoup de succès. L’entreprise de Laura va
se développer. Laura va recruter du personnel …

Sons, rythmes, intonations

Surprise Satisfaction Déception

1. Quoi ?
5. Tiens ? 2. Ah ! 3. Oh !
8. Non ? 4. Bien ! 6. Non !
10. Ça alors ! 7. Super ! 9. C’est nul !
12. Quelle surprise ! 11. Parfait 13. C’est pas possible.
14. Je rêve ou quoi ?

À savoir
Journaux et magazines (voir « Civilisation », p. 41).
Madagascar. Grande île de l’océan Indien, 17 millions d’habitants.
L’îlot de Nosy Bé est très touristique. Ce pays a été colonisé par la
France en 1896. Il a eu son indépendance en 1960. Il fait partie des
pays francophones. On y cultive des plantes à parfum (vanille,
ylang-ylang, girofle).
Écrits et Civilisation, p. 40-41

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre un bref article de presse.
• Comprendre une anecdote racontée oralement à partir d’une
photo.
• Raconter une anecdote.
Connaissances culturelles
• La presse écrite en France.
Vocabulaire
• un contrat, une vente, un prédécesseur, le carburant, une médaille,
le bronze, un succès, une manifestation, un commissaire
• exploiter
• tout à coup

Lecture des trois premiers articles


1. La classe se partage les trois premiers articles et répond aux
questions de l’activité 1.
2. Chaque groupe raconte l’histoire qu’il a lue. On fait une mise au
point du vocabulaire.

Pourquoi
De qui (de
Où se passe Que s’est-il c’est une
  quoi) parle-t-
l’événement ? passé ? bonne
on ?
nouvelle ?

1 À Paris Du fabricant Signature d’un C’est un


d’avion contrat contrat
Airbus et important de
d’une 18 millions
compagnie d’euros.
aérienne Création de
indonésienne. 5000 emplois
sur dix ans.

De deux
coureurs de Mutai s’arrête
cross par erreur avant
Elle montre
À Burgala, en country : la ligne
2 la générosité
Espagne l’Espagnol d’arrivée. Anaya
d’un sportif.
Anaya et le lui signale son
Kenyan erreur.
Mutai.

Gros succès de Intérêt des


cette exposition Français
De
(784 000 pour la
l’exposition
Au Grand visiteurs) – culture, en
3 du peintre
Palais, à Paris ouverture de particulier
Edward
l’exposition 24 h pour la
Hopper
sur 24 les culture
derniers jours. américaine.

Complétez l’article « Beau cadeau »


1. Lecture de la nouvelle brève « Beau cadeau ». Faire compléter
le tableau de l’activité 1.
a. À Aurignac, petit village de Haute-Garonne.
b. Un Américain du Texas.
c. Cadeau de l’Américain pour restaurer l’église (100 000 dollars).
d. Générosité de l’Américain ; intérêt pour le patrimoine français.
2. Écoute du document sonore. On notera les
informations :
– sur l’église. L’église Saint-Pierre date du XIIIe siècle avec des
décorations du XVIe. Elle est classée monument historique.
L’entrée est très belle.
– sur l’état de l’église. Le toit est abîmé.
– sur l’Américain. Il habite au Texas. Il a fait la connaissance d’un
habitant d’Aurignac qui travaillait aux États-Unis et qui l’a invité au
mariage de sa fille. En visitant le village, il a remarqué l’église en
mauvais état.
– sur le cadeau. L’Américain a envoyé un chèque de 100 000 dollars
(plus de 70 000 euros).
3. Utiliser ces informations pour enrichir la nouvelle brève.

Racontez
Les étudiants qui le souhaitent peuvent raconter brièvement une
bonne nouvelle.

Les Français et la presse


1. Lecture des informations.
Les étudiants se partagent la lecture des trois rubriques et rendent
compte à la classe de leur contenu.
Les étudiants comparent la situation en France à la situation dans
leur pays.
2. Observer les titres des journaux et des magazines sur la photo.
Faire des hypothèses sur le contenu des articles.

À savoir
Le Point. Magazine hebdomadaire d’informations générales qui
défend les opinions de la droite modérée. En couverture, une
enquête sur la guerre économique que se font les fournisseurs
d’accès à Internet (Orange, SFR, Free…).
Le Nouvel Observateur. Magazine hebdomadaire d’informations
générales qui défend les opinions de la gauche modérée. En
couverture, une enquête sur les revenus des médecins.
Le Monde. Quotidien national apprécié pour son sérieux. Au
sommaire de celui qui est en photo  : un article sur la crise
économique.
L’Express. Magazine hebdomadaire d’informations générales. En
couverture de celui de la page 41, un article sur la guerre au Mali.
En 2013, l’armée française est intervenue au Mali pour arrêter la
progression de rebelles qui voulaient prendre le pouvoir. Le titre
suggère une interrogation sur la capacité de la France à gérer les
suites de cette intervention.
Marianne est un magazine hebdomadaire d’informations
générales. Il se veut farouchement indépendant et n’hésite pas à
critiquer ou à défendre aussi bien la droite que la gauche. En
couverture de celui de la page 41, la situation économique de la
France, les réseaux d’influence (lobbies), les nouvelles
automobiles.
Unité 1 – Bilan et pages
Évasion

Évaluez-vous, p. 42-43
Test 1
Le professeur présente chaque situation. Les étudiants répondent si
oui ou non ils se sentent capables de les affronter.

Test 2
a, à une entreprise – b, mastère de droit et de sciences économiques – c, célibataire – d, oui, il
a 26 ans – e, oui, un DESS de communication et un diplôme d’anglais des affaires – f, oui, un
stage à France 3 Télévision, deux contrats de 6 mois au Conseil général de la région Centre et
chez L’Oréal – g, oui, 2 ans chez Nestlé Water France – h, oui – i, oui – j, question laissée à
l’appréciation des étudiants.

Test 3
Si les étudiants ont déjà rédigé leur CV p. 16 et 24, ils peuvent
rédiger le CV d’une personne imaginaire.

Test 4
a, augmentation de la population (20 000 habitants en 10 ans) – b, 1 500 places de parking.
Développement du tramway – c, création de classes, accueil des enfants à partir de 2 ans,
développement de l’université – d, restauration des logements du centre-ville, développement
d’un nouveau quartier au nord de la ville – e, nouveau jardin public, parc pour activités
sportives au nord de la ville.

Test 5
a, 3 – b, 7 – c, 1 – d, 6 – e, 5 – f, 2 – g, 4

Test 6
1, c – 2, a – 3, b – 4, e – 5, d

Test 7
Présenter la situation. Il s’agit de demander des précisions sur une
des annonces du test 6.

Test 8
1, c – 2, b – 3, e – 4, a – 5, d

Test 9
Le programme doit mentionner un lieu, un horaire et une série
d’activités.
Exemple :
9 h : arrivée, café d’accueil
9h30 – 10h30 : atelier chansons
10h30 – 12 h : activités sportives …..

Test 10
Demander aux étudiants d’exprimer une ou deux phrases pour et
une ou deux phrases contre.
Exemple : arrêt de la fabrication des 4x4 : ils consomment beaucoup
d’essence  ; ils polluent  ; ils créent des problèmes dans les petites
rues. Mais on est en sécurité et ils sont beaux.

Test 11
a, à 11 ou 12 ans – b, le baccalauréat – c, oui – d, oui – e, au moins 5 – f, 22 – g, plus petit – h,
non, le Premier ministre dirige le gouvernement – i, tous les Français de plus de 18 ans – j, Le
Monde, Le Figaro, Aujourd’hui en France, Libération.

Test 12
a. … je prendrai … tu feras … j’irai … j’apprendrai … j’essaierai … tu habiteras où ? …. Qui me
logeront … nous viendrons … J’espère que vous viendrez … nous visiterons …
b.
1 …. un vieux film de Hitchcock que j’ai envie de voir.
2 … une bonne émission où on peut voir beaucoup de gens nouveaux.
3 … il y a un film que j’ai déjà vu.
4 … les émissions comme Ushuaïa qui nous montrent …
5 … une émission de téléréalité qui m’ennuie d’habitude.
c.
Il y a plus d’habitants en France qu’en Espagne – On travaille moins en France qu’en
Allemagne – On a autant de vacances en France qu’en Italie – La France est entrée dans
l’Union européenne plus tôt que la Pologne.
d. … je n’en ai pas … j’en ai besoin … ils en ont une, dans les Vosges … tu crois qu’ils y
seront ? … Lucie m’a proposé d’y aller… On y va.
e. … il faut que vous vous dépêchiez. Je veux que vous soyez prêts … il faut que nous partions …
J’espère qu’il n’y a pas trop de voitures … N’oubliez pas que nous devons arriver…

Évasion dans les livres, p. 44-45 (projet)

Objectifs
Savoir-faire
• Lire une page d’un roman ou d’une bande dessinée. Voir si on a
les compétences pour lire l’ensemble de l’ouvrage.
• Parler d’un livre qu’on a aimé. Résumer l’histoire en quelques
mots et dire ce qu’on a apprécié.
Connaissances culturelles
• Trois auteurs francophones actuels appréciés du grand public :
Amélie Nothomb, Anna Gavalda, et Ferry et Larcenet (BD).
Savoir être
• Chercher dans une bibliothèque un ouvrage en français
accessible. Demander conseil au bibliothécaire.

Déroulement du projet
Ce projet peut être lancé dès le début de l’unité 4. Il se déroule en
plusieurs étapes qui peuvent prendre plusieurs semaines
indépendamment du travail sur les leçons.
Pour un parcours rapide, on se contentera des étapes 1, 2 et 6.
1. Lancement du projet. Lecture des lignes d’introduction de la page
44. Présentation des prix littéraires. La classe décide d’attribuer un
ou plusieurs prix au(x) meilleur(s) livre(s) pour débutants en
français. Elle trouve un nom pour le prix.
2. Lecture des trois extraits des pages Évasion.
3. Recherche à la bibliothèque d’un ouvrage ou d’une nouvelle
accessible au niveau de l’étudiant (les bibliothèques des centres
culturels proposent souvent des romans en français facile).
4. Lecture de cet ouvrage à la maison. Préparation d’une
présentation et choix d’un bref extrait à lire en classe.
5. Chaque étudiant présente l’ouvrage qu’il a lu et en lit un extrait.
6. La classe vote et attribue un ou plusieurs prix aux ouvrages
présentés.

Roman : Le Robert des noms propres, d’Amélie


Nothomb
1. Faire relever ce qui est amusant. Les deux explications de
Lucette :
– elle a tué Fabien parce que son enfant (qui n’est pas encore né)
avait le hoquet (le policier pense qu’elle a tué pour faire passer le
hoquet) ;
– elle a tué Fabien parce qu’il voulait appeler l’enfant Tanguy ou
Joëlle.
2. Imaginer la suite du dialogue.
Lucette : Oui, mais ce n’est pas la seule raison.
Le policier : Alors pourquoi vous l’avez tué ?
Lucette : Parce qu’il ne travaillait pas.
Le policier : On ne tue pas quelqu’un parce qu’il ne travaille pas.
Lucette : Il n’était jamais à la maison.
Le policier : On tue quelqu’un parce qu’il a fait quelque chose de mal,
pas parce qu’il n’a rien fait.

Nouvelle : Je voudrais que quelqu’un m’attende


quelque part, d’Anna Gavalda
1. Faire résumer l’histoire.
Suite du résumé donné dans l’introduction :
L’homme aborde la jeune femme et lui propose de dîner avec lui. La
jeune femme fait semblant d’être surprise et lui demande pourquoi
il l’invite. Il donne une réponse inattendue  : «  parce que c’est
l’occasion de me raser ».
2. Les étudiants font des hypothèses sur les raisons du
comportement de la jeune Parisienne.
3. Les étudiants évoquent des scènes de rencontres originales au
cinéma ou dans les livres.

Bande dessinée : Le Retour à la terre, La Vraie Vie,


de Ferry et Larcenet
1. Imaginer pourquoi Manu et sa compagne se sont installés à la
campagne (Manu est dessinateur. On peut dessiner n’importe où –
Ils veulent le calme et être proches de la nature).
Quelles sont les réactions des invités au début du cocktail  ?
(réponses très positives : quel calme ! Une merveille ! etc.).
Plus tard dans la soirée  : réflexions négatives (tout le monde
s’ennuie).
2. Activité de recherche en petits groupes. Transposition de la
situation. Un couple s’installe dans le pays des étudiants. Les
étudiants imaginent leurs réflexions le jour de leur arrivée et deux
mois plus tard.
À savoir
Amélie Nothomb  : écrivain belge de langue française. Célèbre
pour sa verve et son imagination. Elle a écrit Hygiène de l’assassin,
Stupeur et tremblements, Le Robert des noms propres.
Anna Gavalda. Née en 1970, ancienne professeur de français très
tôt passionnée par l’écriture. En 1999, elle publie un recueil de
nouvelles, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, où se
révèle son art de saisir certains moments de vérité et d’émotion
de la vie quotidienne. En 2004 paraît Ensemble c’est tout, un
roman qui raconte la rencontre de quatre personnes peu
favorisées par la vie mais sensibles et généreuses. Ce roman aura
un très grand succès en France.
Unité 2 Entretenir des relations
Objectifs généraux de l’unité
Cette unité prépare les étudiants aux tâches les plus courantes qui
caractérisent les relations sociales. On y poursuivra des objectifs qui
ont déjà été abordés au niveau A1 mais dans des situations plus
complexes et en ayant recours à des moyens linguistiques plus
riches :
– entrer en contact avec des francophones, reprendre contact avec
eux ;
– inviter et répondre à une invitation ;
– participer à des conversations dont les sujets sont familiers (le
pays d’origine, le lieu d’habitation, la famille, les amis, les études,
etc.) ;
– raconter des souvenirs ou des anecdotes ;
– parler de cuisine ou de fête ;
– comprendre certaines plaisanteries ;
– résoudre les problèmes propres à la vie en groupe (malentendus,
incompréhensions, etc.).

L’histoire des pages Simulations « L’anniversaire »


Anne-Sophie, Karine, Odile et Liza se connaissent depuis le lycée
mais chacune a pris dans la vie une orientation différente. Anne-
Sophie est styliste et vit en Irlande avec Patrick, un Irlandais, chef
d’une entreprise de création de jeux vidéo. Liza, récemment
divorcée, est médecin. Odile est agent immobilier à Évry. Elle
partage sa vie avec Louis, un informaticien au chômage. Karine,
architecte d’intérieur, vit à Lille avec Harry, un photographe. Les
quatre amies, qui vont avoir trente ans et qui ne se sont pas vues
depuis quelque temps, décident de fêter leur anniversaire dans un
gîte de charme du Périgord.
Après quelques hésitations, elles décident d’y convier leurs
compagnons. On invite également Jean-Philippe, un ami d’Harry, en
espérant secrètement que Liza le trouvera à son goût. On assistera à
la préparation du repas d’anniversaire, à un jeu de société, à une
sortie en montgolfière, à une descente dans une grotte : succession
de scènes où alternent plaisanteries, malentendus, petites fâcheries
et réconciliations.

Exploitation de la page 49
a. Lecture et explication du titre. Recherche collective d’idées  : que
faut-il savoir faire pour entretenir des relations avec les autres  ?
Noter les idées des étudiants au tableau. Faire un classement.
b. Observation des photos de la page et lecture des objectifs
secondaires. Pourquoi a-t-on choisi ces photos pour illustrer ces
objectifs ? Les étudiants font des hypothèses.

À savoir
Commentaires sur les photos de la page 49
• La fête du 14 juillet. Traditionnellement, le 14 juillet, le président
de la République invite un nombre important de personnes à une
«  garden-party  » dans les jardins de sa résidence du palais de
l’Élysée. Les personnes invitées sont non seulement des
personnalités du monde diplomatique, politique, économique,
artistique mais aussi des personnes qui méritent d’être honorées
à un titre particulier (par exemple un pompier qui a risqué sa vie
pour sauver des personnes).
• Rencontre aux Galeries Lafayette. Régulièrement les Galeries
Lafayette organisent des « soirées célibataires ». Les célibataires
qui font leurs courses et qui veulent être reconnus comme tels
prennent un panier spécial. Chacun peut ainsi engager la
conversation sans risquer de choquer l’autre.
• Quelques livres significatifs des sujets de conversation fréquents
lors d’une soirée entre amis. Dans Une année en Provence, un
couple d’Anglais raconte son installation dans un village du sud de
la France, véritable choc culturel. Cette maison me rendra folle est
le récit des déboires de la journaliste Joëlle Goron qui a entrepris
de faire rénover une maison de campagne. Dans Les Pieds dans le
plat, Michel Serrault raconte quelques anecdotes de sa vie de
comédien.
• Pur week-end est l’histoire d’un groupe d’amis qui se retrouvent
pour passer un week-end ensemble. Mais l’un d’eux est
recherché par la police…
Leçon 5 – On se retrouve

Interactions, p. 50-51

Objectifs
Savoir-faire
• Parler de son apprentissage du français langue étrangère  : en
raconter les étapes, exposer ses préférences et les problèmes qu’on
rencontre.
Vocabulaire
• Le vocabulaire de l’apprentissage (grammaire, compétences, etc.).
• un bagage, le lendemain, le maximum, le renseignement, un reporter
(un reporteur)
• auditif, dépendant, proche, réfléchi, sonore, spontané
• baisser, balbutier, emporter, illuminer, jeter (se)
(à l’eau), retenir
• à l’aise, même («  J’écrivais … dans les cafés … et même chez les
gens »)
Grammaire
• Emploi du présent, du passé composé et du futur.

Réfléchissez à votre manière d’apprendre


Le document présenté dans cette page Interactions est un test qui
permet à chaque étudiant de savoir s’il possède certaines qualités qui
facilitent l’apprentissage d’une langue étrangère. En effet, les
personnes dont on dit qu’elles ont le don des langues sont plutôt des
auditifs (ils retiennent facilement ce qu’ils entendent), à l’aise avec les
autres, spontanés et indépendants (ils n’ont pas sans cesse besoin
d’un dictionnaire et peuvent apprendre seuls).
Quand on ne possède pas ces qualités naturellement, il est
heureusement possible de les développer. C’est ce qui est expliqué
dans la partie « Nos conseils ».
Ce test est surtout un prétexte pour que les étudiants, au début du
cours, fassent part de leur expérience d’apprenant, de leurs difficultés,
et échangent des idées pour mieux apprendre.
1. Les étudiants font le test avec l’aide du professeur Le professeur lit
chacune des phrases des quatre parties du test. Au fur et à mesure les
étudiants cochent l’option qui convient.
Expliquer :
– spontané : qui ne réfléchit pas avant de parler ou d’agir.
– dépendant : par opposition à « indépendant ». Il est dépendant de ses
parents : il a besoin d’eux. Ici, il s’agit de la dépendance au professeur,
au dictionnaire, etc.
Les étudiants comptent les « a » et les « b » dans chaque test.
2. Présentation des conseils
Le professeur lit chacun des quatre commentaires et donne les
explications nécessaires.
– un maximum : à partir du nombre de « a » et de « b ».
– un bagage : donner le sens propre → les bagages du voyageur : les
valises et les sacs, puis le sens figuré → le bagage en français  : ce
qu’on connaît, ce qu’on sait faire)
3. Les étudiants préparent une liste de leurs points forts et de leurs
points faibles
Chaque étudiant présente sa liste à la classe.
4. Les étudiants qui ont des profils opposés se regroupent et
échangent des expériences et des conseils.
5. Mise en commun des solutions pour chaque point faible.
Échangez des « trucs » pour apprendre
1. Lecture des extraits littéraires «  Ils parlent de leur
apprentissage »
a. Extrait des Mots étrangers. Quelle habitude avait Vassilis Alexakis
quand il apprenait le français ?
Cette pratique vous paraît-elle utile ?
Avez-vous des trucs particuliers pour apprendre le vocabulaire, la
grammaire, etc. ?
b. Extrait de Citizen Game. Les étudiants lisent l’extrait et reformulent
l’anecdote. Que démontre-t-elle  ? Des intérêts communs facilitent la
communication. On apprend mieux en faisant quelque chose
ensemble.
2. Recherche en commun : faire la liste de ce qu’il faut apprendre pour
parler une langue étrangère (le vocabulaire, la grammaire, etc.) et des
activités d’apprentissage.
3. Les étudiants se partagent ces sujets de réflexion.
Pour chaque sujet ils réfléchissent à la meilleure façon d’apprendre.
4. Mise en commun.

Observez l’emploi des temps


Activité de révision des temps de l’indicatif qui ont été vus au niveau 1.
Cette activité fait la liaison avec la double page Ressources.
Rechercher des exemples de verbes au :
– présent (vous entendez…)
– passé composé (je n’ai pas fait de fautes…)
– futur (vous emporterez un guide…)
– imparfait (c’était…)
– passé récent (vous venez de parler…)
– futur proche (vous allez lire…)

À savoir
• L’Auberge espagnole. Un groupe d’étudiants venus de différents
pays d’Europe se retrouvent à Barcelone dans le cadre du
programme d’échanges Erasmus. Ce programme accorde des
bourses à des étudiants qui veulent poursuivre leurs études dans un
pays d’Europe. Le film de C. Klapisch est une comédie qui s’appuie
sur les différences culturelles et la difficulté de cohabiter. Il a eu un
très gros succès et une suite, Les Poupées russes.
• Dungeons & Dragons. Jeu de rôle médiéval-fantastique créé dans
les années 1970.
• Bilbo et Frodon. Personnages du roman de Tolkien, Le Seigneur
des anneaux.

Ressources, p. 52-53

Objectifs
Grammaire
• Révision des temps de l’indicatif étudiés au niveau 1 : le présent, le
passé composé, l’imparfait, le futur.
• Emploi du passé composé et de l’imparfait dans le récit.
Savoir-faire
• Recherche de stratégie pour mémoriser et automatiser les
conjugaisons des verbes.
Vocabulaire
• promettre

Apprendre les conjugaisons


1. Observation du dessin humoristique
a. Faire verbaliser la situation. La mère est absente. Elle téléphone au
père qui est seul avec ses enfants.
b. Relever les verbes. Faire trouver la totalité de leur conjugaison et
l’écrire au tableau.
c. Faire observer les similitudes et les différences d’abord à l’écrit puis
à l’oral.
d. Classer les conjugaisons selon :
– les terminaisons ;
– le nombre de radicaux.
Les noter dans le tableau puis compléter le tableau avec des verbes
connus.

Dans le dessin : travailler, préparer, rentrer


Un seul radical
Dans la liste : parler, donner

Un radical
pour « je »,
« tu », « il »,
Dans le dessin : appeler
« ils »
Dans la liste : jeter, amener
Un radical
pour « nous »,
« vous »

Un radical
pour « je »,
« tu », « il »
Dans le dessin : lire
Un radical
Dans la liste : savoir, écrire
pour « nous »,
« vous »,
« ils »

Un radical Dans le dessin : apprendre


pour « je », Dans la liste : prendre, venir, vouloir, comprendre
« tu », « il » N.B. « Dire » a trois radicaux : [di] (1re, 2e, 3e
Un radical personnes du singulier) – [diz] (1re et 3e personnes
pour « nous », du pluriel) – [dit] (2e personne du pluriel).
« vous »
Un radical
pour « ils »

Quatre ou cinq Dans le dessin : faire


radicaux Dans la liste : être, aller

2. Révision des conjugaisons du futur


a. Revoir rapidement la conjugaison du futur des verbes principaux.
Utiliser le tableau de la page 53 et l’aide-mémoire en fin de livre.
b. Exercice 2. S’assurer de la compréhension de la situation. Les
étudiants font l’exercice individuellement. Lire quelques productions et
proposer un corrigé.
Cette année c’est promis je prendrai des vacances. Je m’arrêterai de travailler pendant deux mois.
Nous irons voir nos amis canadiens. Vous, les jeunes, vous ferez un stage de langue en
Allemagne. Vous apprendrez l’allemand. Toi, Paul, tu iras avec ta grand-mère. Vous visiterez les
châteaux de la Loire.

3. Révision du passé composé


a. Revoir rapidement la conjugaison du passé composé des verbes
principaux. Utiliser le tableau de la page 53 et l’aide-mémoire.
b. Exercice 3
… Qu’est-ce que tu as fait ? … J’ai passé l’été … Vous êtes restés en France … nous sommes allés
… Noémie a revu … Ils sont partis en voyage … Alors j’ai décidé …

4. Révision de l’imparfait
Procéder comme précédemment.
J’avais 12 ans … Mes parents passaient leurs vacances au bord de la mer. Nous faisions du
camping. Nous nous levions tard. Je pêchais avec mon meilleur copain. Il s’appelait Laurent. Son
père avait un bateau.

5. Activités créatives pour apprendre les conjugaisons


Apprendre les conjugaisons en suivant l’ordre des personnes (je, tu, il)
n’est pas une activité naturelle. En revanche, il est possible de
travailler la conjugaison d’un verbe dans un enchaînement qui a du
sens. C’est ce que nous avons voulu montrer dans les trois exemples
de l’exercice 5.
On lira collectivement chaque exemple et les étudiants essaieront de
l’imiter en utilisant les verbes proposés. Exemple, le dialogue
Vérifications peut être transposé avec le verbe «  dîner  » (on vérifie si
tout le monde a dîné, etc.).
L’enchaînement Conditions se prête à la conjugaison du présent de
l’indicatif. Si je peux le faire, tu peux aussi le faire. Elle peut le faire. Alors
vous pouvez tous le faire. Etc.
Chaque étudiant peut, par exemple, tirer au sort un verbe irrégulier
supposé connu et préparer un petit enchaînement qui est ensuite lu à
la classe. Cette activité peut se faire de temps en temps.

Employer correctement les temps


Exercice de mise en pratique des temps qui viennent d’être révisés.
L’emploi du temps du 4 juillet se rédigera au passé, celui du 5 juillet au
présent ou au futur proche, celui du 6 juillet au futur.
La rédaction de l’emploi du temps du 4 juillet au passé peut donner
lieu à une révision de l’emploi du passé composé et de l’imparfait dans
le récit d’événements passés.
On pourra faire cette rédaction en commun en classant les activités
dans un tableau.

Circonstances liées à ces événements


Événements principaux
(états, commentaires, etc.)

Le 4 juillet j’ai visité


Pérouges … …
Je me suis promenée dans Il faisait beau. Il y avait beaucoup de
les vieilles rues … fleurs aux fenêtres.
J’ai vu l’église … Le poulet de Bresse était excellent.
J’ai déjeuné …
Aujourd’hui, 5 juillet, nous allons faire une randonnée à vélo …
Demain nous partirons pour Villars-les-Dombes. Nous visiterons le parc des oiseaux et nous
ferons une partie de golf.

Le passé composé et l’imparfait


Certains étudiants éprouvent des difficultés à maîtriser l’emploi de
ces deux temps dans le récit.
• Chaque temps recouvre une « vision » de l’action passée :
(1) soit l’action est vue comme « accomplie ». On note qu’une action
s’est produite :
J’ai visité Pérouges.
(2) soit l’action est vue comme «  en train de se dérouler  ». On la
rend présente. Il s’agit souvent des éléments descriptifs (états ou
actions) qui servent de décor aux événements principaux. Il peut
s’agir aussi de commentaires :
Il faisait beau.
• On peut faire sentir cette opposition par des comparaisons avec la
langue maternelle mais aussi en lui donnant une assise concrète :
(1) grâce à un tableau qui sépare les événements principaux (ce qui
est « sur le devant de la scène ») et les circonstances (le décor). Voir
le tableau ci-dessus ;
(2) en donnant des exemples de verbes qui permettent de voir ou
d’entendre la différence :
Je suis allé à la fête du 14 juillet, des pétards ont éclaté (j’entends une
brève série d’éclats)… des pétards éclataient (on entend les pétards
pendant toute la durée de la soirée).
Quand je suis entré, Marie parlait avec Pierre (la conversation avait
commencé et elle s’est continuée après mon entrée) … Marie a parlé
à Pierre (elle lui a dit quelques mots).
N.B. Notons que le passé composé peut aussi traduire une action
achevée au moment où on parle.
Je n’ai pas faim. J’ai (déjà) dîné.
Dans ce cas-là, on peut souvent ajouter l’adverbe « déjà ».
À l’écoute de la grammaire
1. Exercice 1. Prononciation des participes passés en [y].
Montrer le point d’articulation de la voyelle (avant de la bouche, lèvres
tirées en avant). Éviter que le [y] soit prononcé [u] ou [i].
Répétez.
L’homme politique
Il est venu.
On l’a vu,
On l’a entendu,
On l’a cru
Et on l’a élu.
On a attendu.
Mais il n’a pas su
Ou n’a pas pu
Ou n’a pas voulu.
Il nous a bien eus.
2. Exercice 2. Pratique de la négation. Présenter la situation.
Bien faire sentir le rythme de la phrase négative  : accentuation de
« pas d’tennis ».
Vos amis ne sont pas sportifs. Répondez « non ».
• Votre amie Marie fait du tennis ?
– Non, elle ne fait pas de tennis.
• Est-ce qu’elle aime marcher ?
– Non, elle n’aime pas marcher.
• Est-ce qu’elle fait de la randonnée ?
– Non, elle ne fait pas de randonnée.
• Votre ami Pierre va aux sports d’hiver ?
– Non, il ne va pas aux sports d’hiver.
• Est-ce qu’il fait de la natation ?
– Non, il ne fait pas de natation.
3. Exercice 3. Pratique du passé composé aux formes
affirmative et négative. Faire remarquer le rythme et les
accentuations :
J’ai beaucoup voyagé.
Je n’ai pas beaucoup voyagé.
Parlons voyage. Répondez « oui » ou « non ».
• Vous avez beaucoup voyagé ?
– Oui, j’ai beaucoup voyagé.
– Non, je n’ai pas beaucoup voyagé.
• Vous êtes allé(e) à l’étranger ?
– Oui, je suis allé(e) à l’étranger.
– Non, je ne suis pas allé(e) à l’étranger.
• Vous avez visité l’Europe ?
– Oui, j’ai visité l’Europe.
– Non, je n’ai pas visité l’Europe.
• Vous avez vu le Parthénon ?
– Oui, j’ai vu le Parthénon.
– Non, je n’ai pas vu le Parthénon.
• Vous êtes monté(e) en haut de la tour Eiffel ?
– Oui, je suis monté(e) en haut de la tour Eiffel.
– Non, je ne suis pas monté(e) en haut de la tour Eiffel.
• Vous vous êtes promené(e) en gondole à Venise ?
– Oui, je me suis promené(e) en gondole à Venise.
– Non, je ne me suis pas promené(e) en gondole à Venise

Simulations, p. 54-55

Objectifs
Savoir-faire
• Proposer une activité à quelqu’un.
• Demander, donner des nouvelles de quelqu’un.
• Présenter des personnes.
Vocabulaire
• Expression de la connaissance, de l’ignorance, du souvenir (voir
tableau p. 55).
• un barbecue, la cheminée, la galerie marchande, le gîte,
l’informatique, un pantacourt (pantalon féminin descendant à mi-
mollet), une tenue (vestimentaire)
• double
• obliger, remarquer
• au fait (au sens de « à propos de »), être au courant de
Grammaire
• Réemploi des temps de l’indicatif.
Connaissances culturelles
• Le Périgord, les villes de Lille et d’Évry.
Prononciation
• Sons [ǝ], [e], [ɛ] pour différencier le temps des verbes.
L’histoire
Quatre copines de lycée décident de se revoir à l’occasion de leurs
trente ans. Elles se demandent si leurs maris ou compagnons les
accompagneront. C’est l’occasion de faire la connaissance des
personnages de l’histoire (voir le résumé de l’histoire en début
d’unité).

Scène 1
Au fur et à mesure de la lecture ou de l’écoute des documents de cette
double page, on complétera la fiche d’identité de chaque personnage.
Cette activité servira de projet de lecture et d’écoute.
Noter au tableau le nom des personnages au fur et à mesure de leur
apparition. Indiquer ensuite toutes les informations que l’on recueille
sur ces personnages (nom, prénom, âge, profession, lieu de résidence,
caractère, etc.).
1. Lecture des documents écrits
a. Lecture du courriel d’Anne-Sophie. Qui écrit ?
À qui ? À quelle occasion ? Que propose-t-elle ?
Situer le Périgord sur une carte ainsi que la rivière Dordogne et la ville
de Sarlat dont on aura l’occasion de parler dans l’histoire.
Expliquer :
– gîte (rural) : ferme ou maison de campagne aménagée pour recevoir
des hôtes payants. Le système des gîtes permet aux agriculteurs
d’avoir un revenu complémentaire.
b. Publicité pour le gîte de charme. Relever les caractéristiques du
gîte et les commenter.
2. Écoute du dialogue. Noter la date de la conversation ainsi
que les personnages. Faire résumer ce qui s’est passé avant.
a. Première partie du dialogue (lignes 1 à 9). Quel est le sujet de la
conversation  ? Que révèlent les remarques des deux jeunes femmes à
l’égard de leurs compagnons ?
Faire commenter ces remarques  : caractère possessif ou jaloux de
Patrick et de Karine, ironie d’Anne-Sophie vis-à-vis des hommes.
b. Deuxième partie (lignes 10 à 15). Noter les informations relatives à
Liza.
c. Troisième partie (ligne 16 à la fin). Noter les informations relatives à
Odile et Louis.
Expliquer :
– au fait : introduit une question ou une information en relation avec ce
qui précède. Pierre est absent depuis une semaine. Au fait, vous avez de
ses nouvelles ?
– remarquer  : peut introduire une remarque en liaison avec ce qui
précède.
– être au courant : savoir ce qui s’est passé.
Scène 2
Faire une écoute globale puis une écoute fragmentée de la
scène. S’arrêter à chaque information et compléter la fiche des
personnages.
Faire commenter la dernière question de Karine. Harry veut-il inviter
son copain pour trouver un compagnon à Liza ou pour ne pas être seul
avec des personnes qu’il ne connaît pas très bien ?

Scène 3
La découverte de ce dialogue peut se faire de deux manières.
a. Comme une activité collective d’écoute à livre fermé. Le professeur
situe la scène, indique le nom des personnages et on procède à une
écoute-transcription phrase par phrase.
b. Les étudiants se mettent par deux, si possible une fille avec un
garçon, et préparent une interprétation de la scène.
On peut avoir maintenant une vue d’ensemble des personnages de l’histoire (consigne donnée
dans l’activité 1).

Nom : Dubois-Carpenter, 30 ans, styliste, habite en Irlande


Anne-
avec son mari Patrick, à l’origine de l’invitation, a de
Sophie
l’humour.

Nom : Chabrier, 30 ans, vit à Lille avec Harry, plutôt


Karine
jalouse.

Nom : Guiraud, 30 ans, agent immobilier, vit à Évry avec


Odile
Louis, se sent en infériorité vis-à-vis de ses trois copines.

Nom : N’Guyen, 30 ans, médecin, a été mariée à Alex dont


Liza
elle est séparée depuis 6 mois.

Nom : Carpenter, Irlandais, patron d’une entreprise


Patrick
d’informatique, plutôt jaloux.

Harry Compagnon de Karine, photographe, peu enthousiaste à


l’idée de rencontrer les amies de Karine, copain de Jean-
Philippe.

Compagnon d’Odile depuis peu de temps, informaticien au


Louis
chômage, attentif aux dépenses du ménage.

Jean-
Ami d’Harry.
Philippe

Jeu de rôle (activité 4)


• Lecture du vocabulaire du tableau de la page 55.
• Présentation de la situation à jouer. Faire remarquer que la situation
est proche des trois scènes qui viennent d’être découvertes.
• Les étudiants se mettent par deux. La préparation de la scène peut
se faire en travail personnel.

Prononciation
Cet exercice a deux objectifs :
– différencier la prononciation de la première personne du présent et
du passé composé de certains verbes (j’aime / j’ai aimé) ;
– sentir le rythme de la conjugaison du futur des verbes en -er
(j’aim(e)rai).

À savoir
Le Périgord. Région pittoresque du Sud-Ouest, très appréciée des
touristes pour ses beaux paysages et sa gastronomie (foie gras,
confit de canard, truffe, etc.). C’est là que se trouve le site
préhistorique de Lascaux.
Lille. Grande ville du nord de la France. Agglomération de près de 1
million d’habitants. Ce fut une capitale industrielle pour la
sidérurgie et le textile dont elle garde encore quelques activités. Elle
s’est reconvertie en partie dans les services et la haute technologie.
Elle est célèbre aussi par sa « grande braderie » qui a lieu chaque
année le premier week-end de septembre.
Évry. Ville nouvelle de la région parisienne construite dans les
années 1970.

Écrits, p. 56

Objectifs
Savoir-faire
• Prendre contact avec quelqu’un par écrit (lettre ou message
formels).
• Utiliser les formules de politesse dans un message ou une lettre
formelle.
Vocabulaire
• Vocabulaire propre aux lettres et aux messages (voir tableau page
56).
• une intention, un square
• accorder, approfondir, contacter
• ailleurs

Compréhension des lettres


1. La classe se partage les trois lettres et complète la grille
ci-dessous.
Lettre 1

Informations Une étudiante en histoire de l’université de Buenos


sur la Aires. Elle fait une thèse sur l’immigration des
personne Français en Argentine à la fin du XIXe siècle.
qui écrit
Informations
sur la Une femme qui a écrit des articles et un livre sur ce
personne à sujet.
qui l’on écrit

Motif de la
Demande de rendez-vous pour un entretien
lettre

Lettre 2

Informations
Une femme qui doit faire un stage à Paris pendant
sur la
trois mois et qui cherche un logement. Personne
personne
calme, non fumeuse, ayant beaucoup de travail.
qui écrit

Informations
sur la Couple de propriétaires ayant loué une chambre à
personne à l’amie de la personne qui écrit.
qui l’on écrit

Motif de la
Demande de location de chambre
lettre

Message

Informations Damien, 35 ans, nouvellement installé à Paris, père


sur la d’un garçon de 8 ans dont il s’occupe un week-end
personne sur deux. Probablement séparé. Aime le jogging, les
qui écrit visites de Paris, le théâtre, les expos.

Informations
sur la Inconnu(e) qui souhaiterait rencontrer Damien et
personne à partager ses activités.
qui l’on écrit

Motif de la Recherche d’ami(e)s


lettre

2. Observation de la façon de se présenter et des formules de


politesse
Lettre 1. L’étudiante veut paraître sérieuse. Elle donne des références
(son directeur de thèse) et indique avec précision ce qu’elle souhaite.
Elle laisse à son interlocutrice une grande liberté dans le choix de la
date de rendez-vous. La politesse se traduit par l’emploi du
conditionnel et de la forme interrogative (Vous serait-il possible de… ?).
Relever la formule de remerciement et de salutation utilisable dans de
nombreuses demandes.
Lettre 2. La personne qui écrit donne des références. Elle prend soin
de préciser qu’elle n’occasionnera aucune nuisance. La formule de
politesse est moins formelle que dans la lettre précédente (Je vous prie
de recevoir mes sincères salutations).
Message. Il s’agit d’un message écrit pour un forum sur Internet. Le
ton est simple et familier.
3. Lecture du tableau « Formules pour un premier contact »
Rechercher dans quels cas on utilise chacune de ces formules. Les
classer selon le degré de familiarité :
– familier  : cordialement (pour un premier contact dans le milieu
professionnel) ;
– neutre : meilleurs sentiments – sincères salutations ;
– formels : salutations distinguées – salutations dévouées – considération
distinguée ;
– à un supérieur hiérarchique ou à une personnalité importante  :
salutations respectueuses.

Rédigez une lettre ou un message pour prendre contact


Faire une lecture collective des trois situations. Les étudiants
choisissent la situation qu’ils auront le plus de chance de rencontrer.
La rédaction se fait à la maison et la correction est individuelle.
Civilisation, p. 57

Objectifs
Savoir être
• Savoir dans quelles circonstances on peut aborder quelqu’un pour
faire connaissance.
Vocabulaire
• un sondage, un intérêt, un identifiant, un commerce, un abonné, la
géolocalisation, un routard, un agriculteur, un champ, une agence
matrimoniale
• disponible
• discuter, suivre, visualiser
• à proximité
Connaissances culturelles
• Modes de rencontre et moments de convivialité en France.

Lecture des documents


Pour chaque document :
– faire formuler les informations essentielles données par le
document ;
– faire des comparaisons avec la situation dans les pays des étudiants.
1. Le sondage
Les personnes interrogées pensent qu’il est plus difficile de rencontrer
d’autres personnes aujourd’hui que dans le passé. Il semble surtout
plus difficile de rencontrer de futurs amis ou quelqu’un avec qui
partager sa vie.
Recherche d’explications :
– l’individualisme (les gens n’acceptent plus de perdre une partie de
leur liberté, d’être obligé d’abandonner certaines activités, etc.) ;
– la mobilité des personnes ;
– la vie très programmée de chacun qui fait qu’on laisse passer des
occasions de rencontres.
2. L’article
Quel est le problème de Paula ? La solitude car elle a été nommée dans
un quartier où elle ne connaît personne.
Par ailleurs, elle vit seule avec sa fille de 5 ans. Elle a eu des difficultés
à rencontrer des gens.
Quelle solution a-t-elle trouvée  ? Un site Internet «  Peuplade  » grâce
auquel elle a pu rencontrer des gens qui partagent les mêmes
intérêts.
Expliquer :
– suivre (en observant le déplacement de deux personnes en classe.
Expliquer ensuite : Paula a une nouvelle vie professionnelle mais sa vie
sociale ne suit pas).
– à proximité (pas loin, à côté).
– les intérêts (les goûts, les activités préférées).
– un identifiant (donner un exemple : l’identifiant pour accéder au site
compagnon de la méthode Écho).
3. Tour de table
À tour de rôle les étudiants disent quel est pour eux le meilleur moyen
de se faire des amis.

Micro-trottoir
Les étudiants recopient le tableau sur une feuille.
Écouter le document. S’arrêter à la fin de chaque intervention pour
compléter le tableau et pour imaginer les premiers mots que les
personnes ont pu se dire.

Premiers
Autres
Documents Lieu Activité mots (à
circonstances
imaginer)

Première Paris Chorale Raccompagner Tu rentres


jeune fille en voiture comment ?

On n’a pas
En partant, tellement eu
Premier Chez des
Soirée devant l’occasion
garçon amis
l’ascenseur de se parler
ce soir.

Tiens,
À la bonjour, ça
Deuxième Dans le
Discussion bibliothèque me fait
jeune fille train
de l’université plaisir de te
revoir

Séjour avec
l’office du
Deuxième Tu connais
Courchevel Ski tourisme
garçon Courchevel ?
universitaire.
Sortie en boîte.

J’aimerais
Paris, le Visite d’une bien l’avoir
Un homme  
Louvre exposition chez moi. Et
vous ?

Speed
Si on allait
Troisième (non dating
  prendre un
jeune fille précisé) (rencontres
pot ?
rapides)

À savoir
Les relations sociales en France
D’une manière générale, les Français pratiquent assez peu les
grands regroupements d’amis et de connaissances sur le mode des
parties anglo-saxonnes.
On se rencontre et on se fait des amis :
– sur son lieu de travail (école, université, entreprise) ;
– au sein de la famille élargie ;
– à l’occasion des activités de loisirs. Plus de la moitié des Français
de tous âges font partie d’une association sportive ou culturelle ;
– lors des sorties festives pour les jeunes, le goût de la fête étant
très marqué chez eux.
La plupart des jeunes font partie d’un groupe ou d’une bande. Ils
justifient cette adhésion par la nécessité de se déplacer (le groupe
doit disposer d’un ou plusieurs véhicules) et de faire face à
l’insécurité (on se raccompagne quand on rentre tard le soir). La
bande comporte souvent des couples déjà formés car les jeunes se
mettent en couple plus tôt que dans le passé.
Chez ceux qui sont entrés dans le monde du travail, le risque
d’isolement est réel en raison de la mobilité professionnelle et de
l’instabilité des couples. D’où la multiplication des moyens pour
faire connaissance :
– repas de quartier ou opération « Immeuble en fête » ;
– sites Internet d’échanges et de rencontres ;
– pots dans l’entreprise, dans les associations, sur les lieux de
vacances ;
– fêtes diverses (Fête de la musique, Saint-Patrick), raves (grandes
fêtes improvisées qui peuvent regrouper des milliers de personnes),
anniversaires, etc...
Leçon 6 – C’est la fête !

Interactions, p. 58-59

Objectifs
Savoir-faire
• Parler d’une fête, d’un divertissement.
Vocabulaire
• Vocabulaire de la fête (voir encadré p. 59).
• le cor, la dégustation, la discussion, la lutte, le vainqueur, un bal, un
tournoi, une arène, un combat
• fédéral, triple
• avoir lieu, importer, rater, implanter, prévoir, battre son plein,
entamer, tenter, remporter, affluer
Connaissances culturelles
• Quelques fêtes importées (Saint-Patrick) ou exportées (la Nuit
blanche).
L’objectif de cette double page Interactions est d’apprendre à
décrire et à raconter une fête (nationale, locale ou privée).
Dans une première partie, les étudiants prendront connaissance du
dossier «  Fêtes sans frontières  » en se partageant la lecture des
documents et en s’informant mutuellement.
Dans un deuxième temps, ils feront un projet d’importation en
France d’une fête de leur pays. Ce travail pourra se faire
individuellement ou en petits groupes.
Lecture du dossier
1. Les étudiants se partagent le dossier. On pourra donner les deux
textes longs aux étudiants les plus avancés ou bien répartir le
dossier entre deux groupes avec les textes de la page 58 pour le
premier groupe et ceux de la page 59 pour le second.
La tâche donnée aux étudiants consiste à remplir la grille de lecture
qui est indiquée page 59. Les étudiants travaillent individuellement
ou en petits groupes avec l’aide d’un dictionnaire et du professeur.
2. Mise en commun. Chaque texte est présenté puis lu et les mots
difficiles sont expliqués.
3. Commenter l’intérêt de chaque fête. Est-ce bien d’avoir importé la
Saint-Patrick  ? Est-ce intéressant de maintenir des fêtes folkloriques
comme la fête fédérale de Frauenfeld ? Participeriez-vous à la fête de
la tomate ? Etc.
Expliquer :
a. texte « La Saint-Patrick »
– rater : manquer (Le train partait à 17 h. Il est arrivé à la gare à 17 h
05. Il a raté le train.)
– implanter (se développer, s’adapter dans un lieu)
– fléchette : par le dessin.
– tournoi (compétition avec un nombre limité de participants)
b. texte « Fête de la tomate »
– dégustation (consommation de spécialités (plats, vins, gâteaux,
friandises, etc.)) pour les découvrir.
c. texte « Fête fédérale de lutte »
– fédéral (la Suisse est une fédération de cantons.
Fédéral signifie donc « relatif à l’ensemble du pays »).
- lutte (sport qui consiste à se battre à main nue. À distinguer de la
boxe).
– battre son plein (se dérouler avec succès).
– vainqueur (personne qui a gagné).
– tenter (essayer).
– remporter (gagner).
– cor : voir la photo.
– affluer (arriver en grand nombre).
– l’arène (le terrain de la compétition).
d. texte « Nuit blanche »
– succès  : la Nuit blanche attire beaucoup de monde. Elle a du
succès.

Saint- Fête de la Fête fédérale de Nuit


 
Patrick tomate lutte blanche

Saint-
Paris et
Denis-de-
Dans les Frauenfeld autres
Lieu Jouhet
pubs (Suisse) grandes
(centre de
villes
la France)

Début
17 mars 3e ou 4e
octobre
Date (saint dimanche Août
(toute une
Patrick) d’août
nuit)

Tradition des
Locale ou
Origine Irlande régions Paris (2002)
espagnole
montagneuses

Ce Fest-noz Exposition Lutte suisse, jet Activités


qu’on de tomates de la pierre artistiques,
peut d’Unspunnen, culturelles,
voir lanceurs de musicales
drapeaux, dans de
joueurs de cor, nombreux
yodleurs, lieux de la
claqueurs de ville
fouet

Ce Boire,
Dégustation Se
qu’on jeux de
et bataille Voir ou participer promener,
peut fléchettes,
de tomates regarder
faire discussion

Projet : importer une nouvelle fête en France


On suivra le déroulement décrit dans le livre. Les étudiants
choisissent une fête de leur pays qui pourrait plaire et s’implanter
en France.
Travail individuel ou en petits groupes qui se fait en plusieurs
étapes :
a. préparation d’une présentation de la fête et justification du choix ;
b. choix d’un ou plusieurs lieux et d’une date ;
c. réalisation d’une affiche ;
d. présentation des projets à la classe et discussion.

Ressources, p. 60-61

Objectifs
Grammaire
• Emploi des pronoms compléments objets directs et objets
indirects.
Vocabulaire
• le canoë, la rivière
L’apprentissage des pronoms personnels
Les tableaux de cette double page donnent une vue d’ensemble de
l’emploi des pronoms personnels. Il s’agit de satisfaire le besoin
intellectuel de beaucoup d‘étudiants qui ont envie de connaître la
totalité du système.
Mais ce n’est pas parce que l’on a compris la logique générale
d’un système qu’on se l’est approprié et que chacun de ces
éléments est utilisé de manière automatique.
De façon pratique, on pourra s’appuyer sur la progression
suivante :
1. préposition + pronom personnel tonique (moi, toi, lui, elle,
etc.). Les pronoms toniques sont pratiqués depuis le tout début du
niveau 1.
2. les pronoms directs et indirects de l’interaction (me, te, nous,
vous). Avec eux l’opposition construction directe et indirecte
n’entraîne pas de modification. Ils seront appris naturellement et
progressivement au cours des interactions en classe. Il
conviendra toutefois de veiller :
– à l’enchaînement de «  me  » et de «  te  » devant voyelle (Elle
m’appelle souvent. Elle t’a appelé hier.)
– à la confusion avec la catégorie précédente (* «  Elle parle à
moi  » ou «  Elle me parle à moi  »). La répétition de certains
dialogues et les jeux de rôles aideront à l’automatisation de ces
constructions.
3. Les pronoms de la troisième personne. Le système, on le sait,
est très complexe. Le choix du pronom dépend :
– de la construction du mot qu’il représente (construction directe,
construction indirecte avec « à » ou « de ») ;
– de la nature du mot représenté (personne ou chose) mais cette
opposition n’est pas pertinente dans le cas d’un objet direct ;
– dans le cas où le pronom représente une personne objet indirect
introduit par la préposition «  à  », ce pronom peut être soit
antéposé (Il parle à Marie → Il lui parle) soit postposé et tonique (Il
pense à Marie → Il pense à elle). L’explication que nous donnons
(le verbe comporte une idée de communication) n’est pas
totalement satisfaisante. En effet, « Je lui plais » ne comporte pas
d’idée d’échange ou de communication alors que «  Je pense à
elle » pourrait en comporter une.
En conséquence, l’appropriation de ces constructions ne pourra
être que lente et progressive. On pourra aborder toutes les
catégories parallèlement à partir de phrases souvent utilisées en
classe : « Je l’ai fait », « J’y ai pensé », « Je lui ai dit que… », etc.
Le retour régulier à l’observation du système, la pratique
d’exercices structuraux contextualisés («  La grammaire sans
réfléchir ») et surtout l’expression orale et écrite contribueront à
cette appropriation.

Utiliser les pronoms objets directs


1. Observation des phrases du dessin humoristique
a. Pour chacune des phrases contenant un mot en gras :
– chercher ce que représente le mot en gras ;
– reconstituer la phrase sans le pronom et observer la construction.
Noter dans quel cas on utilise :
– « me », « te » : la personne qui parle et la personne à qui on parle ;
– « le, la, les » : une personne ou une chose introduite par un article
défini (le rock, la région, les copains) :
– « en » : un complément précédé de « du, de la, des » (du canoë) ;
– «  en … une  »  : un complément précédé d’un article indéfini (une
boîte sympa).
b. Retrouver ces observations systématisées dans le tableau. On
remarquera tout particulièrement :
– le changement de pronom selon le déterminant qui précède le
nom ;
– l’accord du participe passé ;
– la construction du pronom aux formes interrogative et négative.
2. Exercice 2
Oui, je le visiterai … Je la verrai … Il m’accompagne … Nous les avons achetés … J’en ai réservé
un … J’en ai … J’en ai un…

3. Exercice 3
Nous l’avons visitée hier.
Je les ai pris en photo.
Il y en avait partout.
Nous en avons commandé une.
Antoine en a repris deux fois.
Antoine en a pris un verre.
Je l’ai goûté.

4. Activité 4. Les étudiants recherchent des phrases courantes


construites avec un pronom objet direct.
Le travail, je ne l’ai pas fait.
Ce film, je ne l’ai pas vu.
Ces personnes, je ne les connais pas.

Comprendre et utiliser les pronoms objets indirects


1. Observation des phrases du dessin humoristique
a. Pour chaque pronom en gras :
– trouver le nom qu’il représente ;
– construire la phrase en remplaçant le pronom par le mot qu’il
représente ;
– observer la construction du verbe et de son complément ;
– noter le verbe dans le tableau.

  personnes choses

Verbes construits Elle pense à moi. On y va (au Nelson).


avec « à » Elle m’a donné …
Tu lui as demandé

Je m’en occupe
Verbes construits (d’avertir Paul).
 
avec « de » Je m’en souviens (de
l’adresse).

Verbes construits
avec une autre
Paul ne vient pas
préposition  
avec nous.
(avec, sous, pour,
etc.)

b. Étude du tableau de grammaire Remarquer que le choix du


pronom dépend :
– de la préposition qui relie le verbe à son complément ;
– du fait que le pronom représente une personne ou une chose.
Relever le cas particulier des verbes « penser à », « s’habituer à »,
etc.
2. Exercice 2
Oui, j’en cherche.
Oui, j’y suis allé.
Oui, j’en ai parlé.
Oui, j’y ai pensé.
Oui, je lui ai téléphoné.
Non, ils ne m’ont pas écrit.

3. Exercice 3
Les étudiants cherchent des situations dans lesquelles on peut
trouver les phrases de l’exercice. Ils écrivent la question ou la
phrase qui précède la phrase avec pronom.
a. Tu as réfléchi à ma proposition d’aller faire du ski dimanche ?
b. Est-ce que tu as pris les photos ?
c. Est-ce que tu as mis du poivre dans la salade ?
d. Est-ce que tu joues aux échecs ?
e. Est-ce que tu penses souvent à Marie ?
f. Est-ce que Paul a eu du gâteau ?

