Vous êtes sur la page 1sur 3

Platon, république.

(le problème que je voulais exposer, c’est le problème du rapport entre pouvoir et connaissance. En
démocratie, il n’y a pas de critère fixe pour le pouvoir, il y a de l’instabilité. Platon argumentera
quelque chose de complètement différent : la connaissance du vrai confère le droit de gouverner).
Question d’expertise, question de liberté VS celle de l’égalité.

Platon : ceux qui doivent gouverner, ce sont les philosophes, parce qu’ils détiennent la sagesse, ils
sont vertueux. Et c’est sur cette base que Platon va critiquer la démocratie (et autres régimes
également).

Tension : égalité/élitisme.

Livre VII.

Rapport instruction-ignorance.

L’analogie de la caverne : état de l’ignorance (sans éducation).

p. 248 On prend les ombres pour la réalité. (pour image et pour son : deux éléments essentiels du
sensible. Mais une autre encore : le sens du toucher ? // la tactilité).
(la construction de l’erreur).

C : quoi arrive si on libère le prisonnier ? (il y a deux ordres : ombre et lumière. L’une est
supérieure à l’autre, et cela d’une manière objective.
D : problème - comment faire comprendre à l’ignorant qu’il est l’ignorant, ou qu’il l’était jusqu’à
là ?
(c’est une question objective : qui se posait par exemple pour toute sorte de révolutionnaires, ou
sinon également pour des communautés de fois. S’il y a une certaine minorité qui détient la vérité,
comment on fait que les gens comprennent cette vérité, et sortent de leur ignorance ?).
((lumière:ombre. Cf Adorno)).

E : la lumière blesse les yeux de l’ignorant.

P249. (516A) : une option rejetée : arracher par force.


B/C : solution – aller par degrés. (métaphore de l’éducation).
C : soleil comme cause – le matériel avec lequel Platon travaille, ce sont les mythes qui circulent,
qui sont effectifs dans la société (qui constitue la base de leur vie éthique). (métaphore : parce qu’il
ne s’agit pas vraiment de l’expérience sensible, le soleil brûle plutôt les yeux, il s’agit de marquer
précisément l’écart).

D (et en haut 250p) la transformation : homme qui saisit le vrai ne veut plus revenir.
Il n’a plus envie d’être respecté par les gens qui vivent en illusion, il n’est plus jaloux de leurs
distinctions. (transformation sociale). (c’est une critique de la société : Platon critique la hiérarchie
sociale, il la dénonce comme étant sans objet, un jeu des ombres, et il y oppose une hiérarchie bien
différente, où c’est celui qui connaît la vérité (qui possède la sagesse) règne. (critique des hommes
d’état dont la science n’est qu’empirique).

1
(Héros d’Homère : Achiles, Odyssée XI, vers 489 : Achille. Homère descend dans les enfers pour
consulter Tirésias comment il pourrait retourner en Ithaque. A : « Illustre fils de Laërte, ne cherche
point à me consoler du trépas ! J'aimerais mieux, simple cultivateur, servir sous, un homme pauvre
qui ne posséderait qu'un faible bien, que de régner sur toutes ces ombres ! »
Donc Socrate compare l’état de l’ignorance à la mort, au séjour aux enfers.

(C, 517A) : si l’on redescend.


(Il y a deux régimes essentiels, deux mondes – connaissance vraie et ignorance. Cela divise aussi
socialement). Aussi : raison de schisme sociale, de la haine de la vérité. (probl :Comment amener la
connaissance vraie?).

(république 375 BC, mort de socrate 399).

Révélation du sens de l’allégorie : c’est « l’ascension de l’âme vers le lieu intelligible ».


Platon déploie son idée de l’ordre métaphysique : la vérité se trouve dans le monde intelligible, et
elle concerne notamment l’idée du Bien que l’on y trouve, qui est la cause de la lumière (lumière :
de la raison, mais aussi celle grâce à laquelle nous découvrons le monde sensible ; proximité de la
vue et de l’intelligence).
251.Faut voir l’idée du bien pour obtenir la sagesse.