À l’écoute de la grammaire
Ces exercices ont pour but l’automatisation des constructions avec
pronom.
1. Exercice 1. Les pronoms « le, la, les » au passé composé.
Répondez pour eux.
a. L’étudiant sérieux
• Tu as lu le texte ?
– Oui, je l’ai lu.
• Tu as appris la leçon ?
– Je l’ai apprise.
• Tu as fait les exercices ?
– Je les ai faits.
• Tu as noté les mots nouveaux ?
– Je les ai notés.
• Avec ton voisin tu as préparé le dialogue ?
– Je l’ai préparé.
b. L’étudiant paresseux
• Tu as fait les exercices ?
– Je ne les ai pas faits.
• Tu as appris les conjugaisons ?
– Je ne les ai pas apprises.
• Tu as traduit la poésie ?
– Je ne l’ai pas traduite.
• Tu as corrigé les fautes ?
– Non, je ne les ai pas corrigées.
• Avec ta voisine tu as appris le dialogue ?
– Nous ne l’avons pas appris.
2. Exercice 2. Le pronom « en ». Faire remarquer la reprise
du mot de quantité.
Elle est allée à la Fête de la musique. Répondez pour elle.
• Il y avait beaucoup de monde ?
– Il y en avait beaucoup.
• Il y avait des jeunes ?
– Il y en avait.
• Tu as écouté de la musique classique ?
– J’en ai écouté.
• Ils ont joué un concerto de Mozart ?
– Ils en ont joué un.
• Tu as vu des groupes de rock ?
– J’en ai vu.

Simulations, p. 62-63

Objectifs
Savoir-faire
• Retrouver quelqu’un après une absence.
• Aborder quelqu’un qu’on risque de déranger.
• Exprimer des goûts et des préférences.
• Donner des instructions.
Vocabulaire
• la recette, les retrouvailles, la sauce, le secret, la tranche, une
truffe
• désagréable, fin, moche, particulier
• déconcentrer, faire plaisir, résister, servir, valoir (mieux)
Grammaire
• Emploi des pronoms compléments.
Connaissances culturelles
• Comportement lors d’une rencontre.
• Les repas en France.
L’histoire
La scène 1 est une scène de retrouvailles. Anne-Sophie et Patrick
sont déjà arrivés au gîte. Ils accueillent Odile et Louis. Deux heures
plus tard, les trois couples sont au marché de Sarlat, Liza est restée
seule et fait son yoga. C’est le moment où Jean-Philippe arrive. La
rencontre est assez fraîche.
Les scènes 3 et 4 nous montrent la préparation du repas
d’anniversaire et la dégustation du gâteau préparé par Jean-
Philippe.

Scène 1
1. Observation de l’image et rappel de l’histoire
2. Faire une écoute du dialogue en entier. Essayer
d’identifier les personnages.
3. Procéder à une écoute phrase par phrase. Relever :
– les moqueries : le surnom Dilou, « On a pris la meilleure chambre »,
« Qu’est-ce que tu as fait à tes cheveux ? »
– les mots gentils : « Je les trouve très bien », « Ça me fait plaisir de
te revoir ».
Expliquer :
– faire plaisir  : présenter les différentes constructions  : Pierre a
offert une bague à Marie. Il lui a fait plaisir / La bague a fait plaisir à
Marie / Marie dit : « Ça m’a fait plaisir d’avoir cette bague. »
– moche : familier pour « laid ».

Jeu de rôle
À faire à deux. Cette activité peut être préparée en dehors de la
classe. On peut donner un canevas :
• Les deux personnes se reconnaissent.
• Elles échangent quelques remarques sur leur aspect physique  :
« Tu t’es fait couper les cheveux ? Tu portes la barbe maintenant ?
Etc. »
• Elles font le point sur leur lieu d’habitation, leur métier, leur
compagnon.
• Elles retracent les moments importants de la période durant
laquelle ils ne se sont pas vus.

Scène 2
1. Observation de l’image et écoute du dialogue, livre
fermé.
Réponses aux questions de l’activité 3 (vrai ou faux).
a : F – b : F – c : V – d : F.

2. Écoute phrase par phrase


Expliquer :
– déconcentré : Liza fait du yoga. Elle se concentre. Jean-Philippe la
dérange, il la déconcentre.
3. Faire interpréter le dialogue.

Scène 3
1. Comme cela est suggéré dans l’activité 4, on pourra proposer ce
dialogue non pas en activité d’écoute mais en activité de création de
mise en scène.
Les étudiants se mettent par trois et recherchent les intonations des
phrases, les gestes et les expressions des personnages.
2. Les étudiants présentent leur mise en scène.
À cette occasion expliquer :
– truffe : sorte de champignon, très rare et très coûteux, utilisé en
cuisine. On en trouve particulièrement dans le Périgord.
– tranche fine : par le dessin.
– sauce : on peut préparer la viande soit grillée, soit en sauce.
– secret : quelque chose que l‘on tient caché.
3. Écoute de l’enregistrement

Scène 4
1. Observer l’image et transcrire la scène.
Expliquer :
– servir : à partir du mot « serveur de restaurant ».
– résister : ici, « Je ne résiste pas à … » = J’adore.
2. Relever les mots qui expriment les goûts et les préférences.
Compléter avec ceux du tableau de vocabulaire de la page 19.

Jeu de rôle
Le professeur présente la situation.
Les étudiants doivent imaginer un menu de restaurant.
Ils lisent le menu en faisant des commentaires et en exprimant leurs
goûts et leurs préférences. Ils utilisent à cette occasion le
vocabulaire de l’encadré.

Prononciation
Repérer le rythme de la phrase affirmative (le pronom est accentué)
et de la phrase négative (l’accent porte sur le « pas » négatif).

Écrits, p. 64

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre une recette de cuisine.
• Donner oralement ou par écrit une recette de cuisine simple.
Vocabulaire
• une amande, un canard, une cuisson, la fève, le foie gras, une
framboise, la galette, une goutte, une huître, un ingrédient, le laurier,
le moule, une oie, une pâte, la poudre, le réveillon, le trou
• amer, frais, sec
• arroser, coller, découper, disposer, essuyer, étaler, gonfler, percer,
piquer, placer, retirer, saupoudrer
Grammaire
• Les expressions « faire cuire, faire frire », etc.
Connaissances culturelles
• Plats et desserts de fêtes.

Lecture et présentation des recettes


1. Présenter le vocabulaire du tableau « La cuisine ».
Dessiner les ustensiles. Chercher dans un dictionnaire bilingue les
noms des ingrédients inconnus. Donner plusieurs exemples pour
présenter les constructions « faire chauffer, faire cuire, etc. » : « Le
rôti cuit dans le four. » « Je fais cuire le rôti à thermostat 8. » « Pour
préparer des pâtes, il faut faire bouillir de l’eau. »
2. Travail à faire en petits groupes qui se partagent les deux
recettes. Présenter le projet de lecture. Les étudiants doivent
présenter oralement les recettes comme dans une émission de
télévision. Pour les ustensiles et les ingrédients, ils utiliseront des
fiches sur lesquelles ils auront dessiné les objets.
3. Chaque groupe présente la recette à la classe.

Rédigez des fiches cuisine de survie


1. Présenter le projet. Il s’agit de réaliser collectivement un petit
stock de fiches de cuisine à l’intention de ceux qui ne savent pas
cuisiner. On réalisera donc des recettes faciles de quelques lignes.
Exemple : faire une omelette, préparer une vinaigrette, etc.
Ce travail peut se faire individuellement ou par deux.
2. Faire un tour de table au cours duquel chacun indique la recette
qu’il va faire. Cela permettra de ne pas avoir des recettes en double.
3. Présentation orale des recettes.
4. Les fiches corrigées par le professeur peuvent être
dactylographiées et rassemblées dans un petit recueil.

À savoir
• Le foie gras : spécialité du Sud-Ouest et de l’Alsace à base de
foies d’oie ou de canard. Il se consomme sous forme de pâté
qu’on tartine sur des toasts ou en tranches poêlées (voir la
recette). Il peut entrer aussi dans la préparation d’autres plats.
• La galette des rois : pâtisserie traditionnelle de l’Épiphanie (fête
chrétienne qui célèbre l’arrivée des Rois mages de l’Orient venus
apporter des cadeaux à Jésus, nouveau-né). On distingue la
galette (voir la recette dans le livre) du royaume (brioche aux
fruits confits). Une figurine (qu’on appelle la fève) est cachée dans
le gâteau. La personne qui la trouve dans sa part de gâteau a le
droit de porter la couronne dorée qui accompagne la pâtisserie
car c’est le roi ou la reine de la soirée. La tradition veut que cette
personne rende l’invitation en offrant une autre galette. Cette
tradition viendrait de l’époque romaine où l’on tirait au sort le roi
du festin.
• Autres plats de fête : les huîtres, la langouste ou le homard, les
coquilles Saint-Jacques, la dinde farcie aux marrons (plat de
Noël), le gigot d’agneau (pour le dimanche de Pâques). Les plats
varient selon les régions.

Civilisation, p. 65

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre un programme de festivités.
Vocabulaire
• un armistice, le calendrier, une commémoration, une demeure, une
émotion, la foulée, la lumière, le muguet, le parcours, la poule, le
talent, la victoire
Connaissances culturelles
• Rythmes de l’année. Fêtes et célébrations en France.
• Activités festives dans une ville moyenne.

Les fêtes en France


La découverte des différentes fêtes, à la fois locales et généralisées
à toute la France, se fera en trois étapes  : la lecture du calendrier
des temps forts de l’année à Bourges et l’écoute des deux
documents sonores. Au fur et à mesure on complétera le tableau
donné dans le livre et on fera des comparaisons avec les fêtes dans
le pays de l’étudiant.
1. Lecture du calendrier «  Temps forts et jours fériés  ». Cette
découverte peut être collective ou par petits groupes. Dans ce cas, la
classe se répartit les quatre saisons. Ce travail est suivi d’une mise
en commun où chacun complète son tableau.
2. Écoute du premier document sonore. Compléter le
tableau. Dans le corrigé ci-dessous, les informations données par ce
document sont en italique.
3. Écoute du deuxième document sonore. Trouver à quelles
occasions les phrases sont prononcées.
1. fête des mères – 2. jour de l’An – 3. 6 janvier, Épiphanie (tradition de la galette des rois) – 4.
1er avril (tradition des plaisanteries appelées poissons d’avril) – 5. Noël.

Ce qu’on
Ce qu’on peut offre, ce Ce qu’on Ce qu’on
Fêtes
voir ou faire qu’on mange dit
envoie

Repas en famille Cartes de Plats de « Bonne


Jour de l’An
ou entre amis vœux fête année ! »

« J’ai la
La fève. Je
Épiphanie :
    galette suis le roi
6 janvier
des rois / la
reine ! »

14 février :
Soirée entre Cadeaux « Je
Saint-  
amoureux ou fleurs t’aime ! »
Valentin

Faire sauter des


crêpes avec de
28 février : Des
l’or dans la main    
Mardi gras crêpes
Défilé de
Carnaval

Mars : Spectacles de      
printemps poésies
des poètes
(à Bourges)

Des œufs,
des
poules,
des Tradition
Pâques Repas en famille cloches du gigot  
en d’agneau
chocolat
aux
enfants

« Poisson
1er avril Des plaisanteries    
d’avril ! »

Avril :
Printemps        
de Bourges

1er mai : Défilés des


Du
fête du organisations    
muguet
Travail syndicales

Commémoration
8 mai de la victoire de      
1945

Cadeaux « Bonne
Fête des
  des   fête,
Mères
enfants maman ! »

Juin : repas
       
de quartier
Juin : fête   Cadeaux   « Bonne
des Pères des fête,
enfants papa ! »

Écouter ou jouer
21 juin :
de la musique un
Fête de la      
peu partout dans
musique
les villes

Été : Nuits Parcours


lumière de spectacles dans      
Bourges la ville

Défilé, feux
14 juillet : d’artifice,
fête animation      
nationale musicale, bals
populaires

Visites gratuites
des monuments,
Septembre :
des musées et
Journées
des lieux      
du
historiques
patrimoine
fermés le reste
de l’année

21 octobre :
Grande course à
Foulées de      
pied
Bourges

31 octobre Nuit de Ils    


Halloween, les passent
jeunes se de
déguisent et font maison
la fête en
maison
réclamer
des
friandises

1
Visite des
novembre :      
cimetières
Toussaint

Commémoration
11
de l’armistice de      
novembre
1918

Début
Défilé : saint
décembre : Des
Nicolas sur son Des
Saint- pains  
char suivi du Père bonbons
Nicolas d’épices
Fouettard
(dans l’Est)

Marchés de Noël
Huîtres,
durant le mois
saumon,
25 de décembre Cadeaux « Joyeux
dinde,
décembre de Noël Noël ! »
bûche de
Repas souvent en
Noël
famille

31
Foie gras « Bonne
décembre : Le réveillon, faire
  ou année ! »
Saint- la fête, danser
huîtres (à minuit)
Sylvestre

À savoir
Les fêtes en France
En français, le mot «  fête  » recouvre aussi bien des
manifestations festives publiques (type carnaval) ou privées, des
jours fériés qui étaient festifs à l’origine mais qui ne le sont plus
(les fêtes de Pâques), des commémorations (11 novembre : fin de
la guerre 1914-1918) et des célébrations diverses (Fête du
cinéma).
• Les fêtes institutionnalisées
Ce sont celles qui sont indiquées sur le calendrier. Elles viennent
de la tradition chrétienne (Noël, Pâques, etc.), de la tradition
républicaine (fête du 14 juillet, célébration du 11 novembre) et des
célébrations récentes (fêtes des mères, des pères, de la musique,
etc.).
Parmi les fêtes de tradition religieuse, les seules qui sont encore
célébrées par une partie importante de la population sont Noël (on
fait un arbre de Noël, une crèche ; la famille se rassemble), Mardi
gras (on fait les crêpes  ; c’est une période de carnavals) et
Toussaint (on visite les cimetières). Les autres fêtes, et en
particulier Pâques, ne donnent pas lieu à des manifestations
telles que celles qu’on peut voir encore en Amérique latine ou
dans certains pays d’Europe. Les vacances scolaires dites de
Pâques ne correspondent d’ailleurs que rarement au week-end
de Pâques.
Les fêtes et célébrations républicaines sont aussi pour la plupart
de simples jours fériés. Les commémorations militaires ont
pratiquement disparu. Seuls demeurent les feux d’artifice et les
animations musicales du 14 juillet.
• Les fêtes locales
Elles se sont en revanche bien maintenues et même développées.
La Grande Braderie de Lille, les carnavals de Nice, de Dunkerque,
les férias des villes du Sud et les fêtes traditionnelles qui ont lieu
tous les étés dans chaque ville ou village attirent de nombreux
touristes. Certaines traditions locales que l’on croyait, il y a 40
ans, en voie de disparition sont toujours bien vivantes  : pelote
basque, courses de taureaux de Camargue, etc.
• Les nouvelles fêtes
Elles permettent de satisfaire à la fois le goût de la fête et le
développement de l’économie. Ainsi, la Fête du cinéma a permis
de relancer la fréquentation des salles, la Saint-Valentin incite les
jeunes à faire des achats et à fréquenter les restaurants quelques
semaines seulement après les fêtes de Noël, Halloween donne un
aspect festif à la veille de la Toussaint, journée de deuil.
Leçon 7 – Vous plaisantez !

Interactions, p. 66-67

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre un fait divers écrit.
• Imaginer ce qu’on ferait à la place d’autres personnes.
Vocabulaire
• un bien, un cap, un chercheur, un cheval, la clé, le destin, un
équivalent, une garde-robe, un haras, un jury, la presse, un rêve, un
sociologue, une somme, une table d’hôte, un tirage, un placement
• insolite, invisible, originaire, superbe, bancaire
• assurer, influencer, mémoriser, réciter, recruter, soutenir, valider,
toucher
• quand même
Grammaire
• Emploi du conditionnel présent pour l’expression de l’hypothèse.
Connaissances culturelles
• Les jeux de hasard en France.

Lecture et commentaire de la nouvelle « Euro Millions »


Travail individuel en utilisant les questions posées dans le livre.
1. Recherche du sens des mots difficiles
aider : soutenir – association d’aide… : la Croix Rouge – désignation
des gagnants  : tirage – enregistrer son billet de loterie  : valider –
encaisser un chèque : toucher – titre de banque : placement bancaire.
2. Réponses aux questions
a. Le tirage de la loterie « Euro Millions ». La gagnante va encaisser
26 millions d’euros.
b. On parle de la gagnante : une mère de famille avec enfants, de 40
ans environ qui a des difficultés financières. Elle a été aidée par la
Croix Rouge.
c. Elle va déménager dans une autre ville de France, acheter une
grande maison, une grande voiture, des meubles et faire des
placements bancaires. Elle va aussi voyager.
3. Lecture du forum
a. Noter ce que ferait chaque personne.
• Laetitia → acheter une voiture, une maison, des vêtements.
• Claude-Marie → partir au Maroc et créer un haras avec tables d’hôtes.
• Régis → faire le tour du monde, acheter une maison.
• Marie-Claire → utiliser une partie de la somme pour sa vie quotidienne, son jardin, sa
maison, aider ses amis et les associations (en particulier celles qui s’occupent de la recherche).

Expliquer :
– garde-robe : ensemble des vêtements que l’on possède.
– haras : élevage de chevaux.
– table d’hôte : se dit d’une personne qui fait hôtel-restaurant dans
sa propre maison.
– prendre le large : partir.
– s’aérer : à partir de « air », changer de lieu (changer d’air).
b. Observer l’emploi des temps. Relever les formes inconnues (Je
m’achèterais, Il me faudrait, etc.). Comparer avec le futur. Ici, les
projets sont soumis à des conditions. On fait des hypothèses (Si je
gagnais, j’achèterais…).
À ce stade, on peut voir rapidement la conjugaison du conditionnel
page 68.
4. Les étudiants répondent à la question du forum. L’utilisation du
conditionnel ne posera pas de problème dans la mesure où la forme
orale de la première personne est la même que celle du futur.

Participation au forum « nouvelles insolites »


1. Lire et commenter les quatre autres nouvelles. À faire sous
forme de tour de table. Les étudiants lisent les nouvelles et les
commentent en disant ce qu’ils feraient à la place des personnes.
Expliquer :
– décimale : d’après le nombre dans le texte.
– réciter : dire quelque chose de mémoire.
– jury  : ensemble des personnes qui prennent une décision
(jugement, prix littéraire, etc.).
– cape : sorte de manteau sans manche (la cape des mousquetaires).
– invisible : qu’on ne peut pas voir.
– recruteur : dans une entreprise, personne qui choisit les employés
(DRH).
– influencer : selon le prénom du candidat, le DRH peut décider de ne
pas l’employer.
2. Activité décrite dans les consignes 2 et 3 qui peuvent être
préparées à la maison.

Ressources, p. 68. 69

Objectifs
Savoir-faire
• Imaginer, formuler des hypothèses et des suppositions.
• Exprimer une demande.
• Exprimer une suggestion, un conseil.
• Décrire des mouvements et des déplacements.
Grammaire
• Le conditionnel présent (formes et emplois).
• Construction des verbes exprimant le mouvement.
Vocabulaire
• un pilote, un rallye, un sponsor
• accompagner, amener, pousser, raccompagner, reculer

Faire des hypothèses


1. Observation des phrases du dessin humoristique
a. S’assurer de la compréhension :
– des conditions. Est-ce que l’homme est riche ? Est-ce qu’il a trouvé
un sponsor ?
– des conséquences de ces conditions.
b. Observer les temps des verbes
– dans les conditions. Retrouver l’imparfait.
– dans les conséquences. Observer les terminaisons des verbes et
reconstituer la conjugaison du conditionnel des verbes acheter, faire,
être et voir.
c. Lire la phrase dite par la femme. Observer l’emploi du présent
dans la condition et l’emploi du futur dans la conséquence.
Comparer les deux systèmes :
Si + présent → présent ou futur (on fait une supposition)
Si + imparfait → conditionnel présent (on imagine, on fait une
hypothèse)
d. Retrouver ces informations dans le tableau.
2. Exercice 2
… j’irais passer … Je m’inscrirais à l’université… parce que j’ai des amis … ces amis me
logeraient. Toi et moi on resterait … Tu viendrais … Nous visiterions la région. Si tes parents
acceptaient … tu pourrais …
3. Exercice 3
Les étudiants peuvent proposer d’autres conditions (si vous
rencontriez le président de la République) ou des conséquences dont il
faut trouver les conditions (Vous vous arrêteriez de travailler).
a. … je créerais beaucoup d’espaces verts, les voitures ne circuleraient pas dans le centre, etc.
b. … je ferais le tour du monde, je m’arrêterais dans les îles grecques, etc.

Exprimer une demande polie


1. Observation du dessin
a. Faire raconter l’histoire. Que s’est-il passé depuis le dessin
précédent ?
b. Observer et identifier les phrases : une demande (J’aimerais …) et
une suggestion (On devrait …).
Faire trouver d’autres façons d’exprimer la demande (Il faudrait – Tu
pourrais pousser ?) et la suggestion (On pourrait appeler les secours ?)
c. Lire le tableau.
2. Demander aux étudiants de formuler chaque phrase de
manière polie.
a. Il faudrait que vous soyez à l’heure … J’aimerais que vous travailliez sur le dossier Soditel.
b. Je souhaiterais avoir un jour de congé. J’aimerais que mon salaire soit augmenté (que vous
augmentiez mon salaire).

3. Exercice 3
Présenter la situation. Il s’agit de donner des conseils à chacune des
trois personnes. Peut se faire sous forme de tour de table,
éventuellement après quelques minutes de préparation écrite.
a. Il faudrait que tu dormes davantage. Tu devrais te coucher moins tard. Tu pourrais laisser
tes enfants à tes parents de temps en temps. Tu devrais dire à ton mari de t’aider à la maison.
b. Tu devrais demander à changer de service. Tu pourrais aussi démissionner et faire autre
chose.
c. Tu devrais être plus gentil avec elles. Tu pourrais t’habiller de façon moins originale.

Décrire des déplacements


1. Découverte du tableau « Décrire des mouvements »
a. Le mouvement en général
La plupart des verbes sont connus des étudiants.
Utiliser ces verbes pour faire raconter une journée passée dans une
grande ville. (Nous sommes partis de l’hôtel à 9 heures. Nous sommes
arrivés … Nous sommes montés en haut de l’église Notre-Dame …)
b. Le mouvement avec les personnes
À partir des exemples du livre, faire préciser le sens de ces verbes.
Notamment la différence entre amener (accompagner, conduire
quelqu’un jusqu’à un lieu) et emmener (suppose que l’on va quelque
part et que l’on prend la personne avec soi).
c. Le mouvement avec les choses
Même travail de précision du sens.
2. Exercice 2
a. Je peux venir ? Tu peux m’emmener dans ta voiture ?
b. Je ne peux pas rentrer chez moi. Tu peux me raccompagner ?
c. C’est pour emporter.
d. Dans ma voiture, je peux emmener deux personnes. Qu’est-ce que j’apporte, des
sandwichs ? Qu’est-ce que vous apportez ?

À l’écoute de la grammaire
1. Exercice 1. Différenciation des première et deuxième
personnes du pluriel du futur et du conditionnel.
Vous êtes courageux. Confirmez.
• Vous les appelleriez ?
– Je les appellerai.
• Vous iriez ?
– J’irai.
• Vous les rencontreriez ?
– Je les rencontrerai.
• Vous leur parleriez ?
– Je leur parlerai.
• Vous leur diriez la vérité ?
– Je leur dirai la vérité.
• Vous le feriez ?
– Je le ferai.
2. Exercice 2. Formulation d’hypothèses au conditionnel.
Vous avez un doute. Demandez-lui confirmation.
• Moi, si un jour je gagne au Loto, j’arrête de travailler.
– Si tu gagnais au Loto, tu t’arrêterais de travailler ?
• Oui et si je m’arrête de travailler, je pars en voyage.
– Si tu t’arrêtais de travailler, tu partirais en voyage ?
• Oui et si je pars en voyage, je vais à Tahiti.
– Si tu partais en voyage, tu irais à Tahiti ?
• Oui et si je vais à Tahiti, Marie vient avec moi.
– Si tu allais à Tahiti, Marie viendrait avec toi ?
• Oui et si elle vient avec moi, nous nous installons là-bas.
– Si elle venait avec toi, vous vous installeriez là-bas ?

Simulations, p. 70-71

Objectifs
Savoir-faire
• Proposer à quelqu’un de faire quelque chose.
• Réagir à une proposition  : accepter, hésiter, refuser, proposer
autre chose.
Vocabulaire
• un antiquaire, un crocodile, une hésitation, la montgolfière, la reine,
le scrabble, le serpent
• autodidacte, carnivore, gonflé
• dégonfler
• dessus (au-dessus), dedans
Grammaire
• Pratique du conditionnel (formulation d’hypothèses, demandes,
conseils, suggestions).
Prononciation
• Les sons [u] et [y].
L’histoire
Anne-Sophie a programmé un tour en montgolfière au-dessus du
Périgord mais Liza refuse de monter dans la nacelle. Harry lui
propose d’aller faire les antiquaires de la ville de Sarlat. Le soir, les
deux jeunes gens ne sont pas rentrés et Anne-Sophie ne manque
pas de faire des remarques ironiques pour éveiller la jalousie de
Karine. Celle-ci ainsi qu’Odile et Liza auront l’occasion de se venger
des remarques perfides d’Anne-Sophie lors du jeu du portrait que le
groupe organisera après le dîner. Le personnage à découvrir est
identifié tour à tour à une reine autoritaire, à un serpent, à un
crocodile, à une plante carnivore. Anne-Sophie croit se reconnaître,
ce qui finira par la fâcher. Il faudra attendre la scène 2 de la page 34
pour comprendre que les comparaisons n’étaient pas
désobligeantes puisqu’il s’agissait de découvrir la reine Cléopâtre.

Travailler avec un document audio


Selon le dialogue, on pourra utiliser une des techniques suivantes.
Celles-ci peuvent se combiner.
a. Hypothèses sur le contenu du dialogue d’après les éléments
situationnels. À faire par exemple avec la scène 1, p. 70, ou avec
la scène 3, p. 71.
(1) Observation de l’image. Lecture de la phrase d’introduction et
éventuellement de la première réplique. On peut présenter la
page, dialogue caché, avec le rétroprojecteur.
(2) Hypothèses sur ce qui se passe et sur le contenu du dialogue.
Cette étape peut servir de préparation lexicale et grammaticale à
l’écoute.
(3) Écoute et mise au point de la compréhension.
b. Écriture du dialogue
Même démarche que la précédente lorsque la scène est la
conséquence logique du début de l’histoire ou que
l’environnement écrit est suffisamment explicite. À faire avec la
scène 3, p. 71, ou la scène 2, p. 70.
c. Compléter le dialogue dont on a préalablement effacé
quelques répliques
Par exemple dans la scène 2, p. 103, faire trouver les répliques de
Kamel.
d. Dévoilement progressif du dialogue (à l’oral ou à l’écrit selon
la difficulté)
On procède de la manière suivante :
– écoute de la première réplique ;
– analyse collective. Propositions de réponse ;
– écoute de la réponse ;
– etc.
À faire par exemple avec la scène 1, p. 118.
e. Écoute directe après préparation lexicale minimale (cas d’un
dialogue facile, par exemple scène 3, p. 71)
On écoute le dialogue. On note ce que les étudiants ont compris.
On procède à plusieurs écoutes en reconstituant progressivement
le texte.
f. Mise en scène et interprétation d’un dialogue
On écoute le dialogue puis on travaille à partir du texte écrit. On
recherche la position et les mouvements des personnages, leurs
expressions et leurs gestuelles comme si on préparait une pièce
de théâtre. Le travail de compréhension linguistique est intégré
au projet d’interprétation. À faire par exemple avec la scène 1, p.
94.
g. Imaginer un avant et un après du dialogue
h. Transcription du dialogue
Dans chaque double page Simulations, au moins un dialogue est à
transcrire.

Scène 1
a. Observer le dessin et identifier les personnages et l’activité.
b. Faire une écoute globale, livre fermé pour identifier les
tours de parole. Les noter au tableau.
c. Écoute phrase par phrase. Le vocabulaire est connu sauf
montgolfière (expliqué par le dessin) et les jeux de mots en relation
avec la montgolfière :
– se dégonfler : présenter le sens propre (gonfler le ballon / le ballon
se dégonfle) – le sens figuré (Liza se dégonfle : elle a peur).
– Harry ne manque pas d’air, il est gonflé : il exagère. « Gonflée » peut
se dire aussi d’une personne audacieuse et courageuse.
d. Faire reformuler le contenu de la scène. Après la sortie en
montgolfière, Odile téléphone à une amie et raconte la scène.

Jeu de rôle
À faire à quatre. Transposition de la scène 1 dans une autre situation
(tour sur une attraction à sensation de parc de loisirs, plongée sous-
marine, etc.). Au départ tout le monde était d’accord pour faire
l’activité puis deux personnes abandonnent et décident de faire autre
chose.

Scène 2
Écouter le dialogue et faire formuler le projet de Louis :
– le sujet de son jeu vidéo  : un jeu de rôle sur Internet où chacun
choisit une époque et un personnage et le fait vivre ;
– son souhait de voir Patrick financer son jeu.

Scène 3
a. Écouter la scène, livre fermé et poser des questions de
compréhension. De qui parle Karine  ? Pourquoi Anne-Sophie dit-elle
« À ta place je m’inquiéterais » ? Karine est-elle jalouse ? Anne-Sophie
plaisante-t-elle ?
b. Transposer la scène à partir de la situation indiquée dans le livre.

Scène 4
a. Découvrir la situation.
Observation du dessin et lecture du début du dialogue.
Expliquer en quoi consiste le jeu du portrait. Une personne sort, les
autres décident ensemble d’un personnage à deviner. La personne
qui est sortie revient et doit poser des questions sous forme
d’hypothèses  : «  Si c’était … qu’est-ce que ce serait  ?  » Les
participants répondent par un mot qui se rapporte à un détail de la
vie ou du caractère de la personne.
b. Écouter et transcrire la scène. Faire la liste des
identifications et des correspondances.
Personnage politique (reine, autoritaire) – amoureux (étranger) –
plante (carnivore) – boisson (bière) – animal (serpent, crocodile).
Demander aux étudiants s’ils ont deviné de qui il s’agit.
Expliquer la réaction d‘Anne-Sophie et son départ. Elle pense que
ses amis l’ont choisie elle-même comme personnage. En effet, elle
est autoritaire, son mari est étranger, il est irlandais (pays de la
bière). Elle pense alors que les autres caractéristiques s’appliquent
à son caractère (plante carnivore, serpent, crocodile) d’où son
irritation.

Jeu du portrait
Si les étudiants le souhaitent, on peut organiser en classe un jeu du
portrait.

Prononciation
Faire prendre conscience du point d’articulation des deux sons [u] et
[y].

Écrits, p. 72

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre un récit racontant une anecdote sur l’histoire de
l’art.
Vocabulaire
• un âne, un art, le chou, un coloriste, un huissier, une ignorance, le
mouvement, la période, la personnalité, le pinceau, la queue, la toile
• abstrait, artistique
• exploiter, exposer, frapper, moquer (se), posséder, révéler,
terminer, tremper
Connaissances culturelles
• L’art au début du XXe siècle.

Le script de l’histoire
1. Présenter le projet de lecture. Les étudiants doivent préparer un
film d’après l’histoire «  Naissance d’un chef-d’œuvre  ». Ils devront
suivre les étapes indiquées dans la consigne. Le travail peut être
individuel ou collectif.
2. Au cours de la mise en commun, chaque groupe présente une
scène à tour de rôle. Vérifier la compréhension du lexique.
À titre indicatif
Scène 1 (lignes 1 à 8)  : Montmartre en 1900. Un peintre s’est installé place du Tertre. Des
passants s’arrêtent et discutent de la qualité et de l’originalité du tableau.
Scène 2 (lignes 9 à 13)  : même lieu avec un autre peintre. Un passant d’aspect bourgeois
propose au peintre d’acheter le tableau. Celui-ci refuse pour faire monter les prix.
Scène 3 (lignes 14 et 15) : le café « Le lapin agile ». De jeunes artistes discutent peinture. L’un
d’eux fait remarquer la bêtise du public prêt à acheter n’importe quoi. Un autre a l’idée de
faire peindre un tableau par l’âne Lolo.
Scène 4 (lignes 16 à 22) : la scène où l’âne peint le tableau est bien détaillée dans le texte.
Scène 5 (lignes 23 à 25) : l’huissier observe la scène et le photographe la prend en photo.
Scène 6 (lignes 26 à 30)  : le tableau est terminé. Les jeunes se retrouvent au café et lui
cherchent un titre ainsi que le nom de son auteur.
Scène 7 (lignes 31 à 34) : Salon des Indépendants. Les critiques s’extasient.
Scène 8 (lignes 35 et 36) : l’un des jeunes, Roland Dorgelès, révèle l’affaire au journal Le Matin.
Scène 9 (lignes 37 et 38) : tout le monde se presse pour voir le tableau.
Scène 10 (lignes 39 à la fin) : salle des ventes. Le tableau est acheté 400 francs.

Expliquer :
– vocabulaire de l’art  : à expliquer à partir d’exemples connus des
étudiants.
– ignorance : le fait de ne pas connaître quelque chose.
– un âne, la queue : voir la photo.
– un chou : expliquer à partir d’un plat à base de chou.
– un pinceau, une toile : voir la photo.

À savoir
• Les écoles de peinture du début du XXe siècle
Les impressionnistes (1863-1890) (Monet, Renoir, Sisley, Seurat)
veulent rendre la vérité de la nature d’après les effets de la
lumière sur les choses.
Les fauvistes (1905-1910) (Matisse, Derain, Vlaminck, Braque,
Dufy) font exploser les couleurs sans souci de représentation
fidèle. Le tableau est à regarder pour lui-même, avant tout
comme un ensemble coloré.
Les cubistes (Cézanne, Picasso, Braque) géométrisent les formes
et suppriment la perspective classique établie à la Renaissance.
C’est l’étape ultime vers l’Art abstrait (Kandinsky, Mondrian,
Klee) où le peintre abandonne toute forme identifiable et où la
peinture n’est plus qu’un jeu de formes, de couleurs et de
matières.
Le futurisme (1909-1916) (Balla, Russolo), venu surtout d’Italie,
exalte la vitesse et la violence du monde. Pendant cette période se
développent des courants parallèles, comme l’expressionnisme
(1900-1930) (Van Gogh, Chagall), qui cherchent à exprimer des
sentiments par le choix du sujet, sa mise en scène et les couleurs.
Toulouse-Lautrec fait figure d’indépendant car il allie la rapidité
de son trait et le choix original de ses couleurs.
• Roland Dorgelès (1885-1973). Romancier français qui a été
étudiant à l’École des beaux-arts avant de devenir écrivain. Au
début du XXe siècle, il a fréquenté la jeunesse de Montmartre qui
sert de décor à ses premiers romans. Au cours de ces années
bohème, il s’est rendu célèbre par ses canulars, mystifications qui
tournaient en dérision les modes de l’époque. L’épisode du
tableau peint par l’âne Lolo est authentique.

Civilisation, p. 73

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre des plaisanteries, des jeux de mots, des blagues.
Vocabulaire
• Vocabulaire du thème du rire et des plaisanteries, voir p. 72.
• un atterrissage, la blague, la caricature, le défaut, le descendant, le
douanier, un entourage, un humoriste, une ironie, le phare, le regard,
le terminal, la tragédie
• comique, néfaste
• applaudir, attraper, plaisanter, taquiner
Connaissances culturelles
• Plaisanteries et jeux de mots en France.
• Un humoriste, Gad Elmaleh.
• Quelques blagues.

L’humour du quotidien
1. Lecture collective de l’extrait du spectacle de Gad Elmaleh. Au
fur et à mesure de la lecture, relever :
a. les particularités de la langue orale familière  : l’inversion du
complément (Pourquoi un aéroport, on appelle ça …  ?) – le pronom
avant le nom (Ils ont une question très bien les douaniers) – la
répétition des « moi » ;
b. les observations amusantes : (J’ai peur de dire que j’ai peur) – un
aéroport on appelle ça un terminal (sous-entendu un endroit où la vie
s’arrête) – la remarque à la question du douanier – on applaudit les
pilotes quand ils réussissent l’atterrissage (sous-entendu ce n’est
donc pas très fréquent).
2. Lecture de l’introduction à l’article.
3. Essai d’imitation de l’humour de Gad Elmaleh. Recherche de
phrases amusantes :
a. au restaurant. Le garçon qui demande : « C’est pour déjeuner ? »
(Si on entre dans un restaurant à l’heure du déjeuner, c’est en
général pour manger) – Le client qui demande  : «  Elle est bonne
votre viande ? » (Le garçon ne peut répondre que oui) – Le patron qui
vient demander : « Ça vous a plu ? »
b. les parents et les enfants dans la voiture, lors du départ en
vacances. Les enfants qui demandent 5 minutes après le départ  :
«  On est bientôt arrivés  ?  » – Les parents qui disent aux enfants
insupportables : « Arrêtez ou on rentre à la maison ! »
4. Présentation du vocabulaire du tableau

Les jeux de mots


– « Ça va comme psy comme ça » → homonymie avec l’expression « Ça va comme ci comme
ça » (ça va moyennement), ce qui est souvent le cas quand on consulte un psy.
– « un néfaste food » → ressemblance sonore avec « fast food » mais néfaste signifie « qui
porte malheur ». Plaisanterie sur la nourriture de la restauration rapide.
– « un poulet au Curie » → rapprochement sonore avec un poulet au curry mais allusion à
Pierre et Marie Curie, célèbres chimistes découvreurs de la radioactivité.
– «  Il croyait au Père Nobel  » → l’écrivain espère avoir le prix Nobel mais il croit que ses
désirs vont être facilement satisfaits. C’est le sens de l’expression « Il croit au père Noël ».
– «  C’est les champs Alizés  » → rapprochement sonore entre Champs-Élysées et les vents
alizés.

Écouter et raconter des blagues


1. Écouter le document sonore histoire par histoire.
Vérifier chaque fois la compréhension du vocabulaire et du trait
d’humour.
(1) Les deux militaires  : le deuxième a intégré l’armée pour
échapper à sa femme (avoir la paix).
(2) Les fonctionnaires  : la phrase sous-entend que s’ils sont au
bureau à 9 heures, c’est qu’ils n’ont pas réussi à dormir. C’est donc
que c’est exceptionnel. La blague est basée sur le stéréotype du
fonctionnaire peu travailleur.
(3) Le médecin et son patient : typique de l’humour noir.
(4) Le Belge devant le distributeur de boissons  : histoire belge
typique. Stéréotype du Belge considéré comme lent à comprendre.
Ici, il prend le distributeur de boissons pour une machine à sous.
(5) Les autoroutes françaises  : histoire française typique racontée
par des non-Français. Les Français sont orgueilleux. Ils se croient
plus intelligents que les autres. C’est le sens de l’expression « Ils se
prennent pour des lumières » et c’est pourquoi leurs autoroutes ne
sont pas éclairées.
(6) Le polyglotte et le monolingue : moquerie sur les Français qui ne
parlent pas les langues étrangères.
Expliquer :
– insomnie : quand on n’arrive pas à dormir.
– assommer : ici, sans réaction à cause de la gravité de la nouvelle.
2. Les étudiants qui le souhaitent peuvent raconter en
français des blagues qu’ils connaissent.
 

À savoir
• Molière (1622-1673)  : auteur et acteur français du XVIIe siècle.
Ses pièces comiques (L’Avare, Le Bourgeois gentilhomme, Le
Malade imaginaire, Les Femmes savantes) où il se moque des
défauts de la société de son époque ont une dimension
universelle.
• Beaumarchais (1732-1799)  : auteur de pièces de théâtre (Le
Mariage de Figaro, Le Barbier de Séville)
qui dénoncent par l’ironie les hiérarchies et les privilèges de la
société du XVIIIe siècle et annonce la Révolution.
Leçon 8 – On s’entend bien !

Interactions, p. 74-75

Objectifs
Savoir-faire
• Décrire le caractère et la personnalité de quelqu’un.
Vocabulaire
• Les couleurs.
• Le caractère et la personnalité.
• une ambition, un annuaire, un autoritarisme, la blouse, le carton, le
casque, le comportement, la compréhension, le cordon, la créativité,
le cuisinier, la curiosité, une élégance, un équilibre, la gaieté, la
générosité, une honnêteté, une intolérance, le jouet, le maillot, un
ordre, la parole, le passéisme, le pessimisme, le rayon, la réflexion, la
spontanéité, le tapis, la timidité
• clandestin, gris, pratique, rose, sociable
• rejeter
Connaissances culturelles
• Objets, images et expressions verbales associées aux couleurs.
 
À partir d’un test sur le langage des couleurs, on enrichira le lexique
du caractère et de la personnalité.

Faites passer le test


1. Travail individuel. Chaque étudiant prépare dix questions pour
connaître la couleur préférée de la personne qu’il va interroger ainsi
que la couleur qu’il déteste :
Quelle couleur choisiriez-vous ? Quelle couleur éviteriez-vous ?
si vous achetiez une voiture.
si vous repeigniez votre salon, les portes de votre salon.
si vous changiez les rideaux de vos fenêtres, votre canapé.
si vous achetiez un tee-shirt, une chemise, un chemisier.
si vous deviez imaginer un drapeau.
si vous offriez des fleurs.
2. Les étudiants se mettent par deux. Chacun pose les questions à
son partenaire. Il essaie de déterminer sa couleur préférée et la
couleur qu’il n’aime pas.
3. Chaque étudiant lit les deux premières parties (Si vous aimez / Si
vous n’aimez pas) de la description correspondant à chacune des
deux couleurs. Il s’assure de la compréhension des mots inconnus.
4. Chaque étudiant commente le résultat qu’il a obtenu au test
devant la classe. Les étudiants qui préfèrent ou qui détestent les
mêmes couleurs interviennent.

Le langage des couleurs


Les étudiants se regroupent par couleur préférée. Veiller toutefois à
ce que toutes les couleurs soient choisies. Présenter la tâche
décrite dans le livre.
Le travail de recherche lexicale sera suivi d’une recherche des mots
et expressions associés à la couleur dans le pays de l’étudiant qui
pourra déboucher sur des comparaisons culturelles intéressantes
(exemple  : le noir est la couleur du deuil en Europe. En Asie, bien
que le noir soit aussi associé à la mort, c’est le blanc qui est la
couleur du deuil.)
• Le vert
Adjectifs : optimiste / pessimiste (Quand il achète un billet de loterie, il croit toujours qu’il va
gagner)  ; enthousiaste / indifférent (Les supporteurs du club applaudissent avec enthousiasme)  ;
jeune / vieux (Elle a 70 ans mais elle utilise les nouvelles technologies)  ; énergique / mou, sans
volonté (Elle a fini le travail en trois quarts d’heure seulement)  ; changeant (instable) / fidèle,
stable, sur qui on peut compter (Il change d’opinion en fonction de la personne qui est en face de
lui).
Expression : se mettre au vert (se reposer à la campagne).
• Le bleu
Adjectifs : curieux / indifférent, qui ne s’intéresse à rien (Il s’intéresse à tous les sujets et il peut
parler de beaucoup de choses) ; goût du voyage (aventureux) / casanier (Elle a visité beaucoup de
pays)  ; intellectuel / qui n’aime pas la réflexion (Il fréquente les cafés philosophiques)  ;
compréhensif, sociable / intolérant, solitaire (Elle est bénévole dans l’association Les restos du
cœur) ; peu sociable.
Expression  : un bleu était le nom qu’on donnait à un militaire nouvellement recruté car il
portait un uniforme bleu ; se dit aujourd’hui de quelqu’un qui est nouveau dans un service ou
une activité.
• Le blanc
Adjectifs : gai / triste (Il sourit et aime plaisanter) ; spontané / réfléchi (Elle parle facilement à
tous les gens qu’elle rencontre) ; ordonné / désordonné (Son bureau est toujours bien rangé) ; esprit
pratique / qui n’a pas le sens des réalités (Il gère très bien ses affaires) ; intolérant / tolérant (Elle
ne supporte pas la contradiction).
Expressions : Il était accusé de vol. Il a été blanchi.
• Le noir et le gris
Adjectifs : élégant / négligé (Elle est toujours bien habillée) ; simple / compliqué (Il aime les repas
entre amis dans les petits restaurants) ; cultivé / qui n’est pas cultivé (Elle lit beaucoup, fréquente
les musées) ; honnête / malhonnête (Il ne ment jamais), pessimiste / optimiste.
Expression : Il est dans le noir (Il ne comprend rien). Benoît est la bête noire de Pierre (Pierre ne
supporte pas Benoît).
• Le rouge
Adjectifs  : courageux / paresseux, peureux (Elle a accepté un poste difficile)  ; passionné /
indifférent (Il peut passer des heures à faire des puzzles) ; ambitieux / modeste (Elle veut occuper
un poste important) ; actif / passif (Dans le groupe, c’est toujours lui qui prend les décisions et qui
organise) ; autoritaire / faible (Dans le groupe, c’est elle qui dirige).
Expressions : le carton rouge (au football), avoir son compte en banque dans le rouge (négatif).
• Le jaune
Adjectifs : sociable / timide, réservé (Dans une soirée, elle parle à tout le monde)  ; généreux /
égoïste (Il prête facilement sa voiture et sa maison de campagne à ses amis) ; créatif et original /
sans imagination (Quand on est invité chez elle, on découvre toujours de nouveaux plats)  ; qui
aime parler / silencieux (Il adore raconter ses voyages) ; orgueilleux / modeste (Elle pense qu’elle
est la meilleure).
• Le violet et le rose
Adjectifs : calme / énervé (Quand il a un problème, on ne s’en aperçoit pas) ; équilibré / instable
(Elle se met rarement en colère)  ; sociable / timide, réservé  ; passéiste / moderne (Il adore les
vieux meubles et les vieux livres).

Le caractère et la personnalité
Professions Qualités Défauts à ne pas avoir

Chef Esprit d’entreprise, courageux, ambitieux, Pessimiste, faible,


d’entreprise pratique désordonné

Passionnée, sociable,
Actrice
goût des mots et de la parole, Timide, sans énergie
de théâtre
énergie, bonne mémoire

Vendeur Sens des contacts, esprit pratique, gaieté, Nerveux, timide, peu
de voitures spontanéité sociable

Curiosité, goût pour la réflexion et les


Journaliste idées, Indifférent, malhonnête
sens des contacts,

Compréhension des autres, générosité, Égoïste, malhonnête,


Avocat
goût de la parole timide, qui n’aime pas parler

Créativité, originalité, goût du beau,


Styliste Sans goût, sans créativité
élégance

À savoir
Illustrations de la double page
• p. 74 haut : sportifs faisant du rafting.
• p. 74 bas  : tableau d’Yves Klein. Il fait partie de la série Les
anthropométries (1960). Il s’agit d’empreintes de corps nus de
femmes enduits de couleur bleue sur toile blanche.
• p. 75 haut : tableau de Van Gogh, Les Tournesols. Un des sujets
privilégiés du peintre.
• p. 75, bas : loge à l’Opéra Garnier, à Paris.

Ressources, p. 76-77

Objectifs
Savoir-faire
• Rapporter les paroles ou les pensées de quelqu’un. Rapporter
ses propres pensées.
• Dire qui fait quoi.
Grammaire
• Constructions du discours indirect On a déjà vu au niveau 1 les
constructions qui permettent de rapporter des paroles
prononcées au moment où l’on parle. On abordera ici la relation
de paroles prononcées dans le passé. Lorsqu’on rapporte une
phrase au passé composé prononcée dans le passé, on utilise le
plus-que-parfait. Ce temps ne sera introduit qu’au niveau B1. Il
est toutefois mentionné dans le tableau de la page 76.
L’enseignant peut en faire une première introduction à cette
occasion.
• Constructions « (se) faire » ou « (se) laisser » + verbe.
Vocabulaire
• affirmer

Rapporter des paroles ou des pensées


1. Observation des phrases du dessin humoristique
a. Faire oraliser les informations apportées par le dessin qui se
trouve à gauche. Un homme (Pierre) quitte tout … Il va faire le tour du
monde…. Noter les phrases principales au tableau en colonne.
b. Observer dans le dessin de droite comment ces phrases sont
rapportées par la jeune femme.
Noter la correspondance des temps entre les phrases prononcées et
les phrases rapportées. Faire nommer les temps.
2. Lecture du tableau. Observer et comparer l’utilisation des temps
lorsqu’on rapporte des affirmations présentes et des affirmations
passées. Observer les constructions utilisées pour rapporter des
questions et des ordres.
3. Exercice 2
Bien expliquer la situation : la responsable parle à son collaborateur
Alexandre. Quelque temps plus tard, Alexandre rapporte à sa
collègue Charlotte les paroles de la responsable.
Elle m’a dit qu’elle sortait, qu’elle avait plusieurs rendezvous à l’extérieur, qu’elle allait faire
visiter l’appartement et qu’elle rentrerait vers 18 h.
Elle m’a demandé si je pouvais l’attendre. Elle m’a dit de téléphoner à Mme Fontaine et de faire
la lettre pour Alma Assurance. Elle m’a dit au revoir. Elle m’a demandé de t’avertir.

4. Exercice 3. S’assurer de la compréhension de la situation, du


texte et de la consigne.
H : Est-ce que vous avez une expérience professionnelle ?
JS : J’ai travaillé chez Dior.
H : Qu’est-ce que vous aimeriez faire ?
F : Parlez-moi de votre travail chez Dior… Ce poste demande beaucoup de travail. Vous allez
beaucoup voyager. Pour préparer les collections, il faudra rester tard le soir…
JS : Donnez-moi une réponse rapidement.

« Faire » + verbe et « laisser » + verbe


1. Observation des phrases du dessin humoristique. Classement
des verbes dans le tableau. Les étudiants doivent distinguer les cas
où Kevin et Hélène ont fait l’action et ceux où l’action a été faite par
quelqu’un d’autre.
Remarquer que les formes «  faire  » + verbe et «  laisser  » + verbe
traduisent un sens passif et que la forme «  moi-même, toi-même,
etc. » renforce le sens actif du verbe.
J’ai fait le plan
actif
Je l’ai peint moi-même
Kevin est …
J’ai fait construire
passif
Je laisse Hélène décider

Hélène est … active J’ai peint

passive Il m’a fait travailler


On se laissera pousser par le vent

2. Lecture du tableau. Faire comprendre le sens actif et le sens


passif des verbes à l’aide des dessins.
Distinguer « faire » et « se faire ».

« (se) faire » + verbe – « (se) laisser » + verbe


Ces quatre constructions sont des constructions passives. Le
sujet de la phrase ne fait pas l’action.
• faire + verbe
Le sujet commande l’action (Pierre a fait construire une maison) ou
en est la cause (Marie a fait rire Pierre).
• se faire + verbe
La construction reste passive. Le pronom personnel complément
indique que le sujet bénéficie de l’action (Elle s’est fait couper les
cheveux) ou en est la victime (Elle s’est fait voler son portefeuille).
• laisser + verbe
Le sujet ne commande pas l’action. Il la laisse faire
volontairement (Le gardien nous a laissé entrer dans l’immeuble) ou
par négligence (Elle a laissé mourir la plante que je lui avais
offerte).
• se laisser + verbe
Même cas que précédemment mais l’action porte sur le sujet (Elle
s’est laissée convaincre de sortir avec nous) (Elle s’est laissée
pousser les cheveux).

3. Exercice 2
a. Je dois la faire réparer.
b. Ses parents le font travailler.
c. Je vais le faire boire.
d. Il va la faire traduire.

4. Exercice 3
a. Je vais me faire aider.
b. Elle l’a fait faire.
c. Je préfère me faire réveiller.
d. Elle s’est fait indiquer l’itinéraire.

5. Exercice 4
a. À l’entrée d’une discothèque, un jeune dit au vigile qu’il veut rejoindre ses amis.
b. Le père est rentré très tard de voyage. Le matin, la mère demande aux enfants de ne pas
faire de bruit.
c. Deux amis ont proposé une sortie à Marie. Marie hésite.
d. Au cours d’une fête, un des invités est un peu timide et ne semble pas s’amuser.

À l’écoute de la grammaire
1. Exercice 1. Production de phrases au discours indirect.
Confirmez que vous avez informé votre amie.
Avant un voyage au Canada
• Il fait froid au Canada. Tu l’as dit à Marie ?
– Je lui ai dit qu’il faisait froid.
• Elle doit prendre des vêtements chauds ?
– Je lui ai demandé de prendre des vêtements chauds.
• Est-ce qu’elle a un bonnet ?
– Je lui ai demandé si elle avait un bonnet.
• Les distances sont longues au Canada. Tu l’as dit à Marie ?
– Je lui ai dit que les distances étaient longues.
• Elle doit rester dans la même région.
– Je lui ai dit de rester dans la même région.
• Est-ce qu’elle a loué une voiture ?
– Je lui ai demandé si elle avait loué une voiture.
2. Exercice 2
Utilisez la forme « faire » + infinitif.
Médecin et très occupé
• Vous faites les comptes de votre cabinet médical ?
– Non, je les fais faire.
• Vous réparez vous-même votre ordinateur ?
– Non, je le fais réparer.
• Vous remplissez les fiches de vos patients ?
– Non, je les fais remplir par ma secrétaire.
• Vous accueillez vous-même vos patients ?
– Non, je les fais accueillir par ma secrétaire.

Simulations, p. 78-79

Objectifs
Savoir-faire
• Gérer une situation d’incompréhension ou de malentendu.
S’expliquer.
Vocabulaire
• Incompréhension et malentendu (voir tableau).
• une exploration, la grotte, la spéléologie, la surprise
• pénible
• explorer, perdre (se), salir
• cause (à – de)
Grammaire
• Emploi du discours rapporté.
• Emploi des formes « faire ou laisser + verbe ».
Prononciation
• Différenciation voyelles et voyelles nasales.
Connaissances culturelles
• Le Périgord, région de grottes célèbres comme Lascaux.
L’histoire
Anne-Sophie a organisé une découverte de grotte avec un guide du
spéléo-club de la région. Mais, vexée par le jeu du portrait, elle
refuse d’y participer. Ses amies insistent et vont la voir pour dissiper
le malentendu. Dans la grotte, le groupe se perd et c’est grâce à
Anne-Sophie qui alerte les secours qu’il pourra retrouver le chemin
de la sortie.
Mais le week-end est fini et c’est le moment de la séparation. Odile
est réconciliée avec Anne-Sophie. Patrick s’intéresse au projet de
Louis. Liza manifeste l’intention de revoir Jean-Philippe et Harry
calme la jalousie de Karine.

Scènes 1 et 2
1. Observation de l’iconographie du haut de la double page
Faire présenter chaque document.
a. La publicité du spéléo-club. Expliquer :
– grotte : voir le dessin.
– spéléo (spéléologie) : exploration des grottes.
Que propose ce document ? Avec qui ?
b. Le dessin. Reconnaître les personnages. Faire remarquer les
vêtements. Que vont-ils faire ? Identifier le personnage nouveau : le
spéléologue en rouge, complètement à droite (le guide Jean-Pierre).
2. Écoute de la partie transcrite du dialogue.
Noter les informations nouvelles. Anne-Sophie a eu l’idée
d’organiser une sortie dans une grotte mais au moment de partir,
elle dit qu’elle ne vient pas. Ses trois amies interrogent Patrick qui
leur dit qu’elle est toujours fâchée. Elles décident d’aller lui parler.
3. Faire réécouter la scène 4, p. 71, ou lire sa transcription, p. 145.
Faire la liste des personnes et des objets auxquels Anne-Sophie a
été identifiée (une reine autoritaire, amoureuse d’un étranger, une
plante carnivore, de la bière, un serpent, un crocodile).
4. Écoute de la partie non transcrite du dialogue et
transcription.
Au fur et à mesure de l’écoute, noter la résolution des malentendus.
Reine autoritaire (Anne-Sophie / Cléopâtre, reine d’Égypte) –
amoureuse d’un étranger (Patrick / César) – la bière (boisson inventée
par les Égyptiens) – un serpent (Anne-Sophie / Cléopâtre est morte
piquée par un serpent) – un crocodile (Anne-Sophie / on trouvait des
crocodiles dans l’ancienne Égypte).
Notez les expressions qui permettent de dissiper le malentendu  :
« On a dit quoi pour te fâcher … On n’a pas voulu dire ça … Tu as mal
compris … »
Expliquer :
– pénible : fatigant. Les moqueries continuelles d’Anne-Sophie sont
pénibles.

Jeu de rôle
1. Lecture de l’encadré « Incompréhension et malentendu ».
2. Présenter la situation du jeu de rôle (exercice 2). Les étudiants
choisissent une remarque désobligeante et recherchent une
réponse.
« Ne bois pas trop » : Qu’est-ce que tu veux dire par là ? Que je suis
alcoolique, que je ne sais pas me contrôler ? « Tu n’es pas française
… » : Qu’est-ce que tu entends par là  ? Il faut être français pour être
intelligent ?
«  Tu es sûr de ce que tu dis  ?  »  : Je n’ai pas l’habitude de dire
n’importe quoi…

Scène 3
1. Écoute fragmentée de la scène :
a. jusqu’à « les portables ne passent pas ». Faire relever tout ce qui
est inquiétant. Les personnages sont perdus, ils ne peuvent pas
appeler les secours ;
b. jusqu’à «  Louis, ce n’est pas le moment  ». Noter les remarques
ironiques de Karine et d’Odile et l’indifférence de Louis.
2. Transcription de la fin de la scène. Faire raconter la scène.
Expliquer :
– (se) perdre : ne plus savoir où on est.
– salir : dans une grotte, les vêtements se recouvrent de terre. Ils
sont sales.

Scène 4
Écoute fragmentée des quatre dialogues. Associer les
dialogues et les dessins.
Imaginer ce qui va se passer après.
a. Odile / Anne-Sophie : Anne-Sophie dit un mot gentil à Odile. Les
deux jeunes femmes se réconcilient. Elles vont rester amies.
b. Louis / Patrick  : surprise, Patrick s’intéresse enfin au projet de
Louis. Ils vont peut-être travailler ensemble.
c. Liza / Jean-Philippe  : autre surprise, Liza n’est pas insensible à
Jean-Philippe. Ils vont se revoir.
d. Karine / Harry : Harry dissipe le dernier malentendu de la scène 3,
p. 71. À Sarlat avec Liza, Harry pensait à Karine. Il lui a acheté un
cadeau.

Prononciation
Dans chaque phrase, repérer les oppositions entre les voyelles et
les voyelles nasales.
Je demande à madame … Léo … Léon … dimanche matin …

Écrits et Civilisation, p. 80-81


Objectifs
Savoir être et connaissances culturelles
• Connaître les sujets de conversation appropriés à certaines
circonstances et ceux qui sont à éviter.
• Savoir se comporter dans le cadre d’une invitation. Affiner sa
maîtrise de l’utilisation du tutoiement et du vouvoiement et des
salutations.
Vocabulaire
• le tas, la chère (bonne), la couverture, le store, le volet, la valeur, le
sujet, le témoignage, la manière, le légume, le bouquet, un hors-
d’œuvre
• indiscret, manifeste, véritable, impoli
• aborder, bavarder, désorganiser, intervenir, taire (se), transmettre
• tas (un – de), volontiers, fermement, instantanément, ainsi, contre
(par –), naturellement, revanche (en –), soigneusement,
complètement

L’extrait du livre « Sacrés Français* »


* Il s’agit ici d’un emploi familier de l’adjectif « sacré » qui marque l’ironie avec une nuance
affective (vous n’êtes pas comme nous mais on vous aime bien).

1. Le texte pourra être découvert individuellement ou en petit


groupe avec pour tâche les recherches suivantes :
a. D’où est tiré cet extrait  ? Qui l’a écrit  ? (Le livre d’un journaliste
américain, Ted Stanger, intitulé Sacrés Français.)
b. Quel est le sujet du livre ? (Les modes de vie des Français.)
c. Dans l’extrait, quelle histoire raconte l’auteur ? (Il est invité dans
une famille et la petite fille de six ans veut lui poser des questions.
La mère le lui interdit.)
d. Quels sont les comportements particuliers des Français  ? (La
discrétion  : on ne pose pas de questions trop précises et trop
personnelles. On cache les détails de sa vie privée et le désir
d’intimité.)
2. Recherche du sens des mots inconnus
lignes 1 à 3 : beaucoup de… (des tas de) – avec plaisir (volontiers) –
de façon autoritaire (fermement)
lignes 4 à 10 : curieux (indiscret) – qui ne parle plus (se taire) – tout
de suite (instantanément) – se communiquer (se transmettre)
lignes 11 à 16  : au contraire (par contre) – visible (manifeste) –
devenir, apparaître (se révéler)
3. Les étudiants commentent ces observations.

Rédigez une liste de conseils


1. Lecture du document «  Sujets de conversation  ». Les étudiants
commentent les informations.
2. Travail en petits groupes. La tâche consiste à produire un
document conseillant les étrangers sur les sujets qu’on peut
aborder et ceux qui sont tabous.
Les étudiants utilisent la structure du document qu’ils viennent
d’étudier.

Les témoignages
La classe se partage les cinq témoignages. Pour chaque
témoignage :
a. faire formuler les informations principales ;
b. écoute du commentaire oral et formulation de son contenu ;
c. comparaison avec les habitudes des pays des étudiants.
  Témoignage écrit Commentaire oral d’un Français

Petit déjeuner
désorganisé (heure et C’est vrai, sauf lorsqu’on a des invités. Dans
David
menu). Pas de règle ce cas, le petit déjeuner est pris en commun.
générale.
Sonja Le repas type français, C’est faux. On trouve tous les cas de figure. On
c’est : entrée, plat peut inviter des amis autour d’un plat et d’un
principal, fromage et dessert. On dîne plus tôt que les Espagnols et
dessert. C’est valable plus tard que les Anglais et les Allemands
pour tous les repas.

Dans les restaurants, le


C’est vrai, mais il faut quelquefois insister
Karol pain et la carafe d’eau
pour avoir la carafe d’eau.
sont gratuits.

C’est vrai pour les plus de 50 ans. Les


On ne se tutoie pas
Amparo       nouvelles générations se tutoient plus
facilement entre voisins.
facilement.

On se serre la main très C’est vrai pour beaucoup de Français mais


William
souvent. cela dépend des personnalités.

Une belle table


a : oui – b : non – c : oui – d : oui – e : non – f : non (à gauche des autres verres).

À chacun ses habitudes


a  : Grande-Bretagne – b  : Espagne – c  : États-Unis – d  : Allemagne – e  : Chine – f  :
Allemagne – g : Canada – h : Pays-Bas – i : Japon – j : Jordanie.
Unité 2 – Bilan et pages
Évasion

Évaluez-vous, p. 82-85
Le professeur explique le but de ces pages « Évaluez-vous ». À la fin
de chaque unité, les étudiants feront une série de tests. Ils se
corrigeront eux-mêmes et se noteront.
Ils pourront ainsi repérer leurs défauts et leurs manques en
compréhension orale, expression orale, compréhension écrite,
expression écrite et correction de la langue.

Test 1
Le professeur présente chacune des compétences en donnant
éventuellement une explication. L’étudiant note «  oui  » chaque fois
qu’il pense qu’il est capable de faire ce qui est indiqué.

Test 2
À faire à deux. Pour chacune des cinq situations, il ne s’agit pas de
faire un long dialogue mais d’indiquer les deux ou trois phrases
pertinentes.
a. J’espère que je ne me suis pas trompé(e). Je suis bien chez … ?
– Oui, ils sont absents. Je vous attendais. Je suis …
b. Excusez-moi, je suis vraiment désolé(e), j’ai la grippe. Je ne
pourrai pas venir mardi.
– Ne vous inquiétez pas. On fera ce dîner un autre jour. Soignez-vous
et guérissez vite.
c. Tiens bonjour, comment vas-tu ?
– Excusez-moi, je ne vous reconnais pas.
d. Les étrangers devraient rester chez eux.
– Vous le pensez vraiment  ? Vous ne voulez plus de touristes en
France ? Que diriez-vous si on disait cela de vous quand vous êtes à
l’étranger ?
e. Bonjour, Estelle. Comment vas-tu ?
– Ça va.
– Tu es toujours fâchée contre moi ?
– Mais non, c’est du passé. C’est vrai que nous n’avions pas la même
façon de vivre.

Test 3
Faire une écoute fragmentée. Pour la partie «  e  », prononcer les
noms de lieux.
a. Pour lui proposer une sortie.
b. Le dimanche 8 avril, de 10 h à 16 h à la Roque-Gageac.
c. Un tour en montgolfière.
d. Maeva : non (stage à Paris) – Lucas : oui – Jade : oui – Romain :
non (il s’est cassé la jambe).
e. Aller jusqu’à Sarlat. Traverser la ville. Prendre à droite la route de
Vézac. Après Vézac faire 1 km, tourner à gauche, longer la Dordogne
vers la Roque-Gageac.

Test 4
a. Parc de loisirs et d’attractions.
b. Poitiers.
c. (1) la forêt des rêves – (2) le village lapon – (3) Mission
Éclabousse ! – (4) Danse avec les robots – (5) La Vienne dynamique.
d. (1) oui (TGV direct) – (2) non (environ 3 heures) – (3) oui – (4) non –
(5) oui.
e. (1) ludique – (2) tourbillon – (3) plonger – (4) vertigineux – (5)
nocturne.
Test 5
a : 5 – b : 3 – c : 8 – d : 10 – e : 2 – f : 6 – g : 1 – h : 4 – i : 7 – j : 9.

Test 6
Cher François,
Je t’écris pour te demander un petit service. J’ai un ami argentin qui
vient faire un stage de 15 jours en France, en février. Te serait-il
possible de le loger pendant cette période  ? C’est un garçon très
gentil, très calme. Il ne fume pas. Il ne connaît personne à Paris et,
par conséquent, ne devrait pas recevoir beaucoup de monde. Par
ailleurs, son stage est très intensif et il aura beaucoup de travail,
même le soir. Il ne devrait donc pas te déranger.
En revanche, vous aurez quelques sujets de conversation en
commun. C’est un passionné de musique classique et de chant…

Test 7
a. Dans l’ordre du texte :
– Étrange publicité (une affiche portant l’inscription «  Emma, je
t’aime. Reviens » est sur tous les murs de Paris).
– 1re supposition (un homme très riche déclare son amour de façon
originale).
– 2e supposition (le styliste Jean-Paul Gaultier fait sa propre
publicité).
– Révélation (c’est le publicitaire lui-même qui fait sa publicité).
b. Laissé à l’appréciation de l’étudiant.
c. Oui car c’est la présidente de la société de publicité qui l’a révélée.
d. s’étale (peut se voir partout) – envahissante (il y en a chaque jour
davantage) – fausse piste (l’hypothèse n’est pas vérifiée) – faire de
gros coups (attirer l’attention d’un large public).

Test 8
a. J’ai commencé … le patron m’a reçu. J’étais un peu inquiet mais il
était … il m’a expliqué …
Ce matin … nous avons visité … qu’ils la louaient.
Demain je passerai … qui veut … Nous visiterons …
b. Oui, j’y suis allée. – Je l’ai vu. – Je les ai emmenés. – J’en ai pris
300. – Je les ai téléchargées. – J’en ai fait un CD. – Je te le prêterai.
– J’y ai pensé. – Elle en a rapporté un. – Nous l’avons mise…
c. … je te souhaite … en attendant de te revoir … je crois que tu la
connais… nous avons eu l’occasion de le revoir … Il habite près de
chez moi. Il m’envoie des SMS … Je lui téléphone. Je lui ai présenté
mes parents. Il les a trouvés sympas. Il nous a raconté …
d. … je développerais … je le montrerais … Ils me remarqueraient.
Peut-être que mon jeu aurait du succès. Je gagnerais …
… si nous allions vivre à Paris, si nous achetions un appartement … si
nous pouvions voyager … tu m’apprécierais et que tu ne dirais plus …
e. Elle le fait réparer. – Je les ferai couper. – Il se la fera expliquer. –
Elle m’a fait rire. – Il faut le faire manger.
f. Je lui ai proposé de venir déjeuner. Elle m’a dit qu’elle était
d’accord. Je lui ai demandé si j’avertissais Valentin. Elle m’a
demandé de ne rien lui dire. Elle m’a dit qu’elle ne le supportait pas.
Je lui ai demandé pourquoi.

Évasion au cinéma, p. 86-88 (projet)

Objectifs
Savoir-faire
• Écriture créative : rédiger et jouer à deux une scène à caractère
théâtral et comique.
Connaissances culturelles
• Quelques aspects de l’humour français au cinéma (jeux de mots,
parodie, situations décalées, etc.).
• Trois films cultes et une série télé populaire.
Savoir être
• Acquérir de l’assurance face à un public.
• Imaginer et improviser à partir d’une situation.
Déroulement du projet
Rappelons le but de ces pages Évasion.
• Découvrir un univers culturel francophone (ici le cinéma français)
et inciter l’étudiant à l’explorer après la classe (aller voir les films
français projetés dans son centre culturel ou ceux qu’il peut voir
grâce à la télévision).
• Développer l’écriture créative qui permet la révision et
l’enrichissement linguistique.
Tout au long de ces trois pages, on suivra la démarche
suivante.
1. Présentation de la cérémonie des Césars et lancement du projet.
Comme le jury de la cérémonie des Césars, la classe va attribuer un
prix : celui de la meilleure scène de comédie de cinéma.
2. Lecture et commentaire des quatre scènes proposées dans le
livre. La classe peut se partager les quatre scènes. Recherche
d’autres scènes comiques de cinéma connues des étudiants et
utilisant les mêmes effets.
3. Vote pour la meilleure scène. Le projet peut s’arrêter ici ou se
poursuivre.
4. Rédaction par deux ou trois d’une scène de cinéma comique. Ce
travail peut se faire après la classe pour le cours suivant.
5. Représentation des scènes et vote pour la meilleure scène.
Le mot répété
1. Lecture silencieuse de l’introduction et reformulation par les
étudiants.
Expliquer :
– évêque : homme d’église ayant une fonction importante.
– domestique : employé de maison.
– avouer  : dire ce que l’on avait caché (l’enfant a avoué qu’il avait
volé 5 € dans le porte-monnaie de sa mère).
2. Les étudiants lisent le dialogue et recherchent ce qui leur paraît
bizarre :
– les domestiques sont allés voir des amis qui ont la rougeole, or la
rougeole est une maladie qui affecte les enfants et qui est
contagieuse ;
– Molyneux hésite et semble embarrassé ;
– Molyneux trouve bizarre que son cousin regarde son couteau ;
– la répétition du mot « bizarre » est elle-même bizarre.
3. Les étudiants interprètent la scène en recherchant l’intonation et
les attitudes des personnages.
4. Recherche de films où le comique est déclenché par la répétition
d’un mot, d’une phrase, d’un geste, d’une scène.

La situation exagérée
1. Lecture de l’introduction et observation de la photo. Faire
formuler la situation.
2. Lecture du dialogue. Rechercher les intonations.
Expliquer :
– forcément : évidemment.
– gêner  : embarrasser. Maréchal dit à Saroyan  : «  Ne vous gênez
pas ! » car celui-ci abîme encore plus la voiture en marchant sur les
débris.
– vous en avez de bonnes  : expression qui signifie «  Vous
plaisantez ! »
– piéton : personne qui se déplace à pied.
3. Rechercher les effets comiques :
– la voiture totalement éparpillée autour de Maréchal toujours au
volant ;
– Saroyan semble trouver la chose normale («  Qu’est-ce qu’il y
a ? »), il minimise l’accident (« C’est pas grave ») ;
– l’opposition des répliques  : «  Prenez l’avion  » / «  Je ne suis pas
pressé ».
4. Faire imaginer la suite par les étudiants qui n’ont pas vu le film
puis la raconter ou la faire raconter par les étudiants qui l’ont vu.
5. Rechercher d’autres situations excessives au cinéma.

La parodie
1. Lire l’introduction, observer la photo, faire formuler la situation
de départ.
2. Lecture du dialogue jusqu’à la ligne 8.
Que demande Attila  ? Quelles excuses trouvent Arthur et ses
compagnons pour ne pas payer  ? Faire remarquer les expressions
anachroniques : « On a des frais », « Demander un soutien à Rome ».
Faire remarquer aussi le jeu de mot « Rome ce n’est pas Byzance »
(«  Ce n’est pas Byzance  » est une expression imagée qui signifie
«  On n’est pas riche  ». Au Moyen Âge, l’empire romain d’Occident
s’opposait à l’empire byzantin, plus riche).
3. Lire la suite du dialogue. Relever les demandes d’Attila. Imaginer
comment Arthur les refuse.
Imaginer d‘autres demandes d’Attila.
Exemple  : la nourriture. On a beaucoup de monde à nourrir, la
récolte a été mauvaise, on va faire une grande fête avec beaucoup
d’invités.
4. Rechercher d’autres films qui sont des parodies de l’Histoire. Par
exemple, Sacré Graal, Astérix et Cléopâtre.

La critique sociale
1. Lecture de l’introduction. Faire formuler :
– en quoi consiste « un dîner de cons ». Que révèle-t-il chez ceux qui
l’organisent  ? (mépris et méchanceté, sentiment de supériorité) Qui
sont les invités ?
– pourquoi le dîner ne peut avoir lieu comme prévu. (amis absents,
départ de la femme de Brochant) ;
– l’embarras de Brochant qui se retrouve tout seul avec Pignon alors
qu’il est préoccupé par le départ de sa femme ;
– la situation à l’origine du dialogue. Brochant veut vérifier si sa
femme est bien chez Leblanc, un de ses anciens amis. Autrement dit
si Leblanc est l’amant de Laurence. Il demande à Pignon de
téléphoner en se faisant passer pour un producteur de cinéma.
2. Lecture du dialogue. Relever le comique des phrases de Pignon :
– il demande des précisions quand ce n’est pas nécessaire
(« Américain ? Allemand ? » – « C’est un bon livre ? ») ;
– il est trop scrupuleux. Ça l’ennuie que le livre ne soit pas bon ;
– il a du bon sens ;
– mais il est lent à comprendre (le quiproquo sur Juste Leblanc).
3. Discuter : quel est le personnage le plus sympathique ?
4. Chercher des films comiques bâtis sur des oppositions sociales.

À savoir
La cérémonie des Césars. Elle a été créée en 1976 à l’imitation de
la cérémonie américaine des Oscars. Il s’agit de récompenser en
priorité des films et des comédiens français rarement primés par
les Oscars. En effet, rares sont les Français qui ont eu des
Oscars : Simone Signoret (1959), Juliette Binoche (1996) et Marion
Cotillard (2008).
La cérémonie est retransmise à la télévision. C’est l’occasion de
voir une grande partie des artistes français sur scène ou dans la
salle.
Emmanuelle Riva. La photo qui est en haut de la p. 86 représente
la comédienne Emmanuelle Riva recevant le prix de la meilleure
actrice lors de la cérémonie des Césars 2012 pour son rôle dans
le film Amour de Michael Haneke. C’est le film mondialement
connu Hiroshima, mon amour d’Alain Resnais qui l’a fait connaître.
Elle est l’héroïne de films cultes du cinéma français (Thérèse
Desqueyroux, Thomas l’imposteur) mais a aussi beaucoup joué
pour le théâtre.
Drôle de drame. Film de Marcel Carné (1937) considéré comme
un chef-d’œuvre du cinéma français grâce à son humour décalé et
poétique et aux dialogues de Jacques Prévert. Il n’est regardé
aujourd’hui que par quelques cinéphiles mais tout le monde
connaît la célèbre réplique « Bizarre, vous avez dit bizarre, comme
c’est bizarre. »
Autres phrases qui ont eu un plus long destin que les films d’où
elles sont extraites : « Atmosphère, atmosphère, est-ce que j’ai une
gueule d’atmosphère  ?  » dans Hôtel du Nord, «  Okay  » dans Les
Visiteurs, « Cassé » dans Brice de Nice.
Le Corniaud  : un des plus grands succès du cinéma français
(1964) qu’on revoit régulièrement à la télévision.
Suite à sa rencontre accidentelle avec Saroyan, Antoine Maréchal
sera embarqué dans une aventure de trafic de drogue, d’or et de
pierres précieuses.
Pour se faire pardonner de lui avoir gâché ses vacances, Saroyan
lui propose de conduire sa grosse voiture américaine depuis
Naples jusqu’à Bordeaux. La voiture est évidemment bourrée de
produits illicites à l’insu de Maréchal. Bourvil joue le rôle de
Maréchal, naïf mais finalement chanceux et Louis de Funès celui
de Saroyan, rusé, méchant mais perdant.
Kaamelott  : série télévisée créée en 2005 et devenue
extrêmement populaire. C’est une parodie des chevaliers de la
Table Ronde fondée sur le décalage des situations (les relations
entre les hommes et les femmes sont des relations du XXe siècle)
et surtout du langage (Arthur et ses amis parlent la langue directe
et familière d’aujourd’hui).
Le titre Kaamelott est fondé sur un jeu de mot  : «  Camelot  », le
château du roi Arthur, et « camelote », signifiant marchandise de
mauvaise qualité.
Le Dîner de cons  : pièce de théâtre puis film de Francis Weber
(1998). À noter que le mot « con » est un mot vulgaire mais très
utilisé. Il peut avoir plusieurs sens  : «  C’est un con  » qualifie
quelqu’un de bête et borné ou tout simplement quelqu’un qui n’a
pas les mêmes idées. C’est le cas de Pignon qui est d’un autre
milieu social que Brochant. «  Pauvre con  » est une insulte
méprisante. «  Je suis con  » ou «  T’es con  » signifiera tout
simplement « Je suis stupide » ou « Tu es étourdi ».
Unité 3 Se débrouiller au quotidien
Objectifs généraux de l’unité
Cette unité prépare les étudiants aux situations pratiques qu’ils
pourront vivre lors d’une installation de courte durée dans un pays
francophone. Certains savoir-faire complètent ceux qui ont été vus
au niveau 1.
• Se débrouiller avec l’argent, faire des opérations bancaires
simples, retirer de l’argent dans une billetterie automatique,
comprendre et régler une facture.
• Trouver un logement, le décrire (pièces et ameublement),
l’aménager.
• Parler des tâches de la vie domestique, pouvoir résoudre un
problème d’entretien ou de réparation.
• Décrire un objet que l’on veut acheter ou que l’on a perdu.
• Faire une déclaration de vol, de perte ou d’accident à la police ou à
sa compagnie d’assurances.
• Dans les différentes situations de la vie quotidienne :
– exprimer des sentiments comme la crainte, la confiance ou la
méfiance. Rassurer quelqu’un ;
– accuser quelqu’un, reconnaître sa responsabilité, se défendre.

L’histoire des pages Simulations


Les escaliers de la Butte
Kamel Benkaïd vit à Montreynaud dans la banlieue de Saint-Étienne.
Il fait des études d’économie mais sa vraie passion est le théâtre.
Quand il apprend qu’il a échoué au concours d’entrée d’une grande
école de commerce, il prend la décision d’abandonner ses études et
de monter à Paris pour se consacrer à sa passion. Ni ses parents ni
son amie Nadia ne sont heureux de ce départ mais il réussit à les
convaincre qu’il réussira dans la carrière théâtrale.
À Paris, il trouve une colocation et un travail dans une société de
petits travaux à domicile. Parallèlement, il participe à des castings
et parvient à décrocher un petit rôle dans une publicité. À cette
occasion, il fait la connaissance de Clémentine, jeune comédienne
qui va l’introduire dans le milieu des cabarets. Il aura bientôt
l’occasion de faire ses preuves et montera un spectacle avec
Clémentine. La chance va lui sourire. Lors d’un accident de voiture
sans gravité, il fait la connaissance d’un fonctionnaire du ministère
de la Culture qui organise des tournées à l’étranger pour les jeunes
artistes. Kamel et Clémentine partiront en tournée à travers le
monde.
Quant à Nadia, elle aura eu le temps de comprendre que ses
aspirations ne correspondaient pas à celles de Kamel.

Exploitation de la page 89
Présenter l’objectif général de l’unité aux étudiants  : «  Vous vous
installez dans un pays francophone… » Faire en commun la liste des
situations pratiques auxquelles il faut se préparer à faire face.
Faire commenter les photos.

À savoir
Commentaires sur les photos de la page 89
• Viens chez moi, j’habite chez une copine, film comique de Patrice
Leconte (1981). Les mésaventures d’un éternel perdant sans
logement et sans travail qui ne cesse de poser des problèmes aux
copains qui cherchent à l’aider.
• Une fiche de paie (voir l’encadré « À savoir » p. 93 de ce livre).
• Une scannette. Ceux qui font leurs courses au supermarché
peuvent utiliser cet appareil qui permet de faire le compte de ses
achats. On se présente ensuite à une caisse spéciale où on paie
directement sans qu’une vendeuse soit obligée de scanner tous
les produits.
• Crevaison sur la route. Personne pour l’aider !
Leçon 9 – À vos risques et
périls !

Interactions, p. 90-91

Objectifs
Savoir-faire
• Raconter une tentative sportive, professionnelle, etc.
• Savoir décrire un risque, un essai, une réussite ou un échec.
Vocabulaire
• un exploit, la banquise, un taux, un pari, un défi
• solitaire, dramatique
• accomplir, décoller, atterrir, dériver, dérouter, se dépasser,
amputer, témoigner, enlever, libérer, décourager, encourir
Grammaire
• Mettre en valeur
• Présenter une information en utilisant la forme passive
• Exprimer des sentiments
Connaissances culturelles
• Personnalités des mondes scientifique, sportif, journalistique
qui ont fait parler d’elles.

Lecture des articles


On procédera de la manière suivante.
1. La classe se partage les trois articles. Chaque groupe prend en
charge un article et complète la grille de recherche d’informations
proposée dans le livre. Pour la compréhension des mots difficiles, il
peut faire appel à l’enseignant ou avoir recours au dictionnaire.
2. Présentation des informations à la classe. Cette présentation
peut prendre la forme d’une reformulation du contenu de l’article,
d’une description ou d’un commentaire de l’illustration. Ici, vous
voyez un médecin explorateur Jean-Louis Étienne. En 2010, il a traversé
l’océan Arctique en ballon…
3. Mise au point collective de la compréhension
a. Expliquer :
• Texte « Explorer »
– un exploit, accomplir (une réussite exceptionnelle. Citer des
exemples : En 1969, des Américains ont marché sur la lune. C’est un
exploit. Ils ont accompli un exploit.).
– en solitaire (seul).
– décoller / atterrir (donner l’exemple de l’avion).
– être dérouté (être obligé de changer de route).
– dériver (avancer sans pouvoir maîtriser sa direction (à cause du
courant, du vent, etc.).
– la banquise (pôle Nord).
– le taux (donner des exemples. Le taux de gaz carbonique augmente
dans l’air.).
b. Observer les constructions passives.
Un nouvel exploit a été accompli… → Jean-Louis Étienne a accompli
un nouvel exploit…
• Texte « Se dépasser »
a. Expliquer :
– se dépasser (faire plus que ce que l’on est capable de faire).
– amputer (couper (voir la photo)).
– une prothèse (par le dessin).
– un pari (jeu d’argent. Donner comme exemple les paris des
courses de chevaux).
– lancer un défi (quand quelqu’un dit : « Je serai meilleur que toi à la
course… Je ferai un exposé en français… »).
b. Observer l’emploi du subjonctif après «  avoir peur que…
souhaiter que… être heureux que… »
• Texte « Témoigner »
Expliquer :
– témoigner (un journaliste témoigne, il raconte ce qu’il a vu et
entendu).
– enlever, libérer (prendre quelqu’un contre sa volonté ; un enfant a
été enlevé ; libérer : rendre la liberté).
– dramatique (grave).
– décourager (après son enlèvement F. Aubenas n’a pas perdu son
courage).
– encourir (le coupable encourt une peine de 10 ans de prison  ;
encourir un risque [ou courir un risque]).
Exploit qui Autres
Autres
Noms Profession ou activités vient d’être exploits
activités
réussi passés

Traversée
de la
banquise
Travaux
jusqu’au
scientifiques :
pôle Nord,
Traverser mesure, étude
seul en
Jean - Louis l’océan du champ
Médecin, explorateur      tirant son
Étienne               Arctique en magnétique
traîneau,
ballon terrestre,
séjour de
préoccupations
quatre
écologiques
mois sur
la
banquise

Philippe Croizon Sportif Malgré son Traversée Commente les


handicap de la épreuves
(amputation Manche des jeux
des bras et (2010) Paralympiques
des jambes) à la télévision
il a réussi et à la radio
à nager sur
de longues
distances
(joindre les
cinq
continents)

Victime d’un
enlèvement
Elle a fait
et de 5
des
mois de
Florence reportages
Journaliste détention en  
Aubenas dans des
Irak, en
régions à
2005. Ne
risques
s’est pas
découragée.

Élection de la personnalité la plus aventurière (projet)


1. Présenter le tableau de vocabulaire « Réussites et échecs ».
2. Suivre le déroulement de l’activité tel qu’il est décrit dans le livre.
On peut aider les étudiants à choisir leur personnalité en organisant
une recherche collective de noms. Noter ces noms au tableau.
Après avoir lancé le projet, il est préférable de laisser aux étudiants
le temps de se documenter. La préparation de ce projet doit donc
être faite en dehors de la classe.
3. La présentation des projets se fait lors d’une séance ultérieure.
Les étudiants peuvent utiliser des photos, des diaporamas, etc.
À la fin, on élit la personnalité la plus aventurière.

Vos exploits
Présenter la tâche et laisser aux étudiants 5 minutes de préparation.
À faire ensuite sous forme de tour de table.
Ressources, p. 92-93

Objectifs
Savoir-faire
• Mettre en valeur l’acteur d’une action.
• Exprimer un sentiment (peur, regret, souhait).
Grammaire
• La forme passive.
• Le subjonctif après certains verbes ou expressions verbales
exprimant un sentiment.

Mettre en valeur
1. Observation des phrases du dessin humoristique.
a. Observer la partie gauche du dessin et la transformation de la
phrase de l’homme. Montrer que le sujet devient complément et
inversement.
b. Dans la partie droite du dessin, repérer les phrases à la forme
passive. Faire reformuler ces phrases en commençant par les mots
en gras c’est-à-dire en utilisant le complément comme sujet.
Observer les temps des verbes.
L’architecte Michel Macary a construit ce magnifique stade …
L’Argentine domine la France.
La rentrée de Bensaïd stimulera l’équipe de France.

c. Lire et commenter le tableau «  La construction passive  ». Faire


observer l’accord des participes passés. Rappeler la règle.
Dans les exercices qui suivent, on veillera à ce que les étudiants
accordent correctement les participes passés.
2. Exercice 2
a. Notre équipe a été très bien préparée par l’entraîneur.
b. Le premier quart d’heure a été très bien joué par notre équipe.
c. Un pénalty est tiré par Ribéry.
d. L’équipe est encouragée par les spectateurs.
e. Le match sera gagné par notre équipe.

3. Exercice 3
a. Nous avons été très bien accueillis par les organisateurs.
b. J’ai été logée dans un petit bungalow…
c. Les visites ont été bien commentées par le guide.
d. Le programme du voyage a été respecté par les organisateurs.
e. Nous avons été enthousiasmés par ce voyage.

4. Exercice 4
b. Le pont de Millau a été inauguré en 2004.
c. En 2010, le prix Goncourt a été attribué à Michel Houellebecq…
d. Le 3 juillet, quatre tableaux ont été volés au musée.
e. L’année prochaine, un nouveau stade sera construit.

L’expression des sentiments


1. Observation des phrases du dessin humoristique.
a. Mettre en parallèle les quatre phrases construites selon la
structure verbe exprimant un sentiment + que + verbe.
Identifier le mode du deuxième verbe. Rappeler le mode subjonctif
(vu à la leçon 3 de ce niveau).
b. Comparer avec la construction de la phrase «  Je suis content
d’avoir marqué un but ».
c. Rappeler les phrases des textes des pages 90 et 91 qui suivent ce
type de construction.
2. Exercice 2
b. J’ai peur que sans toi la soirée soit triste.
c. J’espère que Jean-Philippe et Liza mettront de l’ambiance (pas de subjonctif après
l’expression de l’espoir).
d. Je souhaite que tu guérisses vite et que tu puisses venir…
e. Paul a envie que nous fassions une ballade en forêt avec nous. – Paul a envie de faire une
ballade en forêt avec nous.

4. Exercice 3
Production possible :
Je regrette que nous l’ayons laissé seul – J’espère qu’il rangera – Je suis mécontent de notre
fils.
Je ne suis pas satisfaite du comportement de notre fils – J’aimerais qu’il devienne adulte – Je
souhaite qu’il fasse le ménage – Je regrette de lui avoir fait confiance – J’ai peur qu’il ne
comprenne pas.

À l’écoute de la grammaire
1. Vous êtes allé(e) voir le match Lyon – Marseille.
Répondez comme dans l’exemple.
• Lyon a battu Marseille ?
- Oui, Marseille a été battu par Lyon.
• Gomis a marqué un but ?
- Oui, un but a été marqué par Gomis.
• Le public a applaudi les joueurs ?
- Oui, les joueurs ont été applaudis par le public.
• Le match vous a intéressé(e) ?
- Oui, j’ai été intéressé(e) par le match.
• Lyon gagnera le championnat ?
- Oui, le championnat sera gagné par Lyon.
2. Différenciez les terminaisons de l’indicatif et du
subjonctif.
Méthode Coué
• Nous arrêtons de fumer !
- Il faut que nous nous arrêtions.
• Nous faisons du sport !
- Il faut que nous en fassions.
• Nous sortons !
- Il faut que nous sortions.
• Vous nous aidez !
- Il faut que vous nous aidiez.
• Vous nous encouragez !
- Il faut que vous nous encouragiez.
Simulations, p. 94-95

Objectifs
Savoir-faire
• Donner des instructions.
• Exprimer l’inquiétude, la peur.
• Rassurer quelqu’un.
• Demander des précisions, s’expliquer (Qu’est-ce que tu veux
dire par là ?).
Vocabulaire
• un dingue, une électricité, une épreuve, la fenêtre, le garage, la
mécanique, la panique, le port
• angoissé, bête, inquiet
• débrouiller (se), éloigner (s’), faire (s’en –), rassurer
• vraiment
Grammaire
• Construction du pronom complément à l’impératif.
• Emploi du subjonctif dans les cas étudiés p. 48.
Connaissances culturelles
• Vie quotidienne de jeunes issus de l’immigration dans une
banlieue de Saint-Étienne.
Prononciation
• Rythmes des constructions à l’impératif avec pronom.
L’histoire
Nous sommes à Montreynaud, une cité de la banlieue de Saint-
Étienne (au sud-ouest de Lyon). Kamel et son amie Nadia, deux
jeunes issus de l’immigration, font partie d’un club de théâtre et
répètent la pièce de Marcel Pagnol, Marius, sous la direction de
l’animateur Frédéric. Mais Kamel est pressé de partir car, à 19 h, il
doit avoir sur Internet les résultats de son concours à l’Essec. Arrivé
chez lui, Kamel apprend qu’il a échoué. Il s’ensuit une discussion
avec ses parents où il leur annonce son désir d’abandonner ses
études d’économie pour aller à Paris suivre des cours de théâtre.
Les parents ne comprennent pas cette décision. Quelques jours plus
tard, il met au courant son amie Nadia. Celle-ci est inquiète pour
leur avenir mais il la rassure.

Scène 1
1. Observation et description du dessin. Où sont les personnages  ?
Que font-ils ?
2. Écoute de l’introduction et des deux premières
répliques. Préciser les informations relevées d’après le dessin.
Raconter brièvement la pièce Marius. Faire appel aux éventuelles
connaissances des étudiants.
Transcrire et expliquer les deux répliques de la pièce.
Expliquer :
– une chose bête : une chose stupide.
3. Écoute des conseils de Frédéric. Mimer en classe les
déplacements et les gestes demandés par Frédéric.
Expliquer :
– s’éloigner : aller plus loin.
4. Écoute de la fin de la scène. Qu’apprend-on à propos de Kamel ?
Il a passé un concours. Il va avoir le résultat à 19 h. Il a raté deux
épreuves. Il n’est pas optimiste.
Expliquer :
– épreuve  : dans un examen ou un concours, on passe plusieurs
épreuves, l’épreuve de maths, l’épreuve d’histoire, etc.
– ça va être chaud : expression familière ; ce ne sera pas calme. Les
parents risquent de se mettre en colère.
5. Répondre aux questions a et b du livre.
b. Nadia : on a arrêté plus tôt. Kamel est parti à 18h30.
Ce soir, il a le résultat de son concours à l’Essec à 19 h sur Internet.

Scène 2
1. Écoute de la partie transcrite de la scène.
On peut procéder de la manière suivante :
a. Les étudiants cachent le dialogue sauf la première réplique. Après
une observation de l’image, ils imaginent la réponse de Kamel à la
question du père. Noter au tableau les différentes hypothèses.
b. Écouter la réponse de Kamel et s’assurer de sa compréhension.
c. Imaginer la phrase suivante. Qui va parler ? Le père ou la mère  ?
Pour dire quoi ?
Continuer le dévoilement progressif du texte et la formulation
d’hypothèses.
2. Écoute et transcription de la fin du dialogue.
Tout au long des étapes 1 et 2, expliquer :
– mécanique : fonctionnement des machines.
– se débrouiller : savoir agir dans certaines circonstances (savoir se
débrouiller en français).
– électricité : montrer l’installation électrique dans la classe.
– pas de panique : n’ayez pas peur.
– dingue (familier) : fou.
– rassurer : il a peur, on doit le rassurer.
3. Noter ce que l’on apprend sur Kamel et sa famille.
Kamel a 21 ans. Il n’aime pas ses études d’économie. Il veut être
comédien, aller à Paris pour suivre des cours de théâtre. Il a appris
le métier de garagiste. Il pourra gagner sa vie en attendant de vivre
de son activité de comédien.
Le père (M. Benkaïd), issu de l’immigration, garagiste. Il a confiance
dans les capacités de son fils mais ne pourra pas l’aider.
La mère a travaillé pour que son fils suive des études.

Scène 3
1. Observer le dessin et lire les affirmations à discuter (exercice 3).
2. L’écoute du dialogue aura pour but d’apporter des
arguments à la discussion de chaque information.
Au cours de l’écoute, expliquer :
– ne t’en fais pas : ne t’inquiète pas, rassure-toi.
• Nadia et Kamel s’aiment. → Oui. Nadia est inquiète du départ de Kamel. Kamel lui propose
de le rejoindre à Paris.
• Nadia ferait n’importe quoi … → Non. Elle a les pieds sur terre : si elle quitte sa famille ses
parents ne l’aideront plus. Elle aura des difficultés à payer ses études de médecine.
• Nadia est plus réaliste que Kamel. → Oui. Kamel pense surtout à lui.
• Kamel est optimiste et Nadia pessimiste. → Oui.

Jeu de rôle
1. Présenter le vocabulaire du tableau.
2. Présenter la situation du jeu de rôle. À faire à deux, l’un est
inquiet, l’autre le rassure.
On peut aussi faire tirer au sort d’autres situations semblables :
a. un comédien a le trac avant le spectacle ;
b. l’examen ne s’est pas très bien passé ;
c. on entend dire que l’entreprise va supprimer des postes.

Prononciation
Rythme des phrases impératives avec pronom.
Faire imaginer aux étudiants ce que représentent les pronoms.
Ne les écoutez pas. → vos amis qui veulent vous donner des conseils

À savoir
• Saint-Étienne. Ville de 176 000 habitants (agglomération de 400
000 habitants). C’était une des grandes villes industrielles de
France. Les constructions mécaniques, la sidérurgie et la
fabrication d’armement restent des activités importantes.
• Le parc du Pilat. Parc naturel régional situé entre Saint-Étienne
et Lyon, dans les montagnes du Vivarais.
• Marcel Pagnol (1895-1974). Écrivain, auteur de pièces de
théâtre et cinéaste né à Aubagne, dans la région de Marseille.
Dans ses pièces de théâtre comme dans ses souvenirs d’enfance,
il peint des caractères universels dans le décor de la Provence de
la première moitié du XXe siècle.
• Marius. Représentée en 1929 et adaptée au cinéma en 1931,
c’est la première pièce d’une trilogie qui met en scène Fanny, une
jeune vendeuse de poissons, amoureuse de Marius, le fils du
cafetier César. Marius et Fanny ont une aventure mais le jeune
homme, attiré par la mer et les voyages, finit par quitter la jeune
fille sans savoir qu’elle est enceinte. Pour ne pas être
déshonorée, elle épousera Panisse, un vieux et riche ami de la
famille…

Écrits p. 96

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre un article d’informations sur une compétition
sportive.
Vocabulaire
• un compatriote, un numéro, le macadam, une édition
• essoufflé
• truster, briller, se détacher, devancer
• sobrement
Connaissances culturelles
• Le Marathon de Paris.

Lecture et compréhension de l’article


On abordera l’article à partir d’une des procédures suivantes :
1. L’activité proposée dans le livre. Dire si les affirmations sont
vraies ou fausses. Cette activité peut se faire individuellement, par
deux ou trois.
a : V – b : F (c’est la 37e édition) – c : F (les outsiders ont brillé) – d : c’est à la fois vrai et faux
car il y a une course pour les femmes et une pour les hommes – e : V (excellentes conditions
climatiques - un soleil bien venu a réchauffé les organismes) – f  : V (le marathon est une
course de 42,195 km) – g : V (Le Kenya et l’Éthiopie ont trusté les meilleures places) – h : V
(derrière Boru Tadese) – i : V (un nouveau record de participation) – j : F (50 000 inscrits et
39 967 participants).

2. Lecture du titre et observation de la photo.


a. Faire formuler les informations qu’on peut tirer du titre et de la
photo.
(1) Une course de marathon a eu lieu à Paris.
(2) Boru Tadese a gagné la course des femmes.
(3) Peter Some a gagné la course des hommes.
b. Diviser la classe en trois groupes. Chaque groupe prend en
charge une des phrases formulées en a et l’enrichit en cherchant
des informations dans le texte. Exemple  : (1) le marathon s’est
déroulé un dimanche d’avril – il a fait très beau – 39967 coureurs ont
participé. Ils ont parcouru 42,195 km …
3. Préparation de l’interview d’un organisateur du Marathon de
Paris par un journaliste  : à faire par deux. Au cours de cette
activité, expliquer :
– truster (les Africains sont nombreux dans les premières places. Ils
ont capitalisé ces places.).
– briller (En été, le soleil brille. Le sportif, l’élève, le conférencier ont
brillé.).
– compatriote (qui a la même nationalité).
– devancer (arriver devant dans une compétition).
– se détacher (s’éloigner en avant du groupe).
– un numéro (ici, une performance brillante (un numéro de cirque)).
– sobrement (simplement).
– essoufflé (quand on a des difficultés à respirer après une course.).
– le macadam (le matériau qui recouvre la rue (le goudron)).
– édition (il y a eu déjà 36 marathons de Paris. C’est la 37e édition.).

Procédure de lecture
1. Le projet de lecture
Tout lecteur qui aborde un texte le fait, en général, avec un projet
de lecture. On ouvre un journal pour rechercher des informations
nouvelles ou bien une information précise (le programme des
cinémas, les suites d’une affaire judiciaire, etc.), on feuillette une
encyclopédie dans un but bien particulier. C’est à partir de ce
projet de lecture qu’on sélectionne des informations ou qu’on fait
des hypothèses sur le contenu du texte. Il est donc toujours
efficace d’aborder un texte en se fixant un axe de recherche qui
constituera un projet de lecture. Page 64, il s’agissait de réaliser
une recette, page 72 de faire le script d’un film, ici on pourra
proposer aux étudiants de rédiger une nouvelle brève à partir de
l’article ou d’imaginer l’interview d’un participant.
 
2. Le processus d’hypothèses / vérifications
Ce processus consiste, à partir du titre puis de la première ligne
du texte, à échafauder des hypothèses sur le contenu de
l’information. Ces hypothèses s’appuient sur les connaissances
du lecteur. La lecture procède ensuite selon une vérification de
ces anticipations.
Hypothèse et anticipation permettent au lecteur de mobiliser dans
sa mémoire des ensembles sémantiques et lexicaux préconstruits
qui serviront à la compréhension du texte.
Ce processus d’hypothèses / vérifications a été mis en place lors
de l’apprentissage de la lecture en langue maternelle. Il sera tout
naturellement transposé à la lecture en langue étrangère.
On veillera à le stimuler en exploitant :
– l’iconographie ;
– le titre et le sous-titre quand ceux-ci donnent des informations
sur le contenu du texte ;
– l’environnement des mots inconnus qui permet de faire des
hypothèses sur le sens de ce mot.

Rédigez un bref article


1. Observation de la photo et de sa légende. Expliquer ce qu’est le
Téléthon. À rapprocher d’une manifestation semblable dans le pays
de l’étudiant.
2. Écoute progressive du document. Noter la date de la
manifestation. Faire remplir la grille ci-dessous.
Noms Activités Heures Lieux Caractéristiques

Boulevard
Démonstration En musique et figures
Aurélien De 14 à 16 h Victor
de rollers spectaculaires
Hugo

De samedi Tour du 50 personnes vont se


Bérengère Jogging midi à centre- relayer toutes les trente
dimanche midi ville minutes

Promenades en
Le samedi de Voitures des années 1930
M. Renaud voitures En ville
10 à 18 h et 1940
anciennes
Julien Descente en Samedi de 14 à La tour Pour tout public
rappel 16 h du
château

Expliquer :
– myopathie : maladie génétique des muscles.
– se relayer : se remplacer à intervalle régulier.
– escalade : sport. Expliquer par le dessin.
– descente en rappel : sport. Descendre une falaise avec une corde.
3. À partir des notes qu’ils ont prises les étudiants rédigent un bref
article pour annoncer le programme du Téléthon.

Civilisation, p. 97

Objectifs
Savoir-faire
• Parler d’activités sportives.
Vocabulaire
• la célébrité, le championnat, la compétition, le/la cycliste, le
dopage, une équitation, le footing, la malhonnêteté, le match, un
média, la minceur, la nation, le patinage, la planche, la plongée, le
téléspectateur, le tournoi, la violence
• déclarer, marquer, pratiquer
• la plupart
Connaissances culturelles
• Les sports pratiqués en France.
• Les sports spectacles en France.
• Quelques sportifs célèbres.
Les sports en France
1. Lecture de l’article « Les sports les plus regardés »
Faites la liste de ces sports ainsi que des manifestations et des
sportifs qui y sont associés.
Pour chacun de ces sports, les étudiants expriment leur éventuel
intérêt.
S’ils avaient à écrire un article sur les sports les plus regardés dans
leur pays, lesquels choisiraient-ils ?
Selon quel ordre d’importance ?
2. Lecture du document « Les sports les plus pratiqués »
a. Classer les différents sports. Compléter avec d’autres sports
(voir exercice dans le livre).
(1) le ski, la randonnée, l’escalade, la descente en rappel
(2) la natation, la plongée, la voile, la planche à voile
(3) le basket-ball, le volley-ball, le handball, le tennis de table, le badminton, le squash
(4) les sports qui ne sont pas en salle
(5) le vélo, la natation, le footing, etc.
(6) le tennis, le tennis de table, le squash, le badminton
(7) le football, le basket-ball, le rugby, etc.
(8) la randonnée, la natation, le footing, etc.
(9) le golf, la voile, l’équitation, etc.

b. Quels sont les sports les plus pratiqués dans le pays des
étudiants ?

Les valeurs du sport


1. Les étudiants lisent l’enquête et cochent les mots qui selon eux
peuvent être associés au sport.
2. Faire un tour de table. Chaque étudiant donne son opinion sur le
mot qui lui échoit.
Leçon 10 – La vie est dure

Interactions, p. 98-99

Objectifs
Savoir-faire
• Parler des tâches domestiques quotidiennes.
• Savoir donner une instruction à propos de l’entretien ou de la
maintenance du logement. L’objectif de cette double page est
d’introduire de manière interactive un vocabulaire qui se
rencontre peu dans les textes de manière organisée mais qui doit
être disponible dans la mémoire de l’étudiant.
Vocabulaire
• Le vocabulaire des tâches ménagères et des petits travaux de la
maison.
• une ampoule, un appareil, un aspirateur, la baignoire, le bouton, le
bricolage, le bricoleur, le couvert, une égalité, un entretien, un évier,
le four, un intérieur, le kit, le lavabo, le lave-linge, le lave-vaisselle, la
lessive, le linge, le lit, le ménage, le meuble, le miroir, la poubelle, la
poussière, le réfrigérateur, le repassage, le sol, le sondage, la tâche,
la vaisselle
• complémentaire, dur, idéal, rare, sale, surgelé
• accrocher, coudre, débarrasser, éplucher, étendre, imposer,
nettoyer, ranger, repasser, résoudre, tirer, vider
Grammaire
• Préciser la fréquence d’une action.
Connaissances culturelles
• Les Français et les tâches ménagères.

Faites le sondage
1. Les étudiants se mettent par deux. Ils examinent chaque activité
quotidienne, mettent en commun leurs connaissances pour
résoudre les problèmes de compréhension, ont recours au
dictionnaire ou font appel au professeur. Puis ils cochent la
fréquence correspondant à leur habitude.
Cette activité peut se faire individuellement.
2. Guider les étudiants dans le comptage des points.
Ils doivent reporter dans le tableau du bas de la page 98 le nombre
de fois où ils ont coché chaque type de fréquence. Ils comptent
ensuite leurs points en fonction de la valeur de chaque type de
fréquence puis lisent en haut de la page 99 le commentaire
correspondant à leur nombre de points. Ils se préparent à donner
leur opinion sur ce commentaire.
3. Faire un tour de table. Chaque étudiant présente le résultat du
test et son opinion personnelle sur ce résultat.
Expliquer. D’une manière générale, expliquer les mots concrets par
le dessin (exemple, un lit, un aspirateur) et les activités qui y sont
liées par le mime (faire le lit, passer l’aspirateur). On pourra aussi
répartir les objets selon les pièces de la maison (la cuisine  : lave-
vaisselle, réfrigérateur, évier  ; la salle de bains  : baignoire, douche,
lavabo, etc.).
– sale : On a porté très longtemps ce vêtement. Il est sale.
– plat surgelé : plat préparé et conservé par le froid.
– résoudre : apporter une solution (résoudre un problème).
– tirer : imprimer.

Les Français et les tâches ménagères


Lecture collective du texte par fragments. À chaque information,
résoudre les problèmes de vocabulaire et faire comparer avec les
comportements dans le pays des étudiants.
Expliquer :
– bricolage, bricoleur  : le bricoleur est une personne qui fait des
petits travaux (peinture, électricité, menuiserie) sans avoir appris à
les faire.

Les actions
Recherche des noms correspondant à chaque verbe.
Attention ! Dans certains cas :
– le mot dérivé du verbe a un sens particulier. Par exemple,
l’étendage (construction avec des fils de fer qui permet d’étendre le
linge) ;
– le mot dérivé du verbe ne peut pas décrire l’action. On ne dira pas
« le passage de l’aspirateur » ;
– le mot dérivé n’existe pas : *le débarrassage.
Repassage (repasser) – étendage (étendre ; désigne les fils qui permettent
d’étendre le linge) – lavage (laver) – nettoyage (nettoyer) – vidage (vider) –
-age
épluchage (éplucher) – accrochage (accrocher) – montage (monter) – tirage
(tirer)

-tion Préparation (préparer) – résolution (résoudre) – installation (installer)

-ure Peinture (peindre)

-(e)ment Rangement (ranger) – changement (changer)

participe
Sortie (sortir) – mise (mettre)
passé

autres Cuisson (cuire)

Débat : comment partager les tâches de la maison ?


Discussion collective ou en petits groupes. Chaque étudiant ou
chaque groupe choisit une des trois opinions et la défend.
À savoir
Les Français et les travaux domestiques
La génération des femmes nées dans les années 1960 portait un
idéal d’égalité des sexes. Être une femme au foyer était une
condition qu’elles refusaient de vivre. Avoir une activité
professionnelle était la condition indispensable de l’autonomie
financière et par conséquent de l’égalité dans tous les domaines.
Aujourd’hui, on peut dire que cet idéal n’est pas encore atteint.
• Dans le domaine professionnel, les femmes représentent 50 % de
la population active. La plupart sont aujourd’hui financièrement
autonomes. Mais les postes de responsabilité sont occupés en
majorité par des hommes et la moyenne des salaires des femmes
est inférieure à celle des hommes (14  % dans le privé et 20  %
dans le public).
• Dans les couples, les grandes décisions sont prises en commun.
Ce n’est plus l’homme qui décide seul de l’achat du lieu
d’habitation, de la voiture ou du lieu de vacances.
• Les hommes s’impliquent davantage dans les tâches ménagères
mais on est loin d’une répartition égalitaire. D’après une enquête
réalisée par l’Insee, les hommes ont augmenté de 11 minutes leur
temps de travail domestique alors que les femmes l’ont réduit de
4 minutes. Mais les femmes consacrent 16 heures par semaine
aux tâches ménagères contre 6 heures pour les hommes. 88  %
d’entre elles font la lessive, 83 % le repassage1.
• On voit certes des hommes conduire leurs enfants au square ou
à l’école mais d’une manière générale, ils s’occupent moins des
enfants que les femmes.
• De nouveaux modèles se mettent en place depuis quelque
temps :
– les grands-parents assistent le couple pour la garde des enfants
et pour certaines tâches domestiques ;
– les femmes qui travaillent ont recours aux crèches, aux
garderies, aux nounous (femmes qui gardent un ou plusieurs
enfants). Mais certaines regrettent de ne pas voir suffisamment
leurs enfants.