D/E les illuminés ne veulent plus descendre. Et il peuvent apparaître bêtes.


(l’apparence : que le philosophe dit des bêtises, qu’il voit mal les choses. Il y a effectivement une
telle réalité sociale : un philosophe est quelqu’un d’étrange, bizarre, à qui on ne fait pas forcément
facilement confiance (le jugement de Socrate) – sa position sociale n’est pas forcément assurée.
En faisant entrer là tout un dessein systématique ontologique, Platon construit une image toute à fait
différente : le dessein ontologique interviennent dans la réalité sociale et y opère un déplacement.
(un changement complet de la perspective). (on y voit un rapport étroit entre la philosophie et la
politique, ou pour l’instant pas tellement politique mais la réalité sociale).

L’opération de déplacement : ce n’est pas parce que le philosophe voit mal les choses qu’il paraît
étrange, déboussolé, c’est parce les choses sensibles elles-mêmes ne sont pas véritables, elles
sombrent dans l’obscurité.

(en gros Platon défend les philosophes et essayent d’argumenter pour qu’on ne se moquent plus
d’eux).

252.

Education : n’est pas ce qu’elle apparaît.(la puissance de voir, la vue est toujours déjà là : contre les
sophistes. L’âme a déjà vu la vérité, dans l’autre monde. Elle l’a contemplé. LA raison (nous) est la
partie divine de l’âme, elle nous lie à l’autre monde. Donc toute connaissance est une
reconnaissance (reconnaître), une sorte de souvenir.

C : se détourner de « ce qui naît » - c’est à dire du monde périssable, du devenir (ce qui naît et
disparaît, la génération et la disparition).

2
« Chacun possède la faculté d’apprendre et l’organe destiné à cet usage » - une certaine égalité
problématique. (pas tous sont capables de s’en servir).
(que le corps tout entier doit tourner : suffit pas de contempler, faut aussi pratiquer la vertu, une
certaine vie, éducation – elle est polivalente, multiple).

D : Education : conversion de l’âme.


Amener la vue de l’âme en bonne direction.

253. Vertu de science : en différence aux autres vertus, ne perd pas sa force.

Rapport science (connaissance ) et bonté : on peut être très intelligent mais méchant. Sagesse :
science plus vertu.

Solution de Platon : faut éduquer dès l’enfance. Naturel : avec un penser pour la connaissance
philosophique.

c. problème : qui peut gouverner ? Les uns n’ont pas de critère fixe, de connaissanc,e et ceux qui
connaissent la vérité ne veulent pas gouverner, ils se trouvent mieux en contemplation.

D Là Platon joint les deux côtés, revient à l’allégorie.


Faut éduquer ceux qui sont aptes à la science, dès l’enfance, mais ensuite faut les forcer de
redescendre.
((solution de problème : il y a ceux qui sont de bonne naissance, qui sont de bons naturels, un aspect
assez anti-démocratique)).

E :
l’essence de Platon : sa contradiction. On doit assurer le bonheur (et cela : déterminé objectivement)
de la cité entière et non d’une classe particulière. Pas d’égalité formelle : puisqu’on a l’accès au
vrai, en mesure de ce vrai on peut prendre des décisions autoritaires (forcer les philosophes de
gouverner) – pour assurer effectivement le bonheur de la cité.
« La loi ne se préoccupe pas d’assurer un bonheur exceptionnel ... ».

(puisqu’on vous a donné l’éducation).


255D :.Quoi résout le philosophe-gouvernant : le problème de la lutte de pouvoir(que ceux qui
veulent le pouvoir peuvent avoir un intérêt particulier plutôt que général).((gouverner :
normalemnet la place désiré. Mais le philosophe est le seul qui ne le désire pas, c’est ça son
paradoxe, qui le rend précisément apte à gouverner. Le philosophe fait un sacrifice en prenant la
place que normalement tout le monde désire).
Quand les gouvernants veulent pas gouverner : c’est le mieux.

Vous aimerez peut-être aussi