Ressources p. 100-101

Objectifs
Savoir-faire
• Exprimer l’appartenance.
• Indiquer un degré d’importance approximatif.
Vocabulaire
• le banc
• appartenir, saluer
• aucun, n’importe...
Grammaire
• Les pronoms possessifs.
• Les adjectifs et pronoms indéfinis.

Exprimer l’appartenance
1. Observation des phrases du dessin humoristique.
Classement des formes qui expriment la possession.
a. Adjectifs possessifs : votre santé … votre banc
Revoir le système des adjectifs possessifs étudié au niveau 1. Le
tableau complet se trouve à la page 131 du niveau 2.
b. La forme « être à » + nom ou pronom :
Il est à Roger … à moi
Faire remarquer que cette forme n’est pas interchangeable avec la
précédente. L’adjectif possessif est un déterminant qui indique une
relation de possession entre deux noms (Il a pris ses affaires. Il est
monté dans sa voiture). La forme « être à … » permet de désigner la
personne qui possède (Ces affaires sont à lui).
c. Les pronoms possessifs  : la vôtre … le sien … le nôtre … la
mienne … les miennes
Ils indiquent eux aussi la personne qui possède et peuvent occuper
toutes les fonctions dans la phrase (Ce n’est pas ma voiture. La
mienne est rouge. Tu connais la sienne ?).
d. Les verbes : je possède … ce chien vous appartient.
Noter que le sujet de « posséder » est le possesseur et que le sujet
d’« appartenir » est l’objet possédé.
2. Exercice 2
a. Observer le tableau des pronoms possessifs.
b. Faire trouver le pronom qui correspond à chaque adjectif
possessif.
C’est mon livre → C’est le mien.
3. Exercice 3. Faire pratiquer l’ensemble des formes qui expriment
la possession grâce à de petits jeux de rôles.
Voici quelques propositions :
• Le salon est en désordre. On ne sait plus à qui appartient le
magazine, le portable, la montre, etc.. La mère convoque tout le
monde pour faire du rangement.
• Un couple se sépare. Chacun reprend ses affaires.
• Une famille déménage pour aller dans un appartement plus petit.
Que va-t-on emporter, vendre, jeter ?
On aura par ailleurs l’occasion de travailler ces formes dans les
pages Simulations.
Nommer sans préciser (adjectifs et pronoms indéfinis)
1. Observation des phrases du dessin humoristique.
Classer les mots en gras.
a. Distinguer les mots qui ont un sens quantitatif (beaucoup de) et
ceux qui n’en ont pas (n’importe quoi).
b. Classer les mots qui ont un sens quantitatif par ordre
d’importance et selon qu’ils sont adjectifs ou pronoms. Utiliser le
tableau de l’exercice 1.
Adjectifs Pronoms

Beaucoup de gens Beaucoup

Tous les gens Tous

Chaque ami Chacun d’eux

Quelques amis Quelques-uns

Plusieurs amis Plusieurs d’entre eux

Certains amis Certains

Peu d’ennemis Peu

La plupart des gens La plupart

Aucun ami Aucun d’entre eux

2. Vérifier et compléter les observations ci-dessus dans le tableau


de la page 101.
3. Exercice 2
Tous écoutent de la musique au réveil. La plupart en prenant leur douche. Beaucoup en
prenant leur petit déjeuner. Quelques-uns dans le métro ou en travaillant chez eux. Très peu
écoutent de la musique pour s’endormir. Aucun n’écoute de la musique au bureau ou en
dormant.

4. Exercice 3
Attention à l’utilisation du pronom.
… Oui, j’en connais certains … Oui, la plupart sont français … Oui, mais il y en a peu … Oui, je
les ai tous pris … Oui, j’en emporte quelques-uns … Non, je n’en prends aucun.

5. Pratique des expressions qui expriment l’indifférence (n’importe


qui, etc.)
a. Observer ces expressions dans le dessin humoristique et dans le
tableau.
b. Par deux, les étudiants imaginent un dialogue sur l’un des sujets
suivants en employant les expressions de l’indifférence.
• Un routard part à l’aventure sans but précis. Un ami l’interroge :
Où vas-tu  ? Avec qui  ? etc. – Je vais n’importe où… Je pars avec
n’importe qui…
• Une personne se retrouve au chômage et sans argent.
Un membre de la famille l’interroge. Que vas-tu faire  ? Où vas-tu
habiter ? etc.

À l’écoute de la grammaire
1. Exercice 1. Prononciation de [jɛ̃] et [jɛn] dans les
pronoms possessifs (un possesseur).
Partage
Ces livres sont les miens, Julien,
Ça me revient.
Ces étagères sont les miennes, Fabienne,
Elles m’appartiennent.
Mais alors, mes biens sans les tiens
Ce n’est plus rien.
Alors reviens !
2. Exercice 2. Emploi des pronoms possessifs.
Au commissariat de police on interroge un suspect.
Répondez pour lui.
• Cette veste est à vous ?
– Non, ce n’est pas la mienne.
• Alors, elle est à Roger ?
– Oui, c’est la sienne.
• Ce portefeuille est à vous ?
– Non, ce n’est pas le mien.
• Alors, il est à Roger ?
– Oui, c’est le sien.
• Ces clés sont à vous ?
– Non, ce ne sont pas les miennes.
• Alors, elles sont à vos voisins ?
– Oui, ce sont les leurs.
3. Exercice 3. Construction du pronom personnel avec un
verbe au passé composé.
La mère a été absente quelques jours. Elle rentre à la maison.
Répondez pour le père et les enfants.
• Vous avez lavé les assiettes ?
– Oui, on les a lavées.
• Tu as passé l’aspirateur ?
– Oui, je l’ai passé.
• Tu as fait la lessive ?
– Oui, je l’ai faite.
• Les enfants, vous avez fait vos devoirs ?
– Oui, nous les avons faits.
• Mais vous n’avez pas rangé votre chambre ?
– Non, nous ne l’avons pas rangée.
• Et Pierre, tu n’as pas fait les courses ?
– Non, je ne les ai pas faites.

Simulations, p. 102-103
Objectifs
Savoir-faire
• Se présenter (scène 1).
• Participer à un entretien d’embauche.
• Exprimer la méfiance ou la confiance. Rassurer, donner
confiance.
• Exprimer l’appartenance.
Vocabulaire
• le/la colocataire, la confiance, le domicile, le/la locataire, la
réparation
• avertir, compter sur, fier à (se), méfier (se – de), sentir
• tout à l’heure
Grammaire
• Emploi des adjectifs et pronoms possessifs.
Prononciation
• Les sons [v ] et [ f ].
L’histoire
Kamel est maintenant à Paris. Il cherche un logement et visite un
appartement en colocation dans le quartier de Montmartre. Les
autres colocataires et lui-même sont un peu méfiants. On le
retrouve ensuite dans une agence d’intérim. Il cherche du travail et
se dit prêt à travailler pour une entreprise de petits travaux à
domicile.
Un mois plus tard, il est installé dans l’appartement de Montmartre
mais la cohabitation avec Arthur et Loïc n’est pas toujours facile.

Scène 1
1. Observation de l’image de la photo et de la petite annonce. À
partir de ces éléments, les étudiants racontent ce qui s’est passé.
Kamel a quitté Montreynaud. Il est à Paris. Il cherche un logement.
Expliquer :
– colocation, colocataire  : à partir de locataire. Quand plusieurs
locataires partagent le même appartement.
2. Écoute du dialogue jusqu’à «  OK, je descends  ». À qui
parle Kamel ? Où sont les deux personnages ? Kamel a-t-il téléphoné ?
À qui ?
Expliquer :
– tout à l’heure : peut signifier il y a un petit moment (Je suis venu
tout à l’heure) ou dans un petit moment (On se verra tout à l’heure).
– être au courant : connaître la situation.
3. Suite de l’écoute jusqu’à « On est arrivés ».
a. Noter les informations données sur :
– Loïc : un des colocataires, fils du propriétaire.
– la chambre à louer : au 3e étage, 400 €.
b. Expliquer la fin du dialogue.
– compter sur  : avoir confiance. Loïc demande à Kamel s’il pourra
payer. Kamel le rassure.
Kamel dit-il la vérité ? Non. Il dit que son père a un grand garage et que
ses parents l’aident.
4. Écoute et transcription de la partie non transcrite.
Qu’apprend-on sur les deux colocataires  ? (Le deuxième s’appelle
Arthur. Ils ne fument pas. Les soirées ne sont pas toujours
studieuses.)

Scène 2
1. Faire préciser les éléments de la situation de
communication. Faire ensuite découvrir le dialogue selon la
procédure du dévoilement progressif :
– écoute et compréhension de la première phrase de l’employée de
l’agence ;
– formulation d’hypothèses sur la réponse de Kamel ;
– écoute de la réponse et vérification de la compréhension ;
– écoute et compréhension de la phrase de l’employée ;
– etc.
2. Répondre aux questions du livre. Kamel recherche un emploi. C’est
difficile car il n’y a pas d’emploi pour des personnes ayant fait des
études d’économie.
Heureusement il a des qualifications manuelles. On lui propose un
poste chez OK Services, une entreprise de petits travaux à domicile.
Expliquer :
– réparation : la voiture a eu un accident. On doit la faire réparer. La
réparation va coûter 500 €.
– domicile : lieu d’habitation d’une personne.
– avertir : informer quelqu’un pour qu’il fasse attention.
3. Relever les formes qui expriment l’indifférence : n’importe quoi,
etc.

Scène 3
Procéder à deux ou trois écoutes du dialogue sans donner
d’explication.
Les étudiants se mettent par deux et doivent imaginer une mise en
scène du dialogue. Ils jouent ensuite la scène. Au cours de cette
présentation, expliquer :
– sentir : par la gestuelle.

Scène 4
1. Faire observer et décrire la situation. C’est le matin.
Kamel rentre du travail et trouve l’appartement en désordre. Les
colocataires ont fait la fête très tard.
2. Par deux les étudiants imaginent un dialogue entre Kamel et
Loïc. Qu’est-ce que vous avez fait ? À qui est cette chaussure ? etc.
Utiliser les mots qui expriment l’appartenance.

Jeu de rôle
1. Lecture et compréhension de l’encadré «  Confiance et
méfiance ». On retrouve des mots qui ont déjà été vus.
Expliquer :
– se fier à : Pierre connaît bien la région. Pour faire une randonnée
avec lui, on peut se fier à lui (on peut lui faire confiance).
– se méfier de  : ce garagiste n’est pas compétent. Il fait payer très
cher ses réparations. Il faut se méfier de lui.
2. Présenter le jeu de rôle. Par deux, les étudiants imaginent un
dialogue en utilisant le vocabulaire du tableau.
C’est qui ce cousin ? Tu le connais bien ? Il a quel âge ?
On peut se fier à lui  ? Est-ce qu’il pourra arroser les plantes  ? Je
peux compter sur lui ? …

Prononciation
Il s’agit de différencier la consonne sonore [v] (vibration des cordes
vocales) de la consonne sourde [f] (prononcée en avant des lèvres,
sans vibrations des cordes vocales).

À savoir
La butte Montmartre. Le quartier de Montmartre à Paris est situé
sur une colline appelée la Butte. Au sommet de cette butte se
trouvent l’église du Sacré-Cœur et la place du Tertre entourée de
petites rues pittoresques avec des cafés et des cabarets.
Certaines rues qui permettent d’y accéder sont en escaliers. Ce
quartier plein de charme a de tout temps inspiré les poètes, les
chanteurs et les peintres. C’est aujourd’hui un grand lieu
touristique de Paris.

Écrits et civilisation, p. 104-105

Objectifs
Savoir-faire
• Rechercher des informations dans un texte à caractère socio-
économique.
• Comprendre une chanson évoquant la vie dans les banlieues.
• Comprendre un dialogue de film sur un entretien d’embauche.
• Comprendre l’histoire d’un film sur le thème de l’emploi.
Vocabulaire
• un arc-en-ciel, la candidature, la carrière, le conformisme, la
délocalisation, une élite, une embauche, une étiquette, la fusion, une
injustice, une innovation, le manuel, le modèle, le montant, le
pharmacien, la précarité, la restructuration, le revenu, la sécurité, le
souhait, le synonyme, le système, une usine, la vedette
• alimentaire, dépourvu, insatisfait, perfectible, qualifié, satisfait,
spécialiste
• cohabiter, contenter (se), craindre, dégoutter, déplacer (se), efforcer
(s’ – de), estimer, examiner, licencier, limiter, mentir, pourvoir,
réconcilier (se), requérir
• le cas échéant
Connaissances culturelles
• Les catégories socio-professionnelles en France.
• Diam’s, une chanteuse qui témoigne de la réalité sociale.
• Le Couperet, un film à résonance politique.
La double page comporte quatre documents  : un extrait d’ouvrage
général sur la société française, un extrait de chanson, une scène du
film Le Couperet et un document sonore présentant ce film. On peut
traiter les documents dans n’importe quel ordre à l’exception du
document sonore qu’il est préférable d’écouter après avoir lu la
scène du film.

La France insatisfaite
1. On peut aborder ce document en petits groupes.
Chaque petit groupe recherche les catégories sociales satisfaites et
celles qui sont insatisfaites. Pour ces dernières, on recherche les
causes des insatisfactions et on propose des solutions.
Les catégories satisfaites :
– les fonctionnaires : sécurité de l’emploi.
– les professions sans risque (médecins, pharmaciens, banquiers).
– les élites (chefs de grandes entreprises, vedettes de cinéma, etc.).
Les catégories insatisfaites :
– les jeunes : difficultés pour trouver du travail, ne trouvent que des
stages ou des CDD – causes  : manque de formation, pas de travail
correspondant à leur souhait – solutions : améliorer l’orientation et
la formation ;
– les enfants d’immigrés  : même problème que les autres jeunes –
causes : même cause avec en plus la connaissance insuffisante de la
langue française et une culture différente – solutions  :
enseignement spécial intensif de la langue, apprentissage de la
tolérance culturelle ;
– les salariés des entreprises privées (employés ou cadres) : peur du
chômage – causes : fusion et délocalisation – solutions : formation à
la mobilité ;
– les bas salaires (14 % des actifs) ne gagnent que le Smic : nécessité
d’aides sociales – solutions  : augmentation des bas salaires,
possibilité de travailler plus.
2. Les étudiants soulignent ou notent les phrases qui ne
correspondent pas à la situation dans leur pays.
Ils peuvent réécrire ces phrases pour qu’elles correspondent à la
situation locale.
Expliquer :
– précarité : situation professionnelle instable.
– fusion  : quand une entreprise achète une autre entreprise, une
partie du personnel est renvoyée.
– délocalisation  : quand une entreprise installe une partie de sa
production à l’étranger.
– revenu : ce que gagne une personne.
– élite : les personnes qui occupent le sommet de la société et qui
ont les plus gros revenus.
– vedette : les personnes célèbres.
– injustice : expliquer à partir de juste. Pierre et Marie font le même
travail. Pierre gagne 20 % de plus. C’est injuste.

La chanson de Diam’s
À faire collectivement ou en petits groupes. Au fur et à mesure de la
lecture, relever les expressions familières.
1. Rechercher les images de la France évoquées par Diam’s. Pour
chaque expression, les étudiants formulent les images qui leur
viennent à l’esprit.
Exemple : « Ma France … elle parle fort » : des étudiants manifestent,
un élève provoque un professeur, un fils provoque son père, etc.
2. Classer ensuite ces images selon qu’elles paraissent positives,
négatives, etc.
Elle vit à bout de rêves : des jeunes de condition modeste rêvent devant des publicités ou des
vitrines de magasins.
Elle vit en groupes, parle de bled : image d’immigrés adultes qui parlent du pays.
Elle déteste les règles, sèche les cours : les jeunes s’opposent à l’autorité, n’aiment pas les règles,
certains ratent les cours.
Elle joue au foot … du Coca dans la gourde : Diam’s réunit en une image deux mots clés positifs
pour les jeunes, le foot, le Coca.
Elle parle en SMS …  : image de la jeunesse qui utilise les nouvelles technologies pour
communiquer.
Elle se déplace en skate … : autre image de la modernité et du désir de mobilité et de modernité.
Basile Boli, Zinedine [Zidane] : joueurs de football admirés par les jeunes.
Elle, y faut pas croire … : les images précédentes sont aussi celles du mensonge. Une France
moderne en cache une autre, celle de la pauvreté et de la précarité.
Ma France à moi se mélange : image d’une France multiculturelle.
Elle te dérange … : la chanteuse s’adresse à un Français qui n’a pas intégré les valeurs d’une
France multiculturelle.

L’entretien d’embauche (extrait du film Le Couperet)


1. Découverte et compréhension collective de l’introduction qui
permet de comprendre la situation.
2. Les étudiants travaillent en petits groupes et répondent aux
questions posées dans le livre.
(1) Bruno Davert passe un entretien dans une entreprise qui fabrique des étiquettes
alimentaires.
(2) Les qualités de Bruno  : il a de l’expérience (15 ans dans la même société à un poste
important) ; il est courageux ; il a de l’humour.
Les défauts de Bruno  : son humour qui peut mettre mal à l’aise la DRH. Il se moque des
femmes (ses phrases du haut de la 2e colonne) ; son anticonformisme.
(3) Elle a jugé Bruno trop moqueur, trop fier et trop anticonformiste.

Expliquer :
– usine : lieu où l’on fabrique des voitures, ici du papier.
– licencier un employé : le renvoyer.
– la carrière : l’expérience professionnelle.
– une étiquette : faire un dessin.
– perfectible : qu’on peut améliorer.
– innovation technique : les nouvelles techniques.
– limité : dans cette entreprise, on ne cherche pas à innover.
– estimer : penser.
– un poste à pourvoir : un poste qui n’est pas occupé.
– requérir : nécessiter.
– s’efforcer de : essayer.
– conformisme : qui suit les règles habituelles, sans originalité.
– le cas échéant : si le cas se présente.

L’histoire du film Le Couperet


Écrire les noms propres au tableau.
Faire une écoute complète puis une écoute par fragments. Les
étudiants résument chaque fragment après l’avoir écouté.
(a) Du début à « ses deux enfants » : Bruno Davert, cadre supérieur,
est très heureux avec sa femme et ses deux enfants.
(b) « Mais un jour … toujours sans emploi » : Un jour, il est licencié et
n’arrive pas à trouver un emploi.
(c) «  C’est alors que naît … pour le remplacer  »  : Il décide alors de
tuer la personne qui occupe le poste qu’il veut et tous les autres
candidats à ce poste.
(d) Jusqu’à la fin  : Il devra tuer six fois. Sera-t-il découvert par la
police ?
Leçon 11 – Que choisir ?

Interactions, p. 106-107

Objectifs
Savoir-faire
• Décrire l’intérieur d’un logement (meubles et ustensiles).
• Décrire un objet dans le cadre d’un achat ou d’une vente.
Rédaction d’une annonce de mise en vente sur un site Internet.
Vocabulaire
• La matière
• Les dimensions
• le balai, le béton, le bois, la brosse à dents, le bureau (meuble), la
cafetière, le canapé, le carré, la chaîne hi-fi, la chaise, le champion, le
chevet, la commode, le congélateur, le coton, la couette, le coussin, le
cube, la cuisinière (à gaz), le drap, une enchère, une étagère, le gant,
une hauteur, une illustration, le marqueur, le matelas, la matière, le
micro-ondes, un oreiller, la pelle, le recueil, le rideau, le robot, le
savon, le traversin
• allongé, halogène, précieux
• embarrasser, recouvrir

Installez-vous
Le document proposé est la page accueil d’un site de vente sur
Internet. L’activité proposée doit permettre l’enrichissement du
vocabulaire des meubles et des ustensiles de la maison ainsi que la
pratique des démonstratifs et des comparatifs.
1. Lancement de l’activité. Les étudiants se mettent par deux.
Présenter l’activité. Vous êtes colocataire et vous emménagez dans un
appartement vide. Vous allez d’abord imaginer cet appartement puis
vous allez le meubler en achetant vos meubles sur le site « Tout pour
tous ».
2. Les étudiants imaginent leur logement. Ils en font le plan et
indiquent le nom des pièces. Chaque couple présente son logement
à la classe. Revoir à cette occasion le vocabulaire du logement.
3. Choix des meubles et des ustensiles
a. Présentation rapide du site. Faire remarquer que les objets sont
classés selon les pièces de la maison. À cette étape, ne pas
expliquer tous les mots.
b. Les étudiants se fixent un budget (environ 1500 €).
c. Les étudiants font leur choix. Pour chaque pièce, ils explorent la
liste des objets, mettent en commun leurs connaissances, cherchent
dans le dictionnaire les mots inconnus et, s’ils ne le trouvent pas,
interrogent le professeur. Ils se mettent d’accord sur les objets à
acheter en fonction du budget qu’ils se sont fixé.
d. Chaque couple présente brièvement ses options à la classe  :
Quelle pièce ont-ils choisi de meubler totalement  ? Quelle autre a
moins d’importance pour eux  ? Pourquoi n’ont-ils pas choisi un
congélateur ou un four électrique ? Etc.
À cette occasion, préciser le vocabulaire, donner les précisions
lexicales nécessaires.

Rédigez des annonces de vente (projet)


1. Lecture collective des annonces « Les introuvables ». Observer
les indications sur la matière, les dimensions, la forme, l’origine,
l’état et la fonction.
Noter les mots au tableau par catégories.
2. Compléter les listes à l’aide du tableau « Pour décrire un objet ».
Pour pratiquer ce vocabulaire, on peut organiser un jeu de
devinettes : Elle est en bois, elle est ronde et au milieu de la cuisine,
qu’est-ce que c’est ?
3. Les étudiants rédigent une ou plusieurs annonces pour des
objets qu’ils souhaitent vendre. Il est souhaitable que ces objets
soient un peu originaux comme ceux qui sont présentés dans la
rubrique « Les introuvables ». Pour chaque objet, ils doivent donner
le plus possible d’informations, sans oublier le nom du propriétaire.
Chaque annonce est copiée sur un petit morceau de papier.
4. Afficher les annonces sur le tableau. Les étudiants viennent lire
les annonces et négocient avec le propriétaire les objets qui les
intéressent.
5. Faire un tour de table. Chaque acquéreur présente l’objet qu’il a
acheté.

À savoir
• Objets quotidiens. Les étrangers qui arrivent en France pour la
première fois peuvent être surpris par :
– le traversin : bien que certains Français préfèrent l’oreiller, c’est
souvent le seul repose-tête qu’on trouve sur le lit. On le trouvera
dans les hôtels modestes.
– le gant de toilette  : certains l’utilisent pour se savonner.
Lorsqu’on reçoit un invité, on lui remet une serviette et un gant.
• Madame de Sévigné : femme très cultivée de la cour de Louis
XIV. Les lettres qu’elle a écrites à sa fille et à ses amis sont d’une
grande qualité littéraire et fournissent de nombreuses anecdotes
sur les événements et les personnalités de la cour.
• Chantal Mansion : artiste vivant dans le sud de la France. Auteur
de créations très éclectiques (peintures, sculptures, poèmes).
• Jules Verne (1828-1905)  : écrivain français célèbre pour ses
nombreux romans d’anticipation scientifique (20 000 Lieues sous
les mers, Le Tour du monde en 80 jours, etc.). Ces ouvrages ont été
publiés à l’origine par l’éditeur Hetzel. Les anciennes éditions
sont très recherchées.

La pédagogie du projet
Régulièrement, Écho A2 propose aux étudiants des réalisations
pouvant comporter des tâches individuelles mais qui ont toujours
une finalité collective. Page 58, il s’agissait de faire un projet de
nouvelle fête importée du pays de l’étudiant, page 90 d’élire la
personnalité la plus aventurière, ici (p. 106), de rédiger des
annonces pour un site de vente sur Internet.
Ces réalisations comportent plusieurs avantages.
• Elles motivent et valorisent l’étudiant en lui donnant une tâche
ambitieuse, concrète et souvent pratique.
• Le projet crée une émulation au sein de la classe. Lancé pendant
l’heure de cours, il pourra être poursuivi à la maison.
• Les apports linguistiques sont justifiés par l’objectif à atteindre. Il
ne s’agit plus de mettre en pratique du vocabulaire ou de la
grammaire qu’on vient d’apprendre mais de rechercher les
éléments linguistiques nécessaires à la réalisation du projet. La
mémorisation de ces éléments sera d’autant plus efficace qu’ils
correspondent à des besoins immédiats.
• La gestion collective des étapes du projet entraînera de
nombreuses interactions.
La pédagogie du projet sera mise en œuvre dans les pages
Évasion.

Ressources, p. 108-109

Objectifs
Savoir-faire
• Faire un choix en comparant et en désignant des choses.
Grammaire
• Les adjectifs interrogatifs.
• Les adjectifs démonstratifs.
• Les constructions relatives avec ce qui…, ce que…
• Les constructions comparatives.
• L’expression de la progression et de l’approximation.
Vocabulaire
• le collier

Montrer – Choisir
1. Observation des phrases du dessin humoristique.
Retrouver l’ordre du dialogue. Rechercher ce que remplacent les
mots en gras. Classer ces mots selon qu’ils sont utilisés pour
interroger ou pour désigner.
Compléter les formes de chaque catégorie en donnant d’autres
exemples.
• Pour interroger  : laquelle (la cravate) – lequel (le collier). Autres formes  : lesquelles (Quelles
photos … ?) – lesquels (Quels livres … ?).
• Pour désigner : celui-ci, celui-là (ce collier) – celles que (les cravates) – ceux qui (les colliers).
2. Lecture commentée du tableau. Après l’étude de chaque forme,
faire l’exercice correspondant.
a. Noter l’opposition celui-ci / celui-là.
b. Présenter les constructions avec celui (celle, etc.) :
– celui de
– celui + pronom relatif
c. Expliquer la forme « ce + pronom relatif ». « Ce » désigne un objet
ou une activité qui n’ont pas été nommés précédemment.
3. Exercice 2
Laquelle ? … Quel café ? … Lequel ? … Lesquels ? … Quelle chorale ? … je ne sais plus laquelle.

4. Exercice 3
… ce dimanche où nous avons fait une randonnée … Celle que nous avons faite dans la forêt …
ceux qui habitent Montreuil …Estelle, celle qui est née au Maroc, et Sylvain, celui qui raconte
des blagues. Il nous a raconté celle du joueur de foot … Ah oui, celle où nous avons trouvé des
champignons. Ceux que nous avons mangés …

5. Exercice 4
b. Ce que j’aimerais, c’est visiter La Rochelle – c. Ce qui est très intéressant, c’est la vieille ville
de La Rochelle. – d. Ce qui me plairait beaucoup, c’est une promenade en bateau. – e. Ce
qu’on pourrait faire aussi, c’est aller sur l’île de Ré.

6. Exercice 5
Ce que tu veux … Tu fais ce qui te plaît … mais ce qui m’ennuie … tout ce que je dois payer …
Même avec ce que tes parents te donnent … C’est ce que je cherche.

Comparer
1. Observation des phrases du dessin
a. Au fur et à mesure de la découverte, classer les différentes
formes selon les catégories suivantes :
– phrases superlatives  : c’est elle qui gagne le plus d’argent … la
mieux habillée … le plus drôle.
– idée de progression : de plus en plus … de moins en moins.
– idée d’approximation : plus ou moins … au moins.
b. Faire la deuxième partie de l’exercice 1.
Écrire au tableau trois noms de sportifs. Les étudiants imaginent
des phrases pour les comparer.
À cette occasion, réviser les formes qui permettent de comparer :
– avec des adjectifs et des adverbes  : Marie court plus vite que Léa.
Elle saute aussi haut.
– avec des noms : Elle a plus de volonté, elle a de meilleurs résultats.
– avec des verbes : Elle réussit mieux. Dans ce cas, remarquer que le
superlatif se construit avec une proposition relative. C’est elle qui
réussit le mieux.
2. Exercice 2
… depuis au moins 6 mois … il comprend de mieux en mieux. Il hésite de moins en moins à
prendre la parole. Plus il fréquente des Français, plus il prend de l’assurance et moins il a peur
de faire des fautes.

3. Exercice 3
Sabine voyage moins que Cédric.
Mélanie a autant de jours de voyage que Cédric.
Sabine gagne autant que Cédric. Mélanie gagne moins que lui.
Des trois, c’est Mélanie qui a le moins bon salaire.
C’est Mélanie qui a le plus de congé.
C’est Sabine qui en a le moins.

À l’écoute de la grammaire
1. Exercice 1. Pratique de l’expression de l’indifférence et
des constructions avec pronoms démonstratifs.
Elle n’a pas de préférence. Répondez pour elle.
• Quel est le spectacle que tu voudrais voir ?
– N’importe lequel. Celui que tu veux voir.
• Quels sont les acteurs qui te plaisent ?
– N’importe lesquels. Ceux qui te plaisent.
• Quelle est la pièce que tu préfères ?
– N’importe laquelle. Celle que tu préfères.
• Quel est le type de film que tu aimes ?
– N’importe lequel. Celui que tu aimes.
• Quelles sont les comédies qui te font rire ?
– N’importe lesquelles. Celles qui te font rire.
2. Exercice 2. Pratique des constructions superlatives.
C’est le meilleur téléphone mobile du marché. Confirmez-le.
• Il a beaucoup de mémoire ?
– C’est celui qui en a le plus.
• Il est léger ?
– C’est celui qui est le plus léger.
• Il coûte cher ?
– Non, c’est celui qui coûte le moins cher.
• Son écran est beau ?
– C’est celui qui est le plus beau.
• Il a beaucoup de fonctions ?
– C’est celui qui en a le plus.

Simulations, p. 110-111

Objectifs
Savoir-faire
• Choisir en comparant et en désignant.
• Exprimer une opinion.
• Comprendre des instructions préenregistrées au téléphone.
Vocabulaire
• la billetterie, le cabaret, le fric, la sélection, la tâche
• publicitaire
• consulter, sélectionner, taper
Grammaire
• Emploi des formes grammaticales introduites dans les pages
Ressources (p. 108 et 109).
Prononciation
• Différenciation [s] et [z].
L’histoire
Kamel participe à des castings. Il est sélectionné avec Clémentine,
une autre jeune comédienne, pour tourner dans une publicité. Les
deux jeunes gens fêtent l’événement au restaurant. À cette occasion,
Kamel fait connaissance avec la jeune fille, plus confirmée que lui et
qui joue déjà dans un cabaret de Montmartre. Elle va présenter
Kamel au directeur du cabaret qui sera séduit par son numéro.

Scène 1
1. Observation de l’image et lecture de la phrase d’introduction.
Les étudiants formulent des hypothèses sur le contenu du dialogue.
2. Écoute du début du dialogue (jusqu’à «  exactement  »).
Qui sont les personnages  ? Que font-ils  ? Qu’est-ce que le produit
Klinor ? Que sait-on de la publicité de ce produit ?
3. Écoute de la deuxième partie du dialogue. Les étudiants doivent
trouver combien de photos sont étudiées (5 en tout) et qui est
sélectionné.
Expliquer :
– sélectionner (sélection) : choisir.

Jouez la scène
1. Écrire des noms d’objets sur des petits papiers :
un téléphone portable, un vêtement, un tableau, une sculpture, un
vélo, une voiture, etc. Par deux, les étudiants tirent au sort un objet.
Ils préparent ensuite la situation suivante. Ils se rendent dans un
magasin qui vend ces objets et doivent faire un choix entre plusieurs
modèles. Ils regardent, commentent et choisissent.
2. Les étudiants jouent la scène ou la rédigent.

Scène 2
Observation du dessin et écoute du dialogue.
Répondre aux questions posées dans le livre.
a. Kamel et Clémentine ont été sélectionnés pour jouer dans la pub Klinor. – b. Ils ne se
connaissaient pas avant. – c. Dans un bon restaurant. – d. Non, il n’a pas d’argent en espèces
et le distributeur de billets refuse sa carte.

Expliquer :
– une billetterie : montrer sur le dessin.
– le fric : (familier) l’argent.

Scène 3
1. Écoute de la première partie du dialogue.
a. Noter la commande de Clémentine et de Kamel.
Clémentine : un kébab, des frites, une salade verte et des tomates,
de la sauce blanche, une bière.
Kamel : même commande.
b. Transcrire le dialogue avec le serveur.
2. Écoute de la fin du dialogue (partie transcrite dans le livre).
Noter ce qu’on apprend sur Clémentine.

Scène 4
1. Faire une première écoute pour préciser la situation.
2. Faire une écoute fragmentée. Notez les résultats de chaque
appel.
(1) Faux numéro.
(2) Consultation du compte de Kamel. Il est débiteur de 50,54 euros.
(3) Tentative pour avoir le poste du conseiller. Tous les conseillers
sont occupés.
(4) Béatrice Duval répond mais M. Guibert, le conseiller de Kamel,
est absent jusqu’à lundi. Kamel rappellera. Notez les expressions
propres au guidage préenregisté.

Scène 5
1. Observer le dessin et écouter la scène. Où sont les
personnages  ? Que fait Kamel  ? De quoi parlent Clémentine et le
patron du cabaret ?
2. Reformuler les paroles du patron du cabaret.
3. Imaginer la suite. Que vont faire Clémentine et Kamel ?

Prononciation
Opposition entre la consonne sonore [ z ] et la sourde [ s ]. Faire lire
sous forme dialoguée.

Écrits et Civilisation, p. 112-113


Objectifs
Savoir-faire
• Faire des opérations bancaires courantes.
• Retirer de l’argent dans une billetterie.
Vocabulaire
• un abonnement, un abri, une allocation, le carnet, la charge, le
chauffeur, le clavier, la dépense, un impôt, une ouvreuse, le plombier, le
pourboire, la remise, le renouvellement, la taxe, la taxe foncière, la
touche, le traitement (salaire), la vignette
• brut, confidentiel, mobile
• appuyer, calculer, comparer, désirer, économiser, insérer, obtenir,
recharger, récupérer, toucher
• en principe
Connaissances culturelles
• Comportements des Français en matière d’argent (dépenses,
pourboires, etc.).

Comprendre les messages des distributeurs


1. Identifier les trois distributeurs (argent, affranchissement du
courrier à la poste, billetterie de train).
2. Remettre dans l’ordre les écrans du distributeur de billets.
Écran «  Bienvenue  » → Menu choix des opérations, solde, solde et relevé, retrait, etc. →
Composer votre code → Composer votre montant → Désirez-vous un ticket  ? → Écran des
montants (50 €, 100 €) → Pour obtenir vos billets → Prenez vos billet → Retirez votre carte

3. Remettre dans l’ordre les écrans de la machine à affranchir.


Menu principal « Bonjour, appuyez sur le bouton de votre choix … » → Vous désirez envoyer
… → Vous voulez …

4. Lire l’écran d’accueil du distributeur de billets de train. Les


étudiants imaginent ce qui est écrit sur les écrans suivants.
Voici ce qu’on peut lire sur les écrans des distributeurs de gares :
Appuyez sur la touche de votre choix – Saisissez votre destination –
Choisissez le jour du départ – Choisissez votre horaire – Indiquez le
nombre de voyageurs – Choisissez votre place – Validez – Veuillez
insérer votre carte bancaire

Imaginer et rédiger le menu d’un distributeur


À faire en petits groupes. Chaque groupe choisit un distributeur
original  : livres, repas, voyages, bouquets de fleurs, cadeaux de
dernière minute, etc.
Ils rédigent les instructions à suivre pour l’utiliser.
Exemple : cadeaux de dernière minute
(1) Vous voulez faire un cadeau à une personne de … Cochez la tranche
d’âge.
(2) Indiquez le sexe : masculin – féminin
(3) Indiquez votre tranche de prix
(4) Cochez le type de cadeau  : chocolats – jouets – bijoux fantaisie –
accessoires vestimentaires – montres fantaisie – livres – posters

Les opérations bancaires


1. Présenter le vocabulaire de la partie «  À la banque  » dans
l’encadré page 112.
2. Écoute fragmentée du document. Identifier chaque
opération bancaire ainsi que la demande de l’employé de banque.
  Opérations bancaires Demandes de l’employé

a Dépôt de chèque Remplir un formulaire

b Compte à découvert (dans le rouge) Numéro de compte

c Ouverture de compte Demande de nationalité

d Demande de prêt Type de prêt

e Retrait depuis un compte à l’étranger Nom de la banque

Les Français et l’argent


1. Lecture des informations de la rubrique « À savoir ».
La classe se partage les six paragraphes. Chaque groupe lit le
paragraphe qu’il a choisi et rapporte son contenu à la classe. Le
groupe fait ensuite des comparaisons avec les habitudes de son pays
ou d’autres pays connus. Au fur et à mesure, résoudre les
problèmes de vocabulaire. L’encadré «  Prélèvements…  » ci-après
permettra à l’enseignant de répondre à certaines interrogations de
ses étudiants.
 
2. Lecture et commentaires du tableau « Les dépenses ».
Ce tableau permettra de réutiliser les constructions comparatives.
On remarquera que les Grecs et les Polonais dépensent plus que les
Français pour leur alimentation, que ce sont les Hollandais qui
dépensent le plus pour la culture et les loisirs, etc.
Les étudiants donnent leur sentiment sur l’importance des
dépenses dans leur famille
3. Lecture et commentaires du tableau « Ce qu’ils gagnent ».

Prélèvements obligatoires, impôts et aides sociales en France


• Les prélèvements sur la feuille de paye
Du salaire brut (souvent annoncé quand on cherche un emploi)
sont déduites des cotisations obligatoires pour déterminer le
salaire net que touchera le salarié :
– les contributions sociales (CSG, etc.), environ 8 %, pour s’assurer
en cas de maladie, maternité, etc. ;
– l’assurance vieillesse, 7 %, permettra de toucher une retraite de
base ;
– les cotisations pour retraites complémentaires permettront
d’améliorer la retraite de base (entre 3 et 8 %) ;
– l’assurance chômage, 2,5 %.
Entre le salaire brut et le salaire net, il y a donc entre 20 et 25 %
de différence.
• Les impôts
Les Français doivent payer les impôts suivants :
– l’impôt sur le revenu. Il est calculé sur les revenus de la famille.
On n’en paie pas si l’on a un salaire très bas. Le taux est
progressif selon le montant des revenus. L’impôt n’est pas retenu
sur la fiche de paie. On le règle en trois fois (février, mai et
septembre) ;
– la taxe d’habitation. Elle est due, en novembre, pour tout
logement habité. Elle varie selon la valeur du logement et les
revenus ;
– la taxe foncière est payée, en octobre, par ceux qui sont
propriétaires d’un logement ;
– l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune). Il est payé, en juin, par
ceux qui ont un patrimoine (ensemble des biens possédés) de plus
de 800 000 euros ;
– la redevance audiovisuelle est payée par tous ceux qui possèdent
au moins un poste de télévision. Elle est rajoutée à l’avis de taxe
d’habitation.
• Les aides sociales
Elles dépendent de la situation du demandeur : revenus bas, sans
revenu, chômeur, famille, parent isolé, étudiant, etc.
Les principales sont l’allocation familiale (le montant dépend du
nombre d’enfants et des revenus de la famille) et l’aide au
logement.
Leçon 12 – Je sais faire

Interactions, p. 114-115

Objectifs
Savoir-faire
• Parler des professions. Dire ses avantages et ses inconvénients.
Vocabulaire
• noms de métiers (voir liste p. 115)
• un attaché, le chantier, le concepteur, un environnement, le
marketing, le moyen, le multimédia, le puzzle
• efficace, entreprenant, honnête, terre à terre
• agir, cliquer, entraîner, profiter
Grammaire
• Suffixes pour la formation des noms de professions.

Faites le test
Le document est un test qui permet à celui qui le passe de
déterminer le métier qui lui convient le mieux.
1. Le professeur lit chaque question, s’assure de sa
compréhension. Les étudiants cochent le symbole qui leur convient.
Expliquer :
– agir : être actif, faire des choses.
– efficace : un employé efficace fait son travail bien et rapidement.
– entraîner : pousser quelqu’un à faire quelque chose.
– terre à terre : qui s’occupe seulement des questions quotidiennes.
– entreprenant : qui aime entreprendre, faire des choses.
– profiter : pendant 15 jours il a plu. Aujourd’hui, il fait beau. On va
profiter du soleil.
– cliquer : vocabulaire de l’informatique. Faire le geste.
– honnête : qui dit la vérité, qui agit selon le droit.
2. Les étudiants comptent les symboles qu’ils ont obtenus,
déterminent leur(s) symbole(s) dominant(s).
Ils lisent la liste des métiers correspondant à leur symbole dominant
et préparent un bref commentaire.
3. Tour de table. Chaque étudiant présente son symbole dominant,
les métiers qui lui conviennent, ceux qui ne lui conviennent pas et
explique brièvement pourquoi. Cette activité interactive peut se
combiner avec le travail prévu dans la deuxième activité (le
vocabulaire des métiers).

Le vocabulaire des métiers


Présenter la tâche. Les étudiants pourront utiliser le tableau pour
parler des professions.
La classe se partage les six listes de métiers. Pour chaque nom de
métier, les étudiants doivent trouver la forme du féminin (s’il y en a
une) ainsi que quelques qualités nécessaires pour pratiquer ce
métier. Ils peuvent aussi compléter la liste avec d’autres noms
correspondant au même type de métier.
Nous mentionnons dans ce corrigé les noms de métier qui ont un
féminin par suffixe ou par déterminant. La situation est en train
d’évoluer assez vite. On dit aujourd’hui une ingénieur(e), une
diplomate mais pas encore une médecin. Mais cela peut changer
dans les années qui viennent.
• métiers techniques  : une ingénieur(e), une technicienne, une peintre, une garagiste, une
réparatrice, une sportive, une restauratrice.
Qualités requises : attention, concentration, précision, esprit logique.
• métiers de réflexion  : une architecte, une conceptrice de produit, une chercheuse, une
économiste, une psychologue, une sociologue, une musicienne, une journaliste, une
archéologue, une météorologue.
Qualités : goût de l’étude, de la recherche, esprit de synthèse et capacité d’abstraction.
• métiers d’imagination : une écrivain(e), une comédienne, une dessinatrice, une artiste, une
styliste, une responsable, une organisatrice, une coiffeuse.
Qualités : imagination, fantaisie, capacité de création.
• métiers de la coopération : une professeur(e), une bibliothécaire, une attachée, une diplomate,
une infirmière, une responsable, une conseillère.
Qualités : sens des contacts, sens de l’écoute et du contact, capacité à convaincre.
• métiers de l’action  : une animatrice, une agent immobilier, une chef de chantier, une
consultante, une policière, une militaire, une guide.
Qualités : autorité, goût de la mobilité, sens de l’organisation.
• métiers de méthode  : une comptable, une cadre, une informaticienne, une jardinière, une
commerçante, une boulangère, une pâtissière, une bouchère, une épicière, une agricultrice.
Qualités : sens de l’organisation, précision, méthode.

Présentez le métier de vos rêves


Peut se faire oralement ou par écrit. C’est l’occasion de réutiliser le
conditionnel.

Ressources, p. 116-117

Objectifs
Savoir-faire
• Apprécier l’importance des choses.
• Opposer des idées.
Vocabulaire
• le délinquant, un officier
• malgré, malheureusement, tellement
Grammaire
• Les formes appréciatives : trop (de) … pour ; assez (de) ; si (tant,
tellement) … que…
• Les constructions « verbe + verbe ».
• L’expression de l’opposition (pourtant, malgré, au contraire, en
revanche, etc.).

Apprécier l’importance des choses


1. Observation des phrases du dessin humoristique
a. Présenter la situation. Deux jeunes sont devant un panneau les
incitant à devenir officiers de police. Le garçon hésite. Il présente les
inconvénients du métier. La fille est plus intéressée, elle présente
les avantages.
b. Relever les avantages et les inconvénients. Expliquer les formes
en gras.
2. Exercice 1, deuxième partie
Utiliser les constructions qui viennent d’être étudiées pour
présenter les avantages et les inconvénients des trois professions.
Exemple  : bibliothécaire. J’aimerais faire ce métier. On y fait des
rencontres tellement intéressantes que ce doit être passionnant –
Moi, ça ne me plairait pas. On ne sort pas assez. On est trop enfermé
et on n’est pas assez bien payé.
3. Exercice 2
Il y a tellement (tant) de bruit qu’on ne peut jamais ouvrir les fenêtres.
C’est tellement (si) éloigné de son lieu de travail qu’elle a deux heures de trajet par jour.
Les voisins crient tant (tellement) qu’elle ne s’endort pas avant minuit.
L’ascenseur est si souvent en panne qu’il faut prendre l’escalier.
Il y a si peu (tellement peu) de placards que ses affaires …

Présentez le métier de vos rêves


Peut se faire oralement ou par écrit. C’est l’occasion de réutiliser le
conditionnel.

Trop, très, etc.


• Trop, très Les étudiants confondent souvent ces deux mots.
«  Très  » marque l’intensité générale. Il est très fatigué. «  Trop  »
marque une limite, implique un élément de comparaison qui sera
formulé, qui a été formulé avant ou qui est implicite.
Il est trop fatigué pour faire la randonnée avec nous. Il ne fera pas la
randonnée avec nous car il est trop fatigué.
• Assez
 Assez » peu avoir deux sens :
(1) Il marque une intensité moyenne. Le film est assez intéressant
(moyennement intéressant).
(2) Il peut marquer une adéquation à une situation. Ce film est
assez intéressant pour que vous y trouviez du plaisir.
• Si
« Si » est utilisé avant un adjectif ou un adverbe. Il implique une
conséquence formulée ou implicite.
Sortons. Il fait si beau !
Il fait si beau que nous devrions sortir !
• Tellement
« Tellement » marque une intensité et implique une conséquence.
Il est utilisé :
(1) avec un adjectif ou un adverbe (il peut se substituer à « si »). Il
fait tellement beau que nous devrions sortir !
(2) avec un nom. Il y avait tellement de monde à cette soirée que je
n’ai pas vu Pierre.
(3) avec un verbe. Il a tellement parlé qu’il n’a plus de voix.
• Tant
«  Tant  » a le même sens que «  tellement  ». Il s’utilise avec un
nom ou avec un verbe. Il y avait tant de monde à cette soirée que je
n’ai pas vu Pierre.
Il a tant parlé qu’il n’a plus de voix.

Maîtriser les constructions « verbe + verbe »


Tableau de synthèse sur ces constructions.
1. Lecture commentée du tableau par le professeur.
Toutes les constructions ont déjà été vues. Il s’agit ici de synthétiser
et de conceptualiser.
2. Exercice 1
a  : Oui, je veux venir – b  : je sais nager – c  : j’apprends à plonger – d  : je me prépare à le
passer – e : je me suis arrêté d’en faire – f : je continue à en faire – g : je l’ai vue jouer – h : on
les emmène faire un tennis.

Opposer des idées


1. Observation des phrases du dessin humoristique.
a. Pour chaque mot en gras relever les deux idées qui sont
opposées.
b. Noter les différences de sens et de construction. Voir le tableau
« Expression de l’opposition ».
Pourtant → quelqu’un est entré / la porte était fermée.
En revanche → la porte était fermée / la fenêtre est ouverte.
Au lieu de → passer par la porte / entrer par la fenêtre.
Au contraire → vous avez dû trouver des traces / il n’y a rien.
Malgré → nous avons cherché / nous n’avons rien trouvé.
Malheureusement → nous n’avons rien trouvé / le voleur est un grand professionnel.

2. Lire l’encadré « L’expression de l’opposition ».


Pratiquer les différentes expressions à partir des mêmes débuts de
phrases.
Exemple : Il pleut malgré un coin de ciel bleu. Hier, au contraire, il a
fait beau. En revanche, hier, il a fait beau. Au lieu de pleuvoir comme la
météo l’avait indiqué, il fait beau. Etc.
3. Exercice 2
… pourtant il est allé voir le film Le Couperet.
Marie, au contraire, adore les films policiers.
Au lieu d’aller au cinéma elle est restée …
Elle avait mal à la tête malgré l’aspirine …
En revanche (par contre), sur la deuxième chaîne, il y avait un reportage …
Malheureusement, il y a eu une coupure d’électricité.
À l’écoute de la grammaire
1. Exercice 1. Construction avec « trop (de) ».
Il a participé à une fête. Il n’a pas été raisonnable. Critiquez-le.
• J’ai bu du vin.
– Tu en as trop bu.
• J’ai mal à la gorge. J’ai beaucoup chanté.
– Tu as trop chanté.
• Je ne me sens pas bien. J’ai mangé beaucoup de foie gras.
– Tu en as trop mangé.
• J’ai mal aux pieds. J’ai beaucoup dansé.
– Tu as trop dansé.
• Je suis fatigué. Je me suis couché tard.
– Tu t’es couché trop tard.
2. Exercice 2. Construction avec « ne … pas assez (de) ».
Son ami l’a quittée. Elle a des regrets. Critiquez-la.
• Je n’ai pas beaucoup écrit à Florent.
– Tu ne lui as pas assez écrit.
• Je n’ai pas beaucoup appelé Florent.
– Tu ne l’as pas assez appelé.
• Je n’ai pas fait beaucoup de cadeaux à Florent.
– Tu ne lui as pas fait assez de cadeaux.
• Je n’ai pas beaucoup invité ses amis.
– Tu ne les as pas assez invités.
• Je n’ai pas été très gentille avec Florent.
– Tu n’as pas été assez gentille avec lui.

Simulations, p. 118-119
Objectifs
Savoir-faire
• Accuser quelqu’un d’avoir commis une faute. S’accuser. Dire sa
responsabilité.
• Se défendre. S’excuser d’avoir commis une faute.
Vocabulaire
• une aile, un ambassadeur, une batterie, une bêtise, la
communication, le constat, la maladresse, la tournée
• avouer, bloquer, deviner, embêter, enfoncer, faire exprès, heurter,
jurer, reprocher, tarder, valoir la peine
Grammaire
• Formes grammaticales étudiées dans les pages Ressources.
Prononciation
• Le son [ R ].
L’histoire
Nadia est venue à Paris rendre visite à Kamel. Lors d’une
promenade à Barbizon, non loin de Paris, elle lui reproche son
manque d’attention et lui fait comprendre qu’elle se sent très
différente de lui. En repartant vers Paris, Kamel a un accident de
voiture sans gravité avec un automobiliste (Alain). En remplissant le
constat d’accident, les deux hommes bavardent et Alain se dit très
intéressé par le spectacle que Kamel a monté avec Clémentine. Il se
trouve qu’Alain organise des tournées à l’étranger pour de jeunes
artistes français.
Dans la dernière scène, on voit Kamel et Clémentine visitant la
Casbah d’Alger. Ils sont en tournée. Kamel en a profité pour voir la
maison natale de son père à qui il téléphone.

Scène 1
1. Observer le dessin. Les étudiants imaginent ce qui s’est passé et
formulent des hypothèses sur ce que se disent Kamel et Nadia.
2. Écoute du document par dévoilement progressif. Les
étudiants écoutent la première phrase de Nadia, imaginent la
réponse de Kamel. Puis ils écoutent cette réponse, etc.
Expliquer :
– valoir la peine : l’exposition est très intéressante. Ça vaut la peine
d’y aller.
– jurer : par la gestuelle.
– tarder : d’après « tard ». Différencier « tarder », prendre du temps,
et « retarder », être ou se mettre en retard.
3. Faire la liste des accusations de Nadia et les justifications de
Kamel.
Elle pense qu’il a rencontré une autre fille, il a changé.
Il ne l’a contactée qu’une fois par semaine.
Kamel se justifie en disant qu’il a beaucoup d’activités, etc.
4. Discussion.
Nadia et Kamel vont-ils se séparer ? Qui a le plus de torts ?

Scène 2
1. Observation du premier dessin. Faire formuler ce qui s’est passé.
Introduire le vocabulaire des parties de la voiture (une aile, une
roue).
2. Écoute de la partie transcrite du dialogue.
Noter le vocabulaire en relation avec l’idée de faute et d’excuses.
Expliquer :
– enfoncer (enfoncé) : d’après le dessin. La voiture a enfoncé l’aile de
l’autre voiture.
– bloquer : la roue bloquée ne peut pas tourner.
– constat : voir p. 120.
3. Écoute et transcription de la partie non transcrite du dialogue.
Expliquer :
– heurter : par le dessin ou le geste.

Jeu de rôle
1. Lecture du tableau de vocabulaire « Exprimer la responsabilité ».
2. Présentation de la situation du jeu de rôle.
Par deux, les étudiants imaginent un dialogue en utilisant le
vocabulaire qui a été vu.
• Ce fauteuil n’était pas cassé ! C’est toi qui as fait ça ?
– Non, c’est le fils de mes amis. Mais ne t’inquiète pas, je le réparerai.

Scènes 3 et 4
1. et Faire plusieurs écoutes des deux scènes. À
chaque écoute noter les informations comprises par les étudiants.
Faire raconter l’histoire.
Expliquer :
– tournée : l’artiste présente son spectacle dans plusieurs villes. Il
fait une tournée.
– deviner : essayer de trouver ce que l’on ne sait pas.
– batterie : montrer la batterie d’un téléphone portable.
2. Faire imaginer la suite de l’histoire.

Prononciation
Éviter les défauts suivants :
– quand le [ R ] est en finale, certains étudiants ont tendance à le
prononcer raclé sur le voile du palais ;
– quand il est en début ou en milieu de mot, certains étudiants ont
tendance à le prononcer roulé.

À savoir
• Barbizon : village en bordure de la forêt de Fontainebleau.
Lieu de séjour des peintres paysagistes de la deuxième moitié du
XIXe siècle (Corot, Millet, Daubigny), membres de l’école de
Barbizon.
• La Casbah : vieux quartier populaire d’Alger.

Écrits et Civilisation, p. 120-121

Objectifs
Savoir-faire
• Comprendre et faire le récit d’un accident ou d’un incident.
• Remplir un constat d’accident de véhicule.
• Comprendre un document relatif à l’assurance.
• Faire une déclaration de vol, d’incendie ou d’accident.
Vocabulaire
• Vocabulaire des accidents et des incidents (voir encadré p. 121).
• un angle, une assurance, le conducteur, la contribution, le dégât, un
incendie, la maternité, le pare-brise, le permis (de conduire), la
serrure, le véhicule, la vieillesse, le vol (cambriolage)
• corporel, matériel
• bénéficier, cambrioler, causer, constater, couvrir, souscrire
• ci-joint, violemment
Connaissances culturelles
• Le système des assurances en France.

Remplir un constat d’accident automobile


1. Compréhension du document
a. Observer le schéma de l’accident. Lire les circonstances de
l’accident. Repérer le vocabulaire des lieux et des déplacements des
véhicules.
b. Remplir la partie gauche du document jusqu’à la rubrique 9 avec
les étudiants en imaginant les détails (date, marque du véhicule,
etc.).
c. Lire et expliquer les options de la rubrique 12. La compléter pour
les véhicules A et B.
B cochera la case 8 et A ne cochera rien.
2. Rédiger la description des circonstances de l’accident pour le
véhicule B.
3. Les étudiants peuvent faire un récit d’accident, oral ou écrit, avec
un croquis à l’appui.

Récits d’incidents
1. Écoutes séparées des trois récits. Après chaque écoute,
compléter le tableau.
  1 2 3

Types Voiture Circulation bloquée sur


Racket
d’incidents endommagée l’autoroute

Victimes Conductrice Passagers des voitures Enfant

Rue sur le
Devant la Autoroute Paris-Lyon, dans le
Lieux chemin de
médiathèque Morvan
l’école

Jeune sur un skate


Grands
Causes qui saute sur la Tempête de neige
adolescents
voiture

Voitures immobilisées ; attente Perte de


Capot enfoncé,
Conséquences toute la nuit ; passagers chaussures
pare-brise cassé
frigorifiés Adidas à 200 €
2. Lecture et compréhension de l’encadré « Accidents… » de la page
121.

Rédigez une déclaration pour une compagnie


d’assurances
1. Lecture de la lettre à Alpha Assurances page 121.
Qui écrit ? Pour quelle raison ?
Repérer les détails des circonstances de l’incident : type d’incident,
lieu, date, dommages, etc. Les noter au tableau.
Relever les formules de la lettre de déclaration de sinistres : je vous
informe, j’ai constaté, etc.
2. Sur le modèle de la lettre précédente, les étudiants rédigent une
déclaration de sinistre à une compagnie d’assurances.

Le document « Soyez bien assurés »


Ce document est à l’attention des étudiants qui souhaitent une
information sur les différents systèmes d’assurances en France. Il y
a plusieurs façons de l’aborder.
a. Lecture collective en classe. Comparaison avec les réalités des
pays de l’étudiant.
b. Recherche dans le document de réponses à des questions posées
par le professeur. Par exemple  : en France, quand on va chez le
médecin, est-ce qu’on doit payer  ? Est-ce qu’on est remboursé  ?
Est-ce que la Sécurité sociale s’occupe simplement des frais de
maladie ? Etc.
c. Lecture à la maison et vérification de la compréhension en classe.

À savoir
Compléments d’informations
• Quand on consulte un médecin, qu’il s’agisse de son médecin
référent ou d’un autre médecin, on doit payer la consultation. Le
remboursement est presque complet s’il s’agit du médecin
référent mais son taux est inférieur dans le cas d’un autre
médecin.
• Généralement, on est inscrit dans une pharmacie qu’on a
choisie. Quand on apporte une ordonnance dans cette pharmacie
et qu’il s’agit de médicaments remboursables, on ne paie rien.
• Le document en photo en haut à gauche de la page 121
représente une feuille de soins. Elle est utilisée dans le cas où
l’on consulte un médecin autre que son médecin référent et où
l’on achète ses médicaments dans une pharmacie autre que celle
où l’on est inscrit.
• Quand on est hospitalisé, on n’a rien à payer sauf pour certains
services comme la chambre individuelle.
• Le système de Sécurité sociale est en déficit depuis longtemps.
Pour limiter ce déficit, la tendance est de ne plus rembourser
certains médicaments et de limiter le remboursement des
consultations.
Unité 3 – Bilan et pages
Évasion

Évaluez-vous, p. 122-125
Test 1
Le professeur présente chaque phrase en donnant le cas échéant
une explication. Les étudiants peuvent demander des précisions,
ensuite ils notent «  oui  » s’ils pensent qu’ils sont capables de se
débrouiller dans la situation présentée.

Test 2
a  : infirmières – b  : plombiers – c  : électroménager (SAV) – d  :
serruriers – e : leçons particulières – f : menuisiers – g : garagistes
– h : informatique – i : peintres – j : bibliothèques.

Test 3
Préciser la consigne. Les étudiants vont entendre des ordres. Ils
devront associer l’ordre avec le dessin. Le dessin représente
souvent l’ordre exécuté.
1 : b – 2 : i – 3 : d – 4 : g – 5 : f – 6 : h – 7 : c – 8 : a – 9 : j – 10 : e.

Test 4
a. À la photo du milieu, l’homme escaladant un immeuble. – b. Alain
Robert, surnommé le Spiderman français. – c. Il a escaladé le pilier
d’un pont. – d. À Lisbonne (Portugal). – e. Le 6 août. – f. Sans corde,
à mains nues. – g. Oui, il a mis 20 minutes pour atteindre le sommet
à 190 mètres. – h. Non, à sa descente il a été arrêté par la police. – i.
Oui, il a escaladé une cinquantaine de tours. – j. Non, en 1982 il a fait
une chute.
Mots correspondants aux définitions
(1) cordes et mousquetons – (2) escalader – (3) pilier – (4) enjamber
– (5) être interpellé – (6) s’acquitter de – (7) atteindre – (8) édifice –
(9) ascension – (10) invalide – (11) s’adonner à.

Test 5
Image 1 : on jugera de la maîtrise de l’expression de la possession.
Ceux sont les miens ou les vôtres ? Ils vous appartiennent ?
Image 2 : on évaluera la maîtrise de l’expression de la peur et de la
capacité à rassurer quelqu’un. J’ai peur. C’est une piste noire. – Ne
t’inquiète pas. Elle n’est pas difficile.
Image 3  : évaluer l’expression de l’état physique et de la
responsabilité. Comment tu te sens ? Tu as mal ? C’est de ma faute. –
Mais non, tu ne l’as pas fait exprès. C’est moi qui ai voulu faire cette
piste. C’est moi le seul responsable.

Test 6
Bien préciser aux étudiants que toutes les rubriques de la fiche ne
pourront pas être complétées.
Le travail sur ce document permettra de compléter les informations
sur le budget quotidien d’une personne.
Test 7
Madame, Monsieur,
Le 15 décembre, je vous ai commandé une lampe de bureau, modèle
Orsay, de couleur rouge. Je viens de recevoir ma commande et elle
ne correspond pas à ce que j’ai demandé. Il s’agit d’une lampe
halogène de 2 mètres de hauteur, métallique, de couleur noire.
Celle que j’ai commandée fait 30 centimètres, elle est en bois et de
couleur rouge. Je vous prie de m’indiquer ce que je dois faire. Dois-
je vous renvoyer la lampe que j’ai reçue et cet envoi me sera-t-il
remboursé ?
J’espère, par ailleurs, recevoir ma commande.
Je vous prie d’agréer mes salutations distinguées.

Test 8
a.
Madame, Monsieur, Je déclare avoir perdu ma carte bancaire. Je me
suis rendu compte de sa disparition ce jour, le 7 juin, à 14 heures.
b.
Jacques VERDIER
N° d’assurance : L 612 456
Madame, Monsieur,
Je vous informe que ma voiture a été cambriolée le 16 mars, entre
10 heures et 14 heures. Les voleurs ont cassé la vitre.
Vous trouverez ci-joint la liste des objets qui ont disparu.

Test 9
a. … vous êtes en vacances … que vous nous aidiez un peu … que vous
fassiez votre lit … que vous rangiez votre chambre … que j’aille faire
les courses … que tout soit parfait … nous allons faire une randonnée
… que nous partions à 10 heures … il fait froid … que vous preniez des
vêtements chauds … que tu ne puisses pas venir.
b. Tony : la mienne fait du 180 km / h Léo : …. La sienne fait du 200 ….
Léo  : Le mien est champion de judo … Je crois que le nôtre fait 2
mètres.
Tony : … Le leur couvre tout le mur.
c. … Lesquelles vous préférez  ? … Lequel vous me conseillez  ? …
Lesquels vous choisissez  ? … Quelle grosseur  ? … Laquelle vous
préférez ?
d. … Ce que tu veux … Celui que tu as envie de voir. Moi, ce qu’il me
faut …Celui qui joue dans « Un gars, une fille »… Celle de « Un gars,
une fille » … celles que je préfère …
e. … C’était trop difficile pour moi. J’avais tellement de travail que …
J’étais si stressé que … Mon salaire n’est pas très élevé … Mais j’ai
beaucoup plus de temps libre.
f. … pourtant il a acheté une Renault Safrane … Au lieu de chercher
du travail … Malgré mes sourires … En revanche il ne dit pas un mot
de plus.
Évasion dans la publicité, p. 126-128

Objectifs
Savoir-faire
• Compréhension de textes et de slogans publicitaires.
• Décrire et mettre en valeur un objet ou un produit.
• Écriture créative : rédaction de textes à caractère publicitaire.
Connaissances culturelles
• Les aspirations des Français.
• Les arguments publicitaires auxquels les Français sont
sensibles.
 
Présentation du projet
Tout au long de ces pages Évasion, les étudiants découvriront des
publicités françaises. Au fur et à mesure, ils réaliseront une
opération publicitaire pour un produit de leur pays à l’intention d’un
pays francophone. Ils peuvent travailler seuls ou en petits groupes.
Ce projet se déroulera selon les étapes suivantes.
1. Lancement du projet. Il peut se faire à partir de la lecture du texte
d’introduction en haut de la page 126, mais l’enseignant peut aussi
présenter le contenu de ce texte. Il y a de plus en plus de publicités.
Quelles sont les publicités que vous aimez  ? Pensez-vous qu’une
publicité faite pour votre pays puisse intéresser des Français ?
Vous allez découvrir des publicités françaises, etc.
Commenter les deux citations qui se trouvent après l’introduction.
2. Choix du produit
3. Création d’un slogan
4. Rédaction d’un texte publicitaire
5. Projet d’affiche
6. Création d’un spot publicitaire en forme de scène

Choix du produit et création d’un slogan


1. Choix du produit. Recherche de types de produits (en commun).
Les noter au tableau, classés par catégories : produits alimentaires,
vestimentaires, culturels, etc.
2. Lecture de l’encadré « Les aspirations des Français ». Faire des
hypothèses sur les raisons pour lesquelles les Français considèrent
ces mots comme positifs.
Faire des comparaisons avec le pays de l’étudiant, notamment en ce
qui concerne les priorités. Dans le document, les aspirations sont
classées par ordre de priorité. La sécurité venant en premier, la
convivialité et la proximité arrivant en dernière position.
3. Lire les slogans. Rechercher quelles aspirations chacun d’eux
tente de satisfaire.
Air France : évasion, plaisir, beauté – Velours noir : plaisir, sensualité – Renault : originalité,
évasion, réalisation personnelle – Auchan  : naturel, authentique – Bic  : efficacité, facilité –
Belin : convivialité – SNCF : efficacité, plaisir, temps libre – Lacoste : réalisation personnelle,
authentique – Ushuaïa : naturel et authentique, progrès – Castorama : réalisation personnelle,
autonomie – L’Oréal  : réalisation personnelle – Évian  : santé – Adidas  : réalisation
personnelle.

4. Les étudiants imaginent un slogan pour leur produit. Lecture des


slogans.

Rédaction d’un texte publicitaire


La classe peut se partager les deux textes.
1. Texte Quézac
Faire raconter la légende. Lors d’un terrible orage, les eaux ont
pénétré dans la terre en prenant les qualités de la pierre (la force, etc.)
et en se chargeant de bulles miraculeuses. Cette eau rejaillit à la
source Quézac et elle apporte gaieté et longue vie.
La publicité utilise le ressort de la légende, de la magie, l’idée que la
nature est source de bien-être et de vie agréable. Cette publicité
satisfait plusieurs aspirations  : le naturel, l’authentique, l’évasion
(dans le mystère), la durabilité, la santé, le plaisir et la convivialité.
2. Chypre de cœur
Situer l’île de Chypre dans la Méditerranée.
Faire la liste des activités que l’on peut faire à Chypre et ce que l’on
peut voir.
Noter les arguments publicitaires  : l’été éternel, les plaisirs, la
beauté, etc. La publicité utilise ici le ressort de la description
poétique.
3. Les étudiants rédigent un bref texte publicitaire pour
leur produit.
Projet d’affiche
1. La classe travaille en petits groupes et se partage les trois
affiches : aspirateur Electrolux, parc d’entreprises de Saint-Quentin,
Chypre au cœur. Donner la grille d’analyse ci-dessous.
Décrire et
Electrolux Parc de Saint-Quentin Chypre
caractériser…

Un parc pour les Séjour dans l’île de


Le produit Un aspirateur
entreprises Chypre

Une fourmi (symbole du


travail Famille idéale
constant et efficace) (parents jeunes et
L’aspirateur prend porte sur son beaux, un fils et une
la forme d’un dos une entreprise. Elle fille), paysage
L’image domestique (idée grimpe (idée de méditerranéen
d’efficacité, de développement et de (pureté du ciel,
facilité). progrès) dans un verdure, fleurs).
environnement végétal Le massif de fleurs a
(idée de nature, de la forme d’un cœur.
calme).
Les couleurs Gris (machine Vert (nature, croissance), Les couleurs du
robuste, produit le bleu de paysage
sérieux) et rouge l’entreprise (monde de méditerranéen
de l’aspirateur la réflexion et des idées). évoquent chaleur et
(gaieté). douceur.

Idée de proximité
(l’entreprise pense Idée d’entreprise dans
à ses clients), de un parc florissant Idée de retrouver l’été
Le slogan
rapidité (en un clin (travail agréable et pendant l’hiver.
d’œil), de facilité développement).
(être servi).

Informations sur le
produit (sans fil,
Le reste du Informations pratiques Voir l’analyse faite
sans sac,
texte (lieu, dimensions etc.). plus haut.
aspirateur
d’appoint).

2. Les étudiants imaginent un projet d’affiche. Donner deux ou trois


minutes de réflexion pendant lesquelles ils peuvent faire une
esquisse de dessin. Puis faire un tour de table. Chacun présente
brièvement son projet avec ou sans dessin.

Spot publicitaire
1. Spot Orangina
Observer la photo, faire lire le texte en imaginant la gestuelle du
personnage. Faire remarquer :
– l’originalité de la publicité  : l’explication étymologique par les
qualités du produit ;
– le fait que cette publicité est la parodie d’une scène de la pièce de
Molière, Le Bourgeois Gentilhomme. Monsieur Jourdain qui veut se
cultiver décide d’apprendre l’alphabet avec un maître de
philosophie. Celui-ci lui nomme les lettres en décrivant la manière
de les prononcer.
Expliquer :
– prolongement naturel : par la gestuelle.
2. Spot MAAF
MAAF est le sigle d’une compagnie d’assurances, la Mutuelle
Assurance Artisanale de France.
Le spot publicitaire donné dans le livre fait partie d’une série de
sketches qui mettent en scène les deux mêmes personnages  : le
directeur de la compagnie et Marcel, un client difficile qui cherche
tout le temps à prendre la compagnie en défaut. Il est chaque fois
surpris par les avantages offerts par l’assurance. Les scènes se
terminent toutes par les deux mêmes répliques  : «  Je peux  » du
directeur («  Je peux vous laisser pour retourner à mes
occupations ») et « Je l’aurai » rageur de Marcel.
Lire le dialogue. Rechercher :
– la critique de Marcel : les jeunes paient leur assurance plus cher ;
– la réponse du directeur  : à la MAAF, les filles, qui ont
statistiquement moins d’accidents que les garçons, ne sont pas
pénalisées.
Expliquer :
– ravissante : très jolie.
– ça vous échappe : vous n’y pensez pas.
– surprime  : l’assuré paie une «  prime  » pour être assuré. Les
catégories à risque (jeunes, personnes qui ont eu beaucoup
d’accidents) paient un supplément (surprime).
3. Les étudiants imaginent une scène à caractère publicitaire pour
leur produit.
Corrigés des tests du
portfolio

Mon niveau en écriture, p. 5


Chers amis,
Nous venons de passer quatre jours en Camargue.
C’est une très belle région. Nous avons eu du très beau temps
jusqu’à aujourd’hui où, malheureusement, il pleut.
Nous avons trouvé un hôtel très sympathique au milieu des
paysages sauvages.
Nous avons visité la région. Arles est une ville très intéressante avec
des monuments romains et une magnifique église du XIIe siècle.
Samedi soir, nous sommes allés voir un spectacle de Découflé2 au
théâtre antique.
Nous avons aussi fait du cheval et nous avons vu les élevages de
taureaux.
À bientôt.
Amicalement.

Écouter, test 1, p. 15
Transcription
• Scène 1
H : Tiens, bonjour, Marie. Qu’est-ce que tu fais là ?
Marie : Je vais envoyer ce paquet à des amis. C’est un cadeau pour
la naissance de leur fille.
H : Elle s’appelle comment ?
Marie : Faustine. C’est joli, non ?
• Scène 2
H : Tiens, bonjour, Nadia. T’achètes des livres pour les vacances ?
Nadia  : Oui, mais ce n’est pas ce que vous croyez. J’ai raté ma
licence. J’achète des livres pour travailler pendant l’été.
• Scène 3
F1 : Tiens, bonjour, Noémie, bonjour, Delphine ! Vous allez voir quel
film ?
F2 : Astérix.
F1 : Florent n’est pas avec vous ?
F2 : Non, il est parti hier pour son boulot, au Mexique.
F1 : Il y reste longtemps ?
F2 : Trois semaines.
• Scène 4
H : Tiens, bonjour, Karine.
Karine : Qu’est-ce que tu fais chez le médecin ? Rien de grave ?
H : Non, j’ai quelques problèmes d’estomac : le stress au boulot.
• Scène 5
Marie : Un peu de champagne ?
H : Du champagne ! Dis donc, Marie, on fête quelque chose ?
Marie : Ben oui ! Jérôme a eu son doctorat !
H : Ah, je ne le savais pas. Bravo, Jérôme ! Alors te voilà médecin !
• Scène 6
F : Bonjour, monsieur Durand. Je voulais vous demander. Vous avez
des nouvelles de votre voisine ?
H : Eh bien, elle est décédée hier soir. Son état s’était aggravé.
F : Et l’enterrement ?
H : C’est mardi, à 14 heures.
• Scène 7
F1 : Bonjour, Camille.
F2 : Bonjour, Sophie.
F1 : Elle te va bien cette robe !
F2 : C’est pour le mariage de Liza.
F1 : Ah bon, Liza se marie ?
F2 : Ben oui, dans 15 jours.
• Scène 8
F : Louis, fais attention ! Tu vas trop vite. On est dans un village. La
vitesse est limitée à 50.
Louis : On est encore loin de l’aéroport. On va être en retard.
F : Mais non, le vol d’Anne-Sophie n’arrive qu’à 15 h.
On a tout notre temps.
• Les lieux
dans la rue : 6
à la poste : 1
chez Marie : 5
au cinéma : 3
dans la salle d’attente d’un médecin : 4
dans une boutique de vêtements : 7
dans une librairie : 2
en voiture : 8
• L’information – Le complément d’information
une naissance : 1 – envoi d’un cadeau pour la naissance de Faustine
un mariage : 7 – achat d’une robe ; mariage dans 15 jours un décès : 6 – enterrement mardi
14 h
une maladie : 4 – problème d’estomac
un échec : 2 – échec à la licence ; révision pendant l’été
une réussite : 5 – doctorat de médecine
un départ : 3 – départ de Florent au Mexique pour 3 semaines
une arrivée : 8 – Anne-Sophie arrive à l’aéroport à 15 h

Écouter, test 2, p. 15
Transcription
Julien : Tiens, au mois d’août, on est allés au Puy-du-Fou.
L’ami : C’était bien ?
Julien : Ah oui, si tu connais pas, je te conseille d’y aller !
L’ami : C’est où, du côté de Nantes ?
Julien : Oui. C’est à 50 km de Nantes. Mais de Paris, en voiture, c’est
facile. Tu as l’autoroute jusqu’à Cholet. Puis c’est à 20 km.
L’ami : C’est ouvert toute l’année ?
Julien : Non, seulement du 15 avril au 15 septembre, je crois.
L’ami : C’est là qu’il y a un spectacle avec beaucoup d’acteurs ?
Julien : Oui. Cela s’appelle la Cinéscénie. Ça a lieu le soir. C’est un
spectacle qui raconte l’histoire de la région, la Vendée. C’est
vraiment extraordinaire. Je crois qu’il y a 1 200 acteurs, 800 feux
d’artifice… Mais bon, il y a aussi des spectacles dans la journée.
L’ami : Comme quoi ?
Julien  : C’est toujours sur des moments de l’histoire. Tu as des
combats de gladiateurs, l’attaque des Vikings…
L’ami : Et tout ça dans le même endroit ?
Julien : Non, non. Le Puy-du-Fou, c’est un très grand parc et dans ce
parc, tu as des lieux différents  : tu as un amphithéâtre comme le
Colisée de Rome, un château du Moyen Âge… et dans chaque lieu, tu
as un spectacle. Il faut regarder le programme…
Et même si tu ne vas pas à un spectacle, il est intéressant de se
promener dans le parc. Tu peux découvrir un village du XVIIIe siècle
avec les métiers traditionnels. Il y a une sorte de zoo avec des
animaux …
L’ami : Et tu fais ça en une journée ?
Julien  : Ah non, si tu veux voir tous les spectacles et visiter tout le
parc, il faut rester deux jours.
L’ami : Et ça coûte combien ?
Julien : 40 € pour les adultes et 25 pour les enfants.
Le parc d’attraction du Puy-du-Fou
• Situation : à 50 km de Nantes
• Dates d’ouverture : du 15 avril au 15 septembre
• Types de manifestations
Le jour : spectacles sur des moments de l’histoire
La nuit : Cinéscénie (spectacle sur l’histoire de la région)
• Autres centres d’intérêt :
1. Le parc de lieux historiques
2. Le zoo
• Prix : adulte : 40 € – enfant : 25 €

Écouter, test 3, p. 16
Transcription
Le DRH  : Bonjour, madame Girod. Je vous en prie, asseyez-vous…
Alors vous avez 27 ans… Vous êtes française… Vous êtes mariée. Pas
d’enfant ?
Marie-Sarah : Non.
Le DRH : Votre téléphone, c’est bien le 06 10 72 58 ?
M.-S. : C’est toujours ça.
Le DRH : Parlez-moi de vos études.
M.-S. : Eh bien, en 1995, j’ai obtenu un baccalauréat section S, avec
mention Bien, et puis j’ai fait une école de communication à Lyon.
J’ai obtenu mon diplôme en 1999. Puis j’ai travaillé pendant trois ans
et ensuite j’ai repris mes études. C’était en 2003. J’ai fait une
spécialité « Informatique et communication » en Angleterre.
Le DRH : Vous avez travaillé pendant trois ans, de 2000 à 2002.
M.-S.  : C’est ça. En 2000, j’ai fait deux stages de trois mois chacun.
Mon premier stage, c’était à Lille, de janvier à mars. J’ai travaillé
pour la mairie. Je me suis occupée de la communication pour la
rénovation des vieux quartiers.
Mon deuxième stage, je l’ai fait à Bruxelles, dans l’usine Fibrasport.
C’est une usine qui fabrique des vêtements pour les sportifs. D’avril
à juin, j’ai travaillé à la promotion de la marque.
Ensuite j’ai travaillé pour la SNCF.
Le DRH : Là, c’était un CDD.
M.-S.  : Oui, j’ai été recrutée début août et j’ai travaillé jusqu’en
octobre.
Le DRH : Vous faisiez quoi ?
M.-S. : J’étais au service Clientèle. Je m’occupais des réclamations.
Je remplaçais une personne en congé de maladie. Ce n’était pas
vraiment un poste pour moi. Alors, quand j’ai eu connaissance d’un
poste à la mairie de Lyon, j’ai posé ma candidature… et j’ai été prise.
Le DRH : Et qu’est-ce que vous avez fait à la mairie de Lyon ?
M.-S.  : Ah, c’était passionnant. J’ai travaillé à la mise en place du
système de location de vélos. Et puis, aussi, au service des salons
internationaux.
Le DRH : Vous parlez des langues étrangères ?
M.-S. : Oui, l’anglais, couramment. Je me suis perfectionnée pendant
mon séjour en Grande-Bretagne, en 2003.
Le DRH : Vous étiez où ?
M.-S. : À Cambridge… Je suis aussi très à l’aise en allemand. C’était
ma première langue au lycée. Je vais souvent en Allemagne parce
que ma belle-mère est allemande. Et puis je me débrouille en
italien. J’ai fait deux séjours linguistiques à Florence quand j’étais
étudiante…

Nom : GIROD Prénom : Marie-Sarah


Adresse : rue Émile-Zola – 89000 AUXERRE
Âge : 27 ans
Situation de famille : mariée sans enfant
Téléphone : 06 10 72 58
Nationalité : française
• Études et formation
2003 : spécialité « Informatique et communication » en Angleterre
1999 : diplôme d’une école de communication à Lyon
1995 : baccalauréat S, mention Bien
• Expérience professionnelle
1. Stages
Dates et durée Lieux ou entreprises

de janvier à mars 2000 Mairie de Lille

d’avril à juin 2000 Fibrasport à Bruxelles

2. CDI (contrats à durée indéterminée)


Dates et durée Entreprises

De octobre 2000 à fin 2002 Mairie de Lyon

3. CDD (contrats à durée déterminée)


Dates et
Entreprises
durée

d’août à
SNCF (service
octobre
clientèle)
2000

• Langues et séjours à l’étranger


1re langue étrangère : anglais

niveau : couramment Séjours : Cambridge

2e langue étrangère : allemand

niveau : très bien Séjours : plusieurs séjours

3e langue étrangère : italien

niveau : assez bien Séjours : deux séjours à Florence


Lire, test 4, p. 17
1. Classer
Bonnes affaires  : 3, 4, 5, 7 – Animaux  : 1 – Services  : 6 – Demandes d’emploi  : aucune –
Offres d’emploi : 2 – Vacances : 8 – Immobilier : 8 - Rencontres : 9.
2. Trouver l’annonce a : 6 – b : 4 et 5 – c : 3 et 7 – d : 8 – e : 4.

Lire, test 5, p. 18
1 : bizarre – 2 : c’est déjà produit – 3 : un pique-nique et un jeu – 4 : est connu au dernier
moment – 5 : toléré – 6 : aucun de vêtement de couleur – 7 : de Paris et de ses environs – 8 :
non – 9 : des jeunes et des moins jeunes – 10 : n’a gêné personne.

Écrire, test 6, p. 19
Chère Julie,
J’ai été très heureuse de recevoir ton message.
Je suis contente que tu aies réussi.
Toutes mes félicitations.
Je te souhaite d’excellentes vacances.
Tu les as bien méritées.
Amitiés à Tristan.
Bises.

Écrire, test 7, p. 19
Juger la capacité à présenter une opinion. Se contenter d’un ou de
deux arguments.
« D’un côté la maîtrise de l’anglais par tout le monde permettrait à
tous de se comprendre. Cela simplifierait la communication entre
les peuples. Mais d’un autre côté, les autres langues du monde ne
seraient parlées que par les habitants de leur pays. Petit à petit,
elles disparaîtraient. Les différentes cultures disparaîtraient aussi.
Je pense donc que ce projet doit être abandonné. »

Écrire, test 8, p. 19
Je roulais sur la route nationale 25 au niveau du croisement avec la
départementale 11. Le véhicule A qui venait en sens inverse a tout à
coup tourné à gauche pour prendre la départementale 11 et il m’a
coupé la route. J’ai freiné mais l’avant de mon véhicule a heurté
l’aile droite du véhicule A.
D’autre part, le véhicule B qui roulait derrière moi n’a pas pu
s’arrêter et a heurté l’arrière de mon véhicule. L’avant et l’arrière de
mon véhicule sont enfoncés.
FICHES POUR LE DVD

S. CALLET
À télécharger sur le site compagnon
www.cle-inter.com/echo
Introduction
Le DVD vidéo de Écho A2 est un outil complémentaire au niveau 2 de la méthode. Il peut être
également utilisé comme un matériel autonome avec des étudiants ayant fait une centaine d’heures
de français.

Il comporte :
✓ Un feuilleton de 16 épisodes : « L’invité-surprise »
Avec leur travail et leurs deux enfants à élever, voilà bien longtemps que Valérie et Olivier n’ont
pas eu l’occasion de passer quelques jours seuls en amoureux. Mais voici enfin une semaine de vraie
détente en perspective. C’est l’été, les enfants sont chez les grands-parents et le jeune couple fait
des projets de sortie… Soudain on sonne. C’est Christian, un ex-petit ami de Valérie. Il est de
passage à Paris et s’est dit qu’il pourrait loger à bon compte chez son ancienne copine. Ce qui ne
réjouit pas Olivier…
Ce feuilleton plein d’humour s’appuie sur les contenus linguistiques et thématiques du livre élève.
Chaque épisode correspond à une leçon sans être toutefois étroitement lié à son contenu.

✓ Huit reportages (deux par unité)


Tirés de différentes émissions d’actualité de la chaîne de télévision France 24, ils constituent des
ouvertures sur les réalités françaises en prolongement de celles qui sont proposées dans le livre.

Ces fiches proposent pour chaque épisode du feuilleton et pour chaque reportage :
✓ Une page destinée à l’enseignant dans laquelle il trouvera les objectifs de la séquence, la
transcription des documents ainsi que des suggestions pour l’exploitation de la vidéo en classe.
✓ Une page destinée à l’apprenant comportant des exercices de compréhension, d’expression et de
grammaire.

Les corrigés de ces exercices se trouvent à la fin du livre.


ÉPISODE 1
Des vacances de rêve
• Objectifs communicatifs
– Savoir répondre à des questions de compréhension.
– Exploiter le vocabulaire vu dans le livre de l’élève.
– Comprendre la vidéo de manière sélective. Repérer les mots clés.
• Objectifs linguistiques
– Emploi des temps de l’indicatif (présent, passé composé, imparfait et futur simple).
– Expressions imagées.

Synopsis
Valérie et Olivier rentrent dans leur appartement heureux et soulagés. Leurs enfants sont partis en
vacances chez leurs grands-parents et ils vont pouvoir passer une semaine de vacances en
amoureux, libres de toute contrainte. Cela fait très longtemps qu’ils n’ont pas passé de temps
ensemble, ils parlent des activités qu’ils vont faire pendant cette semaine.

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Valérie et Olivier rentrent chez eux. Ils sont enfin seuls, les enfants sont en vacances
chez leurs grands-parents.
– 2e partie : Olivier propose à Valérie un programme pour leur semaine.
– 3e partie : Valérie est soucieuse, elle veut appeler ses enfants. Olivier lui dit de ne pas s’inquiéter
et de penser à leurs vacances.

Transcription
Olivier : Enfin libres, mon amour ! Tranquilles pour une semaine entière !
Valérie : Notre première semaine de vacances en amoureux depuis quatre ans. Quel soulagement !
Olivier : On va enfin pouvoir profiter l’un de l’autre sans enfant dans nos pattes…
Valérie : Faire tout ce qui nous passe par la tête sans se soucier de rien.
Olivier : Nous lever quand bon nous semble !
Valérie : Je rêve de prendre mon petit déjeuner au lit avec toi !
Olivier : Moi aussi, mon amour.
Olivier : J’ai réservé deux places pour le spectacle à l’Opéra Garnier demain soir. Je sais à quel point
tu adores cette musique. Si tu veux, après la représentation, on pourrait aller manger dans un
grand restaurant…
Olivier : Tu m’écoutes, chérie ?
Valérie : J’espère qu’ils vont bien.
Olivier : Qui ça ?
Valérie : Les enfants ! J’ai envie d’appeler chez tes parents pour vérifier si tout va bien.
Olivier : Laisse les enfants tranquilles, ils vont très bien. Mes parents s’en occupent parfaitement. On
peut leur faire confiance.
Olivier : Tu devrais te détendre, c’est les vacances après tout.
Valérie : Tu as raison. Je vais penser à autre chose. Mais c’est la première fois que je suis séparée de
mes petits anges.
Valérie : Je peux choisir le restaurant ?
Olivier : Bien sûr, tout ce que tu veux.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Visionner tout d’abord l’épisode et demander aux apprenants de raconter ce qu’ils voient.
Demander de décrire les personnages (réviser les adjectifs qualificatifs), l’appartement, les objets et
les vêtements. Réviser ainsi plusieurs champs lexicaux abordés dans Écho A1.
2. Regarder à nouveau la vidéo en demandant aux élèves de se concentrer sur les dialogues. Faire les
exercices 1 et 2. Pour l’exercice 1, demander d’écrire les phrases ou les mots qui justifient leur
réponse. Réécouter le passage de la vidéo pour faire l’exercice 2 si nécessaire.
3. Pour l’exercice 5, réviser les expressions imagées vues dans le livre de l’élève avant de répondre à
l’exercice.
Puis, étendre l’étude sur les expressions idiomatiques. Apporter une petite liste d’expressions
courantes en classe. L’enseignant fait deviner aux apprenants le sens des expressions et donne
ensuite la signification exacte. Cela leur permet d’imaginer, de parler tout en gardant un aspect
ludique. Exemples d’idiomatismes : « avoir le cafard », « avoir le bras long », « il pleut des cordes »,
« se mettre le doigt dans l’œil », « poser un lapin », « tomber dans les pommes », « avoir le coup de
foudre », etc.
4. Après avoir fait l’exercice 6, demander aux apprenants de faire quelques vœux pour leur futur.
Faire utiliser le futur simple. Travailler en petits groupes et comparer les souhaits de chaque
groupe.
Remarque
«  Mes parents s’en occupent parfaitement  »  : faire remarquer aux apprenants que le français écrit
n’accepte pas cette utilisation du pronom «  en  » lorsqu’il fait référence à des personnes. On
attendrait l’utilisation du pronom tonique : « Mes parents s’occupent d’eux parfaitement. » À l’oral,
le pronom « en » dans ce type de tournure est employé fréquemment.

Quelques références
(ou Palais Garnier)  : construit à Paris sous Napoléon III (milieu du XIXe siècle) par
Opéra Garnier
Charles Garnier. Haut lieu traditionnel de l’opéra, aujourd’hui il est voué exclusivement à la
danse. Pour assister à des opéras, il faut se rendre à l’Opéra-Bastille, ouvert depuis 1990.
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Vrai ou faux ? Justifiez votre réponse.

  Vrai Faux

a. Valérie et Olivier sont colocataires. ❏ ❏

b. Valérie et Olivier sont en vacances. ❏ ❏

c. Ils ont loué un appartement pour les vacances. ❏ ❏

d. Ils sont en vacances pour une semaine. ❏ ❏

e. C’est la quatrième année qu’ils partent en vacances. ❏ ❏

f. Ils vont partir en vacances avec leurs enfants. ❏ ❏

g. Ils vont à l’Opéra ce soir. ❏ ❏

h. Valérie est inquiète pour ses enfants. ❏ ❏

i. Les enfants sont en vacances chez les parents de Valérie. ❏ ❏

2. Écoutez le passage et complétez les mots qui manquent.


a. Olivier : Enfin …………………, mon ………………… ! Tranquilles pour une semaine ………………… !
b. Valérie  : Notre première semaine de vacances …………………………… depuis quatre ans  !
………… soulagement !
c. Olivier : On va enfin pouvoir ………………… l’un de l’autre sans enfants dans nos pattes…
d. Valérie : Faire tout ce qui nous passe par la ……………… sans se soucier de rien.
e. Olivier : Nous lever quand ……………………………………………… !
f. Valérie : Je ……………… de prendre mon petit déjeuner ……………… avec toi.
g. Olivier : ………… aussi, mon amour !
3. Conjuguez le verbe pouvoir aux temps demandés.
a. Présent : Tu ………………… téléphoner aux enfants ?
b. Futur simple : On …………………… se lever tard.
c. Futur proche : Vous ……………………… aller à l’Opéra.
d. Passé composé : Nous ……………………… lui parler.
e. Imparfait : Nous …………………… aller au restaurant chaque soir.
4. Mettez le texte au passé.
Valérie et Olivier rentrent chez eux. Les enfants ne sont pas à la maison. C’est calme, il n’y
a aucun bruit. Olivier propose à Valérie d’aller à l’Opéra. Elle semble heureuse d’être seule
avec son mari mais elle s’inquiète un peu pour ses enfants. Olivier lui dit de se détendre.
Puis ils parlent de leurs projets d’activités pour la semaine.
Hier, .........................
5. Barrez l’intrus dans chaque liste de mots.
a. se détendre – soulagement – se soucier de – tranquilles
b. amoureux – paresseux – adorer – chérie
6. Expliquez les expressions suivantes :
a. sans enfant dans nos pattes :
......................................................................................................................
b. faire ce qui nous passe par la tête :
......................................................................................................................
c. quand bon nous semble :
......................................................................................................................
7. Imaginez dix vœux que Valérie et Olivier font pour leurs jours de vacances.
Exemple : Nous irons dîner dans un grand restaurant.
Valérie et Olivier : Nous .....................................................................

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 2
Un événement imprévu
• Objectifs communicatifs
– Savoir repérer les éléments visuels d’une vidéo.
– Comprendre une vidéo de manière globale et sélective.
– Rédiger un bref résumé d’une enquête.
• Objectifs linguistiques
– Savoir utiliser les pronoms personnels compléments directs et indirects.
– Exprimer ses préférences et ses goûts.
– Savoir se présenter et faire connaissance.

Synopsis
Valérie et Olivier profitent de leur première matinée en amoureux.
Ils prennent le petit déjeuner au lit. Soudain, on sonne à la porte. Ils sont étonnés, ils n’attendent
personne. Olivier se lève compte tenu de l’insistance de la sonnerie. En ouvrant la porte il aperçoit
un homme qu’il ne connaît pas, Christian. Apparemment Christian est un grand ami de Valérie et
semble connaître l’existence d’Olivier. Olivier est étonné du comportement cavalier de Christian et
l’on sent une pointe de jalousie lorsque Valérie accueille Christian avec grand enthousiasme !

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Valérie et Olivier profitent de leur matinée en amoureux et prennent le petit déjeuner
au lit.
– 2e partie : on sonne à la porte. Ils se demandent qui peut venir à cette heure-là. Olivier se lève.
– 3e partie : Christian, un vieil ami de Valérie, arrive à l’improviste. Olivier ne connaît pas Christian
mais Valérie l’accueille à bras ouverts.

Transcription
Valérie : Je me régale ! Quel bonheur de prendre le petit déjeuner au lit avec toi. Les tartines beurrées
que tu m’as préparées sont délicieuses.
Olivier  : Quel plaisir de lire un bon livre, aux côtés de sa charmante épouse, dans une maison
silencieuse, sans cris d’enfants !
Valérie : Tu as raison, mon amour.
Valérie : Tu attends quelqu’un ?
Olivier : Personne. Oh, ça doit être une erreur, quelqu’un qui s’est trompé d’étage.
Olivier : Je vais voir.
Valérie : Et qui que ce soit, tu lui dis de repasser dans une semaine.
Olivier : Un instant, du calme, j’arrive !
Christian : Salut ! Tu dois être Olivier ! Je suis ravi de faire ta connaissance.
Olivier : Vous êtes qui ?
Christian : Je suis Christian, enfin !
Olivier : Je ne connais pas de Christian et je ne vous ai pas autorisé à pénétrer dans mon appartement.
Christian : Tu me fais marcher, Olivier ! Ne me dis pas que Valérie ne t’a jamais parlé de moi !
Olivier : Vous connaissez ma femme ?
Valérie : Christian ? C’est toi ?
Olivier : Tu connais ce type !
Valérie : Ah ! Mais quel bonheur de te voir ici !
Olivier : Visiblement, il me semble que oui…

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Avant de commencer les exercices, visionner la vidéo sans le son. Demander aux apprenants
d’interpréter l’épisode. Que se passe-t-il ? Qui est Christian ? etc. Discuter en classe. Puis regarder à
nouveau la vidéo, avec le son. Faire l’exercice 1.
2. Demander aux apprenants de lire les mots de l’exercice 2. Revoir le vocabulaire de la cuisine
(ustensiles et alimentation). Demander ce qu’ils prennent au petit déjeuner, comparer selon les pays
en vue d’une approche interculturelle. Faire l’exercice 2.
3. Visionner à nouveau le début de l’épisode si nécessaire. Faire l’exercice 3. Puis réinvestir le
vocabulaire autour du goût et des préférences vu dans la leçon 2. Ping-pong pour un tour de classe
sur les goûts : un élève demande à un autre s’il aime quelque chose. L’élève interrogé répond puis
choisit un autre élève en le questionnant sur ses goûts, etc. Tous les apprenants doivent participer.
Exemple : X, est-ce que tu aimes lire ? Oui, mais je préfère le cinéma. Et toi Y, aimes-tu le cinéma ?
Oui, j’adore le cinéma mais je déteste le théâtre. Et toi, Z, le théâtre te plaît, etc.
4. Enquête
Après avoir fait l’exercice 4, demander aux élèves de préparer une «  enquête sur les habitudes
alimentaires de différentes familles  ». Placer les étudiants par petits groupes de 3 ou 4  : un
enquêteur et des personnes sondées. Les personnes se présentent puis l’une pose des questions sur
les goûts des autres. Passer pour corriger les éventuelles erreurs à l’écrit.
Puis demander aux élèves de rédiger un petit texte en utilisant le vocabulaire du goût et des
préférences. Par exemple : Dans la famille Dupont, M. Dupont préfère manger des tartines beurrées le
matin, mais il déteste boire du café et il a horreur du thé. Mme Dupont, elle, adore le café, mais elle
aime mieux boire du thé le matin, etc.
Remarque
Olivier dit : « Je connais pas de Christian. » Demander aux apprenants ce qu’ils entendent. Faire
remarquer que l’adverbe de négation ne est souvent omis à l’oral. Préparer quelques questions pour
que les étudiants s’entraînent à répondre oralement avec une négation.
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Répondez aux questions.


a. Pourquoi Olivier apprécie-t-il ce moment ? (Donnez deux exemples.)
........................................................................................
b. Pourquoi Valérie et Olivier sont-ils étonnés lorsqu’ils entendent la sonnette ?
........................................................................................
c. Est-ce qu’Olivier connaît Christian ? Justifiez votre réponse.
........................................................................................
2. Barrez les choses que vous ne voyez pas dans la vidéo.
un fauteuil – un lit – du courrier – un livre – un stylo – un plateau – une tasse – un croissant
– du pain – du fromage – un oreiller – une carafe – une tartine – un sac à dos – du sel – une
table – un verre – une corbeille (à pain) – une serviette.
3. Complétez le tableau avec trois éléments entendus dans l’épisode.

Valérie aime Olivier aime

   

Et vous ?

J’adore J’aime J’ai horreur de Je ne supporte pas

       

4. Trouvez les phrases qui manquent aux dialogues.


a. « Salut, je m’appelle Olivier.
–…………………………………………Christian……………………………………………………
– Moi aussi. »
b. « Bonjour, …………………………………… Christian ?
– Oui, c’est moi. Mais ………………………………….………………… ?
– Je suis Olivier, un ami de Valérie.
–……………………………………………………………………………………»
5. Remplacez les mots en gras par en, y, les, lui et le (l’).
a. Christian va à Paris. Il vient du Pérou. →
....................................................................................................................
b. Il rêve de travailler pour une ONG. →
.....................................................................................................................
c. Olivier n’a jamais vu Christian. →
......................................................................................................................
d. Christian connaît Olivier et Valérie. →
......................................................................................................................
e. Olivier demande à Christian de se présenter. →
......................................................................................................................
f. Olivier demande à Valérie si elle connaît ce type. →
...................................................................................................................
6. Répondez aux questions avec un pronom personnel complément.
a. Tu connais ce type ? – Oui,
......................................................................................................................
b. Tu penses souvent à Olivier ? – Oui,
......................................................................................................................
c. Tu as besoin de calme ? – Oui,
......................................................................................................................
d. Vous connaissez Christian ? – Non,
......................................................................................................................
e. Est-ce qu’Olivier parle à Christian ? – Oui,
......................................................................................................................
7. Écoutez la vidéo et complétez avec des pronoms compléments. Attention à l’élision.
a. Les tartines que tu ……… as préparées sont délicieuses.
b. Allez, Olivier, tu ………… fais marcher, là !
Ne ……… dis pas que Valérie ne …… a jamais parlé de moi !

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 3
L’intrus
• Objectifs communicatifs
– Savoir demander ou conseiller poliment.
– Décrire le mouvement.
• Objectifs linguistiques
– Conjugaison du conditionnel présent.
– Conditionnel présent : hypothèse, demandes polies et conseils.
– Les verbes de mouvement et les prépositions.

Synopsis
Valérie et Olivier sont dans le salon, assis sur le canapé. Olivier demande des explications, il ne
connaissait pas l’existence de ce Christian. Valérie lui répond que ce n’est pas parce qu’ils vivent
ensemble qu’ils doivent tout savoir l’un de l’autre. Christian est un ami d’il y a plus de dix ans,
avant qu’elle rencontre Olivier. Elle sent qu’Olivier est inquiet et lui assure qu’il n’a rien à
craindre, c’est un ami. D’ailleurs, elle trouve ça mignon qu’Olivier soit un peu jaloux.
Christian sort de la douche et vient s’asseoir avec eux. Vêtu d’un peignoir, il prend ses aises et fait
comme chez lui. Valérie lui demande ce qu’il fait à Paris, elle pensait qu’il était en Amérique du
Sud.
Christian raconte ce qu’il faisait au Pérou. Olivier invite poliment Christian à partir et ce dernier
demande l’hospitalité pour quelques jours. Valérie accepte avec plaisir, Olivier contient sa colère.

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Valérie et Olivier discutent dans le salon. Olivier questionne Valérie sur Christian.
– 2e partie : Christian s’installe avec eux. Image d’une rue parisienne.
– 3e partie : Christian raconte son voyage au Pérou et demande l’hospitalité chez Valérie et Olivier.

Transcription
Olivier  : Comment se fait-il que tu ne m’aies jamais parlé de ce Christian ! D’où il sort ce type ? Je
veux une explication !
Valérie : Écoute, Olivier, ce n’est pas parce qu’on vit ensemble que tu dois tout savoir de ma vie. J’ai
le droit d’avoir mon jardin secret !
Olivier  : En attendant, ton jardin secret, comme tu l’appelles, est en train de prendre une douche
dans ma salle de bains.
Valérie : Mais Christian est un vieil ami de la faculté, ça date de plus de dix ans. Je l’ai connu avant
de te rencontrer… Et j’ai oublié de t’en parler, c’est tout.
Valérie : Mais ma parole tu es jaloux !
Olivier : Moi ? Mais pas du tout ! Qu’est-ce qui te fait dire ça ?
Valérie : Mais, je te connais par cœur, ça se voit à ton regard.
Olivier : Pas du tout, tu fais fausse route.
Olivier : Quoi ?
Valérie : Bah rien, je trouve ça mignon.
Christian : Ça fait du bien, hein ! Oh, j’adore votre intérieur !
Valérie : Qu’est-ce que tu fais à Paris ? Je te croyais à l’étranger. Aux dernières nouvelles, tu vivais
en Amérique du Sud.
Christian  : Oui, c’est vrai, j’ai passé un an au Pérou. Mais ça, tu le sais, je te l’ai écrit dans mon
dernier courriel.
Olivier : Vous vous envoyez des mails en plus ?
Valérie : Ah, tu vois, tu es jaloux.
Olivier : Et qu’est-ce que tu faisais exactement au Pérou ?
Christian  : Oh, je travaillais comme bénévole dans un dispensaire. J’aidais des gens qui n’ont pas la
chance de vivre dans un pays riche comme la France.
Valérie : Christian a toujours ressenti le besoin d’aider les gens.
Olivier : Bon, Christian, j’ai été ravi de faire ta connaissance. Écoute, reviens nous voir à l’occasion !
Je suis sûr que ça fera plaisir à Valérie.
Christian  : Ah  ! Bah, justement, si je restais deux, trois jours, ça vous dérangerait  ? Comme ça, on
pourrait se raconter nos histoires de fac…
Valérie : Mais bien sûr ! Mais pourquoi tu ne l’as pas dit plus tôt ? Christian, tu es ici chez toi !
Olivier : Chez moi aussi ! Et nos vacances, Valérie !
Christian : Vous êtes adorables tous les deux.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Regarder la vidéo avec le son. Faire l’exercice 1. Puis demander aux étudiants de décrire les trois
moments de l’épisode plus en détail et de raconter ce qu’ils ont compris. S’arrêter sur la partie où
l’on voit une rue parisienne. Demander aux apprenants de dire ce qu’ils voient  : une rue, des
immeubles, un appartement à louer, ce que font les gens, etc. Essayer de réviser les verbes qui
expriment le mouvement avec les prépositions qui accompagnent ces mêmes verbes. Faire les
exercices 2 et 3.
2. Faire les exercices 4 et 5. Pour travailler sur l’hypothèse, composer une histoire où tous les
apprenants participent. Le professeur commence  : Si vous étiez riche, que feriezvous  ?, puis un
premier élève poursuit : Si j’étais riche, je ferais un long voyage, puis un autre étudiant poursuit en
reprenant le verbe choisi : Si je faisais un long voyage, je partirais en Australie, et le jeu continue de
la même manière. Le professeur arrête la chaîne de l’histoire quand bon lui semble, ou bien peut
reprendre une autre chaîne avec un début différent.
Remarque
Valérie dit : « Mais pourquoi tu l’as pas dit plus tôt ? » Faire remarquer l’absence de l’adverbe ne à
l’oral (vu dans l’épisode 2).

Quelques références
Pérou : pays situé à l’ouest de l’Amérique du Sud. Entouré par l’Équateur, la Colombie, le Brésil, la
Bolivie, le Chili et l’océan Pacifique. Lima est la capitale du pays.
Dispensaire : établissement où l’on donne des soins médicaux gratuits ou peu chers.
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Vrai ou faux ?

  Vrai Faux

a. Valérie et Olivier sont dans le salon. ❏ ❏

b. Christian est dans la salle de bains. ❏ ❏

c. Christian prend un bain. ❏ ❏

d. Valérie et Christian se sont rencontrés à l’université. ❏ ❏

e. Valérie et Christian se connaissent depuis six ans. ❏ ❏

f. Christian a vécu en Amérique du Sud. ❏ ❏

g. Il va vivre au Pérou pour un an. ❏ ❏

h. Christian aimerait rester chez Valérie et Olivier deux ou trois jours. ❏ ❏

2. Complétez le texte avec les verbes suivants, à la forme qui convient.


descendre – arriver – apporter – repartir – accompagner – emmener – emporter Hier, Valérie
et Olivier …………………………… les enfants chez leurs grands-parents. Ils les …………………… en
voiture. Puis ils sont rentrés chez eux. Le lendemain matin, Olivier …………………………
acheter des croissants à la boulangerie et ……………………… le petit déjeuner au lit. Puis
Christian …………………… de voyage, il ……………………… avec lui seulement un sac à dos et il
n’…… jamais …………………… !
3. Entourez la préposition correcte.
a. Dans l’épisode, Christian sort dans / de /par la salle de bains.
b. Christian raconte qu’il revient du / au / vers le Pérou.
c. Avant-hier, Christian est parti de / à / du Lima et hier, il est arrivé de / au / à Paris, puis il
est allé pour / chez / dans Valérie et Olivier.
4. Complétez le tableau.

  tu mangerais      

je parle   nous parlerions   ils parleraient

  tu voudrais      

      vous achèteriez  

je peux        
  tu partirais      

      vous devriez  

je vais        

je fais       ils feraient

je viens        

je retiens        

5. Répondez aux questions en utilisant une hypothèse.


Exemple : Votre voisin sonne à votre porte, que faites-vous ? → Si mon voisin sonnait à ma
porte, je lui ouvrirais.
a. Vous êtes Olivier, que faites-vous ? → Si…………………………………………………
b. Vous êtes Christian, que faites-vous ? → Si………………………………………………
c. Vous êtes Valérie, que faites-vous ? → Si…………………………………………………
d. Christian vous propose de partir en Amérique du Sud avec lui, que faites-vous ? →
Si…………………………………………………………………………………………………
6. Transformez les phrases de manière polie.
a. Je veux prendre une douche.
b. Tu dois demander l’autorisation à Valérie et Olivier.
c. Vous devez dormir à l’hôtel.
d. Il faut lui dire de partir.

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 4
Une nuit agitée
• Objectifs communicatifs
– Repérer les mots clés d’une vidéo.
– Comprendre une vidéo de manière globale.
– Savoir rédiger un texte au discours rapporté.
– Savoir exprimer l’incompréhension, le malentendu, l’accord et le désaccord.
• Objectifs linguistiques
– Les constructions « faire ou laisser + verbe ».
– Le discours rapporté (paroles prononcées dans le présent et dans le passé).

Synopsis
Valérie et Olivier sont couchés dans leur lit. Ils se disputent un peu. Olivier est contrarié et jaloux.
Valérie le rassure, elle lui dit que Christian est un ancien amour de fac, qu’il est devenu un ami
maintenant et qu’elle n’a pas l’habitude de laisser tomber ses amis. Olivier lui fait remarquer que
ça tombe mal, au début de leur seule semaine de vacances. Valérie essaie de le rassurer, Christian
va se montrer discret, il n’est là que pour deux jours tout au plus. Olivier est rassuré.
Ils viennent d’éteindre la lumière quand on frappe soudain à la porte de leur chambre. C’est
Christian qui apparaît tout sourire. Il a faim, ne trouve pas les provisions et ne sait pas comment
marche la gazinière. Valérie se relève pour l’aider sous l’œil noir d’Olivier.

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Valérie et Olivier sont couchés. Olivier est très en colère et jaloux.
– 2e partie : Valérie le rassure, argumente et Olivier se calme. Ils sont prêts à dormir.
– 3e partie : Christian frappe à leur porte. Il a besoin d’aide. Valérie va l’aider.

Transcription
Olivier : « Reste autant que tu veux ! Tu es ici chez toi ! » Qu’est-ce que tu as voulu dire par là ? Il va
croire qu’il peut rester chez nous indéfiniment.
Valérie : Arrête un peu, je suis désolée, je me suis mal exprimée, je voulais dire « deux, trois jours ».
Olivier : C’est déjà trop ! Et nos vacances en amoureux, Valérie ? On a tout organisé pour faire garder
les enfants. Maintenant, on se retrouve avec un adulte sur les bras…
Valérie : Je comprends que tu sois fâché, mais ce n’est pas dans mes habitudes de laisser tomber un
ami dans le besoin.
Olivier : Si j’ai bien compris, c’est bien plus qu’un « ami ».
Valérie : C’est de l’histoire ancienne, Olivier. C’était un amour de fac, rien de sérieux.
Olivier : Un premier amour, c’est toujours important…
Valérie  : Ne t’inquiète pas mon gros ronchon, on va en profiter de nos vacances. Christian, c’est
quelqu’un de très discret. Il suffit de lui expliquer qu’on a besoin de calme et de repos. Il
comprendra.
Olivier : Tu es sûre que tu ne ressens plus rien pour lui ?
Valérie : Certaine. Tu peux me faire confiance. Allez, relaxe-toi, il faut que tu dormes un peu, il est
tard.
Olivier : Il est une heure du matin ! C’est quoi ce raffut ?
Valérie : Rendors-toi mon amour.
Olivier  : Facile à dire, tu n’entends pas le bruit  ? J’ai l’impression qu’il déplace des meubles dans
toute la maison.
Valérie  : Ça doit être le décalage horaire qui l’empêche de dormir, n’oublie pas qu’il revient de
voyage.
Olivier : Qu’est-ce qu’il y a ?
Christian : Salut les amoureux, je ne vous dérange pas ?
Olivier : À ton avis !
Valérie : Arrête, Olivier ! Qu’est-ce qui se passe, Christian ?
Christian  : J’ai faim, je n’ai rien mangé dans l’avion, et j’aimerais grignoter quelque chose avant de
me coucher.
Valérie : Il y a des trucs dans le frigo.
Christian : J’aimerais me faire un plat de pâtes, mais je n’arrive pas à allumer la gazinière.
Olivier : Il suffit de tourner le bouton…
Valérie : J’arrive. Je viens t’aider.
Christian : Bonne nuit, Olivier. À demain !
Olivier : Bonne nuit.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Regarder la vidéo avec le son. Demander aux apprenants de raconter ce qu’il se passe dans cet
épisode. Faire les exercices 1 et 2. Si les apprenants rencontrent des difficultés, réviser les tournures
qui expriment l’incompréhension et le malentendu vues dans la leçon 4.
Puis demander aux élèves de travailler par deux et faire jouer ces scènes en changeant les rôles :
– Votre ami(e) vous a donné rendez-vous au restaurant à 20 heures. Vous l’attendez et il (elle) arrive
à 21 heures.
– Un(e) ami(e) vient chez vous à l’improviste. Vous ne l’attendiez pas.
Ce jeu de rôle permet de travailler sur l’accord, le désaccord et le malentendu.
2. Quand les exercices 4 et 5 sont corrigés, travailler avec les apprenants sur le discours rapporté.
Jeu de l’écho : un élève dit une phrase et regarde un autre élève. Celui-ci doit répéter ce que le premier
élève vient de dire puis dit une phrase à son tour et choisit un autre rapporteur.
Alterner avec verbe au présent et verbe au passé (il dit que… / il a dit que…). Cela permet de
travailler sur le discours rapporté en situation de communication.
Remarque
Olivier dit  : «  Qu’est-ce qu’y a  ?  »  ; Valérie dit  : «  Y a des trucs dans le frigo.  » Demander aux
apprenants ce qu’ils entendent. Faire remarquer que il de il y a est très souvent omis en situation
orale. Mettre les élèves par petits groupes et leur proposer d’écrire des phrases simples avec il y a
qu’ils liront ensuite en classe. Exemple de phrases : Y a quelqu’un ?, Y a rien d’intéressant ici, Y a un
problème, Y a Christian qui frappe à la porte, etc.
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Regardez le début de l’épisode. Complétez les parties du dialogue qui manquent.


a. Olivier : « Reste autant que tu veux ! Tu es ici chez toi ! » ………………………………………… par
là ? Il va croire qu’il peut rester chez nous indéfiniment.
b. Valérie : Arrête un peu, je suis ……………………………, je …………………………………………, je
……………….………… « deux, trois jours ».
2. Complétez le tableau avec les phrases ou mots suivants :
Ce n’est pas ce que je voulais dire – Si vous voulez – Pardon ? – Certainement pas ! – Qu’est-ce
que tu entends par là ? – Il est fâché – Ils s’entendent bien – Elle s’est mal exprimée.

incompréhension accord désaccord


     
     
     
3. Complétez les phrases par les verbes laisser, se laisser, faire ou se faire au présent de
l’indicatif.
a. Christian ne ………………………… pas dormir Olivier et Valérie car il fait du bruit.
b. Valérie ………………………… influencer par Christian mais Olivier ne ………………………… pas
faire.
c. Christian ………………………… héberger par Olivier et Valérie.
d. Valérie ………………………… manger son ami.
e. Olivier ………………………… comprendre à Valérie qu’il est agacé par le comportement de
Christian.
f. Christian ………………………… aider par Valérie et Olivier.
4. Transformez les phrases du dialogue selon l’exemple.
Exemple : « Il est une heure du matin. » (Olivier à Valérie)
➜ Olivier dit à Valérie qu’il est une heure du matin.
a. « Ne t’inquiète pas. » (Valérie à Olivier)
......................................................................................................................
b. « Tu es sûre que tu ne ressens plus rien pour lui ? » (Olivier à Valérie)
......................................................................................................................
c. « Je ne vous dérange pas ? » (Christian à Valérie et Olivier)
......................................................................................................................
d. « Qu’est-ce qu’il y a ? » (Olivier)
......................................................................................................................
e. « Tu l’aimes encore ? » (Olivier à Valérie)
......................................................................................................................
f. « Je n’arrive pas à dormir. » (Olivier)
......................................................................................................................
g. « Où est le paquet de pâtes ? Tu peux m’aider ? » (Christian à Valérie)
......................................................................................................................
h. « Relaxe-toi. » (Valérie à Olivier)
......................................................................................................................
5. Valérie parle à Olivier. Vous rapportez les paroles de Valérie.
« Olivier, ne t’inquiète pas.
Je ne suis plus amoureuse de Christian.
Christian est un ami maintenant. Tu comprends ?
Je vais demander à Christian de partir le plus vite possible.
Il comprendra. Nous pourrons ainsi profiter de nos vacances en amoureux.
Fais-moi confiance ! Je t’aime. »
Valérie a dit à Olivier…

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 5
Convictions
• Objectif communicatif
– Comprendre une vidéo de manière globale.
– Exprimer l’obligation, les sentiments et la volonté.
– Exprimer la peur – rassurer.
• Objectifs linguistiques
– Étude du subjonctif présent.
– Construction du pronom personnel complément avec un verbe à l’impératif dans les phrases
affirmatives et négatives.

Synopsis
C’est le matin. Olivier se lève et va dans la cuisine. Christian est déjà là. Il vide les placards et jette
leur contenu à la poubelle. Olivier lui demande où est Valérie et ce qu’il est en train de faire. Ce
dernier lui répond qu’il a envoyé Valérie faire des courses et qu’il est en train de jeter tout ce qui
n’est pas issu du commerce équitable. Il explique que ses différents voyages ont ouvert sa
conscience et que chacun doit redéfinir son mode de vie. Olivier contient sa colère et souhaite
boire un café. Mais Christian a jeté la cafetière…

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Olivier se réveille, il entre dans sa cuisine et voit Christian mettre des choses dans la
poubelle.
– 2e partie : Christian fait l’apologie du commerce équitable et critique la façon dont vivent Valérie
et Olivier.
– 3e partie : Olivier est un peu choqué par le comportement de Christian. Il veut un café mais la
cafetière est à la poubelle !

Transcription
Olivier : Qu’est-ce qui se passe ici ?
Christian : Salut, Olivier, tu es déjà debout ?
Olivier : Où est Valérie ?
Christian : Elle est sortie, je l’ai envoyée faire des courses.
Olivier : Qu’est-ce que tu fais ?
Christian : Je suis en train de faire le tri dans vos provisions.
Olivier : Le tri ? Mais tu es en train de tout jeter à la poubelle !
Christian : Non, je jette tout ce qui ne vient pas du commerce équitable.
Olivier : Pardon ?
Christian : Si tu continues à consommer comme ça, tu vas droit dans le mur ! J’ai voyagé, Olivier. La
planète est en danger. On ne peut plus vivre comme ça ! Moi, j’en ai pris conscience. Toi aussi, tu
dois changer ton mode de vie.
Olivier : Et tu es obligé de faire ça à huit heures du matin ?
Christian : Mais si on ne le fait pas, on court à la catastrophe ! C’est l’avenir de tes enfants qui est en
jeu et celle de l’espèce humaine en général.
Olivier : Mais ce sont mes cravates ?
Christian : Plus maintenant, elles ont été fabriquées par des enfants pour moins d’un euro par jour !
Olivier : Ça ne t’appartient pas, c’est à moi ! Et j’en ai besoin pour aller travailler !
Christian : Valérie m’a dit que vous possédiez un 4x4 ?
Olivier : Oui ! Pourquoi ?
Christian : Tu me déçois, Olivier. Tu sais combien ces engins relâchent chaque jour de gaz carbonique
dans l’atmosphère ? Tu es un criminel, on devrait te mettre en prison !
Olivier : C’est très pratique pour transporter les enfants.
Christian : Tu devrais profiter de l’occasion qui s’offre à toi pour changer radicalement, avant qu’il ne
soit trop tard.
Olivier : Je crois que j’ai besoin d’un café…
Christian : Moi aussi…
Olivier : Je ne vois pas la cafetière.
Christian : Ah, je crois que je l’ai mis à la poubelle…

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Pour l’exercice 1, demander aux apprenants de lire les questions. Puis visionner l’épisode avec le
son et faire compléter les phrases de l’exercice.
2. Développer avec les apprenants la question de l’environnement. Débattre ensemble et écrire le
vocabulaire au tableau. Leur demander quels sont les moyens de protéger la planète. Amorcer un
petit débat sur ce sujet.
Puis demander aux élèves d’écrire les « 10 commandements » pour une planète plus forte et saine.
Une condition  : utiliser le subjonctif et réinvestir l’expression de l’obligation et de la volonté.
Travailler par petits groupes et comparer les textes.
Remarques
• « la cafetière […] je crois que je l’ai mis à la poubelle » : faire remarquer aux apprenants que l’accord
du participe passé avec le complément d’objet direct placé avant l’auxiliaire avoir n’a pas été fait.
Cette règle de grammaire n’est pas toujours respectée dans le langage courant, mais il faut écrire : je
l’ai mise à la poubelle.
• Christian : « on peut plus vivre comme ça », « avant qu’il soit trop tard » ; Olivier : « ça t’appartient
pas, c’est à moi », « je vois pas la cafetière ». Faire remarquer l’absence de l’adverbe ne à l’oral (vu
dans l’épisode 2). Si nécessaire, refaire un exercice à l’oral en utilisant la négation.

Quelques références
Commerce équitable : le
commerce équitable est un partenariat commercial, dans le cadre des échanges
internationaux Nord-Sud, qui cherche à améliorer le droit et les conditions du commerce  :
assurer par exemple une juste rémunération du travail des producteurs et artisans les plus
défavorisés, préserver l’environnement, refuser d’exploiter des enfants, etc. L’idée de commerce
équitable est née dès les années 1950 grâce à l’action d’organisations non gouvernementales.
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Répondez aux questions.


a. Où sont Christian et Olivier ?
......................................................................................................................
b. Où est Valérie ? ........................................................................................
c. Que fait Christian ?
......................................................................................................................
d. Pourquoi Christian jette certains produits ? ..........................................
e. Quelle heure est-il ?
......................................................................................................................
f. Par qui ont été fabriquées les cravates d’Olivier ?
......................................................................................................................
g. Pourquoi Olivier est en colère ?
......................................................................................................................
h. Pourquoi Valérie et Olivier ont une voiture 4x4 ?
.......................................................................................................................
i. Où est la cafetière ?
.......................................................................................................................
2. Complétez le tableau.

indicatif subjonctif

je……………………… que je fasse

tu ……………………… que tu sois

je parle que je ………………

nous sortons que nous ……………

il prend qu’il …………………

tu viens que tu ………………

nous …………………… que nous ayons

je peux que je ………………

tu finis que tu ………………

vous …………………… que vous mangiez


3. Christian a écrit une lettre à Valérie et Olivier. Complétez les phrases en mettant les
verbes au subjonctif présent.
Chère Valérie et cher Olivier,
Il faut que vous (protéger) ……………………………… la planète et que vous (prendre)
……………………… conscience que la Terre est en danger. Je regrette que vous (avoir)
…………………… une 4x4. Je voudrais que vous (faire) ……………………… du vélo à Paris. Valérie,
il est nécessaire que tu (aller) ……………………… faire des courses dans un magasin bio.
J’aimerais que tu (acheter) ………………………… des produits du commerce équitable à partir
d’aujourd’hui. Je refuse que vous (être) ………………………… aveugles face à cette urgence. Il
faudrait que vous (voyager) ………………………………… pour voir que nous allons vers la
catastrophe. Il est important que vous (changer) …………………………… vos habitudes
alimentaires. Croyez-moi, notre planète est en danger et il faut que vous (arrêter)
…………………………… de consommer autant de choses.
Christian.
4. Transformez les phrases à la forme affirmative et négative.
Exemple : Tu dois parler à Valérie. → Parle-lui ! Ne lui parle pas !
a. Tu dois acheter les produits naturels. →
......................................................................................................................
b. Tu dois visiter le Pérou. →
......................................................................................................................
c. Tu dois jeter ces cravates. →
......................................................................................................................
d. Tu dois téléphoner aux enfants. →
......................................................................................................................
e. Tu dois changer tes habitudes alimentaires. →
......................................................................................................................
5. Barrez l’intrus.
a. Christian est inquiet / est rassuré / a peur pour la planète.
b. Acheter des produits bio, c’est bon pour la santé / pour l’environnement / pour le
commerce.
c. Je pratique la randonnée / le patinage / le commerce équitable.

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 6
Quartier général
• Objectifs communicatifs
– Compréhension globale d’une vidéo.
– Savoir lire l’image.
• Objectifs linguistiques
– Utilisation des pronoms possessifs.
– Adjectifs et pronoms indéfinis.

Synopsis
Valérie et Olivier sont dans la rue, ils viennent de voir une exposition de peinture. Ils discutent
encore de Christian : cela fait déjà trois jours qu’il vit chez eux et Olivier n’en peut plus. Valérie le
rassure, elle a discuté avec lui, il va faire un effort pour ne plus déranger et ne plus s’immiscer
dans leur vie. Olivier attend de voir. Ils rentrent chez eux et trouvent dans le salon Christian avec
deux de ses amis en train de tenir une réunion. Olivier n’en croit pas ses yeux. Christian et ses amis
ont monté un collectif écologiste. Ils planifient des actions contre les grandes firmes
agroalimentaires.
Christian invite Olivier et Valérie à se joindre à eux. Olivier refuse mais Valérie accepte et s’assied
avec eux.

Découpage de l’épisode
– 1re partie  : vue sur le quai de l’Arsenal à Paris. Valérie et Olivier sont sur une passerelle, ils
parlent de Christian.
– 2e partie : ils arrivent chez eux et voient Christian dans leur salon avec deux personnes qu’ils ne
connaissent pas. Christian et ses amis organisent un collectif écologiste.
– 3e partie : Christian propose à Valérie et Olivier de participer. Valérie accepte, Olivier refuse.

Transcription
Valérie  : Cette exposition de peinture impressionniste était vraiment passionnante. J’ai été très
intéressée par la période Auvers-sur-Oise de Van Gogh… Qu’est-ce que tu as ? Tu n’as pas dit un
mot depuis ce matin.
Olivier : Je ne suis pas dans mon assiette aujourd’hui.
Valérie : Bah, qu’est-ce qui te tracasse ? Ce sont les enfants qui te manquent ?
Olivier : Non, je sais que les enfants vont bien. C’est Christian. Je me méfie de ce type. Il ne m’inspire
pas confiance.
Valérie : Arrête avec Christian ! Ça tourne à l’obsession. Qu’est-ce que tu lui reproches à la fin ?
Olivier : Ça fait déjà trois jours qu’il vit chez nous. J’ai l’impression qu’il ne partira jamais.
Valérie : Je t’assure, tu peux avoir confiance en lui. J’ai discuté avec lui, il va faire un effort pour être
plus discret et il m’a promis de ne plus nous déranger. Ne t’inquiète pas, mon amour. Tout va bien
se passer maintenant.
Christian : Ah, salut ! Vous êtes déjà de retour ? Je pensais que vous alliez rentrer plus tard.
Valérie : Qu’est-ce qui se passe ? C’est qui ces gens ?
Christian : Jete présente Karine et J.-C. Ce sont mes frères d’armes.
Valérie : Quoi ! Vous avez amené des armes chez moi ?
Christian : Mais non, ce sont des compagnons de lutte. Nous avons créé un collectif écologiste et c’est
notre première assemblée générale.
Valérie : Ah, vraiment ! Et de quoi parlez-vous ?
Christian  : On prépare des opérations coups de poing contre des grands groupes agroalimentaires.
Mais assieds-toi avec nous si tu veux. Olivier, tu es le bienvenu !
Valérie : Ah oui, avec plaisir, viens, Olivier !
Olivier : Non, merci. C’est n’importe quoi votre truc.
Christian : Laisse-nous au moins t’exposer nos idées.
Olivier : Ce sont vos idées, ce ne sont pas les miennes.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Regarder l’épisode. Faire l’exercice 1. Demander aux apprenants de décrire ce qu’ils voient dans
la première partie de l’épisode. Puis leur demander s’ils sont déjà allés à Paris et ce qu’ils en
connaissent. Écrire au tableau les éventuels noms propres et mots donnés par les étudiants.
Apporter des images de quartiers ou monuments de Paris.
2. Après avoir fini l’exercice 5, demander aux apprenants d’imaginer un sondage sur le sujet qu’ils
souhaitent. Partager la classe en petits groupes. Ils doivent tout d’abord réaliser un petit tableau
avec des pourcentages, puis présenter l’enquête en utilisant des adjectifs et des pronoms indéfinis
(beaucoup, la moitié, la plupart, très peu, etc.) à partir des chiffres qu’ils auront choisis. Quelques
idées de sondage  : «  La fréquentation des musées en France  », «  Les activités culturelles des
Français », « Quels genres de films préfèrent les jeunes ? », etc. Le professeur peut choisir d’autres
sujets en rapport avec la leçon 6.
Voici un exemple d’enquête  : La fréquentation des musées par les Français – 80  % le dimanche,
40  % le samedi, 5  % le mardi → Beaucoup de Français vont au musée. La plupart vont voir des
expositions le dimanche, quelques-uns y vont le samedi, mais très peu fréquentent les musées le mardi.
Quand l’activité est terminée, comparer les enquêtes en classe. Un élève de chaque groupe peut
écrire les pourcentages au tableau afin que la classe puisse suivre plus aisément.
3. Pour l’exercice 6, demander aux apprenants d’exprimer leurs idées en quelques lignes en essayant
d’argumenter. Leur demander d’utiliser au moins quatre pronoms indéfinis. Les étudiants peuvent
travailler seuls ou en petits groupes, selon le niveau de la classe.

Quelques références
Van Gogh : peintre
impressionniste né aux Pays-Bas en 1853 et mort en 1890 à Auvers-sur-Oise (au nord
de Paris). Van Gogh ne séjourne que deux mois dans cette petite ville mais il y peint plus de
soixante-dix tableaux. Il montrera par sa peinture la vie de cette petite commune, sa vie
paysanne et son architecture. Il est au sommet de sa maîtrise artistique.
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Vrai ou faux ?

  Vrai Faux

a. Valérie et Olivier sont allés voir une exposition ❏ ❏

b. Ils sont allés voir une exposition de sculpture. ❏ ❏

c. Olivier a confiance en Christian. ❏ ❏

d. Christian a promis à Valérie de partir dans la soirée. ❏ ❏

e. Christian habite chez Valérie et Olivier depuis trois jours. ❏ ❏

f. Christian fait connaissance avec des amis de Valérie et Olivier. ❏ ❏

g. Christian veut créer une petite entreprise agroalimentaire. ❏ ❏

2. Transformez les phrases selon le modèle.


Exemple : C’est votre appartement. → C’est le vôtre.
a. C’est ton amie. → ....................................................................................
b. Ce sont ses amis. → ................................................................................
c. C’est sa passion. →
......................................................................................................................
d. Ce sont mes frères d’armes. →
......................................................................................................................
e. Ce sont leurs idées. →
......................................................................................................................
f. C’est notre amie. →
......................................................................................................................
g. Ce sont vos compagnons. →
......................................................................................................................
3. Associez les phrases.

a. J’ai confiance en lui. 1. Je vous appelle demain.

b. Je ne peux pas compter sur lui. 2. C’est quelqu’un de sérieux.

c. Méfiez-vous de lui. 3. Il est toujours en retard.

d. C’est promis. 4. Il ment comme il respire.

4. Complétez les deux dialogues.


a. « ......................................................................................................................
– Ne t’inquiète pas, tu peux lui faire confiance. »
b. « ......................................................................................................................
– Oui, tu as raison, on peut lui faire confiance. »
5. Complétez les phrases avec des adjectifs indéfinis.
Tout au début de l’épisode, sur le quai de l’Arsenal, avant de voir Valérie et Olivier, on
remarque :
a. …………………………… bateaux, mais ……………………………. voitures.
b. …………………………… personnes, mais …………………… moto et ………….…… vélo.
c. …………………………… immeubles et ………………………… restaurant.
d. …………………………… arbres et …………………………. fleur.
e. …………………………… les bateaux et ……………………… les péniches sont amarrés.
6. Lisez les affirmations suivantes. Donnez votre opinion par écrit.
a. Il faut combattre les grands groupes agroalimentaires.
......................................................................................................................
b. C’est important de s’engager pour combattre l’injustice.
......................................................................................................................

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 7
Un dîner aux chandelles
• Objectifs communicatifs
– Savoir décrire un objet.
– Comprendre de manière sélective une vidéo. Repérer les mots clés.
• Objectifs linguistiques
– Utilisation des pronoms démonstratifs.
– Les constructions comparatives.

Synopsis
Olivier a préparé un dîner aux chandelles pour Valérie. Il est seul avec Christian. Olivier lui
demande de les laisser seuls ce soir, c’est l’anniversaire de Valérie et il voudrait passer une soirée
en amoureux. Christian accepte et lui donne des conseils pour un cadeau. Olivier lui rappelle que
ça fait déjà quelques années qu’ils sont ensemble et qu’il n’a pas besoin de lui pour savoir ce qui
fait plaisir à Valérie.
Le dîner se passe à merveille, Valérie est sous le charme. Olivier lui donne son cadeau, un baladeur
MP3 dernier cri. Valérie est aux anges. Christian s’immisce dans la conversation, il allait sortir mais
avant il voulait donner lui aussi un cadeau à Valérie. Il s’agit d’une robe traditionnelle qu’il a
rapportée d’un de ses voyages.

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Olivier prépare un dîner aux chandelles pour l’anniversaire de Valérie. Entre Christian
qui lui donne des conseils.
– 2e partie : Olivier et Valérie sont à table. Olivier offre son cadeau à Valérie.
– 3e partie : Christian fait une apparition pendant leur dîner en amoureux pour offrir un cadeau à
Valérie.

Transcription
Olivier : Voilà, comme ça, c’est parfait ! J’ai le trac…
Christian : Qu’est-ce qu’on fête ?
Olivier : C’est pour l’anniversaire de Valérie, je prépare un petit dîner romantique, en tête à tête.
Christian : Tu as raison. Un petit dîner aux chandelles, ça va stimuler votre histoire d’amour.
Olivier : Je ne vois pas de quoi tu parles, notre couple se porte à merveille.
Christian : Ne me dis pas qu’au bout de dix ans, il n’y a pas un petit peu de lassitude.
Olivier : Pas du tout ! Valérie et moi, nous nous aimons comme au premier jour.
Christian : Si tu le dis…
Olivier  : J’aimerais être seul avec elle, ce soir. Alors, si tu pouvais quitter l’appartement pour
quelques heures…
Christian : Bah justement, j’allais sortir. Est-ce que tu as pensé à la musique ?
Olivier : Quelle musique ?
Christian : Valérie adore écouter de la musique pendant le dîner.
Olivier : Merci pour ce conseil, mais je n’ai pas besoin de toi pour savoir ce qui fait plaisir à Valérie.
Christian : Chopin, elle adore Chopin. Bon, allez, je te laisse. Bonne soirée.
Olivier : Quel culot ! Où est-ce que je vais trouver un disque de Chopin à cette heure-ci, moi ?
Valérie : Un lecteur MP3 ! Quelle bonne idée tu as eue, je n’en avais pas.
Olivier : Tu peux y stocker plus de dix mille morceaux… Et j’y ai mis l’intégrale de Chopin.
Valérie : Merci, mon amour. Je suis une femme comblée.
Christian : Joyeux anniversaire !
Valérie : C’est pour moi ? Oh, une robe !
Christian : Je l’ai ramenée de l’un de mes voyages à l’étranger.
Valérie : Oh, c’est le plus beau cadeau que l’on puisse me faire ! Elle est magnifique !
Christian : Désolé, mon vieux, mais je crois qu’elle préfère mon cadeau au tien.
Olivier : Ça m’étonnerait. Elle ne veut pas te vexer, c’est tout. C’est mon cadeau qu’elle préfère.
Valérie : Merci à tous les deux ! Je suis aux anges. Quel bel anniversaire !

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Visionner une première fois la vidéo sans le son. Demander aux apprenants d’imaginer ce qu’il se
passe. Puis repasser la vidéo avec le son et demander de lire le dialogue retranscrit de l’exercice 1.
Visionner à nouveau le passage pour que les étudiants puissent écrire les mots qui manquent.
Expliquer ce que signifie « avoir le trac », « en tête à tête », « un dîner aux chandelles », « quel
culot ».
2. Pour l’exercice 5, demander aux élèves d’alterner leurs réponses avec des comparatifs de
supériorité et d’infériorité.
3. Faire le jeu des devinettes. Poser des questions pour trouver un objet. Travail collectif. Un élève pense
à un objet, les autres de la classe doivent trouver ce que c’est en posant des questions sur la forme,
la taille, la couleur, etc.
Celui qui a trouvé fait à son tour deviner un objet.
Remarques
• « Je l’ai ramenée de l’un de mes voyages à l’étranger.  » Il faudrait utiliser le verbe rapporter puisqu’il
s’agit dans ce contexte de la robe, et donc d’une chose. Le verbe ramener s’emploie quand on parle
des personnes. Mais cette utilisation est fréquente dans le langage courant.
• « Me dis pas qu’au bout de dix ans, y a pas un petit peu de lassitude. » Faire écouter le passage et
faire remarquer l’absence de l’adverbe ne et du pronom il (vu dans les épisodes 2 et 4).

Quelques références
compositeur et pianiste polonais né en 1810 et mort en 1849. C’est l’un des plus
Frédéric Chopin  :
grands pianistes du XIXe siècle et un grand compositeur de musique romantique. Parmi ses
œuvres principales : les 19 Nocturnes pour piano, le cycle des 24 Préludes pour piano, le cycle des
24 Études pour piano, les 58 Mazurkas pour piano et les 17 Valses.
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Écoutez la vidéo et complétez avec les mots qui manquent.


a. Olivier : Voilà, comme ça, c’est …………………………, j’ai le …………………
b. Christian : Qu’est ce qu’on …………………… ?
c. Olivier : C’est pour ………………………………… de Valérie, j’ai préparé un petit ………………
romantique, …………………………………
d. Christian : Tu as raison. Un petit …………………………………………………, ça va ……………………
votre histoire d’amour.
e. Olivier : Je ne vois pas de quoi tu parles, notre ………………………… se porte
……………………………… […]
f. Olivier : Merci pour ce ………….……………, mais je n’ai pas besoin de toi pour savoir
………………… fait plaisir à Valérie.
g. Christian : Chopin, elle adore ……………………… Bon, allez, je te laisse. Bonne soirée.
h. Olivier : Quel ……………………… ! Où est-ce que je vais trouver un ……………………… de Chopin
à …………………………………, moi.
2. Barrez l’intrus.
a. disque – lecteur MP3 – buffet – musique
b. robe – pantalon – sac – jupe
c. coton – velours – cuivre – laine
d. plastique – or – argent – diamant
e. large – rond – court – neuf
f. assiette – couteau – chandelier – fourchette
3. Olivier et Valérie ont fait la liste des objets dont ils ont besoin pour la maison.
Complétez le tableau en plaçant les mots au bon endroit.
un miroir – deux coussins – un réveil – une cafetière – une chaîne hi-fi – une serviette de
bain – un fer à repasser – un grille-pain – un fauteuil – deux gants de toilette – un four à
micro-ondes – une commode – un chandelier

La salle de bains Le salon La chambre La cuisine


       
       
       
       
4. Complétez avec ce qui ou ce que.
a. Valérie aime beaucoup …………………… Olivier lui a offert.
b. …………………… je préfère, c’est la musique classique.
c. …………………… me dérange, c’est le bruit des voitures.
d. Je ne comprends pas …………………… inquiète Olivier.
e. Valérie sait …………………… ne plaît pas à Olivier.
5. Répondez aux questions.
Exemple : Vous aimez cette robe ? – Non, je préfère celle-ci, elle est plus belle que l’autre.
a. Vous aimez cette chanson ?
......................................................................................................................
b. Vous aimez ces gâteaux ?
......................................................................................................................
c. Vous aimez ce cadeau ?
......................................................................................................................
d. Vous aimez ce plat ?
......................................................................................................................
e. Vous aimez ces chaises ?
......................................................................................................................

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 8
Les exploits d’Olivier
• Objectifs communicatifs
– Compréhension globale et sélective d’une vidéo.
– Parler des métiers.
– Exprimer l’appréciation, l’importance et la conséquence.
• Objectif linguistique
– Savoir utiliser les adverbes qui marquent l’opposition.

Synopsis
Valérie et Olivier sont à une terrasse de café. Assise avec eux, Sophie, la meilleure amie de Valérie.
Olivier fait le paon, sous les yeux pleins d’amour de Valérie. Il raconte ses exploits au travail,
comment il a décroché un gros contrat il y a quelques mois.
Sophie lui pose plein de questions. Soudain Christian arrive et s’installe avec eux. Il suscite la
curiosité de Sophie. Son côté aventurier ne tarde pas à faire mouche avec elle. Les récits de ses
voyages et de ses combats citoyens la séduisent, au grand dam d’Olivier qui se sent mis de côté.

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Valérie et Olivier sont dans un café avec une amie, Sophie. Olivier raconte ses exploits
professionnels.
– 2e partie : Christian passe dans la rue par hasard, il les rejoint.
– 3e partie : Christian raconte à Sophie ce qu’il faisait en Amérique du Sud, cette dernière est sous
le charme.

Transcription
Valérie : Et le dossier Saltex, raconte-lui comment tu l’as obtenu.
Olivier : Encore ? Mais je t’ai déjà raconté cette histoire cent fois.
Valérie  : Encore une fois, s’il te plaît, pour me faire plaisir  ! J’adore les exploits professionnels de
mon homme.
Olivier : Je te préviens, c’est la dernière fois.
Valérie : D’accord, c’est juré.
Olivier : Très bien. C’était il y a six mois environ, on devait présenter un projet de publicité pour une
marque de lessive. On avait fait plusieurs propositions mais ça ne plaisait pas au client : un type
pas facile, pas sympa du tout. Tout le monde était énervé. Alors, au bout d’une demi-heure, il a
quitté la pièce en claquant la porte.
Sophie : Et alors ?
Olivier  : Moi, vous comprenez, je ne pouvais pas perdre ce contrat. J’ai couru après lui, dans
l’escalier, dans le couloir, et finalement je l’ai rattrapé à la sortie de l’agence.
Sophie : Et ?
Olivier : Je me suis planté devant lui, et sans réfléchir je lui ai proposé un nouveau slogan.
Sophie : Ça a marché ?
Olivier  :Bien sûr  ! J’ai eu de la chance. Un coup de génie… Du coup, à l’agence, j’ai obtenu une
promotion, je suis devenu le numéro 2 !
Sophie : Ton mec est vraiment extra, Valérie.
Valérie : Je sais…
Valérie : Oh ! Mais c’est Christian… Christian !
Olivier : Oh non, pas lui…
Christian : Salut, tout le monde. Alors, on prend l’air ?
Valérie : Installe-toi avec nous. Je te présente Sophie, ma meilleure amie.
Sophie : Enchantée.
Valérie : Christian revient d’Amérique du Sud.
Sophie : Vraiment ? Vous faisiez quoi là-bas ?
Christian  : Je travaillais pour une ONG au Pérou. On a construit un dispensaire dans une région
montagneuse… Puis je suis resté un peu avec eux, pour donner des cours de français aux enfants.
Sophie : Waouh, Valérie ne m’avait jamais dit qu’elle connaissait un héros !
Christian : Je ne suis pas un héros, j’aime aider les autres. C’est tout.
Olivier : Tu parles d’un héros…

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Avant de visionner la vidéo, demander aux apprenants de lire les questions de l’exercice 1.
S’assurer qu’ils en ont compris le sens. Regarder deux fois l’épisode si nécessaire, puis faire
l’exercice.
Arrêt sur image  : demander aux apprenants de nommer les magasins qu’ils voient dans la vidéo. Leur
demander de trouver les métiers correspondant à chaque commerce. On peut voir une pharmacie,
un café, une boulangerie, un tabac, une supérette, une librairie, etc. Parler des autres commerces
qu’ils connaissent et écrire au tableau les mots nouveaux.
2. Faire les exercices 2 et 3. Puis demander aux apprenants de constituer des groupes de deux.
Chaque groupe choisit une profession et rédige un petit texte sur les avantages et les inconvénients
de cette profession.
Puis chaque groupe passe son petit texte à un autre groupe. Ce dernier présente le texte à la classe.
Toute la classe doit ensuite participer en posant des questions sur la profession et le groupe
concerné doit répondre. Demander aux élèves d’investir le vocabulaire étudié dans la leçon 8  :
expression de l’appréciation (trop, pas assez, très), de l’importance et de la conséquence (tellement, tant, etc.).
Pendant le travail de rédaction, passer parmi les groupes pour corriger les éventuelles erreurs.
Remarque
Olivier : « C’était y a six mois environ », Sophie : « Valérie m’avait jamais dit qu’elle connaissait un
héros ! » Faire remarquer l’omission du pronom il et de l’adverbe de négation ne dans les phrases
(vu dans les épisodes 2 et 4).
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Répondez aux questions.


a. Combien de fois Olivier a raconté à Valérie l’histoire du dossier Saltex ?
.........................................................................................................
b. Quand a eu lieu l’événement dont parle Olivier ?
.........................................................................................................
c. Pour quel produit Olivier devait présenter un projet de publicité ?
.........................................................................................................
d. Comment était le client ? Pourquoi est-il parti ?
.........................................................................................................
e. Combien de temps a duré la rencontre avec le client ?
.........................................................................................................
f. Qu’est-ce qu’Olivier a fait ? .........................................................
g. Pourquoi cet événement professionnel a été positif pour Olivier ?
..........................................................................................................
h. Qui est Sophie ? ...........................................................................
i. Est-ce que Christian se considère comme un héros ? Comment se décrit-il ?
...........................................................................................................
2. Trouver les professions.

a. Il soigne des personnes malades. → …………………………………………

b. Il écrit des livres. → …………………………………………

c. Elle vend de la viande. → …………………………………………

d. Il travaille à la campagne. → …………………………………………

e. Il joue dans des films. → …………………………………………

f. Elle joue du violon ou du piano. → …………………………………………

g. Il travaille dans un magasin. → …………………………………………

h. Elle crée des vêtements. → …………………………………………

i. Elle écrit des articles de journaux. → …………………………………………

j. Il vend des gâteaux et des tartes. → …………………………………………

k. Il fabrique des meubles. → …………………………………………

l. Il répare des voitures. → …………………………………………


3. Associez les phrases.

a. Il est en congé. 1. Il n’a pas de travail.

b. Il est à la retraite. 2. Il est en vacances.

c. Il est au chômage. 3. Il ne travaille plus.

4. Complétez les phrases avec un des mots de la liste, puis rédigez une phrase avec ce
mot.
pourtant – malgré – en revanche – au lieu de – malheureusement
a. Olivier a pu raconter ses exploits professionnels. ……………………………, Christian est arrivé
et l’attention s’est portée sur lui.
b. ……………………… le refus d’Olivier, il est quand même venu.
......................................................................................................................
c. Il est très timide. …………………………… il a parlé de lui pendant 30 minutes.
......................................................................................................................
d. Il n’a pas réussi à convaincre le client. ……………………………… il a obtenu une promotion.
......................................................................................................................
e. Il a parlé de lui …………….…………… poser des questions à Sophie.
......................................................................................................................
5. Exprimez l’opposition en complétant les phrases avec le mot qui convient.
a. ………………………… les nombreuses choses qu’il devait faire, il a trouvé le temps pour me
voir.
b. ……………….…………, il est arrivé en retard à son examen.
c. ………………………… s’énerver, il est resté calme et a répondu aux questions.
d. ……………….…………, elle ne s’est pas aperçue de son erreur.
e. Olivier n’aime pas beaucoup Chopin. Valérie, ………………………………, adore ce compositeur.

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 9
Opération spéciale
• Objectifs communicatifs
– Compréhension globale et sélective d’une vidéo.
– Savoir relater un événement.
• Objectifs linguistiques
– Les constructions à sens passif.
– Situation d’une action dans le temps (la veille, le lendemain, etc.).

Synopsis
Olivier marche dans la rue, très énervé, il tente encore de joindre Valérie, mais tombe de nouveau
sur sa messagerie et lui laisse un quatrième message. Soudain il aperçoit Valérie de l’autre côté de la
rue, elle est habillée en militante écologiste et tient une pancarte. Olivier va à sa rencontre et lui
demande ce qu’elle fait là. Elle lui répond qu’ils sont en opération de sensibilisation avec Christian.
Olivier lui demande de lâcher sa pancarte et de rentrer avec lui. Elle refuse. Soudain Christian
arrive en courant, il leur dit de déguerpir, il vient de lancer un pot de peinture rouge dans un
magasin de fourrures. Dans l’urgence, Valérie et Christian remettent à Olivier la pancarte et le pot
de peinture et s’en vont. On entend alors les sirènes de la police…

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Olivier tente de joindre Valérie, en vain.
– 2e partie : Olivier aperçoit par hasard Valérie dans la rue, en pleine opération militante. Elle ne
veut pas rentrer.
– 3e partie : Christian arrive affolé, ils doivent partir. La police arrive, Olivier se retrouve tout seul.

Transcription
Olivier  : Allô, Valérie, c’est encore moi. Écoute, j’en ai marre de parler à ton répondeur. C’est le
quatrième message que je te laisse. Je te signale que nous devions déjeuner ensemble. Je t’ai
attendue près d’une heure au restaurant. Rappelle-moi, s’il te plaît, dès que tu as ce message. Je
commence à m’inquiéter.
Olivier : Valérie ?
Valérie : Ah Olivier… Bah, qu’est-ce que tu fais là ?
Olivier : Et toi ? Qu’est-ce que tu fabriques dans cet accoutrement ?
Valérie : Bah, tu vois bien, je milite. Je suis avec Christian. On est en opération de sensibilisation.
Olivier : Allez, dépose tout ça, on rentre à la maison. Tu vas t’attirer des ennuis.
Valérie : Pas question !
Olivier : Mais ce que tu fais ne sert à rien. Tu gênes les gens, c’est tout ce que tu fais !
Valérie : Je m’en moque, ça en vaut la peine ! Si tout le monde se bouge, ça fera bouger les choses !
Olivier : S’il te plaît, ma princesse, rentre avec moi.
Valérie : Non ! Je reste encore un peu.
Christian : Sauve-toi, Valérie !
Olivier : Qu’est-ce qui se passe ?
Christian : Je viens de lancer un pot de peinture rouge dans un magasin de fourrures. Je les ai bien
eus, en plein sur les manteaux !
Christian : Allez, Valérie, on doit y aller ! Ils vont arriver d’une seconde à l’autre ! Tu entends ce que
j’entends ? Il faut y aller !
Valérie : Tiens ! Mais, tiens !
Christian : Tiens ça aussi !
Valérie : Allez !
Olivier : J’y suis pour rien moi !

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Regarder tout d’abord la vidéo sans le son. Demander aux apprenants d’imaginer l’histoire de cet
épisode : avec qui parle Olivier, que fait Valérie dans la rue, pourquoi a-telle une pancarte dans les
mains, pourquoi Christian tient un pot de peinture, pourquoi partent-ils rapidement, etc. Puis
demander aux élèves de lire les phrases de l’exercice 1 et visionner une seconde fois l’épisode avec
le son. Faire l’exercice.
2. Pour l’exercice 5, bien préciser aux apprenants qu’il faut utiliser dans leur récit les expressions
temporelles et la voix passive.
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Vrai ou faux ? Justifiez votre réponse.

  Vrai Faux

a. Olivier et Valérie se parlent au téléphone. ❏ ❏

b. Olivier a laissé cinq messages sur son répondeur. ❏ ❏

c. Il a attendu Valérie au restaurant pendant une heure. ❏ ❏

d. Valérie est en train de militer. ❏ ❏

e. Olivier pense que Valérie dérange les gens en faisant cela. ❏ ❏

f. Christian a volé un pot de peinture rouge. ❏ ❏

g. Valérie et Christian doivent partir car la police va arriver. ❏ ❏

2. Transformez les phrases à la forme passive (attention aux accords des participes
passés).
a. Christian a jeté un pot de peinture rouge.
→ .........................................................................................................
b. La police arrêtera Olivier.
→ .........................................................................................................
c. On a repéré les manifestants.
→ .........................................................................................................
d. Ils organisent des opérations de sensibilisation.
→ .........................................................................................................
e. On combattra les grands groupes agroalimentaires.
→ .........................................................................................................
f. Les militants ont détruit des manteaux de fourrure.
→ .........................................................................................................
g. On informera la presse de cette opération.
→ .........................................................................................................
3. Dites si les phrases ont un sens passif (P) ou un sens actif (A).


a. Il s’est fait arrêter.
............................................................

b. Les militants se découragent. →............................................................

c. Elle participe à des actions engagées. →............................................................


d. Ils se sont fait construire une maison →............................................................
écologique.

e. On m’a volé mon manteau de fourrure. →............................................................

4. Complétez le texte avec les mots suivants :


à ce moment-là – dix ans avant – la veille – ce jour-là – le lendemain – hier
………………………………, Valérie et Christian se sont réunis avec des amis pour lancer une
opération de sensibilisation. Ils avaient déjà acheté ………………………………… de la peinture
rouge et ils avaient fabriqué des pancartes toute la journée. Christian avait l’habitude de ce
type d’opération, il en avait fait quelques-unes ………………………………… Mais pour Valérie
c’était nouveau. ………………………. ils sont allés dans la rue pour commencer leur action.
……………………………… Olivier cherchait Valérie, et il l’aperçut soudain dans la rue. On peut
dire que ……………………………… Olivier n’en a pas cru ses yeux et ne pensait pas que Valérie
pourrait faire cela.
5. Imaginez ce qui arrive à Olivier. Vous relaterez les événements dans un récit au passé.
...........................................................................................................

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 10
Des lendemains qui déchantent
• Objectifs communicatifs
– Comprendre une vidéo de manière globale et sélective.
– Expression du doute, de la certitude, de la possibilité et de l’impossibilité.
– Promettre quelque chose.
• Objectif linguistique
– Les pronoms relatifs (qui, que, dont, où).

Synopsis
Olivier a passé la nuit au poste de police. Valérie écoute les péripéties d’Olivier, un peu gênée. Les
manteaux ont été remboursés avec les économies de leurs vacances d’été. Valérie dit à Olivier que
Christian est fier de lui et qu’il aimerait qu’il soit le président d’honneur de leur mouvement.
Olivier reste sur sa réserve et accepte, à la condition que Christian rembourse les 5 000 euros qu’il
a dû verser au magasin.

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Olivier raconte à Valérie sa nuit au commissariat.
– 2e partie  : Olivier raconte qu’il a versé toutes ses économies dans le remboursement des
manteaux.
– 3e partie  : Valérie demande à Olivier s’il veut être le président d’honneur de leur mouvement.
Olivier réagit.

Transcription
Valérie : Je ne pensais pas que ça prendrait des proportions aussi énormes.
Olivier : Moi non plus.
Valérie : Tu as de la chance qu’ils t’aient laissé partir ce matin.
Olivier : Légalement, ils n’ont pas le droit de te garder plus de 24 heures.
Valérie : Ce n’était pas trop dur ?
Olivier : À ton avis ? J’ai partagé ma cellule avec un ivrogne qui puait l’alcool.
Valérie : Qu’est-ce qui va se passer maintenant ?
Olivier : Rien. Je me suis arrangé avec le propriétaire du magasin.
Valérie : Mais comment ?
Olivier : J’ai remboursé tous les manteaux endommagés par Christian.
Valérie : Ça a coûté cher ?
Olivier : Toutes mes économies y sont passées, dont le budget de vacances de cet été.
Valérie : Oh, mon pauvre chéri, tu dois être fatigué ! En rentrant, je vais te faire couler un bain.
Olivier : Et Christian ?
Valérie  : Il est fier de toi. Il voudrait savoir si tu accepterais de devenir le président d’honneur de
notre mouvement.
Olivier : Président d’honneur… bien sûr !
Valérie : C’est vrai ? Ça va lui faire plaisir, tu n’as pas idée.
Olivier : Dès qu’il m’aura remboursé les 5 000 euros de manteaux.
■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO
1.Tout d’abord visionner l’épisode sans le son et demander aux apprenants d’imaginer le dialogue
entre Valérie et Olivier. Que peuvent-ils se dire après cet événement ? Comment Valérie va réagir
face à Olivier ? Laisser les élèves travailler en petits groupes et leur donner le temps de rédiger un
petit dialogue entre Olivier et Valérie. Puis échanger en classe les différentes interprétations. Cet
exercice permet aux apprenants de donner libre cours à leur imagination. On peut s’attendre à ce
que les élèves utilisent le vocabulaire de la promesse (vu dans la leçon 10) pour les excuses de
Valérie (je te promets de parler à Christian, c’est promis, je ne recommencerai pas, etc.). Mais l’exercice
est avant tout un travail d’imagination, il n’est pas nécessaire d’imposer aux étudiants quelque
directive lexicale que ce soit.
Après ce travail, lire les phrases des exercices 1 et 2, visionner l’épisode avec le son et faire les
exercices.
2. Jeu des définitions
Faire les exercices 3 et 4. Puis proposer le jeu des définitions. Apporter en classe des images ou bien
des mots écrits sur un bout de papier. Les distribuer aux élèves en groupes de 3 ou 4. Chaque
groupe doit faire deviner les mots qui lui ont été attribués en le définissant à la classe. Le groupe
qui a trouvé le mot récupère l’image ou le papier. Celui qui a le plus de mots a gagné. Chaque
groupe devrait avoir au moins 5 mots à définir. Il est important que les élèves utilisent les pronoms
relatifs dans leurs définitions. Bien le préciser avant de commencer le jeu. Si nécessaire, leur
demander de préparer les définitions par écrit avant de les présenter à la classe.
3. Jeux de rôle
• Vous avez menti à votre ami(e). Il (elle) vous le reproche. Vous argumentez et lui promettez de ne
plus recommencer.
• Vous avez volé dans un magasin. Vous vous justifiez et vous promettez à vos parents de ne plus
recommencer.
• Vous n’avez pas rendu un travail urgent que vous deviez faire pour aujourd’hui. Votre patron
vous convoque dans son bureau, vous lui promettez que le travail sera fait pour demain.
Remarque
Valérie : « Je pensais pas que ça prendrait des proportions aussi énormes », « C’était pas trop dur ».
Faire remarquer l’absence de l’adverbe ne à l’oral (vu dans l’épisode 2).
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Répondez aux questions.


a. Où sont Valérie et Olivier ? ...................................................................................................
b. Où Valérie a rejoint Olivier aujourd’hui ? .............................................................................
c. Pourquoi est-il allé au commissariat ? ................................................................................
d. Qu’est-ce qu’Olivier a fait pour le propriétaire des manteaux ?
.............................................................................
e. Qu’est-ce que Valérie propose de faire quand ils seront rentrés à la maison ?
.............................................................................
f. Comment Olivier apparaît-il dans cet épisode ?
.............................................................................
2. Entourez la bonne réponse.
a. Valérie ne pensait pas que cela prendrait des proportions commodes – énormes – sans
normes.
b. Olivier est resté au commissariat une nuit – une soirée – une matinée – quatre heures.
c. Olivier a dormi dans une chambre – une salle – une cellule.
d. Il a dormi avec un borgne – un voleur – un ivrogne – un criminel.
e. Olivier a remboursé les manteaux, il a payé 1 000 euros – 10 000 euros – 5 000 euros – 100
000 euros.
f. Christian voudrait qu’Olivier soit militant – président – dirigeant de son mouvement, mais
Olivier souhaite avant cela que Christian se dénonce à la police – rembourse la somme
d’argent – trouve un logement.
3. Associez les phrases avec les mots selon ce qu’elles expriment.
a. Il se peut qu’Olivier paye une amende.
b. Je suis sûre que Valérie regrette son acte.
c. Christian risque d’avoir des problèmes.
d. Olivier doute que Christian change de comportement.
e. C’est certain qu’Olivier est très énervé.
f. Il est possible que Valérie ne fasse plus d’opération de sensibilisation.
g. Christian serait recherché par la police.
h. Il est impossible qu’Olivier accepte cette situation dans le futur.

Le doute La certitude La possibilité L’impossibilité


       
       
       
4. Complétez les phrases avec le pronom relatif qui convient.
a. J’ai donné toutes les économies …………… je gardais pour les vacances d’été.
b. C’est une idée …………… on a déjà parlé et …………… ne me plaît pas du tout.
c. Christian est quelqu’un …………… Olivier se méfie mais …………… Valérie adore.
d. Voici un manteau …………… coûte très cher et …………… la fourrure provient d’animaux en
voie de disparition.
e. Voici une robe …………… Christian a rapporté du Pérou et …………… les motifs sont
traditionnels.
f. Olivier a fait une action …………… Christian est fier.
g. Il a rencontré une femme …………… le mari est publicitaire.
5. Présentez les personnages de la vidéo en trois phrases en utilisant les pronoms
relatifs qui, que et dont.
a. Valérie, qui est la femme d’Olivier, est très jolie.
– ............................................................................
b. Olivier ...............................................................
– ............................................................................
c. Christian ...........................................................
– ............................................................................

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 11
Entre copines
• Objectifs communicatifs
– Compréhension globale et sélective.
– Rapporter les paroles de quelqu’un.
– Présenter un lieu, décrire un lieu, parler de son histoire.
• Objectifs linguistiques
– Le passé simple et le passé antérieur.
– Le plus-que-parfait.
– Le discours rapporté.

Synopsis
Valérie et Sophie, sa meilleure amie, sont dans le salon, elles mangent de la glace en regardant la
télé. Olivier et Christian sont allés boire un verre. La conversation dévie rapidement sur Christian.
Sophie s’étonne qu’Olivier accepte qu’un ancien amant de Valérie vive sous son toit. Valérie
répond qu’Olivier a un cœur d’or. Sophie demande à Valérie si elle a encore des sentiments pour
Christian. Cette dernière assure que non, mais on sent une pointe de nostalgie. Valérie demande à
Sophie pourquoi elle lui veut savoir ça ? Pour rien, c’est juste comme ça.

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Valérie et Sophie parlent de leurs compagnons.
– 2e partie : Sophie demande à Valérie si elle a encore des sentiments pour Christian, elle semble
intéressée.
– 3e partie : Valérie s’étonne des questions de son amie et montre un peu de jalousie.

Transcription
Sophie : Tu vois, Max, mon nouveau copain, il déteste regarder les vieux films qui font pleurer. Lui,
il n’y a que les films d’action qui comptent.
Valérie  : Olivier non plus il n’aime pas les comédies romantiques. Il trouve que pleurer, pour un
garçon, c’est honteux.
Sophie : Christian n’est pas là ce soir ?
Valérie : Il est sorti pour la soirée avec Olivier. Je les ai convaincus d’aller boire un verre ensemble
pour qu’ils fassent un peu plus connaissance.
Sophie : Il est sympa, Olivier, accepter qu’un de tes anciens amants vienne vivre chez vous…
Valérie : C’est vrai qu’il a un cœur en or.
Sophie : Toi, tu n’as plus de sentiments pour Christian ?
Valérie  : Bah, j’avais 18 ans quand j’ai rencontré Christian, c’est derrière moi, tout ça. Quand j’ai
rencontré Olivier, j’avais déjà quitté Christian et j’avais même eu deux ou trois autres aventures.
Valérie : Mais pourquoi tu me demandes ça ?
Sophie : Bah… juste comme ça. On n’oublie jamais vraiment son premier amour.
Valérie : C’est vrai…
Sophie : Donc, si jamais Christian rencontrait une fille, ça ne te dérangerait pas alors ?
Valérie : Pas du tout, ma vie est avec Olivier maintenant. Et j’ai deux enfants magnifiques.
Sophie : Je suis rassurée alors.
Valérie  : Mais pourquoi tu dis ça  ? Qu’est-ce qui se passe  ? Tu sais quelque chose  ? Christian a
rencontré une fille ? Tu la connais ? Qui est-ce ?
Sophie : Je ne suis au courant de rien !
Valérie : Jure-le-moi !
Sophie : Je te le jure.
Sophie : Tu es jalouse.
Valérie : Pas du tout.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Visionner la vidéo avec le son. Demander aux apprenants de lire les questions de l’exercice 1 puis
le faire. Regarder à nouveau l’épisode et demander aux élèves de finaliser l’exercice 1.
2. Lire l’exercice 2 avec les étudiants. Dans un premier temps, demander aux élèves de deviner les
mots qui manquent. Puis montrer le passage de la vidéo aux étudiants et leur demander de
compléter l’exercice.
3. Récit à partir d’un dessin. Apporter en classe un dessin (un dessin de Sempé, par exemple, mais
d’autres dessins ou une photographie pourraient convenir). Raconter la scène du dessin aux élèves
puis leur demander de préparer un récit au passé. Ce travail peut se faire par groupe de deux.

4. Jeu : « Qu’est ce qu’il a dit ? »


Réviser le discours rapporté au passé vu dans la leçon 11. Le professeur dit une phrase puis
demande spontanément à un élève ce qu’il a dit. L’élève rapporte les paroles du professeur. Puis
c’est au tour de l’élève de dire une phrase et à un deuxième élève de rapporter ses paroles, et ainsi
de suite. Cet exercice permet de pratiquer le discours indirect en situation d’élocution.
Remarque
Valérie : « Olivier non plus il aime pas les comédies romantiques. » Faire remarquer la redondance du
pronom personnel il, grammaticalement non nécessaire mais parfois utilisé à l’oral. Noter aussi
l’absence de l’adverbe de négation ne.
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Répondez aux questions.


a. Où sont Olivier et Christian ? ..................................................................
b. Que font Valérie et Sophie ? ....................................................................
c. Quel type de films regardent-elles ?
......................................................................................................................
d. Pourquoi Olivier n’aime pas les films romantiques ?
......................................................................................................................
e. Pourquoi Sophie pense qu’Olivier est sympa ?
......................................................................................................................
f. Comment Valérie justifie le fait qu’elle n’a plus de sentiments pour Christian ?
......................................................................................................................
g. À votre avis, pourquoi Valérie veut-elle savoir si Christian a une copine ?
......................................................................................................................
2. Complétez les phrases entendues dans l’épisode.
a. Sophie : Donc, si jamais Christian …………………………… une fille, ça ne te ……………………………
pas alors ?
b. Valérie : Pas du tout, ma vie est avec Olivier maintenant, j’ai deux
………………………………………………
c. Sophie : Je suis ……………………… alors.
d. Valérie : Mais pourquoi tu dis ça ? …………………………………………………… ?
Tu sais ………………………… ? Christian a rencontré une fille ? Tu la ……………………… ? Qui est-
ce ?
e. Sophie : Je ne suis …………………………… de rien !
f. Valérie : ………………-le-moi !
g. Sophie : Je te le …………………
3. Conjuguez les verbes au plus-que-parfait.
Exemple : partir (je) → j’étais parti

a. venir (tu) → …………………………… b. être (vous) → …………………………

c. vouloir (nous) → …………………………… d. se relaxer (ils) → …………………………

e. avoir (je) → …………………………… f. rencontrer (elle) → …………………………

4. Mettez les verbes du texte au passé composé, à l’imparfait ou au plus-que-parfait.


a. Quand Valérie (rencontrer) ……………………………… Olivier, elle (quitter)
………………………………… Christian plusieurs mois avant.
b. Ce soir-là, Sophie (parler) ………………… de Christian à Valérie. C’est normal, elle le (voir)
…………………… quelques jours avant à une terrasse de café quand Olivier (raconter)
……………………………… ses exploits professionnels, et elle en (tomber amoureuse)
…………………………………………………
c. Quand Olivier et Christian (rentrer) ………………………………, Valérie (regarder) …………………….
la télévision et (finir) ………………………… toute la glace qu’Olivier (acheter)
………………………………
5. Placez les formes verbales dans la partie du tableau qui convient.

a. Il sortit avec Olivier. e. Il avait vu Valérie avec Olivier.

b. Nous mangions de la glace. f. Quand elle fut prête, ils sortirent.

c. Elle regarda Sophie. g. Quand elle eut fini, ils allèrent dîner.

d. Elle parlait de Christian sans arrêt. h. Je parlais à Valérie quand il entra.

Imparfait Passé simple Passé antérieur Plus-que-parfait


       
       
       

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 12
Quiproquo
• Objectifs communicatifs
– Compréhension globale d’une vidéo.
– Exprimer l’espoir, la déception, le regret et le reproche.
• Objectif linguistique
– Le conditionnel passé.

Synopsis
Valérie est dans la cuisine, on sent qu’elle s’ennuie. Olivier est parti pour la journée avec des
copains. Christian vient à sa rencontre. Il veut lui parler. Il aimerait son avis sur une situation
sentimentale : il est attiré par une fille mais n’ose pas le lui dire de peur de se faire repousser. On
sent que Valérie pense qu’il s’agit d’elle-même mais que Christian n’ose pas le lui dire directement.
S’ensuit une conversation de sous-entendus. Valérie encourage Christian à déclarer sa flamme à
cette soi-disant fille mystère. Il se précipite vers elle, elle s’attend à recevoir son baiser, mais il lui
fait une bise chaleureuse sur la joue en la remerciant d’être une fidèle amie et de bons conseils.
Puis il téléphone à Sophie pour la voir le soir même et lui déclarer ses sentiments.

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Valérie est dans la cuisine, elle est en train de lire. Entre Christian.
– 2e partie : Christian fait une confession à Valérie. Il éprouve des sentiments pour quelqu’un mais
n’ose pas le lui dire.
– 3e partie : Valérie l’incite à lui parler en pensant qu’il s’agit d’elle-même. Mais il s’agit en fait de
Sophie.

Transcription
Christian : Alors, on s’ennuie ? Olivier n’est pas là ?
Valérie : Il est sorti pour la journée. Il est parti jouer au golf avec ses copains.
Christian : Quel mari ingrat, abandonner une jolie fille comme toi…
Valérie : C’est vrai ce que tu dis ? Tu le penses vraiment ?
Christian : À ton avis ?
Valérie : Ton compliment me touche.
Christian : Valérie, j’ai un conseil à te demander.
Valérie : Bien sûr, je t’écoute.
Christian : Je connais une fille, très jolie, charmante, avec de l’humour…
J’ai de l’attirance pour elle, mais je ne sais pas si c’est réciproque. Je ne sais pas comment faire. Je
n’ai pas envie de tout gâcher. On s’entend bien tous les deux.
Valérie : Je vois.
Christian  : Depuis quelque temps, on se voit tous les jours, et j’ai l’impression qu’elle éprouve des
sentiments pour moi.
Valérie : Dis-le-lui ! La vie est bien trop courte. Il ne faut pas rater sa chance.
Christian : Tu le penses vraiment ?
Valérie : Fonce !
Christian : Ah, merci ! Tu es vraiment une amie précieuse. Je l’appelle tout de suite.
Christian  : Allô, Sophie  ? Est-ce que l’on peut se voir ce soir  ? Il faut que je te parle. Je passe te
prendre à 20 heures en bas de ton immeuble. À ce soir !
Valérie : Sophie…
Christian  : Ça y est, je vais tout lui dire ce soir, grâce à toi. J’ai l’impression d’avoir dix-huit ans…
Comme quand on s’est rencontrés.
Valérie : Je suis contente pour toi.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Regarder la vidéo sans le son. Demander aux apprenants d’imaginer ce qu’il se passe dans
l’épisode. Tout d’abord ce que fait Valérie, puis ce que Christian et Valérie peuvent se dire, ce que
fait finalement Christian. Essayer d’amorcer le vocabulaire de la déception en décrivant la réaction
de Valérie, ce que son visage exprime. Comparez les interprétations et écrire au tableau les
nouveaux mots. Puis visionner à nouveau l’épisode et faire l’exercice 1.
2. Jeux de rôle
Faire l’exercice 4 en rappelant aux apprenants qu’ils doivent utiliser le conditionnel passé. Puis
préparez des bouts de papier que vous distribuerez, sur lesquels vous aurez préalablement choisi
des jeux de rôle en rapport avec l’expression du regret, du reproche, de l’espoir et de la déception.
Mettre les élèves par groupes de 2 ou 3.
Exemples de jeux de rôles à écrire sur les papiers :
• Vous deviez rendre visite à un (e) ami (e), vous avez oublié. Il (elle) vous le reproche.
• Vous racontez à votre meilleur  (e) ami  (e) que vous avez rencontré quelqu’un qui vous plaît
beaucoup. Vous exprimez l’espoir de le (la) revoir.
• Un de vos amis a fait une fête et ne vous a pas invité  (e). Vous êtes triste et en parlez à un  (e)
ami (e).
Remarque
Valérie : « Il faut pas rater sa chance. » Faire remarquer l’absence de l’adverbe ne à l’oral (vu dans
l’épisode 2).
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Vrai ou faux ? Justifiez.

  Vrai Faux

a. Olivier est parti faire du golf pour la journée avec des amis. ❏ ❏

b. Christian fait une déclaration d’amour à Valérie. ❏ ❏

c. Valérie pense que Christian est amoureux d’elle. ❏ ❏

d. Christian pense que Sophie éprouve des sentiments pour lui. ❏ ❏

e. Christian a l’impression d’avoir 18 ans. ❏ ❏

f. Christian ira chercher Sophie à 15 heures. ❏ ❏

2. Conjuguez les verbes suivants au conditionnel passé.

Exemple : regarder → nous aurions


   
(nous) regardé


a. parler (je) → …………………………… b. être (vous)
……………………………

d. se rencontrer →
c. avoir (tu) → ……………………………
(ils) ……………………………


e. connaître (nous) → …………………………… f. devoir (tu)
……………………………

3. Donner six conseils à Christian.


Exemple : À ta place, j’aurais parlé de mes sentiments à Sophie.
a. À ta place, ............................................................
b. ...............................................................................
c. ...............................................................................
d. ...............................................................................
e. ...............................................................................
f. ...............................................................................
4. Imaginez la suite.
a. Si Valérie et Christian ne s’étaient pas quittés il y a dix ans,
.............................................................................
b. Si Olivier avait connu Christian à l’université,
..............................................................................
c. Si Valérie n’avait pas présenté Sophie à Christian,
..............................................................................
d. Si Olivier n’était pas allé jouer au golf, ..............................................................................
5. Complétez le tableau avec les phrases suivantes.

a. C’est dommage ! e. Si Olivier pouvait comprendre !

b. Espérons qu’il sera là ! f. Nous comptons sur ta discrétion.

c. Tu aurais pu me téléphoner, je me suis inquiétée. g. Son attitude est décevante.

d. Valérie m’a promis de venir. h. Il aurait pu me le dire !

L’espoir La déception Le reproche


     
     
     
6. Avez-vous déjà vécu un malentendu avec quelqu’un  ? Expliquez la situation et de
quelle manière ce quiproquo s’est terminé.

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 13
Une sortie pédagogique
• Objectifs communicatifs
– Compréhension globale.
– Relever les mots clés et comprendre une vidéo de manière sélective.
– Être capable d’écrire un projet.
• Objectifs linguistiques
– Expression de la condition et la restriction.
– Les expressions de temps.
– Le futur antérieur.

Synopsis
Olivier, Valérie et Christian sont en forêt. Valérie et Christian marchent devant d’un pas assuré.
Olivier est un peu à la traîne et ronchonne. Olivier dit que son sac pèse une tonne. Valérie lui
demande d’arrêter de râler. Elle ajoute qu’il n’est jamais content.
Christian les interrompt, il leur demande de faire corps avec la nature et d’ouvrir grand leurs
oreilles, il entend un petit oiseau très rare. En fait, un merle, souligne Olivier, qui veut maintenant
rentrer chez lui. Mais il ne sait plus où ils ont laissé la voiture. Ils sont perdus !

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Olivier peine à avancer et il ronchonne. Valérie lui demande d’arrêter de râler.
– 2e partie : Christian leur demande de se taire et d’écouter un oiseau.
– 3e partie : Olivier veut rentrer, mais ils réalisent alors qu’ils sont perdus.

Transcription
Olivier : Attendez-moi !
Valérie : Tu n’as qu’à accélérer le pas !
Olivier : Mon sac pèse une tonne.
Valérie : Il ne fallait pas emmener la moitié de la maison.
Olivier : Je prends mes précautions.
Valérie : On part pour la journée, mon chéri !
Olivier : On ne sait jamais ce qui peut arriver !
Christian : Si vous profitiez de la nature tous les deux au lieu de vous chamailler !
Valérie : Il n’est jamais content.
Olivier : On ne sait même pas où on va. J’aime bien avoir un but.
Valérie : Tu vas râler toute la journée ? C’est énervant à la fin !
Christian : Chut ! Taisez-vous !
Olivier : Quoi encore ?
Christian : Vous entendez ce chant d’oiseau ?
Valérie : Ah oui, c’est joli. Qu’est-ce que c’est ?
Christian : C’est un Turdus merula. C’est très rare en cette saison.
Valérie : Un quoi ?
Olivier : Un merle ! On en a qui viennent se poser sur notre balcon à Paris. Pas la peine de faire tant
de kilomètres pour ça. Bon, je ne vais pas rester ici jusqu’à ce soir, je m’en vais.
Valérie : Bah, à condition que tu saches retrouver la voiture !
D’ailleurs, quelqu’un a fait attention à bien repérer les chemins qu’on a suivis ?
Christian : Mais, je pensais que vous aviez fait attention !
Olivier : Génial. On est perdus.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Visionner une première fois l’épisode. Demander aux apprenants de décrire ce qu’ils voient.
Écrire le vocabulaire au tableau. Développer le lexique autour de la campagne et des paysages.
Demander aux apprenants s’ils aiment la nature, s’ils vont souvent à la campagne, à la montagne ou
en forêt. Écrire les nouveaux mots au tableau. Puis regarder à nouveau la vidéo et réécouter les
passages que les étudiants doivent compléter dans l’exercice 1.
2. Quand l’exercice 4 est terminé, demander aux apprenants de faire corriger leurs phrases par leur
voisin. Cela permet d’échanger en interaction les différentes productions écrites. Puis comparer les
phrases oralement en classe. Écrire au tableau les mots nouveaux.
3. Pour l’exercice 5, demander aux apprenants de se mettre par groupes de deux personnes.
Travailler la condition et la restriction à l’oral. Si les expressions ne sont pas encore bien acquises,
on peut étendre l’exercice avec d’autres phrases que le professeur choisira ou bien demander aux
élèves de jouer par groupes de deux : l’un propose quelque chose et l’autre pose des conditions.
4. Pour l’exercice 6, demander aux apprenants de réinvestir le vocabulaire qui exprime le but,
l’intention et le renoncement.
Remarque
Valérie  : «  Il est jamais content.  » Faire remarquer l’absence de l’adverbe ne à l’oral (vu dans
l’épisode 2).

Quelques références
Turdus merula : mot scientifique qui signifie « merle noir ».
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Écoutez la vidéo. Complétez.


a. Olivier : On ne sait même pas …………………………………… J’aime bien avoir un …………………
b. Valérie : Tu vas ……………………… toute la journée ? C’est ……………………………… à la fin !
c. Christian : Chut ! ……………………… !
[…]
d. Olivier : Un merle ! On en a qui viennent se poser sur notre ………………… à Paris. Pas la
…………………… de faire tant de kilomètres pour ça. Bon, je ne vais pas rester ici
………………………….………, je m’en vais.
2. Complétez le tableau.

tu nous ils elle je me


       
feras irons partiront arrivera laverai

tu
il aura il sera vous
          auras
reconnu revenu aurez vu
bu

3. Complétez les phrases avec les mots suivants. Attention aux élisions.
d’ici – jusqu’à – jusqu’à ce que – au bout de – en
a. Olivier va râler ……………………………………… ils rentrent à la maison.
b. Christian a reconnu le chant d’oiseau …………… deux secondes.
c. Ce n’est que …………………………………… trois heures qu’ils ont retrouvé leur chemin.
d. Christian partira de chez Valérie et Olivier ………………… quelques jours.
e. Ils vont passer la journée à la campagne …………………………… ce soir.
4. Finissez les phrases en exprimant la condition puis la restriction.
• La condition :
a. Olivier appréciera cette journée à la campagne
......................................................................................................................................
b. Ils retrouveront le chemin
......................................................................................................................................
• La restriction :
c. Ils rentreront à la maison rapidement
......................................................................................................................................
d. Olivier restera avec Valérie et Christian
......................................................................................................................................
5. Vous répondez à Christian : imaginez des conditions et des restrictions.
a. Je vous emmène en forêt demain !
......................................................................................................................................b. Je vous
invite au Pérou pour une semaine ! Vous venez ?
......................................................................................................................................c. Vous
voulez faire partie de mon association écologiste ?
......................................................................................................................................d. On va
manifester contre les grands groupes agroalimentaires, vous êtes d’accord ?
......................................................................................................................................
6. Valérie avait le projet de partir s’installer à la campagne avec Olivier. Mais elle a dû y
renoncer.
Elle écrit un courriel à une amie pour le lui raconter.
Salut ...................................................................................................
...................................................................................................

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 14
Suivez le guide !
• Objectif communicatif
– Comprendre une vidéo de manière globale.
• Objectifs linguistiques
– Exprimer la cause et la conséquence.
– Les temps du passé.

Synopsis
Les trois personnages tentent de retrouver leur chemin. Christian propose de couper par la forêt,
Valérie et Olivier hésitent à le suivre, ce raccourci ne semble pas très approprié. Christian se blesse
et Olivier vient à son secours.

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Ils sont perdus. Olivier n’est pas content et veut rentrer.
– 2e partie : Christian propose un chemin, Valérie et Olivier hésitent à le suivre. Christian se blesse.
– 3e partie : Olivier le soigne et Valérie retrouve son héros de mari !

Transcription
Christian : C’est par là, j’en suis sûr, je me rappelle être passé par là !
Olivier : Pas moi ! Ce chemin ne me dit rien.
Valérie : Arrête, Olivier, tu dois lui faire confiance.
Olivier : La nuit va tomber dans moins d’une heure, il faut qu’on se dépêche. Je n’ai pas le temps de
lui faire confiance, je n’ai pas envie de passer la nuit dans la forêt.
Valérie : Ça pourrait être marrant, tu me protégerais contre les animaux sauvages et on irait chasser
pour ne pas mourir de faim. On pourrait dormir à la belle étoile.
Olivier : Je préfère mon lit !
Christian : Ça me rappelle un voyage au Brésil. Je m’étais perdu dans la forêt amazonienne !
Olivier : Qu’est-ce que tu fais avec cette boussole ?
Christian : Je cherche le chemin.
Olivier : Ce n’est pas un GPS : une boussole, c’est utile quand on sait où on va !
Christian : C’est par là !
Valérie : Tu es sûr de toi ?
Christian : Aucune hésitation. Suivez-moi !
Valérie : Tu devrais faire attention, il n’y a pas de chemin par là… Tu es sûr que tu veux couper à
travers bois ?
Christian : Ma cheville est cassée, j’en suis sûr.
Valérie : Comment tu as fait ça ?
Christian : C’est à cause de cette racine, mon pied s’est bloqué dedans.
Olivier : Montre-moi cette cheville.
Valérie : Mais qu’est-ce que tu fais ?
Olivier : J’aiété secouriste dans ma jeunesse. C’est une simple foulure. Je vais te faire une attelle avec
des branches.
Valérie : Oh, mon héros !
Christian : Hé, oh ! Je suis en train de souffrir, là !

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Regarder l’épisode une première fois sans le son. Demander aux élèves d’imaginer ce qu’il se
passe. Écrire les nouveaux mots au tableau. Développer le champ lexical de la santé (se blesser, se
casser une jambe, etc). Puis visionner l’épisode avec le son et faire l’exercice 1. Pour l’exercice 2,
repasser l’épisode et faire des pauses pour que les élèves aient le temps d’écrire les mots.
2. Pour l’activité 6, demander aux apprenants d’exprimer la cause et la conséquence, ainsi que
d’utiliser les temps du passé (passé-composé, imparfait et plus que parfait).
Remarque
Olivier : « Faut qu’on se dépêche. » Faire remarquer l’omission du pronom il, omission fréquente à
l’oral, souvent dans l’emploi de il faut. Proposer quelques phrases aux apprenants contenant il faut.
S’entraîner à l’oral. Exemples de phrases  : «  Faut partir  », «  Faut acheter du pain  », «  Faut
absolument que j’appelle Olivier », etc.
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Répondez aux questions.


a. Pourquoi Valérie dit à Olivier de faire confiance à Christian ?
..........................................................................................................
b. Pourquoi Valérie trouverait cela amusant d’être perdue ?
..........................................................................................................
c. Qu’est-ce que Christian utilise pour trouver le chemin ?
...........................................................................................................
d. Qu’en pense Olivier ......................................................................
e. Qu’arrive-t-il à Christian ? ...........................................................
f. Que va faire Olivier ? .....................................................................
g. Pourquoi Valérie est-elle heureuse à la fin de l’épisode ? ...................................................
2. Complétez les phrases.
a. Olivier dit qu’il va faire nuit …………………………………… et qu’ils doivent ……………………………
b. Valérie pense que ce serait ………………………… d’être perdus car Olivier pourrait la
protéger des ……………………………………… et ils pourraient dormir ……………………………………….
et ……………………………………………… pour se nourrir.
c. Christian s’est déjà perdu ………………………………………………… pendant un voyage.
d. Christian pense que sa cheville …………………………… à cause ……………………………………
e. Olivier va aider Christian en faisant une attelle avec ………………………………………………
3. Barrez l’intrus.
a. entraîner – provoquer – commencer – causer.
b. c’est pourquoi – cependant – par conséquent – donc.
c. car – parce que – puisque – en revanche.
4. Complétez le tableau avec les phrases selon qu’elles expriment la cause ou la
conséquence.
a. Comme ils ont oublié de repérer le chemin, ils se perdent dans la forêt.
b. Grâce à Olivier, Christian va pouvoir marcher de nouveau.
c. Le comportement d’Olivier provoque chez Valérie un certain énervement.
d. Ils ne peuvent pas rentrer à la maison puisqu’ils ne connaissent pas la route.
e. Olivier a son diplôme de secourisme, il va donc soigner Christian.

Cause Conséquence

   

5. Complétez les phrases avec les mots suivants :


puisque – car – à cause de – parce que – grâce à – c’est pourquoi
a. Olivier n’a aucune confiance en Christian. ………………………… il ne veut pas le suivre à
travers la forêt.
b. ………………………… Christian, ils sont perdus.
c. ………………………… Olivier, Christian va pouvoir marcher.
d. ………………………… ils sont perdus, il faudrait qu’ils gardent leur calme.
e. Olivier peut aider Christian ………………….. il a son brevet de secourisme.
f. Valérie voulait se promener …………………….. il faisait beau ce jour-là.
6. Vous écrivez à un ami pour lui raconter votre journée passée avec Olivier, Christian et
Valérie.
Vous exprimez l’inquiétude que vous avez ressentie et expliquez comment vous
avez réussi à retrouver votre chemin.
.......................................................................................................

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 15
Adieu Christian !
• Objectifs communicatifs
– Compréhension globale et sélective.
– Demander et réclamer : rédaction de lettres et courriels.
– Être capable de débattre oralement.
• Objectif linguistique
– Le subjonctif passé.

Synopsis
Christian est sur le départ. Il remercie Valérie et Olivier. On sent une pointe de soulagement se
dessiner sur le visage d’Olivier. Christian sollicite Valérie pour le suivre au bout du monde, pour
« vivre d’amour et d’eau fraîche » comme quand ils avaient vingt ans. Elle lui rétorque que sa vie
est avec son mari Olivier et ses enfants, et qu’ils n’ont plus vingt ans. Avant de partir, Christian
demande à Olivier de l’argent, ce dernier accepte en espérant ne plus le revoir. Enfin seuls,
Christian est parti !

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Christian prend congé, satisfait de son séjour.
– 2e partie : Christian propose à Valérie de le suivre. Sophie ne part plus avec lui finalement.
– 3e partie : Christian s’en va, Valérie et Olivier sont enfin seuls !

Transcription
Christian : J’ai vraiment passé un séjour extraordinaire.
Olivier : Nous aussi.
Christian : Ça m’a fait un bien fou. Je me sens à nouveau prêt à partir à l’aventure.
Valérie : Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ?
Christian : Je vais partir en Indonésie. Je sais que, là-bas, je peux être utile.
Olivier : Tu devrais essayer la Lune ! Au moins on serait sûr de ne pas te revoir.
Valérie : Arrête, Olivier ! Sois poli !
Olivier : Pardon.
Christian  : Tu sais, Valérie, tu peux partir avec moi ! Il est encore temps de quitter cette société de
consommation, c’était notre rêve quand on était ensemble. Tu te souviens ? Vivre d’amour et d’eau
fraîche…
Valérie  : J’ai peur que tu n’aies pas compris. Notre histoire est finie. Je croyais que tu étais avec
Sophie maintenant.
Christian : Elle n’est pas prête à faire le grand saut avec moi. Elle refuse de quitter son club de gym et
ses sorties au restaurant.
Valérie : Je suis désolé, Christian, mais ma vie est ici, auprès d’Olivier et de mes deux enfants. Nous
n’avons plus vingt ans.
Christian : Je regrette que tu aies tant changé…
Christian : Je te la confie. Prends soin d’elle. C’est une femme merveilleuse.
Olivier : Je sais…
Olivier  :Il est temps que tu y ailles, maintenant. Je ne voudrais pas que tu rates ton avion pour le
bout du monde.
Christian : Dis, tu n’aurais pas un petit peu d’argent à me prêter ? Juste pour me dépanner… Même si
c’est seulement une centaine d’euros !
Olivier : Tiens, surtout ne me les rends pas.
Olivier : Au revoir.
Valérie : Enfin seuls !
Olivier : Pas pour longtemps, car il faut aller chercher les enfants.
Valérie : Ce n’est pas bien grave.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Regarder deux fois l’épisode avec le son. Inviter les apprenants à prendre des notes pendant le
visionnage et à lire préalablement les questions de l’exercice 2. Faire les exercices 1 et 2.
2. Pour l’exercice 5, demander aux apprenants de réinvestir les formules de demandes et de
réclamations (vues dans la leçon 15). Réviser et écrire au tableau les expressions, si nécessaire. Puis
proposer aux élèves d’écrire en petits groupes un autre texte, plus formel. Choisir parmi les deux
sujets :
• Vous avez réservé un voyage pour deux personnes au Pérou. L’agence de voyages s’est trompée et
a réservé pour trois personnes. Vous écrivez un courriel.
• Vous demandez à une école de langues de vous envoyer des informations sur les prix et les
horaires des cours de français. Vous écrivez un courriel.
Passer parmi les groupes pour corriger les éventuelles erreurs. Puis, quand le travail est terminé,
demander aux élèves de lire les courriels finalisés devant la classe.
3. Pour l’exercice 6, demander aux apprenants d’échanger leurs opinions. Les inviter à utiliser or,
donc, en revanche, pourtant, quand même. Il serait préférable de laisser 15 minutes aux élèves pour
préparer leur débat. Le professeur devra être présent pour animer le débat et les amener à élargir la
discussion : les limites dans les relations amoureuses et amicales, les styles de vie, « vivre d’amour
et d’eau fraîche  », refuser de grandir, etc. L’orientation du débat dépendra aussi de ce que les
élèves seront amenés à développer.
Remarque
Christian : « Dis, tu aurais pas un peu d’argent à me prêter ? », Valérie : « C’est pas bien grave. » Faire
remarquer l’absence de l’adverbe ne à l’oral (vu dans l’épisode 2).
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Vrai ou faux ? Justifiez avec des phrases ou des mots de l’épisode.

  Vrai Faux

a. Christian est très heureux de son séjour chez Olivier et Valérie. ❏ ❏

b. Valérie pense qu’Olivier n’est pas poli. ❏ ❏

c. Christian propose à Valérie de partir avec lui. ❏ ❏

d. Sophie va partir avec Christian. ❏ ❏

e. Christian va partir en Afrique. ❏ ❏

f. Olivier ne veut pas que Christian soit en retard à l’aéroport. ❏ ❏

g. Christian pense que Sophie est une femme merveilleuse. ❏ ❏

h. Valérie et Olivier vont chercher leurs enfants aujourd’hui. ❏ ❏

2. Répondez aux questions.


a. Pourquoi Olivier propose à Christian d’« essayer la Lune » ? Expliquez.
.....................................................................................................................
b. Quel était le rêve de Valérie et Christian quand ils avaient 18 ans ?
.....................................................................................................................
c. Quelle est la somme d’argent que demande Christian à Olivier  ? À votre avis, pourquoi
Olivier lui dit de ne pas lui rendre ?
.....................................................................................................................
d. Pourquoi Valérie et Olivier ne vont pas être seuls tous les deux très longtemps ?
.....................................................................................................................
3. Barrez l’intrus.
a. une lettre – un courriel – un colis.
b. aller sur la Lune – faire le grand saut – faire le pas.
c. télécharger – se renseigner – demander – s’informer.
4. Imaginez la fin des phrases en utilisant un subjonctif passé.
a. Olivier a peur que ....................................................................................
b. Christian regrette que .............................................................................
c. Valérie doute que .....................................................................................
d. Valérie et Christian aimeraient que ........................................................
e. Olivier est content que Christian .............................................................
Et vous ?
f. Je regrette que .........................................................................................
g. J’ai peur que ............................................................................................
5. Imaginez qu’Olivier a prêté de l’argent à Christian et que celui-ci ne le lui a pas rendu.
À présent, Olivier le réclame à Christian. Écrivez le courriel.
Cher Christian,
......................................................................................................................................................
...
6. Que pensez-vous de l’attitude de Christian pendant son séjour  ? Discutez et
argumentez.

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


ÉPISODE 16
Faux départ ?
• Objectifs communicatifs
– Savoir rédiger un petit texte argumenté.
– Compréhension globale et sélective d’une vidéo.
• Objectifs linguistiques
– Les pronoms relatifs simples et composés.
– Les doubles pronoms.
– Utilisation des connecteurs logiques.

Synopsis
Valérie et Olivier sont enfin seuls. Les enfants sont couchés, ils se retrouvent tous les deux et
parlent de leur semaine de vacances un peu spéciale. Valérie s’excuse et Olivier réagit avec
gentillesse en lui disant que ce n’est pas grave. Soudain on sonne à la porte. Pas question de laisser
revenir Christian  ! Olivier est persuadé que c’est encore lui. Valérie va ouvrir la porte et une
femme, ancienne collègue d’Olivier, demande l’hospitalité. Valérie ne la laisse pas entrer, sans lui
donner d’explications. Leur semaine avec Christian leur a suffi !

Découpage de l’épisode
– 1re partie : Valérie et Olivier se retrouvent en amoureux. Ils parlent de cette semaine éprouvante.
– 2e partie : Quelqu’un sonne à la porte. Ils pensent qu’il s’agit de Christian.
– 3e partie : Une ancienne collègue d’Olivier est à la porte, elle demande l’hospitalité. Valérie lui
ferme la porte au nez et va se recoucher avec son mari.

Transcription
Valérie : Les enfants sont couchés. Ils ont passé de super vacances.
Olivier : Tant mieux. Moi, je suis crevé. Je n’ai pas envie de reprendre le boulot demain.
Valérie : Je suis désolée pour cette semaine. J’ai gâché nos vacances en amoureux.
Olivier : Ce n’est pas si grave. L’important, c’est de s’aimer.
Valérie : Qui peut bien sonner à dix heures du soir ?
Olivier : Je suis sûr que c’est Christian qui a oublié quelque chose.
Valérie : Non, c’est impossible. Il est parti hier pour l’Indonésie.
Olivier : Il a dû rater son avion.
Olivier : Allez, vas-y ! Il va réveiller les enfants.
Valérie : Cette fois-ci, pas question qu’il mette les pieds à la maison !
Olivier : Le cauchemar recommence…
Valérie : Ça va, j’arrive !
Jennifer : Bonsoir ! Tu dois être Valérie. Est-ce que… Olivier est là ?
Valérie : Qui êtes-vous ?
Jennifer  : Bah, je suis Jennifer, une ancienne collègue d’Olivier et je suis de passage à Paris. Je suis
arrivée trop tard et impossible de trouver une chambre d’hôtel à cette heure-ci et je me demandais
si…
Olivier : C’estqui ?
Valérie : Personne. Une erreur. Viens, on va se recoucher mon amour.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


1. Regarder une première fois la vidéo sans le son et demandez aux apprenants d’imaginer l’histoire
de l’épisode. Ensuite, demander aux élèves de lire les questions de l’exercice 1. Puis visionner à
nouveau l’épisode. Il faudra peut-être regarder la vidéo une seconde fois avec le son. Inciter les
étudiants à prendre des notes au fur et à mesure du visionnage. Faire l’exercice 1.

2. Jeu des questions-réponses


Proposer ce jeu après avoir fait les exercices 3 et 4. Chaque élève prépare cinq questions qu’il devra
poser à un autre élève. Le jeu consiste à répondre aux questions le plus vite possible en employant
un ou deux pronoms compléments, selon la question posée. Le professeur devra veiller à ce que le
rythme soit assez rapide pour permettre aux apprenants d’utiliser ces pronoms en situation de
communication orale vivante. Cet exercice permet aussi de donner aux étudiants le réflexe d’utiliser
les pronoms compléments en contexte.
3. Pour l’exercice 5, demander aux élèves d’utiliser les mots qui permettent d’enchaîner les idées
dans un récit. Ces mots ont été étudiés dans la leçon 16  : d’abord, puis, ensuite, par ailleurs, d’un
côté, d’un autre côté, etc. Proposer éventuellement d’autres mots pour enrichir le vocabulaire et les
écrire au tableau : à mon avis, je crois que…, il me semble que…, d’une certaine manière, en revanche,
dans un certain sens, etc.
Remarque
Olivier  : «  J’ai pas envie de reprendre le boulot demain  », «  C’est pas si grave  ». Faire remarquer
l’absence de l’adverbe ne à l’oral (vu dans l’épisode 2).
L’INVITÉ-SURPRISE

1. Répondez aux questions.


a. Où sont les enfants de Valérie et Olivier ?
.......................................................................................................................................
b. Quelle heure est-il ?
.......................................................................................................................................
c. Pourquoi Olivier ne veut-il pas aller travailler demain ?
.......................................................................................................................................
d. Pourquoi Valérie est-elle désolée ?
.......................................................................................................................................
Que répond Olivier à Valérie ?
.......................................................................................................................................
e. Quelqu’un sonne à la porte. Comment réagit Olivier ? Que dit-
il .....................................................................................................................................
Et Valérie ? .....................................................................................................................
f. Où est Christian ?
.......................................................................................................................................
g. Qui est la jeune femme qui sonne à leur porte ?
.......................................................................................................................................
h. Comment s’appelle-t-elle ?
.......................................................................................................................................
i. Pourquoi vient-elle chez Olivier et Valérie ?
.......................................................................................................................................
j. Que dit Valérie à Olivier ?
.......................................................................................................................................
2. Complétez les phrases avec un pronom relatif composé.
a. La pièce ……………………………………… dorment Valérie et Olivier est une chambre à coucher.
Le mur, à droite …………………………… se trouve la porte, est couvert de cadres. Devant ce
mur, il y a une commode ………………………………… est posée une lampe.
b. La personne qui sonne à la porte et …………………………… Olivier pensait n’est finalement
pas Christian.
c. Jennifer est une ancienne collègue d’Olivier ……………………………… il a travaillé.
3. Transformez les phrases avec deux pronoms.
Exemple : Christian demande l’hospitalité à Valérie et Olivier. → Il la leur demande.
a. Olivier dit à Valérie qu’il est fatigué. →
...............................................................................................................
b. Valérie raconte sa semaine à ses enfants. →
...............................................................................................................
c. Olivier a donné son adresse à Jennifer. →
...............................................................................................................
d. Valérie n’a pas dit la vérité à Olivier. →
...............................................................................................................
e. Olivier a donné cent euros à Christian. →
...............................................................................................................
f. Olivier et Valérie n’ont pas présenté Christian aux enfants. →
...............................................................................................................
4. Trouvez les questions.
Exemple : Tu apporteras le livre à Olivier ? – Oui, je le lui apporterai.
a. ...............................................................................................................?
– Oui, il la lui donnera.
b. ...............................................................................................................?
– Non, je ne le lui ai pas dit.
c. ...............................................................................................................?
– Oui, Olivier le lui a dit.
d. ...............................................................................................................?
– Non, ils ne la leur ont pas racontée.
5. Que pensez-vous de l’attitude de Valérie à la fin de l’épisode  ? Auriez-vous fait la
même chose ?
Donnez votre opinion par écrit.
..............................................................................................................

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


THÈME : L’ARCHITECTURE

« Le ventre de l’architecte »


• Objectifs communicatifs
– Comprendre les informations du reportage de manière globale puis de manière sélective.
– Savoir lire l’image.
– Donner son opinion en faisant des hypothèses.
– Rédiger un projet.
• Objectifs linguistiques
– Développer le champ lexical de la cuisine.
– Utilisation du conditionnel présent dans les phrases hypothétiques.
• Objectifs culturels
– L’art au début du XXe siècle : l’architecture.
– Parler d’un repas de fête.

Résumé du reportage
Le reportage nous présente l’une des nombreuses œuvres de l’architecte Le Corbusier. Ici, il s’agit
d’un immeuble près de Marseille et son fameux restaurant-hôtel «  Le ventre de l’architecte  ».
Explication de cette construction et entrée dans les cuisines de ce restaurant qui rend hommage au
Corbusier.

Transcription
Entre béton et bitume, cet immeuble sur pilotis porte la marque du Corbusier. Trois cent soixante
appartements, mille cent habitants, une école maternelle, un toit terrasse et une vue imprenable sur la
baie de Marseille. L’immeuble a cinquante ans. À l’époque, il avait été conçu comme une cité, un village
vertical dans lequel la vie sociale se concentrait sur plusieurs étages, où le bois et l’acier fendent
l’espace, où la lumière mais aussi les couleurs recréent l’univers d’un paquebot luxueux. Au centre de
l’édifice se trouvent aussi un hôtel et un restaurant ; les propriétaires ont rénové le bâtiment et gardé le
souffle de l’architecte.
Nous sommes au cœur, au ventre, à l’intérieur de ce gros amas de béton, un peu comme le pouls,
comme le cœur d’un corps, qui bat.
Une inspiration qui bat aussi dans les cuisines, ici les plats se font au pinceau.
Ça, c’est de la betterave. Ça, c’est des petites violettes.
Viennent ensuite les foies gras.
Donc notre petit jardin brioche faite maison, bien sûr. Et ça donc, vous voyez bien la banane
inside.
Une assiette ou plutôt une composition, en hommage à l’architecte.
Dans ce plat, déjà, c’est le décor de l’assiette. Décor de l’assiette avec le dessin donc… un peu
symbolique du Corbusier. Ensuite, c’est les couleurs, les couleurs qu’on donne à nos assiettes qui
sont donc les couleurs primaires qu’utilisait Le Corbusier. Et puis le volume et le côté un peu
précurseur des saveurs. On joue, on joue avec les saveurs comme lui pouvait jouer avec les
matériaux.
Et quand la porte s’ouvre, les saveurs mêlent leurs parfums à l’atmosphère magique du lieu. Un
moment de grâce à immortaliser.
■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO
Activités 1 et 2
Visionner le reportage une première fois. Demander aux apprenants ce qu’ils ont compris du
reportage et lire les questions de l’activité 1. Présenter brièvement l’architecte Le Corbusier. Puis
regarder à nouveau le reportage en demandant aux apprenants de prendre des notes. Ne pas mettre
les sous-titres. Faire les activités 1 et 2. Pour la correction de ces activités, vous pouvez repasser le
reportage avec les sous-titres.
Activité 3
Pour cette activité, vous repasserez le passage du reportage qui a lieu dans la cuisine du restaurant
pour aider les étudiants à voir les objets présents.
Activité 5
Placer les étudiants en petits groupes pour discuter. Demander aux apprenants d’utiliser
l’hypothèse abordée dans la leçon 3 : « Si j’étais architecte, je ferais… ». Passer auprès d’eux pour
corriger les éventuelles erreurs à l’oral. À la fin de cette séquence, vous pouvez demander aux
étudiants de faire une recherche sur Internet à propos du Corbusier et d’autres architectes. Quels
bâtiments Le Corbusier a-t-il construits dans le monde  ? Connaissent-ils d’autres bâtiments
importants ?
Autres débats possibles à faire en classe :
• Est-ce qu’un bâtiment reflète la réalité de la société ?
• Pensez-vous qu’un immeuble doit présenter d’autres choses que des habitations ?
• Est-ce que les cités existent dans votre pays ? Décrivez.

Quelques références
architecte, urbaniste, décorateur et peintre suisse né en 1887 et mort en 1965. Il est
Le Corbusier  :
naturalisé français en 1930. Le Corbusier participe notamment à des projets d’habitation pour le
logement collectif, qui prendront tout leur intérêt dans l’après-guerre où les problèmes de
logements étaient très importants. Son idée est de rassembler dans un même bâtiment tous les
équipements collectifs nécessaires à la vie quotidienne  : garderie, laverie, piscine, école,
commerces, bibliothèques, lieux de rencontre, etc. Il a inspiré beaucoup d’architectes dans cette
réflexion sur le logement collectif, ouvrant la voie à la cité de banlieue qui n’a pas toujours gardé
l’aspect convivial que Le Corbusier souhaitait développer.
FRANCE 24

Activité 1
Regardez le reportage et répondez aux questions.
a. Où se passe le reportage ?
.....................................................................................................................
b. De quel architecte parle-t-on ?
.....................................................................................................................
c. À quoi ressemble ce bâtiment ?
.....................................................................................................................
d. Qu’est-ce que « Le ventre de l’architecte » ?
.....................................................................................................................
e. À part les appartements, que trouve-t-on dans ce bâtiment ?
.....................................................................................................................
Activité 2
Complétez la fiche d’informations.

Nombre d’appartements : .........................................................


Nombre d’habitants : .................................................................
Année de création : ....................................................................
Matériaux : .................................................................................

Activité 3
Regardez de nouveau la vidéo. Que trouve-t-on dans la cuisine ? Placez dans le tableau
les éléments que vous voyez et barrez les autres.
poêle – basilic – betterave – grille – cuillère – fourchette – framboises – mûres – bol –
fraises – foie gras – banane – escalope – myrtilles – brioche – violette – rose – assiette –
pinceau – plat – couteau – louche – casserole – passoire – marmite – oignon.

Ingrédients et aliments Ustensiles

   

Activité 4
Écoutez le reportage. Complétez les paroles de la propriétaire du restaurant.
« Nous sommes au …………………, au …………….……, à l’intérieur de ce gros amas de …….……….
…………, un peu comme le pouls, comme le cœur d’un ……………………, qui bat. »
Activité 5
Si vous étiez architecte, que feriez-vous ?
Activité 6
Vous préparez un concours : « Le plus beau lieu pour une nuit magique ». Organisez un
repas de fête au restaurant «  Le ventre de l’architecte  ». Préparez un texte où vous
décrirez votre projet : vous parlerez du lieu, de l’originalité du bâtiment et d’un plat de
fête spécial pour cette occasion.
...............................................................................................................................

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


THÈME : LES NOUVELLES FORMES DE COMMUNICATION

Créer son blog


• Objectifs communicatifs
– Compréhension globale et sélective d’une vidéo.
– Être capable de débattre sur un sujet d’actualité.
• Objectif linguistique
– Le discours rapporté au passé.
• Objectif culturel
– Internet et outils de communication modernes.

Résumé du reportage
Portrait d’une femme qui a créé un blog. Le reportage développe la question de ce nouveau mode
de communication et parle d’un réel changement de mentalité dans le lien social.

Transcription
Cette femme que vous voyez seule devant ses fourneaux est une vedette. Des milliers de personnes la
connaissent depuis 2004, date de création de son blog : « C’est moi qui l’ai fait ! » Pascale Weeks y
dévoile ses secrets pour briller dans la cuisine. Prodiguant des conseils aux autres, elle partage sa
passion. Un concept qui séduit plus de 8 000 personnes chaque jour.
Ça devient même un peu obsessionnel parce qu’il m’arrive de cuisiner quelque chose tout
simplement et au moment de le terminer, je me dis : « Ah ! tiens, ça pourrait intéresser les lecteurs,
je vais, finalement, je vais en parler sur mon blog et je griffonne deux, trois petites choses. »
Le phénomène des blogs a révolutionné l’univers de l’Internet tout en modifiant les liens sociaux  :
l’individu au cœur du système pour s’exposer et communiquer. Partageant un centre d’intérêt commun,
des personnes du monde entier sont mises en relation. Un réseau qui ne cesse de s’étoffer avec un blog
qui se créerait chaque seconde. Un engouement qui force les entreprises à prendre en compte cette
nouvelle donne.
Les règles de la communication sont en train de changer, c’est-à-dire qu’on est en train de passer
de communication de masse, de marketing de masse, depuis l’invention de l’imprimerie, adaptés à
des médias de masse, à un marketing du bouche-à-oreille dans lequel les règles changent
complètement. Et ça, c’est passionnant pour les entreprises. Et elles doivent accepter une
transparence sans précédent.
Conscient de l’importance de cette nouvelle plate-forme, le monde politique se jette lui aussi dans la
course aux blogs. En vue des prochaines élections présidentielles, les différents candidats français s’y
sont tous mis. Un moyen de se rapprocher du public et séduire l’électeur.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


Activités 1 et 2
Regarder deux fois le reportage sans les sous-titres. Lire les phrases des activités et répondre aux
questions. Puis visionner une troisième fois pour finaliser les activités 1 et 2.
Activité 3
Laisser les apprenants deviner le sens des mots. Si nécessaire, leur proposer de réécouter les
passages où ces mots sont utilisés. Puis demander aux élèves de préparer une phrase pour chaque
mot afin d’exploiter le vocabulaire. Comparer les phrases en classe.
Activité 4
Journalistes en herbe, à vous de raconter ! Le professeur peut demander aux élèves de préparer un
texte qui rapporte les propos des deux personnes interrogées. Ils choisiront celle qu’ils veulent.
Pour cela, il faudrait que les étudiants réécoutent les deux interventions et prennent des notes.
L’élève se met dans la peau du journaliste.
« Pascale Weeks a dit que… »
« L’homme interrogé a dit que… »
Activité 5
Pour cette activité, séparer la classe en deux groupes. Chaque groupe prépare des arguments pour
débattre du sujet. Un groupe développe les avantages de ces nouvelles formes de communications,
l’autre au contraire avance des arguments négatifs. Puis confronter en classe les différentes idées. Le
professeur n’oubliera pas d’écrire au tableau les nouveaux mots et pourra dessiner deux colonnes
pour écrire les arguments avancés par les étudiants.

Quelques références
site Web qui permet de regrouper différents types de documents (articles, vidéos, notes,
Blog  :
etc.). Le blogueur (créateur du site) peut choisir les sujets qu’il veut, et les internautes et lecteurs
peuvent y laisser des commentaires. Le phénomène connaît son succès grâce à une grande liberté
éditoriale et à l’interaction entre les lecteurs en temps réel.
FRANCE 24

Activité 1
1. Comment s’appelle la femme présentée dans le reportage ?

  ❏ a. Pascale Weeks ❏ b. Pascale Bricks ❏ c. Suzanne Weeks

2. Cette femme a créé :

❏ b. un blog sur la ❏ c. un blog sur la


  ❏ a. un blog sur le marketing
cuisine politique

3. Le blog s’appelle :

❏ b. « C’est moi qui le ❏ c. « C’est moi qui l’ai


  ❏ a. « C’est moi qui fais effet ! »
fais ! » fait ! »

4. La création de ce blog date de :

  ❏ a. 2000 ❏ b. 2003 ❏ c. 2004

Le nombre de visiteurs journaliers


5.    
est de :

  ❏ a. 10 000 ❏ b. 8 000 ❏ c. 6 000

6. Combien de blogs se créeraient dans le monde ?

  ❏ a. 1 par jour ❏ b. 5 par seconde ❏ c. 1 par seconde

Activité 2
Regardez le reportage et dites si les affirmations sont vraies ou fausses. Justifiez votre
choix.

  Vrai Faux

a. Le phénomène des blogs a modifié les liens sociaux. ❏ ❏

b. Le monde de l’entreprise n’est pas encore très intéressé par ce


❏ ❏
phénomène.

c. La communication n’est plus aussi liée au marketing de masse. ❏ ❏

d. Les règles de la communication n’ont pas changé depuis l’invention de


❏ ❏
l’imprimerie.

e. Les politiciens utilisent aussi les blogs. ❏ ❏


f. Les blogs permettent aux politiciens d’être plus proches des citoyens. ❏ ❏

Activité 3
Que signifient les mots suivants entendus dans le reportage ?

1. Devant ses fourneaux : 3. S’étoffer :

❏ a. devant Internet ❏ a. se développer

❏ b. en train de cuisiner ❏ b. coûter plus cher

❏ c. en pleine création ❏ c. se terminer

2. Une vedette : 4. Le bouche-à-oreille :

❏ a. une femme au foyer ❏ a. rapidement

❏ b. une passionnée ❏ b. de personne à personne

❏ c. une star ❏ c. sans grande importance

Activité 4
Rapportez les phrases du reportage. Qu’est-ce que le journaliste a dit ?
a. « La femme que vous voyez devant ses fourneaux est une vedette. »
Il a dit que .....................................................................................................................
b. « Le phénomène des blogs a révolutionné l’univers de l’Internet. »
Il a dit que .....................................................................................................................
c. « Les différents candidats français s’y sont tous mis. »
Il a dit que .....................................................................................................................
Activité 5
Discussion en classe : pensez-vous que les nouveaux outils proposés par Internet (blogs,
forums, Facebook, etc.) permettent aux gens de communiquer et de se rencontrer plus
facilement ?

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


THÈME : LES FÊTES TRADITIONNELLES

Une femme dans l’arène


• Objectifs communicatifs
– Compréhension globale et sélective.
– Repérage des mots clés d’une vidéo.
– Prise de notes et rédaction d’après un document sonore.
• Objectifs linguistiques
– L’expression de l’opposition (pourtant, malgré, en revanche, etc.).
– Les formes de l’appréciation (si, tant, tellement, trop, etc.).
– Verbes qui expriment la réussite et l’échec.
• Objectifs culturels
– Exploits et aventure.
– Les professions.

Résumé du reportage
Le reportage présente une jeune femme torera, Marie Barcelo, qui officie dans les arènes d’Arles.
Présentation de son parcours atypique, réactions de sa famille et de personnes interrogées parmi le
public.

Transcription
Marie Barcelo, dix-neuf ans, entre pour la première fois dans les arènes d’Arles. Depuis quatre ans, elle
se prépare pour cet événement, elle est la première femme française à relever ce défi : devenir torero, ou
plutôt torera. À l’âge de douze ans, Marie dit à ses parents, éleveurs de taureaux : « Je veux essayer. »
La suite est inévitable.
On a été obligé de céder à sa passion et de la laisser, de la laisser faire. On a peur du coup de
cornes, on est très très angoissés et en plus, bon, ça ne s’est pas très très bien passé.
Et la mère de Marie a une peur justifiée.
Quand elle torée je souffre, parce que c’est, on n’a pas envie de voir quelqu’un comme ça se faire
mal.
Ces jeunes taureaux de trois cent cinquante kilos sont extrêmement vivaces et pour les spécialistes, ils
ne sont pas à la portée de tous.
Peut-être que sa venue dans les arènes d’Arles aujourd’hui est un peu prématurée.
Parce que la corrida, c’est quelque chose de sérieux, il y a des règles, il y a des principes. Et le
courage ne suffit pas.
Ce que je dis souvent, c’est que ce n’est pas un rapport de force, quoi. Un taureau, il sera toujours
plus fort que vous. Donc c’est vrai que, physiquement, je ne suis pas très corpulente. Mais j’essaie
de pallier ça avec de la technique.
Et Marie a su séduire son public.
On est fier parce que pour une fois qu’il y a une femme qui est dans les arènes, on la soutient
quand même.
Les gros matadors espagnols saluent son courage. Marie a un rêve, en passe de devenir réalité.
■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO
Activités 1 et 2
Regarder une première fois le reportage. Demander aux apprenants de lire les activités 1 et 2.
Repasser la vidéo et faire les activités. Inciter les étudiants à prendre des notes pendant l’écoute de
la vidéo pour repérer les mots clés.
Activité 6
Regarder une dernière fois la vidéo avec les sous-titres et demander aux apprenants de prendre des
notes pour leur futur récit sur Marie Barcelo.
Pour cette activité, demander aux apprenants d’utiliser les mots qui permettent de structurer le
récit (puis, enfin, ensuite) et de le nuancer (pourtant, en revanche, etc.).
On peut terminer cette séquence sur de petits débats et discussions en classe. Diviser la classe en petits
groupes et leur demander de discuter sur les sujets suivants :
• Que pensez-vous de la corrida ? Existe-t-il ce genre de festivités dans votre pays ?
• Pensez-vous que le sport soit essentiel dans la vie ? Aimez-vous les sports de l’extrême ?
• Quelle profession vous semble la plus courageuse ? Pourquoi ?

Quelques références
commune française située dans le département des Bouches-du-Rhône et dans la région
Arles  :
Provence-Alpes-Côte d’Azur. Cette ville existe depuis plus de 2 500 ans. Il reste des monuments
romains, témoignage de l’Antiquité, tels que le théâtre antique, les arènes ou le cirque romain.
Depuis 1981, Arles est classée ville d’Art et d’Histoire et ses monuments romains sont inscrits sur
la liste du patrimoine mondial de l’humanité. De nombreuses festivités ont lieu tout au long de
l’année dont la Feria de Pâques et tous les autres événements taurins.
FRANCE 24

Activité 1
Complétez la fiche d’identité de la jeune femme présentée dans ce reportage.

Prénom ............................................................................................
Nom .................................................................................................
Profession ........................................................................................
Âge ...................................................................................................
Nationalité .......................................................................................
Profession des parents ...................................................................
Lieu d’habitation ..............................................................................

Activité 2
Répondez aux questions.
a. Depuis quand la jeune femme est-elle torero ? .................................................................
b. Qu’est-ce que la jeune fille a dit à l’âge de douze ans ? .....................................................
c. Combien pèsent les taureaux ? ...........................................................................................
d. Qu’est-ce qui caractérise ces taureaux ? ...........................................................................
e. Par qui la jeune femme est-elle saluée pour son courage ? .............................................
Activité 3
Associez les phrases aux personnes qui les disent.

a. Le courage ne suffit pas.  

b. On est très angoissés.  

c. Je souffre. 1. la femme interrogée

d. Sa venue est un peu prématurée. 2. la mère

e. On est fier d’elle. 3. le père

f. On n’a pas envie de la voir se faire mal. 4. l’homme interrogé

g. On l’a laissé faire.  

Activité 4
Complétez le texte avec trop, si, tant, tellement, très.
Le métier de torero est …………………… difficile en général, mais pour une jeune femme, c’est
…………………… difficile. Il faut …………………… de courage et …………………… d’efforts !
Mais Marie Barcelo a acquis une …………………… grande technique que même les gros
matadors espagnols saluent son courage.
Activité 5
Barrez l’intrus.
Marie est volontaire – faible – courageuse. Elle arrive à – réussit à – a failli participer à des
corridas et faire face à des taureaux très vivaces. Aujourd’hui, elle a évité de – a tenté de – a
essayé de se mesurer à un taureau de trois cent cinquante kilos.
Activité 6
Écoutez le reportage et rédigez un petit récit sur l’histoire de Marie Barcelo.
Puis racontez un exploit ou un échec de votre vie (études, sport, voyage, etc.).

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


THÈME : LES MOUVEMENTS SOCIAUX

Grève à Air France


• Objectifs communicatifs
– Compréhension globale et sélective d’une vidéo.
– Savoir rédiger.
• Objectifs linguistiques
– Les adjectifs et pronoms indéfinis.
– Le subjonctif présent.
– La comparaison.
– Exprimer la peur, rassurer, exprimer une opinion.
• Objectif culturel
– Les conditions de vie.

Résumé du reportage
Le reportage parle de la grève des stewards et hôtesses d’Air France qui souhaitent négocier de
nouvelles conditions de travail. Aperçu d’un mouvement social.

Transcription
La grève s’arrête ce soir.
Un mouvement spectaculaire et historique, voilà ce qu’ont représenté ces cinq jours de grève pour les
syndicats des hôtesses et stewards d’Air France.
La grève n’est pas notre mode de négociation, c’est malheureusement le seul moyen que nous
avons eu de nous faire entendre. Nous arrêtons ce soir, comme prévu.
Mardi matin, syndicats et direction seront autour de la table des négociations comme l’a confirmé le P-
DG de la compagnie aérienne.
J’espère qu’ils seront tous présents et qu’on pourra, enfin, définir les thèmes de travail, le
calendrier, la méthode pour parvenir à un accord.
Y compris sur les salaires ?
Y compris sur les salaires !
D’ici le 31 décembre prochain, partenaires sociaux et direction doivent renégocier l’accord qui fixera les
conditions de travail chez Air France pour les cinq prochaines années. Si les discussions échouent, les
syndicats évoquent déjà une grève pour les fêtes de Noël. En attendant, les vols d’Air France devraient
être quasiment tous assurés mardi. La direction annonce 100 % des vols long-courriers.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


Activités 1 et 2
Regarder la vidéo une première fois. Puis demander aux apprenants de lire les questions. Repasser
le reportage en insistant sur la prise de notes. Faire l’activité 1. Pour l’activité 2, demander aux
élèves de deviner les mots manquants, puis visionner à nouveau les passages du reportage et faire
l’activité.
Activité 3
Cette activité permet de réviser l’utilisation des indéfinis et des constructions comparatives.
Demander aux apprenants d’écrire des phrases et corriger ensuite collectivement en classe.
L’étudiant devrait pouvoir rédiger au moins 4 phrases avec des adjectifs ou pronoms indéfinis et 5
phrases comparatives.
Activité 4
Cette activité n’exige pas des étudiants de rédiger une lettre dans un style formel. Le professeur
leur demandera d’écrire des phrases qui expriment le souhait, la volonté et le sentiment (en utilisant
le subjonctif et l’impératif) mais aussi qui puissent exprimer la peur, la confiance, la méfiance, ou
bien rassurer (réponse du patron).
Débats en classe
• Pensez-vous que le droit de grève est important ? Est-ce qu’il y a beaucoup des grèves dans votre
pays ?
• Quels différents mouvements sociaux rencontrez-vous dans votre pays ? Décrivez et comparez.
• Quels sont les différents avantages sociaux dans votre pays (sécurité sociale, congés, allocations
chômage, etc.) ?

Quelques références
Air France : compagnie aérienne française.
P-DG : sigle qui signifie Président-Directeur général. Celui-ci dirige une grosse entreprise.
FRANCE 24

Activité 1
Répondez aux questions.
a. De quoi parle le reportage ?
...........................................................................................................
b. Qui a participé à la grève ? ...........................................................
c. Combien de temps la grève a-t-elle duré ?
...........................................................................................................
d. Quand vont avoir lieu les négociations ?
...........................................................................................................
e. Que souhaite définir le P-DG d’Air France lors de ces négociations (donner les 4 points) ?
...........................................................................................................
f. Avant quelle date l’accord sur les nouvelles conditions de travail doit-il être renégocié ?
g. Que se passera-t-il si aucun accord n’aboutit ?
...........................................................................................................
h. Quels types de vol seront assurés à partir de mardi ?
...........................................................................................................
Activité 2
Écoutez le reportage et complétez les mots qui manquent.
a. La ………………… s’arrête ce soir.
Un ……………………………… spectaculaire et historique, voilà ce qu’ont représenté ces cinq jours
de ………………… pour les ………………………… des hôtesses et stewards d’Air France.
La grève n’est pas notre mode de ……………………………, c’est malheureusement le seul
………………. que nous avons eu de nous faire ……………………………
b. Si les discussions ………………………, les syndicats évoquent déjà une grève pour les fêtes de
……………
c. La direction annonce ……………… % des vols long-courriers.
Activité 3
Commentez le tableau des vols d’Air France en utilisant :
a. des adjectifs et pronoms indéfinis :
.....................................................................................................................
b. des constructions comparatives :
.....................................................................................................................
VOLS DU LUNDI 10 AOÛT

New
  Copenhague Rome Abidjan Londres Ouagadougou Erevan Marseille
York
Air 5 vols 13 1 vol 12 vols 1 vol 8 0 vol 16 vols
France vols vols

Activité 4
Vous écrivez à votre patron une courte lettre où vous expliquez ce que vous voulez
changer dans vos conditions de travail. Il vous répond. Rédigez la lettre des employés et
celle du patron.
a. Monsieur le Directeur, ..............................................................
b. Chers collaborateurs, ...............................................................

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


THÈME : L’ART MODERNE

Urinoir ou œuvre d’art ?


• Objectifs communicatifs
– Comprendre une vidéo de manière globale et sélective.
– Repérer les mots clés.
– Faire la description d’une œuvre d’art.
• Objectif linguistique
– Le pronom relatif dont.
• Objectifs culturels
– Le musée national d’Art moderne à Paris.
– Les arts plastiques.

Résumé du reportage
Présentation d’un artiste hors du commun, Pierre Pinoncelli, expert en performances artistiques. Il
se revendique du mouvement Dada et poursuit à travers le monde les exemplaires du fameux
« Urinoir » de Marcel Duchamp pour y mettre son empreinte. Mais après avoir cassé l’« Urinoir »
du Centre Georges-Pompidou et signé «  Dada  », il est condamné à une amende de 15 000 euros.
Une réflexion sur le commerce de l’art est également amorcée dans ce reportage.

Transcription
Voici un artiste condamné et satisfait. Pierre Pinoncelli, soixante-treize ans, un brin farfelu, un expert
en performance en tout genre. Devant la caméra, l’artiste prend des poses de gros durs mais ne ferait
pas de mal à une mouche. Non, il ne s’attaque qu’aux urinoirs, et encore seulement ceux signés Marcel
Duchamp. Il y a un an et demi, parmi la foule des visiteurs du musée d’Art moderne de Paris, il réalise
ce qu’il appelle un « happening », une représentation artistique.
Je suis entré dans le Centre Georges-Pompidou avec un marteau et j’ai cassé, donc j’ai cassé
l’urinoir de Marcel Duchamp et après avoir signé le mot « Dada » au feutre. L’urinoir, pour moi,
c’est la grande baleine blanche que je poursuivais depuis des années dans tous les musées du
monde, quoi !
Un geste en forme d’hommage que le musée n’apprécie guère  : le forban va échouer devant les
tribunaux. Une année de procédure judiciaire et voilà des magistrats dubitatifs devant une question
capitale : combien vaut l’objet du litige ?
Quatre-vingts euros, son prix dans le commerce ou trois millions, son estimation sur le marché de
l’art ? Finalement, l’accusé doit verser quinze mille euros de frais de réparation mais pas les deux cent
mille euros de dommages et intérêts demandés.
Nous ne sommes pas en présence d’une œuvre d’art véritable. Et quand on est en présence d’un
simple objet qui n’a pas d’importance en lui-même, mais qui est simplement là pour illustrer un
propos, un discours sur l’art, et donc c’est ça qu’a voulu faire comprendre Pierre Pinoncelli au
travers de son acte…
Il existe douze exemplaires à travers le monde de l’«  Urinoir  ». Pour Marcel Duchamp ces œuvres
étaient une provocation destinée à faire rentrer dans un musée un objet du quotidien. Pierre Pinoncelli,
qui prétend être son héritier spirituel, a promis, quant à lui, de ne plus s’attaquer à aucun urinoir.
■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO
Activités 1 et 2
Regarder le reportage avec le son. Demander aux apprenants ce qu’ils connaissent comme types
d’expression artistique (peinture, sculpture, photographie, etc.), quels courants artistiques ils
préfèrent et quels artistes français ils connaissent. Écrire le vocabulaire au tableau. Puis présenter
rapidement le Centre Georges-Pompidou, Marcel Duchamp et le dadaïsme.
Lire les questions des activités 1 et 2, visionner à nouveau le reportage et faire les activités.
Activité 4
Pour cet exercice, le professeur peut demander aux élèves de préparer des définitions dans
lesquelles ils placeront un pronom relatif. Par exemple  : «  C’est une œuvre qui est au Centre
Georges-Pompidou et dont parle le reportage. » La définition peut porter sur un artiste ou un lieu
artistique connu. Pour cet exercice d’imagination, on peut diviser la classe en plusieurs groupes.
Laisser un peu de temps aux apprenants pour finaliser leurs définitions et faire le jeu des devinettes en
classe.
Activité 5
Pour cette activité, il faudrait que le professeur prévoie d’apporter en classe des reproductions
d’œuvres artistiques. Laisser les étudiants libres de choisir parmi les reproductions. S’il le souhaite,
un étudiant peut aussi parler d’une autre œuvre.
Discussions
• Pensez-vous que Pierre Pinoncelli n’aurait pas dû être condamné ? Pourquoi ?
• Pensez-vous que la fonction initiale de l’art est une forme de provocation ?
• Pensez-vous que Pierre Pinoncelli est un artiste ?
Ces discussions peuvent se faire en classe ou, selon le niveau de la classe, par petits groupes. Dans
ce dernier cas, le professeur passera parmi les groupes pour écouter et corriger les éventuelles
erreurs à l’oral.
Jeu du cadavre exquis
Jeu favori des surréalistes qui consiste à composer une phrase par plusieurs personnes sans
qu’aucune d’elles puisse voir ce que l’autre a écrit précédemment. Dans notre contexte, chaque
élève écrira une phrase à tour de rôle. Il fera passer la feuille en cachant la partie écrite. Quand tous
les étudiants auront écrit une phrase, le professeur lira l’histoire « surréaliste » obtenue.

Quelques références
Marcel Duchamp : artiste
français né en 1887, naturalisé américain en 1943 et mort en France en 1968.
Il a révolutionné la conception académique de l’art sans vraiment appartenir aux courants de son
époque (cubisme, futurisme, Dada et surréalisme). C’est l’inventeur du ready-made, le fait de
choisir un objet manufacturé et de le désigner comme œuvre d’art. Parmi ses œuvres les plus
connues : Fontaine (l’Urinoir) qui est exposée au Centre Georges-Pompidou à Paris.
Dada  : mouvement artistique, littéraire et intellectuel (1916-1925) appelé aussi «  dadaïsme  ». Le
principe fondamental de ce mouvement fut de remettre en cause toutes les conventions et
contraintes idéologiques, artistiques et politiques.
Centre Georges-Pompidou  : appelé également « Beaubourg », c’est un musée d’art moderne à Paris qui
date de 1977. Beaubourg réunit l’une des deux plus importantes collections d’art moderne et
contemporain au monde. On y trouve également la première bibliothèque de lecture publique en
Europe, un cinéma et des salles de concert.
FRANCE 24

Activité 1
Complétez le tableau.

Nom de Âge de Caractère de Type d’œuvres Courant artistique dont il


l’artiste l’artiste l’artiste réalisées se revendique

         

Activité 2
Vrai ou faux ? Justifiez votre choix en relevant les mots entendus dans le reportage.

  Vrai Faux

a. L’artiste présenté expose au musée d’Art moderne à Paris. ❏ ❏

……………………………………………………………………………………………    

b. Il y a un an et demi, il a endommagé une œuvre de Marcel Duchamp. ❏ ❏

……………………………………………………………………………………………    

c. L’œuvre de Marcel Duchamp est un urinoir. ❏ ❏

……………………………………………………………………………………………    

d. Pierre Pinoncelli a été condamné par un tribunal. ❏ ❏

……………………………………………………………………………………………    

e. L’œuvre endommagée par M. Pinoncelli est estimée à 13 millions d’euros. ❏ ❏

……………………………………………………………………………………………    

f. L’artiste va devoir payer 200 000 euros de dommages et intérêts. ❏ ❏

……………………………………………………………………………………………    

g. Il existe plusieurs exemplaires de l’urinoir de Marcel Duchamp dans le


❏ ❏
monde.

……………………………………………………………………………………………    

h. Marcel Duchamp voulait provoquer l’opinion publique en plaçant un objet


❏ ❏
familier dans un musée.

……………………………………………………………………………………………    
Activité 3
Barrez l’intrus.
a. un peintre – un sculpteur – un vernissage
b. une photographie – un musée – un dessin
c. une galerie – un artiste – un musée
d. une performance – un tableau – un tribunal
e. casser – réparer – reconstruire
Activité 4
Finissez les phrases suivantes :
a. Le tableau dont .................................................................................................
b. L’artiste dont .................................................................................................
c. Le musée dont .................................................................................................
d. C’est le courant artistique .................................................................................................
Activité 5
Choisissez une œuvre d’art que vous aimez. Faites-en la description.
.................................................................................................

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


THÈME : ARTS ET CIVILISATIONS DU MONDE

Le musée du quai Branly


• Objectifs communicatifs
– Compréhension globale et sélective.
– Repérer les mots clés.
– Raconter une histoire réelle ou imaginaire.
• Objectif linguistique
– La forme passive.
• Objectif culturel
– Les croyances et les superstitions.

Résumé du reportage
Le reportage présente le nouveau musée du quai Branly qui rassemble des objets et des œuvres des
pays d’Afrique, d’Océanie, d’Amérique et d’Asie. Parcours à travers le musée et réaction des
visiteurs.

Transcription
Lors de son ouverture, les Aborigènes avaient béni le musée du quai Branly. Un an plus tard, 1,7
million de visiteurs auront parcouru les allées du bâtiment conçu par Jean Nouvel. Un engouement, une
curiosité qui reflète un phénomène de société.
Dans un monde de globalisation où les gens bougent beaucoup plus, où les gens peuvent aller en
vacances en Asie ou en Afrique ou en Amérique, il y a une envie de voir et de savoir et de
comprendre quelles peuvent être ces cultures.
Et qu’il soit profane ou sacré, chaque objet interpelle différemment le visiteur.
C’est très touchant. Ça représente les fondements de notre art en partie et d’autres civilisations
d’une richesse inconnue souvent.
C’est beau juste pour la beauté des formes et des… Moi, je ne cherche pas tellement à savoir d’où
ils viennent, ce qu’ils représentent, ça ne m’intéresse qu’accessoirement.
Trois mille cinq cents objets sont répartis dans les allées du musée mais, dans les réserves, il y en a plus
de trois cent mille. Les expositions temporaires, renouvelées tous les trois mois, permettent de découvrir
ce fond exceptionnel.
Le but n’est pas d’avoir toujours plus de fréquentations, ce n’est pas vraiment le sujet, il faut avoir
une fréquentation de qualité. Mais si on veut avoir, effectivement, des gens qui viennent nous
voir, qui viennent comprendre, qui viennent s’enrichir, on est obligés aussi un peu de créer un
peu un événement.
Et en septembre, l’événement, ce sera la Coupe du monde de rugby. Le musée expliquera tout sur le
Haka, le tatouage maori et l’origine du ballon ovale dans les îles Samoa.
■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO
Activités 1, 2 et 3
Regarder la vidéo. Demander aux apprenants ce qu’ils ont compris du reportage. Les faire décrire ce
qu’ils ont vu  : une statuette, un masque, une statue, un totem, un costume, des chapeaux en
plumes, etc. Écrire les mots au tableau.
Puis leur demander s’ils connaissent d’autres pays et continents à part l’Europe et s’il existe un
musée de ce type dans leur pays.
Repasser le reportage. Puis leur demander de lire les questions des activités 1, 2 et 3 et d’y
répondre. Si nécessaire, visionner la vidéo une troisième fois.
Activité 5
Demander aux apprenants de développer le vocabulaire vu dans la leçon 10 autour de la croyance
et des phénomènes mystérieux. Développer le lexique des religions : catholicisme, protestantisme,
islam, judaïsme, bouddhisme et autres croyances. Écrire les nouveaux mots au tableau.
Activité 6
Mettre les étudiants deux par deux. Utiliser le vocabulaire de la croyance et de la superstition.
À la fin du cours, demander aux apprenants quelles sont les superstitions de leur pays.
Comparaison interculturelle et discussion.

Quelques références
musée des arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques
Musée du quai Branly  :
(civilisations non occidentales), situé quai Branly dans le 7e arrondissement de Paris. Il a été
inauguré en juin 2006 par l’ancien président de la République Jacques Chirac. C’est Jean Nouvel
qui en a réalisé l’architecture. Ce musée de cinq étages est couvert d’un mur végétal de 800 m2. Il
possède aussi une grande médiathèque.
Jean Nouvel : architecte français né en 1945. Il est l’auteur de nombreux bâtiments connus dans le
monde entier. Notamment l’Institut du monde arabe à Paris, l’Opéra de Lyon, la tour Agbar à
Barcelone, la salle symphonique de Copenhague, etc. L’un de ses projets en cours est le musée
Louvre Abou-Dabi aux Émirats arabes unis. Ses matériaux de prédilection sont le verre et le
métal avec lesquels il essaie de jouer sur la transparence et les effets de lumière.
Aborigènes : habitants premiers de l’Australie.
Maori  : les Maori sont des populations polynésiennes de Nouvelle-Zélande. Le Haka est une danse
rituelle de ce peuple qui a lieu pendant les cérémonies, les fêtes de bienvenue ou avant le départ
à la guerre. Cette danse est devenue célèbre dans le monde grâce à l’équipe de rugby néo-
zélandaise, les All Blacks. En effet, les joueurs, en tenue noire, interprètent un Haka avant le
début de chaque match pour impressionner l’adversaire.
Iles Samoa : État indépendant de Polynésie dans le sud de l’océan Pacifique.
FRANCE 24

Activité 1
Complétez le tableau.

Continents
Nom du musée
représentés

Nombre d’objets
Où ?    
exposés

Nombre de
Nombre de Nombre d’objets en Nombre d’objets en
visiteurs
visiteurssssss réserve réserve
cette année

Fréquence des
Architecte   expositions  
temporaires

Programme et
Ce qu’on peut y
  événements en  
voir
septembre

Activité 2
Vrai ou faux ? Justifiez.

  Vrai Faux

a. Chaque année, des Aborigènes viennent au musée pour bénir le lieu. ❏ ❏

b. Il y a un intérêt pour ce musée car les gens ne peuvent pas facilement aller
❏ ❏
en Afrique ou en Asie, ce sont des continents éloignés.

c. Il y a davantage d’objets dans les réserves du musée que dans les salles du
❏ ❏
musée.

d. Les expositions temporaires permettent de voir des objets habituellement


❏ ❏
laissés dans les réserves du musée.

Activité 3
Que disent les visiteurs ? Indiquez deux éléments entendus.
a. 1er visiteur : .....................................................................
b. 2e visiteur : .....................................................................
Activité 4
Transformez les phrases à la forme passive.
Exemple : Le président inaugure le musée. → Le musée est inauguré par le président.
a. Jean Nouvel a conçu le musée du quai Branly. →
.....................................................................
b. On a présenté toutes les collections. → .....................................................................
c. De nombreux visiteurs auront parcouru les allées du bâtiment. →
.....................................................................
d. Le musée expliquera l’origine ovale du ballon de rugby. →
.....................................................................
e. Les Aborigènes avaient béni le musée. → .....................................................................
f. Chaque objet interpelle différemment le visiteur. →
.....................................................................
Activité 5
Trouvez le contraire.

a. porter malheur → ………………………… c. mentir → …………………………

b. une bénédiction → ………………………… d. profane → …………………………

Activité 6
Jeux de rôle.
• Un(e) ami(e) vous raconte qu’il (elle) a vu un phénomène étrange la nuit dernière. Vous
argumentez pour lui dire que ce n’est pas possible.
• Vous avez rencontré un chat noir ce matin. Vous êtes superstitieux(se) et vous racontez
votre inquiétude à votre ami(e).

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


THÈME : ÉCOLOGIE ET ENVIRONNEMENT

Une école écologique


• Objectifs communicatifs
– Compréhension globale et sélective.
– Rédiger une proposition et la défendre.
• Objectif linguistique
– Exprimer la cause et la conséquence.
• Objectifs culturels
– L’écologie.
– Le système éducatif.

Résumé du reportage
Le reportage parle d’une nouvelle école primaire qui va être créée avec la particularité d’être une
école écologique, la première en France. Conçue pour économiser un maximum d’énergie, elle
produira celle dont elle a besoin. Explications sur les avantages de ce bâtiment.

Transcription
Voici les locaux de l’école primaire de Limeil-Brévannes. Ces bâtiments en préfabriqué sont
l’illustration même d’une construction mal isolée et vorace en énergie. Mais dans quelques semaines, on
déménage direction la toute nouvelle école écolo de l’autre côté de la ville. Voici le tout premier
établissement scolaire de France qui produira toute l’énergie dont il a besoin. Architectes et ouvriers en
sont aux dernières étapes d’un chantier où tout a été conçu pour économiser un maximum d’énergie. Les
larges couloirs et les nombreuses fenêtres laissent entrer au mieux la lumière naturelle et permettent de
moins utiliser la lumière électrique. Dans les salles de classe, fenêtres et portes sont disposées afin de
laisser circuler l’air.
Dans un chantier traditionnel, on s’occupait de l’esthétique, du fonctionnement, ce qu’on fait
encore aujourd’hui sur ce bâtiment-là, mais la différence, c’est que il faut qu’il soit également
performant.
Les murs extérieurs sont tapissés de cellules photovoltaïques qui, en capturant les rayons solaires,
permettent de générer de l’électricité et de chauffer l’eau. Des pompes géothermiques situées dans la
cour de récréation utilisent quant à elles la chaleur naturelle du sous-sol pour alimenter le système de
chauffage. Enfin, la touche ultime, chaque classe sera face à son petit potager que les enfants pourront
entretenir. De retour à l’ancienne école, on compte les jours.
On va profiter de ces lieux où on va trouver les énergies renouvelables, on va trouver l’eau, les
jardins, le biologique, l’alimentation bio… On est plus qu’impatients.
Et c’est pour bientôt, la rentrée numéro 2 est en novembre.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


Activité 1
Regarder le reportage avec le son une première fois puis demander aux élèves de décrire ce qu’ils
voient  : élèves, parents, école, instituteurs, classe, couloir, cour de récréation, etc. Puis faire
l’activité 1. Visionner une seconde fois et demander aux apprenants de finaliser l’exercice.
Activité 2
Pour cette activité, l’étudiant devra prendre des notes durant l’écoute du reportage car il y aura
beaucoup d’informations à réunir. Demander aux apprenants de relever au moins cinq
caractéristiques pour définir la nouvelle école.
Activités 3 et 4
Visionner à nouveau les passages du reportage avant de faire les activités.
Activité 6
Réinvestir les verbes qui expriment la conséquence vus dans la leçon 14  : créer, provoquer,
entraîner, rendre, causer, ainsi que les adverbes qui expriment la cause et la conséquence  : par
conséquent, c’est pourquoi, comme, grâce à, etc.
À la fin du cours, le professeur peut ouvrir la discussion sur l’écologie et l’environnement :
• Quelles choses du quotidien pouvons-nous faire pour préserver la planète ?
• Quels sont les phénomènes les plus marquants du changement climatique ?
• Existe-t-il une école écologique dans votre pays ? Est-ce une bonne idée à votre avis ?

Quelques références
Limeil-Brévannes : commune située dans le sud-est du Val-de-Marne dans la région Île-de-France.
Photovoltaïque  : l’énergie solaire photovoltaïque est une énergie électrique produite à partir du
rayonnement solaire.
FRANCE 24

Activité 1
Répondez aux questions.
a. Où se passe le reportage ? ...............................................................................................
b. De quel type de bâtiment parle-t-on au début ?
...............................................................................................
c. Pourquoi l’école va-t-elle déménager ?
...............................................................................................
d. Où l’école sera-t-elle située ? ...............................................................................................
e. Comment sera cette nouvelle école ?
...............................................................................................
f. Quand est-ce que cette nouvelle école va ouvrir ?
...............................................................................................
g. Pourquoi est-ce un événement unique ?
...............................................................................................
Activité 2
Comparez les deux écoles en relevant les éléments qui les caractérisent.

Ancienne école Nouvelle école


   École écolo, …
   
   
Activité 3
Que disent l’architecte et la directrice d’école ? Complétez les mots qui manquent dans
les phrases.
a. Architecte : « Dans un ………………………… traditionnel, on s’occupait de ……………………………,
du fonctionnement, ce qu’on fait encore aujourd’hui sur ce bâtiment-là, mais la différence,
c’est qu’il faut qu’il ………………… également ………………………………… »
b. Directrice d’école  : «  On va profiter de ces lieux où on va trouver les énergies
…………………………………, on va trouver ……………………………, les jardins, le …………………………,
l’……………………… bio… On est plus qu’impatients. »
Activité 4
Trouvez les mots qui manquent dans les phrases.
a. Les cellules photovoltaïques sur les murs extérieurs de l’école permettront de créer
…………………………
b. ………………………… sera produit par la chaleur naturelle du sous-sol.
c. Grâce aux jardins potagers, l’école produira ……………………………….
d. Il y aura de grandes ………………………… qui permettront de ne pas utiliser la lumière
électrique.
Activité 5
Barrez l’intrus.
a. écologie – biologie – électricité.
b. potager – chauffer – lumière.
c. jardin – bâtiment – établissement.
d. air – eau – soleil – terre – préfabriqué.
Activité 6
Vous militez pour la création d’une école écologique. Rédigez un texte pour défendre
votre idée en exprimant la cause et la conséquence.
.....................................................................................

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


THÈME : TRADITIONS ET HABITUDES DU MONDE

L’Afrique à Paris
• Objectifs communicatifs
– Savoir repérer les mots clés d’une vidéo.
– Compréhension globale.
• Objectifs linguistiques
– Les doubles pronoms.
– Les articles partitifs.
• Objectifs culturels
– L’agriculture.
– L’Afrique francophone.

Résumé du reportage
Le reportage parle du Salon de l’agriculture, et plus particulièrement de l’Afrique, dont quatre
pays ont fait le déplacement pour cette occasion. Produits et nouveautés présentés au salon.

Transcription
Huile de coton du Mali, bananes camerounaises, cacao et café ivoiriens ou melons du Sénégal, quatre
pays africains ont fait le déplacement en France pour le rendez-vous annuel du Salon de l’agriculture.
L’occasion à chaque fois d’approcher les Africains de Paris venus goûter les produits du pays.
L’occasion surtout de promouvoir les produits africains comme la mangue malienne, une des meilleures,
mais qui a du mal à séduire les consommateurs en raison de sa couleur verte.
Mais l’attraction du salon cette année, c’est incontestablement les escargots géants de Côte d’Ivoire qui
ont attiré de nombreux visiteurs et quelques professionnels.
Ils sont sympas. Il y a des professionnels qui sont intéressés et ils demandent minutieusement
toutes les informations concernant l’espèce, c’est-à-dire l’escargot Archachatina, parce qu’ils
veulent investir aussi.
L’autre vedette du Salon cette année, ce sont les biocarburants. L’agriculture est de plus en plus appelée
à devenir un véritable pétrole vert. Le Sénégal présentait une plante locale, le jatropha, qui suscite
beaucoup d’espoir pour produire du biodiesel et réduire les importations pétrolières du pays. Une plante
sauvage qui pousse naturellement le long des routes et à la limite des champs. Dakar souhaite
également attirer les investisseurs européens pour aménager les rives du fleuve Sénégal. Cent cinquante
mille hectares demandent à être irrigués et valorisés pour produire fruits et légumes pour le marché
local ou pour l’exportation, une façon de fixer dans les campagnes la jeunesse du pays.

■ SUGGESTIONS D’EXPLOITATION DE LA VIDÉO


Activité 1
Regarder la vidéo avec le son. Demander aux élèves de décrire ce qu’ils ont vu. Écrire le
vocabulaire au tableau.
Puis, avant de faire les activités, faire un tour d’horizon sur l’Afrique. Demander aux apprenants de
citer des pays africains et, plus particulièrement, des pays africains francophones, et de dire s’ils y
sont déjà allés. Écrire au tableau le nom des pays et l’adjectif qui correspond à la nationalité. On
parle des « Africains de Paris » dans le reportage. Parler éventuellement du quartier de Barbès et de
Château-Rouge (quartier où habitent beaucoup de personnes d’origine africaine), dans le 18e
arrondissement de Paris.
Regarder à nouveau le reportage et faire l’activité 1.
Activité 2
Faire comparer entre les élèves les listes de produits obtenues.
Activité 4
Demander aux apprenants de lire les trois passages du reportage à compléter. S’ils peuvent déjà
deviner les mots qui manquent, les laisser écrire. Puis regarder les passages et arrêter la vidéo pour
laisser le temps d’écrire les mots. Visionner une dernière fois la vidéo après la correction.
Activité 5
Il serait bien de répéter les doubles pronoms à l’oral, avant de faire l’exercice. Une série de
questions simples peut être proposée par le professeur.
Activité 6
Demander aux apprenants de travailler en binôme. L’un joue le rôle du journaliste, l’autre du
vendeur. Puis rédiger l’article en faisant une introduction, en reprenant le dialogue et en finissant
par une conclusion. Le professeur passera parmi les groupes pour corriger les éventuelles erreurs.
Puis lire les différents articles en classe.

Quelques références
variété d’escargots géants que l’on trouve dans certains pays d’Afrique. Leur
Escargot Archachatina :
coquille est de couleur brune et ils sont deux fois plus hauts que larges.
Jatropha  : arbuste à fleurs rouges présent dans les zones semi-arides. Très résistant, il donne
annuellement et pendant plus de trente ans 2 à 3 kg de fruits dont est tirée une huile. Chaque
graine contient environ 35  % d’huile facile à transformer en biodiesel, qui pourrait être le
biocarburant phare de ces prochaines années.
FRANCE 24

Activité 1
Entourez la (ou les) réponse(s) correcte(s).
1. Le reportage parle du  : Salon des arts africains – Salon de l’alimentation – Salon de
l’agriculture
2. Ce salon a lieu : chaque mois – chaque année – chaque semaine – chaque dimanche
3. Ce salon se passe à : Nantes – Dakar – Paris – Bamako
4. Quels sont les pays représentés cette année ?
Cameroun – Sénégal – Congo – Togo – Côte d’Ivoire – Mali – Niger
5. Ce qui intéresse le plus les visiteurs cette année :
les biocarburants – les mangues maliennes – les escargots géants – le pétrole
6. La plante du Sénégal, la jatropha, permettra peut-être de diminuer la consommation :
de biodiesel – de pétrole – d’eau – de médicaments
Activité 2
Faites une liste des produits venus d’Afrique que l’on trouve au Salon. Mettez l’article qui
convient avant chaque mot.
......................................................................................................................................................
...........................................................................
Activité 3
Associez les produits au pays d’origine.

a. le melon  

b. la mangue  

c. la banane 1. Mali

d. le café 2. Cameroun

e. le cacao 3. Sénégal

f. l’escargot géant 4. Côte d’Ivoire

g. l’huile de coton  

Activité 4
Complétez les phrases avec les mots entendus dans le reportage.
a. «  L’occasion à chaque fois d’approcher les …………………… de Paris venus ……………………
les produits du pays. L’occasion surtout de …………………… les produits africains comme la
mangue ……………………, une des ……………………, mais qui a du mal à …………………… les
……………………………… en raison de sa couleur …………………… . »
b. « Dakar souhaite également attirer les ……………………… européens pour …………………… les
rives du ………………… Sénégal. ………………… hectares demandent à être irrigués et valorisés
pour …………………… fruits et …………………… pour le marché ………………… ou pour
l’…………………………, une façon de fixer dans les ………………………… la jeunesse du pays. »
Activité 5
Transformez les phrases avec un double pronom.
a. Il a offert des mangues et des melons à son voisin.
....................................................................................................................
b. Nous avons montré les escargots géants aux visiteurs du Salon.
..........................................................................................
c. J’ai expliqué aux investisseurs européens l’intérêt d’aménager le fleuve Sénégal.
.........................................................
d. Les professionnels demandent les informations nécessaires au vendeur d’escargots.
.................................................
Activité 6
Vous êtes journaliste. La rédaction de votre journal vous a demandé d’écrire un article
sur l’une des «  trouvailles  » du Salon. Choisissez un produit, interrogez un vendeur et
rédigez un article qui donne envie d’aller au Salon ou de partir en Afrique.

À télécharger sur le site compagnon www.cle-inter.com/echo


Corrigés des exercices
L’invité-surprise
Épisode 1, page 110
1. a. faux – b. vrai – c. faux – d. vrai – e. faux – f. faux – g. faux – h.
vrai – i. faux.
2. a. libres, amour – b. en amoureux, quel – c. profiter – d. tête – e.
bon nous semble – f. rêve, au lit – g. moi.
3. a. peux – b. pourra – c. allez pouvoir – d. avons pu – e. pouvions.
4. sont rentrés – n’étaient pas – c’était – il n’y avait – a proposé –
semblait – s’inquiétait – a dit – ont parlé.
5. Mots à barrer : a. se soucier de – b. paresseux.
6. a. sans enfant pour nous déranger – b. faire tout ce qu’on veut – c.
quand on veut.
Épisode 2, page 112
1. a. Il lit un bon livre aux côtés de sa charmante épouse dans une
maison silencieuse. – b. Ils n’attendent personne. c. Non  : «  Vous
êtes qui ? », « Je ne connais pas de Christian. »
2. Mots à barrer : un fauteuil – un stylo – du fromage – du sel – une
table – un verre – une serviette.
3. Valérie aime : les tartines beurrées de Christian – prendre le petit
déjeuner au lit avec son époux.
Olivier aime : lire un bon livre – être aux côtés de son épouse dans
une maison silencieuse.
4. a. Moi, c’est – Enchanté. – b. Tu dois être – Qui êtes-vous – Ravi de
faire ta connaissance.
5. a. Il y va. Il en vient. – b. Il en rêve. – c. Il ne l’a jamais vu. – d. Il les
connaît. – e. Il lui demande de se présenter. – f. Il lui demande si elle
connaît ce type.
6. a. Oui, je le connais. – b. Oui, je pense souvent à lui. – c. Oui, j’en ai
besoin. – d. Non, je ne le connais pas. – e. Oui, il lui parle.
7. a. m’ – b. me – me – t’.
Épisode 3, page 114
1. a. vrai – b. vrai – c. faux – d. vrai – e. faux – f. vrai – g. faux – h.
vrai.
2. ont accompagné – ont emmenés – est descendu – a apporté – est
arrivé – a emporté – est reparti.
3. a. de – b. du – c. de – à – chez.
4. je mange – tu mangerais – nous mangerions – vous mangeriez –
ils mangeraient
je parle – tu parlerais – nous parlerions – vous parleriez – ils
parleraient
je veux – tu voudrais – nous voudrions – vous voudriez – ils
voudraient
j’achète – tu achèterais – nous achèterions – vous achèteriez – ils
achèteraient
je peux – tu pourrais – nous pourrions – vous pourriez – ils
pourraient
je pars – tu partirais – nous partirions – vous partiriez – ils
partiraient
je dois – tu devrais – nous devrions – vous devriez – ils devraient
je vais – tu irais – nous irions – vous iriez – ils iraient
je fais – tu ferais – nous ferions – vous feriez – ils feraient
je viens – tu viendrais – nous viendrions – vous viendriez – ils
viendraient
je retiens – tu retiendrais – nous retiendrions – vous retiendriez – ils
retiendraient
5. a. Si j’étais Olivier, je serais plus aimable. – b. Si j’étais Christian,
je serais plus poli. – c. Si j’étais Valérie, je demanderais à Christian
de partir. – d. Si Christian me demandait de partir en Amérique du
Sud avec lui, je refuserais.
6. a. Je voudrais prendre une douche. – b. Tu devrais demander
l’autorisation à Valérie et Olivier. – c. Vous devriez dormir à l’hôtel. –
d. Il faudrait lui dire de partir.
Épisode 4, page 116
1. a. Qu’est-ce que tu as voulu dire – b. désolée  ; me suis mal
exprimée ; voulais dire.
2. Incompréhension : Ce n’est pas ce que je voulais dire – Pardon ? –
Qu’est-ce que tu entends par là ? – elle s’est mal exprimée.
Accord : si vous voulez – ils s’entendent bien.
Désaccord : Certainement pas ! – il est fâché.
3. a. laisse – b. se laisse ; se laisse – c. se fait – d. fait – e. fait – f. se
fait.
4. a. Valérie dit à Olivier de ne pas s’inquiéter. – b. Olivier demande à
Valérie si elle ne ressent plus rien pour lui. – c. Christian demande à
Valérie et Olivier s’il ne les dérange pas. – d. Olivier demande ce qu’il
y a. – e. Olivier demande à Valérie si elle l’aime encore. – f. Olivier dit
qu’il n’arrive pas à dormir. – g. Christian demande à Valérie où est le
paquet de pâtes et si elle peut l’aider. – h. Valérie dit à Olivier de se
relaxer.
5. Valérie a dit à Olivier de ne pas s’inquiéter, qu’elle n’était plus
amoureuse de Christian et que Christian était un ami maintenant.
Elle lui a demandé s’il comprenait. Elle lui a dit qu’elle allait
demander à Christian de partir le plus vite possible, qu’il
comprendrait et qu’ils pourraient ainsi profiter de leurs vacances en
amoureux. Elle lui a dit de lui faire confiance et qu’elle l’aimait.
Épisode 5, page 118
1. a. dans la cuisine – b. elle est sortie faire des courses – c. il jette
des produits – d. car ils ne sont pas du commerce équitable – e. il
est 8 h du matin – f. par des enfants – g. car Christian met ses
cravates à la poubelle – h. c’est pratique pour toute la famille – i. à
la poubelle.
2. je fais – tu es – que je parle – que nous sortions – qu’il prenne –
que tu prennes – nous avons – que je puisse – que tu finisses – vous
mangez.
3. protégiez – preniez – ayez – fassiez – ailles – achètes – soyez –
voyagiez – changiez – arrêtiez.
4. a. Achète-les ! Ne les achète pas ! – b. Visite-le ! Ne le visite pas !
– c. Jette-les  ! Ne les jette pas  ! – d. Téléphone-leur  ! Ne leur
téléphone pas ! – e. Change-les ! Ne les change pas !
5. a. est rassuré – b. pour le commerce – c. le commerce équitable.
Épisode 6, page 120
1. a. vrai – b. faux – c. faux – d. faux – e. vrai – f. faux – g. faux.
2. a. c’est la tienne – b. ce sont les siens – c. c’est la sienne – d. ce
sont les miens – e. ce sont les leurs – f. c’est la nôtre – g. ce sont les
vôtres.
3. a. 2 – b. 3 – c. 4 – d. 1.
4. a. je me méfie de lui / je n’ai pas confiance en lui – b. on peut
compter sur lui / on peut se fier à lui.
5. a. quelques  ; peu de – b. plusieurs  ; aucune  ; aucun – c. de
nombreux ; aucun – d. quelques ; aucune – e. tous ; toutes.
Épisode 7, page 122
1. a. parfait, trac – b. fête – c. l’anniversaire, dîner, en tête à tête – d.
dîner aux chandelles, stimuler – e. couple, à merveille – f. conseil,
ce qui, – g. Chopin – h. culot, disque, à cette heure-ci.
2. Mots à barrer : a. buffet – b. sac – c. cuivre – d. plastique – e. neuf
– f. chandelier.
3. La salle de bains : un miroir, une serviette de bain, deux gants de
toilette.
Le salon : deux coussins, une chaîne hi-fi, un fauteuil, un chandelier.
La chambre : un réveil – une commode.
La cuisine  : une cafetière – un fer à repasser – un grille-pain – un
four à micro-ondes.
4. a. ce qu’ – b. ce que – c. ce qui – d. ce qui – e. ce qui.
5. a. Non, je préfère celle-ci, elle est plus moderne que l’autre. – b.
Non, je préfère ceux-là, ils sont meilleurs. – c. Non, je préfère celui-
ci, il est plus joli. – d. Non, je préfère celui-ci, il est plus épicé. – e.
Non, je préfère celles-ci, elles sont plus solides.
Épisode 8, page 124
1. a. cent fois – b. il y a 6 mois environ – c. le projet était pour une
marque de lessive – d. le client n’était pas facile et pas sympa ; tout
le monde était énervé – e. une demi-heure – f. il a couru après lui et
lui a proposé un nouveau slogan sans réfléchir – g. parce qu’il a
obtenu une promotion et il est devenu numéro 2 – h. la meilleure
amie de Valérie – i. non, il pense qu’il aime simplement aider les
autres.
2. a. médecin – b. écrivain – c. bouchère – d. agriculteur – e. acteur –
f. musicienne – g. vendeur – h. styliste – i. journaliste – j. pâtissier –
k. menuisier – l. garagiste.
3. a. 2 – b. 3 – c. 1.
4. a. malheureusement – b. malgré – c. pourtant – d. en revanche –
e. au lieu de.
5. a. Malgré – b. Malheureusement – c. Au lieu de – d. Pourtant – e.
en revanche.
Épisode 9, page 126
1. a. faux – b. faux – c. vrai – d. vrai – e. vrai – f. faux – g. vrai.
2. a. Un pot de peinture a été jeté par Christian. – b. Olivier sera
arrêté par la police. – c. Les manifestants ont été repérés. – d. Des
opérations de sensibilisation sont organisées. – e. Les grands
groupes agroalimentaires seront combattus. – f. Des manteaux de
fourrure ont été détruits par les militants. – g. La presse sera
informée de cette opération.
3. a. P – b. P – c. A – d. P – e. A.
4. Hier – la veille – dix ans avant – le lendemain – ce jour-là – à ce
moment-là.
Épisode 10, page 128
1. a. dans la rue – b. au commissariat – c. Les policiers ont pensé
que c’était lui qui avait jeté le pot de peinture sur les manteaux. – d.
il a remboursé les manteaux – e. préparer un bain chaud – f. il a l’air
fatigué, en colère et triste.
2. a. énormes – b. une nuit – c. une cellule – d. un ivrogne – e. 5 000
euros – f. président – g. rembourse la somme d’argent.
3. Doute  : d. – Certitude  : b., e. – Possibilité  : a., c., f., g. –
Impossibilité : h.
4. a. que – b. dont – qui – c. dont – que – d. qui – dont – e. que – dont
– f. dont – g. dont.
Épisode 11, page 130
1. a. ils boivent un verre à l’extérieur – b. elles regardent un film et
mangent de la glace – c. un film romantique – d. il pense que les
comédies romantiques font pleurer, et que pleurer pour un garçon
c’est honteux – e. car il accepte qu’un ancien amant de Valérie vive
chez eux – f. car elle aime Olivier et a deux enfants magnifiques avec
lui – g. car elle est jalouse.
2. a. rencontrait, dérangerait – b. enfants magnifiques – c. rassurée
– d. Qu’est-ce qui se passe ?, quelque chose, connais – e. au courant
– f. jure-le-moi – g. jure.
3. a. tu étais venu – b. vous aviez été – c. nous avions voulu – d. ils
s’étaient relaxés – e. j’avais eu – f. elle avait rencontré.
4. a. a rencontré, avait quitté – b. a parlé, avait vu, racontait, était
tombée amoureuse – c. sont rentrés, regardait, finissait, avait
achetée.
5. Imparfait : nous mangions, elle parlait, je parlais – Passé simple :
elle regarda, elle fut, ils sortirent, ils allèrent, il entra – Passé
antérieur : elle eut fini – Plus-que-parfait : il avait vu.
Épisode 12, page 132
1. a. vrai – b. faux – c. vrai – d. faux – e. vrai – f. faux.
2. a. j’aurais parlé – b. vous auriez été – c. tu aurais eu – d. ils se
seraient rencontrés – e. nous aurions connu – f. tu aurais dû.
3. a. À ta place, j’inviterais Sophie au restaurant. – b. je dirais à
Sophie qu’elle me plaît. – c. je lui proposerais de partir voyager. – d.
je lui ferais des compliments. – e. je partirais avec elle en week-end.
– f. je l’aurais invitée au cinéma.
4. a. ils vivraient au Pérou – b. ils seraient amis – c. il n’aurait pas pu
lui déclarer sa flamme – d. Valérie n’aurait pas connu les sentiments
de Christian pour Sophie.
5. L’espoir : b., d., e., f. – La déception : a., g. – Le reproche : c., h.
Épisode 13, page 134
1. a. où on va, but – b. râler, énervant – c. Taisez-vous – d. balcon,
peine, jusqu’à ce soir.
2. Ligne 1 : il reconnaîtra, il reviendra, vous verrez, tu boiras – Ligne
2 : tu auras fait, nous serons allés, ils seront partis, elle sera arrivée,
je me serai lavé.
3. a. jusqu’à ce qu’ – b. en – c. qu’au bout de – d. d’ici – e. jusqu’à.
4. Condition  : a. Olivier appréciera cette journée à la campagne à
condition qu’il ne se perde pas. – b. Ils retrouveront le chemin si
Christian sait utiliser la boussole.
Restriction  : a. Ils rentreront à la maison rapidement à moins que
Christian ne leur propose de dormir en forêt. – b. Olivier restera
avec Valérie et Christian sauf s’il retrouve la voiture.
Épisode 14, page 136
1. a. car elle pense qu’il connaît la route et que c’est un aventurier –
b. car Olivier pourrait la protéger des animaux sauvages et ils
pourraient chasser et dormir à la belle étoile – c. il utilise une
boussole – d. Olivier pense que la boussole est utile quand on
connaît son chemin, et ce n’est pas le cas pour Christian – e.
Christian se blesse – f. il va faire une attelle avec des branches – g.
Valérie est heureuse car elle trouve qu’Olivier est un vrai héros.
2. a. dans moins d’une heure, se dépêcher – b. marrant, animaux
sauvages, à la belle étoile, chasser – c. au Brésil, dans la forêt
amazonienne – d. des branches.
3. Mots à barrer : a. commencer – b. cependant – c. en revanche.
4. a. cause – b. cause – c. conséquence – d. cause – e. conséquence.
5. a. c’est pourquoi – b. à cause de – c. grâce à – d. puisque – e. car –
f. parce que.
Épisode 15, page 138
1. a. vrai – b. vrai – c. vrai – d. faux – e. faux – f. vrai – g. faux – h.
vrai.
2. a. car il aimerait ne plus le revoir, la phrase est ironique – b. de
vivre d’amour et d’eau fraîche – c. une centaine d’euros. Olivier lui
donne l’argent car c’est une manière de ne plus le revoir ! – d. car ils
doivent aller chercher les enfants.
3. Mots à barrer : a. un colis – b. aller sur la Lune – c. télécharger.
4. a. que Christian ait décidé de rester – b. que Valérie ne soit pas
partie avec lui – c. que Sophie soit tombée amoureuse de Christian –
d. qu’Olivier ait été plus engagé dans le commerce équitable – e. ait
eu le projet de repartir à l’étranger.
Épisode 16, page 140
1. a. dans leur chambre, ils sont couchés – b. 22 h – c. car il est très
fatigué, il est crevé – d. car elle pense qu’elle a gâché leurs
vacances en amoureux mais Olivier lui dit que l’important est qu’ils
s’aiment – e. Olivier pense que c’est à nouveau Christian et que ce
dernier a oublié quelque chose. Valérie le rassure en lui disant qu’il
est parti hier mais que si c’est encore lui, elle refusera de le laisser
entrer. – f. en Indonésie – g. une ancienne collègue d’Olivier – h.
Jennifer – i. car elle ne trouve pas de chambre d’hôtel – j. elle lui dit
qu’il s’agit d’une erreur.
2. a. dans laquelle, duquel, sur laquelle – b. à laquelle – c. avec
laquelle.
3. a. Il le lui dit. – b. Elle la leur raconte. – c. Il la lui a donnée. – d.
Elle ne la lui a pas dite. – e. Il les lui a donnés. – f. Ils ne le leur ont
pas présenté.
4. a. Olivier donnera la clé à Valérie  ? – b. Tu as dit à Christian de
revenir à Paris  ? – c. Quelqu’un a dit à Valérie d’aller chercher les
enfants  ? – d. Valérie et Olivier ont raconté à leurs enfants leur
semaine avec Christian ?

France 24
« Le ventre de l’architecte », page 142
1. a. à Marseille – b. Le Corbusier – c. à un paquebot luxueux – d. un
hôtel et un restaurant – e. une école maternelle, un toit terrasse et
des appartements.
2. nombre d’appartements  : 360 – nombre d’habitants  : 1 100 –
année de création : il y a 50 ans – matériaux : béton, bois et acier.
3. Ingrédients et aliments : betterave, framboises, mûres, fraises, foie
gras, banane, myrtilles, brioche, violette.
Ustensiles  : poêle, grille, cuillère, bol, assiette, pinceau, plat,
couteau, louche.
4. cœur, ventre, béton, corps.
Créer son blog, page 144
1. 1. a – 2. b – 3. c – 4. c – 5. b – 6. c.
2. a. vrai – b. faux – c. vrai – d. faux – e. vrai – f. vrai.
3. 1. a – 2. c – 3. a – 4. b.
4. a. Il a dit que la femme que nous voyions devant ses fourneaux
était une vedette. b. - Il a dit que le phénomène des blogs avait
révolutionné l’univers de l’Internet. – c. Il a dit que les différents
candidats français s’y étaient tous mis.
Une femme dans l’arène, page 146
1. Marie – Barcelo – torero – 19 ans – française – éleveurs de
taureaux – Arles.
2. a. depuis 4 ans – b. elle a dit qu’elle voulait essayer d’être torero –
c. 350 kilos – d. ils sont très vivaces – e. elle est saluée par les
matadors espagnols.
3. a. 4 – b. 2 – c. 3 – d. 4 – e. 1 – f. 3 – g. 2.
4. très – trop – tellement – tant – si.
5. Mots à barrer : faible – a failli – a évité.
Grève à Air France, page 148
1. a. de la grève chez Air France, compagnie aérienne française – b.
les syndicats des hôtesses et stewards – c. 5 jours –
d. mardi matin – e. les thèmes de travail, le calendrier, la méthode
pour parvenir à un accord y compris les salaires – f. avant le 31
décembre de la même année – g. une grève pour les fêtes de Noël –
h. les vols long-courriers.
2. a. grève, Olivier appréciera cette journée ciation, moyen, entendre
– b. échouent, Noël – c. 100 %.
3. il y a autant de vols pour Abidjan que pour Ouagadougou – il y a
plus de vols pour Marseille que pour New York – il y a moins de vols
pour Copenhague que pour Rome – il y a quelques vols pour
Copenhague – il y a plusieurs vols pour Rome – il n’y a aucun vol
pour Erevan – il y a peu de vols pour Ouagadougou – ils partent tous
de Paris – quelques-uns sont à destination de l’Europe.
Urinoir ou œuvre d’art ?, page 150
1. nom : Pinoncelli – âge : 73 ans – caractère : farfelu, il ne ferait pas
de mal à une mouche – type d’œuvres  : happening, performance –
courant artistique : dadaïsme.
2. a. faux – b. vrai – c. vrai – d. vrai – e. faux – f. faux – g. vrai – h.
vrai.
3. Mots à barrer : a. un vernissage – b. un musée – c. un artiste – d.
un tribunal – e. casser.
4. a. Le tableau dont nous avons parlé est au musée d’Art moderne à
Paris. – b. L’artiste dont le reportage nous fait un portrait s’appelle
Pierre Pinoncelli. – c. Le musée dont il s’agit est le Centre Georges-
Pompidou – d. C’est le courant artistique dont Pinoncelli se
revendique.
Le musée du quai Branly, page 152
1. nom : musée du quai Branly – où : quai Branly, à Paris – nombre de
visiteurs : 1,7 million – architecte : Jean Nouvel – ce qu’on peut y voir :
des objets – continents représentés  : Afrique, Océanie, Asie et
Amérique – nombre d’objets exposés : trois mille cinq cents objets –
nombre d’objets en réserve  : trois cent mille – fréquence des
expositions temporaires : tous les 3 mois – événement en septembre :
Coupe du monde de rugby.
2. a. faux – b. faux – c. vrai – d. vrai.
3. 1er visiteur  : c’est touchant – ça représente les fondements de
notre art.
2e visiteur : c’est beau – je ne cherche pas à savoir d’où viennent ces
objets.
4. a. Le musée du quai Branly a été conçu par Jean Nouvel. – b.
Toutes les collections ont été présentées. – c. Les allées du
bâtiment auront été parcourues par de nombreux visiteurs. – d.
L’origine ovale du ballon de rugby sera expliquée par le musée. – e.
Le musée avait été béni par les Aborigènes. – f. Le visiteur est
interpellé différemment par chaque objet.
5. a. porter chance – b. une malédiction – c. dire la vérité – d. sacré.
Une école écologique, page 154
1. a. à Limeil-Brévannes – b. d’une école primaire – c. car elle
consomme trop d’énergie et une nouvelle école écolo va être
construite – d. de l’autre côté de la ville – e. elle sera écologique et
pourra produire toute l’énergie dont elle a besoin – f. en novembre –
g. c’est le premier établissement scolaire écologique de France.
2. ancienne école : bâtiments en préfabriqué, construction mal isolée,
vorace en énergie.
nouvelle école : larges couloirs et nombreuses fenêtres pour laisser
passer la lumière, murs extérieurs tapissés de cellules
photovoltaïques, pompes géothermiques dans la cour pour le
chauffage, potager pour chaque classe.
3 a. chantier, l’esthétique, soit, performant – b. renouvelables, l’eau,
le biologique, l’alimentation bio.
4. a. l’électricité – b. le chauffage – c. de l’alimentation – d. fenêtres.
5. Mots à barrer  : a. électricité – b. potager – c. jardin – d.
préfabriqué.
L’Afrique à Paris, page 156
1. salon de l’agriculture – 2. chaque année – 3. à Paris – 4.
Cameroun, Sénégal, Côte d’Ivoire, Mali – 5. les escargots géants, les
biocarburants – 6. pétrole.
2. des mangues, de l’huile de coton, des bananes, du cacao, du café,
des melons, des escargots géants, des biocarburants, le jatropha.
3. a. 3 – b. 1 – c. 2 – d. 4 – e. 4 – f. 4 – g. 1.
4. a. Africains, goûter, promouvoir, malienne, meilleures, séduire,
consommateurs, verte – b. investisseurs, aménager, fleuve, cent
cinquante mille, produire, légumes, exportation, campagnes.
5. a. il lui en a offert – b. nous les leur avons montrés – c. je le leur ai
expliqué – d. ils les lui demandent.
Notes
1 Voir Francoscopie 2007 par Gérard Mermet, Larousse, 2006 (p. 113).
2 Philippe Découflé : danseur et chorégraphe contemporain.

Vous aimerez peut-être aussi